Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Première partie. - La modernisation piétine (1944-1947)

Chapitre IV. La réponse de la France et de l’Europe à G. Marshall

Texte intégral

« Le Plan Marshall fut moins un geste purement désintéressé qu’un acte suprêmement intelligent. »
Robert Marjolin.

1Le discours du secrétaire d’État américain du 5 juin 1947 offrait des perspectives nouvelles aux Européens. Les Français entendaient bien en profiter au maximum, tant pour sortir définitivement de la pénurie que pour réaliser leurs objectifs de planification.

2Mais l’aide américaine était offerte à l’Europe dans son ensemble. Les Américains venaient ainsi de poser la question de l’unité européenne. Comment les Français voyaient-ils la question de l’unité européenne ? Quelle forme pouvait prendre une coopération inter-européenne ? En participant à l’European Recovery Program (ERP), trouvèrent-ils matière à satisfaction alors que les Anglais et les Américains avaient décidé de réviser leur politique en Allemagne et de contester celle de la France ?

3Les Français souhaitaient maintenir le maximum de relations économiques et politiques avec l’ensemble de l’Europe. Ils favorisaient la création de la Commission économique européenne de l’ONU (la CEE-ONU). Mais surtout il fallait trancher sur l’extension géographique de l’aide américaine et sur la forme de l’organisation européenne chargée de gérer les fonds Marshall.

4L’appel à la coopération avec l’URSS et les États de l’Est européen fut un point primordial de la politique de la France. Quelles conditions les Américains ne manqueraient-ils pas de poser aux Européens ?

5La conférence de Paris, fin juin 1947, où Anglais, Français et Soviétiques discutèrent de la réponse à donner aux Américains paraît déterminante dans l’histoire des relations inter-européennes et mondiales. Les dés n’étaient-ils pas pipés ? La guerre froide n’était-elle pas déjà inscrite au cœur de l’Europe ? Un espoir subsistait de réaliser une vraie coopération économique. C’est ce que les Français croyaient.

6L’expérience antérieure des négociations sur l’utilisation des crédits américains prouvait que les Américains émettaient des conditions d’utilisation précises... trop précises même ! Qu’en serait-il cette fois-ci ? Mais les Français n’étaient plus seuls. Ils pouvaient agir avec les Britanniques pour résister aux Américains.

7Entre juin 1947 et juin 1948, l’avenir de l’Europe se précisait. La page blanche était progressivement écrite, dessinant un destin dont les Européens n’étaient plus les seuls maîtres. Pour la première fois de leur histoire, les peuples d’Europe étaient confrontés à une négociation avec les États-Unis d’Amérique dont ils attendaient le salut matériel. Certains pressentaient la promesse d’indépendance future, d’autres y voyaient le début de l’asservissement.

UNE RÉPONSE EMPRESSÉE AU DISCOURS DE MARSHALL

8Les Français avaient manifesté, bien avant le discours du 5 juin, le désir d’accéder à une aide américaine conséquente. En conséquence la diplomatie française se montra très active pour organiser une réponse commune à l’offre de Marshall.

Un discours à clarifier

  • 1 Le Monde, Rémy Roure, 1er -2 mai 1947, « Notre dépendance ».

9Les lecteurs de la presse française se retrouvaient sans doute dans cette analyse du Monde : « Quelle puissance, quelle providence fut pour nous la plus secourable ? Sur laquelle pouvons-nous compter pour le présent et pour l’avenir ? A quels dieux nous faut-il adresser nos prières1 ? ». Manifestement les dieux étaient américains en 1947, même si naguère les Français avaient pu se tourner vers Moscou. Une aide américaine était donc attendue.

Rumeurs d’aide américaine

  • 2 « Discours de Marshall du 28 avril ». B Amérique 1944-52, États-Unis 163, H. Bonnet, 1er mai 1947 (...)

10Le Quai d’Orsay était à l’affût de la moindre information venant d’Amérique sur une aide à l’Europe. Marshall, à son retour de Moscou, laissa entendre que les États-Unis s’apprêtaient à agir : « Le malade s’affaiblit de plus en plus, pendant que les médecins délibèrent... Il faut sans tarder prendre toutes les mesures possibles... ». Certes, le Congrès, à la différence de l’administration résistait encore. Il ne vota en mai 1947 que $ 200 millions sur les $ 250 demandés pour l’aide à l’Europe2. Une goutte d’eau pour calmer un malade qui s’épuise !

  • 3 Y I. 1944-49, 85, Paris, 29 avril 1947, service Kara 25-4 du 29 avril 1947, valeur B/2, source Kar (...)

11On spéculait sur la naissance de la CEE-ONU qui aurait été l’expression d’un plan américain pour une Fédération économique de l’Europe comprenant l’URSS3. La CEE-ONU ne se chargeait-elle pas, en effet, de regrouper sous sa houlette les organisations provisoires nées des contraintes de l’immédiate après-guerre et de réfléchir sur la place de l’économie allemande dans la nouvelle Europe.

  • 4 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et d’espérance, l’Alliance atlantique, 1946-1950, Plon, p. 13 (...)

12Dean Acheson prononça un discours à Cleveland (Mississippi), en mai, que Truman qualifia plus tard de prologue au Plan Marshall. Les observateurs les plus avisés de la presse française en notèrent l’importance. Léon Blum crut même à un Prêt-Bail de la Paix. Il attendait qu’ils renforcent la CEE-ONU. Il n’écartait pas une carence soviétique à la CEE, et imaginait qu’un jour, il faudrait en venir à une solution inter-européenne où les socialistes européens auraient leur mot à dire dans la création des États-Unis d’Europe4. Il soulevait le problème essentiel : les États-Unis aideraient-ils tous les États européens ? Il en doutait.

  • 5 Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe, 1945-1954, tome 1, thèse, Lille, (...)

13Nous savons maintenant que Kennan menait un travail de réflexion depuis avril sur un « programme planifié d’assistance aux pays étrangers » et que le discours d’Acheson était un ballon d’essai en direction du Congrès. Marshall lui-même avait envisagé une grande action en Europe lors d’un congrès « Time and Life » sur le thème « Qu’est-ce que le monde attend de l’Amérique ? »5.

  • 6 CE 44, télégr. H. Bonnet, 18 avril 1947, à diplomatie, Paris ; Papiers Elgey, interview d’H. Bonne (...)
  • 7 « The source of soviet conduct », XXV, n° 4, juillet 1947, sous la signature de M. X

14Henri Bonnet, ambassadeur de France à Washington, perçut dès le 18 avril les prodromes des intentions américaines. Les États-Unis, disait-il, préparaient un plan d’ensemble d’aide à l’Europe, par anticommunisme6. Sans doute était-il au courant des travaux du Policy Planning Staff de Kennan. Les idées de Kennan sont exposées très précisément, mais postérieurement, dans un article de Foreign Affairs7.

  • 8 CE 44, télég. Bonnet, 23 mai 1947, 10 h 31.

15Bonnet incita alors Bidault à faire des propositions aux Américains pour les influencer. Il se méfiait de Kennan qui était davantage motivé par la situation des pays en contact direct avec l’URSS, le « front » : Grèce, Turquie, Iran, Autriche, Hongrie, Italie, Allemagne ou par celle de la Grande-Bretagne que par celle de la France. Kennan recherchait l’endiguement, alors que les Français recherchaient désespérément des crédits pour leur modernisation. Le 23 mai, Bonnet avertit le Quai que Bernard Baruch avait conseillé au Secrétaire d’État une aide américaine, à condition qu’elle soutienne un plan d’ensemble de restauration européenne8. La question de l’unité européenne venait d’être posée par les Américains.

  • 9 CE 44, télég. Bonnet, H. B., 27 mai 1947, n° 1791, à diplomatie, « Conversations avec Foster Dulle (...)

16Deux jours plus tard, Foster Dulles, conseiller au Département d’état, confirma qu’un plan était à l’étude. Il exigerait des Européens un programme constructif sur la répartition du charbon, la division du travail et l’Allemagne9. C’était la condition sine qua non d’un vote favorable du Congrès. Cependant Dulles laissait entendre que les Républicains se satisferaient d’un plan commun européen pour la Ruhr, la Silésie et le développement de l’Europe centrale.

  • 10 CE 44 H. B. à G. Bidault, n° 1160, « Programme américain de reconstruction économique mondiale, 28 (...)

17Bientôt, H. Bonnet fit état d’un programme américain de reconstruction économique mondiale qu’il situait comme une conséquence du discours Truman du 12 mars. La presse américaine avançait même des chiffres d’aide à l’Europe10.

  • 11 CE 44, 28 mai 1947, « Projet de mémorandum au gouvernement des États-Unis », H. A.

18A Paris, Hervé Alphand, directeur des Affaires économiques au Quai d’Orsay, signa, le 28 mai 1947, un mémorandum destiné au gouvernement américain (qui n’a probablement pas été envoyé) approuvant l’idée d’un plan de restauration économique mondiale et surtout européenne. Il y défendait une construction européenne continentale, élargie aux pays sous contrôle soviétique mais excluant l’URSS. L’aide américaine serait semblable au prêt-bail, porterait sur les denrées essentielles et nécessiterait la création d’un organisme de gestion de l’aide issu de la CEE-ONU, élargi à l’Allemagne, avec la participation des États-Unis, de l’URSS et de la Grande-Bretagne. Alphand envisageait même un plan d’investissements européens pour l’agriculture, l’énergie, les transports, et la sidérurgie. Ainsi serait résolu le conflit franco-allemand dans un esprit libéral et constructif11. Ce projet avait du souffle et on retiendra que le Quai d’Orsay n’excluait nullement les pays sous influence communiste.

  • 12 CE 44, 3 juin 1947, D. G. (du Quai d’Orsay), « Projet d’instructions à M. Bonnet ».

19Le 3 juin, soit deux jours avant le fameux discours de Marshall, des instructions du Quai d’Orsay insistaient sur l’urgence de soulager la balance des paiements européenne pendant trois ans. Elles avançaient le chiffre de $ 800 millions par an pour la France, mais elles taisaient l’effort de construction européenne esquissé par Alphand12.

20Les Français s’attendaient donc à une initiative américaine dès le milieu d’avril et ils voulaient d’abord l’orienter vers la reconstruction et la modernisation de la France, hésitant sur la dimension européenne de l’aide américaine.

Français et Anglais répondent au discours du 5 juin 1947

21Le discours de Marshall du 5 juin à Harvard (Mass.) donna lieu à une intense activité diplomatique. René Massigli, ambassadeur de France à Londres, y vit la possibilité de conversations actives entre Londres et Washington sur la reconstruction européenne et la solution des pénuries immédiates. Il conseilla fermement au gouvernement de s’y joindre pour éviter une entente anglo-saxonne et d’abandonner la CEE-ONU.

  • 13 CE 44, Massigli, 7 juin, 1290-99, à diplomatie Paris, télég. urgent, très secret, réservé. Léon Bl (...)

22Léon Blum exposa au contraire l’importance de la CEE-ONU pour une aide à l’Europe13.

  • 14 Année politique 1947, p. 353.
  • 15 CE 44, H. B. à G. Bidault, 9 juin 1947.

23Bidault approuva le 7 juin le discours de Marshall. Un commentaire officieux de l’AFP du 7 juin indiquait que la France était prête à concevoir son relèvement dans un cadre européen, mais aussi sans oublier la gestion internationale des mines de la Ruhr14. La presse américaine appelait de ses vœux la France à prendre la tête d’un programme de relèvement européen de type « plan Monnet »15 en raison du prestige de Jean Monnet.

24Hervé Alphand et Bidault envoyèrent le 10 juin des instructions à Bonnet. Pour tenir compte du Congrès, ils estimaient qu’il ne fallait pas parler d’un « plan français » de reconstruction européenne. Ils lui demandaient de mettre l’accent sur une aide à l’Europe en « complément de l’effort indispensable de chacun des pays européens intéressés », et de citer l’exemple du plan Monnet. Le programme européen serait élaboré par des comités ad hoc, avec une participation américaine.

  • 16 CE 44, 10 juin 1947, à ambassade de France à Washington, 1799, Londres, 1069, préparé le 8 juin pa (...)

25L’action de la France se situait maintenant dans une double problématique de reconstruction européenne et de solution aux difficultés immédiates de la France16.

  • 17 457 AP 20, H. Alphand, « Note pour le Président, 10 juin 1947 ».
  • 18 V. Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Armand Colin, 1970, tome 1, 1947, p. 266, 11 juin 1947

26La rapidité d’action comptait énormément et Alphand voulut éviter l’enlisement à la CEE-ONU : « Il n’est pas sûr que l’opinion soviétique et d’autres États de l’Europe acceptent cette offre. Or ces États font partie du CEE. » D’autre part, Gunnar Myrdal, le Secrétaire général, était peu apprécié des États-Unis17. Bidault défendit cette position au Conseil des ministres contre Paul Ramadier, président du Conseil et contre André Philip, attachés à la CEE-ONU : « On ne prête pas à des brouillards » leur dit-il18. Le Conseil céda au ministre des Affaires étrangères.

  • 19 CE 44, H. Bonnet, 13 juin 1947, 20 h 39, et 457 AP 20, Bonnet, 2011-2013, 15 juin, 15 h 37. CE 44, (...)

27Bonnet transmit au Département d’État, le 13 juin, les projets français d’organisation. Il insista sur les besoins de la France et exprima sa méfiance envers la CEE-ONU, tout en ne sachant trop quelle était la véritable position américaine sur le rôle de la CEE-ONU19.

  • 20 457 AP 20, Bidault à Londres, 1728-29, 14 juin 1947, à Moscou, 2381, 14 juin 1947. Daniel Yergin, (...)
  • 21 457 AP 20, Charpentier, 17 juin 1947, 17 h 30, 1907-1908.

28Bidault s’efforçait d’intéresser les Soviétiques à cette affaire. Peut-être était-ce le résultat de pressions socialistes, plus sûrement l’effet de la stratégie américaine, car le Département d’État avait pris « un sacré risque en n’excluant pas l’URSS du Plan Marshall », comme le rappelait Bohlen20. Le 16 juin, les Russes manifestèrent leur embarras. Ils craignaient les conditions des Américains, refusant à l’avance d’adhérer aux accords de Bretton Woods21. Mais on sait que des discussions eurent lieu au plus haut niveau de l’État et du parti soviétiques pour préparer une réponse.

29A la veille de la rencontre Bevin-Bidault du 17 juin, le bilan était le suivant : les Français avaient manifesté une volonté de préparer un programme européen plus par volonté de faire profiter la France des crédits américains que par idéalisme européen.

L’invitation franco-britannique à l’URSS

  • 22 CE 44, 18 juin 1947, « Note pour les conversations de ce matin ». CE 44, Charpentier, 21 juin 1947 (...)
  • 23 CE 44, 18 juin 1947, MAE à ambassade de France à Moscou, pour les Soviétiques, 2408-412.
  • 24 CE 44, Massigli, 16 juin 1947, 17 h 45. CE 44 Hervé Alphand, 18 juin 1947, « Note pour les convers (...)

30Français et Anglais se mirent d’accord pour écarter définitivement la CEE-ONU de la réponse à Marshall . Cependant Alphand n’excluait pas de faire avaliser ultérieurement les décisions des trois par la CEE22 et ils invitèrent l’URSS le 18 juin23. Le Foreign Office annonça qu’il se contenterait de la présence de la Pologne, de la Tchécoslovaquie, du Danemark, des Pays-Bas, et de la Belgique aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne au cas où l’URSS ne viendrait pas. Mais Bidault insistait sur la présence de l’URSS pour des raisons de politique intérieure24.

  • 25 CE 44, H. B. à G. Bidault, 18 juin 1947, « Déclaration du président Hoover sur la situation économ (...)

31Certains secteurs de l’opinion américaine manifestèrent leur réticence à une conférence des trois. Ainsi Herbert Hoover proposa d’imposer certains principes aux nations aidées « qui auraient trait à la sécurité, au contrôle de l’emploi des produits importés des États-Unis et à l’effort réalisé dans chaque pays pour son relèvement », par ailleurs l’aide ne serait donnée que là « où il est encore possible de maintenir la civilisation occidentale »25.

  • 26 CE 44, 19 juin 1947, 22 h 40, 1938 ; CE 44, « Note de Chauvel, 19 juin 1947, pour le ministre ».

32Mais les Russes ont réfléchi. « Ce Marshall est bien habile » dit un journaliste russe. Il faut accepter de tenir une conférence, bien que l’URSS ne sache pas encore si elle serait bénéficiaire ou prestataire de l’aide26. Le 22 juin, les Russes acceptèrent de se rendre à Paris. Aussitôt, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Yougoslavie manifestèrent un intérêt positif pour la conférence.

  • 27 CE 44, Charpentier, 23 juin 1947, 18 h 30, 1980-81, Pravda, et 23 juin, 18h 30, 1965-1969, secret, (...)
  • 28 CE 44, Charpentier, télég. 23 juin 1947, 18 h 30, 1970-73, et Bonnet, 24 juin 1947, 2115-16. Georg (...)

33Molotov se rendait à Paris en défenseur de la souveraineté des États européens contre l’emprise américaine comme le déclarait à l’AFP un officiel soviétique : « Nous ne vendrons jamais notre indépendance contre une aide temporaire27 ». Le ton était donné et Molotov partait pour Paris, vraisemblablement mandaté pour rompre, après le triomphe à Moscou de la ligne Varga. Bedell-Smith, l’ambassadeur américain à Moscou, avertissait, sans trop se tromper, que « Molotov fera son possible pour faire échouer les pourparlers »28.

  • 29 CE 44, « Compte-rendu Bidault », 18 juin 1947, 11 h. CE 44, « Compte rendu conversations franco-br (...)

34Français et Britanniques se mirent d’accord pour proposer la création d’un comité directeur et de comités ad hoc par produit. Mais fallait-il que les Américains participent à cette structure29 ?

  • 30 457 AP 20, Renseignements, 48676, service 259. 5 20 juin 1947, 2, Cl, info du 19 juin 1947, valeur (...)

35Les Français et les Britanniques laissèrent dans l’ombre la question fondamentale de la construction européenne30. La question d’une autorité européenne était posée implicitement par l’obligation ou non de réaliser les engagements communs.

  • 31 Voir chap. 4. Y. I. 1944-49, D. Europe, 18 juin 1947, « Note pour M. Couve de Murville, incidences (...)

36Les Allemands devaient-ils participer au Plan Marshall ? Le Quai d’Orsay, on l’a vu, subordonnait leur participation à la réalisation des grands objectifs de la politique allemande de la France31.

Conclusion

  • 32 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Mémoires, 1911-1986, R. Laffont, 1986, p. 183.

37A l’affût de tout signe d’une aide américaine, les Français souhaitaient essentiellement une aide bilatérale aux seules fins de soulager le déficit de la balance extérieure et de faciliter la modernisation : « Au Commissariat général du Plan, nous y vîmes immédiatement la possibilité de faire du Plan français une réalité » se souvient Robert Marjolin32.

38Mais le discours du 5 juin bouleversait ce schéma, en introduisant des conditions plus ou moins explicites : la construction de l’Europe par un programme commun, la participation de l’Allemagne. Ces deux points n’eurent pas le bonheur de plaire aux Français. Néanmoins la diplomatie française saisit vivement l’opportunité qui s’offrait, plus par réalisme, que par idéalisme européen. La crise financière de l’été 1947 n’offrait guère d’alternative.

La conférence anglo-franco-soviétique : un procès anti-américain, un échec significatif

39La conférence de Paris du 27 juin pouvait encore éviter la coupure de l’Europe. La chance de reconstruire l’Europe, de l’Irlande à l’Oural s’évanouit le 2 juillet après quatre jours de monologues stériles.

La France veut une décision rapide

  • 33 CE 45, « Propositions de la délégation française », H. A. 25 juin 1947.
  • 34 CE 45, H. A. « Projet de déclaration de M. Bidault, 25 juin 1947 ».
  • 35 CE 45, 25 juin 1947, H. A., « Projet d’ordre du jour ».

40Le projet d’ordre du jour français et anglais visait à décider d’établir un rapport sur la situation économique et financière de l’Europe. Il établirait les programmes de développement européen en 1948-1949 et mesurerait le déficit de la balance des paiements de l’Europe. Le programme serait préparé par un comité directeur franco-anglo-soviétique et par six comités ad hoc : agriculture, énergie, transports, sidérurgie, matières premières, balance des paiements. Le projet serait soumis à la CEE le 5 juillet33. Contrairement aux dires soviétiques, tout était négociable, rappelait Bidault. Mais avis à ceux qui voulaient retarder le plan de reconstruction européenne. La misère guettait la France, elle voulait mettre en marche son plan de modernisation et d’équipements qui ne demandait qu’à fonctionner34. Les trois s’attelleraient aussi à décider des méthodes de reconstruction européenne et de la création d’une organisation commune, enfin à travailler sur la participation de l’Allemagne et des États-Unis au programme35.

41Rapidement l’affrontement éclata entre les Occidentaux et Molotov.

Molotov refuse un contrat de coopération inter-européenne

42Les thèses russes s’ordonnèrent en quelques points remarquables : d’abord l’expression d’un doute sur la pureté des intentions américaines puis une explication politique du comportement américain justifié par la crainte d’une crise du capitalisme, enfin la conclusion qu’un programme économique général pour l’Europe était inacceptable car il anéantirait la souveraineté des États. Seul le « plan Staline » était adapté aux problèmes de reconstruction de l’Europe, mais il n’était pas exportable. En conséquence, les trois devaient seulement dresser une liste de produits dont les nations européennes avaient besoin et passer au « super-marché » américain. Molotov proposa la création d’un comité de coopération à trois, assisté de trois sous-comités (ravitaillement, combustibles, équipement), chargés de réguler les importations de l’aide américaine, au profit des programmes nationaux. Il contestait à Bidault le droit de décider pour l’Allemagne et, critique brutale, dénonçait les visées hégémoniques de certains pays européens, la France et la Grande-Bretagne.

Les positions franco-britanniques

43Bidault proposa de décider d’un programme de reconstruction européenne (PRE) et de créer une structure de gestion avec ses sous-comités spécialisés. Il insista sur l’entraide européenne et la bonne volonté des États-Unis. S’appuyant sur le précédent des Combined Boards de la guerre, il montra que la coopération n’était pas une nouveauté entre partenaires et rassura Molotov sur l’Allemagne qui restait soumise aux quatre ministres des Affaires étrangères. Bien entendu, il réfuta l’accusation d’hégémonie.

  • 36 CE 45, voir dossier sur la CFAS, 457 AP 20, « Résumé de la conférence fait par le Quai d’Orsay ». (...)

44Bevin prit à son compte la proposition de Bidault, telle qu’elle avait été arrêtée à la mi-juin. Il n’envisagea pas de questionner les Américains sur le montant de leur aide avant que les Européens aient établi un PRE. Il demanda des actes concrets d’entraide. Après avoir dressé une liste des besoins, les Européens en discuteraient avec les Américains36.

Un échec attendu

  • 37 CE 45, « Mémorandum pour G. Bidault » ; ou 457 AP 20, Monnet, idem, ou AMF 14/1/1, idem, I juillet (...)

45Il n’y avait plus d’accord possible. Monnet analysa l’échec comme une scission de l’Europe lourde de conséquences pour la paix et pour la vie politique en France37. Il souhaitait tout faire pour éviter la rupture. Le 1er juillet, il rédigeait un mémorandum pour Bidault dans ce sens, mais la rupture fut consommée le 2 juillet.

  • 38 CE 44, Brugères, Bruxelles, 2 juillet 1947, 20 h 37, 229-230 ; Pierre-Olivier Lapie, op. cit. ; vo (...)
  • 39 V. Auriol, Journal 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 312, 29 juin 1947.
  • 40 Léon Blum, Œuvres... op. cit. ; voir bibl. n° 25, p. 30, Le Populaire, 2 juillet 1947, « Cris d’al (...)

46D’autres ne dramatisèrent pas : Spaak préférait manifestement une rupture avec l’URSS plutôt qu’un conflit avec Washington. Bevin avait un « air hilare » après la rupture38. Mais Vincent Auriol appréhendait les conséquences de la rupture tout en croyant que l’Europe entière se rangerait derrière la France et la Grande-Bretagne39. L’échec parut inexplicable à Léon Blum. Il ruinait l’espoir des socialistes d’une entente entre l’Est et l’Ouest : « Il m’est impossible de croire à cela » écrit-il le 2 juillet. Mais il dut admettre que l’URSS était responsable de cet échec. Stupeur et consternation sont les mots qui vinrent sous sa plume40. Cet échec fut à l’origine de l’évolution « européenne » de la SFIO.

  • 41 Robert Marjolin, Europe in search of its identity, The Russell C. Leffingwell Lectures, 9 septembr (...)

47Robert Marjolin généralise inutilement en disant que le départ des Russes fut accueilli en Europe et aux États-Unis avec un soupir de soulagement, « a sigh of relief ». Ce fut vrai pour beaucoup en Grande-Bretagne et aux États-Unis où le Département d’État avait admis la participation russe sans y croire vraiment, beaucoup moins dans les cercles dirigeants français41.

Les causes de l’échec

48Les positions britanniques et françaises divergeaient radicalement de celles des Soviétiques sur la question de la construction économique européenne.

49Les premières acceptaient des procédures institutionnelles de coopération que les secondes refusaient au nom de la souveraineté nationale. Mais les Anglais et les Français étaient-ils disposés à accepter des atteintes à leur souveraineté ? Ce n’était pas évident, mais ils n’écartaient pas l’idée d’un contrat inter-européen dans le cadre de l’aide.

  • 42 CE 44, Charpentier, 29 juin 1947, 21 h, n° 2036-2037, Tass, « Exposé de la position du gouvernemen (...)

50Les Russes n’acceptaient pas que le plan Marshall remît en cause les accords économiques passés entre eux et l’Est européen42.

  • 43 CE 44, Massigli, n° 1480, 30 juin 1947, 15h 30.

51Les Américains ont aussi leur part de responsabilité dans l’échec. Les Soviétiques n’ignoraient pas l’hostilité à leur éventuelle participation au plan Marshall43.

  • 44 457 AP 20, Charpentier, 23 juin 1947, 18 h 30, 1965-69, cf. thèse identique dans Truman, Mémoires. (...)
  • 45 Théodore White, Le feu sous la cendre, Gallimard, 2nde édition, 1954, p. 58.

52L’URSS vint à la conférence, poussée par les pays de l’Est européen et en raison d’un débat au sein de la direction soviétique44. Théodore White développe aussi cette idée : Mikoyan, ministre du Commerce extérieur, désirait la participation de l’URSS au plan Marshall contre Molotov. Mais par peur d’un débauchage des pays du glacis par l’Occident, à la faveur de l’aide, l’URSS aurait rejeté un accord à trois45. De plus, à la différence des pays européens de l’Ouest, l’URSS pouvait espérer résoudre seule ses difficultés de développement et celles de ses satellites. Elle n’avait pas besoin de l’aide américaine.

  • 46 Georgette Elgey, La République des illusions, op. cit. ; voir bibl. n° 171, p. 328 ; André Fontain (...)
  • 47 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 132.

53Les historiens contemporains n’arrivent pas à des conclusions consensuelles. Georgette Elgey comme André Fontaine jugent que Molotov et Staline sont responsables de la rupture46. S’il est établi que Molotov a rompu sur la notion d’atteinte à la souveraineté européenne, certains historiens ont cru voir dans la conférence de Paris un piège tendu à l’URSS. L’attitude de Bidault, et même celle de Bevin, plus sceptique, montraient que les deux ministres avaient offert à l’URSS une chance de participer à l’effort commun. Il est faux de dire que l’échec de la conférence était « souhaité et attendu à Paris comme à Londres »47. Au contraire, Ramadier, sinon Bidault, désirait une participation soviétique, gage d’une entente capable d’assurer la sécurité de la France face à l’Allemagne. Même Bidault a sincèrement défendu ce point de vue.

  • 48 AMF 14/1/3 et 1/4, « Mémorandum de Jean Monnet à Georges Bidault sur la conférence de Paris sur le (...)

54La peur d’être dépouillée de son glacis poussa l’URSS à la faute, affirme Pierre Mélandri, rejoignant ainsi l’opinion de Monnet et de nombreux contemporains des négociations. Pour Monnet, présent à la conférence, l’explication du refus de l’URSS était triple : elle croit à un complot américain pour l’« endiguer », elle refuse les formes de la coopération inter-européenne inspirées par celles du Prêt-Bail, enfin elle n’a nul besoin de l’aide américaine pour son développement48.

55Le refus soviétique de participer au plan Marshall empêchait l’URSS de vérifier si l’offre américaine était sincère ou non. Elle aurait eu beau jeu de dénoncer l’hypocrisie des États-Unis en cas de refus d’une aide par le Congrès. En revanche, par son propre refus, elle avait démontré qu’elle n’était pas capable de contribuer au relèvement de l’Europe. Les Américains venaient de gagner une importante bataille d’opinion et les Français étaient rejetés, impuissants, dans le camp occidental par nécessité économique : « Désormais », écrit Alphand, « contrairement à nos vœux, les exigences économiques allaient modifier la nature de nos liens avec l’Est européen ».

56La France entrait, à son corps défendant, dans la guerre froide et en décembre 1947 Bidault le reconnaissait.

La Conférence de coopération économique européenne du 12 juillet

57En dépit de l’échec de la conférence franco-anglo-soviétique (CFAS), les Anglais et les Français cherchèrent à rassembler le maximum de pays européens pour élaborer un programme de relèvement européen. Ils tentèrent de s’assurer la participation des grands pays d’Europe orientale.

Le plan Marshall devient un programme occidental le 10 juillet

  • 49 CE 44, Alphand, 3 juillet 1947, 20 h 15, télégramme envoyé à 22 États, Circ. AE, 166 IP, R. Offroy

58Le 3 juillet, Alphand chargeait 24 ambassadeurs de France d’inviter les gouvernements de leur résidence à se réunir à Paris pour établir un programme de relèvement européen et créer une organisation de coopération et d’entraide des nations européennes49.

  • 50 CE 44, Bonnet, 3 juillet 1947, nos 277-280 et 2283.
  • 51 RG 59-840.00/4389, Amer. Embassy, Rome, 1423, May 9, 1958 ; d’après une note de Togliatti à Eugeni (...)

59Dès le 1er juillet, l’ambassadeur de France à Prague, Maurice Dejean avait fait savoir que la Tchécoslovaquie acceptait la collaboration économique avec les États-Unis. Le Département d’État souhaitait la participation de la Tchécoslovaquie et de la Pologne50. Entre le 4 et le 8 juillet, Lisbonne, Ankara, Copenhague, Oslo, Athènes, La Haye, Bruxelles, Rome, Luxembourg, Dublin, Vienne, Rekjavik et la Suisse plus réticente, annoncèrent leur participation à la conférence de coopération économique européenne du 12 juillet. En Italie P. Togliatti, un grand leader communiste, approuva le plan Marshall51.

  • 52 CE 44, 4 juillet 1947, Dejean, 559-560 et 564, 556, CE 46, Dejean, 2 août 1947, 17 h. V. Auriol, J (...)

60Bientôt de bonnes nouvelles arrivèrent de Tchécoslovaquie qui acceptait au moins de participer pour « s’informer ». En Bulgarie, Georgiev déclarait accueillir avec « gratitude la proposition des gouvernements français et britannique »52.

  • 53 CE 44, Moscou, 4 juillet 1947, 17 h.

61Le gouvernement français invita l’URSS malgré tout le 4 juillet. Charpentier, chargé a. i., suggéra de tourner le refus soviétique en invitant expressément l’Ukraine et la Biélorussie dévastées par la guerre53.

  • 54 CE 44, Gauquié n° 440, 5 juillet 1947, 14 h., p. 65, G. Menant, Tirana, 5 juillet 1947, 22 h 30.
  • 55 CE 44, Boris, Genève, 5 juillet 1947, n° 16.

62Le ton était nettement plus frais à Budapest comme à Tirana54. En Pologne on regrettait la mise à l’écart de la CEE-ONU dans la question de l’aide américaine à l’Europe, mais on annonça surtout que les ministres polonais et tchécoslovaque des Affaires étrangères iraient à Moscou discuter de leur participation à la conférence de coopération économique européenne (CCEE)55.

  • 56 CE 44, Boncour, Bucarest, 5 juillet 1947, 17 h, 551-553.

63Les Roumains, par la bouche de Tataresco, n’imaginaient pas de se rendre à Paris, malgré leur soif d’aide américaine. Ce serait « une attitude agressive envers Moscou et nous n’y pouvons pas songer »56. Il était évident que dès l’été 1947 les Soviétiques tenaient fermement leur glacis.

  • 57 CE 44, Dejean, Prague, 5 juillet 1947, 12 h 35, 565-66.
  • 58 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 331, 7 juillet 1947, Conseil des mini (...)

64Or Polonais et Tchèques étaient décidés à participer, sous réserve d’une approbation de Moscou57. De celle-ci dépendait le comportement des Yougoslaves. En Hongrie, Gauquié, ambassadeur de France à Budapest, estimait que « la décision sur la participation hongroise ne serait pas prise à Budapest », tandis que le vice-président du Conseil de Hongrie affirmait avec une particulière finesse que la France était à vendre ou à acheter ! L’attitude finlandaise dépendait bien sûr aussi de Moscou58.

  • 59 CE 44, Dejean, 7 juillet 1947, 20 h 19, 570-571 ; Dejean, 8 juillet 1947, 19 h, 572-576. CE 44, S/ (...)

65Le 7 juillet à 19 h, Jan Masaryk informa Dejean de la participation de la Tchécoslovaquie à la conférence : « Si le gouvernement avait refusé de prendre part à la conférence de Paris, j’aurais démissionné » déclara-t-il encore59.

  • 60 CE 44, Payart, 553-555, 8 juillet, 20 h.
  • 61 457 AP 20, DAEF, DG, 8 juillet 1947, « Note pour le président, séance CCE », V. Auriol, Journal... (...)
  • 62 CE 44, Bucarest, Paul-Boncour, 9 juillet 1947, 19 h, n° 563, 10 juillet 1947, 22 h, n° 575.

66Le 8 juillet, Tass annonça le refus de la Yougoslavie, mais il ne s’agissait pas encore d’une position officielle. L’ambassadeur de France comptait sur l’influence positive du leader communiste italien Palmiro Togliatti60. Pourtant Zorine, à la CEE-ONU, prononça un discours incendiaire contre la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, accusés de complot contre l’URSS qui ne présageait rien de bon61. Le 9, la Bulgarie annonça son refus de venir à Paris, la Roumanie agit de même, parce que « l’URSS constitue l’élément fondamental, l’élément indispensable de toute organisation pour reconstruire l’économie européenne » disait-on à Bucarest62.

67Le reflux des pays de l’Est fut couronné par les déboires tchécoslovaques et polonais le 9 juillet. Dans un long télégramme au Département, Dejean raconta ce qui s’était passé le 9, après avoir vu Masaryk, Drtina et Heidrich à leur retour. K. Gottwald, arrivé à Moscou le 9 au matin avec la délégation tchécoslovaque, avait été immédiatement convoqué par Staline en catimini, alors qu’il prétendait se reposer. Staline l’aurait gagné à ses thèses. Gottwald revint en disant que tout était arrangé. Il vit encore Staline le soir à 23 h, avec Masaryk et Drtina. Staline était calme et amical, à la différence du matin. Il dénonça le plan Marshall : « Si la Tchécoslovaquie, aurait-il dit, persistait dans son intention d’y participer, l’URSS serait obligée de considérer cette participation comme un acte dirigé contre elle... » Il croyait, d’après les interlocuteurs tchèques de Dejean, que la conférence de Paris avait eu pour but d’isoler l’URSS et de restaurer prioritairement l’Allemagne. Il fit appel à la solidarité slave. Masaryk tenta un compromis : participer à la première partie de la conférence. Ce fut en vain.

  • 63 CE 44, Dejean, 15 juillet, n° 623, « a./s. revirement tchécoslovaque », 15 juillet 1947, n° 624, s (...)

68Gottwald envoya alors un télégramme au Palais Cernin. Un conseil des ministres s’y réunit le 10 au matin ; Clementis alla voir Benes. La réponse des ministres, attendue pour 12 h, fut reportée d’heure en heure. Au soir du 10 juillet, la Tchécoslovaquie annonçait qu’elle ne viendrait pas à Paris. K. Gottwald, avant le voyage de Moscou, était pourtant partisan d’accepter contre l’avis de certains autres de ses amis communistes. Benes se résigna après deux heures de discussion le 10, mais il condamna la politique suivie. Les socialistes, divisés, s’inclinèrent, avec l’espoir dit le Dr Zenckl que « le monde comprendra ainsi la situation dans laquelle nous nous sommes trouvés », confiait-il à Dejean63. Clementis, sous-secrétaire d’État, communiste, s’est senti humilié et était conscient, d’après Dejean, du coup porté à l’indépendance nationale.

  • 64 CE 44, Varsovie, 9 juillet, 21 h, par téléphone de Garreau, réponse de Modzelewski, et SS, 9 juill (...)

69Le refus de la Tchécoslovaquie s’expliquait par les pressions soviétiques mais aussi par son isolement. En effet, la Pologne avait annoncé dès le 9 juillet au soir qu’elle s’abstiendrait. La déclaration polonaise du 9 a été ressentie par les Tchécoslovaques comme une chausse-trape à leur endroit. Un coup de téléphone de Garreau au Quai d’Orsay alerta les Français le 9 à 21 h. Dans ses explications, la Pologne mit en avant les thèses de Molotov, mais elle exprimait aussi une interrogation habile et propre à toucher les Français : l’Allemagne allait retrouver sa puissance et renforcer son impérialisme, comme avant la guerre. Les Polonais peuvent se targuer d’avoir fait bondir le Président Auriol : « J’ai dit à Bidault mon indignation des termes des télégrammes polonais [...] Si la France a subi des malheurs [...] c’était pour défendre l’indépendance de la Pologne... »64

  • 65 CE 44, Boris, CEE, 10 juillet 1947, n° 19. CE 44, Dejean, 627, Prague, 16 juillet 1947.

70Les débats avaient aussi été rudes en Pologne. Le ministre des Affaires étrangères et celui du commerce voulaient l’aide américaine. D’après des informations obtenues par Boris à la CEE-ONU, l’URSS aurait menacé la Pologne de lui retirer son appui politique et économique en cas d’acceptation, c’est-à-dire de ne plus garantir les frontières occidentales de la Pologne65.

  • 66 331 AP 1, Pierre-Olivier Lapie, Journal An vendredi 11 juillet 1947.
  • 67 CE 44, Catroux, 16 juillet 1947, 17 h, 2122-2128.
  • 68 CE 46, Payart à G. Bidault, 15 juillet 1947, « Réponse yougoslave aux propositions franco-britanni (...)

71Le revirement tchécoslovaque fut très mal ressenti en France : « C’est un coup très dur » écrit Pierre-Olivier Lapie66. Pour l’URSS le plan Marshall c’était le plan Truman, un germe de dissociation des économies de l’Est orientées vers l’URSS, et la France était désormais classée parmi les nations antagonistes de l’URSS67. Le voyage ad limina de Gottwald était le signe de la volonté soviétique de « constituer autarciquement et dans tous les domaines, économiques, politiques, militaires et idéologiques, son « grand espace »68.

  • 69 CE 44, Gauquié, 9 juillet, 24 h, n° 455-456, 10 juillet, 23 h 15, 461.
  • 70 CE 44, Ménant, Tirana, 10 juillet 1947, 23 h, 201 ; CE 44, D. Levi, Helsinki, 11 juillet 1947, 1 h (...)

72Il ne faut pas s’étonner du refus hongrois prononcé le 9, mais plutôt relever que le président du Conseil hongrois souhaitait la participation, ainsi que tous les partis, y compris le PC de Hongrie et son secrétaire général Rakosi. Mais ajoutait l’interlocuteur de l’ambassadeur « il y a encore de gros obstacles entre les vœux et la réalisation, il m’a nommé, ajoutait Gauquié, la puissance occupante »69. Tirana refusa l’invitation, le 10 juillet, sous prétexte que la France et la Grande-Bretagne violaient la souveraineté des nations et que le plan Marshall portait atteinte à la réalisation du plan albanais. Helsinki suivit le mouvement malgré un vote favorable de la commission des Affaires étrangères de son Parlement70.

73Ainsi s’effondrait le rêve d’une reconstruction de l’ensemble de l’Europe. L’échec de la conférence de Paris et le revirement de la Tchécoslovaquie, marquaient la coupure de deux mondes. Le plan Marshall, l’échec de la conférence des quatre ministres des Affaires étrangères de Moscou d’avril, ou le discours de Truman du 12 mars, inauguraient une période nouvelle et dangereuse des relations internationales contemporaines dont l’Europe était l’enjeu.

74Qui en fut le responsable ? La France ne souhaitait pas cette cassure et affectait de voir dans le plan Marshall un simple instrument technique du renouveau. Les actes de Ramadier, de Vincent Auriol, de Georges Bidault prouvent qu’ils ont tout fait pour l’éviter. Mais fallait-il, pour cela, renoncer à l’aide américaine ? Le gouvernement n’a pas pu aller jusqu’à ce point. L’état de l’économie du pays, le devoir de ravitailler les populations, celui de réussir le plan de modernisation et d’équipement l’interdisaient. La responsabilité du peuple américain était davantage engagée. Les milieux parlementaires américains redoutaient une participation soviétique.

75Les Russes ont pris la responsabilité de concrétiser la cassure Est-Ouest en y entraînant l’Est européen non consentant. Cajoleries, menaces, appel au nationalisme slave ont noué le drame de juillet 1947. Le concept d’Europe unifiée n’avait pas de sens pour un pays qui raisonnait à l’échelle de deux continents. Créer l’Europe, c’était soit inviter l’URSS à la contrôler, ce qui était inadmissible, soit subordonner une partie du territoire soviétique à une concertation inacceptable pour cette nouvelle puissance mondiale.

  • 71 Daniel Yergin, La paix saccagée..., op. cit., voir bibl. n° 308, p. 248.

76Le plan Marshall, né des désordres de la guerre, indispensable à la péninsule européenne réduite à l’ombre de sa gloire passée, comportait après le discours Truman du 12 mars un parfum de croisade anti-soviétique. Malgré ses mérites, reconnus d’ailleurs par les dirigeants des pays du glacis soviétique, il avait le tort d’être américain. Les relations internationales eussent-elles été les mêmes si l’argent américain avait transité par les organisations internationales ? Les Américains ne le voulurent pas, confirmant que le plan Marshall était aussi un volet de la doctrine Traman71.

La naissance du Comité de coopération économique européenne

  • 72 Le texte des invitations à la conférence du 12 juillet se trouve dans Notes documentaires et étude (...)

77La conférence des Seize s’ouvrit à Paris le 12 juillet sans l’Europe de l’Est. France et Grande-Bretagne y accueillirent les représentants d’Islande, Norvège, Suède, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Irlande, Autriche, Suisse, Italie, Portugal, Grèce et Turquie72.

  • 73 457 AP 20, 12 juillet 1947, « Discours de Bidault à la CCEE ». V. Auriol, Journal..., op. cit. ; v (...)

78Bidault rappela les espoirs de voir l’Europe, toute l’Europe, s’unir un jour. Il exposa l’état de pénurie dans lequel se trouvait l’Europe, la nécessité de dresser un bilan des possibilités et des besoins et de limiter au strict nécessaire la contribution américaine. « L’élément principal est l’effort des pays de l’Europe » rappela encore Alphand73.

79La conférence se sépara le 17 juillet après avoir tenu deux séances plénières les 13 et 15 juillet. Elle se donna rendez-vous fin août. Les Seize avaient décidé la création d’un comité de coopération économique européenne (le CCEE) chargé d’élaborer un programme de relèvement européen sur quatre ans pour le présenter aux Américains début septembre 1947.

80Le comité était présidé par Sir Oliver Frank, son secrétaire général était Claude Bouchinet-Serreulles. Le président était assisté d’un comité exécutif constitué par la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Norvège. Il dirigeait les activités de quatre sous-comités techniques : ravitaillement et agriculture, énergie, sidérurgie et coke, transport. Le comité exécutif devait créer des groupes de travail : bois, main-d’œuvre, experts financiers, commerce et questions douanières, balances des paiements. En outre Hervé Alphand avait la charge de rédiger le rapport général.

  • 74 AMF 14/1/2, 17 juillet 1947, « Note de Jean Monnet au Président ».

81Bien entendu, les problèmes surgissaient les uns après les autres : la durée du programme d’aide, la place de l’Allemagne. La France, très sensible à sa sécurité, veillait au grain. Mais pouvait-on faire un rapport sur la reconstruction européenne sans parler du niveau de l’industrie allemande ? N’empiétait-on pas sur le domaine réservé des quatre ministres des Affaires étrangères chargés de l’occupation allemande ? Monnet considérait que ce n’était pas un obstacle dirimant, car tout le monde était d’avis d’augmenter la production agricole et charbonnière allemande74. La conférence décida que tout ce qui concernait la production allemande « devra être conforme aux décisions du conseil des ministres des Affaires étrangères et des autorités de contrôle ». A l’initiative de la France la conférence décida aussi que l’économie allemande n’était pas autorisée à se développer « au détriment des autres pays européens », mais qu’elle était encouragée à « s’intégrer dans l’économie européenne » et à contribuer grâce à la Ruhr à l’amélioration générale du niveau de vie en Europe. Mais les Français n’obtinrent pas la priorité du relèvement.

  • 75 CE 44, DAEF, « Note 30 juillet 1947, a/s comité de coopération économique européenne » ; Jean Teis (...)

82Une autre question s’imposait : comment libéraliser les échanges inter-européens ? Les intérêts variaient d’un pays à l’autre. La question de la convertibilité des monnaies européennes entre elles prit rapidement une place considérable, car comment débloquer autrement les échanges75 ? Chaque pays s’attacha à préciser ses difficultés héritées de la guerre, ses efforts de reconstruction, sa contribution à l’effort des autres nations, ses projets pour les quatre ans à venir, ses besoins en ravitaillement et en équipements, les éléments prévisionnels de sa balance des paiements.

LES SEIZE SONT INCAPABLES DE FAIRE L’UNITÉ EUROPÉENNE

  • 76 Bertrand de Jouvenel, L’Amérique en Europe, Le Plan Marshall et la coopération internationale, Plo (...)

83Cette conférence, rapidement menée, fut peu féconde sur l’unité européenne. Les Européens étaient-ils capables de s’entendre pour reconstruire l’Europe ? Certains, parmi les plus impatients, regrettaient déjà que la conférence n’ait pas décidé de créer l’Europe unie, comme le souhaitaient les Américains76.

84La France, en particulier, pouvait espérer jouer un grand rôle au sein des Seize. Mais ses objectifs sur l’avenir de l’Europe de l’Ouest ne concordaient pas toujours avec ceux de la Grande-Bretagne et ceux des États-Unis.

La France et l’échec de l’unité européenne à la CCEE

  • 77 Philippe Huet, documentation personnelle remise à l’auteur, « Note d’introduction » dactylographié (...)

85Le cabinet Ramadier a-t-il clairement compris ce que désiraient les Américains en matière d’unité européenne ? Voulaient-ils seulement « non une poussière d’États réclamant une aide individuelle mais un groupe de débiteurs organisés »77. En fait ils voulaient l’unité de l’Europe de l’Ouest. Or la France ne posait pas le problème en ces termes dans l’été 1947.

  • 78 457 AP 20, DAEF, « Conversations Bidault-Clayton », 9 juillet 1947. Bidault en fait part à la comm (...)

86L’entrevue du 9 juillet entre Clayton, Bidault et Ramadier fut franche. Clayton dit que l’Allemagne devait avoir sa place dans la construction européenne. L’unité de l’Europe passait d’abord par la coopération entre la France et l’Allemagne et d’un point de vue plus général, Bidault voyait l’unité de l’Europe comme une coopération dans le respect des souverainetés78.

  • 79 CE 44, « Compte-rendu, notes prises au cours de l’entretien de MM. Clayton et Ramadier, du 9 juill (...)
  • 80 OURS, Cahiers et Revue, « Histoire du P. S. SFIO », 26e partie, 1947-1948, n° 175, mai-juin 1987, (...)

87Ramadier était plus unitaire et il parla d’unité économique de l’Europe. Mais sa vision restait très pan-européenne : « Il est indispensable que cette unité englobe la Pologne, car on peut dire que l’Europe va au moins jusqu’à la Vistule. » Curieusement Clayton l’approuva ! Mais il fit comprendre aux deux hommes que les Européens devaient prendre en charge eux-mêmes les programmes de reconstruction79. Les positions de Ramadier étaient celles du parti socialiste, quoiqu’il n’allât pas jusqu’aux abandons de souveraineté80.

88Aucun des deux Français, en ce 9 juillet, n’avait intégré les bouleversements récents : la coopération pan-européenne était devenue improbable depuis la rupture avec l’URSS ; la politique allemande de la France était dans l’impasse, dès lors que l’aide américaine était offerte à l’Europe entière. Ces deux facteurs bloquaient l’initiative en faveur d’une unité européenne.

  • 81 331 AP 1, note manuscrite de G. R (Georges Rey), à Pierre-Olivier Lapie, 23 juillet 1947, « Note s (...)

89Il était naturel que certains milieux politiques français se tournassent encore une fois vers la Grande-Bretagne, en particulier les socialistes français. Ne pouvait-on pas constituer cette Europe en troisième force internationale qui pourrait, selon les termes de G. Rey à Pierre-Olivier Lapie, « adoucir la verdeur brutale et juvénile du capitalisme américain » ? Des observateurs de la presse américaine considéraient avec intérêt une Europe occidentale antisoviétique sous direction franco-britannique81.

  • 82 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, Massigli, 5 juillet 1947, 16 h 20, 1508-1509.

90Bevin était d’ailleurs mieux disposé envers la France depuis l’échec de la Conférence des Trois (CFAS). Il avoua curieusement à Massigli étonné, que les États-Unis et la Grande-Bretagne n’avaient jamais donné à la France une chance de se relever depuis la fin de la guerre82.

91Les deux pays avaient-ils l’ambition d’inventer une forme d’unité européenne originale ? Rien n’était moins sûr. La question allemande divisait les Anglais et les Français depuis la fin de la guerre. Souvent les Français avaient trouvé les Anglais sur leur route.

Le Congrès exige l’unité économique de l’Europe

  • 83 CE 44, H. Bonnet à G. Bidault, date ? « a/s du plan Marshall ».
  • 84 CE 44, H. Bonnet, n° 1442, DGE à G. B. 7 juillet 1947, « a/s du plan Marshall ».

92Le 22 juin, le président Truman créa trois comités d’évaluation de l’aide à l’Europe. Le premier, à la suggestion de Vandenberg et sous la présidence d’Harriman, secrétaire au Commerce, utilisa les rapports des deux autres : ceux de Nourse, conseiller économique de la Maison Blanche, et de Krug, secrétaire d’État à l’Intérieur. Il remit son rapport le 7 novembre 194783. Le 6 juillet, la Chambre des représentants constitua un comité de dix-neuf membres, présidé par Christian Herter pour enquêter sur les besoins d’aide américaine en Europe. Son rapport sortit le 13 novembre. Un sous-comité de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants (C. Eaton) publia un rapport préliminaire le 3 juillet. Il évaluait le déficit des dix-huit pays européens (sans l’URSS) à $ 17 milliards pour 1947-1949. Une partie serait couverte par la liquidation de l’or et des réserves en dollars ($ 7 milliards) et par la Banque mondiale ($ 3 milliards). L’aide américaine serait fonction des réponses apportées par les Européens sur leur collaboration avec l’URSS ou à propos des réparations allemandes84. Il n’y avait là rien de bien enthousiasmant pour la France !

Impatiences américaines

93En fait, l’administration et les parlementaires américains voulaient un dossier solide pour éviter les erreurs de la période 1945-1947. Comment l’instabilité politique, le laxisme financier de certains États européens pouvaient-ils donner confiance ?

  • 85 CE 44, 10 juillet 1947, Renseignement, service 259. 5, 10 juillet 472-PA, 9 juillet 1947, valeur B (...)

94Les Américains étaient décidés à se mêler des affaires des Européens. Ils n’entendaient nullement influencer la vie politique intérieure des États européens, mais distinction subtile, « ils estimaient de leur devoir de s’en inquiéter », comme le disaient les experts de l’Eximbank85.

Déceptions américaines

  • 86 CE 44, Guy de Carmoy, B1RD, Washington, 17 juillet 1947, à H. Alphand.
  • 87 CE 44, Bruxelles, 31 juillet 1947, Brugères, n° 289-91, « Entretiens Clayton-Spaak ». V. Auriol, J (...)

95La CCEE du 13 juillet apporta des déceptions aux Américains, car aucune décision sur l’unité économique de l’Europe occidentale n’avait été prise86. Clayton devint plus exigeant et réclama une union douanière dont il n’avait pas encore parlé le 9 juillet aux Français. Spaak pourtant bien disposé envers les Américains s’affola quelque peu et se demanda si Paris et Londres n’avaient pas eu des illusions sur la « véritable portée » de l’action américaine en Europe87.

96Les Américains devenaient soudainement plus exigeants. Pourquoi ? Sans doute parce qu’à la fin de juillet, ils estimèrent que l’affaire de l’aide à l’Europe était mal engagée. La question allemande empoisonnait l’atmosphère, de leur responsabilité d’ailleurs. Les Européens se comportaient presque comme les Russes l’avaient souhaité. Ils se préparaient à faire leurs achats aux États-Unis sans véritablement rechercher l’unité organique. Le président Truman décida de ne pas convoquer le Congrès en session extraordinaire avant la fin de l’année. N’était-ce pas un désaveu ?

  • 88 Y I. 1944-1949, 228, Charmasse, Baden-Baden, 13 septembre 1947, 123, « Enquêteurs américains sur l (...)
  • 89 B Amérique, 1944-52, 247, Dir. Amérique à Président du Conseil, 9 septembre 1947.
  • 90 Marcel Marantz, Le plan Marshall..., op. cit. ; voir bibl. n° 107, 3e partie, chap. 1. Voir Pierre (...)

97Les remarques des parlementaires américains en Europe révélaient ce qu’on pensait des Européens à Washington. Ils ne mâchaient pas leurs mots. Manifestant un antisoviétisme militant, ils critiquaient les exigences européennes ou contestaient les ambitions françaises sur le charbon de la Ruhr. « Nous ne voulons pas être des poires » dit le sénateur Lodge88. Au total pas moins de neuf commissions américaines circulèrent en Europe façonnant concrètement l’image qui servirait à convaincre leurs collègues de se pencher sur le sort du Vieux Continent ou de s’en désintéresser89. Deux cents sénateurs et représentants, soit le quart du Congrès, sillonnèrent l’Europe à la découverte de ce monde étrange pour lequel ils s’étaient battus et qui ne voulait pas s’unir90.

98Il était temps en effet de faire œuvre d’imagination. Les observateurs français aux États-Unis ne cessaient d’en avertir le Quai d’Orsay. Il fallait amorcer « des projets d’économie combinée et d’aide inter-européenne », tel un projet « d’organisation générale de la vallée du Rhin » de nature à plaire à l’esprit d’entreprise des Américains, écrivait Valensi de Washington.

  • 91 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, annexe VII, p. 695, mémorandum de Jean M (...)

99Les Français étaient-ils capables d’apporter des idées nouvelles ? Monnet était conscient du blocage dû essentiellement à la politique allemande de la France. Il savait qu’il fallait intégrer l’Allemagne dans le PRE. La solution qu’il préconisait fut mise en œuvre seulement le 9 mai 1950. Mais tout en définissant les objectifs, il se gardait bien de dire comment les atteindre91. De plus pouvait-on réduire l’unité européenne à la coopération entre l’Allemagne et le reste du monde occidental européen ?

100Le bilan était déplorable fin juillet. La France avait été incapable de prendre la tête de la construction européenne. A cela deux raisons : d’une part parce qu’elle devait se battre contre un relèvement allemand trop rapide, d’autre part parce qu’elle agissait d’abord pour obtenir le financement du déficit de sa balance afin de réaliser le plan de modernisation. Elle était loin de mettre en avant l’unité européenne organique.

L’union douanière pour sauver le plan Marshall

  • 92 457 AP 20, polycop. jaune, DAEF, 2 août 1947, DG, Alphand, « Note pour le Président », 4 p.

101La question de l’unité européenne fut posée clairement par Clayton au CCEE, au début du mois d’août. Il exigea « un élargissement des frontières économiques par l’établissement d’union douanière ». A la suite de cette intervention, qui marqua profondément le CCEE, Alphand envisagea de rédiger un chapitre sur les unions douanières dans le rapport général. Il décida aussi à titre officieux de prendre contact avec le Benelux et l’Italie. La Grande-Bretagne mise au pied du mur ne cacha pas son embarras92.

  • 93 AMF 14/1/14, « Entretiens à l’ambassade américaine à Paris, 30 août 1947 » ; Récit détaillé de l’é (...)

102Clayton, Caffery, Douglas et Kennan rencontrèrent le CCEE le 30 août à l’ambassade américaine de Paris. Ils critiquèrent de prime abord le chiffre du déficit retenu par les Seize ($ 29 milliards sur quatre ans). Alphand et Frank demandèrent ce qu’il fallait faire. Kennan et Clayton indiquèrent que le rapport devait faire apparaître une diminution progressive de l’aide sur les quatre ans, envisager une plus grande solidarité européenne et créer une organisation de surveillance des accords. Dans les jours qui suivirent, les Américains développèrent avec constance de tels arguments93.

103L’idée d’une organisation internationale européenne d’une durée semblable à celle de l’aide vint des Américains. C’est après ces rencontres difficiles qu’Alphand a fait sa proposition d’union douanière européenne le 13 septembre. Désormais, pour sauver le plan Marshall, les Français se mirent à penser « européen ».

L’intérêt de l’Italie

  • 94 Z E. 1944-49, Italie 87, Rome, 2 juillet 1947, n° 798, Balay, « Conversations avec Grazzi ».
  • 95 Z E. 1944-49, Italie 90, « Document sur la conférence de Paris, 1re séance, samedi 12 juillet 1947 (...)

104L’Italie avait manifesté de l’intérêt pour une union douanière dès les débuts de la conférence. Le Palais Chigi souhaitait une union douanière franco-italienne sans pour autant l’élargir à l’Europe occidentale94. Cherchant la rédemption par le plan Marshall il lui importait de se lier à la France en signe de bonne volonté démocratique. Elle y voyait aussi le moyen de réaliser l’équipement hydroélectrique des Alpes franco-italiennes et peut-être de faire oublier certaines revendications françaises encore fraîches sur le Val d’Aoste. Alphand resta cependant d’une grande prudence vis-à-vis des Italiens, tout en recommandant au gouvernement de tenir compte des vœux de Clayton95. L’intérêt des Français et des Italiens se rejoignent conjoncturellement à travers l’idée d’une union douanière.

  • 96 Cf. son mémorandum de fin juillet 1947 à Georges Bidault, in V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voi (...)

105Pourtant il était encore difficile de déceler chez les Français, début août, un mouvement puissant en faveur d’une union douanière en Europe. Jean Monnet ne manifestait aucun intérêt pour une telle construction, tout à son souci de faire cesser le drame franco-allemand et de moderniser96.

Elargir l’union douanière franco-italienne

  • 97 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 391, Conseil des ministres, 8 août 19 (...)

106Bidault saisit le Conseil des ministres du 8 août de la question de l’union douanière qu’il présenta comme une idée de Clayton. Mais aussitôt il manifesta une réserve sur l’union douanière franco-italienne. Le Conseil lui donna la liberté de poursuivre la négociation sur un élargissement de l’union au Benelux97. Seule une telle union avait du prix pour les Français.

  • 98 Y I. 1944-49, 130, YR, 19 août 1947, circ. 204, « a/s coopération économique européenne et déclara (...)

107La question d’une union douanière européenne fut débattue au CCEE les 15 et 18 août. Sir Oliver Frank accepta l’idée, malgré les liens particuliers de la Grande-Bretagne avec le Commonwealth. Alphand en fut tout retourné et il se lança dans un vibrant plaidoyer pour l’union douanière : « Je crois que les semaines qui viennent sont celles au cours desquelles une décision de ce genre, capitale pour la formation de l’Europe, peut être prise et que si cette occasion échappe elle ne se présentera pas avant de longues années, peut-être jamais »98. Hirschfeld, des Pays-Bas, demanda davantage : une union économique, c’est-à-dire un marché commun. Mais Franks’était déjà trop avancé et l’espoir qu’il avait suscité s’évanouit très vite.

La colère des Américains du 10 septembre 1947

  • 99 CE 46, SDECE, 15 septembre 1947, source orchidée, 9 septembre 1947, n° 2489-5D.

108Alors que la signature du rapport général était prévue pour le 15 septembre, on apprit que les Américains le critiquaient de plus en plus99. Caffery vit Bidault le 10 septembre pour lui signifier que le rapport ressemblait trop à une liste d’achat de produits. L’Europe devait s’aider elle-même.

  • 100 457 AP 20, 10 septembre 1947, « Communication verbale de M. Caffery, d’après notes », source incon (...)

109Bidault réagit très vivement et s’étonna de ces positions américaines formulées sur le tard. L’URSS, dit-il, sera informée et triomphera. Elle parlera « à nouveau d’atteinte à la souveraineté et à l’indépendance ». Bidault refusa tout ajournement de la conférence, sinon ce serait la débandade des Européens100.

  • 101 CE 46, Bonnet, 12 septembre 1947, 23 h, n° 2801-804.

110Les Américains s’en prirent à la Grande-Bretagne qui refusait l’intégration européenne à travers une union douanière ou un système européen de paiements. Ils exigèrent que le rapport général ne soit que provisoire101. Le 10 septembre Clayton, Caffery et Douglas rencontrèrent à nouveau le CCEE à Paris. Dénonçant encore l’insuffisance du rapport, ils regrettèrent l’absence de distinction entre les besoins en équipements et en ravitaillement courant. Ils critiquèrent le peu de sérieux concernant l’élaboration du déficit européen. Le président du CCEE, Sir Oliver Frank accepta le caractère provisoire donc révisable du document.

  • 102 CE 46, VL, DAEF, 12 septembre 1947, « a/s conférence de CEE », pour Washington 2695, Londres, 2316 (...)
  • 103 457 AP 20, MAE, H. A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».

111La publication du rapport fut reportée au 22 septembre. « Cet intervalle permettra de remanier le rapport dans le sens des remarques faites par Mr. Clayton et de le publier sous forme d’un document préliminaire » annonça benoîtement le Quai d’Orsay, à ses ambassadeurs de Londres et de Washington102. Clayton avait lourdement insisté sur six points : la stabilisation financière intérieure, l’engagement des Européens d’exécuter les programmes annoncés, le renforcement de la coopération européenne, la suppression des barrières quantitatives et une union douanière, la distinction entre importations de ravitaillement et d’équipement, une organisation européenne permanente pour l’exécution du programme européen103. Pour la première fois les Américains intervenaient directement dans les affaires des Européens.

La déclaration d’Alphand sur l’union douanière

  • 104 Z E. 1944-49, Italie 90, DAEF, J. L. 5 septembre 1947, 1501, « Note pour la DE a/s Projet d’union (...)

112Devant les critiques américaines, connues avant la « grand’messe » du 10 septembre, Alphand avait tenté, malgré l’opposition des Britanniques, de relancer l’union douanière devant le CCEE. Le 5 septembre, le Quai d’Orsay faisait savoir que la proposition italienne d’union douanière avait retenu son attention dans une perspective d’élargissement104. Le 12 septembre une commission mixte franco-italienne était constituée pour étudier le projet.

  • 105 Z E. 1944-49, Italie 91, « Note de M. Chauvel », 3 janvier 1948, pour M. Paris, « a/s UDFI ». CE 4 (...)

113Cette précipitation nouvelle répondait au « désir d’aller au-devant des conceptions américaines en faveur d’une réarticulation économique de l’Europe occidentale », expliquait Chauvel, et des intérêts de politique intérieure de la démocratie chrétienne italienne et française. Max Petitpierre dit à Hoppenot, ambassadeur français à Berne, avec juste raison, que l’initiative française était inspirée par « le désir de flatter les vues assez superficielles et purement théoriques de certains dirigeants américains et principalement de Mr. Clayton »105.

  • 106 Année politique 1947, p. 183, 191. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entre la France, (...)

114C’est dans ces circonstances qu’Alphand fit sa déclaration au CCEE le 13 septembre. Celui-ci décida de créer un comité d’étude sur l’union douanière auquel participèrent treize des seize pays du CCEE : Suède, Suisse et Norvège s’abstinrent. L’offre française d’union douanière était assortie de conditions précises : l’union se ferait sur le long terme, après stabilisation économique et monétaire de chaque pays106.

  • 107 CE 46, La Haye, Rivière, 9 octobre 1947, 10 h, n° 645-648.
  • 108 4 AU 23, Dr 5, « Procès-verbal de la conversation Bevin-Ramadier, 22 septembre ». Frances Lynch, F (...)

115D’autre part, l’attitude britannique était franchement réservée à cause des préférences impériales. Les Hollandais, comme d’habitude, récusaient une union douanière sans les zones occidentales allemandes107. Certes Bevin rencontra Ramadier le 22 septembre et l’assura sans ironie qu’il suivait avec « intérêt les conversations entre la France et l’Italie », alors qu’un conflit l’opposait à Cripps et au Board of Trade farouchement hostiles à une union douanière108.

De l’esprit européen de la France

  • 109 Y I. 1944-49, 11, Michel Louet, chargé a. i. Bulgarie, 1er octobre 1947, « Entrevue avec la missio (...)

116Les parlementaires américains en visite en Europe savaient lire entre les lignes des discours officiels. De conversations avec Jules Moch ou Letourneau selon qui la France ne sera jamais « une province européenne »109, ils retinrent l’aspect conjoncturel du subit intérêt des Français pour l’unité européenne.

  • 110 Notes documentaires et études, n° 746, série « Textes et documents », CLXV, « Le Rapport des Seize (...)

117La déclaration d’Alphand avait l’avantage de nourrir le rapport général du 22 septembre dans sa partie coopération inter-européenne110 et de satisfaire formellement les Américains qui ne furent pas dupes.

118L’union douanière n’était donc pas au centre des intérêts des seize Européens. Les Français surent utiliser l’espoir d’unité européenne pour s’attirer les bonnes grâces de l’opinion américaine. Ils rêvaient d’une union européenne avec le Benelux et la Grande-Bretagne plus qu’avec l’Italie. Leurs conceptions européennes restaient marquées par leur volonté de contenir l’Allemagne. Ces faux-semblants d’unité allaient-ils longtemps encore tromper le Congrès ?

LES AMERICAINS OBTIENNENT DES ENGAGEMENTS PLUS CONTRAIGNANTS

119Les critiques américaines firent modifier le rapport des Seize. Mais ce rapport, publié le 22 septembre 1947, ne satisfaisait toujours pas les Américains qui engagèrent à Washington une négociation confidentielle avec le CCEE, aboutissant à une redéfinition des objectifs de l’aide à l’Europe. Les véritables problèmes furent posés et résolus.

Les Européens précisent leurs engagements

120Monnet avait donné le conseil suivant : « Il est sans aucun doute nécessaire de donner une forme positive et constructive à la coopération européenne », car, ajoutait-il, les propositions de la CCEE sur la collaboration européenne sont « très minces ».

L’engagement des Seize pour la croissance

121Le travail du CCEE et des comités spécialisés soumis à la conférence des Seize avait abouti à un engagement commun de relever le niveau de la production en Europe en quatre ans.

  • 111 H. T. Adam, L’organisation européenne de coopération économique..., op. cit. ; voir bibl. n° 77, p (...)

122« Inventaire des besoins globaux des pays participants en produits et en devises »111, le rapport général du 22 septembre tenait lieu provisoirement de programme commun de reconstruction. L’essentiel tenait en un chiffre : $ 22, 4 milliards. C’était le montant du déficit des Seize européens pour les quatre ans de l’aide. Il avait été calculé à partir du montant des importations dont ils auraient besoin pendant les quatre ans de l’aide : $ 57, 4 milliards du monde non européen dont 61,3 % du continent américain. C’était cette part que l’Europe demandait aux États-Unis de financer.

123Les pays européens prenaient un certain nombre d’engagements quantitatifs :

Tableau 17. Engagements européens pour les quatre ans du plan Marshall

Tableau 17. Engagements européens pour les quatre ans du plan Marshall

124Les Seize fabriqueraient le maximum d’équipements en Europe, rétabliraient leur production agricole au niveau d’avant guerre. France et Italie exporteraient leurs surplus, après avoir massivement développé la production d’engrais et mécanisé l’agriculture.

125La stabilisation économique, financière et monétaire était à l’ordre du jour, la lutte contre l’inflation déclarée prioritaire. Un apport supplémentaire de 3 milliards de dollars pour soutenir les efforts européens était demandé aux Américains. A terme les gouvernements s’engageaient à rétablir la convertibilité de leurs monnaies.

126Un effort de coopération et d’aide mutuelle était attendu par l’abolition des restrictions quantitatives aux échanges en Europe, par l’application aux échanges avec les pays tiers des règles de l’Organisation internationale du commerce et la mise en œuvre du système de transférabilité des monnaies européennes ainsi que par la création d’unions douanières.

127La coopération prendrait la forme d’une mise en valeur des ressources hydroélectriques des Alpes, des gisements de lignite en Allemagne, des ressources géothermiques italiennes, de la standardisation des équipements électriques, de la création d’un pool de wagons de marchandises et d’échange d’informations sur les programmes sidérurgiques.

128Les Seize s’engageaient aussi à créer un organisme commun chargé de suivre les progrès de la coopération inter-européenne.

  • 112 52 J 119, CCEE/RG, 19 septembre « Projet définitif », IV, chap. VIII, conclusions.

129Les Européens présentaient ce rapport comme un « plan de quatre ans », leur permettant de se relever à un niveau au moins égal à celui de 1938. Ils s’en remettaient à la nation américaine pour décider « si les moyens peuvent être trouvés de répondre à ces besoins »112. Le rapport des Seize, ambitieux sur les objectifs de production, laissait dans l’ombre l’unité européenne.

L’engagement des Seize à s’unir économiquement

130Si les États-Unis étaient restés relativement discrets tout au long de l’été, la date du 10 septembre avait marqué une irruption des Américains dans les débats inter-européens.

  • 113 Y I. 1944-49, 130, YR, 22 septembre 1947, circ. IP, 245, « a/s rapport général de la conférence de (...)

131Marjolin écrit pudiquement dans ses mémoires que la pression américaine eut pour effet « d’introduire dans ce concert de bruits discordants un minimum d’unité »113. On ne saurait être plus clair.

132L’administration américaine avait pris brutalement conscience du vide de la pensée des Seize dans le domaine de l’unité européenne. Elle ne pouvait la tolérer. Elle devait intervenir.

  • 114 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 143.

133Les Britanniques ont senti le danger sans être en mesure de répliquer efficacement. Les Américains ont imposé aux Européens de prendre l’engagement de s’unir, au moins économiquement. Faut-il parler de contrainte ?114 La façon dont les Américains purent agir dans le domaine de l’unité européenne montrera les limites de la « contrainte » américaine, plus verbale qu’efficace à la différence de l’action sans appel de l’URSS sur son glacis au début de l’été 1947. Il est vrai que l’intervention brutale et autoritaire de Clayton avait consterné certains Européens. Et si l’URSS avait eu raison de se méfier de l’impérialisme américain ?

Tentative anti-européenne de la Grande-Bretagne

134La Grande-Bretagne avait affirmé précédemment qu’elle quitterait la conférence si on créait une organisation permanente et si des engagements à long terme étaient pris.

  • 115 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, « Visite de Bevin à M. Ramadier, 22 septembre 1947 ». 4 AU 23, d (...)

135Mais lors de sa visite à Ramadier, le 22 septembre, Bevin laissa entrevoir une possibilité de coopération coloniale franco-britannique et exprima l’espoir de resserrer immédiatement les liens entre les deux pays. Il envisageait même « d’avoir la possibilité d’une entente plus étroite et une union entre les deux pays... ». Massigli crut à la sincérité des Britanniques et Chauvel à une union plus étroite entre la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et le Benelux115. Les propositions britanniques étaient alléchantes mais elles se manifestaient tardivement et dans le contexte des sévères critiques américaines sur l’utilisation de l’aide.

136Que tentaient les Anglais, sinon de créer une sorte de front franco-anglais pour résister discrètement aux Américains ? Il est difficile de spéculer sur la sincérité de la coopération offerte par l’Angleterre. Mais les Français voyaient bien que c’était prendre le risque de perdre l’aide américaine, sans être assurés de gagner celle des Britanniques.

Les nouvelles négociations de Washington (octobre-novembre 1947)

137L’insatisfaction des Américains sur la question de l’unité européenne enclencha une nouvelle négociation entre le CCEE et les Américains à Washington.

138La délégation européenne fut conduite par Oliver Frank, assisté de Alphand, Colbjornson, Campilli et Verdelis. Les travaux commencèrent le 7 octobre.

Le rapport sous le feu des Américains

  • 116 Y I. 1944-1949, 130, Massigli, Londres, 6 octobre 1947, 22H00, 2233.
  • 117 CE 46, Bonnet, d’Alphand, 10 octobre 1947, 22h 10, 3013-16. On trouve un compte-rendu des réunions (...)

139Les Américains constituèrent des groupes de travail sur les différents aspects de la reconstruction européenne, où les représentants du Département d’État, réputés favorables aux Européens, n’étaient pas très nombreux116. L’examen commença. Comme d’habitude, les Américains voulurent tout savoir des Européens. Les Français durent expliquer la part de la Lorraine dans la production de charbon français, donner un état des stocks industriels en France, les prévisions d’importations de céréales, de corps gras..., le nombre de wagons de chemin de fer. Ils expliquèrent aussi ne pas pouvoir financer tout le programme européen par manque de disponibilités, par exemple en matériels ferroviaires mais vouloir financer la reconstruction européenne « sans considération de frontière »117.

  • 118 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 145-149. Robert Marjolin, Le travail d’une vie (...)
  • 119 CE 46, Bonnet, 14 octobre 1947, 16 h 17, 3052.
  • 120 CE 46, Bonnet, 16 octobre 1947, 20 h 58, 3098.

140Des achats de produits agricoles américains excédentaires étaient proposés, voire imposés aux Européens, tandis que la fourniture de produits rares était limitée : acier, blé, wagons118, mais il serait inexact d’imaginer le pouvoir politique américain s’aligner en tout sur les appétits du capitalisme américain. Ils remirent en cause le programme européen de constructions navales, en raison des pénuries d’acier mais souhaitaient placer en Europe des bateaux américains119. Quel jeu jouaient-ils ? Les experts passèrent au peigne fin les programmes d’importation de pétrole par la France. Au passage, ils s’enquirent des possibilités d’investissements des compagnies pétrolières Shell et AOIC dans les territoires français120.

141Leurs réserves dépitèrent les Français : financeront-ils le plan de modernisation ? Le commerce avec les pays de l’Est européen sera-t-il encore possible ? Etabliront-ils un contrôle a priori de l’emploi des fonds ?

142Les Européens s’interrogeaient. Le plan Marshall n’avait-il pas pour objectif de limiter le développement d’industries européennes concurrentes ?

143En revanche, les experts se montrèrent favorables à une aide spéciale de $ 3 milliards pour assurer la stabilisation monétaire européenne. Sera-t-elle consentie par le Congrès ? La première phase des négociations consista à accumuler le maximum de statistiques pour juger du bien-fondé des demandes européennes. Mais Alphand considérait aussi que l’administration américaine voulait démontrer la nécessité de diminuer l’effort américain. Il n’était pas sûr que l’on maintiendrait le déficit de $ 22, 4 milliards, déjà réduit par rapport aux travaux de septembre. La forme de l’aide n’avait pas encore été décidée : prêts, prêt-bail ou dons.

144Un débat s’ouvrit aussi sur la contre-valeur alors que le Congrès souhaitait en contrôler l’utilisation. Alphand précisa que « ces vues sont évidemment inacceptables : il appartient aux délégués européens de le faire connaître dès maintenant en ajoutant cependant que nous serions prêts à prendre des engagements précis sur le plan national en ce qui concerne l’usage que nous ferions de ces sommes ».

  • 121 CE 46, 457 AP 20, B 33689, Washington, Alphand, 20 octobre 1947, 19 h 35, 3142-149.

145Il fallait créer le plus vite possible une organisation européenne chargée de surveiller l’exécution du programme d’aide et d’opérer la répartition des produits rares pour éviter les interventions américaines121.

L’EUROPE NÉCESSAIRE A LA DEFENSE DE LA DÉMOCRATIE

  • 122 CE 46, B 33689, Bonnet, 23 octobre 1947, 23 h 30, 3210-13, n° 354 DET, a/s du CCEE.

146La question de l’organisation européenne fut abordée le 22 octobre par le comité du CCEE. Les Américains étaient d’accord pour lui confier un rôle de contrôle des engagements et de répartition des produits de l’aide. Mais ses contours restaient vagues par rapport aux projets américains d’union douanière122.

  • 123 CE 46, Bonnet 25 octobre 1947, 20 h 30, 3242-46.

147Harriman réunit le 25 octobre les Européens ; il leur exposa les conditions géopolitiques de l’aide américaine. Très précisément, il leur expliqua que le départ de Molotov de la CFAS en juillet dernier et la déclaration de Jdanov avaient ouvert « une phase nouvelle de l’histoire du monde ». Le plan Marshall a deux objectifs : la reconstruction économique, mais aussi la défense d’une « certaine forme de civilisation qui nous est commune »123. Sa déclaration n’a pas suscité d’après les dépêches des Français de commentaires chez les Européens. L’absence de réactions valait approbation.

  • 124 CE 46, Bonnet, 31 octobre 1947, 20 h 24, 3303-05.

148Des précisions furent données sur les formes de l’aide : une aide gratuite pour le ravitaillement, les combustibles et les engrais, des crédits gouvernementaux pour les matières premières et les biens industriels, des crédits de la Banque mondiale ou privés pour les biens d’équipement ($ 3 milliards). Mais John Mac Cloy, directeur de la Banque mondiale, fit comprendre rapidement qu’il lui serait impossible de satisfaire à la fois les Seize et les demandes qui venaient du monde entier124.

149La contre-valeur de l’aide serait pour partie propriété des gouvernements européens, sans qu’ils puissent en disposer pour l’équilibre budgétaire courant, pour une autre partie propriété américaine et pourrait être utilisée à l’achat de matières premières.

Réactions défavorables des Européens

150La déclaration de politique générale d’Harriman n’avait pas gêné les Européens, en revanche les intentions d’utilisation de la contre-valeur suscitèrent des réactions : « Il n’était pas possible d’envisager que des sommes considérables en monnaie nationale puissent être propriété d’un État tiers » déclara-t-on à Paris. De plus si les États-Unis achètent des matières premières, ils risquent de priver les Européens de ressources en dollars libres.

151Les Européens proposèrent que la contre-valeur soit intégralement versée aux États européens, à charge pour eux de ne l’employer qu’à des objets déterminés avec les Américains. Ce problème très important ne trouva alors aucune solution.

  • 125 CE 46, Washington, 25 octobre 1947, 20 h 01, 3236-40.

152Les Européens s’efforcèrent d’avoir le droit d’utiliser les dollars de l’aide sur les marchés tiers (hors des États-Unis, en offshore), mais ils se heurtèrent à une fin de non-recevoir125.

153Après trois semaines d’examen, les questions fondamentales n’étaient toujours pas tranchées, alors que se cristallisaient les positions du Congrès.

154Le montant du déficit prévu par les Seize fut admis en principe, mais il fut néanmoins réduit, en raison des difficultés américaines à satisfaire certains postes : grains, acier, ferrailles, tracteurs, wagons, engrais azotés. L’aide oscillerait entre $ 14 et $ 20 milliards.

  • 126 CE 46, Marjolin, « Note sur les problèmes fondamentaux posés par le plan Marshall et sur les posit (...)

155Ces raisons étaient-elles bonnes ? Les États-Unis répugnaient à envoyer du blé qui servait à reconstituer le cheptel européen et n’avaient pas envie d’approuver le programme européen de reconstitution de la flotte commerciale126.

156Mais alors les Seize pouvaient-ils respecter leurs engagements inscrits dans le rapport du 22 septembre ?

L’aide-mémoire français du 28 octobre 1947

157Robert Marjolin qui procéda à ce bilan inquiétant de la réflexion américaine tenta de débloquer la négociation.

  • 127 CE 46, Bonnet, 28 octobre 1947, 19 h, 3260-261, 457 AP 20, p. 34, « Aide-mémoire, 28 octobre 1947, (...)

158La délégation française fit parvenir un aide-mémoire, approuvé par les autres délégations. Il précisa les positions européennes sur le montant de l’aide ($ 22, 4 milliards), sa durée (quatre ans), les formes de l’aide (aide en dollars plus qu’en marchandises), et les conditions d’utilisation de la contre-valeur. Il y était dit : « Tous ceux qui au cours des derniers mois n’ont cessé de combattre le soi-disant plan Marshall et se sont promis par tous les moyens d’en provoquer l’échec chercheront à démontrer que l’existence de ces fonds est susceptible de conférer aux États-Unis des pouvoirs considérables portant atteinte à l’indépendance des États européens intéressés. » Il s’agissait de faire prendre conscience aux Américains de l’enjeu politique, du point de vue européen127.

Une certaine détente

  • 128 CE 46, Washington, Bonnet, Alphand, 4 novembre 1947, 22 h 35, 3338-44 ; 4 AU 23, Dr5, sdr b, « Aid (...)

159Lovett, Harriman, Thorp, Bohlen et la Trésorerie américaine répondirent le 4 novembre aux Européens. Ils leur demandaient d’établir un PRE et non un simple plan de secours, et de tenir compte des pénuries réelles aux États-Unis et dans le monde, d’assurer « individuellement et collectivement » la stabilisation intérieure. Ils affirmaient que les États-Unis n’interviendraient pas dans le « contrôle économique et financier que chaque gouvernement européen doit exercer souverainement à l’intérieur de ses frontières ». Cette déclaration était meilleure que celle d’Harriman. Lovett souhaitait que l’usage des fonds de contre-valeur soit fixé par un arrangement bilatéral « afin de promouvoir l’effet de relèvement économique européen »128. Mais le Congrès suivrait-il l’administration ?

160Les Européens se tiraient-ils à bon compte de leur examen de passage ? Ils avaient réussi à écarter les risques d’une tutelle excessive sur leurs économies par le moyen de la contre-valeur. Mais rien n’était encore assuré tant que le Congrès ne s’était pas prononcé. Le mémoire français du 28 octobre 1947 avait eu de l’influence sur l’administration américaine. Le rapport du 22 septembre 1947 avait été critiqué plus que bouleversé. Mais la réaction américaine laissait pressentir une déconvenue de taille : l’aide serait moins importante que prévue. De plus les Européens n’obtenaient pas de réponse sur le crédit de stabilisation des monnaies européennes de $ 3 milliards. La forme de l’unité européenne n’avait pas été imposée, mais les Européens devaient prendre une décision.

  • 129 Y I. 1944-49, 238, Offroy, 14 novembre 1947, « Circ. 304 IP, aide américaine à l’Europe ».
  • 130 CE 46, Washington, Bonnet, 11 novembre 1947, 20 h 50, n° 3420-427.
  • 131 CE 46, Washington, Bonnet, Marjolin, 13 novembre 1947, 21 h , 3458-62.
  • 132 457 AP 20, DAEFT, DG, 10 novembre 1947, « Note, conversations entre l’administration américaine et (...)

161Les rapports des commissions américaines commençaient à sortir. L’équipe française nota avec satisfaction que le rapport Harriman rejetait l’idée « d’ingérence politique dans les affaires de ces pays ». Mais le rapport proposait une aide de $ 7 milliards pour la première année au lieu de $ 8 milliards. Les Français furent consternés, car ils étaient à la recherche d’une aide immédiate et intérimaire. Ils relevèrent qu’il prévoyait une aide à l’Allemagne beaucoup plus importante que celle qu’ils envisageaient. Selon les sources, l’aide prévisible atteindrait de $ 15, 7 milliards à $ 20 milliards sur quatre ans129, mais en décembre, les rumeurs faisaient état de $ 15, 7 à $ 18, 3 milliards sur quatre ans. Devant les commissions du Congrès, Marshall exposa les principes généraux de l’aide. Les dons couvriraient l’importation de nourriture, d’engrais de combustibles et les matières premières, ce qui était plus large. La contre-valeur serait versée à un compte spécial utilisable d’un commun accord130. Les Anglais étaient plus critiques. Ils tempêtaient contre les résistances américaines au programme de reconstruction de navires en Europe. Ils y virent l’intervention des intérêts privés américains, soucieux de se défaire de bateaux obsolètes. En fait ils s’étonnaient de n’être plus les partenaires privilégiés des Américains. Deux conditions de l’aide suscitèrent la réflexion et les soucis des Français : la volonté des Américains d’acheter des matières premières dans les pays européens et leurs colonies, et leur insistance à stabiliser les monnaies à un taux de change approprié131. Fallait-il durcir la négociation ? Manifestement, Alphand cherchait à clôturer la négociation. La France ne pouvait faire trop de vagues alors que le Congrès débattait à la fois de l’aide Marshall et de l’aide intérimaire132.

Echanges inter-européens et aide américaine

162Les Seize avaient déclaré vouloir coopérer dans le domaine des paiements inter-européens pour faciliter le commerce et donc le niveau de vie. Fin juillet, des conversations franco-anglo-benelux prenaient pour thème les projets du Benelux sur la transférabilité des monnaies européennes.

  • 133 B 33854, 26 juillet 1947, « Echange de vues franco-anglais et avec le Benelux », à Calvet, Londres (...)

163Ces conversations officieuses avaient en plus l’avantage d’intéresser les Américains qui étaient à l’affût de toute forme d’organisation européenne. Mais la France était-elle prête à adhérer à un tel accord alors qu’elle était profondément débitrice et en état d’instabilité politique133 ? D’après les Belges, l’aide en dollars devrait préparer la stabilisation des monnaies européennes en vue d’un retour à la convertibilité générale des monnaies.

  • 134 CCEE, juillet-septembre 1947, vol. 1, « Rapport général », Imprimerie nationale, 1947, au chap. V, (...)

164Le CCEE avait créé un comité de la balance et un comité des experts financiers dont les rapports avaient été utilisés dans le rapport général du 22 septembre 1947134. Les résultats de leurs travaux avaient fait la une de la presse à travers le chiffre du déficit sur quatre ans : $ 22,4 milliards. Mais ils avaient mené un travail de fond. Les experts financiers se proposaient de briser le cadre étroit des accords bilatéraux. Ainsi seraient abolies progressivement les restrictions quantitatives aux échanges en Europe, fruit d’une pénurie de devises fortes ou d’or.

  • 135 « Documents économiques » du Bulletin mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « L (...)

165L’idée du rapport était de rendre utilisables les soldes créditeurs sur un pays pour solder le compte débiteur vis-à-vis d’un autre pays. On économiserait de l’or et des dollars au moins dans les échanges inter-européens. Mais pour amorcer une convertibilité générale des monnaies, ils demandaient que les créditeurs globaux puissent convertir en or ou en dollar leur créance135. L’aide américaine interviendrait alors pour assurer cette conversion en dollars. La proposition a été faite par le Benelux, les principes adoptés, mais au 22 septembre, aucune réalisation concrète n’était venue confirmer les intentions.

  • 136 Pierre Mélandri, op. cit. ; voir bibl. n° 252, p. 188 et 228.

166Les États-Unis avait d’abord répondu négativement en juillet parce qu’ils craignaient la naissance d’une organisation européenne rivale du FMI. Toutefois, la position américaine avait évolué, car comment créer une union douanière en Europe, sans faciliter les échanges financiers136 ? Mais l’indécision américaine ne facilita pas l’entente des Européens à ce sujet.

  • 137 Rapport du comité des accords de paiements, 15-25 octobre 1947, Imprimerie nationale, président : (...)

167Finalement, seuls la France, le Benelux et l’Italie furent prêts à participer à un accord de type Ansiaux. Le comité se réunit le 15 octobre avec pour objectif de mettre en « pratique le système de compensations multilatérales » envisagé par le rapport du 22 septembre. Sous la présidence de Guindey, il adopta un système de compensation imparfait en raison de l’absence d’une aide américaine spécifique et parce qu’il multilatéralisait le volume des paiements définis par les accords bilatéraux, sans favoriser l’augmentation des échanges, donc de la production137. La Grande-Bretagne n’en fit pas partie, échaudée par l’échec récent du retour à la convertibilité de la livre sterling. Mais son refus, en cette occasion, ainsi que celui d’une union douanière, pesèrent lourdement dans le débat sur la construction européenne.

  • 138 Bulletin IPR, n° 1, été 1986, p. 30, « Interview de G. Guindey », mai 1985.

168Des opérations de compensations automatiques entre les pays participants permirent à la France « d’éviter ou de retarder des règlements en or ». Antérieurement, la France, créancière de la Hollande, ne pouvait se servir de ses gains pour régler son déficit vis-à-vis de la Belgique. Le nouveau système faisait intervenir un pays tiers, créditeur en francs belges, qui les vendait à la France contre des florins138. Ainsi, la France pouvait-elle régler avec des florins sa dette en francs belges. La BRI était chargée de ces compensations.

  • 139 CE 45, DGAEF, 17 novembre 1947, « Note pour le Ministre a/s 1er accord de compensation monétaire m (...)

169L’accord de compensation monétaire fut signé le 18 novembre 1947139. Les zones occidentales d’Allemagne furent introduites dans l’accord en avril 1948, signe de l’intérêt des Américains pour cet accord.

  • 140 B 25434, 9 juillet 1948, s. o. probablement DFE, Guindey, 3 p., fait suite à des notes de la DFE. (...)

170La réflexion fut approfondie au cours des mois suivants et, début juin 1948, le comité des paiements de l’OECE était en mesure de présenter un projet cohérent de « Fonds commun des monnaies européennes » dont les ressources seraient fournies soit par une ouverture unilatérale de crédits de la part du créditeur, soit par prélèvements de contre-valeur de l’aide américaine appartenant au pays créditeur. L’hypothèse était plus plausible dans la mesure où ces fonds venaient en sus des ressources budgétaires ordinaires des pays européens. Harriman consulté en mai, donna son accord de principe140. Mais la tentative échoua devant les énormes besoins de crédits pour les investissements de modernisation.

Conclusion

171La France s’est précipitée sur l’aide Marshall par intérêt bien compris. L’épisode du dialogue avec les Soviétiques montre qu’Anglais et surtout Français croyaient possible d’éviter la guerre froide en Europe. Mais il est vrai aussi que les Français n’avaient nullement l’intention de discuter sans fin avec les Soviétiques. La France manquait alors cruellement de devises, il convenait d’agir vite.

172Sans doute ses diplomates ont-ils sous-estimé les conséquences de cette adhésion. Les Français n’y voyaient qu’une facilité budgétaire, alors que les Américains se proposaient de créer une nouvelle Europe. La différence était énorme et pourtant bien réelle. Aux conceptions étriquées des Français d’une Europe limitée au Benelux et à la France, les Américains opposaient une Europe comprenant l’Allemagne, la France et les autres !

173Les Français avaient évolué dans leur politique allemande depuis février 1947, mais ils voyaient mal (sauf Monnet) l’Allemagne participer à égalité à l’aventure européenne. Les avatars de la politique allemande de la France, montraient le décalage entre Français et Américains.

174L’Allemagne ferait partie de l’Europe aidée par les États-Unis. Mais les réticences françaises bloquèrent en partie la définition de l’unité européenne. L’union douanière était une idée saisie par Alphand pour satisfaire les Américains. Sous sa forme d’union douanière franco-italienne elle n’intéressait pas les Français qui pensaient toujours au Benelux et à la Grande-Bretagne.

175La critique américaine du rapport des Seize relança le débat sur l’autonomie des Européens face aux Américains. Les Américains ne donneront pas une aide à fonds perdus et sans garantie. A côté de l’exigence d’unité, se profilait aussi celle de la rigueur économique et budgétaire, voire de la stabilité politique. Dans ces deux domaines, la France était critiquable. Le gouvernement savait donc qu’il devait donner des apaisements. Mais dès le début de la négociation, les Français tentèrent d’influencer les Américains au nom des autres Européens pour que la contre-valeur de l’aide soit affectée aux investissements et aux échanges inter-européens.

176Sur ce dernier point, les Européens étaient demandeurs d’une aide spécifique qu’ils n’obtinrent pas en 1947. Le Congrès a-t-il eu peur d’éveiller un concurrent ? Pourtant, la reconstruction de l’Europe passait bien par la solution du déficit des paiements inter-européens et du développement du commerce inter-européen.

177L’automne à Washington, plus que l’été à Paris, révélait les intentions américaines sur l’aide à l’Europe. Les Américains avaient laissé les Européens parler librement entre eux, ne leur indiquant que brièvement leurs intentions, espérant sans doute que le rapport des Seize irait dans leur sens.

178Les insuffisances sur l’unité européenne, l’optimisme des Européens sur le montant de l’aide portèrent l’administration à intervenir directement et à marquer des préférences, voire des directions contraignantes : il n’y aurait pas d’unité européenne sans l’Allemagne, ni d’aide américaine sans stabilisation intérieure et effort d’exportation.

179Il s’agit de savoir si les Français pouvaient assumer leurs objectifs de modernisation dans l’espace ainsi tracé par les États-Unis. Il s’agit de savoir si cette dépendance était compatible avec l’idée que la France se faisait de son rôle dans le monde et en Europe.

Notes

1 Le Monde, Rémy Roure, 1er -2 mai 1947, « Notre dépendance ».

2 « Discours de Marshall du 28 avril ». B Amérique 1944-52, États-Unis 163, H. Bonnet, 1er mai 1947 à G. Bidault, n° 940, « Vote des crédits d’assistance américaine à l’Europe par les représentants ».

3 Y I. 1944-49, 85, Paris, 29 avril 1947, service Kara 25-4 du 29 avril 1947, valeur B/2, source Kara, G. B., « La CEE et la politique américaine ».

4 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et d’espérance, l’Alliance atlantique, 1946-1950, Plon, p. 133. Léon Blum, L’œuvre de Léon Blum, 1947-1950, Albin Michel, 1963, articles du Populaire, 18-19 mai, 20 mai, 21 mai, 23 mai, 25-26 mai, 27 mai. p. 1 à 24.

5 Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe, 1945-1954, tome 1, thèse, Lille, 1979, p. 138 à 142. Papiers Elgey, interview de Maurice Schumann, 17 avril 1947, confirmée par Maurice Schumann, mai 1987, à Annie Guénard et Gérard Bossuat.

6 CE 44, télégr. H. Bonnet, 18 avril 1947, à diplomatie, Paris ; Papiers Elgey, interview d’H. Bonnet, 26 juillet 1967, où il dit avoir averti Paris plusieurs mois avant. Remarque : pas de trace d’un avertissement aussi ancien dans les fonds du Quai d’Orsay. B 33688, H. Bonnet, Washington, à G. Bidault, 9 avril 1947, « a/s engagements financiers des États-Unis ». B Amérique 1944-52, E-U 163, Washington, 19 mai 1947, n° 1656, H. B. /AMG, prêts américains.

7 « The source of soviet conduct », XXV, n° 4, juillet 1947, sous la signature de M. X

8 CE 44, télég. Bonnet, 23 mai 1947, 10 h 31.

9 CE 44, télég. Bonnet, H. B., 27 mai 1947, n° 1791, à diplomatie, « Conversations avec Foster Dulles à l’Ambassade ».

10 CE 44 H. B. à G. Bidault, n° 1160, « Programme américain de reconstruction économique mondiale, 28 mai ».

11 CE 44, 28 mai 1947, « Projet de mémorandum au gouvernement des États-Unis », H. A.

12 CE 44, 3 juin 1947, D. G. (du Quai d’Orsay), « Projet d’instructions à M. Bonnet ».

13 CE 44, Massigli, 7 juin, 1290-99, à diplomatie Paris, télég. urgent, très secret, réservé. Léon Blum, Œuvres..., op. cit. ; voir bibl. n° 25, p. 25, Le Populaire, 8-9 juin 1947, « Le Prêt-Bail de la Paix ». En confirmation, Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 103.

14 Année politique 1947, p. 353.

15 CE 44, H. B. à G. Bidault, 9 juin 1947.

16 CE 44, 10 juin 1947, à ambassade de France à Washington, 1799, Londres, 1069, préparé le 8 juin par H. Alphand. Voir aussi 4 AU 23, S. Dra.

17 457 AP 20, H. Alphand, « Note pour le Président, 10 juin 1947 ».

18 V. Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Armand Colin, 1970, tome 1, 1947, p. 266, 11 juin 1947.

19 CE 44, H. Bonnet, 13 juin 1947, 20 h 39, et 457 AP 20, Bonnet, 2011-2013, 15 juin, 15 h 37. CE 44, Bonnet, 14 juin 1947, 2004-2007, « Problème de l’ONU ». 4 AU Dr4, Bonnet à Paris, 15 juin 1947.

20 457 AP 20, Bidault à Londres, 1728-29, 14 juin 1947, à Moscou, 2381, 14 juin 1947. Daniel Yergin, La Paix saccagée, Balland, 1977, p. 243.

21 457 AP 20, Charpentier, 17 juin 1947, 17 h 30, 1907-1908.

22 CE 44, 18 juin 1947, « Note pour les conversations de ce matin ». CE 44, Charpentier, 21 juin 1947, 17 h 30, 1954-56. CE 44, Massigli, 24 juin 1947, 17 h 30, 1427-29, urgent.

23 CE 44, 18 juin 1947, MAE à ambassade de France à Moscou, pour les Soviétiques, 2408-412.

24 CE 44, Massigli, 16 juin 1947, 17 h 45. CE 44 Hervé Alphand, 18 juin 1947, « Note pour les conversations de ce matin ».

25 CE 44, H. B. à G. Bidault, 18 juin 1947, « Déclaration du président Hoover sur la situation économique mondiale ».

26 CE 44, 19 juin 1947, 22 h 40, 1938 ; CE 44, « Note de Chauvel, 19 juin 1947, pour le ministre ».

27 CE 44, Charpentier, 23 juin 1947, 18 h 30, 1980-81, Pravda, et 23 juin, 18h 30, 1965-1969, secret, « Réponse positive du gouvernement soviétique à l’invitation franco-britannique ». CE 44, Charpentier, 2005-2006, Moscou, 25 juin 1947, 16 h 15, AFP, Dejean, Prague, 513, 25 juin 1947, p. 43.

28 CE 44, Charpentier, télég. 23 juin 1947, 18 h 30, 1970-73, et Bonnet, 24 juin 1947, 2115-16. Georgette Elgey, La République des illusions, 1945-1951, Fayard, 1965, p. 325. Sur les débats aux États-Unis, Pierre Mélandri, op. cit. ; voir bibl. n° 252, p. 159, plutôt qu’Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, Messidor, 1985, p. 128-129, exagérément partisan.

29 CE 44, « Compte-rendu Bidault », 18 juin 1947, 11 h. CE 44, « Compte rendu conversations franco-britanniques, 18 juin 1947, compte-rendu français ».

30 457 AP 20, Renseignements, 48676, service 259. 5 20 juin 1947, 2, Cl, info du 19 juin 1947, valeur B/l, « Opinion d’un honorable correspondant sur les entretiens Bevin/Bidault ».

31 Voir chap. 4. Y. I. 1944-49, D. Europe, 18 juin 1947, « Note pour M. Couve de Murville, incidences politiques du plan Marshall sur la politique française en Allemagne ».

32 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Mémoires, 1911-1986, R. Laffont, 1986, p. 183.

33 CE 45, « Propositions de la délégation française », H. A. 25 juin 1947.

34 CE 45, H. A. « Projet de déclaration de M. Bidault, 25 juin 1947 ».

35 CE 45, 25 juin 1947, H. A., « Projet d’ordre du jour ».

36 CE 45, voir dossier sur la CFAS, 457 AP 20, « Résumé de la conférence fait par le Quai d’Orsay ». V. Auriol, Journal 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 320.

37 CE 45, « Mémorandum pour G. Bidault » ; ou 457 AP 20, Monnet, idem, ou AMF 14/1/1, idem, I juillet 1947.

38 CE 44, Brugères, Bruxelles, 2 juillet 1947, 20 h 37, 229-230 ; Pierre-Olivier Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 107. André Fontaine, Histoire de la Guerre froide, tome 1, Fayard 1965, p. 385.

39 V. Auriol, Journal 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 312, 29 juin 1947.

40 Léon Blum, Œuvres... op. cit. ; voir bibl. n° 25, p. 30, Le Populaire, 2 juillet 1947, « Cris d’alarme », p. 30, 5 juillet 1947, « Cassure brutale ». p. 33.

41 Robert Marjolin, Europe in search of its identity, The Russell C. Leffingwell Lectures, 9 septembre, 16 et 18 septembre 1980, p. 17, Council on foreign Relations inc. New York. Daniel Yergin, op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 243 ; CE 44 p. 88, 10 juillet 1947, Renseignements, service 259-5/10-07/472, P. A., 9 juillet 1947, valeur B/L.

42 CE 44, Charpentier, 29 juin 1947, 21 h, n° 2036-2037, Tass, « Exposé de la position du gouvernement soviétique ». V. Auriol, Journal... op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 311, 29 juin 1947.

43 CE 44, Massigli, n° 1480, 30 juin 1947, 15h 30.

44 457 AP 20, Charpentier, 23 juin 1947, 18 h 30, 1965-69, cf. thèse identique dans Truman, Mémoires... op. cit. ; voir bibl. n° 75, chapitre VIII. 457 AP 20, SDECE, 2 juillet 1947, objectifs de l’URSS à la conférence de Paris.

45 Théodore White, Le feu sous la cendre, Gallimard, 2nde édition, 1954, p. 58.

46 Georgette Elgey, La République des illusions, op. cit. ; voir bibl. n° 171, p. 328 ; André Fontaine, Histoire de la guerre froide, op. cit. ; voir bibl. n° 178.

47 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 132.

48 AMF 14/1/3 et 1/4, « Mémorandum de Jean Monnet à Georges Bidault sur la conférence de Paris sur les causes du refus de l’URSS et sur la coopération avec la Grande-Bretagne et les États-Unis surtout face aux problèmes allemands, 22 juillet 1947 ».

49 CE 44, Alphand, 3 juillet 1947, 20 h 15, télégramme envoyé à 22 États, Circ. AE, 166 IP, R. Offroy.

50 CE 44, Bonnet, 3 juillet 1947, nos 277-280 et 2283.

51 RG 59-840.00/4389, Amer. Embassy, Rome, 1423, May 9, 1958 ; d’après une note de Togliatti à Eugenio Reale de 1948.

52 CE 44, 4 juillet 1947, Dejean, 559-560 et 564, 556, CE 46, Dejean, 2 août 1947, 17 h. V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 333, 9 juillet 1947. CE 44, Sofia, 373, 4 juillet 1947.

53 CE 44, Moscou, 4 juillet 1947, 17 h.

54 CE 44, Gauquié n° 440, 5 juillet 1947, 14 h., p. 65, G. Menant, Tirana, 5 juillet 1947, 22 h 30.

55 CE 44, Boris, Genève, 5 juillet 1947, n° 16.

56 CE 44, Boncour, Bucarest, 5 juillet 1947, 17 h, 551-553.

57 CE 44, Dejean, Prague, 5 juillet 1947, 12 h 35, 565-66.

58 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 331, 7 juillet 1947, Conseil des ministres. CE 44, Payard, 5 juillet 1947, Belgrade ; Gauquié, 7 juillet 1947, Budapest, 21 h 50, 444-445 ; D. Levi, Helsinki, 7 juillet 1947, 105.

59 CE 44, Dejean, 7 juillet 1947, 20 h 19, 570-571 ; Dejean, 8 juillet 1947, 19 h, 572-576. CE 44, S/S n° 1341, 7 juillet 1947, 19 h.

60 CE 44, Payart, 553-555, 8 juillet, 20 h.

61 457 AP 20, DAEF, DG, 8 juillet 1947, « Note pour le président, séance CCE », V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 331, 7 juillet 1947, Conseil des ministres.

62 CE 44, Bucarest, Paul-Boncour, 9 juillet 1947, 19 h, n° 563, 10 juillet 1947, 22 h, n° 575.

63 CE 44, Dejean, 15 juillet, n° 623, « a./s. revirement tchécoslovaque », 15 juillet 1947, n° 624, suite à 623, 16 juillet n° 626, « a./s. attitude de M. Gottwald à Moscou, 9-12 juillet ». V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 350, 15 juillet 1947.

64 CE 44, Varsovie, 9 juillet, 21 h, par téléphone de Garreau, réponse de Modzelewski, et SS, 9 juillet, 3 h (le 10 ?), 1349-59. V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, P. 341, 11 juillet 1947, Conseil des ministres.

65 CE 44, Boris, CEE, 10 juillet 1947, n° 19. CE 44, Dejean, 627, Prague, 16 juillet 1947.

66 331 AP 1, Pierre-Olivier Lapie, Journal An vendredi 11 juillet 1947.

67 CE 44, Catroux, 16 juillet 1947, 17 h, 2122-2128.

68 CE 46, Payart à G. Bidault, 15 juillet 1947, « Réponse yougoslave aux propositions franco-britanniques ».

69 CE 44, Gauquié, 9 juillet, 24 h, n° 455-456, 10 juillet, 23 h 15, 461.

70 CE 44, Ménant, Tirana, 10 juillet 1947, 23 h, 201 ; CE 44, D. Levi, Helsinki, 11 juillet 1947, 1 h 40.

71 Daniel Yergin, La paix saccagée..., op. cit., voir bibl. n° 308, p. 248.

72 Le texte des invitations à la conférence du 12 juillet se trouve dans Notes documentaires et étude, n° 666, 11 juillet 1947, « Textes diplomatiques », XXVI, section internationale, « Conférence pour la coopération économique européenne, Paris, 12 juillet 1947 ».

73 457 AP 20, 12 juillet 1947, « Discours de Bidault à la CCEE ». V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 349, 15 juillet 1947. CE 44, AE, 11 juillet 1947, SIP, « Allocution d Alphand le 10 juillet à l’American Club ». Sur son rôle à la conférence, voir Hervé Alphand, L’étonnement d’être..., op. cit. ; voir bibl. n° 17.

74 AMF 14/1/2, 17 juillet 1947, « Note de Jean Monnet au Président ».

75 CE 44, DAEF, « Note 30 juillet 1947, a/s comité de coopération économique européenne » ; Jean Teissedre, Le Plan Marshall, Paris, Hermann et cie, 1948. Compte rendu succinct de la conférence dans Année politique 1947, p. 141-143, 160.

76 Bertrand de Jouvenel, L’Amérique en Europe, Le Plan Marshall et la coopération internationale, Plon, 1948, p. 71. Pierre Mélandri, Les États-Unis face à la construction de l’Europe..., op. cit. ; voir bibl. n° 252, p. 183-184.

77 Philippe Huet, documentation personnelle remise à l’auteur, « Note d’introduction » dactylographiée pour Paul Ramadier annexée à une publication de la Documentation française sur le Rapport des Seize, du 10 novembre 1947.

78 457 AP 20, DAEF, « Conversations Bidault-Clayton », 9 juillet 1947. Bidault en fait part à la commission des AE de l’Assemblée nationale, cf. 331 AP I, Pierre-Olivier Lapie, audition Bidault, 9 juillet et V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 337, 10 juillet, p. 348, 15 juillet.

79 CE 44, « Compte-rendu, notes prises au cours de l’entretien de MM. Clayton et Ramadier, du 9 juillet 1947 ».

80 OURS, Cahiers et Revue, « Histoire du P. S. SFIO », 26e partie, 1947-1948, n° 175, mai-juin 1987, p. 23 ; Cahiers Léon Blum, G. Bossuat, « La politique étrangère de la France et la SFIO, 1945-1954 », septembre 1987. Table ronde organisée par l’Institut Pierre-Renouvin, octobre 1985.

81 331 AP 1, note manuscrite de G. R (Georges Rey), à Pierre-Olivier Lapie, 23 juillet 1947, « Note sur la politique étrangère ». Y I. 1944-49, 228, H. Bonnet à G. Bidault, 7 juillet 1947, n° 1437, « a/s La France et le plan Marshall, d’après le New York Times du 6 juillet ».

82 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, Massigli, 5 juillet 1947, 16 h 20, 1508-1509.

83 CE 44, H. Bonnet à G. Bidault, date ? « a/s du plan Marshall ».

84 CE 44, H. Bonnet, n° 1442, DGE à G. B. 7 juillet 1947, « a/s du plan Marshall ».

85 CE 44, 10 juillet 1947, Renseignement, service 259. 5, 10 juillet 472-PA, 9 juillet 1947, valeur B/L, « Plan Marshall », contact : h. c. au secrétariat particulier de J. Caffery.

86 CE 44, Guy de Carmoy, B1RD, Washington, 17 juillet 1947, à H. Alphand.

87 CE 44, Bruxelles, 31 juillet 1947, Brugères, n° 289-91, « Entretiens Clayton-Spaak ». V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 375, 30 juillet.

88 Y I. 1944-1949, 228, Charmasse, Baden-Baden, 13 septembre 1947, 123, « Enquêteurs américains sur l’Allemagne et l’Autriche ». Y I. 1944-49, 228, Bulgarie, Louet, chargé a. i. à Bidault, « Entretiens avec mission américaine », Sofia, 5 octobre 1947, 13 h 50, 484-86.

89 B Amérique, 1944-52, 247, Dir. Amérique à Président du Conseil, 9 septembre 1947.

90 Marcel Marantz, Le plan Marshall..., op. cit. ; voir bibl. n° 107, 3e partie, chap. 1. Voir Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe..., op. cit. ; voir bibl. n° 252, à compléter par les documents inédits français du Quai d’Orsay dans la série DE/CE.

91 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, annexe VII, p. 695, mémorandum de Jean Monnet remis à Georges Bidault fin juillet 1947.

92 457 AP 20, polycop. jaune, DAEF, 2 août 1947, DG, Alphand, « Note pour le Président », 4 p.

93 AMF 14/1/14, « Entretiens à l’ambassade américaine à Paris, 30 août 1947 » ; Récit détaillé de l’élaboration de la position américaine dans Pierre Mélandri, op. cit. ; voir bibl. n° 252. p. 196-203.

94 Z E. 1944-49, Italie 87, Rome, 2 juillet 1947, n° 798, Balay, « Conversations avec Grazzi ».

95 Z E. 1944-49, Italie 90, « Document sur la conférence de Paris, 1re séance, samedi 12 juillet 1947 », 11 h Z E. 1944-49, Italie 90 ; H. A., DAEF, DG, 2 août 1947, « Note pour le Président ».

96 Cf. son mémorandum de fin juillet 1947 à Georges Bidault, in V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, annexe VII, p. 695.

97 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947, p. 391, Conseil des ministres, 8 août 1947.

98 Y I. 1944-49, 130, YR, 19 août 1947, circ. 204, « a/s coopération économique européenne et déclaration d’Alphand, 15 août 1947 ».

99 CE 46, SDECE, 15 septembre 1947, source orchidée, 9 septembre 1947, n° 2489-5D.

100 457 AP 20, 10 septembre 1947, « Communication verbale de M. Caffery, d’après notes », source inconnue. 52 J 67, « Mémorandum de Monnet à Ramadier et Bidault », 11 septembre 1947.

101 CE 46, Bonnet, 12 septembre 1947, 23 h, n° 2801-804.

102 CE 46, VL, DAEF, 12 septembre 1947, « a/s conférence de CEE », pour Washington 2695, Londres, 2316. 457 AP 20, p. 26, DAEF, 11 septembre 1947, très secret, « C. r. entretien du 10 septembre à l’ambassade américaine ». Sur l’origine américaine d’une organisation commune des européens, Pierre Mélandri, op. cit. ; voir bibl. n° 252, p. 200-211, sur la réunion du 10, p. 205.

103 457 AP 20, MAE, H. A., DAEF, DG, 11 septembre 1947, « Note ».

104 Z E. 1944-49, Italie 90, DAEF, J. L. 5 septembre 1947, 1501, « Note pour la DE a/s Projet d’union douanière avec l’Italie ».

105 Z E. 1944-49, Italie 91, « Note de M. Chauvel », 3 janvier 1948, pour M. Paris, « a/s UDFI ». CE 46, Hoppenot, Berne, 18 septembre 1947, 21 h, 214-218.

106 Année politique 1947, p. 183, 191. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entre la France, l’Italie et le Benelux », in Histoire des débuts de la construction européenne, Colloque de Strasbourg, sous la direction de R. Poidevin, LGDJ, 1986, p. 143. CE 46, H. A. 16 septembre 1947, à ambassade de France à Londres, 2347, et à Washington, 2729, 21 h 35.

107 CE 46, La Haye, Rivière, 9 octobre 1947, 10 h, n° 645-648.

108 4 AU 23, Dr 5, « Procès-verbal de la conversation Bevin-Ramadier, 22 septembre ». Frances Lynch, France and Britain and the reconstruction of Europe, 1944-48, polycopié, p. 23.

109 Y I. 1944-49, 11, Michel Louet, chargé a. i. Bulgarie, 1er octobre 1947, « Entrevue avec la mission d’étude du Congrès américain ».

110 Notes documentaires et études, n° 746, série « Textes et documents », CLXV, « Le Rapport des Seize », Documentation française, 17 octobre 1947.

111 H. T. Adam, L’organisation européenne de coopération économique..., op. cit. ; voir bibl. n° 77, p. 25.

112 52 J 119, CCEE/RG, 19 septembre « Projet définitif », IV, chap. VIII, conclusions.

113 Y I. 1944-49, 130, YR, 22 septembre 1947, circ. IP, 245, « a/s rapport général de la conférence des Seize, clôture du 22 septembre ». Robert Marjolin, Le travail d’une vie..., op. cit. ; voir bibl. n° 47, p. 185.

114 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 143.

115 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, « Visite de Bevin à M. Ramadier, 22 septembre 1947 ». 4 AU 23, dr 5. Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, Massigli, 1er octobre 1947, 2173, très secret, 3 octobre 1947, 2212, Papiers Massigli, télégr. 2173, 1er octobre 1947. Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 38, « Conversation Bevin-Chauvel, 20 octobre 1947 », circ. 1P, 288, 29 octobre 1947, dépêche UP du 28 octobre.

116 Y I. 1944-1949, 130, Massigli, Londres, 6 octobre 1947, 22H00, 2233.

117 CE 46, Bonnet, d’Alphand, 10 octobre 1947, 22h 10, 3013-16. On trouve un compte-rendu des réunions dans AMF 14/3/16-26.

118 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 145-149. Robert Marjolin, Le travail d’une vie..., op. cit. ; voir bibl. n° 47, p. 189, note 1.

119 CE 46, Bonnet, 14 octobre 1947, 16 h 17, 3052.

120 CE 46, Bonnet, 16 octobre 1947, 20 h 58, 3098.

121 CE 46, 457 AP 20, B 33689, Washington, Alphand, 20 octobre 1947, 19 h 35, 3142-149.

122 CE 46, B 33689, Bonnet, 23 octobre 1947, 23 h 30, 3210-13, n° 354 DET, a/s du CCEE.

123 CE 46, Bonnet 25 octobre 1947, 20 h 30, 3242-46.

124 CE 46, Bonnet, 31 octobre 1947, 20 h 24, 3303-05.

125 CE 46, Washington, 25 octobre 1947, 20 h 01, 3236-40.

126 CE 46, Marjolin, « Note sur les problèmes fondamentaux posés par le plan Marshall et sur les positions américaines, conversations avec le comité Harriman et le steering committee du Département d’État ».

127 CE 46, Bonnet, 28 octobre 1947, 19 h, 3260-261, 457 AP 20, p. 34, « Aide-mémoire, 28 octobre 1947, remis à Lovett par le CCEE à l’initiative de la délégation française, fixant les positions des Européens ».

128 CE 46, Washington, Bonnet, Alphand, 4 novembre 1947, 22 h 35, 3338-44 ; 4 AU 23, Dr5, sdr b, « Aide-mémoire de Lovett remis à H. Alphand, le 4 novembre 1947 ».

129 Y I. 1944-49, 238, Offroy, 14 novembre 1947, « Circ. 304 IP, aide américaine à l’Europe ».

130 CE 46, Washington, Bonnet, 11 novembre 1947, 20 h 50, n° 3420-427.

131 CE 46, Washington, Bonnet, Marjolin, 13 novembre 1947, 21 h , 3458-62.

132 457 AP 20, DAEFT, DG, 10 novembre 1947, « Note, conversations entre l’administration américaine et la délégation française du CEE ».

133 B 33854, 26 juillet 1947, « Echange de vues franco-anglais et avec le Benelux », à Calvet, Londres, origine : probablement la DFE [Guindey ?].

134 CCEE, juillet-septembre 1947, vol. 1, « Rapport général », Imprimerie nationale, 1947, au chap. V, p. 31, Coopération économique, paragr. 85, et p. 100, rapport du comité de la balance des paiements, p. 118, rapport du comité des experts financiers.

135 « Documents économiques » du Bulletin mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le plan Marshall ».

136 Pierre Mélandri, op. cit. ; voir bibl. n° 252, p. 188 et 228.

137 Rapport du comité des accords de paiements, 15-25 octobre 1947, Imprimerie nationale, président : G. Guindey ; Guindey explique que l’idée est venue à M. Le Norcy, « le spécialiste et l’inventeur », in Bulletin IPR, Paris 1-Sorbonne, n° 1, été 1986, p. 30, « Interview de G. Guindey » par G. Bossuat et A. Mares, mai 1985. CE 45, J. L., 4 octobre 1947, à tous les postes diplomatiques français. CE 45, G. Guindey, à MAE, 24 octobre 1947, pour Washington, « Résultats de la conférence », Y I. 44-49, 130, YR, circ. IP 269, 15 octobre 1947, « a/s transférabilité des monnaies ».

138 Bulletin IPR, n° 1, été 1986, p. 30, « Interview de G. Guindey », mai 1985.

139 CE 45, DGAEF, 17 novembre 1947, « Note pour le Ministre a/s 1er accord de compensation monétaire multilatéral », publié au JO du 10 avril 1948, p. 3547-3548.

140 B 25434, 9 juillet 1948, s. o. probablement DFE, Guindey, 3 p., fait suite à des notes de la DFE. F 60 ter, 382, 15 mai 1948, note (de qui ?), « Conversations Harriman, Tomlinson, ECA, Paris ».

Table des illustrations

Titre Tableau 17. Engagements européens pour les quatre ans du plan Marshall
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540