Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Première partie. - La modernisation piétine (1944-1947)

Chapitre III. La crise de 1947 et l’entrée de la France dans le bloc occidental

Texte intégral

« On a de la peine ici à se mettre dans la peau de gens qui ont faim et qui attendent. »
Georges Bidault, septembre 1947.

1Les difficultés de financer à la fois les importations courantes et la modernisation culminent en 1947. La prise de conscience des limites de l’appel à l’étranger – Etats-Unis, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne, institutions internationales – plonge les responsables politiques dans une situation explosive. L’heure de vérité arrivait après l’euphorie de la Libération. D’autant plus que les éléments naturels s’en mêlaient, car le climat détruisait partiellement les ressources en céréales !

2Le plan de modernisation ne pouvait pas être financé correctement devant les réticences américaines et les déconvenues européennes. Le développement des territoires d’outre-mer était retardé.

3L’annonce d’une aide américaine en juin 1947 est donc accueillie avec chaleur. Mais ne suppose-t-elle pas des modifications déchirantes en Allemagne et en Europe ? Quelles sont les contraintes nouvelles qu’elle fait peser sur les choix politiques et économiques français. Les projets américains sont lents à se mettre en place. Ils n’empêchent pas le développement de la crise des paiements extérieurs de l’été 1947. La France doit arrêter ses importations de la zone dollar et solliciter une aide d’urgence auprès des Etats-Unis, l’aide intérimaire avant même l’aide Marshall.

4La nécessité de crédits américains substantiels, après les échecs de l’appel antérieur à l’Amérique ou aux organisations internationales oblige la France à assumer les conséquences politiques et économiques du geste américain. Sa modernisation est liée à celle des autres Européens. Est-ce une chance ou une contrainte insupportable ? N’est-ce pas l’occasion de construire une Europe nouvelle ?

5La crise de 1947 était prévisible. Les responsables français, trop confiants dans l’aide extérieure jusqu’aux déconvenues de Washington en mai 1946, parlaient d’austérité et d’exportation. Devant l’aggravation de la situation surent-ils prendre les mesures qui s’imposaient ?

6La solidarité financière franco-américaine induit des comportements nouveaux dans la politique extérieure de la France. Va-t-elle jusqu’à l’alignement politique sur les Etats-Unis lors des conférences des ministres des Affaires étrangères des quatre puissances responsables de l’Allemagne ? L’intervention plus directe des Etats-Unis en Europe et en France peut-elle modifier les objectifs de modernisation de la France ?

UNE CRISE FRUMENTAIRE DOUBLÉE D’UNE CRISE DES PAIEMENTS

7Le nouveau gouvernement de Paul Ramadier (28 janvier 1947) se trouva confronté à une crise agricole qui s’était déclarée à la fin de l’année 1946 quand on avait constaté le gel de surfaces ensemencées en blé d’hiver à la fin de l’automne 1946. Elle déclencha un ballet diplomatique de grande ampleur. Elle accéléra la crise des devises au point de provoquer une suspension temporaire des importations de la zone dollar.

Une bataille internationale pour le blé

  • 1 F 60 672-673, c. r. du CEI du 17 janvier 1947, « Mise au point du programme d’importations d’appro (...)

8Conscient de la pénurie prévisible de blé en 1947, le gouvernement précédent de Léon Blum avait décidé d’ouvrir un crédit supplémentaire de $ 80 millions pour acheter 520.000 tonnes de céréales1. Des mesures d’incitation à la commercialisation des blés sont prises. Mais on ne peut éviter de préparer la diminution de la ration de pain de 300 gr à 250 gr par jour, et l’incorporation de maïs et d’orge au froment.

9L’ouverture de crédits exceptionnels ne suffit pas. Il faut pouvoir acheter sur un marché mondial en pénurie et donc en passer par le Conseil international de la Crise alimentaire (CICA).

  • 2 52 J 66, ministre de l’Agriculture, à Paul Ramadier, OC, 5156, 31 janvier 1947, « Note destinée au (...)

10Le déficit français pour le premier semestre est évalué à 1 million de tonnes2. Or le CICA fait déjà des difficultés pour livrer les quantités déjà précédemment allouées, car il doute de la réalité d’une pénurie en France. En effet la France vient de recevoir 450.000 tonnes de céréales latino-américaines qu’elle déclare impropres à la consommation humaine. Par ailleurs le CICA estime que la situation d’autres pays européens est plus grave que celle de la France.

Le voyage de Tanguy-Prigent aux sources céréalières américaines

  • 3 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 51, Massigli, 16 janvier 1947, 136, et 4 février, 339-341.

11Aussi le gouvernement se décide-t-il en février 1947 à envoyer le ministre de l’Agriculture en mission à Washington et au Canada. Tanguy-Prigent part avec le projet de négocier des contrats céréaliers avec le Canada sur 3 ans pour 200.000 tonnes par an. Mais ce type de contrat a l’inconvénient de remettre en cause les préférences impériales britanniques et la Grande-Bretagne se dérobe à une demande d’aide de la France3.

12Tanguy-Prigent effectue sa mission du 5 au 18 février 1947. D’après son rapport, il aurait obtenu des « résultats très substantiels », mais il reconnaît aussi que les quantités assurées sont des « minima provisoires » qui ne permettent pas de réensemencer les surfaces gelées. Le ministre fait expédier du blé vers la zone française d’occupation où la ration prévue est de 200 grammes. Il fait accélérer les livraisons pour l’Afrique du Nord (191.000 tonnes). Il obtient des Etats-Unis pour la France, en dépit du contentieux avec le CICA, 362.000 tonnes de céréales, dont une partie en maïs. Mais on est loin du million de tonnes escompté. L’expédition d’engrais azotés américains est promise avant mai pour les blés de printemps, contre une livraison de potasse française. Les livraisons de tourteaux, de ficelle-lieuse sont limitées, compromettant la commercialisation de la récolte française. Les Etats-Unis lèvent en revanche les limitations d’exportations de tracteurs américains. Il a pu négocier aussi le transfert vers la France de 100.000 tonnes de blé de semence destiné à la Grande-Bretagne, en transit sur l’Atlantique.

  • 4 52 J 66 et F 60 672-673, « Communication du ministre de l’agriculture, mission aux Etats-Unis et C (...)

13En saluant à son départ des Etats-Unis, Clinton Anderson, secrétaire américain à l’agriculture, Tanguy-Prigent lui demande d’ailleurs de reconnaître que l’allocation est insuffisante4. 1 million d’hectares seulement sur les 1,5 million gelés pourront être réensemencés.

  • 5 Annie Lacroix-Riz, Le Choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 96.

14Cette mission était donc un échec partiel. Faut-il pour autant prêter aux Américains des intentions machiavéliques5 ? Pratiquent-ils le chantage à la famine pour contraindre les Français à un alignement politique à la veille de la conférence de Moscou ? Il nous semble plus juste de dire que la France n’était pas, aux yeux des Américains et du CICA, le pays le plus mal doté. Les prévisions de pénurie restaient incertaines aux dires des Français eux-mêmes.

La réduction de la ration de pain à 250 grammes en mai

15La crise du pain s’amplifia, preuve s’il en était besoin de la réalité des difficultés. Le gouvernement décida secrètement le 2 avril de réduire la ration à 250 grammes au 1er mai.

16Prévenus, les Américains prirent des dispositions pour accélérer leurs envois de blé et de charbon en mai. Auriol, très au fait des affaires agricoles, devint optimiste. Mais des rumeurs vinrent renverser la tendance, car on prêtait aux Américains l’intention d’expédier préférentiellement des céréales vers l’Allemagne. De plus le CICA n’accorda à la France pour 1946-1947 que 0,7 million de tonnes sur 1,4 million demandé.

  • 6 Année politique 1947, p. 73, 2 avril, mais pas de trace de cette importante décision dans le Journ (...)

17Le bilan du premier semestre faisait apparaître des retards de livraisons et des envois composés à 40 %. de maïs. L’ONIC suggèra même « d’améliorer » la ration avec de l’avoine. Le rationnement à 250 grammes s’imposait6.

  • 7 V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p. 204, 1er (...)

18Des incidents éclatèrent en France (Haute-Vienne, Aveyron, Lyonnais, Côte-d’or) contre les mouvements des grains. Les rumeurs les plus folles embrasent l’opinion publique : « De véritables émeutes de la faim se produisent dans le pays. Les communistes ont beau jeu pour inciter aux troubles et aux grèves » rapporte Pierre-Olivier Lapie. « Il y a deux jours sans pain et le pain de seigle et maïs est très mauvais »7.

  • 8 Y I., 1944-49, 91, Washington, 4 avril 1947, 1071-1075, FRUS, III, 1947, 851.5018/4-847, p. 696-97 (...)

19Les Français se tournèrent encore une fois vers les Etats-Unis. Ils firent remettre à Clayton, de passage à la conférence sur le commerce de Genève, une lettre de Tanguy-Prigent exposant la situation critique de la France. Clayton proposa aussitôt du maïs aux Français bien qu’il hésitât en raison des tensions inflationnistes aux Etats-Unis8.

Des responsabilités partagées

  • 9 F 60 672-673, CGA, FNSEA, non daté, 1er trimestre 1947. V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, (...)

20Sur un fond de pénurie mondiale et française incontestable, les agriculteurs français ont exercé une rétention de leur récolte, car ils trouvaient bien plus profitable de faire de la viande que de vendre le blé. L’incohérence des mesures administratives a retardé aussi le battage du blé de 1946. Le ton du Journal de Vincent Auriol est franchement noir en mai 1947. La situation est « effroyable, grèves, pénuries de pain. Où va-t-on ? ». Mais Jacques Dumaine plus mesuré, était frappé par les distorsions entre Paris et la Province9.

21La responsabilité des Américains était engagée aussi dans la mesure où ils n’avaient pas tenu les délais de livraisons. Leurs analyses changeantes sur la situation réelle de la France les avaient conduits à retarder les livraisons. L’attitude des paysans leur était connue. La crédibilité des dossiers français leur paraissait douteuse.

  • 10 52 J 66, 16 mai, Caffery à Ramadier. FRUS III, p. 707, 7 mai, Secrétaire d’Etat à Bonnet. Bonnet a (...)

22On ne peut écarter d’autres raisons de politique générale : Ne valait-il pas mieux favoriser les pays occupés et l’Italie que la France, dans la perspective des nouveaux rapports entre les Anglo-américains et les Russes ? L’hypothèse est la suivante : les Etats-Unis soutiennent les pays du « front » et négligent les autres. La France jusqu’en mai 1947 était moins déstabilisée que l’Allemagne par la menace communiste dans la mesure où le tripartisme fonctionnait. Dès lors que Ramadier expulsait les communistes du gouvernement, la France était en danger. Il fallait l’aider. En effet les Américains décident secrètement d’allouer des céréales supplémentaires et du charbon à la France « pendant cette période critique où le gouvernement Ramadier est dans une très profonde épreuve (trial) » écrit Caffery à Ramadier le 16 mai 194710.

Nouvelle réduction de la ration de pain dans l’été

23Le problème du blé ne fut pourtant pas réglé pour autant après le départ des communistes du gouvernement. Ramadier s’attendait à une rupture des stocks pour fin juin.

  • 11 F 10 5568, c. r. réunion du 17 juin, cabinet du président du Conseil. F 60 903, c. r. réunion du C (...)

24André Philip prit les devants et proposa de ramener la ration à 200 grammes avant la récolte puis de la relever à la veille de l’hiver11.

  • 12 Année politique 1947, p. 162 et 168. Jacques Wolff, « Données matérielles et économiques, 1944-195 (...)

25La pénurie de devises au cours de l’été conduisit le gouvernement à réduire son programme d’achat au second semestre de 1,4 million de tonnes à 1 million. A cela s’ajoutait une récolte désastreuse : 3,5 millions de tonnes contre 6,6 millions en 194612.

26La ration fut effectivement ramenée à 200 grammes le 27 août, après avoir été à 300 grammes en 1946.

  • 13 52 J 56, Catroux, Moscou, 17 juillet 1947.

27Dans son désarroi, le gouvernement Ramadier se tourna vers l’URSS mais Catroux dissuada ainsi le gouvernement de persévérer : « Alliés de la Russie il y a un an, aujourd’hui nous sommes considérés comme ayant fait défection ». Une demande de blé fournirait à l’URSS le moyen de pénaliser la France13.

28Le gouvernement se tourna donc vers les Etats-Unis en s’appuyant sur la promesse du plan d’aide à l’Europe.

Ramadier interpelle les Russes et les Américains

  • 14 52 J 67, mémorandum de Monnet à Ramadier et Bidault, 11 septembre 1947. 52 J 67, 16 septembre 1947 (...)

29Monnet entreprit Clayton sur la question du blé. Il rédigea un brouillon de lettre pour les Américains qu’il remit à Ramadier. Il demanda 500.000 tonnes supplémentaires de blé. Ramadier, plus direct que Monnet, écrivit le 19 septembre à Clayton qu’il fallait 2,1 millions de tonnes de céréales pour assurer une ration à 250 grammes. Il envoya Jules Moch à l’ambassade américaine afin de faire accélérer les livraisons au nom d’une politique de résistance aux communistes14.

  • 15 FRUS III, Département d’Etat, p. 738-39, 2247, 10 septembre 1947. Public Papers of the President o (...)

30Le gouvernement américain avait déjà fait savoir qu’il comprenait la situation, mais que les récoltes américaine de maïs et canadienne de blé étaient insuffisantes pour répondre pleinement à la demande française15.

  • 16 52 J 66, gouvernement militaire de la zone, cabinet n° 1605. 52 J 66, « Note de M. le Ministre de (...)
  • 17 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient..., op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 128. CE 46, 23 octob (...)

31Or les arguments de Washington concernant leurs difficultés américaines passaient mal en France, car les alliés s’organisaient pour donner 400 à 500 grammes de pain à « leurs » Allemands. Soutenus par d’autres Européens, les délégués français en firent l’observation à la conférence du CICA de Winnipeg16 en août 1447. Bidault qui tentait de convaincre les leaders du Congrès d’aider la France sentit des hésitations. L’Amérique voulait la preuve que le blé servirait « effectivement et exclusivement » à l’alimentation humaine17.

  • 18 FRUS III, SE à Caffery, 3 septembre 1947 et Caffery à SE, 6 septembre 1947, p. 734. SE à Caffery, (...)

32Ces réticences poussèrent le gouvernement vers l’URSS. Il demanda 1,5 million de tonnes de céréales, en dépit des remarques de Catroux. Le 8 octobre, Mikoyan, par une note ni datée, ni signée, sans en-tête, remise à Charpentier, chargé a. i., demanda ce que la France pouvait fournir en échange. Il dressa une liste de matériels dont l’URSS avait besoin. Les Français se déclarèrent prêts à fournir des voitures et du matériel ferroviaire en 1949, pour un montant de 33,4 milliards de francs18.

33Les expulsions de France en décembre 1947 de réfugiés de pays de l’Est européen furent le prétexte à la rupture des négociations économiques.

  • 19 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, Washington, 8 novembre 1947, n° 3388-89. Y I., 1944-49, 22 (...)

34Entre-temps, Tanguy-Prigent était retourné aux Etats-Unis où on ne lui avait rien promis. Mais Truman travaillait au plan d’aide intérimaire qui pouvait résoudre les problèmes céréaliers français19.

La réponse américaine

  • 20 Daniel Yergin, La paix saccagée..., op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 236.

35A la mi-novembre les Américains accélérèrent les procédures d’aide. Il avaient pris conscience de la menace communiste qui pesait sur l’Europe affaiblie et sur la France20. Ils considérèrent que l’endiguement passait désormais par la France. Ce ne furent pas les arguments humanitaires de Ramadier ou de Monnet qui les avaient persuadés d’agir.

36La France devint pays « de front » ! Il aura fallu que l’Europe connaisse dans son ensemble une crise des paiements et une crise du ravitaillement pour que la France bénéficie d’une aide urgente. C’est dire combien les relations franco-américaines n’étaient en rien semblables à celles de la Grande-Bretagne avec les Etats-Unis.

  • 21 B 33688, H. Bonnet, 396, DET, 24 novembre 1947. Y I. 1944-49, 12, YR, 15 décembre 1947, circ. IP, (...)

37A côté de la réponse gouvernementale, il y avait celle de l’opinion américaine. Elle paraissait disposée en cet automne troublé par les grèves et les pénuries à aider l’Europe. Le Train de l’Amitié en fut l’heureux symbole. Le 16 octobre arrivait au Havre, détruit par les bombes de la RAF, le cargo « American Leader », au nom évocateur et inquiétant, chargé de vivres offerts par le Middle-West. L’initiative venait de Drew Pearson, journaliste de radio très connu, en coopération avec la Warner Bros Corp. et l’association des maires américains21.

38La crise du blé, douloureuse et immédiatement perceptible, avait révélé quatre faiblesses : le délabrement de l’agriculture française renforcé par un accident climatique ou la rouerie des paysans, la difficulté du dialogue avec les nouvelles organisations internationales contrôlées par les Américains et les Anglais, la faiblesse des ressources financières de la France, in fine, la dépendance de la France.

L’impasse absolue des moyens de paiements à l’été 1947

39L’année 1946 n’avait pas apporté des financements abondants pour 1947. La tendance allait à l’austérité, au renforcement des exportations, à l’allongement du temps de travail. De plus la crise du blé avait fait disparaître les quelques disponibilités en devises. Il restait cependant deux recours, un prêt de la Banque Mondiale et la mobilisation des avoirs français à l’étranger. Ces deux moyens ne suffirent pas à éviter une crise des paiements extérieurs dans l’été 1947.

L’austérité molle

40Les programmes d’importation furent établis semestriellement pour tenir compte des disponibilités en devises. La façon dont ils furent réduits est très significative des pénuries.

  • 22 AMF 8/1/3, 15 avril 1947, « Communication aux membres du conseil du Plan au sujet des programmes d (...)
  • 23 F 60 672-673 ; note manuscrite, « Financement du programme d’importations du 1er semestre 1947 », (...)

41Le programme du premier semestre 1947, révisé progressivement entre l’été 1946 et avril 1947 est passé de $ 1213 millions à $ 1.029,7 millions. Il s’ajoutait un programme annuel spécial d’équipement de $ 565 millions22. Mais ces programmes étaient prévus avec un déficit que les Français étaient incapables de combler. La dernière mouture du programme entraînait un déficit prévisionnel de $ 280 millions (u. c.)23. Le prêt de l’Eximbank obtenu à la fin de 1946 dans le cadre des accords Blum-Byrnes ($ 650 millions) était largement entamé au début de 1947. Il restait en juin 1947 $ 202 millions destinés au programme spécial d’équipements.

  • 24 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, « Rapport n° 14 sur les activités du CFA aux Etats-Unis, 1 (...)

42La pénurie de devises entraîna donc la résiliation de contrats d’équipements pour pouvoir financer le programme d’importations courantes du second semestre24.

43L’effort d’exportation restait toujours délicat à assumer car personne n’envisageait vraiment de priver le marché national de biens utiles à la modernisation-reconstruction.

  • 25 B 19862, 16 janvier 1947, DAEF, note pour la DT, « Sur la situation créée par le dépassement du dé (...)

44Les produits français, autres que les biens essentiels se vendaient mal à l’étranger. La France n’arrivait toujours pas à équilibrer sa balance des paiements avec la Belgique. Le plafond de l’accord de paiement était atteint (1.200 millions de francs belges). Les Belges voulaient des paiements en or, et il était difficile de réduire les importations constituées à 88 % de produits indispensables25.

  • 26 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Ambassade américaine à H. Bonnet, en voyage en France et D (...)

45Réduire les importations était délicat. Certaines mesures faisaient sourire ou grincer des dents. Ainsi, le ministère de l’industrie réduisit de 12 % les allocations de matières premières à l’industrie automobile française et de 32 % les allocations à Ford-France : absurde et ridicule rétorqua l’ambassade des Etats-Unis26.

46Le gouvernement ne put se résoudre à soustraire au marché national des produits demandés par l’exportation : les sels de potasse vitaux pour l’agriculture française, les fromages demandés par les populations urbaines en état de sous-alimentation.

  • 27 AMF 8/1/3 et 8/1/4. B 10892, « Cession d’or et de dollars à la Banque d’Angleterre dans le cadre d (...)

47Le bilan financier de cette austérité molle était inquiétant. Le déficit du premier semestre variait entre $ 600 millions et $ 1.800 millions selon les sources. Les réserves d’or s’épuisaient. Il fallut verser 53,7 tonnes d’or aux Britanniques27.

48En mai, à l’Assemblée Nationale, Robert Schuman exposa la nécessité de renforcer l’austérité par une réduction de la consommation et par un effort d’exportations. Il fut soutenu par André Philip : « La France ne peut toujours vivre de charité ».

49Le programme du premier semestre 1947 voulait assurer les approvisionnements en charbon, réduire les importations de produits non essentiels, comprimer les achats de produits alimentaires dans une conjoncture peu favorable, et réaliser les $ 565 millions d’importations d’équipements correspondants à 85 % de commandes anciennes.

Des difficultés insurmontables au second trimestre

50La question des finances extérieures restait cruciale au second semestre. Le gouvernement comptait sur un prêt de la Banque mondiale en cours de négociation et sur les avoirs français à l’étranger pour financer les importations.

  • 28 F 10 5568, SG du CEI, 16 juillet 1947, « Note sur le projet de plan d’importations au second semes (...)
  • 29 F 10 10568, SGCEI, doc 33/B, « Allocation complémentaire d’acier à l’industrie automobile », date  (...)

51La demande des consommateurs et des industriels était telle que l’inflation faisait des ravages, enchérissant les prix à l’exportation. Aussi était-il dangereux de réduire les approvisionnements du marché28. Exporter était douloureux. « Notre pénurie de devises est telle cependant », écrivait le secrétaire du CEI, « qu’il paraît peu recommandable de réduire les chiffres inscrits au plan »29.

  • 30 Y I. 1944-49, 12, Bonnet, Washington, 8 novembre 1947. AMF 12/1/7, CGP, « 1er mémorandum sur les m (...)

52Alors faut-il s’en remettre aux réquisitions à l’étranger ? Mais personne ne sait à combien se montent ces avoirs. Des chiffres fantastiques couraient dans la presse et dans les administrations : entre $ 1 et $ 4 milliards, mais Bidault avança le chiffre de $ 150 millions, celui des valeurs déclarées aux Etats-Unis et Schuman celui de $ 500 millions30.

  • 31 CE 46, Bidault, 17 décembre 1947, conversation (à Londres ?) avec Marshall.

53Les Etats-Unis aideront-ils le gouvernement à débusquer les fraudeurs ? Snyder, le secrétaire américain au Trésor, refusait de briser le secret bancaire31.

  • 32 AMF 12/2/1, 26 septembre 1947, note, secret, Guindey, c.r. réunion Snyder-Guindey. 4 AU 23/dr 5, 2 (...)

54La mobilisation des avoirs aux Etats-Unis donna lieu à un incident entre Monnet et Guindey qui témoignait surtout de la nervosité des milieux français face à une banqueroute possible. D’après Guindey, Jean Monnet aurait incité Herter à ameuter le Congrès contre Snyder pour lui faire rechercher les avoirs français dissimulés. Snyder serait entré dans « un état d’excitation violente ». Guindey jouait la trésorerie américaine contre Monnet qui cherchait l’appui du Congrès. Surtout, Monnet empiètait sur les domaines de responsabilité de Guindey, les relations financières extérieures. De plus Monnet souhaitait le retour au pouvoir des communistes, alors que Guindey pensait que les Américains en seraient dépités. Monnet se sentit attaqué dans ses compétences de négociateur aux Etats-Unis, ce qui explique le « clash »32. Les Finances ne voyaient pas d’un cœur léger disparaître les investissements à l’étranger, alors que Monnet cherchait désespérément des crédits pour poursuivre le redressement.

  • 33 363 AP 7, 7 pages manuscrites de René Mayer, esquisse d’un discours ? janvier-février 1948.

55La réquisition des avoirs français à l’étranger ne fut pas efficace. On attendait $ 400 millions. René Mayer signala la réquisition de $ 120 millions d’origine américaine à l’été 194733. La balance des paiements de 1947 porte recette de $ 183,6 millions. La réquisition faisait partie des illusions sur la fortune cachée des Français. Peut-être existait-elle ! Personne ne sut la mobiliser.

56Les Américains s’étaient engagés devant Léon Blum à soutenir une demande française de prêt auprès de la BIRD. Les Français pensaient à $ 1 milliard, puis rapidement la délégation française « a estimé plus sage de limiter sa demande à $ 500 millions ». Les négociations, commencées dans l’été 1946 furent, d’emblée, difficiles. Les Français s’appuyèrent là encore sur le plan pour convaincre les experts internationaux, mobilisèrent des lawyers pour exercer une pression en leur faveur, cherchèrent des soutiens auprès des pays représentés à la Banque.

  • 34 F 60 1006-1007, 3 septembre 1946, sans origine. B 33922, tel Bonnet à Gouin, 25 mai 1946. B 33922, (...)

57Les Français s’aperçurent que la Banque ne voulait financer que des projets de développement identifiables, mais sûrement pas un déficit général de la balance des comptes. Le dossier fut bouclé sur la base du plan de modernisation qui présentait un ensemble de projets cohérents34. Puisque la Banque demandait des projets précis, on lui proposa de financer des matières premières, des biens d’équipement, des moyens de transport et le premier train continu à bande d’Usinor, dans le cadre du plan de modernisation.

  • 35 B 33283, 30 novembre 1946, note pour le ministre, n° 77, CD, DT, Finex. Les télégrammes émis de Mo (...)

58En novembre 1946 les Français formulèrent deux demandes de prêts de $ 250 millions chacune. On leur proposa des taux élevés, 4 % ou 4 1/2 % et des conditions de contrôle excessives. Les négociations piétinaient et Bidault dut rappeler à Marshall en avril, à la conférence des quatre ministres des affaires étrangères, l’urgence d’une aide à la France, déclarée « zone critique » par Marshall35.

  • 36 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Bonnet, 4 avril 1947, 20h 10,1067-68, « Visite de Baumgart (...)
  • 37 B 33688, SDECE, France/Etats-Unis, 03.06. 9 mai 1947, commentaires, p. 676, « L’aide américaine à (...)

59L’accord de la Banque fut obtenu le 9 mai 1947 pour $ 250 millions sur trente ans à 4 1/4 %36. L’échec de la conférence de Moscou avait poussé Marshall à appuyer la demande française auprès de Mac Cloy, directeur de la BIRD. Le départ des communistes du gouvernement Ramadier n’était sans doute pas étranger à cet effort. L’attitude de la presse américaine est sans ambiguïté en dépit des dénégations du Département d’Etat37.

  • 38 B 33922, Schuman devant le Conseil de la République, mai 1947, texte polycop. Gaston d’Eté, op. ci (...)

60La Banque n’a pourtant pas dicté l’emploi des fonds. Elle a financé une liste d’importations établie par les Français, formée d’énergie (35 %), de matières premières (27 %), d’équipements (22 %) et du fret (16 %)38.

  • 39 B 33922, GP, non daté, Finances ou Quai d’Orsay, 5 p. dact. « Bilan sur la réalisation du prêt ».

61Mais les Français font connaissance avec les méthodes expéditives de contrôle de la Banque. Les contrôleurs de la Banque leur reprochent d’avoir utilisé des produits pétroliers à des fins militaires, contrairement aux termes de l’accord39.

  • 40 Z E. 1944-49, Suisse 19, 16 juin 1947, renseignements, service 259.5 ; B 33688, SDECE, 10639, 3 av (...)

62La crise des devises de l’été posait avec acuité la question d’une deuxième tranche de $ 250 millions. Mais les milieux financiers américains ou suisses, prêteurs potentiels de la Banque, réclamaient désormais un assainissement intérieur français et la stabilité politique. Le thème était nouveau, il prit de l’ampleur. Leurs critiques firent échouer l’idée d’un nouveau prêt40.

  • 41 F 10 5568, SGCEI, « Evolution des échanges économiques extérieurs », n° 32, 18 juin 1947 et SGCEI, (...)

63Dans ces conditions le financement du programme du second semestre était une gageure. Les ministères techniques demandaient $ 1.259 millions, avec une forte progression des importations de céréales41. Le projet fut réduit à $ 1.068 millions en juillet et plus fortement encore en octobre.

64En l’espace de quelques semaines, les illusions tombèrent sur ce programme irréalisable. Les crédits du second semestre étaient déjà entamés à la fin du premier. L’heure de vérité avait sonné.

Limitation et suspension des importations

65Ramadier prit connaissance le 9 juillet des ressources en devises pour le second semestre 1947. Elles étaient de $ 450 millions pour un programme métropolitain supérieur à $ 1 milliard !

66Même en se privant de fromages et de potasse, le déficit ne serait pas significativement réduit, mais Ramadier refusa de favoriser les exportations de biens industriels en pensant aux agriculteurs : « Les producteurs ne sont incités à livrer les denrées qu’en contrepartie d’un minimum de biens industriels ». La crise du blé était donc un élément aggravant dans la crise des paiements, puisqu’elle limitait les exportations tout en consommant des devises.

  • 42 52 J 67, SGCEI, doc n° 38, annexe 1, « Projet de décisions soumis au CEI du 17 juillet 1947 ».

67D’autres voulaient tailler dans le programme d’équipements, comme Jules Moch, en attendant le plan Marshall. Mais Monnet réagit finement en montrant que l’agriculture avait besoin d’équipements. Au terme de cette réunion, le secrétaire du CEI présenta deux programmes d’importations, l’un de $ 920 millions, l’autre de $ 1.065 millions42. Le 17 juillet, le programme d’importations de $ 1.065 millions était retenu mais le Comité économique interministériel (CEI) fut incapable de définir les moyens de le financer.

  • 43 F 10 5568, SGCEI, 18 juillet 1947, 031/A, c. r. séance du vendredi 17 juillet, 21 h, voir le compt (...)
  • 44 Notes documentaires et études, n° 700, 18 août 1947, Documentation française, « Perspectives des é (...)

68C’est alors que Robert Schuman, ministre des Finances, déclara le programme d’importations irréalisable. Il emporta l’adhésion de ses collègues et le CEI décida de limiter les importations juqu’au 15 septembre aux bois de mines d’Allemagne, au charbon, aux céréales et à 50 % seulement des autres produits43. Cela ne suffit pas. Un second train de restrictions fut décidé fin août. Il suspendit toutes les importations en dollars sauf pour le charbon américain et le blé. Il réduisit de 50 % celles de matières grasses et de céréales secondaires44.

Tableau 14. Programmes d’importations de la zone dollar, au second semestre 1947

Tableau 14. Programmes d’importations de la zone dollar, au second semestre 1947
  • 45 CE 46, ou B 8902, DAEF, 27 octobre 1947, pour Alphand et Schweitzer à Washington, n° 3195. V. Auri (...)

69Schuman se heurta à Ramadier et à André Philip décidés à poursuivre les achats pour empêcher le chômage, mais comment faire alors que les ressources en dollars ne permettaient même pas d’assurer les seuls achats prévus de charbon, de céréales, de matières grasses jusqu’à la fin de l’année45 ?

70La décision de réduire puis de suspendre la majeure partie des importations de la zone dollar s’expliquait par des raisons de pénurie de devises, mais elle était aussi la conséquence de l’échec de la convertibilité de la livre sterling, car les Français avaient espéré convertir en dollars leurs livres sterling.

  • 46 F 60 903, c.r. du CEI du 15 octobre 1947, 048/A. 363 AP 8. Guindey, 27 novembre 1947, note pour le (...)

71Le choix de réduire les importations de la zone dollar traduisait le souci de s’en tenir aux importations absolument nécessaires pour faire sortir le blé des greniers et pour assurer à l’économie un fonctionnement minimal. Le mot d’ordre était de tenir bon jusqu’à l’aide Marshall, en espérant que l’équilibre social et économique ne serait pas compromis46.

  • 47 B 33719, Londres, 20 octobre 1947, Pierre Calvet, Notes et études n° 38, « Pour la prochaine commi (...)

72Heureusement, la balance évoluait favorablement avec la Grande-Bretagne au point que les Anglais s’en émurent47.

  • 48 B 10862, dossier Belgique 1947, dont c. r. de mission à Bruxelles (12-15 novembre 1947) de Bolgert (...)

73Mais les Belges choisirent ce moment particulièrement délicat pour exiger le paiement en or de leur solde créditeur avec la France, lié à la signature, le 27 juillet, d’un nouvel accord commercial, extrêmement libéral. Belges et Français s’entendirent sur un nouveau plafond mais la France dut régler $ 17 millions en or et suspendre finalement l’accord commercial48.

74La crise des paiements était européenne. L’Europe s’acheminait à la fin de l’année 1947 vers un collapsus commercial et financier général. La France vivait au jour le jour. Les événements sociaux de l’automne 1947 étaient l’expression politisée de cette crise des paiements et du ravitaillement.

L’AIDE INTÉRIMAIRE AMÉRICAINE ET LES CONTRAINTES FRANÇAISES

75L’aide intérimaire était impatiemment attendue dans cette atmosphère de drame. Le gouvernement s’employait depuis la fin août à en expliquer l’urgence aux Américains. En attendant la bienveillance du Congrès, les Français firent « feu de tout bois » pour tenir.

Le règne du provisoire et du disparate

76Pour trouver des crédits, les Français imaginèrent de s’appuyer sur les banques privées américaines. Le défi était remarquable. Il échoua. Les Français imaginaient un emprunt privé gagé sur de l’or. La Guaranty Trust était preneuse pour $ 100 millions, mais la Banque de France devait déposer 75 tonnes d’or en gage auprès de la Réserve Fédérale. L’opération était étudiée par l’Eximbank pour un prêt de $ 300 millions gagé sur l’or allemand, les avoirs déclarés ou dissimulés, mais elle refusa car elle voulait des valeurs sûres.

77L’administration américaine fit ce qu’elle put pour surmonter les conditions draconiennes du capitalisme américain. En décembre, 75 tonnes d’or furent déposées auprès de la Réserve fédérale contre l’ouverture d’un crédit de $ 82 millions.

  • 49 Année politique 1947, p. 232. B 33690, 18 novembre 1947, DFE, note pour le ministre, n° 1186, cd, (...)

78D’autre part une extension d’achats de surplus fut négociée le 6 décembre 1947, pour $ 50 millions à 2 % sur 30 ans et un second accord en mars 1948 pour $ 6 millions à 3 % sur 13 ans. Le gouvernement américain demanda à être remboursé partiellement par anticipation en francs français afin de couvrir ses dépenses diplomatiques et culturelles en France (application du Fulbright Act). Ces dispositions évitaient des sorties de dollars. Mais les services français se demandaient ce que les Américains allaient faire de leurs francs et s’inquiétaient des menées culturelles américaines en France49.

79Les crédits obtenus par la France en 1947 de diverses sources furent faibles et disparates.

Tableau 15. Crédits obtenus par la France en 1947

Tableau 15. Crédits obtenus par la France en 1947

80Ces crédits arrivaient trop tard tard dans l’année. Ils étaient des pis-aller sans espoir de renouvellement.

81La France était soupçonnée soit d’être un nid de communistes, soit de mal gérer ses finances, soit d’avoir des ambitions économiques trop élevées. La crise politique de l’automne conduisit les milieux financiers internationaux, en fait américains, à refuser de prendre des risques en France.

  • 50 FRUS III, 1947, p. 238, Caffery au secrétaire d’Etat, 2766, 11 juillet 1947. 457 AP 20, Bonnet, 9 (...)

82L’administration américaine, le Département d’Etat, furent beaucoup plus conciliants mais ils ne purent résoudre tous les problèmes financiers de la France50.

La négociation d’une aide spéciale et provisoire

  • 51 CE 46 Massigli, 17 septembre 1947, 1040. 18 septembre 1947, JFR, DAEF, « Note pour le directeur gé (...)

83Les résultats de l’action du gouvernement et de Bidault en particulier ne se firent sentir qu’à l’extrême fin de l’année 1947. La machine bureaucratique américaine se mit en route fin septembre sur le cas français. Snyder confia à Bevin qu’une aide d’urgence à la France s’imposait51.

  • 52 FRUS III, p. 761, sur l’orientation pro-américaine du gouvernement Ramadier, voir Caffery, 4240, 3 (...)

84Schuman savait que les parlementaires américains désiraient une stabilisation intérieure française. L’administration américaine savait aussi que le gouvernement Ramadier s’était engagé à soutenir la politique américaine en Europe à travers le plan Marshall et désirait l’aider. En conséquence, le président Truman prépara le Congrès à l’intervention financière en Europe, « pour aider la France et l’Italie à survivre pendant cet hiver critique comme nations libres et indépendantes ». Truman demanda $ 580 millions pour les besoins immédiats de l’Europe jusqu’au 31 mars 194852.

  • 53 4 AU 23/Dr5, 1er octobre 1947, G. Bidault à V. Auriol, de New York pour la session de l’ONU et pou (...)

85Bidault estimait les besoins de financement de la France à $ 100 millions par mois et il jouait un rôle de lobbyste auprès de l’administration américaine : « On a de la peine ici à se mettre dans la peau de gens qui ont faim et qui attendent » écrit-il de New York à V. Auriol53.

  • 54 4 AU 23/Dr 5, 26 septembre 1947, tél pour la délégation française New York, 984-86, pour G. Bidaul (...)

86Les conversations de Bidault ont eu un certain effet. On leur doit le déblocage de l’or allemand, une avance sur les remboursements en dollars des dépenses des troupes américaines en France et l’affectation du reliquat du prêt Eximbank de 1946 aux dépenses courantes. En conséquence le conseil des ministres révisa à la hausse le programme d’importations de la zone dollar54.

  • 55 FRUS III, p. 478, « Mémorandum of Lovett », secret, 13 octobre 1947. « Emergency financing of fren (...)

87Truman annonça enfin la convocation d’une session spéciale du Congrès pour le 17 novembre. Les activités du Kominform devinrent une motivation puissante en faveur d’une aide à l’Europe : « Le communisme exploite avec énergie et accentue la situation difficile présente et à venir » expliquait Lovett. Mais le Département d’Etat réclamait un effort d’exportation et de coopération intereuropéenne, contre une aide de $ 328 millions55. Le programme d’urgence était composé de deux postes importants : le blé et le charbon, auxquels s’ajoutaient du coton, des matières grasses du pétrole, des engrais.

  • 56 FRUS III, p. 482, 18 novembre 1947, 2385, Acting secretary of State to the embassy of Italy ; Dort (...)

88Le Congrès vota un crédit de $ 597 millions, ramené à $ 540 millions, pour la France, l’Italie, l’Autriche et la Chine. La loi fut signée par le Président le 17 décembre 1947. La France reçut moins que l’administration américaine n’avait prévu : $ 280 millions de décembre 1947 à mars 194856.

  • 57 Documents économiques du Bulletin Mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le Pl (...)

89Le 13 décembre la RFC avança $ 150 millions, tandis qu’Ilya Erhenbourg se déchaînait : « Les traîtres de la coalition socialiste-catholique sont prêts à vendre leur pays en échange d’un morceau de pain américain et de quelques tonnes de gaz lacrymogène »57.

  • 58 CE 46, Bonnet, 24 octobre 1947, 3227. Y I. 1944-49, 228, Washington, 30 novembre 1947, 20 h 45, 36 (...)

90L’aide intérimaire déçut plutôt les Français. Ils attendaient davantage et ils durent épuiser tous leurs moyens de paiements pour boucler la fin d’année. Les prévisions de balance des paiements pour les quatre mois à venir laissaient encore un trou de $ 143 millions58.

Les contraintes inévitables de l’aide intérimaire

91Les Français découvrirent aussi qu’ils devaient signer un accord bilatéral concernant l’utilisation de l’aide intérimaire.

  • 59 CE 46, ou Y I. 1944-49, 228, Bonnet, 11 novembre 1947, 20 h 45, 3420-27.

92Devant le Congrès, Marshall avait dit que la contre-valeur en francs français de l’aide ne serait débloquée qu’après accord entre Américains et Européens. Or le rapport Harriman sur l’aide Marshall insistait beaucoup sur la stabilisation des prix en Europe59. Le temps des conditions arrivait.

Des conditions politiquement maladroites

  • 60 Y I. 1944-49, 228, Bonnet, 20 novembre 1947, 21 h 20, 3549-51.

93Les Français prirent les devants et firent savoir qu’ils désiraient affecter la contre-valeur à des investissements productifs60.

  • 61 Y I. 1944-49, 229, 6 décembre 1947, Washington, Bonnet et réaction de Paris, 9 décembre 1947 à Was (...)

94Les Français furent gênés par l’obligation de la publicité et la liberté d’enquête de la presse américaine sur l’utilisation de l’aide. Elle risquait de causer des ennuis au gouvernement français dans le contexte d’agitation sociale du moment61.

  • 62 Y I. 1944-49, 229, Bonnet, 12 décembre 1947, 3788-93, sur le manque de confiance des Américains. F (...)

95Il y avait plus grave. Bonnet fit remarquer qu’il était inacceptable de ratifier des amendements prévoyant la fin de l’aide si le pays aidé « est sous l’influence du communisme ou de l’URSS » ou si des communistes distribuent de l’aide. Ces dispositions outrageantes furent abandonnées, d’autres nuancées, après une intervention de Marshall auprès de Dulles et de Vanden-berg. Marshall fit comprendre qu’il fallait s’interdire de faire apparaître la France comme une « colonie américaine »62.

96Le projet d’accord bilatéral fut présenté à Paris le 15 décembre 1947. Certains articles trahissaient l’aspect de secours d’urgence de l’aide. L’article 2 faisait obligation de distribuer l’aide aux personnes nécessiteuses, l’article 6 d’organiser la publicité et de marquer d’une façon indélébile l’origine américaine des marchandises, dans un but politique, soulignait le Département d’Etat. L’article 3 disposait que la contre-valeur serait utilisée pour résorber la dette publique, stabiliser la monnaie et « à telle autre fin à convenir entre les deux gouvernements ». Derrière l’anodin se cachait l’essentiel : Les Français pourraient l’utiliser pour leur plan de modernisation ...après négociations !

97Le Quai proposa clairement que la contre-valeur serve aux dépenses administratives américaines en France, – c’était inévitable –, mais aussi aux réparations des dommages de guerre et au financement du plan de modernisation, enfin, en dernier lieu, à la résorption de la dette de l’Etat.

  • 63 457 AP 20, PB. 23 décembre 1947, à Washington, 3899-900, urgent, « Aide intérimaire, accord bilaté (...)

98Les Français s’efforcèrent de repousser les conseils politico-économiques américains, même judicieux, car, dit à Bonnet un haut fonctionnaire du Quai, « il faut éviter de laisser croire que toutes les dispositions qu’à l’avenir nous sommes décidés à prendre pour rétablir notre économie et qui nécessairement seront souvent impopulaires, sont le résultat d’une pression américaine »63. Plus le texte sera bref et technique mieux il sera. Le Quai présenta un contre-projet de trois articles !

  • 64 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, 27 décembre 1947, « Conversations Bidault/Caffery sur l’ac (...)
  • 65 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 649, 30 décembre 1947 (...)

99Les négociations durèrent une dizaine de jours, alors que les réserves de dollars étaient épuisées. Les Américains acceptèrent de créer un poste « produits alimentaires » qui laissait une certaine marge de choix. Bidault mit en avant la fierté française, appela à la confiance mutuelle plus qu’aux engagements écrits. Caffery répondit qu’il n’y aurait pas d’aide avant un accord entre les deux gouvernements64. Bidault déclara en conseil le 30 décembre l’accord « inacceptable ». Tous les Français veulent éviter « la reprise dans un accord bilatéral des formules dont la publication risque de heurter l’opinion française »65.

La contre-valeur au service de la modernisation

  • 66 363 AP 8, DAEF, 2 janvier 1948, à Caffery. Lettre du Quai d’Orsay sur la contre-valeur. Texte des (...)

100L’accord est signé le 2 janvier 1948. Il est court, et il comporte des annexes. Les Français proposèrent immédiatement l’affectation de la contre-valeur aux dépenses de reconstruction et d’investissements66.

  • 67 B 33459. Lettre adressée à l’ambassade des Etats-Unis le 2 avril 1948 par M. le Ministre des Affai (...)

101Le 2 avril 1948, un échange de lettres autorisa enfin l’affectation de 25 milliards de francs de contre-valeur aux dépenses de reconstruction et d’équipements en considération des efforts de stabilisation déployés par René Mayer. Cette somme finança environ 22 % des opérations d’investissements et de reconstruction du premier trimestre 194867.

  • 68 B 33459, MAE, 7 avril 1948, adressée à l’ambassade des Etats-Unis, 3 p.

102L’accord donnait aux Américains la possibilité d’intervenir dans la gestion de la contre-valeur sinon dans le contenu des programmes de modernisation. Les Américains, méfiants, ne débloquèrent pas l’ensemble de la contre-valeur et discutèrent le taux de change. En effet, les marchandises de l’aide intérimaire avaient été vendues sur le marché français à trois taux différents : au nouveau cours officiel de 214 francs pour un dollar, au cours libre de 304 francs, et à l’ancien cours de 119 francs pour le blé par exemple. Or les Américains avaient tout comptabilisé aux nouveaux cours du franc. Les Français avaient donc accumulé moins de francs de contre-valeur que les Américains en attendaient. Ils demandèrent donc aux Américains de s’en contenter dans la perspective de la lutte contre l’inflation68.

103Les réactions françaises furent comprises de l’administration américaine mais pas du Congrès imbu de sa supériorité et peu au fait des subtilités de la politique intérieure française. Les exigences maladroites du Congrès ont nourri des campagnes de dénigrements à peine compensées par des efforts de relations publiques.

Aide intérimaire et programme d’importations

  • 69 363 AP 7, projet de discours de René Mayer, 7 p. manuscrites, bleues, paginées rouge.

104Sans les $ 280 millions de l’aide intérimaire la pénurie aurait été complète. Mais Mayer dit lui-même que l’aide permit tout juste de « respirer »69. Les Français insistaient encore pour une mise en place rapide du plan Marshall et pour la réquisition des avoirs français aux Etats-Unis.

105Les Français dressèrent un programme d’importations qui dans ses grandes lignes fut accepté.

Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire

Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire
  • 70 457 AP 21 VL, MAE, 4 mars 1948, « Note pour le Président, crédits américains ».

106La pénurie de dollars n’était pas levée puisque l’aide intérimaire ne concernait que la France, mais pas ses territoires d’outre-mer. Le gouvernement français demanda un supplément d’aide intérimaire. Lovett répondit que le gouvernement américain « a gratté les fonds de tiroirs »70.

  • 71 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 168, « Plan d’importations sur l’aide intérimaire », (...)
  • 72 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, Washington, 23 février 1948, 20 h 40, 849, 53.

107Les Américains avaient inscrit des produits non désirés71. Les Français s’élevèrent contre la décision unilatérale d’affecter au programme $ 2,5 millions de pommes de terre, fruits secs, et poudre d’œufs, au détriment du lait, blé et corps gras72.

  • 73 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 186, « Les achats forcés de l’aide intérimaire (...)

108Mais rien ne justifie d’en faire le thème principal de la critique de l’aide intérimaire73. Les Etats-Unis avaient introduit dans le programme des « incentive goods », produits sensés améliorer l’effort de production. Ce type de produits était prévu par la loi américaine. Mais était-il nécessaire d’acheter des cigarettes, des fruits secs, du chewing-gum ? Fallait-il $ 200.000 pour l’achat de savon destiné aux mineurs ? Le Quai d’Orsay n’y vit pas le remède à l’absentéisme dans les mines.

  • 74 457 AP 21, 17 février 1948, Washington, tel 744-45 et MAE 19 mars 1948, Incentive goods à Washingt (...)

109Les Américains forcèrent les Français à intégrer dans le programme d’aide intérimaire les tonnages de blé prévus à l’importation de plus longue date74.

  • 75 5 A 13, « Communication du ministre de l’Industrie et du Commerce », 20 janvier 1948, au CEI.

110L’apport de charbon fut abondant, et Robert Lacoste se demanda si la SNCF était capable de le transporter75. Les Français insistèrent cependant pour effectuer les importations de la Ruhr prévues de longues date et diminuer les importations polonaises et américaines.

  • 76 F 60 904, ministre des Finances et des Affaires économiques, « A propos d’exportations supplémenta (...)

111Le manque de dollars fut aggravé par la détérioration des comptes avec les pays européens. Les ressources en livres sterling s’épuisèrent. René Mayer mit un terme aux importations massives de la zone sterling qui compensaient quelque peu les restrictions sur la zone dollar76. Mais à peine la crise du dollar étalée, une crise du sterling se profila. Il fallut attendre octobre 1948 et la mise en place du système de paiements intereuropéens pour lever l’hypothèque des déficits intereuropéens.

  • 77 B 42 255, le vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, au dire (...)

112Les Américains consentirent un supplément d’aide intérimaire de $ 40 millions votée par le Congrès le 22 avril 1948. Il ne fut pas complètement utilisé car l’aide ERP 1, l’aide Marshall prit le relais. La France a donc bénéficié de $312 millions d’aide intérimaire77.

Le bilan de l’aide intérimaire

113L’aide a répondu partiellement à la crise des dollars de l’été 1947. Elle a évité le pire sans pour autant ouvrir des perspectives sur le long terme.

  • 78 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 186-187, note p. 188 (...)

114Les Français ont pu importer gratuitement ce qu’ils désiraient malgré des modifications mineures de programmes. Les seuls dons forcés qui se produisirent portèrent sur $ 2,8 millions soit 1 % des programmes78.

115Les Français ont réalisé une très bonne affaire politique et économique en obtenant l’affectation de la contre-valeur à leurs programmes de modernisation-reconstruction. Le gouvernement a dû accepter la publicité de l’aide, mais il a obtenu de l’organiser.

116Cette aide ne peut être considérée comme une étape décisive dans le relèvement à long terme de l’économie française. Elle a évité l’aventure, préservé l’avenir, retardé l’effondrement, empêché les troubles sociaux, renforcé le régime. La recherche de solutions de fond était l’objet du plan Marshall. Car la crise de 1947 était aussi structurelle en raison de l’obsolescence de nombreux secteurs de l’économie française.

117La crise de 1947 avait révélé de façon éclatante la dépendance française. Elle ouvrait aussi un espace à la critique internationale pour la façon dont la France était gouvernée. La grande négociation sur l’aide Marshall commençait ; il était clair que les Américains et les Européens attendaient de la France des réformes de structure : lutte contre l’inflation, économies budgétaires, stabilité politique. Car comment prêter ou donner à un pays douteux ?

DE L’ENLISEMENT POLITIQUE EN ALLEMAGNE À L’ALIGNEMENT RÉTICENT

118L’Allemagne ne saurait être le moyen du relèvement français. Les Français en avaient pris conscience après leur âpre lutte pour obtenir du charbon allemand. Les réparations n’étaient plus qu’un souvenir.

119Pour la diplomatie française, en 1947, la question n’était plus de savoir comment utiliser l’Allemagne pour le relèvement de la France mais comment empêcher l’Allemagne de se relever plus vite que la France. L’objectif de la diplomatie française avait évolué à cause de l’échec de l’Europe anti-allemande, sans doute aussi à cause des promesses du plan Marshall et d’un sentiment d’insécurité provoqué par le dialogue de sourds entre les Anglo-Saxons et Moscou. L’échec de la conférence des ministres des Affaires étrangères de Londres de novembre 1947 fut à ce titre un moment crucial pour la France.

La conférence de Moscou et l’alignement de la France sur les Anglo-américains

120Un nouveau combat s’était engagé sur le niveau de la sidérurgie allemande. La France y jouait, croyait-elle, sa sécurité et ses chances de développement.

Limiter l’industrie allemande, pourquoi ?

  • 79 Y I. 1944-49, 384, GCCA à CGAAA Paris, 16 janvier 1947, entretien Noiret-Clay.

121Le Benelux avait accueilli avec réserve la limitation de la sidérurgie allemande à 7 millions de tonnes (contre 12 millions pour la France). Clay qui ne ratait pas une occasion de contester la politique française, avait observé que Belges et Néerlandais ne désiraient pas réduire à la misère les Allemands – ce qui était vrai – et que les Néerlandais envisageaient même de prêter des dollars aux Allemands79.

122Les Hollandais étaient donc peu convaincus de la valeur de la politique française en Allemagne, mais cependant ravis comme les Belges et les Luxembourgeois que les Français les associent aux conférences internationales.

  • 80 Y I. 1944-49, 371, CGAAA, 9 janvier 1947, 134, du GFCCC Berlin, à CGAAA Paris, 752, 97e CORC, 7 ja (...)

123A Berlin, au Conseil de contrôle, le délégué français demandait la destruction des trusts allemands, mais il notait le peu d’intérêt des Russes80.

  • 81 Y I. 1944-49, 371, VL, 13 janvier 1947, EMDN, n° 76, DN, « Note particulière relative au niveau de (...)

124Les militaires français souhaitaient priver l’Allemagne des industries de guerre au sens large : industries d’armement et grande sidérurgie, moteurs, mais aussi les industries de la guerre moderne, telles les industries de précision, des métaux spéciaux, technologies nouvelles, électronique, produits radio-actifs. L’objectif était aussi de profiter du retard imposé à l’Allemagne pour pousser les feux de l’industrie française de telle sorte, disait le maréchal Juin, « que notre suprématie soit affirmée »81.

125Les Français avaient su faire passer l’idée qu’il fallait limiter l’industrie allemande pour garantir leur sécurité politique et économique, sans avoir été capables d’imposer leurs vœux.

Abandonner le cloisonnement économique en Allemagne

  • 82 52 J 157, ZFO, Présidence du Conseil, 14 mars 1947, résumé de rapports. Y I. 1944-49, 366, Sergent (...)

126Un moyen de tenir l’Allemagne était l’exploitation de la zone française. Les prélèvements étaient monnaie courante. Mais les Américains protestèrent contre les démontages dans la zone française. Ainsi lorsque les autorités françaises de Berlin expédièrent 1.500 machines en Sarre à des entreprises à capitaux français majoritaires, les syndicats allemands se rebellèrent. En mars 1947 tenant compte de ce rapport de force nouveau, le gouvernement français interdit tout prélèvement en zone française et tous transferts d’usines de Berlin vers la Sarre82. Les Allemands aspiraient à l’unité des zones.

  • 83 Y I. 1944-49, 384, Berlin, 3 janvier 1947, Seydoux, n° 4, 4, note de Clay à Noiret et Kœnig, 65, 2 (...)
  • 84 Y I. 1944-49, 384, Seydoux, 4 janvier 1947, n° 10. Annie Lacroix, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. (...)

127Le cloisonnement économique de l’Allemagne s’avérait de plus en plus délicat à maintenir, puisque la bizone avait été créée au début de 1947. Les Américains pressaient les Français de fusionner leur zone avec la bizone et Clay usa d’un tel ton envers les Français que Koenig éleva une protestation83. Ils firent régler en dollars les échanges inter-zones, enchérissant le prix de l’occupation pour les Français. C’est, écrit Seydoux, « une nouvelle pression pour nous amener à adhérer d’une manière ou d’une autre au récent arrangement anglo-américain »84.

  • 85 Y I. 1944-49, 384, c. r. réunion du 10 janvier 1947, cabinet du sous-secrétaire d’Etat aux Affaire (...)

128Les Français abandonnèrent la phase d’exploitation de leur zone, pour des raisons de relations avec leurs alliés. Le gouvernement de Léon Blum trancha pour l’élévation du niveau de vie des Allemands de la zone française, au prix de $ 250.000 supplémentaires d’importations supportés par la France et des accords commerciaux avec les autres zones85. Mais ils se résolvaient mal encore à une fusion économique.

  • 86 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 96. Alfred Grosser, Affaires extérie (...)

129Les Anglo-Saxons voulaient une Allemagne qui puisse vivre sans leur coûter, les Français et les Russes une Allemagne qui leur rapporte86. La France avait de la peine à être une grande puissance en Allemagne. L’hypothèse d’une annexion économique de la zone française avait été évoquée par Alphand début janvier, mais elle avait été écartée. Les Français en arrivèrent à accepter l’idée d’une fusion des zones occidentales, à condition d’en tirer argument pour obtenir du charbon et négocier d’autres questions plus importantes comme l’avenir de la Ruhr.

Nouvelle politique allemande de la France à la veille de la conférence de Moscou

  • 87 4 AU 23/dr 1, MAE, 17 janvier 1947, « Mémorandum relatif à l’organisation provisoire de l’Allemagn (...)

130Le gouvernement exprima dans deux mémorandums les thèses nouvelles sur l’Allemagne87.

131Les Français admettent l’unité économique allemande conformément aux décisions de Yalta. Ils défendent la création d’un état fédéral doté d’organes centraux faibles, contrairement à la thèse russe très centralisatrice et à la thèse anglo-saxonne moins radicalement fédératrice.

132Le mémorandum du 1er février 1947 définit le futur régime économique de la Ruhr. Il repousse bien entendu la stérilisation pure et simple du bassin. Il préconise un régime de contrôle international pour développer la production de charbon au profit des nations européennes et pour limiter la production sidérurgique allemande. La gestion serait assurée par un organisme international, la propriété des mines et des industries remise aux nations signataires du traité de paix. Il renonce à la thèse d’une séparation politique de la Ruhr d’avec l’Allemagne.

  • 88 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 120 ; sur un discours de Maurice Schumann au Forum de Cleveland (...)

133Les socialistes, mais aussi des membres du MRP ont fait évoluer la politique française. Maurice Schumann, Président du MRP, développait ces idées peu auparavant. Kœnig s’en félicitait car, reconnaissait-il devant Auriol, « on n’obtiendra jamais la séparation politique de la Rhénanie, de la Westphalie d’avec l’Allemagne »88.

134Il y a rupture avec la politique de de Gaulle et de Bidault sur la pulvérisation politique et économique du Reich. Blum dit d’ailleurs à Bidault au moment du passage des pouvoirs en janvier 1947 : « Il faut définir ce qui est juste et possible, ce qui est impossible ou déraisonnable ». Le Département d’Etat américain s’en était félicité.

135Cette politique nouvelle appelait des contreparties : l’accès au charbon allemand et le contrôle international de la Ruhr. Qu’en pensaient les alliés ? La conférence de Moscou pouvait être un grand moment à ce sujet.

Obtenir du charbon à Moscou

136Les Français attendaient aussi autre chose de cette conférence de Moscou : du charbon, conformément à la promesse faite à Blum par Bevin en janvier.

  • 89 Y I. 1944-49, 90, Londres, Gueronik, 9 janvier 1947, ECO, allocations février et mars. Année Polit (...)

137Certes l’insistance française auprès d’ECO (European coal organisation) avait abouti. L’organisation allouait à la France pour février et mars 1947, 26,3 % des disponibilités charbonnières offertes à l’exportation, au lieu de 24,6 %, mais la part de l’Allemagne régressait de 32,5 % à 23,6 %89. La décision d’ECO, utile, ne faisait pas l’affaire des Français, car le charbon allemand coûtait moins cher que le charbon américain (13 $ la tonne contre 22 $).

138Les services cherchaient à jouer sur les parts françaises en capital dans les mines allemandes de la Ruhr (mines Heinrich Robert) et d’Aix-la-Chapelle (mines Carolus Magnus, Karl Alexander, et Eschweiler) pour négocier le transfert total de la production de ces mines à l’économie française.

  • 90 Fontainebleau, 760335/1, note n° 4, mars 1947, à M. le commissaire aux Affaires allemandes et autr (...)

139On craignait le transfert à des Allemands, sous contrôle britannique, de la gestion des mines allemandes, y compris des propriétés étrangères. Le retour à une gestion allemande briserait les espoirs français de contrôler par l’Union Charbonnière Rhénane (UNICHAR), une organisation qui distribuait le charbon dans la zone française, la vente des charbons allemands en Allemagne du Sud, Suisse et Nord de l’Italie90. Des pans entiers d’une ambition française, exprimée en son temps par Mendès France et ayant pour objet de remplacer l’Allemagne sur les marchés européens risquaient de s’effondrer.

  • 91 Année Politique 1947, mars p. 55.
  • 92 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 673, Annexe III, 6 ma (...)

140Toute cette ambiance explique pourquoi Bidault partit pour Moscou avec la ferme intention d’en ramener du charbon. Il en fit le premier point de son intervention initiale et même une question préjudicielle, d’après Pierre-Olivier Lapie91. Le charbon avait été aussi le premier thème des entretiens entre Auriol et Marshall en route pour Moscou, le 6 mars. Marshall avait été chaleureux, mais il n’avait rien promis, sinon une décision rapide. Mais Auriol avait cru l’avoir convaincu : « Marshall, dit-il, a compris notre situation et partagé nos inquiétudes. » Marshall avait été apaisant : « Je reviendrai avec du charbon et un plan d’aide et de sécurité. » Mais rencontrant Ramadier, il lui avait affirmé vouloir régler à la fois la restauration économique de la France et le redressement allemand92.

L’accord sur le charbon allemand, un alignement de la France ?

  • 93 Y I. 1944-49, 91, Moscou, Bidault, 11 mars 1947, 726-31. V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. (...)

141Bidault mesura vite que le charbon allemand était devenu un moyen de pression des Anglo-Saxons pour faire accepter à la France l’unité économique allemande, ou au moins la fusion des trois zones. Il comprit les risques d’inféodation aux Américains. Le Quai d’Orsay émit les plus expresses réserves, refusa tout marché, réclama l’équité93.

  • 94 Y I. 1944-49,91, Moscou, 14 mars 1947, 762-63, pour Monnet.

142Les Américains admirent une ré-industrialisation plus lente de l’Allemagne, sans accepter qu’elle puisse distraire pour l’exportation plus de 3 ou 4 millions de tonnes de charbon par an94. Une misère par rapport aux 6 millions de tonnes de charbon allemand réclamées par la France

  • 95 Y I. 1944-49, 185, 14 mars 1947, Teitgen à Bidault. Y I. 1944-49, 185, como 44, 18 mars 1947, très (...)

143Le 14 mars, Teitgen, ministre des Affaires étrangères a. i. rappela à Bidault les objectifs français : 500.000 tonnes par mois au 1er juillet 1947 et 1 million de tonnes au 1er janvier 1948. Mais il laissa entendre que la France pourrait adhérer à l’accord bizonal, Sarre exclue, à défaut d’un accord à quatre sur l’Allemagne95. L’essentiel serait sauvegardé : la priorité à la sidérurgie française, le refus d’administrations politiques centrales allemandes et la gestion quadripartite de la Ruhr et de la Rhénanie. La politique allemande de la France se réduisait à l’essentiel : l’accès au charbon allemand pour servir le développement économique national.

144Mais agir ainsi serait conclure un marché avec les Anglo-Saxons, c’est-à-dire négocier le droit inaliénable de la France aux réparations. L’innovation était dans l’acceptation d’un marchandage de la position française sur la Ruhr si satisfaction était donnée à la France sur le charbon. Le problème de l’alignement était posé. Car comment concevoir que les Anglo-Saxons acceptent toutes les positions françaises sur l’Allemagne ? Elle résidait aussi dans la soudaineté. Preuve que cette solution mûrissait dans certains esprits.

  • 96 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 113 et seq.

145Un accord à trois serait bien vu des Américains. Mais peut-on conclure au traquenard contre l’URSS96 ? Il n’en est rien puisque la solution de Teitgen était le fruit des circonstances. Teitgen a cherché à faire passer l’intérêt économique de la France avant l’entente avec l’URSS. Serait-elle négociée ?

  • 97 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 144, 17 mars 1947.

146Cette politique n’était pas voulue par Ramadier. Elle traduisait les contradictions de la coalition au pouvoir. Auriol manifesta d’ailleurs une résistance à un accord à trois. Mais Bonnet lui conseilla la prudence car, estime-t-il, après le discours de Truman du 12 mars 1947, les Américains agissent pour la défense du monde libre97. Faut-il entrer dans le jeu des Américains ? Deux doctrines s’affrontaient chez les Français. Il était difficile alors de dire laquelle l’emporterait.

  • 98 Y I. 1944-49, 399, Paris, Chauvel, 18 mars 1947, à Massigli. Y I. 1944-49, 185, como 55, G. Bidaul (...)

147Un accord sur le charbon passait par Bevin. Chauvel suggèra que Léon Blum rappelle à Bevin que la Ruhr n’est pas une « fabrique de bicyclettes » et sa promesse de charbon de janvier 1947. Bevin sollicité par Bidault fit le sourd puis répondit « avec une certaine violence »98.

  • 99 Y I. 1944-49, 185, Bidault, Moscou, 18 mars 1947, 854-61, como, 44, très secret ; Année politique (...)
  • 100 Y I. 1944-49, 185, como, 47, 18 mars 1947, à Paris, Baden, Berlin, como 48, idem. Y I. 1944-49, 37 (...)

148Les Français n’excluaient pas un appui russe. Or Catroux et Bidault s’entendent dire par Staline et Molotov que l’URSS s’oppose à une fédération allemande et qu’elle émet des réserves sur l’intégration économique de la Sarre à la France. En revanche ils s’accordent sur l’idée d’un contrôle à quatre de la Ruhr dont Anglais et Américains ne veulent pas99. Comble d’ironie ! Bevin trouve en Molotov un allié pour faire passer la production sidérurgique allemande de 7,7 millions de tonnes à 12 millions de tonnes, contre l’avis des Français. Les Français sont prêts toutefois à concéder le relèvement des industries de transformation allemandes contre un relèvement industriel français, mais Bidault veut d’abord un accord sur le charbon et la Sarre avant toute concession sur le niveau industriel allemand100.

  • 101 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 168, 25 mars 1947. Y (...)

149Enfin, Bevin prononça les mots d’apaisement attendus. La reconstruction de l’industrie allemande, dit-il, « serait réalisée progressivement, en tenant compte de la nécessité de porter du charbon par priorité vers les pays libérés »101. Bevin a-t-il cédé aux objurgations des Français ? Rien n’est moins sûr car peu avant il se prononçait contre les augmentations d’exportations de charbon et contre l’internationalisation de la Ruhr. Mais le 21 mars, Dulles avait désapprouvé les projets anglais de socialisation de la Ruhr. Marshall avait manifesté son appréhension d’un relèvement allemand trop rapide et soutenu les revendications françaises sur la Sarre. Dulles avait promis aux Français que si la fusion des zones était réalisée, ils auraient leur voix au chapitre sur le charbon.

  • 102 Y I. 1944-49, 185, como 55, à Paris, Baden, Berlin, 20 mars 1947, Bidault, como 54 du 19 ou 20 mar (...)

150Le 1er avril Bevin déclara pouvoir régler à la satisfaction de la France la question du charbon102.

151L’accord se fit avec les Britanniques et les Américains pour offrir à la France un minimum de 21 % puis de 25 % de la production de la Ruhr, au lieu des 18 % actuels, mais seulement quand la production atteindrait 280.000 tonnes puis 340.000 tonnes par jour. Dans cette hypothèse la France recevrait 500.000 tonnes par mois de la Ruhr. Les ressources de la Sarre seront incluses dans celles de la France à partir du 1er mai 1947.

  • 103 Y I. 1944-49, 90 ; Londres CO, 25 février 1947, pour allocations du 2e trimestre 1947. Y I. 1944-4 (...)
  • 104 Y I. 1944-49, 91, Moscou, 3 avril 1947, DAEF, à Moscou, 1663 et 3 avril 1947, Moscou, 1148 bis et (...)

152Le gouvernement français pouvait être heureux. Monnet fit transmettre à Bidault ses félicitations103. Après la phase d’enthousiasme, Monnet demanda à Bidault un nouvel effort. Il voulait une augmentation immédiate des livraisons, mais Alphand ne crut pas possible de se lancer dans une seconde négociation avec les Britanniques104.

  • 105 Y I. 1944-49, 186, MAE, HA. 28 avril 1947 « Observations générales sur les discussions de la confé (...)

153L’accord fut signé à Moscou le 19 avril, pour une durée de 6 mois par les trois occidentaux. L’accord reconnaissait à la France le droit de se rattacher économiquement la Sarre sous réserve d’un accord international105.

154L’accord apportait une amélioration fondamentale à terme de la situation de la France dans le domaine de l’énergie. En attendant le fonctionnement de l’accord, les problèmes du court terme restaient non résolus. D’autre part, l’accord ne disait rien de la proportion de coke exporté. Or la sidérurgie française manquait de coke.

155L’attitude américaine avait été décisive dans la satisfaction des revendications françaises. Les Russes n’étaient pas prêts à défendre la position française en Sarre et ils n’avaient pas de pouvoir sur la Ruhr. Les Américains ont fait évoluer les Anglais. Cherchaient-ils à créer un front commun occidental ? Sans doute, puisqu’ils plaidaient pour la fusion des zones occidentales. L’ont-ils obtenu ? Cet accord était-il un reniement de la politique française de balance entre Russes et Américains ?

Succès français sur le charbon, échec sur l’internationalisation

156La France ne s’était pas alignée sur la politique anglo-américaine en dépit de l’aide apportée par Marshall à la France.

157La conférence avait aussi traité des questions de réparations. Or depuis le 26 mai 1946, les Anglais et les Américains avaient suspendu les démontages et les livraisons des biens d’équipements allemands à l’Agence. L’Agence avait reçu au 31 janvier 1946 143 usines, livré des navires, les machines de 51 usines de guerre. La France avait hérité d’un paquebot, Europa, rebaptisé Liberté.

  • 106 Y I. 1944-49, 366, Catroux, 1105-06, 1er avril 1947. 52 J 157, « Exposé de Jacques Rueff, présiden (...)

158Les Anglais s’opposaient aux prélèvements sur la production courante, les Russes y étaient favorables, comme les Français mais à condition de ne pas relever le niveau industriel allemand, ce qui était contradictoire. Jacques Rueff, président de l’Agence, exposa aux Quatre le mécontentement des états membres de l’Agence des réparations. Son discours tenait à la fois de l’appel au secours et du constat de décès106. Il n’y eut pas d’accord sur cette question, ni à trois, ni à quatre.

  • 107 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum... op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 97-99.

159Alors que Bidault avait obtenu du charbon et le rattachement économique de la Sarre à la France, il parlait encore le 10 avril de l’autonomie complète d’un Etat Rhénan107. Clauses de style ? Hypocrisie diplomatique destinée à masquer son alignement ? L’accord ne stipulait aucun engagement de la France mais des paroles favorables à la fusion avaient été prononcées.

  • 108 Y I. 1944-49, 186, Moscou, 22 avril 1947, 1505-14, très secret. 4 AU 23/Dr 3, Georges Bidault à V. (...)

160L’application de l’accord tripartite sur le charbon dépendait des Anglais et des Américains. La France pouvait-elle dans ces conditions battre en brèche longtemps encore leur politique en Allemagne, critiquer le relèvement allemand dès lors qu’elle avait accès au charbon allemand ? De plus Bidault demandait officieusement à Marshall une aide économique et financière. Bidault perçut le danger d’une inféodation puisqu’il précisa que l’absence ou la réalisation du concours américain n’influenceraient pas la politique française. Mais il écrivit à Auriol le 10 avril que Marshall, et non Molotov, avait soutenu la France sur la Sarre, « non sans quelques contreparties »108. Etait-ce la fusion des zones, la fin des réparations ?

  • 109 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum... op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 100. Y I. 1944-49, 186, 16 m (...)

161La commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale lui demanda quels sacrifices il faudrait faire dans les prochaines conférences internationales. Bidault démentit publiquement toute évolution de la politique française. Ramadier et Auriol calmèrent les inquiétudes du leader communiste Maurice Thorez sur la continuité de la politique française en Allemagne (fusion et réparations)109.

  • 110 Sur le bilan de la conférence voir Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jo (...)

162L’accord tripartite sur le charbon allemand marquait pourtant une rupture pour la France. Elle s’habitua à régler les problèmes à trois, tout en dénonçant la politique des blocs110. A Moscou, la France avait éprouvé l’intérêt d’un rapprochement avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne plutôt qu’avec l’URSS. L’accord sur la charbon et la Sarre, habilement mené par Marshall, a fait comprendre aux Français qu’ils avaient des amis à l’Ouest.

Contestation vigoureuse de la politique française en Allemagne

163L’accord à trois sur le charbon et la Sarre révéla progressivement ses conséquences. L’annonce du plan Marshall, la part énorme que la France prit à son succès, renforçèrent la critique américaine de la politique française en Allemagne.

  • 111 CE 44, Charpentier, Moscou, 23 juin 1947, n° 1970-73. CE 44, Washington, 4 juillet 1947, Bonnet, n (...)
  • 112 Y I. 1944-49,11, direct. Europe, 18 juin 1947, « Note pour M. Couve de Murville, a/s incidences po (...)

164Le relèvement allemand était explicitement demandé dans le discours de Marshall du 5 juin. Bedell-Smith, ambassadeur américain à Moscou, affirma l’intention des Américains de redresser l’Allemagne, arrière-pays naturel de la Belgique et des Pays-Bas, « n’en déplaise aux Français », mais toutefois après la France111, tandis que le Quai d’Orsay se demandait encore s’il fallait admettre les zones occidentales au plan Marshall en cas de non-participation soviétique112. L’Allemagne occidentale participa au plan Marshall sans que la France n’y puisse rien.

165Officiellement la politique américaine visait à redresser l’Allemagne pourvu qu’elle se mît au service de l’Europe. Cette problématique était-elle acceptable par les Français ?

166Les Français continuaient de penser en termes de limitation du potentiel industriel allemand et de développement prioritaire de l’économie française, tout en regrettant de ne pouvoir coopérer avec les Russes. Les Américains n’étaient pas d’accord avec le premier terme, ils étaient favorables au second, équivoques sur le troisième. L’action de la France visait à négocier des garanties politiques et économiques sur la base du second terme.

Les Américains brûlent les étapes

167Le plan Marshall débrida l’action de Clay pour contrer la France en Allemagne. Robertson, commandant en chef britannique en Allemagne et Clay décidèrent de prendre seuls des décisions sur le niveau de la production industrielle allemande et donc sur l’avenir de la Ruhr. Bidault, le 9 juillet, avait pourtant mis en garde Clayton, sous-secrétaire d’Etat américain pour les affaires économiques, contre toute modification unilatérale de la situation de la Ruhr. Il pensait à son front intérieur et aux communistes français qui accusaient les Anglo-saxons de relever prioritairement l’Allemagne. Bidault réclama la mise en vigueur de l’accord de Moscou sur le charbon. Or Clayton répondit qu’il fallait d’abord augmenter la production d’acier et de charbon de la Ruhr.

  • 113 457 AP 20, Bidault/Clayton, « Conversations du 9 juillet 1947 » et FRUS II, 1947, p. 983-98.

168Cette réponse insatisfaisante offrit l’occasion à Bidault de rappeler que la conférence des Seize du plan Marshall ne rendait pas caducs les engagements antérieurs. Elle n’impliquait ni la fusion des trois zones occidentales, ni l’abandon de la politique française sur la Ruhr, ni celle sur les réparations, ni celle sur le niveau sidérurgique allemand. Bidault voulait « que l’on s’occupe de la reconstruction de la France avant celle de l’Allemagne »113. Cette conversation, dont nous possédons le compte rendu, prouve qu’il n’y avait pas eu de marché à Moscou.

  • 114 Alan S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 71-72. B 9890, Jacques Rueff, « Rapport des acti (...)

169Les décisions des deux commandants en chef américain et britannique le 12 juillet 1947 furent ressenties en France comme un camouflet. Les mines allemandes seraient gérées par des Allemands, la production d’acier portée à 11,5 millions de tonnes, la production de machines outils augmentée, les listes de démantèlement révisées, le nombre d’usines affectées aux réparations passant de 1800 à 858114.

  • 115 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 366-367, 23 juillet.
  • 116 CE 44, HA. DAEF, 18 juillet 1947, à Londres, 1974-83, Washington, Berlin.

170Le conseil des ministres se demanda le 23 juillet s’il fallait prendre le risque d’une alliance à trois plutôt qu’à quatre. Le choc avec les soviets serait inévitable115. Le gouvernement protesta contre les manquements américains aux principes de sécurité et des réparations. La surprise prévalait chez ceux qui avaient manifesté leur confiance dans les Américains. Ces décisions remettaient en cause l’esprit de la conférence des Seize : « La France doit s’y opposer pour des raisons évidentes de sécurité » écrit Alphand116.

Les Français se sentent trompés

  • 117 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne, 38, c. r. rencontre Bidault/Bevin, 25 juillet 1947
  • 118 Y I. 1944-49, 376, 18 juillet 1947, MAE, à Londres, 1964, Washington 2222, et tél. 2332-34 à Washi (...)

171Bevin, désemparé par les conséquences des décisions des deux commandants de zone, prétendit défendre les intérêts français dans la Ruhr contre Clay ! Bidault lui dit alors : « Si une décision est prise avant que j’aie eu l’occasion de lever le petit doigt, je vous annonce que tout peut être remis en cause »117. C’est-à-dire le plan Marshall. Mais dans la panique du moment, le Quai d’Orsay perdit un atout précieux. Il admit officieusement la fusion des trois zones que Bidault refusait encore le 9 juillet, contre le retrait des décisions des commandants anglais et américains118.

  • 119 AMF 14/1/2, « Note de Jean Monnet au Président », 17 juillet 1947.

172Monnet plaida contre tout abandon du plan Marshall et de la coopération européenne, mais il fut manifestement stupéfait des décisions de Clay et de Robertson. Elles placent « le négociateur et le gouvernement français dans une position intolérable et qu’il ne peut l’expliquer à son opinion »119. Cependant dans une longue note de 13 pages du 22 juillet, il défendit le relèvement allemand parce que la France a besoin des crédits américains. Il ouvrait des perspectives nouvelles.

  • 120 AMF 14/1/3 et 14/1/4, 22 juillet 1947, « Mémorandum de Jean Monnet pour G. Bidault, sur la confére (...)

173En effet il tentait de définir un « mode d’emploi européen » du relèvement allemand en fonction des besoins de l’Europe et une internationalisation de la Ruhr pour préserver les liens avec les Soviétiques. La Ruhr doit devenir « un actif européen », contre l’abandon par la France de positions extrêmes120.

  • 121 4 AU 23/Dr 4, « Mémorandum de Monnet remis à G. Bidault ». AMF 14/1/6, non daté, fin juillet, vrai (...)

174Monnet n’a pas renoncé à un consensus à Quatre sur l’Allemagne comme il n’a pas renoncé au consensus intérieur. Monnet veut que la France prenne l’initiative de régler le problème de la Ruhr, à défaut de devoir abdiquer devant les forces américaines. Ce grand projet pour l’Europe devrait être préparé entre les trois occidentaux, avant la conférence de Londres des quatre ministres des Affaires étrangères fin 1947, « sinon nous pouvons nous trouver coupés de la Russie, ce qui est fait pour un temps, en opposition avec les Etats-Unis sur le plan allemand, ayant besoin de crédits, avec une opinion publique anxieuse et au moment même où les circonstances économiques intérieures se seront aggravées »121.

  • 122 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 386, 3 et 6 août 1947.

175Monnet envisageait donc une position commune des trois occidentaux sur l’Allemagne qui tiendrait compte de la politique française d’internationalisation de la Ruhr, de façon à satisfaire l’opinion française et tenter les Soviétiques d’y adhérer. Bidault s’engagea dans cette voie122.

176Cette politique était à l’opposé de celle de Clay qui voulait une augmentation immédiate de la production allemande, une gestion allemande de la Ruhr avec pour conséquence la rupture avec les Soviétiques et les Français. La proposition de Monnet avait une chance de réussir parce que, pour la première fois depuis longtemps, les Américains avaient besoin de la France pour réussir le plan Marshall.

  • 123 CE 44, DAEF, 10 juillet, tél. 2313-16, sur l’impatience américaine, voir D. Yergin, La Paix saccag (...)

177La crise offrait quatre enseignements : la faiblesse de Bevin face aux Américains ou son double jeu, l’incohérence de l’exécutif américain face au général Clay, le peu de confiance des Américains dans la France, la propension de Clay à favoriser le capitalisme allemand dont la presse rapportait la jonction avec Wall Street123.

La tactique de Monnet est déjà dépassée

178L’alerte de juillet avait été chaude, l’attaque de Clay fulgurante. Les Français mesuraient la puissance des Etats-Unis en Europe.

  • 124 Y I. 1944-49, 376, 25 juillet 1947, Paris à ambassade de France à Washington, 2322-34.

179La réaction française au coup de force de Clay entraina la convocation d’une conférence tripartite anglo-franco-américaine pour les 22-28 août sur le niveau industriel de la Ruhr. La décision JCS 1779 contestée avait été suspendue le 25 juillet 1947124.

  • 125 CE 46, VL, DAEF, 11 août 1947, à Londres, Washington, Berlin, « L’Allemagne et les propositions Ma (...)

180Le Quai d’Orsay prépara un projet en recul sur la politique antérieure de la France. Il renonça à défendre un niveau définitif de production pour la sidérurgie allemande. Mais devant les Seize, Alphand s’en tint toujours à 7 millions de tonnes et obtint le soutien des Européens125.

  • 126 Y I. 1944-49, 399 à 40 DAEF, 5 août 1947, DG, « Note sur la gestion des aciéries de la Ruhr ».

181L’internationalisation de la Ruhr formait le point décisif des instructions. La Ruhr serait placée sous la direction des quatre grandes puissances. En cas de refus soviétique, sous la seule direction des Français, Britanniques, Américains, Belges, Néerlandais, Luxembourgeois et d’Allemands. Le contrôle international dirigerait une administration allemande et des ingénieurs alliés126. L’essentiel était de contrôler la production allemande pour éventuellement la limiter.

  • 127 4 AU 23. Dr4, V. Auriol à G. Bidault, Rambouillet, 7 août 1947, publié dans le Journal, op. cit. ;(...)

182Auriol, de son côté, proposa à Bidault la création d’une organisation internationale de la Ruhr sur le modèle de la Tennessee Valley, dont la propriété pourrait être concédée à l’ONU, et la gestion assurée par les Etats riverains, l’état Rhénan et les syndicats allemands127. On sent qu’Auriol tentait de satisfaire tout le monde y compris les travaillistes anglais. Faut-il y voir la patte de Monnet ou des socialistes ?

183Les experts charbonniers américains et français arrivèrent à un accord préalable le 14 août pour la création d’un bureau international chargé « de répartir la production de charbon, d’acier et de coke de la Ruhr entre la consommation allemande interne et les exportations ».

  • 128 A. S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 74-75. V. Auriol, Journal. op. cit. ; voir bibl. n (...)

184Les Américains avaient donc évolué. Or voilà que ce progrès très intéressant pour les Français était bloqué par l’administration américaine sous prétexte de réserver la décision à la conférence tripartite de Londres128.

  • 129 Année politique 1947, p. 163 et 205.

185Dans le même temps, des conversations anglo-américaines à Washington sur le charbon aboutissaient à reprendre un des points de JCS 1779. La gestion du charbon de la Ruhr était confiée à des Allemands contrôlés par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne129.

  • 130 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 402, Conseil des ministres du 2 (...)

186A la veille de la conférence tripartite, Bidault voit Clayton et Caffery qui insistent sur le relèvement sidérurgique allemand. Bidault est d’accord si l’Allemagne est contrôlée durement. Alors les Américains esquissent un marché : la France recevrait davantage de charbon en échange du relèvement allemand. Mais Américains et Français ne sont toujours pas d’accord sur le futur statut de la Ruhr130.

  • 131 Y I. 1944-49, 376, circ. IP, 219, 29 août 1947, « Exposé d’Alphand et de Massigli du 22 août 1947  (...)

187La conférence s’ouvre le 22 août à Londres. Les thèses françaises ont été assouplies par rapport à la première mouture. Alphand accepte un relèvement allemand s’il ne prive pas les Européens des ressources nécessaires à leur développement. Il demande pour la France du coke en échange de la fixation d’un nouveau seuil de production d’acier allemand à 11,5 millions de tonnes, d’une limitation de la production (et non plus une interdiction !) des industries de machines-outils, goudrons, colorants, chlore. Les Américains pressent les Français d’accepter la révision à la hausse de la production allemande d’aluminium, de béryllium, de vanadium, de magnésium, donc des industries stratégiques. Les Français accepteraient si l’industrie électronique allemande était limitée131.

  • 132 Y I. 1944-49, 367, série de télégrammes d’octobre à décembre 1947.

188Pendant ces palabres, les Américains n’hésitent pas à résister aux démantèlement de Borsig à Berlin. Ils tergiversent sur les interdictions de fabriquer des navires de haute mer. Ils contestent des saisies de wagons allemands par les Français132. L’épreuve de force sur l’Allemagne avec les Français était donc engagée à la faveur du plan Marshall.

  • 133 Y I. 1944-49, 376, DAEF, 13 septembre 1947, à Londres 2325, Washington, 2706-11.

189Les Français condamnent le nouveau projet anglo-américain de gestion des mines de la Ruhr. Ils y voient la naissance d’un gigantesque cartel, « à la disposition des dirigeants allemands de ce cartel ». « Vraiment, s’étonne V. Auriol, la politique américaine [...] est injuste et étourdie »133. Ramadier ne croit plus qu’une évolution soit possible. La conférence débutait très mal pour la France qui n’obtient aucune garantie pour le relèvement prioritaire de sa sidérurgie.

  • 134 Y I. 1944-49, 376, 26 août 1947, 1910, Massigli. Communiqué franco-anglo-américain à l’issue des c (...)

190Le 25 août, les Anglo-saxons font une concession. Ils déclarent que l’Allemagne doit servir l’intérêt général. Mais les Français sont dépités : « Nous n’avons, M. Alphand et moi-même », écrit Massigli, « aucune illusion sur l’insuffisance, du point de vue français, de ce texte qui est fort éloigné de celui que nous nous étions efforcés d’obtenir »134.

  • 135 Y I. 1944-49,91, DAEF 25 septembre 1947, « Note pour le ministre, approuvée par le Conseil des min (...)

191Les Français persistent. Une conférence charbonnière tripartite se tient à Berlin du 8 au 11 septembre. Elle accorde ce que les Français désiraient : une échelle mobile pour les exportations de coke vers la France et une amélioration de l’accord de Moscou : Les exportations de charbon allemand passeront à 30 % de la production de la Ruhr quand celle-ci atteindra 400.000 tonnes par jour135.

  • 136 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 127, mais d’après Matthews du Département d’Etat, a (...)

192En échange, on attend que la France accepte le chiffre de production d’acier allemand de 11,5 millions de tonnes. Les Français obtiennent enfin ce qui était prévu depuis Moscou : l’intégration des ressources sarroises au patrimoine français malgré les réserves américaines mais les Américains lient leur accord à l’acceptation de la fusion des zones occidentales136. A ce titre l’action de la France pour l’accès au charbon est positive. Il est payé néanmoins de concessions fort éloignées de l’esprit de Moscou.

La renaissance allemande, un élan incontrôlable

193La France ne peut guère enrayer le puissant mouvement en faveur d’une gestion allemande de la Ruhr. Devant l’évidence de la renaissance allemande, les Français s’emploient à imposer l’internationalisation de la Ruhr.

  • 137 Y I. 1944-49, 399, Washington, 23 septembre 1947, sur réunion au DE entre Bonnet, et Marshall du 1 (...)

194La France subit en fait un projet de statut de la Ruhr dont elle ne veut pas (la gestion allemande). Certes la création d’une autorité internationale de la Ruhr n’est pas exclue à terme, mais elle n’est pas la préoccupation majeure des Alliés. Les Américains se déclarent disposer à accepter tout au plus une AIR avec des pouvoirs de répartition de la production137.

  • 138 Y I. 1944-49, 366, Agence internationale des réparations, revue de presse du 27 août au 9 septembr (...)

195La France a accepté la fusion des zones. Elle est sur le point d’accepter le relèvement sidérurgique allemand à 11,5 millions de tonnes contre du coke et des limitations hypothétiques de production dans d’autres secteurs industriels allemands. La presse française ne croit plus à l’objectif de 12 millions de tonnes d’acier français pour 1951138.

  • 139 Y I. 1944-49, 372, Boysson, chef de la division production industrielle GFCC, Berlin, « Sur le pla (...)

196Les Américains s’organisent pour porter à 10,7 millions de tonnes le niveau de la sidérurgie allemande dans la bizone, les meilleures usines sidérurgiques allemandes sont conservées : Mannesmann à Huckingen, Krupp à Rheinhausen, Hoetsch à Dortmund. Les alliés maintiennent les usines de machines-outils modernes, annulent les démantèlements sur des industries interdites, et des sénateurs américains en visite à Berlin dénoncent à la radio les réparations. La liste des démantèlements passe de 1600 à 713 usines139.

197Si le gouvernement français n’a pas rompu des négociations somme toute décevantes, c’est qu’il jugeait les reculs sur sa politique allemande compensés par les avantages du plan Marshall et de la coopération intereuropéenne. Officiellement, la France à la fin de l’été n’a rien abandonné de ses positions antérieures sur l’Allemagne. Mais la manière dont elle est traitée par les Russes à Moscou ou les Américains et les Anglais dans l’été 1947 offrait un sujet de méditation et de consternation pour les Français à propos de leur influence dans le monde.

198Les comportements américains justifiaient les critiques des adversaires du plan Marshall et gênaient une vraie coopération intereuropéenne. Le prix du plan Marshall pouvait paraître lourd puisque la sécurité de la France n’était pas assurée et son développement économique douteux à cause du relèvement allemand.

199Le risque a été pris. L’eût-il été dans des circonstances moins périlleuses sur le court terme ? La France reculait sur sa politique allemande parce qu’elle ne pouvait pas faire autrement et parce qu’elle ne pouvait payer ses importations essentielles. Mais Bidault et le gouvernement n’ont sans doute pas pris la mesure des concessions qu’il convenait de faire quand ils ont accepté avec fougue l’aventure du plan Marshall. Monnet rêvait de contraindre les Américains au nom de la logique même de leur intervention en Europe à internationaliser la Ruhr. Il n’a pas réussi.

La cassure entre l’Est et l’Ouest à Londres, le 25 novembre 1947

200Le provisoire aurait dû cesser sur l’Allemagne à la conférence des ministres des Affaires étrangères de Londres.

  • 140 Léon Blum, Œuvres, 1947-50, op. cit, voir bibl. n° 25, p. 94-95, Le Populaire, « La politique inte (...)

201Léon Blum escomptait une « happy end » sur l’internationalisation de la Ruhr, les réparations et la Fédération du Reich140.

  • 141 Y I. 1944-49, 201, PL, 4 novembre 1947, « Instructions pour la délégation française à la conférenc (...)

202Les instructions françaises étaient des plus conservatrices comme si rien ne s’était produit dans l’été. Elles contestaient l’unité économique allemande qui mettait un frein aux exportations de charbon. Les Français se résigneraient à l’élévation de la production allemande si la Ruhr n’envoyait pas de charbon dans la zone soviétique. On retrouve encore dans ces instructions la notion d’indépendance politique de la Ruhr et de la Rhénanie. La France voulait des réparations sur la production courante sans que le potentiel allemand augmente141.

203Ces positions maximalistes sont curieuses, car elles sont sans imagination et dépassées par les événements de l’été 1947.

  • 142 52 J 157, EMDN, 266/DN/1/5R, 18 octobre 1947, Jean Humbert, chef d’état-major général adjoint, de (...)
  • 143 Y I. 1944-49, 201, GC, 12 novembre 1947, 1re étude, revue le 20 novembre. V. Auriol, Journal..., o (...)

204Les Français d’accord entre eux pour l’internationalisation de la Ruhr, l’étaient moins sur la fusion des zones. Massigli, les militaires, au nom de la lutte contre les Soviétiques, recommandaient la trizone142. Les Américains, de toutes façons, agiront sans la France si nécessaire. Il faut donc négocier au mieux la fusion. Mais Auriol et Koenig comprirent que c’était, hélas ! le meilleur moyen de se couper définitivement des Russes143. La fusion était une fatalité.

  • 144 Y I. 1944-49, 201, Londres, 29 novembre 1947, 2898-2904, de Bidault, qui a vu Marshall. Léon Blum, (...)

205Les Américains invitèrent les Français à ne pas leur faire d’ennuis sur le niveau de l’industrie allemande dans la bizone. Bidault s’exécuta, puisqu’il écrivit à Paris : « Je n’avais fait aucune allusion aux problèmes de la Ruhr et de la Rhénanie... » Il parla cependant d’un régime spécial pour la Ruhr que Léon Blum traduisit par « nationalisation internationale de la Ruhr »144.

  • 145 A. S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 242 ; Y I. 1944-49, 202, « Déclaration de Bidault (...)

206Le 5 décembre, Bidault accepta l’unité économique de l’Allemagne et le niveau de production d’acier à 11 millions de tonnes, contre des garanties de sécurité et de priorité au relèvement des pays victimes de l’Allemagne. Milward estime que les Américains ont accepté en échange de parler d’une autorité internationale de la Ruhr à contre-cœur145.

  • 146 Y I. 1944-49, 367, « Conférence par P. J. Simon, chargé de mission au ministère des Finances et de (...)
  • 147 Année politique 1947, p. 205 et 241.

207Sur les réparations, les Français envisageaient encore des prélèvements sur la production courante, comme les Russes. Mais ils ne se sentaient plus d’humeur à insister à cause du plan Marshall : « La France doit penser à la fois européen et transatlantique » notait un fonctionnaire146. Les Anglo-Saxons s’en tinrent au plan des réparations fixé unilatéralement en octobre : 682 usines au lieu de 2.000 seront démantelées, les avoirs allemands à l’étranger seront partagés. La France pouvait espérer recevoir environ $ 150 millions147.

208La violence des affrontements entre Anglo-Saxons et Russes ruina toute entente sur la Ruhr et l’Allemagne en général. La conférence se sépara le 15 décembre sur un échec.

Naissance de la solidarité occidentale, le 17 décembre 1947

209Aussitôt l’échec enregistré, Marshall et Douglas rencontrèrent Massigli et Bidault pour leur proposer la fusion des trois zones, une réforme monétaire en Allemagne, un accord commercial entre les trois zones, un accord financier entre la Sarre et l’Allemagne, la solution à 3 du problème de la Ruhr. Pour eux, « le vrai danger aujourd’hui est de voir les Russes tenter d’utiliser contre nous la force germanique et les Allemands essayer de leur côté de se servir des Russes pour atteindre leurs propres buts ». Le fantôme de Rapallo hantait à point nommé les chancelleries.

  • 148 Y I. 1944-49, 382, direct Europe, JCP, 12 janvier 1948, note.

210Bidault accepta car il crut comprendre qu’à l’occasion de la fusion, les Américains marcheraient vers l’internationalisation de la Ruhr. Les services étaient moins optimistes que le ministre. La France, estimèrent-ils, est mise devant le fait accompli. La nécessité de recourir aux Etats-Unis pour sa vie quotidienne « limite singulièrement quoi qu’on puisse prétendre, notre liberté d’action à l’égard des Etats-Unis »148.

  • 149 CE 46, Bidault, Londres, 17 décembre 1947, « Conversations avec Marshall, Alphand avec Clay ».

211L’accord de Berlin sur le coke était enfin publié en échange de l’acceptation par la France des 11,5 millions de tonnes d’acier allemand149.

  • 150 Papiers Elgey, entretien de G. Elgey avec Jacques de Bourbon-Busset, 16 septembre 1964.

212L’aide américaine, utile sans conteste, avait pour corollaire la fin d’une politique française autonome en Allemagne. La France était condamnée à s’entendre avec les Anglo-Saxons150, à moins de se marginaliser complètement ou de s’allier avec l’URSS. C’était inimaginable.

  • 151 Raymond Aron, 50 ans de réflexions politiques, Mémoires, Julliard, 1983, p. 256.

213Contrairement à une idée simplificatrice151, la fin de l’autonomie de la politique française en Allemagne ne datait pas de Moscou mais de l’été 1947 et de la conférence de Londres en décembre 1947. Le refus soviétique de reconnaître le rattachement économique de la Sarre à la France y avait contribué, mais la logique du plan Marshall, le refus des Américains et des Anglais d’un contrôle quadripartite de la Ruhr furent des facteurs puissants en faveur d’un alignement. La crise des devises de 1947, l’aide attendue des Américains disaient bien où se trouvait l’intérêt du pays s’il voulait vivre.

214Bidault entra dans la logique des blocs après Londres quand il fit son deuil d’un accord à quatre sur l’Allemagne. Bidault, le gouvernement Ramadier, Auriol, avaient tenté l’impossible : assurer la sécurité de la France en s’appuyant sur des thèses plus réalistes que celles de de Gaulle. Ces thèses parurent encore trop dures aux Anglais et aux Américains.

  • 152 Y I. 1944-49, 202, Londres, 17 décembre 1947. Y I. 1944-49, 229, « Entretiens Bevin/Bidault, Marsh (...)

215L’échec de Londres renforçait la conviction que l’URSS était un danger pour la France. Les événements sociaux de novembre 1947 ont certainement eu leur rôle dans cette conviction. Bidault accepta des conversations militaires franco-britanniques, lui qui, avant l’événement, pressentit que « la prochaine étape de la diplomatie soviétique pourrait être un effort pour se débarrasser du docteur Bénès »152.

216Les conversations informelles à trois des 17 et 18 décembre 1947 étaient très importantes. Elles furent à l’origine d’un processus qui conduisit au pacte de Bruxelles puis au Pacte Atlantique. Elles marquèrent la naissance du bloc occidental.

217La diplomatie française devait maintenant monnayer son adhésion à la politique américaine en Allemagne. L’alignement serait-il consenti par la France ou imposé à la France ? Ce nouveau cours fut accepté par beaucoup, de Marjolin à Blum, qui évolua, car le plan Marshall offrait des perspectives de développement économique.

218Les Français restaient germanophobes mais à défaut d’abattre l’Allemagne, ils se résignaient à une coupure Est-Ouest qui leur apportait les moyens de la modernisation et peut-être de la puissance. Certes, ils étaient conscients que la paix en Europe était menacée. Ils acceptèrent les risques de l’alignement, après avoir tenté de l’éviter, de Moscou à Londres, parce qu’ils n’avaient le choix qu’entre le développement économique sous influence ou la marginalisation politique et économique.

Conclusion

219L’enlisement de l’année 1947 est un fait irréfutable. La crise financière et frumentaire se doublait d’une crise de la politique allemande de la France sans parler de la crise politique et sociale intérieure.

220Dans l’été 1947 la France était en survie grâce à l’aide américaine comptée au plus juste. Comment envisager une grande politique d’indépendance et de modernisation ?

221Contre son gré, la France s’aligne sur les Américains et les Anglais en Allemagne dans la mesure où elle préfére un accord fécond économiquement avec les Américains, tandis que les Russes sont hostiles à ses revendications. Cela ne signifie pas épouser les thèses américaines sur l’Allemagne, mais renoncer à harmoniser les points de vue des quatre puissances.

222La France entre donc en guerre froide à la fin de l’année 1947 par intérêt économique. Seul le monde occidental a les moyens de lui apporter les moyens du relèvement et de la puissance future.

223L’action des gouvernements, ceux de Ramadier et de Schuman, s’inscrivait dans une logique de survie. Les choix diplomatiques étaient le résultat des nécessités de la vie quotidienne. Si l’URSS avait répondu à la demande de blé de l’été 1947, si elle avait soutenu la France sur la Sarre et le charbon, le Pacte de Bruxelles aurait-il été signé ?

224Mais il y a crise aussi parce que les Français prennent conscience que le plan de modernisation ne convainc plus les Américains. La déception est cruelle quand les Américains, brutalement ou avec diplomatie, font savoir que le développement allemand est aussi important que celui de la France voire davantage. L’aide intérimaire n’est qu’un geste humanitaire ou un geste politique destiné à éviter la perte d’un territoire stratégiquement utile aux Etats-Unis.

  • 153 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, op. cit. ; voir bibl. n° 53, p 216, Promotions, Revu (...)

225Le tableau serait sinistre s’il n’y avait la réalité d’une aide. « Il n’est pas douteux, explique Mendès France, que le plan Marshall constitue une aide immédiate qui permet de faire face à une situation aiguë... »153, et d’obtenir des satisfactions importantes sur le charbon et la Sarre.

226Comment ne pas voir que le plan Marshall fascine, qu’il évite la faillite du projet qui est inscrit au cœur de la politique gouvernementale : la modernisation ? Certains responsables ont mis du temps à accepter d’autres moyens que la mise en coupe réglée de l’Allemagne pour la réussir. Les déplorables événements de 1947 leur avaient ouvert les yeux.

227Les socialistes et les républicains populaires, avec les radicaux assument les conséquences politiques de cet appel à l’Amérique sans gaieté de cœur. La coupure en deux de l’Europe est repoussée jusqu’aux limites du possible, puis acceptée avec le sentiment qu’il faut prendre tous les moyens pour moderniser le pays.

Notes

1 F 60 672-673, c. r. du CEI du 17 janvier 1947, « Mise au point du programme d’importations d’approvisionnements pour le 1er semestre 1947 ». 52 J 66, ministère de l’Agriculture, cabinet, OC, 5200, 23 janvier 1947, « Situation de l’approvisionnement en blé, seigle, et farine ».

2 52 J 66, ministre de l’Agriculture, à Paul Ramadier, OC, 5156, 31 janvier 1947, « Note destinée au voyage de M. Tanguy-Prigent ».

3 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne 51, Massigli, 16 janvier 1947, 136, et 4 février, 339-341.

4 52 J 66 et F 60 672-673, « Communication du ministre de l’agriculture, mission aux Etats-Unis et Canada ». V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p. 137, 11 mars 1947 ; F 60 672-673 et B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Tanguy-Prigent à Clinton Anderson, 18 février 1947.

5 Annie Lacroix-Riz, Le Choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 96.

6 Année politique 1947, p. 73, 2 avril, mais pas de trace de cette importante décision dans le Journal de V. Auriol, au 2 avril, jour de Conseil des ministres. V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p.170, 25 mars 1947. Y I., 1944-49,85, « Notes prises à la réunion du Comité des céréales », IEFC, 10 et 18 mars 1947. V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p. 187, 13 avril 1947. 52 J 156, SG du CEI, doc, n° 19, « Conférence hebdomadaire des céréales panifiables, réunion de Londres, 14 avril 1947 » ; F 10 5656, CTCA, « Rapport préparatoire sur le blé », Bruxelles, 29 mai 1947, CTCE. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Washington, 6 mai 1947, H. B. à G. Bidault, « Allocations de céréales ».

7 V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p. 204, 1er mai, ravitaillement en pain, 9 mai p. 224, et Année Politique 1947, p. 104. Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, ... op. cit. ; voir bibl. n° 44, p. 108.

8 Y I., 1944-49, 91, Washington, 4 avril 1947, 1071-1075, FRUS, III, 1947, 851.5018/4-847, p. 696-97, « Aide mémoire de Bonnet au Département d’Etat du 8 avril 1947 » et référence à une note du 31 mars. 52 J 66, Washington, 18 avril 1947, n° 1239-43. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Baraduc, Genève, 23 avril 1947, n° 4, ; FRUS, III, 1947, tél 156 de Clayton au secrétaire d’Etat, 23 avril 1947, 6 p. m. ; Le Monde, 24 avril, 1re page, 5e colonne. FRUS III, 1947, p. 703, SE à Clayton, 26 avril et 29 avril 1947.

9 F 60 672-673, CGA, FNSEA, non daté, 1er trimestre 1947. V. Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, tome I, p. 225, 9 mai 1947, 2 juin 1947, p. 251, p. 227, 13 mai, p. 239, 23 mai, p. 248, 30 mai, 1re mouture du journal, bas de page, n° 726. Jacques Dumaine, Quai d’Orsay, 1945-1951, op. cit. ; voir bibl. n° 35, p. 181, 8 mai 1947.

10 52 J 66, 16 mai, Caffery à Ramadier. FRUS III, p. 707, 7 mai, Secrétaire d’Etat à Bonnet. Bonnet avait demandé 100.000 tonnes supplémentaires en mai et 200.000 tonnes supplémentaires en juin. Le SE annonce 187.000 tonnes pour les deux mois. p. 709, 12 mai, Caffery à secrétaire d’Etat.

11 F 10 5568, c. r. réunion du 17 juin, cabinet du président du Conseil. F 60 903, c. r. réunion du CEI du 2 juin 1947.

12 Année politique 1947, p. 162 et 168. Jacques Wolff, « Données matérielles et économiques, 1944-1950 », voir bibl. n° 305, La France en voie de modernisation, 1944-1952, « Colloque FNSP, 4-5 décembre 1981 », non publié, dactyl., p. 3. Indice de la production agricole : 1938=100, 1946 = 76, 1947 = 74, 1948 = 90 ; Jules Moch, Une si longue vie..., op. cit. ; voir bibl. n° 54, p. 256.

13 52 J 56, Catroux, Moscou, 17 juillet 1947.

14 52 J 67, mémorandum de Monnet à Ramadier et Bidault, 11 septembre 1947. 52 J 67, 16 septembre 1947, projet de Monnet (annoté par Monnet), M. le Président du Conseil à M. Clayton... ; 52 J 66, 10 septembre 1947, ONIC à Paul Ramadier, OC, 5709, « Note rédigée selon les instructions de Monnet ». La récolte de céréales en termes de blé a été de 2,2 millions de tonnes. Pour 250 grammes il faut 4,3 millions de tonnes. 52 J 67, Lettre manuscrite de Ramadier, projet de lettre à Clayton. A-t-elle été envoyée telle quelle ? Nerin Gun, Les secrets des archives américaines, ni de Gaulle, ni Thorez, Albin Michel, 1983, p. 107 ; cf. FRUS III, p. 761, Caffery to the secretary of State, 30 septembre 1947, « A source close to Ramadier tells me that the latter and others members of the coalition government are deeply disturbed over the news from Washington in regard to the prospects for immediate aid for France ».

15 FRUS III, Département d’Etat, p. 738-39, 2247, 10 septembre 1947. Public Papers of the President of United States, Harry S. Truman, 1947, Washington, Government office, 1962, item 195, 29 septembre 1947, The president’s new conference following a meeting with congressional leaders.

16 52 J 66, gouvernement militaire de la zone, cabinet n° 1605. 52 J 66, « Note de M. le Ministre de l’Agriculture au Conseil des Ministres, 4 juillet 1947 ». 52 J 66, 25 août 1947, JR. Dupart, chef de la mission du ravitaillement à Washington, 984, à M. Bony, Matignon.

17 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient..., op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 128. CE 46, 23 octobre 1947, n° 3198.

18 FRUS III, SE à Caffery, 3 septembre 1947 et Caffery à SE, 6 septembre 1947, p. 734. SE à Caffery, 3526, 17 septembre et réponse de Lovett, 3594, le 19 septembre. F 60 903, CE du 15 octobre 1947, doc. n° 65 « sur les possibilités d’échange de marchandises avec l’URSS ». Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 185-186. La conclusion de l’auteur sur la rupture des négociations, pour plaire à Washington, ne me paraît pas juste. Les incidents de Beauregard peuvent aussi être considérés comme des provocations contre la France. Le gouvernement français avait quelques raisons à l’époque de croire que les grèves en France étaient manipulées de l’extérieur. Pourquoi voir systématiquement la main de l’Amérique, même si cela l’arrangeait effectivement ?

19 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, Washington, 8 novembre 1947, n° 3388-89. Y I., 1944-49, 228, Bonnet, Washington, 19 novembre 1947, 7507-508. Public Papers of the President of United States, Harry S. Truman, op. cit. ; p. 515, item 238, Special message to the Congress on the first data of the special session, Nov. 17, 1947.

20 Daniel Yergin, La paix saccagée..., op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 236.

21 B 33688, H. Bonnet, 396, DET, 24 novembre 1947. Y I. 1944-49, 12, YR, 15 décembre 1947, circ. IP, « Trains de l’Amitié », et B 33688, Bonnet ; Washington, 376 DT, 10 novembre 1947. Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 130.

22 AMF 8/1/3, 15 avril 1947, « Communication aux membres du conseil du Plan au sujet des programmes de 1947, projet n° (2 ?) ». AMF 8/1/4, et 5, idem, « Nouveau projet, n° 3 », mai 1947. F 10 5568, « L’évolution des échanges économiques extérieurs au cours de l’année 1947 », doc. n° 32 du SGCEI.

23 F 60 672-673 ; note manuscrite, « Financement du programme d’importations du 1er semestre 1947 », auteur inconnu. Elle fait état d’un déficit de $ 290 millions en janvier, auquel s’ajoutent les importations supplémentaires de blé pour $ 94 millions.

24 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, « Rapport n° 14 sur les activités du CFA aux Etats-Unis, 11 mars 1947 ». B 33688, « Réponses aux questionnaires établis par la commission Herter, septembre 1947, réponse à la question n° 5 ». B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, MAE, IP, 268, 14 octobre 1947, J. Basdevant.

25 B 19862, 16 janvier 1947, DAEF, note pour la DT, « Sur la situation créée par le dépassement du découvert de l’accord franco-belge », autour de janvier 1947.

26 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Ambassade américaine à H. Bonnet, en voyage en France et Direction Amérique, n° 106, JFD, 17 mars 1947, note pour la DE.

27 AMF 8/1/3 et 8/1/4. B 10892, « Cession d’or et de dollars à la Banque d’Angleterre dans le cadre des accords franco-britanniques ». Sans date, ni auteur, mais à la suite de télégr., requérant un échelonnement de cessions d’or à la Grande-Bretagne, en avril 1947.

28 F 10 5568, SG du CEI, 16 juillet 1947, « Note sur le projet de plan d’importations au second semestre 1947 ».

29 F 10 10568, SGCEI, doc 33/B, « Allocation complémentaire d’acier à l’industrie automobile », date : autour de juin 1947. SGCEI 32, « Evolution des échanges économiques extérieurs », 18 juin 1947.

30 Y I. 1944-49, 12, Bonnet, Washington, 8 novembre 1947. AMF 12/1/7, CGP, « 1er mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation, 19 septembre 1947 », exemplaire n° 67. V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 474, 15 octobre 1947, et note octobre n° 39, septembre n° 48.

31 CE 46, Bidault, 17 décembre 1947, conversation (à Londres ?) avec Marshall.

32 AMF 12/2/1, 26 septembre 1947, note, secret, Guindey, c.r. réunion Snyder-Guindey. 4 AU 23/dr 5, 2 octobre 1947, TA, copie de la lettre remise par le commissaire général du plan à M. le Président du Conseil, le 2 octobre. AMF 12/2/2, publiée dans la correspondance Monnet/ R. Schuman, 1947-1952, Lausanne, 1986, p. 32 à 34.

33 363 AP 7, 7 pages manuscrites de René Mayer, esquisse d’un discours ? janvier-février 1948.

34 F 60 1006-1007, 3 septembre 1946, sans origine. B 33922, tel Bonnet à Gouin, 25 mai 1946. B 33922, AF/R 166, 30 juillet 1946, C. Valensi, à G. Guindey. F 60 1006-1007, Jean Monnet à R. Schuman, 26 septembre 1946. F 60 1006-1007, 2 août 1946, CV/AF 2482, « Note au sujet de la préparation du dossier de demande d’emprunt français à la World Bank ». F 60 1006-1007, « Projet pour la Banque mondiale », sans origine.

35 B 33283, 30 novembre 1946, note pour le ministre, n° 77, CD, DT, Finex. Les télégrammes émis de Moscou font allusion à ces conversations franco-américaines sur l’aide : Y 1.1944-49, 186, Moscou, 22 avril 1947, 15 h 20, 10505-514, très secret. Sur l’attitude du Département d’Etat, FRUS III, 17 avril 1947, mémorandum de Tyler Wood, special assistant to the assistant secretary of state for economic affairs (Thorp), to the under-secretary of state (Acheson).

36 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, Bonnet, 4 avril 1947, 20h 10,1067-68, « Visite de Baumgartner auprès de Clayton, négociations avec la BIRD ». B 33922, dossier 2-3-3, mai 1947, « Bilan de l’économie française présenté à la BIRD, mai 1946 », source inconnue. B 12828, « Minutes des réunions du Conseil exécutif des directeurs de la BIRD », M 88 7/8/9 mai 1947, Loan application of France.

37 B 33688, SDECE, France/Etats-Unis, 03.06. 9 mai 1947, commentaires, p. 676, « L’aide américaine à la France ». B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 120, Bonnet 6 mai 1947, 11 h 07, 1450, démenti d’une information Associated Press sur l’aide américaine liée au départ des communistes du gouvernement.

38 B 33922, Schuman devant le Conseil de la République, mai 1947, texte polycop. Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 177.

39 B 33922, GP, non daté, Finances ou Quai d’Orsay, 5 p. dact. « Bilan sur la réalisation du prêt ».

40 Z E. 1944-49, Suisse 19, 16 juin 1947, renseignements, service 259.5 ; B 33688, SDECE, 10639, 3 avril 1947, renseignements économiques, 21.2/B. 00.378/SD.3.47 C/3. B Amérique 1944-49, Etats-Unis 247, F Lacoste a. i, ambassade de France aux Etats-Unis, 8 mars 1947, 509, à G. Bidault, « Ajournement éventuel du 1er remboursement du prêt Eximbank au 1er août 1947 ».

41 F 10 5568, SGCEI, « Evolution des échanges économiques extérieurs », n° 32, 18 juin 1947 et SGCEI, n° 40, juillet 1947, « Plan d’importation pour le second semestre 1947 ».

42 52 J 67, SGCEI, doc n° 38, annexe 1, « Projet de décisions soumis au CEI du 17 juillet 1947 ».

43 F 10 5568, SGCEI, 18 juillet 1947, 031/A, c. r. séance du vendredi 17 juillet, 21 h, voir le compte rendu dans F 60 903 ou 5 A 13.

44 Notes documentaires et études, n° 700, 18 août 1947, Documentation française, « Perspectives des échanges économiques extérieurs de la France pour la fin de l’année 1947 ».

45 CE 46, ou B 8902, DAEF, 27 octobre 1947, pour Alphand et Schweitzer à Washington, n° 3195. V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 482, 22 octobre 1947. Année politique 1947, p. 232. AMF 12/1/7, CGP, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation », 19 septembre 1947, exemplaire n° 67.

46 F 60 903, c.r. du CEI du 15 octobre 1947, 048/A. 363 AP 8. Guindey, 27 novembre 1947, note pour le ministre, n° 12280, « Problèmes des importations payables en dollars et la situation de la trésorerie en devises ».

47 B 33719, Londres, 20 octobre 1947, Pierre Calvet, Notes et études n° 38, « Pour la prochaine commission mixte franco-britannique ».

48 B 10862, dossier Belgique 1947, dont c. r. de mission à Bruxelles (12-15 novembre 1947) de Bolgert de la Banque de France auprès de Baudewyns et Ansiaux de la Banque Nationale de Belgique, 4 p. dactyl. B 33648, 23 février 1949 : 37 tonnes d’or ont été livrées en 1947, doc de travail n° 44, « Situation des échanges entre la France et les pays de l’UEBL », source inconnue, SGCI ?

49 Année politique 1947, p. 232. B 33690, 18 novembre 1947, DFE, note pour le ministre, n° 1186, cd, « Crédits pour l’achat de surplus américains », signée de Guindey et de Clappier. 15 décembre 1947, C. Valensi, AF, à ministère de l’Economie nationale et des Finances (DFE), AF 3887. G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 98.

50 FRUS III, 1947, p. 238, Caffery au secrétaire d’Etat, 2766, 11 juillet 1947. 457 AP 20, Bonnet, 9 août 1947, 2627-34.

51 CE 46 Massigli, 17 septembre 1947, 1040. 18 septembre 1947, JFR, DAEF, « Note pour le directeur général, renseignements demandés par l’Ambassade américaine ». Voir FRUS III, p. 470, Editorial note qui dit que les questions d’aide urgente apparaissent dans les documents du Département d’Etat en août et septembre 1947. La réponse sur la situation de la France est fournie dès le 12 septembre, FRUS III, p. 747, Caffery à Secretary of State, où il annonce l’arrêt probable de toutes importations de la zone dollar entre le 15 et le 30 octobre 1947. Caffery transmet un mémorandum du Quai d’Orsay au Département d’État.

52 FRUS III, p. 761, sur l’orientation pro-américaine du gouvernement Ramadier, voir Caffery, 4240, 30 septembre 1947. Sur les conversations avec Schuman, p. 739, « Memorandum by Mr Ridgway B Knight of the american embassy in France, memorandum of conversations between Mr Robert Schuman and Messrs Wolverton, Macy, Keogh and Monroney », Paris 10 septembre. Sur l’intervention de Truman : voir Public Papers of the President of the United States, Harry S Truman, 1947, Washington, Government office, 1962, paragr. 195, 29 septembre 1947. Mais on note encore des hésitations sur la forme de l’aide dans FRUS III, p. 471, en octobre, cf, éditorial note, p. 470. Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et d’espérances, L’Alliance Atlantique (1946-1950), Plon, chap. VIII, le plan Marshall, p. 130. Documents économiques du Bulletin mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le Plan Marshall ».

53 4 AU 23/Dr5, 1er octobre 1947, G. Bidault à V. Auriol, de New York pour la session de l’ONU et pour discuter aussi des besoins urgents de la France. FRUS III, 1947, 17 octobre, Caffery to the secretary of state, n° 9801, « Summary of conversations between foreign minister Bidault and members of the Senate appropriations committee and of the Revercomb sub-committee ». CE 46, Bonnet, 3153-54, 20 octobre 1947.

54 4 AU 23/Dr 5, 26 septembre 1947, tél pour la délégation française New York, 984-86, pour G. Bidault.

55 FRUS III, p. 478, « Mémorandum of Lovett », secret, 13 octobre 1947. « Emergency financing of french and italian requirements », paragr. 1. Besoins de la France évalués à $ 350 millions d’octobre 1947 à avril 1948. Public Papers of the President of the United States, Harry S. Truman, 1947, Washington, Government office, 1962, paragr. 215, « Radio-press to the american people, on the special session of Congress », 24 octobre 1947. 363 AP 8, mémorandum américain, Caffery à Robert Schuman, 26 novembre 1947. B 33689, 12 novembre 1947, « Déclaration de Marshall devant les commissions du Congrès, propositions américaines de répartition de l’aide américaine à la France ». Y I. 1944-49, 228, 14 novembre 1947, tél à Washington 3482-501, « Sur le mémorandum américain sur l’aide intérimaire, conversations avec Reagan et réactions françaises aux propositions ». 5. A 13, SGCEI, doc n° 2/4,30 décembre 1047, « Communication de M. le Ministre des Finances et des Affaires économiques, perspectives d’importation pour le 1er trimestre 1948 ».

56 FRUS III, p. 482, 18 novembre 1947, 2385, Acting secretary of State to the embassy of Italy ; Dort to Allen. FRUS III, p. 808 ; 2 décembre 1947, « Memorandum by Ivan B White of the division of Western european affairs, Washington, subject : french dollar position through march 31, 1948 ».

57 Documents économiques du Bulletin Mensuel d’information, novembre-décembre 1947, n° 32-33, « Le Plan Marshall », p. 66, cite la Pravda du 13 décembre.

58 CE 46, Bonnet, 24 octobre 1947, 3227. Y I. 1944-49, 228, Washington, 30 novembre 1947, 20 h 45, 3678-80, « Aide-mémoire remis à Thorp » et Offroy, cir. IP 304, 14 novembre 1947, « Sur l’aide américaine à l’Europe ».

59 CE 46, ou Y I. 1944-49, 228, Bonnet, 11 novembre 1947, 20 h 45, 3420-27.

60 Y I. 1944-49, 228, Bonnet, 20 novembre 1947, 21 h 20, 3549-51.

61 Y I. 1944-49, 229, 6 décembre 1947, Washington, Bonnet et réaction de Paris, 9 décembre 1947 à Washington, 3752-53.

62 Y I. 1944-49, 229, Bonnet, 12 décembre 1947, 3788-93, sur le manque de confiance des Américains. FRUS III, 1947, p. 815, 10 décembre 1947, secretary of State to the acting secretary of State, martel 57.

63 457 AP 20, PB. 23 décembre 1947, à Washington, 3899-900, urgent, « Aide intérimaire, accord bilatéral ». B 33688, 1er décembre 1947, Bonnet de Washington, on note une certaine réaction désabusée.

64 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, 27 décembre 1947, « Conversations Bidault/Caffery sur l’accord bilatéral ».

65 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 649, 30 décembre 1947. 457 AP 20, 24 décembre 1947, G. Bidault à Bonnet, tél. 3906-907, « Aide intérimaire », 21h 10, il insiste pour que le DE fasse un effort pour « rendre acceptables par la France les modalités d’applications exigées par le Congrès ».

66 363 AP 8, DAEF, 2 janvier 1948, à Caffery. Lettre du Quai d’Orsay sur la contre-valeur. Texte des accords dans B 33459. L’accord comportait 3 articles et une annexe de 3 sections. La section I, 2, B disposait que les fonds de contre-valeur pourraient être utilisés « à telles autres fins, y compris des mesures de nature à faciliter la stabilisation de la monnaie française, qui pourraient être ultérieurement convenues entre les deux gouvernements ».

67 B 33459. Lettre adressée à l’ambassade des Etats-Unis le 2 avril 1948 par M. le Ministre des Affaires étrangères. B 18220, 9 mars 1948, note pour M. le CGP, Dirapro, 650/DR PS. Objet : « Mémorandum sur l’affectation de la contrepartie en francs de l’aide intérimaire ». 363 AP 7, « L’œuvre économique du gouvernement », sans date, sans origine, 44 pages polycop.

68 B 33459, MAE, 7 avril 1948, adressée à l’ambassade des Etats-Unis, 3 p.

69 363 AP 7, projet de discours de René Mayer, 7 p. manuscrites, bleues, paginées rouge.

70 457 AP 21 VL, MAE, 4 mars 1948, « Note pour le Président, crédits américains ».

71 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 168, « Plan d’importations sur l’aide intérimaire », $ 284 millions pour 6,8 millions de tonnes.

72 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, Washington, 23 février 1948, 20 h 40, 849, 53.

73 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 186, « Les achats forcés de l’aide intérimaire ».

74 457 AP 21, 17 février 1948, Washington, tel 744-45 et MAE 19 mars 1948, Incentive goods à Washington, 1542-45. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 248, Washington, 9 février 1948, 604-607. 457 AP 21, Washington, 22 janvier 1948, 21 h, 335, Fransupply, 1733, pour Comapro et Finances.

75 5 A 13, « Communication du ministre de l’Industrie et du Commerce », 20 janvier 1948, au CEI.

76 F 60 904, ministre des Finances et des Affaires économiques, « A propos d’exportations supplémentaires vers la Grande-Bretagne », avril 1948. F 10 5569, c. r. du Comité des importations, 20 février 1948 ; 363 AP 8, DFE, 10 avril 1948, secret, pour Clappier, « Conversations franco-britanniques ».

77 B 42 255, le vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, au directeur de la commission des approvisionnements aux Etats-Unis, 15 novembre 1951, 650 AA, « Résultats définitifs de l’aide intérimaire ». Notes documentaires et études, n° 901, 12 mai 1948, « Bilan de l’aide intérimaire des Etats-Unis à la France », 17 décembre 1947, 31 mars 1948.

78 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne..., op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 186-187, note p. 188 concernant un de mes travaux, dont je ne partage pas l’appréciation.

79 Y I. 1944-49, 384, GCCA à CGAAA Paris, 16 janvier 1947, entretien Noiret-Clay.

80 Y I. 1944-49, 371, CGAAA, 9 janvier 1947, 134, du GFCCC Berlin, à CGAAA Paris, 752, 97e CORC, 7 janvier 1947, « Décartellisation ».

81 Y I. 1944-49, 371, VL, 13 janvier 1947, EMDN, n° 76, DN, « Note particulière relative au niveau de l’industrie allemande pour le traité de paix à imposer à l’Allemagne ».

82 52 J 157, ZFO, Présidence du Conseil, 14 mars 1947, résumé de rapports. Y I. 1944-49, 366, Sergent, « Affaire Bosch, note pour le général Noiret », Baden-Baden, 4 janvier 1947. Y I. 1944-49, 336 ; direct. Europe, Paris, 21 mars 1947, 1292-93, à Moscou et réponse de Berlin, 25 mars 1947, 302-306, de Bapst. Y I. 1944-49, 366, MAE, 26 mars 1947, direct. des accords techniques, « Note pour le SG, a/s Borsig ». B 8799, Paris, Diplomatie, 10 mars 1947, à Kœnig ; Berlin, 11 DET.

83 Y I. 1944-49, 384, Berlin, 3 janvier 1947, Seydoux, n° 4, 4, note de Clay à Noiret et Kœnig, 65, 25 bis, CC/CAC à CGAAA, 4 janvier 1947.

84 Y I. 1944-49, 384, Seydoux, 4 janvier 1947, n° 10. Annie Lacroix, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 109-110, sur l’influence des milieux financiers américains en Allemagne.

85 Y I. 1944-49, 384, c. r. réunion du 10 janvier 1947, cabinet du sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, avec la participation du ministère de l’Economie nationale et des Finances.

86 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 96. Alfred Grosser, Affaires extérieures, la politique de la France, 1944-1984, Flammarion, 1984, p. 52.

87 4 AU 23/dr 1, MAE, 17 janvier 1947, « Mémorandum relatif à l’organisation provisoire de l’Allemagne ». Année politique 1947, p. 19. Notes documentaires et études, n° 546, « Mémorandum du gouvernement français sur le futur régime économique de la Ruhr (1er février 1947) », La Documentation française, 13 février 1947.

88 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 120 ; sur un discours de Maurice Schumann au Forum de Cleveland, 6 janvier 1947. V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 45, 1er février 1947.

89 Y I. 1944-49, 90, Londres, Gueronik, 9 janvier 1947, ECO, allocations février et mars. Année Politique, 1947, p. 30.

90 Fontainebleau, 760335/1, note n° 4, mars 1947, à M. le commissaire aux Affaires allemandes et autrichiennes, suite au projet présenté par l’UNICHAR, et réunion au CAAA, le 27 mars, note n° 5, Charbon/alliés, 25 février 1947, pour le SG à l’Economie Nationale. B 8853, 14 mai 1947, Association française d’intérêts permanents et professionnels en Allemagne à Pierre-Paul Schweitzer.

91 Année Politique 1947, mars p. 55.

92 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 673, Annexe III, 6 mars 1947, p.-v. des conversations avec le général Marshall dressé par J. Kosciusko. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 120, 6 mars 1947, entretien Marshall/Ramadier.

93 Y I. 1944-49, 91, Moscou, Bidault, 11 mars 1947, 726-31. V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 139, 13 mars 1947.

94 Y I. 1944-49,91, Moscou, 14 mars 1947, 762-63, pour Monnet.

95 Y I. 1944-49, 185, 14 mars 1947, Teitgen à Bidault. Y I. 1944-49, 185, como 44, 18 mars 1947, très secret, « Entretiens avec les Soviétiques » et como 48.

96 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 113 et seq.

97 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 144, 17 mars 1947.

98 Y I. 1944-49, 399, Paris, Chauvel, 18 mars 1947, à Massigli. Y I. 1944-49, 185, como 55, G. Bidault pour Paris, 913-17, 20 mars 1947.

99 Y I. 1944-49, 185, Bidault, Moscou, 18 mars 1947, 854-61, como, 44, très secret ; Année politique 1947, p. 56.

100 Y I. 1944-49, 185, como, 47, 18 mars 1947, à Paris, Baden, Berlin, como 48, idem. Y I. 1944-49, 371, Moscou, 19 mars 1947, n° 48, 877-83. Y I. 1944-49, 186, como 112, 1er avril 1947, à Paris, Berlin, Baden, Année politique 1947, p. 81.

101 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 168, 25 mars 1947. Y I. 1944-49, 91, 27 mars 1947, Moscou, n° 79, 1015.

102 Y I. 1944-49, 185, como 55, à Paris, Baden, Berlin, 20 mars 1947, Bidault, como 54 du 19 ou 20 mars sur la position de Bevin, como 55 du 20 mars, réponse violente de Bevin. Y I. 1944-49, 185, como 54, et Moscou, 21 mars 1947, 928-32, de Bidault. AMG 21/1/3, déclaration de Marshall, conférence de Moscou, 10 avril 1947. Y I. 1944-49, 185, 21 mars 1947, 928-33, de Bidault, visite de Dulles à Bidault. Y I. 1944-49, 186, como 112, à Paris 1125, 1er avril 1947.

103 Y I. 1944-49, 90 ; Londres CO, 25 février 1947, pour allocations du 2e trimestre 1947. Y I. 1944-49, 91, DAEF, 27 mars 1947 à Moscou, 1478, et nouvelles félicitations de Monnet le 2 avril. Y I. 1944-49, 186, Paris 5 avril 1947 à Moscou, 1803 peut-être le SG du Quai d’Orsay.

104 Y I. 1944-49, 91, Moscou, 3 avril 1947, DAEF, à Moscou, 1663 et 3 avril 1947, Moscou, 1148 bis et ter.

105 Y I. 1944-49, 186, MAE, HA. 28 avril 1947 « Observations générales sur les discussions de la conférence de Moscou, 10 mars au 24 avril 1947 ». Y I. 1944-49, 91, « Déclaration d’Alphand, 21 avril 1947, à Moscou, sur l’arrangement franco-anglo-américain par rapport aux exportations de charbon allemand ».

106 Y I. 1944-49, 366, Catroux, 1105-06, 1er avril 1947. 52 J 157, « Exposé de Jacques Rueff, président de l’AIR devant les suppléants, 29 mars 1947 ».

107 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum... op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 97-99.

108 Y I. 1944-49, 186, Moscou, 22 avril 1947, 1505-14, très secret. 4 AU 23/Dr 3, Georges Bidault à V. Auriol, 10 avril 1947.

109 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum... op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 100. Y I. 1944-49, 186, 16 mai 1947, « Conférence de presse de G. Bidault ». V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19, 1947-1954, t. 1, 1947, p. 185, 9 avril 1947.

110 Sur le bilan de la conférence voir Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, 8e édition, Dalloz, 1981, p. 472, 480 et 481.

111 CE 44, Charpentier, Moscou, 23 juin 1947, n° 1970-73. CE 44, Washington, 4 juillet 1947, Bonnet, n° 2288-90.

112 Y I. 1944-49,11, direct. Europe, 18 juin 1947, « Note pour M. Couve de Murville, a/s incidences politiques du plan Marshall sur la politique française en Allemagne ».

113 457 AP 20, Bidault/Clayton, « Conversations du 9 juillet 1947 » et FRUS II, 1947, p. 983-98.

114 Alan S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 71-72. B 9890, Jacques Rueff, « Rapport des activités de l’IARA », juin 1951, doc. n° 1498.

115 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 366-367, 23 juillet.

116 CE 44, HA. DAEF, 18 juillet 1947, à Londres, 1974-83, Washington, Berlin.

117 Z E. 1944-49, Grande-Bretagne, 38, c. r. rencontre Bidault/Bevin, 25 juillet 1947

118 Y I. 1944-49, 376, 18 juillet 1947, MAE, à Londres, 1964, Washington 2222, et tél. 2332-34 à Washington, du 25 juillet 1947, sur la réunion tripartite.

119 AMF 14/1/2, « Note de Jean Monnet au Président », 17 juillet 1947.

120 AMF 14/1/3 et 14/1/4, 22 juillet 1947, « Mémorandum de Jean Monnet pour G. Bidault, sur la conférence de Paris, sur les causes du refus de l’URSS et sur la coopération avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis face aux problèmes allemands ».

121 4 AU 23/Dr 4, « Mémorandum de Monnet remis à G. Bidault ». AMF 14/1/6, non daté, fin juillet, vraisemblablement du 24 juillet. V. Auriol, Journal... op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 381, 4 août 1947, p. 695, annexe VII.

122 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 386, 3 et 6 août 1947.

123 CE 44, DAEF, 10 juillet, tél. 2313-16, sur l’impatience américaine, voir D. Yergin, La Paix saccagée..., op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 247. Y I. 1944-49, 371, H. Hoppenot, Berne, 7 mai 1947, a/s IG Farben.

124 Y I. 1944-49, 376, 25 juillet 1947, Paris à ambassade de France à Washington, 2322-34.

125 CE 46, VL, DAEF, 11 août 1947, à Londres, Washington, Berlin, « L’Allemagne et les propositions Marshall ». VL, DAEF, 18 août 1947, à Londres 2181, Washington, 2514.

126 Y I. 1944-49, 399 à 40 DAEF, 5 août 1947, DG, « Note sur la gestion des aciéries de la Ruhr ».

127 4 AU 23. Dr4, V. Auriol à G. Bidault, Rambouillet, 7 août 1947, publié dans le Journal, op. cit. ; voir bibl. n° 19, annexe VIII, p. 700.

128 A. S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 74-75. V. Auriol, Journal. op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 402, Conseil des ministres du 20 août 1947.

129 Année politique 1947, p. 163 et 205.

130 V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 402, Conseil des ministres du 20 août 1947.

131 Y I. 1944-49, 376, circ. IP, 219, 29 août 1947, « Exposé d’Alphand et de Massigli du 22 août 1947 ». Londres, Massigli, 25 août 1947, 11 h 30, 1888-93, à G. Bidault. René Massigli, Une comédie..., op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 103. Notes documentaires et études, n° 737, octobre 1947, « Les conversations tripartites de Londres, 22-27 août 1947 ».

132 Y I. 1944-49, 367, série de télégrammes d’octobre à décembre 1947.

133 Y I. 1944-49, 376, DAEF, 13 septembre 1947, à Londres 2325, Washington, 2706-11.

134 Y I. 1944-49, 376, 26 août 1947, 1910, Massigli. Communiqué franco-anglo-américain à l’issue des conversations de Londres, 28 août, voir Année politique 1947, annexes.

135 Y I. 1944-49,91, DAEF 25 septembre 1947, « Note pour le ministre, approuvée par le Conseil des ministres du 24 septembre ». V. Auriol ne fait pas allusion à cette approbation, mais seulement à l’intégration du charbon sarrois à la France. V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 448-449, 24 septembre 1947. L’accord tripartite sur le charbon sarrois sera signé le 28 janvier 1948, celui sur le coke allemand le 23 décembre 1947. Voir Raymond Poidevin, Relations internationales, n° 44, p. 372, « La France et le charbon allemand ».

136 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 127, mais d’après Matthews du Département d’Etat, au contraire, le DE semble disposé à satisfaire la revendication française sur la Sarre, cf. FRUS III, 1947, p. 717, Matthews à Lovett, 11 juillet 1947.

137 Y I. 1944-49, 399, Washington, 23 septembre 1947, sur réunion au DE entre Bonnet, et Marshall du 18 septembre 1947. New York, 8 octobre 1947, Bidault, 1956-64, « Conversations Bidault, secrétaire d’Etat américain », New York, 29 septembre 1947, « Conversations franco-américaines sur la Ruhr, Bonnet, Couve de Murville, Thorp, Bohlen ».

138 Y I. 1944-49, 366, Agence internationale des réparations, revue de presse du 27 août au 9 septembre 1947.

139 Y I. 1944-49, 372, Boysson, chef de la division production industrielle GFCC, Berlin, « Sur le plan bizonal industriel », 21 novembre 1947. Y I. 1944-49, 367, 18 octobre 1947, GFCC Berlin à CGAAA Paris, 435, SCE/PI, sur les mines de la bizone ; DAEF, 29 octobre 1947, à Londres, Washington, « a/s réparations allemandes ». CE 46, Bonnet, Washington, 9 novembre 1947, n° 3394-95. Année politique 1947, p. 205.

140 Léon Blum, Œuvres, 1947-50, op. cit, voir bibl. n° 25, p. 94-95, Le Populaire, « La politique internationale et les réparations allemandes », 10 octobre 1947, et p. 100, 16 octobre 1947.

141 Y I. 1944-49, 201, PL, 4 novembre 1947, « Instructions pour la délégation française à la conférence de Londres ».

142 52 J 157, EMDN, 266/DN/1/5R, 18 octobre 1947, Jean Humbert, chef d’état-major général adjoint, de la DN à président du Conseil et MAE, objet « Fusion de la ZOF et de la Bizone anglo-américaine ».

143 Y I. 1944-49, 201, GC, 12 novembre 1947, 1re étude, revue le 20 novembre. V. Auriol, Journal..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, t. 1, 1947, p. 520, 6 novembre 1947.

144 Y I. 1944-49, 201, Londres, 29 novembre 1947, 2898-2904, de Bidault, qui a vu Marshall. Léon Blum, Œuvres, 1947-1950, op. cit. ; voir bibl. n° 25 ; p. 161, 15 janvier 1948, Le Populaire, « Grande-Bretagne et France, la Question de la Ruhr ».

145 A. S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 242 ; Y I. 1944-49, 202, « Déclaration de Bidault à la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, 20 décembre 1947 ».

146 Y I. 1944-49, 367, « Conférence par P. J. Simon, chargé de mission au ministère des Finances et des Affaires économiques, 26 janvier 1948, sous la présidence de Jacques Rueff, sur le problème des réparations allemandes. ».

147 Année politique 1947, p. 205 et 241.

148 Y I. 1944-49, 382, direct Europe, JCP, 12 janvier 1948, note.

149 CE 46, Bidault, Londres, 17 décembre 1947, « Conversations avec Marshall, Alphand avec Clay ».

150 Papiers Elgey, entretien de G. Elgey avec Jacques de Bourbon-Busset, 16 septembre 1964.

151 Raymond Aron, 50 ans de réflexions politiques, Mémoires, Julliard, 1983, p. 256.

152 Y I. 1944-49, 202, Londres, 17 décembre 1947. Y I. 1944-49, 229, « Entretiens Bevin/Bidault, Marshall/Bidault, Marshall/Bevin ». CE 46, 17 décembre 1947, série de télégrammes sur ces entretiens.

153 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, op. cit. ; voir bibl. n° 53, p 216, Promotions, Revue des anciens élèves de l’ENA, n° 10, 1948, conférence du 8 janvier 1948. ou La Nef, n° 44, juillet 1948, « Prospérité ou crise aux Etats-Unis ».

Table des illustrations

Titre Tableau 14. Programmes d’importations de la zone dollar, au second semestre 1947
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 15. Crédits obtenus par la France en 1947
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2704/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 16. Programme d’importations sur l’aide intérimaire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2704/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540