Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Première partie. - La modernisation piétine (1944-1947)

Chapitre II. L’étranger et la modernisation de la France (1944-1946)

Texte intégral

« La France est prédisposée par la nature aux échanges internationaux, ils sont aujourd’hui la condition de notre relèvement. »
Jean Vergeot.

1Durant les deux premières années de l’après-guerre l’approvisionnement de l’économie et le ravitaillement de la population furent critiques. Mais à côté du court terme si obsédant et si menaçant, les responsables français menaient aussi une réflexion anarchique sur la modernisation.

2Monnet s’était engagé dans cette réflexion sur le long terme à la faveur du Prêt-Bail. Il a tenté de saisir les opportunités sans y parvenir. Mais l’essentiel n’est-il pas de chercher maintenant les traces de cette réflexion chez les hauts fonctionnaires et les hommes au pouvoir afin de savoir s’il s’agit d’un mouvement de fond, d’une sorte de sursaut national ou des préoccupations d’un homme seul ?

3La gestion du court terme apporte une réponse. Les programmes d’importations visaient déjà au renouvellement de l’équipement. A la fin de 1945, le gouvernement choisissait un développement original fondé sur un projet national, le plan de modernisation et d’équipement, mais qui nécessitait la coopération étrangère. La politique étrangère se trouvait désormais au cœur de la modernisation française. Comment obtenir l’aide étrangère sans se renier, à quel prix la payer, qu’offrir en échange ? Grande-Bretagne et États-Unis entraient dans la problématique de modernisation de la France.

4Moderniser c’est disposer de ressources énergétiques importantes. La Ruhr s’offrait comme source principale de charbon et la question allemande mobilisa intensément la diplomatie française. La politique allemande de la France était, de ce fait, liée aux choix de développement. Quelle politique la France pouvait-elle mener ? Ecraser économiquement l’Allemagne, c’était prétendre dominer l’Europe et la France n’en avait plus les moyens. Pouvait-on rêver d’un transfert de la sidérurgie allemande vers les pays ravagés par la guerre et d’une grande politique des réparations ? Cette politique fut tentée contre l’évidence, et constamment réactivée par l’idée d’une Europe française.

5L’unité de l’Europe était un deuxième point fort de la politique française. Les projets européens de la France étaient multiples, comme si on essayait plusieurs solutions. L’un d’entre eux tentait de faire une place à la Grande-Bretagne et au Commonwealth comme sources de la modernisation française. Les réactions britanniques sur le court terme montraient que la voie était une impasse. Le temps n’était-il pas venu de faire une Europe franco-britannique à défaut d’une Europe française ? Un autre projet avait pour but de construire une Europe occidentale, sans l’Allemagne, mais avec le Benelux. Les Anglais pouvaient-ils accepter ?

6Mais une troisième direction pour obtenir les moyens du développement s’offrait : les États-Unis et les grandes conférences économiques internationales. Certes les États-Unis avaient limité leur soutien aux programmes français d’importations. Mais ils détenaient toujours les ressources indispensables. Comment les faire participer à la modernisation du pays ? Leur politique était bien sûr de conduire l’Europe sur les chemins de la libération mondiale des échanges. Comment limiter un engagement contraignant qui pourrait mettre à mal une industrie renaissante ? La conférence de Bretton Woods et la négociation Blum-Byrnes furent l’occasion de tester la pertinence de cette politique.

7Les désillusions du court terme conseillaient la prudence, mais les Français voulaient lever par tous les moyens les contraintes financières tout en préservant l’originalité de leur projet. Ce projet convenait-il à ceux qui étaient priés de le financer ?

LA MODERNISATION IMPOSSIBLE PAR LES NOUVELLES ORGANISATIONS FINANCIÈRES MONDIALES

8La réorganisation des relations internationales après la guerre semblait répondre à la situation de la France. Mais les Français s’aperçurent des limites de ces organisations tant pour le ravitaillement que pour la modernisation.

Le GPRF, le développement et les organisations mondiales

9Malgré leurs hésitations, les responsables français acceptèrent très vite de participer aux échanges mondiaux pour atteindre leurs objectifs nationaux.

  • 1 Guerre 1939-45, Alger, CFLN-GPRF, 728, 24 septembre 1943, doc de presse, source française, commiss (...)

10Déjà le gouvernement de Vichy avait évolué. Bichelonne croyait à l’autarcie. Mais les dernières réflexions de Vichy montraient que l’économie française devait vivre en symbiose avec l’étranger1.

1944, plan Mendès France ou programme Monnet ?

  • 2 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. II, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, (...)
  • 3 Papiers Elgey, « Entretien avec Pierre Mendès France », 29 septembre 1964.

11Pierre Mendès, commissaire aux Finances du GPRF, prévoyait avec le « plan économique d’Alger » de février 1944, une augmentation de la production industrielle : « Ne pouvant satisfaire tous les besoins, nous devons déterminer un ordre d’urgence et une hiérarchie des besoins. C’est ce qu’on appelle un plan ». Il évoquait la grandeur future de la France et imaginait la création d’une industrie sidérurgique capable de donner naissance à des industries de transformation et de consommation. Les moyens du développement étaient les nationalisations et l’importation de machines-outils. L’appel à l’étranger était en fait un appel aux réparations allemandes2. Modernisée, la France serait forte à nouveau. Mendès France avait en tête l’exemple de la Convention qui avait su mobiliser les Français pour sauver la Révolution en 1792. Son patriotisme exacerbé l’entraînait sur des chemins très différents de ceux de Monnet. Vingt ans plus tard, il estimait encore que Monnet n’avait pas eu de perspectives d’ensemble sur l’avenir économique de la France3. Le plan Mendès France était cohérent avec les nationalisations, et avec une austérité propre à rendre sa dignité à la France.

  • 4 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1534-1535, PB.30 mai 1944, note de la DAE ; 363 AP 3, Alger, 17 j (...)
  • 5 Guerre 1939-45, Alger, CFLN-GPRF, 1222, Washington, tél. 1469, de Monnet à Mayer et Mendès France, (...)
  • 6 Crédits civils attachés à la loi Prêt-Bail de 1941, 3, alinéa C.
  • 7 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1537, Alger, 26 septembre 1944. 1222, Washington, Monnet à Mayer (...)

12Monnet présenta aux Américains le 5 mai 1944 un plan d’un an destiné à prendre la suite du plan de six mois. Ce plan, connu sous le nom de plan B, prévoyait d’importer des biens d’équipements, des matières premières et du charbon. Il fallait remettre en route l’économie française pour la guerre mais aussi pour la paix, puisqu’on y parlait de reconstruction4. « Ce programme, écrit Monnet en juin 1944, est en réalité un premier programme de reconstruction qui contient une quantité importante de matériel industriel destiné à remettre les principales branches d’activité en état. Nous l’avons limité aux fournitures destinées aux services publics, aux transports, aux industries de guerre et aux industries civiles essentielles »5. Ce plan d’importations de $ 2,4 milliards (u.c.) serait financé, d’une part en Prêt-Bail (crédits 3 c pour des fournitures civiles)6, d’autre part avec un prêt américain de $ 1 milliard sur 25 ans à 2 %. Il s’appuyait sur une note du 20 juillet 1944 remise à John Mac Cloy par Hoppenot et Alphand. Elle aurait été approuvée par le président Roosevelt et serait restée ignorée des services américains7 !

Tableau 12. Programme d’un an de Monnet, été 1944

Tableau 12. Programme d’un an de Monnet, été 1944

13Le projet était remarquablement ambitieux, marqué par le renouvellement des outils de production. Ce projet ne vit pas le jour parce que le financement n’a pas suivi. Monnet avait été abusé et dépassé par une situation politique franco-américaine qu’il ne maîtrisait pas.

  • 8 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Mémoires 1911-1986, Laffont, 1986, p. 126.

14Robert Marjolin, reflétant certainement l’opinion la plus générale au CFLN souhaitait l’insertion de la France dans les échanges mondiaux par nécessité8.

15La naissance de l’ONU, la reconstruction financière et commerciale mondiale paraissaient des moyens pertinents de développement. Mais les Français ne voulaient pas pour autant perdre la maîtrise de leur politique commerciale extérieure. L’occasion de tester l’efficacité d’une reconstruction dans le cadre mondial se manifesta rapidement.

La réflexion d’Alger sur les échanges mondiaux

16Le CFLN avait été mis en face des projets anglo-américains pour l’après-guerre dès 1943. Au printemps de 1943, J. M. Keynes et Harry D. White, sous-secrétaire d’État américain au Trésor, proposaient deux plans.

17White envisageait la création d’un fonds de stabilisation des monnaies de $ 5 milliards, alimenté par une souscription proportionnelle à la puissance économique de chaque pays participant, en or et en devises. Chaque nation pourrait acheter des devises au fonds, avec sa devise nationale, dans les limites de 200 % de son quota initial. En cas d’épuisement d’une devise, le fonds en achèterait avec de l’or. Les comptes seraient tenus en Unitas, d’une valeur égale à 137 gr. 1/7 d’or fin, soit 10 dollars. La parité des monnaies nationales serait définie par rapport à l’Unitas. Le plan White imaginait aussi un plan d’amortissement des créances internationales sur 23 ans.

  • 9 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, commissariat aux Finances, LE, « Note sur les plans monétai (...)

18Le plan Keynes poursuivait l’objectif de la stabilisation des changes et de la suppression des déséquilibres des balances. Il inventait un « clearing » international et une monnaie fiduciaire nouvelle, le bancor. Les parités seraient fixées par rapport au bancor, non convertible en or. Les pays créditeurs accepteraient des paiements en bancor pour les transactions commerciales. Chaque pays déficitaire disposerait d’un crédit en bancor, correspondant à son découvert. Les quotas initiaux en bancor se monteraient à $ 28 milliards9.

19Les services d’Alger analysèrent les deux plans à la lumière des objectifs à long terme de la France pour l’après-guerre : une insertion prudente dans les échanges internationaux en vue de la modernisation.

  • 10 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 725, Résumé du projet anglais et américain par R. Marjolin, avril (...)

20Robert Marjolin proposa de choisir le plan le plus avantageux pour les débiteurs, le plan Keynes. Mais l’impuissance des hommes d’Alger transparaissait bien à travers les propos de J. de Perceval, directeur de la Banque de l’Indochine à Londres : « Pour un continental impartial, mais curieux de découvrir par avance à quelle sauce il sera accommodé par ses amis, il semble probable que la sauce anglaise sera la moins amère »10.

21Ces deux plans ne reflétaient pas la pensée des Français d’Alger. Ils avaient préparé en 1942 un schéma de réflexion pour l’après-guerre dû à André Istel et à Hervé Alphand et « avec le concours d’un haut fonctionnaire de la trésorerie française actuellement en France ».

  • 11 . Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 725, Ph. Baudet, 2 juin 1943, Washington, n° 259, à Commissaria (...)

22Ce « plan » refusait le retour immédiat au multilatéralisme en raison des nécessités de la reconstruction économique à l’abri des contraintes de la concurrence. Il préconisait des traités de commerce pour stabiliser les marchés, redistribuer les activités productives et des accords monétaires bilatéraux susceptibles d’être étendus de proche en proche pour revenir progressivement à la convertibilité, le tout assorti d’une aide internationale pour la reconstruction. Son inspiration se trouvait dans l’accord franco-britannique Reynaud-Simon de décembre 1939. Dans cet accord chaque gouvernement offrait à l’autre des ouvertures de crédits importantes11. Le projet Istel-Alphand limitait toutefois l’accumulation de soldes débiteurs. Au-delà d’un seuil, les déficits auraient été payables en or.

  • 12 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, Hoppenot, Washington, 22 mai 1944, diplo. 1109, de Pierre M (...)

23Malgré la pertinence du projet, l’état de faiblesse du CFLN empêchait de présenter ce plan français à Bretton-Woods. Des instructions ont même été données à la presse contrôlée par le CFLN pour ne pas le faire valoir et pour défendre les déclarations de Cordell Hull, secrétaire d’État américain, en faveur de la coopération internationale12.

  • 13 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 17 juin 1944, PMF, Finalger, à Londres 9741. Guerre 1939-45 (...)

24Le CFLN se borna à apporter des amendements au plan White. Il tenta d’élargir « l’importance des crédits que les projets du 22 avril comportent » et de faire assouplir les conditions d’achats des monnaies convoitées. C’était l’intérêt de la France d’obtenir le plus de dollars possible. Il tenta aussi de faire réduire les versements en or au capital du fonds. Il fit insérer une clause en faveur des ententes régionales, seul souvenir du projet Istel-Alphand. Il demanda aussi qu’une place convenable soit accordée à l’URSS13.

Bretton-Woods, 1er-22 juillet 1944, une conférence décevante pour les projets français

  • 14 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 20 juin 1944, Washington, n° 1430, pour Alger, de Monnet à (...)

25La place faite à la France à Bretton Woods n’était pas à la hauteur de ses ambitions. Le quota qu’on lui alloue au capital du fonds et donc les crédits qu’elle peut espérer est modeste : $ 400 millions14. Sans doute déçu par le projet, le CFLN n’accorde-t-il pas un intérêt bien grand à la Conférence. Mais ayant appris que les Anglais y envoient Keynes, il décide d’y déléguer Mendès France, à la place d’Istel.

  • 15 В 33284, juillet 1944, « Rapport du ministre des Finances, fait par M. de Largentaye, Inspecteur d (...)

26Les Français tentent d’amender le système en réclamant une augmentation du quota français pour pouvoir disposer de davantage de facilités monétaires. Mais surtout ils souffrent d’un déclassement international, sans rien pouvoir y faire15. Ainsi la langue française est systématiquement ignorée.

27Pierre Mendès France d’emblée juge la conférence confuse.

28La France a pu obtenir le cinquième siège au Fonds, mais il lui est contesté à la Banque mondiale (BIRD). Mendès souhaiterait se tailler une clientèle de petits pays pour pouvoir modifier les rapports de forces internationaux. Mais la France n’en a pas les moyens. Son quota, à peine amélioré, passe de $ 400 à $ 450 millions. Les dispositions favorables aux pays ravagés par la guerre n’aboutissent pas.

  • 16 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, t (...)

29La « résistance » de Mendès France rend nerveux Morgenthau. Le secrétaire américain au Trésor, fait de multiples pressions pour que Mendès accepte le quota. A la suite d’un incident de séance à propos du cinquième siège de la Banque Mendès France télégraphie à de Gaulle, qu’il est prêt à rompre, « si certaines conditions essentielles à nos intérêts étaient de nouveau méconnues ». Il sentit passer, écrit Jean Bouvier, « le nouveau souffle américain »16.

  • 17 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, t (...)

30Mendès ne quitta pas la conférence mais il fit des réserves. Il refusa le quota alloué à la France et dénonça le mépris dans lequel on tenait les pays européens touchés par la guerre ainsi que les conditions d’accès aux prêts. Pierre Mendès France refusa la disposition qui permettait aux pays disposant de plus de 10 % du capital du Fonds de s’opposer au changement du prix de l’or et donc d’en fixer le prix. II refusa encore de s’engager à lever les obstacles aux restrictions de paiements17. Quelle assemblée française accepterait une tel résultat ?

  • 18 B 33917, rapport de Largentaye.

31Pourtant, Jean de Largentaye, en août 1944, préconise la ratification. Les arguments de l’expert ne sont pas ceux du politique. L’apport en or, 25 % du quota, n’est pas un obstacle dirimant, car au bout d’un an, la France pourra obtenir, une fois par an et pendant 4 ans, l’équivalent de son quota en monnaies fortes. Mais il doit constater aussi que cet apport ne représente qu’un huitième de la valeur des importations françaises de 1938. En revanche, il ne voit pas l’intérêt d’adhérer à la Banque mondiale, estimant que la France possède des réserves suffisantes « pour couvrir le déficit de ses paiements en dollars pendant une période d’environ 4 ans... »18. Cette remarque est franchement curieuse, frisant l’inconscience, puisque le CFLN s’évertuait à accéder au Prêt-Bail.

  • 19 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis 231, Bonnet, Washington, 4 octobre 1946, 631 DET.

32La fermeté de Mendès a été payante, à terme. La France obtint sous la menace d’un retrait de l’organisation, en octobre 1946, un quota de $ 525 millions, certes inférieur aux $ 641 demandés, et un siège permanent à la Banque mondiale19. Mais ces améliorations ne pouvaient constituer les bases d’une modernisation.

Ratification tardive des accords de Bretton-Woods

33Ni le FMI, ni la Banque mondiale ne furent les moyens de moderniser. Pourtant, 17 mois après la conférence, le 26 décembre 1945, l’Assemblée nationale ratifia les accords de Bretton Woods.

Une certaine sympathie pour les principes de Bretton Woods

  • 20 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, cf. « Correspondance sur la négociation franco-américaine r (...)

34En signant le Prêt-Bail, puis en acceptant le prêt de l’Eximbank de décembre 1945, la France avait accepté d’ouvrir des conversations sur une organisation mondiale des échanges, comme les Américains le désiraient20. C’était une première raison d’accepter Bretton Woods.

35D’autre part un groupe d’hommes politiques ou de hauts fonctionnaires souhaitaient une adhésion par principe : les socialistes, parce qu’elle représentait un pas vers l’exercice d’une souveraineté mondiale, les néo-libéraux, comme Guindey, parce qu’ils étaient attachés par doctrine à la libération des échanges, parfois depuis la veille de la guerre.

  • 21 Guillaume Guindey, mai 1985, entretien avec Antoine Mares et Gérard Bossuat, publié dans le Bullet (...)

36Monnet, Guindey, Alphand, en 1943, souhaitaient la libération des échanges comme catalyseur de la modernisation. Jean Vergeot, du CGP, écrivait : « La France est prédisposée par la nature aux échanges internationaux, ils sont aujourd’hui la condition de notre relèvement »21.

37Pour les trois grands partis (PCF, SFIO, MRP), l’autarcie est impossible. Le consensus pour une ratification se fonde donc sur des raisons doctrinales, sur l’expérience de l’avant-guerre où le cloisonnement des économies a contribué à l’affrontement meurtrier, et par souci de satisfaire les États-Unis dont la France attend beaucoup.

Ratification et promesse d’une aide à la modernisation

38Mais l’ambiance néo-libérale ne suffit pas à expliquer la ratification des accords de Bretton Woods. Car accepter de négocier sur le commerce ne signifiait pas adhérer aux thèses américaines. En effet, même les néo-libéraux souhaitaient une période de transition pour refaire les forces économiques du pays. Monnet voulait bien participer à une conférence du commerce si la France pouvait assurer « la restauration et la modernisation de son économie industrielle et agricole » et obtenir des crédits « pour couvrir l’ensemble de ses besoins ».

  • 22 Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, PB, 18 octobre 1945, note pour le ministre, négociations fran (...)
  • 23 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, 16 novembre 1945, direction d’Amérique, pour la DAE, ratifi (...)

39La nécessité d’une aide américaine explique la ratification22. Il serait dangereux, écrivait un haut fonctionnaire français dès novembre 1945, « de donner aux États-Unis des preuves de mauvais vouloir dans un domaine où leur aide peut-être sollicitée dans un proche avenir »23.

  • 24 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, PB., 18 octobre 1945, note pour le ministre, négociations f (...)

40Aussi l’essentiel a été d’obtenir des Américains l’engagement de discuter de la situation économique de la France et le prêt de l’Eximbank de $ 550 millions24.

  • 25 AMF 3/5/35, Bonnet à Byrnes, 8 novembre 1945. Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 46-51. (...)
  • 26 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, 31 décembre 1945, Francisque Gay à Jefferson Caffery.

41L’échange de lettres du 8 novembre 1945 entre Lacoste, chargé d’affaire aux États-Unis et Byrnes, secrétaire d’État américain ouvrait de grands espoirs pour la modernisation de la France. La première lettre vaut acceptation par la France de participer à une conférence sur le commerce. La seconde lettre contient la concession américaine. Elle affirme que « la contribution effective de la France à une expansion de la production et du commerce mondial dépendra principalement des possibilités qui lui seront données d’entreprendre et de réaliser la reconstruction et la modernisation de son économie agricole et industrielle ». Byrnes en accepte les termes, Bidault les répète à Caffery, en présence d’Alphandet de Monick25. Les Français obtiennent de présenter aux Américains la situation économique de la France avant la tenue de la conférence internationale du commerce26. Monnet avait donc raison. Les Américains étaient disposés à prendre en considération les besoins à long terme de la France.

  • 27 Y International 1944-1949, 84, discours du ministre des Finances à l’Assemblée Nationale, le 26 dé (...)

42Ainsi n’est-il pas exagéré de dire que ce furent les prémices des négociations Blum-Byrnes. Tout était possible encore. Les Français attendaient de cette négociation un grand prêt de relèvement. Cet échange de lettres a facilité le vote de la loi de ratification des accords de Bretton-Woods créant le FMI et la BIRD par l’Assemblée nationale française27.

43La France donnait une preuve de bonne volonté. La dévaluation du franc suivait cette ratification.

Tableau 13. Dévaluation du franc français, décembre 1945

Tableau 13. Dévaluation du franc français, décembre 1945

44L’appel à l’Amérique avait été formulé depuis longtemps, il avait été repoussé dans l’été 1944 par les Américains ; deux ans après Monnet put penser que sa stratégie de modernisation était en passe de réussir. La carence des organisations internationales avait conduit les Français à retarder la ratification des accords de Bretton-Woods. La promesse d’une aide américaine les amenait à réviser leur position. Le débat sur la modernisationse déplaçait du terrain des institutions internationales sur celui des relations franco-américaines.

Le plan Monnet, conséquence de la promesse d’aide américaine

  • 28 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République, t. I, la République des illusions, 1945-1951 Fayar (...)

45La planification de la modernisation avait mal tourné après le départ de Mendès France le 5 avril 1945. René Pleven avait démantelé la cellule mendésiste de planification mise en place par Georges Boris à l’Economie nationale en mai 1944, au grand dam de Mendès et de Boris qui critiquèrent les plans sectoriels incohérents, le plan arlequin28.

  • 29 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bib. n° 59, p. 328.
  • 30 Papiers Elgey, entretiens avec Jean Monnet, 1 : et août 1964, entretiens Daillen-court/E. Hirsch, (...)

46L’affaire est reprise par Monnet en novembre 1945 à la demande de de Gaulle, après son voyage aux États-Unis29. Le 5 décembre 1945, il présente à de Gaulle, en 5 pages, le document qui établit le bilan statistique du déclin de la France et qui justifie le plan. Il est accepté tel quel par de Gaulle, d’après Etienne Hirsch30.

  • 31 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 163, rapport de Rosenman, « Report on France ». Y International (...)

47Il situe tout de suite le plan en rapport avec l’aide étrangère à long terme. L’aide ne sera accordée que « si nous avons une politique définie et si nous manifestons la volonté d’entreprendre des réformes indispensables ». Il faut donner une cohérence d’ensemble à la reconstruction. Le juge Rosenman de la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants concluait en juin 1945 que la France n’avait pas de projet industriels, d’équipements, de reconstruction. Le « plan Monnet » est d’abord une réaction au désordre de la reconstruction et au fouillis des programmes d’importations31.

  • 32 Philippe Mioche, « Le démarrage... art. cit. » ; voir bibl. n° 259, RHMC, septembre 1984, p. 415. (...)

48Il y a un débat pour savoir si le plan Monnet s’inscrit dans un mouvement à long terme comme le pense Philippe Mioche, ou s’il est conjoncturel comme le croit Michel Margairaz, sans antécédents conceptuels d’après Jean Bouvier32. Autant le plan Mendès France, avorté, s’inscrivait dans un courant planiste antérieur, mâtiné d’expérience soviétique, autant le plan Monnet nous paraît être l’expression d’une conjoncture.

  • 33 Pierre Massé, c.r. réunion du 16 novembre 1985 à l’IHRIC, « La prévision à long terme en politique (...)

49Monnet a réussi son projet parce qu’il a voulu clairement « la modernisation contre la décadence, c’est-à-dire l’avenir contre le passé » dit Pierre Massé33 et qu’il a obtenu les moyens de réussir. C’est vrai, mais les hommes du plan ont voyagé aux États-Unis, ils ont pu mesurer les contraintes internationales et le retard de l’économie française. Ils voulaient l’aide américaine en faveur de la France. Ils savaient que l’on convainc l’administration américaine avec des dossiers bien préparés et argumentés.

50Si l’autarcie, le protectionnisme n’étaient plus tolérables, il convenait de s’appuyer sur l’aide américaine pour moderniser rapidement, en attendant que la France fût en mesure de participer aux échanges internationaux.

  • 34 F 60 925, 10 janvier 1946, instructions envoyées par le Président du GPRF à M. le commissaire géné (...)

51Les instructions de de Gaulle à Monnet du 10 janvier 1946 insistent sur la rapidité de la modernisation par l’aide extérieure, obtenue à des conditions satisfaisantes. L’essentiel, écrit Monnet, « chacun savait bien où nous aurions à le chercher et où nous avions une chance de l’obtenir »34. Aux États-Unis !

RECONSTRUIRE LA FRANCE PAR UNE EUROPE ANTI-ALLEMANDE

52Mais la problématique française de modernisation est inséparable d’une réflexion sur la place de l’Allemagne en Europe.

  • 35 Chapitre 1.

53Sur le court terme, on l’a vu35, la France manifeste des appétits constants pour le charbon allemand. Pour l’avenir, elle conçoit l’avenir de l’Europe avec une Allemagne affaiblie, politiquement et économiquement. A côté de l’appel à l’Amérique, la politique française cherche les moyens de la modernisation et de la sécurité par une construction européenne anti-allemande.

Les anticipations d’Alger sur l’union douanière européenne

54Le gouvernement provisoire pouvait se reporter aux travaux du CFLN de l’année 1943 à Alger pour nourrir sa politique.

Une Fédération occidentale (René Mayer)

55René Mayer imaginait le 30 septembre 1943 une fédération occidentale comprenant la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et des États rhénans, autour du grand complexe sidérurgique de Lorraine-Ruhr. Des accords de paiements lieraient ces pays. Dans le cadre d’une union douanière, les États participants spécialiseraient leurs économies. Mais il fallait l’accord des autres grands alliés en faveur d’une union régionale discriminatoire et faire la preuve qu’un détachement de la Ruhr du Reich était économiquement justifié. Si l’Espagne y était invitée, sa démocratisation était la condition de sa participation. Il fallait aussi empêcher la germanisation de cette Lotharingie industrielle, s’étendant de Lens à Essen.

  • 36 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 37-42. 363 AP 3, note Mayer du 30 se (...)

56La note de Mayer posait des questions, elle ne tranchait pas : « Y-a-t-il, pour la France, intérêt à orienter sa politique vers l’institution à l’Ouest de l’Europe d’un ensemble fédéral dont elle ferait partie, au moins dans l’ordre économique ? »36.

  • 37 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, mémorandum, septembre 1943, 6 pages, pas de source (...)

57Hervé Alphand envisageait aussi la création de bureaux européens, branches de bureaux mondiaux, chargés de répartir les matières premières, les produits agricoles et industriels, pendant les 20 années suivant la guerre37. Son inspiration est plus mondialiste qu’européenne. Elle s’inscrit dans le mouvement général de confiance envers les nouvelles organisations mondiales.

  • 38 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, note concernant les études relatives à l’organisation de (...)
  • 39 363 AP 3, 26 octobre 1943, R. M. à M. le commissaire aux Affaires étrangères, 167/CMM/ RM/ref. not (...)

58Dans l’esprit de de Gaulle, le retour à l’autarcie continentale était impossible. L’union contribuerait au développement économique général en coopération avec les États-Unis et l’URSS38. Le CFLN et de Gaulle restaient ouverts à des solutions multiples. Massigli était d’avis que la Grande-Bretagne y participe. Mais de Gaulle, comme Mayer rejetaient une union avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne39. De Gaulle penchait pour une construction continentale avec le futur Benelux, et peut-être la Rhénanie, l’Italie, la Suisse et l’Espagne. La Grande Nation était à nouveau à l’ordre du jour.

  • 40 B 12788, cité par R. Frank, note du 17 octobre 1943, voir bibl. n° 182.

59Monnet plaidait autrement. L’Allemagne aurait sa place dans cette future Europe économique. Sans s’opposer à la division politique du Reich, il souhaitait l’adhésion à l’union de chaque état allemand. Enfin, il proposait que les industries sidérurgiques allemande et luxembourgeoise soient gérées par les nations européennes au profit de l’Europe. La réaction de de Gaulle fut négative, car il imaginait la mainmise de l’industrie allemande sur l’Europe40.

  • 41 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne, centre de recherches européennes, 1985, L’Europe, u (...)

60Monnet croyait très nettement à un marché européen de l’industrie lourde européenne, contrôlé par les États européens. En août 1943, il s’élevait contre la renaissance des souverainetés économiques nationales et plaidait pour une entité européenne de nature politique destinée à créer « une unité économique commune »41. Le débat sur la supranationalité était ouvert.

61Le CFLN, fin octobre 1943 fit établir par ses services londoniens une étude répondant à la question de René Mayer. L’hypothèse d’une union européenne étendue à la Grande-Bretagne, à la Suisse et à l’Italie était formulée. Le dossier fut confié à Laurent Blum-Picard, ancien directeur général des mines, spécialiste des questions sidérurgiques, à Jacques Kaiser pour les questions politiques et au professeur Gros, juriste, en liaison avec Pierre Vienot et Maurice Dejean.

  • 42 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, DAE, Alger, 5 octobre 1943, pour Massigli. 363 AP 3, Comi (...)

62Le rapport de L. Blum-Picard conclut le 1er décembre 1943 contre une union européenne : « L’Europe unifiée est l’exemple de la fausse bonne solution qui attire par son apparente simplicité ». Il proposait que les pays européens passent des accords commerciaux par grands produits, un sorte de spécialisation prudente sans union douanière42. Le rapport n’avait pas le souffle audacieux des questions de Mayer, ou des anticipations de Monnet.

Une Fédération économique de l’Ouest

  • 43 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, de Gaulle, 24 février 1944, 315/SP, à R. Massigli.
  • 44 René Girault, « La France et les autres : les enjeux de la modernisation », p. 7. FNSP, colloque d (...)

63Cependant, ce rapport n’épuisa pas le sujet. De Gaulle, au début de 1944, demanda à Massigli d’étudier les conséquences d’une séparation économique de la Rhénanie du Reich et de la création d’une fédération économique de l’Ouest, limitée à la France et au futur Benelux, « à laquelle pourrait se rattacher la Grande-Bretagne »43. Les services français rêvaient d’une mise en pool des ressources monétaires des membres de l’union, dans le cadre d’une union confédérale, sans abandon de souveraineté. Les socialistes rêvaient d’un internationalisme européen fondé sur la SFIO et le Labour Party44.

64Ces réflexions menées en pleine guerre posaient déjà les questions auxquelles l’Europe dut répondre dans les décennies suivantes. Quelle place auront l’Allemagne et la Grande-Bretagne dans l’Europe nouvelle ? L’union sera-t-elle supranationale, confédérale, politique ou économique seulement ?

65Les conclusions variables des services montraient que le CFLN n’arrivait pas à dégager un consensus sur l’Europe. Il est remarquable que la question européenne ait été posée en termes économiques, tout autant que politiques. Mais l’esprit du temps, nourri des épreuves de la guerre, poussait les Français à réagir contre l’Allemagne, à la morceler et à s’approprier les moyens de la puissance, la Ruhr.

Principes pour un bon usage de l’Allemagne vaincue

  • 45 René Massigli, Une comédie des erreurs... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 86. Armand Bérard, Un am (...)

66La fin de la guerre incitait les Français à assurer leur sécurité, de Gaulle réclamait l’éclatement politique de l’Allemagne, la « jonction » de la Sarre à la France. « Plus de Reich centralisé !... écrivait de Gaulle, les territoires rhénans seraient certes occupés par les armées française, britannique, belge et hollandaise. Mais si leur économie était, en outre, liée à un groupement formé par les occidentaux – rien ne s’opposant, d’ailleurs, à ce que les autres éléments de l’Allemagne vinssent s’y joindre eux aussi – et si le Rhin lui-même devenait une voie libre internationale, on verrait s’instituer la coopération des activités entre pays complémentaires. »45

  • 46 René Girault, « Les décideurs français et leur perception de la puissance française en 1948 », Act (...)

67La sécurité de la France était posée en termes politiques et économiques, et la production allemande devait être ramenée à un bas niveau. « La germanophobie dominante alors en France, écrit René Girault, ne tolère pas l’idée d’un relèvement allemand »46. L’avenir de la France était lié à celui de l’Allemagne.

  • 47 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. II, op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 103, 15e émission, (...)

68Le charbon formait la base du relèvement français : « Nous allons trouver en Allemagne, dans le bassin de la Sarre, dans le bassin de la Ruhr, dit Mendès France aux Français, des millions de tonnes de coke, de ce coke qui est complémentaire de notre minerai de Lorraine ». La France va transférer « une partie de la puissante sidérurgie de la Ruhr vers la Lorraine... ». L’Allemagne est un Eldorado moderne pour Mendès France et les responsables français. Cette ambition française ne laissait pas indifférents les Alliés qui souhaitaient le maintien des anciens équilibres sur les marchés des sidérurgies américaines et britanniques47.

Démembrer sinon exploiter l’Allemagne

  • 48 Y International 1944-1949, 85, note sans auteur, ni origine, avril 1945. Europe, généralités, 1944 (...)

69En avril 1945, le Quai d’Orsay étudia la possibilité d’intégrer la rive gauche du Rhin au territoire douanier français et de collaborer économiquement avec une fédération de l’Allemagne du Sud48. Voilà le ton des projets français.

  • 49 Jean Chauvel, Commentaires, d’Alger à Berne, 1944-1952, Fayard, 1972, p. 115-116.

70La luxuriance des projets français, leur irréalisme conduisirent Jean Chauvel, secrétaire général du Quai d’Orsay, à un jugement sévère : « Sous l’égide du général, s’établissait et s’étendait ainsi un chaos politique économique et financier à n’y pas croire, et les grandes entreprises destinées à marquer le rang retrouvé qui étaient cette affaire allemande et cette affaire du Levant, étaient manquées »49.

71La modernisation de la France pouvait-elle se faire sur les décombres de l’Allemagne ?

  • 50 Jean Chauvel, Commentaires..., op. cit. ; voir bibl. n° 30, p. 107, décembre 1944 ; Y Internationa (...)

72Le souci de sécurité militaire prédominait dans la revendication française d’un régime international de la Ruhr, formulée par Bidault et de Gaulle en 1944, et renouvelée par Bidault à San Francisco en mai 1945. Mais après de nombreux échecs, Georges Bidault en vint à formuler les mêmes objectifs au nom de la reconstruction de l’Europe. La question de la sécurité s’enrichit d’une acception nouvelle d’ordre économique50.

  • 51 B Amérique 1945-1952, États-Unis, 245, 26 août 1945, conversations d’Alphand à Washington.

73L’argument n’était pas si mauvais, puisqu’en août 1945, le Département d’État souhaita connaître les intentions françaises sur l’internationalisation de la Ruhr et suggéra aux Français de se contenter de charbon allemand, livrable par traité, pour assurer leur sécurité51.

  • 52 De Gaulle, Mémoires de guerre, le salut, op. cit. ; voir bibl. n° 34, p. 252.

74L’offre américaine de l’été 1945 invitait les Français à abandonner leur politique de démembrement contre des avantages économiques. L’occasion de conclure fut manquée lors du voyage de de Gaulle aux États-Unis le 22 août 194552.

  • 53 Papiers Elgey, papiers Gouin, communication de M. Byrnes, 5 février 1946. Armand Bérart, Un ambass (...)

75Le mémorandum dénué d’ambiguïté de Byrnes du 5 février 1946, confirmé par le discours de Stuttgart du 6 septembre 1946, jugeait que l’attachement de la Ruhr au Reich était « nécessaire à la vie économique de l’Allemagne »53. Les Français valorisèrent alors l’internationalisation de la Ruhr comme substitut au démembrement allemand rendu impossible.

  • 54 Jacques Freymond, Le conflit sarrois, 1945-1955, Institut de sociologie Solvay, Bruxelles, 1959, p (...)

76Le souci économique prédominait dans la question sarroise, malgré l’expression itérative d’annexion politique et de recherche de prestige54. Pour la diplomatie française, la Sarre était devenue la Ruhr du pauvre.

77L’occupation de la zone française d’Allemagne était posée en termes de rang. Mais l’intérêt économique n’était pas négligé. Les Français s’employèrent à lier leur zone à l’économie française. Malheureusement cette Allemagne du Sud n’était pas riche et elle coûtait chère. Elle ne pouvait représenter les bases du développement de la France.

L’irréalisme invétéré des Français en Allemagne

78Les Français ont raté l’occasion de négocier du charbon allemand contre l’abandon de leur politique de démembrement, à la fin de l’année 1945. Jamais une occasion aussi favorable s’il faut en croire les dépêches du Quai plus que les Mémoires du général de Gaulle ne s’était présentée.

  • 55 363 AP 6, discours de G. Bidault devant l’Assemblée nationale constituante, JO n° 3, 18 janvier 19 (...)

79Bidault et Thorez s’accrochèrent aux thèses gaullistes, malgré le discours de Byrnes. René Mayer, isolé, jugeait qu’il était difficile de « refuser d’adopter la thèse d’après laquelle l’Allemagne constitue une unité économique ». Jules Moch tranche aussi quand il explique qu’il faut « concentrer notre effort sur l’essentiel et le possible », c’est-à-dire le contrôle international de la Ruhr. Koenig qui parlait de son côté d’internationalisation politique et économique de la Ruhr, se persuade vite que jamais les Américains n’accepteront de détacher quelques morceaux d’Allemagne au profit d’une France « indépendante vis-à-vis des États-Unis »55. Le réalisme va-t-il triompher ?

  • 56 AMF 4/3/93, 15 février 1946, sans auteur, sans titre, très probablement venant du CGP. Pierre-Oliv (...)
  • 57 Année politique 1946, p. 370. OURS, Bulletin intérieur du PS-SFIO, n° 10, janvier 1946, sur la con (...)

80Monnet choisit ce moment pour faire une proposition originale. Il reprit en les amplifiant des idées de 1943 et de 1945 (le dictateur du charbon). Le 15 février 1946, un document du CGP suggérait de constituer des autorités internationales, autonomes financièrement, pour gérer les industries de la vallée du Rhin, de la Ruhr et de certains bassins tributaires. L’idée était dans l’air du temps : Pierre-Olivier Lapie avait proposé une autorité de la Ruhr, et André Philip un montage semblable à celui de la Tennessee Valley Authority56. Félix Gouin, nouveau président du GPRF réclamait, en mars 1946, la création « d’un consortium international contrôlant la production minière et métallurgique de la Ruhr ». Il est dans la ligne définie par la SFIO57. Il évite les termes de détachement, ce qui montrait une évolution de la politique française.

  • 58 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire Diplomatique de 1919 à nos jours, 8e édition, Dalloz, 1981, p. 4 (...)

81Une nouvelle politique allemande de la France s’esquissait après le départ du général de Gaulle. Elle visait à s’assurer des bénéfices économiques dans la Ruhr en oubliant le démembrement. Elle échoua devant l’union conjoncturelle de Bidault et de Thorez en conseil des ministres, en avril 194658.

82La France perdait sans doute beaucoup à perdurer dans son erreur d’appréciation des forces internationales. La question de fond n’était pas résolue. Comment mobiliser le charbon allemand pour la modernisation ?

Le coke et les négociations Blum-Byrnes

  • 59 F 60 925, c.r. réunion du 18 février 1946, doc. n° 228. Jean Monnet, Mémoires, t. I... op. cit. ; (...)

83Monnet affirma que « la solution heureuse du problème allemand est plus nécessaire encore que la négociation pour obtenir des crédits américains ». La phrase est ambiguë, mais il s’agit bien de charbon. Comme il avait proposé une autre politique allemande il peut écrire dans ses Mémoires qu’il savait bien à quel point cette phrase sonnait creux59. Pourtant il comptait lui aussi sur ce charbon allemand !

  • 60 Voir chap. Premier.
  • 61 81 AJ 140, 29 décembre 1951, HCRF, la déconcentration des industries de la Ruhr.

84Or le charbon allemand ne fut donné qu’en quantités insuffisantes au cours de l’année 194660. La destruction ou l’affaiblissement du potentiel allemand n’étaient plus de mise dans une perspective de résistance à l’URSS. La France prétendait toujours se reconstruire au dépens de l’Allemagne, ce qui était inacceptable pour les Alliés occidentaux. Ils pouvaient seulement accepter un contrôle sur la Ruhr. Les Britanniques avaient créé le North German Coal Control (NGCC) où 3 sièges sur 6 étaient réservés aux syndicats allemands, chargé de gérer le charbon de la Ruhr ainsi que le North German Iron and Steel control (NGISC). La gestion de la sidérurgie de la Ruhr était confiée le 15 octobre 1946 à un organisme allemand qui gérait 25 sociétés détachées des Konzerns61.

  • 62 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, et FNSP 4BLl/dr6, 29 mars 1946.

85Les Français vont à Washington en avril 1946 pour obtenir un prêt américain mais aussi pour obtenir 20 millions de tonnes de charbon allemand par an à titre de réparations. Devant le National Advisory council (NAC), Blum explique que le charbon « représente une condition matérielle d’ordre essentiel » pour la reconstruction de l’économie française62. Léon Blum n’a pas été entendu.

  • 63 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.

86Monnet esquisse un marchandage qui n’avait pas été prévu par Paris : le rétablissement de l’économie allemande, contre l’apport du charbon allemand aux Européens et bien sûr à la France63.

  • 64 AMF 4/3/108, tél. de Washington, DET 378, 8 mai 1946, et AMF/3/116, Washington, 18 mai 1946, conve (...)

87Les Américains ne sont pas convaincus mais suffisamment ébranlés pour presser les Anglais d’améliorer la dotation en charbon de la France64. Mais les résultats sont maigres, car la France n’obtient pas d’engagement sur le long terme.

88Si la France échoue c’est probablement parce que Léon Blum a refusé très consciemment de modifier la politique française dans le sens indiqué par Monnet, conformément aux décisions du conseil des ministres d’avril 1946.

89En termes économiques, la position de Blum était un obstacle au développement, en termes de politique extérieure, une impasse. Léon Blum en tirera quelques leçons à la fin de l’année quand il reviendra au gouvernement. Malgré la faible durée de son mandat, il modifiera dans un sens plus réaliste la politique française en Allemagne.

L’échec des réparations

  • 65 F 60 922, 1er septembre 1945, Berlin, n° 1, Kœltz pour EMGDN, Paris.

90La France comptait sur le don gratuit des réparations pour moderniser. Les Français tentent de mettre en œuvre une politique de transfert de matériels industriels vers la France : usines de laminage, d’automobiles, d’azote, scieries électriques, machines à tisser, wagons-citernes, chantiers navals65. Mais à de multiples signes, il apparaît vite qu’il s’agit d’une impasse.

  • 66 Daniel Yergin, La paix saccagée, les origines de la guerre froide et la division de l’Europe Balla (...)
  • 67 80 AJ 6, document économique du Bulletin mensuel d’information, centre national d’information écon (...)

91D’abord, après la prise de position de Byrnes contre les démantèlements en février 1946, Lucius Clay, commandant en chef américain en Allemagne, fait arrêter les démontages d’usines, une décision dirigée contre la France, d’après Daniel Yergin66. Ensuite, les réparations allemandes auraient-elles pesé sur la modernisation ? On en doute à lire L’Inventaire Schuman de fin 1946 qui comptait sur 45 milliards de francs de réparations. Une goutte d’eau par rapport aux investissements prévus par le plan : 2 200 milliards sur 4 ans ou 7 000 milliards sur 15 ans, d’après Monnet67.

  • 68 Philippe Mioche, « Les difficultés de la modernisation dans le cas de l’industrie française de la (...)

92Philippe Mioche fait remarquer qu’entre le premier conseil du plan de février 1946 et le second en novembre 1946, « Jean Monnet fit disparaître toutes les allusions à des prélèvements en nature »68. Il ne croit donc plus aux réparations allemandes.

  • 69 Théodore H. White, Le feu sous la cendre (Fire in the ashes), Gallimard, NRF, 2e édition, 1954, p. (...)

93Théodore White affirme que les événements plus qu’une conviction profonde ont déterminé la politique française en Allemagne69. Cette idée est contestable, car il existe une volonté profonde de faire payer l’Allemagne pour assurer les bases de la sécurité française et de son développement économique. Il entrait en effet dans les vues du gouvernement provisoire de profiter de la défaite allemande pour bâtir une France nouvelle sur les ruines allemandes.

94Cette politique de force a échoué en 1946. Et pourtant elle reste encore la politique officielle de la France contre l’évidence. La situation politique est bloquée, le relèvement français l’est aussi. La méfiance s’installe chez les Alliés occidentaux à l’encontre de la France. Cette politique rendait encore plus nécessaire l’appel à l’Amérique sans pour autant faciliter l’allocation d’un prêt américain de modernisation.

Les tentatives françaises d’union douanière européenne

95Les tentatives d’union douanière avec le futur Benelux complètent la politique allemande de la France et celle de la modernisation.

L’union, dans l’intérêt de la France et de la Belgique

96A la faveur des négociations commerciales et monétaires pour le court terme, les Français et les Belges recherchent un accord plus large.

  • 70 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, 14 mars 1944, Londres, Dejean, conversation avec Spaak.

97Spaak était inquiet en mars 1944 des risques d’influence soviétique sur l’Europe libérée. Il voyait favorablement la France organiser politiquement et économiquement l’Europe occidentale70. Les Français n’y étaient pas hostiles, pourvu que leur sécurité et la reconstruction soient assurées.

  • 71 AMPF (Archives Mendès France déposées à l’Institut Pierre Mendès France), correspondance, Lettre d (...)
  • 72 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 49, discours de de Gaulle devant l’A (...)
  • 73 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, Alphand, note sur le projet d’organisation économique eur (...)

98Mendès France manifesta de la sympathie pour cette collaboration, allant jusqu’à l’étude des plans industriels d’après-guerre. Il posait deux préalables sur l’accès au coke et la participation des Britanniques71. De Gaulle le 18 mars 1944 annonça que la France était prête à constituer, sans abandon de souveraineté, un groupement occidental prolongé vers l’Afrique, en relation avec l’Est72. Alphand pensait à un groupement avec la Hollande, la Belgique, le Luxembourg, sans groupement avec la Hollande, la Belgique, le Luxembourg, sans exclure a priori la Grande-Bretagne, et en envisageant une participation de l’Espagne, de l’Italie, de la Scandinavie et d’une partie de l’Allemagne de l’Ouest73.

  • 74 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 52, sur les hésitations de Spaak, no (...)

99La démarche française butait essentiellement sur les hésitations britanniques, la défiance russe, le silence américain. En conséquence, Spaak jugea prématuré de s’engager plus avant74.

100La défaite imminente de l’Allemagne à la fin de 1944 relança la réflexion sur l’union européenne. Les Français considèrent qu’une alliance avec les Belges et les Néerlandais serait une excellente solution pour accéder au charbon allemand et assurer leur sécurité.

  • 75 Le Monde, 22 février 1945. Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 21 février 1945, note de la DAE, négo (...)

101La création du Comité tripartite de coopération économique (CTCE) (en fait quadripartite) avec la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, en mars 1945, a pour but « d’ouvrir les voies à la conclusion d’une union douanière entre les 4 pays ». Les Français acceptent du même coup de spécialiser leur économie75.

102La France souhaitait une union douanière dans un double but, économique et de sécurité. Selon les circonstances, la première ou la seconde approche était valorisée.

103Les Français proposent de transformer le CTCE en structure parapolitique pour amener la Belgique et les Pays-Bas à accepter la politique allemande de la France à travers la création d’une union. Mais ces derniers n’entrent pas dans le jeu français.

  • 76 Europe 1944-1949, Belgique, 34, DAP au MAE, 9 novembre 1944. Richard T. Griffiths, « Economie Reco (...)

104La Belgique est tout au plus favorable à la séparation économique et militaire de la Rhénanie du Reich. Les Néerlandais qui vivent des échanges avec l’Allemagne craignent de perdre leurs marchés d’exportations en Allemagne, voire dans la zone sterling, tandis que le Quai d’Orsay doute de la volonté néerlandaise d’appuyer une politique de détachement de la Ruhr du Reich76.

  • 77 Europe 1944-1949, Belgique, 34, PHB, DAE, note sur les relations économiques franco-belges depuis (...)

105Un accord est près de réussir. Les Quatre se déclarent favorables à une réduction des capacités sidérurgiques allemandes77. L’Allemagne dépendrait de ses voisins, leur sécurité serait assurée, le développement économique de la France certain.

Londres repousse une union régionale anti-allemande

  • 78 Europe 1944-1949, Belgique, 34, 22 mai 1946, ambassade de France à Londres, JCP 1661, à G. Bidault (...)

106Mais l’opposition britannique se réveille. Elle trouve des échos en Belgique et aux Pays-Bas au début de 194678. Les Néerlandais demandent l’intégration de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne au système.

107Or les positions françaises sont différentes. Le Quai d’Orsay avait hésité à propos de la participation britannique. La question du caractère préférentiel de l’union fait toujours l’objet d’une mésentente évidente. Les Belges et les Hollandais s’opposent aux discriminations en raison des positions américaines. Bref la France n’est pas crédible.

  • 79 Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 19-21 mars 1946, et DAE à ambafrance Bruxelles, (...)

108Les Français insistent encore. Ils proposent des ententes industrielles et commerciales « ayant pour objet la spécialisation des fabrications, la normalisation des productions, l’étude en commun des marchés »79. Belges et Hollandais d’accord en principe se dérobent concrètement.

  • 80 Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, 10e session, Bruxelles, 30 septembre 1946. CE 14, CTCE, 7 ju (...)

109Les Français réussissent cependant à faire avaliser certaines positions communes en vue de la conférence sur le commerce et l’emploi. Les Quatre sont d’accord pour refuser toute présomption de culpabilité des ententes industrielles et pour limiter les obligations du libre échange pour les pays touchés par la guerre80.

110La dernière grande offensive française en faveur de cette union économique à double objectif se produisit en janvier 1947. Les circonstances étaient favorables, car Blum avait accepté d’aller à Londres pour s’entendre avec la Grande-Bretagne.

  • 81 F 10 5656, CTCE, 11e session, Luxembourg, 7-9 janvier 1947. Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, (...)

111Alphand exposa au CTCE la politique de la France en Allemagne qui visait à transférer au profit des Quatre « une partie des activités anciennes de l’Allemagne », et à créer une autorité internationale pour la Ruhr « de caractère politique et économique ». Les réactions furent une fois de plus décevantes81.

112L’originalité de la démarche n’était pas tant dans le contenu que dans sa solennité et dans la volonté de bâtir à Quatre une unité économique par spécialisation des industries et partage des marchés. Dans l’esprit des modernisateurs français, la coordination planifiée des secteurs économiques des 4 pays, associée à l’apport allemand sous forme d’énergie et d’usines, paraissait le meilleur moyen de moderniser. Le poids relativement très important de la France dans l’union lui aurait permis de limiter ses concessions, mais d’élargir son marché d’exportation.

113L’Europe française imaginée dès 1943 s’effondrait. Mais Londres refusa de prendre la direction de l’Europe et l’échec d’une union douanière continentale s’expliquait largement par la pusillanimité des Belges et des Hollandais face à la Grande-Bretagne où ils allaient chercher leur inspiration. « Cette circonstance a été plus ou moins fatale à toutes les initiatives françaises » remarquait le Quai d’Orsay.

  • 82 Europe 1944-1949, Belgique, 34, dir. Europe, 17 avril 1947, les relations franco-belges depuis la (...)

114A quoi tenait l’opposition anglaise ? Chauvel demande à Massigli d’interroger franchement les Britanniques. Sir Orme Sargent répond vaguement que l’Angleterre veut une construction plus large. Mais l’Angleterre décourage les Belges et les Hollandais de s’unir aux Français en raison de « l’incertitude qu’ils éprouvent sur la situation politique en France »82.

115Les Français savaient que l’entente avec le Benelux se réaliserait dans le cadre d’une entente franco-britannique.

  • 83 Pierre-Olivier Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 61.

116La préparation du traité de Dunkerque offrit de nouvelles possibilités de discussion. Dans les dossiers des négociateurs français, on trouve bien sûr des notes sur le charbon mais aussi sur la coordination des plans de production des deux pays et sur une union douanière en Europe occidentale83. Les socialistes au pouvoir ont caressé l’espoir de faire entrer la Grande-Bretagne en union douanière.

117Les négociations échouent sur la question allemande. Les Français ne peuvent faire avaliser le plan de développement sidérurgique français par transfert massif de charbon allemand.

  • 84 F.M.B. Lynch, « art. cit. p. 13-14 ; voir bibl. n° 235. René Massigli, op. cit. ; voir bibl. n° 50 (...)

118Clement Attlee évoque même la perspective d’harmonisation des deux économies et de l’accès de la production française aux marchés protégés du Commonwealth. Le communiqué commun retint l’idée d’une harmonisation des deux économies84. Mais il ne s’agissait que d’une confrontation de projets bien éloignée d’une union douanière. La manœuvre séductrice avait semé le trouble en France et au Benelux.

  • 85 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983, entretien avec Antoine Mares.

119Dans les mois qui suivirent la France aura à tenir compte de l’hostilité britannique à ses projets d’union continentale et de développement économique. Ce que disait Mandereau des projets européens de Monnet en 1943 était encore valable : « La France n’avait pas le prestige, la stabilité, l’assurance nécessaire, pour jouer le rôle qu’elle aurait pu autrement jouer »85. La France se heurtait aux vastes projets d’organisation du monde et aux rivalités stratégiques entre les très grandes puissances qu’elle subissait.

120En conséquence, il convenait de trouver d’autres moyens de développement que l’exploitation du vaincu.

LES ACCORDS BLUM-BYRNES ET LA MODERNISATION : LA DÉCEPTION

121Les Français jouaient sans doute une de leur dernières cartes en partant pour Washington. Du succès de Léon Blum dépendait le succès de la modernisation.

Un ultime débat sur l’appel aux États-Unis

122Le dernier débat sur l’appel aux États-Unis a eu lieu au Comité économique interministériel, alors qu’il avait été tranché au Commissariat Général du Plan.

123Monnet y a présenté le projet de plan de modernisation : augmentation de la production de 25 % par rapport à 1929, effort financier sur 15 ans de 7.000 milliards de francs. Nécessairement il fallait envisager le financement.

124Les débats du CEI montraient trois manières de concevoir le renouveau économique. Celle d’André Philip, conscient de l’importance du marché mondial pour la France, préconisait un effort national d’exportation évitant la dépendance de l’étranger, celle de Monnet acceptait une dépendance limitée dans le temps mais massive pour s’équiper. Une troisième suggérée par Albert Gazier préférait le repli sur les ressources nationales. Les deux premières méthodes supposaient de vigoureux échanges extérieurs.

  • 86 Monnet a vu Gouin. Il est libre d’agir à sa guise, cf. Monnet, Mémoires... op. cit. ; n° 59, p. 35 (...)

125Malgré les étranges remarques de Félix Gouin à André Philip, ministre de l’Economie nationale et des Finances : « Il n’est pas utile de préciser les directives données par M. Philip en ce qui concerne le plan d’investissements. Celles-ci paraissent suffisantes pour que le travail commencé soit poursuivi », la solution du ministre ne fut pas suivie d’effets. Le CEI ne pouvait pas l’appliquer malgré les illusions de Gaston Cusin86, en raison des faibles disponibilités pour l’exportation.

  • 87 Jean Monnet, Mémoires t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 359.

126Monnet participe encore aux délibérations du CEI, mais il se tait, car le CGP est devenu le véritable maître d’œuvre de la politique économique extérieure à long terme, davantage que le ministère de l’Economie nationale et des Finances. Il a fait le pari de l’aide extérieure dès 1944. Il s’emploie maintenant à le gagner. Le document issu de la première session du conseil du Plan du 16 mars 1946 est clair : « Même au prix de l’utilisation au maximum de nos réserves publiques d’or et de devises et de la mobilisation des avoirs privés à l’étranger, un appoint de plusieurs milliards de dollars pour la période 1946-1950 apparaît comme nécessaire »87. Gouin a choisi Monnet contre Philip.

Les positions françaises pour la négociation avec les États-Unis

127Le CGP est donc au cœur de la mission de Léon Blum, négociateur extraordinaire de la République aux États-Unis.

  • 88 80 AJ 4, et AMF 4/l/6a et 4/1/21, CGP, mars 1946.
  • 89 AMF 4/1/6, « Note sur l’ouverture des négociations francoaméricaines », non datée, CGP peut-être.

128Un document de synthèse résume les attendus et les propositions françaises : les « Données statistiques sur la situation de la France au début de 1946 », préparées par Vergeot88. L’Union française peut contribuer au développement de la production mondiale par ses propres ressources, mais il lui faut investir pour moderniser. La France demande donc trois concours extérieurs : du charbon, l’abaissement des barrières tarifaires américaines, des crédits d’équipements. Un chiffre est avancé, $ 2 milliards puis $ 3 et même $ 4 milliards89.

Un climat défavorable pour les Français

129L’emprunt envisagé est considérable, supérieur à celui que la Grande-Bretagne a négocié. Les États-Unis sont-ils politiquement disposés à le consentir ? Le modèle des relations américano-britanniques s’impose aux Français.

  • 90 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 77, sur le comportement de l’Eximbank. AMF 4/0/2, M (...)

130Les Français ont exagéré la détermination des Américains à les aider. Ils pensent trop aisément que les États-Unis y trouvent un intérêt économique. Mendès France , au contraire, prédit à Léon Blum tout au plus $ 500 millions, à moins d’un assainissement intérieur rigoureux90.

  • 91 Y international, 1944-49, 84, DGER, 22 janvier 1946, réf. IIc, d’après des informations de Washing (...)

131Ils s’en aperçoivent avant le début de la négociation. La presse américaine, inspirée, formule des doutes sur la présence des communistes au gouvernement, sur la politique allemande de la France, sa politique coloniale. Bidault craint d’ailleurs que Blum ne céde aux Américains sur l’Allemagne91.

  • 92 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Wall street Journal, 4 février 1946, R. Moley « Socialist (...)

132Les milieux d’affaires américains se gaussent : « Il est ironique de voir avec quelle détermination les descendants de Karl Marx croient en Saint-Nicolas »92.

  • 93 B 33688, tél. Bonnet, 18 février 1946, n° 148, DET, et G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n°4, p. 55. (...)

133Vinson, secrétaire au Trésor a conseillé à Truman d’accorder à la France un prêt d’un montant limité, en attendant que fonctionnent les accords de Bretton-Woods93. Il n’a pas envie de prêter aux Français.

  • 94 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 77.

134Le NAC refuse d’avance le chiffre de $ 4 milliards et le fait savoir aux Français : « Il avait été précisé dès le début, écrit Armand Bérard, qu’il ne pourrait s’agir de crédits analogues, c’est-à-dire d’un emprunt politique » de type anglais94.

  • 95 Papiers Elgey, Pierre Mendès France , entretien avec Georgette Elgey, 5 avril 1964.

135Vinson somme Mendès France de s’aligner sur les États-Unis lors d’un vote au FMI en le menaçant de faire échouer la négociation : « Je n’avais jamais rêvé d’une telle pression, je dois dire que je n’ai jamais revu une telle pression aussi nette » remarque Mendès95.

  • 96 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Bonnet, 4 mars 1946, n° 199.

136Des rumeurs racistes se développent contre Léon Blum aux États-Unis : « un négociateur sémitique français96 ! ».

  • 97 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 119, dir. Amérique, note pour le secrétaire général, « Opinion (...)

137L’opinion américaine reproche aux Français leur mauvais accueil des soldats américains en France et les milieux d’affaires la gestion inconséquente de l’économie française97. De plus, la Grande-Bretagne ne voit pas favorablement l’ouverture de ces négociations, au moment où le Congrès se prononce sur le prêt anglais. Seul l’argument de la lutte contre le communisme fait recette en faveur d’un prêt.

  • 98 AMF 4/2/1 et 4/2/2, 20 février 1946, ordre du jour de la réunion sous la présidence de M. Léon Blu (...)

138Les positions pour la négociation sont arrêtées le 20 février au cours d’une réunion présidée par Léon Blum. Les Français mettront en avant les questions de l’emprunt, du charbon, des moyens de transport, de l’unité douanière de l’empire, les problèmes allemands, les investissements américains en France98. L’adoption du plan de modernisation le 16 mars, un jour après l’arrivée de Blum aux États-Unis, donne une crédibilité supplémentaire aux négociateurs français : la France a un projet. Mais il y avait des doutes sérieux sur le succès de la négociation.

Négocier une transition avant la libération des échanges

139Si le CGP prépare « Les données statistiques », une autre structure travaille à la fois pour les négociations Blum-Byrnes et pour la future conférence internationale du commerce. Ses conclusions adoptées alors que Blum est aux États-Unis, ont été utilisées par la délégation française.

140Il s’agit de définir la politique commerciale à long terme de la France. La tendance des services reste protectionniste en dépit des engagements pris en novembre 1945 pour la prêt de fin de Prêt-Bail. Les experts cherchent toujours à favoriser les exportations de produits de luxe traditionnels.

141Leur vision de l’avenir est calquée sur celle du passé.

  • 99 Pierre Mendès France, Œuvres 2... op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 195, dans France Libre, 19 septe (...)

142Pierre Mendès France s’oppose aussi au projet américain d’organisation des échanges. Il l’accepterait si la période de transition était suffisamment longue, de 12 ans au moins. Il considère que le libéralisme créera des courants commerciaux contraires aux besoins véritables du relèvement99.

143Au contraire la France d’Outre-Mer reste fidèle à l’ouverture pour favoriser le développement des colonies. Ce serait évidemment la fin des préférences impériales, un risque d’éclatement de l’union française, la naissance d’unions régionales (telle Madagascar et l’Afrique du Sud) excluant la France.

  • 100 CE 14, 9 février 1946, LEC, affaires économiques et ministère des Finances, note. Ministère de l’E (...)

144Mais la commission de politique douanière choisit l’unité douanière de l’union française sur la pression des coloniaux, dit Jacques Marseille : « Autarchistes de la dernière heure, les coloniaux n’étaient pas les moins résolus à défendre un régime douanier qui préservait leurs intérêts économiques et leur apparaissait comme le moyen de s’opposer aux forces centrifuges qui menaçaient l’unité politique entre la France et son empire »100.

  • 101 CE 14, c.r., réunion du 16 janvier 1946, présidence Nathan, commission de politique douanière, DRE (...)

145Les fonctionnaires des finances sont au contraire conscients des enjeux internationaux. La France est en état de faiblesse, elle demande des crédits : « Il faudra nécessairement accepter les conditions que l’Amérique posera et qui consisteront évidemment dans la création de conditions propres à favoriser l’expansion du commerce multilatéral ». Les réalistes demandent donc des concessions parce qu’ils espèrent un grand prêt américain101.

  • 102 CE 14, AL. DAEF, 16 mai 1946, note d’information pour la délégation française au Conseil économiqu (...)

146Le 16 avril, en relation avec la négociation Blum-Byrnes, une réunion interministérielle, présidée par Alphand définit une politique cohérente avec l’objet des conversations. Les Français décident de défendre une protection douanière normale « pour obliger les industriels et les agriculteurs à réaliser l’effort d’adaptation qu’on leur demande », assortie d’une clause de sauvegarde destinée à maintenir des contingentements provisoires sauf si les crédits américains sont substantiels. Ils affirment le principe de la préférence impériale et repoussent toute mise en cause des relations commerciales entre la métropole et son empire par Washington. Ils refusent aussi tout débat sur l’économie dirigée102.

  • 103 Michel Margairaz, « La mise en place de l’appareil de direction économique... », art. cit., n° 243 (...)

147Le gouvernement adopte contre nombre des services de l’État, une voie moyenne qui sans être une rupture franche avec le protectionnisme d’antan est une pédagogie pour la confrontation mondiale. Mais elle suppose clairement des compensations sous forme de rééquipements, donc de crédits américains103. Cette position permet donc de se présenter devant les États-Unis avec le visage libéral qui convient pour convaincre le Congrès. Mais l’exigence d’une transition, la défense de l’économie dirigée et des cartels peuvent être des obstacles considérables à la bonne fin des négociations de Washington.

148Le voyage de Washington est donc très délicat. Rien n’est gagné d’avance. Le Monde avertit : « Que nos amis américains veuillent bien ne pas l’oublier, cette période peut être décisive pour notre avenir ».

  • 104 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 367.

149Monnet affirme dans ses Mémoires qu’il n’avait pas d’illusions sur le montant du prêt104. On peut en douter. Tout dans son attitude prouve qu’il le croit possible, qu’il le souhaite et le recherche.

  • 105 Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Mares, mai 1985, publié dans le Bullet (...)

150Fallait-il renoncer ? Quarante ans après, Guindey ne regrette rien : « Il n’y avait qu’une seule solution [...] c’était l’aide américaine, l’URSS ne pouvait fournir que des tickets de rationnement, c’était une évidence »105. Les Français étaient donc prêts à prendre ce qu’on leur offrirait.

Accords Blum-Byrnes et modernisation

  • 106 Chapitre premier.

151La négociation s’engage le 15 mars 1946. Elle dure onze semaines. Son objet est multiple. Elle liquide favorablement le Prêt-Bail106. Elle est plus décevante pour la modernisation.

L’Amérique accueille favorablement Léon Blum

152Le 25 mars Léon Blum prononce un discours devant le NAC. Il revendique pour la France le droit de retrouver des conditions normales de production avant de s’engager dans le courant des échanges mondiaux.

153Le projet de discours avait été préparé depuis le 6 mars. Il contenait une demande d’aide de $ 4 milliards sur 4 ans. Le discours du 25 mars est globalement conforme au projet. Le coût total de la modernisation est évalué à $ 17 milliards : « Combien d’années nous faudrait-il si nous n’étions pas aidés pour réaliser une entreprise de cet ordre de grandeur ? », s’écrit, pathétique, Léon Blum.

154Le plaidoyer vise aussi à montrer que la France s’est remise au travail, qu’elle paiera ses importations en mobilisant la fortune nationale (Blum espère fallacieusement $ 1,3 milliard des réquisitions des avoirs français à l’étranger), en exportant et en recevant de justes réparations. Mais le déficit incompressible se monte à $ 4 milliards.

  • 107 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, exposé de Léon Blum, du lundi 25 mars. Le chiffre de $ 4 milliards appara (...)

155Sans aide, « la France se trouverait alors placée dans un sentiment d’abandon moral, dans un de ces états sur l’évolution duquel on ne peut formuler de pronostics raisonnables ». Sa conclusion est un appel serein à la compréhension des États-Unis107.

  • 108 Jean Monnet, Mémoires, t. I... op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 362.

156Léon Blum inspira confiance, écrit Jean Monnet108. L’éclat de la langue traduisait une grande finesse politique. Léon Blum sut faire passer de l’émotion sincère dans ses paroles. Mais les négociations ne faisaient que commencer.

Le déficit initial n’est pas retenu

  • 109 AMF 4/2/7, 25 mars 1946, déclaration de la délégation française. AMF 4/2/8, 26 mars 1946 Press rel (...)

157Le même jour, les experts français présentèrent un plan français d’importations de $ 10 milliards sur 4 ans : 20 % d’équipements, 80 % de matières premières. Le 26 mars, Vinson créa une commission spéciale pour examiner les chiffres français109.

  • 110 AMF 4/2/10, 27 mars 1946, tél. de Blum à F. Gouin. et AMF 4/1/26, 13-14 avril 1946, projet de mémo (...)

158Le projet de plan de modernisation et d’équipement servit d’argument majeur pour défendre les requêtes françaises. Certains arbitrages furent même anticipés par Monnet et Bonnet110.

  • 111 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, 4 avril 1946, création d’une commission spéciale pour exam (...)

159Les Américains insistent sur le retour à l’équilibre des comptes, veulent des créations d’industries exportatrices et des gains de productivité. En conséquence, ils souhaitent limiter les dépenses de reconstruction. Le déficit français est révisé à $ 2,5 milliards111.

160On parle évidemment de la libération des échanges. La France reconnaît encore une fois le principe de la libre concurrence, mais Pierre Baraduc fait valoir que la France est dans la nécessité provisoire de contrôler ses échanges pour moderniser.

161Naïvement ( ?) il se montre critique contre les cartels. Alors les Américains en profitent pour mettre en cause le monopole français sur les tabacs. Ils réclament le libre accès du marché français pour les compagnies pétrolières américaines. Ils ne l’obtiennent pas, mais les Français offrent aux compagnies américaines victimes de destructions le traitement national.

  • 112 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 250, 16 avril 1946, 2e séance du commercial policy committee, 1 (...)

162Les Américains souhaitaient parler des nationalisations. Ils n’obtiennent pas satisfaction sur ce point. Mais les Français les assurent qu’aucune compagnie pétrolière américaine ne sera nationalisée. Le CGP estimait qu’il serait dangereux de le faire en raison des risques de rétorsion contre les parts françaises dans l’Irak Petroleum Company112.

163Début mai, les Français ont fait confirmer la priorité de la modernisation sur la libération des échanges. Un objectif capital était atteint. Ils ont évité un débat sur les nationalisations, ils ont revendiqué l’accès au marché américain sans grand succès. Ils ont accepté le principe de droits de douane modérés, le retour au commerce privé et accordé la clause nationale aux compagnies américaines victimes de guerre en France.

164Une fois le terrain des principes de politique commerciale déblayé, il faut arriver à l’emprunt, objet de la négociation.

  • 113 Papiers Elgey, papiers F. Gouin, rapport confidentiel de Robert Blum.

165Les Français obtiennent la reconnaissance d’un déficit de $ 2,5 milliards sans pour autant obtenir les crédits correspondants. Robert Blum qui assiste son père, admet le 18 avril que les Américains refusent un prêt politique de type anglais même s’ils prennent au sérieux le plan Monnet et la volonté française de participer aux échanges mondiaux. Il espère encore $ 2 milliards « peut-être même davantage » et du charbon allemand gratuit. Mais il laisse transparaître que la condition serait une prise de position nette de la France « dans le problème qui, à leurs yeux, domine tous les autres, celui en fonction duquel ils examinent toutes les questions, c’est-à-dire le conflit américano-russe »113.

166Or il est clair que Léon Blum et le gouvernement ne sont pas prêts à aller sur la voie d’un alignement politique de ce type.

  • 114 Année Politique 1946, p. 258, octobre 1946.

167L’engagement majeur de la France a été la confirmation solennelle de sa participation aux échanges mondiaux, contre une modernisation préalable. Quoi de nouveau par rapport au Master Agreement du Prêt-Bail et aux accords de Bretton-Woods ? Rien ! Les protestations de Jacques Duclos ne peuvent alors convaincre : « Nous sommes hostiles à une politique d’abandon de souveraineté nationale qui aboutirait à livrer notre industrie et notre agriculture à une concurrence qui leur serait mortelle »114.

168Il est bien probable que la fidélité de Blum à l’indépendance de la France est la cause fondamentale de la faiblesse du prêt américain de modernisation, même si les Américains n’ont pas clairement mis le marché entre les mains des Français.

  • 115 Léon Blum, Œuvres 1947-1950, Albin-Michel, 1963, p. 119-120 ; Le Populaire, 6 novembre 1947, « L’a (...)

169Le plaidoyer de Léon Blum en 1947 contre les attaques du PCF à propos de sa « trahison » est juste en regard du déroulement des conversations de Washington : « Le gouvernement français était parfaitement résolu à ne pas subordonner l’octroi des crédits américains à aucune espèce de conditions d’ordre politique, diplomatique ou militaire »115.

170Les engagements économiques concernant le commerce international ont été délibérés en accord avec l’ensemble du gouvernement, communistes compris, dans la phase préparatoires des négociations.

171Malgré la faiblesse du prêt, des lacunes à propos du charbon allemand, – dans « toute négociations, il y a des déceptions » lui dit Byrnes –, Léon Blum est décidé à signer.

Des surplus partiellement utiles pour la modernisation

172En dehors du règlement du Prêt-Bail, les Américains consentent $ 300 millions pour l’achat de surplus.

  • 116 Irvin M. Wall, « Les accords Blum-Byrnes, la modernisation de la France et la guerre froide », Vin (...)

173La commission des approvisionnements hésitait toutefois à acheter ce type de marchandises mal identifiées. D’un autre côté, il était utile de montrer une certaine bonne volonté au risque de voir l’administration américaine refuser certaines commandes françaises si elle avait le sentiment que tout n’avait pas été fait pour tirer profit des surplus américains en Europe116.

  • 117 AMF 3/4/28, J. Levy, 26 février 1946, conseil français des surplus alliés, DREE, n° 2290, à J. Gra (...)

174En février, les services français offrent de racheter les surplus pour $ 115 millions. L’offre est rejetée en mars parce que les Américains veulent distinguer entre matériels rares, vendus plus chers, et matériels ordinaires, bradés117.

  • 118 FNSP, 4BL2/dr2, 27 mai 1946, note pour M. Léon Blum, dactyl. 5 pages, V, achat de surplus alliés, (...)

175Leur valeur neuve est estimée à $ 1,4 milliard. Une estimation qualitative partielle fait état de bateaux légers, grues flottantes, jeeps, camions, remorques, tracteurs, produits d’habillement et de toilette, pneus, outillages divers, fils électriques. Finalement ces matériels sont vendus à la France pour $ 300 millions, au 1/5 de leur valeur d’origine d’après Bidault . En signant l’achat du lot, les négociateurs français avaient pris un risque118.

  • 119 B 19261, lettre du ministre des armées, E. Michelet, à M. le Président du gouvernement, 26 septemb (...)

176La Société nationale des Surplus en acquiert finalement pour $ 336 millions après les accords. Les responsables français ont donc considéré qu’il s’agissait d’une bonne affaire au point d’aller au-delà de l’accord primitif. Les militaires étaient demandeurs119.

  • 120 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 90. Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit. (...)

177Ces surplus ont été vendus à des utilisateurs français pour 81,5 milliards de francs, soit l’équivalent de $ 448,7 millions. Le Trésor n’a pas été spolié et il n’y a pas eu d’achats forcés. Il est vrai que les Américains ont proposé ces biens à un prix plus élevé que ne l’estimaient les Français120. Ils ne répondaient pas tous à l’objectif de la modernisation.

  • 121 B 18261, note pour M. L. Blum, SAA, accords du 28 mai 1946.

178Les Américains élargissent la discussion au problème des dettes maritimes américaines, les « claims » : la perte du grand paquebot Normandie, l’utilisation des navires français pour l’effort de guerre allié, les pertes de navires et de cargaisons. L’accord stipule que l’État français prend à sa charge le dédommagement de ses nationaux contre une somme forfaitaire de $ 17,5 millions payée par les États-Unis121.

  • 122 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 78, 154 ; B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, exposé (...)

179L’accord finance aussi l’achat de navires, des liberty-ships, à un moment où le tonnage français fait cruellement défaut. Le prix des 75 liberty-ships (700.000 tx) est fixé à $ 40 millions, soit le 1/4 de leur valeur d’origine. Un crédit sur 30 ans à 3, 5 % est offert. Mais 25 % sont payables au comptant. Les « claims » maritimes serviront en partie à ce solde. Les navires feront économiser $ 35 millions de fret. Le contrat est négocié par Jules Moch dans l’été 1946 et signé le 9 décembre 1946. Les navires sont livrés avant juin 1947. Lents mais robustes ils fonctionnent pendant 10 ans. Des navires supplémentaires furent achetés en janvier 1947 : 18 pétroliers T2 et 6 cargos C1-MAV-1, et un liberty-ship122. Les surplus ont donc été utiles.

Un prêt de $ 650 millions

180L’essentiel était le prêt de modernisation. Le gouvernement américain n’offre que $ 650 millions contre les $ 2,4 milliards espérés en dernier ressort.

  • 123 FNSP, 4 BL2/dr 1, Le Populaire, 10 mai 1946, interview de F. Gouin.

181Les rumeurs les plus optimistes avaient couru jusqu’à la conclusion des négociations. Félix Gouin se risquait à affirmer le 3 mai que « la France serait surprise par l’importance des crédits que vont nous consentir les États-Unis, bien qu’ils n’atteignent pas les chiffres que nous avions proposés »123. En fait, il y a confusion entre le règlement du Prêt-Bail et le prêt de modernisation.

182Un prêt de $ 650 millions est accordé par l’Eximbank, à 3 % sur 20 ans « pour faciliter la restauration, la reconstruction et la modernisation de l’économie française » d’après le protocole annexe des accords.

  • 124 B 33283, protocole du 28 mai 1946, signé de L. Blum, H. Bonnet, Vinson et Clayton. G. d’Eté, op. c (...)

183Or l’Eximbank est réticente, comme en 1945. Elle n’offre tout d’abord que $ 500 millions, faisant ressortir opportunément une demande soviétique de $ 1 milliard. Puis elle cède ayant appris que Byrnes a promis $ 650 millions124.

  • 125 Année Politique 1946, p. 138. Voir dans Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, la liste des gro (...)

184Les conditions du prêt obligent le gouvernement français à acheter aux États-Unis, à faire transporter sur navires américains, à ne pas réexporter, à utiliser le commerce privé, « dans la mesure, insistent les Français, où cela sera en harmonie avec les intérêts économiques et généraux de la République française ». L’utilisation des produits est soumise à des contrôles. La France s’engage aussi à ne pas augmenter sa protection tarifaire. L’Eximbank veut que l’assurance des marchandises soit faite en dollars, une clause exorbitante « et incompatible avec les principes de non-discrimination ». Les compagnies d’assurance américaines sont puissantes. George Ball explique que les compagnies françaises pourront souscrire des contrats125.

  • 126 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 83 et 175. Utilisation par catégorie de produits : én (...)

185L’essentiel du prêt est affecté à des importations d’équipements, en particulier des locomotives. Mais une partie règle des commandes passées. Le solde finance des matières premières, de l’énergie et le fret126.

  • 127 B 33922, Washington, 28 juin 1946, 490, DET, Ficomi, 228, et G. Guindey, DT, 11 juillet 1947, n° 1 (...)

186Pour la seconde fois, les services furent choqués par les conditions drastiques des contrôles de la banque. Valensi doit promettre de communiquer à la Banque des informations sur les avoirs en or et en devises, sur la balance des paiements, sur les investissements, les relations entre la France et ses TOM ou ses engagements économiques internationaux. Mais il y a un progrès par rapport à décembre 1945 car Valensi obtient de ne fournir en fin de compte que des renseignements en rapport avec le prêt127.

187A partir de 1946, l’économie française devenait transparente aux Américains comme jamais elle ne l’avait été.

  • 128 B 33922, DT, G. Guindey, 11 juillet 1946, n° 1033, CDAdjt, note pour le ministre, retournée signée (...)

188Malgré ces conditions éprouvantes, le prêt est accepté par le gouvernement. La France obtient $ 650 millions à 3 % sur 20 ans le 12 juillet 1946128.

Des espoirs chimériques

189Les accords du 28 mai 1946 apportaient à la France pour sa reconstruction et sa modernisation $ 650 millions, 700.000 millions de tonneaux de navires, des surplus utilisables partiellement pour la modernisation, une promesse de soutien américain auprès de la Banque mondiale pour un prêt complémentaire de $ 500 millions, et auprès des Anglais pour acquérir du charbon allemand. La France qui venait chercher entre $ 2,5 et $ 4 milliards n’y trouvait pas son compte.

  • 129 Guy de Carmoy, Les politiques étrangères de la France, 1944-1966, La Table Ronde, 1967, p. 83. G. (...)

190En raison de la politique générale de la France, de sa gestion économique critiquable, à cause du mythe de l’or thésaurisé (les Français parlent eux-mêmes de $ 3 milliards), d’un programme d’importations trop ambitieux, lié à un effort d’exportations limité, les Américains ne montrent pas autant de confiance dans ses projets que Monnet l’aurait souhaité129.

191L’aide américaine de mai 1946 était estimable mais décevante. « Les faits sont venus démontrer que nos espoirs revêtaient un caractère tant soit peu chimérique » écrit Gaston d’Eté, un homme des Finances.

  • 130 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 91. FNSP, 4BL2/dr3, notes documentaires et études, n° (...)

192Léon Blum valorise sa mission en montrant que les remises de dettes de guerre permettent de financer plus facilement les déficits à venir. Mélangeant règlement du Prêt-Bail, nouveaux prêts et réparations allemandes énormes, il estime que les 3/4 des $ 3,3 milliards de déficit sont couverts. Il est difficile de le suivre complètement. Guindey écrit que « les accords ne couvrent qu’une partie de notre déficit et que les perspectives de la balance des comptes sont sombres ». Le jugement du Quai d’Orsay est identique. Guindey considère qu’il faut définir maintenant une politique économique extérieure réaliste130. Comment ? Les orthodoxes de la gestion financière des Finances ne prendront-ils pas le pas sur les modernistes du CGP ?

  • 131 FNSP, 4 BL2/dr3, exposé de L. Blum devant le groupe socialiste, le 26 juillet 1946.

193Ce prêt n’est pas un prêt politique. L’accord sur le cinéma rentre dans cette problématique d’affairisme intéressé. Léon Blum estime que les États-Unis ne voulaient ni vendre ni prêter. Il a sans doute raison131.

  • 132 Daniel Yergin, op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 181.

194Ce prêt ne permet pas de lutter sur le terrain choisi par les communistes, malgré l’affirmation de Daniel Yergin132. Léon Blum, Clayton et Caffery ont tenté d’utiliser l’argument politique auprès du NAC. Il ne se révèle pas pleinement opératoire. Les Américains n’avaient pas encore défini les moyens de mener la guerre froide. La France n’était pas encore un enjeu politique clair pour le Congrès. Les deux mondes sont en état de guerre froide psychologique mais en 1946 les moyens du combat ne sont pas rodés.

  • 133 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 45.

195Il est donc contestable de prétendre que la France s’engage dans le bloc occidental133. Par sa philosophie politique la France en faisait partie, mais elle n’a rien cédé sur sa politique allemande, au grand regret de Monnet.

  • 134 Papiers Elgey, Papiers Gouin, Aide américaine, texte de Lecœur.

196A. Lecœur, sous-secrétaire d’État, communiste, récuse d’ailleurs que des conditions politiques, économiques aient été acceptées. Il félicite Monnet, Blum, Monick et Bonnet pour leur action134.

  • 135 Renaud de la Génière, « La diplomatie économique en France dans le dernier demi-siècle », Politiqu (...)

197La ratification aisée des accords le 9 août 1946 montre que la classe politique dans son ensemble a fait le choix de l’endettement pour la modernisation, dans le cadre d’une coopération internationale prudente135.

  • 136 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée,... op. cit. ; voir bibl. n° 135, p. 22. J (...)

198L’échec relatif de l’accord pose la question d’un alignement futur pour obtenir plus, comme le voit bien Jean-Pierre Rioux136. La France rentre dans le rang, non pas comme alliée fidèle des États-Unis, mais comme État mineur, malgré ses prétentions à être un grand.

Conclusion

199L’étranger ne peut être un point de départ fiable pour la modernisation. La carence du système de Bretton Woods, perçue par Mendès France dès 1944, se révèle justifiée par les faits.

200L’appel aux États-Unis se solde par un échec relatif. C’est sans doute la plus grosse déception, car que restait-il après l’enlisement français en Allemagne et les faux-semblants de l’union économique européenne, avec ou sans les Britanniques ? Le plan de modernisation était-il alors mort-né ?

  • 137 Les $ 720 millions de Prêt-Bail, les deux prêts de l’Eximbank ($ 1200 millions), la dette anglaise (...)

201La fin de l’année 1946 entraîne une prise de conscience des responsables. Les services font leurs comptes. Les remboursements d’emprunts doivent grossir dans les années à venir137.

  • 138 Notes documentaires et études, n° 880, « textes et documents » CCVIII, 15 avril 1948, « Rapport du (...)

202Les responsables français prennent conscience qu’il faut exporter pour payer. « Une fois les crédits extérieurs épuisés, notre indépendance économique passera par notre capacité d’exporter, donc de produire à des prix concurrentiels » dit Monnet. Son discours est nouveau. Les engagements internationaux supposent de mener une lutte sévère contre l’inflation. Monnet parle de malheurs si rien n’est tenté à ce sujet. La modernisation ne passerait-elle pas par une remise en ordre des finances intérieures plus que par l’appel aux crédits étrangers ?138.

203L’austérité, telle qu’André Philip l’envisageait au début de l’année, telle que Mendès France la réclamait en 1945 fait un retour remarqué.

  • 139 F 60 672, G. Guindey, DT, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999, CD, 29737, a/s ré (...)

204Il faut réviser à la baisse les importations sur les 4 ans à venir. Les services prévoient un déficit de $ 3,5 milliards au lieu de $ 4,1 milliards, et encore, à condition d’obtenir les $ 500 millions de la Banque mondiale, de procéder aux réquisitions d’avoirs, de bénéficier d’un climat favorable aux récoltes, d’étaler le rééquipement dans le temps. Ce programme d’austérité relative de la direction du trésor est approuvé par Robert Schuman en juillet 1946139.

205Fin novembre, il n’y avait plus qu’un programme d’importations sur 1 an et des objectifs plus vagues sur 4 ans, en dépit de l’optimisme de commande du CGP.

  • 140 AMF 12/1/2, note sur l’action gouvernementale immédiate financière et économique, 13 décembre 1946 (...)

206Le retour au pouvoir de Léon Blum fin 1946 conduit Monnet à lui proposer deux directions d’action : le financement affecté des investissements pour les soustraire aux aléas conjoncturels et un effort de production par l’augmentation de la durée du travail de 40 à 48 heures140.

207L’effort de modernisation n’est pas abandonné, mais l’année 1946 fertile en espoirs déçus produisait une prise de conscience salutaire sur les limites du recours à l’étranger. La France était-elle capable de moderniser autrement ? L’échec relatif des accords franco-américains n’indiquait-il pas aussi que la France n’avait pas trouvé la confiance des Américains ? Mais comment obtenir cette confiance sans renier une politique de sécurité nationale anti-allemande et d’entente avec l’URSS ? Faut-il que la France devienne une frontière lointaine de l’Amérique pour mériter son aide ?

Notes

1 Guerre 1939-45, Alger, CFLN-GPRF, 728, 24 septembre 1943, doc de presse, source française, commissariat à l’information, « L’économie dirigée de demain » déclaration du conseil supérieur de l’économie industrielle (Vichy), G. Bardet, et Les Nouveaux Temps, 3-6 septembre 1943, J. de Saint-Germain. Pierre Gerbet, « L’ouverture vers l’Europe », FNSP, 1981, colloque « La France sur la voie de la modernisation », 4-5 décembre 1981, polycop. , p. 5.

2 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. II, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1985, p. 561-572, février 1944, p. 128-138, « Dernier discours à l’Assemblée sur la politique économique et financière », 21 mars 1945. Philippe Mioche, Les difficultés de la modernisation dans le cas de l’industrie française de la machine-outil, 1941-1953, EUI, Florence, Working Paper n° 85/168, p. 15 ; 363 AP 5, Pierre Mendès France, 22 février 1945, note sur « Les secteurs nationalisés » dont chap. VII, sidérurgie, et Œuvres 2... op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 572, annexe 2, « Les nationalisations », mars 1945, p. 597 et 604.

3 Papiers Elgey, « Entretien avec Pierre Mendès France », 29 septembre 1964.

4 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1534-1535, PB.30 mai 1944, note de la DAE ; 363 AP 3, Alger, 17 juillet 1944, c.r. de la réunion du 11 juillet.

5 Guerre 1939-45, Alger, CFLN-GPRF, 1222, Washington, tél. 1469, de Monnet à Mayer et Mendès France, 23 juin 1944.

6 Crédits civils attachés à la loi Prêt-Bail de 1941, 3, alinéa C.

7 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1537, Alger, 26 septembre 1944. 1222, Washington, Monnet à Mayer et Mendès France, tél. 1469, 23 juin 1944. 363 AP 3, 3 juillet 1944, « Approvisionnements de la France pour la période de libération et pour la remise en marche rapide de son économie », non signée, mais l’auteur parle des « dispositions que j’ai prises à Washington » avec les alliés. Il ne peut s’agir que de Monnet.

8 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, Mémoires 1911-1986, Laffont, 1986, p. 126.

9 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, commissariat aux Finances, LE, « Note sur les plans monétaires de MM. Keynes et White », Alger, 15 juillet 1943. Guerre 1939-45, Alger, CFLN-GPRF, 725, mission militaire française, direction des affaires civiles, Washington, 9 avril 1943, « Plan de stabilisation internationale de la trésorerie américaine », publié par M. Morgenthau, le 6 avril.

10 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 725, Résumé du projet anglais et américain par R. Marjolin, avril 1943, p. 28, section III, « la France et les deux projets ». Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 725, F. de Panafieu, c.i. mission française de liaison, Londres à Massigli, commissaire aux Affaires étrangères, Alger. « Etude de J. de Perceval, directeur de la Banque de l’Indochine, Londres ».

11 . Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 725, Ph. Baudet, 2 juin 1943, Washington, n° 259, à Commissariat aux AE, Alger, au sujet d’un plan de reconstruction financière d’après-guerre. Sur la naissance du FMI, voir Gérard Pogorel, « Des parités aux monnaies flottantes, le débat politique sur le système monétaire international depuis 1940 », Vingtième Siècle, n° 2, avril 1984, p. 55. Robert Frank, « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens, 1931-1949 », in Le Capitalisme Français... op. cit. ; voir bibl. n° 182, chap. XVI.

12 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, Hoppenot, Washington, 22 mai 1944, diplo. 1109, de Pierre Mendès France, à Alphand et Giaccobi.

13 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 17 juin 1944, PMF, Finalger, à Londres 9741. Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, printemps 1944, « Projets d’instructions pour la délégation française à la conférence monétaire internationale ». Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, « Note sur la prochaine conférence monétaire internationale » par André Istel. Juin 1944.

14 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 20 juin 1944, Washington, n° 1430, pour Alger, de Monnet à PMF.

15 В 33284, juillet 1944, « Rapport du ministre des Finances, fait par M. de Largentaye, Inspecteur des Finances, sur la conférence de Bretton Woods ».

16 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, très confidentiel. Lettres de PMF du 22 juillet au président de la conférence. Ces télégrammes et lettres complètent ceux publiés dans les Œuvres 2, op. cit. voir bibl. n° 53, p. 44 à 49. Jean Bouvier, François Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954, dialogues sur les choix d’une modernisation, prologue de Jean-Pierre Rioux, Fayard, 1986, p. 93.

17 Guerre 1939-45, Alger CFLN-GPRF, 1194, 19 juillet 1944, P. Mendès France à de Gaulle, tél. 1671, très confidentiel. Lettres de PMF du 22 juillet au président de la conférence.

18 B 33917, rapport de Largentaye.

19 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis 231, Bonnet, Washington, 4 octobre 1946, 631 DET.

20 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, cf. « Correspondance sur la négociation franco-américaine relative à la politique économique internationale », Paris, Imprimerie nationale, 1946. CE 14, H. Bonnet, 6 mars 1945, à G. Bidault, n° 311 a/s conférence économique internationale.

21 Guillaume Guindey, mai 1985, entretien avec Antoine Mares et Gérard Bossuat, publié dans le Bulletin de l’Institut Pierre-Renouvin, n° 1, été 1986, p. 20-39. AMF 3/5/47, 20 avril 1946, note de M. Vergeot, à Pleven, « Pourquoi la France ne peut vivre en autarcie ».

22 Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, PB, 18 octobre 1945, note pour le ministre, négociations franco-américaines. AMF 3/5/30c, 20 octobre 1945, Monnet, projet de lettre à Clayton. Voir chapitre 2.

23 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, 16 novembre 1945, direction d’Amérique, pour la DAE, ratification des accords de Bretton Woods. Et H. Bonnet, 5 décembre 1945, tél. 084-85.

24 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, PB., 18 octobre 1945, note pour le ministre, négociations franco-américaines.

25 AMF 3/5/35, Bonnet à Byrnes, 8 novembre 1945. Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 46-51. Y International 1944-1949, 85, livre jaune du Quai d’Orsay, I.N., 1946, « Négociations franco-américaines relatives à la politique internationale ». B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, G. Bidault, 12 novembre 1945, 1h 30, à Londres, 5881-86, à Washington, 7171-77.

26 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 245, 31 décembre 1945, Francisque Gay à Jefferson Caffery.

27 Y International 1944-1949, 84, discours du ministre des Finances à l’Assemblée Nationale, le 26 décembre 1945.

28 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République, t. I, la République des illusions, 1945-1951 Fayard, p. 136.

29 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bib. n° 59, p. 328.

30 Papiers Elgey, entretiens avec Jean Monnet, 1 : et août 1964, entretiens Daillen-court/E. Hirsch, 22 juillet 1964. Entretien Antoine Marès avec Etienne Hirsch, 2 juillet 1980. Jean Monnet, Mémoires, t.I... op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 342-344-346.

31 B Amérique 1945-1952, Etats-Unis, 163, rapport de Rosenman, « Report on France ». Y International 1944-1949, 88, 26 avril 1945, « Civilian supplies for the liberated areas of Northern Europe » rapport au Président américain, par Samuel I. Rosenman, comité des Affaires étrangères, 79e Congrès, 1 : ere session, Chambre des Représentants, Washington, 1945.

32 Philippe Mioche, « Le démarrage... art. cit. » ; voir bibl. n° 259, RHMC, septembre 1984, p. 415. Michel Margairaz, « Autour des accords Blum-Byrnes », Histoire, Economie, Société, n° 3, 3e trimestre 1982, p. 440-470. François Bloch-Laine, Jean Bouvier, La France restaurée... op. cit. ; voir bibl. n° 135, p. 137-139.

33 Pierre Massé, c.r. réunion du 16 novembre 1985 à l’IHRIC, « La prévision à long terme en politique étrangère », p. 3.

34 F 60 925, 10 janvier 1946, instructions envoyées par le Président du GPRF à M. le commissaire général du Plan, après décisions du Conseil des Ministres. Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p 359. Sur les enjeux américains du plan, voir aussi François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée... op. cit. ; voir bibl. n° 135, et Philippe Mioche : Le plan Monnet, genèse et élaboration, 1941-1947, Publications de la Sorbonne, 1987, 323 pages.

35 Chapitre 1.

36 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 37-42. 363 AP 3, note Mayer du 30 septembre 1943, 5 pages ; idem exemplaire n° 3, in Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728. Denise Mayer, René Mayer, Etudes, témoignages, documents, réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p. 118 et 240.

37 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, mémorandum, septembre 1943, 6 pages, pas de source indiquée. Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, Alphand pour Massigli, 5 octobre 1943. Alphand fait allusion à une note du 17 septembre au CFLN sur « l’urgence de définir l’orientation de sa politique économique économique internationale... ».

38 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, note concernant les études relatives à l’organisation de l’Europe occidentale, 4 p. dactyl., 25 octobre 1943.

39 363 AP 3, 26 octobre 1943, R. M. à M. le commissaire aux Affaires étrangères, 167/CMM/ RM/ref. note du 23 octobre 1943.

40 B 12788, cité par R. Frank, note du 17 octobre 1943, voir bibl. n° 182.

41 Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne, centre de recherches européennes, 1985, L’Europe, une longue marche, p. 12-16, « Extrait d’une note de réflexion de Jean Monnet, du 5 août 1943 », fonds AME.

42 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, DAE, Alger, 5 octobre 1943, pour Massigli. 363 AP 3, Comité d’études économiques, « Premier mémoire sur l’organisation économique de l’Europe d’après-guerre » B.Pc, 29 pages, Londres, 1er décembre 1943.

43 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, de Gaulle, 24 février 1944, 315/SP, à R. Massigli.

44 René Girault, « La France et les autres : les enjeux de la modernisation », p. 7. FNSP, colloque des 4-5 décembre 1981, La Modernisation de la France, non publié.

45 René Massigli, Une comédie des erreurs... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 86. Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient... op. cit. ; voir bibl. n° 20, conférence de Londres des ministres des affaires étrangères, 26 septembre 1945, exposé de G. Bidault. De Gaulle, Mémoires de guerre, le salut, 1944-1946, Plon, 1959, Presse-pocket, p. 61, 45-46, 211.

46 René Girault, « Les décideurs français et leur perception de la puissance française en 1948 », Actes du colloque d’Augsburg, Power in Europe ? Josef Becker et Franz Knipping (Eds), de Gruyter, 1986, p. 47.

47 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. II, op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 103, 15e émission, 24 février 1945, idem, p. 598, les nationalisations, mars 1945.

48 Y International 1944-1949, 85, note sans auteur, ni origine, avril 1945. Europe, généralités, 1944-49, 82, 22 juillet 1945, rapport n° 1392, France-Allemagne, 2 rapports de Paul Dungler, chef de bataillon.

49 Jean Chauvel, Commentaires, d’Alger à Berne, 1944-1952, Fayard, 1972, p. 115-116.

50 Jean Chauvel, Commentaires..., op. cit. ; voir bibl. n° 30, p. 107, décembre 1944 ; Y International 1944-1949, 123, H. Bonnet, 9 janvier 1945, Le Monde, déclaration d’H. Bonnet : « Il s’est déclaré partisan d’une administration internationale de la Ruhr ». Y International 1944-1949, 124, 2 mai 1945, conférence de presse de G. Bidault, San Francisco, IVe point, questions allemandes. Armand Bérard, Un ambassadeur... op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 26.

51 B Amérique 1945-1952, États-Unis, 245, 26 août 1945, conversations d’Alphand à Washington.

52 De Gaulle, Mémoires de guerre, le salut, op. cit. ; voir bibl. n° 34, p. 252.

53 Papiers Elgey, papiers Gouin, communication de M. Byrnes, 5 février 1946. Armand Bérart, Un ambassadeur... op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 70. Opinion exprimée dès janvier 1946, à la conférence de Londres des ministres des Affaires étrangères.

54 Jacques Freymond, Le conflit sarrois, 1945-1955, Institut de sociologie Solvay, Bruxelles, 1959, p. 48.

55 363 AP 6, discours de G. Bidault devant l’Assemblée nationale constituante, JO n° 3, 18 janvier 1946, et réponse de René Mayer à de Gaulle, le 15 janvier 1946. Papiers Elgey, papiers Gouin, note de Jules Moch, 6 avril 1946, contre-projet au texte de Bidault, et Table-Ronde sur La SFIO et la politique étrangère de la France, 1944-1954, octobre 1985, publiée dans Les Cahiers Léon Blum, 4e trimestre 1987, n° 21. Europe généralités, 1944-49, 82, tél. Kœnig, 21 février 1946, conférence de presse. 363 AP 6, 5 mars 1946, Kœnig à CGAAA, n° 150/DSG « sur les administrations centrales ».

56 AMF 4/3/93, 15 février 1946, sans auteur, sans titre, très probablement venant du CGP. Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum... op. cit. ; voir bibl. n° 44, p. 43-44.

57 Année politique 1946, p. 370. OURS, Bulletin intérieur du PS-SFIO, n° 10, janvier 1946, sur la conférence des PS à Londres des 3 au 5 mars 1946, et Numéro spécial en vue du 38e Congrès national, n° 15, et n° 18, « Conférence de l’Internationale socialiste », Clacton-on-Sea, 18-20 mai 1946.

58 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire Diplomatique de 1919 à nos jours, 8e édition, Dalloz, 1981, p. 439.

59 F 60 925, c.r. réunion du 18 février 1946, doc. n° 228. Jean Monnet, Mémoires, t. I... op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 359.

60 Voir chap. Premier.

61 81 AJ 140, 29 décembre 1951, HCRF, la déconcentration des industries de la Ruhr.

62 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, et FNSP 4BLl/dr6, 29 mars 1946.

63 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.

64 AMF 4/3/108, tél. de Washington, DET 378, 8 mai 1946, et AMF/3/116, Washington, 18 mai 1946, conversation téléphonique avec M. Marjolin, récit de la réunion entre Bevin, Byrnes, Bidault, Alphand, Marjolin, Clay, à Paris.

65 F 60 922, 1er septembre 1945, Berlin, n° 1, Kœltz pour EMGDN, Paris.

66 Daniel Yergin, La paix saccagée, les origines de la guerre froide et la division de l’Europe Balland, France Adel, 1977, p. 175.

67 80 AJ 6, document économique du Bulletin mensuel d’information, centre national d’information économique, mars 1947, n° 24, sur l’inventaire financier de M. Robert Schuman. F 60 925, c.r. séance du CEI du 18 février 1946, doc. n° 228, chiffres donnés par Monnet et Billoux en séance.

68 Philippe Mioche, « Les difficultés de la modernisation dans le cas de l’industrie française de la machine-outil, 1941-1953 » EUI, Florence, Working Paper, n° 85, p. 28.

69 Théodore H. White, Le feu sous la cendre (Fire in the ashes), Gallimard, NRF, 2e édition, 1954, p. 270.

70 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, 14 mars 1944, Londres, Dejean, conversation avec Spaak.

71 AMPF (Archives Mendès France déposées à l’Institut Pierre Mendès France), correspondance, Lettre de Pierre Mendès France à L. Rizzo, 18 décembre 1975, Lettre à Massigli, 10 avril 1974, et Choisir, entretiens avec Jean Bothorel, Paris, Stock, 1974, p. 38-39, 109.

72 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 49, discours de de Gaulle devant l’Assemblée consultative.

73 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, Alphand, note sur le projet d’organisation économique européenne, 31 mars 1944.

74 René Massigli, Une comédie... op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 52, sur les hésitations de Spaak, note 1, p. 52.

75 Le Monde, 22 février 1945. Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, 21 février 1945, note de la DAE, négociations économiques et financières franco-belges. F 60 898, DAE, 29 décembre 1944, note du MAE, projet d’union douanière entre la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

76 Europe 1944-1949, Belgique, 34, DAP au MAE, 9 novembre 1944. Richard T. Griffiths, « Economie Reconstruction Policy in the Netherlands and its international consequences, may 1945-march 1951 », EUI, Florence, Working Paper n° 76, January 1984, p. 35.
Europe 1944-1949, Pays-Bas, 12, dir. pol. du MAE ; 17 mars 1945, programme des conversations de Van Kleffens à Paris.

77 Europe 1944-1949, Belgique, 34, PHB, DAE, note sur les relations économiques franco-belges depuis la Libération.

78 Europe 1944-1949, Belgique, 34, 22 mai 1946, ambassade de France à Londres, JCP 1661, à G. Bidault. Z Europe 1944-1949, Belgique 47, CTCE, 6e session, Bruxelles, 29-31 janvier 1946.

79 Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 19-21 mars 1946, et DAE à ambafrance Bruxelles, 13 mai 1946, exécution de l’accord du 20 mars 1945.

80 Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, 10e session, Bruxelles, 30 septembre 1946. CE 14, CTCE, 7 juin 1946, note pour M. Alphand projet de rapport de M. Vasseur.

81 F 10 5656, CTCE, 11e session, Luxembourg, 7-9 janvier 1947. Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 11e session, 7-9 janvier 1947.

82 Europe 1944-1949, Belgique, 34, dir. Europe, 17 avril 1947, les relations franco-belges depuis la Libération.

83 Pierre-Olivier Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° 45, p. 61.

84 F.M.B. Lynch, « art. cit. p. 13-14 ; voir bibl. n° 235. René Massigli, op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 89. FNSP, 4 BL3/dr 3, réponse d’Attlee du 4 janvier 1947. FNSP, 4 BL3/dr 3, 8 janvier 1947. Vincent Auriol, Journal du Septennat 1947-1954, 1947, t. I, Armand Colin, 1970, p. 17, 16 janvier.

85 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983, entretien avec Antoine Mares.

86 Monnet a vu Gouin. Il est libre d’agir à sa guise, cf. Monnet, Mémoires... op. cit. ; n° 59, p. 353, t. 1. F 60 925, 20 mars 1946, c.r. du CEI, et 5 A 13, SGCEI, n° 7, 25 mars 1946, c.r. du CEI du 20 mars 1946.

87 Jean Monnet, Mémoires t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 359.

88 80 AJ 4, et AMF 4/l/6a et 4/1/21, CGP, mars 1946.

89 AMF 4/1/6, « Note sur l’ouverture des négociations francoaméricaines », non datée, CGP peut-être.

90 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 77, sur le comportement de l’Eximbank. AMF 4/0/2, Monnet sans doute, « Note comparing the british and french financial and economic positions », date inconnue. Guillaume Guindey, entretien de Nanterre, Paris X, 1980. dactyl. Georgette Elgey, La République des illusions... op. cit. ; voir bibl. n° 171, p. 138. Pierre Mendès France, Œuvre 2... op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 169, mercredi 29 janvier 1946. Note à F. Gouin, 24 janvier 1946, p. 170 et 174, note 1.

91 Y international, 1944-49, 84, DGER, 22 janvier 1946, réf. IIc, d’après des informations de Washington. AMF 4/1/4, 15 février 1946, note concernant les négociations franco-américaines, Monnet probablement. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, 20 février 1946, note, conversation de l’ambassadeur américain avec le Secrétaire Général. G. Elgey, La république des illusions... op. cit. ; voir bibl. n° 171, p 119. FNSP, 4 BL1 : dr6, lettre autographe de Bidault, du 28 février 1946. Une erreur de frappe manifeste date la lettre de 1945. Or Léon Blum était encore en déportation ! Jacques Dumaine, Quai d’Orsay... op. cit. ; voir bibl. n° 35, p. 77-78, 5 avril 1946.

92 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Wall street Journal, 4 février 1946, R. Moley « Socialist governments, everywhere, expect large bounties from capitalistic America ».

93 B 33688, tél. Bonnet, 18 février 1946, n° 148, DET, et G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n°4, p. 55. Foreign Relations of United States, Volume V, France, p. 406 ; tél. du 4 février 1946.

94 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 77.

95 Papiers Elgey, Pierre Mendès France , entretien avec Georgette Elgey, 5 avril 1964.

96 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Bonnet, 4 mars 1946, n° 199.

97 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 119, dir. Amérique, note pour le secrétaire général, « Opinion de la direction d’Amérique sur les propos de Caffery au SG », 20 février 1946.

98 AMF 4/2/1 et 4/2/2, 20 février 1946, ordre du jour de la réunion sous la présidence de M. Léon Blum, en vue de l’ouverture de négociations franco-américaines.

99 Pierre Mendès France, Œuvres 2... op. cit. ; voir bibl. n° 53, p. 195, dans France Libre, 19 septembre 1946, sur le projet d’ITO. Pierre Mendès France, B 33284, 9 avril 1946, à Léon Blum, sur l’ITO, 11 pages dactyl.

100 CE 14, 9 février 1946, LEC, affaires économiques et ministère des Finances, note. Ministère de l’Economie Nationale, DREE, SCI, 23 février 1946. Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce... op. cit. ; voir bibl. n° 248, p. 214-215.

101 CE 14, c.r., réunion du 16 janvier 1946, présidence Nathan, commission de politique douanière, DREE. CE 14, DREE, 16 février 1946, présidence Nathan, industries mécaniques.

102 CE 14, AL. DAEF, 16 mai 1946, note d’information pour la délégation française au Conseil économique et social, a/s préparation à la conférence mondiale du commerce et de l’emploi. CE 14, au MAE, bureau d’Alphand, avec la participation de l’Economie nationale, de la Production industrielle, de la Direction des douanes, préparation à la conférence mondiale du commerce et de l’emploi.

103 Michel Margairaz, « La mise en place de l’appareil de direction économique... », art. cit., n° 243, p. 22, polycop. Colloque FNSP, 4-5 décembre 1981, « La France en voie de modernisation » non publié.

104 Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 367.

105 Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Mares, mai 1985, publié dans le Bulletin n° 1 de l’Institut Pierre-Renouvin, été 1986.

106 Chapitre premier.

107 AMF 4/2/6, 25 mars 1946, exposé de Léon Blum, du lundi 25 mars. Le chiffre de $ 4 milliards apparaît dans le texte. FNSP, 4 BL1 : Dr6, 25 mars 1946, exposé de M. Léon Blum du lundi 25 mars 1946 devant le National Advisory Council (NAC), d’après French Press and International Service, agence du GPRF, New York, le 29 mars 1946, doc. série II, n° 3592, 501 Madison Ave. Dans le texte de l’agence, le chiffre a été omis. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, 25 mars 1946, 20 h 15, n° 1710-11, exposé de L. Blum devant le NAC. Le passage sur l’économie collective ne se trouve pas dans le texte remis à la Presse. AMF 4/2/6, 25 mars 1946.

108 Jean Monnet, Mémoires, t. I... op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 362.

109 AMF 4/2/7, 25 mars 1946, déclaration de la délégation française. AMF 4/2/8, 26 mars 1946 Press release.

110 AMF 4/2/10, 27 mars 1946, tél. de Blum à F. Gouin. et AMF 4/1/26, 13-14 avril 1946, projet de mémoire demandé par Washington et télégraphié de Paris.

111 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, 4 avril 1946, création d’une commission spéciale pour examiner la situation et les projets économiques de la France, tél. de L. Blum à F. Gouin. Michel Margairaz, « Autour des accords Blum-Byrnes... », art. cit., n° 245, p. 449, 451, Tableau des corrections apportées aux prévisions françaises de balance des paiements.

112 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 250, 16 avril 1946, 2e séance du commercial policy committee, 19 avril, 3e séance, 24 avril, Commercial policy planning. CE 14, rapport sur le comité de politique commerciale du 8 avril au 10 mai 1946. Philippe Mioche, « Planification et industrie du pétrole, 1946-1952... », art. cit., voir bibl. n° 260, colloque FNSP, 4-5 décembre 1981, « La France en voie de modernisation », non publié, dactyl. p. 18-19.

113 Papiers Elgey, papiers F. Gouin, rapport confidentiel de Robert Blum.

114 Année Politique 1946, p. 258, octobre 1946.

115 Léon Blum, Œuvres 1947-1950, Albin-Michel, 1963, p. 119-120 ; Le Populaire, 6 novembre 1947, « L’aide américaine ».

116 Irvin M. Wall, « Les accords Blum-Byrnes, la modernisation de la France et la guerre froide », Vingtième siècle, Janvier-Mars 1987, p. 45 et seq.

117 AMF 3/4/28, J. Levy, 26 février 1946, conseil français des surplus alliés, DREE, n° 2290, à J. Grant Forbes, OFLC. AMF 3/4/31, 6 mars 1946, note pour la DREE.

118 FNSP, 4BL2/dr2, 27 mai 1946, note pour M. Léon Blum, dactyl. 5 pages, V, achat de surplus alliés, p. 4 et 5. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, exposé de G. Bidault devant l’Assemblée nationale, 22 juillet 1946. B 19261, 6 juin 1946, c.r. du CFA de Washington, Valensi.

119 B 19261, lettre du ministre des armées, E. Michelet, à M. le Président du gouvernement, 26 septembre 1946.

120 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 90. Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit. ; voir bibl. n° 228, p. 75.

121 B 18261, note pour M. L. Blum, SAA, accords du 28 mai 1946.

122 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 78, 154 ; B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, exposé de G. Bidault devant l’Assemblée nationale, 22 juillet 1946. Jules Moch, op. cit. ; voir bibl. n° 54, p. 196-218. B 44264, AF 2412, PL, 17 juillet 1947, Valensi à M. des Finances, DFE, achat de bateaux aux Etats-Unis, ref votre lettre 3573, du 30 janvier 1947, tél. 314, 14 mars 1947.

123 FNSP, 4 BL2/dr 1, Le Populaire, 10 mai 1946, interview de F. Gouin.

124 B 33283, protocole du 28 mai 1946, signé de L. Blum, H. Bonnet, Vinson et Clayton. G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p 56.

125 Année Politique 1946, p. 138. Voir dans Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, la liste des groupements d’achats, p. 191. B 33283, 16 juillet 1946, contrat entre la République française et l’Export-Import Bank. Note documentaire et étude, 726, série internationale CLVIII, 18 septembre 1947, « La politique américaine et l’aide de la France ».

126 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 83 et 175. Utilisation par catégorie de produits : énergie 17,3 %, matières premières 10 %, équipements 43,5 %, fret 16,6 %, fonds de roulement 12,6 %. Jules Moch, op. cit. ; voir bibl. n° 54, p. 223.

127 B 33922, Washington, 28 juin 1946, 490, DET, Ficomi, 228, et G. Guindey, DT, 11 juillet 1947, n° 1033, CD, note au ministre.

128 B 33922, DT, G. Guindey, 11 juillet 1946, n° 1033, CDAdjt, note pour le ministre, retournée signée par Schuman. 80 AJ 5, Inventaire Schuman, p. 631.

129 Guy de Carmoy, Les politiques étrangères de la France, 1944-1966, La Table Ronde, 1967, p. 83. G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 62. Alan S. Milward, op. cit. ; voir bibl. n° 256, p. 50-51.

130 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4, p. 91. FNSP, 4BL2/dr3, notes documentaires et études, n° 317, conférence de presse de M. le Président Léon Blum sur les accords financiers franco-américains prononcés le 31 mai 1946. F 60 672-673, 10 juillet 1946, note de Guindey probablement. Michel Margairaz, « Autour des accords Blum-Byrnes... », art. cit., voir bibl. n° 245, p. 456, note pour Alphand du 28 mai 1946. F 60 672-673, D, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999CD, a/s des réserves d’or et de devises, disponibilités pour importations.

131 FNSP, 4 BL2/dr3, exposé de L. Blum devant le groupe socialiste, le 26 juillet 1946.

132 Daniel Yergin, op. cit. ; voir bibl. n° 308, p. 181.

133 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227, p. 45.

134 Papiers Elgey, Papiers Gouin, Aide américaine, texte de Lecœur.

135 Renaud de la Génière, « La diplomatie économique en France dans le dernier demi-siècle », Politique Etrangère, 1/86, p. 43, 54. Année Politique, 1946, p. 140-141.

136 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée,... op. cit. ; voir bibl. n° 135, p. 22. Jean-Pierre Rioux, La IVe République... op. cit. ; voir bibl. n° 285, p. 126.

137 Les $ 720 millions de Prêt-Bail, les deux prêts de l’Eximbank ($ 1200 millions), la dette anglaise (£ 100 millions), $ 242, 2 millions empruntés au Canada, $ 146 millions de dette ancienne. Les remboursements annuels passeront de $ 50 millions en 1946 à $ 220 millions en 1952, in Inventaire Schuman, 1913-1946, situation au 1er octobre 1946 de la dette publique extérieure à long et moyen terme, contractée depuis la libération, p. 628 à 631.

138 Notes documentaires et études, n° 880, « textes et documents » CCVIII, 15 avril 1948, « Rapport du Département d’Etat à la commission des Affaires étrangères du Sénat sur le PRE, rapport concernant la France » : $ 550 millions Eximbank 1, $ 650 millions Eximbank 2, $ 56 millions USMC (surplus bateaux), $ 350 millions surplus, $ 420 millions règlement Prêt-Bail, total $ 2026 millions. B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, exposé de G. Bidault le 22 juillet 1946. Jean Monnet, Mémoires, t. I, op. cit. ; voir bibl. n° 59, p. 375. F 60 672-673, début 1947, Jean Monnet devant la commission des Finances de l’Assemblée Nationale présidée par M. Pineau sur le budget des investissements 1947.

139 F 60 672, G. Guindey, DT, secret, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999, CD, 29737, a/s réserves d’or et de devises disponibles pour les importations. Annexe à la lettre de Guindey du 2 juillet, prévisions de paiements pour 1946 et 1947.

140 AMF 12/1/2, note sur l’action gouvernementale immédiate financière et économique, 13 décembre 1946, remis le 13 à Léon Blum.

Table des illustrations

Titre Tableau 12. Programme d’un an de Monnet, été 1944
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau 13. Dévaluation du franc français, décembre 1945
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable