Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Première partie. - La modernisation piétine (1944-1947)

Chapitre premier. La dictature de l’urgence

Texte intégral

« Le ravitaillement reste notre supplice : 30 denrées sont rationnées. »
Jules Moch.

1Dans la France libérée, la population était heureuse d’échapper à l’enfer de la guerre et à l’occupation. Mais la vie quotidienne posait problème. Le ravitaillement était rare au moins dans les villes, le marché noir fleurissait, augmentant insidieusement le coût de la vie. Depuis Alger, le CFLN savait qu’il serait jugé par les Français mais aussi par les Alliés sur sa capacité à ravitailler le territoire métropolitain. Aussi est-il important de comprendre comment Jean Monnet mit en place les programmes de ravitaillement de la Métropole qui redonneraient à la France une place parmi les alliés.

2Au-delà des inévitables difficultés de remise en route de l’économie pour la guerre, il fallait penser à la paix. Les services français qui avaient élaboré pendant deux ans à Alger les programmes de remise en route songeaient-ils aussi à la modernisation ? Quelle place l’Europe, les Alliés tenaient-ils dans cette réflexion ? De ces réponses dépendait le destin du pays. La France pouvait-elle se payer le luxe de l’autarcie ? Les responsables français avaient déjà dit non. Mais pouvait-on se lancer dans le maelström des échanges internationaux ? Comment négocier les transitions ? Fallait-il utiliser les réserves métalliques peu entamées au cours de la guerre ? Le stock d’or français était encore confortable, correspondant environ au déficit prévisible d’une année exceptionnelle d’importations.

3Les Américains, et les Britanniques à un moindre niveau, possédaient les moyens physiques du développement. Il était évident qu’il convenait d’engager des négociations avec eux. Il était tout aussi évident qu’il fallait obtenir pour la France son entrée dans le club des pays bénéficiant du Prêt-Bail. Cette négociation ne fut pas de tout repos et elle donna l’occasion aux Américains de prendre des gages auprès des Français sur l’avenir de la coopération inter-atlantique.

4L’important était d’atteindre cet objectif simple en temps ordinaire, mais si complexe après le bouleversement de la guerre : vêtir, nourrir et guérir les populations civiles, faire tourner les usines, sans oublier le point décisif, penser l’avenir.

LA COBELLIGÉRANCE NÉGOCIÉE

5Les Français attendaient énormément du Prêt-Bail, d’une part pour faciliter le ravitaillement des civils et faire la guerre, et d’autre part pour commencer la reconstruction-modernisation.

6En prévision des importations à réaliser après la guerre, le CFLN créa à Washington, en septembre 1943, le Conseil Français des Approvisionnements (CFA)) sous la direction de Jean-Louis Mandereau et de Christian Valensi. Il en exista un autre à Londres.

  • 1 Christian Valensi, 16 juin 1982, entretien avec Gérard Bossuat.
  • 2 Gaston d’Eté, Les achats français aux Etats-Unis de 1941 à 1950, polycop. 269 p., exemplaire remis (...)

7Le CFA mène avec les Américains une négociation dont l’objet est de fournir à la France les biens réclamés par Jean Monnet à Alger1. Son organisation était lourde (1.476 agents), à la mesure des immenses besoins d’après-guerre. Pour des raisons d’efficacité certains services étaient dirigés par des Américains : service juridique, de la statistique, du transport2.

Le plan A de six mois

  • 3 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911-1986, Robert Laffont, 1986, p. 121, sur le rô (...)

8Un plan de six mois est élaboré dès novembre 1943 en prévision d’une victoire qu’on pressent. Jean Monnet le prépare avec son équipe composée de Robert Marjolin, Félix Gaillard, Etienne Hirsch à Londres, Léon Kaplan à Washington3. Il est en relation avec Hervé Alphand, Louis Joxe secrétaire général du CFLN, André Diethelm, Paul Giacobbi commissaire à la Production et au Ravitaillement, Pierre Mendès France, commissaire aux Finances, et René Mayer, commissaire aux Communications et à la Marine marchande.

  • 4 Guerre 1939-45, CFLN-GPRF, Alger 1195, commissariat aux Affaires étrangères, DAE, 2 mai 1944, note

9Jean Monnet le négocie avec l’administration américaine sous le nom de plan A pour le ravitaillement. Mais le problème numéro un est d’obtenir des Alliés les moyens de tout transporter vers la France, car la flotte française ne peut transporter qu’un tiers des stocks d’Afrique du Nord, et bien moins encore du reste du monde4.

  • 5 363 AP 3, Valensi à René Mayer, 17 février 1944.
  • 6 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, direction de l’Agriculture et du Ravitaillement, pl (...)
  • 7 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 159.

10Monnet proposa aux Alliés un programme légèrement différent de celui défini à Alger insistant sur les matières grasses. Or les Américains trouvaient les demandes françaises excessives5. Ils modifièrent donc le programme en gonflant les postes blé et lait en poudre, mais en refusant le cacao, riz, poivre, confitures, conserves de poissons, thé et œufs en poudre. Globalement la contre-proposition alliée était inférieure en quantité et en variété au programme français : 741.200 tonnes au lieu de 950.000 tonnes6. Finalement on retrouva le tonnage initial après négociation7.

  • 8 B 44164, Finances 27 août 1951, note pour la DFE, Guindey.
  • 9 B 880, note de synthèse sur l’aide alliée à la France, dactyl ; non daté.

11Ce programme (plan A) alimentaire, médical, agricole, fut estimé à $ 247,8 millions au moment de la liquidation des comptes de guerre dont $112 millions avaient été fournis par les Etats-Unis, le reste par la Grande-Bretagne et le Canada8. La région parisienne en fut, semble-t-il, la principale bénéficiaire d’août 1944 à février 19459. Son financement a été réglé par les accords de débarquement du 25 août 1944. Les dollars des troupes américaines dépensés en France et les réserves françaises devaient payer les marchandises. Mais imputés sur les dépenses remboursables du Prêt-Bail, les $112 millions seront annulés lors de la négociation Blum-Byrnes du 28 mai 1946. Au plan A s’ajoutèrent des marchandises livrées gratuitement à la France par l’armée américaine. Les Français prenaient conscience à cette occasion de leur dépendance de la formidable organisation des transports maritimes alliés, mais aussi des bénéfices qu’ils en tiraient.

Le plan de huit mois et la souveraineté de la France

12Le plan de huit mois (novembre 1944-juin 1945) ne fut qu’un pâle reflet de grandes ambitions, mais il fut un acte de souveraineté. Il posait déjà le problème de la modernisation.

  • 10 Jean Monnet, op. cit. ; voir bibl. n° p. 322 ; G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28 ; B Amér (...)

13Monnet, nommé Commissaire en mission, partit aux Etats-Unis en décembre 1944 pour le faire prendre en compte par les Etats-Unis, c’est-à-dire pour négocier l’accès de la France au Prêt-Bail10.

14Politiquement il avait pour fonction d’amener les Américains à accorder le Prêt-Bail à la France. S’ils acceptent le plan, pense Monnet, ce sera le signe qu’ils le financeront par le Prêt-Bail. Il avait pour fonction de hisser la France au rang de cobelligérant, à égalité avec les grands alliés.

15En attendant la bonne fin des négociations sur le Prêt-Bail et sur le plan de huit mois, que faire pour assurer le ravitaillement immédiat ?

16Monnet, sensible à la pénurie du moment, acceptait un plan d’extrême urgence, piloté par le Commandement interallié (SHAEF) et donc laissé à la discrétion de l’administration militaire américaine (plan militaire). Sachant les réticences de de Gaulle contre une subordination même momentanée de la France à la puissante organisation économico-militaire américaine, Monnet prit soin de lui faire savoir que les Britanniques et les Russes l’avaient acceptée. Peine perdue, de Gaulle, en janvier 1945, exigea que le plan de huit mois soit honoré tel quel : « Il faut que les Alliés comprennent l’impossibilité de gagner la guerre sans armer la France, et sans mettre en route un programme de fabrication d’armements en France ».

  • 11 F 60 898, CEI du 2 janvier 1945.

17Le GPRF refusait donc fièrement les secours sous contrôle américain et exigeait de Stettinius, secrétaire d’Etat américain, les tonnages en navires nécessaires à la France11.

18Cependant la nécessité d’un ravitaillement urgent existait toujours.

  • 12 F 60 898, GPRF, doc. 124 pour le CEI du 8 février 1945.

19Mais à ceux qui réclamaient encore un programme d’extrême urgence piloté par le SHAEF, Monnet, qui avait bien retenu la leçon gaullienne, répondit que l’idée de secours « place la France en rang subalterne, tandis que tout notre effort à Washington, tend à se placer sur le plan du concours qui nous met à égalité avec les autres Alliés : Angleterre, États-Unis, Russie... Le retour au plan militaire marquerait une régression sur le chemin de la grandeur française »12.

20Cette admonestation venant de Monnet est très savoureuse, mais elle s’explique par le progrès des négociations sur le plan de huit mois et sur le Prêt-Bail.

  • 13 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28.
  • 14 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28, p. 160 et 161. Le plan initial prévoyait 4,3 millions (...)

21Les accords Crowley-Monnet du 16 janvier 1945 mettaient sur le même plan le programme français de huit mois et les programmes anglais et soviétiques13. Le GPRF avait triomphé. Toutefois les importations de charbon, pétrole et caoutchouc restaient sous la responsabilité des autorités militaires alliées. De plus le plan devait être financé sur les fonds propres de la France, puisque la France n’était pas encore admise au Prêt-Bail. La dépense s’éleva à $ 50 millions. Elle était relativement faible, car seulement 27,1 % des 4,2 millions de tonnes initialement prévues avaient été livrés au 31 juin 1945. D’un point de vue pratique, le plan de huit mois était un échec qui rendait précaires la situation alimentaire de la France et la reprise économique14.

22Il n’y eut pas de plan d’urgence puisque les Français fonctionnaient sur leur plan de huit mois. Politiquement, l’affaire avait son importance. Choisir ses importations, leur quantité, s’inscrivait dans le combat du GPRF pour effacer Vichy. C’était marquer la place que la France nouvelle voulait occuper parmi les vainqueurs, celle de cinquième grand. Mais il y avait un prix à payer en termes financiers.

LE PRÊT-BAIL ET LES GRANDES AMBITIONS FRANÇAISES

23La participation française au Prêt-Bail fut désirée du jour où les Français mesurèrent les risques de ne pouvoir conduire la guerre dans de bonnes conditions. Cette prise de conscience les entraîna à demander l’accès au Prêt-Bail pour la Métropole alors que seules les Colonies en bénéficiaient. Mais politiquement, le Prêt-Bail avait pour objet de placer la France à égalité avec les autres grandes nations alliées. Economiquement, il avait pour vocation de préparer la France à la véritable modernisation, une fois terminée la période d’aide d’urgence.

Les Américains contestent la pauvreté de la France

  • 15 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Monnet à P. Mendès France, spécial 130, n° 643, 25 mars 1 (...)
  • 16 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Gy, 30 mars 1944 à Valensi, Washington, lend-Lease, réact (...)

24Avant de s’engager dans le Prêt-Bail avec la France, les Américains souhaitent que les autorités d’Alger mobilisent d’abord les avoirs français à l’étranger15. Mais le CFLN refusa d’utiliser les avoirs de la Banque de France dispersés dans les territoires qu’il contrôlait en raison de son caractère d’administration provisoire. D’autre part, les Américains maintinrent leur volonté de faire payer aux Français les marchandises civiles au risque de froisser Alger. Ainsi Guillaume Guindey ne comprit pas ces vœux américains16. Monnet, au contraire, proposait de transiger et de s’engager à rembourser les achats civils, une fois le CFLN maître du pouvoir à Paris pour des raisons d’indépendance nationale.

25« Vous devez comprendre, écrit-il en avril 1944 à de Gaulle à Alger, que nous ne pouvons pas nous déclarer Africains pour le règlement de nos comptes financiers et Français pour le pouvoir et l’autorité ».

  • 17 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 20 avril 1944, Washington, à diplofrance, spécial 168, n° (...)
  • 18 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, début mai 1944, à Libfrance, Washington de la pa (...)
  • 19 Voir chapitre suivant.

26Mais Monnet a une autre idée. Il veut des crédits de reconstruction-modernisation « en utilisant la procédure qui permet à l’administration Prêt-Bail d’exécuter le programme de commandes pendant 3 ans après la date d’expiration de la loi Prêt-Bail »17. Il ne faut donc pas discuter le paiement cash des importations civiles de ravitaillement18. Monnet se projette déjà sur le long terme pour de grandes ambitions19. Mais les Américains ne l’entendirent pas ainsi.

Les négociations sur le Prêt-Bail traînent en longueur

27En effet les Américains se méfiaient déjà de l’économie dirigée française et plaidaient pour un retour aux règles du libéralisme dans les échanges alors que Monnet insistait sur les transitions. Les Français craignaient donc les conditions américaines et les Américains doutaient de la France.

28Fin janvier 1945, le soupçon atteignit son point le plus haut. De retour à Paris, Monnet minimisa les exigences américaines et plaida pour une adhésion à l’accord de Prêt-Bail.

  • 20 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 31.

29Bientôt le GPRF accepta les termes de l’accord Prêt-Bail qui fut signé le 28 février 1945. Monnet croyait tenir enfin le moyen de financer son plan d’un an d’août 1944. L’accord a trois volets : le premier est l’adhésion de la France au Master agreement de la loi Prêt-Bail du 11 mars 1941 ; le second porte sur l’aide réciproque. Il introduit la France dans le système d’aide mutuelle des alliés. Il précise ce que la France doit recevoir et donner ; le troisième, dit accord 3, c (section 3, paragraphe c de la loi Prêt-Bail) fixe un programme de fournitures militaires et civiles (nomenclature ou schedule 1) et de biens d’équipements (nomenclature ou schedule 2). La nomenclature 1 prévoit la fourniture gratuite tant que durerait la loi, et payante ensuite, de $ 1,675 milliard de matériels de guerre et de ravitaillement civil. La nomenclature 2 intéresse la remise en marche de l’économie pour la guerre grâce à des fournitures de biens d’équipements payables à crédit (20 % à la commande, le solde en 30 ans à 2 3/8 %) pour une valeur de $ 900 millions20. Ces fournitures comprennent du pétrole, des métaux, des phosphates, des matières premières et du matériel ferroviaire. Mais si l’on compare les projets de Monnet de l’été 1944 et le programme du schedule 2, on voit que l’accord n’apporte pas les équipements de la modernisation.

30L’effort américain est tardif et fourni à des conditions auxquelles les Français ne s’attendaient pas. Les Français estiment que les Etats-Unis n’ont pas tenu compte des souffrances des quatre années d’occupation. Enfin, l’accord n’est valable que pour la France.

  • 21 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 245, Washington, n° 1178 de Monnet à de Gaulle, n°44.

31La présence des communistes au gouvernement, l’affrontement entre de Gaulle et Roosevelt, la faiblesse militaire française expliquent les réticences américaines. Les Américains ont-ils douté de la volonté de combattre de la France ? Ce n’est pas impossible, car Monnet insiste beaucoup sur la poursuite de la guerre auprès de l’opinion publique alors que d’après ses propres paroles les fonds devaient permettre un début de modernisation21.

  • 22 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227 p. 24.
  • 23 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue sur les choix d’une modernisatio (...)

32L’accord apporte des sources importantes de financement et des produits. Il n’est pas sans contrepartie puisqu’il s’agit d’un accord d’aide réciproque. Mais recevons-nous rien pour rien, comme l’écrit une historienne contemporaine22 ? L’accord libérait les Français, le temps de la guerre, de l’obstacle insoluble du financement. Il contribuait à assurer la paix sociale que désirait de Gaulle. Il évitait la rigueur mendésiste23.

33Ces préoccupations du court terme, politiques et financières entraînèrent de Gaulle ou Mendès, quoi qu’il leur en coûtât de fierté, à l’accepter.

  • 24 363 AP 3, 23 juillet 1945, de Valensi à René Mayer.

34Ils éprouvent toutefois de grosses difficultés à faire fonctionner la nomenclature 2, la plus intéressante parce que riche d’espoirs de développements économiques. Des contrats sont négociés mais bien trop lentement au point que Monnet s’en prit à Crowley24.

Une réalisation trop lente des programmes Prêt-Bail

  • 25 5 A 13, communication du ministre des Finances et des Affaires économiques.

35Au plan de 8 mois succède un programme pour le second semestre 1945 qui porte sur 12,4 millions de tonnes pour $ 2,2 milliards. Il prévoit des importations de matières premières et d’énergie, des produits sidérurgiques, des équipements divers. Mais la réalisation des programmes d’importation en 1945 est partielle. L’essentiel des importations consiste en ravitaillement. Vêtir, nourrir, guérir caractérisaient bien l’esprit de ces programmes de guerre, ainsi que le déclarait Robert Schuman en 1947 : « Fidèle à son idéal humain, la France a d’abord songé à réparer les souffrances physiques causées par la guerre »25. Ces programmes sont loin de préparer la modernisation souhaitée par Monnet dès l’été 1944.

36Ainsi planent sur les programmes des incertitudes qui les modifient ou les réduisent considérablement.

Des achats inconsidérés

  • 26 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1 (...)

37L’obstacle financier ayant été levé en février 1945, les Français achètent : « Nous avons acheté tout ce que nous avons pu trouver et, avouons-le, avec une excessive précipitation » déplorait Pierre Mendès France en 194826.

  • 27 363 AP 3, lettre de Léviant à René Mayer, 10 juin 1944.

38Monnet a-t-il su se prémunir contre les excès ? A-t-il été capable de mener cette tâche immense du ravitaillement ? Globalement oui, mais sa personnalité expliquait certaines difficultés. Des observateurs ont noté ses « réactions impétueuses »27. Le travail d’élaboration des programmes se faisait à un rythme trop rapide. La désorganisation des communications internationales nuisait à la cohérence. L’indiscipline de certaines administrations puissantes, celle des colonies, de la SNCF, troublait les négociations.

  • 28 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 183.

39En septembre 1945, Monnet réorganisa le CFA de Washington28. La critique de Mendès France était donc justifiée.

Des navires trop rares

  • 29 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, Messidor/Éditions sociales, 1985, p. 22 et 31.
  • 30 Jean-Pierre Rioux, prologue, in François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue (...)
  • 31 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 119, décembre 1944, Caffery in American Magazine. B Amérique, 19 (...)

40La réalisation des importations butait encore sur la faiblesse des transports. En effet, les Américains limitèrent les tonnages à des fins civiles dans l’hiver de 1944-194529. La France ne reçut alors que 220.000 tonnes de juin à décembre 1944 sur les 700.000 annoncées, à cause des opérations militaires30. Il faut écarter la thèse d’une restriction volontaire des exportations de la part des Américains, à moins d’entamer un procès en suspicion permanente. Les Américains manifestaient leurs préoccupations sur l’état des populations françaises mais ils expliquaient aussi qu’il convenait d’abord de répondre aux offensives allemandes dans les Ardennes et en Alsace31.

  • 32 363 AP 5, 23 mars 1945, secrétaire général de la Marine marchande au ministre de l’Economie nation (...)
  • 33 F 60 898, CEI, séance du 2 janvier 1945.
  • 34 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis 245, Washington, 15 janvier 1945, tel Monnet à de Gaulle, Lacost (...)
  • 35 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 245, Washington, 15 août 1945, n° 5060-64, Monnet n°211 au GPRF.

41Le GPRF tenta de lever l’obstacle des transports. René Mayer se rendit aux Etats-Unis, au début de 1945 pour acheter des Liberty-ships et des locomotives, tandis que le secrétaire général de la Marine marchande prépara un plan de constructions navales32. De Gaulle exigea, le 10 janvier 1945, l’affectation des navires français du pool interallié des transports au service des programmes français d’importation33. Clayton répondit le 15 à Monnet que les militaires américains étaient prêts à allouer du tonnage supplémentaire34. Le nombre de navires affectés au programme français augmenta de mars à mai35.

Tableau 1. Liberty-ships au service de la France, 1944-1945

Tableau 1. Liberty-ships au service de la France, 1944-1945

42La difficulté d’obtenir du tonnage était réelle. Elle s’expliquait par la lourdeur d’une immense organisation lente à intégrer la rentrée en guerre de la France et par la conjoncture militaire. La France resta longtemps dépendante de l’étranger pour le fret.

La dépendance de l’Amérique

43Le Prêt-Bail était la reconnaissance par la France de sa profonde incapacité à mener seule la guerre. Mais n’était-ce pas aussi le cas de la Grande-Bretagne ou même de l’URSS ? Dépendante pour la guerre, la France l’était aussi pour le ravitaillement alimentaire des populations civiles. La fierté nationale en était blessée, mais comment faire autrement ?

  • 36 Armand Bérard, Un Ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon 1978, p. 19.

44« L’Amérique était la source d’un ravitaillement alimentaire et industriel sans laquelle notre pays ne pouvait vivre, écrit Armand Bérard, blé américain et canadien, sucre, oléagineux attendus impatiemment chaque semaine dans nos ports, moteurs d’avions, cellules, mousquetons, canons, habillement nécessaire à notre armée reconstituée, grues pour nos débarcadères, liberty-ships pour nos transports...36 ».

  • 37 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 119, 10 mai 1945, Washington, de Pleven à de Gaulle, n°3043.

45La France n’était plus autonome pour son pain quotidien. Cette réalité ne se discutait pas. Elle s’imposait. Pleven suppliait Truman – quel autre terme employer ? – d’intervenir : « J’ai exposé au Président les conditions économiques en France et en Europe et la nécessité d’avoir en France avant l’hiver des (quantités) de vivres et des quantités de matériels permettant de faire face à la mauvaise saison »37.

  • 38 Contrairement à Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227 p. 2.
  • 39 Christian Valensi, entretien avec G. Bossuat, juin 1982.
  • 40 B 19273, 8 février 1946, exposé de M. Kaplan sur les achats effectués aux Etats-Unis depuis 12 moi (...)

46Le poids de l’allié américain était énorme, même s’il n’exerce pas de chantage politique38. Mais la France n’obtient pas tout ce dont elle a besoin, contrairement à l’impression d’abondance éprouvée par certains témoins39. Les Etats-Unis ne sont pas un bazar où l’on pouvait s’approvisionner sans mesure. Aux Etats-Unis mêmes, les wagons manquaient, les ports étaient engorgés. En mars 1945, les rations civiles américaines étaient réduites. Les Américains cherchaient à placer leurs surplus, attitude compréhensible qui relevait d’une gestion rationnelle de ressources abondantes mais non extensibles, ou du souci de préserver les produits rares40.

47Les réalisations du poste nomenclature 2 de l’accord 3c, (les biens lourds, équipements, matières premières pour la guerre mais utilisables aussi pour la paix) après le 28 février n’atteignirent pas les $ 900 millions espérés.

Tableau 2. Réalisations du poste nomenclature 2 de l’accord 3c

Tableau 2. Réalisations du poste nomenclature 2 de l’accord 3c

48Ces livraisons comprennent des approvisionnements (ravitaillement, aide à l’agriculture, matière première, reconstruction, santé publique). Les équipements se montent à $ 145,1 millions soit 27,5 %. On est très loin des vœux de Monnet.

49En revanche, l’aide immédiate pour la guerre est intense et elle permet à l’armée française d’effectuer ses missions dans la dépendance étroite des Américains.

Le règlement du Prêt-Bail, 28 mai 1946

50Les comptes du Prêt-Bail sont arrêtés, on le sait, lors de la négociation Blum-Byrnes d’avril-mai 1946. Ils permettent de dresser un bilan.

  • 41 B 19261, note au sujet des accords financiers franco-américains du 28 mai 1945 et du 14 mars 1949. (...)

51Les négociateurs ont d’abord déterminé la part de l’aide réciproque de la France41.

Tableau 3. Evaluation de l’aide de la France aux Etats-Unis (aide réciproque)

Tableau 3. Evaluation de l’aide de la France aux Etats-Unis (aide réciproque)
  • 42 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 43.
  • 43 B 19260, CGP, 19 février 1946, L. Kaplan et J. Levy, service d’aide aux forces alliées.

52L’aide française a porté sur l’hôtellerie, les transports de troupes, l’extension ou la construction d’aérodromes, la mise à disposition de main-d’œuvre civile pour l’effort de guerre américain, des fabrications de produits industriels42. Toutes ces activités se prêtent à un contentieux et de leur côté les services américains ne font pas de cadeaux. Ils demandent « de comptabiliser les améliorations éventuelles apportées, en prêt-bail, aux installations portuaires, chemins de fer, ponts et chaussées et dont nous conserverons le bénéfice »43.

53Un compromis sur la valeur de l’aide française en retour est trouvé. Il est plus proche du chiffre américain que français. Mais les Français obtiennent l’intégration dans le Prêt-Bail du programme de huit mois défini par l’accord Monnet-Crowley du 16 janvier 1945 qui aurait dû être financé sur fonds propres. La France avait compensé par ses propres livraisons aux Américains 37,4 % de l’aide gratuite américaine.

54Après discussion sur la nature des produits remboursables ou gratuits, la France reconnaît devoir rembourser $ 700,5 millions, ramenés en 1949 par le « règlement des règlements » du 14 mars 1949 à $ 653, 3 millions. La France avait déjà payé $ 250 millions sur les $ 700,5 et $ 30 millions faisaient l’objet d’un contentieux au bénéfice probable de la France. Il restait à solder $ 420 millions.

  • 44 B 19261, note au sujet des accords financiers franco-américains du 28 mai 1946 et du 14 mars 1949, (...)

55L’apurement des comptes fit passer la dette française de $ 420 millions à $ 354,5 millions puis à $ 277,9 millions44.

56La dette française de Prêt-Bail était remboursable à 2 % sur 30 ans à partir du 1er juillet 1951 à des conditions de liquidation excellentes par comparaison avec les taux habituels de l’Eximbank. Une clause suspensive de paiement était même prévue en cas de difficultés de balance des paiements.

57A cette somme initiale de $ 420 millions, s’ajoutaient $ 300 millions de surplus, réglés aux mêmes conditions que la dette Prêt-Bail (voir le chapitre 3).

58Enfin les accords Blum-Byrnes tiraient un trait sur l’aide militaire de $ 2,2 milliards, entièrement financée par les Etats-Unis.

59En termes financiers, l’effort de la France pour solder ses achats militaires et civils aux Etats-Unis représentait en aide réciproque et en paiements comptants ou à crédit environ 44 %. L’aide américaine Prêt-Bail fut gratuite à hauteur de 56 %.

  • 45 B 880, Le document de la semaine, n° 117, 27 février 1947. La France a reçu $ 3.454 millions, elle (...)

60La comparaison avec les autres alliés montre que la France a bénéficié de 4 fois plus de marchandises et de services qu’elle n’en a offerts, l’Empire britannique, 4,6 fois plus, l’URSS 5,1 fois plus. De même elle a moins bénéficié d’aide civile que les autres pays. La moyenne générale est de 47,2 %, la part d’aide civile pour la France n’atteint que 34,7 %45.

  • 46 B 44164, Ambassade de France aux Etats-Unis, 13 janvier 1950 à ministère des Finances et des Affai (...)

61Les colonies et l’Afrique du Nord, avant la Métropole, avaient bénéficié du Prêt-Bail. En tenant compte du nouvel accord de février 1945, le bilan général est le suivant46.

Tableau 4. Bilan général du Prêt-Bail depuis le 3 septembre 1942 jusqu’à août 1945

Tableau 4. Bilan général du Prêt-Bail depuis le 3 septembre 1942 jusqu’à août 1945

62La France a reçu deux fois plus d’aide militaire que civile. Elle n’a payé en or ou en dollars que 18,8 % ($ 635,01 millions) des marchandises livrées ($ 3.388 millions), mais plus de la moitié de l’aide civile.

Tableau 5. Tableau des comptes de guerre franco-américains arrêtés le 28 mai 1946

Tableau 5. Tableau des comptes de guerre franco-américains arrêtés le 28 mai 1946

63Les Français ont fourni en proportion davantage d’aide réciproque et de fonds propres que d’autres états alliés. Etait-ce la mesure de la méfiance politique de Roosevelt à l’égard du GPRF, le résultat de circonstances indépendantes de toute volonté ? La France était un champ de bataille en 1944, son gouvernement se devait d’apporter une aide réciproque importante aux troupes alliées présentes sur son sol. De plus l’interruption brutale du Prêt-Bail en septembre 1945 suspendit les importations gratuites, tandis que l’aide réciproque continuait de fonctionner pour les transports américains.

64Le Prêt-Bail était venu bien tard et pour des montants insuffisants estimaient les Français. Mais n’est-il pas exagéré de reprocher au Prêt-Bail son caractère d’aide à court terme ? Monnet ne se croyait-il pas plus influent que de raison auprès des Américains ? Il a échoué dans son projet de modernisation par le Prêt-Bail.

  • 47 Jean Chauvel, Commentaires, T. 2, D’Alger à Berne, 1944-1952. « Les Grandes Etudes contemporaines  (...)

65La France, blessée dans sa fierté par la défaite de 1940, avait cru retrouver puissance et prestige par la France Libre et la Résistance. Elle supportait mal que l’Amérique lui compte les moyens de la renaissance. Cette déception pourrait expliquer le « comportement de mendiants ingrats » des Français à l’égard de Washington et de Londres que notait Chauvel47.

NOUVELLE BATAILLE POUR FAIRE VIVRE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE DE SEPTEMBRE 1945 À DÉCEMBRE 1946

66L’idée d’une intervention financière américaine en faveur de la France, au-delà du temps des opérations militaires, était partagée par les services français. Ce fut une grande illusion.

Continuer le Prêt-Bail sous une autre forme

  • 48 Y International (YI), 1944-49, 124, H. Alphand, 18 mai 1945, note a/s informations recueillies à S (...)

67En mai 1945, Hervé Alphand croyait que les Etats-Unis continueraient d’aider la France pour renforcer sa stabilité économique et s’assurer son appui « compte tenu de leurs relations avec l’URSS ». Jean Chauvel, secrétaire général du Quai d’Orsay pensait de même. Les Etats-Unis accroîtraient leurs fournitures économiques à la France pour qu’elle acquière « une consistance suffisante pour maintenir son indépendance face à Moscou »48. La tension américano-soviétique semblait aux Français une bonne raison de poursuivre l’aide américaine.

  • 49 363 AP 3, 23 juillet 1945, Lettre de Valensi à R. Mayer.

68Cependant à Washington, les fonctionnaires français proches des Américains étaient beaucoup plus dubitatifs. Ils constataient le peu d’empressement des Américains à fournir les matériels du poste 3c, 2. L’application de l’accord du 28 février « n’est qu’une demi-réussite » de l’avis de Valensi49.

  • 50 B 33923, TCT, Finances, 14 mai 1946, cessation de l’aide réciproque donnée à la WSA, reprise de la (...)

69Mais les Américains ont besoin de l’aide réciproque offerte par la France après la victoire sur l’Allemagne) : support logistique aux troupes américaines en voie de redéploiement vers l’Asie par les ports français de Méditerranée. C’est d’ailleurs le 8 mai 1945 que les deux pays étendent à la War Shipping Administration les bénéfices de l’aide réciproque50. N’y-a-t-il pas là un espace de négociation pour maintenir le Prêt-Bail ?

  • 51 YI 1944-49, 117, de Monnet 218, à Pleven, Guindey, Marjolin n° 5217-19, 23 août 1945.

70L’administration américaine fit savoir le 16 août que l’accord se terminerait à la fin du mois. En conséquence Monnet réclama des crédits d’urgence au gouvernement français pour poursuivre les importations51.

71Effectivement, le Prêt-Bail est arrêté le 2 septembre 1945. Les contrats 3c déjà signés ($ 405 millions) seront honorés aux conditions antérieures, mais il n’est plus question de fournir aux conditions du Prêt-Bail le solde des 900 millions de marchandises prévues le 28 février 1945. Dépités profondément comme d’autres Européens, Alphand et Monnet tentèrent de prolonger le Prêt-Bail.

  • 52 B Amérique 1944-52, Etats-Unis, 245, 26 août 1945, conversations d’Alphand à Washington.

72Les conversations franco-américaines de « fin de Prêt-Bail » aboutirent à une promesse de crédit de $ 655 millions52, et Monnet demanda un prêt supplémentaire de $ 725 millions pour financer la première tranche du programme d’équipements et les 3/4 des approvisionnements en matières premières pour l’année. Là encore, Monnet fut trop optimiste.

  • 53 B 10917, C. Valensi à G. Guindey, directeur adj. des Finances extérieures, 1er septembre 1945.

73L’Eximbank hésite à ouvrir des crédits post Prêt-Bail à la France en raison des nombreuses demandes d’aide d’autres pays, dit-elle53. En fait, les États-Unis « demandent des négociations concernant notre politique d’échanges extérieurs » écrit Monnet. Ils craignent « l’autarchie » française, le protectionnisme.

  • 54 AMF 3/5/7, 25 septembre 1945 de Clayton à Monnet.

74Il est donc clair que les Américains sont prêts à échanger contre des crédits post Prêt-Bail l’acceptation par la France d’une politique de libération mondiale des échanges. Clayton avait été très clair en septembre : « Nous sommes de plus en plus émus devant l’évidence des intentions de votre gouvernement de contrôler les importations et les exportations françaises, ce qui est en contradiction avec les principes comportant l’abaissement des barrières commerciales et l’atténuation des contrôles de façon à mieux permettre le développement du commerce international qui constitue notre but »54.

  • 55 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 245, 31 août 1945, de Monnet, 224 ; n° 5340-45.

75Dans ces conditions incertaines, Monnet réduit de lui-même à $ 550 millions le montant du prêt supplémentaire de $ 725 millions qu’il convoitait. Il le présente comme la suite normale de l’accord 3c, 2, ce que conteste l’administration américaine qui désire établir clairement qu’elle ne doit plus rien à personne55.

76L’Eximbank accorde enfin le 4 décembre un prêt de $ 550 millions. Il a pour objet de financer les marchandises définies par l’accord 3c, 2, n’ayant pas fait l’objet de contrats au 2 septembre et d’autres produits nouveaux. Les conditions du prêt sont les mêmes que celles du Prêt-Bail, 2 3/8 % sur 30 ans.

77Il a donc fallu 3 mois pour aboutir à un résultat que les Français tenaient pour acquis en septembre en raison des exigences américaines concernant la libération mondiale des échanges.

  • 56 Année Politique 1946, p. 59, février 1946.

78En revanche le gouvernement français proposa habilement une négociation franco-américaine sur la reconstruction de la France contre le renouvellement de son adhésion au Master agreement du Prêt-Bail qui stipulait une action commune pour abaisser les barrières aux échanges. Cette proposition donna lieu à un échange de lettres entre Lacoste et Byrnes le 6 novembre 1945 qui ouvrait la voie à la signature du prêt. Les Français insistaient dans la lettre de Lacoste sur « la nécessité d’assurer le développement et la modernisation » de l’économie française56.

79Les Américains avaient pris le temps d’observer la politique française, de se rassurer et Monnet les avait peut-être convaincus que le dirigisme français était le fruit des circonstances plus que d’un choix doctrinal.

  • 57 B Amérique 1944-52, Etats-Unis 245, AE, 13 novembre 1945, à Washington, 7212-220, projets d’accord (...)
  • 58 B Amérique 1944-52, Etats-Unis 245, Lacoste, Washington, 17 novembre 1945, n° 6736-38, de Valensi (...)

80La mise en forme de l’accord financier avec l’Eximbank donna aux Français un avant-goût des modes de contrôle humiliants de l’administration américaine57. Après d’âpres discussions, le gouvernement français s’engageait à communiquer au Trésor américain l’état régulier des avoirs publics et privés en or et en devises, les prévisions de la balance des paiements, celles des investissements et des obligations financières internationales de la France. Les exigences de la Banque étaient nouvelles et parurent draconiennes par rapport au Prêt-Bail58. Elles furent consignées dans une lettre séparée pour ménager la dignité du gouvernement face à son Parlement.

  • 59 AMF 3/3/24 et 25, 1er décembre 1945, 1948 DET et 3 décembre 1945, 1957, DET, de Bonnet.

81Au dernier moment, Clayton subordonna la signature du prêt à un accord des Français sur la liberté des tarifs aériens, « la cinquième liberté ». Mais l’Eximbank signa la convention de prêt en dépit de Clayton59.

  • 60 AMF 3/5/2, 24 septembre 1945.

82Le prêt du 4 décembre s’ajoutait donc aux crédit 3c 2 du Prêt-Bail pour réaliser le financement du programme civil du 28 février 1945. L’accord liquidait le passé, il ne constituait pas le moyen « de résoudre les difficiles problèmes du long terme de la reconstruction industrielle et de la modernisation de la France », comme le souhaitait Monnet dans une lettre de septembre à Clayton60, ni le financement du programme d’importation de 1946.

Tableau 6. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions $ du 4 décembre 1945

Tableau 6. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions $ du 4 décembre 1945
  • 61 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 175.

83Six mois après la fin de la guerre, la modernisation de la France n’était toujours pas lancée. De fait, les $ 550 millions servirent le court terme61.

L’appel à la Grande-Bretagne tourne court

84La Grande-Bretagne pouvait-elle remplacer l’Amérique ? La question méritait d’être posée.

85La conscience d’une communauté de destin sur le vieux continent, en Afrique, le souvenir des combats communs, le rôle de Churchill dans le soutien à la France Libre, la fraternité socialiste étaient de puissants arguments pour rechercher la coopération avec la Grande-Bretagne malgré un solide contentieux au Proche-Orient.

  • 62 Guillaume Guindey, rencontre de Nanterre, 1er février 1980, dactyl. p. 11-15.

86Un contentieux financier, né de la guerre, subsistait avec la Grande-Bretagne : dette résultant de l’accord Reynaud-Simon de 1939, dette du général de Gaulle, créance française issue de la rétrocession aux Anglais des contrats d’armements de 194062.

  • 63 Europe 1944-49, Grande-Bretagne 51,12 mars 1945, John Anderson à R. Pleven. Voir aussi Robert Fran (...)

87L’accord financier franco-britannique du 27 mars 1945, signé dans un climat de grande confiance mutuelle, précisait les conditions du règlement des dettes de guerre63.

88La France disposa d’un crédit spécial de £ 45 millions gagé sur les dollars dus à la France par la Grande-Bretagne au titre des anciens contrats d’armement. En 1950 le gouvernement britannique avait livré du matériel pour une valeur de 29,6 millions £ seulement parce que la France avait conservé une partie des précieux dollars versés par les Britanniques.

89L’essentiel de l’accord consistait en une offre mutuelle de découvert commercial de £ 100 millions jusqu’au 28 février 1946. La France seule était intéressée parce qu’elle avait besoin d’acheter des matières premières dans l’Empire britannique. La Grande-Bretagne ne pouvait espérer trouver en France les produits essentiels pour sa reconstruction. Ainsi les Français pensèrent que les Anglais étaient prêts à relever la France. Les Anglais n’avaient pas démenti. Ce fut une source de malentendu.

  • 64 F. M. B Lynch, France and Britain and the Reconstruction of Europe 1944-1948, polycop. 28 pages, p (...)

90Sur le moment l’accord était salvateur pour la France. Il permettait à la France de financer ses importations de la zone sterling, soit 10 % des importations françaises. Un programme fut rapidement dressé comprenant des matériels de transport, des navires et des matériels militaires64.

91L’évolution des comptes fit apparaître très rapidement l’insuffisance du découvert. Les £ 100 millions étaient épuisés en septembre 1945, au moment où s’arrêtait le Prêt-Bail. Les Français demandèrent £ 25 millions supplémentaires. La Trésorerie britannique n’accorda que £ 10 millions qui furent épuisés fin octobre : « Nous pouvons tenir tout au plus jusqu’à la fin de la semaine prochaine » écrivit l’attaché financier Pierre Calvet le 24 octobre 1945.

92Guillaume Guindey tenta de convaincre les Britanniques de faire plus. La Trésorerie britannique se refusait à faciliter les achats français. Elle demandait des paiements en or ou en dollars. Malgré cela, en novembre, un crédit supplémentaire de £ 40 millions était obtenu non sans peine. A peine accordé, il était épuisé.

  • 65 F. M. B. Lynch, art. cit. p 4 ; B 10891, contrôleur financier, Londres, 27 octobre 1945, note pour (...)

93Septembre 1945 avait manifesté une rupture dans l’attitude anglaise envers la France. D’une part les Anglais demandaient aux Français d’exporter davantage, mais ils interdisaient l’entrée des produits français trop chers, comme le minerai de ter nord-africain, ou trop luxueux comme les parfums. D’autre part ils considéraient, comme les Américains, que la France était plus riche qu’elle ne le disait. Ils suggéraient si intensément une dévaluation du franc que le contrôleur financier français de Londres écrivit : « La pression exercée n’est pas compatible avec une élémentaire dignité »65.

  • 66 B 10891 ou YI 1944-49, MAE, VL, affaires économiques, 8 janvier 1946, réunion interministérielle d (...)

94L’avenir était sombre puisqu’il faudrait dégager à nouveau en 1946 £ 100 millions d’importations, couvertes par £ 30 millions d’exportations. Alphand, Guindey, Calvet et de Sailly furent chargés de négocier un grand prêt britannique à long terme66. Mais les négociateurs échouèrent à cause de Keynes qui expliquait ainsi les déboires des Français :

  • 67 F. M. B. Lynch, France and Britain, art. cit. ; voir bibl. n° 233, p. 18. Keynes to Chancellor of (...)

95« C’est le résultat de leur ferme habitude de croire qu’ils peuvent toujours nous extorquer le nécessaire s’ils persévèrent et ils ont l’avantage d’un égoïsme sacré que dans notre universelle bonté nous paraissons avoir perdu »67.

96En conséquence la France dut réduire ses importations de Grande-Bretagne et rembourser ses dettes selon un calendrier allant jusqu’en avril 1949, arrêté le 29 avril 1946, par de l’or et des valeurs mobilières françaises réquisitionnées.

  • 68 B 33725, ou Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, attaché financier, Londres, 9 mai 1946, l’acco (...)

97L’accord n’apportait aucune ouverture de crédits réciproques. Même la presse britannique le jugea dur. Le Financial Times parle de « cash and carry » par allusion à la célèbre loi américaine d’avant-guerre68. La tension s’accrut encore avec l’affaire du charbon de la Ruhr que la Grande-Bretagne refusa à la France.

  • 69 B 33725, annexe II d’une note de Calvet, vraisemblablement du 9 mai 1946, rendant compte de l’entr (...)

98La rigueur britannique se fondait en fait sur de multiples raisons. L’appel aux crédits américains parut incompatible avec une aide à la France. Le laxisme financier et commercial français choquait Keynes. L’ambition britannique de revenir à la convertibilité de la livre sterling interdisait de consentir des découverts préférentiels qui favorisaient le bilatéralisme. Le départ du général de Gaulle en janvier 1946 renforçait la peur d’une prise de pouvoir par les communistes69.

99L’Angleterre comptait faire son salut avec les Américains. En abandonnant la France, la Grande-Bretagne tournait déjà le dos à l’Europe.

100La réalisation de l’accord du 29 avril 1946 fut si douloureuse que les Français réclamèrent sa révision.

  • 70 £ 6 millions.

101En effet les pertes d’or et de valeur mobilières s’accroissaient. En 1946, la France aura cédé à la Grande-Bretagne 306 tonnes d’or et réquisitionné 3,1 milliards de francs de valeurs mobilières70.

  • 71 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, Londres, attaché financier, 24 mars 1947, n° 27, conférence (...)

102De nouvelles négociations s’ouvrirent en août 1946. Elles se clôturèrent par un nouvel accord le 3 décembre 194671.

103Bidault avait annoncé à Bevin, en septembre 1946, que la France ne pouvait plus sortir d’or. Il proposa de vendre à l’Angleterre des produits essentiels mais en échange d’accords à long terme d’approvisionnement en matières premières. Bevin parut d’accord : « Il est nécessaire que nos industries ne se fassent pas une concurrence inutile » dit-il.

  • 72 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, entretiens Bidault, Chauvel, Alphand, Bevin, Cooper, Hall Pa (...)

104Mais l’harmonisation des économies n’était pas possible. Un projet d’accord sur les industries automobiles avait échoué précédemment. Les deux hommes aboutirent seulement à la création d’une commission économique permanente franco-britannique72.

105Face aux réalités Français et Britanniques butaient sur les mêmes problèmes. Les Anglais réclamaient 500.000 tonnes de produits sidérurgiques. Les Français n’en offraient que 15.000 ! En conséquence les parfums français ne franchirent pas la Manche.

  • 73 F 60 1006-1007, février 1947, Pierre Calvet, notes et études n° 22, analyse sommaire de l’accord f (...)

106Le nouvel accord bilatéral arriva à maturité fin septembre, et fut signé en décembre 1946 ! La dette française était consolidée sur 12 ans à 0, 50 %73. Le déficit commercial de 1947 sera réglé par la vente de valeurs mobilières. Il évitait donc les sorties d’or, mais il ne procurait pas de nouveaux crédits.

107En échange, les Britanniques en France bénéficièrent du traitement national pour les dommages de guerre et furent dispensés de l’impôt solidarité.

108La première erreur des Français a consisté à croire qu’ils pourraient rapidement reconstituer les courants d’échanges traditionnels avec la zone sterling : vendre des produits non essentiels en échange de matières premières. Or les Anglais n’y étaient plus disposés, en raison de la politique d’austérité des travaillistes.

109Leur seconde erreur a consisté à espérer des crédits anglais quasiment illimités. Le réveil du 29 avril 1946 a été particulièrement sévère. Ces erreurs ont retardé la prise de conscience du nouveau désordre économique de l’Europe.

110La voie britannique fermée, les Français pouvaient-ils compter sur d’autres pays européens pour résoudre leur pénurie de devises et de biens d’équipements ?

Les limites du front commun économique franco-belgo-néerlandais

  • 74 René Massigli, op. cit. ; voir bibl. n° 50 p. 29 et 30, 17 juillet 1943.

111La France s’était tournée depuis 1944 vers les pays amis de sa frontière nord : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg. La Belgique ne regardait-elle pas aussi vers la France puisque Paul-Henri Spaak avait envisagé avec la France un large accord économique dès 194374.

  • 75 Europe 1944-1949, Belgique 34, DAE, 9 novembre 1944, « La Banque de Belgique est rentrée en posses (...)

112On liquida le problème de l’or belge livré par Vichy aux Allemands75. L’or fut restitué le 23 décembre 1944 par l’intermédiaire de la Federal Reserve Bank et la France récupéra en Allemagne seulement 130 tonnes d’or sur les 198, 4 tonnes remises aux Allemands.

  • 76 Cf. Robert Frank, art. cit, Augsburg, voir bibl. n° 193, dactyl, p. 15 ; cite B 12788. Z Europe 19 (...)

113En octobre 1944, les deux pays préparèrent un accord monétaire et commercial, assurant un découvert mutuel de 2 milliards de francs français. Or l’accord ne fut pas signé, malgré 9 tentatives par incapacité des deux parties de s’entendre sur la liste des produits à échanger. L’ambassadeur de France parla même de « mesquinerie » belge. L’idée d’une union douanière ne fut cependant pas écartée76.

  • 77 Europe 1944-1949, Belgique 34, 21 février 1945, note sur les négociations économiques et financièr (...)

114P.-H. Spaak vint à Paris en février 1945 pour relancer la coopération. Les termes de l’accord non signé d’octobre 1944 furent repris mais durcis. Le découvert autorisé pour 6 mois n’était plus que de 1 milliard de francs français (FB 883 millions). On se mit d’accord le 23 février 194577. La France se résignait à exporter des produits industriels et agricoles essentiels en échange de matières premières et de biens d’équipements, mais ne réussissait pas à placer ses biens de luxe.

115Le découvert fut épuisé en octobre 1945 à cause des transferts de fonds des travailleurs belges en France. L’accord était utile mais il ne permettait pas de libérer les échanges entre les deux pays.

116Un autre accord fut signé avec la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg le 20 mars 1945. Il instituait un Conseil Tripartite de Coopération Economique (CTCE) qui avait pour but d’organiser les contacts économiques entre les quatre pays, mais aussi de réfléchir sur une politique allemande commune.

117Après quelques mois d’hésitations, la Belgique s’était tournée vers la France parce qu’elle ne supportait plus la politique d’austérité anglaise qui freinait ses exportations vers la Grande-Bretagne. La solution d’un accord avec la France, quoique imparfait, lui ouvrait des perspectives pour changer la situation. La France, de son côté, y trouvait un intérêt économique et politique. Un rapprochement des 4 pays pouvait être particulièrement bienvenu pour empêcher un relèvement économique allemand intempestif.

Une solution aléatoire, les accords bilatéraux de paiements

118L’exemple anglais et belge montrait déjà les limites des accords bilatéraux qui constituaient la base de la politique commerciale française et européenne.

119En général rédigés pour un an, ces accords comportaient une liste de marchandises soumises à échange. Souvent, comme dans le cas belge ou anglais, ils définissaient le montant du découvert autorisé qui de fait était un crédit automatique, au-delà duquel le solde se faisait en or ou en dollars.

  • 78 D’après l’Inventaire Schuman. B 33854, B 33283, tableau des accords de paiements et de commerce de (...)

120Toute l’action diplomatique française tendait à obtenir du partenaire un maximum de découvert78.

  • 79 Europe 1944-1949, Suisse 19, 1er août 1946, accord commercial franco-suisse.

121Ces négociations sur la base du « do ut des » comportaient forcément des limites, puisque la France ne voulait pas se défausser de biens essentiels, de dollars, ou d’or, comme ses partenaires. Mais elle y était bien contrainte pour avoir accès à des produits dont elle avait un urgent besoin. Ce fut le cas avec la Belgique, avec le Danemark qui lui vendait des produits alimentaires contre des dollars, avec la Suisse, à qui la France cédait du précieux charbon79.

  • 80 B 19951, bilan de la situation des finances publiques de la France, présentée à l’Assemblée Nation (...)
  • 81 80 AJ 5, Inventaire de la situation financière, 1913-1946, 1er décembre 1946, ministère des Financ (...)

122La France achetait plus aux pays à accord qu’elle ne leur vendait. Une dette à court terme se constituait, dangereuse quand elle dépassait les seuils autorisés. Elle atteignit $ 713 millions fin 1945, dont $ 660 millions vis-à-vis de la Grande-Bretagne80. Elle est réduite à $ 177,2 millions en 1946 par suite de la consolidation sur le long terme de la dette anglaise81.

123Pour la France le salut sur le long terme ne pouvait venir que des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne qui seuls étaient en mesure de lui offrir soit des biens propres à moderniser le pays, soit des crédits.

  • 82 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, le caractère et le pouvoir, « Les grandes études c (...)

124Malgré la faible efficacité des accords bilatéraux les Français leur restaient attachés parce qu’ils restauraient le rang de la France et son influence, d’après Pierre-Olivier Lapie82. Or cet objectif politique n’était pas atteint à la fin de 1946. La politique du Champagne et des articles de Paris n’avait pas séduit les partenaires de la France. La France était en état de faiblesse, quémandant de nouveaux découverts, offrant des vins et des parfums qu’on admirait sans acheter. A terme, cette situation était intenable pour tous les partenaires de la France et pour la France elle-même.

125Alors ne fallait-il pas renoncer à une modernisation rapide puisqu’elle était si mal financée et se replier ?

Exporter ?

  • 83 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 ; p. 262 et 251, les valeurs sont exprimées en tonnages.

126Il n’existe de véritable volonté d’exporter qu’en direction des territoires d’Outre-Mer alors que la France ne fournit plus que 13 à 14 % des importations de ses TOM en 1945 et 1946 contre 60 % en 193883. Il faut réagir sous peine de se voir contester la possession des colonies par les Américains.

Exporter vers l’Outre-Mer, un choix politique

127La France a limité les importations étrangères par le contrôle des changes. Mais incapable de fournir les biens dont ils avaient besoin, elle a été obligée, du temps de Vichy, de renforcer l’autonomie douanière des colonies en 1941 et 1942. L’expérience de la guerre et leur intérêt incitaient d’ailleurs les colonies à revendiquer leur autonomie commerciale.

  • 84 CE 14, 17 décembre 1945, DGD, 2 février 1946, travaux préparatoires à la conférence du commerce et (...)

128Il s’agit de savoir si l’Afrique française constituera une entité douanière autonome comme le souhaitent les Américains84.

  • 85 B Amérique 1944-1945, Etats-Unis 255, H. Bonnet, 17 septembre 1945, n° 1389, à G. Bidault a/s chem (...)

129Si la réponse est positive, l’économie française, perturbée, risque de perdre ces marchés au profit des Américains. Ceux-ci s’intéressent d’ailleurs de plus en plus à la mise en valeur de l’Empire français d’Afrique. Ils parlent même d’y envoyer de la main-d’œuvre noire américaine. Cette sollicitude ne déplaît pas au ministère de la France d’Outre-Mer qui souhaite tirer profit des transferts de technologie américaine85.

130Un conflit révélateur éclate au Maroc français entre l’administration du Protectorat et des importateurs américains, attisé par le statut économique international du Maroc. Théoriquement le Maroc est ouvert aux commerce étranger, mais du fait de la guerre, les Français ont limité les allocations de devises. Faut-il céder aux demandes de libération des capitaux ?

  • 86 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 255, H. Bonnet 23 mars 1946, n° 706 à G. Bidault a/s investisse (...)

131Le gouvernement français décide, fin 1945, de maintenir le contrôle dans l’intérêt de la France86. Le conflit avec les Etats-Unis devenait inévitable. Il avait pour enjeu la permanence des courants commerciaux privilégiés entre le Maroc et la France, mais plus généralement la question de l’influence française. Pourtant, on reconnaissait à Paris que le Maroc avait besoin de capitaux américains. La contradiction était flagrante. Elle était valable pour l’ensemble de l’Empire. Mais les colonies restaient un domaine réservé. Vergeot, du CGP, résume bien la tendance :

  • 87 AMF 3/5/47, note de M. Vergeot à Pleven, 20 avril 1946, « Pourquoi la France ne peut vivre en auta (...)

132« L’Union française est une solidarité économique préparée par la nature. Nous n’avons pas su la mettre suffisamment en valeur jusqu’à présent »87.

  • 88 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Albin Michel, 1 (...)

133Il se situait dans le droit fil de Brazzaville où Peter, un haut fonctionnaire de la France d’Outre-Mer offrait la donne suivante : ravitaillement de la France par ses colonies, contre leur industrialisation par la France88. Mais la France était-elle capable d’investir dans ces territoires ? Un état sérieux des ressources de l’Outre-Mer avait-il été dressé ? A l’époque la réponse est négative !

  • 89 FNSP, 4 BL3 : dr 3, A Parodi, représentant de la France aux Nations-Unies, 17 décembre 1946 à Léon (...)

134Mais après quelques mois d’incertitude, on se raccrocha à l’Empire, instrument de la grandeur de la France et de sa sécurité économique. La ligne politique des gouvernements fut la même, avec toutefois quelques craintes quand Léon Blum revint au pouvoir pour 5 semaines en décembre 1946. Parodi lui fit la leçon : l’Empire devait devenir le point central de la politique étrangère de la France89.

Exporter, un leitmotiv stérile en 1946

  • 90 Le déficit commercial de la zone franc pour 1946 est évalué à $ 1.527,2 millions et à $ 1.823, 9 m (...)

135Les difficultés de la balance des paiements attirait l’attention sur les exportations. Le salut n’était-il pas d’exporter90 ?

  • 91 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, 22 juillet 1946, discours de G. Bidault devant l’Assemblée (...)

136André Philip soutint cet objectif devant la commission des Finances de l’Assemblée Nationale en février 1946. Le dirigisme du commerce extérieur était renforcé en prévision de l’année 1947 et Bidault annonçait une vigoureuse politique d’exportations, et donc une certaine austérité : « Si nous ne la suivons pas, la France risque de ne plus compter demain parmi les grandes nations de ce monde ». Le ministère des Finances réclamait en juillet « la poursuite d’une effort héroïque d’exportations », en dépit des prêts obtenus à Washington le 28 mai 194691.

137En 1946, les Français paraissent décidés à exporter vers les pays d’où provient l’essentiel des importations françaises, Grande-Bretagne et Etats-Unis. Mais que peut-on exporter sinon des produits de luxe dont personne ne veut ? Tel un commis voyageur, le Quai d’Orsay offre vins, liqueurs, alcools, peaux, huiles essentielles, tissus, faïences, porcelaines et instruments de musique.

138Ce catalogue montre les limites du projet français d’exportations. Faut-il accueillir en masse les touristes américains attirés par la gastronomie française, comme le proposent des Américains ?

  • 92 80 AJ 4, P. Gavarnier, CGP, « Le revenu national de la France, 1938-1946 à 1949 ».

139Les exportations de biens non durables et textiles, poste comprenant les biens de luxe, apportèrent 33 milliards de francs en 1946. Peut-on raisonnablement espérer combler un déficit de 121 milliards par un développement de ce type d’exportations92 ? Manifestement, pour faire mieux, il faudrait mettre à contribution l’ensemble de la production.

140Cette politique n’a pas été véritablement tentée en 1946 même si on en a beaucoup parlé.

BILAN DE L’APPORT EXTÉRIEUR À LA RELANCE ÉCONOMIQUE

Les objectifs pour 1946 sont-ils atteints ?

141Il convient maintenant de dresser le bilan des réalisations en 1946 dans le domaine des importations.

142L’élaboration des plans d’importation se fait par trimestre pour s’adapter à la conjoncture et aux disponibilités financières.

Tableau 7. Plan d’importations de 1946, approvisionnements et équipements en tonnages (millions de tonnes) et en valeur ($ millions)

Tableau 7. Plan d’importations de 1946, approvisionnements et équipements en tonnages (millions de tonnes) et en valeur ($ millions)

143Les projets cumulés de 1946 sont moins ambitieux, en tonnages, qu’en 1945. Les projets portent sur 19 millions de tonnes sur l’année contre 12, 2 millions de tonnes au second semestre de 1945. La prudence s’impose à cause des difficultés de financement et de transport. Cependant les réalisations sont bonnes.

Tableau 8. Importations de biens essentiels en 1945 et en 1946 (millions de tonnes)

Tableau 8. Importations de biens essentiels en 1945 et en 1946 (millions de tonnes)

144Ces tableaux offrent une surprise. Les réalisations d’importations de 1946 furent excellentes. Sans doute s’agit-il de la matérialisation des commandes de 1945. Toutefois, les programmes de ravitaillement et d’aide à l’agriculture sont mal réalisés. La pénurie alimentaire subsiste donc. Mais les stocks de matières premières se gonflent, l’activité peut reprendre.

  • 93 5 A 13, DREE, 15 décembre 1947, tonnages et valeurs des produits importés depuis la libération jus (...)

145A ces importations de biens essentiels s’ajoutent en 1946 l’importation de produits non essentiels pour 5 millions de tonnes. Les importations en 1946 ont donc été de 30,4 millions de tonnes contre 10,4 millions en 194593.

146Dans les programmes figurent des équipements :

Tableau 9. Achats de biens d’équipements par les missions, 1944-1947

Tableau 9. Achats de biens d’équipements par les missions, 1944-1947

147Nous disposons de chiffres précis d’importation d’équipements de la Libération à la fin de 1947 : $ 1.161,8 millions, dont 67 % viennent des États-Unis. De plus la France a bénéficié d’équipements allemands au titre des réparations estimées à $ 98 millions. Par le canal d’opérateurs privés (procédure du 10 % équipement), elle a reçu $ 14,1 millions d’équipements. Au total, il faut compter sur environ $ 1.344 millions de commandes de biens d’équipements.

  • 94 5 A 13, SG du CEI, 12 août 1947, doc. n° 25. Plan d’importations, 1946-1947.

148La somme est importante, mais le CEI en juillet 1946, parlait de réaliser $ 1.850 millions d’importations d’équipements en un an seulement94. A voir les résultats en décembre 1947 le résultat n’est pas à la hauteur des vœux.

149La nature des équipements pose problème. En effet, le matériel de transport est prépondérant : les liberty-ships représentent-ils une vraie modernisation ?

150Il s’agit plus d’un remplacement de moyens de transport détruits que d’une modernisation du parc ou d’une augmentation.

  • 95 80 AJ 14, CGP, agriculture, programme 1949-1950, décembre 1948, statistiques de production et d’im (...)

151Parmi les produits vraiment nouveaux se trouvent l’outillage d’Usinor, en 1947, et des tracteurs ou des machines agricoles95.

  • 96 B 16020, S. S. d’Etat aux Affaires économiques, DIRAPRO, Grimanelli, 20 janvier 1948, IE, 54, Impo (...)

152Les importations de modernisation ne commencèrent qu’en 1947, à un rythme lent. Sur les $ 1.161,8 millions d’équipements importés, environ $ 560 millions ont servi à la modernisation : locomotives, matériels aéronautique, matériels de génie civil, machines allemandes96. Les équipements reçus en 1946 et même en 1947 ne pouvaient au mieux que rétablir la France dans sa situation de 1938.

153Malgré l’accélération des importations en 1946, l’économie française était encore en état de pénurie. Sa rentrée tardive dans la guerre l’avait desservie.

  • 97 B 882, note de Larre, 1er août 1950.

154Les Anglais, Américains et les Canadiens avaient organisé la répartition des produits pour la guerre, grâce aux Combined Boards créés dès 1942. Le principal board était le combined Food Board, créé en juin 1942 et composé de 17 comités de produits. La France ne participait pas à sa gestion, tout en en bénéficiant. Elle avait accepté de soumettre sa production à répartition pour pouvoir accéder aux produits rares97.

La France mesure sa dépendance pour son pain

  • 98 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20 p. 70. . 5 A 13, réunion du CEI, 11 décembre 1945.

155Après l’euphorie de la Libération, le rationnement de pain fut rétabli. De Gaulle pressa Truman de faire accélérer les expéditions de blé américain, tandis que le CEI adressa une demande de secours à l’URSS, à la Belgique, à la Grande-Bretagne, et au SHAEF. « A l’ouverture de l’année 1946, écrit Armand Bérard, le ravitaillement de l’Europe et de la France restait critique »98.

  • 99 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 163, tel. 57, DET, 26 janvier 1946 et DAE du MAE, 23 mars 1946 (...)
  • 100 363 AP 6, note de René Mayer, 1er février 1946, livraisons de blé en Allemagne.
  • 101 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 36, discours radiodiffusé, Félix Gouin, Strasbourg, 24 mars 1946

156Les Soviétiques promirent 400.000 tonnes de blé et 100.000 tonnes d’orge, payables en dollars. Les Français expliquèrent aux Américains qu’ils avaient à maintenir leur rythme de livraison malgré la promesse russe et acceptèrent 100.000 tonnes de pommes de terre, ce pain du pauvre, pour la soudure99. Koenig, commandant en chef en Allemagne quémanda du blé pour la zone française d’occupation en février 1946. Il est vrai que la crise était générale100. Félix Gouin, président du GPRF, fait du pain le thème de son discours de Strasbourg en mars 1946 : « Le pain de France, ce pain précieux, qui est pour nous tous le symbole de l’effort créateur du paysan »101.

  • 102 Pierre Mendès France, Œuvre 2..., op. cit. ; voir bibl. n° 53 p. 136-137, dernier discours à l’Ass (...)
  • 103 Année Politique 1946, p. 119, avril.
  • 104 AMF 3/5/47, note de M. Vergeot à R. Pleven, 20 avril 1946.

157Une première crise avait été évitée en 1944-1945 malgré les intempéries et la faiblesse des emblavures grâce à des semences alternatives venues de Grande-Bretagne102. Mais en mars 1946, la dégradation était telle que l’ancien maire de New York, alors président de l’UNRRA, Fiorello La Guardia, réclama pour l’Europe « du blé en avril ou des cercueils en juin »103. Et Vergeot résumait ainsi la situation : « C’est anxieusement que pour pouvoir manger à notre faim d’ici la récolte prochaine, nous attendons dans nos ports, chargés de blé américain ou russe de ces bateaux si bien nommés liberty-ships »104.

  • 105 Papiers Elgey, Entretiens avec F. Gouin, 10 juillet 1963, III.
  • 106 FNSP, 4BL2/dr 3, exposé de Léon Blum devant le groupe socialiste, 26 juillet 1946.
  • 107 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Schneiter, Atlantic-City, 18 mars 1946, tél 11.

158Si les secours à la France font l’objet d’une rivalité américano-russe, aucune des deux puissances ne vient offrir les produits en quantités suffisantes. L’offre soviétique était opportune, même payée en dollars. Elle suscita des interrogations chez les diplomates américains. L’ambassade américaine à Paris fait savoir à Gouin avant qu’il ne prononce un discours de remerciement pour le blé russe, à Aix-en-Provence, qu’il conviendrait de marquer nettement la différence quantitative entre l’aide américaine et russe105. Gouin marque la différence car elle est justifiée. « Encore aujourd’hui, explique Blum aux parlementaires socialistes, le blé russe, vous le payez avec des dollars américains et il est transporté par des bateaux américains »106. Le blé russe est livré par 9 liberty-ships, fournis, semble-t-il par l’UNRRA, à l’initiative des Américains qui veulent mettre à l’épreuve la générosité soviétique. Les premiers bateaux soviétiques sont suivis à la trace, d’Istanbul le 2 avril, à Marseille le 10, où ils sont accueillis chaleureusement107.

  • 108 René Girault, La France et les autres, les enjeux de la modernisation p. 6 polycop. Colloque FNSP, (...)
  • 109 FNSP, 4 BL2/drl, cf le New-York Times, 22 mars 1946, p. 1 : « La France pourrait demander l’aide s (...)

159Le geste russe avait heureusement étonné alors qu’il semblait normal à l’opinion française que les Etats-Unis pourvoient l’Europe en nourriture108. Sans doute, ce geste est-il fait aussi pour rappeler à Léon Blum, en route pour la grande négociation de la modernisation, que la France doit compter avec eux109.

  • 110 FNSP, 4 BL2/drl, Le Populaire, 22 avril 1946, et 1er mai 1946.
  • 111 5 A 13, réunion du CEI du 12 août 1946.

160La rivalité des deux grands a l’avantage de pousser Truman à promettre à Léon Blum un nouvel effort de 500.000 tonnes en faveur de la France en mai 1946110. Mais il faut bien payer ces importations ce qui dégrade évidemment les comptes extérieurs et le gouvernement se refuse encore à augmenter de 50 grammes la ration de pain en août 1946 pour des raisons financières111.

  • 112 AMF 12/1/5, ministère de l’Economie nationale, service central de l’inspection générale, résumé de (...)

161La récolte de 1946 est meilleure que celle de 1945, mais elle reste inférieure aux chiffres de 1939. La rémission dure jusqu’au moment où les responsables prennent conscience que les gelées précoces de l’automne 1946 ont détruit les emblavures. L’épuisement des réserves fait craindre le pire112.

  • 113 B 883, rapport de la réunion spéciale sur les problèmes de l’alimentation, Washington, 20-27 mai 1 (...)

162Les Français se tournèrent alors vers le CICA récemment créé. La transformation du combined Food Board en Conseil International de la Crise Alimentaire (CICA ou International Emergency Food Council, IEFC), en mai 1946 par la FAO ouvrait des possibilités nouvelles aux pays en difficulté. Le délégué de la France, Eugène Demont siégeait au comité exécutif. Des experts français étaient entrés dans les comités importants du CICA113.

  • 114 B 883, discours prononcé par D. A. Fitzgerald, SG de l’IEFC à Washington, le 14 octobre 1946. B 88 (...)

163Or le CICA faisait des difficultés pour augmenter ses allocations car la pénurie était mondiale. Les transports aux Etats-Unis étaient engorgés. Le soutien américain auprès du CICA leva quelque peu les obstacles, après une discussion épique pour savoir si du blé argentin vendu à la France était impropre ou non à la consommation humaine114. En fait la France était tout bonnement accusée de gâcher le blé qu’elle importait au profit des animaux, car il était plus rémunérateur pour les paysans français de faire de la viande que du blé.

164La France dut s’expliquer et négocier son ravitaillement dans les nouvelles instance internationales. Elle était dépendante financièrement des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, mais dépendante aussi des Etats-Unis, de l’URSS et d’une organisation internationale pour son pain quotidien. Pour un pays vainqueur, la situation était délicate, et limitait forcément son influence dans les grands débats sur la réorganisation du monde. Le problème du blé pesait sur la balance, mais aussi sur les projets de modernisation.

165La gestion du court terme restait un élément fondamental de la politique extérieure et intérieure française.

Concertation internationale et matière premières

166Si le CICA n’apportait pas toutes les satisfactions espérées, la France ne pouvait se passer d’organismes mondiaux chargés de répartir les produits essentiels.

  • 115 F 60 1003, Les problèmes économiques et sociaux à la conférence de San Francisco, 1945, polycop. p (...)

167Elle avait d’ailleurs proposé à la conférence de San Francisco en 1945 la répartition des matières premières sous le contrôle du Conseil économique et social, parce qu’elle était faible : « La France, inscrite en 1937 au camp des possédants, s’est trouvée passer avec armes et bagages au camp des non-possédants », écrivait justement un expert français à San Francisco115. Bien sûr le discours officiel était rutilant : il valorisait les précédents de 1917 (Cordell Hull, Clémentel et le BIT, ou l’action de la SDN en 1937 qui avait organisé une conférence pour l’accès aux matières premières. Mais la France était internationaliste par nécessité ! Elle tombait dans le lot commun des pays sans influence.

  • 116 YI 1944-49, 85, Fouques-Duparc, Londres, 25 août 1945, tél 4209-12, 1re session du conseil économi (...)

168Les grands pays avaient résisté : les Britanniques défendaient les intérêts du Commonwealth. L’URSS s’abstint, comme les Etats-Unis peu enclins à figer le commerce international, alors qu’ils militaient pour la flexibilité des échanges116.

  • 117 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 236, Chauvel, DAE, 20 janvier 1946, tel 15, pour Washington, et (...)

169Concrètement, la France accepta les services du CICA qui répartissait transitoirement la pénurie à défaut de pouvoir orienter à son profit, comme la Grande-Bretagne, des courants d’échanges indispensables à son développement. Ainsi dut-elle accepter de vendre le caoutchouc indochinois moins cher que prévu pour ne pas créer un conflit mal venu à la veille de la négociation Blum-Byrnes117. La faiblesse des ressources naturelles de la France et de son Empire la conduisait à accepter l’accès de sociétés étrangères au nickel de Nouvelle-Calédonie en échange de minerais rares.

170Par réalisme, la France se coulait dans le moule de la concertation internationale, soit pour être ravitaillée, soit pour faire transporter ses propres produits. Elle échoua dans sa politique de coopération privilégiée avec la zone sterling. Précarité et dépendance caractérisaient la situation du commerce français d’importation des produits de base.

Un échec cinglant, l’accès au charbon allemand

171Le domaine où les Français se considéraient en position plus favorable pour obtenir satisfaction concernait le charbon de la Ruhr.

172Les Français ont sans doute cru pouvoir jouer de l’argument de la sécurité pour contraindre les Alliés à satisfaire leurs objectifs. La diplomatie française pensait qu’un refus exacerbant l’antagonisme franco-allemand serait évité par les Américains et les Anglais.

  • 118 363 AP 6, Koenig, au CGAA, n° 150, 5 mars 1946, sur les administrations centrales.

173Mais cette soif des Français pour le charbon allemand poussa Américains et Anglais à exiger de la France un alignement sur leur propre politique allemande : la création d’administrations centrales allemandes. Clay et Murphy tentèrent le chantage en février 1946, en refusant d’accorder blé et charbon supplémentaires à la zone française, mais ils ne furent pas approuvés par Washington. Quant aux Russes, ils ne soutinrent pas la France118.

  • 119 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, 3 juillet 1943, réunion de la 1re séance du comité des pr (...)

174La diplomatie française chercha alors des appuis en Europe pour obtenir une répartition du charbon de la Ruhr. Elle avait soutenu en 1943 une idée tchécoslovaque de créer un pool charbonnier européen pour les 18 mois après la Libération. Elle comptait sur l’organisation européenne du charbon, créée en mai 1945 (ECO). Elle souhaita, au risque d’un conflit avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, une participation soviétique119. Elle joua donc le jeu des organisations régionales en Europe sans se soucier de la tension américano-soviétique. Mais ECO ne fit que répartir les surcroîts de production pour l’exportation.

175De plus l’insistance française à voir y sièger l’URSS entretint chez les Anglais et les Américains le doute sur la fidélité de la France au camp atlantique.

  • 120 Année Politique 1946, p. 39.

176La France manquait désespérément de charbon. Son avenir était hypothéqué. Ces difficultés n’empêchèrent pas Félix Gouin d’affirmer devant l’Assemblée nationale en janvier 1946 son espoir d’obtenir gratuitement du charbon allemand. Il n’avait pas compris la politique anglaise dans la Ruhr120.

  • 121 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 245, et B 8853, 26 août 1945, conversations Alphand à Washingto (...)

177Les Etats-Unis comprirent les problèmes de la France et firent un effort d’exportation vers la France de 500.000 tonnes de charbon américain par mois. Les chargements reçus en 1946, 4,9 millions de tonnes, prouvaient que les promesses avaient été tenues. Mais en même temps, les Français déploraient une politique qui attribuait en priorité du charbon à l’industrie allemande. Les représentations françaises conduisirent le Département d’Etat et Trumanà admettre que du charbon allemand serait livré au titre de réparations121.

Un dictateur de la Ruhr ?

178L’année 1946 apporta des déconvenues aux Français à propos de l’Allemagne.

  • 122 363 AP 5, C. G. pour la navigation du Rhin, 7 décembre 1944, à René Mayer, et rapport du comité de (...)

179Les Anglais et les Américains s’opposèrent résolument à la mainmise du capitalisme français sur l’Allemagne du Sud (commerce du charbon, compagnies de navigation allemandes sur le Rhin, réseau de Benzol Verband). Les Français soupçonnaient les Anglo-Saxons de préparer l’entrée du capital américain ou anglais dans la sidérurgie allemande122.

  • 123 AMF 4/3/6, résumé d’une conversation entre M. Monnet et M. Clayton, 24 septembre 1945. B 8853, Was (...)

180Monnet tenta alors une grande opération qu’il reprit avec succès en mai 1950. Il suggèra à Clayton, en juin 1945, d’établir « un dictateur » du charbon allemand, responsable unique de la production devant les trois gouvernements alliés occidentaux123. De Gaulle fut informé le 1er octobre 1945 et Mac Cloy, un ami de Jean Monnet présenta le dossier à Washington.

  • 124 AMF 4/3/17, 11 octobre 1945, réactions au mémorandum de Monnet.

181Mais Eisenhower fit capoter le projet au nom de la souveraineté des commandants en chef alliés en Allemagne. Il proposa de créer un comité placé sous l’autorité des commandants de zones chargé de planifier et de répartir la production124. Monnet s’y rallia, mais on manqua l’occasion de créer une première organisation européenne de la production de charbon du type « authority » américaine.

182Le désarroi des Français était total du fait de l’impossibilité d’accéder au charbon allemand. Le résultat était là, les exportations de charbon vers la France diminuaient.

Les responsabilités anglo-américaines

  • 125 YI 1944-1949, 89, Paris-Presse, 1er décembre 1945. 363 AP 6, 28 février 1946, note pour René Mayer (...)

183Un plan de détresse fut mis en place en France, au début de l’année 1946. L’électricité était coupée durant une partie de la journée, les usines travaillaient 3 jours sur 7. Les Français voulurent envoyer des experts dans la Ruhr pour produire plus. Les Anglais refusèrent mais l’acier allemand était surabondant125.

184Paradoxalement, la France victorieuse dépendait toujours de l’Allemagne par Britanniques interposés. Un profond sentiment de frustration naquit en France, qui nourrit des discours durs sur l’Allemagne. La France étranglée économiquement ne pouvait guère évoluer sur la question allemande.

  • 126 AMF 4/3/87, tel de Monnet à Washington, 13 avril 1946.

185La conférence d’Essen d’avril 1946 mit face à face Français et Anglais pour résoudre ce problème de la production de charbon allemand. Les Britanniques justifièrent leur politique de limitation des exportations pour ne pas désespérer les Allemands, au risque de s’aliéner les Français126. La logique de la pré-guerre froide conduisait à une politique antifrançaise sur cette question.

  • 127 363 AP 6, RM. 19 mars 1946 pour Kœnig. Année Politique 1946, p. 60-61, discours de Strasbourg, 24 (...)

186Les Français imaginèrent le pire : le renouveau de la sidérurgie allemande, l’étranglement de la modernisation en France, comme le dit Koenig à Berlin en mars 1946, ou Félix Gouin au peuple français127.

  • 128 YI 1944-49, 90, lettre de Bidault à Bevin, 12 octobre 1946. YI 1944-49, 90, ministère de la Produc (...)

187Non, décidément, les Français ne pouvaient pas croire ce qu’ils vivaient. Les rapports franco-britanniques se détérioraient. La Grande-Bretagne n’était plus l’alliée des moments difficiles. En octobre 1946, Bevin refusa à Bidault du charbon supplémentaire et des Allemands sabotèrent des trains de charbon destinés à la France128.

  • 129 Papiers Massigli, Massigli, 23 décembre 1946, tel 3234.

188Mais était-ce l’arrivée au pouvoir de Léon Blum, du travail de conviction de Massigli129, d’une analyse des services britanniques, de la personnalité de l’ambassadeur britannique en France, Duff Cooper, une évolution favorable se dessina.

  • 130 René Massigli, Une comédie..., op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 88-89. Pierre-Olivier Lapie, De Léo (...)

189Duff Cooper offrit une alliance à la France le 26 décembre 1946. Massigli en fut étonné, mais Léon Blum sauta joyeusement sur l’occasion : « Je suis un vieux fou », téléphona-t-il à Massigli, mais il en profita pour avancer comme condition d’une alliance l’accès au charbon allemand130.

  • 131 F. M. B. Lynch, « France and Britain... » art. cit., voir n° 233, p. 14 : « But none of these reas (...)
  • 132 P. O. Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° 44, p. 64. ; FNSP, 4 BL3 : dr3, lettre de Léon Blum à Clemen (...)

190On n’a pas assez insisté sur les mobiles économiques de la France dans la signature du traité de Dunkerque du 4 mars 1947131. C’était en effet pour assurer une base solide à la modernisation que Léon Blum se déplaça en Angleterre. Léon Blum, le 1er janvier, demanda du charbon supplémentaire, comme gage de la solidarité franco-britannique : « Un ou deux millions de tonnes de charbon de plus ou de moins par mois, voilà à quoi tient toute notre reconstruction économique ou notre destruction politique »132.

  • 133 FNSP, 4 BL3/dr 3, Jules Moch à Léon Blum, 3 janvier 1947.

191La réponse d’Attlee fut amicale... mais négative, malgré la compassion d’usage133.

  • 134 P. O. Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° p. 67-69, communiqué commun dont un paragraphe porte sur le (...)

192Au cours de la visite de Blum en Angleterre, le 13 janvier 1947, Bevin laissa entendre que la Grande-Bretagne consentira une augmentation des exportations de la Ruhr134.

  • 135 René Massigli, op. cit. ; voir n° 50, p. 90.

193En fait le bilan fut jugé médiocre, malgré une promesse d’augmenter les exportations dans les trois mois à venir. Cette promesse, Blum la devait à une intervention américaine135.

194La situation restait donc délicate car les Français n’étaient pas préparés à cet affrontement avec les alliés occidentaux. Il ne s’agissait plus seulement de dépendance mais d’une politique alliée opposée à celle de la France. Les limitations d’accès au charbon allemand étaient plus graves que les pénuries de blé. La privation de charbon allemand, compensée faiblement par des importations américaines obérait toute modernisation de la France, et réveillait la peur de l’Allemagne.

195Les objectifs d’importations étaient-ils atteints en 1946 ? Quantitativement, les pénuries alimentaires persistaient. L’accès à l’énergie demeurait précaire et la France ne renouvelait que très partiellement son équipement. Elle mesurait concrètement son immense dépendance des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, des organisations internationales et... de l’Allemagne !

La France grignote son capital pour vivre

196L’assistance financière étant insuffisante, ou de trop courte durée, il fallut recourir aux réserves financières du pays pour vivre.

Tableau 10. Réserves d’or de la Banque de France, 1936-1946

Tableau 10. Réserves d’or de la Banque de France, 1936-1946
  • 136 B 33922, avoirs publics en or et en devises convertibles arrêtés au 31 mai 1946. F 60 672, G. Guin (...)

197La moitié des réserves d’or fut dépensée entre 1944 et 1946 pour la guerre et la grandeur du pays, mais aussi pour le ravitaillement. Mais la situation continua de se dégrader en 1946136. Le spectre de la banqueroute menaçait.

  • 137 F 60 1006-1007, P. Calvet, Londres, notes et études n° 22, analyse sommaire de l’accord financier (...)

198Le GPRF tenta de réquisitionner le capital investi à l’étranger. Les valeurs mobilièresou en devises appartenant à des Français en Grande-Bretagne étaient estimées à £ 100 millions. £ 20 millions furent récupérés fin 1946, soit l’équivalent de 20 % de la dette française en Grande-Bretagne137. Les Français agissaient à contrecœur, conscients d’aliéner l’avenir. La réquisition était un moyen transitoire d’éviter la faillite. Elle fut à peine engagée aux Etats-Unis.

  • 138 19951, bilan de la situation des finances publiques en France, présenté à l’Assemblée Nationale co (...)

199Le déficit de la balance des paiements courants atteignit $ 1.591 millions en 1945 et $ 2.340,6 millions en 1946138. Comment combler les déficits ?

Tableau 11. Les moyens utilisés pour combler le déficit des paiements courants (en pourcentage)

Tableau 11. Les moyens utilisés pour combler le déficit des paiements courants (en pourcentage)

200Le recours à l’emprunt à court terme et aux sorties d’or caractérisait l’année 1945, le recours à l’emprunt à long terme, à l’or et aux réquisitions, l’année 1946. L’effort national était plus lourd en 1946 qu’en 1945 à cause de la mobilisation des valeurs mobilières qui s’ajoutait aux pertes d’or et de devises.

201A la fin de l’année 1946, la France était moins dépendante à court terme qu’en 1945, grâce à la consolidation de sa dette envers la Grande-Bretagne, mais elle avait épuisé ses réserves d’or et de devises.

202C’était l’impasse pour 1947, à moins de continuer à s’endetter, à moins de réduire les importations et d’augmenter les exportations, à moins de reporter à de lointaines échéances la modernisation.

Conclusion

203Dans les faits, les deux années de fin de guerre et d’après-guerre montrent que la diplomatie française s’est employée d’abord à assurer au pays une vie économique normale, sans y parvenir. La pénurie subsistait.

204Le Prêt-Bail fut un répit, payé d’illusions sur la modernisation rapide. Du moins la France était-elle considérée comme un cobelligérant. Sans Prêt-Bail, l’effort militaire eut été impossible, le ravitaillement des populations laissé aux bons soins de l’UNRRA, la France réduite à n’être qu’un enjeu dans les relations internationales.

205L’après-guerre était porteuse d’illusions sur l’aide des Alliés occidentaux. La rapide cessation du Prêt-Bail et les négociations délicates avec l’Eximbank prouvaient que la France rentrait dans le rang. La France frappait alors aux portes des organismes mondiaux pour obtenir de quoi vivre et payait largement avec ses réserves.

206Deux déceptions ont frappé profondément les Français. La Grande-Bretagne n’était pas le recours espéré tant pour l’aide financière à long terme que pour le charbon allemand. L’Europe occidentale n’acceptait pas les exportations françaises de biens non essentiels.

207L’attitude française était faite d’un ensemble de frustrations complexes. L’Amérique ne payait pas assez pour la reconstruction-modernisation, la Grande-Bretagne refusait l’ouverture de découverts illimités, les Anglo-Saxons empêchaient la France de se développer sur les décombres de l’Allemagne, les organisations internationales comptaient au plus juste le blé et les matières premières. La France était empêtrée dans un lacis inextricable de dépendances concrètes.

208Mais elle avait aussi des responsabilités. Elle se refusait à faire trois gestes libérateurs en apparence : s’aligner sur les Etats-Unis à propos de l’Allemagne et de l’URSS. Certains prêts auraient été rendus plus aisés. Pratiquer un commerce d’exportation de produits essentiels et renoncer au monopole économique dans les colonies.

209La France n’était pas prête à ces compromissions, car de de Gaulle à Monnet, Mendès France, Blum, Bidault et Thorez, tous voulaient développer en priorité les forces productives à des fins nationales pour atteindre l’indépendance et retrouver la puissance d’une grande nation.

210La tyrannie de l’intendance rongeait les énergies et absorbait les ressources financières. La France n’a pas encore trouvé les moyens de son idéal, ni ceux de son aisance ordinaire. Pourtant l’objectif de modernisation était poursuivi avec opiniâtreté, mais il fallait convaincre le seul bailleur de fonds possible, les Etats-Unis.

Notes

1 Christian Valensi, 16 juin 1982, entretien avec Gérard Bossuat.

2 Gaston d’Eté, Les achats français aux Etats-Unis de 1941 à 1950, polycop. 269 p., exemplaire remis par M. Ledoux, p. 183 à 188.

3 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911-1986, Robert Laffont, 1986, p. 121, sur le rôle de Marjolin à Washington, en 1944. Jean Monnet, Mémoires, t. 1, Fayard, Livre de poche, 1976, p. 311 et 323.

4 Guerre 1939-45, CFLN-GPRF, Alger 1195, commissariat aux Affaires étrangères, DAE, 2 mai 1944, note.

5 363 AP 3, Valensi à René Mayer, 17 février 1944.

6 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, direction de l’Agriculture et du Ravitaillement, plan adressé à M. Monnet, le 3 mai 1944.

7 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 159.

8 B 44164, Finances 27 août 1951, note pour la DFE, Guindey.

9 B 880, note de synthèse sur l’aide alliée à la France, dactyl ; non daté.

10 Jean Monnet, op. cit. ; voir bibl. n° p. 322 ; G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28 ; B Amérique, États-Unis 245, Bidault à Monnet, tél. 10, 15 septembre 1944.

11 F 60 898, CEI du 2 janvier 1945.

12 F 60 898, GPRF, doc. 124 pour le CEI du 8 février 1945.

13 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28.

14 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 28, p. 160 et 161. Le plan initial prévoyait 4,3 millions de tonnes d’importations dont 20,9 % de produits alimentaires, 10,9 % de produits sidérurgiques, 25,8 % de produits de base (textiles, caoutchouc, pâtes à papier, chimie, minerais), 3 % d’équipements divers, pour $ 487 millions.

15 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Monnet à P. Mendès France, spécial 130, n° 643, 25 mars 1944.

16 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Gy, 30 mars 1944 à Valensi, Washington, lend-Lease, réactions personnelles.

17 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, 20 avril 1944, Washington, à diplofrance, spécial 168, n° 872, de J. Monnet au Président.

18 Guerre 1939-45, Alger, CFLN, GPRF, 1195, Guindey, début mai 1944, à Libfrance, Washington de la part de Mendès France pour J. Monnet.

19 Voir chapitre suivant.

20 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 31.

21 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 245, Washington, n° 1178 de Monnet à de Gaulle, n°44.

22 Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227 p. 24.

23 François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, 1986, p. 69.

24 363 AP 3, 23 juillet 1945, de Valensi à René Mayer.

25 5 A 13, communication du ministre des Finances et des Affaires économiques.

26 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1985, p. 229, article publié dans La Nouvelle République de Bordeaux, 12 juin 1948.

27 363 AP 3, lettre de Léviant à René Mayer, 10 juin 1944.

28 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 183.

29 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, Messidor/Éditions sociales, 1985, p. 22 et 31.

30 Jean-Pierre Rioux, prologue, in François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, La France restaurée, dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, 1986, p. 17. Voir aussi le témoignage de Mendès France sur le plan de huit mois : Pierre Mendès France, Dernier discours à l’assemblée sur la politique économique et financière, 21 mars 1945, Œuvres complètes, t. 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1985, p. 135.

31 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 119, décembre 1944, Caffery in American Magazine. B Amérique, 1944-1952, États-Unis 119, télégrammes de décembre 1944, Washington, et 3 février 1945, n° 674-82.

32 363 AP 5, 23 mars 1945, secrétaire général de la Marine marchande au ministre de l’Economie nationale.

33 F 60 898, CEI, séance du 2 janvier 1945.

34 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis 245, Washington, 15 janvier 1945, tel Monnet à de Gaulle, Lacoste, Mendès, Pleven, Parodi, n° 28182 et lettre de Clayton à Monnet du 15 janvier 1945.

35 B Amérique, 1944-1952, États-Unis 245, Washington, 15 août 1945, n° 5060-64, Monnet n°211 au GPRF.

36 Armand Bérard, Un Ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon 1978, p. 19.

37 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 119, 10 mai 1945, Washington, de Pleven à de Gaulle, n°3043.

38 Contrairement à Annie Lacroix-Riz, op. cit. ; voir bibl. n° 227 p. 2.

39 Christian Valensi, entretien avec G. Bossuat, juin 1982.

40 B 19273, 8 février 1946, exposé de M. Kaplan sur les achats effectués aux Etats-Unis depuis 12 mois, 29e séance de la commission des approvisionnements du ministère de l’Economie nationale. B Amérique, 1944-52, Etats-Unis 163, H. Bonnet, 1737-42, 20 mars 1845. Sur le rationnement aux Etats-Unis. B 19273, exposé de J. Levy sur les surplus, 8 février 1946, 29e séance de la commission des approvisionnements, ministère de l’Economie nationale.

41 B 19261, note au sujet des accords financiers franco-américains du 28 mai 1945 et du 14 mars 1949. source non identifiée, proche de G. d’Eté, Finances.

42 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 43.

43 B 19260, CGP, 19 février 1946, L. Kaplan et J. Levy, service d’aide aux forces alliées.

44 B 19261, note au sujet des accords financiers franco-américains du 28 mai 1946 et du 14 mars 1949, et G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 74, mémorandum d’accord, article 6 (d). CE 63, Washington, PLB, 20 mai 1954, à G. Bidault, 35e rapport au Congrès sur le Prêt-Bail.

45 B 880, Le document de la semaine, n° 117, 27 février 1947. La France a reçu $ 3.454 millions, elle a payé ou va payer $ 700, 5 millions, elle a fourni gratuitement $ 844 millions. Elle a donc fait un effort propre de $ 1544,5 millions soit 44,7 % de la valeur du Prêt-Bail.

46 B 44164, Ambassade de France aux Etats-Unis, 13 janvier 1950 à ministère des Finances et des Affaires économiques, exécution comptable des accords financiers franco-américains comportant règlement en matière de prêt-bail, d’aide réciproque, de surplus militaires et de créances de guerre.

47 Jean Chauvel, Commentaires, T. 2, D’Alger à Berne, 1944-1952. « Les Grandes Etudes contemporaines », Fayard, 1972, p. 91.

48 Y International (YI), 1944-49, 124, H. Alphand, 18 mai 1945, note a/s informations recueillies à San-Francisco et à Washington. YI 1944-49, 19, note au secrétaire général.

49 363 AP 3, 23 juillet 1945, Lettre de Valensi à R. Mayer.

50 B 33923, TCT, Finances, 14 mai 1946, cessation de l’aide réciproque donnée à la WSA, reprise de la méthode des paiements directs, n° 21999.

51 YI 1944-49, 117, de Monnet 218, à Pleven, Guindey, Marjolin n° 5217-19, 23 août 1945.

52 B Amérique 1944-52, Etats-Unis, 245, 26 août 1945, conversations d’Alphand à Washington.

53 B 10917, C. Valensi à G. Guindey, directeur adj. des Finances extérieures, 1er septembre 1945.

54 AMF 3/5/7, 25 septembre 1945 de Clayton à Monnet.

55 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 245, 31 août 1945, de Monnet, 224 ; n° 5340-45.

56 Année Politique 1946, p. 59, février 1946.

57 B Amérique 1944-52, Etats-Unis 245, AE, 13 novembre 1945, à Washington, 7212-220, projets d’accord avec l’Eximbank.

58 B Amérique 1944-52, Etats-Unis 245, Lacoste, Washington, 17 novembre 1945, n° 6736-38, de Valensi pour le Trésor et Comapro. Négociations avec l’Eximbank. Alphand, le 20 novembre 1945 à Washington, 7345-46.

59 AMF 3/3/24 et 25, 1er décembre 1945, 1948 DET et 3 décembre 1945, 1957, DET, de Bonnet.

60 AMF 3/5/2, 24 septembre 1945.

61 G. d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 p. 175.

62 Guillaume Guindey, rencontre de Nanterre, 1er février 1980, dactyl. p. 11-15.

63 Europe 1944-49, Grande-Bretagne 51,12 mars 1945, John Anderson à R. Pleven. Voir aussi Robert Frank, « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens, 1931-1949 », in ouvrage collectif, sous la direction de Patrick Fridenson et André Strauss, Le Capitalisme français, 19e-20e siècle, Blocages et dynamismes d’une croissance, Fayard, 1987, p. 287. B 10891, JL, 10 octobre 1950, note pour la ministre, apurement du compte franco-britannique, compte de £ 45 millions. Ce compte servait à liquider les opérations de juin 1940. Les accords Purvis-Bloch-Lainé avaient conduit la Grande-Bretagne à verser $ 158 millions contre la rétrocession des contrats d’armements du gouvernement français aux Etats-Unis.

64 F. M. B Lynch, France and Britain and the Reconstruction of Europe 1944-1948, polycop. 28 pages, p. 2.

65 F. M. B. Lynch, art. cit. p 4 ; B 10891, contrôleur financier, Londres, 27 octobre 1945, note pour G. Guindey.

66 B 10891 ou YI 1944-49, MAE, VL, affaires économiques, 8 janvier 1946, réunion interministérielle du 5 janvier 1946 sous la présidence d’Alphand « au sujet des rapports financiers entre la zone franc et la zone sterling ».

67 F. M. B. Lynch, France and Britain, art. cit. ; voir bibl. n° 233, p. 18. Keynes to Chancellor of Exchequer, 15 février 1946.

68 B 33725, ou Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, attaché financier, Londres, 9 mai 1946, l’accord financier franco-britannique du 29 avril 1946. Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, Londres, 3 mai 1946, n° 1.587, analyse de la presse ; Times, Manchester Guardian, Financial Times.

69 B 33725, annexe II d’une note de Calvet, vraisemblablement du 9 mai 1946, rendant compte de l’entretien de Guindey avec Keynes : « perspectives nouvelles pour les relations monétaires internationales », entretien du 11 janvier 1946 avec Lord Keynes par G. Guindey, 2e question. René Massigli, op. cit. ; voir bibl. n° 50 p. 81.

70 £ 6 millions.

71 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, Londres, attaché financier, 24 mars 1947, n° 27, conférence par Pierre Calvet à l’association des anciens élèves de l’ENSP.

72 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, entretiens Bidault, Chauvel, Alphand, Bevin, Cooper, Hall Patch, Hoyer, Miller, 5 septembre 1946, secret. B 33719, 30 août 1946, note de la DREE. Z Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 51, attaché commercial, Londres, 23 août 1946, n° 15 ; F. M. B. Lynch art. cit. p. 5.

73 F 60 1006-1007, février 1947, Pierre Calvet, notes et études n° 22, analyse sommaire de l’accord financier franco-britannique du 3 décembre 1946. Henri Koch, Histoire de la Banque de France et de la monnaie sous la Quatrième République, Dunod, Bordas, 1983, p. 34.

74 René Massigli, op. cit. ; voir bibl. n° 50 p. 29 et 30, 17 juillet 1943.

75 Europe 1944-1949, Belgique 34, DAE, 9 novembre 1944, « La Banque de Belgique est rentrée en possession de 230 millions de dollars d’or belge confié en 1940 à la Banque de France ». H. Koch, op. cit. ; voir bibl. n° 220 p. 28.

76 Cf. Robert Frank, art. cit, Augsburg, voir bibl. n° 193, dactyl, p. 15 ; cite B 12788. Z Europe 1944-1949, Belgique 34, 2 janvier 1945, Bruxelles n° 2. L’accord non signé prévoyait un découvert de 2 milliards de francs belges. Au-delà de 1, 5 milliard, des consultations devaient être engagées, au-delà de 2 milliards, des paiements en or étaient exigés.

77 Europe 1944-1949, Belgique 34, 21 février 1945, note sur les négociations économiques et financières franco-belges. B 33854, 18 février 1946, note sur les relations financières de la France avec l’étranger.

78 D’après l’Inventaire Schuman. B 33854, B 33283, tableau des accords de paiements et de commerce de la France en 1945 et 1946.

79 Europe 1944-1949, Suisse 19, 1er août 1946, accord commercial franco-suisse.

80 B 19951, bilan de la situation des finances publiques de la France, présentée à l’Assemblée Nationale Constituante par René Pleven, 1946, I.N. chap. 5, la situation des règlements extérieurs, p. 23 et seq.

81 80 AJ 5, Inventaire de la situation financière, 1913-1946, 1er décembre 1946, ministère des Finances, I.N, 1946.

82 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, le caractère et le pouvoir, « Les grandes études contemporaines », Fayard 1971, p. 33.

83 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 ; p. 262 et 251, les valeurs sont exprimées en tonnages.

84 CE 14, 17 décembre 1945, DGD, 2 février 1946, travaux préparatoires à la conférence du commerce et du plein-emploi, sous-commission de l’Empire, sous la présidence d’Escoube.

85 B Amérique 1944-1945, Etats-Unis 255, H. Bonnet, 17 septembre 1945, n° 1389, à G. Bidault a/s chemin de ter Monrovia-AOF, et MAE, 7 septembre 1945, n° 1568, à Washington.

86 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 255, H. Bonnet 23 mars 1946, n° 706 à G. Bidault a/s investissements américains au Maroc 5 A 15, Inspection générale de l’Economie nationale, direction de l’activité économique, 17 décembre 1945, note pour M. Cusin.

87 AMF 3/5/47, note de M. Vergeot à Pleven, 20 avril 1946, « Pourquoi la France ne peut vivre en autarcie ».

88 Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Albin Michel, 1984, p. 342.

89 FNSP, 4 BL3 : dr 3, A Parodi, représentant de la France aux Nations-Unies, 17 décembre 1946 à Léon Blum.

90 Le déficit commercial de la zone franc pour 1946 est évalué à $ 1.527,2 millions et à $ 1.823, 9 millions avec les TOM.

91 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 247, 22 juillet 1946, discours de G. Bidault devant l’Assemblée Nationale. F 60 672, 10 juillet 1946.

92 80 AJ 4, P. Gavarnier, CGP, « Le revenu national de la France, 1938-1946 à 1949 ».

93 5 A 13, DREE, 15 décembre 1947, tonnages et valeurs des produits importés depuis la libération jusqu’au 30 septembre 1947. G. d’Eté, op. cit., p. 224. Voir bibl. n° 4.

94 5 A 13, SG du CEI, 12 août 1947, doc. n° 25. Plan d’importations, 1946-1947.

95 80 AJ 14, CGP, agriculture, programme 1949-1950, décembre 1948, statistiques de production et d’importations de tracteurs et de machines agricoles. F 10, 5568, ministère de l’Agriculture, place de l’agriculture dans le commerce extérieur de la France, n° 49, 16 février 1946.

96 B 16020, S. S. d’Etat aux Affaires économiques, DIRAPRO, Grimanelli, 20 janvier 1948, IE, 54, Importations d’équipements depuis la Libération.

97 B 882, note de Larre, 1er août 1950.

98 Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20 p. 70. . 5 A 13, réunion du CEI, 11 décembre 1945.

99 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 163, tel. 57, DET, 26 janvier 1946 et DAE du MAE, 23 mars 1946 à Washington, 2066-72.

100 363 AP 6, note de René Mayer, 1er février 1946, livraisons de blé en Allemagne.

101 Europe 1944-1949, Grande-Bretagne 36, discours radiodiffusé, Félix Gouin, Strasbourg, 24 mars 1946.

102 Pierre Mendès France, Œuvre 2..., op. cit. ; voir bibl. n° 53 p. 136-137, dernier discours à l’Assemblée Nationale sur la politique économique et financière, 21 mars 1945.

103 Année Politique 1946, p. 119, avril.

104 AMF 3/5/47, note de M. Vergeot à R. Pleven, 20 avril 1946.

105 Papiers Elgey, Entretiens avec F. Gouin, 10 juillet 1963, III.

106 FNSP, 4BL2/dr 3, exposé de Léon Blum devant le groupe socialiste, 26 juillet 1946.

107 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 246, Schneiter, Atlantic-City, 18 mars 1946, tél 11.

108 René Girault, La France et les autres, les enjeux de la modernisation p. 6 polycop. Colloque FNSP, 4-5 décembre 1981, La France en voie de modernisation, 1944-1952.

109 FNSP, 4 BL2/drl, cf le New-York Times, 22 mars 1946, p. 1 : « La France pourrait demander l’aide soviétique si nous la refusons, laisse entendre Bidault ».

110 FNSP, 4 BL2/drl, Le Populaire, 22 avril 1946, et 1er mai 1946.

111 5 A 13, réunion du CEI du 12 août 1946.

112 AMF 12/1/5, ministère de l’Economie nationale, service central de l’inspection générale, résumé des rapports périodiques des inspecteurs généraux et des inspecteurs de l’Economie nationale (2e quinzaine de septembre 1946). Robert Marjolin, entretien avec G. Bossuat, 24 novembre 1982.

113 B 883, rapport de la réunion spéciale sur les problèmes de l’alimentation, Washington, 20-27 mai 1946, in dossier OAA(FAO), doc polycop. 54 pages, 6 juin 1946. B 883, réunion tenue au MAE le 12 juin 1946, à 16 h sous la présidence d’H. Alphand.

114 B 883, discours prononcé par D. A. Fitzgerald, SG de l’IEFC à Washington, le 14 octobre 1946. B 883, E. Demont, à ministère de l’Economie nationale, DREE, M. Royer, 21 mars 1947.

115 F 60 1003, Les problèmes économiques et sociaux à la conférence de San Francisco, 1945, polycop. par René Hoffherr, maître des requêtes au conseil d’Etat, conseiller technique de la délégation française à la conférence de San Francisco.

116 YI 1944-49, 85, Fouques-Duparc, Londres, 25 août 1945, tél 4209-12, 1re session du conseil économique et social.

117 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 236, Chauvel, DAE, 20 janvier 1946, tel 15, pour Washington, et DAE 25 janvier 1946, 17, DET, à Washington.

118 363 AP 6, Koenig, au CGAA, n° 150, 5 mars 1946, sur les administrations centrales.

119 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, 3 juillet 1943, réunion de la 1re séance du comité des programmes du 3 juillet 1943 à 18 h sous la présidence de Jean Monnet, commissaire à l’Armement, à l’Approvisionnement et à la Reconstruction. Sur l’idée tchécoslovaque, Pierre Mélandri, Les Etats-Unis face à l’unification de l’Europe, 1945-1954, op. cit. ; voir bibl. n° 251, t. 1, p. 44. YI 1944-49, 85, Washington, tél. 1030-32, 20 février 1945.

120 Année Politique 1946, p. 39.

121 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 245, et B 8853, 26 août 1945, conversations Alphand à Washington. 363 AP 5, résumé des conversations de M. Alphand à Washington, 26 août 1945. Raymond Poidevin, « La France et le charbon allemand au lendemain de la deuxième guerre mondiale », Relations Internationales, n° 44 hiver, 1985, p. 365-377.

122 363 AP 5, C. G. pour la navigation du Rhin, 7 décembre 1944, à René Mayer, et rapport du comité des armateurs du Rhin, novembre 1944. Philippe Mioche, la perception de la puissance française par le patronat pétrolier vers 1948, les carburants face à la modernisation de la France, doc. polycop. p. 15, Colloque d’Augsburg, 1984 ; 363 AP 37, Brousse à René Mayer, ministre a. i. des Affaires étrangères, 26 novembre 1945.

123 AMF 4/3/6, résumé d’une conversation entre M. Monnet et M. Clayton, 24 septembre 1945. B 8853, Washington, tel 1585, DET, 11 septembre 1945, et mémorandum Monnet, tel de Washington, 1679, DET, octobre 1945.

124 AMF 4/3/17, 11 octobre 1945, réactions au mémorandum de Monnet.

125 YI 1944-1949, 89, Paris-Presse, 1er décembre 1945. 363 AP 6, 28 février 1946, note pour René Mayer, sur la répartition du charbon allemand.

126 AMF 4/3/87, tel de Monnet à Washington, 13 avril 1946.

127 363 AP 6, RM. 19 mars 1946 pour Kœnig. Année Politique 1946, p. 60-61, discours de Strasbourg, 24 mars 1946.

128 YI 1944-49, 90, lettre de Bidault à Bevin, 12 octobre 1946. YI 1944-49, 90, ministère de la Production industrielle, 5 octobre 1946, au président du GPRF.

129 Papiers Massigli, Massigli, 23 décembre 1946, tel 3234.

130 René Massigli, Une comédie..., op. cit. ; voir bibl. n° 50, p. 88-89. Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum. op. cit. ; voir bibl. n° 44, p. 53-54-58.

131 F. M. B. Lynch, « France and Britain... » art. cit., voir n° 233, p. 14 : « But none of these reasons ranked in importance alongside France’s urgent needs to increase its coal imports ».

132 P. O. Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° 44, p. 64. ; FNSP, 4 BL3 : dr3, lettre de Léon Blum à Clement Attlee, 1er janvier 1947.

133 FNSP, 4 BL3/dr 3, Jules Moch à Léon Blum, 3 janvier 1947.

134 P. O. Lapie, op. cit. ; voir bibl. n° p. 67-69, communiqué commun dont un paragraphe porte sur le charbon « avec une promesse satisfaisante pour la France ».

135 René Massigli, op. cit. ; voir n° 50, p. 90.

136 B 33922, avoirs publics en or et en devises convertibles arrêtés au 31 mai 1946. F 60 672, G. Guindey, DT, 2 juillet 1946, note pour le ministre, n° 999, CD, 29737, a/s des réserves d’or et de devises disponibles pour les importations.

137 F 60 1006-1007, P. Calvet, Londres, notes et études n° 22, analyse sommaire de l’accord financier franco-britannique du 3 décembre.

138 19951, bilan de la situation des finances publiques en France, présenté à l’Assemblée Nationale constituante par René Pleven, 1946, IN, p. 25. Notes et études, n° 880, Textes et documents CCVIII, 15 avril 1948. Inventaire Schuman, 1946, annexe Vc, balance des paiements entre la zone franc et les pays étrangers.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liberty-ships au service de la France, 1944-1945
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 2. Réalisations du poste nomenclature 2 de l’accord 3c
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Tableau 3. Evaluation de l’aide de la France aux Etats-Unis (aide réciproque)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 4. Bilan général du Prêt-Bail depuis le 3 septembre 1942 jusqu’à août 1945
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 5. Tableau des comptes de guerre franco-américains arrêtés le 28 mai 1946
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Tableau 6. Utilisation du prêt Eximbank de 550 millions $ du 4 décembre 1945
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 7. Plan d’importations de 1946, approvisionnements et équipements en tonnages (millions de tonnes) et en valeur ($ millions)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 8. Importations de biens essentiels en 1945 et en 1946 (millions de tonnes)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 9. Achats de biens d’équipements par les missions, 1944-1947
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 10. Réserves d’or de la Banque de France, 1936-1946
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 11. Les moyens utilisés pour combler le déficit des paiements courants (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2702/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540