Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Introduction. L’irruption de l’étranger dans la politique française, la mesure du problème

Texte intégral

« Après la Libération tous nos efforts avaient deux buts : relever l’économie française, organiser un monde où l’Orient et l’Occident vivent en paix. »
Hervé Alphand.

1Le thème de la modernisation, associé à celui de la reconstruction, revient constamment dans les documents d’archives et dans les discours des hommes politiques de l’après-guerre. Le succès d’opinion du plan de modernisation ou plan Monnet n’est plus à démontrer. Tous les manuels d’histoire y font référence, saluant le sursaut de l’après-guerre qui compense le désastre de 1940, comme si les Français éprouvaient le besoin de proclamer au monde qu’ils restent un grand peuple.

2A l’époque, la CGT comme les responsables politiques y font référence pour inciter les travailleurs à agir : « Devenez mineur, premier ouvrier de France », clament les affiches de Charbonnages de France (CDF), « Retroussons nos manches », disent le gouvernement, la Radio nationale, le PCF.

3L’objet de cet ouvrage n’est pas d’étudier la réalisation du plan Monnet, mais de rechercher comment les responsables de l’État ont tenté de mettre en œuvre une politique de modernisation efficace et d’apprécier le rôle de la politique étrangère dans cette politique de modernisation.

4Cette question n’avait pas fait l’objet, avant les années 80, de recherches approfondies. L’historiographie restait marquée par l’idée d’une autonomie de la sphère diplomatique par rapport à celle de l’économie. Or il nous semblait que moderniser réclamait aussi la définition d’une politique étrangère nouvelle.

5L’historiographie de la modernisation est marquée par des préoccupations de politique intérieure. On a insisté sur les facteurs internes de la modernisation, on a gommé, sans doute en raison des enjeux politiques intérieurs, l’appel à l’étranger et le rôle des Américains ou des voisins européens de la France, en particulier celui de la Grande-Bretagne et du Benelux. Pourquoi ? Parce qu’elle veut ignorer la réalité de la dépendance de la France, dépendance qui fait mal. Le discours gaulliste ou mendésiste sur la grandeur française ne cadrait pas avec la nécessaire humilité d’un appel à l’étranger pour la modernisation. La guerre froide dont les effets pervers se développaient rapidement, brouillait les cartes. Valoriser l’aide américaine, ou simplement reconnaître son importance dans le processus de modernisation équivalait à choisir son camp dans l’affrontement Est-Ouest. Les gouvernements français reculèrent le plus possible le moment de choisir le camp occidental. Ils réaffirmèrent toujours leur attachement à un équilibre international où l’Europe aurait une part essentielle dans le jeu des puissances mondiales.

UNE HISTORIOGRAPHIE EN PLEIN RENOUVELLEMENT

6Comment les différents auteurs posent-ils la question de la modernisation française ?

Les ouvrages généraux

  • 1 8e édition, Dalloz, 1981, p. 420.
  • 2 Idem, p. 439.
  • 3 Idem, p. 497.

7Dans sa magistrale étude sur les relations internationales, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Jean-Baptiste Duroselle s’en tient surtout à l’histoire politique des relations internationales, tout en soulignant que « la politique est souvent dominée par les structures et par la conjoncture économiques »1. C’est exactement l’objet de cet ouvrage. Pourtant la modernisation de la France n’est pas mise en rapport avec l’occupation de l’Allemagne. La question des réparations est présentée, du côté français, comme un acte de justice et de sécurité, pour compenser les destructions subies par la France2. Le pacte de Bruxelles se limite aux aspects militaires et politiques, la coopération économique est mentionnée sans qu’on en voit les finalités3. L’objectif du livre n’est pas de montrer les relations diplomatiques dans leur dimension économique.

  • 4 Collection Thémis, PUF 1969, 2e édition, p. 336 et 397.

8D’autres ouvrages généraux mais plus spécialisés dans le domaine de l’histoire économique, abordent la question de la reconstruction et de la croissance économique de la France, comme celui de Maurice Niveau dans son Histoire des faits économiques contemporains. La vision porte plus sur la reconstruction de l’économie que sur sa modernisation, quoique les termes de développement et de modernisation soient employés par référence à François Perroux et à Jean Monnet4. L’auteur souligne que la croissance des années 50 est due aux investissements sur l’origine desquels nous n’obtenons pas de grands renseignements. Quel rôle la contre-valeur de l’aide américaine a-t-elle joué ? Certes le plan Marshall et son corollaire le système des paiements européens sont cités. Cet éminent auteur lie modernisation française et européenne à l’effort américain sans que l’on sache si le gouvernement français a prévu cette intervention américaine dans ses plans de modernisation.

  • 5 André Philip, op. cit. ; voir bibl. n° 271, p. 546.

9André Philip dont l’action politique au ministère de l’Économie nationale et des Finances en 1946 et 1947, et sa participation aux grandes négociations internationales du Gatt forcent l’attention, montre dans son Histoire des faits économiques et sociaux que le système de Bretton-Woods a échoué dans ses tentatives de relance des économies européennes après la guerre. En revanche, il estime que l’action américaine dans le cadre du plan Marshall a été un succès pour le développement des économies occidentales. La modernisation de la France est au cœur de ses préoccupations. Il ne fait aucun doute pour lui qu’après la crise de 1947, le plan de modernisation a été « réalisé essentiellement grâce au plan Marshall »5. Cependant, on ne trouve pas d’informations sur les choix de politique étrangère de la France en relation avec les objectifs de modernisation. Le plan Marshall s’impose, la France en profite, mais y est-elle pour quelque chose ?

  • 6 Alfred Grosser, op. cit. ; voir bibl. n° 200, p. 56, 100-101 et 105.
  • 7 A. Grosser, Affaires extérieures, Flammarion, 1984, p. 36, 40 et 51-52.

10Le livre d’Alfred Grosser, Les Occidentaux, plus récent, développe une problématique plus globalisante. Le Prêt-Bail, la ratification de Bretton-Woods, la politique allemande de la France et des alliés sont replacés dans le contexte de la modernisation. L’aide Marshall est présentée comme une aide d’urgence puis de modernisation, conquise durement à la suite de l’accord bilatéral franco-américain du 28 juin 1948 qui fait entrer la France dans le processus salvateur6. La modernisation française n’est plus une affaire purement française, elle s’insère dans les relations inter-européennes, ou occidentales. L’ouvrage remarque le silence des Français sur la part américaine dans les investissements de modernisation. Il note enfin le dépérissement de la politique allemande de la France et l’émergence économique allemande à la faveur du plan Marshall. Sa problématique doit nous inciter à rechercher les liens entre modernisation française et politique allemande de la France, entre plan Marshall, modernisation et plan Schuman. D’ailleurs dans un autre ouvrage, Grosser insiste sur la complexité des motivations de la politique allemande de la France, faite de soucis de sécurité et de reconstruction. Ce nouvel ouvrage a l’avantage d’introduire l’Empire dans les préoccupations françaises de modernisation, autre point fondamental à traiter7. Si le rôle du Benelux, des États-Unis ou de l’Allemagne dans la politique française de modernisation apparaît, celui de la Grande-Bretagne est bien mince. Or la Grande-Bretagne avait été sollicitée pour la modernisation de la France. Comment y a-t-elle répondu ?

  • 8 Publié à La Table-Ronde en 1967, p. 22, 81 et 89.

11Dans l’ouvrage très général de Guy de Carmoy, haut fonctionnaire et ancien professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, Les politiques étrangères de la France, 1944-19668, la politique étrangère de la France, pour la période qui nous intéresse, paraît fonctionner comme un moyen de juguler le danger allemand. Certes il est dit que la France cherche des avantages économiques et stratégiques en Allemagne, mais les constructions européennes sont présentées comme des instruments de défense atlantique, sans grand rapport avec le développement économique du pays.

12Un problème considérable apparaît ici : les constructions européennes sont-elles au service du projet de modernisation et de sécurité de la France ? La modernisation française est-elle un facteur favorable pour l’unité de l’Europe ? La restauration économique de l’Allemagne est un point fort de la réflexion sans qu’elle soit mise en rapport avec les soucis français de modernisation. Le refus de l’austérité en France (la lutte contre l’inflation) est traité comme un problème intérieur alors qu’il est au cœur des débats internationaux en 1948. La question de la coordination des choix économiques français avec ceux des autres Européens nous amène à chercher si la modernisation française n’a pas été une aventure plus européenne qu’on ne le dit.

  • 9 Op. cit., supra, PUF, tome IV, 2, Bouvier-Caron, p. 672. R. Girault, p. 767. Tome IV, 3, René Gira (...)

13Dans le grand ouvrage synthétique sur L’Histoire économique et sociale de la France, tome IV, 2, publié au PUF en 1980 sous la direction de Fernand Braudel et d’Ernest Labrousse, François Caron et Jean Bouvier posent la question de la modernisation après la seconde guerre. Mais il n’y a guère de référence à l’aide extérieure. René Girault en conclusion d’un chapitre évoque la modernisation impossible de la France, à moins peut-être de recourir au protectionnisme. Ce thème de recherche est fondamental. Il convient de replacer la modernisation française telle qu’elle est envisagée par de Gaulle, Monnet, Mendès France, dans le débat sur la libération mondiale des échanges, amorcé par la Charte de l’Atlantique de 1941. La France peut-elle valablement concevoir un plan de modernisation sans tenir compte des options anglo-saxonnes ?9 Dans le tome IV, 3, le même auteur, s’appuyant sur M. Parodi, souligne le paradoxe français consistant à vivre dans un déficit extérieur permanent, comblé par l’aide américaine et néanmoins à réussir la modernisation. Pour l’historien des relations économiques extérieures, il est passionnant de comprendre comment les gouvernements français ont pu endosser une telle stratégie de développement, au mépris des persistantes requêtes américaines de stabilisation. N’était-ce pas contradictoire avec l’ambition de compter dans les affaires du monde atlantique ?

  • 10 Armand Colin, 1981, p. 14.

14L’ouvrage de Maurice Parodi, L’Economie et la société française depuis 1945, commence par un chapitre consacré au contexte international dans lequel baigne la France en 1945. Il pose des problèmes de fonds que l’accès aux sources d’archives permettront d’éclairer. Affirmer que la France trouve « un soutien efficace pour son économie et ses finances dans cette Europe qu’elle n’a pas peu contribué à créer » demande vérification10. Il ne fait pas de doute pour l’auteur que la modernisation de l’immédiate après-guerre est due à l’aide américaine grâce à l’utilisation des francs de contre-valeur de l’aide pour le plan de Modernisation. « Vivre aux crochets des États-Unis » serait-il le meilleur moyen trouvé par Monnet de développer le pays ?

15C’est conclure au choix délibéré d’une dépendance vis-à-vis des États-Unis en dépit des tendances nationalistes de l’opinion française. C’est rejeter l’héritage idéologique gaulliste de l’indépendance nationale ou en tout cas le mettre entre parenthèses. C’est nier les ambitions socialistes d’une Troisième Force européenne. Maurice Parodi ne dit rien des étapes de ce choix de l’Amérique par la France, si choix il y a eu.

  • 11 Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Economica, p. 121 et seq.

16Dans son Histoire économique de la IVe République, Hubert Bonin consacre un chapitre à la France déçue et inquiète entre 1944 et 194711. Il a l’avantage de mettre en valeur l’action de Monnet auprès de ses amis américains. Le problème de la modernisation est d’abord celui de la survie de la nation. Cet aspect du problème, qu’on le veuille ou non, est essentiel pour comprendre dans quel contexte difficile se situe la modernisation. Il forme la toile de fond sur laquelle les décideurs brossent la future modernisation. Mais l’auteur a lu les travaux récents des historiens et il fait le rapprochement entre modernisation, défis européens et équilibre de la balance commerciale.

17Comme André Philip, il insiste sur les déceptions de la première aide américaine de 1945 à 1947 et il pose alors la question de l’adéquation des rêves français de modernisation aux dures réalités géostratégiques américaines. Nous voilà donc ici au cœur du sujet. Comment décider les Américains à passer d’une aide d’urgence à une aide à long terme au profit des ambitions françaises ? Ce moyen n’est-ce pas le plan Monnet ? Bien entendu vient à l’esprit et sous la plume de l’auteur la question des conséquences d’une telle attitude : la France est-elle soumise à Washington ? Sa présentation tend à montrer en fait que les Français n’avaient pas le choix des partenaires pour une modernisation efficace et rapide.

  • 12 Dunod, 1968, p. 48.

18Claude Gruson, dans un cours à l’Ecole pratique des hautes études, rassemblé sous forme de livre, Origine et espoirs de la planification française12 aborde bien sûr, la question de la modernisation. Il souligne, sans que cela fasse l’objet de l’essentiel de la démonstration, la part remarquable de l’aide américaine dans le processus de modernisation. L’aide a évité de recourir à une austérité insoutenable pour l’opinion ou à une planification « de type stalinien ».

  • 13 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République. I. L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, « (...)

19Dans son excellent livre sur la IVe République, Jean-Pierre Rioux envisage à son tour la question du financement de la modernisation. La politique étrangère est bien au cœur de la problématique de la modernisation. Il conclut que le plan Marshall a sauvé le plan Monnet. Il pose aussi le problème de l’élargissement du plan Monnet à l’Europe entière dans le cadre de l’OECE. On doit s’interroger sur ces remarques13. Comment un projet national, conçu pour la France seule, peut-il s’insérer dans le cadre plus vaste de l’Europe de l’OECE ? Quelle part la tactique a-t-elle dans cette conversion ? Bref ! la France défend-elle depuis 1944 une politique européenne cohérente avec son projet de modernisation ? La question mérite d’autant plus d’être résolue que les Américains réclament l’unité européenne avec vigueur comme la thèse de Pierre Mélandri l’a montré. L’unité européenne n’est-elle pas le prix à payer pour l’aide américaine ?

  • 14 Fayard, 1965, p. 426-427.

20Georgette Elgey dans La République des illusions, 1945-1951, dessine une France moderne qui doit beaucoup, comme chez J.-P. Rioux, à Monnet. Certes la présentation de l’aventure de la modernisation prend un caractère éminemment français. Au moins est-il clair qu’il s’agit de modernisation et non de reconstruction à l’ancienne. En l’absence de financement sérieux, le plan Marshall sauve la situation14. Mais l’appel à l’étranger commence-t-il uniquement au moment du plan Marshall ?

  • 15 Publications de la Sorbonne, 1987, p. 57 et 125.

21La réponse demande sûrement davantage de nuances et ménage quelque surprise sur la date de cet appel comme Philippe Mioche le démontre. L’ouvrage de Philippe Mioche, Le plan Monnet, genèse et élaboration, 1941-1947, intègre la dimension de politique étrangère au moins au niveau des rapports franco-américains avant le plan Marshall15. Son apport sur ce point spécifique pose différents problèmes : l’appel de Jean Monnet à l’Amérique pour la modernisation dès l’été 1944, les rapports entre l’aide à la France et la libération des échanges, la finalité de la négociation Blum-Byrnes et ses résultats, l’influence des méthodes françaises de planification sur la gestion du plan Marshall.

  • 16 Fayard, 1986, p. 21, chapitre premier, deux problématiques, p. 33, Jean Bouvier, p. 129 sur le rôl (...)

22L’ouvrage original et remarquable de Jean Bouvier et de François Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954, dialogue sur les choix d’une modernisation, accompagné d’un prologue de Jean-Pierre Rioux, prend le parti de s’en tenir surtout au débat « franco-français » sur la modernisation. Cependant Jean-Pierre Rioux nous entraîne directement au cœur de notre réflexion quand il écrit : « On aimerait pouvoir fixer avec précision les buts et les moyens de cette diplomatie du dollar que la France aurait subie ». Mais la France a-t-elle subi cette diplomatie du dollar ? ; n’a-t-elle pas tenté de la retourner au profit de ses objectifs propres de politique étrangère ? Il laisse entendre que la France a saisi avec avidité « la bouée de l’aide Marshall ». Quel rôle la nécessité a-t-elle joué dans une politique d’alignement sur l’Amérique ?16 Etait-ce pour sauver le plan ?

23On lira avec profit la façon dont Jean Bouvier pose le problème de la modernisation dans le chapitre premier. Au cours des pages passionnantes de ce parcours « en partie double » (Pierre Drouin) sur les origines de la puissance française retrouvée, Jean Bouvier fait revivre quelques points qui méritent un approfondissement : le projet d’Europe occidentale de 1943 du CFLN, l’influence d’un groupe de néo-libéraux soucieux d’insérer la France dans une large multilatéralisation des échanges, en accord avec les États-Unis. Jean Bouvier nous invite donc à rechercher l’influence de ce groupe dans l’appareil de l’Etat d’autant plus qu’il est composé de hauts fonctionnaires prestigieux comme Hervé Alphand ou Guillaume Guindey pour ne citer que quelques personnalités. Cette façon de voir relativise l’aspect franco-centré du plan de modernisation, traditionnel dans l’historiographie.

24Les convergences entre décideurs français et américains nous interrogent sur le sens à donner à la notion de dépendance que tout un chacun s’emploie à regretter ou à vilipender. La convergence sur les objectifs finaux implique-t-elle un alignement complaisant sur le puissant ami ? Jean Bouvier ne le croit pas. Il conclut que « l’aide américaine d’après-guerre est bien l’un des fondements du redressement français, un redressement néo-libéral, il va de soi ». D’autre part une remarque de François Bloch-Lainé, lancée avec conviction, nous guidera : « Nous appartenions à un pays fier, tourmenté, mais « nécessiteux ». La nécessité jouait alors un plus grand rôle que « l’air du temps ». Et celui-ci soufflait principalement du grand large sur les décideurs... Comme les réformes ne sortaient pas, bien armées, de fabriques excellentes, les affaires courantes soumettaient sans cesse la stratégie à la tactique ».

  • 17 Messidor, 1985, voir la conclusion p. 207, le chapitre 5, p. 182, sur les achats forcés.

25Un autre ouvrage, celui d’Annie Lacroix-Riz est au cœur de cette recherche17. Le choix de Marianne nous offre l’image classique et marxiste d’une intervention américaine visant à mettre la France au pas, à la réduire à l’état de république bananière. Cette problématique du désespoir et de la vassalisation rend-elle compte de la réalité historique ? Les conclusions fermes et définitives de l’auteur n’autorisent aucun doute. L’action américaine d’après-guerre ne serait qu’un gigantesque complot contre l’indépendance française. L’aide intérimaire conduirait à des achats forcés, à la faveur d’une pénurie bien réelle. On se demande alors pourquoi la France est encore indépendante. Fondé sur les archives du Quai d’Orsay, Le choix de Marianne ouvre un espace de discussion utile mais il offre aussi la possibilité de repousser certaines conclusions fausses.

Premier bilan pour une problématique

26Ces ouvrages, comme d’ailleurs ma réflexion, sont marqués par le temps. On n’écrit pas l’histoire des relations extérieures de la même manière en 1965 et dans les années 80. Les premiers ouvrages font une place énorme à l’histoire diplomatique. Les préoccupations économiques des dirigeants français n’apparaissent pas comme essentielles dans l’action du ministère des Affaires étrangères. Or elles le sont !

27La vision évolue rapidement dans les années 70. Peut-être faut-il mettre cette évolution au compte de la crise des économies industrielles à partir de 1973, peut-être faut-il tenir compte de la volonté de certains universitaires, Jean Bouvier, René Girault, Jacques Marseille, Annie Lacroix-Riz, d’explorer le domaine économique français dans ses relations avec l’étranger. Peut-être et surtout faut-il remarquer qu’une histoire solide ne peut être fondée que sur l’utilisation des archives. Encore faut-il savoir manier ces archives et ne pas généraliser à partir d’une note d’un service.

28Que conclure de la vision des historiens cités précédemment ? A part les études les plus récentes qui tiennent compte des sources nouvelles d’archives, le plan Marshall représente la coupure essentielle. Avant le plan Marshall la modernisation se traînait, après lui elle devient possible. Cette césure, classique, nous semble juste à condition de considérer la mise en route réelle du plan Marshall, plus tardive qu’on ne l’écrit habituellement. Mais globalement l’historiographie française reste dominée, sauf chez les historiens spécialistes des relations internationales, par l’étude des effets de la modernisation sur l’économie française. Elle ne se préoccupe pas d’établir des corrélations entre modernisation et politique étrangère. Une autre coupure est implicite chez les historiens, celle de la guerre d’Indochine, ou plus exactement le moment où la guerre devient insupportable. En élargissant aux questions de réarmement, il faudra se demander, davantage que nos prédécesseurs, comment les préparatifs de guerre ont transformé l’esprit et la pratique de l’aide américaine, et si la modernisation en a souffert.

  • 18 L’Etat, les finances et l’économie, 1932-1952. Histoire d’une conversion, Collection histoire écon (...)

29La recherche d’une interaction entre politique intérieure et politique étrangère n’est pas, sauf chez Annie Lacroix-Riz avec des fortunes diverses, l’objectif essentiel. Certes les ouvrages les plus récents, ceux de Philippe Mioche, les travaux de Jean Bouvier, ceux de Jean-Pierre Rioux, ceux de Michel Margairaz18 tiennent compte de l’influence étrangère dans les choix de modernisation de la France.

30Il est essentiel d’envisager la relation entre modernisation et politique étrangère de la France entre 1944 et 1954. 1944 parce que, à Alger, le CFLN/ GPRF réfléchit à sa politique de ravitaillement, puis de modernisation sans exclure la dimension européenne. 1954 parce que c’est la dernière année importante de l’aide américaine et que s’effondre la CED sous les coups des Français. La cohérence de cette période tient aux interventions financières américaines et aux tentatives d’unité européenne qui sous-tendent la modernisation de la France.

31Parmi les thèmes de recherche essentiels pour nos auteurs deux points forts sont perceptibles : l’intervention américaine dans le processus de modernisation de la France et ses conséquences, et la question allemande.

32Sur le premier point, il faut savoir si les Américains avaient une doctrine concernant la modernisation de la France. Cinq moments doivent être privilégiés : le Prêt-Bail, la négociation Blum-Byrnes, l’offre Marshall, la mise en œuvre de l’ERP (European Recovery Program), le passage de l’ERP à l’aide militaire, c’est-à-dire la fin de l’aide Marshall.

33Tout le monde sait que le Prêt-Bail a servi à faire la guerre, peut-être n’est-il pas que cela ? La négociation Blum-Byrnes est une grande négociation pour la modernisation, dans le contexte de la création d’une organisation mondiale du commerce. Reste à savoir si elle fut un succès.

34Sur le deuxième point, abordé souvent par les historiens, il convient de savoir comment l’Allemagne entre dans les perspectives de modernisation de la France et quelles sont les origines du plan Schuman. La notion de sécurité politique, largement traitée, doit s’élargir à celle de sécurité économique. Existe-t-il une autre politique allemande de la France que celle de Bidault, Mendès France et de Gaulle en 1945. Pourquoi n’émerge-t-elle qu’en 1950 ? Certains diront que cinq ans après la tourmente ce n’était pas si mal ! Certes, l’argument est recevable, mais alors pourquoi les Américains, qu’on nous présente parfois sous un jour si funeste, n’ont-ils pas été capables d’imposer des évolutions au moment où ils en avaient le plein pouvoir, c’est-à-dire en 1947, lors de la négociation du Programme européen de relèvement ? Il est clair que l’histoire de la politique allemande de la France entre 1944 et 1949 est celle d’un recul. Est-elle celle d’un alignement sur les Américains ?

35L’historiographie montre souvent une France en difficultés financières graves. L’inflation fait des ravages en France à partir de 1945. Mais on ne dit pas si l’étranger est intervenu dans ces difficultés. Or les étrangers sont intervenus dans cette affaire, à l’OECE par exemple. Peut-on dire que les Américains, mais aussi les pays du Benelux, qu’on oublie trop souvent, ont joué un rôle dans l’effort de stabilisation intérieure mené par René Mayer en janvier 1948, dans les programmes de stabilisation de M. Petsche plus tard ? Est-ce ingérence insupportable, est-ce domination impérialiste, est-ce interdépendance consentie ?

  • 19 La Construction de l’Europe, « Notre siècle », Imprimerie nationale, 1983 et Le relèvement, 1944-1 (...)

36Un troisième point très important concerne l’Europe. L’historiographie sur ce chapitre est abondante. Il faut citer les travaux de Pierre Gerbet qui permettent de situer la modernisation par rapport aux constructions européennes19. Peu d’auteurs cependant ont systématiquement tenté de mettre en rapport la politique française de modernisation et les constructions européennes. Il est vrai que de prime abord, rien ne laisse penser que le plan Monnet soit un des volets d’une politique française de construction européenne. La personnalité de Monnet est telle qu’on ne peut l’écarter à priori.

37Or le plan Monnet suppose une politique européenne : la « réduction » économique et politique de l’Allemagne et le renforcement de la coopération européenne, voire la création d’un grand Benelux (sans l’Allemagne) ! Le développement de la sidérurgie française n’implique-t-il pas un partage des marchés en accord avec le Benelux ?

38L’espoir d’une entente économique et politique entre la France et le Benelux est un trait constant de la politique économique extérieure de la France qui doit être exploré. En revanche, la question de l’union douanière franco-italienne, largement traitée par les auteurs, prouve non pas l’importance politique de cette aventure mais sans doute l’excellence de la propagande française, américaine et italienne autour d’une option qui se révéla être une impasse.

39Si une littérature abondante, d’origine juridique, concerne l’OECE, si on s’accorde sur le terme de coopération inter-européenne et non d’intégration, on ne sent pas quels furent les choix de la France. Or des surprises peuvent naître des archives. La France, disons-le tout de suite, voulait faire une grande OECE, peut-être supranationale, en tous cas dotée de pouvoirs d’intervention dans les politiques des Etats. Mais il fallait rompre des lances, non pas avec les États-Unis profondément d’accord, mais avec la Grande-Bretagne. La modernisation française n’aurait-elle pas été plus aisée si les Européens avaient décidé de s’entendre sur l’organisation des économies ? L’histoire de l’échec du programme commun de relèvement européen au début de 1949 et donc celui de la supranationalité, n’a pas été faite.

40On oublie aussi, sans doute parce que le débat est technique, la mise en place d’un système de paiements inter-européen en octobre 1948. Les ouvrages généraux passent immédiatement après la crise de 1947 et le plan Marshall à l’Union Européenne des Paiements (UEP) en septembre 1950. Pourtant, un des aspects les plus prometteurs du plan Marshall n’est-il pas « l’aide conditionnelle » aux Européens en vue de faciliter les échanges en Europe ? Ce système a joué un rôle essentiel pour la modernisation de la France.

41La question de l’Europe est posée par les Américains à travers le plan Marshall, mais il est bon de discerner ce qui est d’origine américaine comme l’OECE, française comme le Finebel, le plan Schuman et l’Autorité Politique Européenne, britannique et américaine comme l’UEP, ou néerlandaise comme le plan Beyen, premier projet de Marché commun base de la relance de Messine en 1955. Il y a enfin une grande question à soulever : pourquoi les Français ont-ils abandonné leurs projets d’intégration supranationale vers 1953 ?

42Le plan Marshall apporte aisance financière et marchandises dans des limites et à des conditions qu’il faut préciser. Il conduit les Français à apprécier différemment le rôle de l’économie française en Europe. Le problème est de savoir si cette coopération a été profitable aux projets français de modernisation. L’aide financière qui a suivi le plan Marshall en octobre 1951 au titre de la loi de Sécurité Mutuelle a-t-elle cette fonction de modernisation dont nous créditons à titre d’hypothèse le plan Marshall ? A-t-elle une fonction d’intégration européenne ?

43Un autre thème essentiel est celui des rapports avec la Grande-Bretagne. Nos auteurs saluent souvent l’anglophilie des Français après la guerre sans approfondir la question d’un développement économique concerté des deux pays. Or nos sources nous invitent souvent à nous tourner vers la Grande-Bretagne.

  • 20 The Reconstruction of Western Europe, 1945-1951, Ed. Methuen, 1984.
  • 21 Frances Lynch, The political and economic reconstruction of France, 1944-1947, in the internationa (...)

44S’il fallait résumer la position des Français on pourrait dire qu’ils se demandent comment accéder aux énormes ressources matérielles du Commonwealth britannique. L’histoire de cette quête française et des rapports intereuropéens en général est présentée dans le livre d’Alan S. Milward20 dont le propos est bien plus large et dans les travaux de Frances Lynch ou de John Young21. En fait, la modernisation par appel à la zone sterling n’apparaît guère dans les ouvrages généraux parce qu’il a échoué. Il est important de savoir comment les Français envisagèrent leur coopération économique avec les Britanniques.

45Personne, sauf André Philip ou Pierre Mendès France, directement intéressés du fait de leurs responsabilités gouvernementales ou diplomatiques, ne situe la modernisation dans le cadre des nouvelles institutions internationales. Il y a là un environnement à exploiter pour l’historien. En effet, comment moderniser dans le contexte libéral du projet américain de Charte internationale du Commerce et de l’Emploi ?

46La présentation des effets du plan Marshall aboutit dans les grands ouvrages à des tableaux statistiques sur le volume de l’aide américaine de 1948 à 1951, mais plus rarement à une appréciation de son efficacité sur la modernisation. On note l’utilisation de la contre-valeur de l’aide pour les investissements du plan Monnet, on parle du Fonds de Modernisation et d’Equipement, le futur FIDES. Mais, sinon de façon polémique, les questions précises de l’utilisation des marchandises ne font l’objet d’aucune étude approfondie. Or il est essentiel de distinguer dans l’aide ce qui se rapporte à la « survie » et à la modernisation, de situer le moment où l’aide a été véritablement au service du plan Monnet, de dire quels liens nouveaux, d’ordre économique, elle a tissé avec les États-Unis, comment l’ECA, (l’European Cooperation Administration), s’est comportée en France.

47Si la dépendance est manifeste, jusqu’où va-t-elle ? La France est-elle devenue un Etat qu’on peut manipuler ? Les phénomènes d’acculturation anglo-saxonne en France dépassent le cadre de cet ouvrage, néanmoins des éléments peuvent être exploités. Le monde du travail est-il affecté par les missions de productivité que génère le plan Marshall ?

  • 22 Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Albin-Michel, 1984 et le Seuil, 19 (...)

48Il est un point qui mérite attention et qui n’est pas abordé par nos auteurs, sauf par Jacques Marseille sur le long terme22 : la modernisation de la France par l’Empire colonial et celle de l’Empire colonial, dans le contexte de l’aide américaine.

49Certains responsables ont sans doute caressé le rêve d’une sorte d’autarcie élargie aux colonies. L’Empire pouvait-il être à l’origine du relèvement de la France et contribuer en même temps à son développement ? La question est posée en ces termes, à l’époque, malgré son irréalisme. Le plan Marshall avait ouvert des appétits aux États-Unis pour les richesses supposées des colonies françaises. Il faut donc relever les traces de ce combat politico-économique entre la France et les États-Unis pour le contrôle des colonies françaises d’Afrique noire. Faut-il accepter les investissements américains dans le cadre officiel du plan Marshall ? Les débats dans l’URSS de Gorbatchev sur les sociétés mixtes rappellent curieusement ceux qui se développèrent dans les sphères gouvernementales françaises en 1947-1948. La question de la modernisation des colonies par appel à l’étranger est posée bien avant le plan Marshall, mais celui-ci exige des réponses précises de la part des Français. Il entraîne une coopération franco-américaine dans les colonies. Jusqu’où ira-t-elle ? jusqu’au condominium économique et politique ?

50Un dernier point mérite aussi attention, celui des rapports entre développement-modernisation de la France et échanges avec l’Est européen. La guerre froide a été tellement intériorisée par nos contemporains jusqu’à l’effondrement de l’Empire soviétique tout récemment qu’on a du mal à imaginer d’autres comportements. Certes, on salue parfois, souvent ironiquement, l’effort de Ramadier ou de Blum pour maintenir l’unité de l’Europe de l’Atlantique à la Vistule, mais on ne sent plus à quel point la France de l’après-guerre refusait cette coupure de l’Europe. Dans quelle mesure les aides américaines ont-elles accéléré la coupure, et comment les gouvernement français ont-ils réagi ?

51Tout le monde reconnaît l’importance politique du « coup de Prague » sur la naissance du pacte de Bruxelles et du Pacte atlantique, mais il est trop rapidement acquis que la France s’aligne sans discussion sur les conceptions atlantiques dans ses rapports économiques et politiques avec l’Est. Il n’est pas sûr que la France a fait l’impasse d’un développement fondé sur de belles et bonnes relations avec l’Est ? La Tchécoslovaquie paraissait le partenaire idéal, la Pologne intéressait les Français comme source d’approvisionnement en charbon et comme marché pour l’agriculture et la sidérurgie françaises. « Naturellement », les planificateurs français comptaient sur des échanges avec l’Europe centrale non germanique.

52Bien peu d’auteurs vont au-delà d’une mention de la Commission économique pour l’Europe de l’ONU (CEE-ONU). Or, aux yeux des Français, elle représentait un moyen d’accéder à certaines matières premières, utiles pour la modernisation. Son existence répondait en théorie aux conceptions françaises de coopération ou d’organisation économique de l’Europe ; or elle déçoit les Français.

53Le plan Marshall est le moment d’une révision déchirante dans les rapports inter-européens. Encore faut-il percevoir l’enchaînement fatal qui a conduit à la rupture des liens économiques avec l’Europe orientale.

  • 23 On pourra lire la vision américaine de cette question dans Irwin M. Wall, L’influence américaine s (...)

54S’il fallait résumer les objectifs de cet ouvrage, on pourrait dire qu’il s’agit de définir le rôle des aides américaines dans l’élaboration de la politique de modernisation de la IVe République, de sa politique européenne, de son comportement colonial et enfin de sa politique au sein de l’Alliance atlantique23.

55Bien entendu, il convient aussi de se garder d’une explication univoque. Je ne partirai pas de l’hypothèse que la modernisation a pour seul fondement l’aide extérieure. Les ouvrages portant sur la vie intérieure française ont montré l’effort intense des Français, l’engagement de la CGT dans les nationalisations et dans la modernisation. Mais les événements internationaux et la logique de la modernisation introduisent la France dans un puissant réseau d’interdépendances imposées, consenties ou recherchées. La politique étrangère est une composante essentielle du projet français de modernisation qui n’a pas encore été assez soulignée.

Les travaux récents

56A côté d’ouvrages généraux, ou spécialisés, dont nous avons présenté la problématique par rapport à notre préoccupation, existent des travaux récents de chercheurs français ou étrangers.

57Leur apport est plus pointu mais plus décisif. Ils représentent l’histoire en train de se faire.

58Signalons tout d’abord les apports des colloques :

  • 24 Non publié ; les articles cités dans cet ouvrage sont multigraphiés.
  • 25 « La mise en place de l’appareil de direction économique (1944-1947) : des objectifs lointains aux (...)

59Le colloque de la Fondation Nationale des Sciences politiques (FNSP), « La France en voie de modernisation, 1944-1952 »24 tenu les 4 et 5 décembre 1981, entre dans le cadre de cette recherche. La contribution d’Anthony Rowley sur les missions de productivité aux États-Unis, celle de Michel Margairaz25 développent des arguments que nous aurons l’occasion de reprendre largement. Le plan Monnet, par nécessité, s’inscrit de plus en plus dans une dépendance américaine, le plan est « attelé à l’aide américaine ». La contribution de François Caron sur le plan Mayer : « Un retour aux réalités », ne situe pas le plan Mayer de décembre 1947-janvier 1948 dans les débats internationaux sur la stabilisation française. Or la question est d’importance car il faut savoir si la stabilisation financière fut ou non décidée sur pression américaine. Sa conclusion laisse supposer la plus grande autonomie décisionnelle de Mayer. L’article de Jean Bouvier et François Bloch-Lainé, « ancêtre » de La France restaurée, sur « L’investissement de reconstruction-modernisation au temps du plan Monnet », prouve que l’aide extérieure a pesé plus lourd dans les recettes de trésorerie en 1945-1947 qu’après, mais qu’elle ne fut qu’un appoint « greffé sur un considérable effort national ». Reste à déterminer quel en fut l’emploi. Il pose une question fort précieuse pour notre propos : « Qu’a comporté exactement comme conséquence sur l’investissement la rencontre ouverte dans le second semestre de 1948, entre le plan Monnet, le plan Marshall, et les perspectives de programmation économiques de la neuve OECE, liée elle-même aux mécanismes de l’aide américaine ? ». Nous espérons pouvoir montrer les conséquences de cette articulation.

60René Girault par sa contribution, « La France et les autres : les enjeux de la modernisation », nous appelle à une méditation sur la dépendance au service d’une ambition, la modernisation, et sur sa finalité, la puissance future de la France ; mais il insiste sur les moyens du renouveau : « le renouveau français se réalisera par rapport aux autres ».

61Nous y retrouvons une problématique familière : le rôle de l’Empire, celui de l’Europe, le rôle de Jean Monnet et des hauts fonctionnaires que Jean Bouvier appelle néo-libéraux, le débat sur la modernisation par l’ouverture libérale ou le protectionnisme provisoire, celui sur « l’impossible indépendance solitaire et la dangereuse dépendance économique ». Mais la volonté d’ouverture de l’économie française aux vents de la concurrence internationale est-elle si réelle que l’auteur le dit ?

62Pierre Gerbet apporte le regard du spécialiste des constructions européennes, et souligne la permanence des options européennes de certains groupes ou de certaines personnalités françaises. La question est à discuter pour la période 1944-1949 en ce qui concerne la politique des gouvernements français.

  • 26 In Josef Becker, Frantz Knipping (Ed.), Power in Europe, Great-Britain, France, Italy and Germany, (...)

63Un autre colloque, tenu dans le cadre d’un programme sur la Puissance en Europe en 1948, à l’initiative d’historiens européens apporte aussi une problématique sur la modernisation française26. René Girault se demande si la modernisation, malgré la dépendance, n’est pas conçue comme un pari pour une nouvelle puissance française. Robert Frank s’appuyant sur plusieurs contributions remarque de même qu’en 1948 la dépendance américaine est acceptée temporairement pour assurer les bases d’une puissance future. C. A. Ageron montre que la France s’engage dans l’équipement des colonies sans avoir les moyens de leur modernisation et au détriment de sa propre modernisation, au nom d’impératifs politiques de puissance. Il faudra tenir compte de ce fait pour apprécier l’attitude prudente et avide à la fois des gouvernements français vis-à-vis des dollars américains. Les Américains se prêteront-ils à la stratégie de renforcement de la présence coloniale française par l’argent américain ?

64L’apport des historiens anglais est particulièrement précieux, puisqu’on postule que la problématique française de développement intègre en 1949 surtout, la spécialisation des économies française et britannique. Mais n’y a-t-il pas maldonne sur les buts du pacte de Bruxelles dans l’esprit des Français et des Britanniques ? Les premiers y voient l’esquisse d’une union douanière européenne qui ne naîtra jamais. Comment réaliser une telle union alors que, d’après R. A. C. Parker, la Grande-Bretagne choisit « l’empire d’abord, l’Amérique en second » et considère comme un troisième mauvais choix l’Europe ? Les feux de Prague en 1948 en sont-ils la raison ?

  • 27 Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948-mai 1950, colloque de Strasbourg, 28- (...)

65Deux autres colloques tenus sous les auspices du Groupe de liaison des Historiens auprès des Communautés européennes, en novembre 1984 et mai 198627 sur l’histoire des débuts de la construction européenne présentent, entre autres, trois contributions utiles à notre recherche : celle de Pierre Guillen sur les tentatives d’union économique entre la France, l’Italie et le Benelux, celle de Raymond Poidevin sur le facteur Europe dans la politique allemande de Robert Schuman, enfin celle de Maurice Vaïsse sur le pacte de Bruxelles. Raymond Poidevin discerne en 1948 les symptômes de l’élaboration d’une nouvelle politique allemande de la France, dès 1948. On en retrouve en effet des traces précises dans les archives que j’ai consultées.

66Les colloques consacrés aux relations internationales en Europe dans l’après-guerre, les travaux publiés dans les revues Relations Internationales, Vingtième Siècle, entre autres, les Working Papers de l’European Institute de Florence (EUI) manifestent, quel qu’en soit le sujet privilégié, un souci nouveau de traiter les questions économiques internationales.

  • 28 Édité par l’Imprimerie nationale en 1991.

67Enfin l’ouvrage de Pierre Gerbet, Le relèvement, 1944-1949, « Politique étrangère de la France, 1871-1969 »28 donne une vision neuve de la politique étrangère de la France après la guerre. Bien entendu il utilise les travaux les plus récents des historiens et il rend compte de l’influence américaine sur la modernisation de la France.

68On ne peut que se féliciter de sortir enfin d’une lecture uniquement diplomatique des relations internationales. Les questions économiques sont au cœur des relations internationales dans l’après-guerre. Les états européens sont conscients de leur pauvreté matérielle, les populations étranglées par la crise de 1929 puis par les pénuries de la guerre ne se payent plus de mots, elles aspirent aux mieux-être. L’aube des « trente glorieuses » est perceptible dès 1945, même si l’immédiate après-guerre est peu glorieuse.

  • 29 René Girault : « Le difficile mariage de deux histoires, économie et relations internationales dan (...)

69Cet ouvrage se situe donc dans un mouvement consistant à mettre en rapport : croissance intérieure, modernisation de la métropole et des territoires d’Outre-Mer, politique européenne de libération des échanges ou d’intégration, sécurité atlantique et les diverses aides américaines. Il est impossible de se priver du facteur « relations internationales » pour la compréhension de la politique économique de croissance en France de 1944 à 1958. Des ensembles complexes de forces, d’intérêts, l’expliquent ou la conditionnent. René Girault nous invite à faire une histoire totale des relations internationales autant que s’y prêtent les sources29. Comment ne pas voir que la politique étrangère de la France après 1945 dépend tout autant de l’avis du ministère des Finances, ou de celui de l’Industrie ou de l’Agriculture que des analyses diplomatiques des fonctionnaires d’Europe ou d’Amérique du Quai d’Orsay. Qu’est-ce qui explique l’importance historique d’Hervé Alphand sinon qu’il s’est trouvé à un poste clef, par rapport à l’esprit du temps, à la direction des affaires économiques du Quai d’Orsay ? Réfléchir à la politique étrangère de la France après 1945, c’est tenter volontairement d’établir des relations entre des phénomènes qui échappent à première vue au Quai d’Orsay comme la modernisation, ou vérifier les interactions des phénomènes économiques et des phénomènes politiques, ou identifier parfois l’influence décisive à un moment particulier de la parole d’un homme dans la politique étrangère de la France (ainsi Schuman en mai 1950 ou Bidault en février 1953, ou Monnet en général).

70La politique étrangère de la France, comme celle des autres nations européennes, trouve sa force dans la puissance économique, plus que dans les discours nationalistes. En conséquence, l’impératif de la modernisation modèle les comportements extérieurs plus qu’on ne l’a dit.

L’APPORT ET LES LIMITES DES SOURCES

71La réussite de cet objectif est dépendante des sources d’archives. Définir la politique économique extérieure de la France en rapport avec la modernisation consistait à trouver les lieux de décision et les hommes clefs.

  • 30 Série CE, consultée sur dérogation, ouverte depuis janvier 1990 sous la cote DE-CE.

72Le ministère des Affaires étrangères est un lieu privilégié. Il y existe une direction qui a joué dans les relations économiques extérieures un rôle fondamental : la direction des affaires économiques et financières (DAEF) dirigée par Hervé Alphand30. L’homme est connu et prestigieux. Inspecteur des Finances, révoqué par Vichy en mars 1941, il devient directeur des affaires économiques au Comité national français de Londres, puis directeur des affaires économiques, financières et techniques, de 1944 à 1949 au ministère des Affaires étrangères. Sa participation directe aux diverses négociations internationales de 1947 sur le plan Marshall, sa présidence de la délégation française à l’OECE en 1948, son rôle à l’OTAN, font de ce haut fonctionnaire la pierre angulaire de la politique économique extérieure de la France et de la politique étrangère de la France.

73Il travaille avec des collaborateurs comme Pierre Baraduc chef du service de coopération économique, qu’on dit être l’homme de Monnet au Quai d’Orsay, Jean Brunet ou Olivier Wormser.

74Ces hommes sont jeunes, c’est un trait important des nouveaux responsables : Monnet est de la génération de de Gaulle, mais Alphand a 37 ans, Marjolin 33 ans, Bloch-Lainé, Guindey appartiennent aux nouvelles générations.

75Par ailleurs deux autres grands ministères, celui des Finances et de l’Économie Nationale, devenus sous Robert Schuman en décembre 1947, ministère des Finances et Affaires économiques, assisté de secrétariats d’État au Budget, aux Finances et Affaires économiques sous le gouvernement Queuille en septembre 1948 sont essentiels dans l’élaboration de la politique économique extérieure de la France.

76La consultation des archives des Finances fut plus problématique devant les réticences de certains services. Les dossiers concernant les affaires internationales étaient encore « top secret ». Des dossiers importants m’ont toutefois été communiqués grâce au travail de persuasion du service des archives des Finances. Les archives du Comité Économique Interministériel (CEI) sont essentielles jusqu’en 1948 pour comprendre la dépendance extérieure au jour le jour, l’angoisse des responsables face aux questions de ravitaillement. On trouve aussi des comptes rendus de la Commission des Investissements.

77Bien entendu, certains dossiers contiennent des renseignements sur le travail de la Direction des Finances extérieures (DFE), dirigée par Guillaume Guindey sur ses relations avec le Quai d’Orsay ou avec Monnet. Certains documents font double emploi avec ceux du Quai d’Orsay. Un télégramme diplomatique est émis à plusieurs exemplaires et envoyé aux services intéressés d’autres ministères. Les entretiens avec Guillaume Guindey ont pu compléter certaines lacunes.

78La nature des documents est variée : télégrammes envoyés et reçus par la direction économique du Quai d’Orsay, par la direction du trésor de François Bloch-Lainé, notes des directeurs au ministre concernant une décision à prendre, mémoires commandés à des collaborateurs sur une question d’actualité, autant de sondages « à chaud » qu’il ne faut pas confondre avec la position officielle mais révélateurs des intentions profondes, notes sur l’historique d’un débat, précieuses par leur aspect synthétique, comptes rendus de réunions, correspondance avec les attachés financiers et commerciaux à Londres, Washington, Bruxelles, La Haye, revue de presse étrangère, extrait de correspondance consulaire, note d’information pour la Presse de Raymond Offroy, chef du service d’information et presse au Quai d’Orsay.

79On est frappé par l’énorme correspondance concernant l’Allemagne, par l’omniprésence d’Henri Bonnet ambassadeur de France à Washington, et de René Massigli son homologue de Londres, des remarques pertinentes d’Henri Hoppenot en Suisse, de Jacques Fouques-Duparc, ambassadeur en Italie. Le reste est moins important. Bruxelles compte encore, les autres ambassades ne brassent que des problèmes bilatéraux de faible intérêt.

80Tout prouve dans ces archives économiques et financières du Quai d’Orsay ou des Finances, l’importance indiscutable des Anglais et des Américains, avec lesquels s’échange l’essentiel de la correspondance. La France était tournée, avant même l’aboutissement des grandes négociations de 1947-1948, vers les États-Unis et la Grande-Bretagne. La faiblesse de la correspondance avec l’URSS est étonnante. Dans le domaine économique l’URSS est quasi absente.

81On aurait aimé entrer complètement dans le premier cercle du pouvoir. Les archives Bidault, Ramadier ou Mayer sont essentielles à cet égard, mais celles du Secrétariat général du Quai d’Orsay sont restées closes. Jean Chauvel s’est exprimé ailleurs sans toutefois emporté notre conviction.

82Ces archives fondamentales ont été complétées par celles d’un autre centre de décision en politique étrangère, le Commissariat général du Plan (CGP). Certes nous n’avons plus les archives du premier plan, mais les archives de Jean Monnet déposées à Lausanne dans des conditions qu’un historien français ne peut que regretter, et classées magnifiquement par l’équipe du professeur H. Rieben, apportent des informations remarquables sur le rôle indiscutable de cet homme de confluence.

83La familiarité de ses correspondances avec ses amis américains : Clayton par exemple, Mac Cloy, prouve, ce qui n’était plus à démontrer, l’influence de Monnet aux États-Unis. Témoignent-elles aussi d’une influence déterminante sur la France ? Sa rapidité de réactions aux problèmes, sa volonté d’intervenir dans une décision prise par un ministre en France, ses mémorandums invitent le lecteur à lui assigner un rôle de premier plan dans la définition de la politique étrangère de la France. Mais les meilleurs moments de l’action de Monnet ne se situent-ils pas entre 1943 et 1951 ? Le couple Monnet-Schuman a été très efficace de 1947 à 1951. « L’inspirateur » ne s’est pas fait que des amis dans le personnel politique français comme le remarque avec passion Michel Debré. Il marche sur les brisées des services, de la Direction des Finances extérieures ou de la Direction du Trésor par exemple, il est une sorte de ministre des Affaires étrangères et des affaires économiques permanent mais dans l’ombre. Le modernisateur trouve des alliés chez Alphand plus qu’aux Finances. Le CGP est parfois menacé dans son autonomie par des ministres de l’Économie nationale ambitieux. Il séduit plus qu’il ne rebute. On le sent adapté à la situation, indispensable parce qu’il est la voie vers l’Amérique, loyal parce qu’il défend le Plan, source de la grandeur. Il pose les jalons en 1948 d’une nouvelle politique allemande de la France, mais il a l’oreille de Vincent Auriol à propos de la modernisation et des questions internationales. Les compétences mal définies du CGP lui permettent officiellement de se faire entendre de tous sans être bridé par des hiérarchies protocolaires. Mais il est difficile d’apprécier l’efficacité de son action politique. Sa politique allemande mettra quelques années à percer. Il n’obtiendra jamais de René Mayer, son ami, l’autonomie du Fonds de Modernisation et d’Equipement pour le transformer en une « corporation » autonome.

84Il est donc contrôlé dans son action concrète de modernisation, il lui reste les programmes à long terme et un rôle d’ambassadeur obligé entre la France et les Etats-Unis. Quand le dialogue est difficile « on » fait donner Monnet. Ses archives traduisent une ambition pour la France, la modernisation en accord avec les États-Unis mais dans l’espoir de retrouver grandeur et puissance dans la coopération internationale en 1948-1949. Elles donnent l’impression d’une impatience mal contenue à propos d’une idée forte : la réconciliation franco-allemande et beaucoup d’illusions sur la coopération avec la Grande-Bretagne.

85Il est difficile de classer Monnet. Est-il proche des Américains ? certes oui, mais de quels Américains ? Veut-il la réconciliation avec l’Allemagne ? évidemment, depuis 1943 sans doute, mais il veut tout autant la sécurité de la France, son développement, sa réussite. L’homme de la supranationalité est d’abord entre 1944 et 1949 l’homme du Plan.

86La rencontre avec des hommes qui, sans être de ses proches, l’ont connu, a montré qu’ils le saluaient comme un homme de conviction. Au-delà de l’hommage obligé, bien peu ont été capables de se souvenir qu’il troublait le jeu des services, qu’il les gênait. N’invente-t-il pas une nouvelle manière d’exercer le pouvoir ?

87L’accès aux archives du SGCI, dirigé en 1948 par Pierre Paul Schweitzer, a été rendu possible concrètement par l’obligeance du conservateur en chef de la section contemporaine des Archives nationales, M. Cézard. Le SGCI, créé par René Mayer, était chargé des rapports entre les autorités françaises et la mission de l’ECA à Paris et de la préparation des négociations à l’OECE. Nous entrons avec lui au cœur de la négociation quotidienne sur l’utilisation de l’aide Marshall.

88La quête des archives privées a été fructueuse sans être complète. Les hommes qui ont compté furent nombreux : de Gaulle, Georges Bidault, Pierre Mendès France, Félix Gouin, René Pleven, André Philip, Robert Schuman, Paul Ramadier, Léon Blum, Vincent Auriol, Jules Moch, René Mayer, Paul Reynaud, Henri Queuille, Maurice Petsche. J’ai pu consulter les archives de Georges Bidault, Paul Reynaud, Pierre Mendès France, Paul Ramadier, Léon Blum, Vincent Auriol et René Mayer.

89Les positions de Léon Blum et de Vincent Auriol étaient bien connues. L’Œuvre de Léon Blum est publiée, le Journal du Septennat de Vincent Auriol ne diffère guère du contenu des archives, en revanche les archives Bidault, Ramadier et Mayer sont particulièrement neuves. Ces archives, par chance, concernent trois hommes d’Etat d’appartenance politique différente. La Troisième Force est donc représentée dans cet ouvrage.

90On peut regretter de n’avoir pu consulter celles de Maurice Petsche, ministre mal connu, qui le restera tant que ses notes et papiers ne seront pas étudiés, et pourtant à l’origine d’une politique de libération des échanges dans le cadre de l’OECE. Il appartient à ce groupe de néo-libéraux qui progressivement orientent la France de l’après-guerre vers le grand large, européen d’abord puis atlantique.

91Certes, il ne faut pas s’attendre à des « révélations », mais le contact direct, quotidien presque, avec la réalité vécue est indispensable à la compréhension d’une politique qui s’élabore souvent sous la pression de la nécessité selon le mot de François Bloch-Lainé. L’objectif est donc bien de s’éloigner des effets de tribune pour cerner, en profondeur, l’action des grands services de l’Etat et des gouvernants.

92Or ces services jouent un rôle essentiel. Confrontés à la vie immédiate, ils réagissent en gestionnaires. Les archives font souvent apparaître l’absence de choix politique préalable. Comment faire tourner les usines, comment nourrir la population, où trouver les devises de la modernisation ou du réarmement ? voilà leur problèmes. A certains moments pourtant, ils sont amenés à préparer des dossiers pour le long terme. On voit s’élaborer des politiques européennes.

93Le conflit entre les anciens et les modernes est patent sur la question allemande. Le débat sur l’aide américaine montre des réticences à en passer par les conditions américaines.

94Les ministères techniques, avec plus ou moins d’insistance, reflètent les positions et intérêts des groupes économiques dont ils sont les défenseurs « naturels » : la France d’Outre-Mer avec une belle constance défend la thèse d’une ouverture des colonies au commerce mondial pour obtenir les devises de la modernisation. Il y a dans les têtes un risque de « séparatisme » économique colonial.

95Le ministère de l’Industrie et du Commerce est très protectionniste. Faut-il y voir le reflet de groupes de pression patronaux, ou le souci très intériorisé de défendre une modernisation autocentrée ? Les réactions de ces groupes ou de ces services au plan Schuman ou aux plans de libération des échanges sont faites de méfiance. Souvent le Quai d’Orsay a une vue plus globale des affaires de la France.

96La confrontation des sources d’archives et des témoignages oraux est difficile. Les archives sont précises, pointues, les témoignages donnent une impression générale, polie par le temps, voire déformée par des jugements ultérieurs. Les enjeux du moment sont oubliés. Il reste d’une action un souvenir fugace, une petite trace, quand il ne s’agit pas des grands choix. On oublie que le temps a érigé en vérité d’évidence des choix alors discutés.

97Toutes les personnes interrogées appartenaient à la haute administration. Toutes reconnaissent les erreurs de la politique allemande, à posteriori, toutes estiment que l’aide américaine était le bon choix, toutes insistent sur l’état catastrophique des finances extérieures avant l’aide américaine, toutes reconnaissent le bien-fondé du plan de modernisation, toutes déplorent le laxisme financier et budgétaire des premières années d’après-guerre.

98Avec tout le respect qu’un historien leur doit, leur témoignage est parfois d’un grand conformisme. Elles cherchent inconsciemment à « verrouiller » la critique, craignant sans doute que l’historien ne fasse un procès d’abandon. Elles sont marquées parfois, malgré leur bonne foi, par le simplisme des arguments de guerre froide. Veulent-elles se prémunir contre une charge anti-IVe République ? Veulent-elles défendre leur action passée ?

99La confrontation avec les archives montre que sur le moment ces hauts fonctionnaires approuvaient la politique allemande, ou déploraient certaines « exagérations » de « nos amis américains » - le terme revient souvent -. Les archives font apparaître aussi des oppositions entre les fonctionnaires à l’étranger et ceux de France. A Washington, on a tendance à « comprendre » l’administration américaine, de même qu’à Paris, David Bruce comprend mieux que l’ECA de Washington les préoccupations et les finesses de la vie politique française.

100Bonnet est un atlantiste. Il cherche à convertir avec beaucoup de doigté Vincent Auriol à une nouvelle politique allemande, tandis que Massigli « anime » un lobby pro-britannique malgré les hésitations, reculs, incohérences anglaises sur l’unité européenne. On a le sentiment que ces deux ambassadeurs ressentent durement les atteintes à l’autorité internationale de la France quand éclatent les premières crises politiques du régime. L’étranger ne comprenait plus rien, la France s’installait dans l’instabilité. Comment négocier dans ces conditions les moyens d’une modernisation sérieuse ?

  • 31 Consultable aux Archives du Quai d’Orsay.

101Mais si cette haute fonction publique est discrètement anti-communiste, bien qu’un Monnet fasse savoir encore en 1948 que la participation des communistes serait utile, elle ne manifeste pas, allusivement ou expressément, de sentiments contre le nouveau régime. Sa loyauté est totale, on le voit dans la correspondance privée d’Henri Bonnet31. Ces hommes intelligents sentaient cependant les insuffisances des nouvelles institutions.

102Ils croient fermement à l’effort de modernisation de la France soit par l’aide extérieure, soit par le travail national. L’objectif du renouveau économique est une donnée de base qui ne se discute pas et qui justifie pleinement leur action, au moment des faits comme 40 ans après. Oui, vraiment, si la grandeur de la IVe République est à chercher, on peut en trouver les éléments les plus éclatants dans cette quête de la modernisation par tous les moyens. L’Etat a un projet pour le pays, servi sans réticence par l’appareil administratif.

103La période chronologique définie plus haut a deux volets. Le premier correspond à une période d’attente et d’illusions. La modernisation ne se fera pas aussi facilement qu’on l’imaginait même avec le plan Marshall. Monnet lui-même succombe à l’illusion. Les années 1945-1949 correspondent à l’échec de la politique allemande de la France. Or la France comptait sur les réparations et sur le charbon de la Ruhr pour moderniser. Les accords de Washington en avril 1949 mettent un terme juridique à cette illusion. Le nouveau décor international, les contraintes et les avantages d’une modernisation sous influence américaine et dans la coopération européenne sont fixés pour longtemps.

104Le second volet commence avec la fin de l’aide Marshall et va jusqu’à la fin de la guerre d’Indochine. L’aide américaine est-elle de même nature que l’aide Marshall ? Sert-elle autant les intérêts de la France qu’avant ? Sans doute puisque le gouvernement français réclame une aide militaire pour l’Indochine et qu’il l’obtient. Pourquoi serait-il déçu ? Or c’est un moment de tension franco-américaine, d’humiliation même pour la France. Comment expliquer ce paradoxe ?

105Il était intéressant de relever et d’expliquer pourquoi des voies se sont fermées, pourquoi d’autres se sont offertes. Ces années d’aide furent douloureuses, frustrantes pour la fierté du peuple français. Quel est le bilan ?

1061949 clôt une période d’incertitude et ouvre la période des réalisations. Le plan Marshall monte en puissance, l’économie française sort de la pénurie, la France entre enfin dans ces Trente Glorieuses tant célébrées au point que l’on oublie l’obscurité des années antérieures.

107On peut se demander pourquoi il fallait moderniser l’économie française. Les travaux de Sauvy ou de Fourastié, les Mémoires de Monnet, les travaux récents d’historiens contemporains révélent, chacun à leur manière, l’ampleur du besoin de modernisation. Moderniser était un impératif catégorique, un sursaut national. Moderniser répondait finalement à la défaite de 1940 ; c’était le choix de la vie. Les hommes de la nouvelle république ont compris que la modernisation donnerait aux Français un projet à la hauteur des enjeux du xxe siècle. Ils ont organisé leur politique étrangère pour réussir cet objectif.

108Vichy avait répondu à l’échec par le repli sur des valeurs du passé : la terre, l’ordre du petit propriétaire, l’exclusion des étrangers, le culte d’un passé national révolu. Certes il existait des modernistes à Vichy, mais c’est la Libération qui popularisa la modernisation. Choisir de moderniser c’était forcément accepter le mouvement, l’initiative, faire bouger la société comme le CNR le proposait. La modernisation était l’instrument d’une grande transformation sociale, d’une révolution culturelle. Elle prédisposait nécessairement les responsables à prévoir l’insertion de l’étranger dans ce processus de grande ampleur.

  • 32 L’étrange défaite, Armand Colin, 1957, p. 219.

109La France vivait alors un phénomène remarquable dans son histoire, où après une période de retrait et d’échec, elle réagissait et manifestait un sursaut profond qui lui redonna une influence dans le monde. Il était aussi la condition de l’exercice de la liberté et de la démocratie. Marc Bloch écrivait, dans les larmes de la défaite et la lumière de l’intelligence : « La France d’un nouveau printemps devra être la chose des jeunes »32. Cette France-là naît à la Libération, de la volonté des résistants. Mais l’étranger aussi a sa part dans cette renaissance.

Notes

1 8e édition, Dalloz, 1981, p. 420.

2 Idem, p. 439.

3 Idem, p. 497.

4 Collection Thémis, PUF 1969, 2e édition, p. 336 et 397.

5 André Philip, op. cit. ; voir bibl. n° 271, p. 546.

6 Alfred Grosser, op. cit. ; voir bibl. n° 200, p. 56, 100-101 et 105.

7 A. Grosser, Affaires extérieures, Flammarion, 1984, p. 36, 40 et 51-52.

8 Publié à La Table-Ronde en 1967, p. 22, 81 et 89.

9 Op. cit., supra, PUF, tome IV, 2, Bouvier-Caron, p. 672. R. Girault, p. 767. Tome IV, 3, René Girault, p. 1382.

10 Armand Colin, 1981, p. 14.

11 Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Economica, p. 121 et seq.

12 Dunod, 1968, p. 48.

13 Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République. I. L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, « NHFC, 15 », Seuil, 1980, p. 188 et 242.

14 Fayard, 1965, p. 426-427.

15 Publications de la Sorbonne, 1987, p. 57 et 125.

16 Fayard, 1986, p. 21, chapitre premier, deux problématiques, p. 33, Jean Bouvier, p. 129 sur le rôle du plan Marshall. F. Bloch-Lainé, p. 135, sur la tyrannie du court terme.

17 Messidor, 1985, voir la conclusion p. 207, le chapitre 5, p. 182, sur les achats forcés.

18 L’Etat, les finances et l’économie, 1932-1952. Histoire d’une conversion, Collection histoire économique et financière de la France, 2 vol., Imprimerie nationale, 1991.

19 La Construction de l’Europe, « Notre siècle », Imprimerie nationale, 1983 et Le relèvement, 1944-1949, politique étrangère de la France, 1871-1969, Imprimerie nationale, 1991.

20 The Reconstruction of Western Europe, 1945-1951, Ed. Methuen, 1984.

21 Frances Lynch, The political and economic reconstruction of France, 1944-1947, in the international context, Ph. D. Thesis, University of Manchester, 1981, 448 p. ; John Young, Britain, France and the unity of Europe, 1945-1951, Leicester University Press, 1984.

22 Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Albin-Michel, 1984 et le Seuil, 1989, points Histoire.

23 On pourra lire la vision américaine de cette question dans Irwin M. Wall, L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989.

24 Non publié ; les articles cités dans cet ouvrage sont multigraphiés.

25 « La mise en place de l’appareil de direction économique (1944-1947) : des objectifs lointains aux choix du moment ».

26 In Josef Becker, Frantz Knipping (Ed.), Power in Europe, Great-Britain, France, Italy and Germany, in a Postwar World, 1945-1950, De Gruyter, Berlin, New-York, 1986. Les contributions françaises à ce colloque ont été publiées par René Girault et Robert Frank (Ed.) La puissance française en question 1945-1949, Publications de la Sorbonne, 1988. Voir précisément : René Girault : « Les décideurs français et leur perception de la puissance française en 1948 » ; Robert Frank : « Le dilemme français : la modernisation sous influence, ou l’indépendance sous le signe du déclin » ; C. R Ageron : « La survivance d’un mythe ; la puissance française par l’Empire colonial (1944-1947) » ; Geoffrey Warner ; « Britain and Europe in 1948, the view from the cabinet » ; R. A. C. Parker : « British perception of Power : Europe between the superpowers » ; S. Berstein : « La puissance française vue par les partis politiques au lendemain de la 2e guerre mondiale » ; Philippe Mioche : « La perception de la puissance française par le patronat pétrolier vers 1948 : les carburants face à la modernisation de la France » ; Catherine de Cuttoli-Uhel : « La politique allemande de la France (1945-1948), symbole de son impuissance ? »

27 Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948-mai 1950, colloque de Strasbourg, 28-30 novembre 1984, Bruylant, Bruxelles, Giuffré, Milano, LGDJ, Paris, Nomos Verlag, Baden-Baden, 1986. Et aussi The Beginnings of the Schuman Plan, mêmes éditeurs, 1988, actes du colloque d’Aachen, 28-30 mai 1986.

28 Édité par l’Imprimerie nationale en 1991.

29 René Girault : « Le difficile mariage de deux histoires, économie et relations internationales dans le monde contemporain », Relations Internationales, n° 41, printemps 1985, p. 13-28.

30 Série CE, consultée sur dérogation, ouverte depuis janvier 1990 sous la cote DE-CE.

31 Consultable aux Archives du Quai d’Orsay.

32 L’étrange défaite, Armand Colin, 1957, p. 219.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540