Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Préface

René Girault

Texte intégral

1Bientôt le vingtième siècle va disparaître. C’est un peu l’heure des bilans. D’autant plus que ce qui paraissait fixé pour longtemps s’affaisse et, qu’à l’inverse, ce qui paraissait au bord du déclin définitif, renaît. Pour un historien qui prend un recul suffisant pour embrasser tout ce siècle bouleversant et fécond, quelle merveilleuse aventure que celle de la France contemporaine ! Au moment où les Français semblent atteints de « sinistrose » – maladie de nantis – il leur serait très salutaire de revivre leur histoire récente, celle du xxe siècle. Ils y trouveraient plus d’une leçon sur leur propre capacité à surmonter le déclin, à condition d’admettre que, le reste du monde étant lui-même en changement, il convient de modifier les repères qui servaient à étalonner la grande puissance. Car nous nous défaisons mal de notre tendance ancestrale à nous considérer comme le centre du monde, à nous penser la « Grande Nation » alors que nous fûmes et restons surtout une puissance européenne, rarement mondiale. Si l’on admet toutefois cette échelle de référence, alors le destin de la France au xxe siècle mérite admiration, donc explications.

2Avant la première guerre mondiale, la France était une grande puissance puisque l’Europe était le centre du monde. Cette guerre, finalement surtout européenne, sembla même consacrer la France au premier rang des puissances : elle avait la première armée du monde ; elle avait obtenu en Europe, grâce au traité de Versailles, une situation privilégiée. En réalité, ce succès avait été acquis au prix fort : une génération avait été sacrifiée, sous les apparences l’élan était perdu, comme le prouvait une démographie lamentable, annonciatrice de lendemains difficiles. Les illusions qui avaient pu subsister furent très brutalement détruites par la défaite de juin 1940. La vieille France était à terre avec pour symbole la résignation de se donner pour « chef » le vieillard Pétain, celui qui avait été le vainqueur de 1918. Mais tous les Français se résignaient-ils à cette décadence ? Plus dure avait été la chute, plus volontariste serait l’action de ceux qui furent les artisans d’un extraordinaire renouveau. À partir de la Libération fut construite la nouvelle France, celle où nous vivons aujourd’hui.

3Depuis un célèbre livre de Jean Fourastié, on retient volontiers la formule des « Trente Glorieuses ». Sans remettre en cause cette idée, il serait sans doute préférable de la nuancer en lui substituant une autre formule, plus proche de la réalité historique, « les Quinze Décisives ». Considérons la période 1945-1960. Pendant cette période, la France subit une mutation complète. Pays « équilibré » entre l’agriculture et l’industrie, comme on l’apprenait à l’école primaire, pays où « la maison ne fait pas crédit », pays où la femme mariée restait à la maison, pays à enfant unique ou sans enfant, pays colonisateur et possesseur d’un immense Empire « aux cent millions d’habitants », voici que la France s’enorgueillit de ses grands barrages, de ses laminoirs, que les Français apprennent à vivre à crédit, que les femmes entrent pleinement dans la production et animent la nouvelle société de consommation, que la famille française compte deux ou trois enfants tandis que, au prix du sang et des larmes, la décolonisation, en faisant disparaître l’Union française, rend la France à l’Europe, même si on veut encore croire en un rôle spécifique de la France en Afrique. À la réflexion, c’est bien alors que la France entra dans un autre monde, celui du second vingtième siècle.

4Étudier cette période est donc déterminant pour comprendre notre actuel destin. Gérard Bossuat n’a pas embrassé toutes ces années, mais « ses » années d’observation, 1944-1954, constituent un ensemble suffisamment vaste pour que nos interrogations sur le comment et le pourquoi du renouveau français puissent trouver réponses. C’est dire la portée considérable de son analyse. En vérité, après bien d’autres ouvrages sur la IVe République, dans ce livre le lecteur va découvrir ceux qui ont fait la France actuelle, acteurs illustres et moins connus, leurs idéaux et leurs moyens. Il va comprendre un fait qui, jusqu’à maintenant, avait été moins observé que d’autres, à savoir l’influence des « amis américains » sur la gestion des affaires françaises, dans le domaine de l’économie surtout.

5L’historiographie française avait en effet une nette tendance à scruter la vie politique, économique et culturelle intérieure de la IVe République, laissant à une histoire diplomatique traditionnelle le soin d’évoquer les complexes relations de la France avec ses voisins ou avec les super-puissances du moment. Or, en ces années de reconstruction économique, alors que la France fait difficilement connaissance avec des fins de mois dramatiques, comment ne pas observer la primauté des relations extérieures de la France sur sa vie intérieure ? Lorsque les responsables de l’État en sont réduits, pour honorer leurs engagements financiers, à espérer l’aide américaine, il est trop évident que le sort de la France est lié à la « compréhension » de la super-puissance occidentale. Lorsque la guerre d’Indochine doit être financée par l’allié américain, peut-on penser que celui-ci agira par philanthropie sans manifester son orientation vis-à-vis de cette guerre ? Les exemples d’interventions politico-économiques abondent, dans d’innombrables domaines, d’où bien entendu la terrible question de la DÉPENDANCE de la France. Pour faire court, la IVe République française était-elle vraiment maîtresse de son destin ? Dès ce moment, sous une forme polémique, la question avait été posée, notamment par les communistes, qui accusaient leurs adversaires politiques, membres des gouvernements soutenus par l’aide financière américaine, d’avoir abandonné l’indépendance nationale. Ces mêmes responsables gouvernementaux avaient des états d’âme, renâclaient souvent devant les idées venues de Washington. Prise de conscience de la dépendance ?

6L’histoire que nous restitue Gérard Bossuat, pourrait donc être le récit d’une époque difficile de l’histoire nationale, celle où les Français avaient mesuré peu à peu leur statut nouveau de puissance moyenne. Dans l’entre-deux-guerres, les gouvernements et les banques françaises étaient intervenus auprès de leurs alliés-clients de l’Est européen – Pologne, Roumanie, Serbie-Yougoslavie, Tchécoslovaquie – afin de les aider soit à s’équiper, soit à survivre économiquement au moment de la grande crise de 1929. Cette aide s’était accompagnée d’une tutelle-surveillance des finances et de l’économie de ces pays ; celle-ci y avait suscité des réactions d’impatience locales que nous affections de considérer comme peu fondées ; que diable, ces États avaient besoin de notre appui ! Vingt ans après, c’était à notre tour de supporter ces contraintes. Toutefois, dans le même temps la France pansait ses plaies de la seconde guerre mondiale ; bien plus, elle s’engageait avec détermination dans la croissance et le développement.

7Les acteurs du changement pouvaient ainsi considérer que les dures contraintes de la dépendance, nécessaires dans le court terme, déboucheraient sur « des lendemains qui chantent ». Le présent était dur, le futur serait riche. Ce sont ces hommes, politiques, diplomates, hauts fonctionnaires des Finances ou du Plan qui constituent la galerie des héros du beau livre de G. Bossuat. On en connaissait déjà certains, surtout les fortes personnalités comme Jean Monnet ou Robert Schuman : mais les voici nombreux, divers, quoique pour beaucoup issus d’un même milieu – celui de la bourgeoisie au service de l’État -, formés sur les mêmes bancs universitaires, souvent de la même génération – celle qui avait reçu de plein fouet le choc de juin 1940 et qui refusait l’humiliation -, animés d’un même idéal, celui de la renaissance française. On a bien souvent souligné les défauts de la IVe République, son impuissance politique, liée selon certains à une constitution déficiente ; à travers le livre de G. Bossuat on peut désormais comprendre que la France fut alors servie par un corps de hauts fonctionnaires remarquables. On peut aussi saisir les difficultés de conduire une politique nationale autonome et satisfaisante alors que le monde, et spécialement l’Europe, est divisé par la guerre froide en plein paroxysme. L’objectif de l’auteur n’était pas de « réhabiliter » un régime tenu pour « décadent » ; il reste qu’il nous autorise à considérer avec respect l’œuvre alors accomplie par des hommes entourés des menaces de conflits, enserrés par des croisades du Bien contre le Mal – chacun considérant l’autre comme définitivement pervers – et qui cependant pensent et agissent pour que la France de demain soit puissante et respectée.

8Lorsque Gérard Bossuat voulut débuter ses recherches pour réaliser une thèse de doctorat en histoire des relations internationales au début des années 80, je lui suggérai d’étudier un mécanisme économique et politique célèbre, mais encore peu analysé par les historiens, le plan Marshall. Les raisons de ce choix étaient simples. Jean Bouvier, maître incontesté d’une histoire économique dynamique, ouverte sur les disciplines voisines, intégrée ou au service des divers domaines de l’histoire contemporaine, histoire politique, sociale, des relations internationales, s’interrogeait sur les causes de la modernité française depuis plusieurs années avec la complicité de François Bloch-Lainé, l’un des principaux acteurs du redressement ; J. Bouvier s’était en particulier attaché au mécanisme dit de la « contre-valeur » dans le plan Marshall. Cependant ses disciples travaillaient plutôt sur des secteur de l’État, sur des firmes, dans une perspective nationale. Or J. Bouvier, lui-même passionné par l’histoire des relations internationales, avait contribué à l’intégration toujours plus poussée de la variable économique dans l’analyse de la stratégie externe des États. Il convenait de poursuivre dans cette voie. Lorsque G. Bossuat m’indiqua son intérêt pour les aspects économiques de l’histoire des relations internationales, à la différence de beaucoup de chercheurs trop facilement rebutés par les dérives théorisantes, modélisées et pour tout dire « jargonnantes » de la récente histoire économique, il me sembla que l’occasion était bonne de faire attaquer le vaste chantier du plan Marshall.

9Avant de parvenir à des conclusions, il fallait résoudre le délicat problème de l’accès aux sources d’archives. Quelques mots sont ici nécessaires pour que le profane puisse mesurer exactement les efforts que l’auteur a dû accomplir afin de présenter l’impressionnante liste des archives consultées, citées en annexe. On sait que la loi de 1979 interdit la communication des archives avant un délai de trente ans ; sage mesure. On sait moins le dédain certain de quelques détenteurs de ces archives pour l’application de la loi ; en 1980-1985, s’attaquer à la période 1945-1954 demandait ou de l’audace ou de l’innocence. Or G. Bossuat, avec ténacité, sut naviguer entre divers écueils, obtenir certains soutiens, trouver des dépôts inconnus ; comme un policier professionnel il sut s’entêter dans sa quête. Le bilan aujourd’hui est remarquable. Cette histoire du plan Marshall – et de bien d’autres péripéties – est complète, raisonnée, fondée sur l’utilisation de nombreux fonds publics et sur la pratique désormais à la mode des enquêtes orales. De celles-ci l’auteur marque les limites, les dangers, mais il a su y trouver cette réalité concrète que les documents d’archives tendent à obscurcir sous le vernis ou la patine d’un vocabulaire technique, administratif ou neutre. En bref, une érudition sans défauts ou presque, puisque chaque historien sait bien que l’exhaustivité appartient à un autre monde que celui des chercheurs en histoire contemporaine, si souvent ballotés sur l’océan des documents produits et reproduits par les bureaux.

10Devant la richesse et l’ampleur du livre de G. Bossuat, il deviendrait ridicule de vouloir en quelques phrases tirer des conclusions. Je m’en tiendrai plutôt à quelques réflexions ponctuelles nées à la lecture de ce qui est plus qu’une thèse – celle de l’auteur s’en tenait à la seule période 1945-1949 – mais une synthèse à propos de la croissance française au temps de la guerre froide.

11Tout d’abord, dépendance ou indépendance ? Ce livre démontre, au vrai sens du terme, qu’il faut à la fois nuancer la réponse dans le temps et résister aux formules tranchées. La nuance est aussi l’art de l’historien. Curieusement, ce ne fut point dans les premières années de l’aide américaine, notamment au travers du plan Marshall, que l’influence des États-Unis sur la politique française fut la plus nette ; ce fut en un second temps, à cause d’une guerre d’Indochine qui n’en finissait pas et à laquelle presque plus personne ne croyait en France, que la dépendance finit par être vraiment très pesante. La manière dont certains gouvernants et certains responsables administratifs entourèrent la « vente » de leur anticommunisme dans la guerre d’Indochine est bien révélatrice d’une mentalité « décadente » ; tout peut devenir prétexte à quémander de l’argent. Mais de la décadence on tombe vite dans la dépendance.

12Pour éviter l’une et l’autre, bon nombre d’acteurs cherchèrent à employer l’aide américaine au mieux des intérêts nationaux qui, dans le cadre d’une économie capitaliste dominante, correspondaient aux intérêts de la puissance dominante de ce monde capitaliste, les États-Unis. Au fond, lorsque les conseillers américains de l’ECA insistent pour que tel secteur d’activité industrielle soit considéré comme prioritaire, pour que les Français abandonnent leurs pratiques « malthusiennes », pour qu’ils se soucient davantage de la construction, pour qu’ils aient mieux le souci de la productivité, étaient-ils alors de mauvais prophètes intéressés ? Une réelle convergence d’intérêts pouvait exister entre Français et Américains. Cet aspect des choses, bien mis en valeur dans ce livre honnête et documenté, s’accompagne évidemment du revers de la médaille ; à plusieurs reprises, les créanciers américains furent plus que réticents pour accorder aux Français des fonds dont le besoin était pourtant évident, soit lors de la négociation Blum-Byrnes en 1946, soit au moment de l’aide intérimaire, soit surtout quand il fallut signer l’accord bilatéral en 1948 pour obtenir les premières allocations Marshall. Mais encore une fois, le temps de la dépendance fut postérieur : « les années d’humiliation », pour reprendre l’expression de G. Bossuat, se situent en 1952-1954.

13Seconde réflexion d’ensemble, qui porte plutôt sur les relations inter-européennes. C’est justement pendant ces années cruciales que la France a changé ses alliances ou plus exactement ses rapports privilégiés en Europe. Au sortir de la guerre, la traditionnelle entente cordiale avec la Grande-Bretagne fait l’unanimité parmi les responsables français comme d’ailleurs dans l’opinion publique ; pourtant très vite les divergences séparèrent les deux démocraties. Ni dans le domaine financier, ni dans le domaine monétaire les vues des responsables ne concordaient ; en fait, Britanniques et Français voulaient servir leurs intérêts propres tout en prétendant servir des objectifs européens supérieurs. Dès 1948-1949, il devint clair pour les experts et pour les décideurs que l’entente cordiale laissait la place à la mésentente cordiale.

14Or, la France devait également réagir à une autre désillusion, plus dangereuse celle-là : persuadée à l’issue même de la guerre que l’Allemagne « paierait » et que le charbon de la Ruhr viendrait renforcer les bases énergétiques de la reconstruction française, la France avait dû en réalité, sous la pression de ses alliés anglo-saxons, abandonner peu à peu toutes ses prétentions à l’égard de l’ennemi vaincu. Dès 1948, les espoirs français s’étaient envolés. Fallait-il dès lors envisager une autre politique ? Le lecteur non averti découvrira dans ce livre les premiers indices de ce retournement diplomatico-économique, si fondamental pour toute l’histoire de l’Europe occidentale : le rapprochement franco-allemand. Les origines du plan Schuman-Monnet, les perspectives d’un pool charbon-acier, sont revues de manière neuve, selon une vision globale qui laisse aux « pères de l’Europe » leur juste part, mais qui replace ces héros à leur exacte place. Du coup la personnalité de Jean Monnet, celle de ses conseillers, de ses adversaires, sont présentées en leur réelle dimension. Toute l’histoire de la construction européenne est ainsi remise en perspective ; c’est que la place de la France en ces années de démarrage de l’Europe unie fut essentielle. Les acteurs de l’époque furent conscients qu’il existait alors une singulière opportunité pour placer la France en une situation centrale, s’appuyant sur des partenaires au Benelux, en Italie et surtout sachant user du besoin allemand d’une reconnaissance politique en termes d’égalité. Certes les Américains ne cessaient de pousser les Européens occidentaux à s’entendre, mais on mesure ici la part d’initiative qui revient aux « technocrates » français décidés à créer l’Europe pour acquérir plus d’indépendance face au géant d’Outre-Atlantique.

15En vérité, au plan des relations internationales, l’histoire que nous présente G. Bossuat, c’est l’histoire des mutations politico-économiques qui fondèrent l’Europe des Six. S’il fallait une preuve que la construction de la Communauté économique était aussi une entreprise profondément politique, c’est bien dans ce livre qu’on peut aller la chercher ! En se plaçant résolument au cœur des interactions financières et politiques, l’auteur fait éclater cette évidence, parfois oubliée ou refoulée comme n’étant plus de mode, à savoir qu’il n’est guère d’autonomie du politique par rapport à l’économique – et réciproquement – dans les relations internationales du second vingtième siècle. Tous les protagonistes de cette grande aventure, même ceux qui, en principe, agissaient seulement en purs techniciens, mais qui, en fait, prenaient des initiatives souvent décisives, ont su agir en mêlant des objectifs politiques et -économiques. Peut-être la relative faiblesse des dirigeants politiques autorisait-elle pareil « dépassement de la règle » ? Plus profondément, c’est que la décision politique, dans le monde actuel, relève tout autant de considérations techniques que de choix idéologiques ou partisans ; la capacité d’initiatives est ainsi limitée. Mais elle existe toujours comme les « héros » de ce livre, désormais essentiel à la connaissance de la France actuelle nous en administrent la preuve.

16Une œuvre forte, une œuvre dense, une œuvre de grand historien.

Auteur

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540