Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Avant-propos

Pierre Uri

Texte intégral

1Pas de chance : l’ouvrage de Gérard Bossuat commence avant que j’aie rejoint le service public et s’arrête, malgré son échappée jusqu’à Messine, avant le moment où, Monnet ayant démissionné, c’est en toute liberté que je prends mon élan pour le traité de Rome... Néanmoins, mon commentaire peut légitimement compléter son chapitre initial : il situe le tournant de la modernisation en 1947, juste au moment où j’ai rejoint le Plan.

2Il est vrai que, sans fonction officielle, j’étais déjà mêlé aux affaires publiques : je conseillais la CGT en l’orientant dès 1946 vers la réforme fiscale et l’invention de la TVA, et vers un financement du Plan – des idées qui remplaceront les sempiternelles revendications de hausse de salaire nominal qui se perdaient dans l’inflation.

3Si l’historien se jette sur chiffres et documents, le témoin ou l’acteur de l’histoire s’en remet à sa mémoire, quitte à confronter ses vues avec celles de ses contemporains engagés. C’est l’exercice auquel je me soumets aujourd’hui, avec quelque défiance : n’y-a-t-il pas un risque de donner une part disproportionnée à son action ? Inversement, il n’est pas rare, et j’en ai des expériences frappantes, de s’en voir dépouillé par un historien. Les archives de l’un s’opposent donc aux souvenirs de l’autre, mais il est vrai aussi que chacun complétera sa source de prédilection, par des interviews pour le premier, des placards plein de dossiers dans mon cas. La tâche, quoi qu’il en soit, n’est pas la même, et il faut apprécier correctement l’apport spécifique de chacun : quel document d’archive remplacerait, par exemple, les remarques d’un témoin sur les atmosphères, sur les hommes, sur leurs relations. Nous devons à certains grands historiens d’avoir su conjuguer ces approches : ils ont fait faire à la connaissance du passé de merveilleux progrès.

4Que le thème essentiel de G. Bossuat soit le rapport entre l’évolution française et les relations avec l’étranger constitue une intéressante coïncidence. C’est en effet largement à des étrangers que j’ai dû ma carrière, et d’abord, en un sens, aux nazis. Le jour même du nouvel an hébraïque, prévenant leur vœux, Vichy a pris le décret contre les juifs. Le normalien agrégé de philosophie que j’étais allait en conséquence être privé de son emploi : je me tournai donc vers le droit et l’économie, et même la préparation aux affaires. Après m’être réfugié à Lyon, je revins auprès de François Perroux, à l’Institut de sciences économiques appliquées, et travaillai à la Libération dans cet organisme sur le Fonds monétaire international, sur la Sécurité sociale, sur le revenu national... Bientôt la vie à l’ISEA devint difficile. Perroux supportait mal qu’on me consultât directement. Il m’offrit des postes très enviables, au Fonds monétaire, à la Banque de France comme conseiller économique et à l’école des Sciences politiques pour le cours de théorie économique qu’on créait. Sans avoir à hésiter, je déclinai toutes ces propositions : on m’appelait rue de Martignac.

5C’était au début de 1947. La phase des cinq secteurs de base, une sorte de planification en termes physiques justifiée par les pénuries et les conditions d’un redémarrage, était déjà derrière moi. Nicholas Kaldor et moi jugeâmes que ce qui manquait alors, c’était l’ensemble des moyens de financement. Quand vint le discours Marshall de Harvard, Monnet m’appela pour me demander de réfléchir à la meilleure manière dont l’aide qu’on espérait pourrait être utilisée pour financer les investissements du Plan. Il ne s’agissait encore, en cette première période de mise en œuvre, que de l’aide intérimaire. Je fus chargé, à partir des fructueuses discussions de l’équipe de Monnet, de rédiger un mémorandum destiné aussi bien aux autorités financières françaises qu’aux donateurs américains : on peut le trouver dans mon recueil de documents inédits, Fragments de politique économique.

6Que ce fût Harriman, qui supervisait l’ensemble de l’Europe, David Bruce, l’ambassadeur des États-Unis à Paris, ou encore, et peut-être au premier rang d’entre eux, Tomlinson, le représentant du Trésor américain, dont on peut dire qu’il s’est véritablement tué à la tâche comme si la France était son propre pays, tous les Américains nous ont admirablement aidés. Et les Français n’ont pas démérité : nous avions la chance de travailler avec de hauts fonctionnaires d’un niveau exceptionnel : François Bloch-Lainé en charge du Trésor au ministère des Finances, Guillaume Guindey aux « Finex », Pierre Dreyfus et Ambroise Roux au ministère de l’Industrie. Comment, sans de telles équipes, aurait-on accompli en si peu de temps autant de tâches diverses ? Car le bilan n’est pas mince : production rétablie au niveau le plus élevé d’avant-guerre, reconstruction et industrialisation conduites de conserve et en harmonie, stabilité retrouvée, politique étrangère de la France conduite d’une main ferme. Cette Quatrième République, qui peut-être a commencé de se disloquer aux alentours de 1951, il y a quelque mauvaise foi à la critiquer alors qu’elle a servi de cadre, dans ses débuts, aux immenses progrès dont nous mesurons aujourd’hui encore les bienfaits, mieux encore : qu’elle les a rendu possibles.

7Pour ce qui est du plan Marshall, j’étais pleinement dans le coup. Après que Marjolin a été chargé de la mise sur pied de l’OECE, Monnet, Étienne Hirsch et moi formâmes ce que les Anglais appelèrent la Triade. Chaque jour ou presque, nous accueillions, dans la petite salle à manger, des invités du plus haut rang, et il était rare qu’une discussion, dans son bureau de commissaire au Plan, se déroulât sans nous. Les cigares de La Havane et le cognac Monnet, dont nous faisions grand usage en cette période de pénurie, sont restés proverbiaux.

8Monnet, quoi qu’il en soit, s’était surtout préoccupé de reconstruction, d’industrialisation, de modernisation. Il prit soudain conscience de la précarité de la situation financière : une inflation de 45 %, que le gouvernement de Gaulle avait connu à 60 %, rendait difficile l’évaluation des prix à moyen et long terme, invitait à limiter les risques, les investissements. Il fit appel à un ami américain, Eddie Bernstein, conseiller économique du Fonds monétaire international, qui lui conseilla de comparer les demandes et les ressources pour chiffrer l’écart inflationniste, autant dire reprendre les travaux menés au Plan par Dumontier avec le concours de Froment. Dumontier indisponible, je fus nommé rapporteur, assisté par Jean-Paul Delcours. Monnet avait repris sa méthode – groupes informels réunissant experts, patrons et syndicalistes – si bien qu’on entrait à tout bout de champ dans mon bureau : on faisait appel à moi pour régler chaque dissension. Je promis à Monnet qui s’impatientait de rédiger un rapport sur ces deux mois de travail : un dimanche, huit chapitres, huit secrétaires, huit heures. Ce texte, au style percutant, occupa la première page de tous les journaux et... René Mayer, le ministre des Finances, qui me demanda en tête à tête : « Que veut dire tout cela ? « Que vos impôts directs ne marchent pas : le directeur a réussi à multiplier par vingt ceux des salariés, par huit ceux des autres. Décidez un prélèvement exceptionnel sur ces privilégiés ! Chiffres à l’appui, personne n’osera rien dire. Le résultat fut spectaculaire : en dix-huit mois, l’inflation fut ramenée de 45 % à 2 %, et la production accrue de 8 % en termes réels. J’avais par ailleurs montré aux syndicats qu’il y avait une meilleure méthode pour relever leur part du revenu national : 8 % de hausse de salaire correspondait à un pouvoir d’achat réel. Comment cela peut-il se faire qu’on ait oublié qu’il est possible d’arrêter l’inflation sans entraîner de chômage ?

9Commencée en novembre 1947, cette stabilisation était une initiative purement française. Elle convergeait certes avec les discussions sur l’aide intérimaire, mais je ne me souviens pas d’une seule pression américaine. Il serait plus exact de dire que nous nous servions des Américains pour imposer au gouvernement français ce qui nous semblait nécessaire. 1947 était aussi l’année d’un début de crise, d’une augmentation du chômage dans le monde et de la dévaluation de la livre. On tint réunion dans le bureau du ministre des Finances : il y avait là bien sûr Maurice Petsche, la triade du Plan, mais aussi Pierre Mendès France, le directeur des Prix et celui du Commerce extérieur. Les deux premiers ne voulaient pas bouger, la rigueur était celle de Mendès France, l’autre voulait aller jusqu’au bout. Je dis mon admiration à Mendès, qui défendait la rigueur, mais lui demandai de ne pas recommencer l’erreur de Churchill en 1926 alors qu’il était chancelier de l’Échiquier. Se rappelait-il le chômage qu’elle avait entraîné ? Les positions opposées des hauts fonctionnaires ne m’étonnèrent pas : les prix inchangés faciliteraient la tâche du premier, rallié à Mendès ; l’autre, au contraire, serait d’autant plus à l’aise qu’on irait jusqu’au bout. Je proposai d’adopter la moitié du taux de dévaluation du sterling, et expliquai ma position : la moitié de nos importations étaient payées en dollars, l’autre moitié en livres, nous éviterions ainsi une déflation intenable et nous n’éprouverions aucun effet dommageable sur l’inflation. La Banque de France se rangea à mes arguments et le fait est que l’équilibre de la balance des paiements fut rétabli, facilité par une bonne récolte.

10Le 15 septembre 1951, cette date est gravée dans ma mémoire : malgré les interventions alternées d’Antoine Pinay, de Jean Monnet, de Paul Delouvrier et de moi-même, un président du Conseil, dont il vaut mieux taire le nom, éleva d’un coup de 15 % les salaires et les prix de base. Alors commença le désordre de la IVe République. La mendicité auprès des Américains commença aussi, pour Financer notre guerre d’Indochine : nous exportions nos morts.

11Pendant ce temps, L’Europe commençait à se construire, sous une double égide : l’Amérique entraînait l’action, la France menait le jeu.

12En 1948, le plan Marshall fut approuvé par le Congrès américain, mais déjà l’Europe s’était articulée en mettant sur pied l’Organisation européenne de coopération économique. Le Conseil de l’Europe, organisme actif sur les droits de l’homme et la culture, est, quant à lui, créé en 1948 au congrès de La Haye, il trouve aujourd’hui un champ d’action à sa mesure, en servant de structure d’accueil aux pays de l’Est. L’OECE, strictement intergouvernementale, procéda à des examens réciproques de l’évolution des États et pays membres, entreprit une libération des échanges en s’attaquant à la part des importations contrôlées dans les importations totales par pays, de sorte que seuls les produits sur lesquels un pays se sentait le moins concurrentiel donnaient lieu à restrictions. Plus importante est la création de l’Union européenne de paiements, qui bénéficiait de conditions favorables accordées par les États-Unis aux membres de cette Union et de l’organisation de crédits réciproques. C’est par son soutien à cet organisme que l’Amérique a contribué à lever les obstacles à une union plus étroite qui commence à prendre forme, quelques temps plus tard, avec le plan Schuman.

13Lors de la crise de 1949, j’ai été appelé à faire partie d’un comité d’experts de cinq membres sur l’emploi. Nous proposâmes, entre autres que les pays qui, du fait de leur chômage, réduisaient leurs importations et contaminaient, par contrecoup, les autres, leur fissent des crédits gratuits : ils trouveraient ainsi des clients, puis récupéreraient leurs fonds quand la propre reprise de leur économie, donc de leurs importations, leur feraient perdre des réserves. Je fus chargé d’aller proposer ce mécanisme au comité qui, à l’OECE, préparait l’union des paiements. Les banquiers belges, malgré mes explications passionnées, marquèrent peu d’enthousiasme : non, décidément, ils n’avaient pas l’habitude de consentir des prêts sans intérêt.

14Depuis longtemps, Monnet pensait que la France ne devait pas rester isolée. Le caractère de moyenne puissance des pays européens et la nécessité de ne pas rejouer le sursaut revanchard de 1919 militaient en faveur de ce rapprochement. Trois Anglais et trois Français se retrouvèrent donc un dimanche dans la maison de campagne où vivait Monnet, ils envisagèrent des échanges plus intenses, permettant de pallier les déficits réciproques, en charbon pour la France ou en viande en Grande-Bretagne. On s’aperçut enfin qu’on avait oublié l’Allemagne, et on se demanda, singulière dérision de la prévision, comment, privée des champs de l’Est, elle équilibrerait ses échanges. Cette rencontre avait revivifié le dessein que Monnet avait formé en 1943, et fut le seul prodrome du coup de théâtre d’avril 1950. Curieusement, je n’étais pas à Houjarray le dimanche où la première rédaction du plan Schuman fut tentée, avec Étienne Hirsch et le juriste Paul Reuter. Mais dès le lendemain matin, Monnet m’appelait dans son bureau et il me semble bien avoir récrit quelques passages du document. Clappier, directeur de cabinet de Robert Schuman, fut mis dans la confidence et entraîna dans notre sillage son patron, qui depuis longtemps déjà, rêvait d’une réconciliation franco-allemande. Le ministre envoya un Alsacien auprès du chancelier Adenauer pour lui remettre un message. La réponse fut enthousiaste, Adenauer était séduit par cette idée essentielle d’égalité sur laquelle, malheureusement, revint de Gaulle avec le plan Fouchet qui sous-entendait une domination française exercée grâce à ses responsabilités dans le monde et la possession de l’arme atomique. Les versions retouchées du projet gaulliste furent rejetées par les autres pays parce qu’elles n’avaient de cesse d’annuler les institutions européennes que la Communauté du charbon et de l’acier tentait de mettre en place.

15Après le 9 mai, la première démarche de Monnet fut de se rendre à Londres en ma compagnie et en celle de Hirsch. Démarche infructueuse puisque le gouvernement travailliste ne donna aucune suite, Hall arguant des « craintes brumeuses caratéristiques des Anglais. Le projet ne pouvait donc embrasser que six membres : France, Allemagne, Italie et les trois pays du Benelux. L’atmosphère de la négociation était extraordinaire : pas de traduction, chacun acceptait de parler français ; pas de compte rendu, de sorte qu’une délégation pût revenir sur ce qu’elle jugeait avoir eu tort d’accepter ; des délégations peu nombreuses. J’avais charge d’abord des affaires sociales et de la politique commerciale. Ce n’est qu’après le départ de Hirsch pour les négociations sur la CED que je pris en main l’ensemble des questions économiques. Je pris une grande part, avec Hirsch et Lagrange, à la rédaction de la convention sur les dispositions transitoires.

16Tandis que nous nous employions à sauter à pieds joints par-dessus le problème des souverainetés, Jack McCloy, haut commissaire américain en Allemagne et ami de Monnet, proposa, devant tes perspectives de la guerre froide, la constitution de douze divisions germaniques. Il fallut réagir.

17Ce qu’on a appelé le plan Pleven fut encore une de ces journées improvisées rue de Martignac. Curieusement, je n’étais pas autour de la table lors de la négociation. Mais je fus consulté à la demande du président de la conférence, Hervé Alphand, sur ce que pourrait être le budget d’une armée européenne. Je proposai une grille, comme dans le traité CECA, qui permettrait de savoir la part que chacun prendrait dans le total des dépenses militaires, votées par le Parlement européen. Le ministre belge Van Zeeland refusa : le budget commun serait la somme des budgets votés par les parlements nationaux. Alors que l’Amérique pressait nos pays d’affecter à la défense 10 % de leur produit intérieur, comme la Belgique s’en tenait à 3,5 %, je fus convaincu que chacun s’alignerait sur le plus bas. Une armée sans argent ne présentait guère d’intérêt. J’assistai sans regret au naufrage de ce traité au Parlement français.

18Messine entraîna une reprise spectaculaire, et à côté de l’Euratom de Jean Monnet, je mis à profit les réticences du ministre néerlandais Beyen pour faire entrer le Marché commun dans le projet de résolution sur la communauté de Défense : celui-ci avait proposé, lors de la négociation, un schéma très simplifié de marché commun. Euratom seul, d’autre part, n’intéressait pas les Allemands. Cet ajout était, depuis les débats sur le charbon et l’acier, le bond que je souhaitais qu’on accomplît pour que l’Europe acquît sa force et sa réalité.

19Un monde menacé par la division, qu’avait sans doute accentué le plan Marshall, appelait une organisation plus efficace sur la défense. Un comité de trois sages devait préparer la conférence qui se tiendrait à Lisbonne. Plowden, notre interlocuteur d’Houjarray, Harriman, l’ancien représentant du plan Marshall pour l’Europe, et naturellement Monnet constituaient les trois membres. Comme à l’accoutumée, Hirsch et moi accompagnions Monnet. Je me souviens avoir passé une nuit dans le train qui me ramenait d’Essen, une deuxième à la ratification du traité au Sénat, une troisième à l’achevèment du rapport des sages. On ne peut certes nous reprocher d’avoir été trop spécialisés. Le choix du siège de la haute autorité se fit sur un argument, avancé par Bech, le ministre luxembourgeois, qui me surprend encore aujourd’hui par son extrême habileté : si l’on choisit une ville sans terrain d’aviation, on fera courir un risque inconsidéré et inutile aux malheureux qui devront s’y rendre en voiture, sur des routes souvent enneigées ou verglacées.

20Dès le début, l’atmosphère de travail fut des plus amicales, mes collègues me demandèrent de présider un comité de démarrage qui dressa le plan de toutes les actions à mener pendant les premiers mois, sachant que je me chargerais aussi de rédiger le rapport. Et bientôt des industriels qui craignaient de se heurter à des bureaucrates furent séduits par l’élégance des solutions que nous trouvions aux problèmes neufs et complexes qui se présentaient à nous. Il fallait ensuite négocier un accord d’association avec la Grande-Bretagne et j’en fus chargé. On avait aussi conscience du fait que charbon et acier étaient inséparables de l’évolution économique d’ensemble. On créa donc un comité mixte haute autorité-conseil des ministres où les fonctionnaires travaillaient sur les avenirs possibles et sur les problèmes de l’énergie et des transports : une fois encore, je dus en prendre la présidence et en rédiger les rapports.

21Vint l’échec de la CED, en partie dû à l’opposition de Monnet à l’accord qui reconstituait, fût-ce sous contrôle commun, des armées nationales. Monnet avait laissé entendre qu’il pourrait accepter une nouvelle présidence si une relance se contentait de le renommer, sans avoir de projet plus affirmé, ou, dans le cas contraire, qu’il serait bon de lui choisir un successeur, qui fut René Mayer. Monnet obtint la relance sur laquelle, bien qu’elle dépassât la date où il entendait s’arrêter, Gérard Bossuat achève son étude.

22Plutôt qu’un libéralisme aveugle, c’est sans doute ce modèle de marché régulé – qui limite les distorsions, les fluctuations irrationnelles, l’aggravation des inégalités – qui a tenté les pays de l’Est et entraîné un bouleversement à présent sensible jusqu’en Chine.

23Je n’aime pas employer de formule creuse : la « maison commune en est une. Je préfère définir des buts précis, et souhaite en l’occurrence que l’Est et l’Ouest s’assignent la mission commune du développement du Sud : l’Europe n’aura ainsi pas seulement montré sa capacité à prendre en main les destins du monde, elle lui assurera la paix.

Auteur

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable