Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Troisième partie. Les retombées des relations avec l'Allemagne

Conclusion générale

Texte intégral

1Au début de cette recherche, nous étions parti de deux interrogations : comment les relations avec l’Allemagne ont-elles transformé l’horizon international des firmes françaises entre 1945 et la fin des années 1960 ? En quoi ont-elles modifié leurs stratégies, dans leur élaboration, leur conduite et leurs résultats ? Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, il a fallu d’abord examiner comment ces relations ont évolué, en se situant directement au niveau des entreprises elles-mêmes et en suivant les différents types de rapports qu’elles ont entretenus avec l’Allemagne, tant sur le plan commercial que financier ou technologique. Les constatations faites conduisent à un bilan en demi-teinte : de la capitulation du Reich à la fin des années 1960, les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne ont à la fois beaucoup et peu changé.

2Elles ont certes connu une transformation profonde, à l’image même de l’évolution générale des rapports franco-allemands, passés du ressentiment et de la méfiance réciproques à la coopération et à l’instauration d’un partenariat équilibré. Il est frappant de constater que des entreprises qui s’étaient opposées l’une à l’autre lors d’épisodes liés aux guerres entretiennent désormais des relations plus sereines, fondant même des filiales communes pour développer certaines technologies. Ainsi l’héritage financier et juridique complexe laissé par la création de Francolor, imposée à Kuhlmann par IG Farben durant la guerre, est réglé en 1956 par un accord signé entre le groupe chimique français et la BASF. Deux ans plus tard, les deux firmes créent ensemble une joint-venture, la Société anonyme de dispersions plastiques. Le rapprochement n’était pourtant pas garanti au départ si l’on se rappelle qu’en 1948 encore, Kuhlmann voulait contraindre la BASF à passer par son intermédiaire pour l’écoulement hors d’Allemagne de tous ses produits colorants.

  • 1 .Procès-verbal de la réunion, 23 avril 1959, diffusé par le Syndicat général de l’industrie cotonni (...)

3Un autre trait nouveau est le fait que les entreprises françaises possèdent désormais des intérêts communs avec leurs homologues d’outre-Rhin. Il ne s’agit plus seulement pour elles d’un partage des marchés analogue à celui pratiqué par les cartels d’avant-guerre. C’est dans un cadre libre-échangiste qu’elles recherchent une organisation concertée des échanges. Elles doivent tenir compte des positions occupées par les pays tiers, notamment anglo-saxons, ainsi que des politiques menées par les pouvoirs publics. Leurs dirigeants multiplient donc les réunions pour confronter les points de vue respectifs. Parmi de multiples exemples, on peut citer cette rencontre à Baden-Baden, quatre mois seulement après la mise en application des traités de Rome, entre le Syndicat général de l’industrie cotonnière française et le Syndicat allemand du tissage. Les deux délégations y échangent des informations sur les futures négociations prévues à Genève au sein du GATT en vue de la libération des échanges d’articles textiles, coordonnent leurs démarches auprès des gouvernements nationaux, prévoient d’intervenir ensemble au niveau communautaire1. Entre les organisations patronales française et allemande de l’industrie cotonnière, le dialogue est devenu indispensable.

4Une troisième mutation réside dans l’importance du développement des relations de toute nature entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Commercialement, des groupes comme Pechiney ou L’Air Liquide, traditionnellement absents du marché allemand, cherchent à s’y implanter, avec certes des retards et des hésitations, mais d’une façon annonciatrice de développements futurs. Financièrement, les investissements français outre-Rhin ne restent plus cantonnés aux mines, à l’industrie du verre, aux matériaux de construction, au textile qui occupaient à eux seuls près des quatre-cinquièmes du total en 1948. La construction mécanique et électrique, l’industrie chimique et celle du pneumatique, initialement presque absentes, détiennent vingt ans plus tard une place non négligeable. Quant aux échanges de technologie, ils se sont banalisés entre les deux pays et certaines firmes françaises mettent en oeuvre, grâce à des achats de licences en Allemagne, de véritables politiques aux dimensions européennes, voire mondiales.

5Pourtant, bien des traits de permanence subsistent. Le dialogue entre industriels est souvent malaisé. On est prompt à se soupçonner mutuellement de visées « impérialistes » de part et d’autre du Rhin. Pour des dirigeants ayant souvent accédé à l’âge adulte avant la guerre, le poids des « mauvais souvenirs » demeure lourd, même s’il ne suffit pas, comme le prétendent certains témoins, à expliquer la rareté et la difficulté des contacts. Il reste que les accords de coopération conclus entre les firmes françaises et allemandes résultent souvent d’une volonté étatique, même lorsqu’il ne s’agit pas d’armements ou de conquête spatiale. C’est le cas par exemple de ceux que signent en 1968 la Compagnie française de télévision et AEG sur la télévision en couleurs qui s’insèrent dans la lutte entre le procédé SECAM et le procédé PAL, dressant entre les deux pays ce que les journalistes surnomment alors le « rideau de verre ». En revanche, les accords issus d’une logique purement privée sont parfois éphémères ou se bornent à des formes élémentaires de coopération, en matière de réseaux de distribution ou de coordination des fabrications par exemple. Rares sont encore les joint-ventures franco-allemandes et, quand elles existent, elles ne fonctionnent pas toujours sur un pied d’égalité. Les échanges commerciaux se font souvent au détriment des entreprises françaises, comme le montre le creusement d’un déficit bilatéral, devenu indépendant des fluctuations de la conjoncture. Malgré les succès remportés dans certains domaines, la part des produits manufacturés dans les exportations françaises vers l’Allemagne, avec 57 % du total au milieu des années 1960, n’est guère plus élevée qu’en 1938 (51 %) et reste inférieure de vingt points à celle qu’ils occupent dans les exportations allemandes vers la France. Enfin, financièrement, malgré l’essor des investissements directs et des prises de participation, la France ne se classe encore en 1970 qu’au cinquième rang parmi les investisseurs étrangers en Allemagne.

6Le bilan est donc mitigé. Malgré ce caractère souvent indécis, on doit pourtant souligner qu’à travers leurs relations avec l’Allemagne, les entreprises françaises ont connu une importante évolution de leurs stratégies.

7Cette dernière notion est complexe, souvent délicate à manier face à des cas concrets. Elle conduit à des distinctions théoriques, celle entre stratégies défensives et stratégies offensives par exemple, qui se révèle peu convaincante dans maintes circonstances. Lorsque L’Air Liquide fonde en 1955 une filiale commerciale à Dusseldorf, le groupe entend faire comprendre aux producteurs allemands de gaz industriels, qui viennent de l’attaquer sur certains marchés européens, qu’il possède des moyens de riposte. L’offensive apparente répond en fait à des objectifs défensifs. Pourtant, grâce à cette filiale, les dirigeants français prennent bientôt conscience des possibilités de conquête d’une clientèle sur le marché allemand. Le caractère offensif de la stratégie devient alors une réalité, jusqu’au moment où l’espoir de conclure une entente avec les partenaires allemands incite à le mettre en sourdine. Et ainsi de suite... La distinction entre les deux catégories s’avère inutilisable pour décrire une politique qui ressort inextricablement des deux à la fois. Il a donc fallu examiner concrètement et en détail comment a évolué au fil du temps la nature du défi auquel les entreprises françaises ont été confrontées face à l’Allemagne, puis chercher les réponses qu’elles y ont apportées.

8Lors de l’immédiat après-guerre, tout comme pendant les années antérieures, ce défi reste d’abord et avant tout technologique. Il s’agit là de l’héritage d’une période qui, depuis la fin du xixe siècle, a habitué les entreprises françaises à voir dans l’Allemagne un pays à la supériorité si évidente qu’elle fait figure de vérité première. Aussi, lors de leurs visites au milieu des décombres en 1945-1947, les dirigeants français sont-ils à la fois surpris et soulagés de constater que la suprématie allemande tant vantée est, dans certaines branches, un mythe, comme dans la métallurgie non ferreuse ou la chimie minérale. Dans d’autres au contraire, comme la pétrochimie et l’industrie textile, ils continuent à acquérir des brevets en Allemagne et organisent parfois des transferts de technologie vers la France, comme la Société anonyme d’industrie cotonnière pour la pâte de cellulose à usage textile. Enfin, l’importance accordée à la technique incite de grands groupes, notamment la Compagnie de Saint-Gobain, à consacrer tous leurs soins à installer dans leurs usines allemandes les techniques les plus performantes, avant même qu’elles ne soient introduites dans les usines françaises.

9Puis, progressivement, sans qu’il soit possible de situer le tournant autrement que de manière très approximative, entre 1955 et 1965 environ, ce sont les considérations commerciales qui l’emportent. Les succès remportés par l’Allemagne sur les marchés extérieurs, en Europe et dans le monde, incitent les chefs d’entreprises français à les imiter. La disparition des barrières douanières à l’intérieur du Marché commun stimule les efforts de pénétration outre-Rhin. Dans la confrontation avec l’Allemagne, ce sont désormais les aspects commerciaux qui passent au premier plan. Plusieurs groupes élaborent alors des politiques parfois complexes dans le but de conquérir des parts de marché, certains sans grands succès comme L’Air Liquide, d’autres avec davantage de réussite comme Pechiney. Ils créent leurs propres réseaux de commercialisation, filialisent les firmes indépendantes auxquelles ils confiaient naguère l’écoulement de leurs produits. Optant pour la croissance externe, ils rachètent certains concurrents, comme la Compagnie de Saint- Gobain qui, par l’intermédiaire de sa succursale, les VEGLA, est à la tête d’un réseau de participations dont la valeur, en monnaie constante, a été multipliée par 8 en vingt ans. Dans cette nouvelle stratégie, la tendance à la diversification des activités l’emporte. Pont-à-Mousson se fait, en Allemagne, constructeur de pompes et de compresseurs, et non plus seulement fondeur de tuyaux. Saint-Gobain déborde largement de l’industrie du verre pour prendre position sur l’ensemble du marché allemand des matériaux isolants.

  • 2 .Sous-titre de l’ouvrage de Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit.
  • 3 .Entretien avec Christian de Saint-Amand, 13 septembre 2000.

10Au contact de l’Allemagne, les entreprises françaises ont donc transformé leurs objectifs. Elles ont également fait évoluer leurs méthodes. Elles se sont efforcées d’accroître leur productivité. Le souci de compression des prix de revient, la meilleure gestion des équipes de travail, l’introduction de la comptabilité analytique et du marketing en sont la preuve, même si, bien évidemment, ce n’est pas à l’Allemagne, mais aux Etats-Unis que les outils conceptuels nécessaires ont été empruntés. De même, les anciennes formules qui consistaient à soumettre uniformément les clients à un barème de prix fixé à l’avance disparaissent au profit d’une libre discussion des conditions commerciales avec chacun d’eux. Certains groupes comme Pechiney, habitué au culte du produit techniquement parfait, réalisent ainsi en Allemagne « l’invention d’un marché »2. Comme le souligne opportunément un ancien cadre dirigeant, « cet exemple de développement progressif d’une culture commerciale dans une entreprise conduite par de grands ingénieurs issus de Polytechnique et de l’Ecole des Mines mérite d’être relevé »3.

11Mais, au-delà même des méthodes de gestion, le développement des relations avec l’Allemagne a amené les entreprises françaises à prendre conscience du caractère original de l’environnement dans lequel évoluaient leurs partenaires. La priorité accordée à la satisfaction de la clientèle, fût-ce au prix de modifications du produit, l’importance du rôle des banques, même si elles ne sont pas les décideurs tout-puissants que l’on décrit parfois, le caractère consensuel des relations humaines, l’aspect collégial de la prise de décision, l’insertion dans un tissu local dont les acteurs entretiennent entre eux des relations de complémentarité, tous ces aspects du « modèle allemand » ont été observés et analysés par les chefs d’entreprise, même s’il n’existe pas, en cette période du moins, d’exemples de transposition volontaire. Ce « modèle » les a peut-être davantage déconcertés que séduits, sans doute parce qu’il était très éloigné de leurs propres conceptions, combinant, à l’intérieur, une très forte solidarité entre les entreprises, les banques et les partenaires sociaux et, à l’extérieur, une non moins forte acceptation de la compétition et de la concurrence. La confrontation avec l’Allemagne a donc été l’occasion de surprises, quelquefois d’incompréhensions. Elle n’en a pas moins toujours représenté un élément non négligeable des mutations survenues à l’intérieur des entreprises.

12Elle a été aussi un facteur d’évolution pour le monde patronal. Au contact de l’Allemagne, s’est affirmé en son sein un groupe original de cadres supérieurs et de dirigeants. Attirés par la civilisation allemande, maîtrisant la langue, ne répugnant pas à la mobilité, ses membres ont accédé d’autant plus facilement à d’importantes responsabilités que de tels postes, situés en terre étrangère, dans des régions répulsives comme la Sarre ou la Ruhr, ne suscitaient guère de concurrence. Ils ont en commun des intérêts spécifiques, comme le montre leur participation fréquente à des institutions comme la Chambre officielle de commerce franco-allemande ou le Cercle franco-allemand, qui se consacrent au dialogue entre les deux pays. Peut-on pour autant les créditer d’une « conscience européenne » ? Ce serait sans doute généraliser un peu vite les déclarations favorables à la construction de l’Europe émanant de certains d’entre eux. De plus, il ne faut pas négliger le fait que les membres de ce groupe sont déjà avancés dans l’âge adulte et ne sont donc en rien des « hommes nouveaux » qui occuperaient leurs premiers postes de responsabilité. Le creux démographique résultant de la dénatalité de l’entre-deux-guerres les maintiendra longtemps dans leurs fonctions. Mais ce groupe, qui a tous les traits d’une génération au sens que donnent à ce terme les historiens, ne fait qu’esquisser le renouveau interne du monde patronal. Il faut attendre les années suivantes pour le voir prendre davantage d’ampleur, sous l’effet de la multinationalisation croissante des firmes et de l’arrivée aux postes de commande de cadres supérieurs travaillant indifféremment dans l’un ou l’autre pays. Leur figure emblématique est sans doute celle de Daniel Goeudevert, qui, bien que de nationalité française, devient à la fin des années 1980 membre du directoire de Volkswagen.

13Pour les entreprises françaises et pour leurs dirigeants, les relations avec l’Allemagne ont donc représenté au cours de cette période un indéniable facteur de transformation. Peut-on pour autant considérer qu’elles forment un ensemble homogène ? Il est bien évident qu’une réponse négative s’impose, tant sont nombreux les traits de différenciation.

14Non qu’il faille opposer, parmi les entreprises, une majorité attentiste ou indifférente et une avant-garde progressiste, désireuse d’établir au plus vite des relations équilibrées avec des partenaires allemands, dans un but politique, la réconciliation franco-allemande, ou économique, le partage des marchés. Les entreprises françaises sont à la fois hardies et timorées à l’égard de l’Allemagne. Elles prennent conscience de certains traits de la supériorité allemande, mais ne songent pas pour autant à les imiter systématiquement en France. Elles souhaitent conquérir des débouchés en Allemagne, mais évitent en même temps de montrer trop de hardiesse, redoutant d’avoir à subir des représailles sur leur propre marché intérieur. Elles investissent outre-Rhin d’importants capitaux, créant des réseaux commerciaux et des établissements de production, mais commettent aussi des maladresses, portant leurs choix sur des secteurs dépourvus d’avenir comme les charbonnages, et liquident parfois trop rapidement leurs avoirs, découragées par l’hostilité rencontrée de la part de leurs partenaires. Toutes ont donc à cet égard un comportement analogue.

15Les véritables éléments de différenciation sont ailleurs. Ils opposent les groupes qui, comme Saint-Gobain ou Pont-à-Mousson, sont implantés en Allemagne depuis des décennies et poursuivent un développement de manière continue et ceux qui, comme Pechiney ou L’Air Liquide, n’y possèdent encore aucun établissement et sont à la recherche de formules leur permettant de pallier cette absence. Ils opposent aussi les grandes entreprises aux PME. Ces dernières ne sont guère présentes dans les relations franco-allemandes durant cette période. Elles ne paraissent ni posséder les moyens nécessaires, ni éprouver la nécessité de développer leur présence en Allemagne, alors que pourtant, de l’autre côté du Rhin, une bonne part du dynamisme industriel repose sur elles. Est-ce défaut de perspective dû aux sources utilisées ? Nous ne les avons pas vu élaborer de stratégies spécifiques ou transformer leurs méthodes au contact de l’Allemagne. Celles qui y sont présentes, souvent originaires de l’Est de la France, appartiennent à des secteurs qui, traditionnellement, ont toujours disposé dans ce pays d’avoirs importants, comme l’industrie textile, l’agroalimentaire, le bois, les matériaux de construction. D’autres recherches seraient nécessaires pour savoir si elles deviennent plus nombreuses et se diversifient davantage durant les années postérieures à celles que nous avons étudiées.

16Enfin, un dernier contraste existe dans les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Certaines possèdent déjà une dimension multinationale, d’autres en sont dépourvues. Pour les premières, les relations avec l’Allemagne sont une incitation précieuse à poursuivre un processus déjà entamé. La logique même de l’implantation outre-Rhin les amène à redéfinir leurs structures, à accorder davantage d’autonomie à leurs établissements extérieurs vis-à-vis de la maison mère. Qu’il s’agisse de filiales relais, comme les VEGLA, destinées à conquérir un débouché, ou de filiales ateliers, comme Saralsa, visant à produire pour la maison mère à des conditions moins onéreuses qu’en France, le développement des relations avec l’Allemagne forme une étape importante dans l’apprentissage de la multinationalisation. On observe que les produits et les capitaux, les informations et les cadres supérieurs circulent de plus en plus aisément à l’intérieur de ces groupes, mettant fin peu à peu aux spécificités qui les cloisonnaient naguère. À une structure de type vertical, où les rapports entre maison mère et filiales sont hiérarchisés et unilatéraux, commence à se substituer une nouvelle configuration où la communication se fait directement de filiale à filiale et où un véritable dialogue s’instaure entre elles et l’état-major du groupe. Les relations avec l’Allemagne n’y sont pas étrangères. C’est à travers elles que plusieurs groupes adoptent un type d’organisation et un mode de fonctionnement qui permettent de les ranger véritablement parmi les firmes multinationales, acquérant du même coup un indéniable élément de supériorité sur leurs concurrents demeurés à l’écart de ce processus.

17Les relations avec l’Allemagne permettent donc d’observer, dans un cadre géographique particulier et pendant une période déterminée, la manière dont les entreprises françaises se sont ouvertes au monde extérieur. Elles fournissent également des éléments de réflexion sur d’autres sujets, même si ceux-ci ne constituent pas l’objet principal de la recherche.

18Pour la connaissance des rapports franco-allemands, la prise en compte des entreprises permet d’adopter un angle de vue différent de celui procuré par les archives diplomatiques et administratives. Ainsi peuvent être complétées, voire corrigées certaines appréciations. Les entreprises privées ont en effet leur propre conception des relations avec l’Allemagne qui, parfois, coïncide avec celle des pouvoirs publics, mais, le plus souvent, s’en écarte. Elles sont insensibles aux sollicitations des autorités de tutelle qui leur paraissent irréalistes, qu’il s’agisse d’implantations directes, de prises de participations ou de politique de la recherche. Elles sont très attachées à la préservation de leurs acquis, en particulier sur les marchés qu’elles considèrent comme leur étant réservés comme celui de la Sarre. Elles reprochent aux pouvoirs publics leur manque de soutien en matière d’exportations, de traitement fiscal des filiales et des succursales, de réglementation de la concentration. Elles jugent pesante la tutelle qui leur est imposée, surtout face à la situation d’homologues allemands en général plus libres de leurs initiatives vis-à-vis des administrations fédérales ou régionales. Il y a donc de nombreux décalages entre la vision des entreprises et celle de l’Etat. L’un des intérêts de la recherche est d’en fournir plusieurs exemples.

  • 4 .Comme l’écrit Dietmar Hüser, Frankreichs «doppelte Deutschlandspolitik »..., op. cit.

19Celle-ci permet aussi de s’interroger sur la nature de la politique allemande de la France, en particulier durant la période cruciale allant de la capitulation du Reich au lancement de la CECA. Les historiens des relations internationales ont souligné sa complexité et ses ambiguïtés. S’y mêlent rêves de grandeur, obsession sécuritaire et volonté de surmonter les antagonismes traditionnels entre les deux pays. Les anticipations coexistent de manière inextricable avec la fidélité au passé, tant en qui concerne les aspects généraux du « problème allemand » que la gestion de la zone française d’occupation ou l’évolution du statut de la Sarre. S’agissant de la place à accorder aux entreprises françaises dans les relations avec l’Allemagne, il n’en va pas autrement. Parfois les pouvoirs publics poussent les entreprises à prendre des initiatives qui tournent court ou s’avèrent discutables, car liées à une conception dépassée de l’économie, par exemple le rachat des charbonnages d’Harpener Bergbau. Parfois au contraire, ils les soutiennent activement et opportunément dans des secteurs de pointe comme l’aéronautique, la construction électronique, l’industrie spatiale. Dans le dialogue franco-allemand, ils prennent des initiatives utiles comme le lancement de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, mais ils redoutent aussi que ces institutions ne procurent aux entreprises l’occasion de s’affranchir de leur tutelle ou ne tournent à l’avantage de l’Allemagne. Tout comme est « double » la politique allemande de la France4, l’attitude de l’Etat face au développement des rapports entre les entreprises privées et l’Allemagne est marquée par l’ambivalence.

20Le développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne dépend d’ailleurs de l’attitude qu’elles rencontrent chez leurs partenaires d’outre-Rhin. Observées dans des cas concrets, les réactions semblent souvent négatives. La gamme s’étend de l’hostilité non dissimulée à l’acceptation conditionnelle, souvent assortie d’une exigence de réciprocité, les firmes allemandes devant bénéficier en France d’avantages semblables à ceux obtenus en Allemagne par les entreprises françaises. Certains épisodes comme la liquidation forcée de la participation française dans la Schwäbische Zellstoff sont à cet égard caractéristiques d’une attitude qui forme un abrupt contraste avec la volonté de dialogue et de réconciliation affichée au même moment par le gouvernement fédéral et les grandes organisations patronales. C’est en grande partie parce que les relations entre les entreprises françaises et allemandes sont inséparables du passé dans lequel elles s’insèrent. Certaines hostilités persistantes, certains rapprochements subits ne se peuvent comprendre qu’à partir d’épisodes antérieurs, souvent mal connus, et d’une vision de l’autre déterminée par le poids des guerres et des occupations, avec leur cortège d’exactions et de confiscations, mais aussi de rapprochements et de compromissions entre vainqueurs et vaincus.

  • 5 .Notamment dans ses ouvrages Die Langen Fünfziger Jahre..., op. cit, et, en collaboration avec Diet (...)

21Enfin, l’évolution des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne conduit à insister sur le rôle joué dans la croissance économique des deux pays par la libération mondiale des échanges et la construction de l’Europe. Il est frappant de constater qu’à partir du milieu des années 1950 l’accélération de la croissance française coïncide avec l’intensification des relations avec l’Allemagne. Celle-ci se fait dans un cadre libéral et européen qui rencontre l’adhésion progressive des milieux d’affaires, pourvu du moins qu’ils puissent procéder à une organisation concertée des échanges avec leurs partenaires allemands. La croissance française entretient ainsi un étroit rapport avec le gonflement des exportations, le développement des investissements, l’essor de la consommation, qui, tous, sont stimulés, directement ou indirectement, par l’intensification des relations avec l’Allemagne. C’est ici la demande qui prime, même si elle s’appuie bien évidemment sur une offre elle-même accrue grâce au progrès technique que mettent en oeuvre les firmes françaises dans leurs relations avec l’Allemagne. Peut-être est-ce également le cas de la croissance allemande, car celle-ci profite des initiatives prises outre-Rhin par les firmes françaises ce qui la rend peut-être moins autonome dans ses sources et ses moteurs que ne la présentent certains historiens comme Werner Abelshauser5.

22Cette histoire peut-elle rester close sur elle-même, enfermée, en quelque sorte, dans les relations entre France et Allemagne ? Pour une part importante, croissante au fil des ans, elle dépend aussi des rapports de force présents dans le monde. On l’a vu : les brevets acquis par les entreprises françaises pour moderniser leurs installations en Allemagne sont souvent d’origine anglo-saxonne, depuis le float glass qui révolutionne l’industrie du verre jusqu’à la centrifugation des tuyaux qui perfectionne les techniques de fonderie. Les capitaux proviennent dans une proportion notable de l’étranger, qu’il s’agisse des fonds Marshall ou des emprunts à long et moyen terme auprès des banques suisses ou néerlandaises. C’est au demeurant au nom de la défense des positions européennes face à l’offensive des multinationales américaines que les industriels français tentent, sans grand succès, d’amener leurs partenaires allemands à un rapprochement dans des domaines comme le laminage de l’aluminium, la pétrochimie ou les gaz industriels.

23La constatation renforce une impression d’ensemble. Les transformations que nous avons analysées représentent, dans l’histoire des entreprises françaises, un moment particulier, une phase transitoire entre deux situations. Pour les décrire, on peut encore employer un cadre bilatéral même si, déjà, elles dépendent de plus en plus nettement d’autres éléments tels que l’arrivée en Europe des groupes américains. On y remarque en permanence le poids très lourd laissé par les conflits qui ont marqué l’histoire des deux nations. Mais on constate aussi, dès ce moment, l’importance de facteurs qui n’ont rien à voir avec les préventions et les sympathies mutuelles héritées du passé et qui se déclinent en termes de compétitivité, d’allocation rationnelle des ressources, de gestion des risques monétaires et financiers. Enfin, dans les décisions prises par les entreprises, les considérations intérieures demeurent encore prépondérantes. Et cependant, c’est bien désormais l’horizon européen, voire mondial, qui motive les choix et qui détermine les résultats.

Notes

1 .Procès-verbal de la réunion, 23 avril 1959, diffusé par le Syndicat général de l’industrie cotonnière auprès de ses membres, Archives du Syndicat cotonnier d’Alsace, CERARE, 92 A 2549.

2 .Sous-titre de l’ouvrage de Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit.

3 .Entretien avec Christian de Saint-Amand, 13 septembre 2000.

4 .Comme l’écrit Dietmar Hüser, Frankreichs «doppelte Deutschlandspolitik »..., op. cit.

5 .Notamment dans ses ouvrages Die Langen Fünfziger Jahre..., op. cit, et, en collaboration avec Dietmar Petzina, « Krise und Rekonstruktion. Zur Interpretation des gesamtwirtschaftlichen Entwicklung Deutschlands im 20. Jahrhundert », in W.H. Schröder et R. Spree (dir.), Historische Konjunkturforschung, Stuttgart, 1980.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540