Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Troisième partie. Les retombées des relations avec l'Allemagne

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Sans l’examen des conséquences qu’a eues, pour les entreprises et pour l’ensemble de l’économie et de la société françaises, le développement des relations avec l’Allemagne, le bilan de l’évolution observée ici eût été incomplet.

2C’est en effet à ce niveau que l’on constate à quel point la confrontation avec l’Allemagne a pesé sur les stratégies entrepreneuriales. Même si, dans leur élaboration et leurs objectifs, elles restent parfois floues, incomplètes, voire contradictoires, elles conduisent les entreprises à une modification notable de comportement, et ce dans plusieurs domaines. Au contact de l’Allemagne, leur attention s’est tournée davantage vers la conquête des marchés, la compression des prix de revient, l’augmentation des marges bénéficiaires. Certes les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur des espérances. Beaucoup de groupes, pourtant considérables, ne sont pas parvenus à réaliser les objectifs commerciaux qu’ils s’étaient fixés, ni à atteindre dans la gestion de leurs établissements allemands une rentabilité suffisante. À la fin des années 1960, les grands programmes de modernisation des installations ou d’acquisition de filiales ne sont souvent réalisés qu’au prix d’un endettement croissant.

3Les relations avec l’Allemagne n’en ont pas moins permis un certain renouvellement des méthodes managériales. Non que celles-ci subissent une quelconque influence du pays voisin : c’est tout simplement la conduite des établissements et succursales possédés en Allemagne qui incite les groupes à transformer leur mode de gestion. C’est aussi à l’occasion de leur implantation outre-Rhin que plusieurs d’entre eux accèdent au stade de la multinatio-nalisation, malgré de nombreuses réticences et retours en arrière, dus notamment à la répugnance des états-majors à laisser aux filiales productrices toute l’autonomie nécessaire.

4Quant aux mutations qui concernent l’ensemble de l’économie et de la société, elles sont loin d’être négligeables, même si l’influence allemande, ici, ne peut s’exercer que de manière indirecte. Toute une partie des transformations connues par la France au cours des Trente Glorieuses peut être mise en rapport avec l’approfondissement des relations avec l’Allemagne, tant en ce qui concerne la recomposition des consommations que l’essor des foyers productifs ou les progrès de la concentration des entreprises. Et, même si la vogue pour le « modèle allemand » appartient essentiellement à une période postérieure à celle étudiée ici, le développement des relations avec l’Allemagne a déjà permis l’émergence, au sein du monde patronal, d’un groupe de dirigeants spécialisés dans les affaires allemandes doté d’une indéniable spécificité. Quant au dialogue franco-allemand, qui conduit les deux pays, en un quart de siècle seulement, de la confrontation à la construction d’une relation privilégiée, il s’appuie désormais sur un arrière-plan plus solide, fait des liens multiples que tissent entre elles les entreprises.

5Les relations avec l’Allemagne n’ont donc pas tout changé dans le capitalisme français. Nul doute que d’autres phénomènes, comme la décolonisation ou l’américanisation, aient exercé une influence infiniment plus profonde. Parmi les facteurs à l’oeuvre dans l’évolution qui est en train de s’accomplir, elles représentent néanmoins un élément non négligeable dont la prise en compte paraît devoir s’imposer.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540