Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Troisième partie. Les retombées des relations avec l'Allemagne

Chapitre VIII. Les conséquences d’ensemble pour l’économie et pour la société

Texte intégral

1Outre ses conséquences pour les entreprises, le développement des relations avec l’Allemagne a fait sentir ses effets sur l’économie et sur la société françaises tout au long de la période étudiée. Il ne s’agit évidemment pas de prétendre que, sans elles, le visage présenté par la France à la fin des années 1960 eût été fondamentalement différent. Les rapports avec les Etats-Unis ont manifestement compté bien davantage dans la modernisation économique, sociale, culturelle, en un processus d’ensemble qui est à l’oeuvre dans l’ensemble de l’Europe occidentale et affecte tout autant l’Allemagne que la France.

2Il reste que, dans plusieurs domaines, il paraît légitime de s’interroger sur l’influence exercée par le développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Dans l’économie nationale, on assiste à la croissance et à la recomposition de la consommation, à l’essor de certaines régions, au développement de la concentration entre les entreprises. L’intensification des relations d’affaires avec l’Allemagne y contribue-t-elle ? Une autre interrogation porte sur la confrontation avec l’exemple allemand. Depuis longtemps, celui-ci stimulait la réflexion des essayistes et des responsables. Désormais, tout en se renouvelant, il devient un véritable « modèle ». Au plus haut niveau de l’Etat, Georges Pompidou, d’abord en tant que Premier ministre, puis comme président de la République, rencontre une audience notable auprès du patronat lorsqu’il exprime son ambition de mettre à son école l’industrie française. Quels sont, dans ce « modèle », les aspects qui attirent davantage les chefs d’entreprise ? Enfin, passées, en un quart de siècle seulement, de la confrontation à la coopération, les relations avec l’Allemagne ont eu des conséquences sur le monde patronal. Quelle contribution apportent-elles à son renouvellement interne ? L’ont-elles encouragé dans son apparente conversion aux vertus du dialogue entre les deux pays ?

I. LA CONTRIBUTION ALLEMANDE À LA MODERNISATION FRANÇAISE

A. L’ESSOR DES CONSOMMATIONS

3Certains produits, fabriqués en Allemagne dans des établissements possédés ou contrôlés par des entreprises françaises, ont bénéficié de bas prix de revient, qui en ont accru les débouchés et développé l’utilisation. D’autres, employés en Allemagne dans des conditions différentes de la France, ont vu leur usage se répandre et se diversifier en deçà du Rhin. Tous ont apporté ainsi leur contribution, directe ou indirecte, à la modernisation sectorielle que connaît alors le pays. On peut en donner quelques exemples, choisis à dessein dans des domaines complètement différents les uns des autres : les engrais composés, le verre Sécurit, les panneaux de bois aggloméré, l’aluminium.

  • 1 Voir les cartes de l’annexe XVII, réalisées grâce aux informations contenues dans « Saralsa : résul (...)
  • 2 Questions écrites des 28 novembre et 12 décembre 1950, transmises à la SCPA par la direction généra (...)

4En fabriquant à Völklingen, grâce à Saralsa, des scories potassiques destinées en quasi-totalité au marché français, la Société commerciale des potasses d’Alsace a pu fournir en engrais composés une part croissante de sa clientèle. Des statistiques de vente par départements, lors de quatre campagnes successives, de 1952 à 1956, en montrent la progression1. Lors de la campagne 1952-1953, la consommation de scories potassiques pour 1 000 hectares de superficie cultivée ne dépassait 5 tonnes que dans six départements, appartenant tous au centre et à l’est du Bassin parisien. Quatre ans plus tard, en 1955-1956, elle atteint ou franchit ce seuil dans onze départements, dont certains situés dans des régions jusque-là peu concernées par le phénomène comme la Bourgogne ou Rhône-Alpes. Plus significatif encore : le nombre de départements ne consommant pas du tout de scories potassiques décline, de 52 en 1952-1953 à 11 seulement en 1955-1956. À cette dernière date, seuls l’Ouest armoricain, le Poitou, la Corse restent à l’écart de la tendance générale. Il y a bien eu, en cette période qui pourtant ne correspond qu’aux débuts de la grande poussée modernisatrice de l’agriculture française, une extension significative de la consommation de produits fertilisants et les relations avec l’Allemagne y ont contribué. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que les progrès des scories potassiques sont si rapides qu’ils inquiètent certains milieux agricoles. Attachés à d’autres fertilisants moins onéreux, ils regrettent qu’on encourage systématiquement les agriculteurs à les utiliser, de préférence à la chaux ou aux superphosphates. Des questions écrites sont adressées à ce sujet au ministre de l’Agriculture, notamment par des parlementaires de régions situées dans la moitié Ouest du pays, comme Bernard Paumier, du Loir-et-Cher, ou Raymond Marcellin, du Morbihan2.

  • 3 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, l’informant de la visite du laboratoire des VEGL (...)

5De même, l’utilisation faite en France du verre sécurisé n’a pu, tout au long des années 1950 et 1960, que bénéficier de l’exemple allemand. On sait que, pour sa fabrication, la Compagnie de Saint-Gobain avait déposé dès 1928 un brevet sous la marque Sécurit. Mais il a fallu attendre les années d’après-guerre pour que le développement du parc automobile, le recours croissant au verre dans de multiples domaines, notamment dans le bâtiment, stimulent vraiment les ventes. Or l’Allemagne est en pointe à cet égard. Les besoins en verre sécurisé ne cessent d’y croître, pour les utilisations les plus diverses, des transports en commun aux guichets de banque dotés de vitres pare-balles en passant par l’équipement des véhicules de la Bundeswehr3.

  • 4 Compte rendu de visite de Chevenard et Guinard, du siège central de Saint-Gobain, à la Sekurit Glas (...)

6Dans ce marché à l’expansion rapide, ce sont surtout les commandes passées par les constructeurs automobiles qui jouent un rôle déterminant. Le vitrage des véhicules absorbe à lui seul 90 % de la production, car le verre sécurisé, résultant de la trempe de la glace, présente des qualités supérieures au verre feuilleté, pour la confection des pare-brise notamment. Les exigences techniques présentées par les constructeurs automobiles allemands contribuent à l’excellence des fabrications. Surenchérissant par rapport aux normes officielles, ils réclament des spécifications très strictes, en particulier en ce qui concerne la déformation de vision liée au bombage de la surface du pare-brise. Chez Volkswagen par exemple, l’angle de déviation toléré est au maximum de 2 arcs-minute, chez Opel d’1,5 arc, alors que la réglementation en vigueur se borne à une déviation maximum de 2,5 arcs4. Tant en volume qu’en qualité, le marché allemand joue donc un rôle essentiel. Pour répondre à la croissance des besoins, on réclame dès 1953, à la succursale allemande de Saint-Gobain, un effort massif d’investissement. Appuyées sur des études de marché très documentées, les prévisions tablent en effet sur une croissance des ventes particulièrement forte.

  • 5 « Perspectives de développement de l’industrie des glaces Sekurit en Allemagne », rapport dact. des (...)

Graphique 40 et tableau 49. Production de glace "Sekurit" en Allemagne5

Graphique 40 et tableau 49. Production de glace "Sekurit" en Allemagne5

(En mètres carrés)

(En mètres carrés)

7Ainsi, les dirigeants du groupe s’attendent-ils, en Allemagne, à un décuplement de la production en moins de dix ans. Assurant à elle seule les deux tiers du marché, la succursale allemande de Saint-Gobain, pour faire face à la demande, prévoit d’étendre dans de fortes proportions ses capacités de fabrication. Il est significatif d’observer que ses dirigeants réclament leur concentration sur une seule usine, Stolberg ou Herzogenrath, que l’on doterait d’un « atelier unique qui permet la production en grande série et offre les prix de revient les plus bas ». Insistant sur le caractère d’urgence de la situation, ils préviennent en ces termes l’état-major parisien du groupe : « Une décision immédiate est absolument nécessaire, car la production automobile fait actuellement un bond en avant, et nous devons suivre ».

8L’effort consenti par la firme porte bientôt ses fruits. Au début des années 1960, chez Saint-Gobain, la production de glaces trempées (sécurisées et autres) est particulièrement élevée. Elle se fait dans toutes les grandes glaceries du groupe, non seulement en Allemagne (Herzogenrath), mais aussi en France (Chantereine, Aniche), Italie (Pise), Espagne (Avilès), Pays-Bas (Sas-de-Gand). Quantitativement, c’est la production allemande qui est la plus importante. Mais il est intéressant de constater que, désormais, sa croissance tend à se ralentir et est dépassée, notamment, par celle des usines françaises. En ce domaine, qui accompagne de manière étroite la « révolution automobile », l’Allemagne, ayant montré le chemin, passe le relais à la France.

  • 6 Rapports annuels d’activité du groupe, 1961-1965.

Graphique 41 et tableau 50. Production de glaces trempées du groupe Saint-Gobain6 (En milliers de mètres carrés)

Graphique 41 et tableau 50. Production de glaces trempées du groupe Saint-Gobain6 (En milliers de mètres carrés)
  • 7 Lettre de Pierre André, industriel à Hersbach (Bas-Rhin), au directeur des Industries diverses et t (...)

9Un troisième cas caractéristique de l’influence exercée par l’Allemagne sur la consommation de certains produits est fourni par les panneaux de bois aggloméré. Leur usage se développe en France à partir du milieu des années 1950, dans de multiples domaines, du bâtiment et de l’isolation à l’équipement ménager. Quoique mis au point dès les années 1930, ils sont restés longtemps cantonnés à un rôle mineur, car la clientèle reprochait aux panneaux de fibres agglomérées leur aspect extérieur et continuait à leur préférer le « vrai » bois. Or, selon les professionnels du secteur, c’est l’exemple allemand qui en a permis la diffusion dans la France d’après guerre. D’une part en effet, une nouvelle technique de fabrication a été inventée outre-Rhin, permettant d’en abaisser le prix de revient dans d’appréciables proportions. D’autre part, comme l’explique au ministère de l’Industrie un entrepreneur alsacien de scierie à l’appui d’une demande de subventions présentée en octobre 1953, « les circonstances particulières des années d’occupation [...] ont vaincu la répugnance des utilisateurs et vulgarisé l’emploi du panneau de fibres ». Le bois aggloméré suscite alors un véritable engouement de la part des industriels français du secteur qui présentent aux administrations de tutelle de nombreuses demandes de crédit, tendant à obtenir l’aide du Fonds de modernisation et d’équipement pour l’installation de nouvelles chaînes de fabrication. Et ce sont les pouvoirs publics eux-mêmes qui, conscients des risques de surproduction qui pourraient en résulter, tentent de freiner cet essor, repoussant des demandes appuyées pourtant par des hommes politiques influents, comme Alfred Coste-Floret, désireux de créer des emplois dans sa circonscription de Saint-Gaudens pour pallier le transfert à Paris d’un établissement de la Régie autonome des pétroles, ou Jacques Chaban-Delmas, transmettant une demande émanant de la Fédération de la forêt de Gascogne7.

10L’utilisation de l’aluminium fournit un dernier exemple frappant de parallélisme entre les deux pays. Si on observe les quantités consommées, tant globales qu’individuelles, on constate de sensibles différences ente les deux pays. Alors qu’en 1949, la France se situait au-dessus de l’Allemagne, dès 1952-1953, celle-ci retrouve, puis dépasse son niveau d’avant-guerre, surclassant nettement sa voisine et apportant la preuve de son étonnante capacité à surmonter les conséquences de la défaite.

  • 8 Metallgesellschaft AG, Tableaux statistiques, Francfort, années 1954, 1962 et 1971.

Graphique 42. Consommation d’aluminium primaire en France et en Allemagne8

Graphique 42. Consommation d’aluminium primaire en France et en Allemagne8

11Alors que la fabrication d’aluminium avait été d’abord interdite, puis strictement limitée par les autorités d’occupation, le recours aux importations, puis, sitôt les contrôles alliés levés, la reprise de la production permettent à la consommation allemande de se reconstituer rapidement. En 1970, celle-ci représente entre 1,6 et 1,3 fois le niveau français, selon que l’on raisonne en termes globaux ou individuels. Même si, de 1950 à 1970, les taux de croissance annuels moyens de la consommation en Allemagne et en France ne sont guère différents (respectivement 13,8 % et 11,7 % pour la consommation globale, 11,3 % et 10,6 % pour la consommation individuelle), un décalage se creuse progressivement, moins sensible cependant qu’avant 1939 où le contexte particulier du réarmement stimulait fortement outre-Rhin le recours à l’aluminium.

12Entre France et Allemagne, le véritable parallélisme observable après la guerre se situe ailleurs. Il se trouve dans la structure de la consommation, où l’on peut parler de tendance à l’alignement réciproque entre les deux pays.

  • 9 Metallgesellschaft AG, Tableaux statistiques 1952-1961, Francfort, 1962 ; OCDE, L’industrie des mét (...)

Tableau 51. Structure de la consommation d’aluminium en France et en Allemagne en 1955 et 1970 (%)9

Tableau 51. Structure de la consommation d’aluminium en France et en Allemagne en 1955 et 1970 (%)9
  • 1 Nous regroupons sous cette rubrique les consommations destinées à la sidérurgie, à l’industrie chim (...)

Note *1

  • 10 Témoignage de Christian de Saint-Amand, 13 septembre 2000 ; dossier Josef Gartner & Co., octobre 19 (...)

13En 1955, les structures de consommation différaient fortement de part et d’autre du Rhin. En Allemagne, les usages industriels étaient plus développés qu’en France, l’aluminium servant de matière première dans des branches telles que la chimie, la parachimie, la sidérurgie ou de produit fini pour la fabrication d’équipements de toute sorte. Par contre, en France, l’utilisation de l’aluminium était proportionnellement plus importante dans le matériel de transport, la construction électrique, les ustensiles ménagers et l’emballage. En 1970, les deux pays se sont nettement rapprochés l’un de l’autre. On constate une réduction des écarts relatifs, sauf dans le bâtiment où le recours à l’aluminium a plus progressé en Allemagne qu’en France. Un groupe comme Pechiney profite pleinement de cette situation. Fournissant le marché allemand en plaques de très grande largeur destinées au revêtement des façades d’immeubles, domaine dans lequel il bénéficie d’une nette supériorité sur la concurrence, il s’efforce de promouvoir encore ce débouché et rembourse à ses clients allemands leurs dépenses de publicité en faveur de cette utilisation : ainsi, en 1970, des insertions dans la grande presse d’Allemagne du Sud faites par un groupe de l’industrie du bâtiment qui a édifié à Augsbourg un immeuble de ce type pour le compte de la Dresdner Bank10. Par contre, en Allemagne, la part relative faite aux utilisations industrielles de l’aluminium a décliné, tandis qu’en France, elle l’a fait dans les transports et la construction électrique. Ces deux secteurs, qui représentaient en 1955 plus de la moitié de la consommation française totale (55 %), voient leur part relative s’affaisser à 48 %. À la fin des années 1960, l’utilisation du métal léger s’est donc diversifiée. Ici aussi, l’exemple allemand y a apporté sa contribution.

B. LE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX FOYERS PRODUCTIFS

14Les relations avec l’Allemagne n’ont pas seulement stimulé la modernisation française en soutenant l’essor de la consommation de plusieurs produits caractéristiques de la croissance des Trente Glorieuses. Grâce à elles, de nouveaux foyers productifs se sont renforcés. Ils ressortent souvent d’une géographie industrielle qui, à partir du milieu des années 1950, en France comme dans le reste du monde industrialisé, redistribue les activités productrices vers les façades maritimes, les voies navigables à grand gabarit, attractives pour la transformation des matières premières et des hydrocarbures importés, ou encore vers les régions riches en hydroélectricité, dont le potentiel énergétique peut donner lieu à toutes sortes d’utilisations industrielles.

15Parmi les façades maritimes, se détache le cas de la région marseillaise. On y trouve des usines recourant à des brevets ou procédés de fabrication allemands acquis par des firmes françaises, ainsi que des joint-ventures créés par des partenaires des deux pays, surtout dans la grande industrie chimique, plus particulièrement pétrochimique. C’est à Lavéra, sur un site déjà occupé par Naphtachimie, sa filiale commune avec BP France, que Pechiney décide de produire du polyéthylène à basse pression à partir du procédé Ziegler acquis en 1955. Le groupe délaisse ainsi le site initialement retenu, Mazingarbe, dans le Pas-de-Calais, lorsqu’il pensait recourir à l’éthylène de distillation de la houille fourni par Charbonnages de France. C’est également Lavéra qui est choisi en 1966 pour la création d’Oxochimie qui associe à égalité Naphtachimie et les Usines de Melle d’une part, Hoechst et sa filiale Ruhrchemie d’autre part, pour produire du butanol et de l’éthylhexanol à partir d’un procédé mis au point chez Hoechst, consistant à faire réagir sur une oléfine de l’hydrogène et de l’oxyde de carbone. Non loin de là, à Berre, toujours en 1966, Shell-France et la BASF fondent ensemble la Compagnie chimique de la Méditerranée (Cochimé), pour fabriquer du Polyéthylène et d’autres dérivés du pétrole. Cette création, on l’a vu, ne débouche pas sur des résultats tangibles et doit être liquidée d’un commun accord entre les deux partenaires. Une part du dynamisme de l’étang de Berre n’en revient pas moins aux relations d’affaires entre firmes françaises et allemandes.

  • 11 Étude sur la BASF réalisée par D. Deschamps et adressée à Paul Jean, 30 juillet 1959, Archives Pech (...)

16Il en est de même de l’axe de la Seine. La Société anonyme d’industrie cotonnière s’y installe lorsqu’elle lance à la fin de 1954, à Alizay, au sud de Rouen, la production de pâte de cellulose à usage textile à partir des fournitures, des brevets et de l’assistance technique fournis par la Schwäbische Zellstoff. La Seine procure l’eau nécessaire aux fabrications et des facilités de transport, tandis que le caractère encore semi-rural de la région permet de trouver une main d’oeuvre abondante. La logique est semblable dans la vallée de l’Oise, là aussi non loin de Paris, au coeur d’un bassin d’emploi attractif, qui accueille en 1958 la Société anonyme de dispersions plastiques, filiale commune de la Compagnie française de matières colorantes et de la BASF. Son usine, à Villers-Saint-Paul, utilise les procédés allemands de fabrication des colorants par dispersion à partir d’esters acryliques et produit également, sous le nom de styropor, du Polyéthylène mousse destiné à la couverture des besoins du marché français11.

  • 12 Anthony Simon, Issoire et Neuf-Brisach..., op. cit., p. 181.

17Quant à l’axe rhénan, il a été retenu par les dirigeants de Cegedur lorsqu’ils ont proposé en 1962 à leurs partenaires allemands de créer, sur le site alsacien de Neuf-Brisach, une grande usine de laminage d’aluminium destinée à approvisionner, non seulement les deux marchés nationaux, mais aussi ceux de plusieurs autres pays d’Europe. On sait que, pour de multiples raisons, cette coopération n’a pu aboutir, l’usine de Rhénalu restant finalement la propriété des seuls groupes Cegedur et Tréfimétaux. Mais ce sont les critères du choix effectué qui semblent instructifs : situation idéale au coeur de la CEE, présence d’une voie navigable à grand gabarit, abondance du courant électrique procuré par les barrages au fil de l’eau équipant le fleuve, bonne qualification de la main d’oeuvre, forte implication des élites locales dans le développement régional12.

  • 13 Sur ce site, voir Jean Domenichino, De la chimie et des hommes. Histoire d’une entreprise : Rhône-P (...)

18Les localisations industrielles peuvent également se faire loin de tout front d’eau ou de toute voie navigable, en profitant des ressources hydroélectriques et de l’équipement en conduites destinées au transport des hydrocarbures et de leurs produits dérivés. C’est à Pont-de-Claix, près de Grenoble, que Progil-Bayer-Ugine décide en 1959 d’implanter sa future usine de polyéthers et polyesters, base de la production des polyuréthanes utilisés dans la fabrication de vernis et de mousses aux multiples applications. Les matières premières nécessaires, oxyde de propylène et polyols, sont fournies par l’usine Rhône-Poulenc située sur le même site, elle-même alimentée en éthylène par une canalisation longue de 145 km qui la joint à la raffinerie ELF-Erap de Feyzin, près de Lyon. On est ici au coeur du « complexe pétrolier et pétrochimique Rhône-Alpes » qui se dessine alors et dont le dynamisme suscite l’intérêt croissant des géographes13.

  • 14 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 130.
  • 15 Pierre Cayez, Rhône-Poulenc..., op. cit., p. 210-211.

19Il est d’autres implantations encore, caractéristiques de la logique de développement industriel de cette période, où l’Allemagne se trouve impliquée. En 1948, Pechiney fonde Organico, pour produire du rilsan, une fibre textile aux qualités jugées équivalentes à celles du nylon, fabriquée, selon un procédé inédit mis au point durant la guerre, à partir d’huile de ricin en provenance du Maroc. Le groupe utilise pour ce faire l’expérience de la PERFOG, « une firme allemande spécialisée dans l’étude de matériel destiné à filer et à étirer les polyamides »14. Le site retenu pour l’usine pilote, Serquigny, dans l’Eure, non loin de Bernay, à moyenne distance de Paris, correspond bien au souci de déconcentration que manifestent durant les années 1950 de plus en plus d’entreprises industrielles attirées vers la grande couronne du Bassin parisien par les primes de décentralisation. Quant à la filature proprement dite, confiée à une filiale commune fondée en 1954 avec Prouvost et les Etablissements Schaeffer, la Société valentinoise d’applications textiles (SVAT), elle démarre ses fabrications à Valence deux ans plus tard. Mais l’affaire évolue mal. L’impossibilité de produire le rilsan dans des conditions rentables conduira Pechiney à s’en séparer. Dès 1961, la SVAT est revendue à Rhodiaceta15. Puis, en 1963, vient le tour d’Organico elle-même, qui est rachetée par la Société nationale des pétroles d’Aquitaine, intéressée par la production du monomère du rilsan. Les groupes qui reprennent ces deux sociétés poursuivent l’exploitation, mais sans plus faire appel, semble-t-il, à une aide technique de la part de l’Allemagne.

20Le développement régional a donc profité de l’intensification des relations entre firmes françaises et firmes allemandes. Celle-ci se trouve également présente dans un autre aspect caractéristique du processus de modernisation : la transformation des structures capitalistes qui, surtout durant les années 1960, fait de spectaculaires progrès.

C. LA RESTRUCTURATION DES BRANCHES INDUSTRIELLES

  • 16 Chiffres cités par François Caron, Histoire économique de la France xixe-xxesiècles, Paris, Armand (...)

21Tout au long de la période envisagée ici, mais plus particulièrement durant les années 1960, les structures productives françaises évoluent. Les rapprochements entre firmes se multiplient. Les accords d’association, pour fonder une filiale commune, exploiter un brevet ou commercialiser un produit, sont relativement nombreux. Certains débouchent sur de véritables fusions, traduisant le choix de plus en plus fréquent des dirigeants pour un mode de croissance externe. Le mouvement de concentration progresse donc. Avec 213 fusions en moyenne annuelle de 1966 à 1972, contre 61 de 1950 à 1958 et 166 de 1959 à 1965, il connaît durant la seconde moitié des années 1960 l’un de ses temps forts16. À cette mue progressive du capitalisme français, les relations avec l’Allemagne apportent une notable contribution.

  • 17 François Caron, « L’industrie : secteurs et branches », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir (...)

22En France même, les rapprochements opérés entre firmes françaises et allemandes sont fréquents, signe d’une coopération qui s’intensifie entre les deux pays. Les filiales communes concernent souvent l’industrie chimique qui, « relativement concentrée si l’on considère le marché français [...], ne l’était pas suffisamment du moment qu’elle était projetée sur la scène internationale, au moment où les techniques chimiques supposaient des méthodes de production de plus en plus massives »17. Par ordre chronologique d’apparition, Polysynthèse (Nobel-Bozel-Hoechst), la Société anonyme de dispersions plastiques (Compagnie française des matières colorantes-BASF), PBU (Progil-Bayer-Ugine), Oxochimie (Naphtachimie-Hoechst-Ruhrchemie), Cochimé (Shell française-BASF) en sont les exemples les plus marquants. Ils traduisent sur le plan international la longue préférence manifestée par les firmes du secteur pour des regroupements partiels qui préservent leur indépendance, tout en renforçant leurs positions dans certains domaines d’avenir. La concentration financière proprement dite n’en est pas ou peu affectée.

23Il n’en est plus de même lorsqu’une firme française passe sous le contrôle d’un groupe allemand de vastes dimensions ou lorsqu’inversement une entreprise française rachète outre-Rhin l’un de ses concurrents. Cette fois, la branche concernée voit s’amorcer une restructuration qui modifie sa configuration. Le phénomène s’observe dans toutes sortes de cas. L’industrie des pompes et des compresseurs d’une part, les produits pharmaceutiques de l’autre en fournissent deux exemples opposés. La restructuration, malaisée dans le premier cas, s’avère davantage réussie dans l’autre. Mais, de toutes manières, les relations avec l’Allemagne y tiennent un rôle important.

  • 18 Handbuch der Grossunternehmen, op. cit., éd. 1968.

24Branche particulière de la construction mécanique, l’industrie des pompes et des compresseurs se caractérise à la fin des années 1960 par une forte pénétration allemande. Ainsi le groupe KSB (Klein, Schanzlin und Becker), établi à Frankenthal, près de Ludwigshafen, possède 43 % du capital de la Compagnie industrielle des pompes et compresseurs Breguet18. Certains dirigeants français s’alarment de la faiblesse des positions nationales qui en résulte. C’est en particulier le cas du directeur général d’Halberger Hütte, Jean-Arthur Varoquaux, qui tente de convaincre les dirigeants mussipontains de l’urgence de réagir face à cette situation.

  • 19 Note de Jean-Arthur Varoquaux à Roger Martin, 10 février 1966, Archives Pont-à-Mousson, PAM 58 062.
  • 20 Note de William Songeur, directeur financier de Pont-à-Mousson, à Jean Didier, secrétaire général, (...)

25Le chiffre d’affaires global de l’industrie française des pompes, argumente-t-il, représente « moins de la moitié de celui de l’industrie allemande ou anglaise, le sixième environ de la production américaine ». Pour l’augmenter, il faudrait renforcer la puissance des groupes français établis dans ce secteur par de grandes opérations de fusions à dimension européenne. Halberger Hütte qui, placée sous sa direction depuis 1958, a poursuivi sa diversification dans les pompes de manière active, pourrait servir de pivot à cette restructuration, à condition d’être rapprochée d’une firme française. Pour cette opération, Jean-Arthur Varoquaux a choisi un fabricant de taille moyenne, bien implanté dans le domaine des pompes pour l’habitation, le chauffage, l’agriculture, la Société des pompes Guinard. Demeurée sous contrôle familial, elle est dirigée par l’héritier du nom, Paul Guinard, ancien élève de l’Ecole d’ingénieurs de Lausanne, décrit comme un « excellent technicien, ouvert et sympathique, qui connaît remarquablement les problèmes de conception et de fabrication des pompes [...] et est animé d’un souci aigu du prix de revient et de la rentabilité, sans être dépourvu de vues sur les problèmes de production à long terme »19. Les Pompes Guinard apporteraient à l’entreprise commune 47,5 millions de F, valeur correspondant à leurs deux usines de Saint-Cloud et de Châteauroux et à leur participation dans une société de transmissions hydrauliques d’Annecy. Quant à l’apport d’Halberger Hütte, il est évalué à 60,6 millions de F, pour l’usine de Ludwigshafen, filialisée sous le nom d’Halberger Maschinenbau GmbH, et ses participations dans Pleuger à Hambourg, Idromeccanica en Italie, Wauquier en France20.

26Dans l’esprit de Jean-Arthur Varoquaux, la fusion projetée servirait de point de départ à tout un processus tendant à doter la France de l’industrie des pompes de dimension européenne qui lui fait défaut. On pourrait selon lui l’étendre à un autre constructeur allemand, SIHI (Siemen und Hinsch GmbH), une firme sise à Itzehoe, au nord-ouest de Hambourg, qui a déjà conclu une communauté d’intérêts avec Halberger Hütte. Le capital productif serait alors suffisant pour engager la lutte avec les firmes allemandes implantées en France, KSB notamment, peut-être même avec les filiales établies en Europe des groupes américains comme Worthington et Ingersoll-Rand.

  • 21 Procès-verbal du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 23 janvier 1968, Archives Pont-à-Mouss (...)

27Ces ambitions paraissent-elles aux dirigeants de Pont-à-Mousson démesurées ou trop éloignées de leur domaine d’activité traditionnel ? La famille Guinard qui souhaitait avec Halberger Hütte une association conclue sur une base paritaire, s’alarme-t-elle d’un projet qui la ravalerait à n’occuper dans la future entreprise qu’une place minoritaire ? Les difficultés juridiques rencontrées pour mettre en place une société holding coiffant deux firmes de nationalité différente sont-elles insurmontables ? Ou bien le moment est-il mal choisi, compte tenu de la récession allemande de 1967 qui affaiblit les positions d’Halberger Hütte ? Toujours est-il qu’après avoir conclu un premier accord technico-commercial, puis fondé une commandite au capital de 20 millions de DM pour prendre en commun le contrôle d’Halberger Maschinenbau GmbH, les deux groupes décident en janvier 1968 de ne pas pousser plus loin leur rapprochement21. Tandis que Jean-Arthur Varoquaux, tirant les conséquences de cet échec, quitte la Compagnie de Pont-à-Mousson, les projets de grande fusion européenne dans l’industrie des pompes et des compresseurs sont remis à plus tard. Quant à la société Guinard, elle finira plus tard par s’intégrer au groupe Leroy Somer.

  • 22 Voir à ce propos la thèse de Sophie Chauveau, Politique de la pharmacie et du médicament, entrepris (...)

28Ainsi la volonté de lutter contre la concurrence allemande a fait prendre conscience à certains dirigeants de la branche de la nécessité d’une restructuration qui semble toutefois ne pouvoir s’accomplir que difficilement. Dans l’industrie pharmaceutique, on observe également un étroit rapport entre l’intensification des rapports avec l’Allemagne et la lutte contre l’émiettement qui a longtemps caractérisé ce secteur22.

  • 23 Lettres de Simon Lazard à Bernhard Timm, président du directoire de la BASF, 11 août 1965, et à Fis (...)
  • 24 Lettre de Simon Lazard à Pierre Beytout, 9 octobre 1968, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel (...)

29Dès le milieu des années 1950, plusieurs laboratoires français s’associent avec des groupes allemands ou passent sous leur contrôle financier. En 1954, Hoechst conclut un accord d’association avec la SIFA (Société industrielle pour la fabrication des antibiotiques), lui permettant de commercialiser en France certaines spécialités. De même, Bayer contrôle Pharmachimie, par l’intermédiaire de sa filiale de commercialisation française, la SOGEP (Société générale de produits chimiques). Tout au long de la décennie suivante, les initiatives allemandes se multiplient. Parmi les entreprises pharmaceutiques courtisées par des groupes allemands, dans la perspective d’un rachat, partiel ou total, se distingue le cas des Laboratoires Roussel-Uclaf, seconde firme française du secteur derrière Rhône-Poulenc. Depuis longtemps, leur filiale commerciale, la Procida (Société des produits chimiques industriels et agricoles), est en conflit avec Imaco, qui représente les intérêts de la BASF sur le marché français. En août 1965, la BASF décide de mettre fin à ce litige, par un compromis conclu grâce à l’intermédiaire de Simon Lazard23. S’amorce alors entre les deux groupes un rapprochement, poursuivi pendant plusieurs années. Les dirigeants de Ludwigshafen caressent alors l’espoir de pouvoir prendre une participation importante dans le capital de Roussel-Uclaf. Or, en octobre 1968, contre toute attente, c’est Hoechst qui l’emporte en réussissant cette opération pour son propre compte. Les dirigeants de la BASF en sont fort dépités, même si leur intermédiaire, Simon Lazard, se montre beau joueur, félicitant le directeur général de Roussel-Uclaf, Pierre Beytout, d’un accord « d’autant plus remarquable que des associations concrètes entre sociétés françaises et allemandes sont encore très rares, bien qu’elles soient indispensables à l’essor de notre économie »24.

  • 25 Sur tout ceci, nous suivons de près Sophie Chauveau, Politique de la pharmacie..., op. cit., p. 606 (...)

30En l’occurence, Hoechst remporte en effet un grand succès qui lui procure un avantage décisif sur ses concurrents. Sa prise de participation lui donne le contrôle de 43 % du capital de Chimio, la holding qui coiffe les Laboratoires Roussel-Uclaf. Une filiale commune est fondée, sous le nom de Nobel-Hoechst Chimie. Les deux groupes lancent ensemble sur le marché un nouvel antibiotique, le Claforan, qui remporte un grand succès, en France et dans le monde. Certes Hoechst a dû promettre, pour obtenir du gouvernement français l’autorisation de racheter les actions Roussel-Uclaf, de ne pas augmenter ultérieurement sa part relative dans le capital de Chimio. Mais cet engagement deviendra rapidement caduc lorsqu’en 1972 décède accidentellement le président du groupe, Jean-Claude Roussel. La famille fondatrice revend alors une partie de ses actions à Hoechst, qui devient majoritaire avec 50,2, puis 58 % du capital de Chimio. C’est l’origine d’une situation à laquelle le gouvernement français jugera nécessaire de s’attaquer après le changement de majorité politique de 198125.

  • 26 Lettres de Simon Lazard à Delepoulle, président directeur-général de la LIPHA, et à Udo Giulini, 23 (...)

31L’intervention des grands konzerns allemands a donc provoqué une importante restructuration de l’industrie pharmaceutique française. En sens inverse, les initiatives prises par les firmes françaises semblent rares et infructueuses. En juin 1969 par exemple, la LIPHA (Société lyonnaise industrielle pharmaceutique) propose à Giulini GmbH de reprendre ses activités dans le domaine pharmaceutique. La démarche n’aboutit pas, l’entreprise n’envisageant dans l’immédiat qu’une simple collaboration avec les Français26.

32Déjà se dessine, à travers de tels épisodes, un risque de perte d’indépendance nationale qui évoque, dans l’industrie des pompes et des compresseurs comme dans celle de la pharmacie, le processus naguère subi par les colorants ou la construction électrique. Mais l’Allemagne n’est pas seulement un acteur qui incite et parfois contraint à la modernisation l’économie nationale. Elle représente aussi un exemple, voire même un modèle, qui se trouve à plusieurs reprises au coeur de la réflexion des essayistes et des responsables politiques et économiques.

II. LA RÉFLEXION SUR LE « MODÈLE ALLEMAND »

A. LES VERTUS DE LA RÉGULATION SOCIALE

33Pour des observateurs français habitués, depuis 1936, à la résurgence périodique des conflits sociaux et à des relations industrielles davantage marquées par la confrontation que par des procédures consensuelles de négociations collectives, l’Allemagne fait figure d’exemple. Sa situation à cet égard est souvent évoquée dans les ouvrages des essayistes, la correspondance des hommes d’affaires, les dépêches des diplomates, ainsi que les témoignages rétrospectifs des cadres supérieurs qui ont été durant leur carrière au contact des réalités allemandes. Certains attribuent le calme qui y prévaut jusqu’à la fin des années 1960 au cadre dans lequel se déroule le dialogue entre les partenaires sociaux. D’autres y voient le résultat des institutions mises en place par les pouvoirs publics. D’autres enfin l’expliquent par la mentalité des salariés, telle qu’on peut l’observer, notamment, dans les filiales et succursales possédées outre-Rhin par les entreprises françaises.

  • 27 Rapport de Pierre Arnal au Haut-Commissariat à Bonn, 26 juin 1951, MAE Colmar, AEF 26/2.

34Le cadre du dialogue entre les partenaires sociaux diffère profondément des deux côtés du Rhin. Si, en France, celui-ci débouche presque nécessairement sur l’affrontement, la part supplémentaire du revenu national accordée aux uns l’étant au détriment des autres, en Allemagne, une entente est toujours possible. C’est que, comme le remarque en juin 1951 l’observateur français à Dusseldorf relatant un discours qui y est prononcé par le président de la Chambre de commerce, « il n’existe pas de richesse nationale d’une valeur donnée, mais une richesse nationale en devenir [...]. En conséquence, si l’on veut donner satisfaction aux salariés, le problème n’est pas de régler une question de partage, mais d’augmenter la richesse nationale ». Cette conception dynamique, et non plus statique, du dialogue entre partenaires sociaux explique dans une large mesure que le partage entre salaires et profits ne suscite pas en Allemagne les mêmes conflits qu’en France, pourvu du moins que la croissance économique se poursuive car, comme le note non sans arrière-pensées politiques l’auteur du compte-rendu, si les marchés extérieurs qui permettent d’absorber l’essentiel de la production venaient à se fermer, « le même orateur ou quelque autre porte-parole d’une partie influente du patronat allemand serait alors fondé à rejeter sur les puissances ayant le contrôle desdits marchés la diminution du standard de vie qui en résulterait »27. Ainsi, dès ce moment, au contact des réalités allemandes, s’affirme l’idée qui deviendra ultérieurement banale chez de multiples responsables politiques et économiques français : les problèmes suscités par la répartition du revenu national sont relativement subalternes par rapport à ceux que pose la croissance et, si les seconds sont résolus, les premiers tendront à se résorber d’eux-mêmes.

  • 28 Lettre d’Albert Bureau à de La Tour, direction des Affaires économiques et financières, ministère d (...)

35Reste que l’Etat, par une législation sociale appropriée, peut contribuer de manière décisive à transformer les relations sociales. C’est ici qu’intervient la réflexion menée en France à propos de l’expérience allemande de cogestion. Beaucoup d’entreprises françaises s’y sont montrées d’abord hostiles, y voyant une intolérable remise en cause des principes fondateurs du capitalisme privé. Certaines se sont efforcées, dans leurs filiales allemandes, d’échapper aux dispositions prises en vertu des lois de 1951 et 1952 ou d’en limiter les effets. Les hauts fonctionnaires au contact des réalités allemandes n’ont jamais manqué pourtant, dans leurs contacts avec les hommes d’affaires français, de souligner le caractère à la fois limité et bénéfique de cette législation. En juin 1952, à quelques mois de l’adoption par le Bundestag de la loi étendant à tous les secteurs la cogestion d’abord instituée dans les mines et la sidérurgie, Albert Bureau, représentant de la France au Groupe de contrôle de l’acier, juge ses futures dispositions « surtout théoriques » et explique à un homme d’affaires qu’elles n’empêcheront pas ceux qui ont la majorité du capital de conduire à leur gré les délibérations du conseil de surveillance et ne sauraient donc le dissuader de fonder en Allemagne de nouveaux établissements28. Peu après, dans l’une de ses dépêches au quai d’Orsay, André François-Poncet explique ainsi le système mis en place :

  • 29 Rapport au ministre des Affaires étrangères, 28 août 1952, MAE Colmar, AAA 1391/2.

« Dans les industries minières et sidérurgiques, la cogestion n’a pas changé grand-chose à la vie quotidienne. L’Aufsichtsrat est loin et n’a guère de pouvoirs. La puissance réelle appartient au Vorstand, où le directeur du travail s’est mis à l’école de ses deux collègues patronaux et joue, en quelque sorte, vis-à-vis d’eux, le rôle que remplit la soeur aînée vis-à-vis des parents dans une famille nombreuse. Ce qui intéresse l’ouvrier, c’est le conseil d’entreprise. Or, la préoccupation essentielle de ce dernier a toujours été, et reste, la prospérité et le développement de la société »29.

  • 30 André Piettre, L’économie allemande contemporaine (Allemagne occidentale) 1945-1952, Paris, Librair (...)
  • 31 Georges Lasserre, Réformer l’entreprise en 1975 ? Des pouvoirs pour les travailleurs, Paris, Editio (...)
  • 32 François Bloch-Lainé, Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Le Seuil, coll. Politique, 1967, p. (...)

36Faut-il donc, au nom du calme social, recommander pour la France l’adoption de mesures semblables ? Il est intéressant de constater les fortes divergences de vues qui opposent, à ce propos, les analystes et essayistes. Tandis qu’André Piettre voit dans la cogestion, dans un ouvrage contemporain de son adoption en Allemagne, un système susceptible de développer « dans une Allemagne déjà troublée, des ferments de guerre de classes », rappelant que le socialisme allemand « persiste à invoquer l’autorité de Marx »30, Georges Lasserre, auteur en 1950 d’un rapport au Conseil économique et social sur la réforme de l’entreprise, considère, dans un ouvrage postérieur il est vrai, que « la présence de représentants des travailleurs au sein des conseils d’administration ou de surveillance, utile à bien des égards [...], [ne leur procure] pas de moyens d’action réellement et sensiblement plus importants »31. Quant à l’essai célèbre de François Bloch-Lainé, loin de vanter les effets bénéfiques de la cogestion allemande et d’en préconiser la transposition en France, il la décrit comme un système « équivoque » qui place les représentants des salariés en « porte-à-faux ». Allant jusqu’à la qualifier de « duperie », il réserve au contraire toutes ses appréciations élogieuses aux institutions sociales anglo-saxonnes, notamment en matière de conventions collectives et d’arbitrage des conflits du travail32.

  • 33 Interventions de Manfred Wagner au conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 25 juin 1964 et 27 ju (...)
  • 34 Procès-verbal du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 25 mars 1969, Archives Pont-à-Mousson, (...)

37Enfin la mentalité des salariés, ou tout au moins de leurs représentants dans les organes de direction des entreprises, permet de comprendre la configuration particulière des relations sociales en Allemagne. Il n’est que de suivre les comptes rendus de séances des conseils de surveillance existant dans telle ou telle société sous contrôle français pour s’en convaincre. Les interventions des représentants du personnel n’y posent aucun problème majeur à des dirigeants français qui sont ainsi amenés à abandonner leur hostilité initiale à la cogestion, voire même à se féliciter de son existence. A Halberger Hütte, où la Compagnie de Pont-à-Mousson a pourtant tout fait pour échapper à la cogestion lors de son introduction dans la législation sarroise en vigueur, le représentant des employés au conseil de surveillance multiplie les suggestions constructives pour améliorer les performances de l’entreprise. Il suggère en juin 1964 de « faire exécuter dans l’atelier central de Brebach certaines pièces de pompes de série pour Ludwigshafen » et, à l’inverse, « dans le cadre d’une rationalisation des productions de robinetterie, [de confier à ce dernier] la fabrication de certains types de vannes ». Cinq ans plus tard, en juin 1969, il demande « que l’on veuille bien garder à l’esprit [...] que la région frontalière Sarre-Lorraine constitue un emplacement intéressant pour l’implantation d’une unité de fabrication de produits en plastique qui parviendrait un jour à équilibrer le marché des tuyaux de fonte en stagnation »33. Il s’agit certes pour lui de maintenir dans l’entreprise le plus grand nombre d’emplois possible. Mais cette défense des intérêts des salariés se fait, non dans un climat de revendication et d’affrontement, mais dans un esprit de coopération et de dialogue avec la direction. Le groupe décide d’ailleurs, en mars 1969, de créer pour l’un des deux représentants du personnel un poste de vice-président du conseil de surveillance, en « reconnaissance officielle de [son] apport constructif » dont il sera tout naturellement le premier titulaire34.

  • 35 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 151-152.
  • 36 Entretien avec l’auteur, 13 septembre 2000.

38S’agit-il, pour les dirigeants de l’entreprise, de se concilier, par un geste symbolique, un personnel qu’atteint, à la fin des années 1960, la remise en cause du « compromis fordiste », à travers des phénomènes tels que la montée de l’absentéisme, la multiplication des revendications salariales, le développement des « grèves sauvages » ? Il ne le semble pas. Tout d’abord, ces symptômes sont parfaitement étrangers au climat social qui continue de prévaloir à l’intérieur d’Halberger Hütte. De plus, dans les autres entreprises sidérurgiques placées sous le régime de la cogestion paritaire, la situation est peu différente. Par exemple, aux Forges et aciéries de Dilling, si l’on en croit le témoignage rétrospectif d’Henri Malcor, les représentants syndicaux sont de « très grande qualité ». Quant aux personnalités extérieures défendant les intérêts du travail au sein du conseil de surveillance, ce sont successivement le directeur général des coopératives, puis celui de la banque des syndicats. Ils représentent, pour le patronat, des interlocuteurs qui, « en matière d’économie et de finance, sont sur le même plan que nous [et] savent de quoi ils parlent ». Et l’ancien président du conseil de surveillance ajoute significativement : « Alors, tant qu’on n’en sera pas là en France... »35. Enfin, dans le reste de l’économie allemande, on relève des comportements tout à fait semblables de la part des salariés. Lors de l’inauguration de l’usine de filage d’aluminium édifiée par Pechiney à Crailsheim en 1969, Christian de Saint-Amand, gérant d’UFALEX, relate sa surprise d’avoir vu se présenter à lui deux ouvriers qualifiés désireux d’occuper un autre poste, pour pouvoir mieux servir au développement de l’entreprise : un comportement qui, selon lui, aurait été « radicalement impensable de la part de travailleurs français »36. C’est bien la prospérité de l’entreprise, son avenir qui sont prioritaires aux yeux d’un personnel qui s’identifie à elle et souhaite en donner à l’extérieur la meilleure image possible. De cette spécificité allemande des relations sociales, les dirigeants français, au contact de leurs partenaires, prennent peu à peu conscience.

B. L’EFFICACITÉ DES STRUCTURES D’ORGANISATION

39Modèle de régulation sociale, l’Allemagne est aussi, depuis la fin du xixe siècle, le pays du « capitalisme organisé ». L’admiration pour la puissance de ses konzerns appartient aux poncifs de la littérature économique française. Même si elle perdure après 1945, on relève de sensibles infléchissements par rapport aux thèmes traditionnels. Longtemps les industriels français ont admiré le gigantisme des installations, la puissance de l’effort de recherche, le degré élevé de l’intégration. Désormais, ils sont davantage sensibles à la diversification des activités, au dynamisme dont font preuve les petites et moyennes entreprises. Là aussi, cependant, des limites se constatent. En matière de méthodes de gestion par exemple, l’Allemagne fait même plutôt figure de contre-exemple aux yeux de dirigeants qui subissent durant cette période l’influence américaine.

  • 37 Étude adressée par Camille Paoli à André Scheveleff, directeur de la SCPA, 30 janvier 1953, Archive (...)

40La diversification des activités est la première explication qu’invoque en janvier 1953 le directeur de la Badische Kaligesellschaft, Camille Paoli, pour rendre compte des performances des grands konzerns allemands de la potasse, dans un rapport adressé aux dirigeants de la Société commerciale des potasses d’Alsace. Il y montre que, des quatre konzerns qui dominent le marché, le plus efficace, Wintershall, est en même temps celui qui est le plus diversifié vers d’autres secteurs que l’extraction minière. Il n’arrive certes qu’au deuxième rang en ce qui concerne la production, avec 362 000 tonnes de potasse, soit 27,6 % de la production nationale, moins que Salzdetfurth (486 000 tonnes et 37,1 % du total). Mais l’essentiel est ailleurs. Outre les gisements de potasse qu’il possède en totalité ou en partie, Wintershall est présent dans les charbonnages, détenant huit gisements dans la Ruhr, et surtout dans le pétrole, sa filiale Deutsche Erdöl AG contrôlant 23 % de la production nationale et 20 % du raffinage. Le groupe occupe également une place importante dans l’industrie chimique. Il possède deux banques spécialisées, la Kalibank et la Westfalenbank. Quant à l’efficacité de sa gestion, le rapport relève que le taux de dividende distribué aux actionnaires est de 5 %, que le cours des actions à la Bourse de Francfort dépasse largement leur valeur nominale. Enfin, grâce à un emprunt libellé en livres sterling conclu par l’intermédiaire du Kalisyndikat, Wintershall a évité de gonfler sa dette en deut-sche Marks et est parvenu à réduire le montant de son imposition, toute somme affectée au remboursement d’une dette en devises étant déductible du bénéfice imposable37.

  • 38 Selon le Handbuch der Grossunternehmen, éd. 1968, op. cit., le nouvel exploitant du gisement posséd (...)

41Dans tout ceci, la comparaison avec la maison mère de la Badische Kaligesellschaft est implicite : en ce début des années 1950, les Mines domaniales des potasses d’Alsace restent très éloignées de toute diversification vers d’autres secteurs que l’extraction minière. Ce n’est qu’en 1967 que leur fusion avec l’Office national industriel de l’azote donnera naissance au groupe EMC (Entreprise minière et chimique), futur pôle de regroupement de la grande industrie chimique minérale. Ainsi Wintershall, qui reprend d’ailleurs l’exploitation du gisement de potasse affermé par la Badische Kaligesellschaft jusqu’en 195338, représente un modèle, non pas par son gigantisme, mais par sa diversification plus avancée que celle de son homologue française. Les dirigeants français seraient-ils par avance sensibles aux thèses chandleriennes ? Dans le va-et-vient entre diversification et recentrage qui caractérise au xxe siècle la stratégie des grands groupes industriels, il est du moins significatif de constater que l’Allemagne fournit désormais autant d’exemples du premier choix que du second.

  • 39 Rapport de l’observateur français à Stuttgart, de Marolies, au Haut-Commissariat français en Allema (...)

42Mais la réussite allemande ne provient pas seulement des grands konzerns. Elle résulte aussi du rôle des petites et moyennes entreprises et des relations qui s’établissent entre celles-ci et les grands groupes à l’intérieur du tissu industriel du pays. Les responsables français y sont de plus en plus sensibles. Dès décembre 1950, l’observateur français à Stuttgart attribue le dynamisme de l’industrie du Wurtemberg à la « prédominance des petites et moyennes entreprises [...] [et à la] tendance à l’indépendance des chefs d’entreprise. Fiers de leur position, jaloux de leurs prérogatives, ils ont toujours refusé de constituer des trusts. D’ailleurs, les produits fabriqués n’étant pas des produits de masse, une création éventuelle de cartels n’apparaît pas nécessaire ». Le climat fortement concurrentiel qui s’est ainsi créé a bénéficié aussi de l’afflux des réfugiés en provenance des territoires perdus par l’Allemagne au lendemain de sa défaite. Beaucoup se sont installés en Souabe, y fondant notamment de nombreuses entreprises de verrerie autour de Schwäbisch Gmünd et d’Aalen, ou en Bavière, où la localité de Neu-Gablonz perpétue le nom de la ville des Sudètes dont ils sont souvent originaires. Il est remarquable de constater que cette prédominance des petites et moyennes entreprises n’a pas empêché « la fameuse firme mondiale Zeiss Ikon, d’Iéna » de s’établir dans la région, en installant une importante usine à Oberkochen39.

43Contrairement aux vertus du gigantisme, c’est la faible taille qui devient ici un gage d’efficience et un facteur de dynamisme, bien loin de susciter routine ou sclérose. Quant aux rapports entre grands groupes et petites entreprises, ils paraissent moins antagonistes que complémentaires. Le « modèle allemand », sur ce point aussi, est riche en expériences.

  • 40 Entretien avec Sandrine Heinen et Claude Lorenz, 9 décembre 1998, MAE Colmar, AOR 27/1.

44Quant aux méthodes de gestion pratiquées outre-Rhin, les sentiments qu’elles suscitent chez les industriels français sont davantage partagés. Le haut degré de professionnalisme, la compétence technique, la longévité dans l’exercice des fonctions recueillent l’admiration. Tous les témoignages concordent sur ce point. Relatant son expérience d’administrateur-séquestre à la BASF, Jean-Pierre Fouchier cite au premier plan de son témoignage, pour l’expérience personnelle qu’il en a retirée, la figure de Carl Wurster, déclarant sobrement : « J’ai vu un grand patron allemand au travail »40. Au lendemain d’une visite à la grande usine pétrochimique des Rheinische Ölefinwerke (RÖW) à Wesseling, construite treize ans plus tôt par la BASF en coopération avec Shell, Simon Lazard félicite en ces termes Bernhard Timm, le successeur de Carl Wurster :

  • 41 Lettre à Bernhard Timm, 28 avril 1966, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

« Tout paraît simple aujourd’hui, mais, à l’époque, il fallait avoir beaucoup de courage et mettre en oeuvre des qualités exceptionnelles pour prévoir l’avenir du polyéthylène, réussir les négociations avec Shell et prendre les décisions correspondantes. Les résultats obtenus actuellement par RÖW justifient votre action, montrent la valeur de vos idées et vous apportent très certainement une satisfaction bien légitime »41.

45L’hommage a d’autant plus de prix qu’il émane de celui qui, en tant que président de Cochimé, s’apprête au même moment à diriger les premiers pas d’une joint-venture qui, on le sait, associe également à la BASF la Shell, mais cette fois par l’intermédiaire de sa filiale française.

  • 42 Entretien avec l’auteur, 13 septembre 2000.
  • 43 Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 87 et ss.

46Quant à la longévité dans l’exercice des fonctions dirigeantes, elle est particulièrement sensible à Christian de Saint-Amand, relatant son expérience en tant que gérant d’UFALEX de 1967 à 1976. Pour lui, elle provient du fait qu’» en Allemagne, les cadres travaillent d’abord pour l’entreprise, alors qu’en France ils travaillent d’abord pour le patron derrière lequel ils font carrière au sein des groupes »42. A ses yeux, les résultats obtenus proviennent donc moins des méthodes de gestion appliquées que de la continuité des équipes dirigeantes à la tête des entreprises. Contrairement au système français, marqué par une succession rapide d’états-majors gravitant autour de présidents qui changent trop fréquemment pour avoir le temps nécessaire à la mise en oeuvre de stratégies cohérentes, les entreprises allemandes bénéficient de la permanence et de la longue durée. « Les membres de [l’]élite industrielle [y font] l’essentiel de leur carrière dans l’industrie et, pour les trois quarts d’entre eux, dans le groupe dont ils deviendront dirigeants »43. Le « modèle allemand » se caractériserait donc ici par une faible mobilité entre les entreprises, un âge d’accès relativement élevé aux conseils de surveillance et aux directoires, une prédominance des « carrières maison ». L’Allemagne est le pays par excellence des compétences professionnelles acquises prioritairement dans l’entreprise, des carrières qui se déroulent avec lenteur et régularité, des étapes successives patiemment franchies à l’intérieur de structures d’organisation marquées par la stabilité.

  • 44 Voir Robert Locke, Management and higher education since 1940. The influence of America and Japan o (...)
  • 45 Lettre de Simon Lazard à Jean-Philippe Dennis, directeur général de l’INSEAD, 5 décembre 1967, Papi (...)

47Elle n’est pas par contre celui du modernisme dans les méthodes managériales. Les dirigeants français, on l’a vu, sont souvent amenés à introduire dans les filiales et succursales qu’ils possèdent outre-Rhin des techniques importées des Etats-Unis, déjà utilisées en France mais qui par contre restent encore inemployées en Allemagne. On retrouve ici les analyses des historiens de l’enseignement de la gestion. Ceux-ci ont montré que les écoles de gestion, fondées durant les années d’après guerre en Europe occidentale grâce à l’influence et aux capitaux américains, se sont d’abord implantées en Grande-Bretagne, en France ou en Italie, mais non en Allemagne44. C’est en particulier le cas de l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD) qui a été fondé à Fontainebleau en 1957 par la Fondation Ford, en collaboration avec la Chambre de commerce de Paris, ainsi qu’avec le Centre de préparation aux affaires, créé dès 1930 et qui fut le premier à introduire dans l’enseignement de la gestion la méthode des cas imitée de Harvard. L’INSEAD dispense à des élèves originaires de tous les pays de la CEE un enseignement trilingue, en français, anglais et allemand. Son action cependant n’est guère couronnée de succès auprès du public allemand, car les grandes firmes ne lui font pas confiance pour la formation professionnelle des cadres qu’elles recrutent, préférant, comme elles l’ont toujours fait, la prendre elles-mêmes en charge. Aussi le directeur général de l’INSEAD se plaint-il auprès de Simon Lazard, qu’il sait influent à la BASF, que les jeunes diplômés de Fontainebleau ne trouvent jamais à s’y embaucher car, « du haut en bas de l’échelle, tous les membres sont persuadés que ce qui se fait à Ludwigshafen représente le mieux possible [sic] dans tous les domaines »45.

  • 46 Analysé notamment par Volker R. Berghahn, Americanization of West German industry 1945-1973, Cambri (...)
  • 47 Comme le montrent Giuliana Gemelli et Benedict Rodenstock, « German obstinacy and its historical va (...)

48La réticence allemande à l’introduction du management s’explique. Outre les facteurs politiques, notamment un antiaméricanisme présent dans le monde des élites politiques et économiques46, il faut aussi faire sa part à l’existence, ancienne en Allemagne, d’une science de l’organisation des entreprises, la Betribswirtschaftslehre, dispensée dans les universités, conçue comme une addition de disciplines spécifiques (comptabilité, droit commercial, publicité, sciences de l’ingénieur...), mais non pas comme une préparation générale des cadres supérieurs d’entreprises à l’exercice de leurs responsabilités. La Betriebswirtschaftslehre n’est pas la version allemande du management. Elle en serait même plutôt le contraire, dans la mesure où celui-ci, parce qu’il refuse la spécialisation excessive des connaissances, est considéré dans mainte entreprise comme une formation inadaptée. Ainsi s’explique que pendant longtemps, malgré les efforts des organisations patronales, et notamment du BDI, n’aient pu être organisés en Allemagne que des séminaires temporaires destinés à la formation des jeunes cadres, et non pas de véritables écoles dispensant un enseignement dans le cadre de structures permanentes47.

  • 48 Voir notamment, sur les cabinets d’ingénieurs -conseils à partir de 1919, Aimée Moutet, Les logique (...)

49L’efficacité des structures d’organisation allemandes trouve ici ses limites. C’est même justement parce que les chefs d’entreprise y possèdent une connaissance technique particulièrement poussée dans leur domaine d’activité spécifique qu’ils témoignent d’une indéniable résistance face au management à l’américaine qui exerce auprès de leurs homologues français une séduction à laquelle maintes analyses ont été consacrées48.

C. L’OUVERTURE À LA CONCURRENCE

50Un dernier aspect contribue aux vertus du modèle allemand : l’importance de la concurrence qui l’accompagne et en règle le fonctionnement, tant à l’intérieur même du pays que sur les marchés internationaux. L’acceptation de la concurrence est certes en Allemagne en partie un phénomène forcé. Depuis la fin de la guerre, les chefs d’entreprise doivent s’y plier à la triple pression qu’exercent sur eux les autorités américaines, la construction européenne et le gouvernement fédéral, soucieux de mettre en application les principes de l’économie sociale de marché. Pourtant les industriels français, même s’ils restent eux aussi nombreux à préférer les ententes héritées du passé, se laissent peu à peu convaincre, au fil des ans, des vertus de la concurrence. L’Allemagne leur fournit un exemple de « troisième voie » dans la recherche d’un mode de régulation capable d’éviter simultanément les excès d’une compétition destructrice et ceux d’un malthusianisme paralysant, permettant de bénéficier des avantages de la liberté tout en évitant d’en subir les risques.

  • 49 Historique d’UFALEX, établi par Christian de Saint-Amand en 1993 à l’usage de l’Institut français d (...)

51Sur le marché intérieur allemand, dans toutes sortes de branches, « des câbles au verre, en passant par la chaussure [et] l’aluminium », les entreprises adhèrent volontairement à un système mis en place à la fin des années 1950 dans le cadre de l’OECE sous le nom d’OPS (open price system). Tel qu’il est exposé par l’Union des exportateurs français de demi-produits en aluminium (UFALEX), il joue le rôle d’une banque de données recueillant « toutes les offres de prix détaillées et toutes les factures établies au moment des livraisons », pour les communiquer aux entreprises adhérentes qui souhaiteraient s’en servir pour établir leurs propres propositions de prix. Censée améliorer la transparence du marché et empêcher les ententes autour de barèmes syndicaux, ce système, au témoignage de plusieurs industriels français établis en Allemagne, n’a donné que des résultats peu convaincants. Beaucoup de firmes s’en retirent en effet, ayant constaté que les prix OPS déclarés par leurs concurrents n’empêchaient aucunement la pratique des rabais occultes et des marchés réservés49. Il n’en reste pas moins qu’il représente une étape appréciable dans la voie d’une totale liberté de concurrence et que c’est en partie dans leurs filiales et succursales allemandes que les firmes françaises en ont fait l’expérience.

  • 50 Rapport de Louis Robichez et Robert de Maintenant, du Comité central de la laine, 8 novembre 1949, (...)

52Quant à la concurrence internationale, devenue entière depuis la mise en place du Marché commun qui entraîne la disparition définitive des dernières ententes subsistant entre les producteurs des différents pays, elle semble, elle aussi, de mieux en mieux acceptée par les industriels français. L’exemple allemand n’y est sans doute pas étranger. En 1949, seules certaines branches de tradition libre-échangiste comme l’industrie de la laine se félicitaient d’observer outre-Rhin « la tendance très nette au libéralisme économique [...] qui se traduit par l’absence de toute règle de répartition des produits industriels, de toute réglementation des prix et par une prise de position « en flèche » sur le terrain de la libération des échanges [qui] contraste avec ce que l’on sait du tempérament des Allemands et de leurs habitudes intellectuelles »50. Elles deviennent progressivement de plus en plus nombreuses, au point de représenter la majorité au cours des années 1960.

  • 51 Les Echos, 28 avril 1949, article figurant dans la revue de presse de la direction des Textiles et (...)

53Dans ce mouvement qui les pousse à l’acceptation de la libre concurrence sur les marchés mondiaux, un certain complexe d’infériorité vis-à-vis de l’Allemagne joue sans doute pour convaincre les industriels français de surmonter leur frilosité traditionnelle. En témoigne, parmi de multiples exemples, un article que consacre Emile Servan-Schreiber en avril 1949 à une exposition allemande tenue au Rockefeller Center de New York. Les appareils photographiques, articles de maroquinerie, jouets et porcelaines s’y vendent particulièrement bien, grâce à « 150 vendeurs commercialement stylés, donnant toutes les explications, tous les prix étant affichés et calculés franco New York », tandis que, « dans le même temps, une petite exposition tournante française, d’une apparence pauvre et insuffisante, se promène de ville en ville, présentée par des jeunes gens peu rompus aux affaires, qui ne peuvent indiquer ni prix, ni délais de livraison »51.

  • 52 Voir le journal de Wilhelm von Menges, publié et commenté par Reinhard Neebe, Überseemärkte und Exp (...)
  • 53 Statistiques douanières françaises, reproduites dans une étude interne non datée de la Direction de (...)
  • 54 Voir supra, deuxième partie, chapitres IV, II-A, et V, II-C.
  • 55 Historique d’UFALEX, établi par Christian de Saint-Amand, précité.

54Mais ce sont aussi les données objectives qui incitent les firmes françaises à adopter de nouveaux comportements commerciaux Elles constatent la rapidité avec laquelle l’Allemagne se réinsère dans les échanges mondiaux, ne serait-ce qu’à travers la concurrence qu’elles en subissent, y compris de la part de firmes comme la Gutehoffnungshütte, dont le président, Hermann Reusch, milite certes en faveur de la réconciliation franco-allemande, mais dont les exportations, sous l’impulsion de son successeur, Wilhelm von Menges, connaissent une spectaculaire renaissance, en particulier sur les marchés d’Europe centrale et orientale52. Aussi les entreprises françaises sont-elles, sur ce plan, réduites à imiter l’Allemagne. Elles le font parfois de manière radicale. Un cas paraît exemplaire à cet égard, celui des fabricants de demi-produits en aluminium. Au début des années 1950, pour écouler leur production à l’étranger, ils avaient créé UFALEX, sous la forme d’un simple comptoir de vente à l’exportation, fonctionnant selon des règles de péréquation des bénéfices et de répartition des contingents analogues à celles en usage dans les cartels de l’entre-deux-guerres. Or, à la fin des années 1960, UFALEX s’est doublement transformé. Les concentrations survenues dans le secteur en ont fait la branche exportatrice de Cegedur. Surtout, UFALEX travaille désormais dans un climat de pleine liberté de concurrence, tant pour le choix de ses fournisseurs que pour les prix proposés à la clientèle. Les résultats obtenus témoignent des vertus du changement intervenu. En 1960 encore, la France n’exportait vers l’Allemagne que 1 170 tonnes de demi-produits d’aluminium à usage non électrique. En 1967, le chiffre a quadruplé, passant à 4 689 tonnes. La progression allemande sur le marché français est certes encore plus impressionnante, de 222 à 7 740 tonnes, soit une multiplication par 3553. Il reste qu’au contact de l’Allemagne, UFALEX a acquis un dynamisme exportateur remarquable. Grâce à lui, Pechiney a remporté dans ce domaine d’indéniables résultats qui contrastent avec ses hésitations dans le marché de la feuille mince d’aluminium et son refus persistant de s’implanter outre-Rhin en tant que producteur de lingots54. L’option prise en faveur d’une concurrence complète était la bonne. En 1967, à titre symbolique, UFALEX reçoit des pouvoirs publics le grand prix de l’Oscar de l’exportation55.

55Au total, pour les responsables français, l’Allemagne a représenté un exemple, et même à bien des égards un « modèle », bien avant que les pouvoirs publics ne la proposent à l’imitation des chefs d’entreprise et des partenaires sociaux, en particulier sous la présidence de Georges Pompidou. Son image s’en est d’ailleurs trouvée quelque peu modifiée. Par exemple, sa supériorité technologique, naguère jugée insurpassable, retient désormais moins l’attention que son efficacité concurrentielle ou son calme social, qui tous deux amorcent le fameux « cercle vertueux » de la croissance extravertie non inflationniste. De même, aux grands konzerns dont les observateurs célébraient le gigantisme des installations, se substituent les petites et moyennes entreprises, spécialisées dans des « créneaux porteurs » et gérées de façon à la fois souple et efficace. Le « modèle » allemand a donc un contenu changeant qui constituerait d’ailleurs à lui seul un intéressant sujet pour une étude des représentations collectives. Mais si l’Allemagne a stimulé les transformations de l’économie et de la société françaises durant cette période, c’est aussi d’une dernière manière : en oeuvrant à la mutation interne du monde patronal, tout en lui faisant prendre conscience des vertus du dialogue entre les deux pays.

III. L’INFLÉCHISSEMENT DES ATTITUDES PATRONALES

A. LE RENOUVELLEMENT PARTIEL DU MONDE PATRONAL

  • 56 Pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage du géographe Jean Chardonnet, L’économie française : étud (...)

56Dans l’immédiat après-guerre, le monde patronal français évoquait par beaucoup de ses aspects la France des années 1930 bien plus qu’il ne laissait pressentir le considérable renouveau qui se manifesterait par la suite : persistance de l’individualisme, repli sur des marchés réservés, refus de l’intervention de l’Etat, crainte face au pouvoir syndical, attachement à une gestion de type traditionnel, tous ces traits dénoncés alors par l’historiographie anglo-saxonne semblaient encore très présents aux observateurs du moment, amenés à s’interroger, non sans angoisse, sur les « raisons d’une décadence et les possibilités de redressement »56. A la fin des années 1960, la mue semble évidente : acceptation de la compétition internationale, souci de dialogue avec les partenaires sociaux et les pouvoirs publics, engouement pour les modèles de gestion étrangers, recherche de la taille maximum... On pourrait multiplier les symptômes qui témoignent de la réalité de cette transformation interne du monde patronal. Les contacts noués avec des milieux d’affaires de l’autre côté du Rhin y ont pris une part non négligeable.

57On souhaiterait le montrer ici en s’attachant essentiellement à cette fraction de plus en plus nombreuse du monde patronal que forment les cadres supérieurs de haut niveau. Faisant toute leur carrière au sein des grands groupes, y dirigeant certains services ou divisions où ils prennent leurs décisions en toute responsabilité, ceux-ci, lorsqu’ils se spécialisent dans les affaires allemandes, présentent plusieurs traits caractéristiques. Ils les partagent certes avec certains chefs d’entreprise propriétaires de la totalité ou d’une partie du capital de leur firme. Mais ce sont bien pour l’essentiel des cadres salariés qu’il s’agira ici. Ces spécialistes des affaires allemandes forment un milieu relativement homogène, tant par l’âge que la formation antérieure, le déroulement des carrières ou les formes de sociabilité.

  • 57 Témoignage oral recueilli le 3 juin 1999, confirme par celui accordé les 7 et 8 décembre 1998 à San (...)

58L’âge les rattache à une même génération, née autour de la première guerre mondiale. Simon Lazard, à L’Air Liquide, né en 1901, fait figure d’aîné. Mais Jean-Louis Schrader, chez Saint-Gobain, Pierre Single, à la Compagnie de Pont-à-Mousson, tous deux nés en 1907, Théodore Kaas, à Harpener Bergbau, Jean-Arthur Varoquaux, à la Compagnie de Pont-à-Mousson, François Bénard, à UFALEX, nés entre 1917 et 1919, sont sensiblement contemporains. Quant à Jacques-Henry Gros, le président de la Société anonyme d’industrie cotonnière de Mulhouse, il est né en 1911. Parvenus à l’âge adulte durant les années 1930, ces hommes n’ont pu qu’être très marqués par la « montée des périls », l’arrivée du nazisme au pouvoir, puis la guerre et l’Occupation. Comme l’explique non sans humour Simon Lazard, évoquant l’état d’esprit dans lequel il se trouvait vis-à-vis des Allemands en 1945 : « Ils m’ont empoisonné pendant toute la guerre. Je vais aller voir ce que c’est : c’est la réflexion qui m’a guidé pendant toute ma carrière »57.

59Tous ces dirigeants ont fait leurs études supérieures dans des écoles de haut niveau. Il s’agit le plus souvent de l’Ecole polytechnique, complétée par l’Ecole des Mines, comme pour Simon Lazard, Pierre Single, Théodore Kaas, Jean-Arthur Varoquaux. Parfois aussi, la formation a été reçue à l’Ecole des hautes études commerciales comme pour Jacques-Henry Gros et François Bénard. Seul Jean-Louis Schrader, titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Genève, se distingue par un parcours atypique, sans doute en raison de sa nationalité luxembourgeoise. Quant à l’Ecole nationale d’administration, elle n’apparaît pas encore dans les cursus, sauf pour Jean Poincaré, responsable des affaires internationales chez Pechiney, qui, né en 1922, n’appartient pas vraiment à la génération que nous tentons de caractériser ici.

  • 58 Sur cette collaboration, voir Roselyne Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Paris, Editions (...)

60Tous ont fait le même type de carrière à l’intérieur des groupes, après parfois un passage dans la haute administration, comme Simon Lazard qui appartint au Commissariat général aux affaires allemandes et autrichiennes avant de rejoindre L’Air Liquide, ou comme Jean Poincaré, entré chez Pechiney au milieu des années 1960, auparavant membre de l’administration préfectorale, puis chef de cabinet de Léon Daum à la Haute Autorité de la CECA, enfin proche collaborateur de Paul Delouvrier à Alger et à Paris58. Dans le groupe auquel ils appartiennent, soit ils dirigent une importante filiale ou succursale en Allemagne, soit ils font partie du service qui, à l’état-major de la firme, s’occupe des rapports avec l’Allemagne. C’est ainsi que Jean-Louis Schrader a longtemps dirigé la succursale allemande de Saint-Gobain d’Aix-la-Chapelle, que Jean-Arthur Varoquaux a été d’abord directeur-adjoint, puis directeur général d’Halberger Hütte à Brebach, en Sarre, que Jean-Louis Carrié a été le gérant de la Deutsche Total Treibstoff GmbH, sise à Dusseldorf. Par contre, c’est comme ingénieur-conseil chargé des affaires allemandes, rattaché directement au directeur général, que Simon Lazard travaille au sein de L’Air Liquide, même s’il occupe aussi les fonctions de gérant de la filiale allemande du groupe, qui n’est qu’une simple antenne commerciale, et non un établissement de production. De même, c’est depuis Paris que François Bénard gère l’ensemble des exportations de demi-produits d’aluminium des firmes françaises regroupées autour de Pechiney dans le cadre d’UFALEX, tout en consacrant une bonne part de son activité au développement des ventes vers l’Allemagne.

  • 59 Roger Martin se contente de noter à ce sujet : « Jean-Arthur Varoquaux était obstiné dans ses desse (...)

61La longévité dans les fonctions est grande. Elle atteint 23 ans pour Jean-Louis Schrader, 20 ans pour Simon Lazard, 16 ans pour Jean-Arthur Varoquaux, 13 ans pour François Bénard, 11 ans pour Jean-Louis Carrié. Elle s’accompagne parfois d’une extrême mobilité dans les lieux d’exercice de la profession. Le record est sans doute détenu ici par Simon Lazard qui, selon son témoignage, passe l’essentiel de son temps en d’incessants déplacements entre Paris, Dusseldorf, le siège de la filiale allemande de L’Air Liquide, Francfort, où il doit entretenir ses relations dans le monde de la banque, et Ludwigshafen, où l’appellent les séances du conseil de surveillance de la BASF. Souvent, ce sont les succès remportés dans telle ou telle occasion qui expliquent le parcours suivi à l’intérieur du groupe : Jean-Louis Schrader termine sa carrière en venant à Paris diriger la branche Vitrage de la direction générale des Glaceries. Après une brillante gestion d’Halberger Hütte, Jean-Arthur Varoquaux accède en 1966 au poste de délégué général de la Compagnie de Pont-à-Mousson en Allemagne. Il n’y restera que deux ans seulement, car, en désaccord avec Roger Martin sur le projet de fusion entre Halberger Hütte et les Pompes Guinard, il doit bientôt quitter le groupe, à la demande du président59.

  • 60 Compte rendu de la visite de Paul Jean à Dortmund, 29 mai 1956, Archives Pechiney, 001-4-20465.
  • 61 Lettre de Jean-Arthur Varoquaux à Arnaud de Vogüé, 26 avril 1968, Archives Saint-Gobain, CSG 293/59 (...)

62Entre ces hommes, se nouent des formes de sociabilité d’autant plus aisément qu’ils représentent un groupe aux effectifs limités, dont les membres se connaissent souvent personnellement, soit qu’ils soient passés par les mêmes établissements d’enseignement, soit qu’ils entretiennent entre eux des relations d’affaires. Ils échangent volontiers leurs expériences. Théodore Kaas accueille sans réticence aucune en mai 1956 à Dortmund, au siège d’Harpener Bergbau, le directeur de Naphachimie, Paul Jean, venu lui demander des renseignements sur la chimie des oléfines, à tel point que ce dernier, rendant compte de son voyage, écrit avoir eu « l’impression d’une discussion entre amis »60. Jean-Arthur Varoquaux souhaite en avril 1968 exposer à Jean-Louis Schrader « certains problèmes d’organisation et de gestion du personnel [posés par] l’expansion des participations du groupe Pont-à-Mousson en Allemagne fédérale » et connaître les solutions qu’il y a apportées en tant que directeur général des VEGLA. Il doit néanmoins, pour le rencontrer, solliciter une autorisation de la part du président du groupe, Arnaud de Vogüé, qui la lui accorde d’ailleurs sans difficultés apparentes61.

63Enfin, beaucoup participent aux mêmes associations professionnelles et institutions consulaires. Parmi eux nombreux sont ceux qui adhèrent à la Chambre de commerce franco-allemande, soit à titre individuel, soit en tant que représentants de la firme ou du groupement professionnel auquel ils appartiennent. Certains sont membres d’autres associations, soit en Allemagne, comme l’Association française pour le développement des relations économiques avec la Sarre, soit en France comme le Cercle franco-allemand ou comme plusieurs instances souvent décrites comme les « ailes marchantes du patronat français », telles que l’ACADI (Association des cadres dirigeants de l’industrie) ou le CJP (Centre des jeunes patrons). Mais le rôle joué par ces diverses formations dépasse évidemment de beaucoup le simple rassemblement d’intérêts professionnels. Il permet de nouer un dialogue qui, malgré ses limites, a été puissamment encouragé par le développement des relations d’affaires et a contribué à convertir toute une fraction du patronat français aux vertus de la coopération entre les deux pays.

B. PROGRÈS ET LIMITES DU DIALOGUE FRANCO-ALLEMAND

64On a déjà évoqué à plusieurs reprises la Chambre officielle de commerce franco-allemande, les circonstances de sa création par les pouvoirs publics en 1955, la composition de ses instances dirigeants, les prises de position qu’elle a été amenée à prendre, au sujet des problèmes douaniers et de la construction européenne notamment. Il reste à montrer en quoi elle a été l’instrument du dialogue qui s’est peu à peu noué entre les membres du patronat de part et d’autre du Rhin.

  • 62 « La Chambre officielle franco-allemande de commerce et d’industrie a vingt ans », article signé AP (...)

65La Chambre entend remplir ce rôle par le mode de fonctionnement dont elle s’est elle-même dotée. Rappelons que sa structure est rigoureusement paritaire et qu’alternent à sa tête chaque année un président français, puis allemand, élus par un conseil d’administration de trente membres, composé en nombre égal de nationaux des deux pays. Le caractère paritaire de l’institution s’étend aux deux secrétaires généraux, eux-mêmes secondés, jusqu’en 1965, par des secrétaires adjoints. La Chambre a son siège à Paris, 91, rue de Miromesnil, et c’est dans les locaux de la CCP, avenue de Friedland, que se tient son assemblée générale annuelle. Mais, pour les sessions du conseil d’administration, les dirigeants prennent soin de choisir, outre Paris et les villes de province françaises, les grandes métropoles économiques d’Allemagne fédérale. Récapitulant l’oeuvre accomplie à l’occasion du vingtième anniversaire de l’institution, les rédacteurs de sa revue recensent, sur 50 réunions tenues par le conseil depuis 1955, 30 réunions à Paris, 6 en province, 14 en Allemagne62.

66Outre ses organes dirigeants, la Chambre possède également des commissions entre lesquelles ses membres se répartissent et qui sont un moyen privilégié pour nouer entre eux des contacts suivis. Il en existe quatre, toujours co-présidées par un membre français et un membre allemand : Echanges commerciaux, Banques et assurances, Transports, Questions juridiques et brevets. La première, devenue par la suite Comité pour les questions agricoles, est présidée, côté français, par un mandataire des Halles spécialisé dans le commerce des viandes, Ernest Lemaire-Audoire, et, côté allemand, par le négociant en céréales de Hambourg, Alfred Toepfer. Elle est si nombreuse (461 membres en 1956) qu’elle doit se subdiviser en plusieurs comités. C’est également le cas de la commission des Transports, longtemps présidée, pour la France, par l’armateur algérois Laurent Schiaffino, puis par le transporteur routier Georges Gallienne, et, pour l’Allemagne, par le Dr Wennhold, membre du Sénat de Brême. La commission Banques et assurances est présidée par Jean Wenger-Valentin, président du Crédit industriel d’Alsace-Lorraine, de concert avec Otto Pirkham, directeur des relations étrangères à la Deutsche Bank. Enfin, à la tête de la commission Questions juridiques et brevets, se trouvent l’ancien ministre des Finances du gouvernement Daladier Paul Marchandeau, devenu administrateur de la société Champagne Heidsieck-Monopole, et le banquier allemand Dietrich von Grunelius, membre du directoire de la Commerzbank. En 1965, leur succèdent Charles Célier, maître des requêtes honoraire au Conseil d’Etat, devenu président de Remington France, qui est en même temps l’un des principaux animateurs du Cercle franco-allemand, et Gerhardt Frentzel, du Deutscher Industrie-und Handelstag, lui-même remplacé l’année suivante par Carl Weyer, membre du directoire d’AGFA-Gevaert.

67Grâce à ces institutions, la Chambre remplit une triple mission. Elle informe ses membres de tout ce qui concerne le développement des relations économiques entre les deux pays. Elle défend leurs intérêts auprès des pouvoirs publics. Enfin elle leur fournit de multiples services, dont les moindres ne sont pas les possibilités de rencontres informelles qu’elle procure.

68La mission d’information découle d’abord des réunions des commissions, souvent assidûment fréquentées, en particulier celles de la commission Banques et assurances et de la commission Questions juridiques et brevets. Leurs travaux donnent aux membres l’occasion, non seulement de se tenir au courant de l’évolution de la réglementation, mais aussi d’auditionner des experts extérieurs à la Chambre, avocats d’affaires, hauts fonctionnaires, universitaires, qui font le point sur l’évolution de tel ou tel problème. Il en résulte des brochures, éditées par la Chambre, qui, sur certains points précis, complètent les informations déjà fort détaillées publiées par la revue bimestrielle de l’association. De 1967 à 1975, on en recense dix-sept, rédigées en français et en allemand, sur des sujets comme l’introduction de la TVA en Allemagne, le statut juridique des représentants et des agents commerciaux, les techniques de prospection du marché, les problèmes de double imposition, la fondation des succursales, le droit d’établissement... Complétée par les rubriques régulières contenues dans la revue telles que le calendrier des foires et expositions, le cours des changes et des grands produits de base, confortée par les voyages d’études et les rencontres organisés dans les deux pays (31 de 1967 à 1975, dont 8 pour la seule année 1969), la mission d’information dont la Chambre s’acquitte auprès de ses membres semble bien remplie.

  • 63 Conférence tenue devant la COCFA le 31 janvier 1966, Revue économique franco-allemande, 1966, n° 2.

69Mais la Chambre est aussi le moyen pour ses membres d’entretenir un contact permanent avec les pouvoirs publics et, le cas échéant, de réclamer des mesures conformes à leur intérêt commun. Gouvernants et hauts fonctionnaires sont souvent conviés aux réunions qu’elle organise. Ils y diffusent certains thèmes auprès du monde patronal. Ils en testent les réactions, tentent de le convaincre d’adopter telle ou telle attitude. Par exemple, le directeur des Relations économiques extérieures au ministère de l’Economie et des Finances, André Valls, encourage ses auditeurs à intensifier « la concentration des entreprises sur le plan européen, les accords de spécialisation et de sous-traitance, les formes de coopération nouvelle en matière de recherche, de formation professionnelle », meilleur moyen, selon lui, de « donner à l’Europe son visage industriel et [...] de modifier profondément dans le long terme le volume et la structure des échanges franco-allemands ». Son homologue allemand, Günter Keiser, haut fonctionnaire au ministère fédéral de l’Economie, lui succède immédiatement à la tribune, développant les mêmes thèmes en un accord qui se veut d’autant plus convaincant auprès de l’auditoire63.

  • 64 Note de Georges Morin, président de la commission des Accords commerciaux du CNPF, à André Grandpie (...)

70Institutionnellement, la Chambre est associée aux organismes créés par les deux gouvernements pour promouvoir la coopération franco-allemande, où siègent, à côté de hauts fonctionnaires, les représentants des intérêts privés. Il est ainsi prévu de faire appel à elle pour composer le Comité économique officiel mixte franco-allemand, dont la création a été décidée par les accords de Paris en octobre 1954. Cependant cet organisme ne se peut guère se développer, la conception qu’en ont les deux gouvernements s’avérant différente. Le gouvernement allemand souhaiterait n’y fait rentrer que des hommes d’affaires, le gouvernement français que des hauts fonctionnaires. Pour le CNPF, un tel choix reviendrait à priver le Comité mixte de toute efficacité, « sous prétexte que les problèmes économiques franco-allemands (Sarre, Moselle, etc.) sont imprégnés de politique »64. En septembre 1956, le gouvernement Guy Mollet semble partager ce point de vue et souhaite rapprocher le Comité mixte de la Commission franco-allemande animée, au sein du CNPF, par Maurice Silhol, un industriel du tube d’acier. Mais le ministère des Affaires étrangères est hostile à cette solution, ce qui affaiblit d’autant l’audience du Comité mixte.

  • 65 Y participent, dans les salons parisiens de l’Union interalliée, le 30 mai 1967, Michel Debré et Ol (...)

71Il existe aussi, dès 1958, un Comité agricole franco-allemand. Enfin, en juin 1965, les deux ministres de l’Economie respectifs, Valéry Giscard d’Estaing et Kurt Schmücker, créent un Bureau d’études franco-allemand pour la coopération des entreprises industrielles. Composé, pour la partie française, de personnalités désignées par le ministre de l’Economie et des Finances sur proposition du CNPF, il est placé sous la présidence de Paul Huvelin. Parmi les huit représentants patronaux qui y siègent, on relève sans grande surprise les noms de certains membres en vue de la COCFA, comme Jacques Ferry (Chambre syndicale de la sidérurgie), Jean de Précigout (Union des industries textiles), Paul Jean (Pechiney-Saint-Gobain), Ernest Lemaire-Audoire (Fédération nationale de la boucherie en gros). Ce Bureau rédige, en étroite collaboration avec la COCFA, un Manuel pratique pour la coopération franco-allemande dont la sortie donne lieu à une importante manifestation en mai 196765.

  • 66 Article de présentation de l’INSEAD publié dans Hommes et Commerce, revue de l’association des anci (...)

72La Chambre peut ainsi rendre aux entreprises qui en sont membres des services importants. Certains dépassent la simple information sur les problèmes du moment. Elle assure pour elles l’inscription aux foires et expositions qui se tiennent chaque année en Allemagne. Elle promeut les jumelages entre chambres de commerce des deux pays : à la mi-1962, sont associées Marseille et Hambourg, Lyon et Francfort, Nancy et Cologne, Strasbourg et Stuttgart, Colmar et Fribourg, Roubaix et Mönchen-Gladbach... Elle organise, en collaboration avec les écoles supérieures de commerce et le Goethe Institut, des examens d’allemand commercial. Elle entretient des relations actives avec l’INSEAD qui s’expliquent en partie par le fait que Jean Marcou, qui a présidé la CCP en 1958-1959, puis la COCFA en 1963-1976, est attentif à l’enseignement des méthodes de gestion modernes et souhaiterait voir l’INSEAD devenir un vivier de recrutement pour « des états-majors préparés à des conceptions internationales [dans] les nouveaux ensembles économiques en cours de formation »66.

  • 67 Lettre de Simon Lazard au baron von Falkenhausen, 16 octobre 1968, Papiers Lazard, dossier Courrier (...)

73Mais toute cette action « officielle » de la Chambre est peut-être moins décisive que le rôle « occulte » qu’on pressent la voir jouer en maintes occasions. Elle représente un lieu idéal pour des rencontres informelles entre les membres des deux patronats qui profitent souvent de ses réunions pour entamer ou poursuivre entre eux des discussions d’affaires. Et le caractère très officiel, voire guindé, de ses séances n’exclut pas des liens qui, souvent, peuvent s’avérer utiles. Relevons par exemple ce mot envoyé en octobre 1968 par Simon Lazard, membre depuis cinq ans du conseil d’administration de la Chambre, à son ancien président allemand, le baron von Falkenhausen, coassocié de la maison de banque Burkhardt, à Essen. On est alors en pleine période de négociations entre L’Air Liquide et les Klöckner Werke au sujet de fournitures d’oxygène pour les aciéries de Brême. Simon Lazard le remercie d’être intervenu auprès du groupe sidérurgique pour que soit retenue l’offre présentée par L’Air Liquide et, à propos d’une prochaine réunion de la Chambre à laquelle von Falkenhausen ne peut se rendre, ajoute : « Je saluerai de votre part M. Marcou et nos autres collègues »67.

  • 68 Revue économique franco-allemande, 1966, n° 1 ; procès-verbal du conseil d’administration de la COC (...)

74On ne saurait non plus négliger le rôle qu’a joué la Chambre, tout simplement, en tant qu’espace de convivialité. En décembre 1965, se crée en son sein une section qui regroupe les « jeunes cadres » de moins de quarante ans, sous une forme « comparable aux cercles de jeunes (Juniorkreisen) existant déjà dans les chambres de commerce et d’industrie allemandes »68. Placée sous la double présidence d’un Français travaillant à la succursale parisienne de la firme d’optique Leitz et d’un Allemand employé par la compagnie d’assurances Allianz, elle regroupe à ses débuts 45 membres, répartis de manière sensiblement égale entre les deux pays. Même si l’on y trouve davantage de cadres relevant d’entreprises du secteur tertiaire (20 cas) que de firmes industrielles (14 cas), et si l’on ignore comment a évolué ultérieurement cette création, elle témoigne chez ses promoteurs d’une conscience commune de leur situation et de la nécessité de se regrouper pour en examiner les différents aspects. Et l’on ne saurait oublier les « soirées de bière » (Bierabende) qui, à intervalles plus ou moins réguliers, rassemblent les membres français et allemands de la Chambre, dans les locaux de la Lufthansa, rue Royale, à Paris, ni les petites annonces, pour des offres d’emploi, des adresses immobilières, des indications à caractère touristique, que contient la revue publiée par la Chambre.

  • 69 Procès-verbal du conseil d’administration de la Chambre, 17 février 1956, Archives CCIP, 15-10(6).

75Il reste que, même si elle a su, à de nombreux égards, favoriser le dialogue entre les membres des deux patronats, la Chambre a ses fragilités. Sans cesse à court d’argent, elle dépend des subventions versées par les administrations de tutelle, institutions consulaires et organisations patronales. Les cotisations versées par les entreprises membres ne suffisent en effet pas à équilibrer ses comptes. Huit mois après sa création, le président Fougerolle reconnaît devant le conseil d’administration que « l’on a tiré une traite sur l’avenir » et estime à 3 000 au minimum le nombre de membres nécessaire pour pouvoir se passer des subventions69. Rappelons-le : à son point culminant, en 1962, on dépassera à peine le chiffre de 2 000 adhésions. Aussi doit-on renoncer à certaines initiatives comme l’ouverture d’un bureau permanent à Cologne en 1958, dans des locaux gracieusement prêtés par la Société générale alsacienne de banque, qu’il faut se résoudre à fermer lorsque, quatre ans plus tard, la banque décide d’en reprendre l’usage. La partie allemande pourrait, de l’aveu même des dirigeants, contribuer plus activement au financement de la compagnie. Mais parité oblige : les subventions versées chaque année par le Deutscher Industrie-und Handelstag sont toujours strictement égales à celles versées par la partie française. Celles-ci proviennent essentiellement des pouvoirs publics, par l’intermédiaire du CNCE (Centre national du commerce extérieur) et, pour une moindre part, de la CCIP et du CNPF. Leur montant ne résultant d’aucune règle préétablie, leur reconduction annuelle est l’occasion de maintes difficultés.

  • 70 Lettre de Jean Marcou à Henri Courbot, président de la CCIP, à l’appui d’une nouvelle demande de su (...)

76Aussi les présidents successifs de la Chambre doivent-ils consacrer une partie de leur temps à des démarches auprès des bailleurs de fonds pour tenter d’obtenir au moins la poursuite de leurs versements : en 1962, auprès du CNPF et de la CCIP, qui estimaient que, cinq ans après sa fondation, la COCFA pouvait voler de ses propres ailes ; en 1965, auprès du Premier ministre Georges Pompidou et du secrétaire d’Etat allemand au ministère des Affaires étrangères Rolf Lahr ; en 1967, auprès du CNCE, dont le président, André Grandpierre, en tant qu’ancien patron de la Compagnie de Pont-à-Mousson et administrateur de la Chambre, parvient à obtenir pour elle quelques crédits supplémentaires au ministère des Affaires étrangères, à la condition toutefois qu’elle « intensifie ses interventions sur le marché allemand et accroisse l’efficacité de [son] action en faveur de l’exportation française »70.

  • 71 Procès-verbal de la réunion préliminaire des membres français du conseil d’administration, 11 octob (...)

77Une telle situation ne peut, en se prolongeant, qu’affaiblir l’institution. Elle attise entre ses membres des querelles nuisibles à son bon fonctionnement. Le risque est d’autant plus sensible qu’on voit périodiquement resurgir de graves dissensions entre partie allemande et partie française. Manifestement, certains dirigeants allemands, tant dans le monde politique qu’économique, acceptent mal l’existence d’un organisme qui a été créé à l’initiative du gouvernement français et ne présente à leurs yeux guère d’intérêt. En octobre 1961, sur fond de rumeurs d’une prochaine scission voulue par la partie allemande, le président Fougerolle doit réclamer à Olivier Wormser une entrevue au cours de laquelle il reçoit l’assurance du Quai d’Orsay qu’une telle demande serait « considérée comme inopportune ». Mais il n’en indique pas moins à l’un des administrateurs français de la Chambre que « l’administration allemande est favorable au maintien d’une Chambre paritaire, mais [qu’]il ne s’agit là que d’une position officielle », laissant entendre qu’elle est loin d’être partagée par l’ensemble du patronat allemand71.

  • 72 Lettre de Dominique Bagge à Emile Arrighi de Casanova, 19 mars 1973, Archives CCIP, 15-10(8).
  • 73 Lettre d’Alain Pottier-Thionville à Dominique Bagge, 11 avril 1975, Archives CCIP, I 5-10(8).

78Plus tard, mais nous sortons ici de la période que nous avons choisi d’étudier, la situation s’inverse. Les membres français en viennent à juger l’institution inutile, voire nuisible. En mars 1973, le responsable des relations internationales de la CCIP, Dominique Bagge, tente de convaincre son directeur général Emile Arrighi de Casanova qu’» il est dans notre intérêt d’utiliser à fond cet instrument d’approche du marché allemand, si l’on ne veut pas que la Chambre franco-allemande devienne une sorte de Chambre de commerce allemande en France »72. En avril 1975, le secrétaire général de la Chambre, Alain Pottier-Thionville, réagit vivement à la lecture d’un projet d’article signé du président de la CCIP pour le numéro spécial de la revue de la Chambre commémorant ses vingt années d’existence. On y lit en effet, après d’inquiètes remarques sur le creusement du déficit commercial infligé à la France par l’Allemagne : « Jusqu’à présent, les efforts de la Chambre franco-allemande ont surtout permis l’ouverture de notre marché aux industriels et aux investisseurs allemands »73. Jugé injuste, voire scandaleux compte tenu de l’action accomplie, ce passage maladroit sera retiré.

  • 74 Compte rendu de l’assemblée générale extraordinaire de la Chambre, 15 avril 1988, Contact, mai 1988 (...)

79Il reste que, du côté français, les aigreurs s’accumulent envers une institution dont la composition, au fil des ans, se déséquilibre de plus en plus nettement en faveur de l’Allemagne. À partir du début des années 1970, le nombre d’entreprises allemandes adhérentes excède de beaucoup celui des entreprises françaises. Le caractère paritaire de l’institution ne se maintient que difficilement, car les services rendus aux membres finissent par bénéficier pour l’essentiel aux cadres des firmes allemandes installées en France. En 1988, décidant de mettre fin à une entreprise dont elle juge la poursuite sans intérêt, la partie française demande et obtient la partition de la Chambre, sur pression, semble-t-il, de la CCIP. La section française s’installe à Sarrebruck et y fusionne avec la Chambre de commerce française en Sarre. La section allemande reste à Paris et, supprimant le terme « officiel » de sa dénomination, continue à s’y développer rapidement, en tant que Chambre franco-allemande de commerce et d’industrie. Mais, même si celle-ci accueille des membres français, la parité dans les structures d’organisation a disparu : au conseil d’administration, les membres français ne forment plus que le tiers du total74. Ainsi une institution qui avait pendant longtemps favorisé le dialogue entre les responsables des deux pays a-t-elle peu à peu renoncé à ce qui faisait son originalité.

  • 75 Voir supra, deuxième partie, chapitre V, III-C.
  • 76 Roger Robin, « Le Cercle franco-allemand », Documents, 1993, n° 5, p. 101-104.

80Il existe encore d’autres lieux où s’affirme la rencontre entre les deux patronats, même s’ils n’ont pas le caractère de la COCFA, puisqu’il s’agit d’associations purement françaises. On a déjà fait allusion, à propos de la Sarre, à l’Association française pour le développement des relations économiques avec la Sarre (AFDRES), qui devient en 1963 Chambre de commerce française en Sarre et recueille vingt-cinq ans plus tard la partie française de l’ex-COCFA75. Un autre cas intéressant est celui du Cercle franco-allemand. Il est fondé à Paris en février 1963 par des hommes politiques et des dirigeants d’entreprises de sensibilité démocrate-chrétienne, comme Alain Poher, Edmond Michelet, Charles-Albert de Boissieu, Albert Laprade, Jacques Fougerolle, Jacques Sauvain. Son premier président, sollicité par le Père du Rivau, est Léon Daum, ancien directeur général des Forges et aciéries de La Marine-Homécourt, qui a siégé de 1952 à 1959 en tant que membre français à la Haute Autorité de la CECA. Relativement fermée, l’association ne doit pas dépasser le nombre de 400 adhérents. Elle organise des débats sur l’évolution des relations franco-allemandes et des réceptions qui se tiennent souvent, grâce à Alain Poher, dans les salons du Sénat où l’on accueille de hauts personnages comme le chancelier Adenauer en 196476.

  • 77 Télégramme de Pierre Arnal, observateur français à Dusseldorf, au ministre des Affaires étrangères, (...)

81Le Cercle franco-allemand est proche d’une autre association qui porte le même nom, le Deutsch-französischer Kreis. Fondé à Dusseldorf dès 1950, animé par Frantz Etzel, l’un des principaux membres de la CDU, qui, tout comme Léon Daum, siégea à la Haute Autorité de Luxembourg dont il fut le vice-président, il invite « des personnalités françaises éminentes de la politique et de l’économie, susceptibles d’exposer devant des industriels, financiers et syndicalistes de ce pays le point de vue français sur les problèmes politiques et économiques »77. Avec quelques années de décalage, c’est à des activités de même type que se consacre l’association française.

  • 78 Didier Lazard, Tenir le cap dans l’imprévisible..., op. cit., p. 128.

82À la mort de Léon Daum, en 1966, Robert Lemaignen lui succède à la tête du Cercle. Outre une carrière dans l’industrie minière durant les années 1950, en tant que dirigeant de Mokta-el-Hadid, il a présidé la commission de Coopération économique du CNPF, puis a siégé à la Commission européenne de Bruxelles. Comme son prédécesseur, il occupe donc une triple position : dans l’industrie lourde, au patronat français et dans les institutions communautaires. Parmi les autres dirigeants du Cercle franco-allemand, on relève d’autres cas significatifs, comme ceux de Charles Célier qui appartient en même temps, on l’a vu, à la Chambre de commerce franco-allemande et sera, de 1973 à 1990, le président du Cercle, ou encore de Simon Lazard, qui, ayant pris sa retraite à L’Air Liquide, devient en 1976, « pour avoir quelque chose à faire », le délégué général du Cercle78.

  • 79 Conférence sur la coopération industrielle franco-allemande devant le Cercle franco-allemand, 8 avr (...)
  • 80 Témoignage de Jean Poincaré, 21 septembre 2000.

83L’association a pu ainsi tenir un rôle non négligeable dans l’approfondissement de la coopération entre les industries des deux pays et la prise de conscience de ses implications pour les entreprises concernées. Par exemple, reçu par elle en avril 1965, le chef du BDI, Fritz Berg, se déclare « absolument du même avis que le Président Villiers : l’industrie française doit se préoccuper d’une façon plus intensive que jusqu’à présent de la concentration de ses forces [...]. L’Europe a besoin de grandes entreprises qui puissent s’aligner par leur capacité de rendement aux côtés des grandes sociétés américaines »79. Beaucoup lui reprochent cependant de trop borner son action aux relations mondaines. Les responsables allemands s’en désintéressent, même s’il accueille, dans une proportion d’un tiers environ, des cadres supérieurs et hauts fonctionnaires présents à Paris80. Malgré plusieurs tentatives de rajeunissement, en particulier à travers l’organisation de voyages d’études en Allemagne auxquels sont conviés ses membres, elle semble avoir du mal, dès le début des années 1970, à trouver son second souffle.

***

84Les relations avec l’Allemagne ont apporté leur part, non certes décisive, mais cependant notable, aux transformations d’ensemble qui, de 1945 à la fin des années 1960, marquent l’économie et la société françaises. Le processus n’a fait encore que commencer. Il devient surtout sensible au cours de la période suivante, en particulier durant les années 1970 où la politique économique gouvernementale se fixe entre autres objectifs celui d’atteindre des performances analogues à celles de l’Allemagne, notamment en matière de stabilité des prix et de progrès des exportations. C’est également pendant cette période que l’intensification des relations entre les entreprises des deux pays atteint son point culminant. Jusqu’à la fin des années 1960, elle ne produit que des conséquences limitées. Par exemple, le renouvellement interne du monde patronal reste encore peu marqué, malgré l’apparition de nouvelles équipes managériales qui, au contact de l’Allemagne, ont acquis une forte spécificité. De même, en dépit de plusieurs succès, des institutions comme la Chambre officielle de commerce franco-allemande ou le Cercle franco-allemand restent des agents de transformation relativement secondaires, ne serait-ce que parce qu’ils manquent de moyens d’action. Enfin, les réflexions suscitées dans l’opinion par le « modèle allemand » émanent davantage de hauts fonctionnaires, d’universitaires ou d’essayistes que des hommes d’affaires proprement dits. Pour indispensable qu’elle soit, cette première étape n’a donc suscité que des mutations d’une ampleur réduite.

85Il reste que, durant ce quart de siècle, les structures productives ont évolué, les équilibres régionaux se sont recomposés, les consommations individuelles ont progressé. Or, dans chacun de ces phénomènes, il est possible de retrouver une influence, au moins indirecte, des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Il semble donc bien que, même s’il ne faut pas exagérer leur rôle, elles ont participé aux mutations connues par l’économie et par la société françaises, au cours de cette longue période devenue objet d’histoire que représentent les Trente Glorieuses.

Notes

1 Voir les cartes de l’annexe XVII, réalisées grâce aux informations contenues dans « Saralsa : résultats financiers et commerciaux, 1953-1956 », Archives SCPA, CERARE, 14 A 804. Chaque campagne s’étend sur quatre mois, d’octobre à janvier.

2 Questions écrites des 28 novembre et 12 décembre 1950, transmises à la SCPA par la direction générale des Mines domaniales des potasses d’Alsace, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

3 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, l’informant de la visite du laboratoire des VEGLA par le colonel Schanze, « chargé des questions d’organisation matérielle de la nouvelle armée allemande [...] qui peut avoir une très grosse influence sur la question du vitrage des véhicules de la Bundeswehr », 3 mai 1956, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

4 Compte rendu de visite de Chevenard et Guinard, du siège central de Saint-Gobain, à la Sekurit Glas Union, à Cologne, 10 décembre 1958, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

5 « Perspectives de développement de l’industrie des glaces Sekurit en Allemagne », rapport dact. des VEGLA sans indication d’auteur, août 1953, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400.

6 Rapports annuels d’activité du groupe, 1961-1965.

7 Lettre de Pierre André, industriel à Hersbach (Bas-Rhin), au directeur des Industries diverses et textiles, 24 octobre 1953 ; réponses du directeur des Industries diverses et textiles Jean-Pierre Lévy à Alfred Coste-Floret, député de Haute-Garonne, et à Jacques Chaban-Delmas, 7 janvier 1954 et 6 septembre 1955, AN, F12 10 294.

8 Metallgesellschaft AG, Tableaux statistiques, Francfort, années 1954, 1962 et 1971.

9 Metallgesellschaft AG, Tableaux statistiques 1952-1961, Francfort, 1962 ; OCDE, L’industrie des métaux non ferreux en 1970, Paris, 1971. Voir aussi sur ce point Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit., p. 267-268 et 298-302.

10 Témoignage de Christian de Saint-Amand, 13 septembre 2000 ; dossier Josef Gartner & Co., octobre 1970, Archives Pechiney, 01-02-9400450.

11 Étude sur la BASF réalisée par D. Deschamps et adressée à Paul Jean, 30 juillet 1959, Archives Pechiney, 001-14-20465.

12 Anthony Simon, Issoire et Neuf-Brisach..., op. cit., p. 181.

13 Sur ce site, voir Jean Domenichino, De la chimie et des hommes. Histoire d’une entreprise : Rhône-Poulenc, Pont-de-Claix, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, p. 84-85, et, plus généralement, sur la région grenobloise, Jacques Bonnet, « Lyon et sa région », Notes et études documentaires, n° 4207-4209, 1975. Voir aussi la carte qui en est extraite, reproduite dans Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome IV, vol. 3, Paris, PUF, 1982, p. 1368.

14 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 130.

15 Pierre Cayez, Rhône-Poulenc..., op. cit., p. 210-211.

16 Chiffres cités par François Caron, Histoire économique de la France xixe-xxe siècles, Paris, Armand Colin, 1981, p. 228.

17 François Caron, « L’industrie : secteurs et branches », in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., p. 1269.

18 Handbuch der Grossunternehmen, op. cit., éd. 1968.

19 Note de Jean-Arthur Varoquaux à Roger Martin, 10 février 1966, Archives Pont-à-Mousson, PAM 58 062.

20 Note de William Songeur, directeur financier de Pont-à-Mousson, à Jean Didier, secrétaire général, et Pierre Schmitt, responsable des services fiscaux, 25 novembre 1965, Archives Pont-à-Mousson, PAM 58 062.

21 Procès-verbal du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 23 janvier 1968, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

22 Voir à ce propos la thèse de Sophie Chauveau, Politique de la pharmacie et du médicament, entreprises et marchés. L’industrie pharmaceutique en France, des années 1920 à la fin des années 1970, Université de Paris IV, 1997, 836 p., publiée sous le titre L’invention pharmaceutique. La pharmacie française entre l’Etat et la société au xxe siècle, Paris, Sanofi-Synthélabo, 1999, 720 p.

23 Lettres de Simon Lazard à Bernhard Timm, président du directoire de la BASF, 11 août 1965, et à Fischer, directeur d’Imaco, 6 janvier 1966, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

24 Lettre de Simon Lazard à Pierre Beytout, 9 octobre 1968, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969. Simon Lazard nous a confirmé, le 3 juin 1999, le dépit manifesté par la BASF lors de l’aboutissement des négociations entre Hoechst et Roussel-Uclaf.

25 Sur tout ceci, nous suivons de près Sophie Chauveau, Politique de la pharmacie..., op. cit., p. 606-609.

26 Lettres de Simon Lazard à Delepoulle, président directeur-général de la LIPHA, et à Udo Giulini, 23 septembre et 4 novembre 1969, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

27 Rapport de Pierre Arnal au Haut-Commissariat à Bonn, 26 juin 1951, MAE Colmar, AEF 26/2.

28 Lettre d’Albert Bureau à de La Tour, direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 20 juin 1952, transmettant copie d’une lettre adressée à un correspondant laissé dans l’anonymat, MAE Colmar, AAA, 1436/b.

29 Rapport au ministre des Affaires étrangères, 28 août 1952, MAE Colmar, AAA 1391/2.

30 André Piettre, L’économie allemande contemporaine (Allemagne occidentale) 1945-1952, Paris, Librairie Médicis, 1952, 672 p., cit. p. 459-460.

31 Georges Lasserre, Réformer l’entreprise en 1975 ? Des pouvoirs pour les travailleurs, Paris, Editions Cujas, 1975, p. 108-109.

32 François Bloch-Lainé, Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Le Seuil, coll. Politique, 1967, p. 25-26 et 113.

33 Interventions de Manfred Wagner au conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 25 juin 1964 et 27 juin 1969, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

34 Procès-verbal du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 25 mars 1969, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 566.

35 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 151-152.

36 Entretien avec l’auteur, 13 septembre 2000.

37 Étude adressée par Camille Paoli à André Scheveleff, directeur de la SCPA, 30 janvier 1953, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

38 Selon le Handbuch der Grossunternehmen, éd. 1968, op. cit., le nouvel exploitant du gisement possédé par la Preussag, la Gewerkschaft Baden und Markgräfler, appartient à Wintershall à raison de 56,6 % du capital, le reste étant propriété du Land de Bade-Wurtemberg.

39 Rapport de l’observateur français à Stuttgart, de Marolies, au Haut-Commissariat français en Allemagne, 20 décembre 1950, MAE Colmar, AEF 27/1.

40 Entretien avec Sandrine Heinen et Claude Lorenz, 9 décembre 1998, MAE Colmar, AOR 27/1.

41 Lettre à Bernhard Timm, 28 avril 1966, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

42 Entretien avec l’auteur, 13 septembre 2000.

43 Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 87 et ss.

44 Voir Robert Locke, Management and higher education since 1940. The influence of America and Japan on West Germany, Great-Britain and France, Cambridge (Mass.), Cambridge University press, 1989, 328 p. ; Jean-Philippe Bouilloud et Bernard-Pierre Lecuyer (dir.), L’invention de la gestion. Histoire et pratiques, Paris, L’Harmattan, 1994, 326 p. ; Marie-Emmanuelle Chessel et Fabienne Pavis, Le patron, le technocrate et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, 2001, 286 p.

45 Lettre de Simon Lazard à Jean-Philippe Dennis, directeur général de l’INSEAD, 5 décembre 1967, Papiers Lazard, dossier BASF/Questions diverses.

46 Analysé notamment par Volker R. Berghahn, Americanization of West German industry 1945-1973, Cambridge (Mass.), Cambridge University press, 1986.

47 Comme le montrent Giuliana Gemelli et Benedict Rodenstock, « German obstinacy and its historical variations », in Giuliana Gemelli (dir.) The Ford Foundation and Europe (1950’s-1970’s). Cross fertilization of learning in social sciences and management, Bruxelles, European Inter-university press, 1998, p. 307-350.

48 Voir notamment, sur les cabinets d’ingénieurs -conseils à partir de 1919, Aimée Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Editions de l’EHESS, 1997, 495 p. ; sur le rôle des missions de productivité après 1945, Luc Boltanski, « America, America... Le plan Marshall et l’importation du management », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 38, 1981, p. 19-41 ; sur l’enseignement de la gestion, Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France (1881-années 1980), thèse de doctorat d’Etat, Université de Paris X, 1992, 1275 p. (analyse également l’influence exercée par les méthodes américaines sur certaines grandes entreprises françaises, et notamment sur la Compagnie de Saint-Gobain) ; enfin, sur un plan plus général, Richard Kuisel, Le miroir américain. Cinquante ans de regards français sur l’Amérique, Paris, Jean-Claude Lattès, 1996, 393 p.

49 Historique d’UFALEX, établi par Christian de Saint-Amand en 1993 à l’usage de l’Institut français d’histoire de l’aluminium et aimablement communiqué par l’auteur. On trouve d’autres allusions à l’inefficacité du système OPS dans les archives de plusieurs sociétés, entre autres Saint-Gobain et Pont-à-Mousson.

50 Rapport de Louis Robichez et Robert de Maintenant, du Comité central de la laine, 8 novembre 1949, AN, F12 10 337 (II).

51 Les Echos, 28 avril 1949, article figurant dans la revue de presse de la direction des Textiles et des Cuirs au ministère de l’Industrie, AN, F12 10 302.

52 Voir le journal de Wilhelm von Menges, publié et commenté par Reinhard Neebe, Überseemärkte und Exportstrategien in der deutschen Wirtschaft 1945 bis 1966, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1991, 412 p.

53 Statistiques douanières françaises, reproduites dans une étude interne non datée de la Direction des ventes de Cegedur, Archives Pechiney, 01 02 940 0450.

54 Voir supra, deuxième partie, chapitres IV, II-A, et V, II-C.

55 Historique d’UFALEX, établi par Christian de Saint-Amand, précité.

56 Pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage du géographe Jean Chardonnet, L’économie française : étude géographique d’une décadence et des possibilités de redressement, Paris, Dalloz, 1958, 452 p.

57 Témoignage oral recueilli le 3 juin 1999, confirme par celui accordé les 7 et 8 décembre 1998 à Sandrine Einhorn-Heiser et Claude Lorentz, MAE Colmar, AOR 25/1-2.

58 Sur cette collaboration, voir Roselyne Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Paris, Editions du Seuil, 1994, 413 p., passim.

59 Roger Martin se contente de noter à ce sujet : « Jean-Arthur Varoquaux était obstiné dans ses desseins, mais les voies de son obstination n’étaient pas les miennes et, pour ne plus entendre parler de pompes, je lui demandai en 1968 de passer à Maurice Grandpierre les responsabilités qu’il exerçait en Sarre et en Allemagne » (Patron de droit divin..., op. cit., p. 261-262).

60 Compte rendu de la visite de Paul Jean à Dortmund, 29 mai 1956, Archives Pechiney, 001-4-20465.

61 Lettre de Jean-Arthur Varoquaux à Arnaud de Vogüé, 26 avril 1968, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591. Dans sa réponse, Arnaud de Vogüé ajoute qu’Edmond Pirlot, son successeur désigné à la tête de Saint-Gobain, « qui se rappelle avoir été votre condisciple à l’Ecole des Mines, souhaiterait à cette occasion vous rencontrer ».

62 « La Chambre officielle franco-allemande de commerce et d’industrie a vingt ans », article signé APTH (Alain Pottier-Thionville, secrétaire général), Revue économique franco-allemande, 1975, n° 5, p. 20.

63 Conférence tenue devant la COCFA le 31 janvier 1966, Revue économique franco-allemande, 1966, n° 2.

64 Note de Georges Morin, président de la commission des Accords commerciaux du CNPF, à André Grandpierre, 24 septembre 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

65 Y participent, dans les salons parisiens de l’Union interalliée, le 30 mai 1967, Michel Debré et Olivier Guichard, alors respectivement ministre de l’Economie et des Finances et ministre de l’Industrie, Emile Roche, président du Conseil économique et social, et, côté allemand, l’ambassadeur d’Allemagne à Paris et le secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie, le Dr Schöllhorn.

66 Article de présentation de l’INSEAD publié dans Hommes et Commerce, revue de l’association des anciens élèves HEC, n° 101-103, mars-juillet 1968.

67 Lettre de Simon Lazard au baron von Falkenhausen, 16 octobre 1968, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

68 Revue économique franco-allemande, 1966, n° 1 ; procès-verbal du conseil d’administration de la COCFA, avec liste jointe des membres de la section Jeunes cadres, 25 octobre 1965, Archives CCIP, 15-10 (8).

69 Procès-verbal du conseil d’administration de la Chambre, 17 février 1956, Archives CCIP, 15-10(6).

70 Lettre de Jean Marcou à Henri Courbot, président de la CCIP, à l’appui d’une nouvelle demande de subvention, 28 mars 1967, Archives CCIP, 15-10 (7).

71 Procès-verbal de la réunion préliminaire des membres français du conseil d’administration, 11 octobre 1961, Archives CCIP, 15-10 (7).

72 Lettre de Dominique Bagge à Emile Arrighi de Casanova, 19 mars 1973, Archives CCIP, 15-10(8).

73 Lettre d’Alain Pottier-Thionville à Dominique Bagge, 11 avril 1975, Archives CCIP, I 5-10(8).

74 Compte rendu de l’assemblée générale extraordinaire de la Chambre, 15 avril 1988, Contact, mai 1988, n° 5, p. 41-44.

75 Voir supra, deuxième partie, chapitre V, III-C.

76 Roger Robin, « Le Cercle franco-allemand », Documents, 1993, n° 5, p. 101-104.

77 Télégramme de Pierre Arnal, observateur français à Dusseldorf, au ministre des Affaires étrangères, 23 octobre 1950, MAE Colmar, AEF 26/2. Le document mentionne parmi les premiers invités André François-Poncet et Paul Reynaud et annonce que le Deutsch-französischer Kreis a l’intention d’accueillir Robert Schuman et Jean Monnet.

78 Didier Lazard, Tenir le cap dans l’imprévisible..., op. cit., p. 128.

79 Conférence sur la coopération industrielle franco-allemande devant le Cercle franco-allemand, 8 avril 1965, reproduite par la Revue économique franco-allemande, 1965, n° 3.

80 Témoignage de Jean Poincaré, 21 septembre 2000.

Notes de fin

1 Nous regroupons sous cette rubrique les consommations destinées à la sidérurgie, à l’industrie chimique et à la fabrication de peintures, sous forme de poudres, pâtes et grenaille d’aluminium.

Table des illustrations

Titre Graphique 40 et tableau 49. Production de glace "Sekurit" en Allemagne5
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre (En mètres carrés)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 41 et tableau 50. Production de glaces trempées du groupe Saint-Gobain6 (En milliers de mètres carrés)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 42. Consommation d’aluminium primaire en France et en Allemagne8
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 51. Structure de la consommation d’aluminium en France et en Allemagne en 1955 et 1970 (%)9
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2659/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable