Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Deuxième partie. Les limites des relations avec l'Allemagne

Chapitre VI. De lourdes contraintes

Texte intégral

1Si les entreprises françaises éprouvent tant de difficultés dans leurs relations avec l’Allemagne, ce n’est pas seulement par suite des lacunes de leurs stratégies. C’est aussi parce qu’elles se trouvent insérées dans un ensemble de forces dont elles dépendent, sur lesquelles elles n’ont guère de prise et qui, souvent, se trouvent à l’origine de leurs échecs.

2L’attitude de leurs partenaires allemands vient ici en premier lieu. Même si de nombreux dirigeants se montrent bien disposés envers leurs homologues français, prêts à renouer avec eux des relations d’affaires qui, par-delà la période du nazisme et de la guerre, s’insèrent dans un passé souvent lointain, beaucoup témoignent à leur égard d’une franche hostilité. Avivé par la défaite, le nationalisme économique se mêle à une certaine condescendance pour nourrir des réactions qui, surtout lorsqu’elles trouvent un relais auprès de l’opinion publique, prennent parfois une ampleur telle qu’elles peuvent contraindre les entreprises françaises à renoncer à leurs initiatives. Souvent aussi, les milieux d’affaires allemands n’acceptent la présence française que sous conditions : ils ne tolèrent les progrès des exportations et des investissements français que s’ils s’accompagnent, en France même, de possibilités équivalentes pour les entreprises allemandes. L’» égalité des droits » et l’exigence de réciprocité sont des formules dont l’usage n’est pas exclusivement diplomatique.

3Compte tenu de leurs poids dans les stratégies industrielles, les pouvoirs publics ont, eux aussi, une lourde part de responsabilité dans les déconvenues des entreprises françaises. Loin de s’exercer toujours dans un sens positif, leur tutelle est souvent pesante. Ils possèdent leur propre vision des relations franco-allemandes, variable selon les périodes, les centres de décision, les personnalités, qui souvent ne coïncide guère avec celle des entreprises privées, ne serait-ce que parce que des impératifs tels que la rentabilité des investissements ou la compétitivité des exportations leur demeurent étrangers. Il en résulte de fréquentes divergences d’appréciation propices aux accusations réciproques, les chefs d’entreprise taxant les gouvernants d’irréalisme ou d’incompétence, tandis que ces derniers reprochent au patronat son égoïsme et son étroitesse de vue.

4Enfin, l’évolution économique générale retentit parfois de manière négative sur le développement des relations d’affaires franco-allemandes. Les bouleversements structurels, les difficultés conjoncturelles, les phases de tensions sur les prix, les salaires, les taux d’intérêt se révèlent peu propices au développement des initiatives françaises en Allemagne. Certes, globalement, celles-ci profitent de la croissance que connaît alors, avec une intensité variable, chacun des deux pays. Mais cet arrière-plan favorable s’éclipse par moments, obligeant à différer, voire à renoncer à certaines réalisations.

I. DES FIRMES ALLEMANDES SOUVENT MAL DISPOSÉES

A. L’HOSTILITÉ

5Dans leurs tentatives pour pénétrer le marché allemand ou y implanter une filiale de production ou de vente, c’est moins à un rejet univoque qu’à une gamme variée de manifestations différentes d’hostilité que se heurtent les entreprises françaises. Les partenaires allemands menacés réagissent de multiples façons, allant du simple agacement devant des tentatives présentées comme téméraires ou inconscientes jusqu’à l’orchestration de campagnes dénonçant à l’opinion publique la pénétration croissante des marchandises et capitaux originaires de France, en passant par les menaces de représailles exercées sur tous ceux qui noueraient des relations avec les intrus.

  • 1 Comptes rendus par Camille Paoli de rencontres à Francfort avec Thomas et Credner, de la Kaliverka (...)
  • 2 Note d’Alfred Ourbak à Laurent Blum-Picard, 9 avril 1951, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

6L’agacement devant les tentatives des entreprises françaises s’observe en maintes circonstances. Les dirigeants allemands du Syndicat de la potasse, la Kaliverkaufsstelle, ne supportent guère la prise de participation majoritaire qui, de 1948 à 1953, a permis à la Société commerciale des potasses d’Alsace de contrôler la Badische Kaligesellschaft et d’exploiter le petit gisement de Buggingen, dans le cadre d’un contrat d’amodiation passé avec l’administra-teur-séquestre de la Preussag. La production de Buggingen est pourtant dérisoire par rapport à celle des grands konzerns de la potasse comme Salzdetfurth, Wintershall ou Burbach : 65 000 tonnes seulement en 1953, contre respectivement 520 000, 425 000, 340 000 tonnes. Il n’empêche qu’en 1949, lors d’une rencontre avec le directeur de Buggingen, les dirigeants du Syndicat de la potasse, Thomas et Credner, après avoir ironisé sur la faiblesse de l’extraction de son siège, lui déclarent sans ambages que celui-ci constitue « un pieu dans la cheville des potasses allemandes, un acte inamical [...] lié à l’occupation [...] qui ne sera jamais admis par les potasses allemandes »1. Sans doute, au fil des ans, l’hostilité s’atténue quelque peu, notamment grâce au remplacement de Thomas, décédé, par un dirigeant plus jeune, Gustav Schmelz. Nul doute cependant que le climat rencontré en Allemagne par la SCPA n’ait beaucoup compté dans la décision prise par la firme de profiter de la prochaine expiration du contrat d’amodiation pour liquider sa participation dans l’affaire, moyennant une substantielle indemnité d’éviction, sur le montant de laquelle le directeur général de la SCPA, Alfred Ourbak, consulte son président, Laurent Blum-Picard2.

  • 3 Lettre de J. Chabot à Pierre Bruneton, directeur général, et aux autres membres du comité de direc (...)

7Ce sont des réactions très semblables que rencontre L’Air Liquide auprès de ses partenaires producteurs de gaz industriels et d’appareils de liquéfaction. Faisant alterner, on l’a vu, phases d’entente et phases de tension, les rapports sont longtemps rendus difficiles par le refus des industriels allemands d’admettre une présence française dans ce qu’ils considèrent manifestement comme leur domaine réservé. 11 faut attendre 1970 pour qu’un représentant de Linde pénètre dans les bureaux de la DALE à Düsseldorf. Le fait paraît si extraordinaire aux dirigeants locaux qu’ils en préviennent aussitôt la maison mère, se félicitant qu’» aucun grief n’[ait] été mentionné contre nous, bien que nous ayons mené récemment une action commerciale contre les clients « argon » de Linde, et ceci avec un certain succès »3.

  • 4 Lettre de Ruckdeschel à Pierre Bruneton, avec « Diktat » souligné au crayon rouge et points d’excl (...)

8Davantage marqué, semble-t-il, chez Linde que chez les autres fabricants, ce refus s’accompagne du reproche fréquemment adressé à la firme française de tirer profit de l’affaiblissement politique et territorial de l’Allemagne d’après-guerre pour y accaparer des marchés. Lourd de sous-entendus, l’argument surgit au grand jour à l’occasion de certains différends. En juillet 1960, le responsable du département Gaz industriels de Linde, Ruckdeschel, répond en ces termes au directeur général de L’Air Liquide qui lui avait proposé un partage du marché européen : « On ne peut pas demander à la société Linde de se soumettre aux conditions dictées par L’Air Liquide. [...] Des négociations basées sur l’idée de consacrer définitivement la situation qui régnait à la fin de la guerre sur le marché européen des gaz n’auront que peu de chances d’aboutir ». Écrite en allemand, la lettre a employé, pour « conditions dictées », le mot « Diktat », un terme que relèvent aussitôt ses correspondants français4. Nouvelle preuve du poids du passé dans les relations d’affaires entre les deux pays : si les dirigeants allemands sont très attentifs à ce que la France n’abuse pas de son statut de puissance occupante pour faire bénéficier ses ressortissants de privilèges injustifiés, réciproquement, leurs homologues français n’ont pas oublié que, vingt ans auparavant, c’est à un autre genre de « Diktat » que la France était elle-même soumise...

  • 5 Compte rendu d’une réunion Air Liquide-Linde-Knapsack-Griesheim, 28 janvier 1963, Papiers Lazard, (...)

9Trois ans plus tard, lors d’une réunion commune examinant les griefs réciproques entre Linde et L’Air Liquide, le même homme lance âprement à ses interlocuteurs : « Vous voulez donc maintenir votre « action gaz » dans la petite Allemagne réduite d’après la guerre ? » Et l’hostilité à la présence française ne se borne pas au seul territoire fédéral : dès 1955, Linde prévient les représentants de L’Air Liquide que « la vente d’appareils de soudage oxhydrique en Autriche [lui] serait fort désagréable, car on y considère ce pays comme faisant partie depuis toujours du territoire allemand »5.

  • 6 Compte rendu d’une visite de Simon Lazard à Gerhard Schroeder, membre du directoire des Klöckner W (...)
  • 7 Voir supra, première partie, chapitre III, II-A.

10Mais il ne s’agit pas seulement chez les industriels allemands de simples réactions de mauvaise humeur, d’amertume ou de nostalgie face à la situation « amoindrie » de l’Allemagne d’après-guerre. On voit les firmes allemandes menacées par telle ou telle initiative menacer de représailles les industriels qui noueraient contact avec leurs concurrents français. Pour empêcher tout développement des relations d’affaires, elles utilisent les moyens les plus divers. Si, à deux reprises, en 1960, puis en 1968, L’Air Liquide voit lui échapper un contrat avec les Klöckner Werke pour l’équipement en installations de production d’oxygène des aciéries de Brême, c’est parce que les producteurs allemands de gaz industriels, Linde, Messer et Knapsack-Griesheim, ont prévenu le groupe sidérurgique que toute commande adressée aux Français les amènerait à se fournir ailleurs en tôles d’acier pour la construction de leurs appareils, comme l’explique l’un des membres du directoire de la firme6. Sans doute, l’explication est-elle partielle. On l’a vu : l’action menée par L’Air Liquide a, en l’occurrence, manqué de cohérence. Le groupe n’a pas su consentir à temps les rabais qui lui auraient peut-être permis d’emporter le marché. Il n’a pas non plus exploité l’appui que lui accordait, pourtant par deux fois, le principal co-associé de la Banque Burkhardt, le baron von Falkenhausen7. Il reste que les menaces de rétorsion des firmes allemandes auprès des Klöckner Werke ont vraisemblablement pesé lourd dans la mise à l’écart des offres françaises.

11Enfin le recours à l’opinion publique est toujours un moyen efficace de s’opposer à la pénétration française. Même si l’origine précise de telle ou telle attaque, dans la presse ou les assemblées parlementaires, reste la plupart du temps inconnue, on constate durant toute la période étudiée qu’elles coïncident souvent avec les périodes de tensions entre les entreprises de part et d’autre du Rhin et qu’elles servent trop opportunément les intérêts des entreprises menacées par les initiatives françaises pour être complètement spontanées.

  • 8 Voir sur ce point Rudolf Laufer, Industrie und Energiewirtschaft im Land Baden..., op. cit.
  • 9 Lettre de Claude Hettier de Boislambert, délégué général de Rhénanie et du Palatinat, au haut-comm (...)
  • 10 Ce sont les termes employés par Paul Leroy-Beaulieu, dans une note à André François-Poncet du 17 j (...)

12Au début des années 1950, la dénonciation de l’» impérialisme » dont ferait preuve la puissance occupante est fréquente. Les implantations industrielles ou commerciales françaises en sont une cible fréquente. Dès septembre 1948, alors même que les cadres de la vie politique n’existent pas encore au niveau fédéral, le Landtag de Bade-Sud vote une protestation contre les conditions dans lesquelles l’administrateur-séquestre du gisement de Buggingen en a autorisé l’amodiation au profit de la Badische Kaligesellschaft8. En février 1951, c’est au tour du Landtag de Rhénanie-Palatinat d’entendre le député socialiste de Kaiserslautern, Hertel, accuser l’Oberrheinische Kohlenunion, organisme « sous direction exclusivement française », d’abuser du monopole que lui ont concédé les autorités françaises pour organiser volontairement une pénurie de charbon aux dépens des consommateurs allemands. Ce comptoir de vente en ZFO des charbons allemands est contrôlé par l’UNICHAR (Union charbonnière rhénane), elle-même possédée partiellement par l’Association technique de l’importation charbonnière (ATIC) et placée sous la présidence, à Strasbourg, du banquier alsacien Jean Wenger-Valentin9. Les autorités françaises jugent l’attaque d’autant plus dangereuse que les Anglo-Saxons critiquent alors vivement les systèmes autoritaires de répartition du charbon présents sur le continent européen, qu’il s’agisse du Deutscher Kohlenverkauf ou de l’ATIC. Elles s’alarment de la « cartelphobie des lawyers d’outre-Atlantique » (sic)10 qui oblige, dans le contexte créé par le traité CECA, alors en discussion, à prévoir le démantèlement des comptoirs de vente et la libération du marché du charbon à l’intérieur des six pays membres. Aussi se préoccupe-t-on vivement de l’affaire, tant à Paris qu’à Baden-Baden.

  • 11 Rapport du 31 août 1953, in Hans Manfred Bock, Les rapports mensuels d’André François-Poncet..., o (...)
  • 12 Lettre de Pierre Single à André Grandpierre, 2 juin 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 568.

13Quelque temps après, le rachat d’Harpener Bergbau par SIDECHAR déclenche une vaste campagne hostile dans le monde politique et la presse d’outre-Rhin. En août 1953, André François-Poncet relève qu’» un des leaders [du parti social-démocrate] a qualifié de « quasi-haute trahison » le projet de vente des actions de la mine Harpen à un groupe français »11 . En juin 1954, au lendemain de l’opération, la presse sarroise croit savoir que le nouveau propriétaire ne changerait rien à la composition du directoire de la mine, se bornant à introduire ses représentants au conseil de surveillance. Les groupes français établis en Sarre, ajoute-t-elle aussitôt, feraient bien de s’inspirer de cet exemple et de ne pas imposer de directoires entièrement français. Indirectement, le rachat d’Harpener Bergbau permet donc de stigmatiser l’attitude de certains groupes français. Lesquels ? Le directeur général d’Halberger Hütte s’interroge sur la coïncidence entre ces remarques et la recomposition des organes de direction à laquelle procède au même moment dans ses filiales sarroises la Compagnie Pont-à-Mousson : « Est-ce écrit à l’intention de Dilling et de nous-mêmes ? Je pense plutôt que l’on vise la Société de tubes de la Sarre, à Bous, qui a installé son siège social à Paris et dans laquelle aucun Sarrois n’a une position le moins du monde dirigeante »12.

  • 13 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 4 janvier 1955, Archives Saint-Gobain, Hist 00001/223.

14De telles attaques obligent en effet les firmes françaises à réagir. Il leur faut apporter la preuve que, même si la propriété du capital est étrangère, leurs filiales ou succursales outre-Rhin se comportent en tout point comme n’importe quelle entreprise allemande. En réponse à un article consacré par la Frankfurter Allgemeine Zeitung à l’« invasion » des capitaux français (Überfremdung), les cadres parisiens de la Compagnie de Saint-Gobain estiment qu’il faut renforcer le « caractère allemand » des VEGLA. Certes, à côté du directeur général, Jean-Louis Schrader, de nationalité luxembourgeoise, le directeur-adjoint, Adam Lambertz, est allemand et possède « une autorité indiscutable, [...] avec un titre qui le place au voisinage immédiat du sommet de la hiérarchie ». Certes aussi, leur succursale est à l’abri de tout reproche en matière de réalisations sociales, « tant en construction ou reconstruction de logements qu’en prêts divers consentis [au personnel] ». Par contre, le degré d’autonomie consenti aux VEGLA par la direction générale de Paris paraît insuffisant, « notamment dans le domaine de l’exportation »13.

15L’hostilité rencontrée par les établissements français en Allemagne n’a donc pas que des conséquences négatives. Elle incite les firmes concernées à adopter de nouveaux comportements, à transformer leurs méthodes de gestion. Encore faut-il que le but des campagnes de presse ne soit pas de contraindre les propriétaires français au départ, pour leur substituer de nouveaux actionnaires allemands.

B. LA DÉSTABILISATION DE L’ADVERSAIRE

16Lorsqu’elles s’accompagnent d’interventions auprès du gouvernement et se déroulent sur fond de procès entre firmes allemandes et firmes françaises, les campagnes d’opinion dépassent de beaucoup les simples manifestations d’hostilité précédemment évoquées. Il s’agit ici de véritables manoeuvres dont le but avoué est de contraindre au repli les intérêts français. Un exemple probant en est fourni par les attaques que subissent, plusieurs années durant, les intérêts français qui détiennent la majorité dans le capital de l’entreprise de cellulose Schwäbische Zellstoff.

  • 14 Note du sous-directeur du Bois et des Industries diverses au directeur de la Production industriel (...)

17Dès février 1949, le séquestre français de cette firme, Michel Labbé-Laurent, se voit reprocher par un journal économique de Stuttgart, la Wirtschaftszeitung, l’accord qu’il a conclu en janvier 1947 avec son homologue de la zone soviétique pour permettre le renflouement de l’affaire et sa prise de contrôle par des actionnaires français, essentiellement la Société anonyme d’industrie cotonnière, aux dépens de l’ancien actionnaire majoritaire, la Thüringische Zellwolle. Il s’agissait en réalité pour l’administrateur-séquestre, estime le journal, non pas de sauver la Schwäbische Zellstoff d’une faillite menaçante, mais de satisfaire ses ambitions personnelles. Deux ans et demi plus tard, en novembre 1951, la Deutsche Zeitung expose à ses lecteurs les griefs de la Thüringische Zellwolle, reprenant les termes d’un mémorandum remis au même moment par les dirigeants de cette firme aux autorités françaises, en vue du procès qu’ils s’apprêtent à introduire contre les nouveaux actionnaires français14. Les administrations de tutelle recueillent et traduisent soigneusement ces articles, preuve de l’importance qu’on leur attache en haut lieu. À cette date, l’affaire est déjà entrée dans sa phase judiciaire, la Thüringische Zellwolle ayant introduit une instance contre la décision dont elle a été victime. Elle n’a pas encore de dimension politique.

  • 15 Lettre d’Armand Bérard à Robert Schuman, MAE Colmar, AAA, 1358/1.

18C’est un article retentissant publié le 2 octobre 1952 dans Die Zeit qui la lui confère, peu après l’échec d’une tentative de conciliation entre les parties en présence. Son auteur, la grande journaliste Marion Dönhoff, co-fondatrice et membre de l’équipe de rédaction du journal, s’y livre, sous le titre « 22 millions disparus : complot d’administrateurs-séquestres français et soviétique », à une violente diatribe. Elle n’hésite pas à assimiler l’accord de janvier 1947 à un crime de guerre passible des tribunaux internationaux. Elle avance des arguments difficilement vérifiables, comme une rectification des limites entre zone américaine et zone française qui aurait eu lieu en 1945 pour inclure dans la zone française le siège de l’usine de la Schwäbische Zellstoff. Elle se livre enfin à de violentes attaques ad hominem, contre Michel Labbé-Laurent, mais aussi contre le président du conseil de surveillance de la Schwäbische Zellstoff, Eugen Doertenbach qui, usant de son droit de réponse, lui réplique deux semaines plus tard que « des articles dans le genre de celui que vous avez écrit [...] ne peuvent que fortifier chez les Français une certaine crainte de la montée de courants nationalistes en Allemagne ». L’âpreté du ton, la célébrité de l’auteur, l’audience du journal ne peuvent qu’attirer l’attention sur l’affaire. Deux jours seulement après sa parution, le haut-commissaire adjoint en Allemagne adresse la traduction de l’article au ministre des Affaires étrangères, accompagné du commentaire : « Ce long article [...] donne un avant-goût des critiques qui nous seront adressées »15.

19Or cet article paraît au moment même des démarches qu’a entamées la Thüringische Zellwolle pour obtenir que sa plainte contre les nouveaux actionnaires de la Schwäbische Zellstoff soit examinée par une juridiction allemande, et non par le tribunal français de Rastatt, en principe seul compétent pour connaître des actes accomplis par les administrateurs-séquestres de biens situés en ZFO. La coïncidence est peu vraisemblable. L’affaire bascule en effet dans un sens nouveau. Le député libéral Karl-Georg Pfleiderer, connu pour ses options favorables à la réunification allemande, dépose une question écrite au Bundestag pour demander au gouvernement fédéral « quelles mesures il envisage de prendre pour faire obtenir aux propriétaires allemands les valeurs qui leur reviennent [...] et pour faire rendre aux tribunaux allemands réguliers la compétence dans cette affaire ». Face à cette intervention de l’un des membres importants d’un parti de la coalition au pouvoir, le secrétaire aux Affaires étrangères, Walter Hallstein, ne peut que demander que la France confirme la compétence des tribunaux allemands dans le litige opposant les deux sociétés et renonce à exercer le droit d’évocation qu’elle possède en tant que puissance occupante détentrice de pouvoirs judiciaires réservés.

  • 16 Lettres de Labbé-Laurent à Roger Ruillier, directeur général de la SAIC, 11 mars et 21 octobre 195 (...)

20La riposte française ne tarde guère. Préparée depuis plusieurs mois, elle est l’oeuvre de la SAIC. Son avocat prend contact avec le directeur adjoint des Affaires politiques et économiques au Quai d’Orsay, Pierre Charpentier, et avec un expert en droit international, le professeur René David, de la Faculté de droit de Paris. En Allemagne, Michel Labbé-Laurent se charge d’agir auprès de ses anciens collègues du Haut-Commissariat français. De concert avec l’un d’entre eux, le directeur du service du Contrôle des biens et des participations étrangères Lionel Favereau, qu’il dit avoir « entièrement chapeauté », il élabore la réponse qu’adresse le 22 octobre André François-Poncet à la demande du gouvernement fédéral. Tout en accédant au souhait du gouvernement fédéral de porter le litige devant les tribunaux allemands, elle ne renonce aucunement au droit pour la France de l’évoquer en vertu de ses pouvoirs judicaires réservés. Elle certifie la validité de l’acte passé en janvier 1947 par l’administrateur-séquestre français, retirant du même coup aux tribunaux allemands tout droit de l’examiner, puisqu’il a été accompli par la puissance occupante, en vertu de son droit souverain. Enfin, elle reproche en termes à peine voilés au gouvernement fédéral allemand d’avoir épousé le point de vue de la Thüringische Zellwolle, exposé dans « des attaques de presse [...] dont le moins qu’on en puisse dire est qu’elles manquent d’objectivité »16.

21Les attaques menées par la Thüringische Zellwolle pour récupérer son ancienne participation dans la Schwäbische Zellstoff ont donc dans un premier temps échoué. Ne pouvant contester la validité du contrat de janvier 1947, constatant que le procès qu’elle a entamé contre les actionnaires français ne débouche sur aucun résultat, la firme allemande consent, à la fin de l’année 1953, à une transaction. Elle abandonne ses prétentions, moyennant une indemnité de 4 millions de DM, versés par la Schwäbische Zellstoff (3,5 millions), la CECEL (350 000 DM) et Ch. Gervais AG (150 000 DM), l’associé de la SAIC dans le contrôle d’Ehingen. Or, là encore, en une coïncidence qui n’est sans doute pas fortuite, c’est le moment que choisit l’administration fiscale allemande pour engager contre la Schwäbische Zellstoff une procédure relative aux transferts de fonds qui ont permis aux nouveaux actionnaires de prendre le contrôle de l’affaire.

  • 17 Projet mentionné supra (première partie, chapitre Ier, II-B), refusé par Pont-à-Mousson, comme l’i (...)

22L’enquête révèle les graves irrégularités dont s’est rendu coupable Michel Labbé-Laurent dans le montage de l’opération. La plus lourde de conséquences a été commise lors de l’augmentation de capital de la CECEL qui lui a permis de détenir le tiers du capital de la Schwäbische Zellstoff. Les titres ont été achetés à trois actionnaires français : Labbé-Laurent lui-même, Roger Bouhet, directeur général de Ch. Gervais AG, et André Tondu, directeur de la filiale allemande du groupe Monsavon-L’Oréal. Étant de nationalité française, mais domiciliés en Allemagne, ils possèdent la qualité de Deviseninländer (résidents propriétaires de devises) qui leur donne le droit d’acheter ou de vendre des valeurs mobilières, mais non d’effectuer des transferts de devises avec l’étranger. Pour tourner cette interdiction, Labbé-Laurent a utilisé des comptes ouverts au nom des actionnaires français auprès d’une banque de Francfort bien connue de lui, la maison Kirchholtes. Il avait déjà projeté de fonder avec son aide, en mai 1948, une banque d’investissement dont plusieurs firmes françaises auraient détenues 55 % du capital, parmi lesquelles la Schwäbische Zellstoff, les Fromageries Gervais et enfin la Compagnie de Pont-à-Mousson qui avait décliné la proposition17. Désormais, il s’en sert pour encaisser les fonds qui lui reviennent, virés à son crédit par l’intermédiaire de la banque Seligman, de Bâle. Ces opérations, soigneusement masquées aux dirigeants de la SAIC, contreviennent à la fois à la législation sur les changes, tant allemande que française, et aux dispositions fiscales en vigueur outre-Rhin. Aussi, en 1954-1955, les dirigeants de la SAIC, responsables en l’occurrence, même si Michel Labbé-Laurent a été écarté depuis deux ans des postes qu’il occupait, doivent faire face à de lourdes pénalités.

  • 18 Le bilan de la Schwäbische Zellstoff pour 1952 dégage une perte de 553 528 DM, soit 11,5 % du capi (...)
  • 19 Lettre de Roger Bouhet à Bertrand, directeur général de la CECEL, 1er septembre 1954, Archives CEC (...)

23Il ne s’agit manifestement pas là d’un simple redressement infligé par l’administration à une entreprise dont la bonne foi a été surprise par un ancien collaborateur devenu trop habile à utiliser les règlements en vigueur. Ses conséquences sur la participation française au capital de la Schwäbische Zellstoff le prouvent. Principal actionnaire, la SAIC voit sa trésorerie affaiblie par ces amendes. Elle est gênée par le ralentissement des affaires dans l’industrie cotonnière française. Elle constate au surplus que sa filiale allemande n’obtient que des résultats financiers incertains18. Enfin elle subit la pression de groupes allemands qui se déclarent intéressés par une reprise éventuelle et n’est guère soutenue par son associée, la Ch. Gervais AG, dont le directeur général, à la fois résigné et amer, la prévient, après une visite à Ehingen que « le Vorstand est maintenant tout à fait acquis à l’idée d’une autre majorité, car il a dû recevoir des assurances formelles »19. Dans de telles conditions, en octobre 1954, il ne reste plus qu’à revendre la participation dans la Schwäbische Zellstoff à deux compagnies d’assurances, Victoria et Colonia, l’acte définitif étant signé en avril 1955.

  • 20 « Note sur l’apport à CECEL en 1951 d’actions allemandes par des Deviseninländer », 2 mai 1955, Ar (...)
  • 21 Lettre de Jacques-Henry Gros à Guilbert, directeur de la succursale de la Banque de France à Mulho (...)

24La condamnation pour infraction à la législation en vigueur a été le moyen employé pour atteindre le but que, dès le départ, s’étaient fixés les anciens actionnaires allemands : l’éviction des intérêts français. Plusieurs détails le confirment. Lorsqu’en février 1955, l’administration allemande confisque à titre de pénalité une partie des actions de la Schwäbische détenues par la CECEL, le montant prévu, 148 actions représentant une valeur boursière de 400 000 DM, est « précisément suffisant pour faire éclater la majorité française »20. Cette liquidation forcée est l’aboutissement d’un lent travail de sape, poursuivi durant six ans. Tirant parti de circonstances singulièrement embrouillées, la partie allemande a réussi à priver le groupe cotonnier mul-housien de la majorité qu’il avait acquise, même si ce n’est pas la Thüringische Zellwolle qui en a bénéficié, mais des intérêts financiers étrangers à l’industrie de la cellulose. On peut observer qu’alors qu’à diverses reprises les dirigeants français se sont plaints du manque de soutien de l’administration, s’étant même entendu répondre au quai d’Orsay que « les difficultés des pourparlers en cours entre la France et l’Allemagne ne permettaient pas de s’intéresser à une affaire purement privée »21, la campagne de déstabilisation entreprise contre l’influence française par les anciens actionnaires de la Schwäbische Zellstoff a profité du plein appui des pouvoirs publics et atteint, grâce à eux, l’essentiel de ses objectifs.

C. L’APPEL A L’ÉTAT

25À ces manifestations de rejet de la présence française, on peut joindre d’autres réactions négatives de la part des entreprises allemandes. Apparemment moins virulentes, elles n’en représentent pas moins un très sérieux obstacle au développement des exportations françaises. Il en est ainsi de l’attitude qui consiste à se retourner vers les pouvoirs publics pour que ceux-ci, en renforçant les barrières douanières ou les obstacles réglementaires, freinent la pénétration des produits français. Le réflexe protectionniste reste présent chez beaucoup d’industriels allemands après 1945, même si ceux-ci doivent recourir à une certaine prudence pour présenter leurs revendications, compte tenu du peu de sympathie qu’elles rencontrent dans une sphère gouvernementale acquise à l’ordo-libéralisme et du développement de plus en plus large du mouvement de libération des échanges à travers le monde.

  • 22 Lettre d’André Delloye à Maurice Ramain, gérant des Verreries de Saint-Ingbert, 12 novembre 1949, (...)
  • 23 Note à Jean-Louis Schrader sans indication d’auteur, 5 mars 1954 ; lettre d’Arnaud de Vogüé au Dr (...)
  • 24 Compte rendu d’une visite de Maurice Ramain au Quai d’Orsay, 20 octobre 1954, Archives Saint-Gobai (...)
  • 25 Compte rendu de séance du comité des Affaires d’Allemagne, 31 décembre 1958, Archives Saint-Gobain (...)

26Durant plus de dix ans, les producteurs allemands de verre à vitre s’efforcent d’empêcher l’un de leurs homologues de pénétrer sur leur propre marché. Ce sont les Verreries de Saint-Ingbert qui font ici l’objet d’une obstruction systématique. Le fait n’a rien d’étonnant si l’on songe aux conditions dans lesquelles la Compagnie de Saint-Gobain a réussi à en récupérer le contrôle en 1946. Dès novembre 1949, lors des premières négociations commerciales auxquelles les autorités allemandes sont admises en tant que telles, la délégation de l’industrie verrière, conduite par Niels von Bülow, président du directoire des Gerresheimer Glashüttenwerke, s’oppose farouchement aux demandes françaises. Celles-ci portent sur un contingent mensuel de 100 000 mètres carrés de verre à vitre, représentant 40 000 dollars, au bénéfice essentiellement des Verreries de Saint-Ingbert. La délégation française, présidée par André Delloye, le patron de Boussois, arguë qu’il s’agit du « maintien pur et simple d’un courant commercial établi depuis de longues années ». Après de longues négociations auxquelles prennent part les délégués respectifs de l’AFREA et de la DEFRA, de La Rochère et Riedberg, on ne parvient qu’à un compromis provisoire et peu satisfaisant, valable pour trois mois seulement. Les Verreries de Saint-Ingbert reçoivent le droit d’écouler en Allemagne le contingent prévu, mais, en contrepartie, les industriels français consentent à importer d’autres produits verriers allemands pour 36 000 dollars, augmentés de 84 000 dollars de matériaux réfractaires pour la fabrication du verre22. Cinq ans plus tard, l’opposition que rencontre Saint-Ingbert sur le marché allemand est loin d’avoir disparu. Recevant à Bonn les représentants de l’industrie du verre, Ludwig Erhard doit recourir à la menace d’une baisse autoritaire des tarifs douaniers pour les amener à rencontrer leurs homologues français. Deux délégations, auxquelles participent le Dr Seeling, président de la DETAG, et Arnaud de Vogüé, tentent de rapprocher les points de vue respectifs23. Mais, en octobre 1954, à la date des accords de Paris qui prévoient l’ouverture de nouvelles négociations commerciales franco-allemandes, le gérant de Saint-Ingbert en est toujours réduit à recourir au ministère des Affaires étrangères pour « obtenir un accès au marché allemand »24. Et, en décembre 1958, alors que la Sarre vit ses derniers mois de rattachement à l’espace économique français, Saint-Ingbert « continue à se heurter à la mauvaise volonté [de ses partenaires] pour développer ses ventes sur le marché allemand ». L’entreprise ne parvient à y écouler en moyenne que 106 000 mètres carrés de verre à vitre par mois, l’équivalent de ce qu’elle vendait dix ans auparavant25. C’est dire l’efficacité de la protection dont les firmes allemandes ont réussi à obtenir le maintien tout au long de la période.

  • 26 Lettre de Lequipé à Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, 7 octobre 1948 ; « note verbale » (...)

27Dans l’industrie des tuyaux de fonte, l’attitude des producteurs allemands est assez semblable. Durant l’été et l’automne 1948, période des premières négociations commerciales entre la France et la Trizone, les Buderus’sche Eisenwerke multiplient les démarches auprès du Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie (WVES) pour faire repousser la demande présentée par Halberger Hütte d’exporter chaque mois, en sus d’un contingent de 2 000 tonnes de tuyaux de fonte livrables en ZFO, 1 000 tonnes supplémentaires destinées à l’Allemagne du Sud. Arguant de la « perte de [leur] débouché naturel dans la zone occupée par les Russes et de la nécessité de trouver une compensation dans le reste de l’Allemagne », elles manquent de peu d’obtenir satisfaction. À Paris, en effet, on n’est guère favorable aux ventes de produits sarrois sur le marché allemand, peut-être par souci de ne pas froisser l’opinion publique. Les dirigeants de Pont-à-Mousson doivent donc multiplier les démarches auprès du ministère des Affaires étrangères pour faire admettre qu’Halberger Hütte représente « une exception », puis pour obtenir le dépôt par les autorités françaises d’une protestation contre l’attitude de Buderus. Ils n’aboutissent qu’à un résultat mitigé : le contingent d’exportation est certes porté à 3 000 tonnes, mais Halberger Hütte s’engage à « ne pas livrer [les 1 000 tonnes supplémentaires] dans tous les cas »26.

28Le problème est pourtant loin d’être définitivement réglé, car, malgré les accords conclus et les contingents accordés, les autorités allemandes bloquent durant toute l’année 1950 les exportations de tuyaux de fonte en provenance de Sarre. Les difficultés de balance des paiements rencontrées par l’Allemagne fédérale en cette période de « boom coréen » semblent aux yeux des dirigeants de Pont-à-Mousson un simple prétexte, masquant mal les interventions auxquelles se livrent les producteurs allemands auprès de leur administration de tutelle. Même les démarches promises par Robert Schuman à André Grandpierre et François de Villepin, lors d’une audience qu’il leur accorde à ce sujet, semblent impuissantes face à l’hostilité persistante à laquelle se heurte Halberger Hütte sur le marché allemand. Force est donc de recourir aux subterfuges : en mai 1951, en tolérant qu’un contingent de tuyaux de fonte soit inclus dans un poste de « marchandises diverses », Bernard Clappier permet à la firme de récupérer une partie du montant d’exportations prévu au départ et d’obtenir ainsi, partiellement et tardivement, satisfaction.

  • 27 Bulletin d’information des services commerciaux français en Allemagne, 22 février 1957, p. 13, MF, (...)
  • 28 83,5 milliards de F, contre une moyenne annuelle de 63 milliards en 1952-1958, d’après André de La (...)
  • 29 Voir sur ce point Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres..., op. cit., p. 412- (...)

29Les deux cas précédents concernent des entreprises françaises établies en Sarre : nul doute que l’hostilité face à leurs exportations soit avivée par le statut particulier du territoire jusqu’à la fin des années 1950. Par contre, sur un plan plus général, on constate d’autres cas où les exportations françaises se heurtent à des manifestations incontestables de néo-protectionnisme de la part de l’Allemagne. Dans l’industrie de la laine, les firmes exportatrices sont vivement attaquées par leurs homologues allemandes qui déclarent leur marché national « envahi ». En février 1957, elles en rendent responsables « les subventions directes et indirectes » versées par les pouvoirs publics. Comme le notent les services des conseillers commerciaux français en Allemagne, « de telles attaques sont chez elles traditionnelles »27. À ce moment précis, il est vrai, la progression des exportations françaises semble particulièrement vive (+ 18 % pour les tissus et + 30 % pour les laines peignées au cours des neuf premiers mois de l’année précédente), tandis que l’on constate un indéniable gonflement des aides budgétaires, l’année 1956 étant celle où elles atteignent, en francs courants, leur point culminant de toute la période 1952-195828. De même, au début des années 1960, ne pouvant, du fait de la construction européenne, recourir à l’arme tarifaire, les pouvoirs publics allemands multiplient les obstacles réglementaires tendant à freiner les succès que remportent plusieurs modèles automobiles français, la Dauphine Renault notamment qui menace les positions de Volkswagen. Leur homologation par le TÜW (Technischer Überwachung Verein) se trouve subordonnée à une diminution du bruit des moteurs, puis à de nouveaux types de vitrage, une exigence qui paraît d’autant plus choquante que « Saint-Gobain affirme livrer les mêmes vitrages à Volkswagen »29. Bref, qu’il s’agisse de verre à vitre, de tuyaux de fonte, de tissus de laine ou d’automobiles, le comportement des entreprises allemandes menacées par la concurrence française montre qu’elles sont loin d’être toujours acquises aux vertus du libre-échange.

D. L’EXIGENCE DE RÉCIPROCITÉ

30Lorsqu’elles acceptent de rentrer en contact avec des entreprises françaises, les entreprises allemandes le font souvent à une condition précise : être traitées par elles sur un pied de stricte égalité. Cette attitude s’observe dans plusieurs cas concrets tout au long de la période.

  • 30 Lettre de la Compagnie issoise de traction mécanique au CGAAA, 6 avril 1949, avec annotation margi (...)

31En avril 1949, les Westfalen Eisenhütten, un constructeur de matériel pour l’extraction minière qui a licencié de ses fabrications plusieurs sociétés sises en France et en Sarre, souhaitent pouvoir utiliser les redevances qui leur reviennent pour investir en France. Exposée par l’intermédiaire de l’un de leurs partenaires français, la demande pose le problème général du droit pour les entreprises allemandes d’investir à nouveau en France. Jugé « fort délicat » par le directeur des Affaires économiques au CGAAA, le cas est d’autant plus complexe que l’entreprise demanderesse assortit sa revendication d’un avertissement. Au cas où elle n’obtiendrait pas d’autorisation, « ne trouvant pas d’intérêt dans la cession des droits de fabrication qu’elle a faite [...], elle abandonnera l’aide technique qu’elle donne [à ses partenaires] dont ces derniers ont un besoin constant »30. La nécessité de recourir à la technique allemande sert de moyen de chantage à l’appui d’une demande présentée dans un contexte qui, étant donné le contrôle des changes en vigueur, rend impossible les transferts de fonds entre les deux pays. Mais les pouvoirs publics, en charge de l’intérêt général, se trouvent placés ici devant un embarrassant dilemme.

  • 31 Note d’André Grandpierre à Michel Paul-Cavallier, 23 septembre 1952, Archives Pont-à-Mousson, PAM (...)
  • 32 Article du 27 août 1952, transmis par Albert Bureau, représentant français au Groupe de contrôle d (...)

32A plus forte raison, les grands projets qui associent plusieurs firmes françaises pour des initiatives communes en Allemagne n’ont de chance d’aboutir que si, parallèlement, ils permettent aux intérêts allemands concernés d’agir de même sur le territoire français. C’est le cas des rachats de mines de charbon qu’envisagent les groupes sidérurgiques au début des années 1950. En août 1952, la mine Konstantin-der-Grosse, appartenant à Krupp, qui produit annuellement 2,5 millions de tonnes de charbon, fait l’objet de la convoitise de SIDECHAR. Le consortium souhaite l’acquérir, pour 3 ou 4 milliards de francs, payables pour moitié en Sperrmarks, ce qui permettrait à ses participants de payer leur charbon 35 DM la tonne, l’équivalent de 2 916 F, alors qu’il en coûte 4 217 sur le marché intérieur français. Comme l’écrivent les dirigeants de Pont-à-Mousson, « il faut avouer que ce n’est pas cher... »31. Mais la Frankfurter Allgemeine Zeitung insiste sur les préventions suscitées par le projet dans l’opinion publique allemande. Elle explique que le seul moyen de les désarmer serait que « simultanément à la vente d’une mine allemande à un groupe français, les milieux allemands aient l’occasion de prendre une participation financière dans les industries charbonnières et sidérurgiques françaises ou puissent créer, en compagnie d’industriels français, des entreprises communes, en Afrique du Nord par exemple »32. L’inexistence d’une semblable contrepartie explique-t-elle l’échec final ?

  • 33 Bulletin d’informations économiques et financières de l’ambassade de France en Suisse (ronéoté), n (...)
  • 34 Coupure de presse du 21 mai 1955, incluse dans le dossier « Völklingen », Archives Colmar, AEF 151 (...)

33Un an plus tard, le choix de SIDECHAR se porte sur Harpener Bergbau, dont la production représente plus du double de celle de Konstantin-der-Grosse et qui appartient alors au konzern Friedrich Flick Selon un journal suisse analysé par les services de l’ambassade de France à Berne, ce projet n’aura « une certaine utilité [...] du point de vue de la Communauté européenne » que s’il permet au groupe Flick d’en réinvestir le montant dans « d’importantes participations étrangères, et surtout françaises »33. Constatant qu’elles ne se sont pas produites, la Frankfurter Rundschau croit savoir deux ans plus tard que Friedrich Flick serait partie prenante dans la reprise des Aciéries de Völklingen34. Telle n’est pas, on le sait, la solution qui sera finalement retenue.

34Ainsi, dans les relations d’affaires avec les firmes françaises, le droit à l’égalité de traitement est-il fréquemment invoqué. Mais il ne s’agit pas seulement de simples formules. Le comportement des entreprises concernées s’y conforme. On le constate de la part des partenaires de L’Air Liquide tout comme de ceux de Pechiney.

  • 35 Note de Simon Lazard à Jean Delorme, à la veille d’une rencontre avec Karl Winnacker, 24 mars 1964 (...)
  • 36 Compte rendu de l’entretien entre Bruneton, Jenn et Lot, de L’Air Liquide, et Donnay, Lanz et Redh (...)
  • 37 Lettre de Carl Wurster à Jean-Louis Pineau, administrateur délégué adjoint de L’Air Liquide, 20 ao (...)

35Si les tentatives périodiques de L’Air Liquide pour fonder des filiales de commercialisation outre-Rhin se heurtent à la réticence des autres producteurs de gaz industriels, c’est en grande partie parce que L’Air Liquide ne leur consent jamais une part du capital jugée équitable. En mars 1964, Hoechst refuse toute coopération entre sa filiale Knapsack-Griesheim et L’Air Liquide, qu’il s’agisse de gaz industriels « classiques » ou de carburants pour propulseurs spatiaux, un domaine que le projet Eurospace rend désormais attractif. C’est que le konzern chimique a pour « position constamment affirmée [...] d’examiner seulement des suggestions comportant une symétrie complète entre France et Allemagne, position qui n’a pas permis, jusqu’à présent, de trouver un terrain d’entente en dehors du domaine des plastiques »35. S’y ajoute, chez les Allemands, la persistance d’un sentiment d’infériorité : « Messer-Griesheim a un complexe vis-à-vis d’Air Liquide qui s’est bien développé en France et à l’étranger, alors que Messer-Griesheim, à la suite des deux guerres, n’a rien pu faire à l’étranger et veut donc se conserver la possibilité de s’y développer, plus particulièrement en Europe »36. L’attitude est analogue chez Linde et persiste même lorsque L’Air Liquide propose enfin, en 1970, de créer une filiale commerciale commune sur la base de 60 % du capital pour Linde et 40 % pour L’Air Liquide, qui vendrait en priorité les fabrications de Linde : « Nous avons minutieusement examiné [votre] proposition au sein du Vorstand. Nous avons tous été unanimes pour penser que Linde devait exploiter seule ses affaires de gaz en Allemagne et ne pas envisager de coopération, même limitée à certains domaines [...]. Nous pensons cependant que des conversations occasionnelles peuvent avoir lieu de temps en temps entre les personnes compétentes de nos deux sociétés »37. Manifestement, le long refus de traiter l’interlocuteur sur un pied d’égalité a fini par créer une situation de blocage complet.

  • 38 Entretien avec le Dr Rudolf Escherich, 29 mai 1998, cité dans Henning Otte, VAW versus Pechiney... (...)
  • 39 Entretien avec François Boccon-Gibod, ancien directeur commercial de Cegedur, octobre 1992, cité d (...)

36Il en est de même des relations entre Pechiney et les producteurs allemands d’aluminium, en particulier les Vereinigte Aluminium Werke (VAW). Tentant en 1962 de les convaincre de la nécessité d’installer ensemble une grande usine de laminage, Pechiney ne parvient pas à faire accepter son projet. Le désaccord porte certes sur le site à retenir, les Français penchant pour Neuf-Brisach, en Alsace, et les Allemands pour Lünen, en Westphalie. Mais les raisons du refus sont aussi plus profondes. Selon le témoignage rétrospectif de l’un des membres du directoire des VAW, « c’était toujours cette relation ami-ennemi [...]. Pechiney nous a proposé de nous associer, mais pas aux conditions égales. Ce n’était pas dans le cadre d’un partenariat loyal où les deux ont les mêmes droits et devoirs. D’abord, il y avait Pechiney et après, une fois encore, Pechiney »38. D’ailleurs, au dire de l’un des cadres de Cegedur, le désir de Pechiney de coopérer avec les VAW correspondait davantage à une façade qu’à la réalité : « on avait repris l’idée d’y associer les Allemands, mais du bout des lèvres »39. Finalement, l’échec du projet suscite un soulagement immédiat chez les deux partenaires, même si, à long terme, il peut paraître regrettable.

37Dans la gamme des réactions que déclenchent, chez les entreprises allemandes, les tentatives d’implantation directe ou de pénétration commerciale françaises, certaines ne dépassent pas le niveau de manifestations de mauvaise humeur à la portée superficielle. D’autres sont plus graves. Elles montrent la capacité qu’ont les entreprises concernées à bloquer les initiatives françaises, en recourant à l’appui de l’opinion publique et des autorités de tutelle. Ces dernières, par contre, ne fournissent pas toujours aux firmes françaises le soutien ferme et résolu qu’elles seraient en droit d’espérer. Bien au contraire, on peut se demander si elles ne figurent pas parmi les principaux responsables de certains des échecs constatés.

II. LES RESPONSABILITÉS DES POUVOIRS PUBLICS

A. UNE TUTELLE INITIALE PESANTE

38Les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne s’insèrent dans tout un ensemble de dispositions réglementaires qui s’expliquent souvent par des considérations de politique conjoncturelle, en matière monétaire notamment. On a vu comment leur desserrement progressif a contribué à la création d’un environnement propice. Il n’en reste pas moins qu’en début de période, leur poids et, plus généralement, celui qu’exerce l’État sur les entreprises concernées suscite maintes protestations contre la gêne apportée au libre développement des relations avec l’Allemagne. Les industriels ne sont pas les seuls à s’en plaindre.

  • 40 Lettre de Michel Debré à Jean Filippi, directeur général de l’Economie et des Finances du GMZFO, 2 (...)
  • 41 Note de Raoul de Vitry à Pierre Jouven à l’issue d’une rencontre avec Richard Merton, 20 octobre 1 (...)

39En juillet 1948, Michel Debré, alors commissaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes, se plaint de l’opposition faite par l’Office du commerce extérieur (OFICOMEX) aux contrats à long terme signés entre les entreprises françaises et des partenaires allemands et demande aux services du Gouvernement militaire de ZFO d’en encourager le développement. Ceux-ci lui semblent intéressants à double titre. Économiquement, ils permettent de se procurer dans des conditions stables des produits ou des services indispensables. Politiquement, ils constituent « la première réalisation effective où des signatures allemandes sont apposées librement à côté de signatures privées françaises, l’administration n’intervenant que pour autoriser le contrat purement commercial ainsi conclu entre les parties intéressées à son exécution ». Les services du CGAAA dressent la liste de ceux qui sont alors en vigueur entre l’administration de l’IG Farben en liquidation et des firmes françaises : Rhodiacéta (produits intermédiaires pour polyamides), Office national de l’azote (urée), STIEA (ammoniaque), Francolor (produits intermédiaires pour colorants), Kuhlmann (oxyde d’éthyle et colorants). Le total représente une valeur de 22 millions de DM, soit 4,8 % des importations alors faites par la France en provenance de la Trizone, un pourcentage relativement peu élevé40. Les préoccupations de l’homme politique rencontrent ici le souhait de certains opérateurs privés : quelques mois après, Pechiney et Metallgesellschaft se plaignent de ne pouvoir passer entre eux de contrats à deux ou trois ans pour des contingents de bauxite et de ferro-alliages « tant qu’existe l’organisation actuelle ». Le groupe allemand fait toutefois confiance à l’influence personnelle possédée par son président, Richard Merton, futur fondateur de la DEFRA, pour assouplir l’attitude des autorités41.

  • 42 Lettre des Laboratoires Massac à la direction des Relations économiques extérieures, ministère de (...)

40Au même moment, une maison de parfumerie parisienne comprend difficilement pourquoi elle ne peut être autorisée à récupérer la contre-valeur de produits d’hygiène et de beauté qu’elle a expédiés en Sarre. Elle ne parvient pas à les y écouler, mais ne peut non plus les revendre en France, car les emballages et notices d’utilisation ont été rédigés en allemand. La firme imagine alors la solution suivante. Ces produits seraient vendus dans la Trizone, où la réforme monétaire suscite une fièvre de consommation qui en rendrait l’écoulement aisé. Quant aux pertes subies sur le marché sarrois, elles seraient compensées par la revente en France d’un stock de machines à écrire, machines à calculer et duplicateurs qu’une maison d’import-export propose d’écouler pour le compte du parfumeur... La proposition suscite évidemment l’opposition de l’OFICOMEX, totalement insensible à l’argument selon lequel « dans les villes de Ludwigshafen, de Mayence et de Kaiserslautern, [on assiste] à une véritable invasion de produits de beauté, cosmétiques et autres d’origine américaine »42.

41Comment commercer aisément avec l’Allemagne dans le cadre réglementaire mis en place au lendemain de la guerre ? Pour les entreprises, les démarches à accomplir représentent un véritable parcours d’obstacles qui décourage toute initiative. Un cadre de Pechiney le décrit ainsi, à propos d’éventuels achats de charbon dans la Ruhr dont on propose au groupe français de faire l’acquisition :

  • 43 Compte rendu de la mission de Périères en Allemagne, adressé au Comité de direction, juillet 1948, (...)

« Dès qu’il y aura du disponible pour l’exportation [...], ce disponible sera réparti entre les nations intéressées par le Comité de contrôle européen, siégeant à Genève, et auprès duquel il conviendra d’agir par l’intermédiaire du gouvernement français. Lorsque la France aura reçu son attribution, nous aurons à intervenir auprès du répartiteur français, pour obtenir le contingent que nous désirons acheter. Ce contingent obtenu, il appartiendra à l’ATIC, qui a une mission à Essen, de traiter le marché avec les Allemands et d’acheminer les tonnages correspondants aux destinations que nous lui indiquerons. Tel serait l’enchaînement des formalités et démarches. À dire le vrai, nous ne sommes pas sûrs d’être complets, ni dans la bonne voie, tant l’organisation des zones est complexe, pas toujours connue des occupants, et les relations inter-zones laborieuses. Aussi, et malgré la certitude de quelques-uns de nos interlocuteurs, ferons-nous les réserves d’usage »43.

42Un dernier exemple de tutelle administrative pesante est fourni par le cas de CHLOBERAG. Cette firme avait été fondée en 1948, sur l’insistance de l’administration, par les principaux groupes de l’industrie chimique française, pour exploiter, sous la forme d’une société de gestion, le potentiel électrochimique des chutes de Rheinfelden où, avant guerre, l’IG Farben possédait d’importantes installations. Elle est possédée à 70 % par des capitaux français. Or, ce sont en grande partie les obstacles administratifs qui expliquent son mauvais départ, puis les difficultés grandissantes auxquelles elle se heurte. Le premier rapport d’activité annuel dressé par les dirigeants de la firme est à cet égard éloquent. La société a dû patienter durant six mois avant d’obtenir son inscription au registre du commerce ouvert auprès du tribunal de Säckingen, ce qui a frappé de nullité tous les contrats conclus antérieurement. Puis il a fallu augmenter le nombre de membres du conseil de surveillance, la présence obligatoire de délégués du personnel dans les organes dirigeants des sociétés sises en Bade-Sud risquant de faire perdre la majorité à l’élément français : d’où de nouvelles et longues démarches pour recueillir l’approbation des autorités d’occupation. Enfin, le bail de location des installations consenti à la firme, antérieur à la réforme monétaire, a dû être entièrement révisé et renégocié avec l’administration-séquestre de l’IG Farben.

  • 44 Rapport d’activité de CHLOBERAG, 28 juillet 1949, MAE Colmar, AEF 2876/2. Les fonds Marshall récla (...)

43Davantage encore : les conditions économiques de l’exploitation elles-mêmes ont été bouleversées par les lenteurs et les hésitations de l’administration. Le prix de la soude, principale fabrication de CHLOBERAG, a été, malgré les demandes de la firme, fixé à un niveau inférieur de 35 % à celui pratiqué en Bizone, ce qui a déséquilibré les comptes. De plus, le conseil de contrôle interallié ayant maintenu son interdiction de toute exportation de chlore, considéré comme « produit de guerre », il a fallu détruire des stocks considérables que l’on ne parvenait à écouler ni en Allemagne, ni en France, malgré d’énormes besoins non satisfaits. Les fournitures de courant électrique à bas prix par la centrale de Rheinfelden, propriété conjointe de l’IG Farben et d’une société suisse, ont été remises en cause par la partie suisse qui a exigé la révision des contrats en vigueur, tandis que le ministère des Affaires étrangères en prévenait les dirigeants de CHLOBERAG trop tard par pour qu’ils puissent y faire face. La poursuite de l’exploitation elle-même est subordonnée à l’obtention de fonds Marshall, pour 3 millions de DM, nécessaires pour mettre en valeur un nouveau gisement de sel, le gisement précédent, situé sous l’usine, s’étant épuisé et provoquant de dangereux affaissements. Là encore, tout dépend de la rapidité avec laquelle cette demande sera transmise à l’Economic cooperation administration44.

44De fait, même si la firme, d’abord lourdement déficitaire, présente après révision de ses comptes par l’officier de contrôle de l’IG Farben un léger bénéfice en décembre 1949, l’équilibre de son exploitation est très précaire.

45Le fonds de roulement est positif, mais repose pour l’essentiel sur d’énormes stocks, dont l’écoulement éventuel ne pourrait se faire que moyennant de lourdes pertes, étant donné l’engorgement du marché. Quant au passif, on constate que le capital social, les réserves et les provisions couvrent à peine plus de la moitié de la dette de l’entreprise, essentiellement auprès de l’IG Farben qui lui loue ses installations.

  • 45 Dossier « Rheinfelden », Archives Pechiney, 0001-14-20464.

Tableau 27. Bilan de CHLOBERAG au 31 décembre 1949 (DM)45

Tableau 27. Bilan de CHLOBERAG au 31 décembre 1949 (DM)45
  • 46 Procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire de CHLOBERAG, 17 décembre 1952, accompagné d’ (...)

46Ce contrôle, à la fois tatillon et improvisé, effectué au mépris des réalités économiques, conduit rapidement la société dans l’impasse. Comme, de plus, les groupes français de l’industrie chimique n’avaient souscrit au capital de CHLOBERAG qu’avec beaucoup de réticences, on s’achemine bientôt vers l’échec. Dès mai 1951, pour couvrir la forte augmentation de capital nécessaire à la poursuite de l’exploitation, de 500 000 à 7 000 000 DM, il faut faire appel à des bailleurs de fonds allemands. On songe d’abord à la banque Bethmann, de Francfort. Mais c’est finalement la Dynamit AG (DAG) de Troisdorf, dirigée par un ancien membre du directoire de l’IG Farben, le Dr Gajewski, qui devient actionnaire majoritaire et rachète aussi la propriété des installations, naguère louées à l’administration-séquestre de l’IG Farben. Au début de l’année 1954, lors de la liquidation définitive de CHLOBERAG, la somme versée aux anciens actionnnaires français (1 100 000 DM) est équivalente à l’actif net initial, ce qui traduit bien le médiocre développement de l’affaire au cours de ses six années d’existence. Elle est certes complétée par la fourniture privilégiée de produits chimiques, pour une période de dix ans renouvelable, aux prix consentis par DAG à ses meilleurs clients des pays de l’OECE46. Reste que l’affaire échappe désormais aux industriels français. Sans doute convient-il, dans cet échec, de faire la part d’autres raisons. La gestion pratiquée par les dirigeants ne semble pas à l’abri de tout reproche. À Paris comme à Baden-Baden, les administrations de tutelle les accusent de faire sur la trésorerie de l’entreprise des prélèvements excessifs qui gonflent leur rémunération, mais pèsent sur les résultats. Peut-être ceux-ci noircissent-ils à dessein le tableau de la situation et exagèrent les obstacles auxquels ils se heurtent, pour mieux échapper à leur propre mise en cause. Mais, quelle que soit la part qu’il convient de leur attribuer, les problèmes administratifs ont certainement aggravé les difficultés rencontrées par l’entreprise.

47Les pouvoirs publics n’ont donc pas toujours évité des méthodes de contrôle dictées par la prudence et le souci de l’intérêt général, mais dont la contrepartie réside dans une certaine lenteur et une médiocre adaptation aux nécessités du moment. Sensibles en début de période, ces défauts se combinent à d’autres, en particulier celui qui consiste à développer une vision des rapports franco-allemands ne correspondant guère aux besoins des entreprises concernées.

B. DES POLITIQUES PEU RÉALISTES

48Sans vouloir évoquer ici l’ensemble de la politique économique menée par la France face à l’Allemagne durant les années 1948-1969, on doit souligner que, sur des points particuliers, elle obéit à des objectifs souvent éloignés de ceux des entreprises sur lesquelles repose sa mise en application. Un certain degré d’irréalisme persiste, même après les révisions déchirantes de 1948-1949. Il en est ainsi du sort à réserver aux brevets allemands, du traitement des anciens établissements de l’IG Farben situés en ZFO, enfin de la politique charbonnière, notamment lors du rachat d’Harpener Bergbau.

  • 47 Voir sur ce point Marie-France Ludmann-Odier, « Le problème de la propriété industrielle en Allema (...)

49En matière de brevets47, la délégation française au conseil de contrôle quadripartite de Berlin prend, dès octobre 1945, une position qui isole la France des autres puissances occupantes et s’avère nuisible aux intérêts de ses entreprises. Elle réclame la suppression de l’Office des brevets allemand (Patentamt) et la mise à disposition de tout utilisateur potentiel des inventions, procédés de fabrication et marques de fabrique allemands. Dictée par le souci de sécurité, cherchant à priver définitivement l’Allemagne d’un facteur de supériorité aux implications militaires évidentes, la politique française souhaite aussi éviter la reconstitution d’organismes centraux dans un pays dont le sort reste indécis. Elle se fonde sur un principe simple : tous les droits de propriété intellectuelle anciennement protégés en Allemagne étant devenus propriété commune des Nations Unies, leur usage en ZFO est laissé à libre disposition de tout utilisateur. Cependant, pour éviter que les inventions faites en Allemagne depuis la fin de la guerre soient privées de protection, l’État crée un système de « licences sous conditions ». Leur dépôt est autorisé, non pas au Bureau des droits de propriété industrielle ouvert à Darmstadt par les Anglo-Saxons, mais à Paris, après examen de leur intérêt par les services français. Ils y sont considérés comme la propriété individuelle du chercheur qui a mis au point l’innovation, et non de la firme où la recherche a été effectuée.

  • 48 Mémorandum sans indication d’auteur adressé au ministère de l’Economie et des Finances, 22 décembr (...)

50Or, la distinction entre les inventions faites avant et après la capitulation allemande, rigoureuse en principe, s’avère impossible à appliquer dans les faits. Comme l’explique le service des Brevets du Haut-Commissariat français, « de nombreuses demandes déposées [...] sont fondées sur des inventions réalisées pendant la guerre », tombées dans le domaine public et largement diffusées en France même par l’administration qui en a organisé systématiquement la diffusion. Il en résulte « une incertitude grave, pesant à la fois sur les titulaires de brevets de ce genre et sur les industriels qui pourraient se croire libres d’exploiter ces procédés dont ils avaient eu connaissance par la diffusion de la documentation allemande »48. Il faut attendre octobre 1949 et la création d’un nouveau Patentamt à Munich, au moment même de la fondation de la République fédérale, pour que la France mette fin à cette politique spécifique de brevets et se rallie au système adopté sous l’influence anglo-saxonne.

  • 49 Note de Maurice Fréjacques à Raoul de Vitry et Pierre Jouven, 13 février 1948, Archives Pechiney, (...)

51Mais la politique suivie en matière de brevets s’accompagne d’un problème spécifique : celui des recherches effectuées dans les laboratoires de l’ancienne IG Farben à Ludwigshafen. Celles-ci suscitent de vives critiques de la part des firmes concernées. Chez Pechiney par exemple, le chef du Service central des recherches, Maurice Fréjacques, en juge en février 1948 la gestion « absolument désastreuse ». Les recherches étant conduites par des ingénieurs de l’Office de l’azote, il est probable, en l’occurrence, que l’appréciation négative du cadre supérieur de la firme privée recouvre une hostilité de principe envers les fonctionnaires d’un organisme d’État. Quoi qu’il en soit, il lui semble indispensable de créer une société qui gérerait les brevets mis au point à Ludwigshafen et éviterait une dispersion par manque d’orientation d’ensemble. Maurice Fréjacques préconise de la confier à « un groupe d’industriels français qui subventionnerait au départ l’ensemble du laboratoire. Cette société serait propriétaire des brevets, dont la vente pourrait devenir rémunératrice, avec priorité d’achat accordée à ses participants, puis aux autres industriels français »49. Ce n’est pourtant pas du tout dans cette voie que l’administration s’engage l’année suivante, lorsqu’elle esquisse un grand projet qui ne correspond en rien à l’attente des industriels français.

  • 50 « Note sur les brevets actuels et futurs de la BASF à l’étranger », sans indication d’auteur, envo (...)

52Ce projet consiste à créer une société contrôlée par l’État qui formerait écran entre la BASF et les utilisateurs des brevets, dans le but d’éviter que certains ne soient écartés au profit d’autres, selon la pratique qui était celle de l’IG Farben avant guerre et qui est suivie par toute firme dans la valorisation de ses propres recherches. Compte tenu de l’importance du potentiel des laboratoires de Ludwigshafen, la société recevrait un statut spécifique. Elle aurait son siège social en Suisse, admettrait à son capital, détenu pour 40 % par la France, une participation internationale et mènerait sa politique au niveau mondial. On est ici aux antipodes mêmes des objectifs limités et circonstanciés que poursuivent les groupes français de l’industrie chimique. Alors qu’ils cherchent avant tout à profiter de la défaite allemande pour acquérir à bas prix les résultats des recherches faites à Ludwigshafen, l’administration française esquisse un projet complexe, ambitieux, mais très éloigné des souhaits des différents protagonistes. En juin 1949, informés de son contenu par Simon Lazard, alors employé par le CGAAA, les membres de l’Union des industries chimiques demeurent réservés, estimant, non sans quelque raison, que « le fait pour l’industrie française d’avoir à traiter directement avec la BASF pour les licences de ses brevets à l’avenir comporte moins de dangers que d’avoir à traiter avec une société suisse gérante de ces brevets »50.

  • 51 Voir supra, deuxième partie, chapitre IV, II-B.

53Malgré cette absence d’échos favorables, l’administration, loin de revoir son projet, en élargit encore la portée, le reliant désormais au problème de la propriété du capital de la BASF, alors en cours de reconstitution. On l’a vu : c’est quelques mois plus tard, en octobre 1949, que les ministères des Affaires étrangères et de l’Industrie confient au directeur général des Etablissements Progil, Maurice Brulfer, la mission de regrouper les grandes firmes de l’industrie chimique française pour y prendre une participation51. C’est, semble-t-il, manquer du réalisme le plus élémentaire : comment ne pas voir qu’indépendamment même de l’ampleur des sommes nécessaires à une telle opération, la constitution d’un consortium entre des firmes habituées, en matière de procédés de fabrication et de brevets, à défendre jalousement leurs intérêts propres ne pourra déboucher sur aucun résultat significatif ?

  • 52 « Note sur le commerce extérieur de la BASF », rédigée par J. de Kervenoaël, 24 mai 1948 ; lettre (...)

54Pour tout ce qui touche à l’ancienne IG Farben, les pouvoirs publics semblent davantage animés par des considérations liées au passé qu’attentifs aux nouveaux rapports de force qui sont en train de s’établir. C’est le cas, outre les brevets et le capital de la BASF, de la vente de ses produits en France. En mai 1948, un projet est échafaudé portant sur les colorants et les produits intermédiaires destinés à leur fabrication. L’exclusivité en serait confiée à Francolor, la société créée de force par l’occupant durant la guerre et contrôlée par l’IG Farben. Elle porterait sur les ventes faites, non seulement en France et dans l’Union française, mais aussi dans tous les pays étrangers, la BASF n’ayant plus de liberté d’action que sur le marché intérieur allemand. Élaboré conjointement par Francolor et l’administration-séquestre de l’IG Farben, ce projet suscite immédiatement l’hostilité des cadres supérieurs allemands de l’entreprise, pourtant relativement bien disposés envers les autorités françaises d’occupation. Leur avis rencontre celui de plusieurs hauts fonctionnaires, comme le contrôleur financier au GMZFO, J. de Kervenoaël, et le directeur des Affaires économiques du CGAAA, Roger Bloch, qui l’estiment tous deux « léonin ». En effet, comme, contrairement aux dispositions habituellement incluses dans les contrats commerciaux, aucune quantité minimale n’est prévue pour l’enlèvement des produits, rien n’empêcherait Francolor, si elle le jugeait utile, d’étouffer entièrement le commerce extérieur de la BASF pour les catégories de produits gênant ses propres intérêts52. La politique préconisée dans certains milieux français ne fait donc pas l’unanimité. Elle témoigne en outre d’un volontarisme, voire d’un désir de revanche peu susceptible de conduire à des relations harmonieuses entre les firmes des deux pays.

  • 53 Note à Raoul de Vitry, en réponse à une lettre de la légation de la Sarre « transmise par l’interm (...)

55Il n’en va pas autrement en matière de politique charbonnière. Là aussi, s’observe un certain manque de réalisme, jusque dans les aspects techniques des questions évoquées. Peu au courant sans doute des problèmes de rentabilité, les membres de la légation de la Sarre à Paris croient encore en 1953 qu’il conviendrait de créer dans le bassin houiller sarrois une usine de gazéification du charbon pour la production d’hydrocarbures de synthèse. La suggestion suscite les sarcasmes du responsable des activités chimiques de Pechiney, Pierre Jouven : « Tous ces procédés sont actuellement largement périmés devant le bas prix relatif des produits pétroliers. L’auteur du projet a sans doute quelque regret de l’autarcie du régime hitlérien »53.

  • 54 Note de la direction des Affaires économiques et financières aux ministres des Affaires étrangères (...)

56Mais il y a plus grave. En ce qui concerne la propriété des gisements charbonniers, il semble bien que ce soit la haute administration, davantage encore que les industriels, qui pousse à des rachats qui s’avéreront coûteux et, à long terme, plutôt décevants. Elle y voit le moyen de réaliser la fameuse Verbundwirtschaft, la « liaison charbon-acier » qui permet aux konzerns de la Ruhr propriétaires de gisements charbonniers de réaliser une intégration verticale complète, de la mine à l’aciérie, en une stratégie qui sera bientôt dépassée par les progrès des approvisionnements en matières premières d’origine extra-européenne. Il s’agit aussi de renforcer les groupes sidérurgiques français vis-à-vis de rivaux qui bénéficient pleinement de l’appui des pouvoirs publics fédéraux et de l’incapacité ou de la complaisance dont fait preuve la Haute Autorité de la CECA face à la reconcentration dans la sidérurgie de la Ruhr. Dans une note du ministère des Affaires étrangères, l’acquisition de charbonnages est qualifiée de « contre-assurance » que l’administration doit favoriser par tous les moyens54.

  • 55 Lettre de Michel Paul-Cavallier à Henri François-Poncet, 7 août 1953, espérant « que vous ne garde (...)
  • 56 Note de François de Villepin à André Grandpierre, 5 octobre 1953, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 (...)
  • 57 Lettre d’André François-Poncet au ministre des Affaires étrangères, 7 novembre 1953, MAE Colmar, A (...)

57C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’action entreprise durant l’été 1953 par André François-Poncet pour faire aboutir le projet de rachat d’Harpener Bergbau. Pour surmonter les réserves que celui-ci suscite chez certains groupes sidérurgiques, en particulier chez De Wendel, il n’hésite pas à brusquer les choses. En pleine période estivale, il envoie son fils Henri prendre des contacts avec les milieux intéressés. Celui-ci se rend en Normandie auprès de Michel Paul-Cavallier, alors en vacances au bord de la mer, pour se renseigner sur la nature de l’opposition manifestée au projet par les « grands voisins » de Pont-à-Mousson (De Wendel) et pour obtenir des introductions auprès de Robert Baboin, directeur général de SIDELOR, et de Roger Aubrun, qui remplace alors Pierre Ricard, malade, à la Chambre syndicale de la sidérurgie55. Trois mois plus tard, alors que le rachat d’Harpener est confié par Paul Delouvrier, alors chef des services financiers au Commissariat général au Plan, à Roger Nathan, président de la commission de libération des échanges du CNPF56, André François-Poncet continue à surveiller de près l’évolution de l’affaire. Il y voit manifestement une garantie essentielle pour l’avenir de la sidérurgie française. Il adresse en ce sens de longs messages au ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault. Bon connaisseur de l’opinion des milieux industriels d’outre-Rhin, il annonce par exemple, après une réunion organisée à Dusseldorf par le Wirtschaftvereinigung Eisen-und Stahlindustrie où un orateur a souhaité l’établissement de liens durables entre les entreprises par-dessus les frontières : « Du côté allemand, l’on se montre maintenant bien disposé à accueillir favorablement toutes propositions concrètes qui pourraient venir des entreprises françaises. Nos sidérurgistes feraient bien de s’en aviser et de ne pas laisser passer sans agir le moment où ils peuvent conclure avec leurs partenaires allemands, dans de bonnes conditions, des accords assurant à leurs usines des matières premières ou des débouchés en tout état de la conjoncture »57.

  • 58 Note d’Albert Bureau sans indication de destinataire, 5 mars 1952, MAE Colmar, AAA 1436/a.

58D’autres responsables sont plus circonspects. Albert Bureau, délégué français au Groupe de contrôle de l’acier, intitule significativement l’une de ses notes : « Faut-il acheter les mines de charbon qui sont disponibles dans la Ruhr ? ». Il conclut par l’affirmative, mais son argumentation montre que, pour lui, l’avantage essentiel serait de mettre sur un pied d’égalité les groupes sidérurgiques français et allemands. Il ne se fait par contre pas d’illusions sur la sécurité d’approvisionnement en coke qui en résultera pour la sidérurgie française, sans cesse vouée à fluctuer entre la surchauffe, provoquant la surenchère sur le marché mondial du charbon, et la mévente, conduisant à l’accumulation de stocks invendables sur le carreau des mines. Quant aux conditions financières du rachat, il estime que « l’acquisition [...] ne peut être faite que par l’État, directement ou indirectement. Nous ne voyons, quant à nous, aucune autre méthode. L’utilisation de la Compagnie minière de Rhénanie paraît constituer un moyen pratique d’aboutir »58. Plus avisée, en l’espèce, que celle d’autres hauts fonctionnaires, cette position ne suffit manifestement pas à dissiper le « mirage charbonnier » qui anime les pouvoirs publics.

  • 59 Double de la convention passée entre les membres de SIDECHAR et Charbonnages de France, 5 mai 1954 (...)

59En mai 1954, après un an de tractations, les modalités du rachat d’Harpener Bergbau sont prêtes. Le Trésor avance 15 milliards de francs à SIDECHAR, sous forme d’un prêt du Crédit National à 4,5 % sur quarante ans, pour le rachat au konzern Flick de 65 % du capital. L’apparence de la transaction est simple. La réalité est plus complexe. En effet, les Charbonnages de France ne pouvaient être tenus à l’écart d’une opération qui affecte directement leurs intérêts. Les pouvoirs publics ont d’ailleurs besoin de leur participation financière pour qu’ils aident SIDECHAR dans le rachat envisagé. L’entreprise publique entre donc dans le capital du consortium. Mais elle y occupe une place particulière. Elle en est un « actionnaire masqué », fournissant pour le rachat un capital équivalent à celui souscrit par les sociétés sidérurgiques fondatrices du consortium. En contrepartie, en vertu d’une convention secrète signée le 5 mai entre SIDECHAR et Charbonnages de France, ces derniers reçoivent chaque année la moitié de la production d’Harpener Bergbau et la revendent aux sidérurgistes au prix commercial français, sauf pour 20 % du total réservés à l’approvisionnement des cokeries de Lorraine. Les sidérurgistes n’ont donc à leur libre disposition que la moitié des tonnages produits, ce qui préserve les intérêts commerciaux de Charbonnages de France. De plus, « afin de faciliter les négociations avec les vendeurs, le comptoir de vente et les administrations allemandes, les sociétés sidérurgiques participantes acceptent provisoirement d’apparaître seules en nom comme actionnaires de SIDECHAR, étant entendu qu’à concurrence de 50 % les actions qu’elles détiennent le sont pour le compte de Charbonnages qui aura fait les fonds correspondants »59.

  • 60 Note de Robert Murard, directeur général de SIDELOR, à Roger Martin, 26 septembre 1964, Archives S (...)

60On comprend les raisons de cette dissimulation. Si elle venait à être connue, la participation de Charbonnages de France pourrait retarder la conclusion de l’affaire, car elle devrait recevoir la double approbation des pouvoirs publics allemands et de la Haute Autorité de la CECA. Or, pressés par l’urgence, convaincus que cette opération représente une aubaine qu’il convient de saisir au plus vite, les responsables de l’opération choisissent de garder occulte la nouvelle composition du capital de SIDECHAR. Bien entendu, ils ne peuvent la masquer entièrement aux autorités de Luxembourg. Selon une indication postérieure, on a obtenu leur approbation tacite, « avec la complicité de plusieurs personnes qui étaient bien au courant de l’intervention de Charbonnages de France, notamment MM. René Mayer et Delouvrier »60. Il n’en reste pas moins que, même si les Charbonnages de France ne sont effectivement pas représentés au conseil d’administration de SIDECHAR, ils apparaissent désormais dans les comptes annuels du consortium, en tant que caution. Le « secret » est donc tout relatif. Cette situation juridique ambiguë s’avérera gênante par la suite. En octobre 1964, elle empêchera la revente partielle d’Harpener Bergbau à l’ARBED, qui obligerait à soumettre le dossier SIDECHAR à la Haute Autorité. Elle montre bien les dangers que comporte la précipitation avec laquelle les autorités françaises ont conclu l’affaire au printemps 1954, au mépris de tout examen approfondi de ses implications.

C. LA MÉCONNAISSANCE DES PRIORITÉS ENTREPRENEURIALES

61Les pouvoirs publics français se montrent souvent hostiles ou indifférents aux demandes que leur adressent les entreprises. Est-ce parce qu’elles s’ajoutent aux innombrables sollicitations qui les assaillent et ne leur paraissent pas mériter une priorité ? Ou bien parce qu’ils les estiment contraires à d’autres objectifs de nature politique ou diplomatique ? Toujours est-il que le résultat est le même : entre administrations et entreprises, le dialogue se noue difficilement et ce sont souvent les tentatives de pénétration en Allemagne qui en subissent les conséquences.

  • 61 Lettre de Pierre Jouven à Jean Matter, 3 décembre 1948, Archives Pechiney, 001/14/20464. La répons (...)

62En décembre 1948, les autorités d’occupation décident de rouvrir à Ludwigshafen une usine d’alumine appartenant à la firme allemande Giulini, présente dans le négoce et la transformation de l’aluminium, dont la production avait été arrêtée dans le cadre du démantèlement de la puissance allemande dans ce domaine utile aux fabrications de guerre. Sensibles aux campagnes de presse, aux protestations syndicales, au risque de chômage qui en résulte sur le plan local, la Joint export-import agency autorise l’usine de Ludwigshafen à reprendre ses fabrications et à livrer à des acheteurs étrangers, principalement en Suisse et en Autriche, 2 500 tonnes d’alumine. Pour les dirigeants de Pechiney, cette décision représente une gêne, car elle contrecarre l’expédition vers la Suisse, précisément vers une filiale de Giulini, Aluminium de Martigny, de cargaisons d’alumine que les restrictions d’énergie empêchent provisoirement de transformer en France. Leur réaction est d’autant plus vive qu’ils ont toujours entretenu de difficiles relations avec Giulini et ne sont aucunement disposés à en favoriser les affaires en ZFO. Ils envisagent même de profiter de la situation « actuellement détestable » de cet ancien concurrent pour lui racheter l’usine de Ludwigshafen, à seule fin d’en arrêter les fabrications61.

  • 62 Lettres de Pierre Jouven à Alain Poher, 10 mars et 12 avril 1949. La dernière est accompagnée d’un (...)

63Dans un premier temps, ils obtiennent tous les apaisements voulus de la part de l’administration. Trois mois après pourtant, non seulement l’usine de Ludwigshafen est toujours en marche, mais elle s’apprête à livrer à l’Autriche 5 000 tonnes d’alumine, le double des quantités envisagées initialement, un contingent qui correspond exactement à celui qu’au même moment Pechiney vient de se faire retirer, « par suite de difficultés », au titre des exportations françaises vers la Suisse et l’Autriche. Les intérêts de la ZFO, tels qu’ils sont pris en charge par les autorités d’occupation, passeraient-ils avant ceux de la France même ? Deux lettres successives à Alain Poher, commissaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes, regrettent « que l’usine Giulini ait été remise en marche par l’administration sans tenir compte de ce que nous estimions être le véritable intérêt de la France et que nous n’ayons pas trouvé auprès de l’administration toute l’aide nécessaire ». Elles insistent longuement sur l’impossibilité de transformer en France toute l’alumine qui y est produite et qui, faute de moyens suffisants, « doit être stockée en plein air sous des bâches », tandis que les mineurs des gisements de bauxite du Var et de l’Hérault sont réduits au chômage par la surproduction62.

  • 63 Lettres de Camille Paoli à Lionel Favereau, chef du service du Contrôle des biens et participation (...)
  • 64 Lettre de Camille Paoli à Alfred Ourbak, 27 août 1951, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

64Un autre épisode qui, cette fois, concerne une entreprise semi-publique, la Société commerciale des potasses d’Alsace, paraît instructif. Le directeur général de sa filiale allemande, la Badische Kaligesellschaft, s’inquiète en octobre 1950 de la prochaine levée des séquestres sur les entreprises allemandes envisagée par les autorités alliées. Si la Preussag récupère la libre disposition du gisement de Buggingen, il est plus que probable que le contrat d’amodiation sera dénoncé avant son échéance. Prévenus de ce danger, les services du Haut-Commissariat français semblent indifférents : « tandis que les autorités allemandes ont le souci d’appuyer les démarches incessantes de la Preussag, le Haut-Commissariat de France en Allemagne ne se préoccupe même pas de recueillir notre avis lorsqu’il envisage de donner son accord à des décisions qui risquent de compromettre l’existence de notre société de gestion »63. Un an plus tard, soumis au chantage des autorités badoises qui leur recommandent d’accepter un arrangement à l’amiable avec la Preussag et de quitter Buggingen, les dirigeants français sont prévenus « qu’en cas de difficultés, [ils] n’aurai[ent] aucune aide à attendre des autorités françaises d’occupation »64.

  • 65 Compte rendu de la visite de Collet, de la direction des Affaires extérieures du groupe, aux VEGLA (...)

65En matière de réglementation fiscale, l’administration semble tout aussi insensible au point de vue des entreprises. La Compagnie de Saint-Gobain souhaite éviter la double imposition sur les bénéfices de sa succursale allemande. Il existe certes, depuis 1934, une convention franco-allemande dont les principes restent toujours en vigueur. Mais le montant du bénéfice imposable des VEGLA en Allemagne dépend de la quote-part des frais généraux du groupe qui leur est imputée. L’administration fiscale allemande admet un montant fixe de 200 000 DM, augmenté d’une part supplémentaire calculée sur la base de 2 % du chiffre d’affaires, tandis que la Direction générale des impôts française, plus généreuse, établit chaque année un forfait de concert avec la Compagnie. Il en résulte un écart entre les deux évaluations qui, au fil des ans, grandit : 1 million de DM en 1949, mais 28 millions en 1951, 77 en 1952, 71 encore en 1953. En mars 1954, la Compagnie demande à réintégrer cette somme dans ses résultats d’exploitation. Sa requête est rejetée. Il faut l’année suivante faire intervenir le CNPF pour que soit insérée, dans le projet de renouvellement de convention fiscale franco-allemande, une disposition, préparée de concert par les experts patronaux et par Saint-Gobain, qui stipule que « lorsqu’une entreprise ou une société ressortissant d’un État possède dans l’autre État un établissement stable, pour la détermination du bénéfice de ce dernier, il y aura lieu de déduire une quote-part des frais généraux de l’entreprise ou de la société mère [...], déterminée par l’administration fiscale du pays où se trouve l’établissement stable, sauf si celle-ci se met d’accord avec l’administration fiscale du pays où se trouve l’entreprise ou la société mère sur un autre mode de calcul »65

  • 66 Littéralement « privilège des sociétés en tiroirs ».
  • 67 Lettre de Jean-Louis Schrader à Paul Francin, directeur financier du groupe, 3 mai 1965, Archives (...)

66Dix ans plus tard, en mai 1965, les dirigeants de la Compagnie se plaignent toujours de n’être pas appuyés par la direction générale des Impôts pour le traitement fiscal réservé à leur succursale. Pour l’administration allemande, celle-ci est assimilable à une Organgesellschaft, terme qui désigne une filiale détenue à plus de 50 % par sa société mère, ce qui lui donne le droit de ne payer d’impôts que sur les sommes non réintégrées dans les comptes de la société mère. Cette disposition, appelée le Schachtelprivileg66, n’est pas admise par l’administration française qui, « en réponse à une demande de prise de position faite par le ministère allemand, a donné une interprétation qui était contraire à notre thèse »67.

  • 68 Lettre de Philippe Rouvillois, membre du cabinet de Michel Debré, à Paul Francin et lettre d’Arnau (...)

67Aussi, lorsqu’en mai 1968, l’administration allemande, changeant son point de vue, décide de subordonner l’octroi du Schachtelprivileg aux firmes qui ont à la fois la personnalité juridique et une direction allemandes, ce qui n’est pas le cas des VEGLA, les dirigeants de Saint-Gobain, pour échapper à cette décision, doivent multiplier les interventions. Ils sollicitent le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Debré, qui s’engage à signaler à son homologue allemand, Franz-Josef Strauss, les inconvénients de ce revirement. Mais ils portent davantage d’espoirs dans deux autres interventions : à Paris, celle du Comité franco-allemand, dont le président Paul Huvelin, le « patron des patrons » français, promet d’agir « avec vigueur » ; à Bruxelles, celle de l’Union des industriels de la Communauté européenne, alors présidée par Fritz Berg68. La multiplication des démarches est significative de l’importance attachée par les dirigeants du groupe au règlement de cette affaire.

68Les pouvoirs publics n’ont donc pas toujours su adopter, face au développement des relations d’affaires franco-allemandes, une stratégie appropriée. Oscillant entre dirigisme et libéralisme, contrôles excessifs et laisser-aller, priorité aux objectifs politiques et prise en compte des intérêts économiques, leur action manque de cohérence. Il est peu surprenant de voir le patronat le leur reprocher, en public ou en privé.

  • 69 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 27 octobre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691. O (...)

69En octobre 1949, lors d’un dîner qui réunit, chez Georges Villiers, trois membres de l’équipe dirigeante du CNPF, Pierre Ricard, Jean-Jacques Guerlain, Georges Morin, et deux hauts fonctionnaires, Hervé Alphand et Jean Filippi, le président du patronat français se plaint de la double attitude des pouvoirs publics à propos des relations économiques franco-allemandes. Tout en affirmant hautement que celles-ci sont le fondement de la reconstruction de l’Europe, « ils laissent Parlement et presse jeter la suspicion sur tout syndicat de producteurs qui répond à leur appel ». Pourtant, estime Georges Villiers, « le gouvernement français serait beaucoup mieux placé pour défendre nos positions en Ruhr ou en Sarre, si des ententes pour la rationalisation des industries complémentaires et l’exportation vers les zones dollar et livre sterling imbriquaient les intérêts allemands et français dans une construction commune ». Une nouvelle fois, se manifeste la préférence pour une organisation concertée des échanges, par voie d’accords librement débattus entre les industriels des deux pays. Les deux hauts fonctionnaires ne paraissent pas hostiles à ces propos, peut-être, comme le note Georges Morin, observant la scène non sans une pointe d’antiparlementarisme, parce que, « sans ministres depuis vingt jours, [ils] étaient plus libres que d’habitude dans leurs propos »69. Mais l’action gouvernementale n’en change pas pour autant de caractère.

  • 70 Note de René Plas au haut-commissaire du gouvernement français en Allemagne, 16 janvier 1950, MAE (...)

70Même si certains membres de la haute administration sont conscients de telles insuffisances, ils ne sont pas unanimes sur les remèdes à y apporter. En janvier 1950, l’inspecteur général des territoires occupés, René Plas, adresse au Haut-Commissariat français en Allemagne un long rapport l’accusant d’avoir manqué d’esprit d’initiative dans plusieurs circonstances. Souhaitant que l’Etat aide davantage les intérêts français présents outre-Rhin, il estime nécessaire de les fédérer dans des organisations professionnelles représentatives et de « tendre [...] vers ces formules d’économie mixte où l’intervention discrète de la puissance publique peut être, soit un moyen de contrôle, soit le moyen de créer, de guider et de surveiller des ententes professionnelles, ou encore celui d’assurer pratiquement la perméabilité de la trésorerie des entreprises publiques, semi-publiques et privées ». Piqués au vif par une telle diatribe, les services du Haut-Commissariat réagissent vivement. Annotant le passage précédent, l’un de leurs membres fustige « un dirigisme administratif qui convient peut-être à certains industriels français qui peuvent y trouver une garantie, mais dont les Allemands prouvent tous les jours qu’ils ne veulent plus ». Face à un autre passage déplorant l’absence de services d’aide aux intérêts français présents en Allemagne, il remarque : « Mais si ! Il y a l’Office des biens et intérêts privés, dont c’est le métier, avec sa succursale de Mayence et tous nos consuls. Il y a la DGEF Il y a le conseiller commercial... Il y a le CGAAA, avec son comité des Participations financières... Je dirais plus volontiers qu’il y en a trop que pas assez ! ». Enfin, la suggestion de créer des organisations professionnelles représentatives déclenche le sarcasme : « Il serait très dangereux de fédérer les margoulins d’après guerre et les commerçants sérieux d’avant et d’après. C’est peut-être aider les premiers, c’est sûrement déconsidérer les seconds »70.

  • 71 Article du 13 décembre 1956 et déclaration à l’Assemblée nationale datée du lendemain, cités tous (...)

71Mais la recherche de formules adaptées aux besoins des entreprises se double d’un autre débat. Qui est en définitive responsable des insuffisances constatées : les pouvoirs publics ou les industriels ? Dès ce moment, les protagonistes s’accusent mutuellement d’inconséquence ou d’étroitesse de vues. Si, en 1955-1956, on a laissé passer le moment propice pour prendre le contrôle des Aciéries Röchling, la faute en incombe, selon une lettre ouverte qu’adresse au Monde Schneider et Cie, à l’administration : « Il a fallu plus de trois mois pour obtenir des autorités françaises compétentes la seule autorisation de visite des usines ou d’examen de la comptabilité, indispensables à la poursuite des échanges de vues avec les représentants de la famille Röchling ». Le lendemain, à la tribune de l’Assemblée nationale, Maurice Faure, chargé du règlement de l’affaire dans le gouvernement Guy Mollet, déclare : « Quand le gouvernement a demandé aux sidérurgistes français ou à des groupes financiers associant la sidérurgie française à des industriels d’autres pays quel prix ils seraient prêts à payer pour racheter les actions que nous envisagions d’acquérir [...], il n’a jamais reçu d’offres supérieures à 4 milliards »71.

  • 72 Entretien avec Sandrine Heinen et Claude Lorentz, 9 décembre 1998, MAE Colmar, AOR 27/1.
  • 73 Entretien avec l’auteur, 3 juin 1999.

72Aujourd’hui encore, dans les témoignages rétrospectifs, on retrouve l’écho affaibli de ces controverses. Tandis que certains, comme Jean-Pierre Fouchier, ancien administrateur-séquestre de l’IG Farben, attribuent à l’État la responsabilité de l’échec de la prise de participation dans le capital de la BASF, car « l’industrie chimique française n’avait pas d’argent pour investir dans des choses comme cela »72, d’autres comme Simon Lazard inclinent à penser que c’est plutôt le comportement des industriels qui l’explique : « La seule chose qui les intéressait, c’était d’avoir des ingénieurs dans les différents postes de contrôle de l’administration française en Allemagne, ingénieurs qui faisaient pour eux de l’espionnage industriel. Mais la coopération à long terme, surtout quand il fallait débourser de l’argent, cela ne les intéressait pas du tout »73.

73Vaines polémiques : quel que soit le responsable, les insuffisances demeurent. Il est par contre plus facile de s’entendre sur le rôle joué, dans les performances des entreprises françaises face à l’Allemagne, par l’évolution économique, car, même si, dans son ensemble, compte tenu de la période étudiée, elle les stimule davantage qu’elle ne les freine, elle n’en suscite pas moins parfois de sérieux obstacles, tant par ses caractères ou ses rythmes que par les implications sociales qui en résultent.

III. LE RÔLE NÉGATIF DE L’ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE

A. LE DÉCLIN DES ACTIVITÉS HÉRITÉES DE LA PREMIÈRE INDUSTRIALISATION

74Présente surtout dans l’industrie lourde qui, à la fin des années 1960, concentre encore les trois quarts du capital investi par la France en Allemagne, les entreprises ne peuvent qu’être atteintes par le contrecoup des difficultés traversées par celle-ci, communes d’ailleurs à l’ensemble de l’Europe occidentale. Elles ont contribué elles-mêmes à aggraver la situation, en procédant à de grandes opérations de rachat telles que la prise de contrôle d’Harpener Bergbau, à la rentabilité à long terme mal assurée. Enfin, leur localisation préférentielle, en Rhénanie du Nord -Westphalie et en Sarre (67 % du total du capital investi en 1968) les rend plus particulièrement sensibles au déclin des vieux bassins charbonniers qui forment le coeur de ces régions. La modernisation des structures, l’affirmation du système technique fondé sur les hydrocarbures et l’électricité, le renouvellement de la consommation des ménages condamnent au repli les activités de type ancien. Les charbonnages sont ici plus particulièrement concernés. À partir de 1958, l’accumulation de stocks invendables sur le carreau des mines est la manifestation d’une crise qui, dans les deux pays, remet en cause la prospérité de régions entières et force les gouvernements à intervenir. Elle a aussi pour conséquence d’obliger les entreprises propriétaires de charbonnages à en envisager la liquidation, au moins partielle, ou la reconversion dans d’autres domaines. C’est en particulier le cas d’Harpener Bergbau.

75Le charbonnage doit arrêter l’extraction dans ses sièges les moins rentables et supprimer les emplois correspondants. Sont ainsi concernés successivement Oespel en septembre 1962 (409 000 tonnes de charbon et 1 500 salariés), Dorstfeld en décembre 1963 (792 000 tonnes et 3 500 salariés), Victoria-Lünen en février 1964 (1 180 000 tonnes et 2 800 salariés), Robert Müser en mars 1968 (1 438 000 tonnes et 7 100 salariés) : quatre sièges au total, produisant près de 4 millions de tonnes et employant près de 15 000 salariés. De tous les grands charbonnages de la Ruhr, Harpener Bergbau est l’un de ceux qui se distinguent par le plus nombre de puits fermés et d’emplois supprimés entre janvier 1958 et novembre 1968, date à laquelle est fondée, sous les auspices des autorités fédérales, la Ruhrkohle AG qui doit rationaliser les fermetures et maintenir en activité les sièges les plus rentables, à coup de subventions publiques. Harpener Bergbau vient au deuxième rang si l’on raisonne en termes de tonnage, au premier même si l’on adopte comme critère le nombre des emplois.

  • 74 Chiffres calculés à partir du tableau de Jean-Marc Holz, La Ruhr, du « Kohlenpott » à la région ur (...)

Tableau 28. Fermetures de mines dans la Ruhr de 1958 à 196874

Tableau 28. Fermetures de mines dans la Ruhr de 1958 à 196874
  • 75 Procès-verbal du conseil d’administration de SIDECHAR, 6 juin 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000 (...)

76La cause immédiate de cette évolution est claire. Les entreprises sidérurgiques membres du consortium SIDECHAR ont de moins en moins d’intérêt à acheter à leur charbonnage les quantités de coke qui seraient nécessaires pour en rentabiliser l’exploitation. Préférant recourir à d’autres combustibles, notamment aux charbons importés d’outre-Atlantique, elles doivent de plus, pour satisfaire à l’engagement pris auprès de Charbonnages de France en 1954, « donner dans [leur] approvisionnement une préférence aux combustibles français à conditions équivalentes ». Les procès-verbaux des conseils d’administration de SIDECHAR sont ainsi en partie consacrés à l’étalage des désaccords entre les diverses parties prenantes sur les responsabilités de la situation. Par exemple, en juin 1966, constatant une nouvelle fois l’échec des tentatives faites par la direction d’Harpener pour obtenir des commandes supplémentaires de la part des adhérents du consortium, « plusieurs sociétés estiment qu’aucun progrès dans cette voie ne pourra être obtenu si les autres fournisseurs, et notamment les Houillères de bassin, ne consentent pas à réduire ou à étaler les obligations qui ont été contractées à leur égard ». De leur côté cependant, les Houillères répondent que « les engagements qui ont été pris n’ont pas excédé les prévisions établies [...] dans le cadre du Ve Plan »75 : classique impossibilité, dans une situation de mévente, de trouver une solution qui fasse supporter à chacun des responsables une part équitable de la charge commune...

77Dès 1958, comme dans les autres charbonnages de la Ruhr, la production est donc engagée sur une pente déclinante, tant en montant absolu qu’en part relative occupée dans l’ensemble du bassin.

  • 76 Procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR : pour la période 1956-1959, MAE Colmar, AE (...)

Tableau 29. Production de charbon d’Harpener Bergbau76

Tableau 29. Production de charbon d’Harpener Bergbau76

78Mais les difficultés ne concernent pas que les charbonnages. La fonderie et la chaudronnerie, la production de matériaux de construction, la mécanique lourde, la grande industrie chimique minérale sont également concernées. Le tissu économique des régions vouées à de telles activités s’affaiblit, d’autant plus irrémédiablement qu’elles n’ont pas fait suffisamment d’efforts de diversification. Le cas de la Sarre, lieu privilégié de mainte implantation industrielle française, en est un exemple frappant.

79Au début des années 1950, ce territoire avait connu un redressement économique remarquable, supérieur même à celui de la République fédérale. Il éprouve désormais des difficultés de plus en plus graves, contre lesquelles il est d’autant plus difficile de lutter qu’elles présentent un caractère structurel. Les dirigeants des entreprises françaises qui y sont établies en sont parfaitement conscients. Dressant pour l’assemblée générale d’Halberger Hütte le bilan de l’année écoulée en 1961, la direction relève, qu’alors que la production sidérurgique a atteint, en Allemagne, « un niveau jamais réalisé jusqu’ici »,

  • 77 Rapport d’activité à l’assemblée générale d’Halberger Hütte, 30 juin 1961, Archives Pont-à-Mousson (...)

« l’économie sarroise [...] n’a pu encore véritablement s’adapter à la situation économique de la République fédérale. Ses besoins en investissements, et avant tout ceux des usines et des mines, ne sont pas encore couverts. Les problèmes de transport, qui sont pour elle d’une importance vitale, ne sont pas encore résolus. La Sarre est la seule région de l’ouest de l’Europe qui demeure sans voie d’eau convenable. Cette situation nous oblige à constater que, d’une manière générale et dans un avenir proche, la Sarre ne pourra être considérée comme un État normal de la République fédérale. Il est indispensable que le gouvernement de cet État s’emploie de toute son énergie auprès du gouvernement fédéral pour que l’aide économique et financière nécessaire soit accordée à la Sarre »77.

80L’évolution économique commence donc à poser aux entreprises établies en Sarre des problèmes inédits qui feront la trame des années 1970-1980 : reconversion des activités, compression des effectifs, recours aux aides publiques... Ce sombre tableau montre à quel point il aurait été indispensable, pour consolider la présence française, d’élargir davantage la gamme sectorielle des investissements. Mais, se superposant à cette tendance de fond qui ne concerne que certaines branches, si importantes soient-elles, ce sont aussi les péripéties de l’évolution économique qui représentent pour les activités des entreprises françaises en Allemagne une fréquente source de difficultés, quel que soit leur domaine d’activité.

B. LES SOUBRESAUTS CONJONCTURELS

81Les périodes de ralentissement de la croissance sont peu propices au développement des relations d’affaires. Elles attisent les rivalités commerciales, contraignent les pouvoirs publics à prendre des mesures gênantes pour les entreprises, obligent à différer certains projets de coopération. On l’observe tant en France qu’en Allemagne, lors de certains épisodes de l’évolution conjoncturelle.

82En France, l’année 1952, marquée par la stabilisation Pinay, est particulièrement fertile en plaintes de toutes sortes qu’adressent les industriels à leurs administrations de tutelle au sujet de la concurrence allemande. La situation est rendue complexe par les oppositions d’intérêts, présentes parfois à l’intérieur d’une même branche. Dans le textile par exemple, on voit s’oppose le point de vue des industriels du coton, particulièrement menacés par la récession, qui réclament une protection accrue, et celui des industriels de la laine qui, au contraire, pour faire face aux difficultés rencontrées sur le marché intérieur, envisagent un effort supplémentaire à l’exportation, notamment vers l’Allemagne. Le gouvernement doit trancher. Il le fait au profit des intérêts cotonniers. Ceux-ci obtiennent, le 15 mai, une modification substantielle de l’accord commercial franco-allemand en vigueur. La France n’en accepte la reconduction que moyennant l’adjonction d’un modus vivendi temporaire lui permettant de comprimer sensiblement ses importations. En contrepartie, elle accepte que l’Allemagne réduise légèrement les contingents accordés à la France pour l’exportation de certaines catégories de produits.

  • 78 Circulaire du Comité central de la laine à ses adhérents, 4 juin 1952, AN, F12 10 339.
  • 79 Note du Syndicat général de l’impression française au directeur des Industries textiles et diverse (...)
  • 80 Brouillon d’une note destinée au cabinet du ministre de l’Industrie, 12 décembre 1952, AN, F12 10 (...)

83C’est susciter aussitôt une tempête de protestations de la part des industriels concernés. Le Comité central de la laine invite ses adhérents à recourir aux interventions parlementaires pour « insister auprès de M. Pinay sur les graves conséquences qu’entraînerait pour notre industrie la perte momentanée du débouché allemand »78. Tout au contraire, les industriels du coton, tant fabricants de tissus qu’imprimeurs, poursuivent leurs efforts en vue du maintien, et si possible, de l’aggravation des mesures protectrices qui leur permettent de mieux lutter contre la récession. Ainsi les fabricants de tissus imprimés sont amenés à souligner les succès obtenus par les firmes allemandes en Sarre, sur un marché qui leur était naguère réservé79. Au ministère de l’Industrie, le directeur des Industries diverses et textiles, Jean-Pierre Lévy, qui a opté pour le point de vue protectionniste, plaide pour la prolongation du modus vivendi décidé le 15 mai, mettant en garde son ministre, Jean-Marie Louvel, contre les suggestions que s’apprête à faire le secrétaire d’État aux Affaires économiques, Tony Révillon, au nom de l’amélioration nécessaire des rapports franco-allemands : « Céder sur ce point, prévient-il, ne serait pas conforme aux données chiffrées et ferait droit à une demande abusive [...]. Il suffit de rappeler qu’au cours des derniers mois 22 entreprises cotonnières ont fermé leurs portes, dont 11 dans les Vosges, 5 en Alsace et 6 en Normandie »80.

  • 81 Note interne des VEGLA à la direction des Glaceries, 18 février 1970, Archives Saint-Gobain, CSG 2 (...)

84Outre cette période de sérieux ralentissement, les péripéties conjoncturelles gênent parfois les entreprises françaises dans leurs rapports avec l’Allemagne, par exemple à la fin des années 1960, pourtant marquées par l’apogée de la croissance des Trente Glorieuses. Lorsqu’à l’automne 1968, le gouvernement Couve de Murville doit rétablir précipitamment le contrôle des changes pour lutter contre l’affaiblissement du franc consécutif à la poussée inflationniste, il bloque du même coup les transferts de fonds en devises entre maisons mères et filiales à l’intérieur des grands groupes. La Compagnie de Saint-Gobain se voit ainsi refuser par la Banque de France le droit de transférer outre-Rhin l’équivalent en Marks de 5,4 millions de francs, contre-valeur d’actions attribuées gratuitement au personnel au titre de l’intéressement des salariés aux fruits de l’expansion. Les salariés des VEGLA font ainsi les frais de dispositions prises pour des raisons monétaires, mais qui rentrent en contradiction avec la politique sociale préconisée par le gaullisme et peuvent avoir « à la veille de négociations qui doivent s’ouvrir en Allemagne pour le renouvellement des conventions collectives, un effet néfaste, aussi bien sur le climat social que sur les relations franco-allemandes »81.

85Les résultats obtenus par les entreprises françaises dans leurs relations avec l’Allemagne dépendent donc des péripéties conjoncturelles survenues en France qui tantôt stimulent, tantôt ralentissent leurs activités sur le marché voisin. Ils sont tout autant subordonnés à l’évolution économique d’outre-Rhin. Plusieurs épisodes attirent ici l’attention.

  • 82 Comptes rendus de conversations avec Marcel Champin et Lenté (Lorraine-Escaut), adressés par Georg (...)

86En 1958, les industries allemandes de biens d’équipement ressentent durement le ralentissement de l’activité économique survenu dans l’ensemble des pays développés, sous la double influence de la récession américaine et de la contraction des échanges mondiaux de marchandises. Elles sont de plus confrontées au dumping des pays socialistes comme la Tchécoslovaquie et l’Allemagne de l’Est, qui vendent leurs produits à très bas prix et les livrent à la clientèle avec des délais rapides. La surproduction devient manifeste dans certains secteurs, notamment celui du tube d’acier. Les entreprises, pour faire face aux commandes passées par les sociétés pétrolières pour le transport des hydrocarbures, ont exagérément développé les capacités de production. Comme l’explique en juin 1958 Georges Morin à l’issue du conseil de la société Vincey-Bourget, où il représente les intérêts de Pont-à-Mousson, « on monte des tuberies partout, faisant, à cause de la fièvre gazo-pétrolière, les mêmes folies que les constructeurs de tankers ». Aussi l’entente conclue en 1955 pour la répartition des marchés mondiaux entre Allemands, Français, Britanniques et Belges, qui avait été renouvelée deux ans plus tard, vole en éclats avant son expiration, prévue pour 1960. Les producteurs allemands sont « résolus à se défendre à coups de prix. Ils disent espérer que cela ne gênera pas les autres tubistes du Marché commun, mais ils sont décidés à suivre une politique de reconquête de tous les marchés et peu disposés pour le moment à des accords de prix ». Les espoirs de coopération entre entreprises françaises et allemandes sont donc réduits à néant, sauf à imaginer que, « si la CEE se consolide, et mieux si un accord [avec la zone de libre-échange], même limité dans ses effets, se faisait, on [puisse] entreprendre sous des formes appropriées une révision générale de la politique des tuberies en Europe »82.

87Mais, bien davantage que le ralentissement conjoncturel de 1958, limité à certaines industries d’équipement seulement, c’est la récession de 1967, la première qu’ait connue l’ensemble de l’économie allemande depuis la fin de la guerre, qui pèse défavorablement sur la stratégie des entreprises françaises établies en Allemagne.

  • 83 Procès-verbal de la séance du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 22 novembre 1966, Archiv (...)

88Dès la fin de 1966, Halberger Hütte doit procéder à d’importantes compressions d’effectifs qui concernent ses deux établissements : 11,5 % des salariés à Brebach et 8 % à Ludwigshafen. Il faut réaliser « des économies [...] dans tous les domaines : diminution des frais d’entretien, réduction des services annexes, des stocks de matières premières, etc. » et recourir à des « mesures très ennuyeuses dans le domaine social, entre autres l’élévation des prix de cantine, la suppression des voyages des jubiliaires, de la gratuité du logement, du chauffage et des jardiniers pour les cadres ». Dans ces circonstances difficiles, il n’est pas superflu de s’assurer de la solidarité de tous les membres du conseil de surveillance. Au nom de la partie allemande, son vice-président, Vicco von Bulow-Schwante, assure le directeur qu’il peut « prendre toutes les mesures qu’il estime nécessaires, même si elles sont souvent dures »83.

  • 84 Lettre de René Lacharme à Jean-Louis Schrader, 3 avril 1967, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

89En cette année de récession, l’aggravation de la concurrence étrangère se répercute négativement sur l’activité des filiales et succursales françaises établies outre-Rhin. En avril 1967, l’état-major parisien de la Compagnie de Saint-Gobain signale au directeur général des VEGLA les risques d’effondrement des prix du verre plat, par suite de la concurrence des verriers belges, italiens, britanniques et, « pour couronner l’ensemble, [de] l’attitude très offensive des Japonais qui attaquent vigoureusement le marché américain avant d’affronter par les mêmes moyens nos marchés européens ». Le remède envisagé semble pourtant bien anodin. Il consiste à envoyer Jean-Louis Schrader au Japon, dans l’espoir qu’il saura « convaincre les verriers japonais de l’urgence et de l’intérêt pour eux de définir et d’appliquer une politique verrière à travers le monde mieux conforme aux habitudes et traditions de notre profession »84. Traduisant la confiance persistante placée par la Compagnie en une politique d’entente avec ses partenaires étrangers, on peut se demander si ce moyen est bien adapté au durcissement de la compétition économique internationale qui, en cette fin des années 1960, se fait partout ressentir.

  • 85 Procès-verbal du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 27 juin 1969, Archives Pont-à-Mousson (...)
  • 86 Compte rendu de la réunion à laquelle participent, pour L’Air Liquide, Jean Pineau, André Lot et S (...)
  • 87 8,3 % seulement pour la moyenne des taux à long terme pratiqués en 1970 selon l’OCDE, Historical s (...)

90Deux ans plus tard, en 1969-1970, un nouveau ralentissement conjoncturel se produit en République fédérale. La réévaluation du deutsche Mark d’octobre 1969 affecte les intérêts des firmes exportatrices. Anticipant la décision, les dirigeants d’Halberger Hütte s’inquiètent dès le mois de juin du préjudice qui en résulterait, « alors que, déjà actuellement, les prix pratiqués sur les marchés à l’exportation ne sont pas tellement satisfaisants »85. Le fléchissement conjoncturel provoque une hausse des taux d’intérêt qui est en partie responsable de l’échec du projet de coopération commerciale ébauché par L’Air Liquide et la BASF dans le domaine des gaz industriels. Comportant de lourds investissements dans des moyens de stockage et de distribution, alourdi par l’acquisition envisagée d’un fabricant allemand d’acétylène, il nécessiterait une dépense de l’ordre de 150 à 200 millions de DM. Lors d’une réunion commune avec leurs partenaires en mai 1970, les dirigeants allemands préviennent que « l’évolution défavorable du marché des capitaux [les] conduit à [en] différer la réalisation », car il faudrait emprunter à des taux de l’ordre de 12 à 13 %86. Est-ce simple prétexte pour repousser un projet sur le bien-fondé duquel les deux partenaires s’interrogent ? Les taux évoqués semblent effectivement très élevés par rapport à ce que l’on sait de leur niveau véritable87. Toujours est-il que, comme souvent en pareil cas, on l’enterre en le confiant aux bons soins d’une commission d’étude.

C. LES TENSIONS SALARIALES ET LES CONFLITS SOCIAUX

91Dans les dix premières années de l’après-guerre, l’Allemagne faisait figure, pour les investisseurs français, de pays au coût de la main d’oeuvre particulièrement bas. Les salaires demeuraient réduits, du fait de la pression entretenue sur le marché du travail par l’afflux des réfugiés en provenance des pays de l’Est. Les cotisations patronales étaient légères, le niveau de protection sociale restant relativement modeste. Enfin, le calme social semblait garanti, les conflits sociaux majeurs étant rares depuis la victoire remportée en 1951 par les syndicats lors de l’établissement de la cogestion paritaire dans l’industrie minière et sidérurgique. Il n’en est plus de même à partir de la seconde moitié des années 1950.

  • 88 Rapports d’activité du groupement III, 1956 et 1957, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/62. Des (...)

92Dès 1956, les hausses de salaires deviennent un sujet de préoccupations grandissantes pour les entreprises françaises implantées outre-Rhin. La succursale allemande de la Compagnie de Saint-Gobain doit consentir à son personnel des augmentations répétées : 7 % en 1956, 6,6 % en 1957, à titre de compensation de la baisse de la durée hebdomadaire du travail, de 53 à 48 heures, enfin 3 % encore à la fin de cette même année, « en raison de la tendance de la main d’oeuvre à se diriger vers des industries offrant des salaires horaires plus élevés »88. On observe une pause lors des années suivantes. Mais les hausses reprennent en 1961, date à laquelle est signée dans l’industrie du verre une nouvelle convention collective, prévoyant des augmentations de salaires de 10 %, puis de 5 %, combinées à la poursuite de la réduction de la durée hebdomadaire du travail, qui n’est plus alors que de 42 heures.

  • 89 Procès-verbal du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 11 décembre 1957, Archives Pont-à-Mous (...)

93A Halberger Hütte, l’année 1957 est également marquée par trois augmentations successives de salaires qui grèvent lourdement les prix de revient. L’une des conséquences du retour de la Sarre à l’Allemagne est d’y introduire certains avantages sociaux que les dirigeants de l’entreprise jugent excessifs, en particulier « une loi fédérale instituant un remboursement par les entreprises des salaires perdus pour cause de maladie, jusqu’à concurrence de 90 % de ceux-ci ». La mesure aurait provoqué, au sein du personnel, une poussée massive d’absentéisme89. Au premier semestre 1962, la direction s’alarme à nouveau de hausses de salaires qu’elle juge difficiles à supporter pour l’entreprise.

  • 90 Procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR, 30 novembre 1964 et 13 décembre 1965, Arch (...)

94A Harpener Bergbau, parmi les facteurs qui dégradent peu à peu la rentabilité du charbonnage, figurent en bonne place les augmentations salariales exigées par le syndicat des mineurs, IG Bergbau. En novembre 1964, dénonçant la convention collective jusque-là en vigueur, celui-ci réclame une hausse de 9 % et un doublement de la prime de logement, soit au total un supplément de charges de 12 % pour l’entreprise. En cas de refus, il menace de recourir à la grève. Analysant cette attitude dans le rapport d’activité annuel, les dirigeants estiment qu’» IG Bergbau [...] semble abandonner tout souci d’équilibre pour l’économie charbonnière et concentre ses efforts sur la seule défense des intérêts du personnel. [Il] a présenté une demande de hausse des salaires de 9 %, assortie d’une réduction de la durée du travail »90. Jointes à la pénurie de travailleurs qualifiés dans le secteur qui pousse les taux de salaires à la hausse, de telles revendications provoquent une montée des prix de revient qui remet en cause la compétitivité de l’entreprise.

  • 91 Télex envoyé par le secrétariat des VEGLA à Feudry, de la direction générale des Industries du ver (...)

95Sans doute, la montée de ces tensions sociales ne doit pas être exagérée. Dans plusieurs cas, le climat social reste excellent. Aux VEGLA par exemple, des commissions paritaires sont systématiquement créées pour toute mesure comportant des incidences sur les salaires, en particulier l’introduction de machines automatiques ou semi-automatiques dans les fabrications. Elles permettent d’élaborer des solutions de compromis qui s’avèrent bénéfiques. Il n’en reste pas moins que, même dans un tel cas, la détérioration de la situation sociale subie par d’autres branches ou d’autres entreprises allemandes risque de se répercuter négativement. Aussi les dirigeants des VEGLA suivent-ils très attentivement l’évolution de la situation dans la construction automobile et dans le bâtiment, leurs deux principaux débouchés, car toute difficulté prolongée les affectant, quelle qu’en soit la cause, peut susciter la mise au chômage technique de plusieurs ateliers, voire les licenciements. En 1967 par exemple, le marasme subi par les constructeurs automobiles contraint les VEGLA à ne plus faire fonctionner leurs ateliers de glace trempée d’Herzogenrath que cinq jours par mois, puis à demander aux travailleurs immigrés, turcs essentiellement, qui avaient été recrutés de « remettre de leur propre gré leur démission en contrepartie d’une indemnité de 500 DM »91.

96Ainsi s’achemine-t-on progressivement vers une complète remise en cause des facteurs qui, durant l’immédiat après-guerre, avaient permis aux entreprises françaises de bénéficier outre-Rhin d’un coût de la main d’oeuvre plus avantageux qu’en France. A la fin des années 1960, on peut estimer au contraire que les aspects sociaux, qu’il s’agisse de salaires, de charges patronales, de durée du travail ou de risques de conflits avec le personnel, représentent un élément dissuasif pour les firmes qui souhaiteraient s’établir outreRhin. On en a vu d’ailleurs les répercussions à propos de certains choix, par exemple celui effectué par Pechiney à propos d’une grande usine d’électrolyse d’aluminium.

***

97Pour les entreprises françaises, l’environnement extérieur s’est révélé souvent mal adapté ou peu propice au développement des relations avec l’Allemagne. Leurs partenaires font preuve à leur égard d’hostilité ou de fortes préventions, quand ils ne les contraignent pas à abandonner certains projets, voire à liquider certaines réalisations. Les pouvoirs publics se montrent tantôt irréalistes, tantôt méfiants face aux initiatives privées et ne leur apportent pas tout le soutien qui leur serait nécessaire. L’évolution économique connaît des retournements conjoncturels et, dans les secteurs où elles sont majoritairement présentes, les entreprises françaises subissent des difficultés structurelles qui les obligent à envisager certaines reconversions. Sur tous ces plans, l’environnement joue un rôle négatif qui contredit et parfois même annule les effets bénéfiques qu’il comporte par ailleurs pour les initiatives françaises.

98Les responsabilités des échecs et des déconvenues sont donc partagées. Si les rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne se sont inégalement développés, si de graves déséquilibres se sont creusés, tant du côté commercial que financier ou technologique, c’est en partie par suite de la conjonction malencontreuse de deux phénomènes. D’une part, les stratégies entrepreneuriales, pour de multiples raisons, comportaient des lacunes, des incertitudes, des incohérences qui se sont révélées fatales à maint projet. D’autre part, les contraintes subies du fait de l’environnement étaient particulièrement pesantes. Pour toutes ces raisons, le bilan présenté par les relations des entreprises françaises avec l’Allemagne ne pouvait être que mitigé.

CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE

99Les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne ont leurs limites. Elles forment avec les aspects positifs de l’intensification que nous avons précédemment recensés un contraste parfois abrupt car, même si les exportations, investissements et échanges de technologie se sont développés, des faiblesses nombreuses et persistantes s’observent à la fin des années 1960. La part des produits manufacturés dans les exportations françaises, qui avait connu jusqu’en 1959 une importante progression, stagne à un niveau nettement inférieur à celui que réalise au même moment l’Allemagne dans ses ventes vers la France. Les capitaux investis continuent à délaisser certains secteurs et à rester trop étroitement localisés dans quelques régions, malgré un certain élargissement par rapport à la situation initiale. Les relations technologiques demeurent insuffisantes et les accords d’association conclus sur une base égalitaire entre partenaires des deux pays peu nombreux. Tous ces traits renvoient à la fois aux stratégies menées par les entreprises elles-mêmes ainsi qu’au rôle parfois négatif joué par l’environnement.

  • 92 En partie par manque d’archives, en partie aussi à cause de la présence de travaux déjà réalisés o (...)

100Certes les exemples sur lesquels s’appuient ces affirmations sont peu nombreux. On n’a pas suffisamment ou pas du tout parlé ici de secteurs importants, comme la construction électrique et électronique, l’industrie pharmaceutique, l’aéronautique92. D’autres entreprises auraient mérité d’être analysées. Certaines s’écartent peut-être totalement du schéma que nous avons esquissé. D’autre part, en arrêtant notre enquête à la fin des années 1960, nous n’avons fait qu’effleurer la période d’affirmation du Marché commun. C’est au cours des années suivantes que s’approfondiront les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Nous ne pouvions en observer ici que les prémices. Notre tableau mérite donc de sérieuses retouches. Mais, en supposant même qu’elles lui soient apportées, on peut se demander si la tendance d’ensemble aurait été très différente. Celle-ci semble, à tout prendre, incertaine. Les initiatives prises en Allemagne par les entreprises françaises ont été trop rares, trop ponctuelles, trop indécises pour que de nouveaux rapports de force aient eu le temps de s’établir avec les partenaires allemands. Sans doute la situation a-t-elle évolué par rapport à ce qu’elle était au départ. Elle l’a fait cependant de manière incomplète, à des degrés et selon des rythmes qui diffèrent selon les secteurs, les entreprises, les types de relations.

101On ne saurait pourtant se borner à ces constatations. Le bilan des rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne ne se borne pas à une simple comparaison des aspects positifs et négatifs de leur développement. Pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut aussi tenir compte des conséquences qu’ils ont eues pour les différents acteurs concernés, et d’abord pour les entreprises. Leur horizon international s’est-il trouvé modifié ? Leur stratégie en a-t-elle été infléchie ? Leurs résultats améliorés ? Leurs structures, selon l’hypothèse chandlerienne, ont-elles évolué pour répondre à cette transformation ? Sur tous ces points, une enquête détaillée s’impose.

102Pour l’ensemble de l’économie et de la société, les relations avec l’Allemagne ont eu aussi des effets qui méritent d’être précisés. Quelles incidences ont-elles eues sur les productions industrielles et sur la localisation des activités ? Dans quelle mesure ont-elles transformé le monde des affaires, dans sa composition et ses valeurs ? Il serait étonnant qu’un phénomène aussi important que l’affirmation de l’Allemagne au rang de premier partenaire commercial de la France soit resté sans conséquences sur les structures de l’économie et de la société. Sans prétendre faire des relations avec l’Allemagne un facteur de bouleversements omniprésent, une sorte de deus ex machina qui serait à l’oeuvre dans tous les domaines, il convient à présent de mesurer leur part dans les mutations du capitalisme français.

Notes

1 Comptes rendus par Camille Paoli de rencontres à Francfort avec Thomas et Credner, de la Kaliverkaufsstelle, 29 octobre 1949 et 25 mai 1950, Archives SCPA, CERARE, 14 A 375.

2 Note d’Alfred Ourbak à Laurent Blum-Picard, 9 avril 1951, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

3 Lettre de J. Chabot à Pierre Bruneton, directeur général, et aux autres membres du comité de direction de la société, 27 février 1970, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales AL/Linde.

4 Lettre de Ruckdeschel à Pierre Bruneton, avec « Diktat » souligné au crayon rouge et points d’exclamation en marge, 27 juillet 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

5 Compte rendu d’une réunion Air Liquide-Linde-Knapsack-Griesheim, 28 janvier 1963, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL ; note du comte d’Eulenburg à Simon Lazard, 21 novembre 1955, Papiers Lazard, dossier GALCO/Linde.

6 Compte rendu d’une visite de Simon Lazard à Gerhard Schroeder, membre du directoire des Klöckner Werke, 4 mai 1961, Papiers Lazard, dossier GALCO/Klöckner Werke.

7 Voir supra, première partie, chapitre III, II-A.

8 Voir sur ce point Rudolf Laufer, Industrie und Energiewirtschaft im Land Baden..., op. cit.

9 Lettre de Claude Hettier de Boislambert, délégué général de Rhénanie et du Palatinat, au haut-commissaire français en Allemagne, 2 février 1951, MAE Colmar, AAA 1390/8.

10 Ce sont les termes employés par Paul Leroy-Beaulieu, dans une note à André François-Poncet du 17 janvier 1951, citée par Jean-Marie Palayret, « Jean Monnet et la Haute Autorité de la CECA face au problème de la reconcentration de la sidérurgie dans la Ruhr (1950-1958) », Revue d’histoire diplomatique, 1991, n° 3-4, p. 307-348.

11 Rapport du 31 août 1953, in Hans Manfred Bock, Les rapports mensuels d’André François-Poncet..., op. cit., p. 1018.

12 Lettre de Pierre Single à André Grandpierre, 2 juin 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 568.

13 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 4 janvier 1955, Archives Saint-Gobain, Hist 00001/223.

14 Note du sous-directeur du Bois et des Industries diverses au directeur de la Production industrielle du GMZFO, 1er février 1949, MAE Colmar, AEF 2028/146, accompagnant la traduction de l’article de presse ; note du service des Relations extérieures à la direction des Textiles et des Cuirs, ministère de l’Industrie, 28 novembre 1951, AN, F12 10 339.

15 Lettre d’Armand Bérard à Robert Schuman, MAE Colmar, AAA, 1358/1.

16 Lettres de Labbé-Laurent à Roger Ruillier, directeur général de la SAIC, 11 mars et 21 octobre 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406 ; lettre d’André François-Poncet à Walter Hallstein, 22 octobre 1952, MAE Colmar, AAA 1358/1.

17 Projet mentionné supra (première partie, chapitre Ier, II-B), refusé par Pont-à-Mousson, comme l’indique une note de son chargé de mission aux Fonderies de Ludwigshafen, de La Rochère, à Michel Paul-Cavallier, 21 mai 1948, Archives Pont-à-Mousson, PAM, 70 685. On retrouve parmi ses promoteurs Paul Simonet, ancien supérieur de Michel Labbé-Laurent au service du Contrôle des biens du Haut Commissariat français en Allemagne.

18 Le bilan de la Schwäbische Zellstoff pour 1952 dégage une perte de 553 528 DM, soit 11,5 % du capital social. Celui de 1953 fait ressortir, il est vrai, un retour à une situation bénéficiaire, pour 403 632 DM (8,4 % du capital). Ces deux documents, malheureusement isolés, sont transmis par le commissaire de France en Bade-Wurtemberg au Haut Commissariat, 23 septembre 1954, MAE Colmar, AAA, 1358/1.

19 Lettre de Roger Bouhet à Bertrand, directeur général de la CECEL, 1er septembre 1954, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 420.

20 « Note sur l’apport à CECEL en 1951 d’actions allemandes par des Deviseninländer », 2 mai 1955, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 407.

21 Lettre de Jacques-Henry Gros à Guilbert, directeur de la succursale de la Banque de France à Mulhouse, 4 juin 1955, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 411.

22 Lettre d’André Delloye à Maurice Ramain, gérant des Verreries de Saint-Ingbert, 12 novembre 1949, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

23 Note à Jean-Louis Schrader sans indication d’auteur, 5 mars 1954 ; lettre d’Arnaud de Vogüé au Dr Seeling, 11 mars 1954, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400 et CSG 293/591.

24 Compte rendu d’une visite de Maurice Ramain au Quai d’Orsay, 20 octobre 1954, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223. Reçu par le chef de la section Sarre, Barbier, et le conseiller économique de l’ambassade de France à Sarrebruck, Desjardins, il n’en obtient que la promesse d’être avisé « dès que de nouvelles démarches de sa part auprès de certains négociateurs paraîtront utiles ».

25 Compte rendu de séance du comité des Affaires d’Allemagne, 31 décembre 1958, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

26 Lettre de Lequipé à Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, 7 octobre 1948 ; « note verbale » (sic) remise par François de Villepin au ministère des Affaires étrangères, 14 octobre 1948, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

27 Bulletin d’information des services commerciaux français en Allemagne, 22 février 1957, p. 13, MF, direction des Relations économiques extérieures, B 49 409.

28 83,5 milliards de F, contre une moyenne annuelle de 63 milliards en 1952-1958, d’après André de Lattre, Les finances extérieures de la France..., op. cit., p. 56.

29 Voir sur ce point Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres..., op. cit., p. 412-413.

30 Lettre de la Compagnie issoise de traction mécanique au CGAAA, 6 avril 1949, avec annotation marginale de Roger Bloch, directeur des Affaires économiques, à son collaborateur André Rodocanachi : « Ce problème des investissements allemands en France est fort délicat. Je voudrais en reparler avec vous », MAE Colmar, AAA 1369/2.

31 Note d’André Grandpierre à Michel Paul-Cavallier, 23 septembre 1952, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 678. Calculs faits sur la base de 1 DM = 83,32 F et en prenant comme référence le prix de gros à la tonne des fines brutes de coke, catégorie gras (INSEE, Annuaire statistique de la France, édition rétrospective, 1961, p. 243).

32 Article du 27 août 1952, transmis par Albert Bureau, représentant français au Groupe de contrôle de l’acier, à François Valéry, direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, MAE Colmar, AAA 1391/2.

33 Bulletin d’informations économiques et financières de l’ambassade de France en Suisse (ronéoté), n° 173, 2 juin 1953, MAE Colmar, AAA 1391/1.

34 Coupure de presse du 21 mai 1955, incluse dans le dossier « Völklingen », Archives Colmar, AEF 151/b.

35 Note de Simon Lazard à Jean Delorme, à la veille d’une rencontre avec Karl Winnacker, 24 mars 1964, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus, 1964-1965.

36 Compte rendu de l’entretien entre Bruneton, Jenn et Lot, de L’Air Liquide, et Donnay, Lanz et Redhammer, des Farbwerke Hoechst, 26 janvier 1968, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes-rendus, 1965-1973.

37 Lettre de Carl Wurster à Jean-Louis Pineau, administrateur délégué adjoint de L’Air Liquide, 20 août 1970, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales/Linde.

38 Entretien avec le Dr Rudolf Escherich, 29 mai 1998, cité dans Henning Otte, VAW versus Pechiney..., op. cit., p. 85, n. 86.

39 Entretien avec François Boccon-Gibod, ancien directeur commercial de Cegedur, octobre 1992, cité dans Anthony Simon, Issoire et Neuf-Brisach..., op. cit., p. 181.

40 Lettre de Michel Debré à Jean Filippi, directeur général de l’Economie et des Finances du GMZFO, 22 juillet 1948, Archives Colmar, AAA 1393/2 (pourcentage calculé par nous sur la base de 1 DM = 78,50 F).

41 Note de Raoul de Vitry à Pierre Jouven à l’issue d’une rencontre avec Richard Merton, 20 octobre 1948, Archives Pechiney, 01-14-20464.

42 Lettre des Laboratoires Massac à la direction des Relations économiques extérieures, ministère de l’Industrie, 25 octobre 1948, AN, F12 10 337 (I).

43 Compte rendu de la mission de Périères en Allemagne, adressé au Comité de direction, juillet 1948, Archives Pechiney, 00-15-20441.

44 Rapport d’activité de CHLOBERAG, 28 juillet 1949, MAE Colmar, AEF 2876/2. Les fonds Marshall réclamés paraissent importants par rapport à ceux dont bénéficient au même moment d’autres firmes sous contrôle français, comme le montrent les indications données supra, première partie, chapitre III, III-C.

45 Dossier « Rheinfelden », Archives Pechiney, 0001-14-20464.

46 Procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire de CHLOBERAG, 17 décembre 1952, accompagné d’une annotation manuscrite de Pierre Jouven indiquant le prix de la vente ; note de G. Vincent, sous-directeur commercial des Produits chimiques chez Pechiney, à Maurice Brulfer, directeur général des Ets Progil, 13 mai 1954, Archives Pechiney, 001-14-20 464.

47 Voir sur ce point Marie-France Ludmann-Odier, « Le problème de la propriété industrielle en Allemagne après la deuxième guerre mondiale », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 1991, n° 23, p. 41-53, que nous suivons de près pour tout ce qui suit.

48 Mémorandum sans indication d’auteur adressé au ministère de l’Economie et des Finances, 22 décembre 1949, MF, direction du Trésor, B 8908.

49 Note de Maurice Fréjacques à Raoul de Vitry et Pierre Jouven, 13 février 1948, Archives Pechiney, 01-14-20 464.

50 « Note sur les brevets actuels et futurs de la BASF à l’étranger », sans indication d’auteur, envoyée au CGAAA, 21 juin 1949, Archives Colmar, AAA 1393/2.

51 Voir supra, deuxième partie, chapitre IV, II-B.

52 « Note sur le commerce extérieur de la BASF », rédigée par J. de Kervenoaël, 24 mai 1948 ; lettre de Roger Bloch au contrôleur général des territoires occupés, René Plas, 5 juillet 1948, Archives Colmar, 1AAA 1392/2.

53 Note à Raoul de Vitry, en réponse à une lettre de la légation de la Sarre « transmise par l’intermédiaire de M. le député Max Brusset », 18 juin 1953, Archives Pechiney, 01-14-20464.

54 Note de la direction des Affaires économiques et financières aux ministres des Affaires étrangères, Georges Bidault, et de l’Industrie et du Commerce, Jean-Marie Louvel, 9 janvier 1954, citée par Jean-Marie Palayret, « Jean Monnet et la Haute Autorité de la CECA face au problème de la reconcentration de la sidérurgie dans la Ruhr (1950-1958) », op. cit., p. 340, n. 85.

55 Lettre de Michel Paul-Cavallier à Henri François-Poncet, 7 août 1953, espérant « que vous ne garderez pas un souvenir trop mauvais de votre voyage en mer », 7 août 1953, d’Hermanville-sur-mer (Calvados), Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 550. On sait par Roger Martin la passion de Michel Paul-Cavallier pour son bateau de plaisance et d’autres activités sportives comme la conduite automobile à vive allure (Patron de droit divin..., op. cit, p. 142-143 et 210).

56 Note de François de Villepin à André Grandpierre, 5 octobre 1953, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 550. Paul Delouvrier et Roger Nathan sont proches : on sait qu’ils ont professé ensemble à l’Institut d’études politiques de Paris en 1953-1954 le cours consacré à la politique économique de la France.

57 Lettre d’André François-Poncet au ministre des Affaires étrangères, 7 novembre 1953, MAE Colmar, AAA 1389/2. Une note manuscrite jointe ajoute : « Nathan, que j’ai vu hier, m’a dit que l’affaire Harpener prenait bonne tournure, malgré les réserves de Wendel ».

58 Note d’Albert Bureau sans indication de destinataire, 5 mars 1952, MAE Colmar, AAA 1436/a.

59 Double de la convention passée entre les membres de SIDECHAR et Charbonnages de France, 5 mai 1954, Archives Pont-à-Mousson. PAM 70 550.

60 Note de Robert Murard, directeur général de SIDELOR, à Roger Martin, 26 septembre 1964, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471. Rappelons que René Mayer devient en juin 1955 président de la Haute-Autorité et que Paul Delouvrier a dirigé son cabinet lors de son passage au ministère des Finances en 1947-1948.

61 Lettre de Pierre Jouven à Jean Matter, 3 décembre 1948, Archives Pechiney, 001/14/20464. La réponse de ce dernier est plus circonspecte : « Je ne pense pas que nous ayons intérêt à [...] acheter cette usine. Finalement, il serait souhaitable qu’elle soit dispersée ; ce serait le moyen le plus sûr de ne pas la voir remise en route ». Sur les relations entre Pechiney et Giulini avant 1939, voir Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit., p. 73, 105-106 et 219.

62 Lettres de Pierre Jouven à Alain Poher, 10 mars et 12 avril 1949. La dernière est accompagnée d’un mot plus personnel : « Je m’excuse de venir t’importuner encore à propos de l’usine d’alumine Giulini à Ludwigshafen [...] », Archives Pechiney, 001/14/20464.

63 Lettres de Camille Paoli à Lionel Favereau, chef du service du Contrôle des biens et participations financières au HCFA, et à Alfred Ourbak, directeur général de la SCPA, 10 octobre 1950, Archives SCPA, CERARE, 14 A 375.

64 Lettre de Camille Paoli à Alfred Ourbak, 27 août 1951, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

65 Compte rendu de la visite de Collet, de la direction des Affaires extérieures du groupe, aux VEGLA, 20 au 20 décembre 1955, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

66 Littéralement « privilège des sociétés en tiroirs ».

67 Lettre de Jean-Louis Schrader à Paul Francin, directeur financier du groupe, 3 mai 1965, Archives Saint-Gobain, CSG 293/581.

68 Lettre de Philippe Rouvillois, membre du cabinet de Michel Debré, à Paul Francin et lettre d’Arnaud de Vogüé à Fritz Berg, 14 et 15 mai 1968, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

69 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 27 octobre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691. On est alors en pleine crise ministérielle, entre la démission du gouvernement Queuille et la formation difficile du gouvernement Bidault.

70 Note de René Plas au haut-commissaire du gouvernement français en Allemagne, 16 janvier 1950, MAE Colmar, AEF 67/8. Le style des annotations manuscrites rappelle celui du conseiller économique et financier Paul Leroy-Beaulieu, sans qu’on puisse être sûr de cette identification.

71 Article du 13 décembre 1956 et déclaration à l’Assemblée nationale datée du lendemain, cités tous deux par Jean-Paul Cahn, « Le règlement de l’affaire Röchling (1954-1956) », op. cit., p. 428 et 436. Rappelons que la somme que Schneider et Cie envisage d’emprunter auprès des banques pour le rachat total des Aciéries de Völklingen en 1954 se monte à 16 milliards de F.

72 Entretien avec Sandrine Heinen et Claude Lorentz, 9 décembre 1998, MAE Colmar, AOR 27/1.

73 Entretien avec l’auteur, 3 juin 1999.

74 Chiffres calculés à partir du tableau de Jean-Marc Holz, La Ruhr, du « Kohlenpott » à la région urbaine, Paris, Bordas, 1977, p. 130-131.

75 Procès-verbal du conseil d’administration de SIDECHAR, 6 juin 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471.

76 Procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR : pour la période 1956-1959, MAE Colmar, AEF 128/3 ; pour la période 1964-1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471.

77 Rapport d’activité à l’assemblée générale d’Halberger Hütte, 30 juin 1961, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

78 Circulaire du Comité central de la laine à ses adhérents, 4 juin 1952, AN, F12 10 339.

79 Note du Syndicat général de l’impression française au directeur des Industries textiles et diverses, 21 octobre 1952 ; lettre de G. Bourgeois, député du Haut-Rhin, au ministre de l’Industrie et du Commerce, 5 novembre 1952, AN, F12 10 339.

80 Brouillon d’une note destinée au cabinet du ministre de l’Industrie, 12 décembre 1952, AN, F12 10 339.

81 Note interne des VEGLA à la direction des Glaceries, 18 février 1970, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

82 Comptes rendus de conversations avec Marcel Champin et Lenté (Lorraine-Escaut), adressés par Georges Morin à André Grandpierre, 26 juin et 26 septembre 1958, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 454.

83 Procès-verbal de la séance du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 22 novembre 1966, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

84 Lettre de René Lacharme à Jean-Louis Schrader, 3 avril 1967, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

85 Procès-verbal du conseil d’administration d’Halberger Hütte, 27 juin 1969, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

86 Compte rendu de la réunion à laquelle participent, pour L’Air Liquide, Jean Pineau, André Lot et Simon Lazard et, pour BASF, Moell, Dentzer et Linnartz, 22 mai 1970, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.

87 8,3 % seulement pour la moyenne des taux à long terme pratiqués en 1970 selon l’OCDE, Historical statistics/Statistiques rétrospectives 1960-1980, Paris, 1982, p. 93.

88 Rapports d’activité du groupement III, 1956 et 1957, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/62. Des hausses plus modérées s’appliquent au personnel de l’usine de Mannheim-Waldhof.

89 Procès-verbal du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 11 décembre 1957, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

90 Procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR, 30 novembre 1964 et 13 décembre 1965, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471.

91 Télex envoyé par le secrétariat des VEGLA à Feudry, de la direction générale des Industries du verre, 23 janvier 1967, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

92 En partie par manque d’archives, en partie aussi à cause de la présence de travaux déjà réalisés ou en cours d’achèvement, comme ceux d’Andreas Fickers sur les firmes de construction électronique, d’Ulrich Albrecht sur les industries de l’armement, de Sophie Chauveau sur l’industrie pharmaceutique, ces derniers publiés sous le titre L’invention pharmaceutique. La pharmacie française entre L’Etat et la société au xxe siècle, Paris, Sanofi-Synthélabo, 1999, 720 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 27. Bilan de CHLOBERAG au 31 décembre 1949 (DM)45
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau 28. Fermetures de mines dans la Ruhr de 1958 à 196874
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 29. Production de charbon d’Harpener Bergbau76
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540