Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Deuxième partie. Les limites des relations avec l'Allemagne

Chapitre V. Des stratégies entrepreneuriales indécises

Texte intégral

1L’observation des faiblesses des entreprises françaises en Allemagne renvoie à plusieurs explications. Certaines tiennent à l’environnement, économique, financier et politique : nous les examinerons plus loin. D’autres proviennent des entreprises elles-mêmes.

2En Allemagne, elles hésitent sur l’attitude à adopter. Tantôt prêtes, tantôt réticentes face à la compétition commerciale avec leurs homologues, elles se montrent également irrésolues sur le plan financier, recherchant puis refusant, tour à tour ou simultanément, l’association avec des partenaires allemands. Dans les relations technologiques, elles sont vis-à-vis d’eux parfois hardies, parfois timorées.

3Cette attitude s’observe aussi à propos de la France comme des relations avec le reste du monde, où les entreprises refusent et acceptent tout ensemble la compétition avec l’Allemagne. On les voit tantôt négliger, tantôt surestimer le « péril germanique », tantôt attacher une importance excessive à leurs relations avec des firmes allemandes, tant au contraire s’en désintéresser, en une apparente versatilité. L’inadaptation de leurs moyens, tant matériels que financiers, est d’ailleurs fréquente.

4Enfin, l’Allemagne représente pour elles durant toute la période un pays mal connu, à la langue et à la civilisation souvent ignorées, où les relations entre entreprises et partenaires sociaux obéissent à des règles profondément différentes de celles en vigueur dans leur univers coutumier. Cette constatation ne vaut pas, il est vrai, dans le cas de la Sarre. Ce territoire, considéré comme familier, suscite au contraire chez elles une confiance qui s’avère à la limite dangereuse car son intégration jusqu’à la fin des années 1950 dans l’espace économique français paraît les dispenser d’y faire des efforts particuliers, d’où des déconvenues qui, le jour venu, pourront devenir graves.

5C’est cet ensemble multiforme d’hésitations et d’impulsions, de familiarité et d’éloignement, de complexes d’infériorité et de désirs de revanche qu’il nous faut expliquer, car il est fondamental pour comprendre le caractère souvent décevant des résultats obtenus.

I. UNE ATTITUDE FLUCTUANTE EN ALLEMAGNE

A. ACCEPTATION OU REFUS DE LA CONCURRENCE ?

6Les choix devant lesquels se trouvent placées les entreprises françaises face à leurs homologues allemandes ne sont tranchés qu’en apparence. Il y a moins à cet égard alternative que coexistence entre plusieurs attitudes, différentes selon les produits, les partenaires, les circonstances. Il n’est pas rare de voir les mêmes acteurs les adopter l’une après l’autre, en une succession déconcertante d’épisodes révélateurs de leur incapacité à opter durablement pour une démarche cohérente susceptible de produire des effets tangibles.

7Deux types de situation se présentent. Sur certains marchés, la concurrence est éliminée dans son principe même, du fait des accords de cartels conclus entre les entreprises. Sur d’autres au contraire, il n’existe pas d’ententes formelles liant les entreprises. Mais la configuration oligopolistique du secteur aboutit à un résultat peu différent du cas de figure précédent : le poids des grands groupes rend la liberté de concurrence plus théorique qu’effective.

  • 1 Dans une bibliographie considérable, citons l’article d’Erich Maschke, « Outline of the history of (...)
  • 2 Voir sur ce point Jean Francois-Poncet, La politique économique de l’Allemagne occidentale, Paris, (...)

8Les cartels ont longtemps caractérisé le développement industriel allemand. Le fait est bien connu et de multiples études lui ont été consacrées par les historiens1. Dépassant souvent la fixation de simples barèmes de prix ou de quotes-parts du marché, ils sont parfois perfectionnés, confiant à un organisme commun l’exclusivité de la vente des produits. Après 1945, ces cartels se reconstituent sous une forme plus ou moins complète, malgré la double hostilité qu’ils suscitent chez les autorités d’occupation, surtout anglo-saxonnes, et chez les dirigeants allemands, convertis à l’ordo-libéralisme. Ils sont en principe interdits par la loi fédérale du 19 juillet 1957 sur les limitations de la concurrence. Dans le cadre de l’OECE, puis de la construction européenne, les engagements internationaux signés entre pays obligent à adopter de nouveaux comportements plus conformes au libéralisme économique. Il n’empêche : les dispositions législatives comportent de nombreuses exceptions2 et le poids des traditions renforce la persistance des ententes dans maints secteurs d’activité, d’autant plus que beaucoup ont un caractère occulte. Or les firmes françaises présentes en Allemagne ne sont pas les dernières à y participer, que ce soit dans l’industrie du verre, la métallurgie de l’aluminium ou la fabrication des tuyaux, tous secteurs consacrés à la production de biens intermédiaires uniformes et standardisés, particulièrement bien adaptés à la conclusion de telles ententes et qui en fournissent des exemples caractéristiques.

  • 3 Mémorandum présenté par Saint-Gobain à la délégation allemande à la Commission d’armistice, octobr (...)

9Dans l’industrie du verre, des conventions conclues sous l’égide de la Compagnie de Saint-Gobain existaient avant-guerre, couvrant pratiquement tous les types de produits : les glaces depuis 1894, le verre à vitre depuis 1927, le verre coulé depuis 1933, la fibre de verre depuis 1936. Les marchés d’exportation rentraient depuis 1904 dans le cadre de la Convention internationale des glaceries. Comme l’explique la Compagnie aux autorités d’occupation durant la guerre, il s’agissait pour elle de « mettre un ordre logique dans les productions et, en supprimant les concurrences désastreuses, en concentrant les fabrications des usines trop faibles ou trop arriérées, [de] maintenir la prospérité dans [l’] industrie [du verre] »3. Depuis la fin de la guerre, les comptoirs de vente institués par ces conventions ont en principe disparu, à l’exception, semble-t-il, de la Glasfaser à laquelle les producteurs de fibre de verre continuent à confier l’écoulement de leurs fabrications. Mais ils se reconstituent très vite.

10Dès 1947, la Compagnie de Saint-Gobain fonde avec son partenaire belge, les Glaceries de Saint-Roch, la Spiegelglasverkaufsagentur, qui contrôle toutes les ventes de glaces de leurs succursales allemandes, les VEGLA pour Saint-Gobain, Germania pour Saint-Roch. Sa compétence s’étend à la fois au marché intérieur allemand et à l’exportation. Deux ans plus tard, dans les mêmes conditions, est fondée l’Agentur für Gussglas, pour les ventes de verre coulé et pressé. Y participent les VEGLA, Germania et deux producteurs allemands, les Gerresheimer Glashüttenwerke et Schalke. Puis, en 1951, les VEGLA et Germania procèdent à une répartition du marché de la glace sécurisée sur la base de 60 % pour les premières, 40 % pour la seconde. L’accord prévoit qu’au cas où l’un des deux participants serait dans l’impossibilité d’atteindre son quota par manque de moyens de production, l’autre lui vendrait les quantités nécessaires, au prix courant diminué de 10 %. Les deux firmes sont de plus liées sur le plan technique, car elles exploitent toutes deux le même brevet Saint-Gobain sous deux marques déposées différentes, « Sekurit » et « Duroglas ». En 1957, la création de la Sekuritglasunion les rassemble à l’intérieur d’un comptoir de vente commun. Enfin, pour le verre à vitre, existe, sur le marché intérieur seulement, la Verteilungstelle der Fensterglashütten, commune aux groupes REZAG, DELOG et DETAG et complétée pour les principaux marchés d’exportation par des conventions particulières. Tous ces organismes ont la personnalité commerciale, disposent de capitaux propres, fournis par les firmes participantes, de locaux et de personnel. Ils subsistent durant toute la période étudiée ici, au prix de quelques réaménagements, comme le regroupement entre le comptoir de vente des glaces et celui du verre coulé, et d’une adaptation au nouveau cadre réglementaire institué en Allemagne par la loi de 1957.

  • 4 Compte rendu de séance du comité des Affaires d’Allemagne, 22 juin 1948, Archives Saint-Gobain, SG (...)
  • 5 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, 16 mai 1953, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400

11Or, en dépit de cette organisation qui laisse peu de place au hasard et rend « à peu près les mêmes services que les sociétés dissoutes » lors de l’immédiat après-guerre4, la concurrence réapparaît périodiquement, parfois vive, entre les partenaires. On la voit se manifester d’abord lors des périodes de ralentissement conjoncturel, où les firmes sont amenées à se concurrencer pour défendre des parts de marché orientées à la baisse. Contrairement à la phrase célèbre attribuée à Emil Kirdorf, les cartels ne sont donc pas toujours des « enfants des mauvais jours ». En 1953, Germania peine à remplir son quota de vente de glace sécurisée, n’ayant pas suffisamment investi dans la modernisation de son usine de Porz. Mais le directeur général des VEGLA, Jean-Louis Schrader, répugne fortement à lui livrer à prix préférentiel les quantités nécessaires, estimant que Germania n’a pas investi par suite d’une « négligence volontaire » et se comporte de manière « inadmissible », pratiquant des rabais individuels auprès des constructeurs automobiles pour remporter des marchés. Et de proposer au directeur général des Glaceries, Henri Saint-Mieux, de véritables représailles, non pas sous forme d’une guerre de prix dont il redoute les effets sur sa propre firme, mais plutôt de mesures de rétorsion, comme le refus de communiquer le résultat des dernières recherches sur les méthodes de sécurisation5.

  • 6 « Note faisant suite au récent échange de lettres avec M. Mols », 17 août 1953, Archives Saint-Gob (...)

12Cette proposition suscite au siège parisien de la Compagnie une grande perplexité. On pourrait en effet dénoncer les accords de 1951, voire abandonner le système des quotas, car « la notion de quote [sic] ne se justifie dans la pratique qu’en période de surproduction. Si, à l’inverse, la demande dépasse largement l’offre, les quotes n’ont plus de raison d’être et il est de l’intérêt commun des producteurs d’alimenter le marché aussi largement que possible [...]. Ce serait à notre avis un non-sens économique que de limiter la production des VEGLA au seul jeu des quotes, alors que Germania n’est même pas en mesure de remplir la sienne ». Mais les dirigeants parisiens refusent d’entrer dans une véritable logique concurrentielle. Pour eux, les VEGLA et Germania sont « étroitement solidaires, malgré les apparences, et toute dissension interne ne pourrait que profiter au verre feuilleté ». Il faut tenir compte en effet du contexte d’ensemble présent sur le marché du verre. Les fabricants de glace trempée y sont soumis à une rude concurrence de la part des producteurs de verre feuilleté, une catégorie de verre obtenue par étirage dans les usines de verre à vitre et qui, pourvu qu’on lui donne une épaisseur suffisante, permet de fabriquer des pare-brise de qualité pratiquement équivalente à ceux produits à partir de glace sécurisée. C’est en particulier la DELOG qui lance de telles fabrications dans son usine de Gelsenkirchen. De plus, contraindre Germania à aligner ses prix sur ceux des VEGLA « pourrait [...] laisser croire à une entente de prix au sens de la future loi de décartellisation et provoquer une action en justice de la part des constructeurs automobiles ». Enfin, si l’on affaiblissait trop les positions de Germania, celle-ci pourrait passer sous le contrôle d’autres groupes, et notamment des producteurs de verre à vitre, allemands ou étrangers. La conclusion de cet examen de la situation est nette : « VEGLA doit s’occuper de Germania pour la maintenir en vie »6.

13Entre la lutte ouverte avec son partenaire et la poursuite d’une entente condamnée à précarité et débouchant sans doute sur de lourds sacrifices financiers, Saint-Gobain opte donc clairement pour la seconde solution. Un nouvel accord est négocié avec la filiale du groupe belge. Fidèle, dans ce domaine comme beaucoup d’autres, à la tradition, la Compagnie continue à rechercher dans les ententes le moyen de son développement commercial outre-Rhin, même si cette stratégie ne convainc guère le directeur général de sa succursale locale.

  • 7 Voir sur ce cartel Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit., passim.
  • 8 Comptes rendus des réunions de Paris (17 juillet 1953), Cologne (29 octobre 1959) et Zurich (18 av (...)

14De même, si le cartel de l’aluminium qui regroupait depuis 1901 sous le nom d’Aluminium association, puis d’Alliance aluminium company les principaux producteurs de métal léger a disparu au lendemain de la guerre7, dès juillet 1953, des rencontres s’organisent dans le cadre, non plus mondial, mais européen. La première, placée sous la présidence de Jean Dupin, président de L’Aluminium français, rassemble Pechiney, trois producteurs allemands (Vereinigte Aluminium Werke, Vereinigte Leichtmetallwerke et Aluminium Zentrale), le groupe italien Montecatini et le groupe suisse Neuhausen. On s’y engage à « avoir une conduite loyale les uns vis-à-vis des autres [et à] se tenir mutuellement au courant des décisions importantes ». Elle débouche sur la constitution, dans le cadre de l’OECE, du Centre international pour le développement de l’aluminium (CIDA). Ses réunions permettent d’échanger des informations techniques et de discuter du niveau de protection douanière souhaitable entre les pays du Marché commun et le reste du monde. Il reste qu’en octobre 1959, après s’être mis d’accord sur un taux de 15 %, éventuellement abaissable à 12 %, les participants s’engagent mutuellement à « continu[er] à respecter les marchés propres pour les ventes directes. En cas de besoin de métal, on s’adressera par priorité autour de la table ». Dix-huit mois plus tard, en avril 1961, en même temps que l’on décide d’ouvrir le CIDA aux Anglais et aux Norvégiens, on élabore des règles précises de fixation des prix : « Tout importateur respecte[ra] le prix intérieur du pays européen dans lequel il ven[dra] son métal, c’est-à-dire que son prix [sera] celui du producteur national, y compris le droit de douane et les frais de transport jusque chez le client »8. Peu de choses manquent pour que l’on puisse parler de reconstitution d’une cartellisation entre les producteurs européens d’aluminium.

  • 9 Compte rendu d’une visite d’André Dumas à Bonn, où il est reçu par Röhrs, directeur administratif, (...)
  • 10 Note de Jean Dupin à Raoul de Vitry, 17 février 1960, Archives Pechiney, 00-14-20465.
  • 11 Compte rendu d’une réunion à Bonn entre Dumas et Sablé (L’Aluminium français), Escherich et Pirkha (...)

15C’est ce contexte qui explique le contenu et l’évolution des rapports entre Pechiney et le principal producteur allemand, les VAW. Tantôt confiants, tantôt distants, on y observe une apparente valse-hésitation qui s’explique par les fluctuations de la demande, ainsi que la menace d’une intrusion des producteurs nord-américains. En mai 1953, trois mois avant la fondation du CIDA, les dirigeants des VAW, recevant à leur siège social André Dumas, alors directeur du service technique de L’Aluminium français, se déclarent hostiles à toute livraison d’aluminium de Pechiney en Allemagne, s’estimant en mesure de satisfaire la demande grâce aux investissements entrepris dans leurs usines9. En février 1960, ils offrent au contraire à Pechiney une part de leur propre marché, à la grande satisfaction de leurs homologues, ravis d’obtenir enfin une réponse positive à « des suggestions maintes fois faites au groupe allemand »10. On précise de concert la formule envisagée : « Au début de chaque année, nous indiquerions le tonnage que nous mettrions à la disposition du marché allemand. Les VAW se chargeraient de vendre ce tonnage au prix intérieur allemand. Nous leur abandonnerions, pour la rémunération de leurs services, un pourcentage, mais nous facturerions directement. Cet accord devrait avoir une durée de l’ordre de trois années. S’il était satisfaisant, il serait alors reconduit »11. Le fonctionnement de cet accord répond apparemment aux voeux des deux contractants car, en janvier 1963, les dirigeants des VAW annoncent à leurs homologues français leur intention de différer le démarrage d’une usine de laminage en construction à Norf, près de Neuss, en Rhénanie.

  • 12 Voir supra, première partie, chapitre II, I-A.

16Comment comprendre cette attitude des VAW ? S’explique-t-elle par la crainte de voir Pechiney entreprendre la création d’un réseau de distribution outre-Rhin ? On ne peut qu’être frappé, en effet, par la coïncidence entre l’accord de 1960 et les efforts entrepris l’année précédente par le groupe français, par l’intermédiaire de MEHAKO, pour augmenter ses ventes de demi-produits en aluminium12. Les VAW redoutent-elles une guerre des prix que les Français auraient sans doute les moyens de soutenir ? S’estiment-elles incapables de satisfaire la demande intérieure allemande, vu l’écart grandissant entre production et consommation ? Tous ces facteurs entrent sans doute en ligne de compte.

  • 13 Note de Jacques Bocquentin à Jean Poincaré, 13 juillet 1966, Archives Pechiney, 001-16- 30495. Voi (...)

17Mais on ne peut s’empêcher de penser que Pechiney ne cherche guère à profiter de l’avantage temporaire qui lui est offert. En fait, le groupe se borne à vendre en Allemagne des tonnages convenus à l’avance avec les VAW, à des conditions peu rémunératrices. Les raisons de cette limitation volontaire des appétits ne peuvent être que supposées. Timidité héritée du passé face à un partenaire que l’on s’est longtemps habitué à considérer comme particulièrement redoutable ? Refus de consentir aux sacrifices financiers qu’impliquerait une véritable conquête du marché ? Craintes d’une déstabilisation générale dont les producteurs extérieurs à la CEE, Américains, Canadiens ou Norvégiens, pourraient tirer profit ? Toujours est-il que les conséquences de cette attitude sont claires. Une statistique des tonnages vendus outre-Rhin, établie en juillet 1966 par le directeur-adjoint de L’Aluminium français, Jacques Bocquentin, à destination de Jean Poincaré, directeur des Relations extérieures de Pechiney, le montre bien. Si l’on excepte un gonflement passager des ventes en 1961-1962, dû à des demandes de livraison émanant des VAW elles-mêmes, il faut attendre 1965 pour qu’elles entament enfin une progression régulière13.

18L’auteur de la note n’hésite pas à voir dans ce strict respect des engagements pris dans le cadre du CIDA un véritable marché de dupes : « Nous n’avons pu vendre sur ces bases qu’un tonnage dérisoire, au prix d’efforts méritoires de nos agents que nous avons menés au bord du découragement total. Toute l’expansion du marché que ne pouvaient suivre les producteurs allemands a été accaparée par les importateurs, sous notre nez ». Et il fait ressortir le contraste entre Pechiney et les firmes américaines et canadiennes qui, n’étant liées par aucun accord, ont pu pratiquer les prix de leur choix et, ayant pris le contrôle de plusieurs transformateurs allemands, se sont assurées des débouchés stables. Il est pourtant significatif de constater que, malgré la lucidité de son analyse, il reste circonspect dans ses propositions.

  • 14 Compte rendu de la réunion du CIDA à Milan, 27 octobre 1961, Archives Pechiney, 001- 8-20514. Sur (...)

19Il craint, tout autant sans doute que les VAW, les représailles que déclencherait une politique de rabais systématiques sur les prix. Il ne faut pas oublier en effet qu’à plusieurs reprises déjà, lors des réunions du CIDA, les représentants allemands ont reproché à Pechiney de se servir de ses filiales belges, la SIDAL (Société industrielle d’aluminium), possédée en commun avec le groupe familial Stoclet-Féron, et les Laminoirs de l’Escaut, pour mener de manière détournée une politique agressive de conquête des marchés européens. Le reproche n’était sans doute guère fondé, Pechiney s’efforçant au contraire de freiner la croissance trop rapide de la SIDAL, même si, en public, ses représentants ne peuvent que la défendre contre les attaques dont elle est l’objet, répondant aux Allemands qu’« il faut qu’[ils] admettent que SIDAL a droit à une part sur le marché allemand, puisque l’Allemagne exporte en Belgique, en tonnage, autant que la Belgique exporte en Allemagne »14. Mais la vigilance manifestée par les Allemands dans de telles circonstances a valeur d’avertissement. On pourrait aussi conclure avec des transformateurs allemands des contrats d’exclusivité, à l’image ce que font d’autres producteurs européens, comme le Norvégien Ardai. Une telle action est également jugée « très délicate », car elle reviendrait à attaquer de front la clientèle des VAW, ce qui impliquerait de leur part « une action en compensation dans le reste de la CEE ».

Tableau 24 et graphique 17. Ventes de L’Aluminium français en Allemagnes

Tableau 24 et graphique 17. Ventes de L’Aluminium français en Allemagnes
  • 15 Compte rendu d’une réunion entre Bocquentin et Brosse (L’Aluminium français), Escherich et Pirkfia (...)

20Aussi Jacques Bocquentin estime-t-il finalement préférable de poursuivre l’orientation traditionnelle de la politique commerciale en Allemagne. Elle revient à se livrer à un difficile exercice d’équilibre, consistant à convaincre les dirigeants de VAW que « le désir [de Pechiney] d’augmenter [sa] pression commerciale sur le marché allemand » demeure compatible avec la promesse d’éviter, « dans toute la mesure possible, de rencontrer directement VAW »15. Il faudra attendre l’extrême fin des années 1960 pour que Pechiney opte véritablement pour une politique plus ferme sur le marché allemand. Encore celle-ci sera-t-elle loin de résoudre toutes les difficultés.

  • 16 Note de François de Villepin à André Grandpierre, 10 novembre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 7 (...)

21Un troisième et dernier exemple de cartellisation empêchant les producteurs français de pénétrer commercialement outre-Rhin est fourni par l’industrie des tuyaux. En 1929, la Compagnie de Pont-à-Mousson avait été à l’origine de la création de l’Office statistique des tubes de fonte (OSTEF), partageant le marché mondial entre un groupe franco-belge, formé par la firme mussipontaine et la Compagnie générale de conduites d’eau de Liège, et le groupe des producteurs allemands. Cet accord donnait 60 % du marché au groupe franco-belge, 40 % au groupe allemand. Il avait été ensuite étendu partiellement aux firmes britanniques, puis difficilement renouvelé en 1936, sur une base moins favorable aux intérêts français (50-50). De plus, dans le domaine voisin des tubes d’acier, avait été fondé en 1931 l’Office statistique des canalisations souterraines (OSCAS), également entre des participants français, belges et allemands. Après 1945, la Compagnie de Pont-à-Mousson souhaite renouveler de telles formules et profiter de la défaite allemande pour y défendre mieux encore ses intérêts. En novembre 1949, son délégué général à Paris, François de Villepin, suggère de passer avec les deux principaux fabricants allemands de tuyaux, Buderus et Gelsenkirchen, une « entente très simple et comprenant deux articles : Art. 1 : Respect des marchés nationaux ; Art.2 : Brebach, par dérogation, aura le droit de fournir x % des besoins allemands en tuyaux et raccords de fonte »16. Le souci d’assurer au groupe, à travers sa filiale sarroise, Halberger Hütte, une position dominante ressort clairement. On ne sait toutefois si ce projet a pu être réalisé.

22Par contraste avec les secteurs où existent des ententes, dans d’autres cas, c’est la configuration oligopolistique qui permet de comprendre les hésitations perpétuelles des firmes françaises entre acceptation et remise en cause de la situation existante. L’exemple des gaz industriels est à cet égard intéressant à retracer, même s’il oblige à suivre en détail les péripéties survenues.

23Fournisseur quasi exclusif sur le marché français, L’Air Liquide a pour partenaires en Allemagne trois, puis deux firmes seulement : Linde, Knapsack-Griesheim et Messer, ces deux dernières étant à partir de 1964 regroupées par leur principal actionnaire, Hoechst, en un seul ensemble, Messer-Griesheim.

  • 17 Les positions ultra-collaborationnistes prises durant la guerre par Georges Claude et les étroits (...)
  • 18 « Compte rendu du voyage de MM. Deschars, Bruneton et Jenn à Höllriegelskreuth », 13 au 14 mai 195 (...)

24Les relations sont traditionnellement bonnes, voire étroites, avec le premier d’entre eux. L’Air Liquide et Linde évitent mutuellement de se faire concurrence. S’agit-il d’un héritage remontant aux premières années d’existence des deux groupes et aux contacts qui s’étaient établis entre leurs fondateurs, les chimistes Carl von Linde et Georges Claude, malgré leur différence d’âge ? Ou plutôt d’une habitude acquise durant l’entre-deux-guerres, puis consolidée pendant l’Occupation ? La réponse est incertaine et l’absence d’ouvrage consacré à l’histoire de L’Air Liquide particulièrement regrettable17. En tout cas, au début des années 1950, les deux groupes s’abstiennent de toute pénétration sur leurs marchés nationaux respectifs. Dans le reste du monde, ils se livrent à une concurrence limitée. Pour les appareils de liquéfaction, ils s’informent mutuellement des prix qu’ils pratiquent et des programmes de recherche qu’ils conduisent. Pour les gaz industriels, ils respectent des quotas, du moins sur les marchés européens. Ce système se met en place à l’occasion de rencontres entre les dirigeants, alternativement à Paris et à Höllriegelskreuth, près de Munich, siège du département Gaz industriels de Linde. Certes « les relations semblent moins bonnes qu’auparavant, compte tenu de la concurrence beaucoup plus sévère entre [les] deux sociétés, en particulier en ce qui concerne la vente d’appareils »18, mais on est en droit de parler d’entente tacite entre les deux groupes dont les dirigeants et les ingénieurs se connaissent et se retrouvent régulièrement, à différents niveaux de responsabilité.

  • 19 Note de S. Lazard au comte d’Eulenburg-Hertefeld, lui demandant de se renseigner sur « les personn (...)
  • 20 Selon Gérard Emptoz, « La création de l’Air Liquide au début du xxe siècle », in Jacques Marseille (...)
  • 21 Compte rendu d’une réunion à Francfort entre S. Lazard, Johann Simon (Linde) et Hans Feith (Deutsc (...)

25A partir de 1955 cependant, on assiste à une progressive dégradation de ces relations, tandis qu’arrive aux commandes chez Linde « une nouvelle génération » moins bien connue de ses interlocuteurs français19 et qu’apparaissent, chez les grands groupes sidérurgiques, des besoins massifs en oxygène aiguisant les appétits. Linde tente de pénétrer sur le marché français, en proposant des installations d’oxygène à la Compagnie des Ateliers et forges de la Loire, et tourne l’accord conclu tacitement avec L’Air Liquide en multipliant les participations dans des fililales de groupes sidérurgiques qui commercialisent de l’oxygène et de l’argon sur les marchés européens, notamment en Italie (Pantogaz) et en Belgique (Oxhydrique internationale), deux pays considérés par L’Air Liquide comme des « domaines réservés ». Enfin le groupe projette d’installer en France même, à Toulouse, un appareil de production d’argon, chez son ancien représentant d’avant 1914, Bardot20. En représailles, L’Air Liquide fonde à Dusseldorf GALCO qui propose aux grands groupes sidérurgiques allemands des installations de production d’oxygène, puis en 1962 Edelgas qui commercialise en Allemagne de l’argon soudage en provenance d’Italie. Des réunions continuent de se tenir entre les deux groupes. Mais elles sont désormais l’occasion d’exposer leurs griefs réciproques, malgré les tentatives de médiation des représentants des milieux bancaires21.

  • 22 Voyage de MM. Jean Delorme et Bruneton à Francfort, 11 mai 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Kna (...)

26Il faut pourtant se garder d’en conclure que L’Air Liquide s’est résolu à suivre une stratégie offensive sur le marché allemand. Trois faits montrent qu’à bien des égards, les anciennes attitudes subsistent. D’abord, avec les deux autres partenaires allemands, se met en place à partir de 1957 une procédure de concertations réciproques sur les contrats négociés avec les entreprises sidérurgiques, de façon à éviter d’éventuelles surenchères. En mai 1962, profitant des bonnes relations nouées avec Knapsack-Griesheim, le président de L’Air Liquide, Jean Delorme, tente d’obtenir de son homologue de Hoechst, Karl Winnacker, une intervention auprès de Linde « pour examiner les possibilités d’un accord ». Il promet en retour qu’en cas de guerre des prix, il essaiera « d’éviter dans toute la mesure du possible que les coups ne retombent partiellement sur Hoechst, mais sans pouvoir l’assurer »22.

  • 23 Compte rendu d’une réunion « Allemagne » présidée par Jean Delorme, 18 décembre 1961, Papiers Laza (...)

27Ensuite, la nouvelle politique de prix sur le marché allemand n’est aucunement destinée à conquérir de haute lutte la clientèle. Il s’agit, selon les instructions mêmes du président Delorme, de vendre « à un prix tel qu’il représente une menace sérieuse pour Linde. [...] [Cependant], pour éviter des représailles, il ne faudrait pas faire des baisses de prix trop importantes »23. La guerre des prix sert à des fins stratégiques, non pour augmenter les ventes du groupe.

  • 24 Entretien de S. Lazard avec Janning et Kemper, président et membre du directoire de Knapsack-Gries (...)
  • 25 Procès-verbal de la réunion, 14 décembre 1962 (6 pages dact.), Papiers Lazard, dossier Linde/Entre (...)

28Enfin, loin de rompre ses relations avec Linde, L’Air Liquide se prête en 1962-1963 à plusieurs rencontres placées sous l’arbitrage de Knapsack-Griesheim et destinées à « maintenir l’ordre sur le marché des gaz »24. Elles permettent aussi d’observer le comportement de leurs interlocuteurs, comme ce tableau brossé par Simon Lazard à l’issue d’une réunion à Francfort en décembre 1962 : « M. Wucherer n’a dit que quelques mots, tandis que M. Ruckdeschel était prolixe et ondoyant, comme de coutume. [...] Le ton général de la conversation a été amical et a permis d’examiner, avec une franchise au moins apparente, les griefs des uns et des autres »25. Les dirigeants de L’Air Liquide continuent à rechercher une compensation financière aux pertes subies sur les marchés belge, italien et français du fait des initiatives de Linde, mais s’abstiennent soigneusement de toute initiative qui créerait une situation irrémédiable sur le marché allemand. Leur objectif est seulement de montrer à leurs interlocuteurs leur capacité à y pénétrer et d’exercer sur eux une pression pour obtenir la conclusion d’un nouvel accord global de répartition du marché.

29Une telle stratégie ne fait pas l’unanimité au sein de l’équipe dirigeante de L’Air Liquide. Au contact avec la clientèle allemande en tant que gérant de GALCO, Simon Lazard tente de convaincre Jean Delorme et son directeur général Pierre Bruneton qu’à rester à mi-chemin entre acceptation et limitation de la concurrence, le groupe risque de perdre sur les deux tableaux. Il va jusqu’à intituler « Pour éviter un nouveau Munich » une note préparant une réunion prévue dans cette ville où il préconise de « reprendre notre liberté d’action ». A la direction commerciale, d’autres responsables partagent ce point de vue. L’un d’eux, redoutant qu’en cas de nouvel accord, L’Air Liquide n’abandonne le marché allemand, en décrit ainsi les conséquences à long terme :

  • 26 Notes à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962 et 24 janvier 1963, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunio (...)

« Notre retrait d’Allemagne serait interprété, tant par la clientèle allemande que nous avons démarchée que par les indépendants que nous avons cherché à nous rallier, comme une grande victoire pour Knapsack et Linde et, de ce fait, il ne faut pas espérer pouvoir changer de politique avant une longue période que nous estimons à au moins dix ans. Nous nous serons ainsi fermés la porte de l’excellent marché allemand et ce... pour un plat de lentilles ! »26

30De fait, on peut se demander à quoi servent, en définitive, les filiales commerciales de L’Air Liquide sur le marché allemand. GALCO n’a aucune autonomie de négociation avec la clientèle et ne peut lui consentir de rabais permettant d’emporter des commandes d’appareils de liquéfaction. Edelgas n’a le droit de commercialiser que de l’argon et de l’acétylène destinés aux opérations de soudage. Leur volume d’affaires est réduit et elles accumulent les pertes. Leur raison sociale elle-même a été choisie de manière à ne pas faire apparaître directement le nom de L’Air Liquide, pour ne pas provoquer inutilement les Allemands. Ce n’est qu’en 1965 que naît enfin la Deutsche Air Liquide Edelgas GmbH, dont le sigle couramment employé, DALE, laisse d’ailleurs toujours dans l’ombre l’identité de la maison mère.

  • 27 Note de S. Lazard à Pierre Bruneton, 7 mai 1963, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes (...)

31Manifestement, tout est fait pour ménager le plus longtemps possible les intérêts et les susceptibilités des producteurs d’outre-Rhin. Ne peut-on se demander si, en fait, ses filiales commerciales allemandes ne servent pas à L’Air Liquide à protéger ses propres intérêts en France même et dans son « domaine réservé » traditionnel (Belgique, Italie) plutôt qu’à conquérir des débouchés en Allemagne ? Une note interne l’indique explicitement : « Edelgas a pour objectif essentiel d’assurer la protection d’Air Liquide dans le domaine des gaz comprimés, et notamment sur le marché français. [...] Il est nécessaire pour cela qu’Edelgas ait la possibilité de poursuivre en Allemagne une action commerciale modérée, mais cependant suffisante pour montrer, notamment à Linde, qu’Air Liquide ne continuera pas à accepter sans réagir de nouvelles tentatives de ses concurrents allemands pour s’implanter sur les marchés d’Air Liquide, notamment en France, Belgique et Italie »27. On ne saurait être plus clair : la stratégie commerciale de L’Air Liquide en République fédérale est d’abord à usage français, et secondairement seulement allemand.

32Les années ultérieures confirment cette préférence du groupe pour l’entente avec ses partenaires, non exclusive de périodes de durcissement où l’on recourt à une certaine dose de concurrence pour mieux protéger son domaine réservé. De fait, après les tensions des années 1955-1963, les rapports avec Linde s’améliorent peu à peu. Dès 1964, la firme accepte de participer à un groupe de travail commun avec L’Air Liquide et Knapsack- Griesheim sur les problèmes posés par les réseaux de canalisations d’oxygène. Le rachat de Messer par Hoechst et sa fusion avec Knapsack-Griesheim ne peuvent d’ailleurs qu’inciter Linde à se rapprocher de L’Air Liquide.

  • 28 5 à 6 % du marché français de l’argon, selon une indication donnée par Pierre Bruneton lors d’une (...)
  • 29 Protocole rédigé en français et en allemand, 23 février 1965, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunio (...)
  • 30 Résumé d’une conversation téléphonique entre Charles Rochette de Lempdes (direction Europe, L’Air (...)
  • 31 Procès-verbal d’une réunion entre les dirigeants des deux groupes à Paris, 20 janvier 1965, Papier (...)

33Quant à Messer-Griesheim, ses dirigeants, sans doute encouragés par leur maison mère, entretiennent de fréquents contacts avec L’Air Liquide, même s’ils se refusent à reconnaître explicitement les « droits acquis » du groupe sur le marché français dont ils ne détiennent d’ailleurs qu’une part négligeable28. On continue à se tenir informés des contrats négociés en Allemagne avec les firmes sidérurgiques et à étudier en commun certains projets. En février 1965, un accord institue une procédure de consultations réciproques « sur les questions fondamentales concernant le marché des gaz européen » et crée une commission d’experts pour coordonner les recherches sur les applications des gaz liquéfiés à basse température29. En décembre 1968, L’Air Liquide et Messer-Griesheim s’engagent, pour les ventes d’argon, à se tenir informés des « cas litigieux qui se présenteront, de manière à harmoniser les actions » et à se dédommager mutuellement en cas d’écart trop important dans la croissance annuelle de leurs ventes sur le marché allemand30. Même si, parfois, les relations se tendent à nouveau, les rapports entre les deux groupes ne sont guère conflictuels. Ils pratiquent, somme toute, « une concurrence intelligente », évitant de « créer une situation dont les sociétés américaines seraient les seules bénéficiaires »31. Depuis la fin des années 1950 en effet, les ambitions britanniques et surtout américaines inquiètent les producteurs français et allemands de gaz industriels. C’est une raison supplémentaire de maintenir entre eux une bonne entente qu’ils jugent manifestement préférable à une concurrence débridée.

34Qu’elles appartiennent à des secteurs anciennement cartellisés ou à des oligopoles aux effectifs réduits, les entreprises françaises bornent leurs ambitions de conquête commerciale en Allemagne dans d’étroites limites. Elles n’appliquent guère les nouvelles règles de concurrence instituées en Europe depuis la fin de la guerre sous la pression américaine, parfois même au contraire les tournent systématiquement. Elles ne tentent pas de profiter de l’ouverture des frontières entre les Six pour s’imposer sur le marché d’outre-Rhin. Elles voient dans la concurrence une sorte de moyen de pression, destiné à convaincre leurs partenaires que, si elles le voulaient, elles auraient les moyens de s’y établir. Encore faudrait-il qu’elles en aient la volonté. A cet égard, le poids des traditions est lourd. C’est toujours dans le cadre d’un « capitalisme organisé » et d’une concurrence volontairement limitée que s’élaborent les stratégies commerciales. Pourtant les dirigeants ne sont pas sans constater la transformation profonde de l’environnement, la mise en place d’une véritable économie de marché, l’apparition d’importants débouchés. Sans doute est-ce cette contradiction entre des comportements restés fidèles au passé et une réalité nouvelle qui explique le caractère indécis et irrésolu de leur politique.

B. ESSAIS DE PARTENARIAT FINANCIER OU TENTATIVES D’ABSORPTION ?

35Les ententes commerciales entre firmes débouchent souvent sur la création de filiales communes, alors que les situations de concurrence exacerbée incitent au contraire les entreprises à se débarrasser de rivaux affaiblis en prenant leur contrôle, partiel ou total. Cette règle se vérifie bien dans le cas des rapports entre firmes françaises et allemandes durant la période 1948-1969. Là aussi cependant, l’alternative n’est pas toujours très nette. On observe plutôt une multitude de situations intermédiaires qui montrent que, s’agissant de relations financières avec leurs partenaires allemands, les entreprises françaises sont tout aussi incapables d’opter pour une démarche claire qu’en matière de stratégie commerciale.

  • 32 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 30 mars 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.
  • 33 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, 3 juin 1955, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00 (...)

36Vis à vis d’eux, la Compagnie de Saint-Gobain adopte d’ordinaire un comportement tutélaire qui s’explique, non seulement par une fréquente disproportion de taille, mais aussi par le souci de ses dirigeants de mettre en oeuvre une stratégie cohérente d’organisation des fabrications et de conquête des marchés. Convaincus du bien-fondé de leur démarche, ils ne paraissent guère soupçonner que leurs associés peuvent éprouver quelque agacement devant un traitement certes bienveillant, mais non exempt d’une certaine dose de condescendance. Ainsi en est-il d’une rencontre en 1953 avec les frères Hager, inventeurs d’un procédé de fabrication de fibre de verre que Saint-Gobain exploite avec eux, sur une base paritaire, dans le cadre de Glaswatte. L’un des convives décrit ainsi la scène, à l’issue d’un déjeuner « dans un château transformé en restaurant en plein Pays de Berg » : « Très grande cordialité. Au dessert, petit speech de M. Fritz Hager disant toute la confiance de sa famille en son grand associé, Saint-Gobain. Réponse charmante de M. de Vogüé »32. Certains des rachats effectués ou envisagés, en Allemagne ou ailleurs, s’insèrent dans le même ordre d’idées : ainsi celui d’une verrerie située à Brunn, près de Vienne, qui intéresse vivement le groupe à cause de « sa vocation exportatrice et [des] disponibilités en gaz provenant des champs pétroliers autrichiens qui permettent un approvisionnement en combustible à bas coût ». Sous contrôle familial, « aryanisée » pendant la guerre, gérée alors par la DETAG qui la convoite pour une reprise définitive, l’affaire pourrait être cédée à Saint-Gobain avec un droit de préemption sur tout autre acheteur, en raison des « relations excellentes qui [ont] toujours existé » entre ses propriétaires et la Compagnie33.

  • 34 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Niels von Bülow, 11 mars 1954, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

37Avec un grand groupe comme les Gerresheimer Glashüttenwerke qui, à la fin des années 1960, occupe près de 5 000 salariés, soit autant que les quatre usines des VEGLA, et qui est contrôlé à 75 % par le groupe Owens-Illinois, de Toledo, les relations sont nécessairement plus équilibrées. Arnaud de Vogüé n’hésite pas à « tirer [son] chapeau » au président du directoire, Niels von Bülow, après une visite d’usine où il se déclare impressionné par « une ampleur de conception pour laquelle il n’existe pas d’équivalent dans le domaine du verre creux en Europe »34. Ces paroles aimables recouvrent en fait des relations difficiles entre les deux groupes.

  • 35 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Jean-Louis Schrader, 3 août 1960, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

38La Compagnie oscille entre le respect de l’indépendance de son partenaire et le désir de lui racheter certaines activités porteuses. Elle souhaiterait que Gerresheim consente au sacrifice financier nécessaire pour développer l’atelier de fibre de verre installé à la glacerie d’Herzogenrath et géré par les deux groupes dans le cadre d’une communauté d’intérêts. N’obtenant, deux années durant, que des réponses dilatoires, elle fonde en 1957 avec Gerresheim une filiale, GEVETEX, possédé à égalité entre les deux partenaires, et conclut un accord pluriannuel de répartition du marché allemand de la fibre de verre à usage textile. A son expiration, en octobre 1960, il faut revoir le dispositif, d’autant plus que « l’esprit de la législation nouvelle sur les ententes oblige à commercialiser chacun pour [son] compte et en concurrence »35.

  • 36 Lettres d’Arnaud de Vogüé au baron von Ostman, président de Gerresheim, et à Lazare Carnot, 28 fév (...)
  • 37 « Concentration fibre de verre », note anonyme des VEGLA, et télégramme d’Arnaud de Vogüé à Jean-L (...)

39La Compagnie y est d’autant plus disposée qu’elle envisage alors le lancement d’une grande société européenne de matériaux isolants. Coiffée par une holding luxembourgeoise, celle-ci fabriquerait et commercialiserait dans l’ensemble de la CEE tous les matériaux isolants (laine de verre, ouate, mousse, résines synthétiques, amiante, panneaux de liège...). Doit-elle se constituer sur la base d’une association avec Gerresheim ou sur celle d’un contrôle exclusif par Saint-Gobain ? Ayant acquis, grâce au rachat de Grünzweig und Hartmann, une position de force dans ce secteur sur le marché allemand, la Compagnie semble d’abord opter pour la première solution. En 1961, elle propose un partenariat à Gerresheim, ainsi qu’à une autre firme du groupe américain auquel il appartient, la Owens-Corning Fiberglass, créée avant-guerre par Owens Illinois et Corning, tous deux proches de Saint-Gobain. Elle pressent aussi d’autres groupes français intéressés par le textile de verre comme le Comptoir des textiles artificiels qui, par l’intermédiaire de sa filiale Pricel, prendrait une participation dans GEVETEX36. Mais le projet n’aboutit pas, par suite des réticences des dirigeants de Gerresheim qui jugent sans doute le montage financier excessivement déséquilibré au profit des intérêts français. Saint-Gobain se résout alors à la deuxième solution, mais sous une forme édulcorée qui n’a que de lointains rapports avec ses ambitions initiales et se borne désormais au marché allemand. La Compagnie fait racheter par les VEGLA les parts de Gerresheim dans GEVETEX ainsi que dans deux sociétés de matériaux isolants, Deutsche Kap-Asbest et Oscar Gossler Isolierglas. Il a fallu en discuter pied à pied les conditions, au cours de longues et difficiles négociations, comme en témoignent les félicitations adressées après leur aboutissement par Arnaud de Vogüé au directeur général des VEGLA pour « la ténacité et la maîtrise » dont il a fait preuve37. Face à un partenaire qui manque peut-être de dynamisme et d’ambitions à long terme, mais n’en est pas moins très attaché à la préservation de ses intérêts, Saint-Gobain, après avoir hésité, s’est finalement résolu à intégrer à son propre groupe les activités qui l’intéressaient.

40D’autres sociétés ont une attitude plus indécise encore. C’est le cas de Pechiney. En 1962, le groupe propose par l’intermédiaire de sa filiale Cegedur la création d’une usine franco-allemande de laminage de l’aluminium à l’ensemble des producteurs du secteur : les Vereinigte Leichtmetallwerke (filiale des VAW), les Aluminium Walzwerke Singen (filiale d’Alusuisse), les Vereinigte Deutsche Metallwerke, les Dürener Metallwerke. Les dirigeants de Pechiney n’envisagent toutefois pas de l’installer en Allemagne même. Pour des raisons qui ont trait aux facilités de transport, aux disponibilités en courant électrique, mais aussi à leur désir évident de conserver la prépondérance dans l’affaire, ils mettent en avant le site alsacien de Neuf-Brisach, à proximité du grand barrage de Vogelgrun. Mais les firmes allemandes auraient préféré Lünen, en Westphalie, proche des Lippewerke, possédées par les VAW. La volonté de Pechiney d’imposer son choix rend bientôt l’entente impossible.

  • 38 Cité par Henning Otte, VAW versus Pechiney..., op. cit., p. 84.
  • 39 Lettre des Vereinigte Leichtmetalle Werke à Pechiney, 3 septembre 1962, Archives Pechiney, 001-14- (...)

41En juin 1962, est fondé Rhénalu. Cegedur en possède les trois quarts du capital, en association avec trois partenaires français : les Fonderies et forges de Crans, la Compagnie française des métaux et les Tréfileries et laminoirs du Havre, ces deux dernières firmes fusionnant quelques mois plus tard pour constituer Tréfimétaux. L’usine doit commencer ses fabrications quatre à cinq ans plus tard. Les firmes allemandes sont conviées à y participer. Le mois suivant, lors d’une réunion commune à Heddernheim, près de Francfort, siège des Vereinigte Deutsche Metallwerke, le président de Cegedur, Henri d’Auvigny, tente de les convaincre que « la réalisation d’un grand marché ne pourra être obtenue [...] par la juxtaposition prolongée indéfiniment d’unités petites et moyennes ». Il affirme : « Notre objectif est d’utiliser cette grande unité en commun avec nos confrères, et non contre eux »38. Ses interlocuteurs persistent cependant dans leur refus, expliquant quelque temps après que le projet de Neuf-Brisach ne suffira pas à empêcher l’installation en Allemagne des firmes anglo-saxonnes Kaiser et Alcan, aux plans si avancés qu’« une réalisation, même accélérée, de Neuf-Brisach [sera incapable d’]arrêter ces nouvelles sources de production »39. Est-ce simple prétexte ? On constate en effet que c’est précisément avec Alcan que les VAW créent en 1965 Aluminiuml Norf GmbH, une joint-venture qui débouche sur une extension massive de la capacité de production de leur usine de laminage qui devient la plus grosse unité de production d’Europe et dont les fabrications commencent en 1967-1968.

  • 40 Ivan Grinberg, « Pechiney, pivot de la structuration de l’industrie de l’aluminium en France », in (...)
  • 41 Compte rendu par André Dumas de son voyage en Allemagne, 22 au 22 février 1963, Archives Pechiney, (...)

42Ce « ratage dans les relations franco-allemandes [qui] a pesé lourdement dans la structuration de l’industrie européenne »40 ne peut qu’inciter Pechiney à poursuivre, parallèlement à ses projets de partenariat, des tentatives de rachat de petits ou moyens transformateurs d’aluminium. Significativement, c’est quelques mois après le refus allemand de participer au capital de Rhénalu que le directeur général adjoint du groupe, André Dumas, effectue dans la région de Wuppertal une tournée de prospection en ce sens. Il prend contact avec les Dürener Mettallwerke, déjà jointes par Pechiney à propos du projet Rhénalu, pour savoir à quelles conditions elles envisageraient de revendre leurs activités dans les demi-produits en aluminium. Une telle acquisition fournirait à Pechiney un débouché stable pour sa propre production de lingots. Mais l’outillage paraît au visiteur « peu compétitif dans le cadre du Marché commun » et le refus des dirigeants d’accepter une prise de participation française majoritaire fait échouer l’affaire. On examine donc d’autres possibilités : Erbslöh et Honsel dans la Ruhr, mais, là aussi, « les presses ont trente ans d’âge » et les dirigeants souhaitent rester indépendants ; Wieland dans le Wurtemberg, mais il s’agit d’un transformateur de cuivre davantage que d’aluminium, etc...41

  • 42 Note de Michel Perbos, de la division Marketing de Cegedur, à Olivier Bès de Berc, président de L’ (...)

43Ainsi, n’optant pas franchement entre l’entente avec des partenaires puissants et le rachat de producteurs de rang moyen, Pechiney ne possède pas en Allemagne de stratégie financière cohérente. Il faut attendre l’extrême fin des années 1960 pour que la situation évolue. C’est alors qu’on assiste à la création de Pechiney Aluminium Presswerk, bientôt suivie du rachat de concurrents plus faibles. En février 1970 par exemple, le groupe s’apprête à racheter Otto Fuchs Metalwerke KG, une firme sous contrôle familial établie à Meinerzhagen, en Westphalie. Deuxième entreprise allemande dans le domaine du filage de l’aluminium, première dans celui des pièces forgées et matricées, elle contrôle en outre un fabricant de profilés et d’accessoires pour la menuiserie métallique, Heinz Schurmann und Co., à Bielefeld. Licenciée de Pechiney pour la fabrication de pales d’hélicoptères depuis 1959, Otto Fuchs doit prochainement passer sous le contrôle du groupe français qui souhaite « protéger [son] anonymat le plus longtemps possible dans la négociation, ceci à cause de nos relations avec VAW d’une part et avec nos clients allemands d’autre part »42. De telles initiatives sont symptomatiques d’une volonté nouvelle, bien que tardive, permettant au groupe de sortir de l’indécision dont il a trop longtemps fait preuve.

  • 43 Compte rendu de la réunion tenue à Paris, 26 mars 1963, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens A (...)

44Il en est de même de L’Air Liquide. En 1962-1963, au moment de la création de sa filiale commerciale allemande, Edelgas, Pierre Bruneton, directeur général du groupe, propose à Linde et à Knapsack-Griesheim d’y prendre une participation minoritaire, « de façon à pouvoir contrôler les ventes d’argon faites par cette société en Allemagne, étant précisé que l’argon serait importé de France ou d’Italie, et non pas acheté en Allemagne ». Il ne rencontre aucun écho, ses interlocuteurs « faisant des objections du fait des lois anti-cartels en Allemagne »43.

45La réaction est tout aussi négative lorsqu’en 1965 le groupe propose à Messer-Griesheim de concrétiser un accord de principe autour de deux filiales communes qui fourniraient en oxygène la sidérurgie sarroise. Les dirigeants allemands préfèrent au contraire s’entendre avec un autre partenaire, les Saarbergwerke, pour fonder la société Oxysaar dont ils possèdent les trois quarts du capital.

  • 44 Notes de S. Lazard à Jean Delorme et Pierre Bruneton, à l’issue d’une rencontre avec Johannes Wuch (...)

46Enfin, avec Linde, même en 1966, lors d’une période de bonne entente qui a fait naître entre les représentants des deux groupes « le sentiment d’une confiance réciproque », L’Air Liquide ne parvient à fonder ni société d’études pour « organiser en commun certaines recherches et valoriser les résultats ainsi obtenus [par] des brevets pris en commun, des ventes de procédés etc. », ni société commerciale commune, compétente pour toute l’Europe, hors France et Allemagne, qui « répartirait les commandes enregistrées par le pool Air Liquide-Linde par moitié entre chacun des deux partenaires », avec possibilité d’une extension future de ses activités au marché nord-américain44.

  • 45 Note « Allemagne », adressée à Pierre Bruneton et plusieurs autres membres de l’équipe dirigeante (...)

47Est-ce seulement le caractère trop ambitieux de ces projets de partenariat qui les font échouer ? On peut en douter. En fait, L’Air Liquide a moins pour objectif d’instaurer avec ses concurrents allemands une coopération équilibrée que d’en contrôler le développement. Le directeur du département Europe, André Lot, l’indique clairement : « Notre position en Europe ne sera complètement satisfaisante que lorsque nous aurons pu étendre nos activités en Allemagne. Le faire [...] soit par acquisition, soit par concurrence, ne va pas sans difficultés ni capitaux très importants. L’envisager par rapprochement avec une des deux firmes existantes semble donc plus réaliste. Nos contacts avec Messer-Griesheim depuis plusieurs années sont réguliers et cordiaux, mais Messer-Griesheim a tout l’appui financier de Hoechst et dispose d’une bonne équipe de direction. Linde n’a ni l’un ni l’autre de ces points forts. Un rapprochement avec Linde semble donc nous donner la chance de nous conduire d’ici quelques années à une position prépondérante que l’on ne pourrait espérer avec Messer-Griesheim »45.

  • 46 Note à Jean Delorme et Pierre Bruneton, 31 janvier 1967, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.
  • 47 Voir supra, deuxième partie, chapitre III, II-B.

48Dans son désir de conquête d’une position en Allemagne, le groupe choisit donc de s’attaquer au plus faible. Linde a été fortement ébranlé par le ralentissement conjoncturel subi par l’économie allemande en 1966-1967. En janvier 1967, Simon Lazard prévient Jean Delorme et Pierre Bruneton que « la capitalisation boursière actuelle de Linde est [...] au plus bas avec 175 millions de DM, soit seulement 15 % de celle d’Air Liquide. À ce point de vue, la position d’Air Liquide par rapport à Linde est donc plus favorable qu’elle ne l’a jamais été »46. C’est le début d’une tentative de rachat poursuivie par L’Air Liquide durant plusieurs années avec des moyens divers, dont le recours aux banques, et qu’on a eu déjà l’occasion d’évoquer47.

  • 48 Note de S. Lazard après une conversation avec Carl Wurster et Willi Danz, à Ludwigshafen, 21 mai 1 (...)

49Celle-ci rapproche L’Air Liquide de la BASF. Non seulement en effet les deux groupes peuvent communiquer aisément par l’intermédiaire de Simon Lazard qui est à la fois ingénieur conseil chez L’Air Liquide et membre du conseil de surveillance de la BASF, mais, de plus, ils ont un intérêt industriel commun à racheter Linde. La BASF dispose d’importantes quantités de gaz industriels, sous-produits de ses fabrications chimiques, qu’elle souhaite commercialiser ou valoriser dans d’autres productions, tout comme le fait Hoechst par l’intermédiaire de sa filiale Messer-Griesheim. Elle est donc séduite par l’idée d’un « triangle BASF-Linde-AL » que l’un de ses dirigeants juge même « fascinante ». Quant à L’Air Liquide, sa démarche vis-à-vis de la BASF n’a rien d’innocent : son intérêt bien compris est d’éviter que la BASF ne rachète Linde à elle seule, ce qui l’isolerait face aux deux groupes constitués par Hoechst et Messer d’une part, la BASF et Linde d’autre part et ruinerait toute chance de pénétration outre-Rhin. De plus, participer à l’opération permettra de « neutraliser BASF en France », en particulier dans le domaine des engrais où la filiale de L’Air Liquide, la Société chimique de la Grande Paroisse, souffre de la concurrence allemande. Enfin, à l’étranger, « BASF a une série de filiales 50-50 avec les plus grandes sociétés mondiales (Shell, Dow, Philips, General Electric, Mitsubishi...) et est fortement implantée dans plusieurs pays qui intéressent Air Liquide (Brésil, Argentine...) »48.

  • 49 Note de Pierre Bruneton à Simon Lazard, 2 juin 1970, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.
  • 50 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec Moell, membre du directoire de BASF, 18 sept (...)

50Envisagé à plusieurs reprises, notamment en mai et décembre 1968, le rachat boursier de Linde ne se fait finalement pas. Mais L’Air Liquide tente ensuite de trouver de nouveaux terrains d’entente pour un partenariat. En février 1970, un projet d’accord général est élaboré. L’Air Liquide et la BASF commercialiseraient ensemble des quantités déterminées de gaz industriels sur le marché allemand et rachèteraient de concert un important producteur d’acétylène, Industriegas GmbH. Serait-ce enfin le moyen pour L’Air Liquide d’accéder aux « 15 à 20 % du marché allemand des gaz industriels » rêvés depuis longtemps ? Là aussi, le projet tourne court, non seulement par suite des difficultés conjoncturelles que traverse alors l’économie allemande, mais surtout à cause des graves maladresses commises par L’Air Liquide. Jean Delorme intervient personnellement pour rayer du projet le passage qui prévoyait que la société commerciale envisagée exercerait son activité « en Allemagne et, ultérieurement, le cas échéant, dans d’autres pays »49. Or, si la limitation de la coopération commerciale à l’Allemagne est évidemment conforme aux intérêts des dirigeants français, elle l’est moins à ceux de leurs partenaires. Surtout, parallèlement à ses négociations avec la BASF, L’Air Liquide a entamé des conversations avec un autre groupe, le Suédois AGA Aktiebolag. Prévenus de ces pourparlers, les dirigeants de BASF ont l’élégance de trouver « tout à fait normal qu’Air Liquide conserve toute liberté de négocier en dehors de BASF »50. N’ont-ils pu cependant juger à bon droit bien sinueuse la démarche de leurs interlocuteurs ?

  • 51 Le chiffre d’affaires et le capital social d’AGA Gas GmbH sont indiqués par Handbuch der Grossunte (...)

51Finalement, en 1972, c’est avec le groupe suédois que L’Air Liquide choisit de s’entendre, en lui rachetant la moitié du capital d’une filiale de commercialisation établie à Hambourg, AGA Gas GmbH et en la fusionnant avec la DALE. Incapable de parvenir à un accord avec des partenaires allemands, qu’il s’agisse d’un producteur de gaz industriels comme Linde ou d’un géant de l’industrie chimique comme la BASF, L’Air Liquide préfère le faire avec une firme d’un pays tiers. Mais les conditions sont fort différentes des projets précédents et, à tout prendre, bien moins avantageuses pour la partie française. Ce sont les Suédois qui, par l’intermédiaire du gérant d’AGA Gas, Carl-Johann Angström, dirigent l’affaire. Les chiffres d’affaires respectifs (36 millions de DM pour AGA Gas, 90 millions pour la société commerciale L’Air Liquide-BASF) sont dans une proportion de 1 à 2,5. La disproportion entre les capitaux engagés est plus importante encore. AGA Gas GmbH ayant un capital social de 10 millions de DM et L’Air Liquide déboursant seulement la moitié de cette somme, le groupe français n’engage dans ce partenariat qu’une somme dérisoire par rapport aux 150 à 200 millions de DM qu’il envisageait de consacrer à son projet commun avec la BASF51. Les caractères de cette opération sont tels qu’on peut la considérer de la part de L’Air Liquide comme une renonciation, au moins temporaire, à jouer un rôle industriel actif en République fédérale.

52Tout comme les stratégies commerciales, la politique financière menée en Allemagne par les groupes français comporte de graves insuffisances. Dans son élaboration et son déroulement, elle manque singulièrement de clarté. Cherchant à conclure avec leurs concurrents des associations équilibrées, ils ambitionnent en même temps d’en prendre le contrôle partiel ou total, se heurtant à d’autant plus d’hostilité que leurs intentions se manifestent de manière détournée, voire secrète. Ce sont ainsi souvent les mêmes firmes qui sont confrontées tour à tour à des offres de partenariat, puis à des tentatives de rachat. Davantage que le poids des traditions, il faut sans doute incriminer ici un certain manque de psychologie et, de la part de grands groupes à dimensions mondiales, un sentiment de supériorité qui ne s’avère pas toujours justifié. Mais cette stratégie hésitante et confuse ne se borne pas au domaine commercial et financier. On la trouve aussi en matière de recherche et de technologie.

C. HARDIESSE OU TIMIDITÉ DANS LES RELATIONS TECHNOLOGIQUES ?

53Entretenir des relations technologiques avec l’Allemagne est, pour les entreprises françaises, un moyen de s’initier aux progrès réalisés dans tous les domaines par leurs homologues d’outre-Rhin. On l’a vu à propos des échanges de brevets et octrois de licences qui connaissent, surtout à partir du début des années 1960, une nette tendance à l’intensification. Mais les relations technologiques représentent aussi une arme. Elles permettent d’améliorer la place sur certains marchés, de freiner les progrès des concurrents, voire de les contraindre à résipiscence dans telle ou telle circonstance. À cet égard, les groupes français font preuve d’un degré de dynamisme variable, comme le montrent les exemples de Saint-Gobain et de Pechiney. Il ne faut pas oublier que, durant une bonne partie de la période étudiée, ces deux groupes ont une activité qui déborde leurs domaines d’origine respectifs. Ils s’intéressent de près à l’industrie chimique, branche dans laquelle l’Allemagne représente un partenaire incontournable. Or il est frappant de constater que, tant pour les techniques verrières que pour la métallurgie de l’aluminium ou la grande industrie chimique, c’est un tableau ambivalent qui se présente, mêlant initiatives et passivité, comportement malthusien et désir d’ouverture, recherche d’ententes et souci de préserver les positions acquises.

  • 52 Lettre de G. Lemoine, de la direction des Glaceries, à Jean-Louis Schrader, 2 février 1957, Archiv (...)

54La Compagnie de Saint-Gobain a, en ce qui concerne l’industrie du verre, une attitude assez hégémonique. On le constate dans ses relations avec deux de ses concurrents allemands, la DELOG et la DETAG. En 1957, elle accepte d’accorder aux Glaces de Boussois, qui exercent l’influence dominante sur la DELOG, une sous-licence du procédé de glace trempée « Bi-Sécurit » qu’exploitent les VEGLA pour leurs fabrications de pare-brise. S’agirait-il d’étendre l’influence de Saint-Gobain en Allemagne par l’intermédiaire de la technologie ? En fait, la décision a surtout un caractère défensif. Elle s’explique par la concurrence subie par les producteurs de glace trempée de la part des fabricants de verre à vitre et par les progrès que font, sur le marché allemand, les pare-brise en verre feuilleté dont la DELOG est l’un des principaux fabricants. Comme l’écrit l’un des cadres des services parisiens au directeur général des VEGLA, dépité de perdre l’exclusivité du procédé, « c’est peut-être le moyen de protection le plus efficace pour garder les pare-brise en glace face à la concurrence des producteurs de verre à vitre »52.

  • 53 Compte rendu par Jean-Louis Schrader d’une conversation avec Philippe Daublain, adressé à Arnaud d (...)
  • 54 Lettre de Hans Feith, membre du directoire de la Deutsche Bank, à Arnaud de Vogüé, 26 juin 1969. P (...)

55De même, en 1966, apprenant la naissance d’une association entre la DELOG et la DETAG pour la construction d’une ligne de float glass destinée à approvisionner le marché allemand, au moment même où les VEGLA et les Glaceries de Saint-Roch édifient leurs propres installations à Porz et à Herzogenrath, dans le cadre d’une filiale commune, Erste Deutsche Floatglas GmbH & Co., la Compagnie réagit très vivement. Elle tente d’abord de recourir à la pression sur ses partenaires. Rencontrant l’un des membres du conseil de surveillance de la DELOG, le directeur général des VEGLA se plaint du « déséquilibre [...] absolument inacceptable pour la Compagnie » qui résultera de cet investissement et estime le projet « préjudiciable à la poursuite d’une politique commune »53. Cette allusion transparente à une possible remise en cause des ententes commerciales qui lient les quatre groupes verriers n’a apparemment guère d’effets sur la détermination de la DELOG. Les travaux se poursuivant, il faut, trois ans plus tard, une intervention de la Deutsche Bank pour tenter de concilier les points de vue. Bien placée ici du fait des relations privilégiées qu’elle entretient avec les divers protagonistes, la banque apaise Arnaud de Vogüé, lui affirmant que le projet concurrent « n’est pas une notification d’attaque contre [sa] société ». Elle favorise la création d’une commission paritaire destinée à établir que, « dans les rapports des deux groupes entre eux et vis-à-vis des concurrents, on pren[dra] en considération le marché, ce qui exclut des développements qui seraient contraires aux intérêts [de chacun] »54. La Compagnie de Saint-Gobain et les Glaceries de Saint-Roch y disposent ensemble de trois représentants, dont le nouveau directeur général des VEGLA, Petrus A. Neeteson. Dans toute cette affaire, l’attitude de la Compagne est claire. Après avoir longtemps hésité à adopter le nouveau procédé dans ses propres usines, elle entend bien en interdire la libre disposition à ses concurrents allemands.

  • 55 Rapport d’activité annuel du groupement III pour 1953, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/61.

56À cette volonté hégémonique dans l’industrie du verre, s’oppose la timidité des relations avec des groupes chimiques allemands. Jusqu’à la fin des années 1960, les VEGLA demeurent un groupe exclusivement verrier. Certes quelques contacts existent : avec la BASF, dont les représentants visitent en 1954 un centre d’expérimentation d’engrais en France et qui propose en 1962 l’acquisition en commun d’un brevet sur les fibres inorganiques ; avec Wacker Chemie, licenciée d’un procédé Saint-Gobain de polymérisation du PVC à partir de 1957 ; avec DEGUSSA, qui échange des informations sur l’acide cyanhydrique et visite les installations de Saint-Fons en 1958... L’ensemble est limité. Comme l’explique la direction des VEGLA, « à la différence de la situation existant dans les autres pays où notre Compagnie exerce une activité industrielle, [les VEGLA] ne peuvent avoir dans le domaine chimique qu’une action d’observation et de contact. Il importe avant tout de créer et de cultiver des relations avec des sociétés allemandes, de maintenir des liaisons et d’assurer ainsi un climat favorable pour le jour où une coopération pourra être établie dans un domaine quelconque »55. Désintérêt de dirigeants formés aux métiers du verre pour un domaine d’activité complètement différent ? Crainte devant la puissance des partenaires allemands ? Consignes données par la direction parisienne, pour ne pas gêner l’action en Allemagne d’autres groupes proches de Saint-Gobain ? Il est difficile de le savoir. Toujours est-il qu’à la différence de sa situation en France, Saint-Gobain ne possède pas outre-Rhin de politique chimique cohérente.

57Pechiney témoigne apparemment, dans ses relations technologiques avec l’Allemagne, d’une plus grande hardiesse. Non point en ce qui concerne la métallurgie de l’aluminium : dans ce domaine, on l’a vu, le groupe se trouve plutôt en situation de supériorité face à ses partenaires. Par contre, pour les activités chimiques, alors placées sous la direction de Pierre Jouven, il mène une politique très active qui recourt systématiquement à la technologie d’outre-Rhin, en particulier pour tout ce qui concerne la pétrochimie.

58Dans ce domaine, le succès le plus remarquable est sans doute l’acquisition en 1955 du procédé Ziegler de polymérisation de l’éthylène à basse pression. Il faut, pour y parvenir, de longues négociations tant avec l’inventeur que les différents groupes d’industrie chimique concernés, en France comme en Allemagne. Brillant chimiste, ayant commencé des travaux sur la synthèse du caoutchouc dès 1928, membre de l’équipe de recherche d’IG Farben, nommé en 1943 directeur du Kaiser Wilhelm Institut (futur Institut Max Planck), Karl Ziegler est loin d’être un inconnu pour les dirigeants de Pechiney.

  • 56 Une entrevue à Paris le 3 décembre 1940 avec Raoul de Vitry, André Dumas et Georges Painvin, prési (...)
  • 57 L’affaire est mentionnée par Pierre Cayez, Rhône-Poulenc..., op. cit., p. 246-247.

59Des rencontres ont déjà eu lieu pendant la guerre56. Devenu après 1945 chercheur à Ölefinchemie, une communauté d’intérêts qui regroupe les grands charbonnages allemands, il consacre désormais ses recherches aux composés organométalliques de l’aluminium et du plomb. En 1953, il parvient ainsi à polymériser de l’éthylène et du butadiène en présence d’aluminium triéthyl. La source d’éthylène employée peut avoir pour origine le cracking du pétrole tout comme la distillation de la houille. C’est ce qui fait l’intérêt de ce procédé, face à ses rivaux, mis au point au même moment, qui ont des possibilités plus limitées : procédé BASF à hautes pressions fondé sur de l’éthylène de cracking ; procédé ICI utilisant l’éthylène produit par la distillation de la houille, dont Pechiney a déjà acquis une licence pour une filiale fondée en 1951 avec Huiles, goudrons et dérivés et les Houillères de bassin du Nord- Pas-de-Calais, Ethylène Plastique, qui est installée à Mazingarbe ; procédé Phillips recourant à de moyennes pressions, acquis par Rhône-Poulenc qui débouchera en 1965 sur la création d’une filiale belge commune, Polyoléfins SA, qui construit à Anvers une unité de production57.

  • 58 Sur sa carrière, voir les indications données par Raymond G. Stokes, Opting for oil..., op. cit., (...)

60Dans leurs démarches, les dirigeants de Pechiney bénéficient des renseignements que leur fournit un autre chimiste allemand au passé plutôt chargé, Otto Ambros. Ancien responsable du projet Buna chez IG Farben, ayant à ce titre joué un rôle important dans le choix du site d’implantation d’Auschwitz, il a été condamné à huit années de détention en 1945. Gracié par les autorités américaines, n’exerçant pas de responsabilités dans les sociétés héritières d’IG Farben, il est devenu consultant dans plusieurs groupes d’industrie chimique allemands et siège au conseil de surveillance du charbonnage Hibernia58. Par son intermédiaire, Pechiney sait que des licences du procédé Ziegler ont déjà été accordées, en Allemagne à Ruhrchemie et à Hoechst, en Italie à Montecatini, en Grande-Bretagne à Petrochemicals, aux États-Unis à Hercules Powder. Leur ambition est de faire de même pour la France.

  • 59 Compte rendu d’un entretien de Pierre Jouven et Paul Jean, directeur de Naphtachimie, avec Paul Ba (...)
  • 60 Lettre de Paul Jean à Otto Ambros, 31 mars 1955, Archives Pechiney, 001-14-20465.

61Pour y parvenir, ils multiplient les initiatives, tant en Allemagne qu’en France. Il leur faut d’abord négocier avec Charbonnages de France, leur associé au sein d’Ethylène Plastique, sous-licencié du procédé ICI. Faisant miroiter aux dirigeants du groupe public la possibilité d’obtenir aussi une sous-licence du procédé Ziegler, à condition qu’ils acceptent de livrer à Ethylène Plastique de l’éthylène « à un prix raisonnable », ils parviennent à conclure avec Paul Baseilhac, directeur général de Charbonnages de France, un accord en janvier 195559. Il leur est alors possible de signer avec Ölefinchemie, trois mois après, l’accord donnant à Pechiney l’exclusivité pour la France du procédé Ziegler. Une lettre de remerciement adressée à Otto Ambros témoigne du rôle actif qu’il a joué dans cette affaire60.

  • 61 Comptes rendus de voyages en Allemagne de Bisch et Wetroff, 25 avril-6 mai 1955 et 9 janvier-2 fév (...)

62En fait, malgré les promesses faites à Charbonnages de France, la polymérisation sera faite, non pas à Mazingarbe, à partir de l’éthylène fourni par la distillation de la houille, mais à Lavéra, grâce aux quantités massives dont dispose Naphtachimie, filiale commune de Pechiney et de la Société française des pétroles BP, sur ses installations de cracking du pétrole. Les premiers essais sont plutôt décevants et le passage à la production industrielle se fait difficilement. Pour la mettre au point, des ingénieurs de Pechiney sont amenés à effectuer des séjours prolongés en Allemagne, tant dans les laboratoires du professeur Ziegler que chez Ruhrchemie et Hoechst, licenciés du procédé. On parvient ainsi à éliminer les traces de cendres et de chlore qui nuisaient à la qualité du produit et dégradaient les appareils de fabrication61.

  • 62 Lettre de Roger Martin à Pierre Jouven, 5 novembre 1955, Archives Pechiney, 001-4- 20465.
  • 63 Note de Paul Jean à Pierre Jouven après une rencontre avec Louis Clouzeau, administrateur et futur (...)
  • 64 Compte rendu de la visite de Paul Jean à Harpener Bergbau, 29 mai 1956, Archives Pechiney, 001-14- (...)

63Tous ces efforts s’avèrent payants. En mars 1959, quatre ans exactement après l’acquisition du procédé, les premiers tonnages de polyéthylène sortent des ateliers de Lavéra. D’ores et déjà, Pechiney a entamé toute une politique pour valoriser au mieux son acquisition. Le groupe a proposé à d’autres sociétés françaises d’en devenir sous-licenciées, comme la Compagnie de Pont-à-Mousson qui, pour ses tubes et accessoires de tubes, procède à des essais de fabrication62. Il a aussi défendu le procédé Ziegler contre ses concurrents, en particulier Rhône-Poulenc, licenciée du procédé Phillips, dont les dirigeants, au nom de l’intérêt commun, pour « éviter une floraison déraisonnable de nouveaux producteurs de polyéthylène », tentent d’obtenir de Pechiney l’engagement, après comparaison des résultats respectifs, tant qualitatifs que financiers, de ne retenir que le procédé le plus rentable63. Cette voie n’est pas retenue. Bien au contraire, Pechiney cherche à étendre sa place dans la pétrochimie grâce au procédé. Lorsqu’en mai 1956, le groupe se heurte à une réponse dilatoire de Karl Ziegler sur la possibilité de développer avec lui de nouveaux contacts, dans le domaine des alcools obtenus à partir d’oléfines, il tourne la difficulté en envoyant Paul Jean, le directeur de Naphtachimie, à Dortmund, au siège d’Harpener Bergbau. Contrôlée depuis deux ans par des capitaux français, la firme souhaite, comme les autres producteurs de charbon de la Ruhr, valoriser sa production en se lançant dans la carbochimie. Elle accepte volontiers de faire part de son expérience dans ce domaine à Pechiney64.

  • 65 Note de Pierre Jouven à Georges Normand, responsable de la chimie organique au sein du groupe, 19 (...)
  • 66 Note d’accompagnement de Pierre Jouven à Loeffel, jointe à la lettre d’attente envoyée à Wacker Ch (...)
  • 67 Voir la présentation de cette tentative dans Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. (...)

64Le groupe donne ainsi un intéressant exemple de recours à la technologie allemande. Ayant compris tout l’intérêt des recherches de Karl Ziegler, qui seront d’ailleurs récompensées en 1963 par le prix Nobel de chimie, elle a fait preuve de dynamisme, tout en se réservant le bénéfice du nouveau procédé. Dans d’autres circonstances pourtant, son attitude est infiniment plus circonspecte. Recevant en 1953 une demande d’une société bavaroise, Anorgana, qui souhaite devenir sous-licenciée d’un procédé BASF de fabrication du carbure de calcium au four thermique, les dirigeants de Pechiney décident de la repousser. C’est que, comme l’explique Pierre Jouven, « notre intérêt à l’heure actuelle est de décourager le plus possible les autres fabricants de carbure thermique, et non pas d’aller participer à une société avec Anorgana »65. De même, face à Wacker Chemie qui propose en 1955 un nouveau procédé de cracking thermique du tétrachloroéthane, le groupe repousse l’offre, du moins avant d’avoir eu « confirmation de la part de Du Pont que les conditions qui nous sont faites sont bien maintenues »66. Enfin, en 1961, après avoir essuyé de lourdes pertes, Pechiney doit se résigner à revendre à Rhodiacéta ses activités dans le domaine de la filature du rilsan, un produit synthétique dérivé de l’huile de ricin qui avait été mis au point durant la guerre dans ses laboratoires et qui avait donné lieu à la création d’une filiale, Organico. Pourtant, pour le démarrage des fabrications, il avait fait appel à l’assistance technique d’une société allemande, PERFOG, spécialisée dans la filature et l’étirage des polyamides67.

65Les relations technologiques de Pechiney avec l’Allemagne sont donc contrastées. Au grand succès que représente l’acquisition du procédé Ziegler, s’opposent d’autres cas d’échecs, de renoncements, d’atermoiements. Tout comme Saint-Gobain, mais pour d’autres raisons, le groupe semble assez représentatif des rapports que nouent avec l’Allemagne les entreprises françaises. Finalement, dans ses trois directions principales, commerciale, financière et technologique, leur stratégie présente des contours imprécis. Elle oscille sans cesse entre plusieurs orientations opposées, se condamnant elle-même à n’obtenir que des résultats décevants. Il ne faut certes pas forcer le trait : les groupes implantés de longue date en Allemagne suivent souvent une démarche plus cohérente que ceux qui, à la fin des années 1960, demeurent à la recherche des meilleurs moyens de pénétration. Globalement cependant, l’intensification des liens avec l’Allemagne observable après 1948 ne paraît pas toujours résulter d’une ambition clairement affichée de la part des entreprises, ni de sacrifices qu’elles consentiraient à des fins déterminées en pleine connaissance de cause. Mais, comme dans toute relation, il importe, pour comprendre la configuration de leurs rapports avec l’Allemagne, d’examiner leur attitude face à l’accroissement de sa présence, en France et dans les pays étrangers, car leurs réactions en cette occasion contribuent à entretenir l’indécision dont elles font preuve dans leurs efforts de pénétration outre-Rhin.

II. LES HÉSITATIONS FACE A LA PRÉSENCE ALLEMANDE EN FRANCE ET DANS LE MONDE

A. DES RÉTICENCES PERSISTANTES SUR LA PLACE DE L’ALLEMAGNE EN FRANCE

66Les réactions des entreprises face au développement de la présence allemande en France, qu’elle soit commerciale, financière ou technologique, sont ambivalentes. Les symptômes de rejet sont, on s’en doute, plus nombreux que les témoignages d’acceptation. On se limitera ici aux premiers. Révélateurs du fait que beaucoup d’entre elles ne sont aucunement prêtes, du moins jusqu’à la fin des années 1960, à accepter toutes les implications du développement des relations d’affaires entre les deux pays, ils forment incontestablement une sérieuse limite à leur intensification. En outre, ils témoignent de la persistance d’une tradition qui remonte à un passé lointain, comme le montrent les travaux de Raymond Poidevin, Jacques Bariéty ou Georges-Henri Soutou, pour laquelle le « péril germanique » doit être inlassablement dénoncé.

67Loin d’avoir disparu, la germanophobie traditionnelle sort fortifiée des expériences subies durant la guerre et l’Occupation. Elle est présente dans tous les secteurs, de la part de toutes sortes d’entreprises, petites et grandes, possédant ou non une tradition d’exportation ou d’implantation directe en Allemagne, quelle que soit la situation conjoncturelle, tant en période d’expansion que lors des phases de difficultés où, logiquement, ces témoignages d’hostilité tendent à se multiplier. Une réaction caractéristique, un peu antérieure à la période qui nous occupe ici, est celle de l’ancien délégué de Pont-à-Mousson à Paris, Georges Morin, qui commente en ces termes le « lamentable discours de Byrnes » à Stuttgart, le 6 septembre 1946, annonçant la nouvelle politique américaine à l’égard de l’Allemagne et la création de la Bizone :

  • 68 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 9 septembre 1946, Archives Pont-à- Mousson, PAM 70 455.

« À l’abri de cet accord économique anglo-américain, les Anglais vont faire ce que nous aurions pu et dû faire en février 1924, quand les Allemands ont cessé la résistance passive et ont rendu les armes. Ils ont la partie belle en tant que marchands de charbon [...]. L’Allemagne, sous leur impulsion, va renaître, elle va reprendre toutes ses forces. La sidérurgie allemande de l’Ouest va se réveiller, progresser, nous dépasser, et de loin. Le charbon et le coke de la Ruhr nous passeront sous le nez... et nous ferons avec zèle des plans sans être sûrs de notre matière première essentielle. Pendant ce temps-là, une quelconque Conférence internationale du commerce et du plein-emploi nous acculera à l’ouverture de nos frontières au métal étranger et nous finirons sous la rubrique Import-export »68.

68Amère diatribe, où la peur de l’Allemagne et la nostalgie des occasions perdues se mêlent à l’hostilité envers le dirigisme et au refus du nouvel ordre économique international impulsé par les Etats-Unis...

69D’une façon plus immédiate, c’est la pénétration croissante du marché français par les produits allemands qui représente pour maintes entreprises un sujet de mécontentement. Relais tout indiqués pour transmettre leurs plaintes aux administrations de tutelle, les fédérations professionnelles réclament jusqu’au milieu des années 1950 la révision des accords commerciaux qui accordent à l’Allemagne des contingents trop élevés sur le marché français, tandis qu’à l’inverse elles accusent les autorités allemandes d’empêcher par tous les moyens le développement des ventes françaises outre-Rhin.

  • 69 Lettre à la direction des Industries diverses et textiles, 1er août 1949, AN, F12 10 337 (II).

70Pour la Chambre syndicale de la bijouterie fantaisie, qui proteste en août 1949 contre l’inclusion dans l’accord commercial franco-allemand conclu le mois précédent d’un poste de 150 000 dollars accordé par la France à l’Allemagne au titre des importations d’articles de bijouterie, « entrouvrir la porte aux produits allemands ouvrira une brèche qui ne pourra que s’élargir par la suite, au grand détriment de notre production nationale ». Assurant que « la fabrication française est parfaitement en mesure de répondre à tous les besoins du commerce intérieur », elle estime que « notre économie n’a aucunement besoin des produits allemands dont elle s’est fort bien passée depuis 1939 »69. Aussi réclame-t-elle le retour au contingent qui avait été fixé aux ventes allemandes de bijouterie fantaisie en France en 1932. De même, les industriels du jouet, pour obtenir en 1951 une réduction du contingent importé d’Allemagne, n’hésitent pas à dénoncer les articles allemands comme dangereux pour toute la collectivité :

  • 70 Lettre du Syndicat national des fabricants de jeux, jouets, articles de fête et voitures d’enfants (...)

« L’Allemagne est notre plus âpre concurrent depuis cinquante ans. Elle s’emploie à nouveau, par tous les moyens, à essayer d’abattre l’industrie française du jouet. L’honneur qui nous est fait provient de la conception exportatrice de nos adversaires d’outre-Rhin. Ils estiment en effet que les jeux et jouets constituent par excellence la propagande de base idéale, du fait de leur grande diffusion dans la population enfantine. Cette familiarisation dès le plus jeune âge avec des articles Made in Germany crée un climat extrêmement favorable pour la vente d’autres produits de même origine. Dans ces conditions, nous demandons [...] »70.

  • 71 Lettre de Pierre de Calan au directeur des Industries diverses et textiles, 22 novembre 1951, AN, (...)
  • 72 Lettre d’E. Mahé, président du Syndicat, au ministère de l’Industrie et du Commerce, 21 mai 1952, (...)

71L’amalgame entre argument patriotique et défense des intérêts matériels est ici total. Parfois aussi, est dénoncée la faiblesse des tarifs douaniers à l’égard de l’Allemagne, voire, dans un même mouvement, la libération des échanges vis-à-vis de l’ensemble des pays industrialisés, en particulier au lendemain de la conclusion, en mars 1951, de la conférence de Torquay tenue entre pays membres du GATT. Pierre de Calan, délégué général du Syndicat de l’industrie cotonnière, y voit un « marché de dupes », car elle a permis à l’Allemagne d’exclure les cotonnades de sa liste de libération, alors que la France a dû les inclure dans la sienne71. Le Syndicat national des fabricants de bois agglomérés Fibraglo se plaint de l’abaissement des tarifs douaniers de 20 à 18 %, alors qu’il faudrait des droits d’au moins 25 % pour lutter contre la concurrence allemande72.

  • 73 Compte rendu d’un voyage à Reims de Ch. Jeanson, chargé d’enquêtes au ministère de l’Industrie et (...)
  • 74 Lettres d’Erwin Guldner, directeur de cabinet de Pierre Pflimlin, ministre de la France d’Outre-Me (...)

72Le plus souvent formulées en termes généraux, les doléances visent parfois un concurrent précis. Pour les Etablissements Sarlino, de Reims, la Deutsche Linoleum Werke s’apprête à « envahir notre marché français dès que les frontières seront ouvertes à la concurrence étrangère »73. La plainte est d’autant plus significative que les deux firmes étaient naguère membres d’un cartel européen, l’Union continentale du linoléum, qui a dû disparaître depuis 1944. Manifestement, la renonciation forcée aux ententes laisse ce producteur totalement désemparé. Nombre de ces doléances émanent d’entreprises situées dans l’Est de la France. Fabricants alsaciens ou vosgiens de matériel pour l’industrie textile, maisons de confection strasbourgeoises, marchands de meubles de Metz ou de Mulhouse : tous dénoncent, à des titres divers et avec l’appui des parlementaires de leurs circonscriptions, « l’invasion » des produits allemands et « l’ineptie » des mesures gouvernementales qui « aboutissent à occuper la main d’oeuvre allemande et à priver la main d’oeuvre française de travail »74.

  • 75 Lettre du Syndicat français du moulinage de la soie, rayonne et autres textiles au service des Aff (...)

73Seules les firmes qui, pour des raisons techniques, ont besoin des échanges avec l’Allemagne échappent à ce consensus. C’est le cas, en 1949, de Kléber-Colombes qui, pour la confection des pneumatiques, fait mouliner à façon d’importantes quantités de rayonne à haute ténacité par plusieurs firmes allemandes, dont la Rottweiler Kunstseidenfabrik et la maison Karl-Otto Braun, à Wolfstein, dans le Palatinat. Privées ainsi de leurs débouchés traditionnels, les entreprises de retordage et moulinage de la région lyonnaise protestent par l’intermédiaire de leur syndicat professionnel qui estime qu’il suffirait d’« un peu plus de bonne volonté [pour] s’adresser à nos ressortissants qui n’ont jamais négligé de s’adapter aux exigences d’une fabrication qui doit être impeccable »75. Il est intéressant d’observer qu’en l’occurrence le ministère de l’Industrie n’accepte pas de suivre ce point de vue.

74Un tel exemple est rare. Dans leur immense majorité, les doléances envers l’Allemagne exposées par les entreprises françaises auprès de l’administration y trouvent un écho favorable, du moins auprès du ministère de l’Industrie et du Commerce. Les facilités supplémentaires accordées en février 1949 par Antoine Pinay, secrétaire d’État aux Affaires économiques dans le gouvernement Henri Queuille, aux importations de produits manufacturés allemands, en contrepartie de ventes accrues de produits agricoles nord-africains sur le marché allemand, suscitent ainsi une vive protestation de la part du directeur de la Coordination industrielle, Claude Beaurepaire :

  • 76 Note au ministre de l’Industrie, 2 février 1949, AN, F12 10 337 (I).

« Nous allons importer de la coutellerie, des cuisinières, des appareils domestiques, des motocyclettes, des bicyclettes, des instruments de musique, des jouets et de la verrerie. [...] Il s’agit de savoir en définitive si, pour permettre le placement de légumes et de dattes qui manquent pour l’instant de débouchés, on va délibérément sacrifier l’activité de certaines branches industrielles, en provoquant le chômage et en alimentant une campagne de presse qui ne manquera pas de souligner qu’on en revient aux théories soutenues par les Allemands durant l’Occupation sur l’alimentation de l’Europe centrale en produits agricoles par la France, à charge pour celle-ci de diminuer, voire de supprimer sa production industrielle »76.

  • 77 Note au chef du service des Affaires extérieures, ministère de l’Industrie, 28 février 1950, AN, F(...)

75Un an plus tard, le nouvel accord commercial signé avec l’Allemagne en février 1950 fait l’objet d’une longue note du directeur des Industries diverses et textiles, Jean-Pierre Lévy, où il réclame, pour de nombreuses catégories de produits, l’application immédiate de mesures de sauvegarde, face à une concurrence qui « remet en cause les grands efforts accomplis depuis la fin de la guerre pour la modernisation de l’équipement et le perfectionnement des techniques »77. Nul doute que de tels points de vue ne restent pas isolés et que les craintes suscitées par la concurrence allemande dans le monde patronal ne soient partagées, surtout à cette date, par de nombreux hauts fonctionnaires et hommes politiques, pour ne pas parler du reste de l’opinion.

  • 78 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 24 avril 1957, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

76Mais l’attitude ne change guère lorsque l’on examine, à partir du milieu des années 1950, les réactions des entreprises face au développement de la présence allemande en France. L’hostilité s’y manifeste à propos des investissements directs, même lorsqu’il s’agit de secteurs qui ne touchent aucunement les intérêts des protagonistes. En avril 1957, Georges Morin salue la signature du Traité de Rome en rapportant aux dirigeants de Pont-à-Mousson que « les quatre plus grandes distilleries d’alcool de bouche d’Allemagne de l’Ouest [...] viennent d’acheter dans le Cognaçais, en « fine champagne », deux distilleries moyennes et, autour, de grands terrains, moyen, pour elles, par des mélanges de vins doux, d’alimenter le marché américain en « soi-disant cognacs ». Il ajoute, sarcastique : « J’ai pensé utile de noter ici cet exemple de préparation allemande au Marché commun »78. Le même homme est pourtant, rappelons-le, partisan de la création de la CEE et convaincu des bienfaits de la libération des échanges. Mais tout se passe comme si, s’agissant d’investissements allemands, surtout dans ce domaine « symbolique » qu’est la viticulture, il conservait toutes ses préventions antérieures.

  • 79 « Réunion chez M. Delorme », 23 décembre 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

77De même, sur le plan de la pénétration commerciale, les initiatives allemandes suscitent des réactions très vives, surtout lorsqu’elles concernent des secteurs où, respectant des accords tacites ou explicites, les producteurs des deux pays se sont longtemps abstenus de toute tentative sur le marché voisin. En décembre 1960, le président de L’Air Liquide est si profondément choqué des ventes d’appareils de liquéfaction de gaz faites par Linde et Messer à plusieurs groupes sidérurgiques français qu’il intervient personnellement auprès d’Antoine Pinay pour faire pression sur Henri Malcor, le directeur général de la Compagnie des Ateliers et forges de la Loire, et obtenir de lui qu’il mette fin au développement de tels contrats79.

  • 80 Compte rendu d’une conversation avec Schneider, PDG d’Ethylène-Plastique, 24 février 1960 et lettr (...)

78Enfin, lorsqu’il s’agit à la fois de pénétration commerciale et d’investissements directs, cas fréquent dans les décisions prises par les grands groupes dont la stratégie combine ces deux aspects, l’exaspération provoquée par la présence allemande peut aller jusqu’aux menaces de rétorsion. Le président d’Ethylène-Plastique, une filiale commune de Pechiney, Huiles, goudrons et dérivés et des Houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais, s’estime en 1960- 1962 doublement menacé par la BASF : d’une part, parce que celle-ci s’est implantée sur le territoire français ou projette de le faire, en formant des joint-ventures avec des producteurs nationaux comme Ugine-Kuhlmann ou des filiales françaises de groupes étrangers comme Shell-France ; d’autre part parce qu’elle abuse de sa position dominante pour casser les prix sur le marché français du polyéthylène. Exposant ses doléances à Simon Lazard, qu’il sait bien introduit auprès des dirigeants du konzern, il brandit la menace d’une instance judiciaire, au cas où les dirigeants allemands ne lui accorderaient pas satisfaction par l’ouverture de négociations en vue d’établir une entente sur les prix. Face à ce nouveau développement de la lutte entre les grands groupes de l’industrie chimique, en Allemagne et en France, pour s’imposer sur le marché de ce produit nouveau grâce aux brevets qu’ils ont mis au point ou dont ils ont acquis la licence, les dirigeants de la BASF se bornent à répondre que leur filiale de vente en France, IMACO, a pour instruction « de ne pas casser les prix sur le marché français, [ce qui serait] d’ailleurs dangereux en raison de la loi anti-dumping »80.

  • 81 Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration (...)

79Loin d’être aisément tolérée, la place de l’Allemagne en France se heurte donc à la réticence et même à l’hostilité de beaucoup d’entreprises françaises. Tout comme la libération des échanges à laquelle elle est souvent liée et qui est « une menace pour leurs intérêts, en même temps qu’une opportunité à saisir »81, davantage peut-être que celle-ci, compte tenu de la spécificité des relations de toutes sortes entre les deux pays, la présence allemande en France reste difficilement acceptable. Le fait peut sembler aisément compréhensible. Il n’en représente pas moins, pour le développement des rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne un obstacle qui, à la fin des années 1960, est encore loin d’être surmonté.

B. UN DYNAMISME MONDIAL À LA FOIS JALOUSÉ ET ADMIRÉ

80Grand facteur du relèvement économique d’après-guerre, même si l’on en a parfois exagéré l’importance, le dynamisme des exportations allemandes dans le monde, relayé, à partir du milieu des années 1960, par celui des investissements à l’étranger est, pour les entreprises françaises, un sujet tout à la fois d’étonnement et d’inquiétude.

  • 82 Lettres de Pierre de Calan, au directeur des Industries textiles et diverses, 26 juin et 16 novemb (...)
  • 83 Lettre d’Outhenin-Chalandre, délégué du groupe Unilever pour la France et l’Union française, au mi (...)

81On le constate d’abord à propos de la zone d’influence immédiate que forment l’Union française, puis l’Afrique francophone. Durant les années 1950, la pénétration allemande dans l’Union française préoccupe vivement le Syndicat général de l’industrie cotonnière. Dès 1951, Pierre de Calan attire l’attention des pouvoirs publics sur les achats de tissus écrus faits par l’Allemagne au Japon et destinés à être revendus sur les marchés d’outre-mer. La menace est jugée d’autant plus sérieuse qu’en Allemagne une disposition récente accorde à de telles opérations de substantielles exonérations au titre de l’impôt sur les bénéfices. Selon lui, les quantités concernées auraient représenté l’année précédente 2 700 tonnes d’écrus. De même, il dénonce avec véhémence l’action menée en Algérie par des industriels allemands du textile qui, pour écouler leurs tissus auprès des populations indigènes, se sont entendus avec un importateur local grâce à « l’appui de milieux arabes influents et de certains fonctionnaires du Gouvernement général »82. Ses inquiétudes sont partagées par le directeur des Industries diverses et textiles au ministère de l’Industrie Jean-Pierre Lévy. A l’occasion des mesures de suspension de libération des échanges prises en 1952 par le gouvernement Pinay, celui-ci s’oppose à l’action de plusieurs sociétés d’export-import qui, comme la Compagnie du Niger, vendent en Afrique des tissus de coton allemands83.

  • 84 Déclarations faites devant l’assemblée générale du Syndicat des tréfileurs, reproduites par le Bul (...)
  • 85 Note de Georges Morin à Michel Paul-Cavallier, 8 juillet 1958, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691

82En juin 1957, le poste d’observation économique de Cologne signale les projets de tréfileurs allemands, en particulier de la Niederrheinische Hütte, une filiale du groupe Thyssen qui, ayant perdu ses débouchés en Allemagne orientale et disposant de capacités de production inemployées, songe à pénétrer sur le marché nord-africain, si possible en concluant une entente avec les industriels français et allemands84. De même, en juillet 1958, la Compagnie de Pont-à-Mousson apprend sans plaisir que les autorités locales du Soudan ont signé une convention avec deux entreprises allemandes, Mobius et Salzgitter, pour moderniser le réseau routier et construire à Bamako une cimenterie et des logements sociaux. La firme redoute en effet d’être écartée des commandes de tubes nécessaires à ces réalisations85.

  • 86 Compte rendu de la séance de la commission des Affaires internationales, octobre 1964, Archives du (...)
  • 87 Notes prises à l’issue de deux séances du comité de liaison interdépartements et services, 10 juin (...)

83L’hostilité à la présence allemande est donc vive. Elle persiste par-delà l’accession à l’indépendance. En octobre 1964, le Syndicat général de l’industrie cotonnière demande que l’Algérie reste exclue de la zone vers laquelle les industriels allemands sont autorisés à réexporter des toiles de coton écrues importées du Japon en admission temporaire, puis teintes ou imprimées en République fédérale86. En août 1968, apprenant que Hoechst souhaite installer en Côte-d’Ivoire et en Haute-Volta deux unités de production de gaz industriels pour conquérir 70 % du marché local, avec « une participation dans le capital [...] réservée à des membres du gouvernement », L’Air Liquide dépêche à Abidjan deux de ses collaborateurs « pour vérifier le bien-fondé de ces informations »87.

84Mais la menace allemande, multiforme, dépasse les bornes du « domaine réservé » africain. Elle concerne en réalité l’univers tout entier. Les entreprises françaises, rares au début des années 1950, plus nombreuses ensuite, qui s’efforcent de développer leur présence sur le marché mondial y sont directement confrontées. Pour la contrecarrer, certains groupes n’hésitent pas à sacrifier les intérêts de leurs propres filiales établies outre-Rhin. C’est le cas de la Compagnie de Saint-Gobain. En 1949, celle-ci doit prendre une décision pour se conformer au souhait exprimé par les autorités alliées d’occupation quant à la reprise des exportations de produits verriers allemands, indispensables pour procurer à l’Allemagne les devises dont elle a besoin. Elles exigent l’abrogation des contrats d’exclusivité qui régissaient les comptoirs de vente contrôlant ces exportations. Pour la Compagnie, le choix est difficile. La liberté de concurrence est inéluctable, mais faut-il, en son nom, autoriser les VEGLA à exporter partout où elles le peuvent, fût-ce aux dépens des positions des usines françaises ? Ou bien faut-il préserver les intérêts de ces dernières, quitte à priver les VEGLA de débouchés intéressants ? C’est la deuxième solution qui sera retenue.

  • 88 Lettres aux agents du Comptoir français d’exportation des glaces, expédiées à des dates variables (...)

85On touche là l’une des conséquences perverses de la multinationalisation dans la situation intermédiaire qui est alors celle de Saint-Gobain. Les dirigeants du groupe sont décidés à respecter l’autonomie de gestion des filiales étrangères, mais ils n’entendent pas pour autant qu’elle s’exerce au détriment des établissements situés dans le pays d’origine. Le remède consisterait évidemment à élaborer une politique commerciale à l’échelle du groupe. En cette période d’immédiat après-guerre, elle est encore dans les limbes. Aussi, lorsqu’en application de la nouvelle réglementation, le Comptoir français d’exportation des glaces doit autoriser tous ses agents à déroger au contrat d’exclusivité qui les contraignait à ne vendre que des glaces françaises, il pose des conditions particulièrement strictes qui, tout en respectant la liberté de concurrence, empêchent en fait les VEGLA de nuire aux intérêts des glaceries françaises. Les agents commerciaux doivent « recueillir tout d’abord des ordres pour les usines françaises [...], prendre contact [avec le Comptoir] lorsque les premières affaires d’exportation d’Allemagne vers leur marché se présenteront, pour recevoir [son] avis sur la conduite à tenir, [...] enfin faire comprendre aux usines allemandes qu’il n’est pas possible de faire concurrence à [leurs] premiers mandants et de mener une politique qui aurait pour conséquence de troubler le marché »88.

  • 89 Rapport commercial présenté à la séance du comité de direction des VEGLA, 19 octobre 1949, Archive (...)
  • 90 Lettre de la firme Amibu Inc., de Manille, au Comptoir français d’exportation des glaces, 24 févri (...)
  • 91 Lettre du Comptoir français d’exportation des glaces à Pilkington Brothers, 28 septembre 1951 (fou (...)

86De telles directives ne sont guère appréciées par la direction des VEGLA qui plaide pour leur assouplissement, au moins vers des marchés voisins comme la Suisse ou les Pays-Bas, et explique à la maison mère qu’il serait « de bonne politique de montrer aux organismes économiques de Francfort notre participation aux exportations allemandes »89. Elles ne sont pas non plus du goût des agents commerciaux concernés, privés de débouchés intéressants. Certains dénoncent l’absurdité d’une politique qui fait le jeu d’autres producteurs allemands. En confiant leurs ventes à d’autres agents, ils deviendront pour le groupe « de durs concurrents, comme le sont actuellement les Belges, les Anglais, les Polonais, les Tchécoslovaques et les Japonais »90. Rien n’y fait. Ce n’est que très exceptionnellement que les agents commerciaux du Comptoir reçoivent le droit de vendre des glaces fabriquées par les VEGLA, par exemple lorsqu’il n’existe pas de produits équivalents en France ou lorsqu’il s’agit de ventes vers des pays latino-américains qui, comme l’Argentine, ont conclu avec l’Allemagne des accords commerciaux prévoyant l’importation de glaces ou qui, comme le Chili, ont une colonie allemande répugnant à acheter des produits autres que germaniques. Encore la réaction du Comptoir dans ce dernier cas est-elle très significative : en marge de la lettre des VEGLA réclamant la poursuite du courant d’exportation vers un client chilien, les instances parisiennes écrivent : « On renforce sur le marché la position d’un Monsieur qui vend tous les produits de la concurrence, y compris les glaces !!! [...] Nous sommes d’un avis contraire, mais on ne peut pas empêcher les Allemands d’agir comme ils l’entendent »91 : À la limite, pour le Comptoir, les VEGLA ne sont pas une entreprise française. Elles doivent être traitées comme n’importe quel concurrent allemand.

87Point d’étonnement, dans ces conditions, si les exportations réalisées par la succursale allemande de Saint-Gobain restent durant cette période si réduites : c’est que la maison mère, par souci de préserver les intérêts de ses établissements français, en freine volontairement le développement sur les marchés mondiaux.

  • 92 Bilans et rapports d’activité du groupement III, 1950-1962, Archives Saint-Gobain, CSG His 00004/4 (...)

Tableau 25 et graphique 18. Exportations des VEGLA de 1950 à 1962 (filiales exclues)92 (En milliers de DM constants 1969)

Tableau 25 et graphique 18. Exportations des VEGLA de 1950 à 1962 (filiales exclues)92 (En milliers de DM constants 1969)
  • 93 Lettre de Pierre de Calan au directeur des Industries diverses et textiles, ministère de l’Industr (...)

88Éprouvant des difficultés à affronter la concurrence allemande, les entreprises françaises sont amenées à faire de fréquents appels à l’aide gouvernementale. En avril 1952, le Syndicat général de l’industrie cotonnière réclame l’extension des encouragements accordés aux exportateurs depuis 1948 par la procédure EFAC (exportations-frais accessoires). En les autorisant à conserver sur des comptes bancaires spéciaux une fraction de la valeur de leurs exportations, celle-ci leur permet d’échapper au risque de change, de régler des frais accessoires aux opérations commerciales, d’importer des matières premières, voire même, dans certaines conditions, d’investir à l’étranger. Mais la fraction autorisée atteint au maximum 15 % de la valeur des produits. Le Syndicat souhaiterait la voir portée à 40 %, tout comme en Allemagne où des dispositions analogues viennent d’être prises : « Dans la bataille de plus en plus impitoyable des exportations [...], la France ne doit pas hésiter à prendre des mesures encore plus énergiques que ses concurrents »93.

  • 94 « Exposé succinct des questions à soulever », rédigé à l’issue de la visite, sans indication de de (...)

89Rivale sur les marchés mondiaux, l’Allemagne fait donc figure de modèle en matière de politique commerciale. De même, un haut fonctionnaire comme Jean-Pierre Lévy, au retour d’une visite à Tourcoing en avril 1955 où il a recueilli les doléances du Syndicat des fabricants de bonneterie du Nord et du Pas-de-Calais face à la concurrence des pays à bas salaires, juge « proprement scandaleux que Hong Kong fasse partie des pays de l’OECE ». Il ajoute : « L’Allemagne a résolu le problème, malgré cette appartenance, en décidant unilatéralement que les produits cotonniers en provenance de Hong Kong ne pourraient bénéficier des mêmes avantages que l’ensemble des articles fournis par les pays de l’OECE ». Et de réclamer que le gouvernement français imite son exemple dans l’établissement des tarifs douaniers protégeant les marchés des territoires de l’Union française94.

90Certaines entreprises, cependant, élargissent le débat, comprenant que le problème posé par la concurrence allemande se situe à un autre niveau. Il ne s’agit plus seulement d’appeler les pouvoirs publics à la rescousse, mais de prendre conscience que la supériorité allemande provient de la stratégie globale des firmes et que seule une profonde mutation du comportement des entreprises françaises permettrait d’y remédier. De tels exemples sont toutefois relativement rares. L’un d’eux - et ce n’est sans doute pas un hasard - émane d’une branche particulièrement dynamique, la construction radio-électrique. En février 1954, le directeur de La Radiotechnique, Léon Robert, s’exprimant au nom du Syndicat des fabricants français de matériels électroniques et de radars, déclare devant la commission Nathan chargée d’examiner les causes de la disparité des prix français et étrangers :

  • 95 Compte rendu de la séance de la commission, adressé par Georges Morin à André Grandpierre, 8 févri (...)

« L’industrie allemande [...] ne pratique pas sur les marchés étrangers une politique de dumping [...]. Les grandes sociétés exportatrices allemandes [...] traitent avec des bénéfices importants qui, le plus souvent, sont affectés au développement de laboratoires de recherche, de bureaux d’études et à l’accroissement ou à la modernisation des moyens de production existants. La situation est toute différente en France. Très rares sont, à notre connaissance, les marchés d’exportation largement bénéficiaires. Il est à redouter que, dans les prochaines années, notre industrie se trouve en présence d’usines ou d’organisations allemandes financièrement très fortes et dotées de parcs de machines-outils et d’outillages très modernes, de vastes laboratoires de recherche générale et appliquée. Handicap qui sera bien difficile à remonter pour notre industrie, surtout si une crise économique intérieure met l’industrie américaine dans l’obligation d’être plus active et plus mordante sur les marchés extérieurs »95.

91Les entreprises françaises ont du mal à adopter une attitude cohérente face au défi que représente pour elles la concurrence allemande sur les marchés mondiaux. Elles fluctuent entre l’appel à l’État, pour préserver leurs débouchés traditionnels, et la recherche de méthodes plus adaptées à une économie de libre concurrence. Mais, sans vouloir aborder un sujet qui a déjà été traité ailleurs, on doit constater que ni l’ouverture des frontières, ni la confrontation avec le partenaire allemand n’ont encore, à la fin des années 1960, entraîné une profonde remise en cause des comportements traditionnels, sur les marchés tant nationaux qu’étrangers. Un exemple, observable sur une période de plusieurs années, semble éclairant à cet égard : celui de Pechiney face au marché de la feuille mince d’aluminium.

C. UN EXEMPLE D’HÉSITATIONS : PECHINEY FACE À LA PÉNÉTRATION ALLEMANDE SUR LE MARCHÉ DE LA FEUILLE MINCE D’ALUMINIUM (1961-1967)

  • 96 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 105.

92Par convention, ce terme désigne toutes les feuilles et bandes d’aluminium obtenues par laminage d’épaisseur inférieure à 0,2 millimètre. L’utilisation de ce produit se développe beaucoup au cours des années 1960, non seulement dans l’emballage et le confort ménager, mais aussi dans des débouchés tels que la couverture dans le bâtiment, le traitement de surfaces diverses dans l’industrie. Pechiney y possède une filiale dynamique, les Etablissements Charles Coquillard. Fondée en 1880, passée sous le contrôle du groupe depuis 1933, elle a installé, dans son usine de Froges, de puissants moyens techniques, dont deux trains de laminage à grande vitesse achetés aux Etats- Unis en 1948 et 1954 et une installation de coulée continue en larges bandes mise au point par ses ingénieurs en 1964 et baptisée la « 3 C » (coulée continue Coquillard). À ces performances techniques, s’ajoute un indéniable dynamisme exportateur : dès le début des années 1960, plus du quart de la production est écoulé sur les marchés étrangers. Il s’agit donc de l’un des principaux atouts de Pechiney dans une stratégie de diversification vers l’aval qui ne cesse de s’affirmer à l’intérieur du groupe depuis les années 193096. Outre cette entreprise, on relève la présence à l’intérieur du groupe dans ce secteur de la SOCOFAL (Société commerciale française de l’aluminium), une filiale du groupe Tréfimétaux qui possède aussi une participation de faible ampleur dans le capital des Ets Coquillard.

93Or, au début des années 1960, les deux lamineurs français voient leur marché intérieur menacé par une très forte expansion d’importations en provenance d’Allemagne, tandis que leurs ventes outre-Rhin restent d’un niveau médiocre.

  • 97 Chiffres joints à une lettre d’André Jacomet, président des Ets Coquillard, à Pierre Jouven, 2 oct (...)

Tableau 26. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium97

Tableau 26. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium97

94Il existe certes d’autres pays qui vendent en France des feuilles et bandes minces d’aluminium, comme la Belgique, la Suisse, l’Italie. Il reste que l’Allemagne est devenue de loin le principal fournisseur sur le marché français, accaparant à elle seule, chaque année, de 66 à 70 % des importations, tandis qu’inversement, la France ne représente que 13 à 25 % des exportations allemandes de ce produit. Les échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium se sont donc fortement déséquilibrés, infligeant à la France un déficit qui s’est multiplié par 7,5 en huit ans.

Graphique 19. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium

Graphique 19. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium
  • 98 Procès-verbal d’une rencontre à Cologne à laquelle participent, côté français, cinq dirigeants de (...)

95Or le marché de la feuille mince, tout comme l’ensemble des produits confectionnés en aluminium, est en principe couvert par une organisation internationale conclue entre les producteurs européens et jouant pratiquement le rôle d’une entente. Fondée en 1954, celle-ci regroupe les lamineurs d’aluminium français, anglais, suisses et allemands, veille au respect par chacun des prix pratiqués sur le marché intérieur et prévoit le contingentement réciproque des quantités vendues. Les dirigeants français estiment qu’en ne respectant pas leurs engagements, leurs partenaires allemands cherchent en fait à les éliminer du secteur. Lors des réunions communes avec leurs homologues des VAW et de la REBAG (Rheinische Blattmetall AG, la filiale des VAW spécialisée dans le laminage de l’aluminium), les reproches fusent sur un ton particulièrement vif. Pierre Jouven, directeur général de Pechiney, prévient solennellement ses interlocuteurs : « Nous sommes victimes d’une agression caractérisée [...]. Quels que soient les moyens employés par les Allemands, qu’ils ne comptent pas nous voir disparaître. Quel que soit le prix que cela doit nous coûter, nous demeurerons ». Le directeur de la SOCOFAL estime pour sa part que « laisser se poursuivre la situation sans réagir équivaut pour les lamineurs à un suicide et ni SOCOFAL, ni Coquillard n’ont de goût pour le hara-kiri »98. Mais ces manifestations de mauvaise humeur ne sauraient tenir lieu de stratégie véritable. Or il est frappant de constater que, face à l’offensive allemande sur le marché de la feuille mince, Pechiney manque de fermeté. Là aussi, ses réactions sont faites d’atermoiements, d’hésitations, de recherche de compromis. Les raisons en sont multiples : présence d’une situation qui, temporairement, avantage les producteurs allemands ; divergences d’intérêts entre les firmes françaises concernées ; problème particulier posé par un producteur établi des deux côtés du Rhin ; absence de moyens de riposte appropriés sur le marché allemand.

  • 99 Témoignage du Dr Hans Seebauer, directeur de l’exportation des VAW, cité par Anthony Simon, Issoir (...)

96Au début des années 1960, la situation avantage temporairement les producteurs allemands. Il y a en effet un lien direct entre l’échec du projet de coopération franco-allemande pour la création d’une grande usine de laminage d’aluminium et l’offensive que subissent les producteurs français de feuilles et bandes minces. Pechiney et Tréfimétaux, on l’a vu, se sont résolus à créer seuls l’usine de Neuf-Brisach. Mais si les Allemands ont refusé d’y participer, c’est en partie pour des raisons relatives à leur stratégie propre sur le marché de la feuille mince. Les VAW disposent déjà, grâce à leur usine de Grevenbroich, de grosses capacités de production. Leur filiale, la REBAG, souhaite développer, davantage que le marché de la feuille mince, celui de la feuille dite « épaisse », comprise entre 0,15 et 0,40 millimètre. Elle conteste donc la pertinence du choix effectué à Neuf-Brisach, ne voit guère d’intérêt à une coopération avec les Français et estime au contraire tout accord avec eux nuisible à sa propre politique commerciale. Selon le témoignage postérieur de l’un des dirigeants des VAW, « c’est sur ce problème de la feuille mince que bute en partie tout accord [entre Pechiney et les groupes allemands] »99. On conçoit que, dans ces conditions, ceux-ci n’hésitent pas à écouler sur le marché français leurs surplus, alors qu’au contraire Pechiney se trouve dans une position temporairement difficile, les quantités prévues à Neuf-Brisach ne pouvant être disponibles qu’à partir de 1966-1967. Le laps de temps qui s’écoule entre la décision d’édifier l’usine et l’arrivée sur le marché des premières quantités produites, de l’ordre de quatre à cinq ans, crée une situation propice aux initiatives allemandes.

  • 100 Compte rendu d’une réunion entre lamineurs allemands et français à Nuremberg, 22 octobre 1963, adr (...)

97De plus, les industriels français de l’aluminium ont des intérêts profondément divergents face à la multiplication des ventes allemandes. Si les firmes allemandes ne respectent pas leurs engagements, c’est aussi parce qu’elles répondent à une demande : celle des clients français qui, sans produire eux-mêmes de feuilles d’aluminium, les transforment pour la confection d’emballages et l’élaboration de produits divers destinés aux consommateurs. Leur intérêt au développement des importations allemandes est évident, puisque celles-ci pèsent sur les prix. Au contraire, les firmes qui, comme les Ets Coquillard et la SOCOFAL, sont à la fois lamineurs et transformateurs de feuilles minces, ont besoin de prix élevés pour rentabiliser leurs investissements. Leurs relations avec les transformateurs sont donc toujours conflictuelles, en particulier à l’intérieur de la Chambre syndicale des métaux qui les regroupe. En 1962, face à la forte progression des ventes allemandes, celle-ci doit consacrer de longues et difficiles séances à reconstituer « la solidarité qui lie lamineurs et transformateurs ». Pour riposter efficacement aux attaques allemandes, il est pratiquement impossible de constituer un front uni entre les industriels français concernés. En Allemagne au contraire, la configuration du secteur est plus simple, car aucune entreprise n’assure à la fois le laminage et la transformation des feuilles et bandes minces. Paradoxalement, la relative dispersion du secteur lui donne plus de force pour pénétrer le marché français, alors que l’intégration vers l’aval que recherchent les grands groupes français les place en position de faiblesse. Comme l’explique André Dumas, directeur général adjoint de Pechiney : entre Français et Allemands, « la contestation [...] ne se résume pas à des questions de quantités entrant dans les échanges entre les deux pays, mais représente la conséquence de politiques différentes d’entreprises »100.

  • 101 L’entreprise ne figure pas sur le fichier établi en 1948 par le service des Intérêts étrangers et (...)

98L’implantation des deux côtés de la frontière d’une firme qui mène sa propre politique en toute indépendance complique encore la situation. Il s’agit de la Société alsacienne d’aluminium (SAA), une firme de Sélestat initialement présente dans la seule transformation qui s’est lancée dans le laminage en rachetant après la guerre un petit lamineur du Pays de Bade, Tscheulin, à Tenningen. Les installations de ce dernier avaient été presque totalement démontées en 1946-1947, mais elles se reconstituent à nouveau après 1951101. Le propriétaire de la SAA, Frédéric Meyer, a également créé une filiale, la Société savoyarde d’aluminium, que gère son fils. S’étant fait reconnaître un statut spécial au sein de l’entente européenne des lamineurs d’aluminium, la SAA se procure à partir de 1959 l’essentiel de ses besoins en feuilles et bandes minces en Allemagne, à des prix systématiquement inférieurs à ceux consentis par ses fournisseurs français. C’est désormais la REBAG qui est devenue son principal partenaire commercial, son prestataire de services, pour la modernisation des installations de Tenningen, peut-être aussi, comme l’en accusent les Ets Coquillard, son actionnaire privilégié. A l’inverse, les Ets Coquillard, dépités de ne plus pouvoir vendre à la SAA de feuilles minces, se sont lancés dans une politique de rabais sur le marché de la transformation, remportant par exemple en 1961 une grosse commande de feuilles pour paquets de cigarettes destinée à la SEITA, contrairement aux conventions passées antérieurement avec la SAA qui prévoyaient un partage du marché.

  • 102 Lettres de Jean Marier à André Dumas et à Parrot, directeur général des Ets Coquillard, 7 juillet (...)

99Les griefs réciproques entre les deux entreprises sont donc nombreux. Or les dirigeants de Pechiney, quoique maison mère des Ets Coquillard, ne suivent pas leur filiale en cette affaire. Pour un homme comme Jean Matter, ancien directeur de L’Aluminium français, qui représente Pechiney au sein du conseil d’administration, Frédéric Meyer est une vieille connaissance, avec qui il se plaît à évoquer, lors d’un déjeuner amical, « toutes les différentes personnes [...] connues à AIAG ». Pour convaincre le directeur général des Ets Coquillard de consentir à la SAA des rabais au moins équivalents à ceux que pratique la REBAG, il n’hésite pas à évoquer un possible manque de moyens de production à Froges, qui résulterait de la compétition à laquelle se livrent Coquillard et la SAA sur le marché de la transformation. Or, prévient-il, « vos actionnaires n’ont pas l’intention [de vous fournir les capitaux nécessaires] »102.

  • 103 Traduction par Karl Röhrs, directeur administratif des VAW, d’une lettre reçue de Fritz Hildebrand (...)

100Contraint à résipiscence, le directeur des Ets Coquillard doit s’incliner. En octobre 1963, après onze heures de discussion entre lamineurs français et allemands, un nouvel accord est conclu. Les Allemands s’engagent à limiter à 400 tonnes pendant six mois leurs livraisons de feuilles et bandes minces sur le marché français et à consulter leurs partenaires français sur les prix pratiqués. En contrepartie, les Français, qui se sont fait reconnaître le même contingent, consentent à ce que la SAA soit exclue de l’accord et conserve sa situation particulière. Face à un partenaire avisé, habile à jouer de sa position transfrontalière et de la rivalité qui oppose à son sujet les Ets Coquillard et la REBAG, Pechiney n’a pas su ou pas voulu faire preuve d’efficacité. Quant à l’accord de contingentement réciproque des importations, il ne restera en vigueur que moins de deux ans. Dès mai 1965, les lamineurs allemands, le jugeant contraire aux dispositions de la loi anti-cartels allemande et « anachronistique (sic) par rapport aux buts politiques du Marché commun », préviennent leurs partenaires de leur intention de le dénoncer103.

  • 104 Réunions du comité directeur de Pechiney consacrée aux relations avec l’Allemagne, 15 novembre 196 (...)

101Enfin l’absence de moyens de riposte efficaces sur le marché allemand contribue à entretenir les indécisions françaises. Même si les dirigeants de Pechiney menacent leurs partenaires allemands de représailles, ils ne disposent encore d’aucun réseau commercial sur le marché allemand des feuilles et bandes minces, l’organisation mise en place depuis 1959 autour de MEHAKO ne concernant que les demi-produits tels que les tôles, profilés et poutrelles. Il faut attendre 1965 pour la création d’un comptoir de vente commun aux Ets Coquillard et à la SOCOFAL, sous le nom de COFALEX (Compagnie française d’exportation de feuilles d’aluminium). Encore celui-ci ne dispose-t-il que des services d’un représentant indépendant, Korff und Co., établi à Dietzenbach, près de Francfort. Deux ans plus tard, on procède à une filialisation de ce dernier, COFALEX se transformant en une société de vente, l’Aluminium Folienkontor GmbH, détenue de façon paritaire par les deux firmes françaises et confiée à Dieter Korff à titre de gérant. Parallèle à celle que connaît un peu plus tard MEHAKO, cette opération permet à Pechiney de disposer enfin d’un instrument efficace sur le marché allemand. Encore faut-il en repérer l’étendue et en connaître les composantes. Dans ce but, on fait réaliser par une société spécialisée des études de marché. Mais, à peine celles-ci sont-elles prêtes qu’apparaissent en France de nouvelles concurrences allemandes, cette fois sur le marché de la feuille ménagère d’aluminium, avec le lancement des marques Melitta et Duni qui suscite aussitôt la réapparition des protestations françaises104.

102Pechiney apparaît finalement toujours dépassé par les initiatives allemandes dans ce domaine. Le groupe sait se montrer dynamique, voire hardi sur le plan de la technologie. Mais il peine à définir face à l’Allemagne une politique commerciale et financière cohérente. Pour d’autres, ce sont au contraire les aspects financiers qui paraissent mieux assurés, alors que les relations technologiques avec l’outre-Rhin sont inexistantes. De multiples configurations sont ainsi présentes. Finalement, il est assez rare de constater chez les entreprises françaises durant cette période des stratégies allemandes solides et équilibrées. N’est-ce pas aussi parce que ce pays demeure, pendant toutes ces années, un horizon encore lointain ?

III. L’ALLEMAGNE, UN PARTENAIRE SINGULIER

A. L’INDIFFÉRENCE INITIALE DES MILIEUX PATRONAUX

103Au début des années 1950, la vision que se font de l’Allemagne les industriels français reste encore très fortement marquée par l’héritage de la période précédente. Lorsqu’ils y sont attirés, ce sont d’abord par les chances de profit immédiat, et non par les possibilités, pourtant réelles, de développement à long terme. Il en résulte de fréquents symptômes de décalage entre leur attitude et celle des hommes politiques, hauts fonctionnaires ou diplomates qui tentent d’élaborer pour la France un projet allemand compatible avec la nouvelle donne des rapports internationaux.

104On le constate d’abord en ce qui concerne la sidérurgie. Le grand patronat de la métallurgie se sent peu concerné par le « rêve sidérurgique » nourri dans le monde politique et administratif. On le sait : pour faire de la France la plus grande puissance sidérurgique d’Europe continentale, un développement massif des exportations d’acier vers l’Allemagne serait nécessaire, ce qui permettrait à la fois de rentabiliser les coûteuses installations mises en place après la guerre, en particulier les trains à larges bandes du Nord et de Lorraine, et de disposer dans les organismes interalliés d’arguments valables pour faire repousser les demandes présentées par l’Allemagne en vue de relever sa propre production. Or, les grands groupes sidérurgiques répugnent à ce développement. D’abord, en effet, ils n’ont jamais beaucoup exporté sur le marché allemand, sinon peut-être celui d’Allemagne méridionale. En outre, ils craignent les mesures que ne manqueraient pas de prendre, à titre de rétorsion, les konzerns allemands de l’acier, à la fois sur leur propre marché et sur celui de l’Union française. Enfin et surtout, de telles exportations sont trop peu rémunératrices pour les attirer. En 1950, au moment du lancement du plan Schuman, elles se font à des prix inférieurs d’environ 25 % par rapport à ceux pratiqués sur le marché intérieur français. Peu soucieux de vendre à perte leur acier, ce qui risquerait d’ailleurs de les faire condamner par les instances internationales, les firmes sidérurgiques préfèrent, comme elles l’ont toujours fait, approvisionner en priorité le marché national.

  • 105 Compte rendu de l’entretien adressé par Roger Martin à André Grandpierre, 29 novembre 1949, Archiv (...)

105Tel n’est pas l’avis du directeur de la Sidérurgie au ministère de l’Industrie, Albert Bureau. Celui-ci tente à plusieurs reprises de convaincre ses interlocuteurs de la nécessité des exportations d’acier vers l’Allemagne. En novembre 1949, il critique l’accord commercial franco-allemand conclu quatre mois plus tôt, estimant insuffisants les contingents accordés par l’Allemagne au titre des ventes françaises d’acier. Il fait part à Roger Martin, devenu récemment aux Fonderies de Pont-à-Mousson le responsable du département sidérurgique, de sa « conviction qu’il eût été possible de vendre en Allemagne des aciers français ». Ne pouvant évidement pas accuser de cette insuffisance les Allemands, puisque l’accord, antérieur à la naissance de la République fédérale, a été négocié pour la Trizone par les autorités d’occupation, il en rend responsables certains industriels français, notamment Georges Thédrel, l’administrateur-séquestre des Aciéries de Völklingen, qui faisait partie de la délégation et serait, selon lui, d’abord soucieux d’écouler la production de ses usines sur le marché français. Il juge également déplorable la prudence excessive de la Chambre syndicale de la sidérurgie « [qui] risque une fois de plus de se trouver devant des faits accomplis contre lesquels il sera vain de protester »105.

  • 106 Compte rendu de l’entretien envoyé au CGAAA, 9 août 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.

106Ce point de vue est partagé par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères Alexandre Parodi. Recevant en août 1950 Alexis Aron, l’un des principaux dirigeants de la Chambre syndicale de la sidérurgie, il en apprend avec dépit que les exportations françaises d’acier sur le marché allemand ne se développent qu’à un rythme nettement inférieur à celui qui avait été prévu six mois auparavant et se montre peu réceptif aux demandes de compensations financières que présente la Chambre syndicale au titre de compensation entre le prix intérieur français et le prix auquel les sidérurgistes doivent vendre sur le marché allemand106.

  • 107 Télégramme, noté confidentiel, d’Albert Bureau à Albert Denis, 7 mai 1951, AE Colmar, AAA, 1387/4. (...)
  • 108 Copie d’une lettre envoyée par Albert Bureau à Jacques Ferry, alors directeur des services économi (...)

107Enfin, un an plus tard, en mai 1951, Albert Bureau, devenu représentant de la France au Groupe de contrôle de l’acier, déplore que l’insuffisance persistante des ventes d’acier français en Allemagne lui ôte tout moyen de faire repousser dans les instances internationales les demandes d’installation de nouveaux équipements que présente le gouvernement fédéral allemand. « Il est nécessaire, écrit-il à son successeur au ministère de l’Industrie, que tu aies d’urgence avec M. Damien et les gens de la SOLLAC des entretiens pour clarifier l’affaire. [...] Que dois-je faire si une demande de crédits pour l’installation d’un train à bandes à chaud en Allemagne est présentée au Groupe de contrôle de l’acier ? »107. Il est symptomatique de relever aussi son agacement face à une étude que lui adresse Jacques Ferry sur l’évolution des grandes puissances sidérurgiques mondiales depuis 1945. Selon lui, elle omet « le fait capital, l’extraordinaire relèvement de l’Allemagne, le « miracle allemand », comme on dit ici. C’est un phénomène beaucoup plus important pour l’Europe, pour la France et pour la sidérurgie française que le nationalisme sidérurgique de l’Argentine, de la Colombie ou de l’Australie »108. Et de montrer à son correspondant, statistiques à l’appui, que ce relèvement pourrait être évité, mais à une condition : que les sidérurgistes français acceptent d’abord de livrer davantage d’acier outre-Rhin.

  • 109 Voir le tableau reproduit par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. (...)

108Ainsi accusés d’égoïsme financier et de myopie face aux perspectives à long terme qui existent sur le marché allemand, les sidérurgistes suscitent le désappointement dans la fraction de la haute fonction publique qui croit encore en la possibilité pour la France de surpasser l’Allemagne dans le domaine de l’acier et d’inverser la tendance qui, mois par mois, depuis novembre 1949, montre qu’au contraire cette dernière réalise désormais des tonnages plus élevés que sa voisine109. Mais ces accusations portées contre l’indifférence patronale face au développement des échanges franco-allemands sont-elles bien justifiées ?

  • 110 Celui-ci publie au même moment son essai Faites travailler l’Allemagne, Paris, Le Portulan, 1948, (...)
  • 111 « Note sur le problème allemand présenté au CNPF par Robert Le Besnerais et Roger Christa » (10 pa (...)

109En fait, il existe au sein du patronat organisé tout un courant qui milite précocement pour des relations plus intenses entre les deux économies. On se contentera d’en donner ici deux exemples, se rapportant aux débats alors en cours au sein du CNPF. Le premier concerne la constitution en mai 1948 d’une commission des Affaires allemandes, sur une initiative de Georges Villiers. Celle-ci recrute, pour élaborer son programme, André François-Poncet, alors en position d’attente, puisque ce n’est que quelques mois plus tard, en novembre 1948, qu’il devient chargé de mission auprès du général König, première étape vers sa nomination comme haut-commissaire en septembre 1949. L’ancien ambassadeur à Berlin constitue un groupe de travail d’une dizaine de personnes, parmi lesquelles on trouve quelques figures importantes de la grande industrie (Henry Davezac, Humbert de Wendel, Raoul de Vitry), du négoce (Albert Auberger, président de la Chambre charbonnière de l’importation rhénane), des fédérations patronales (Pierre Benaerts, du Conseil national du commerce, Robert Le Besnerais, de la Fédération des chambres syndicales des minerais et métaux bruts), du monde intellectuel (René Lauret, collaborateur de la Revue d’Allemagne avant-guerre, désormais journaliste au Monde)110. Le long rapport qui en résulte se donne pour but de « garantir la paix du monde » et de construire « une Europe occidentale où les échanges de produits, de capitaux et de main d’oeuvre seront possibles, où l’Allemagne de l’Ouest trouvera sa place naturelle au lieu d’être un poids mort ». Pour y parvenir, il préconise « le maintien, la consolidation et le renouvellement des accords particuliers qui existaient avant la guerre entre industriels ou commerçants dans un grand nombre de branches »111.

  • 112 On rejoint ici la problématique de Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le grand commerc (...)

110Cette prise de position est importante à plusieurs titres. D’abord, parce qu’elle établit un lien entre les préoccupations d’organisation concertée des échanges et de construction de l’Europe telles qu’elles se manifestaient dans le patronat français des années 1930 et les problèmes que pose désormais l’immédiat après-guerre112. Ensuite, parce qu’elle recueille une large approbation, tout au moins au sein de la commission des Affaires allemandes, et bénéficie de l’appui personnel de Georges Villiers lui-même.

111Le deuxième exemple de l’existence, au sein du monde patronal, d’un courant favorable au développement des relations d’affaires entre les deux pays est un peu plus tardif, puisqu’il se situe quelques mois avant la déclaration Schuman. Il s’agit d’une conférence prononcée devant la commission des Accords commerciaux du CNPF par Bernard Lefort, le conseiller commercial français en Allemagne, qui participe aux négociations commerciales alors en cours entre les deux pays. Il y déclare :

  • 113 Compte rendu de la conférence adressé par Georges Morin à André Grandpierre, 31 janvier 1950, Arch (...)

« Il appartient aux Européens [...] de créer par la libération des échanges un marché européen de 250 millions de producteurs qui, au besoin, pourraient vivre en autarcie, mais en fait échangeront librement certaines productions européennes avec des tiers pays [...]. Ne perd[ez] pas une semaine pour engager avec [vos] confrères allemands des négociations en vue d’accords centrés sur l’exportation. Dans un an au plus, tellement ces gens travaillent, ces conversations seront plus difficiles. Un bloc franco-allemand solide conquerrait actuellement l’Amérique du Sud comme il le voudrait. Dans quelques semaines, vont s’ouvrir des négociations contractuelles anglo-allemandes. Il faut les gagner de vitesse »113.

112Là aussi, ces propos sont, selon le président de la commission, Georges Morin, chaleureusement approuvés par une majorité de membres.

113En de telles occasions, l’organisation patronale sait se montrer ouvertement et précocement favorable au développement des relations d’affaires entre les deux pays. Elle ne parvient pourtant guère à entraîner derrière elle un nombre significatif d’entreprises. Ce sont ici des traits de mentalité qu’il convient d’évoquer. Par leur longue permanence, ils permettent de comprendre le paradoxe qui fait que l’Allemagne, devenue depuis 1956 le premier partenaire commercial de la France, reste encore à la fin des années 1960 relativement négligée dans la stratégie extérieure de nombreux groupes industriels français.

B. UN UNIVERS LONGTEMPS MÉCONNU

114Malgré leur intensification, les relations d’affaires avec des firmes allemandes continuent, même en fin de période, à rester relativement secondaires aux yeux de nombreux dirigeants français.

  • 114 Voyages en Allemagne de membres du Centre de recherches d’Aubervilliers, 1948- 1957, Archives Pech (...)

115Non qu’ils ignorent les réalisations, les performances, ainsi d’ailleurs que les faiblesses de leurs partenaires. Bien au contraire : on constate souvent qu’ils collectent à leur propos de nombreux renseignements d’origine diverse et en font l’analyse dans de multiples rapports, comptes rendus de visites ou notes de service. De 1948 à 1956, chez Pechiney, les ingénieurs et cadres du Centre de recherches d’Aubervilliers font ainsi quatorze voyages outre-Rhin pour y prendre un premier contact ou développer les liens noués antérieurement avec des firmes allemandes. Loin de se limiter aux usines d’alumine et d’aluminium et à celles de produits chimiques, leurs recherches s’étendent aux cokeries, raffineries de schistes bitumineux, aciéries, filatures de fibres synthétiques, chaudronneries qui fabriquent des cuves d’électrolyse, fabriques de matériel électrique pour la production d’électrodes114... Et il conviendrait d’y ajouter les multiples déplacements qu’effectuent les dirigeants du groupe à l’occasion d’affaires spécifiques. Loin d’être négligée, la comparaison entre les résultats commerciaux et financiers de Pechiney et ceux des autres grandes firmes allemandes travaillant dans les mêmes spécialités est systématique : on y procède chaque année avec les VAW, à l’issue des réunions du Centre international pour le développement de l’aluminium dont c’est l’un des objectifs, à intervalles plus ou moins réguliers avec Bayer ou la BASF. De même la conjoncture économique générale d’outre-Rhin, ainsi que les perspectives sectorielles sont connues à travers de multiples rapports. Les VEGLA par exemple y consacrent une part importante du rapport d’activité qu’elles adressent chaque année à la maison mère.

  • 115 Note d’André Grandpierre à Michel Paul-Cavallier, 5 mars 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 579
  • 116 « Étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 jui (...)
  • 117 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, directeur de Cegedur, 13 décembre 1967, Archives Pec (...)

116On ne peut s’empêcher pourtant de penser que l’Allemagne reste encore bien mal connue des firmes françaises. Elle représente un univers peu familier où les relations entre les entreprises elles-mêmes ou avec l’environnement dans lequel elles se situent obéissent à des règles qui déconcertent l’observateur français. La langue reste un obstacle déterminant. Pour un cadre supérieur, une nomination en Allemagne est souvent ressentie comme un pénible exil que l’on n’accepte que pour des raisons de déroulement de carrière et à condition de n’y rester que le moins longtemps possible. Recherchant un directeur général pour les Forges et aciéries de Dilling, les dirigeants de la Compagnie de Pont-à-Mousson notent en 1954 que l’un des candidats envisagés « ne connaît ni le métier, ni l’ambiance, ni la langue, et ira en Sarre par ordre et par devoir - mais non par goût personnel »115. Envisageant en 1967 de renforcer son implantation commerciale outre-Rhin, Pechiney se heurte au manque d’ingénieurs parlant allemand qui seraient susceptibles de visiter la clientèle. Les cadres du comptoir de vente sont donc contraints de « pratiquement toujours [les] accompagner », d’où un surcroît de travail au détriment de leurs autres tâches, « par exemple cinq déplacements successifs chez WMD et Messerschmidt pour régler des litiges relatifs à des produits aéronautiques »116. De même, lorsque les producteurs européens projettent d’élargir et de transformer l’Aluminium Zentrale qui, à Dusseldorf, représente leurs intérêts communs, une participation française à cette association suscite la réticence, car « recruter [ses membres] en France ne sera pas possible si le lieu d’implantation est Dusseldorf où il n’existe aucun moyen d’éducation pour les familles [...]. Le maintien en Allemagne d’une éventuelle organisation internationale impliquerait donc, de ce fait, son déplacement ailleurs, probablement à Fribourg »117.

  • 118 Entretiens avec Jean Poincaré, Georges Smolarsky et Christian de Saint-Amand, 13, 21 et 25 septemb (...)

117Tous les témoignages nous l’ont confirmé : le problème linguistique joue un rôle majeur dans l’explication de la faible implantation commerciale et financière française. « Au début des années 1960, il n’y avait personne chez Pechiney capable de s’occuper des affaires d’Allemagne ». « Peu de cadres du Crédit Lyonnais parlaient l’allemand et songeaient à attirer vers l’Allemagne les entreprises françaises ». Inversement, ce manque de cadres spécialisés donne leur chance à ceux qui, « par suite de leur formation scolaire ou de leurs goûts personnels, connaissent la langue et sont opérationnels »118.

  • 119 Compte rendu d’une conversation téléphonique avec Moell, du directoire de la BASF, 27 décembre 197 (...)

118Même pour les firmes qui possèdent des collaborateurs parfaitement bilingues et très familiers de l’Allemagne, certaines spécificités posent problème. Le sens d’une même expression diffère parfois entre les deux pays. Pour un industriel français, la locution « court terme » signifie un délai de moins d’un an. En Allemagne, on l’emploie pour une période pouvant aller jusqu’à quatre ou cinq ans, délai à partir duquel on entre dans le « moyen terme ». Aussi, en décembre 1971, les relations entre L’Air Liquide et BASF traversent une phase difficile en grande partie parce que l’on s’est mal compris lors d’une réunion commune. Apprenant de L’Air Liquide la conclusion d’un accord avec la firme suédoise AGA Aktiebolag et son projet de mettre fin, « pour le court terme », aux relations avec la BASF dans le domaine des gaz industriels, les dirigeants de Ludwigshafen en déduisent que leurs interlocuteurs souhaitent rompre tout contact pendant de longues années. À Paris, on entendait par là les douze mois à venir, tandis qu’à Ludwigshafen, on raisonnait à une échéance beaucoup plus lointaine119. L’épisode, mineur en lui-même, est néanmoins révélateur des difficultés concrètes auxquelles se heurte le développement des relations de part et d’autre du Rhin.

119Mais ce ne sont pas seulement des subtilités linguistiques qui freinent le développement des relations d’affaires avec l’Allemagne. Le contexte global dans lequel elles s’insèrent est souvent méconnu des Français ou suscite chez eux des réactions de rejet qui peuvent s’avérer néfastes. Il en est ainsi des relations avec les pouvoirs publics d’une part, de la législation sociale en vigueur d’autre part.

120Dans leurs rapports avec les pouvoirs publics, les dirigeants français ont souvent tendance à transposer, sans en avoir clairement conscience, les règles suivies dans leur propre pays. Ainsi, toute prise de participation étrangère dans une entreprise française reste, au cours des années 1960, subordonnée à l’aval des autorités de tutelle, de nombreuses dispositions ayant été prises, depuis l’abrogation du contrôle des changes en décembre 1958, pour mettre les entreprises à l’abri de rachats étrangers, en particulier la nécessité de recourir à une autorisation préalable pour la création de filiale ou le rachat de plus de 20 % du capital. Encore aggravées en septembre 1963 par le plan de stabilisation Giscard d’Estaing et l’orientation anti-américaine de la politique étrangère gaullienne, ces mesures restent en vigueur jusqu’à la fin des années 1960. Habitués à ce cadre, les dirigeants français sont incités à la prudence lorsqu’ils envisagent tel ou tel rachat outre-Rhin. Mais ils risquent à la limite de se montrer excessivement discrets et de laisser échapper les occasions qui se présentent.

  • 120 Intervention de Jean-Louis Carrié au débat « Un regard français sur les entreprises de la RFA », E (...)

121Semblable mésaventure empêche en 1968 la Compagnie française des pétroles de racheter Gelsenberg AG. Il s’agit d’une importante affaire de raffinage et de distribution, jusqu’alors contrôlée par la Dresdner Bank. Souhaitant s’en dessaisir, celle-ci la propose au groupe français qui, depuis de longues années, cherche avec persévérance à accroître sa présence en Allemagne. Or, selon le témoignage de l’ancien gérant de la Deutsche Total Treibstoff GmbH, ce sont les dirigeants de la CFP eux-mêmes qui sont responsables de l’échec. « Craignant de paraître « impérialiste » aux yeux des autorités allemandes » et de subir une interdiction de leur part, la CFP choisit volontairement de se montrer modeste. Elle propose à la Dresdner Bank la fondation d’une filiale commune, possédée à égalité par les deux partenaires. Mais cette solution n’intéresse aucunement la banque qui souhaite revendre la totalité de sa participation dans Gelsenberg. Elle recherche donc un autre acquéreur : ce seront finalement les Rheinisch-Westfälische Elektrizitätswerke. Quant aux pouvoirs publics, comme, fidèles sur ce point aux principes de l’ordo-libéralisme, ils n’interviennent jamais dans les projets de rachat d’entreprises par des capitaux étrangers, ils sont demeurés totalement passifs lors des péripéties successives de l’affaire120. Ainsi, en un secteur dont on a vu l’importance pour les positions françaises outre-Rhin, une occasion d’implantation a été manquée, par suite d’une double erreur d’appréciation, d’une part sur les intentions du propriétaire allemand, d’autre part et surtout sur l’attitude des pouvoirs publics.

  • 121 Note de la direction des Etudes économiques et financières, 28 juillet 1953, Archives du Crédit Ly (...)

122Quant à la législation sociale en vigueur outre-Rhin, elle suscite de vives réserves à l’intérieur du patronat français. Les lois de cogestion de 1951 et 1952 constituent à cet égard un ensemble fortement répulsif. Les dirigeants des firmes françaises leur reprochent de priver les détenteurs du capital de la libre gestion de leurs avoirs. C’est le cas des grandes firmes sidérurgiques qui possèdent des gisements charbonniers dans la Ruhr et le bassin d’Aix-la-Chapelle. Examinant en 1953 les problèmes posés par la reprise par SIDE-CHAR d’Harpener Bergbau, le Crédit Lyonnais ne manque pas de remarquer que « l’application du principe de la cogestion ouvrière dans les entreprises charbonnières allemandes peut léser les intérêts du groupe »121.

  • 122 Note de Noisette à la direction générale des Glaceries, 5 septembre 1952, Archives Saint-Gobain, S (...)

123Même dans les secteurs autres que l’industrie minière et sidérurgique où la cogestion n’est pas paritaire, elle pose manifestement de sérieux problèmes d’adaptation aux groupes français concernés. Ainsi, à la Compagnie de Saint- Gobain, on constate, au vu du projet déposé au Bundestag sur les conseils d’entreprise qui deviendra la loi du 11 octobre 1952, qu’il faudra adjoindre aux conseils déjà présents dans les quatre usines des VEGLA un conseil central. La future loi en exige en effet la création pour toute firme possédant plusieurs établissements. De plus, obligation légale encore plus difficile à admettre, il convient que le personnel soit représenté au conseil de surveillance par des délégués élus occupant le tiers des sièges. Or, les VEGLA étant une simple succursale de Saint-Gobain, elles n’ont pas de conseil de surveillance. Il convient donc d’en constituer un de toutes pièces122. Manifestement, l’état-major du groupe y répugne, préférant continuer à piloter l’ensemble par l’intermédiaire des missives envoyées depuis Paris au directeur général d’Aix-la-Chapelle et des fréquentes visites d’usines effectuées en Allemagne par les dirigeants du siège central, que l’on continue d’ailleurs à désigner au sein du groupe sous l’expression traditionnelle de « ces Messieurs de Paris ». Pourtant peu contraignante en la matière, puisqu’il n’existe aucune parité au sein du conseil de surveillance entre les représentants élus du personnel et ceux des actionnaires et pas non plus de directeur du travail nommé en accord avec les syndicats, la législation allemande est donc ressentie par les dirigeants de la Compagnie comme une source de difficultés. Le conservatisme patronal rejoint ici la méconnaissance générale de l’Allemagne pour dissuader les investisseurs français d’y développer leurs projets.

124A ce tableau peu favorable, doit être cependant apportée une sérieuse nuance : il s’agit de la Sarre qui forme à tous égards un cas particulier sur lequel il convient d’insister.

C. UNE EXCEPTION : LA SARRE

  • 123 Sur le contexte global des relations franco-sarroises, il faut recourir à Armin Heinen, Saarjahre. (...)
  • 124 Lettre d’André Grandpierre à Jules Aubrun, 2 octobre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

125Dans les rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne, la Sarre occupe une place à part123. Aux yeux de plusieurs représentants marquants du patronat, celui de la grosse métallurgie notamment, elle a vocation à rester le plus longtemps possible dans l’espace économique français, voire à y être définitivement intégrée. C’est en particulier le cas des dirigeants de la Compagnie de Pont-à-Mousson. En octobre 1949, au détour d’une lettre où il expose à Jules Aubrun, président de la Chambre syndicale de la Sidérurgie, les problèmes d’approvisionnement en charbon du groupe qu’il dirige, André Grandpierre s’alarme des « bruits d’après lesquels certains hommes politiques français se résigneraient assez facilement à voir la Sarre se joindre à la Fédération des États de l’Allemagne occidentale ». Tout en reconnaissant que « l’avenir de la Sarre, tant sur le plan politique que sur le plan économique, pose une quantité de problèmes délicats », il estime que « l’abandon total de son territoire et de ses mines de charbon entraînerait pour nous des difficultés plus grandes encore »124.

  • 125 Remise des récompenses aux jubiliaires du travail, 14 mai 1950, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 57 (...)

126Lors de l’une des cérémonies de remise des médailles du travail qu’affectionnent les dirigeants mussipontains, tenue à Brebach, au siège d’Halberger Hütte, Michel Paul-Cavallier se félicite de la convention signée entre la France et la Sarre le 3 mars 1950. Il y voit la confirmation des « études courtes, mais nourries d’expériences et de pensées, sur l’avenir de la Sarre publiées par [son] grand-père en 1923 ». Et il célèbre devant le personnel de l’usine, « au nom des sociétaires français d’Halbergerhütte dont [il est] le représentant autorisé [...], cette entente étroite, voulue déjà par Camille Cavallier, [qui] prévoit des deux côtés, du côté de la France comme du côté de la Sarre, des engagements réciproques de ne faire aucune discrimination entre les produits des deux économies sur les deux territoires, de ne prendre aucune mesure susceptible de désorganiser le commerce intérieur et extérieur de l’Union économique franco-sarroise, de fausser en faveur ou au détriment de l’un des deux pays le jeu normal des forces économiques »125.

127Mais, quelles que soient les préférences, avouées ou secrètes, pour telle ou telle solution du « problème sarrois », elles importent moins que l’attitude concrète des firmes françaises. Or, celle-ci est marquée en Sarre, contrairement à ce que l’on constate dans le reste de l’Allemagne, par une extrême vigilance face aux concurrents et une réelle âpreté à préserver les avantages acquis, non seulement durant la période d’inclusion du territoire dans l’espace économique français, mais bien au-delà encore.

  • 126 Rappelons ici la savoureuse question posée par Antoine Pinay, alors ministre des Affaires étrangèr (...)

128Jusqu’en juillet 1959, la Sarre est intégrée à l’espace économique français. Les entreprises françaises qui y sont implantées détiennent de fortes positions. Leurs représentants adhèrent en grand nombre à une organisation professionnelle particulière : l’Association française pour le développement des relations économiques avec la Sarre (AFDRES). Certains industriels occupent des postes de responsabilité importants au sein du patronat local, comme Georges Thédrel, administrateur-séquestre des Aciéries de Völklingen jusqu’en 1956, qui préside le Saarländischer Industriellenverband et l’Arbeitsgemeinschaft der Arbeitgeberorganisationen des Saarlandes. Différents en cela de maints responsables politiques, fussent-ils de haut rang, souvent peu au fait des réalités sarroises126, les hommes d’affaires français veillent de près à leurs intérêts.

  • 127 Voeu du Conseil général du Bas-Rhin, transmis au ministre de l’Industrie et du Commerce, 11 mai 19 (...)
  • 128 Lettre de Bertrand de Maud’huy au secrétaire de la commission, 29 juin 1949, citée par Armin Heine (...)

129Il s’agit d’abord, à l’abri du cordon douanier, d’éviter toute concurrence en provenance de l’Allemagne. Les firmes des départements limitrophes y sont particulièrement attentives. Ce sont souvent des maisons alsaciennes et lorraines qui se plaignent les premières de la concurrence à laquelle elles se heurtent et s’inquiètent du possible contournement des barrières douanières auquel se livreraient des firmes allemandes s’implantant directement dans le territoire. Appartenant aux secteurs les plus divers, en particulier à l’industrie légère (produits pharmaceutiques, meubles, articles textiles), leur vigilance s’étend aux entreprises françaises qui, si l’on n’y prend garde, pourraient aussi perturber les courants commerciaux existants. En avril 1956, une firme strasbourgeoise de négoce du bois, la SAPRO (Société d’approvisionnement en rondins), s’alarme d’un projet de création en Sarre de papeteries qui, par leurs achats, déstabiliseraient le marché régional de la pâte à bois et susciteraient une montée des cours la privant d’une partie de sa clientèle127. La Sarre représente bien une sorte de chasse gardée permettant de réaliser de fructueux profits, à condition d’y éviter l’installation de concurrents gênants. Cette attitude n’est d’ailleurs pas incompatible avec, inversement, la vive hostilité que rencontrent, en Alsace et en Lorraine, les produits ou prestations de services des entreprises sarroises : selon Bertrand de Maud’huy, représentant d’une illustre famille messine, conseiller général de la Moselle et membre de la Commission économique Lorraine-Alsace-Sarre, « les Mosellans, qui ont souffert d’avoir été, de 1940 à 1945, occupés par les Sarrois plutôt que par les Allemands, n’admettront jamais que des entreprises sarroises viennent reconstruire, en Moselle, les immeubles qu’ils ont contribué à détruire »128.

  • 129 Note de Noisette à la suite d’une visite à Saint-Ingbert de deux membres de la Chambre de commerce (...)
  • 130 Vincent Auriol, Journal du septennat 1947-1954, tome Ier : 1947, Paris, Armand Colin, 1970, p. 77, (...)
  • 131 En 1955, selon une note de François de Villepin à André Grandpierre rendant compte de la séance du (...)

130On trouve des préoccupations semblables chez d’autres entreprises qui, à la différence des précédentes, produisent et vendent pour l’ensemble du marché national. À la Compagnie de Saint-Gobain, on entend bien, en juin 1953, s’opposer par tous les moyens, y compris « une intervention « amicale » du gouvernement français auprès du gouvernement sarrois », à l’installation en Sarre d’un fabricant allemand de verre creux129. Là aussi, les effets du rattachement économique à la France ne font pas l’unanimité, beaucoup d’entreprises dénonçant la concurrence qui en résulte sur le marché intérieur. Telle aurait été, dès février 1947, la ligne de conduite du grand patronat sidérurgique, alors que le rattachement économique n’était pas encore formellement décidé, selon un passage du Journal de Vincent Auriol. Recevant une délégation sarroise, celui-ci relève : « Bien entendu le Comité des Forges est contre, car il craint la concurrence d’une industrie bien équipée »130. Entraînée par l’industrie lourde et la construction mécanique et électrique qui y ont de nombreux représentants131, la Commission mixte franco-sarroise auprès du CNPF se montre en effet hostile au rattachement.

  • 132 Lettres de Pierre Single à Michel Paul-Cavallier, 29 novembre 1951, et d’André Grandpierre à Rolan (...)

131Mais, outre ces problèmes commerciaux, qui opposent les entreprises implantées en Sarre et celles qui n’y sont pas, les industries lourdes et les industries légères, les affaires sarroises sont suivies de près par toutes les firmes qui craignent de subir, dans leurs établissements, les conséquences de l’introduction de la législation sociale allemande. A la Compagnie de Pont-à-Mousson, on fait tout pour s’opposer à l’application de la cogestion à Halberger Hütte ainsi qu’aux Forges et aciéries de Dilling. En novembre 1951, apprenant l’imminence du vote au Landtag d’un projet de loi prévoyant la présence de deux représentants au moins du personnel dans les conseils de surveillance des SA et les comités consultatifs des SARL, les dirigeants du groupe réagissent vivement. Rappelant que des « pressions amicales » avaient déjà permis d’écarter un premier projet, mais estimant désormais la menace plus sérieuse, sans doute à cause de l’adoption en République fédérale de la loi de cogestion paritaire huit mois auparavant, le directeur général d’Halberger Hütte, Pierre Single, réclame une intervention des dirigeants du groupe au niveau le plus élevé possible. Suivant cette suggestion, André Grandpierre requiert l’appui du président de l’Union des industries métallurgiques et minières, Roland Labbé, pour une démarche auprès du haut commissaire en Sarre tendant à éviter le vote d’« un texte aussi excessif [qui provoquerait] des conflits très nombreux, très difficiles et, par conséquent, trouble[rait] fortement la paix sociale sur le territoire sarrois ». Une dégradation du climat social se produit effectivement en Sarre en 1952, mais elle n’affecte que les charbonnages et semble n’avoir aucun rapport avec le problème de la cogestion132.

  • 133 Note de Michel Paul-Cavallier à André Grandpierre, relatant une « conversation restreinte » tenue (...)
  • 134 Lettre d’Henri Malcor à Léon Songeur, lui transmettant le règlement intérieur du directoire des Fo (...)

132Trois ans plus tard, aux Forges et aciéries de Dilling, où les effectifs du conseil de surveillance ont été réduits de seize à huit membres, les dirigeants de Pont-à-Mousson redoutent que les membres français du conseil ne soient « majorisés [sic] par les actionnaires allemands et les représentants ouvriers ». Malgré les apaisements d’Hermann Josef Abs, qui y représente les intérêts de la famille Stumm et leur explique que « jamais, en Allemagne, une collusion semblable ne s’[est] présentée »133, ils veillent soigneusement à ce que l’équilibre des sièges - quatre pour les actionnaires français, deux pour les actionnaires allemands, deux pour les représentants élus du personnel - reste favorable à leurs intérêts, grâce la double voix dont bénéficie le président, obligatoirement choisi parmi les représentants des actionnaires français. De même, en novembre 1958 encore, un réaménagement du règlement intérieur du directoire stipule que « les propositions d’avancement des ouvriers [sont] préparées par les services du directeur technique et transmises, sous sa signature, au directeur du travail. En cas de conflit entre les deux directeurs, l’affaire [est] portée devant l’ensemble du Vorstand »134. La Compagnie de Pont-à-Mousson se déclare certes acquise aux vertus du dialogue social. Elle n’entend pas pour autant restreindre en quoi que ce soit sa liberté d’action dans ses filiales installées en territoire sarrois.

  • 135 Remarques faites par Ewald Etzler, conseiller sarrois à la mission diplomatique française, dans un (...)

133Il y a donc, chez les entreprises françaises, claire conscience que la Sarre représente un cas à part et ferme volonté d’y préserver leurs intérêts. Une telle attitude n’est guère propice aux remises en cause et aux efforts particuliers, pas plus pour conquérir des débouchés que pour moderniser les installations. Commercialement, loin de se servir de la Sarre comme d’un tremplin pour conquérir le marché allemand, les entreprises tendent souvent à s’y enfermer et à profiter de la rente de situation que le statut du territoire leur procure. Dans la grande consommation, à de rares exceptions près, comme Gillette ou Lesieur, elles négligent de faire des efforts pour s’adapter au marché local et continuent à y vendre des produits aux emballages et notices d’utilisation rédigés en français. Elles pratiquent des prix élevés et ne recourent guère à la publicité, contrairement à leurs concurrentes allemandes. Elles se condamnent ainsi elles-mêmes à l’érosion progressive de leurs positions135.

  • 136 Compte rendu de la séance du comité des affaires d’Allemagne, 27 janvier 1954, Archives Sant-Gobai (...)
  • 137 Rapport d’activité de la Compagnie de Saint-Gobain, année 1959.

134Quant aux investissements, si un groupe comme la Compagnie de Pont-à-Mousson, dont les dirigeants croient à l’irrévocabilité du rattachement de la Sarre à l’espace économique français, consent à de lourds sacrifices financiers, d’autres firmes ne font pas de même. En 1954, les dirigeants de Saint-Gobain reconnaissent eux-mêmes que, depuis que la Compagnie en a pris le contrôle, « aucun travail de modernisation n’a été entrepris aux Verreries de Saint-Ingbert, les bénéfices réalisés annuellement [servant] surtout à la distribution de dividendes parfois très élevés ». Un lourd programme d’investissements devient inéluctable « si l’on veut que la verrerie reste en situation de vivre face aux verreries européennes équipées de façon très moderne »136. Il faut pourtant attendre cinq années encore pour que soient effectués des travaux de modernisation partielle, tels que la reconstruction de plusieurs fours137. L’apparente sécurité dont jouissent les entreprises françaises en Sarre, qu’elles y soient implantées ou qu’elles y écoulent une partie de leur production, suscite chez elles un comportement marqué par un immobilisme conservateur qui, à long terme, est peu propice à consolider leur présence.

  • 138 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 5 novembre 1955, Archive (...)
  • 139 Lettres adressées par le président du Syndicat général de l’industrie cotonnière au Syndicat coton (...)

135Effective à partir du 5 juillet 1959, la réintégration au territoire allemand amorce-t-elle un changement d’attitude ? Certes, depuis la réintégration politique décidée en 1956, les chefs d’entreprise doivent redéfinir leurs positions et prendre des mesures pour faire face à la nouvelle situation. On constate pourtant que, dans un premier temps du moins, ils n’envisagent que la simple prolongation des avantages existants. En novembre 1955, lors d’une séance de la Commission mixte franco-sarroise du CNPF tenue peu après le référendum du 23 octobre débouchant sur le retour de la Sarre à l’Allemagne, le banquier alsacien Jean Wenger-Valentin juge ce débouché « vital pour les textiles alsaciens qui y exportent 80 % de leur production » et croit que l’on pourra toujours s’y approvisionner en charbon en livrant en compensation des produits fabriqués, malgré les dénégations de Pierre Ricard qui lui rappelle qu’une telle formule est devenue impossible dans le cadre du traité CECA138. Au même moment, le Syndicat général de l’industrie cotonnière repousse toute réintégration de la Sarre dans l’espace économique allemand qui « donnerait intégralement le débouché sarrois à l’industrie allemande sans laisser à la France aucune possibilité de négociation ». Il réclame la conclusion d’un accord commercial, avant même que la Sarre ne revienne sous souveraineté allemande, indispensable « au moment où notre profession risque de perdre, dans les pays d’outre-mer français, une partie de ses marchés traditionnels ». Sa position est simple : « maintien du statu quo, c’est-à-dire liberté complète des échanges entre Sarre et France et frontière douanière entre Sarre et Allemagne pendant une période de dix ans », à l’issue de laquelle les entreprises françaises bénéficieraient de contingents tarifaires calculés en fonction des ventes effectivement réalisées sur le marché sarrois au cours des dix dernières années139.

  • 140 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 18 janvier 1956, Archive (...)
  • 141 Il s’agit des Ets Kullmann, d’Huttenheim (Bas-Rhin), et des Ets Schlumberger, Steiner et Cie, de M (...)

136Telle n’est pas, on le sait, la solution qui prévaudra. Imaginée par Bernard Clappier, directeur des Relations économiques extérieures au ministère des Finances, elle consiste à établir un « cordon douanier à Forbach, avec contingents en exemption de douane correspondant aux échanges de la dernière ou des deux dernières années [et à] garant[ir] aux sociétés françaises [le] respect de leurs droits, et notamment de leurs approvisionnements comme par le passé »140. Jugée satisfaisante par le CNPF, cette formule mécontente par contre le Syndicat général de l’industrie cotonnière. En mai 1957, celui-ci tente d’obtenir au moins le droit de gérer les contingents tarifaires ouverts à la France et d’en écarter toute participation allemande, par dérogation aux règles communément suivies en matière d’accords commerciaux bilatéraux. Les entreprises qu’il tient au courant de ses démarches, par leur localisation, confirment l’importance qu’elles attachent au maintien du débouché sarrois, surtout lorsqu’il s’agit d’intérêts alsaciens141.

  • 142 Procès-verbaux du conseil de surveillance, 25 mai 1956 et 24 janvier 1957, Archives SCPA, CERARE, (...)
  • 143 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 191.

137Dans d’autres secteurs, on paraît éprouver moins de difficultés à s’adapter à la nouvelle donne des échanges franco-sarrois. Par exemple, la Société commerciale des potasses d’Alsace élabore rapidement des solutions pour y faire face : recours à l’admission temporaire pour expédier vers la Sarre la potasse destinée à fabriquer les engrais composés revendus ensuite sur le marché français, augmentation de la capacité de production des usines françaises, en particulier celle du Teil, dans la vallée du Rhône, et, en attendant qu’elles puissent livrer des quantités suffisantes, conclusion de contrats à long terme et prises de participation chez de petits producteurs indépendants permettant de s’y approvisionner facilement142. De même, dans la sidérurgie, les Forges et aciéries de Dilling, qui entretiennent d’intenses courants d’échanges avec les usines lorraines de la SOLLAC, redoutent « d’avoir à payer des taxes à la fois sur les produits allant de SOLLAC à Dilling et sur ceux allant de Dilling à SOLLAC ». Mais, selon le témoignage de l’ancien président du conseil de surveillance, Henri Malcor, la menace est facilement écartée grâce à la compréhension dont font preuve les services des douanes car, « de part et d’autre [...], on souhaite ménager la Sarre »143.

  • 144 Note de Simon Lazard après une conversation avec Pierre Bruneton, 21 novembre 1961, Papiers Lazard (...)
  • 145 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, à propos de négociations avec Linde et Knapsack-Griesheim, (...)
  • 146 Compte rendu d’une visite aux Saarbergwerke, 11 avril 1962, Papiers Lazard, dossier Mines de la Sa (...)
  • 147 Compte rendu par Pierre Jouven d’une rencontre avec Karl Röhrs, des VAW, et Fritz Hildebrandt, de (...)

138En fait, en profondeur, malgré les transformations politiques, les choses n’ont guère changé dans l’attitude des firmes françaises face au marché sarrois. Chez Peugeot, en novembre 1961, on se félicite de constater qu’alors que les ventes sur le marché allemand sont difficiles, en Sarre même, « la firme continue à jouir d’une bonne situation »144. À L’Air Liquide, en novembre 1962, six ans après la récupération de la Sarre par la République fédérale, on considère toujours que « les questions sarroises ne sont pas des questions allemandes proprement dites, en raison de la nature des choses »145. S’estimant tout désigné pour fournir en oxygène les usines sidérurgiques, le groupe évite « de faire des prix trop bas aux clients sidérurgistes, et notamment à Röchling »146. Il supporte mal, quelques années plus tard, d’être évincé par Messer-Griesheim de la construction du réseau d’oxyducs. Chez Pechiney, en octobre 1965, on tolère que les Ets Coquillard pratiquent des rabais occultes pour conserver leur clientèle sarroise, au risque d’envenimer les relations avec les producteurs allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium, au moment où ceux-ci s’apprêtent à dénoncer un accord de contingentement réciproque des exportations laborieusement négocié147.

  • 148 Procès-verbal du conseil d’administration de la COCFA, 25 mars 1963, Archives CCIP, 1 5-10(8).

139Quant à la représentation des intérêts professionnels français en Sarre, elle continue d’être confiée à l’AFDRES. En 1963, celle-ci ajoute à son titre celui de Chambre de commerce française en Sarre. Elle accède ainsi au statut d’institution consulaire à part entière. Son président, Maurice Ramain, le gérant des Verreries de Saint-Ingbert, souhaite que les dirigeants de la Chambre officielle de commerce franco-allemande y siègent en tant que conseillers. Mais cela équivaudrait, de la part du patronat allemand, à une reconnaissance de la spécificité sarroise. La proposition suscite donc hésitations et réticences. Le président allemand de la COCFA, von Falkenhausen, y est franchement hostile, tandis que les dirigeants français, Jacques Fougerolle notamment, sont tentés d’accepter, espérant amorcer ainsi un rapprochement progressif, puis une fusion complète entre les deux chambres148. L’épisode est prémonitoire. Lorsque, vingt-cinq ans après, en 1988, la partie française de la COCFA quittera Paris pour s’implanter en Allemagne, elle fera le choix de Sarrebruck et fusionnera alors avec la Chambre de commerce française en Sarre.

140Ainsi, tout au long de la période, avant comme après le changement du statut politique, puis économique, la Sarre continue à représenter pour les entreprises françaises un cas particulier. Paradoxalement c’est précisément parce qu’elles s’y sont longtemps senties « chez elles » qu’elles négligent de faire beaucoup d’efforts et se contentent souvent de préserver leurs acquis. Les mutations des années 1956-1959 ne semblent pas avoir véritablement transformé leur comportement, du moins dans l’immédiat. En tout cas, on doit constater que, contrairement aux espoirs de ceux qui voyaient dans le territoire sarrois un cadre propice à une véritable coopération bilatérale entre les deux pays, un laboratoire permettant d’esquisser des solutions européennes d’avenir, c’est encore à la fin des années 1960 en termes d’égoïsme national que les entreprises y élaborent leurs stratégies et y prennent leurs décisions.

***

141Si les entreprises françaises enregistrent tant de mécomptes dans leurs relations avec l’Allemagne, c’est en grande partie elles-mêmes qui en portent la responsabilité. Souvent elles mesurent mal les efforts qu’il leur faut consentir pour obtenir des résultats significatifs. Elles peinent à adopter une stratégie claire et déterminée. À une offensive dont elles n’ont pas les moyens, elles préfèrent un partage d’intérêts qui tourne souvent à leur désavantage. Des firmes comme Pechiney ou L’Air Liquide surestiment l’affaiblissement de leurs concurrents allemands après la guerre et négligent d’élaborer à temps une politique allemande réaliste.

142À ce tableau général, des nuances doivent être apportées, des exceptions relevées. Un groupe comme la Compagnie de Saint-Gobain suit en Allemagne une ligne de conduite plus claire et plus résolue. Il reste que, pour maintes entreprises, les objectifs restant flous et les moyens pour les atteindre étant chichement mesurés, on ne saurait s’étonner de la médiocrité des résultats.

143Au-delà même de ces constatations, on remarque à quel point l’Allemagne reste, durant cette période, un partenaire lointain pour les entreprises françaises. Le paradoxe n’est qu’apparent. On continue à la redouter et à nourrir un certain complexe d’infériorité à son égard. Mais il en résulte un désintérêt pour un marché réputé inaccessible, une négligence face à des occasions de prises de participations dont on suppose qu’elles ne sauraient conduire qu’à de graves mécomptes. Et, par-dessus tout, domine l’idée que toute initiative prise outre-Rhin déclencherait, en France ou ailleurs, une riposte dont pâtiraient ceux qui l’auraient imprudemment déclenchée.

144À ces éléments dissuasifs, s’ajoutent les préventions politiques. Rendues inévitables par le passé lointain et récent, elles se mêlent de manière inextricable aux déceptions rencontrées outre-Rhin pour dissuader les chefs d’entreprise français de s’y manifester. En outre, l’obstacle de la langue et de la culture reste fondamental. Le moment n’est pas encore venu où l’anglais s’imposera dans les conversations entre les hommes d’affaires. Peu de dirigeants ou de cadres supérieurs français sont capables de s’entretenir directement avec des interlocuteurs allemands. Moins nombreux encore sont ceux qui sont prêts à s’expatrier et à consacrer une partie de leur carrière à diriger une usine ou une agence commerciale située en Rhénanie ou en Sarre. Certes, dans ce dernier territoire, surtout durant la période où il est rattaché à l’espace économique français, les implantations sont nombreuses et la présence commerciale active. Les entreprises y veillent jalousement à la préservation de leurs intérêts. Mais, en profondeur, elles ne connaissent guère mieux les besoins et les possibilités de développement que dans le reste de la République fédérale.

145Il ne faut pourtant pas voir dans les entreprises françaises les seules responsables des difficultés rencontrées outre-Rhin. Elles subissent aussi une situation qui, souvent, s’avère singulièrement défavorable à leurs intérêts et qu’il convient maintenant de décrire.

Notes

1 Dans une bibliographie considérable, citons l’article d’Erich Maschke, « Outline of the history of German cartels from 1873 to 1914 », in F. Crouzet, W.H. Chaloner et W.M. Stern (dir.), Essays in European economic history 1789-1914, Londres, Edward Arnold, 1969, p. 226-258 ; les ouvrages collectifs de Clemens A. Wurm (dir.), Internationale Kartelle und Aussenpolitik, Beiträge zur Zwischenkriegszeit, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1989, 198 p. ; Akira Kudo et Terushi Hara, International cartels in business history, proceedings of the 18th Fuji conference, Tokyo, University of Tokyo Press, 1992, XI-246 p. ; Dominique Barjot (dir.), International cartels revisited..., op. cit. ; enfin les réflexions de Florence Hachez-Leroy, « Le cartel, facteur d’immobilisme ou moteur d’innovation ? », in Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs, XIXe-xxe siècles. Mélanges en l’honneur de François Caron, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1998, p. 725-732.

2 Voir sur ce point Jean Francois-Poncet, La politique économique de l’Allemagne occidentale, Paris, Sirey, 1970, p. 162-175.

3 Mémorandum présenté par Saint-Gobain à la délégation allemande à la Commission d’armistice, octobre 1942, Archives Saint-Gobain, CSG 293/471.

4 Compte rendu de séance du comité des Affaires d’Allemagne, 22 juin 1948, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

5 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, 16 mai 1953, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400.

6 « Note faisant suite au récent échange de lettres avec M. Mols », 17 août 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221. (Paul Mols est le directeur de Germania).

7 Voir sur ce cartel Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français..., op. cit., passim.

8 Comptes rendus des réunions de Paris (17 juillet 1953), Cologne (29 octobre 1959) et Zurich (18 avril 1961), Archives Pechiney, 001-8-20514.

9 Compte rendu d’une visite d’André Dumas à Bonn, où il est reçu par Röhrs, directeur administratif, et Schulte, directeur technique des VAW, 10 mai 1953, Archives Pechiney, 00-15- 20441.

10 Note de Jean Dupin à Raoul de Vitry, 17 février 1960, Archives Pechiney, 00-14-20465.

11 Compte rendu d’une réunion à Bonn entre Dumas et Sablé (L’Aluminium français), Escherich et Pirkhardt (VAW), 3 mai 1960, Archives Pechiney, 001-8-20514.

12 Voir supra, première partie, chapitre II, I-A.

13 Note de Jacques Bocquentin à Jean Poincaré, 13 juillet 1966, Archives Pechiney, 001-16- 30495. Voir tableau 24 et graphique 17 établis à partir de cette note.

14 Compte rendu de la réunion du CIDA à Milan, 27 octobre 1961, Archives Pechiney, 001- 8-20514. Sur les relations entre Pechiney et la SIDAL, voir André Fonteyne, « Un partenariat franco-belge dans la transformation : la Société industrielle de l’aluminium (Sidal), 1945-1971 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, été 1997, n° 20.

15 Compte rendu d’une réunion entre Bocquentin et Brosse (L’Aluminium français), Escherich et Pirkfiardt (VAW), 24 mars 1965, Archives Pechiney, 001-14-20465. Ce document est cité également par Henning Otte, VAW versus Pechiney..., op. cit., p. 80, qui souligne « l’ambiguïté » des positions de Pechiney, le groupe souhaitant tout à la fois conquérir des débouchés outre-Rhin, mais sans y gêner son principal concurrent.

16 Note de François de Villepin à André Grandpierre, 10 novembre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

17 Les positions ultra-collaborationnistes prises durant la guerre par Georges Claude et les étroits rapports entre L’Air Liquide et les grands groupes chimiques allemands n’excluent pas, selon Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazéra, la participation à la Résistance de Jean Delorme qui occupe alors les fonctions de directeur général (Les patrons sous l’Occupation, op. cit., p. 254-259). Le nom de Linde n’apparaît ni dans leur ouvrage, ni dans celui d’Annie Lacroix- Riz, Industriels et banquiers français sous l’Occupation..., op. cit.

18 « Compte rendu du voyage de MM. Deschars, Bruneton et Jenn à Höllriegelskreuth », 13 au 14 mai 1952 (6 pages dact.), Papiers Lazard, dossier GALCO/Linde.

19 Note de S. Lazard au comte d’Eulenburg-Hertefeld, lui demandant de se renseigner sur « les personnalités [...] susceptibles d’avoir l’autorité principale chez Linde dans un proche avenir », 25 juillet 1955, Papiers Lazard, dossier GALCO/Linde.

20 Selon Gérard Emptoz, « La création de l’Air Liquide au début du xxe siècle », in Jacques Marseille (dir), Créateurs et créations d’entreprises de la révolution industrielle à nos jours, Paris, ADHE, 2000, p. 689, la société Bardot, Duffour et Igon est le représentant de Linde sur le marché français et signe à ce titre un accord avec L’Air Liquide, valable à partir de 1907.

21 Compte rendu d’une réunion à Francfort entre S. Lazard, Johann Simon (Linde) et Hans Feith (Deutsche Bank), 2 juin 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

22 Voyage de MM. Jean Delorme et Bruneton à Francfort, 11 mai 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Knapsack-Griesheim.

23 Compte rendu d’une réunion « Allemagne » présidée par Jean Delorme, 18 décembre 1961, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

24 Entretien de S. Lazard avec Janning et Kemper, président et membre du directoire de Knapsack-Griesheim, 2 octobre 1962, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL.

25 Procès-verbal de la réunion, 14 décembre 1962 (6 pages dact.), Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL. (Johannes Wucherer préside le directoire de Linde et Ruckdeschel y dirige le département Gaz industriels.)

26 Notes à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962 et 24 janvier 1963, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1961-1963.

27 Note de S. Lazard à Pierre Bruneton, 7 mai 1963, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1961-1963.

28 5 à 6 % du marché français de l’argon, selon une indication donnée par Pierre Bruneton lors d’une rencontre entre L’Air Liquide, Linde et Knapsack-Griesheim à Paris en 1963 (procès-verbal établi par S. Lazard, 26 mars 1963, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL).

29 Protocole rédigé en français et en allemand, 23 février 1965, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1965-1973.

30 Résumé d’une conversation téléphonique entre Charles Rochette de Lempdes (direction Europe, L’Air Liquide) et Chabot (Edelgas), après rencontre entre ce dernier et Voss, de Messer- Griesheim, 19 décembre 1968, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1965-1973.

31 Procès-verbal d’une réunion entre les dirigeants des deux groupes à Paris, 20 janvier 1965, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1964-1965.

32 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 30 mars 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

33 Lettre de Jean-Louis Schrader à Henri Saint-Mieux, 3 juin 1955, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221. On ignore l’issue de cette affaire.

34 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Niels von Bülow, 11 mars 1954, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

35 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Jean-Louis Schrader, 3 août 1960, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

36 Lettres d’Arnaud de Vogüé au baron von Ostman, président de Gerresheim, et à Lazare Carnot, 28 février et 27 juin 1961, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591. Sur les rapports entre Saint-Gobain et les groupes américains Owens Illinois et Corning dans le domaine de la fibre de verre avant 1939, voir Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française..., op. cit., p. 185-187.

37 « Concentration fibre de verre », note anonyme des VEGLA, et télégramme d’Arnaud de Vogüé à Jean-Louis Schrader, 11 janvier et 6 juin 1963, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

38 Cité par Henning Otte, VAW versus Pechiney..., op. cit., p. 84.

39 Lettre des Vereinigte Leichtmetalle Werke à Pechiney, 3 septembre 1962, Archives Pechiney, 001-14-20465.

40 Ivan Grinberg, « Pechiney, pivot de la structuration de l’industrie de l’aluminium en France », in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale.... op. cit., p. 40, n. 19.

41 Compte rendu par André Dumas de son voyage en Allemagne, 22 au 22 février 1963, Archives Pechiney, 001-11-20463.

42 Note de Michel Perbos, de la division Marketing de Cegedur, à Olivier Bès de Berc, président de L’Aluminium français, 20 février 1970, Archives Pechiney, 01-02-9400452.

43 Compte rendu de la réunion tenue à Paris, 26 mars 1963, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL.

44 Notes de S. Lazard à Jean Delorme et Pierre Bruneton, à l’issue d’une rencontre avec Johannes Wuchereret Hermann Linde, 30 septembre et 13 octobre 1966, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales AL-Linde.

45 Note « Allemagne », adressée à Pierre Bruneton et plusieurs autres membres de l’équipe dirigeante de la firme, 17 novembre 1966, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales AL-Linde.

46 Note à Jean Delorme et Pierre Bruneton, 31 janvier 1967, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

47 Voir supra, deuxième partie, chapitre III, II-B.

48 Note de S. Lazard après une conversation avec Carl Wurster et Willi Danz, à Ludwigshafen, 21 mai 1968, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF. Une autre note fait état d’une rencontre entre Jean Delorme et Pierre Bruneton d’une part, Bernhard Timm et Willi Danz, « en présence de M. Abs », le 9 décembre 1968. L’opération y est envisagée, sans toutefois qu’il soit pris de dispositions précises.

49 Note de Pierre Bruneton à Simon Lazard, 2 juin 1970, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.

50 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec Moell, membre du directoire de BASF, 18 septembre 1970, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

51 Le chiffre d’affaires et le capital social d’AGA Gas GmbH sont indiqués par Handbuch der Grossunternehmen, op. cit., éd. 1968. Quant aux sommes prévues par l’accord L’Air Liquide-BASF projeté en 1970, elles figurent dans une note de Simon Lazard à Jean Pineau, directeur général adjoint de L’Air Liquide, et André Lot, directeur du département Europe, 28 janvier 1970, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.

52 Lettre de G. Lemoine, de la direction des Glaceries, à Jean-Louis Schrader, 2 février 1957, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

53 Compte rendu par Jean-Louis Schrader d’une conversation avec Philippe Daublain, adressé à Arnaud de Vogüé, 25 août 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

54 Lettre de Hans Feith, membre du directoire de la Deutsche Bank, à Arnaud de Vogüé, 26 juin 1969. Pour la représenter dans la commission paritaire, la Compagnie désigne, outre Petrus A. Neeteson, Robert Lordereau, directeur général adjoint des Industries du verre. Les Glaceries de Saint-Roch le sont par leur directeur général, Pierre Romazzotti.

55 Rapport d’activité annuel du groupement III pour 1953, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/61.

56 Une entrevue à Paris le 3 décembre 1940 avec Raoul de Vitry, André Dumas et Georges Painvin, président d’Ugine, est mentionnée par Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et instruments de gestion d’une grande entreprise française : Pechiney..., op. cit., p. 343. Annie Lacroix-Riz, pour sa part, fait état d’une rencontre antérieure, les 30 et 31 août, L’Aluminium français recevant alors une délégation allemande dans laquelle Karl Ziegler représente IG Farben, aux côtés de délégués des VAW et de Junkers (Industriels et banquiers sous l’Occupation..., op. cit., p. 88).

57 L’affaire est mentionnée par Pierre Cayez, Rhône-Poulenc..., op. cit., p. 246-247.

58 Sur sa carrière, voir les indications données par Raymond G. Stokes, Opting for oil..., op. cit., p. 202, n. 13, et par Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 234.

59 Compte rendu d’un entretien de Pierre Jouven et Paul Jean, directeur de Naphtachimie, avec Paul Baseilhac, 25 janvier 1955 ; entrevue entre Paul Jean et Schneider, président d’Ethylène Plastique, 2 février 1955, Archives Pechiney, 001-14-20465.

60 Lettre de Paul Jean à Otto Ambros, 31 mars 1955, Archives Pechiney, 001-14-20465.

61 Comptes rendus de voyages en Allemagne de Bisch et Wetroff, 25 avril-6 mai 1955 et 9 janvier-2 février 1956, Archives Pechiney, 00-15-20441.

62 Lettre de Roger Martin à Pierre Jouven, 5 novembre 1955, Archives Pechiney, 001-4- 20465.

63 Note de Paul Jean à Pierre Jouven après une rencontre avec Louis Clouzeau, administrateur et futur président de Rhône-Poulenc, 21 septembre 1955, Archives Pechiney, 001-14-20465.

64 Compte rendu de la visite de Paul Jean à Harpener Bergbau, 29 mai 1956, Archives Pechiney, 001-14-20465.

65 Note de Pierre Jouven à Georges Normand, responsable de la chimie organique au sein du groupe, 19 mai 1953, Archives Pechiney, 01-14-20464.

66 Note d’accompagnement de Pierre Jouven à Loeffel, jointe à la lettre d’attente envoyée à Wacker Chemie, 6 juillet 1955, Archives Pechiney, 01-14-20464.

67 Voir la présentation de cette tentative dans Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 128-238.

68 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 9 septembre 1946, Archives Pont-à- Mousson, PAM 70 455.

69 Lettre à la direction des Industries diverses et textiles, 1er août 1949, AN, F12 10 337 (II).

70 Lettre du Syndicat national des fabricants de jeux, jouets, articles de fête et voitures d’enfants à la direction des Industries diverses et textiles, S octobre 1951, AN, F12 10 339.

71 Lettre de Pierre de Calan au directeur des Industries diverses et textiles, 22 novembre 1951, AN, F12 10 339.

72 Lettre d’E. Mahé, président du Syndicat, au ministère de l’Industrie et du Commerce, 21 mai 1952, AN, F12 10 295.

73 Compte rendu d’un voyage à Reims de Ch. Jeanson, chargé d’enquêtes au ministère de l’Industrie et du Commerce, 30 novembre 1954, AN, F12 10 293 (I). La note décrit la firme Sarlino (Société industrielle rémoise du linoléum) en ces termes : « Magnifique entreprise, en pleine activité. Esprit très social. Salaires élevés. « Un emploi chez Sarlino est une situation », dit-on à Reims. »

74 Lettres d’Erwin Guldner, directeur de cabinet de Pierre Pflimlin, ministre de la France d’Outre-Mer, et de Joseph Klock, député du Bas-Rhin, au ministre de l’Industrie Jean-Marie Louvel, 3 juin et 12 novembre 1952, AN, F 12 10 339 ; plaintes des Ets Ermel (Wattwiller), Marchai (Saint-Dié) et Boigeol (Giromagny), transmises au ministère de l’Industrie par le préfet du Haut-Rhin, 2 janvier 1953 ; lettres du directeur des Galeries Pasteur (Metz) et de la maison Euréka (Mulhouse) au ministère de l’Industrie, 1er mars et 30 août 1956, AN, F12 10 294.

75 Lettre du Syndicat français du moulinage de la soie, rayonne et autres textiles au service des Affaires allemandes (direction de l’Industrie textile, ministère de l’Industrie) et réponse des services, 10 et 28 novembre 1949, AN, F12 10 337 (II).

76 Note au ministre de l’Industrie, 2 février 1949, AN, F12 10 337 (I).

77 Note au chef du service des Affaires extérieures, ministère de l’Industrie, 28 février 1950, AN, F12 10 338.

78 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 24 avril 1957, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

79 « Réunion chez M. Delorme », 23 décembre 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

80 Compte rendu d’une conversation avec Schneider, PDG d’Ethylène-Plastique, 24 février 1960 et lettre de ce dernier à S. Lazard, 9 novembre 1962, Papiers Lazard, dossier BASF/Questions diverses.

81 Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne..., op. cit., p. 766.

82 Lettres de Pierre de Calan, au directeur des Industries textiles et diverses, 26 juin et 16 novembre 1951, AN, F12 10 339. Ces inquiétudes rejoignent ce que l’on sait par ailleurs de son action, à travers Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français..., op. cit., p. 188-193 et 357-358, ainsi que par le mémoire de maîtrise que lui a consacré Anne-Sophie de Poix, Pierre de Calan et l’entreprise..., op. cit., p. 45-48.

83 Lettre d’Outhenin-Chalandre, délégué du groupe Unilever pour la France et l’Union française, au ministère de l’Industrie, 20 octobre 1952, AN, F12 10 339.

84 Déclarations faites devant l’assemblée générale du Syndicat des tréfileurs, reproduites par le Bulletin d’information du poste de Cologne, 1957, n° 33, MF, direction des Relations économiques extérieures, B 49409.

85 Note de Georges Morin à Michel Paul-Cavallier, 8 juillet 1958, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

86 Compte rendu de la séance de la commission des Affaires internationales, octobre 1964, Archives du Syndicat cotonnier d’Alsace, CERARE, 92 A 2043.

87 Notes prises à l’issue de deux séances du comité de liaison interdépartements et services, 10 juin et 13 août 1968, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus/1965-1973.

88 Lettres aux agents du Comptoir français d’exportation des glaces, expédiées à des dates variables selon les destinations, du 19 février 1949 (Alexandrie, Bagdad, Téhéran, Izmir, Rio de Janeiro, Montevideo) au 9 avril 1953 (Damas et Alep), Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/222.

89 Rapport commercial présenté à la séance du comité de direction des VEGLA, 19 octobre 1949, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221. L’« organisme économique de Francfort » désigne vraisemblablement la Joint export-import agency qui contrôle le commerce extérieur de la Bizone, puis de l’ensemble des zones d’occupation occidentales.

90 Lettre de la firme Amibu Inc., de Manille, au Comptoir français d’exportation des glaces, 24 février 1950, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/222.

91 Lettre du Comptoir français d’exportation des glaces à Pilkington Brothers, 28 septembre 1951 (fourniture de glace polie pour un atelier de trempe de Pilkington situé en Argentine) ; lettre de Jean-Louis Schrader au Comptoir français d’exportation des glaces, 4 juin 1952, Archives Saint-Gobain SGV Hist 00001/222.

92 Bilans et rapports d’activité du groupement III, 1950-1962, Archives Saint-Gobain, CSG His 00004/4-10 et 351-357.

93 Lettre de Pierre de Calan au directeur des Industries diverses et textiles, ministère de l’Industrie, 11 avril 1952, AN F12 10 339. Sur le fonctionnement des comptes EFAC, voir les explications d’André de Lattre, Les finances extérieures de la France..., op. cit., p. 38-40.

94 « Exposé succinct des questions à soulever », rédigé à l’issue de la visite, sans indication de destinataire, 2 mai 1955, AN, F12 10 292.

95 Compte rendu de la séance de la commission, adressé par Georges Morin à André Grandpierre, 8 février 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 692. Il y est précisé que Léon Robert « a séjourné de longues années chez Siemens avant et depuis la guerre et dispose de moyens de documentation directe certains. C’est ce qui fait l’intérêt de ce rapport qui contient des chiffres indiscutables. »

96 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 105.

97 Chiffres joints à une lettre d’André Jacomet, président des Ets Coquillard, à Pierre Jouven, 2 octobre 1965, complétés par les statistiques de la Chambre syndicale des métaux, 2 janvier 1967, Archives Pechiney, 001-16-20503.

98 Procès-verbal d’une rencontre à Cologne à laquelle participent, côté français, cinq dirigeants de Pechiney (Jouven, Dumas), des Ets Coquillard (Parrot, Acher), de la SOCOFAL (Lajus) et, côté allemand, six dirigeants des VAW et de la REBAG ; compte rendu de la réunion du groupe XVI à Genève, établi sous timbre du service commercial des Ets Coquillard, 14 mars et 5 septembre 1963, Archives Pechiney, 001-16-20503.

99 Témoignage du Dr Hans Seebauer, directeur de l’exportation des VAW, cité par Anthony Simon, Issoire et Neuf-Brisach. Deux usines phares de l’industrie de l’aluminium, Clermont- Ferrand/Paris, Éditions du Miroir/Institut pour l’histoire de l’aluminium, 1999, p. 205-206.

100 Compte rendu d’une réunion entre lamineurs allemands et français à Nuremberg, 22 octobre 1963, adressée aux Ets Coquillard, Archives Pechiney, 001-16-20503.

101 L’entreprise ne figure pas sur le fichier établi en 1948 par le service des Intérêts étrangers et du Contrôle des biens au Haut Commissariat français en Allemagne, conservé aux Archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche. Sans doute la prise de contrôle de la SAA a-t-elle eu lieu postérieurement à cette date. Sur les démontages subis par Tscheulin, voir Rudolf Laufer, Industrie und Energiewirtschaft im Land Baden 1945-1952. Südhaden unter französischen Besatzung, Fribourg, Verlag Karl Alber, 1979, 411 p.

102 Lettres de Jean Marier à André Dumas et à Parrot, directeur général des Ets Coquillard, 7 juillet 1961 et 23 juillet 1963, Archives Pechiney, 001-16-24614. Rappelons que l’AIAG, future Alusuisse, est la principale société helvétique d’aluminium, aux liens multiples avec l’Allemagne. Son apparition ici peut signifier que la SAA est elle-même en rapports étroits avec des intérêts suisses.

103 Traduction par Karl Röhrs, directeur administratif des VAW, d’une lettre reçue de Fritz Hildebrandt, de la REBAG, et transmise à Pierre Jouven, 10 mai 1965, Archives Pechiney, 001-16-20503.

104 Réunions du comité directeur de Pechiney consacrée aux relations avec l’Allemagne, 15 novembre 1966 ; aide-mémoire préparatoire à une réunion franco-allemande des transformateurs d’aluminium, envoyé par Lajus à André Jacomet, président des Ets Coquillard, 11 janvier 1967, Archives Pechiney, 001-16-30495.

105 Compte rendu de l’entretien adressé par Roger Martin à André Grandpierre, 29 novembre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455. Les accusations portées par Albert Bureau contre Georges Thédrel ont d’autant plus de chances de recueillir une oreille complaisante que ce dernier a été le patron de Roger Martin lors du passage de celui-ci à Völklingen, de décembre 1946 à février 1948, et que les deux hommes ont eu des relations difficiles. Voir sur ce point Roger Martin, Patron de droit divin..., op. cit., p. 60-64.

106 Compte rendu de l’entretien envoyé au CGAAA, 9 août 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.

107 Télégramme, noté confidentiel, d’Albert Bureau à Albert Denis, 7 mai 1951, AE Colmar, AAA, 1387/4. René Damien est le président d’Usinor.

108 Copie d’une lettre envoyée par Albert Bureau à Jacques Ferry, alors directeur des services économiques de la Chambre syndicale de la sidérurgie, 16 août 1952, adressée à François Valéry, MAE Colmar, AAA, 1389/2. L’étude incriminée est sans doute celle que publie Jacques Ferry dans Politique étrangère, 1952, n° 17, p. 187-204, sous le titre « Les grandes industries sidérurgiques depuis la guerre. Politiques nationales et marché mondial de l’acier ».

109 Voir le tableau reproduit par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 250.

110 Celui-ci publie au même moment son essai Faites travailler l’Allemagne, Paris, Le Portulan, 1948, 167 p.

111 « Note sur le problème allemand présenté au CNPF par Robert Le Besnerais et Roger Christa » (10 pages dact.), 20 juillet 1948, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669. Les circonstances de la création de la commission des Affaires allemandes au sein du CNPF sont analysées par Andreas Wilkens, « Verständigung von Wirtschaft zu Wirtschaft... », in Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen..., op. cit., p. 195-199.

112 On rejoint ici la problématique de Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le grand commerce français 1925-1948, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, XVIII-576 p.

113 Compte rendu de la conférence adressé par Georges Morin à André Grandpierre, 31 janvier 1950, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

114 Voyages en Allemagne de membres du Centre de recherches d’Aubervilliers, 1948- 1957, Archives Pechiney, 00-15-20441.

115 Note d’André Grandpierre à Michel Paul-Cavallier, 5 mars 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 579.

116 « Étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 juin 1967, Archives Pechiney, 05-9401172.

117 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, directeur de Cegedur, 13 décembre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450.

118 Entretiens avec Jean Poincaré, Georges Smolarsky et Christian de Saint-Amand, 13, 21 et 25 septembre 2000.

119 Compte rendu d’une conversation téléphonique avec Moell, du directoire de la BASF, 27 décembre 1971, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.

120 Intervention de Jean-Louis Carrié au débat « Un regard français sur les entreprises de la RFA », Entreprises et histoire, 1997, n° 16, p. 112.

121 Note de la direction des Etudes économiques et financières, 28 juillet 1953, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 810, 1424/16.

122 Note de Noisette à la direction générale des Glaceries, 5 septembre 1952, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

123 Sur le contexte global des relations franco-sarroises, il faut recourir à Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit., passim, ainsi qu’à Rainer Hudemann et Raymond Poidevin (dir.), Die Saar 1945-1955..., op. cit., passim. Voir aussi Raymond Poidevin, « La question de la Sarre entre la France et la République fédérale d’Allemagne en 1952 », in L’historien et les relations internationales, recueil d’études en hommage à J. Freymond, Genève, Institut universitaire de hautes études internationales, 1981, p. 387-396, ainsi que Maria Zenner, « Die Saarfrage und der Aufbau Europas 1948 bis 1950 », in Raymond Poidevin (dir.), Histoire des débuts de la construction européenne (mars 1948-mai 1950), actes du colloque de Strasbourg des 28 au 28 novembre 1984, Paris, LGDJ, 1986, p. 327-342. Enfin l’ouvrage de Jacques Freymond, Le conflit sarrois (1945- 1955), Bruxelles, Institut de sociologie Solvay, 1959, 439 p, quoiqu’ancien, garde toute sa valeur. De nombreux documents sur les aspects du problème sarrois se trouvent dans Horst Möller et Klaus Hildebrandt (dir.), Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich : Dokumente..., op. cit., vol. 2, p. 224-310.

124 Lettre d’André Grandpierre à Jules Aubrun, 2 octobre 1949, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

125 Remise des récompenses aux jubiliaires du travail, 14 mai 1950, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 570.

126 Rappelons ici la savoureuse question posée par Antoine Pinay, alors ministre des Affaires étrangères, au chef de la Mission diplomatique en Sarre en mars 1955 : « Dites-moi, cher Grandval, quelle est donc la monnaie en Sarre ? », citée par Armin Heinen, « Zur französischen Wirtschaftspolitik an der Saar. Bürokratische Entscheidungsfindung im politischen Raum», in Rainer Hudemann et Raymond Poidevin (dir.), Die Saar 1945-1955..., op. cit., p. 160.

127 Voeu du Conseil général du Bas-Rhin, transmis au ministre de l’Industrie et du Commerce, 11 mai 1950, et lettre du délégué des ILCA (?) à Strasbourg au directeur des Industries textiles et diverses, 10 mai 1950, AN, F12 10 338 ; lettre du directeur des Industries textiles et diverses au président de la SAPRO, 30 avril 1956, AN, F12 10 294.

128 Lettre de Bertrand de Maud’huy au secrétaire de la commission, 29 juin 1949, citée par Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit.. p. 276.

129 Note de Noisette à la suite d’une visite à Saint-Ingbert de deux membres de la Chambre de commerce de Sarrebruck, accompagnés par un conseiller auprès du gouvernement sarrois, 2 juin 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

130 Vincent Auriol, Journal du septennat 1947-1954, tome Ier : 1947, Paris, Armand Colin, 1970, p. 77, en date du 12 février.

131 En 1955, selon une note de François de Villepin à André Grandpierre rendant compte de la séance du 5 novembre, y siègent, sous la présidence d’Emmanuel Mayolle, Albert Auberger (Chambre charbonnière de l’importation rhénane), Robert Baboin (SIDELOR), Alexis Aron (Chambre syndicale de la sidérurgie), Louis Charvet (Comptoir français des produits sidérurgiques), « etc., etc. » (Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669).

132 Lettres de Pierre Single à Michel Paul-Cavallier, 29 novembre 1951, et d’André Grandpierre à Roland Labbé, 13 décembre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455. La situation sociale en Sarre en 1952 est analysée par Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit., p. 405-408.

133 Note de Michel Paul-Cavallier à André Grandpierre, relatant une « conversation restreinte » tenue à l’issue du conseil de surveillance des Forges et aciéries de Dilling, 30 novembre 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 578.

134 Lettre d’Henri Malcor à Léon Songeur, lui transmettant le règlement intérieur du directoire des Forges et aciéries de Dilling, 25 novembre 1958, Archives Pont-à-Mousson, PAM 84 389.

135 Remarques faites par Ewald Etzler, conseiller sarrois à la mission diplomatique française, dans une lettre au ministère des Affaires étrangères, 24 octobre 1954, citée par Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit., p. 502.

136 Compte rendu de la séance du comité des affaires d’Allemagne, 27 janvier 1954, Archives Sant-Gobain, SGV Hist 00001/223.

137 Rapport d’activité de la Compagnie de Saint-Gobain, année 1959.

138 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 5 novembre 1955, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669.

139 Lettres adressées par le président du Syndicat général de l’industrie cotonnière au Syndicat cotonnier d’Alsace, 8 décembre 1955 ; au directeur des Industries diverses et textiles, ministère de l’industrie, 3 février 1956 ; au délégué général de l’Union des industries textiles, 13 mars 1956, Archives du Syndicat cotonnier d’Alsace, CERARE, 92 A 2047.

140 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 18 janvier 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669.

141 Il s’agit des Ets Kullmann, d’Huttenheim (Bas-Rhin), et des Ets Schlumberger, Steiner et Cie, de Mulhouse, auxquels est transmise la copie de la lettre du délégué général du Syndicat de l’industrie cotonnière au directeur des Industries diverses et textiles, 6 mai 1957, Archives du Syndicat cotonnier d’Alsace, CERARE, 92 A 2047.

142 Procès-verbaux du conseil de surveillance, 25 mai 1956 et 24 janvier 1957, Archives SCPA, CERARE, 14 A 49 et 14 A 50.

143 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 191.

144 Note de Simon Lazard après une conversation avec Pierre Bruneton, 21 novembre 1961, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

145 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, à propos de négociations avec Linde et Knapsack-Griesheim, 22 novembre 1962, Papiers Lazard, dossier Linde/Entretiens AL-KG-GL (1962-1964).

146 Compte rendu d’une visite aux Saarbergwerke, 11 avril 1962, Papiers Lazard, dossier Mines de la Sarre.

147 Compte rendu par Pierre Jouven d’une rencontre avec Karl Röhrs, des VAW, et Fritz Hildebrandt, de la REBAG, 8 octobre 1965, Archives Pechiney, 001-16-20503. Accordé par l’agent commercial des Ets Coquillard à Strasbourg, le rabais représente 5 % du prix pratiqué, droits de douane exclus, comme le prouve la photocopie du chèque correspondant que les Allemands ont réussi à se procurer.

148 Procès-verbal du conseil d’administration de la COCFA, 25 mars 1963, Archives CCIP, 1 5-10(8).

Table des illustrations

Titre Tableau 24 et graphique 17. Ventes de L’Aluminium français en Allemagnes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 25 et graphique 18. Exportations des VEGLA de 1950 à 1962 (filiales exclues)92 (En milliers de DM constants 1969)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 26. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium97
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Graphique 19. Échanges franco-allemands de feuilles et bandes minces d’aluminium
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2655/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540