Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Deuxième partie. Les limites des relations avec l'Allemagne

Chapitre IV. Les symptômes d’insuffisance

Texte intégral

1Durant les vingt-cinq années qui séparent la fin de la seconde guerre mondiale du début de la décennie 1970, les progrès accomplis par les entreprises françaises dans leurs relations avec l’Allemagne s’accompagnent d’évidentes faiblesses qui témoignent d’un dynamisme réduit par rapport à celui de leurs partenaires.

2Commercialement, leurs ventes progressent certes sur le marché allemand. Mais celles de leurs rivales d’outre-Rhin se développent en France plus encore. Aussi la balance des échanges entre les deux pays, encore équilibrée et parfois même excédentaire en début de période, renoue à partir de 1956 avec le déficit, en une tendance qui, depuis 1910, à de rares exceptions près, semble inséparable du développement des relations économiques bilatérales, voire indépendante des fluctuations de la conjoncture. Il faut attendre, on le sait, la période très immédiatement contemporaine pour que s’esquisse, depuis 1991, à la faveur de la réunification, un retour à l’équilibre, trop récent pour qu’on puisse le considérer comme pleinement significatif.

3De même, sur le plan financier, les rachats de firmes, prises de participation, fondations de filiales et de succursales, opérés en France par les groupes allemands se multiplient à partir du milieu des années 1950, profitant de la disparition des obstacles qui, en matière de droit d’établissement notamment, les avaient longtemps freinés. Or les firmes françaises, malgré quelques grandes opérations, peinent à suivre leur exemple. Bien au contraire, elles sont parfois amenées à procéder à la liquidation des avoirs qu’elles avaient acquis lors de l’immédiat après-guerre. Il en résulte des flux d’investissements directs défavorables à la France, plus déséquilibrés encore que ne le sont les échanges commerciaux.

4Enfin, en matière de coopération bilatérale, les filiales communes fondées sur une base paritaire entre des entreprises des deux pays (joint-ventures) demeurent peu nombreuses et les échanges de technologie limités. De fréquents échecs s’observent dans ce domaine, sauf lorsque s’affirme une claire volonté politique, révélant l’importance qu’attachent les gouvernements au développement concret du rapprochement entre les deux pays.

5Ainsi même si d’indéniables avancées ont été obtenues, la présence française en Allemagne demeure modeste. Avant d’en rechercher les causes dans les stratégies suivies par les entreprises et dans les contraintes qu’elles subissent, il convient de prendre la mesure de ces insuffisances et d’en examiner les manifestations.

I. LA FAIBLESSE DE LA PERCÉE COMMERCIALE FRANÇAISE EN ALLEMAGNE

A. LA LENTEUR DU PROGRÈS DES EXPORTATIONS

6Si l’on élimine la période d’immédiat après-guerre, les exportations françaises vers l’Allemagne connaissent jusqu’à la fin des années 1960 une forte progression. De 1950 à 1970, leur taux de croissance annuel moyen, calculé en francs constants, s’établit à 11,7 %, soit près du double de celui de l’ensemble des exportations (+ 6,5 %). Elles représentent un élément moteur pour le commerce extérieur, un appréciable facteur de croissance pour l’ensemble de l’économie. Toutefois le simple rapprochement avec d’autres données nuance singulièrement cette première impression favorable. Tant par le rythme de croissance que la composition des exportations, les progrès réalisés doivent être relativisés.

7De fait, leur rythme de croissance reste en général inférieur à celui qu’obtient au même moment l’Allemagne sur le marché français, sauf durant la période 1960-1965, où se cumulent pour les ventes allemandes les effets négatifs de la première réévaluation du deutsche Mark et du plan de stabilisation français.

  • 1 Chiffres calculés, pour ce tableau et le suivant, d’après Le mouvement économique en France 1949-19 (...)

Tableau 11. Taux de croissance annuels moyens comparés des exportations1 (en %)

Tableau 11. Taux de croissance annuels moyens comparés des exportations1 (en %)

8Certes le mode d’établissement des statistiques peut contribuer à fausser le résultat. Du 1er avril 1948 au 5 juillet 1959, la Sarre est incluse dans le territoire douanier de la France, alors qu’elle réintègre celui de l’Allemagne à partir de cette date. Mais, comme elle vend aux autres Länder allemands davantage qu’elle ne leur achète, son rattachement passager au territoire douanier français majore en fait artificiellement les performances obtenues par les exportations françaises qui, Sarre exclue, seraient encore moins brillantes qu’elles n’apparaissent ici.

9De plus le développement des ventes françaises vers l’Allemagne est moins rapide que celui réalisé vers d’autres directions, plus particulièrement en fin de période.

Tableau 12. Taux de croissance annuels moyens des exportations françaises vers plusieurs pays industrialisés (en %)

Tableau 12. Taux de croissance annuels moyens des exportations françaises vers plusieurs pays industrialisés (en %)

10Les exportations françaises vers l’Allemagne augmentent certes plus régulièrement que vers les pays anglo-saxons, notamment vers les États-Unis, où elles connaissent de très amples fluctuations. Mais elles progressent relativement peu par rapport aux performances obtenues à la fin des années 1960 vers les autres pays d’Europe continentale. En 1965-1970, les ventes vers l’Allemagne augmentent moins vite que vers l’Italie, les Pays-Bas et l’Union économique belgo-luxembourgeoise. Des cinq partenaires de la France à l’intérieur du Marché commun, c’est le débouché allemand qui semble alors le moins dynamique, même si, par sa masse, il concentre 43,6 % du total exporté par la France dans cette zone durant cette période.

11Aussi la balance commerciale qui, depuis 1945, faisait alterner pour la France excédents et déficits, connaît à partir de 1956 une dégradation qu’interrompent seulement la dévaluation de décembre 1958 et, avec deux ans de décalage, le plan de stabilisation conjoncturelle de septembre 1963. Par contre, la dévaluation d’août 1969 ne parvient pas à rétablir l’équilibre et il est remarquable d’observer que la première réévaluation du deutsche Mark qui, en mars 1961, aurait dû freiner les exportations allemandes vers la France, n’a guère affecté leur dynamisme, puisqu’en francs constants le déficit français en 1962 est encore plus marqué que celui de l’année précédente.

  • 2 Même source que les tableaux précédents.

Graphique 8 et tableau 13. Soldes de la balance commerciale franco-allemande2

Graphique 8 et tableau 13. Soldes de la balance commerciale franco-allemande2

(En millions de F constants 1969)

(En millions de F constants 1969)

12À cette médiocrité générale s’opposent quelques brillantes exceptions. Par exemple, un produit tel que l’aluminium, dont la France n’était traditionnellement qu’un très faible vendeur sur le marché allemand, acquiert à partir de la fin des années 1950 de notables débouchés outre-Rhin, à tel point que la France, seulement dixième fournisseur de l’Allemagne en 1955, loin derrière les États-Unis et le Canada, mais aussi derrière les autres pays européens comme l’Italie, la Suisse ou l’Autriche, occupe quinze ans plus tard le troisième rang, n’étant plus distancée que par la Norvège et les États-Unis. Le taux de croissance annuel moyen des livraisons d’aluminium vers l’Allemagne durant la période 1955-1970 atteint le chiffre très élevé de 29 %, calculé, il est vrai, en tonnages, et non en valeurs monétaires. Encore ce résultat est-il sans doute inférieur à la réalité économique, car il conviendrait d’ajouter aux exportations françaises proprement dites les tonnages livrés en Allemagne à partir du Cameroun ou de Grèce, dont les établissements sont contrôlés pour l’essentiel par les producteurs français.

  • 3 Chiffres calculés à partir des annuaires de la Metallgesellschaft, Tableaux statistiques, puis Meta (...)

Graphique 9 et tableau 14. Importations allemandes d’aluminium depuis la France3

Graphique 9 et tableau 14. Importations allemandes d’aluminium depuis la France3
  • 4 Pourcentage calculé, pour l’année 1913, à partir des chiffres de Raymond Poidevin, Les relations éc (...)

13La médiocrité de la progression des exportations françaises vers l’Allemagne ne doit donc pas être exagérée. Il reste que leur composition recèle aussi d’inquiétantes faiblesses. Elles reposent dans une proportion anormalement élevée sur des produits à faible valeur ajoutée : matières premières, demi-produits, denrées agro-alimentaires... La place de l’industrie proprement dite n’augmente que trop lentement. En 1955, les produits manufacturés ne représentaient seulement que 37,5 % du total, une part analogue à celle de 1913, où elle s’établissait à 36,1 %4. Dix ans plus tard, ils sont devenus majoritaires, avec près de 60 %. Mais leur part relative reste inférieure de vingt points à celle qu’ils occupent dans les exportations allemandes vers la France, où elle atteint les quatre-cinquièmes, résultat d’une progression pratiquement ininterrompue, alors que, pour les exportations françaises, elle tend à stagner à partir de 1959. Comme elle l’a toujours été, la France demeure donc sur le marché allemand un grand fournisseur de minerai de fer, de blé, de vins et de liqueurs, davantage que de machines, de produits chimiques ou de matériel électrique.

  • 5 Hans-Joachim von Hake (secrétaire général de la COCFA), « Dix ans d‘échanges commerciaux franco-all (...)

Graphique 10. Composition des exportations françaises par catégories de produits5

Graphique 10. Composition des exportations françaises par catégories de produits5
  • 6 Echanges franco-allemands, n° 18, décembre 1959, p. 13-14.

14On peut en outre remarquer que, parmi les produits manufacturés, ce sont souvent les articles de haute qualité ou de luxe, fabriqués en séries réduites, et non les biens d’équipement ou les produits de consommation de masse qui, aux yeux des observateurs, constituent le véritable atout dont dispose la France pour s’imposer sur le marché allemand. A la fin des années 1950, en pleine période d’essor des exportations, à l’heure du démantèlement des barrières douanières, on s’attendrait à ce que la revue Echanges franco-allemands, organe de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, consacre de nombreux articles aux automobiles, machines-outils, appareils électriques vendus en quantités croissantes par la France en Allemagne. Elle ne manque pas en effet de relater les succès remportés par de tels produits lors des grandes manifestations commerciales comme les foires de Hanovre ou de Cologne. Pourtant, les modèles qu’elle propose de préférence à ses lecteurs ressortent d’un genre beaucoup plus traditionnel. Il s’agit par exemple des Etablissements Gégé, fabricant de célèbres poupées, qui sont parvenus, « au pays exportateur par excellence de ces articles », à ouvrir à Hambourg un magasin d’exposition très apprécié du public local... Cette réussite paraît si exceptionnelle que l’installation reçoit la visite du secrétaire d’État aux Affaires économiques Max Fléchet. Et la « leçon » donnée par les Etablissements Gégé à toutes les entreprises françaises est formulée en ces termes : « Si vous n’exportez pas encore vers l’Allemagne, examinez sérieusement ce problème, faites un effort, car vous avez des chances de réussir »6. Contemporain de maints discours officiels, cet appel au volontarisme ne semble pas le moyen le plus propre à dynamiser les ventes françaises outre-Rhin. On constate en effet que, non seulement les ventes françaises en Allemagne ne progressent que trop lentement et sont mal composées, mais que, de plus, les entreprises exportatrices y rencontrent à maintes reprises de graves et significatifs mécomptes.

B. LA FRÉQUENCE DES DIFFICULTÉS

15Les exemples de déconvenues subies par les entreprises françaises dans leurs efforts de conquête du marché allemand sont nombreux. Les cas de L’Air Liquide dans les gaz industriels, de Pechiney dans les demi-produits en aluminium paraissent significatifs.

  • 7 Note à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962 ; compte rendu d’une réunion « Allemagne » présidée par Je (...)

16Au milieu des années 1950, L’Air Liquide avait décidé de « prendre pied sur le marché allemand des gaz industriels », comme en témoignent la fondation de sociétés de commercialisation spécialisées, GALCO, puis Edelgas, ainsi que la tenue autour du président Jean Delorme ou du directeur général Pierre Bruneton de « réunions Allemagne » rassemblant les cadres supérieurs du groupe. Mais la répétition même de l’objectif atteste de la difficulté éprouvée à l’atteindre. En 1969 tout comme en 1962, l’objectif affiché, « acquérir 15 % du marché en une dizaine d’années », semble représenter un ordre de grandeur surtout théorique7. En fait, tant pour les gaz industriels eux-mêmes (oxygène, acétylène, argon) que pour le matériel de soudure, les installations de liquéfaction de l’air destinées aux usines sidérurgiques ou les réseaux de canalisation, L’Air Liquide peine à le réaliser.

17Chargée des ventes d’argon sur le marché allemand à partir de 1965, la DALE (Deutsche L’Air Liquide Edelgas GmbH), résultat d’une fusion entre GALCO et Deutsche Edelgas, ne connaît qu’une évolution décevante. En novembre 1967, son gérant, Simon Lazard, dresse pour Jean Delorme un bilan mitigé :

  • 8 « Note pour M. Jean Delorme. Document de travail sur l’Allemagne », 30 novembre 1967, Papiers Lazar (...)

« Le volume des ventes est réduit, de sorte que les frais de fabrication et de distribution, ainsi que les frais généraux, sont relativement élevés. Le nombre des vendeurs ou revendeurs est peu élevé, de sorte que toute défection, volontaire ou non, a une répercussion importante sur le volume des ventes. DALE peut seulement vendre de l’argon et ne peut livrer les autres gaz industriels, de sorte qu’elle ne peut ni être le seul fournisseur de ses clients, ni se constituer une clientèle fidèle [...]. La vente du matériel de soudage présente des difficultés réelles. En fait, conformément aux objectifs fixés, DALE a matérialisé la présence d’Air Liquide en Allemagne, mais, jusqu’à présent, une véritable implantation n’a pas été réalisée »8.

18Pessimisme excessif de la part d’un cadre dépité de voir ses avis rester dépourvus d’effets ? Il ne le semble pas. Les données chiffrées qui accompagnent le rapport sont alarmantes. Depuis le début des années 1960, Edelgas, puis DALE, accumulent les pertes. Celles-ci n’affectent certes que légèrement les résultats globaux du groupe. Elles n’en soulignent pas moins, par leur progression, que celui-ci doit consentir, s’il veut réellement affirmer sa présence en Allemagne, des sacrifices supplémentaires.

Tableau 15. Pertes cumulées d’Edelgas-DALE depuis 1962

Tableau 15. Pertes cumulées d’Edelgas-DALE depuis 1962
  • 9 Calculs effectués sur la base de 1 DM = 1,55 FF. Le chiffre d’affaires de DALE pour 1970 est tiré d (...)

19À de tels rythmes, L’Air Liquide ne peut qu’être contraint à revoir, à plus ou moins brève échéance, sa stratégie. D’autant que les performances commerciales de DALE restent peu convaincantes. En 1970, son chiffre d’affaires est encore très réduit : avec 4 millions de DM, provenant en parts sensiblement égales des ventes de gaz et de celles de matériel de soudage, il n’équivaut qu’à 6,2 millions de F, contribuant seulement pour 0,2 % au chiffre d’affaires total du groupe, qui atteint alors 2 481 millions de F9.

  • 10 « Renseignements recueillis par Mme von Friesen à l’occasion de sa visite aux usines Klöckner avec (...)

20Quant aux ventes d’appareils de liquéfaction, on a vu que les interventions pressantes de banquiers proches du groupe n’ont pas suffi à lui assurer certains gros contrats, comme ceux négociés avec les Klöckner Werke pour l’équipement des aciéries de Brême. L’Air Liquide en est-il responsable ? Certes, en novembre 1960, les dirigeants parisiens ont refusé d’accepter une remise de 10 % sur l’installation projetée, ce qui, pour un sacrifice de 600 000 F seulement, aurait peut-être permis d’emporter le marché. Mais on peut suivre l’un des cadres de la filiale allemande GALCO lorsqu’il explique que « le prix joue ici un rôle secondaire, car ce qui importe avant tout à Klöckner est une mise en exploitation simultanée de l’installation d’oxygène et des installations sidérurgiques correspondantes »10. Ce sont donc vraisemblablement d’autres raisons qui expliquent l’échec du groupe en cette occurrence. Pour se constituer une clientèle parmi les firmes sidérurgiques allemandes, L’Air Liquide doit leur proposer des formules de partenariat, ne pas hésiter non plus à monter avec les groupes de l’industrie chimique allemande des filiales communes de production permettant de mieux satisfaire une demande dont l’ampleur dépasse les possibilités d’un groupe isolé, si puissant soit-il. Mais cette démarche dépasse singulièrement par ses enjeux la simple livraison d’oxygène sidérurgique ou d’appareils de liquéfaction. Elle implique de la part du groupe toute une stratégie financière, ainsi que la renonciation à une partie de son autonomie. Dans ce domaine, il ne s’agit pas seulement, pour réussir une implantation en Allemagne, de prospecter un marché.

  • 11 Compte rendu par S. Lazard d’une conversation à Francfort avec Konrad Weil, membre du directoire de (...)

21Enfin, le développement des canalisations d’oxyducs, grande ambition du groupe au début des années 1960, ne peut non plus se faire indépendamment des autres firmes allemandes présentes dans ce secteur. Là encore, L’Air Liquide doit définir ses rapports avec elles. Pour desservir les usines de la Ruhr, Linde et Knapsack-Griesheim fondent en 1962 une filiale commune, la Hüttensauerstoff GmbH. A l’annonce de ce projet, L’Air Liquide exprime son mécontentement à Hoechst, la maison mère de Knapsack-Griesheim. Ses interlocuteurs lui répondent que « la création de la société [...] ne porte pas atteinte aux intérêts d’Air Liquide, puisqu’elle s’applique uniquement à la Ruhr » et refusent d’envisager une société à trois11. De fait, davantage encore que la Ruhr, c’est la desserte du bassin sidérurgique sarrois qui intéresse au premier chef L’Air Liquide. Les concurrents allemands accepteraient-ils d’y laisser les mains libres au groupe français ? En fait, quatre ans plus tard, en 1966, Messer-Griesheim, résultat du regroupement, toujours sous le contrôle de Hoechst, de Knapsack-Griesheim et de Messer, fonde une nouvelle filiale, Oxysaar, avec participation minoritaire des Saarbergwerke, destinée à l’édification d’un réseau d’oxyducs. Le groupe français se trouve une nouvelle fois exclu de cette réalisation.

  • 12 Rapport d’activité de Messer-Griesheim pour 1967, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes (...)
  • 13 Note de S. Lazard à Pierre Bruneton accompagnant la transmission d’un article du Handelsblatt du 27 (...)

22Or il n’est pas sans intérêt de remarquer que, loin de refuser tout contact avec la nouvelle société qui a été créée contre ses intérêts, L’Air Liquide accepte de nouer avec elle des relations commerciales. C’est le symptôme d’une hésitation perpétuelle entre deux types de stratégie commerciale : conquête isolée du marché ou partage amiable avec les concurrents. On le verra, cette incapacité à opter pour une stratégie claire est loin d’être particulière à L’Air Liquide. Estimant, en cette occasion, que son intérêt bien compris passe par l’entente, et non par la confrontation, il s’engage par contrat à acheter à Oxysaar une partie de l’oxygène sidérurgique produit en Sarre. De fait, l’usine qu’édifie Oxysaar à Fenne, près de Völklingen, est volontairement surdimensionnée, de manière à desservir non seulement les aciéries sarroises, mais aussi celles de Lorraine et du Luxembourg. Capable de produire 1 000 tonnes d’oxygène par jour, elle est qualifiée par Messer-Griesheim de « plus grande installation de ce genre en Europe »12. Les conduites d’Oxysaar rejoindront à Carling, à la frontière française, celles du réseau Oxylor, construites par L’Air Liquide depuis plusieurs années. Mais les rapports du groupe français avec ses partenaires allemands ne s’améliorent pas pour autant. En janvier 1969, lors de l’inauguration de l’usine de Fenne, non seulement les dirigeants de L’Air Liquide n’ont pas été conviés, mais ils sont furieux d’apprendre, par la presse allemande, que le nom de leur groupe n’a pas même été mentionné. On y voit l’effet d’une omission volontaire, le signe que « Messer pense qu’il peut tout se permettre vis-à-vis de L’Air Liquide »13. Mais les « représailles » arrêtées au lendemain de l’» incident », le report à plus tard de la visite des installations, n’ont d’autre portée qu’un simple geste de mauvaise humeur. L’affaire témoigne pour le moins d’une certaine impuissance de L’Air Liquide face à une évolution qui, décidément, en Allemagne, quel que soit le domaine considéré, ne répond guère à son attente.

  • 14 Etude relative au marché allemand, réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 juin 196 (...)

23Parmi les groupes qui se heurtent à des difficultés persistantes sur le marché allemand, Pechiney retient également l’attention. Au début des années 1960, les ventes de demi-produits en aluminium et alliages légers effectuées par sa filiale Cegedur ne représentent encore que des tonnages très faibles, largement inférieurs à ceux qu’écoulent en France ses concurrents allemands, qu’il s’agisse des Vereinigte Leichtmetallwerke (VLW), filiale du groupe Vereinigte Aluminium Werke (VAW), des Vereinigte Deustche Metallwerke (VDM), du groupe Metallgesellschaft, ou d’Aluminium Singen, émanation en Allemagne d’Alusuissse. La part de marché occupée par la firme reste dérisoire. Les tonnages progressent certes, mais de manière très irrégulière, dans la première moitié des années 1960. Aussi lorsqu’en 1967, les dirigeants du groupe, dans la perspective de la prochaine abrogation des droits de douane dans l’espace communautaire, décident un grand effort de pénétration du marché, il s’agit d’un « véritable bond en avant, puisqu’il ne s’agit plus en effet de vendre 2 000 tonnes par an, mais d’en vendre 10 000, puis 20 000 et 50 000 tonnes dans les années à venir »14. C’est d’un changement total de stratégie dont il s’agit. Comme l’explique la note accompagnant les prévisions chiffrées, « la croissance à long terme de la consommation totale, première et deuxième fusion, en Allemagne est de 7,6 % l’an [...]. L’objectif proposé est de doubler notre part de marché en cinq ans pour atteindre 12 %, puis de progresser plus lentement jusqu’à 15 % en 1977 ».

  • 15 Cegedur, Prévisions de parts de marché en Europe, sd (1967), Archives Pechiney, 01-02-9400452.

Tableau 16. Parts de marché de Cegedur dans différents pays d’Europe (%)15

Tableau 16. Parts de marché de Cegedur dans différents pays d’Europe (%)15
  • 16 Voir supra, première partie, chapitre II, I-A.
  • 17 Rapport annuel de perspectives, 15 avril 1969, Archives Pechiney, 01-02-9400442.

24Or, force est de constater que, malgré une sérieuse transformation du réseau commercial, qui passe désormais sous le contrôle étroit du groupe16, les résultats restent inférieurs aux prévisions. En 1968, Cegedur estime détenir seulement 3 % du marché allemand des demi-produits à usage mécanique, ce qui la place au sixième rang seulement, loin derrière les firmes allemandes VLW (19 %), Aluminium Singen (17 %) et VDM (10 %), mais aussi les filiales des groupes anglo-saxons Alcan (12 %) et Kaiser (9 %)17. Même en ajoutant les ventes de feuilles minces et de fils et câbles à usage électrique, on est très loin d’atteindre le chiffre prévu. Il en est de même deux ans plus tard, l’agent d’UFALEX en Allemagne s’avouant « très préoccupé par le non-respect de nos objectifs sur le marché allemand. Fin septembre, nous avons enregistré en effet 10 660 tonnes et nous ne dépasserons probablement pas le chiffre de 14 000 à fin décembre, alors que notre objectif avait été fixé à 18 500 tonnes ».

  • 18 Note de P. Chemel à François Bénard, 19 octobre 1970, Archives Pechiney, 01-02- 9400450.

25Certes l’évolution conjoncturelle outre-Rhin est alors peu favorable, et l’organisation commerciale mise en place manque encore de moyens. Mais, pour le responsable, il existe aussi d’autres raisons, plus fondamentales sans doute : « Nous ressentons comme un certain danger le fait, dans certains domaines spécifiques, de pousser nos ventes aussi loin que nous le souhaiterions, craignant que la concurrence ne nous attaque chez les clients français ou chez d’autres clients allemands qui nous sont très attachés »18.

  • 19 Voir la carte infra, annexe V, établie à partir de la correspondance commerciale de la SACM de 1948 (...)

26On retrouve ici la même hésitation que dans le cas de L’Air Liquide. Il faudra s’interroger sur les raisons et la portée de cette timidité. Ces deux cas ne sont pas isolés. La place de beaucoup de firmes françaises sur le marché allemand reste, à la fin des années 1960, discrète et leur rayon d’action limité, en particulier sur le plan géographique. Une firme comme la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM) le montre bien. Le réseau de ses correspondants commerciaux en Allemagne entre 1948 et 1965 reproduit les localisations traditionnelles de l’industrie textile19. Proche de l’Alsace, l’Allemagne méridionale est particulièrement bien représentée, avec les petites localités du Pays de Bade, comme Hornberg, Wehr, Lörrach, siège de Koechlin, Baumgartner & Cie, filiale du groupe Gillet-Thaon, avec ses zones d’industrie diffuse, notamment en Wurtemberg, autour de Tübingen et de Reutlingen, avec enfin les grosses villes de Bavière que sont Augsbourg ou Munich. La région de Krefeld et de Mönchen-Gladbach, spécialisée dans le travail de la soie, la Westphalie, autour des centres drapiers d’Osnabrück et de Bielefeld, la Haute-Franconie, vouée à l’industrie cotonnière, ressortent avec netteté.

  • 20 Instructions envoyées par la firme à son représentant en Allemagne, E. Fälschle, 1er juin 1965, Arc (...)
  • 21 François Bernard, L’Alsacienne de constructions mécaniques..., op. cit., p. 324.

27Certes la SACM recherche aussi des clients dans la grande industrie. Elle souhaiterait compter parmi eux Bayer pour la fourniture de chariots automoteurs ce qui, « étant donné le nombre de visiteurs qui [y] vont [...], nous servirait de très utile propagande »20. La firme de Grafenstaden ne semble pas cependant avoir fait d’efforts très marqués pour exporter davantage de machines textiles outre-Rhin malgré sa participation chaque année à la Foire de Hanovre, « les ventes sur le marché intérieur protégé représen[tant] encore l’écrasante majorité des facturations », pas plus d’ailleurs que pour diversifier ses débouchés vers d’autres secteurs, ce qui lui aurait peut-être permis de lutter plus efficacement contre les graves difficultés qui l’assaillent à partir du début des années 1960 et la conduiront bientôt à être rachetée par Hispano- Suiza, puis intégrée au groupe CGE en 197021.

28Les investissements directs effectués par les firmes compensent-ils du moins les insuffisances de leur implantation commerciale ?

II. L’ÉVOLUTION DES INVESTISSEMENTS ET DES PRISES DE PARTICIPATION

A. UNE STAGNATION RELATIVE

29Il est assez difficile de connaître les montants respectifs des investissements directs et des prises de participation effectués par les deux pays chez leur voisin. Les chiffres varient en effet dans d’importantes proportions d’une source statistique à l’autre, non seulement entre France et Allemagne, mais aussi d’une administration à l’autre à l’intérieur du même pays.

  • 22 Revue économique franco-allemande, 1967, n° 1, p. 7.

30Ainsi, si l’on se réfère aux estimations publiées par le ministère fédéral allemand de l’Economie, les investissements allemands en France, en termes de stocks, représentent au 30 juin 1966 plus du double des investissements français en Allemagne : respectivement, 825 et 363 millions de DM. Au contraire, pour la Bundesbank, les montants s’équilibrent : au 31 décembre 1966, 883 et 844 millions de DM. Comment comprendre cette divergence ? C’est que, comme l’explique la revue de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, « la Bundesbank recense toutes les sommes investies depuis 1945, alors que le ministère ne prend en compte que les sommes investies du 1er septembre 1961 au 30 juin 1966 [et exclut] les sommes investies dans des sociétés à responsabilité limitée ou dans des entreprises individuelles lorsqu’elles ne publient pas de bilan »22. On pourrait trouver semblables divergences dans les chiffres que publient, en France, les institutions chargées de l’observation et de la surveillance du phénomène, Banque de France d’une part, ministère de l’Economie et des Finances de l’autre, sans parler des estimations faites par les instituts de recherche des universités ou du secteur privé.

  • 23 Chantal Sarrazin, « Les flux d’investissements directs entre la France et l’Allemagne fédérale », i (...)

31Mais, davantage que les stocks de capitaux investis ou placés, c’est l’évolution des flux qui est significative. À partir du milieu des années 1960, elle semble devenir peu favorable aux intérêts français. Alors que le rapprochement entre les deux pays devrait se traduire par une intensification mutuelle de leurs relations financières, on constate un décalage progressif dans les efforts consentis par les investisseurs de part et d’autre du Rhin23. Les investissements allemands en France se montrant beaucoup plus dynamiques que les investissements français en Allemagne, un spectaculaire retournement de situation finit par se produire. Si l’on se base sur les chiffres publiés par la Bundesbank, au début des années 1960, les avoirs français en Allemagne dépassaient encore légèrement les avoirs allemands en France. C’est l’inverse en 1966, puisque le stock des capitaux allemands investis en France dépasse de 5 % celui des capitaux français investis en Allemagne. En 1973, à la veille du premier choc pétrolier, l’écart entre les deux montants est passé à 68 % (respectivement, 3 207 et 1900 millions de DM). On observe donc, en matière financière, une tendance analogue à celle déjà signalée à propos des relations commerciales : après avoir manifesté, à la fin des années 1950, un dynamisme remarquable, les efforts français en direction de l’Allemagne plafonnent, voire se réduisent. L’Allemagne suit une évolution contraire, parvenant à inverser à son avantage la situation de départ. Il faut attendre une période très tardive pour que les relations financières bilatérales se rééquilibrent. Ce n’est qu’après la réunification allemande que, stimulés par les perspectives présentes dans les nouveaux Länder, les investissements français en Allemagne décollent véritablement, propulsant en quelques années la France, en termes de flux, du cinquième au deuxième rang des investisseurs étrangers, derrière le Royaume-Uni mais avant la Suisse, tandis que l’Allemagne ne gagne qu’une place dans le classement des investisseurs étrangers en France, passant du cinquième au quatrième rang, derrière les États-Unis, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

32Dans ce tableau général, quelle place convient-il d’accorder aux investissements et aux prises de participation effectués par les entreprises industrielles ? Pour l’apprécier, on est contraint d’utiliser des informations disparates et discontinues.

  • 24 MAE Colmar, AEF, c.814, d.8 à 10, sd.

33La situation initiale peut être décrite grâce à un fichier établi en 1948, à la veille de la réforme monétaire, par le service des Intérêts étrangers et du Contrôle des biens qui, au Haut-Commissariat français en Allemagne, est chargé de la surveillance des projets de participation24. Il s’agit d’un instrument de travail dont les données ont été réactualisées ensuite grâce à des informations d’origine diverse (presse économique, rapports d’activité des groupes concernés) et qui a servi au moins jusqu’en 1950 à l’administration d’occupation même si, compte tenu de l’évolution de la politique alliée en Allemagne, elle perd bientôt tout pouvoir d’autorisation sur les investissements étrangers au profit de la Bank Deutscher Länder. Établi pour tout le territoire allemand dans ses frontières de 1937, Sarre exclue, il recense près de 2 000 participations étrangères, dans toutes les activités, y compris les services. Les montants indiqués sont évalués en Reichsmarks. Si l’on se limite à l’industrie au sens large du terme (énergie, BTP et industries agroalimentaires inclus), on constate que, dans cet ensemble, les participations d’origine française ne sont que 163. Encore convient-il d’en écarter les cas de placements détenus par de simples particuliers, notamment les membres de certaines familles aristocratiques, comme les de Maillé, gros actionnaires d’une soierie, à Viersen, en Rhénanie, ou les von Grafenstein, une famille de Sarreguemines, dont les avoirs sont répartis sur toutes sortes de secteurs : extraction pétrolière (Deutsche Erdöl), distribution électrique (Elektrische Licht- und Kraftanlagen AG, à Berlin-Charlottenburg), matériel d’extraction minière (Süddeutsche Waggon- und Förderanlagenfabrik), industrie du verre (Bayerische Spiegelglasfabrik), textiles artificiels (Zellstofffabrik Waldhof), brasserie (Löwenbräu)... On parvient alors à un total de 119 participations détenues par des entreprises industrielles seulement.

34Leur répartition sectorielle est relativement dispersée. Deux branches dominent, rassemblant ensemble 45 participations, soit 37,8 % du total : l’agroalimentaire d’une part, le verre et les matériaux de construction d’autre part, du fait des multiples carrières (pierre à chaux, gypse, argile, schiste, etc.) possédées par des intérêts français. Mais on note aussi de nombreuses participations dans l’énergie et les mines, la construction mécanique, l’industrie textile. A cette dispersion numérique, s’oppose une extrême concentration si l’on raisonne en termes, non plus de nombre de participations, mais de capitaux investis. Trois branches seulement en rassemblent près des quatre-cinquièmes (78,5 %) : énergie et mines ; verre et matériaux de construction ; bois, papier et cellulose. Ce sont donc les biens intermédiaires et les produits de grande consommation qui, à cette date, intéressent surtout les entreprises françaises.

35Quant aux entreprises qui possèdent ces participations, compte tenu de celles qui, comme la Compagnie de Saint-Gobain ou De Wendel, en détiennent plusieurs, leur nombre est plus réduit encore : 85 seulement. Trois secteurs, la sidérurgie et métallurgie lourde, l’industrie du verre et des matériaux de construction, l’énergie et les mines, en rassemblent l’essentiel : près des trois quarts du total en termes de capital investi (72,3 %). Cette forte présence de l’industrie lourde ne saurait cependant faire oublier le cas des industries légères : l’agroalimentaire, auquel appartiennent plus du cinquième des entreprises françaises établies en Allemagne ; l’industrie textile, troisième secteur, derrière la sidérurgie et l’industrie du verre, en termes de capital investi, du fait de groupes comme Rhodiacéta, le Comptoir des textiles artificiels, la Société anonyme d’industrie cotonnière. Enfin il convient d’insister sur la sous-représentation des industries « modernes » comme la chimie, la construction mécanique et électrique : ensemble, les firmes qui en ressortent ne détiennent même pas 7,5 % du capital total investi par des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1948.

Graphique 11. Paticipations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1948

Graphique 11. Paticipations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1948

Graphique 12. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1948

Graphique 12. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1948

36Une autre faiblesse des participations industrielles françaises en Allemagne en 1948 est l’insuffisance du montant unitaire du capital investi. Tant par participations que par entreprises détentrices, celui-ci est réduit. Il le serait plus encore si on convertissait les sommes indiquées ici en deutsche Marks. Notre source étant établie en Reichsmarks, il conviendrait de faire subir aux chiffres une amputation de 90 % si l’on voulait les apprécier à leur juste valeur. S’agissant ici d’établir des proportions, nous n’avons pas cru utile d’y procéder. Certes le fichier du service des Intérêts étrangers et du Contrôle de biens ne donne que des renseignements incomplets. Dans plusieurs cas, il n’indique pas la valeur des participations recensées, soit qu’elle paraisse ignorée des auteurs du recensement, soit qu’il s’agisse de droits dans des syndicats miniers (Kuxe) dont la valeur exacte est difficile à préciser, puisqu’il s’agit de parts qui donnent le droit de participer aux bénéfices, mais imposent réciproquement le versement de contributions pour faire face aux besoins de l’entreprise. Mais, même en tenant compte de ces lacunes, on ne peut se défaire d’une impression d’ensemble : mis à part les secteurs lourds à forte intensité capitalistique comme le charbon, l’industrie du verre, la cellulose, les sommes détenues en Allemagne par des entreprises industrielles françaises restent d’une grande modestie.

Tableau 17. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1948

Tableau 17. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1948

37Enfin les entreprises françaises manifestent une nette préférence pour des localisations « de voisinage ». Le sud-ouest de l’Allemagne rassemble plus du tiers du nombre total de participations, pour un quart seulement du capital investi, car il s’agit de sommes de faibles montants unitaires. La part des régions frontalières serait évidemment encore plus élevée si la Sarre avait été incluse dans ce recensement. Certes il existe aussi d’importantes participations en Rhénanie du Nord-Westphalie, où la Ruhr représente encore à cette date le coeur de la puissance industrielle allemande. Mais ce n’est là que la traduction spatiale de la concentration déjà notée du capital investi par les entreprises françaises dans des branches correspondant à des activités de biens intermédiaires (énergie, mines et carrières, industrie du verre). Davantage significative semble l’absence quasi-totale d’intérêts français dans des régions entières de la République fédérale : la Bavière, la Basse-Saxe, la Hesse, les grands ports hanséatiques sont pratiquement dépourvus de participations industrielles d’origine française.

Tableau 18. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1948

Tableau 18. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1948
  • 1 Pour pouvoir comparer ce tableau avec des données postérieures, nous regroupons sous ce terme les p (...)

Note *1

38Ainsi, tant en montants globaux qu’en valeurs unitaires, sectoriellement comme géographiquement, les participations françaises dans l’industrie allemande présentent encore, à cette date, des symptômes de faiblesse évidents. L’évolution ultérieure a-t-elle permis de les corriger ?

39On doit d’abord constater que, tout au long des années suivantes, peu de firmes françaises nouvelles viennent s’installer en Allemagne. Les projets ne manquent pas. Peu aboutissent à des réalisations concrètes. On peut en donner quelques exemples, dans des domaines divers, du début des années 1950 à la fin de la décennie suivante.

  • 25 Lettre de maître Jean Féblot à Breton, direction des Relations économiques extérieures, 25 septembr (...)

40En 1950, la firme Krupp, qui n’a plus le droit d’édifier à Essen de nouvelles installations industrielles pour remplacer celles qui ont été ravagées par la guerre, tente de valoriser son patrimoine foncier en créant, ave la municipalité, une société destinée à attirer de nouveaux investisseurs et à leur proposer des formules de location des terrains disponibles, l’Essener IndustrieförderungsGmbH. L’avocat d’affaires de Krupp en France, maître Jean Féblot, futur membre influent de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, signale au ministère des Finances et des Affaires économiques les possibilités offertes, en développe longuement les avantages potentiels susceptibles d’intéresser les industriels français : abondance des superficies aménageables, atteignant au total 70 hectares, même si leur aspect est « plutôt triste, parce qu’on voit beaucoup de ruines et de ferrailles tordues » ; présence d’une main d’oeuvre nombreuse et qualifiée, car, sur les 60 000 ouvriers naguère employés par Krupp, seuls 10 000 à 12 000 travaillent encore dans des ateliers de construction de locomotives, moteurs et machines-outils ; assurance d’» être traités sur un pied d’égalité avec les autres industriels allemands ou étrangers qui s’y installent »25. En dépit du caractère attractif de l’opération, elle ne donne lieu à aucune suite.

41A partir du milieu des années 1950, les prises de participation et les implantations se font certes plus nombreuses. Outre de grandes opérations comme le rachat d’Harpener Bergbau, on assiste à de multiples implantations, surtout concentrées au début des années 1960 qui coïncident avec la mise en place du Marché commun. Carbonisation et charbons actifs fonde dès 1954 deux filiales à Dortmund, DECECA Chemie et Deutsche Perlite. En 1959-1960, Lesieur s’établit à Sarrebruck et Lancôme à Bonn. Bull-General Electric s’implante à Cologne et reprend une partie du capital de Wanderer, une firme bavaroise de construction de machines de bureau. Puis ce sont les Constructions Edmond Coignet qui s’associent au groupe Philipp Holzmann pour la vente de logements préfabriqués à Berlin, Francfort et Munich, Poclain qui s’installe à Gross Gerau, près de Darmstadt... Tous les secteurs semblent concernés par le mouvement.

  • 26 « Pechiney aux Pays-Bas. Industrie, écologie et culture économique au milieu des années 1960 », ent (...)
  • 27 Nous résumons ci-après les renseignements contenus dans les « dossiers Ruhr, Stade et Flessingue » (...)

42Il convient toutefois de ne pas en exagérer l’ampleur. À la fin des années 1960, les firmes françaises hésitent encore parfois à s’installer outre-Rhin. Un grand projet de Pechiney pour y ouvrir une usine d’électrolyse de l’aluminium avorte ainsi au début de 1969 au profit d’une implantation aux Pays-Bas. L’épisode est connu par ailleurs26. Nous ne nous y attarderons donc pas, sinon pour insister sur les critères qui conduisent le groupe à renoncer à ses intentions initiales, car ils éclairent bien la manière dont est alors conduite la stratégie d’investissement dans les grands groupes de l’industrie française des biens intermédiaires27.

  • 28 Déclaration faite en janvier 1968 et reproduite par Gaston Messud, « De la suite dans les idées. Pe (...)

43Gêné, en France même, par le prix trop élevé du courant électrique pratiqué par EDF qui refuse de lui consentir des rabais suffisants, le groupe a depuis longtemps choisi de délocaliser la production d’aluminium. Il s’est implanté à proximité des grands barrages, comme au Cameroun sur le site d’Edéa ou au Canada, près de Vancouver, ou encore sur des gisements de bauxite, comme en Guinée, Grèce, Australie. Mais il reste absent d’Europe du Nord-Ouest, qui constitue pourtant son principal débouché et, depuis la suppression des derniers droits de douane dans la CEE en juillet 1968, forme un espace unifié où les cargaisons produites peuvent aisément circuler. Pechiney est donc à la recherche d’un site à la fois riche en électricité à bas prix, bien desservi en moyens de transport et localisé le plus près possible des grands marchés de consommation. Le littoral de la Mer du Nord et les grands axes navigables qui permettent de pénétrer au coeur du continent européen sont particulièrement attractifs. Le groupe hésite entre plusieurs possibilités. Trois se trouvent en Allemagne où, selon son président Pierre Jouven, il lui reste à « trouver une place dans ce marché considérable qui représente à lui seul près de la moitié du Marché commun tout entier »28. Elles sont localisées au nord de la Ruhr, sur le Rhin, à Wesel, et sur le canal de la Lippe, à Hünxe, ainsi que dans l’estuaire de l’Elbe, à Stade, non loin de Hambourg. Mais il existe aussi un site néerlandais possible, à Flessingue, sur la côte occidentale de la Zélande. Or, c’est lui qui, contrairement au schéma initialement prévu, sera finalement retenu.

44La première raison tient au prix du courant électrique proposé. Dans la Ruhr, après de longues négociations, les Rheinisch-Westfälische Elektrizitätswerke (RWE) acceptent de vendre le courant de leurs centrales thermiques à 2,65 centimes le kwh, puis, à partir de 1978, après entrée en service d’une centrale nucléaire en construction, à 2,66-2,96 centimes. À Stade, la compagnie productrice locale envisage également d’installer une centrale nucléaire. Elle en propose le courant à 2,75 centimes le kwh. À Flessingue enfin, le courant reviendrait à 2,72 centimes en thermique fuel, puis, à partir de 1986, à 2,48 centimes en électricité nucléaire. Si l’on raisonne à long terme, la solution néerlandaise est donc plus avantageuse.

45Il en est de même en ce qui concerne les facilités de transport : situé sur une façade maritime, à proximité immédiate de Rotterdam et d’Anvers, Flessingue peut aisément être approvisionné en alumine et expédier sa propre production vers les usines de laminage du reste de l’Europe. Stade, par contre, est un peu à l’écart des grands axes de navigation maritime et les voies navigables à grand gabarit de la Ruhr, malgré leur densité, donneront lieu à de coûteuses ruptures de charge et risquent d’être prises par le gel en hiver.

  • 29 Voir la carte reproduite infra en annexe VI, extraite du « dossier Ruhr » précité.

46En revanche, deux autres considérations inciteraient à retenir l’Allemagne : le coût de la main d’oeuvre qui est, surtout à Stade, inférieur aux Pays-Bas et la position commerciale qui avantage la Ruhr, riche en firmes de transformation de l’aluminium, sous forme de câbles ou de profilés, qui sont déjà ou seraient susceptibles de devenir des clients du groupe29. Les différentes solutions se présentent donc sous une forme relativement équilibrée.

47Finalement, ce sont les possibilités de financement et plusieurs éléments qualitatifs importants, quoique difficilement chiffrables, qui emportent la décision. Les autorités néerlandaises, dépitées de n’avoir pu attirer en Zélande Dow Chemical, proposent à Pechiney 55 millions de florins sur les 65 millions réclamés par le groupe. Inversement, à Stade, le gouvernement du Land de Basse-Saxe, malgré son désir d’industrialiser la région, ne peut se montrer aussi généreux. Enfin, dans la Ruhr, les autorités du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, pour assurer la reconversion de l’économie régionale, peuvent légitimement espérer attirer d’autres producteurs d’aluminium, nationaux comme VAW, étrangers comme Alusuisse ou Kaiser, et se montrent peu pressées de satisfaire les demandes de Pechiney.

  • 30 Comme le montre Daniel Boullet, Entreprises et environnement en France de 1960 à 1990 : les chemins (...)
  • 31 Note de Maurice Serpette, directeur de Pechiney, à Pierre Jouven et Philippe Thomas, 16 décembre 19 (...)

48Mais ce sont surtout les aspects qualitatifs qui assurent le triomphe du projet néerlandais. En cette fin des années 1960, le souci écologique émerge dans les préoccupations des grands groupes industriels30. Or les risques de pollution, rendus minimes à Flessingue par la violence des vents d’ouest soufflant vers l’intérieur des terres et dispersant au loin les nuages de fluor, ne sont pas négligeables dans la Ruhr, où l’administration a déjà édicté des règles sévères, ainsi qu’à Stade où il faudra indemniser les éleveurs et arboriculteurs locaux. De plus, le climat social se dégrade rapidement en Allemagne, comme le montrent la multiplication des revendications salariales, les difficultés des centrales syndicales à encadrer leurs troupes, la dégradation progressive du système taylorien. Malgré des « regrets de ne pas [y] être implanté comme producteur d’électrolyse »31, les dirigeants du groupe, rendus prudents par l’expérience récemment connue par la France, renoncent donc au projet allemand. Quelques mois plus tard, le mouvement de grèves « sauvages » qui affecte le bassin de la Ruhr les confirme dans le bien-fondé de cette décision.

  • 32 Patrick Fridenson, « The growth of multinational activities in the French motor industry 1890-1979  (...)
  • 33 Sous la présidence de Pierre Dreyfus, Maurice Bousquet a dirigé les relations extérieures de Renaul (...)

49Absente d’Allemagne dans un domaine comme la production brute d’aluminium, l’industrie française n’y est guère présente dans d’autres secteurs tout aussi importants. On est frappé par exemple de constater que, dans la construction automobile, les firmes françaises ne reprennent guère durant les Trente Glorieuses le mouvement qui les avait poussées, dès avant la première guerre mondiale, puis au cours des années 1920, à multiplier en Allemagne usines d’assemblage, réseaux commerciaux et agences de vente32. Renault est le seul constructeur à manifester un certain dynamisme, ce qui correspond à une volonté de conquête du marché qui produit d’indéniables effets : à la fin des années 1950, la Dauphine est le cinquième modèle vendu outre-Rhin. L’intérêt porté à l’Allemagne provient aussi du fait que, pour la Régie, Volkswagen représente, par sa longue orientation vers la voiture populaire et le modèle unique, à la fois un exemple à suivre et un concurrent redoutable. Enfin, dans les deux groupes, les responsables des ventes, Maurice Bousquet chez Renault, Carl Hahn chez Volkswagen, entretiennent d’étroites relations33. Dès 1949, Renault ouvre à Sarrebruck une succursale de la DIAC (Diffusion industrielle et automobile par le crédit) pour faciliter la pénétration de ses voitures sur le marché sarrois. En 1959, le groupe fonde à Brühl, près de Cologne, une importante filiale commerciale, la Deutsche Renault Automobil KG, au capital de 3 millions de DM, reprenant la raison sociale déjà employée à Berlin en 1907 et coiffant un réseau d’agences qui emploie en 1966 942 salariés. Quatre ans plus tard, il installe à Friedrichshafen, au bord du lac de Constance, la Renault Traktoren und Maschinen GmbH, pour y produire du matériel agricole.

  • 34 Voir supra, première partie, chapitre Ier, III-C.

50Les autres constructeurs sont plus en retrait. Citroën possède une filiale d’assemblage en Allemagne depuis 1926, située également près de Cologne, à Porz. En 1935, lors de la reprise du constructeur après sa faillite, Michelin décide d’en suspendre l’activité. Celle-ci redémarre au cours des années 1950. Mais les performances commerciales demeurent médiocres : en 1966, la filiale allemande de Citroën ne réalise qu’un chiffre d’affaires de 121 millions de DM, loin derrière les 360 millions qu’obtient au même moment la Deutsche Renault Automobil KG. Certes Citroën s’associe en 1967 avec NSU pour la création de la Comotor (Compagnie européenne de moteurs rotatifs pour automobiles). Mais il ne s’agit que de recherches dans un domaine spécifique, même si celles-ci doivent déboucher sur la création d’une usine dans la région de Sarrelouis. SIMCA possède des installations dans la banlieue de Francfort, à Neu Isenburg. Quant au groupe Peugeot, qui a créé une usine d’assemblage à Mannheim en 1927, en association avec une firme locale, il dispose sur ses concurrents d’un avantage important pour l’équipement en moteurs Diesel des véhicules particuliers grâce à des brevets Junkers. Pourtant il attend 1967 pour fonder à Sarrebruck une filiale de commercialisation. Ainsi, les industriels français de l’automobile semblent tout au long de la période assez timorés dans leurs projets d’implantation outre-Rhin. Ce trait, qui contraste avec le dynamisme antérieur à la crise des années 1930, n’est pas inédit. Il apparaît en fait dès les lendemains immédiats de la guerre, comme on a eu l’occasion de le voir à travers le refus de donner suite aux propositions gouvernementales, que ce soit pour la reprise des usines Volkswagen de Wolfsburg ou le transfert de certaines fabrications du groupe Bosch en Sarre34.

  • 35 Handbuch der Grossunternehmen, Darmstadt, Verlag Hoppenstedt und Co., 3 vol., éd. de 1968. Sont ind (...)

51Par-delà ces cas particuliers, il apparaît nécessaire de dresser un tableau de l’ensemble des participations françaises dans l’industrie allemande à la fin des années 1960. Pour ce faire, nous utilisons un annuaire professionnel des entreprises allemandes recensant toutes les entreprises qui satisfont à l’un au moins des trois critères suivants : effectifs de plus de 200 salariés, capital social supérieur à 500 000 DM, chiffre d’affaires d’au moins 3 millions de DM35. Même si la comparaison avec le fichier établi en 1948 par le service des Intérêts étrangers et du Contrôle des biens de l’administration française d’occupation est boiteuse, elle permet du moins de se faire une idée de l’évolution survenue durant ces vingt années.

Tableau 19. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968

Tableau 19. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968

52Le montant global des capitaux investis semble, en 1968, beaucoup plus élevé qu’en 1948. En valeurs réelles, le montant total investi en 1968 équivaut à 54 fois celui de 1948. Mais le fichier de 1948, dont les chiffres ont été remis à jour à plusieurs reprises dans des conditions et à des dates que nous ignorons, fournit sur ce point des renseignements trop fragiles pour qu’on en puisse tirer autre chose qu’un ordre de grandeur. C’est pourquoi nous préférons ne pas avancer de taux de croissance, qui, en l’occurrence, risqueraient de n’avoir guère de signification. Mais il paraît par contre important de souligner que le nombre total de participations n’a pratiquement pas changé : 119 en 1948, 126 vingt ans plus tard. Le phénomène est d’autant plus significatif que le premier chiffre, qui exclut la Sarre, est nécessairement sous-évalué. Seule la répartition sectorielle des participations a évolué. Si l’on raisonne en termes de capital investi, on remarque une nette tendance à la diversification, même si l’on ne saurait parler de bouleversement. Alors qu’en 1948 l’énergie, les mines, le verre, les matériaux de construction représentaient ensemble plus des deux tiers du total (68,3 %), leur part relative recule légèrement (63,4 %). Le bois, papier et cellulose s’effondre, de 10,2 à 0,3 %. Par contre, on constate la progression notable de secteurs comme la construction mécanique et électrique (+ 3,2 points) et surtout la sidérurgie et métallurgie lourde (+ 9,6 points), tandis que les parts de l’industrie textile et de l’agroali-mentaire demeurent stables.

Graphique 13. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968

Graphique 13. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968

53De même, si l’on s’intéresse aux entreprises françaises qui détiennent ces participations, on constate une similitude frappante entre la situation de 1968 et celle qui prévalait vingt ans auparavant.

Tableau 20. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968

Tableau 20. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968

54À une unité près, le nombre total d’entreprises françaises détenant des participations en Allemagne reste inchangé. Les trois secteurs qui regroupent l’essentiel de l’industrie lourde (énergie et mines, sidérurgie et métallurgie, verre et matériaux de construction) rassemblent toujours les trois-quarts du capital investi (76,5 %), tandis que les branches « modernes » ne parviennent pas à renforcer leur poids relatif de manière décisive : la chimie et le pneumatique, la construction mécanique et électrique représentent en 1968 une part relative double de celle de 1948 (14,3 % contre 7,4 %), mais bien réduite encore cependant. Cette stabilité apparente cache certes un certain renouvellement. Les entreprises présentes en Allemagne à la fin des années 1960 ne sont pas toujours celles qui y étaient établies en 1948. De nombreuses créations des lendemains de guerre dans l’industrie textile, l’agroalimentaire, l’exploitation forestière, les matériaux de construction se sont révélées éphémères. Inversement, au cours des années 1960, de grands groupes industriels naguère absents d’outre-Rhin ont décidé de s’y implanter. Enfin, le montant unitaire des participations a fortement progressé, notamment dans la construction électrique, la sidérurgie, l’agroalimentaire, le textile. Les écarts à la moyenne se sont creusés dans certains secteurs par rapport à ce qu’ils étaient en 1948, traduisant une concentration croissante du capital investi. Il reste qu’ici aussi la continuité l’emporte indéniablement sur les ruptures observables

Graphique 14. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968

Graphique 14. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968

Tableau 21 et graphique 15. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1968

Tableau 21 et graphique 15. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1968

55Un dernier trait incite à parler d’un renouvellement limité : le desserrement géographique des localisations reste faible, comme le montre le tableau suivant qui, à la différence de celui de 1948, inclut désormais la Sarre. Cette dernière ne relevait pas la compétence des services de Baden-Baden dont les archives ont servi de base au dénombrement des intérêts français. Vingt ans plus tard par contre, les annuaires professionnels permettent de recenser ces intérêts dans l’ensemble de la République fédérale, Sarre comprise. Les approches différant, il est difficile de comparer les localisations à chacune de ces dates. On observe toutefois une indéniable tendance au redéploiement.

Tableau 22. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1968

Tableau 22. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1968
  • 36 Voir infra, annexe VII.

56Alors qu’en 1948 les participations françaises restaient pour l’essentiel concentrées, soit en Rhénanie du Nord-Westphalie, à cause du poids de l’industrie lourde de la Ruhr, soit en Bade-Wurtemberg, pour des raisons de proximité géographique, un certain rééquilibrage se constate par la suite. Les capitaux français sont désormais présents dans l’ensemble du territoire de la République fédérale. Il n’en reste pas moins que leur redéploiement demeure limité, en particulier en Allemagne du Nord où la présence française est très réduite. Peut-être l’annuaire professionnel utilisé ici, en éliminant la plupart des petites et moyennes entreprises, fausse-t-il quelque peu les résultats. Il n’est cependant pas sûr que, si l’on pouvait les inclure dans ce dénombrement, l’image qui en ressortirait serait très différente, car la plupart d’entre elles sont localisées dans les régions limitrophes de la France. Globalement, la carte des implantations industrielles françaises en 1968 que l’on peut établir permet d’observer quelques zones de forte présence : la Ruhr et, à l’ouest du Rhin, la région d’Aix-la-Chapelle ; la Sarre ; le cours moyen du Rhin, à l’amont de Mannheim-Ludwigshafen, avec des prolongements en Forêt-Noire et dans le sud du Wurtemberg. Mais elle souligne aussi la dimension réduite ou l’inexistence des implantations au nord et à l’est du territoire : dans de grands centres urbains comme Hambourg, Brême, Hanovre, Kassel, Nuremberg, Munich, ainsi d’ailleurs qu’à Berlin-ouest, il n’y a que très peu ou pas du tout d’implantations industrielles françaises36.

Graphique 16. Localisation des participations françaises en Allemagne par Lander en 1968

Graphique 16. Localisation des participations françaises en Allemagne par Lander en 1968

57Les investissements français en Allemagne ont donc connu une indéniable progression en même temps qu’une transformation interne tout au long de la période. Les traits de permanence l’emportent pourtant sur les symptômes de changement : faiblesse des effectifs concernés, désintérêt relatif des secteurs « modernes » au profit de l’industrie lourde traditionnelle, présence géographique déterminée par le tropisme frontalier. Sur tous ces plans, subsiste une certaine impression de médiocrité. Elle est encore renforcée par l’incapacité dont font preuve les entreprises françaises à faire aboutir plusieurs grands projets de participation échafaudés de longue date.

B. LA RENONCIATION AUX GRANDS PROJETS DE PRISES DE PARTICIPATION

58Tout au long de la période 1948-1970, les entreprises françaises persistent dans leur réticence à exercer une influence dominante sur leurs homologues de plusieurs secteurs. Deux épisodes doivent être relatés : l’échec de la prise de participation française au capital de la BASF ; l’» affaire Röchling » où les grands groupes sidérurgiques français s’avèrent incapables de prendre le contrôle de la plus grande aciérie sarroise. Tous deux ont en commun de se situer au milieu des années 1950. Mais l’interférence du problème posé par les Aciéries Röchling avec celui, plus général, du statut du territoire sarrois rend le deuxième cas singulièrement plus complexe que le premier.

  • 37 Renseignements tirés d’Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 220-221 et 237. On peut raj (...)

59En avril 1952, a été constituée l’Union chimique pour la France et l’étranger qui associe les principaux groupes de l’industrie chimique et la Banque de l’Indochine pour l’aboutissement d’un projet remontant aux tout premiers temps de l’occupation française en Allemagne : une prise de participation au capital de la BASF. Présidée par Maurice Brulfer, directeur général des Ets Progil, assisté de Simon Lazard, seul Français siégeant, à titre personnel, au conseil de surveillance de BASF, ce consortium doit remplir une tâche apparemment aisée. L’Union chimique bénéficie de l’appui ouvert de l’administration. La direction allemande de la BASF lui est favorable, sans doute par reconnaissance envers la France d’avoir renoncé au démontage de certaines installations à Ludwigshafen, sans doute aussi par souci de maintenir les bonnes relations nouées du temps du séquestre avec les autorités d’occupation par le directeur de l’usine, Carl Wurster. Le passé de ce dernier était lourd, en tant que principal collaborateur de Karl Krauch, puis membre du directoire d’IG Farben depuis 1938 et Wehrwirtschaftsführer chargé de l’exécution du Plan de quatre ans. Mais, traduit devant le Tribunal de Nuremberg comme tous les anciens membres des organes de direction d’IG Farben, il a été acquitté et a pu retrouver sa place à la tête de l’usine, puis devenir ensuite président de la BASF lors de sa constitution définitive en 195237.

  • 38 Procès-verbal de la réunion du Conseil pour l’IG Farben, 14 octobre 1949, MAE Colmar, AAA, 1393/4.

60Les responsables du projet peuvent donc à bon droit en espérer le succès. Dès octobre 1949, Simon Lazard annonçait d’ailleurs, lors d’une séance du conseil pour l’IG Farben (en liquidation), que « les industriels français, après s’être montrés réticents, se rendent compte maintenant, pour la grande majorité, de la nécessité de faire quelque chose à la BASF [...] [et] envisageraient la constitution d’une société holding, groupant l’ensemble des participants français, industries privées, industries d’Etat et banques »38. Or, il a fallu trois années pour constituer l’Union chimique. Trois années aussi seront nécessaires pour que le projet avorte définitivement.

  • 39 Le capital de la BASF se monte à 81 millions de DM en 1952, d’après International directory of comp (...)

61L’effort requis de chaque participant est pourtant limité. En mars 1954, on le fixe à 25 millions de francs, puis, un an plus tard, à 5 millions seulement, car on compte mettre à la charge de la Banque de l’Indochine 37 % du total. On espère que le Trésor public et deux entreprises nationales, Charbonnages de France et l’Office national de l’azote, allégeront sensiblement la somme exigée. L’investissement sera aussi réduit grâce au réemploi d’une créance dont disposent les membres du consortium depuis la liquidation de CHLOBERAG, la société de gestion fondée en 1948 pour exploiter les installations électrochimiques de Rheinfelden qui disparaît après quatre années d’une existence difficile. Surtout, on espère tirer avantage des actions détenues dans le capital d’IG Farben par les principaux groupes de l’industrie des colorants, essentiellement les Ets Kuhlmann, retombée inattendue de la création de Francolor durant l’Occupation, pour assurer le montage financier définitif de l’opération. Le sacrifice initial demandé à chaque firme semble donc restreint. Il permettrait de souscrire 1 million de DM d’actions de la BASF, soit 1,2 % seulement de son capital social à cette date39. On est donc très loin des 12 % qui avaient été initialement envisagés.

  • 40 Procès-verbal de la réunion du 16 mars 1954, Papiers Lazard, dossier BASF/Union chimique.
  • 41 Procès-verbal de la réunion du 14 juin 1955, même source.
  • 42 Note de Pierre Jouven à Raoul de Vitry relatant la séance, 23 juin 1955. Archives Pechiney, 01-14-2 (...)

62Pourtant, l’essentiel des réunions que tient l’Union chimique se passe à de vaines discussions lors desquelles les représentants des grands groupes concernés restent sourds au plaidoyer de Simon Lazard qui tente de les convaincre de l’intérêt national présenté par l’opération : « [Elle] ne peut être considérée uniquement comme une affaire financière destinée à procurer du profit, car les industriels français ne sont pas que des bailleurs de fonds. Elle doit au contraire être envisagée sur un plan beaucoup plus élevé, celui de la politique générale de l’industrie chimique française, et notamment celui des relations de cette dernière avec l’industrie chimique allemande »40. Finalement, après avoir chicané sur le montant trop élevé de la somme demandée, on conclut paradoxalement « qu’il vaudrait mieux ne rien faire que de se rendre ridicule en souscrivant un montant aussi réduit »41. En juin 1955, dans une atmosphère jugée « pénible » par l’un des participants, une dernière réunion se tient sans qu’aucune décision précise n’intervienne42.

  • 43 Compte rendu d’une conversation avec Simon Lazard, 10 juin 1954, Archives Pechiney, 01-14-20464.
  • 44 Exposé de Maurice Brulfer devant les directeurs généraux de Kuhlmann, Ugine, Solvay, Pechiney, Rhôn (...)

63Comment comprendre cet échec ? Maladresse des promoteurs du projet qui, en le présentant comme détaché de toute perspective de profit, ont peu de chances de persuader leurs interlocuteurs de son intérêt ? Expérience malheureuse de CHLOBERAG qui incite les participants à la prudence ? Dérobade des appuis financiers sollicités ? Les groupes publics contactés déclinent en effet les propositions, le Trésor se montre réticent et la Banque de l’Indochine est avant tout soucieuse de limiter au plus juste sa participation. C’est vraisemblablement surtout le caractère collectif de l’opération qui la rend peu attrayante pour des entreprises désireuses de ne s’engager que sur la base de leur intérêt propre bien compris. Comme l’explique, pour Pechiney, Raoul de Vitry à Simon Lazard à la veille de l’une des réunions de l’Union chimique : « Je lui ai fait observer que [...] nous avions sous diverses formes d’excellents contacts personnels avec les principaux dirigeants des principales affaires chimiques allemandes, que notre intention n’était pas du tout d’empêcher d’autres sociétés françaises de prendre une partie de la Badische si cela pouvait les intéresser, mais que nous-mêmes continuions à ne pas y voir d’intérêt »43. Un compte rendu établi lors de la phase préparatoire du projet par le représentant de Saint-Gobain fait ressortir une cause supplémentaire d’échec : la difficulté, pour les firmes qui détiendraient une participation minoritaire chez la BASF, de « concilier les désirs d’exportation de l’industrie allemande, actuellement favorisée par les Américains, et les nécessités de défense, soit du marché intérieur français, soit, encore plus, des possibilités d’exportation françaises »44. À suivre cette argumentation, on ne peut pas, en 1949, être à la fois industriel français et actionnaire minoritaire d’un groupe allemand qui, par nature même, est amené à nuire aux intérêts que l’on s’efforce de préserver. La force persistante du nationalisme économique ressort bien de telles remarques, à un moment pourtant où la reconstitution de la puissance allemande reste très hypothétique.

  • 45 Voir la présentation qu’en font Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit.. p. 494-497, ainsi que Jean-Pa (...)

64La prise de participation française au capital de la BASF a donc échoué. Le seul reliquat tangible de la tentative est le maintien, à son poste de membre du conseil de surveillance du groupe, de Simon Lazard. On a vu l’usage qu’il en fait au bénéfice de plusieurs groupes de l’industrie chimique française. Mais il ne peut être évidemment question d’autre chose que de fonctions d’observation. Quelles que soient les raisons de cet échec, sans doute plus complémentaires qu’opposées, il ne représente pas un cas isolé. L’» affaire Röchling » fournit un autre exemple significatif de l’incapacité des firmes françaises à mettre en oeuvre de grands projets de participation. Les principaux traits en sont bien connus45. Pourtant la part exacte qu’y ont prise, durant dix ans, certains grands groupes sidérurgiques français est intéressante à préciser, même si de nombreuses zones d’ombre demeurent.

  • 46 Note de Paul Simonet à Mitzakis, direction générale des Affaires économiques et financières, 11 aoû (...)

65Avec un tiers de la production d’acier et plus de 10 000 salariés, les Röchling’sche Eisenund Stahlwerke, sises à Völklingen, sont de loin la principale entreprise du territoire sarrois. Beaucoup de hauts fonctionnaires français sont, comme le chef du service du Contrôle des biens et des participations financières au GMZFO Paul Simonet, convaincus que « le gouvernement français est bien décidé à mettre la main, d’une façon ou d’une autre, soit directement, soit par l’intermédiaire de la « collectivité Sarre » sur les Aciéries Röchling »46. L’opération commence sous les meilleurs auspices. Les Aciéries ont été placées sous séquestre au lendemain de la guerre, ainsi que les biens personnels d’Hermann et Ernst Röchling, les membres de la famille les plus ouvertement compromis avec le régime nazi. Une partie du matériel a été attribuée à la France en 1949 au titre des réparations, représentant une valeur totale de 30 millions de RM 1938. Pour permettre le relèvement de l’économie sarroise, sur les instances notamment du haut-commissaire en Sarre Gilbert Grandval, on y a renoncé à tout démontage. L’État est donc devenu, aux côtés de la famille Röchling, copropriétaire des établissements, en une situation juridique mal définie, pour une proportion évaluée entre 60 et 70 % du capital de la société. Après la levée du séquestre, il suffira de trouver un repreneur privé capable de reprendre la firme. Il paraît en effet exclu que les Röchling puissent en retrouver le contrôle : le chef de maison, Hermann Röchling, purge la peine de prison à laquelle il a été condamné en tant que criminel de guerre et les autorités d’occupation, haut-commissaire en tête, voient dans un retour de la famille une menace évidente pour la poursuite de l’influence française en Sarre.

  • 47 Comme le montre Philippe Mioche, « Les entreprises sidérurgiques sous l’Occupation », Histoire, éco (...)
  • 48 La démarche aurait été effectuée en 1954, date qui paraît tardive par rapport aux autres éléments q (...)

66Cette vision confond sans doute un peu vite opinions politiques et relations d’affaires. Il ne s’agit pas de nier l’engagement d’Hermann Röchling aux côtés des nazis ni son rôle bien connu durant l’Occupation en tant que responsable de toute la sidérurgie lorraine, puis de l’ensemble de la France occupée, mais seulement de souligner que cela ne l’a pas empêché, tout comme son frère Ernst et les dirigeants des autres Konzerns sidérurgiques, de poursuivre pendant le conflit avec ses interlocuteurs français des relations d’affaires « normales »47. Au lendemain de la guerre, depuis sa prison, il adresse d’ailleurs à plusieurs correspondants français des « rapports [techniques] promettant monts et merveilles » et c’est même, selon Henri Malcor, alors directeur général du groupe Marine, un émissaire de la famille Röchling qui aurait pris contact avec Antoine Pinay pour connaître les intentions gouvernementales au sujet d’une reprise de Völklingen par des sidérurgistes français48. Il n’est donc pas évident que les opinions politiques des Röchling aient nécessairement nui aux intérêts économiques français en Sarre.

  • 49 Selon Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres..., op. cit., p. 129, n. 73. Nous (...)
  • 50 Note de François de Villepin à Michel Paul-Cavallier, 18 septembre 1950, Archives Pont-à-Mousson, P (...)

67Quoi qu’il en soit, le gouvernement français a le choix, pour le statut définitif des Aciéries Röchling, entre plusieurs solutions. Dès 1948, une reprise par la Régie Renault semble avoir été envisagée, qui n’est pas sans évoquer le précédent historique de l’UCPMI (Union des consommateurs de produits miniers et industriels), fondée en 1919 à l’instigation de Louis Renault pour reprendre l’aciérie d’Hagondange, dans l’ancienne Lorraine annexée49. Mais c’est à l’automne 1950 qu’est élaboré le premier projet de revente à des groupes sidérurgiques. Il repose exclusivement sur des capitaux privés. Comme les dimensions de l’entreprise paraissent excéder les capacités d’un repreneur isolé, on songe à monter une association entre un « consortium d’entreprises sidérurgiques françaises » et un groupe industrialo-bancaire américain qui rachèterait à l’État français et aux Röchling la totalité de l’affaire. Participeraient au groupe américain, qui serait majoritaire dans la combinaison, des banques (Lehmann, Chase Manhattan, Export-import bank) et de grands groupes industriels (Betlehem Steel, General Electric Company). Quant au groupe français, sa composition plonge la profession sidérurgique dans d’inextricables perplexités. La simple constitution d’une société d’études suscite au sein de la Chambre syndicale d’âpres discussions, comme le montre un compte rendu de réunion élaboré par le représentant de la Compagnie de Pont-à-Mousson : « M. Vicaire annonce qu’à son avis tous les membres de la sidérurgie doivent faire partie de la société d’études. M. Humbert de Wendel précise qu’il partage l’avis de Schneider, que personne n’entre dans cette opération de gaieté de coeur et que ce n’est que pour répondre à un appel du gouvernement français qui souhaite maintenir dans la Sarre une ambiance française. Cette affaire ne présente pas d’autre intérêt [...]. M. Aubrun [...] insiste pour que tout le monde fasse partie de la société d’études avec des parts égales »50.

  • 51 « Note pour le Ministre » de la direction du Trésor, signée Pierre-Paul Schweitzer et Jean Sadrin, (...)

68Faut-il donc renoncer à céder les Aciéries Röchling au secteur privé et les maintenir sous le contrôle exclusif de l’État ? Outre que cette solution, envisageable dans le climat de la Libération, paraît désormais en décalage par rapport aux grandes orientations de la politique économique suivie, une telle formule n’a que peu de partisans dans les milieux gouvernementaux. L’un d’eux, toutefois, n’est autre que le propre représentant de la France en Sarre, Gilbert Grandval, qui s’efforce de convaincre le ministère des Affaires étrangères que des repreneurs privés n’auraient pour but que de « maintenir la production de l’usine à un niveau faible, de façon à limiter la concurrence [faite] à l’industrie française »51.

69Aussi, ne pouvant ni faire reprendre intégralement les aciéries par des capitaux privés, ni procéder à leur étatisation, les pouvoirs publics esquissent une troisième solution : une prise de participation majoritaire d’un groupe sidérurgique français, en accord amiable avec la famille Röchling. A l’automne 1953, la Compagnie des Forges de Châtillon-Commentry et Neuves- Maisons entame des pourparlers en ce sens avec les représentants des Röchling. L’idée provient-elle de l’administrateur-séquestre de Völklingen, Georges Thédrel, qui est, rappelons-le, l’ancien directeur de l’usine de Neuves-Maisons ? On ne sait. Toujours est-il que ce projet paraît d’autant plus intéressant qu’il correspond à une vraie logique industrielle : le groupe français possède dans le bassin de Briey la mine de fer de Giraumont qui permettrait de garantir l’approvisionnement de Völklingen en minerai, un avantage précieux à l’heure où s’ouvre dans le cadre de la CECA le marché commun de l’acier. Mais les négociations sont rendues difficiles, car les Röchling exigent dans le capital des Aciéries la parité avec le groupe français.

70C’est alors qu’au printemps 1954 s’esquisse une nouvelle formule, nettement plus ambitieuse. Il s’agirait de faire reprendre la totalité du capital par un groupe privé français, Schneider et Cie. Là aussi, une intervention personnelle de Georges Thédrel, qui a dirigé une usine tchèque du groupe avant 1936, est vraisemblable. Par convention en date du 15 mars, la firme obtient des Röchling une option d’achat de huit mois sur leur part dans Völklingen. Le Crédit suisse s’engage à financer l’opération, par un prêt de 200 millions de francs suisses, équivalant à 16 milliards de F. Mais les conditions en sont si onéreuses - un remboursement en devises fortes, moitié au comptant et moitié à un an seulement d’échéance - que Schneider doit se tourner vers d’autres partenaires, les Aciéries de Pompey, Ugine et la Banque Paribas, pour les associer à l’opération. Enfin, alors que la société n’a pas informé au préalable le gouvernement de ses intentions, elle sollicite l’aide des pouvoirs publics, sous forme d’avances à long terme et bas taux d’intérêt, pour alléger sa charge financière et racheter à l’Etat sa propre part du capital des aciéries. Une nouvelle fois, cette solution avorte : le 15 novembre 1954, à l’expiration du délai de huit mois accordé par les Röchling à Schneider et Cie, la société ne peut lever l’option.

  • 52 Article d’Albert Duquet, intitulé « Les Röchling vont-ils revenir en Sarre ? », Le Monde, 17 mars 1 (...)

71Pour quelles raisons ? Selon un article paru postérieurement dans Le Monde, le gouvernement français, « peu enclin à renouveler l’expérience de la mine Harpen, hésitait à se prêter à de tels arrangements »52. Le projet aurait donc échoué parce qu’il a eu la malchance d’être présenté par Schneider et Cie peu après un autre rachat, celui d’Harpener Bergbau par SIDECHAR, en mai 1954, qui a été financé par un prêt de 15 milliards de F du Crédit National. Mais les Röchling auraient aussi contribué à l’échec, faisant traîner l’opération et refusant obstinément d’en diminuer le prix. Enfin, le consortium sidérurgique français, contraint de s’élargir, aurait perdu en cohérence, d’autant plus qu’aux trois participants initiaux, sont venus s’ajouter d’autres firmes, comme les Forges et aciéries de La Marine et de Saint-Etienne, les Forges de Firminy et le groupe Châtillon-Commentry-Neuves-Maisons, qui continue à s’intéresser à l’affaire, même s’il a renoncé à la contrôler à lui seul.

  • 53 Rapport d’André François-Poncet au ministre des Affaires étrangères, 3 mai 1955, cité dans Hans Man (...)

72Il faut donc revenir à une formule étatique, d’autant plus que, désormais, le temps presse. Par les accords signés à La Celle Saint-Cloud le 23 octobre 1954 entre Pierre Mendès France et Konrad Adenauer, le gouvernement français s’est engagé à lever les séquestres pesant sur la sidérurgie sarroise avant le référendum qui, à l’automne 1955, doit permettre aux Sarrois de choisir le statut de leur territoire. L’incapacité à faire aboutir pour les Aciéries Röchling une reprise par le secteur privé amène Antoine Pinay, successeur de Pierre Mendès France au ministère des Affaires étrangères, à conclure le 3 mai 1955, après « de longues heures de négociations » avec le chancelier Adenauer, un nouvel accord aux termes duquel la France et la République fédérale imposent aux Röchling de transférer à leur profit l’option initialement accordée à Schneider et Cie, pour le même montant, mais en prolongeant sa validité jusqu’au 15 juin53. A cette date, sera versée aux Röchling la première tranche du montant convenu, soit 100 millions de francs suisses, répartie par parts égales entre les deux pays. Reste à conclure le contrat de vente définitif, à élaborer les statuts de la future société et surtout à trouver les repreneurs privés qui accepteront de racheter aux deux États les parts de capital qu’ils ont dû provisoirement acquérir.

  • 54 Article de Max Kruk, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 avril 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

73Lourde tâche... Le problème a pris en effet dans les deux pays une tournure nettement politique, en France comme en Allemagne. Tandis qu’en France Antoine Pinay doit s’engager devant l’Assemblée nationale à faire du règlement de la question sarroise, dont l’affaire Röchling est l’un des éléments majeurs, l’une des conditions préalables à la ratification des accords de Paris qui intégreront l’Allemagne fédérale dans l’OTAN et l’UEO, en Allemagne une violente campagne de presse se déclenche, accusant la France de visées spoliatrices. Certains articles font même un parallèle entre l’attitude de la France et celle de l’URSS qui, par « sociétés anonymes » interposées, exploite les richesses des pays d’Europe centrale et orientale...54

74Les relations entre Paris et Bonn pâtissent bientôt de la tournure prise par l’affaire. Dans leurs transactions avec les représentants des ministères français et allemand des Finances pour la rédaction du contrat de vente et la fixation du règlement définitif, les Röchling en tirent un profit aisé. Ils enveniment encore l’affaire en obtenant du chancelier Adenauer la promesse de défendre leur point de vue à propos d’un litige qui oppose Völklingen aux Aciéries de Longwy. En 1907, le konzern Röchling avait cédé au groupe lorrain la propriété de la moitié d’une mine de charbon en Rhénanie, Carl-Alexander, en contrepartie d’un gisement de minerai de fer en Meurthe-et-Moselle, Valleroy. Mais le konzern s’était réservé un droit de préemption sur elle au cas où les Aciéries de Longwy décideraient de la revendre. Or, en 1945, celle-ci est devenue propriété de la Compagnie minière de Rhénanie, elle-même entièrement possédée par l’État. Considérant que les Aciéries de Longwy ont alors manqué à leurs engagements, la famille Röchling leur a intenté un procès devant le Landgericht d’Aix-la-Chapelle. En réponse, les Aciéries de Longwy ont déposé une plainte devant le Tribunal de grande instance de Thionville pour spoliation, les Röchling les ayant contraintes en 1943 à leur céder une filiale, la Société lorraine minière et métallurgique. Le ministre fédéral allemand des Finances Fritz Schäffer ayant rappelé à son homologue français Pierre Pflimlin la nécessité de tenir compte de ce double litige dans l’estimation de la valeur de l’entreprise au cours des négociations avec les Röchling, ainsi que le sens dans lequel le chancelier Adenauer s’est engagé à le voir résolu, Antoine Pinay doit procéder à une mise au point embarrassée :

  • 55 Lettre d’Antoine Pinay au ministre des Finances, 25 août 1955, MAE Colmar, AEF, 151/a.

« Il est exact qu’au cours des conversations que j’ai eues avec le chancelier Adenauer, celui-ci m’a énuméré les desiderata de la famille Röchling, mais je me suis borné à l’écouter, sans accepter que soit entamée une discussion à ce sujet [...]. Ainsi le gouvernement allemand a bien pu promettre aux Röchling de défendre leur point de vue auprès du gouvernement français, il n’a nullement promis, à ma connaissance, de le faire triompher. De toute façon, il s’agit là pour nous d’une res inter alios acta. Ces questions pourront bien être évoquées au cours des conversations avec les Röchling, mais notre liberté d’action reste totale »55.

  • 56 Note de Jean-Maxime Lévêque, chargé de mission à la direction des Finances extérieures, ministère d (...)

75Outre cette épineuse question, le désaccord entre les gouvernements français et allemand porte aussi sur l’évaluation de la part possédée par l’État français dans l’entreprise au titre des réparations dont le ministère des Finances français entend bien obtenir le règlement. Il a été convenu que la République fédérale, devenue temporairement co-propriétaire de Völklingen aux côtés de la France, lui en verserait la moitié, quitte à s’en faire ensuite rembourser le montant par l’entreprise qui reprendra définitivement l’affaire. Mais l’écart entre les évaluations proposées par les experts va de 1 à 14 : pour Paris, la créance française s’élève à 8,3 milliards de F, pour Bonn, elle atteint 600 millions seulement... La différence provient des taux de conversion retenus en Sarre entre francs français et Reichsmarks, puis deutsche Marks. Pour la France, ils diffèrent selon les catégories d’actifs possédés par les entreprises, alors que, pour l’Allemagne, un seul taux s’applique quelle que soit la nature des biens56.

  • 57 Note de Bernard Rivain au ministre-conseiller, 10 juillet 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.
  • 58 Article de Gilbert Mathieu, Le Monde, 11 novembre 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.
  • 59 Note sans indication d’auteur ni de destinataire, émanant vraisemblablement de Bernard Rivain et da (...)
  • 60 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 203.

76Enfin et surtout, alors que les deux gouvernements avaient cru possible de trouver rapidement des acquéreurs privés pour reprendre leurs parts dans l’entreprise, ils se heurtent à une réticence croissante des milieux d’affaires, tant français qu’allemands. Les raisons en sont différentes, même si elles renvoient à un arrière-plan commun : la proximité du référendum sarrois qui fait peser une lourde incertitude sur le statut futur du territoire. En France, le consortium Schneider-Ugine-Châtillon-Commentry se déclare toujours intéressé, mais « les conditions de son intervention éventuelle demeurent encore très incertaines »57. En Allemagne, les grands konzerns sidérurgiques « estiment imprudent d’engager des capitaux dans une entreprise qui risque de ne pouvoir se développer à l’ombre des géants rhénans et lorrains »58. On songe, comme quelques années auparavant, à faire intervenir des hommes d’affaires américains pour une part minoritaire du capital, mais les contacts pris ne débouchent sur aucun résultat concret. Le désarroi des pouvoirs publics semble réel, comme en témoignent des notes indiquant hâtivement les noms de divers repreneurs éventuels appartenant au secteur charbonnier. On y trouve les noms de l’ATIC (Association technique pour l’importation charbonnière), de la SICAP, des Charbonnages du Tonkin, avec l’indication de leurs dirigeants59. De même, selon le témoignage d’Henri Malcor, les fabricants d’aciers spéciaux qu’il a contactés, à la demande expresse d’Antoine Pinay, pour une reprise éventuelle des Aciéries Röchling subordonnent leur entrée éventuelle dans le capital à l’octroi par le Trésor public des moyens de financement nécessaires, ce qui calme aussitôt les velléités gouvernementales. D’ailleurs, les firmes intéressées sont divisées sur l’intérêt de l’opération : « Völklingen [...] était un concurrent redoutable, bien équipé. Fallait-il participer à sa croissance ou la contenir ? »60. La valse-hésitation des industriels, les incertitudes des pouvoirs publics fournissent aux Röchling un terrain propice à la défense de leurs intérêts. Ils ont tout loisir pour faire traîner le plus longtemps possible les négociations, quitte à formuler sans cesse de nouvelles exigences, dans le but évident d’attendre le résultat du référendum sarrois du 23 octobre 1955.

  • 61 Note de Bernard Rivain précitée, MAE Colmar, AEF, 151/b.

77Au lendemain de celui-ci, constatant que, contrairement aux promesses antérieures, le séquestre français n’a pas été levé, les Röchling rompent les pourparlers. Mais, compte tenu des résultats du scrutin, qui a donné une majorité écrasante aux partisans d’un retour immédiat à la République fédérale, il est devenu pratiquement impossible aux partisans d’un contrôle français sur les Aciéries de Völklingen de faire prévaloir leurs vues. Ceux-ci sont d’ailleurs de moins en moins nombreux. Si le ministère des Affaires étrangères et le nouveau chef de la mission diplomatique à Sarrebruck, Eric de Carbonnel, continuent à croire que l’abandon de Völklingen ruinerait définitivement l’influence française en Sarre, le ministère de l’Industrie et du Commerce estime que « sur le plan technique, la détention d’une participation dans l’usine de Völklingen ne présente aucun intérêt particulier pour l’économie française. [...] Des investissements considérables sont indispensables au cours des prochaines années pour assurer la modernisation des installations. [...] [Il serait] préférable que les fonds correspondants soient investis par la France sur son propre territoire. » Et le ministère des Finances rejoint ce point de vue61.

  • 62 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 18 janvier 1956, Archives (...)

78Chez les sidérurgistes, pourtant, tout espoir n’a pas disparu de récupérer l’affaire. Mais les hésitations et les querelles continuent, comme si, depuis 1950, rien n’avait véritablement changé. A la commission du CNPF chargée d’examiner les problèmes sarrois, tandis que le président de SIDELOR, Robert Baboin, « ne voit pas de sidérurgiste français qui soit intéressé » et estime qu’en l’absence de groupe sidérurgique réellement désireux d’acquérir les Aciéries Röchling, « on ne devrait pas s’en embarrasser et obtenir des Allemands et des Sarrois des avantages tangibles en cédant sur ce dernier point », Georges Thédrel, défendant sa gestion d’administrateur-séquestre, lui rétorque que « si les Français agissaient ainsi, ils manqueraient une merveilleuse affaire, [car] en quatre années les capitaux qui seront mis dans cette société seront remboursés par l’exploitation de Völklingen ». Et le directeur général de la Régie des mines de la Sarre, Pierre Couture, apparemment encore partisan de la solution dirigiste, déclare pour sa part que, « si les sidérurgistes n’en veulent pas, l’État fera, en conservant cette part, une excellente affaire »62.

  • 63 Hermann Röchling est mort à cette date, depuis le 25 août 1955.

79Mais la persistance des atermoiements n’est plus désormais de mise. Décidés à en finir, les pouvoirs publics relancent les pourparlers avec les Röchling. En novembre 1956, ceux-ci débouchent sur le triomphe quasi total des anciens maîtres de forges qui récupèrent la pleine propriété de leur entreprise. Les Röchling remboursent aux Trésors français et allemand les acomptes versés en contrepartie de l’option qu’ils avaient dû consentir aux deux gouvernements en juin 1955 et s’engagent à payer à l’État français, pour prix de la créance qu’il détient au titre des réparations, 2 milliards et demi de francs, soit 30 % de la somme qu’il s’estimait en droit d’obtenir du gouvernement de Bonn un an auparavant. Dans ces conditions, le séquestre français est enfin levé, tant sur les Aciéries de Völkingen que sur les biens personnels d’Hermann et Ernst Röchling63.

  • 64 Procès-verbal de l’accord, daté du 14 novembre 1956, MAE Colmar, AEF, 151/c.

80Quant au double litige en suspens avec les Aciéries de Longwy, il est réglé dans un sens assez défavorable aux intérêts français. Les Röchling renoncent à poursuivre les Aciéries de Longwy pour non respect de leur droit de préemption sur la moitié de la mine Carl-Alexander devenue propriété de la Compagnie minière de Rhénanie. Mais l’État français s’engage à leur restituer cette part, moyennant paiement d’une somme forfaitaire de 300 millions de F. Certes, pendant dix ans, 60 % du charbon extrait seront livrés à la France. Reste que, là encore, on assiste à la liquidation d’une importante participation. Les représentants français n’ont toutefois pas donné suite à une autre proposition des Röchling qui, pour 300 millions supplémentaires, consistait à obtenir la renonciation par les Aciéries de Longwy à leur plainte. Sur le plan commercial enfin, les Röchling refusent de confier la vente de leurs produits en France à une société contrôlée par des capitaux français, se bornant à promettre « de ne prendre aucune mesure de nature à apporter des perturbations sur le marché français et, en général, d’y poursuivre la politique commerciale du séquestre »64.

81Maigres consolations : il y a bien eu, en l’occurrence, renonciation à d’importants atouts dont l’industrie française aurait pu bénéficier en Allemagne. Tout suggère que la responsabilité de cet échec incombe au moins autant à l’indécision des entreprises privées qu’à la maladresse des pouvoirs publics.

  • 65 Lettre de Robert Aron, chef du service des Etudes économiques et financières de Paribas, au CGAAA, (...)

82Par son caractère spectaculaire et ses péripéties mouvementées, « l’affaire Röchling » éclipse le cas des autres firmes sidérurgiques sarroises qui avaient été mises sous séquestre après la guerre, les Neunkirchner Eisenwerke, propriété des familles Stumm et Wolff, et les Mannesmann Röhrenwerke, à Bous. Là aussi, les projets de reprise par des capitaux français ne débouchent sur aucun résultat significatif. Comme au lendemain de la première guerre mondiale, les candidats au rachat se manifestent pourtant de bonne heure, même s’il n’est pas toujours aisé de les identifier. C’est sans doute pour répondre au désir de commettants de ce type qu’en 1947 la Banque de Paris et des Pays-Bas réclame à l’administration une liste des entreprises métallurgiques sarroises, assortie du nom des administrateurs-séquestres qui y ont été désignés65. Mais à la différence de ce qui s’était passé lors du premier après-guerre, rien de durable n’aboutit.

  • 66 Voir sur ce point Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit., p. 496-497.

83À Neunkirchen, aciérie nettement moins importante que Völklingen, le séquestre français est levé à la veille du référendum d’octobre 1955, grâce à l’intervention du représentant de la France en Sarre, Eric de Carbonnel, personnellement favorable à la rétrocession aux anciens propriétaires qui ont accepté en contrepartie de défendre le statut d’autonomie lors de la campagne référendaire. Tranchant avec celle des Röchling, leur attitude, pour la famille Stumm du moins, s’explique-t-elle par le fait qu’elles sont associées depuis de longues années dans le capital des Forges et aciéries de Dilling et d’Halberger Hütte avec les groupes Pont-à-Mousson et La Marine- Homécourt ? Malgré d’inévitables conflits d’intérêts, les Stumm semblent avoir toujours entretenu des relations convenables avec leurs partenaires français. L’explication est vraisemblablement insuffisante, les interpénétrations d’intérêts n’ayant souvent que de lointains rapports avec les prises de position politiques. Toujours est-il que les responsables français, pour un avantage politique immédiat, certes appréciable mais qui n’a pas suffi à faire pencher la balance du côté souhaité, ont sacrifié des intérêts industriels non négligeables66.

  • 67 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Ly (...)

84Aux ateliers Mannesmann de Bous qui sont d’ailleurs, non pas une entreprise sidérurgique proprement dite, mais un fabricant de tuyaux, une reprise majoritaire par des capitaux français a pourtant lieu. L’affaire, de dimensions moyennes, avait déjà été contrôlée durant l’entre-deux-guerres par un consortium franco-belge de producteurs de tubes. En 1951, changeant de raison sociale, les Mannesmann Röhrenwerke deviennent la Société des usines à tubes de la Sarre. La part de Mannesmann n’y est plus que de 40 %, tandis qu’une majorité se constitue autour d’un groupe rassemblant Vallourec, la Compagnie française des métaux et la firme Escaut-et-Meuse67. Mais cette configuration du capital est temporaire : dès 1959, lors du retour de la Sarre dans l’espace économique allemand, la part de Mannesmann dans le capital social redevient majoritaire, avec 51 %, et la raison sociale est germanisée en Röhrenwerke Bous GmbH.

  • 68 Voir infra, deuxième partie, chapitres V et VI.

85Qu’il s’agisse d’industrie chimique ou de sidérurgie, les projets de participation française, lorsqu’ils concernent de grands groupes comme la BASF ou les Aciéries Röchling, ne débouchent que sur des résultats décevants. Irréalisme des responsables gouvernementaux ? Manque de fonds ? Autolimitation des appétits de la part des industriels ? Il nous faudra rechercher plus systématiquement des explications68. Notre propos consiste seulement ici à constater les symptômes d’insuffisance de la présence française. Sur le plan financier, l’un des plus inquiétants est le fait que, non seulement les grands projets de prises de participation débouchent sur peu de résultats concrets, mais que, lorsqu’ils existent, les entreprises françaises sont parfois amenées à défaire elles-mêmes ce qui a été construit.

C. LA LIQUIDATION DES AVOIRS ACQUIS EN ALLEMAGNE

86Les cas d’entreprises qui, après avoir réalisé une implantation en Allemagne, la revendent à une autre, concurrente ou non, doivent être abordés avec précaution. Tous ne doivent pas être interprétés comme des échecs. Parfois, l’installation n’avait qu’une portée limitée et était destinée, moins à conquérir des débouchés, qu’à observer l’évolution du marché ou à fabriquer sur place à bas prix des produits destinés au marché français.

  • 69 Lettre de Camille Paoli à Alfred Ourbak, 7 octobre 1953, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.
  • 70 Sur la base de 1 DM = 78,50 F en 1948 et 83,32 F en 1953. En valeurs réelles, 1 franc de 1948 équiv (...)
  • 71 Note de Paoli faisant le bilan de l’affaire, une semaine après l’expiration du contrat d’amodiation (...)

87Il en est ainsi des deux filiales fondées par la Société commerciale des potasses d’Alsace lors de l’immédiat après-guerre, la Badische Kaligesellschaft et Saralsa. La première est revendue dès octobre 1953, à l’expiration du contrat d’amodiation conclu en 1948 avec la Preussag, propriétaire du gisement de Buggingen. Le konzern proposant à la SCPA 220 000 DM pour en reprendre l’exploitation, le directeur de la Badische Kaligesellschaft, Camille Paoli, juge l’offre « raisonnable »69. En effet : la part de la SCPA dans le capital de la firme représente à cette date 55 000 DM. La SCPA récupère donc une somme quatre fois supérieure. Si l’on se réfère à la mise de fonds initiale, 3 300 DM en 1948, l’indemnité versée en 1953 représente 70 fois celle-ci en valeur nominale, 45 fois en valeur réelle70. Pouvait-on espérer davantage ? Le gisement badois est minuscule par rapport à ceux exploités en Basse-Saxe et en Hesse par les grands konzerns allemands de la potasse. Il se limite à une extraction brute, alors que ses rivaux sont largement diversifiés dans la grande industrie chimique. L’avenir de Buggingen est donc limité. Finalement, il a procuré à la SCPA « au lendemain de la défaite, un moyen efficace pour la reprise des relations avec les Potasses allemandes et un poste d’observation utile qui nous a permis d’obtenir des renseignements de première importance sur l’activité de nos concurrents allemands »71. On ne saurait mieux dire : le but n’était ni de conquérir un marché, ni d’obtenir une rentabilité immédiate, mais de contribuer à la définition d’une stratégie globale à l’égard de l’Allemagne. Cet objectif ayant été atteint, la poursuite de l’affaire ne présente plus de réel intérêt.

  • 72 Procès-verbal de la séance du conseil de surveillance de la SCPA, 22 octobre 1959, Archives SCPA, C (...)

88Le cas de Saralsa est peu différent. Lorsqu’en octobre 1958, les dirigeants de la SCPA reçoivent la visite du Dr Osthoff, représentant de leur associé, les Aciéries Röchling, au conseil d’administration, venu leur annoncer le désir des nouveaux propriétaires de Völklingen de mettre fin à l’association à l’occasion de la prochaine réintégration de la Sarre dans l’espace économique allemand, il ne s’agit en rien d’un événement catastrophique pour leurs intérêts. La liquidation de Saralsa se fait dans de bonnes conditions. Financièrement d’abord : la SCPA reçoit la part qui lui revient dans l’actif net, soit 53,4 millions de F. Comme elle avait souscrit au capital social pour 20 millions de F, elle encaisse donc une plus-value de 33,4 millions, somme jugée par le directeur général Alfred Ourbak « parfaitement compatible avec l’évolution des cours [de la potasse] »72. Commercialement ensuite : en vertu de l’accord conclu avec le consortium qui regroupe les producteurs sarrois de scories, la Thomas Schlackengesellschaft, la SCPA continue à recevoir pendant plusieurs années en admission temporaire 45 000 tonnes de scories par an, soit près de la moitié des livraisons que lui avait faites Saralsa durant la campagne 1958-1959. Stratégiquement enfin : la décision des Röchling étant depuis longtemps prévisible, les dirigeants mulhousiens ont pu investir dans de nouveaux ateliers de mélange sur le sol français et ont pris des contacts avec plusieurs firmes sidérurgiques, dans le Nord notamment, qui leur permettent de pallier la défection des aciéries sarroises. À la limite, le rattachement économique de la Sarre à l’Allemagne, à partir du 5 juillet 1959, représente une gêne plus importante pour leur ancien partenaire que pour eux, car, pour produire des quantités supplémentaires de scories potassiques, les Aciéries Röchling devront désormais acheter de la potasse à la SCPA en passant par l’intermédiaire de la société chargée de l’exclusivité de ses produits en Allemagne qui prélève sa propre commission et il leur faudra également supporter le tarif douanier en vigueur. Saralsa a donc échappé à ses fondateurs. Mais ceux-ci n’en subissent aucune conséquence négative majeure.

  • 73 Marc Drouot, André Rohmer et Nicolas Stoskopf, La fabrique de produits chimiques Thann et Mulhouse, (...)

89Parmi les liquidations d’avoirs possédés en Allemagne par les firmes françaises, un autre cas de figure est représenté par les entreprises dont la rentabilité, acquise au départ, s’est progressivement dégradée. Les conserver mettrait en péril la situation des maisons mères qui, par prudence, préfèrent en rechercher la liquidation. La Niob Bergbau fondée en 1949 par les Fabriques de produits chimiques de Thann et Mulhouse ressort de cette catégorie. Dès 1953, elle cesse de fonctionner, donnant ainsi « un meilleur exemple de coopération transfrontalière précoce que de réussite industrielle et commerciale, [car] la teneur du minerai est trop faible pour que le procédé d’enrichissement et de traitement chimique soit économique »73.

  • 74 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, II-B.

90Mais les dimensions réduites de l’entreprise limitent la portée de cet échec. Il n’en est pas de même d’Harpener Bergbau. Son manque de rentabilité oblige les actionnaires de SIDECHAR à envisager la revente moins de dix ans après son acquisition. À de rares exceptions près, comme en 1964, où SIDECHAR peut distribuer à ses adhérents un dividende de 5 %, l’équilibre comptable n’est atteint que grâce aux subventions reçues du Bund ou du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Certes une valorisation de la production dans la carbochimie a été tentée. Elle ne représente guère qu’un pis-aller. Aussi, dès juin 1963, des contacts sont pris, par l’intermédiaire de l’Union de banques suisses, pour un éventuel rachat par Thyssen. Puis l’on envisage une cession au Bund qui serait facilitée par les relations dont dispose en haut lieu une autre banque, la Berliner Handelsgesellschaft. Le remplacement d’Adenauer par Erhard, très hostile à une telle solution, fait avorter le projet quelques mois plus tard. En septembre 1964, le groupe luxembourgeois ARBED se porte candidat à une reprise partielle. Là encore, cette solution échoue, car il faudrait soumettre le dossier à la Haute Autorité de la CECA qui pourrait s’opposer à la vente, à cause de la situation juridique ambiguë qu’occupent dans l’affaire les Charbonnages de France74.

  • 75 Procès-verbal de la séance du 6 juin 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471.
  • 76 Les procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR conservés dans les Archives Saint-Gobain (...)

91Deux ans plus tard, constatant l’accumulation des stocks, le recul des ventes, au rythme de 5 % par an, la stagnation de la production et la médiocrité des rendements, Robert Lafitte-Laplace pose en pleine séance du conseil d’administration, qu’il préside, la question de savoir « si la participation [de SIDECHAR] dans Harpener garde encore pour nos adhérents un intérêt suffisant pour la conserver »75. Les réponses divergent, non pas sur le principe même d’une liquidation, qui semble faire l’unanimité, mais sur les modalités de la revente, certains voulant liquider à un prix convenu, d’autres souhaitant conserver des contrats à long terme de fourniture de charbon. Pour des raisons qui nous échappent76, SIDECHAR conserve cependant le gisement. En novembre 1968, le consortium figure, avec 4,77 % du capital, parmi les actionnaires de la Ruhrkohle AG, fondée sous les auspices du gouvernement fédéral pour rassembler les compagnies charbonnières et organiser la reconversion du bassin. La liquidation de la participation française n’interviendra que longtemps après, à l’occasion d’une revente à la Westdeutsche Landesbank en 1984. Mais l’intention de se défausser de cette participation est bien antérieure.

92Il est intéressant d’observer que, chez l’un des participants à SIDECHAR, on constate, sur ce point, une attitude inverse de celle à laquelle on s’attendrait à la lecture des mémoires des dirigeants. Il s’agit de la Compagnie de Pont-à-Mousson. Alors que Roger Martin affirme avoir pris conscience du caractère inéluctable de la revente des participations charbonnières du groupe dès 1957, il plaide, en octobre 1964 encore, auprès de ses collègues pour que les sidérurgistes français restent membres de SIDECHAR :

  • 77 Lettre de Roger Martin à Robert Murard, directeur général adjoint de Wendel-SIDELOR, 22 octobre 196 (...)

« L’extraction du charbon en Europe deviendra sans doute une opération de plus en plus déficitaire, mais il n’est pas concevable, du simple point de vue de son indépendance politique, que l’Europe ne continue pas de produire une certaine partie du charbon dont elle a besoin. La seule solution, à laquelle il faudra bien arriver un jour, c’est que tous les charbons soient vendus aux consommateurs européens aux prix mondiaux et que les États prennent en charge le déficit. Il apparaîtra alors que la Ruhr reste le fournisseur naturel de la Lorraine et qu’y posséder une place est pour nous une sécurité supplémentaire. Au demeurant, notre position géographique n’est pas tellement différente de celle de l’ARBED et j’ai toutes sortes de raisons d’avoir beaucoup d’estime pour la politique de l’ARBED »77.

  • 78 Comme le confirme, cette fois, le témoignage rétrospectif qui explique que « cette filiale n’a pres (...)
  • 79 Lettre de Jacques Beigbeder, directeur financier adjoint de la Compagnie, à André Grandpierre, 14 m (...)
  • 80 Roger Martin, Patron de droit divin..., op. cit., p. 219-223. L’implantation davantage luxembourgeo (...)

93« Pièges de la mémoire » ? En fait, la contradiction n’est qu’apparente entre le document de 1964 et les souvenirs rétrospectifs du chef d’entreprise. Même si, dans le premier, il estime nécessaire de garder la participation charbonnière du groupe, les raisons qu’il invoque sont la sécurité d’approvisionnement et la perception des subventions publiques, mais il estime déjà chimérique un retour à la rentabilité de l’exploitation. C’est bien d’ailleurs de 1957 que date un autre projet de liquidation de participations charbonnières appartenant à Pont-à-Mousson. Il porte, cette fois, sur Carolus-Magnus, le gisement détenu depuis 1911 par « Marmichpont ». Poussés dans cette voie, semble-t-il, par leurs partenaires du groupe Marine-Saint-Etienne, et notamment par Henri Malcor78, les dirigeants de Pont-à-Mousson envisagent de céder l’affaire, non pas à des Allemands, mais à leur filiale belgo-luxembourgeoise HADIR. Le projet semble bien avancé : en cas d’accord du gouvernement français, qui gère le gisement par l’intermédiaire de la Compagnie minière de Rhénanie pour le compte de ses anciens propriétaires, le prix requis serait « de l’ordre de 300 ou 400 millions de francs », assorti d’un contrat de livraison prioritaire de fines à coke, ce qui en ferait « une excellente affaire »79. On ignore si c’est effectivement sur cette base que la liquidation a été conclue. Quant à HADIR, c’est en décembre 1965 que, poussés cette fois par Roger Martin, les dirigeants de Pont-à-Mousson et ceux de Marine-Saint-Etienne décident d’en céder le contrôle à l’ARBED80.

94Enfin, si certaines participations françaises en Allemagne doivent être liquidées, c’est parce que leur revente permet à leurs propriétaires de trouver l’argent frais dont ils ont impérativement besoin pour se renflouer et éviter une faillite menaçante. Ainsi, lorsqu’en mars 1955 la Société anonyme d’industrie cotonnière cède aux compagnies d’assurances Victoria et Colonia le contrôle de la Schwäbische Zellstoff qu’elle exerçait par l’intermédiaire de sa filiale CECEL, cette décision, pour difficile qu’elle ait été, permet aux dirigeants du groupe de sauver l’essentiel : leur part dans l’usine d’Alizay qui, en Normandie, commence à produire de la pâte de cellulose selon le procédé développé durant la guerre par les ingénieurs chimistes allemands.

95Les circonstances qui conduisent les firmes françaises à liquider leurs avoirs outre-Rhin sont donc diverses. La liquidation des acquis ne doit pas toujours être interprétée comme un véritable échec. Reste qu’elle forme, à côté de la stagnation relative des investissements et de la renonciation aux grands projets de participation, un autre symptôme des déconvenues subies par les entreprises françaises dans leurs relations financières avec l’Allemagne. La coopération entre les firmes des deux pays parvient-elle du moins à de bons résultats ?

III. UNE COOPÉRATION ENCORE RÉDUITE ENTRE FIRMES FRANCAISES ET ALLEMANDES

A. UN MIRAGE : LA COOPÉRATION OUTRE-MER

  • 81 Voir les passages que consacre à ce sujet Chantal Metzger, dans l’ouvrage qu’elle a écrit en collab (...)

96La participation de l’Allemagne à la mise en valeur des ressources situées dans l’empire colonial français représente un thème qui, depuis son apparition à la veille de la première guerre mondiale, lors de l’accord de 1909 sur le Maroc, jusqu’à la décolonisation du début des années 1960, forme dans les relations franco-allemandes un véritable fil conducteur81. On sait combien l’espoir de voir cette coopération bilatérale permettre un rapprochement entre les deux pays a été propice aux malentendus de toutes sortes. C’est encore le cas après 1945 s’agissant de la mise en valeur de l’Union française.

  • 82 Sylvie Lefêvre, « Projets de développement économique en Afrique du Nord (1950-1955) », Revue d’All (...)

97On peut même parler de points de vue diamétralement opposés et difficilement conciliables. Les Français voient dans les Allemands des bailleurs de fonds utiles au lancement d’entreprises communes, mais ils en redoutent la concurrence en cas d’ouverture commerciale des territoires concernés. Les Allemands, de leur côté, sont surtout intéressés par les possibilités d’approvisionnement en matières premières et denrées agricoles, ainsi que par l’écoulement de leurs produits sur les marchés africains, mais ils cherchent à limiter au plus juste l’effort financier que la France attend d’eux. Cette incompatibilité se constate dès le plan Schuman. Assignant pour tâche essentielle à la construction européenne « le développement du continent africain », il conduit, dans le cadre du plan Labonne apparu en 1952, à des projets de mise en valeur d’« ensembles industriels » en Afrique du Nord, autour d’investissements réalisés par l’État, les grandes entreprises privées et les organismes bancaires auxquels l’Allemagne est conviée à se joindre82.

  • 83 Henning Otte, VAW versus Pechiney : les premiers producteurs d’aluminium en France et en Allemagne (...)

98En Afrique noire, la coopération bilatérale semble trouver un champ d’application prometteur dans l’industrie de l’aluminium. Pour faire face aux énormes investissements nécessaires à l’exploitation des gisements de bauxite de Guinée et à la construction de grands barrages fournissant le courant électrique à bas prix nécessaire à l’électrolyse de l’alumine, un rapprochement est envisagé entre Pechiney et Ugine d’une part, les Vereinigte Aluminium Werke (VAW) d’autre part. Les deux groupes français proposent aux VAW un financement commun du barrage d’Edéa au Cameroun, mais les Allemands repoussent l’offre, la jugeant trop déséquilibrée au profit de la partie française. Le barrage et l’usine d’électrolyse qui l’accompagne sont donc édifiés sans leur participation83.

  • 84 Compte rendu de visite à Bonn adressé à René Piaton et Raoul de Vitry, 8 juin 1953, Archives Pechin (...)
  • 85 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 229 et ss.

99De même, pour la mise en valeur de la bauxite de Guinée, Pechiney envisage en 1953 de faire appel à des concours étrangers. Lors d’une rencontre avec les dirigeants des VAW, le directeur de L’Aluminium français, André Dumas, leur promet qu’aucune autre firme allemande ne participera au projet. Cela ne suffit pas pour autant à les convaincre d’augmenter le montant de leur participation, qui ne peut représenter en toute hypothèse qu’« une tranche relativement modeste », les VAW étant alors engagées dans la remise en route de leur usine d’électrolyse de Grevenbroich, près de Dusseldorf, qui a souffert fortement de la guerre, puis du démantèlement partiel de ses installations84. Malgré les encouragements des pouvoirs publics, et notamment de Louis Jacquinot, ministre de la France d’outre-mer des gouvernements Mayer et Laniel, soucieux d’éviter un appel aux capitaux américains et canadiens, l’entrée éventuelle des VAW dans l’affaire reste problématique. Le konzern subordonne de plus sa participation à une garantie du gouvernement fédéral allemand. Au vu de ses réticences, Pechiney et Ugine décident de se tourner vers d’autres partenaires comme la firme américaine Olin Matheson, British aluminium et AIAG. Ainsi se constitue, en septembre 1956, FRIA-Compagnie internationale pour la production de l’alumine dont les fournitures doivent alimenter ultérieurement une usine d’électrolyse à proximité du barrage de Konkouré. Une nouvelle fois, la participation allemande s’est dérobée. Ce n’est qu’en novembre 1958, peu après la rupture politique entre la Guinée et la France, que les VAW acceptent de souscrire à une part, modeste (5 %), du capital de FRIA. Bientôt les exigences croissantes du gouvernement guinéen priveront l’affaire d’une grande partie de son intérêt, alors que les premières cargaisons d’alumine sont fournies en 196085.

  • 86 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 11 mai 1955, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689. Plac (...)
  • 87 Lettre de Georges Morin à René Favier, 12 mars 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689.

100D’autres projets de coopération franco-allemande outre-mer sont également envisagés. Certains sont d’origine patronale. En mai 1955, Robert Lemaignen, qui préside la commission de Coopération économique du CNPF, revenant d’une mission d’étude à Washington auprès de la Banque mondiale, plaide auprès de ses collègues pour la formation de « groupes franco-allemands d’entreprises, soit pour créer des industries, soit pour exécuter des travaux publics déterminés, [...] non pour giberner sur de vastes plans à la manière de la SEPEMI du général Picot, mais sur des cas concrets »86. Quatre ans plus tard, devenu commissaire européen, il prévient les dirigeants de la Compagnie de Pont-à-Mousson de la nécessité de prévoir « une certaine participation étrangère » pour accéder aux ressources du Fonds européen de développement dans le cadre de travaux d’adduction d’eau à Diégo-Suarez. Il leur suggère de fonder, en commun avec d’autres partenaires, « des bureaux d’études pour la réalisation de grands ensembles situés en Afrique, comprenant des spécialistes français et, si possible, allemands ou italiens ». La réponse ne tarde guère : les dirigeants mussipontains s’y refusent, craignant que de tels bureaux, « une fois installés dans nos anciens territoires d’outremer, [ne] développe[nt] leur activité et crée[nt] aux entreprises françaises une concurrence dont on peut deviner les effets »87.

  • 88 Bulletin d’information du poste de Hambourg, 1957, n° 5, MF, direction des Relations économiques ex (...)

101Quant aux projets de coopération d’origine gouvernementale, plus fréquents, ils ne conduisent pas à des résultats beaucoup plus convaincants. La mise en place du Marché commun n’incite pas les milieux patronaux des deux pays à rapprocher leurs points de vue. Les Français continuent de refuser toute pénétration allemande dans leurs « chasses gardées ». Les Allemands redoutent de sacrifier leurs intérêts en Afrique noire britannique et portugaise en consentant un effort financier trop important au profit des colonies françaises et belges. Au moment de la signature du traité de Rome, l’Afrika Verein Hamburg-Bremen, qui regroupe dans les ports hanséatiques les firmes de négoce spécialisées dans le commerce avec l’Afrique, se déclare hostile à la « formation d’un bloc qui pourrait amener à laisser de côté les intérêts non négligeables de la République fédérale dans les pays africains demeurés en dehors de l’association » et demande que l’on « étudie activement le problème CEE-zone de libre-échange sous l’angle africain »88.

  • 89 « Retour d’un voyage en Afrique noire française », Echanges franco-allemands, n° 10, juillet 1957, (...)

102Un voyage d’études en AOF et en AEF auquel participe en 1957 un groupe d’industriels et de financiers français et allemands révèle bien cet écart persistant de points de vue. Il visite les installations d’alumine de Guinée, l’usine d’électrolyse d’Edéa au Cameroun, les gisements de manganèse du Gabon, ceux de cuivre et de fer de Mauritanie. Parmi ces réalisations, certaines émanent de consortiums auxquels participent, pour de faibles parts, des firmes allemandes. Ainsi, des intérêts sidérurgiques, parmi lesquels Mannesmann, Klöckner, Hoesch, Gutehoffnungshütte, détiennent 9 % du capital de la Société des mines de fer de Mekambo (Gabon) et 10 % de celui de la MIFERMA (Mauritanie). Pourtant le Dr Otto Pirkham, de la Deutsche Bank, qui participe à ce voyage d’études et est également membre de la Chambre de commerce franco-allemande, juge tous ces projets peu susceptibles d’attirer l’attention de ses compatriotes, à cause de la « trop grande influence de l’État » qui s’y manifeste et du faible nombre des « dispositions [qui] y garantis[sent] la sécurité des investissements étrangers ». Par contre, il juge plus intéressants des investissements dans « des PME africaines aux riches perspectives [...] : conserves de poisson, jus de fruits, articles ménagers, meubles, confection et habits, textiles, etc. » et ne manque pas de souligner que « le marché africain est particulièrement prêt à recevoir quelques produits allemands, comme par exemple des voitures, des produits chimiques et pharmaceutiques, des articles électrotechniques et ménagers, des machines agricoles de toute sorte »89. Ces remarques, formulées à l’intention des membres de la Chambre, ne peuvent tomber plus mal à propos auprès d’entreprises qui redoutent la concurrence dans leur « domaine réservé » et ont amplement les moyens financiers nécessaires pour investir dans l’industrie légère en Afrique noire, alors qu’elles souhaitent voir des partenaires allemands contribuer davantage au financement de grands projets dans l’industrie lourde qui dépassent leurs propres moyens.

  • 90 Exposé d’A. Janet, ingénieur-conseil à Paribas, devant la commission Banques et assurances de la Ch (...)
  • 91 Rapports d’activité d’Henry Douffiagues, directeur général, au conseil de surveillance de la SCPA, (...)

103Il n’est pas surprenant, dans ces conditions, que les quelques exemples de coopération industrielle entre firmes françaises et firmes allemandes ayant conduit à des réalisations effectives se situent, en cette fin des années 1950, souvent à l’extérieur de l’Union française. On peut énumérer : une centrale électrique et une usine d’engrais en Egypte, auprès du barrage d’Assouan, associant Schneider et Cie et les Grands travaux de Marseille d’une part, la BASF, Uhde et Hochtief de l’autre ; un groupement pour l’exportation de locomotives électriques en Inde, auquel participent Alsthom, Jeumont-Schneider, AEG, Siemens & Schuckert ; deux sociétés d’étude et de financement de projets industriels où la Deutsche Bank a pour partenaires deux banques françaises : la Banque de Paris et des Pays-Bas d’une part (Société européenne de développements industriels), la Banque de l’Indochine de l’autre (Consortium européen pour le développement des ressources naturelles)90. Dans les territoires de l’ex-empire français, la pénétration allemande se fait souvent indépendamment de toute coopération avec les intérêts français. Les exceptions sont rares : Wintershall et Francarep sont associés en 1959 dans une société de prospection pétrolière au Sahara ; la Deutsche Bank fonde avec le Crédit Lyonnais en 1962 la Société ivoirienne de banque, à laquelle participent également la Banca italiana et la Morgan guaranty international banking corporation ; la SCPA et Salzdetfurth créent en 1965-1966 la Société ivoirienne d’engrais et la Société industrielle d’engrais du Sénégal, au capital desquelles les pouvoirs publics africains participent également91.

  • 92 Sylvie Lefèvre, « Projets de développement économique en Afrique du Nord », op. cit., p. 588.

104Le caractère très isolé de tels exemples montre bien que, de préférence aux mirages de participation commune à la mise en valeur de l’outre-mer, c’est, comme l’écrit Sylvie Lefèvre, « le théâtre européen [qui] s’avère désormais le plus favorable pour le développement de la coopération franco-allemande »92. Même dans ce cadre cependant, les relations entre les entreprises des deux pays ne débouchent pas toujours sur des résultats tangibles.

B. LA PRÉFÉRENCE POUR DES FORMES LIMITÉES DE COOPÉRATION

105Pour matérialiser d’éventuels rapprochements entre firmes françaises et firmes allemandes, de multiples formules sont possibles : création de filiales de production, fondation de comptoirs de vente, échange de brevets, organisation de participations croisées, octroi de licences d’exploitation, tenue de rencontres régulières entre ingénieurs ou cadres commerciaux... Or il est symptomatique de constater que, parmi elles, ce sont les plus simples et les moins contraignantes qui sont souvent préférées.

  • 93 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Ly (...)

106Pour le montrer nous avons d’abord cherché à dresser un tableau des accords de coopération signés entre les entreprises françaises et leurs homologues allemandes entre 1948 et 1969, à partir de plusieurs catégories de sources : une étude bancaire établie en février 195893, le contenu de la rubrique « Coopération franco-allemande » qui figure régulièrement dans la revue de la Chambre officielle de commerce franco-allemande à partir de 1956, des renseignements tirés des archives d’entreprises ou de la bibliographie disponible. Nous avons tenté de préciser la nature de ces accords, considérant comme « techniques » les cessions de licences et échanges de brevets, « commerciaux » les contrats de distribution exclusive ou préférentielle, valables dans chacun des deux pays ou sur les marchés d’exportation, enfin comme « filiales » les accords créant de véritables sociétés de production, sises en France ou en Allemagne, détenues à parts égales entre firmes des deux pays, quel qu’en soit le statut juridique (joint-ventures).

Tableau 23. Accords de coopération entre entreprises françaises et entreprises allemandes

Tableau 23. Accords de coopération entre entreprises françaises et entreprises allemandes
  • 2 Compagnie française des matières colorantes
  • 3 Compagnie européenne de tunnels, conduites et canalisations
  • 4 Compagnie européenne de moteurs rotatifs pour automobiles
  • 5 Omnium technique des transports par pipe-lines

Note (*)2
Note (**)3
Note (***)4
Note (****)5

  • 94 Pour reprendre l’expression de Georges-Henri Soutou, L’alliance incertaine..., op. cit., p. 57. Voi (...)
  • 95 Michel Hau, La maison De Dietrich de 1684 à nos jours, Strasbourg, Oberlin, 1998, p. 294.

107Plusieurs des accords mentionnés ici obéissent à une logique davantage politique ou militaire qu’économique. C’est en particulier le cas de ceux qui concernent le matériel d’armement, même lorsqu’ils se nouent entre des firmes privées avec parfois l’aval des organisations patronales comme en 1955, où le CNPF et le BDI oeuvrent à la formation d’un Pool franco-allemand des armements qui répartit les commandes offshore adressées par les États-Unis aux pays européens. De fait, c’est surtout l’intervention des gouvernements qui permet l’organisation d’une véritable coopération dans la construction militaire. Les protocoles de Colomb-Béchar signés en janvier 1957 par les ministres de la Défense respectifs, Maurice Bourgès-Maunoury et Franz-Josef Strauss, ouvrent ainsi une « période exceptionnelle d’accord stratégique profond entre Paris et Bonn »94qui débouche sur la construction en Allemagne sous licences françaises d’avions Nordatlas, Atlantic, Transall et de missiles Hot, Milan, Roland. C’est dans une perspective semblable que Nord-Aviation acquiert en 1965 le tiers du capital du constructeur allemand Bölkow, puis fonde l’année suivante avec lui une société de commercialisation. Dans le domaine du matériel militaire terrestre, c’est pour fabriquer des carcasses de pontons et des véhicules amphibies que De Dietrich s’associe en 1963 avec les Eisenwerke Kaiserslautern à l’intérieur d’une filiale commune, Pontesa95. Il reste que ces relations, qui dépendent directement de décisions prises au sein des ministères de la Défense, n’appartiennent pas vraiment à notre champ d’études. Si l’on décide de les écarter, on dénombre 72 accords « civils » conclus entre firmes françaises et firmes allemandes entre 1948 et 1969. D’une période à l’autre, la progression est inégale : 10 accords « civils » sont signés entre 1948 et 1955, puis 15 entre 1956 et 1960, 6 seulement entre 1961 et 1965. Mais on assiste ensuite à une indéniable, quoique tardive croissance, puisque 41 le sont entre 1966 et 1969, soit 57 % du total.

108Tous les secteurs sont concernés par le phénomène. Les plus « modernes » sont présents, comme l’électronique, avec les accords entre Grundig et CSF, Siemens et CGE, AEG et CFT, ce dernier portant sur les procédés de télévision en couleurs PAL et SECAM. Mais les plus « traditionnels » le sont également : l’agroalimentaire, avec le rapprochement entre un fabricant strasbourgeois de foies gras, Feyel, et une firme de Francfort spécialisée dans les potages en conserves, Lacroix ; les instruments de musique, avec l’accord passé entre les maisons Gaveau et Schimmel ; le bâtiment et les travaux publics ; les produits de luxe, etc. Ce n’est donc pas le nombre d’accords de coopération entre firmes françaises et firmes allemandes ni leur évolution qui pose problème. La faiblesse est ailleurs. Elle se trouve dans l’insuffisante proportion de ceux qui prévoient la fondation de filiales communes de production. Ils représentent moins de 30 % du total, avec 20 accords conclus entre 1948 et 1969. Il y a bien, de la part des firmes intéressées, préférence pour des formes limitées de rapprochement, tant en durée qu’en contenu.

C. DES RÉSULTATS SOUVENT MÉDIOCRES

109Un dernier phénomène renforce l’impression d’une coopération relativement limitée entre firmes françaises et firmes allemandes. Son aboutissement demeure souvent inachevé. Parfois en effet la volonté de rapprochement disparaît avant de s’être réellement concrétisée. Parfois aussi, les partenaires se séparent au bout d’un délai plus ou moins long, constatant la disparition des bases de leur accord ou leur incapacité mutuelle à faire aboutir le projet qu’ils avaient conçu ensemble.

  • 96 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, 6 juillet 1964, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes intern (...)

110Il existe plusieurs exemples de ces tentatives inabouties. C’est le cas du « réseau européen de conduites d’oxygène » envisagé par les producteurs de gaz industriels français et allemands au milieu des années 1960. Techniquement souhaitable pour assurer l’interconnexion des réseaux nationaux desservant les aciéries de France, d’Allemagne, de Belgique et du Luxembourg, le projet semble prendre un bon départ en juillet 1964, lors d’une réunion tenue à Bruxelles où les dirigeants de L’Air Liquide, Knapsack-Griesheim et Linde s’entendent sur le principe de la création d’une société commune. Or cette dernière s’avère rapidement impossible à constituer. On lui trouve certes aisément un nom, Euroxygen, et un siège social, Luxembourg. Mais on ne parvient pas à s’entendre sur la composition de son capital social. L’Air Liquide, forte de son avance technique en ce domaine, en réclame la moitié pour sa filiale Oxylor. Mais ses deux partenaires allemands n’entendent pas se trouver réduits à la portion congrue. De plus L’Air Liquide veut imposer sa participation pour la construction du réseau qui, en Sarre, doit équiper les usines sidérurgiques et qui se raccorderait au réseau Oxylor à Carling. Finalement, chacun des partenaires campant sur ses positions, la structure financière globale envisagée ne peut être mise sur pied96.

111Quant à la séparation à l’amiable entre deux partenaires qui s’étaient associés pour une entreprise commune, un exemple en est fourni par la Compagnie chimique de la Méditerranée (Cochimé), fondée en janvier 1966 par la BASF et Shell-France. En l’occurrence, le konzern allemand poursuit une orientation qu’il a déjà mise en oeuvre avec le groupe pétrolier Shell en Allemagne même, dans le cadre des Rheinische Olefinwerke fondées dès 1953 pour produire, à Wesseling près de Cologne, du polyéthylène et d’autres dérivés du pétrole. En France, le but de Cochimé est analogue. Berre a été retenu pour cette implantation, car une raffinerie Shell y est déjà installée et procurera à la future entreprise la matière première de ses fabrications. Il est également probable que le fait que Hoechst, grand rival de la BASF, projette une usine à Lavéra en coopération avec Naphtachimie et Ruhrchemie a contribué à cette orientation vers la région marseillaise.

  • 97 Lettre de Bernhard Timm à Simon Lazard, 30 novembre 1964 ; notes de Simon Lazard après rencontres a (...)

112Le siège social de Cochimé se trouve à Paris, rue de Berri, dans les locaux de Shell-France. Son capital initial est de 10 millions de F, souscrit à égalité entre les deux groupes qui disposent chacun de cinq sièges au conseil d’administration. La présidence alterne tous les trois ans entre un représentant de la BASF, puis de Shell-France. Son premier titulaire est Simon Lazard, qui, pressenti pour cette tâche depuis novembre 1964 par les dirigeants allemands, a accepté de la remplir, après s’être assuré au préalable qu’elle ne susciterait de réticences ni à L’Air Liquide, ni chez Hoechst97.

  • 98 Didier Lazard, Tenir le cap dans l’imprévisible..., op. cit., p. 98-99.

113Les difficultés ne tardent pas à s’accumuler : retards dans l’obtention des autorisations nécessaires au démarrage des travaux, lenteurs dans le rythme de construction, désaccords entre les deux directeurs provisoires, l’un français, nommé par Shell-France et responsable de l’administration, l’autre allemand, désigné par la BASF et chargé de la technique. Au comité d’entreprise, les deux hommes s’affrontent, donnant aux délégués de la CGT l’occasion de peser sur les décisions et obligeant le président de Cochimé à « faire de l’acrobatie pour soutenir le directeur technique (allemand) contre le directeur administratif (français) »98.

114Finalement, au bout de plusieurs années d’un fonctionnement difficile, le partenaire allemand décide de mettre fin à l’expérience. La BASF liquide sa part dans Cochimé et choisit Tarragone, en Espagne, pour y implanter, seule cette fois, l’usine de production d’éthylène initialement prévue sur les rives de l’étang de Berre et qui n’a jamais pu véritablement démarrer. Caractéristique des difficultés de fonctionnement auxquelles se heurtent les associations entre entreprises françaises et entreprises allemandes qui tiennent aux obstacles administratifs, aux difficultés de prise des décisions, à la différence entre les « cultures d’entreprises », le cas de Cochimé montre bien que la coopération industrielle entre les entreprises des deux pays, malgré la floraison d’initiatives de plus en plus nombreuses, peut encore conduire, à la fin des années 1960, à d’importants mécomptes.

***

115Quel que soit le domaine considéré, qu’il s’agisse d’exportations, d’implantations directes ou de technologie, que les entreprises françaises agissent seules ou qu’elles tentent de coopérer avec des partenaires allemands, les déceptions, les lacunes, les renoncements sont nombreux. On ne voit guère se manifester sur ce plan une évolution qui permettrait une atténuation progressive des difficultés. A la fin des années 1960, les joint-ventures créées entre firmes françaises et allemandes sont certes plus nombreuses que dans le passé. Elles demeurent néanmoins fragiles et doivent parfois être dissoutes par suite du retrait de leurs fondateurs. De même, les entreprises françaises remportent des succès commerciaux grandissants sur le marché allemand pour de nombreuses catégories de produits. Elles n’en sont pas moins souvent devancées par leurs concurrentes. À cet égard, tout semble se passer comme si l’ouverture des frontières et la disparition des derniers droits de douane entre les Six s’opéraient à leur détriment. Enfin, financièrement, la liquidation de certains avoirs, qu’elle soit effective ou projetée, volontaire ou forcée, illustre la faiblesse persistante des positions françaises, de la Schwäbische Zellstoff à Harpener Bergbau en passant par Saralsa. Quant aux grands projets de participation nourris par les pouvoirs publics, ils s’avèrent incapables de déboucher sur des résultats tangibles, que ce soit dans l’industrie chimique, avec la renonciation à une participation au capital de la BASF, ou dans la sidérurgie, où les tenants de la francisation des Aciéries Röchling subissent une véritable déconfiture.

116Ces insuffisances conduisent à nuancer singulièrement l’impression optimiste qui se dégage de l’intensification des liens avec l’Allemagne. Au-delà de cette simple constatation, elles amènent à s’interroger sur les causes de ces difficultés et à se demander si les stratégies suivies par les entreprises face à l’Allemagne sont bien adaptées aux buts qu’elles recherchent.

Notes

1 Chiffres calculés, pour ce tableau et le suivant, d’après Le mouvement économique en France 1949-1979, séries longues macroéconomiques, INSEE, 1981, p. 177-178.

2 Même source que les tableaux précédents.

3 Chiffres calculés à partir des annuaires de la Metallgesellschaft, Tableaux statistiques, puis Metalstatistics, Francfort, années 1954, 1962 et 1971.

4 Pourcentage calculé, pour l’année 1913, à partir des chiffres de Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre l’Allemagne et la France de 1898 à 1914, op. cit., p. 778-782.

5 Hans-Joachim von Hake (secrétaire général de la COCFA), « Dix ans d‘échanges commerciaux franco-allemands », Revue économique franco-allemande, n° 3 , 1965 , p. 22-27.

6 Echanges franco-allemands, n° 18, décembre 1959, p. 13-14.

7 Note à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962 ; compte rendu d’une réunion « Allemagne » présidée par Jean Delorme, 7 novembre 1969, Papiers Lazard, dossiers AL/Linde/BASF et GALCO/Réunions et comptes rendus/1961-1963.

8 « Note pour M. Jean Delorme. Document de travail sur l’Allemagne », 30 novembre 1967, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

9 Calculs effectués sur la base de 1 DM = 1,55 FF. Le chiffre d’affaires de DALE pour 1970 est tiré d’une note de S. Lazard datée du 12 janvier 1971. Celui de L’Air Liquide pour la même année provient d’une étude comparative avec son concurrent allemand Messer-Griesheim, établie par S. Lazard pour Jean Pineau, directeur général adjoint du groupe, 29 juin 1971, Papiers Lazard, dossiers Chrono/Notes internes et GALCO/Réunions et comptes rendus/1965-1973.

10 « Renseignements recueillis par Mme von Friesen à l’occasion de sa visite aux usines Klöckner avec M. Dupaty », transmis par S. Lazard à Jean-Tony Jenn, directeur de L’Air Liquide, 6 octobre 1960, Papiers Lazard, dossier GALCO/Klöckner Werke.

11 Compte rendu par S. Lazard d’une conversation à Francfort avec Konrad Weil, membre du directoire de Hoechst chargé des questions commerciales et vice-président du conseil de surveillance de Messer-Griesheim, 14 novembre 1961, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

12 Rapport d’activité de Messer-Griesheim pour 1967, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes-rendus/1965-1973.

13 Note de S. Lazard à Pierre Bruneton accompagnant la transmission d’un article du Handelsblatt du 27 janvier 1969 relatant l’inauguration, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes internes.

14 Etude relative au marché allemand, réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 juin 1967, Archives Pechiney, 05-9401172.

15 Cegedur, Prévisions de parts de marché en Europe, sd (1967), Archives Pechiney, 01-02-9400452.

16 Voir supra, première partie, chapitre II, I-A.

17 Rapport annuel de perspectives, 15 avril 1969, Archives Pechiney, 01-02-9400442.

18 Note de P. Chemel à François Bénard, 19 octobre 1970, Archives Pechiney, 01-02- 9400450.

19 Voir la carte infra, annexe V, établie à partir de la correspondance commerciale de la SACM de 1948 à 1965, CERARE, 15 A 453 à 457.

20 Instructions envoyées par la firme à son représentant en Allemagne, E. Fälschle, 1er juin 1965, Archives SACM, CERARE, 15 A 457.

21 François Bernard, L’Alsacienne de constructions mécaniques..., op. cit., p. 324.

22 Revue économique franco-allemande, 1967, n° 1, p. 7.

23 Chantal Sarrazin, « Les flux d’investissements directs entre la France et l’Allemagne fédérale », in Paule Arnaud-Ameller et Françoise Marnata (dir.), Les flux d’investissements directs entre la France et l’extérieur 1965-1978, Paris, Éditions du CNRS, 1981, 206 p., p. 27-35 et tableaux p. 115-116.

24 MAE Colmar, AEF, c.814, d.8 à 10, sd.

25 Lettre de maître Jean Féblot à Breton, direction des Relations économiques extérieures, 25 septembre 1950, MAE Colmar, AAA 1371/a.

26 « Pechiney aux Pays-Bas. Industrie, écologie et culture économique au milieu des années 1960 », entretien avec Jean Poincaré, in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy, Industrialisation et sociétés en Europe occidentale..., op. cit., p. 175-185.

27 Nous résumons ci-après les renseignements contenus dans les « dossiers Ruhr, Stade et Flessingue » adressés par Jacques Bocquentin, directeur-adjoint de L’Aluminium français, à Pierre Jouven, le 22 janvier 1968, Archives Pechiney, 001-8-20514. Ils nous ont été confirmés par Jean Poincaré, ancien directeur des Relations européennes chez Pechiney, dans un entretien qu’il nous a accordé le 21 septembre 2000.

28 Déclaration faite en janvier 1968 et reproduite par Gaston Messud, « De la suite dans les idées. Pechiney 1945-1070 », étude dact. inédite, Archives Pechiney, 1972, 2 vol., XI- 340 p., cit. p. 254-255.

29 Voir la carte reproduite infra en annexe VI, extraite du « dossier Ruhr » précité.

30 Comme le montre Daniel Boullet, Entreprises et environnement en France de 1960 à 1990 : les chemins d’une prise de conscience, thèse, Université de Paris X-Nanterre, 1999, 577 p., que nous avons pu consulter grâce au professeur Alain Plessis qui a dirigé ce travail.

31 Note de Maurice Serpette, directeur de Pechiney, à Pierre Jouven et Philippe Thomas, 16 décembre 1968, Archives Pechiney, 001-8-20514.

32 Patrick Fridenson, « The growth of multinational activities in the French motor industry 1890-1979 », in Peter Hertner et Geoffrey Jones (dir.), Multinationals : theory and history, Aldershot, Gower publishing company, 1986, p. 157-168.

33 Sous la présidence de Pierre Dreyfus, Maurice Bousquet a dirigé les relations extérieures de Renault, puis s’est occupé des fusions-acquisitions et est devenu directeur général adjoint de la SAVIEM à partir de 1965. Quant à Carl Hahn, après avoir fait ses preuves dans le lancement de la Coccinelle aux États-Unis, il dirige le département Ventes de Volkswagen. Manquant de peu la succession d’Heinz Nordhoff en 1968, ce n’est que treize ans plus tard, après un passage chez Continental, qu’il parvient à la présidence de Volkswagen. Voir sur ces carrières les indications de Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres..., op. cit., p. 208-209, n. 19 et d’Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 124-125, 261 et 276.

34 Voir supra, première partie, chapitre Ier, III-C.

35 Handbuch der Grossunternehmen, Darmstadt, Verlag Hoppenstedt und Co., 3 vol., éd. de 1968. Sont indiqués en outre la date de fondation, le montant et la répartition du capital social, la composition des organes dirigeants, les plus importantes participations et, parfois, les chiffres d’affaires et effectifs des deux années précédentes. C’est la source qui a été utilisée pour établir les quatre tableaux suivants.

36 Voir infra, annexe VII.

37 Renseignements tirés d’Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 220-221 et 237. On peut rajouter à ce tableau le fait que Carl Wurster entretint jusqu’à sa mort en 1974 des relations confiantes et amicales avec Simon Lazard.

38 Procès-verbal de la réunion du Conseil pour l’IG Farben, 14 octobre 1949, MAE Colmar, AAA, 1393/4.

39 Le capital de la BASF se monte à 81 millions de DM en 1952, d’après International directory of company histories, op. cit., 1988, vol. 1, p. 306.

40 Procès-verbal de la réunion du 16 mars 1954, Papiers Lazard, dossier BASF/Union chimique.

41 Procès-verbal de la réunion du 14 juin 1955, même source.

42 Note de Pierre Jouven à Raoul de Vitry relatant la séance, 23 juin 1955. Archives Pechiney, 01-14-20464.

43 Compte rendu d’une conversation avec Simon Lazard, 10 juin 1954, Archives Pechiney, 01-14-20464.

44 Exposé de Maurice Brulfer devant les directeurs généraux de Kuhlmann, Ugine, Solvay, Pechiney, Rhône-Poulenc et Saint-Gobain, 17 mai 1949, Archives Saint-Gobain, CSG 293 (2)/471.

45 Voir la présentation qu’en font Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit.. p. 494-497, ainsi que Jean-Paul Cahn, Le second retour. Le rattachement de la Sarre à l’Allemagne 1955-1957, Berne, Peter Lang, 1985, VII-319 p.

46 Note de Paul Simonet à Mitzakis, direction générale des Affaires économiques et financières, 11 août 1947, MAE Colmar, AEF, c.517, p. 2, d.212.

47 Comme le montre Philippe Mioche, « Les entreprises sidérurgiques sous l’Occupation », Histoire, économie et société, 1992, n° 3, p. 397-414.

48 La démarche aurait été effectuée en 1954, date qui paraît tardive par rapport aux autres éléments que nous avons pu rassembler. Voir son témoignage dans Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., p. 202.

49 Selon Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres..., op. cit., p. 129, n. 73. Nous n’avons pu trouver trace de ce projet dans les sources que nous avons consultées.

50 Note de François de Villepin à Michel Paul-Cavallier, 18 septembre 1950, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685. Rappelons que Jules Aubrun préside la Chambre syndicale de la sidérurgie.

51 « Note pour le Ministre » de la direction du Trésor, signée Pierre-Paul Schweitzer et Jean Sadrin, 21 février 1956, MAE Colmar, AEF, 151/a. Indications complétées par une note de Bernard Rivain, conseiller financier à l’ambassade de France, à André François-Poncet, 10 janvier 1956, ibid.

52 Article d’Albert Duquet, intitulé « Les Röchling vont-ils revenir en Sarre ? », Le Monde, 17 mars 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

53 Rapport d’André François-Poncet au ministre des Affaires étrangères, 3 mai 1955, cité dans Hans Manfred Bock, Les rapports mensuels d’André François-Poncet, haut commissaire français en Allemagne 1949-1955. Les débuts de la République fédérale d’Allemagne, Paris, Imprimerie nationale, 1996, p. 1391.

54 Article de Max Kruk, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 avril 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

55 Lettre d’Antoine Pinay au ministre des Finances, 25 août 1955, MAE Colmar, AEF, 151/a.

56 Note de Jean-Maxime Lévêque, chargé de mission à la direction des Finances extérieures, ministère des Finances, à Bernard Rivain, attaché financier à Bonn, 12 août 1955, MAE Colmar, AEF, 151/a.

57 Note de Bernard Rivain au ministre-conseiller, 10 juillet 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

58 Article de Gilbert Mathieu, Le Monde, 11 novembre 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

59 Note sans indication d’auteur ni de destinataire, émanant vraisemblablement de Bernard Rivain et datée du 16 juin 1955, MAE Colmar, AEF, 151/b.

60 Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 203.

61 Note de Bernard Rivain précitée, MAE Colmar, AEF, 151/b.

62 Compte rendu par François de Villepin à André Grandpierre de la séance du 18 janvier 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669.

63 Hermann Röchling est mort à cette date, depuis le 25 août 1955.

64 Procès-verbal de l’accord, daté du 14 novembre 1956, MAE Colmar, AEF, 151/c.

65 Lettre de Robert Aron, chef du service des Etudes économiques et financières de Paribas, au CGAAA, 9 octobre 1947, MAE Colmar, AAA, 1369/2.

66 Voir sur ce point Armin Heinen, Saarjahre..., op. cit., p. 496-497.

67 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 917-19, TD 621, confirmée par une note de François de Villepin à Pierre Single, directeur général d’Halbergerhütte, 17 octobre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455, l’informant, après une rencontre avec l’industriel du tube Maurice Silhol, que « leur affaire de Bous est maintenant complètement réorganisée. [...] Les vieux Mannesmann [y] sont rentrés avec 40 %. » La prise de contrôle franco-belge durant l’entre-deux-guerres est évoquée par Roger Martin, Patron de droit divin..., op. cit., p. 118-119.

68 Voir infra, deuxième partie, chapitres V et VI.

69 Lettre de Camille Paoli à Alfred Ourbak, 7 octobre 1953, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

70 Sur la base de 1 DM = 78,50 F en 1948 et 83,32 F en 1953. En valeurs réelles, 1 franc de 1948 équivaut à 1,55 F de 1953.

71 Note de Paoli faisant le bilan de l’affaire, une semaine après l’expiration du contrat d’amodiation, 7 novembre 1953, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

72 Procès-verbal de la séance du conseil de surveillance de la SCPA, 22 octobre 1959, Archives SCPA, CERARE, 14 A 1108.

73 Marc Drouot, André Rohmer et Nicolas Stoskopf, La fabrique de produits chimiques Thann et Mulhouse, op. cit., p. 193.

74 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, II-B.

75 Procès-verbal de la séance du 6 juin 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471.

76 Les procès-verbaux du conseil d’administration de SIDECHAR conservés dans les Archives Saint-Gobain s’interrompent malencontreusement en 1966.

77 Lettre de Roger Martin à Robert Murard, directeur général adjoint de Wendel-SIDELOR, 22 octobre 1964, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471. Le passage de Patron de droit divin..., op. cit., auquel nous faisons allusion se trouve p. 196.

78 Comme le confirme, cette fois, le témoignage rétrospectif qui explique que « cette filiale n’a presque jamais fait de bénéfice et [que] son charbon nous était vendu au prix commercial » (Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor..., op. cit., p. 191).

79 Lettre de Jacques Beigbeder, directeur financier adjoint de la Compagnie, à André Grandpierre, 14 mai 1957, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 678.

80 Roger Martin, Patron de droit divin..., op. cit., p. 219-223. L’implantation davantage luxembourgeoise que sarroise de HADIR nous a amené à l’écarter du champ de notre étude.

81 Voir les passages que consacre à ce sujet Chantal Metzger, dans l’ouvrage qu’elle a écrit en collaboration avec David Birmingham et Muriel Chamberlain, L’Europe et l’Afrique, de 1914 à 1970, Paris, SEDES, 1994, p. 7-105, ainsi que sa thèse, publiée sous le titre L’empire colonial français dans la stratégie du Troisième Reich (1936-1945), Berne, PIE-Peter Lang, 2002, 2 vol., 753 et 376 p. On trouve aussi de nombreux documents sur ce thème dans Horst Möller et Klaus Hildebrand (dir.), Die Bundesrepublik Deutschland und Frankreich : Dokumente 1949-1963, tome II, Munich, K.G. Saur, 1997, p. 1047-1095.

82 Sylvie Lefêvre, « Projets de développement économique en Afrique du Nord (1950-1955) », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 1993, n° 24, p. 581-588.

83 Henning Otte, VAW versus Pechiney : les premiers producteurs d’aluminium en France et en Allemagne dans l’âge d’or de l’industrie de l’aluminium (1945-1970), mémoire de maîtrise ss. la dir. de Philippe Mioche, Université d’Aix-Marseille I, 1997-1998, p. 30.

84 Compte rendu de visite à Bonn adressé à René Piaton et Raoul de Vitry, 8 juin 1953, Archives Pechiney, 00-15-20 441. Sur la situation de l’industrie allemande de l’aluminium après 1945, voir Manfred Knauer, « Une industrie née de la guerre. L’aluminium en Allemagne de 1890 à 1950 », in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy, Industrialisation et sociétés en Europe occidentale..., op. cit., p. 127-142.

85 Gaston Messud, « De la suite dans les idées... », op. cit., p. 229 et ss.

86 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 11 mai 1955, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689. Placée sous la direction du général Georges-Picot, la SEPEMI (Société d’études pour l’équipement minier et industriel) est l’organisme qui a été fondé par le plan Labonne. Quant à l’expression « giberner », elle signifie bavarder, causer, tout en se refusant à prendre des engagements précis.

87 Lettre de Georges Morin à René Favier, 12 mars 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689.

88 Bulletin d’information du poste de Hambourg, 1957, n° 5, MF, direction des Relations économiques extérieures, B 49409.

89 « Retour d’un voyage en Afrique noire française », Echanges franco-allemands, n° 10, juillet 1957, p. 8-10.

90 Exposé d’A. Janet, ingénieur-conseil à Paribas, devant la commission Banques et assurances de la Chambre de commerce franco-allemande, Echanges franco-allemands, n° 11, novembre 1957, p. 2-4. La Société européenne de développements industriels semble avoir intéressé Saint-Gobain qui rassemble toute une documentation à son sujet lors de sa création (Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223).

91 Rapports d’activité d’Henry Douffiagues, directeur général, au conseil de surveillance de la SCPA, 20 mai 1965 et 26 mai 1966, Archives SCPA, CERARE, 14 A 1115 et 1116.

92 Sylvie Lefèvre, « Projets de développement économique en Afrique du Nord », op. cit., p. 588.

93 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 917-19, TD 621.

94 Pour reprendre l’expression de Georges-Henri Soutou, L’alliance incertaine..., op. cit., p. 57. Voir aussi sur ce point les recherches de Gérard Bossuat, « Les armements dans les relations franco-allemandes... », op. cit., p. 601-615 et les analyses très précises d’Ulrich Albrecht, « Rüstungsfragen im deutsch-französischen Verhälnis (1945-1960) », in Andreas Wilkens (dir.), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen..., op. cit., p 135-169.

95 Michel Hau, La maison De Dietrich de 1684 à nos jours, Strasbourg, Oberlin, 1998, p. 294.

96 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, 6 juillet 1964, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes internes.

97 Lettre de Bernhard Timm à Simon Lazard, 30 novembre 1964 ; notes de Simon Lazard après rencontres avec Jean Delorme, 11 décembre 1964, et Karl Winnacker, 23 février 1965, Papiers Lazard, dossier Cochimé/Conseils d’administration.

98 Didier Lazard, Tenir le cap dans l’imprévisible..., op. cit., p. 98-99.

Notes de fin

1 Pour pouvoir comparer ce tableau avec des données postérieures, nous regroupons sous ce terme les participations situées en 1948 dans le Bade-Sud, le Wurtemberg-Hohenzollern et le Wurtemberg-Bade, même si ce n’est qu’en 1952 que ces trois Länder ont fusionné pour donner naissance au Bade-Wurtemberg.

2 Compagnie française des matières colorantes

3 Compagnie européenne de tunnels, conduites et canalisations

4 Compagnie européenne de moteurs rotatifs pour automobiles

5 Omnium technique des transports par pipe-lines

Table des illustrations

Titre Tableau 11. Taux de croissance annuels moyens comparés des exportations1 (en %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 12. Taux de croissance annuels moyens des exportations françaises vers plusieurs pays industrialisés (en %)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 8 et tableau 13. Soldes de la balance commerciale franco-allemande2
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre (En millions de F constants 1969)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 9 et tableau 14. Importations allemandes d’aluminium depuis la France3
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Graphique 10. Composition des exportations françaises par catégories de produits5
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau 15. Pertes cumulées d’Edelgas-DALE depuis 1962
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 16. Parts de marché de Cegedur dans différents pays d’Europe (%)15
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 11. Paticipations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Graphique 12. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau 17. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 18. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1948
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 19. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Graphique 13. Participations des entreprises françaises dans l’industrie allemande en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 20. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 14. Entreprises industrielles françaises détenant des participations en Allemagne en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 21 et graphique 15. Capital moyen investi par les firmes françaises dans l’industrie allemande en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Tableau 22. Localisation des participations françaises en Allemagne par Länder en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Graphique 16. Localisation des participations françaises en Allemagne par Lander en 1968
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 23. Accords de coopération entre entreprises françaises et entreprises allemandes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Note (*)2Note (**)3Note (***)4Note (****)5
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2654/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable