Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Première partie. L'intensification des relations avec l'Allemagne

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Au lendemain de la guerre, on pouvait légitimement s’interroger sur l’avenir des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Par-delà les facteurs politiques et psychologiques qui en faisaient un pays répulsif pour les chefs d’entreprise français, en dehors de quelques cas dus au voisinage géographique, à la dépendance technologique ou aux besoins énergétiques, les données économiques ne semblaient guère propices à un profond bouleversement dans ce domaine. L’avenir semblait inciter les entreprises à nouer d’autres relations, avec des partenaires comme la Grande-Bretagne, riche alors d’un niveau de vie dépassé seulement en Europe par deux pays restés neutres durant le conflit, la Suisse et la Suède, comme les États-Unis, forts de leur supériorité technologique et de leur puissance financière, comme aussi les territoires de l’Union Française, que beaucoup persistaient à décrire comme un champ d’expansion prometteur pour le capitalisme français.

2Un quart de siècle après, la transformation est spectaculaire. À la fin des années 1960, il semblerait inimaginable à la plupart des grands groupes français de négliger d’entretenir des rapports réguliers avec leurs homologues allemands. Beaucoup se tiennent systématiquement au courant de leurs résultats financiers, admirent leurs progrès techniques, apprécient leur capacité à pénétrer sur les marchés étrangers, même s’ils en redoutent parfois pour eux-mêmes les conséquences. Les hommes politiques et les hauts fonctionnaires ont pour objectif avoué d’encourager ce mouvement et de rééquilibrer le « couple franco-allemand », pour éviter qu’à une Allemagne encore « nain politique », mais « géant économique », on compare une France qui n’a pas su trouver les moyens matériels de ses ambitions diplomatiques.

3Sans négliger pour autant le poids qu’a eu, dans cette mutation, le contexte économique qui s’est avéré souvent favorable, ni oublier la part qu’y ont prise divers acteurs, comme les banques ou les institutions consulaires, il faut reconnaître que le changement est dans une large mesure l’oeuvre des entreprises elles-mêmes.

4Après un mauvais départ, elles ont su élaborer peu à peu de véritables stratégies à l’égard de l’Allemagne. Conquête du marché, prises de participation dans le capital d’entreprises, fondation de réseaux de vente, filiales ou succursales, recours aux transferts de technologie, tous ces éléments combinés ont permis d’intensifier leurs relations avec l’outre-Rhin. Renouant avec un passé lointain, on a vu s’établir avec leurs partenaires des rapports prometteurs qui, désormais, à la différence de ce qui s’était produit durant la période de l’Occupation, se nouent sur une base de stricte égalité. Le dialogue franco-allemand progresse, à travers les réunions des institutions consulaires et des associations spécialisées, mais plus encore grâce aux contacts divers, contractuels ou non, durables ou éphémères, qui se développent entre les entreprises privées. On y parle, bien évidemment, « affaires », c’est-à-dire qu’on s’y livre à une évaluation perpétuelle des chances de profit, des perspectives de ventes, des rapports de forces entre partenaires, d’où l’alternance qui caractérise ces relations de phases de compétition et d’entente, de symptômes d’éloignement et de rapprochement.

  • 1 Le mouvement économique en France 1949-1979, séries longues macroéconomiques, Paris, INSEE, 1981, (...)

5Sans ces efforts qu’accomplissent des entreprises de tous secteurs, tailles et régions, on ne comprendrait guère comment l’Allemagne a pu, dès 1956, se hisser au rang de premier partenaire commercial de la France, opérant avec l’Algérie un étonnant « chassé-croisé »1, ni comment elle est redevenue une direction importante pour les investissements extérieurs, même si, en ce domaine, les résultats sont moins brillants puisqu’en 1965, elle n’est encore que le cinquième pays de destination des investissements directs français, loin derrière la Grande-Bretagne, la Suisse, l’Espagne et l’Italie.

6Il reste qu’il ne faut pas exagérer les succès obtenus. Les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne connaissent leurs limites. En témoignent la rareté des fusions, l’échec fréquent des projets de coopération à long terme, l’évolution souvent décevante des prises de participation, la faiblesse de la part de l’industrie dans les exportations face aux produits agricoles et aux matières premières livrées à l’état brut ou semi-brut. Ce sont ces multiples insuffisances qu’il nous faut maintenant tenter d’examiner et d’expliquer.

Notes

1 Le mouvement économique en France 1949-1979, séries longues macroéconomiques, Paris, INSEE, 1981, p. 177-178. Nous raisonnons sur la somme des importations et des exportations. Interrompue brièvement en 1957-1958, la tendance reprend, pour ne plus disparaître, à partir de 1959.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540