Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Première partie. L'intensification des relations avec l'Allemagne

Chapitre III. Un environnement propice

Texte intégral

1Si les rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne ont pu s’intensifier à partir de 1948, malgré l’étroitesse de leur base de départ, ce n’est pas seulement parce que les firmes ont su conduire et affirmer ce qui, chez certaines du moins, peut être qualifié de stratégie allemande, mais aussi parce que de multiples facteurs sont intervenus qui, tous, ont peu ou prou contribué à modifier le cadre dans lequel s’insèrent ces rapports.

2Les pouvoirs publics viennent ici en premier lieu. On a pu déjà apprécier leur poids lors de telle ou telle initiative d’apparence privée, en fait décidée dans les bureaux de Paris, Baden-Baden ou Sarrebruck. Mais leur rôle est encore plus ample. Ils s’efforcent de regrouper les firmes intéressées par l’évolution des rapports franco-allemands en fondant des organismes représentatifs de leurs intérêts. Ils tentent de limiter ou de contrôler le relèvement économique de l’Allemagne, du moins jusqu’à l’affirmation progressive, à partir du milieu des années 1950, d’une coopération égalitaire entre les deux pays. Ce sont eux, enfin, qui signalent aux entreprises les projets d’origine étrangère venus à leur connaissance et susceptibles de contrecarrer leurs ambitions outre-Rhin.

  • 1 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, op. cit., p. 240-248. Pour un exempl (...)

3La place des banques est également importante pour comprendre l’intensification des rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne, car elles ne se bornent pas à fournir aux entreprises les moyens de leur développement lorsque celles-ci ne peuvent ou ne souhaitent pas faire appel à l’autofinancement. Elles transmettent des renseignements utiles, servent d’intermédiaires avec les partenaires allemands, aident à élaborer une stratégie industrielle. Peu marqué du côté des banques parisiennes, malgré de notables exceptions, ce rôle est plus apparent chez les banques allemandes, conformes à leur tradition de « banques à tout faire ». Il l’est également chez les banques alsaciennes dont on sait à quel point, dès avant 1914, elles se sont inspirées du modèle allemand1.

4Enfin le contexte économique, marqué initialement par de multiples contraintes, s’améliore ensuite, à mesure que s’affirme la croissance. La libération des échanges commerciaux et des mouvements de capitaux, réalisée certes de façon dissemblable et à des dates différentes dans chacun des deux pays, représente pour les entreprises une chance à saisir. Elles peuvent désormais commercer librement avec l’Allemagne, y transférer les fonds nécessaires à leur développement, en rapatrier les profits réalisés, ce qui leur était interdit depuis le début des années 1930. Dans cette évolution du contexte économique d’ensemble, il convient de faire une place à part à la construction européenne qui est une puissante incitation au développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne, même si certaines en redoutent les effets. Y contribue souvent une pointe d’antiaméricanisme, car, pour beaucoup de dirigeants, l’implantation grandissante des firmes états-uniennes outre-Rhin est un motif supplémentaire d’intensifier leurs efforts, tout en souhaitant parallèlement que l’Europe s’organise.

I. L’APPUI DES POUVOIRS PUBLICS

A. LE REGROUPEMENT DES INTÉRÊTS PRIVÉS

  • 2 La carrière de haut fonctionnaire de l’ancien chef du mouvement de Résistance est sobrement évoquée (...)

5À l’occasion de leurs contacts avec l’Allemagne, les entreprises françaises sont amenées à entretenir de fréquents rapports avec les services administratifs. Parmi ces derniers, certains exercent une mission spécifique et temporaire, définie dans le cadre de l’occupation française en Allemagne. C’est le cas notamment de la direction générale de l’Economie et des Finances, animée, au sein du Haut-Commissariat, par de hauts fonctionnaires comme Jean Filippi ou Paul Leroy-Beaulieu qui ont puissamment marqué l’évolution des rapports bilatéraux. D’autres ont une tâche de portée plus générale en tant qu’administration de tutelle, comme les directions de branches au ministère de l’Industrie et du Commerce, souvent placées sous l’autorité d’hommes qui restent longtemps en fonctions, tels Pierre Guillaumat aux Carburants (1944-1951), Albert Denis aux Mines et à la Sidérurgie (1949-1968) ou Jean-Pierre Lévy aux Industries textiles et diverses (1947-1970)2. Mais, quels qu’ils soient, tous ces services administratifs sont à la recherche d’interlocuteurs capables d’exprimer le point de vue de leurs commettants et de leur servir de relais auprès des entreprises privées.

  • 3 Sur le développement de ces contacts entre les deux patronats français et allemand, voir Marine Mog (...)

6Aussi, dès les lendemains de la défaite allemande, l’administration encourage la naissance d’associations regroupant les intérêts privés concernés par l’évolution des rapports bilatéraux. Loin d’être spontané, le mouvement, qui conduira à l’actuelle Chambre franco-allemande de commerce et d’industrie, est impulsé par les pouvoirs publics. Il acquiert toutefois une progressive autonomie, en un développement qui doit être relaté ici, car il contribue de manière non négligeable à l’intensification des rapports entre les entreprises françaises et leurs partenaires d’outre-Rhin3.

  • 4 Lettres de Paul Turot à Barbier, inspecteur des Finances, état-major de la Défense nationale, 7 sep (...)
  • 5 Lettre de la direction des Relations économiques extérieures, ministère des Finances, au service du (...)

7Dès l’été 1945, donnant suite aux suggestions émanant de certains membres du patronat, tels Paul Turot, directeur de l’Association nationale d’expansion économique, et André Lebelle, ancien chef de la section allemande du Comité des conseillers du commerce extérieur, Jean Filippi prend l’initiative de « susciter la formation d’une Association de commerçants et industriels français ayant exercé leur activité en Allemagne [pour] regrouper nos compatriotes ayant déjà été, avant-guerre, en relations d’affaires avec l’Allemagne, ainsi que nos commerçants et industriels désireux, soit d’y nouer des rapports, soit de s’installer dans la zone soumise à notre administration »4. Dix-huit mois plus tard, en janvier 1947, cet organisme prend le nom d’Association pour le commerce et l’industrie en Allemagne (ACIA). Sa marge d’indépendance à l’égard de l’administration reste étroitement limitée. Ce sont les hauts fonctionnaires qui composent son comité de surveillance et les pouvoirs publics n’y tolèrent qu’avec beaucoup de réticence l’adhésion de personnes de nationalité allemande, dont le seul intérêt est, à leurs yeux, de « procurer les ressources en marks » nécessaires à l’association5.

  • 6 Lettres de Krombach à François de Villepin, 7 octobre 1946, et de François de Villepin à André Gran (...)

8Une autre institution, née cette fois à Paris, sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, regroupe les détenteurs de créances ou d’avoirs en Allemagne, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises. Il s’agit de l’Association française de défense des intérêts et participations en Allemagne (AFIPA). Présidée par Pierre Jaudon, un conseiller aux Affaires étrangères qui a représenté la France dans les tribunaux mixtes d’arbitrage, elle a pour secrétaire général un cadre de la maison De Wendel, Krombach. Dès octobre 1946, l’AFIPA proteste auprès du gouvernement contre la gestion des séquestres en zone britannique d’occupation : ceux-ci, en faisant fréquemment fonctionner à perte les firmes qui leur sont confiées, nuisent aux « intérêts légitimes de leurs propriétaires », notamment dans le cas des charbonnages appartenant à des entreprises françaises. Deux mois plus tard, lors d’une réunion tenue à Paris au domicile d’Humbert de Wendel, à laquelle participent les représentants de quatre firmes sidérurgiques (De Wendel, Aciéries de Longwy, Redange-Dilling, Pont-à-Mousson), de la Compagnie de Saint-Gobain et de la Société générale alsacienne de banque, on dresse la liste des questions à régler : taux d’indemnisation des dommages de guerre, reconstitution éventuelle du Syndicat rhénano-westphalien de la houille, dispositions à inclure dans les traités de paix. On échange aussi certaines informations : François de Villepin, qui représente à Paris les intérêts de Pont-à-Mousson, s’alarme d’apprendre que les Pays-Bas souhaiteraient une légère rectification de frontière risquant de couper en deux la concession territoriale de Carolus-Magnus6.

9L’action de l’AFIPA est relayée par celle de l’Association pour la sauvegarde des biens et intérêts français à l’étranger (ASBIFE), toujours placée sous la présidence de Pierre Jaudon. Possédant une section Allemagne qui, aux dires de son président, est la plus importante par le nombre de ses adhérents, celle-ci sert de relais au gouvernement pour défendre le point de vue français dans les nombreuses négociations tripartites consacrées au problème des restitutions et des réparations au lendemain du conflit. Tout comme ses homologues présents dans d’autres pays d’Europe (Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg), elle prépare des mémorandums soumis au Sous-comité des intérêts étrangers qui, au sein de la Haute Commission alliée, est chargé de la protection des biens étrangers en Allemagne.

10Parmi les multiples problèmes auxquels se consacre l’ASBIFE, beaucoup intéressent les entreprises : rapatriement des créances bloquées, réparation des dommages de guerre, sort des brevets et des marques de fabrique, questions fiscales... Il n’est donc pas surprenant qu’aux côtés de juristes comme le professeur Raymond Geouffre de la Pradelle, siègent à son comité directeur les représentants de firmes comme Saint-Gobain, Schlumberger, la Société alsacienne de constructions mécaniques. Quant à ses adhérents, on y recense à la fin de l’année 1949 193 noms pour la seule section Allemagne. Après élimination des personnes privées (30 cas) et des sociétés détenant des biens localisés en Europe orientale et devenus irrécupérables depuis la fin de la guerre (18 cas), on constate que, parmi les 145 membres restants, figurent toutes les firmes qui sont alors intéressées au développement des relations économiques franco-allemandes. Même si les plus nombreuses appartiennent à des secteurs comme le pétrole, la chimie et le caoutchouc, la construction mécanique et électrique, la banque et l’assurance, on observe une surreprésentation d’autres catégories : textile (16 cas), agroalimentaire (12 cas, parmi lesquels 5 maisons de Champagne), autres biens de consommation (10 cas, parmi lesquels 4 firmes de parfumerie et de cosmétiques). La composition numérique de l’ASBIFE reflète un aspect resté encore traditionnel des relations commerciales franco-allemandes, où les entreprises appartenant au domaine du luxe demeurent largement présentes.

  • 7 Chiffres calculés à partir des rapports d’activité de l’Association pour la sauvegarde des biens et (...)

Graphique 3. Entreprises adhérant à l’ASBIFE (section Allemagne) au 31 décembre 19497

Graphique 3. Entreprises adhérant à l’ASBIFE (section Allemagne) au 31 décembre 19497
  • 8 Mémorandum au sous-comité des Intérêts étrangers auprès de la Haute Commission alliée, 20 janvier 1 (...)
  • 9 Note transmise par le secrétaire de l’Association à Robert Gillet, direction des Affaires économiqu (...)
  • 10 Lettre de G. Perrineau, président de la Compagnie minière de Rhénanie, à la direction des Affaires (...)
  • 11 Lettre de Pierre Jaudon à Bernard Beck, directeur de cabinet de Robert Schuman, 24 janvier 1952, MA (...)
  • 12 Lettre de Viénot, secrétaire de l’Association, à Henri Saint-Mieux, directeur général des Glaceries (...)

11L’action de l’ASBIFE semble avoir été importante en plusieurs occasions. En janvier 1950, elle réclame le droit pour les sociétés allemandes contrôlées par l’étranger de déduire de leurs impôts le montant des dommages qu’elles ont subis du fait de la guerre, dans l’attente d’une réparation intégrale de ceux-ci, et elle souhaite que soit remise en vigueur la convention franco-allemande de 1934 sur la double imposition8. Quelques mois plus tard, elle proteste contre le blocage persistant des avoirs liquides en Allemagne, demandant « à défaut de transfert, [le droit] de réinvestissement, soit directement, soit au moyen d’une cession »9. En février 1951, elle soutient les démarches de la Compagnie minière de Rhénanie visant à échapper aux restrictions d’exportation qu’impose alors aux producteurs de charbon le gouvernement fédéral et fait explicitement mention des cas de Carl-Alexander et Carolus-Magnus10. L’année suivante, elle parvient à faire exempter les intérêts étrangers de l’impôt de péréquation des charges (Lastenausgleich), alors institué au profit des victimes de la guerre et de ses conséquences11. Parallèlement, elle intervient pour accélérer le versement par les gouvernements des pays d’Europe orientale des indemnités de nationalisation dues aux entreprises françaises détentrices d’avoirs avant 1945. Saint-Gobain peut ainsi récupérer en juillet 1953 55 millions de F, payables en 18 annuités, pour la perte des installations d’Altwasser, en Silésie, détenues par sa filiale, la Schlesische Spiegelmanufaktur Carl Tielsch, soit 12 % environ de leur valeur, puis 140 millions pour celle des usines de Bilin, en Tchécoslovaquie, correspondant à 35 % de leur montant12.

  • 13 Il s’agit respectivement de Louis de Boysson et de son fils Guy. Ce dernier, ayant participé à la R (...)
  • 14 Lettre de Georges Morin, membre de la commission des Affaires allemandes au CNPF, à André Grandpier (...)

12Quant à l’ACIA, elle semble se heurter à des difficultés. À l’été 1948, elle se trouve en état de cessation de paiements. Le CNPF demande alors à y participer, de façon à « constituer une nouvelle majorité [...] pour mieux défendre les intérêts français ». On hésite sur la personnalité à qui confier la charge de délégué général. Certains songent à un personnage aux relations précieuses, Robert de Boysson, bien introduit auprès du Gouvernement militaire de ZFO, « frère de l’ancien directeur du Paris-Orléans et oncle du député »13. D’autres lui reprochent d’avoir prévenu « qu’il ne ferait pas le jeu des trusts en Allemagne ». Finalement, on s’accorde pour donner la présidence de l’association à Pierre Jaudon, qui la cumule donc avec celle de l’AFIPA14.

  • 15 Allocutions de Marcel Cusenier et de Robert Schuman, 6 septembre 1949, MAE Colmar, AEF, c.2028, d. (...)

13En mai 1949, l’ACIA se transforme en AFREA (Association française pour les relations économiques avec l’Allemagne), placée sous le double patronage de l’Assemblée générale des présidents des chambres de commerce et du CNPF. Les instances consulaires et les organisations patronales sont donc désormais directement impliquées dans le fonctionnement de l’institution, placée sous la présidence de Pierre Jaudon, qui se succède ainsi à lui-même. Son délégué général, de La Rochère, est chargé de mission à la Compagnie de Pont-à-Mousson et cadre dans l’une de ses filiales allemandes, l’Halberger Maschinenbau und Giesserei GmbH, à Ludwigshafen. Mais, malgré ce double parrainage, l’administration reste à l’arrière-plan immédiat du fonctionnement de l’AFREA. Les discours qui, quelques mois plus tard, en célèbrent la naissance, lors d’une cérémonie tenue à Paris au siège de la Chambre de commerce en présence de plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, et du haut-commissaire de France en Allemagne, André François-Poncet, soulignent à l’envi cette dépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Comme l’explique le président de l’Assemblée générale des présidents des chambres de commerce, Marcel Cusenier : « L’initiative des Chambres de commerce et du CNPF a eu pour origine les soucis qu’avaient exprimés les membres du gouvernement et toutes les conversations qui ont précédé la création de l’AFREA ont toujours été orientées par le désir de traduire aussi exactement que possible leurs intentions ». Il n’est ici nullement question d’encourager les initiatives privées, pas plus d’ailleurs que de mettre en oeuvre une coopération franco-allemande. Dans son allocution, Robert Schuman insiste au contraire sur la nécessité de préserver la sécurité du pays et de limiter les progrès de l’industrie allemande, même s’il suggère que cela ne peut se faire seulement par la contrainte et s’il souhaite « que l’Allemagne ne reste pas isolée, qu’elle soit incorporée dans un ensemble international où elle trouve sa place et ses possibilités légitimes et raisonnables d’activité économique »15.

  • 16 Moins de deux ans après sa création, il faut, pour combler un déficit en trésorerie de l’AFREA, pré (...)
  • 17 Note du service des Informations allemandes, HCFA, non signée, 15 décembre 1950, MAE Colmar, AEF, p (...)

14L’association se situe donc dans la proche mouvance de l’administration, au risque de décevoir ses partenaires allemands. Ceux-ci ont en effet fondé à Francfort en septembre 1949 une association parallèle, au titre analogue, la DEFRA (Deutsche Vereinigung zur Förderung der Wirtschaftsbeziehungen mit Frankreich). Tout comme l’AFREA a été placée sous les auspices des chambres de commerce et du CNPF, la DEFRA est créée par le Deutscher Industrie- und Handelstag (DIHT), qui fédère en Allemagne les chambres de commerce et d’industrie, et par le Bundesverband der deutschen Industrie (BDI), la grande organisation patronale présidée par Fritz Berg. Mais l’esprit qui l’anime est fort différent. Elle semble plus indépendante à l’égard des pouvoirs publics, ne serait-ce que parce qu’elle ne dépend pas d’eux pour sa survie, alors que son homologue française en est toujours réduite à quémander les subsides gouvernementaux, par exemple pour les frais qu’occasionne l’ouverture d’une succursale à Francfort16. Sa présidence a été confiée au grand industriel de la métallurgie non-ferreuse Richard Merton, président de la Metallgesellschaft, qui ne manque pas de confier à ses interlocuteurs qu’il « aurait préféré voir à la tête de l’AFREA une personnalité de premier plan du monde des affaires plutôt qu’un fonctionnaire »17. Quant à son délégué général, Gerhard Riedberg, il a été avant-guerre à Paris délégué permanent de l’Allemagne à la Chambre de commerce internationale et représente désormais en France les intérêts du BDI.

  • 18 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 12 novembre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

15Les instances dirigeantes de l’AFREA et de la DEFRA tiennent des réunions communes qui jouent un rôle non négligeable dans la prise de conscience chez plusieurs entreprises françaises d’intérêts spécifiques résultant de leurs échanges avec l’Allemagne. À Paris, des 11 au 13 décembre 1950, les dirigeants de la DEFRA réclament pour les industriels et commerçants allemands le droit de libre établissement en France et obtiennent de l’AFREA la rédaction d’une motion en ce sens, adressée simultanément par les deux associations au gouvernement français. Un an plus tard, à Dusseldorf, les 8 et 9 novembre 1951, une nouvelle rencontre a lieu. La délégation française se compose du président du CNPF, Georges Villiers, du vice-président de la Chambre syndicale de la sidérurgie, Pierre Ricard, du président du Syndicat général des industries mécaniques et de transformation des métaux, Albert Métrai, ainsi que de délégués de la construction automobile, de la métallurgie et de la construction électrique. La délégation allemande est conduite par Fritz Berg. La rencontre prévoit, une fois la ratification du plan Schuman acquise au Parlement français, de passer à la création d’un véritable marché commun franco-allemand, avec libération complète des échanges commerciaux et réduction des droits de douane, « à raison de 20 % par an pendant cinq ans »18. Surtout, elle décide de créer un Comité mixte industriel franco-allemand.

  • 19 On y retrouve, notamment, Max Thoenissen au titre du Verband der Automobilindustrie.
  • 20 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 8 octobre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455. Une (...)
  • 21 Voir sur le Comité les remarques d’Andreas Wilkens, « Verständigung von Wirtschaft zu Wirtschaft. I (...)

16Bientôt rebaptisé Comité de liaison franco-allemand, cet organisme est né de l’initiative conjointe des deux patronats. Il est animé, du côté français, par Albert Métrai, du côté allemand, par Fritz Berg. Y participent nombre de figures marquantes des deux patronats19. Son rôle semble particulièrement utile, tout d’abord parce qu’il permet à ses membres français de constater la supériorité de l’organisation patronale allemande. Dans un domaine comme la construction mécanique par exemple, ils découvrent avec étonnement que les industriels allemands sont, grâce à elle, « mieux renseignés sur la mécanique française que l’Union française des syndicats de la mécanique, et naturellement que l’AFREA »20. Le Comité de liaison franco-allemand permet aussi d’étudier en commun des questions particulières comme la structure des prix de revient dans l’industrie textile ou bien encore des problèmes généraux comme le fonctionnement de l’Union européenne des paiements et la participation allemande au développement des territoires d’outre-mer. Il encourage enfin les contacts bilatéraux dans des branches comme la construction électrique, la fonderie, la construction mécanique et recense les difficultés qui surgissent à leur occasion21.

  • 22 Lettre de Bernard Lefort à André François-Poncet, 1er avril 1952, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l. Une (...)

17Mais ce comité, indépendant des pouvoirs publics, même s’il est né des rencontres communes entre AFREA et DEFRA, inquiète bientôt certains membres de la haute administration. C’est notamment la crainte qu’exprime Bernard Lefort, conseiller commercial auprès de l’ambassade de France à Bonn, dans une lettre à André François-Poncet où il décrit ainsi son action : « S’estimant désormais suffisamment forts et préférant des rencontres entre producteurs, dont l’administration française ne peut connaître que ce dont ils l’informent, nos industriels ont créé avec leurs collègues allemands un Comité mixte où ils peuvent débattre en toute quiétude les problèmes de production et de concurrence (prix, partage des marchés, etc.) qui les intéressent avant tout »22. Permanence du réflexe dirigiste chez un haut fonctionnaire prompt à suspecter les firmes privées de vouloir tourner la loi au mieux de leurs intérêts ? Méfiance liée au contexte de la rencontre de Dusseldorf qui coïncide avec la discussion du projet CECA au Parlement français et rassemble, avec Pierre Ricard et Albert Métrai, certains des industriels les plus critiques à son égard ? Toujours est-il que la crainte d’une émancipation vis-à-vis des pouvoirs publics est le premier argument utilisé par Bernard Lefort pour préconiser le remplacement de l’AFREA par une autre association. Le second est le déséquilibre qui s’est instauré au fil des ans entre l’AFREA et la DEFRA, car la première ne parvient guère à s’affirmer, tandis que « M. Merton, dont l’activité au sein et en dehors de la DEFRA est débordante, est sur le point de créer une chambre de commerce allemande en France [...] qui ne travaillerait qu’en faveur des intérêts égoïstes allemands et qui deviendrait un dangereux instrument d’expansion économique et politique de l’Allemagne ». On mesure ici au passage les préventions que suscitent encore à cette date dans l’esprit de maints responsables les progrès économiques de l’Allemagne, en dépit des sept années qui se sont écoulées depuis la fin du conflit. Pour Bernard Lefort, ils sont automatiquement suspects, tout comme au temps du Zollverein, de cacher des visées impérialistes. Même si ses appréhensions paraissent rétrospectivement peu justifiées, l’avis de Bernard Lefort est suivi : tirant les conclusions de l’échec relatif de l’AFREA, les pouvoirs publics s’apprêtent à lancer une nouvelle formule capable de la remplacer.

  • 23 Andreas Wilkens, « Das Programm von La Celle Saint-Cloud. Der Ausbau der deutschfranzösischen Wirts (...)

18Les péripéties liées aux négociations, puis à l’échec du projet de Communauté européenne de défense en diffèrent cependant la réalisation. Il faut attendre les entretiens Mendès France-Adenauer à La Celle Saint-Cloud à l’automne 1954 et la relance de la coopération franco-allemande pour qu’il soit repris, puis la satisfaction accordée à la vieille revendication allemande d’octroi aux industriels et commerçants du droit d’établissement en France, pour qu’il aboutisse enfin. En juin 1955, est créée la Chambre officielle de commerce franco-allemande (COCFA), après plusieurs réunions tenues à Paris, avenue de Friedland, au siège de la Chambre de commerce de Paris (CCP) durant l’hiver 1954-1955, entre les délégations émanant des instances consulaires et organisations patronales des deux pays23.

  • 24 Les circonstances de la fondation de la COCFA sont relatées par l’un des négociateurs allemands, l’ (...)

19Il s’agit cette fois d’un organisme unique, créé sur une base strictement paritaire, alors qu’auparavant on était en présence de deux associations distinctes. Mais, pas plus qu’en janvier 1947 lors du lancement de l’ACIA ou en mai 1949 lors de sa transformation en AFREA, il ne s’agit de laisser libre cours aux initiatives privées. Le nom même de la COCFA le prouve : il ne s’agit pas d’un organisme de droit privé. Elle reste sous un étroit contrôle de l’administration24.

20C’est bien d’ailleurs pour éviter les risques qui leur paraissaient inhérents au Comité mixte franco-allemand que les pouvoirs publics français appuient cette création. Celle-ci leur permet aussi de contrecarrer une initiative prise quelque temps plus tôt par un groupe d’industriels et de commerçants qui, sous la conduite du président du Syndicat national des exportateurs de produits métallurgiques, Jean-Michel Sernet, ont fondé en juillet 1954 une association appelée Chambre de commerce franco-allemande. Placée sous le régime de la loi de 1901, il ne s’agit pas, malgré son titre, d’une institution consulaire. Déclarant rassembler 750 adhérents, elle possède une revue, l’Organe officiel de la Chambre de commerce franco-allemande, au titre pour le moins ambigu, puisqu’il entretient la confusion avec la Chambre que s’apprêtent à créer les pouvoirs publics. Telle qu’on peut en analyser la composition à travers la liste de membres publiée par sa revue, on y constate deux phénomènes très marqués : d’une part, la « Chambre non-officielle » est composée en quasi-totalité de membres français (94 % d’entre eux, d’après une liste publiée en janvier 1955). D’autre part, il s’agit souvent de maisons d’import-export, d’intermédiaires commerciaux, de représentants, agents d’usine, grossistes, courtiers... qui réduisent à une petite majorité la part des firmes industrielles proprement dites.

  • 25 Rapport de la Commission d’études préparant le statut de la COCFA, 9-12 décembre 1954, 52 p. dact., (...)

21Cette association se heurte dès le départ à l’hostilité ouverte des Allemands, notamment du président de la DEFRA qui juge sa création inopportune tant que le droit d’établissement en France n’aura pas été accordé aux industriels et commerçants allemands. De même, les instances dirigeantes de la CCP considèrent avec méfiance cet organisme né indépendamment d’elles qui risque d’échapper à leur contrôle. Pour Pierre Jolly, son directeur général, qui dirige les négociations franco-allemandes préalables à la création de la « Chambre officielle », l’organisme fondé en juillet 1954 par Jean-Michel Sernet doit prononcer sa propre dissolution. Seule a droit à l’existence la COCFA qui procède « de l’accord de principe réalisé entre, d’une part, M. le Chancelier Adenauer et, d’autre part, M. le président Mendès France (dont) il résulte que les deux gouvernements souhaitent la constitution »25. C’est effectivement ce qui aura lieu en juin 1955. Mais, signe évident de malaise, 37 % seulement des membres de la « Chambre non-officielle » adhèrent à la nouvelle institution. On remarque pourtant que son directeur, Alain Pottier-Thionville, devient secrétaire général adjoint de la « Chambre officielle », tandis que son président, Jean-Michel Sernet, en est nommé membre conseiller, ce qui suggère que la rivalité entre les deux organismes n’avait rien d’irrémédiable.

  • 26 Organe officiel de la Chambre de commerce franco-allemande, janvier 1955, Archives CCIP, 15-10 (4). (...)

Graphique 4. Répartition par secteurs d’activité des membres de la Chambre de commerce franco-allemande en 195526

Graphique 4. Répartition par secteurs d’activité des membres de la Chambre de commerce franco-allemande en 195526
  • 27 Lettre de Pierre Jolly à Jacques Fougerolle, président de la CCP, 1er février 1955, Archives de la (...)

22Outre l’existence de cette rivale potentielle, les raisons qui expliquent la longueur du délai nécessaire à l’aboutissement du projet tiennent aussi aux divergences entre les deux délégations chargées de sa mise en oeuvre. L’établissement de la liste des différentes catégories de membres qui seront appelés à être représentés au conseil d’administration de la COCFA pose un problème délicat et qui mérite d’être signalé, car il traduit bien les attentes différentes qu’ont envers la nouvelle institution les milieux dirigeants des deux pays. Pour la délégation allemande, présidée par le Dr Altenberg, membre du DIHT, il faut prévoir quatre catégories de membres : les entreprises tout d’abord, « parce que c’est la base, l’essentiel de la participation », puis les chambres de commerce, les organisations patronales et les groupements professionnels. Pour la délégation française, trois seulement sont nécessaires : chambres de commerce, organisations patronales, entreprises et groupements d’entreprises, regroupés en une seule catégorie. L’ordre d’énumération est significatif. Dans le projet français, les entreprises sont reléguées en dernier lieu, derrière les institutions chargées de les représenter, alors qu’elles sont mises en avant dans le projet allemand. Mais, outre l’aspect protocolaire, le contrôle de l’institution dépend de la solution retenue. Comme chaque catégorie de membres possède au sein du conseil le même nombre de représentants, l’adoption du projet allemand risque de faire perdre la majorité aux chambres de commerce et aux organisations patronales, alors que le projet français la leur assure automatiquement. Aussi Pierre Jolly se félicite-t-il fort d’avoir pu faire triompher le point de vue français et de n’avoir concédé aux Allemands qu’une satisfaction de principe en nommant en premier lieu dans le texte du projet les entreprises privées27.

  • 28 Y participent, le 15 juin 1955, Ludwig Erhard et Pierre Abelin, secrétaire d’État aux Affaires écon (...)

23Finalement, lorsqu’en juin 1955, la COCFA tient sa séance inaugurale, lors d’une cérémonie tenue dans les locaux de la CCP à Paris en présence de personnalités officielles, tout comme six ans plus tôt lors de la création de l’AFREA28, les pouvoirs publics peuvent légitimement espérer disposer, grâce à elle, d’une instance docile à leurs vues. À la différence des institutions qui l’ont précédée, la COCFA regroupe l’essentiel des milieux d’affaires intéressés par le développement des relations avec l’Allemagne. Son audience s’élargit durant ses premières années d’existence, même si une tendance au rétrécissement s’amorce ensuite, à partir de 1963, car de nombreux membres, trouvant leur cotisation trop élevée, ne renouvellent pas leur adhésion. La participation française y est alors nettement majoritaire. Elle le restera jusqu’au début des années 1970.

  • 29 Procès-verbaux du conseil d’administration de la COCFA pour les années 1955-1965, Archives de la CC (...)

Tableau 7 et graphique 5. Nombre de membres de la COCFA29

Tableau 7 et graphique 5. Nombre de membres de la COCFA29

Graphique 6 et tableau 8. Répartition par secteurs d’activité des membres de la COCFA en 1965

Graphique 6 et tableau 8. Répartition par secteurs d’activité des membres de la COCFA en 1965

Répartition calculée à partir des indications contenues dans le Guide-annuaire 1965 du commerce franco-allemand. Jahrbuch 1965 für den deutsch-französischen Handel, publié par la COCFA, éditions Mercure, décembre 1964, 276 p.

24Pour savoir à quels secteurs appartiennent les membres de la COCFA, nous avons utilisé les listes figurant dans les annuaires publiés par l’institution, en en corrigeant sur certains points les indications.

  • 30 Une difficulté particulière a surgi à propos des filiales établies de part et d’autre du Rhin. Dans (...)

25Comme dans tout dénombrement, la précision des chiffres n’est qu’apparente30. Du moins suggèrent-ils une tendance significative au renforcement du poids de l’industrie, surtout du côté allemand. Au milieu des années 1960, celle-ci n’est pas loin d’atteindre les deux tiers du total, alors que dans la « Chambre non-officielle » fondée dix ans auparavant, elle ne dépassait guère la moitié. La construction mécanique, avec à elle seule plus du quart des membres allemands, est le secteur le mieux représenté. Certes les activités de services demeurent nombreuses, surtout dans la partie française : près du tiers du total au milieu des années 1960, contre seulement 16 % dans la partie allemande. Cette part relative élevée traduit sans doute la place importante qu’occupent encore à cette date dans les exportations françaises vers l’Allemagne les produits agricoles, les articles de luxe ou de haute qualité, comme les parfums, les vins fins et liqueurs, la maroquinerie, les soieries, les tissus de laine. Leur négoce passe par le circuit traditionnel des grandes maisons d’import-export, des grossistes et des représentants spécialisés qui adhèrent en grand nombre à la Chambre. Il reste que les secteurs « modernes » voient désormais leurs intérêts mieux pris en compte qu’ils ne l’étaient dans les associations préexistantes.

  • 31 Voir infra, annexe IV

26Mais l’audience de la Chambre n’est pas seulement due à une meilleure représentativité. Elle provient aussi de son mode de fonctionnement. Strictement paritaire, celui-ci repose pour l’essentiel sur un conseil d’administration de trente membres, élu par l’assemblée générale annuelle, qui désigne en son sein les deux présidents, l’un français et l’autre allemand, alternant à la direction de la Chambre tous les dix-huit mois, puis tous les ans. Enfin et surtout, elle est liée à la personnalité même des dirigeants. Si l’on examine la liste de ceux qui, de 1955 à 1968, y ont occupé des postes de responsabilité, on constate que tous appartiennent à la frange supérieure du monde patronal des deux pays31. Ces hommes restent souvent longtemps en fonctions, parfois bien au-delà du terme retenu pour cette étude. Au début des années 1990, certains des membres fondateurs de la Chambre en 1955 siègent toujours à son conseil d’administration, tels, du côté allemand, Heinz Bömers, co-associé de la firme Reidemeister & Ulrichs, une maison de commerce de vins située à Brême, ou Alfred Toepfer, propriétaire de la grande firme de négoce céréalier de Hambourg. De même, du côté français, Simon Lazard, qui accède aux fonctions d’administrateur en 1963, le reste durant vingt-cinq ans, jusqu’en 1988. La pérennité est encore accrue par la pratique de la cooptation. Les représentants des firmes ou des groupements patronaux, lors de leur départ en retraite, sont toujours remplacés par un autre membre exerçant des responsabilités semblables aux leurs, l’assemblée générale se bornant à ratifier le choix effectué. Ainsi, quand Marcel Cazes, directeur général du Crédit Lyonnais, qui siège au conseil pour l’Association professionnelle des banques, quitte ses fonctions de trésorier, c’est Gérard Llewellyn, directeur général du Comptoir d’escompte, qui lui succède.

  • 32 Fils d’un banquier, bien introduit dans les milieux franco-allemands, Ulrich Doertenbach siège au c (...)

27On remarque enfin le parallélisme dans les carrières des présidents. Côté français, ce sont toujours d’anciens présidents de la CCP qui sont choisis. C’est le cas de Jacques Fougerolle, ancien directeur des Ets Boussiron, une firme de bâtiment et de travaux publics, président de la COCFA de 1955 à 1962, puis de son successeur Jean Marcou, demeuré à la tête de l’institution jusqu’en 1976, qui est le patron de l’entreprise d’équipement automobile Técalémit. Tous deux, avant d’accéder à la présidence de la COCFA, ont été présidents de la CCP et de l’Assemblée permanente des chambres de commerce et d’industrie. Côté allemand, si le premier président, Ulrich Doertenbach, disparu subitement en juin 1958, dirigeait l’entreprise wurtembergeoise de bonneterie Benger und Söhne, tout en présidant la Chambre de commerce de Stuttgart32, le poste est ensuite toujours occupé par des banquiers, à l’autorité encore accrue du fait de leur appartenance à la haute aristocratie : le baron Gotthard von Falkenhausen, co-associé de la maison Burkhardt, à Essen, puis Dietrich von Grunelius, membre du directoire de la Commerzbank.

  • 33 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazéra, Les patrons sous l’Occupation, op. cit., p. 107.
  • 34 Le personnage apparaît souvent dans Charles Rist, Une saison gâtée. Journal de la guerre et de l’Oc (...)
  • 35 Jacques Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez (...)

28On est ici dans un domaine fortement empreint de traditions. Par-delà les coupures et les drames de la guerre et de l’Occupation, les relations d’affaires et interpénétrations d’intérêts qui ont toujours marqué les rapports franco-allemands s’y renouent facilement. Apparemment, rien ne s’oppose à ce que le Dr Elmar Michel, qui a dirigé jusqu’à la Libération la section économique du Militärbefehlshaber in Frankreich, puis est devenu après 1945 président de Salamander, devienne administrateur de la COCFA durant les années 1960. Sans doute le légalisme et « l’apparente mansuétude »33 pratiqués durant l’Occupation par cet ancien haut fonctionnaire du ministère de l’Economie du Reich, qui avaient à plusieurs reprises irrité contre lui les dirigeants nazis, en sont-ils cause. De même, le baron von Falkenhausen qui préside la COCFA de 1959 à 1965 n’est autre que l’ancien commissaire du Reich à Paris pour la Banque ottomane et la Compagnie de Suez durant l’Occupation. Il n’en a pas moins établi des relations courtoises avec ses interlocuteurs français, intervenant à leur demande en faveur de prisonniers de guerre ou de résistants. En 1944, il fait figure de quasi-opposant au régime, d’autant plus que son oncle, le général von Falkenhausen, gouverneur de Belgique, a participé au complot de Stauffenberg34. Tous ces éléments ont vraisemblablement contribué à la cordialité des relations qu’il entretient ensuite au sein du patronat français. Il est même qualifié de « notre ami Falkenhausen » par le président de la Compagnie financière de Suez, Jacques Georges-Picot, dans le passage de ses mémoires évoquant le rachat d’une partie du capital de sa banque par Suez en 196535.

  • 36 Voir à son sujet Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Al (...)

29Lointaine héritière d’autres tentatives de regroupement des intérêts privés concernés par le développement des relations économiques bilatérales, à commencer par le Comité commercial franco-allemand fondé par Lucien Coquet en 190836, la Chambre officielle de commerce franco-allemande n’est pas dépourvue d’imperfections. Elle est sans doute trop tournée vers le négoce, la banque, les branches industrielles traditionnelles, comme le textile, les cuirs et peaux, l’agro-alimentaire, au détriment des activités industrielles de type « moderne ». Il faut d’ailleurs attendre 1973 pour qu’un arrêté ministériel en date du 20 juin l’autorise à se transformer en Chambre officielle franco-allemande de commerce et d’industrie. Très étroitement contrôlée par les pouvoirs publics, du moins côté français, elle en porte la marque dans sa dénomination même. L’adjectif « officiel » n’en disparaîtra qu’en 1988. Dès sa fondation, elle paraît davantage soucieuse de satisfaire les souhaits de la haute administration que de dynamiser les rapports entre entreprises industrielles des deux pays. Elle ne représente donc qu’imparfaitement les intérêts des firmes les plus concernées par le développement des relations économiques bilatérales. Toujours est-il qu’après avoir longtemps hésité, les pouvoirs publics ont trouvé grâce à elle une formule acceptable de regroupement des intérêts privés.

B. LA SURVEILLANCE DU RELÈVEMENT ÉCONOMIQUE DE L’ALLEMAGNE

  • 37 Dans une bibliographie très abondante, citons, par ordre chronologique de parution, Franz Knipping (...)

30Il ne saurait être question de résumer ici en quelques lignes l’évolution de la politique allemande de la France dans sa dimension économique après 1948. D’excellents et récents travaux y ont été consacrés37. Nous souhaiterions seulement relever certaines de ses implications pour les entreprises privées et montrer en quoi elles stimulent l’intensification de leurs relations avec l’Allemagne.

31Avant de songer à atteindre d’autres objectifs, les responsables français se montrent d’abord, face à l’Allemagne, soucieux d’assurer la sécurité du pays. Suspectant les dirigeants allemands de vouloir reconstituer un potentiel militaire appuyé sur l’industrie lourde, ils proposent à leurs Alliés un ensemble de contrôles et d’interdictions qui les condamne eux-mêmes à l’isolement et à l’échec lorsque l’évolution générale des rapports internationaux creuse l’écart entre leurs positions et les réalités de l’heure. Cette attitude n’est pas sans conséquences pour les entreprises des secteurs concernés.

  • 38 Dépêche d’André François-Poncet au ministère des Affaires étrangères, 25 octobre 1951, MAE Colmar, (...)

32La première est de protéger efficacement le marché national en interdisant de façon persistante toutes les fabrications comportant des implications militaires. Parmi elles, l’industrie électrique et électronique occupe une place de choix. En 1951 encore, lors d’une session de l’Office militaire de sécurité, l’ambassadeur François-Poncet réclame des instructions sur la position à tenir sur le contrôle de l’industrie allemande des tubes électroniques. Le gouvernement américain propose à ses alliés de renoncer définitivement aux interdictions de fabrication dans ce domaine. Tel n’est pas l’avis du gouvernement français qui, suivi par la Grande-Bretagne, réclame leur maintien pour sept catégories de tubes. Il n’est pas sans intérêt de relever, en marge du télégramme envoyé par l’ambassadeur aux services du Quai d’Orsay, l’annotation manuscrite suivante : « M. d’Arcy est hostile à la proposition américaine »38. Consulté en l’occasion, le futur directeur des programmes télévisés, qui est alors chargé des relations extérieures de la Radio Télévision française, se montre partisan de la prolongation d’une interdiction qui, étant donné l’absence de toute implication militaire des fabrications concernées, soulignée par l’ambassadeur lui-même, ne peut servir qu’à protéger les intérêts des fabricants français de matériel électronique.

  • 39 Note d’Albert Bureau à Hervé Alphand, directeur général des Affaires économiques, ministère des Aff (...)

33La seconde conséquence du primat de la sécurité qui dicte la politique française est d’encourager les prises de participation dans le capital d’entreprises allemandes. Comme l’explique l’ancien directeur de la Sidérurgie au ministère de l’Industrie, Albert Bureau, il paraît souhaitable de placer ces dernières sous « une certaine surveillance « interne » [...], intéressante le jour où le contrôle « externe » exercé actuellement par les services alliés aura disparu ». Dans cette optique, les prises de participation dans l’industrie allemande représentent en quelque sorte une assurance sur l’avenir. Elles ne vont cependant pas sans difficultés, car il convient en même temps de ne pas « apporter à la sidérurgie de la Ruhr des capitaux importants dont elle n’a pas besoin et qui faciliteraient un développement exagéré d’une industrie limitée »39.

  • 40 « Participations françaises dans les charbonnages de la Ruhr », note du 9 avril 1952, sans indicati (...)
  • 41 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, II-B.

34La contradiction entre l’objectif sécuritaire et certains des moyens sur lesquels il s’appuie est donc parfaitement perçue par les responsables. Dans le domaine hautement sensible qu’est la sidérurgie, il n’en reste pas moins qu’ils se montrent très attentifs aux initiatives prises par les entreprises privées. Celles-ci sont fortement encouragées à investir en Allemagne, tout particulièrement dans les charbonnages Les possibilités de rachat de mines permises par la déconcentration de l’industrie lourde allemande procurent des occasions que l’on invite les firmes françaises à ne pas négliger, malgré leur coût élevé, et ceci même après la création de la CECA qui garantit en principe à la sidérurgie française toute liberté d’approvisionnement en charbon. Comme l’explique en avril 1952 Georges Parisot, représentant français au Groupe de contrôle du charbon et futur président du Comité de l’importation charbonnière, de telles opérations apparaissent « extrêmement souhaitables », non seulement pour l’approvisionnement de la sidérurgie en coke et fines à coke, mais aussi pour celui de l’ensemble de l’économie française qui manque de charbon en général et de certaines qualités comme l’anthracite en particulier, enfin pour disposer d’une « source de renseignements [qui] sera toujours plus efficace que tous les contrôles ou surveillances internationaux »40. La crainte d’un relèvement de la puissance allemande appuyée sur l’industrie lourde est loin, on le voit, d’avoir disparu. Aussi de grandes initiatives comme le rachat d’Harpener Bergbau suscitent au sein de la haute administration un vif intérêt, en particulier chez le haut-commissaire français en Allemagne André François-Poncet41. Ce n’est certainement pas la faute des pouvoirs publics si ce rachat ne donne que des résultats économiquement décevants.

  • 42 Note de Simon Lazard, CGAAA, au ministre de la Production industrielle, 7 octobre 1947, MAE Colmar, (...)

35Mais inciter les entreprises françaises à multiplier les prises de participation en Allemagne implique qu’elles en aient les moyens financiers. Sur ce plan, les souhaits des responsables se heurtent vite à d’évidentes limites. On peut insister à cet égard sur une affaire qui a longtemps mobilisé les énergies : le projet de participation française au capital de la BASF. Dès 1945, la partie la plus importante des anciens avoirs d’IG Farben sis à Ludwigshafen-Oppau a été rendue autonome et repris le nom de BASF. À qui doit revenir la propriété de la future société ? Les services hésitent sur la conduite à tenir. Une étatisation serait concevable : dans le climat dirigiste de l’immédiat après-guerre, le CGAAA envisage à l’automne 1947 de renoncer au démontage des installations de Ludwigshafen-Oppau et de convertir en contrepartie la créance française en une prise de participation au capital de la future société. Celle-ci pourrait être fixée à un niveau tel que l’État contrôle l’entreprise, ne laissant au secteur privé que la responsabilité de la gestion courante42.

  • 43 Lettre d’Etienne Moeneclaey à ? (peut-être Maurice Pérouse, alors sous-directeur des Finances extér (...)

36D’autres projets, au contraire, songent à réemployer les créances sur l’Allemagne résultant des emprunts Dawes et Young, ainsi que les fonds placés outre-Rhin par la Banque des règlements internationaux en application de l’accord de La Haye de 1930. On aboutirait alors à une internationalisation du capital. Cette solution est préconisée en février 1949 par l’inspecteur des Finances Etienne Moeneclaey, administrateur avant-guerre de la SICAP (Société d’importation des charbons et autres prestations) qui commercialisait les biens fournis par l’Allemagne dans le cadre des prestations en nature au titre des réparations. Rappelant que les grands konzerns apparus en Allemagne durant les années 1920 « n’ont pas toujours été constitués dans je ne sais quelle idée d’hégémonie pangermanique, mais parce qu’au moment où l’inflation avait rendu exsangues les trésoreries allemandes, de tels groupements devenaient une nécessité économique », favorable, comme beaucoup d’hommes de sa génération, à l’idée de « capitalisme organisé », il estime que leur taille dépasse les possibilités d’une seule nation et qu’ils doivent donc « devenir internationaux ou tout au moins européens, comme le Suez ou les Wagons-Lits »43. Dans ce cadre, la participation étrangère au capital de la BASF serait minoritaire, avec 45 % du total. Le projet est donc plus modeste, sans doute aussi plus réaliste, que le précédent. Néanmoins la France, avec 12 % du capital, serait, derrière les États-Unis, mais avant la Grande- Bretagne et la Suisse, le deuxième investisseur étranger présent dans l’entreprise.

  • 44 Voir Peter Hayes, « La stratégie industrielle de l’IG Farben en France occupée », in Histoire, écon (...)
  • 45 Lettre paraphée par Robert Schuman et Robert Lacoste, adressée à Maurice Brulfer, en date du 22 oct (...)

37Mais c’est vers une autre voie que l’on se dirige bientôt. Elle s’appuie sur une conséquence inattendue de la politique menée dans la France occupée par les dirigeants d’IG Farben. Lorsqu’en mars 1941, ceux-ci ont imposé aux industriels français des colorants du groupe Kuhlmann la création de Francolor (Compagnie française des matières colorantes) dont ils détenaient la majorité du capital, du même coup, le règlement s’étant fait sous forme de titres, et non au comptant, le groupe français est devenu actionnaire d’IG Farben, par l’intermédiaire des trois sociétés dont il se compose. Complétées par des droits de souscription ultérieurs, ces actions font de lui à la fin de la guerre « le cinquième plus grand actionnaire d’IG Farben »44. Prenant en quelque sorte la revanche de cette création forcée, on peut songer, en s’appuyant sur cette part et en la complétant par d’autres souscriptions, à faire de la BASF une firme partiellement détenue par des capitaux français. C’est dans ce but qu’en octobre 1949, le gouvernement français, par lettre de mission cosignée par le ministre des Affaires étrangères Robert Schuman et le ministre de l’Industrie Robert Lacoste, confie à Maurice Brulfer, directeur général des Ets Progil, la tâche de faire aboutir ce projet, en procédant à la « consulta[tion des] principales industries françaises des secteurs publics et privés susceptibles d’être intéressées à cette participation (en particulier dans le domaine de la grande industrie chimique, de l’azote et des matières colorantes), ainsi que [des] milieux bancaires français et [des] milieux industriels et financiers neutres représentant des intérêts étrangers acceptables du point de vue national »45. On détache à ses côtés Simon Lazard, alors haut fonctionnaire au CGAAA où il anime, on l’a vu, la commission des Participations.

  • 46 Le journal suisse Nationale Zeitung relève qu’» à l’exception du président, deux membres seulement (...)

38À cette date, depuis dix-huit mois déjà, la BASF dispose d’une direction provisoire. Par arrêté interministériel du 15 mars 1948, a été institué un Conseil pour l’IG Farben (en liquidation) de la zone française. Présidé par le professeur de chimie Pierre Jolibois, il comprend dix-sept membres : huit représentants de l’administration ; six choisis par le CGAAA parmi les « personnalités françaises qualifiées par leur compétence technique ou industrielle », dont trois au titre des « industries chimiques présentant un intérêt national » ; trois enfin nommés par les autorités d’occupation parmi les « personnalités allemandes qualifiées ». Mais la nomination de ces derniers n’est toujours pas faite dix-huit mois plus tard. Quant aux représentants de l’industrie chimique française, bien loin de se réjouir de l’occasion ainsi offerte de participer à la conduite de l’entreprise et, peut-être, de se porter ultérieurement candidats au rachat d’une partie de son capital, ils conservent une prudente expectative. Les craintes manifestées alors dans certains milieux étrangers quant à une possible mainmise d’intérêts privés français sur les actifs d’IG Farben en ZFO semblent donc très exagérées46.

  • 47 Lettre de Maurice Brulfer au ministère des Affaires étrangères, annonçant la création de la société (...)

39Finalement, lorsqu’en 1952 la BASF est définitivement constituée, avec un capital social exclusivement allemand, la France n’est représentée à son conseil de surveillance que par Simon Lazard, nommé à ce poste par le gouvernement en tant qu’ancien membre du conseil institué en 1948, où il siégeait au titre du CGAAA. Au même moment pourtant, on n’a pas abandonné le projet d’une participation française au capital de l’entreprise, comme le montre la fondation d’un consortium, l’Union chimique pour la France et l’étranger, constitué par les principales firmes de l’industrie chimique (Kuhlmann, Pechiney, Progil, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain, Ugine, Bozel-Malétra, Solvay-France) et par la Banque de l’Indochine. Les deux responsables en sont Maurice Brulfer, président, et Simon Lazard, directeur, ce qui montre bien qu’elle n’est que l’avatar du projet esquissé depuis 194947. Il conviendra d’examiner plus loin les raisons pour lesquelles celui-ci n’a pu déboucher sur le résultat souhaité. On doit du moins noter que, plusieurs années durant, malgré les infléchissements de la politique française à l’égard de l’Allemagne, les pouvoirs publics ont persévéré dans ce sens.

  • 48 Pierre Gerbet, Le relèvement..., op. cit., p. 138-142.

40Enfin, une dernière conséquence de la volonté française de contrôler le relèvement économique de l’Allemagne est d’inciter certaines branches de l’industrie française à y développer leurs exportations, pour pallier l’insuffisance de la production nationale résultant des limitations imposées par les Alliés. C’est évidemment la sidérurgie qui se trouve concernée au premier chef. Tout comme après 1919, la victoire sur l’Allemagne entretient chez les responsables un « rêve sidérurgique » qu’ils s’efforcent de réaliser en menant, dans les ministères et les organismes interalliés de contrôle, une véritable croisade en ce sens jusqu’au milieu des années 195048. Il importe d’en suivre les péripéties compliquées, car elles ne sont pas sans intérêt pour comprendre à la fois comment les pouvoirs publics utilisent tous les moyens à leur disposition pour inciter les entreprises françaises à vendre davantage d’acier à l’Allemagne et dans quel état d’esprit ils s’apprêtent à mettre en place les institutions de la CECA.

  • 49 Lettre d’Albert Bureau à Paul Leroy-Beaulieu, 27 août 1950. MAE Colmar, AAA, 1388/2.

41Les responsables français tentent d’abord d’obtenir de leurs alliés le maintien le plus longtemps possible d’une stricte limitation de la capacité allemande de production. En août 1950, Albert Bureau, qui représente la France au Groupe de contrôle de l’acier siégeant à Dusseldorf, fournit à Paul Leroy-Beaulieu des arguments en ce sens, à titre préparatoire des négociations prévues à New York entre les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de France et de Grande-Bretagne. Jugeant incertaine la position gouvernementale, il réclame une déclaration officielle, appuyée sur une prise de position de la Chambre syndicale de la sidérurgie. Il estime « essentiel que la sidérurgie sarroise conserve son débouché en Allemagne et que la Lorraine recommence à approvisionner le marché allemand, comme elle le faisait avant 1914 et comme cela était d’ailleurs prévu dans le Traité de Versailles ». Selon lui, il s’agit là d’» un courant économique normal », auquel les Américains ne sauraient s’opposer, sauf à avaliser « la politique de nationalisme économique qui a prévalu entre les deux guerres »49.

  • 50 Télégramme d’André François-Poncet à Robert Schuman, 13 septembre 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.
  • 51 Sur le contexte de la rencontre de New York de septembre 1950, voir Raymond Poidevin, Robert Schuma (...)

42Ce point de vue semble partagé, sinon par le directeur général de l’Economie et des Finances au Haut-Commissariat à Bonn, du moins par son supérieur hiérarchique. André François-Poncet adresse, deux jours avant l’ouverture de la rencontre, au ministre des Affaires étrangères Robert Schuman un télégramme reprenant les mêmes arguments. « Il serait [...] difficilement acceptable, y lit-on, que l’Allemagne puisse maintenir ou augmenter sa production, alors que la France ne pourrait développer la sienne par manque de combustible. Cet argument a d’autant plus de poids que les Allemands ont reconnu la nécessité de procéder à de nouveaux investissements pour pouvoir augmenter leur production, alors que des capacités excédentaires sont immédiatement disponibles dans l’ensemble France-Sarre-Benelux »50. La démarche a d’autant plus de portée que Robert Schuman, on le sait, est alors loin d’être acquis au relèvement de l’Allemagne et que la position gouvernementale, sur le problème fondamental de son réarmement, n’est pas définitivement fixée51.

  • 52 Lettre d’Albert Bureau à Etienne Hirsch, 20 octobre 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.

43Or, contrairement à ces souhaits, la rencontre de New York autorise l’Allemagne à dépasser le plafond annuel de production d’acier, pourvu que les quantités supplémentaires soient utilisées pour l’effort commun de réarmement des pays occidentaux imposé par la guerre de Corée. Albert Bureau tente alors une nouvelle démarche auprès de Jean Monnet. Anticipant sur la politique qui sera conduite par la future Haute Autorité de la CECA, il souhaite qu’elle puisse « empêcher que soient commises les mêmes bêtises qu’après la guerre de 1914-1918, c’est-à-dire un développement excessif de la capacité sidérurgique dans la Ruhr, excluant toute coopération réelle entre l’Europe occidentale et l’Allemagne »52 : vain espoir, là encore...

  • 53 « Les tendances actuelles et futures de l’industrie sidérurgique en France », sd, 27 pages dact. (d (...)

44Albert Denis, responsable des affaires sidérurgiques à la direction des Mines et de la Sidérurgie du ministère de l’Industrie, exprime un point de vue analogue dans une conférence qu’il prononce au même moment au Centre d’études de politique étrangère. Examinant, trois ans avant son échéance, les chances de réalisation du premier Plan de modernisation dans le domaine dont il a la tutelle, il les juge subordonnées au maintien des plafonds de production imposés à l’Allemagne. Celle-ci, selon lui, doit « continuer à s’approvisionner en acier brut en France et en Sarre », notamment grâce à « l’installation en cours d’un train à bandes dans l’Est [qui] doit permettre des exportations de coils vers l’Allemagne du Sud et la Rhénanie, où pourraient être installés des laminoirs à froid »53. Contemporain de la mise en place par la SOLLAC (Société lorraine de laminage en continu) des installations de Sérémange, son raisonnement ne manque ni de cohérence, ni d’une certaine logique économique. En stimulant la production nationale, on réalisera des économies d’échelle, permettant d’abaisser les prix de revient et de préserver la compétitivité. Parallèlement, en Allemagne, le principal problème de l’heure, la persistance du chômage, sera d’autant mieux résolu que l’on se spécialisera dans des fabrications à forte valeur ajoutée comme la construction de machines, davantage conformes à la « vocation nationale » que la production d’acier brut. Les deux pays économiseront des capitaux en coordonnant leurs investissements et en évitant les installations faisant double emploi. Enfin, la limitation globale de la production d’acier sera d’autant mieux acceptée outre-Rhin qu’on pourrait la faire résulter, non plus d’une interdiction imposée par les vainqueurs, mais d’un accord entre sidérurgistes français et allemands, selon le modèle qui a déjà fonctionné dans le passé et dont Albert Denis déclare souhaiter la reconstitution.

  • 54 Voir à son sujet la thèse fondamentale de Françoise Berger, La France, l’Allemagne et l’acier (1932 (...)
  • 55 Lettre de Paul Leroy-Beaulieu à Robert Bowie (en anglais, avec en-tête « My dear friend »), 5 janvi (...)
  • 56 Notes du Groupe de contrôle de l’acier au ministère des Affaires étrangères, 5 et 23 janvier 1951, (...)

45Malgré cette allusion marquée à l’Entente internationale de l’acier telle qu’elle fonctionnait durant l’entre-deux-guerres54, les partisans du plafonnement de la production sidérurgique allemande sont incapables de se faire entendre. Ils déplacent alors la bataille dans d’autres domaines. En janvier 1951, Paul Leroy-Beaulieu dément auprès du conseiller économique de John McCloy, Robert Bowie, qu’il existe en France un groupe sidérurgique capable de produire à lui seul 4 millions de tonnes d’acier et prêt à inonder le marché européen de ses produits. La fausse information proviendrait des milieux gouvernementaux allemands, et notamment de Ludwig Erhard qui chercherait ainsi à dresser le haut-commissaire américain contre les positions françaises, en entretenant volontairement la confusion avec la SOLLAC qui, comme le rappelle Paul Leroy-Beaulieu, « n’est pas une entreprise, mais une simple coopérative traitant l’acier brut qui est fourni par ses participants »55. Au même moment, Albert Bureau proteste auprès du ministère allemand de l’Economie contre le remboursement aux transformateurs d’une partie de leurs frais de transport sur l’acier en provenance de la Ruhr, ce qui, contrairement à la logique ordo-libérale prônée à Bonn, revient « à subventionner l’industrie de transformation de l’Allemagne du Sud [...] et à évincer les usines sarroises et lorraines d’un marché qui est géographiquement le leur »56.

  • 57 Consacrée aux problèmes posés par la reconstruction de la sidérurgie, puis la mise en place de la C (...)
  • 58 Note d’Albert Bureau à Robert Schuman, 12 avril 1951, MAE Colmar, AAA, 1387/4.
  • 59 Voir Raymond Poidevin, Robert Schuman, op. cit., p.89 et ss.
  • 60 « Remarques sur le projet de rapport du Commissariat au Plan relatif au plan septennal de la sidéru (...)
  • 61 En janvier 1951, Albert Bureau donne son accord à l’achat par les Vereinigte Stahlwerke aux États-U (...)

46Enfin et surtout, les adversaires de la reconstitution de la puissance sidérurgique allemande s’efforcent de faire reporter les programmes d’investissements des konzerns en utilisant les pouvoirs donnés au comité de la Sidérurgie au sein de l’OECE57. Pour Albert Bureau, ces programmes représentent « l’amorce d’une nouvelle politique autarcique » qui doit être combattue à tout prix si l’on souhaite le succès du plan Schuman58. Il s’efforce d’en convaincre le ministre des Affaires étrangères lui-même, n’ignorant sans doute pas que celui-ci redoute un développement excessif de la production allemande qui déstabiliserait le marché, provoquerait l’effondrement des prix et le gonflement du chômage59. Il s’oppose surtout très fermement à l’installation en Allemagne de trains de laminage à chaud qui feraient concurrence aux producteurs français et remettraient directement en cause la rentabilité du « magnifique outillage » installé en Lorraine dont l’Allemagne, comme toute l’Europe, est conviée à bénéficier en achetant à la France ses surplus d’acier60. Ce n’est donc pas la modernisation de la sidérurgie allemande qui est en soi critiquable, comme le prouve d’ailleurs l’attitude d’Albert Bureau en d’autres occasions61, mais le fait que celle-ci peut nuire à la prééminence sidérurgique française en Europe, qui « n’est pas la manifestation d’un sentiment impérialiste, mais une nécessité technique ».

47Mais c’est surtout Albert Denis qui, en tant que représentant de la France au comité de la Sidérurgie de l’OECE, joue un rôle essentiel dans la lutte contre les grands projets allemands de modernisation des installations. Son action sert alors très concrètement les intérêts des groupes français. En mai 1951 par exemple, prévenu d’un projet de modernisation d’une fonderie de tuyaux émanant des Eisenwerke Gelsenkirchen qui inquiète fort les dirigeants de Pont-à-Mousson pour leur filiale sarroise, Halberger Hütte, il engage directement la lutte. Il introduit François de Villepin, le délégué général de Pont-à-Mousson à Paris, à la séance du comité de l’OECE au cours de laquelle est examiné le projet. François de Villepin relate ainsi la scène :

  • 62 Compte rendu de la réunion de l’OECE et lettre de François de Villepin à André Grandpierre, 11 et 2 (...)

« Dès mon arrivée, M. Denis m’a fait asseoir à ses côtés pendant qu’on discutait le cas d’une aciérie allemande. Nous avons fait ensemble le plan de la réponse de la délégation française à la question posée par Gelsenkirchen. [...] Après lecture du projet, M. Denis a objecté qu’il n’entrait pas dans ses intentions de s’opposer à une modernisation des installations de Gelsenkirchen. Toutefois, il ne comprenait pas pourquoi on augmentait la capacité de production de tuyaux en fonte allemands, étant donné que le marché intérieur était amputé de l’Allemagne orientale et que le marché d’exportation n’était pas aussi important qu’avant guerre. [...] M. Denis a demandé qu’un groupe de travail soit désigné pour étudier la production de tuyaux en face des besoins de l’Europe occidentale »62.

48Caractéristique des rapports entre hauts fonctionnaires et dirigeants du secteur privé, l’affaire l’est aussi par sa conclusion. Après une visite à Pont-à-Mousson des dirigeants de la firme allemande, on parvient à une transaction : contre promesse de « ne jamais remettre en cause l’action commerciale en Allemagne des producteurs étrangers, et notamment de l’Halberger Hütte », la délégation française à l’OECE lève ses objections à la demande présentée par Gelsenkirchen. À la confrontation directe, on préfère finalement le partage d’intérêts.

49Mais la prochaine entrée en fonction de la Haute Autorité de la CECA complique encore le problème. On peut en espérer une attitude plus ferme face aux demandes allemandes. Le Traité de Paris prévoit en effet, dans son article 54, qu’elle pourra « obtenir [...] communication préalable des programmes individuels [...] et formuler sur eux un avis motivé » et lui confère même un pouvoir d’interdiction pour les programmes qui impliqueraient « des subventions, aides, protections, discriminations contraires au présent traité ». Le problème, pour les dirigeants français, est cependant de savoir comment réagir dans la période précédant immédiatement cette entrée en fonctions, prévue pour le 10 août 1952. Il serait diplomatiquement fâcheux d’afficher publiquement un désaccord entre France et Allemagne qui fragiliserait aussitôt la nouvelle institution. Or les Allemands, craignant sans doute de se heurter à des difficultés futures, présentent au début de l’année au comité de la Sidérurgie de l’OECE deux programmes de très vaste ampleur, l’un à Hamborn, émanant des August-Thyssen Hütte, pour une nouvelle aciérie et un train de laminage continu à chaud (capacité de production annuelle : 1 million de tonnes d’acier et 900 000 tonnes de produits laminés), l’autre à Watenstedt, chez Salzgitter, pour une usine sidérurgique intégrée (capacité de production : 720 000 tonnes de fonte, 850 000 tonnes d’acier et 900 000 tonnes de produits laminés).

  • 63 Télégrammes, signés A. Parodi, direction des Affaires économiques et financières, ministère des Aff (...)

50Très embarrassées, les autorités françaises tentent d’abord de faire différer la demande grâce à une intervention indirecte des États-Unis. Une demande est envisagée en ce sens et présentée par André François-Poncet à son homologue américain, John Mc Cloy. Celui-ci promet d’agir sur le directeur de cabinet du chancelier Adenauer, Herbert Blankenhorn, afin d’amener le gouvernement fédéral à renoncer spontanément à défendre ces projets au comité de l’OECE. La tentative échoue. Le 18 mai, les projets allemands figurent toujours à l’ordre du jour de la réunion, malgré les assurances données par Adenauer au haut-commissaire adjoint Armand Bérard trois jours auparavant. Albert Denis parvient toutefois, grâce à des manoeuvres dilatoires et à l’appui d’autres délégations, dont la Suisse, l’Italie, la Grande-Bretagne, à faire repousser leur examen à une date ultérieure63.

  • 64 Compte rendu d’une réunion chez Thierry de Clermont-Tonnerre, secrétaire général du comité intermin (...)

51Deux mois plus tard, devant l’imminence d’une nouvelle discussion à l’OECE, les autorités françaises tentent une nouvelle démarche par l’intermédiaire des Américains, cette fois à Paris et non plus à Bonn. Olivier Wormser, chef de la délégation française à l’OECE, prend contact avec l’observateur américain au comité de la Sidérurgie, Clark, pour que celui-ci propose l’ajournement de tout projet d’investissement jusqu’à l’entrée en vigueur du plan Schuman. Parallèlement, Jacques de Bourbon-Busset, directeur de cabinet de Robert Schuman, et Alexandre Parodi, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, envisagent une démarche auprès de Jean Monnet pour qu’il persuade les délégations des pays membres de la CECA d’un retrait mutuel de leurs projets. Là encore, ces efforts demeurent infructueux. Le 10 juillet, lors de la séance publique du comité de la Sidérurgie, il faut bien se résoudre à donner pour instructions à Albert Denis de s’opposer aux deux projets allemands de Hamborn et Watenstedt. La délégation française « regrette de n’être pas en mesure actuellement de donner un avis favorable sur ces deux projets [...], [vu] l’entrée en fonctions prochaine de la Haute Autorité du plan Schuman qui, normalement, devrait, sur des sujets aussi importants, formuler un avis préalable ». Elle n’est suivie que par la seule Grande-Bretagne64.

  • 65 Note d’Albert Denis au cabinet du ministre de l’Industrie, 7 avril 1953 ; procès-verbal de la 41e s (...)

52Les dirigeants français ont donc dû, pour un résultat seulement provisoire, courir le risque de mécontenter gravement leurs partenaires allemands et de faire démarrer la Haute Autorité de la CECA dans de mauvaises conditions. Mais ils nourrissent encore l’espoir que celle-ci, en application des pouvoirs qui lui ont été conférés, saura s’opposer efficacement aux projets allemands. Or, à leur grande déception, lorsque, l’année suivante, en avril 1953, la délégation allemande à l’OECE présente à nouveau son projet, encore accru par l’adjonction à Hamborn d’un laminoir à froid d’une capacité annuelle de 360 000 tonnes, Léon Daum, membre de la Haute Autorité, présent au comité de la Sidérurgie, refuse de prendre part à la discussion. Dans ces conditions, Albert Denis doit se borner à formuler une déclaration d’abstention. La délégation française, « compte tenu de la position qu’elle a déjà prise à l’égard du projet initial [...] et de la déclaration faite par le représentant de la Haute Autorité au sujet des investissements, [n’est pas] en mesure de formuler une opinion à l’égard du projet »65. Comme, à l’OECE, l’abstention sans vote négatif n’entraîne pas le rejet d’une proposition, l’approbation des projets allemands d’investissement est réputée acquise.

  • 66 Entre autres exemples, un article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung du 17 mai 1952, communiqué l (...)
  • 67 Note d’Albert Bureau à la direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires (...)

53Ainsi les autorités françaises ont livré pendant trois années un combat en retraite contre la montée en puissance de la sidérurgie allemande. Sa portée, il convient d’y insister, est davantage symbolique que réelle. En effet, les observations, même négatives, formulées par le comité de la Sidérurgie de l’OECE n’ont depuis mai 1951 guère de conséquences pratiques. Le pays concerné peut toujours passer outre aux critiques de ses partenaires. Ses possibilités de financement s’en trouvent toutefois diminuées, car le projet ne peut plus alors bénéficier d’un soutien public, ni dans les pays membres de l’OECE, ni aux États-Unis. De même, dans le cadre de la CECA, tout projet d’investissement dépourvu de l’aval de la Haute Autorité est privé de la garantie communautaire sur les sommes empruntées pour sa réalisation. Est-ce ce qui explique l’obstination allemande en la matière ? Le gouvernement souhaite peut-être avoir l’accord du Comité de la Sidérurgie pour trouver auprès de l’Eximbank les crédits nécessaires au financement des projets sidérurgiques. Sans doute est-il aussi poussé par la pression de l’opinion publique. Dans la presse allemande, les articles sont fréquents qui, en 1951- 1952, dénoncent l’attitude française face aux projets d’investissements allemands et critiquent l’accroissement injustifié de capacité de production dont, au même moment, bénéficierait la sidérurgie française66. Dans ces conditions, la France peut-elle encore faire obstacle aux projets allemands ? Même si certains dirigeants le souhaitent, elle est bien forcée de les accepter, quitte à monnayer son approbation en réclamant par exemple, comme le suggère Albert Bureau, « un geste du gouvernement allemand au sujet de la Moselle » dont le projet de canalisation est alors au point mort67. Dans de telles affaires, les enjeux sont devenus si importants et leur dimension a de telles implications qu’ils semblent dépasser les moyens encore à la portée des autorités françaises. À moins que celles-ci, par une surveillance des projets émanant du reste du monde, ne soient en mesure de défendre efficacement les intérêts nationaux.

C. LA VIGILANCE FACE AUX PROJETS ÉTRANGERS

  • 68 Note du service des Affaires économiques et sociales, CGAAA, au commandant en chef en Allemagne, 14 (...)

54Tout au long de la période étudiée, on constate que les pouvoirs publics sont très conscients de l’attrait qu’exerce l’Allemagne sur les firmes étrangères en tant que marché ou comme champ d’investissements. Certes les échanges commerciaux restent, jusqu’en 1952 dans le cas allemand, jusqu’en 1959 dans celui de la France, soumis à contingentement et enserrés dans des accords qui permettent aux gouvernements d’exercer sur eux leur contrôle. Mais la tendance à la libération des échanges et à la réduction des tarifs douaniers s’affirme, malgré divers accidents de parcours et décalages entre les deux pays. Il est bientôt impossible aux gouvernements de les limiter, à supposer qu’ils en aient le désir. Quant aux investissements étrangers, le moratoire conclu en février 1946 par lequel les puissances occupantes renoncent mutuellement à toute prise de participation nouvelle dans le capital d’entreprises allemandes jusqu’à ce qu’il soit définitivement statué sur le sort de l’Allemagne reste en vigueur jusqu’en 1950. Cependant ce texte n’interdit nullement à un groupe étranger d’étendre ses activités outre-Rhin, pourvu qu’il y possède déjà une filiale de nationalité allemande qui peut racheter d’autres firmes grâce à ses ressources propres ou en empruntant les fonds nécessaires sur le marché allemand des capitaux. De plus, plusieurs firmes anglo-saxonnes se sont fait accorder des droits d’option sur les actions de sociétés allemandes, leur permettant, à la disparition du moratoire, d’en prendre le contrôle. Un rapport administratif cite les cas de Dunlop à l’égard de Continental, d’Unilever à l’égard d’Henkel68.

  • 69 Note de Jean Gandilhon à Paul Leroy-Beaulieu, 7 novembre 1949, MAE Colmar, AEF, 89/1.

55La vigilance s’impose donc face aux projets étrangers. On la voit surtout se manifester dans le domaine des investissements directs et des prises de participation. En maintes circonstances les pouvoirs publics s’efforcent de préserver les intérêts français. Il s’agit d’abord, pour eux, de s’informer des initiatives étrangères et d’encourager les firmes nationales à les contrecarrer. Par exemple, en novembre 1949, les services du Haut-Commissariat français en Allemagne s’alarment des projets de prises de participation anglo-saxonnes au capital de la BASF et tentent de stimuler les firmes françaises, toujours réticentes, à prendre position dans ce domaine. L’inquiétude est d’autant plus vive qu’on croit savoir que ces groupes anglo-saxons recevraient un bon accueil de la part des dirigeants allemands de la firme, notamment de Carl Wurster, introduit dans « les milieux gouvernementaux allemands au plus haut niveau (Erhard, Blücher, Heuss) » et donc, comme eux, « favorable à l’association des entreprises allemandes sur le plan privé avec le capital étranger »69. Ces craintes semblent assez mal fondées si l’on songe aux étroites relations qui se noueront par la suite entre Carl Wurster et des industriels français tels que Simon Lazard. Toujours est-il que la simple visite des installations de Ludwigshafen faite par un conseiller américain est interprétée omme annonciatrice de « manoeuvres » auxquelles se livrerait également la Royal Dutch Shell qui serait même entrée en pourparlers avec les Allemands.

  • 70 Lettre d’André François-Poncet à Georges Bidault, 23 février 1953, MAE Colmar, AEF, 63/1 b.

56De même, en février 1953, André François-Poncet signale au ministre des Affaires étrangères Georges Bidault l’ouverture de pourparlers entre Bayer et Du Pont de Nemours sur un nouveau type de caoutchouc synthétique que la firme américaine souhaite fabriquer, ainsi que les grands investissements réalisés à Berlin-Ouest par la firme Synthese-Chemie, filiale d’Hercules Powder Company. Selon lui, de telles initiatives sont mal vues des producteurs allemands « qui craignent la concurrence, sur les marchés mondiaux, d’une industrie américaine favorisée par les découvertes allemandes ». Il n’en pense pas moins qu’elles soient appelées à se développer, compte tenu de l’attitude systématiquement favorable des milieux gouvernementaux à l’égard des investissements privés d’origine américaine70.

  • 71 Télégramme de Pierre Guillaumat à la direction générale de l’Economie et des Finances, HCFA, 17 déc (...)
  • 72 Voir Georges-Henri Soutou et Alain Beltran (dir), Pierre Guillaumat, la passion des grands projets (...)

57Mais c’est surtout la distribution pétrolière qui donne lieu à l’intervention des pouvoirs publics. Dans ce secteur, l’offensive anglo-saxonne est précoce. C’est elle qui stimule les projets nourris par les firmes françaises. Si les groupes Silva Plana et Omnium français des pétroles se montrent dès 1945 désireux de reprendre pied en Allemagne, c’est parce qu’ils y sont fortement encouragés par le directeur des Carburants au ministère de la Production industrielle, Pierre Guillaumat. Celui-ci s’alarme des tentatives de pénétration menées par la Socony Vacuum américaine et l’Anglo-Iranian britannique. Il s’indigne de la résignation avec laquelle certains de ses collègues acceptent la mainmise anglo-saxonne dans ce domaine. Apprenant en décembre 1947 que l’Anglo-Iranian, par l’intermédiaire de sa filiale allemande Olex, vient d’acquérir le contrôle de la NITAG, dont les avoirs étaient avant 1936 propriété française, il proteste avec vigueur dans un télégramme adressé à Baden-Baden : « Ne saurais en aucune manière donner mon accord à une telle opération. [...] Avez-vous donné autorisation acquise par législation en vigueur ? Vous prie prendre toutes mesures destinées à sauvegarder part française en Sarre. Tous renseignements me seront nécessaires à ce sujet.» Même fureur de sa part, deux jours plus tard, dans une note au service des Carburants à Berlin, à propos d’un projet d’accord entre la Socony Vacuum et le Benzol Verband, une firme qui possède une part significative du marché des produits pétroliers en ZFO : « Les groupes anglo-saxons ne sauraient sous couvert de leurs gouvernements respectifs imposer des décisions prises sans l’accord des autorités françaises à l’égard d’intérêts placés sous la sauvegarde de notre pays. Je vous signale que de telles questions requièrent votre vigilance, étant donné l’importance qu’elles revêtent et qui n’a pas dû vous échapper »71. Tranchant sur le ton ordinairement en vigueur dans la haute administration, de telles missives sont significatives de l’importance attachée à ce problème par le directeur des Carburants dont le nationalisme économique, ici, a des accents quasi « gaulliens »72. Mais ses services ont-ils les moyens d’une telle politique ? En fait, la pénurie est telle que Pierre Guillaumat lui-même ne peut garantir aux services du CGAAA que la France soit en mesure d’approvisionner durant plusieurs années le marché pétrolier de ZFO dans le cadre de contrats à long terme. Voilà qui prive les négociateurs français d’un argument pour revendiquer une part de distribution de 10 % qui serait cinq fois supérieure à celle que détenaient avant-guerre les intérêts français présents en Allemagne, puisque la MILAG, ancienne filiale de Silva Plana, n’y contrôlait que 2 % du marché de l’essence.

  • 73 Note d’Albert Bureau à un correspondant non identifié (avec indication de la personne à contacter é (...)
  • 74 Lettre de B. de Chalvron, consul général à Dusseldorf, au HCFA, 26 août 1954. L’article de l’Indust (...)

58La surveillance des intérêts étrangers implique également que l’on sache prévenir d’éventuels repreneurs lorsque les propriétaires d’une entreprise souhaitent s’en dessaisir. Les opérations de déconcentration en sont parfois l’occasion. En juin 1953, Albert Bureau informe immédiatement depuis Düsseldorf les services parisiens de la possibilité qui s’offre aux firmes sidérurgiques françaises de reprendre la part de 34 % du capital des Klöckner Werke que possédait le gouvernement néerlandais, par l’intermédiaire de la NV Handelsmaatschappij « Montan », et dont il a l’intention de se défaire. Comme le précise l’informateur, il serait surtout intéressant de racheter les avoirs de Klöckner dans les mines de charbon73. Dans ce mouvement qui pousse plusieurs groupes français à racheter des gisements charbonniers en Rhénanie, les consulats, par leurs contacts avec toutes sortes de milieux, se révèlent précieux, donnant des informations sur l’évolution de l’opinion publique allemande face à la pénétration de capitaux étrangers. Le consul général à Dusseldorf transmet à cette fin en août 1954 un article de l’Industrie Kurier qui, à l’occasion de la prise de contrôle du Bochumer Verein par l’industriel suédois Axel Wenner-Gren, estime qu’» une participation étrangère dans l’industrie nationale ne signifie nullement un malheur national, [car] un jour des intérêts allemands [pourront] participer à l’industrie d’autres pays européens »74. L’idée de réciprocité qui s’exprime ici ne peut, il est vrai, qu’inciter les autorités françaises à une vigilance accrue.

  • 75 Note manuscrite jointe à un dossier sur les Lonza Werke, sd, MAE Colmar, AAA, 1394/5. Dans un télég (...)
  • 76 Télégramme d’Armand Bérard au ministère des Affaires étrangères, 11 décembre 1952, MAE Colmar, AEF, (...)

59Enfin, les pouvoirs publics s’efforcent d’empêcher les entreprises contrôlées par des pays tiers de gêner les exportations françaises sur certains marchés. En janvier 1952, à la Haute-Commission alliée, André François-Poncet tente vainement de faire repousser une demande présentée par les Lonza Werke, filiale allemande d’une société suisse, en vue d’être autorisées à produire à nouveau du phosphore blanc. Ce produit, vu ses applications dans la fabrication des explosifs, avait été interdit en Allemagne après la guerre. Il est important pour la production d’engrais. Or, comme l’indique la direction des Industries chimiques à Paris, « accorder aux Allemands un surplus de capacité qu’ils ne pourraient exporter vers l’Ouest les encouragerait à en exporter vers l’Est [...]. On risque de créer une concurrence à l’exportation française de phosphore blanc »75. C’est encore la Suisse qui se trouve en cause quelques mois plus tard lorsqu’à la suggestion du gouvernement de Bonn, elle s’apprête à investir dans la sidérurgie allemande une partie de la créance de 200 millions de francs suisses qui lui a été reconnue par les accords sur la consolidation de la dette extérieure du IIIe Reich. Pour Armand Bérard, haut-commissaire adjoint en Allemagne, une telle solution nuirait aux intérêts français. Mieux vaudrait encore que la Suisse rachète des mines de charbon : leur production serait exportée vers la France qui, à son tour, pourrait augmenter significativement ses livraisons d’acier sur le marché helvétique, son débouché traditionnel. « Un tel arrangement, commente-t-il, parfaitement conforme à l’esprit du plan Schuman, serait profitable à la Suisse et assurerait à la sidérurgie française un débouché très intéressant »76. On ne sait ce qu’il advint de ces suggestions ni comment elles furent éventuellement accueillies par les autorités de la Confédération helvétique.

60Sans l’intervention des pouvoirs publics, la croissance des rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne eût été sans doute moins rapide. Ceux-ci, dans un premier temps tout au moins, ne semblent guère poussés par l’idée de faire servir l’économie à la réconciliation entre les deux peuples. Loin de toute vision irénique, ils raisonnent d’abord en termes de rapports de force. Dans tout ce qui précède, on ne voit guère poindre l’idée d’une complémentarité entre les deux économies, moins encore celle d’une coopération égalitaire qui les amènerait à construire ensemble l’Europe. Ce n’est que lorsque le contexte économique et monétaire aura radicalement changé que de telles conceptions pourront véritablement se faire jour. Mais, avant d’y venir, il faut examiner d’autres acteurs qui, concurremment aux pouvoirs publics, ont incité les entreprises françaises à développer leurs rapports avec l’Allemagne. Il s’agit des banques qui, dans les deux pays, tiennent une place souvent décisive dans l’intensification des relations d’affaires.

II. LE RÔLE DES BANQUES

A. LES SERVICES RENDUS AUX ENTREPRISES

61Pour les firmes françaises qui exportent en Allemagne, qui s’y implantent ou y acquièrent des brevets, les banques ne sont pas seulement des dispensatrices de crédit. Cet aspect de leur rôle est même relativement secondaire par rapport à d’autres, comme celui qui consiste à conseiller les entreprises, à les guider dans leur stratégie, les introduire dans le monde souvent très fermé du grand patronat allemand.

  • 77 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, op. cit., p. 271 et 340.

62Remplir de telles fonctions implique une connaissance du milieu local qui reste la plupart du temps hors de portée des grands établissements de crédit parisiens ou des banques d’affaires, si puissantes soient-elles. Par contre, la proximité géographique, l’influence de la tradition germanique de la « banque à tout faire » y prédisposent davantage les banques alsaciennes. Plusieurs d’entre elles, parfois associées à d’autres établissements, jouent un rôle notable dans les relations d’affaires franco-allemandes après 1945, tout particulièrement en Sarre. Ainsi le CIAL (Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine), issu de la Société alsacienne de crédit industriel et commercial lancée par Jean Wenger-Valentin en 1919 et toujours présidé par lui jusqu’en 1959, s’associe avec la SNCI (Société nancéienne de crédit industriel), le CIC (Crédit industriel et commercial) et l’Union charbonnière rhénane pour fonder le Crédit sarrois. De même la Sogénal (Société générale alsacienne de banque) ranime non sans difficultés à partir de 1948 l’Allgemeine Elsässische Bankgesellschaft, sa succursale de Cologne, déjà très active avant 193377 et reprend à Sarrebruck les actifs bancaires du groupe Röchling à l’occasion de leur mise sous séquestre. On peut encore signaler la fondation de la Bank für Saar und Rheinland par le Crédit commercial de France de Mulhouse qui en possède 73 % du capital, à côté de la Banque de Strasbourg et de la Société de gérance d’entreprises industrielles et commerciales.

  • 78 Lettre à Jean Bochory, de la banque NSM, 13 janvier 1969, Papiers Lazard, dossier BASF/Questions di (...)

63Mais ces quelques établissements ne sauraient prétendre rivaliser avec les banques allemandes proprement dites. Parmi elles, se trouvent les Privatbanken. Ces maisons de taille moyenne, qui ont souvent la forme de sociétés à responsabilité limitée ou de commandites, ne disposent pas de réseaux de guichets et se consacrent essentiellement à la gestion de fortunes. Mais, grâce à leur prestige, leur ancienneté, leur expérience du contexte local, elles disposent de nombreux contacts auprès des entreprises qui leur permettent de jouer un rôle non négligeable. De plus, les dirigeants des Privatbanken appartiennent parfois à la haute aristocratie ou sont proches du pouvoir politique en place. A la Berliner Handelsgesellschaft, l’un des associés est le neveu du ministre des Affaires étrangères d’Adenauer, Heinrich von Brentano. Et l’on sait les liens privilégiés qu’entretient avec le chancelier un homme comme Robert Pferdmenges, associé gérant de la banque Salomon Oppenheim, de Cologne. Pour un homme d’affaires français, posséder des connaissances dans ce milieu est un atout décisif. Il est caractéristique de relever que, sollicité de préciser « ses positions officielles en Allemagne et en France », Simon Lazard indique, immédiatement après les postes qu’il détient au sein des conseils d’entreprises allemandes, ses « relations personnelles avec [...] quelques banquiers », parmi lesquels « M. Dohrn, associé de la Berliner Handelsgesellschaft ; M. von Falkenhausen, associé de Burkhardt & Co ; M. Zahn, associé de C.G. Trinkhaus... »78.

  • 79 Sur la Deutsche Bank, on dispose du grand travail collectif de Lothar Gall, Gerald Feldmann, Harold (...)
  • 80 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec H.J. Abs à Ludwigshafen, remis à Pierre Brune (...)

64Les Privatbanken conservent donc une place notable dans les relations d’affaires. Elles n’en sont pas moins surclassées, même en tant qu’introductrices auprès des entreprises, par les grands établissements de crédit. Parmi ceux-ci, la Deutsche Bank impose sa suprématie, qui est aussi celle du président de son directoire, puis, après 1969, de son conseil de surveillance, Hermann Josef Abs79. L’homme joue un rôle qui dépasse largement les seules affaires bancaires et qui s’étend au domaine politique, par le biais notamment des relations financières entre l’Allemagne et le reste du monde. Il apparaît souvent à l’occasion des contacts entretenus avec l’Allemagne par les entreprises françaises. C’est à lui, par exemple, que recourent les dirigeants de L’Air Liquide, grâce à l’intermédiaire de Simon Lazard qui peut aisément le rencontrer lors des séances du conseil de surveillance de BASF placé sous sa présidence, pour recueillir des informations sur leur principal concurrent, Linde AG. Ce constructeur d’appareils de liquéfaction entretient avec le groupe français des liens anciens et complexes, car, « tout en étant concurrentes, les deux sociétés ont entre elles depuis leur fondation de bonnes relations qui se traduisent par différents contacts entre leurs dirigeants ». Mais, en dépit de fréquentes rencontres, tant à Paris qu’à Höllriegelskreuth, près de Munich, au siège du département Gaz industriels de Linde, les dirigeants d’Air Liquide sont étonnés de constater chez leurs interlocuteurs une alternance de phases de durcissement et d’ouverture face à leurs propositions. Ils l’attribuent à un équilibre incertain au sein de l’équipe dirigeante de Linde. Le président de la Deutsche Bank leur promet de se renseigner « avec toute la discrétion nécessaire »80.

  • 81 Compte rendu par Simon Lazard d’une rencontre avec Hans Feith, adressé à Jean Delorme, 3 octobre 19 (...)

65Posée en février 1956, au moment, crucial pour L’Air Liquide, du lancement de GALCO, sa filiale destinée à pénétrer le marché allemand, la question resurgit à plusieurs reprises. Simon Lazard doit d’ailleurs en entretenir d’autres dirigeants de la Deutsche Bank, comme Otto Pirkham, directeur des Relations étrangères, ou Hans Feith, membre du directoire et conseiller financier de Linde. On voit même parfois la Deutsche Bank jouer un rôle de médiateur entre les deux groupes lors des conflits qui les opposent : en juin 1960 par exemple, une entrevue a lieu à Francfort entre Simon Lazard et le responsable de la direction administrative et financière de Linde, en présence de Hans Feith. Dépassant ici le rôle de simple informatrice, la banque intervient directement dans l’élaboration de la stratégie industrielle de ses correspondants. Peut-elle aller plus loin encore et faire pression sur eux pour les amener à prendre telle ou telle décision ? Toute initiative de cette nature serait sans doute délicate, du moins dans le cas de Linde dont le président du directoire, Johannes Wucherer, est, selon Hans Feith, « jaloux de sa responsabilité vis-à-vis des actionnaires [...] et très allergique à toute intervention extérieure, même à celle de ses banquiers attitrés »81.

  • 82 Comme le souligne Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 281-326 ;
  • 83 Lettre (en allemand) de Klaus Dohrn à Simon Lazard relatant une conversation avec Hans Messer, prop (...)
  • 84 “Conversation avec MM. Dohrn et von Brentano à Francfort”, note de Simon Lazard, 17 novembre 1964, (...)

66Les banquiers ne sont pas tout puissants. L’exemple donné ci-dessus confirme les études récemment menées à ce sujet. Ils ne peuvent imposer leurs orientations aux grandes entreprises allemandes que difficilement et seulement lorsque leurs instances dirigeantes sont divisées ou paralysées82. Ils ne sont pas non plus infaillibles. Les renseignements qu’ils fournissent sont parfois erronés. Même un négociateur aussi avisé que Simon Lazard s’exposerait à de lourdes déconvenues en suivant leurs avis. En octobre 1964, on apprend le rachat par Hoechst de la firme Messer, un constructeur d’appareils de liquéfaction de moindre importance que Linde dont L’Air Liquide souhaitait se rapprocher. Contrôlant déjà depuis 1952 Knapsack-Griesheim, ancien membre d’IG Farben, le konzen chimique acquiert ainsi une place déterminante dans la production des gaz industriels en Allemagne. Il regroupe ses deux acquisitions en une seule filiale, Messer-Griesheim, dont il possède les deux-tiers du capital. Or Messer, firme familiale à la position financière fragile, avait entamé des pourparlers avec L’Air Liquide qui envisageait d’en devenir le commanditaire. Les pourparlers avaient certes été interrompus, mais, selon Klaus Dohrn, associé-gérant de la Berliner Handelsgesellschaft, la raison en était le souci d’indépendance de Messer qui répugnait à l’idée d’être contrôlé par un partenaire allemand83. L’Air Liquide doit désormais tenir compte du poids d’Hoechst dans la conduite de ses rapports avec l’Allemagne. Le dépit des dirigeants du groupe français est donc vif, même s’ils ne sont pas les seuls à avoir été surpris, puisque, chez Linde aussi, on ignorait tout des projets en cours, « malgré la présence de M. Ruckdeschel au conseil de Messer »84.

  • 85 « Note historique sur la Schwäbische Zellstoff et la CECEL », sd (1951 ?), Archives CECEL-COGEPAR, (...)
  • 86 Entretien avec Jacques-Henry Gros, 4 mai 1999 ; lettre du même à Roger Bouhet, du groupe Gervais, 2 (...)

67L’influence des banques sur les entreprises allemandes a donc des limites. Du moins constate-t-on que les firmes françaises implantées en Allemagne observent la coutume qui consiste, en échange des services rendus, à proposer aux banques un siège dans les instances dirigeantes de leurs filiales, sans pour autant leur concéder une part significative du capital social. A la Schwäbische Zellstoff, en 1951, sur les huit membres du conseil, on relève les noms de deux banquiers allemands : Gronde, directeur d’une banque mutuelle de Reutlingen, la Würtembergische Vereinsbank, et Harald Kühnen, associé de la banque Kirchholtes de Francfort et directeur de la maison Oppenheim, de Cologne85. Or, seule la banque Kirchholtes est un actionnaire notable de la firme, qu’elle est d’ailleurs loin de contrôler, puisque la majorité y appartient alors au groupe français constitué autour de la SAIC et de Ch. Gervais. C’est donc en tant que partenaires privilégiés de la Schwäbische Zellstoff que des banquiers allemands figurent parmi les instances dirigeantes de la firme. Leur rôle n’en est pas moins important. Ainsi, au témoignage de Jacques-Henry Gros, c’est Harald Kühnen qui aurait poussé la candidature d’Eugen Doertenbach, le président de la Chambre de commerce de Ravensburg, à la tête du conseil de surveillance de la Schwäbische Zellstoff. Et lorsque, trois ans plus tard, les dirigeants de la SAIC doivent s’en dessaisir, c’est également lui qui les aide à trouver des repreneurs allemands, deux compagnies d’assurances, Concordia-Colonia et Victoria, qui forment la majorité nouvelle au sein de l’entreprise86.

  • 87 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation téléphonique avec von Brentano, 2 décembre 1966, P (...)

68Cette attitude, qui consiste à faire entrer des représentants des banques dans les instances dirigeantes des filiales allemandes, est illustrée par d’autres exemples. On l’a vu : la Compagnie de Boussois choisit H.J.Abs pour présider jusqu’en 1967 le conseil de surveillance de la DELOG. Il siège aussi à partir de 1953 au conseil des Aciéries de Dilling, où il défend les intérêts des actionnaires allemands. De même, Tréfimétaux, envisageant en 1966 de prendre position sur le marché allemand de la feuille d’aluminium, propose à la Berliner Handelsgesellschaft, contactée grâce à l’entremise de Simon Lazard, un siège au conseil consultatif (Beirat) de sa future filiale. Son interlocuteur, après avoir accepté, suggère d’en proposer un autre à Simon Lazard87. L’octroi de services se fait, on le voit, sur une base de réciprocité.

69Les banques sont donc une source de renseignements essentielle pour les entreprises. Elles peuvent aussi être tentées d’utiliser leur puissance pour infléchir certaines décisions en faveur de leurs correspondants. Même s’il leur faut rester prudentes et respecter la liberté de gestion des firmes, elles n’hésitent pas, en certaines circonstances, à faire connaître leurs préférences. Certains exemples le montrent bien.

  • 88 Unité employée dans la chimie des gaz industriels, exprimant le débit des installations en mètres c (...)
  • 89 Compte rendu par Simon Lazard de sa conversation avec Lay, membre du directoire de Knapsack-Grieshe (...)

70A deux reprises au moins, le baron von Falkenhausen, l’un des principaux associés de la Banque Burkhardt, qui siège au conseil de surveillance des Klöckner Werke, accepte d’intervenir pour l’attribution à L’Air Liquide d’un grand contrat d’équipement en unités de production d’oxygène destinées à l’usine sidérurgique de Brême. En novembre 1960, il s’agit de remplacer l’aciérie Martin existante par une nouvelle installation d’acier à l’oxygène. Portant sur une quantité de 10 000 à 11 000 nm3/h88, destinés à une usine produisant 3 à 4 millions de tonnes d’acier par an, l’affaire est de toute première importance. L’Air Liquide s’y trouve en compétition directe avec ses trois grands rivaux sur le marché allemand : Knapsack-Griesheim qui, en tant que fournisseur de gaz industriels, ne travaille que sur des installations d’origine allemande et dont les dirigeants préviennent qu’une vente d’équipements à Klöckner « serait considérée [...] comme un geste inamical à leur égard » ; Linde, fournisseur à la fois de gaz et d’équipements, qui affiche l’indifférence, déclarant à Klöckner : « Vente d’appareil ou vente d’oxygène, si ce n’est pas à vous, nous vendrons toujours l’appareil à Knapsack-Griesheim » ; Messer enfin, constructeur seulement d’équipements, qui paraît plus réservé89.

  • 90 Note récapitulative de Simon Lazard, 9 février 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Klöckner Werke.

71Au cours des négociations, diverses formules sont envisagées par L’Air Liquide : construction sur place d’un équipement dont le groupe français serait le seul propriétaire, ce qui lui permettrait de vendre l’oxygène à Klöckner et les surplus éventuels à d’autres utilisateurs ; location-vente à Klöckner qui utiliserait l’installation à son gré ; enfin, construction de l’équipement pour le compte de Klöckner qui en serait d’emblée propriétaire. Après deux mois de transactions, c’est la formule de la location-vente qui semble devoir être retenue, L’Air Liquide souhaitant récupérer rapidement sa mise de fonds et Klöckner voulant, de son côté, devenir ultérieurement propriétaire de l’installation. Mais la pression des concurrents de L’Air Liquide est très vive. A la demande du directeur général de la firme, Pierre Bruneton, le baron von Falkenhausen parvient à faire différer de 48 heures la prise de décision finale de Klöckner, permettant ainsi à L’Air Liquide une ultime révision à la baisse de ses propositions de prix90. Pourtant, c’est finalement avec Messer que les Klöckner Werke passent contrat.

  • 91 Lettres de Simon Lazard au baron von Falkenhausen, 24 juillet et 5 novembre 1968, Papiers Lazard, d (...)

72Huit ans après ce premier échec, en juillet 1968, le problème se pose à nouveau, Klöckner souhaitant étendre la capacité de production de son aciérie. Il s’agit désormais de lui fournir des installations d’un débit de 18 000 nm3/h d’oxygène. Rappelant l’épisode précédent, Simon Lazard demande au banquier de lui indiquer auprès de quel membre du directoire de Klöckner il serait préférable d’intervenir, car il sait que « depuis 1960, un certain nombre de changements sont intervenus ». La personne indiquée reçoit à Duisbourg la visite du directeur du département Appareils de L’Air Liquide. La conversation semble encourageante, car elle « ne s’est pas bornée à examiner les conditions de fourniture d’un appareil, mais a abordé différentes questions générales relatives à l’utilisation de l’oxygène dans la sidérurgie »91. Cependant, là aussi, après quelque temps, les négociations échouent, Klöckner déclinant les offres de L’Air Liquide sans fournir d’explication précise.

  • 92 « Conversations avec M. Dohrn », comptes rendus de Simon Lazard, 16 novembre 1962 et 21 mai 1963, P (...)

73Pour d’autres projets aussi, L’Air Liquide recourt aux services des banques. Pour l’équipement en oxyducs de la Sarre, elle tente de faire agir Klaus Dohrn, de la Berliner Handelsgesellschaft qui, parmi les postes qu’il détient dans treize sociétés, siège aux conseils d’une filiale du groupe Röchling, Ehrhardt und Sehmer Maschinenfabrik, ainsi que des Saarbergwerke AG. En novembre 1962, il y plaide pour que l’on retienne L’Air Liquide pour un projet d’aménagement du réseau, puis envisage de faire participer sa banque dans la Saarländische Wirtschaftsvereinigung Eisen und Stahl, une société constituée à cet effet92. Là encore, la démarche demeure infructueuse : c’est avec le concurrent allemand de L’Air Liquide, Messer, que les Saarbergwerke choisissent ultérieurement de s’associer à l’intérieur de la société Oxysaar. Les interventions des banques en faveur des entreprises françaises sont donc loin d’être toujours couronnées de succès. Le seul fait cependant qu’elles soient aussi nombreuses est révélateur du rôle déterminant qu’elles occupent dans les rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne.

B. LES ENCOURAGEMENTS AUX RACHATS ET PRISES DE PARTICIPATION

74Le rôle tenu par les banques dans le grand mouvement qui conduit les entreprises françaises à développer les placements financiers et rachats de concurrents outre-Rhin est important. On le voit se manifester à travers le soutien qu’elles apportent aux prises de participation. Les exemples abondent, concernant tant les banques allemandes que françaises. On évoquera brièvement le rôle personnel joué par certains de leurs dirigeants, avant d’insister sur leur place en tant qu’institutions.

75Sur un plan personnel, certains banquiers se lancent à la recherche d’entreprises acceptant des prises de participation françaises. C’est le cas, notamment, du directeur régional du Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine à Mulhouse, Jean Baldensperger. Le contexte est assez particulier. Il s’agit, au tout début des années 1950, de permettre la reprise de la Zahnradfabrik, une entreprise fabriquant des engrenages pour véhicules utilitaires et machines agricoles, située au bord du lac de Constance, à Friedrichshafen. En tant que firme appartenant au konzern Zeppelin Werke, qui a joué un rôle important dans l’économie de guerre nazie, elle a été mise sous séquestre par les autorités françaises d’occupation. Jugée par elles d’intérêt national, on souhaiterait sa reprise par des capitaux français. Dans ce but est créée en juin 1948 la SOFEN (Société française d’engrenages) au capital de laquelle promettent de participer plusieurs grands groupes industriels, dont les Forges et aciéries de La Marine-Homécourt, la Compagnie de Pont-à-Mousson, les Automobiles Peugeot. Mais ceux-ci revenant bientôt sur leurs engagements, il faut trouver une solution d’attente qui permette de préserver l’avenir.

76On y parvient en faisant jouer, à la levée du séquestre sur la Zahnradfabrik en janvier 1950, une clause du testament du fondateur, le comte Zeppelin. Celle-ci stipule que, si le but qu’il s’était fixé, le développement de l’aéronautique en Allemagne, était « rendu impossible ou constitu[ait] un danger pour le bien collectif », son entreprise reviendrait à la ville dans laquelle elle est située. Le gouvernement français confie donc le patrimoine des Zeppelinwerke à la Ville de Friedrichshafen. Celle-ci se trouve ainsi détenir 90 % du capital de la Zahnradfabrik, le restant étant partagé entre la fille du fondateur, la comtesse von Bredenstein-Zeppelin, et une société suisse. Mais la France se réserve le droit de désigner l’un des huit membres du conseil de surveillance. Ce sera Jean Baldensperger.

  • 93 Rapport de l’inspecteur général des territoires occupés, Noury, au ministre des Affaires étrangères (...)
  • 94 Lettres de Jean Baldensperger à la direction de l’Economie et des Finances, HCFA, 22 juin 1951 et 1 (...)

77Ce choix s’explique par plusieurs raisons. Ayant fait partie de l’administration française d’occupation, il est bien connu des milieux officiels. On espère qu’il saura trouver les partenaires nécessaires à la reprise définitive de la Zahnradfabrik, grâce à « [ses] relations professionnelles en Alsace, avec la Société alsacienne de constructions mécaniques et le groupe Manurhin par exemple, [aux] attaches qu’il a conservées avec la Banque de l’Indochine à laquelle il appartenait avant guerre et [à] sa qualité de collaborateur direct de M. Wenger-Valentin »93. D’abord optimiste sur l’issue de la mission qui lui a été confiée, estimant que « le succès grandissant des fabrications de la Zahnradfabrik intéressera un jour ou l’autre des utilisateurs français qui lui feront des offres », Jean Baldensperger doit constater bientôt l’insuccès de ses démarches. Aucun groupe français n’accepte de prendre une part significative dans le capital de l’entreprise. Dans ces conditions, la situation « provisoire » se prolonge et le banquier mulhousien se borne, chaque année, à fournir au Haut-Commissariat français en Allemagne quelques renseignements sur l’activité de l’entreprise (chiffre d’affaires, effectif, répartition des ventes) et à veiller à ce que des firmes étrangères, comme la Ross Gear and tool cy, de Lafayette (Indiana), ne transforment pas leurs créances sur l’entreprise en prises de participation94.

  • 95 La firme est signalée comme ayant conclu un accord technique de spécialisation avec le constructeur (...)
  • 96 Lettre de Labbé-Laurent à Baldensperger, 2 janvier 1951, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

78L’affaire semble ne plus connaître ensuite de développement notable. Après cet épisode manqué de prise de participation française, la Zahnradfabrik conserve son autonomie d’action jusqu’à la fin des années 196095. En l’occurrence, le banquier s’est fait prospecteur de capitaux pour le compte de l’administration. Il joue ainsi un rôle finalement peu différent de celui de ses homologues allemands. Son nom se rencontre d’ailleurs en d’autres occasions, en tant qu’actionnaire important ou membre du conseil de certaines entreprises allemandes sous contrôle français. Il est vice-président du conseil de surveillance de la Schwäbische Zellstoff de 1947 à 1955 et figure parmi les membres fondateurs et principaux actionnaires de la CECEL (Société commerciale et d’étude pour la cellulose). Jointes à celles possédées par la SAIC, ses actions procurent aux capitaux alsaciens la majorité du capital de cette dernière entreprise. Par ailleurs, il lui sert de conseiller financier, comme en témoigne la correspondance de son directeur, Michel Labbé- Laurent, qui l’informe de ses difficultés de trésorerie, le sachant, comme il l’écrit familièrement, « dans le bain du crédit jusqu’au cou »96.

  • 97 Procès-verbaux des réunions, de périodicité variable, 1952-1955, Papiers Lazard, dossier Union chim (...)
  • 98 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 17 décembre 1953, Papiers Lazard, dossier BASF/Wurster.

79Mais les banques sont aussi présentes, non plus à travers la personne de leurs dirigeants, mais en tant qu’institutions, dans de grands projets collectifs qui les associent à des groupes industriels. Lorsque se constitue, en avril 1952, l’Union chimique pour la France et l’étranger, dont l’ambition est de permettre à la grande industrie chimique française de participer au capital de la BASF, la Banque de l’Indochine en est membre. On ignore malheureusement pour quelle part du capital engagé dans l’affaire, mais on remarque l’assiduité de ses dirigeants, Jean de Sailly, François de Fiers, Marc Hannotin, lors des réunions qui rassemblent les actionnaires pour tenter de faire aboutir le projet97. Ces liens privilégiés entre la Banque de l’Indochine et la BASF se retrouvent d’ailleurs dans le fait que c’est cette banque qui est à choisie, à la demande d’H.J. Abs, pour assurer en France le service des titres du groupe chimique98.

80Les projets collectifs sont au demeurant rares face à ceux qu’échafaudent les entreprises françaises pour racheter des partenaires en Allemagne. Les banques sont souvent sollicitées pour en assurer le succès. De tels projets sont particulièrement nombreux durant les années 1960, marquées par une nette accélération de la concentration dans l’industrie française. Les exemples de la Compagnie de Saint-Gobain et de L’Air Liquide semblent à cet égard caractéristiques, d’autant plus qu’y interviennent à la fois des banques françaises et allemandes.

  • 99 Contrat (en allemand) entre la Compagnie de Saint-Gobain et la Bayerische Staatsbank, 8 novembre 19 (...)
  • 100 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Alfred Jamin, 20 juillet 1967, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.
  • 101 Le comte von Oppenheim est aussi vice-président du conseil de la firme Wersterwald, fondée en 1957 (...)

81En 1961, la Compagnie de Saint-Gobain, que le marché de l’isolation attire de plus en plus, prend le contrôle de Grünzweig und Hartmann, grosse entreprise de fabrication et de montage de matériaux isolants. Or c’est une banque, la Bayerische Staatsbank, qui lui a permis de réaliser cette importante opération. Propriétaire de 54,5 % du capital, elle accepte de revendre sa part à Saint-Gobain, pour 67,5 millions de DM, payables en trois ans. En contrepartie, la Compagnie s’engage à lui conserver le rôle de « relation bancaire principale » de la société99. C’est d’ailleurs l’un des directeurs de la Bayerische Staatsbank, Alfred Jamin, qui conserve jusqu’en 1968 la présidence du conseil de surveillance. Lui succède à cette date un autre banquier, Klaus Dohrn, de la Berliner Handelsgesellschaft, qui possède quant à elle le quart du capital de l’affaire et dont le représentant était l’un des vice-présidents du conseil de surveillance. Paradoxalement, la Compagnie de Saint-Gobain, actionnaire majoritaire, n’est donc présente dans les instances dirigeantes de Grünzweig und Hartmann qu’à travers le directeur général des VEGLA, Jean-Louis Schrader, qui occupe l’autre vice-présidence. Et il est intéressant d’apprendre qu’il lui faut recourir à Alfred Jamin, représentant des anciens propriétaires de l’entreprise, pour agir sur le président du directoire, Hermann Fernholz, et le convaincre de « la nécessité qui s’impose d’une évolution vers une communauté d’intérêts entre Grünzweig und Hartmann et la Glasfaser qui permettrait une meilleure coordination des efforts, notamment commerciaux, de ces deux entreprises et ouvrirait les voies à un développement industriel approprié pour l’Allemagne du Centre et du Sud »100. La Bayerische Staatsbank, même si elle a revendu sa part au groupe français, a donc conservé dans l’affaire toute son influence, à tel point que le président de Grünzweig und Hartmann, qui n’entend manifestement pas renoncer à son autonomie de gestion, peut s’appuyer sur elle pour tenter de s’opposer aux dirigeants de Saint-Gobain qui, soucieux de cohérence, souhaiteraient définir une même stratégie commerciale pour toutes les filiales allemandes fabriquant des produits similaires et tournées vers les mêmes débouchés. On devine aussi que les banques jouent un rôle important à propos d’autres intérêts possédés en Allemagne par Saint-Gobain. Ainsi les contacts personnels qu’entretiennent Arnaud de Vogüé et le comte Carl-Friedrich von Oppenheim facilitent sans doute les rapports de Saint-Gobain avec le groupe verrier Schalke qui est, on le sait, depuis 1951 partenaire de la Compagnie au sein de la REZAG et dont la banque Salomon Oppenheim possède le quart du capital, ce qui permet au comte von Oppenheim d’en présider le conseil de surveillance101.

  • 102 Lettre de Simon Lazard à René Géronimus, directeur de la succursale, 2 juin 1969, Papiers Lazard, d (...)
  • 103 Note de Jean Pineau, directeur général adjoint d’Air Liquide, à Simon Lazard, sd (novembre 1969) ; (...)

82Un deuxième exemple significatif d’intervention des banques auprès des entreprises françaises est fourni par L’Air Liquide. Le groupe s’adresse aux banques pour racheter des producteurs allemands d’acétylène de moyenne, puis de grosse importance. En 1969, après de longues hésitations, il prend contact avec la succursale de Cologne de la Société générale alsacienne de banque pour obtenir des renseignements sur deux producteurs situés dans le Siegerland, une région intéressante, car mal desservie par les concurrents, et leur proposer d’« ouvrir des négociations sur une coopération éventuelle avec un groupe étranger »102. L’année suivante, c’est vers la Banque Worms qu’il se tourne pour un projet de rachat d’un important producteur, Industriegas GmbH, sis à Cologne, qui possède dix usines, situées pour l’essentiel en Rhénanie-Westphalie, et contrôle 22 % du marché allemand de l’acétylène103.

  • 104 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec Otto Pirkham et Hans Feith, à Francfort, 15 m (...)

83Or, en cette fin des années 1960, les ambitions du groupe sont de plus vaste ampleur. Elles ne se bornent plus au seul marché de l’acétylène, mais à l’ensemble des gaz industriels, et ne portent pas que sur des firmes isolées, mais sur l’un de ses principaux concurrents, Linde AG. Demeuré le seul grand groupe allemand indépendant dans cette branche depuis les rachats successifs de Knapsack-Griesheim, puis de Messer par Hoechst en 1952 et 1964, Linde entretient des relations difficiles avec L’Air Liquide. A plusieurs reprises, ses dirigeants ont soupçonné leur rival français de chercher à en racheter en secret des actions. Dès mars 1960, Hans Feith, membre de la Deutsche Bank et conseiller financier de Linde, tente de les convaincre que la firme française n’en a nullement l’intention. Il pourrait d’ailleurs s’agir d’une rumeur propagée intentionnellement par certains dirigeants de Linde, pour empêcher toute coopération durable avec L’Air Liquide104.

  • 105 Note de Simon Lazard à propos d’une réunion tenue sur les Aciéries de Dillingen, 27 juin 1966, Papi (...)
  • 106 Lettre de Simon Lazard à la DALE (Deutsche Air Liquide Edelgas), 15 février 1968, Papiers Lazard, d (...)
  • 107 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation à Ludwigshafen avec Bernhard Timm, vice-président (...)
  • 108 Consulté par un agent de change américain chargé par Linde d’enquêter à leur sujet sur les places b (...)

84Progressivement, ce qui n’était sans doute initialement que simples velléités se transforme en une volonté de plus en plus marquée. En juin 1966, le président de L’Air Liquide, Jean Delorme, envisage avec ses collaborateurs « un rapprochement avec Linde » et se déclare « tout prêt à [en] acquérir 20 ou 30 % »105. De mauvais résultats financiers en 1966-1967 rendent en effet la firme vulnérable. Aussi, à partir de février 1968, Simon Lazard se fait communiquer semaine après semaine par la Deutsche Bank les cours de Linde à la Bourse de Francfort106. Ceux-ci progressent de manière anormale, signe de l’intervention probable de gros opérateurs. Dans la presse spécialisée et les milieux bancaires, des rumeurs circulent selon lesquelles il s’agirait de Telefunken ou de Philips. Mieux informée, la Banque C.G. Trinkhaus, de Dusseldorf, y voit la main de la BASF. Il semble bien, en effet, que la firme de Ludwigshafen ait alors envisagé de prendre le contrôle de Linde, de concert avec L’Air Liquide. Des réunions communes ont lieu entre les deux groupes, au plus haut niveau (Jean Delorme pour L’Air Liquide, Bernhard Timm pour la BASF), auxquelles participe H.J. Abs. On s’y félicite du « premier pas [...] amorcé en vue d’atteindre par étapes successives l’objectif envisagé dès l’origine, à savoir la prise de contrôle de Linde AG par Air Liquide et BASF. » Toutefois les dirigeants de la BASF, sur les conseils d’H.J. Abs, freinent les ambitions de leurs partenaires. Respectueux des usages en vigueur en Allemagne en matière de rachat d’entreprises, ils estiment qu’» une opération visant à acquérir les actions Linde ne [pourrait] être réalisée sans l’accord de [ses] dirigeants »107. Dans ces conditions, le groupe menacé parvient à préserver son indépendance. En août 1969, il réussit même, grâce à une augmentation de capital, à se procurer les ressources dont il a besoin. Les rachats d’actions en Bourse continuent cependant, même s’ils ne sont pas, ou plus, le fait de L’Air Liquide108.

  • 109 Compte rendu par Simon Lazard d’une visite à la Commerzbank, en compagnie de Pierre Vilarem, direct (...)

85En fait, la tentative de prise de contrôle de la part d’Air Liquide n’est que différée. Elle sera reprise et développée en 1973, grâce aux ressources d’une autre grande banque, la Commerzbank. Son président, Paul Lichtenberg, accompagné du directeur général adjoint chargé de l’étranger, élabore avec L’Air Liquide la stratégie à suivre. Le but est clair : « Une prise de participation dans Linde apparaît comme le moyen le plus efficace d’arriver rapidement à avoir dans le marché allemand des gaz un poids équivalent à celui de Messer-Griesheim. En même temps, nous renforcerions considérablement notre position internationale dans l’engineering. Nous serions enfin dans une situation de force vis-à-vis d’AGA, même si nous devions lui rétrocéder une part de notre acquisition, en apportant le moyen de valoriser très fortement notre affaire commune en Allemagne »109.

86L’opération serait facile, vu l’extrême dispersion du capital de Linde : les trois quarts sont aux mains de deux millions de petits actionnaires ; 15 % sont détenus par des investisseurs institutionnels ; 10 % appartiennent à un gros actionnaire, la compagnie d’assurances Allianz, qui n’est guère susceptible de s’opposer à l’opération, car le président de la Commerzbank, Paul Lichtenberg, fait partie de son conseil de surveillance. Les cours de Linde en Bourse sont de nouveau déprimés, en raison du ralentissement conjoncturel subi par l’économie allemande en 1971-1972 qui a frappé plus particulièrement les fabricants de biens d’équipement. Enfin, la direction générale de Linde manque de l’homogénéité et de la combativité nécessaires pour s’opposer à l’initiative de L’Air Liquide. Le rachat ne porterait que sur le quart du capital, proportion suffisante pour disposer de la minorité de blocage au sein du conseil de surveillance. On procéderait par rachats en bourse échelonnés sur dix-huit mois, de manière à ne pas bouleverser les cours. Pour le financement, plusieurs solutions sont envisageables. La somme nécessaire, équivalant à 150 millions de F, serait avancée par la Commerzbank à L’Air Liquide. Le groupe français rembourserait, soit au comptant, immédiatement après le rachat soit par un crédit à moyen ou long terme, accordé par un pool bancaire dirigé par la Commerzbank, soit enfin « sous forme d’actions ou d’obligations convertibles d’Air Liquide, qui pourraient être replacées par la Commerzbank sur le marché allemand, après introduction du titre ». La banque allemande n’exigerait que de faibles intérêts sur les sommes avancées, car son but n’est pas de réaliser des bénéfices sur l’opération, mais seulement de devenir le banquier privilégié du groupe en Allemagne.

  • 110 Son nom est mentionné parmi les quelques personnes au courant de l’opération projetée dans les comp (...)
  • 111 Notre source s’interrompt ici, ce moment coïncidant malencontreusement avec celui du départ en retr (...)

87Le projet, auquel il semble bien que Maurice Schlogel, directeur général du Crédit Lyonnais, ait participé en tant que conseiller financier de L’Air Liquide110, est donc très avancé. Toutefois, après avoir gardé un secret absolu sur l’opération, les dirigeants de L’Air Liquide envisagent, sur la suggestion du président de la Commerzbank, de rencontrer le président du directoire de Linde, Hermann Holzrichter, pour le prévenir de leurs intentions. On reviendrait donc à la configuration déjà envisagée en 1968, même si les protagonistes ne sont pas les mêmes : une prise de contrôle à l’amiable. Mais les archives disponibles ne permettent pas de comprendre la raison de ce revirement111.

  • 112 Frédéric Chaudière, Les stratégies européennes du Crédit Lyonnais depuis 1945, mémoire de maîtrise (...)

88Les banques, tant françaises qu’allemandes, sont donc des agents actifs auprès des entreprises industrielles. Sans leur intervention, les prises de participation et rachats de partenaires en Allemagne auraient été moins nombreux, surtout durant les années 1960 où elles ont encouragé de manière décisive la volonté de croissance externe des firmes françaises. Elles-mêmes d’ailleurs participent à ce mouvement, non plus en tant qu’agents, mais comme objets de la concentration. En 1965 par exemple, la Banque Burkhardt & Co, sur l’initiative de son co-associé, le baron von Falkenhausen, offre 12,5 % de son capital à la Compagnie de Suez. Cette dernière possède également une participation minoritaire dans la Banque C.G. Trinkhaus qui fusionnera avec Burkhardt & Co en 1972. Quant aux grands établissements de crédit, on sait que l’accord de coopération signé en octobre 1970 entre le Crédit Lyonnais et la Commerzbank sous le nom d’Europartenaires, aboutissement de contacts entre la banque française et ses homologues allemands lentement mûris tout au long des années 1960, devait conduire à un échange de participations croisées entre les deux établissements112. Nous ne développerons pas cet aspect qui sort du champ de notre étude, consacrée uniquement aux entreprises industrielles Mais, parallèlement à ce rôle dans la concentration, les banques développent aussi, bien évidemment, une offre de financement en direction des firmes qu’il importe maintenant d’évoquer.

C. LE FINANCEMENT DES ACTIVITÉS

89Les entreprises, lorsqu’elles choisissent de se tourner vers l’Allemagne, préfèrent évidemment recourir à l’autofinancement plutôt qu’au crédit bancaire. On aura l’occasion d’y insister. Reste que des besoins de financement externe se manifestent parfois, à telle ou telle étape du développement des activités outre-Rhin. Il n’est malheureusement guère possible, dans la plupart des cas, de savoir dans quelle proportion. Il faudrait pour ce faire disposer des bilans des entreprises, ce qui est rarement le cas. Les sources bancaires ne sont pas non plus toujours explicites, car les programmes financiers des grands groupes, lorsqu’ils sont communiqués aux banques, sont globaux et ne détaillent pas leurs projets par filiales ou départements. On doit donc se borner ici à quelques brèves remarques. Elles suggèrent l’universalité de la recherche du crédit bancaire. Lorsqu’elles décident d’y recourir, les entreprises le sollicitent tant auprès des banques allemandes que des banques françaises, aussi bien de la part des grands établissements de crédit et des banques d’affaires de dimension nationale que des maisons de moyenne importance, rendues indispensables par leur implantation locale ou régionale.

  • 113 Lettre d’André Scheveleff, directeur adjoint de la SCPA, au directeur de la Société générale alsaci (...)

90La fondation d’un établissement en Allemagne nécessite souvent un financement bancaire. Non seulement l’investissement initial est lourd, mais, en période de contrôle des changes et d’étroite réglementation, comme c’est le cas en France durant l’essentiel de ces années, il faut avancer les fonds durant le long délai nécessaire à l’obtention des autorisations administratives. Lorsque la Société commerciale des potasses d’Alsace décide à l’automne 1946 de fonder Saralsa, elle se procure un million de Marks auprès de la Société générale alsacienne de banque que met à sa disposition le correspondant de la banque à Sarrebruck et qui ne seront remboursés qu’après le déblocage des fonds par l’Office des changes113. Une fois lancée, Saralsa nécessite également du crédit pour son activité commerciale courante. Les avances de trésorerie consenties par ses deux fondateurs, l’administration-séquestre des usines Röchling et la SCPA, s’avérant insuffisantes, elle fait appel, à partir de septembre 1951, aux crédits fournis par les succursales sarroises de trois banques, toutes contrôlées par des capitaux français : la Société générale alsacienne de banque, le Crédit Sarrois et la BNCI.

91Mais ce sont évidemment les grands projets d’extension qui requièrent encore davantage l’aide des banques. Parmi elles, le Crédit Lyonnais attire l’attention, grâce aux archives de sa direction des Etudes économiques et financières, chargée d’examiner les dossiers présentés par de nombreuses sociétés à l’appui de leurs demandes, en général pour le lancement d’emprunts obligataires. Les rapports rédigés à cette occasion par ses inspecteurs sont précieux, car ils comportent souvent les bilans des entreprises en question. Celles-ci appartiennent à toutes sortes de secteurs et sont d’une grande variété de dimensions : grands groupes nationaux comme De Wendel, L’Oréal, Saint-Gobain, petites entreprises régionales comme le Comptoir alsacien du bois... À travers les renseignements qu’elles communiquent, il est parfois possible de se faire une idée de leurs besoins de financement. Par exemple, la Compagnie de Saint-Gobain transmet régulièrement à la banque le programme de ses travaux neufs entre 1947 et 1961. Ils ne montrent malheureusement pas l’affectation que le groupe entend donner aux sommes sollicitées. Celles-ci portent sur l’ensemble de ses filiales et participations, tant en France qu’à l’étranger, et n’indiquent pas la part qui revient à celles établies en Allemagne.

  • 114 Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 49 837/1, 49 837/2 et 59 739. Une lacune existe pour le programme (...)

Graphique 7. Programmes d’investissements de Saint-Gobain114

Graphique 7. Programmes d’investissements de Saint-Gobain114
  • 115 Note sur le programme d’investissements de la Compagnie, décembre 1958, Archives du Crédit Lyonnais (...)

92Même si le tableau est lacunaire et ne fournit que des renseignements limités, l’évolution qui s’en dégage est intéressante. À l’ampleur des besoins qui surgissent lors de la période de reconstruction, succède une forte contraction des programmes d’investissements autour de la stabilisation Pinay, suivie d’une remontée progressive à partir de l’automne 1954, puis d’une rapide croissance au début des années 1960 (+ 45 % en trois ans), au moment où l’économie française connaît l’ouverture des frontières et l’affermissement de l’industrialisation. Il s’agit bien alors, selon les termes employés par les dirigeants de la Compagnie présentant à la banque leur programme financier, de mettre Saint-Gobain « en excellente situation pour affronter la concurrence internationale [...], au moment où s’ouvre le Marché commun et où la lutte commerciale sur les marchés extérieurs se fait chaque jour plus âpre »115.

  • 116 Dossier Michelin, 29 mai 1959, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 849/1, étude 10 744/5. Nous exp (...)

93Outre Saint-Gobain, le Crédit Lyonnais s’intéresse également aux problèmes de financement de nombreuses autres sociétés qui possèdent des intérêts en Allemagne. Le plus souvent cependant, les firmes ne s’adressent à la banque que pour en obtenir un complément de ressources, couvrant l’essentiel de leurs besoins grâce à l’autofinancement. Michelin, par exemple, prévoit en 1958-1963 de financer sur ses ressources propres 78 % de ses besoins, qu’il évalue à 4 374 millions de F. L’exemple n’a, il est vrai, qu’une portée sans doute limitée. D’une part, en effet, le groupe déclare lui-même emprunter une partie des fonds sur le marché suisse grâce à une holding, la Compagnie financière Michelin. D’autre part, il ne prévoit d’affecter, sur l’ensemble des sommes qu’il s’apprête à rassembler, que 74 millions, soit moins de 2 % du total, à ses filiales étrangères, parmi lesquelles figurent les Michelin Reifen Werke, à Karlsruhe. Il s’agit de leur permettre d’acheter du matériel d’équipement, sur des fonds avancés par la maison mère qui doit en être remboursée au bout de cinq ans, grâce à des prélèvements sur les bénéfices réalisés116.

  • 117 « Note sur nos entretiens avec la Deutsche Bank » (non signée), 26 octobre 1956. Archives Saint-Gob (...)

94Mais c’est surtout auprès des banques allemandes que les entreprises françaises établies outre-Rhin trouvent les ressources financières nécessaires à leur développement. L’exemple de Saint-Gobain s’avère ici encore très significatif. Pour financer l’activité de sa succursale, les VEGLA, la Compagnie doit consentir lors de certaines périodes à un important endettement. C’est alors souvent à la Deutsche Bank qu’elle recourt. Les réunions tenues entre les dirigeants du groupe verrier et ceux des succursales de la Deutsche Bank, à Aix-la-Chapelle et Dusseldorf, sont révélatrices de la confiance réciproque qu’entretiennent en Allemagne industriels et banquiers et de la souplesse dont on sait faire preuve dans l’utilisation des crédits. En 1956, après une visite aux installations de Stolberg et d’Herzogenrath, les représentants de la Deutsche Bank acceptent un dépassement de 7 millions de DM sur le crédit initial de 30 millions qu’ils avaient accordé aux VEGLA pour le financement des travaux de modernisation et portent de 800 000 à 3 millions de DM le crédit à l’exportation. En revanche, ils se montrent très hostiles au transfert vers la maison mère de 2 millions de DM, à titre de participation des VEGLA aux frais généraux du groupe, jugeant une telle ponction sur les bénéfices injustifiable, « alors que [la] dette en banque est déjà si élevée ». Cette critique ne les empêche pas pour autant d’accueillir favorablement les nouveaux projets qui leur sont soumis qui, tous, impliquent un recours au crédit bancaire : prêts de démarrage à une nouvelle filiale, GEVETEX ; prêts pour financer l’acquisition d’une verrerie en Autriche ; prêts pour permettre le rachat de la dernière fraction du capital de la glacerie Eckamp-Altwasser non encore possédée par les VEGLA...117 Cette confiance témoignée par les représentants de la Deutsche Bank à leurs interlocuteurs est d’autant plus remarquable que les VEGLA sont à cette date au point culminant de leur endettement bancaire durant toute la période 1945-1965.

  • 118 Lettre d’Arnaud de Vogüé à René Grandgeorge, 27 juillet 1962, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.
  • 119 Lettre de Jean-Louis Schrader à Paul Francin, directeur financier du groupe, 11 mars 1963, Archives (...)

95Six ans plus tard, en 1962, c’est encore à la Deutsche Bank que s’adressent les VEGLA pour couvrir une partie de leurs besoins de financement, estimés à 113 millions de DM. La somme correspond à l’acquisition de Grünzweig und Hartmann, au rachat aux Gerresheimer Glashüttenwerke de leur participation dans GEVETEX et dans deux firmes d’isolation, et surtout à la modernisation des installations (création d’une nouvelle ligne de fabrication à Stolberg, perfectionnement des ateliers de trempe à Herzogenrath, automa-tion de l’estimation). Le poste le plus lourd est représenté par l’installation du procédé Jusant à Stolberg qui, à lui seul, requiert 27 millions de DM. Les dirigeants du groupe y sont manifestement très attachés. Arnaud de Vogüé en personne, lors de l’une de ses visites en Allemagne, se rend à la Deutsche Bank pour, comme il l’écrit familièrement, « accrocher le grelot » et réclamer « une faculté de découvert spécial pour réaliser cet important progrès technique »118. Les responsables de la banque n’élèvent aucune objection de principe, mais n’en conservent pas moins leur liberté de jugement. Négociant avec les VEGLA les modalités de financement du nouveau programme, confrontés à une demande de consolidation partielle du découvert sous forme de crédit à long terme, ils posent de multiples questions, montrant qu’ils connaissent parfaitement les faiblesses de la stratégie d’investissement suivie en Allemagne par Saint-Gobain : pour quelles raisons introduit-on à Stolberg le procédé Jusant, destiné avant tout aux besoins de la miroiterie, « alors que [les VEGLA vivent] essentiellement du marché de l’automobile » ? pourquoi n’y a-t-on pas encore adopté le float glass ? etc. Heureux que ses interlocuteurs n’aient « pas trop insisté », le directeur général des VEGLA, Jean-Louis Schrader parvient à obtenir l’accord demandé. Habile négociateur, il n’aborde pas volontairement la question des taux d’intérêt exigés par la Deutsche Bank car, explique-t-il à la maison mère, « la Deutsche Bank n’ignore pas les attaches que nous avons avec la Bayerische Staatsbank et se doit en conséquence d’être compétitive »119.

  • 120 Conversation téléphonique de von Bretano avec Simon Lazard, 16 mai 1968, Papiers Lazard, dossier Be (...)

96C’est aussi la Deutsche Bank qui est choisie par un autre grand groupe français, Pechiney, lorsque celui-ci envisage en 1968 d’installer en Allemagne une usine d’électrolyse d’aluminium, dans le cadre d’une politique de délocalisation rendue nécessaire par les tarifs trop élevés pratiqués par EDF. Le coût prévisible est très élevé : 420 millions de DM. Il reposerait pour les deux-tiers sur l’emprunt : 80 millions à long terme sur le marché de l’euromark, 200 millions auprès des banques allemandes. La Deutsche Bank accepte de servir de chef de file pour le montage financier projeté, auquel participeraient d’autres établissements comme la Berliner Handelsgesellschaft120. Le projet n’aboutira pas, Pechiney se décidant finalement pour une implantation néerlandaise. Il est cependant nécessaire de le mentionner, tant parce qu’il est caractéristique de la littoralisation des industries lourdes qui se développe en Europe occidentale durant les années 1960 que parce qu’il semble sympto-matique du recours croissant à l’endettement auquel consentent alors beaucoup de grands groupes industriels français.

  • 121 Conversation téléphonique de Freimut Richter avec Simon Lazard, 25 mars 1959, Papiers Lazard, dossi (...)

97Les banques allemandes ne sont pas toujours disposées à financer de telles entreprises. En 1959, à l’heure de l’entrée en vigueur du traité EURATOM qui permet d’envisager dans un proche avenir le développement de l’énergie nucléaire dans un cadre communautaire, plusieurs grandes banques françaises s’associent pour fonder Cofimatome, un consortium destiné à l’étude du financement des investissements dans l’énergie nucléaire. A son conseil d’administration, sont représentés la Banque de l’Indochine, le Comptoir national d’escompte de Paris, le Crédit industriel et commercial, Lazard frères, la Société générale, l’Union des mines. En Allemagne par contre, les réticences semblent plus fortes. La Berliner Handelsgesellschaft fait savoir à L’Air Liquide, qui s’intéresse au projet pour la production d’eau lourde et est déjà en rapports avec Hoechst à ce sujet depuis plusieurs années, qu’elle refuse de participer à une telle structure, n’étant « pas en mesure actuellement de s’intéresser à des affaires d’avenir aussi éventuelles que celle-là »121.

  • 122 Walter Seipp, directeur adjoint de la Deutsche Bank : « L’évolution du marché des capitaux de la RF (...)
  • 123 « Conversation avec MM. Schwarzkoppen et Dohrn », note de Simon Lazard, 23 mars 1962, Papiers Lazar (...)
  • 124 Lettre d’H. J. Abs à Arnaud de Vogüé, 6 mars 1962, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

98Les banques financent donc en Allemagne les entreprises françaises dans leur activité courante comme dans leurs projets de développement à long terme. Elles peuvent aussi leur rendre un service qui, indirectement, leur permet de se procurer d’appréciables ressources : l’introduction en bourse, occasion pour elles de percevoir d’importantes commissions. En 1962, deux propositions quasi simultanées sont adressées en ce sens à des groupes français par de grandes banques allemandes. L’une émane de la Berliner Handelsgesellschaft et est faite à L’Air Liquide ; l’autre provient de la Deutsche Bank et a pour destinataire Saint-Gobain. À cette date, très peu de firmes françaises encore sont cotées sur le marché financier allemand. A Francfort, ne figurent à la cote officielle que Paribas, Kuhlmann et les Forges et aciéries du Nord et de l’Est. La Compagnie des machines Bull et Pechiney projettent une introduction. Quelques autres grandes sociétés, dont Peugeot et Citroën, ne sont encore cotées que sur le marché libre122. La Berliner Handelsgesellchaft propose à L’Air Liquide ses services pour introduire ses titres à la Bourse de Francfort, se déclarant même prête à partager le profit de l’opération avec d’autres banques, dans le cadre d’un syndicat qui se chargerait de l’opération123. Quant à la Compagnie de Saint-Gobain, elle reçoit d’H.J. Abs une lettre insistante, où il tente de convaincre les dirigeants français de l’intérêt de l’opération, faisant état des « rapports étroits » qu’il entretient avec eux et du fait que Pechiney, qui a regroupé deux ans auparavant ses activités chimiques avec celles de Saint-Gobain à l’intérieur de Pechiney-Saint-Gobain, projette lui-même de s’introduire à la Bourse de Francfort124. Or, ces suggestions demeurent lettre morte. Tant les dirigeants de L’Air Liquide que ceux de Saint-Gobain jugent prématuré d’introduire les titres de leurs groupes respectifs sur le marché allemand. Les premiers estiment le nombre de titres disponibles trop réduit pour entretenir un courant d’échanges suffisant. Quant aux seconds, après avoir hésité, ils répondent à leur correspondant qu’étant engagés depuis deux ans dans un lourd programme d’opérations financières, ils préfèrent n’introduire leurs titres à Francfort que lorsque celui-ci sera définitivement réalisé.

99L’occasion manquée ne se retrouvera plus. En 1969, ce sont les dirigeants de la Deutsche Bank qui sont devenus réticents face à une demande d’introduction en bourse que souhaiterait alors Saint-Gobain, évoquant la lourdeur des frais financiers déjà engagés « eu égard à la fusion envisagée avec Pont-à-Mousson », « la réglementation des changes existant actuellement en France », enfin « la réserve de la part du public allemand à l’égard des titres français ». Quant à L’Air Liquide, au début des années 1970, ses titres ne sont toujours pas cotés sur le marché allemand : c’est, on l’a vu, l’une des implications du plan prévu par la Commerzbank lors du projet de rachat des actions de Linde.

  • 125 Lettre de Roger Ruillier, directeur général de la SAIC, à de Guichen, directeur de Paribas, 23 déce (...)
  • 126 Note de Bertrand, directeur général de la CECEL, à Jacques-Henry Gros, 29 avril 1955, Archives CECE (...)

100Enfin, les entreprises françaises recourent aux banques pour la liquidation éventuelle de leurs intérêts en Allemagne. Lorsqu’en 1955, la Société anonyme d’industrie cotonnière doit réduire sa participation dans le capital de la Schwäbische Zellstoff et, pour en éviter la faillite, renflouer sa filiale CECEL en l’ouvrant aux capitaux allemands, ce sont les deux partenaires bancaires privilégiés du groupe qui montent l’opération : Paribas d’une part, déjà mis à contribution trois ans auparavant pour trouver pour la CECEL des actionnaires dans l’industrie lainière française125, le Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine d’autre part, qui a consenti à la CECEL un important découvert pour l’aider à surmonter ses difficultés de trésorerie126.

  • 127 Comme le montrent des études telles que celles de Jeremy Edwards et Klaus Fischer, Banks, finance a (...)

101Pour les entreprises françaises établies en Allemagne, les banques sont des partenaires importants. Permettant les rachats, soutenant l’activité, finançant les investissements, introduisant les dirigeants dans les cercles patronaux, elles jouent un rôle multiforme. Il est remarquable de constater à cet égard que ce sont surtout les banques allemandes qui se montrent actives. Le fait peut semble naturel, s’agissant d’activités déjà présentes ou en cours de développement sur le sol allemand. Il correspond aussi au comportement de groupes qui, comme la Compagnie de Saint-Gobain ou L’Air Liquide, sont passés au stade multinational et financent leurs activités en s’adressant d’abord aux ressources locales du marché des capitaux. Enfin, il ne faut pas oublier que la période étudiée coïncide pour l’essentiel avec la longue phase d’effacement du système bancaire français au profit d’autres circuits de financement. Même si les groupes français avaient préféré s’adresser à des banques nationales pour financer leurs activités en Allemagne, il est probable qu’elles n’y auraient pas trouvé les ressources ni les formules adéquates. Il reste que cette prépondérance des banques allemandes oblige les dirigeants français à s’adapter à des structures et des pratiques bancaires fort différentes de celles de leur pays d’origine127. Il semble, au total, qu’ils y soient parvenus sans difficultés majeures.

  • 128 Avec la participation du Banco di Roma et du Banco Hispano-americano.

102Une dernière remarque s’impose. Parmi les banques allemandes mentionnées ici, la place des banques privées paraît, durant la période étudiée, largement supérieure à la simple gestion de fortunes à laquelle on les réduit parfois. Des maisons comme la Berliner Handelsgesellschaft, Burckhardt & Co, Trinkhaus, Kirchholtes, Salomon Oppenheim se montrent à la fois dynamiques, à l’affût de toutes les occasions de profit, parfois capables de concurrencer efficacement les grands établissements comme la Deutsche Bank. De même, il convient d’insister sur la spécificité des succursales allemandes des banques alsaciennes, au premier rang desquelles figurent la Société générale alsacienne de banque et le Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine. Se rattachant au modèle germanique de « banque universelle », elles détiennent souvent la première place dans les financements. Enfin, à la fin des années 1960, on voit s’esquisser une coopération entre grands établissements de crédit de part et d’autre du Rhin. Des clubs comme Europartenaires, fondé par le Crédit Lyonnais et la Commerzbank128, sont destinés en partie à proposer aux groupes industriels des formules de financement adaptées à des besoins qui s’expriment, non plus à l’échelle de la région ni du pays, mais de l’ensemble du continent européen.

  • 129 Conversation téléphonique de von Brentano avec Simon Lazard, 20 janvier 1966, Papiers Lazard, dossi (...)
  • 130 OCDE, Historical statistics/Statistiques rétrospectives 1960-1980, 1982, p. 93.

103Cette fin des années 1960 correspond, dans les deux pays, à la montée vers l’économie d’endettement. Les industriels français s’en alarment parfois, tout en contribuant par leur recours fréquent au crédit bancaire à l’accélération du phénomène. Ainsi, les dirigeants de L’Air Liquide trouvent excessif en 1966 le taux de 8 % réclamé par la Berliner Handelsgesellschaft pour financer sur dix ans une installation d’appareils représentant 3 millions de DM. Pour lever leurs réticences, leurs interlocuteurs font ressortir que, « pour un client quelconque demandant un crédit d’un an, le taux serait de 8,5 % »129. Le chiffre, en effet, n’a rien d’exagéré. Il correspond à la réalité du moment, puisqu’en Allemagne, le rendement des obligations d’État, représentatif du taux d’intérêt à long terme, atteint alors en moyenne 8,1 %130. Mais cette montée des risques financiers renvoie à l’évidence à un phénomène qui dépasse de loin les seuls acteurs évoqués. S’agissant des banques comme des entreprises industrielles, le développement des interdépendances entre les deux pays ne peut se comprendre sans tenir compte du contexte économique d’ensemble qu’il nous faut à présent évoquer.

III. L’AMÉLIORATION DU CONTEXTE ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

A. L’ASSOUPLISSEMENT DU CADRE RÉGLEMENTAIRE

104Longtemps sont restées en vigueur, en France comme en Allemagne, des dispositions inspirées par des motifs variés - souci d’économiser les devises, volonté de protéger certains secteurs, désir de contrôler l’activité économique et financière - qui ont eu pour commun effet de freiner les entreprises privées dans leurs initiatives et de limiter les relations entre les deux pays. De plus, dans le cadre du statut d’occupation abrogé seulement le 5 mai 1955, après la ratification par le Bundestag des accords de Paris, les trois puissances occidentales ont contracté les unes à l’égard des autres des engagements, notamment en matière d’investissements étrangers, qui aboutissent au même résultat. Toutes ces mesures ont ainsi prolongé, bien après 1945, un dirigisme né de la crise des années 1930, puis renforcé par la guerre, stimulé enfin, en Allemagne, par la croyance dans les vertus de l’économie « organisée », en France, dans celles de la planification et de la réglementation. Certes, avec l’économie sociale de marché, une tout autre orientation s’affirme dès 1948 outre-Rhin. Il reste que, jusqu’au milieu des années 1950, l’intensification des relations entre milieux d’affaires tarde à se développer, en raison de l’inadaptation du cadre dans lequel elles se situent.

105Le desserrement de ces contraintes intervient à des dates variables selon les catégories d’opérations, en général plus précocement en Allemagne qu’en France. S’agissant du commerce extérieur, la libération des échanges avec les autres pays industrialisés se fait dans le cadre de l’OECE. Par rapport au montant des importations effectuées en 1948, la France atteint un taux de libération de 75 % en 1951. Suspendu de février 1952 à avril 1954, après la crise de la balance des paiements due à l’inflation coréenne, le mouvement reprend ensuite (82 % en février 1956). Il est une deuxième fois suspendu en juin 1957 du fait de la nouvelle crise survenue en 1956-1957. Il faut attendre janvier 1959 pour que le taux de libération des échanges soit porté à 90 %, puis décembre 1961 pour qu’il atteigne enfin 100 %.

106L’Allemagne, sur ce plan, part avec un retard important sur sa voisine. Son taux de libération à l’égard des autres pays de l’OECE, calculé par rapport aux importations effectuées en 1949, et non en 1948, ce qui fausse quelque peu la comparaison avec la France, n’atteint en juin 1950 que 47 %. Il est suspendu une seule fois, pour moins d’un an, de février 1951 à janvier 1952, là aussi par suite des répercussions de la guerre de Corée. Mais, à partir de cette dernière date, on atteint très vite des taux correspondant pratiquement à une libération totale : dès avril 1953, avec un taux de 90 %, l’Allemagne devance la France de près de six années.

  • 131 Chiffres extraits de Michel Beaud, La croissance économique de l’Allemagne de l’Ouest (1949-1962), (...)

Tableau 9. Degré de libération des échanges à l’égard des pays de l’OECE (au 30 juin de chaque année, en % des importations)131

Tableau 9. Degré de libération des échanges à l’égard des pays de l’OECE (au 30 juin de chaque année, en % des importations)131

(Base de calcul : 1948 pour la France, 1949 pour l’Allemagne)

  • 132 André de Lattre, Les finances extérieures de la France (1945-1958), Paris, PUF, 1959, p. 27-36.

107En ce qui concerne les protections tarifaires, l’écart est le même entre les deux pays. Alors que la France devrait, en tant que membre du GATT, respecter le principe de consolidation qui lui interdit de relever les tarifs existants, elle y contrevient à plusieurs reprises durant les années 1950 en adoptant des mesures telles que la « taxe spéciale temporaire » créée par le gouvernement Laniel en avril 1954 ou le dépôt préalable de 25 %, puis 50 % du montant des importations institué par le gouvernement Mollet en mars et juin 1957132. De plus, en dévaluant à sept reprises sa monnaie, de 1944 au début des années 1970, elle tente de freiner ses importations. L’Allemagne au contraire, même si elle a longtemps bénéficié d’un Mark sous-évalué, grâce à la dévaluation de septembre 1949, abaisse fréquemment ses tarifs douaniers, pour des raisons à la fois commerciales et conjoncturelles, dans le cadre de la limitation des pressions inflationnistes. Pendant l’été 1957 par exemple, une diminution de 25 % les place à un niveau particulièrement bas à la veille de l’ouverture du Marché commun. A partir de celle-ci, l’union douanière entre les Six, réalisée par étapes, devenue totale le 1er juillet 1968, implique la disparition des barrières tarifaires entre France et Allemagne, même si d’autres obstacles subsistent en matière d’échanges extérieurs, tels que les normes techniques et sanitaires ou les règles en matière de passation des marchés publics.

  • 133 Françoise Berger, Les relations économiques de la République française avec la République fédérale (...)

108Il faut toutefois nuancer ce tableau d’une Allemagne précocement libérale et d’une France tardivement protectionniste. Valable pour l’ensemble des échanges extérieurs, il est moins exact s’agissant des relations bilatérales, celles qui nous importent ici. Les traités de commerce signés entre France et Allemagne qui forment jusqu’à la fin des années 1950 le cadre des échanges entre les deux pays sont toujours le résultat d’âpres négociations entre les délégations des deux pays, fort révélatrices du désir de maintes entreprises de protéger leur marché et d’interdire toute pénétration significative des importations. Dix accords se succèdent de novembre 1948 à septembre 1958, d’abord dans le cadre de la Trizone puis, à partir du 10 février 1950, dans celui de la République fédérale. Or les contingents d’importation par catégories de produits octroyés par l’Allemagne déçoivent souvent les fédérations professionnelles et les entreprises françaises, tout particulièrement celles qui appartiennent à des secteurs ayant une longue vocation exportatrice comme l’industrie de la laine et de la soie, la parfumerie, l’agroalimentaire. La permanence de réflexes protectionnistes n’est donc pas propre à la France. Il reste que, peu à peu, surtout à partir de l’accord du 5 août 1955, qui, pour la première fois, prévoit entre les deux pays des contingents d’importation valables durant trois années et demi, quoique révisables tous les dix-huit mois, une véritable intensification des échanges bilatéraux peut avoir lieu, sans qu’elle dépende du bon vouloir des gouvernements ou de l’état des réserves de devises possédées par les banques centrales133.

  • 134 Alain Samuelson, Le Mark, histoire de la monnaie allemande, Paris, Didier, 1971, p. 267.
  • 135 Note de Bernard Rivain, attaché financier à l’ambassade de France à Bonn, au ministre des Finances, (...)

109Si l’on examine à présent les aspects monétaires et financiers, on constate qu’ici aussi, le desserrement des contraintes s’est fait plus tôt en Allemagne qu’en France. Après avoir, dans un premier temps, limité la convertibilité du deutsche Mark aux pays de la zone dollar, alors que ceux de l’UEP (Union européenne des paiements) en étaient exclus, le gouvernement fédéral autorise à partir d’avril 1954 les banques à ouvrir aux non-résidents, quelle que soit leur nationalité, des comptes libellés en DM et librement transférables. En septembre de la même année, il devient possible de virer le montant des créances libellées en Marks bloqués (Sperrmark), indisponibles depuis l’avant-guerre, sur des « comptes de capital libéralisés » (liberalisierte Kapitalkonten). On peut considérer que, dès ce moment, « la République fédérale [est] parvenue à une situation de convertibilité de facto du deutsche Mark »134. Celle-ci est complétée par le droit accordé en mai 1956 à tous les résidents, y compris les exportateurs, de « se faire ouvrir auprès d’une banque agréée un compte en devises dans la monnaie de leur choix et d’utiliser sans restriction les avoirs figurant sur ce compte pour l’acquisition de valeurs mobilières sur les bourses étrangères »135. Déjà présente dans les faits, la convertibilité du deutsche Mark devient légale en janvier 1959, lors de l’entrée en vigueur des dispositions de l’Accord monétaire européen, tandis que les dernières réglementations en matière de contrôle de changes sont abrogées.

  • 136 Pour reprendre l’expression de Thierry de Montbrial dans 1958. La faillite ou le miracle. Le plan d (...)

110Certes la France en fait autant au même moment, en abrogeant le contrôle des changes, en vigueur depuis septembre 1939, et en proclamant la convertibilité externe du franc, mais cette tardive satisfaction d’une promesse souscrite dès août 1955 dans le cadre de l’Accord monétaire européen ne représente pas le couronnement d’une patiente restauration monétaire. Il s’agit au contraire d’une décision soudaine, prise en totale rupture avec la politique suivie antérieurement. La convertibilité externe du franc représente « l’aventure du redressement financier »136 qu’entreprend alors la Cinquième République commençante. Elle ne survivra d’ailleurs qu’une dizaine d’années aux soubresauts inflationnistes, puisqu’en novembre 1968 il faut rétablir en toute hâte le contrôle des changes, puis, en août 1969, recourir à nouveau à la dévaluation.

111Il importe de souligner, il est vrai, que le rétablissement précoce de la convertibilité du deutsche Mark ne résulte pas seulement de l’amélioration progressive de la balance des paiements allemande. Il correspond aussi à la pression internationale qui s’exerce sur les autorités allemandes. La France, notamment, souhaite être déchargée de la responsabilité qui lui incombe de fournir en devises sa zone d’occupation. Le gouvernement français estime donc que l’Allemagne doit assurer le service des capitaux étrangers qui y ont été placés. D’autre part, les détenteurs de créances sur l’Allemagne, regroupés, on l’a vu, dans l’Association pour la sauvegarde des biens et intérêts français à l’étranger (ASBIFE), souhaitent, tout comme dans les autres pays occidentaux, que soit mis fin au blocage des avoirs étrangers en Allemagne.

  • 137 « Note pour M. François-Poncet » (sans indication d’auteur, mais émanant vraisemblablement du négoc (...)

112Le problème interfère avec celui du moratoire signé en août 1947 entre les puissances occupantes, qui interdit les prises de participation étrangères dans le capital d’entreprises allemandes, car, si ce dernier est levé, il faut que l’Allemagne puisse assurer le service des capitaux étrangers qui y afflueraient Au début de l’année 1950, de longues négociations ont lieu sur ce problème entre États-Unis, France et Grande-Bretagne. La France, par l’intermédiaire de Paul Leroy-Beaulieu, y réclame le droit intégral au rapatriement des créances pour les capitaux anciennement placés, tandis que les États-Unis souhaitent l’établissement d’une priorité pour le service des capitaux qui seront nouvellement investis en Allemagne. L’intention américaine est claire : arguant du fait que, sans cette priorité, les investisseurs étrangers répugneraient à effectuer des opérations vers l’Allemagne, ils entendent bénéficier d’un traitement de faveur, leurs firmes étant alors les seules à pouvoir faire outre-Rhin un effort significatif137.

  • 138 Note de Bernard Rivain au ministre des Finances, 1er juillet 1958, MF, direction du Trésor, B 8897.

113Finalement, en juin 1950, on renonce à établir une distinction entre les investissements en fonction de leur date. Mais, pour pouvoir investir en Allemagne, il n’est pas encore permis d’utiliser des devises étrangères. Pour ce faire, il faut détenir dans une banque allemande un compte-capital, ce qui n’est possible que si l’on a le statut de résident en République fédérale, ou bien acheter les Marks correspondants au propriétaire d’un tel compte, en recourant à un marché particulier, celui de la devise titre, où les cours sont supérieurs à la parité officielle. Ce système, qui vise à restreindre les sorties ultérieures de devises, au titre d’intérêts, dividendes ou annuités de remboursement d’emprunts, ne disparaît qu’en juin 1958. En décidant sa suppression, les autorités fédérales espèrent voir se produire un afflux de capitaux étrangers qui permettra « d’élargir le marché financier allemand, de rendre ses conditions moins onéreuses et d’ouvrir ainsi la voie, dans une deuxième étape, aux placements de capitaux allemands à l’étranger qui, principal grief des autres pays à l’encontre de la République fédérale, n’ont jusqu’à maintenant, que fort peu progressé »138. Ainsi le souci du gouvernement fédéral d’abaisser le niveau des taux d’intérêt à l’intérieur du pays rencontre le souhait de ses partenaires de freiner la spéculation en faveur du deutsche Mark, et donc de calmer la pression à sa réévaluation qui commence à gêner les pays à monnaie faible. Le desserrement des contraintes monétaires et financières est donc dans une certaine mesure affaire de circonstances. L’important est toutefois qu’il ait permis de lever totalement les contraintes qui pesaient sur les investissements étrangers dans l’immédiat après-guerre.

  • 139 Note de Lionel Favereau, chef du service du Contrôle des biens et participations étrangères, au dir (...)

114D’autres problèmes se posent pourtant encore. Le statut des établissements, succursales ou filiales possédés en Allemagne par des firmes de nationalité étrangère est longtemps marqué par toutes sortes de limitations qui gênent plus particulièrement les groupes français concernés. Les autorités fédérales les soumettent à d’étroits contrôles. Ils n’ont le droit de recourir au crédit que dans des limites précises et ne peuvent prendre de participations dans le capital d’autres entreprises que sur une autorisation expresse, accordée par la Bank Deutscher Länder. Ces dispositions suscitent périodiquement de vives protestations de la part de groupes comme Saint-Gobain, Hutchinson, Cusenier qui y voient un traitement discriminatoire injustifié. Ils sont soutenus dans leurs revendications par l’ASBIFE. Le problème n’est évidemment pas particulier aux établissements possédés par des firmes françaises. C’est d’ailleurs ce qui permettra sa solution. Après une démarche conjointe des autorités françaises, belges, luxembourgeoises et néerlandaises auprès du Ministère fédéral des Finances, en août 1952, le gouvernement allemand s’engage à lever ce régime discriminatoire. Désormais, sur simple demande de leur part, les établissements, succursales et filiales de nationalité étrangère bénéficient d’une autorisation générale pour toutes leurs opérations, valable une fois pour toutes, se substituant aux autorisations ponctuelles exigibles précédemment, ce qui les place pratiquement sur un pied d’égalité avec les firmes allemandes139.

  • 140 Copie d’une lettre adressée à John Mc Cloy, le 9 février 1951, transmise aux services de la directi (...)
  • 141 Procès-verbal de la réunion de la commission des Questions juridiques et des brevets, 2 décembre 19 (...)

115La longue réticence des autorités fédérales sur ce point s’explique en grande partie par leur dépit de constater que, malgré les progrès effectués vers la reconnaissance de la pleine souveraineté de l’Allemagne, les commerçants et industriels allemands souhaitant s’installer à l’étranger, en France notamment, sont empêchés de le faire du fait de l’inexistence de conventions sur le droit d’établissement. Le chancelier Adenauer expose ainsi en 1951 au haut-commissaire américain John Mc Cloy que, puisque « des firmes étrangères ont obtenu le droit d’acquérir des participations en République fédérale en utilisant des avoirs en Marks bloqués ou par l’apport de marchandises ou de devises [...], on ne saurait refuser plus longtemps aux firmes allemandes, par raison de réciprocité, la possibilité d’effectuer des investissements à l’étranger »140. Exigeant, en ce domaine comme en tout ce qui concerne son statut international, l’égalité des droits, l’Allemagne utilise les obstacles mis à l’activité des établissements de nationalité étrangère en Allemagne comme moyen de pression. Il lui faudra attendre cependant plusieurs années encore avant d’obtenir satisfaction sur ce point. La convention sur le droit d’établissement en France des commerçants et industriels allemands n’est en effet signée qu’en 1956. Encore ne supprime-t-elle pas tous les obstacles, comme en témoignent les protestations faites en décembre 1958 devant la COCFA par un membre du Deutscher Industrie-und Handelstag contre le maintien par la France de la carte de commerçant qui, selon lui, « a suscité une vive déception chez les firmes allemandes intéressées »141. Ce n’est que dans le cadre européen, en application des articles 52 à 58 du Traité de Rome, que l’entière liberté d’établissement sera enfin garantie.

  • 142 Compte rendu du comité des Affaires d’Allemagne, 27 janvier 1954, Archives Saint- Gobain, SGV Hist (...)

116Contrecarré par les péripéties conjoncturelles, les différences d’approche entre les gouvernements, les implications internationales des mesures prévues, le desserrement des contraintes réglementaires a mis près de dix ans à se faire. A partir de la deuxième moitié des années 1950, lorsqu’il est pratiquement acquis, il crée un cadre évidemment très propice aux initiatives prises en Allemagne par les entreprises françaises. Un exemple paraît caractéristique. Informée confidentiellement en 1952 par les dirigeants de l’ASBIFE que le gouvernement allemand n’est plus désormais opposé au transfert vers l’étranger des revenus de capitaux investis outre-Rhin, la Compagnie de Saint-Gobain s’empresse de demander une autorisation de transfert lui permettant d’obtenir de sa filiale allemande, les VEGLA, deux catégories de versements : d’une part, des redevances au titre des brevets déposés par la maison mère et utilisés par les VEGLA, d’autre part et surtout, des sommes prélevées sur les bénéfices réalisés en Allemagne et par lesquelles les VEGLA contribuent aux frais généraux du groupe142. Même si ces versements représentent une lourde charge pour la trésorerie des VEGLA, les dirigeants de la Compagnie préfèrent voir celle-ci s’endetter auprès des banques allemandes plutôt que de maintenir plus longtemps la situation profondément anormale qui formait le reliquat de la période d’isolement monétaire ouverte en 1931 par l’instauration du contrôle des changes en Allemagne.

117Un autre phénomène, de portée, non plus seulement bilatérale mais internationale, améliore grandement le cadre dans lequel se déroulent les relations économiques entre France et Allemagne : il s’agit de l’édification de l’Europe qui ne manque pas d’avoir de profondes répercussions sur le contenu même des relations d’affaires.

B. LE RÔLE DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

118Pour les entreprises françaises, la construction européenne représente à la fois un encouragement et une menace. Elle peut en effet aussi bien les inciter à multiplier les ouvertures en direction du pays voisin que les conduire à dresser des barrages pour tenter de préserver leurs acquis. Dès le lancement du projet CECA, on constate cette ambivalence du recours à l’argument européen qui recouvre chez les industriels tantôt la volonté de stimuler les rapports commerciaux, financiers et technologiques avec l’Allemagne, tantôt au contraire la crainte de se voir bientôt dépassé par les concurrents d’outre-Rhin. Nous examinerons plus loin cet aspect négatif. Nous voudrions seulement souligner ici à quel point le phénomène a été un puissant stimulant au développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne, en examinant successivement la façon dont l’envisagent plusieurs industriels, puis une institution consulaire particulière, la Chambre officielle de commerce franco-allemande, enfin les organisations patronales, à travers le cas du Syndicat général des fondeurs de France.

  • 143 Allocution faite à Francfort le 24 juin 1950, reproduite dans la note d’information n° 12 de l’AFRE (...)
  • 144 Allocution devant la COCFA, Echanges franco-allemands, n° 13, avril 1958, p. 5.

119Les industriels sont fortement incités à s’impliquer dans la construction européenne par les représentants des pouvoirs publics, quelles que soient les motivations sous-jacentes, raisonnement fondé sur l’examen des rapports de force entre nations ou adhésion à un courant idéologique comme le fédéralisme. Deux semaines exactement après l’annonce du plan Schuman, André François-Poncet évoque devant l’assemblée générale de la DEFRA « la solidarité d’intérêts qui existe, sur laquelle pourrait se fonder une organisation politique de la France et de l’Allemagne, qui [...] rendrait possible la défense réelle de la civilisation commune de l’Occident, civilisation humaniste et chrétienne ». Il assigne à l’association et à son homologue, l’AFREA, « le devoir de faire rayonner l’esprit [...] du plan Schuman »143. Cet enthousiasme contraste singulièrement avec l’attitude qu’il adopte au même moment face aux programmes allemands d’investissements dans l’industrie lourde, marquée, on l’a vu, par une tenace méfiance vis-à-vis de l’Allemagne et une volonté constante de défendre pied à pied la puissance sidérurgique française. De même, le chef des services commerciaux en Allemagne, Bernard Lefort, prompt à mettre en garde ses supérieurs hiérarchiques contre les visées impérialistes des hommes d’affaires allemands, n’hésite pas en avril 1958 à inviter les industriels des deux pays à partager « un esprit d’audace, [...] d’aventure, d’enthousiasme, [...] une sorte de mystique »144.

120Les intéressés répondent-ils à ces encouragements ? Il semble bien que oui, si l’on en juge du moins par certaines de leurs réactions face à la construction européenne. Pour eux, l’Europe est tout à la fois une grande ambition collective, un cadre nouveau dans l’élaboration de leur stratégie, une protection nécessaire face aux ambitions américaines, un moyen de pression utile vis-à-vis des pouvoirs publics.

  • 145 Lettre de Roger Ruillier au directoire de la Schwäbische Zellstoff, 11 janvier 1954, Archives CECEL (...)
  • 146 Lettre du Dr Binder, avocat à Stuttgart, à J.H. Gros, 18 septembre 1954, Archives CECEL-COGEPAR, CE (...)
  • 147 Lettre d’Arnaud de Vogüé au comte von Oppenheim, 24 juillet 1961, Archives Saint- Gobain, CSG 293/5 (...)

121Des convictions européennes s’observent chez maints chefs d’entreprise, qu’ils les expriment en public ou dans des conversations privées. En janvier 1954, Roger Ruillier, directeur général de la Société anonyme d’industrie cotonnière, présente à ses confrères allemands le transfert de technologie en cours de réalisation entre son entreprise et la Schwäbische Zellstoff comme un exemple de « collaboration très étroite » conforme aux « idées dont le Président Adenauer fait manifestation quotidiennement »145. Quelques mois plus tard, alors que le projet de CED vient d’être repoussé par le Parlement français, son successeur Jacques-Henry Gros voit dans cet échec la raison des difficultés auxquelles la SAIC se heurte auprès de l’administration fédérale et approuve les propos de son avocat allemand qui lui écrit que, « s’il a été possible jusqu’à maintenant de provoquer, en considération de l’intégration européenne, un traitement bienveillant de la part des autorités, cet argument a perdu tout son poids depuis qu’on a l’impression en Allemagne que, pour le moment, le Président des ministres [sic] français actuel néglige toute réalisation d’une conception européenne »146. En juillet 1961, Arnaud de Vogüé affirme à son associé, le banquier Carl-Friedrich von Oppenheim : « La construction de l’Europe est aujourd’hui la besogne primordiale à laquelle doivent s’atteler toutes les bonnes volontés et aucun obstacle sur le chemin de sa réalisation ne devrait se révéler véritablement insurmontable à la condition que tous aient une volonté égale d’aboutir »147.

  • 148 Lettre de Le Gall, de la direction générale, à Jean-Louis Schrader, 27 juin 1958, Archives Saint-Go (...)
  • 149 Note de ?, de la direction commerciale, à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962, Papiers Lazard, dossie (...)
  • 150 Note de Jacques Bocquentin, directeur-adjoint de l’Aluminium français, à Jean Poincaré, 13 juillet (...)

122Formules conventionnelles ? Rien n’autorise à l’affirmer. Bien au contraire, l’Europe n’est pas seulement une grande ambition. Elle forme peu à peu le cadre dans lequel les chefs d’entreprise définissent leur stratégie commerciale et financière. Les premiers mois d’entrée en application du Traité de Rome coïncident avec la mise en place, au siège central de la Compagnie de Saint- Gobain, d’un groupe de travail qui réunit à intervalles réguliers des cadres de la direction générale et des correspondants des départements étrangers. Sa tâche consiste à confronter les dispositions du Traité et les moyens dont dispose la Compagnie pour s’y adapter dans les domaines les plus divers : ententes, législation fiscale et sociale, désarmement douanier, rapports entretenus à l’intérieur du groupe entre les divers départements concernés...148. De même, à L’Air Liquide, une note interne établit en décembre 1962 un rapport direct entre recherche de débouchés commerciaux et construction de l’Europe : « En considérant à long terme la structure du Marché commun, dont la mise en place est maintenant chose quasi faite dans une Europe plus ou moins élargie, il nous paraît aussi impensable pour Air Liquide que pour des sociétés de l’importance de Knapsack-Griesheim et de Linde d’être absentes, soit du marché allemand, soit du marché français »149. Quatre ans plus tard, chez Pechiney, Jean Poincaré, entré dans le groupe comme secrétaire général d’Aluminium de Grèce, devient directeur des Relations extérieures. A ce titre, le directeur général Pierre Jouven lui confie, entre autres missions, la réalisation d’une « enquête en vue d’étudier l’implantation d’un échelon chargé de préparer et d’appuyer la politique du groupe en Allemagne »150. Tout l’indique : les chefs d’entreprise adaptent désormais les structures de leurs firmes aux nouvelles dimensions du marché qui leur est offert.

123Une telle Europe est appelée de leurs voeux par maints industriels qui en attendent une protection efficace contre la concurrence américaine. On le sait : même si les États-Unis ont fortement encouragé les débuts de la construction européenne, celle-ci n’a pas tardé à manifester à leur égard une volonté d’affranchissement qui, en France notamment, a trouvé dans l’anti-américanisme d’une large partie de l’opinion un terrain propice. Les hommes d’affaires ne diffèrent pas à cet égard de leurs concitoyens. On observe chez eux la présence fréquente de ce thème durant toute la période : l’Europe est indispensable pour dresser, grâce à un rapprochement avec les partenaires allemands, un barrage face à l’implantation menaçante en Europe continentale des groupes américains et, secondairement, britanniques.

  • 151 Compte rendu d’une visite de Pierre Bruneton, Jean-Tony Jenn et Simon Lazard chez Knapsack-Grieshei (...)
  • 152 Compte rendu d’une réunion de direction autour de Jean Delorme, 28 décembre 1960, Papiers Lazard, d (...)
  • 153 Compte rendu d’une conversation entre Simon Lazard et Johannes Wucherer, président de Linde, adress (...)

124L’exemple de L’Air Liquide est ici révélateur. En juin 1957, rencontrant en Allemagne les dirigeants de Knapsack-Griesheim, le directeur général du groupe, Pierre Bruneton, « attire [leur] attention sur le danger que représente la société Air Products, dirigée par M. Pool [...], très actif et déjà installé en Grande-Bretagne, [qui] a pris de nombreux contacts en Europe »151. Trois ans et demi plus tard, en décembre 1960, Jean Delorme, président du groupe, après avoir réussi à convaincre les dirigeants d’Air Products de différer leur implantation en Allemagne, tente d’organiser une rencontre entre L’Air Liquide, Linde et la firme britannique British oxygen corporation pour amener Air Products à conclure une entente sur les ventes d’appareils de liquéfaction des gaz152. Ces efforts semblent efficaces, tout au moins dans un premier temps : ce n’est qu’en 1964 qu’Air Products prend pied sur le marché allemand. Son arrivée suscite aussitôt de nouvelles réactions de la part de L’Air Liquide. Après une tentative infructueuse de rapprochement avec Linde, le groupe conclut un accord avec Hoechst, prévoyant une procédure de consultations réciproques, « en raison de l’entrée massive de grandes sociétés américaines sur le marché des gaz dans le continent européen (Air Products, Union Carbide) et de l’intérêt que des sociétés pétrolières (Esso, Shell) ont récemment manifesté pour la technique des basses températures »153.

125La solidité de tels engagements est souvent éphémère. Il n’empêche que c’est pour s’opposer à la pression des groupes anglo-saxons que certaines grandes entreprises françaises ont cherché à se rapprocher de leurs concurrentes allemandes. Le phénomène n’est pas nouveau. Il avait déjà donné lieu, durant l’entre-deux-guerres, à la conclusion de plusieurs ententes. Mais la différence est que, désormais, il se produit dans le cadre d’une organisation communautaire qui, dans l’esprit des responsables français, doit dresser un barrage efficace contre les ambitions des firmes venues d’outre-Atlantique.

  • 154 Lettre du Dr Kubel, président de la Foire de Hanovre, à Arnaud de Vogüé, 12 février 1968 ; lettre d (...)

126L’Europe représente enfin, pour les chefs d’entreprise, un argument utile lorsqu’il s’agit, en s’appuyant sur elle, d’obtenir des pouvoirs publics des décisions conformes à leurs intérêts. Les réunions consacrées à la construction communautaire permettent d’approcher des hommes politiques importants et de nouer ainsi des contacts utiles. Par exemple, en 1968, Arnaud de Vogüé saisit l’occasion d’un colloque sur la politique industrielle commune tenu à l’occasion de la Foire de Hanovre pour rencontrer Frantz Etzel, ancien vice-président de la Haute Autorité de la CECA, devenu président de la Commission du Bundestag pour la politique économique, et l’entretenir des difficultés auxquelles se heurte la Compagnie de Saint-Gobain dans le traitement fiscal de ses filiales allemandes154.

127Cette importance revêtue par la construction européenne pour les chefs d’entreprise se retrouve au niveau d’une institution consulaire comme la Chambre officielle de commerce franco-allemande. Il n’y a guère d’étonnement à le constater : une bonne partie des débats qui l’animent est consacrée à l’Europe, qu’il s’agisse de prises de position sur ses grandes orientations ou de l’examen minutieux, et parfois critique, de la réglementation communautaire qui, peu à peu, se met en place.

  • 155 Conférence prononcée à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la COCFA, 24 novembre 1960, A (...)
  • 156 Discours tenu à Paris, le 30 octobre 1962, reproduit dans Échanges franco-allemands, n° 30, décembr (...)
  • 157 Déclaration au conseil d’administration de la Chambre, 20 juin 1960, Archives de la CCIP, I 5-10 (6 (...)
  • 158 Échanges franco-allemands, n° 31, mars 1963, p. 8. (Le toast est porté lors d’une réception à Wiesb (...)
  • 159 Echanges franco-allemands, n° 32, juillet 1963, p. 4.

128Sur un plan général, l’Europe, telle que la conçoivent les organes dirigeants de la Chambre, correspond à une vision libre-échangiste, ouverte sur le monde extérieur, assez éloignée, semble-t-il, des conceptions gaulliennes. Tant sur le problème de l’adhésion britannique que sur celui du niveau de protection douanière, on note de sensibles différences entre les points de vue qui s’expriment à la Chambre et ceux du gouvernement français. Lors de ses manifestations publiques, elle accueille volontiers des hommes politiques allemands qui viennent exposer devant elle leurs opinions libérales et atlantistes. En novembre 1960, Karl Carstens, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères, se déclare partisan d’un compromis tarifaire entre la CEE et l’AELE et estime que « les propres intérêts économiques de la Communauté devraient nous empêcher de rechercher sur le plan européen des solutions aux dépens des Américains »155. Deux ans plus tard, en octobre 1962, devant 500 membres rassemblés à l’occasion de l’assemblée générale annuelle et en présence de Valéry Giscard d’Estaing, Ludwig Erhard prononce un discours fortement applaudi où il marque son souhait de voir la Grande-Bretagne entrer dans la CEE, suivie par « d’autres pays européens de la zone de libre-échange, les pays neutres et [les pays] de la péninsule ibérique ». Se félicitant des progrès accomplis par l’économie française depuis 1958, il les attribue, non pas aux plans ou à l’économie concertée, mais au fait que la France « a trouvé la base d’une politique monétaire et financière équilibrée »156. Est-ce par suite du caractère paritaire de la compagnie, qui l’amène à tenir compte des positions du gouvernement de Bonn, tout autant que de celles du gouvernement français ? Faut-il y voir la marque de la forte représentation des intérêts du grand négoce parmi les membres français ? Ou s’agit-il tout simplement des convictions personnelles des dirigeants ? Quelle que soit l’explication retenue, on doit constater que les positions de la COCFA ne suivent guère les orientations prises par le gouvernement français, à tel point qu’en certaines circonstances, ses dirigeants se mettent en situation de se voir reprocher leur franc parler, ce qui, vu la dépendance de l’institution vis-à-vis des subsides gouvernementaux, pourrait susciter des difficultés. Au lendemain d’une accélération de l’union douanière décidée par les Six, Jacques Fougerolle se réjouit de cet abaissement des tarifs extérieurs qui crée « des possibilités de rapprocher les points de vue et les intérêts de la CEE et ceux de la petite zone de libre-échange »157. Peu après la conférence de presse du 14 janvier 1963 au cours de laquelle le général de Gaulle a mis son veto à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun, Jean Marcou porte un toast « à la coopération franco-allemande et au succès du Marché commun », évoquant ensuite, selon la revue de la Chambre, le problème de l’adhésion britannique, « avec toutes les précautions oratoires... qui s’imposaient »158. Tenu sans doute à moins de réserve, le baron von Falkenhausen n’hésite pas, quant à lui, à parler devant le Comité parlementaire du commerce, présidé par Edouard Bonnefous, du « malaise [créé] un peu partout en ce qui concerne l’avenir de l’Europe par l’échec des négociations avec la Grande-Bretagne »159.

  • 160 « L’évolution de l’économie est indépendante de la politique », Revue économique franco-allemande. (...)
  • 161 Résolution adoptée le 27 octobre 1964 et reproduite dans Echanges franco-allemands, n°38, décembre (...)
  • 162 Procès-verbal du conseil d’administration de la COCFA, 25 novembre 1965, Archives de la CCIP, I 5-1 (...)

129Mais l’attachement de la Chambre à une construction européenne de type libre-échangiste ne l’empêche pas pour autant de se monter vigilante face au développement des investissements américains en Europe. Dans ses publications, « l’implantation croissante des trusts américains dans les pays du Marché commun » figure en bonne place, parmi les raisons qui militent en faveur du regroupement des industries européennes160. De même, la COCFA est très attachée à l’approfondissement de la construction communautaire dans divers domaines. En octobre 1964, sur proposition de sa commission Banques et assurances, elle adresse un voeu à la Commission européenne réclamant la coordination des politiques budgétaires et monétaires des pays membres, car « des crises de balances des paiements, des restrictions aux mouvements internationaux de capitaux et un afflux excessif de capitaux spéculatifs peuvent être tout aussi nuisibles à la continuité de la conjoncture et à l’expansion économique que des tendances inflationnistes partant de l’intérieur »161. Un an plus tard, très inquiète de la paralysie qui frappe les institutions communautaires à la suite de la « politique de la chaise vide » pratiquée par la France, elle demande aux gouvernements des pays membres de « ne négliger aucun effort pour qu’une solution soit apportée d’urgence à la crise actuelle, afin que l’intégration communautaire et la politique agricole commune puissent être poursuivies conformément aux engagements souscrits »162.

  • 163 Des tentatives d’implantation ont également eu lieu dans certaines villes de province, dont Lille, (...)

130Quant à l’évolution de la réglementation communautaire, notamment en matière de droit de la concurrence, de marques de fabrique, de propriété industrielle, de droit d’établissement et d’exequatur, elle est suivie avec une particulière attention. Les commissions entre lesquelles se répartissent les membres de la Chambre pour examiner les problèmes techniques de leur ressort et élaborer des motions ou des voeux transmis aux pouvoirs publics, consacrent une bonne partie de leur temps à ce droit européen progressivement mis en place à partir du début des années 1960. La Chambre n’est pas toujours d’accord avec les dispositions prises à Bruxelles ou à Luxembourg. En matière de droit de la concurrence, elle se montre fidèle, on l’a vu, à la formule traditionnelle des contrats de distribution commerciale exclusive, n’hésitant pas, en 1964-1966, lors de l’affaire Grundig-Consten, à prendre position contre leur interdiction, qu’elle estime néfaste au développement des échanges bilatéraux. Elle propose parfois de nouvelles dispositions représentant de sensibles avancées de la construction communautaire dans certains domaines. C’est en particulier le cas en matière de propriété intellectuelle et artistique où un groupe d’études institué en son sein et rassemblant seize experts des deux pays élabore un projet de « brevet Marché commun » au cours de multiples réunions tenues au début des années 1960. Enfin, elle poursuit une oeuvre de grande ampleur pour tenir ses membres informés de l’évolution de la réglementation communautaire. Elle utilise à cette fin sa revue, Echanges franco-allemands, présentée sous forme bilingue, dont le rythme de publication s’accélère à partir de janvier 1965, passant d’un numéro tous les trois mois à un tous les deux mois, sous le nouveau titre Revue économique franco-allemande. Elle édite aussi de multiples brochures, sur des sujets divers comme l’introduction de la TVA en Allemagne, le statut juridique des représentants de commerce et agents commerciaux, la double imposition, en nombre appréciable, puisque l’on recense par exemple dix-sept titres différents pour la seule période 1967-1975. Enfin, bien évidemment, elle met à la disposition de ses membres un service d’informations directes ou téléphonées, depuis son siège qui est situé, à Paris, rue de Miromesnil, dans le même quartier que la Chambre de commerce et d’industrie163.

  • 164 Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration e (...)
  • 165 Archives Pont-à-Mousson, notes adressées au secrétariat de Michel Paul-Cavallier et répertoriées so (...)

131La construction européenne est également, comme l’a montré l’ouvrage de Marine Moguen-Toursel, au coeur des débats qui animent les organisations patronales, en France comme en Allemagne164. Il n’est pas sans intérêt d’en suivre les étapes successives à travers un cas particulier, celui du Syndicat général des fondeurs de France, à travers l’abondante correspondance entretenue à ce sujet entre 1950 et 1959 par son vice-président Georges Morin et conservée dans les archives de la Compagnie de Pont-à-Mousson165. En tant qu’ancien délégué général de la Compagnie à Paris, il tient régulièrement les dirigeants mussipontains au courant des événements et problèmes auxquels se heurte la construction européenne. Il bénéficie en effet d’informations de première main, non seulement en tant que dirigeant syndical de la fonderie, mais aussi comme membre de la commission des Relations extérieures du CNPF, puis comme président de celle des Accords commerciaux. Ses lettres permettent de suivre l’évolution personnelle d’un homme qui, par sa position « moyenne », semble assez représentatif de l’ensemble de l’organisation patronale et glisse peu à peu d’une méfiance systématique face à l’Europe à son acceptation conditionnelle, puis à une franche approbation de celle-ci.

  • 166 Selon Matthias Kipping, « Welches Europa soll es sein ? Der Schuman-Plan und die deutsch-französisc (...)

132Au printemps 1951, lors du lancement du plan Schuman, les instances dirigeantes du CNPF paraissent face à lui divisées, plutôt majoritairement hostiles. À la commission des Relations extérieures et au comité directeur, certains membres recherchent la meilleure tactique pour amener le Parlement français à amender le projet de traité dont il sera bientôt saisi pour ratification. Henri Lafond pense qu’il faut « laiss[er] totalement dans l’ombre la Chambre syndicale de la sidérurgie, étant donné la haine persistante de l’opinion publique contre le Comité des Forges ». Roger Nathan songe à un protocole additionnel que le CNPF soumettrait aux parlementaires comme condition préalable à la ratification. Pierre Ricard place ses espoirs dans le Comité consultatif qu’a accepté de créer Jean Monnet et qui, si sa composition est favorable, pourrait être d’un grand secours. Georges Morin lui-même se déclare très déçu par les modifications qu’a introduites Robert Schuman dans son projet initial, à la demande de Jean Monnet, et n’hésite pas à les déclarer « complètement insignifiantes » devant la commission des Relations économiques internationales166.

  • 167 Comptes rendus des séances de la commission des Relations extérieures, 23 avril 1951, et du comité (...)
  • 168 Traduction d’un article du Handelsblatt, 12 novembre 1951, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l.

133D’autres vont plus loin dans l’hostilité. Devant les instances dirigeantes du CNPF, le représentant de la Chambre de commerce de Metz par exemple estime que, « mené par une Haute Autorité ultra-dirigiste, le Pool videra le bassin de Briey de tout minerai en trente ans ». Or, face à cette obstruction, Georges Villiers décide de passer outre et « s’arrange pour passer à la question suivante »167... Son attitude n’est pas surprenante si l’on songe que, quelques mois plus tard, au moment du débat de ratification, il n’hésitera pas, à l’occasion de la création à Dusseldorf du Comité mixte industriel franco-allemand, à prendre position publiquement en faveur du Plan Schuman, déclarant à la presse allemande que « [même si] des divergences peuvent encore surgir quant aux détails de son exécution [...], il ne saurait y avoir de doute que l’idée de fond du plan Schuman est juste et mérite toute action de soutien dans l’intérêt de l’Europe »168.

  • 169 L’attitude du patronat français face au plan Schuman est étudiée dans de nombreux travaux, parmi le (...)
  • 170 Lettre de Roger Martin à Robert Baboin, 31 octobre 1952, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 690.

134Telles qu’elles sont décrites à travers cette source, les positions respectives des différents protagonistes du monde patronal face à la création de la CECA correspondent à ce que l’on sait par ailleurs169. Par contre, il est remarquable de constater l’absence de ralliement ultérieur de Georges Morin à la CECA, une fois la ratification du traité acquise et la nouvelle institution entrée en fonctionnement. Tout comme, semble-t-il, ses correspondants mussipontains, il continue à n’éprouver vis-à-vis d’elle aucun enthousiasme. Bien au contraire, il s’efforce de faire échapper à ses compétences la fonderie des tuyaux de fonte. Au Syndicat des fondeurs, il mène le combat pour que la fonte de récupération, matière première de la fabrication des tuyaux, ne soit pas assimilée à la fonte de première fusion et reste en dehors du champ d’application du traité de Paris. Il s’agit d’éviter tout contrôle de la production des tuyaux par les autorités communautaires et surtout d’empêcher que, du fait de l’ouverture des frontières, ne surgissent de nouveaux acheteurs de fonte de récupération, ce qui ne manquerait pas d’entraîner un relèvement des cours, et donc une hausse du prix de revient pour les tuyaux fabriqués par Pont-à-Mousson. Georges Morin joue alors un rôle important dans les démarches accomplies auprès de la Haute Autorité, efficacement guidé à cette occasion par les hauts fonctionnaires du ministère de l’Industrie, Albert Denis à la direction de la Sidérurgie, Pierre Bellier à celle des Industries mécaniques et électriques, qui lui conseillent d’agir sur Frantz Etzel ou Enzo Giaccherino, de préférence au membre français, Léon Daum, jugé peu sûr, voire hostile au point de vue des fondeurs. Le problème est apparemment difficile à résoudre, car trois démarches seront nécessaires, en février 1953, février 1956 et octobre 1958, avant d’obtenir satisfaction. Quant aux dirigeants mussipontains, la CECA ne semble guère plus à leurs yeux qu’une machine à obtenir des crédits. Ainsi Roger Martin, recevant copie d’une demande de subventions adressée à Luxembourg par les dirigeants de SIDELOR, leur conseille d’» assaisonner le programme en question de considérations sur la productivité, la rentabilité, les améliorations de prix de revient escomptées, bref tout ce qui peut séduire la Haute Autorité »170.

  • 171 Compte rendu de la réunion des présidents de commissions du CNPF, 1er mars 1954, adressé par George (...)
  • 172 Lettre du Syndicat général des fondeurs à Pierre Bellier, directeur des Industries mécaniques et él (...)
  • 173 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 12 octobre 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

135Pourtant les mêmes hommes qui s’étaient montrés réservés, voire hostiles face à la création de la CECA acceptent bientôt sans difficultés majeures la libération des échanges que met en oeuvre, malgré plusieurs retours en arrière, le gouvernement français à partir du milieu des années 1950 et qui est indissolublement liée à la construction européenne. Sur ce point, Georges Morin est tout disposé à aller de l’avant. Il déplore la frilosité de la commission de libération des échanges créée au sein du CNPF, malgré les positions personnelles de son président, Roger Nathan, qui tente de convaincre ses collègues qu’« une libération rapide est inéluctable et qu’il faut [...] en tirer le courage d’imposer au gouvernement une révision profonde de sa politique économique et sociale »171. A l’annonce, en avril 1954, que les tuyaux de fonte figureront sur la liste des produits libérés, il ne s’oppose aucunement à la mesure projetée, se bornant à insister pour que le Syndicat général des fondeurs réclame au ministre de l’Industrie « que les charbons à coke et les cokes nous soient facturés à parité avec les prix dont jouissent nos concurrents allemands et anglais »172. L’égalisation des conditions de concurrence est donc le seul préalable qu’il maintienne à l’ouverture des frontières et il s’agit, dans son esprit, d’un moyen de pression sur le gouvernement pour l’inciter à conduire en ce sens la politique économique et sociale, et non pas d’un obstacle sine qua non. D’ailleurs, on le voit approuver hautement la Compagnie de Saint-Gobain qui fait supprimer une surtaxe de 10 % sur la verrerie domestique créée à titre compensatoire de la libération du produit correspondant : c’est, commente-t-il, « un bon exemple [qui] fera réfléchir certains exportateurs, notamment ces Messieurs des textiles »173.

  • 174 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 26 juin 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.
  • 175 Lettre de François de Villepin à André Grandpierre, 8 février 1955, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 (...)

136Comment comprendre cette nouvelle attitude ? Peut-être provient-elle de la conviction que Pont-à-Mousson est assez fort pour supporter le choc de la libération des échanges. « Vous n’avez rien à redouter, écrit-il aux dirigeants de la Compagnie, - au contraire peut-être - de la constitution du Marché commun, c’est-à-dire de la disparition de la protection douanière et paradouanière entre les six pays qui paraissent d’ailleurs résolus à entourer leur ensemble d’une muraille douanière de hauteur suffisante pour pouvoir négocier avec les pays tiers des traités de commerce avantageux »174. Sans doute aussi faut-il faire la part, dans son évolution, de la mise à l’écart progressive de Jean Monnet, symbole à ses yeux comme à ceux de ses correspondants d’un dirigisme abhorré. En février 1955, lors de l’investiture manquée d’Antoine Pinay à la présidence du Conseil, François de Villepin, présent dans le bureau du président de la Chambre syndicale de la sidérurgie, Pierre Ricard, est heureux de voir ce dernier multiplier les coups de téléphone pour écarter de la composition du cabinet du président du Conseil pressenti les proches de Jean Monnet. Il s’alarme au contraire de la rumeur, sans doute mal fondée, selon laquelle ce dernier souhaiterait obtenir une prolongation de son mandat à la tête de la Haute Autorité175. Enfin, dans l’évolution des positions, il faut aussi faire la part des équilibres internes au sein de l’équipe dirigeante de Pont-à-Mousson : à André Grandpierre et François de Villepin, plutôt hostiles à la création du Marché commun, s’oppose Roger Martin, plutôt favorable.

  • 176 Compte rendu de la réunion, 7 janvier 1957, adressé par Georges Morin à André Grandpierre, Archives (...)
  • 177 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 13 avril 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689, si (...)
  • 178 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 30 avril 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689.

137Du moins, lorsqu’en janvier 1957, les instances dirigeantes du CNPF se réunissent pour prendre position sur les négociations en cours entre les Six, lors d’une réunion plutôt tendue des présidents de commissions, Georges Morin adhère sans réserves à la majorité favorable à la poursuite des négociations, pourvu que le gouvernement fasse un effort sérieux pour égaliser les charges qui pèsent sur les entreprises françaises176. Il désapprouve ceux qui, comme Jean Raty et Jules Aubrun pour la sidérurgie, Pierre de Calan et Henri Fayol pour les textiles, François Peugeot pour la construction mécanique, s’opposent au projet de traité ou en souhaitent la mise à l’essai provisoire. Les premières années d’application du traité renforcent son ralliement à la construction communautaire. Désormais, la CEE est une réalité. Elle sert de cadre aux multiples contacts entre les syndicats professionnels des six pays qui, pour Georges Morin, permettent d’organiser et de discipliner la concurrence. Elle laisse espérer une défense efficace contre le dumping des pays à bas salaires, en particulier le Japon177. Elle peut même indirectement soulager les difficultés ressenties par les industriels français du fait des orientations de la politique gouvernementale. Par exemple, l’introduction en Allemagne de la TVA, à un taux de 12 à 14 % seulement, fournira, espère-t-il, « un argument de premier plan pour essayer d’obtenir de M. Pinay qu’il reconsidère le taux actuel de la TVA en France »178. Ne peut-on parler, déjà, d’une certaine banalisation de l’institution communautaire ?

138Vue à travers le cas des entreprises, de la COCFA et des dirigeants du Syndicat général des fondeurs, la construction européenne forme un encouragement important au développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne. Il en est d’autres. L’affermissement des deux économies, de part et d’autre du Rhin, y contribue bien évidemment d’une façon décisive.

C. L’ENVOL DE LA CROISSANCE

139Cadre dans lequel les entreprises définissent leur stratégie commerciale, financière ou technologique, l’évolution économique est souvent propice aux projets d’expansion en Allemagne durant la période des Trente Glorieuses même si les phases de la croissance diffèrent dans les deux pays de part et d’autre du début des années 1960.

140Jusqu’à cette date, l’Allemagne attire par son dynamisme. L’importance et la régularité de l’expansion la distinguent nettement d’une France longtemps hésitante et handicapée par la récurrence des pressions inflationnistes. L’extraversion de l’économie, la modération de la hausse des prix, l’ampleur des gains de productivité sont remarquables, bien supérieures aux performances atteintes par la France, tout comme à celles de la plupart des pays industrialisés occidentaux. Puis, à partir de 1961, les tensions sur le marché du travail, le poids de secteurs peu compétitifs comme les charbonnages, les réévaluations successives du deutsche Mark contribuent à un certain tassement des résultats. Accordant une priorité absolue au maintien de la stabilité des prix, les autorités politiques et monétaires enferment progressivement le pays dans le « cercle vertueux de la croissance lente ». La décennie s’achève, en 1967, sur la première véritable récession survenue depuis la fin de la guerre. C’est la France qui, désormais, réalise des performances supérieures à sa voisine. Il reste que, redevenue première puissance industrielle en Europe et second exportateur mondial de marchandises, l’Allemagne continue plus que jamais à intéresser et parfois à fasciner les chefs d’entreprise français qui lui réservent une place de choix dans leurs projets d’implantation commerciale et de développement à long terme.

  • 179 Chiffres extraits de Bernard Keizer, « Le modèle économique allemand. Mythes et réalités », Notes e (...)

Tableau 10. Taux de croissance annuels moyen du PIB, des prix et des exportations (%)179

Tableau 10. Taux de croissance annuels moyen du PIB, des prix et des exportations (%)179

141Tout au long de la période étudiée ici, de nombreux facteurs économiques particuliers à l’Allemagne contribuent à y attirer les entreprises françaises : outre la rapidité de la croissance au début de la période et la précocité de la réinsertion dans les échanges internationaux, on peut signaler l’abondance des fonds Marshall, l’attitude positive des pouvoirs publics, le relèvement progressif du niveau de vie.

  • 180 Lettre de Camille Paoli, directeur général de la société, au ministère des Finances du Land de Bade (...)
  • 181 Note sur le plan trizonal d’investissement, 21 janvier 1950, MAE Colmar, AEF, 65/la.
  • 182 Procès-verbal de la séance du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 29 juin 1950, Archives Pon (...)

142Dès avril 1948, les fonds Marshall peuvent être utilisés pour financer maints projets de développement industriels. Par exemple, la Badische Kaligesellschaft, filiale de la Société commerciale des potasses d’Alsace, obtient en 1949 la garantie du Land de Bade pour un emprunt de 500 000 DM auprès de la Kreditanstalt fur Wiederaufbau, établissement par lequel transite en Allemagne l’aide Marshall. Grâce à cette somme, elle peut faire face plus aisément aux dépenses de remise en état du gisement de Buggingen et à une campagne de prospection qu’elle entreprend en vue d’en reconnaître l’étendue exacte180. Sur le tableau de répartition des fonds Marshall prévus pour la ZFO au cours de l’année 1950, figurent d’ailleurs quatre firmes possédées majoritairement ou totalement par des groupes français : la Rottweiler Kunstseidenfabrik (1 500 000 DM) ; la Badische Kaligesellschaft (900 000 DM, soit près du double de la somme prêtée l’année précédente) ; la Schwäbische Zellstoff (800 000 DM) ; la Rheinische Strohzellstoff (600 000 DM). Ensemble, elles reçoivent 3 800 000 DM. La somme est de médiocre ampleur : elle représente 7 % seulement des fonds Marshall alloués à la ZFO à cette date181. Mais, d’une part, on ignore la répartition des fonds dans les zones britannique et américaine, où certaines entreprises françaises possèdent d’importants avoirs, notamment dans les charbonnages et l’industrie du verre ; d’autre part, cette aide, même marginale, n’en représente pas moins un apport précieux pour les firmes concernées. Les fonds Marshall bénéficient également aux entreprises françaises établies en Sarre. Halberger Hütte reçoit ainsi 150 millions de francs en 1950 pour l’installation à Brebach d’une cellule de centrifugation des tuyaux de fonte suivant le procédé Sensaud de Lavaud182.

  • 183 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 221.
  • 184 Note de Paul Leroy-Beaulieu à Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, ministère des (...)

143De plus, les pouvoirs publics allemands font de fréquents appels à la France pour qu’elle participe davantage à l’effort d’investissement intérieur. Des projets divers circulent en ce sens, émanant souvent de financiers liés aux milieux gouvernementaux. En mars 1949, le banquier rhénan Robert Pferdmenges, proche conseiller d’Adenauer, propose que les firmes françaises, en échange de matières premières provenant de l’Union Française, soient encouragées à prendre des participations allant jusqu’à 25 % du capital de plusieurs entreprises allemandes183. En janvier 1950, Hermann Josef Abs qui, parallèlement à ses fonctions à la Deutsche Bank, dirige la Kreditanstalt für Wiederaufbau, estime à 10 milliards de DM les besoins de crédit à long terme de l’Allemagne pour l’année en cours, dont 3 milliards devant être financés par appel aux investisseurs étrangers. Figurent parmi eux les Anglo-Saxons, les Suisses, mais aussi les Français. Dans cette perspective, il recommande l’ouverture la plus rapide possible de « négociations directes entre firmes industrielles », tout particulièrement dans les secteurs qui sont le plus susceptibles d’intéresser les firmes étrangères, ceux qui se consacrent à l’exportation184.

  • 185 Bernard Keizer, « Le modèle économique allemand... », op. cit., p. 160.

144Enfin, à mesure que s’affirme la croissance, le relèvement du niveau de vie de la population rend l’Allemagne attractive en tant que grand marché de consommation. En 1950, le PIB par tête y était inférieur de 28 % au niveau français. Dès 1960, l’écart a pratiquement disparu (-1,1 %). Puis il s’inverse : en 1970, le PIB par tête allemand est devenu supérieur de 10 % à celui de la France185. Les comparaisons internationales sont certes particulièrement fragiles dans ce domaine, même si la fixité des taux de change alors existante les rend sans doute moins aléatoires qu’elles ne le deviendront après 1973. Elles suggèrent en tout cas que, pour beaucoup d’entreprises françaises, les caractères mêmes de l’évolution économique de l’Allemagne continuent à la rendre intéressante à la fin des années 1960, même si elle l’est désormais plutôt comme débouché commercial que comme champ d’expansion financière, car le renchérissement des coûts salariaux restreint considérablement les possibilités d’investissement direct.

  • 186 Note « Allemagne », de Simon Lazard à Jean Delorme et Pierre Bruneton, 25 septembre 1969, Papiers L (...)

145Les motifs ne manquent pas donc pas qui militent pour une intensification des relations avec l’Allemagne. Les entreprises françaises y sont, on l’a vu, souvent encouragées par les pouvoirs publics, pour des raisons où le strict intérêt économique le cède parfois aux considérations de puissance ou à la recherche du prestige. Il est caractéristique d’observer que, parmi les facteurs qui poussent, en septembre 1969, L’Air Liquide à renforcer sa place sur le marché allemand, figurent les déclarations faites trois jours auparavant par Georges Pompidou lors d’une conférence de presse au palais de l’Elysée : il faut « être en mesure de se faire respecter dans les autres pays par ses concurrents »186. Le choix pour une croissance ouverte sur le monde extérieur, qui forme la toile de fond de la politique gouvernementale à partir de décembre 1958, devient ici la justification des efforts que le groupe s’apprête à accomplir. Certes, les occasions n’ont pas manqué lors de la décennie antérieure. Mais ce sont bien les principales caractéristiques de la croissance française des années 1960, telles que le maintien de la stabilité monétaire, le bas coût du crédit, le renouvellement du tissu productif, le développement de nouveaux pôles de croissance, qui encouragent les entreprises françaises à procéder à des initiatives en Allemagne, en même temps qu’elles reflètent, réciproquement, les progrès qu’a accomplis l’économie dans l’imitation du « modèle allemand ».

***

146De 1948 à 1970, les entreprises françaises ont profité, pour l’intensification de leurs relations avec l’Allemagne, d’un environnement de toute évidence propice. Les pouvoirs publics, mais aussi les banques et, plus généralement, le cadre dans lequel s’est déroulée la croissance ont été à cet égard autant de facteurs favorables. Leur place et leur poids respectifs différent d’un pays à l’autre. En France, où le dirigisme prévaut pendant l’essentiel de la période, le rôle de l’État a été souvent décisif. En Allemagne, par contre, ce sont plutôt des caractéristiques structurelles (influence des banques auprès des entreprises, extraversion de l’économie) ou conjoncturelles (bas coût de la main d’oeuvre jusqu’en 1961) qui dominent, tandis qu’un phénomène international, la mise en place de la construction européenne, exerce une influence d’abord ténue, mais qui devient progressivement décisive au fil des ans. Tous ces facteurs ont incité les dirigeants des entreprises françaises à voir dans l’Allemagne un partenaire redoutable, mais aussi prêt à accueillir favorablement leurs initiatives, un marché de conquête difficile, mais aussi rendu attractif par le haut niveau de vie dont bénéficie la population, un champ d’investissement relativement fermé, mais qui devient peu à peu incontournable pour ceux qui souhaitent s’initier aux secrets du « modèle allemand ». Un véritable dialogue avec leurs homologues d’outre-Rhin a pu ainsi s’organiser, à travers des institutions dont la Chambre officielle de commerce franco-allemande fournit un bon exemple. Sans ce contexte porteur, on n’aurait sans doute jamais assisté à l’interpénétration d’intérêts qui se manifeste au grand jour entre les deux économies à la veille du retournement conjoncturel du début des années 1970.

Notes

1 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, op. cit., p. 240-248. Pour un exemple de grand établissement de crédit parisien issu d’une banque alsacienne qui s’était développée avant 1914 sur le « modèle allemand », voir Hubert Bonin, La Banque nationale de crédit : évolution et rôle économique de 1913 à 1932, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris-X-Nanterre, 1978, publiée sous le titre La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Éditions PLAGE, 2002, 237 p.

2 La carrière de haut fonctionnaire de l’ancien chef du mouvement de Résistance est sobrement évoquée par lui dans Jean-Pierre Levy, Mémoires d’un franc-tireur. Itinéraire d’un résistant (1940-1944), édition établie et annotée par Dominique Veillon, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998, p. 141-144.

3 Sur le développement de ces contacts entre les deux patronats français et allemand, voir Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne..., op cit, p. 132-137, ainsi que l’article de Werner Bührer, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische Industriellenkontakte 1947-1955 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, janvier-mars 1991, p. 73-86.

4 Lettres de Paul Turot à Barbier, inspecteur des Finances, état-major de la Défense nationale, 7 septembre 1945, et de Jean Filippi à Marcel Berthelot, secrétaire général pour les Affaires allemandes et autrichiennes, 25 octobre 1945, MAE Colmar, AAA, 1369/1. L’intervention d’André Lebelle est mentionnée par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 225 et ss.

5 Lettre de la direction des Relations économiques extérieures, ministère des Finances, au service du Contrôle des biens, HCFA, 29 août 1947, MAE Colmar, AAA, 1369/2.

6 Lettres de Krombach à François de Villepin, 7 octobre 1946, et de François de Villepin à André Grandpierre, 24 décembre 1946, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

7 Chiffres calculés à partir des rapports d’activité de l’Association pour la sauvegarde des biens et intérêts français à l’étranger, MAE Colmar, AAA 1373/4.

8 Mémorandum au sous-comité des Intérêts étrangers auprès de la Haute Commission alliée, 20 janvier 1950, MAE Colmar, AAA, 1377/4.

9 Note transmise par le secrétaire de l’Association à Robert Gillet, direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 19 avril 1950, MAE Colmar, AAA 1373/3.

10 Lettre de G. Perrineau, président de la Compagnie minière de Rhénanie, à la direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 28 février 1951, MAE Colmar, AAA, 1390/2.

11 Lettre de Pierre Jaudon à Bernard Beck, directeur de cabinet de Robert Schuman, 24 janvier 1952, MAE Colmar, AAA 1377/1.

12 Lettre de Viénot, secrétaire de l’Association, à Henri Saint-Mieux, directeur général des Glaceries, 4 juillet 1953 ; compte rendu de séance du comité des Affaires d’Europe centrale à Saint-Gobain, 16 février 1955, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

13 Il s’agit respectivement de Louis de Boysson et de son fils Guy. Ce dernier, ayant participé à la Résistance dans les rangs des maquis FTP, est député communiste de l’Aveyron de 1946 à 1948, puis, après sa démission, rentre à la Banque commerciale de l’Europe du Nord dont il devient l’un des dirigeants.

14 Lettre de Georges Morin, membre de la commission des Affaires allemandes au CNPF, à André Grandpierre, 26 juillet 1948, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669. Le rôle de Robert de Boysson est mentionné par Werner Bührer, « Wegbereiter der Verständigung... », op. cit., p. 76.

15 Allocutions de Marcel Cusenier et de Robert Schuman, 6 septembre 1949, MAE Colmar, AEF, c.2028, d. 147. Les autres membres du gouvernement présents sont Robert Lacoste (ministre de l’Industrie et du Commerce), Antoine Pinay (secrétaire d’État aux Affaires économiques) et Alfred Jules-Julien (secrétaire d’État au Commerce).

16 Moins de deux ans après sa création, il faut, pour combler un déficit en trésorerie de l’AFREA, prélever 30 000 à 40 000 DM sur les fonds dont dispose l’administration-séquestre d’IG Farben, comme en témoigne une lettre de Jean Gandilhon, chef de la division de la Production industrielle au HCFA, à André François-Poncet, 13 février 1951, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l.

17 Note du service des Informations allemandes, HCFA, non signée, 15 décembre 1950, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l. On sait le rôle qu’a joué dès l’entre-deux-guerres Richard Merton dans les tentatives de rapprochement économique franco-allemand, puis dans la construction européenne après 1945, en tant que membre de la Chambre de commerce internationale, de la Ligue européenne de coopération économique et du Comité européen pour le progrès économique et social. Voir sur ce point Michel Dumoulin et Anne-Myriam Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique (1946-1981) : un groupe d’étude et de pression dans la construction européenne, Berne, Peter Lang, 1993 et Anne-Myriam Dutrieue, « Le CEPES, un mouvement patronal européen ? (1952-1967) », in Michel Dumoulin, René Girault et Gilbert Trausch (dir.), L’Europe du patronat..., op. cit., p. 213-230.

18 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 12 novembre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

19 On y retrouve, notamment, Max Thoenissen au titre du Verband der Automobilindustrie.

20 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 8 octobre 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455. Une note postérieure, datée du 7 avril 1952, précise que, si des renseignements supplémentaires sont utiles, « il suffit de les demander à Métrai ».

21 Voir sur le Comité les remarques d’Andreas Wilkens, « Verständigung von Wirtschaft zu Wirtschaft. Interessenausgleich zwischen deutscher und französischer Industrie 1947-1955 » in Andreas Wilkens (dir.), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen..., op. cit., p. 189-223.

22 Lettre de Bernard Lefort à André François-Poncet, 1er avril 1952, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l. Une copie est adressée à la direction des Relations économiques extérieures du ministère des Finances. Ce texte est également cité par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 407-408.

23 Andreas Wilkens, « Das Programm von La Celle Saint-Cloud. Der Ausbau der deutschfranzösischen Wirtschaftsbeziehungen 1954-1957 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, octobre 1993, p. 565-580.

24 Les circonstances de la fondation de la COCFA sont relatées par l’un des négociateurs allemands, l’ancien délégué général de la DEFRA Gerhard Riedberg, « Die Gründung der offiziellen Deutsch-französischen Industrie-und Handelskammer. Ein Beitrag zu ihrer Geschichte », Zeitschrift für Unternehmensgeschichte, 1982, n° 27, p. 107-118.

25 Rapport de la Commission d’études préparant le statut de la COCFA, 9-12 décembre 1954, 52 p. dact., Archives de la CCIP, I 5-10 (3).

26 Organe officiel de la Chambre de commerce franco-allemande, janvier 1955, Archives CCIP, 15-10 (4). On remarque une différence significative entre le nombre global de membres dont se réclame l’association (750) et le total de ceux qui figurent dans cette liste (558).

27 Lettre de Pierre Jolly à Jacques Fougerolle, président de la CCP, 1er février 1955, Archives de la CCIP, I 5-10 (3).

28 Y participent, le 15 juin 1955, Ludwig Erhard et Pierre Abelin, secrétaire d’État aux Affaires économiques. L’homologue français de Ludwig Erhard, Pierre Pflimlin, retenu par le conseil des ministres, est néanmoins présent au déjeuner, ainsi qu’André Morice, son collègue de l’Industrie et du Commerce, et Jean Gilbert-Jules, secrétaire d’État aux Finances.

29 Procès-verbaux du conseil d’administration de la COCFA pour les années 1955-1965, Archives de la CCIP, I 5-10 (8) ; Revue économique franco-allemande, n° 1 et 5, 1967.

30 Une difficulté particulière a surgi à propos des filiales établies de part et d’autre du Rhin. Dans les annuaires de la Chambre, leur nationalité est fonction du pays d’établissement, et non du pays d’origine, ce qui fausse les résultats. Après avoir cherché à les retirer du classement, nous y avons renoncé pour deux raisons. D’une part, nous craignions de conserver dans la liste mainte firme qui, de fait, est une filiale, même si sa raison sociale ne l’indique pas. D’autre part, il était peu satisfaisant d’écarter du classement les filiales des firmes allemandes et françaises, et d’y laisser subsister celles des groupes originaires d’autres pays, en particulier celles des multinationales anglo-saxonnes comme IBM ou General Motors. Plutôt que de multiplier les incertitudes et les risques d’erreur, nous avons préféré conserver aux listes de membres de la COCFA la nationalité qu’elles indiquent.

31 Voir infra, annexe IV

32 Fils d’un banquier, bien introduit dans les milieux franco-allemands, Ulrich Doertenbach siège au conseil de surveillance de nombreuses sociétés, parmi lesquelles Halberger Hütte, Gebrüder Stumm (Neunkirchen), Allianz Versicherungen (Stuttgart), Commerz und Credit Bank (Francfort). Il est frère d’Eugen Doertenbach, lui-même président de la Chambre de commerce de Ravensburg et du conseil de surveillance de la Schwäbische Zellstoff.

33 Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazéra, Les patrons sous l’Occupation, op. cit., p. 107.

34 Le personnage apparaît souvent dans Charles Rist, Une saison gâtée. Journal de la guerre et de l’Occupation (1939-1945), établi, présenté et annoté par Jean-Noël Jeanneney, Fayard, 1983, 469 p.

35 Jacques Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez 1920-1971, avec introduction et notes de Nathalie Carré de Malberg et Hubert Bonin, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1993, p. 343. Le même ouvrage évoque, p. 173-174, les relations entretenues pendant la guerre entre les dirigeants de Suez et le banquier allemand.

36 Voir à son sujet Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne..., op. cit., p. 450-457.

37 Dans une bibliographie très abondante, citons, par ordre chronologique de parution, Franz Knipping et Ernst Weisenfeld (dir.), Eine ungewöhnliche Geschichte. Deutschland- Frankreich seit 1870, Bonn, Europa Union Verlag, 1988, 207 p ; John Gillingham, Coal, steel and the rebirth of Europe (1945-1955). The Germans and French from Ruhr conflict to Economic Community, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, XV-397p. ; Stefan Martens (dir.), Vom « Erbfeind » zum « Erneuer ». Aspekte und Motive der französischen Deutschlandpolitik nach dem zweiten Weltkrieg, Beihefte der Francia n° 27, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1993, 257 p ; Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955..., op. cit.

38 Dépêche d’André François-Poncet au ministère des Affaires étrangères, 25 octobre 1951, MAE Colmar, AAA 1397/1.

39 Note d’Albert Bureau à Hervé Alphand, directeur général des Affaires économiques, ministère des Affaires étrangères, 1er décembre 1949, MAE Colmar, AAA 1388/1. (Albert Bureau n’est plus à cette date directeur de la Sidérurgie, mais il continue à suivre de très près l’évolution du secteur en tant que représentant de la France au Groupe de contrôle de l’acier.)

40 « Participations françaises dans les charbonnages de la Ruhr », note du 9 avril 1952, sans indication de destinataire, MAE Colmar, AAA, 1436/b.

41 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, II-B.

42 Note de Simon Lazard, CGAAA, au ministre de la Production industrielle, 7 octobre 1947, MAE Colmar, AAA, 1393/4.

43 Lettre d’Etienne Moeneclaey à ? (peut-être Maurice Pérouse, alors sous-directeur des Finances extérieures au Ministère des Finances et affaires économiques, qui reçoit de lui une lettre de relance à ce sujet quelques mois plus tard), 17 février 1949, MAE Colmar, AAA 1393/5. Sur la SICAP, voir Sylvain Schirmann, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1995, XI-304 p.

44 Voir Peter Hayes, « La stratégie industrielle de l’IG Farben en France occupée », in Histoire, économie et société, n° spécial sur les stratégies industrielles sous l’Occupation, 1992, n° 3, p. 493-514, cit. p. 503. Les trois sociétés du groupe Kuhlmann sont la Compagnie nationale de matières colorantes et des produits chimiques et Manufacture de produits chimiques du Nord réunies, la Société anonyme des matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis, la Compagnie française de produits chimiques et matières colorantes de Saint-Clair-du-Rhône.

45 Lettre paraphée par Robert Schuman et Robert Lacoste, adressée à Maurice Brulfer, en date du 22 octobre 1949, MAE Colmar, 1393/1.

46 Le journal suisse Nationale Zeitung relève qu’» à l’exception du président, deux membres seulement [du conseil] sont chimistes de profession, appartenant d’ailleurs à des usines rivales de la BASF ». Puis, faisant sans doute allusion, à tort d’ailleurs, à Simon Lazard, il mentionne la présence « d’un représentant d’une des plus grandes banques privées françaises ayant des relations étroites avec le consortium Du Pont de Nemours » (lettre d’Edouard-Félix Guyon, chargé d’affaires à Berne, au ministère des Affaires étrangères, 19 octobre 1948, MAE Colmar, AAA, 1393/2).

47 Lettre de Maurice Brulfer au ministère des Affaires étrangères, annonçant la création de la société, au capital de 8 millions de francs, et réclamant un appui gouvernemental, « en particulier en ce qui concerne les facilités de crédit et de transfert qui devront lui être accordées », 8 avril 1952, Papiers Lazard, dossier Union chimique pour la France et l’étranger.

48 Pierre Gerbet, Le relèvement..., op. cit., p. 138-142.

49 Lettre d’Albert Bureau à Paul Leroy-Beaulieu, 27 août 1950. MAE Colmar, AAA, 1388/2.

50 Télégramme d’André François-Poncet à Robert Schuman, 13 septembre 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.

51 Sur le contexte de la rencontre de New York de septembre 1950, voir Raymond Poidevin, Robert Schuman, Paris, Beauchesne, 1988, p. 80 et ss., ainsi qu’Eric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1996, p. 578 et ss.

52 Lettre d’Albert Bureau à Etienne Hirsch, 20 octobre 1950, MAE Colmar, AAA, 1388/2.

53 « Les tendances actuelles et futures de l’industrie sidérurgique en France », sd, 27 pages dact. (début 1950), MAE Colmar, AAA, 1387/3a. (Les coils sont des rouleaux de tôle mince issus de l’opération de laminage.)

54 Voir à son sujet la thèse fondamentale de Françoise Berger, La France, l’Allemagne et l’acier (1932-1952). De la stratégie des cartels à l’élaboration de la CECA, Université de Paris I, 2000, 4 vol., 1 257 p., ainsi que l’ouvrage de Clemens A. Wurm (dir.), Internationale Kartelle und Aussenpolitik. Beiträge zur Zwischenkriegszeit, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1989, 198 p.

55 Lettre de Paul Leroy-Beaulieu à Robert Bowie (en anglais, avec en-tête « My dear friend »), 5 janvier 1951, MAE Colmar, AEF 135/4.

56 Notes du Groupe de contrôle de l’acier au ministère des Affaires étrangères, 5 et 23 janvier 1951, MAE Colmar, AAA, 1387/4.

57 Consacrée aux problèmes posés par la reconstruction de la sidérurgie, puis la mise en place de la CECA, l’étude de John Gillingham, Coal, steel and the rebirth of Europe..., op. cit., ne suit pas le détail des débats au sein du Comité de la sidérurgie de l’OECE, ce qui empêche de replacer les positions des représentants français dans l’ensemble du rôle joué par cette institution.

58 Note d’Albert Bureau à Robert Schuman, 12 avril 1951, MAE Colmar, AAA, 1387/4.

59 Voir Raymond Poidevin, Robert Schuman, op. cit., p.89 et ss.

60 « Remarques sur le projet de rapport du Commissariat au Plan relatif au plan septennal de la sidérurgie française », 3 décembre 1952, MAE Colmar, AAA, 1391/2.

61 En janvier 1951, Albert Bureau donne son accord à l’achat par les Vereinigte Stahlwerke aux États-Unis d’un train de laminage à froid initialement destiné à la Tchécoslovaquie, rendu disponible par l’embargo américain dans le cadre de la guerre froide (mémorandum sans indication de destinataire, 26 janvier 1951, MAE Colmar, AAA, 1387/4). Il s’agit du projet avorté qu’évoque pittoresquement Raymond Aubrac, alors dirigeant d’une société d’export-import (Où la mémoire s’attarde, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996, p.200-203).

62 Compte rendu de la réunion de l’OECE et lettre de François de Villepin à André Grandpierre, 11 et 22 mai 1951, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685.

63 Télégrammes, signés A. Parodi, direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, au HCFA, 5 et 12 mai 1952 ; télégramme d’Armand Bérard au ministère des Affaires étrangères, 15 mai 1952, MAE Colmar, AAA, 1391/2.

64 Compte rendu d’une réunion chez Thierry de Clermont-Tonnerre, secrétaire général du comité interministériel chargé des questions de coopération économique européenne, 4 juillet 1952, MAE Colmar, AAA, 1391/2 ; « Note pour M. Monnet » (origine non précisée), 8 juillet 1952, et procès-verbal de la 38e session du comité de la Sidérurgie de l’OECE, 10 juillet 1952, MAE Colmar, AAA, 1389/1.

65 Note d’Albert Denis au cabinet du ministre de l’Industrie, 7 avril 1953 ; procès-verbal de la 41e session du comité de la Sidérurgie de l’OECE, 9 avril 1953, MAE Colmar, AAA, 1389/1.

66 Entre autres exemples, un article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung du 17 mai 1952, communiqué le jour même par le HCFA au CGAAA et au Commissariat au Plan (MAE Colmar, AAA, 1391/2).

67 Note d’Albert Bureau à la direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 14 mars 1953, MAE Colmar, AAA, 1389/2. La suggestion est contemporaine d’un voyage effectué en Allemagne par Pierre Ricard et Jacques Ferry pour tenter de faire avancer le dossier, mentionné par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 288.

68 Note du service des Affaires économiques et sociales, CGAAA, au commandant en chef en Allemagne, 14 décembre 1948, MAE Colmar, AAA, 1369/1.

69 Note de Jean Gandilhon à Paul Leroy-Beaulieu, 7 novembre 1949, MAE Colmar, AEF, 89/1.

70 Lettre d’André François-Poncet à Georges Bidault, 23 février 1953, MAE Colmar, AEF, 63/1 b.

71 Télégramme de Pierre Guillaumat à la direction générale de l’Economie et des Finances, HCFA, 17 décembre 1947 ; note de Pierre Guillaumat à Duret, chef du service des Carburants à Berlin, 19 décembre 1947, MAE Colmar, AEF, 208/4.

72 Voir Georges-Henri Soutou et Alain Beltran (dir), Pierre Guillaumat, la passion des grands projets industriels, Paris, Éditions Rive droite, 1995, XXV-230 p.

73 Note d’Albert Bureau à un correspondant non identifié (avec indication de la personne à contacter éventuellement aux Pays-Bas), 16 juin 1952, MAE Colmar, AAA, 1436/b.

74 Lettre de B. de Chalvron, consul général à Dusseldorf, au HCFA, 26 août 1954. L’article de l’Industrie Kurier estime par ailleurs, faisant allusion au débat sur la CED au sein du Parlement français, que ces investissements croisés contribuent au « développement de l’esprit européen, malgré toutes les difficultés rencontrées ces dernières semaines ».

75 Note manuscrite jointe à un dossier sur les Lonza Werke, sd, MAE Colmar, AAA, 1394/5. Dans un télégramme au ministère de l’Industrie, le 17 janvier 1952, André François-Poncet relate ainsi son échec devant la Haute-Commission alliée : « Je n’ai pu convaincre mes collègues. Il y a eu vote. La majorité s’est prononcée contre moi. »

76 Télégramme d’Armand Bérard au ministère des Affaires étrangères, 11 décembre 1952, MAE Colmar, AEF, 63/1 b.

77 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, op. cit., p. 271 et 340.

78 Lettre à Jean Bochory, de la banque NSM, 13 janvier 1969, Papiers Lazard, dossier BASF/Questions diverses.

79 Sur la Deutsche Bank, on dispose du grand travail collectif de Lothar Gall, Gerald Feldmann, Harold James, Carl-Ludwig Holtfrerich, Hans Büschgen, Die Deutsche Bank 1870- 1995, Munich, Verlag C.H. Beck, 1995, XXI-1015p. où l’importance d’H.J. Abs est bien mise en valeur. On peut lui comparer le portrait que dresse de lui un observateur des années 1950, Kurt Pritzkoleit, Le Saint-Empire industriel germanique, op. cit., p. 32-41 (titre du chapitre : « L’univers du doit et de 1 avoir »).

80 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec H.J. Abs à Ludwigshafen, remis à Pierre Bruneton et Jean-Tony Jenn, 13 février 1956, Papiers Lazard, dossier GALCO/Linde.

81 Compte rendu par Simon Lazard d’une rencontre avec Hans Feith, adressé à Jean Delorme, 3 octobre 1967, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales.

82 Comme le souligne Hervé Joly, Patrons d’Allemagne..., op. cit., p. 281-326 ;

83 Lettre (en allemand) de Klaus Dohrn à Simon Lazard relatant une conversation avec Hans Messer, propriétaire de la firme, annotée par le destinataire de points d’exclamation, 20 juillet 1964, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

84 “Conversation avec MM. Dohrn et von Brentano à Francfort”, note de Simon Lazard, 17 novembre 1964, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft. Ruckdeschel est le responsable du département Gaz industriels au sein du groupe Linde.

85 « Note historique sur la Schwäbische Zellstoff et la CECEL », sd (1951 ?), Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 93 A 6.

86 Entretien avec Jacques-Henry Gros, 4 mai 1999 ; lettre du même à Roger Bouhet, du groupe Gervais, 26 août 1954, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 421.

87 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation téléphonique avec von Brentano, 2 décembre 1966, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft. La proposition ne peut aboutir dans l’immédiat, Tréfimétaux souhaitant n’avoir que des Allemands dans le conseil consultatif de sa filiale, mais « la question pourrait éventuellement être revue ultérieurement si la société se développe. »

88 Unité employée dans la chimie des gaz industriels, exprimant le débit des installations en mètres cubes par heure dans les conditions normales de température et de pression.

89 Compte rendu par Simon Lazard de sa conversation avec Lay, membre du directoire de Knapsack-Griesheim, 18 octobre 1960 et compte rendu par R. Clar, d’Air Liquide, d’une visite aux usines Klöckner de Brême, 14 novembre 1960, Papiers Lazard, dossier GALCO/Klöckner Werke.

90 Note récapitulative de Simon Lazard, 9 février 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Klöckner Werke.

91 Lettres de Simon Lazard au baron von Falkenhausen, 24 juillet et 5 novembre 1968, Papiers Lazard, dossiers GALCO/Klöckner Werke et Courrier personnel 1958-1969.

92 « Conversations avec M. Dohrn », comptes rendus de Simon Lazard, 16 novembre 1962 et 21 mai 1963, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

93 Rapport de l’inspecteur général des territoires occupés, Noury, au ministre des Affaires étrangères, 24 juillet 1950, MAE Colmar, AAA, 1358/5.

94 Lettres de Jean Baldensperger à la direction de l’Economie et des Finances, HCFA, 22 juin 1951 et 18 février 1952, MAE Colmar, AAA, 1358/5.

95 La firme est signalée comme ayant conclu un accord technique de spécialisation avec le constructeur japonais de machines-outils Aïsin Seiké en 1969, d’après International directory of company histories, éd. Paula Kepos, St James Press, Détroit-Londres-Washington, vol.3, 1991, p. 415.

96 Lettre de Labbé-Laurent à Baldensperger, 2 janvier 1951, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

97 Procès-verbaux des réunions, de périodicité variable, 1952-1955, Papiers Lazard, dossier Union chimique pour la France et l’étranger.

98 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 17 décembre 1953, Papiers Lazard, dossier BASF/Wurster.

99 Contrat (en allemand) entre la Compagnie de Saint-Gobain et la Bayerische Staatsbank, 8 novembre 1961, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

100 Lettre d’Arnaud de Vogüé à Alfred Jamin, 20 juillet 1967, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

101 Le comte von Oppenheim est aussi vice-président du conseil de la firme Wersterwald, fondée en 1957 par Schalke et la banque August Lenz, de Munich, pour la production de verre par fusion électrique. Il semble partager avec Arnaud de Vogüé les mêmes convictions sur la nécessité de la construction européenne, thème sur lequel les deux hommes échangent plusieurs correspondances.

102 Lettre de Simon Lazard à René Géronimus, directeur de la succursale, 2 juin 1969, Papiers Lazard, dossier Courrier personnel 1958-1969.

103 Note de Jean Pineau, directeur général adjoint d’Air Liquide, à Simon Lazard, sd (novembre 1969) ; « Exposé sommaire sur Industrie Gas GmbH, à Cologne-Braunsfeld », traduit de l’allemand et sans indication d’auteur, 11 février 1970, Papiers Lazard, dossier AL/BASF.

104 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation avec Otto Pirkham et Hans Feith, à Francfort, 15 mars 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités. Rien dans le document, pourtant confidentiel, n’indique que de tels rachats aient eu lieu, ce qui suggère qu’à cette date L’Air Liquide n’avait pas projeté de prendre le contrôle de Linde.

105 Note de Simon Lazard à propos d’une réunion tenue sur les Aciéries de Dillingen, 27 juin 1966, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales AL-Linde.

106 Lettre de Simon Lazard à la DALE (Deutsche Air Liquide Edelgas), 15 février 1968, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF. La Deutsche Bank fournit également une comparaison avec les cours d’autres entreprises de construction mécanique représentatives de leur secteur.

107 Compte rendu par Simon Lazard d’une conversation à Ludwigshafen avec Bernhard Timm, vice-président du directoire de la BASF, et Danz, 1er août 1968 ; procès-verbal d’une réunion tenue à Francfort entre Jean Delorme, Pierre Bruneton, Simon Lazard (L’Air Liquide) et Bernhard Timm, Hermann Josef Abs, Danz (BASF), 12 décembre 1968, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

108 Consulté par un agent de change américain chargé par Linde d’enquêter à leur sujet sur les places boursières de New York, Paris et Francfort et par la banque de Neuflize-Schlumberger, le directeur financier de L’Air Liquide, C.A. de Vaugelas, demande conseil : « Doit-on répondre simplement que nous n’y sommes pour rien ou faut-il chercher à en savoir plus long ? » (note à Pierre Bruneton, 8 janvier 1970, Papiers Lazard, dossier GALCO/Relations générales AL/Linde).

109 Compte rendu par Simon Lazard d’une visite à la Commerzbank, en compagnie de Pierre Vilarem, directeur financier de L’Air Liquide, 25 mai 1973, Papiers Lazard, dossier Linde/Commerzbank. (AGA Aktiebolag est un groupe chimique suédois qui s’est associé depuis l’année précédente à L’Air Liquide dans le cadre d’une filiale commune de commercialisation sur le marché allemand.)

110 Son nom est mentionné parmi les quelques personnes au courant de l’opération projetée dans les comptes rendus de rencontres entre Simon Lazard et les dirigeants de la Commerzbank, Lichtenberg et Reimnitz, directeur général adjoint, 15 mars 1973 et 7 janvier 1974 (Papiers Lazard, dossiers Linde/Commerzbank et BASF/Linde). Georges Smolarsky, ancien responsable des affaires internationales à la direction centrale des Affaires internationales et de la Coopération du Crédit Lyonnais, que nous avons interrogé à ce propos, nous a confirmé l’intérêt que portait Maurice Schlogel au développement des relations d’affaires franco-allemandes, mais n’a pas gardé souvenir de cet épisode.

111 Notre source s’interrompt ici, ce moment coïncidant malencontreusement avec celui du départ en retraite de Simon Lazard.

112 Frédéric Chaudière, Les stratégies européennes du Crédit Lyonnais depuis 1945, mémoire de maîtrise ss. la dir. d’Eric Bussière, Université de Paris-IV, 1999-2000, 168 p.

113 Lettre d’André Scheveleff, directeur adjoint de la SCPA, au directeur de la Société générale alsacienne de banque, 27 juin 1947, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

114 Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 49 837/1, 49 837/2 et 59 739. Une lacune existe pour le programme de septembre 1956 à août 1958.

115 Note sur le programme d’investissements de la Compagnie, décembre 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 739.

116 Dossier Michelin, 29 mai 1959, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 849/1, étude 10 744/5. Nous exprimons les chiffres en francs 1996.

117 « Note sur nos entretiens avec la Deutsche Bank » (non signée), 26 octobre 1956. Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

118 Lettre d’Arnaud de Vogüé à René Grandgeorge, 27 juillet 1962, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

119 Lettre de Jean-Louis Schrader à Paul Francin, directeur financier du groupe, 11 mars 1963, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400. Rappelons que la Bayerische Staatsbank est l’ancien actionnaire principal de Grünzweig und Hartmann et le banquier privilégié du groupe verrier Schalke, associé à Saint-Gobain dans plusieurs filiales communes.

120 Conversation téléphonique de von Bretano avec Simon Lazard, 16 mai 1968, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

121 Conversation téléphonique de Freimut Richter avec Simon Lazard, 25 mars 1959, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

122 Walter Seipp, directeur adjoint de la Deutsche Bank : « L’évolution du marché des capitaux de la RFA depuis la réforme monétaire », Echanges franco-allemands, n° 28, juin-juillet 1962, p. 18-22.

123 « Conversation avec MM. Schwarzkoppen et Dohrn », note de Simon Lazard, 23 mars 1962, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

124 Lettre d’H. J. Abs à Arnaud de Vogüé, 6 mars 1962, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

125 Lettre de Roger Ruillier, directeur général de la SAIC, à de Guichen, directeur de Paribas, 23 décembre 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406. L’industriel alsacien pense à un client de Paribas, Alfred Wallach, et propose à son correspondant d’en « bavarder tranquillement avec lui [...] lors d’un déjeuner avant le conseil de la Banque cotonnière ».

126 Note de Bertrand, directeur général de la CECEL, à Jacques-Henry Gros, 29 avril 1955, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 411.

127 Comme le montrent des études telles que celles de Jeremy Edwards et Klaus Fischer, Banks, finance and investment in Germany, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, 1994, XIV-252 p.. ou des présentations synthétiques comme celle de Nestor d’Alessio et Herbert Oberbeck, « Le pouvoir contesté des grandes banques allemandes », Entreprises et histoire, 1997, n° 16, p. 23-34.

128 Avec la participation du Banco di Roma et du Banco Hispano-americano.

129 Conversation téléphonique de von Brentano avec Simon Lazard, 20 janvier 1966, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft.

130 OCDE, Historical statistics/Statistiques rétrospectives 1960-1980, 1982, p. 93.

131 Chiffres extraits de Michel Beaud, La croissance économique de l’Allemagne de l’Ouest (1949-1962), Paris, Éditions Cujas, 1966, p. 240.

132 André de Lattre, Les finances extérieures de la France (1945-1958), Paris, PUF, 1959, p. 27-36.

133 Françoise Berger, Les relations économiques de la République française avec la République fédérale d’Allemagne sous statut d’occupation (8 mai 1949-5 mai 1955), mémoire de maîtrise ss. la dir. de René Girault, Université de Paris-I, 1991, 200 p. dact. ; Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 318-345 et 405-406.

134 Alain Samuelson, Le Mark, histoire de la monnaie allemande, Paris, Didier, 1971, p. 267.

135 Note de Bernard Rivain, attaché financier à l’ambassade de France à Bonn, au ministre des Finances, 14 mai 1956, MF, direction du Trésor, B 8897.

136 Pour reprendre l’expression de Thierry de Montbrial dans 1958. La faillite ou le miracle. Le plan de Gaulle-Rueff, actes du colloque tenu par l’Institut Charles de Gaulle le 26 janvier 1985, Paris, Economica, 1986, p. 15.

137 « Note pour M. François-Poncet » (sans indication d’auteur, mais émanant vraisemblablement du négociateur français), 19 juin 1950, MAE Colmar, AEF, 62/4.

138 Note de Bernard Rivain au ministre des Finances, 1er juillet 1958, MF, direction du Trésor, B 8897.

139 Note de Lionel Favereau, chef du service du Contrôle des biens et participations étrangères, au directeur général de l’Economie et des Finances, HCFA, 15 novembre 1951 ; télégramme d’Armand Bérard au ministère des Affaires étrangères, 25 juillet 1952, MAE Colmar, AEF, 63/1b et 62/4.

140 Copie d’une lettre adressée à John Mc Cloy, le 9 février 1951, transmise aux services de la direction générale de l’Economie et des Finances, HCFA, MAE Colmar, AEF, 63/1b.

141 Procès-verbal de la réunion de la commission des Questions juridiques et des brevets, 2 décembre 1958, Archives de la CCIP, I 5-10 (7).

142 Compte rendu du comité des Affaires d’Allemagne, 27 janvier 1954, Archives Saint- Gobain, SGV Hist 00001/223.

143 Allocution faite à Francfort le 24 juin 1950, reproduite dans la note d’information n° 12 de l’AFREA, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l.

144 Allocution devant la COCFA, Echanges franco-allemands, n° 13, avril 1958, p. 5.

145 Lettre de Roger Ruillier au directoire de la Schwäbische Zellstoff, 11 janvier 1954, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 412.

146 Lettre du Dr Binder, avocat à Stuttgart, à J.H. Gros, 18 septembre 1954, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 420.

147 Lettre d’Arnaud de Vogüé au comte von Oppenheim, 24 juillet 1961, Archives Saint- Gobain, CSG 293/591.

148 Lettre de Le Gall, de la direction générale, à Jean-Louis Schrader, 27 juin 1958, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400.

149 Note de ?, de la direction commerciale, à Pierre Bruneton, 10 décembre 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Politique générale 1961-1963.

150 Note de Jacques Bocquentin, directeur-adjoint de l’Aluminium français, à Jean Poincaré, 13 juillet 1966, Archives Pechiney, 001-16-30495.

151 Compte rendu d’une visite de Pierre Bruneton, Jean-Tony Jenn et Simon Lazard chez Knapsack-Griesheim, 5 juin 1957, Papiers Lazard, dossier GALCO/Knapsack-Griesheim.

152 Compte rendu d’une réunion de direction autour de Jean Delorme, 28 décembre 1960, Papiers Lazard, dossier Linde/Généralités.

153 Compte rendu d’une conversation entre Simon Lazard et Johannes Wucherer, président de Linde, adressé à Jean Delorme, 22 décembre 1964 ; procès-verbal d’une réunion tenue à Paris entre les dirigeants de L’Air Liquide (Delorme, Bruneton) et d’Hoechst (Winnacker, Lanz), établi par Simon Lazard, texte en français et en allemand, 23 février 1965, Papiers Lazard, dossiers GALCO/Relations générales/AL-Linde et GALCO/Politique générale 1965-1973.

154 Lettre du Dr Kubel, président de la Foire de Hanovre, à Arnaud de Vogüé, 12 février 1968 ; lettre d’Arnaud de Vogüé à Frantz Etzel, 13 septembre 1968, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

155 Conférence prononcée à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la COCFA, 24 novembre 1960, Archives de la CCIP, I 5-10 (7).

156 Discours tenu à Paris, le 30 octobre 1962, reproduit dans Échanges franco-allemands, n° 30, décembre 1962.

157 Déclaration au conseil d’administration de la Chambre, 20 juin 1960, Archives de la CCIP, I 5-10 (6). (Il s’agit de la baisse des tarifs du 12 mai 1960, la première à accélérer le rythme prévu initialement par le Traité de Rome.)

158 Échanges franco-allemands, n° 31, mars 1963, p. 8. (Le toast est porté lors d’une réception à Wiesbaden.)

159 Echanges franco-allemands, n° 32, juillet 1963, p. 4.

160 « L’évolution de l’économie est indépendante de la politique », Revue économique franco-allemande. Zeitschrift der deutsch-französichen Wirtschaft, 1965, n° 1.

161 Résolution adoptée le 27 octobre 1964 et reproduite dans Echanges franco-allemands, n°38, décembre 1964, p. 8.

162 Procès-verbal du conseil d’administration de la COCFA, 25 novembre 1965, Archives de la CCIP, I 5-10 (8).

163 Des tentatives d’implantation ont également eu lieu dans certaines villes de province, dont Lille, Marseille et Lyon.

164 Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne..., op. cit., passim.

165 Archives Pont-à-Mousson, notes adressées au secrétariat de Michel Paul-Cavallier et répertoriées sous le titre « Questions d’intérêt national », PAM 70 689 à 70 691.

166 Selon Matthias Kipping, « Welches Europa soll es sein ? Der Schuman-Plan und die deutsch-französischen Industriebeziehungen », in Andreas Wilkens (dir.), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen..., op. cit., p.261-262.

167 Comptes rendus des séances de la commission des Relations extérieures, 23 avril 1951, et du comité directeur, 23 mai 1951, adressés par Georges Morin à André Grandpierre, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 690.

168 Traduction d’un article du Handelsblatt, 12 novembre 1951, MAE Colmar, AEF, p. 52, d.l.

169 L’attitude du patronat français face au plan Schuman est étudiée dans de nombreux travaux, parmi lesquels on peut citer, par ordre chronologique de parution, Werner Bührer, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen- und Stahlindustrie und die Anfänge der europäischen Integration (1945-1952), Munich, Oldenbourg Verlag, 1986, 236p. ; Philippe Mioche, « L’adaptation du patronat de la sidérurgie française à l’intégration européenne de 1945 à 1967 », in Michel Dumoulin, René Girault et Gilbert Trausch (dir), L’Europe du patronat..., op. cit., p. 63-75 ; Matthias Kipping, Zwischen Kartelle und Konkurrenz. Der Schuman Plan und die Ursprünge der europäischen Einigung 1944-1952, Berlin, Duncker & Humblot, 1996, 384 p. ; Françoise Berger, « Les sidérurgistes français et allemands face à l’Europe : convergences et divergences de conception et d’intérêts 1932-1952 », Revue d’histoire de l’intégration européenne, 1997, vol. 3, n°2, p. 35-52.

170 Lettre de Roger Martin à Robert Baboin, 31 octobre 1952, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 690.

171 Compte rendu de la réunion des présidents de commissions du CNPF, 1er mars 1954, adressé par Georges Morin à André Grandpierre, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691. Ancien directeur des Relations économiques extérieures au ministère de l’Economie nationale, puis président de la commission des Relations économiques extérieures au sein du CNPF, Roger Nathan est l’auteur d’un important rapport rédigé à la demande du gouvernement en mars 1954 sur les disparités de prix entre la France et l’étranger, étudié notamment par Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne..., op. cit., p. 300-303.

172 Lettre du Syndicat général des fondeurs à Pierre Bellier, directeur des Industries mécaniques et électriques au ministère de l’Industrie, 13 avril 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

173 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 12 octobre 1954, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

174 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 26 juin 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691.

175 Lettre de François de Villepin à André Grandpierre, 8 février 1955, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 690. Selon Eric Roussel, les proches de Monnet doivent au contraire faire pression sur lui pour qu’il accepte de rester en fonctions jusqu’à la désignation de son successeur, prévue pour juin 1955 (Jean Monnet, op. cit., p. 685).

176 Compte rendu de la réunion, 7 janvier 1957, adressé par Georges Morin à André Grandpierre, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 691. L’atmosphère « assez houleuse » signalée par Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l’intégration européenne..., op. cit., p. 837, ressort bien de la description.

177 Lettre de Georges Morin à André Grandpierre, 13 avril 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689, signalant des démarches faites en ce sens auprès des autorités de Bruxelles par Bernard Clappier.

178 Note de Georges Morin à André Grandpierre, 30 avril 1959, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689.

179 Chiffres extraits de Bernard Keizer, « Le modèle économique allemand. Mythes et réalités », Notes et études documentaires, n° 4549-4550, 1979, p. 82 et 161.

180 Lettre de Camille Paoli, directeur général de la société, au ministère des Finances du Land de Bade, 27 septembre 1950, Archives SCPA, CERARE, 14 A 375.

181 Note sur le plan trizonal d’investissement, 21 janvier 1950, MAE Colmar, AEF, 65/la.

182 Procès-verbal de la séance du conseil de surveillance d’Halberger Hütte, 29 juin 1950, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/72.

183 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes..., op. cit., p. 221.

184 Note de Paul Leroy-Beaulieu à Guillaume Guindey, directeur des Finances extérieures, ministère des Finances et des Affaires économiques, 26 janvier 1950, MAE Colmar, AEF, 65 1/a.

185 Bernard Keizer, « Le modèle économique allemand... », op. cit., p. 160.

186 Note « Allemagne », de Simon Lazard à Jean Delorme et Pierre Bruneton, 25 septembre 1969, Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

Table des illustrations

Titre Graphique 3. Entreprises adhérant à l’ASBIFE (section Allemagne) au 31 décembre 19497
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Graphique 4. Répartition par secteurs d’activité des membres de la Chambre de commerce franco-allemande en 195526
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Tableau 7 et graphique 5. Nombre de membres de la COCFA29
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Graphique 6 et tableau 8. Répartition par secteurs d’activité des membres de la COCFA en 1965
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Répartition calculée à partir des indications contenues dans le Guide-annuaire 1965 du commerce franco-allemand. Jahrbuch 1965 für den deutsch-französischen Handel, publié par la COCFA, éditions Mercure, décembre 1964, 276 p.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Graphique 7. Programmes d’investissements de Saint-Gobain114
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Tableau 9. Degré de libération des échanges à l’égard des pays de l’OECE (au 30 juin de chaque année, en % des importations)131
Légende (Base de calcul : 1948 pour la France, 1949 pour l’Allemagne)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 10. Taux de croissance annuels moyen du PIB, des prix et des exportations (%)179
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2651/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540