Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Première partie. L'intensification des relations avec l'Allemagne

Chapitre II. Les stratégies allemandes des entreprises francaises

Texte intégral

1En 1948, au moment où l'Allemagne, grâce à la réforme monétaire, entame cette période de croissance rapide qu'il est convenu d'appeler son « miracle » des années 1950, la place qu'elle détient dans la gestion commerciale, les programmes de fabrication, les décisions d'investissement, la politique technologique de la plupart des entreprises industrielles françaises semble encore très limitée. En dehors du cercle étroit des firmes qui, pour leurs approvisionnements, leurs besoins d'équipements, leurs acquisitions de brevets, dépendent de partenaires allemands, les relations sont distantes, même si, au niveau de l'ensemble de l'économie, la place de l'Allemagne est déjà essentielle, ne serait-ce que pour les fournitures de charbon et de coke indispensables à la reconstruction qui représentent le grand enjeu des discussions entre les dirigeants français et leurs partenaires américains et britanniques.

2Vingt ans plus tard, le contraste est éclatant. À la fin des années 1960, de nombreuses firmes entretiennent des relations suivies avec leurs partenaires allemands, dans tous les secteurs et à tous les niveaux. On peut même parler de la mise en place, puis de l'affirmation de véritables stratégies allemandes de la part des entreprises françaises. Parfois explicitement formulées, le plus souvent implicites, on les voit se manifester de plusieurs manières.

3Commercialement tout d'abord, beaucoup d'entreprises s'efforcent de prospecter le marché allemand et, grâce à un effort substantiel, y obtiennent des succès non négligeables. On l'observe tant dans les secteurs qui disposaient déjà outre-Rhin de débouchés traditionnels que dans d'autres dont les bases préexistantes étaient faibles, voire nulles, et qui y effectuent une véritable percée.

4Financièrement ensuite, on voit se multiplier les investissements des entreprises françaises en Allemagne, pour la mise en place de succursales ou de filiales de production. Nombreuses sont celles qui y possèdent des participations, alors que le fait restait encore relativement rare dans l'immédiat après-guerre.

5Technologiquement enfin, l'utilisation des brevets allemands en France progresse, comme celle des brevets français en Allemagne. Ainsi s'intensifient les échanges de technologie entre les deux pays, incitant certaines entreprises françaises à fonder sur leurs filiales allemandes leur politique dedéveloppement, voire même à créer en France de nouvelles installations fonctionnant sur le modèle observé outre-Rhin.

I. LES EFFORTS DE PÉNÉTRATION COMMERCIALE

A. DES MOYENS ACCRUS

6Jusqu'en 1948, l'Allemagne était surtout intéressante pour les entreprises françaises en tant que fournisseur de matières premières ou de produits semi-finis, en tant aussi que pourvoyeuse de machines et de matériel de production, même si, comme on l'a vu, ce rôle s'effectuait dans le cadre de prélèvements, de démontages et de restitutions où les considérations politiques l'emportaient souvent sur la stricte logique économique. À partir de la réforme monétaire, l'accroissement du pouvoir d'achat de la population, la conclusion d'accords commerciaux, d'abord avec les autorités d'occupation, puis avec le gouvernement allemand, l'affirmation des complémentarités entre les deux économies rendent le débouché allemand attractif pour les entreprises françaises.

  • 1 Lettres de la direction des Industries textiles et diverses au conseiller commercial de France à F (...)
  • 2 Note de la direction des Industries textiles et diverses aux fédérations professionnelles, 10 mars (...)

7Aussi toute une correspondance se développe entre les entreprises et les administrations françaises en Allemagne, notamment les services du conseiller commercial à Francfort, Bernard Lefort. En 1950, des maisons de parfumerie et de bijouterie-orfèvrerie s'adressent à eux pour se procurer les noms et adresses d'agents commerciaux et de chambres professionnelles susceptibles de faciliter leurs démarches1. Inversement, les services de Francfort signalent aux firmes parisiennes d'industrie du luxe ou du demi-luxe des occasions de vente : par exemple, auprès des familles des troupes d'occupation en Allemagne qui, par leur pouvoir d'achat alors supérieur à celui de l'ensemble de la population allemande, constituent de bons clients pour la bijouterie fantaisie, le linge de table et de maison, les tissus de rayonne, de soie, de laine, les articles de confection, les gants, les mouchoirs, les chaussures. L'intérêt est d'autant plus grand que « les commandes seront réglables en dollars et les exportations ainsi réalisées s'effectueront en dehors de l'accord commercial conclu entre la France et la Trizone »2.

  • 3 Rapport commercial présenté à une séance du comité de direction des VEGLA, 19 octobre 1949, Archiv (...)
  • 4 Note de la direction de la Coordination industrielle aux directeurs de branches du ministère de l' (...)
  • 5 Rapport de Louis Roché, observateur français en Bavière, au HCFA, 13 juin 1951, MAE Colmar, AEF, 2 (...)

8Les entreprises françaises sont de plus en plus nombreuses à participer aux foires et salons professionnels en Allemagne. Les premières à le faire sont souvent de grands groupes établis depuis longtemps outre-Rhin, commela Compagnie de Saint-Gobain dont la succursale d'Aix-la-Chapelle, les Vereinigte Glaswerke (VEGLA), avait remporté un beau succès lors de l'exposition du bâtiment de Nuremberg en septembre 1949, grâce à un pavillon construit entièrement en verre faisant ressortir la diversité des possibilités d'emploi de ce matériau. « Au moment où l'Allemagne renaît de ses ruines, quel est le petit propriétaire qui ne se rappellera le pavillon de Nuremberg et ne désirera lui aussi avoir dans sa maison en reconstruction un mur en briques de verre ou un plancher en béton translucide ? »3. Malgré ce lyrisme affiché, il faut reconnaître que le mouvement de prospection du marché allemand était loin d'être général. À la Foire de Leipzig du printemps 1948, les demandes de visas de la part de commerçants ou industriels français correspondaient à de simples visites de stands, aucune firme ne figurant encore parmi les exposants4. En juin 1951 encore, l'observateur français en Bavière déplorait qu'à la Foire de l'artisanat de Munich, la France n'ait été représentée que « par deux marchands de tapis nord-africains et un marchand de parfums parisien, alors que les Italiens et les Suisses notamment ont fait un gros effort »5.

  • 6 Échanges franco-allemands, n° 20, juin 1960, p. 25-26.

9Le développement ultérieur n'en est que plus frappant. Il se concentre pour l'essentiel sur quelques années, au tournant des années 1950. On peut en voir un symptôme dans le fait que la revue Echanges franco-allemands, éditée à partir de 1956 par la Chambre officielle de commerce franco-allemande (COCFA), consacre aux foires et expositions en Allemagne l'une de ses rubriques et informe systématiquement ses lecteurs des démarches à accomplir pour y participer. À titre d'exemple, on relève, à la Foire industrielle de Hanovre, du 24 avril au 3 mai 1960, la participation, à titre individuel ou par l'intermédiaire des fédérations professionnelles, de constructeurs de machines à bois (Guilliet) et de matériel de travaux publics (Poclain, Richier), de fabricants de moteurs (Moteurs Bernard, Hispano-Suiza) et d'équipements industriels (Société alsacienne de constructions mécaniques), de firmes de matériel électrique et électronique (Alsthom, CGE, Thomson-Houston, Merlin-Gérin)….6. Manifestement, la situation a complètement changé, en très peu d'années seulement. On en trouve un indice supplémentaire dans un rapport qu'adresse au Crédit Lyonnais un émissaire que la banque juge utile d'envoyer à cette foire, pour la première fois, semble-t-il, en 1961.

  • 7 « Note de M. Chevrier sur la représentation française à la Foire industrielle de Hanovre », 30 avr (...)

Tableau 2. Participation française à la Foire industrielle de Hanovre7

Tableau 2. Participation française à la Foire industrielle de Hanovre7

10C'est bien entre 1957 et 1961, durant quatre années seulement, qu'a lieu l'augmentation la plus forte, faisant quadrupler en nombre et décupler en superficie occupée la représentation française, tandis qu'elle n'avait augmenté que modérément durant les années précédentes.

  • 8 « Rapport de mission dans les Basses-Pyrénées de M. Jacquet au directeur des Industries textiles e (...)
  • 9 Compte rendu par Simon Lazard à Pierre Bruneton, directeur général d'Air Liquide, d'une rencontre (...)
  • 10 Il est le petit-fils du fondateur de la banque où il travaillé durant quelques années dans l'imméd (...)
  • 11 Il terminera sa carrière au début des années 1990 en tant que délégué général pour l'Allemagne du (...)

11Désormais, pour pénétrer sur le marché allemand, les entreprises françaises ne se limitent plus à des efforts ponctuels. Elles développent systématiquement leurs réseaux de vente. Beaucoup créent leurs propres succursales, de préférence aux agents commerciaux et aux sociétés de distribution indépendantes. Le phénomène s'observe dans tous les secteurs, avec parfois d'étonnantes simultanéités. Ainsi c'est à quelques mois d'intervalle, durant l'hiver 1954-1955, que l'on enregistre deux créations significatives. La première émane d'une firme de taille moyenne de l'industrie de la chaussure, établie dans le Béarn, les Ets Bidegain. Dirigée par un patron dynamique qui s'est illustré par le lancement de la marque Babybotte et appartient par ailleurs aux « ailes marchantes » du patronat, elle fonde pour s'attaquer au marché allemand « une société de vente avec dépôt qui aura ses représentants visitant régulièrement les distributeurs »8. La seconde provient d'un grand groupe de l'industrie d'équipement aux dimensions planétaires, L'Air Liquide. La firme implante à Dusseldorf en 1955 une filiale, la GALCO (Gesellschaft für industrielle Fertigungen der Chemie- und Physik mbH). En apparence, comme l'expliquent ses dirigeants aux firmes concurrentes pour en minimiser la portée, il s'agit d'un simple « bureau d'information commeceux qu'Air Liquide a déjà à Londres et aux Etats-Unis »9. En fait, GALCO est l'arme dont s'est doté le groupe pour prendre pied sur le marché allemand des gaz industriels. Pour la diriger, on choisit une personnalité ayant déjà joué un rôle important dans les relations franco-allemandes : Simon Lazard, qui rentre alors chez L'Air Liquide en tant qu'ingénieur-conseil pour les affaires allemandes. Tout le désigne pour remplir de telles fonctions : son expérience acquise au sein du CGAAA, où il a présidé la commission des Participations ; sa place au conseil de surveillance de la BASF, où il est bien accepté par les Allemands en tant que seul représentant français depuis 1952 ; ses relations dans les milieux bancaires des deux pays, même si sa carrière se déroule à l'extérieur de la banque dont il est, familialement, très proche10. Quelques années plus tard, en 1962, L'Air Liquide crée Edelgas GmbH, autre filiale commerciale destinée à vendre en Allemagne un gaz rare, l'argon, également placée sous la direction de Simon Lazard. En 1965, les deux firmes sont fusionnées pour constituer la DALE (Deutsche L'Air Liquide Edelgas GmbH). La composition des conseils consultatifs de ces filiales fait appel à des noms prestigieux. Un représentant de la haute aristocratie allemande, le comte d'Eulenburg-Hertefeld, siège au conseil de la GALCO. A celui de la DALE, figure pendant plusieurs années Henri François-Poncet, fils de l'ancien ambassadeur de France, qui représente en Allemagne des maisons parisiennes de l'industrie du luxe parisiennes (Christian Dior, Daum, Van Cleef et Arpels, Charles Jourdan), des firmes de soieries lyonnaises et le Comité interprofessionnel des vins de Champagne11. Même si les filiales d'Air Liquide en Allemagne ne possèdent à Düsseldorf qu'un modeste bureau et n'occupent qu'un personnel réduit, leurs dirigeants, grâce aux introductions dont elles jouissent dans de nombreux milieux franco-allemands, sont susceptibles de leur conférer une réelle envergure.

  • 12 Procès-verbal de la réunion tenue à Worms, dressé par l'officier de contrôle, 13 juillet 1948, MAE (...)
  • 13 Échanges franco-allemands, n° 38, décembre 1964. Un article ultérieur estime à 36 000 les déclarat (...)

12Parallèlement à ce mouvement de création de succursales, beaucoup d'entreprises restent fidèles à la formule traditionnelle consistant à confier leur représentation en Allemagne à un individu ou une firme indépendante. Elles concluent alors souvent un contrat comportant une clause d'exclusivité. L'administration les y encourage vivement durant les premières années de la période. Certains fonctionnaires interviennent même directement dans les négociations. Ainsi, en juillet 1948, l'officier de contrôle de Worms convoque dans son bureau les représentants des tanneries locales, dont les puissantes Heyl'sche Lederwerke, pour les inciter à rompre avec leur représentant parisien d'avant-guerre et à signer un nouveau contrat d'exclusivité avec la COFRANEX (Comptoir français d'exportation), établie à La Walck, dans le Bas-Rhin12. Il s'agit ici, il est vrai, d'importation de produits allemands en France, et non d'exportation. Toujours est-il que ce genre de disposition constitue une entrave à la liberté de concurrence. À la suite des efforts de plusieurs gouvernements, dont celui d'Edgar Faure en 1955, puis des progrès de la construction européenne, en particulier grâce à la décision prise par la Commission européenne dans l'affaire Grundig-Consten en septembre 1964, jetant les bases du droit communautaire de la concurrence, on constate une renonciation progressive à la pratique de tels contrats. Or les entreprises françaises en relation avec l'Allemagne y sont si attachées qu'on voit la Chambre officielle de commerce franco-allemande émettre le vœu, au lendemain de la décision de Bruxelles, que ceux-ci puissent continuer à rester valides, car, « à moins de contenir des clauses restrictives telles que limitation des prix ou du chiffre d'affaires, expressément proscrites, [ces contrats], loin d'empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence, l'étendent et le développent pour le plus grand bien des consommateurs ». Et de souhaiter que « l'action entreprise en faveur des contrats de distribution exclusive (représentants ou concessionnaires) conclus avec des négociants indépendants soit poursuivie »13.

13Les deux moyens employés par les entreprises françaises dans leur prospection du marché allemand, les succursales de vente d'une part, les contrats de représentation exclusive de l'autre, n'ont d'ailleurs rien d'antagoniste. Certains groupes les combinent, en des formules successives destinées à l'obtention de meilleurs résultats. Pechiney en est un exemple caractéristique. Constatant en 1959 qu'il ne détient encore que moins de 1 % du marché allemand, le groupe décide d'abord d'accorder l'exclusivité de ses ventes à un distributeur indépendant, MEHAKO (Metall Halbzeug Kontor), fondé à Dusseldorf par la firme de négoce W. & O. Bergmann, dont le groupe français Minerais et métaux détient une part minoritaire. C'est UFALEX (Union des exportateurs français de demi-produits en aluminium), qui associe depuis le début des années 1950 les principaux transformateurs de métal léger sous l'égide de L'Aluminium français, qui signe ce contrat d'exclusivité. MEHAKO est dirigé par un Allemand, Werner Dieckerhoff, embauché spécialement dans la perspective d'un effort accru de pénétration du marché et qui possède l'essentiel de son capital, encore modeste (100 000 DM). En outre, UFALEXpossède en Allemagne une antenne de cinq salariés qui accompagnent dans leurs visites chez les clients les agents de MEHAKO pour fournir les explications techniques nécessaires. Quant à la vente des produits standardisés, les profilés d'aluminium notamment dont le débouché principal se trouve dans les entreprises de menuiserie et qui représentent le cinquième du marché, on l'assure par l'intermédiaire d'un grossiste indépendant, les Ets Brossette et fils, originaires de Lyon, qui écoulent les produits de Pechiney dans de nombreux pays, notamment en Afrique francophone, et fondent en Allemagne une filiale, Brossette GmbH, gérant quatre dépôts de vente, à Dusseldorf, Stuttgart, Munich et Francfort.

14Or cette formule de distribution ne répond guère aux attentes du groupe. Ses ventes continuent à stagner sur le marché allemand, tant en valeurs absolues qu'en parts relatives.

  • 14 Chiffres calculés à partir d'une « étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, re (...)

Tableau 3. Évolution des ventes de MEHAKO sur le marché allemand14

Tableau 3. Évolution des ventes de MEHAKO sur le marché allemand14
  • 15 Rapport d'activité d'UFALEX, 9 octobre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450.
  • 16 Contrat signé le 5 juillet 1967, Archives Pechiney, 08-01-9400533.

15Pechiney doit donc accentuer ses efforts. Par l'intermédiaire de sa filiale Cegedur (Compagnie générale du duralumin et du cuivre), il prend en avril-juin 1966 une participation de 24 % dans le capital de MEHAKO, lors d'une augmentation qui le fait passer de 100 000 à 2 400 000 DM. Un co-directeur français est désigné pour seconder Werner Dieckerhoff et les moyens matériels sont renforcés par la création de six, puis neuf agences régionales situées dans les principales villes d'Allemagne. Quant à Brossette GmbH qui, malgré « des instructions cent fois répétées », refusait de distribuer enpriorité les produits du groupe15, une prise de participation partielle de MEHAKO, combinée à un nouveau de contrat de distribution, comportant cette fois la clause d'exclusivité, permet d'en assurer le fonctionnement dans de meilleures conditions16. Rebaptisée Brossette MEHAKO GmbH, l'entreprise reste contrôlée par Brossette et fils. Mais ceux-ci sont désormais subordonnés à la politique commerciale décidée par le groupe.

  • 17 Note récapitulative sur l'évolution du capital de MEHAKO, service des Etudes et Participations de (...)
  • 18 Acte de fondation de Pechiney Aluminium Halbzeug GmbH, 29 septembre 1970 ; lettre de François Béna (...)

16En 1969-1970, cette filialisation progressive de la distribution des produits Pechiney en Allemagne franchit une dernière étape. Cegedur rachète alors à Werner Dieckerhoff l'essentiel de ses parts dans MEHAKO. Ayant absorbé Tréfimétaux, qui recourait aux mêmes canaux pour distribuer ses produits outre-Rhin, Cegedur possède finalement 75 % du capital de son distributeur en Allemagne17. Werner Dieckerhoff demeure certes à la tête de l'affaire, mais aux côtés d'un cadre français, Christian de Saint-Amand, qui est en même temps gérant d'UFALEX. Il ne reste plus qu'à opérer un changement de raison sociale pour manifester ouvertement la présence du groupe : MEHAKO devient Pechiney Aluminium Halbzeug GmbH. En même temps, un nouveau contrat de représentation exclusive, signé entre Cegedur et Werner Dieckerhoff, se substitue à celui qui liait antérieurement ce dernier à W. & O. Bergmann18. Au terme de onze années, en plusieurs étapes qu'il a fallu ménager pour tenir compte des intérêts de ses partenaires dans l'industrie des métaux non-ferreux, et notamment de Tréfimétaux, Pechiney dispose enfin du contrôle total de la distribution de ses produits outre-Rhin.

  • 19 Voir infra, 2e partie, chapitre V, I-A.
  • 20 Lettres du délégué de la Chambre syndicale des fabricants français de toiles cirées, simili-cuir, (...)

17Efforts de prospection du marché, création de réseaux de vente, fondation de succursales : les moyens qu'emploient les entreprises françaises pour pénétrer sur le marché allemand, qu'ils soient traditionnels ou nouveaux, sont multiples et importants. Certains, de nature indirecte, n'apparaissent ni dans les organigrammes des firmes ni dans leurs résultats financiers. Ils n'en contribuent pas moins de manière souvent déterminante aux progrès commerciaux des firmes françaises. Il s'agit des relations de confiance qui se nouent entre les dirigeants d'entreprises de part et d'autre du Rhin. Souvent en effet, la conquête du marché, loin de se faire dans un contexte agressif, se déroule en pleine entente avec les partenaires allemands. Illustrant la persistance, au moins jusqu'à l'ouverture des frontières dans le cadre du Marché commun, d'une attitude qui, dans de nombreux secteurs, a conduit depuis la fin du xixe siècle à une multiplication d'accords de cartels plus ou moins formalisés, sur lesquels l'historiographie a fréquemment et à juste titre insisté19, ces contacts se nouent entre les entreprises individuelles, parfois aussi au niveau sectoriel. Les pouvoirs publics en sont tenus informés. Ils les suscitent même, à l'occasion notamment de la conclusion des accords commerciaux encadrant les échanges entre les deux pays. Ainsi, en juin 1950, ont lieu deux rencontres franco-allemandes concernant des entreprises relevant de la direction des Industries textiles et diverses au ministère de l'Industrie et du Commerce : la première, en Allemagne, entre « quelques tanneurs français », à l'identité non précisée, et les dirigeants des Heyl'sche Lederwerke ; la seconde, à Paris, entre des fabricants de toiles cirées et de linoléum établis des deux côtés du Rhin. Il s'agit, à la veille de l'expiration de l'accord commercial conclu pour six mois entre la France et l'Allemagne en février 1950, de préciser le montant des contingents commerciaux que les industriels souhaitent voir repris dans le futur texte20. L'exemple vaut sans doute, en dehors de la tannerie et de l'industrie des toiles cirées, dans d'autres domaines. Il montre qu'en ce début des années 1950, la conquête de débouchés nouveaux en Allemagne et l'organisation concertée des échanges à l'intérieur d'un cadre limitant la concurrence restent encore, pour les entreprises concernées, parfaitement compatibles.

Graphique 1. Évolution du capital social de MEHAKO

Graphique 1. Évolution du capital social de MEHAKO

B. UN DÉBOUCHÉ TRADITIONNEL POUR LES INDUSTRIES DU LUXE ET DE GRANDE CONSOMMATION

  • 21 Étude de la Fédération de la soierie sur les relations commerciales franco-allemandes, adressée au (...)

18Grâce aux moyens accrus dont elles disposent, les entreprises françaises peuvent légitimement nourrir, vis-à-vis du marché allemand, des ambitions grandissantes. C'est en particulier le cas des firmes des industries du luxe et de grande consommation qui, souvent, souhaitent reconstituer leurs positions d'avant-guerre, voire d'avant la crise des années 1930 et l'arrivée d'Hitler au pouvoir. La Fédération de la soierie ne manque pas de le souligner auprès des pouvoirs publics, tout en protestant contre l'insuffisance des contingents d'exportation qui ont été alloués à ses industriels par les accords commerciaux, et ce dès le deuxième d'entre eux, signé dans le cadre de la Trizone en juillet 1949 : « Ayant été soumise pendant douze ans au régime nazi, l'Allemagne a dû employer presque uniquement des tissus de fibranne et a pu se rendre compte que des tissus de rayonne de bonne qualité, comme ceux que nous sommes en mesure de lui livrer dès maintenant, convenaient parfaitement àune population laborieuse au pouvoir d'achat réduit ». Et les catégories sociales plus aisées souhaitent selon elle acheter des soieries pour « retrouver ce goût français qu' [elles] apprécient tant et dont [elles] furent privé[es] pendant de longues années »21.

  • 22 Lettre du Comité central de la laine à la direction des Relations économiques extérieures, ministè (...)

19L'argument est identique de la part du Comité central de la laine qui évoque la « place importante » qu'occupaient avant-guerre ses membres sur le marché allemand et qu'ils ont « essayé par tous les moyens de reconquérir ces dernières années ». Dénonçant lui aussi l'insuffisance des licences d'exportation, il voit en l'Allemagne « un débouché vital pour notre industrie si nous voulons arriver à équilibrer le plan d'autofinancement qui nous a été imposé par les pouvoirs publics »22. Le plan dont il s'agit ici n'est autre que le Plan Monnet et l'on remarque au passage comment le Comité utilise l'argument de la nécessaire pénétration outre-Rhin pour dénoncer l'absurdité d'un dirigisme qui, selon lui, en bloquant les prix et en réservant le crédit aux grandes industries de base, empêche ses membres de réaliser les bénéfices indispensables au financement des investissements et de la modernisation.

  • 23 Lettre du Comité central de la laine à la direction des Relations économiques extérieures, ministè (...)
  • 24 . Rapport de Louis Robichez et Robert de Maintenant, 8 novembre 1949, AN, F12 10 337 (II). La missi (...)

20Aussi, dès l'immédiat après-guerre, renouant avec la tradition libre-échangiste présente dans ce secteur depuis longtemps, le Comité central de la laine multiplie les déclarations favorables à l'ouverture des frontières. Ses dirigeants se disent « sans inquiétude concernant l'avenir des relations commerciales avec l'Allemagne occidentale ». Fiers de représenter une branche figurant « en tête des industries exportatrices françaises », ils fustigent les « intérêts à courte vue » qui s'opposent encore à la libération des échanges, jugeant, non sans condescendance, que « les intérêts sociaux et économiques dont [ils] ont la charge ne sont pas moins dignes de la sollicitude des pouvoirs publics que ceux de certaines industries que la moindre menace de concurrence fait se replier sur elles-mêmes à l'abri des barrières douanières »23. Avec d'autres membres de l'Union française des industries exportatrices (« laine, soie, bonneterie, ganterie, peaux, biscuiterie, cognac, conserves, huiles essentielles »), le directeur du Comité central de la laine, Louis Robichez, et son chef du service du commerce extérieur, Robert de Maintenant, effectuent à l'automne 1949 un voyage d'études en Allemagne Dans le rapport qu'ils adressent à leur retour aux autorités de tutelle, outre le tableau général « d'un pays qui remonte la pente avec rapidité », figurent maintes indications utiles destinées aux entreprises exportatrices, telles que la liste des banques susceptibles de leur accorder des accréditifs, dans l'ensemble de la République fédérale, et pas seulement en ZFO, ainsi que les adresses des services commerciaux français à Francfort, Mayence et Hambourg24.

  • 25 Note du commissaire coton-lin au service des Affaires extérieures, ministère de l'Industrie et du (...)
  • 26 Note du Syndicat général de l'industrie cotonnière française au directeur des Industries textiles (...)

21Mais il ne s'agit pas seulement, pour les firmes appartenant à ces secteurs, de reconstituer leurs positions passées sur le marché allemand. Les circonstances du présent y créent des occasions favorables dont elles entendent profiter pleinement : disparition d'anciens concurrents désormais situés en zone soviétique d'occupation, poussée de consommation intérieure consécutive à la réforme monétaire, flambée d'achats spéculatifs en vue de la constitution de stocks lors de l'éclatement de la guerre de Corée… Aussi les plaintes contre l'étroitesse des contingents réservés aux firmes françaises par les autorités allemandes dans le cadre des accords commerciaux successifs se multiplient-elles. Rares sont les branches qui s'en déclarent satisfaites, telle l'industrie du lin qui peut « importer des pièces de rechange pour ses machines et […] exporter librement des fils de lin écrus »25. On assiste au contraire à de multiples réclamations, relayées par les classiques interventions de parlementaires défendant les intérêts des circonscriptions concernées : les accords oublient certaines catégories d'articles, comme les « bérets basques en tricotage foulonné » ; ils infligent à la France un traitement discriminatoire, alors que d'autres pays lui sont préférés, comme l'Autriche et la Belgique pour les ventes de chapeaux ; la procédure utilisée pour la gestion des licences d'importation est exagérément restrictive, procédant par appel d'offres et obligeant les importateurs à verser une caution trop élevée…26

  • 27 « Mission en Allemagne de MM. Plantron et Jamain », avril-mai 1958 (108 p. dact.), Archives du Syn (...)
  • 28 Déclaration de Pierre de Calan au comité consultatif et d'information du Syndicat général de l'ind (...)
  • 29 Compte rendu de la réunion préparatoire des membres français du conseil d'administration de la COC (...)

22La multiplicité et l'intensité des plaintes témoignent de l'importance que revêt le débouché allemand pour de nombreuses branches traditionnelles de l'industrie française des biens de consommation, tant dans la catégorie des produits de luxe que dans celle des articles de large diffusion. Loin d'être limité aux premières années de l'après-guerre, le phénomène persiste ensuite. Le Syndicat général de l'industrie cotonnière française, dans les circulaires qu'il adresse à ses adhérents, leur fournit de multiples renseignements sur le marché allemand et les moyens de le conquérir, propose des actions promotionnelles, diffuse des informations ponctuelles. Par exemple, en avril-mai 1958, un rapport très complet, rédigé à l'issue d'un voyage d'étude, dresse la liste des représentants spécialisés, maisons de négoce et grands magasins, indique la date des salons professionnels, l'adresse des attachés commerciaux, précise même les conditions de crédit disponibles auprès des banques et établissements financiers. Affirmant sa confiance dans la capacité des firmes françaises à développer leurs ventes outre-Rhin, il estime que « la qualité française, le goût français seront toujours appréciés » et que « Paris est une marque de fabrique dont la valeur n'est plus à discuter »27. Les mesures ponctuelles prises occasionnellement par le gouvernement de Bonn pour freiner les achats à l'étranger, notamment en instituant des taxes compensatoires grevant les importations de filés et de tissus, sont attentivement suivies. Le délégué général du Syndicat, Pierre de Calan, proteste immédiatement contre tout durcissement auprès des pouvoirs publics et des instances communautaires. En mars 1963, il juge une augmentation de deux points de cette taxe compensatoire d'autant plus inadmissible que l'Allemagne tolère par ailleurs « l'invasion des produits de Hong Kong », tout en se protégeant « contre ses partenaires de la CEE »28. En décembre de la même année, au conseil d'administration de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, Bernard d'Halluin, pour l'Union des industries textiles, Jean Barioz, pour le Syndicat des fabricants de soieries et tissus de Lyon, Félix Bény, pour celui des cuirs et peaux, exposent avoir saisi de cette mesure la Commission européenne pour illégalité et suggèrent que, si l'on ne parvient pas à en obtenir le retrait complet, on limite son montant « à la différence de taxation résultant de l'application du système de la TVA en France et des taxes en cascade sur le chiffre d'affaires en République fédérale »29.

  • 30 « Comment faire l'Europe cotonnière ? Une étude, un programme d'action », rapport sans indication (...)
  • 31 Anne-Sophie de Poix, Pierre de Calan et l'entreprise (1911-1993), mémoire de maîtrise ss. la dir. (...)

23Quelle signification attribuer à cette volonté exportatrice présente chez les industriels du textile ? Est-elle une preuve de dynamisme ? Ne faut-il pas plutôt la mettre en rapport avec la perte des débouchés coloniaux qui place leur branche en position critique ? C'est ce que suggère un programme du Syndicat de l'industrie cotonnière daté significativement de juillet 1954. Plaidant pour l'intensification des échanges cotonniers en Europe, il y voit un moyen de surmonter la crise « née de la perte ou de la réduction des débouchés extra-européens [qui] ne saurait être dénouée au sein d'une Europerepliée sur elle-même »30. On le sait par d'autres travaux : au milieu des années 1950, le Syndicat général de l'industrie cotonnière n'est pas hostile à la libération des échanges et envisage même la création d'un marché commun européen, à certaines conditions tout au moins. Inquiet de la menace que représentent, pour tous les pays d'Europe occidentale, les importations en provenance des pays à bas salaires, il propose la mise en place, entre pays d'Europe, d'une « politique d'harmonisation » ayant pour objectif la réduction des disparités entre les prix de revient, le rapprochement progressif des salaires, des charges sociales et des conditions d'accès aux matières premières. Cela permettrait de passer à une deuxième phase, dite « politique de solidarité », qui comporterait l'ouverture des frontières intra-européennes, mais surtout l'adoption d'une défense commune vis-à-vis du reste du monde. Ces positions demeurent celles du Syndicat en juillet 1961, lors des négociations commerciales multilatérales de Genève connues sous le nom de Dillon Round31.

24On ne peut donc, dans ce cas, parler d'une brusque conversion à la nécessité d'exporter sur le marché allemand. L'attention accordée à ce débouché ne saurait se comprendre qu'insérée dans une perspective globale qui, pour les cotonniers français, reste celle du déclin progressif et du repli sur des positions défensives. Elle n'est pas nécessairement un symptôme positif. Mais, quelle qu'en soit la raison, le débouché d'outre-Rhin conserve une importance indéniable pour toutes ces branches fabriquant des produits de luxe et de grande consommation dont l'Allemagne est de longue date importatrice nette vis-à-vis de la France. Est-il vu de la même manière par celles qui, contrairement aux précédentes, n'y disposent d'aucune tradition exportatrice notable ?

C. UN CHAMP D'EXPANSION NOUVEAU POUR D'AUTRES SECTEURS

25On ne manque pas d'éléments pour apprécier la croissance des efforts consentis en Allemagne, surtout de 1955 à 1970, par de nombreuses entreprises françaises. Diverses par leur taille, leur organisation, leurs activités, elles ont en commun la faiblesse des positions initiales sur ce marché et la volonté de s'y affirmer. La presse professionnelle comme les archives d'entreprises portent témoignage de ce phénomène d'intensité croissante.

  • 32 Échanges franco-allemands, n° 17 (septembre 1959), 23 (mars 1961), 29 (septembre 1962), 34 (décemb (...)

26Organe de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, la revue Echanges franco-allemands consacre de nombreux articles au développement des exportations françaises vers l'Allemagne. Ainsi, constatant en 1959 que la balance commerciale, après trois années de déficit aux dépens de la France, s'est rééquilibrée, la revue, tout en faisant la part de la récente dévaluation du franc, y voit le fruit de l'« effort d'adaptation des entreprises, par des mesures de concentration industrielle, de spécialisation et de rationalisation de la production, afin d'être davantage compétitives », ainsi que des regroupements constitués pour l'exportation par certaines, notamment par les PME. Deux ans plus tard, elle félicite les constructeurs français de machines-outils qui, ayant abandonné leur « complexe d'infériorité vis-à-vis de leurs concurrents allemands », sont devenus des exportateurs notables, rencontrant même outre-Rhin davantage de succès qu'en France dans des fabrications comme le matériel d'automation et y étant appréciés pour la brièveté de délais de livraison souvent plus courts que ceux de leurs concurrents allemands. Un autre article, à propos de l'électroménager, explique : « Lorsque l'on parle d'importations françaises en Allemagne, on pense immédiatement aux parfums, à la haute couture, aux vins et au Champagne. Or le tableau est devenu faux depuis le printemps de l'année 1958 ». Soutenant cet effort, la Chambre adapte ses services. Comme l'explique son secrétaire général Alain Pottier-Thionville, « dans le passé, c'étaient surtout la libéralisation nécessaire des échanges, les difficultés du contingentement, les possibilités d'importation, etc. qui posaient des problèmes, alors que maintenant la Chambre a surtout à examiner des demandes de renseignements concernant l'organisation de réseaux et de dépôts de marchandises, de cartes de commerçants ou d'installation de filiales »32.

  • 33 Souligné au texte, ibid., n° 9, avril 1957. Sur les mesures gouvernementales, qui annoncent le ret (...)

27On observe aussi que, dans ses prises de position et demandes d'intervention auprès des pouvoirs publics sur les problèmes posés par les échanges bilatéraux, la Chambre agit de plus en plus souvent au nom des exportateurs, et non des négociants ou industriels importateurs de matériel allemand. Lorsqu'en mars 1957, contraint par la crise des changes, le gouvernement Guy Mollet tente de freiner les achats en Allemagne en raccourcissant de moitié la durée des licences d'importation et en instituant une caution préalable d'au moins 25 % de la valeur de la commande, il suscite le vote par la Chambre d'une motion de protestation. Or celle-ci est présentée au nom des exportateurs, car ce sont eux qui, aux dires de la Chambre, subiront en définitive les conséquences de telles mesures : d'abord parce que, si l'Allemagne vend moins à la France, elle lui achètera moins ; ensuite parce que, si les industriels ne peuvent plus acheter le matériel dont ils ont besoin en Allemagne, leur effort d'équipement s'en trouvera ralenti, et donc leurs capacités futures d'exportation. Habileté de présentation destinée à convaincre les interlocuteurs gouvernementaux ? Certes, mais aussi symptôme que l'Allemagne, désormais, comme le souligne la motion, « le premier partenaire commercial de la France et son principal acheteur », est devenue essentielle pour toute l'économie nationale33.

28Tout comme la presse professionnelle, les archives d'entreprises sont révélatrices de cette importance nouvelle revêtue par le débouché allemand pour de nombreuses firmes. On peut suivre ici un cas particulier, celui de L'Air Liquide. En fondant GALCO en 1955, la firme cherche d'abord à prendre pied sur un marché particulièrement prometteur : celui de l'oxygène sidérurgique. Toutes les grandes aciéries européennes adoptent en effet en cette fin des années 1950 le procédé à oxygène dit procédé LD (Linz-Donawitz), mis au point en Autriche au lendemain de la guerre sur la base de recherches allemandes antérieures. En France même, L'Air Liquide fournit à de nombreuses usines, dont celle d'Usinor à Dunkerque ouverte en 1962, les équipements nécessaires. Le groupe souhaite proposer aussi ses fournitures aux grands konzerns allemands qui modernisent leurs installations ou qui, comme Klöckner à Brême, en édifient de nouvelles, intégrées sur sites littoraux. Mais, ce faisant, L'Air Liquide s'attaque à de rudes adversaires : les firmes allemandes productrices de gaz industriels. Trois d'entre elles dominent le marché. La première, Knapsack-Griesheim, ancienne filiale d'IG Farben appartenant depuis 1952 au groupe Hoechst, se contente de livrer aux utilisateurs les gaz qu'elle produit. Les deux autres sont en même temps constructeurs d'installations de production d'oxygène, vendues ou louées aux entreprises consommatrices. Ce sont Linde AG, firme ancienne, fondée par le grand chimiste Carl von Linde, l'inventeur en 1895, sept ans avant Georges Claude, d'un procédé de liquéfaction de l'air, et Messer, un groupe de moindre importance qui entretient des relations privilégiées avec Linde. L'Air Liquide aura à plusieurs reprises l'occasion de se mesurer à elles.

  • 34 Voir infra les cartes de l’annexe III.
  • 35 « Réseaux de distribution d’oxygène pour la sidérurgie », note interne, L’Air Liquide, décembre 19 (...)

29Dans l'immédiat, au début des années 1960, le groupe français envisage avec confiance les possibilités qu'offre le marché allemand. Il souhaite proposer aux firmes sidérurgiques des contrats d'installation d'unités de production. Il ambitionne aussi de participer à la mise en place de réseaux d'oxyducs pour la desserte des aciéries, préférables aux installations isolées car ils permettent de réaliser des économies d'échelle abaissant les coûts de production et de compenser les déficits apparus sur certains sites par les excédents disponibles ailleurs. L’Air Liquide dispose dans ce domaine d’une expérience appréciable. En Lorraine, il a aménagé le réseau Oxylor, reliant sur 40 km l’usine d’oxygène de Richemont, située entre Thionville et Metz, aux aciéries des vallées de l’Orne et de la Fentsch. Ce réseau a été prolongé dans trois directions : le sud, pour la desserte du bassin sidérurgique nancéien ; l’est, pour le relier aux Houillères du bassin de Lorraine, dont les cokeries fournissent en grandes quantités de l’oxygène résiduel ; le nord-ouest enfin, vers les aciéries luxembourgeoises. La longueur totale représente plus de 150 km fin 1961. De même, dans le Nord de la France, L’Air Liquide a construit à partir de Dunkerque un réseau atteignant Valenciennes, soit 120 km de long, et s’apprête à le prolonger en Belgique, vers Charleroi et vers les aciéries de Zelzate, près de Gand34. Le groupe juge possible de réaliser en Allemagne ce qui a été fait en France, au Luxembourg et en Belgique, notamment dans une région comme la Sarre que lient de multiples complémentarités aux Etats voisins. En effet, « les Allemands sont en retard en ce qui concerne la distribution par canalisations, n’ayant encore que quelques canalisations à courte distance et projetant une canalisation de 100 km de Duisbourg à Dortmund, alors que L’Air Liquide a déjà un réseau de 300 km »35.

  • 36 Note non signée adressée à Pierre Bruneton, directeur général d’Air Liquide, 10 décembre 1962, Pap (...)

30Outre l’hydrogène sidérurgique, le groupe envisage de vendre en Allemagne de l’argon. Ce gaz rare, sous-produit de la distillation de l’air ou de la préparation de l’hydrogène à partir des gaz de cokeries, sert dans les opérations de soudage à arc, car il permet d’obtenir une atmosphère inerte convenant au travail des métaux et alliages. On l’utilise dans certaines technologies avancées, grâce à des procédés mis au point aux Etats-Unis tels que TIG (Tungsten inert gas) ou MIG (Metal inert gas), mais aussi pour le soudage des aciers ordinaires (procédé MAG ou Metal active gas). L’Air Liquide qui dispose d’importantes quantités d’argon, notamment en Italie par l’intermédiaire de sa filiale SIO, et a fondé, on l’a vu, Edelgas GmbH pour les commercialiser juge en 1962-1963 les perspectives de ce marché encourageantes. L’investissement initial est peu élevé, consistant essentiellement en bouteilles et moyens de transport routiers. Pour les ventes, Edelgas GmbH passe contrat avec des revendeurs qui proposent aux utilisateurs de leur fournir le matériel de soudage. On envisage, si les ventes se développent, de se rapprocher de firmes indépendantes du secteur minier établies non loin des centres de consommation dont les cokeries pourraient procurer des quantités d’argon supplémentaires. Gewerkschaft Siegtal, une entreprise située dans le Siegerland, non loin de la Ruhr, serait un partenaire intéressant, permettant d’abaisser sensiblement les prix de revient et de fournir au total « 20 000 m3/mois, soit 20 à 25 % du marché allemand »36.

  • 37 Note de Simon Lazard à André Lot, directeur du département Europe à Air Liquide, 24 novembre 1969  (...)

31Enfin, à la fin des années 1960, d’autres opportunités intéressent L’Air Liquide. Le groupe envisage de s’associer avec des négociants allemands en matériel de soudage pour fonder en commun une usine d’acétylène à Wuppertal. Il projette d’édifier à Hambourg des installations productrices de plusieurs catégories de gaz industriels et capables de recevoir par voie maritime depuis le Canada de l’hélium liquide, autre gaz susceptible de maints développements, en métallurgie et dans l’industrie de l’éclairage. Et il ne néglige pas non plus des domaines plus classiques comme le marché de la glace carbonique, ce qui l’amène à s’intéresser à Oetker, une firme de l’industrie du froid et des produits surgelés, ou comme celui des gaz à usage médical, le protoxyde d’azote notamment, où il souhaite valoriser un potentiel technique qui, selon ses dirigeants, le « place en tête sur le plan européen »37.

32La conquête des marchés est devenue, pour de nombreuses entreprises françaises, un élément constitutif d’une véritable stratégie conçue en direction de l’Allemagne. Qu’en est-il des investissements, complémentaires certes des projets commerciaux dans de nombreux cas, mais aussi totalement indépendants dans d’autres circonstances, lorsqu’il s’agit par exemple de participer au capital de firmes allemandes avec pour seul objectif la rentabilité financière ?

II. LE DÉVELOPPEMENT DES INVESTISSEMENTS

A. LA REMISE EN ORDRE DES FILIALES DÉTENUES AVANT-GUERRE

33Tout comme il leur avait fallu, avant de songer à conquérir des débouchés nouveaux, reconstituer les positions commerciales perdues avant-guerre, il est nécessaire pour les firmes françaises de reprendre le contrôle des filiales de production dont, malgré une présence notable et souvent ancienne, elles n’ont pu, depuis 1931, retirer aucun dividende et dont elles ont été séparées par la mise sous séquestre lors de l’entrée en guerre en septembre 1939. Cette remise en ordre intervient plus ou moins rapidement, selon les disponibilités financières des maisons mères et les priorités qu’elles se fixent. Dans les deux grands secteurs où les firmes françaises sont traditionnellement présentes en Allemagne, la sidérurgie et l’industrie du verre, on la voit se manifester de bonne heure.

  • 38 Télégramme de la direction générale de l’Economie et des finances du GMZFO au CGAAA, en réponse à (...)
  • 39 Compte rendu de la séance du comité de gestion des Participations publiques, présidé par François (...)

34Dans la sidérurgie, la Compagnie de Pont-à-Mousson obtient dès juin 1945 l’autorisation de reprendre la totalité de ses avoirs dans Halberger Hütte, la fonderie sarroise spécialisée dans la production de tuyaux qu’elle contrôle à Brebach, non loin de Sarrebruck, depuis 1919. Elle récupère également sa part dans les Forges et aciéries de Dilling, acquises en 1920 par le consortium « Marmichpont », formé par les Aciéries de Micheville, les Forges de La Marine-Homécourt et la Compagnie de Pont-à-Mousson, qui produisent, près de Sarrelouis, de l’acier brut et diverses catégories de laminés38. Par l’intermédiaire d’une holding suisse, FINAMETA (Société financière pour la métallurgie et les mines), « Marmichpont » possède aussi 51 % du capital de HADIR (Hauts fourneaux et aciéries de Differdange, Saint-Ingbert et Rumelange), une firme luxembourgeoise implantée des deux côtés de la frontière entre le Grand-Duché et la Sarre. Enfin, les trois associés ont acquis dès 1911 la mine de Carolus-Magnus, dans le bassin charbonnier d’Aix-la- Chapelle. Depuis 1945, cette dernière est gérée par l’État français dans le cadre de la Compagnie minière de Rhénanie, mais sa production continue à être dirigée prioritairement vers les associés de « Marmichpont ». Pour en moderniser l’exploitation, les pouvoirs publics décident trois ans plus tard de la faire bénéficier d’un programme d’investissement représentant 5 millions de DM par an39.

  • 40 Étude sur la situation financière du groupe De Wendel, 18 mars 1959, Archives du Crédit Lyonnais, (...)
  • 41 Chiffres de 1951.

35Outre Pont-à-Mousson, l’autre grand groupe sidérurgique lorrain présent en Allemagne est De Wendel. Lui aussi se montre soucieux de reconstituer et de moderniser ses avoirs. A cette fin, il emprunte à moyen terme en 1954, à cinq années d’échéance, la somme considérable de 22 millions de francs suisses, l’équivalent de 1,7 milliard de F, au Crédit suisse et à la Société de banque suisse40. La somme est destinée aux deux charbonnages qu’il possède en Allemagne, Friedrich-Heinrich, sur la rive gauche du Rhin, contrôlé majoritairement depuis 1924, et Heinrich-Robert, près de Hamm, en Westphalie, possédé depuis 1900, qui produisent respectivement 2,7 et 1,4 million de tonnes de charbon et emploient 7 640 et 5 700 salariés41, ainsi qu’à la concession de Glückauf, dans le bassin d’Aix-la-Chapelle, acquise en 1904 mais demeurée inexploitée, et à une tréfilerie de Mannheim, la Süddeutsche Drahtindustrie.

  • 42 Sur les gisements charbonniers possédés en Allemagne par les groupes français, nous suivons le tab (...)

36Le groupe Schneider est également présent en Allemagne, indirectement, par l’intermédiaire de la firme luxembourgeoise ARBED (Aciéries réunies de Burbach-Eich-Dudelange) dont il détient le quart du capital. L’ARBED possède une participation importante dans l’Eschweiler Bergwerksverein, grosse société minière dont les six sièges d’extraction produisent en 1951 3,8 millions de tonnes de charbon, soit les deux-tiers de l’ensemble de la production du bassin d’Aix-la-Chapelle. Le groupe luxembourgeois possède aussi des intérêts dans la grande société de câblerie Feiten und Guilleaume Carlswerk AG, présente dans la tréfilerie, le laminage, la pose des câbles sous-marins, la construction électrique. Enfin, il convient d’ajouter, à ce tableau des sociétés sidérurgiques françaises présentes en Allemagne, les Aciéries de Longwy qui, associées aux Aciéries Röchling, détiennent la moitié du capital de la mine Carl-Alexander, également située dans le bassin d’Aix-la-Chapelle et gérée depuis 1945 par la Compagnie minière de Rhénanie42.

  • 43 Voir sur son cas l’ouvrage récent de Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland, op. cit., passim.
  • 44 Note anonyme du service des Affaires d’Europe centrale, 17 janvier 1951, Archives Saint- Gobain, S (...)

37Outre la sidérurgie, l’industrie du verre fournit un bon exemple de ces secteurs où le rétablissement des positions acquises en Allemagne revêt après-guerre un caractère prioritaire et systématique. C’est la Compagnie de Saint-Gobain qui s’impose au premier plan, en une stratégie qui se situe dans le droit fil d’une tradition séculaire43. Dès 1946, elle prend le contrôle d’un fabricant sarrois de verre à vitre, les Vereinigte Vopelius’sche und Wentzel’sche Glashütten GmbH, plus couramment appelées les Verreries de Saint-Ingbert, du nom de leur centre principal de production. Loin d’être une prise de participation nouvelle, il s’agit en fait de la reconstitution et de l’extension d’un patrimoine ancien. Il faut, pour en comprendre la portée, retracer brièvement l’histoire de cette entreprise44.

  • 45 Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française…, op. cit., p. 181. Voir aussi, sur cette ir (...)

38Les Verreries de Saint-Ingbert ont été fondées en 1905 par l’association de deux familles de verriers allemands. Elles ne sont pas demeurées longtemps indépendantes. À la fin des années 1920, marquées dans toute l’Europe par la lutte entre deux procédés rivaux de fabrication mécanique du verre à vitre, le procédé belge Fourcault et le procédé américain Libbey-Owens, elles passent sous le contrôle de la DELOG (Deutsche Libbey-Owens Gesellschaft). Cette dernière est elle-même placée sous une double influence : l’une française, celle de la Compagnie des Glaces de Boussois, l’autre belge et américaine, celle de la Compagnie internationale pour la fabrication mécanique du verre (Mécaniver), vaste entreprise fondée en 1921 par Libbey-Owens et plusieurs protagonistes belges (Solvay, la Société Générale de Belgique, la Banque de Bruxelles) pour créer dans toute l’Europe des filiales produisant du verre à vitre selon le procédé américain. Face à cette offensive qui remet en cause la convention internationale des glaceries signée sous son égide depuis 1904, la Compagnie de Saint-Gobain réagit. Elle prend la tête d’« un front de verreries traditionnelles qui cherchent à se moderniser en douceur en abandonnant le soufflage et en passant au Fourcault »45. En 1932, à l’issue d’une dure lutte entre les tenants des deux procédés, une entente est conclue. Une filiale allemande commune est fondée entre la DELOG et Saint-Gobain : la DETAG (Deutsche Tafelglas AG) dont Saint-Gobain détient 42 % du capital. Les Verreries de Saint-Ingbert en sont l’une de ses filiales. Or, en 1937-1938, dans le cadre de la politique de « germanisation » imposée par les nazis, Saint-Gobain doit céder sa part à la Deutsche Bank. Elle a perdu du même coup le contrôle de Saint-Ingbert.

  • 46 Note de Noisette, chef du service des Affaires d’Europe centrale, à la direction générale des Glac (...)

39La fin de la guerre est l’occasion de la revanche. Celle-ci se trouve facilitée par le fait que, même si elle a perdu la propriété du capital de Saint- Ingbert, Saint-Gobain a conservé de multiples liens avec les producteurs allemands de verre à vitre, ne serait-ce que par l’intermédiaire des accords de cartel qui les lient. Elle entretient même d’excellents rapports avec le président de la DETAG, le Dr Seeling, qui pratique une subtile politique de bascule entre les deux groupes verriers français anciens actionnaires de sa firme, Saint-Gobain et Boussois, s’appuyant sur le premier pour contrecarrer l’influence du second. En mai 1946, convaincu que l’inclusion de la Sarre dans l’espace économique français prépare la prochaine élimination des capitaux allemands, il propose à Saint-Gobain de reprendre la majeure partie des actions que détient la DETAG dans Saint-Ingbert. Simple maladresse due à une mauvaise appréciation de la situation politique ? Sans doute aussi le Dr Seeling cherche à prémunir son entreprise contre d’éventuelles prétentions françaises, en dédommagement de la « germanisation » de 1937-1938. Toujours est-il que les dirigeants de Saint-Gobain, qui se seraient contentés d’un droit de préemption en cas de mise en vente, sont ravis de cette aubaine, qui leur permet d’écarter de Saint-Ingbert leur ancien partenaire et rival, la Compagnie de Boussois. Ils n’hésitent pas longtemps : Saint-Gobain rachète les deux-tiers du capital de la verrerie sarroise, ne laissant à la DETAG qu’une minorité de 33 %. Et lorsque, six mois plus tard, Boussois propose à Saint-Gobain d’intenter en justice une action commune pour récupérer les avoirs détenus par les anciens actionnaires français de la DETAG, ils préfèrent s’abstenir, estimant que la démarche a peu de chances d’aboutir, car la vente avait été faite « il est vrai, sous pression du gouvernement national-socialiste, mais avant la déclaration de guerre […] et à un prix librement débattu et payé en deniers comptants ». Quelque temps après, ils restent sourds aux réclamations du Dr Seeling qui, comprenant un peu tard que le gouvernement français n’a aucune intention d’exproprier du territoire sarrois les entreprises allemandes, souhaite un dédommagement et revendique à ce titre la licence du procédé Boudin de coulée continue. La vivacité du ton employé à cette occasion par le directeur général des Glaceries, Emile Gentil, en dit long sur l’importance qu’il attache au rachat des Verreries de Saint-Ingbert. Jugeant « tout à fait inattendue » la démarche du Dr Seeling qui avait su faire preuve d’une « grande sagesse » en cédant à Saint-Gobain une entreprise à la situation précaire et difficile à redresser, il estime qu’en l’occurrence, loin de l’avoir spolié, le groupe français lui a rendu… « des services » dont on devrait lui être reconnaissant. Tout l’indique : à Saint-Ingbert, Saint-Gobain est désormais seul maître à bord et entend bien le rester46.

40Grâce à cette acquisition, la Compagnie a retrouvé la quasi-totalité des avoirs de verrerie dont elle s’est dotée en Allemagne depuis le milieu du xixe siècle. Ceux-ci sont pour l’essentiel regroupés dans une succursale fondée en 1936, les VEGLA (Vereinigte Glaswerke). Depuis leur siège d’Aix-la-Chapelle, celles-ci gèrent les usines possédées directement par le groupe ainsi que ses participations. On y distingue deux glaceries, à Stolberg et Herzogenrath, une fabrique de verre coulé, à Mannheim-Waldhof, une fabrique de verre creux, à Sindorf. Ce sont les installations les plus anciennes, toutes possédées en totalité par les VEGLA et dirigées par elles. À l’exception de Mannheim-Waldhof, toutes sont situées dans le nord de la Rhénanie, à courte distance d’Aix-la-Chapelle. Chacune est spécialisée dans une gamme de production : Stolberg fabrique essentiellement de la glace polie, pour ses propres besoins et pour le reste du groupe, ainsi que du verre armé. Herzogenrath est vouée depuis l’avant-guerre à la production de glace « Sekurit », au marché en expansion très rapide depuis la fin de la guerre, tant pour la construction automobile que pour l’industrie du bâtiment. Mannheim-Waldhof, qui fut avec Stolberg la première glacerie possédée par la Compagnie en Rhénanie au milieu du xixe siècle, a été reconvertie depuis 1932 vers les fabrications de verre coulé et imprimé. Enfin, Sindorf produit des pavés et des tuiles de verre destinés à la construction, ainsi que divers types de verres pressés à usage ménager. On peut joindre à ces fabrications celle du textile de verre, assurée à Herzogenrath dans le cadre d’une communauté d’intérêts formée en 1948 avec un groupe verrier de Dusseldorf, les Gerresheimer Glashüttenwerke, les deux associés se partageant par moitié les bénéfices réalisés.

  • 47 Informations provenant pour l’essentiel du compte rendu d’un voyage fait en Allemagne par le prési (...)

41Quant aux participations gérées par les VEGLA, elles se bornent en 1949 à cinq cas seulement, mises à part les Verreries de Saint-Ingbert qui, du fait de leur localisation géographique, restent en dehors du groupe. Ce sont deux glaceries : la Schlesische Spiegelmanufaktur Carl Tielsch, dont les installations se trouvent à Altwasser, en Silésie, et sont donc désormais considérées comme perdues par la Compagnie, et la Rheinische Spiegelglasfabrik, sise dans la Ruhr, à Eckamp, près de Ratingen, en association avec des intérêts belges (groupe Boël). On y trouve également une fabrique de verre à vitre, la Rheinische Ziehglas AG (REZAG), à Porz-Urbach, non loin de Cologne : restée fidèle au procédé Fourcault, Saint-Gobain y a pour partenaires le groupe verrier allemand Schalke et un autre groupe belge, les Glaceries de Saint-Roch, dont la filiale allemande, Germania, est installée au même endroit ; une entreprise de fibres de verre, Glaswatte GmbH, exploitant depuis 1931 le brevet Hager et possédée pour moitié par Saint-Gobain ; enfin une firme fondée en 1937 en association avec la DELOG et les Glaceries de Saint-Roch, Corhart GmbH, pour la fabrication sous licence américaine de produits en verre réfractaire dont l’importation avait été rendue impossible par l’orientation autarcique du régime nazi47.

42L’ensemble réalise en 1950 un chiffre d’affaires de 18 millions de DM, contre 49 millions pour les quatre usines possédées directement par le groupe. Comme Saint-Gobain ne détient qu’une fraction seulement du capital social, on peut estimer sa part de chiffre d’affaires à 7,5 millions de DM seulement, soit environ 15 % de celui des VEGLA. La méthode est certes très approximative. Il aurait fallu disposer, pour avancer un chiffre plus précis, de comptes consolidés qui ne sont pas encore dressés par le groupe à cette date. Du moins ce montant suggère-t-il qu’à cette date l’ensemble des participations compte encore relativement peu dans les activités de Saint-Gobain en Allemagne. De plus, la place marginale qu’occupe la fibre d’isolation par rapport aux produits classiques que sont la glace, le verre à vitre, le verre coulé et trempé, l’absence de fabrications autres que verrières : tout dénote des spécialisations assez traditionnelles. Le groupe ne possède encore aucune position dans l’industrie chimique, le pétrole, la cellulose qui, ailleurs, en France notamment, contribuent pourtant largement à son activité.

  • 48 Note sur la situation du groupe De Wendel, 28 juillet 1953, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 (...)

43La sidérurgie et l’industrie du verre ont donc procédé rapidement, tout en restant fidèles aux orientations du passé, au rétablissement de leur présence outre-Rhin. Celle-ci leur confère, selon un rapport bancaire établi en 1953 à propos de De Wendel, « une position confortable par rapport aux autres firmes »48. Leur situation contraste à cet égard avec le reste de l’industrie où la reconstitution des avoirs en Allemagne semble moins systématique.

  • 49 Rapport sur la Deutsche Azetatkunstseidenfabrik AG Rhodiaseta, sd (octobre 1946), MAE Colmar, AEF, (...)
  • 50 Note à propos d’un projet d’émission d’emprunt obligataire, 29 mai 1959, Archives du Crédit Lyonna (...)
  • 51 Comme le montre Lionel Dumond, « L’industrie française du caoutchouc (1880-1970) », Histoire, écon (...)
  • 52 Nous ignorons à quelle date elle a été remise en activité par le groupe. Une note bancaire, datée (...)

44Elle est précoce dans l’industrie des textiles artificiels. Dès 1946, la Rhodiacéta obtient l’annulation de la prise de participation allemande dans sa filiale, la Deutsche Azetatkunstseiden AG Rhodiaseta (DAR), consentie sous la contrainte en 1941, puis procède à une augmentation de capital dont elle se réserve l’exclusivité et qu’elle porte de 13 à 16 millions de RM49. Elle est tardive dans un secteur comme l’industrie du pneumatique. Il faut attendre 1958 pour que la firme Michelin songe à réanimer sa filiale de Karlsruhe, ouverte en 1929, qui devait employer 3 000 salariés, mais avait été, du fait de la crise, laissée en demi-sommeil durant trente ans. Désormais, restructurée, dotée d’une nouvelle raison sociale, Michelin Reifenwerke, elle reçoit de la maison mère de Clermont-Ferrand 816 millions de F, à titre d’avances remboursables sur quatre ans50. Ainsi un groupe où, pourtant, les efforts d’internationalisation accomplis par les firmes françaises ont démarré de bonne heure a pris en Allemagne un retard relatif qu’il ne parvient à combler qu’à partir du début des années 196051. On peut en dire autant d’Hutchinson, qui produit à Mannheim depuis 1858 des bottes, tuyaux et tissus caoutchoutés, puis des pneumatiques. Durant l’entre-deux-guerres, la firme y emploie 1 500 salariés, représentant le tiers de ses effectifs. Très avantagée par les nazis qui l’ont largement utilisée pour la production de caoutchouc synthétique, mais lourdement endommagée par les bombardements, l’usine de Mannheim semble davantage intéressante pour le groupe sur le plan des transferts technologiques que pour le potentiel productif qui s’y trouve disponible52.

  • 53 Note sur la maison Monsavon-L’Oréal, 5 juillet 1951, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 853/1.

45La reconstitution des avoirs détenus avant-guerre par les firmes françaises en Allemagne est donc très variable d’un secteur à l’autre. On peut d’ailleurs observer que, dans certains cas, le titre de filiale employé par les documents, qu’ils soient d’origine bancaire ou administrative, est trompeur. Il désigne souvent de simples succursales commerciales, et non de véritables filiales, au sens d’entreprises autonomes possédant un capital social distinct de la firme fondatrice et dotées d’installations de production. Ainsi la Haar und Parfumerie GmbH, désignée comme « filiale allemande » du groupe L’Oréal, née à Karlsruhe du rapatriement d’une maison qui avait été créée sous le même nom à Berlin durant l’entre-deux-guerres, n’est qu’un simple dépôt se bornant à « rece[voir] et condition[ner] les produits Oréal et Monsavon à l’état de concentrés ou à constitu[er] des mélanges qui ne supportent que des droits de douane réduits ». Même si son chiffre d’affaires est distinct de celui de la maison mère, l’autonomie de gestion et la valeur ajoutée semblent très réduites, tout comme d’ailleurs celles des autres filiales du groupe à l’étranger (Suisse, Argentine, Brésil) ou dans l’empire colonial français (Alger, Casablanca)53.

46Qu’elle soit précoce ou tardive, ambitieuse ou limitée, la remise en route des filiales détenues avant-guerre ne constitue cependant qu’une étape, nécessaire, mais insuffisante si elle ne débouche pas sur de nouvelles extensions. Comment celles-ci se présentent-elles ?

B. L’ESSOR DES GROUPES ANCIENNEMENT IMPLANTÉS

47Une fois relancées, les filiales de production des groupes français installés en Allemagne peuvent-elles espérer un développement harmonieux et régulier permettant d’atteindre sans à-coups majeurs les objectifs fixés par leurs responsables ? On se doute bien que non. Des choix sont à faire, des activités à abandonner, d’autres à promouvoir. Des sacrifices doivent être consentis pour saisir telle ou telle opportunité lorsqu’elle se présente, racheter tel ou tel concurrent en difficulté. Mais, sur ce point plus encore que sur d’autres, le secret professionnel est bien gardé.

48Il est rare de trouver, dans les rapports des conseils d’administration des maisons mères, d’indications précises sur l’activité de leurs filiales, exceptionnel de disposer, dans les bilans et comptes d’exploitation, de chiffres détaillés permettant d’en apprécier l’évolution. On doit donc recourir souvent à des sources indirectes, telles que les demandes de crédit déposées auprès des banques, ce qui conduit à une vision d’autant plus réductrice que, bien entendu, les groupes évitent le plus possible d’y recourir, préférant financer sur fonds propres l’activité de leurs filiales à l’étranger. Encore les dirigeants répugnent-ils à donner aux banques des renseignements précis sur l’affectation des sommes dont ils souhaitent disposer. Ainsi en est-il de la Compagnie de Saint-Gobain qui, en 1946, s’adresse au Crédit Lyonnais pour le lancement d’un emprunt obligataire de 600 millions de F. Les représentants de la banque réclamant, à titre confidentiel, « quelques indications sur le programme financier et les participations », pour être mieux en mesure d’apprécier la valeur du projet, ils se heurtent à une fin de non-recevoir caractérisée de la part du responsable des services financiers de la Compagnie :

  • 54 Note sur un programme d’emprunt obligataire de Saint-Gobain, 26 novembre 1946, Archives du Crédit (...)

« M. Pierret répond qu’en ce qui concerne les participations et les comptes, il ne peut fournir aucune indication de plus que celles qui figurent dans le rapport annuel. La présentation des comptes de Saint-Gobain est d’ailleurs remarquablement détaillée par rapport à ce qui se fait dans d’autres grandes sociétés similaires. Quant au programme des travaux, il existe, bien entendu, mais ces Messieurs ne nous cachent pas que la société répugnerait à donner à notre établissement des indications sur ce point »54.

49Pourtant, grâce à l’exceptionnelle qualité de ses archives, la Compagnie de Saint-Gobain est l’un des groupes dont on peut, aujourd’hui, reconstituer avec précision l’évolution des investissements outre-Rhin durant les deux décennies qui nous occupent ici. Il n’en est malheureusement pas de même de beaucoup d’autres entreprises. Les développements qui suivent se bornent donc souvent à recenser les opérations les plus importantes, sans être toujours en mesure d’en expliquer les raisons ni d’en mesurer les implications. Pour plus de clarté, nous examinerons ici le cas des entreprises implantées en Allemagne avant 1939, qui appartiennent essentiellement à la sidérurgie, l’industrie du verre, l’industrie textile, renvoyant à plus loin celui des groupes qui ont attendu pour le faire la période postérieure à 1945.

  • 55 Sur la déconcentration et l’effet exercé sur elle par la mise en place de la CECA, voir Volker Ber (...)

50Durant la période étudiée ici, les projets d’investissement des groupes sidérurgiques, plus sans doute que ceux des firmes appartenant à d’autres secteurs, sont tributaires de l’évolution générale des rapports entre France et Allemagne. Outre leur intérêt propre, charbon et acier représentent en effet encore un enjeu diplomatique majeur, un symbole de puissance essentiel, qui font dépendre la stratégie entrepreneuriale de considérations autres qu’économiques. Les multiples péripéties de la décartellisation, ou plus exactement de la déconcentration de l’économie allemande entreprise par les Alliés après guerre, procurent des occasions d’investissement que les firmes françaises s’efforcent, non sans maladresse, de saisir55. Ainsi en va-t-il du rachat, en 1954, d’une grosse société minière, Harpener Bergbau.

  • 56 Sur la législation mise en place au xixe siècle, voir Nicole Pietri, Evolution économique de l’All (...)
  • 57 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières…. op. cit., p. 196-201 ; Richard Tilly, (...)
  • 58 Rapport d’activité de SIDECHAR pour 1956, MAE Colmar, AEF 128/3.
  • 59 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes op. cit.. p. 389-393 (sur Harpener Ber (...)

51Les origines de cette firme sont anciennes et sa puissance considérable. Fondée en 1856, elle appartient aux toutes premières firmes créées en Westphalie en application de la loi de 1851 permettant la constitution de syndicats miniers (Gewerkschaften)56. À la veille de la Première Guerre mondiale, elle employait 26 000 salariés et produisait plus de 6 millions de tonnes de charbon. Ses titres, introduits sur le marché boursier parisien en 1900, figuraient déjà parmi les valeurs allemandes les plus appréciées des capitalistes français57. Au milieu des années 1950, Harpener Bergbau possède toujours cinq sièges d’extraction qui fournissent 5 millions de tonnes de charbon et 2,6 millions de tonnes de coke, soit respectivement 4 % et 7 % de la production allemande (Sarre exclue). Mais sa faiblesse réside sans doute dans des rendements assez médiocres (1 454 kg par mineur et par jour, contre 1 572 dans l’ensemble de la Ruhr). Le groupe était devenu la propriété du konzern Flick. Or son actionnaire dominant, Friedrich Flick, ayant été condamné en 1947, pour crimes de guerre, à sept années d’emprisonnement, doit, après la libération anticipée dont il bénéficie trois ans plus tard, se dessaisir d’une partie de ses biens. Ayant opté pour la vente de ses charbonnages, ceux-ci passent sous contrôle français. En 1952, pour en racheter les trois quarts du capital, dix groupes, menés par De Wendel, forment le consortium SIDECHAR (Société sidérurgique de participations et d’approvisionnement en charbons) dont « la participation majoritaire au capital de la Harpener constitue l’unique objet [d’] activité »58. Conclu en mai 1954, puis complété par la récupération, à l’issue d’un procès entre Flick et les anciennes Hermann Goering Reichswerke, d’une importante mine supplémentaire, Victoria, le rachat d’Harpener Bergbau permet aux sidérurgistes françaises de disposer, à partir du 1er juin 1955, date de l’entrée en possession effective, d’une part notable de la production charbonnière allemande. Si l’on y joint celle des mines déjà détenues auparavant par des intérêts français, on parvient à cette date à 11,2 % du charbon et 12,7 % du coke59. En 1956-1958, Harpener Bergbau fournit à elle seule à la sidérurgie française la moitié environ des tonnages qu’elle importe depuis la Ruhr.

  • 60 Chiffres tirés des rapports d’activité de SIDECHAR, années 1956 et 1958, MAE Colmar, AEF 128/3.

Tableau 4. Livraisons de coke et de charbon en provenance de la Ruhr (milliers de tonnes)60

Tableau 4. Livraisons de coke et de charbon en provenance de la Ruhr (milliers de tonnes)60
  • 61 Rapport des VEGLA intitulé « Capacité, production actuelle et possibilités de ventes des usines en (...)

52Malgré toute l’importance qu’il revêt, le rachat d’Harpener Bergbau n’en reste pas moins une opération ponctuelle et isolée. Dans l’industrie du verre par contre, on assiste à un développement continu et ininterrompu des investissements en direction de l’Allemagne. Tout au long de la période, la Compagnie de Saint-Gobain y poursuit activement le développement de ses installations. Au lendemain de la guerre, elle avait décliné les propositions d’association faites par un producteur allemand de verre creux pour une utilisation en commun du site de Rheinfelden. Dans les années suivantes, elle fait preuve au contraire d’une volonté très ferme de développement de ses propres installations par l’intermédiaire de sa succursale, les VEGLA. Une véritable politique est élaborée en ce sens, tant à Paris, à la direction générale des Glaceries, qu’à Aix-la-Chapelle, où le directeur général des VEGLA, Jean-Louis Schrader, resté en fonctions durant vingt-trois ans, de 1946 à 1969, possède à la fois l’autonomie d’action et l’ampleur de vue indispensables à une telle stratégie. Dès 1947, un rapport estime que, dans l’état où se trouve l’Allemagne, la glace polie ne peut servir à elle seule de base au développement du groupe, car il s’agit d’un produit cher qui réclame pour sa fabrication des matières premières devenues rares et destinées prioritairement à d’autres usages, comme le charbon, la soude, le sable. Aussi préconise-t-il d’y substituer, au moins temporairement, d’autres produits comme la fibre de verre pour isolation, les flacons, bouteilles et bocaux, et surtout le verre à vitre où « il est absolument nécessaire de reconquérir [la] position dont nous avons été écartés il y a près de dix ans ». Esquissant même une analyse anticyclique fondée sur les marchés respectifs des principales fabrications des VEGLA, il décrit « la glace polie évoluant avec l’augmentation de la richesse, le verre mince, et notamment le verre armé, avec la reconstruction et le développement industriel, tandis que le verre creux sert à satisfaire en majeure partie des besoins peu variables d’une année sur l’autre et indépendants des deux facteurs économiques régissant la glace et le verre mince »61.

  • 62 Fichiers de participations pour 1949, 1959 et 1969, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/226-227. (...)

53Sans doute faut-il voir dans des réflexions de cet ordre l’une des raisons des multiples créations de filiales qui, durant deux décennies, gonflent de manière impressionnante le portefeuille de participations détenu par le groupe. Les fichiers tenus par la direction générale des Glaceries permettent, à intervalles réguliers, d’en suivre l’évolution, d’autant plus aisément qu’ils sont accompagnés de tableaux synoptiques qui visualisent immédiatement les transformations survenues62.

  • 63 Note anonyme sur les participations de la Compagnie en Allemagne, 17 janvier 1951, Archives Saint- (...)

54Une première tendance se dégage : le regroupement des participations détenues par le groupe, en général accompagné du renforcement de ses moyens financiers. Dès 1950, la Schlesische Spiegelmanufaktur Carl Tieisch et la Rheinische Spiegelglasfabrik sont rassemblées pour donner naissance à la Glasfabrik Eckamp-Altwasser, dont Saint-Gobain possède, directement et par l’intermédiaire des VEGLA, les trois quarts, puis la quasi-totalité du capital. La Rheinische Ziehglas, naguère propriété commune de Saint-Gobain, de Schalke et des Glaceries de Saint-Roch, passe en 1951 sous le contrôle majoritaire des VEGLA et d’Eckamp-Altwasser, après des négociations « très délicates et assez dures » avec les Glaceries de Saint-Roch63. Il en est de même de Corhart, racheté à Saint-Roch et à la DELOG en 1952 et rebaptisé Corhart-Magmalox, puis, en 1957, de Glaswatte où Saint-Gobain reprend les parts de la famille Hager. Seules les Verreries de Saint-Ingbert restent à la périphérie du groupe VEGLA, même après le retour économique de la Sarre à l’Allemagne en 1959 : Saint-Gobain y cède quelques années plus tard la moitié de sa part, soit 33 % du capital, aux Glaceries de Saint-Roch, puis confie le reste à sa holding suisse, Saint-Gobain International. Enfin, en 1961, Corhart-Magmalox est détaché du groupe VEGLA et rapproché d’une autre filiale française, Electroréfractaire. Toutefois, à ces deux dernières exceptions près, on peut estimer que le groupe VEGLA a, en vingt ans, considérablement accru sa cohésion interne.

55Surtout, les VEGLA ont bénéficié de multiples créations nouvelles et acquisitions : en 1951, Thermolux Glas, fondé avec la DETAG pour la fabrication de panneaux revêtus d’un voile en fibre de verre permettant isolation thermique et diffusion de la lumière ; en 1952, Glas- und Spiegelmanufaktur N. Kinon, un fabricant de verre feuilleté possédant une longue tradition de recherche, créateur du verre Triplex ; en 1957, GEVETEX, créé en association avec les Gerresheimer Glashüttenwerke, issu de la communauté d’intérêts existant entre les deux groupes depuis neuf années pour la production de verre textile ; en 1961, Grünzweig und Hartmann, grosse entreprise de confection et de pose de matériaux isolants en tous genres, de la laine minérale aux panneaux de liège et des résines artificielles à la mousse synthétique ; en 1962, Südglas Klump und Arretz, fabricant de verres spéciaux ; en 1963, Deutsche Kap-Asbest et Oscar Gossler Isolier GmbH, firmes productrices de matériaux d’isolation dont l’acquisition confirme l’intérêt des VEGLA pour l’ensemble de ce secteur ; en 1966, MAIGLA (Mannheimer Isolierglas GmbH), fondée avec le groupe Schalke pour la production de panneaux Thermoplane, et Glasfaser, qui reprend avec des moyens accrus les activités de Glaswatte dans la fibre d’isolation ; en 1967, Sonnenprismenglasbau Hettmer, un petit fabricant de verres optiques… Pratiquement chaque année, ont lieu de nouvelles créations ou rachats. Encore faudrait-il compléter cette longue liste par les agences commerciales qui vendent en Allemagne ou à l’étranger les produits du groupe, les sociétés qui assurent le lancement de certaines technologies nouvelles, comme Erste Deutsche Floatglas GmbH & Co., les organismes de prévoyance qui gèrent au profit du personnel les caisses de secours et oeuvres sociales, souvent anciens au demeurant, puisque le premier d’entre eux a été fondé dès 1927. En ne tenant compte que des participations industrielles, la valeur du portefeuille détenu par Saint-Gobain en Allemagne, à prix courants, a plus que décuplé en vingt ans. En raisonnant à prix constants, le coefficient de multiplication atteint 8,4, une valeur moindre, mais qui reste toutefois considérable.

Tableau 5. Les participations industrielles de Saint-Gobain en Allemagne

Tableau 5. Les participations industrielles de Saint-Gobain en Allemagne

56Outre le gonflement de ses participations, la Compagnie procède durant toute la période en Allemagne à des investissements industriels massifs et effectue de lourds amortissements. Dans le bilan annuel des VEGLA, les postes « Constructions nouvelles », « Amortissements » et « Participations » évoluent comme suit.

  • 64 Bilans annuels des VEGLA, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/4 à 13 et CSG 00043/186 et 187.

Tableau 6 et graphique 2. Effort financier des VEGLA de 1948 à 197064

Tableau 6 et graphique 2. Effort financier des VEGLA de 1948 à 197064

(Bilans au 31 décembre de chaque année, sauf de 1959 à 1965, où il s’agit des bilans au 30 novembre).

57En monnaie constante, l’effort financier de Saint-Gobain en Allemagne a été multiplié par 7,4 en vingt ans, si l’on se limite aux années 1950-1970. Encore cette croissance est-elle légèrement sous-estimée, car, pour la période allant de 1959 à 1965, nous avons dû remplacer les bilans de fin d’année, que nous n’avons pu retrouver, par ceux établis à la fin du mois de novembre. La répartition de cet effort entre les investissements nouveaux, les amortissements et l’augmentation des participations tend à se modifier. Alors que, durant les années 1950, la troisième composante est généralement largement inférieure aux deux premières, un rééquilibrage se produit ensuite. En 1961, année d’acquisition de Grünzweig und Hartmann, mais aussi en 1966 et 1970, l’augmentation annuelle des participations dépasse le montant des sommes consacrées aux immobilisations nouvelles et aux amortissements. L’évolution est caractéristique : d’abord simple structure de gestion d’un patrimoine industriel hérité du xixe siècle, les VEGLA deviennent, au sein de la Compagnie, un véritable ensemble autonome qui s’appuie davantage sur son réseau de participations que sur les usines qui lui ont été confiées.

  • 65 Compte rendu de la séance tenue par le comité à Aix-la-Chapelle, 28 avril 1948, Archives Saint-Gob (...)

58Le financement de cet effort financier incombe essentiellement aux VEGLA elles-mêmes. Autorisées par la maison mère à conserver une large partie de leurs bénéfices annuels sous forme de réserves, elles pratiquent en toute autonomie une stratégie d’autofinancement qui résulte de l’interdiction longtemps maintenue par les pouvoirs publics de transférer des devises hors d’Allemagne et du choix volontairement fait par les dirigeants du groupe. Dès avril 1948, venus à Aix-la-Chapelle pour la première réunion du comité des Affaires d’Allemagne depuis la fin de la guerre, trois représentants de la direction générale des Glaceries, René Grandgeorge, Henri Saint-Mieux et Albert Lecron, insistent auprès de Jean-Louis Schrader, directeur général des VEGLA, sur « l’obligation absolue de financer tous les travaux sur les seuls bénéfices des usines »65.

  • 66 Voir infra, première partie, chapitre III, II-C.
  • 67 Rapport d’activité du Groupement III, 1953, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/61.
  • 68 Note présentant le programme d’investissement de la Compagnie, juin 1953, Archives du Crédit Lyonn (...)

59Pourtant le caractère massif de l’investissement réalisé en Allemagne durant ces années implique parfois un recours au crédit bancaire. À plusieurs reprises, les VEGLA doivent s’endetter auprès des banques. Les bilans, malheureusement, n’indiquent pas dans quelles proportions exactes, car ils ne comportent jusqu’en 1963 qu’un poste global « Dettes en banque » dont on ignore l’échéance et l’affectation précises. Du moins d’autres documents permettent de savoir qu’il s’agit en général des banques allemandes. On y reviendra plus loin66. Bornons-nous à signaler ici que ce recours au crédit bancaire inquiète les dirigeants du siège parisien, soucieux de l’alourdissement excessif des charges financières de la filiale allemande. Ils n’interviennent cependant pas directement dans les décisions prises par Aix-la-Chapelle, préservant son autonomie de gestion. Ce n’est que lorsque les besoins des VEGLA dépassent les moyens des banques allemandes finançant leur activité commerciale courante que la demande suscite une intervention directe du siège parisien. Mais il n’est guère plus aisé de savoir pour quels montants. Lorsque la Compagnie sollicite l’aide des banques, que ce soit en France ou dans d’autres pays, requérant une ouverture de crédit ou projetant de lancer un emprunt obligataire, elle présente sa demande dans un cadre général, et non pour faire face à des besoins particuliers. Par exemple, en 1953, Jean- Louis Schrader insiste auprès de la direction générale des Glaceries sur l’urgence de nouveaux investissements pour combler une insuffisance de production qui « ne pourra se prolonger longtemps sans susciter l’avènement de nouveaux producteurs, dont l’audacieuse initiative se verrait récompensée à notre détriment »67. Cette mise en garde coïncide avec la démarche qu’effectue au même moment le directeur financier de la Compagnie auprès du Crédit Lyonnais pour un programme d’investissement de deux ans. Mais ce dernier est justifié en termes généraux : volonté de « maintenir les positions [de la Compagnie] sur le marché mondial, et aussi [son] avance technique », souci de préserver les intérêts de « l’industrie française […] sur les marchés d’exportation »68. Rien ne permet ici d’attribuer le recours à la banque à la croissance spécifique des activités outre-Rhin.

60Cette évolution spectaculaire des investissements en Allemagne est-elle partagée par d’autres groupes verriers français ? On ne sait. Du moins trou-ve-t-on au fil des dossiers conservés par Saint-Gobain quelques indications sur les partenaires des VEGLA. Parmi eux, se détache le cas de la DELOG, à la fois concurrente des VEGLA dans la fabrication du verre à vitre et associée à elles dans des affaires communes, comme la DETAG avant-guerre ou la société Corhart jusqu’en 1952.

  • 69 Note du service des Affaires d’Europe centrale, direction générale des Glaceries, 23 juin 1955, Ar (...)
  • 70 Notes sur la DELOG, direction des Finances extérieures, 1968, CSG 182, dossiers 9-17 (cote proviso (...)

61Installée au coeur de la Ruhr, à Gelsenkirchen, la DELOG s’est vue reconnaître par des accords de cartel signés en 1928 entre les producteurs allemands de verre à vitre 40 % du marché national, autant que la DETAG, deux fois plus que les modestes 20 % accordés à la REZAG, la filiale des VEGLA. Au milieu des années 1950, elle entreprend la production de verre Sekurit, ayant pour ce faire obtenu licence de Saint-Gobain. Dans ce cadre, elle édifie une deuxième usine à Wesel, en un site particulièrement bien choisi, « au confluent du Rhin et du canal latéral de la Lippe, d’où une garantie pour des possibilités de transport rentable […], dans une position d’approvisionnement favorable, car le sable vient de Halken (Westphalie) et les autres matières premières de Rheinberg »69. En 1967, son dynamisme est encore accru par une prise de participation importante (35,5 %) dans le capital d’une ancienne société de charbonnages devenue holding financier, la Bergwerkgesellschaft Dahlbusch. C’est le moyen pour la DELOG de pénétrer deux ans plus tard dans le capital de la DETAG, grâce à une prise de participation de 28 %. Antoine Riboud, président de BSN (Boussois-Souchon-Neuvesel), le deuxième groupe verrier français depuis la fusion survenue entre la Compagnie de Boussois et la société Souchon-Neuvesel, accède alors au conseil de surveillance de la DELOG où il remplace Hermann Josef Abs, grande figure du monde patronal allemand d’après-guerre, alors à la fin de son mandat de président de la Deutsche Bank70. Puis, en 1970, la DELOG et la DETAG se rassemblent pour donner naissance au groupe Fachglas, lui-même revendu en 1979 au Britannique Pilkington, lorsque BSN, tirant les conséquences lointaines de son OPA manquée sur Saint-Gobain, décide de liquider ses participations verrières en France et dans le monde.

62Toutes ces transformations montrent le dynamisme dont font preuve les grands groupes verriers français en Allemagne, tant en ce qui concerne les investissements industriels que les prises de participation. Le trouve-t-on au même degré dans le troisième secteur qui, traditionnellement, illustre la présence des entreprises industrielles françaises en Allemagne, celui de l’industrie textile ?

  • 71 Lettre de Lazare Carnot, du CTA, au CGAAA, 8 novembre 1948, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 6. Sur les (...)

63On y recense en effet plusieurs initiatives de la part de firmes présentes en Allemagne bien avant 1945. Ainsi, en juillet 1948, n’ayant pu convaincre ni Dunlop-France ni Kuhlmann de reprendre la société de gestion chargée de remettre en marche l’usine de fibres artificielles de Rottweil, les pouvoirs publics enregistrent avec satisfaction l’acceptation du Comptoir des textiles artificiels (CTA), à hauteur de 47 % du capital. Les deux autres principaux actionnaires sont la Deutsche Rhodiaseta, pour 10 %, et la Schwäbische Zellstoff, pour 25 %. Les intérêts français, directement ou indirectement, contrôlent donc largement l’affaire. Pour présider son conseil de surveillance, le choix se porte sur Michel Labbé-Laurent qui, on le sait, dirige la Schwäbische Zellstoff. La part du CTA dans le capital de la Rottweiler Kunstseidenfabrik s’abaisse bientôt, car l’Office des changes empêche quelques mois plus tard de transférer à temps les fonds nécessaires pour participer à une augmentation de capital. Mais il est probable que la situation se rétablit ensuite puisqu’en 1961, lors de la restructuration de Rhône-Poulenc sous forme de holding, la Rottweiler Kunstseidenfabrik figure toujours dans le tableau des participations du groupe Gillet pour 48,9 % du capital. Bientôt la firme perdra son autonomie, étant absorbée en 1968 par la Deutsche Rhodiaseta. Cette « remise en ordre » des filiales étrangères de Rhône- Poulenc, contemporaine de mesures analogues prises au Brésil, en Argentine, en Italie, montre le souci des dirigeants du groupe de gérer leurs participations allemandes dans le cadre d’une politique conçue à l’échelle mondiale71.

  • 72 Voir sur ce point Philippe Verheyde, Les mauvais comptes de Vichy : l’aryanisation des entreprises (...)
  • 73 Dossier Gillet-Thaon, 9 septembre 1954, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 751. Sur les débuts d (...)
  • 74 Lettre de Gillet-Thaon au service du Contrôle des biens et des participations étrangères, GMZFO, s (...)

64À une échelle plus modeste, une autre branche du groupe Gillet, Gillet-Thaon, issue des Blanchisseries et teintureries de Thaon, entreprise vosgienne de blanchiment et d'apprêts pour textiles passée en 1932 sous le contrôle des intérêts lyonnais, souhaite dès l'immédiat après-guerre investir des capitaux dans une entreprise allemande. Il s'agit de la Manufacture Koechlin, Baumgartner & Cie (KBC), vieille firme fondée en 1856 à Lörrach, près de Bâle, par des capitaux alsaciens, puis acquise par les Blanchisseries de Thaon en 1928. KBC a été menacée de « germanisation » en 1942, par suite du « chantage » des autorités d'occupation qui en faisaient une monnaie d'échange pour leur consentement à la reprise par le groupe Gillet-Thaon de la Société cotonnière du Nord et de l'Est, une firme soumise à aryanisation convoitée par plusieurs groupes français72. Depuis 1945, KBC est étroitement contrôlée par les Lyonnais. C'est d'ailleurs l'un des membres du groupe Gillet, Marc Chatin, qui en préside le conseil de surveillance au milieu des années 195073. Selon les dirigeants de la maison mère, présentant leur demande aux pouvoirs publics afin d'obtenir un financement en dérogation à la réglementation des changes en vigueur, le projet consiste à « allier d'une façon permanente les possibilités de Paris en matière de création de collections, de liaisons commerciales avec l'étranger, d'information et de direction générale, à la technique et aux ressources en main d'oeuvre de l'usine KBC de Lörrach »74.

  • 75 Alain Jemain, Michelin…, op. cit., p. 268. Nous n’avons pas d’autres renseignements sur ces créati (...)
  • 76 Note sur le groupe Monsavon-L’Oréal, 5 juillet 1951, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 853/1, (...)
  • 77 Handbuch der Grossunternehmen, Darmstadt, Verlag Hoppenstedt und Co., 3 vol., éd. 1968.

65Quant aux autres firmes déjà implantées en Allemagne avant-guerre, on ne dispose sur les investissements qu'elles réalisent durant la période que de renseignements plus sommaires encore. Dans l'industrie du pneumatique, Michelin ajoute à son usine de Karlsruhe plusieurs nouveaux centres de production : Bad Kreuznach en 1966, Bamberg, Trèves et Hambourg en 197175. Dans la grande consommation, certains groupes consentent des efforts financiers importants pour y développer leurs activités. L'Oréal, parmi ses nombreuses filiales étrangères, ne néglige pas l'outre-Rhin, où il était déjà présent avant 193976. Gervais-Danone ouvre en 1966 à Cologne une usine qui produit à la fois des yaourts et des dérivés de la caséine. Cette installation complète les avoirs détenus par la filiale allemande du groupe, Ch. Gervais AG, dont le siège se trouve à Munich. À la fin des années 1960, avec un capital de 10 millions de DM, celle-ci réalise 174 millions de DM de chiffre d’affaires et emploie près de 1 200 salariés77. C’est dire l’importance que représente cette implantation. Finalement, quelle que soit l’entreprise considérée, pour tous ces cas qui correspondent à un établissement en Allemagne plus ou moins lointain, qu’il remonte au milieu du xixe siècle ou qu’il date seulement de l’entre-deux-guerres, les années 1949-1969 sont marquées par un phénomène commun : l’essor des filiales de production.

C. L’APPARITION DE NOUVELLES IMPLANTATIONS

66Dans d’autres secteurs, qui correspondent essentiellement à l’industrie des engrais, à la chimie, au pétrole, à la métallurgie de l’aluminium, les implantation en Allemagne ne se développent qu’après 1945.

67Après la multiplication quelque peu désordonnée des créations nouvelles à laquelle on avait assisté dans les semaines précédant la réforme monétaire de juin 1948, la période ultérieure permet une consolidation et un développement selon un rythme soutenu. On l’observe, tant pour les groupes qui ne s’établissent en Allemagne pour une durée temporaire que pour ceux qui entendent bien y rester de manière durable.

1. Les implantations passagères

68Certains groupes ne conservent d’implantation allemande que durant quelques années. Il s’agit pour eux d’atteindre des objectifs ponctuels, importants certes dans leur stratégie d’ensemble à tel ou tel moment, mais qui ne justifient pas le maintien d’une présence durable outre-Rhin. Le cas des deux filiales fondées par la Société commerciale des potasses d’Alsace (SCPA) est éclairant à cet égard.

  • 78 D’abord en tant que chef du service de la Sidérurgie à la direction des Mines et de la Sidérurgie, (...)

69La SCPA, on l’a vu, a créé Saralsa, de concert avec l’administration-séquestre des Aciéries Röchling, en novembre 1947, puis loué pour cinq ans à la Preussag l’exploitation du gisement de potasse de Buggingen, dans le Pays de Bade, en avril 1948. La première de ces initiatives n’est pas seulement due à la volonté d’assurer l’approvisionnement en engrais composés des agricultures de l’Est de la France et de la Sarre. Elle s’explique aussi par d’autres raisons, déterminantes pour comprendre l’évolution ultérieure de Saralsa. Mélanger de la potasse aux scories de déphosphoration issues des aciéries Thomas représente une opération techniquement très élémentaire qui nécessite seulement quelques moulins et installations de stockage. La SCPA pourrait y procéder en France même, en Alsace ou ailleurs, à proximité d’une aciérie utilisant le procédé Thomas. Elle a d’ailleurs entamé des pourparlers dans ce but avec plusieurs sociétés lorraines, les Aciéries de Longwy notamment. Mais ses projets sont contrecarrés par la présence d’un autre comptoir de vente, la Société nationale des scories Thomas (SNST), qui a reçu des pouvoirs publics le monopole de la distribution en France des scories de déphosphoration. La SNST bénéficie de l’appui déclaré du ministère de l’Industrie et des hauts fonctionnaires qui y sont chargés de la tutelle de la sidérurgie, Albert Bureau, puis, à partir de 1949, Albert Denis. Ce dernier, qui conserve son poste jusqu’en 196878, connaît d’autant mieux le dossier Saralsa qu’il a auparavant dirigé les services de la Production industrielle en Sarre. Disposant d’un droit de veto sur tout contrat de vente de scories qui ne respecterait pas ce monopole, les deux hommes entendent bien faire bénéficier de cette réglementation l’ensemble de la profession sidérurgique, par la redistribution entre les groupes des profits réalisés par la SNST, au prorata de la tonne d’acier Thomas produite.

70Dès lors, s’éclaire la décision des dirigeants de la SCPA d’implanter en Sarre une installation produisant des engrais composés, tout comme leur hâte à en précipiter la création. Il s’agit pour eux, en s’installant au-delà de la frontière, d’échapper au monopole de la SNST et de pouvoir s’approvisionner en scories de déphosphoration en toute indépendance. Or, pour cause de lenteurs administratives, ils n’ont pas réussi à lancer Saralsa avant le rattachement de la Sarre à l’espace économique français. Du moins, puisque le principe de cette création a été approuvé par l’administration, s’efforcent-ils de conclure avec leurs partenaires forcés de la SNST une entente aux meilleures conditions possibles.

  • 79 Compte rendu de la rencontre à la direction de la Sidérurgie, 5 novembre 1947, Archives SCPA, CERA (...)

71Pour concilier les deux points de vue, il faut l’intervention personnelle d’Albert Bureau. C’est au ministère de l’Industrie, à Paris, qu’un accord est conclu entre le directeur général de la SCPA, Alfred Ourbak, et celui de la SNST, en novembre 1947, la veille même de la fondation de Saralsa. Les dispositions en semblent équilibrées. La SNST accepte d’apporter une aide financière à la SCPA pour la construction en France d’installations d’engrais composés, tandis qu’en contrepartie, la SCPA s’engage à acheter en dehors des Aciéries de Völklingen une partie des scories Thomas nécessaires, et à envisager pour l’avenir l’entrée de la SNST dans le capital de Saralsa79.

72Les préventions demeurent toutefois fortes de part et d’autre. Pour les dirigeants de la SCPA, fiers de remplir, depuis la fondation de leur firme en 1919, une mission de service public, la SNST, émanation de groupes sidérurgiques capitalistes, ne représente que « des intérêts commerciaux privés ». L’aide financière que la SNST est susceptible de leur fournir pour réaliser des installations de mélange de scories potassiques est certes précieuse. Dès ce moment en effet, ils envisagent d’en créer dans des sites portuaires comme Strasbourg, Nantes, Rouen et de les doter de capacités de production très supérieures à celles du projet sarrois. Mais ils diffèrent la promesse d’ouvrir le capital de Saralsa à la SNST, entendant y rester seuls maîtres à bord. De même, ils conservent à leur société la distribution exclusive des scories potassiques produites à Völklingen, sur laquelle est perçue une commission de 3 %.

  • 80 Lettre d’Albert Bureau au chef de la section Sidérurgie, direction de la Production industrielle, (...)
  • 81 Lettre de Delacote, directeur général adjoint de la SCPA, à Albert Denis, directeur de la Producti (...)

73L’intérêt final de l’opération dépend cependant évidemment du prix auquel seront vendues les scories potassiques produites par Saralsa. La fixation de celui-ci relevant des pouvoirs publics, la SNST retrouve ici des moyens de pression non négligeables. Acquise à ses vues, la direction des Mines et de la Sidérurgie souhaite que le prix soit établi au plus haut niveau possible. La SNST pourra alors elle-même approvisionner Saralsa en scories Thomas à des prix élevés et les firmes sidérurgiques bénéficieront en retour d’« une recette substantielle qui permettra d’abaisser le prix de l’acier »80. La SCPA, au contraire, entend vendre à bas prix, pour tenir compte des intérêts agricoles présents à son conseil, soit par l’intermédiaire des fédérations de coopératives, soit par celui du ministère de l’Agriculture. Mais, là encore, l’affaire se complique. Il ne s’agit pas, pour les tonnages vendus en Sarre, de pratiquer des prix trop faibles : en avantageant les agriculteurs sarrois, on mécontenterait ceux d’Alsace et de Lorraine, les « vieux clients » de la SCPA81. Quant à l’administration-séquestre de Röchling, qui a aussi son mot à dire, en tant que partenaire de la SCPA dans le capital de Saralsa, elle se montre soucieuse de valoriser ses propres productions et rejoint donc le point de vue de la SNST sur les prix de facturation, ne partageant pas l’opinion de son associée.

74La voie est donc difficile à tracer pour Saralsa. Durant la dizaine d’années où elle reste sous contrôle de la SCPA, la firme connaît toutefois une nette expansion de ses ventes sur le marché français. Elle n’y livrait que 21 000 tonnes de scories potassiques lors de la campagne 1948-1949. Dix ans plus tard, avec 81 000 tonnes, elle a pratiquement quadruplé ses fournitures.

  • 82 À titre anecdotique, on peut citer la réaction du directeur général de la SCPA, Alfred Ourbak, à l (...)

75Quant à la Badische Kaligesellschaft, qui exploite le gisement de potasse de Buggingen, elle est surtout pour les dirigeants de la SCPA un moyen de tester l’attitude de leurs partenaires allemands dans un contexte qui remet en cause la cartellisation longtemps pratiquée par les producteurs des deux pays. Ils retrouvent en effet des interlocuteurs dont ils ont pu apprécier de longue date les réactions et les personnalités. C’est le même homme, Thomas, qui, jusqu’à sa mort en 1950, dirige la Kaliverkaufsstelle tout comme il dirigeait avant la guerre le Kalisyndikat82. Mais cette permanence signifie-t-elle que les grands konzerns allemands pourront pratiquer la même politique ? La volonté de libre concurrence proclamée par les Etats-Unis et par les milieux dirigeants de la future République fédérale ne les incitera-t-elle pas à se montrer prudents ? De même, les dirigeants de la SCPA s’interrogent sur la nature des relations qu’ils s’apprêtent à renouer avec leurs interlocuteurs : concurrence ou partage des marchés ? confrontation ou reconstitution des ententes passées ? La fondation de la Badische Kaligesellschaft, en contraignant les partenaires allemands à prendre position, permet de lever ces incertitudes. Ses objectifs, limités en apparence, sont en fait importants pour la stratégie d’ensemble du groupe.

  • 83 Brochure commémorative, en allemand, intitulée Kalisalzbergwerk Buggingen, sd (1953), 328 p. illus (...)
  • 84 Voir infra, deuxième partie, chapitre IV, II-C.

76Or, en cinq années, durée prévue par la convention d’amodiation qui lui confie l’exploitation du gisement, la filiale de la SCPA parvient à d’appréciables résultats. La production de potasse de Buggingen passe de 29 000 à 65 000 tonnes, soit un coefficient de progression de 2,2, presque équivalent à celui de l’ensemble des gisements allemands durant la même période (2,8). Sous l’impulsion d’un directeur-gérant énergique, Camille Paoli, les installations, sorties de la guerre très endommagées, sont modernisées et les rendements augmentés. En 1953, au moment où elle s’apprête à restituer l’exploitation du gisement à ses propriétaires, la société emploie 783 ouvriers, contre 190 seulement en 1945. Elle a construit pour son personnel des logements sociaux et une salle de repos, qu’inaugurent en grande pompe les autorités locales, en présence des ministres des Finances et du Travail du Land de Baden-Wurtemberg et du président de la fédération locale du Deutscher Gewerkschaftsbund. Les discours prononcés à cette occasion souhaitent « qu’une coopération étroite soit aménagée entre France et Allemagne dans le domaine de la potasse, comme elle existe aujourd’hui pour le charbon et l’acier » et espèrent que « le modèle de coopération réalisé durant ces dernières années à Buggingen contribuera à une durable compréhension entre les deux peuples »83. Formules convenues ? Peut-être, mais sans doute aussi signe que cette création aux objectifs limités a connu une réussite non négligeable, même si, pour des raisons sur lesquelles on reviendra, la SCPA a été par la suite amenée à s’en séparer84.

  • 85 Lettre des Fabriques de produits chimiques de Thann et Mulhouse à la direction générale de l’Econo (...)

77D’autres exemples de créations éphémères peuvent être signalés. L’un ressort de la grande industrie chimique minérale. Il concerne les Fabriques de produits chimiques de Thann et Mulhouse. Issu d’une fabrication d’acide sul-furique lancée au début du xixe siècle par la famille de chimistes et industriels alsaciens à laquelle appartint le président du Sénat Auguste Scheurer - Kestner, ce groupe s’est rapproché de la Compagnie de Saint-Gobain depuis 1927. C’est un important producteur d’oxyde de titane, base de multiples fabrications en chimie fine, en particulier pour les peintures et laques, ainsi que de sels de potasse, pour lesquels a été fondée une filiale, Potasse et produits chimiques (PPC). Cette dernière participe en 1934 à un accord partageant les marchés d’exportation conclu entre producteurs français (Thann et Mulhouse, Kuhlmann, Bozel-Malétra) et allemands (six firmes regroupées dans Elektrochemische Produkte GmbH). Les relations des Fabriques de Thann et Mulhouse avec l’Allemagne sont donc anciennes et, peut-être, un certain désir de revanche anime-t-il leurs dirigeants car, durant la période d’annexion forcée au Reich en 1940-1944, la firme a été placée sous le contrôle d’IG Farben qui a fait main basse sur ses brevets et participations et envisageait de la liquider totalement. En 1949, elle prend une participation de 30 000 DM dans le capital de la Niob Bergbau Kaiserstuhl, une société minière fondée pour l’exploitation d’un gisement de niobium, métal utilisé en sidérurgie pour la fabrication d’aciers spéciaux et dans l’électronique, pour la construction des radars. Distant de la ville de Thann de quelques dizaines de kilomètres seulement, ce gisement appartient au Land de Bade. Les autorités locales, après débat au Landtag, acceptent de conclure avec la firme alsacienne un accord apparemment très avantageux pour les intérêts français. La production du gisement est réservée aux Fabriques, qui ont sur elle un droit d’achat préférentiel à un prix de faveur qui ne saurait dépasser celui consenti à tout autre acheteur. Les Fabriques obtiennent également un pourcentage minimum de 70 % du bénéfice annuel d’exploitation, selon des dispositions méritant le qualificatif de « léonines », car elles ne possèdent que 30 % du capital de la Niob Bergbau. L’exploitation démarre deux ans plus tard. Elle est essentiellement destinée à une valorisation en France, au profit, non seulement des Fabriques de Thann et Mulhouse, mais aussi de la Compagnie de Saint-Gobain85. Mais il s’agit ici davantage, il est vrai, de l’exploitation d’une richesse naturelle que d’un véritable investissement industriel et celle-ci s’arrêtera dès 1953, par manque de rentabilité.

2. Les implantations durables

  • 86 Lettre de la Compagnie des phosphates du Dyr au service du Contrôle des biens et participations fi (...)

78D’autres groupes, par contre, cherchent à s’installer en Allemagne dans une perspective de long terme et y restent présents encore à la fin des années 1960, au moment où s’achève notre étude. Ils ressortent parfois des mêmes secteurs que ceux qui précèdent. Dans l’industrie des engrais, on observe deux initiatives précoces. La première émane de la Compagnie des phosphates du Dyr, une société minière qui exploite en Ille-et-Vilaine un gisement de plomb et de zinc et valorise depuis plusieurs années sa production, ce qui l’amène à s’intéresser à l’industrie chimique et pharmaceutique. Cette société conclut en 1948 avec deux laboratoires allemands, Knoll à Ludwigshafen et Boehringer à Ingelheim, près de Mayence, un accord à contenu conditionnel : en cas d’attribution à la France de leurs équipements au titre des réparations, les partenaires allemands octroieraient à la Compagnie des licences de fabrication sur leurs spécialités ; en cas inverse, ils signeraient avec elle une entente commerciale et financière de portée générale86.

  • 87 Rapport de la Société tunisienne de l’hyperphosphate Reno au service du Contrôle des biens et part (...)
  • 88 Lettre de Loriette, représentant des Potasses d’Alsace à Baden-Baden, à Alfred Ourbak, 21 novembre (...)

79Une autre entreprise minière, la Société tunisienne de l’hyperphosphate Reno, fonde dès 1947 une filiale, la Deutsche Hyperphosphat Reno, en collaboration avec un fabricant d’engrais phosphatés, la Chemische Fabrik de Budenheim. Elle fournit ainsi au Comptoir des phosphates nord-africains, dont elle est membre, « un débouché de premier plan pour les phosphates à bas titre de notre Afrique du Nord qui vont avoir de plus en plus de difficultés à lutter contre la concurrence internationale »87. Ce projet concurrençant directement Saralsa, les dirigeants de la SCPA songent un moment à le contrer en envisageant un rapprochement entre la Deutsche Hyperphosphat Reno et la Badische Kaligesellschaft, pour fabriquer en Allemagne une nouvelle catégorie d’engrais composés, à partir du mélange de la potasse de Buggingen et des phosphates d’Afrique du Nord. Ils y renoncent rapidement cependant, pensant qu’il n’y aurait pas de place pour « deux usines demi-françaises à 250 km de distance »88. La Deutsche Hyperphosphat Reno poursuit donc seule son expansion. Toujours est-il que la multiplication des initiatives dans ce secteur témoigne au lendemain de la guerre d’un intérêt certain pour le marché allemand de la part des firmes françaises concernées.

  • 89 « Rapport sur les intérêts français en Allemagne dans les carburants », sous-comité des Carburants (...)

80Il en est de même du développement des intérêts français dans l’industrie du pétrole. Au lendemain de la Première guerre mondiale, des capitaux français avaient, dans le cadre des traités de paix, repris d’anciennes concessions allemandes en Roumanie, donnant ainsi naissance à plusieurs sociétés. Parmi elles, l’une des plus importantes était la Société française des pétroles de Silva Plana. Gérant d’anciens biens allemands, elle détenait aussi des avoirs outre-Rhin, par l’intermédiaire d’une filiale, l’AG fur Mineralölprodukte (MILAG), qui contrôlait 2 % du marché de l’essence et possédait ses propres installations de stockage et de distribution, approvisionnées en pétrole brut dans le cadre d’un contrat à long terme conclu avec l’Omnium français des pétroles. En 1935-1936, lors de la mise en place de l’économie de guerre nazie, Silva Plana avait été dépossédée de ses avoirs, ne parvenant à conserver qu’une firme de négoce, la Deutsche Überseeische AG (DUPAG), avec des installations de stockage d’environ 25 000 tonnes dans le port de Hambourg, mais sans aucun droit à quota dans la distribution. Quant aux avoirs possédés par Silva Plana en Roumanie, ils avaient dû être cédés à des capitaux allemands en 194189.

  • 90 Télégramme de Marcel Paul, ministre de la Production industrielle, au CGAAA, transmis par ce derni (...)

81En 1945, la présence française dans l’industrie du pétrole en Allemagne est donc extrêmement limitée. Pourtant ce sont ces deux groupes, Silva Plana et l’Omnium français des pétroles, qui, dès le mois de juin, interviennent auprès de l’administration pour reprendre place sur le marché allemand. Au bout d’un an et demi, ils finissent par obtenir la mise sous séquestre de onze firmes de distribution et de raffinage, de taille modeste il est vrai, car la plupart des groupes allemands présents dans ce secteur ont leur siège social en zone britannique90. Parmi elles, se trouve une société, la NITAG, qui n’est autre que l’ancienne MILAG, « germanisée » en 1935-1936. Silva Plana et l’Omnium français des pétroles tentent vainement d’éviter qu’elle ne passe sous contrôle anglo-saxon, par l’intermédiaire d’Olex, la filiale allemande de l’Anglo- Iranian Company. Mais, après ce premier échec, c’est à une véritable stratégie d’implantation que l’on assiste, conduite essentiellement par l’Omnium français des pétroles.

  • 91 Note du directeur des Carburants à l’ingénieur en chef chargé de la Coordination industrielle, min (...)
  • 92 Sur ces réalisations, voir Raymond G. Stokes, Opting for oil. The political economy of technologic (...)

82Le groupe récupère d’abord les anciens droits sur la NITAG et sa firme de négoce DUPAG, rachetés à Silva Plana en toute propriété. Il la transforme en Omnipetrol (GmbH für Mineraölverwertung) et l’encourage à s’implanter dans toute l’Allemagne méridionale, en concluant des affaires de raffinage et de distribution, sans d’ailleurs s’interdire de pénétrer dans le reste du pays. Puis, en 1949, à l’occasion d’un contrat de raffinage à façon conclu avec la BASF (Badische Anilin- und Sodafabrik), l’Omnium français des pétroles « marque son désir de s’intéresser à la raffinerie de Ludwigshafen-Oppau […] dans le cas où [elle] ne serait pas réclamée au titre des réparations »91. Il s’agit moins de racheter cette installation, au demeurant ancienne et de faible capacité (30 000 tonnes annuelles), que de construire sur le même site une raffinerie moderne de grandes dimensions, en partenariat avec la BASF qui utiliserait les gaz pour la chimie des pétroles, tandis que l’Omnium commercialiserait les produits raffinés. Des raisons inconnues ayant différé la réalisation de ce projet, l’Omnium se tourne vers une autre installation, l’ancienne usine d’essence synthétique d’Oberhausen appartenant à la Ruhrchemie AG. Sa reconstruction et sa reconversion vers le raffinage du pétrole brut acheminé depuis Rotterdam permettraient au groupe français d’y réaliser ce que, de leur côté, Shell et Standard Oil ont fait ou s’apprêtent à faire dans des installations similaires, à Wesseling près de Cologne et à Gelsenberg, en collaboration avec les grands konzerns de l’industrie chimique allemande92.

  • 93 Lettre du chef de division adjoint de la Production industrielle, HCFA, au CGAAA, 6 décembre 1949, (...)

83Le projet est triplement significatif. Par sa localisation d’abord : il se situe d’emblée au coeur de la Ruhr, loin de la ZFO. Par son contenu ensuite : il repose sur l’emploi des méthodes les plus modernes de cracking catalytique mises au point aux Etats-Unis. Par sa portée enfin : il tend explicitement à rivaliser avec les grandes compagnies anglo-saxonnes et peut comporter de multiples retombées industrielles dans toutes sortes de domaines. On conçoit que les hauts fonctionnaires consultés, en tout premier lieu le chef du service des Affaires économiques et financières au CGAAA, Roger Bloch, et le conseiller économique et financier en Allemagne, Paul Leroy-Beaulieu, s’y montrent hautement favorables93. Mais la mise de fonds exigée est énorme : 6 millions de DM. Aussi le groupe réclame-t-il en juin 1950 l’aide de l’Etat, pour financer sa prise de participation au capital de la société qui exploiterait l’installation.

  • 94 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit L (...)

84Ainsi, en étroite liaison avec les hauts fonctionnaires, un groupe pétrolier français du secteur public tente-t-il, en ce début des années 1950, une véritable politique de pénétration outre-Rhin. Son effort se poursuit ensuite. En 1958, l’Omnium français des pétroles est toujours présent en Allemagne par l’intermédiaire d’Omnipetrol. Quant à la CFP, qui absorbera bientôt l’Omnium, elle y possède deux filiales : la Deutsche Total Treibstoff GmbH, une société de distribution au capital de 10 millions de DM, et la Depol Heizöl Import GmbH, une firme de négoce de mazout94.

  • 95 Voir infra, deuxième partie, chapitre IV, II-A.
  • 96 Étude relative au marché allemand, réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 juin 19 (...)
  • 97 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, directeur technique de Cegedur, à l’issue d’une renc (...)

85Une autre implantation durable outre-Rhin concerne, à l’extrême fin des années 1960, Pechiney. Il ne s’agit pas, pour le groupe, de produire de l’aluminium à l’état brut car, après avoir envisagé une installation en Allemagne, c’est un site néerlandais qui sera finalement retenu à cette fin95. Mais, dans le domaine de la transformation, Pechiney souhaite fabriquer sur place une partie des demi-produits qu’il écoule sur le marché allemand. Les raisons sont évidentes. Une usine de transformation permettrait d’économiser les « frais d’approche » qu’une étude interne évalue en juin 1967 à 16 % du prix de vente des produits, essentiellement du fait des frais de transport et de la commission prélevée par le comptoir de vente MEHAKO96. D’autre part, en se rapprochant de la clientèle locale, on éviterait les longs délais d’attente, de l’ordre de deux mois, qui découragent les utilisateurs, alors que les fournisseurs allemands livrent en général à moins d’un mois. Enfin et surtout, le projet d’implantation doit être replacé dans une perspective européenne. La prochaine disparition des barrières douanières à l’intérieur de la CEE laisse prévoir une hausse des importations allemandes sur le marché français à laquelle les dirigeants de Pechiney souhaitent pouvoir riposter. Il faut aussi tenir compte des décisions prises par les groupes du reste de l’Europe. Alusuisse construit dans l’Yonne, à Saint-Florentin, une usine de transformation dont « la première presse [sera] en place fin 1968, une deuxième [étant] prévue fin 1969 ». Il ne serait pas mauvais de contrecarrer cette offensive par « une nouvelle implantation, dans un territoire qui les touche de près »97. Dans ce secteur, les décisions d’investissement se prennent dans un cadre qui dépasse déjà largement le strict domaine bilatéral des relations franco-allemandes.

  • 98 Sur les aspects militaires, voir Gérard Bossuat, « Les armements dans les relations franco-alleman (...)
  • 99 Lettre de Jean-Claude Hornus à Maurice Arlet, directeur général des Ets Forgeai, 28 novembre 1968, (...)
  • 100 Note d’information de Cegedur (apparemment destinée au personnel), mars 1969, Archives Pechiney, 0 (...)

86Toutes ces raisons militent en faveur de la fondation d’une usine qui vienne parachever la stratégie commerciale menée par le groupe en Allemagne. Mais quelles fabrications y effectuer ? On envisage d’abord des produits laminés destinés à la construction aéronautique, dans le cadre de la coopération européenne alors en plein développement, tant dans le domaine civil que militaire98. Il s’agirait d’installer, de concert avec l’Allemagne et, peut-être, le Royaume-Uni, une presse à matricer pour le façonnage des panneaux d’ailes et des nervures destinés au Concorde, à l’Airbus et au Mirage F1 produit par le groupe Marcel Dassault. Des contacts sont pris en novembre 1968 avec le délégué ministériel à l’armement, Jean Blancard, pour savoir à quelles conditions l’État accepterait de subventionner l’opération. Mais la « situation monétaire actuelle » rend la réponse plutôt réservée99. Enfin et surtout, les besoins, en Allemagne, se situent plutôt du côté des produits filés (câbles et profilés divers) que des produits laminés. Alors que les premiers y représentent en 1968 45 % de la consommation de demi-produits, l’offre française est mal adaptée à ces besoins, n’accordant aux produits filés que 19 % de ses fabrications. Pechiney doit combler sa longue négligence dans ce domaine. L’usine allemande sera donc vouée au filage de l’aluminium. Pour son implantation, on choisit la ville de Crailsheim, en Wurtemberg. Ce site est bien desservi par le réseau autoroutier, au point de rencontre entre l’itinéraire nord-sud joignant Hanovre à la frontière autrichienne et l’itinéraire ouest-est allant de Mannheim à Passau. Il est également opportunément situé sur le plan ferroviaire, à la jonction entre les voies ferrées Stuttgart-Nuremberg et Ulm-Würzburg. Enfin il se trouve non loin de quelques gros clients, notamment de plusieurs firmes de menuiserie métallique. L’usine est gérée par une nouvelle filiale, Pechiney Aluminium Presswerk, contrôlée entièrement par le groupe et placée sous la responsabilité de Cegedur. La production n’y démarrera effectivement qu’en 1971100.

87Ainsi, de 1948 à la fin des années 1960, plusieurs entreprises françaises, appartenant à des secteurs très divers, ont augmenté la taille de leurs installations en Allemagne, acquis des participations, fondé des filiales. Le fait est d’autant plus remarquable qu’elles n’avaient parfois aucune tradition de présence dans ce pays. On serait tenté de dire qu’est apparue chez elles une véritable stratégie financière allemande. Justifiée dans plusieurs cas, l’expression est sans doute abusive dans d’autres où les opérations semblent le fruit du hasard ou de l’habileté des dirigeants davantage qu’elles ne relèvent d’un plan préétabli. En tout cas, la multiplication des initiatives outre-Rhin et le double processus de croissance interne et externe qui est alors en oeuvre témoignent d’un dynamisme auquel on ne pouvait guère s’attendre vu la médiocrité du point de départ. En est-il de même dans le domaine de la technologie ?

III. LES TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE

A. LA MULTIPLICATION DES ÉCHANGES DE BREVETS

  • 101 Note de service de la direction des Industries textiles et diverses, ministère de l’Industrie et d (...)

88Lors de l’immédiat après-guerre, les firmes françaises s’étaient montrées intéressées par l’accès aux techniques allemandes et avaient souvent tenté de tirer profit des circonstances nées de la défaite du Reich pour s’approprier des brevets ou des procédés de fabrication, drainer vers la France, à titre temporaire ou définitif, des ingénieurs et des techniciens. Le mouvement ne s’interrompt pas après 1948. Plusieurs exemples en témoignent : les autorités de tutelle continuent à fournir aux entreprises des renseignements techniques et à inciter les spécialistes allemands à venir s’embaucher en France. En sens inverse, de jeunes Français ont la possibilité de se rendre en Allemagne pour s’y initier aux techniques en vigueur. Ainsi, en 1950, le Verein der deutschen Maschinenbauanstalten (VDMA) qui regroupe en Allemagne les fabricants de machines propose au conseiller commercial de France des stages pour de jeunes ingénieurs et élèves dans 32 des 4 000 entreprises qu’il regroupe : machines à coudre, matériel de bureau, machines pour l’industrie textile, machines à bois, toutes les spécialités de la construction mécanique allemande sont représentées101.

  • 102 Lettre du directeur des Industries chimiques, ministère de l’Industrie et du Commerce, au CGAAA, 4 (...)
  • 103 « Je comprends d’autant mieux la tristesse que vous pouvez éprouver que moi-même, en 1940, j’ai su (...)
  • 104 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, président de la BASF, 13 octobre 1953, Papiers Lazard, doss (...)

89On note aussi l’importance, pour ces échanges techniques, du rôle joué par plusieurs savants entretenant des relations privilégiées avec de grandes firmes industrielles, voire même embauchés par elles à titre permanent. Le professeur Léon Denivelle, expert français désigné par la direction des Industries chimiques au ministère de l’Industrie pour élaborer, aux côtés d’un Anglais et d’un Américain, le rapport tripartite sur le démantèlement de l’IG Farben en octobre 1950, n’est autre que le président-directeur général des Fabriques de produits chimiques de Thann et Mulhouse102. Un autre grand chimiste, le professeur Pierre Jolibois, qui enseigne à l’École des Mines de Paris, préside l’administration française de l’IG Farben en dissolution. Il entretient des contacts étroits avec le Dr Reppe, du laboratoire central de Ludwigshafen. Ce dernier lui propose d’ailleurs une sorte de marchandage : la communication des résultats de ses travaux en cours sur la polymérisation de l’éthylène contre une intervention auprès des autorités françaises pour faire repousser d’éventuels démontages. Mais le chimiste français repousse l’offre, en une réponse lourde de sous-entendus103. C’est le professeur Jolibois qui, en 1952, suggère la nomination de Simon Lazard comme membre français du conseil de surveillance de la BASF. C’est également lui qui, un an plus tard, l’introduit à L’Air Liquide, dont il est l’un des administrateurs, sachant que les dirigeants recherchent « une personnalité de premier plan, capable de connaître, d’apprécier et éventuellement de discuter des projets techniques importants »104. Simon Lazard, on l’a vu, remplira ce rôle durant vingt ans en tant qu’ingénieur-conseil.

90Les participants de ces échanges techniques sont donc des savants ou des ingénieurs particulièrement qualifiés. Quel est leur contenu ? Comme tout échange, ils se font sur la base de la réciprocité. Les firmes françaises utilisent des brevets ou procédés de fabrication allemands. Inversement, un nombre croissant de firmes allemandes recourt aux techniques françaises dans leurs fabrications. Voyons d’abord la première face de ces relations.

  • 105 Correspondance relative au voyage d’Alfred Ponte, chef du service des Achats, à Ludwigshafen, 3 fé (...)
  • 106 Compte rendu d’un entretien entre Carl Wurster et Pierre Jouven, 18 janvier 1951 ; notes sur le vo (...)
  • 107 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 17 décembre 1953, Papiers Lazard, dossier BASF/Wurster.
  • 108 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 12 octobre 1956, ibid. Le cas japonais est rendu particulie (...)
  • 109 Lettre de l’ingénieur général Moreau à Simon Lazard, 10 août 1967, Papiers Lazard, dossier BASF/Qu (...)

91Les firmes françaises qui utilisent des brevets et procédés de fabrication allemands appartiennent aux secteurs les plus divers. Dans l’industrie chimique, Pechiney prend contact dès 1950 avec la BASF pour la construction d’un four à carbure de 25 000 kW destiné à son usine de Salindres. Il est significatif d’observer que cet équipement avait déjà été retenu par le groupe sur une liste de matériel à prélever en 1948. Désormais, c’est dans le cadre d’un contrat d’engineering librement conclu avec un partenaire allemand qu’il en envisage la réalisation105. L’année suivante, ses dirigeants reçoivent à Paris Carl Wurster, le président de la BASF, pour examiner avec lui différents domaines dans lesquels une collaboration bilatérale pourrait se développer : carbure de calcium, chlore, nitrile acétylique, styrolène, plastifiants… Pierre Jouven, qui dirige alors la division Chimie et mines du groupe, se félicite de l’entendre souhaiter « que des examens d’un certain nombre de questions conduisent à des accords de spécialisations entre sa société et [Pechiney] ou, d’une façon plus générale, la chimie française ». Quelques mois plus tard, accompagné de Léon Denivelle et de Maurice Fréjacques, chef du service central des recherches de Pechiney, il se rend à son tour à deux reprises à Ludwigshafen106. De même tout au long de la période, de grandes firmes de l’industrie chimique recourent à l’intermédiaire de Simon Lazard pour se faire octroyer la licence de brevets mis au point à Ludwigshafen par la BASF. Relevons-en quelques exemples : en décembre 1953, la Société des résines et vernis artificiels, un fabricant de peintures et vernis, acquiert une licence de polymérisation du styrène107 ; en octobre 1956, L’Air Liquide, qui a besoin pour sa filiale japonaise d’un procédé de fabrication du carbure de calcium ne consommant pas d’électricité, se fait licencier par le groupe allemand108 ; en août 1967, la direction des Poudres s’informe des rendements obtenus par la BASF dans la fabrication de la pentaérythrite109

  • 110 Article sur le procédé dans L’industrie chimique, mai 1954, n° 442, conservé in Archives SCPA, CER (...)
  • 111 Lettre de la Compagnie issoise de traction mécanique au CGAAA, 6 avril 1949, MAE Colmar, AAA, 1369 (...)

92Dans l’extraction de la potasse, la SCPA suit avec intérêt les résultats d’une nouvelle méthode, la flottation à l’intérieur de la mine, introduite sur certains sites par les konzerns allemands : l’une des missions imparties à la Badische Kaligesellschaft, sa filiale allemande, consiste à s’en tenir informée110. Dans l’industrie mécanique, beaucoup de constructeurs français fabriquent sous licence allemande une partie de leur matériel d’équipement : la Compagnie issoise de traction mécanique produit des machines pour mines de charbon conçues par les Westfalen Eisenhütten ; la Société de matériel textile, des équipements mis au point par les firmes Stoll et Auerbach ; les Constructions mécaniques de Normandie, de gros moteurs Mercedes-Benz de 225 à 1 350 CV, etc. Le recours aux techniques allemandes est également fréquent dans l’industrie électrique et électronique : par exemple, Pathé-Marconi presse sous licence des disques Deutsche Gramophon111.

93Même de la part de firmes de taille moyenne ne possédant ni laboratoires, ni centres de recherche, l’intérêt pour les procédés allemands est vif et l’enjeu représenté par l’obtention d’une licence ressenti comme décisif. Le phénomène s’observe jusque dans des secteurs a priori peu susceptibles de progrès techniques majeurs. Par exemple, dans l’industrie du bois, une entreprise qui a obtenu de la firme Homann, sise à Dissen, non loin d’Osnabrück, le droit d’exclusivité pour la fabrication et la vente des panneaux laqués « Homanit », en France et dans l’Union française, se vante en ces termes du résultat obtenu :

  • 112 Lettre du directeur commercial de la SPIEG au ministère de l’Industrie et du Commerce, 10 décembre (...)

« Les panneaux « Homanit » sont considérés à juste titre comme les meilleurs au monde. Ni les Américains, ni les Suédois n’arrivent à fabriquer de panneaux d’une telle qualité. La conclusion d’un accord avec Homann et la possibilité de fabriquer dorénavant ces panneaux en France représentent indubitablement un intérêt national dont la portée peut être très grande, en permettant à l’économie française non seulement de réduire progressivement l’importation de panneaux laqués de l’étranger, mais en créant aussi un nouveau produit exportable »112.

94Fierté naïve d’un industriel parvenu à ses fins ? Utilisation de l’argument de l’intérêt national pour obtenir des pouvoirs publics l’autorisation d’importer les produits nécessaires à ses fabrications ? Sans doute, mais aussi, croyons-nous, reconnaissance d’une supériorité technique qui incite alors maintes entreprises françaises à se mettre à l’écoute de l’Allemagne pour y trouver des recettes de succès.

  • 113 Note de la division des Fibres artificielles au service des Affaires allemandes, ministère de la P (...)
  • 114 Une note bancaire les estime à 21 000 F en 1954 et 13 000 F en 1957 (évaluation faite en nouveaux (...)
  • 115 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit L (...)

95Mais, si les firmes françaises sont désireuses d’accéder aux techniques allemandes, en sens inverse, les entreprises allemandes s’adressent de plus en plus souvent aux techniques françaises. Tout un courant d’échanges technologiques s’affirme ainsi progressivement entre les deux pays pour atteindre des proportions qui ne sont pas négligeables. Il s’agit pour partie d’un héritage antérieur car les licences accordées avant guerre à des partenaires allemands continuent à demeurer valables, voire même, semble-t-il, dans certains cas, celles qui ont été consenties durant l’Occupation, sauf, bien entendu, si les firmes concernées souhaitent y renoncer. Deux entreprises appartenant au Comptoir des textiles artificiels, La Viscose française et La Cellophane, ont conclu avec Kalle und Co., une firme de Wiesbaden ancienne filiale d’IG Farben, un accord de licence toujours en vigueur après le conflit113. De nouveaux contacts se développent aussi. Le groupe Ripolin cède en 1950 à une firme de Hambourg, Union Aeckerle, plusieurs licences qui lui permettent de percevoir en contrepartie d’appréciables redevances114. Parfois même, les firmes s’entendent de part et d’autre du Rhin pour exploiter ensemble un brevet d’origine étrangère. Dans la sidérurgie, les Forges de Châtillon-Commentry et Thyssen fabriquent ainsi des tôles dites « à grains orientés », selon le procédé américain Armco : tandis que Thyssen fournit les bobines laminées à chaud, Châtillon-Commentry les transforme en tôles qui sont ensuite revendues sur le marché allemand115.

  • 116 Lettre du directeur délégué du Consortium français électronique à la direction des Affaires économ (...)

96Il s’agit là d’accords ponctuels. Il en est également qui esquissent une stratégie de plus vaste portée. Certains sont précoces. Dès 1950, Siemens & Halske obtiennent de la Compagnie générale de télégraphie sans fil le droit de fabriquer certains matériels, moyennant une redevance comprise entre 2,5 et 4,5 % de leur prix de revient. C’est l’occasion de jeter les bases d’« une coopération technique et commerciale qui permettra une coordination des moyens de production des deux parties, en vue d’atteindre par la normalisation et la rationalisation de leurs fabrications une réduction de prix et une amélioration de la productivité et des qualités des matériels construits »116.

  • 117 Roger Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 156-157. Voir aussi les passages qu’il consacre (...)
  • 118 Commentaire de Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, à Jean Cavallier, directeur général des (...)

97D’autres accords, plus nombreux, sont contemporains de la fondation du Marché commun. En mars 1958, la Compagnie de Pont-à-Mousson accorde à l’un des principaux fabricants allemands de tuyaux, les Buderus’sche Eisenwerke, une licence pour la centrifugation et la vente de tuyaux en fonte ductile. On sait que la fonte obtenue par ce procédé nouveau, davantage résistante à la traction, permet l’allégement de près d’un tiers du poids des tuyaux et la lutte contre la concurrence des nouveaux matériaux. Il s’agit de « l’un des plus beaux exemples de mutation technologique […] illustr[ant] les possibilités de renouveau que le progrès peut à chaque instant offrir aux industries les plus traditionnelles »117. Pont-à-Mousson en a acquis la licence en 1950 auprès de la société canadienne International Nickel, puis l’a mis définitivement au point dans ses laboratoires et centres d’essai durant une dizaine d’années. Désormais, pour conserver sa position dominante, la Compagnie fait de son principal partenaire allemand le sous-licencié du procédé. Conclu pour le territoire de la République fédérale, l’accord doit être étendu, par convention complémentaire, à l’exportation. Après versement préalable de 10 millions de francs, Buderus s’engage à payer une redevance de 1 % sur le prix de vente des tuyaux. Pour Pont-à-Mousson, il s’agit bien d’une politique explicitement conçue, comme l’exposent ses dirigeants, à l’échelle du futur Marché commun, car « ses perspectives […] rendent souhaitable que les propositions de prix des divers groupes soient confrontées, et certainement centralisées »118.

  • 119 Originaux des contrats, 11 février et 23 juillet 1959, Archives Pechiney, 08-01-9400553. La date c (...)

98De même, en février et juillet 1959, Cegedur, la filiale de Pechiney spécialisée dans les demi-produits en aluminium, donne licence à deux constructeurs allemands, Otto Fuchs Metallwerke et Vereinigte Leichtmetall Werke, pour fabriquer des pales d’hélicoptères en alliage léger destinées aux modèles produits par la Société nationale de construction aéronautique du Sud-Ouest (SNCASO). Conclus pour une durée de dix années, les contrats fixent le montant de la redevance à 10 DM pour cent kilos de demi-produits utilisés. Ils comportent un engagement réciproque de respecter les marchés nationaux respectifs. Otto Fuchs et Vereinigte Leichtmetall Werke s’abstiendront de vendre des pales d’hélicoptères sur le marché français, tandis qu’inversement Cegedur ne cherchera pas à pénétrer le marché allemand. Quant aux ventes sur certains marchés étrangers (Royaume-Uni, Pays-Bas, Espagne, Italie, Canada), on promet de se consulter au préalable avant toute signature de contrats. Enfin Pechiney s’engage à fournir son assistance technique aux deux firmes licenciées pour assurer le démarrage des fabrications119.

  • 120 Revue économique franco-allemande, 1966, n° 4.
  • 121 Sur cette coopération technique entre constructeurs français et allemands, voir Patrick Fridenson, (...)

99Renouant avec une tradition ancienne qui avait amené, dès l’entre-deux-guerres, les constructeurs automobiles français à recourir aux techniques allemandes dans certains domaines, notamment en ce qui concerne les moteurs Diesel, des achats de licences sont effectués en 1961-1962 par Peugeot, SIMCA, Renault. Allant plus loin, Citroën se lance en 1963 dans la mise au point d’un moteur à piston rotatif en coopération avec NSU (Neckarsulmer Motorenwerke), ce qui amènera quatre années plus tard les deux partenaires à fonder une filiale commune, Comotor (Compagnie européenne de moteurs rotatifs pour automobiles). Celle-ci, il est vrai, ne sera guère un exemple de réussite. Par contre, l’accord signé en 1966 entre la filiale de Renault, la SAVIEM (Société anonyme de véhicules industriels et d’équipement mécanique) et MAN (Maschinenfabrik Augsburg-Nürnberg) qui prévoit que « des moteurs MAN équiperont certains véhicules de la SAVIEM, et réciproquement MAN assure[ra] le service après-vente des véhicules SAVIEM et distribue[ra] ceux-ci dans le Land de Bavière »120 conduit à des résultats plus convaincants, car les spécialisations retenues paraissent judicieuses : la SAVIEM construit les boîtes de vitesse pour les véhicules de moins de 12 tonnes et MAN les moteurs Diesel ainsi que certains organes pour les poids lourds de plus de 12 tonnes121.

  • 122 Rapport de Jean Galey et Marcel Michaud, du Centre technique d’application des gaz, 24 mai 1965 ; (...)
  • 123 Note de Simon Lazard à Jean-Tony Jenn, 2 décembre 1970, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes inter (...)

100A travers de tels cas, c’est une véritable coopération, à la fois technologique et commerciale, qui se développe entre les entreprises des deux pays. Des simples échanges de licences, on est passé à une prise en compte systématique de la dimension allemande dans la politique technologique des firmes, tout au moins au niveau des plus grandes d’entre elles. Certes, tous ces accords ne débouchent pas sur des résultats positifs. Cependant, même des contacts apparemment infructueux peuvent, par leur arrière-plan ou leurs implications, porter en germe des développements notables. Ainsi, en 1965, une mission envoyée par quatre entreprises allemandes (BASF, Messer- Griesheim, Didier Werke, Stocker & Kunz) aux laboratoires de l’IRSID (Institut de recherches de la sidérurgie) à Maizières-lès-Metz y apprend la mise au point par L’Air Liquide d’une nouvelle technique d’utilisation de l’argon dans la coulée de l’acier. Or les dirigeants français, sollicités par les Allemands, refusent de communiquer les résultats obtenus dans « ces techniques de gazométallurgie [qui sont] surtout affaire de know-how »122. Contrastant avec leur attitude généralement plus positive dans ce domaine, ce blocage s’explique par des raisons de politique générale et les péripéties souvent compliquées des relations entretenues avec les homologues de la grande industrie chimique allemande. Il faudrait toutefois se garder d’en conclure que la coopération technique entre L’Air Liquide et les firmes allemandes est alors profondément remise en cause. Bien au contraire : elle se poursuit au même moment dans d’autres domaines. Caractéristique est cette remarque faite quelque temps plus tard par les dirigeants allemands à leurs interlocuteurs français à propos de production d’acélylène : « Les travaux faits par BASF et ceux faits par L’Air Liquide sont tellement imbriqués que BASF ne pourrait pas envisager d’exploiter le procédé en dehors de L’Air Liquide »123. C’est bien d’une complémentarité globale, dans un mouvement apparemment irréversible, qu’il s’agit désormais.

B. LA RECHERCHE DU PROGRÈS TECHNIQUE DANS LES FILIALES IMPLANTÉES EN ALLEMAGNE

101Parmi les sentiments nourris par les Français à l’égard des Allemands, l’admiration pour les réalisations techniques occupe une place importante dont témoignent maints récits de voyage, enquêtes, rapports, de toute provenance et de toute époque. Il n’est guère étonnant de l’observer aussi dans les milieux patronaux français des années d’après-guerre.

102Voici par exemple comment les dirigeants de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, vieille alors de moins d’un an, relatent une visite chez Telefunken à Hanovre en mars 1956 :

« Il faut compter près de deux heures pour visiter les laboratoires et ateliers de montage de l’usine Telefunken à Hanovre. Or, ces deux heures suffisent aux ouvriers et ouvrières qui travaillent aux chaînes de production de cette usine pour sortir une quantité d’appareils qui permettrait l’équipement complet d’une petite localité ! Quotidiennement, en effet, 2 000 postes de radio et 250 postes de télévision quittent l’usine. Plus de 30 % de tous les appareils à la construction desquels ont travaillé près de trois mille personnes sont vendus à l’étranger dans tous les pays du monde.

Telefunken emploie au total 15 000 personnes. Le chiffre d’affaires annuel dépasse 250 millions de DM, total sur lequel 40 % peuvent être attribués à la construction de postes de radio, postes de télévision et appareils du même genre. Le capital social de Telefunken a été augmenté à la fin de l’année dernière de 25 à 50 millions de DM, afin d’ajuster la capacité de production de cette entreprise aux possibilités résultant d’une expérience de cinquante années et d’une réputation mondiale.

Chaque année, des centaines d’élèves ingénieurs provenant des écoles supérieures d’Amérique du Sud aussi bien que de celles de l’Asie orientale, de même que des journalistes du monde entier, visitent l’usine de Hanovre. Parmi tous ces visiteurs étrangers, ce sont les Japonais qui se montrent les plus critiques ; toutefois, ils ne tarissent pas d’éloges sur l’organisation des chaînes de production.

La rationalisation du travail y a été étudiée dans ses moindres détails. Pour prévenir tout incident technique et parer à toute absence imprévue ou retard occasionnel d’un des éléments humains de la chaîne de production, on a organisé des équipes volantes de monteurs qui peuvent remédier à toute panne éventuelle. En outre, des ouvrières ayant reçu une formation spéciale qui leur permet de connaître le travail effectué en n’importe quel point de la chaîne interviennent si un ouvrier, ou surtout une ouvrière, fait défaut. En effet, ce travail à la chaîne est effectué à concurrence de 70 % par des ouvrières.

  • 124 Échanges franco-allemands, mars-avril 1956, n° 3, p. 12-13.

Cette rationalisation du travail à la chaîne donne un résultat intéressant pour les clients : la part des salaires dans le prix de revient d’un appareil construit est inférieure à 10 %. Bien que les dépenses de matériel aient augmenté, le prix des appareils de radio et de télévision a baissé, par rapport à l’indice d’avant-guerre, de 130 à 92. Ce succès, que presqu’au-cune industrie ne peut afficher, est dû aux remarquables méthodes de travail mises en pratique, parmi lesquelles, pour n’en citer qu’une, l’influence bienfaisante pour le système nerveux des travailleurs de la couleur vert clair qui a été choisie pour les ateliers. Si bien qu’il est permis de dire que chaque appareil fabriqué ici n’est pas seulement le résultat d’une fabrication en série, mais aussi du travail en commun effectué par un grand nombre d’individualités »124.

  • 125 Victor Cambon, L’Allemagne au travail, Paris, Pierre Roger et Cie, 1909, 265 p. ; Jules Huret, En (...)

103Il fallait ici citer tout au long. Tous les éléments d’une vision caractéristique de l’usine allemande, déjà présents dans les relations d’un Victor Cambon ou d’un Jules Huret125, se retrouvent : gigantisme des installations, efficacité des méthodes, présence des fabrications sur les marchés étrangers, prouesses techniques, jointes à l’attention portée aux moindres détails dans l’organisation du travail et au souci de la condition des salariés. Il n’est pas jusqu’à l’allusion aux visiteurs japonais, fort critiques, mais eux aussi pétris d’admiration, qui ne l’atteste : pour les chefs d’entreprises français, en ce milieu des années 1950, l’Allemagne est redevenue un modèle sur le plan technique, si tant est qu’elle n’ait jamais cessé de l’être.

  • 126 Compte rendu d’une visite d’André Dumas, directeur de L’Aluminium français, à Bonn, au siège des V (...)
  • 127 Échanges franco-allemands, juillet 1957, n° 10, et novembre 1957, n° 11.

104Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que le Commissariat à la productivité prévoie d’organiser en 1954 à Strasbourg une exposition européenne de la productivité, au cours de laquelle des stands doivent être tenus en commun entre les firmes allemandes et certains de leurs partenaires français. Lors de l’une des premières rencontres entre dirigeants des deux groupes depuis la fin de la guerre, Pechiney et les Vereinigte Aluminium Werke projettent d’y participer de concert126. De même, le Commissariat envoie en Allemagne des missions dont bénéficient par exemple, en 1957, le Syndicat général de l’optique et des instruments de précision, ainsi que celui de la chaudronnerie127.

105Mais c’est surtout dans la gestion de leurs filiales de production situées outre-Rhin que s’observe cette attention portée par les entreprises françaises au modèle technique allemand. Elles s’efforcent d’y obtenir les gains de productivité les plus élevés possible, d’en faire de véritables vitrines d’efficacité technique et de modernité. Plusieurs exemples l’attestent.

  • 128 « Précisions au sujet du « monopole » de Rhodiacéta », note non signée de la direction des Textile (...)

106La Rhodiacéta développe dans sa filiale de Fribourg, la Deutsche Rhodiaseta, la production de l’un des symboles de modernité des Trente Glorieuses : le nylon. Ce choix n’a pas été fait par hasard. En mars 1939, Rhodiacéta avait conclu avec Du Pont de Nemours un accord lui permettant d’utiliser les brevets américains. Dans ce cadre, elle avait importé des machines américaines, puis, durant la guerre, avait procédé au démarrage des fabrications. Or, deux mois après s’être entendu avec Rhodiacéta, Du Pont de Nemours avait aussi accordé une licence d’exploitation à IG Farben. Ces accords prévoyaient un partage du marché européen, Rhodiacéta jouissant de l’exclusivité des procédés Du Pont de Nemours en France, Belgique, Suisse et Espagne, tandis qu’IG Farben se voyait garantir le même droit dans le reste de l’Europe128.

107Au lendemain du conflit, le groupe français caresse pendant quelque temps l’espoir de pouvoir disposer dans l’ensemble du continent d’une situation de monopole. Il demande de récupérer à son profit l’ensemble des licences accordées par Du Pont de Nemours, tout en s’informant auprès des autorités d’occupation des autres brevets que la firme allemande aurait éventuellement déposés dans des domaines proches. Mais ses prétentions sont anéanties lorsqu’en 1950, un jugement américain annule pour non-conformité à la législation anti-trusts le contrat conclu en 1939 entre Du Pont de Nemours et IG Farben. Rhodiacéta ne peut donc exercer son droit d’exclusivité qu’en France et dans les trois pays voisins. Encore celui-ci expire-t-il dès 1952, les accords de 1939 ayant été signés pour quinze ans, avec effet rétroactif en 1937. Il faut donc bien, pour la firme, tolérer la concurrence dans ce domaine.

  • 129 Pierre Cayez, Rhône-Poulenc…, op. cit., p. 213.
  • 130 Ibid., p. 150.

108Il n’en est que plus remarquable de constater que, parmi les filiales européennes fabriquant le nylon au début des années 1950 (Belgique, Suisse, Italie, Espagne et Allemagne), c’est la Deutsche Rhodiaseta qui obtient les meilleurs résultats. La production y démarre en 1950. Or, de 1955 à 1961, elle passe, selon Pierre Cayez, de 1 242 tonnes à 6 678 tonnes, soit une progression de 437 %, des chiffres qui, si on les compare à l’évolution des effectifs, « impliquent d’énormes gains de productivité »129. Paradoxalement, l’échec des prétentions du groupe Rhodiacéta à récupérer les droits d’exclusivité sur les brevets américains possédés par IG Farben avant la guerre l’a conduit à un considérable succès, grâce à la gestion particulièrement efficace de sa filiale allemande. Celle-ci reste d’ailleurs longtemps conduite par le directeur qui était déjà en place durant la guerre, Hermann Linnemann. Celui-ci qui n’avait pas hésité alors à faire preuve de « sentiments très nettement francophiles » accède à la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie de Fribourg, puis, de 1960 à 1967, au comité directeur de la Chambre officielle de commerce franco-allemande130.

  • 131 Procès-verbaux des conseils d’administration d’Halberger Hütte, 14 janvier et 21 avril 1952, Archi (...)
  • 132 Lettres de Pierre Single et Hubert Cousin à Michel Paul-Cavallier, 10 et 13 août 1956, Archives Po (...)

109Un autre exemple de la place accordé aux filiales allemandes dans la recherche du progrès technique est fourni par la Compagnie de Pont-à-Mousson. Pendant longtemps, elle avait négligé d’introduire dans ses établissements allemands les procédés mis en oeuvre en France. Par exemple, à Halberger Hütte, le procédé Sensaud de Lavaud n’avait remplacé la coulée verticale des tuyaux qu’en 1952 pour les tuyaux de gros diamètre, soit dix-huit ans après la France131. A partir du milieu des années 1950, il semble qu’on veuille rattraper le temps perdu. Le groupe n’hésite pas à acquérir fort cher en août 1956 une licence du procédé américain Monocast de centrifu-gation des tuyaux auprès de l’American cast iron pipe company (ACIPCO). Il s’agit d’un perfectionnement décisif sur les procédés antérieurs Moore et Sensaud de Lavaud qui a été mis au point pendant la guerre pour les besoins de l’armée américaine en chemises de cylindres en acier. La firme mussipontaine le destine en priorité, non pas aux usines françaises, mais à sa filiale sarroise Halberger Hütte. Le directeur général de cette dernière, Pierre Single, se rend spécialement à Birmingham (Alabama), accompagné du délégué de la Compagnie aux Etats-Unis, Hubert Cousin, pour négocier l’acquisition. Le prix consenti est élevé : 100 000 dollars au comptant, plus des redevances fixées à 1 dollar la tonne durant quatorze ans, à compter de 1959. Halberger Hütte, désormais sous-licenciée du procédé Monocast, devra faire l’effort de trésorerie nécessaire pour dégager chaque année les sommes nécessaires. Certes, comme l’écrivent les négociateurs, « le prix n’est pas bon marché, mais […] il n’y avait pas lieu de discuter outre mesure les propositions d’ACIPCO, étant donné l’intérêt pour Brebach de démarrer rapidement sur ce nouveau procédé »132.

110Mais c’est surtout à la Compagnie de Saint-Gobain que l’on recourt de préférence aux usines allemandes pour réaliser d’importants progrès techniques. Contrairement aux deux exemples précédents, il s’agit dans ce cas d’une véritable tradition : depuis longtemps, ce sont souvent elles qui sont choisies pour accueillir les procédés nouveaux, avant même qu’ils soient acclimatés en France.

  • 133 « Installation d’un twin à Stolberg », 28 juin 1949, Archives Saint-Gobain, CSG 293/471.

111À Stolberg, très fortement endommagée par la guerre, on décide dès 1949, après restauration des marges d’autofinancement des VEGLA, de moderniser de façon radicale la fabrication de la glace par l’installation d’un twin. Le verre, à sa sortie du four, puis passage entre des rouleaux lamineurs qui lui font prendre la forme d’un ruban, est douci simultanément sur ses deux faces par des plateaux d’abrasion disposés par paires (d’où le nom du procédé : « jumeau » en français), sans qu’il y ait lieu de procéder à une découpe préalable, la glace étant produite en continu. Mis au point par la firme britannique Pilkington en 1937, le procédé est acquis par Saint-Gobain, qui s’en assure l’exclusivité pour l’Allemagne. Les dirigeants en attendent un bénéfice annuel de 3,6 millions de DM, « tant à titre d’augmentation du bénéfice unitaire sur les livraisons de glace twinée à la place de la glace brute qu’à titre d’abaissement du prix de revient des glaces polies à Stolberg et enfin qu’à titre des ventes supplémentaires de glace polie »133, ce qui permettrait d’amortir en moins de deux ans le coût total, estimé à 6 millions de DM. Quatre ans plus tard, l’installation du twin est complétée par celle d’un appareil permettant le polissage simultané de la glace sur deux faces. On parle désormais de douci-poli continu (DPC). Il rentre en application à Stolberg dès 1953.

  • 134 Note sur l’usine de Stolberg, sans indication d’auteur, 9 janvier 1951, Archives Saint- Gobain, SG (...)
  • 135 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 30 mars 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

112Le choix, pour diriger les travaux de modernisation de Stolberg, d’Edmond Pirlot, désigné ultérieurement par Arnaud de Vogüé pour lui succéder à la présidence du groupe134, l’envoi par le directeur général des VEGLA, Jean-Louis Schrader, au directeur général des Glaceries René Grandgeorge d’une missive spéciale lors de la mise en route des installations, les témoignages de satisfaction recueillis lors des visites de l’usine, qualifiée de « plus belle glacerie du continent », la joie de constater que, « contrairement à ce qui se passait depuis cinq ou six ans, les ventes de glaces des VEGLA sont de nouveau bénéficiaires »135, tout atteste de l’importance extrême attachée à ce grand investissement. Entre usines françaises et usines allemandes, il est alors possible de parler d’un processus continu d’innovations technologiques en chaîne : le DPC est introduit en Allemagne six années avant l’introduction, dans la glacerie française de Chantereine, du procédé Jusant, qui a été mis au point par la Compagnie et fonctionne selon les mêmes principes. Inversement, le procédé Jusant, mis en oeuvre à Chantereine en 1959, est appliqué à Stolberg en 1962. Progressivement, on procède aussi à l’automatisation des opérations d’estime (repérage des défauts) et de découpe de la glace. Saint-Gobain a donc obtenu de brillants résultats, poussant jusqu’à ses plus extrêmes limites la mécanisation des procédés traditionnels, et ceci grâce au rôle que la Compagnie a fait jouer à ses usines allemandes.

  • 136 Rapports annuels d’activité de Saint-Gobain, 1963 et 1968.

113Il faut attendre le milieu des années 1960 pour assister à un nouveau progrès décisif dans la fabrication de la glace. Il s’agit du procédé float qui consiste à couler directement le verre en fusion sur un bain d’étain fondu et permet de produire une glace d’excellente qualité de six millimètres d’épaisseur sans avoir à procéder aux opérations de laminage, doucissage et polissage. Révolutionnant complètement l’industrie du verre, il a été mis au point par Pilkington au milieu des années 1950. Saint-Gobain, après maintes hésitations dues à son coût élevé et à la nécessité d’amortir auparavant le procédé Jusant, en fait l’acquisition en avril 1963 pour la France, l’Italie et l’Allemagne, de concert avec son partenaire belge, les Glaceries de Saint-Roch, avec qui est fondée deux ans plus tard l’Erste Deutsche Floatglas GmbH & Co., sous forme de société en nom collectif. Le capital rassemblé se monte à 48 millions de DM, dont 29 à la charge des VEGLA. L’Allemagne, cette fois, n’a pas été privilégiée dans la décision d’installation. C’est en Italie, dans la glacerie de Pise, que le groupe commence les fabrications de float glass. Herzogenrath et Porz-Urbach, les deux glaceries dans lesquelles Saint-Gobain et Saint-Roch expérimentent le nouveau procédé, n’atteindront leur rythme normal de fabrication qu’à partir de 1967. Un an plus tard, on y enregistre toujours des pertes d’un montant non négligeable (2,2 millions de DM) et il faut attendre 1971 pour être en mesure de procéder, à Herzogenrath, à l’inauguration officielle de la nouvelle ligne de float. Là encore cependant, un décalage existe avec l’installation du procédé en France, de moindre ampleur toutefois que pour la glace twinée, puisque le procédé float ne commencera à être introduit dans les usines françaises qu’à partir de 1970136.

114Outre les progrès réalisés dans la fabrication de glace brute, d’autres innovations techniques sont introduites dans les usines allemandes de Saint-Gobain. Certaines sont complémentaires des précédentes. Il en est ainsi de la production de verre sécurisé, dont les deux grands débouchés résident dans la construction automobile, pour les pare-brise, et dans le bâtiment, pour les façades d’immeubles. Confrontée à la concurrence des producteurs allemands de verre épais, la Compagnie, qui dispose de glace brute à bas prix de revient depuis la mise en route du douci-poli continu à Stolberg, procède à la modernisation de ses installations de trempe à Herzogenrath. De nouveaux fours entièrement automatiques, dont certains capables de fabriquer des pare-brise panoramiques, y sont mis en place entre 1957 et 1961, se substituant aux anciens fours à pots commandés manuellement.

  • 137 Rapport annuel d’activité de Saint-Gobain, 1964, p. 67.

115Des innovations sont également accomplies dans le domaine de l’isolation. Pour la fabrication de fibre de verre, on substitue au procédé Hager le procédé américain Owens dont Saint-Gobain a acquis la licence dès l’avant-guerre, mais dont il avait naguère freiné le développement en Allemagne. C’est ce procédé qui est mis en oeuvre dans les ateliers de la GEVETEX, possédée en commun avec les Gerresheimer Glashüttenwerke à partir de 1957, puis rachetée en totalité par Saint-Gobain en 1966. Mais la grande innovation consiste dans l’introduction en Allemagne, comme dans les autres filiales européennes, du procédé TEL mis au point dans l’usine de fibre de verre de Rantigny, dans l’Oise, en 1954. C’est à la fin de l’année 1960 que sont mises en service les premières installations TEL, à Bergisch-Gladbach. Contrairement au schéma ordinaire, le transfert de technologie se fait donc cette fois de France vers l’Allemagne, et non dans le sens inverse. Les perspectives sont d’autant plus prometteuses qu’« une nouvelle norme officielle concernant l’isolation phonique des planchers » donne aux ventes une impulsion vigoureuse, complétant les débouchés déjà existants dans l’électroménager, pour l’isolation thermique des réfrigérateurs, et dans la construction des locaux à usage industriel137.

  • 138 Compte rendu de la séance du comité des Affaires d’Allemagne et d’Europe centrale, 22 mai 1953, Ar (...)

116Parallèlement à ces trois grands domaines d’innovation que sont la glace polie, le verre sécurisé et la fibre de verre, la firme ne néglige nullement les fabrications plus traditionnelles. A la REZAG, la production de verre à vitre bénéficie en 1953 de l’installation d’un four Pittsburgh, sur le modèle de ceux existants dans l’usine de Chalon-sur-Saône, d’où l’on fait venir un ingénieur pour diriger les travaux de construction138. Dans l’usine des VEGLA à Sindorf, des presses automatiques sont employées pour la fabrication des dalles, pavés et tuiles de verre à partir de 1959. L’année suivante, dans celle de Mannheim-Waldhof, la halle où se fait la coulée des verres de couleur est dotée d’un nouveau système de cuve, le day-tank, sur le modèle de celui utilisé dans la glacerie belge de Franière.

  • 139 Il a fallu malheureusement renoncer à les reproduire ci-joint par manque de lisibilité.
  • 140 « Étude de la capacité de production des glaceries allemandes », adressée par Albert Lecron à René (...)
  • 141 « Perspectives de développement de l’industrie des glaces « Sekurit » en Allemagne », rapport sans (...)

117D’autres progrès se constatent en dehors même des équipements productifs. Partout, l’usage du mazout se généralise à la place du charbon ou du lignite. L’organisation du travail se transforme. Grâce au recours aux équipes en continu, on parvient à faire fonctionner les installations durant toute la semaine, dimanches et jours fériés compris, moyennant des dérogations aux dispositions réglementaires négociées avec les syndicats ouvriers. Les fabrications sont rationalisées. Les plans d’usines joints aux comptes rendus des séances tenues, à Paris, par le comité des Affaires d’Allemagne le montrent139. À Stolberg, où les installations de DPC remplacent les ateliers de façonnage et de polissage sur tables rondes, on constate l’allongement des halles de fabrication à partir de 1951. À Herzogenrath au contraire, intervient un profond réaménagement interne, à superficie inchangée, car Albert Lecron, futur directeur général des Glaceries, estime qu’« il y a dans cette usine déjà trop de surfaces couvertes [et que] le circuit des produits est beaucoup trop long, l’atelier de Sécurit se trouv[ant] placé à 300 mètres au moins de l’atelier de façonnage et l’expédition se fai[sant] à 300 mètres de l’atelier de Sécurit »140. On organise donc « une chaîne rationnelle de travail » qui permet, grâce au raccourcissement du circuit de production, de réaliser de substantielles économies sur le prix de revient de la glace sécurisée141. Il y a bien, dans tout ceci, recherche systématique d’une meilleure efficacité.

  • 142 Roger Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 282.

118Ainsi, même si les usines allemandes ne servent pas toujours à la Compagnie de Saint-Gobain pour le lancement de nouvelles techniques ou méthodes de fabrication, puisque certaines innovations y sont introduites depuis les autres installations possédées par le groupe, il reste que la recherche d’un haut degré de modernisation est un élément important dans sa stratégie d’ensemble. Ces vitrines de progrès technique que sont les usines allemandes ne manquent d’ailleurs pas de susciter une profonde impression sur ceux qui les visitent. Lors de son premier contact avec les VEGLA, peu après la fusion entre Saint-Gobain et Pont-à-Mousson, le nouveau président du groupe, Roger Martin, se souvient d’avoir admiré « l’aspect des usines […], la prospérité des sociétés et la compétence des gens qui les géraient »142.

119Mais, si les techniques modernes donnent dans les installations allemandes de si bons résultats, pourquoi ne pas les introduire en France, non plus ponctuellement, mais globalement et réaliser ainsi un véritable transfert de technologie ?

C. L’IMPLANTATION EN FRANCE D’USINES SUR LE MODÈLE ALLEMAND

120Dès l’immédiat après-guerre, certaines firmes ont songé à transposer en France, non seulement des brevets et procédés de fabrication ponctuels, mais bien l’ensemble des méthodes de production employées en Allemagne. L’idée apparaît chez plus d’un chef d’entreprise. Avec la Schwäbische Zellstoff, dont on se souvient qu’elle avait dès 1947, par son procédé de production de pâte de cellulose, retenu l’attention d’une firme alsacienne de l’industrie cotonnière, la SAIC, on dispose d’un intéressant exemple d’une telle démarche. On peut en suivre l’évolution durant la dizaine d’années (1947-1958) où la SAIC parvient à en conserver le contrôle.

  • 143 Un rapport ultérieur le présente comme ayant dirigé, à Lenzing (Autriche) « la première usine qui, (...)

121Après la levée, en avril 1948, du séquestre qui pesait sur elle, l’usine possédée à Ehingen par la Schwäbische Zellstoff continue à être gérée par Michel Labbé-Laurent, son ancien administrateur-séquestre, confirmé dans ses fonctions directoriales par les nouveaux propriétaires. Il y est assisté par un ingénieur allemand, Richard Bickelhaupt, un spécialiste de la technique des fibres artificielles qui était déjà auparavant son adjoint143. Au départ, la production n’est pas destinée à satisfaire prioritairement les besoins français. Les contrats conclus avec la France étant trop peu rémunérateurs, puisque la réglementation en vigueur abaisse en principe le prix des exportations de ZFO vers cette destination de 20 % par rapport aux cours mondiaux, la clientèle est essentiellement constituée de firmes du reste de l’Allemagne : producteurs de fibres textiles, qui achètent la pâte de cellulose d’Ehingen pour fabriquer de la fibranne et de la rayonne, firmes de l’industrie du papier.

  • 144 Rapport, signé Labbé-Laurent, sur la Rheinische Zellstoff à la commission des Participations, CGAA (...)

122Les affaires prospérant, la Schwäbische Zellstoff souscrit en 1948 aux augmentations de capital de deux firmes allemandes de sa spécialité : la Rottweiler Kunstseidenfabrik et la Rheinische Strohzellstoff. La première, on l’a vu, est une ancienne filiale d’IG Farben. La Schwäbische Zellstoff en acquiert 25 % du capital, aux côtés du Comptoir des textiles artificiels et de la Deutsche Rhodiaseta et Michel Labbé-Laurent devient président du conseil de surveillance. La seconde est une firme de pâte à papier, sise sur le cours moyen du Rhin, à Rhein-Dürckheim, au nord de Mannheim. Sortie intacte de la guerre, elle intéresse vivement le gouvernement militaire de ZFO qui voudrait en faire un « banc d’épreuve à la réalisation en France d’une usine de cellulose de paille à la soude dont le besoin se fait particulièrement sentir »144. La Schwäbische Zellstoff acquiert également le quart de son capital et on retrouve à son conseil Labbé-Laurent et Bickelhaupt. Enfin elle possède une part du capital de la Deutsche Rhodiaseta, faible mais suffisante pour ouvrir à Labbé-Laurent les portes de son conseil.

123Un véritable groupe s’est donc constitué autour de la firme d’Ehingen, en un ensemble auquel de multiples complémentarités techniques et commerciales confèrent une réelle cohérence. Les partenaires allemands se montrent, semble-t-il, bien disposés envers la direction française, notamment le président de la Chambre de commerce de Ravensburg, Eugen Doertenbach, qui a été choisi pour présider le conseil de surveillance de la Schwäbische Zellstoff. Frère d’un industriel wurtembergeois de la bonneterie qui deviendra en 1955, aux côtés de Jacques Fougerolle, le premier président de la Chambre officielle de commerce franco-allemande et siège dans les conseils de nombreuses sociétés, il entretient avec ses interlocuteurs des relations confiantes.

124Mais l’objectif de la SAIC et de son directeur général, Roger Ruillier, consiste moins à contrôler un groupe allemand de l’industrie de la cellulose qu’à l’utiliser pour pénétrer sur le marché français et y réinvestir les profits réalisés, en édifiant une usine qui utilise les procédés allemands.

  • 145 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 28 février 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.
  • 146 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 4 mars 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

125La vente en France de la pâte de cellulose d’Ehingen est confiée à la CECEL (Société commerciale et d’étude pour la cellulose), une société écran fondée par la SAIC en 1947, en association avec le groupe franco-suédois de négoce du bois Nordling-Macé. Son siège initial est situé à Paris, dans les propres bureaux du groupe Nordling-Macé. Michel Labbé-Laurent en assume aussi la direction, d’assez loin, l’avoue-t-il lui-même, puisqu’il réside à Ehingen et ne peut « passer à la CECEL que des week-ends de travail »145. Quant à l’accumulation de profits, elle implique que la CECEL soit dotée de moyens adaptés. On les lui donne, grâce à l’exclusivité des ventes de la Schwäbische Zellstoff et de la Rheinische Strohzellstoff sur le marché français. On augmente son capital : de 200 000 F en octobre 1947, il passe à 600 000 000 F en janvier 1953, ce qui, en francs constants, représente une augmentation de plus de 1 000 %. On transforme son statut, passant d’une SARL à une société anonyme, toujours contrôlée par la SAIC dans une proportion de 84 %. Surtout, on favorise par tous les moyens la conclusion de contrats de vente de cellulose très fortement rémunérateurs, à tel point que Labbé-Laurent, obligé de tenir la balance égale entre les intérêts de la CECEL et ceux de la Schwäbische Zellstoff, n’hésite pas à les qualifier d’« anormaux », confronté qu’il est aux critiques des actionnaires allemands, qui déplorent que la firme doive ainsi reverser à la CECEL à titre de commissions l’essentiel de ses bénéfices146.

  • 147 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 11 février 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

126Mais il s’agit aussi de réinvestir les profits dans une nouvelle usine de cellulose située en France. Pour son implantation, plusieurs solutions sont concevables. Labbé-Laurent penche pour le piémont pyrénéen : il trouve un site favorable à Falga, entre Ariège et Garonne, dans une région riche en bois où le prix des terrains industriels n’est guère élevé. Roger Ruillier opte pour la vallée de la Seine et choisit finalement une localité de l’Eure, Alizay, non loin de Vernon. Les atouts sont évidents : le hêtre des forêts normandes, l’eau du fleuve, la proximité de Paris. C’est dans ce cadre qu’en juin 1951 est créée la SICA (Société industrielle de cellulose d’Alizay), au capital initial de 1 200 000 000 F. Les actionnaires sont répartis en trois groupes de poids comparable : la CECEL d’une part, devenue désormais une holding, détentrice de 33 % du capital de la SICA ; deux firmes cotonnières d’Armentières, Coisne & Lambert, Edouard et Eugène Dufour, déjà associées à la SAIC dans des affaires au Maroc, à Fédala, et en AOF, à Dakar (33 % également) ; enfin le Comptoir des textiles artificiels, pourtant décrit par Labbé-Laurent comme l’émanation de « la redoutable tribu des Gillet »147, mais qui accepte de souscrire au capital de la SICA dans une proportion de 21 %. Le complément est formé par la Banque de Paris et des Pays-Bas (9 %) et plusieurs compagnies d’assurances parisiennes. Malgré plusieurs tentatives, il n’a pas été possible de convaincre les firmes de l’industrie papetière de prendre dans l’affaire une participation significative. C’est Roger Ruillier qui préside le conseil d’administration de la SICA. On choisit comme directeur général Georges Cardi, un ancien officier de marine, qui a participé à la Résistance et, ayant travaillé dans l’administration française de la ZFO, est un ancien collègue de Labbé-Laurent.

  • 148 Contrat entre la Schwäbische Zellstoff et la Société industrielle de cellulose d’Alizay, 27 août 1 (...)

127L’affaire démarre sous des auspices favorables. Par contrat passé entre la SICA et la Schwäbische Zellstoff, cette dernière s’engage, pour une somme forfaitaire de 300 000 DM, payable en quatre annuités après le démarrage des fabrications, à établir les plans de l’usine, choisir les constructeurs du matériel, détacher sur place deux ingénieurs et un nombre suffisant de contremaîtres et d’ouvriers qualifiés, jusqu’à ce que la production atteigne son rythme de croisière, accueillir enfin ultérieurement à Ehingen pour la durée nécessaire les membres du personnel d’Alizay ayant besoin d’une formation. En contrepartie, la SICA accorde à la Schwäbische Zellstoff l’exclusivité de la vente de ses produits sur le marché allemand, pour une période de cinq ans renouvelable148. Les conditions requises pour un bon déroulement du projet semblent donc réunies.

  • 149 Données tirées de La cellulose d’Alizay. Son usine et l’emploi de ses pâtes, plaquette publiée à A (...)

128Trois ans et demi après les premiers travaux d’installation, en décembre 1954, l’usine sort sa première tonne de cellulose. Le volume de production fixé initialement (30 000 tonnes par an) est rapidement atteint. Il s’agit là d’un tonnage important, qui dépasse celui d’Ehingen (25 000 tonnes). La qualité de la pâte est jugée excellente. Le personnel, qui atteindra quelques années plus tard 450 salariés, pour moitié installés dans des logements construits par l’entreprise, semble posséder la qualification requise. L’approvisionnement en bois et en produits chimiques se fait sans difficultés. Seule a posé problème l’eau de la Seine, qui s’est révélée si polluée qu’il a fallu renoncer à l’utiliser dans le cycle de production149.

  • 150 Lettre de Ruillier à Gaston Peltzer, président de la Société d’approvisionnement textile, 26 avril (...)
  • 151 Note de Labbé-Laurent, intitulée « Pourquoi la Cadette de Gascogne ? », 16 mars 1952, Archives CEC (...)

129C’est pourtant dès 1952, avant même que la production n’ait démarré, que les premières difficultés se manifestent pour la maison mère. D’abord, son directeur général, Roger Ruillier, doit se séparer de Labbé-Laurent. Décrit à l’un de ses correspondants comme « extrêmement dynamique, intelligent, gros travailleur, mais quelquefois un peu aventureux »150, ce dernier multiplie les initiatives dans toutes les directions. Il ne craint pas les montages financiers les plus compliqués pour atteindre des objectifs souvent peu réalistes. Il n’a pas renoncé à son projet d’implantation dans le Sud-Ouest, fièrement baptisé « Cadette de Gascogne », car, argumente-t-il, « une usine en Gascogne serait un concurrent dangereux pour Alizay : il ne faut donc pas la laisser réaliser par un autre groupe »151. Il est convaincu qu’il faut adjoindre à Alizay, sans même en attendre le démarrage, une usine de fibranne dont on écoulerait la production par une société franco-marocaine : les bénéfices échapperaient ainsi à l’imposition et les possibilités d’emprunter sur les marchés internationaux seraient plus étendues. Pour monter ce projet, il échafaude une combinaison financière avec un homme d’affaires américain, sans même en informer au préalable les dirigeants de la SAIC qui l’apprennent par un membre du groupe Gillet : c’est la raison ultime qui conduit Roger Ruillier à lui retirer la direction de la CECEL.

  • 152 Lettre de Roger Ruillier à Henri Doll, patron de la Société anonyme de filature de schappe, à Lyon (...)

130De plus, en cette année de récession, les affaires de la SAIC se portent mal. Le marasme de l’industrie cotonnière prive la firme de Mulhouse des disponibilités financières nécessaires au développement d’Alizay, au plus mauvais moment possible. Certes on pourrait trouver des fonds supplémentaires en demandant aux actionnaires de la SICA de se libérer totalement du paiement de leurs actions. Mais les limites sont vite atteintes et le recrutement de nouveaux participants s’avère impossible, malgré les efforts de Roger Ruillier pour mobiliser ses relations familiales dans les différentes branches de l’industrie textile152.

  • 153 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, I-B.

131Enfin, la Schwäbische Zellstoff qui, jusque-là, ne posait aucun problème à ses actionnaires français, devient pour eux une source de difficultés. Un procès lui est intenté par son ancien propriétaire, la Thüringische Zellwolle, qui conteste la validité de l’acte ayant permis en 1947 son éviction au profit des actionnaires français. De plus, il s’avère que, pour les transferts de fonds entre la France et l’Allemagne, Michel Labbé-Laurent n’a pas respecté la législation sur les changes en vigueur. La SAIC doit donc payer de lourdes amendes, tant à l’administration fiscale allemande qu’à l’Office des changes français. Il s’agit ici d’un exemple parmi d’autres, rendu particulièrement retentissant par une campagne de presse, des efforts alors accomplis par certaines firmes allemandes pour évincer les entreprises françaises de leurs positions acquises après guerre. On sera amené à l’exposer plus loin153. Pour les dirigeants de la SAIC, le coup est rude, d’autant plus qu’il remet en cause les bonnes relations qu’ils entretenaient avec leurs interlocuteurs allemands, tant à Ehingen qu’à Rottweil ou Rhein-Dürckheim.

  • 154 Étude comptable de CECEL, juin 1955, complétée par une lettre du successeur de Labbé-Laurent à la (...)

132En 1955, le nouveau patron de la SAIC, Jacques-Henry Gros, qui a succédé un an plus tôt à Roger Ruillier décédé, doit procéder à la refonte totale du groupe SAIC-CECEL-Alizay. Il constate que la CECEL, « qui dégageait encore un résultat positif de 1,7 million de F en 1952, est devenue déficitaire, pour 12,4 millions en 1953, puis 6,9 millions en 1954. Le fonds de roulement est nettement négatif »154. Il devient urgent de procurer à l’entreprise les fonds nécessaires à sa survie. On y parvient en revendant à deux compagnies d’assurances allemandes, Victoria et Colonia, une partie du capital de la Schwäbische Zellstoff que détenait naguère la CECEL. Cette dernière ne conserve plus dans l’affaire que le quart du capital et s’engage à ne plus y exercer d’influence. En même temps, la Schwäbische Zellstoff souscrit au quart du capital de la CECEL. Par cet échange de participations croisées, la CECEL parvient à éviter la faillite qui la menaçait. Quant à la SICA d’Alizay, la CECEL continue à en détenir le quart du capital. Mais c’est désormais le groupe cotonnier d’Armentières Coisne & Lambert qui dirige l’affaire, avec l’appui de la Banque de Paris et des Pays-Bas. A un triumvirat associant les intérêts alsaciens, nordiques et lyonnais, s’est substituée une nouvelle configuration.

  • 155 Lettre de la COGEPAR à Pierre de Calan, 7 février 1964, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 93 A 205.
  • 156 Une visite d’Alexis Kossyguine en 1960, lors du voyage de Khrouchtchev en France, est ainsi mentio (...)

133Trois ans plus tard, en 1958, la SAIC s’efface définitivement de la CECEL qui, sous le nom de Comptoir européen de la cellulose, redevient une SARL. La SICA d’Alizay est toujours dirigée par Georges Cardi qui conservera ses fonctions jusqu’en 1967, ce qui témoigne d’une certaine continuité. Comme la SAIC s’abstient de participer aux augmentations successives de son capital, elle finit par ne plus détenir au fil des ans que quelques titres seulement, un « reliquat de notre ancienne participation », conservé pour des « raisons sentimentales »155. Ce n’est pas pour autant l’échec du projet qui avait été conçu au début des années 1950, mais plutôt sa poursuite sous la conduite d’autres propriétaires. L’usine d’Alizay continue en effet à se développer. En 1962, la production y atteint le rythme annuel de 60 000 tonnes de cellulose, soit le double des quantités initiales. Lors des visites officielles qui se déroulent dans cette partie de la France, on l’inclut au programme proposé aux célébrités de passage156. Elle fait figure de fleuron des prouesses techniques de l’industrie française. Étrange retournement de situation pour une usine qui a été édifiée grâce à un transfert de technologie en provenance d’outre-Rhin !

***

134Ce n’est pas sans artifice que nous avons dû distinguer, dans ce qui précède, les aspects commerciaux, financiers et technologiques qui composent la stratégie des entreprises françaises à l’égard de l’Allemagne. Il est bien évident que la création de succursales commerciales ou le rachat de brevets impliquent des moyens financiers et qu’une bonne partie des investissements réalisés outre-Rhin y est consacrée. Plus profondément, ces trois domaines sont, du moins pour les grandes firmes, les facettes d’une même stratégie globale qui combine conquête des marchés, investissements directs et recherche de nouveaux procédés techniques. Pour des groupes comme la Compagnie de Saint-Gobain, Pont-à-Mousson, L’Air Liquide, Rhodiacéta, on peut parler d’une politique allemande d’ensemble, et non de trois directions différentes. Il nous a semblé cependant nécessaire de les distinguer, à la fois pour mieux faire ressortir les motivations de décisions souvent enchevêtrées et pour tenir compte du cas des firmes qui se limitent à l’un de ces aspects seulement. A la fin des années 1960, lorsque le « modèle allemand » est universellement célébré par les responsables de la politique économique et les analystes des performances nationales, il y a bien, de la part des entreprises françaises, tendance à se tourner prioritairement vers ce pays pour y trouver des marchés, des occasions de profits, mais aussi une inspiration et, parfois, un exemple à suivre. Pour spontané qu’il soit, le mouvement ne saurait se comprendre sans la réunion de tout un ensemble de circonstances propices qui forment autant d’incitations supplémentaires à son développement. C’est ce contexte favorable qu’il convient maintenant d’examiner.

Notes

1 Lettres de la direction des Industries textiles et diverses au conseiller commercial de France à Francfort, 8 et 21 février 1950, AN, F12 10 338.

2 Note de la direction des Industries textiles et diverses aux fédérations professionnelles, 10 mars 1949, AN, F11210 337 (II).

3 Rapport commercial présenté à une séance du comité de direction des VEGLA, 19 octobre 1949, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

4 Note de la direction de la Coordination industrielle aux directeurs de branches du ministère de l'Industrie et du Commerce, 28 janvier 1948, AN, F12 10 337 (I).

5 Rapport de Louis Roché, observateur français en Bavière, au HCFA, 13 juin 1951, MAE Colmar, AEF, 26/4.

6 Échanges franco-allemands, n° 20, juin 1960, p. 25-26.

7 « Note de M. Chevrier sur la représentation française à la Foire industrielle de Hanovre », 30 avril-9 mai 1961, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 923-04, TD 682.

8 « Rapport de mission dans les Basses-Pyrénées de M. Jacquet au directeur des Industries textiles et diverses », 9 octobre 1954, AN, F12 10 292.

9 Compte rendu par Simon Lazard à Pierre Bruneton, directeur général d'Air Liquide, d'une rencontre avec Ruckdeschel, directeur chez Linde du département Gaz industriels. Papiers Lazard, dossier GALCO/Linde, 11 octobre 1955.

10 Il est le petit-fils du fondateur de la banque où il travaillé durant quelques années dans l'immédiat avant-guerre. Voir Didier Lazard, Tenir le cap dans l'imprévisible, souvenirs de Simon Lazard, Neuilly, chez l'auteur, 1989, 166 p.

11 Il terminera sa carrière au début des années 1990 en tant que délégué général pour l'Allemagne du groupe Louis Vuitton-Moët-Hennessy.

12 Procès-verbal de la réunion tenue à Worms, dressé par l'officier de contrôle, 13 juillet 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 3.

13 Échanges franco-allemands, n° 38, décembre 1964. Un article ultérieur estime à 36 000 les déclarations de contrats en instance devant la Commission européenne depuis cette décision.

14 Chiffres calculés à partir d'une « étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, responsable d'UFALEX en Allemagne, 15 juin 1967 ; note de Michel Perbos, de L'Aluminium français, sur les prévisions de marché en Europe, 5 février 1968, Archives Pechiney, 05-9401172 et 01-02-9400452. Sur les premiers pas d'UFALEX en Allemagne, nous utilisons un historique manuscrit de 8 pages, rédigé en 1993 par son ancien gérant, Christian de Saint-Amand, qui nous a communiqué ce texte lors d'un entretien le 13 septembre 2000 dont nous lui sommes vivement reconnaissant.

15 Rapport d'activité d'UFALEX, 9 octobre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450.

16 Contrat signé le 5 juillet 1967, Archives Pechiney, 08-01-9400533.

17 Note récapitulative sur l'évolution du capital de MEHAKO, service des Etudes et Participations de Cegedur, sd ; acte de fondation de MEHAKO Aluminium Halbzeug, 7 novembre 1969, Archives Pechiney, 04-31-9400686 et 05-30-9401523.

18 Acte de fondation de Pechiney Aluminium Halbzeug GmbH, 29 septembre 1970 ; lettre de François Bénard, directeur commercial de Cegedur, à Werner Dieckerhoff, 14 décembre 1970, Archives Pechiney, 05-30-9401523.

19 Voir infra, 2e partie, chapitre V, I-A.

20 Lettres du délégué de la Chambre syndicale des fabricants français de toiles cirées, simili-cuir, linoléum et du Syndicat général des cuirs et peaux de France à la direction des Industries textiles et diverses, 5 et 16 juin 1950, AN, F12 10 338.

21 Étude de la Fédération de la soierie sur les relations commerciales franco-allemandes, adressée au ministère de l'Industrie et du Commerce, 24 septembre 1949, AN, F12 10 337 (II).

22 Lettre du Comité central de la laine à la direction des Relations économiques extérieures, ministère des Finances et des Affaires économiques, 19 juillet 1949, AN, F12 10 337 (II).

23 Lettre du Comité central de la laine à la direction des Relations économiques extérieures, ministère des Finances et des Affaires économiques, 30 décembre 1949, AN, F12 10 338.

24 . Rapport de Louis Robichez et Robert de Maintenant, 8 novembre 1949, AN, F12 10 337 (II). La mission rapporte en outre avoir repris contact « avec les principaux représentants de l'industrie lainière allemande » et précise : « M. Schilling, Referat Textil en France pendant l'Occupation, actuellement directeur général des Peignages de Blumenthal, près de Brême, s'est mis à la disposition de la délégation pour lui ménager les entretiens nécessaires » : nouvelle preuve du poids du passé dans les relations entre les entreprises françaises et l'Allemagne après 1945…

25 Note du commissaire coton-lin au service des Affaires extérieures, ministère de l'Industrie et du Commerce, sd (1950), AN, F12 10 338.

26 Note du Syndicat général de l'industrie cotonnière française au directeur des Industries textiles et diverses, 21 mars 1950, AN F12 10 338 ; lettre du préfet de l'Aude au ministère de l'Industrie et du Commerce, 14 mars 1951, AN F12 10 339 ; réclamation des Ets Mondial-béret, de Mazamet, à la direction des Industries textiles et diverses, 20 septembre 1949 ; lettre de Georges Guille, député de l'Aude, à Robert Lacoste, ministre de l'Industrie et du Commerce. 31 mars 1949, AN F12 10 337 (II).

27 « Mission en Allemagne de MM. Plantron et Jamain », avril-mai 1958 (108 p. dact.), Archives du Syndicat cotonnier d'Alsace, CERARE, 92 A 2747.

28 Déclaration de Pierre de Calan au comité consultatif et d'information du Syndicat général de l'industrie cotonnière, mars 1963, Archives du Syndicat cotonnier d'Alsace, CERARE, 92 A 2042.

29 Compte rendu de la réunion préparatoire des membres français du conseil d'administration de la COCFA, 3 décembre 1963, Archives de la CCIP I 5-10 (8).

30 « Comment faire l'Europe cotonnière ? Une étude, un programme d'action », rapport sans indication d'auteur, émanant du Syndicat général de l'industrie cotonnière, juillet 1954, Archives du Syndicat cotonnier d'Alsace, CERARE, 92 A 2749.

31 Anne-Sophie de Poix, Pierre de Calan et l'entreprise (1911-1993), mémoire de maîtrise ss. la dir. d'Alain Plessis et André Thépot, Université de Paris X-Nanterre, 1998, p. 42-48. Voir aussi sur ce point les analyses de Stefan H. Lindner, Den Faden verloren. Die westdeutsche und die französische Textilindustrie auf dem Rückzug (1930/45-1990), Munich, CH. Beck Verlag, 2001, p. 202 et ss.

32 Échanges franco-allemands, n° 17 (septembre 1959), 23 (mars 1961), 29 (septembre 1962), 34 (décembre 1963).

33 Souligné au texte, ibid., n° 9, avril 1957. Sur les mesures gouvernementales, qui annoncent le retour au contingentement intégral des importations, puis l' « opération 20 % » auxquels procédera au cours de l'été 1957 Félix Gaillard, ministre des Finances et des Affaires économiques dans le cabinet Bourgès-Maunoury, voir André de Lattre, Politique économique de la France depuis 1945, Paris, Sirey, 1966, p. 476-481.

34 Voir infra les cartes de l’annexe III.

35 « Réseaux de distribution d’oxygène pour la sidérurgie », note interne, L’Air Liquide, décembre 1961, actualisée le 24 avril 1963 ; compte rendu d’un entretien entre les dirigeants d’Hoechst et ceux d’Air Liquide, 14 avril 1964, rédigé par Simon Lazard, Papiers Lazard, dossier Berliner Handelsgesellschaft et dossier Linde/Entretiens Air Liquide-Knapsack-Griesheim- Linde.

36 Note non signée adressée à Pierre Bruneton, directeur général d’Air Liquide, 10 décembre 1962, Papiers Lazard, dossier GALCO/Réunions et comptes rendus 1961-1963.

37 Note de Simon Lazard à André Lot, directeur du département Europe à Air Liquide, 24 novembre 1969 ; note de la division Gazothérapie à Pierre Bruneton, 15 octobre 1968, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes internes et dossier GALCO/Réunions et comptes rendus 1965-1973.

38 Télégramme de la direction générale de l’Economie et des finances du GMZFO au CGAAA, en réponse à une demande de renseignements sur les faits survenus l’année précédente, 2 octobre 1946, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 6. Sur les avoirs détenus par Pont-à-Mousson en Allemagne avant 1939 ainsi que sur l’ensemble de l’activité du groupe, la référence essentielle demeure Alain Baudant, Pont-à-Mousson (1918-1939). Stratégies industrielles d’une dynastie lorraine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980, X-508 p.

39 Compte rendu de la séance du comité de gestion des Participations publiques, présidé par François Bloch-Lainé, directeur du Trésor, 15 juin 1950, MAE Colmar, AAA, 1369/2.

40 Étude sur la situation financière du groupe De Wendel, 18 mars 1959, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 810, note 1424-19.

41 Chiffres de 1951.

42 Sur les gisements charbonniers possédés en Allemagne par les groupes français, nous suivons le tableau donné par une « liste des entreprises françaises possédant des intérêts en Allemagne », 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 917-19, TD 621. Il correspond aux indications de Sylvie Lefèvre, « Les sidérurgistes français propriétaires de charbonnages dans la Ruhr (1945-1954) », in Andreas Wilkens (dir), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen…, op. cit., p. 237-247. Voir aussi sur ce point l’ouvrage au ton journalistique, mais très bien informé de Kurt Pritzkoleit, Le Saint-Empire industriel germanique, trad. fuse, Paris, Denoël, 1954, p. 91-102.

43 Voir sur son cas l’ouvrage récent de Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland, op. cit., passim.

44 Note anonyme du service des Affaires d’Europe centrale, 17 janvier 1951, Archives Saint- Gobain, SGV Hist 00001/223.

45 Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française…, op. cit., p. 181. Voir aussi, sur cette irruption du groupe Solvay dans les affaires de verrerie qui se répercute sur ses relations avec l’industrie chimique française, Eric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe…, op. cit., p. 302-307.

46 Note de Noisette, chef du service des Affaires d’Europe centrale, à la direction générale des Glaceries, 14 novembre 1946, et lettre d’Emile Gentil à Jean-Louis Schrader, 23 juin 1949, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

47 Informations provenant pour l’essentiel du compte rendu d’un voyage fait en Allemagne par le président Pierre Hély d’Oissel, 20 au 24 février 1950, Archives Saint-Gobain, CSG 00293 (2)/471, complétées par les indications de dossiers de la direction des Etudes économiques et financières du Crédit Lyonnais pour 1948 et 1949 (DEEF, 49 837 et 59 739). Elles recoupent les analyses de Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988, 704 p. et, du même, Une multinationale à la française…, op. cit., p. 173-187.

48 Note sur la situation du groupe De Wendel, 28 juillet 1953, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 810, note 1424-16.

49 Rapport sur la Deutsche Azetatkunstseidenfabrik AG Rhodiaseta, sd (octobre 1946), MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 6.

50 Note à propos d’un projet d’émission d’emprunt obligataire, 29 mai 1959, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 849/1, étude 10 744/5. On trouve dans l’ouvrage d’Alain Jemain, Michelin, un siècle de secrets, Paris, Calmann-Lévy, 1982, 276 p., quelques indications sur l’expansion internationale du groupe.

51 Comme le montre Lionel Dumond, « L’industrie française du caoutchouc (1880-1970) », Histoire, économie et société, 1998, n° 1, p. 83-100, à propos d’unités de production créées par Michelin dès avant la première guerre mondiale en Europe et aux Etats-Unis. La Deutsche Michelin Pneumatik AG a été effectivement créée à Francfort dès 1906. Mais il s’agit pour l’essentiel d’une succursale de vente, qui ne fabrique que 5 % seulement de la production totale du groupe (Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières…, op. cit., p. 516).

52 Nous ignorons à quelle date elle a été remise en activité par le groupe. Une note bancaire, datée du 29 juin 1944, détaille les conditions avantageuses dont a bénéficié Hutchinson durant la guerre, tant à Mannheim que dans ses usines françaises de Montargis et de Puteaux (Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 846. dossier 3597/3). Le fait est confirmé par diverses études, comme Jean-Marie Flonneau, « Les entreprises industrielles du Loiret », in Alain Beltran, Robert Frank et Henry Rousso (dir.), La vie des entreprises sous l’Occupation. Une enquête à l’échelle locale. Paris, Belin, 1994, p. 309.

53 Note sur la maison Monsavon-L’Oréal, 5 juillet 1951, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 853/1.

54 Note sur un programme d’emprunt obligataire de Saint-Gobain, 26 novembre 1946, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 49 837/1, déjà citée dans un article écrit au début de notre recherche auquel nous nous permettons de renvoyer : « L’implantation industrielle française en Allemagne fédérale de 1945 au début des années 1960 : une ambition renouvelée ? », Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 51, juillet-septembre 1996, p. 85-111.

55 Sur la déconcentration et l’effet exercé sur elle par la mise en place de la CECA, voir Volker Berghahn, « Montanunion und Wettbewerb », in Helmut Berding (dir.), Wirtschaftliche und politische Integration in Europa in 19.ten und 20.ten Jahrhunderte. Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1984, p. 247-270 ; Isabel Warner, Steel and sovereignty. The deconcentration of the West German steel industry (1949-1954), Mayence, Verlag Philipp von Zabern, 1996, XIII-274 p.

56 Sur la législation mise en place au xixe siècle, voir Nicole Pietri, Evolution économique de l’Allemagne du milieu du xixe siècle à 1914, Paris, SEDES, 1982, p. 235-244.

57 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières…. op. cit., p. 196-201 ; Richard Tilly, « The growth of large-scale enterprise in Germany since the middle of the nineteenth century », in Herman Daems et Herman Van der Wee (dir.), The rise of managerial capitalism, Louvain-La Haye, Leuven University Press-Martinus Nijhoff, 1974, p. 153.

58 Rapport d’activité de SIDECHAR pour 1956, MAE Colmar, AEF 128/3.

59 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes op. cit.. p. 389-393 (sur Harpener Bergbau) et « Les sidérurgistes français propriétaires de charbonnages allemands (1945-1955) », in Andreas Wilkens (dir.). Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen…, op. cit.. p. 237-247.

60 Chiffres tirés des rapports d’activité de SIDECHAR, années 1956 et 1958, MAE Colmar, AEF 128/3.

61 Rapport des VEGLA intitulé « Capacité, production actuelle et possibilités de ventes des usines en Allemagne », 11 juin 1947, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/225.

62 Fichiers de participations pour 1949, 1959 et 1969, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/226-227. Voir en annexe II la reproduction des tableaux correspondants en 1957-1959 et 1969-1970.

63 Note anonyme sur les participations de la Compagnie en Allemagne, 17 janvier 1951, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

64 Bilans annuels des VEGLA, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/4 à 13 et CSG 00043/186 et 187.

65 Compte rendu de la séance tenue par le comité à Aix-la-Chapelle, 28 avril 1948, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221. Les trois envoyés seront tous par la suite directeurs généraux des Glaceries au sein du groupe.

66 Voir infra, première partie, chapitre III, II-C.

67 Rapport d’activité du Groupement III, 1953, Archives Saint-Gobain, CSG Hist 00004/61.

68 Note présentant le programme d’investissement de la Compagnie, juin 1953, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 739.

69 Note du service des Affaires d’Europe centrale, direction générale des Glaceries, 23 juin 1955, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221.

70 Notes sur la DELOG, direction des Finances extérieures, 1968, CSG 182, dossiers 9-17 (cote provisoire).

71 Lettre de Lazare Carnot, du CTA, au CGAAA, 8 novembre 1948, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 6. Sur les filiales du CTA au cours des années 1960, voir Pierre Cayez, Rhône-Poulenc…, op. cit., p. 222 et 264-266.

72 Voir sur ce point Philippe Verheyde, Les mauvais comptes de Vichy : l’aryanisation des entreprises juives, Paris, Perrin, 1999, p. 101-102, et Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l’Occupation…, op. cit., p. 411-414.

73 Dossier Gillet-Thaon, 9 septembre 1954, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF 59 751. Sur les débuts de Gillet-Thaon, on dispose de l’étude, consacrée aux années antérieures à la première guerre mondiale, de Claude Ferry, La blanchisserie et teinturerie de Thaon 1872-1914, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992, 304 p., qui donne quelques indications sur l’évolution du groupe après 1914.

74 Lettre de Gillet-Thaon au service du Contrôle des biens et des participations étrangères, GMZFO, sd (1947 ?), MAE Colmar, AEF, c.517, p. 2, d. 142. La demande vise à obtenir l’autorisation d’échapper au monopole de l’OFICOMEX (Office du commerce extérieur) pour le règlement de la contre-valeur en francs des devises gagnées par KBC sur les marchés étrangers.

75 Alain Jemain, Michelin…, op. cit., p. 268. Nous n’avons pas d’autres renseignements sur ces créations, n’ayant pu consulter les archives de la firme.

76 Note sur le groupe Monsavon-L’Oréal, 5 juillet 1951, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 853/1, note 9011/2.

77 Handbuch der Grossunternehmen, Darmstadt, Verlag Hoppenstedt und Co., 3 vol., éd. 1968.

78 D’abord en tant que chef du service de la Sidérurgie à la direction des Mines et de la Sidérurgie, puis comme directeur de la Sidérurgie à partir de 1962. Voir sa fiche biographique dans Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor…, op. cit., p. 296-297.

79 Compte rendu de la rencontre à la direction de la Sidérurgie, 5 novembre 1947, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803. Envoyant cinq jours plus tard le texte au secrétaire général de la SCPA, Alfred Ourbak le présente comme l’ « ukase de M. Bureau ».

80 Lettre d’Albert Bureau au chef de la section Sidérurgie, direction de la Production industrielle, GMZFO, 3 mars 1947, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

81 Lettre de Delacote, directeur général adjoint de la SCPA, à Albert Denis, directeur de la Production industrielle au Haut-Commissariat de la République en Sarre, 3 mai 1948, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803. On sait que l’antagonisme entre intérêts lorrains et intérêts sarrois est l’une des clés de compréhension de la politique française en Sarre, après comme avant 1945. Voir sur ce point Armin Heinen, Saarjahre…, passim.

82 À titre anecdotique, on peut citer la réaction du directeur général de la SCPA, Alfred Ourbak, à l’annonce de sa mort. Apprenant au même moment que son ancien adjoint, Gabriel, reste « toujours très alerte malgré son grand âge », il écrit, sarcastique : « Nous avions toujours considéré que, du tandem Gabriel-Thomas, c’était lui qui était resté le parent pauvre, mais finalement, comme il a enterré l’autre, c’est certainement une compensation ! » (lettre d’Ourbak à Paoli, 25 septembre 1950, Archives SCPA, CERARE, 14 A 375).

83 Brochure commémorative, en allemand, intitulée Kalisalzbergwerk Buggingen, sd (1953), 328 p. illustrées, Archives SCPA, CERARE, 14 A 377.

84 Voir infra, deuxième partie, chapitre IV, II-C.

85 Lettre des Fabriques de produits chimiques de Thann et Mulhouse à la direction générale de l’Economie et des Finances, HCFA, 5 décembre 1949, et convention entre la Niob Bergbau Kaiserstuhl et les Fabriques, sd, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 5. Sur les Fabriques, l’ouvrage de référence est celui de Marc Drouot, André Rohmer et Nicolas Stoskopf, La fabrique de produits chimiques Thann et Mulhouse, Strasbourg, La Nuée bleue, 1991, 253 p., qui consacre un bref développement à la Niob Bergbau, p. 193.

86 Lettre de la Compagnie des phosphates du Dyr au service du Contrôle des biens et participations financières, GMZFO, 4 octobre 1948, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 5.

87 Rapport de la Société tunisienne de l’hyperphosphate Reno au service du Contrôle des biens et participations financières, sd (fin 1947), MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 3.

88 Lettre de Loriette, représentant des Potasses d’Alsace à Baden-Baden, à Alfred Ourbak, 21 novembre 1948, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

89 « Rapport sur les intérêts français en Allemagne dans les carburants », sous-comité des Carburants, ministère de la Production industrielle, adressé à la mission militaire française en Allemagne et en Autriche, 13 juin 1945, MAE Colmar, AEF, 208/4. Le tableau des intérêts en Roumanie recoupe les indications de Philippe Marguerat, Le Me Reich et le pétrole roumain 1938-1940, Genève, Institut universitaire de hautes études internationales, 1977, 231 p. Sur les spoliations subies par les groupes pétroliers français de la part de l’Allemagne durant la période 1940-1944, voir Hervé L’Huilllier, « La stratégie de la Compagnie française des pétroles durant la seconde guerre mondiale : sauvegarder l’essentiel », Histoire, économie et société, 1992, n° 3, p. 463-478.

90 Télégramme de Marcel Paul, ministre de la Production industrielle, au CGAAA, transmis par ce dernier à la mission militaire pour les Affaires allemandes, 24 décembre 1946, MAE Colmar, AEF, 208/4.

91 Note du directeur des Carburants à l’ingénieur en chef chargé de la Coordination industrielle, ministère de l’Industrie et du Commerce, 29 janvier 1949, MAE Colmar, AEF, 208/4.

92 Sur ces réalisations, voir Raymond G. Stokes, Opting for oil. The political economy of technological change in the German chemical industry 1945-1961, Cambridge (Mass.), Cambridge University press, 1994, XI-259 p.

93 Lettre du chef de division adjoint de la Production industrielle, HCFA, au CGAAA, 6 décembre 1949, avec annotation manuscrite de Roger Bloch à son collaborateur, Rodocanachi : « Me parler de cette très importante question », MAE Colmar, AAA, 1393/1 ; note de Paul Leroy- Beaulieu au ministre des Affaires étrangères, 6 juillet 1950, MAE Colmar, AEF, 208/4.

94 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 917-19, TD 621.

95 Voir infra, deuxième partie, chapitre IV, II-A.

96 Étude relative au marché allemand, réalisée par P. Chemel, agent d’UFALEX en Allemagne, 15 juin 1967, Archives Pechiney, 05-9401172.

97 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, directeur technique de Cegedur, à l’issue d’une rencontre avec le délégué d’Alusuisse au Salon du bâtiment, 4 décembre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450.

98 Sur les aspects militaires, voir Gérard Bossuat, « Les armements dans les relations franco-allemandes (1945-1963). Les nationalismes à l’épreuve des temps nouveaux », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, octobre-décembre 1993, p. 601-615 ; Georges- Henri Soutou, L’alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands 1954- 1996, Paris, Fayard, 1996, 496 p.

99 Lettre de Jean-Claude Hornus à Maurice Arlet, directeur général des Ets Forgeai, 28 novembre 1968, Archives Pechiney, 01-02-9400442.

100 Note d’information de Cegedur (apparemment destinée au personnel), mars 1969, Archives Pechiney, 01-02-9400442.

101 Note de service de la direction des Industries textiles et diverses, ministère de l’Industrie et du Commerce, 8 mai 1950, AN, F12 10 338.

102 Lettre du directeur des Industries chimiques, ministère de l’Industrie et du Commerce, au CGAAA, 4 février 1950, MAE Colmar, AAA, 1393/5. Sur ce rapport, voir Raymond G. Stokes, Opting for oil…, op. cit., p. 72 et ss.

103 « Je comprends d’autant mieux la tristesse que vous pouvez éprouver que moi-même, en 1940, j’ai subi une épreuve analogue. La Luftwaffe m’a expulsé pour quatre ans de mon laboratoire et tous mes appareils de mesure ont été détruits en quelques heures » (lettre du professeur Jolibois au Dr Reppe, 18 mai 1949, MAE Colmar, AAA, 1393/4).

104 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, président de la BASF, 13 octobre 1953, Papiers Lazard, dossier BASF/Wurster ; Didier Lazard, Tenir le cap dans l’imprévisible…, op. cit., p. 73 et 107, confirmé par le témoignage de l’intéressé.

105 Correspondance relative au voyage d’Alfred Ponte, chef du service des Achats, à Ludwigshafen, 3 février 1950, Archives Pechiney, 01-14-20464.

106 Compte rendu d’un entretien entre Carl Wurster et Pierre Jouven, 18 janvier 1951 ; notes sur le voyage de Pierre Jouven, Léon Denivelle et Maurice Fréjacques en Allemagne, 23 février et 22 juin 1951, Archives Pechiney, 01-14-20464.

107 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 17 décembre 1953, Papiers Lazard, dossier BASF/Wurster.

108 Lettre de Simon Lazard à Carl Wurster, 12 octobre 1956, ibid. Le cas japonais est rendu particulier par « la faiblesse des quantités d’énergie électrique disponibles dans ce pays ». On sait que le carbure de calcium sert à la fabrication de l’acétylène.

109 Lettre de l’ingénieur général Moreau à Simon Lazard, 10 août 1967, Papiers Lazard, dossier BASF/Questions diverses. La pentaérythrite s’obtient par action du formol sur de l’acé-taldéhyde. On l’utilise dans l’industrie des colorants, ainsi que pour la fabrication de résines du type de la bakélite.

110 Article sur le procédé dans L’industrie chimique, mai 1954, n° 442, conservé in Archives SCPA, CERARE, 14 A 376.

111 Lettre de la Compagnie issoise de traction mécanique au CGAAA, 6 avril 1949, MAE Colmar, AAA, 1369/2 ; liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 917, TD 621.

112 Lettre du directeur commercial de la SPIEG au ministère de l’Industrie et du Commerce, 10 décembre 1951, AN, F12 10 339.

113 Note de la division des Fibres artificielles au service des Affaires allemandes, ministère de la Production industrielle, 27 mars 1947, AN, F12 10 602.

114 Une note bancaire les estime à 21 000 F en 1954 et 13 000 F en 1957 (évaluation faite en nouveaux francs), note sur le groupe Ripolin, août 1961, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 751.

115 Liste des relations entre sociétés françaises et allemandes, 27 février 1958, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 59 917, TD 621.

116 Lettre du directeur délégué du Consortium français électronique à la direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 15 novembre 1950, MAE Colmar, AAA, 1371/a. L’ouvrage d’Andrée Michel et Frans Longin, Siemens, trajectoire d’une entreprise mondiale, Paris, Institute éditeur, 1990, 191 p., qui consacre quelques développements à la création de Siemens France SA en 1927, puis à sa refondation en 1956, ainsi qu’aux initiatives prises par le konzern dans le domaine des télécommunications après 1945, ne contient aucun renseignement à ce sujet.

117 Roger Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 156-157. Voir aussi les passages qu’il consacre à cette innovation dans l’Histoire de la France industrielle, publiée sous la direction de Maurice Lévy-Leboyer, Paris, Larousse, 1996, p. 328-333.

118 Commentaire de Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, à Jean Cavallier, directeur général des Fonderies de Pont-à-Mousson, 7 février 1957 ; texte définitif du contrat entre la Compagnie de Pont-à-Mousson et les Buderus’sche Eisenwerke, 10 mars 1958, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685.

119 Originaux des contrats, 11 février et 23 juillet 1959, Archives Pechiney, 08-01-9400553. La date correspond au lancement du modèle Alouette, mais rien n’indique dans les contrats qu’il s’agit bien de ce type d’hélicoptère.

120 Revue économique franco-allemande, 1966, n° 4.

121 Sur cette coopération technique entre constructeurs français et allemands, voir Patrick Fridenson, « Les relations entre les industries automobiles françaises et allemandes des années 1880 aux années 1960 », in Yves Cohen et Klaus Manfrass, Frankreich und Deutschland…, op. cit., p. 334-342., ainsi que Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres…, op. cit., p. 239 et 265-266.

122 Rapport de Jean Galey et Marcel Michaud, du Centre technique d’application des gaz, 24 mai 1965 ; note de Jean-Tony Jenn, directeur à L’Air Liquide, épinglée sur le rapport : « 30 juillet : Nous déclinons », Papiers Lazard, dossier AL/Linde/BASF.

123 Note de Simon Lazard à Jean-Tony Jenn, 2 décembre 1970, Papiers Lazard, dossier Chrono/Notes internes.

124 Échanges franco-allemands, mars-avril 1956, n° 3, p. 12-13.

125 Victor Cambon, L’Allemagne au travail, Paris, Pierre Roger et Cie, 1909, 265 p. ; Jules Huret, En Allemagne, Paris, Fasquelle, 1908-1911.

126 Compte rendu d’une visite d’André Dumas, directeur de L’Aluminium français, à Bonn, au siège des VAW, adressé à René Piaton et Raoul de Vitry, 8 juin 1953, Archives Pechiney, 00-15-20441.

127 Échanges franco-allemands, juillet 1957, n° 10, et novembre 1957, n° 11.

128 « Précisions au sujet du « monopole » de Rhodiacéta », note non signée de la direction des Textiles et Industries diverses, 25 novembre 1950, F12 10 339.

129 Pierre Cayez, Rhône-Poulenc…, op. cit., p. 213.

130 Ibid., p. 150.

131 Procès-verbaux des conseils d’administration d’Halberger Hütte, 14 janvier et 21 avril 1952, Archives Pont-à-Mousson, PAM Hist 00003/31.

132 Lettres de Pierre Single et Hubert Cousin à Michel Paul-Cavallier, 10 et 13 août 1956, Archives Pont-à-Mousson PAM 70 569.

133 « Installation d’un twin à Stolberg », 28 juin 1949, Archives Saint-Gobain, CSG 293/471.

134 Note sur l’usine de Stolberg, sans indication d’auteur, 9 janvier 1951, Archives Saint- Gobain, SGV Hist 00001/223. On y précise que « M. Pirlot, ingénieur civil des Mines de Paris, […] très jeune encore, a fait ses débuts à la glacerie de Chantereine, puis à la glacerie de Franière. »

135 Lettre de Noisette à Henri Saint-Mieux, 30 mars 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

136 Rapports annuels d’activité de Saint-Gobain, 1963 et 1968.

137 Rapport annuel d’activité de Saint-Gobain, 1964, p. 67.

138 Compte rendu de la séance du comité des Affaires d’Allemagne et d’Europe centrale, 22 mai 1953, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

139 Il a fallu malheureusement renoncer à les reproduire ci-joint par manque de lisibilité.

140 « Étude de la capacité de production des glaceries allemandes », adressée par Albert Lecron à René Grandgeorge et Henri Saint-Mieux, 23 juin 1952, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223.

141 « Perspectives de développement de l’industrie des glaces « Sekurit » en Allemagne », rapport sans indication d’auteur, août 1953, Archives Saint-Gobain, CSG 293/400.

142 Roger Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 282.

143 Un rapport ultérieur le présente comme ayant dirigé, à Lenzing (Autriche) « la première usine qui, en Europe, combina dans une même unité industrielle la production de la cellulose et celle de la fibranne ». Note historique sur la Schwäbische Zellstoff et la CECEL, sd (1951 ?), Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 93 A 6. Au témoignage de Jacques-Henry Gros, Richard Bickelhaupt était même l’inventeur du procédé au bisulfite employé à Ehingen pour la production de pâte de cellulose.

144 Rapport, signé Labbé-Laurent, sur la Rheinische Zellstoff à la commission des Participations, CGAAA, 5 mars 1948, MAE Colmar, AEF, c.2876, p. 6.

145 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 28 février 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

146 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 4 mars 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

147 Lettre de Labbé-Laurent à Ruillier, 11 février 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

148 Contrat entre la Schwäbische Zellstoff et la Société industrielle de cellulose d’Alizay, 27 août 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

149 Données tirées de La cellulose d’Alizay. Son usine et l’emploi de ses pâtes, plaquette publiée à Alizay, 1960, 24 p., avec nombreuses illustrations, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 460.

150 Lettre de Ruillier à Gaston Peltzer, président de la Société d’approvisionnement textile, 26 avril 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

151 Note de Labbé-Laurent, intitulée « Pourquoi la Cadette de Gascogne ? », 16 mars 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

152 Lettre de Roger Ruillier à Henri Doll, patron de la Société anonyme de filature de schappe, à Lyon, 30 octobre 1952, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 406.

153 Voir infra, deuxième partie, chapitre VI, I-B.

154 Étude comptable de CECEL, juin 1955, complétée par une lettre du successeur de Labbé-Laurent à la direction de CECEL, Bertrand, informant l’Office des changes, le 11 octobre 1955, d’un « fonds de roulement actuellement nettement négatif », Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 93 A 11 et 94 A 411.

155 Lettre de la COGEPAR à Pierre de Calan, 7 février 1964, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 93 A 205.

156 Une visite d’Alexis Kossyguine en 1960, lors du voyage de Khrouchtchev en France, est ainsi mentionnée dans une coupure de presse, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 460.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Participation française à la Foire industrielle de Hanovre7
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Tableau 3. Évolution des ventes de MEHAKO sur le marché allemand14
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 1. Évolution du capital social de MEHAKO
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Tableau 4. Livraisons de coke et de charbon en provenance de la Ruhr (milliers de tonnes)60
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Tableau 5. Les participations industrielles de Saint-Gobain en Allemagne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Tableau 6 et graphique 2. Effort financier des VEGLA de 1948 à 197064
Légende (Bilans au 31 décembre de chaque année, sauf de 1959 à 1965, où il s’agit des bilans au 30 novembre).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540