Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Première partie. L'intensification des relations avec l'Allemagne

Chapitre premier. Un point de départ médiocre

Texte intégral

  • 1 Pour paraphraser le titre de l'ouvrage de Dietmar Hüser, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik (...)

1Reconnue à la France lors de la conférence de Yalta, définitivement constituée en juillet 1945, la zone française d'occupation (ZFO) est le cadre dans lequel, trois années durant, la France élabore et applique sa politique économique à l'égard de l'Allemagne. Comme l'ont souligné plusieurs recherches récentes, il s'agit d'une politique à « double visage »1. Indécis sur le sort qu'ils souhaiteraient réserver à long terme au pays vaincu, les dirigeants français croient longtemps possible le maintien de deux attitudes. L'une, conçue dans une perspective de revanche, consiste à prélever sur la zone les ressources indispensables au relèvement de l'économie française, à pratiquer largement démontages et restitutions, à affirmer en toutes circonstances la prééminence des intérêts français. L'autre s'efforce au contraire de rétablir les cadres normaux de l'activité économique et de stimuler le redressement de la production, avec pour objectif une exploitation rationnelle des possibilités existantes, voire, à échéance plus ou moins lointaine, le développement d'un authentique partenariat entre les deux pays. Entre politique de force et politique de gestion, le choix n'est pas fait véritablement, car, contrairement à la présentation qui a longtemps prévalu dans l'historiographie, il semble bien qu'il y ait eu moins succession que simultanéité entre ces deux aspects. En politique économique comme dans les autres volets de l'attitude à suivre à l'égard de l'Allemagne, c'est l'ambivalence qui prévaut. Elle subsistera longtemps, au moins jusqu'à l'alignement de la France sur les positions anglo-saxonnes, entre la conférence de Londres en décembre 1947 et l'application à la ZFO de la réforme monétaire en juin 1948.

  • 2 La mise au point la plus pertinente et la plus complète sur ces moyens est celle de Sylvie Lefèvre (...)

2Pour mener cette politique, l'administration créée à Baden-Baden, autour de la direction générale de l'Économie et des Finances du Gouvernement militaire de la zone française d'occupation (GMZFO), dont les responsables sont Jean Filippi, puis Paul Leroy-Beaulieu, s'appuie sur des moyens de type dirigiste2. Les relations commerciales, y compris avec les autres zones d'occupation, sont le monopole de l'OFICOMEX, un office gouvernemental qui met en rapport acheteurs et vendeurs. Les rapports avec la France sont privilégiés, grâce à un rabais de 20 % par rapport aux prix mondiaux, automatiquement accordé à tous les acheteurs français de produits venant de ZFO. Le règlement des transactions, obligatoirement libellées en dollars, se fait auprès de l'Office des changes. Tout transfert financier entre France et ZFO est interdit, dans le but d'économiser les réserves en devises. Lorsque la puissance occupante le juge souhaitable, les entreprises, grandes ou petites, sont confiées à des administrateurs-séquestres, qui sont des hauts fonctionnaires, mais souvent aussi des ingénieurs, des industriels, des banquiers appartenant au personnel pléthorique de l'administration d'occupation. Leur tâche, outre la protection des avoirs, consiste à favoriser une remise en exploitation des installations, souvent confiée à des sociétés de gestion qui louent les locaux et exploitent le matériel et qui peuvent être créées par des firmes françaises. Des dispositions particulières s'appliquent à certains secteurs sensibles, comme le charbon, la navigation rhénane, la presse et le cinéma. Enfin, en coopération avec les autres puissances occupantes, mais en tentant de faire triompher son point de vue particulier, la France entreprend quelques grandes politiques, comme le démontage d'installations industrielles au titre des restitutions, la décartellisation de l'économie, la mise à disposition des Alliés du charbon, mais aussi des brevets et droits de propriété intellectuelle allemands.

3Il était nécessaire de rappeler à grands traits ce cadre administratif et réglementaire. C'est lui qui détermine les premiers rapports qu'entretiennent avec l'Allemagne, ou plutôt avec les zones d'occupation qui y sont établies, les entreprises françaises. Durant toute cette période, qui va de la défaite allemande à la réforme monétaire de juin 1948, ces rapports demeurent limités à la réalisation d'objectifs à court terme : se procurer le matériel, les matières premières, les techniciens indispensables, profiter des circonstances pour se renseigner à bon compte sur les procédés allemands de fabrication. Il semble impossible, voire impensable, de concevoir ou de mettre en œuvre des projets à longue échéance. De multiples raisons s'y opposent : le contexte né de la guerre, les séquelles de quatre années d'occupation, les incertitudes qui pèsent sur le sort à venir de l'Allemagne. Aussi le bilan de la période apparaît-il bien décevant, notamment à ceux qui, à l'instar de certains hauts fonctionnaires, souhaiteraient définir pour le plus grand profit de l'économie française les contours d'une ambition allemande véritable.

I. LES OBJECTIFS À COURT TERME DES ENTREPRISES FRANÇAISES

A. LE PRÉLÈVEMENT DE MATÉRIEL DE FABRICATION

4Loin d'être indifférentes aux relations avec l'Allemagne, comme si la reconstruction pouvait se faire à partir des seules ressources nationales, plusieurs entreprises françaises souhaitent dès les lendemains de la défaite allemande en mai 1945 envoyer au plus tôt leurs représentants outre-Rhin pour renouer des contacts, malgré toutes les difficultés du moment, dont la moindre n'est pas l'obtention des autorisations nécessaires pour la délivrance de bons d'essence. En témoigne la correspondance reçue par les administrations de tutelle.

  • 3 « Compte rendu du voyage en Allemagne de MM. Ayçoberry et Kirchheim » (23 pages dact. avec nombreu (...)
  • 4 Lettres de la division Fibres artificielles de la direction des Textiles et des Cuirs, ministère d (...)
  • 5 Signalé par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 19.

5Vingt jours seulement après la capitulation du Reich, deux cadres de la direction générale des Glaceries de la Compagnie de Saint-Gobain entreprennent un voyage en Allemagne. Il s'agit de constater l'état des usines qu'y possède le groupe, très variable selon la situation par rapport à la ligne de feu. Les dégâts, importants à Stolberg, près d'Aix-la-Chapelle, sont insignifiants à Mannheim, où, n'était le manque de main d'œuvre et de combustible, les fabrications pourraient reprendre quasi immédiatement3. Quelques mois plus tard, en octobre 1945, le Comptoir des textiles artificiels (CTA) délègue l'un de ses dirigeants, Robert Hemé de Lacotte, pour participer à un voyage organisé outre-Rhin par le Syndicat des textiles artificiels. Il peut ainsi reprendre contact avec la filiale allemande de la Rhodiacéta, la Deutsche Acetatkunstseiden AG Rhodiaseta (DAR), qu'a fondée en 1927 le CTA en association avec la Société chimique des usines du Rhône et dont l'usine principale se trouve à Fribourg-en-Brisgau4. Le cas est contemporain d'autres voyages en Allemagne, tel celui de Maurice de Wendel et de plusieurs dirigeants des Forges de La Marine-Homécourt et des Aciéries de Micheville, chargés d'établir un rapport sur les usines sidérurgiques que réclame la France au conseil quadripartite de contrôle au titre des réparations5.

6On constate donc chez certaines entreprises françaises un intérêt précoce pour l'Allemagne. Mais, au-delà de la simple visite des installations qu'elles y possédaient ou contrôlaient, ce sont des raisons très concrètes qui motivent ces déplacements. Dans l'état d'extrême délabrement dans lequel se trouve l'industrie française à la fin de la guerre, les voyages effectués en Allemagne ont fréquemment pour but de récupérer des équipements qui, on semble en avoir pris conscience très rapidement, n'ont guère été atteints par les destructions et sont souvent plus performants que les matériels correspondants utilisés en France.

  • 6 « Rapport de mission à Rottweil et Fribourg de MM. Bajard, Lecomte, Pierrat et Retel », 6 mai 1946 (...)

7Pour les trouver, on voit s'organiser de véritables missions, mises sur pied par les fédérations professionnelles auxquelles participent des ingénieurs, des cadres supérieurs, des techniciens appartenant souvent à plusieurs entreprises différentes. Ainsi, en avril 1946, les usines chimiques de Rottweil, dans la haute vallée du Neckar, et l'usine de fibres artificielles de la Deutsche Rhodiaseta à Fribourg sont visitées par une nouvelle mission de cadres et d'ouvriers spécialisés originaires de cinq entreprises, formée par le Syndicat des textiles artificiels. Il s'agit d'« examiner sur place les possibilités d'enlèvement de matériel de Rottweil proposé par la section Textile en Allemagne, compte tenu des programmes fixés par elle ; vérifier si les demandes de transfert de matériel de Fribourg vers Lyon de la société Rhodiacéta [sont] compatibles avec les projets de programme établis pour Fribourg par la section Textile ; donner un avis technique sur l'intérêt de ces déplacements de matériel pour l'industrie française des fibres artificielles ; donner des éléments d'appréciation sur la valeur d'achat du matériel de Rottweil »6. Aussi, quelques mois plus tard, le Syndicat français des textiles artificiels propose-t-il à neuf entreprises dont, bien sûr, toutes celles qui ont participé à la mission l'acquisition de matériel allemand à des prix « en francs français, départ Mulhouse ».

  • 7 Voir sur ce point Jean-Louis Loubet, Automobiles Peugeot. Une réussite industrielle 1945-1975, Par (...)
  • 8 Procès-verbal d'une réunion des entreprises sidérurgiques lorraines, tenue à Metz dans le cadre de (...)
  • 9 Rapport multigraphié de l'Office professionnel de la Sidérurgie, 10 mai 1946, Archives Pont-à-Mous (...)

8L'exemple du textile artificiel peut être étendu à d'autres secteurs. Pour récupérer le matériel qui avait été pillé à Sochaux par l'armée allemande, Peugeot organise dans toute l'Allemagne conquise par les armées alliées et jusqu'aux Pays-Bas et en Tchécoslovaquie une véritable « chasse aux machines » qui durera jusqu'en 1947. Elle permet dès l'automne 1945 de récupérer 1 551 machines, soit davantage que les 1 545 qui avaient été volées, et de procurer à l'entreprise certains équipements nouveaux de grande qualité7. De même, dans la sidérurgie, deux missions sont envoyées par les groupes français vers les usines de la Ruhr au printemps 1946. L'une se rend chez Hoesch, après autorisation reçue des autorités britanniques d'occupation, pour y voir « le haut fourneau de la plus grande capacité qui existe en Europe ». Avec ses 6,80 mètres de diamètre au creuset, il peut produire 600 tonnes de fonte par jour. On décide d'y effectuer pendant six mois des essais de réduction de la minette lorraine8. L'autre visite plusieurs usines de la région. Y participent des cadres des Ets Jacob Holtzer, de La Marine-Homécourt, des Aciéries de Micheville, de la Société métallurgique de Normandie, sous la conduite d'un membre de l'Office professionnel de la Sidérurgie. Leur impression d'ensemble est mitigée. « Ces usines, puissamment équipées et capables de productions élevées, ne [sont] pas d'une classe nettement supérieure à celle des bonnes usines françaises correspondantes ». Ils ne manquent pas toutefois de signaler, en dehors même de la Ruhr, l'intérêt présenté par les anciennes Hermann Goering Reichswerke, à Watenstedt, près de Salzgitter, construites en 1938 qui sont « le dernier cri de la technique allemande, alliée si l'on peut dire à la technique américaine », ainsi que celui des usines de Höntrop, près de Bochum, qui « représentent sans doute, suivant l'expression même de leurs exploitants, la plus belle aciérie Martin d'Europe »9.

  • 10 Nous employons dans tout ce qui suit cette dénomination, même si la raison sociale du groupe est e (...)
  • 11 Rapport de Louis Jullien, directeur administratif du groupe, et de P. Soudan, 23 juillet 1946, Arc (...)

9De même encore, visitant en juillet 1946 les usines d'alumine de Nabwerk, en Bavière, et de Lippewerk, en Westphalie, appartenant toutes deux aux Vereinigte Aluminium Werke (VAW), les cadres de Pechiney10 constatent certes qu'elles n'ont pratiquement subi aucune destruction et sont de construction récente, ayant été équipées dans l'immédiat avant-guerre, dans le cadre du Plan de quatre ans. Mais ils observent que « leur conception est restée ancienne et [que] l'on n'y trouve aucune technique nouvelle, concernant, par exemple, l'attaque continue de la bauxite, le lavage des boues avec un minimum d'eau, l'amélioration de la décomposition ». Leur conclusion est donc catégorique : « Le transfert d'une usine d'alumine complète […] ne présente aucun intérêt pour l'industrie française de l'alumine. Par contre, il serait intéressant de pouvoir y prélever certaines parties d'installations susceptibles de trouver leur utilisation dans les usines françaises »11.

  • 12 Compte rendu du voyage, auquel participent René Piaton, Jean Matter et quatorze ingénieurs et cadr (...)

10Il faut se garder de voir dans ce scepticisme affiché pour la technique allemande l'effet d'une découverte soudaine, rendue possible par la capitulation allemande. Durant la guerre, plusieurs visites ont eu lieu, notamment en janvier-février 1944, à Rheinfelden, Nabwerk, Mattigwerk, près de Braunau (Autriche). Elles avaient déjà permis de constater que « techniquement parlant, le matériel […] est légèrement inférieur à celui dont nous disposons dans nos usines » et que la supériorité allemande provenait essentiellement d'une organisation du travail différente, dont le recours systématique au travail par équipes12.

  • 13 Lettre des Ets Corgié, de Saint-Victor-sur-Rhins (Loire), à l'Office professionnel de l'industrie (...)
  • 14 Lettre des Filés de Calais à la direction des Textiles et des Cuirs, 2 juillet 1945, AN, F12 10 60 (...)

11Toujours est-il que, grâce aux rapports fournis par de telles missions, nombre d'entreprises françaises passent dès l'immédiat après-guerre commande de matériel allemand auprès des autorités de tutelle par l'intermédiaire des fédérations professionnelles qui recensent leurs besoins et les préviennent de l'existence de ces disponibilités. Certaines croient utile de joindre à leurs demandes des arguments de nature extra-économique, telle, par exemple, cette entreprise de chiffonnage et d'effilochage du Forez qui réclame sa part des futures réparations imposées au vaincu, car « ce serait justice que l'Allemagne contribue à équiper les petits industriels qui, par patriotisme, n'ont pas voulu travailler directement ou indirectement pour sa machine de guerre et ont végété pendant tout le temps de l'Occupation »13. Point n'est besoin cependant de faire usage de tels justificatifs : c'est très officiellement, semble-t-il, du moins dans des secteurs comme l'industrie textile, l'équipement électrique, l'horlogerie, que les autorités de tutelle font dresser par les fédérations professionnelles la liste des besoins des entreprises et leur communiquent les conditions d'acquisition des matériels allemands, précisant bien que les prix pratiqués ne pourront en aucun cas être supérieurs aux prix des matériels correspondants en France. Le phénomène est d'autant plus naturel que l'Allemagne était, avant-guerre, le fournisseur privilégié de certains équipements faisant défaut en France. Il en est ainsi, par exemple, des pompes à engrenage qu'utilise la société Les Filés de Calais. Achetées avant guerre à la BARMAG, elles ont été détruites et la société réclame donc des machines équivalentes14.

  • 15 Lettre des Ets Laeuchlé, à Strasbourg-Meinau, à la division Laine et effilochage, direction des Te (...)

12Il s'agit ici de la simple reprise d'un courant d'approvisionnement traditionnel. D'où, sans doute, l'âpreté avec laquelle certaines entreprises discutent les prix pratiqués : le patron d'une firme d'effilochage de Strasbourg, après s'être déclaré intéressé par du matériel fabriqué à Reutlingen, dans la partie du Wurtemberg occupée par la France, préfère ainsi se désister, vu les retards d'acheminement prévisibles et les prix proposés qui, selon lui, « sont une exagération pure et simple »15.

  • 16 Lettre de Pierre Jouven à Jean Matter, 2 janvier 1948, Archives Pechiney, 01-14-20464.

13Tout un courant de commandes de matériel allemand se rétablit donc dès les lendemains de la guerre, sans attendre l'aboutissement des discussions interalliées au sujet des réparations et démontages. L'administration française se fait vendeuse d'équipements allemands. Elle insiste parfois lourdement pour tenter de convaincre les industriels de l'intérêt de telles commandes. Chez Pechiney, par exemple, c'est tardivement et après avoir été « relancés de divers côtés au sujet des prélèvements à effectuer en Allemagne », que les dirigeants se décident à établir une liste de matériels « qui pourraient – une fois n'est pas coutume – [avoir] une certaine efficacité »16.

  • 17 Lettre du ministère de la Production industrielle au Général commandant en chef en Allemagne, 22 j (...)

14On n'est pourtant pas unanime, même au sein de l'administration, à encourager ce mouvement. Des réticences s'y manifestent de bonne heure, notamment dans les bureaux du Gouvernement militaire de la ZFO, qui ne souhaite pas un démantèlement des capacités productives, générateur de chômage, de sous-consommation et d'importations forcées. Par exemple, il est significatif que, pour justifier une demande de matériel à prélever chez Bosch, le ministère de la Production industrielle doive faire état, dans sa correspondance avec les autorités de Baden-Baden, du fait qu'elle n'affectera pas le programme de fabrication prévu17. L'analyse de la situation diffère donc à Paris, au ministère de la Production industrielle, et à Baden-Baden, au Gouvernement militaire de la ZFO. Confrontées à des priorités différentes, d'une part la reconstruction de l'économie nationale, de l'autre la nécessité d'éviter en ZFO le creusement de pénuries qui se retourneraient contre les intérêts français, les autorités de tutelle ont, dès les premiers mois de l'après-guerre, des choix difficiles à faire.

  • 18 Parmi de multiples exemples, ces moulins à broches double torsion provenant de la Vereinigte Glanz (...)
  • 19 « Les tendances actuelles et futures de l'industrie sidérurgique en France », conférence d'Albert (...)
  • 20 « Rapport de voyage en Allemagne de MM. Toinet et Borocco », 16 au 23 juillet 1947, Archives Saint (...)
  • 21 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 80-81.
  • 22 Lettre de la direction des Textiles et des Cuirs au Groupement des effilocheurs de France, 22 janv (...)

15Toujours est-il que les entreprises françaises ont disposé, grâce aux prélèvements, d'un matériel souvent récent, parfois très performant18, qui a permis à des firmes grandes ou petites de faire face aux urgences immédiates. Dans la sidérurgie, deux hauts fourneaux et une aciérie Martin ont été démontés des anciennes Hermann Goering Reichswerke, permettant à Usinor d'approvisionner en acier son train de laminage en continu à larges bandes de Denain sur lequel repose en grande partie la modernisation du secteur. Un train de laminage à froid provenant aussi de Watenstedt a été transféré en Lorraine19. Dans l'industrie chimique, Saint-Gobain a acquis pour ses usines de Saint-Fons deux fours tournants de grillage de pyrites à l'état neuf, « représentant un matériel extrêmement intéressant », ainsi qu'une installation d'anhydride provenant d'une poudrerie attribuée à la France par l'Agence internationale des réparations, à la suite d'un voyage effectué en juillet 1947 par le directeur général des Produits chimiques accompagné de son adjoint20. Francolor a pu, grâce à du matériel prélevé en Allemagne, doubler sa production d'appareils de vulcanisation pour pneumatiques dans son usine de Villers-Saint-Paul et augmenter significativement celle de colorants azoïques à Oissel, en Seine-inférieure21. Dans l'industrie de l'effilochage, 28 établissements ont reçu, d'août 1946 à janvier 1948, du matériel allemand : pointes d'effilocheuses pour la laine ou le coton, loups ouvreurs (utilisés pour le cardage), matériel de teinture, parfois machines complètes. Répartis très largement sur le territoire national, jusqu'en Afrique du Nord, ces exemples attestent, dans une branche certes très traditionnelle, toute l'importance qu'ont pu revêtir, pour l'industrie française, les prélèvements faits en Allemagne dans l'immédiat après-guerre22.

  • 23 Note de Jean Mentré, directeur de la Fonderie de Ludwigshafen, à Michel Paul-Cavallier, directeur (...)
  • 24 Note à André Grandpierre, 10 décembre 1947, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685. Jacques Rueff pré (...)

16Quant aux entreprises restées, pour des raisons diverses, à l'écart de ce mouvement, elles prennent du moins le soin de le suivre attentivement. Les dirigeants des Fonderies de Pont-à-Mousson, par exemple, se font communiquer la liste des usines dont le démontage est prévu en ZFO et y soulignent les noms qui leur paraissent intéressants23. Ils s'interrogent sur l'étendue réelle des possibilités ainsi offertes et sur l'opportunité de faire examiner par les missions envoyées en Allemagne tel ou tel équipement. Scepticisme naturel ? Pour le délégué général de Pont-à-Mousson à Paris, François de Villepin, « il paraît, d'après M. Rueff, que ce n'est pas un leurre, que les Allemands se sont déjà engagés à faire les démontages nécessaires et qu'il y a réellement du matériel intéressant »24. Manque d'intérêt pour un matériel inférieur à leurs propres installations ? Incapacité à saisir rapidement les opportunités présentées ? Quelles que soient la raison de telle ou telle abstention et la valeur réelle des équipements ainsi prélevés, il reste que, pour de nombreuses entreprises françaises, ils ont représenté, dans une situation de dénuement souvent dramatique, un apport utile qui a permis d'affronter dans de meilleures conditions le défi de la reconstruction.

B. LES BREVETS, PROCEDES DE FABRICATION ET TECHNICIENS ALLEMANDS

  • 25 Lettres de la Rhodiacéta au commissaire aux Fibres artificielles, direction des Textiles et des Cu (...)
  • 26 Compte rendu de visite en Allemagne de Cointe, Decalf et Legendre, daté de janvier 1947 (72 pages (...)

17La mise à disposition des entreprises françaises de la technologie allemande est l'une des tâches que les autorités d'occupation s'efforcent d'accomplir. Elle peut se faire par le biais classique des voyages d'études. On a vu à quel point ceux-ci étaient fréquemment motivés, au lendemain du conflit, par le souci de récupérer du matériel de fabrication destiné aux usines françaises. Mais, plus largement, le courant qui est apparu dès le printemps 1945, loin de se ralentir, persiste et s'étend. Il semble répondre désormais surtout au besoin de se tenir au courant des derniers procédés techniques mis en œuvre outre-Rhin. Les spécialistes qui s'y rendent pour s'informer des innovations les plus récentes sont nombreux. En 1947, la Rhodiacéta adresse à elle seule trois demandes en moins d'un an aux autorités compétentes, pour des missions à Fribourg, Rheinfelden, Ludwigshafen, dont la dernière, « pour trois mois et plusieurs voyages », concerne son directeur général et futur président, Pierre Lombard. Elle présente aussi des demandes pour la zone britannique, à Dormagen et Knapsack, sièges d'usines IG Farben de produits chimiques et d'engrais25. Une autre grande firme, Pechiney, envoie en décembre 1946 trois de ses ingénieurs en zone américaine visiter les installations électrochimiques de Griesheim (IG Farben), Röttenbach et Kolbermoor (Conradty), ainsi qu'en zone britannique, à Mettingen (Siemens). Dans l'épais rapport de visite rédigé au retour, ils concluent à l'intérêt d'une mise en application immédiate des renseignements recueillis26. Mais c'est bien la zone française qui donne lieu à l'exploitation la plus systématique, grâce à une collaboration intense entre les autorités d'occupation et les industriels. Les administrateurs – séquestres qui contrôlent les grands foyers de fabrication et sont eux-mêmes souvent d'anciens ou de futurs cadres de l'industrie jouent ici un rôle majeur. Ils permettent aux entreprises l'accès direct aux ressources technologiques des installations chimiques IG Farben de Ludwigshafen-Oppau et Rottweil, des usines électrométallurgiques et électrochimiques de Rheinfelden, des usines de textiles artificiels, filatures, tissages et ateliers de bonneterie présents dans maintes localités de Forêt-Noire et de Souabe, sans parler de l'industrie sarroise, qui représente à elle seule un cas à part.

  • 27 Nous conformant à l'usage courant, nous avons « francisé » le pluriel de Mark et écrivons dans tou (...)
  • 28 Lettres de Jean-Pierre Fouchier à la direction des Finances, GMZFO, 12 novembre 1946 et 21 janvier (...)

18Chez IG Farben, c'est un ingénieur des Poudres, Jean-Pierre Fouchier, qui a été nommé administrateur-séquestre. Il cumule ces fonctions avec celles de chef de la section Chimie à la direction de la Production industrielle du GMZFO. Selon la présentation qu'il donne lui-même de sa mission, celle-ci comporte « la mise au point d'une formule permettant aux chercheurs français de faire effectuer à façon certaines déterminations dans les laboratoires de l'IG, [pour des] travaux en microanalyse quantitative, détermination des masses moléculaires des hauts polymères et en analyse spectrale » qui ont d'importantes retombées pour les entreprises industrielles. Il s'intéresse aussi à l'organisation des locaux de fabrication, envoyant par exemple à l'Office national industriel de l'azote, contre une redevance de 100 000 Marks27, les plans d'un atelier de fabrication d'urée. Pour rationaliser cette mise à disposition de l'industrie française de la technique chimique allemande, il suggère la création, à Paris, d'un bureau administratif de liaison qui permettrait « la diffusion, dans les administrations françaises et dans les milieux industriels, de documentation »28.

  • 29 Lettre d'Hans Haselmann, interné civil au camp d'Idar-Oberstein, au commandant du camp, le capitai (...)

19Dans l'industrie textile aussi, les services de tutelle se préoccupent dès juillet 1945 du recensement des brevets allemands antérieurs à 1939 susceptibles d'intéresser les entreprises. Ils proposent la venue en France d'ingénieurs et de techniciens volontaires pour un séjour ponctuel dans une entreprise ou pour une installation définitive. Tout comme pour les prélèvements de matériels qui se font parfois chez d'anciens fournisseurs, le rôle des contacts antérieurs s'avère fondamental. Le fait est bien illustré par cet inventeur allemand d'un procédé d'assèchement de la cellulose qui expose aux autorités d'occupation l'avoir déjà proposé avant guerre à une entreprise française et n'avoir pu alors aboutir, « parce que la cession de brevets à des entreprises avait été défendue par le régime national-socialiste ». Placé désormais dans un camp d'internement civil, il propose pour prix de sa libération de céder son invention à qui de droit…29.

  • 30 Lettre de Pierre Jouven à Jouve, Contrôle des industries chimiques à Rheinfelden, 18 août 1948, Ar (...)
  • 31 Lettre de Michel Paul-Cavallier à Pierre David, alors cadre d'Halberger Hütte et futur directeur d (...)

20Les chercheurs allemands intéressent d'autres secteurs encore. Dans l'électrochimie, Pechiney, peu soucieuse du passé, tente de renouer des contacts avec un ancien dirigeant d'IG Farben condamné à deux années d'emprisonnement par les tribunaux alliés qui, après avoir purgé sa peine, se retrouve disponible. Le directeur de la division Chimie et mines, Pierre Jouven, interroge à son sujet un ingénieur de la firme qui occupe les fonctions d'officier de contrôle aux usines chimiques de Rheinfelden, lui demandant s'il juge « utile qu'il continue à s'occuper de nos affaires »30. Dans la sidérurgie, le directeur général de la Compagnie de Pont-à-Mousson, Michel Paul-Cavallier, semble plus réservé, estimant qu'« au point de vue politique, il est préférable que les Allemands restent chez eux plutôt que de venir travailler en France ». Il donne toutefois son accord pour l'accueil d'un spécialiste des traitements anticorrosion, le professeur Borchers, qui sera embauché par la filiale sarroise du groupe en attendant de trouver un poste définitif à l'IRSID (Institut de recherches de la sidérurgie), alors à peine créé, ou à Nancy, dans un laboratoire de l'Université31.

  • 32 Note du délégué aux Fibres artificielles au Syndicat français des textiles artificiels, 20 novembr (...)
  • 33 Note d'Andrä à Pierre Single, directeur général d'Halberger Hütte, 18 décembre 1945, à propos d'un (...)
  • 34 Circulaire de la sous-direction des Réparations et Restitutions, ministère de l'Économie nationale (...)

21La « chasse aux cerveaux » s'organise donc. Elle concerne parfois de grands savants, comme le futur prix Nobel de chimie, le professeur Staudinger, célèbre pour ses recherches sur les macromolécules, qui, reçu à Paris par le Syndicat français des textiles artificiels, est invité à répondre à une « liste des questions intéressant [la] profession » préparée à son intention32. Les industriels, d'accord sur ce point avec les autorités de tutelle, redoutent que de tels chercheurs n'aillent s'établir aux États-Unis ou en Union soviétique « où on leur offre toutes facilités pour poursuivre leurs recherches »33. Mais elle s'étend aussi, plus modestement, aux ingénieurs, techniciens, voire aux ouvriers professionnels dont on a le plus grand besoin face aux urgences de la reconstruction. Les services du ministère de l'Économie nationale établissent une circulaire de quatre pages sur la procédure à suivre « pour l'introduction en France de savants et de techniciens allemands ». Conscient de l'enjeu international qui est en cause, le texte prévoit la possibilité de les accueillir sur simple visa délivré par les services consulaires, en dispense de l'autorisation préalable du ministère de l'Intérieur, « dans le cas où un savant ou un technicien serait sur le point de partir à l'étranger et de nous échapper »34.

  • 35 Projet transmis à la direction du Contrôle des biens et participations financières du GMZFO, sd (m (...)

22On voit même certaines entreprises imaginer des formules compliquées, sans guère souci des dispositions réglementaires en vigueur, mais dictées seulement par l'urgence des besoins en main-d'œuvre qualifiée. Par exemple, les Ets Lamarck, de Tulle, qui fabriquent des aiguilles pour l'industrie de la bonneterie, proposent l'entrée en France d'un ingénieur et de douze ouvriers spécialisés, provenant d'un partenaire allemand, la firme Groz & Beckert qui, à Ebingen, dans la partie du Wurtemberg occupée par la France, réalise le même type de fabrication. Les Ets Lamarck leur verseraient seulement la moitié de leurs salaires. En contrepartie, ils s'engagent « à faire toutes démarches nécessaires auprès des pouvoirs publics pour solliciter le retour dans leurs foyers des cinquante-cinq ouvriers des usines d'Ebingen actuellement prisonniers de guerre en France [et] à intervenir auprès du ministère de la Production industrielle afin qu'une garantie puisse être donnée aux Ets Groz & Beckert, par laquelle il leur serait assuré qu'aucun prélèvement de machines ou de matériel ne sera plus opéré à Ebingen ». La proposition est assortie d'un projet de fondation d'un comptoir de vente commun aux deux entreprises. On ne sait quel sort a été réservé à cette association imaginée par deux firmes qui, manifestement, entretiennent entre elles des relations de longue date35.

  • 36 Marie-France Ludmann-Obier, Die Kontrolle der chemischen Industrie in der französischen Besatzungs (...)

23Ainsi l'appel aux spécialistes et techniciens allemands revêt durant cette période un caractère massif. Selon Marie-France Ludmann-Obier, qui fonde son estimation sur des sources administratives, leur effectif serait de 800 environ dès la fin de 1946 et atteindrait 2 000 à 3 000 personnes pour l'ensemble des années 1945-195036. Le recours aux archives privées confirme l'importance du phénomène et l'intérêt qu'y attachent alors maints chefs d'entreprise.

C. L'IMPORTATION DE MATIÈRES PREMIÈRES ET LES CONTRATS DE TRAVAIL À FAÇON

  • 37 Lettre du Lanital français à la direction des Textiles et des Cuirs, 2 juillet 1945, AN F12 10 605 (...)

24Pour les entreprises françaises, l'Allemagne est également un fournisseur indispensable de produits bruts ou semi-bruts qu'il est impossible de se procurer dans les conditions du moment. Il s'agit parfois de denrées apparemment banales : le mastic, par exemple, qui manque à tel point qu'une firme en ayant impérativement besoin pour ses installations de production en quémande « dix à vingt kilos tout au plus » à un ancien fournisseur de Berlin par l'intermédiaire de l'administration de tutelle37. Mais les fournitures portent aussi sur des quantités plus massives. L'industrie des fibres artificielles, notamment, manque cruellement de pâte à bois, de sulfure de carbone, de charbon, toutes denrées qu'il est devenu temporairement impossible d'importer.

  • 38 Lettre du secrétaire général du Syndicat français des textiles artificiels au directeur des Indust (...)

25Aussi, sans même attendre la fin de la guerre, le Syndicat français des textiles artificiels insiste-t-il auprès des pouvoirs publics pour que l'on inclue à l'avenir l'Allemagne parmi les fournisseurs de cellulose et de pâte à bois qu'on hésite à importer de Scandinavie « pour des raisons de fret ». C'est aussi en Allemagne que l'on peut trouver les quantités de rayonne nécessaires pour compléter la maigre production française et satisfaire ainsi la demande présentée par d'autres branches, notamment l'industrie textile qui l'utilise dans la confection de tissus mélangés destinés en partie à l'exportation. À ce titre, une remise en marche la plus rapide possible des usines de rayonne situées en ZFO, en particulier celle de Rottweil, s'impose. Le projet a d'autant plus de chance d'aboutir qu'il est susceptible de procurer à la France les devises qui lui font tant défaut38.

  • 39 Note interne du délégué aux Textiles artificiels, ministère de la Production industrielle, 14 févr (...)

26Une autre industrie indispensable dans le contexte de la reconstruction, celle du pneumatique, a aussi un impératif besoin de rayonne, d'une catégorie particulière, dite à haute ténacité, pour la fabrication des nappes constituant l'armature de ses modèles. En 1946, les services de la Production industrielle évaluent à 50 tonnes par mois au minimum les quantités de rayonne qu'il est nécessaire d'importer de Rottweil pour compléter les 450 tonnes produites par les firmes françaises. Ces tonnages importés d'Allemagne ne donnent pas toujours entière satisfaction : une livraison faite à Dunlop-France et Michelin s'avère ainsi totalement impropre aux fabrications de pneumatiques. Peu importe : on la réexpédie… au groupement d'importation des soies, à charge pour lui de la répartir entre d'éventuels utilisateurs39.

  • 40 Note de la direction des Textiles et des Cuirs à la direction de la Coordination industrielle, ser (...)

27L'économie de pénurie fonctionne ici à plein. Et les problèmes qui résultent de son fonctionnement semblent parfois inextricables. Ainsi, manquant de matières premières, l'usine de la Deutsche Rhodiaseta à Fribourg doit en novembre 1946 ralentir sa production de rayonne, et donc ses livraisons à la France. Pour les maintenir, les dirigeants du CTA suggèrent aux autorités de tutelle la solution suivante. Comme ils disposent en France même, de quantités excédentaires d'acétate de cellulose, la matière première de la fabrication de la rayonne, produite dans leur usine de Péage-de-Roussillon, ils se déclarent prêts à les expédier en ZFO, pour permettre à l'usine de Fribourg de poursuivre ses fabrications. Mais, au ministère de la Production industrielle, on s'interroge sur le bien-fondé du projet. Ne vaut-il pas mieux au contraire ralentir la production d'acétate de cellulose en France ? Cela ferait subir à l'usine de Fribourg un chômage technique, au grand mécontentement des services du GMZFO. Mais la consommation française de charbon, denrée précieuse entre toutes, surtout à l'entrée en période hivernale, en serait réduite d'autant. Il est vrai que le personnel de l'usine de Péage-de-Roussillon risque à son tour de protester contre la disparition des primes qu'il perçoit pour heures supplémentaires et qu'un conflit social est susceptible d'en découler. Le problème paraît si complexe qu'il est renvoyé pour examen aux services de la Coordination industrielle. On ne sait ce qu'elle a décidé40.

  • 41 Note de la division Fibres artificielles au service des Prix, ministère de la Production industrie (...)

28À ces facteurs de difficultés, s'ajoute l'attitude des firmes concernées. N'oubliant pas de préserver leurs intérêts, elles profitent parfois de telles situations. Rhodiacéta par exemple perçoit une commission de 2 % sur toutes les ventes de rayonne allemande faites par son intermédiaire, ce qui réduit d'autant le rabais de 20 % par rapport aux prix mondiaux dont bénéficient en principe automatiquement tous les acheteurs français de produits en provenance de ZFO. Au ministère de la Production industrielle, le service des Prix s'en émeut. Mais son homologue, le service des Fibres artificielles, juge au contraire la commission « parfaitement justifiée », estimant les opérations de réception et de contrôle de la marchandise « beaucoup plus importantes que la simple prospection de la clientèle par des agents de vente ordinaires »41. Le désaccord entre les services reflète ici de manière caricaturale, à l'intérieur d'une même administration ministérielle, les points de vue opposés des producteurs et des utilisateurs.

  • 42 Bulletin du Syndicat français de soieries et tissus de Lyon, n° 345, 22 septembre 1948, AN, F12 10 (...)
  • 43 Lettre, signée Albert Japy, du Syndicat national des fabricants d'horlogerie au Secrétariat généra (...)

29L'importation de matières premières allemandes nécessite donc de délicats arbitrages, entre Paris et Baden-Baden et, à Paris même, entre les différents services concernés. Mais il existe aussi un autre moyen d'utiliser les ressources allemandes : le travail à façon. La formule en est simple. Elle avait déjà été massivement employée durant l'Occupation, pour les besoins de l'économie de guerre allemande. Elle est désormais utilisée en sens inverse. Contre livraison en franchise de droits de produits semi-finis placés sous le régime de l'admission temporaire, les firmes françaises font fabriquer pour leur compte par des firmes de ZFO des articles destinés à réexpédition sur le marché mondial. Cette solution qui permet aux branches exportatrices de renouer avec leur clientèle étrangère délaissée depuis l'entrée en guerre est rendue très attractive pour toutes sortes de raisons : bas niveau des salaires outre-Rhin, abondance de la main d'œuvre disponible, bon état de marche de nombreuses installations industrielles, besoin de se procurer à tout prix des devises sur le marché mondial. Aussi concerne-t-elle de nombreuses branches comme l'horlogerie, la filature de coton, le tissage de la soie. Pour les firmes françaises, son intérêt principal provient du différentiel de prix de revient qui existe alors entre la France et la ZFO. Par exemple, le Syndicat français des soieries et tissus de Lyon communique à ses adhérents, en septembre 1948, les prix respectifs des tissus écrus de la qualité « crêpe marocain » : 117,54 F le mètre fabriqué en ZFO, 134,24 F pour le même produit acheté sur le marché mondial. L'économie est de plus de 12 %42. Mais certains partenaires allemands sont aussi demandeurs. Ainsi la société Kienzle conclut en 1945 avec une firme de la banlieue parisienne, la Compagnie industrielle de mécanique horlogère, sise à Puteaux, un contrat de dix ans pour la fabrication de pièces détachées entrant dans la confection des réveils exportés ensuite sur les marchés mondiaux. Mis au courant de cette affaire, le Syndicat national des fabricants d'horlogerie se montre si intéressé qu'il suggère aux autorités de tutelle d'étendre la formule à l'ensemble de la branche. En l'espèce, l'intérêt français semble évident. Celui du fournisseur allemand l'est moins. Peut-être cherche-t-il ainsi à se protéger contre une menace de démontage qui pèse sur ses installations, comme le suggère quelques années plus tard l'instance qu'il introduit contre elle devant le Conseil d'État en déposant un recours pour abus de pouvoir43.

30Ainsi donc, que ce soit par le prélèvement de matériel de fabrication, l'accès à la technologie allemande, l'obtention de matières premières et de demi-produits ou le recours au travail à façon, les entreprises françaises se montrent, durant les trois années qui séparent la capitulation du Reich de la réforme monétaire, habiles à exploiter la situation du moment. Subissant elles-mêmes une pénurie dramatique, appartenant à un pays qui sort de quatre années d'une dure occupation et, de manière quasi inespérée, possède le statut de puissance victorieuse et occupante, elles manifestent envers l'Allemagne des préoccupations qui ressortent essentiellement du court terme. En ce domaine, même si les appréciations sont parfois différentes, surtout de la part du GMZFO de Baden-Baden, les pouvoirs publics ne raisonnent pas autrement. Mais les firmes françaises ne cherchent-elles pas aussi à profiter de la conjoncture pour s'assurer à long terme des positions durables outre-Rhin ?

II. UN RELATIF DÉSINTÉRÊT POUR LES PROJETS À LONGUE ÉCHÉANCE

A. DES PRISES DE PARTICIPATION D'AMPLEUR LIMITÉE

  • 44 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l'Europe 1800-1914, Paris, Éditions du (...)

31La présence de capitaux français en Allemagne est ancienne. On le sait : dès les années 1820, l'industriel alsacien du textile Nicolas Koechlin possédait de nombreuses manufactures dans le Pays de Bade et c'est dès 1846 que la fondation de la Compagnie de Stolberg, née de l'association entre deux Français, un fabricant de plaques de zinc, le marquis de Sassenay, et le banquier parisien Jacques Laffitte permit en Prusse rhénane le premier essor de la production de métaux non ferreux. Quelques années plus tard, dans la même ville et toujours à l'initiative de Sassenay, était lancée une glacerie que la Compagnie de Saint-Gobain reprendra à son compte en 1857, ajoutant ainsi une deuxième installation à celle qu'elle contrôlait déjà à Mannheim dans le cadre de son association, puis de sa fusion avec la Compagnie de Saint-Quirin44.

32Cette tradition a perduré durant toutes les périodes, y compris celle de l'entre-deux-guerres, du moins jusqu'à l'instauration du contrôle des changes par le chancelier Brüning en 1931. Elle aurait pu après 1945 favoriser la reprise et le renouvellement des investissements français, d'autant plus que la création de la ZFO et le rattachement de la Sarre à l'espace économique national, effectif à partir de décembre 1946, semblaient lui fournir un cadre éminemment propice. Cependant, au travers des sources disponibles, on ne discerne qu'un courant bien ténu.

33C'est ce que montrent notamment les archives d'un organisme interministériel, la Commission des participations, placée à Paris sous la présidence d'un représentant du Commissariat général aux affaires allemandes et autrichiennes, Simon Lazard, pour examiner et autoriser les projets de participation. L'observation vaut également pour le service du Contrôle des biens qui, à Baden-Baden, veille sur les avoirs français présents en ZFO, qu'ils soient possédés par des particuliers ou par des entreprises. Son activité, en dépit d'un nombre impressionnant de dossiers, ne concerne en réalité que d'assez médiocres affaires.

  • 45 Rapport de la Chambre de commerce de Schopfheim à la direction du Contrôle des biens, GMZFO, sd (f (...)

34Durant cette période, les implantations de capitaux en Allemagne sont d'abord le fait d'entreprises qui, déjà présentes avant guerre, se bornent à reconstituer des avoirs spoliés ou détruits durant les hostilités. Ainsi une firme de soieries, la maison Ducharne, fonde en février 1948 à Schopfheim, dans le Brisgau, la F. Ducharne Seiden AG, au capital de 50 000 Reichsmarks, détenu aux 4/5e par des actionnaires français : comme elle le précise, il s'agit exactement du même montant et des mêmes proportions qu'en janvier 1930, date à laquelle elle avait procédé à une première fondation. De même, la Compagnie nouvelle des parfums d'Orsay, une firme domiciliée à Puteaux dont la succursale de Cologne a été entièrement détruite par la guerre, sollicite en 1946 le droit de fonder une nouvelle installation, financée grâce à une avance bancaire sur dommages de guerre. Malgré la bienveillance des autorités, cette démarche se heurte à de multiples difficultés : « le déblocage de matériel en vue de l'installation, l'approvisionnement en matières premières (produits chimiques, verrerie, carton et papier, charbon), l'importation de France de bouquets, les échanges inter-zones, les prix, sans parler des questions de réparations et de restitutions, des recherches pour retrouver les marchandises évacuées de Cologne au cours de la guerre et des finances »45. Au vu d'une telle liste, on comprend aisément pourquoi la succursale n'est encore, deux ans plus tard, qu'en voie d'organisation.

35S'agit-il d'un hasard si les entreprises qui apparaissent ici ressortent d'abord de l'industrie du luxe ? Sans doute pas : le but de leur implantation, compte tenu du pouvoir d'achat de la population allemande, n'est évidemment pas de vendre sur place des parfums ou des soieries. Il s'agit en fait de profiter de conditions de production locales très avantageuses pour y effectuer des fabrications ou y conditionner des produits à un coût beaucoup plus économique qu'en France. Cette production n'est d'ailleurs pas destinée à être écoulée sur le marché français, mais sur les marchés étrangers. En définitive, les industriels français qui recourent à ce genre d'implantations poursuivent le même but que ceux qui concluent des contrats de travail à façon avec des firmes allemandes.

  • 46 Lettre de la SACM à la direction des Participations financières, GMZFO, 26 janvier 1948, et rappor (...)

36C'est aussi le cas de quelques grandes firmes de l'industrie d'équipement. Ainsi, en janvier 1948, la Société alsacienne de constructions mécaniques envisage de fonder une filiale allemande dont elle détiendrait 90 % du capital, l'Oberrheinische Textilmechanik (ORTEX). Malgré la différence apparemment radicale entre les productions concernées, la mise de fonds initiale (50 000 RM) se trouve être identique à celle des Soieries Ducharne. L'objectif poursuivi par la firme est en effet très limité : il s'agit, pour pallier le manque de main d'œuvre en Alsace, de « répartir entre de très nombreux ateliers mécaniques, souvent peu importants, en vue de leur usinage, des pieds de fonte moulée fabriqués à Mulhouse et des pièces en acier, les collecter, les vérifier après usinage et les réexpédier à Mulhouse ». Là encore, il s'agit d'« un simple expédient de caractère essentiellement provisoire », comme le reconnaît l'administration de tutelle qui consent néanmoins au projet, dans l'espoir qu'il débouchera quelque jour sur une implantation industrielle véritable46.

  • 47 Note de la CNFR au sujet de Rheinwerft, 17 février 1947, MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 2, d. 207.
  • 48 Lettre du propriétaire de l'entreprise au directeur de l'Économie et des Finances, GMZFO, 28 mars (...)
  • 49 Rapport de la direction des Études économiques et financières, 8 novembre 1950, Archives du Crédit (...)

37De même, on ne peut qu'attribuer une signification économique limitée à des initiatives comme la prise de contrôle par la Communauté de navigation française rhénane d'un chantier de réparation navale de Mayence, la Rheinwerft : il s'agit en fait d'éviter à l'entreprise de payer en devises fortes les frais de réparation de ses chalands dans les chantiers navals hollandais47. C'est encore le cas des nombreux projets émanant de négociants en bois, qu'attire le riche patrimoine forestier de la ZFO. Ils se déroulent souvent dans un climat d'affairisme qui les rend suspectes à l'administration et explique de fréquents refus. En mars 1947, une société de négoce parisienne, la firme Roger Demon, demande l'autorisation de fonder à Säckingen, sur le cours supérieur du Rhin, à la frontière germano-suisse, une société franco-allemande de vente de rondins pour le boisage des mines : l'enquête révèle que la création a pour seul but de conserver la clientèle des charbonnages de la Ruhr qui ne sont autorisés à passer commande qu'auprès d'entreprises de nationalité allemande48. À l'automne 1950 encore, les projets d'une firme strasbourgeoise de négoce et première transformation des résineux, le Comptoir alsacien du bois, ne sont guère différents. Après avoir connu durant quelques années une brillante expansion et accumulé de gros bénéfices sur le produit de ses coupes en Forêt Noire, la firme est prise à contre-pied par l'arrêt de la surexploitation forestière en ZFO qui marque la révision progressive du statut d'occupation. Contrainte de résilier le bail de location d'une importante scierie à Kehl, elle sollicite la création d'une filiale franco-allemande destinée à lui servir d'écran pour emprunter des fonds auprès des principales banques de la place49. Dans tout ceci, il s'agit de changements de forme juridique ou de nationalité, et non pas de véritables créations industrielles.

B. DES ENTREPRISES RÉTICENTES FACE AUX ENGAGEMENTS À LONG TERME

38Tous les investissements industriels français réalisés en Allemagne après la guerre ne sont pas aussi limités. À côté de ces « fausses » créations, il existe aussi des implantations ayant une véritable portée à long terme concernant de grands groupes d'envergure nationale, voire internationale. Un rapide examen montre cependant qu'ils n'agissent alors qu'en multipliant les précautions et que, loin d'être les initiateurs de tels projets, ils ne font en général que répondre, souvent avec réticence, aux sollicitations émanant de l'administration.

  • 50 Lettre de René Grandgeorge, de la direction générale des Glaceries, à Jean-Louis Schrader, directe (...)

39Lorsque les conditions proposées leur paraissent trop peu intéressantes, les entreprises déclinent purement et simplement les offres qui leur sont faites après souvent de longues hésitations révélatrices de leur manque d'enthousiasme pour la proposition. En juillet 1946, la Compagnie de Saint-Gobain est contactée par un fabricant allemand de verre creux, Weck & Co., pour un projet apparemment intéressant. Ayant perdu toutes ses installations de production, situées en zone soviétique d'occupation, le groupe allemand souhaite reprendre ses activités grâce au potentiel hydroélectrique installé sur les chutes du Rhin, à Rheinfelden, en amont de Bâle. S'y trouve en effet une usine d'électrolyse de l'aluminium, frappée d'interdiction de fabrication par les autorités d'occupation, appartenant à Aluminium GmbH, filiale allemande du groupe suisse AIAG (Aluminium Industrie Aktiengesellschaft, future Alusuisse). On envisage à cette fin de créer une nouvelle société, Elektroglaswerke Rheinfelden GmbH, dont le capital serait détenu à parts égales par Weck & Co., AIAG et Saint-Gobain. Deux ans plus tard, le montant en reste encore indéterminé. Les dirigeants de Saint-Gobain, qui déclarent n'avoir accepté de participer au projet qu'« à la demande expresse des Allemands qui avaient un besoin pressant des nouvelles techniques de fusion électrique du verre [de la Compagnie] », se montrent de plus en plus réservés. Les retards administratifs sont la cause, et sans doute le prétexte, de l'abandon d'un projet qui, semble-t-il, n'a jamais reçu la moindre application véritable50.

  • 51 Note sans indication d'auteur du CGAAA, 22 octobre 1947, MAE Colmar, AAA, 1393/4.
  • 52 Le terme étant passé dans le vocabulaire économique courant en France, nous écrivons konzern avec (...)
  • 53 Note de La Rochère, des Fonderies de Ludwigshafen, à Michel Paul-Cavallier, 21 mai 1948, Archives (...)
  • 54 Lettre du gérant de la société, Drappier, au service du Contrôle des biens et participations finan (...)
  • 55 Une allusion est faite à cet épisode par Michel Hau, « Volkswagen de 1945 à 1970 », Revue d'Allema (...)
  • 56 Voir sur ce rôle de « parrain » (traduction française du terme Patenfirma) exercé par Volkswagen d (...)

40De même, un plan de reprise de la Rottweiler Kunstseidenfabrik, filiale d'IG Farben, par Dunlop-France, qui semble pourtant attractif pour la production de rayonne à haute ténacité, suscite chez les dirigeants de la firme de tels atermoiements qu'un rapport officiel, en octobre 1947, après avoir constaté ce « manque d'enthousiasme », s'interroge : « Dans quelle mesure Dunlop s'intéresse-t-il à Rottweil ? »51. Quelques mois plus tard, en mai 1948, malgré les demandes pressantes du directeur du Contrôle des biens au Haut-Commissariat français, Paul Simonet, la Compagnie de Pont-à-Mousson refuse trois prises de participation : une fonderie située à Coblence, Concordia, un important konzern52 de construction mécanique, les Zeppelinwerke, à Friedrichshafen, une banque à créer pour promouvoir les investissements industriels en ZFO53. Au même moment, on assiste à une autre dérobade : celle du Laboratoire général des télécommunications. Celui-ci donne d'abord son accord pour entrer dans le capital de la société de la Funkstrahl GmbH, une firme d'électrotechnique, sise à Constance, qui appartient au groupe Pintsch et a fabriqué pendant la guerre des régulateurs de tension et des appareils de basses et très hautes fréquences aux importantes applications. La raison invoquée, « les difficultés économiques actuelles », paraît bien elliptique, mais la décision, qui met dans l'embarras les autorités de tutelle, semble sans appel54. Au même moment, les constructeurs d'automobiles ne semblent aucunement pressés de donner suite aux projets échafaudés dans certains milieux gouvernementaux à propos de Volkswagen55. La firme n'a plus de propriétaire, puisque le Front du Travail, qui l'avait fondée, a été dissous. Ce vide juridique crée une situation propice aux initiatives. Mais la reprise des usines de Wolfsburg lors de la levée du séquestre prévue pour septembre 1949 paraît n'intéresser aucun des groupes français de l'automobile, pas même Peugeot qui, pourtant, aurait pu être tenté de prendre sa revanche du « parrainage » exercé sur lui par Volkswagen à partir de 1943, qui a conduit au pillage complet des ateliers lors des dernières semaines de combat56.

  • 57 Sur la base du cours officiel d'avant-guerre (1 Reichsmark = 15,18 F). Les 155 000 F de 1948 équiv (...)
  • 58 Lettre du Haut-commandement français en ZFO au CGAAA, 31 juillet 1947, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p (...)

41À ces refus, s'ajoute, en cas d'acceptation, l'exigence de conditions dérogatoires qui mettent l'entreprise concernée à l'abri de tout risque. En novembre 1946, donnant suite à une démarche de la direction des Industries chimiques au ministère de la Production industrielle, les Ets Kuhlmann consentent à prendre une participation majoritaire dans le capital de la Spatwerke Ruschberg AG, une petite société de gestion qui exploite en Rhénanie-Palatinat, non loin de la frontière sarroise, un gisement de spath appartenant à Clarashall, filiale d'IG Farben. On en extrait de la barytine, une matière première utilisée dans l'industrie des colorants. Mais l'effort financier est limité au plus juste. Le capital social, initialement fixé à 20 000 RM, est, au bout de dix-huit mois, réduit à 12 000 RM, dont 10 200 souscrits par Kuhlmann. La mise de fonds du groupe ne représente donc qu'environ 155 000 F de 194857. Les redevances versées à l'administration-séquestre d'IG Farben sont légères. Enfin et surtout, les dirigeants de Kuhlmann obtiennent le principe d'une révision périodique du prix de la barytine exportée vers la France, de manière à ce que « jamais la société d'exploitation [ne soit] en déficit ». On comprend les critiques des services de Baden-Baden qui, apparemment davantage soucieux de saine gestion industrielle que leurs interlocuteurs parisiens, critiquent en ces termes l'engagement pris : « [En permettant] aux participants français de diriger l'affaire sans prendre aucun risque, ni financier, ni moral, nous créons un précédent fâcheux qui risque pour l'avenir d'inciter tous les participants à des sociétés de gestion de demander la même faveur »58.

  • 59 La cérite est un silicate de cérium, minerai appartenant à la catégorie des « terres rares ». Sous (...)
  • 60 Rapport de la commission des Participations, 6 janvier 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 2.
  • 61 Lettre de Jouve, officier de contrôle des industries chimiques à Rheinfelden, à Pierre Jouven, sd (...)

42Pour la valorisation du potentiel hydroélectrique de Rheinfelden, l'exploitation des abondantes quantités de courant à bas prix et l'utilisation des nombreux locaux industriels rendus disponibles par les mises sous séquestre, l'administration, ne pouvant obtenir aucun engagement ferme de la part de Saint-Gobain, tente de mettre en œuvre d'autres solutions. On retrouve à cette occasion les Ets Kuhlmann et leur souci d'éviter les risques inhérents aux investissements en Allemagne. C'est seulement par l'intermédiaire de leur agent général, et non en engageant les disponibilités du groupe, qu'ils participent au capital, pourtant modeste (50 000 RM), d'une société de gestion, la Badische Zündmetallgesellschaft, fondée en avril 1948 pour louer à la DEGUSSA (Deutsche Gold-und Silberscheideanstalt) une partie de ses installations électrotechniques. La Badische Zündmetallgesellschaft y produit des manchons pour lampes à incandescence et des pierres à briquet à partir d'un minerai, la cérite, importé de Suède59. Encore l'administration-séquestre de la DEGUSSA doit-elle s'engager à ne pas réaliser sur d'autres sites ce genre de fabrications durant une durée minimale de cinq ans, ce qui laisse la nouvelle entreprise « profiter de son monopole temporaire pour acquérir une avance sur ses concurrents anciens »60. Là encore, l'enjeu industriel est loin d'être négligeable : il permet à Kuhlmann de prendre pied sur un marché détenu en France par une seule firme, la Société chimique des terres rares, une filiale de Pechiney qui exploite à cette fin les procédés Auer dans le cadre d'une licence acquise par le groupe en 194161.

  • 62 Note de la Chlor Betrieb Rheinfelden à la direction des Finances extérieures, ministère des Financ (...)
  • 63 Selon Rudolf Laufer, « Die südbadische Industrie unter französischer Besatzung », in Claus Scharf (...)

43Enfin, c'est dix jours seulement avant la réforme monétaire, le 10 juin 1948, qu'aboutit un projet collectif dans le domaine de l'électro-chimie. Pour l'exploitation de l'usine électrolytique d'IG-Farben de Rheinfelden, les principales firmes de l'industrie chimique française (Saint-Gobain, Rhône-Poulenc, Ugine, Kuhlmann) se regroupent au sein du Syndicat national professionnel de l'industrie électrolytique des chlorures alcalins et des industries du brome et dérivés du chlore et du fluor. Celui-ci détient 70 % du capital de la Chlor Betrieb Rheinfelden AG (CHLOBERAG), une société de gestion qui loue ses installations à l'administration-séquestre d'IG Farben. Son but est de produire de grands produits chimiques de base, en particulier de la soude. Le capital engagé, relativement faible, est de 500 000 RM, équivalant à 235 000 F de 1969. On place à sa tête un ancien administrateur-séquestre de la DEGUSSA, Gabriel Piette, qui connaît bien le site puisque, comme on l'a vu, la firme dont il gérait les avoirs possède elle-même à Rheinfelden certaines installations. Une nouvelle fois, la création a été largement inspirée, voire imposée aux industriels par l'administration française d'occupation. Parmi les actionnaires allemands minoritaires, il est intéressant de retrouver, pour 30 000 RM, le professeur Staudinger62. Signe que l'affaire était susceptible de prendre de l'envergure ? Simple placement sans portée particulière ? Ou bien encore, de la part du grand chimiste, volonté de marquer son hostilité aux démontages qui menacent les installations, à travers un geste qui rejoint l'initiative prise par l'administration française d'occupation ? Car c'est un traitement de faveur dont bénéficient désormais les installations électrochimiques de Rheinfelden : celles-ci échappent aux démontages qui frappent au même moment le Pays de Bade avec une relative lourdeur63. Une telle rencontre entre points de vue allemand et français n'aurait rien d'exceptionnel : on verra qu'elle inspire en partie d'autres projets de coopération franco-allemande, en particulier ceux qui s'échafaudent autour du sort des usines de l'IG Farben à Ludwigshafen-Oppau. Il convient cependant de rester ici dans l'expectative, les documents disponibles n'éclairant guère la portée de la création de la CHLOBERAG. Toujours est-il que son activité démarre dans des conditions qui obèrent lourdement son avenir à long terme et qui sont significatives des efforts souvent infructueux menés par l'administration française pour convaincre les entreprises de s'intéresser davantage aux ressources industrielles de la ZFO.

C. L'AMORCE DE QUELQUES PROJETS INDUSTRIELS D'ENVERGURE

  • 64 Compte rendu de Marcel Bonnal à la direction générale de la SCPA, 25 novembre 1946. Archives SCPA, (...)

44Quelques firmes pourtant, dans ce tableau décevant, nourrissent dès l'après-guerre des ambitions allemandes plus vastes et semblent capables d'en assumer les risques. C'est le cas de la Société commerciale des potasses d'Alsace (SCPA), devenue ultérieurement Société commerciale des potasses et de l'azote. Celle-ci a reçu, depuis sa fondation en 1919, l'exclusivité de la distribution de la potasse produite par les deux groupes qui exploitent le gisement haut-rhinois, l'un public, les Mines de potasse d'Alsace, l'autre privé, les Mines de Kali-Sainte-Thérèse. En novembre 1947, elle fonde, de concert avec l'administration-séquestre des Aciéries Röchling, la société Saralsa. Il s'agit de produire en Sarre, dans les usines de Völklingen, des engrais composés en mélangeant la potasse du Haut-Rhin et les scories de déphosphoration issues des convertisseurs Thomas. L'ambition affichée est d'approvisionner à la fois le marché sarrois et le marché français, notamment les agriculteurs alsaciens dont les représentants, selon l'émissaire de la SCPA chargé du lancement de l'affaire, ont « accepté d'enthousiasme » de participer à la fondation, par l'intermédiaire de leur union coopérative, l'Union agricole d'Alsace et de Lorraine64.

  • 65 Unité monétaire introduite en Sarre par la France en juin 1947 en remplacement du Reichsmark et do (...)
  • 66 « Résumé des accords intervenus entre le séquestre des Röchling'sche Stahl- und Eisenwerke et la S (...)

45Ce projet, déjà ancien, remonte à l'automne 1946. Il a fallu à la SCPA beaucoup d'obstination pour triompher des multiples obstacles auxquels elle s'est heurtée durant toute une année, et en particulier de l'hostilité latente de l'administrateur-séquestre des usines Röchling, Georges Thédrel, qui préférait à la création d'une filiale commune la conclusion d'un simple accord commercial permettant aux deux partenaires l'échange de potasse et de scories. Toutefois on peut remarquer que, même si le capital social, détenu par moitié entre Röchling et la SCPA, est considérablement plus élevé que celui des exemples précédents, puisqu'il atteint 2 millions de Marks sarrois65, la taille de l'entreprise demeure limitée. À ses débuts, elle occupe moins de 50 ouvriers et employés et ne possède à Völklingen qu'un modeste bureau mis à sa disposition par la direction de Röchling. De plus, tout comme dans les cas précédents, Saralsa n'a pas été créée sans certaines assurances pour l'avenir. La SCPA a obtenu de l'administration-séquestre de Röchling l'engagement de lui revendre l'essentiel de ses parts, de manière à s'assurer jusqu'aux 4/5e du capital, dans deux cas particuliers : un retour des usines Röchling sous contrôle allemand lors de la levée du séquestre ; un changement du statut territorial de la Sarre66. C'est introduire dans le pacte social des dispositions auxquelles la SCPA n'aura pas recours ultérieurement, mais par suite de raisons qui, on le verra, ne pouvaient guère être prévues au départ.

  • 67 Voir sur le cartel international de la potasse l'étude d'Harm G. Schröter, « The International pot (...)

46C'est également la SCPA qui, en avril 1948, fonde une société de droit allemand, la Badische Kaligesellschaft, au capital réduit (100 000 RM seulement), détenu par elle dans une proportion de 55 %. Elle est destinée à exploiter un petit gisement de potasse situé dans le Pays de Bade, à Buggingen, à une vingtaine de kilomètres de Fribourg. Le propriétaire en est le konzern d'État Preussag, au sort encore en suspens. Là aussi, les dirigeants mulhousiens obtiennent de l'administration-séquestre des conditions favorables : un contrat d'amodiation leur confiant l'exploitation pour cinq ans. Cette initiative peut paraître aventurée. Non que les partenaires de la SCPA dans le capital de la Badische Kaligesellschaft soient susceptibles d'en contester la prééminence : il s'agit de coopératives agricoles et d'exploitants badois, associés à l'affaire pour en montrer le profit pour l'économie régionale. Le danger provient plutôt des grands producteurs allemands de potasse. Au nombre de quatre, Wintershall, Salzdetfurth, Burbach et Kali-Chemie, ce dernier étant la filiale allemande du groupe chimique belge Solvay, ils sont regroupés dans une organisation commune de vente, la Kaliverkaufsstelle, sise à Hanovre. Le secteur de la potasse, on le sait, est cartellisé dans les deux pays de longue date. En Allemagne, le premier accord de partage du marché remonte à 1884. En 1902, l'exclusivité des ventes de potasse a été confiée à un puissant organisme, le Kalisyndikat. C'est ce dernier qui a conclu avec la SCPA en 1926 deux accords, dits de Lugano et de Paris. Les signataires s'y garantissaient mutuellement le respect de leur marché intérieur (colonies comprises dans le cas français) et se partageaient le marché mondial, dans une proportion fixée à 70 % pour le Kalisyndikat et 30 % pour la SCPA, jusqu'à un contingent annuel de 840 000 tonnes, puis de 50 %-50 % au-delà de ce chiffre. Ces accords étaient très avantageux pour les Français, qui avaient dû se contenter jusque-là de 5 % du marché mondial seulement, d'autant plus que l'essor des ventes au cours des années 1920 laissait espérer une application rapide de la clause 50 %-50 %. Mais, la crise venue, les ventes mondiales se sont effondrées, passant de 759 000 tonnes en 1929-1930 à 355 000 tonnes seulement en 1932-1933, et n'ont pu renouer ensuite avec leur dynamisme passé67.

47Après 1945, tout le problème, pour les dirigeants de la SCPA, est de savoir sur quelles bases s'établiront désormais les relations avec leurs collègues allemands. Certes, dans les conditions nouvelles de l'après-guerre, rien n'indique que la Kaliverkaufsstelle puisse retrouver la puissance de son prédécesseur. Les producteurs allemands, de bon ou mauvais gré, apparaissent désormais convertis au principe de la liberté de concurrence. Mais, en créant sur le sol allemand une société contrôlée par des capitaux français, qui peut remettre en cause le principe fondamental des accords d'avant-guerre réservant à chacun son propre marché, la SCPA se heurtera vraisemblablement à l'hostilité ouverte de ses partenaires allemands. Cette fondation n'est-elle pas, pour les dirigeants français, le moyen de tester le nouveau rapport de forces ? Le risque est indéniable. Il pourrait bien, ici, avoir été pris en toute connaissance de cause.

  • 68 Sel alcalin utilisé dans l'industrie du blanchiment ainsi que dans la préparation de la pâte à boi (...)
  • 69 Rapport (non signé) sur l'usine d'Ehingen, section des Industries diverses, direction de la Produc (...)

48Il faut enfin, dans ce tableau des prises de participation françaises en Allemagne, accorder une importance particulière à la reprise par des capitaux mulhousiens d'un producteur de pâte de cellulose, la Schwäbische Zellstoff. Cette firme est sise à Ehingen, sur le cours supérieur du Danube, à la limite de la partie du Wurtemberg accordée à la France et de la zone américaine d'occupation. L'affaire est d'importance : en 1945, son capital social atteint 8 millions de RM. Elle est contrôlée par le groupe du textile artificiel Thüringische Zellwolle, localisé en zone soviétique et placé sous séquestre. Seule usine productrice de cellulose en ZFO, Ehingen présente d'autant plus d'intérêt qu'on y fabrique de la pâte de cellulose à partir de feuillus, et non de conifères, selon un procédé particulier, au bisulfite de sodium68, donnant à la cellulose une qualité qui permet son utilisation tant dans l'industrie des textiles artificiels que dans celle du papier. Créée en 1936 dans le cadre du Plan de quatre ans, achevée en 1941, ayant pour l'essentiel échappé aux bombardements, elle est bien connue des responsables français, ne serait-ce que pour avoir déjà alimenté le marché national durant l'Occupation. Dès novembre 1945, les autorités du GMZFO la jugent très intéressante pour une éventuelle reprise par des capitaux français69.

  • 70 « Rapport sur un projet de prise de participations françaises dans l'entreprise Schwäbische Zellst (...)

49L'administrateur-séquestre nommé à la tête de l'entreprise en août 1946, Michel Labbé-Laurent, joue ici un rôle essentiel. Ancien responsable au Gouvernement militaire de ZFO du service du Contrôle des biens dans le Wurtemberg, il déborde de projets et d'activités. Il possède de multiples relations, tant à Baden-Baden que dans le patronat français du textile, qui le rendent particulièrement apte à promouvoir une prise de participation française dans l'affaire. Après l'esquisse de plusieurs solutions, parmi lesquelles la Deutsche Rhodiaseta et France-Rayonne, le repreneur retenu est une firme textile mulhousienne, la Société anonyme d'industrie cotonnière (SAIC). L'affaire est rondement menée par Labbé-Laurent en janvier 1947. Après accord avec le séquestre soviétique de la Thüringische Zellwolle qui engage les actionnaires de cette dernière, une réduction du capital, de 8 à 3,2 millions de RM, permet tout à la fois d'assainir l'affaire, en médiocre posture financière, et d'en évincer la majorité allemande. Elle est aussitôt suivie d'une augmentation du capital dont la souscription est réservée au groupe français. La SAIC détient alors 38 % du capital de la Schwäbische Zellstof. Comme 17 % appartiennent à un autre investisseur français, la Ch. Gervais AG, filiale allemande du groupe de l'industrie laitière, les intérêts français sont majoritaires70.

  • 71 L'un de ses principaux membres, Rolf Nordling, est le frère du consul de Suède rendu célèbre par s (...)
  • 72 Acte de fondation de la CECEL, 1er octobre 1947, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 417.

50Peu après, la SAIC s'associe à d'autres industriels du textile et à un négociant franco-suédois de bois, le groupe Nordling-Macé71. Ce regroupement permet de créer une société écran, la CECEL (Société commerciale et d'étude pour la cellulose), au statut de SARL, fondée le 1er octobre 1947 au capital de 200 000 F, et destinée à commercialiser en France la pâte de cellulose produite à Ehingen et à réinvestir les profits qu'on compte en retirer. Dès sa création, la CECEL reçoit apport de toutes les actions de la Schwäbische Zellstoff détenues par la SAIC. Par son intermédiaire, celle-ci contrôle l'affaire72.

  • 73 Entretien avec J.H. Gros, le 4 mai 1999. Directeur général de la SAIC en 1954, puis président de c (...)

51Dans quel but ? Au départ, au témoignage du futur président de la SAIC, Jacques-Henry Gros, grande figure du patronat alsacien73, il s'agissait seulement pour la firme mulhousienne de réemployer des créances bloquées en Allemagne. Au début des années 1920, grâce au régime douanier de faveur instauré durant cinq années au profit des entreprises des départements recouvrés par la France, la SAIC avait beaucoup vendu outre-Rhin. Une partie de ses profits avait été réinvestie dans l'immobilier, à Berlin notamment, lors de l'inflation de 1923. Mais il restait d'importantes disponibilités, gelées en Allemagne depuis l'instauration du contrôle des changes en 1931. Le cas de Ch. Gervais, que l'on s'étonne à première vue de rencontrer dans une affaire de cellulose, même si celle-ci peut servir à la confection d'emballages pour ses produits, ne s'explique pas autrement. Là aussi, il s'agit du réemploi de créances bloquées.

52Puis, après ce point de départ limité, peut-être sur la suggestion de Labbé-Laurent, germe une nouvelle idée : utiliser la Schwäbische Zellstoff, non seulement pour vendre en France de la cellulose à usage textile produite en Allemagne, sur un marché dominé par les intérêts lyonnais, mais aussi pour implanter, en France même, une usine employant le procédé au bisulfite en usage à Ehingen. On réaliserait alors, depuis l'Allemagne, un véritable transfert de technologie. C'est le début de toute une série de péripéties, riches d'enseignements sur l'attitude des firmes françaises à l'égard de l'Allemagne, que nous examinerons plus loin.

53La stratégie esquissée par la SAIC à l'égard de l'Allemagne dans ces premières années d'après-guerre ne manque pas d'ampleur. Il s'agit cependant d'une exception relativement isolée dans un bilan médiocre. Au printemps 1948, à la veille de la réforme monétaire, les prises de participation françaises dans l'industrie allemande demeurent limitées, tant dans leur provenance que leurs montants ou leurs implications. Les capitaux proviennent essentiellement d'Alsace, traduisant l'indifférence relative du reste du patronat français pour l'investissement outre-Rhin, sans doute aussi la présence locale, grâce aux dommages de guerre et aux restitutions, d'importantes disponibilités que les pouvoirs publics entendent favoriser, dans un souci légitime de compensation après la dure période d'intégration forcée à l'Allemagne nazie. Les sommes engagées sont réduites : dans l'industrie, seules Saralsa et la Schwäbische Zellstoff ont un capital social dépassant un million de RM. Les attentes restent modestes : pour la plupart des firmes concernées, il s'agit avant tout de profiter d'une conjoncture passagère et d'éviter des projets trop ambitieux. Les précautions, réserves et réticences de la part des rares entreprises qui investissent alors en Allemagne le montrent à l'évidence : pour la majorité d'entre elles, le risque ne vaut pas la peine d'être couru.

III. DES RÉSULTATS DÉCEVANTS

A. LE POIDS DES CIRCONSTANCES ET LE RÔLE DU PASSÉ

  • 74 Pierre Gerbet, Le relèvement (1944-1949), Paris, Imprimerie nationale, 1991, titre du chapitre IX.

54Pouvait-on s'attendre à une attitude différente de la part des entreprises ? Il est évident que le cadre général des rapports franco-allemands leur fournit de multiples raisons d'abstention, au moins jusqu'au « tournant »74 qui, de l'automne 1947 au printemps 1948, marque la politique étrangère de la France.

  • 75 Marie-Thérèse Bitsch, « Un rêve français : le désarmement économique de l'Allemagne (1944-1947) », (...)
  • 76 Cyril Buffet, « L'affaire Borsig 1945-1950. Un exemple de la politique française des réparations » (...)

55La difficulté des gouvernements à définir une politique allemande réaliste et à abandonner les « rêves de démantèlement économique de l'Allemagne75 » multiplie les incertitudes quant à l'avenir des territoires occupés, y compris celui de la Sarre, même si, en apparence du moins, l'objectif d'une intégration définitive à l'espace économique français reste maintenu. Les relations commerciales, financières et technologiques entre les entreprises françaises et l'Allemagne en subissent nécessairement le contrecoup. Les contradictions de la gestion française, longue à comprendre l'inéluctabilité d'un alignement sur les positions anglo-saxonnes, l'exposent à la critique de l'opinion publique allemande renaissante qui s'indigne de telle ou telle initiative maladroite, en matière de démontages notamment. On l'a montré à propos de l'usine de construction mécanique de la firme Borsig à Berlin-Tegel dont les Français décident en mars 1947 d'arrêter les fabrications et de transférer les installations en ZFO, suscitant ainsi un long conflit avec les syndicats, la presse et les autorités anglo-saxonnes d'occupation, en pure perte puisqu'en définitive l'usine Borsig ne sera jamais démontée76. Les exemples développés ci-dessus montrent que ce cas est loin d'être isolé. Les multiples incertitudes qui pèsent sur la définition même de la politique allemande de la France affectent lourdement durant toute cette période les décisions des entreprises, d'autant plus que la multiplicité des administrations concernées, à Paris et à Baden-Baden, aggrave encore la situation.

56D'autre part, s'agissant plus spécialement des investissements, ceux-ci n'ont évidemment de chance d'aboutir que si les entreprises peuvent espérer en retirer quelque profit. Or, non seulement les investisseurs français ont été fortement marqués par l'expérience du blocage des avoirs et du gel des créances sur l'Allemagne en 1931, mais, de plus, rien ne semble, dans le contexte monétaire de l'immédiat après-guerre, permettre d'envisager une amélioration. Le contrôle des changes est très strict. Tout gain en devises réalisé en Allemagne par une firme exportatrice reste intransférable en France. Les autorités d'occupation et le Trésor français s'opposent en effet vigoureusement à tout affaiblissement des réserves de change de la ZFO, car il revient à la France, puissance occupante, de combler les besoins en devises de la zone dont elle a la charge. Or ceux-ci sont considérables, étant donné le manque de ressources minières, de matières premières, de denrées alimentaires. Dans ces conditions, les entreprises françaises investissent en Allemagne à fonds perdus.

57Enfin, la plupart du temps, les transferts de fonds entre France et Allemagne sont radicalement impossibles. Depuis février 1947, un moratoire est entré en vigueur entre les Alliés, interdisant mutuellement toute prise de participation nouvelle dans le capital des entreprises allemandes, jusqu'à ce qu'il soit statué sur le sort définitif de l'ancien Reich. C'est pour cette raison que sont créées seulement des sociétés de gestion qui, sans toucher au capital des entreprises allemandes, se bornent à en exploiter les installations moyennant des contrats de location ou d'amodiation passés avec elles. Dans ce cadre ont été fondées, on l'a vu, plusieurs entreprises admettant la présence de capitaux français. Mais les autres formes d'investissement direct sont irrémédiablement bloquées.

  • 77 Lettre de Suramy, de L'Oréal, à la direction des Finances extérieures, ministère des Finances, 20 (...)
  • 78 Lettre de E. Berninger, de Dollfus-Mieg, au ministère des Affaires étrangères, 20 mai 1947, MF, di (...)
  • 79 Lettre de Jean Marcou à Albert Denis, directeur des Charbonnages, division de la Production indust (...)

58De fréquentes plaintes en découlent de la part des firmes qui voient leurs projets contrecarrés. L'Oréal, qui possède depuis 1930 une filiale à Berlin, la Haarfarben und Parfumerie GmbH, désormais installée à Karlsruhe, souhaiterait récupérer les redevances qui lui reviennent ou, à la rigueur, pouvoir les consacrer à l'importation de produits allemands ou à une augmentation du traitement de son gérant, ce qui « serait justice vis-à-vis des Français qui, malgré les circonstances découlant de la guerre, ont continué malgré tout à tendre leurs efforts en vue de maintenir le prestige et le renom des marques de produits français »77. Dollfus-Mieg voit dans « le fait de n'avoir pu recouvrer aucune de nos créances sur nos débiteurs allemands, alors que de tous les coins du monde nous parviennent les montants arriérés de nos factures de 1939 ou 1940, […] l'une des étrangetés du temps présent ». Et la firme mulhousienne reproche aux autorités françaises de sembler oublier que « jusqu'à l'automne 1944, l'Allemagne s'est fournie commercialement et par contrainte en produits divers en France, plus particulièrement en Alsace et dans tous les pays que ses armées occupaient »78. Técalémit, firme d'équipement automobile, se plaint d'accumuler « depuis des années » des dividendes intransférables sur les comptes de sa filiale de Bielefeld, en zone britannique. Son directeur, Jean Marcou, qui jouera un rôle important dans les relations économiques franco-allemandes durant les années 1960 en tant que président de la Chambre officielle de commerce franco-allemande, en est réduit en février 1948 à se renseigner auprès des hauts fonctionnaires de sa connaissance sur les opportunités locales de placement, éventuellement dans des secteurs totalement étrangers à l'activité de son entreprise, comme l'exploitation d'un gisement de minerai de fer en Hesse-Nassau. Mais, lui expose-t-on, la nécessité d'obtenir un accord préalable des autorités britanniques d'occupation compliquerait encore davantage la solution du problème rencontré…79.

59Le poids des considérations monétaires apparaît déterminant dans tous ces projets. Tantôt, il les contrecarre : la pénurie de devises en ZFO est la principale raison qui pousse les autorités françaises à refuser tout transfert financier entre la zone et la France. Tantôt, au contraire, il les accélère : pour ne pas subir une dévalorisation drastique de leurs créances à l'occasion de la réforme monétaire, beaucoup de détenteurs d'avoirs libellés en Reichsmarks précipitent leurs décisions au printemps 1948. Ce n'est évidement pas un hasard si mainte opération se fait quelques semaines, voire même quelques jours avant la décision du 20 juin 1948.

  • 80 Compte rendu de la réunion établi par Francois de Villepin et adressé à André Grandpierre et Henri (...)

60On remarque aussi le rôle essentiel que représentent, pour les firmes qui y sont présentes, les incertitudes de la politique française à l'égard de la Sarre. Les maîtres de forges y dépendent des orientations du gouvernement, tout en se montrant aussi hésitants que lui sur l'avenir du territoire. Le compte rendu d'une réunion qui se tient au Comité d'organisation de la Sidérurgie (CORSID), quelques mois avant la capitulation allemande, sous la présidence d'Alexis Aron, le montre bien. Théodore Laurent, président de La Marine-Homécourt, s'y interroge sur le régime futur de la Sarre, montrant qu'il détermine le sort des participations détenues par les groupes sidérurgiques français : « Deviendra-t-elle purement et simplement un département français ? Ou sera-t-elle un pays sous mandat français ou international ? Il faudrait être fixé sur le régime des parts allemandes dans les affaires mixtes. Les 40 % de Dilling qui représentaient la part allemande reviendront-ils à l'État français ou resteront-ils au groupe allemand ? De même, dans une affaire comme Völklingen, laissera-t-on une part aux Allemands ou la totalité reviendra-t-elle aux Français ? » François de Wendel apparaît quant à lui résolu, plaçant l'intérêt national avant celui des sidérurgistes qui, comme après 1919, redoutent l'engorgement du marché de l'acier si s'ajoute à la production intérieure celle du territoire sarrois. Souhaitant que l'on « fa[sse] du définitif », il adjure ses collègues de « ne pas s'opposer à l'annexion pure et simple de la Sarre sous prétexte que ses deux millions de tonnes annuelles d'acier pourraient faire concurrence à l'industrie française » et se déclare même prêt à accepter « à la rigueur la nationalisation de Völklingen et des Mines domaniales, sous réserve que ce danger soit écarté pour la sidérurgie française et qu'il soit limité à ces deux cas ». Mais plusieurs de ses collègues, notamment René Fould, le patron des Aciéries de Pompey, ont un point de vue opposé et repoussent catégoriquement toute idée de nationalisation, « même à titre d'exemple ». Annotant le texte, Henri Cavallier, alors président du conseil d'administration de Pont-à-Mousson, s'interroge à son tour : « Je ne sais pas si, au point de vue français, ce serait une bonne chose de consentir à une annexion. Une annexion exige en effet une main de fer et une politique cohérente. Nous n'en sommes pas là. Il faudra trouver autre chose »80.

  • 81 Compte rendu par Marcel Bonnal de ses entretiens à Sarrebruck, les 21 et 22 novembre 1946, adressé (...)

61Aussi, lorsqu'une décision ferme est envisagée à propos de la Sarre, les firmes françaises précipitent leurs dispositions. Croyant à l'imminence du rattachement économique de la Sarre à l'espace français qui, en fait, n'interviendra qu'un an et demi plus tard, la SCPA hâte à l'automne 1946 son projet de création de Sarai sa, car il faut que la convention passée avec l'ad-ministration-séquestre de Röchling « puisse immédiatement jouer dès le rattachement. En somme, nous n'en parlerons à quiconque, mais tout sera fait pour démarrer et placer les services intéressés devant un fait accompli »81.

  • 82 Michel Labbé-Laurent préside le directoire de la Schwäbische Zellstoff à partir de 1948. Directeur (...)
  • 83 Lettre de Marcel Bonnal à Albert Ourbak, directeur général de la SCPA, 12 juillet 1948, Archives S (...)

62Enfin, l'influence personnelle de tel ou tel membre de l'administration du GMZFO peut s'avérer décisive. Au niveau local, le rôle des administrateurs-séquestres est si déterminant qu'il justifierait une étude particulière, ne serait-ce que parce que plusieurs d'entre eux, tels Michel Labbé-Laurent à la Schwäbische Zellstoff ou René Charrier à Halberger Hütte et aux Aciéries de Dilling, exercent ensuite des fonctions de responsabilité dans les firmes concernées82. À Baden-Baden, l'influence de tel ou tel haut fonctionnaire est tout aussi déterminante. L'exemple de la négociation menée par la SCPA, en juillet 1948, à propos du projet de convention d'amodiation du gisement de potasse de Buggingen, le montre bien. Pour la SCPA, le départ de Baden-Baden du directeur du Service du contrôle des biens et des participations étrangères, Paul Simonet, appelé à d'autres fonctions, représente une gêne considérable, car « il était intimement persuadé du rôle que le groupe Potasses pouvait jouer en zone française et il était devenu un des meilleurs soutiens de la cause potassique à Baden-Baden. […] [Il faut donc] absolument profiter de ses derniers jours de présence » pour faire aboutir le projet et signer le contrat d'amodiation avec l'administration-séquestre chargée des intérêts de la Preussag83.

  • 84 Lettre de Pierre Single à André Grandpierre et réponse de celui-ci, 4 et 5 novembre 1946, Archives (...)

63Les circonstances dans lesquelles sont prises les initiatives françaises ont donc une place fondamentale. Tout autant, sans doute, que le poids du passé : les années de mise en coupe réglée de l'économie française par l'Allemagne sont un point de référence obligé qui ne pousse guère à nouer des contacts outre-Rhin et incite au contraire à y effectuer des prélèvements immédiats sans souci de l'avenir, avec pour seule limite les autorités d'occupation elles-mêmes qui comprennent vite la nécessité de ne pas affaiblir irrémédiablement l'économie de la ZFO, sauf à compromettre durablement les intérêts français. Les projets d'avenir échafaudés dans un tel contexte sur un pied d'égalité avec les entrepreneurs allemands ont peu de chances de trouver une audience favorable. En octobre 1946 le directeur de la filiale sarroise de Pont-à-Mousson, Halberger Hütte, reçoit la visite de l'homme d'affaires allemand Max Thoenissen, venu lui présenter un mémoire sur « la participation de l'Allemagne à la reconstruction de l'Europe » préconisant la formation d'un Comptoir économique européen qui regrouperait autour de la France, dotée d'un rôle dominant, la future Allemagne et les pays du Benelux pour toutes les productions énergétiques et industrielles. Selon son concepteur, ce projet permettrait à la fois le financement de la reconstruction et le règlement des réparations. Le directeur d'Halberger Hütte le commente ainsi : « Les trente dernières années que la France et la Belgique viennent de vivre ont accumulé une certaine dose de méfiance contre tout ce qui vient des bords du Rhin. Pour toutes ces raisons, il serait dangereux de violenter l'opinion publique en lançant trop vite cette idée ». Quant à André Grandpierre, président du groupe, auquel il relate cette visite, son appréciation est encore plus négative : « Je trouve cet exposé filandreux et peu probant. Le thème général est le suivant : pour que l'Allemagne puisse payer les réparations, il faut l'aider… et cela veut dire fort exactement qu'il faut les payer à sa place »84.

  • 85 Sur Max Thoenissen, voir Patrick Fridenson, « Les entreprises d'automobiles sous l'Occupation », i (...)

64Les deux hommes savent-ils que leur interlocuteur, alors administrateur-séquestre de la firme Buderus, l'un des principaux fabricants allemands de tuyaux de fonte, sis à Wetzlar, en zone américaine, a pendant la guerre, avec le grade de colonel, exercé les fonctions de délégué général de l'industrie automobile allemande en France et tenté d'instituer entre les constructeurs un rapprochement franco-germano-italien, au nom d'une idéologie « européiste » dont on connaît les ambiguïtés85 ? C'est peu probable : pour eux, il s'agit seulement d'un homme « ayant beaucoup travaillé dans le textile et les automobiles, connaissant beaucoup de Luxembourgeois et également des personnalités françaises comme M. Lehideux ». Max Thoenissen réexposera son programme lors d'un voyage à Paris en février 1948, puis fera partie du Comité de liaison franco-allemand créé en 1952 par les instances dirigeantes des deux patronats, le Conseil national du patronat français d'une part (CNPF), le Bundesverband der deutschen Industrie (BDI) de l'autre. Sa trajectoire, qui l'amène à préconiser sous des formes variées un rapprochement industriel entre France et Allemagne, peut paraître rétrospectivement cohérente. Elle avait toutes chances d'être comprise d'une autre manière au lendemain du conflit.

  • 86 Lettre du président de Rhodiacéta à l'Office des changes, service des Compensations privées avec l (...)
  • 87 Comme l'indiquent, pour son passage chez Schneider, Jean-Paul Cahn, « Le règlement de l'affaire Rö (...)
  • 88 Rapport sur le groupe Röchling établi par Métivier, section des Investigations financières, groupe (...)
  • 89 Voir Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l'Alsace. Croissance, crises, innovation (...)

65De même, si la volonté d'obliger les vaincus à réparation pour les dommages infligés à l'économie française durant quatre années est aussi apparente dans certains cas, cela s'explique souvent par les spoliations qu'ont subies les firmes de la part de leurs partenaires allemands. Les relations nouées durant l'Occupation entre firmes françaises et firmes allemandes forment ainsi l'arrière-plan, parfois difficile à préciser, de certaines initiatives d'après-guerre. Lors du projet de reprise par des capitaux français de la Schwäbische Zellstoff, si la Deutsche Rhodiaseta prend rang un instant parmi les firmes intéressées, n'est-ce pas parce qu'elle a dû, durant la guerre, consentir au profit de la Thüringische Zellwolle à de lourds transferts financiers86 ? Si certains grands groupes sidérurgiques français s'intéressent de près aux Aciéries Röchling, dont le séquestre a été confié à Georges Thédrel, ancien directeur d'une filiale tchèque de Schneider et Cie, puis des usines de Neuves-Maisons de 1936 à 194487, il s'agit pour eux de prendre une revanche sur les initiatives prises à leurs dépens par le konzern sarrois durant l'Occupation, notamment à l'encontre des Aciéries de Longwy qui ont dû lui céder en 1943 leur société commerciale, la Société lorraine minière et métallurgique, rebaptisée Eisen- und Stahlwerke Carlhütte88. Si la SCPA s'efforce d'exploiter un gisement de potasse badois appartenant au groupe Preussag, sans doute est-ce à titre de compensation pour le fait que, de 1940 à 1944, ce konzern avait obtenu la concession du bassin potassique du Haut-Rhin89.

  • 90 Futur secrétaire au ministère fédéral de l'Economie en 1951, puis directeur des services de la Cha (...)
  • 91 Mémorandum non signé sur « Les intérêts industriels de la Compagnie Saint-Gobain en Allemagne et d (...)
  • 92 « Rapport de voyage en Allemagne de MM. Toinet et Borocco », 16 au 16 juillet 1947 (Borocco est le (...)

66Certains cas sont plus complexes. Chez Pechiney, dont les dirigeants n'avaient pas entretenu que de mauvais rapports avec leurs homologues de l'industrie allemande de l'aluminium durant l'Occupation, en particulier lors d'une visite d'installations faite en janvier-février 1944, où ils ont été reçus par le Dr Ludger Westrick, directeur général des Vereinigte Aluminium Werke (VAW)90, les contacts avec l'Allemagne reprennent assez facilement après 1945, tout au moins dans le domaine de l'électro-chimie. À la Compagnie de Saint-Gobain, le président Hély d'Oissel a dû se défendre en 1940, puis en 1942, contre les ambitions allemandes, en particulier celles du groupe Henkel qui convoitait certaines filiales comme les Soudières de Marcheville-Daguin et poussait les autorités d'occupation à réclamer la « germanisation » des VEGLA, la filiale allemande de Saint-Gobain, et leur transformation en une société contrôlée par des capitaux allemands et reprenant tous les avoirs du groupe dans le Reich, ainsi qu'en Belgique, Hollande et dans les Balkans91. Ceci éclaire sans doute la réaction d'un des dirigeants de la Compagnie qui, après avoir, lors d'un voyage outre-Rhin en juillet 1947, « rétabli le contact par hasard […] avec deux dirigeants de Henkel connus au Majestic durant l'Occupation », estime qu'avant tout nouvel accord avec eux, « pour des raisons qui nous dépassent et sur lesquelles il n'y a pas lieu d'insister, mais qu'ils saisissent parfaitement, nous sommes en droit d'exiger une preuve préalable de leur bonne volonté »92. Saint-Gobain est en tout cas loin de manifester vis-à-vis de l'Allemagne un quelconque appétit de revanche après la guerre. N'est-ce pas parce que, par sa longue tradition de contacts avec le monde germanique, par l'importance des intérêts qu'elle y possède déjà, la Compagnie sait qu'elle aurait à terme plus à perdre qu'à y gagner en cherchant à imposer une quelconque prééminence ?

  • 93 Notes internes de la direction du Bois et des Industries diverses, ministère de l'Industrie et du (...)
  • 94 Note de la direction des Participations financières, GMZFO, au CGAAA, 26 novembre 1948, MAE Colmar (...)

67On est ainsi conduit à penser que les relations entre les entreprises françaises et l'Allemagne, en ces années 1945-1948, dépendent de multiples éléments sur lesquels les firmes n'ont guère de prise, qu'ils proviennent des circonstances ou qu'ils résultent du passé. C'est souvent le hasard, davantage qu'une stratégie préexistante, qui explique les initiatives. En janvier – février 1948, les services de la Production industrielle échafaudent en toute hâte un programme d'importation de matériel textile allemand, représentant la somme considérable de 3 200 000 RM. Bien loin de s'expliquer par un plan cohérent de modernisation des usines françaises, ce programme résulte de la liquidation forcée des Messageries françaises de presse. Cette société qui a un besoin vital de fonds pour régler son personnel et ses créanciers s'est vue interdire par l'Office des changes de récupérer en Allemagne une créance de ce montant qu'elle détient depuis l'Occupation. Après intervention de la présidence du Conseil et du secrétariat d'État à l'Information, on met au point le montage suivant : la créance servira à acheter en ZFO du matériel textile, puis, après rachat de celui-ci par les entreprises françaises intéressées, la somme sera versée, en francs, aux Messageries93. Autre cas où le hasard joue un rôle déterminant : c'est parce qu'elle rachète, la veille même de la réforme monétaire, une créance de 48 000 RM à la Grande distillerie Cusenier, société d'agroalimentaire établie en Allemagne dès le milieu du xixe siècle, que la Société alsacienne de constructions mécaniques dispose des fonds qui lui permettent de fonder l'Oberrheinische Textilmechanik (ORTEX)94.

68On pourrait multiplier les exemples. Ils montrent l'aspect en définitive très circonstanciel des initiatives prises par les entreprises françaises dans l'immédiat après-guerre et la circonspection dont elles font preuve. Une telle attitude ne peut que susciter des réactions de la part de l'administration de tutelle.

B. LES REGRETS DES HAUTS FONCTIONNAIRES

69L'administration française a l'ambition de mener en Allemagne une véritable politique industrielle. Il lui faut donc définir la place qu'elle entend y réserver aux entreprises privées. Les services concernés s'y emploient, précocement dans certains domaines, plus lentement, semble-t-il, pour l'ensemble de l'industrie nationale. Deux administrations jouent ici un rôle important : à Paris, les services de la Production industrielle, qui travaillent en étroite liaison avec les organisations professionnelles des branches concernées ; à Baden-Baden, le Gouvernement militaire de la ZFO, et plus particulièrement la direction générale de l'Economie et des Finances et celle de la Production industrielle, sans oublier, au niveau local, les gouvernements militaires des Länder, malgré leurs fréquentes frictions avec les directions centrales, et, dans les entreprises, les administrateurs-séquestres. Les autres instances, notamment le Commissariat général aux affaires allemandes et autrichiennes, créé en décembre 1945 et placé sous les directions successives de René Mayer, Michel Debré et Alain Poher, semblent moins actives, sans doute parce que leur nature interministérielle les oblige à concilier des points de vue souvent divergents.

  • 95 Compte rendu de la réunion du comité général d'organisation de l'Industrie textile, 21 avril 1945, (...)

70On peut donner comme exemple de cette réflexion menée au sein de l'administration celle qui concerne l'avenir de la production textile. Dès avril 1945, une réunion se tient à Paris pour définir les tâches d'une Mission textile en Allemagne occupée. Y participent les responsables des différentes branches au ministère de la Production industrielle : laine, soie, coton, fibres artificielles… Douze objectifs sont dégagés, parmi lesquels la collecte de renseignements sur le matériel, les stocks existants et brevets, l'envoi en France de la documentation technique disponible dans les laboratoires, le lancement d'une enquête sur la répartition du capital dans les firmes du secteur et leurs liens, avant-guerre, avec des firmes françaises95.

  • 96 Rapport de Jean-Pierre Fouchier sur la fabrique de soie artificielle de Rottweil, 127 pages dact., (...)

71Les officiers de liaison dont se compose la mission et qui travaillent en ZFO sont souvent nommés sur proposition des organisations professionnelles de branches. Ils dressent des listes d'entreprises et de matériels, organisent des réunions, travaillent en liaison avec les administrateurs-séquestres, élaborant ainsi un véritable « projet textile » français. Jean-Pierre Fouchier, administrateur-séquestre d'IG Farben, adresse par exemple au ministère de la Production industrielle un épais rapport, illustré de plans et de photographies, sur la Rottweiler Kunstseidenfabrik. Ce document fait ressortir que, même si cette entreprise, membre d'IG Farben, a fabriqué pendant la guerre des explosifs et des munitions, son appareil de production reste de grande valeur en ce qui concerne les fibres artificielles. Aussi suggère-t-il qu'on l'écarte de la liste des démontages sur laquelle, au contraire, le service des Poudres veut la voir figurer, car elle représente « une unité industrielle de grand intérêt […] [à laquelle] il est à souhaiter qu'un groupe français s'intéresse »96.

  • 97 Note du sous-directeur au directeur des Industries textiles et des Cuirs, sd (mars 1947), AN, F12 (...)

72De même, s'agissant de la Schwäbische Zellstoff, le directeur-adjoint des Industries textiles et des Cuirs songe à la possibilité de produire, à partir des procédés qui y sont en usage, de la cellulose à base d'alfa. En employant du matériel fabriqué en Wurtemberg ou en Bavière et éventuellement en envoyant sur place des techniciens allemands pour assurer la mise en route, on pourrait, estime-t-il, implanter en Afrique du Nord une unité de production qui « permettrait à la France de s'affranchir d'environ un quart de ses importations, soit une économie en devises de l'ordre de 2 500 000 dollars ». Un essai d'utilisation d'alfa à la place de bois de hêtre est effectivement fait à Ehingen, sans que l'on en connaisse le résultat97. C'est un autre projet de transfert de technologie qui, on l'a vu, sera mis en œuvre par les repreneurs français. La suggestion du haut fonctionnaire parisien n'en mérite pas moins d'être relevée.

  • 98 Le mémorandum Filippi est cité par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, o (...)

73Au niveau d'ensemble de l'industrie allemande, c'est aux services de Baden-Baden que revient l'élaboration d'un mémorandum, rédigé en juillet 1945 par Jean Filippi, futur directeur général de l'Economie et des Finances en ZFO, sur « les moyens par lesquels on pourra étendre l'influence française ». Ses suggestions sont reprises un an plus tard par le CGAAA, après de longs atermoiements et discussions, dans une « note servant de base à la recherche d'une politique française de participations »98.

  • 99 Souligné par nous.

74Ce texte est important. Marqué par le dirigisme, il envisage plusieurs moyens parallèles pour renforcer la présence des entreprises françaises outre-Rhin. Le recours au marché boursier allemand y figure, « soit par des achats de titres […], soit par une augmentation de capital réservée à des ressortissants français dans le cas où l'entreprise est susceptible de s'étendre, soit, dans la négative, par une réduction du capital réduisant les parts des porteurs allemands, suivie d'une augmentation de capital réservée aux ressortissants français ». C'est, on l'a vu, la technique employée en 1947 par l'administrateur-séquestre de la Schwäbische Zellstoff, Michel Labbé-Laurent, pour assurer le contrôle des industriels alsaciens. D'autres méthodes, plus inquiétantes pour les tenants du capitalisme privé, sont envisagées : « Il est possible également que l'État français ait intérêt lui-même à utiliser les excédents de Marks qui sont en sa possession à l'acquisition de droits dans des entreprises qui présenteraient une importance capitale au point de vue de l'économie ou de la politique française. […] Pour que cette tentative d'extension économique et politique ait des chances de succès, il semble qu'elle doive revêtir l'apparence99 de transactions commerciales et financières normales ». Et le texte d'évoquer, en des termes significatifs de l'idéologie de l'époque, l'organisation d'un « système mixte » permettant à l'Etat de contrôler tout à la fois la marche de ces entreprises et le développement économique outre-Rhin.

  • 100 « Participations financières », note signée Michel Labbé-Laurent, sd (1946), MAE Colmar, AEF, c. 5 (...)

75Quant aux domaines dans lesquels des participations seraient envisageables, le mémorandum sert de base, pendant plusieurs années, à l'élaboration de longues listes d'« entreprises dans lesquelles des maisons françaises pourraient avoir avantage à prendre des participations financières », dressées au niveau local par les gouvernements des territoires, Sarre comprise, puis revues à Baden-Baden par les services du Gouvernement militaire, enfin adressées après synthèse au CGAAA à Paris. Par exemple, au début de 1946, Michel Labbé-Laurent, encore à cette date membre du GMZFO, dresse une liste de 26 entreprises du Wurtemberg, sur renseignements recueillis auprès des Chambres de commerce de Reutlingen et de Ravensburg, qui seraient susceptibles d'accueillir des capitaux français : outre celle dont il aura bientôt la charge, on y trouve, à côté de nombreuses entreprises textiles, des firmes de construction mécanique, souvent spécialisées dans le matériel textile, des papeteries et des cartonneries, des tanneries et des manufactures de chaussures, une fabrique d'obturateurs pour appareils photographiques, une imprimerie…100. Pour l'ensemble de l'Allemagne occupée, on peut proposer le tableau suivant.

  • 101 À partir des renseignements contenus dans les archives de la direction des Affaires économiques et (...)

Tableau 1. Nombre d'entreprises susceptibles d'accueillir des participations françaises en 1946101

Tableau 1. Nombre d'entreprises susceptibles d'accueillir des participations françaises en 1946101

76La liste établie ci-dessus n'a qu'une valeur très approximative. Dressée sans considération de l'importance respective de chaque firme, elle juxtapose des géants comme les Aciéries Röchling et des nains comme les petites entreprises de visserie et de boulonnerie du Pays de Bade, les constructeurs de machines textiles du Wurtemberg, les carrières et fours à chaux de Rhénanie, les fabriques de chaussures du Palatinat. De plus, les services, ne tenant pas systématiquement compte du siège social, mais raisonnant sur la base des établissements de production, recensent par exemple Daimler-Benz parmi les entreprises de construction mécanique du Pays de Bade, sous prétexte que le konzern de Stuttgart y possède une usine, à Gaggenau. On note aussi dans cette liste l'absence des mines de charbon et des firmes d'agro-alimentaire, alors que les services de distribution de gaz et d'électricité qui y figurent n'ont pas une vocation industrielle évidente. Le document fournit néanmoins un témoignage révélateur, à la fois, des possibilités qui s'offrent aux investissements français en Allemagne occupée, puisqu'il recense près de 200 cas, et de l'ampleur des ambitions nourries par l'administration.

  • 102 Pièces diverses dans les archives de la direction des Textiles et des Cuirs, AN, F12 10 600, 10 60 (...)

77Outre cette recherche des entreprises susceptibles d'être reprises par des firmes françaises, celle-ci se livre à un important travail de collecte de renseignements techniques, retransmis à Paris, au ministère de la Production industrielle. Lui-même en informe les fédérations professionnelles qui se chargent de prévenir leurs ressortissants. On ne peut que souligner l'ampleur de la tâche accomplie. La seule division des Fibres artificielles reçoit en 1945 33 rapports de la Field information agency, chargée par les autorités américaines de visiter les installations allemandes, et 21 comptes rendus de missions effectuées par des officiers de liaison français. L'année suivante, ce sont 40 rapports français, 27 américains, 6 britanniques dont on a trace102. Le flot se tarit ensuite et toute cette documentation n'a sans doute pas un même intérêt pour les destinataires. Du moins le programme que s'était fixé la Mission textile en Allemagne occupée en avril 1945 paraît sur ce point avoir été rempli. Un important effort a été également accompli pour recenser les avoirs détenus à l'étranger par les firmes allemandes, surtout dans les pays demeurés neutres durant la guerre où les autorités françaises veulent préserver les intérêts nationaux, soit au titre des redevances sur brevets, soit au titre de la propriété du capital.

78Enfin, les moyens en personnel mis à la disposition des administrations-séquestres au rôle, on l'a vu, essentiel sont loin d'être négligeables, même si les économies budgétaires amènent à les réduire lors des grandes « coupes » de 1948. L'année précédente, près de 200 agents figurent dans les états récapitulatifs, auxquels il convient d'en joindre 35 affectés aux séquestres de l'agglomération berlinoise, notamment à l'usine Borsig, et 20 ingénieurs stagiaires, présents en ZFO une partie de l'année. Parmi les 17 entreprises qui, en ZFO (Sarre comprise) sont placées sous ce régime, à côté de firmes où le personnel se réduit à l'administrateur-séquestre lui-même, éventuellement assisté d'un ou deux adjoints, se détachent, les cas d'IG Farben (120 agents, placés sous l'autorité de Jean-Pierre Fouchier, dont les bureaux sont situés à Baden-Baden, et non à Ludwigshafen, principal centre de production), de la DEGUSSA (20 agents), de Röchling (13), de Robert Bosch (9). Manifestement l'administration a tenté de mener à bien en Allemagne un projet industriel qui ne manquait pas d'envergure.

79On doit constater cependant, au printemps de 1948, malgré la multiplication quelque peu artificielle des initiatives liées à la réforme monétaire, la minceur des réalisations. Beaucoup de projets ont dû être écartés, pour irréalisme ou manque d'intérêt pour l'économie nationale. Certaines entreprises se sont faites les complices de partenaires allemands qui n'avaient pour but que d'échapper aux démontages ou aux réquisitions. Surtout, de nombreuses firmes ont feint de s'intéresser aux propositions qui leur étaient faites, mais manifesté peu d'empressement à passer aux réalisations concrètes. Un fonctionnaire du CGAAA dépeint ainsi leur attitude :

  • 103 « Note au sujet des possibilités d'une politique d'investissements français en Allemagne », 26 avr (...)

« Elles se souviennent des difficultés auxquelles elles ont eu à faire face pendant l'entre-deux-guerres du fait de l'état de cessation de paiement dans lequel s'était placée l'Allemagne. En général, elles considèrent que des prises de participation en Allemagne constituent des aventures qu'elles ne désirent point courir avec leurs fonds propres. […] Enfin, tant qu'une réforme monétaire n'est pas intervenue, [elles] ne paraissent avoir qu'une confiance très limitée en l'avenir économique de l'Allemagne et ne se soucient guère d'y investir leurs capitaux, [d'autant plus] qu'un gouvernement allemand, ayant recouvré son indépendance et non lié par aucun engagement résultant d'un traité de paix de respecter les positions prises par les Alliés en Allemagne, annulera vraisemblablement ces prises de participations »103.

80L'analyse, dans sa lucidité, met bien l'accent sur ce poids du contexte politique et économique qui freine les initiatives françaises. Aussi n'est-il guère étonnant que, dès cette période, on enregistre certains échecs significatifs.

C. UN EXEMPLE D'ÉCHEC PRÉCOCE : L'IMPLANTATION MANQUÉE DE BOSCH EN SARRE EN 1946

81L'un d'eux a valeur d'exemple. Il s'agit d'un projet de déménagement des installations de la firme Robert Bosch du Wurtemberg vers la Sarre. Les fabrications d'équipement automobile de Bosch sont en effet dispersées dans un large rayon autour de Stuttgart. Certaines se font à Reutlingen, dans la partie du Wurtemberg réservée à la France, où elles ont été placées sous séquestre dès les débuts de l'occupation. L'administrateur chargé de cette mission, outre les difficultés particulières que lui créent ses contacts avec les dirigeants de la firme à Stuttgart, constate bientôt que l'usine dont il a la charge fonctionne dans de mauvaises conditions. Le site est encombré par du matériel qui y a été entreposé pour échapper aux bombardements à la fin des hostilités. Des bruits circulent selon lesquels on s'apprêterait à revoir les limites entre zones d'occupation, ce qui placerait Reutlingen sous contrôle américain. Aussi préconise-t-il, dès l'été 1946, un déménagement vers la Sarre dont le rattachement à l'espace économique français semble alors imminent et la fondation d'une société franco-allemande qui posséderait les installations.

  • 104 Rapport de Guy Vivier, administrateur-séquestre de Robert Bosch, 30 octobre 1946, MAE Colmar, AEF, (...)
  • 105 Note de Lionel Favereau à Paul Simonet, direction du Contrôle des biens, GMZFO, 23 octobre 1947, M (...)

82Les arguments pour une telle solution ne manquent pas. On disposerait sur place de locaux mieux adaptés (une ancienne caserne, à Homburg) et d'une main d'œuvre bien formée à ce genre de fabrication. Ce serait « apporter à la France le potentiel de production de plus de 2 000 machines spécialisées dans une fabrication dont elle a un très pressant besoin »104. L'affaire est d'importance : le parc de machines à transférer représente une valeur de 11 400 000 RM. Or la direction Bosch de Stuttgart, loin d'être hostile au projet, se montre bien disposée, peut-être, comme le croit Lionel Favereau, chef du service des Etudes économiques et de la décartellisation au GMZFO, parce que « Robert Bosch, mort à la fin de cette guerre, était un grand patron socialiste qui s'est constamment et fermement opposé au régime nazi »105, plus vraisemblablement parce que les conditions financières de l'opération envisagée lui semblent intéressantes, Bosch conservant au minimum 25 % du capital de la société envisagée. Enfin, à Paris, le ministère des Finances promet de débloquer au profit des futurs partenaires français la contrepartie en Reichsmarks des francs correspondants. Aussi, son projet se présentant, apparemment, sous les meilleurs auspices, l'administrateur-séquestre fait-il procéder, très imprudemment puisque rien de définitif n'a été encore conclu, aux premiers transferts de machines de Reutlingen vers Hombourg à la fin de l'année 1946.

83C'est à ce moment que se manifestent les premières difficultés. Les autorités américaines de Stuttgart protestent avec véhémence contre le transfert envisagé, présenté pourtant par l'administration française comme une mesure de déconcentration conforme au cadre général de la politique des Alliés en Allemagne. Le moratoire conclu au conseil de contrôle de Berlin en février 1947 sur les prises de participations financières complique l'opération. Comme il est impossible de créer une société de gestion franco-allemande, la firme Robert Bosch ne possédant aucun actif en Sarre, il faut imaginer une formule compliquée d'avances de trésorerie sur garanties, assortie de modalités de remboursement complexes. À Baden-Baden, où l'on fait la distinction entre les intérêts de la Sarre et ceux de la ZFO proprement dite, le projet suscite des réticences, certains administrateurs regrettant l'affaiblissement du potentiel productif de la zone qui en résulterait. Le rattachement de la Sarre à l'espace économique français, qui avait été à l'origine du projet, se retourne contre lui par ses implications monétaires. L'introduction en Sarre du franc français en juin 1947, puis la fixation, au mois de novembre de la même année, d'une parité élevée entre marks sarrois et francs français, renchérit subitement pour les entreprises françaises la valeur de rachat des machines Bosch transportées de Reutlingen. Les administrations parisiennes concernées par le transfert ont des opinions opposées. Au ministère des Affaires étrangères, on souhaite son aboutissement, à la Production industrielle par contre, qui adopte le point de vue des entreprises dont elle a la tutelle, on l'estime non viable.

  • 106 Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l'Occupation…, op. cit., p. 389.
  • 107 Note de la direction de la Production industrielle, GMZFO, à la direction des Affaires économiques (...)
  • 108 Ibid. Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres, soixante ans de stratégies, Pari (...)

84Mais l'échec du projet est surtout dû à l'impossibilité de trouver, en France même, des investisseurs disposés à courir le risque d'une mise de fonds en Sarre. L'administrateur-séquestre de Reutlingen ne parvient pas à convaincre les industriels de la validité de son projet. Seuls se montrent réellement intéressés les Ets Lavalette, une firme de Saint-Ouen, avant-guerre concessionnaire exclusif de Bosch pour la France, qui a fait l'objet, en septembre 1941, d'un rachat de 48 % de son capital par la firme de Stuttgart, sans que l'on sache s'il s'était alors agi d'une prise de participation consensuelle ou forcée106. Mais, mis à part ce partenaire connu de longue date, aucune firme française n'est prête à investir dans l'usine Bosch de Hombourg. Comme le souligne un rapport administratif, « une partie des industriels ne paraît voir dans cette affaire qu'un concurrent redoutable, susceptible, soit d'apporter du trouble dans un marché qui, du fait de la pénurie d'après-guerre, absorbe aisément leur production, soit de fournir à celui de leurs confrères qui s'y intéresserait isolément un accroissement de puissance inquiétant »107. C'est donc par égoïsme et volonté de faire triompher leur intérêt propre que les firmes françaises auraient refusé d'investir dans l'affaire, qu'il s'agisse d'équipementiers ou de constructeurs automobiles désireux d'intégrer une partie de leurs approvisionnements. Quant aux rares entreprises acceptant le principe d'une participation partielle, on relève parmi elles les noms des Ets Ducellier et de la Régie Renault. Mais, toujours selon le rapport administratif précité, elles n'y verraient qu'un « appoint de production important pouvant être acquis à bon compte en leur permettant de dominer le marché »108.

  • 109 Note du service des Affaires économiques allemandes, ministère des Affaires étrangères, 26 septemb (...)

85Vision trop noire ? Il ne le semble pas. Les réticences des partenaires pressentis obligent en effet à restreindre peu à peu l'ampleur du projet. Tandis que les Ets Lavalette obtiennent du Crédit National la promesse d'une avance pour financer leur participation, la Régie Renault et les Ets Ducellier prendraient seulement « la part que leur permettraient leurs possibilités financières »109. Et, pour boucler financièrement l'opération, il faudrait trouver en Sarre des actionnaires privés, grâce aux banques qui exigeront, bien entendu, l'obtention préalable de toutes les garanties nécessaires de la part du Trésor français. Tout ceci explique que le transfert partiel de Robert Bosch en Sarre, envisagé avec confiance à la fin de l'année 1946, ne soit pas encore réalisé deux ans plus tard. En attendant un hypothétique règlement, 600 tonnes de matériel se trouvent provisoirement entreposées dans l'ancienne caserne de Hombourg où, les travaux de réaménagement ayant pris du retard, elles se trouvent exposées aux intempéries.

86Caractéristique de l'imbroglio administratif, des conflits d'intérêt et des complications diplomatiques auxquels donnent souvent lieu les projets d'investissements français en Allemagne, le déménagement manqué des machines Bosch du Wurtemberg vers la Sarre représente un premier exemple des échecs qui les sanctionnent. D'autres, et de plus vaste ampleur, suivront.

***

  • 110 Pierre Gerbet, Le relèvement, op. cit., p. 286.

87À l'issue de cette période décisive de trois années s'écoulant de la capitulation du Reich en mai 1945 à l'acceptation par Georges Bidault en juin 1948 des « recommandations de Londres » sur la constitution du futur gouvernement allemand, qui représentent pour la France « la fin des illusions »110 dans sa politique allemande, on doit constater combien, en un apparent contraste avec la recherche de la grandeur et les rêves de puissance, les rapports entre tenus avec l'Allemagne par les entreprises françaises restent précaires et ténus. Elles n'acceptent qu'avec beaucoup de réserves de saisir les opportunités d'investissement qui se présentent outre-Rhin. Leur présence n'y est guère motivée que par la recherche de profits ou d'avantages à court terme. Les montants concernés, tant commercialement que financièrement, demeurent faibles, malgré quelques exceptions. En mainte occasion, les entrepreneurs manifestent à leurs partenaires allemands leur sentiment d'appartenance au camp des vainqueurs, même vis-à-vis de firmes avec lesquelles les relations d'affaires sont anciennes et étroites. Souvent aussi s'exprime une volonté de revanche que le passé immédiat rend aisément compréhensible.

  • 111 Comme l'a montré Mathias Manz (dir.), Stagnation und Aufschwung in der französischen Besatzungszon (...)

88C'est plutôt dans l'administration, en particulier à Baden-Baden, que s'exprime un double souci d'affirmation de la présence française outre-Rhin et de relèvement prioritaire de l'économie de la ZFO. Même s'il résulte de la volonté d'éviter les charges qui résulteraient, pour la France, de la persistance des pénuries et de la misère, il permet d'obtenir d'appréciables résultats. En ZFO, de 1945 à 1948, les taux de croissance du PIB sont supérieurs à ceux de l'ensemble des zones occupées, manifestant une dynamique qui suggère que la politique suivie par les autorités d'occupation a su tirer pleinement profit des sources de croissance de caractère endogène qui s'y trouvaient disponibles. En Sarre également, le relèvement de l'industrie se fait à un rythme plus rapide que dans la Ruhr, pourtant placée dans des conditions analogues111. Tout ceci confirme pleinement la nécessité de reconsidérer la nature de la politique allemande de la France. Celle-ci ne passe pas de manière simple et uniforme de l'affirmation de la force et de la volonté d'exploitation au désir de rapprochement et de coopération. En matière économique comme en d'autres domaines, les réalités sont plus nuancées. Mais, si des préoccupations en faveur de changements sont déjà repérables chez les hauts fonctionnaires, elles paraissent encore peu présentes du côté du monde entrepreneurial. À la veille de la réforme monétaire de juin 1948, rien n'y semble annoncer l'intensification des relations qui se manifestera bientôt et qui témoignera chez les entreprises françaises de l'apparition d'une vision nouvelle.

Notes

1 Pour paraphraser le titre de l'ouvrage de Dietmar Hüser, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik », op. cit. Sur les objectifs généraux de la politique française en Allemagne, dans une abondante bibliographie, on peut se reporter aux études de Raymond Poidevin, rassemblées dans Péripéties franco-allemandes, op. cit., p. 277-320 ; Rainer Hudemann, « L'occupation française en Allemagne. Problèmes généraux et perspectives de recherche », in Henri Ménudier (dir.), L'Allemagne occupée (1945-1949), Bruxelles, Éditions Complexes 1990, p. 221-242 ; du même : « Revanche ou partenariat ? À propos des nouvelles orientations de la recherche sur la politique française à l'égard de l'Allemagne après 1945 », in Gilbert Krebs et Gérard Schneilin (dir.), L'Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, Paris, Publications de l'Institut d'allemand d'Asnières, 1996, p. 127-152. La thèse en cours d'achèvement de Martial Libéra sur la politique économique française en ZFO, sous la direction de Marie-Thérèse Bitsch, devrait apporter prochainement de nouveaux éléments sur ce point.

2 La mise au point la plus pertinente et la plus complète sur ces moyens est celle de Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 67-128.

3 « Compte rendu du voyage en Allemagne de MM. Ayçoberry et Kirchheim » (23 pages dact. avec nombreuses photographies), 28 mai-6 juin 1945, Archives Saint-Gobain, CSG 00293 (2)/471. Adjoint à la direction générale des Glaceries, André Ayçoberry deviendra cinq mois plus tard directeur du groupement VII (Fibres de verre).

4 Lettres de la division Fibres artificielles de la direction des Textiles et des Cuirs, ministère de la Production industrielle, au CTA, 26 octobre 1945 et 29 mai 1946, AN, F12 10 612. Robert Hemé de Lacotte est l'un des futurs vice-présidents de Rhône-Poulenc. Participent également au voyage Hubert Agulhon, des Ets Kuhlmann, et Canet de Chizy. Sur la DAR avant et pendant la guerre, voir Pierre Cayez, Rhône-Poulenc 1895-1975, Paris, Armand Colin/Masson, 1988, p. 101, 136-140 et 149-150.

5 Signalé par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 19.

6 « Rapport de mission à Rottweil et Fribourg de MM. Bajard, Lecomte, Pierrat et Retel », 6 mai 1946, AN F12 10 606. La section Textile est l'administration en charge du secteur au sein de la direction de la Production industrielle du Gouvernement militaire de ZFO.

7 Voir sur ce point Jean-Louis Loubet, Automobiles Peugeot. Une réussite industrielle 1945-1975, Paris, Economica, 1990, p. 27-28.

8 Procès-verbal d'une réunion des entreprises sidérurgiques lorraines, tenue à Metz dans le cadre de l'Office professionnel de la Sidérurgie, 24 avril 1946, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 669.

9 Rapport multigraphié de l'Office professionnel de la Sidérurgie, 10 mai 1946, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

10 Nous employons dans tout ce qui suit cette dénomination, même si la raison sociale du groupe est encore à cette date Compagnie des produits chimiques et électrométallurgiques Alais, Froges et Camargue, le nom de Pechiney n'étant adopté qu'en 1950.

11 Rapport de Louis Jullien, directeur administratif du groupe, et de P. Soudan, 23 juillet 1946, Archives Pechiney, 00-15-20441.

12 Compte rendu du voyage, auquel participent René Piaton, Jean Matter et quatorze ingénieurs et cadres de la Compagnie, du 21 janvier au 4 février 1944, Archives Pechiney, 00-15-20441.

13 Lettre des Ets Corgié, de Saint-Victor-sur-Rhins (Loire), à l'Office professionnel de l'industrie textile, 12 septembre 1945, AN, F12 10 536.

14 Lettre des Filés de Calais à la direction des Textiles et des Cuirs, 2 juillet 1945, AN, F12 10 605. La BARMAG (Barmen Maschinenfabrik AG), sise à Remscheid Lennep, près de Wuppertal, est l'un des principaux fabricants allemands de matériel pour l'industrie textile.

15 Lettre des Ets Laeuchlé, à Strasbourg-Meinau, à la division Laine et effilochage, direction des Textiles et des Cuirs, 17 août 1947, AN F12 10 536. L'attitude de l'industriel alsacien peut s'expliquer par le fait qu'ayant été sinistré, il n'a pas reçu une machine dont il comptait se servir pour, expose-t-il, « échanger des pièces, car j'ai encore du matériel allemand ». On remarque cependant que d'autres renonciations pour cause de prix excessifs ont lieu au même moment, de la part d'établissements situés à Cours (Rhône) et à Tourcoing.

16 Lettre de Pierre Jouven à Jean Matter, 2 janvier 1948, Archives Pechiney, 01-14-20464.

17 Lettre du ministère de la Production industrielle au Général commandant en chef en Allemagne, 22 janvier 1947, MAE Colmar, AAA 1369/6.

18 Parmi de multiples exemples, ces moulins à broches double torsion provenant de la Vereinigte Glanzstofffabrik à Obernburg am Main, que les autorités américaines d'occupation attribuent à la France et qui représentent un matériel « très moderne et d'un grand avenir », comme l'écrit la division Fibres artificielles au service des Affaires allemandes, ministère de la Production industrielle, 23 août 1946, AN F12 10 602.

19 « Les tendances actuelles et futures de l'industrie sidérurgique en France », conférence d'Albert Denis, directeur de la Sidérurgie (ministère de l'Industrie), au Centre d'études de politique étrangère, sd (1950), 27 pages dact., MAE Colmar, AAA, 1387/3a.

20 « Rapport de voyage en Allemagne de MM. Toinet et Borocco », 16 au 23 juillet 1947, Archives Saint-Gobain, CSG 00293/471.

21 Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 80-81.

22 Lettre de la direction des Textiles et des Cuirs au Groupement des effilocheurs de France, 22 janvier 1948, AN, F12 10 536.

23 Note de Jean Mentré, directeur de la Fonderie de Ludwigshafen, à Michel Paul-Cavallier, directeur général de la Compagnie de Pont-à-Mousson, 5 novembre 1947, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685. Sur les 21 entreprises signalées, ont été soulignés les noms de trois fabricants de machines : Balcke, à Frankenthal ; Klein, Schanzlin & Becker, à Frankenthal également ; Maybach à Friedrichshafen.

24 Note à André Grandpierre, 10 décembre 1947, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685. Jacques Rueff préside alors l'Agence interalliée des réparations.

25 Lettres de la Rhodiacéta au commissaire aux Fibres artificielles, direction des Textiles et des Cuirs, 17 février et 10 mars 1947, AN F12 10 605 ; transmission par la division Fibres artificielles au service des Affaires extérieures, direction des Textiles et des cuirs, d'une demande de la même firme, 2 octobre 1947, AN F12 10 602.

26 Compte rendu de visite en Allemagne de Cointe, Decalf et Legendre, daté de janvier 1947 (72 pages dact.), Archives Pechiney, 00-15-20441.

27 Nous conformant à l'usage courant, nous avons « francisé » le pluriel de Mark et écrivons dans tout ce qui suit des Marks, ou encore des Reichsmarks, des deutsche Marks.

28 Lettres de Jean-Pierre Fouchier à la direction des Finances, GMZFO, 12 novembre 1946 et 21 janvier 1947, MAE Colmar, AEF, c. 827, p. 104, d. 24.

29 Lettre d'Hans Haselmann, interné civil au camp d'Idar-Oberstein, au commandant du camp, le capitaine Thomas, 24 octobre 1945, AN F12 10 600.

30 Lettre de Pierre Jouven à Jouve, Contrôle des industries chimiques à Rheinfelden, 18 août 1948, Archives Pechiney, 01-14-20464.

31 Lettre de Michel Paul-Cavallier à Pierre David, alors cadre d'Halberger Hütte et futur directeur du Centre de recherches de la Compagnie de Pont-à-Mousson, 2 juin 1947, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 569. Sur l'IRSID, fondé en juin 1946, voir Philippe Mioche et Jacques Roux, Henri Malcor. Un héritier des maîtres de forges, Paris, Éditions du CNRS, 1988, p. 284-286.

32 Note du délégué aux Fibres artificielles au Syndicat français des textiles artificiels, 20 novembre 1945, AN, F12 10 600.

33 Note d'Andrä à Pierre Single, directeur général d'Halberger Hütte, 18 décembre 1945, à propos d'un autre spécialiste de la métallurgie, le Dr Hugo Seemann, qui souhaite poursuivre en France des recherches sur le traitement par ultra-sons et rejoint ultérieurement un laboratoire créé en ZFO par le Gouvernement militaire. Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 569.

34 Circulaire de la sous-direction des Réparations et Restitutions, ministère de l'Économie nationale, adressée au service des Affaires allemandes, ministère de la Production industrielle, 19 mars 1946, AN, F12 10 600.

35 Projet transmis à la direction du Contrôle des biens et participations financières du GMZFO, sd (mars 1947), MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 2, d. 105.

36 Marie-France Ludmann-Obier, Die Kontrolle der chemischen Industrie in der französischen Besatzungszone (1945-1949), Mayence, von Hase und Koehler Verlag, 1989, p. 153.

37 Lettre du Lanital français à la direction des Textiles et des Cuirs, 2 juillet 1945, AN F12 10 605. Ce mastic est destiné à la fixation des filières en verre qui permettent d'obtenir par extrusion les brins de fibres produites par ce fabricant. La localisation du fournisseur, à Potsdam Babelsberg, dans la partie de Berlin occupée par l'Armée rouge, rend la requête peu susceptible d'avoir abouti.

38 Lettre du secrétaire général du Syndicat français des textiles artificiels au directeur des Industries textiles et des Cuirs, 16 avril 1945, AN, F12 10 606.

39 Note interne du délégué aux Textiles artificiels, ministère de la Production industrielle, 14 février 1946, AN F12 10 600 ; note du secrétaire général de l'Office central de répartition des produits industriels au directeur des Fibres artificielles, 18 mars 1946, AN F12 10 605.

40 Note de la direction des Textiles et des Cuirs à la direction de la Coordination industrielle, service des Affaires allemandes et autrichiennes, 4 novembre 1946, AN F12 10 605.

41 Note de la division Fibres artificielles au service des Prix, ministère de la Production industrielle, 10 septembre 1947, AN, F12 10 601.

42 Bulletin du Syndicat français de soieries et tissus de Lyon, n° 345, 22 septembre 1948, AN, F12 10 551.

43 Lettre, signée Albert Japy, du Syndicat national des fabricants d'horlogerie au Secrétariat général aux affaires allemandes et autrichiennes, 7 novembre 1945, MAE Colmar, AAA 1369/1 ; lettre de Me André Mayer, avocat au Conseil, au ministre des Affaires étrangères, 20 avril 1955, MAE Colmar, AAA 1359/5. (Le recours est rejeté, la haute juridiction ne pouvant connaître des actes du pouvoir exécutif se rattachant aux rapports internationaux.)

44 Rondo Cameron, La France et le développement économique de l'Europe 1800-1914, Paris, Éditions du Seuil, 1971, p. 291-316 ; Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française, op. cit., p. 110-115.

45 Rapport de la Chambre de commerce de Schopfheim à la direction du Contrôle des biens, GMZFO, sd (février 1948), MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 1, d. 24 ; rapport de la direction des Participations financières, GMZFO, sd (1946), MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 5.

46 Lettre de la SACM à la direction des Participations financières, GMZFO, 26 janvier 1948, et rapport consécutif, 19 mai 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 5. L'ouvrage de François Bernard, L'Alsacienne de constructions mécaniques, des origines à 1965, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, 480 p., ne fait pas mention de cette initiative.

47 Note de la CNFR au sujet de Rheinwerft, 17 février 1947, MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 2, d. 207.

48 Lettre du propriétaire de l'entreprise au directeur de l'Économie et des Finances, GMZFO, 28 mars 1947 ; note du chef du Service forestier de l'État rhéno-palatin à la direction de l'Économie et des Finances, GMZFO, 28 février 1949, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 3.

49 Rapport de la direction des Études économiques et financières, 8 novembre 1950, Archives du Crédit Lyonnais, DEEF, 57 214, n. 10 041.

50 Lettre de René Grandgeorge, de la direction générale des Glaceries, à Jean-Louis Schrader, directeur des VEGLA, succursale allemande du groupe, 10 juillet 1946, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/221 ; « Note sur l'affaire de Rheinfelden », 19 juin 1948, ibid., CSG 00293 (2)/471. Les fichiers de participations tenus par le Haut-Commissariat français en Allemagne ne mentionnent pas cette entreprise, pas plus que les archives du groupe Saint-Gobain en Allemagne après 1948. Sur les activités d'AIAG en Allemagne, voir Manfred Knauer, « Une industrie née de la guerre. L'aluminium en Allemagne de 1890 à 1950 », in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du xixe siècle à nos jours. L'âge de l'aluminium, Paris, Armand Colin, 1997, p. 127-142.

51 Note sans indication d'auteur du CGAAA, 22 octobre 1947, MAE Colmar, AAA, 1393/4.

52 Le terme étant passé dans le vocabulaire économique courant en France, nous écrivons konzern avec une minuscule et ajoutons un « s » au pluriel, contrairement à l'orthographe allemande.

53 Note de La Rochère, des Fonderies de Ludwigshafen, à Michel Paul-Cavallier, 21 mai 1948, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 685. Le nom envisagé pour la banque n'est pas mentionné.

54 Lettre du gérant de la société, Drappier, au service du Contrôle des biens et participations financières, GMZFO, 29 juillet 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 3. Le destinataire de la lettre note en marge : « Nouvelles participations à rechercher : SAGEM (Société d'applications générales d'électricité et de mécanique), Radiotechnique, Société française radioélectrique. »

55 Une allusion est faite à cet épisode par Michel Hau, « Volkswagen de 1945 à 1970 », Revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, 1998, n° 1, p. 75-87.

56 Voir sur ce rôle de « parrain » (traduction française du terme Patenfirma) exercé par Volkswagen durant l'Occupation aux dépens de Peugeot l'article de Peter Lessmann, « Volkswagen en France 1941-1944 », Histoire, économie et société, 1992, n° 3, p. 515-534.

57 Sur la base du cours officiel d'avant-guerre (1 Reichsmark = 15,18 F). Les 155 000 F de 1948 équivalent à 4 800 F de 1969.

58 Lettre du Haut-commandement français en ZFO au CGAAA, 31 juillet 1947, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 7.

59 La cérite est un silicate de cérium, minerai appartenant à la catégorie des « terres rares ». Sous forme d'oxyde, le cérium est utilisé dans la fabrication de matériaux luminescents ; sous forme métallique, on l'emploie dans celle des pierres à briquet et dans la confection d'alliages divers pour la sidérurgie.

60 Rapport de la commission des Participations, 6 janvier 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 2.

61 Lettre de Jouve, officier de contrôle des industries chimiques à Rheinfelden, à Pierre Jouven, sd (début 1948 ?), Archives Pechiney, 01-14-20464. Sur la Société chimique des terres rares, voir Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d'organisation et instruments de gestion d'une grande entreprise française : Pechiney (…), op. cit., p. 354-355. Le monopole de fait créé durant la guerre par les accords signés entre cette filiale de Pechiney et la firme Auer est confirmé par Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers français sous l'Occupation. La collaboration économique avec le Reich et Vichy, Paris, Armand Colin, 1999, p. 169-170.

62 Note de la Chlor Betrieb Rheinfelden à la direction des Finances extérieures, ministère des Finances, 10 juin 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 2.

63 Selon Rudolf Laufer, « Die südbadische Industrie unter französischer Besatzung », in Claus Scharf et Hans-Jürgen Schröder (dir.), Die Deutschlandpolitik Frankreichs und die französische Zone 1945-1949, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1983, p. 141-153, les démontages ont atteint en Bade-Sud 8,3 % de la capacité de production industrielle présente en 1936, contre 4,3 % pour l'ensemble de la ZFO et 5,5 % pour les trois zones occupées occidentales.

64 Compte rendu de Marcel Bonnal à la direction générale de la SCPA, 25 novembre 1946. Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

65 Unité monétaire introduite en Sarre par la France en juin 1947 en remplacement du Reichsmark et dont la parité avec le franc est fixée à 1 Mark sarrois = 20 francs au mois de novembre de la même année. Le capital de la SCPA représente donc sur cette base 40 millions de F de 1947, soit 2 millions de F de 1969.

66 « Résumé des accords intervenus entre le séquestre des Röchling'sche Stahl- und Eisenwerke et la SCPA, au sujet de la fabrication et de la vente de scories potassiques », joint aux statuts de Saralsa, 12 décembre 1946, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803.

67 Voir sur le cartel international de la potasse l'étude d'Harm G. Schröter, « The International potash syndicate », in Dominique Barjot (dir.), International cartels revisited, Vues nouvelles sur les cartels internationaux (1880-1980), Caen, Éditions-diffusion du Lys, 1994, p. 75-92, ainsi que Françoise Berthelot-Dieterich, « La difficile naissance des Mines domaniales de potasse d'Alsace 1919-1931 », Les hommes et la potasse, bulletins n° 15 et 16, Wittelsheim, 1997, 112 p.

68 Sel alcalin utilisé dans l'industrie du blanchiment ainsi que dans la préparation de la pâte à bois pour papier.

69 Rapport (non signé) sur l'usine d'Ehingen, section des Industries diverses, direction de la Production industrielle au GMZFO, 24 novembre 1945, MAE Colmar, AEF, 2028/146.

70 « Rapport sur un projet de prise de participations françaises dans l'entreprise Schwäbische Zellstoff », envoyé par le service du Contrôle des biens et participations financières à la direction des Finances, GMZFO, sd (début 1947) ; rapport complémentaire dressant le récapitulatif de l'affaire, août 1948, MAE Colmar, AAA 1358/1.

71 L'un de ses principaux membres, Rolf Nordling, est le frère du consul de Suède rendu célèbre par son rôle dans la libération de la capitale. Homme d'affaires actif, il est aussi patron des Etablissements Solitaire et deviendra de 1950 à 1953 président de la CEGOS (Commission générale d'organisation scientifique), jouant un rôle notable dans le mouvement qui se développe en faveur de l'amélioration de la productivité. Son rôle à ce titre est évoqué par Matthias Kipping et Jean-Pierre Nioche, « Politique de productivité et formations à la gestion en France (1945-1960) : un essai non transformé ? », Entreprises et histoire, 1997, n° 14-15, p. 65-87.

72 Acte de fondation de la CECEL, 1er octobre 1947, Archives CECEL-COGEPAR, CERARE, 94 A 417.

73 Entretien avec J.H. Gros, le 4 mai 1999. Directeur général de la SAIC en 1954, puis président de celle-ci à partir de 1959, possédant de multiples liens de famille avec tout le patronat textile haut-rhinois, Jacques-Henry Gros présidera la Société industrielle de Mulhouse et la Chambre de commerce et d'industrie de cette même ville. Il contribuera puissamment, par l'intermédiaire de Velcorex, à désengager sa firme de la production de cotonnades et à l'orienter vers la valorisation des fabrications, dans l'industrie du velours notamment, ainsi que la gestion de ses participations financières, au profit de toute l'économie régionale.

74 Pierre Gerbet, Le relèvement (1944-1949), Paris, Imprimerie nationale, 1991, titre du chapitre IX.

75 Marie-Thérèse Bitsch, « Un rêve français : le désarmement économique de l'Allemagne (1944-1947) », Relations internationales, n° 51, automne 1987, p. 313-329.

76 Cyril Buffet, « L'affaire Borsig 1945-1950. Un exemple de la politique française des réparations », Revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, janvier-mars 1991, p. 55-71.

77 Lettre de Suramy, de L'Oréal, à la direction des Finances extérieures, ministère des Finances, 20 juin 1947, MF, Direction du Trésor, B 8909.

78 Lettre de E. Berninger, de Dollfus-Mieg, au ministère des Affaires étrangères, 20 mai 1947, MF, direction du Trésor, B 8909.

79 Lettre de Jean Marcou à Albert Denis, directeur des Charbonnages, division de la Production industrielle, GMZFO, 4 février 1948, MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 2, d. 265 ; réponse de la direction des Finances extérieures, ministère des Finances, à Técalémit, 17 février 1948, MAE Colmar, AAA 1369/1.

80 Compte rendu de la réunion établi par Francois de Villepin et adressé à André Grandpierre et Henri Cavallier, 30 janvier 1945, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 689.

81 Compte rendu par Marcel Bonnal de ses entretiens à Sarrebruck, les 21 et 22 novembre 1946, adressé à la direction générale de la SCPA, Archives SCPA, CERARE, 14 A 803. Le rattachement économique de la Sarre à la France entre en vigueur à partir du 1er avril 1948. Il durera jusqu'au 5 juillet 1959.

82 Michel Labbé-Laurent préside le directoire de la Schwäbische Zellstoff à partir de 1948. Directeur des Finances au Gouvernement militaire de la Sarre, René Charrier est nommé administrateur-séquestre des parts allemandes d'Halberger Hütte et des Aciéries de Dilling. Devenu ensuite directeur de la Landesbank de Sarrebruck, il siège au conseil d'administration de ces deux filiales sarroises de Pont-à-Mousson jusqu'à la levée du séquestre en juin 1952, y exerçant une influence notable.

83 Lettre de Marcel Bonnal à Albert Ourbak, directeur général de la SCPA, 12 juillet 1948, Archives SCPA, CERARE, 14 A 375.

84 Lettre de Pierre Single à André Grandpierre et réponse de celui-ci, 4 et 5 novembre 1946, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 455.

85 Sur Max Thoenissen, voir Patrick Fridenson, « Les entreprises d'automobiles sous l'Occupation », in Jean-Claude Daumas, Olivier Dard et François Marcot (dir.), L'Occupation, l'État français et les entreprises, actes du colloque de Besançon, Paris, ADHE, 2000, p. 217-329, ainsi que, sur son rôle ultérieur, Andreas Wilkens, « Verständigung von Wirtschaft zu Wirtschaft. Interessenausgleich zwischen deutscher und französischer Industrie 1947-1955 », in Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen…, op. cit., p. 189-223.

86 Lettre du président de Rhodiacéta à l'Office des changes, service des Compensations privées avec l'Allemagne, 7 avril 1941, AN, F12 10 612. Nous n'avons pu trouver de renseignements plus précis sur les relations entre les deux firmes durant cette période. L'ouvrage d'Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l'Occupation…, op. cit., p. 284, signale des prises de participation de la Thüringische Zellwolle dans d'autres entreprises. Pierre Cayez, Rhône-Poulenc…, op. cit., évoque une prise de participation allemande majoritaire dans le capital de la Deutsche Rhodiaseta, mais sans préciser si elle provenait ou non de la Thüringische Zellwolle. Quant à Peter Hayes, il exclut de son champ d'étude le textile artificiel, tant dans Industry and ideology : IG Farben in the nazi era, New York, Cambridge University Press, 1987, que dans son article « La stratégie industrielle de l'IG Farben en France occupée », Histoire, économie et société, n° spécial sur les stratégies industrielles sous l'Occupation, 1992, n° 3, p. 492-514.

87 Comme l'indiquent, pour son passage chez Schneider, Jean-Paul Cahn, « Le règlement de l'affaire Röchling (1954-1956) », Revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, 1983, n° 4, p. 427, et, pour la direction de Neuves-Maisons, Roger Martin, Patron de droit divin…, Paris, Gallimard, 1984, p. 60.

88 Rapport sur le groupe Röchling établi par Métivier, section des Investigations financières, groupe français du Conseil de contrôle de Berlin, juillet 1947, MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 2, d. 212.

89 Voir Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l'Alsace. Croissance, crises, innovations : vingt siècles de développement régional, Strasbourg, La Nuée bleue/DNA, 1997, p. 294.

90 Futur secrétaire au ministère fédéral de l'Economie en 1951, puis directeur des services de la Chancellerie fédérale avec rang de ministre en 1963.

91 Mémorandum non signé sur « Les intérêts industriels de la Compagnie Saint-Gobain en Allemagne et dans les Balkans pendant la guerre », 20 juin 1945, Archives Saint-Gobain, CSG 00293/471. Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazéra, Les patrons sous l'Occupation, Paris, Éditions Odile Jacob, 1995, p. 123, insistent sur la " détermination " montrée à cette occasion par le président de la Compagnie. Ils signalent, à propos d'autres groupes français, les ambitions nourries durant l'Occupation par les dirigeants d'Henkel, proches, selon eux, des instances dirigeantes du Reich, et notamment d'Himmler (p. 118). De son côté, Annie Lacroix-Riz ne mentionne pas Saint-Gobain parmi les groupes convoités par Henkel durant la guerre, même si elle fait état des livraisons de produits chimiques faites par Saint-Gobain en Allemagne durant l'Occupation et des cartels « léonins » que lui ont imposés ses partenaires de l'industrie du verre en 1941 (Industriels et banquiers français sous l'Occupation…, op. cit., p. 169 et 212-216).

92 « Rapport de voyage en Allemagne de MM. Toinet et Borocco », 16 au 16 juillet 1947 (Borocco est le futur directeur de la Chimie au sein du groupe).

93 Notes internes de la direction du Bois et des Industries diverses, ministère de l'Industrie et du Commerce, 19 et 24 février 1948, AN, F12 10 337 (I).

94 Note de la direction des Participations financières, GMZFO, au CGAAA, 26 novembre 1948, MAE Colmar, AEF, c. 2876, p. 5.

95 Compte rendu de la réunion du comité général d'organisation de l'Industrie textile, 21 avril 1945, AN, F12 10 606.

96 Rapport de Jean-Pierre Fouchier sur la fabrique de soie artificielle de Rottweil, 127 pages dact., sd, AN, F12 10 606. Le point de vue exprimé ici est d'autant plus remarquable que, rappelons-le, son auteur est lui-même ingénieur des Poudres.

97 Note du sous-directeur au directeur des Industries textiles et des Cuirs, sd (mars 1947), AN, F12 10605 ; lettre du Syndicat français des textiles artificielles à la firme Nordling Macé, 27 août 1947, AN, F12 10602.

98 Le mémorandum Filippi est cité par Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes…, op. cit., p. 103. La note du CGAAA, en date du 8 août 1946, qui en reproduit des passages entiers, se trouve au MAE Colmar, AAA, 1369/1.

99 Souligné par nous.

100 « Participations financières », note signée Michel Labbé-Laurent, sd (1946), MAE Colmar, AEF, c. 517, p. 1, d. 20.

101 À partir des renseignements contenus dans les archives de la direction des Affaires économiques et financières du GMZFO, même cote que précédemment.

102 Pièces diverses dans les archives de la direction des Textiles et des Cuirs, AN, F12 10 600, 10 601 et 10 602.

103 « Note au sujet des possibilités d'une politique d'investissements français en Allemagne », 26 avril 1948, sans indication d'auteur, service des Affaires économiques et sociales, CGAAA, MAE Colmar, AAA 1371/c.

104 Rapport de Guy Vivier, administrateur-séquestre de Robert Bosch, 30 octobre 1946, MAE Colmar, AEF, 827/104, d. 25.

105 Note de Lionel Favereau à Paul Simonet, direction du Contrôle des biens, GMZFO, 23 octobre 1947, MAE Colmar, AAA 1337/2. Le cas représenté par Robert Bosch est particulier. Les recherches de Joachim Scholtyseck sur son soutien, durant l'entre-deux-guerres, à la réconciliation franco-allemande et à la cause européenne, puis sur son rôle dans l'opposition au nazisme, soulignent à la fois la profondeur de son engagement idéologique et les ambiguïtés de sa politique industrielle qui, comme celle des autres grandes entreprises, participa activement à l'économie de guerre dans toutes ses implications. Voir notamment « Robert Bosch und der Widerstand gegen den Nationalsozialismus », in Lothar Gall et Manfred Pohl (dir.), Unternehmen im Nationalsozialismus, Munich, C. H. Beck Verlag, 1998, p. 99-106.

106 Annie Lacroix-Riz, Industriels et banquiers sous l'Occupation…, op. cit., p. 389.

107 Note de la direction de la Production industrielle, GMZFO, à la direction des Affaires économiques et financières, ministère des Affaires étrangères, 3 juin 1947, MAE Colmar, AAA, 1337/2.

108 Ibid. Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres, soixante ans de stratégies, Paris, Le Monde-Éditions, 1995, p. 54 et 129 (n. 73), signale effectivement deux projets de reprise et réorganisation d'affaires sarroises par Renault en 1948 : « une filiale de Bosch et une aciérie à Völklingen ». Nous aurons l'occasion de revenir sur le deuxième cas. Quant au projet concernant Bosch, il n'est pas mentionné par les autres spécialistes du secteur, notamment Patrick Fridenson, « Les relations entre les industries automobiles française et allemande, des années 1880 aux années 1960 », in Yves Cohen et Klaus Manfrass (dir.), Frankreich und Deutschland…, op. cit., p. 334-342.

109 Note du service des Affaires économiques allemandes, ministère des Affaires étrangères, 26 septembre 1947, MAE Colmar, AAA 1337/2.

110 Pierre Gerbet, Le relèvement, op. cit., p. 286.

111 Comme l'a montré Mathias Manz (dir.), Stagnation und Aufschwung in der französischen Besatzungszone von 1945 bis 1948, Osfildern, Scripta Mercaturae Verlag, 1985, 130 p., repris et élargi par Werner Abelshauser, Die Langen Fünfziger Jahre. Wirtschaft und Gesellschaft der Bundesrepublik Deutschland 1949-1966, Düsseldorf, Schwann, 1987, 191 p. Pour la Sarre, voir Armin Heinen, Saarjahre. Politik und Wirtschaft im Saarland 1945-1955, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1996, 603 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre d'entreprises susceptibles d'accueillir des participations françaises en 1946101
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540