Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960

 | 
Jean-François Eck

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Comme en témoigne, jalonnant l'histoire des relations franco-allemandes au cours du xxe siècle, l' (...)
  • 2 Nous pensons par exemple aux recherches de Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme franç (...)

1Dans la longue confrontation qui, durant près d'un siècle, a dressé l'une face à l'autre la France et l'Allemagne, l'économie tient une place qui n'est pas négligeable. Les historiens des relations internationales lui ont consacré certaines de leurs recherches. Plusieurs ont édifié à ce propos des œuvres importantes1. Quant aux historiens de l'économie, quelles que soient leurs options théoriques, leurs périodes de prédilection ou leurs méthodes d'analyse, ils n'ont jamais négligé d'étudier l'horizon extérieur qui a été celui de l'économie française dans les différentes phases de son développement. Là aussi, les travaux abondants et variés ne font pas défaut2. Pourquoi alors consacrer une recherche supplémentaire aux entreprises françaises face à l'Allemagne, de 1945 à la fin des années 1960 ? C'est que, malgré le grand nombre et la qualité des publications, il nous a paru que de nouvelles études étaient encore susceptibles d'être développées, selon un point de vue et à partir de sources qui méritent attention.

  • 3 En tout premier lieu, celui de Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de 1945 (...)
  • 4 Parmi les actes de colloques publiés depuis une dizaine d'années, relevons Yves Cohen et Klaus Man (...)

2Le point de vue tout d'abord : on connaît bien l'évolution des rapports économiques franco-allemands durant les dix années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Plusieurs ouvrages récents y ont été consacrés3. On sait la part qui, dans cette évolution, revient aux dirigeants des deux pays, ainsi qu'à ceux des autres grandes puissances. On mesure l'importance de la mutation qui, en tissant entre les anciens « ennemis héréditaires » de multiples relations d'interdépendance, a joué un rôle déterminant dans la construction de l'Europe. Les travaux faits sur ce sujet par les historiens français et allemands, souvent à l'occasion de leurs rencontres mutuelles4, sont nombreux et de qualité. Ils se fondent le plus souvent cependant sur les archives diplomatiques et ne font allusion aux entreprises que dans la mesure où celles-ci entrent en relations avec les administrations de tutelle, pour en obtenir telle ou telle mesure ou, inversement, répondre dans tel ou tel sens aux orientations souhaitées par l'État. Les historiens de l'économie suivent une démarche différente. Il s'agit pour eux de prendre pour objet d'étude les entreprises elles-mêmes et de partir directement de leurs archives pour suivre leurs décisions en matière de politique commerciale, d'implantation financière, de développement technologique. On peut alors espérer en comprendre les motivations, en suivre l'application, en apprécier les résultats d'une façon plus satisfaisante qu'à travers le prisme des documents échangés avec les autorités de tutelle.

3Nous tenterons ici d'appliquer les méthodes de l'histoire d'entreprise aux relations entre les firmes françaises et l'Allemagne de 1945 à la fin des années 1960. Il s'agira d'abord de contribuer à une meilleure connaissance de l'horizon international des entreprises françaises, durant une période qui, à bien des égards, revêt une importance décisive, tant pour elles-mêmes que pour les rapports économiques franco-allemands. Il s'agira aussi d'observer, à travers le cas concret des relations avec l'Allemagne, la façon dont sont élaborées et conduites les stratégies entrepreneuriales. Précisons brièvement chacun de ces points.

4Pour les relations franco-allemandes, la période qui s'ouvre en 1945 est d'importance cruciale. On l'a longtemps décrite de façon linéaire, autour de l'idée d'une conversion progressive de la France, qui serait passée d'une logique d'affrontement et de revanche sur son ancien adversaire à une volonté de réconciliation et d'instauration avec lui d'un partenariat privilégié. Appartenant au camp des vainqueurs, devenue puissance occupante, la France dispose en 1945 d'atouts inespérés. Elle tente d'abord de les valoriser en mettant en œuvre une politique originale, différente de celle de ses alliés, dictée par la volonté d'assurer sa sécurité et d'exploiter à son seul avantage les ressources de sa zone d'occupation. Puis, peu après l'entrée en guerre froide, elle doit revoir ses ambitions pour s'aligner, contrainte et forcée, sur la politique anglo-saxonne. Enfin, par le lancement du plan Schuman, puis l'ouverture des négociations conduisant au traité de Rome, elle scelle avec l'Allemagne une réconciliation qui culminera en 1963, lors de la signature du traité de l'Élysée.

  • 5 Voir à ce sujet le bilan historiographique présenté par Rainer Hudemann, « Französische Besatzungs (...)

5Or, depuis bientôt vingt ans, à mesure que se sont ouvertes les archives, la multiplication des recherches a relativisé fortement cette vision5. Dans tous les domaines, la politique française à l'égard de l'Allemagne mêle en permanence, dès l'immédiat après-guerre, les aspects traditionnels aux anticipations novatrices. Au contact des réalités de sa zone d'occupation, elle doit revoir, parfois très tôt, ses choix initiaux pour mettre en œuvre des institutions originales, en matière sociale notamment. Inversement, les préventions à l'égard de l'Allemagne demeurent parfois présentes jusque dans des initiatives qui, apparemment, obéissent à un désir d'entente et de réconciliation durable. Il est donc abusif de prétendre que la France s'est bornée à s'aligner sur l'évolution générale qui, pour cause de guerre froide, conduisait à la rapide réinsertion de l'Allemagne dans les rapports internationaux. Mais, si sa politique présente ainsi simultanément et contradictoirement plusieurs visages, on peut légitimement s'interroger sur la place qu'il convient d'attribuer aux entreprises dans cette évolution. Ont-elles tenté d'infléchir l'attitude des pouvoirs publics dans un sens ou dans l'autre ? Leurs rapports avec l'Allemagne sont-ils en phase ou décalés par rapport à la diplomatie ? Ou bien encore n'y décèle-t-on aucune évolution, les permanences des relations d'affaires l'emportant sur les éléments de rupture ?

  • 6 Ainsi l'ouvrage de Matthias Kipping, Zwischen Kartelle und Konkurrenz. Der Schuman Plan und die Ur (...)

6Il importe d'autant plus de le savoir que ces années coïncident, pour les entreprises françaises, avec leur confrontation à la modernité. De 1945 à la fin des années 1960, leurs structures se transforment, leur mode de fonctionnement évolue, leurs rapports avec l'environnement économique et social se modifient. Acteurs autant que sujets de ces bouleversements, les entreprises connaissent alors une mutation d'autant plus marquée qu'elle occupe un laps de temps relativement bref : guère plus d'un quart de siècle, moins encore si l'on admet que l'expansion ne démarre qu'à partir de 1953-1954, au lendemain de la stabilisation Pinay, et que les années 1968-1969, marquées par les tensions sociales et monétaires, représentent pour elles l'entrée dans une nouvelle phase annonciatrice des difficultés futures. Pendant cette période, la concurrence s'intensifie. Les entreprises renoncent aux ententes qui s'étaient multipliées dans toutes sortes de branches depuis la fin du xixe siècle et durant la crise des années 1930. À l'extérieur, la pression américaine, la mise en place de l'Europe les forcent d'accepter la confrontation avec le reste du monde. La fin des négociations du Kennedy Round en 1967, la disparition des droits de douane entre les six pays membres de la Communauté économique européenne en 1968 marquent des étapes décisives dans une évolution qui s'accélérera encore par la suite, même si subsistent de multiples obstacles aux échanges, de nature fiscale, technique ou réglementaire. Quel rôle la confrontation avec l'Allemagne a-t-elle joué dans ce processus ? Pour le savoir, il faut étudier la manière dont les entreprises ont réagi à la mutation de leur environnement. Des travaux ont déjà été consacrés aux organisations patronales, plus particulièrement à propos de la construction européenne et de la libération des échanges6. Nous souhaiterions les poursuivre et les étendre aux entreprises elles-mêmes en prenant pour champ d'étude leurs relations avec l'Allemagne.

7Celle-ci n'est pas pour elles un partenaire ordinaire. À l'image de l'ensemble de l'opinion, les milieux d'affaires entretiennent avec l'Allemagne des rapports spécifiques, marqués par une oscillation perpétuelle entre des orientations opposées. Y alternent et s'y confondent les phases de bonne entente et de rivalité, les symptômes d'indifférence et la volonté de dialogue privilégié. La confrontation avec l'Allemagne reste marquée par une profonde ambivalence, suscitant tout ensemble crainte et fascination, hostilité et admiration, désir de revanche et souci de coopération.

  • 7 Comme l'a souligné, dernière-née d'une longue série d'études, la pré-conférence européenne du Cong (...)

8De plus, même si, durant cette période, les entreprises françaises, tout comme celles du reste de l'Europe, sont amenées à prendre position face à l'exemple américain7, l'Allemagne devient pour elles, à la fin des années 1960, un nouveau modèle. Essayistes, journalistes, hommes politiques observent attentivement le fonctionnement de son économie, cherchent les traits qui pourraient avec avantage en être transposés en France. Les débats autour de la réforme de l'entreprise, de la capacité concurrentielle de l'économie, de la transformation des relations sociales se situent souvent par rapport à ce pays qui fournit en outre aux dirigeants un exemple en matière de politique monétaire et de lutte contre l'inflation. Lorsqu'arrive en 1969 au sommet de l'État un nouveau Président qui a l'ambition de faire accéder la France au rang de grande puissance industrielle, le modèle allemand devient une référence quasi officielle. Les chefs d'entreprise partagent-ils cette vision ? Interviennent-ils auprès des hommes politiques pour réclamer l'adoption de réformes inspirées d'outre-Rhin ? Ou conservent-ils de leurs partenaires et rivaux allemands une image inchangée ?

9Pour tenter d'apporter une réponse à de telles interrogations, il sera bien entendu nécessaire de procéder à plusieurs distinctions. Face à l'Allemagne comme à d'autres égards, le monde des entreprises françaises est marqué par l'hétérogénéité. De multiples différences existent, selon le secteur, la taille, la région.

  • 8 Cette implantation allemande de Saint-Gobain a fait l'objet d'un ouvrage récent, celui de Horst Mö (...)

10Dans certains secteurs, comme la sidérurgie, l'industrie du verre, le textile, les relations avec l'Allemagne sont anciennes et intenses. Elles s'insèrent dans une longue tradition, illustrée par l'exemple emblématique de la Compagnie de Saint-Gobain qui s'est établie outre-Rhin dès le milieu du xixe siècle, avant même l'unité nationale8. Dans d'autres au contraire, comme la construction automobile, la métallurgie non ferreuse, la construction électrique, elles sont plus lâches, même si elles sont contemporaines de l'affirmation de la seconde industrialisation au cours des années 1920.

  • 9 Michel Lescure, PME et croissance économique. L'expérience française des années 1920, Paris, Econo (...)
  • 10 Michel Hau, « Y a-t-il un capitalisme rhénan ? », in Jacques Marseille (dir.), L'industrialisation (...)

11Il est également nécessaire de distinguer selon la taille des entreprises et leur région de provenance. Ainsi, même si les grands groupes semblent davantages concernés par les rapports avec l'Allemagne, on peut se demander dans quelle mesure ils n'ont pas contribué au maintien du dynamisme et de la flexibilité de maintes PME, renforçant du même coup une tendance observée tout au long du siècle9. Géographiquement, les firmes situées dans l'Est de la France, tout particulièrement en Alsace où le « modèle rhénan de capitalisme » est une réalité10, n'occupent-elles pas dans ces rapports une place particulière ?

12L'étude des relations avec l'Allemagne peut ainsi permettre de mieux comprendre les réactions des entreprises françaises face à leur environnement extérieur, tout en précisant, dans une perspective plus large et à travers des exemples concrets, le contenu et l'évolution des rapports entre les deux économies. À cette première motivation de la recherche, s'en ajoute une seconde : l'espoir de pouvoir observer, à travers ce prisme, l'élaboration et le développement des stratégies entrepreneuriales.

  • 11 Alfred D. Chandler, Stratégies et structures de l'entreprise, trad. fçse, Paris, Les Éditions d'or (...)
  • 12 Parmi les thèses soutenues depuis vingt ans, relevons celles d'Alain Baudant, Pont-à-Mousson (1918 (...)
  • 13 Patrick Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° (...)
  • 14 Alfred D. Chandler, Stratégies et structures de l'entreprise, op. cit., p. 42.

13Sous l'influence des travaux d'Alfred Chandler, cette notion a fait l'objet de nombreux travaux en histoire économique11. Nouant un dialogue fécond avec les spécialistes des sciences de l'organisation et de la gestion des entreprises, les historiens français ont fréquemment organisé leurs recherches dans cette perspective. Le terme « stratégie » figure d'ailleurs souvent dans les titres ou sous-titres de maintes histoires d'entreprises, récentes ou relativement anciennes12. Mais il ne s'agit pas seulement d'un mot, qui désignerait en langage savant ce que l'on appelait naguère la politique générale des entreprises. La stratégie entrepreneuriale renvoie à un concept précis13. Entendons par là « le fait d'élaborer les objectifs de base à long terme de l'entreprise, d'en adopter les plans d'exécution et d'allouer les ressources nécessaires à leur réalisation »14. Comme le suggère la connotation militaire du terme, certaines stratégies sont offensives, d'autres défensives. Dans le premier cas, l'entreprise utilise les moyens à sa disposition pour accroître ses débouchés à l'extérieur, y fonder des filiales ou des succursales, développer ses relations technologiques avec l'étranger. Dans le second cas, au contraire, elle cherche à protéger son propre marché, décourager les implantations étrangères, conserver son autonomie technologique. S'agissant des relations avec l'Allemagne, quelles sont les stratégies dominantes ? Sont-elles restées inchangées ou ont-elles évolué au fil du temps et selon quels paramètres ? Une autre distinction souvent faite oppose les stratégies explicites, formulées clairement et poursuivies en toute connaissance de cause par les dirigeants de l'entreprise, et les stratégies implicites, dont le cheminement ne se reconstitue qu'après coup au vu des orientations successives prises par l'entreprise et dont les dirigeants n'ont pas toujours mesuré les implications au départ. Les stratégies allemandes des entreprises françaises relèvent-elles du premier ou du deuxième type ?

14Selon l'hypothèse qui sous-tend toute l'œuvre d'Alfred Chandler, les stratégies entretiennent d'étroits rapports avec la structure et le mode d'organisation des entreprises. Or, durant la période qui nous retient ici, on observe d'importants changements à l'intérieur des groupes français : passage d'un capitalisme familial à un capitalisme entrepreneurial, puis managérial ; adoption d'organisations multidivisionnelles ; décentralisation croissante de la prise de décision. Ont-ils été accélérés par l'intensification des relations avec l'Allemagne ?

  • 15 Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française. Histoire de Saint-Gobain 1665-1989, Paris, (...)
  • 16 Comme le montre bien Jean-Pierre Daviet lui-même, notamment dans l'un de ses articles : « Stratégi (...)

15Celles-ci n'ont-elles pas enfin contribué à l'affirmation progressive d'un nouveau type d'entreprises : les multinationales ? Pour prétendre à cette dénomination, suffit-il d'avoir fondé à l'étranger des établissements productifs ? Dans ce cas, un groupe comme la Compagnie de Saint-Gobain, implantée en Allemagne depuis 1853, représenterait bien dès cette époque une « multinationale à la française »15. Il semble plutôt qu'il faille, comme les économistes, réserver le terme aux groupes qui sont gérés d'une façon particulière : autonomie complète des filiales étrangères dans les affaires courantes, centralisation des ressources de trésorerie et des décisions d'investissement, multiplication des transferts de fabrications, mobilité des équipes managériales. Dans cette acception du terme, l'effectif des firmes réellement multinationales est plus limité. Pour reprendre l'exemple de Saint-Gobain, ce n'est qu'immédiatement avant la seconde guerre mondiale que le groupe décide d'adopter de nouvelles structures s'inspirant de tels principes qui ne rentreront progressivement en application qu'au cours des années 1950 et 196016. Dans ce processus, les relations avec l'Allemagne ont-elles exercé une influence et la constatation peut-elle être étendue à d'autres grandes entreprises ?

  • 17 Nous pensons ici aux grandes enquêtes sur l'identité européenne dans les milieux d'affaires, et no (...)

16Ainsi, dans l'évolution connue par le capitalisme français après 1945, les stratégies allemandes des entreprises méritent de retenir l'attention. On peut y joindre aussi certaines interrogations sur le patronat. Les relations avec l'Allemagne, par leur spécificité, ne serait-ce que sur le plan linguistique et culturel, sont, dans les entreprises, souvent confiées à des spécialistes. Possèdent-ils des caractéristiques communes telles que l'âge, la formation professionnelle, la carrière suivie, le niveau de responsabilités exercées dans l'entreprise ? Entretiennent-ils des relations privilégiées, à l'intérieur d'associations professionnelles ou d'institutions consulaires, entre eux et avec les cadres allemands avec lesquels ils sont en rapport d'affaires ? Par-delà les frontières, les relations avec l'Allemagne forment-elles un vivier contribuant à l'émergence d'un milieu professionnel commun, voire d'une « conscience européenne » dont ces hommes partageraient les valeurs et les traits de mentalité17 ?

  • 18 Bien mise en valeur par Hervé Joly, Patrons d'Allemagne. Sociologie d'une élite industrielle 1933- (...)

17Comment, d'autre part, les hommes d'affaires français ont-ils réagi au contact du monde patronal allemand ? Celui-ci, on le sait, est doté d'une forte spécificité qui paraît s'opposer trait pour trait au cas français18. En général, les patrons allemands accèdent aux responsabilités suprêmes après un long parcours à l'intérieur de l'entreprise, alors qu'en France ils sont recrutés à l'extérieur, en fonction du diplôme qu'ils possèdent, du prestige qu'ils ont acquis dans leurs fonctions antérieures, souvent aussi des relations qu'ils entretiennent avec la haute administration. En Allemagne, le patronat parvient à préserver son autonomie face au monde politique, alors qu'en France, les dirigeants des grands groupes industriels participent volontiers aux joutes pour le pouvoir, quitte à en subir les conséquences dans leur carrière. Les patrons allemands gèrent leur entreprise de façon collective et consensuelle, entretenant de bons rapports avec les dirigeants syndicaux. En France au contraire, les dirigeants ont été longtemps peu coutumiers des délégations de responsabilités et très hostiles au dialogue avec les syndicats. Ainsi se multiplient les contrastes entre les deux patronats. Le développement des relations d'affaires a-t-il contribué à les atténuer ou au contraire à les renforcer ?

18Les raisons ne manquent donc pas qui incitent à s'intéresser aux relations nouées avec l'Allemagne par les entreprises françaises de 1945 à la fin des années 1960. Pour les étudier, nous avons été amené à fixer des limites précises à notre travail. Chronologiquement tout d'abord, nous avons tenu à ne pas dépasser, sauf épisodiquement, les années 1967-1969. Elles nous semblent constituer en effet un tournant dans l'évolution économique. En France, le rythme de l'inflation s'accélère. La politique économique est incapable d'y faire face, malgré le retour au blocage des prix et à l'encadrement du crédit. En Allemagne, affectée en 1967 par la première récession connue depuis la guerre, la pression de la Bundesbank contraint le gouvernement fédéral à réévaluer le deutsche Mark, deux mois seulement après la dévaluation du franc. Dans les deux pays, les tensions sociales grandissantes, l'emballement de la croissance, le développement de la spéculation sur les changes traduisent l'émergence d'un climat conjoncturel inédit.

  • 19 Exposées notamment dans Jérôme Vaillant (dir.), La dénazification par les vainqueurs. La politique (...)
  • 20 Nous avons pu consulter sur cet aspect le mémoire de maîtrise de Frédéric Chaudière, Les stratégie (...)

19Sectoriellement, nous avons écarté de notre enquête les entreprises du secteur tertiaire, tout en sachant que, parmi les plus gros investissements réalisés par les autorités françaises dans leur zone d'occupation après 1945, figuraient des compagnies de cinéma comme International Film Allianz et des agences de presse comme Sudena. Mais il s'agissait là d'un aspect lié à la « rééducation » politique des vaincus et à la volonté d'affirmer la présence culturelle de la France19. Nous n'avions aucune raison de l'inclure dans notre travail, ni d'ailleurs aucune compétence pour le traiter. Plus gênant sans doute est le cas des compagnies de transport, vu l'importance de la Communauté de navigation française rhénane (CNFR) fondée par l'État en 1945, ainsi que celui des banques. Les banques françaises, alsaciennes tout d'abord, parisiennes ensuite, ont en effet tenté de profiter de la défaite pour s'implanter sur le territoire allemand. Puis, au fil des années 1960, les contacts avec leurs homologues allemandes se sont multipliés, jusqu'à l'accord de coopération conclu en 1970 entre le Crédit Lyonnais et la Commerzbank, ouvert d'ailleurs à des participants d'autres pays20. Nous avons néanmoins décidé, pour des raisons d'homogénéité, de ne traiter ici que d'industrie, au sens large du terme, c'est-à-dire énergie, industries agro-alimentaires, bâtiment et travaux publics inclus. Quant aux banques, elles seront souvent évoquées, non pas pour elles-mêmes, mais en tant qu'acteurs importants dans l'élaboration et la conduite des stratégies industrielles.

  • 21 Le travail le plus complet et le plus récent sur l'économie et la vie politique en Sarre durant le (...)

20Géographiquement enfin, nous avons pris comme limites territoriales celles de la République fédérale en 1969. Nous y incluons donc la Sarre, même si elle fait partie économiquement de l'espace français de 1947 à 1959. Il était en effet impossible de l'exclure de l'étude. Ses échanges commerciaux avec la France sont très importants. Ils dépassent même, au début des années 1950, ceux réalisés par la seule République fédérale. Les entreprises françaises y possèdent des avoirs notables. Enfin le problème sarrois a joué à plusieurs reprises un rôle déterminant dans l'évolution générale des rapports économiques franco-allemands21.

  • 22 Comme en témoignent des ouvrages comme le Guide des services d'archives des entreprises et organis (...)

21Tels sont les principaux points que nous souhaitions aborder au cours de cette recherche. Quant aux sources que nous avons utilisées pour la mener, elles nous ont été dictées par la démarche elle-même. Il s'agit bien évidemment pour l'essentiel d'archives d'entreprises. Depuis une vingtaine d'années, leur accès a été grandement facilité en France grâce à l'exemple donné par de grands groupes industriels ou bancaires comme Saint-Gobain, Pechiney, le Crédit Lyonnais. Leur politique d'ouverture et d'encouragement à la recherche a joué un rôle déterminant dans le développement de l'histoire d'entreprise. Certains organismes associatifs, parfois issus d'une initiative patronale, ont également recueilli de nombreux fonds, comme le Centre rhénan d'archives et de recherches économiques (CERARE), fondé en 1983 sous l'égide de la Société industrielle de Mulhouse, dont l'apport a été précieux pour notre recherche. Le mouvement s'est tellement développé qu'il est devenu aujourd'hui nécessaire d'orienter les chercheurs en éditant des répertoires d'archives d'entreprises au niveau national, voire régional22. Notre enquête s'est donc avérée sur ce point fructueuse. Nous pouvons en témoigner ici : dans nos recherches, nous nous sommes certes parfois heurté à des réponses dilatoires ou à des refus de communication. Mais nous avons davantage obtenu de réponses positives que nous n'avons enregistré d'échecs. Tous les problèmes n'ont pas pour autant disparu.

22Fallait-il consulter les archives du plus grand nombre possible d'entreprises, au risque de la superficialité, ou nous limiter à un effectif réduit, en courant le danger du manque de représentativité ? Nous avons opté pour le second terme de l'alternative. D'une part en effet, l'étude des stratégies entrepreneuriales et des attitudes patronales, pour être solide, nécessite un examen détaillé des fonds durant l'ensemble de la période prise en compte ici. D'autre part, consulter les archives du plus grand nombre d'entreprises possible, pour en tirer une sorte d'échantillon représentatif, s'avérait une vue de l'esprit, dans l'ignorance complète où nous étions des pondérations éventuelles à effectuer. Enfin et surtout, à mesure qu'avançaient nos dépouillements, nous nous sommes aperçu que de grandes tendances se reproduisaient d'une entreprise à l'autre et que les constatations faites pour tel ou tel cas pouvaient être transposées ailleurs, à d'importantes nuances près sans doute, mais néanmoins d'une manière qui suggérait la cohérence d'ensemble du phénomène. Nous pensons donc que les politiques allemandes des entreprises évoquées ici ont valeur d'exemplarité, même si, bien entendu, nous ne pouvons garantir que toutes les firmes ayant été en relation avec l'Allemagne au cours de la période ont obéi au schéma que nous avons tracé.

23D'autres problèmes ont surgi au cours de notre recherche. Nous n'avons pu résoudre celui posé par les PME. Leurs archives demeurent difficiles à consulter, d'où un déséquilibre que nous n'avons pas réussi à surmonter. Parmi les grands groupes dont nous aurions souhaité consulter les archives, certains sont demeurés inaccessibles. Pour pallier les lacunes de notre documentation, nous avons cherché à utiliser des fonds bancaires. Dans cette optique, nous avons consulté les archives de la direction des Études économiques et financières du Crédit Lyonnais. Elles se sont révélées précieuses pour une première approche. Mais le recours à l'autofinancement empêche souvent d'analyser les décisions prises par les grands groupes. Quant aux fédérations professionnelles, associations patronales et institutions consulaires, les archives qu'elles ont conservées se sont révélées assez décevantes pour notre recherche.

24Aussi la source indirecte que représentent, pour la connaissance du monde des entreprises, les archives des administrations de tutelle s'est avérée fondamentale. Davantage que les archives du ministère des Finances et de l'Économie, nous avons eu recours à celles du ministère des Affaires étrangères qui, surtout pendant cette période, était concerné au premier chef par l'évolution des rapports économiques entre France et Allemagne. Nous avons notamment beaucoup utilisé les archives de l'Occupation française en Allemagne et en Autriche. Très riches pour tout ce qui concerne l'évolution générale des rapports économiques entre France et Allemagne de 1945 à 1955, elles se sont avérées importantes pour la connaissance des entreprises, en particulier de celles ayant investi en zone française d'occupation. Quant aux archives du ministère de l'Industrie, nous avons choisi d'y étudier une direction particulière, celle des Industries diverses et textiles. Ce choix nous a permis de connaître les rapports avec l'Allemagne de nombreuses entreprises petites ou moyennes qui manquaient à notre enquête, appartenant à un secteur ayant longtemps occupé une place importante dans les exportations françaises vers l'Allemagne et possédant souvent des filiales ou prises de participation outre-Rhin.

25Enfin, nous avons pu consulter des papiers privés, dont les détenteurs ont bien voulu accéder à notre requête et nous en autoriser la consultation avec une grande libéralité. Ce fut en particulier le cas de M. Simon Lazard, ancien haut fonctionnaire au Commissariat général aux affaires allemandes et autrichiennes, puis, de 1952 à 1974, membre français du conseil de surveillance de la BASF, tout en exerçant des fonctions d'ingénieur-conseil à la société L'Air Liquide. Sans ses papiers, nous aurions dû négliger d'importantes affaires, relevant, non seulement de l'industrie chimique, mais aussi d'autres secteurs. Nous avons pu également recueillir le témoignage de plusieurs acteurs qui ont accepté de nous recevoir et ont répondu à nos questions. De plus, bien évidemment, nous avons été amené à dépouiller certaines publications imprimées telles que des revues professionnelles, des rapports et brochures publiés par les entreprises, des souvenirs et témoignages divers.

  • 23 On dispose pour cette recherche du guide archivistique édité par les soins de la Gesellschaft für (...)

26Dans cette énumération, on pourra s'étonner de l'absence de consultation des archives allemandes. Plusieurs éléments peuvent être avancés pour tenter d'expliquer cette lacune. Une raison de fond tout d'abord : notre propos n'était pas d'étudier les rapports économiques franco-allemands, mais seulement les entreprises françaises face à l'Allemagne. C'est donc essentiellement en France, et non outre-Rhin, que gisaient nos sources principales. Il aurait été néanmoins intéressant, voire indispensable dans certains cas, de consulter les fonds allemands pour connaître les réactions que suscitent, dans les entreprises et auprès des pouvoirs publics, les initiatives prises par les firmes françaises, parfois aussi pour en comprendre les motivations23. Au risque d'un certain appauvrissement de notre problématique, nous avons dû y renoncer, contraint par le manque de temps, d'autant plus que ces archives sont, davantage qu'en France, relativement dispersées, gêné aussi par la difficulté à trouver les fonds de plusieurs groupes en relation avec les entreprises françaises, mais qui n'ont pas de centre ouvert aux chercheurs, si l'on en croit du moins le Deutsche Wirtschaftsarchive. Ce sont toutes ces considérations qui nous ont conduit, avec regret, à limiter notre corpus et à n'exploiter ici que des archives françaises.

***

27Reste à présent, après cette esquisse des grands axes de la recherche et des sources utilisées, à exposer le plan adopté.

28Les éléments de continuité observés tout au long de la période, l'impossibilité, lorsque des ruptures existent, de les faire coïncider d'une entreprise à l'autre ou d'un secteur à l'autre nous ont conduit à renoncer à une démarche chronologique qui aurait été artificielle, voire trompeuse, suggérant un progrès linéaire des relations, alors que le tableau est beaucoup plus nuancé, comportant des avancées suivies de reculs, des initiatives spectaculaires dans certains cas, une tenace indifférence dans d'autres. C'est donc une démarche thématique qui nous a paru mieux susceptible de rendre compte du mouvement d'ensemble dans sa diversité.

29Après une brève description initiale des relations entre les entreprises françaises et l'Allemagne au lendemain de la guerre, la première partie est consacrée à leur intensification durant l'ensemble de la période. Elle en analyse les dimensions principales dans trois domaines distincts : la pénétration commerciale, les investissements, les transferts de technologie. Puis elle tente d'en situer le spectaculaire développement dans son environnement, en montrant combien celui-ci s'est avéré propice, tout au long de la vingtaine d'années qui s'est écoulée de la réforme monétaire de juin 1948 à la fin des années 1960.

30La deuxième partie nuance et parfois même rectifie le propos. En dépit d'indéniables progrès, les relations entretenues avec l'Allemagne par les entreprises françaises demeurent marquées par des insuffisances de toute sorte, tant sur le plan commercial que financier ou technologique. Là aussi, nous nous efforcerons d'en expliquer les raisons, faisant la part entre ce qui relève des stratégies des entreprises elles-mêmes et ce qui s'explique par les contraintes auxquelles elles ont dû faire face.

31Enfin une troisième partie s'interroge sur les répercussions qu'ont eues ces relations, tant pour les entreprises concernées que pour l'ensemble de l'économie et de la société françaises. À travers les succès et les échecs des initiatives menées par les firmes françaises, les espoirs pour l'avenir, les déconvenues aussi conduisant à certains renoncements, peut-on mesurer la place qu'ont occupée les relations avec l'Allemagne dans le renouveau connu alors par le capitalisme français ?

Notes

1 Comme en témoigne, jalonnant l'histoire des relations franco-allemandes au cours du xxe siècle, l'œuvre de Raymond Poidevin, à commencer par sa thèse, Les relations économiques et financières entre la France et l'Allemagne de 1898 à 1914, Paris, Armand Colin, 1969, 928 p., ainsi que nombre de ses articles, dont les plus marquants ont été rassemblés dans Péripéties franco-allemandes du milieu du xixe siècle aux années 1950, Berne, Peter Lang, 1995, 407 p.

2 Nous pensons par exemple aux recherches de Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, Paris, Albin Michel, 1984, 462 p. ; Albert Broder, « Électricité et relations internationales dans l'entre-deux-guerres », Relations internationales, 1985, n° 43, p. 305-322 ; Eric Bussière, La France, la Belgique et l'organisation économique de l'Europe 1918-1935, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière, 1992, 521 p.

3 En tout premier lieu, celui de Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955. De l'occupation à la coopération, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière, 1998, XVIII-528 p. L'ouvrage de Dietmar Hüser, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik ». Dynamik aus der Defensive-Planen, Entscheiden, Umsetzen in gesellschaftlichen und wirtschaftlichen, innen- und aussenpolitischen Krisenzeiten 1944-1950, Berlin, Duncker und Humblot, 1996, 791 p., consacre également de longs développements à l'aspect économique de la politique allemande de la France.

4 Parmi les actes de colloques publiés depuis une dizaine d'années, relevons Yves Cohen et Klaus Manfrass (dir.), Frankreich und Deutschland. Forschung. Technologie und industrielle Entwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Munich, C.H. Beck'schen Verlagsbuchhandlung, 1990, XL-491 p. ; Werner Scholz (dir.), Aspekte der deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen - Aspects des relations économiques entre la France et l'Allemagne (1945-1957), Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993, 90 p. ; Stefan Martens (dir.), Vom « Erbfeind » zum « Erneuer ». Aspekte und Motive der französischen Deutschlandpolitik nach dem Zweiten Weltkrieg, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1993, 257 p. ; Andreas Wilkens (dir.), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen - Les relations économiques franco-allemandes 1945-1960, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1997, 354 p.

5 Voir à ce sujet le bilan historiographique présenté par Rainer Hudemann, « Französische Besatzungszone 1945-1952 », in Claus Scharf et Hans-Jürgen Schröder (dir.), Die Deutschlandpolitik Frankreichs und die französische Zone 1945-1949, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1983, p. 205-248.

6 Ainsi l'ouvrage de Matthias Kipping, Zwischen Kartelle und Konkurrenz. Der Schuman Plan und die Ursprünge der europäischen Einigung 1944-1952. Berlin, Duncker und Humblot, 1996, 384 p. et la thèse de Marine Moguen-Toursel, Les organisations patronales françaises et allemandes face à l'intégration européenne (1949-1961). L'ouverture des frontières et ses implications pour les industriels, Université Paris X, ss. la dir. d'Alain Plessis, 1999, 864 p., publiée sous le titre L'ouverture des frontières européennes. Fruit d'une concertation avec les industriels ?, Berne, Peter Lang, 2002, 313 p.

7 Comme l'a souligné, dernière-née d'une longue série d'études, la pré-conférence européenne du Congrès international d'histoire économique, tenue à Roubaix du 20 au 22 septembre 2001, dont les actes ont été publiés sous la direction de Dominique Barjot, Isabelle Lescent-Giles, Marc de Ferrière Le Vayez, Matthias Kipping et Nick Tiratsoo, L'américanisation en Europe au xxe siècle : économie, culture, politique, Lille, Centre de recherches sur l'histoire de l'Europe du Nord-Ouest, Université de Lille 3, 2002, 2 vol., 348 et 410 p.

8 Cette implantation allemande de Saint-Gobain a fait l'objet d'un ouvrage récent, celui de Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland von 1853 bis zur Gegenwart. Geschichte eines europäischen Unternehmens, Munich, C.H.Beck Verlag, 2001, 248 p. Paru postérieurement à nos propres recherches, son apport n'a pu être que partiellement intégré ici.

9 Michel Lescure, PME et croissance économique. L'expérience française des années 1920, Paris, Economica, 1996, 350 p.

10 Michel Hau, « Y a-t-il un capitalisme rhénan ? », in Jacques Marseille (dir.), L'industrialisation de l'Europe occidentale (1880-1970), Paris, ADHE, 1998, p. 295-324.

11 Alfred D. Chandler, Stratégies et structures de l'entreprise, trad. fçse, Paris, Les Éditions d'organisation, 1989, 543 p. ; La main visible des managers, une analyse historique, trad. fçse, Paris, Economica, 1988, XXIV-635 p. ; Organisation et performance des entreprises, trad. fçse, 3 tomes, Paris, Les Éditions d'organisation, 1992-1993, 429 p., 302 p. et 412 p.

12 Parmi les thèses soutenues depuis vingt ans, relevons celles d'Alain Baudant, Pont-à-Mousson (1918-1939), stratégie industrielle d'une dynastie lorraine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980, X-508 p. ; Pierre Lanthier, Les constructions électriques en France : financement et stratégies de six groupes industriels internationaux, 1880-1940, Université Paris X, 1988 ; Muriel Le Roux, Évolution des stratégies de recherche d'une grande entreprise française. Pechiney 1886-1975. Le cas de l'aluminium, Université Paris IV, 1994, publiée sous le titre L'entreprise et la recherche : un siècle de recherche industrielle à Pechiney, Paris, Éditions Rive droite, 1998, 499 p. ; Éric Godelier, De la stratégie locale à la stratégie globale, la formation d'une identité de groupe. Usinor 1948-1986, EHESS, 1995, 496 p. ; Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d'organisation et instruments de gestion d'une grande entreprise française : Pechiney des années 1880 à 1971, Université Lyon II, 1995, 955 p.

13 Patrick Fridenson, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1461-1477.

14 Alfred D. Chandler, Stratégies et structures de l'entreprise, op. cit., p. 42.

15 Jean-Pierre Daviet, Une multinationale à la française. Histoire de Saint-Gobain 1665-1989, Paris, Fayard, 1989, 334 p.

16 Comme le montre bien Jean-Pierre Daviet lui-même, notamment dans l'un de ses articles : « Stratégie et structure chez Saint-Gobain : un modèle français dans les années 1930 ? », Entreprises et histoire, 1992, n° 1, p. 42-60.

17 Nous pensons ici aux grandes enquêtes sur l'identité européenne dans les milieux d'affaires, et notamment à Michel Dumoulin, René Girault, Gilbert Trausch (dir.), L'Europe du patronat, de la guerre froide aux années 1960, Berne, Peter Lang, 1993, 244 p., ainsi qu'à René Girault, Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, Hachette, 1994, 234 p.

18 Bien mise en valeur par Hervé Joly, Patrons d'Allemagne. Sociologie d'une élite industrielle 1933-1989, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1996, 364 p. et par Patrick Fridenson, « Les patronats allemands et français au xxe siècle. Essai de comparaison », in Rainer Hudemann et Georges-Henri Soutou (dir.), Eliten in Deutschland und Frankreich im 19. und 20. ten Jahrhundert. Strukturen und Beziehungen, Munich, Oldenbourg Verlag, 1994, p. 153-167.

19 Exposées notamment dans Jérôme Vaillant (dir.), La dénazification par les vainqueurs. La politique culturelle des occupants en Allemagne 1945-1949, Lille, Presses universitaires de Lille, 1981 ; Rainer Hudemann, « Kulturpolitik im Spanungsfeld der Deutschlandpolitik. Frühe Direktiven für die französische Besatzung in Deutschland », in Franz Knipping, Jacques Le Rider, Karl J. Mayer (dir.), Frankreichs Kulturpolitik in Deutschland 1945-1950, Tübingen, Attempto, 1987, p. 15-34 ; Jérôme Vaillant, « Aspects de la politique culturelle de la France en Allemagne, 1945-1949 », in Henri Ménudier (dir.), L'Allemagne occupée 1945-1949, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 201-220 ; Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945-1955, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1994, 363 p.

20 Nous avons pu consulter sur cet aspect le mémoire de maîtrise de Frédéric Chaudière, Les stratégies européennes du Crédit Lyonnais depuis 1945, ss. la dir. d'Eric Bussière, Paris IV, 1999-2000, 168 p.

21 Le travail le plus complet et le plus récent sur l'économie et la vie politique en Sarre durant les dix premières années de l'après-guerre est celui d'Armin Heinen, Saarjahre. Politik und Wirtschaft im Saarland 1945-1955, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1996, 603 p. Il faut signaler aussi l'importance du colloque édité par Rainer Hudemann et Raymond Poidevin (dir.), Die Saar 1945-1955. Ein Problem der europäischen Geschichte, Munich, Oldenbourg Verlag, 1992, 443 p.

22 Comme en témoignent des ouvrages comme le Guide des services d'archives des entreprises et organismes du monde du travail, publié par l'Association des archivistes français et coordonné par Roger Nougaret, Paris, CNRS Éditions, 1998, 275 p., ou comme François Robert, Les archives d'entreprises en Rhône-Alpes aux xixe-xxe siècles, Lyon, Maison Rhône-Alpes des sciences de l'homme, 1993-1994, 2 volumes, 486 p. et 505 p.

23 On dispose pour cette recherche du guide archivistique édité par les soins de la Gesellschaft für Unternehmensgeschichte, Deutsche Wirtschaftsarchive, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1987-1991, 3 vol., 471, 557 et 505 p. (1re édition, 1978-1983). Une présentation de l'histoire des archives des entreprises en Allemagne est donnée par Horst A. Wessel, « Deutsche Wirtschaftsarchive : Bestände, Forschungen, Entwicklungen », in Andreas Wilkens (dir.), Die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen 1945-1960…, op. cit., p. 291-307.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540