Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Annexe

Annexe 1. Convention nationale. Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie politique, par J. A. Creuzé-Latouche, député du département de la Vienne

Texte intégral

1Imprimé par ordre de la Convention nationale, et distribué aux élèves de l’École normale

212 Pluviôse An III (30 janvier 1795)

3Citoyens,

4Les Écoles normales sont en activité. Les sciences semblent renaître tout à coup du néant où la plus féroce barbarie avait entrepris de les plonger. Vous avez voulu propager toutes les connaissances qui sont dans les destinées des humains, puisque les humains ont reçu les facultés de s’en investir. Vous vous êtes occupés de répandre sur l’humanité tous les biens qui doivent être son partage. La prédilection spéciale de tous les tyrans pour l’ignorance est devenue pour vous une raison plus pressante d’en repousser les ténèbres loin de notre horizon. Vous avez saisi, dans vos grandes conceptions, les effets salutaires de toutes les théories scientifiques et morales sur l’industrie nationale et sur le bonheur du peuple. Ainsi, nous voyons en ce moment s’élever, par vos soins, cet édifice glorieux de l’instruction, comme une aurore bienfaisante qui doit féconder et embellir le sol de la République.

5Mais il m’a semblé qu’à cet établissement, digne lui seul d’assurer vos droits à la reconnaissance publique, il existait encore une partie essentielle à ajouter.

6Une République fondée sur la Déclaration des Droits appelle sans distinction les citoyens aux fonctions de la législation : il n’en est pas un qui n’ait sa part d’influence, plus ou moins grande, dans la confection des lois auxquelles il doit être soumis. Il est dans l’ordre de l’État libre que les lois naissent souvent du vœu d’une masse imposante de citoyens qui les demandent.

7D’un autre côté, les lois les plus salutaires ont besoin aussi de l’accueil de l’opinion : car c’est de là surtout que dépendent et la marche active du Gouvernement, et l’harmonie de tout le corps social.

8Ces vérités vous sont connues, puisqu’elles ne cessent de diriger vos vues dans toutes vos institutions.

9Il est une partie de l’instruction que n’ont pas négligée plusieurs nations étrangères, pour laquelle elles nous ont donné l’exemple, que nous n’avons pas encore suivi, d’instituer des professeurs, et sur laquelle elles ont eu l’avantage de nous fournir les meilleurs livres élémentaires, que nous ne dédaignons pas de consulter et de citer. Je veux parler de cette partie des connaissances humaines qui embrasse particulièrement les rapports des lois et les institutions sociales avec les arts et l’industrie. Je veux parler de l’économie politique, qu’on ne confondra pas, sans doute, avec cette manie sectaire et ce jargon mystique qui s’attirèrent, à si bon droit, tant de ridicule, il y a plusieurs années. Mais la juste défaveur qu’eurent l’affectation dogmatique et les erreurs de quelques économistes parurent refroidir les Français pour une science qui ne semblait pas leur présenter alors un pressant intérêt. En effet, sous un régime où les arts les plus utiles étaient flétris, où les lois n’étaient que les volontés d’un aveugle despote, et l’administration, le patrimoine exclusif d’un très petit nombre de privilégiés, quel goût pouvait avoir le public pour d’abstraites spéculations, dont aucune probabilité ne pouvait promettre une heureuse application ?

10Les réformes de ces monstrueuses institutions et des préjugés qui les avaient si longtemps, soutenues laissent maintenant un champ plus favorable à toutes les vérités. Le génie peut se mettre à leur recherche avec l’espérance de se rendre immédiatement utile. Mais ces vérités, vous devez en accélérer la découverte et en faciliter la propagation, vous devez les répandre parmi le peuple, afin de la garantir des pièges où nous avons vu les faux amis s’efforcer de le conduire.

11Vous avez appelé pour ainsi dire, au concours toutes les lumières sur ce qui concerne l’agriculture, le commerce et l’industrie, mais aucun de ces objets ne se présente au législateur comme un objet simple, qu’il puisse traiter isolément ni directement.

12La prospérité de l’agriculture dépend de celle des autres arts, et les succès de ceux-ci dépendent également de l’état de l’agriculture : tous sont liés par une chaîne d’intérêts et d’actions et cette chaîne aboutit elle-même à toutes les lois et à toutes les institutions qui, par des moyens plus ou moins apparents, peuvent infiniment l’étendre ou la resserrer.

13Ainsi, le Comité d’Agriculture est moins dans celui de vos Comités qui porte ce nom que dans les Comités des Finances et de Législation, dans ceux d’Instruction publique et de Gouvernement : il est dans la Convention nationale tout entière ; il sera dans la totalité des Assemblées législatives qui lui succéderont. Le sort de l’agriculture, que j’ai prise pour exemple, est lié à une infinité de rapports de lois diverses, d’opérations, de mœurs et d’opinions, dont il importe de démêler et de suivre jusqu’aux dernières conséquences. Il n’est pas une loi sur les successions, pas un établissement d’un tribunal, pas un vaisseau chargé pour nous jusqu’au bout du monde, pas un préposé à la perception d’un droit, pas une motion adoptée dans une société populaire, qui ne puisse influer sur la manière de cultiver la terre, et sur ses productions. Cette réflexion s’applique, avec la même exactitude, à tous les arts et à tous les genres d’industrie.

14La connaissance de ces rapports est difficile, elle est profonde ; elle exige, comme toutes nos sciences, un exercice particulier, mais elle est en même temps nécessaire au bonheur du peuple, qui a besoin qu’elle devienne plus familière à tous ceux qui seront appelés soit à l’instruire, soit à le gouverner. Ces raisons puissantes m’ont inspiré l’idée de vous proposer d’en instituer, pour la première fois, dans notre patrie l’enseignement.

15La Convention nationale ne s’est point abusée sur ce qui lui manquait à cet égard lorsqu’elle a déclaré plusieurs fois, avec une grandeur si digne d’elle, qu’elle sentait son inexpérience dans plusieurs parties, et que des erreurs étaient inévitables dans ses immenses opérations.

16L’acte de navigation n’avait point été considéré dans tous ses rapports avec notre situation actuelle, et vous en avez loyalement ordonné un nouvel examen.

  • 1 L’idée, bonne en elle-même, de multiplier les propriétaires et de diviser les trop immenses propri (...)

17Vous avez chargé, il y a quelques jours, votre Comité des Domaines nationaux de vous présenter un nouveau mode de leurs aliénations, plus favorable aux intérêts de l’agriculture et c’est la reconnaissance d’une erreur, très répandue il y a quelque temps, qui vous a conduits à cet acte de sagesse1.

18Vous avez rendu au commerce l’unique moyen de ramener l’abondance, en lui rendant la liberté, qu’un cri presque universel des préjugés et de l’ignorance vous avait contraints de lui ravir.

19Colbert opéra des prodiges dans l’industrie française, mais il sacrifia l’agriculture aux manufactures, qui n’ont pas moins souffert, à leur tour, de cette préférence exclusive qu’il leur avait donnée. Colbert fatigua, de plus, l’industrie sous une multitude de règlements, qui ont restreint notre commerce extérieur, par les moyens mêmes avec lesquels on avait cru lui donner la plus grande extension.

20Nous reconnaissons bien les fautes de Colbert, mais il n’est pas moins difficile aujourd’hui de distinguer le point précis jusqu’où le législateur doit agir et où il doit s’arrêter. C’est un problème difficile à résoudre que celui d’entretenir entre toutes les parties de l’industrie l’équilibre qui doit régner entre elles, pour qu’au lieu de se nuire et de s’entre-détruire, elles se secondent mutuellement : et les lumières des législateurs ne peuvent se former naturellement que des lumières qui existent autour d’eux, dans le même siècle et dans la même nation.

21Nous voyons fréquemment des journalistes et d’autres écrivains citer gravement les lois et la police des Romains lorsqu’il s’agit de subsistances, sans songer que les Romains n’eurent aucune notion du commerce et de l’industrie, qu’ils faisaient cultiver leurs terres par des esclaves, et que dans les temps de leur puissance ils avaient banni l’agriculture de la plus grande partie de l’Italie, par la taxe des denrées, extorquée annuellement par eux à toutes les nations qu’ils avaient si indignement dépouillées de leur liberté.

22Tous les jours il est question de la balance du commerce, dont quelques hommes instruits nient les conséquences que l’on en tire vulgairement, tandis que le plus grand nombre ne cesse d’y insister, mais sans justifier qu’il ait examiné tous les éléments compliqués de cet objet de controverse.

23Quant on parle de numéraire, rien n’est plus général que de prendre les espèces pour de la richesse, dont elles ne sont que le produit ou l’indice. On s’étonne et l’on se plaint parmi nous de leur sortie, comme si dans tous les cas, même les plus favorables, il y eût eu quelque possibilité d’en conserver l’ancienne quantité avec nos assignats, et ce préjugé a coûté la vie à plusieurs citoyens irréprochables.

24D’après l’affection que l’on a, par toute la terre, pour les métaux précieux, il est peu de personnes qui ne regardassent une abondante mine d’or au sein de la France comme une source de richesse, tandis que sous le point de vue de la richesse même on pourrait démontrer que cette possession serait nulle et très probablement désastreuse, et qu’une mine d’étain ou de cuivre fixerait plus sûrement parmi nous une réelle opulence.

25Analysez les réflexions qui se débitent tous les jours contre le luxe, et vous verrez qu’elles se réduisent toutes à des déclamations sans justesse et sans aucune idée précise, puisque, le luxe étant relatif, on pourrait le trouver dans l’indigence même comparée avec une plus extrême indigence. Il est, d’ailleurs contradictoire de vouloir proscrire le luxe, lorsqu’on s’efforce en même temps de concourir aux progrès de l’industrie et à la gloire des arts, dont l’essence est d’étendre le luxe, en multipliant les richesses. Cette inconséquence vient de ce que l’on confond toujours avec le luxe les mauvaises institutions qui, telles que les rangs, le faux bonheur, le droit d’aînesse, les substitutions, les bénéfices, les privilèges, les exemptions et les faveurs directes, accumulent constamment, sous les monarchies, toutes les richesses d’un seul côté contre l’ordre naturel, pour ne laisser aussi constamment de l’autre que le dénuement et la misère.

26On cessera de vanter, j’espère, l’austérité lacédémonienne, quant on voudra se souvenir des vices monstrueux et de tous les maux que le bruit des fausses vertus de Sparte et l’amour du merveilleux avaient fait oublier dans nos Écoles. L’apparente simplicité des Lacédémoniens ne fut au fond que l’ambition criminelle des privilégiés d’une seule cité. Le peuple de Lacédémone était tout entier dans les aristocrates de Sparte, qui, en couvrant du nom de désintéressement leur haine pour toute espèce de travail, forcèrent par la plus dure servitude, les autres habitants du territoire à les nourrir gratuitement. Ils ne surent réparer que par des usurpations criantes et des violences atroces la stérilité que devaient nécessairement produire la violation des propriétés et l’esclavage dans leur propre pays. Il est temps de réduire à leur juste valeur ces institutions contre nature, ce mépris des liens les plus chers et des plus doux sentiments, et cette espèce d’abnégation monacale que nous avons vu servir également la vaste ambition de nos ordres religieux. Qu’aurait pu prétendre de plus la morgue chevaleresque du règne féodal, que de vivre des fruits d’un travail qu’on ne voulait ni honorer, ni récompenser, ni partager. Mais un trait, qu’on ne retrouve pas même dans la barbarie de nos institutions féodales, nous peint seule l’âme des Lacédémoniens. Après avoir réduit en servitude les malheureux habitants de la ville de l’Illos, ils défendirent à perpétuité d’en affranchir aucun et même d’en vendre un seul à des étrangers, de peur qu’il n’en reçût la liberté. Ce peuple-là ne peut pas être notre modèle, qui, pour se passer des richesses, a besoin d’être spoliateur, injuste et cruel.

27Citoyens, dans l’état actuel des nations, l’avantage de la force et de l’indépendance sera toujours toutes choses égales d’ailleurs, là où sera le meilleur gouvernement de l’industrie et des arts. Nous avons sous les yeux l’exemple frappant d’un peuple qui succombe peut-être, en cet instant, dans l’entreprise de conquérir sa liberté. Le peuple de Pologne occupe un territoire aussi étendu que favorisé par la nature, mais il lui a manqué toutes les ressources des arts, tandis que le Français doit à ses arts une si grande part de ses succès prodigieux pour lesquels son courage seul eût pu être insuffisant.

  • 2 On peut citer pour exemple les forts droits, ou les prohibitions contre la sortie des matières bru (...)

28Vous aurez à traiter de grandes questions sur le commerce avec les nations étrangères, sur la navigation et les colonies, et sur toutes les parties de l’industrie dans l’intérieur. L’impôt seul exigera sans doute encore plus d’une révision, avant que l’on ait rencontré le mode en même temps le plus convenable au Gouvernement et le point préjudiciable à l’agriculture. Il est dans l’ordre des choses humaines que vous puissiez ne pas trouver, dès les premières épreuves, les plus justes solutions. Ceux qui viendront après vous auront à discuter de nouveaux problèmes, que présenteront de nouveaux rapports politiques et d’autres événements. Dans de telles matières, les législateurs ont à se défendre des pièges que leur tendent les prédilections locales et les intérêts privés, qui se font à eux-mêmes illusion. Souvent le commerçant croit voir l’avantage de ce qu’il appelle le commerce, dans des dispositions qui ne sont utiles qu’à lui seul2. Les villes maritimes jugent d’ordinaire de la prospérité de l’intérieur par leur splendeur particulière, et cette indication n’est pas toujours décisive. Enfin une mesure générale, salutaire pour quelques localités, peut devenir funeste pour une infinité d’autres, comme vous pourrez en voir différents exemples. S’il m’était permis ici de personnifier une science, je vous représenterais celle de l’économie politique comme une sentinelle chargée de surveiller l’égalité des avantages entre les différentes parties de l’industrie, et de réclamer pour chacune d’elles ce qu’exige l’intérêt général. Eh bien ! Cette sentinelle, il faut la placer dans l’opinion publique et dans une masse de connaissances spéciales, recueillies par le génie, pour être soigneusement distribuées parmi les citoyens.

29Je ne suis point de ceux qui demandent à quoi servent des poètes et des littérateurs. L’emblème le plus juste des connaissances humaines ce sont les Muses se tenant par la main. Tous les talents se prêtent un mutuel secours. L’avancement des sciences dépend essentiellement du perfectionnement des langues. Tous les peuples sauvages célèbrent par des chants et des poèmes ce qui touche leurs plus chères affections. Chez toutes les nations, la composition des vers a précédé la plupart des autres inventions : et les chansons rustiques des parties les plus isolées de nos campagnes attestent un penchant naturel dans l’homme pour le rythme de la poésie. Certes, ce n’est pas un an indifférent que celui d’attacher l’homme, par l’attrait du plaisir, aux objets qu’il doit estimer, et d’enflammer continuellement son cœur pour sa partie et sa liberté.

30La gloire de notre littérature vous a paru avec raison digne de tous vos soins. Ne doutez pas que des livres français, devenus classiques par l’ascendant d’une juste célébrité, ne soient le plus puissant moyen d’universaliser notre langue et de propager dans toutes les contrées de l’Europe, à qui nous en avons déjà fourni, ces éternelles vérités qui doivent être à jamais l’épouvante des tyrans et la sauvegarde du genre humain.

31Je n’admets point de distinctions entre les productions du génie : je ne prétends point assigner aux différentes sciences leurs rangs : mais je dis que, de toutes les nations étrangères qui ont accueilli avec tant d’empressement et cultivé avec tant de succès la science dont je viens de vous entretenir, il n’en est aucune, vu la nature de leurs Gouvernements, à qui cette science fût aussi nécessaire qu’elle l’est maintenant à la République française. Je vous propose, en conséquence, le projet de décret suivant :

Décret de la Convention nationale, du 12 pluviôse, l’An troisième de la République
La Convention nationale décrète qu’au nombre des professeurs de l’École normale il sera ajouté un professeur d’économie politique.
Le Comité d’Instruction publique est chargé de l’exécution de ce décret.

Notes

1 L’idée, bonne en elle-même, de multiplier les propriétaires et de diviser les trop immenses propriétés a produit des abus, qui, si l’on n’y mettait ordre, entraîneraient incessamment la ruine des villes et des manufactures, et de l’agriculture même surtout relativement aux bestiaux, que nous avons toujours eus et que nous avons encore plus que jamais un si grand besoin de multiplier.

2 On peut citer pour exemple les forts droits, ou les prohibitions contre la sortie des matières brutes. Les fabricants ne manquent jamais d’insister pour de pareilles mesures, qui sont pour eux de vrais privilèges exclusifs contre les cultivateurs. Je n’infère pas de là qu’il faille tout de suite renverser toutes nos barrières ; mais il est bon d’avoir toujours cette vérité présente, sauf à examiner jusqu’à quel point telle ou telle branche d’industrie peut avoir besoin de ces faveurs extraordinaires. Rappelons-nous ce qu’on n’oublie que trop souvent partout, parce que partout les campagnes sont peu écoutées ; c’est que l’agriculture n’est aussi qu’une industrie.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540