Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Conclusion générale

Texte intégral

1Pour conclure, contrairement aux affirmations de Sauvy, en ce domaine beaucoup trop polémiste, un enseignement de l’économie politique a bien existé en France, depuis le milieu du xixe siècle, mais pas celui que ce polytechnicien jugeait scientifique. Cet enseignement a connu deux grandes étapes, avant de se séparer des juristes : un premier système d’enseignement informel, en dehors des circuits étatiques, organisé en direction des adultes par le lobby libéral, et un second qui avec sa difficile professionnalisation est resté centré sur les facultés de droit. Un troisième système multipolaire, caractérisé par les progrès de l’économétrie, est en cours de construction et le réquisitoire de Sauvy veut le faire triompher. Notre étude a porté sur les deux premiers.

I. LES DEUX PREMIERS SYSTÈMES D’ENSEIGNEMENT DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE

2En somme, le premier système d’enseignement de l’économie en France (1815-1877) est resté longtemps informel, avant de se structurer autour de son plus beau fleuron, l’École libre des sciences politiques (1815-1877). Tourné, par force, en direction des adultes soucieux de compléter eux-mêmes volontairement leur formation, il est aux mains des seuls libéraux. Ceux-ci se sont voués, en militants, à la promotion d’une discipline qui se confondait avec leur idéologie, la doctrine libérale. Déçus par les gouvernements successifs, soumis jusqu’en 1860 à la pression majoritaire des milieux protectionnistes, les libéraux s’étaient construits un solide lobby, appuyé sur une maison d’édition, la maison Guillaumin, une société de pensée, la Société d’économie politique, et quelques grandes revues. Entièrement dominée par eux, l’Académie des sciences morales et politiques jouait le rôle d’instance de recrutement. Si 1860 marque pour eux la victoire du libre-échange, s’ils retrouvent un droit à la parole qu’ils n’avaient en fait pas tout à fait perdu, ils sont déçus par l’aspect très limité de leurs conquêtes institutionnelles de lieux d’enseignement : encouragés mais surveillés par l’empire libéral, ils n’obtiennent qu’un bouillonnement de conférences, de cours libres et en 1864, une seule chaire en faculté de droit à Paris, dont l’enseignement reste facultatif et s’avère précaire. Ils reviennent alors à leur stratégie de créations privées, et fondent des écoles de commerce. Mais leur véritable réussite reste la création, avec des capitaux privés, de l’École libre des sciences politiques. Là seulement, malgré des débuts difficiles, existe un enseignement d’économie politique associant l’histoire économique, la statistique, les finances et l’histoire des doctrines. Dans cette école privée, fragile et chère, l’enseignement fait appel à la fois à des praticiens et à des théoriciens. Elle devient l’école qui prépare aux grands corps et la discipline économique y a toujours gardé une place de choix.

3Mais ce premier système d’enseignement nous interroge aussi sur la polysémie de termes trop généraux, aux connotations idéologiques toutes faites, comme le libéralisme. Or pour l’historien, suivant les périodes et les médiateurs qui l’utilisent, le mot libéralisme change fondamentalement de contenu politique réel et de fonction. Être libéral entre 1815 et 1847 signifie s’opposer aux séquelles, aux rigidités de la société française issue de l’ancien Régime. C’est aussi rechercher la prospérité pour tous, de façon à rendre réelle, concrète, la conquête de la démocratie politique. Dans le domaine économique, il faut se demander si au xixe siècle, dans un monde où la production et la circulation connaissaient encore tant de blocages, le libéralisme pur, vécu comme une théorie idéale, subversive en son temps, n’a pas contribué de façon décisive à développer la production en signalant les obstacles à la croissance. Plus tard à la fin du xixe siècle, l’économie pure de Walras et son idéal d’équilibre ont pu avoir la même fonction face à l’ampleur des déséquilibres croissants. Le libéralisme du début du xixe siècle a donc été un outil critique, pour moderniser une société encore bloquée. Il devient conservateur plus tard, mais il prend toujours en compte à la fin du xixe siècle, avec des tonalités leplaysiennes (qui réhabilitent le rôle des corps intermédiaires), une partie des problèmes sociaux. Le premier système d’enseignement de l’économie en France est incompréhensible si on fait l’économie de cette réflexion. Faut-il vraiment rappeler que le contexte qui accompagne la formule « Vive la liberté », en change évidemment le contenu.

4Un deuxième système d’enseignement s’est peu à peu structuré autour des facultés de droit (1877-1945). La création d’une agrégation spécifique en 1896 a lentement produit ses effets en matière de professionnalisation. Elle s’est accompagnée de la satellisation des autres lieux d’enseignement. Le Collège de France et l’École libre des sciences politiques deviennent, à Paris, des lieux d’appoint, d’enseignement complémentaire. Pendant ce temps, le Conservatoire des arts et métiers et les grandes écoles développent un enseignement de statistiques et de calcul économique, se passionnent très tôt pour l’économétrie et discutent l’économie mathématique. Mais en même temps, les facultés de droit sont devenues le lieu représentatif de l’enseignement de l’économie politique. Les pionniers comme Colson, Divisia ou Roy s’astreignent à passer la licence en droit. D’une part, on a longtemps enseigné que de bonnes lois suffisaient pour produire et maintenir une société prospère dans l’équilibre social, mais d’autre part l’usage des statistiques et surtout l’élaboration de théories nouvelles sur les crises ou les cycles, sur les prix, en ont fait le lieu de réflexion incontournable. Les grands pionniers de l’économétrie ne méprisent jamais la réflexion théorique, sur ce à quoi il faut appliquer les mathématiques.

5De façon plus précise, au départ, c’est le centre gauche républicain avec Léon Say et ses amis, représentatifs des libéraux de gouvernement, qui a réussi à faire accepter en faculté de droit un enseignement obligatoire d’économie politique, en lui conférant la place de matière d’examen par le décret de 1877. Mais jusqu’en 1896, cet enseignement avait été soit confié à des juristes volontaires, souvent des pionniers libéraux, soit imposé au jeune agrégé, nouvel arrivant. Le résultat s’en ressentait. À partir de 1896, une agrégation spécifique permet à la formation des maîtres de s’individualiser ; mais les nouveaux agrégés mettent une vingtaine d’années à atteindre les positions de pouvoirs que procurent la nomination à Paris et, à partir de 1920, la participation au jury d’agrégation. Parallèlement s’instaure, parmi ces « produits » de la nouvelle agrégation, une lente conquête du droit à la recherche au lieu de se contenter d’écrire les cours ou les manuels de vulgarisation que certains de leurs aînés juristes vendaient aux étudiants des deux premières années. Les nouveaux enseignants d’économie utilisent les méthodes historiques et statistiques, pour établir, à partir des faits, les mécanismes et le fonctionnement du réel, souvent très éloigné de l’équilibre automatique. Ils se laissent entraîner par le réformisme républicain qui anime la génération de l’affaire Dreyfus et de la défense républicaine. Au début des années 1920 seulement, malgré un statut de matière annexe à l’intérieur des facultés de droit, la professionnalisation de l’économie politique devient apparente hors des milieux universitaires. Professeurs-députés, professeurs-ministres ou experts, ils participent activement à la maîtrise des problèmes monétaires et à la stabilisation du franc.

6Mais ce système est ébranlé, et violemment remis en cause lors de la crise de 1930. Même si des recherches neuves se poursuivent sur les crises, les fluctuations, les déséquilibres, le change, la grande dépression s’approfondit. L’image des économistes des facultés de droit est compromise par l’émergence des experts issus de leurs rangs. Soit, comme Rist, ils ne veulent pas intervenir en dévaluant une nouvelle fois, soit comme le ministre Germain-Martin, ils choisissent l’inefficace politique de déflation. Les attaques violentes viennent des milieux d’ingénieurs qui leur font un procès d’incompétence. La polémique de Sauvy n’est qu’un moment de ce conflit. On prône une méthode différente, appuyée sur l’usage systématique des mathématiques associées aux statistiques et à la théorie économique. Même si les enseignants d’économie en faculté de droit, pour défendre leurs découvertes et leurs méthodes, choisissent de demander le divorce avec l’institution faculté de droit au profit de grandes facultés de sciences sociales, où l’économie, toujours politique, serait enfin reconnue comme matière principale, ce plaidoyer ne suffit pas. Et la Seconde Guerre mondiale, en ce domaine, bloque la situation institutionnelle même si le contexte de la guerre fait apparaître la nécessité d’un type particulier d’interventionnisme.

7À partir des nécessités de la reconstruction, les grands ingénieurs formés à l’économétrie, prennent, de facto, la réalité du pouvoir de décision. Les innovations s’installent plus rapidement dans des institutions plus souples que la faculté de droit. Après de longs débats et de douloureuses reconversions, à partir de 1950, les facultés de droit parviennent à s’autoréformer. L’autonomie de l’enseignement économique n’est acquise qu’en 1960, beaucoup plus tard que dans d’autres pays d’Europe et, dans le domaine économique, les facultés de droit doivent renoncer à la position de domination qu’elles avaient acquise, parfois malgré elles dans l’enseignement de l’économie politique.

II. POURQUOI CES SPÉCIFICITÉS DE L’ENSEIGNEMENT ÉCONOMIQUE FRANÇAIS ?

8Au terme de cette étude, il se confirme que l’enseignement de l’économie politique en France a présenté deux spécificités : son caractère tardif dans une institution réticente d’une part, et la violence des polémiques qui ont accompagné son acceptation des méthodes modernes d’autre part. Le lecteur sent bien que ces deux problèmes sont liés. Il nous reste donc à nous demander pourquoi cette réforme s’est réalisée si tardivement et pourquoi les débats autour des réformes ont été si passionnels.

A. UN ENSEIGNEMENT TARDIF DE L’ÉCONOMIE

  • 1 Alon Kadish, Keith Tribe éd., The market for political economy, London, New-York, Routledge, 1993, (...)
  • 2 William J. Barber éd., Breaking the Academic Mould, (Economists and american higher learning in th (...)
  • 3 Norbert Waszek éd., Die institutionalisierung der National-Ekonomie an deutschen Universitäten, Zu (...)
  • 4 M. Augello, M. Bianchini, G. Gioii, P. Roggi, Le cattedre di economia politica in Italia, la diffu (...)

9Le retard chronologique est net, par rapport aux deux autres types d’enseignement économique des autres pays développés, qu’il s’agisse du modèle d’institutionnalisation anglo-saxon comme du modèle germanique des sciences camérales. Dans le monde britannique, des chaires existent dans les grandes universités, depuis le xviiie siècle1 et l’enseignement économique nord-américain s’est inspiré du modèle britannique2. Dans toute l’Europe où le modèle germanique des sciences camérales3 s’est répandu, y compris en Italie4, la formation économique a été associée aux statistiques depuis le dix-huitième siècle, dans des facultés spécifiques où l’histoire aussi occupe, sans conflit, une place importante. Ce bagage donnait une formation commune aux hauts fonctionnaires depuis le xviiie siècle et la mathématisation n’a pas posé autant de problèmes.

10Mais en France, où depuis la Révolution la formation des élites a été assurée par les facultés de droit, le caractère tardif et annexe que garde la discipline économique dans ces facultés jusqu’en 1960 pose un vrai problème.

11On se contentera de proposer deux hypothèses explicatives pour ce retard en laissant le lecteur libre de trancher, une hypothèse économique et une hypothèse politique.

12L’hypothèse économique ? Ce retard de l’institutionnalisation de l’enseignement de l’économie ne serait-il pas lié soit au retard du développement économique français soit, de façon plus moderne, à son développement spécifique ? l’idée longtemps défendue du retard de développement du capitalisme français est aujourd’hui totalement écartée. D’Alain Plessis à Jean Bouvier, de Jacques Marseille à Michel Lescure et à Patrick Verley, les historiens français de l’économie ont démontré, à la lumière du développement rapide des Trente Glorieuses, qu’on est plutôt confronté à une spécificité du développement français, qu’à un véritable retard. La France est restée rurale plus longtemps que les autres pays européens et s’est industrialisée par l’association tardive de très nombreuses petites entreprises à quelques grands groupes. En matière d’appropriation du sol, on est passé de la domination féodale à celle des grands notables du xixe siècle, relayés par la petite paysannerie. L’industrie rurale a subsisté plus longtemps, associée à la petite entreprise. Les entrepreneurs français du xixe siècle, soucieux d’éviter le paupérisme et la violence qui ont accompagné les débuts de l’industrialisation britannique, ont préféré gérer une évolution industrielle plus lente, liée à la ruralité et à cette petite et moyenne entreprise. La première révolution industrielle s’est donc effectuée lentement, sans décollage qualitatif brutal (sans take off), sous la direction prudente d’une bourgeoisie moins dénuée d’esprit d’entreprise qu’on a bien voulu l’affirmer, mais obsédée par la volonté d’éviter les dangers sociaux du modèle de développement anglo-saxon. Dans cette logique, une gestion empirique et une conception patrimoniale de l’économie pouvaient suffire. Le droit et un peu d’économie y pourvoyaient.

13L’hypothèse politique vient en complément, non contradictoire avec la première d’ailleurs, celle d’une finalité politique délibérément attribuée à cette structure économique. Cela tiendrait à la spécificité de l’histoire politique française. Depuis la Révolution, la petite entreprise a occupé une fonction politique irremplaçable, dans le cadre de l’accès à la propriété. « Propriétaire » et « rentier » sont des catégories socioprofessionnelles et symbolisent la promotion sociale. Plus tard au xxe siècle encore, l’ascension sociale en plusieurs générations reste indissociable du pacte républicain. Or au xixe siècle, c’est le libéralisme économique plus que le libéralisme politique qui effraie la majorité des Français. Il peut être source de mutations brutales, puisqu’il propose une société fluide, où les entreprises se concentrent, où aucune situation sociale n’a vocation à être stable. Ajoutons que jusqu’à la Première Guerre mondiale, les moments de paupérisation ouvrière en France s’accompagnent de réactions sociales violentes et ne se gèrent pas précisément sur le modèle réformiste des trade-unions anglo-saxons. Après la Première Guerre mondiale, la situation politico-sociale se modifie à cause du monde soviétique qui, suivant les milieux, sert de modèle ou de repoussoir. Dans ce domaine des relations sociales, jamais jusqu’aux vingt dernières années du xxe siècle, la tradition historique française dominante de gestion des rapports sociaux n’a été idéologiquement celle du réformisme. Or une partie des professeurs d’économie politique des facultés de droit, soit font l’apologie de la ruralité et de ses valeurs sociales (Hitier, Souchon), soit théorisent le réformisme (Gide, Aftalion, Antonelli, Roger Picard, Pirou entre autres). Les économistes juristes comme Hitier ou Souchon dans la première moitié du xxe siècle sont les professeurs de licence aux auditoires les plus massifs et leur apologie des valeurs de la France rurale ne se limite pas à l’économique.

14Dans cette hypothèse, l’enseignement économique comme discipline subalterne, lié au droit, associé à l’apprentissage des catégories juridiques, à la conception du droit privé, complété au début du xxe siècle par le droit public dans la sphère des services publics, sert à la rénovation juridique et accrédite l’idée que de bonnes lois sociales assurent à elles seules la régulation de la société. Cette liaison de la discipline avec le champ du politique nous paraît plus éclairante. En effet, on ne commence à tolérer l’économie politique en faculté de droit que pour une étrange raison : elle justifierait la propriété. Dans cette logique, durant le premier xxe siècle, on a continué à distribuer aux premières années des facultés un enseignement rudimentaire, une simple acquisition du vocabulaire de base. Les découvertes scientifiques, tout ce qui aurait pu accélérer les mutations économiques rapides, et la recherche qui, à ce niveau, avait moins de retard qu’on ne l’a soutenu, ont été réservées pour toute la France à moins de cinq cents personnes. On peut alors étendre une des intuitions les plus fines de l’historien américain Stanley Hoffman sur le consensus républicain à l’économie politique. La petite propriété fait partie de ce consensus. Conçue comme garantie des valeurs conservatrices par la droite, elle est perçue comme outil de promotion sociale par les radicaux et la gauche réformiste. Tout outillage mental, capable de favoriser une croissance massive est source potentielle de déséquilibres et provoque l’inquiétude. Dans ce contexte, l’économie politique des facultés de droit accompagnait sans heurt un développement spécifique, interrompu brutalement par la grande dépression des années trente, qu’on avait crue impossible en France. Cette hypothèse d’un enseignement tardif de l’économique pour des raisons sociales et politiques s’accorde assez bien avec la persistance d’une industrialisation spécifique.

15Il faut ajouter que les premiers partisans français de l’économie mathématique étaient souvent des personnalités ultralibérales (Colson, Rueff, Divisia) qui ne refusaient pas, d’ailleurs, la notion de service public. Mais pour eux, le calcul mathématique de l’intervention accompagne la totale autonomie de l’économie. La rigueur, la rationalité mathématique sont à la source de toute décision juste. La hiérarchie est inversée. Or pour nombre de juristes ou de hauts fonctionnaires, leur message a le double défaut d’être d’un accès difficile et de minimiser le rôle correcteur de l’intervention législative, du réformisme juridique. Le Juste ne dominerait plus le Riche ? C’est toute une conception de la société, des fonctions sociales d’une bonne législation qui est en jeu.

B. LA VIOLENCE DES POLÉMIQUES

16À côté de son aspect tardif, la seconde originalité de cet enseignement économique réside dans les modalités de la querelle des méthodes, dans la violence de leur aspect passionnel. La sujétion de l’économique au politique (au sens large) n’en rend compte que très partiellement.

  • 5 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

17La révolte des ingénieurs et des décideurs autour de X-Crise se situe dans un contexte de rupture économique, idéologique et politique. Mais elle ne se limite pas à leur petit groupe, si talentueux et potentiellement puissant qu’il soit : les critiques contre les facultés de droit deviennent un lieu commun des années trente dans de nombreux milieux.5 Les groupes en opposition retrouvent curieusement les invectives du premier xixe siècle : la discipline économique n’existe pas scientifiquement, le discours économique diffusé, détaché du réel ne sert qu’à masquer des intérêts particuliers. Cette deuxième donnée, la violence de la polémique est elle aussi unique, dans ce que l’on connaît pour l’instant de l’enseignement de l’économie politique dans les divers pays. Par exemple, la querelle des méthodes a été particulièrement vive en pays germanique, vers les années 1880, entre les marginalistes qui s’efforçaient de calculer mathématiquement l’utilité à la marge et les historicistes. Mais le conflit, pour vif qu’il fût, était resté académique et les deux écoles ont gardé des partisans.

18Cela viendrait-il du fait comme le soutient Sauvy, habituellement mieux inspiré comme démographe ou comme conjoncturiste que comme historien de la pensée, que les enseignants des facultés de droit auraient refusé toute statistique, toute mathématisation, tout contact scientifique avec le réel, auraient refoulé toute recherche novatrice ? Nous avons vu dans l’évolution des recherches, dans l’étude des relations entre les professeurs de droit comme Truchy et les ingénieurs économistes comme Roy ou Divisia que des relations cordiales voire des amitiés de disciples à maîtres étaient les plus fréquentes. Et Colson, comme ses élèves se sont astreints à passer la licence en droit. Le cas de Walras est resté isolé et relève autant, à son époque, d’un conflit idéologique à l’intérieur du lobby libéral que d’une seule querelle scientifique. La thèse paranoïaque est donc fausse : les économistes juristes acceptent statistiques, usage de l’économétrie et même pour quelques-uns mathématiques, mais comme une méthode parmi d’autres. Les rapports entre économistes juristes et ingénieurs économistes sont même excellents jusqu’au début des années trente, quand ils partagent le même libéralisme.

19Il s’agit donc plutôt d’une querelle méthodologique aggravée par une querelle d’institution. Dans les années trente, les griefs ont opposé les grandes écoles d’ingénieurs à l’université. Or ce dualisme institutionnel n’existe qu’en France où l’enseignement académique, dit d’excellence, est séparé des universités. On peut penser que, dans une même institution, comme en Allemagne, les anathèmes n’auraient pas abouti au même résultat. Mais l’argument n’explique pas tout, en particulier le gommage de la mémoire collective de plus d’un demi-siècle de travail et de réflexion, brusquement nié, à partir de la crise, refoulé au purgatoire de l’inefficacité.

20On peut alors se demander si on n’a pas affaire à un vrai problème, mal posé, mais systématiquement orchestré.

21Il y a un vrai problème. L’intérêt pour les modèles, pour la mathématisation de l’économie est à la source de la modernisation de l’économie. Il est évident qu’il a trouvé un milieu favorable dans les grandes écoles. Même si un petit nombre d’enseignants des facultés (Rist, Antonelli, Roger Picard, Bousquet et à la fin François Perroux) se sont intéressés à la fois à la mathématisation de l’économie politique et à l’économie pure, ils ont fait accepter leur intérêt pour ce domaine jugé marginal en faculté en droit, parce qu’ils s’intéressaient tous, à côté du mouvement social, aux systèmes, aux structures, aux effets de domination ou, comme Bousquet, à la sociologie du monde musulman.

22Par ailleurs, le conflit opposait la démarche hypothético-déductive des hommes façonnés aux sciences « dures » (physique, mécanique rationnelle) à la démarche dite composite des enseignants acceptant l’image d’une société fonctionnant comme un organisme et relevant donc de la méthode d’observation, utilisée en biologie. Les démarches, comme les compétences, étaient en général différentes et le débat est normal.

23Mais le problème est mal posé. Entre l’intérêt pour l’économie pure et pour l’économétrie à X-Crise, la confusion est entretenue par le terme d’économie mathématique qui, à l’époque, recouvre les deux domaines. D’autre part, la pensée de Walras, quand elle est acceptée, est souvent dissociée de ses aspects d’économie appliquée et d’économie sociale. Enfin, le reproche fait à Pirou, dans le débat de 1937-1938, selon lequel les facultés de droit ignoreraient le thème de l’économie dirigée, témoigne d’une véritable partialité : seuls certains enseignants des deux premières années continuaient, comme Truchy, à diffuser lentement un libéralisme tranquille. Il est vrai aussi que les deux noms les plus connus étaient Rist, qui dans les années 1930 refusait l’intervention et Germain-Martin, plusieurs fois ministre pendant la première moitié des années 1930 qui en période de déflation y a répondu en organisant la déflation. Mais une grande école scientifique ne peut vraiment confondre quelques noms ou un enseignement de base avec le travail de toute une institution. Et le thème de l’économie dirigée, dès 1932, est l’objet de débats en faculté et dans la Revue d’économie politique. Les ingénieurs l’ignorent d’autant moins qu’ils s’y expriment et qu’ils sont eux-mêmes divisés. Le problème est à reposer, mais autrement.

24Ce conflit a été trop longtemps orchestré pour être seulement un conflit de méthodes. Il correspond à l’émergence des cadres, et plus largement d’une technocratie. Les besoins de la reconstruction, le choix du keynésianisme au sens large, associé au fordisme social des Trente Glorieuses ont donné la réalité du pouvoir aux grands ingénieurs et aux économètres. Ils ne veulent plus se limiter au champ technique et postulent pour dominer – au nom de la science – le champ des décisions de politique économique. L’évocation répétée du conflit, jusque dans les livres des années 1960, ne se comprend que dans l’hypothèse d’un mythe fondateur.

  • 6 Détail significatif : les copies d’agrégation actuellement anonymées sont identifiables grâce à de (...)

25Notre bilan sera donc nuancé. À un moment de son histoire qui correspondait à une profonde mutation économique, la France des chiffres a refoulé la France des lettres6. Elle a fait triompher ses modèles mécanistes, à l’appui de quelques remèdes keynésiens durant les Trente Glorieuses, dont elle s’est attribué le mérite. Dans la foulée, cinquante ans de recherches ont été écartés de la mémoire collective.

26Or face à la seconde révolution industrielle, au réveil de la défense républicaine, les économistes des facultés de droit avaient utilisé leur nouvelle compétence à l’abri d’une institution publique. Refusant les illusions de l’équilibre automatique, ils avaient utilisé l’observation historique et statistique pour rechercher sans préjugé les lois d’un monde dynamique en déséquilibre, où le temps et les pouvoirs modifiaient les structures et les institutions. Dans le domaine de la monnaie, des crises, des fluctuations ou du change, ils avaient tenté de fonder une pensée économique neuve. Rappeler cela ne revient en rien à refuser ou à minimiser l’apport scientifique de l’économétrie, ni les vertus heuristiques du modèle walrasien. Mais la crise longue et les actuelles difficultés d’adaptation à une économie mondialisée ont montré les limites d’instruments un peu vite érigés en dogme. Rappelons que dans les années 1960, on enseignait qu’avec la pensée de Keynes et l’outillage statistique et économétrique, le retour de véritables crises était inconcevable.

27Le contexte du début du xxie siècle donne à la recherche des systèmes de pensée hétérodoxes un renouveau d’intérêt, au moment où des étudiants et des professeurs d’économie font campagne à front renversé pour obtenir une nouvelle réforme de leur enseignement. Leurs critiques auraient surpris les pionniers des années trente : les étudiants et certains de leurs professeurs trouvent qu’on leur impose trop de techniques purement mathématiques et pas assez d’études des réalités présentes et passées et que l’économie pure est devenue un dogme. Or, comme le keynésianisme, ce schéma n’est plus aussi opératoire. Il reste toujours à savoir ce qu’on veut mathématiser et comme le pensaient les premiers économètres, la dimension de la théorie économique ne peut être oubliée. En cette période où les statisticiens, les économètres, les mathématiciens et leurs outils puissants ne manquent plus, un projet global, différent des orthodoxies actuelles, peut rendre son intérêt à la démarche des anciens économistes, peut sensibiliser à l’historicité des prises de conscience. Nous croyons ici à l’utilité critique de la démarche historique. Rendre sa place à l’histoire réelle de l’enseignement de l’économie politique en France peut constituer une modeste contribution à l’effort théorique et critique indispensable actuellement. La question subsiste : l’affrontement du Juste et du Riche est-il si dépassé ?

Notes

1 Alon Kadish, Keith Tribe éd., The market for political economy, London, New-York, Routledge, 1993, 256 p.

2 William J. Barber éd., Breaking the Academic Mould, (Economists and american higher learning in the nineteenth century), Middletown, Wesleyan University Press, 1988, 470 p.

3 Norbert Waszek éd., Die institutionalisierung der National-Ekonomie an deutschen Universitäten, Zur Erinnerung an Klaus Hennings, (1937-1986), St Kaharinen, 1988, 385 p.

4 M. Augello, M. Bianchini, G. Gioii, P. Roggi, Le cattedre di economia politica in Italia, la diffusione di una disciplina sospetta, 1750-1900, Milan, Franco Angeli, 1988, 416 p.

5 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

6 Détail significatif : les copies d’agrégation actuellement anonymées sont identifiables grâce à des chiffres. Lors de l’agrégation des facultés de droit, une devise en latin, tenait lieu de chiffres.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540