Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Épilogue 1940-1950

Texte intégral

1À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le bilan en matière d’enseignement de l’économie politique se caractérise par un conflit ouvert entre le monde des grands ingénieurs organisé autour de la société de pensée X-Crise et les enseignants des facultés de droit. Pour les seconds, les défauts imputés à l’enseignement des facultés sont liés au statut de matière annexe de l’économie politique à l’intérieur des facultés de droit. Les progrès internes de la discipline, associés à son autonomisation, suffiront à rendre l’efficacité à cet enseignement. Ce procès leur semble donc partial : ni l’économie dirigée, ni les techniques statistiques n’ont été négligées mais, concèdent-ils, elles ont été réservées à des auditoires restreints. Il faut étendre et systématiser ces nouvelles préoccupations en modifiant les programmes. Mais comme le souligne Gaétan Pirou, il faut aussi associer l’enseignement économique à la connaissance de l’histoire économique, à celle des grands systèmes et, en général, tenir compte de la spécificité sociologique des secteurs économiques. Les mathématiques et l’économétrie ne sont pas refusées mais il s’agit de méthodologies ou d’écoles de pensée parmi d’autres.

2En revanche, pour les ingénieurs des grandes écoles, souvent rejoints par des chefs de grandes entreprises soucieux de rationalisation, seule la mathématisation de la discipline (économie mathématique pour quelques-uns et usage général de l’économétrie) leur permettra de faire face aux conséquences de la crise mondiale : son ampleur a dépassé toutes les expériences antérieures et a démontré l’inefficacité de l’économie politique enseignée dans les facultés de droit. Ces discussions sur la validité de l’économie telle qu’elle est perçue et diffusée ont largement débordé le cercle habituel des initiés et le procès remet en cause le rôle des facultés de droit comme formatrices des élites.

I. LES ANNÉES 1940-1950 : DE L’URGENCE À L’INTERVENTIONNISME DE PRINCIPE

A. LES REMISES EN CAUSE DUES À LA GUERRE1

  • 1 Cet épilogue n’est qu’un survol, une série de jalons pour faire comprendre au lecteur les origines (...)
  • 2 Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 260 p.
  • 3 Ibid., p. 150.

3La défaite crée une pénurie qui fait régresser lourdement le niveau de vie. Aux frais d’occupation s’ajoutent les prélèvements agricoles, industriels, financiers et humains exigés par l’Allemagne.2 On fait fonctionner l’économie de la France vaincue dans l’intérêt des civils allemands et de l’armée du Reich, avec des contraintes très lourdes : pénurie de matières premières et d’énergie, outillage non renouvelé, personnel diminué par le maintien des prisonniers de guerre en Allemagne et plus tard par le STO. Tout concourt donc à faire apparaître le libéralisme comme inefficace et à rechercher une « organisation volontaire, étatique et professionnelle »3. Les professions sont organisées de façon hiérarchique. En haut, les ministères, puis l’Office central de répartition des produits industriels (août 1940) distribuent les produits par branches, tandis que les comités d’organisation (CO), spécialisés par profession, fixent les programmes de production et partagent entre les entreprises les matières premières qui leur sont attribuées. Le financement est obtenu grâce à des taxes perçues par la Caisse autonome de recouvrement des comités d’organisation (CARCO).

4Pratiquement, dans ce contexte du rapport de force lié à la défaite, les comités d’organisation ont servi à répondre aux exigences de l’occupant et à répartir la pénurie. Or les plus importants furent confiés aux grands chefs d’industrie qui prirent l’habitude de contrôler des branches industrielles, d’y développer dans la mesure du possible la standardisation et la planification des productions. L’effet réel, pour la réflexion économique, a été d’établir au service de la productivité des liens réguliers entre les décideurs économiques et la bureaucratie d’État. On considère en général que ces confrontations, cette organisation corporatiste de la pénurie sont à l’origine de l’organisation des pratiques d’économie concertée de l’après-guerre, qu’elles préfigurent même les commissions de planification. En tout cas, ces nouvelles pratiques ne peuvent qu’interpeller les anciens partisans de l’économie dirigée à l’intérieur des facultés de droit.

  • 4 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Points Seuil, 286 p.

5À côté de ce volet économique, la « Révolution nationale » se pose comme une réponse face à la « décadence » et tente d’enrayer par la contrainte tant physique que morale, toute tentative de résistance sociale, idéologique ou politique. Le souvenir du Front populaire n’est pas loin. Les multiples volets de l’ordre moral sont complétés dans le domaine social par l’organisation des corporations. Chaque corporation organise et regroupe la population active (ouvriers, techniciens et patrons) en une association, une sorte d’unité où tous auraient les mêmes intérêts à produire et à écouler les produits. « Le libéralisme était mort, mais une troisième voie était possible entre les deux étatismes rivaux : le fascisme et le socialisme »4. Devant cette expérience, certains économistes des facultés de droit, souvent imprégnés par la pensée de conciliation sociale de l’Église catholique, sont parfois hésitants.

B. DEUX TYPES D’ATTITUDE ENSEIGNANTE

6Dans l’ensemble, on affiche la continuité. Les facultés de droit maintiennent leurs traditions, laissant à chaque enseignant, dans les limites du possible, une très faible liberté de réaction. Les aspects formalistes de l’enseignement se maintiennent. Les professeurs enseignent toujours en toge. Mais quelques-uns ont été mis à la retraite d’office (Aftalion, Oualid), dans un pesant silence général. D’autres, comme André Philip, se sont vus, pour faits de résistance, suspendre leur droit d’enseigner. Mais dans l’ensemble, comme avant la guerre, les cours d’initiation à l’économie politique de première et deuxième années commencent toujours par le rappel des principes généraux et exposent en deuxième partie l’état du droit positif, la législation qui vient d’être mise en place. Il existe toutefois diverses manières de présenter l’obligatoire exposé de législation positive.

  • 5 Michèle Cointet, « Les juristes sous l’Occupation : la tentation du pétainisme et le choix de la r (...)

7L’histoire de la collaboration ou du maréchalisme chez les professeurs des facultés de droit n’a fait l’objet jusqu’à présent que de recherches encore limitées aux juristes5. En ce qui concerne les économistes, nous nous contenterons d’évoquer deux attitudes divergentes, mais relativement représentatives du double besoin de renouveler certains aspects de l’économie tout en préservant le libre choix du chercheur, l’attitude de François Perroux et celle de Gaétan Pirou.

1. Un ralliement temporaire

8François Perroux a toujours eu un statut de vedette, brillant mais marginal, parfois contesté parmi ses collègues. Toujours prêt à assimiler les recherches étrangères les plus récentes, il sera dans l’après-guerre l’introducteur des courants modernistes en France, qu’il s’agisse du keynésianisme qu’il enseignera à l’École des sciences politiques ou de l’économie mathématique dont il abrite les recherches dans son centre de recherches, l’Institut de science économique appliquée, l’ISEA. Il a été, à cette époque, le seul économiste français considéré un moment comme nobélisable.

  • 6 François Perroux, Le sens du nouveau droit du travail, Paris, Domat-Montchrétien, 1943.

9Or pendant la guerre, mais jusqu’en 1943, il a ouvertement appuyé la politique économique du maréchal Pétain, du culte de l’artisanat à la dénonciation de l’individualisme « dépassé et inhumain », participant ainsi à la promotion de la « Révolution nationale ». Il s’est rallié au corporatisme comme moyen de réaliser les communautés de travail qu’il prônait depuis 1938. Pour lui, la corporation avait plusieurs mérites : d’abord elle réhabilitait le groupe, la communauté, dont le capitalisme libéral individualiste avait privé les hommes, les emprisonnant dans un isolement dramatique et dangereux. Ensuite, la corporation rééquilibrait la représentation des patrons et des ouvriers, leur permettant avec un éventuel arbitrage de l’État, de réaliser ensemble une juste fixation des prix. Enfin, elle restaurerait la véritable mystique du service, associant ainsi réconciliation sociale et efficacité. Elle fonderait donc une nouvelle étape du capitalisme, épuré des conséquences désastreuses de l’individualisme libéral, en particulier de l’isolement social et de l’insécurité que subissait le « tragique prolétariat »6. La corporation constitue donc à la fois une discipline et un moyen de réintégrer dans la Nation une classe jusque-là isolée. Dans ce but, le syndicat unique apparaît à François Perroux comme une étape nécessaire, avant un éventuel rétablissement du pluralisme. Outre ses aspects moraux ou sociaux, cette intégration des exclus renforcera l’efficacité productive de la société française.

10Mais très vite, devant les réalités de la mise en œuvre, Perroux change d’avis. Il dénonce la caricature d’un corporatisme qui ne vise en fait qu’« à sauver le vieil appareil », où les prix et les salaires ne sont pas soumis à la loi du social. Il prend alors immédiatement ses distances avec Vichy et ne cesse plus de dénoncer, avec la même passion, l’hypocrisie de sa politique économique. À la Libération, en faisant le compte rendu de ses œuvres écrites pendant la guerre, ses collègues de la Revue d’économie politique souligneront soigneusement ce qui sépare « la polémique » de l’œuvre scientifique de ce collègue d’un « exceptionnel talent ». À tout péché, miséricorde.

2. La résistance feutrée de Gaétan Pirou

  • 7 Lucette Le Van Lemesle, « Gaétan Pirou et l’économie dirigée », in Les facs sous Vichy, op. cit., (...)
  • 8 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney, « Gaétan Pirou et la réforme de l’enseignement économique », (...)

11Par opposition à ce ralliement temporaire, on doit rappeler l’attitude de résistance idéologique discrète mais ferme qui caractérise Gaétan Pirou. Nous avons montré ailleurs7 comment Pirou était perçu comme représentatif des enseignants d’économie politique en faculté de droit. C’est vrai durant les années trente, quand il s’agissait de défendre leur enseignement économique devant les ingénieurs de X-Crise et de dessiner un programme de réforme de l’enseignement. Ça l’est encore en 1944, quand reparaît le premier numéro de la Revue d’économie politique depuis 1940. La même année, Pirou est élu par ses collègues au conseil de faculté, puis en 1946, au Comité consultatif de l’enseignement supérieur.8 Cette représentativité même donne une signification particulière à la fois à son attitude d’enseignant pendant la guerre, et à la façon dont il a posé le problème de l’économie dirigée.

12Or, à l’École libre des sciences politiques, Rueff, polytechnicien, inspecteur des finances libéral enseignait l’économie politique. Mais il avait été obligé de quitter son poste pour assurer sa sécurité. Roger Seydoux, le directeur de l’École, fait alors appel à Pirou pour le remplacer. Mais contrairement à Rueff, Pirou, proche des radicaux s’était rallié au thème de l’économie dirigée. Pour lui, le libéralisme n’est pas un modèle théorique, il représente seulement les mécanismes historiques du fonctionnement de l’économie au xixe siècle, en particulier la manière dont la concurrence régulait efficacement, par le mécanisme des prix, l’affrontement d’entreprises de dimensions plus ou moins équivalentes. Mais peu à peu la concurrence s’est autodétruite avec la concentration des entreprises, leurs ententes, ou au contraire leur situation de monopole. Au xxe siècle, l’intervention de l’État est peu à peu devenue indispensable, ne serait-ce que pour sauver la concurrence et rétablir l’équilibre des forces économiques et sociales en présence.

  • 9 Gaétan Pirou, Économie libérale, et économie dirigée, 2 vol., Paris, Sedes, 1947.
  • 10 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, (...)

13Devant les élèves de cette école privée qui formait les hauts fonctionnaires, le cours de Pirou expose en deux ans, ces étapes historiques des mutations du capitalisme.9 Le professeur analyse les lois de Vichy parmi d’autres modalités de l’économie dirigée, mais ce n’est qu’une solution parmi d’autres possibles. Il souligne nettement la lourdeur de la hiérarchie des organismes et la subordination des groupements professionnels au syndicat corporatiste, bref le manque de démocratie qui préside à cette législation. Le directeur de l’École est soumis aux pressions d’Abel Bonnard pour écarter Pirou, mais il refuse de céder. Le cours de Pirou remporte beaucoup de succès auprès des étudiants. Il illustre les modalités d’une résistance intellectuelle chez des enseignants dans l’impossibilité personnelle de faire de la résistance active, mais faisant le maximum pour relativiser les lois de Vichy tout en préparant l’esprit des futurs hauts fonctionnaires aux nécessités de l’économie dirigée. Il a contribué à ce que Michel Margairaz a appelé leur « conversion » à l’interventionnisme de l’après-guerre.10

II. LES BESOINS DE LA RECONSTRUCTION : ÉCONOMÉTRIE ET NOUVEAUX PÔLES DE DÉCISION

  • 11 Claire Andrieu, Le programme commun de la Résistance, Paris, Les éditions de l’Érudit, 1984.
  • 12 C. Andrieu, L. Le Van, A. Prost (sous la dir. de), Les nationalisations de la Libération : de l’ut (...)

14À partir de 1944, les destructions de la guerre et le souvenir de la grande dépression de 1930 favorisent un relatif consensus sur la nécessité de reconstruire autrement. Les travaux du Comité national de la résistance reflètent cet état d’esprit. Les réformes de structure sont proposées pour « rendre à la Nation » les secteurs confisqués par les « féodalités économiques » peu soucieuses de l’intérêt général11 : dans ce contexte sont réalisées, en quelques années, les nationalisations des houillères, du gaz, de l’électricité, des charbonnages, de la Banque de France, des banques de dépôts et des assurances. Le but mis en avant est de rationaliser la reconstruction.12

  • 13 Béatrice Touchelay, L’INSEE des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique (...)

15La planification indicative va dans le même sens. Dès janvier 1946, le commissariat général au Plan regroupe des experts qui fixent un catalogue de besoins et les orientations de la modernisation. Dans ce but, il faut centraliser les statistiques existantes. L’INSEE est créée en 1946.13

16Dans un tel contexte, face aux besoins d’investissements de ces nouvelles grandes unités, les ingénieurs des grandes écoles, grâce à leurs connaissances en matière de calcul économique sont mieux armés que les économistes formés au droit, avec seulement une culture de base et des options tardives d’économie politique. On ne soulignera jamais assez à quel point la France des années 1945-1950, en tirant partie des expériences de la guerre, rompt avec ses traditions. Elle pose les problèmes économiques sous l’angle de la croissance des grandes unités de production, publiques comme privées. Entre les nationalisations et les grandes entreprises, l’obsession de la productivité accompagne ce culte du développement, qu’on n’oppose plus et qu’on associe désormais au bien-être social. Les acquis les plus récents de la science économique doivent contribuer à la reconstruction et à la prospérité. Cette mutation implique une gestion rationnelle, appuyée sur des outils mathématiques rigoureux.

  • 14 J. Drèze, « Some postwar contributions of French economists to theory and public policy », America (...)
  • 15 Marcel Boiteux, « La tarification des demandes en pointe, application de la théorie de la vente au (...)
  • 16 Pierre Maillet, « Une nouvelle technique économique », Revue d’économie politique, février 1953.

17Nous avons rapidement évoqué dans un précédent chapitre consacré à la perception des innovations comment les progrès de l’économétrie, promus dès les années trente par la création de la Société d’économétrie, avaient reçu un accueil très favorable de la part de certains grands ingénieurs mais aussi de quelques professeurs des facultés de droit. Mais cette nouvelle manière d’appréhender l’économie favorisait surtout les ingénieurs immédiatement opératoires pour fixer par exemple les tarifs ferroviaires, ou ceux de l’électricité. Le marginalisme associé au calcul économique leur a permis, puisqu’il s’agissait de services publics, de recommander pour les usagers des tarifs limités au coût marginal.14 Ce sont aussi ces ingénieurs économistes qui organisent une modulation rationnelle des tarifs suivant les heures, les jours, les moments de l’année.15 Pour optimiser les investissements de longue durée, on utilise un nouvel outil technique, la programmation linéaire.16

  • 17 Lucette Le Van Lemesle, « François Divisia (1889-1964) : A pioneer responsible for the integration (...)
  • 18 Suivant les termes de Martine Bungener et Marie-Ève Joël, dans leur remarquable étude de « l’essor (...)
  • 19 François Etner, Histoire du calcul économique en France, Paris, Économica, 1987.
  • 20 François Fourquet, Les comptes de la puissance, Paris, 1975.

18L’économétrie qui associe la théorie économique, l’analyse statistique et les outils mathématiques avait pour support international, outre la Société d’économétrie depuis 1931, la revue Econometrica fondée en 1933, avec les capitaux d’un mécène américain, Alfred Cowles. Mais c’est insuffisant pour diffuser largement l’économétrie. En France, c’est à partir de quelques lieux novateurs relayés par des séminaires qu’elle est systématiquement diffusée. François Divisia et René Roy, élèves du professeur Colson à l’École des ponts et chaussées et à Polytechnique en sont les pionniers. Nous avons vu le rôle de X-Crise et du séminaire de Divisia17 au Conservatoire des arts et métiers. Pendant la guerre, Divisia utilise le Centre national de la recherche scientifique comme relais et centre de diffusion pour ces nouvelles recherches en situation d’« indétermination disciplinaire », favorisant ainsi leur « lente gestation »18. Nous renvoyons à l’étude citée pour le détail de la généalogie des divers séminaires et organismes. Rappelons seulement les plus importants pour la diffusion de l’économétrie dans l’immédiat après-guerre : en 1946, trois séminaires principaux jouent ce rôle. L’influence de Divisia recule au profit de celle du promoteur de la statistique mathématique, Georges Darmois, mathématicien et entrepreneur, très soucieux d’associer le secteur privé au public dans le but d’obtenir le maximum d’efficacité économique. D’abord, Maurice Allais, X-Mines, remarqué par Darmois pour son livre publié en 1943, À la recherche d’une discipline économique, organise la réflexion dans son séminaire, à partir de questions pratiques, comme l’avait fait Colson. Les réunions ont lieu dans un café de la place Saint-Sulpice jusqu’en 1947, pour accentuer le côté informel des recherches et inviter librement d’autres personnes que des universitaires. On part des problèmes de la coordination rail-route, par exemple, ou des questions de l’énergie ou encore de la tarification des chemins de fer. Le public réunit à côté des étudiants et des amis ingénieurs d’Allais de très nombreux praticiens. Allais, très libéral, a le soutien de chefs d’entreprise comme Auguste Detœuf, président d’Alsthom. Dans un second séminaire, Roy s’est au contraire installé à l’Institut Poincaré et a donné un aspect théorique plus universitaire. Mais dans les deux cas, la préoccupation est la même : comment faire des choix rationnels, donc mathématiquement calculés pour obtenir l’efficacité maximale dans des contextes incertains. Jeunes chercheurs, les normaliens-mathématiciens Gérard Debreu et Marcel Boiteux sont orientés par Darmois vers ces séminaires. Le troisième séminaire a lieu à Lyon avec le même public mixte. On retrouve en effet dans le public de ces séminaires, de M. Boiteux à Robert Massé, tous ceux qui obtiendront par la suite des postes de responsabilité dans les grands secteurs nationalisés, à EDF, à la SNCF, etc.19 La relève se prépare avec Edmond Malinvaud, futur directeur de l’École d’application de 1TNSEE, l’ENSAE. À ces lieux de diffusion de l’économétrie, il faut ajouter les organismes qui suscitent ou organisent la demande d’économètres comme le Service d’études économiques et financières du ministère des Finances (SEEF), l’école d’application de l’INSEE, ou les organismes de la Comptabilité nationale.20

19Même si tous les économètres évoquent le choc intellectuel que leur a causé la crise de 1930, et son rôle dans leur choix de se consacrer à l’économie, ils ont abandonné les imprécations de X-Crise contre les enseignants des facultés de droit. C’est inutile, leur légitimité scientifique est désormais établie. Elle se fonde de facto sur leur action concrète, sur leur efficacité pratique. Signalons au passage que quelles que soient leurs préférences idéologiques, les ingénieurs économistes, pour reprendre l’expression inventée par Divisia, utilisent leur nouvelle compétence indifféremment au service des grandes unités publiques ou privées. Ce poids des grands ingénieurs dans les nationalisations, la planification indicative et les grandes entreprises est décisif.

20On assiste donc à la dislocation de ce que nous avons décrit comme le deuxième système d’enseignement, cordonné et hiérarchisé autour de la primauté des facultés de droit.

III. LES FACULTÉS DE DROIT (1945-1960) : DE L’AFFAIBLISSEMENT À L’AUTORÉFORME

A. L’AFFAIBLISSEMENT DES FACULTÉS DE DROIT

  • 21 Soit dans leur ordre de classement en 1945 : Marjolin, Milhau, Chamley, Domarchi, Buquet, Bartoli, (...)

21Outre les professions juridiques proprement dites, les facultés de droit ont toujours rivalisé avec l’École libre des sciences politiques pour former à la fois les hommes politiques et les hauts fonctionnaires, même si, en pratique, une complémentarité s’était installée entre les deux institutions. Ce faisant, elle entretenait ce qu’on a appelé la culture du pouvoir. Dans le contexte de l’après-guerre, pour lui garder sa fonction, les deux premiers concours de recrutement à l’agrégation remplissent, comme en 1919, leur classique fonction de rattrapage, en acceptant en deux ans (1945 et 1946, avec exceptionnellement pour la période une agrégation par an) dix-huit candidats21. Mais comme d’habitude pour ces nouveaux agrégés, la carrière commence en province.

  • 22 Témoignage oral des professeurs Brochier et Wolff.
  • 23 Lors de sa venue au séminaire du professeur Antoine Prost.

22À Paris, à l’aube des années cinquante, la majorité des professeurs semblent avoir été de sensibilité MRP.22 Les nouveaux programmes tiennent compte des vœux de Pirou disparu en 1947. On étudie systématiquement les fluctuations, les systèmes économiques, les conjonctures. La statistique est devenue un outil normal. Mais les remèdes aux problèmes économiques restent institutionnels. Cela explique la réaction spontanée de Stanley Hoffman : « mais je n’ai à cette époque, à Paris, entendu parlé que de coopératives et pas d’économie proprement dite »23.

23C’est cette tradition de la culture de pouvoir qui fait prendre conscience aux facultés de droit que les grands ingénieurs économistes sont en train de lui faire perdre une de ses fonctions. De toute façon, les hauts fonctionnaires comme les politiques doivent rester capables, non seulement de saisir les solutions proposées par les économètres, mais encore de pouvoir comprendre la logique qui a présidé à leur établissement. Les facultés de droit se retrouvent prises entre deux risques : celui, d’une part, de perdre leur rôle dans la formation des élites et dans l’intervention économique si elles refusent la mathématisation de l’économie, et d’autre part celui de rompre avec leurs traditions, avec leur recrutement habituel, si elles renforcent leurs exigences en mathématiques.

  • 24 Les réflexions sur la pénétration tardive du keynésianisme en France sont très nombreuses. Après l (...)

24A cela s’ajoute le débat sur le keynésianisme.24 Dans ce domaine, tout en gardant sa souplesse institutionnelle d’accueil aux innovations, l’École libre de sciences politiques a été nationalisée et est devenue l’Institut d’études politiques de Paris. Cet Institut accueille sans problème le cours de François Perroux sur le keynésianisme. La nouvelle École nationale d’administration introduit, elle aussi, la pensée keynésienne avec le cours de Jean Marchai, convaincu de l’importance de la nouvelle doctrine grâce au travail de clarification et de diffusion réalisé par Alain Barrère, alors professeur à Bordeaux.

25Mais certains professeurs parisiens sont particulièrement hostiles aux deux nouvelles démarches ; c’est le cas en particulier de Nogaro qui exprime son refus dans la Revue d’économie politique, au nom de la méthode historique. Or la pression s’accentue. François Perroux, qui a créé peu après la Libération l’Institut de sciences économiques appliquées (ISEA) dont les préoccupations convergent avec celles des séminaires d’économétrie et avec le keynésianisme, du moins tel qu’il le conçoit, attire de nombreux chercheurs.

B. LES MODALITÉS DE L’AUTORÉFORME

  • 25 Henri Guitton (1904-1992) a été industriel à Saint-Étienne de 1926 à 1935. Agrégé en 1938. Il ense (...)
  • 26 Rappelons qu’à cette époque les meilleurs élèves choisissaient la voie « noble » des sections clas (...)
  • 27 Entretien de Henri Guitton, janvier 1988, avec M. Bungener et M.-È. Joël, art. cit.

26Les débats sur la réforme de l’enseignement de l’économie nourrissent de nombreux articles. Mais la mentalité des juristes met une quinzaine d’années à se modifier, avant d’aboutir aux réformes de 1950 à 1960. Nommé à Paris en 1953, Henri Guitton25 est l’un de ceux qui ont le plus contribué à la mutation des facultés de droit. Il a fait les classes de mathématiques supérieures et a toujours été intéressé par les nouvelles recherches qu’il est capable de comprendre.26 Dès 1932, il avait assisté à une conférence de Ragnar Frisch à l’Institut Poincaré, un an seulement après la fondation de la société d’économétrie. Celui-ci y prônait naturellement l’association de la théorie économique, de la statistique et des mathématiques27. Lié au catholicisme social, Henri Guitton est particulièrement bien inséré dans son milieu professionnel. À Dijon, après avoir rencontré Darmois, il élabore un programme de mathématiques pour les étudiants économistes de la faculté de droit, en collaboration avec le normalien-mathématicien Georges Guilbaud, professeur de taupe dans la même ville. Le manuel de Guitton, Statistique et économétrie, avec ses nombreuses rééditions, chez Dalloz, illustre le niveau qu’il espère obtenir des étudiants en économie.

  • 28 Témoignage oral de l’un d’entre eux, Jacques Lasne, président national de la Mutualité agricole. L (...)
  • 29 Témoignage oral de Guy Caire, professeur d’économie à Nanterre.
  • 30 Devenu professeur à Paris I.
  • 31 Et qui a non seulement témoigné mais encore fourni des archives sur ce débat qui mériterait une ét (...)

27Ce schéma de mise en œuvre de la réforme, impulsé par un économiste encore en province et pas au sommet (parisien) de la carrière, en collaboration avec le professeur local de mathématiques supérieures se répète en plusieurs endroits. La réforme passionnant plus les jeunes chargés de cours ou les jeunes agrégés que les professeurs parisiens chevronnés mais sur la défensive, la province est dans ce domaine souvent en avance sur Paris. C’est le cas de Caen, où les jeunes R. Barre et Marczevski venaient de Paris pour assurer, en 1956, la formation des deux candidats au doctorat. Là aussi, ils se mettent d’accord avec le professeur local de mathématiques supérieures pour qu’il enseigne le bagage de mathématiques jugé indispensable aux deux doctorants28. C’est le cas à Grenoble où l’avance a favorisé plus tard la venue des Grenoblois à Paris.29 C’est le cas enfin à Poitiers où enseignait Jean Benard30, qui s’est passionné pour cette réforme31. Notre énumération n’est pas exhaustive.

  • 32 Sept pour les deux années 1951 et 1952, dans la seule revue Banque.
  • 33 Sur l’année 1947, voir Olivier Dard, « Théoriciens et praticiens de l’économie : un changement de (...)
  • 34 Témoignage de Jacques Wolff, professeur à Paris I, et de E. Malinvaud.

28Ces décisions ont été préparées par de nombreux articles32, prises de positions et réunions, dont l’histoire reste à faire.33 Tous les professeurs confirment le rôle important joué par Henri Guitton dans la mise en œuvre de cette réforme,34 mais il faut ajouter que Guitton a toujours accepté d’autres formes d’économie et maintenu fermement la nécessité théorique de réfléchir aux limites de la formalisation. De son côté, le ministère a multiplié les consultations et les réunions préparatoires, obtenant des enseignants favorables à la réforme un accord préalable sur le programme des modifications.

C. LA RÉFORME ET SES ÉTAPES (1950-1960)

  • 35 M. Bungener et M.-E. Joël, art. cit.

29Le besoin de professeurs capables d’enseigner les mathématiques en faculté de droit oblige à nommer des enseignants jusque-là extérieurs aux facultés. C’est le cas de Guilbaud, G. Rottier, G. Kréveras, Claude Fourgeaud... Tous étaient passés par les séminaires de Roy et d’Allais et ensuite par 1TSEA. Plus tard quand les travaux pratiques de statistiques en doctorat et en licence sont créés, il faut faire appel également à des personnalités extérieures, venues de l’INSEE en particulier. « Chaque année, témoigne Henri Guitton, il y avait un nouveau. Alors un de mes collègues m’a dit : mais nous allons devenir une annexe de facultés des sciences. Je lui ai répondu : mais pas du tout, mais si nous ne faisons pas cela, nous allons devenir des sous-développés et nous ne suivrons pas la voie royale des universités étrangères »35. Des mathématiciens viennent donc effectuer les nouveaux enseignements et des travaux pratiques obligatoires sont instaurés. Selon Alain Barrère, c’est un exemple rare d’une institution qui se réforme d’elle-même.

  • 36 Denise Flouzat, L’étudiant économiste, Paris, Cujas, 1962, 550 p. Pour la licence en droit : J. Ga (...)

30La réforme réclamée dès 1938 s’est effectuée par étapes entre 1954 et 1960.36 En 1954, on instaure une licence en quatre ans et non plus en trois. Cette licence en droit comporte donc une option économique. Elle s’applique à partir de 1955. Après un tronc commun aux économistes et aux juristes (deux ans), les deux années suivantes sont spécialisées à dominante juriste ou à dominante économiste.

31En 1957, les facultés de droit prennent le nom de facultés de droit et de sciences économiques.

32En 1959, le doctorat est réorganisé, avec deux types d’épreuves : le diplôme d’études supérieures de sciences économiques et la thèse. Il concerne les candidats qui s’inscrivent en 1960-1961. Il comprend deux dissertations et deux épreuves orales. L’innovation porte sur les techniques auxiliaires de la recherche économique : statistiques et méthodes d’enquêtes, mathématiques applicables à l’économie, comptabilité des entreprises et langues vivantes. Les statistiques font l’objet d’une épreuve obligatoire, les deux autres techniques – mathématiques applicables à l’économie et comptabilité des entreprises – font l’objet d’un tirage au sort entre les deux.

  • 37 Ibid., p. 30-54 et p. 78-82.

33En 1960 seulement apparaît pour la première fois en France, une licence spécialisée, la licence ès sciences économiques. A chaque niveau, chaque année, un enseignement de statistique et un enseignement de mathématiques préparatoires à l’économie s’ajoutent aux enseignements traditionnels. La comptabilité nationale fait partie du programme. Évidemment, des modalités transitoires37 sont prévues pour passer d’un régime à l’autre.

34En 1968 enfin, les Unités d’enseignement et de recherches en économie (UER) sont créées, séparées désormais du droit. Les sciences économiques ne se confondent plus avec l’économie politique.

  • 38 Jean-Paul Fitoussi, L’enseignement supérieur des sciences économiques en question, Paris, Fayard, (...)

35Mais beaucoup d’enseignants d’économie se demandent si ce divorce avec le droit ne serait trop complet. En laissant croire à une neutralité rigoureusement rationnelle des décisions économiques, n’oublierait-on pas que toute décision économique a des incidences sociales ? Par ailleurs, si les mathématiques sont rationnelles, elles ne dispensent pas de s’interroger sur ce qu’on choisit de mathématiser, ni sur les résultats des expériences économiques passées. Les actuels étudiants en économie veulent « sortir des “mondes imaginaires” », dénoncent « l’usage abusif de la formalisation », et déplorent « l’absence de contextualisation des théories présentées ». Un nouveau système d’enseignement de l’économie est appelé à se construire avec ses débats spécifiques38. Nous retrouvons la question posée en introduction : la prospérité économique échappe-t-elle à tout souci de justice sociale ? La réalise-t-elle automatiquement comme le pensait Adam Smith ? La mondialisation actuelle repose clairement la question.

Notes

1 Cet épilogue n’est qu’un survol, une série de jalons pour faire comprendre au lecteur les origines de la réforme de l’enseignement de l’économie au cours des années cinquante, en attendant la thèse de Pascal le Merreur sur le sujet.

2 Alfred Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1945, Paris, Flammarion, 260 p.

3 Ibid., p. 150.

4 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Points Seuil, 286 p.

5 Michèle Cointet, « Les juristes sous l’Occupation : la tentation du pétainisme et le choix de la résistance », in Les facs sous Vichy, André Gueslin éd., Clermont-Ferrand, Presses de l’université de Clermont-Ferrand, 1995, p. 51-64.

6 François Perroux, Le sens du nouveau droit du travail, Paris, Domat-Montchrétien, 1943.

7 Lucette Le Van Lemesle, « Gaétan Pirou et l’économie dirigée », in Les facs sous Vichy, op. cit., p. 65-74.

8 Témoignage de Jean-Marcel Jeanneney, « Gaétan Pirou et la réforme de l’enseignement économique », Revue d’économie politique, n° spécial consacré à G. Pirou, 1947, p. 590-594.

9 Gaétan Pirou, Économie libérale, et économie dirigée, 2 vol., Paris, Sedes, 1947.

10 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2 tomes, 1991.

11 Claire Andrieu, Le programme commun de la Résistance, Paris, Les éditions de l’Érudit, 1984.

12 C. Andrieu, L. Le Van, A. Prost (sous la dir. de), Les nationalisations de la Libération : de l’utopie au compromis, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1987.

13 Béatrice Touchelay, L’INSEE des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique politique et sociale, Thèse, Paris XII, 1993, 2 vol., 741 p.

14 J. Drèze, « Some postwar contributions of French economists to theory and public policy », American Economic Review, 54, 1964, p. 1-64.

15 Marcel Boiteux, « La tarification des demandes en pointe, application de la théorie de la vente au coût marginal », Revue générale de l’électricité, 58, 1949, p. 321-340.

16 Pierre Maillet, « Une nouvelle technique économique », Revue d’économie politique, février 1953.

17 Lucette Le Van Lemesle, « François Divisia (1889-1964) : A pioneer responsible for the integration of mathematical method into French economics », in European economists of the early 20th century, vol. 1, W. J. Samuels éd., Elgard, Northampton, MA, 1998, p. 81-94.

18 Suivant les termes de Martine Bungener et Marie-Ève Joël, dans leur remarquable étude de « l’essor de l’économétrie au CNRS, 1946-1960 », in Jean-François Picard, La République des savants : La recherche française et le CNRS, préface Antoine Prost, Flammarion, Paris, 1990.

19 François Etner, Histoire du calcul économique en France, Paris, Économica, 1987.

20 François Fourquet, Les comptes de la puissance, Paris, 1975.

21 Soit dans leur ordre de classement en 1945 : Marjolin, Milhau, Chamley, Domarchi, Buquet, Bartoli, Lajugie, X, Bertrand, et en 1946, Barrère, Dehove, Raynaud, Séquillon, Peyrega, Ray, Rouquet, Dufour, Fauvel. Renseignements fournis par le professeur Wolff.

22 Témoignage oral des professeurs Brochier et Wolff.

23 Lors de sa venue au séminaire du professeur Antoine Prost.

24 Les réflexions sur la pénétration tardive du keynésianisme en France sont très nombreuses. Après les travaux fondamentaux d’Alain Barrère et de ses élèves, citons parmi les plus récents, Pierre Rosenvallon, « The development of keynesianim in France », in The political power of economic ideas, Keynesianism across Nations, Princeton University Press, 1989 ; Jean-François Renaud, « J.-M. Keynes et les économistes dans l’entre-deux-guerres », in Les traditions économiques françaises, 1848-1939, Dockés (éd.), Paris, CNRS édition, 2000 et Olivier Dard, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynésien ? », Historiens et géographes, 361, mars-avril 1998, p. 173-196.

25 Henri Guitton (1904-1992) a été industriel à Saint-Étienne de 1926 à 1935. Agrégé en 1938. Il enseigne à Dijon (1939-1952), puis à Paris (1953-1974).

26 Rappelons qu’à cette époque les meilleurs élèves choisissaient la voie « noble » des sections classiques, ce qui pouvait faciliter les éventuelles reconversions.

27 Entretien de Henri Guitton, janvier 1988, avec M. Bungener et M.-È. Joël, art. cit.

28 Témoignage oral de l’un d’entre eux, Jacques Lasne, président national de la Mutualité agricole. L’autre est devenu enseignant d’économie en faculté de droit.

29 Témoignage oral de Guy Caire, professeur d’économie à Nanterre.

30 Devenu professeur à Paris I.

31 Et qui a non seulement témoigné mais encore fourni des archives sur ce débat qui mériterait une étude plus détaillée.

32 Sept pour les deux années 1951 et 1952, dans la seule revue Banque.

33 Sur l’année 1947, voir Olivier Dard, « Théoriciens et praticiens de l’économie : un changement de paradigme », in L’année 1947, Serge Berstein et Pierre Milza dir., Presses de sciences po, 1999.

34 Témoignage de Jacques Wolff, professeur à Paris I, et de E. Malinvaud.

35 M. Bungener et M.-E. Joël, art. cit.

36 Denise Flouzat, L’étudiant économiste, Paris, Cujas, 1962, 550 p. Pour la licence en droit : J. Gatti-Montain, Le système d’enseignement du droit en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1987.

37 Ibid., p. 30-54 et p. 78-82.

38 Jean-Paul Fitoussi, L’enseignement supérieur des sciences économiques en question, Paris, Fayard, 2001.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540