Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Chapitre XX. Les années 1930 entre tradition et innovation

Texte intégral

1Les premières années du siècle avaient donc été caractérisées par un grand mouvement de créativité lié à l’attention aux problèmes sociaux, à l’intégration du rôle heuristique de la statistique et au renouvellement de la réflexion sur la monnaie et sur les crises. La décennie des années vingt investit alors les économistes des facultés de droit de la fonction de responsables de la bonne santé de l’économie, en leur conférant le statut d’experts appelés à gérer la politique économique. Mais la crise de 1930 modifie les données et aboutit à contester la légitimité scientifique de ces nouveaux « experts ». Le monde des économistes est perçu soit à la lumière de son enseignement massif de licence, soit à celle des prises de positions de quelques noms, comme Rist ou Germain-Martin par exemple, supposés représenter l’ensemble des facultés. Nous sommes donc obligés d’abord pour faire comprendre la spécificité de cette période, de rappeler rapidement le parcours et les orientations de ces deux personnages érigés par leurs contemporains comme représentatifs de la compétence économiste. Nous montrerons ensuite les attitudes devant la crise et enfin, les modalités complexes de perception de l’innovation.

I. LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE LA COMPÉTENCE

2Aux yeux de ceux qui suivent la vie publique, deux personnages, Charles Rist et Louis Germain-Martin incarnent l’action des économistes officiels, dès les années vingt et dans la première moitié des années 1930, en particulier face à la crise. Ces deux personnages, présentent pourtant moins de similitudes que de différences. Même s’ils ont tous les deux des origines provinciales et s’ils ont conquis lentement leur statut et leur réputation d’experts, Louis Germain-Martin a l’image du professeur en politique, connu comme le ministre des solutions traditionnelles face à la grande dépression des années 1930 alors que Charles Rist fait essentiellement figure d’expert.

A. DEUX PARCOURS : LE POLITIQUE ET L’EXPERT

  • 1 Charles Rist au moment de l’agrégation a 25 ans, Louis Germain-Martin, lui a fait de l’histoire et (...)

3En apparence leurs parcours se ressemblent. Ils sont de la même génération. Louis Germain-Martin, né en 1872, est mort en 1948. Charles Rist, né en 1874, est mort en 1955. Ils ont tous deux passé la nouvelle agrégation d’économie, Charles Rist en 18991 à 25 ans et Louis Germain-Martin en 1903, à 31 ans, parce qu’ils s’intéressaient aux questions sociales. La guerre a accéléré leur carrière, et ils ont atteint les sphères du pouvoir.

  • 2 Ibid, p. 979.
  • 3 C. Rist, « Notice », Revue d’économie politique, 1956, p. 979.

4En réalité, dès le départ, leurs prises de conscience du social sont différentes. Charles Rist, dans son autobiographie, rappelle à quel point l’affaire Dreyfus a contribué à le mobiliser quand, jeune agrégé, il venait d’être nommé à Montpellier : « C’est l’affaire Dreyfus qui m’a fourni la première occasion de parler en public et de vaincre l’effroyable timidité que j’éprouvais devant un auditoire nombreux. Les premières réunions que nous organisâmes avec quelques amis parmi lesquels Albert Métin, le futur ministre du travail, Pierre Quillard le poète, Ferdinand Hérold, le directeur du Mercure de France furent rendues possibles par la présence d’un auditoire en grande partie ouvrier et qui nous défendait contre les attaques extérieures. Je fis la même expérience à Auxerre où mon ami Charles Schmidt nous avait appelés, Pierre Quillard et moi-même, et où nous aurions été sans doute écharpés sans la présence dans la salle d’un groupe ouvrier extrêmement nombreux qui nous soutint jusqu’au bout »2. Non seulement Rist prend contact avec le syndicalisme, avec les bourses du travail, et les syndicats agricoles de la région au moment où les grandes grèves à propos du prix du vin suscitent l’agitation que l’on connaît en 1905, mais pendant toutes ces années, il rédige pour la Revue d’économie politique la chronique de la vie syndicale dont il suit de très près le mouvement afin de pallier la négligence de l’université sur ces problèmes. Dans cette trajectoire, il participe au mouvement des universités populaires. Protestant, il rencontre naturellement le professeur Charles Gide et, à travers lui, le mouvement coopératiste. Mais il n’est pas entièrement convaincu. En même temps, il découvre la pensée de Saint-Simon : « Je me sentis saisi d’une vive émotion en lisant pour la première fois dans un vieil exemplaire acheté sur les quais ces vues larges et éloquentes sur l’avenir de l’industrie, sur le gouvernement économique et sur le renouvellement de l’enseignement. Même sans partager les vues mystiques des auteurs, il est clair que ce livre contient un programme positif et une abondance d’idées neuves qui ne peuvent qu’enthousiasmer les jeunes esprits. J’ai écrit et noté bien souvent que ce qu’il y a de plus original et de plus durable dans Karl Marx est entièrement emprunté aux saints simoniens ».3 Nous pouvons ici souligner une première caractéristique qui l’opposera à Germain-Martin : Rist s’enthousiasme pour une économie en expansion, caractéristique de la modernité.

  • 4 Cité par Louis Baudin, Notice sur la vie et les travaux de Louis Germain-Martin, notice académique, (...)
  • 5 Ibid.

5Louis Germain-Martin, lui aussi, insiste sur ses origines provinciales et sur ses premières expériences. Auvergnat, né au Puy dans une famille liée à la vie locale, il fait d’abord des études d’histoire et il obtient le diplôme de l’École des chartes. Par recommandations, il devient secrétaire du Musée social, à Paris, en 1897. Il y rencontre d’autres professeurs d’économie politique, dont C. Gide, des industriels comme Jules Siegfried. Là, il élabore ce qu’il appellera plus tard sa philosophie sociale « pacificatrice qui associe l’intérêt pour les réformes sociales assurant la paix sociale et le renforcement des pouvoirs patronaux »4 Ses préoccupations sociales s’associent à l’intérêt pour la petite entreprise et l’artisanat, dont il admire l’efficacité pratique, ainsi qu’en témoigne sa description de la demeure d’un tisseur passementier de la région du Velay en Haute-Loire : « Deux métiers sont installés dans la cuisine voisine d’une seule chambre à coucher, de la forge et de l’écurie. Au-dessus de ces pièces, sont situés une grange et un fourniol qui est un réduit pour les domestiques. Dans ce petit local, cet ouvrier cultivateur a réalisé des économies : de beaux louis dans un vieux bonnet et quatorze cents livres de créances sur les voisins ; mais il laisse son mobilier en mauvais état, mange surtout du porc et des pommes de terre, ne boit pas de vin et n’a pour tout objet de luxe qu’une pendule en émail avec sa cage ».5 A travers cette description transparaît la sympathie de l’auteur pour un fonctionnement économique archaïque, qui a le mérite de faire vivre les gens dans l’autonomie, tout en écartant les défauts et la dépendance du salariat. L’hostilité au salariat de Louis Germain-Martin en fait un défenseur d’un libéralisme marqué par le passé.

6Ses premières œuvres montrent à quel point sa prise de conscience du problème social se fait sous l’influence des monographies et de l’école de Le Play. C’est en tant que diplômé de l’École des chartes, en 1894, qu’il écrit ses premiers livres sur l’histoire des corporations, des monographies locales sur les papeteries d’Annonay, sur la corporation des bâts et harnachements, etc. Il commence donc par des études descriptives, sur des sujets de proximité, avec un goût déjà marqué pour l’esprit des corporations. Après l’agrégation d’économie politique, il est nommé successivement à l’université de Dijon où il reprend sa tradition des descriptions locales, puisqu’il publie sur l’économie rurale de la Côte-d’Or. Lors de ses missions en Égypte, il reproduit la même démarche monographique en étudiant le bazar du Caire, les corporations locales, les petits métiers. On est jusqu’alors en présence d’un jeune professeur provincial habitué à écrire des monographies, de simples descriptions, sans manifester de grandes prétentions théoriques. Sa seule incursion en politique est sa fonction d’adjoint au maire de Dijon, mais là encore il manifeste un souci du concret, une attention aux questions locales.

7Par conséquent, le seul point commun pour ces deux libéraux de la même génération, est le fait d’avoir choisi de passer l’agrégation d’économie politique parce qu’ils sont sensibles aux questions sociales. Mais on voit bien, dès le départ, que l’un est influencé par l’école de Le Play et se contente de monographies descriptives. Charles Rist, lui, se pose très vite des questions d’économie pure. Il lit l’œuvre de Walras, il assimile l’œuvre des marginalistes autrichiens (Menger). Il a d’ores et déjà beaucoup plus d’exigences théoriques.

8Nommé à Paris en 1913, Charles Rist, qui parle couramment l’allemand, est appelé à participer à l’équipe du germaniste Lichtenberger, professeur en Sorbonne. Ce dernier a l’idée d’organiser une équipe de spécialistes des questions allemandes qui se procureront la presse allemande au travers des États neutres, en particulier la Suisse. L’analyse méthodique des informations parues dans la presse allemande permet ainsi d’informer l’état-major sur l’état économique de l’Allemagne. Rist publie, en 1920, son travail personnel, sous le titre Les finances de guerre de l’Allemagne. Ses lectures lui ont permis d’expliquer à l’état-major que l’Allemagne avait les moyens d’assumer une guerre longue.

  • 6 C. Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, p. 987.

9Dans l’immédiat après-guerre, cette connaissance des mécanismes de l’économie lui donne une position relativement lucide sur le problème des réparations : « une indemnité de guerre ne pouvait se payer que par une exportation de marchandises et elle était limitée par la capacité d’absorption de ces marchandises par le pays vainqueur »6. Cette argumentation est reprise ensuite par Keynes dans son livre sur Les conséquences économiques de la paix, mais Rist est heurté par les aspects anti-français des positions keynésiennes.

10C’est aussi la Première Guerre mondiale qui permet à Germain-Martin d’arriver à Paris et d’acquérir un rôle national. Il rejoint le monde des radicaux modérés dont il obtiendra l’appui en particulier celui de Clementel, élu auvergnat comme lui, de Painlevé, de Ribaud et de Loucheur. En 1916, Louis Germain-Martin crée un service d’Études économiques de l’information, et en 1917, il est nommé professeur à la faculté de droit de Paris. À partir de cette date, commence pour lui une carrière d’expert, liée à une réflexion sur les déséquilibres nés de la guerre. Ministre des Finances au temps de la grande dépression, il est pour les contemporains celui qui a refusé la dévaluation et a mené pendant cette première moitié des années 1930 la politique de déflation.

B. DEUX LIBÉRAUX AUX ANALYSES OPPOSÉES

  • 7 C. Rist, La déflation en pratique, Paris, Giard, T éd., 1924, 2e éd, 1927.

11Charles Rist, lui, contrairement à Germain-Martin, est hostile à la politique de déflation. Dès 1924, dans un recueil d’articles La déflation en pratique7, il s’efforce de démontrer que toutes les politiques de déflation opérées après la guerre ont dû être suspendues par suite des conséquences économiques intolérables qu’elles avaient entraînées. La France doit donc éviter cette solution et le seul moyen d’action efficace est le rétablissement de l’équilibre budgétaire. Rist avait été partisan de la stabilisation-dévaluation du franc en 1926.

  • 8 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie, 1re éd., p. 324.

12Le rôle de Rist en tant qu’expert est fondamental, ce qui explique que ses conceptions de la monnaie soient au cœur de la période de l’entre-deux-guerres. Il critique l’habitude d’appeler monnaie tous les instruments de paiements car selon lui, si les monnaies scripturales et les monnaies de compte servent d’outil de paiement, certaines fonctions leur échappent. La véritable monnaie a les fonctions classiques d’instrument des échanges, de mesure des échanges et de réserve de valeur. Tout outil de paiement qui ne remplit pas les trois fonctions, n’est pas une véritable monnaie. Rist estime que le cours légal a gravé dans les esprits l’idée fausse que le billet est une monnaie8. En fait, explique-t-il, le papier monnaie remplit mal la troisième fonction de la monnaie, celle de réserve de valeur. Or c’est une fonction essentielle dans la mesure où elle est au service de la stabilité monétaire. Au moment où le problème de la stabilité monétaire arrive au premier plan, il insiste sur cette fonction. Rist reste donc attaché à l’or. Pour lui, la monnaie est un outil de liberté qui doit rester hors de portée des gouvernements et à cet égard l’or mérite la préférence que le public des années 1920 ou 1930 lui témoigne encore. L’or met, par ses limites quantitatives, « un frein aux excès des hommes ». De la même façon, la thésaurisation est une soupape nécessaire et la thésaurisation de l’or est évidemment plus efficace que celle du papier monnaie, plus vulnérable à la dévalorisation.

  • 9 Émile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France et le témoignage de Charles Rist lui (...)
  • 10 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie depuis Law jusqu’à nos jours, P (...)
  • 11 C. Rist, « Notice biographique », art. cit., p. 1028.
  • 12 Ibid., p. 1031.

13Charles Rist est donc un partisan nuancé de la théorie quantitative qu’il appelle la théorie de Baudin.9 En 1938, dans son ouvrage sur L’histoire des doctrines monétaires depuis Law, il fait le point sur ses conceptions monétaires10. Il a toujours été hostile à la déflation source de blocage économique. En réalité, l’or contribue à limiter les phénomènes d’inflation comme les phénomènes de déflation en empêchant toute création gratuite de monnaie par l’État11. Mais il inclut, dans sa réflexion, ce qu’il appelle les prévisions sur l’avenir, on dira plus tard les anticipations des agents économiques. L’or est un élément d’apaisement psychologique indispensable à l’équilibre social et économique. Il limite l’incertitude qui pèse particulièrement sur les revenus modestes, incertitude qui « a fini par déséquilibrer les esprits et par les incliner vers les solutions les plus absurdes ou les plus violentes. Méconnaître ces problèmes moraux qui se rattachent à la monnaie, c’est méconnaître les problèmes les plus importants de l’économie »12.

  • 13 Ibid., p. 1030.

14Contrairement à Germain-Martin, il n’exclut pas systématiquement l’idée de dévaluation. Dans certains cas, elle est même absolument indispensable, « non pas seulement pour ajuster le niveau des prix et des changes entre les différents pays mais pour fournir au papier monnaie créé par la guerre la base métallique sans laquelle la confiance du public les abandonnait »13. En revanche, au début des années 1930, il sera, comme Germain-Martin, un adversaire de la dévaluation.

  • 14 De La Morandiniere Julliot, « Discours lors des funérailles de L. Germain-Martin », Institut de Fra (...)

15Louis Germain-Martin, lui, réaffirme les bases du libéralisme traditionnel. Élu député de Lodève en 1928, il s’inscrit au groupe de la gauche radicale et fait une carrière politique. Il devient sous-secrétaire d’État puis ministre aux Postes et Télégraphes. En 1930 il est ministre du Budget, en 1931 ministre des Finances, où on le retrouve en 1932 et en 1934-1935. Attaché aux idées libérales, il a été promu par les institutions du groupe de pression construit au xixe siècle. L’Académie des sciences morales et politiques l’élit en 1927 : il devient vice-président de la Société d’économie politique, et codirecteur du Journal des économistes. À cette position de pouvoir intellectuel, s’ajoute désormais le pouvoir politique. Mais sa double formation d’économiste et d’historien l’écarte du dogmatisme : « les doctrines a priori sont le plus souvent des formules de mot qui ne correspondent pas à la réalité »14. Il a le souci de s’incliner devant les faits, d’être pragmatique.

16Nous avions jusqu’alors souligné l’opposition entre le Journal des économistes présenté comme le refuge d’un libéralisme « pur », devenu conservateur, et la Revue d’économie politique lieu d’expression libre de toutes les écoles de pensée, la revue des professeurs d’économie politique des facultés de droit. En réalité, le conflit entre ces deux revues s’est atténué et un libéral traditionnel comme Germain-Martin prend la direction de la Revue d’économie politique.

  • 15 Paul Meynial, « La conjoncture économique aux États-Unis », Revue d’économie politique, 1927, p. 15 (...)

17Les attitudes traditionnelles sur la monnaie y sont réaffirmées. Puisque ce sont les prix qui ajustent les marchés, la monnaie dont la valeur est liée à la théorie quantitative, joue un rôle secondaire. Mais il est imprudent de modifier un instrument de mesure. À l’occasion de l’analyse de l’économie américaine, Germain-Martin refuse même les techniques dites de la monnaie dirigée. À partir de 1927, la Revue d’économie politique confie à l’un de ses membres, Paul Meynial, une rubrique annuelle consacrée à l’étude de la conjoncture économique aux États-Unis. Le chroniqueur explique que l’année 1926 est, selon lui, la première année de prospérité depuis la guerre. L’activité économique s’est alors développée « avec une magnifique régularité, épargnée par les mouvements désordonnés qui agitent les économies européennes »15. Meynial se fixe pour objet de montrer quels progrès les États-Unis ont fait dans le sens d’une organisation plus harmonieuse de leur économie, comment ils ont réussi à maintenir le niveau des prix, comment ils ont réussi à maintenir également une heureuse distribution du crédit et à élever le niveau de vie des ouvriers tout en accroissant l’efficacité du travail. Il est frappé par le fait que les États-Unis ont réussi à éviter les fluctuations cycliques alors que la France est obsédée, aux mêmes dates, non pas par la qualité de sa reconstruction mais par les fluctuations de sa monnaie par rapport à la livre sterling. Il l’attribue au rôle conjoint de la Federal Reserve Bank et des chefs d’entreprise et il attire l’attention des lecteurs de la Revue d’économie politique sur le problème de la monnaie dirigée.

  • 16 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, décembre 1927, p. 363-385.
  • 17 Firmin Roz, Les grands problèmes de la politique des États-Unis, Paris, Colin, 1932, p. 108.

18Or, le 5 décembre 1927, Germain-Martin fait, devant la Société d’économie politique16, une conférence qui attire un très nombreux public sur ce même thème. Pour les libéraux, Germain-Martin est à cette date considéré comme l’un des meilleurs économistes français. Comment analyse-t-il la monnaie dirigée ? La monnaie dirigée est un outil découvert empiriquement par les Américains le 13 décembre 1913, grâce au Federal Reserve Act. Ils s’étaient dotés d’un système de sécurité dans le domaine du crédit. Pour éviter de manquer de monnaie disponible en cas de panique financière, les banques s’étaient préoccupées de créer en commun un fonds de réserve. Chaque banque d’État devait utiliser 6 % de son capital propre pour contribuer à la formation du capital de la Banque fédérale de réserve du district dont l’État faisait partie. Ce fonds de réserve devait leur permettre d’échapper à l’emprise « des rois de la finance »17 en cas de pénurie monétaire. Le Federal Reserve Board dirigeait ces banques fédérales de réserve. Or, en 1921, il s’aperçoit que ses achats de valeur ou de titres sur les marchés ont sur le mouvement des prix des conséquences qu’il n’avait pas prévues. En effet, en achetant des valeurs, il augmente le crédit du compte des banques nationales affiliées. Ces banques nationales voyant qu’elles ont des crédits plus larges consentent des prêts plus importants et augmentent à leur tour la masse de monnaie en circulation. De ce fait, elles produisent une nouvelle abondance monétaire et, à terme, une baisse du taux d’escompte et une hausse des prix.

19Germain-Martin se demande alors dans quelle mesure on peut, sans danger et avec efficacité, utiliser un tel instrument qui permet d’agir sur le mouvement des prix. Sa réponse est nuancée. D’une part, il est dangereux de supprimer le mouvement des prix puisque c’est l’indicateur le plus précieux dont disposent les agents économiques. Comment, sans lui, les entrepreneurs comprendraient-ils les mouvements du marché ? Mais d’un autre côté, les fluctuations cycliques peuvent causer de graves troubles économiques et sociaux. Germain-Martin, devant ce problème, pense qu’on ne peut pas renoncer à utiliser la technique étudiée. Entre l’inconvénient de masquer un indicateur et l’avantage d’atténuer les fluctuations, on peut utiliser cette technique de monnaie dirigée, mais à condition de s’en tenir à des limites rigoureuses. Et il insiste sur les conditions restrictives. On utilisera cette technique de monnaie dirigée après concertation internationale et dans des cas strictement définis. On l’utilisera uniquement auprès des pays disposant à la fois d’un stock d’or suffisant et d’un institut d’émission centralisé. On cherchera seulement une atténuation et non une suppression des fluctuations.

20On a là le cas limite d’intervention par l’outil monétaire que peuvent accepter les économistes traditionnels. La très bonne réception faite à la conférence de Germain-Martin est significative de la façon dont les orthodoxes admettent l’utilisation extrêmement limitée d’un outil utilisé dans le monde nord-américain, et dont ils reconnaissent l’efficacité pour atténuer les fluctuations monétaires.

II. DEVANT LA CRISE

A. LA POSITION DES EXPERTS

  • 18 C. Rist, « La France économique en 1931 : Avant-propos », Revue d’économie politique, p. 513-517.

21Rist impute la crise de 1929 à la surévaluation de la livre sterling liée à son retour à la parité d’avant-guerre, en 1925. En dévaluant à temps, comme pour le dollar, on aurait conjuré la dépression internationale de 1930 à 1935. Il exprime sa pensée dans la Revue d’économie politique en 1932, dans le « Tableau de la France en 1931 »18. Deux facteurs ont atténué la crise en France : l’afflux d’or, « qui n’a cessé de renforcer, au cours de l’année 1931, la liquidité de notre économie » et les mesures de protection douanière qui ont limité l’importation... de la baisse des prix. L’entrée des matières premières en franchise a cependant provoqué une baisse des prix et du coût de la vie de 6 % alors qu’à l’étranger, la baisse a été de 25 à 45 %. Il note en 1932 : « la France risque de devenir un pays cher ». Il constate la hausse du chômage. Il ironise aussi : « le mot d’économie dirigée séduit aujourd’hui beaucoup d’esprits [...]. Chose curieuse, c’est au moment où les États se montrent les moins capables de mettre en ordre leurs propres budgets, qu’on leur demande d’intervenir pour contrôler l’équilibre des entreprises privées ».

22De descriptions précises et justes, Charles Rist passe à des prescriptions classiques : protectionnisme sélectif et temporaire, non-intervention dans la production, équilibre budgétaire. La théorie sous-jacente est que le budget « est un intermédiaire, à travers lequel une certaine distribution des revenus s’effectue, par les soins de l’État. Mais la somme des revenus provient exclusivement du travail national. La réduction des dépenses laisse simplement entre les mains des particuliers des revenus, qui sans cela eussent été remis à l’État. Le pouvoir d’achat total du pays reste le même ». On est loin de Keynes.

23Dans ce même contexte, Germain-Martin, lui, est appelé au pouvoir. Pragmatique, il est amené à intervenir en faveur d’entreprises défaillantes : la Banque nationale de crédit, la Compagnie générale transatlantique (en 1931). Il réussit, en 1932, une conversion de la rente au taux de 4,5 %, alors que certaines rapporteraient 7 %. Sa fierté en 1932, à la veille de la chute du gouvernement Herriot, est d’avoir fait remonter l’encaisse de la Banque de France à son maximum : 4 914 tonnes d’or. Quand il revient au pouvoir, après le 6 février 1934, la situation s’est aggravée. Les caisses sont démunies. Ses premières actions sont de placer un emprunt à l’étranger, de réduire les dépenses budgétaires et, grâce à la confiance des épargnants, de maintenir l’encaisse-or de la Banque de France.

24Au-delà des mesures ponctuelles, ce qui caractérise son action, c’est la mise en œuvre de la politique de déflation : réduction des dépenses de l’État, des pensions, des traitements des fonctionnaires, des impôts directs. Et il se bat – conformément à sa logique – contre tout projet de dévaluation qu’il assimile à une politique d’inflation ; et cela même après les deux dévaluations de la livre sterling et du dollar, qui font de la France, comme l’avait prévu Rist, un pays cher. Pourquoi ? En face d’une observation scrupuleuse des faits, en face d’une bonne connaissance des indices, nous retrouvons l’action d’une grille particulière de pensée projetée sur le monde : certains aspects de la crise sont assainissant. Les prix avaient été artificiellement surélevés à l’étranger par la surévaluation de la livre en 1925, et par les abus du crédit aux États-Unis. La baisse des prix est donc normale ; il faut l’accentuer. Pour cela, conformément à la théorie quantitative de la monnaie, il faut diminuer la quantité d’outils monétaires en circulation, et restaurer une juste proportion avec l’or. La déflation sauve ainsi le pouvoir d’achat des unités monétaires. Cette explication par la grille de pensée ne suffit pas. Il faut ajouter que cette politique est conforme aux intérêts des prêteurs, des épargnants petits ou grands, des détenteurs de patrimoine qui ont élu Germain-Martin. Il les analyse comme acteurs essentiels de la vie économique, mais il estime aussi qu’il en est le mandataire. Voilà un homme politique qui veut faire la politique économique pour laquelle il a été élu. Les aspects politiques et économiques se recoupent.

25Or la crise s’aggrave. Aux yeux de l’opinion, les experts, économistes des facultés de droit, en sont responsables

B. LA PERCEPTION DE LA CRISE

26Pourtant, avec les outils statistiques du temps, la crise a été perçue ; on peut dire qu’il s’agit d’une crise prévue, tôt perçue, mais pas analysée de façon habituelle.

  • 19 Clément Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre, aux (...)
  • 20 Jean Lescure, op. cit., éd. 1938, p. 656.
  • 21 March Lucien, « Le mouvement des prix et l’activité productrice », Bulletin de la statistique de la (...)
  • 22 Jean Lescure, op. cit., éd. 1938, p. 657.

27Une crise prévue ? La dernière crise a eu lieu en 1921. On sait depuis les travaux de C. Juglar, en 186219, que tous les 8-10 ans des crises rythment le mouvement des affaires. On est en 1929. Si des perturbations s’annoncent dans les différents indices de prix dont on dispose, on considère qu’il s’agit d’un phénomène normal. Or la France dispose déjà d’un appareil statistique. Jean Lescure nous expose sa précocité par rapport à ceux du reste du monde. Dès 1908, le Bulletin du ministère du Travail et le Bulletin de législation comparée du ministère des Finances publient des indices mensuels de prix sélectionnés. En 1911, est publié un Rapport sur les indices des crises économiques et sur les mesures financières propres à atténuer le chômage résultant des crises20. Chaque trimestre, le Bulletin de la statistique de la France publie de nombreux graphiques d’indices21. La crise va compléter cette panoplie : à partir de 1930, Jean Dessirier édite une revue mensuelle, La conjoncture économique et financière, proposant une centaine de graphiques par mois22. Selon Lescure, les chiffres vrais sont d’ailleurs souvent plus suggestifs que des indices globaux, aux pondérations difficiles à contrôler, utiles seulement pour les analyses globales de mouvements. En fonction de son analyse qui fait intervenir ce qu’on appellera plus tard les anticipations des entrepreneurs, il voudrait susciter le relevé du mouvement des profits. Cet ensemble de chiffres vrais permet « l’auscultation de la conjoncture, favorise le diagnostic du médecin ». Ces comparaisons organicistes montrent l’influence de la méthode expérimentale de Claude Bernard, sur la formation des économistes universitaires.

  • 23 Jacques Rueff et Roger Picard, « l’assurance chômage actuelle, cause du chômage permanent », Revue (...)

28Contrairement à ce qu’affirme Sauvy, la crise a été tôt perçue. Chaque année, la Revue d’économie politique publie un « Tableau de la France économique » de l’année précédente. Or, dès 1930, les indices de baisse des prix de 1929 sont analysés. Et dès 1931, la montée du chômage en 1930 préoccupe les rédacteurs de la revue. Elle suscite même la célèbre polémique entre le polytechnicien libéral, J. Rueff, et le professeur d’économie socialisant, Roger Picard, sur le thème « l’assurance-chômage est-elle la cause du chômage permanent »23. Selon Rueff (en mars 1931), les salaires sont trop hauts par rapport aux prix. C’est leur non-flexibilité à la baisse, liée aux rigidités syndicales, qui empêche le chômage de diminuer. « La baisse des salaires est nécessaire et suffisante pour rétablir l’équilibre économique ». Les courbes de salaires et celles du chômage se superposent. Il faut donc supprimer l’assurance-chômage qui s’oppose à la baisse. Roger Picard, à la lumière de faits concrets, réfute la démonstration, et en dénonce le caractère politique ; il refuse autant la démonstration que la politique sociale qu’elle induit.

29Donc, il s’agit d’une crise prévisible normale, réactivant les solutions libérales classiques. Les indices ont permis de la déceler très tôt. Le thème de la crise tardive en France, cher aux manuels du secondaire des années 1970-1980, n’existe pas chez les économistes contemporains. La crise est perçue dès le début.

30Mais est-ce bien une crise normale ?

31En général on le pense ; le krach boursier est un révélateur, non un déclencheur. Ses dimensions ne sont pas significatives : dès 1927, les libéraux et Germain-Martin lui-même s’étaient inquiétés des abus du crédit aux États-Unis : crédit à la spéculation, crédit à la consommation. Les interventions du Federal Reserve System, qui pratique l’achat ou la vente de titres pour agir sur la quantité de monnaie disponible, ne suffiront pas à endiguer ce non-respect des lois.

  • 24 Maurice Ansiaux, « Les caractères nouveaux du cycle actuel », Revue d’économie politique, 1931, p. (...)
  • 25 Ibid.

32Pourtant, dès novembre 1931, dans la Revue d’économie politique, Maurice Ansiaux analyse « les caractères nouveaux du cycle actuel »24. L’abus du crédit, la baisse du métal argent n’expliquent pas tout. La concentration des entreprises a introduit des rigidités nouvelles : trusts et cartels empêchent la flexibilité des prix à la baisse. Or, les prix sont le régulateur de l’activité économique. Leurs mouvements orientent les entrepreneurs vers les activités les plus rentables, et les plus conformes à la demande solvable des consommateurs. De plus, la guerre de 1914-1918 a modifié la carte économique mondiale : « l’industrialisation croissante des contrées exotiques » a perturbé les échanges mondiaux habituels. « Il n’y a plus d’exécutoire pour les industries sur outillées des vieux pays ». Des économies nationales s’affrontent au lieu de se compléter. Ces facteurs historiques (exogènes) vont aggraver la crise. Ansiaux est frappé par l’existence de ces « faits nouveaux », apparemment durables, que Wagemann nomme les « changements de structure ».25

33La crise est donc perçue, tôt perçue, et perçue comme plus grave que les crises normales. Les économistes universitaires ont fait leur travail d’observateurs. Mais est-ce à eux qu’il appartient de prescrire les remèdes effectivement choisis ? Face à ces perceptions non conventionnelles de la crise, on peut s’étonner du caractère très conventionnel des solutions adoptées ; c’est là notre deuxième question.

C. L’HÉSITATION SUR LES REMÈDES

34On sait la prédominance des solutions traditionnelles dans la première moitié des années 1930. Or, un court moment, la politique de déflation semble réussir. Les analyses d’A. Sauvy sont présentes à la mémoire de tous les historiens économistes. Rappelons-les : après avoir établi d’autres indices, Sauvy détecte une « reprise paradoxale » en 1935. La déflation aurait-elle eu des résultats positifs ? Non, nous explique Sauvy. Mais l’histoire a fait une espièglerie aux hommes politiques du temps. Pour de simples raisons techniques (équilibrer le budget, sans recourir à un nouvel emprunt), le libéral chef de gouvernement Flandrin, en accord avec Germain-Martin, a lancé des bons d’État et les a fait escompter par la Banque de France. Ce faisant, il a augmenté le volume des signes monétaires ce qui, ajouté au fait que « l’invisible » baisse des prix était plus forte que la visible baisse des revenus, a provoqué une relance due à une augmentation inaperçue du pouvoir d’achat. L’interprétation de Sauvy – très convaincante – n’est possible, on le comprend bien, que grâce à une autre grille de pensée. Elle ne se réduit pas à la libre disposition de bons indices.

35Nous entrevoyons mieux, alors, pour quelles raisons sociologiques les attitudes traditionnelles des contemporains devant la crise, experts ou pas l’ont emporté. À une relance par la demande qui privilégierait les salariés, les emprunteurs, les entrepreneurs dynamiques – que la crise avait souvent éliminés –, les dirigeants du temps ont préféré la défense de la monnaie, sa stabilité croyaient-ils. Ils voyaient une société où le nombre des ouvriers et le nombre des petits patrons étaient le même, où l’on épargnait individuellement pour assurer sa retraite, où un monde paysan important, enraciné dans un patrimoine, était plus soucieux de stabilité que de dynamisme. C’est en fonction de ce monde-là qu’ils se sont déterminé ; politique peu efficace dans le long terme, on l’a vu, mais pas dénuée de logique sociale et politique immédiate.

  • 26 Henri Truchy, Cours sténographié de M. Le professeur Truchy : la reconstruction économique de l’Eur (...)
  • 27 Entretien avec M. Jeanneney.

36Confrontés à cette politique de terrain, les jeunes ingénieurs, les élèves des grandes écoles, rejoints assez vite par un certain nombre de chefs d’entreprise s’insurgent. Ils imputent à l’enseignement trop littéraire des facultés de droit la persistance d’un libéralisme de principe sans efficacité ; ils proposent les linéaments d’une économie dirigée éclairée par les outils mathématiques et statistiques. Le jeune polytechnicien Jacques Rueff qui associe, lui, la connaissance des mathématiques au libéralisme, est relativement isolé. Le procès de l’enseignement des facultés de droit est alors lancé. Il faut ajouter qu’en première année, à Paris, c’est un libéral, Truchy, qui forme encore les publics massifs26. Même s’il relativise le libéralisme, en rappelant l’histoire des doctrines, même s’il fait une place importante à la statistique, et qu’il évoque l’économie mathématique, même enfin, si le quart de son manuel est consacré au bilan des lois sociales et à l’assurance sociale, il n’en fait pas moins figure de libéral traditionnel. Certains étudiants plaisantent les professeurs qui « se perdent dans les marécages de l’économie politique »27. Les recherches novatrices des professeurs d’économie des facultés de droit sont limitées, dans leur diffusion, au petit nombre des doctorants. Cela s’ajoutant aux positions officielles de deux experts connus explique que l’image sociale des facultés soit confondue avec un retour à une pensée traditionnelle, inefficace et fermée à l’innovation.

III. LES MODES DE PERCEPTION DE L’INNOVATION

37Pourtant, l’innovation passait par des canaux complexes. Il faut la redéfinir rapidement : sous ce terme, on désignait pêle-mêle, le marginalisme, l’économie pure, l’économétrie, l’économie dirigée, le keynésianisme.

38Ces aspects de l’innovation étaient connus dans les facultés de droit, à l’École pratique des hautes études et à l’École libre des sciences politiques. Des réseaux informels complétaient leur propagation et les partisans libéraux de l’économétrie ne faisaient l’objet d’aucun ostracisme.

A. L’INNOVATION ET L’UNIVERSITÉ

39Dans l’enseignement de masse, la méthode mathématique, les finances publiques et les crises ont une place, mais limitée.

  • 28 Camille Perreau, Cours d’économie politique, tome I, p. 22-23.
  • 29 Ibid, p. 24.

40Les méthodes mathématiques sont ainsi présentées dans l’enseignement de premier cycle, dès 1912, dans le manuel très diffusé de Camille Perreau : « Ce qui caractérise la méthode de l’école mathématique, c’est l’application à la science économique des procédés de raisonnement et de notation, figures et formules usitées dans les mathématiques. Certains concepts d’ordre économique, ce qui éveille dans l’esprit l’idée de rapport quantitatif, tels les concepts de valeur et de prix, paraissent susceptibles de comporter l’emploi de cette méthode. Elle serait même, au dire de ses partisans, fort supérieure à la méthode déductive ordinaire. Dans bien des cas, en effet, on peut constater entre des phénomènes économiques un rapport de succession. Il serait téméraire de conclure à l’existence d’un rapport de causalité. Or, l’emploi de la méthode mathématique permet par des moyens précis de tenir compte de ces rapports de succession alors même qu’il sera impossible de vérifier entre les phénomènes une relation de cause à effet, c’est-à-dire de dégager une loi. En d’autres termes, les procédés de notation mathématique permettent de substituer à la notion de cause, la notion beaucoup plus large de fonction »28. Mais après ce paragraphe d’une page, l’auteur énumère des objections. Il ne croit pas à l’idée d’une économie mathématique théorique mais il pense que la mathématique peut aider « par exemple à déterminer à quelle règle obéit le prix d’une marchandise »29. L’auteur pourra ensuite, en faisant varier ces divers éléments, rechercher comment dans chaque cas se comportent les prix. Il arrivera ainsi à formuler des solutions qui auront toutes l’exactitude des solutions mathématiques et qui cependant s’appliqueront à des problèmes d’ordre économique. « Il est vrai que ces solutions seront essentiellement conditionnelles. Elles seront en fonction des données arrêtées par l’économiste mathématicien mais n’en est-il pas ainsi de toute loi dans les sciences morales et même dans les sciences physiques ? » Par conséquent, pour l’auteur, la mathématique peut aider à résoudre des cas particuliers mais ce résultat est tributaire de l’hypothèse sur laquelle l’économiste mathématicien raisonne. Cette méthode n’aboutira « qu’à des solutions approximatives ». Il en conclut que cette méthode doit être réservée aux concepts qui évoquent l’idée de quantité. Dans ces limites, dit-il : « Elle paraît susceptible de rendre des services sinon comme moyen d’investigation, du moins comme moyen de démonstration ou comme procédé de contrôle. Comme moyen de démonstration, par l’emploi de figures géométriques susceptibles de frapper davantage l’esprit, comme procédé de contrôle parce que plus que toute autre forme de déduction, elle permet d’éviter les erreurs de raisonnement ».

  • 30 Ibid., p. 25.

41Selon lui, le plus grave reproche que l’on puisse adresser à cette méthode, c’est qu’elle n’est à la portée que d’un très petit nombre de personnes, en raison de l’étendue des connaissances mathématiques qu’elle suppose, ce qui n’est pas un mince inconvénient pour une science comme l’économie politique dont on ne saurait trop répandre les enseignements30. Par conséquent, en deux pages, l’auteur présente « l’école mathématique » à son public comme une des méthodes possibles. Mais il prône plutôt la méthode d’observation et il est beaucoup plus favorable à la méthode historique et à la méthode statistique qui lui apparaissent comme les sciences auxiliaires de l’économie politique.

  • 31 À signaler que la chaire est occupée par Émile James de 1941 à 1942, puis par Nogaro de 1944 à 1948 (...)

42Les cours de finances publiques témoignent aussi d’une véritable remise en question de l’enseignement traditionnel. Il faut noter que l’enseignement des finances publiques n’appartient pas aux professeurs d’économie politique. Il est confié à des juristes. À la faculté de droit de Paris, une chaire de sciences financières a été créée par le décret du 17 août 1885. Elle a eu comme occupants successifs M. Alglave de 1885 à 1912, Hitier de 1912 à 1923, des juristes qui se limitent aux règles traditionnelles et au droit. C’est seulement à partir de 1923 que cette chaire est confiée à des professeurs issus de la nouvelle agrégation. Edgar Allix occupe la chaire à partir de 1923 jusqu’à son décès en 1938, date à laquelle Nogaro lui succède et occupe la chaire jusqu’en 194131.

  • 32 Voir sur Gaston Jèze, le numéro Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, (...)
  • 33 Maurice Duverger, Finances publiques, Paris, PUF, 1984, p. 30.
  • 34 Ibid., p. 5.
  • 35 Ibid., p. 3.
  • 36 Henri Laufenburger, Témoignage in L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, Editions Domat-Montchres (...)

43Gaston Jèze et Bertrand Nogaro ont modifié l’enseignement des finances publiques. Gaston Jèze le renouvelle32. Fondateur de la Revue de science et de législation financière, il est considéré comme le véritable fondateur de la science des finances en France33. Face aux traditionalistes, il est le premier à poser que les problèmes financiers sont « des faits de répartition des charges entre les individus »34. Il est donc particulièrement conscient qu’à travers le système d’impôt, il y a la recherche d’« une répartition plus équitable des charges entre les individus qui composent un État »35. Il est ainsi essentiel d’étudier les finances en s’inquiétant des buts sociaux poursuivis par les gouvernements ou en s’inquiétant des conséquences sociales des choix financiers. Bertrand Nogaro, succédant à Allix, a consolidé « le pont entre le droit financier et l’économie financière »36. On trouve les théories de Bertrand Nogaro en matière de finances publiques dans son ouvrage sur Les problèmes contemporains de finances publiques. Comme Jèze, il estime que l’étude du budget ne doit pas être réduite à la notion de technique de financement des dépenses publiques. Le budget est un outil de redistribution des revenus. Cette relation apparaît même dans son petit manuel à l’usage des étudiants des deux premières années des facultés de droit, les Éléments d’économie politique. C’est la première fois qu’il y a ainsi une véritable rénovation de la pensée financialiste en direction de publics massifs. Bertrand Nogaro devient le conseiller économique du parti radical pendant une dizaine d’années. Ainsi, avant même que la rénovation des attitudes en matière de finances publiques vienne véritablement à l’ordre du jour dans le monde politique, les facultés de droit ont préparé le mouvement.

  • 37 Gaétan Pirou, La crise du capitalisme, Paris, Sirey, 1934, 140 p.
  • 38 Bertrand Nogaro, La crise économique dans le monde et en France, Paris, Librairie générale de Droit (...)
  • 39 Jean Lescure, Des crises générales périodiques de surproduction, Paris, Domat-Mont-chrestien, 4e éd (...)

44Les universitaires ont aussi beaucoup publié leur enseignement ou leurs réflexions sur la crise. Nous avons opéré un choix parmi ces publications en fonction de l’importance qui leur a été attribuée en leur temps. Certains ouvrages passent en revue les solutions envisagées en 1934 ou en 1936, en cherchant à en déterminer les avantages et les inconvénients. C’est le cas des livres de Gaétan Pirou37 ou de B. Nogaro38. Mais pour les contemporains, le vrai spécialiste des crises, c’est Jean Lescure, plus connu qu’Aftalion39. Dès 1906, il a proposé une théorie des crises de surproduction. En 1932 et 1938, son livre en est à la 4e et 5e réédition. Or, dans la dernière édition, il évoque les grands travaux comme remèdes aux crises.

  • 40 Ernest Teilhac, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers Maurice Clarck », Revue d’ (...)
  • 41 Frisch Ragnar, « Pour mesurer l’utilité marginale, méthodes nouvelles », Revue d’économie politique (...)

45Dans le domaine plus théorique, en direction des professeurs d’économie des facultés de droit, la Revue d’économie politique a informé sur les innovations. Les marginalistes et le marginalisme ont fait l’objet de nombreux articles : dès 1930, Teilhac présente « l’œuvre de J. M. Clark », Roche-Agussol, « l’œuvre scientifique de F. Von Wieser »40. En 1932, un article de Frisch « pour mesurer l’utilité marginale »41, etc. Gaétan Pirou, professeur à Paris, consacre ses séminaires des Hautes Études à diffuser la pensée des marginalistes autrichiens et américains, dès le début des années 1930, devant un public de chercheurs et d’agrégatifs d’économie. Il crée même une collection particulière chez l’éditeur Sirey, Études, pour diffuser l’innovation économique dans le public français. Nous rappelons le rôle de Rist, Roche-Agusol Landry, René Courtin et surtout Aftalion dans ce domaine.

  • 42 François Bompaire, « l’économie mathématique d’après l’œuvre comparée de ses représentants les plus (...)
  • 43 Étienne Antonelli, « Le centenaire de Walras et la publication de sa correspondance scientifique », (...)
  • 44 Georges Lutfalla, « La fondation de la société d’économétrie », Revue d’économie politique, 1931, p (...)
  • 45 François Divisia, « l’économique rationnelle de M. Guillaume », Revue d’économie politique, 1938, p (...)

46Quant à l’économie mathématique, elle est aussi l’objet d’une information dans la Revue d’économie politique. En 1932, un article de Bompaire étudie l’œuvre comparée de Cournot, Walras, Pareto42 ; en 1934, Antonelli y commémore le centenaire de Walras43. Les lecteurs de la revue sont informés de la fondation de la Société d’économétrie dès 193144, et G. Lutfalla fait un compte rendu régulier des réunions européennes de la société. Ceux qui se dénommeront plus tard ingénieurs économistes, R. Roy, F. Divisia, les frères Guillaume, dont l’œuvre intéresse beaucoup X-Crise, s’expriment et polémiquent même entre eux dans la revue45.

  • 46 Allix, Antonelli, Bousquet, Byé, Courtin, Leduc, Perroux, Philip, Pose, Rist, Trevoux, Econometrica (...)

47Mais cette information reste réservée aux enseignants en place et aux jeunes agrégatifs. Elle n’est pas intégrée à l’enseignement général, au public massif des premières années. Il n’empêche qu’en 1938, sur 55 Français membres de la société d’économétrie, 11 sont des enseignants en faculté de droit46.

  • 47 L’œuvre scientifique d’Albert Aftalion, préface de Gaétan Pirou, Paris, Domat Montchrestien, 1939.
  • 48 L’œuvre scientifique d’Albert Aftalion, préface de Gaétan Pirou, op. cit., p. 9.

48À l’intérieur de la faculté, Aftalion incarne, pour les jeunes agrégés, cette réception de l’innovation. En 1939, ses collègues décident de lui dédier un ouvrage d’hommage47. Ils choisissent uniquement des jeunes agrégés pour écrire les différents chapitres de cet ouvrage. C’est ce que nous explique Gaétan Pirou dans la préface de cet ouvrage : « Ce volume eut pour berceau l’École Pratique des Hautes Études. À la conférence sur l’histoire de la théorie économique, nous avions pendant plusieurs années étudié quelques-uns des économistes étrangers les plus représentatifs en recherchant les points de vue nouveaux qu’ils avaient mis en lumière et en les confrontant avec ceux de nos meilleurs théoriciens français. A tous les tournants de cette investigation, nous avons été amenés à prendre comme point de repère la pensée d’Albert Aftalion. Nous la rencontrions sur notre chemin quand nous parlions de von Wieser, de ses vues sur la valeur et la monnaie, de sa critique du socialisme. Nous la retrouvions quand nous analysions les développements de H.-L. Moore sur la loi du salaire et des cycles, ceux de J. M. Clark sur les variations comparées de la production des outillages et des biens de consommation, ou de W. C. Mitchell sur la dynamique économique. Finalement sans les avoir à aucun moment choisi comme objet principal d’étude, nous avions fait le tour des idées maîtresses d’Albert Aftalion et, mieux peut-être que par une prise de vue directe, nous étions à même d’apprécier l’originalité de son apport et de mesurer l’estime où le tiennent les représentants les plus qualifiés de la science économique dans le monde »48. La première raison ainsi affichée par Gaétan Pirou est qu’en 1939 Albert Aftalion, apparaît comme ayant participé à tous les courants innovateurs du xxe siècle et par conséquent représenté une œuvre scientifique de haut niveau. Les gens choisis pour écrire les différents chapitres de ce livre sont ceux qui participaient à son séminaire des Hautes Études.

B. LA MÉDIATION DE L’ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES

  • 49 Ibid., p. 9.

49Or, suivant la tradition, participaient à ce séminaire les candidats à l’agrégation d’économie politique, du moins nous dit Gaétan Pirou, ceux « qui ne bornaient pas leur horizon au bachotage d’un concours et qui souhaitaient se préparer aussi au travail scientifique »49.

50Le projet est donc venu de ces jeunes agrégatifs de réunir une série d’articles éclairant les différents aspects de l’œuvre scientifique d’Albert Aftalion, montrant ainsi les voies qu’il avait ouvertes. Gaétan Pirou s’est borné dans cette opération « à encourager ce projet tout en engageant ses protagonistes à élargir quelque peu le cadre initial ». Il a donc suggéré « que l’on invitât à s’y associer tous les jeunes économistes des facultés de droit français qui avaient à quelques degrés suivi l’enseignement ou subi l’empreinte de M. Aftalion ». Il rappelle que la génération à laquelle il appartient et qui est intermédiaire entre Aftalion et ceux qui écrivent aujourd’hui a fortement subi, elle aussi, son influence. Le travail de recherche d’Aftalion est désormais scientifiquement reconnu par ses pairs et surtout par les jeunes en cours de formation. Les économistes des facultés de droit s’éloignent du modèle ancien de carrière qui avait longtemps caractérisé les juristes et intègrent la réception de l’innovation et la recherche comme élément valorisant d’une carrière.

  • 50 F. Simiand, Cours d’économie politique professé en 1928-1929, Paris, Domat Montchrestien, 1930, 654 (...)
  • 51 Voir chapitre XII.

51Cette ouverture à l’innovation se fait essentiellement à l’École pratique des hautes études devant un public encore plus restreint que celui du doctorat : celui des candidats à l’agrégation d’économie. L’École des hautes études est le lieu refuge pour la recherche et la réception des découvertes de l’étranger. Landry y enseigne le marginalisme, F. Simiand50 expose l’état de ses recherches et sa tentative pour fonder une théorie dynamique de l’évolution sociale. Gaétan Pirou y fait connaître les grands courants étrangers. Aupetit, le disciple de Walras, y enseigne les bases de l’économie pure. C’est, mis à part les grandes écoles, le seul lieu où, avant 1914, l’économie mathématique peut être étudiée. Information et formation sont donc réservées à des publics restreints et s’adressent plutôt à la génération à venir. Il faut rappeler que les partisans de l’économie mathématique comme Aupetit, que des ingénieurs polytechniciens de Foville, Colson, et Rueff ont également enseigné à l’École libre des sciences politiques.51

C. LES RÉSEAUX INFORMELS

52Il s’agit essentiellement du réseau libéral où les pionniers de l’économétrie ont reçu un accueil favorable quand leurs recherches se plaçaient sous l’égide du libéralisme. Nous avons déjà vu le professeur de l’École polytechnique Colson envoyer Roy au juriste Truchy. En 1931, le réseau fonctionne de la même façon. La méthode mathématique y est acceptée quand elle est en situation de technique auxiliaire, comme le prouve l’attitude de Germain-Martin face à François Divisia. Au moment de la crise, F. Divisia est ingénieur des Ponts et Chaussées, et s’est reconverti vers la recherche et l’enseignement. Il est désormais rattaché au ministère de l’Éducation nationale. Il s’est fait connaître par la publication, en 1926, de L’indice monétaire et la théorie de la monnaie, en 1928 de l’économique rationnelle, l’épargne et la richesse collective. Il contribuera à la fondation de la Société d’économétrie.

  • 52 François Divisia, « l’éternelle question des crises », Journal des économistes, juin 1931, 6e série (...)
  • 53 Ibid., p. 353.
  • 54 Ibid., p. 354.

53En avril 1931, il fait, devant la très libérale Société d’économie politique, une conférence intitulée « l’éternelle question des crises »52. Le vrai problème, selon lui, est de les prévoir, en découvrant leur mécanisme d’explication. Bien sûr, il existe un arsenal théorique. De nombreux livres sont parus dans les années 1920 sur l’explication des cycles. Dès 1895, nous dit-il, on pouvait déjà recenser 280 théories des crises. Mais aucune n’est opératoire « puisqu’elles ne sont que l’expression de quelques lois économiques, que l’on ne songe à mettre en doute ». Ce qu’il faut, c’est « préciser la nature, la forme, l’allure de cette oscillation économique », ce qui implique le recours obligé à l’emploi des mathématiques, puisque depuis Descartes les géomètres ont un moyen simple de raisonner sur la forme des courbes, moyen que le langage ordinaire ne procure pas. Il faut allier l’économie théorique (la théorie de l’équilibre de Walras) avec l’observation. Il faut la remanier, « faire intervenir les changements d’une époque à une autre, pour qu’elle devienne une théorie du progrès économique [...] et comme il paraît difficile de séparer ce progrès des crises qui en marquent les étapes, la synthèse de Walras pourrait bien se transformer quelque jour en théorie des crises générales »53. Quant aux recherches statistiques pour appréhender « les ressorts intérieurs des entreprises », le véritable problème est celui de l’organisation collective de l’observation économique.54

  • 55 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, 6e série, n° 88, décembre 19 (...)

54Cette attitude dans la lignée des grands ingénieurs économistes, et qui est considérée actuellement, comme annonciatrice de l’économie scientifique de la seconde moitié du xxe siècle est très bien reçue. Le livre de F. Divisia sur les indices monétaires est cité de façon élogieuse par L. Germain-Martin, dans sa conférence sur la monnaie dirigée55. L. Germain-Martin, souvent présenté comme caractéristique de l’économie politique la plus rétrograde, est parfaitement au courant de ces recherches. Mais il les réduit à un apport méthodologique, un simple moyen d’établir un indice mesurant le pouvoir d’achat de la monnaie, un simple apport technique au service de la preuve libérale.

55Les économistes français n’ont pas refusé les innovations à cause d’une tare rédhibitoire : le caractère « littéraire » de leur formation. C’est Pareto qui, le premier, a utilisé le mot avec sa connotation péjorative ; aux yeux des ingénieurs polytechniciens, qui, dès le début des années 1930 ont créé la société de pensée X-Crise, comme aux yeux de certains économistes actuels, c’est encore en ces termes que le problème de l’innovation est posé. Il a été défendu, avec la fortune que l’on sait, par A. Sauvy.

IV. EN RÉALITÉ, UN AUTRE PROJET

  • 56 Bertrand Nogaro, « Quelques observations sur la méthode de Walras », Revue d’économie politique, 19 (...)

56Beaucoup plus tard B. Nogaro consacre une partie de son œuvre à réfuter Walras et s’attaque en 1938, dans la Revue d’économie politique56, à sa méthode exprimant un refus militant : la méthode abstraite laisse échapper les comportements réels, gomme le contexte historique, la mathématisation est faible. Mais son vrai grief est l’appui de Walras à la théorie quantitative de la monnaie : la méthode est dénoncée en tant que présentation faussement rigoureuse d’une théorie vieillie, d’une pensée mécaniste que Nogaro a toujours combattue. Le refoulement de Walras est à la fois politique et idéologique.

A. LES THÈMES DE L’ÉCONOMIE DIRIGÉE ET LA PENSÉE DE KEYNES

1. Un débat ancien et récurrent

57Le thème de l’économie dirigée discuté dès les années 1920 ne va s’imposer qu’après la prise de conscience du caractère original de la crise de 1929. Il cesse d’être un objet de publication ou de débat purement accessoire pour devenir la préoccupation dominante des économistes. En témoigne, entre autres, la place prise par ce thème dans la Revue d’économie politique.

58Le thème de l’économie dirigée avait fait l’objet d’un débat au début des années 1920. L’expérience d’économie dirigée pendant la guerre de 1914-1918 avait été vivement contestée en 1920, par C. Gignoux, dans son doctorat (l’arsenal de Roanne avait été mal géré), par Delemer en 1922 dans son Bilan de l’étatisme (les transports, le ravitaillement ont coûté trop cher), par Olphe-Gaillard en 1925 dans L’histoire économique et financière de la guerre (l’État n’a aucune compétence économique).

  • 57 Bertrand de Jouvenel, L’économie dirigée, Paris, Librairie Valois, 1928.
  • 58 Pierre Cot, « Rapport sur la réforme de l’État », Cahiers des Droits de l’Homme, 29 août 1959.
  • 59 André Philip, Henri de Man et la crise doctrinale du socialisme, Paris, J. Gamber, 1928.

59Par contre, dans la deuxième moitié des années 1920, un courant néocapitaliste, avec E. Giscard d’Estaing et Peyerimhoff, commençait à envisager un rôle de l’État négociant avec les organisations patronales dans une harmonisation de la vie économique. Parallèlement, B. de Jouvenel57 et P. Cot58 dans la mouvance radicale, voyaient l’État jouant un rôle de contrepoids utile devant les féodalités économiques tout en respectant l’initiative des entrepreneurs. Enfin, chez les socialistes de la tendance André Philip, le souci de concilier la justice sociale et la rationalisation économique avait ébauché une réflexion qui est à l’origine du courant planiste59.

60Mais la crise de 1929 transforme ces discussions, restreintes au monde universitaire académique ou aux états-majors syndicaux, en larges débats où l’ensemble de ceux qui réfléchissent sur leur époque se sentent contraints de prendre position.

2. Un débat renouvelé

61Après la crise de 1930, les étapes d’émergence du thème de l’économie dirigée peuvent être analysées en deux temps, 1934-1937, et 1938-1939.

  • 60 Jean Dessirier, « L’économie française devant la dévaluation monétaire : secteurs abrités et secteu (...)

62À partir de 1934 jusqu’en 1937, le thème de l’économie dirigée centralise l’essentiel des débats. La Revue d’économie politique avait consacré, en 1934, le quart de ses pages annuelles à une revue des expériences étrangères d’économie dirigée. Elles sont commentées : degré d’efficacité, danger pour les libertés politiques, etc. En revanche, en 1936, le Front populaire fait l’objet d’un seul article de fond de Jean Dessirier, « L’économie française devant la dévaluation monétaire »60.

  • 61 Jean-Marcel Jeanneney, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers : Keynes », Revue d (...)
  • 62 Étienne Mantoux, « La théorie générale de Mr Keynes », Revue d’économie politique, 1937, p. 1559. L (...)

63Cette même année voit paraître le premier des deux seuls grands articles sur Keynes. J.-M. Jeanneney commente la théorie de la monnaie et son apport. L’article avait été écrit deux ans auparavant, sur le conseil de Pirou61. Le compte rendu de la Théorie générale fut fait en 1937 par Mantoux62.

64À partir de la troisième étape, 1938-1939, le ton et les thèmes changent : le ton est plus polémique et plus défensif, les thèmes sont dictés par les ingénieurs de X-Crise qui, depuis plusieurs années, contestent l’efficacité et la scientificité des économistes de la faculté de droit.

65Il faut toutefois signaler que devant la victoire du thème de l’économie dirigée, les libéraux « purs » en viennent à une réflexion sur le bien-fondé d’une politique économique qui, freinant le processus de monopolisation et de concentration, rendrait au libre jeu des libres mécanismes son caractère régulateur. C’est la naissance, avec J. Rueff, Louis Baudin, René Courtin, du courant néo-libéral lors du colloque Walter Lippman en 1938.

66Ainsi, paradoxalement, l’acceptation du thème nouveau de l’économie dirigée rend particulièrement fausse l’accusation des ingénieurs économistes.

B. LE REFUS DE KEYNES ?

67C’est le succès même des thèmes de l’économie dirigée qui occulte l’apport de Keynes. Certes, Keynes reste pour toute une génération le polémiste anti-français, l’anglais hostile aux réparations. L’attitude de Rist à cet égard est révélatrice.

  • 63 Témoignage oral de M. Lévy-Leboyer.

68Mais les plus jeunes s’y intéressent. Bien qu’il ne soit pas encore traduit, on constate un intérêt sérieux pour Keynes chez les ingénieurs économistes : ils polémiquent avec Keynes dans la revue Econometrica, dès 1931-1932 : Georges Lutfalla, qui fait les comptes rendus de ces réunions dans la Revue d’économie politique, s’en fait le fidèle reflet. Ullmo avait déjà compris l’apport de Keynes63.

  • 64 Marc Nouschi, « Georges Boris, analyste de la crise économique », Le Mouvement social, avril 1981, (...)
  • 65 Ibid., p. 74.

69La réception de Keynes commence dans les milieux de la gauche réformiste et chez certains économistes universitaires distants à l’égard du pouvoir politique. Elle est représentée par quelques noms : Georges Boris, lié à la SFIO, et qui initiera Mendès France au keynésianisme ; André Philip, député socialiste, professeur d’économie politique à Lyon. Leurs convictions sont partagées par certains éléments de la CGT réformiste. Ils prônent des « réformes de structure », des « nationalisations industrialisées », voire le planisme. L’attitude de G. Boris a déjà été étudiée64. Il s’exprime dans de petits journaux militants : La Lumière, Marianne, Vendredi. « Une pensée en interrogation sur la crise de 1929 [montrant] la nouveauté des thèmes économiques et politiques radicaux et socialistes [...] cette pensée est en opposition avec les dogmes diffusés par la presque totalité des journaux, pensée différente des leçons enseignées par les maîtres de l’économie [...] déflation équilibre budgétaire, non-intervention de l’État [...]. Hostile au capitalisme parasitaire, celui des rentiers, il [Boris], met ses théories au service des capitalistes entreprenants et pourvoyeurs de travail et d’emploi. L’État [...] peut rétablir les perspectives de profit et d’investissements ».65

  • 66 Serge Berstein, « La SFIO », in Les nationalisations de la Libération : de l’utopie au compromis, C (...)

70Quant au thème des « réformes de structure » et du planisme dans le courant réformiste, le colloque sur les nationalisations à la libération66 a montré qu’il n’était ni totalement partagé, ni toujours clairement analysé sur le plan économique.

  • 67 Lucien Brocard, « Nouveaux fondements du protectionnisme industriel », Revue d’économie politique, (...)

71En tout cas, ce courant de pensée autour de G. Boris67 contribue à la pénétration de Keynes en France, mais dans des milieux encore très restreints ; il n’a aucune influence sur les économistes officiels jusqu’en 1936, et en aura seulement un peu sur le deuxième gouvernement de Léon Blum en 1938. Mais ni le programme du Front populaire, ni l’ensemble du personnel politique qui le soutient ne sont pénétrés d’un dirigisme théorique. Nous ne nous attardons pas sur cette étude qui a déjà été traitée.

  • 68 « Les expériences allemandes d’économie dirigée », Revue d’économie politique, 1934, p. 1411-1463 ; (...)
  • 69 « Les expériences américaines », ibid., p. 1464-1503.
  • 70 Franck Louis R., « Les codes Roosevelt et les résultats de la NIRA », Revue d’économie politique, 1 (...)
  • 71 Revue d’économie politique, 1934, p. 1595-1668, soit 28 % des pages consacrées au sujet.

72Ces analyses partielles, cette perception restreinte de Keynes ne doivent pas occulter un phénomène plus profond : à partir de 1934, la jeune génération d’économistes et tous ceux qui sont capables de remettre en cause leur pensée éprouvent le besoin de se redéfinir par rapport à l’interventionnisme. La bibliographie de la seule année 1934 occuperait plusieurs pages. Cet interventionnisme est toujours lié à la crise. Les expériences d’économie dirigée en Italie et en Allemagne sont écartées pour le danger qu’elles font courir aux libertés politiques68. Mais l’expérience américaine du New Deal intéresse beaucoup les économistes français, dès 193469, et encore en 193670. Le courant planiste, dans le numéro spécial de la revue de 1934, occupe 74 pages71.

  • 72 Gaétan Pirou, La crise du capitalisme, Paris, Sirey, 1934, 140 p.

73Gaétan Pirou, qui écrit sur les rapports entre l’économie dirigée et la crise en 193472, et qui fera pendant la guerre des cours à l’École libre des sciences politiques sur le même thème, tourne sa réflexion vers ce problème. L’économie dirigée s’impose historiquement, face à la dimension des entreprises et à la tendance aux monopoles.

74Le véritable planisme et l’interventionnisme sont donc nés soit dans les milieux réformistes, soit chez les ingénieurs économistes. Chez les économistes officiels, seule la jeune génération des années 1930, celle qui n’avait jamais interprété Keynes comme un simple polémiste anti-réparations, s’y intéresse. En revanche la crise n’a pas ébranlé les économistes officiels, ceux qui avaient vraiment le pouvoir d’agir sur les décisions de leur temps : l’interventionnisme peut être utile exceptionnellement pour restaurer le fonctionnement normal. La crise a permis que les interventions ne se limitent plus au domaine monétaire.

  • 73 Jean Lescure, Des crises générales et périodiques de surproduction, 5e éd., Paris, Domat-Montchreti (...)

75Cependant, l’attitude éclectique des économistes des facultés de droit se traduit dans la 5e édition du livre de Jean Lescure73. Là, les remèdes keynésiens à la crise, les grands travaux sont recommandés et justifiés. Mais il s’agit d’un ouvrage spécialisé à destination d’un public de doctorants.

76Pour conclure, soulignons que l’engagement de la première génération des agrégés d’économie dans les affaires sociales s’est transformé pour faire face aux problèmes du moment.

77L’efficacité – discutée par les économistes actuels – que les contemporains leur avaient prêtée face aux problèmes monétaires dans les années 1920 est, dans l’opinion publique, remise en cause, lorsque la crise s’approfondit.

78Les théories nouvelles ne sont pas méconnues mais ceux qui les connaissent ne sont pas encore dans les lieux de pouvoir universitaires ou sont dans l’opposition. Les théories nouvelles ont en fait une situation de faiblesse sociologique, ceux qui en sont partisans n’ont pas la possibilité de les mettre en œuvre.

79Cependant, dans les facultés, certains enseignants continuent la recherche d’un projet scientifique associant la connaissance de Walras, le marginalisme et la prise en compte du dynamisme des sociétés, en tenant compte des déséquilibres et des effets de domination. On trouve là, dans la filiation d’Antonelli, François Perroux, dans son séminaire, puis dans les universités allemandes. Ces recherches dépassent les limites de notre programme. Il ne nous paraît pas inintéressant qu’elles reviennent à l’ordre du jour.

Répartition géographique des membres de la Société d’économétrie en 1938

Sources : Econometrica, 1938, p. 403

Notes

1 Charles Rist au moment de l’agrégation a 25 ans, Louis Germain-Martin, lui a fait de l’histoire et est devenu chartiste.

2 Ibid, p. 979.

3 C. Rist, « Notice », Revue d’économie politique, 1956, p. 979.

4 Cité par Louis Baudin, Notice sur la vie et les travaux de Louis Germain-Martin, notice académique, 7 novembre 1952. Louis Baudin a pu consulter les manuscrits de Louis Germain-Martin.

5 Ibid.

6 C. Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, p. 987.

7 C. Rist, La déflation en pratique, Paris, Giard, T éd., 1924, 2e éd, 1927.

8 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie, 1re éd., p. 324.

9 Émile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France et le témoignage de Charles Rist lui-même dans sa notice biographique.

10 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie depuis Law jusqu’à nos jours, Paris, Sirey, 1er éd., 1938, 2e éd., 1951.

11 C. Rist, « Notice biographique », art. cit., p. 1028.

12 Ibid., p. 1031.

13 Ibid., p. 1030.

14 De La Morandiniere Julliot, « Discours lors des funérailles de L. Germain-Martin », Institut de France, tome XIX, 1948, p. 5-7.

15 Paul Meynial, « La conjoncture économique aux États-Unis », Revue d’économie politique, 1927, p. 1528.

16 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, décembre 1927, p. 363-385.

17 Firmin Roz, Les grands problèmes de la politique des États-Unis, Paris, Colin, 1932, p. 108.

18 C. Rist, « La France économique en 1931 : Avant-propos », Revue d’économie politique, p. 513-517.

19 Clément Juglar, Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre, aux États-Unis, Paris, Guillaumin, 1re éd., 1862, 253 p. ; 2e éd., 1859, 556 p.

20 Jean Lescure, op. cit., éd. 1938, p. 656.

21 March Lucien, « Le mouvement des prix et l’activité productrice », Bulletin de la statistique de la France, 1911, p. 63-103.

22 Jean Lescure, op. cit., éd. 1938, p. 657.

23 Jacques Rueff et Roger Picard, « l’assurance chômage actuelle, cause du chômage permanent », Revue d’économie politique, 1931, p. 211-240 et p. 1568-1587.

24 Maurice Ansiaux, « Les caractères nouveaux du cycle actuel », Revue d’économie politique, 1931, p. 1553-1567.

25 Ibid.

26 Henri Truchy, Cours sténographié de M. Le professeur Truchy : la reconstruction économique de l’Europe, leçon 1 à 10, Paris, Centre européen de la dotation Carnegie, [1931].

27 Entretien avec M. Jeanneney.

28 Camille Perreau, Cours d’économie politique, tome I, p. 22-23.

29 Ibid, p. 24.

30 Ibid., p. 25.

31 À signaler que la chaire est occupée par Émile James de 1941 à 1942, puis par Nogaro de 1944 à 1948. Laufenburger leur succède en 1948.

32 Voir sur Gaston Jèze, le numéro Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, 1991, n° 12. La moitié de cette publication est consacrée à Gaston Jèze et à son rôle en matière de finances publiques.

33 Maurice Duverger, Finances publiques, Paris, PUF, 1984, p. 30.

34 Ibid., p. 5.

35 Ibid., p. 3.

36 Henri Laufenburger, Témoignage in L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, Editions Domat-Montchrestien, Paris, 1950.

37 Gaétan Pirou, La crise du capitalisme, Paris, Sirey, 1934, 140 p.

38 Bertrand Nogaro, La crise économique dans le monde et en France, Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1936, 352 p.

39 Jean Lescure, Des crises générales périodiques de surproduction, Paris, Domat-Mont-chrestien, 4e éd. en 1932, 604 p. ; 5e éd. en 1938, 702 p.

40 Ernest Teilhac, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers Maurice Clarck », Revue d’économie politique, 1930, p. 252 ; Maurice Byé, « Arthur Cecil Pigou », Revue d’économie politique, 1930, p. 1037 ; Roche-Agussol Maurice, « Von Wieser », Revue d’économie politique, p. 1057 et 1392.

41 Frisch Ragnar, « Pour mesurer l’utilité marginale, méthodes nouvelles », Revue d’économie politique, 1932, p. 1.

42 François Bompaire, « l’économie mathématique d’après l’œuvre comparée de ses représentants les plus typiques : A. Cournot, L. Walras, V. Pareton », Revue d’économie politique, 1932, p. 1321.

43 Étienne Antonelli, « Le centenaire de Walras et la publication de sa correspondance scientifique », Revue d’économie politique, 1934, p. 1145 ; « La naissance de la Revue d’économie politique, vue à travers la correspondance de Gide et de Walras », Revue d’économie politique, 1953, p. 826-853.

44 Georges Lutfalla, « La fondation de la société d’économétrie », Revue d’économie politique, 1931, p. 1461.

45 François Divisia, « l’économique rationnelle de M. Guillaume », Revue d’économie politique, 1938, p. 187 ; Georges et Édouard Guillaume, « Controverses au sujet d’une nouvelle économique », Revue d’économie politique, 1938, p. 1220.

46 Allix, Antonelli, Bousquet, Byé, Courtin, Leduc, Perroux, Philip, Pose, Rist, Trevoux, Econometrica, 1938, p. 403.

47 L’œuvre scientifique d’Albert Aftalion, préface de Gaétan Pirou, Paris, Domat Montchrestien, 1939.

48 L’œuvre scientifique d’Albert Aftalion, préface de Gaétan Pirou, op. cit., p. 9.

49 Ibid., p. 9.

50 F. Simiand, Cours d’économie politique professé en 1928-1929, Paris, Domat Montchrestien, 1930, 654 p.

51 Voir chapitre XII.

52 François Divisia, « l’éternelle question des crises », Journal des économistes, juin 1931, 6e série, n° 99, p. 350-364.

53 Ibid., p. 353.

54 Ibid., p. 354.

55 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, 6e série, n° 88, décembre 1927, p. 263-285.

56 Bertrand Nogaro, « Quelques observations sur la méthode de Walras », Revue d’économie politique, 1938, p. 241.

57 Bertrand de Jouvenel, L’économie dirigée, Paris, Librairie Valois, 1928.

58 Pierre Cot, « Rapport sur la réforme de l’État », Cahiers des Droits de l’Homme, 29 août 1959.

59 André Philip, Henri de Man et la crise doctrinale du socialisme, Paris, J. Gamber, 1928.

60 Jean Dessirier, « L’économie française devant la dévaluation monétaire : secteurs abrités et secteurs non abrités », Revue d’économie politique, 1936, p. 1527.

61 Jean-Marcel Jeanneney, « L’œuvre scientifique de quelques économistes étrangers : Keynes », Revue d’économie politique, 1936, p. 350.

62 Étienne Mantoux, « La théorie générale de Mr Keynes », Revue d’économie politique, 1937, p. 1559. La même année les lecteurs de la Revue se voyaient signaler par G. Lutfalla, « La petite révolution déclenchée depuis plusieurs mois par le brillant ouvrage de Mr Keynes dans le cercle des économistes anglais ». Une bibliographie et un résumé des débats de la 6e réunion européenne de la Société d’économétrie permettent à ceux qui le souhaitent de s’informer, Revue d’économie politique, p. 423.

63 Témoignage oral de M. Lévy-Leboyer.

64 Marc Nouschi, « Georges Boris, analyste de la crise économique », Le Mouvement social, avril 1981, n° 115, p. 51-75.

65 Ibid., p. 74.

66 Serge Berstein, « La SFIO », in Les nationalisations de la Libération : de l’utopie au compromis, C. Andrieu, L. Le Van, A. Prost (dir.), Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1987, p. 168-184 ; Alain Bergougnioux, « La CGT », Ibid., p. 129-143.

67 Lucien Brocard, « Nouveaux fondements du protectionnisme industriel », Revue d’économie politique, 1933, p. 380-402.

68 « Les expériences allemandes d’économie dirigée », Revue d’économie politique, 1934, p. 1411-1463 ; « Les expériences italiennes d’économie dirigée », Ibid., p. 1537-1575. L’ensemble du thème occupe les pages 1411-1575.

69 « Les expériences américaines », ibid., p. 1464-1503.

70 Franck Louis R., « Les codes Roosevelt et les résultats de la NIRA », Revue d’économie politique, 1936, p. 1689-1719.

71 Revue d’économie politique, 1934, p. 1595-1668, soit 28 % des pages consacrées au sujet.

72 Gaétan Pirou, La crise du capitalisme, Paris, Sirey, 1934, 140 p.

73 Jean Lescure, Des crises générales et périodiques de surproduction, 5e éd., Paris, Domat-Montchretien, 1938, tome II, p. 586-589.

Table des illustrations

Légende Sources : Econometrica, 1938, p. 403
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable