Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Chapitre XIX. En facultés de droit : les projets dominants

Texte intégral

  • 1 Charles Gide et Charles Rist, Histoire des doctrines économiques, Paris, Sirey, 7 éditions entre 19 (...)

1Rendre compte de l’apport des économistes dans cette première moitié du xxe siècle est une gageure. D’emblée, nous avons choisi d’écarter deux perspectives : l’histoire des concepts et l’histoire des écoles de pensée. Faire une histoire des concepts, retrouver leur filiation, leur développement, les influences réciproques évoquent le risque, difficile à éviter, de les classer dans une perspective téléologique. En effet, on est vite amené à se demander dans quelle mesure ils sont à l’origine de ce qui, au moment où on écrit, est considéré comme la science normale, et on en vient à dresser une sorte de palmarès posthume. L’autre perspective aurait amené à classifier les écoles de pensée dominantes. Mais ces histoires-là ne manquent pas. Nous avons jugé un peu vain de prétendre réécrire le « Gide et Rist »,1 cette bible du premier vingtième siècle, et nous avons laissé ce choix aux économistes de métier.

2Le point de vue que nous avons adopté est différent. Nous avons choisi de nous intéresser aux thèmes ou aux débats dominants, mais insérés dans un projet et dans un contexte. Nous appelons dominants ceux qui ont fait l’objet soit de cours souvent répétés et réédités, soit de publications multiples et souvent évoquées. En fonction de ces critères d’influence, nous avons distingué trois périodes où les enseignants des facultés sont amenés à vivre des projets différents. Le début du siècle, jusqu’à la Première Guerre mondiale, présente des caractères particulièrement riches. Il se focalise plutôt sur les questions sociales. Il prépare le second projet, l’intervention des économistes des facultés comme experts durant la guerre et les années 1920. La grande dépression ouvre une manière plus défensive de vivre comme enseignant d’économie politique. Elle ranime des réactions traditionnelles, défensives, et limite à des éléments restreints la perception de l’innovation.

I. UN CONTEXTE D’EXPANSION

A. LA SECONDE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE ET LES INTELLECTUELS

3Au début du xxe siècle, les premiers agrégés d’économie entrent dans le monde professionnel, au moment où la vie économique et la vie politique sont en plein renouvellement. D’une part, la seconde révolution industrielle, avec l’usage massif de l’électricité, du pétrole, de la chimie, de l’automobile, du cinéma, modifie les conditions de vie au quotidien, et renverse les données que les enseignants avaient apprises, pendant leurs études, à considérer comme immuables : prix stables ou en baisse, économie ralentie, replis sur les campagnes, malaise social dans les villes, etc.

4D’autre part, dans la sphère politique, l’affaire Dreyfus a profondément divisé la France. On connaît l’engagement des étudiants et l’émergence de ceux qu’on appelle désormais les intellectuels. Les conséquences en sont bien connues : la défense républicaine, les préoccupations sociales et l’effort de législation, les attentes vis-à-vis d’une république qui serait enfin soucieuse des questions sociales.

1. Dans les facultés de droit

  • 2 Georges Gurvitch, Le temps présent et l’idée de droit social, Paris, Vrin, 1931, p. 8.

5Contrairement aux lieux communs trop répandus sur les facultés de droit, une partie des juristes et la plupart des économistes sont entraînés dans ce mouvement. Au nom du droit social, on remet en cause les divisions entre le droit privé et le droit public2. Ce mouvement est lié au solidarisme et inspire, en faculté, les juristes Léon Duguit et Hauriou. À Lyon, un petit groupe très actif autour de Raoul Jay, Paul Pic et l’économiste Charles Brouilhet se préoccupe de faire avancer la législation sociale.

  • 3 Palmarès de la faculté de droit de Paris, 1902.

6À la même époque, les facultés de droit commencent à encourager les méthodes d’enquête directe, en distribuant des bourses pour permettre à de jeunes agrégés ou agrégatifs d’aller sur le terrain faire leurs enquêtes. Ainsi, Aftalion avait bénéficié d’une bourse pour observer les ports de l’Allemagne du Nord et Bertrand Nogaro pour aller en Australie étudier les mouvements monétaires à proximité des nouvelles mines d’or3, et la législation sociale influencée par la Grande-Bretagne des trade-unions. Les jeunes économistes participent largement à la mystique de défense républicaine et souhaitent mettre leurs recherches de terrain au service de l’amélioration de la vie sociale et économique.

2. Les préoccupations sociales

  • 4 Albert Aftalion, L’œuvre économique de Sismondi, Paris, A. Pedone, 1899, 264 p.
  • 5 Thèse de doctorat, Leroux-Denis, 1898.
  • 6 Thèse de doctorat, Leroux-Denis, 1899.
  • 7 Charles Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, numéro spécial, p. 977.

7En témoignent les sujets de thèses choisis par une partie d’entre eux. Aftalion s’intéresse à Sismondi4 et découvre ainsi le problème de la crise. Le cas de Rist est particulièrement net. Il écrit ses premiers ouvrages en 1898 sur La journée de travail de l’ouvrier adulte en France5 et La législation anglaise sur la responsabilité en matière d’accidents, en 18996. Il a suivi les cours de Jay à Lyon sur le syndicalisme britannique. Dans la notice autobiographique qu’il destinait à son successeur à l’Institut de statistique, l’IRES, mais que ses élèves ont publiée en 1956, dans un livre posthume, il explique que ce sont ses préoccupations sociales qui l’ont amené à l’économie politique : « C’est en particulier sous l’influence de Raoul Jay catholique social, à la fois très ardent et très éloquent que je me suis intéressé aux questions ouvrières. Il faisait à la faculté de droit un cours de doctorat sur les syndicats ouvriers anglais et le trade-unionisme en 1895 et 1896 qui était aussi remarquable par la forme et le fond. Quand j’ai fait mon premier séjour en Angleterre à l’âge de 18 ans, ce sont les questions sociales qui me préoccupaient surtout. Muni d’introductions nombreuses qui m’avaient été remises par William Stead, le rédacteur en chef de la review of Reviews et l’auteur d’un livre célèbre sur les bas fonds de Chicago, j’ai passé la plus grande partie de mon temps à visiter les abris de l’armée du salut, les asiles Barnardos et même les prisons et les quartiers lamentables de Listead [...] si bien que la famille anglaise dans laquelle j’ai été pensionnaire et à laquelle je racontais mes excursions me disait que j’avais bien mauvais goût d’aller rechercher ce qui y avait de plus misérable à Londres »7.

  • 8 Ibid., p. 978.
  • 9 Ibid., p. 978.
  • 10 Ibid.

8L’auteur poursuit en expliquant que c’est à partir de cette prise de conscience qu’il choisit les sujets de ses deux thèses de doctorat : la première loi anglaise sur la responsabilité des accidents proposée par Chamberlain à la Chambre, et la journée de travail de l’ouvrier en France. À cinquante ans de distance, l’auteur se reproche l’excès de prudence de ses conclusions : il estimait dans sa jeunesse que la journée légale de travail devait être réduite de 12 heures à 10 heures, pensant que ce serait déjà un grand progrès : « Vingt ans après, au lendemain de la première guerre mondiale, le ministère Clémenceau réduisait sans difficulté pour personne la journée de travail à 8 heures sans même qu’un débat ait eu lieu à la Chambre »8. En revanche, Charles Rist passe plus rapidement sur le rôle de la faculté de droit de Paris, où Beauregard et Cauwès se partageaient l’enseignement. « l’enseignement de la Faculté à cette époque, était presque entièrement orienté, au moins dans les cours de doctorat, vers les questions sociales, jusqu’alors trop négligées. » Il estime que le cours de licence de Beauregard était fait « dans la tradition la plus conservatrice du libéralisme le plus orthodoxe. Il n’avait auprès de nous aucun succès »9. Mais « le cours de doctorat d’économie politique était fait par M. Cauwès, dans un esprit tout différent, puisqu’il était entièrement orienté, en réaction contre le libéralisme, vers un protectionnisme des plus étroits, inspiré croyait-il de Frédéric list, qui en réalité, ne correspondait en rien à l’idée inspiratrice de List, qui était l’industrialisation nécessaire de l’Allemagne »10.

  • 11 Étienne Antonelli, De la résiliation du contrat de louage, Paris, A. Rousseau, 1906.
  • 12 Gaétan Pirou, Proudhonisme et syndicalisme révolutionnaire, Paris, Rousseau, 1910.
  • 13 Édité chez Rousseau, en 1909.
  • 14 Bertrand Nogaro, l’arbitrage obligatoire et la propagation du contrat collectif en Australie, Paris (...)
  • 15 Ludovic Frobert, Essai sur l’économie de l’homme raisonnable, Thèse d’économie, Lyon, centre Walras (...)

9Les autres jeunes agrégatifs de la même génération font des choix de même type. Antonelli, socialiste influencé par Proudhon (comme Gaétan Pirou), étudie, lui, le contrat de louage dans la viticulture11. Et Pirou s’efforce de prouver que Proudhon n’est pas à l’origine du syndicalisme révolutionnaire12, après avoir dans sa première thèse analysé Les conceptions juridiques successives du contrat de travail13. Nogaro, enfin, étudie la législation sociale en Australie et publie en 1906 l’arbitrage obligatoire et la propagation du contrat collectif en Australie.14 Raoul Jay est à l’origine de la plupart de ces travaux, comme il sera à l’origine de la thèse de Simiand sur les salaires ouvriers dans les mines de charbon15. C’est l’époque aussi où Simiand à l’École normale, se lie d’amitié avec Albert Thomas.

10Plusieurs facultés de droit deviennent des centres de réflexion sur les problèmes sociaux, Montpellier, mais aussi Lyon, Lille, Paris.

B. LE CAS D’AFTALION

11Nous insisterons sur le cas d’Albert Aftalion, parce qu’il est caractéristique des prises de position de toute une génération. Aftalion a accordé à ces thèmes sociaux une grande place, utilisant enquêtes et statistiques pour décrire les faits et en tirer une analyse des mécanismes de crise.

1. L’observation de la vie ouvrière

  • 16 Albert Aftalion, Le développement de la fabrique et le travail à domicile, Paris, Sirey, 1906.

12Aftalion fait une enquête sur Le développement de la fabrique et le travail à domicile dans les industries de l’habillement16. Il compare la situation dans plusieurs régions, le Nord la Somme, la région parisienne, avec les régions textiles étrangères de Grande-Bretagne. Comme source, il a obtenu des renseignements des rapporteurs sur l’industrie de l’habillement à l’exposition universelle de 1900, et des inspecteurs du travail. Mais il a aussi travaillé en collaboration avec Lucien March qui est le chef des services du recensement. Il a obtenu des réponses à des questionnaires envoyés à des petits patrons du textile. Cette démarche méthodologique, à elle seule, est révélatrice de la nouvelle attitude des jeunes agrégés en ce début du siècle.

  • 17 Ibid., p. 239.

13Il compare les procédés et les conditions de fabrication dans les fabriques et à domicile. Dans l’ensemble, les conditions dans les fabriques sont meilleures que celles des ouvriers à domicile. L’amélioration17 obtenue grâce à leur action collective a même, dans un certain nombre de cas, accompagné une augmentation du taux de salaire. Il peut arriver que cela se répercute sur le taux de salaire à domicile, mais c’est extrêmement rare. Dans cette comparaison systématique, l’auteur donne des exemples.

14Aussi, même si l’ouvrier ou l’ouvrière à domicile peut avoir l’illusion de gagner presque autant qu’en usine, cette quasi égalité de salaire à long terme, s’avère un leurre. À de rares exceptions près, le travail à domicile aboutit à une très dure exploitation pour des femmes continuellement assises en face de leur machine, et allongeant d’elles-mêmes leurs journées de travail. Elles ont pu, un temps, avoir l’illusion d’une supériorité sociale en restant chez elles, avoir l’illusion de l’indépendance : elles n’ont à subir ni les transports, ni la promiscuité. Mais en réalité, leur salaire n’est qu’un salaire d’appoint. La solution peut donc convenir à des cas résiduels, mères d’enfants petits, femmes des régions rurales, ouvrières âgées. L’auteur est soucieux de rendre compte de toutes les situations. Dans la confection de luxe, la demi-mesure, certains ouvriers et certaines ouvrières peuvent obtenir de hauts salaires en restant chez eux, mais cela reste des cas d’exception.

  • 18 A. Aftalion, op. cit., p. 281.

15En général, le travail à domicile aboutit à une surexploitation moins nette, mais scientifiquement évidente par rapport au travail en fabrique. En fabrique le travail a été réduit à dix heures18, et l’hygiène a été améliorée à la suite de l’action ouvrière collective. A la maison, l’ouvrière ne quitte pas son sous-sol ou sa mansarde, en tout cas la pièce unique qui lui sert de lieu de vie.

2. L’Association nationale française pour la protection légale des travailleurs

16L’auteur ne se borne pas à ce constat. Nous le retrouvons actif à l’Association nationale française pour la protection légale des travailleurs (ANFPLPDT), aux côtés d’autres réformateurs sociaux, qu’il s’agisse de certains membres du patronat catholique du Nord de collègues des facultés de droit ou d’hommes politiques.

  • 19 A. Aftalion, compte rendu des travaux de la section du nord de l’Association nationale française po (...)
  • 20 Camille Perreau (1866-1932, agrégation 1891, droit) enseigne l’économie en première année, à Paris, (...)

17Aftalion en est le secrétaire général19 en 1907. Quatre ans plus tard en 1911, le président en est Millerand, et le président honoraire Paul Cauwès, dont nous connaissons le rôle en faculté de droit. Les deux vice-présidents sont l’un, le secrétaire général du Syndicat des ouvriers en instruments de précision, membre de la CGT et l’autre, ingénieur. À leurs côtés, dans le comité directeur, on relève des noms connus, représentant soit le Musée social, le ministère du Travail et l’Inspection du travail. Le professeur de droit Raoul Jay a remplacé Aftalion comme secrétaire général. En font partie les délégués permanents du Musée social, Léon de Seilhac, André Lichtenberger et le bibliothécaire du Musée, Étienne Martin Saint-Léon. Nous retrouvons à côté d’eux le comte Albert de Mun, et l’abbé Lemire, mais aussi Arthur Fontaine. Les professeurs de faculté les plus actifs sont Camille Perreau20 et Paul Pic, professeur à la faculté de droit de Lyon, et des hommes politiques comme les députés Édouard Vaillant, Richard Waddington, Louis Barthou qui représente le ministère des Travaux publics.

18Les travaux de cette association sont donc consacrés à trouver des outils de conciliation, en cas de conflit entre patrons et ouvriers. Aftalion souligne qu’il ne s’agit pas de recourir à l’arbitrage. Dans le cas de l’arbitrage, on fait appel à une tierce personne qui prononce un jugement entre les positions du monde des employeurs et celles des employés, mais souvent alors, les procédures d’arbitrage sont contestées, soit par une des parties, soit parfois par les deux. Il veut obtenir la création de commissions permanentes et le recours obligatoire à la procédure de conciliation. Ouvriers et patrons devraient constituer des commissions mixtes, permanentes, susceptibles de se réunir périodiquement en dehors des périodes de conflit. Leur représentativité serait plus large que celle des syndicats qui, eux, ne sont pas représentatifs de la totalité du monde ouvrier.

Rapport et statistiques d’Aftalion (association nationale française pour la protection légale des travailleurs)

Rapport et statistiques d’Aftalion (association nationale française pour la protection légale des travailleurs)

Sources : La Concilation dans les conflits collectifs, BN 10° R 1711, p. 24-25

  • 21 A. Aftalion, ibid., p. 15.

19On voit très bien la prédominance du modèle anglais des trade-unions. Aftalion a fait une étude statistique du nombre des grèves, en fonction du cycle. Il constate qu’en général, le nombre des grèves augmente dans la phase de prospérité. Or, la Grande-Bretagne fait exception. Là, même en phase de prospérité, le nombre de grèves ne croît pas. Mais cet abaissement du nombre de grèves ne signifie pas du tout une démobilisation du monde ouvrier puisque, pendant cette période, les salaires augmentent quand même. Aftalion insiste : ces conseils permanents de conciliation21 ont plusieurs rôles, d’abord « une action éducatrice très salutaire sur les deux parties », ensuite une organisation des ouvriers plus large que celle des syndicats, qui restent très minoritaires parmi l’ensemble des travailleurs.

20En 1907, une première tentative ne rencontre que peu d’écho dans le Nord. Pourtant, la méthode peut être efficace. Aftalion cite le cas d’Armentières où le tarif des tissages a été dressé après une grève, en 1903-1904, par des commissions mixtes où les syndicats patronaux et les syndicats ouvriers s’étaient rencontrés. Les syndicats ouvriers avaient choisi de se présenter comme représentatifs de l’ensemble du monde ouvrier, sans souligner leurs différences (syndicat jaune, syndicat rouge, etc.). A Armentières également, avaient été créés un fonds de solidarité et un fonds de chômage, de telle sorte que 3 000 ouvriers avaient été garantis et que les tarifs des salaires avaient augmenté de 10 % entre 1903 et 1909, sans qu’il y ait de grèves.

  • 22 Ibid., p. 20.
  • 23 Charles Rist, La journée de travail de l’ouvrier adulte en France, thèse de doctorat, Leroux-Denis, (...)

21Aftalion propose donc que ces conseils de conciliation soient permanents et que la procédure de conciliation soit obligatoire. Il estime qu’il faudrait des sanctions contre ceux qui refuseraient les conseils de conciliation et que « les entreprises, en particulier les patrons qui refusent ces procédures se voient écartés des procédures d’adjudication des travaux publics de la part des départements, des communes ou de l’État »22. Le ministère du Travail a les moyens d’ordonner cela. Il s’agit de participer à l’œuvre législative en cours, en apportant des améliorations à la loi du 27 décembre 1892 jugée insuffisante, dans la mesure où le recours à la conciliation est sans efficacité. Nous avons donc là, chez Aftalion, les deux aspects principaux des préoccupations des économistes de ce premier xxe siècle, la description des problèmes quotidiens du monde ouvrier et une tentative d’action syndicale de caractère réformiste. On retrouve la même attitude chez Antonelli, chez Rist23, chez François Simiand et, dans une moindre mesure, chez le radical Gaétan Pirou.

  • 24 Nous avons vu les mésaventures d’Antonelli face à Cauwès dans la mesure où il voulait introduire la (...)

22Pour plusieurs d’entre eux, nous avons un témoignage direct du rôle de l’affaire Dreyfus dans cette prise de conscience politique, notamment dans les biographies d’Antonelli, dans celle de François Simiand et dans l’autobiographie de Charles Rist. Compte tenu de ce que l’on sait de l’expansion du débat à l’occasion de l’Affaire, les autres étant de la même génération, ils y ont forcément participé. Par conséquent, un grand nombre de ces enseignants de facultés de droit estiment que leur rôle est de décrire le réel, de l’analyser sans refuser une démarche théorique, de poser un diagnostic et de trouver des outils pour remédier aux problèmes. La jeune génération des agrégés antérieure à la guerre de 1914-1918 ou immédiatement postérieure24 adopte une attitude de réformisme, au service d’une république rénovée.

C. LE LIBÉRALISME MAINTENU

23Toutefois, il faut toujours rappeler que les nouveaux professeurs cohabitent avec les anciens, et que le libéralisme devenu conservateur reste une idéologie bien représentée, soit à l’extérieur des universités soit à l’intérieur. Mais ses modalités sont très diverses. Elles vont du libéralisme d’affaire, de combat, révisé par Paul Leroy-Beaulieu, au libéralisme plus consensuel, souvent associé au christianisme social de l’enseignement des premiers cycles des facultés de droit.

1. Le libéralisme de combat de Paul Leroy-Beaulieu

24Même s’il a assez vite abandonné son enseignement à l’École libre des sciences politiques, il a gardé sa chaire du Collège de France et surtout, outre ses livres, il utilise L’Économiste français comme tribune.

  • 25 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition, p. 179.
  • 26 Léon Walras, Eléments d’économie politique pure ou traité de la richesse sociale, Paris, Librairie (...)
  • 27 Léon Walras, op. cit., p. 470-471.
  • 28 P. Leroy-Beaulieu, Essai..., op. cit., p. 71.
  • 29 Maurice Basle, « Paul Leroy-Beaulieu, 1843-1916, un économiste français de la IIIe République comme (...)
  • 30 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition, op. cit., p. 370.
  • 31 Cité par Basle, art. cit., p. 222.

25En situation défensive, Paul Leroy-Beaulieu en vient à refuser la part de réformes que certains de ses prédécesseurs libéraux acceptaient. Dans ce cadre, il dénonce les illusions du coopératisme : « la propriété coopérative demeurera selon toutes les vraisemblances un mode exceptionnel d’exploitation ou de propriété du sol »25. Il combat aussi les projets de nationalisation de la terre, stigmatisant en particulier les propositions de Léon Walras dans ses Éléments d’économie politique26 : « L’État reprendrait les terres au propriétaire au prix courant ; il les paierait en obligations de sa dette au taux courant ; il les affermerait à des entrepreneurs pour y exercer l’agriculture, l’industrie ou le commerce ou à des consommateurs pour y construire ou y entretenir des maisons, des châteaux, des jardins ou des parcs, à la seule condition pour les uns ou les autres, de payer le fermage le plus élevé [...]. Le montant des fermages arrivant à dépasser le montant des intérêts, l’amortissement de la dette de départ pourrait commencer à s’effectuer dès lors avec rapidité. Ainsi l’État aurait racheté les terres sans bourse déliée »27. Paul Leroy-Beaulieu ironise : l’État, à l’avenir, dans cette hypothèse, « ressemblerait à ces grands lords anglais qui ont plusieurs millions de revenus fonciers et toute une armée d’intendants ou de sous intendants »28. Par conséquent, Paul Leroy-Beaulieu, sur le plan de l’agriculture, allume ce que l’on peut appeler des contre-feux méthodiques aux idées nouvelles29. La même attitude se retrouve à propos de la participation aux bénéfices : « la participation aux bénéfices est relativement à la rémunération de l’ouvrier ce que le sel, le poivre, le vinaigre ou l’ail sont à sa nourriture »30. Les idées de l’école de Le Play, sources de réflexions sociales, font l’objet d’un examen soigneux et réticent. L’État n’a pas à intervenir, par exemple, dans le logement social puisque de toute façon, un loyer décent « est une des meilleures conditions de la moralité »31.

  • 32 Paul Leroy-Beaulieu, LÉtat moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin, 1890, deuxième édition, 18 (...)

26L’obsession est de freiner l’extension du rôle de l’État. Paul Leroy-Beaulieu dénonce les envahissements de l’État moderne, en particulier la croissance du nombre des fonctionnaires : il vaut mieux en former moins, mais qu’ils soient plus efficaces. Quand l’État moderne s’étend, il devient à la fois corrupteur et oppressif, il est source d’une montée inutile des impôts qui risque, à terme, de freiner la vie économique. Quand aux travaux d’utilité publique, Paul Leroy-Beaulieu dénonce ce qu’il appelle « la folie Freyssinet »32. Les ingénieurs, d’ailleurs, sous prétexte de calculs économiques, font en réalité des devis excessifs.

  • 33 Paul Leroy-Beaulieu, Traité théorique d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1890, p. 85.
  • 34 Paul Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 88 et cité par Baslé Maurice, p. 243.

27Paul Leroy-Beaulieu s’oppose enfin à l’économie mathématique, qu’il s’agisse de celle de Cournot dont le principal défaut est d’être hostile au libre-échange ou de l’économie mathématique de celui qu’il désigne comme son disciple, « Monsieur Walras »33. Il ne faut attacher qu’une importance faible « à tous les essais si nombreux ces derniers temps de détermination par des procédés géométriques ou algébriques des rapports entre les besoins et les satisfactions, ainsi qu’à toutes les conjectures si souvent faites sur les prix qui doivent résulter des diverses combinaisons de l’offre et de la demande ». Ce sont, dit-il, « de pures curiosités ou oisiveté de l’esprit sans aucune conséquence réelle ». Leur seul argument, selon Leroy-Beaulieu, est que « la double loi de substitution des besoins les uns aux autres, et des produits entre eux, se jouent des prétendues lois mathématiques générales sur les prix »34. Par conséquent, Paul Leroy-Beaulieu s’oppose très fermement aux efforts de Colson ou de ses élèves. L’ampleur de son action idéologique est grande, mais les enseignants des facultés de droit gardent leur spécificité face aux arguments soit novateurs, soit polémiques de Paul Leroy-Beaulieu. C’est le cas de ceux que nous allons étudier maintenant.

2. Dans l’enseignement de base des facultés, un libéralisme à la fois conservateur et réformiste

  • 35 Edmond Villey, Principes d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1892-1894.
  • 36 Edmond Villey, op. cit., préface, 1893.
  • 37 Edmond Villey, La question des salaires ou la question sociale, Paris, Larose et Forcell, ouvrage r (...)

28Le libéralisme d’Edmond Villey en est le représentant le plus connu. Nous l’analyserons à travers ses Principes d’économie politique plusieurs fois réédités35. Ses manuels sont volumineux : sa deuxième édition atteint 720 pages. Ils sont influents. L’auteur forme, durant toute sa carrière, des générations d’étudiants de Caen. Le livre est vendu partout, grâce à la librairie Guillaumin. Or, Edmond Villey annonce qu’il propose de comprendre « l’activité humaine se développant sous le régime de la liberté puis sous le régime de l’autorité, la base et l’organisation de cette autorité et enfin son mode d’action »36. Au préalable, il avait étudié La question des salaires ou la question sociale37. À travers des exemples et des statistiques, il décrit les variations du taux des salaires dans le temps, et il réfléchit sur les causes de ces variations, l’abondance ou la rareté du capital, du travail, des innovations, des types d’institutions. L’ouvrage est couronné par l’Académie. Edmond Villey enseigne que les ouvriers ont vu leur salaire augmenter parallèlement aux progrès de la productivité. Mais la question du salaire existe, et on ne pourra la régler qu’en développant la formation, la qualification et bien entendu la santé et la moralité ouvrière. Nous sommes donc là nettement face à un libéralisme de caractère leplaysien, tel que Leroy-Beaulieu l’avait conforté dans la décennie de 1870.

  • 38 Chapitre I : les besoins et les instincts ; chapitre II : le libre arbitre et la liberté individuel (...)
  • 39 Edmond Villey, Principes d’économie politique, op. cit., p. 86.

29Les Principes d’économie politique, s’ils reprennent le plan de Jean-Baptiste Say concernant la production, les échanges et la consommation, sont consacrés, pour les deux tiers, à une réflexion sur les agents économiques et à l’organisation de la société. L’économie politique est une science sociale, le droit naturel se confond avec les lois morales de la religion, et les lois économiques ont été découvertes depuis longtemps. Le premier livre (120 pages, en cinq chapitres) est consacré à l’individu et à la famille en tant qu’agents économiques. Les titres de ces chapitres sont révélateurs38. Nous retrouvons nettement les thèmes leplaysiens, la division des sexes, des âges, la hiérarchie familiale : « l’homme travaille et produit, la femme administre et prend soin des enfants, il ne faut pas normalement lui demander une autre tâche »39. La femme est essentiellement « l’ornement, la gardienne du foyer » et l’unité économique se situe dans la famille. Dans la famille, par le biais de l’autorité paternelle, l’enfant apprend à respecter l’autorité patronale qu’il rencontrera dans sa vie professionnelle. Le Play est explicitement cité avec son analyse des types de familles et le rôle de la famille patriarcale. Après avoir rappelé les griefs de Le Play contre les lois en matière de testament issues du code civil, Edmond Villey prend partie pour un système mixte, avec une possibilité pour le père de privilégier certains de ses enfants. La réserve serait réduite à la moitié des biens, et l’autorité du père, ainsi restaurée ne pourrait empêcher que l’autre moitié soit partagée équitablement. Bien entendu, le rôle de l’État est très fermement dénoncé.

  • 40 Ibid., p. 402 et suiv.

30Le livre II est consacré à la justification de la propriété, à la fois de droit naturel, historique, qui permet une meilleure production avec le maximum d’utilité sociale. La concurrence vient jouer son rôle de régulateur naturel. Nous n’avons affaire jusqu’alors qu’à un libéralisme leplaysien, modifié et atténué. Cependant, dans la deuxième partie consacrée au travail et à la production, l’auteur éprouve le besoin de consacrer un chapitre aux rapports des employeurs et des employés40. Là, il analyse la liberté respective du patron et de l’ouvrier, la liberté d’association, le rôle des syndicats, et s’attarde sur l’antagonisme entre ouvriers et patrons. Pour prévenir les grèves, il prône les institutions de conciliation et d’arbitrage, s’écartant de la pensée de Le Play, en se ralliant au réformisme social des facultés de droit. Il expose aussi comment intéresser les salariés à l’efficacité de l’entreprise en prônant conjointement la participation aux bénéfices, les institutions de patronage et les associations coopératives. Par rapport au libéralisme de Jean-Baptiste Say, on a une nette prise en compte des problèmes sociaux, mais le moins qu’on puisse dire est que les solutions retenues sont éclectiques.

  • 41 Ibid., p. 456. C. Gide, discours d’ouverture au congrès coopératif de 1889.
  • 42 Edmond Villey, Principes..., op. cit., p. 457.

31De toute façon, le remède aux problèmes sociaux est la généralisation de l’association, dans le domaine de la production, du crédit, de la consommation, des sociétés d’assurances et de prévoyance. Mais ces associations ne doivent en aucun cas nourrir des utopies. La coopérative, par exemple, a certes théoriquement le mérite de ne pas demander à l’etat d’intervenir (Gide est très explicitement nommé41), mais sa généralisation lui « fait tout à fait l’effet d’une utopie et d’une utopie dangereuse. C’est une utopie car elle ne tient pas compte des obstacles pris dans la nature humaine qui ont empêché, dans le passé, les sociétés coopératives de production de se généraliser, [...] c’est une utopie dangereuse car elle tient à décourager tous ceux qui n’auraient pas une foi assez robuste pour s’employer à la poursuite de ce paradis sur terre qu’on ne peut même pas apercevoir de loin, et à faire perdre de vue à tous, les résultats immédiats et pratiques que l’on peut attendre de la coopération, par le développement de l’épargne et de la prévoyance »42. Il faut prendre l’homme tel qu’il est et ne pas lui montrer un but trop élevé qu’il ne pourrait atteindre « qu’avec des ailes qui lui manquent ». Les solutions au problème social sont donc la libre association, soit pour protéger l’épargne, soit pour créer des mutuelles.

32Le livre V, consacré à la consommation, fait une longue analyse à partir de la page 668 de ce qu’ont fait les équitables pionniers de Rochedale. À partir de la page 673 jusqu’à la page 717, il analyse successivement la prévoyance et ses institutions. Il dénonce les lois d’assurances obligatoires et prône au contraire la prévoyance individuelle et l’usage des caisses d’épargne. Quant à la prévoyance collective, l’auteur passe en revue les différentes formes d’assurances : les sociétés de secours mutuels et les premières expériences de retraite ouvrière. Dans la tradition du droit positif, il décrit la Caisse nationale de retraite pour la vieillesse, le rôle de l’assurance et, il ajoute un dernier chapitre sur les rôles respectifs de l’assurance publique et de l’assurance privée, comment elles se combinent, l’aspect marginal enfin que doit garder l’assistance publique.

33Ainsi, dans cet ouvrage de 728 pages qui prône pendant plusieurs centaines de pages le rôle de la liberté et la non intervention de l’État, au plan tripartite de Say, s’ajoute une partie polémique. Mais ces ajouts prouvent que les libéraux les plus intransigeants ont cessé de négliger toute la législation à caractère social.

34Nous avons donc là l’œuvre d’un professeur notable local, mais qui dépasse, par ses rééditions, le rayonnement local. Le libéralisme le plus intransigeant est désormais teinté de paternalisme social, quand il s’exprime dans les facultés. Rappelons que dans un esprit voisin, Souchon et Truchy enseignent à Paris en remplacement de Beauregard face à des publics massifs. On en reste au libéralisme devenu conservateur, mais jamais indifférent aux préoccupations sociales. Face à celles-ci, on additionne des remèdes empruntés soit à l’école de Le Play, soit au réformisme « universitaire », du moment qu’on ne verse ni dans l’utopie, ni dans l’augmentation du rôle de l’État.

II. LA RECHERCHE ET LA RÉVISION DE L’ANALYSE DES MÉCANISMES

35Les personnages qui vont devenir les maîtres de l’économie de l’entre-deux-guerres restent Aftalion, Rist et Nogaro auxquels il faudra ajouter Jean Lescure. Leurs recherches de jeunes chercheurs datent d’avant 1914. Toutefois, le rayonnement de ces différents chercheurs n’est pas du tout le même. Aftalion est un personnage qui a travaillé seul, relativement isolé :

  • 43 Henri Hornbostel, « À la recherche d’Albert Aftalion 1874-1856 », Revue d’économie politique, novem (...)

36« Bien qu’Aftalion soit un des rares économistes de langue française ayant atteint la classe internationale, il lui manque peut-être quelque chose à moins qu’il n’ait eu quelque chose de trop. Ce qui lui manquait, c’était l’équipe qui lui aurait permis de confronter son point de vue avec des interlocuteurs vivants et non par des livres. Il était d’un niveau trop élevé pour sa génération. Il n’avait pas d’appui dans la grande industrie quoiqu’ayant professé à Lille et la plupart de ses collègues s’en tenaient à des formules moins complexes [...]. Aftalion trouva des disciples très tard mais il n’avait pas la possibilité de les instruire convenablement même à la faculté de droit de Paris. Malgré les apparences, il était seul, désespérément seul [...]. N’est-ce pas un peu le drame des recherches économiques en France, le travail collectif est relativement récent et nous avons un gros retard à combler. Malgré sa solitude Albert Aftalion fit progresser la science »43.

A. AFTALION ET LA THÉORIE DES CRISES

  • 44 Albert Aftalion, « La réalité des surproductions générales », Revue d’économie politique, 1909.
  • 45 Albert Aftalion, « Les trois notions de productivité et les revenus », Revue d’économie politique, (...)

37Même si Aftalion est relativement isolé, il est au centre de toutes les recherches critiques. Dès 1909, il pose le problème de la crise de surproduction44. Contrairement à la loi des débouchés, des crises de surproduction générale sont possibles. Son analyse est liée à ses conceptions de la productivité45. La construction de biens d’équipement prend du temps. Lorsque la demande de biens de consommation augmente, la capacité de production n’augmente qu’avec un certain retard. Aussi, quand les nouveaux équipements sont mis en service, ils dépassent souvent la demande de biens de consommation qui, elle, a eu le temps de se modifier. Il y a alors surproduction. Les investissements se ralentissent ou s’arrêtent. Quand les biens d’équipements sont usés, le cycle peut reprendre. Le cycle se définit comme un mouvement des prix, mais toute la vie économique obéit aux fluctuations cycliques. La partie descriptive occupe les deux tiers de l’ouvrage, la théorie le dernier tiers.

B. LA REMISE EN CAUSE DES CONCEPTIONS ORTHODOXES EN MATIÈRE MONÉTAIRE : NOGARO

38Comme Aftalion, Nogaro a bénéficié d’une aide de la faculté de droit. Il part en Australie pour observer le mouvement des prix à proximité des nouvelles mines d’or. Depuis le franc germinal, la France vivait sous le règne du bimétallisme, caractérisé par une parité précise entre la monnaie d’or et la monnaie d’argent, avec libre frappe des deux monnaies. Ce bimétallisme avait donné lieu à de longues polémiques et à des appréciations variées. Il est supprimé en 1873. Mais dans la période de baisse des prix du dernier quart du xixe siècle, le bimétallisme retrouve des partisans, en particulier dans le monde des agrariens et dans celui des producteurs du métal argent. Selon eux, le bimétallisme fournit une plus grande quantité de monnaie. Sa restauration éliminerait la concurrence déloyale des pays, en particulier de certains pays neufs qui, par manque d’or, ont une circulation monétaire de papier monnaie ou d’argent déprécié et qui font ce que nous appellerions, de nos jours, du dumping monétaire, bénéficiant ainsi d’une prime à l’exportation. Même déprécié par rapport à l’or, l’argent est supérieur au papier monnaie parce qu’il limite les fluctuations de la valeur de la monnaie. Tout cela est exprimé sur fond d’analyse quantitative de la monnaie.

39Or, nous avons déjà vu que Paul-Louis Cauwès, l’un des deux premiers professeurs d’économie politique à la faculté de droit, gravite dans les milieux agrariens français et qu’il est un ami personnel de Méline. Cauwès, en doctorat, convainc le jeune étudiant Bertrand Nogaro d’aborder les problèmes de la monnaie, en utilisant la méthode historique et la méthode statistique.

40Bertrand Nogaro part donc en Australie où des mines d’or ont été découvertes en 1886. Situées dans le désert, elles ont multiplié par huit la production de l’or. Nogaro étudie le mouvement des prix à proximité. Or toutes les sources convergent : sur place, les prix locaux ont connu d’énormes fluctuations à la hausse. Cette constatation empirique pourrait confirmer la théorie quantitative de la monnaie : l’abondance d’or dévaloriserait spontanément cet outil monétaire et augmenterait les prix. Cette augmentation des prix serait le produit de l’augmentation de la production d’or. Mais Nogaro constate que, curieusement, à Perth, grande ville le long de la côte, proche des mines d’or dont elle est le débouché naturel, les prix ont nettement baissé. De ce fait, il faut remettre en cause la théorie quantitative de la monnaie. L’orthodoxie ne permet pas d’expliquer le mouvement réel des prix.

  • 46 Bertrand Nogaro, « Contribution à une théorie réaliste de la monnaie », Revue d’économie politique, (...)

41Quelle est alors l’explication ? Les mines d’or sont installées dans un désert, elles ont des difficultés d’approvisionnement qui ont provoqué la hausse des prix. En revanche, la ville de Perth, sortie de son isolement, a connu une baisse des prix parce qu’elle s’est insérée dans le marché mondial. Les hauts prix des régions minières ne s’y sont pas répercutés comme cela aurait été le cas si la théorie quantitative de la monnaie était exacte. À partir de cette expérience, Nogaro remet en cause très brutalement la théorie quantitative de la monnaie dans un de ses articles publiés en 190646.

  • 47 Revue d’économie politique, 1911.

42Après avoir étudié le mouvement des prix en Australie, Bertrand Nogaro se penche sur « l’expérience bimétalliste du xixe siècle et la théorie de la monnaie »47. Cette fois-ci, il pose le problème en rappelant que les créateurs du système de double étalon l’avaient fondé empiriquement et se demandaient souvent comment il fonctionnait. Nogaro constate qu’il y a une faible amplitude des variations de valeur entre l’or et l’argent : la parité normale est 15,5.

Évolution des parités

Évolution des parités

43Partant de ces chiffres, Nogaro qui cherchait à mesurer l’amplitude des variations de valeur entre l’or et l’argent, constate qu’il y a une quasi stabilité du rapport des changes entre les deux matériaux. Le rapport légal se fixait autour de 15,5 %. Or, utilisant la cote de l’argent à Londres, Nogaro constate que ce rapport, qui était entre 1 et 15,5, n’a jamais dépassé 1 à 16 et n’est presque jamais descendu en dessous de 1 à 15, même quand des variations ont, suivant les périodes, provoqué une prime de l’argent ou une prime de l’or.

  • 48 Bertrand Nogaro, La monnaie et les phénomènes monétaires contemporains, Paris, 1935, p. 40.

44Nogaro s’interroge sur les causes de ces variations. Selon l’explication orthodoxe, une progression plus grande de la production d’or ou d’argent expliquerait ces variations. On devrait alors trouver plus d’or que d’argent dans les première et troisième périodes, plus d’argent que d’or dans la deuxième et dans la quatrième période. Or, si l’hypothèse est vérifiée pour la troisième période (1851-1866), période où une baisse de la production d’argent s’accompagne d’une prime de l’argent sur l’or, elle est fausse pour les trois autres périodes. Nous retrouvons là la démarche inductive à partir de constatations statistiques et historiques. Nogaro en déduit que l’explication quantitative n’est pas vérifiée par les faits : « Il se pourrait que le problème eut été mal posé. En effet, le raisonnement d’après lequel la valeur respective des deux métaux ne serait qu’une application rigoureuse de la loi de l’offre et de la demande n’est vérifié que si ces quantités étaient précisément destinées à s’échanger l’une contre l’autre, ce qui n’est pas le cas »48.

  • 49 Ibid., p. 45.

45Puisque la théorie quantitative n’explique pas ces fluctuations, quelle en est la véritable explication ? Nogaro expose alors les différents régimes monétaires en présence pendant la période. Il montre comment les pays monométallistes-or comme l’Angleterre, les pays monométallistes-argent comme l’Inde avec lequel elle commerce, et enfin les pays bimétallistes comme la France jouent un rôle de compensation, de convertisseur. En effet, pour régler le solde de leur paiement à l’Inde, les Anglais transforment leurs livres-or en franc-or, puis les francs-or en franc argent, facilement transformables ensuite en roupie argent. Le processus inverse est évidemment possible. « On conçoit donc que la cote de l’argent à Londres, – cote qui sert de base à tous les calculs sur le rapport commercial des deux matériaux – a dû être directement influencée par les deux éventualités que voici : la première était d’avoir à expédier de l’argent dans un pays bimétalliste, en France par exemple pour se procurer de l’or et le convertir en monnaie anglaise légale. La seconde était au contraire d’y envoyer de l’or pour se procurer de l’argent »49. C’est donc la balance des comptes entre les pays monométallistes-or et les pays monométallistes-argent qui explique le rapport commercial entre l’or et l’argent au cours de la période bimétalliste. Dans cette logique, la production de métal joue un rôle réel mais annexe : elle procure plus ou moins de disponibilité. Mais elle ne joue pas de rôle déterminant. Nogaro en conclut que la théorie classique, celle des libéraux purs, la théorie quantitative de la monnaie, est fausse.

  • 50 Ibid, p. 402.
  • 51 Ibid, p. 427.

46Puisque la valeur de la monnaie ne dépend pas de la quantité de métal en circulation, Nogaro en vient à l’idée d’une unité monétaire abstraite. Et il retrouve ainsi la notion de monnaie de compte, familière aux anciens légistes. La valeur du métal étalon dépend de l’unité monétaire et non pas l’inverse. C’est le pouvoir d’achat du dollar qui détermine celui de l’or et non pas le pouvoir d’achat de l’or qui détermine la valeur du dollar50. Or, dans l’institution de l’unité de compte, le rôle de l’État est capital. Nogaro, avant même que ne soit institué le cours forcé des billets, adopte le nominalisme monétaire. Le papier monnaie peut être une monnaie véritable à condition d’être convertible à l’extérieur, et c’est l’autorité publique et la confiance que l’on a en elle, qui donne sa valeur aux signes monétaires : « Nous avons ainsi constaté que l’autorité monétaire a effectivement aujourd’hui la faculté de créer de la monnaie, de la monnaie véritable, de la bonne monnaie sous réserve qu’elle n’abuse pas de cette faculté et qu’il soit en son pouvoir d’assurer à cette monnaie une convertibilité régulière avec les monnaies étrangères »51.

47La vraie mesure des valeurs est, dans chaque pays, l’unité monétaire nationale. C’est une unité de compte abstraite, liée à des décisions du pouvoir politique. Au terme de la loi et à la suite des décisions du pouvoir politique, on achète du métal précieux à un taux fixe. C’est donc le pouvoir politique qui, en dernière analyse, influe sur la valeur de l’or et sur la valeur de la monnaie et non pas l’inverse : « La nouvelle doctrine des légistes fondée naguère sur une fiction autoritaire paraît donc avoir trouvé après coup un fondement dans la réalité économique ».

C. JEAN LESCURE ET LES TYPES DE CRISES

  • 52 Jean Lescure (1882-1947, agrégation 1910) : Dijon, Poitiers, Bordeaux, Paris. Sa thèse est éditée e (...)

48Jean Lescure52 s’inscrit dans cette lignée, mais avec moins de puissance. Dès 1906, il publie sa thèse qui, modifiée et remise à jour, est cinq fois rééditée dans l’entre-deux-guerres.

  • 53 Ibid., p. 386.

49Pour lui, les mouvements du profit rythment l’économie et signalent les cycles. L’entrepreneur cesse de créer du jour où la marge entre le coût de production et le prix de vente se réduit53. Or, à la fin de chaque période d’essor, les prix de revient tendent à augmenter, réduisant les profits. Le mouvement est variable suivant les secteurs, et les statistiques permettent d’imputer à quelques secteurs clés la responsabilité de la baisse des profits, qui est ainsi à la source du mouvement des affaires.

50En outre, des faits d’institution interviennent. Dans les périodes d’essor, les revendications ouvrières trouvent un écho favorable. Des hausses de salaires modifient le mouvement naturel de l’économie. Dans les phases de déclin, les coopératives et les syndicats perdent leur influence. L’économiste doit tenir compte de cette introduction des organisations dans le procès économique. Lescure réclame évidemment une utilisation systématique des statistiques.

51Il est impossible de multiplier les exemples, mais les points communs entre les économistes de la période sont à la fois l’intégration des problèmes sociaux, et à partir d’une observation statistique, une remise en cause radicale des grands mécanismes. La répartition, la monnaie et les crises ont fait l’objet de révisions drastiques qui, à leurs yeux, valident le caractère composite de leurs méthodes de recherches.

III. 1914-1930 : LES MISES EN ŒUVRES

52La guerre et la reconstruction vont permettre aux économistes de tester leurs recherches. La guerre, l’émergence d’un nouveau régime à l’est et les problèmes monétaires et financiers les préoccupent. Ils interviennent non seulement dans le domaine de la théorie économique, mais souvent aussi dans le champ politique et, comme experts, en particulier à propos de la stabilisation du franc.

A. PARTICIPATION ET DÉMOCRATISATION DE L’ENTREPRISE

53La guerre de 1914-1918 remet à l’ordre du jour ce vieux problème. Nous trouvons essentiellement deux types d’attitude. Tout d’abord, il y a recul des thèses participationnistes. Si une partie des chrétiens sociaux, si quelques leplaysiens avaient pu, à un moment donné, envisager le thème de la participation, si Levasseur lui-même y avait consacré un rapport, à l’occasion d’un sujet posé par l’Académie des sciences morales, les critiques contre la participation l’ont toujours emporté. Elles concernent non pas la participation aux bénéfices, mais le risque de voir le monde ouvrier réclamer une participation à la gestion de l’entreprise et au pouvoir de décision. Dans ce cadre, évidemment, le thème participationniste est resté une revendication théorique et n’a jamais gagné des publics très larges.

  • 54 Étienne Antonelli, Les actions de travail dans les sociétés anonymes à participation ouvrière, préf (...)

54Mais les jeunes enseignants réformistes du début du siècle reposent le problème autrement, en terme de participation, soit au capital, soit à la direction. Les idées s’élaborent dans le monde du réformisme. Antonelli, dès 1912, écrit un ouvrage sur Les actions de travail dans les sociétés anonymes à participation ouvrière54. Dans cet ouvrage, il propose que les travailleurs puissent acquérir, dans les sociétés anonymes, à côté des détenteurs de capitaux, des actions représentant leur travail. Possédant des actions de travail, ils pourraient de ce fait avoir un droit légitime, non seulement à observer la gestion, mais encore à y participer.

  • 55 55. Charles Gide, « L’actionnariat ouvrier », Revue d’économie politique, 1910. Étienne Antonelli, (...)

55Or, pour stimuler l’effort de guerre, une loi est prise le 26 avril 1917 sur les sociétés anonymes à participation ouvrière. Elle est issue de la rencontre de plusieurs projets où les professeurs des facultés de droit ont joué un grand rôle. C’est le cas de l’article de Charles Gide sur l’actionnariat ouvrier55. Ces sociétés anonymes ordinaires peuvent créer des « actions de travail », qui deviennent la propriété collective et inaliénable du personnel de l’entreprise, et sont ainsi transformées en sociétés coopératives de main d’œuvre. De ce fait, ces actions donnent aux ouvriers le droit de participer aux assemblées générales, où ils ont voix délibérative dans les limites et selon les modalités des statuts de l’entreprise. Mais ces actionnaires ouvriers se voient conférer le privilège de toujours avoir un ou plusieurs représentants au conseil d’administration. Comme, par ailleurs, les sociétés anonymes choisissent parmi les actionnaires leurs administrateurs, dans ce cas, certains administrateurs peuvent être choisis parmi les actionnaires ouvriers.

56À partir de la loi du 27 avril 1917, le conseil d’administration de la société anonyme à participation ouvrière sera désormais obligé de prendre un ou plusieurs représentants de la société coopérative de main d’œuvre. Dans ce cas, les membres ouvriers seront élus par l’assemblée générale des actionnaires, choisis parmi les délégués que la société coopérative de main d’œuvre a désignés pour les représenter à cette assemblée générale. Il s’agit donc d’une représentativité obligatoire, régulière, permanente, au niveau du conseil d’administration. La proportion de ces élus dans le conseil dépend du rapport entre le nombre des actions de travail et les actions de capital. Ces délégués doivent suivre les mêmes règles que les autres membres du conseil. Ils bénéficient des mêmes droits, mais ils perdent tout droit s’ils cessent d’être des salariés de l’entreprise. Et dans ce cas-là, ils doivent être remplacés par d’autres membres de qualité semblable. Cette loi introduit donc une participation ouvrière à la gestion de l’entreprise par le biais d’une élection liée à leur détention d’action de travail.

  • 56 Quelques sociétés existent comme par exemple à Bayonne la Noria, société de construction mécanique  (...)

57Mais cette loi de 1917 reste facultative. Ce sont les fondateurs capitalistes de la société anonyme qui décident si oui ou non, ils doivent donner à leur société la forme de société à participation ouvrière. Ce sont également les fondateurs capitalistes qui fixent la quantité d’actions de travail à créer et qui, du même coup, limitent ou étendent la représentation ouvrière. Cette loi reçoit de ce fait une application restreinte56. Il s’agit donc d’une tentative qui n’a pas eu une grande extension. Elle est souvent restée limitée aux usines de guerre et dans les mines, où elle a été favorisée par le ministère de l’Armement. Mais cette pratique est interdite par une circulaire de février 1918, et l’expérience reste limitée au cas de la guerre.

58En 1922, Roger Picard reprend l’étude du Contrôle ouvrier sur la gestion des entreprises et il montre que le système est encore embryonnaire. Il fait le tour des expériences étrangères, conclut au caractère limité de la mise en œuvre de cette formule. Il pense que l’extension de ce contrôle ouvrier limiterait les conflits dans l’entreprise. Comme Antonelli, il est socialiste modéré. Roger Picard lui, reprend les thèmes de l’Association nationale pour la protection des travailleurs. Les économistes des facultés de droit développent donc à l’occasion de la guerre de 1914-1918, outre la description et l’action contre la misère ouvrière, et au-delà de leur participation bien connue au pouvoir autour d’Albert Thomas, des recherches sur les modalités de contrôle ouvrier sur la gestion des entreprises.

59En revanche, ils refusent fermement la nouvelle société qui naît à l’est, et qui utilise le terme de socialisme.

B. L’HOSTILITÉ DE PRINCIPE AU COMMUNISME

60La Révolution russe ne les convainc pas, et les pousse à légitimer théoriquement leur refus.

1. Antonelli

  • 57 Étienne Antonelli, La Russie bolcheviste, Paris, Grasset, 1919.
  • 58 Ibid., p. 35.

61Pendant la guerre de 1914-1918, blessé, il est envoyé comme attaché militaire à Moscou, où il séjourne de juin 1917 à juin 1918. Là, il est témoin de la prise de pouvoir par les bolcheviques. Il écrit, à chaud, un livre intermédiaire entre l’enquête, le témoignage journalistique et l’analyse politique, intitulé la Russie bolcheviste57. Ce livre raconte les modalités de la prise du pouvoir et dénonce très fermement le passage « presque sans transition du despotisme tsariste au despotisme bolchevique »58. La prise de pouvoir n’est qu’une variété de coup d’État, qui s’est effectué en dehors de toutes les normes démocratiques. La bolchevisation même du parti communiste est contraire au fonctionnement normal de la démocratie à l’intérieur d’un parti. À tous égards, il faut dénoncer cette expérience qui pervertit complètement le terme de socialisme. La condamnation, au nom de la démocratie politique, est dédiée au président Wilson et connaît un grand succès. Le livre fait l’objet de dix rééditions. Il est traduit en anglais, en italien, en espagnol et en portugais.

2. Aftalion

  • 59 Albert Aftalion, Fondement du socialisme, étude critique, Paris, Marcel Rivière, 1923.
  • 60 Ibid., p. VIII.

62Nous retrouvons la même condamnation dans l’ouvrage bien connu d’Aftalion59, Les fondements du socialisme. Cette fois-ci, le refus se fait au nom de la science économique. Dans ce livre de 300 pages, Aftalion s’efforce de faire une démonstration scientifique des fondements de la justice sociale. « C’est indépendamment des théories variées qui ont pu être présentées et sans considération pour les opinions partisanes des différents auteurs qu’on voudrait examiner comment se pose aujourd’hui le problème du socialisme et dégager les solutions que ce problème comporte. Les recherches de cet ordre qui se sont toujours imposées aux économistes ont pris un intérêt nouveau, un intérêt d’actualité depuis certains changements récents dans les tendances du socialisme [...]. Le rôle des croyances, des aspirations, de la volonté des individus apparaît désormais aux socialistes beaucoup plus considérable. Les facteurs psychologiques sont passés en premier ».60

  • 61 Ibid., p. IX.

63Dans ce domaine, les intellectuels ont un rôle à jouer. Aftalion souligne que les bolcheviques ont cessé de croire que les sociétés doivent passer par plusieurs étapes, avant d’imposer à leurs membres un gouvernement de type communiste. À partir du moment où on n’attend plus une maturation spontanée de ces étapes sociales, mais où la conviction et les croyances sont prédominantes, le rôle des enseignants des facultés de droit reprend un caractère d’urgence : « Si tout est subordonné à ce qui se passe dans l’esprit des hommes à des conflits de croyance et d’énergie, il est plus nécessaire que jamais, de se faire une opinion raisonnée de la valeur du socialisme, de l’équité des revendications socialistes ».61

64Après avoir ainsi défini le rôle scientifique des économistes, Aftalion présente les thèses marxistes, étudie la plus-value et se pose le problème de la légitimité des revenus capitalistes. Il postule qu’est juste, toute société où chacun obtient une rémunération conforme à la valeur qu’il crée. Il rappelle la théorie marxiste : à l’occasion du procès de production, l’ouvrier serait payé pour un montant qui correspond non pas au prix de son travail, mais au prix de sa force de travail. Comme le prix de cette force de travail a diminué avec les progrès de la productivité, l’ouvrier travaille plus longtemps que ce qui est nécessaire à la rémunération de sa force de travail et ce surtravail, ce nombre d’heures ou cette productivité supplémentaire qui dépasse le paiement de l’entretien de la force de travail, est naturellement accaparé par les détenteurs d’outillages, de capitaux. Et c’est donc à l’occasion du procès de production que se fait, par le biais de la plus-value, l’exploitation des travailleurs.

65Tout l’ouvrage d’Aftalion consiste à réfuter cette théorie. Il reprend un à un les différents types de rémunération : d’où vient le profit ? D’où vient la rente ? D’où vient le salaire ? Utilisant ses propres théories de la productivité et les acquis du marginalisme, l’auteur aboutit à la conclusion qu’une partie de ces rémunérations sont justifiées. Elles peuvent être justifiées par l’habilité de l’entrepreneur, par l’épargne quand il s’agit de la rémunération du capital, par le fait que le travail de chacun des facteurs de production a été relativement productif et qu’il est bien entendu rémunéré au prix de la dernière unité utile de travail fourni.

  • 62 Ibid., p. 28.
  • 63 Ibid., p. 306.

66Puisque la société est juste quand les revenus correspondent à la création d’une valeur, et qu’une partie des revenus capitalistes, y compris ceux de la propriété, sont partiellement justifiés, le problème d’Aftalion est donc de démêler la part de revenus justifiés et de revenus injustifiés. Et ayant ainsi établi que chacun des revenus, à l’occasion de la production, se divise en partie justifiée et en partie injustifiée, c’est donc sur cette dernière partie seulement qu’il faut intervenir.62 À partir de ce moment-là, il passe en revue chacun des revenus des facteurs, pour savoir si la rémunération correspond à la valeur créée. La démarche est de fonder scientifiquement un réformisme qui n’aboutisse pas à détruire l’épargne ou à diminuer la productivité. Les politiques utopiques, quand elles ne tiennent pas compte des acquis scientifiques, ont en effet ce résultat contraire à leurs intentions. Il est essentiel, pour Aftalion, de se garder de ce qu’il appelle « les illuminations qui aboutissent à une irrémédiable détresse économique »63, ce qui est le cas lorsque les politiques utopiques détruisent les stimulants. Le but de l’ouvrage est donc d’approcher le plus possible du maximum de justice réalisable.

  • 64 Ibid., p. 299.
  • 65 Ibid., p. 299.

67Aftalion conclut que chaque type de revenus a une part de légitimité dans sa production et d’illégitimité dans son appropriation64. Par exemple, les revenus du capital ne sont pas, pour leur plus grande part, le produit de l’activité présente des individus, mais ils constituent un surplus qui s’ajoute à cette activité des individus. Une part plus ou moins grande de ce surplus n’est pas créée par ceux qui en sont les bénéficiaires actuels et elle n’est pas non plus attachée à des biens dont l’acquisition d’origine a été juste. Par conséquent, l’intégralité des revenus capitalistes n’est pas légitime dans son appropriation privée, mais une partie en revient quand même au talent de l’entrepreneur, à sa volonté d’épargne, à son habilité à composer les facteurs de production et à anticiper sur le marché. Mais une autre part est moins légitime. Il n’a pu mettre son capital en valeur qu’en utilisant son héritage et en obtenant la collaboration d’autres groupes sociaux qui avaient moins d’intérêts que lui à développer la production. On peut donc parler, dit Aftalion, « d’un droit de créance de la société sur une part au moins de ses revenus »65. Les revenus capitalistes peuvent donc partiellement revenir aux capitalistes, mais pour le reste, la société a le droit de se les approprier.

68Il en est de même pour les rémunérations des ouvriers. La force de travail de l’ouvrier vaut donc sur le marché plus que ce que pensait Marx. La théorie de la plus-value expliquait que le travail est le fondement de toute valeur, que toute chose a comme valeur l’équivalent d’un certain nombre d’heures de travail social. À partir de cette théorie, l’exploitation a bien lieu au cours du procès de production, et elle aboutit à un achat de la force de travail. Il est donc vrai que l’ouvrier, au cours du procès de production, travaille un certain nombre d’heures, qui permettent de rémunérer sa force de travail. Et plus l’histoire avance, plus cette force de travail réussit à engendrer une valeur plus grande que sa propre valeur. C’est donc en accaparant la valeur créée supérieure au coût de la force de travail, cette plus-value, que le capitaliste acquiert dans le procès de production, la possibilité d’exploiter le travail puisque l’on n’achète que la force de travail.

69Mais Aftalion pose le problème autrement. Il pense que dans le procès de production, le travail de l’ouvrier est payé au prix de sa dernière unité utile. En fait, le capitalisme lui permet de mettre en valeur sa force de travail et s’il est vrai que dans le procès de production, les non possédants sont privés des bénéfices capitalistes, il n’en reste pas moins que sans le capital, et sans l’habilité de l’entrepreneur, il ne pourrait pas travailler. Aftalion n’ignore pas l’ampleur du chômage dans l’Angleterre des années 1920.

70Les non possédants ont des droits au mode d’emploi du surplus capitaliste à condition que ce mode d’emploi soit le plus conforme aux intérêts réels de la collectivité. Aftalion en conclut que la propriété privée, en dépit des privilèges qu’elle crée, s’éloigne moins de l’idéal de justice que la propriété collective : elle permet la meilleure allocation des facteurs de production et organise l’association de la capacité des entrepreneurs avec celle des ouvriers.

  • 66 Ibid., p. 300.
  • 67 Ibid., p. 302.

71Alors, comment faire pour rétablir le maximum de justice possible, le « maximum de bien-être possible pour les classes populaires dans le présent et dans l’avenir » ?66 La société a le droit de reprendre par l’impôt aux détenteurs de capitaux la fraction de leurs revenus qu’ils n’auraient consacrée ni à l’épargne, ni au réinvestissement, ni à leur vie quotidienne, mais qu’ils auraient eu tendance à consacrer au luxe et à des consommations superflues. C’est par le biais de l’impôt sur les revenus du capital et sur les profits que l’on pourrait corriger les défectuosités de la répartition, sans toucher à la propriété individuelle. Tout en respectant la productivité, cette attitude permettrait aussi de dégager des fonds pour créer les d’institutions sociales auxquelles Aftalion croit. Il réaffirme l’importance du droit à l’assistance, en particulier pour les vieillards, les invalides et les infirmes et cela bien que, dit-il, ces dépenses ne soient pas rentables. Il réaffirme également son souci de lois pour protéger le travail. Il faut donc canaliser le rôle des entrepreneurs et des détenteurs de capitaux, tout en respectant leur liberté. Par action réformiste mais souple, l’État se contente de prélever ce qui est nécessaire pour créer des institutions de solidarité. On arrive ainsi à obtenir une concordance entre l’intérêt particulier et l’intérêt collectif67.

  • 68 Voir chapitre XIII.

72On rappellera seulement, pour mémoire, le rôle fondamental joué par le député et professeur d’économie d’Antonelli, en faveur des assurances sociales, durant ces mêmes années.68

C. LES PROFESSEURS AU CHEVET DU FRANC MALADE

73On sait à quel point, sans toujours mesurer l’ampleur de la reconstruction, les hommes des années 1920 ont été préoccupés par les mouvements du franc et sa fragilité devant la livre. L’histoire est bien connue. Il est évident que les économistes concentrent eux aussi leur attention sur la monnaie, mais ils l’associent aux thèmes dominants que sont les fluctuations et les mouvements du change. Simiand les intéresse, sans toujours les convaincre, mais il suscite le débat. Quand plusieurs cycles s’additionnent, cycles interdécennaux et cycles longs, une crise prend des formes plus graves.

  • 69 Albert Aftalion, Monnaie, prix et changes : expériences récentes et théories, Paris, Alcan, 1927, o (...)

74Aftalion se repose les problèmes monétaires, en relation avec le change. Il établit la théorie neuve selon laquelle le change, pour des raisons spéculatives, provoque une baisse de valeur de la monnaie et ensuite seulement, l’émission de nouveaux signes monétaires confirme cette dévalorisation. Là encore, la théorie quantitative est mise à distance. Jusqu’alors les dévalorisations d’une monnaie étaient imputées au fonctionnement de « la planche à billets ». Il fait paraître, en 1929, son livre sur Monnaie, prix et change : expériences récentes et théories69.

75Nogaro influence directement le monde politique. Nous avons vu les origines de son nominalisme monétaire. Il commence alors une carrière politique. Élu radical, il deviendra même ministre de l’Éducation dans un éphémère gouvernement Briand en 1926. Il fait partie de ceux, nombreux, qui ont contribué à convaincre Poincaré de la nécessité de dévaluer. Ses conclusions en matière monétaire sont importantes et se divisent en six aspects successifs. La monnaie n’est plus aujourd’hui une marchandise, c’est un pouvoir d’achat créé par la puissance publique. L’étalon monétaire n’est pas autre chose qu’une unité de compte abstraite et sa valeur se définit par référence au niveau général des prix. La quantité de monnaie n’est que l’un des facteurs déterminants du niveau des prix. Elle agit par l’intermédiaire des variations de revenus mais elle n’est pas déterminante pour la valeur de la monnaie. Le change a un rôle essentiel dans les variations des valeurs internes des monnaies, mais à partir de ces quatre aspects fondamentaux, Nogaro tire la conclusion que la monnaie de banque est une monnaie neutre par sa construction même. Elle s’adapte aux besoins de l’économie d’augmenter ou de baisser les prix. Jusqu’à la guerre, ces conceptions monétaires étaient débattues seulement dans le monde des chercheurs, mais dans l’entre-deux-guerres, le débat est relayé dans l’opinion publique.

  • 70 Charles Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, p. 988.

76Seul Charles Rist, dont la pensée monétaire va dominer dans l’entre-deux-guerres, n’a pas élaboré ses théories monétaires avant la guerre de 1914-1918 et il s’en explique. Avant la guerre de 1914, il est entièrement absorbé par les problèmes sociaux et c’est par le biais de ces problèmes sociaux qu’il en vient à s’intéresser aux problèmes monétaires immédiatement après la guerre : « La fin de la guerre et les négociations relatives au traité de paix devaient donner aux questions monétaires et financières une importance de premier ordre en raison de tous les problèmes soulevés par le rétablissement d’un équilibre économique sur des bases nouvelles, après l’effroyable ébranlement suscité par le premier conflit mondial. Le premier problème auquel je m’attachais fut celui des réparations, j’étais véritablement indigné par les discours et les déclarations d’hommes comme messieurs Loucheur et Klotz qui s’efforçaient de faire croire au public français et au parlement qu’il était facile d’obtenir des Allemands des sommes astronomiques en mark or. L’ignorance totale des politiciens en ces domaines était ahurissante, celle des principaux négociateurs anglais n’était guère moins grande. Il ne faut pas oublier que c’est le gouverneur d’alors de la Banque d’Angleterre qui suggéra le premier les chiffres les plus élevés »70.

  • 71 Ibid., p. 984.

77On voit que c’est parce que les problèmes monétaires s’imposent et remettent complètement en cause les équilibres économiques que Charles Rist déplace ses centres d’intérêts. « Au cours de ces années, je me rendis de mieux en mieux compte que les problèmes ouvriers auxquels je m’intéressais plus spécialement au début de mon enseignement étaient étroitement dépendants de l’évolution économique générale, du développement des capitaux et de celui des prix. Je me plongeais de plus en plus dans l’étude de ces problèmes à peu près complètement négligés à cette époque dans l’enseignement des facultés de droit. L’extraordinaire prospérité économique qui avait caractérisé les dix premières années du xxe siècle, la liaison de cette prospérité avec le développement des mines d’or du transvaal et la hausse générale des prix m’avaient frappé au plus haut point et je fus amené à orienter dans ce sens mon enseignement de doctorat. De sorte qu’au moment de ma nomination à Paris en 1913, j’étais presque entièrement absorbé par les questions posées par ces problèmes monétaires »71. Or, les années 1920 font de Charles Rist l’expert, connu en particulier par son rôle de sous-gouverneur, auprès du gouverneur de la Banque de France Moreau. On connaît son rôle en faveur de la dévaluation/stabilisation du franc. Dès 1924, il avait d’ailleurs pris position contre toute politique de déflation. Le professeur d’économie politique se transforme en expert international, appelé à soigner les monnaies malades en Roumanie, en Autriche où il est envoyé en mission pour la fondation Carnegie, en Turquie, et en Espagne.

78Pour conclure, nous pouvons dire que, dans l’ensemble, les professeurs des facultés de droit partagent d’abord l’expérience de ceux que l’on a appelé les intellectuels, après l’affaire Dreyfus. Ils participent à la défense d’une république enfin raisonnablement sociale. Le rationnalisme joue à plein. Même un personnage considéré plus tard comme l’incarnation du conservatisme comme Louis Germain-Martin, a pris conscience des problèmes sociaux en devenant secrétaire du Musée social, au début du siècle. Il s’agit bien, selon la formule de L. Frobert, d’une génération d’économistes engagés. Avec des a priori politiques variés, souvent entre radicalisme et socialisme réformiste, ils ont participé à l’élaboration de lois sociales pour sauver une république fondée sur d’autres postulats que ceux des républicains opportunistes.

79Certains, comme Aftalion, restent dans le champ de la recherche non conventionnelle, tandis que d’autres se lancent dans le champ politique ou atteignent un statut d’expert reconnu. Les acteurs de recherches hétérodoxes, appuyées sur une méthode qui associait l’histoire et une statistique plus élaborée, sortent du champ académique et obtiennent dans les années 1920 une réputation d’experts, responsables de la bonne marche du champ économique. Cette réussite les conforte dans le bien-fondé de leur méthode.

80En 1929, dans la mesure où l’or a afflué dans les caves de la Banque de France, les gouvernants, quelle que soit leur attitude, ont l’impression de bénéficier de surplus financiers. André Tardieu engage même une politique de grands travaux. C’est dans ce climat de prospérité apparente qu’éclate la grande dépression des années 1930. Il est évident que l’ampleur de cette dépression ne pouvait que remettre en jeu le statut d’expert acquis en quelques années sur le problème monétaire.

Notes

1 Charles Gide et Charles Rist, Histoire des doctrines économiques, Paris, Sirey, 7 éditions entre 1909 et 1947.

2 Georges Gurvitch, Le temps présent et l’idée de droit social, Paris, Vrin, 1931, p. 8.

3 Palmarès de la faculté de droit de Paris, 1902.

4 Albert Aftalion, L’œuvre économique de Sismondi, Paris, A. Pedone, 1899, 264 p.

5 Thèse de doctorat, Leroux-Denis, 1898.

6 Thèse de doctorat, Leroux-Denis, 1899.

7 Charles Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, numéro spécial, p. 977.

8 Ibid., p. 978.

9 Ibid., p. 978.

10 Ibid.

11 Étienne Antonelli, De la résiliation du contrat de louage, Paris, A. Rousseau, 1906.

12 Gaétan Pirou, Proudhonisme et syndicalisme révolutionnaire, Paris, Rousseau, 1910.

13 Édité chez Rousseau, en 1909.

14 Bertrand Nogaro, l’arbitrage obligatoire et la propagation du contrat collectif en Australie, Paris, Bonvalot-Jouve, 1906, 142 p.

15 Ludovic Frobert, Essai sur l’économie de l’homme raisonnable, Thèse d’économie, Lyon, centre Walras, 1994, p. 108 et 128-129.

16 Albert Aftalion, Le développement de la fabrique et le travail à domicile, Paris, Sirey, 1906.

17 Ibid., p. 239.

18 A. Aftalion, op. cit., p. 281.

19 A. Aftalion, compte rendu des travaux de la section du nord de l’Association nationale française pour la protection légale des travailleurs, 1907 « la conciliation dans les conflits collectifs », Paris, Alcan, 1907, 96 p. A. Aftalion, La conciliation dans les conflits collectifs (compte rendu de l’Association nationale française pour la protection légale des travailleurs), Paris, Alcan, 1911.

20 Camille Perreau (1866-1932, agrégation 1891, droit) enseigne l’économie en première année, à Paris, membre du conseil de direction de la Société d’études législatives.

21 A. Aftalion, ibid., p. 15.

22 Ibid., p. 20.

23 Charles Rist, La journée de travail de l’ouvrier adulte en France, thèse de doctorat, Leroux-Denis, Paris, 1898.

24 Nous avons vu les mésaventures d’Antonelli face à Cauwès dans la mesure où il voulait introduire la pensée de Walras en faculté de droit.

25 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition, p. 179.

26 Léon Walras, Eléments d’économie politique pure ou traité de la richesse sociale, Paris, Librairie générale de droit, 1874-1877.

27 Léon Walras, op. cit., p. 470-471.

28 P. Leroy-Beaulieu, Essai..., op. cit., p. 71.

29 Maurice Basle, « Paul Leroy-Beaulieu, 1843-1916, un économiste français de la IIIe République commençante », L’Économie politique en France au xixe siècle, sous la direction d’Yves Breton et Michel Lutfalla, Paris, Economica, 1991, p. 203-246.

30 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition, op. cit., p. 370.

31 Cité par Basle, art. cit., p. 222.

32 Paul Leroy-Beaulieu, LÉtat moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin, 1890, deuxième édition, 1891, p. 23.

33 Paul Leroy-Beaulieu, Traité théorique d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1890, p. 85.

34 Paul Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 88 et cité par Baslé Maurice, p. 243.

35 Edmond Villey, Principes d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1892-1894.

36 Edmond Villey, op. cit., préface, 1893.

37 Edmond Villey, La question des salaires ou la question sociale, Paris, Larose et Forcell, ouvrage récompensé par l’Institut, Paris, 1887.

38 Chapitre I : les besoins et les instincts ; chapitre II : le libre arbitre et la liberté individuelle ; chapitre III : les droits de l’homme et dans ces droits de l’homme quatre sections ainsi libellées : section I : liberté de la pensée subdivisée en liberté de conscience, liberté de presse, liberté d’enseignement ; section II : liberté d’action subdivisée en liberté du mouvement, liberté du travail, liberté d’appropriation, liberté des échanges ; section III : liberté de combinaison, liberté de réunion, liberté d’association ; section IV : analyse les faux droits de l’homme et parmi ses faux droits de l’homme bien entendu il s’agit essentiellement du droit à l’individu à se rebeller contre la société, du droit au travail ou du droit à réclamer de l’État une intervention pour régler les problèmes sociaux. On est donc bien en face d’un libéralisme de combat. Le chapitre IV est consacré au rôle de la famille avec l’analyse des types de famille et des types de régime successoraux.

39 Edmond Villey, Principes d’économie politique, op. cit., p. 86.

40 Ibid., p. 402 et suiv.

41 Ibid., p. 456. C. Gide, discours d’ouverture au congrès coopératif de 1889.

42 Edmond Villey, Principes..., op. cit., p. 457.

43 Henri Hornbostel, « À la recherche d’Albert Aftalion 1874-1856 », Revue d’économie politique, novembre-décembre 1957, p. 789-802. Ce témoignage posthume a été confirmé par un entretien que nous avons eu avec le professeur Ernest Labrousse qui a joué dans les années 1920 un rôle d’assistant auprès d’Aftalion et qui lui aussi soulignait son isolement social.

44 Albert Aftalion, « La réalité des surproductions générales », Revue d’économie politique, 1909.

45 Albert Aftalion, « Les trois notions de productivité et les revenus », Revue d’économie politique, 1911.

46 Bertrand Nogaro, « Contribution à une théorie réaliste de la monnaie », Revue d’économie politique, 1906. Cet article est repris dans les éditions successives de son livre. Bertrand Nogaro, La monnaie et les phénomènes monétaires contemporains, deux éditions, 1924 et 1935.

47 Revue d’économie politique, 1911.

48 Bertrand Nogaro, La monnaie et les phénomènes monétaires contemporains, Paris, 1935, p. 40.

49 Ibid., p. 45.

50 Ibid, p. 402.

51 Ibid, p. 427.

52 Jean Lescure (1882-1947, agrégation 1910) : Dijon, Poitiers, Bordeaux, Paris. Sa thèse est éditée en 1906, Les crises générales et périodiques de surproduction.

53 Ibid., p. 386.

54 Étienne Antonelli, Les actions de travail dans les sociétés anonymes à participation ouvrière, préface d’Aristide Briand, Paris, Alcan, 1912.

55 55. Charles Gide, « L’actionnariat ouvrier », Revue d’économie politique, 1910. Étienne Antonelli, Les actions de travail, op. cit., et les rapports présentés au Sénat par Monsieur Delombre, à la Chambre par Monsieur Deschamps sur la proposition de Chéron, à l’origine de la loi.

56 Quelques sociétés existent comme par exemple à Bayonne la Noria, société de construction mécanique ; à Angers une coopérative de 45 membres ; la société des Grands Moulins Ville-grain à Nogent, etc. Voir article de É. Martin Saint-Léon, « Les actions du travail », La Réforme sociale, août 1921, p. 508-536, qui fait le tour de ces expériences mises en œuvre depuis la loi de 1917.

57 Étienne Antonelli, La Russie bolcheviste, Paris, Grasset, 1919.

58 Ibid., p. 35.

59 Albert Aftalion, Fondement du socialisme, étude critique, Paris, Marcel Rivière, 1923.

60 Ibid., p. VIII.

61 Ibid., p. IX.

62 Ibid., p. 28.

63 Ibid., p. 306.

64 Ibid., p. 299.

65 Ibid., p. 299.

66 Ibid., p. 300.

67 Ibid., p. 302.

68 Voir chapitre XIII.

69 Albert Aftalion, Monnaie, prix et changes : expériences récentes et théories, Paris, Alcan, 1927, ouvrage réédité en 1940.

70 Charles Rist, « Notice biographique », Revue d’économie politique, 1956, p. 988.

71 Ibid., p. 984.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Rapport et statistiques d’Aftalion (association nationale française pour la protection légale des travailleurs)
Légende Sources : La Concilation dans les conflits collectifs, BN 10° R 1711, p. 24-25
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Évolution des parités
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540