Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Chapitre XVIII. Le problème de la méthode

Texte intégral

1La création de doctorats spécialisés et d’une agrégation spécifique avait favorisé l’autonomie de la discipline et sa professionnalisation. Nous allons voir maintenant comment cet enseignement s’associe au début de la recherche sous le signe d’une triple rupture : rupture idéologique avec le libéralisme absolu et ce sera l’œuvre de Charles Gide, rupture scientifique explicitée par Charles Rist, et rupture méthodologique, enfin, qui associe la statistique à l’histoire des faits et des doctrines. Nous nous demanderons, en conclusion, en quoi cette conquête des outils statistiques a rapproché ou éloigné les enseignants des facultés de droit des partisans de l’économie mathématique.

I. L’ÉCOLE NOUVELLE CONTRE L’ORTHODOXIE LIBÉRALE

A. LA RUPTURE IDÉOLOGIQUE

  • 1 Charles Gide, « The economic schools and the teaching of political economy in France », Political (...)
  • 2 C. Gide, « l’École nouvelle », reproduit dans Henri Desroche, Trois étapes d’une créativité, coopé (...)

2La rupture est proclamée par Charles Gide dans deux textes manifestes de 1890 : « Les écoles économiques et l’enseignement économique en France »1, paru en anglais, et une conférence prononcée à l’université de Genève sur « L’École nouvelle »2. Gide a alors 43 ans, il est agrégé de droit et coopératiste. Il prend l’initiative de rompre avec ce lobby qu’est devenue l’école libérale. L’article anglais fait un tableau uniquement critique des institutions du lobby, sans jamais montrer les raisons de leur naissance. A Genève, il oriente sa conférence sur les raisons de sa rupture.

1. Le retard français

3C’est, dit-il, une opinion communément acceptée dans le monde scientifique que l’enseignement des sciences économiques en France connaît depuis les années 1870 un recul remarqué par les analystes étrangers. Il admet que des facteurs extérieurs, comme la défaite de 1870, un peu moins de vingt ans auparavant, aient pu contribuer à discréditer la France dans tous domaines « au même titre que les soies de Lyon apparaissent moins belles, le Champagne moins pétillant et les Parisiennes moins jolies, les économistes sont présentés comme moins bien instruits ». Mais, au-delà de la plaisanterie, les ouvrages étrangers dénoncent effectivement la France comme une sorte de désert scientifique, alors qu’ils soulignent les progrès de la science allemande.

4Pourtant, souligne Charles Gide, non seulement la France est à l’origine de l’économie politique scientifique avec l’école des physiocrates, mais encore Jean-Baptiste Say et Condillac ont tous les deux beaucoup apporté à l’analyse de la valeur, bien avant Jevons. Jules Dupuit et Cournot ont été des précurseurs en matière d’économie scientifique. Il admet que Walras a été obligé de se réfugier à Lausanne, faute d’avoir trouvé une place en France. Mais les Français ne sont pas absents du champ de l’économie puisque quelques grands noms l’illustrent. Mais, ils sont peu connus en France et par conséquent méconnus à l’étranger.

2. Les causes du malaise de l’économie

5La responsabilité de ce retard incombe à la situation de pouvoir de l’orthodoxie libérale. Charles Gide prononce une diatribe en règle contre l’école orthodoxe, dont il décrit la toute puissance en terme de groupe de pression. Il dénonce le rôle écrasant de l’Académie des sciences morales et politiques et de ses tentacules, le Journal des économistes, etc. Il souligne enfin à quel point cette école dite libérale l’est très peu au plan de la tolérance à la pensée d’autrui, puisqu’elle passe sous silence toutes les recherches qui ne vont pas dans son sens, quelle qu’en soit la valeur scientifique. Cette toute puissance d’une école crispée dans une orthodoxie et devenue conservatrice explique l’absence de recherches neuves en France. Gide rappelle les difficultés qu’il a rencontrées pour fonder la Revue d’économie politique, trois ans auparavant. Or cette revue est devenue à son tour l’objet d’une sorte d’ostracisme, dans la mesure où le Journal des économistes a choisi de ne plus jamais en parler après l’avoir, au départ, vivement attaquée.

6Désormais, les économistes pourront travailler dans des conditions beaucoup plus indépendantes. A l’abri de la structure universitaire, ils n’auront plus besoin d’écrire pour gagner des lecteurs, ni pour recevoir un prix académique, mais seulement pour se consacrer à leur travail scientifique. Ils ont acquis le droit à l’opposition et bien entendu la Revue d’économie politique est là pour leur prêter ses pages.

3. Une autre pensée est possible

  • 3 C. Gide, Principes d’économie politique, Paris, Larose, 6e édition, 1898, p. 27.

7La conception des lois exposée par les libéraux orthodoxes est contestable. Elles seraient l’expression des rapports s’établissant spontanément entre des hommes, à condition qu’ils soient laissés à eux-mêmes et libres d’agir suivant leur intérêt. Les intérêts s’harmoniseraient d’eux-mêmes. Gide donne de nombreux exemples d’abus des libertés qui vont contre l’intérêt collectif. L’école libérale a tout étudié en terme de statique et a gommé les aspects dynamiques de la vie sociale. En réalité, la loi naturelle par excellence est celle de l’évolution, les véritables lois naturelles, bien loin d’exclure l’idée de changement, la supposent toujours3.

8La coupure science/art est également fausse. Gide estime qu’il n’y a pas de rupture entre la partie scientifique, les lois, la science économique et la volonté d’intervenir dans les faits. Il réfute l’opposition de la science et de l’art et il estime que la volonté des hommes peut et doit agir pour améliorer les institutions. C’est une remise en question du libre jeu des libres mécanismes, et une réhabilitation de la capacité d’intervention pour améliorer l’ordre naturel. D’ailleurs, cet ordre présenté comme naturel est mauvais, il est conservateur, au service des plus puissants, et favorise la victoire des prédateurs. Pour Charles Gide, il faut une régulation du social pour corriger les inégalités excessives entre les hommes. Son attitude est humaniste et confiante dans la raison humaine.

  • 4 C. Gide, « l’École nouvelle », art. cit., p. 101.

9Il ne s’agit pas d’une hostilité de principe à toute forme de libéralisme. Le libéralisme politique est fondamental. Il explique qu’au temps de l’empire : « Nous écoutions alors et avec une bien vive sympathie les leçons d’un des plus fervents disciples de Bastiat [...]. C’était le temps où nous dévorions les articles de Prévost-Paradol... »4 Il ne reproche pas à l’école libérale orthodoxe d’exister, mais seulement de tout contrôler, de prétendre se confondre avec la science elle-même.

  • 5 C. Gide, L’École de Nimes, édition du centenaire, Paris, PUF, 1947.

10Il faut donc fonder une économie nouvelle. La théorie darwinienne de lutte pour la vie est inacceptable. Quand les volontés individuelles sont insuffisantes, l’État doit pouvoir intervenir. Par ailleurs, Charles Gide est le fondateur de l’École de Nîmes5. Il y défend les principes d’une libre coopération pour associer les individus, tout en ménageant les plus faibles. A partir de la base, progressivement, les coopératives pourront se fédérer à tous les niveaux et elles auront comme résultat d’abolir le salariat. Elles permettront de transformer la propriété privée en propriété des coopérateurs. Le profit d’entreprise ne sera pas supprimé mais redistribué à ceux qui ont contribué à le produire. De ce fait, la coopérative socialisera toute la société. Ce mouvement coopératif doit se réaliser progressivement mais permettra de réaliser une démocratisation de la vie économique et de la vie publique. Il aura pour résultat de respecter à la fois la solidarité et le libre choix.

11Tout ce mouvement coopératiste a été largement étudié, mais on mesure mal actuellement combien, par rapport à l’école orthodoxe, il est apparu comme une opposition, une économie en situation de dissidence. Pourtant, ne sont remis en question ni le marché, ni la libre concurrence, mais seulement l’affrontement des individus et l’élimination des faibles. La participation est ici participation au mouvement coopératif à l’intérieur duquel sont respectés la responsabilité et le travail réel de chaque participant.

  • 6 C. Gide, « l’École nouvelle », art. cit., p. 108.
  • 7 Ibid., p. 110.

12Mais la rupture est aussi méthodologique : « l’École nouvelle s’attache à ce qui change. » Elle n’énumère pas les théories du salaire mais montre comment le salaire et les formes du travail ont évolué dans l’histoire. « Elle en conclut que la même évolution qui s’est poursuivie de siècle en siècle se perpétuera dans l’avenir et que par conséquent le salariat disparaîtra à son tour pour faire face à des formes nouvelles que nous pouvons déjà pressentir parce qu’elles s’ébauchent sous nos yeux, la coopération par exemple »6. Quant à l’individualité, elle doit être respectée, mais éduquée afin de lui donner le goût du social. Individualité et individualisme ne sont pas synonymes. La théorie garde sa place, « pour mettre en œuvre ces matières premières, pour pouvoir ordonner et comprendre ces faits, la méthode déductive abstraite sera toujours de mise ». Il rappelle que « tout fait est une abstraction »7.

  • 8 C. Gide, Principes d’économie politique, op. cit.
  • 9 C. Gide, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, 2 vol., 4e éd., 1919.
  • 10 Marc Guy écrit : « Aux alentours de 1905, le traité d’économie de C. Gide avait été pour nos jeune (...)

13On mesure mal le prestige de Gide auprès de ses contemporains. De ce fait, ses manuels, qui seront des dizaines de fois réédités, prennent des formes variées. Dans ses Principes d’économie politique,8 petit manuel d’initiation qui en est à sa 24e édition en 1953, ou dans son Cours9 en deux tomes, toute une génération a découvert l’économie politique.10

14Le plan de Jean-Baptiste Say est repris mais historicisé. La science économique est présentée selon les différentes écoles, l’école libérale, les écoles socialistes, et les écoles réformistes. Après avoir analysé les facteurs de production, il insiste sur le rôle et l’importance des associations de travailleurs, de capitaux, ou des associations pour la vente. Puis le Précis redevient très classique, pour analyser les échanges, la monnaie, les systèmes monétaires, et les échanges internationaux, ainsi que le rôle des banques. Évidemment, Charles Gide introduit une forte différence quand il s’agit de la répartition. Il oppose au mode existant, les modes socialistes de répartition. Il analyse ensuite le rôle de ceux qu’il appelle les copartageants : les propriétaires fonciers, les capitalistes rentiers, les salariés, les entrepreneurs. Bien entendu, il recommande à propos des salariés tout ce qui peut favoriser un plus juste salaire. Plusieurs dizaines de pages sont consacrées à la protection légale des salariés, à la limitation de la durée de travail et à tout ce qui est contrat collectif de travail. Il insiste sur le rôle de l’assurance contre les différents risques économiques et contre les risques de la vie.

  • 11 C. Gide, Principes d’économie politique, p. 112.
  • 12 Ibid., p. 614.

15Enfin, en page 612 d’un manuel qui en comprend moins de 700 est posé le problème de l’avenir du salariat. L’abolition du salariat figure, dit-il, au premier rang des revendications de la classe ouvrière ou pour mieux dire les résume toutes11. Pourquoi lutter contre le salariat ? D’abord parce qu’il crée des conflits d’intérêts, parce qu’il aboutit dans de très nombreux cas à une baisse des salaires du fait du déséquilibre des forces, parce qu’il amène l’ouvrier à se désintéresser de son travail dans la mesure où il est mal payé, et enfin parce que le salariat permet l’exploitation en faisant de l’homme un instrument d’enrichissement pour un autre homme12. Comment abolir le salariat ? Il s’agit moins de substituer une organisation collective et obligatoire que de créer, à partir de la base, un mouvement coopératif. Le but final est l’abolition du profit, au sens actuel du terme du moins. La rupture est donc bien ici une rupture idéologique.

B. LA RUPTURE SCIENTIFIQUE

  • 13 Charles Rist, « Économie optimiste et économie scientifique », deux articles parus dans la Revue d (...)
  • 14 Ibid., p. 231.
  • 15 Ibid., p. 231.
  • 16 Ibid., p. 231.

16À cette rupture idéologique, répond une rupture scientifique, illustrée par les prises de position de Charles Rist dans ses deux articles sur « l’échange » et « La distribution », réunis sous le titre « Économie optimiste et économie scientifique » et parus dans la Revue de métaphysique et de morale13. Charles Rist, un des premiers agrégés d’économie qui a rencontré Gide à Montpellier et a longtemps collaboré avec lui, prend ses distances avec l’économie trop polémique : « c’est une banalité d’affirmer que l’économie politique a souvent été défigurée et son développement entravé par l’esprit de parti. On eut dit pendant longtemps, (et on dirait parfois encore à lire certains ouvrages), que le but dernier des études économiques est de prononcer sur l’ensemble de notre constitution économique un verdict d’acquittement ou de condamnation, beaucoup plus que d’en fournir une description exacte et une explication satisfaisante »14. De ce fait, selon Rist, les économistes en ce début du xxe siècle se partagent en « optimistes » et « pessimistes » : « les premiers opposés par tempérament à toute modification de l’ordre social, les seconds occupés malignement à combiner les moyens par lesquels l’État pourra diriger à son gré l’activité des individus »15. Charles Rist estime que, désormais, ces deux attitudes sont également refusées par l’ensemble de la communauté des jeunes économistes. « On n’ose plus guère tout approuver ou tout condamner en bloc dans notre régime de production et de distribution des richesses »16.

17À partir de ces constatations, il va essayer de redéfinir une véritable attitude scientifique. En effet, il pense, comme Gide, que la prétention à l’orthodoxie du lobby libéral a bloqué depuis une trentaine d’années les progrès de la science économique en France. Mais le retour à l’économie pure n’est pas un retour à cette orthodoxie. Par ailleurs, certaines recherches récentes semblent aboutir aux mêmes conclusions que celles des anciens libéraux que Rist dénomme « optimistes ». C’est pourquoi il s’efforce, dans cet article qui est à l’origine de sa carrière scientifique, de réexaminer plusieurs de ces propositions libérales et de se demander quel est leur degré de vérité scientifique. La première proposition concerne les échanges : « sous le régime de la libre concurrence, les prix s’établissent sur un marché donné de manière à procurer à chaque échangiste le maximum de satisfaction présente ». La deuxième question concerne la production : « sous le régime de la libre concurrence, les entrepreneurs sont forcés de combiner de telle sorte les facteurs de production, (terre, capital et travail), que la masse des produits ainsi obtenue assure à chaque membre de la société le maximum de satisfactions présentes ». Enfin, la dernière proposition concerne la distribution : « la libre concurrence tend à faire obtenir à toute unité de capital et de travail une part du produit commun égal à la valeur même créée par chacune d’entre elle ».

18Il s’agit d’examiner ces trois propositions fondamentales de la pensée libérale et de se demander quelle est leur part d’apologétique et leur part de vérité scientifique. Rist montre d’ailleurs que Walras ou Pareto aboutissaient au niveau théorique à des conclusions semblables.

  • 17 Ibid., p. 234.
  • 18 Leroy-Beaulieu Paul, Traité d’économie politique, préface de la première édition.

19Par ailleurs, pendant trop longtemps, les débats habituels ont manqué d’aménité. Rist rappelle que Leroy-Beaulieu qualifiait de « grimoire » les ouvrages de Pareto et de Walras et que, de son côté, Pareto estimait que les conceptions économiques de Paul Leroy-Beaulieu se résumaient « au tour d’esprit qui porte les hommes pratiques à ériger en théorème général la moindre observation de détail, et le même qui les empêche de s’élever aux plus hautes généralisations scientifiques »17. Paul Leroy-Beaulieu estimait, lui, avoir rendu à l’économie politique son vrai caractère trop oublié, et dénonçait « l’économie politique des professeurs », née « dans l’air méphitique des salles professorales ou qui sont perdus dans la contemplation de leur rêve intérieur, comme les bœufs du poète »18. Face à cet échange d’amabilités, les économistes des facultés de droit ont à choisir une démarche plus objective. Il s’agit d’examiner les propositions de près, pour comprendre qu’elles n’ont pas forcément le sens qu’on leur prête dès l’abord, que ces phrases ne sont pas synonymes de justification systématique de toute l’organisation économique et commerciale et que, par conséquent, il faut leur rendre la part de vérité à laquelle elles peuvent prétendre sans les transformer en outils de justification.

20Dans une première étape, il reprend l’analyse de la proposition relative à l’échange. La démonstration prouve d’abord que le théorème de l’équilibre auquel a conduit la libre concurrence a donné un maximum de satisfaction à la fois aux vendeurs et aux acheteurs. Donc, isolément, ce théorème est vrai. Mais il faut voir quel est le degré de vérité de ce théorème. En fait, il a une portée beaucoup plus restreinte, il s’applique « aux hommes tels qu’ils sont à chaque moment dans une société donnée, il considère leurs désirs présents ». Il confirme que si la satisfaction de leurs désirs est le but que l’on se propose, la libre concurrence sera un moyen de l’assurer à chacun d’eux. Mais il ne nous dit pas le moins du monde que tout désir doive être satisfait. Il n’affirme pas que toute marchandise désirée doive nécessairement faire l’objet d’un commerce. Par conséquent, la libre concurrence réalise non pas le maximum d’utilité, mais le maximum d’ophélimité. Ce maximum peut être très différent du maximum d’utilité et dès à présent, dit Rist, il est facile de voir que notre théorème n’est pas optimiste au sens ordinaire du mot.

  • 19 Cité par Rist, Essai économique et monétaire, op. cit., p. 240.

21En effet, le théorème prend pour des données, le régime de propriété privée et la situation de la répartition à un moment donné. Le maximum d’ophélimité (c’est une reprise du terme de Pareto) est uniquement le maximum compatible avec ce régime-là de propriété et cet état-là de la répartition. Pareto lui-même précise, à propos de la propriété privée : « Pour faire notre démonstration, nous avons supposé que les biens économiques étaient appropriés. Ce serait donc faire une pétition de principe si du théorème qui vient d’être démontré, on voulait tirer cette conséquence que l’appropriation des biens économiques produit un maximum de bien-être »19. Rist examine ensuite la notion de libre concurrence. Il pose le problème en général et puis l’actualise dans des circonstances extrêmement précises. Il aboutit à l’idée que la libre concurrence n’est pas toujours réalisable et qu’il ne sera pas toujours possible d’empêcher des ententes, licites ou non, entre vendeurs ou entre vendeurs et acheteurs, etc. Il faudra sûrement chercher d’autres procédés permettant de se rapprocher davantage du maximum d’ophélimité. Là encore, il réfute cet optimisme vulgaire.

22Dans le domaine du marché, il estime qu’il faut sérier les problèmes : si l’étude des prix reste fondamentale, elle n’absorbe pas toute la science économique. Les raisonnements abstraits doivent céder la place à l’observation et à l’induction. Les formules anciennes ne sont en fait que des vérités partielles qui prennent comme une évidence, l’état momentané et temporaire de la situation qu’elles analysent. On ne peut jamais en déduire scientifiquement une impossibilité ou une inutilité de l’intervention.

23Enfin, Rist analyse également le problème de la distribution des richesses. Il aboutit aux mêmes conclusions : si la théorie exposée ici représente exactement les phénomènes, toute attitude pour agir directement, par la loi par exemple, sur le taux de salaire, aura une répercussion inévitable sur la production de richesses. En effet, la fixation du prix des services dans l’échange se rattache surtout à la fonction de production économique. Si cette répercussion est défavorable à la production, les tentatives d’intervention, par l’État par exemple ou par la loi, vont avoir sur la répartition des revenus une influence contraire à celle que l’on attend. En somme, les mécanismes sont exacts, en les conditions actuelles.

24En revanche, sur les conditions sociales de la répartition, sur la façon dont la propriété est distribuée ou sur la façon dont les gens sont amenés à lutter pour leur vie, on peut intervenir pour qu’il y ait « une égalisation croissante dans les conditions de lutte pour la vie ». A ce moment-là, dit Rist, la répartition peut devenir plus favorable. En somme, le libéralisme dégage des vérités dans l’état actuel des choses. Mais ce n’est qu’un moment de l’histoire.

  • 20 Ibid., p. 280.

25Mais, dit-il, il ne faut pas aller plus loin, sous peine de sortir du domaine de la théorie économique. « Notre but était seulement de montrer qu’il n’est plus impossible de formuler une théorie de la distribution des richesses qui serait purement naturaliste et d’où les considérations de morales sont complètement écartées. Et ce serait une justification suffisante pour les efforts des récents théoriciens que d’avoir réussi à fournir, d’un phénomène social aussi complexe, une théorie scientifique, dégagée de toute préoccupation accessoire, et capable de fournir à la politique sociale ou économique, (quelles que soient du reste les fins poursuivies par celles-ci) une base solide et durable »20.

26On a là un très bon exemple de la façon dont ceux qui acceptent les positions de Charles Gide remettent en cause les thèmes de l’école orthodoxe, et introduisent le présent, la situation actuelle, l’état actuel des relations sociales et des forces sociales en présence, pour relativiser les lois dites scientifiques et éternelles prônées par l’école orthodoxe. On comprend alors à quel point l’analyse historique d’un contexte et son analyse statistique, par conséquent l’usage systématique de ces méthodes (les libéraux ne l’ont pas négligé mais l’ont utilisé de façon apologétique), peuvent contribuer à renforcer ce projet scientifique des économistes des facultés de droit.

C. LE CONFLIT DES DOCTRINES

  • 21 Charles Brouilhet, Le conflit des doctrines dans l’économie politique contemporaine, Paris, Alcan (...)
  • 22 C. Brouilhet (1899) a été chargé de cours à Montpellier avant d’être nommé à Lyon.

27Cette double rupture à la fois idéologique et scientifique aboutit à ce que l’on peut appeler Le conflit des doctrines dans l’économie politique contemporaine21, conflit qui se traduit, selon l’économiste Charles Brouilhet22, par plusieurs aspects.

28Il se traduit tout d’abord par une dénonciation du caractère historique et par conséquent transitoire de l’école libérale. Brouilhet démontre que ses conclusions optimistes sont remises en cause par les leçons de l’annuité successorale, un des outils pour obtenir une approximation de la répartition de la fortune privée des Français. Or, les chiffres de l’annuité successorale indiquent d’une façon sûre l’accroissement du déséquilibre social entre possédants et non possédants. Et cette inégalité des conditions n’est pas purement personnelle, elle joue un rôle défavorable au progrès de l’activité économique. Les conclusions des économistes libéraux sont donc toutes remises en cause.

29À cette école présentée comme dominante, l’auteur oppose les progrès de ce qu’il appelle l’école de l’intervention et de la solidarité, et le radicalisme social. Il suit alors les étapes de la progression de l’idée interventionniste. Il montre la manière dont elle s’est incarnée à l’intérieur du mercantilisme, le passage au radicalisme social et ses succès simultanés en France et en Angleterre. Les progrès du radicalisme social font réfléchir sur le problème de la taxation des revenus du capital, la législation protectrice du travail, les assurances sociales, les monopoles d’État, et la progression du syndicalisme ouvrier. L’auteur étudie ensuite l’essence du mot socialiste, et ses multiples facettes. Enfin, dans son dernier livre, il étudie le syndicalisme et les doctrines économiques de la Confédération générale du travail. Il fait le tour des types de syndicalisme, qu’il s’agisse de l’esprit corporatif, de l’action directe, de l’apologie de la violence, du rôle des minorités dans l’histoire et du bien-fondé ou non de l’antipatriotisme.

30La conclusion est cohérente avec ce texte. L’auteur estime que le syndicalisme est en cours de construction, mais que les syndicats ne donnent pas encore de bonnes réponses sur le modèle de la société à reconstruire. L’économie politique classique condamne cette littérature, cette science « où des auteurs ingénus placèrent avec leur protestation contre le présent l’optimisme de leurs espoirs ». On sent que le programme du radicalisme social fait l’objet des sympathies de l’auteur et qu’il souhaite le fonder scientifiquement. Ce type d’ouvrage apparaît pour la première fois dans la production universitaire.

31Par conséquent, les deux ruptures idéologique et scientifique fondent la nouvelle école d’économistes. La rupture idéologique de Charles Gide contre la prédominance du libéralisme qui avait caractérisé le xixe siècle, mais qui était devenue conservatrice d’une part, et la rupture scientifique de Charles Rist, d’autre part, sont les indicateurs d’une manière d’élaborer en faculté de droit un projet scientifique loin de toute orthodoxie. À l’abri d’institutions autonomes, en toute indépendance à l’égard du secteur privé, les nouveaux professeurs peuvent se permettre de poser des questions nouvelles, d’y apporter des réponses non conventionnelles, sans risquer d’être en désaccord avec un monde de commanditaires.

32Dans une seconde partie, nous allons voir l’importance croissante du rôle de la statistique, sa progression interne, en somme les outils mis à la disposition des enseignants.

II. LE RÔLE DE LA STATISTIQUE

33Il nous a été impossible de dissocier l’usage de la statistique de celui de l’histoire. En effet, les deux aspects sont rigoureusement liés. Nous les séparons uniquement pour des raisons d’exposition. Il faut garder à l’esprit que la méthode statistique et la méthode historique sont associées dans des proportions variées, par la plupart des nouveaux professeurs.

A. LA STATISTIQUE DESCRIPTIVE UTILISÉE PAR LES ORTHODOXES

34L’Ancien Régime avait fait, en France, un énorme effort statistique lié à la décentralisation. Or, nous avons vu dans la première partie, combien Jean-Baptiste Say se défiait de cet appareil statistique qui, d’une part, ne permettait le dégagement d’aucune loi et, d’autre part, était mis au service d’une hypertrophie de l’État. Un développement statistique sans réflexion n’avait strictement aucun intérêt théorique, la statistique fournissant seulement des sortes de clichés du réel. La statistique a continué de se développer au temps du Premier Empire, ne faisant ainsi que confirmer les critiques que lui apportait Jean-Baptiste Say. Malgré une remise en cause un peu tardive à la fin de sa vie, Jean-Baptiste Say a toujours soutenu qu’elle ne pouvait occuper qu’une place subalterne. Cette réticence du « père fondateur » de l’économie politique en France est lourde de conséquences pour l’avenir.

  • 23 Yves Breton, « Les économistes libéraux français et la statistique, débats et controverses », Jour (...)
  • 24 André Liesse, La statistique, Paris, Guillaumin, 1905.

35En réalité, le développement de la statistique a recommencé en France à partir de 1830, et les économistes libéraux se sont posé beaucoup de problèmes23. Nous avons vu que cette statistique avait essentiellement trouvé refuge au Conservatoire des arts et métiers, où André Liesse, en accord avec Levasseur, avait fondé la tradition d’une statistique réconciliée avec le libéralisme. Son ouvrage, La statistique, en 1905, se contente dans sa première partie, de rappeler les différents lieux où l’on peut consulter les statistiques. Ce n’en est pas moins une première mise en ordre des principaux aspects de la statistique descriptive telle qu’elle peut être utilisée en ce début du xxe siècle, avec une réflexion critique pour les usagers. Par ailleurs, André Liesse manifeste clairement, dans son introduction, qu’il voudrait arracher l’outil statistique au monopole des protectionnistes et remettre la statistique au service d’un libéralisme rénové24.

36Levasseur, nous l’avons vu, avait été influencé par la pensée de Roscher, par la première école historique allemande. Il a fait un usage méthodique de la statistique, au Conservatoire des arts et métiers, au Collège de France et surtout à l’École libre des sciences politiques. Plus qu’André Liesse, il s’est efforcé de dépasser le stade de la statistique descriptive, mais l’a cependant souvent mise au service des idées libérales. Cependant, en démographie, elle lui fait remettre en cause les théories de Malthus. Dans ses travaux sur l’ouvrier américain, elle aboutit à confirmer l’idée que le salaire est lié à la productivité et croît en même temps que cette productivité. Mais Levasseur ne se contente pas de ces confirmations.

  • 25 Émile Levasseur, « Une méthode pour mesurer la valeur de l’argent », Journal des économistes, mai (...)

37Critique à l’égard de la statistique sans méthode, il dénonce tous ceux qui prennent au hasard des prix, tirés de documents et de lieux divers, sans aucune critique, et qui « illustrent » ainsi des raisonnements, sans véritablement les fonder. Dans la plupart des cas, il faut inventer une méthode, puisque celles du passé sont insuffisantes. Par conséquent, on est au point de passage où la statistique permet, sur un problème précis, de dégager des conclusions et la « méthode de Levasseur » a été particulièrement bien explicitée dans un article, pas assez connu à notre avis, du Journal des économistes en 185625. Dans cet article, il cherche comment mesurer la valeur du métal argent. Or, l’argent est une marchandise et pas seulement un étalon de valeur. Comme toute marchandise, son prix est variable, ce qui fait que son aspect d’outil de mesure le rend en réalité fluctuant et qu’il est lui-même difficile à mesurer. Cependant, l’argent, qui sert de mesure de valeur dans un espace de temps court, est tout de même moins sujet à de subites variations que les autres marchandises.

  • 26 Ibid, p. 229.

38Le problème ainsi posé, Levasseur insiste sur l’intérêt qu’il y aurait à connaître avec précision le passé : « quels impôts payaient nos pères, quelles étaient les conditions de la vie d’autrefois, les dépenses d’un seigneur, le salaire d’un artisan, la valeur des propriétés et des marchandises. Toutes questions auxquelles on ne peut essayer de répondre que lorsque l’on a les moyens de calculer la valeur de l’argent »26. Le problème consiste donc à trouver non pas l’exactitude absolue, mais l’approximation la plus rapprochée.

  • 27 Ibid., p. 230.

39Tout l’article est une véritable leçon de méthode. D’abord, il faut utiliser des sources jusqu’alors inédites, et déjà en particulier ce qu’on appelle les documents involontaires : « Les historiens ne sont plus la seule source à laquelle il soit permis de puiser, les chartes, les diplômes, les livres de comptes, les contrats, les manuscrits sont nombreux et renferment les détails si curieux de la vie intime des peuples qui ne se produisent pas sur la scène de l’histoire : c’est là qu’il faut aller chercher les principales révolutions économiques de la société et entre autre les variations de la valeur de l’argent »27. Pour cela, il passe en revue les indicateurs possibles : le travail humain peut-il servir de mesure de valeur pour l’argent ? La réponse est non. Il a lui-même des valeurs trop variables. Le blé aussi varie, mais moins. En dehors des crises, ces variations fluctuent autour d’un prix naturel relativement stable qui peut au moins permettre de mesurer une évolution. Il cite à l’appui de sa thèse Adam Smith, affirmant que, d’un siècle à l’autre, le blé est une meilleure mesure de la valeur que l’argent.

40Émile Levasseur envisage avec gourmandise l’idée de parvenir à mesurer le pouvoir d’achat. Il se demande dans quelle mesure l’augmentation des quantités de l’argent peut le modifier ou non. Des séries longues seraient précieuses, des indices aussi (ce qu’il appelle une moyenne générale), et permettraient d’approcher du sujet. Mais, dit-il, « ce serait une tâche bien pénible à faire », trop longue et « qui dépasse les forces humaines ».

  • 28 Ibid., p. 232.

41Quelle est donc la méthode proposée ? Cette méthode, qu’il juge plus sûre, consiste à restreindre le cadre pour préciser l’objet. Il faut suivre un seul marché : « Si dans une même ville, on pouvait suivre le cours du blé mois par mois, jour par jour, il serait aisé de se rendre compte des causes accidentelles de la hausse et de la baisse, d’apercevoir le prix naturel à travers les fluctuations du marché, de chercher si l’agriculture n’a pas subi ou rencontré quelques importantes modifications, si les approvisionnements de la ville se sont toujours faits dans les mêmes conditions, et enfin de calculer d’après ces données une moyenne qui aurait toute chance pour ne pas s’éloigner beaucoup de la vérité »28.

42C’est pour cela que Levasseur estime qu’il faut trier les documents, partir des documents involontaires, ceux qui ne sont pas délibérément déformés, rechercher les plus intéressants et les confronter aux documents volontaires. Par exemple, on utilisera les redevances payées au seigneur ou au monastère qui sont stipulées en setier de froment et converties en une somme équivalente d’argent. Ces documents involontaires remplaceront, dans les calculs, les prix du marché. Levasseur insiste sur la qualité des registres des monastères qui permettent de dresser ainsi des séries longues pouvant remonter jusqu’au xive siècle. Mais en parallèle, il faudrait utiliser un tableau des salaires dans la même ville ou au même endroit, et en prendre ainsi la moyenne plus précise en réunissant les avantages des deux méthodes. Mais, dit-il, il faudrait que ces salaires soient empruntés à une profession unique et une profession courante, où le talent individuel n’intervient pas, comme par exemple le salaire des terrassiers ou le salaire des manœuvres. Et en utilisant les registres ou les archives royales où il y a des comptes de maçonnerie et des journées d’ouvriers, on pourrait ainsi avoir en parallèle le prix des denrées et le prix des salaires. Après ça, il faudrait choisir des cas, c’est-à-dire 4 ou 5 villes du royaume les plus importantes et quelques villes du royaume les moins importantes. Ainsi, on pourrait mesurer dans les grandes villes ou dans les villes relativement éloignées, quelles sont les variations de l’argent. Cela permettrait d’apercevoir, sur une même place, les mouvements de hausse et de baisse produits à la suite des siècles. Mais on saurait aussi, sur plusieurs places, les différences qu’introduit dans la valeur de ce métal, à une même époque, la diversité des conditions économiques.

  • 29 Ibid., p. 234.

43Ceci fait, ces tables donneraient l’approximation la meilleure possible de la valeur de l’argent, pour les marchés sur lesquels ces tables auraient été construites. Ces tables aideraient « encore à comprendre le sens des prix indiqués pour d’autres parties de la France »29. Ainsi, dit Levasseur, l’historien rapprocherait les chiffres qu’il trouverait, des moyennes indiquées pour la ville la plus proche, et à l’aide d’un calcul facile, il arriverait le plus souvent à apprécier la valeur réelle, d’une manière beaucoup moins insuffisante qu’il ne peut le faire aujourd’hui.

44Pratiquement, Levasseur estime qu’il s’agit là d’une recherche collective qui dépasse la force d’une seule personne, et que cette recherche doit être strictement limitée à des études de cas, à Paris par exemple. Aux archives nationales, il est parfaitement possible de mesurer le prix du blé de première qualité au début du xvie siècle, puis, au xviie siècle, son évolution tous les trois mois par exemple, à Paris. Une longue succession de tableaux est destinée à prouver aux lecteurs que cette étude est possible. Ayant établi ce mouvement, l’économiste, statisticien et historien cherchera à dégager des périodes, des rythmes où l’argent devenu rare renchérit et où, par conséquent, le prix des marchandises baisse, et des renversements de tendance. On a là l’ébauche d’un programme aboutissant à dégager des conclusions sur les causes des fluctuations de l’argent, et sur les fluctuations longues.

  • 30 Zheng Kang, La société de statistiques de Paris, Thèse de l’École des hautes études, 1987.
  • 31 É. Levasseur, L’or, Paris, Guillaumin, 1852

45Ainsi, il est parfaitement faux de dire que les libéraux se sont désintéressés des statistiques : Liesse, Levasseur et de Foville, avec ses recherches sur le revenu national, se rencontrent à la Société de statistique de Paris30. Mais c’est Levasseur qui, le premier, fait de la statistique un outil de découverte dans le domaine des mouvements longs31.

46Enfin, il faut rappeler que même chez les libéraux intransigeants, la méthode d’observation et la statistique servent à légitimer des remises en cause : théorie de la répartition chez Leroy-Beaulieu, relativité des lois chez Levasseur.

B. LA PRISE DE CONSCIENCE EN FACULTÉ DE DROIT

  • 32 Fernand Faure, « La statistique dans les facultés de droit », Revue internationale de l’enseigneme (...)
  • 33 Fernand Faure, « La statistique dans les facultés de droit », Revue internationale de l’enseigneme (...)

47Le relais est pris dans les facultés de droit par Fernand Faure, à l’occasion du premier cours de statistiques dispensé, en France, dans le cadre d’une faculté de droit, celle de Bordeaux en 189032. Ce cours est associé à celui de législation financière. Fernand Faure, avant de faire une carrière politique, occupe cette chaire. Pour lui, la statistique consiste simplement « en la constatation et la description des faits par voie de dénombrement. Elle ne serait ni la science des faits sociaux ni la méthode que cette science emploie. Elle serait ce qui suffit à sa dignité l’indispensable auxiliaire de l’une et de l’autre. Cette troisième conception me paraît seule exacte et rationnelle »33.

  • 34 Léon Donnat, La politique expérimentale, deuxième édition, 1891, p. 31-42.

48Cette étude sur la statistique lui permet de définir ses conceptions de la science et de la méthode. La science doit rechercher et découvrir les lois des phénomènes. La méthode est un procédé de l’esprit à l’aide duquel on parvient à découvrir les rapports qui existent entre les phénomènes, elle consiste à observer les faits. L’auteur s’inspire ouvertement, et de façon explicite, du livre de Claude Bernard, l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, et il y fait référence au chapitre « De l’observation et de l’expérience ». Il renvoie également au développement consacré à l’observation et à l’expérimentation dans la science politique34. Toute cette leçon d’introduction, publiée dans la Revue internationale de l’enseignement, permet à Fernand Faure de montrer les liens qui unissent nécessairement la statistique à la science et à la méthode. Ils sont « les plus intimes que l’on puisse imaginer ». La statistique est définie comme « le dénombrement des faits, en tel ordre déterminé, accomplis dans une période donnée et l’expression, soit par des tableaux de chiffres, soit par différents procédés graphiques des résultats de ce dénombrement ». L’auteur pense que tous les phénomènes peuvent être étudiés par la statistique, à condition d’être des phénomènes quantifiables.

49Pour lui, le fait social doit être objet de travaux statistiques. Suit une longue analyse de la fonction de la statistique appliquée aux phénomènes sociaux. Cette statistique concourt, d’une part, à la constitution et au développement des sciences dont ces phénomènes sont l’objet, et d’autre part, lorsqu’elle est appliquée aux phénomènes sociaux, « à la découverte des meilleures solutions pratiques que comportent les questions sociales dont l’étude et la discussion remplissent et agitent notre époque ».

50On voit ici le passage entre l’analyse scientifique et l’utilisation de cette analyse, puisque l’auteur ajoute deux autres fonctions. La statistique fournit aux pouvoirs publics des renseignements à défaut desquels l’administration d’un grand public ne se concevrait même pas, et, dernière fonction, elle fournit enfin aux particuliers eux-mêmes, des indications précieuses sur l’utilisation de leurs bras, de leurs aptitudes ou de leurs capitaux.

51La suite de la leçon inaugurale précise et développe, à l’appui des grands ancêtres, le fondement de cette statistique. En ce début de siècle, en 1910-1911, le radical Fernand Faure met la statistique au service d’un gouvernement éventuellement réformateur. Dans l’article suivant, en novembre 1911, l’auteur attribue au seul État la capacité de dresser la statistique des faits sociaux.

  • 35 Le Play, cité par Fernand Faure, art. cit., p. 387.

52Par ailleurs, faut-il, et sous quelle forme, introduire la statistique dans les programmes de notre enseignement public ? Puisque cette statistique est dressée par les agents de l’État, il faut qu’ils apprennent à s’en servir. La statistique est mise au service d’une intervention modérée, réformiste. L’auteur, curieusement, cite Le Play : « l’éducation donnée dans nos collèges sera vicieuse tant qu’elle ne sera pas complétée par deux cours élémentaires sur la constitution du politique et sur la statistique de la France »35.

  • 36 F. Faure, art. cit., p. 385.
  • 37 Fernand Faure, Eléments de statistique, résumé du cours fait à la faculté de droit de Paris, 1904- (...)

53En conséquence, dit l’auteur, « en attendant que tous les citoyens de notre démocratie puissent recevoir sur la statistique les notions les plus indispensables, il importe de commencer à les fournir à ceux qui viennent chercher sur les bancs des facultés de droit une préparation à la vie publique »36. On voit bien ici qu’au-delà du positivisme évident, l’idée selon laquelle la statistique est un outil de gouvernement indispensable, et qu’il faut la mettre à la disposition des futurs gouvernants et des futurs fonctionnaires, aboutit à un programme scolaire en faveur duquel Fernand Faure va s’efforcer d’agir. A cet effet, on peut signaler son manuel, qui reprend son cours, Les éléments de statistique37.

54Or, Fernand Faure consacre son premier chapitre à l’histoire et aux doctrines sur la statistique. Le second définit l’objet statistique. Seul le troisième chapitre correspond à ce que nous appellerions un cours de statistique proprement dit, puisqu’il montre comment sont calculés les coefficients, les moyennes et les grands nombres. Ensuite, l’auteur reprend une sorte d’apologie des fonctions de la statistique, une description de leur mode d’établissement, de leurs publications. Le sixième chapitre est consacré aux rôles respectifs des particuliers et des pouvoirs publics dans l’établissement de la statistique. Le dernier chapitre, enfin, énumère les différents endroits où sont disponibles des statistiques, faisant ainsi un bilan, en ce début du xxe siècle, des différents services de statistique des ministères. Au bout du compte, la partie statistique proprement dite se limite à une quinzaine de pages.

  • 38 Yves Breton, « Les économistes libéraux français et la statistique », art. cit., p. 82.

55On est là beaucoup plus dans une statistique débutante, revendiquée d’ailleurs, que dans un véritable enseignement de la statistique. De plus, cette arithmétique politique ignore complètement, comme le souligne Yves Breton, le développement de la statistique mathématique à l’étranger depuis les années 1880. Elle ignore en particulier l’ajustement des courbes par la méthode des moindres carrés, la corrélation totale ou partielle, les indices de prix qui sont réalisés grâce aux travaux de Galton, Pearson, Edgeworth et Yule. Yves Breton insiste sur le fait que ce développement a lieu essentiellement en Angleterre, ce qui démode en quelque sorte la statistique classique. À cause de cela, quand les professeurs des facultés de droit utilisent la statistique, ils utilisent des notions dépassées. Ainsi, quand en 1912, Charles Rist qui était alors professeur à l’université de Montpellier, voulut apprécier quantitativement les relations qui existaient entre les variations annuelles du chômage et des prix, il n’eut pas recours au coefficient de corrélation. Il utilisa le coefficient de dépendance de Lucien March qui était beaucoup plus facile à calculer mais aussi beaucoup moins satisfaisant que le premier coefficient, dans la mesure où il ne tenait pas compte des grandeurs des écarts comparés38. La statistique, par ces techniques, reste donc rudimentaire jusqu’à l’arrivée d’Aftalion à la faculté de droit de Paris.

C. LE RÔLE DÉCISIF D’AFTALION

  • 39 Et non pas en 1928, contrairement à ce que l’on a longtemps soutenu.

56Aftalion agit dès qu’il le peut sur les étudiants et sur les futurs professeurs. L’effort d’introduction des aspects les plus récents de la statistique a lieu grâce à son cours à la faculté de droit de Paris. Mais ce cours, qui n’est publié qu’en 1928, est en fait testé en doctorat dès l’arrivée d’Aftalion en 1923, et il circule, multigraphié, chez les étudiants. Auparavant, grâce à F. Faure, Aftalion avait été appelé comme juge au jury de l’agrégation. Conformément au programme fixé dès 191439, le sujet d’écrit sur le rôle de la statistique en économie politique sensibilisait, du même coup, au problème tous les futurs agrégés.

  • 40 La table des matières est reproduite en annexe.

57Son cours est testé d’année en année. Il est, au début, manuscrit, puis il est recopié, nous dit Jean Weiler, par un adjudant de l’École polytechnique, « qui avait une belle plume ». Le cours est ainsi reproduit, en écriture ronde, avant d’être véritablement publié. Jean Lhomme, chargé de cours à la faculté de droit de Lille, et Jean Priou, docteur en droit, avocat à la cour d’appel de Paris, recueillent et rédigent ce cours de statistique qui est diffusé chez les étudiants bien avant la publication de 1928. La table des matières40 est significative du contenu : elle commence par la classification des données, leur distribution par fréquence et les courbes de fréquence, et elle donne des exemples. Elle étudie ensuite les valeurs centrales, moyennes, médianes, modes puis les nombres indices, en donnant des exemples précis sur le choix de la période de base et la façon de les calculer. Elle continue ensuite par l’analyse des séries chronologiques permettant d’étudier les cycles économiques et leurs caractéristiques, les mouvements de longue durée, les variations cycliques et les variations saisonnières. L’auteur étudie l’intensité des variations en calculant des coefficients de dispersion et de déviation. Il fait le point en cette fin de première partie, sur les méthodes graphiques et leur utilité.

58La seconde partie s’efforce d’analyser les lois ou les régularités statistiques. Elle étudie donc la corrélation, le coefficient de corrélation, la loi des grandeurs correspondantes ou la régression, la corrélation partielle, la régression générale ou coefficient de régression partielle. La troisième partie, enfin, est consacrée aux prévisions, et elle est précédée d’un chapitre montrant les différentes objections philosophiques ou techniques et les réponses que l’on peut y apporter. Les prévisions se font d’abord d’après la forme des courbes chronologiques, puis par les indices annonciateurs, en utilisant ainsi la méthode dite de Harward sur les courbes du marché financier, les courbes du marché des marchandises et du marché monétaire, l’ordre de succession de ces courbes. L’auteur analyse ensuite les autres méthodes de prévision par les indices annonciateurs des différents chercheurs étrangers, le rôle de Karstein ou Werking et surtout la méthode de prévision d’Irwing Fisher. Il termine sur la façon dont Jean Dessirier a mis au point une méthode de prévision du cours des valeurs.

  • 41 Ce dernier chapitre est reproduit en annexe.

59Enfin, le dernier chapitre41 est consacré aux prévisions en utilisant le coefficient de corrélation et l’équation de régression. Les travaux du professeur Moore et les travaux de B. B. Smith en matière cotonnière sont cités, ainsi que les prévisions cycliques à propos de l’industrie.

60C’est la première fois, en faculté de droit, en France, que les acquis de la statistique anglo-saxonne sont ainsi massivement diffusés. Il faut souligner le rôle absolument fondamental d’Aftalion qui, longtemps isolé à la faculté de droit de Lille où il se consacrait plutôt à l’étude des problèmes sociaux, utilise sa nomination à Paris dans l’immédiat après-guerre pour faire la promotion de la statistique dans ses aspects les plus récents.

61La statistique reprend sa véritable fonction : elle cherche à analyser des problèmes concrets, dans un esprit qui révèle la victoire du positivisme. Il ne s’agit plus de tester des théories générales, ni d’en sortir d’éventuelles lois, il s’agit d’abord d’analyser des problèmes concrets, de voir comment agir sur la réalité. Ensuite seulement, on pourra, par exemple sur le rapport de la valeur de la monnaie avec le taux de change, en tirer des acquis scientifiques plus larges.

  • 42 Charles Rist, « Notice autobiographique », Revue d’économie politique, 1956, numéro spécial, p. 98 (...)

62Nous verrons dans le chapitre suivant, à quel point les thèmes sociaux ont été éclairés par cette méthode ainsi que l’action du gouvernement, surtout jusqu’à la guerre de 1914-1918. Dès à présent, il faut rappeler la façon dont Charles Rist lui-même, avant que les aspects les plus récents de la statistique soient introduits en France, avait mis en œuvre cette démarche : « l’augmentation du nombre des grèves depuis 1901 avait donné lieu dans les journaux à de nombreuses polémiques. On l’attribuait volontiers à la politique sociale inaugurée par M. Millerand. Je fus amené à comparer le mouvement des grèves en France et en Angleterre et dans différents autres pays et j’aboutis à cette constatation basée sur un examen très attentif des statistiques que le mouvement des grèves était pratiquement préalable aux fluctuations des prix, tantôt en hausse, tantôt en baisse »42.

63Bien entendu, Aftalion avait lui-même utilisé la méthode statistique pour élaborer sa théorie des crises, et pour analyser le problème du change. Bertrand Nogaro utilise une statistique plus simple, plus descriptive pour remettre en cause la théorie quantitative de la monnaie. Par conséquent, cette attitude statistique caractérise, dès le début du xxe siècle, l’attitude nouvelle des jeunes professeurs d’économie politique des facultés de droit issus de la nouvelle agrégation. À partir d’une analyse de cas précis, de faits réels, elle fournit une aide à la décision en ce qui concerne les différents problèmes du monde social. On voit donc comment, à la rupture théorique, correspond un changement dans l’attitude méthodologique.

  • 43 Michel Huber, « l’organisation... », art. cit. René Roy, « L’enseignement de la statistique », Rev (...)
  • 44 Dont nous avons vu les prises de positions méthodologiques au chapitre XVI.

64Ces efforts aboutissent au décret du 26 juillet 1922, qui crée à l’université de Paris, un Institut de statistique placé sous la direction des quatre facultés et qui a pour objet, à la fois la méthode statistique et les applications des mathématiques à la statistique.43 Le calcul des probabilités fait l’objet, en 1929, d’un nouveau certificat dans la licence de mathématique. L’enseignement en est confié à Georges Darmois.44

  • 45 Robert Marjolin, « Le directeur de l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales » (...)
  • 46 Témoignage de M. Jeanneney, 1994.

65Enfin, en 1933, « grâce à la générosité de la Fondation Rockfeller, qui apporte une aide nouvelle après tant d’autres au développement de la pensée scientifique française »45, est fondé l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales (ISRES). Rist en est le président et le directeur. Il s’entoure d’un conseil où il réunit Aftalion, Augé-Laribé, Bouglé, Divisia, Huber, Lambert, Landry, Max Lazard, Oualid, Pirou, Simiand. Après 1936, date du décès de Simiand, Laufenburger le remplace. Rist dispose d’une secrétaire et d’une calculatrice. Le centre est mis à la disposition des jeunes chercheurs : Robert Marjolin, J.-M. Jeanneney viennent y utiliser la rare et bruyante machine à calculer46.

66Ce changement de méthode est associé à l’usage de plus en plus systématique de la méthode historique, sur laquelle nous n’avons pas à revenir longuement. Seule l’analyse du réel dans ses aspects concrets quantitatifs et historiques permet, à terme, de dégager des lois et de prendre des décisions. Il ne s’agit pas ici de se demander s’il y a prédominance de l’économie politique sur l’histoire, comme le pensaient les libéraux du xixe siècle, mais de montrer que le recours à l’histoire, là encore, ne sert plus ni à éprouver des théories ni à défendre des institutions. Il sert à faire de l’économie politique une science de gouvernement.

III. LE BILAN

A. L’HISTOIRE DES DOCTRINES ÉCONOMIQUES

67À cette démarche est associé le développement de l’histoire des doctrines économiques. Elle a commencé à Paris, par l’instauration de la chaire d’histoire des doctrines économiques de la faculté de droit en 1902, chaire confiée à Auguste Deschamps. A cette chaire, lui succède le professeur Oualid pour une année seulement, du 1er août 1934 au 1er avril 1935, puis Gaétan Pirou à partir du 1er avril 1935, auquel succéderont en 1946, le professeur André Marchai et deux ans plus tard le professeur James, en 1948.

  • 47 René Gonnard, Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates, Paris, Librairie général (...)
  • 48 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates jusqu’à nos jours, (...)

68Mais cette histoire des doctrines économiques n’est pas principalement illustrée par les professeurs parisiens. Certes, tous les professeurs parisiens y font allusion et l’intègrent comme nous l’avons vu dans leur manuel, qu’ils soient libéraux ou pas. Mais l’histoire des doctrines est essentiellement illustrée par des écoles provinciales. En particulier, c’est le cas des deux principales familles de manuels : d’une part à Lyon l’histoire des doctrines économiques47 de René Gonnard qui sera sept fois rééditée entre 1921 et 1948 et d’autre part, bien entendu, l’histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates à nos jours de Gide et Rist48.

  • 49 Que nous ne pouvons pas évidemment à l’échelle d’une thèse de ce genre analyser en détail et qui m (...)

69Nous avons déjà vu que l’association entre Charles Gide et Charles Rist n’est pas toujours simple. L’un est un juriste, mais résolument réformiste et coopératiste, l’autre est un jeune professeur issu de la nouvelle agrégation, dont les préoccupations sociales sont certaines pendant ses premières années de formation, mais qui a plus de goût que Gide pour la théorie et les mathématiques. Tous deux sont protestants. Rist a été recruté parce qu’il parle couramment l’allemand. Le point commun de toutes les histoires des doctrines49 est de relativiser, là encore, le libéralisme, en montrant la jeunesse de l’économie politique et la divergence des écoles. Mais les deux histoires sont d’inspirations extrêmement différentes. Dans l’ensemble, elles commencent toutes deux avec la physiocratie. Gonnard analyse successivement la physiocratie, l’école libérale, le socialisme au xixe et au xxe siècles, et il termine par ce qu’il appelle les écoles réalistes, face auxquelles il insiste sur les différentes réactions : la réaction étatiste de Sismondi, la réaction nationale de List, la réaction historique de Roscher, la réaction familiale de Le Play, la réaction professionnelle, le syndicalisme, les catholiques sociaux et les démocrates chrétiens, le corporatisme, le solidarisme et le dirigisme.

  • 50 René Gonnard, Histoire des doctrines économiques, op. cit., p. 492.

70Au terme des 500 pages de description des différentes écoles de pensée, la conclusion est une mise en garde contre le risque du scepticisme devant la diversité des écoles, qui ne diffèrent en réalité entre elles, selon Gonnard, que par un attachement exclusif à une méthode : « celles qui sont en opposition fondamentale sont beaucoup moins nombreuses déjà et cette opposition se produit surtout sur le terrain de l’art économique et non sur celui de la science »50.

  • 51 Ibid.

71Leur point commun ? Il y a des lois naturelles que l’on ne peut violer impunément. Les libéraux et les socialistes sont susceptibles d’être scientifiquement d’accord sur un enchaînement de données. Seulement, l’un juge fâcheux la conséquence que l’autre jugera désirable. Il n’y a pas de liberté de pensée sur le plan scientifique, deux et deux font quatre quelle que soit l’idéologie, et les divergences sont « sur le terrain de l’art social... Là les divergences peuvent subsister sans absurdités, basées qu’elles sont sur la diversité des conceptions métaphysiques ».51 L’auteur termine sur la différence entre science et opinion en accentuant le rôle de la science. Il rajeunit seulement les thèmes de l’école orthodoxe.

72Beaucoup plus intéressante est l’Histoire des doctrines de Gide et Rist qui, dans une première partie, étudie les fondateurs, les physiocrates, puis Adam Smith, et les « pessimistes », Malthus et Ricardo. Ensuite, le deuxième livre s’ouvre sur les adversaires de la théorie classique, Sismondi, les saint-simoniens, les socialistes associationnistes, les partisans de l’économie nationale, le socialisme de Proudhon. Puis les auteurs abordent, dans le livre III, les deux écoles libérales, l’école optimiste française et l’école pessimiste anglaise. Ils annoncent ensuite, dans le livre IV, les réactions contre le libéralisme, le poids de l’école historique avec sa querelle des méthodes, le rôle du socialisme d’État, le marxisme, qui est longuement analysé, et sa crise. Le marxisme à lui seul, avec une bibliographie sur Karl Marx, occupe les pages 533 à 563, sa crise est étudiée dans les pages 563-576.

73Mais l’ouvrage laisse une large place aux écoles inspirées par le christianisme et annonce les doctrines récentes qui sont supposées représenter les aspects actuels de la science économique. Là, assez curieusement, les écoles marginalistes, l’école mathématique de Lausanne, sont présentées sous le nom de « pseudo renaissance de l’école classique » et sous le titre Les hédonistes, L’homo economicus est présenté comme une fiction réduisant l’homme à la recherche de son plaisir personnel, à la réalisation de ses désirs. Une vive critique est faite de ces théories sous l’angle moral. Les solidaristes occupent une grande place ainsi que les anarchistes. Là aussi, les auteurs concluent que les divergences d’école s’effacent dans une unité supérieure et ne subsistent que dans le domaine de la politique économique. Le rôle de l’histoire des doctrines consiste à éviter le dogmatisme.

74En somme, tantôt la méthode historique est utilisée en complément de la statistique pour des études de cas concrets, tantôt en matière de doctrine elle sert à relativiser l’apport de l’école libérale. Un consensus sommaire est fait sur la notion de lois, mais au niveau des applications, et surtout au niveau des remèdes à apporter aux problèmes, tout est possible.

B. DES EMBRYONS D’ÉCOLES DIVERGENTES ?

75La souplesse de cette démarche, la liberté qu’elle confère aux enseignants, ouvre la voie à plusieurs possibilités. On peut distinguer trois tendances dominantes, qui parfois interfèrent : un embryon d’école historique française, des enseignants plus favorables au marginalisme et quelques rares personnalités vraiment intéressées par la pensée de Walras.

1. L’embryon d’une école historique

  • 52 Lucien Brocard, Principes d’économie nationale et internationale, Paris, Sirey, 3 vol, 1929-1931, (...)
  • 53 L. Brocard (1870-1936, agrégation 1906) chargé de cours à Aix, mais carrière locale à Nancy.

76Le fondateur en est Cauwès, « ce grand éveilleur d’idées »52. Lucien Brocard, Bertrand Nogaro, Jean Lescure revendiquent le fait d’avoir été ses étudiants au niveau du doctorat. Rist, qui l’a été aussi, n’a cessé de s’en démarquer. L. Brocard53, professeur à Nancy, annonce qu’il va étudier l’économie régionale, nationale, internationale, par cercles concentriques, en attachant une grande importance aux particularités humaines et historiques. Il conçoit l’économie comme une science sociale large qui se différencie nettement de la biologie. Contrairement aux cellules, les hommes ont une conscience et un pouvoir de décision. A l’imitation de la seconde école historique allemande, il accepte une large intervention, et pas seulement au niveau de la répartition.

  • 54 B. Nogaro (1880-1950, agrégation 1908) : Montpellier, Caen, Paris.
  • 55 J. Lescure (1882-1947, agrégation 1910) : Poitiers, Bordeaux, Paris. Théoricien et historien des c (...)
  • 56 L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, textes de Louis Baudin, A. Garrigou-Lagranges, E. James, (...)
  • 57 Bertrand Nogaro, La méthode de l’économie politique, Paris, Librairie générale de droit, 1939, p. (...)
  • 58 Ibid., p. 23.
  • 59 Ibid., p. 31.

77Bertrand Nogaro54 et Jean Lescure55 sont plus connus, l’un pour ses recherches sur la monnaie, l’autre sur les crises. Nogaro nous intéresse ici pour la réflexion qu’il a menée sur la méthode scientifique56. Fils de médecin, Nogaro revendiquait la méthode de Claude Bernard, mais adaptée à l’économie politique. En parallèle avec sa carrière d’enseignant, et après une expérience d’officier d’état-major chargé du service de la main d’œuvre étrangère au ministère de l’Armement, pendant la guerre de 1914-1918, il commence après la guerre une carrière politique. Député radical des Hautes-Pyrénées de 1924 à 1934, il devient ministre de l’Instruction publique en 1926. Il s’appuie d’abord sur une observation des faits passés et présents, mais il donne à l’idée de méthode historique un sens très particulier : « moins la recherche des faits afférents au passé lointain que le travail de documentation systématique par lequel nous apprenons à reconnaître les faits qui ne nous sont pas directement connus par la pratique de la vie quotidienne ».57 La méthode historique correspond d’abord à ce que nous appellerions la méthode d’observation : se dégager du quotidien, étudier de façon précise et rigoureuse ce qui échappe à la pratique immédiate. Mais il se démarque de l’historicisme des différentes écoles historiques allemandes. A cette collecte de documents, il faut ajouter l’effort théorique : « Sans doute un économiste digne de ce nom ne consacrera pas toujours sa carrière à collectionner des faits et des institutions touchant aux mécanismes concrets de l’activité économique. Il s’efforcera d’atteindre par un effort d’analyse puis de synthèse, des conceptions de portée plus large »58. Par conséquent, la méthode historique et l’observation, s’appliquent au départ de l’analyse d’un problème. Mais de quels faits partir ? Pour lui, le fait singulier peut être extrêmement important, la découverte d’une mine d’or, d’une terre nouvelle, une invention, ou encore un nouvel acte législatif modifiant le droit des grandes sociétés ou le droit de succession, ou encore la nationalisation d’un secteur de l’économie, ou la valeur de la monnaie. Il ne s’agit pas nécessairement de fait collectif. L’économiste doit s’intéresser à tout ce qui modifie le champ institutionnel de son domaine, au sens large du terme. Certes, il n’y a de science que du général, mais on peut procéder par l’étude des cas. L’addition des cas permet d’en tirer une interprétation plus générale, à condition qu’ils aient été soigneusement analysés, confrontés avec d’autres, de façon à en éliminer les aspects purement aléatoires. Enfin, il faut observer les faits répétés : « il faut envisager comme étant encore de l’histoire, l’examen de ces actes constamment répétés que sont les marchés, les achats et les ventes, les embauchages ou débauchages de personnel, les constitutions de société, les placements de capitaux »59.

  • 60 André Garrigou-Lagrange, « Bertrand Nogaro historien », L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, p (...)

78Par conséquent, pour l’économiste, la méthode historique consiste à s’intéresser aux gens, dans leur milieu vivant, à un moment donné et à en étudier le comportement. Mais l’économiste ne doit pas hésiter à s’adonner à une sorte d’introspection psychologique de façon à analyser les mobiles de l’action, ceux qui peuvent pousser à la décision. C’est pourquoi Nogaro prend une certaine distance avec l’attitude du physicien qui, lui, s’efforce avant tout de trouver entre les phénomènes, des relations permanentes, des lois. Il estime que l’économiste est une variété particulière d’historien humaniste, s’efforçant de rechercher les causes plutôt que de rechercher les lois. Il insiste énormément sur cette attitude. Aux économistes « inductifs », qui partent des statistiques pour aboutir à l’établissement de corrélations, en quelque sorte, physiques et phénoménales, il préfère ceux qui cherchent les causes, en faisant appel aux mobiles psychologiques, internes des actes humains. L’historien humaniste, au sens que lui attribue Nogaro, est aussi loin de l’économiste purement statisticien, que de l’économiste purement psychologue60.

  • 61 Bertrand Nogaro, La méthode, op. cit., p. 87.

79Le rôle de l’économiste est d’expliquer. C’est pourquoi les relations qu’il cherche à établir sont des relations non pas de régularité, mais des relations de cause à effet : « Nous n’avons plus le droit de formuler une hypothèse interprétative si elle ne repose pas sur une conception précise et autant que possible sur la perception d’un enchaînement des phénomènes qui correspondent à l’enchaînement des actes humains eux-mêmes – précepte trop souvent méconnu par les esprits déductifs et aussi par ceux des économistes qui ont pensé et trouvé une méthode adéquate dans l’imitation des sciences physiques »61. L’établissement de lois ne suffit donc pas, il faut retrouver les causes des phénomènes, sans oublier que derrière ces phénomènes, il y a des hommes qui agissent. Très tôt, Bertrand Nogaro appliquera cette méthode aux problèmes monétaires à partir du cas de la découverte des mines d’or en Australie. Il aboutit à remettre en cause le consensus sur l’analyse quantitative de la monnaie. Cette recherche lui permet aussi de comprendre le rôle de la monnaie fiduciaire bien avant l’expérience de 1914-1918 et la généralisation du cours forcé. La valeur d’une monnaie s’explique par la confiance qu’un pays a en ses institutions et en son gouvernement. Fort du caractère opératoire de sa méthode, il en fait un instrument de guerre contre tous les « déductifs ». Il devient, à la faculté de droit, le spécialiste du refus de la méthode mathématique, mais aussi de l’économie mathématique de Walras autant que du keynésianisme, « ce spécimen remarquable de la méthode déductive ».

  • 62 J. Lescure, Des crises générales et périodiques de surproduction, 2 vol., Domat-Mont-chrestien, 19 (...)
  • 63 Henri Laufenburger (1897-1965, agrégation 1928) : Strasbourg, Bordeaux, Paris.
  • 64 H. Laufenburger, L’intervention de l’État en matière économique Paris, Librairie générale de droit (...)

80Jean Lescure,62 lui, combine la description des types de crises depuis le xixe siècle à une interprétation théorique de leur déroulement. Mais, contrairement à Nogaro, il ne théorise pas sa méthode. Son œuvre majeure est une histoire des types de crises et l’analyse de leurs causes. Enfin Henri Laufenburger63 est lui aussi imprégné des méthodes de l’école historique allemande. Il recense les différents outils d’intervention64 dans la vie économique et peut, dans une certaine mesure, être rattaché à ceux qui ont accepté l’influence si brillamment représentée à Strasbourg, entre 1871 et 1918, de la seconde école historique allemande.

  • 65 R. Dos Santos Ferreira et R. Ege, « Les sciences économiques entre l’histoire et les mathématiques (...)
  • 66 Ibid.

81Cette école a exercé son influence de deux façons. D’une part, il faut signaler que Nancy a abrité, jusqu’en 1918, des professeurs strasbourgeois. D’autre part, dans le même temps, la faculté de Strasbourg était occupée par des professeurs allemands de la seconde école historique. Cette situation a été très bien analysée par R. Dos Santos Ferreira et R. Ege65. Les deux auteurs montrent que l’économie politique plus que d’autres sciences a été placée « sous la fascination des sciences de la nature. Mais imprégnée par l’influence allemande, l’université de Strasbourg a été considérée comme une sorte de vitrine de l’avancée de la science allemande sur les autres sciences européennes »66.

82Les Allemands ont donc nommé à Strasbourg leurs meilleurs éléments. En 1872, ils confient les deux chaires d’économie de la faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg à deux de leurs économistes les plus importants d’Allemagne, à la fin du siècle dernier, Gustav von Schmoller (1838-1917) et Wilhelm Lexis (1837-1914). Puis Georg Knapp (1842-1926) succède à Lexis, tandis que Ludwig Brentano succède à Schmoller. Représentants du socialisme de la chaire, ils sont particulièrement hostiles à ce qu’ils appellent la tyrannie de l’économie anglaise, du « parti de Manchester », c’est-à-dire du libéralisme économique. Ils organisent en octobre 1872, à Eisennach, un congrès consacré à la question sociale. Ils sont donc à l’origine de l’Union pour une politique sociale (Verein für social politik), estimant que ces réformes sociales permettront seules de conserver l’essentiel des structures, en préservant les travailleurs du danger du socialisme révolutionnaire. Mais cela n’empêche en rien Lexis et Knapp d’avoir aussi un niveau de mathématique qui les rend réceptifs aux avancées du marginalisme et de l’économie mathématique. Lexis a reçu une formation mathématique et une formation de sciences naturelles à côté de sa formation juridique, et il a abordé l’économie politique plus tardivement. Il va donc associer les deux types d’analyse. Il fait des études considérées comme très importantes en démographie et il fait progresser les sciences actuarielles. Dans la même université, d’autres ont un bagage mathématique moindre sans que cela pose problème.

83Les Français, au contraire, bien représentés en cela par Nogaro, vivent jusqu’au milieu du xxe siècle, leur attention à l’histoire comme contraire à la mathématisation.

2. L’acceptation du marginalisme

  • 67 C. Rist, « Autobiographie », art. cit., p. 986.

84Aftalion, Landry, Roche-Agussol et Rist adoptent et diffusent comme un outil d’analyse fondamental le marginalisme. Ils sont beaucoup plus favorables que les partisans de l’école historique au rôle de la déduction, à partir d’hypothèses préalables, qu’il convient bien sûr de tester. Cela n’exclut en rien le rôle de la statistique, qui tient lieu de vérification. Rist illustre particulièrement cette attitude : « Les résultats auxquels j’étais parvenu dans ces deux articles et surtout dans le second, grâce à l’application de la méthode d’observation comparative et statistique m’ont donné une très grande confiance dans cette méthode. Ils m’ont montré en même temps les très grandes difficultés de son application par l’étude des recherches qu’elles comportent, recherches qui ne peuvent guère s’exécuter que par l’intermédiaire d’organismes munis de moyens de travail suffisants et orientés vers la recherche purement objective. Dès ce moment l’idée d’un Institut spécialisé de caractère purement scientifique est née dans mon esprit »67.

  • 68 Ibid., p. 981.
  • 69 Ibid., p. 983.

85On comprend alors que Rist éprouve le besoin de compléter sa formation personnelle en mathématique. « Mon ignorance des mathématiques me gênait et j’essayai d’y suppléer en me servant du petit volume d’Irving Fisher : L’introduction à la mathématique économique. »68 Par ailleurs, on ne peut lui reprocher ni une hostilité, ni une méconnaissance de la pensée de Walras : « J’essayais de maintenir ma ligne propre, qui tendait à donner à l’œuvre de Walras et de Menger une place centrale dans notre livre [L’histoire des doctrines], alors que Gide revenait avec une touchante obstination faire de la doctrine coopérative dont il était l’apôtre, l’aboutissement de l’économie politique »69.

3. La tentation walrasienne en faculté

  • 70 Edgar Milhaud, soit dans les Annales de la Régie directe, soit par action militante, diffusait la (...)

86Les noms sont peu nombreux, mais de mieux en mieux repérés : Bousquet à Alger, Antonelli à Lyon, Rist dans une certaine mesure, François Perroux qui a appris à le connaître dans le séminaire d’Antonelli à Lyon. On ne s’attardera pas. Les positions méthodologiques de ceux-là ne les conduisent en rien au refus des avancées mathématiques de l’économie. Mieux même, le socialiste Antonelli dissocie Walras de l’image droitière que les grands ingénieurs sont en train de lui donner.70

87En somme, le point commun des économistes des facultés, à partir d’un refus d’une orthodoxie devenue conservatrice, consiste à être libres d’effectuer des recherches neuves, proches des faits et opératoires. Plusieurs tendances se dessinaient parmi eux, inégalement éloignées des avancées mathématiques, des embryons d’écoles, liées à des projets de recherches variés. Cette situation modifie l’idée d’une unité des facultés de droit qui, par ignorance de la statistique et par incompréhension des mathématiques, seraient fondues en un bloc monolithique, hostile et incapable de comprendre les avancées scientifiques de la discipline. L’unité fondée sur la méthode composite ne concerne que la diffusion massive et l’enseignement. Elle ne peut exister dans le domaine de la recherche, comme l’avait souligné G. Pirou.

88Pour conclure, l’étude de la modification des méthodes et de la progression de la statistique ouvre de nouvelles interrogations. Ce n’est pas seulement la proximité de la société enseignante avec le champ politique qui a contribué à creuser le fossé entre leurs recherches et celles des ingénieurs. Certes, ceux-ci, en particulier les plus connus, Colson, Rueff, Roy et Divisia, affichaient leurs liens avec l’orthodoxie libérale. Or la nouvelle école, pour reprendre les termes de Gide, s’était fondée sur la rupture avec cette orthodoxie devenue dogmatique et conservatrice. Mais assez vite, la liberté à l’intérieur de l’institution universitaire pousse des enseignants comme Rist ou Pirou à bien poser la distance entre les recherches théoriques et les conclusions doctrinales.

  • 71 Claude Menard, « Trois formes de résistances aux statistiques », Pour une histoire de la statistiq (...)

89Par ailleurs, le conflit avec les ingénieurs n’est pas ouvert avant les années 1930. Juste après, les problèmes ne sont d’ailleurs toujours pas clairement posés. Les enseignants des facultés de droit ne refusent pas systématiquement l’usage des mathématiques, mais l’acceptent seulement comme une méthode parmi d’autres. Et la dissociation entre l’économie mathématique et la mathématisation de l’économie n’est toujours pas nettement faite, même par ses propres partisans. Pourtant, il est sans doute vrai que la méthode dite « réaliste », combinant l’histoire avec la statistique, est à la source de l’approfondissement du conflit avec le monde des ingénieurs, mais pas parce que tous les universitaires auraient été sur les positions de Nogaro. Cette méthode a réveillé un autre problème, lié aux progrès de la statistique. La statistique n’est plus seulement descriptive, elle prétend maintenant à des vertus heuristiques. Ces progrès mêmes réveillent d’anciens débats, les vieux refus de Say, Cournot et Walras vis-à-vis de la statistique71, à laquelle ils refusaient toute possibilité d’aide à la découverte. Si avec Liesse et Levasseur, le premier blocage a été surmonté, les deux autres ne le sont pas. Plus la statistique est utilisée, plus le conflit se réveille. Le débat devient un débat entre la théorie et la statistique rénovée. Il se pose, mais pas du tout dans les termes où l’avait posé Sauvy.

Notes

1 Charles Gide, « The economic schools and the teaching of political economy in France », Political science quarterly, n° 5, décembre 1890, p. 603-635.

2 C. Gide, « l’École nouvelle », reproduit dans Henri Desroche, Trois étapes d’une créativité, coopérative, sociale, universitaire, Paris, Coopérative d’information et d’édition mutualiste, 1982, p. 99-120.

3 C. Gide, Principes d’économie politique, Paris, Larose, 6e édition, 1898, p. 27.

4 C. Gide, « l’École nouvelle », art. cit., p. 101.

5 C. Gide, L’École de Nimes, édition du centenaire, Paris, PUF, 1947.

6 C. Gide, « l’École nouvelle », art. cit., p. 108.

7 Ibid., p. 110.

8 C. Gide, Principes d’économie politique, op. cit.

9 C. Gide, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, 2 vol., 4e éd., 1919.

10 Marc Guy écrit : « Aux alentours de 1905, le traité d’économie de C. Gide avait été pour nos jeunes cervelles le sésame ouvre toi », L’État moderne, août 1931, p. 768. C. Rist confirme en 1954 : « Le manuel de C. Gide avait représenté une étape significative », Revue d’économie politique, décembre 1954, p. 999. Oualid : « Gide est de tous les économistes du demi-siècle celui dont la renommée a été la plus vaste, l’influence et le rayonnement le plus grand », 1932, p. 220.

11 C. Gide, Principes d’économie politique, p. 112.

12 Ibid., p. 614.

13 Charles Rist, « Économie optimiste et économie scientifique », deux articles parus dans la Revue de métaphysique et de morale, en juillet 1904 et septembre 1907. Ils sont réédités en 1933 dans Essais sur quelques problèmes économiques et monétaires, Paris, Sirey, 1933, p. 231-283. Nous utilisons cette réédition.

14 Ibid., p. 231.

15 Ibid., p. 231.

16 Ibid., p. 231.

17 Ibid., p. 234.

18 Leroy-Beaulieu Paul, Traité d’économie politique, préface de la première édition.

19 Cité par Rist, Essai économique et monétaire, op. cit., p. 240.

20 Ibid., p. 280.

21 Charles Brouilhet, Le conflit des doctrines dans l’économie politique contemporaine, Paris, Alcan et Guillaumin, 1910.

22 C. Brouilhet (1899) a été chargé de cours à Montpellier avant d’être nommé à Lyon.

23 Yves Breton, « Les économistes libéraux français et la statistique, débats et controverses », Journal de la Société de statistique de Paris, tome CXXVIII, n° 2, 1987, p. 79-99.

24 André Liesse, La statistique, Paris, Guillaumin, 1905.

25 Émile Levasseur, « Une méthode pour mesurer la valeur de l’argent », Journal des économistes, mai 1856, p. 228-250.

26 Ibid, p. 229.

27 Ibid., p. 230.

28 Ibid., p. 232.

29 Ibid., p. 234.

30 Zheng Kang, La société de statistiques de Paris, Thèse de l’École des hautes études, 1987.

31 É. Levasseur, L’or, Paris, Guillaumin, 1852

32 Fernand Faure, « La statistique dans les facultés de droit », Revue internationale de l’enseignement, 15 octobre et 15 novembre 1891, p. 7 et suiv. Le cours est institué à la faculté de droit de Bordeaux le 31 octobre 1889, et il est maintenu par un second arrêté ministériel du 20 octobre 1890. Il a lieu pendant le semestre d’été et comporte deux leçons par semaine. Malgré l’absence de toute sanction, le nombre des étudiants qui l’ont assidûment suivi a été de 10 à 15 en 1890 et de 15 à 20 en 1891.

33 Fernand Faure, « La statistique dans les facultés de droit », Revue internationale de l’enseignement, 15 octobre 1891, p. 265-277 ; 15 novembre, p. 378-388.

34 Léon Donnat, La politique expérimentale, deuxième édition, 1891, p. 31-42.

35 Le Play, cité par Fernand Faure, art. cit., p. 387.

36 F. Faure, art. cit., p. 385.

37 Fernand Faure, Eléments de statistique, résumé du cours fait à la faculté de droit de Paris, 1904-1905, Paris, Larose et Thénin, Paris, 1906. Ces éléments de statistique montrent que Fernand Faure a réussi à obtenir la création d’un cours à la faculté de droit de Paris, mais il s’agit d’un cours facultatif, qui figure parmi les matières à option du certificat d’études supérieures d’économie politique. Les autres enseignements de ce type ont lieu au Conservatoire des arts et métiers, à l’École libre des sciences politiques et, enfin, à l’École nationale des ponts et chaussées, à côté de l’enseignement de l’économie politique. Mais là, ce cours de statistique inclut des probabilités et se situe dans une école fermée. Sur cette organisation de la statistique en France, voir l’article de Michel Huber, « l’organisation de la statistique en France », Revue internationale des sciences administratives, Bruxelles, 1931, n° 3.

38 Yves Breton, « Les économistes libéraux français et la statistique », art. cit., p. 82.

39 Et non pas en 1928, contrairement à ce que l’on a longtemps soutenu.

40 La table des matières est reproduite en annexe.

41 Ce dernier chapitre est reproduit en annexe.

42 Charles Rist, « Notice autobiographique », Revue d’économie politique, 1956, numéro spécial, p. 985.

43 Michel Huber, « l’organisation... », art. cit. René Roy, « L’enseignement de la statistique », Revue d’économie politique, n° spécial, 1937, p. 58-65.

44 Dont nous avons vu les prises de positions méthodologiques au chapitre XVI.

45 Robert Marjolin, « Le directeur de l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales », Revue d’économie politique, Charles Rist, n° spécial, 1956, p. 913-922.

46 Témoignage de M. Jeanneney, 1994.

47 René Gonnard, Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1921, 1931, 1947.

48 C. Gide et C. Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les physiocrates jusqu’à nos jours, Paris, Sirey et Thénin, 8 rééditions.

49 Que nous ne pouvons pas évidemment à l’échelle d’une thèse de ce genre analyser en détail et qui mériteraient à elles seules une étude spécifique.

50 René Gonnard, Histoire des doctrines économiques, op. cit., p. 492.

51 Ibid.

52 Lucien Brocard, Principes d’économie nationale et internationale, Paris, Sirey, 3 vol, 1929-1931, tome I, p. XII.

53 L. Brocard (1870-1936, agrégation 1906) chargé de cours à Aix, mais carrière locale à Nancy.

54 B. Nogaro (1880-1950, agrégation 1908) : Montpellier, Caen, Paris.

55 J. Lescure (1882-1947, agrégation 1910) : Poitiers, Bordeaux, Paris. Théoricien et historien des crises.

56 L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, textes de Louis Baudin, A. Garrigou-Lagranges, E. James, J. Milhau, G. Leduc, H. Guitton, F. Angers, M. Virlogeux, F. Oules, Baron Mourre, R. Goetz-Girey, R. Bertrand Brodski, J. Lejeune, E. Becque, J. Marchai, J.-M. Jeanneney, M. Cluseau, J. Weiller, M. Byé, E. Meunier, H. Montet, H. Laufenburger, Paris, éditions Domat Montchrétien, 1950.

57 Bertrand Nogaro, La méthode de l’économie politique, Paris, Librairie générale de droit, 1939, p. 23.

58 Ibid., p. 23.

59 Ibid., p. 31.

60 André Garrigou-Lagrange, « Bertrand Nogaro historien », L’œuvre scientifique de Bertrand Nogaro, p. 10.

61 Bertrand Nogaro, La méthode, op. cit., p. 87.

62 J. Lescure, Des crises générales et périodiques de surproduction, 2 vol., Domat-Mont-chrestien, 1938.

63 Henri Laufenburger (1897-1965, agrégation 1928) : Strasbourg, Bordeaux, Paris.

64 H. Laufenburger, L’intervention de l’État en matière économique Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1939.

65 R. Dos Santos Ferreira et R. Ege, « Les sciences économiques entre l’histoire et les mathématiques : l’épisode wilhelmien », in H. Duranton et H. Barreau (dir.), Les sciences en Alsace 1538-1988, Strasbourg, Oberlin, 1989, p. 303-330.

66 Ibid.

67 C. Rist, « Autobiographie », art. cit., p. 986.

68 Ibid., p. 981.

69 Ibid., p. 983.

70 Edgar Milhaud, soit dans les Annales de la Régie directe, soit par action militante, diffusait la pensée de Walras, dans les milieux du réformisme, comme en témoigne une lettre de Ramadier, Archives Ramadier 52 J 190.

71 Claude Menard, « Trois formes de résistances aux statistiques », Pour une histoire de la statistique, Paris, Économica, 1977, tome I, p. 417-430.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540