Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Chapitre XVII. La société enseignante

Texte intégral

  • 1 W. Pareto semble être à l’origine de l’épithète, connotée ainsi et attribuée aux enseignants écono (...)

1Si certaines critiques paraissent excessives, au point que les meilleurs partisans d’X-Crise éprouvent le besoin de les effacer d’une réédition, elles n’en ont pas moins été reprises à l’envi, et des économistes « juristes », « notaires » ou pis encore « littéraires »,1 on ne compte pas les dénominations péjoratives qui accompagnent leur désignation. Nous situant hors du champ, et saluant comme un progrès la mathématisation de l’économie, nous avons cherché à savoir quelle était la place des enseignants de la première moitié du xxe siècle dans le champ du social, au sens large du terme, quelle était leur expérience pratique. Et nous avons voulu comprendre en quoi cette expérience institutionnelle a pu contribuer à la méconnaissance des avancées de la science économique.

2En fait, nous avons trouvé des gens particulièrement bien insérés dans la société de leur temps, mais pas prioritairement dans le domaine économique. Ce chapitre va donc s’efforcer de décrire qui étaient ces enseignants d’économie politique si dénigrés, leur place dans le champ universitaire, dans le champ du social et dans celui du politique.

3Dans un premier temps, nous montrerons l’histoire réelle de leur conquête d’un espace universitaire qui leur était chichement concédé. Cette histoire sert de contrepoint à l’histoire institutionnelle proposée comme plaidoyer par Pirou. Dans un deuxième temps, nous verrons la place sociale réelle de ces enseignants d’économie politique, à travers leurs pratiques de carrière. Enfin, nous évaluerons leur relation avec le politique.

I. LES ÉCONOMISTES JURISTES ET LEUR CONQUÊTE DE L’ESPACE UNIVERSITAIRE

A. QUINZE JURISTES PIONNIERS

  • 2 Emplacement d’origine de la faculté, qui sera par la suite transférée à Lille.

4À partir de 1882, quand toutes les chaires d’économie politique sont non seulement créées, mais encore financées, quinze enseignants occupent ces chaires : Alglave à Paris, Arnault à Toulouse, Bailly à Dijon, Batbie et Beauregard à Paris, Ducrocq à Poitiers, Estoublon à Alger, Faure à Bordeaux, de Folleville à Douai2, Garnier à Nancy, Charles Gide à Montpellier, Alfred Jourdan à Aix, Rambault à Grenoble, Rougier à Lyon et Worms à Rennes. Ces quinze enseignants sont tous des juristes purs et, par conséquent, ils peuvent tout à fait tomber sous le coup des reproches formulés par les grands ingénieurs des années 1930.

5Il est vrai qu’il n’existe aucune formation universitaire à l’économie politique. On s’y prépare de façon autonome, comme nous l’avons étudié, en assistant au cours du Collège de France, en se constituant une bibliothèque personnelle, en se faisant patronner pour être admis à la Société d’économie politique et enfin, en participant à un des concours lancés par l’Académie des sciences morales et politiques. Si on reçoit un prix, on peut espérer être reçu chez Léon Say. Toutes ces conditions ne sont ni nécessaires, ni suffisantes. Une attitude militante à l’égard du libéralisme peut en remplacer certaines. On se porte alors volontaire pour prononcer des conférences libres sur le libre-échange. On est de toute façon dans la mouvance du groupe de pression libéral.

1. Treize membres de la Société d’économie politique

  • 3 Nous avons déjà mentionné sept d’entre eux, en première partie.

6Or, sur ces quinze premiers enseignants, treize sont membres de la Société d’économie politique. Seuls Bailly et de Folleville ne l’étaient pas. Certains, comme Rambault à Grenoble, Worms à Rennes ou Estoublon nommé à Alger, en faisaient partie lors de leurs études, puisque cette société est encore très parisienne. Rougier à Lyon rejoint tout naturellement la Société d’économie politique de Lyon. Par conséquent, nous avons affaire ici, pour les premiers occupants des chaires, aux pionniers libéraux, à ceux qui, avant la décision de l’État, avaient déjà été volontaires pour enseigner la discipline.3 On peut s’étonner de trouver parmi eux Charles Gide mais il est membre de la Société d’économie politique. À Montpellier, même s’il recommande déjà la fondation de coopératives, il n’en reste pas moins partisan du libre-échange, du fonctionnement normal de la libre entreprise et du rôle de l’entrepreneur tel que J.-B. Say l’a défini. Sa rupture avec le monde de l’orthodoxie interviendra plus tard.

  • 4 Voir chapitre V.
  • 5 Émile Alglave (1842-1929), bachelier ès lettres, ès sciences et en théologie, archiviste paléograp (...)
  • 6 G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, 6e édition.

7On reste dans la mouvance d’un libéralisme ressenti comme issu de la Révolution et libérateur des blocages, un libéralisme d’opposition. Ces quinze premiers enseignants sont des pionniers. Pour la majorité d’entre eux, ils ont été volontaires pour enseigner une discipline à laquelle ils s’étaient initiés par eux-mêmes, parce qu’elle les intéressait. Nous avons déjà étudié le rôle de Beauregard.4 Ducrocq comme Faure sont des juristes qui associent les aspects économiques et politiques du libéralisme. A la même date, d’ailleurs, à la faculté libre de droit à Paris, Claudio Jannet, le professeur d’économie politique, partisan du christianisme social, est lui aussi membre de la Société d’économie politique et enseigne dans le même esprit que les quinze professeurs du secteur public. Dans le même ordre d’idée, il faut citer le nom du professeur Émile Alglave5, enseignant d’abord le droit romain à la faculté de Douai-Lille, et qui est suspendu en 1873 pour ses opinions libérales et républicaines : « Le 24 mai 1873, le professeur fut suspendu par Monsieur de Fourtou, ministre de l’Instruction publique, puis mis en disponibilité illimitée sans traitement, forme révisée de révocation contre laquelle la faculté de Douai protestait énergiquement »6. Bien entendu, après la chute du gouvernement d’Ordre moral, le professeur Alglave est réintégré et nommé à Paris, où il enseigne les sciences financières avant de devenir, en 1885, directeur de la Revue politique et scientifique. Il enseigne le droit commercial au Conservatoire des arts et métiers. Il prend sa retraite en 1912. Ici, le libéralisme politique a renforcé le libéralisme économique.

2. Le cas Alfred Jourdan (1823-1891)

  • 7 Alfred Jourdan, souvenirs après décès, Faculté d’Aix et de Marseille, Maléaire, 1893 (BNF L n27 41 (...)

8Or, parmi ces pionniers en général mal connus, le cas d’Alfred Jourdan nous est apparu comme représentatif des motivations et des idées de cette première vague de juristes enseignant l’économie politique. Grâce à un important volume d’hommages, sa personnalité nous est bien connue7.

  • 8 C. Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, octobre 1891, p. 767-770.
  • 9 Aucocq, séance du 30 janvier 1892, Académie des sciences morales et politiques.
  • 10 Il rappelle qu’il a été l’un de ses élèves et qu’il lui est resté lié.
  • 11 Séance du 17 janvier 1893.

9Les titres des participants à ce volume sont révélateurs de l’importance sociale du personnage. L’ouvrage rassemble douze articles ou notices écrits à l’occasion de son décès. Citons un article du journal Le Var du 20 août 1891, le discours du président honoraire de la cour d’appel d’Aix, prononcé à la faculté de droit, celui du recteur de l’académie d’Aix, ainsi que la notice du professeur Charles Gide pour la Revue d’économie politique8. S’y ajoutent le rapport du doyen d’Aix, au nom du conseil général des facultés, et un autre discours lors des concours de la faculté d’Aix. Au moment de la séance de rentrée de l’Académie des sciences morales et politiques, le président Aucoc prononce l’éloge de Jourdan, correspondant local de l’Académie des sciences morales et politiques.9 Le directeur de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Marseille, Paul David, le président de la Société d’agriculture des arts et des belles lettres10 et enfin, le président de l’Académie des sciences agricoles des arts et belles lettres d’Aix-en-Provence11 apportent également leur hommage. Nous avons donc affaire à une personnalité connue, à un notable local.

  • 12 M. Rolland, président honoraire à la cour d’appel d’Aix, op. cit., p. 12.

10Sa formation a été soignée. Après des études secondaires dans la région, il est allé faire sa licence en droit à Paris, ce qui est significatif de l’investissement familial pour former au droit le jeune Alfred Jourdan. En outre, on l’envoie passer trois ans en Allemagne, « pour y apprendre la langue et se fortifier dans les études juridiques et philosophiques. Il rapporta de ce long séjour un bagage de sciences que l’on a rarement à son âge »12. Il y a étudié, dans les universités de Heidelberg et de Berlin, le droit et l’économie politique de Roscher.

  • 13 Désigné ici comme le fils du préfet Dominique Blanqui, qui est présenté, lui, comme l’instigateur (...)
  • 14 Ibid., p. 71.

11Sa famille était implantée dans la région. En effet, il est le fils d’un ancien préfet très populaire pour avoir bien administré la Corse pendant quinze ans, et qui a terminé sa carrière comme maire de Fréjus. C’est une famille très liée au parti libéral, à une époque où il s’agit encore d’un parti d’opposition. Sous la Restauration, son père qui avait été condamné pour ses idées politiques par la cour prévôtale du Var, avait réussi à s’échapper et s’était réfugié en Italie pendant cinq ans. La monarchie de Juillet en avait fait un préfet de Corse, puis des Basses-Alpes. Chez ses parents, le jeune Alfred Jourdan rencontre le fils d’un préfet de l’empire, Adolphe Blanqui13, qui exerce sur lui une influence décisive. P. Rossi, l’enseignant du Collège de France, fait également partie du réseau social de la famille Jourdan, ainsi que Joseph Garnier, dont nous avons vu dans la première partie le rôle important. Plus tard, à Paris, dans le salon de Blanqui, Alfred Jourdan fait la connaissance de Guizot, de Mignet et d’un certain nombre de juristes modernistes comme Ortolan ou Blondeau. Ces juristes sont évidemment influencés par l’école de Savigny et, nous dit l’ouvrage, lors de ces réunions « desquelles est résultée la renaissance de cette science dans notre siècle, on comprend l’influence exercée par une pareille société sur un jeune homme à l’intelligence vive et aux connaissances déjà étendues ».14 C’est donc sur le conseil de ces libéraux que le jeune Alfred Jourdan est envoyé faire un séjour de trois ans en Allemagne, où il rencontre des juristes modernistes comme Rau, professeur à l’université de Heidelberg, mais aussi des criminalistes dont le point commun est de vouloir rénover le droit par la méthode historique. Nous retrouvons donc l’alliance de l’économie politique dans sa phase conquérante avec les partisans d’un droit rénové.

  • 15 Alfred Jourdan connaissait personnellement le professeur de droit Paul Gide, frère aîné de Charles (...)
  • 16 C. Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, p. 769.

12Charles Gide15 souligne que lorsque l’on est initié à l’économie par Rossi, Blanqui et Garnier, les impressions favorables à l’économie politique sont durables : « Il était donc resté fidèle aux traditions de sa jeunesse tout en apportant cependant dans sa façon d’apprécier les choses et les hommes une tolérance et une aménité qui le distinguaient avantageusement des coryphées de l’école orthodoxe. Abonné dès le début au Journal des économistes, cette énorme collection lui était si familière qu’il la possédait sur le bout des doigts et pouvait retrouver n’importe quel article dont il avait besoin. En relation affectueuse avec la plupart des membres marquants de la Société d’économie politique, il a pris quelquefois la parole dans ces réunions. On lui savait gré de porter dignement dans l’enseignement des facultés de droit le drapeau de l’époque classique. Quatre fois lauréat de l’Institut, il ne tarda pas à être élu membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques ».16 Nous avons donc affaire à un représentant de l’économie politique pionnière, confondue avec le libéralisme. Mais si l’on s’étonne de cet éloge sous la plume de Charles Gide, on le comprend mieux quand on voit à quel point Alfred Jourdan, par sa tolérance et par son goût de la vie universitaire, a su résister au dogmatisme des orthodoxes.

13Sa vocation universitaire est tardive. Il a d’abord été avocat à Toulon, et c’est seulement en 1864, à 41 ans, qu’il se présente à l’agrégation de droit. La liberté de pensée lui paraît restaurée. Il enseigne le droit romain en le mettant en rapport avec l’histoire de la société romaine, et il rompt très nettement avec la méthode de l’exégèse.

  • 17 Ibid., p. 766.
  • 18 Cours annexe de la faculté des sciences.
  • 19 Aucocq, séance du 30 janvier 1892, Académie des sciences morales et politiques, p. 32.

14Cependant, à cette date, le passé libéral de sa famille le rend encore suspect. Quand Marseille crée un cours public d’économie politique, il se porte volontaire. Or, la police de Napoléon III obtient en 1867 qu’il en soit écarté, son libéralisme étant jugé dangereux. Charles Gide s’en amuse : « à cette époque les économistes de l’école libérale étaient considérés comme des révolutionnaires. Que les temps ont changé ! »17 Il n’obtient le droit de faire ce cours libre d’économie politique à Marseille, qu’en 1873 seulement18. En faculté de droit, il fait deux cours aux caractères assez différents : l’un purement universitaire pour permettre aux étudiants d’obtenir l’examen, et l’autre « donné le soir sous forme de conférences s’adressant au grand public [...]. C’est ce dernier cours que Monsieur Jourdan a fait avec le plus d’amour. Son éloquence primesautière se sentait plus à l’aise sur une scène plus vaste et devant un public composé uniquement de volontaires : son succès y fut très grand et durable ; pendant près de vingt ans, un auditoire très fidèle a apporté à ce cours autant d’entrain que le maître »19.

  • 20 Alfred Jourdan, Épargne et capital, 1879 ; Du rôle de l’État dans l’ordre économique, 1882 ; Des r (...)
  • 21 21. C. Moreau, Cours d’économie politique à la Faculté des sciences de Marseille, 19 décembre 1891 (...)

15Ses publications se multiplient alors.20 Un de ses élèves rappelle les difficultés initiales de l’économie politique en faculté de droit : « Ce n’est pas sans difficulté que l’économie politique s’installa au milieu de nous. Les résistances vinrent non pas des facultés heureuses de s’enrichir mais de ces économistes qui entendaient garder pour eux et leurs amis un titre jugé trop beau pour le commerce des mortels et surtout pour les jurisconsultes. A cela, il parut que les facultés de droit leur arrachaient un patrimoine sacré. Leur indignation fut sans borne. Ils affirmèrent que l’esprit juridique est incompatible avec l’esprit économique, qu’une égale antinomie existe entre les deux méthodes, que les juristes courbés sur les textes morts n’ont pas la vue haute et claire de la vie économique : en un mot qu’ils sont par nature et par définition incapables de comprendre et d’enseigner l’économie politique. Heureusement une pléiade d’économistes éminents se révéla dans nos rangs ».21

  • 22 Charles Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, 1891, p. 770.

16Et, bien entendu, Alfred Jourdan en fait partie. Une autre raison de gratitude lui est reconnue par Charles Gide. Au moment de la fondation de la Revue d’économie politique, Alfred Jourdan, très libéral, fait peser toute son autorité en faveur de la nouvelle revue : « Cependant le jour où quelques professeurs d’économie politique des facultés de droit, plus jeunes et ayant moins d’autorité que lui, résolurent de fonder une Revue d’économie politique indépendante, il n’hésita pas à répondre à notre appel et accepta de figurer dans le comité de rédaction. Certes, il n’entendait pas renier ses opinions, ni faire acte d’hostilité contre ses anciens maîtres et ses coreligionnaires en économie politique. Mais il était de mode en ce moment de déclarer que les professeurs d’économie politique n’en savaient pas le premier mot ou que ceux qui en savaient quelque chose enseignaient de travers ce qui était pire. On disait même – on dit encore aujourd’hui – que les sciences économiques ne sauraient s’accommoder du voisinage des sciences juridiques, que les uns ou les autres supposent des méthodes et des esprits différents et regrettant la place que l’on avait faite à l’économie politique dans les facultés de droit, on semblait prêt à la retirer de ce lieu de perdition. Monsieur Jourdan, quoi que seul exempté de cette sorte d’excommunication majeure, avait l’âme trop généreuse pour songer à se prévaloir de cette situation privilégiée et, mettant ses sentiments de confraternité universitaire au-dessus de ces préférences doctrinales, voulut joindre sa fortune à celle de ses collègues. D’ailleurs universitaire dans l’âme, il se sentait froissé de voir l’enseignement de nos facultés frappé de suspicion : jurisconsulte par tempérament, il ne pouvait souffrir le divorce qu’on prétendait établir entre le droit et l’économie politique et lui-même était un vivant exemple du bien que peut faire leur heureuse union »22. C’est Alfred Jourdan, en effet, qui a écrit dans le premier numéro de la Revue d’économie politique, l’article manifeste, souvent évoqué sur les relations entre l’économie politique et le droit. Il y défend l’enseignement de l’économie en faculté, au moment où il était voué aux gémonies par Courcelle-Seneuil.

17En outre, du fait de sa formation et de ses origines, Alfred Jourdan, pas plus qu’il ne dissocie l’économie politique du droit, tous deux éclairés par la méthode historique, reste préoccupé par les problèmes sociaux. L’histoire des sociétés coopératives l’intéresse et leur description fait l’objet de chapitres extrêmement favorables. Enfin, il estime que la vie sociale, orientée par les lois économiques, est synonyme de marche vers le progrès. On reconnaît la tradition des libéraux du premier xixe siècle.

B. LE PARTAGE DU CHAMP AVEC LES NOUVEAUX AGRÉGÉS

18Mais ce temps des pionniers s’éteint avec la première génération. Par la suite, les cours d’économie sont moins souvent assurés par des volontaires. On impose au nouvel agrégé le cours dont personne n’est prêt à se charger. Les cours sont attribués à l’ancienneté, sans relation avec le secteur du droit qui intéresse l’enseignant. Nous avons vu qu’il aurait été considéré comme contraire aux usages qu’un jeune agrégé se permît de refuser le cours qu’on lui attribuait. Si, parmi ceux-ci, quelques-uns prennent goût à la discipline et en deviennent en quelque sorte les promoteurs, comme Henri Truchy et Auguste Souchon, la majorité d’entre eux l’enseigne à regret. Cela explique qu’une crise se développe à propos de la nouvelle discipline, mettant en jeu la recherche de solutions institutionnelles. Un article du républicain Chailly-Bert, dans le Journal des économistes, en 1892, est révélateur du souci de faire accepter aux libéraux l’enseignement de l’économie dans les facultés de droit. Il leur demande d’appuyer la réclamation d’une réforme institutionnelle, permettant une formation spécifique des enseignants en droit. Cette réforme aboutit en 1896, avec le sectionnement de l’agrégation.

1. 1902 et le premier partage du champ

  • 23 Rappelons que l’agrégation de 1897 a sélectionné les noms de Chauvin, Worms, Sau-vaire-Jourdan et (...)

19Nous avons choisi, à cet effet, de faire une deuxième coupe, non pas au moment de la création du sectionnement de l’agrégation – puisqu’à ce moment-là l’intégralité des enseignants d’économie politique, dans chaque faculté, est automatiquement composée de juristes – mais légèrement plus tard, en 1902. Pourquoi ? Parce qu’en 1902, la nouvelle agrégation a déjà nommé quatorze professeurs23. Or, une coupe à cette date montre la composition des facultés, au moment où exercent déjà les quatorze nouveaux agrégés.

  • 24 Charles Gide, agrégé de droit, vient d’être nommé à Paris sur une chaire d’économie sociale, finan (...)
  • 25 Marie Joseph Babled (1862-1909, agrégation 1899) s’intéresse à la législation coloniale.
  • 26 Émile Chauvin (1870-1933, agrégation 1897) radical socialiste, député de 1898 à 1909, s’intéresse (...)
  • 27 Joseph Benzacar (1862-1940, agrégation 1897) : carrière à Bordeaux. Législation coloniale.
  • 28 François Sauvaire-Jourdan (1869-1939, agrégation 1897), très ouvert au marginalisme autrichien. Tr (...)
  • 29 Edgar Allix (1874-1939, agrégation 1901) a enseigné à Dijon, Caen et Paris. Historien des doctrine (...)
  • 30 Bernard Vignes (1868-1938, agrégation 1899) : carrière à Dijon. Économie sociale.
  • 31 Paul Reboud (1864-1964, agrégation 1899) : carrière à Grenoble. Diffuse l’état de la question en s (...)
  • 32 Charles Guernier (1870-1943, agrégation 1899) fait, à partir de 1905, une carrière politique : dép (...)
  • 33 Charles Brouilhet (1870-1930 ?, agrégation 1899) chargé de cours à Montpellier, professeur à Lyon, (...)
  • 34 René Gonnard (1874-1966, agrégation 1901) : carrière à Lyon, spécialiste d’histoire des doctrines (...)
  • 35 Marcel Porte (1875-?, agrégation 1901) enseigne à Grenoble. Économie sociale.
  • 36 René Worms (1869-1926, agrégation 1897), fils du juriste libéral, pionnier en 1877, Caen, Rennes P (...)

20On constate que seulement trois facultés ont gardé des enseignants juristes pour le cours d’économie politique : Paris24, considérée comme une fin de carrière, Nancy avec le professeur Garnier et Toulouse avec Houques-Fourcade. Les dix autres facultés ont reçu un contingent variable de nouveaux agrégés. Babled25 a été nommé à Aix, Chauvin26 enseigne la législation financière à Alger. Bordeaux voit son enseignement de première année et de doctorat confié aux nouveaux agrégés, Bencazar27 et Sauvaire-Jourdan28. À Caen, à côté du juriste Edmond Villey, a été nommé Allix29 ; à Dijon, à côté du professeur Truchy qui garde l’enseignement du doctorat, est arrivé Vignes30 ; à Grenoble, à côté du ruraliste Hitier, a été nommé le jeune Reboud31 ; à Lille, à côté du professeur Bourgin, viennent d’être nommés Aftalion (1874-1956) et Guernier32. À Lyon, Brouilhet33 et Gonnard34 ont renforcé une section déjà importante, puisqu’elle consacrait quatre enseignants à l’économie politique, continuant ainsi la tradition de la Société d’économie politique de Lyon. À Montpellier, Porte35 et Rist (1874-1955) sont venus compléter une université qui se consacrait à l’économie sociale, et à Rennes, enfin, René Worms36 est venu rejoindre le professeur Charles Bodin.

21Par conséquent, le fonctionnement normal des carrières aboutit au fait qu’en ce début du xxe siècle, les chaires de province sont presque à moitié occupées par les nouveaux agrégés. Mais un secteur dominant comme Paris, qui à lui seul forme la moitié des étudiants, n’a pas encore été conquis par les enseignants issus de la nouvelle agrégation. Pour cette raison, en 1902, l’enseignement de l’économie politique est encore aux mains des juristes pour la grande majorité des étudiants.

2. Deux nouveaux convertis : Truchy et Souchon

22Parmi les juristes contraints d’enseigner la nouvelle discipline, certains y prennent goût et choisissent d’y consacrer leur carrière. Durant cette seconde période, deux noms incarnent cette attitude, deux professeurs agrégés de droit de la même génération, Henri Truchy (1864-1950) et Auguste Souchon (1866-1922).

23Ils sont également issus du même milieu. La famille de Truchy est originaire de l’Aube. Son père a exercé les fonctions de juge au tribunal de commerce de la Seine. Quant à Souchon, il est issu, par sa mère, d’une famille de fonctionnaires, d’officiers, de magistrats ; son grand-père était juge au tribunal du Puy. Mais son père choisit d’être officier. C’est donc au hasard d’une garnison que Souchon naît à Nancy et qu’il y devient avocat. Truchy, après avoir hésité, choisit lui aussi d’être avocat et devient même secrétaire de la Conférence des avocats en 1891. Il passe ensuite l’agrégation de droit et fait carrière successivement à Aix, Caen, Dijon, puis à Paris où il se fixe en 1905. Quant à Souchon, il renonce lui aussi, après avoir été secrétaire de la Conférence des avocats, et devient professeur de droit après avoir été reçu premier à l’agrégation de droit en 1891. Il est d’abord nommé à Lyon (1893) et c’est là, obligé de faire le cours d’économie politique, qu’il choisit de s’y consacrer.

  • 37 Henri Truchy, Notice sur la vie et les travaux de Auguste Souchon, Travaux de l’Institut de France (...)
  • 38 Léon Julliot de la Morandière, doyen de la faculté de droit, Éloge funèbre de Henri Truchy, 20 jui (...)

24Il faut noter que si on se contente de regarder le titre des chaires sur les brochures destinées aux étudiants des facultés de droit de cette époque, on ne trouve, de façon très apparente pour la détention des chaires, ni Truchy, ni Souchon aux postes auxquels on les attend. En fait, l’un comme l’autre ont été appelés assez tôt à Paris, non pas en tant que titulaires, mais pour suppléer des titulaires de cours appelés à des fonctions politiques. Souchon remplace Beauregard, élu député en 189837 et Truchy est appelé à remplacer le professeur Bourguin en janvier 1905. Quelques mois plus tard, il est à son tour chargé de suppléer Beauregard, dans son cours d’économie politique de licence38. C’est donc à l’occasion de suppléances, alors que les deux pionniers de l’économie politique s’étaient fait remarquer dans leur premier poste (Truchy à Dijon, Souchon à Lyon), qu’ils sont nommés à Paris.

25Leurs carrières et surtout leurs options ne sont pas les mêmes.

  • 39 Auguste Souchon, Les théories économiques dans la Grèce antique, Paris, 1898.

26Souchon, après avoir enseigné avec beaucoup de goût l’histoire des doctrines économiques et s’être intéressé à l’histoire des théories économiques en Grèce39, est amené, pour les besoins du service, à enseigner l’économie rurale. Là, nous voyons bien à l’œuvre la logique de fonctionnement de l’université à cette date. Obligé d’enseigner une discipline qui l’intéresse moins, il renonce à regret à l’histoire des doctrines économiques mais se soumet et devient un ruraliste reconnu. A partir de cette date, ses principaux ouvrages sont consacrés à l’analyse de l’économie rurale. Dans La propriété rurale, il analyse ce qui lui paraît être le soubassement de l’économie française, focalise son attention sur la propriété rurale dominante, définie comme la détention d’un parcellaire suffisant pour faire vivre une famille normale, mais sans emploi de salariés. Il calcule qu’elle occupe 40 % de la population active, sur 10 millions d’hectares et structure toute la vie économique. A la même date, l’industrie n’emploie encore que 36 % des Français, et le commerce 10 %. Il analyse l’évolution de ce type de propriété rurale au cours du xixe siècle, de 1826 à 1882, dans ses aspects à la fois économiques et sociaux. En s’appuyant sur les statistiques pour en observer l’évolution, il estime qu’elle s’accroît au détriment des deux extrêmes : la grande propriété et les parcelles insuffisantes. Ces dernières, abandonnées par l’exode rural, sont rachetées par les paysans moyens. Cette propriété est examinée à la fois comme fait social et comme fait économique.

  • 40 H. Truchy, op. cit., p. 20.

27Souchon est partisan de l’école de Le Play, tout comme Beauregard. Il s’intéresse, comme lui, à l’économie sociale et voit dans la propriété paysanne autant une force de conservation qu’un instrument de production. Il déplore, à côté de ses aspects positifs, qu’elle induise une économie un peu trop lente et routinière, mais la juge cependant efficace, moins soumise aux aléas à long terme. Pour la protéger, il est amené à s’intéresser à la législation rurale. Il est particulièrement sceptique devant toutes les tentatives de réforme agraire qui prétendent faire surgir une propriété rurale sur ce modèle français, et ce, alors que cette « propriété paysanne ne s’improvise pas. Elle est un produit de l’histoire, l’aboutissement d’un effort séculaire ». Un type social aussi vigoureusement « construit que le paysan français avec ses qualités et ses défauts ne surgit pas tout d’un coup par la volonté du législateur ».40 Souchon s’intéresse aussi au cartel de l’agriculture en Allemagne et montre l’échec des tentatives allemandes de domination du marché dans la sphère agricole.

  • 41 Il analyse en particulier le cas curieux dans le Massif central, d’une petite commune issue d’une (...)

28Enfin, le dernier ouvrage de ce professeur disparu prématurément est consacré à la crise de la main d’œuvre agricole en France. Il montre les conséquences de l’exode rural, décrivant les ruraux qui préfèrent s’installer dans les villes, leurs conditions réelles de vie et d’habitation dans des quartiers difficiles. Les conséquences de cet exode rural sont dénoncées. Il craint, d’une part, la perte de valeurs morales – le terrien perd ses traditions en arrivant en ville –, mais aussi des conséquences plus vastes, en particulier la nécessité de faire appel à la main d’œuvre étrangère qui refuse parfois l’assimilation41. Souchon fait partie de ces libéraux qui attendent des institutions patronales et du christianisme la défense de l’ordre social.

  • 42 H. Truchy, op. cit., p. 8. Comparant l’économie à Cendrillon, il compare les juristes aux belles-s (...)
  • 43 Ibid., p. 9 : « Il a su dissiper des préventions, faire tomber des préjugés, adoucir des humeurs u (...)

29L’intérêt de ce récit de vie est multiple. On y voit à l’œuvre les conditions du choix d’une recherche, sa dépendance à l’égard des nécessités de l’enseignement. Le témoignage direct de Truchy sur Souchon montre la fonction de conquête du champ universitaire par Souchon. Il rappelle les difficultés d’insertion de la nouvelle discipline, sorte de « Cendrillon » dans les facultés de droit, et il fait appel au témoignage de Hitier, autre ruraliste ami de Souchon, pour le confirmer.42 Et, nous explique Truchy, « Souchon a beaucoup fait pour Cendrillon qu’il a parée des grâces de son talent »43. Le souvenir de ce rejet, toujours présent en 1922, fait soupçonner que la discipline est encore en phase d’inacceptation. Enfin, nous voyons à travers une recherche strictement datée, combien la méthode composite est déjà mise en œuvre par ce juriste : il associe l’étude historique et statistique des faits, et la méthode inductive à des recherches de législations économiques. Il partage les soucis sociaux des jeunes agrégés, mais reste lié à des interprétations qui caractérisent plus la fin du xixe siècle que le premier xxe siècle.

  • 44 René Roy, Notice sur la vie et les travaux de Henry Truchy 1864-1950, séance du 14 juin 1954, Inst (...)
  • 45 R. Roy, X-Ponts, né en 1894, blessé pendant la guerre de 1914-1918 (aveugle), il mène sa carrière (...)
  • 46 R. Roy, Notice..., op. cit., p. 2.

30L’œuvre de Truchy est plus révélatrice du libéralisme persistant au xxe siècle. Elle est aussi beaucoup plus longue, puisque Truchy décède seulement en 1950, ce qui lui fait pratiquement trente ans de carrière de plus que Souchon. Or, on est surpris de découvrir que la notice académique qui lui est consacrée en 195444 est rédigée par René Roy45, membre de l’Académie des sciences morales et politiques comme l’étaient aussi Souchon et Truchy, mais surtout considéré d’habitude comme un des pionniers de l’économétrie. Ses travaux, soit dans les grandes écoles, soit à la Société d’économétrie, et ses publications dans Econometrica sont particulièrement importants. Or, ce qui est nettement révélé au travers de sa notice, c’est la manière dont fonctionnait en réalité le réseau des enseignants : « Au cours de l’automne 1924, ayant satisfait aux dernières épreuves du doctorat des sciences politiques et économiques, j’éprouvais le besoin de rendre visite à mon ancien maître Clément Colson pour le consulter sur l’orientation de mes études. Après l’entretien qu’il m’accorda, je le priais de m’introduire auprès d’un professeur de faculté qui voulut bien accepter de présider ma soutenance de thèse ; sans la moindre hésitation, il me remit entre les mains de monsieur Henri Truchy son nouveau confrère à notre Académie. Ce nom m’était familier comme à tous les étudiants d’alors car les uns et les autres, nous avions préparé nos examens de licence dans le cours de Truchy, ouvrage qui constituait le meilleur instrument d’initiation à l’économie politique et qui connut d’ailleurs un prodigieux succès »46. Ainsi, à cette date, le clivage ne se situe pas, comme le prétendent les gens de X-Crise dix ans plus tard, entre une économie dite scientifique dans les grandes écoles et une économie rétrograde en faculté de droit. Les alliances et les clivages sont plus idéologiques que méthodologiques. Clément Colson est libéral comme Truchy, et il envoie son jeune élève René Roy, dont la formation mathématique est déjà très sérieuse, à son confrère académicien.

  • 47 H. Truchy, Précis élémentaire d’économie politique, Paris, Sirey, 1926-1928, 2 volumes, 2e édition (...)

31La notice de Roy confirme aussi l’importance du cours de Truchy dans la formation des étudiants de licence. De 1905, date de son installation à Paris, à 1938, date de son départ en retraite, des générations d’étudiants passent l’épreuve des deux premières années grâce au cours de Truchy. Même si les étudiants de droit ne sont pas toujours assidus aux cours, ils étudient sur l’ancêtre des polycopiés, et un peu plus tard sur les manuels. Le cours de Truchy paraît en 192647, mais des exemplaires multigraphiés existaient beaucoup plus tôt.

32Les préoccupations de cet enseignant sont de plusieurs ordres : les relations internationales, l’Europe, les finances et la statistique.

  • 48 H. Truchy, « Étude sur le commerce extérieur de la France de 1881 à 1902 », Revue d’économie polit (...)
  • 49 H. Truchy, « La reconstruction économique de l’Europe », Conférence faite en 1931 au Centre europé (...)
  • 50 H. Truchy, « l’union douanière européenne », Académie de droit international, 1934.

33Ce libéral s’intéresse d’abord au commerce extérieur de la France et aux conséquences de la législation protectionniste. Cette préoccupation va durer toute sa vie. Son article de 190448 est suivi de conférences favorables à la reconstruction économique d’une Europe libérée des barrières douanières49. Le libéral Truchy estime évidemment que la libération des échanges est à la source du développement économique et que la crainte d’affronter les luttes internationales est une attitude de malade ou de vaincu. Il réitère ces affirmations dans le cadre du Centre de la dotation Carnegie au moment où la crise de 1929 pèse sur l’économie mondiale. Mais cette libération des échanges n’est possible que dans un cadre politique apaisé. Nous retrouvons un des caractères de l’économie universitaire, la liaison de l’économique et du politique. En particulier, il dénonce en filigrane le danger de la montée des régimes totalitaires. Il pense qu’aucun effort d’organisation « si tenace et si résolu qu’il soit, n’aura d’effet utile si l’Europe reste chargée des graves inquiétudes qui pèsent sur elle. Si dans l’ordre de la politique internationale les soucis restent aussi aigus qu’ils sont maintenant, on pourra bien, sur le terrain économique tenter tout ce qu’on voudra, cela ne servira pas à grand-chose. La première condition à réaliser pour tirer l’Europe et le monde du chaos, c’est que les peuples soient sincèrement pacifiques dans la réalité des choses. Sans cela, tout effort qui sera tenté dans l’ordre économique ne donnera, je le crains, que des résultats précaires et périssables »50. Pour promouvoir cette union douanière de l’Europe, Truchy utilise la méthode historique en montrant les origines, les précédents historiques, en particulier le rôle en Allemagne du Zollverein. Il répète que l’Europe perdra son rang mondial si elle reste dans l’état de morcellement économique où elle se trouve.

34Son deuxième axe d’intérêt concerne la réforme fiscale et le rôle des finances de la guerre. Mais en 1954, nous dit Roy, le rôle de l’État ayant beaucoup augmenté pour des raisons faciles à comprendre, les travaux de Truchy apparaissent aujourd’hui largement dépassés. Il ajoute cependant que Truchy ne dissocie pas l’analyse de l’inflation de ses causes profondes, en particulier quand il analyse celle qui a suivi la guerre de 1914-1918. Il l’impute à l’usure économique du potentiel de production et non pas à de quelconques manipulations monétaires. Les analyses globales de Truchy lui paraissent encore particulièrement opératoires.

  • 51 R. Roy, Notice..., op. cit., p. 10.
  • 52 Ibid.

35Ce professeur aurait pu sembler mériter tous les griefs attachés à l’image de l’économiste juriste traditionnel, plus attaché à l’histoire ou à l’analyse classique des problèmes. Or René Roy souligne un dernier aspect de son œuvre, l’attention qu’Henri Truchy porte à la statistique. « Certes il ne s’agit point [à propos de statistiques] de cet appareil complexe et savant que constitue la statistique moderne avec son luxe de formules et de symboles empruntés au langage des probabilistes mais bien d’une statistique modeste et bonne enfant, celle qu’utilisèrent jusqu’à la fin du premier quart de ce siècle les économistes soucieux de précision, Clément Colson en particulier. Cette inclination pour le quantitatif inspiré par son souci d’objectivité, son goût du concret est d’autant plus significative que sa formation juridique ne le disposait pas spécialement à l’emploi systématique d’une telle méthode »51. Cet intérêt explique que Truchy soit élu membre de l’Institut international de statistique en 1925, et qu’il devienne, en 1928, président de la Société de statistiques de Paris. À cette occasion, il prend nettement position : « Ce n’est pas de la pensée scientifique que la statistique est l’auxiliaire indispensable, c’est aussi de l’action : de l’action économique et de l’action politique »52.

  • 53 Il ne confirme pas, non plus, l’analyse de Pirou.

36Truchy illustre le fait que certains juristes, importants par le volume de leur public étudiant, ont parfaitement assimilé les méthodes des économistes. Mais, rédigée par René Roy, sa biographie nous démontre à quel point la coupure entre ceux qui sont considérés comme les ancêtres de l’économie mathématique et les enseignants juristes n’est pas du tout vécue, en ce premier xxe siècle, comme les gens de X-Crise ont prétendu la décrire.53

C. L’ESPACE UNIVERSITAIRE AUX MAINS DES PROFESSIONNELS

37Les étapes de la conquête universitaire s’effectuent entre 1902 et 1912. Mais, toujours à cause du poids de Paris, les nouveaux agrégés n’enseignent pas encore à la majorité des étudiants en 1912. C’est seulement en 1924 que l’ensemble des postes d’économie politique en faculté de droit est dominé par les reçus de la nouvelle agrégation. Et de toute façon, même alors, ils côtoient toujours, pour les leçons de troisième année de législation rurale ou de législation spécialisée, des collègues purement juristes. La conquête du champ universitaire n’est achevée qu’après la guerre de 1914-1918. On peut donc confirmer qu’entre 1896 et 1924, pour des raisons de fonctionnement normal de l’institution, la moitié des étudiants est restée confiée aux juristes de l’ancienne formation.

  • 54 Nous renvoyons, pour la liste des nouveaux agrégés, au chapitre IX, consacré à la profes-sionnalis (...)
  • 55 Camille Perreau (1866-1932, agrégation 1891) enseigne à Aix, jusqu’en 1902, puis à Paris, comme ag (...)

38Bien entendu, quand on analyse l’université en 1928, et non plus en 1924, c’est-à-dire l’université qu’observent les gens de X-Crise, juste avant le déclenchement de la crise, l’intégralité des postes est confiée à des gens qui sont des produits de la nouvelle agrégation.54 Les seuls juristes notoires en poste à Paris sont Truchy et Camille Perreau55. La réponse de Pirou aux participants de X-Crise est confirmée par l’analyse concrète de la détention des postes. Les nouveaux agrégés ont presque entièrement conquis le champ universitaire au cours des années 1920. Ils y ont introduit de nouvelles méthodes et de nouvelles préoccupations que nous reverrons dans les deux chapitres suivants.

39Mais leur compétence a-t-elle modifié leur mode d’insertion dans la société ? On peut se poser le problème des moyens d’action de ces nouveaux économistes. Comment ces enseignants, durant cette première moitié du xxe siècle, s’insèrent-ils dans la vie de la société ?

II. LE CHAMP SOCIAL

  • 56 C. Charle, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil, 1994. Voir tout particulière (...)

40Ce mode d’insertion se traduit par des types de carrières. On distingue, en effet, deux types opposés de carrière56, contrairement à celles en Lettres : les carrières locales, choisies, et les carrières orientées vers Paris.

41Il faut dire qu’à l’image du modèle juridique, la carrière consacrée à la recherche n’est pas forcément un modèle gratifiant, ni même dominant. Ce qui caractérise les économistes de cette date, comme certains juristes, c’est le fait que ces carrières locales peuvent être sources de profits sociaux, économiques et symboliques, particulièrement appréciées. Elles se juxtaposent jusqu’à la fin de la période avec les autres, même si elles tendent à diminuer.

A. LE BONHEUR DES « LOCAUX »

1. Les personnalités du terroir

42Au moment où le groupe social des notables du xixe siècle avait construit sa domination, il avait fondé son pouvoir sur l’enracinement dans la province, sur la propriété terrienne et sur des liens sociaux de clientélisme, noués à l’occasion de cette détention de la fortune terrienne. Le suffrage censitaire avait bien entendu renforcé ce type de pouvoir, à la fois économique, social et politique. Or, cette forme de pouvoir de notable perdure jusqu’à ce qu’on appelle la fin des Notables. On la retrouve à l’origine de certaines manières de vivre sa carrière universitaire.

  • 57 À cet effet, il faut faire plusieurs remarques. D’abord, le modèle local est sous-évalué en nombre (...)

43On constate à cet effet de nombreux exemples de carrières locales jusqu’en 1939.57

  • 58 La famille des Villey s’est associée par mariage (la rencontre a eu lieu à la Fondation Thiers) av (...)

44La prégnance du modèle juridique est évidente pour Alfred Jourdan à Aix. Mais on la trouve encore à Rennes avec Charles Bodin, à Caen avec Edmond Villey. Il s’agit là de carrières d’héritiers d’une longue dynastie de juristes. À Caen, le juriste Edmond Villey exerce longtemps une influence sans partage, liée à la longueur de sa carrière, et à sa situation de monopole, avant de se voir rejoindre par le jeune agrégé Allix. Cette longue lignée des gens de la robe, famille de notables locaux, a gardé d’ailleurs une tradition universitaire à Caen58, par tout un réseau de mariages.

  • 59 Sur Bodin, voir J. Romoeuf, Dictionnaire des sciences économiques, Paris, PUF, 1956-1958. Pierre F (...)

45C’est le cas de Charles Bodin (1867-1939), à Rennes, où il est né et où il passe sa vie.59 Il a hérité de son père un hôtel particulier au milieu d’un grand parc. Sa famille est ancienne. Son père était avocat au barreau de la ville et doyen de la même faculté de droit. Son grand-père, ingénieur de la marine, avait été ministre sous le Consulat. Comme son père avant lui, il a fait passer, avec sévérité mais justice, les examens de droit à tous les juristes de la région. Il est à la fois président d’une société de musique, et chef d’orchestre. Il rénove la Société des concerts du Conservatoire de Rennes. Il fonde, avant 1914, un journal local, L’Ouest-Éclair, quotidien dont le but est « d’édifier ses lecteurs, ne fût-ce que par son silence, lorsque cela ne peut être fait par le texte. » À sa mort, il lègue le journal à son gendre.

  • 60 C. Bodin, La Doctrine Sociale de l’Église et la science économique, Paris, Spes, 1938.
  • 61 C. Bodin, Principes de science économique, Paris, Sirey, 1926.

46C’est un partisan de l’économie sociale, très lié au monde catholique et aux Semaines sociales. En 1938, il résume sa pensée dans un petit ouvrage assez dense, La doctrine sociale de l’Église et la science économique.60 Cela ne l’empêche pas de chercher à repenser sa discipline et d’élaborer un modèle nouveau d’économie abstraite, déductive, pour y introduire des préoccupations normatives. Dans ses Principes de science économique,61 en 1926, il expose que l’économie politique doit être mise au service du bien public et que, par conséquent, un certain nombre de valeurs doit éclairer les recherches scientifiques. Il s’oppose à l’économie dirigée, comme au corporatisme. Nous avons donc là une carrière de notable local au bout d’une longue dynastie avec un pouvoir social particulièrement consolidé.

  • 62 François Trevoux (1900-1989, agrégation 1936) a fait des études de mathématiques supérieures. Sa c (...)

47Mais ce type de carrière concerne aussi, nous l’avons vu, les reçus de l’agrégation spécialisée : Bencazar fait toute sa carrière à Bordeaux, Vignes à Dijon, Porte et Reboud à Grenoble, Brocard à Nancy, Gonnard et un peu plus tard Trevoux62 à Lyon.

2. Les personnalités insérées par leur spécialisation intellectuelle

48D’autres facteurs peuvent en effet, soit s’ajouter, soit se substituer à l’enracinement familial. On peut prendre le cas d’Alger par exemple où des spécialistes de droit musulman ou de sociologie musulmane se succèdent. Nous avons vu le cas du juriste Estoublon, dès le début de la création de l’école d’Alger, auquel a succédé l’économiste qui choisit de devenir sociologue du monde musulman, Maunier (agrégation 1919), et à partir du début des années 1930, l’économiste Georges Bousquet, partisan de l’économie mathématique. Ce dernier, polyglotte, juxtapose à ses préoccupations d’économie mathématique une étude, originale et réputée chez les spécialistes, de la sociologie et de l’esprit du monde musulman. Ce deuxième type de carrière locale est donc lié à la spécificité de l’environnement et à une recherche sur cette spécialisation.

  • 63 Paul Reboud, Précis d’économie politique, 1re édition, 1926.
  • 64 C. Rist, « Paul Reboud (1864-1954) », Revue d’économie politique, décembre 1954 p. 998-999.

49À Bordeaux, le droit colonial stabilise Benzacar. À Dijon, Vignes et Portes réfléchissent sur l’économie sociale. Paul Reboud à Grenoble, avec une bonne formation personnelle en mathématiques, se tient à jour des recherches les plus récentes. Il produit surtout des manuels, comme les enseignants non spécialisés de la fin du xixe siècle. Mais s’il consacre son temps à l’enseignement, il se tient au courant des avancées scientifiques, et il les intègre dans ses nombreuses rééditions63, Charles Rist en souligne la qualité : « Dès sa parution, j’ai signalé dans cette Revue même les mérites rares de ce précis, et après vingt-cinq ans sa supériorité sur les manuels datant de la même époque n’est plus contestée. »64

50A Nancy, qui a hébergé ceux qui avaient fui Strasbourg entre 1871 et 1914, une école d’économie nationale, sorte d’école historique française, s’est implantée, à l’image des écoles historiques allemandes, dans l’esprit du cours de Cauwès. Le protectionnisme est associé à un interventionnisme en matière de répartition.

  • 65 René Gonnard (1874-1960, agrégation 1901), spécialiste de l’histoire des doctrines économiques.

51Le dernier cas est celui de Gonnard65, à Lyon, connu à la fois pour ses travaux en histoire de la pensée économique et en histoire des doctrines monétaires. Gonnard est un catholique libéral. Originaire de Bourgogne, il choisit lui aussi de rester à Lyon. Là, il se construit une carrière de notable scientifique. Il est appelé dans la plupart des autres institutions d’enseignement puisqu’il enseigne non seulement à l’université mais aussi dans les différents instituts commerciaux de la ville. À cela s’ajoute un certain nombre de conférences mondaines à destination du grand public et dans les sociétés de pensée libérale. Au milieu de la ville des soyeux qui commence à se tourner vers la chimie de pointe, il participe à la diffusion du libéralisme.

52Par conséquent, les carrières locales qui présentent ces différents aspects à la fois scientifiques et sociaux, montrent une originalité dans le fonctionnement de ce secteur de l’université. Mais à chaque fois, le pouvoir local devient un pouvoir social. Parfois lié à l’utilisation d’une fortune héritée, il est de plus en plus souvent consacré à la réflexion sur des recherches spécifiques, en liaison avec le contexte régional.

53La carrière locale n’est donc pas comme en lettres, une pénalisation ou un isolement par rapport à la recherche. Non seulement elle n’est pas vécue comme un échec, mais un certain nombre de ces professeurs qui ont choisi une carrière régionale sont finalement des notables bien plus importants en leur ville que certains professeurs parisiens qui restent relativement enfermés dans le monde académique. Cela ne les empêche en rien d’être appelés à participer aux jurys d’agrégation. C’est le cas de Charles Bodin, à trois reprises, en 1922 et 1928 comme juge et en 1924 comme président de jury. Le rayonnement des carrières locales est donc un premier aspect de ce mode de gestion des carrières. Il peut permettre l’addition d’un pouvoir social de notable avec les bénéfices symboliques d’une production intellectuelle d’experts spécialisés.

3. Un zeste de militantisme : l’action sociale et ses profits symboliques

54Il faut ajouter qu’un peu d’action militante peut être fort bien venue. Deux cas sont possibles : aller dans le sens de la conservation des valeurs régionales, et agir dans un sens réformiste, les deux attitudes pouvant d’ailleurs, en terme de profit symbolique, être convergentes. En effet, défendre le catholicisme en Bretagne, le libéralisme à Lyon, le droit colonial à Bordeaux, ne fait que renforcer l’insertion de gens qui l’étaient souvent déjà, en ajoutant une discrète utilité économique ou spirituelle aux fonctions universitaires, souvent vécues sous le mode de la culture de « l’honnête homme ». On est là dans le domaine de la reproduction sociale.

55Mais agir pour réformer, dans une région réformiste, peut aboutir aux mêmes effets. Le militantisme de gauche peut donc avoir une fonction voisine de celui de droite, sans que nous ne remettions en cause le bien-fondé ou la sincérité des engagements. La différence, dans ce dernier cas, est qu’il exclut moins l’éventualité du départ à Paris, dans l’espoir d’avoir plus de rayonnement et d’efficacité pour propager la cause. C’est le cas d’une partie des professeurs de Montpellier et de Lille.

56Ce type de carrière peut être lié à une attitude d’abord minoritaire. En effet, dans l’ensemble, les enseignants d’économie politique sont des catholiques aux préoccupations sociales, même chez les plus libéraux. Mais il y a parmi eux une assez forte minorité protestante. C’est le cas de Charles Gide, de Charles Rist, d’André Philip, de Cauwès, et on constate que, pour une partie d’entre eux, leur carrière est, dans une première étape, relativement retardée en province.

57On pourrait en dire autant des francs-maçons comme Antonelli ou comme Nogaro qui, eux, doivent se dresser contre un environnement universitaire qui leur est a priori très défavorable. Ils n’en arrivent pas moins à des positions de pouvoir tout à fait remarquables. De toute façon, ceux-là ont choisi d’être militants d’une certaine forme d’économie ; Antonelli est, comme on le sait, le promoteur des assurances sociales et garantit par son action de député, durant les années 1920 et jusqu’en 1930, le succès des deux lois sur les assurances sociales. Nogaro se consacre plutôt à la réflexion sur les méthodes scientifiques qui associe l’histoire et la statistique pour rénover la recherche économique.

58Aftalion, par exemple, nommé à Lille parce qu’il est 5e à l’agrégation en 1901, est, comme nous le reverrons plus tard un militant réformiste, dévoué. Il a analysé le travail à domicile des ouvrières lilloises et a commencé ainsi sa carrière. Son accès à Paris a été facilité par la pénurie de cadres issus de la guerre de 1914-1918 : son séjour à Lille a duré plus de vingt ans (il arrive à Paris en 1923), et lui a permis d’ébaucher une carrière locale liée aux préoccupations de la région.

B. EN ATTENDANT... PARIS

59L’attitude de ceux qui souhaitent se faire nommer à Paris, n’implique aucune distance à l’égard des problèmes locaux. On fait ses preuves en s’intéressant à la région.

  • 66 Louis Germain-Martin (1872-1948, agrégation 1903) enseigne à Dijon et à Paris. Il devient plusieur (...)
  • 67 L. Germain-Martin, La Côte-d’Or, étude d’économie rurale, 1 vol in 8°, 572 p., Paris, Rousseau, 19 (...)

60C’est le cas de Germain-Martin66, nommé à Dijon. Il s’intéresse à la vie locale dijonnaise et devient même un élu municipal. Chartiste, un moment influencé par la technique des monographies de Le Play, il publie longtemps des descriptions de la société économique d’Ancien Régime. Or, à partir de 1908, il s’intéresse à l’économie rurale de la Côte-d’Or et publie La Côte-d’Or, étude d’économie rurale67.

61Jean-Marcel Jeanneney, agrégé en 1936, reste à Grenoble jusqu’en 1950. Il reprend un cours consacré à l’économie de l’électricité. Par conséquent, l’implantation des professeurs dans la région est une des caractéristiques. On ne passe pas dans un pays en attendant une nomination, on travaille en relation avec la vie économique et sociale de la région.

III. PARIS, ENTRE LE SCIENTIFIQUE ET LE POLITIQUE

62La professionnalisation fait émerger des carrières-vedettes, synonymes d’excellence scientifique. Des noms viennent immédiatement à l’esprit, Aftalion, Rist Nogaro, Francois Perroux. Les deux chapitres suivants examineront la nouveauté ou la spécificité de leur projet. Mais conçues ainsi, la professionnalisation et l’arrivée à Paris sont en général présentées comme le signe unique d’une emprise dans le domaine scientifique.

63En réalité, l’une des caractéristiques des nouveaux enseignants qui ont constitué leur identité à partir de plusieurs ruptures, est qu’ils ont gardé, sous d’autres modalités, une liaison étroite avec le champ politique. Il est particulièrement important de noter que, sans exception, tous ces professeurs ont des prises de positions politiques ou sociales. Et, à condition qu’elles soient exprimées avec la modération et les euphémismes de rigueur dans le monde universitaire, elles sont considérées comme particulièrement normales.

64Les courants sont variés, mais l’un domine : la prédominance des réformismes, en particulier de la démocratie chrétienne et des démocrates chrétiens. Les catholiques occupent à eux seuls la grande majorité des postes. Les protestants ou les athées sont minoritaires. L’économie politique doit toujours rester sociale et l’entreprise n’est légitimée que lorsque les entrepreneurs s’érigent non seulement en patrons productifs mais en bons patrons. En somme, les prises de positions sociales ou politiques au sens large, sont normales, et font même partie, serait-on tenté de dire, des obligations de carrière.

  • 68 Adolphe Landry est un de ceux qui introduisent le marginalisme auprès du public de l’École des hau (...)

65Mais la plupart du temps, la participation est plus évidente dans le domaine de la vie publique. En laissant de côté les actions politiques des libéraux que nous avons longuement analysées, il nous reste un effectif de 71 agrégés pour la période. Si on leur ajoute les enseignants d’économie actifs au début du xxe, même quand ils sont issus de l’ancienne agrégation, les noms à ajouter sont : Cauwès, Beauregard, Perreau, Truchy, Souchon, Gide, Alglave, Hitier, Faure, Villey, Deschamps, Jeze, Girault Turgeon et Houques-Fourcade, M. Bourguin. Le cas de Landry est à part : cet agrégé de philosophie enseigne l’économie politique à l’École des hautes études, mais il fait surtout une carrière politique. Nous l’avons ajouté parce que son apport à la vie scientifique, en économie, a été important.68 Le total des effectifs enseignant officiellement l’économie politique en France entre 1900 et 1939 est de 88. Nous avons préféré donner d’abord les chiffres bruts et les noms réels.

66Or sur ce nombre, 11 sur 88 (soit 12,5 %) ont été députés : il s’agit d’Antonelli, Aubry, Beauregard, Chauvin, Germain-Martin, Gignoux, Guernier, Landry, Nogaro, Perreau et Philip.

67De même, 7 sur 88 (soit 7 %) ont été ministres : Jeanneney, Germain-Martin, Guernier, Gignoux, Landry, Nogaro et Philip.

68Ont été officiellement consultés comme experts, outre les députés et les ministres, André Fourgeaud, spécialiste de la rationalisation, chef de cabinet de Vincent Auriol, Gaston Jéze, membre du Comité des experts en 1926 et conseiller de nombreux gouvernements étrangers, Gaétan Pirou, chef de cabinet de Paul Doumer. Il faudrait alors aussi mentionner les équipes autour de Albert Thomas, en particulier Simiand, et parmi les enseignants des Hautes Études, Aupetit et son action de conseiller à la Banque de France. Mais nous avons choisi de concentrer l’étude sur les facultés.

69Cette participation à la vie publique ou économique peut donc aussi s’opérer à travers le statut d’experts, mais elle est difficile à appréhender. En réalité, bien d’autres que ceux cités ont fait, officiellement ou non, cette expérience d’expert. Mais elle n’est alors pas encore considérée comme normale, pour les économistes. Aussi les biographies, surtout académiques, sont-elles particulièrement pudiques en ce domaine. Même les entretiens, qui concèdent des informations, recommandent une discrétion que nous nous sommes cru obligé de respecter.

  • 69 Charles Rist (1874-1955, agrégation 1899), protestant, professeur à Montpellier et à Paris.
  • 70 Sur Rist, voir le numéro spécial de la Revue d’économie politique, tome LXV, 1956.
  • 71 Alfred Pose (1899-1969, agrégation 1926) enseigne à Caen et à Rouen avant de passer dans le secteu (...)

70Deux noms s’imposent si on parle d’expérience pratique bancaire ou monétaire : Charles Rist et Alfred Pose. Rist69 a été sous-gouverneur de la Banque de France, de 1926 à 1929, expert à La Haye, en Roumanie, en Autriche, en Turquie, en Espagne, à Londres et aux États-Unis. Il a aussi été administrateur de la Compagnie de Suez, de la Banque de Paris, et de la compagnie Le matériel téléphonique.70 Alfred Pose71, lui, devient à 31 ans, au moment de la grande dépression, directeur des études à la Société générale alsacienne de Banque, avant de devenir directeur général de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie, reconstruite après les difficultés de la Banque nationale de crédit. Il est responsable du redressement de la banque et de l’installation de ses succursales en Afrique et à Madagascar.

71En somme, les biographies ne sont explicites qu’à partir d’une certaine ampleur de l’expertise.

72Pour conclure sur cette société enseignante, elle s’est modifiée avec la professionnalisation due à l’agrégation. A l’intérieur des facultés, le phénomène d’institution est responsable à la fois de la lenteur des transformations et d’une assimilation à double sens. Celle des nouveaux arrivants s’est traduite par leur soumission à des modèles de carrière encore très inspirés du modèle du droit, alors que la transformation scientifique a intégré les juristes aux méthodes de la nouvelle discipline. On constate cependant une certaine évolution du modèle de carrière en faveur de la carrière orientée vers Paris. Parmi les agrégés postérieurs à 1930, rares sont ceux qui acceptent les carrières locales. C’est seulement à Paris qu’existe un département d’économie. Les recherches peuvent être facilitées et rester moins isolées.

73Les économistes des facultés de droit voient leur place augmenter avec la fonction sociale croissante de la discipline dans l’entre-deux-guerres, surtout à cause de l’émergence des problèmes monétaires. La fonction sociale de la discipline s’impose. Elle se traduit de plus en plus par des fonctions d’expertise et moins par des équations personnelles de mode de vie. Les carrières de Rist et de Pose annoncent de nouvelles distributions de pouvoir.

74En attendant, les économistes des facultés de droit sont encore très proches du champ politique. Cette association entre les préoccupations scientifiques et la volonté de garder cette proximité avec le pouvoir pourrait bien être une des causes de la mise à distance des recherches économétriques. En effet, la spécificité des facultés de droit n’est pas de former des littéraires fermés aux chiffres. Elle est d’en faire les représentants d’une science morale, jamais dissociée de la vie sociale, très fortement liée au champ du politique et refusant par conséquent de faire de leur discipline une technique abstraite au service du néo-libéralisme. Il n’y a pas de dissociation de l’économique, du social et du politique.

75Or, c’est un des aspects contesté par les partisans de X-Crise qui affirment vouloir fonder une science économique abstraite, fondée sur des mécanismes. On analyserait la société comme une agrégation d’atomes dont la régulation se fait par le marché et dont on peut quantifier les réactions et les interrelations en supposant que chacun de ces atomes a une attitude rationnelle face à ses propres besoins, face à ses propres intérêts et au contexte d’ensemble. Cette attitude scientifique, qui est une application de la pensée technique aux sciences humaines, est profondément refusée par l’ensemble des facultés de droit et constitue un des points du désaccord profond au cours des années 1930. Elle n’est pas exclusive d’ailleurs d’une autre participation au pouvoir politique.

Notes

1 W. Pareto semble être à l’origine de l’épithète, connotée ainsi et attribuée aux enseignants économistes des facultés de droit.

2 Emplacement d’origine de la faculté, qui sera par la suite transférée à Lille.

3 Nous avons déjà mentionné sept d’entre eux, en première partie.

4 Voir chapitre V.

5 Émile Alglave (1842-1929), bachelier ès lettres, ès sciences et en théologie, archiviste paléographe, agrégation de droit en 1870. Enseigne à Douai et à Lille, avant Paris en 1879. Directeur de la Revue scientifique, de la Bibliothèque scientifique, fondée en collaboration avec Spencer, collaborateur de la République française et du Temps (Dossier personnel, archives du CNAM).

6 G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, 6e édition.

7 Alfred Jourdan, souvenirs après décès, Faculté d’Aix et de Marseille, Maléaire, 1893 (BNF L n27 41727).

8 C. Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, octobre 1891, p. 767-770.

9 Aucocq, séance du 30 janvier 1892, Académie des sciences morales et politiques.

10 Il rappelle qu’il a été l’un de ses élèves et qu’il lui est resté lié.

11 Séance du 17 janvier 1893.

12 M. Rolland, président honoraire à la cour d’appel d’Aix, op. cit., p. 12.

13 Désigné ici comme le fils du préfet Dominique Blanqui, qui est présenté, lui, comme l’instigateur de la réunion du comté de Nice à la France, op. cit., p. 70.

14 Ibid., p. 71.

15 Alfred Jourdan connaissait personnellement le professeur de droit Paul Gide, frère aîné de Charles. Il avait enseigné à la faculté de droit d’Aix.

16 C. Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, p. 769.

17 Ibid., p. 766.

18 Cours annexe de la faculté des sciences.

19 Aucocq, séance du 30 janvier 1892, Académie des sciences morales et politiques, p. 32.

20 Alfred Jourdan, Épargne et capital, 1879 ; Du rôle de l’État dans l’ordre économique, 1882 ; Des rapports entre le droit et l’économie politique, 1885. Ces trois ouvrages lui valent les récompenses de l’Académie des sciences morales et politiques. Puis il publie un volumineux Cours d’économie politique en deux volumes qui, nous dit Charles Gide, fut très apprécié des étudiants.

21 21. C. Moreau, Cours d’économie politique à la Faculté des sciences de Marseille, 19 décembre 1891, op. cit., p. 44.

22 Charles Gide, « Alfred Jourdan », Revue d’économie politique, 1891, p. 770.

23 Rappelons que l’agrégation de 1897 a sélectionné les noms de Chauvin, Worms, Sau-vaire-Jourdan et Bencazar. Le concours de 1899 a nommé respectivement Brouilhet, Reboud, Guernier, Charles Rist, Babled et Vignes ; en 1901, Porte, Allix, Gonnard, et Aftalion.

24 Charles Gide, agrégé de droit, vient d’être nommé à Paris sur une chaire d’économie sociale, financée par le comte de Chambrun.

25 Marie Joseph Babled (1862-1909, agrégation 1899) s’intéresse à la législation coloniale.

26 Émile Chauvin (1870-1933, agrégation 1897) radical socialiste, député de 1898 à 1909, s’intéresse à la prévoyance sociale. Professeur à Alger et à Montpellier. A passé une licence de mathématique et une autre de lettres.

27 Joseph Benzacar (1862-1940, agrégation 1897) : carrière à Bordeaux. Législation coloniale.

28 François Sauvaire-Jourdan (1869-1939, agrégation 1897), très ouvert au marginalisme autrichien. Traducteur de A. Marshall.

29 Edgar Allix (1874-1939, agrégation 1901) a enseigné à Dijon, Caen et Paris. Historien des doctrines économiques.

30 Bernard Vignes (1868-1938, agrégation 1899) : carrière à Dijon. Économie sociale.

31 Paul Reboud (1864-1964, agrégation 1899) : carrière à Grenoble. Diffuse l’état de la question en science économique. A des connaissances de mathématiques.

32 Charles Guernier (1870-1943, agrégation 1899) fait, à partir de 1905, une carrière politique : député et ministre, gauche radicale.

33 Charles Brouilhet (1870-1930 ?, agrégation 1899) chargé de cours à Montpellier, professeur à Lyon, Strasbourg et directeur de l’École française de droit de Mayence.

34 René Gonnard (1874-1966, agrégation 1901) : carrière à Lyon, spécialiste d’histoire des doctrines économiques.

35 Marcel Porte (1875-?, agrégation 1901) enseigne à Grenoble. Économie sociale.

36 René Worms (1869-1926, agrégation 1897), fils du juriste libéral, pionnier en 1877, Caen, Rennes Paris. Évolue vers la sociologie.

37 Henri Truchy, Notice sur la vie et les travaux de Auguste Souchon, Travaux de l’Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, 1925, n° 7, Paris, Firmin-Didot.

38 Léon Julliot de la Morandière, doyen de la faculté de droit, Éloge funèbre de Henri Truchy, 20 juin 1950, Annales de l’université de Paris, juin 1950.

39 Auguste Souchon, Les théories économiques dans la Grèce antique, Paris, 1898.

40 H. Truchy, op. cit., p. 20.

41 Il analyse en particulier le cas curieux dans le Massif central, d’une petite commune issue d’une colonie rurale créée par Du Guesclin avec des prisonniers de guerre. Or, en cette fin du xixe siècle, elle a gardé un patois très proche de l’anglais et a refusé l’intégration.

42 H. Truchy, op. cit., p. 8. Comparant l’économie à Cendrillon, il compare les juristes aux belles-sœurs jalouses et à la marâtre.

43 Ibid., p. 9 : « Il a su dissiper des préventions, faire tomber des préjugés, adoucir des humeurs un peu rêches. L’enseignement de l’économie politique dans les facultés de droit lui doit à cet égard beaucoup ».

44 René Roy, Notice sur la vie et les travaux de Henry Truchy 1864-1950, séance du 14 juin 1954, Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, Paris, Firmin-Didot, 1954.

45 R. Roy, X-Ponts, né en 1894, blessé pendant la guerre de 1914-1918 (aveugle), il mène sa carrière dans le corps des Ponts, tout en enseignant à l’École des ponts et chaussées ou il relaie Divisia dans la chaire d’économie politique générale et d’économie sociale en 1929. A partir de 1949, il enseigne l’économétrie à l’ENSAE.

46 R. Roy, Notice..., op. cit., p. 2.

47 H. Truchy, Précis élémentaire d’économie politique, Paris, Sirey, 1926-1928, 2 volumes, 2e édition, 1932-1933, six fois réédité. La cinquième édition étant de 1936 et la sixième de 1941. Auparavant, le cours a circulé sous forme multigraphiée.

48 H. Truchy, « Étude sur le commerce extérieur de la France de 1881 à 1902 », Revue d’économie politique, 1904.

49 H. Truchy, « La reconstruction économique de l’Europe », Conférence faite en 1931 au Centre européen de la dotation Carnégie.

50 H. Truchy, « l’union douanière européenne », Académie de droit international, 1934.

51 R. Roy, Notice..., op. cit., p. 10.

52 Ibid.

53 Il ne confirme pas, non plus, l’analyse de Pirou.

54 Nous renvoyons, pour la liste des nouveaux agrégés, au chapitre IX, consacré à la profes-sionnalisation. Ces agrégés plus récents sont mieux connus que les quinze premiers.

55 Camille Perreau (1866-1932, agrégation 1891) enseigne à Aix, jusqu’en 1902, puis à Paris, comme agrégé en 1904. Il cumule, comme Colson ou Germain-Martin, les lieux d’enseignement : HEC, École coloniale, Génie maritime. Il est membre du Comité directeur de la Revue critique de législation et de jurisprudence. Le contenu social spécifique du cours de cet ancien député des Bouches-du-Rhône sera analysé au chapitre suivant.

56 C. Charle, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil, 1994. Voir tout particulièrement le chapitre VI, l’ordre des juristes, p. 243.

57 À cet effet, il faut faire plusieurs remarques. D’abord, le modèle local est sous-évalué en nombre, dans la mesure où notre observation s’arrête en 1939 et où les agrégés de 1938 ne sont pas examinés sous cet angle. Ensuite, la Seconde Guerre mondiale a introduit des blocages, puis des accélérations. Des possibilités différentes d’atteindre Paris se sont produites pour des raisons de renversement de paradigme. Enfin, il serait intéressant d’examiner, en fonction de la régionalisation, les modifications nouvelles introduites dans les types de carrières.

58 La famille des Villey s’est associée par mariage (la rencontre a eu lieu à la Fondation Thiers) avec la famille des Musset. Nous remercions le professeur Musset des renseignements qu’il a bien voulu nous communiquer oralement entre deux séances du CNU (1986).

59 Sur Bodin, voir J. Romoeuf, Dictionnaire des sciences économiques, Paris, PUF, 1956-1958. Pierre Fromont, « C. Bodin », Revue d’économie politique, décembre 1939, p. 1612-1617.

60 C. Bodin, La Doctrine Sociale de l’Église et la science économique, Paris, Spes, 1938.

61 C. Bodin, Principes de science économique, Paris, Sirey, 1926.

62 François Trevoux (1900-1989, agrégation 1936) a fait des études de mathématiques supérieures. Sa carrière à Lyon est entrecoupée de missions à l’étranger. Libéral, il étudie les banques et la monnaie.

63 Paul Reboud, Précis d’économie politique, 1re édition, 1926.

64 C. Rist, « Paul Reboud (1864-1954) », Revue d’économie politique, décembre 1954 p. 998-999.

65 René Gonnard (1874-1960, agrégation 1901), spécialiste de l’histoire des doctrines économiques.

66 Louis Germain-Martin (1872-1948, agrégation 1903) enseigne à Dijon et à Paris. Il devient plusieurs fois ministre au temps de la grande dépression. Il prône des solutions traditionnelles, hostiles à la dévaluation. Gauche radicale.

67 L. Germain-Martin, La Côte-d’Or, étude d’économie rurale, 1 vol in 8°, 572 p., Paris, Rousseau, 1909.

68 Adolphe Landry est un de ceux qui introduisent le marginalisme auprès du public de l’École des hautes études, mais aussi grâce à un manuel assez influent.

69 Charles Rist (1874-1955, agrégation 1899), protestant, professeur à Montpellier et à Paris.

70 Sur Rist, voir le numéro spécial de la Revue d’économie politique, tome LXV, 1956.

71 Alfred Pose (1899-1969, agrégation 1926) enseigne à Caen et à Rouen avant de passer dans le secteur bancaire, à partir de 1930.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540