Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Chapitre XVI. Les remises en cause

Texte intégral

  • 1 C. Rist (1874-1955, agrégation 1899), action en faveur de la stabilisation du franc, auprès du gouv (...)
  • 2 B. Nogaro (1880-1950, agrégation 1908), ministre de l’Instruction publique en 1926, partisan de la (...)
  • 3 E. Antonelli (1879-1971, agrégation 1919), député socialiste, agit à la Chambre pour faire voter, e (...)
  • 4 L. Germain-Martin (1872-1948, agrégation 1903), député, ministre du Budget, puis des Finances, en 1 (...)
  • 5 C.-J. Gignoux (1890-1966, agrégation 1924), député en 1928, rapporteur du plan Young, secrétaire d’ (...)
  • 6 Avec l’équipe réunie autour d’Albert Thomas.

1Au plan économique, les années 1920 avaient été celles de la reconstruction. Elles avaient confirmé les économistes des facultés de droit, en la personne de Charles Rist1, Bertrand Nogaro,2 Étienne Antonelli3, Louis Germain-Martin4 ou Claude-Joseph Gignoux5 dans leur rôle d’expert, souvent inauguré pendant la Première Guerre mondiale6.

2En revanche, la grande dépression des années 1930 contribue à provoquer une levée de bouclier contre l’enseignement officiel de l’économie politique. On sait que la crise économique s’est doublée d’une crise politique et spirituelle. Des critiques ébauchées auparavant ont pris de l’ampleur et de nouveaux groupes ont dressé un véritable procès aux économistes des facultés de droit.

  • 7 Gaétan Pirou (1886-1946, premier à l’agrégation en 1920), professeur à Bordeaux, puis à Paris.

3Dans un premier temps nous présenterons ces types de critiques et comment, de critiques personnelles (ils ont été impuissants à nous préserver de ce fléau), elles se transforment en critique institutionnelle (on ne peut être économiste, si on enseigne l’économie en faculté de droit). Dans un second temps, nous verrons comment un de ces professeurs les plus représentatifs, Gaétan Pirou7, perçoit le fonctionnement interne de l’économie en faculté de droit. Et enfin, nous montrerons que malgré un dialogue courtois, des questions cruciales restent ouvertes. Le problème est davantage posé qu’il n’est réglé.

I. CRISE ET REMISES EN CAUSE

4Il ne s’agit pas ici de décrire cette dépression, ou de débattre de son caractère précoce ou non, ni même, pour l’instant, de discuter de la façon dont elle a été perçue. En revanche, le fait qu’elle ait éclaté avec une telle ampleur, à une époque où les économistes répétaient que, grâce au franc Poincaré, la France était prospère puisque l’or affluait dans les caves de la Banque de France, pose aux contemporains de multiples problèmes. Il y a celui de l’imprévision de la crise, celui de sa sous-estimation : n’est-elle pas analysée, au début, comme une crise comme les autres ? Et surtout, on souligne, devant la prolongation de la crise au cours des années 1930, le problème de l’impuissance et de l’inefficacité des remèdes proposés. On sait à quel point cette crise économique s’est doublée d’une crise politique, allant jusqu’à ébranler les institutions républicaines. On connaît moins, et on débat encore, du bien fondé de la remise en cause de l’enseignement officiel de l’économie politique.

5Curieusement, toutes les institutions satellites sont ménagées. Pourtant nous avons vu qu’il y a un cursus complet à l’École libre des sciences politiques. À peu près seule, la faculté de droit est attaquée, ce qui prouve bien l’aspect essentiel et représentatif que lui reconnaissent les contemporains.

6On peut distinguer deux sortes de critiques : les critiques venues des économistes « juristes » eux-mêmes, et celles qui fondent la tradition des grands ingénieurs économiques.

A. LES CRITIQUES VENUES D’ÉCONOMISTES FORMÉS EN FACULTÉ DE DROIT

7D’une part, la faculté est attaquée par des partisans d’une intervention de l’État dans l’économie, de ce que l’on appelait, à l’époque, l’économie dirigée. Mais ce n’est qu’une partie des critiques venues de quelques minoritaires issus de la faculté de droit. L’autre famille de critiques vient d’un professeur d’économie en faculté de droit, partisan de l’économie mathématique.

1. Une première critique : les économistes officiels refusent l’économie dirigée

  • 8 Ernest Teilhac, Les fondements nouveaux de l’économie dirigée, rationalisation et monnaie dirigée, (...)
  • 9 E. Teilhac, « Remèdes à la crise », l’État Moderne, 6e année, n° 3, mars 1933, p. 210-226.
  • 10 Ibid., p. 210.

8Les critiques lancées par les partisans de l’économie dirigée sont multiples et reprises, en 1937, dans le débat d’X-Crise, que nous analyserons plus loin. Elles gardent, au départ du moins, un style académique, quand elles sont exprimées dans l’ouvrage d’Ernest Teilhac, en 1932, Les fondements nouveaux de l’économie, rationalisation et monnaie dirigée8. Teilhac est alors agrégatif d’économie politique. Son livre comprend à la fois une analyse des débuts de la crise et des propositions de remèdes. Mais un an plus tard, quand le même auteur écrit dans une revue qui s’intitule L’État Moderne, le ton devient beaucoup plus violent. Cette revue, fondée en 1928, se proposait de réfléchir aux moyens de rénover l’État. Elle diffusait ses numéros essentiellement dans le monde des fonctionnaires. L’article-clé écrit en mars 1933 s’intitule « Remèdes à la crise »9. Dans un style polémique, il débute ainsi : « Comment lutter contre l’incompréhension tragique dont en face de la crise font preuve nos gouvernants et les économistes qui les guident, ces économistes officiels issus de ces antres moisis où fleurit la réaction la plus tenace : les facultés de droit ? Comment arracher nos dirigeants à l’ornière, les dégager de leur routine, les élever au-dessus d’eux-mêmes, à la hauteur des circonstances ? A vouloir remonter le courant mortel des préjugés ne risque-t-on pas d’être fatalement brisé ? Nul n’est prophète en son pays10 ».

  • 11 Ibid., p. 212.
  • 12 E. Teilhac, L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927.

9Le ton est donné. L’adéquation entre les gouvernements incapables et les économistes officiels des facultés de droit est posée d’emblée, comme une évidence. L’auteur poursuit son raisonnement. Actuellement, ne peut devenir un véritable maître en économie, que celui « dont toute l’œuvre consiste à vouloir dégager enfin de l’enseignement scolastique des facultés de droit une science sociale digne de ce nom »11. L’auteur ne se pose cependant pas en révolutionnaire absolu. Auteur d’un livre intéressant sur l’œuvre économique de Jean-Baptiste Say12, il se situe dans la mouvance radicale. Il ne renonce pas aux acquis de la vieille économie politique. En particulier, tout en étant favorable à l’économie dirigée, il reste favorable au libre-échange, mais contrôlé.

  • 13 E. Teilhac, « Remèdes à la crise », art. cit., p. 213.
  • 14 Ibid., p. 213.

10Selon lui, la défense des libertés réelles passe par la mort du vieux libéralisme et de ses libertés formelles. Mais, il ne se sépare pas de « la vieille économie politique classique, si ample de conception, si large d’esprit, dont les économistes français contemporains se révèlent les indignes successeurs »13. Le libre-échange reste l’idéal, et si les aspects économiques et politiques de la démocratie doivent rester associés, cet idéal ne se réalise plus spontanément, comme le pensaient les libéraux purs, en laissant jouer le libre jeu des lois naturelles. Il faut que l’homme, avec sa raison, intervienne. La crise trouvera son remède dans une rationalisation qui doit se traduire par le changement des institutions. Les vieilles institutions étant périmées, il faut organiser la vie économique : « Nous ne concevons plus une économie sans plan, un plan pour supprimer bel et bien dans la plus large mesure possible ce déroulement du cycle économique, qu’il plaît encore à la passivité des économistes de croire fatal »14. L’économie dirigée doit donc élaborer un plan anticyclique de lutte contre les dépressions.

  • 15 Ibid., p. 219.

11À plus long terme, l’auteur prône la nécessité de l’économie publique sous la forme d’un interventionnisme direct ou indirect : direct si l’État nationalise telle ou telle grande société anonyme – « Il est urgent que l’État multiplie ses monopoles, non seulement par souci de justice (unique argument des interventionnistes de jadis) mais surtout par souci de productivité »15 –, interventionnisme indirect si l’État, tout en respectant la propriété privée s’efforce de la réglementer et de l’encadrer par une législation fiscale et par une législation ouvrière. Selon Teilhac, l’un des meilleurs moyens d’action politique et sociale sur l’économie est fourni par les finances et par l’impôt. Par conséquent, on a là un interventionnisme partiel qui met Teilhac dans la mouvance de la pensée réformiste.

  • 16 Ibid., p. 223.
  • 17 Ibid., p. 223.

12En réalité, explique Teilhac, l’économie est de facto dirigée : « Et par qui en fait ? Par une minorité, une oligarchie économique, une nouvelle féodalité qui regarde de haut l’État pendant la période de prospérité mais qui est trop heureuse de l’appeler à l’aide pendant la dépression et, comme on l’a dit assez cruellement, après avoir individualisé les profits, de socialiser les pertes ».16 Mais si l’économie est actuellement dirigée, elle l’est mal. L’auteur refuse donc ce qu’il dénonce comme la prédominance des experts. Selon lui, « ces messieurs compliqueraient par leur vaine technicité, une situation assez simple pour se soumettre exclusivement au bon sens populaire ». Et à l’avenir, « les dirigeants seront les dirigés. C’est l’essence de la démocratisation17 ».

  • 18 Ibid., p. 222.
  • 19 Ibid., p. 221.
  • 20 Ibid., p. 221.
  • 21 C. Rist, « La France économique en 1931 », Revue d’économie politique, mai 1932, p. 518.

13L’article tourne au pamphlet et il s’en prend nominalement à Charles Rist, « membre de l’Institut hélas ! membre du Conseil d’Administration de la Banque de Paris et des Pays-Bas, holà ! [...] c’est à se demander s’il n’ignore pas l’économie politique elle-même car cette économie, il ne faut pas oublier qu’elle est politique »18. Face à cette situation de pouvoir, l’auteur, alors docteur en droit, se démarque : « Nous ne pouvons nous joindre à la troupe craintive des économistes français tremblant devant un pontife. Nous ne pouvons comme eux en présence du présent dilemme : économie libérale ou économie dirigée, ne nous prononcer ni pour, ni contre, adopter des motions nègre blanc »19. Rist, personnage emblématique des facultés de droit, est responsable du refus des remèdes de l’économie dirigée. « Si vous voulez prendre un aperçu saisissant des idées périmées qui animent notre grand expert national [Rist], il n’est que de vous reporter à la Revue d’économie politique, cette revue créée jadis par Gide, en réaction contre le libéralisme, revue de forte critique et de libre pensée et qui est en train de devenir semblable au Journal des économistes ».20 Rappelons, au passage, que nous sommes, en 1933, à un moment où Rist, dans la Revue d’économie politique, vient d’ironiser sur l’absurdité d’un appel à « l’irresponsabilité de l’État »21 et où effectivement seuls les remèdes traditionnels ont été mis en œuvre face à la crise. On retrouvera, de la part des membres de la société de pensée X-Crise, le même type de reproche.

14Cependant, Teilhac ne condamne pas toute l’institution. Il regrette que Nogaro et ses conceptions en matière de monnaie ne soient pas écoutés, qu’il soit en situation aussi minoritaire. Ce qu’il dénonce, c’est l’establishment économique, et son refus de principe de tout interventionnisme.

2. Deuxième critique : il faut utiliser les acquis de l’économie mathématique

15L’économie mathématique n’intéresse pas seulement les ingénieurs. En faculté de droit, parmi les jeunes agrégés d’économie politique, quelques-uns s’intéressent à l’économie mathématique au sens actuel du terme, la pensée de Walras, de Pareto. Notons au passage que les hommes des années 1930, y compris Colson, confondent sous les termes d’économie mathématique deux démarches distinctes : l’objet théorique que l’on désigne ainsi actuellement, et la pensée de tous ceux qui veulent utiliser les mathématiques en économie.

  • 22 Georges-Henri Bousquet (1900-1978, agrégation 1932) a ajouté la formation de l’École libre des scie (...)
  • 23 G.-H. Bousquet, Institutes de science économique, 3 tomes, Paris, Giard, 1930, 1932, 1936. Nous uti (...)

16Georges-Henri Bousquet22, jeune agrégé d’économie politique, est un partisan de Walras. Il écrit pour ses étudiants de l’université d’Alger, un manuel de base d’économie politique, en tenant compte des apports scientifiques les plus récents. Il intitule cet ouvrage Institutes de science économique. Le troisième tome date de 1936. Dans la préface, il y dénonce avec vigueur l’enseignement économique tel qu’il est proposé dans les facultés de droit. Il y expose d’abord son propre programme, montrant comment il cherche à intégrer l’apport de Walras dans l’économie politique, sans toutefois effrayer les partisans de l’économie classique. Le tome I des Institutes donne un aperçu du concept d’équilibre économique. Le tome II étudie « les rapports qui existent entre cet équilibre et d’autres facteurs qui, de l’extérieur, agissent sur le système économique (nature, population, droit) ». Enfin, le troisième tome examine les théories statiques de Walras, « la physiologie de l’équilibre économique ». Mais il s’efforce aussi d’aller plus loin et de compléter le système de Walras. À cet effet, Bousquet cherche à analyser les phénomènes qui, dans la vie économique, n’ont pas l’aspect d’un échange. En outre, il souhaite étudier l’ensemble économique concret, en particulier du point de vue des modifications de l’équilibre statique : reprochant implicitement à Walras de n’avoir étudié que cet équilibre statique, il voudrait, comme les autres professeurs de son époque, introduire la dynamique dans la pensée économique. Par ailleurs, il insiste sur le fait que cette méthode mathématique est source de progrès, mais qu’elle ne doit pas se dispenser de toujours revenir au fait, qu’elle doit procéder suivant un schéma qui va continuellement des faits à la théorie. La pensée de l’auteur reste donc syncrétique : « Nous devons cependant ajouter qu’à nos yeux, les méthodes mathématiques et statistiques ne sont pas destinées à remplacer mais seulement à compléter l’économie “littéraire”. Leur usage exclusif n’est même pas sans danger ; il risque d’engendrer une autre espèce de verbalisme tout aussi inutile, et à peine moins funeste. On peut perdre de vue les faits concrets dont on est censé traiter par l’emploi de toutes les méthodes [...]. Ayant souvent pris la défense de la mathématique économique, nous pouvons donc souligner que son domaine n’est pas illimité ».23

  • 24 Ibid., p. X.

17Nous retrouvons là l’aspect consensuel des professeurs d’économie politique même quand ils sont critiques à l’égard de leur institution. La méthode mathématique est indispensable mais elle n’est pas la seule possible. Quelle est donc l’utilité de cette méthode mathématique ? « Sa véritable utilité nous paraît résulter plutôt de la mentalité scientifique qu’elle permet de développer parmi ceux qui l’étudient, au même titre que toutes les autres études menées selon des programmes rigoureux. Elle permettrait donc selon nous de donner une forte impulsion à toutes les études économiques même les études concrètes et “littéraires”24. »

  • 25 Ibid., p. XI.
  • 26 Ibid., p. XI.

18Avec cette conception de l’économie politique, comment l’auteur présente-t-il sa critique à l’égard de l’enseignement de l’économie dans les facultés de droit ? « C’est un fait objectif que si en un peu plus d’un siècle notre pays a produit les œuvres des physiocrates, de Say, de Cournot, de Walras, par contre depuis cinquante ans que lesdites facultés constituent les principales institutions où la science économique est enseignée, elles n’ont produit aucune œuvre comparable à ce qui a été produit lorsque cet enseignement n’existait pas. C’est un autre fait objectif qu’à l’étranger, l’économie politique officielle française est, sauf rares exceptions, tenue en piètre estime »25. Mais sur ce sujet délicat, l’auteur utilise les classiques euphémismes universitaires. Il éprouve le besoin de nuancer sa critique de l’enseignement de l’économie dans les facultés de droit, en disant qu’il faut se garder « de l’attribuer à un manque d’intelligence de ses représentants [...]. Nous n’avons pas ici le plus léger désir de flatter le personnel enseignant des facultés françaises, mais nous estimons que dans l’ensemble, il n’est pas inférieur par la culture générale et par le développement des qualités intellectuelles à celui des facultés étrangères et que plutôt à cet égard la balance pourrait pencher en sa faveur ».26 La décadence qu’il dénonce n’est pas due, non plus, au fait que l’enseignement serait trop imprégné d’esprit juridique, parce que, selon lui, si on plaçait cet enseignement en faculté de sciences, les méthodes seraient trop exclusivement mathématiques et elles seraient trop littéraires ou géographiques si on le plaçait en faculté des lettres.

  • 27 Ibid., p. X.

19Par conséquent, il faut chercher des solutions à ce problème, à ce constat d’échec relatif. Il en suggère alors deux. La première est la fondation, en ce début des années 1930, de l’Econometric Society. Selon lui, elle « marque la consécration des méthodes scientifiques en économie politique, méthodes statistiques et mathématiques, et donc la reconnaissance par un corps savant de l’œuvre de Léon Walras. Si l’influence de cette société peut se faire sentir sur la génération nouvelle des économistes, il est permis d’espérer que l’on arrivera à éliminer sans cesse plus le verbalisme métaphysique de notre science au profit de méthodes et de procédés scientifiques »27. Une partie de la solution peut venir de cette société de pensée extérieure à la faculté, cette société internationale en langue anglaise mais ouverte à d’autres langues, qui regroupe, dans le monde, tous les partisans de l’économie mathématisée. Mais ce n’est pas suffisant.

20La seconde solution, puisque ce n’est ni la proximité du droit, ni la valeur personnelle des enseignants d’économie politique qui sont responsables de cette décadence, consiste à réformer le système de recrutement des enseignants d’économie politique. Il a actuellement pour résultat « de fausser leur esprit au moment de leur formation intellectuelle ». Bousquet s’en prend donc au concours de l’agrégation des facultés de droit. Même s’il est moins absurde que celui de l’Inspection des finances, ou d’autres concours étrangers, il aboutit cependant à ce que l’auteur appelle « la caricature d’une idée juste », celle qui consiste à privilégier, dans le recrutement, les qualités pédagogiques selon des modalités « ubuesques ». En effet, pour vérifier ces aptitudes, on a créé des épreuves qu’il compare « aux comédies-ballet de Molière ». Pourquoi ? Il dénonce ici les quatre leçons préparées en vingt-quatre heures. On sait que le sujet est donné au candidat, mettons à huit heures du matin et que le lendemain matin, il devra commencer sa leçon à la même heure. Il aura eu vingt-quatre heures pour la préparer. Et ceci quatre fois de suite. On considère en général que ce type d’épreuve de vingt-quatre heures (qui actuellement mobilise des équipes), exige du candidat une capacité de chef d’équipe intellectuelle. Mais, selon Bousquet, il sélectionne plus sur le critère des forces physiques que sur celui des capacités scientifiques. Bousquet estime ces épreuves si épuisantes que certains candidats échouent uniquement pour des raisons de santé : « Cela est bizarre car enfin on ne requiert pas d’un bon ouvrier d’art la résistance physique d’un fort de la halle. Cette résistance est au contraire un grand atout pour réussir dans une carrière essentiellement calme et sédentaire ». Cela lui paraît comparable à l’épreuve de danse exigée dans Zadig pour devenir ministre des Finances.

21Outre ces modalités de sélection, l’auteur regrette que l’agrégation privilégie les aptitudes pédagogiques au détriment de l’esprit scientifique. En effet, l’oral devient purement rhétorique et « la leçon doit être traitée en deux points, précédée d’une introduction et durant un nombre de minutes strictement fixées par l’usage ». Par conséquent, pour se préparer à cette épreuve, « les candidats ne se posent pas de question scientifique mais seulement des questions de rhétorique. Ils apprennent même les différents artifices qui permettent de dissimuler les morceaux de la leçon où ils auraient des hésitations puisque les effets oratoires sont mieux notés que les connaissances réelles ». Or ces qualités rhétoriques, dont il ne conteste pas la nécessité, pourraient être vérifiées autrement, par exemple par une inspection des chargés de cours candidats à l’agrégation, dans la faculté où ils exercent.

  • 28 Ibid., p. XIV.

22À cause de tout cela, dit-il, les professeurs des facultés de droit, sélectionnés sur le double critère de la force physique et de l’esprit rhétorique, ne sont plus de véritables professeurs au plein sens du terme. Bousquet a appris seul à assimiler la pensée de Walras qui n’était pas enseignée à la faculté de droit. « Le seul professeur dont j’ai jamais suivi les cours est M. Colson à l’École Libre des Sciences Politiques. Quant à mes autres maîtres, j’ai dû pour les trouver me livrer à une quête patiente. Jamais au cours de ces recherches, je n’ai trouvé l’œuvre d’un agrégé qui ait exercé une action quelconque sur ma pensée, à l’exception de M. Aftalion. Et quant à ces maîtres que j’ai cru bon de me choisir, les Marx, les Sombart, les Walras, les Schumpeter, ce n’est pas à la faculté qu’on m’aurait appris à les trouver »28. Le remède est donc de réformer l’agrégation sans retirer l’enseignement de l’économie politique des facultés de droit.

  • 29 Ibid., p. XV.

23Le programme qu’il propose pour l’agrégation, écrit en 1934 et publié en 1936, a des aspects étonnamment modernes : « Exigeons des candidats des qualités très sérieuses de fond. Le minimum exigible nous paraît être le suivant : a) connaissance complète et sérieuse de la théorie économique moderne ; b) connaissances mathématiques élémentaires suffisantes pour comprendre les équations de l’équilibre walrasien ; c) connaissances des méthodes statistiques ; d) connaissances attestées par des travaux personnels des faits économiques contemporains ou historiques ; e) connaissances suffisantes de l’anglais ou de l’allemand pour le lire sans difficultés dans un texte économique (nous supposons tout français cultivé capable de lire l’italien scientifique) ». Si on réussit à réformer cette agrégation, actuellement « fléau de l’économie politique », on peut espérer une véritable renaissance de l’économie politique française. L’introduction des Institutes s’achève sur cette phrase caractéristique : « Est-il chimérique de combattre pour une telle renaissance, au pays de Léon Walras et de François Quesnay ? »29

24Cette dénonciation ferme du recrutement des facultés de droit et des résultats scientifiques qu’il a provoqués, associée à un véritable programme de réforme qui d’ailleurs ressemble tout à fait à ce qu’on exige actuellement des agrégatifs d’économie politique fait mouche. Gaétan Pirou, le représentant des facultés de droit auprès de ses adversaires, éprouvera le besoin de lui répondre.

25En somme, les deux familles de critiques formulées par des gens issus des facultés de droit restent soucieuses d’introduire des innovations pour améliorer la qualité de l’enseignement qui est donné. Elles ne condamnent pas l’institution. Il n’en est pas de même, en revanche, pour les critiques qui viennent du monde des grands ingénieurs, tels qu’ils viennent de s’organiser dans la société de pensée X-Crise.

B. X-CRISE ET LA TRADITION DES GRANDS INGÉNIEURS : LA CONDAMNATION DE LA FACULTÉ DE DROIT

  • 30 Guy Desaunay, Contribution à l’étude des idéologies économiques d’un groupe de polytechnicien duran (...)
  • 31 X-Crise (Centre polytechnicien d’études économiques), De la récurrence des crises économiques, Pari (...)

26X-Crise a été à plusieurs reprises étudiée de façon rigoureuse30. Nous nous contenterons d’en rappeler sommairement les caractères, dans le but de situer les critiques adressées au système d’enseignement officiel de l’économie politique, tel qu’il existait à l’aube des années 1930. Notons qu’il est difficile, pour cette étude, d’utiliser l’ouvrage paru lors du cinquantenaire de X-Crise31 et qu’il faut le compléter par un retour au Bulletin de CPEE. En effet, s’il présente un choix particulièrement intéressant des plus grandes conférences et des articles principaux parus dans ce bulletin de X-Crise, en revanche il n’en donne pas les textes en totalité et quand il les coupe, ne signale pas les coupures. La déformation est opérée de façon à rétablir la courtoisie et à supprimer des épithètes désagréables, mais justement significatives, tout particulièrement en direction des facultés de droit. Il faut donc revenir au premier bulletin de X-Crise, si on veut avoir un aperçu de la violence de la polémique qui a eu lieu, à cette époque, contre l’enseignement officiel de l’économie politique.

1. X-Crise : du groupuscule à la société de pensée

  • 32 René Brouillet, Préface, De la Récurrence des crises économiques, op. cit., p. 6.

27Dès l’automne 1931, un appel avait été lancé par trois polytechniciens, Gérard Bardet, André Loisillion et Nicoletis qui, avec Robert Boris, forment le premier bureau de la société, à la fin de l’année 1931. Les raisons de cet appel ? La situation de crise à la fin de l’année 1931 : elle « requiert une étude et une réflexion approfondies, compte tenu de l’extrême gravité de la situation, en prenant appui, en dehors de tout apriorisme doctrinal, de toute considération d’intérêt particulier, sur une observation conduite selon la méthode scientifique la plus rigoureuse et se donnant précisément pour ambition de définir les nouvelles lignes directrices dans lesquelles doit s’engager l’action de ceux qui sont en charge de la gestion de notre pays et plus généralement au niveau supérieur des destinées de notre pays »32. Pour appliquer ces nouvelles méthodes, la formation polytechnicienne à base de sciences exactes et de mathématiques est de nature à rendre fructueuse ce type d’exigence. Le point de départ de la fondation de cette société de pensée est donc un mécontentement à l’égard des analyses actuelles et de leur inefficacité. Les économistes officiels n’ont ni prévu, ni analysé avec rigueur une crise qui, sous les yeux de tous, s’aggrave et s’approfondit.

28On sait que de quelques dizaines au départ, les participants ont attiré à eux des non polytechniciens et ont dépassé le chiffre de 700 personnes en 1939. Dès janvier 1933, un bulletin spécifique est fondé pour faire connaître à la fois les activités, livres, conférences et débats de la société. En 1939, sa composition révèle évidemment une prédominance de 42 % d’ingénieurs, suivis d’un nombre de patrons qui s’élève à 23 %. Le secteur privé est mieux représenté que le public.

Composition des adhérents de X-Crise en 1939

29En 1939, le groupe X-Crise contient 372 polytechniciens et 317 non polytechniciens, 75 sociétés sur 764 abonnements.

Source : Bulletin de X-Crise, 1939.

  • 33 Voir M. Margairaz, op. cit., p. 316.
  • 34 Charles Spinasse (1893-1979), député socialiste, ministre de l’Économie nationale dans le premier g (...)

30Par ailleurs, il faut noter que X-Crise a un éventail idéologique plus large que les facultés de droit. Michel Margairaz explique que le groupe X-Crise est composé, d’une part de libéraux purs particulièrement militants, comme Jacques Rueff, qui sont déjà des notables mais sont très minoritaires à l’intérieur de leur société, d’autre part de collectivistes déterminés, autour de John Nicoletis, le Centre polytechnicien d’études collectivistes (CPEC) avec Jules Moch, Louis Vallon, Claude Beaurepaire, Louis Rosenstock-Franck et Georges Soules. Il s’agit d’un groupe collectiviste en dehors de toute pensée communiste33. Des éléments syndicaux sont appelés à témoigner devant X-Crise, avec les fameuses conférences de 1937 prononcées par René Belin et Robert Lacoste. Une partie du groupe a soutenu l’expérience du Front populaire et en particulier les efforts de Charles Spinasse34. Par conséquent, il existe deux ailes plus extrémistes que dans les facultés de droit.

31Les centres aussi les différencient des facultés de droit dans la mesure où X-Crise se pose continuellement la question de savoir s’il faut, et si l’on peut, sauver le capitalisme. Majoritairement, ils souhaitent le transformer lentement. Il s’agit donc de trouver des outils d’intervention efficaces. Le thème de l’économie dirigée (loin d’être inexistant dans les facultés de droit, comme nous le reverrons plus tard) est beaucoup mieux représenté à X-Crise qu’il ne l’était dans les facultés de droit. Mais il est associé à une réflexion sur les moyens, sur les méthodes de direction efficaces.

32Après 1937, le groupe de X-Crise élargit ses préoccupations, modifie quelque peu ses centres d’intérêts, et connaît de 1936 à 1939 ce que Gérard Brun appelle la consécration.

2. La mise à distance des méthodes des économistes des facultés

  • 35 Jean Ullmo, « Les problèmes de l’économie dirigée », note 31, p. 209.
  • 36 F. Divisia, « Travaux et méthodes de la Société d’Econométrie », Conférence du 21 décembre 1933, no (...)
  • 37 Jean Coutrot, « Les fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale », note 31 p. 13 (...)
  • 38 Voir note 31, p. 290.
  • 39 En particulier celui de M. Lévy-Leboyer à propos de Jean Ullmo.

33X-Crise, au départ, ne fait pas de procès systématique. Les griefs se manifestent par des épithètes, des humeurs au hasard d’un débat. Mais dans la mesure où il prône l’intervention,35 l’intérêt de la pensée de Walras et Pareto, l’usage systématique de l’économétrie et des modèles36, le refus des empirismes conscients ou pas37, il rend obsolète, de fait, une énorme partie du travail des économistes officiels. Ajoutons que les thèses de Keynes sont très tôt exposées par deux interventions de Nicoletis, en avril et juin 1933.38 Des témoignages oraux39 nous ont confirmé ce ralliement précoce de certains ingénieurs au keynésianisme.

  • 40 Louis Vallon, Bulletin de X-Crise, juillet-août 1935, à propos du décès de François Simiand.

34Les critiques à l’égard de l’enseignement officiel de l’économie politique s’expriment à propos du refus de l’intervention. Les économistes des facultés de droit sont perçus comme des libéraux attardés, mais en position dominante dans leur institution. Or, à X-Crise, la pensée libérale est très minoritaire, malgré les efforts de Rueff. Le premier grief à l’égard des facultés de droit est donc celui d’une homogénéité idéologique rétrograde, d’un enfermement dans le refus d’intervenir même quand l’économie va mal. Ce type de grief transparaît en particulier dans un article de Louis Vallon40.

3. Vers la condamnation de l’institution

  • 41 Georges Darmois (1888-1960) mathématicien, ENS, professeur à la faculté de Nancy, puis professeur à (...)
  • 42 Bulletin de X-Crise, p. 29-39.
  • 43 Sur Gaétan Pirou, voir notre communication, « G. Pirou et l’économie dirigée », Les facs sous Vichy (...)

35En janvier 1937 seulement, un débat spécifique est organisé sur les méthodes en économie politique. Dans la même séance, le statisticien Georges Darmois41 fait une conférence sur « Les mathématiques et statistiques au service de l’économie », et Gaétan Pirou intervient sur « l’économie politique et faculté de droit, méthodes et résultats »42. Nous avons montré ailleurs pourquoi les économistes des facultés de droit se sentent représentés par Gaétan Pirou, premier à l’agrégation, nommé à Paris et si bien accepté qu’il apparaît comme l’incarnation de ses collègues43. Les deux types d’arguments, blocage idéologique et insuffisance de la mathématisation, sont débattus, avec une grande attention au problème des méthodes.

36À l’argument d’un libéralisme pur correspondait, il est vrai, une certaine réalité que nous réétudierons par la suite, tant au niveau des étudiants, qu’au niveau des professeurs. Même la Revue d’économie politique, fondée initialement en 1887 pour résister au monopole idéologique des libéraux, avait été reconquise par les libéraux purs : Germain-Martin, un de leurs grands experts, y dominait.

  • 44 Louis Vallon, Bulletin de X-Crise, juillet-août 1935.
  • 45 Ibid, p. 32.

37À cette critique, Gaétan Pirou répond avec vivacité que l’agrégation ne privilégie plus, en tout cas depuis la Première Guerre mondiale, une seule idéologie. Louis Vallon dénonçait certains ostracismes : « les économistes français à la fois notaires et comptables, venus des facultés de droit et de l’inspection des finances n’ont jamais considéré Simiand comme un des leurs. Il faudra sans doute que son nom revienne grandi de l’étranger pour que son enseignement pénètre dans nos facultés »44. Pirou lui rétorque : « Je crois pouvoir toutefois affirmer que jamais [ces échecs à l’agrégation] n’ont eu pour cause une partialité doctrinale des juges [...]. C’est que si on se reporte à la liste des agrégés des dix derniers concours qui se sont échelonnés de 1919 à 1936, on y retrouve l’échantillonnage le plus complet de toutes les opinions. De très fermes libéraux comme Louis Baudin ou René Courtin y voisinent avec des socialistes SFIO authentiques comme Etienne Antonelli et André Philip. J. Gignoux, représentant combatif du patronat y figure, ainsi qu’André Fourgaud dont Vincent Auriol fit son chef de cabinet. L’économie pure y a ses adeptes tels Antonelli et Bousquet mais l’économie inductive et statistique y a ses champions tels que Jean Lhomme ou Jean-Marcel Jeanneney. Tous les courants méthodologiques ou doctrinaux coulent donc côte à côte. Le même éclectisme se retrouve à la Revue d’économie politique45 ». L’idée que le libéralisme soit au principe du recrutement et contribue à fermer, en quelque sorte, le recrutement des facultés de droit est donc vigoureusement, et d’ailleurs à juste titre depuis 1919, réfutée.

38Sur le problème des méthodes, le débat est plus complexe. En effet, l’unanimité du mécontentement des gens de X-Crise se manifeste quand il s’agit de dénoncer les méthodes littéraires ou juridiques.

II. PLAIDOYER POUR UNE MATIÈRE ANNEXE

39Le chemin parcouru par les enseignants d’économie, depuis leur entrée dans les facultés jusqu’aux années 1930, est loin d’être négligeable. Ils ont mis plus d’un siècle à conquérir une position stable et reconnue à l’intérieur de ces facultés de droit qui les avaient pourtant si mal accueillis.

A. LES ÉTAPES D’UNE CONSTRUCTION

  • 46 Gaétan Pirou, Économie politique et facultés de droit, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1937, 80 (...)

40En 1937, G. Pirou a éprouvé le besoin de décrire les étapes de la lente construction du cursus économique, avant de dessiner le tableau de l’enseignement économique actuel en faculté de droit. Étrangement, pour lui, la date fondatrice est celle de l’ordonnance du 24 mars 1818, présentée comme la création nominale du premier cours d’économie politique. Il rappelle qu’en 1819, la mode était en faveur de la discipline puisque c’est la date de la fondation de la chaire du Conservatoire pour Jean-Baptiste Say. Mais il affecte de ne pas savoir, dans la mesure où il n’y a aucune allusion dans les procès verbaux de la faculté, pourquoi cette chaire créée en 1819 est, comme il le dit, « supprimée par prétérition », et pourquoi s’y substitue la chaire d’histoire des Pandectes. Ceci dit, le paragraphe montre bien que la discipline économique était liée à l’étude du droit naturel et de l’histoire philosophique du droit. Pirou s’abrite derrière les explications officielles selon lesquelles l’enseignement du droit romain, à l’abri de la chaire des Pandectes, sert de base à l’étude des codes français ; mais il souligne le fait que la faculté avait, à cette époque, des finalités plus étroitement professionnelles et ne cherchait à donner que « des connaissances positives et usuelles »46. Ce faisant il réactive l’alliance avec les juristes scientifiques. La deuxième date est naturellement la création effective de la première chaire en 1864, avec le rappel des motivations de Victor Duruy (2 500 élèves, victoire pour les libéraux, chaire non exclusivement économique puisqu’elle s’appelle chaire d’économie politique et de droit public). L’alliance, ici, s’opère avec les juristes favorables au droit public et aux sciences politiques. Gaétan Pirou signale que cela se situe dans un mouvement d’ensemble : Nancy, Toulouse et Marseille instituent des cours volontaires d’économie politique. Mais il gomme le fait que cette création de 1864 est en réalité très éphémère dans la mesure où, trois ans après, Batbie avait été obligé de se réfugier dans l’étude du droit administratif, faute d’avoir gardé ses étudiants face à un cours facultatif.

  • 47 Ibid., p. 16.

41La troisième date est naturellement le décret du 26 mars 1877, la transformation de l’économie politique en matière d’examen. Il signale le fait qu’à cette époque-là, les juristes « hésitèrent à donner leur adhésion à la réforme et de vives critiques furent formulées contre l’élévation de l’enseignement économique à la dignité de matières sanctionnées par un examen »47. Il souligne qu’en 1889, l’économie politique est transférée de deuxième en première année. Mais il s’agit là d’un enseignement d’un seul semestre.

42La quatrième date marquante est celle du double doctorat en droit (sciences politiques et économiques), en 1895. Ce nouveau doctorat, insiste Gaétan Pirou, est pris à la suite d’une large consultation des facultés et, là encore, on retrouve la même stratégie avec les noms de quatre juristes modernistes, Esmein, Bufnoir, Lyon-Caen et Beudant, qui ont procédé à de longues études avant d’accepter ce sectionnement du doctorat, et qui sont les fondateurs du droit moderne.

  • 48 Rapport de M. Léveillé.

43La cinquième date est 1905. Le décret du 1er août 1905 double la place de l’économie politique en lui attribuant deux cours obligatoires annuels, un en première et un en deuxième année. Là encore, la faculté de droit de Paris est notée comme ayant été d’accord avec cette réforme48 et comme ayant proposé un enseignement plus détaillé, étalé sur les trois années de licence.

44Enfin, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale – en 1937, par Gaétan Pirou – la dernière date jugée importante est la création du diplôme supérieur d’économie politique en 1925. En effet, la réforme de 1925 disloque les deux doctorats instaurés en 1895 en quatre certificats : le droit privé, les études romano-historiques, les sciences politiques et les sciences économiques. Le diplôme de sciences économiques est relativement autonome et surtout les étudiants de doctorats, qui doivent en choisir deux, peuvent les associer à volonté. Cette combinaison a remporté un grand succès.

45Le doctorat, dégagé de toute incidence extra-scolaire, a pris un caractère véritablement scientifique. Ceux qui s’intéressent au monde des contrats privés peuvent, à leur tour, acquérir une formation plus sérieuse qu’en licence, en matière d’économie politique.

B. LES TROIS NIVEAUX DE L’ENSEIGNEMENT ÉCONOMIQUE DANS LES FACULTÉS DE DROIT

46Nous nous contenterons, en quelque sorte, de remplir la vitrine enseignante proposée par le guide de l’étudiant.

1. Le niveau de base et les publics massifs

  • 49 G. Pirou, « Les méthodes en sciences économiques », Centre polytechnicien d’études économiques (CPE (...)
  • 50 Ibid.,p. 30.

47L’économie politique figure donc en première et en deuxième année au niveau élémentaire. Il s’agit de cours annuels, en quatre semestres, à raison de trois leçons d’une heure par semaine, donc environ 150 à 170 heures de cours. Quand ces cours sont publiés, cela donne deux tomes de 5 à 600 pages chacun. Cet enseignement permet de fournir une vue globale, une synthèse assez complète des principaux aspects de la vie économique, à la fois pour les aspects descriptifs et pour l’étude des mécanismes généraux. En troisième année, des cours de droit liés à l’économie politique la complètent, « prolongent en quelque sorte jusqu’à la fin de la licence l’écho de l’enseignement économique »499. Gaétan Pirou estime donc qu’en licence, les mécanismes de base et la description des aspects fondamentaux de l’économie politique peuvent être enseignés dans les créneaux horaires qui leur sont réservés durant ces deux ans. Mais il rappelle une originalité : il s’agit d’un enseignement qu’il appelle primaire et même élémentaire. Il insiste sur le fait que, quand un étudiant arrive en Sorbonne pour apprendre n’importe quelle autre discipline, il en a acquis les fondements dans le secondaire. Ici, il faut partir d’une table rase. Si bien que le cours des deux premières années doit être entendu d’une façon particulièrement pédagogique. Il insiste sur les qualités de clarté dans l’exposition, de simplicité dans le plan qui doivent dominer, et, dit-il, il faut « éviter d’entrer dans des analyses trop techniques qui lasseraient vite l’attention et la patience de l’auditoire »50. En effet, « nous ne formons pas en faculté de droit des économistes de profession, nous avons affaire majoritairement à des jeunes qui se destinent au barreau, à la magistrature, et à l’administration ». On commence, dès lors, à sentir les réserves que les enseignants d’économie politique, qui ont érigé Gaétan Pirou comme leur représentant symbolique, peuvent éprouver à l’égard de la place de la discipline dans le cursus.

  • 51 Ibid., p. 31.
  • 52 Ibid., p. 31.
  • 53 Ibid., p. 31.

48Pour cet enseignement de niveau élémentaire, deux méthodes sont possibles. La première consiste à mettre l’accent sur les mécanismes généraux, sur les aspects permanents, sur les lois fondamentales de l’économie politique, ce que Pirou appelle « ce qu’il y a de général, de permanent, de constant dans la vie économique, en négligeant ou en reléguant à l’arrière plan les aspects actuels et changeants des problèmes »51. Cette première méthode insiste sur l’étude des mécanismes fondamentaux, le rôle des prix, l’établissement des prix, le jeu de l’offre et de la demande, etc. Mais Pirou préfère une deuxième solution, celle qui consiste, sans supprimer l’analyse des mécanismes de base, à accorder « une plus large place aux vicissitudes et aux incertitudes du milieu économique dans lequel nous vivons »52. Ce n’est pas sans danger. Le risque est « de noyer sous l’actualité, sous le changeant, sous le côté historique, hasardeux, aléatoire des faits du présent, les aspects véritablement scientifiques de la matière, c’est-à-dire ce que la science comporte d’uniforme et de régulier, donc ce sans quoi elle ne serait pas une véritable science. »53 Voilà pour cet enseignement de base. Les réserves sont latentes dans cet exposé, parce que l’auteur laisse entendre et souligne à chaque fois qu’il ne s’agit que d’une seule matière parmi celles que le futur licencié en droit doit assimiler.

2. Le doctorat et la spécialisation

49C’est seulement au niveau du doctorat que commence la spécialisation. L’étudiant a le choix entre quatre DES, dont un en économie politique. Mais le professeur confirme que, pendant longtemps, les étudiants ont choisi le diplôme économique parce qu’il avait la réputation d’être le plus facile, et à l’époque révolue du « fléau du doctorat militaire », celui qui permettait d’échapper à deux ans de caserne. Depuis, le niveau d’études économiques a très nettement monté sans, avoue-t-il, « atteindre le niveau qui conviendrait à des études dites supérieures ». Actuellement, le cours de doctorat porte sur une question originale, liée aux recherches personnelles d’un professeur. Pirou cite Aftalion, dont les recherches sur les crises, appuyées sur un bon appareil statistique et sur l’analyse marginaliste, en font un économiste respecté hors des cercles de la faculté.

50Il met aussi en avant le succès du travail de Gide et Rist, consacré à L’histoire des doctrines économiques, avec ses rééditions successives. Il regrette que le cours de statistiques ne soit pas obligatoire. De toute façon, ce cours est davantage destiné aux usagers de la statistique qu’à des statisticiens de métier. Il n’y a d’ailleurs guère de débouché pour les statisticiens. Il s’efforce de montrer dans quelle mesure la statistique, à partir des corrélations reconnues, a éventuellement formulé des lois. Il insiste sur le rôle de la documentation statistique, sur ce qu’elle peut apporter pour comprendre tel ou tel problème économique.

51Le hors programme – appelé à cette époque-là programme général – est l’épreuve qui contribue à faire échouer certains candidats, à cause de leur ignorance ou de leurs faiblesses inadmissibles sur les parties générales de l’économie politique. Notons au passage la contradiction avec sa première appréciation. Gaétan Pirou estime que le travail est insuffisant en matière d’histoire des faits, d’étude de la théorie économique, mais aussi des opérations de banque et des opérations de bourse.

52La thèse devrait être accordée avec plus de rigueur : il souligne que l’intérêt porté à l’économie se traduit par l’augmentation du nombre des thèses, mais qu’en même temps, très peu sont véritablement excellentes. Ce sont souvent celles de gens qui ont, par ailleurs, une pratique du monde des affaires. Ce contact avec le monde des affaires contribuerait d’ailleurs à enrichir l’enseignement de l’économie politique.

53À Paris seulement, dit Gaétan Pirou, mais cette fois-ci dans son bilan à destination des facultés de droit, les économistes ont réussi à former une sorte de « département économique », formé de dix à douze professeurs agrégés et chargés de cours. Les membres de ce département, sous la présidence du plus ancien d’entre eux, organisent des réunions à chaque fois que se pose une question de programme ou une question de recrutement. C’est ce que nous appellerions le fonctionnement d’une sous-section. Et, insiste-t-il, la plupart du temps, ces propositions sont entérinées par la faculté. Si bien qu’en fait, cette création d’une sorte de département économique à la faculté de droit de Paris, la plus importante des facultés de France, et qui représente à elle seule le cinquième des enseignants d’économie politique, permet de se féliciter du chemin parcouru.

3. L’apogée d’une matière annexe

54L’auteur de ce rapport de synthèse est considéré comme l’émanation même des professeurs d’économie politique, celui qu’on envoie discuter soit avec les partisans de la discipline, soit avec ses adversaires. Pour lui, le chemin parcouru n’a pas seulement été institutionnel ou quantitatif, mais aussi scientifique.

  • 54 G. Pirou, op. cit., p. 34.
  • 55 Chapitre sur lequel nous reviendrons.

55Certes, quand ils n’étaient pas recrutés par une agrégation spécifique, certains des premiers enseignants d’économie politique ont pu justifier les critiques : « trop juridique » ou « trop littéraire ». Comme exemple de ces déformations, Gaétan Pirou cite Paul Cauwès et Charles Gide. Ils faisaient partie de ces jeunes agrégés à qui on avait confié « de gré ou de force » le cours d’économie et qui y avaient pris goût. Mais Cauwès, partisan de la méthode historique allemande, avait introduit ce que Pirou appelle le relativisme de l’historien, remettant donc en cause l’universalisme et l’abstraction des lois économiques. Il a trop mis l’accent sur les descriptions des problèmes et sur le rôle des réglementations existantes, si bien que son cours ne permettait pas toujours de bien comprendre les grandes lois fondamentales. Pour Charles Gide, le problème est différent. Militant du coopératisme et du solidarisme, libéral comme les libre-échangistes au niveau international, il estime en revanche qu’il faut intervenir au niveau de la répartition, afin d’organiser la solidarité par la généralisation des coopératives. Là encore, Pirou reconnaît que cette économie politique « devenue plus humaine et plus réaliste perdait toute rigueur scientifique ». Et qu’avec ses éminentes qualités littéraires d’écrivain, soutenues par « une âme ardente de moraliste, une manière de génie dans le choix des images »54, un personnage comme Charles Gide peut susciter des critiques. Certes, il a suscité beaucoup d’intérêt pour la discipline, mais il n’en a pas renforcé les aspects scientifiques. Pour preuve de cela, Pirou cite le chapitre de L’histoire des doctrines consacré aux théories de l’utilité marginale, et surtout aux théories de l’équilibre économique, qui55 prêtent le flanc à beaucoup de critiques en méconnaissant l’importance de certaines théories actuelles. Donc, au temps où l’agrégation était non spécialisée, les économistes ont pu être trop juridiques ou trop littéraires.

56En revanche, même à cette époque, quelques noms ont introduit de la rigueur. C’est le cas, entre autres, de Maurice Bourguin dont le livre paru en 1904, Les systèmes socialistes et l’évolution économique est un « livre plein d’anticipations un peu étonnantes », compte tenu de sa date de parution, et dans la mesure où il anticipe un certain nombre de bouleversements que la guerre et l’après-guerre, la rationalisation et les progrès techniques ont provoqués. Pirou souligne le rôle formateur de l’agrégation d’économie, la rigueur introduite par cette formation spécifique, en particulier en matière statistique. À cet effet, sont évidemment mis en avant les livres de Nogaro, d’Aftalion sur l’équilibre dans les relations économiques internationales et tout le travail de Louis Baudin, consacré à la monnaie et à la formation des prix. Les critiques méritées au début ne le sont plus actuellement.

4. La spécificité des facultés : la méthode composite

  • 56 G. Pirou, « La méthode et l’ordonnancement de la science économique chez les économistes français c (...)
  • 57 Henri Truchy, Cours d’économie politique, Paris, Giard, 1911. Camille Perreau, Cours d’économie pol (...)

57En 1928, pour la Revue d’économie politique, Gaétan Pirou avait déjà fait un bilan sur « la méthode et l’ordonnancement de la science économique chez les économistes français contemporains »56. Il y pose le problème du conflit des méthodes, et montre bien à quel point l’attitude sur la méthode sert de ciment à la communauté des économistes des facultés de droit. En général, dans les manuels d’économie politique, y compris dans les grands traités de 500 ou 600 pages, qu’il s’agisse de celui de Truchy ou des autres57, le conflit des méthodes est soit nié, considéré comme dépassé, soit imputé à des exagérations réciproques, donc sans intérêt.

58Or la vraie méthode de l’économie politique est une méthode intermédiaire et mixte, archétype en quelque sorte, ayant à la fois recours à l’induction et à la déduction, du fait que l’économie politique est avant tout une science de l’observation. Seulement, cette observation présente un caractère particulier : elle ne permet pas, pour une science humaine insérée dans l’histoire, l’expérimentation. Par conséquent, elle accorde à la déduction une place plus large que dans les sciences expérimentales habituelles. Dans l’ensemble, si au départ certaines hypothèses sont données un peu subjectivement, au bout du raisonnement, les conclusions sont vérifiées par l’expérience. À chaque niveau du raisonnement, il faut garder un contact permanent avec les faits, qu’il s’agisse des hypothèses de départ ou de l’étude des mécanismes intermédiaires. Par conséquent, la méthode de l’économie politique doserait les trois opérations logiques habituelles – observation, hypothèse, vérification – avec une plus grande place pour la déduction, dans la mesure où il n’y a pas d’expérimentation.

  • 58 C. Colson, Cours d’économie politique, Paris, Gauthier-Villars, tome I, p. 39.

59Il s’agit donc d’une attitude de conciliation, mais qui rend les économistes des facultés de droit hostiles à toutes revendications jugées impérialistes de l’économie mathématique. Non pas qu’ils les refusent, mais ils estiment leur domination excessive et, qu’au fond, la méthode mathématique n’est parfois qu’une manière apparemment neuve de répéter les vieux dogmatismes. L’usage des mathématiques a sa place à côté des autres méthodes, mais jamais seul. L’exemple de Colson est utilisé pour illustrer cette thèse. Connaissant fort bien les recherches mathématiques, il utilise les graphiques pour illustrer la théorie des prix, et des formules mathématiques pour exprimer un certain nombre de raisonnements. Il reconnaît cependant que la méthode mathématique n’est pas la seule méthode normale ; que les économistes mathématiciens ne sont efficaces que dans les cas simples, et dans ce cas-là, « leurs démonstrations peuvent être présentées tout aussi bien en langage ordinaire »58. Leur exclusivisme risquerait d’amener les économistes à s’écarter de la réalité. On sent ici la méfiance réelle de Colson à l’égard de certaines conclusions sociales de Walras.

60Ceci dit, si cette méthode éclectique est celle des grands traités, Pirou, qui s’efforce de faire avancer sa discipline, estime que cette position n’est soutenable que pour des manuels ou des traités exposant, au fond, la science faite, c’est-à-dire le paradigme dominant. Elle ne l’est plus quand il s’agit de faire soi-même de la recherche. Si l’on veut entrer dans l’étude scientifique d’une question, il faut opter entre deux possibilités : soit on prend comme point de départ les faits économiques objectivement observés, soit on estime que rien de scientifique ne peut sortir de l’observation directe. Il faut alors partir d’une sorte d’hypothèse simple, liée au bon sens ou à l’introspection, et construire toute une explication à partir d’un modèle simplifié. Dans ce dernier cas de figure, celui des méthodes de l’économie mathématique, Pirou cite pêle-mêle des économistes mathématiques comme Aupetit, Jacques Rueff, François Divisia ou Lenoir. Il ajoute à ces mathématiciens reconnus le chrétien social qu’est Charles Bodin, de façon à montrer que cette attitude plus abstraite n’est pas forcément le monopole des libéraux purs ou des mathématiciens. Or, aucun ne se contente de ce que Pirou dénomme la méthode déductive.

  • 59 Charles Bodin (1867-1939), agrégé de droit, enseigne à Rennes où il fait une carrière de notable lo (...)
  • 60 Charles Bodin, Principes de sciences économiques, Rennes et Paris, Sirey, 1926. C. Bodin, « Essai d (...)

61Par exemple, le chrétien social Charles Bodin59, professeur à Rennes, critique très vivement la notion d’homo economicus. Il choisit des abstractions pour essayer d’élaborer une sorte de modèle d’ensemble. Il part en effet du principe que l’économie politique s’établit en deux étapes60. D’abord l’économie simple, à partir de laquelle il étudie la vie qui existerait sous deux conditions : d’une part, les agents économiques ne rechercheraient que la conservation et le développement de leur être personnel et se refuseraient des « satisfactions nocives » ; donc, au fond une recherche des besoins réels de base. En un second temps, ils chercheraient à trouver les moyens de satisfaction de leurs besoins de base, en aménageant le milieu extérieur mais en refusant toute exploitation de leurs semblables, ce que Bodin appelle le prélèvement. On retrouve là certaines des conceptions du catholicisme social. En première partie, il étudie les mécanismes de base de l’économie simple, ce qui représenterait les aspects statiques du mécanisme économique. Puis il introduit, dans une deuxième partie, la mentalité, les actes à l’occasion de la production, de l’échange, de la consommation. Enfin, dans une troisième partie, Bodin aborde les aspects dynamiques, et à l’occasion de ces mouvements, analyse dans quelle mesure on atteint l’équilibre, dans quelle mesure il y a progrès de l’économie politique. Il s’agit donc d’une reconstruction par une méthode déductive ; Bodin promet un autre ouvrage sur l’économie appliquée.

62Il faut noter, au passage, la subtilité de Gaétan Pirou qui, dès 1928, et contrairement à ses contemporains, dissocie, en utilisant l’exemple du chrétien social Charles Bodin, la méthode déductive de ses partisans les plus nombreux, les économistes mathématiques. Il se trouve qu’à l’exception d’un très petit nombre d’entre eux, c’étaient des libéraux purs, des libéraux militants, comme Albert Aupetit ou Jacques Rueff. Gaétan Pirou souligne que le travail de Charles Bodin révèle un bel effort de pensée novatrice, mais que cette dernière n’est qu’une construction de l’esprit, une brillante hypothèse. En fait, la confrontation expérimentale montre que la première partie est un pur objet théorique, et l’on sent très bien les réserves de Gaétan Pirou à l’égard de cette construction qui ne s’éclaire que par les valeurs du christianisme.

63D’autres auteurs comme Aupetit, Rueff ou Divisia ont eux aussi adopté cette méthode abstraite en privilégiant le rôle de la déduction. Mais tous, parallèlement à ce qu’ils appellent l’économique rationnelle, admettent dans une deuxième partie la nécessité d’étudier l’économie expérimentale. Rueff oppose d’ailleurs l’économie « euclidienne », donc purement théorique, avec l’économie plus concrète qui obéirait à des lois statistiques. Divisia estime, lui, que puisque l’économiste ne peut pas recourir à l’expérimentation, il doit utiliser le raisonnement. L’économie rationnelle ne serait alors qu’une vaste construction déductive si elle n’était pas continuellement vivifiée par l’observation. Pour Gaétan Pirou, les partisans français de la méthode déductive ne sont pas des théoriciens de l’économie purement abstraite et rationnelle : ils s’en distinguent par leur souci d’associer l’expérimentation à leur construction théorique. Ils ne tombent pas sous le coup du défaut qui est celui de l’exclusivisme méthodologique et ils ont su garder un contact avec le réel. À partir de ce double raisonnement, la négation du problème, et l’ambiguïté de ceux qui ont recours aux deux méthodes, Gaétan Pirou prend partie pour la seule et vraie méthode, celle de François Simiand.

  • 61 Terminologie reprise avec une connotation péjorative par Ernest Labrousse, Entretien du 23 mars 197 (...)
  • 62 G. Pirou, « La méthode et l’ordonnancement de l’économie politique », art. cit.

64Pour le professeur qui incarne l’esprit des facultés de droit, la science économique a pour objet d’expliquer la réalité. Or, seule la méthode abstraite se sert de prémisses arbitraires. Elle superpose des raisonnements qui n’ont que des apparences de rigueur et qui ne sont exacts que quand ils font intervenir, de façon plus ou moins clandestine, l’observation au cours de la séquence déductive. Enfin, les conclusions sont souvent incapables d’expliquer et d’éclairer le réel. A cette méthode dénoncée comme méthode conceptuelle61, s’oppose la position méthodologique de Simiand, qui se veut à égale distance entre cette méthode conceptuelle et l’historicisme. Il faut partir de la description des faits mais sans se borner à la description des faits singuliers ou contingents, puisqu’il n’y a de science que du général. Il faut donc s’élever des faits directement observés à des concepts plus généraux, et soumettre ces concepts généraux à l’épreuve de la vérification. De ce fait, une économie mathématique peut être justifiée, mais à condition qu’elle travaille sur des abstractions tirées des faits et non pas sur des notions empruntées à la psychologie individuelle (dénonciation de l’homo economicus « qui laisse en dehors d’elle ce qu’il y a de social dans les données du problème économique »62).

65Par conséquent, il ne s’agit plus d’une conception purement éclectique. Il faut partir des faits dans leur complexité et en dégager, grâce à la statistique, les variations concomitantes. La statistique devient l’instrument essentiel de l’observation et la base naturelle de l’abstraction. Pirou insiste sur l’importance de cette méthode et l’on voit bien à quel point il s’y rattache. Il estime que, même si Simiand a exagéré en acceptant toutes les théories durkheimiennes, sa position méthodologique reste très forte. Il a fait relativement école dans la mesure où Aftalion, Nogaro, Charles Rist lui-même, ont montré que, par l’analyse et la confrontation judicieuse des statistiques, on peut découvrir des vérités scientifiques importantes. Ce qui compte est donc d’accepter le syncrétisme de méthodes sans exclusivisme. On peut voir que la science économique est d’abord une science d’observation, qu’elle part de l’observation pour découvrir les lois générales, et qu’elle vérifie ces lois générales par le biais de leurs applications. Dans cette démarche complémentaire, la statistique doit être développée.

66On sent très bien que cette position hostile à tout exclusivisme sert de ciment à la communauté des économistes des facultés de droit avec les partisans du droit historicisé. Elle aboutit à la revendication d’une grande tolérance idéologique. Ce faisant, Pirou renforce l’esprit du corps des enseignants d’économie politique dans les facultés de droit. Il y a donc à la fois une assimilation de la discipline à l’intérieur de la faculté de droit, et une position conquise de cette discipline à côté des disciplines juridiques.

III. POINTS COMMUNS ET QUESTIONS PENDANTES

67Pirou espère avoir convaincu son auditoire que l’unité scientifique des économistes se fait au travers de la méthode statistique telle que Simiand l’a définie, et que la statistique a montré sa fécondité avec les travaux de Rist ou d’Aftalion. L’acceptation montante du rôle heuristique de la statistique chez les économistes des facultés de droit devrait leur permettre de réfuter une part des critiques venues des membres de X-Crise.

  • 63 Gaétan Pirou, CPEE, art. cit., p. 30.

68Mais cette « apogée » de la discipline dans les facultés de droit se heurte à une limite. C’est l’apogée d’une matière annexe. Gaétan Pirou le reconnaît et trouve d’ailleurs normal que, dans des facultés de droit, l’enseignement du droit soit prioritaire. Ceci dit, « il n’en demeure pas moins que l’économie politique est de ce fait et ne peut pas ne pas être une simple discipline auxiliaire »63. De toute façon, le nombre d’heures qui lui est concédé, à côté du droit évidemment, est extrêmement restreint.

69Quant au nombre d’étudiants concernés par l’économie politique, dans ses aspects scientifiques, il reste trop faible. Il faut rappeler qu’à cette époque, en 1930 par exemple, l’effectif total des inscrits en faculté de droit est de 10 178 étudiants (mais ce chiffre inclut les capacitaires). Les licences obtenues, cette même année, concernent 1 931 étudiants. En 1931, pour un chiffre légèrement plus élevé de 10 857 inscrits, 2 123 licences ont été obtenues. Les taux d’ajournement, surtout en première année, dépassent couramment 50 %. Ils diminuent évidemment pour les années suivantes : 42 % en 1932 en deuxième année de licence, 39 % en troisième année. Ce type de sélection, ajouté au fait que tout le monde ne choisit pas de faire le doctorat, aboutit à des chiffres de docteurs d’État très faibles. En 1930, sur 1 931 étudiants licenciés, 363 ont obtenu le doctorat d’État. L’année suivante, alors que le nombre de licenciés a augmenté, le nombre de doctorats d’État reste à 360. Il monte légèrement dans les années suivantes mais n’atteint 509 qu’en 1938, et baisse à nouveau en 1939. En plus, ce chiffre global agrège à la fois les doctorats d’économie et les doctorats de droit proprement dits. Il s’ensuit que ceux qui obtiennent le doctorat d’État avec une formation économique, jugée scientifique par Pirou, ne dépassent pas 200 par an, si on recoupe ce chiffre avec celui des thèses d’économie. En revanche, l’enseignement de base a été donné à tous les candidats en première année de licence, ce qui permet d’estimer que les 10 000 étudiants inscrits en droit ont, eux, reçu la formation de base de première année. Cela explique que la réputation de l’enseignement économique en faculté de droit soit faite à partir de l’enseignement de base donné aux publics massifs et non à partir du niveau réellement scientifique du doctorat. En somme, les limites scientifiques de l’économie politique en faculté de droit viennent de son statut de discipline annexe, dans une faculté consacrée au droit.

  • 64 Ibid., p. 42.
  • 65 Dont nous voyons ici qu’elle est associée à la méthode mathématique.
  • 66 G. Pirou, CPEE, art. cit., p. 34.
  • 67 Ibid., p. 34.

70Mais là où la divergence subsiste avec X-Crise, c’est sur la place à accorder à la méthode mathématique. Il n’est pas question, pour Pirou, d’accepter le monopole de cette méthode. Nous avons vu que l’éclectisme des méthodes caractérisait justement le consensus des économistes, au moment où ils estiment avoir réussi. Clairement, « le conflit réside entre la méthode abstraite et la méthode positive, disons plutôt la méthode Walras et la méthode Simiand. La méthode que Simiand appelait conceptuelle ne part pas de l’observation directe, positive, statistique des faits économiques, elle prend comme point de départ de la déduction un certain nombre de constatations de bon sens et de là, elle tire par raisonnement une série de formules. Je crois pour ma part que cette méthode abstraite vaut ce que vaut le point de départ de la chaîne déductive. Quant à la méthode déductive concrète et positive, j’admets qu’elle sera sans doute amenée à un certain moment de son développement à faire une place aux mathématiques. Je n’ai aucune objection à l’utilisation des mathématiques ainsi encadrées dans le réel ».64 Dans sa conférence devant le public de X-Crise, il renouvelle cette condamnation de l’exclusivisme méthodologique : « Les économistes des facultés de droit veulent une méthode à la fois réaliste et scientifique, réaliste cela signifie qu’ils entendent partir de la réalité et y aboutir et qu’ils ont de ce fait peu d’inclination à l’égard des systèmes d’économie pure, peu de goût pour la méthode abstraite. Il leur paraît qu’une interprétation purement déductive du système économique quelque élégante et subtile qu’elle puisse être présente peu d’intérêt pour la compréhension d’un monde extrêmement complexe. Il leur semble que la psychologie réelle des individus en société s’écarte très sensiblement du schéma de l’homo-économicus, qu’elle est soumise à de puissantes influences collectives et sociales. Par ailleurs, la libre concurrence65 autre postulat de l’économie pure, leur paraît rarement réalisée dans le monde contemporain »66. La conclusion est très nette : « Les systèmes d’équation déroulés en longues chaînes à partir de données simples ne leur semblent pas susceptibles de nous apporter de grandes clartés pour la compréhension de la vie réelle »67.

  • 68 Bulletin du CPEE, débat de 1937, ibid., p. 47.

71C’est là que réside le véritable conflit. Dans la discussion qui suit, Coutrot prend la parole et donne très fermement raison à Darmois sur le rôle des mathématiques dans l’économie : « J’ai l’impression que M. Pirou a fait sans s’en apercevoir le procès de toutes les sciences expérimentales modernes qui, sans exception, emploient la méthode qu’il a dédaigneusement qualifiée d’abstraite. C’est là sans doute se méfier un peu trop des hypothèses de travail qui doivent être à la base de toutes les déductions mathématiques ou non. La méthode des sciences expérimentales consiste à prendre comme point de départ les hypothèses de travail, des postulats. On essaie de les former avec autant de bon sens que possible mais sans emprunt direct à l’expérience. C’est l’enchaînement des déductions que l’on tire de ces hypothèses qui aboutit à des conséquences vérifiables et c’est d’après la validation ou la non validation de ces conséquences que l’on juge de la validité de ces postulats ou actions. On commence dans les sciences quand elles sont assez avancées pour qu’on les traite par des méthodes mathématiques pour se construire un petit modèle des faits simplifiés et purement hypothétiques »68. Toute la critique de Coutrot s’applique au jugement porté sur la validité de ces postulats. Là se situe le véritable conflit entre X-Crise et la faculté de droit. Coutrot reprend les aspects de la conférence de Darmois, d’ailleurs relativement modérée : « J’ai l’impression que nous assistons à une phase tragique dans l’évolution de l’enseignement de l’économie politique. C’est une science en train de se faire et par conséquent un enseignement qui n’est pas plus ou moins du type des sciences expérimentales ; il est obligé de se transformer très profondément sinon de disparaître, au moins de se cantonner dans l’histoire des doctrines économiques, dans la mesure encore où cette histoire conserve un intérêt rétroactif ». Coutrot se démarque de Vallon en refusant la démarche de Simiand : « l’exemple de M. Simiand est à ce point de vue très instructif. Il en fait une œuvre magnifique d’érudition [...]. Mais jamais, il n’a essayé de démonter les mécanismes qui se cachaient sous ses phénomènes ». Coutrot avoue qu’il a des remords d’avoir agressé Simiand, peu de temps avant son décès, « en lui disant qu’il n’était pas un expérimental mais un empirique ».

  • 69 Ibid., p. 43.

72Mais Darmois confirme que le fossé des méthodes reste ouvert. « Car toute la différence entre la science expérimentale et l’empirisme est que la science expérimentale cherche à démonter les mécanismes qui jouent derrière l’apparence des phénomènes. Elle cherche à les démonter, je le répète encore de la manière suivante, en se construisant un modèle initial purement théorique avec des points de départ choisis avec autant de bon sens que possible et en appliquant à ce petit modèle initial relativement simple toute une série de raisonnements déductifs et chiffrés, puis en comparant avec l’expérience leurs conclusions également chiffrées. C’est à ce moment que l’on peut juger de la validité des postulats de départ »69.

  • 70 Ibid., p. 44.

73Coutrot, représentatif de la pensée des ingénieurs d’X-Crise, conclut : « Je voudrais que nous assistions bientôt aux fiançailles de l’économie historique que représente M. Pirou et de l’économie mathématique que M. Darmois nous a esquissé ce soir sous un aspect réconfortant : j’ose penser que dans le ménage, cette dernière portera, si on me permet l’expression, les culottes »70. Pirou n’a pas convaincu et le conflit des méthodes reste entier.

74Pour conclure, nous voyons qu’il s’agit d’un procès particulièrement violent. Repris et développé, il fonde les aspects de l’économie actuelle. Notre objet, dans les chapitres suivants, sera de voir dans quelle mesure l’ensemble de l’économie politique, telle qu’elle a été enseignée en faculté de droit jusqu’en 1939, méritait en totalité qu’on lui fasse ce procès. Entrepris par les économistes de X-Crise dans les années trente, il a abouti à la réforme des années 1950. Mais cette réforme elle-même n’a pas été sans révéler, vingt-cinq ans plus tard ses limites.

Notes

1 C. Rist (1874-1955, agrégation 1899), action en faveur de la stabilisation du franc, auprès du gouverneur de la Banque de France.

2 B. Nogaro (1880-1950, agrégation 1908), ministre de l’Instruction publique en 1926, partisan de la dévaluation/stabilisation, s’est effacé devant Caillaux, pour lui laisser la responsabilité des Finances.

3 E. Antonelli (1879-1971, agrégation 1919), député socialiste, agit à la Chambre pour faire voter, en 1928 et 1930, les deux lois sur les assurances sociales.

4 L. Germain-Martin (1872-1948, agrégation 1903), député, ministre du Budget, puis des Finances, en 1930, 1931, 1932, 1934 et 1935, favorable à la déflation face à la crise et évidemment hostile à toute dévaluation.

5 C.-J. Gignoux (1890-1966, agrégation 1924), député en 1928, rapporteur du plan Young, secrétaire d’État à la présidence du Conseil et à l’économie nationale, représente la France à la SDN. Très libéral, il devient en 1936 président de la Confédération nationale du patronat français.

6 Avec l’équipe réunie autour d’Albert Thomas.

7 Gaétan Pirou (1886-1946, premier à l’agrégation en 1920), professeur à Bordeaux, puis à Paris.

8 Ernest Teilhac, Les fondements nouveaux de l’économie dirigée, rationalisation et monnaie dirigée, Paris, Rivière, 1932.

9 E. Teilhac, « Remèdes à la crise », l’État Moderne, 6e année, n° 3, mars 1933, p. 210-226.

10 Ibid., p. 210.

11 Ibid., p. 212.

12 E. Teilhac, L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927.

13 E. Teilhac, « Remèdes à la crise », art. cit., p. 213.

14 Ibid., p. 213.

15 Ibid., p. 219.

16 Ibid., p. 223.

17 Ibid., p. 223.

18 Ibid., p. 222.

19 Ibid., p. 221.

20 Ibid., p. 221.

21 C. Rist, « La France économique en 1931 », Revue d’économie politique, mai 1932, p. 518.

22 Georges-Henri Bousquet (1900-1978, agrégation 1932) a ajouté la formation de l’École libre des sciences politiques à celle de la faculté de droit. Il a été converti à l’économie mathématique par Colson. Professeur d’économie politique, mais aussi de sociologie musulmane, à Alger de 1932 à 1962, puis à Bordeaux. Sur ce personnage curieux voir Revue d’économie politique, 1982, p. 222-239.

23 G.-H. Bousquet, Institutes de science économique, 3 tomes, Paris, Giard, 1930, 1932, 1936. Nous utilisons la préface du tome III, p. X.

24 Ibid., p. X.

25 Ibid., p. XI.

26 Ibid., p. XI.

27 Ibid., p. X.

28 Ibid., p. XIV.

29 Ibid., p. XV.

30 Guy Desaunay, Contribution à l’étude des idéologies économiques d’un groupe de polytechnicien durant la grande crise économique 1931-1939, thèse de sociologie, 1965. Cette thèse difficile d’accès peut être retrouvée aux Archives nationales : Arch. nat. 468 AP 9 dossier 3 (papiers Coutrot). Gérard Brun, Les techniciens et la technocratie en France de 1918 à 1945, thèse de doctorat de droit, Albatros, 1980. Plus récemment, Michel Margairaz, LÉtat, les finances et l’économie, histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2 volumes, 1991, p. 316 et suivantes. D’autres ouvrages sur la technocratie, en particulier, Philippe Bauchard, Les technocrates et le pouvoir, Paris, Artaud, 1966, reposent les mêmes problèmes.

31 X-Crise (Centre polytechnicien d’études économiques), De la récurrence des crises économiques, Paris, Économica, 1982.

32 René Brouillet, Préface, De la Récurrence des crises économiques, op. cit., p. 6.

33 Voir M. Margairaz, op. cit., p. 316.

34 Charles Spinasse (1893-1979), député socialiste, ministre de l’Économie nationale dans le premier gouvernement Léon Blum en 1936.

35 Jean Ullmo, « Les problèmes de l’économie dirigée », note 31, p. 209.

36 F. Divisia, « Travaux et méthodes de la Société d’Econométrie », Conférence du 21 décembre 1933, note 31, p. 201.

37 Jean Coutrot, « Les fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale », note 31 p. 134. Cet article est sévère pour la méthode de Simiand.

38 Voir note 31, p. 290.

39 En particulier celui de M. Lévy-Leboyer à propos de Jean Ullmo.

40 Louis Vallon, Bulletin de X-Crise, juillet-août 1935, à propos du décès de François Simiand.

41 Georges Darmois (1888-1960) mathématicien, ENS, professeur à la faculté de Nancy, puis professeur à la Sorbonne et à l’Institut de statistique de Paris. Son livre Satistique et application, Paris, Colin, 1934, souvent réédité, présente les utilisations essentielles de cette science à cette époque.

42 Bulletin de X-Crise, p. 29-39.

43 Sur Gaétan Pirou, voir notre communication, « G. Pirou et l’économie dirigée », Les facs sous Vichy, André Gueslin éd., Clermont-Ferrand : Presses de l’université de Clermont-Ferrand, 1995.

44 Louis Vallon, Bulletin de X-Crise, juillet-août 1935.

45 Ibid, p. 32.

46 Gaétan Pirou, Économie politique et facultés de droit, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1937, 80 p.

47 Ibid., p. 16.

48 Rapport de M. Léveillé.

49 G. Pirou, « Les méthodes en sciences économiques », Centre polytechnicien d’études économiques (CPEE), Bulletin, n° 40, publié en octobre 1937. Mais la séance est du 12 janvier 1937.

50 Ibid.,p. 30.

51 Ibid., p. 31.

52 Ibid., p. 31.

53 Ibid., p. 31.

54 G. Pirou, op. cit., p. 34.

55 Chapitre sur lequel nous reviendrons.

56 G. Pirou, « La méthode et l’ordonnancement de la science économique chez les économistes français contemporains », Revue d’économie politique, octobre-décembre 1928, p. 1485-1500.

57 Henri Truchy, Cours d’économie politique, Paris, Giard, 1911. Camille Perreau, Cours d’économie politique et Charles Gide, Cours d’économie politique.

58 C. Colson, Cours d’économie politique, Paris, Gauthier-Villars, tome I, p. 39.

59 Charles Bodin (1867-1939), agrégé de droit, enseigne à Rennes où il fait une carrière de notable local, au service du catholicisme social.

60 Charles Bodin, Principes de sciences économiques, Rennes et Paris, Sirey, 1926. C. Bodin, « Essai d’une conception et d’un ordonnancement scientifique de l’économie politique », Revue d’économie politique, 1920, p. 242-267.

61 Terminologie reprise avec une connotation péjorative par Ernest Labrousse, Entretien du 23 mars 1977. Voir aussi C. Charle, « Entretien avec E. Labrousse », in Actes de la Recherche en sciences sociales, 32-33, 1980, p. 111-125.

62 G. Pirou, « La méthode et l’ordonnancement de l’économie politique », art. cit.

63 Gaétan Pirou, CPEE, art. cit., p. 30.

64 Ibid., p. 42.

65 Dont nous voyons ici qu’elle est associée à la méthode mathématique.

66 G. Pirou, CPEE, art. cit., p. 34.

67 Ibid., p. 34.

68 Bulletin du CPEE, débat de 1937, ibid., p. 47.

69 Ibid., p. 43.

70 Ibid., p. 44.

Table des illustrations

Légende Source : Bulletin de X-Crise, 1939.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540