Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Troisième partie. Le bilan : des littéraires ou des hétérodoxes ?

Introduction

Texte intégral

1L’analyse de l’introduction et du développement de l’économie politique dans les grandes institutions a montré que l’intérêt global pour la discipline avait crû, durant la période. La hiérarchisation des lieux d’enseignement s’est faite très nettement autour de la faculté de droit. Le Collège de France tend à décliner scientifiquement et substitue l’histoire financière à l’économie politique. Nous avons vu que les écoles d’ingénieurs introduisaient des compromis entre l’économie qui sera plus tard appelée mathématique et l’économie classique, à l’abri de la théorie libérale. Enfin, l’École libre des sciences politiques, dont la formation est la plus complète dans la section consacrée à l’économie, n’en reste pas moins une école privée, chère et fermée, réservée à un public majoritairement parisien, qui l’utilise souvent comme une formation complémentaire. Entre les quelques centaines d’étudiants de l’École libre des sciences politiques qui s’offrent ce luxe et les milliers d’étudiants de la faculté de droit, il est évident que la faculté de droit reste l’instance dominante. Mais nous venons de voir combien sa vitrine se confondait, dans les guides de l’étudiant, avec celle des juristes.

2Or, au moment où les enseignants des facultés de droit dressent de leur action un bilan plutôt positif, la grande dépression des années 1930 donne un écho considérable à une vague de critiques, pourtant issues de milieux très restreints. Et le plaidoyer maison en faveur des facultés ne suffit pas à nous convaincre face à ces accusations (chapitre XVI).

3Nous avons donc examiné la société des enseignants et leur place dans le champ social et politique (chapitre XVII) ; la nature des libéralismes diffusés face à un enseignement nouveau, né sous le signe d’une double rupture idéologique et scientifique (chapitre XVIII) ; l’émergence des préoccupations sociales, le refus des socialismes autoritaires et l’obsession des problèmes monétaires dans un contexte historicisé (chapitre XIX) ; les modalités de la perception de l’innovation (chapitre XX).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540