Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Chapitre XV. Le parcours de l’étudiant en économie

Texte intégral

1Après avoir montré les efforts des enseignants d’économie pour faire accepter leur discipline au milieu des disciplines juridiques, puis pour tenter d’atteindre la professionnalisation, nous avons souligné l’originalité des autres institutions, mais aussi leur caractère minoritaire. Même les plus originaux des enseignants dans les autres secteurs reconnaissaient la formation des facultés. Simiand, comme Colson ou Divisia, avaient accepté de se plier à la discipline des facultés de droit.

2Il nous reste donc maintenant à montrer concrètement comment se vit le cursus d’un étudiant qui souhaite devenir économiste à l’intérieur des facultés de droit. Pour cela, nous verrons pratiquement le parcours de l’usager au quotidien, au cours des trois, quatre, cinq ou six années qu’il consacre à ses études supérieures. Nous envisagerons d’abord les contraintes, puis les types de libertés et enfin, l’inégalité Paris-province.

I. LES CONTRAINTES

3L’étudiant économiste est d’abord un usager des facultés vouées au droit. Il doit avant tout accepter les normes des juristes, entre ordre et sanction, et se soumettre à la primauté du droit.

A. S’INSCRIRE DANS L’UNIVERS DE L’ORDRE

4Le monde du droit cultive ses traditions. Les facultés de droit sont les plus anciennes et entretiennent leur relation avec le monde romain. Dans les défilés officiels, les professeurs en robe occupent le premier rang. Même si les écoles de droit ont été réformées et restructurées après la Révolution, elles imposent leurs normes et leurs contraintes à tous ceux qui veulent bénéficier de leur formation.

  • 1 Leur papier est médiocre et leur survie posthume, même à la Bibliothèque nationale, est en danger.
  • 2 Le titre entier est : Programmes et règlements des facultés de droit, d’après les lois, décrets, ci (...)

5Cela aboutit au fait que les meilleures sources pour étudier cet univers, les plus révélatrices, sont les sources volontaires, qui se posent explicitement comme la première étape d’une initiation. Les guides de l’étudiant remplissent ce rôle. Leur volume croît au cours de la période, pour atteindre 400 pages, à la fin de notre période. Ils existent en général, depuis la fin du xixe siècle, depuis 1886 à Paris. Chaque faculté de province s’applique à soigner le sien. Ces vitrines faiblissent pendant les guerres, disparaissent même parfois1. À Paris, ils prennent le titre de Programmes et règlements des facultés de droit2, dès 1896. Ces programmes et règlements des facultés de droit occupent au début de notre période une cinquantaine de pages. Ils augmentent progressivement, surtout à partir des années 1920. À partir de 1930, ils prennent un autre titre : Guide pratique pour les études de droit. Et leur volume les amène, en 1939, à occuper 182 pages.

6En complément de cette source officielle qui explique toutes les règles juridiques s’imposant à l’étudiant en droit, on peut aussi consulter une autre source moins connue. Il s’agit des Séances de rentrée et distribution des médailles et des prix mérités par les élèves de la faculté aux concours qui ont lieu pendant l’année. Ce long titre laissera assez vite place au titre de Palmarès de la faculté de droit. L’intérêt de cette source, c’est de nous révéler la façon dont la faculté se voit et s’affiche, une fois par an, devant les étudiants et les familles réunies. C’est le regard de l’institution sur elle-même, c’est sa subjectivité affichée. C’est aussi le moment où sont rassemblés les meilleurs étudiants et les autres. Et chaque année, le doyen de la faculté fait un discours qui présente une sorte de bilan de ce que la faculté a vécu de particulier ou de plus intéressant pendant l’année. Par la suite, les différents prix sont énumérés. Ces deux sources fourmillent d’informations et vont jusqu’à révéler aux étudiants le nom et le rang des nouveaux agrégés.

1. Le ballet des inscriptions

7Les guides d’étudiants insistent beaucoup sur cette procédure. Il existe, certes, des cartes d’auditeurs, obligatoires pour toute personne qui veut éventuellement suivre un cours, pour permettre à certains de fréquenter la faculté de droit dans le but d’y recevoir un complément de culture, sans postuler aucun des grades. Mais elles ne confèrent pas l’appartenance à l’institution. Seules les inscriptions proprement dites ont cette fonction. Il est évident que les deux premières catégories, les auditeurs et les immatriculés sont des catégories annexes. On rappelle toutefois, d’entrée, que les cartes d’auditeurs, comme les cartes d’immatriculation, sont strictement personnelles.

  • 3 Depuis le décret de 1891, on accepte les séries A, B, C ou D.

8Les deux procédures doivent être faites par l’individu lui-même, et le fait de prêter sa carte à quelqu’un d’autre peut justifier des sanctions, y compris judiciaires. En tout cas, seule la véritable inscription concerne l’étudiant en économie. On lui rappelle qu’il doit d’abord avoir 16 ans révolus et qu’il doit résider au siège de la faculté. La contrainte est rigoureuse et il faut apporter des pièces permettant de vérifier à la fois que le postulant a l’âge, le domicile et le diplômes requis, en l’occurrence le diplôme de baccalauréat de l’enseignement secondaire33. L’étudiant doit également se munir d’un livret individuel.

  • 4 Décret du 13 juillet 1883 et confirmé par la circulaire ministérielle d’octobre 1889.

9Les inscriptions sont une procédure relativement lourde. Les étudiants doivent prendre quatre inscriptions par année scolaire. Au total, ils ont à verser, pour les inscriptions, 540 F en 1939. Tout changement en cours d’année, qu’il s’agisse du domicile personnel ou du domicile des parents ou de la résidence, doit être déclaré. Les droits d’inscriptions sont versés au receveur des droits universitaires et les procédures détaillées sont explicitées. Par décret du 8 juillet 1914, on peut prendre de façon cumulative deux ou plusieurs inscriptions dans quelques cas définis, en cas de maladie, de résidence à l’étranger, ou de résidence en dehors du siège de la faculté pour cause de fonction publique. Mais de toute façon, la norme est que la première inscription doit être prise au commencement de l’année scolaire4. Donc, en cas d’empêchement légitime, une commission compétente du comité consultatif de l’enseignement peut accorder des inscriptions cumulatives. Mais normalement, les étudiants doivent prendre quatre inscriptions par an.

10Ces inscriptions créent une appartenance et ouvrent des droits. Elles sont pratiquement valables pour trois ans. En effet, l’étudiant ne verra son inscription périmée que dans deux cas : si, dans les deux années qui suivent la dernière inscription, il ne passe aucun examen ou ne subit aucune épreuve, ses inscriptions sont alors périmées ; si l’étudiant se présente et échoue à l’examen et ne le repasse pas à la session d’octobre, on considère que ses inscriptions sont également périmées. En revanche, s’il échoue, il peut se représenter pendant deux ans. Et bien entendu la durée du service militaire permet de prolonger les inscriptions.

11Les inscriptions sont donc le signe qu’on est étudiant, plus que l’assiduité ou la réussite immédiate. L’assiduité en cours n’est pas vérifiée. Ce qui est contrôlé, c’est l’ensemble des inscriptions.

2. L’outil de ce contrôle : le livret universitaire individuel

12Acheté par l’étudiant, il contient un rappel de son état civil, une photographie obligatoirement tamponnée par la faculté, les titres et les grades qui permettent à l’étudiant d’entrer dans la faculté, sa scolarité et les enseignements suivis. L’étudiant peut obtenir, mais uniquement à sa demande, une mention d’assiduité avec la signature du professeur ou du directeur d’institut. Cette dernière possibilité mérite qu’on la commente. Le manque d’assiduité est dénoncé de façon récurrente, par tous les enseignants de la faculté de droit, durant toute la période que nous étudions. Seul l’étudiant assidu demande à être contrôlé. C’est un plus, puisque le livret est présenté au jury lors des examens ou des contrôles de toutes espèces. Mais, en somme, l’assiduité est vécue comme facultative. Par ailleurs, les livrets, qui ressemblent aux livrets militaires avec un format uniforme pour toute la France, sont les moyens de communication avec la famille et permettent à cette dernière de suivre la vie scolaire de l’étudiant. Ils servent à vérifier si les examens ont été passés. Le livret est donc un outil de contrôle à la fois pour l’institution universitaire, pour l’étudiant et un outil de communication entre l’institution universitaire et sa famille.

13Par la suite, les conditions d’accès à la faculté sont définies. Les programmes énumèrent les innombrables titres permettant à un étudiant français ou étranger de se présenter en faculté de droit, d’y être accepté, même s’il n’a pas le baccalauréat de l’enseignement secondaire.

14Les titres des grandes écoles donnent une équivalence de baccalauréat ainsi que la licence de science et les différents certificats d’aptitude à l’enseignement. Les titres étrangers font l’objet d’un contrôle extrêmement rigoureux et sont énumérés pour les différents pays du monde avec leur équivalence. Des modalités plus souples sont proposées pour les étudiants alsaciens et lorrains, à partir de 1919. On accepte, à cet effet, les titres des écoles allemandes, le certificat de maturité des lycées, des gymnases, et les diplômes des écoles rhénanes supérieures. Certaines régions colonisées bénéficient de conditions particulières, comme c’est le cas pour les étudiants de la faculté de Hanoï par exemple, à partir d’octobre 1930. Dans ce cas, les titulaires du brevet de capacité de l’enseignement secondaire franco-indigène qui existe depuis 1927 dispense du baccalauréat. Pour le reste, on peut demander des dispenses individuelles.

15Mais le nombre de pages consacrées au jeu des équivalences, qui ne sont pas occultées dans une commission ad hoc, mais qui sont ouvertement publiées, démontre l’importance que la faculté accorde à ce type d’équivalence et manifeste une volonté d’accueil aux étudiants étrangers.

16Les inscriptions sont payantes et fournissent des ressources à la faculté. La somme d’argent à verser chaque année est de 600 F par an. Le prix de revient total de la licence est, pour les étudiants déjà inscrits en 1935, de 900 F. Pour les étudiants nouveaux, ce coût est lourdement majoré et, en 1938-1939, le coût prévisible atteint 1 620 F pour les trois années de licence.

  • 5 Encore qu’ils le soient beaucoup moins que ceux de l’École libre des sciences politiques.

17Le doctorat est conçu comme la continuation de la licence. Les inscriptions impliquent une scolarité d’une année. Là encore une évolution se profile. En ce qui concerne le doctorat d’État, pour les étudiants déjà inscrits en 1935, le coût d’inscription en 1939 se monte à 300 F et, pour les étudiants nouveaux, à 540 F. Il est le même pour le doctorat d’université destiné en général aux étudiants étrangers. Mais si ces coûts sont relativement élevés5, des dispenses sont prévues, nous y reviendrons.

18Par conséquent, les inscriptions, leur coût, leur ordre et le respect d’un certain nombre de barrières obligatoires représentent le premier aspect des normes du cursus de l’étudiant économiste.

B. LES SANCTIONS

19Sont rappelées à tout étudiant les sanctions et les modalités d’intervention de police qui peuvent être opérées contre tout fauteur de désordre. La deuxième contrainte, solennellement rappelée après les inscriptions, est le respect de l’ordre. Plusieurs pages sont consacrées aux dispositions générales, au fait que prêter une carte d’auditeur ou une carte d’étudiant à quelqu’un qui s’en serait servi pour produire du désordre, aboutit à faire sanctionner non seulement le porteur de la carte mais aussi le prêteur. Les facultés de droit ont une grande expérience des chahuts, souvent à connotation politique.

  • 6 Guide de l’étudiant en droit, 1939, p. 27.

20Suit l’énumération des moyens d’action. Le professeur fera sortir les fauteurs de trouble, soit seul, soit en faisant éventuellement appel à des éléments extérieurs. Il peut réclamer la perte d’inscription des étudiants. Il faut noter au passage la phrase qui termine cette mise en garde : « Il est défendu à tout autre qu’au professeur de prendre la parole dans les auditoires, de même que dans l’enceinte des facultés. Toute infraction à cette défense entraînera la radiation de l’étudiant qui contreviendra, des registres de la faculté et ne pourra prendre d’inscription dans une aucune autre faculté avant une année révolue »6. On est là devant un monde qui refuse toute participation et toute prise de position politique. Il n’est pas question d’appeler à une manifestation, ni même qu’un étudiant expose son point de vue sur un problème litigieux. La sanction qui fait perdre une année est relativement lourde.

  • 7 Depuis le décret du 21 juillet 1897, article 23.

21Ce régime disciplinaire des facultés est annoncé aux étudiants dans le guide, avec le rappel des principaux articles du décret du 21 juin 1897. Il présente aux étudiants la hiérarchie des peines disciplinaires allant de la réprimande à l’expulsion pour un temps partiel, ou à l’exclusion définitive de toute faculté et école. Mais ces sanctions sont graduées. Il y a un droit d’appel auprès du doyen, et deux étudiants sont élus par leurs camarades pour être adjoints au conseil de l’université7. Ils sont élus au scrutin secret, et les modalités d’élection sont elles aussi exposées de façon très détaillée à l’étudiant qui arrive à la faculté de droit. La deuxième contrainte, après les inscriptions, est donc le respect de l’ordre.

C. LA TROISIÈME CONTRAINTE : LA PRIMAUTÉ DU DROIT

22Jusque-là, les contraintes s’imposaient à tous les étudiants en droit. Mais la place relativement réduite de l’économie politique dans le cursus constitue une contrainte spécifique.

23En effet, au niveau de la licence en droit, le cursus d’économie occupe un enseignement de deux semestres durant la première année, à côté du droit romain, du droit civil, de l’histoire générale du droit et du droit constitutionnel qui est la seule discipline à n’utiliser qu’un semestre. Par conséquent, l’économie politique occupe les deux-neuvièmes, en temps, de l’enseignement de la première année. En deuxième année, elle bénéficie également de deux semestres à côté du droit civil, du droit administratif, du droit pénal et du droit romain qui ne dispose lui que d’un semestre. Là encore, il occupe deux-neuvièmes de l’enseignement de la seconde année.

24En troisième année, pour la licence, l’économie politique n’apparaît pas. Les disciplines obligatoires avec deux semestres sont le droit civil et le droit commercial. La procédure civile, le droit international privé et la législation financière occupent un semestre. Par conséquent, si on additionne le nombre des semestres, l’étudiant s’en voit imposer sept en tout, et la seule discipline ayant un peu de rapport avec l’économie, sans en être, est la législation financière qui occupe donc un septième de l’enseignement de la troisième année. Deux options parmi les enseignements qui ont lieu dans la faculté peuvent permettre à l’étudiant de compléter sa formation. Mais la faculté de Paris, qui fournit neuf options possibles, n’offre aucune option spécifiquement économique mais uniquement des options de législation dans les domaines variés, législation industrielle, coloniale, fiscale, maritime, etc.

  • 8 Cet état de fait était vécu comme une contrainte souvent lourde. Tous les témoignages oraux de prof (...)
  • 9 Décret du 2 août 1922.

25La place occupée par l’économie politique correspond à quatre semestres durant les deux premières années de faculté, et rien en troisième année. Elle confirme bien la primauté du droit dans la formation de tout économiste8. En fait, les juristes reçoivent exactement la même formation que ceux qui souhaiteraient étudier l’économie. La domination du droit est confirmée. À cela, il faut ajouter que cet enseignement d’amphithéâtre donne lieu, de la part des professeurs, à la fabrication de manuels. Au niveau de la licence9, nous l’avons vu, l’assiduité n’est absolument pas contrôlée. Cette licence se passe habituellement en trois ans et une partie des épreuves est travaillée uniquement sur les manuels.

  • 10 Programme officiel des examens de licence : décret du 30 avril 1885, complété par un arrêté en juil (...)
  • 11 Économie politique :
    – Le commerce intérieur et le commerce extérieur, le mouvement international de (...)

26Le programme d’économie des deux premières années de licence est extrêmement général. Il est réparti sur deux années qui se suivent. La première étudie, dans un ordre logique, l’organisation de la production et les principaux instruments monétaires ainsi que le fonctionnement du crédit10. Ce programme est complété par les autres éléments de l’économie politique, au cours de la deuxième année. On analyse alors le commerce intérieur et le commerce extérieur, les balances commerciales, les comptes et les règlements entre nations, les théories de la répartition ainsi que les rythmes de l’activité économique11. Les cours des deux années se suivent, sont complémentaires et aucun des deux ne peut se substituer à l’autre. On reconnaît également, dans la fixation de ce programme qui s’est fait en deux temps, en 1895 et en 1922, le plan de Jean-Baptiste Say qui perdure durant toute notre période. S’y sont ajoutés quelques éléments historiques sur les rythmes et les fluctuations, à partir des années 1930, l’histoire des crises et la théorie des crises. Nous avons là l’apport des économistes des facultés de droit pour faire intervenir le temps et l’histoire dans la vision du monde économique.

  • 12 Législation financière (1er semestre) :
    – Méthode en science des finances.
    – Théorie générale des dép (...)
  • 13 Nous reviendrons dans notre troisième partie sur les permanences de cet enseignement, en particulie (...)

27La troisième année voit enseigner, à tout le monde, la législation financière12. Les enseignants de législation financière sont toujours des juristes. C’est très évidemment là que sont introduits les données et le vocabulaire de base qui permettent d’aboutir à la théorie des dépenses publiques13. Le temps consacré à l’économie est donc très faible par rapport au temps consacré à l’enseignement du droit. L’amateur d’économie, au bout de ces trois années, est d’abord et avant tout un juriste. Accessoirement, il a été sensibilisé, dans des cours de deux ou quatre heures hebdomadaires, au vocabulaire général, aux concepts de base de l’économie. Mais à la lecture des petits manuels, on a l’impression que cet enseignement marginal dans un cursus ne va pas plus loin que l’apprentissage d’un vocabulaire élémentaire.

28Voilà donc pour l’ensemble des contraintes : les inscriptions, le souci de l’ordre et la primauté du droit dans le cursus. Mais si ces contraintes sont affichées en tout premier, en réalité, de nombreuses souplesses les équilibrent, introduisant des degrés de liberté.

II. LES DEGRÉS DE LIBERTÉ

A. LES DISPENSES ET LES RÉCOMPENSES

29La contrainte est en fait moins longue, moins coûteuse, moins difficile qu’il ne pourrait apparaître à la simple lecture des textes officiels. Nous retrouvons, pas à pas, chacun des trois aspects, inscription, respect de l’ordre et primauté du droit. En fait, à chaque fois que l’université impose des contraintes, elle annonce en même temps des souplesses.

  • 14 Ordonnance de mars 1840 et décret de décembre 1881.

30Pour les inscriptions, toutes sortes de dispense existent, non seulement pour ceux qui ont déjà payé ailleurs, comme les élèves des écoles normales ou les fonctionnaires en exercice, mais encore pour les enfants des professeurs dans la faculté où le père exerce ou est mort dans l’exercice de ses fonctions, les inspecteurs, les instituteurs, les maîtres d’internat, mais aussi les professeurs des lycées et des collèges, les professeurs de l’enseignement technique, les membres de nombreuses écoles professionnelles. Il en est de même pour les lauréats de troisième année (premier et deuxième prix), selon la tradition des facultés de droit14, qui sont totalement dispensés du paiement de tous les droits, qu’il s’agisse des inscriptions proprement dites, ou des inscriptions pour les bibliothèques ou pour les examens.

31À ces dispenses totales s’ajoutent des dispenses partielles, soit pour les boursiers français ou étrangers, soit pour les lauréats de première ou deuxième année. Nous n’avons pas à entrer ici dans le détail des mesures, mais ces dispenses partielles concernent également les étudiants appartenant à des familles de trois enfants ou plus. Dans ce cas-là, elles sont conditionnelles à la réussite aux examens. Des remises de droit d’examen existent elles aussi. Par conséquent, à côté de la contrainte affichée existent de fort nombreuses souplesses dans la mise en œuvre.

B. UNE LICENCE RELATIVEMENT FACILE

32Nous n’avons pas de témoignages formels mais des témoignages oraux et des témoignages indirects. Cette licence en droit n’aboutit pas seulement, en économie, à apprendre un vocabulaire, elle façonne l’esprit des étudiants en droit sur les thèmes de base, sur l’analyse rigoureuse des textes, et elle forme au raisonnement juridique à partir des textes, à partir de leur interprétation et de la jurisprudence. Les questions juridiques sont abordées par problèmes : les juristes « scientifiques » ont gagné. Quand un cas nouveau se présente, on étudie les décisions anciennes à partir du code qui est susceptible d’être dépassé par l’actualité. Le raisonnement s’appuie donc à la fois sur le commentaire de texte, sur l’exégèse, mais aussi sur l’étude du précédent, sur l’étude de la jurisprudence.

33Cette licence, qui s’obtient à partir du travail personnel sur des livres ou sur des manuels, ne constitue donc pas un barrage très rigoureux. Elle permet à l’étudiant économiste de dépasser ce barrage et d’atteindre le niveau auquel la spécialisation est possible, à savoir le doctorat. Les chiffres de sélection entre le niveau des inscrits et le niveau des licenciés sont difficiles à interpréter du fait du dilettantisme affiché – en tout cas, en début de période – par de nombreux étudiants. Les professeurs se plaignent du niveau modeste de la licence en droit.

Diplômes délivrés par les facultés de droit (1900-1959)

Diplômes délivrés par les facultés de droit (1900-1959)

Source : Annuaire rétrospectif, ONO 1966.

34Les effectifs relatifs sont à peu près stables, mais on peut constater qu’en proportion, le chiffre des doctorats en droit diminue par rapport aux chiffres des licences. En 1900, 1475 étudiants obtiennent une licence, et près de 500 (494 exactement) obtiennent le doctorat. En 1939, si le chiffre de la licence a presque doublé (2292), le chiffre du doctorat, lui, est resté voisin ou même inférieur (425). Les chiffres de 1959 montrent une évolution étonnante, puisqu’il n’y a plus que 1894 étudiants qui obtiennent la licence et seulement 259 qui obtiennent le doctorat d’État. L’analyse de ce tableau permet de voir des fluctuations, mais plus que les fluctuations quantitatives, ce sont les fluctuations en pourcentage qui sont révélatrices.

35Parler du doctorat, c’est parler, à travers notre période, d’environ 400 à 500 étudiants français. Avec quelques pointes autour de 1910, mais un recul normal pendant la guerre de 1914-1918, puisque cet enseignement est essentiellement masculin, on assiste à une reprise dans les années 1920, mais qui ne retrouve pas dans les années 1930, le succès relatif de 1910. On reste dans des chiffres moyens dont l’ordre de grandeur est entre 400 et 500 pour toute la France.

C. LA LIBERTÉ COMMENCE EN DOCTORAT

36Or le véritable enseignement de l’économie commence avec le doctorat. Ce doctorat a été réorganisé en deux temps, en 1895 d’abord, puis modifié par le décret du 2 mai 1925. Dans les deux cas, le doctorat représente une spécialisation et une difficulté très supérieure à celle de la licence. Il associe l’économie politique aux sciences administratives. Dans un premier temps, en 1895, on avait rigoureusement associé le droit public et l’économie politique. Le décret de mai 1925 permet aux étudiants de choisir, à leur gré, les diplômes d’études supérieures. Ces diplômes supérieurs possibles sont au nombre de quatre : DES de droit privé, DES de droit romain et histoire du droit, DES de droit public et DES d’économie politique. À partir de 1925, il suffit à un étudiant d’avoir obtenu deux DES, n’importe lesquels, pour être autorisé à présenter la troisième obligation du doctorat, c’est-à-dire une thèse. La thèse doit obligatoirement être choisie dans la même discipline que l’un des deux DES passés.

37Le diplôme de docteur comprend donc désormais deux DES et une thèse. On sent la volonté de la faculté d’exiger une rigueur plus grande, de rendre le doctorat difficile. Le Guide de l’étudiant précise que la durée de scolarité du doctorat, vue sous l’angle administratif, est d’un an. Mais, précise-t-il : « la durée des études exige un temps beaucoup plus long ». On encourage l’étudiant de la faculté à ne pas s’en tenir uniquement aux deux DES obligatoires. On souhaite même, et on le recommande aux futurs agrégatifs, d’obtenir trois, voire même quatre DES. De toute façon, mention en sera faite sur le livret d’étudiant et le diplôme de docteur portera l’indication de tous les DES de doctorat obtenus par l’étudiant. Ce dernier peut en demander l’inscription sur son diplôme au secrétariat.

38L’enseignement au niveau du doctorat mobilise, surtout à Paris, mais aussi en province, de nombreux enseignants. Alors qu’au niveau des deux premières années, on avait pu constater qu’il y avait une totale dissociation entre l’enseignement et les préoccupations principales des enseignants, l’ancienneté servant à attribuer les services, le doctorat, lui, cherche à faire coïncider les préoccupations des professeurs et ce qu’ils enseignent.

39L’examen pour obtenir le diplôme d’études supérieures en économie politique comprend quatre interrogations : l’économie politique générale (coefficient 2), l’histoire des doctrines et des faits économiques (coefficient 1), l’économie et la législation financière (coefficient 1). En plus, le candidat peut choisir une matière d’ordre économique qui est enseignée soit par sa faculté, soit par un établissement d’enseignement supérieur parmi plusieurs options possibles. L’interrogation est orale, elle dure une heure devant quatre membres du jury. Elle permet à l’étudiant de montrer ainsi l’ampleur de ses connaissances.

  • 15 Décret du 2 mai 1925 concernant le doctorat en droit, article 10.

40Les programmes des DES sont proposés, pour chaque faculté, par l’assemblée de faculté. Ensuite, ils sont transmis au ministre, qui demande avis à la commission compétente du comité consultatif. Ces programmes sont révisés tous les trois ans. À chacun d’eux, la faculté peut ajouter, chaque année, un sujet de caractère plus particulier. Mais il est impossible que l’interrogation se limite au sujet particulier fourni par la faculté15. Les candidats choisissent des matières à option, quinze jours après le début des cours de doctorat. Ils peuvent suivre également des conférences, organisées depuis le début des années 1920, qui leur permettent de s’entraîner aux exercices du doctorat. Ces conférences jouent le rôle de travaux dirigés mais elles sont totalement facultatives. À leur demande, éventuellement, les étudiants peuvent demander que les travaux faits en conférence et qui ont été notés, soient communiqués au jury. Il en est tenu compte, dit le décret, dans l’appréciation des épreuves. Les étudiants des facultés privées peuvent invoquer aussi le bénéfice de cette disposition. Les deux diplômes d’études supérieures obligatoires sont de plus en plus, trois ou quatre. Les étudiants réservent deux ans, en général, pour préparer ces épreuves.

  • 16 Grandin.

41Mais le grade de docteur n’est possible qu’après la rédaction et la soutenance d’une thèse. La thèse de droit a beaucoup évolué durant notre période, passant de quelques dizaines de pages à plusieurs centaines, voire même, en ce qui concerne un cas exceptionnel il est vrai, celui d’Ernest Labrousse, dont la thèse dépassait le millier de pages. Le grade de docteur en droit n’est donné qu’après la soutenance de la thèse. Ce travail de thèse implique d’abord que le sujet choisi par le candidat soit soumis à un professeur qui accepte de faire partie de son jury. On recommande aux candidats de lire les sujets de thèse des années précédentes dans un ouvrage16, et de ne pas reprendre le sujet d’une thèse qui aurait été primée, jugée bonne. Mais l’étudiant peut choisir un sujet de thèse déjà donné, à condition qu’il n’ait pas fait l’objet d’une récompense particulière. On voit donc que le sujet de thèse en droit est plus une mise en ordre de la bibliographie et des recherches existant sur un sujet, un état de la question, qu’une recherche véritablement neuve.

42Le manuscrit de la thèse est laissé aux mains du président pendant un mois au moins, avant qu’il n’en autorise l’impression. Quand la thèse, après ce délai, est signée par le président, le candidat, cinq semaines avant la date d’ouverture de session du doctorat, la remet au secrétariat de faculté. Le manuscrit doit être à ce moment-là revêtu de la signature du doyen et du recteur, les feuillets réunis ou reliés. À ce niveau-là, c’est le recteur qui accorde ou non la permission d’imprimer. On constitue un jury, et le candidat a au moins trois semaines pour préparer sa soutenance orale. Il doit fournir au secrétariat de la faculté, 95 exemplaires de sa thèse et cela 15 jours avant la soutenance.

43La soutenance orale dure une heure et demie. Le jury de la thèse comprend trois membres, le doyen, un professeur de la faculté, et un professeur soit de la faculté, soit d’un autre établissement d’enseignement supérieur public. Après ces épreuves, le grade de docteur en droit est conféré aux candidats qui en sont jugés dignes.

  • 17 Économie politique générale : I. Notions générales. Les besoins. La valeur. Les conditions et les é (...)
  • 18 Mercantilisme. Physiocratie. Adam Smith. Malthus et Ricardo. J.-B. Say et Bastiat. Stuart Mill. F. (...)
  • 19 I. Le budget. Préparation, vote, exécution, contrôle. II. Les théories relatives aux impôts, classi (...)

44On sent dans ces différentes dispositions législatives du décret du 2 mars 1925, la volonté de renforcer le niveau et de contrôler le sérieux des différentes options. Les programmes d’économie politique confirment ce souci. Ils reprennent pas à pas, pour l’économie politique générale, toutes les notions de base ; en deuxième partie, l’organisation de la production ; en troisième partie, l’analyse de la circulation ; en quatrième partie, la théorie de la formation des prix ; en cinquième partie, les relations économiques internationales ; et en sixième partie, la répartition17. Cette épreuve d’économie politique générale est complétée par une deuxième épreuve d’histoire des doctrines et des faits, qui est dotée du coefficient 1, la première épreuve ayant un coefficient 218. Une dernière interrogation est consacrée à l’économie et à la législation financière et a pour coefficient 1. Elle reprend les bases de l’enseignement des financialistes19.

  • 20 Comme nous le réétudierons en troisième partie.

45À ces notions générales et qui sont communes à toute la France – c’est-à-dire l’économie générale, l’histoire des doctrines, l’économie et la législation financière – s’ajoute, au choix du candidat, un des cours à option. Paris, qui dispose de beaucoup plus de professeurs que la province, offre beaucoup plus de choix. Elle propose six options possibles, qui sont l’économie et la législation industrielle, l’économie et la législation rurale, l’économie, la législation coloniale et la sociologie coloniale, la statistique économique, l’économie sociale comparée et, enfin, l’histoire du travail. L’étudiant choisit une de ces options parmi les cours qui viennent d’être énumérés. Mais ce choix n’existe qu’à Paris. En général, dans les facultés de province, le choix se limite à une ou deux options. Le guide de l’étudiant annonce, chaque année, les sujets des cours de doctorat proposés par les professeurs de la faculté. On constate, à la lecture de ces sujets, qu’en général, contrairement à ce qui se passe en premier cycle, l’enseignement du professeur au niveau du doctorat, beaucoup plus proche de ses préoccupations générales, révèle l’existence de la recherche en économie20.

46C’est le cas d’Aftalion en 1938-1939, qui propose d’étudier Les mouvements du change. Louis Baudin, en histoire des doctrines économiques, étudie Le socialisme. Nogaro, en science financière, étudie Les conditions économiques de l’équilibre budgétaire et le financement des dépenses exceptionnelles. Oualid, en législation économique et industrielle, analyse l’arbitrage obligatoire en France. Le cours de statistique est assuré par Roger Picard, qui étudie La méthode statistique et ses applications à la science sociale. L’économie sociale comparée est assurée par Jean Lescure, qui traite Le fascisme, le national socialisme, méthodes et résultats. Le professeur James, en législation et économie rurale, enseigne Les échanges agricoles entre la France et son empire colonial. Le professeur Maunier, qui est un sociologue du monde colonial, étudie, sous la rubrique législation et économie coloniales, l’économie indigène aux colonies et ses transformations. Enfin, Edouard Dolléans, en histoire du travail, propose d’étudier Le métier, la technique et les fédérations d’industrie depuis 1860. Ces cours sont proposés pour une durée de trois ans et font l’objet d’une véritable publicité dans le guide pour l’étudiant. Pour mesurer l’influence réelle de ce type d’enseignement, dont le niveau a été artificiellement dénigré, il faut revenir aux chiffres réels des étudiants qui sont susceptibles de le recevoir.

  • 21 Source : Annuaire rétrospectif, année 1960.

Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers inscrits dans les facultés, par discipline et par sexe. Années scolaires 1899-1900 à 1959-1960 (Université d’Alger comprise jusqu’en 1960)21

Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers inscrits dans les facultés, par discipline et par sexe. Années scolaires 1899-1900 à 1959-1960 (Université d’Alger comprise jusqu’en 1960)21
  • 22 Source : Annuaire rétrospectif année 1966, p. 149 et voir tableau.

47Le chiffre des effectifs des étudiants en droit présente un caractère particulier durant notre période. S’il est inférieur ou voisin de 10 000, de 1900 à 1905, il connaît une croissance entre 1905 et 1914, atteignant le chiffre de 16 465. Il baisse tout naturellement autour de 3 000 durant la guerre, puis ne connaît que pour un temps très court, le rattrapage qu’on attend après toute guerre. De 1920 à 1930, les chiffres oscillent entre 17 000 et 19 000 étudiants en droit, mais la proportion des femmes dans les années 1920 connaît une croissance particulièrement importante. Puis ce chiffre atteint 20 000 au début des années trente. Il atteint son niveau record en 1933-1934 avec 27 438, régresse avec la proximité de la guerre, se bloque entre 20 000 et 22 000, puis baisse à nouveau en 1939, où il n’atteint que 15 000. Or, pendant le même temps, les effectifs totaux des étudiants connaissaient une courbe toute différente puisque, dans l’ensemble, ces effectifs partis de 29 377 en 1900 avaient connu une croissance régulière et avaient atteint le niveau de 78 973 en 1939. Le droit ne connaît pas du tout l’essor que connaît l’ensemble des autres secteurs des études supérieures et en particulier de l’enseignement des sciences22. De ce fait, si le nombre des étudiants qui entendent parler d’économie augmente, leur proportion par rapport au chiffre global des étudiants diminue.

Effectif des étudiants par discipline Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers

Effectif des étudiants par discipline Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers

Nombre des thèses soutenues annuellement dans les facultés de droit

Nombre des thèses soutenues annuellement dans les facultés de droit

Source : Henri Capitant, La thèse de doctorat en droit, Paris, Dalloz, 1935.

Mentions obtenues aux thèses (Paris)

Mentions obtenues aux thèses (Paris)

Source : Henri Capitant, La thèse de doctorat en droit, Paris, Dalloz, 1935.

  • 23 Nous avons tenté de les individualiser mais la confusion entre la législation économique et l’écono (...)
  • 24 Analysé par Henri Capitant dans son livre qui fut un best-seller réédité trois fois depuis 1925.

48On constate qu’il y a une stagnation du droit à laquelle on peut ajouter, nous l’avons vu, une relative stagnation des chiffres du doctorat. Nous ne disposons pas de chiffres concernant le doctorat à dominante économie politique23. Mais nous avons un indice indirect du nombre des thèses soutenues en faculté de droit24, en particulier à Paris, entre 1910 et 1933. Si les thèses soutenues ne croissent pas, les thèses d’économie politique témoignent, elles, d’une assez étonnante stabilité, puisqu’il y en a 82 en 1910 et 86 en 1936. Par conséquent, l’on peut seulement souligner qu’il y a une véritable individualisation du travail d’économie politique. On peut également noter que la proportion augmente puisque le chiffre total des thèses diminue, 82 pour 353 en 1910, 86 pour 255 en 1903, du moins pour les chiffres parisiens.

49La discipline économique se développe donc par rapport aux autres secteurs (on constate tout particulièrement un déclin du droit romain et de l’histoire du droit). Son évolution est plus favorable que celle des autres disciplines liées au droit proprement dit. Le nombre de thèses confirme bien qu’à partir du doctorat, la matière s’individualise réellement mais qu’elle a aussi réussi à se consolider en faculté de droit, sans que ses succès soient véritablement exponentiels. On atteint là, la licence passée, la sphère de liberté de ceux qui s’intéressent à l’économie politique. On sait bien entendu que ce doctorat est indispensable pour passer l’agrégation et qu’il est recommandé aux agrégatifs d’avoir quatre ou trois DES en plus de la thèse, et pas seulement deux, ce qui devient assez vite, durant notre période, le cas pour la majorité d’entre eux.

50Le livre de Capitant montre l’évolution subie par la thèse. Elle n’est pas encore une recherche neuve. Mais Capitant, par ses livres qui ont beaucoup de succès, donne des conseils de base et contribue à son amélioration. Il insiste sur la prise rigoureuse des notes et des références, sur la nécessité de lire la littérature antérieure, de classer ses idées, etc. Le succès même de ce livre, qui est réédité trois fois dans l’entre-deux-guerres, et encore une fois au début des années cinquante, en une édition légèrement augmentée, révèle donc qu’il y avait là un véritable besoin. Progressivement, la thèse de doctorat en droit prend effectivement des aspects plus originaux, en particulier à partir de la Seconde Guerre mondiale. Elle cesse totalement d’être une simple compilation, même si elle permet toujours au candidat de faire le point sur l’état de la question. Il est autorisé, à condition d’argumenter, à dégager son point de vue personnel.

51On voit dans le cursus de l’étudiant en droit, le double aspect des contraintes et des degrés de liberté. En réalité, on comprend à la lecture de ce cursus, que c’est bien en faculté de droit qu’est reçue la formation la plus complète en économie. Mais cette formation reste relativement abstraite, et les étudiants éprouvent le besoin de la compléter par un enseignement plus pratique, ou dans certains cas plus totalement théorique tel qu’il est fourni, soit au Collège de France, soit à l’École libre des sciences politiques. Ce cursus a ainsi permis une véritable spécialisation. Mais dans la mesure où des dispenses sont accordées pour s’inscrire, où la licence n’est pas trop difficile, seul le doctorat permet une véritable individualisation de la discipline.

52Ce tableau risque néanmoins de donner une vision faussée, dans la mesure où Paris maintient sa domination écrasante par rapport aux facultés provinciales. Il n’en reste pas moins que des variétés régionales et provinciales doivent être signalées parce qu’elles s’opposent complètement au mode de fonctionnement de l’université parisienne.

III. LES INÉGALITÉS PARIS/PROVINCE

53Il faut dire que les facultés de province ont des effectifs très inférieurs à ceux de Paris qui, à lui seul garde, durant toute la période, plus de la moitié des étudiants.

54Le nombre des facultés est de quinze en 1939. Il s’agit de Paris, Aix-Marseille, Bordeaux, Caen, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Poitiers, Reims, Rennes, Strasbourg, Toulouse et Alger. Le tableau permet de voir que, dans l’année 1937, Paris fournit encore 1 228 licenciés sur 2 603 étudiants, soit presque la moitié, et qu’elle fournit 264 docteurs sur 528. En second lieu, la faculté de droit de province la plus importante est Lyon, qui fournit 239 licenciés et 95 docteurs. Viennent ensuite, dans l’ordre, Aix-Marseille avec 125 licenciés mais 10 docteurs seulement, puis Toulouse, avec 131 licenciés et 18 docteurs seulement.

  • 25 Nous le réétudierons de façon plus précise dans notre troisième partie.

55Parler des facultés de province, c’est donc parler de quelques dizaines de licenciés et de quelques docteurs, pour les plus petites d’entre elles. Avec environ 100 ou 150 licenciés et quelques dizaines de docteurs, Lyon et Paris constituent des exceptions. Ces universités, qui ont des effectifs plus faibles, se caractérisent par des modèles opposés de carrière professorale25. Certaines facultés sont presque uniquement, soit des lieux de transit pour les professeurs qui débutent mais qui visent une fin de carrière à Paris, soit au contraire des lieux où sont installés des professeurs qui font figure de notables locaux. La plupart voient coexister les deux modèles.

Diplômes de droit obtenus en province en 1937

Diplômes de droit obtenus en province en 1937
  • 26 Voir p. 523 et suiv.

56On peut dire que Rennes, par exemple, avec les deux professeurs Fromont et Bodin connaît une étonnante stabilité de son corps enseignant, et une prédominance du modèle dit local26. Même le professeur de droit qui a choisi de défendre l’économie politique, le professeur Turgeon, qui finit sa carrière à Paris, reste presque trente ans à Rennes avant de revenir à Paris. Mais si Rennes est un cas particulièrement net, on peut en dire autant de Poitiers et de Bordeaux, où cohabitent des professeurs comme Benzacar qui fait une carrière locale, avec des professeurs de type intermédiaire comme Maunier qui a commencé sa carrière à Alger, pour ensuite rejoindre Bordeaux où viennent un certain nombre d’étudiants du monde colonial, et finira par obtenir une chaire de législation coloniale à Paris. À Bordeaux, à côté de ces professeurs stables, passent de jeunes professeurs « pleins d’avenir », comme Gaétan Pirou qui arrive en 1923 et dont c’est le premier poste, ou encore Garrigou-Lagrange. Bordeaux voit le double modèle des professeurs qui font une carrière de notables locaux et des professeurs débutants pour qui c’est un premier poste.

57La proportion est variable suivant les universités. Mais il est évident que les universités les plus proches de Paris sont celles qui ont le plus tendance à être des lieux de transit. Lille, Caen, Dijon sont essentiellement des lieux de passage, avec certaines graduations. On sait que le premier poste est lié au rang obtenu à l’agrégation. Il arrive que certains professeurs occupent deux postes avant de rejoindre Paris. D’autres connaissent une longue carrière dans une ville de province, comme Aftalion à Lille, même s’ils finissent par rejoindre Paris. Certaines villes universitaires de petite taille sont ainsi des lieux de transit.

  • 27 Voir note consacré à Germain-Martin p. 605 et suiv.

58Un deuxième type de variétés provinciales est représenté par des centres plus importants parfois, mais qui se donnent une dominante. Il arrive que cette deuxième catégorie recoupe la première. En effet, Rennes, la capitale bretonne, voit avec Louis Bodin le triomphe et l’apologie de l’économie sociale et des théories sociales de l’église. D’autres, comme Montpellier, sont des centres consacrés à l’économie réformiste, au monde des coopératives avec le rôle de Gide, de Rist mais aussi le passage de Germain-Martin qui, en début de carrière, est intéressé, après son passage au Musée social, par les problèmes sociaux27, ou encore Antonelli.

59Nancy, de dimension plus petite, se consacre essentiellement, avec Louis Brocard, à l’économie nationale. On sait qu’à Nancy s’étaient réfugiés les professeurs qui avaient refusé la domination allemande à Strasbourg. L’économie nationale caractérise le centre nancéien. La ville de Strasbourg, elle, est l’objet du développement de la deuxième école historique allemande jusqu’en 1918.

60Enfin, Lyon présente aussi des caractères régionaux particulièrement nets en ce qui concerne l’apologie du libéralisme et du libre-échange. Gonnard, libéral enseignant d’histoire de la pensée économique, mais très favorable au libre-échange, vivement encouragé par la Société locale d’économie politique, y fait une carrière de notable tout à fait caractéristique. On retrouve ici la symbiose entre l’université de Lyon et le monde des soyeux qui a été, au xixe siècle, pionnier du libre-échange et des premiers cours d’économie politique. La tradition s’est maintenue. Le monde des industries du luxe ou des industries plus spécialisées continue de militer en faveur du libre-échange et la faculté, appuyée par ses instituts variés, en particulier ses instituts commerciaux, présentés dans les livrets de faculté à côté des enseignements économiques, reste un centre de diffusion du libre-échange.

61Par conséquent, un certain nombre de villes ont ainsi une dominante intellectuelle liée à la présence de professeurs qui choisissent de faire rayonner sur place leurs préoccupations. Il est à noter qu’une faculté de dimension plus restreinte comme Grenoble, éprouve le besoin au cours des années trente d’instaurer un enseignement d’économie du monde hydraulique, enseignement auquel participera le professeur Jean-Marcel Jeanneney. Ces centres dominants impliquent donc, par rapport à la région, un autre type de relation entre l’économie locale et l’enseignement économique à l’université. Dans le cas des lieux de transit, seuls les notables locaux, ceux qui ne cherchaient pas à partir, animent les traditions locales. Dans le cas des centres dominants, c’est la faculté qui fait rayonner sur la région des préoccupations dominantes et qui opère sa symbiose avec la région, par des instituts ou par des écoles pratiques d’économie.

  • 28 Mais Antonelli n’avait pas seulement des raisons idéologiques de revenir à Montpellier, il y avait (...)

62Le dernier lieu, s’opposant à ces deux types de variétés provinciales, est évidemment Paris qui présente, lui, des caractères particuliers. La spécificité parisienne, c’est d’être pour nombre de professeurs une fin de carrière et un moyen de se faire connaître au niveau national. Paris a trois fois plus d’enseignants que la moyenne des autres facultés et réussit, à partir de l’entre-deux-guerres, à constituer ce que Gaétan Pirou qualifiera en 1938 de département d’économie politique. En fait, la véritable professionnalisation de l’économie n’est réalisée de façon indiscutable qu’à Paris, de par le nombre et la variété des enseignements offerts28.

  • 29 Nous verrons, pour des raisons inverses, que dans l’après Seconde Guerre mondiale, il arrive fréque (...)
  • 30 Dont nous réétudierons le contenu en troisième partie.
  • 31 Revue d’économie politique, octobre-novembre 1928. p 1495-1500.

63Aussi l’étudiant économiste trouve des enseignants qui maîtrisent les grandes revues et dominent les avancées dans la réflexion et la recherche29. Même si ces professeurs sont soucieux d’intégration dans la faculté de droit, leur nombre rend possible une autonomisation de la discipline. Mais leur situation explique aussi que face à une éventuelle querelle des méthodes30, les enseignants parisiens, très bien incarnés par Gaétan Pirou, préfèrent recommander la méthode composite. Pirou n’ignore pas le conflit qui s’ébauche entre l’approche des facultés, celle des grandes écoles, celle de Simiand ou celle de Divisia. En 1928, dans un article resté fameux31, Gaétan Pirou les analyse, pose même le problème des méthodes mathématiques, mais il conclut que, suivant les sujets et suivant les cas, la juxtaposition et la complémentarité des méthodes doivent être acceptées. Cette attitude consolide l’unité des économistes face aux juristes qui les tolèrent. Mais cette attitude explique aussi la crise intellectuelle qui va éclater à l’occasion de la grande dépression des années trente et la transformation d’une querelle de méthode en conflit d’institution. Dans l’immédiat, la spécificité parisienne n’est pas seulement le nombre ou l’autonomisation ou l’avancée en matière intellectuelle. Elle est aussi de ne pas aller jusqu’au bout dans cette autonomisation, par souci de préserver la cohérence du corps.

  • 32 Le thème sera repris à propos de la perception de l’innovation.

64L’autre spécificité parisienne, c’est que le système d’enseignement de l’économie est complété par l’existence d’institutions annexes. On peut s’inscrire à l’École libre des sciences politiques, on peut aller suivre les cours du Collège de France, et pour les futurs agrégatifs, il est fortement recommandé d’aller écouter les enseignements très novateurs et très pointus faits à l’École des hautes études32. C’est le cas de Gaétan Pirou qui fait un cours classique en premier cycle, un cours plus spécifique en doctorat, mais qui réserve à l’École des hautes études l’analyse des théories étrangères ou de l’économie mathématique. À Paris, la faculté de droit n’est pas centrale seulement au plan géographique mais aussi par le nombre de ses étudiants, par ses avancées intellectuelles. Elle est au centre d’un système d’enseignement autour duquel gravitent des institutions annexes. Mais à l’intérieur de l’université elle-même, l’autonomisation de la discipline et sa professionnalisation se sont heurtées à la nécessité, pour les enseignants d’économie, de respecter la cohérence du corps, et donc de s’autocensurer. Ils tiennent compte du fait que leurs publics les plus massifs ne sont pas spécialisés, et se composent en majorité de juristes. Ils ne peuvent pas, ils n’ont pas l’autorisation d’enseigner les aspects les plus modernes de la discipline.

65Ces aspects les plus modernes sont réservés au public très restreint du doctorat et aux institutions annexes où certains d’entre eux enseignent également. À l’opposition théorique des institutions, il faut donc substituer, jusqu’au début des années 1930, une complémentarité des grandes institutions dans le domaine parisien. Si l’étudiant d’économie qui vit son cursus à Paris, a une offre disciplinaire beaucoup plus abondante, il reste tout de même soumis à la dominante du cursus juridique. Nous avons vu sa prédominance en ce qui concerne la formation des agrégatifs, mais elle n’est pas la seule institution susceptible de former aux aspects novateurs de la discipline.

66Pour conclure, faire de l’économie politique en faculté de droit, durant cette première moitié du xxe siècle, consiste à être d’abord un juriste, à accepter de se spécialiser seulement au niveau du doctorat. Si on est provincial, on ne peut rester dans sa faculté d’origine qu’à la condition de ne pas être intéressé par l’agrégation, de se satisfaire de la dominante locale. Sinon, pour rencontrer les aspects variés de la recherche, il faut aller à Paris. De plus, la faculté est au centre d’un système où des enseignements annexes sont mis à la disposition des amateurs. La faculté de droit de Paris, la plus centrale et la plus prestigieuse, renforce son prestige parce qu’elle est au centre d’un système d’enseignement. Mais même là, la professionnalisation y a connu une limite, la nécessité de respecter la cohérence du corps des juristes, dans lequel, si important soient-ils, les enseignants d’économie restent minoritaires.

Notes

1 Leur papier est médiocre et leur survie posthume, même à la Bibliothèque nationale, est en danger.

2 Le titre entier est : Programmes et règlements des facultés de droit, d’après les lois, décrets, circulaires et arrêtés en vigueur, Paris, L. Larose, puis Sirey.

3 Depuis le décret de 1891, on accepte les séries A, B, C ou D.

4 Décret du 13 juillet 1883 et confirmé par la circulaire ministérielle d’octobre 1889.

5 Encore qu’ils le soient beaucoup moins que ceux de l’École libre des sciences politiques.

6 Guide de l’étudiant en droit, 1939, p. 27.

7 Depuis le décret du 21 juillet 1897, article 23.

8 Cet état de fait était vécu comme une contrainte souvent lourde. Tous les témoignages oraux de professeurs, en particulier celui de M. Jeanneney, le confirment.

9 Décret du 2 août 1922.

10 Programme officiel des examens de licence : décret du 30 avril 1885, complété par un arrêté en juillet 1904, et par le décret du 2 août 1922, complété par un arrêté de juillet 1933.
Économie politique : exposé général des principales doctrines économiques considérées seulement dans leurs éléments essentiels.
– L’organisation de l’entreprise au sens le plus large du mot, y compris les entreprises d’État.
– Les phénomènes de concentration.
– Les instruments monétaires : monnaies métalliques, monnaie de papier, effets de commerce, chèques, règlements sans monnaie.
– Théorie de la formation des prix, mouvements généraux des prix, le crédit, et l’organisation bancaire.

11 Économie politique :
– Le commerce intérieur et le commerce extérieur, le mouvement international des capitaux. La balance des comptes et les règlements entre nations.
– Les théories de la répartition : le salaire, l’intérêt, la rente, le profit.
– Le rythme de l’activité économique, l’historique des crises, et la théorie des crises.

12 Législation financière (1er semestre) :
– Méthode en science des finances.
– Théorie générale des dépenses publiques.
– Le crédit public.
– Les revenus publics.
– Les taxes et impôts.

13 Nous reviendrons dans notre troisième partie sur les permanences de cet enseignement, en particulier en matière de dépense publique.

14 Ordonnance de mars 1840 et décret de décembre 1881.

15 Décret du 2 mai 1925 concernant le doctorat en droit, article 10.

16 Grandin.

17 Économie politique générale : I. Notions générales. Les besoins. La valeur. Les conditions et les éléments de l’activité économique. La nature et l’homme. La population. Le capital. II. L’organisation de la production. Vues sommaires sur la technique de la production. Les diverses formes d’entreprise. Les phénomènes de concentration. III. L’appareil de la circulation. Commerce et transports. Les phénomènes monétaires. Le crédit et l’organisation des banques. IV La théorie de la formation des prix. Les mouvements des prix. Le rythme des prix et le cycle prospérité-dépression. V Les relations économiques internationales. La balance des comptes et son règlement. VI. Le mécanisme de la répartition. Les théories du salaire, de l’intérêt, de la rente et du profit.

18 Mercantilisme. Physiocratie. Adam Smith. Malthus et Ricardo. J.-B. Say et Bastiat. Stuart Mill. F. List. L’école historique allemande. Sismondi. Saint-simonisme et Fouriérisme. Proudhon. Louis Blanc. Karl Marx et le collectivisme. L’école de Le Play.

19 I. Le budget. Préparation, vote, exécution, contrôle. II. Les théories relatives aux impôts, classification des impôts. III. Le crédit public. Mode d’emprunts, conversions, méthodes d’amortissement.

20 Comme nous le réétudierons en troisième partie.

21 Source : Annuaire rétrospectif, année 1960.

22 Source : Annuaire rétrospectif année 1966, p. 149 et voir tableau.

23 Nous avons tenté de les individualiser mais la confusion entre la législation économique et l’économie politique proprement dite rend tout classement de ce type, à partir des sujets de thèse fournis par l’ouvrage de Grandin, particulièrement sujet à caution.

24 Analysé par Henri Capitant dans son livre qui fut un best-seller réédité trois fois depuis 1925.

25 Nous le réétudierons de façon plus précise dans notre troisième partie.

26 Voir p. 523 et suiv.

27 Voir note consacré à Germain-Martin p. 605 et suiv.

28 Mais Antonelli n’avait pas seulement des raisons idéologiques de revenir à Montpellier, il y avait dans son cas une raison de santé.

29 Nous verrons, pour des raisons inverses, que dans l’après Seconde Guerre mondiale, il arrive fréquemment que l’enseignement en province, parce qu’il est défendu par de jeunes professeurs, soit beaucoup plus avancé que l’enseignement parisien sur lequel pèsent de très nombreuses pesanteurs en matière de pensée.

30 Dont nous réétudierons le contenu en troisième partie.

31 Revue d’économie politique, octobre-novembre 1928. p 1495-1500.

32 Le thème sera repris à propos de la perception de l’innovation.

Table des illustrations

Titre Diplômes délivrés par les facultés de droit (1900-1959)
Légende Source : Annuaire rétrospectif, ONO 1966.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers inscrits dans les facultés, par discipline et par sexe. Années scolaires 1899-1900 à 1959-1960 (Université d’Alger comprise jusqu’en 1960)21
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Effectif des étudiants par discipline Enseignement supérieur public. Étudiants français et étrangers
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Nombre des thèses soutenues annuellement dans les facultés de droit
Légende Source : Henri Capitant, La thèse de doctorat en droit, Paris, Dalloz, 1935.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Mentions obtenues aux thèses (Paris)
Légende Source : Henri Capitant, La thèse de doctorat en droit, Paris, Dalloz, 1935.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Diplômes de droit obtenus en province en 1937
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2617/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540