Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Chapitre XIV. À l’aube d’un nouveau paradigme : les grandes écoles

Texte intégral

1Jusqu’à présent, notre travail s’est borné à décrire et à expliquer les modalités de l’institutionnalisation de la discipline, mais il n’a encore posé le problème des contenus que de façon descriptive. Nous nous sommes efforcé de montrer qui a créé l’enseignement, qui enseignait, quel était le but de ces enseignements et, les rares fois où cela était possible, comment ils étaient reçus. Mais les grandes écoles posent un problème différent.

2Depuis la Seconde Guerre mondiale, elles ne fournissent plus seulement les cadres techniques mais encore les cadres économiques des grandes branches. La mathématisation de l’économie a augmenté considérablement leur pouvoir social. Aussi, une école historiographique très active voit dans ces grandes écoles les pionniers, les héros, voire même parfois les martyrs, de la science économique, face à une honteuse et archaïque orthodoxie. Cette vision manichéenne gouverne la plupart des livres actuels d’histoire de la pensée économique. Elle sous-tend des thèses de jeunes chercheurs. Dans ces conditions, nous ne pouvons pas esquiver la question qui consiste à se demander dans quelle mesure les grandes écoles ont bien été le berceau d’un nouvel univers en matière de science économique. Sont-elles bien à l’origine de la science économique actuelle ? Est-ce là que s’est effectuée, au niveau de l’enseignement économique, la fameuse rupture épistémologique, là que se seraient dessinés les contours d’un nouvel univers scientifique, d’un nouveau paradigme ?

  • 1 Voir en troisième partie, le chapitre consacré à la perception de l’innovation.

3Sans que ce chapitre prétende apporter une réponse définitive à cette question1, il fournira cependant des éléments de réponse, et cette question restera en filigrane, à travers l’exposé des faits : après un rappel des spécificités de ce secteur institutionnel, et des résistances qu’il a menées contre l’économie politique, nous verrons que deux fonctions successives ont présidé à deux manières très distinctes d’accepter une institutionnalisation de la discipline.

I. UN UNIVERS PARTICULIER

4Ce monde spécifique, nous l’étudierons uniquement dans la mesure où l’économie politique s’y est installée durant notre période. Cela nous a amené à réduire le champ. Nous étudierons les cours de l’École polytechnique et de ses principales écoles d’application, l’École nationale des ponts et chaussées et l’École des mines de Paris. Il s’agit donc d’un univers restreint, structuré, mais le seul qui, non sans résistance, a été susceptible d’ébaucher une mutation de l’économie politique.

A. UN UNIVERS STRUCTURÉ MAIS RÉDUIT

5Il faut rappeler d’abord que les grandes écoles forment un système cohérent, dans la mesure où l’École polytechnique représente le pivot central, celui qui fournit la formation mathématique et scientifique la plus générale, alors que l’École des mines et l’École nationale des ponts et chaussées sont à cette époque les principales écoles d’application. Mais l’on peut rentrer dans ces deux établissements, directement sur concours. Quant à l’École centrale, au cours de notre période, elle s’en tient à des cours de législation économique, ce qui nous a amené à l’écarter de l’étude. Dans certains cas, les élèves ingénieurs sont susceptibles d’ajouter les enseignements de l’X à celui d’une école d’application, dans d’autres cas, ils n’en reçoivent qu’un seul. Il serait donc faux de postuler que, toujours, les cours d’économie s’additionnent.

  • 2 Annuaire statistique de la France, 1939.

6En second lieu, cette étude concerne plus encore que pour d’autres institutions, de très petits effectifs. À la fin de notre période, les admis sont2 :

Effectifs des grandes écoles (1936-1939)

Effectifs des grandes écoles (1936-1939)

7Même sans réduire le champ, comme nous avons choisi de le faire, les effectifs des grandes écoles sont réduits : en 1888-1890, le nombre d’élèves de toutes ces écoles additionnées atteignait 343 ; en 1939, il n’est que de 308. Il y a bien entendu des périodes de pointe, avec un léger accroissement du nombre d’élèves, qui atteint 463 à la veille de 1914-1918 ; une chute évidemment des effectifs pendant la guerre ; un rattrapage durant le début des années 1920, avec 685 admis dans ces écoles en 1920. Le chiffre diminue légèrement ensuite, mais dépasse 500 jusqu’en 1926 et retombe au-dessous de 500 à partir de 1927. L’on a, par conséquent, des chiffres qui, grosso modo, s’échelonnent entre 300 et 400 chaque année, durant toute la période.

8Il s’agit donc d’un public de dimension particulièrement restreinte, même s’il faut, à l’échelle de la période, envisager les effectifs cumulés. Mais il n’est pas très difficile de mesurer à quel point ce public est qualitativement important, de par ses situations de pouvoir à l’intérieur du monde de l’économie. De ce fait, il est susceptible d’être surreprésenté soit dans le secteur de l’écriture, soit dans les modes actuels de promotion d’image. Pour nuancer cette appréciation, disons cependant qu’à l’époque, l’enseignement classique a plus de prestige que celui des mathématiques. Donc, durant la période que nous étudions dans ce chapitre, les années 1880-1939, les grands ingénieurs ont, dans la vie de la nation, une image et une représentation plus modestes que celles qu’ils ont actuellement, mais ils n’en ont pas moins un rôle effectif très important.

9Face à ce public si particulier, les enseignants forment un ensemble minuscule de quelques individualités.

Les enseignants d’économie à l’École nationale des ponts et chaussées

Les enseignants d’économie à l’École nationale des ponts et chaussées
  • 1 Dès 1922, Divisia est suppléant de Colson, qui reste titulaire de la chaire.

Note *1

École supérieure des mines de Paris

École supérieure des mines de Paris

École polytechnique

École polytechnique

10Ces tableaux révèlent à quel point l’étude doit rester qualitative, un seul professeur, pourvu qu’il en ait l’envie, étant susceptible de former à lui seul, pendant trente ans, les trois quarts des élèves ingénieurs. Le phénomène est renforcé, dans la mesure où ce personnage, en l’occurrence Clément Colson, réussit à acquérir une position de pouvoir telle, qu’elle lui permette de faire coopter ses disciples dans les postes qu’il est amené à quitter.

11En ce qui concerne l’analyse de la pensée de chacun d’eux, nous verrons qu’ils se divisent en deux groupes, plus liés à deux fonctions qu’à leur enseignement réel. D’une part, dans le cadre de l’héritage du xixe siècle, certains enseignants sont des promoteurs des formes diverses d’économie sociale : Baudrillart, Cheysson, Bellom et Fournière. Malgré de fortes contradictions politiques, ils mettent l’accent sur le rôle social de l’ingénieur, et sur les institutions ou les procédures qui gèrent les relations sociales avec les ouvriers. D’autre part, deux personnalités, Colson et Divisia, dominent le premier vingtième siècle jusqu’à la fin des années trente, et modifient, eux, nettement la façon de concevoir l’économie politique, tout en restant dans d’excellents termes avec les professeurs d’économie des facultés de droit.

B. LES RÉSISTANCES

1. Au xixe siècle, les refus

  • 3 François Etner, « L’enseignement économique dans les grandes écoles au xixe en France », Économies (...)
  • 4 François Etner, Histoire du calcul économique en France, Paris, Économica, 1987.

12Nous avons déjà étudié le coup de force politique opéré en 1836 par le ministre Duchâtel, pour fonder une chaire aux Ponts et Chaussées, et pour y imposer Joseph Garnier. La nomination de Cheysson aux Mines en 1885 a été plus facile, parce qu’il avait la double caractéristique d’être polytechnicien, ingénieur des Ponts et membre de la Société d’économie sociale. Finalement, de 1885 à 1904, l’économie politique n’est enseignée que dans les écoles d’application3. Rappelons rapidement que cet enseignement est parfois passé dans des cours qui n’avaient pas la dénomination d’économie politique, qui pouvaient être en particulier des cours de législation. Il s’agissait de sensibiliser les ingénieurs au coût et à l’utilité relative de leurs travaux4. En ce qui concerne l’École polytechnique, la question est fréquemment posée aux historiens : pourquoi le premier enseignement d’économie politique ne commence-t-il à l’École polytechnique qu’en 1904 ? Pourquoi, jusqu’en 1914, est-il effectué par un journaliste autodidacte, le militant socialiste Eugène Fournière ? Finalement, un enseignement d’économie fait par un ingénieur n’y commence qu’en 1919, avec Colson. En effet, l’enseignement de l’économie présentant des caractères mathématiques ne débute qu’après la mort du premier enseignant, en janvier 1914. Or, du fait de la guerre de 1914-1918, Colson ne commence effectivement son enseignement à l’École polytechnique qu’en 1919. Cette date est donc particulièrement tardive.

13Pour comprendre la lenteur de cette introduction, il faut rappeler à la fois le grand nombre des projets et d’exposés d’intentions favorables à cet enseignement nouveau et, en même temps, les raisons explicites ou non, souvent probables, de leur refus.

  • 5 A. Fourcy, Histoire de l’École polytechnique, Paris, 1828, réédité en 1987.

14Au moment de la création de l’École polytechnique, il n’est prévu pour elle qu’un programme scientifique ou technique5 : l’analyse, la géométrie, la chimie et le dessin. On considère que l’économie politique est utile mais ailleurs, plutôt dans les écoles normales ou dans les écoles centrales, c’est-à-dire qu’elle fait partie du bagage du programme de réforme nécessaire dans l’enseignement secondaire.

  • 6 Terry Shinn, Savoir scientifique et pouvoir social : l’École polytechnique, 1794-1914, Paris, Press (...)
  • 7 A. Fourcy, op. cit., p. 91 et ouvrage collectif sous la direction de Belhoste et al., La formation (...)

15Une première tentative a lieu en 1816, sous la forme d’un projet du ministère de l’Intérieur, qui propose l’ouverture de nouveaux cours, en particulier un cours d’économie politique, un cours d’arithmétique sociale (nous dirions statistiques) et un cours d’histoire et de belles lettres. Il s’agit très évidemment d’un programme libéral, en cette période de la Restauration, où le rapport de force entre les libéraux et les ultras reste continuellement à redéfinir. Ce programme est refusé. Il est vrai que les élèves de l’école ont pris position très ouvertement pour le mouvement libéral et ont participé à des manifestations de rue6. Une commission restreinte, présidée par Laplace, décide que « l’économie politique ne pourrait se ranger aussi facilement dans le système général de l’instruction qui convient à Polytechnique : il faut de l’expérience et de la maturité pour cette étude ; d’ailleurs on ne peut regarder la science de l’économie politique comme définitivement établie sur des principes non contestés ; les discussions de ce genre, les systèmes hasardés auxquels elle donne lieu ne seraient pas sans inconvénient pour la jeunesse ».7 A la suite de ce premier débat en 1816, seul le cours de statistique est accepté sous la forme de quelques leçons confiées à Arago. Mais, même si le conseil de perfectionnement admet l’idée que les élèves ingénieurs doivent recevoir une information sur toutes les formes d’entreprises, qu’ils doivent comprendre ce qu’est un système de concession et les modes de financement des grands travaux qu’ils sont susceptibles de faire réaliser, il n’empêche que l’enseignement de l’économie politique stricto sensu reste refusé. On se souvient de quoi elle était synonyme et quelle était alors la connotation du libéralisme sur l’échiquier politique.

  • 8 Ibid., p. 379.

16Toutes les autres tentatives connaissent, au cours du xixe siècle, le même sort. C’est le cas en 1819, ou encore en 1850 : le rapport de Le Verrier demandait que la partie théorique du cours de Joseph Garnier à l’École des ponts soit transférée à l’École polytechnique. L’argument avancé était politique : il serait bon que les élèves polytechniciens aient sur les questions économiques une réflexion officielle qui leur permettrait de résister « à la puissance des séductions auxquelles on les livre ainsi sans les avoir prémunis de rien qui les défende »8.

17À partir de 1848, le libéralisme a donné la preuve qu’il peut revêtir des aspects conservateurs, utiles dans la lutte contre le socialisme. Il commence à perdre une partie de son caractère subversif qui avait séduit la jeunesse des écoles dans la première moitié du siècle. Ainsi, c’est parce que les élèves de l’École polytechnique, souvent séduits par le saint-simonisme s’étaient associés aux soulèvements parisiens du premier xixe siècle que l’enseignement de l’économie politique, assimilée au libéralisme, a été strictement refusé à l’École polytechnique. On comprend mieux alors pourquoi il est reporté dans les seules écoles d’application, où il conserve des effectifs à la fois restreints et susceptibles de ne pas adopter le système entier dans toute son abstraction.

2. Au début du xxe siècle, économie sociale et défense républicaine

18En mai 1900, l’ancien directeur de l’École polytechnique de 1893 à 1896, le général Louis André, entre dans le cabinet de défense républicaine de Waldeck-Rousseau, comme ministre de la Guerre. On connaît son rôle dans la révision du procès de Dreyfus. Il veut aussi diffuser l’esprit de défense républicaine chez les hauts cadres de l’armée, et par conséquent à l’École polytechnique. C’est lui qui, dès septembre 1901, propose pour l’École polytechnique une série de dix conférences consacrées aux sciences politiques. Il ne s’agit pas seulement de faire réfléchir les élèves de l’école sur leur rôle social, mais aussi sur les conséquences politiques de leur attitude sociale. Si, au cours du xixe siècle, les élèves de l’École polytechnique étaient apparus comme des libéraux, au temps où le libéralisme se vivait comme une idéologie issue de la Révolution et dangereuse pour l’ordre établi, la situation est devenue beaucoup plus ambiguë à partir de 1848. Au début du Second Empire, la jeunesse des écoles, et en particulier les polytechniciens, hésite entre le saint-simonisme et le libéralisme politique. Les problèmes du libéralisme économique passent au second plan et ne retrouvent une actualité, aux yeux du gouvernement, qu’à partir de 1860. La Troisième République a beaucoup hésité à intervenir au niveau des grandes écoles parce que, nous l’avons vu à propos des facultés de droit, le débat entre les libéraux purs, qui retiraient au gouvernement républicain une partie de sa liberté en matière de décision, et les protectionnistes, dont certains étaient très proches des républicains, n’est pas encore nettement tranché.

19Mais avec le gouvernement de défense républicaine, les républicains veulent promouvoir une pensée républicaine plus ouverte au social, en particulier dans les secteurs où ils craignent qu’elle ne soit pas assez fermement partagée.

  • 9 Ibid., p. 381.

20Dans le chapitre précédent, nous avons vu qu’au Conservatoire national des arts et métiers, ce travail s’est effectué grâce à un désengagement du ministère du Commerce au profit de la ville de Paris, qui a confié à des hommes de gauche, qu’il s’agisse de Georges Renard ou d’Eugène Fournière, les cours annexes fondés à ce moment-là. À l’École polytechnique, la démarche est la même, mais les autorités de tutelle sont différentes. Le ministre de la Guerre, après avoir organisé ce cycle de dix conférences, écrit au commandant de l’école : « Général, j’ai remarqué que les élèves sortant de l’École polytechnique ignorent généralement les lois qui fixent les conditions de travail et établissent les rapports entre patrons et salariés. C’est là une lacune pour des jeunes gens dont la plupart sont destinés à devenir directeur ou fonctionnaire d’établissement employant des ouvriers »9. À cet effet, il propose les conférences et, surtout, il met en avant le nom d’un conférencier, Eugène Fournière. En réduisant un autre cours, le cours d’astronomie, dont les 32 leçons passent à 18 leçons lors du décès de son ancien titulaire, le général André réussit à transformer ces conférences en un véritable cours d’économie sociale. Eugène Fournière, choisi par le ministre, enseigne d’abord de 1904 à 1908, au titre de chargé de cours d’économie sociale.

21Comme c’était le cas pour l’École des ponts en 1846, cette nomination est liée à la volonté du pouvoir central, et l’enseignant nommé est « parachuté » par le ministère. On est là dans la période où le socialiste Millerand, après hésitation, a choisi d’entrer dans le cabinet de défense républicaine de Waldeck-Rousseau. Il s’y donne pour tâche essentielle d’essayer de régler de façon plus pacifique les rapports sociaux entre ouvriers et patrons. Dans ce cadre, on sait aussi que l’Office du travail voit nommer à sa tête le polytechnicien Arthur Fontaine et, surtout, qu’une réflexion systématique sur la législation sociale est engagée par les républicains. Ils se démarquent nettement de l’École de Le Play, même s’ils restent présents dans ce lieu de médiation qu’est le Musée social. La nomination d’Eugène Fournière est, sans conteste, une nomination politique.

II. LA PREMIÈRE ACCEPTATION : LE RÔLE SOCIAL DE L’INGÉNIEUR

  • 10 Bernard Kalaora et Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origine (...)
  • 11 A. Savoye, « Les Leplaysiens et la nébuleuse réformatrice à la fin du xixe siècle », in C. Topalov (...)

22À l’exception de Joseph Garnier à l’École des ponts, les autres professeurs nommés font des cours d’économie sociale. Nous ne revenons pas sur le succès de l’École de Le Play dans les milieux dirigeants de la fin du xixe siècle, sur ses divisions, sur la juxtaposition des Unions de la paix sociale à la Société d’économie sociale, ni sur la fondation, en 1881, de la revue La Réforme Sociale10. La division des héritiers de Le Play n’empêche pas cette pensée d’imprégner les milieux responsables, en une série de cercles concentriques11, où la pensée diluée abandonne certains aspects paternalistes rigoureux pour justifier seulement la préoccupation des questions sociales, à visées conservatrices.

A. UN PATERNALISME ÉCLAIRÉ PAR LES MATHÉMATIQUES

  • 12 André Thepot, Les ingénieurs du corps des mines au xixe siècle 1810-1914, Thèse d’État, Université (...)
  • 13 Comme l’on sait, ce terme ne sera utilisé que dans les années 1930, mais nous l’utilisons ici par c (...)
  • 14 Émile Cheysson, 1836-1910.

23Aux Ponts, à partir de 1882 avec Baudrillart, puis en 1892 avec Colson, aux Mines avec Cheysson en 1885 et Bellom en 1906, c’est d’abord la tradition leplaysienne qui domine12. Mais si, avec Baudrillart, elle constitue une sorte de transition idéologique, avec les suivants, tous ingénieurs, les préoccupations sociales s’associent à des recherches de solutions paternalistes, souvent éclairées par des méthodes mathématiques. Le but est de sensibiliser les élèves ingénieurs aux problèmes qu’ils rencontreront en exerçant leur métier, en tant que cadres13, face aux comportements que les difficultés sociales peuvent provoquer. A l’École des mines, l’enseignement d’Émile Cheysson14 n’est évidemment pas différent, sur le fond, de ce qu’il enseignait à l’École libre des sciences politiques. Mais la particularité de ce polytechnicien, ancien directeur des usines du Creusot avant de revenir dans son corps, est une recherche tenace de solutions concrètes. Dans ce cadre, Cheysson apprend aux futurs ingénieurs des Mines, qu’ils vont rencontrer des ouvriers qui souffrent de l’industrialisation, qu’ils n’ont pas seulement un rôle technique mais un rôle social et un rôle économique, et que ce rôle ne doit pas sombrer dans un idéalisme fumeux, qu’il doit, pour pouvoir être rempli, s’appuyer sur un calcul économique rigoureux.

24Toute sa vie est consacrée à d’innombrables petites sociétés de pensée pour essayer de lutter contre les maux et les malheurs de la société industrielle dans le monde ouvrier : les maladies, l’alcoolisme, la surmortalité des enfants, l’usure précoce des femmes ; mais également contre les conséquences politiques de tous ces maux, à savoir les révoltes dans leurs formes variées, de l’anarchisme au socialisme révolutionnaire. Pour faire face, le chef d’entreprise, qu’il soit ou non détenteur de la firme, doit exercer un rôle social, créer des institutions. L’ouvrier peut et doit être protégé, en quelque sorte, du berceau à la tombe ; les femmes dans des ouvroirs apprennent à gérer leur maison, les enfants sont confiés à des crèches, etc. Il n’est pas jusqu’aux épiceries patronales et même aux cimetières patronaux pour compléter cette emprise protectrice.

  • 15 É. Cheysson, « La statistique géométrique, méthode pour la solution des problèmes commerciaux et in (...)
  • 16 É. Cheysson, « La statistique géométrique », Le génie civil, n° 13-14, p. 206-210 et p. 224-228, re (...)
  • 17 André Zylberberg, L’économie mathématique en France, 1870-1914, Paris, Économica, 1990, p. 110-115.
  • 18 Ibid.
  • 19 R. F. Hebert, « Emile Cheysson and the birth of econometrics », Économies et sociétés, série PE, 19 (...)

25Pour qu’un patron ou un chef d’entreprise puissent créer ces institutions de type paternaliste, il faut bien entendu que son entreprise dégage des bénéfices. Là, intervient au niveau de la gestion, le bagage mathématique de l’ingénieur polytechnicien Cheysson. En 1887, il prononce sa conférence restée très célèbre : « La statistique géométrique ou méthode pour la solution des problèmes commerciaux et industriels »15. Chaque entreprise ne doit pas seulement chiffrer ses coûts et ses recettes, elle doit rechercher scientifiquement le profit, avec la gestion la plus rationnelle possible. Cette attitude scientifique doit être généralisée. S’il est utile d’imposer un impôt sur l’alcool, encore faut-il pouvoir en établir un taux précis, adapté à son but. En élaborant la « statistique géométrique »16, Cheysson cherche à fixer les prix et les salaires « les plus avantageux »17. Ses courbes des débouchés et des frais de production lui permettent d’établir la tarification optimale. Il insiste pour que cette méthode scientifique se généralise. Il ne s’agit pas, dit-il, d’une abstraction mathématique. Il faut que l’élite des industriels et des commerçants remorque la masse : « Cette méthode peut s’appliquer aussi bien à la gestion des stocks qu’à l’équilibre entre le capital fixe et le capital circulant, aux investissements, aux variations aux coûts de transport »18. Il souhaite, sans succès d’ailleurs, que sa méthode soit enseignée dans les écoles commerciales. Par conséquent, c’est pour être plus efficace que la gestion doit devenir scientifique. On est bien là à la naissance du calcul de rentabilité et de certains aspects de l’économétrie19.

  • 20 Maurice Bellom, l’enseignement économique et social dans les écoles techniques à l’étranger et en F (...)
  • 21 Ibid., annexe n° 31, p. 349-398.
  • 22 Ibid., p. 350.

26Dans cette même forme de pensée, en 1906, lui succède Maurice Bellom, lui aussi polytechnicien, lui aussi partisan de l’École de Le Play. Face au bien-fondé des institutions de type patronal, il met en garde contre un rôle jugé dangereux de l’État, pour régler ces mêmes problèmes20. Maurice Bellom, qui a dressé en 1908 un précieux panorama de l’ensemble de l’enseignement économique dans toutes les écoles techniques, analyse, à chaque fois qu’il a pu se le procurer, le programme des enseignements. Il nous donne ainsi le plan très détaillé des 27 leçons de son cours21. Nous savons ainsi qu’il pose, dans sa première leçon, la différence entre l’économie politique et l’économie sociale, qu’il fait une histoire très sommaire des deux aspects de la discipline mais que l’économie sociale est entièrement résumée à la progression de l’École de Le Play. La première leçon se termine par un exposé du rôle économique de l’ingénieur, en tant que chef d’entreprise, et insiste sur son rôle social, comme « conducteur d’hommes », et éducateur d’hommes (actions morales, actions intellectuelles)22.

27Pas à pas, l’analyse économique juxtapose les définitions de Jean-Baptiste Say avec l’apport de l’école de La Réforme sociale. Chaque leçon comporte une partie pratique et descriptive, un peu comme dans le cours de Cauwès, étudiant la législation en place et la législation en préparation, décrivant le tableau des trade-unions en Angleterre, aux États-Unis, sans oublier les associations mutualistes. Il s’agit donc d’un cours qui combine une réflexion sur l’économie politique et une description de la législation sociale, législation analysée sous le double aspect de la description positive et des réformes éventuelles à lui apporter, celles, bien entendu, de l’École de Le Play. Ce cours entre dans le détail des méthodes de gestion. Il consacre en particulier trois leçons à la comptabilité en partie double, et donne des conseils sur la manière de tenir les livres. Mais la vingt-troisième leçon est tout entière consacrée à la statistique descriptive, indispensable aux ingénieurs. Bellom rappelle son organisation en France, les principaux aspects de sa technique et, surtout, termine par les modes d’utilisation de la statistique. Il recommande l’usage des coefficients et l’utilisation des moyennes. Il insiste sur le rôle des moyennes transposées à la vie quotidienne, la vie moyenne, la vie normale, la vie probable et conclut sur le domaine et la portée de la statistique.

  • 23 Ibid., p. 453-460.

28Nous avons donc là, comme avec Cheysson mais avec moins de puissance, un premier compromis entre l’économie sociale et l’usage des fonctions. Cheysson donnait des instructions à ses élèves des Mines pour qu’ils mènent une observation économique lorsqu’ils sont envoyés en mission23. Maurice Bellom, lui, propose tout un programme d’instruction commerciale de l’ingénieur, afin d’obliger les élèves ingénieurs à réfléchir au fait que leur tâche ne peut en aucun cas être conçue comme purement technologique.

B. L’IDÉALISME SOCIAL ET LES GRANDS INGÉNIEURS

29La personnalité de l’enseignant nommé à l’École polytechnique par le général André confirme cette orientation sociale, mais impose un contenu politique opposé.

30Eugène Fournière (1857-1914) est un socialiste issu d’un milieu d’artisans modestes. Après un très bref passage par le guesdisme, il a rejoint les socialistes réformistes, les possibilistes. En toute occasion, dans tous les congrès, il répète que les réformes modifient graduellement la société de l’intérieur. Par ailleurs, fervent républicain, il estime que les termes « réforme » et « république » sont pratiquement synonymes. La société peut se réformer d’elle-même par le seul jeu des institutions républicaines, à condition que ces institutions soient indéfiniment perfectionnées. Ainsi, le socialisme est en quelque sorte associé au républicanisme. A toutes les étapes de son action militante, Eugène Fournière se manifeste comme un rassembleur, un partisan des synthèses.

  • 24 J. Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 3e partie 1871-1924, to (...)

31Sa carrière d’élu est courte, puisqu’il n’obtient qu’un seul mandat, en 1898, comme député de l’Aisne. Il concentre alors sa réflexion sur les questions d’enseignement, et il prend une part active au vote de la loi limitant la journée de travail à dix heures. Anticlérical, il dénonce, sans se lasser, le scandale des orphelinats religieux, le bas niveau de vie matérielle et morale qui y est imposé aux enfants. Membre de la Ligue des droits de l’homme, franc-maçon, c’est une personnalité considérée comme modérée dans le mouvement socialiste. Il a été l’un des plus chauds partisans de l’entrée de Millerand dans le cabinet de Waldeck-Rousseau. En toute occasion, il agit en faveur de l’unité du mouvement socialiste, en tentant d’en réconcilier les différentes tendances24.

32Il a été nommé à Polytechnique pour donner une vision réformiste des relations contractuelles qui doivent s’établir entre les patrons et les ouvriers. Cette nomination cherche à dissocier l’enseignement dans les grandes écoles des aspects antirépublicains de l’École de Le Play. De 1904 à 1906, il est chargé de cours d’économie sociale. En 1906, un poste de maître de conférences est créé, et il l’obtient en octobre 1906. Il enseigne jusqu’à son décès, en 1914.

  • 25 M. Bellom, op. cit.

33Son cours se compose de vingt conférences, sur deux ans. Au début, la répartition des leçons se fait par moitié. Chaque année, les premières leçons sont consacrées à l’économie générale, l’autre moitié à la législation ouvrière. Progressivement, il diminue légèrement la place de la législation ouvrière qui est enseignée dans les écoles d’application25, pour renforcer les éléments d’économie politique. Mais il laisse encore le tiers de son temps à l’économie sociale. Dans cet esprit, il rebaptise son cours, « cours d’économie politique et sociale ».

  • 26 Sur ce point précis, nous sommes en désaccord avec les interprétations de Michel Armatte dans La fo (...)

34Les préoccupations sociales caractérisent l’enseignement de l’économie politique en France, dans les années précédant la Première Guerre mondiale. Mais ici, Fournière, à la fois par les conditions de sa nomination et par la nature de son enseignement, apparaît comme un miroir inversé des solutions de l’École de Le Play26. Certes, pour le protégé du général André, l’économie politique tire son utilité du besoin de penser le monde réel, et d’aider à son développement en évitant les ruptures sociales. Certaines des institutions nécessaires à cet effet, constituent une sorte de programme commun entre les libéraux et les socialistes. Il s’agit de l’organisation de l’épargne de façon à faire échapper les plus pauvres au monde de l’usure, des coopératives, de la mutualité. Nous avons vu que Cauwès allait plus loin, en prônant le protectionnisme et en soulignant la nécessité d’un système d’assurances sociales à l’allemande.

  • 27 Eugène Fournière, L’idéalisme social, Paris, Alcan, deux éditions, 1898 et 1908.

35Fournière, lui, se place en dehors du domaine d’élaboration de la législation positive, juste en amont. Passé par le guesdisme, il a une très bonne connaissance de Marx, dont il continue très visiblement de lire les textes. En 1904, il a déjà écrit plusieurs livres. Il est aussi l’auteur de l’essai sur l’individualisme social, en 1901, Ouvriers et patrons, en 1905, ou encore La sociocratie, essai de politique positive, en 1910. Mais l’idéalisme social27, paru une première fois en 1898, et réédité avec simplement une préface nouvelle en 1908, éclaire le mieux son enseignement.

  • 28 Eugène Fournière, L’idéalisme social, op. cit., préface de la première édition 1898, p. 2.

36Ce dernier ouvrage affiche sa volonté d’agir au niveau de la pensée. Le but de ce livre est « de porter les esprits desquels toute espérance religieuse s’est retirée et ceux auxquels les sévères constructions métaphysiques de l’impératif apparaissent comme privées de fondement réel à trouver des motifs suffisants de se projeter dans l’espace et dans le temps, par une plus exacte connaissance des relations de l’individu avec le milieu, et de l’évolution solidaire des phénomènes sociaux et des concepts particuliers et généraux relatifs à ces phénomènes »28.

  • 29 Ibid., p. 72.
  • 30 Ibid.

37Dans sa deuxième préface de 1908, il reconnaît que son livre mérite des critiques, mais plutôt que de le réécrire en entier, il préfère donner lui-même un outil de distanciation. Eugène Fournière s’y présente comme professeur au Conservatoire des arts et métiers et maître de conférences à l’École polytechnique. C’est donc bien le pédagogue qui cherche à justifier son travail. Son but reste de substituer un univers mental à un autre, mais il estime qu’il y a quelques erreurs. Par exemple, il est faux de dire, en 1908, que la classe moyenne disparaît, qu’elle est rejetée dans le monde de la classe prolétarienne par la classe capitaliste. Il fait état des travaux de Einstein qui réduisent à néant cette thèse du marxisme, qu’il juge tout à fait excessive. Il cherche aussi à prendre une certaine distance à l’égard du déterminisme économique. En réalité, ce déterminisme peut être modifié par une prise de conscience sociale massive. Cela justifie l’action sur les mentalités. Il s’agit de substituer, par une action militante, par l’écrit, par l’enseignement, le passage d’une structure mentale à une autre. Certains chapitres caractérisent les aspects généraux de l’enseignement social de Fournière29. Ainsi, il dénonce l’insuffisance sociologique de l’économie politique. Dans la mesure où l’économie politique, y compris dans les milieux de gauche, a trop limité son champ au seul domaine économique, dans la mesure où elle s’est trop isolée des phénomènes sociaux et des autres aspects de l’activité humaine, toute réflexion économique finit par se transformer en justification du système. Et, dit-il, si l’économie politique jusqu’à présent « a été beaucoup plus la science des rapports des valeurs entre elles, que la science des rapports entre les valeurs et les hommes, cette économie politique se contente de cette justification qui résume et couronne son œuvre théorique moderne »30. Aussi, il insiste sur la nécessité de l’introduction de la sociologie dans l’économie politique. On retrouve là la vieille constante des penseurs sociaux : l’économique ne peut être étudié que dans ses rapports avec le social.

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

38C’est donc à l’abri de la sociologie, science neuve et à la mode, que Fournière commence son enseignement. Les critiques apportées au capitalisme sont celles de tous les socialistes de son temps : « En ne payant pas au producteur l’équivalent de ce qu’il a produit, on le vole »31. Et, nous dit Fournière, l’économie trouve cette donnée si évidente qu’elle ne discute même pas les légitimités de ce prélèvement abusif. A plusieurs reprises, il prononce le mot vol, vol dans le passé, vol dans le présent, vol dans l’avenir. Pour lui, le capitalisme porte en soi un vice fondamental, « un vice aussi radical que la conquête et l’esclavage, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme qui se continue, c’est le mieux armé qui contraint le moins armé à travailler pour le nourrir ; au lieu d’armes apparentes et de violence, les spoliateurs emploient des armes occultes et de ruse : voilà la différence »32.

39Il faut briser ce schéma et en substituer un autre. Cet autre schéma du fonctionnement général du capitalisme, de la situation objective du monde ouvrier et du bilan des lois sociales existant jusqu’à présent, Fournière va l’exposer devant les étudiants de Polytechnique. Il décrit d’abord le fonctionnement du système capitaliste, en affirmant que, d’elle-même, la propriété se socialise de plus en plus. Les capitalistes reconnaissent le fait, en employant les termes de capital social. Or, la détention des actions fait qu’un capitaliste individuel ne peut plus se dissocier du système, il ne peut que vendre ses actions à un autre ou les lui abandonner, mais il ne peut plus remettre en cause le système lui-même.

40Cette socialisation de la propriété a des conséquences. Il suffit d’en prendre conscience pour comprendre que le capitalisme ne peut en rester au stade où il est actuellement. Pour le moment, le capitalisme n’a conquis que le tiers du monde économique ; par exemple, un tiers seulement des ouvriers travaille pour des grosses entreprises, les deux autres tiers travaillent encore pour des petites ou des moyennes. Même si le capitalisme n’a pas encore tout conquis, les secteurs où il est maître révèlent cette socialisation très large du système de propriété.

  • 33 Ibid., p. 84.

41Cela rend possible une action sur un système où la propriété n’est plus individuelle, où le travail lui-même exige une nombreuse coopération, où le copropriétaire capitaliste n’est plus le maître de sa propriété, où il est asservi aux plus gros actionnaires. Compte tenu de tous ces aspects de socialisation, on peut s’émanciper de ce monde du capital. En effet, déjà, la mainmise par l’État sur un certain nombre de secteurs de l’économie montre qu’il y a moyen de faire passer la propriété capitaliste à un autre stade. Mais là, nous voyons apparaître des réticences. Certes, l’État a contribué à constituer par des dons d’argent, par des privilèges légaux, certaines branches de la propriété capitaliste. Il a aidé à se constituer la sphère du crédit, des mines, des chemins de fer. « Ce faisant, l’État donnait le caractère de service public à ces entreprises qui sont d’ailleurs temporaires dans leur mode de possession, – sauf renouvellement du privilège – renouvellement que le capitalisme sait toujours obtenir, étant aujourd’hui la seule puissance positive organisée 33».

42Mais si le capitalisme passe déjà à un stade partiellement étatique, cet étatisme systématique, d’une part, ne se décrète pas et, d’autre part, n’est pas une panacée. Par exemple, ironise Fournière, que l’État détienne conjointement le monopole des allumettes et l’Opéra n’implique aucune idée de progression de la justice. C’est seulement par une prise de conscience massive des partisans critiques du capitalisme que cette socialisation de la propriété peut se transformer en socialisation du profit, et en socialisation des résultats du procès de production.

43Fournière s’efforce alors de réfuter les arguments des libéraux. D’après eux, le salariat est une sujétion purement économique, donc moins écrasante que les étapes antérieures de la société, celle du servage ou celle de l’esclavage. Et l’amélioration sociale se serait toujours produite sans l’intervention des théoriciens, puisque les formes de l’exploitation du travail ont vu diminuer leurs caractères oppressifs. Par ailleurs il examine l’argument selon lequel la culture de la betterave en Europe aurait, mieux que les discours, fait cesser l’esclavage en Amérique. Cette manière de raisonner lui paraît « simpliste », voire même « vicieuse ». Mais Fournière dénonce aussi la façon dont Marx lui-même a eu tendance à isoler la sphère de l’économie politique pour faire comme les autres, pour « faire scientifique », pour fonder un socialisme scientifique. Contre cette dissociation, il faut faire appel aux sentiments de justice et rappeler les liens de l’économie avec la sociologie. Seule cette synthèse rend possible la prise de conscience et l’organisation de ceux qui sont victimes du capitalisme. Seule elle permet d’imposer des lois sociales qui, par leur addition progressive, contribueront à modifier, au nom de la justice bien entendue, le fonctionnement d’ensemble du système. Mais il faut attendre que le système lui-même ait atteint un certain stade, et que le développement de la législation sociale ait pu en modifier le fonctionnement. Grâce à cela, un renversement lent, ni brutal, ni en un jour, sera possible.

  • 34 Ibid., p. 92.
  • 35 Ibid, p. 92.

44Fournière apprend aux polytechniciens que le devoir de la collectivité est de transformer le mode de propriété. Pour cela, tous les moyens sont bons. Il ne refuse pas le principe de la participation des ouvriers aux bénéfices. Mais c’est surtout « l’action solidariste des syndicats professionnels »34 qui réussira à conduire cette transformation. Tous ces moyens aboutissent à perfectionner la législation sociale. Elle seule permet aux industries où la main d’œuvre domine d’être modifiées de l’intérieur. Partout où la coopération concrète fonctionne, les producteurs en comprennent mieux la nécessité. Même le commerce peut acquérir des caractères de service public. Et, en ce sens, les coopératives de coopération « qui vont sans cesse se multipliant modifient dans le fond et dans la forme, cette fonction intermédiaire. Bientôt, les communes pourront dans le cadre des grands magasins suivre et perfectionner le modèle indiqué par les sociétés coopératives »35.

  • 36 Ibid., p. 93.

45Selon Fournière, les progrès réalisés par les groupements libres s’imposent par leur évidence et s’ils ont tant d’autorité, c’est parce qu’ils rendent de grands services. Pour cela, il suffit de leur donner « une extension qui corresponde aux besoins mêmes qu’ils ont suscités ». Et, conclut-il, « toutes nos institutions d’État ont été à l’origine des institutions privées dont l’extension a pour ainsi dire nécessité la nationalisation, c’est-à-dire la transformation en service public36 ». Ainsi, l’évolution montre que les antagonismes réels au niveau des résultats de la production, c’est-à-dire dans la sphère de la répartition, peuvent être transformés graduellement en fonctionnement solidaire. La pensée de Fournière est donc parfaitement cohérente, même si le détail de l’exposé de ses motivations est parfois un peu confus.

46Plus du tiers du cours est consacré à l’exposé de la législation ouvrière, dans ses aspects descriptifs et dans ses aspects normatifs, même au cours des années où il en réduit la place. En 1909, Fournière est amené à réévaluer son programme, de façon à se coordonner avec l’enseignement des écoles d’application. Son programme doit être, conformément à l’esprit de Polytechnique, une introduction commune à l’enseignement des écoles d’application. Comme on enseigne l’économie sociale dans ces dernières (en particulier Maurice Bellom), Fournière supprime une partie de son étude de la législation ouvrière et inverse les proportions de son cours. Les cinq premières leçons sont consacrées à l’analyse des facteurs de production, au mécanisme de la circulation, à la propriété, à la rente, au profit, à la rémunération du travail. Les dernières leçons restent consacrées à l’économie sociale. Elles décrivent les conditions des travailleurs, les modalités du mouvement ouvrier et les institutions ouvrières qui en ont été l’objet. De ce fait, son cours se rebaptise « cours d’économie politique et sociale ». Dans la mesure où, dans les écoles d’application, l’économie sociale est enseignée dans l’optique leplaysienne, Fournière renforce au contraire, en consacrant les trois quarts de son cours à l’économie sociale, le caractère socialiste de son enseignement.

  • 37 Cité par Michel Armatte, op. cit., p. 384.

47On comprend qu’un enseignement de cette espèce soit fortement critiqué. En juin 1913, la Société des Amis de l’École polytechnique, créée en 1908, où sont influents des ingénieurs comme Le Chatelier (un des introducteurs du taylorisme en France) et Clément Colson, défend l’idée que, puisque l’enseignement de la sociologie vient d’être introduit à l’École, certains aspects du cours de Fournière deviennent inutiles. Mais Fournière contre-attaque. Il estime qu’il doit défendre les aspects positivistes de son cours. Il s’abrite derrière l’autorité d’Auguste Comte, autant que derrière la décision du général André, pour justifier le contenu de son enseignement. En outre, comme jusqu’alors les ingénieurs recevaient une formation, soit purement technocratique, soit dans ses aspects annexes, « rétrograde et autoritaire », il faut rester fidèle au projet initial du gouvernement de défense républicaine, « de faire connaître les ouvriers à nos jeunes gens, de faire contre-pied à la rigidité intellectuelle que la culture exclusive des sciences abstraites impose facilement aux cerveaux des élèves »37.

  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.

48Mais à partir des années 1909, les critiques contre le cours de Fournière se multiplient. Fournière meurt le 5 janvier 1914. Le directeur de l’école défend alors, devant la commission du conseil de perfectionnement, un nouveau programme d’économie, qui romprait avec l’économie sociale et qui introduirait une histoire des doctrines économiques et sociales, sorte de moyen élégant d’empêcher le remplacement de Fournière par quelqu’un qui penserait comme lui. L’histoire des doctrines permettrait d’« esquisser l’évolution de la société française depuis un siècle et demi »38. Ainsi, poursuit le directeur, les notions d’économie politique et sociale seraient une contribution à leur culture générale. Il n’est pas besoin d’entrer dans le détail des applications qui, dépourvues de valeur éducative, risquent de faire subir à l’auditoire une « fatigue exagérée »39.

  • 40 Prise de position du général Jourdy lors de ces débats, cité par Michel Armatte, op. cit., p. 384.
  • 41 Ibid., p. 384.
  • 42 Ibid.

49Or, le conseil de perfectionnement refuse ce point de vue parce qu’il ne serait pas formateur pour de jeunes esprits qui ne connaissent rien à la vie sociale ou à la vie économique, dans la mesure où ils ont consacré leur temps et leurs forces à l’étude des mathématiques, de la physique et de la chimie. L’exemple donné par les membres du conseil de perfectionnement montre à quel point ils cherchent à adapter un peu plus cet enseignement à leurs élèves. Qui songerait, estiment-ils, à développer l’histoire de la chimie devant des auditeurs qui n’auraient jamais entendu parler de chimie ?40 C’est donc un autre programme qui est accepté, inspiré par les idées de Clément Colson, qui, ainsi, va succéder à Fournière, mettant fin à la tradition dominante d’économie sociale qui l’avait emportée au tournant du xxe siècle, dans les grandes écoles d’ingénieurs41. Selon Clément Colson, consulté en qualité d’enseignant à l’École des ponts, il faut développer « la partie substantielle et solide sur quoi se fonde toute discussion économique, le seul frein aux utopies les plus singulières, à savoir la notion du lien entre les phénomènes dont la théorie de la valeur permet seul de se faire une idée nette ».42

50On abandonne l’idéalisme social au profit de l’étude de l’interdépendance des phénomènes économiques, du rôle des lois économiques et de la manière dont elles agissent sur les prix et les salaires. Le cours aura lieu en deuxième année. Une discussion vive oppose Colson au mutualiste Mabillaud, dont nous avons déjà évoqué l’enseignement au Conservatoire national des arts et métiers dans la chaire d’assurance et de prévoyance sociale. Mais Colson obtient l’appui des mathématiciens qui estiment qu’il faut utiliser sa compétence mathématique dans une école de ce type. Il est nommé le 27 juin 1914.

III. L’ÉCONOMIE POLITIQUE PREND EN COMPTE LES MATHÉMATIQUES

A. LE PHÉNOMÈNE COLSON

  • 43 Sur Colson voir Arch. nat. F14 11536, E Divisia, « C. Colson », Bulletin de la société amicale de s (...)

51À partir du moment où Colson (1853-1939) est nommé à l’École polytechnique43, il se construit une position de pouvoir qui lui permet de garder la mainmise sur l’enseignement des grandes écoles, pratiquement jusqu’à son décès en 1939. Il cumule lui-même les chaires. Polytechnicien, membre du corps des Ponts, il a fait une double carrière de haut fonctionnaire, puisqu’il a passé le concours d’auditeur au Conseil d’État d’une part, et qu’il a été détaché, pendant dix-sept ans, au ministère des Travaux publics, où il a été chef de cabinet de Sadi Carnot, puis directeur des chemins de fer, des routes et de la navigation. Il a d’abord enseigné à l’École des hautes études commerciales à partir de 1885, où il a créé un cours sur les transports. Puis, à partir de 1892, il enseigne à l’École nationale des ponts et chaussées et, depuis 1905, à l’École libre des sciences politiques. Il a créé une chronique des transports dans la Revue politique et parlementaire.

  • 44 Il est élu à l’Institut international de statistiques en 1906. Il entre à la Société de statistique (...)

52Au moment où il est nommé à l’École polytechnique, en 1914, il a déjà publié les premiers tomes de son Cours d’économie politique (trois volumes, 1903-1907). Cette publication lui a valu d’être élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1910, en remplacement de Cheysson. Ce type de cursus nous permet, d’ores et déjà, de déceler que l’on a affaire à un partisan du libéralisme. Mais il ajoute à ses activités, un intérêt et une compétence en mathématiques et en statistique. Il intervient très activement dans les institutions qui cherchent à la fois à développer, préciser et coordonner le travail statistique en France44.

53Colson a donc une histoire et un bagage complètement opposé à celui de Fournière : il est proche des leplaysiens, dont il partage les idées anti-individualistes. Or il réussit à devenir très influent dans le monde restreint des enseignants d’économie dans les grandes écoles. Dans le premier quart du xxe siècle, pour enseigner désormais dans les grandes écoles, il faudra être soit Colson en personne, soit l’un des élèves qu’il a sélectionné et choisi. Chaque fois qu’il s’agit d’organiser sa succession, Colson favorise la nomination de son élève préféré, François Divisia, qui lui succède à Polytechnique, et à l’École des ponts et chaussées. Il réussit également à le recommander pour remplacer de Foville dans la chaire du Conservatoire des arts et métiers.

54Par conséquent, dans cette période du début du xxe siècle, l’enseignement de l’économie dans les grandes écoles se réduit en quelque sorte aux noms de Colson et de Divisia. Il faut y ajouter un autre de ses élèves, Rueff, par qui il se fait suppléer, puis remplacer à l’École libre des sciences politiques. L’École polytechnique reconquiert donc les écoles d’application et cela modifie le contenu des enseignements.

B. LES ÉLÉMENTS DE CONTINUITÉ COMMUNS AUX DEUX COURS

55Pourtant, à partir d’un tout autre enseignement, c’est la poursuite d’une tradition que revendique Colson, comme son élève et son disciple François Divisia. Il renoue avec la diffusion du libéralisme. On a bien là une rupture totale avec l’enseignement socialisant de Fournière. Colson, nommé en 1914, ne commence son enseignement à l’École polytechnique qu’en 1918. Cette continuité libérale se manifeste de plusieurs façons : d’abord elle se traduit par un retour à la formation des facultés de droit. Colson, qui est polytechnicien, s’est senti obligé de passer la licence en droit. Divisia, X-Ponts lui aussi, profite d’un court moment, à la fin de la guerre de 1914-1918, où blessé, il est retiré du service actif, pour la passer. La formation en faculté de droit n’est donc en rien remise en cause, ni par Colson, ni par Divisia, puisqu’ils éprouvent le besoin de l’ajouter à leurs études scientifiques. Ils se situent dans la continuité d’une formation.

  • 45 Nous retrouvons trop souvent, dans les recherches actuelles, une reprise sans aucune critique de l’ (...)

56Le deuxième aspect, c’est la continuité à l’égard des institutions du lobby libéral. Dans cette optique, les deux hommes, Colson comme Divisia, sont très intégrés. L’un comme l’autre sont élus membres de l’Académie des sciences morales et politiques. Tous deux s’expriment sans problème, dès qu’ils le souhaitent, dans le Journal des économistes. Comme le professeur libéral Germain-Martin fait partie du comité de rédaction de la Revue d’économie politique, ils s’y expriment également sans problème. Toutes les institutions du lobby leur sont ouvertes, contrairement à la thèse trop souvent défendue par les partisans de l’économie « scientifique », selon laquelle, dès qu’on mathématise l’économie, les « littéraires » du lobby rejettent systématiquement les partisans de l’économie mathématique, parce qu’eux-mêmes sont incapables d’assimiler la nouvelle pensée45.

57Cette stratégie de continuité est mise systématiquement au service de la justification de la non intervention de l’État et de l’évidence du libéralisme. Colson et Divisia reprennent non seulement la pensée de Jean-Baptiste Say, mais encore celle de Courcelle-Seneuil, avec son opposition entre une économie pure et une économie appliquée, reprise sous d’autres modalités par Walras. L’économie pure, l’ensemble des lois de fonctionnement général de l’économie, montre que la libre concurrence réalise l’équilibre par le mécanisme des prix. Les phénomènes économiques laissés à leur spontanéité se déroulent mieux, plus efficacement et même plus équitablement, dans l’ensemble, que dans les sociétés où règne l’interventionnisme.

C. L’APPORT DE COLSON

  • 46 Qui a été publié en 7 tomes de 1901 à 1933, et qui comprend 3500 pages.
  • 47 C. Colson, Organisme économique et désordre social, Paris, 1918.

58On retrouve donc, dans le Cours de Colson46, un plan voisin de celui du Traité de Jean-Baptiste Say. Le premier tome est consacré à l’exposé de la théorie générale des phénomènes économiques. Le deuxième étudie le travail et les questions ouvrières ; le troisième tome, la propriété des capitaux des agents naturels et des biens incorporels ; le quatrième, les entreprises, le commerce et la circulation ; le cinquième, les finances publiques et le budget de la France ; le sixième, les travaux publics et les transports. Le septième tome, avec ses conclusions générales, résume la pensée de Colson. Il reprend les idées de l’auteur déjà développées.47

59En réalité, ce plan se différencie de celui de Jean-Baptiste Say sous plusieurs aspects. D’une part, il associe l’étude des entreprises à l’étude de la circulation. D’autre part, le tome six, consacré aux travaux publics et aux transports, est beaucoup plus développé que dans l’enseignement des libéraux classiques. On retrouve là la cristallisation de l’expérience de Colson au ministère des Travaux publics et des Transports. Donc, à l’abri d’un plan classique, Colson introduit le bilan pratique d’une expérience nouvelle.

  • 48 C. Colson, Cours, livre I, p. 3.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid, p. 432.

60Pourquoi cette subdivision en économie pure et en économie appliquée ? Colson s’explique. Selon lui, il y a des raisons autant pédagogiques qu’idéologiques : « Dans la vie économique tout n’est qu’action et réaction. Tous les phénomènes s’enchevêtrent de telle sorte qu’il est impossible de faire une étude sérieuse et approfondie d’une question sans avoir un aperçu préalable de toutes les autres »48. Or, aucune des branches de l’économie appliquée (ici définie comme l’économie industrielle, l’économie rurale, l’économie nationale, l’économie sociale), ne peut être sérieusement étudiée par quelqu’un qui ne possède pas d’abord les principes de la science. « J’ai donc reconnu la nécessité de commencer par une théorie générale des phénomènes économiques à laquelle se rattache la partie théorique que l’on appelle souvent l’économie politique pure par opposition à l’économie politique appliquée »49. Par conséquent, l’exposé général a deux justifications : tous les phénomènes sont interdépendants, et quiconque ignorerait les problèmes et les principes généraux ne pourrait acquérir une compréhension critique de la vie économique. En même temps, le premier tome est consacré à une défense et une illustration de libéralisme. « L’organisation spontanée de la vie économique par le mécanisme des prix permet la meilleure production possible et permet les meilleurs ajustements possibles »50. Par le biais du mécanisme des prix qui égalise l’offre et la demande, on obtient l’ajustement de la production à la demande. Et puisque la production est meilleure, les travailleurs peuvent éventuellement demander et obtenir une rémunération en rapport avec leur travail. Ce mécanisme permet aussi une rationalisation spontanée de l’économie. Seuls les plus aptes gardent des pouvoirs de direction, puisque les mauvais entrepreneurs sont éliminés. Grâce à cela, il y a le moins possible de déperdition de forces. Nous trouvons là, chez Colson, une reprise du profil du bon entrepreneur, le plus réfléchi, le plus efficace, le plus adapté à la vie sociale.

  • 51 Ibid., p. 434.

61Mais la connotation moralisante chez Colson, le distingue de Jean-Baptiste Say, et confirme l’influence que garde sur lui l’École de Le Play. Un entrepreneur qui a une bonne conduite morale est mieux adapté, moins âpre et plus souple. C’est aussi vrai pour l’ouvrier, s’il veut garder son travail et prévoir l’avenir, épargner et se protéger seul, sans assistance, contre les aléas de la vie. Enfin, la bonne conduite morale permet d’obtenir un gain proportionnel aux forces qu’on a su garder, gérer et mettre en œuvre. On retrouve des connotations leplaysiennes dans la défense du bon patron associé à la défense du bon ouvrier. Ainsi retouché, le libéralisme pur permet la meilleure production et la meilleure répartition. Quant à l’accumulation des capitaux, elle est, selon Colson, « réglée par l’intérêt plus ou moins grand que les hommes attachent à se procurer plus de bien-être et de repos dans le présent, ou à s’assurer plus de sécurité dans l’avenir. Elle est possible dès que la production dépasse les besoins absolument les plus impérieux »51. À cela, Colson ajoute encore des éléments d’économie sociale traditionnelle. Il estime qu’il faut faire intervenir, dans le mécanisme de l’accumulation du capital, le rôle de l’hérédité de la propriété. L’intérêt individuel et familial est le moteur de l’action économique. La construction du capital ne se fait pas en une génération. Elle se poursuit de génération en génération, sous le régime de la propriété héréditaire, parce que, dit Colson, c’est dans la mesure où un capitaliste aura su augmenter ou diminuer son avoir, que se règle le sort de ses enfants. Par conséquent, l’agent économique n’est plus seulement le bon patron, ou le bon ouvrier. Pour accumuler le capital, il faut faire intervenir, non l’individu seul, mais l’agent économique avec sa stratégie familiale. C’est parce que le bon capitaliste veut améliorer le sort de ses enfants qu’il se prive d’un présent pour accumuler plus, et constituer un plus grand capital. Sous ces contraintes, le libéralisme assure la meilleure production et les aspects les moins défavorables de la répartition.

  • 52 G. H. Bousquet, Clément Colson, textes choisis, op. cit., p. 213-214.

62Colson, en matière d’économie appliquée, se rattache donc à l’École de Le Play. Il connaît, et dénonce, les insuffisances du régime libéral individualiste. Le praticien Colson, l’homme qui voit sous ses yeux les séquelles de la longue récession du xixe siècle, ne peut les méconnaître. Le libéralisme pur a comme défaut « de ne point supprimer la misère et de ne régler ni la distribution de l’enseignement, ni l’essor de la population d’une manière satisfaisante, même au point de vue économique »52. Ici, le praticien complète le théoricien, en dressant un tableau favorable des institutions patronales. Comme de Foville, il pense que l’État doit garantir un revenu minimum aux plus modestes.

  • 53 Clément Colson, Organismes économiques et désordre social, Paris, Flammarion, 1918, p. 15-16.

63Le dernier aspect de la continuité chez Colson, dont nous retrouverons aussi certains aspects chez Divisia, c’est la place attribuée à l’usage des mathématiques et de la statistique. On comprend bien que, face à l’économie mathématique, le polytechnicien n’a aucun problème d’incompréhension. Si la thèse de certains walrasiens était entièrement exacte, les économistes français auraient refusé le maître de Lauzanne, parce qu’ils étaient juristes, donc littéraires, donc incapables de le comprendre. Colson ne peut subir ce type de grief. Mais il estime que les mathématiques ont un effet réducteur et qu’elles valent ce que valent les hypothèses qui ont présidé à leur application : « il est bien difficile de tirer de ces notions générales des conditions assez précises pour étendre réellement notre connaissance des phénomènes ». Ce faisant, il admet que la place des mathématiques reste subalterne. « Et pour longtemps sans doute encore l’usage qui pourra en être fait utilement [des mathématiques] se bornera à des comparaisons ou à des représentations graphiques, servant seulement à figurer sous une forme plus précise et plus rapide, des règlements qui n’atteignent pas le degré de complexité où le langage mathématique seul est admissible. Même aussi limité, cet usage présente un intérêt considérable »53.

64Colson estime donc que la statistique et les mathématiques illustrent les lois. Elles permettent éventuellement d’en vérifier la véracité, quand il s’agit de phénomènes simples. Elles ont donc une double fonction d’illustration et d’expression, en langage plus rapide et plus rigoureux, des grands principes libéraux. Mais si cette fonction d’illustration et de traduction paraît aux économistes de notre temps plutôt restreinte, elle est pour les libéraux de l’époque un grand pas en avant, rendu possible, bien entendu, par le public particulier auquel Colson s’adresse. Ainsi, la mise en état de sujétion de la statistique et des mathématiques représente le dernier aspect de l’œuvre de Colson, distincte mais encore proche de l’économie politique telle que les libéraux la pratiquaient.

  • 54 Mais Rueff, dans sa brève notice nécrologique sur son maître dans la Revue d’économie politique en (...)
  • 55 J.-B. Clarck, The distribution of wealth, New-York, Kelly and Millmann, 1899.

65Les aspects nouveaux, chez Colson, sont d’abord une très bonne perception de l’économie marginaliste.54 Dans ce cadre, on peut analyser sa théorie du taux de l’intérêt, proche de celle proposée par J.-B. Clark55. Pour ce dernier, l’offre de capital est constante. C’est seulement la demande qui détermine le taux de l’intérêt. A partir de cette définition, Colson dégage une théorie de la relation entre le capital, le taux d’intérêt et le salaire. En effet, l’entrepreneur hésite à remplacer des ouvriers par des machines, compte tenu du prix que lui coûterait le capital nécessaire à l’achat de machines. Si le taux d’intérêt de ce capital emprunté lui coûte plus que le montant des salaires qu’il distribue, il choisit alors de garder ses ouvriers. Ainsi, s’établit une relation entre le taux d’intérêt du capital et le montant et le volume des salaires distribués, les entrepreneurs faisant cette comparaison entre le taux de salaire et le taux de l’intérêt. On rémunère donc les facteurs proportionnellement à leur productivité marginale. Il y a arbitrage entre l’utilité finale du capital et du facteur travail. Taux de salaire et taux de l’intérêt sont liés. Toute la pensée de Colson intègre ainsi l’ensemble des raisonnements de l’école autrichienne, de l’école marginaliste. Elle propose l’usage des fonctions, si familier à son public, permettant de mesurer le montant de la dernière unité utile des facteurs de production. Le premier apport de Colson est donc une théorie de la relation des salaires et des taux d’intérêt, associée à l’usage rationnel systématique de la théorie marginaliste. Elle remet d’ailleurs en cause la théorie de Leroy-Beaulieu qui imputait la détermination du salaire à la seule productivité.

  • 56 Christian Pecory, « Orthodoxie libérale et hétérodoxie marginaliste : Clément Colson », Revue écono (...)

66La deuxième originalité de Colson, c’est une assez bonne connaissance de l’œuvre de Walras. En effet, une lettre56 conservée au fonds Walras de la bibliothèque universitaire de Lausanne, adressée par Clément Colson le 15 juillet 1900 à Walras, montre que Colson a reçu directement de Walras son Traité d’économie pure. Elle prie « M. Walras d’agréer ses meilleurs remerciements pour l’aimable envoi de sa nouvelle édition de son remarquable traité ». Dans son cours, Colson lui consacre plusieurs pages d’exposé. Il considère que cette théorie, en termes d’équilibre général, associée au raisonnement selon lequel les biens peuvent se remplacer les uns les autres (sont substituables), ce modèle d’économie pure est utile à exposer parce qu’il est « scientifique ». Il permet en effet de mettre en évidence le bien fondé du bon fonctionnement des lois du marché, dans le cadre hypothétique d’une concurrence parfaite. Colson estime ainsi que, dans cette mesure, les économistes mathématiques rendent un très grand service à la science économique, telle qu’il la conçoit.

67Mais nous avons vu que Colson ajoute aux motivations rationnelles de l’homo economicus, l’intérêt familial. À partir de ce moment-là, l’intérêt personnel et familial devient le principe explicatif unique, permettant, à partir d’hypothèses limitées, d’utiliser le raisonnement déductif. Dans le cadre d’une hypothétique concurrence pure et parfaite, si les hommes agissent en fonction de ce mobile, ils se comportent rationnellement. Un certain nombre d’équations, dont on n’a pas à rechercher les coefficients, permettent de donner une représentation en équilibre de l’ensemble des phénomènes économiques et, par conséquent, fournissent une approche des lois économiques sous leur aspect le plus scientifique.

  • 57 A. Zyberberg, L’économie mathématique en France 1870-1914, Paris, Économica, 1990.
  • 58 C. Colson, Cours, I, p. 184.

68La convergence entre l’économie pure de Walras et le point de vue idéologique de l’école orthodoxe apparaît à Colson parfaitement évidente. Elle confirme que les prix égalisent l’offre et la demande, et permettent d’obtenir la meilleure production possible. Ce principe autorise la construction des fonctions de demande, des fonctions individuelles, puis des fonctions agrégées. Il rend possible une représentation mathématique globale de l’équilibre général. Cette connaissance de Walras, relativement rare à cette époque57, permet à Colson de ne pas refuser les aspects scientifiques de ce dernier. Colson ajoute que « les économistes peuvent appliquer le calcul aux résultats des actes qui ont comme origine un état psychologique normal, c’est-à-dire la recherche rationnelle de l’intérêt personnel et familial. Dans ce cas-là, on prend chaque réaction individuelle mais on lui applique la loi des grands nombres. Grâce à elle, on peut passer de la psychologie individuelle normale à la psychologie collective et à l’établissement d’une représentation globale de l’économie »58. La notion de fonction et les systèmes d’équation linéaires sont donc particulièrement utiles. C’est le premier aspect lié à l’acceptation de l’économie de Walras.

  • 59 C. Colson, Cours d’économie politique, livre II, « Le travail et les questions ouvrières », p. XXII (...)

69L’autre aspect, c’est l’utilisation du calcul différentiel et du calcul intégral. Pour Colson, les emplois de ces notations du calcul différentiel et du calcul intégral « s’imposent pour deux raisons. La première, c’est que la plupart des phénomènes économiques sont dominés par la recherche de la satisfaction maximale ou du prix de revient minimal. La seconde est que dans les phénomènes sociaux résultant de l’action d’un très grand nombre d’individus, dont chacun joue un rôle très petit par rapport à l’ensemble, la notation différentielle et la formule d’intégration permettent de passer aisément du fait élémentaire au mouvement général dont l’économie recherche les lois »59. L’usage des mathématiques s’impose en tant qu’explicitation du modèle d’équilibre général.

  • 60 C. Colson, Cours, I, p. 155.
  • 61 Ibid., p. 143.

70Ceci dit, on peut se demander si Colson perçoit vraiment les aspects nouveaux de la théorie walrasienne. Pour lui, la théorie de Walras n’est qu’une manière « nouvelle, heureuse et féconde60 » d’exposer la science traditionnelle. Mais la science économique ne peut être résumée au modèle d’équilibre général, parce qu’il est trop abstrait et trop réducteur. Il est bien difficile « de tirer de ces notions générales des conditions assez précises pour étendre réellement notre connaissance des phénomènes »61. Ainsi, il n’y a pas de refus de Walras chez Colson, ce qui, par rapport aux économistes de son temps est tout de même une nouveauté. Mais la pensée de Walras est perçue comme une simple représentation plus moderne de la théorie traditionnelle. Au niveau de l’économie appliquée, Colson cherche plutôt à se placer dans la problématique des équilibres partiels, en estimant que l’on peut étudier tel ou tel facteur, toutes conditions égales par ailleurs, mais que le modèle d’équilibre général est un objet théorique un peu lointain, simple confirmation du libéralisme pur.

  • 62 Ibid., livre II, 1924, p. 4-5.

71En matière d’économie appliquée, il tente ainsi de dépasser ce qui lui paraît l’excès d’abstraction de Walras, en utilisant des modèles d’équilibres partiels. Il cherche à réintroduire l’idée d’une observation, d’une application de l’analyse des facteurs partiels avec des preuves expérimentales, ce qui permet d’éviter l’excès de dogmatisme. Il renvoie aux livres deux et quatre de son cours « où abonderont, selon lui, les chiffres permettant de vérifier l’exactitude des conclusions préalablement établies par la théorie »62. Ainsi Colson a juxtaposé ce qu’il cherchait à prendre chez les marginalistes, chez Alfred Marshall, avec la notion d’équilibre partiel. Son expérience de haut fonctionnaire l’a rendu soucieux de quantifier les résultats de son action en matière de transport public.

72Il nous est difficile, à l’échelle de notre travail, d’établir si cette méthode est véritablement synthétique ou si elle se contente de juxtaposer des théories contradictoires. Simplement, la connaissance de Walras, présentée de façon favorable malgré des réserves, est ainsi signalée aux élèves des grandes écoles. Ceux qui s’y intéressent peuvent compléter leur formation par eux-mêmes.

73Ajoutons que grand serviteur de l’État, Colson fait passer l’idée de service public avant l’intérêt de l’État. Quand l’État produit trop cher, il néglige les intérêts du contribuable. En revanche, Colson a défendu, au nom de l’intérêt général, le maintien de lignes secondaires de chemin de fer.

74Une nouvelle façon de faire de l’économie est enseignée aux élèves des grandes écoles. Or la position de pouvoir acquise par Colson, fait que les étudiants des trois plus grandes écoles d’ingénieurs, de l’École libre des sciences politiques et de HEC peuvent, si cela les intéresse, découvrir ce qu’on désigne, après coup, comme un nouveau paradigme, éclairé par une longue expérience du service public. Avec Colson, il y a offre d’économie scientifique. Mais y avait-il demande ?

D. FRANÇOIS DIVISIA (1889-1964). ENTRE LA THÉORIE ET L’ÉCONOMÉTRIE

75François Divisia est, comme son maître Colson, un X-Pont. Il avait également été reçu à l’École normale supérieure. Quand il s’est intéressé à l’économie, il a fait une licence en droit.

76Il fait une première expérience d’ingénieur entre 1922 et 1928, à l’Office national de navigation, et en particulier au service central des voies ferrées, des ports secondaires et fluviaux. Ses interrogations partent de problèmes concrets : il se demande comment transporter le plus efficacement possible les différents produits et compare les coûts respectifs des modes de transport. Mais dans le contexte des années vingt, les problèmes monétaires attirent aussi son attention. La guerre de 1914-1918 a généralisé la monnaie fiduciaire, mais l’inflation s’est installée durablement et le franc est faible devant la livre sterling. Que devient la théorie quantitative face à la monnaie fiduciaire ? Comment agir sur le franc, quand les Français se demandent qui doit payer vraiment le prix de la guerre ?

  • 63 F. Divisia, Cours d’économie politique. Ce cours mécanographié de 1923 est consultable à la bibliot (...)

77Divisia, qui a gardé d’excellents rapports avec Clément Colson, prend ensuite sa suppléance, en 1922 à l’École des ponts et chaussées. Dès cette date, il définit l’économie politique comme « la science ayant pour objet l’étude des lois régissant l’apparition et l’utilisation des richesses et services en tant que ses lois résultent de l’état d’esprit des hommes vivant dans une société organisée »63.

  • 64 Citation du Cours, p. 42.

78Nous retrouvons là, comme chez Colson, l’idée que l’économie politique est une science humaine, une science morale, puisqu’elle résulte, au fond, de l’état d’esprit des hommes et non pas d’un mécanisme rationnel qui les dépasserait. Au début de son enseignement, Divisia présente les différents aspects de l’économie sans aucune théorisation mathématique. Il insiste sur les qualités du modèle libéral par opposition aux inconvénients du socialisme ou du solidarisme. Le socialisme, bien entendu, diminue les responsabilités individuelles, diminue le sens de la famille et aboutit à « nourrir » un tas de parasites64. Il s’agit là, dès le début, de la défense et de l’illustration de l’orthodoxie libérale.

  • 65 F. Divisia, « l’indice monétaire et la théorie de la monnaie », Revue d’économie politique, 1925-19 (...)

79Dès la même année, Divisia commence à vouloir utiliser ses connaissances mathématiques pour établir un indice des prix. Cet indice des prix, qu’il expose dans de longs articles de la Revue d’économie politique et qu’il vient exposer devant le public du Journal des économistes, lui vaut une réputation relativement flatteuse de défenseur du monde libéral, capable d’apporter une caution mathématique à une théorie confirmée65.

  • 66 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, décembre 1927, p. 263-285.
  • 67 M. Armatte, « Notice », Dictionnaire du CNAM. Il construit un « indice-chaîne dont les pondérations (...)
  • 68 Divisia reconnaît en 1928 qu’il ignorait l’équation des échanges de Fisher lorsqu’il l’a lui-même r (...)

80Les articles de Divisia sont cités avec beaucoup d’éloges par le professeur Louis Germain-Martin, dans une conférence consacrée à la critique de la monnaie dirigée, prononcée devant la Société d’économie politique en 192766. Germain-Martin le félicite pour avoir redonné une formulation rigoureuse à la théorie quantitative de la monnaie, mais il estime que le calcul de cet indice mesurant le pouvoir d’achat de la monnaie est un apport technique, une illustration nouvelle au service de la théorie libérale. Or, la démarche est moins subalterne et moins traditionnelle que ne le pense Germain-Martin. Dans son indice monétaire, Divisia a cherché à caractériser un moyen d’analyser le niveau général des prix et de l’activité des transactions, en intégrant le rôle du temps. Il construit ce qu’on appelle un indice chaîne67. Ceci dit, Divisia redécouvre l’équation des échanges d’Irving Fisher de 1911 et refonde la théorie monétariste68. Mais si Germain-Martin et les autres libéraux considèrent qu’il s’agit là d’un simple apport technique pour justifier le libéralisme et la théorie quantitative de la monnaie, en réalité, la démarche de Divisia est déjà beaucoup plus proche de l’économétrie que de l’économie traditionnelle.

  • 69 F. Divisia, De la méthode dans les sciences expérimentales, Paris, Dunod, 1936.

81Pour lui, la statistique et les mathématiques ont une place de disciplines auxiliaires par rapport aux hypothèses préalables. Ce sont des sciences d’observation : « Existe-t-il une science statistique autonome en tant que discipline d’observation purement formelle ? Toutes les lignes du présent article sont écrites en vue d’indiquer que nous ne le pensons pas »69.

  • 70 F. Divisia, Économique rationnelle, op. cit., p. 339-423.

82En 1928, il publie L’Économique rationnelle, qui résume alors l’état de sa réflexion, et il présente ce livre comme un véritable bréviaire de la science appliquée. Les trois quarts du livre résument encore la pensée libérale avec un plan sur le modèle de J.-B. Say. La fin résume l’état de ses recherches sur la monnaie et les dernières pages sont consacrées à une réflexion sur « la théorie synthétique de l’équilibre économique »70. Le livre est préfacé par Colson.

  • 71 René Gibrat, Les inégalités économiques, Paris, Sirey, 1931 (ingénieur au corps des Mines).
  • 72 F. Divisia, « Économie et statistique, à propos d’un livre récent », Revue d’économie politique, 19 (...)

83Il fait le point sur sa méthode et ses insatisfactions dans un article de 1932 consacré au compte rendu du livre de Gibrat71. Soulignant la qualité du livre, il en profite pour faire aussi le point sur sa réflexion statistique. La méthode statistique a des applications en maints domaines. Mais Divisia avoue une grande insatisfaction face aux statistiques existantes, devant pourtant permettre de vérifier ou de compléter la théorie générale. Pour lui, les données sont incertaines, parfois manquantes. Mais le défaut le plus grave, « c’est le défaut d’adaptation immédiate des conceptions de l’esprit aux données de l’observation »72. La statistique n’apporte aucune réponse à elle seule, « c’est à la théorie de répondre ». Divisia reprend une série de critiques contre les usages irréfléchis de la statistique : on confond le plus souvent les covariations des courbes avec leur corrélation, etc. Cette covariation n’a de sens que si elle se manifeste sur un grand nombre de variations. Elle n’est significative que pour les mouvements intraséculaires, représentés par des courbes non sinusoïdales. La conclusion est logique : nous pouvons demander à des instruments de calcul de contrôler nos idées, mais pas de nous les fournir. Les statistiques ne peuvent répondre qu’aux questions bien posées.

  • 73 Ibid.

84Le rôle de la théorie est alors défini sur de nouvelles bases. Elle devient à son tour outil d’observation, « un instrument d’observation [...] elle a surtout besoin de construire des définitions susceptibles de correspondre à des éléments observables »73. Or les concepts habituels ne sont pas directement utilisables. Le rôle de la démarche théorique est de construire des concepts quantifiables.

  • 74 F. Divisia, « L’éternelle question des crises », Journal des économistes, juin 1931, p. 350-364.

85Divisia ne peut donc pas accepter sans réserve la théorie de l’équilibre général de Walras, établie de façon trop déductive. Il faut la remanier à la lumière de l’observation, en particulier faire intervenir les changements d’une époque à l’autre, pour que cette théorie devienne une théorie du progrès économique. Et, dit-il, « comme il paraît difficile de séparer ce progrès des crises qui en marquent les étapes, la synthèse de Walras pourrait bien se transformer quelque jour en théorie des crises générales »74. L’économie rationnelle dégage l’ensemble de la problématique de François Divisia.

86L’effort est donc d’abord un effort théorique. Il s’agit d’élaborer des concepts quantifiables parce que les concepts habituels ne sont pas directement utilisables. Là, est, selon lui, le véritable point névralgique de la conjonction entre la théorie et la pratique, en économie. Il faut redécouper, dans le domaine de l’économie des concepts, des notions générales, des abstractions que la statistique pourra s’efforcer de quantifier et dont elle pourra ainsi mesurer les interrelations.

87On comprend alors que Divisia, qui veut associer théorie et observation statistique, soit à la source des travaux de la Société d’économétrie. Il explique ainsi son objet : favoriser l’avancement de la théorie dans ses rapports avec la statistique et les mathématiques. Des théories à forme quantitative doivent se développer, soit dans le domaine de l’observation, soit dans le domaine de l’analyse. Et il donne en exemple le travail de Ragnar Frisch qui a réussi à donner une mesure de l’utilité marginale de la monnaie.

88Ainsi, l’économie doit s’appuyer sur la démarche de l’économétrie et cette démarche économétrique est double : il faut à la fois donner une expression chiffrée à une entité qu’on aurait pu croire condamnée à demeurer dans le domaine de l’abstraction, mais aussi obtenir que la théorie précise certains de ces concepts pour qu’ils deviennent quantifiables. La recherche économétrique se caractérise donc par la nécessité, pour l’étude théorique, de porter sur des entités représentables statistiquement. Durant toute sa vie d’enseignant, qu’il s’agisse de son cours au Conservatoire des arts et métiers, à l’École des ponts et chaussées ou à l’École polytechnique, où il remplace Colson, François Divisia va continuer cette démarche.

89Nous n’avons pas à détailler maintenant son rôle international en faveur de l’économétrie, mais seulement à l’évaluer face aux élèves ingénieurs. Divisia ne fonde pas seulement une nouvelle démarche qui est bien nettement la source d’une des méthodes de l’économie scientifique actuelle. Il est l’un des principaux diffuseurs de cette méthode auprès d’un public qui, surtout après la grande dépression des années 1930, lui est de plus en plus acquis.

  • 75 F. Divisia, Exposés d’économique, 3 vol., Paris, Dunod, tome I.

90Mais il est aussi l’un des fondateurs du mythe de la science économique réfugiée chez les ingénieurs. Dans ses Exposés d’économiques75, parus en 1951, il étudie « l’apport des ingénieurs français aux sciences économiques », passant en revue des dizaines d’ingénieurs peu connus et recensant les théorèmes qu’ils avaient élaborés et mis en œuvre au cours de leur travail.

91Cette stratégie de continuité a permis à Colson et à son disciple Divisia de s’exprimer à la fois dans leur enseignement et dans les institutions du lobby libéral, mais aussi d’introduire des éléments nouveaux en heurtant au minimum les esprits en place. Nous ne sommes pas loin de penser que cette stratégie prudente a permis à Colson et à Divisia d’être des médiateurs particulièrement efficaces en matière d’économie mathématique, puisque c’est plus par leur production d’élèves que par leur production scientifique personnelle, qu’ils permettent un passage à l’acceptation des aspects nouveaux de l’économie contemporaine.

Notes

1 Voir en troisième partie, le chapitre consacré à la perception de l’innovation.

2 Annuaire statistique de la France, 1939.

3 François Etner, « L’enseignement économique dans les grandes écoles au xixe en France », Économies et sociétés, série PE, octobre 1986, p. 159-175.

4 François Etner, Histoire du calcul économique en France, Paris, Économica, 1987.

5 A. Fourcy, Histoire de l’École polytechnique, Paris, 1828, réédité en 1987.

6 Terry Shinn, Savoir scientifique et pouvoir social : l’École polytechnique, 1794-1914, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1980.

7 A. Fourcy, op. cit., p. 91 et ouvrage collectif sous la direction de Belhoste et al., La formation polytechnicienne 1794-1994, Paris, Dunod, 1994, voir en particulier le chapitre de Michel Armatte, « l’économie à l’École polytechnique », p. 375-394.

8 Ibid., p. 379.

9 Ibid., p. 381.

10 Bernard Kalaora et Antoine Savoye, Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Paris, Champ Vallon, 1989, p. 115.

11 A. Savoye, « Les Leplaysiens et la nébuleuse réformatrice à la fin du xixe siècle », in C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France. 1880-1914, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999.

12 André Thepot, Les ingénieurs du corps des mines au xixe siècle 1810-1914, Thèse d’État, Université de Nanterre, 1990.

13 Comme l’on sait, ce terme ne sera utilisé que dans les années 1930, mais nous l’utilisons ici par commodité.

14 Émile Cheysson, 1836-1910.

15 É. Cheysson, « La statistique géométrique, méthode pour la solution des problèmes commerciaux et industriels », Conférence faite au congrès de l’enseignement technique industriel et commercial, Bordeaux, 1887.

16 É. Cheysson, « La statistique géométrique », Le génie civil, n° 13-14, p. 206-210 et p. 224-228, reproduit dans É. Cheysson, Œuvres choisies, 2 vols., Paris, Rousseau, 1911, vol. 1, p. 185-218.

17 André Zylberberg, L’économie mathématique en France, 1870-1914, Paris, Économica, 1990, p. 110-115.

18 Ibid.

19 R. F. Hebert, « Emile Cheysson and the birth of econometrics », Économies et sociétés, série PE, 1986, n° 6, p. 203-220.

20 Maurice Bellom, l’enseignement économique et social dans les écoles techniques à l’étranger et en France, Paris, Larose et Ténin, 1908.

21 Ibid., annexe n° 31, p. 349-398.

22 Ibid., p. 350.

23 Ibid., p. 453-460.

24 J. Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 3e partie 1871-1924, tome XII, Paris, Éd. ouvrières, notice « Fournière ». Voir aussi, Les professeurs du CNAM, dictionnaire biographique, Paris, INRP et CNAM, 1994, notice « Fournière ».

25 M. Bellom, op. cit.

26 Sur ce point précis, nous sommes en désaccord avec les interprétations de Michel Armatte dans La formation polytechnicienne, op. cit., p. 383.

27 Eugène Fournière, L’idéalisme social, Paris, Alcan, deux éditions, 1898 et 1908.

28 Eugène Fournière, L’idéalisme social, op. cit., préface de la première édition 1898, p. 2.

29 Ibid., p. 72.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 84.

34 Ibid., p. 92.

35 Ibid, p. 92.

36 Ibid., p. 93.

37 Cité par Michel Armatte, op. cit., p. 384.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Prise de position du général Jourdy lors de ces débats, cité par Michel Armatte, op. cit., p. 384.

41 Ibid., p. 384.

42 Ibid.

43 Sur Colson voir Arch. nat. F14 11536, E Divisia, « C. Colson », Bulletin de la société amicale de secours des anciens élèves de l’École polytechnique, n° 48, 25 août 1939 et l’introduction de G.-H. Bousquet, Clément Colson, Textes choisis, Paris, Dalloz, 1960.

44 Il est élu à l’Institut international de statistiques en 1906. Il entre à la Société de statistiques de Paris en 1909, au Conseil de la statistique générale de la France en 1911, au Conseil supérieur de la statistique en 1912.

45 Nous retrouvons trop souvent, dans les recherches actuelles, une reprise sans aucune critique de l’interprétation que Walras a donnée de son refoulement par les institutions françaises.

46 Qui a été publié en 7 tomes de 1901 à 1933, et qui comprend 3500 pages.

47 C. Colson, Organisme économique et désordre social, Paris, 1918.

48 C. Colson, Cours, livre I, p. 3.

49 Ibid.

50 Ibid, p. 432.

51 Ibid., p. 434.

52 G. H. Bousquet, Clément Colson, textes choisis, op. cit., p. 213-214.

53 Clément Colson, Organismes économiques et désordre social, Paris, Flammarion, 1918, p. 15-16.

54 Mais Rueff, dans sa brève notice nécrologique sur son maître dans la Revue d’économie politique en 1939, témoigne que dans son cours oral, certaines années, Colson ne faisait qu’une brève allusion à Walras.

55 J.-B. Clarck, The distribution of wealth, New-York, Kelly and Millmann, 1899.

56 Christian Pecory, « Orthodoxie libérale et hétérodoxie marginaliste : Clément Colson », Revue économique, Paris, 1989, n° 4, p. 679-707. La lettre est citée par C. Pecory.

57 A. Zyberberg, L’économie mathématique en France 1870-1914, Paris, Économica, 1990.

58 C. Colson, Cours, I, p. 184.

59 C. Colson, Cours d’économie politique, livre II, « Le travail et les questions ouvrières », p. XXIII.

60 C. Colson, Cours, I, p. 155.

61 Ibid., p. 143.

62 Ibid., livre II, 1924, p. 4-5.

63 F. Divisia, Cours d’économie politique. Ce cours mécanographié de 1923 est consultable à la bibliothèque des Ponts et Chaussées. Rappelons qu’à cette date les aspects novateurs de la pensée de Divisia ne sont pas encore clairement élaborés.

64 Citation du Cours, p. 42.

65 F. Divisia, « l’indice monétaire et la théorie de la monnaie », Revue d’économie politique, 1925-1926. Cet article est repris dans une publication chez Sirey. Son contenu est repris dans Économique rationnelle, Paris, Doin, 1928, p. 415-423.

66 Louis Germain-Martin, « La monnaie dirigée », Journal des économistes, décembre 1927, p. 263-285.

67 M. Armatte, « Notice », Dictionnaire du CNAM. Il construit un « indice-chaîne dont les pondérations changent à chaque période, ce qui en diminue l’intérêt pratique, contrairement aux indices de Laspeyres ou de Paache qui impliquent la connaissance d’une seule année de base. »

68 Divisia reconnaît en 1928 qu’il ignorait l’équation des échanges de Fisher lorsqu’il l’a lui-même redécouverte : « Lorsque nous l’avons nous-même découverte il y a trois ans, nous ignorions complètement – nous devons l’avouer à notre honte – les travaux du savant professeur américain ».

69 F. Divisia, De la méthode dans les sciences expérimentales, Paris, Dunod, 1936.

70 F. Divisia, Économique rationnelle, op. cit., p. 339-423.

71 René Gibrat, Les inégalités économiques, Paris, Sirey, 1931 (ingénieur au corps des Mines).

72 F. Divisia, « Économie et statistique, à propos d’un livre récent », Revue d’économie politique, 1932, p. 1457-1495.

73 Ibid.

74 F. Divisia, « L’éternelle question des crises », Journal des économistes, juin 1931, p. 350-364.

75 F. Divisia, Exposés d’économique, 3 vol., Paris, Dunod, tome I.

Notes de fin

1 Dès 1922, Divisia est suppléant de Colson, qui reste titulaire de la chaire.

Table des illustrations

Titre Effectifs des grandes écoles (1936-1939)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Les enseignants d’économie à l’École nationale des ponts et chaussées
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre École supérieure des mines de Paris
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre École polytechnique
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540