Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Chapitre XIII. Le Conservatoire des arts et métiers et l’innovation statistique

Texte intégral

  • 1 Archives du CNAM, 2 AA/1, série 10, CR des séances du conseil de perfectionnement.
  • 2 Abbé Gregoire, cité par A. Grelon et C. Fontanon (éds.), op. cit., p. 38.

1Le Conservatoire des arts et métiers fait partie du haut et du moyen enseignement technique, mais il a deux spécificités par rapport aux institutions habituelles. Il diffuse un enseignement libre, en direction d’un public varié de jeunes ou d’adultes volontaires, souvent déjà dans le monde de la production, et qui viennent après leur travail, soit effectuer les études qu’ils n’ont pas pu faire dans le cursus classique, soit compléter leur formation, soit, enfin, devenir éventuellement petit entrepreneur indépendant. Même si ce refus des diplômes est parfois critiqué,1 l’institution garde le caractère que lui avaient donné ses fondateurs. Le second aspect du CNAM, nous l’avons vu dans la première partie, c’est que, issu d’un musée des techniques, il se veut la vitrine des innovations, un peu dans l’esprit des encyclopédistes du xviiie siècle, tel « un phare guidant l’industrie ».2 Par conséquent, il doit rester fidèle au mouvement des sciences.

  • 3 Comme nous l’avons vu en première partie, à propos de Jules Burat, en 1864.

2Cela donne deux spécificités à l’enseignement. D’une part, l’enseignement part du niveau élémentaire pour monter ensuite graduellement. Il doit garder un caractère concret, voire même pratique. D’autre part, pour maintenir ce rôle de vitrine des innovations, pour suivre l’évolution des découvertes scientifiques, l’enseignement doit rester aussi libre, dans chaque spécialité, que celui du Collège de France. Aussi, cette institution a une politique de chaire tout à fait particulière, qui ressemble, à un niveau plus pratique, à celle du Collège. Les chaires peuvent être supprimées à tout moment, quand elles sont jugées scientifiquement inutiles. Dans d’autres cas, elles changent d’intitulé. Elles peuvent aussi, sans changer ni d’intitulé ni d’existence, être modifiées dans leur contenu, grâce à une nomination longuement réfléchie. Donc, il s’agit de chaires particulièrement fluctuantes et les changements de dénomination, même quand le titulaire reste le même,3 modifient l’orientation et la conception de la discipline envisagée.

3Nous avons déjà étudié comment, sous le Second Empire, les deux grandes chaires concernant l’économie politique, la chaire d’économie industrielle créée pour Jean-Baptiste Say en 1819 et la chaire de législation industrielle créée en 1839 pour Raymond Wolowski, avaient répercuté les fluctuations politiques, et, en 1864, pratiquement échangé leur fonction. Burat avait gardé son poste mais modifié son enseignement dans une chaire d’économie industrielle et statistique, et Wolowski, dans sa chaire rebaptisée d’économie politique et législation industrielle avait été autorisé à enseigner la théorie des échanges, les bienfaits du libre-échange. À partir de cette date, et quelle que soit son évolution, la deuxième chaire garde un rôle plus théorique et la première héberge les innovations de la statistique. La complémentarité des deux chaires essentielles va continuer durant la période, mais leur rapport de force change. En outre, à partir de 1880, et surtout au tournant du début du xxe siècle, des enseignements économiques spécialisés se multiplient autour des deux enseignements principaux. Le droit commercial (1879) et l’économie sociale (1894) sont complétés, à partir de 1900, par des enseignements nombreux consacrés à l’organisation du travail ou aux assurances.

4Pour étudier cette évolution, nous verrons d’abord la domination de l’économie politique face à une statistique en situation subalterne, puis, du début du xxe siècle aux années vingt, la domination des sciences auxiliaires sur une discipline en crise, et, enfin, avec Simiand face à Divisia, le rééquilibrage des deux enseignements avec l’apologie de la statistique.

I. L’ÉCONOMIE VIVIFIÉE PAR LA STATISTIQUE

A. LEVASSEUR ET LA PROMOTION DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE

5La chaire d’économie politique et législation industrielle est occupée par Wolowski, jusqu’en 1871, date à laquelle il est élu député. Il juxtapose, dans son enseignement, les thèmes du libéralisme étudiés à travers des exemples historiques, les progrès réalisés par les économies ouvertes et fluides, et l’étude des lois qui doivent accompagner cette ouverture, en particulier la nouvelle législation sur les grandes sociétés. Les préoccupations sociales restent présentes avec l’observation du progrès des coopératives et surtout des mutuelles qui se développent sous la surveillance bienveillante des partisans du césarisme social.

6Dans l’autre chaire, Burat, protectionniste, se contente d’un programme qui ressemble à de la géographie générale du monde.

  • 4 Il enseigne la statistique.
  • 5 E. Levasseur, Recherches historiques sur le système de Law, Guillaumin, 1854. Prévost-Paradol qui (...)
  • 6 Sa thèse annexe, en latin, porte sur les finances publiques à Rome.
  • 7 E. Levasseur, Histoire des classes ouvrières en France depuis 1789, Paris, Rousseau, 2 volumes, 1r (...)

7Wolowski choisit comme remplaçant, en 1871, son parent et disciple, Émile Levasseur. Celui-ci a 43 ans, il est membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1868, ami de Duruy, professeur au Collège de France et associé à l’expérience de Boutmy.4 Mais il a aussi une histoire personnelle très différente de celle du fils du ministre libéral polonais, histoire qui se répercute sur le type d’enseignement qu’il fournit au CNAM. Levasseur vient d’un milieu d’artisans joailliers, il a fait ses études à l’école communale de son quartier, a été en apprentissage dans l’atelier paternel, et n’atteint le collège Bourbon (le lycée Condorcet) que parce que ses résultats scolaires sont exceptionnels. Il est un pur produit de la méritocratie, couronné par l’accès à l’École normale et par l’agrégation. Les contraintes de l’empire autoritaire lui donnent la passion du libéralisme, tant politique qu’économique. L’empire avait supprimé les agrégations d’histoire et de philosophie. Il passe une agrégation indifférenciée, et reste quinze ans dans l’enseignement secondaire. Il fait partie des milieux libéraux que nous avons analysés dans la première partie, puisqu’il est membre de la Société d’économie politique. Il y rencontre Wolowski, dont il épouse la nièce. Wolowski le sensibilise à la première école historique allemande, celle qui trouve dans les faits historiques l’illustration des thèses libérales. Historien, il fait la première thèse d’histoire économique Recherches historiques sur le système de Law5, manifestant déjà son intérêt pour les problèmes monétaires.6 Il s’attache aussi à des sujets qui sont relativement nouveaux, comme L’Histoire des classes ouvrières en France de Jules César à 17897, faisant entrer dans l’histoire académique, le monde des gens qui travaillent, défini au sens large, dans une évolution historique synonyme de marche vers la liberté.

8Pendant trente-six ans, Levasseur marque de son empreinte l’enseignement de l’économie du CNAM. Il commence en décembre 1871, comme remplaçant de Wolowski, mais au décès de ce dernier, en 1876, il est élu titulaire de la chaire qu’il occupe jusqu’en 1907. Cette chaire donne l’enseignement théorique. Mentionnons dès maintenant qu’en parallèle, dans l’autre chaire, Burat maintient sa géographie économique descriptive jusqu’en 1885. Alfred de Foville lui succède jusqu’en 1893, et enfin André Liesse occupe la chaire jusqu’en 1919. La chaire parallèle à celle de Levasseur est maintenant consacrée à la statistique.

  • 8 É. Levasseur, « Lettre au directeur du CNAM, 3 octobre 1907 ». Archives du CNAM, dossier Levasseur
  • 9 É. Levasseur, « l’enseignement de l’économie politique au Conservatoire des arts et métiers », Rev (...)
  • 10 Ibid., p. 301.

9Levasseur se passionne pour son enseignement au CNAM, d’abord par solidarité sociale. Il souhaite aider ceux qui, issus comme lui de milieux modestes, viennent trouver au CNAM un complément d’études. « Je suis profondément attaché à ce cours, où non seulement j’essaie d’instruire par mon enseignement, mais je crois accomplir un devoir civique, en essayant de donner à mon auditoire le sens économique et des clartés sur les matières qui ont une grande importante dans notre société contemporaine »8, déclare-t-il, au moment où il est obligé de l’abandonner, pour des raisons de santé, à 70 ans. Étudiant « l’enseignement de l’économie au conservatoire des arts et métiers »9, il définit l’économie politique en reprenant une citation de Wolowski : « Quoi de plus utile en effet, que l’étude de la société laborieuse à une époque où chacun ne vit plus et ne doit plus vivre que de son travail, où tant de préjugés au sujet de ces questions sont répandus dans toutes les classes, soit par la tradition, soit par les défenseurs des abus, soit par l’enseignement classique lui-même, offrant sans cesse et forcément à la jeunesse l’exemple d’un passé dans lequel le travail était chose vile et méprisable ! »10 S’abritant derrière cette définition, Levasseur va donc s’efforcer, devant un public qui travaille, d’étudier sous l’angle de l’économie politique l’histoire du monde du travail. Sa définition même de l’économie politique le met en adéquation avec son public.

  • 11 É. Levasseur, art. cit., p. 218.

10La deuxième originalité de Levasseur réside dans le souci de se mettre à la portée de son auditoire, dont il sait qu’il n’a pas été formé à l’abstraction. Pour cela, il met au point un certain nombre de procédés pédagogiques. Il utilise systématiquement des supports visuels. Chaque leçon, dit-il, « a nécessairement une conclusion, une pensée autour de laquelle pivote en quelque sorte le développement de cette leçon, et qui la résume »11. Il écrit par avance sur un tableau noir, cette pensée qui lui sert de fil directeur, et il explique à son public que la leçon aboutira à cette conclusion. On retrouve la pédagogie de l’enseignement primaire, à la même époque, avec la formule de morale qui résumait la leçon. Le second aspect pédagogique consiste à utiliser des schémas. Dans les années 1870, il est obligé de les dessiner lui-même, avant sa leçon, et de les apporter sur le tableau. Après son décès, en 1907, on trouve dans ses dispositions testamentaires, le don au Conservatoire des arts et métiers des schémas qui lui ont servi : il y en a plusieurs centaines. Devenus un outil courant au moment de son décès, ils étaient apparus comme très neufs, au début de cet enseignement supérieur technique.

  • 12 Y. Charbit, « l’institution statistique, l’économie politique et la démographie, pour une approche (...)
  • 13 É. Levasseur, art. cit., p. 218.

11Par besoin de précision, conformément aux leçons du modèle allemand, il utilise aussi des listes de chiffres, qui, bien sûr, sont communiquées aux étudiants à l’avance. Ces listes témoignent du souci d’être rigoureux, de ne pas dissocier les idées des faits, et elles introduisent la troisième originalité de Levasseur : illustrer l’économie politique par la statistique et par l’histoire, afin de rendre concrète et vivante la marche du progrès. Or, cette histoire n’est pas dissociable de la statistique qui permet de chiffrer, par exemple, les phénomènes démographiques d’une façon qui est tout à fait neuve pour l’époque12. On continuait de répéter les thèmes malthusiens et de dénoncer les dangers de la surpopulation, alors même que les statistiques démontraient que la France évoluait vers une dénatalité. Avec Levasseur, le débat reprend un caractère plus précis et les chiffres lui permettent de justifier ses idées en matière de démographie, sa recherche d’un optimum. Mais la statistique descriptive ne suffit pas. L’histoire « montre dans quels milieux et dans quelle succession se sont produits les phénomènes économiques [...]. Les lois qui en dérivent, au lieu de s’opposer comme des dogmes absolus, apparaissent comme une conséquence naturelle, ou comme une condition du développement de la société. Ce que le principe perd en rigidité, il le gagne en vérité »13.

  • 14 Ibid., p. 224.
  • 15 Ibid, p. 222.

12Pour enseigner une théorie d’ensemble du fonctionnement de l’économie, ainsi mise en scène, pour diffuser les vérités utiles, il établit son programme sur cinq ans : une année est consacrée à la production, une autre à la répartition, une à la circulation et enfin une à la consommation. Il a développé le plan de Say, en s’attardant sur la consommation, thème qui lui permet d’étudier les problèmes sociaux. « Dès l’origine je n’ai pas hésité à attribuer une année entière à la consommation, qui, alors, ne figurait que superficiellement dans la plupart des traités d’économie politique ; elle me paraissait devoir tenir sa place surtout dans un enseignement populaire ; car en l’étudiant, on peut donner d’utiles conseils pour la pratique de la vie. »14 La cinquième année est réservée à la législation industrielle « qui régit certains groupes d’intérêts économiques et est une application de l’économie politique, plus ou moins adaptée aux besoins, dont elle facilite ou gêne la satisfaction. »15

  • 16 Qui avait un public de 500 personnes, nous dit Levasseur.
  • 17 Graphique p. 429.

13Comme celui de Wolowski16, l’enseignement de Levasseur connaît un grand succès17, évoluant entre 450 et 500 auditeurs jusqu’en 1900. Levasseur fait au CNAM un enseignement proche de son auditoire, soucieux d’utilité. Insistant sur le primat de l’économique pour résoudre les problèmes sociaux, il conjugue toutes les méthodes pour rendre compte de l’évolution de la société entière. Il favorise ainsi les efforts qui se déploient, à partir de 1885, dans l’autre chaire.

B. ALFRED DE FOVILLE, OU LA STATISTIQUE SANS PEINE

  • 18 Son auditoire, selon les statistiques du CNAM, dépasse rarement la trentaine d’auditeurs.

14Jules Burat fait survivre18 la chaire jusqu’au moment où il est remplacé, après son décès en 1885, par Alfred de Foville (1842-1913).

  • 19 A. de Foville, « Notice sur la vie et les travaux d’Aldophe Vuitry », Institut de France, Académie (...)
  • 20 Fernand Faure, A. de Foville, Paris, Sirey, 1914, p. 8.

15Ce personnage a laissé un nom dans l’histoire de la statistique. Il est polytechnicien, mais les métiers techniques l’ennuient. Pour devenir économiste, il choisit alors la formation qui nous est désormais familière : il fait des études de droit, particulièrement brillantes, pendant lesquelles il rencontre des professeurs ouverts à l’évolution de l’histoire du droit et aux préoccupations en faveur du droit administratif et du droit public, c’est-à-dire ceux qui, à côté du droit civil privé, veulent introduire le droit public et l’historicisation du droit, des partisans d’un droit scientifique. Nous retrouvons là l’alliance de l’enseignement de l’économie et des préoccupations de formation des administrateurs. Comme Cauwès et, plus tard, comme Germain-Martin, il passe un an à l’École des chartes. Il hésite sur sa vocation et choisit finalement de passer le concours de l’auditorat, au Conseil d’État. À la fin de 1866, à 23 ans, il est brillamment reçu, comme ça a été le cas dans le reste de ses études. Au Conseil d’État, il subit l’influence de l’ancien polytechnicien Adolphe Vuitry, le ministre qui, en 1864, préside le Conseil d’État. Amené par la suite à en faire l’éloge devant l’Académie des sciences morales et politiques, il explique que, « grâce à Vuitry, le froid langage des sciences n’était pas le seul qui lui fut familier ».19 « Il avait une haute idée de la hauteur de sa mission administrative et politique. Il collaborait à cette époque à la préparation des lois et il manifestait une indépendance respectueuse, mais ferme »20. Cette attitude marque le libéral Alfred de Foville. On constate là un trait commun à ceux qui prennent goût à l’économie : l’association de la discipline avec le droit public, mais aussi l’attitude de résistance politique libérale « qui imprégnait les conversations, entre deux séances, sous les arcades du Palais Royal. »

16Alfred de Foville commence alors une carrière administrative, comme auditeur au Conseil d’État. Il est envoyé à Rouen, à la suite de la guerre de 1870, puis ramené de la préfecture de la Seine-Inférieure, par Pouyer-Quertier, directement au gouvernement. De Foville est un libéral, mais pas aussi militant que ceux que nous avons vus à l’œuvre précédemment. Il accepte d’entrer en 1871 au service du gouvernement du protectionniste Pouyer-Quertier, lorsque ce dernier devient ministre des Finances du gouvernement Thiers, le 25 février 1871. En effet, Pouyer-Quertier cherche à équilibrer la direction de son cabinet. Comme il tient à garder comme chef de cabinet Ruau, chef de bureau à la direction générale des contributions directes, un personnage froid, temporisateur, très positiviste, il choisit de le doubler d’un sous-chef plus souple. Il appelle donc au ministère des Finances, en juin 1871, l’ancien commissaire de gouvernement auprès du conseil de préfecture à Rouen, le polytechnicien de Foville. Ce dernier restera pendant quarante-deux ans au ministère des Finances.

  • 21 Ibid., p. 12.

17Dans ce même cabinet, il se lie avec un inspecteur des finances, René Stourn, qui lui succédera comme secrétaire à l’Académie des sciences morales et politiques et qui se retrouve, à ses côtés, enseignant les finances à l’École libre des sciences politiques, à l’époque où de Foville y remplace Levasseur dans l’enseignement des statistiques. Ces dix mois passés dans le cabinet de Pouyer-Quertier, au moment où la France doit régler tant de problèmes financiers, sont pour lui un complément de formation décisif. Ils sont aussi à l’origine d’un certain nombre de ses recherches. En effet, lors d’une séance à l’Assemblée nationale le 22 décembre 1871, Wolowski, député du nouveau gouvernement, faisant un discours à la tribune, avait estimé que « l’étude des éléments de la fortune publique de la France, porte à la croire comprise entre 150 et 200 milliards de francs ». « Personne ne peut le savoir », interrompait le président de la République [Thiers]. « C’est pour cela, reprenait l’orateur, d’un ton conciliant, que je mets une marge de 50 milliards ». Et Thiers, tout en colère : « Vous en pourriez mettre une de 500 milliards ». De Foville entendit ce bref dialogue. « Il y avait là, comme un défi porté à la statistique financière. Nous n’avons pas voulu qu’il restât sans réponse ; et d’autres recherches nous mettaient bientôt en mesure de recommander, pour l’évaluation des richesses nationales une méthode nouvelle. »21

18Sa carrière se déroule de façon assez particulière au ministère des Finances où il reste après le départ de Pouyer-Quertier. Il y devient directeur du bureau de statistiques et de législation comparée, à partir de janvier 1867. L’activité de ce bureau consiste à centraliser des statistiques et à éditer un bulletin. Plus de 200 bulletins sont ainsi édités par de Foville, significatifs du rassemblement des statistiques, telles qu’elles existaient alors, travail effectué à la demande du ministère des Finances. Ce bulletin mensuel permet à de Foville, à la fois de préciser sa méthode et de développer son information. Il constitue, pour la période, une source importante.

  • 22 M. Peytral, novembre 1893.

19Malgré le succès de ce Bulletin de statistique et de législation comparée, de Foville ne peut pas faire toute sa carrière à ce grade, au ministère. Pour obtenir une promotion, il accepte d’être nommé, le 4 novembre 1893, par le nouveau ministre des Finances22, à la direction des monnaies et des médailles. Cette direction du ministère des Finances avait été remaniée depuis 1888. La frappe des monnaies, longtemps stationnaire, reprenait une activité inattendue et devait provoquer, par conséquent, une transformation des méthodes de frappe et de l’outillage. Le polytechnicien de Foville réussit à faire face à cette modification technique, sans interrompre les frappes quotidiennes. Sa tâche administrative est relativement lourde. Il inaugure dans cette nouvelle direction une nouvelle publication sous le nom de Rapport annuel du directeur des monnaies, au ministre des Finances. Ce faisant, il répond aux vœux des institutions internationales, en particulier de l’Union latine et de l’Institut international de statistiques qui, en 1895, avaient recommandé qu’on centralise tous les documents concernant la production et la consommation des métaux précieux, incluant par conséquent l’émission et la circulation des monnaies.

  • 23 F. Faure, A. de Foville, op. cit., p. 32.

20C’est ce personnage qui obtient, en 1885, avec l’appui de Levasseur, la succession de Burat au CNAM. Par la vivacité de son enseignement, il attire à son cours, assez rapidement, plusieurs centaines de personnes. Alors que « son prédécesseur retenait péniblement une trentaine d’auditeurs autour de sa chaire, Alfred de Foville en a réunit tout de suite plus de trois cents. Ses leçons toujours claires, vivantes, colorées captivaient l’auditeur. Elles le charmaient en l’instruisant mais c’était plutôt des conférences que des leçons ».23 Après le travail d’initiation, il expose aux auditeurs ses principaux centres d’intérêt. Ils concernent deux domaines principaux où son apport est encore reconnu : l’évaluation de la fortune nationale de la France et la mesure de la quantité de monnaie en circulation.

  • 24 M. Fahlbeck, « Compte rendu de la 8e session de l’Institut international de statistique, séance du (...)

21Pour arriver à une évaluation du revenu national, de Foville réfléchit pendant une bonne partie de sa vie, en fait, admet-il, durant plus de 40 ans, de 1871 jusqu’à la fin de sa vie. Il ne méconnaît pas l’utilité des inventaires directs qu’on employait jusqu’alors, mais il estime que ces derniers, inexacts, incomplets, se prêtent à la fraude autant qu’aux doubles emplois. Il décide donc d’utiliser un indice indirect pour essayer d’obtenir une évaluation de la fortune nationale. Pour cela, il prend les chiffres de l’annuité successorale qui sont officiellement publiés, et il les augmente du chiffre annuel, également publié, des donations entre vifs. Nous retrouvons là l’héritage de la formation des juristes dans l’analyse économique. Il additionne l’annuité successorale avec le montant annuel des donations entre vifs. À partir d’une estimation de la survie moyenne des héritiers, il multiplie le chiffre obtenu par cette estimation. La durée moyenne de survie est donc prise comme un multiplicateur. Si la méthode générale n’a jamais évolué, il hésite sur le chiffre même du multiplicateur, sur l’estimation de la durée moyenne de vie. Il propose d’abord 35 ans, puis il finit par admettre celui de 32 ans. Fernand Faure rend compte de cette méthode, comme en rendront compte plus tard, lors de nombreuses discussions critiques, les amis de Foville à l’Institut international de statistiques24. Même si cette hésitation entre les deux multiplicateurs aboutit à des différences de résultat, cet écart est peu important en ce qui concerne l’évolution éventuelle du revenu national. Il en arrive donc à une évaluation du revenu national de la France, avec une erreur infiniment plus petite que celle qu’avait dénoncée Thiers, en 1871, de l’ordre de dix à vingt milliards.

  • 25 A. de Foville, La France économique, statistiques raisonnées et comparatives année 1887, Paris, Co (...)

22Cette méthode fait fortune et le rend célèbre. Il en connaît les limites et les lacunes. Il subit de nombreuses discussions de la part de ses confrères. Mais la méthode devient d’un usage courant, non seulement en France, mais aussi dans les pays étrangers. Elle ne permet évidemment que l’évaluation de la masse des fortunes privées, qui changent de main. Mais elle ne permet pas facilement une évaluation de la richesse publique, de la richesse des collectivités d’ordre public, c’est-à-dire l’État, les départements, les communes ou même les associations privées qui, elles, ne meurent pas. Dans ces cas-là, il faut compléter l’évaluation de l’annuité successorale par des inventaires directs à des dates clés précises. Mais de Foville estime que là, il faut déduire de ces inventaires le passif qui grève ces patrimoines, et essayer d’appréhender le double emploi qui, somme toute, risque d’alourdir artificiellement le montant de la fortune. Il transmet cette méthode dans l’un de ses livres clés, La France économique25. Il diffuse ce thème dans toutes les sociétés de pensée dont il fait partie, mais aussi au CNAM, en insistant sur le fait que, pour évaluer les revenus privés, il est amené à procéder par approximations successives.

  • 26 Selon son plus récent biographe, Zheng Kang, auteur d’une thèse sur la Société de statistique de P (...)
  • 27 A. de Foville, La monnaie, Paris, Lecoffre, 1906.
  • 28 Il collabore activement à L’économiste français et partage en particulier les inquiétudes démograp (...)

23Le deuxième axe des préoccupations d’Alfred de Foville est la réflexion sur le rapport entre les variations de la monnaie et celles des prix. Pour déterminer la quantité de monnaie en circulation, il établit une proportion entre la quantité de monnaie trouvée, à un moment donné, et la quantité de monnaie frappée. Puis il applique ce ratio à la quantité – bien connue – de monnaie détenue dans les caisses publiques. Il obtient alors une approximation assez juste.26 Il publie ses résultats en 1906, dans un ouvrage, rapidement traduit à l’étranger : La monnaie27. Ses quatre premiers rapports de directeur des monnaies en 1896, 1897, 1898 et 1899, sont présentés par lui-même à l’Institut international de statistiques, en Norvège. Mais en 1900, avec le gouvernement de défense républicaine, de Foville est écarté. Héritier de l’orléanisme, ayant évolué vers le centre droit, dans la mouvance du libéralisme de Leroy-Beaulieu28, il avait soutenu la politique des républicains opportunistes. Il se tient à l’écart de la campagne en faveur de Dreyfus. Il est nommé avec avancement, comme il est d’usage, conseiller maître à la Cour des comptes, le 9 février 1900. Mais il est, là, beaucoup moins compétent qu’à la direction des monnaies où son autorité était reconnue au niveau international. Il n’avait pas demandé cette mutation et la vit comme une disgrâce. Ceci dit, il remplit sa fonction jusqu’à ce qu’il demande une mise à la retraite lorsqu’il se sent malade. Déjà, en 1893, il avait quitté le CNAM.

  • 29 Sa bibliographie très abondante et couvrant plus d’une quarantaine de pages est plutôt une bibliog (...)

24Contrairement au terne Burat, il faisait ses cours d’un ton amusé, mêlant humour et statistiques avec beaucoup de succès. Il avait fait accepter l’idée d’une nécessité de la statistique descriptive, associée bien entendu au libéralisme. On en est réduit aux témoignages indirects, dans la mesure où il n’a publié ni son cours au CNAM, ni son cours à l’École libre des sciences politiques, peut-être par manque de temps, plus vraisemblablement par manque de goût pour les grandes constructions théoriques. C’est du moins l’hypothèse que fait à ce propos son biographe, Fernand Faure, qui a pris connaissance de ses notes de cours et de ses manuscrits, prêtés par la veuve de Foville.29

  • 30 A. de Foville, La transformation des moyens de transports, chapitre XXII, cité par F. Faure, op. c (...)
  • 31 Il édite Bastiat, tout en prenant une certaine distance à l’égard de son optimisme, jugé en cette (...)
  • 32 A. de Foville, Le morcellement (Études économiques et statistiques sur la propriété foncière), Par (...)

25Dans ce cours du CNAM, de Foville décrit ses recherches, pour mieux appréhender l’évolution qu’il appelle la « marche de la civilisation dans le présent et dans l’avenir». Le mot civilisation est synonyme de « perfectionnement au point de vue matériel d’abord, puis au point de vue intellectuel, et autant que possible au point de vue moral, de l’existence individuelle et de la vie sociale »30. Ce perfectionnement résulte de l’avènement nécessaire d’une ère de paix définitive dans le monde. De Foville diffuse une pensée libérale, un pacifisme associé à des sentiments anti-allemands. Il lutte conjointement, dans son cours, contre le protectionnisme, contre le socialisme, et contre l’interventionnisme sous toutes leurs formes.31 Interpellé par les partisans de Le Play, il s’en démarque, dans la mesure où la liberté de tester aboutirait, selon lui, à un morcellement excessif de la propriété foncière, morcellement qu’il chiffre.32 Mais sa véritable originalité est très évidemment statistique. Avec lui, le cours du CNAM associe au libéralisme, la formation à une démarche statistique sérieuse, complexe, source d’interventions limitées mais efficaces. On est loin de la simple description positiviste.

C. ANDRÉ LIESSE OU LA STATISTIQUE MILITANTE

1. Une nomination difficile

26Le libéral intransigeant André Liesse lui succède. Sa nomination au CNAM a fait l’objet d’un long débat. Pour succéder à de Foville, treize candidats s’étaient présentés. La commission du CNAM en écarte la moitié, pour des raisons formelles. Parmi les autres, elle rejette la candidature de Fernand Faure, qui obtiendra la première chaire de statistiques à la faculté de droit, celle de Jacques Bertillon, le chef des travaux de statistiques de la ville de Paris, et celle enfin de Jules Fleury, conférencier à l’École libre des sciences politiques. Le niveau des candidats montre que le CNAM est vécu comme un refuge pour l’enseignement de la statistique et qu’il ne manque pas de prestige.

  • 33 M. Armatte, Notice..., op. cit.

27Restent en lice trois candidats, tous les trois libéraux, mais inégalement appuyés. L’un d’entre eux, Arnauné est chef de bureau au ministère des Finances, il enseigne déjà la statistique à l’École libre des sciences politiques et Boutmy appuie sa candidature. Le second, Daniel Zolla, spécialiste d’enseignement agricole, occupe une chaire à l’école de Grignon. Enfin, André Liesse est appuyé par Léon Say et par Levasseur dont nous avons vu la présence très active dans l’institution33. Le débat est très long. Le conseil de perfectionnement classe Zolla au premier rang et Liesse au deuxième. Mais ce classement est inversé. Visiblement, Levasseur joue un grand rôle en faveur de la nomination de Liesse et le ministre du Commerce et de l’Industrie, tutelle de l’établissement, confirme cette nomination. On peut penser qu’en cette fin de siècle, en 1895, le libéralisme absolu a montré ses limites pour faire face aux difficultés sociales issues à la fois de la première révolution industrielle et de la longue crise du dernier quart du xixe siècle. Or Liesse ne rallie pas les révisions d’un Leroy-Beaulieu ou d’un de Foville ; il répète, inchangé, le message de Courcelle-Seneuil et de Joseph Garnier. Son atout consiste à maîtriser et à communiquer clairement la statistique.

2. Arracher l’arme statistique aux protectionnistes

  • 34 M. Armatte, « André Liesse 1854-1944 », in A. Grelon et C. Fontanon (éds.), op. cit. À quoi, il fa (...)

28André Liesse34 occupe la chaire de 1895 à 1929. Né en 1854, il vient d’une famille du Centre. Il a fait conjointement des études de lettres, de droit et de mathématiques. Comme toujours, faute de formation spécifique, les amateurs d’économie se construisaient des formations à la carte. La rencontre décisive pour lui est celle d’un personnage que nous avons souvent croisé, Jean-Gustave Courcelle-Seneuil (1813-1892). Ce libéral intransigeant, complétant le message de Say par sa division rigoureuse entre science économique et art, voit dans l’économie politique le fondement de l’ensemble des sciences sociales. C’est à la Société d’économie politique qu’il sympathise avec André Liesse. Ce dernier devient son protégé. Il l’introduit auprès des médias du lobby libéral. Il le promeut, dès 1880, comme son suppléant à la chaire d’économie politique de l’École spéciale d’architecture. Il le propose aussi comme son successeur à l’École des hautes études commerciales. C’est son disciple.

29Comme lui, Liesse est un fervent défenseur du libéralisme, beaucoup plus militant qu’Alfred de Foville. Le protectionnisme vient de triompher. Liesse s’efforce de reprendre le combat politique, par l’action sur les esprits, comme Leroy-Beaulieu le faisait au Collège de France ou dans L’économiste français, pour d’autres domaines. On sent très bien, compte tenu des dates de sa nomination, qu’il s’efforce de répondre à Cauwès et au succès croissant de la seconde école historique allemande. Il faut, dit-il, arracher l’arme statistique aux protectionnistes. Pas à pas, la statistique révèle les bienfaits du libéralisme, alors que, pour Cauwès, elle permettait d’en dénoncer les insuffisances ou les blocages et rendait évidente la nécessité d’une intervention législative. Liesse lie donc son enseignement concret de la statistique au service du libre-échange.

  • 35 A. Liesse, La statistique..., op. cit., p. 32.
  • 36 L. Say et J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, op. cit.
    Dans ce dictionnaire, il (...)

30Son œuvre se décompose en trois aspects. D’une part, c’est un polémiste libéral qui veut arracher au protectionnisme « l’argument de la force des choses ». D’autre part, il s’adresse, non à d’éventuels statisticiens de métiers mais aux usagers, les parlementaires, les hommes d’affaires, les journalistes. Son but est surtout, enfin, « d’éveiller la conscience scientifique endormie par l’hypnotisme des chiffres, de faire entrevoir la vanité des clauses auxquelles on peut se livrer sur des documents difficiles à lire, ou sur des documents frelatés »35. Collaborateur actif du Nouveau dictionnaire de l’économie politique,36 il écrit de nombreuses notices, dont les plus révélatrices sont « la méthode » et « le travail des enfants ». Il y expose sa volonté de combiner toutes les méthodes, de juxtaposer à l’observation directe les enquêtes, qui peuvent décrire un secteur mais qui sont souvent partiales parce que souvent commandées par ce secteur économique, les monographies, et bien sûr la statistique. Mais, dit-il, toutes les méthodes valent ce que valent les hommes qui les manient, et en économie, l’homme est à la fois juge et partie.

  • 37 Il existe, comme source principale, un dossier administratif sur lui, non classé dans les archives (...)
  • 38 A. Liesse, La statistique, ses difficultés, ses procédés, ses résultats, Paris, Alcan, 1905. Ce vo (...)

31Nous n’avons pas directement le cours de Liesse, mais nous en connaissons le plan et nous avons son petit ouvrage consacré à la statistique37. Durant ses trente-quatre années d’enseignement, il découpe son cours en trois parties qui constituent chacune le cours d’une année : la première année, il traite la production à travers les statistiques, le travail humain, sa productivité, sa division, les types d’entreprises et leur degré de concentration. La deuxième étudie la circulation, le commerce, les transports, les chemins de fer, les canaux, et les débuts de l’aéronautique. La troisième, enfin, est consacrée à la monnaie et à la banque et diffuse la réflexion classique des libéraux sur les prix et la monnaie, les mines d’or, les changes étrangers, le crédit et la banque. André Liesse prononce 40 leçons par an. Il multiplie les exemples concrets, pris dans l’actualité du moment : une fois il s’appesantit sur la crise de l’industrie de la laine, une autre fois sur le taylorisme, etc. Dès ce moment, Liesse introduit l’idée fondatrice de la science économique, la loi de l’économie d’efforts, c’est-à-dire comment obtenir le meilleur résultat concret par le moindre effort, avec le maximum de satisfaction. Pour lui, c’est le fondement de la discipline, c’est la loi essentielle. Son livre sur la statistique38 connaît un succès tout particulier, et il lui permet d’exposer au CNAM une réflexion sur les moyens d’investigation, sur les méthodes employées pour relever les chiffres, sur les procédés de groupement des observations. Ce travail sur le relevé des donnés et sur leur utilisation permet aux auditeurs du cours d’acquérir un usage prudent et critique de la statistique.

  • 39 Les chiffres cités par M. Armatte, dans sa notice « A. Liesse », Dictionnaire biographique... prov (...)
  • 40 A. Liesse, « Un professeur d’économie... », art. cit.
  • 41 Mais Liesse la reproduit à l’École libre des sciences politiques, dans son cours de statistique.
  • 42 A. Liesse, « Un professeur d’économie sous la Restauration : Jean-Baptiste Say », Journal des écon (...)

32Ce cours est très suivi. Si, au départ, il réussit à rassembler 300 personnes, il réussit en fait à en maintenir entre 70 et 100 personnes39. Les auditeurs s’entassent le soir dans l’amphithéâtre. Liesse éprouve, nous dit-il, beaucoup de plaisir à mettre à la portée du public du Conservatoire sa réflexion statistique : « Il leur marque une prédilection spéciale. Il se sent un devoir tout particulier envers ses auditeurs bénévoles, assez courageux pour s’imposer une tâche supplémentaire afin d’accueillir de nouvelles connaissances. Il est particulièrement heureux d’avoir réussi la promotion d’un petit employé des douanes pour en faire par la suite le directeur des études économiques à la Banque de France »40. L’innovation dans son cours a consisté à associer un enseignement de base de la statistique, avec une réflexion critique sur son interprétation. Même si on en reste à de la statistique descriptive, cette attitude critique n’existe nulle part ailleurs41. Le Conservatoire des arts et métiers joue un rôle d’abri. Liesse, d’ailleurs, en est particulièrement conscient, et il le rappelle dans un article très vivant sur l’enseignement de Jean-Baptiste Say, dont il revendique être l’arrière petit-fils spirituel42.

  • 43 L. Le Van Lemesle, « Innovations et institutions : le Conservatoire des arts et métiers et la Facu (...)
  • 44 Moreau-Neret, « Notice sur la vie et les travaux de Monsieur A. Liesse », Institut de France, Acad (...)
  • 45 Ibid.

33En dehors de son enseignement au CNAM, Liesse est particulièrement intéressé par les métiers de la banque, dont il maîtrise les techniques.43 Sans titre, il était devenu le conseiller officieux de Pallain, gouverneur de la Banque de France depuis 1897 : « Pas une décision ne fut prise par lui concernant la monnaie et le crédit pendant près de vingt ans sans qu’André Liesse soit consulté ; en août 1914, il dut même suivre le gouverneur à Bordeaux. La position d’André Liesse était parfois bien délicate vis-à-vis de certains chefs de service de la Banque et volontiers le gouverneur lui aurait donné des fonctions officielles qui auraient facilité cette consultation continuelle ».44 Mais André Liesse tenait trop à son indépendance pour accepter d’avoir un bureau permanent rue de la Vrillière qui, « par ailleurs ne lui aurait pas permis de discuter avec sa fougue passionnée les actes du gouvernement »45. Il continue sa carrière en exposant l’usage de la comptabilité, en faisant des portraits, de financiers, des conférences sur le rôle et les fonctions de la Banque de France, et sur une analyse des crédits comparés dans les différents pays du monde.

  • 46 J.-G. Courcelle-Seneuil, Les opérations de banque, traité théorique et pratique, 1re édition, 1853 (...)

34Enfin, toujours pour diffuser l’esprit des fondateurs du libéralisme sans concession aux révisions récentes, il se consacre à la réédition des deux œuvres fondatrices, selon lui, de cet état d’esprit : l’ouvrage de Courcelle-Seneuil sur Les opérations de banque46 et le Traité de J. Garnier. Ce travail d’édition exprime la force et les limites de ce libéral, proche des idéologues, cherchant à prolonger, au xxe siècle, la pensée des premiers libéraux, loin des révisions à la Leroy-Beaulieu.

  • 47 A. Liesse, La question sociale, Flammarion, Paris, 1894, 2e édition, édition Léon Chailley, 1895.

35Pourtant, même ce libéral rigoureux ne peut rester à l’écart des préoccupations sociales. Il édite en 1894 un livre, La question sociale47 : toutes les institutions sociales sont acceptées ou acceptables à condition qu’elles viennent de la base et que l’État n’en fournisse ni l’initiative, ni la caution.

36À l’échelle du CNAM, les chiffres des auditeurs révèlent une évolution : d’une part, les effectifs des deux chaires principales diminuent, d’autre part, en 1900, les effectifs de Liesse l’emportent sur ceux de Levasseur. Dans la chaire de statistique, il est évident que le remplacement de Burat par de Foville avait fait remonter très nettement, à la fois le chiffre total des auditeurs et la moyenne par leçon, puisque de Foville a une cinquantaine d’étudiants de plus en moyenne par séance. Mais en 1894-1895, la chaire d’économie politique garde la prééminence. Liesse, qui a remplacé de Foville, a 101 étudiants en moyenne par séance. Levasseur en a encore 283. Les chiffres de l’année 1899-1900 confirment cet intérêt du public pour l’économie politique, mais peu à peu, la répartition se modifie. Le public se détourne de l’enseignement théorique, et s’intéresse à l’apprentissage des questions plus spécialisées et plus pratiques. Ce phénomène n’est que la manifestation d’un mouvement plus général.

II. L’ÉCLATEMENT DES ENSEIGNEMENTS AU TOURNANT DU xxe SIÈCLE

37On constate d’abord un changement d’attitude des autorités de tutelle, en fonction des modifications du contexte politique, économique et social. Dans un premier temps, lors des années 1890, il se traduit par un dédoublement de certains cours à orientation plus pratique ou plus sociale. Dans un second temps, avec la volonté de défense républicaine, puis avec le retour des radicaux, s’ajoute le poids des problèmes politiques sur l’enseignement du CNAM, aboutissant à une multiplication de cours nouveaux, chargés d’accompagner la seconde révolution industrielle et de sensibiliser aux sciences sociales.

A. LA PREMIÈRE PHASE : LE DÉDOUBLEMENT

  • 48 C. Fontanon et A. Grelon, « Deux siècles d’histoire », introduction au Dictionnaire biographique, (...)

38Cette période est marquée par un conflit entre les dirigeants du CNAM et le ministère de tutelle, le Commerce.48 Le directeur du CNAM, Laussedat, estimait que des chaires consacrées aux arts appliqués permettraient de sortir plus vite de la crise, mais il constate avec dépit que la République privilégie la réforme de l’université, plutôt que celle du haut enseignement technique.

Comparaison des effectifs entre les deux principales chaires du CNAM

Comparaison des effectifs entre les deux principales chaires du CNAM

Les deux premiers cours annexes : droit commercial et économie sociale

Les deux premiers cours annexes : droit commercial et économie sociale
  • 49 Avocat à la cour d’appel de Paris.
  • 50 Faisant 40 leçons par an, il a 60 auditeurs en moyenne par leçon, en 1880-1881 (Archives du CNAM).
  • 51 Cent cinquante ans de haut enseignement technique au Conservatoire des arts et métiers, Paris, Pre (...)
  • 52 Révoqué par le gouvernement d’Ordre moral.

39Ainsi, en 1879, un cours de droit commercial, en annexe du cours de Levasseur, est imposé par le ministre. Il est confié à Frédéric Malapert49 jusqu’en 189050. Lors de cette vacance, les discussions durent deux ans. Le CNAM souhaite remplacer ce cours par un enseignement plus technique, par une chaire d’art appliqué aux métiers (chemin de fer, photo)51. Au lieu de cela, le ministre impose une chaire de droit commercial et économie sociale. Le CNAM choisit parmi 21 candidats, en janvier 1893, le juriste libéral Paul Beauregard en première position, et le républicain52 Émile Alglave en seconde position. Le gouvernement hésite, ne signe aucun arrêté de nomination. Quelques mois plus tard en décembre, un décret supprime la chaire et crée deux cours : le premier sélectionné assurera le cours d’économie sociale et le second le cours de droit commercial.

40À partir de 1894, Émile Alglave, professeur de finances publiques en faculté de droit, est chargé du cours de droit commercial, qu’il assure jusqu’en 1923, date à laquelle Jean Percerou le remplace, jusqu’en 1941. Ce cours se maintient donc à travers toute notre période. Ce n’est toutefois pas un cours d’économie politique, telle que l’on peut la définir, c’est-à-dire une vision globale du fonctionnement de la société économique, et dont les professeurs respectent le caractère très concret de l’enseignement. Nous ne l’étudierons donc pas en détail.

  • 53 Maurice Bellom, l’enseignement économique dans les écoles techniques, Paris, 1905. Cet ouvrage pré (...)

41Cette même année 1894, le cours d’économie sociale est confié à Paul Beauregard dont nous avons déjà parlé à propos de l’enseignement des facultés de droit. Il avait obtenu la chaire de Batbie, ce qui permettait d’éloigner Cauwès de l’enseignement massif du premier cycle des facultés de droit. Mais Paul Beauregard qui est le fils d’un médecin du Havre, d’un médecin des pauvres, reste toute sa vie très sensibilisé aux problèmes sociaux et il fournit un cours d’économie sociale53.

  • 54 M. Bellom, op. cit., p. 332.

42Ce programme est échelonné sur trois années. La première année est consacrée à la législation du salaire et des contrats de travail. La seconde année s’attache à une réflexion sur le salaire et ses modalités, la participation aux bénéfices, les habitations ouvrières, les associations coopératives et les caisses d’épargne. La troisième année est consacrée à l’assurance et à l’assistance. Paul Beauregard définit lui-même son programme. « Le cours d’économie sociale comprend l’étude de cette partie des arrangements sociaux réalisés ou proposés qui visent la situation des personnes vivant de leur salaire. Le professeur y examine le contrat de travail et les conditions légales ou économiques selon lesquelles le salaire découle de ce contrat. Il traite ensuite : les mesures de protection relatives soit au salaire lui-même, soit surtout aux salariés, à l’occasion de la formation du contrat de travail ou de son exécution, des droits reconnus ou à reconnaître aux parties contractantes et du meilleur emploi de ce droit. Vient ensuite la série des procédés qui, s’ajoutant au salaire, peuvent améliorer le sort du salarié et celle des moyens par lesquels d’autres combinaisons peuvent être substituées à celle du salariat. Le salaire obtenu, il est désirable que la prévoyance en absorbe une partie : l’épargne, la mutualité, l’assurance sous toutes ses formes constituent les procédés principaux permettant de tendre vers ce but. Les collectivités diverses et, au premier rang parmi elles, l’État, ont des devoirs qu’il est nécessaire de déterminer et de préciser. L’insuffisance du salaire ou de l’inaptitude au travail engendre des misères que la société doit secourir. L’assistance est ainsi le dernier terme actuel de l’économie sociale dans les sociétés modernes »54.

  • 55 P. Beauregard, Essai sur la théorie du salaire, La main d’œuvre et son prix, Paris, Larose, 1887.

43Il faut remarquer qu’en effet, Paul Beauregard avait publié un Essai sur la théorie du salaire55. Utilisant les listes de chiffres disponibles, il s’était efforcé de démontrer que, loin de baisser avec la révolution industrielle, les salaires augmentaient parallèlement aux progrès de la productivité. Il diffuse donc la théorie optimiste du salaire, systématisée par Leroy-Beaulieu et reprise par de nombreux économistes à la fin du xixe siècle.

  • 56 M. Bellom, op. cit., p. 333.

44Mais son cours témoigne d’une grande sensibilisation aux problèmes sociaux. On retrouve le souci des habitations ouvrières, des associations coopératives. Même si l’épargne reste l’alpha et l’oméga de la protection sociale, l’épargne individuelle doit être organisée par des institutions venues de la base. Cependant, Beauregard ne sous-estime pas, contrairement au stéréotype véhiculé habituellement sur les libéraux purs, la nécessité d’une assistance quand il y a défaillance de la législation sociale, ni même le rôle de l’État, mais uniquement dans ce secteur de l’assistance. Il précise la démarche de son cours : il établit l’état de la législation sur chaque point, expose la loi positive, mais il mentionne les conditions de genèse de la loi. Il fait de la législation comparée, étudiant en particulier la législation sociale allemande. Analysant l’histoire de chaque institution sociale, il propose d’éventuelles réformes. Il insiste d’ailleurs sur la nécessité d’une grande tolérance et d’une haute impartialité pour analyser ce type d’institutions, expliquant qu’il s’agit d’exposer des bilans, des résultats acquis, des propositions de réforme, mais, se défend-il, « il ne saurait être question de la part du professeur d’imposer à ceux qui l’écoutent ses opinions personnelles »56.

  • 57 Beauregard, influencé par l’école de Le Play, membre de la Société d’économie sociale, rejoint au (...)

45On comprend que, dans son cours de première année, la législation du travail, les commissions de conciliation, et l’étude des syndicats ont une place importante. La seconde année, à côté de l’étude du salaire, il propose, dans la mesure du possible, une participation aux bénéfices. La coopération et les caisses d’épargne occupent plus des deux tiers du cours de la deuxième année. En troisième année, nous retrouvons un plan en deux parties, c’est-à-dire dans une première moitié de l’année, l’étude de la législation positive et, dans une seconde moitié, toutes les modalités de l’assurance, des relations de l’État avec l’assurance, les retraites des fonctionnaires, les caisses des invalides de la marine, les caisses diverses, tout le problème de l’assurance obligatoire telle qu’elle existe à l’étranger ou en France, évidemment une recommandation en face de l’assurance librement consentie, mais aussi une description des institutions de soutien. De par son expérience familiale au Havre, il comprend et propose la nécessité, dans certains cas, d’une assistance médicale gratuite.57 C’est donc un cours d’économie sociale qui est venu s’adjoindre à un cours de droit commercial, à côté des deux grands cours d’économie politique.

46Les cours annexes maintiennent leur succès mais avec un certain nombre d’aléas. La direction du CNAM fait remarquer, dans une discussion du conseil de perfectionnement, qu’entre 1885 et 1890, la moyenne des auditeurs au cours de droit commercial tourne autour de 50 ou plus, ce qui, pour un cours aussi technique, est un signe de relative bonne santé. Pour celui de Beauregard, la moyenne est de 66.

B. LA MULTIPLICATION DES MATIÈRES ANNEXES

  • 58 Là encore, nous n’étudierons en détail que les cours ayant le caractère d’économie politique.

47Au moment où l’affaire Dreyfus a abouti à un renversement politique, on constate une sorte de désengagement du ministère du Commerce et des Travaux publics, face à la gestion du CNAM. Les différentes collectivités, la ville de Paris, la chambre de commerce de Paris, et plus tard au début des années 1930, les caisses départementales d’assurance sociale prennent le relais pour les enseignements à caractère socio-économique.58

48Parallèlement, une réforme des institutions du CNAM intervient dès avril 1899, à l’initiative de Léon Bourgois et de Millerand : le CNAM est doté de la personnalité civile, d’un conseil d’administration et, comme les universités depuis 1896, il peut désormais recevoir des dons et legs.

  • 59 C. Fontanon et A. Grelon (éds.), « Deux siècles d’histoire », art. cit., p. 48.
  • 60 La chaire est transférée en 1908 au Collège de France.
  • 61 Cette chaire est confiée au socialiste Eugène Fournière, dont nous reparlerons à propos de l’ensei (...)
  • 62 Ancien chef de cabinet du ministre du Travail en 1906. Voir notice de M. Dreyfus, Dictionnaire, op (...)

49La loi de 1898 établissant la responsabilité en matière d’accidents du travail est complétée en 1899, par la création d’une direction du Travail, avec une division Assurance et Prévoyance sociale (transformée en ministère du Travail et de la Prévoyance sociale en 1906). Millerand est un acteur important de ces modifications, en particulier pour la loi de 1900, sur la limitation à dix heures de la journée de travail. Ce réformisme social se traduit au CNAM par une deuxième vague de créations. En 1900,59 la chaire d’histoire du travail,60 en 1908, celle d’histoire des associations ouvrières,61 et la même année une chaire de géographie industrielle et commerciale sont fondées par la ville de Paris. Georges Renard, nommé avec l’appui de Millerand, obtient la première, Albert Métin62 la troisième. La chaire d’organisation du travail, attribuée à Simiand de 1919 à 1923, est ensuite occupée par Marc Aucuy, jusqu’en 1949. Parallèlement à ce mouvement, dans le même esprit, la chambre de commerce introduit et fonde, en 1900, une chaire d’assurance et de prévoyance sociale. Le premier vingtième siècle voit donc se développer les formations démultipliées qui se consacrent aux aspects sociaux et aux aspects de la prévoyance en matière d’économie politique.

50Il faut noter la date clé de 1908, qui voit conjointement le transfert au Collège de France de la chaire d’histoire du travail et, au CNAM, la substitution à cette chaire d’un enseignement d’histoire des associations ouvrières et d’une géographie industrielle. En effet, les comptes rendus du conseil de perfectionnement font état du décès de Levasseur. Ils rapportent qu’on n’a pas voulu, du vivant de Levasseur, modifier son enseignement qui avait du succès et auquel, bien entendu, le professeur était très attaché. Mais, lors de son décès, il y a une sorte de subdivision du champ de l’économie. Son remplaçant, Auguste Deschamps, voit la chaire transformée en cours, de 1911 à 1925.

  • 63 Mabilleau, membre de l’Institut, personnage actif dans le monde de la mutualité, membre du Musée s (...)

51Plus important pour notre sujet est le poids des préoccupations d’assurance et de prévoyance sociale. En effet, la chambre de commerce de Paris, en 1900, crée une chaire d’assurance et de prévoyance sociale, qu’elle confie à un personnage qui gravite dans la mouvance du Musée social et qui s’appelle Léopold Mabilleau,63 bien connu des historiens de la mutualité. Cette chaire est transformée en 1919 en chaire d’économie et d’assurances sociales, et elle est occupée par René Rissier. Elle évoluera vers une chaire de description juridique de la législation d’assurance, avant d’être reprise très temporairement par Fourastié. Mabillaud a un cours qui s’échelonne sur trois ans à raison de quarante leçons par an. Il consacre la première année de son cours à l’assistance sociale dans ses rapports avec la prévoyance et l’assurance, la deuxième à la prévoyance sociale, et la troisième année à l’assurance sociale. Mais, au même titre que Levasseur cherchait à ce que l’enseignement de chaque année fasse un cours global pour ceux qui ne viennent qu’une année au CNAM, Mabillaud parle des deux autres sujets au cours de chaque année, c’est-à-dire quand il étudie la prévoyance, il fait un rappel sur l’assistance et un résumé sur l’assurance. Il décrit les différentes institutions existantes pour protéger l’enfant, les mères, les enfants abandonnés, les adultes malades, les vieillards, les inaptes au travail, et il insiste bien entendu sur l’importance du mutualisme. Une année sur trois, il compare les institutions existantes dans les différents pays étrangers, et il fait un bilan de la législation soit sur les accidents du travail, soit sur les systèmes d’assurance.

52Georges Renard, lui, faisait un historique des systèmes de travail, en 40 leçons échelonnées sur trois ans : durant l’Antiquité, en première année ; au Moyen Âge, avec les corporations et l’économie urbaine, en deuxième année ; et le travail dans les temps modernes et le régime de l’économie nationale et internationale, en troisième année. Il estime qu’à travers le travail, « c’est l’histoire de l’humanité tout entière qui en somme écrit sa propre épopée ». Il étudie l’évolution de l’outillage et les phases de l’organisation du travail, enfin, tout le monde du travail « avec une sympathie vive et franche ». Pour cela, il a comme les autres un souci de parler en langage simple, clair, voire même familier, et à la fin de chaque leçon, il laisse place aux questions des auditeurs de façon à pouvoir répondre à tout ce qui a pu leur paraître obscur.

  • 64 Nous reviendrons sur sa pensée, à propos de l’enseignement de l’économie dans les grandes écoles d (...)

53Enfin, le socialiste réformiste Eugène Fournière64 échelonne lui aussi ses 40 leçons par an sur trois ans. La première année, il étudie les syndicats ouvriers, dans tous les secteurs de la vie agricole ou industrielle, leur rôle, leur fonction d’enseignement professionnel, et l’organisation des syndicats, soit en bourse du travail, soit en fédération ouvrière nationale et internationale. La deuxième année est consacrée aux relations des syndicats avec les autres partenaires sociaux et la troisième année aux sociétés de production et aux coopératives de consommation, avec une histoire de la coopération. Il conclut sur l’étude des exemples étrangers et, bien entendu, les bienfaits du monde coopératif.

54Nous nous contentons de donner un schéma très rapide de ces fondations. La chaire transférée au Collège de France resurgit sous la forme de l’histoire du travail en 1932, et est confiée à Charles Spinasse jusqu’en 1944. La chaire d’histoire des associations ouvrières, occupée par Fournière de 1908 à 1914, est relayée par une chaire d’organisation du travail et d’association ouvrière que François Simiand occupera temporairement de 1919 à 1923. Les enseignements à caractère social ont été jugés plus efficaces pour accompagner la mutation industrielle du début du xxe siècle que des enseignements techniques. Ils ont, à cette époque, supplanté l’enseignement à visée théorique, puisque la chaire a été transformée en un simple cours.

Évolution des chaires du CNAM en matière d’assurance

Évolution des chaires du CNAM en matière d’assurance

III. LE xxe SIÈCLE ENTRE LA SOCIOLOGIE ÉCONOMIQUE ET L’ÉCONOMÉTRIE

55À partir de 1924, la chaire d’économie politique et législation industrielle reconstituée, est occupée par Simiand jusqu’en 1934. À son décès, la chaire est supprimée. En parallèle, après le départ de Liesse, la chaire d’économie industrielle et de statistique est occupée par l’ingénieur économiste François Divisia. Les cours annexes, autour des deux chaires centrales, gardent leur connotation technique ou sociale avec une existence souple, adaptée aux besoins du moment.

A. LE RÔLE DE LA STATISTIQUE POUR F. SIMIAND

1. Une vision d’ensemble...

  • 65 J. Bouvier, « Feu François Simiand ? », Hommage à E. Labrousse, Paris, Mouton, 1974, p. 59-78. M. (...)
  • 66 Lucien Gillard, « Le dilemme productivité-répartition », in L. Gillard et M. Rosier (dir.), Franço (...)

56La pensée de François Simiand est beaucoup trop connue pour que nous en refassions l’analyse maintenant. On sait qu’il voit dans le mouvement long des salaires et des prix l’indice de l’évolution générale de la société. Les phases A, caractérisées par la hausse des prix et par la hausse des indices, sont des phases de croissance, et les phases B sont des phases de ralentissement. L’interprétation est sociologique, durkheimienne. Les groupes sociaux, aux intérêts divergents, ont des stratégies non concertées pour maintenir ou augmenter leurs revenus. Ils déterminent, par leurs réactions collectives, la valeur de la monnaie suivant qu’ils la recherchent ou la refusent, et ils induisent à long terme les modifications longues de l’économie, provoquant soit des phases d’expansion, soit des phases de récession qui peuvent durer entre 20 et 25 ans environ. La monnaie est un fait social. Cette vision très discutée65 est plus présente actuellement dans la pensée des historiens, grâce à l’école des Annales, que chez les économistes. « Pour redonner une certaine modernité à Simiand il me paraît ici nécessaire de le libérer de ces fameuses phases A et B [...]. Depuis une soixantaine d’années, l’histoire de la pensée économique a emprisonné Simiand dans ce stéréotype convenu et on peut estimer que le temps est venu pour une remise de peine... »66

2. Mais une vision sous tendue par l’induction statistique

  • 67 Le ministère du Commerce gère l’Office du travail, auquel est rattachée la Statistique générale de (...)

57Il va de soi que ces faits sociaux sont analysés de façon quantitative et que, pour François Simiand, l’information statistique est à la base de sa recherche. Ses premiers choix de carrière, étranges pour un normalien agrégé de philosophie, bibliothécaire au ministère du Commerce, puis au ministère du Travail, n’ont pas d’autre explication que la volonté d’être au centre des lieux d’élaboration des statistiques.67 Il devient, en 1922, président de la Société de statistique de Paris.

  • 68 F. Simiand, Le salaire des ouvriers des mines en France, Paris, Société nouvelle de librairie et d (...)
  • 69 F. Simiand, Le salaire, l’évolution sociale et la monnaie. Essai de théorie expérimentale du salai (...)

58Pour lui, la statistique tient lieu d’expérimentation, sous réserve de respecter un certain nombre de conditions. Simiand a utilisé ces méthodes dès son premier ouvrage, produit de sa thèse passée en faculté de droit.68 Presque au terme de sa carrière, il affirme encore, en 1932,69 avoir refusé toute attitude conceptuelle, n’avoir fait aucune hypothèse et avoir mené son étude de façon totalement empirique.

  • 70 Programme d’un cours d’économie politique proposé à l’examen du conseil de perfectionnement du Con (...)
  • 71 71. J. R. Hicks, « Review of F. Simiand », Economic Journal, 1932, p. 451-454 (compte rendu du Sal (...)

59Le programme de son cours au CNAM70 montre que, sous des titres très classiques, il expose en réalité sa conception du mouvement social, et qu’il n’est – heureusement – pas réellement étranger à toute attitude théorique. Il continue, malgré son désengagement politique, à attacher une importance notable aux institutions sociales. Il sensibilise son public à la nécessité de la collecte des informations statistiques, et dispose au CNAM d’un petit laboratoire. Mais il ne théorise pas sérieusement son usage de la statistique, ce qui lui vaut les critiques des économistes américains de son temps : Schumpeter comme Hicks71 lui reprochent d’être trop hostile à la théorie, voir même archaïque à cause de cet empirisme revendiqué.

B. FACE À L’ÉCONOMETRIE DE DIVISIA

60Dans l’autre chaire, celle d’économie industrielle et statistique, en 1925, le CNAM a recruté un autre personnage atypique, l’ingénieur économiste libéral François Divisia. Son enseignement au CNAM, entre 1925 et 1959, est sans doute moins spécifique que dans les grandes écoles d’ingénieurs, en particulier l’École des ponts et chaussées et surtout l’École polytechnique, où il succède à son maître Colson. Nous rendrons compte, dans le chapitre suivant consacré à la montée de l’économie mathématique dans les écoles d’ingénieurs, de l’ensemble de la démarche de François Divisia. C’est plutôt la spécificité de son enseignement au CNAM qu’il nous faut rapidement dessiner ici.

1. Le choix d’un libéral

61Au moment où il s’agit de remplacer Liesse, la commission du CNAM hésite visiblement entre le libéral pur qu’est François Divisia et son concurrent, le professeur socialiste Roger Picard, issu des facultés de droit, agrégé d’économie. Il a enseigné successivement à Lille, à Paris et au CNAM, et il a suppléé Mabillaud dans son cours d’assurances sociales. À Paris, il avait repris la chaire de statistique succédant à Fernand Faure. Or, la commission choisit Divisia par sept voix contre quatre. Le conseil d’administration confirme ce choix. François Divisia prend donc la chaire en août 1929. Nous reverrons plus loin l’ensemble de sa démarche et de sa pensée, mais c’est plutôt au titre de libéral de la même famille de pensée que Liesse qu’il est accepté au Conservatoire.

  • 72 L. Le Van Lemesle, « F. Divisia, a pioneer responsible for the integration of mathematical method (...)

62Rappelons seulement que sa formation est celle d’un polytechnicien qui a choisi l’École des ponts et chaussées comme école d’application. Blessé lors de la guerre de 1914-1918, il commence une carrière administrative. Mais il juge que son droit à l’initiative n’est pas respecté. Intéressé par les questions économiques – le calcul économique est une tradition de l’École des ponts et chaussées – il passe sa licence en droit entre 1917 et 1919. C’est un libéral pur, très bien accepté par les institutions du lobby, appuyé non seulement par Colson, son maître à l’École polytechnique, mais aussi par le professeur de droit Germain-Martin, qui lui ouvre les pages de la Revue d’économie politique. Son cours est très général, doublant parfois celui de Simiand. Mais il fait relativement peu appel à la statistique descriptive simple, alors qu’il est un des pionniers, dans l’histoire de l’économie politique française, de l’introduction de l’économétrie.72

2. Ses options au CNAM

  • 73 F. Divisia, Exposés d’économiques, Paris, Dunod, 1951, p. II.

63Il explique lui-même, en 1951, la répartition paradoxale des contenus de ses enseignements. S’il transcrit sa recherche et ses méthodes de recherche dans son enseignement pour l’École polytechnique, en revanche, en ce qui concerne l’économie générale, il réserve ses recherches sur l’entreprise au Conservatoire des arts et métiers, même si, dit-il, « ses trois domaines se compénètrent intimement dans les programmes, comme dans leur substance même ». Il constate qu’à l’École polytechnique, où les élèves sont habitués à l’abstraction, ils reçoivent avec un grand plaisir une analyse d’exemples concrets, alors qu’au Conservatoire des arts et métiers, où, dit-il, « l’esprit concret est plus apparent et indispensable »73, le public ressent un besoin d’idées générales.

64Dans son plan, le cours paraît peu différent de celui de Liesse : 40 séances par an, deux par semaine, un cycle de trois ans. La première année, on étudie la production, la demande, le travail, la division du travail, le machinisme, les capitaux, l’entreprise, la concentration et la formation des prix de revient. La seconde année, la circulation, c’est-à-dire le commerce, la formation des prix, le commerce international, les bourses de commerce et le problème des tarifs et des transports. La troisième année, la monnaie, le rôle de l’or, la théorie quantitative, le rôle de l’État, l’intérêt, le crédit, les banques. Dans cette troisième année seulement, François Divisia laisse percer ses choix personnels, en insistant sur la théorie quantitative de la monnaie.

3. Les outils de l’économétrie : le laboratoire

  • 74 F. Divisia, « l’indice monétaire et la théorie de la monnaie », Revue d’économie politique, juille (...)
  • 75 F. Divisia, Économique rationnelle, Paris, éd. Douin, Bibliothèque de mathématiques appliquées, 19 (...)
  • 76 M. Armatte, « F. Divisia », Dictionnaire du CNAM, op. cit., p. 431.

65En 1929, Divisia est l’auteur de l’indice du même nom74, de recherches sur l’équilibre de la monnaie, utilisant à la fois les statistiques et les mathématiques. Son livre clé, l’Économique rationnelle75, est paru en 1928. En fait, assez vite, il initie son auditoire à ses préoccupations. Ses cours sont complétés par un séminaire, le dimanche matin, rassemblant, malgré l’absence de chauffage l’hiver, une quinzaine d’auditeurs, fidèles parfois pendant plusieurs années. Un problème économique d’actualité est posé, et les participants essaient de le traiter avec les méthodes mathématiques.76

66Aussi, Divisia a été très vite soucieux de chercher à compléter son enseignement, par la création d’un laboratoire sur le modèle de ceux qui existent à l’École normale, ou comme celui de Simiand au Conservatoire. Dès 1936, il réclame un laboratoire de travaux pratiques et la création d’un poste d’agent qui dirigerait ses travaux. Mais il n’obtient pas de crédit supplémentaire avant 1940. Il obtient seulement en 1937-1938, grâce à une institution du Front populaire, l’entraide des travailleurs intellectuels, la main-d’œuvre qu’il installe au début dans des locaux de fortune. Le développement de ce laboratoire ne sera évident qu’à partir de 1941.

  • 77 Ibid.

67Peu d’années avant sa retraite en 1958, Divisia a récapitulé les effectifs du Conservatoire national des arts et métiers. La moyenne des présences à son cours oscille autour de 80 en 1937. Elle remonte après la guerre pour atteindre le niveau d’environ 100, dans les années 1950. La difficulté de ses cours a assez vite écarté les amateurs. Divisia a constaté le remplacement « d’une assistance non scolaire d’amateurs curieux et éclairés, par une assistance scolaire, soucieuse d’une oration diplomante, composée en fin de période de techniciens et ingénieurs 50 %, d’employés et cadres du commerce, 25-30 % ou des administrations 25-30 % »77. Il finit par attacher une importance très grande à son enseignement du CNAM, où il organise des stages de formation à la statistique mathématique, et des travaux pratiques en plus de ses cours, deux fois par semaine, et son séminaire du dimanche, une fois par mois.

C. UNE CHAIRE « FLÉCHÉE » : LA CHAIRE D’ASSURANCE SOCIALE (JURISPRUDENCE ET CONTENTIEUX)

  • 78 L. Le Van Lemesle, « Antonelli, un professeur aux origines des assurances sociales », De la charit (...)

68Il nous faut rapidement rappeler les conditions de création de la chaire d’assurance sociale associées à cette recherche et à ce double jeu des chaires. Il s’agit d’une chaire technique, à durée limitée. Mais elle est confiée à un professeur d’économie des facultés de droit, et ses conditions de création révèlent la souplesse de réaction de l’institution du CNAM. Antonelli était un professeur agrégé d’économie politique (1919), soucieux de concilier, comme Walras, la rigueur de l’économie mathématique et les préoccupations d’économie sociale. Député socialiste durant les années vingt, il avait consacré son mandat à faire voter les deux lois sur les assurances sociales, en 1928 et 1930. En 1932, il n’est pas réélu. Il estime que ces lois sont encore mal connues, mal comprises. Aussi, en 1932, à l’initiative des caisses départementales d’assurances sociales, est créée une chaire d’assurance sociale. La chaire est vraiment ad hominem. Le dossier d’Antonelli au CNAM bénéficie en effet de plusieurs lettres de recommandation issues de la direction du haut enseignement technique et du ministère de l’Éducation nationale. Dans cette chaire, de 1932 à 1935, Antonelli consacre trois années à expliciter la loi de 1930, et à décrire les institutions auxquelles elle donne lieu. Étienne Antonelli s’efforce de terminer au CNAM, l’action qu’il avait entreprise à la Chambre des députés : faire comprendre la loi, montrer ses modalités d’application et surtout, convaincre le public de petits patrons ou d’ouvriers promotionnels qui vient suivre les cours du CNAM, du bien fondé, de l’utilité et des modalités d’application de cette loi. La chaire, créée pour lui, est supprimée quand il reprend, en 1935, son poste d’enseignant du supérieur à Montpellier.78

69Pour conclure, l’enseignement économique au Conservatoire des arts et métiers a gardé au xxe siècle certains des caractères qu’il avait au xixe siècle : le souci d’un enseignement pratique mais associé, majoritairement, à la diffusion du libéralisme. Au xxe siècle, en économie, il se structure autour de deux grandes chaires, avec, autour, une nébuleuse d’enseignements annexes plus ou mois précaires.

70L’enseignement du CNAM en économie est donc particulièrement révélateur. Il reflète de façon assez précise l’évolution des préoccupations de ceux qui s’intéressent à la discipline. Après le libéralisme d’opposition du xixe siècle, se juxtaposent deux chaires vouées, l’une à la diffusion d’un libéralisme illustré par la statistique et l’histoire, l’autre où s’élaborent une recherche et une critique de la statistique. Au tournant du siècle, la chaire théorique décline au profit de la statistique et des multiples cours plus concrets, consacrés aux aspects sociaux ou juridiques de l’économie. À partir des années vingt, à côté des cours annexes, les deux grandes chaires hébergent les deux novateurs, Simiand et Divisia, soucieux, dans leurs analyses opposées, de faire entrer la statistique au service de l’analyse économique. Dans cette institution marginale, à l’écart de l’université, mieux qu’au Collège de France, le programme du CNAM – recevoir et promouvoir l’innovation – a été parfaitement rempli. Le CNAM n’a pas pu échapper aux dominantes idéologiques. Mais au xxe siècle, il a été soucieux de ne pas se laisser uniformiser par le choix de ses nominations. Il a réussi à associer les aspects parfois marginaux, mais toujours novateurs, de l’économie de son temps, en les offrant à un public plus modeste.

Notes

1 Archives du CNAM, 2 AA/1, série 10, CR des séances du conseil de perfectionnement.

2 Abbé Gregoire, cité par A. Grelon et C. Fontanon (éds.), op. cit., p. 38.

3 Comme nous l’avons vu en première partie, à propos de Jules Burat, en 1864.

4 Il enseigne la statistique.

5 E. Levasseur, Recherches historiques sur le système de Law, Guillaumin, 1854. Prévost-Paradol qui relit ses pages lui conseille : « Il faut absolument mettre en tête de tout cela une bonne et belle introduction qui élève la question et qui marque un but à ton travail ». Le fait économique n’a pas encore conquis sa légitimité académique.

6 Sa thèse annexe, en latin, porte sur les finances publiques à Rome.

7 E. Levasseur, Histoire des classes ouvrières en France depuis 1789, Paris, Rousseau, 2 volumes, 1re édition en 1867.

8 É. Levasseur, « Lettre au directeur du CNAM, 3 octobre 1907 ». Archives du CNAM, dossier Levasseur.

9 É. Levasseur, « l’enseignement de l’économie politique au Conservatoire des arts et métiers », Revue Internationale de l’enseignement, 15 mars, 15 avril et 15 mai 1901, p. 211-220, p. 294-305, p. 385-399.

10 Ibid., p. 301.

11 É. Levasseur, art. cit., p. 218.

12 Y. Charbit, « l’institution statistique, l’économie politique et la démographie, pour une approche épistémologique », Les problèmes de l’institutionnalisation en France au xixe siècle, numéro spécial d’Économies et sociétés, série PE, n° 6, 1986, p. 143-149.

13 É. Levasseur, art. cit., p. 218.

14 Ibid., p. 224.

15 Ibid, p. 222.

16 Qui avait un public de 500 personnes, nous dit Levasseur.

17 Graphique p. 429.

18 Son auditoire, selon les statistiques du CNAM, dépasse rarement la trentaine d’auditeurs.

19 A. de Foville, « Notice sur la vie et les travaux d’Aldophe Vuitry », Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, Séances et travaux, 7 décembre 1912.

20 Fernand Faure, A. de Foville, Paris, Sirey, 1914, p. 8.

21 Ibid., p. 12.

22 M. Peytral, novembre 1893.

23 F. Faure, A. de Foville, op. cit., p. 32.

24 M. Fahlbeck, « Compte rendu de la 8e session de l’Institut international de statistique, séance du 1er octobre 1907 », Bulletin de l’Institut international statistique, tome XIII, 1907, p. 184-188, p. 187. Autre critique du même auteur lors de la session de l’Institut international de statistique de Vienne en septembre 1913.

25 A. de Foville, La France économique, statistiques raisonnées et comparatives année 1887, Paris, Colin, 2 volumes avec graphiques, 1re édition, p. 444.

26 Selon son plus récent biographe, Zheng Kang, auteur d’une thèse sur la Société de statistique de Paris, l’indice de Foville est adopté par plusieurs économistes étrangers, dont Jevons, en Angleterre.

27 A. de Foville, La monnaie, Paris, Lecoffre, 1906.

28 Il collabore activement à L’économiste français et partage en particulier les inquiétudes démographiques du fondateur du journal.

29 Sa bibliographie très abondante et couvrant plus d’une quarantaine de pages est plutôt une bibliographie d’articles que de grands livres.

30 A. de Foville, La transformation des moyens de transports, chapitre XXII, cité par F. Faure, op. cit., p. 36.

31 Il édite Bastiat, tout en prenant une certaine distance à l’égard de son optimisme, jugé en cette fin de siècle utopique.

32 A. de Foville, Le morcellement (Études économiques et statistiques sur la propriété foncière), Paris, Guillaumin, 1885.

33 M. Armatte, Notice..., op. cit.

34 M. Armatte, « André Liesse 1854-1944 », in A. Grelon et C. Fontanon (éds.), op. cit. À quoi, il faut ajouter, comme pour toutes les chaires, les dossiers de chaires non encore classés dans les archives du CNAM qui viennent d’être rouvertes.

35 A. Liesse, La statistique..., op. cit., p. 32.

36 L. Say et J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, op. cit.
Dans ce dictionnaire, il rédigera plus d’une vingtaine d’articles, parmi lesquels : abondance, agents naturels, besoins, capital, débouchés, division du travail, travail des enfants dans les manufactures, entrepreneurs, liberté économique, méthode, offres et demandes, production, richesses, sociologie, travail ; Courcelle-Seneuil, Cournot et Dunoyer.

37 Il existe, comme source principale, un dossier administratif sur lui, non classé dans les archives du CNAM, les registres du conseil de perfectionnement lors de sa nomination, et la liste de ses titres et travaux. Comme il est élu naturellement à l’Académie des sciences morales et politiques, il bénéficie au moment de sa mort d’une notice sur sa vie et ses travaux, réalisée par Olivier Moreau-Neray, Notice sur les travaux d’André Liesse, 1854-1944, publications de l’Académie, 1947.
Le CNAM a gardé, dans son dossier personnel, plusieurs des biographies publiées au moment de sa mort.

38 A. Liesse, La statistique, ses difficultés, ses procédés, ses résultats, Paris, Alcan, 1905. Ce volume est réédité en 1912, en 1919, une quatrième fois en 1927, et une cinquième édition, légèrement augmentée, parait en 1933.

39 Les chiffres cités par M. Armatte, dans sa notice « A. Liesse », Dictionnaire biographique... proviennent des données de la direction du CNAM, rassemblées par François Divisia.

40 A. Liesse, « Un professeur d’économie... », art. cit.

41 Mais Liesse la reproduit à l’École libre des sciences politiques, dans son cours de statistique.

42 A. Liesse, « Un professeur d’économie sous la Restauration : Jean-Baptiste Say », Journal des économistes, avril 1901. Il est à noter que pour écrire cet article, Liesse a obtenu de la famille de Say la consultation des manuscrits privés du fondateur. Ces manuscrits sont ensuite restés inconsultables jusqu’à ces dernières années. Ils ont été déposés, en 1985, à la Bibliothèque nationale.

43 L. Le Van Lemesle, « Innovations et institutions : le Conservatoire des arts et métiers et la Faculté de droit de Paris », Économies et sociétés, série PE, mai 1985, p. 106-119.

44 Moreau-Neret, « Notice sur la vie et les travaux de Monsieur A. Liesse », Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, Séances et travaux, 1947.

45 Ibid.

46 J.-G. Courcelle-Seneuil, Les opérations de banque, traité théorique et pratique, 1re édition, 1853, régulièrement révisée et remise à jour par Liesse. La septième édition est de 1896, la huitième de 1898, la neuvième en 1902, la dixième en 1910, la onzième en 1919, la douzième et la treizième en 1929, Paris, Alcan.

47 A. Liesse, La question sociale, Flammarion, Paris, 1894, 2e édition, édition Léon Chailley, 1895.

48 C. Fontanon et A. Grelon, « Deux siècles d’histoire », introduction au Dictionnaire biographique, p. 44.

49 Avocat à la cour d’appel de Paris.

50 Faisant 40 leçons par an, il a 60 auditeurs en moyenne par leçon, en 1880-1881 (Archives du CNAM).

51 Cent cinquante ans de haut enseignement technique au Conservatoire des arts et métiers, Paris, Presses du Palais-Royal, p. 128.

52 Révoqué par le gouvernement d’Ordre moral.

53 Maurice Bellom, l’enseignement économique dans les écoles techniques, Paris, 1905. Cet ouvrage présente en annexe les programmes des différentes écoles.

54 M. Bellom, op. cit., p. 332.

55 P. Beauregard, Essai sur la théorie du salaire, La main d’œuvre et son prix, Paris, Larose, 1887.

56 M. Bellom, op. cit., p. 333.

57 Beauregard, influencé par l’école de Le Play, membre de la Société d’économie sociale, rejoint au début du xxe siècle la Société d’étude législative où le juriste Jay coordonne des recherches sur la législation sociale. Comme député, il s’attache à l’étude des conventions collectives du travail, et prépare la loi qui sera votée le 25 mars 1919.

58 Là encore, nous n’étudierons en détail que les cours ayant le caractère d’économie politique.

59 C. Fontanon et A. Grelon (éds.), « Deux siècles d’histoire », art. cit., p. 48.

60 La chaire est transférée en 1908 au Collège de France.

61 Cette chaire est confiée au socialiste Eugène Fournière, dont nous reparlerons à propos de l’enseignement à Polytechnique.

62 Ancien chef de cabinet du ministre du Travail en 1906. Voir notice de M. Dreyfus, Dictionnaire, op. cit. Lui succèdent Hauser, Mantoux et M. Baumont.

63 Mabilleau, membre de l’Institut, personnage actif dans le monde de la mutualité, membre du Musée social.

64 Nous reviendrons sur sa pensée, à propos de l’enseignement de l’économie dans les grandes écoles dans le chapitre XIII.

65 J. Bouvier, « Feu François Simiand ? », Hommage à E. Labrousse, Paris, Mouton, 1974, p. 59-78. M. Lévy-Leboyer, « l’héritage de Simiand : prix, profits et termes de l’échange au xixe siècle », Revue historique, 1, 1970, p. 77-120.

66 Lucien Gillard, « Le dilemme productivité-répartition », in L. Gillard et M. Rosier (dir.), François Simiand, Paris, Éd. des archives contemporaines, 1996, p. 177-193.

67 Le ministère du Commerce gère l’Office du travail, auquel est rattachée la Statistique générale de France.

68 F. Simiand, Le salaire des ouvriers des mines en France, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1904.

69 F. Simiand, Le salaire, l’évolution sociale et la monnaie. Essai de théorie expérimentale du salaire, Paris, Alcan, 3 vols., 1932.

70 Programme d’un cours d’économie politique proposé à l’examen du conseil de perfectionnement du Conservatoire des arts et métiers par François Simiand, agrégé de philosophie, docteur en droit (sciences politiques et économiques), chargé de conférences à l’École pratique des hautes études (histoire des doctrines économiques). Archives du CNAM.

71 71. J. R. Hicks, « Review of F. Simiand », Economic Journal, 1932, p. 451-454 (compte rendu du Salaire, l’évolution sociale et la monnaie).

72 L. Le Van Lemesle, « F. Divisia, a pioneer responsible for the integration of mathematical method into French economics », in European economists of the early 20th century, vol. 1, W. J. Samuels éd., Elgard, Northampton, MA, 1998, p. 81-94.

73 F. Divisia, Exposés d’économiques, Paris, Dunod, 1951, p. II.

74 F. Divisia, « l’indice monétaire et la théorie de la monnaie », Revue d’économie politique, juillet-août, septembre-octobre et novembre-décembre 1925. Ces articles ont fait l’objet d’un tiré à part, en 1926, Paris, Sirey, p. 1-111.

75 F. Divisia, Économique rationnelle, Paris, éd. Douin, Bibliothèque de mathématiques appliquées, 1928.

76 M. Armatte, « F. Divisia », Dictionnaire du CNAM, op. cit., p. 431.

77 Ibid.

78 L. Le Van Lemesle, « Antonelli, un professeur aux origines des assurances sociales », De la charité médiévale à la sécurité sociale, A. Gueslin, P. Guillaume, Paris, Éditions ouvrières, 1992, p. 287-299.

Table des illustrations

Titre Comparaison des effectifs entre les deux principales chaires du CNAM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Les deux premiers cours annexes : droit commercial et économie sociale
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Évolution des chaires du CNAM en matière d’assurance
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540