Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Chapitre XII. Collège de France et École libre des sciences politiques : la satellisation

Texte intégral

1Quand les libéraux purs détenaient le monopole d’un enseignement économique conçu de façon informelle, le Collège de France et l’École libre des sciences politiques avaient constitué les fleurons de leur conquête du champ intellectuel. Mais, en postulant que la science économique était indiscutable, ses partisans s’étaient tournés vers la pratique et les praticiens des grandes affaires, vers la description orientée du réel, vers les recettes de l’enrichissement individuel. Dans cette démarche, la recherche a peu de place.

2Par ailleurs, les enseignants officiels d’économie menaient le combat pour faire reconnaître leur discipline dans les universités. Au moment où elle commence à acquérir droit de cité, on peut se demander comment les deux tribunes libérales contribuent encore à la diffusion de la discipline, et quelle place elles occupent désormais ; comment ceux qui pouvaient faire de l’économie, officiellement, en faculté de droit, ont continué ou non d’utiliser le Collège de France et l’École libre des sciences politiques. Voyons d’abord l’évolution du Collège de France.

I. LE COLLÈGE DE FRANCE ENTRE SCIENCE ET POLITIQUE

3Nous avons vu plus haut le rôle joué par la chaire d’économie politique et l’importance des premiers professeurs du Collège de France. La chaire d’économie politique avait vu se succéder J.-B. Say (1831-1832), Rossi (1833-1840) et Chevalier (1840-1879). Ce dernier s’était fait suppléer par Baudrillart de 1854 à 1867. En 1867, un cours d’histoire des doctrines avait été instauré pour permettre à Baudrillart de rester, et un an après, à son départ, Levasseur avait assuré le cours. Ce cours avait été transformé en 1871 en deuxième chaire.

4Nous étudierons d’abord les caractères acquis par ces expériences, nous verrons ensuite le fonctionnement divergeant des deux chaires occupées par Levasseur et Paul Leroy-Beaulieu, et enfin, le relais de la diffusion de l’économie politique par Charles Gide et François Simiand.

A. LES CARACTÈRES ACQUIS

5En 1877, l’expérience de l’institution Collège de France, en matière de diffusion de l’économie politique, présente trois types de caractères. Elle témoigne de la conquête d’un secteur de diffusion académique, elle reflète assez bien les étapes de l’économie politique du xixe siècle et, enfin, elle révèle des liens étroits avec la sphère du politique.

1. Une diffusion académique

  • 1 P. Rossi, Cours d’économie politique, tome II, p. 360 et suiv.
  • 2 Arch. nat. F.17 2415.
  • 3 M. Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836, 2 vol.

6Quand l’économie politique entre au Collège de France, c’est la première fois qu’elle échappe à l’enseignement technique du Conservatoire ou de l’École spéciale de commerce. Elle accède à un public mi-mondain, mi-estudiantin. Say meurt trop tôt pour y imprimer sa marque, mais Rossi tente un premier travail de réflexion1 sur certains concepts, en particulier sur la valeur du travail, avec un retour à Smith et Ricardo. Nous ne reviendrons pas sur le couronnement de carrière que représente la nomination dans cette chaire pour les trois premiers occupants, Say, Rossi et même Chevalier,2 puisque pour ce dernier, la nomination intervient après la publication de ses Lettres sur l’Amérique du Nord3. Les pressions exercées par l’Académie des sciences morales et politiques, à chaque nomination, confirme qu’au Collège, l’économie politique est désormais admise comme une science morale, et non plus une simple discipline technique.

2. Le reflet des modalités du libéralisme français

7Dans le mode français d’appropriation des étapes de la réflexion économique, on avait pu distinguer un premier libéralisme, le libéralisme bleu, optimiste, héritier de la Révolution, et attendant de l’entrepreneur, héros de la révolution industrielle, la réussite économique et politique, que la Révolution n’avait pu accomplir. Rossi incarnait, lui, le libéralisme politique plus tempéré des orléanistes, à l’école du « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne. » Chevalier incarnait la transition avec le libéralisme productiviste, celui qui a besoin d’un effort de l’État et des banques. Baudrillart enfin, puis Levasseur assuraient le succès de la première école historique allemande. Ces auteurs retiraient à l’économie politique, sous des angles divers, son allure de discipline subversive, ou au moins non conformiste. Avec Chevalier, elle devenait même un aspect de la pensée officielle.

3. Une longue liaison avec le politique

  • 4 J.-B. Say, Œuvres diverses, p. 74.

8Elle s’était manifestée à chaque nomination. Say était l’homme du parti du Mouvement, et avait témoigné sa gratitude et son enthousiasme à l’égard du nouveau régime, « le seul sous lequel on peut librement aborder toutes ces questions »4. Rossi avait été imposé par Guizot, contre le candidat recommandé par l’Académie. Chevalier avait bénéficié de l’appui de Thiers. Baudrillart s’était associé au monde des catholiques libéraux que l’empire s’efforçait de rallier, et Levasseur bénéficiait de la confiance de Victor Duruy.

  • 5 P. Rossi, Cours d’économie politique, op. cit., tome II, p. 480.

9De facto, les contenus de cours avaient aidé les gouvernements en place. Jean-Baptiste Say avait salué la fin du danger de restauration de l’Ancien Régime et en même temps l’accès au pouvoir, à l’abri du parti du Mouvement, de la pensée libérale. Il était mort assez tôt pour ne pas voir ses espoirs déçus. Rossi s’était fait, essentiellement, l’apôtre de la pensée libérale dans ses relations avec le droit constitutionnel, mais il avait insisté sur le rôle à la fois économique et symbolique de la terre : « Le sol, par sa stabilité offre une base à nos projets et une garantie de durée ; tandis que la richesse mobilière se montre aussi fragile et fugitive que nos organes, notre santé, notre vie matérielle, la terre seule semble immortelle comme notre âme ».5 Implicitement, en mettant l’accent sur le rôle de la terre dans la construction des patrimoines, Rossi en venait à légitimer le mode particulier de domination des notables, dont on connaît les assises terriennes. Michel Chevalier, X-Mines pénétré de saint-simonisme, était, lui, l’homme de la mise en œuvre de la révolution industrielle, avec ses entreprises dépassant le cadre des capitaux individuels. Agacé par les hésitations de la monarchie de Juillet, il avait, avec plus de succès, transposé son appui au Second Empire, où l’on connaît son action. Il s’était aussi efforcé de présenter le progrès économique comme moyen d’assurer la paix sociale, en mentionnant, sans insister, le parallélisme entre les progrès de la productivité et ceux des salaires. Baudrillart et Levasseur, enfin, avaient appuyé et accompagné l’évolution libérale du Second Empire.

10Cette liaison avec les gouvernements et les politiques sociales en place n’était pas ignorée des contemporains, et elle explique la réaction des hommes de 1848 contre la chaire de Michel Chevalier, au Collège de France.

  • 6 A. Lefranc et al., Le Collège de France, livre jubilaire composé à l’occasion du quatrième centena (...)

11Jean Reynaud, à la Constituante, avait nettement justifié sa décision en mettant en accusation l’économie politique : « En politique, elle conduit à la négation du gouvernement, à la désorganisation administrative. En économie, à la liberté des puissants, à la lutte illimitée des capitaux, à ce désordre, à cette misère des travailleurs dont nous souffrons tous. Le socialisme est né de la réaction contre cette école anglaise que je signale, et, si vous voulez arrêter le socialisme, arrêtez d’abord le système funeste dont il s’engendre fatalement par contrecoup. »6

12Mais le Collège de France ne joue pas uniquement le rôle de refuge de la science en train de se faire, c’est-à-dire, au fond d’un organisme qui doublerait une Sorbonne jugée perpétuellement décadente. Il joue aussi un rôle plus important dans le champ du savoir de l’époque, alors que l’enseignement supérieur est relativement peu organisé, sauf dans les domaines du droit et de la médecine. La chaire du Collège de France avait été supprimée parce qu’elle était aussi perçue comme une tribune, d’autant plus que Michel Chevalier, comme ses prédécesseurs et comme certains de ses successeurs, avait mené de front une action politique et journalistique. Une preuve, a contrario, de l’importance du Collège de France dans l’enseignement supérieur est donnée à l’occasion de la tentative de réforme de 1848. Lamartine confirme cette interprétation aux membres de la Société d’économie politique venus en délégation se plaindre de la suppression de cette chaire prestigieuse. Il répond à la délégation de la société que, désormais, l’économie politique s’intéressera essentiellement aux problèmes de la répartition et pas uniquement aux problèmes de la production de la richesse. Ce faisant, il souligne, lui aussi, l’importance symbolique d’une chaire, perçue comme la tribune du conservatisme.

13Mais Jean Reynaud ajoute d’autres arguments. Globalement, une école d’administration fondée sur le modèle de l’École polytechnique, avec un recrutement par concours, serait une entreprise beaucoup plus utile et beaucoup plus démocratique. Mais de façon plus précise, l’économie politique enseignée est responsable de la crise. Le libéralisme a été, en quelque sorte, le fourrier du socialisme et, pour lutter contre le socialisme, il faut supprimer la chaire trop conservatrice du Collège de France. Quelle étonnante importance accordée a contrario à une chaire, susceptible, à elle seule, de répandre involontairement le contraire de ce qu’elle enseigne, le socialisme en France...

  • 7 Arch. nat. F17 13550.
  • 8 Ibid.

14Malgré sa vigilance en matière de nomination, l’empire avait éprouvé, lui aussi, le besoin de faire surveiller les cours. Michel Chevalier est un personnage officiel et, à court terme, le prestige de la chaire en est renforcé. Quant à son remplaçant, Henri Baudrillart, « ses idées sont raisonnables »7, estime l’inspecteur de police qui a assisté pendant quinze jours à son enseignement, et ses cours « exercent en général une bonne influence »8.

15En somme, au moment où l’enseignement de l’économie politique est introduit en faculté de droit, le Collège de France s’est donc plutôt renforcé. Il y a maintenant deux chaires, puisque le cours d’histoire des doctrines, créé en 1867 et transformé en chaire en 1871, a été attribué au républicain libéral Levasseur. Le Collège de France est encore considéré comme une pièce maîtresse de l’enseignement supérieur, pour toute personne qui veut se former en économie politique. On présuppose que la qualité même de l’enseignement diffusé est source de rayonnement. L’expérience de la diffusion de l’économie politique a associé l’esprit scientifique à la fonction tribunitienne. La question consiste à se demander, maintenant, dans quelle mesure il y a eu hérédité de ces caractères acquis.

B. DEUX NOMINATIONS LIBÉRALES CONTRASTÉES

16Dans la première chaire se succèdent Chevalier (décédé en 1879) et son gendre P. Leroy-Beaulieu (décédé en 1916), élu en 1879, mais suppléant de son beau-père depuis 1877. Levasseur occupe la seconde jusqu’en 1911. Les deux chaires du Collège sont, toutes deux, aux mains des libéraux. La première chaire, celle de 1831, est intitulée chaire d’économie politique et la seconde, depuis 1871, est une chaire d’histoire des doctrines. Le nom de la première reste stable jusqu’à sa suppression en 1916, l’autre est modifiée, à la demande du titulaire, et prend en 1885 le titre de chaire de géographie, histoire et statistique économique, jusqu’au décès de Levasseur, en 1911. On peut donc s’attendre à une recherche plus théorique dans la première et à un travail plus empirique, descriptif, dans la seconde. En fait, l’évolution des deux chaires présente des aspects indépendants de ces dénominations, liés, bien sûr, à la personnalité des deux détenteurs libéraux.

17Nous verrons d’abord la signification des affrontements en 1879, lors de la succession de Chevalier, puis les fonctions opposées jouées par les deux chaires, avant de voir se modifier, au xxe siècle, la diffusion de l’économie libérale par des personnalités du réformisme (Gide et Simiand).

1. L’affrontement lors de la succession de Michel Chevalier

18Alors que Levasseur, républicain modéré, ami de Jules Simon et libéral à tous les sens du terme, est élu sans problème en 1871, dans la chaire substituée au cours d’histoire des doctrines, la succession de Chevalier provoque des affrontements significatifs de l’évolution de la discipline. Chevalier, il est vrai, avait imprimé à la chaire une tonalité particulière. Dans la mesure où il s’était très ouvertement rallié au Second Empire, dont il est devenu le conseiller économique le plus notoire, il est discrédité dans les milieux républicains. Il a d’ailleurs toujours été partisan d’un gouvernement autoritaire. En même temps, il a attaché son nom au libéralisme, au libre-échange et, pendant l’empire, il a protégé la Société d’économie politique et toutes les instances du groupe de pression libéral, ce qui lui vaut tout de même une certaine reconnaissance. Il est par conséquent toléré. Il transforme sa chaire en une sorte de lieu quasi journalistique, où, un à un, les grands problèmes du moment, les discussions qui remettent en cause le libre-échange, les débats sur les grands travaux et leur financement, sont l’objet de commentaires au jour le jour. Son cours, dans ces années-là, est donc une espèce de revue critique de l’actualité économique. Il n’a jamais eu de caractère de recherche fondamentale, mais il perd même son aspect de diffuseur d’une pensée novatrice.

  • 9 Alglave, Garnier, Leroy-Beaulieu, Passy, Restaud, Walras et Worms.

19Dans un tel contexte, il est normal qu’en 1879, l’élection apparaisse comme très ouverte. Le nombre des candidatures, sept9, révèle qu’à cette date, le Collège de France reste une consécration extrêmement recherchée.

  • 10 Archives du Collège de France, G IV D.
  • 11 Alglave, professeur de droit, vient d’avoir des problèmes politiques avec le gouvernement d’Ordre (...)
  • 12 Ce sixième candidat, membre de la Société d’économie politique, professeur à l’école Turgot, rédac (...)

20Nous disposons, aux archives du Collège du France, d’un exposé manuscrit de la main d’Emile Levasseur, sur les titres des candidats10. Ceux-ci sont de trois types : les vieux pionniers de la discipline, Garnier et Passy ; des jeunes économistes, ensuite, comme le financialiste E. Alglave11, le professeur de droit à Rennes, spécialiste des questions commerciales, Worms, ou encore le suppléant P. Leroy-Beaulieu ; ou, enfin, un obscur employé au ministère des Finances, Restaud12. Ce sixième candidat ne mérite, dans l’exposé de Levassseur, que quatre lignes, alors que les autres candidats bénéficient chacun de deux pages de présentation. Et enfin, en dernière catégorie, inclassable, Léon Walras. Il faut souligner que Joseph Garnier, né en 1813 et dont nous avons déjà étudié la carrière, a longtemps été considéré comme le premier économiste français. Frédéric Passy, ancien protégé de Michel Chevalier, avait prononcé des conférences dans les villes libre-échangistes de Montpellier, Pau, Bordeaux, etc. Hommage leur est rendu mais, visiblement, ils n’obtiendront pas cette consécration. Alglave et Worms sont cités, sans grands commentaires.

  • 13 C’est le même lycée que celui d’Émile Levasseur.
  • 14 On voit à quel point, à cette époque, le modèle universitaire allemand et en particulier le séjour (...)
  • 15 Archives du Collège de France, G IV D.

21Le rapporteur insiste sur les titres de Paul Leroy-Beaulieu, le vrai candidat. Sa légitimité est triple. D’une part, elle est académique. Né en 1843, Paul Leroy-Beaulieu, après avoir fait des études classiques brillantes au lycée Bonaparte (devenu Condorcet)13, a passé une licence en droit, et complété sa formation, en 1864-1865, par un séjour d’une année scolaire dans les deux universités de Bonn et de Berlin14. Dès son retour, en 1866, il a traité le sujet mis au concours par l’Académie des sciences morales et politiques et obtenu le premier prix en 1867. Il a publié son mémoire remanié, sous le titre De l’état moral et intellectuel des populations ouvrières et de son influence sur le taux des salaires, en 1868, chez Guillaumin. Toujours à partir de sujets proposés par l’Académie des sciences morales, il a obtenu trois autres prix qu’il transforme en trois ouvrages : en 1872, De l’administration locale en France et en Angleterre, en 1873, Le travail des femmes au xixe siècle, et en 1874, De la colonisation chez les peuples modernes. Au moment où il candidate au poste de Michel Chevalier en 1878, Paul Leroy-Beaulieu a obtenu quatre prix de l’Académie des sciences morales et politiques et il est présenté par elle au premier rang, désigné en quelque sorte par cette instance de recrutement informel qu’était l’Académie. Le rapporteur insiste sur ses titres. Mais il a aussi une légitimité sociale, dans la mesure où son mariage avec une des filles de Michel Chevalier l’a fait entrer dans le monde des grands experts et des puissants qui gravitaient autour de son beau-père. Son troisième titre de légitimité, enfin, est sa participation à l’expérience de l’École libre des sciences politiques, où il enseigne les finances. Levasseur insiste à propos de ce Traité de la science des finances : « cet ouvrage malgré les bons travaux que nous possédons sur les matières financières est une œuvre originale qui fait autorité. Un pareil ouvrage nous manquait, [ceci est raturé] mais Paul Leroy-Beaulieu y déploie ses qualités, précision et variété des connaissances, clarté d’exposition, recherches faites sur les sources, mesure et solidité du jugement. Il suit sa pensée et l’expose avec méthode sans se préoccuper du trait de relief, il cherche surtout à instruire et à convaincre »15. Le rapporteur souligne aussi ses qualités d’exposition orales, « se tenant à égale distance de la déclamation et de la vulgarité ». Il rappelle que le candidat, déjà membre de l’Institut, a été orphelin jeune ; obligé de gagner sa vie assez vite, il s’est fait remarquer par des articles dans la Revue des deux mondes et au Journal des Débats. En 1872-1873, il a fondé l’économiste français. Paul Leroy-Beaulieu, par conséquent, a à la fois une légitimité scientifique, une légitimité académique et une légitimité de diffuseur, de publiciste. On sent la précooptation.

  • 16 Boutmy est très loin des positions de l’économie mathématique, puisqu’il soutient A. Dunoyer. Il p (...)
  • 17 Archives du Collège de France, G IV D, lettre du 26 août 1879.

22Mais l’intérêt de ce débat, pour comprendre les raisons d’un choix, est qu’on y entrevoit aussi les raisons d’un refus. En effet, ces mêmes archives ont gardé deux lettres de Walras, qui démontrent son intérêt pour la chaire. Il a déjà une chaire à Lausanne, mais il espère encore revenir à Paris et diffuser en France le contenu scientifique nouveau qu’il voulait donner à la pensée économique. Il reconnaît qu’il n’a pas réussi à joindre Boutmy16. Il aurait aimé enseigner à l’École des hautes études mais visiblement, là aussi, il a été éconduit. Pourtant, il serait prêt, à condition de recevoir le moindre encouragement, à postuler à la chaire de Michel Chevalier. Dans sa lettre manuscrite en date du 4 octobre 1879, il dit : « Permettez-moi de vous réitérer ma profession de foi. Si j’avais l’honneur d’être professeur d’économie politique au Collège de France, je me consacrerais tout entier à mon enseignement, je ne serais ni membre d’aucune assemblée délibérante, ni rédacteur d’aucune revue ou journal, ni administrateur d’aucune société financière [là, il est très évident que c’est la candidature de Paul Leroy-Beaulieu qui est visée]. Je ne cumulerais aucune autre chaire avec la mienne, je ferais un cours régulier et complet d’économie politique et sociale, s’étendant sur un nombre d’années déterminées, mais susceptible d’être abordé tous les ans par les élèves. J’emploierais mes vacances à approfondir successivement les différentes parties de ces cours, de façon à le perfectionner et à l’enrichir d’année en année. Je compléterais mon enseignement théorique par un enseignement pratique. En un mot, je m’efforcerais de laisser, après moi, à quelques élèves qui m’appartinssent et dont on a pu me faire honneur, ce qui est, à mon sens, le seul témoignage sérieux et digne de lui qu’un professeur doive ambitionner de faire rendre ».17

  • 18 Ibid.

23Et il se défend, par avance, des accusations politiques portées sur sa théorie de l’impôt unique : « Je prends la liberté d’ajouter qu’en revanche, je réclamerais une complète liberté d’investigation scientifique. Il faut ajouter qu’il y a telle de mes doctrines, par exemple ma théorie de l’impôt unique sur la rente foncière, qui n’est point révolutionnaire pour la raison qu’elle est parfaitement susceptible d’une réalisation lente, progressive scientifique, mais qui pourrait être qualifiée de radicale ou de socialiste en ce qu’elle repose sur une reconnaissance formelle du droit éminent de la communauté sur la terre directement contraire aux principes exclusif d’individualisme qui prédominent dans notre société et notre science économiques actuelles. »18 Il faut revenir, en économie, à une recherche véritablement scientifique.

  • 19 Archives du Collège de France, G IV D.
  • 20 Correspondance of Léon Walras and related papers, éd. Jaffé, Amsterdam, 1965, tome I, p. 627.

24Il sait que la nomination à la chaire du Collège de France se fait sur présentation des professeurs et des membres de l’Institut. Mais il avoue ignorer « comment on se met sur les rangs ». Une seconde lettre, en date du 4 octobre, marque son recul et son absence d’illusion : la première demande n’a pas obtenu de résultat. Recommandé ni par l’Institut, ni par le corps des professeurs, Walras fera quand même une candidature de principe, dans l’espoir « que peut-être trouverai-je, parmi les savants appelés à se prononcer sur mon sort, quelques hommes disposés à se placer à mon point de vue et à plaider ma cause, de telle sorte que mon insuccès même soit honorable »19. Plus tard il dressera un portrait acide de son concurrent victorieux disant : « À côté de Baudrillart, Levasseur, Frédéric Passy, il [Leroy-Beaulieu] est un aigle... C’est un homme distingué, ce n’est pas du tout un professeur d’économie politique. Son traité de finances est une compilation qui manque absolument de critiques. Ce n’est qu’un journaliste... Il n’est arrivé à l’Institut et au Collège de France que comme gendre de Michel Chevalier »20. Walras réserve le summum de son mépris pour les économistes, de l’école historiciste, en particulier Levasseur et Baudrillart. Leroy-Beaulieu, lui, se pose des questions théoriques.

  • 21 Arch. nat. F 17 13556, il obtient 22 voix contre 32.

25Le directeur de L’économiste français, Paul Leroy-Beaulieu, l’emporte nettement21. Il est nommé par un décret du 1er mai 1880, et il continue le style polémiste, donné à la chaire par Michel Chevalier.

2. Paul Leroy-Beaulieu : une chaire transformée en tribune

  • 22 G. Aumercier, op. cit. Maurice Basle, « Paul Leroy-Beaulieu un économiste français de la troisième (...)
  • 23 Voir Baslé, art. cit., p. 209.

26On est là au début d’une carrière d’économiste praticien, autant que théoricien. Paul Leroy-Beaulieu mène des activités multiples.22 Il est à la fois professeur, journaliste, économiste actif, administrateur de nombreuses sociétés, en particulier des phosphates en Tunisie, de la Compagnie des chemins de fer portugais, de la société d’assurance La Foncière, il est président pour la Compagnie de chemin de fer sous-marin entre la France et la Grande-Bretagne. Il est colon en Tunisie, viticulteur dans le Languedoc et cultivateur également en Normandie, sa province d’origine23. Il gère une fortune grandissante. Il est particulièrement averti des réalités économiques du moment, dont il présente les principaux aspects dans son journal. Dans cette logique, il publie en 1906, L’art de placer et de gérer sa fortune, ouvrage à succès puisqu’il est réédité en 1914.

  • 24 Maurice Croiset, administrateur du Collège de France, discours lors des funérailles.
  • 25 Le premier thème sera analysé à l’occasion de l’étude du lieu de diffusion, l’École libre des scie (...)

27Le Collège de France est le lieu où il teste ses livres. « Ses cours étaient étroitement liés à ses travaux personnels. Alimentés par les mêmes études, vivifiés par les mêmes méditations, les uns servaient à préparer les autres, ou à les rendre toujours meilleurs et de plus en plus substantiels. »24 Mais comme avant son élection, les axes de ses préoccupations étaient déjà fixés, il les répète et les approfondit, ce qui renforce la fonction tribunitienne de la chaire. Ces axes sont, pour l’essentiel, au nombre de quatre : la confiance dans le mouvement économique spontané qui implique le moins d’État possible et des finances publiques équilibrées25, l’apologie de la colonisation, la lutte contre toutes les idées socialistes et enfin, les préoccupations populationnistes.

  • 26 René Stourm, « Paul Leroy-Beaulieu », Revue des deux mondes, 1er avril 1917, p. 3-24.

28Les sujets de ses cours au Collège, sont dans l’ordre chronologique : la répartition des richesses, le collectivisme, les revenus publics et l’impôt, le rôle de l’État moderne, la science économique, Proudhon, Adam Smith, Ricardo, John Smart Mill, le crédit, la monnaie et les banques, la diminution de la population, l’association, les finances publiques, budgets et emprunts, les systèmes coloniaux, les écoles socialistes26. L’économiste français les annonce régulièrement. Ils s’imbriquent avec les curiosités du professeur, les rééditions de ses livres et surtout les exigences de l’actualité.

  • 27 P. Leroy-Beaulieu, La colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin, 1877.
  • 28 Cité par R. Stourm, art. cit., p. 7.
  • 29 P. Leroy-Beaulieu, l’Algérie et la Tunisie, Guillaumin, Paris, 1887.
  • 30 P. Leroy-Beaulieu, Le Sahara, le Soudan, et les chemins de fer transsahariens, Paris, 1904.

29La colonisation chez les peuples modernes27 paraît, pour la première fois, en 1877 et connaît six rééditions, chaque fois modifiées et augmentées, ce qui aboutit à deux volumes de 700 pages pour la sixième édition, en 1908. Issu d’une première réflexion à l’occasion d’un mémoire académique, il porte en épigraphe : « La fondation des colonies est la meilleure affaire dans laquelle on puisse engager les capitaux d’un vieux et riche pays »28. Le cours suit les étapes de la colonisation de la Troisième République. L’auteur revient sur l’étude de deux des pays d’Afrique du Nord29, puis, en 1904, revient sur un thème qui lui tient à cœur, le Sahara30. S’appuyant sur les travaux des explorateurs et des géographes, il estime que les richesses du désert sont assez importantes pour justifier la construction d’une ligne de chemin de fer transsaharien.

  • 31 P. Leroy-Beaulieu, La question de la population, Paris, Alcan, 1913.
  • 32 Académie des sciences morales et politiques, séance du 1er février 1913.

30Nous avons signalé, au chapitre précédant, sa conscience de la crise démographique. « À l’heure actuelle, il ne s’agit plus pour la France de population stationnaire, ce qui serait déjà un très grand mal. Il s’agit maintenant d’une population déclinante dont le déclin serait appelé à s’accentuer de manière progressive et rapide ».31 Il fournit des chiffres à l’appui de sa thèse, et il propose un ensemble de solutions étrangement interventionnistes de la part d’un libéral. Pour éviter cette décadence qui verrait une « nation historique de premier ordre sur la voie de la disparition rapide, au milieu de deux milliards et plus d’être humains qui se trouveront sur le globe à la fin du présent siècle »32, contre cette dénatalité, il prône soit des remèdes spirituels, le retour aux idées religieuses et morales, soit des remèdes législatifs, primes et réductions d’impôts, réduction du service militaire, impossibilité de devenir fonctionnaire titulaire si l’on a moins de trois enfants. Il met une somme d’argent à la disposition de l’Académie des sciences morales et politiques afin d’encourager l’étude sur cette question. Il propose aussi de protéger le travail des femmes. La femme doit d’abord être une mère avant d’être une travailleuse à l’extérieur. Il faut l’abriter des tâches les plus lourdes. Dans la mesure où le statut de la femme est amélioré dans le monde actuel, grâce au progrès des qualifications, le travail des femmes doit se cantonner dans ce que nous appellerions le tertiaire, c’est-à-dire le commerce, les chemins de fer, la poste, la banque et l’instruction publique, où elles sont, selon lui, plus aptes que les hommes : « leur esprit qui embrasse moins que le nôtre saisit et retient mieux ; elles ont quelque chose d’absolu dans l’intelligence, qui conduit à la précision et à la clarté ». Mais, en aucun cas, ceci ne doit éclipser le rôle maternel. « Elles ont d’ailleurs d’instinct la connaissance de l’enfance ».

  • 33 P. Leroy-Beaulieu, Traité théorique et pratique d’économie politique, première édition, 1896, livr (...)

31Il faut mener aussi une politique interventionniste active en faveur du troisième enfant. Pour cela, on doit d’abord comprendre les causes historiques de la dénatalité. Les enfants, dans le monde actuel, non seulement ne sont plus rémunérateurs, mais ils sont coûteux puisqu’il faut éventuellement payer pour leur offrir une qualification. De ce fait, la maternité devient incommode et redoutable33. Néanmoins, il y a aussi des raisons culturelles à la dénatalité, car, dit-il, le développement de l’instruction, de l’ambition personnelle et familiale, des idées démocratiques, la concurrence plus apte dans les carrières diverses, les goûts de luxe, l’excès de prévoyance retardent, s’ils ne les diminuent pas, les mariages, et par conséquent, font appréhender la venue d’un nombre peu notable d’enfants par ménage.

  • 34 Il a œuvré pour favoriser la nouvelle loi de 1889 favorisant les naturalisations.
  • 35 P. Leroy-Beaulieu, Traité théorique et pratique, op. cit., p. 463.

32Pour pallier tous ces faits, Paul Leroy-Beaulieu accepte des solutions qui, par rapport à son idéologie habituelle, nous surprennent. Il y a d’abord l’acceptation de l’immigration. Les immigrants sont plus prolifiques, parce qu’ils viennent de contrées moins développées. Bien sûr, ils seront un peu lents à assimiler, mais le mieux, dit-il, est de s’efforcer de les naturaliser graduellement34. Ensuite, il faut châtier très efficacement l’avortement et toute propagande néo-malthusienne. L’État doit lutter pour le droit à la vie. En contrepartie, il faut qu’il mette en place des honneurs et des préséances, comme dans l’empire romain, en faveur des parents de famille nombreuse. En particulier, il envisage de leur octroyer « le suffrage plural » aux élections35. Une famille normale se compose de trois enfants ou plus. Il faudrait réduire le traitement des fonctionnaires célibataires ou peu prolifiques et, en revanche, accorder des réductions ou des exemptions de service militaire aux familles nombreuses. Ces aspects sont relativement défensifs. Mais l’économiste libéral réclame aussi des primes à la naissance du troisième enfant et de tout enfant au-delà, par une sorte d’allocation familiale qui associerait les patrons et l’État pour rémunérer ces primes, et qui serait indépendante du revenu des gens. Enfin, il faut favoriser l’insertion précoce des jeunes dans la vie active pour qu’ils coûtent moins à leur famille, favoriser l’accès aux habitations bon marché, le prêt d’argent aux pères de familles nombreuses, etc. Suit alors une étonnante dénonciation de l’allongement des études qui ne sert qu’à fabriquer des déclassés.

33Mais l’essentiel de son action dans le cadre de ses leçons du Collège se concentre sur la lutte contre les socialismes. La répartition des richesses, telle que l’évolution de la société moderne l’a modifiée, est parfaitement légitime. Les écarts de fortune s’atténuent, les salariés payés aux forfaits ont une vie plus sûre que les professions libérales incertaines ou les entreprises en proie aux aléas économiques. La condition de salarié présente des avantages qu’il faut rappeler.

34À l’objection selon laquelle les inégalités de capital sont insurmontables, il objecte que le capital ne se réduit pas à la détention d’argent : le fait d’être en bonne santé, d’être en état de travailler, de vivre conformément à la morale courante, d’être sobre et prévoyant, est en soi un capital. Par conséquent, l’ouvrier comme le patron dispose d’un capital économique, sa force de travail résultant d’une certaine manière de vivre, conforme à la morale, qu’on est libre de choisir ou pas. Toute action qui encourage l’amélioration de l’état moral et intellectuel des populations ouvrières, qui les aide à vivre de façon sobre et prévisionnelle, qui améliore leur capacité professionnelle contribue à donner une variété de capital au monde ouvrier et lui permet d’obtenir un taux de salaire plus élevé. Cette explication est liée, comme nous l’avons étudié précédemment, à l’analyse du salaire évoluant parallèlement à la productivité. Le bon état de la moralité ouvrière est un facteur favorable à sa productivité.

  • 36 Voir notre chapitre consacré au Collège de France dans la première partie du présent ouvrage.
  • 37 Première édition, Paris, Guillaumin, 1881.

35Il faut insister sur la véritable rupture introduite, ici, dans la pensée économique courante, en matière de salaire. Même un catholique comme Henri Baudrillart avait admis la théorie du fonds de salaire36. Rompant avec cette théorie, qui lui paraît trop statique, Paul Leroy-Beaulieu pense que le taux de salaire est lié à la capacité de travail et au niveau de qualification du monde ouvrier. Si son premier ouvrage avait remporté un succès d’estime dans les milieux qui lisent les mémoires récompensés par l’Académie, le cours du Collège lui permet d’en préparer un second de diffusion plus large. Il reprend ces thèmes et les élargit à une théorie globale de la répartition. Ces thèses rencontrent un public vaste, trouvent une audience chez les adversaires des utopies qui ont abouti à cette guerre civile dramatique qu’a été la Commune. Il leur faut réfuter la thèse fausse et dangereuse selon laquelle, plus la production augmenterait, plus le monde ouvrier souffrirait, et au bout du compte les ouvriers seraient victimes du développement économique qui accroîtrait les écarts sociaux ; bien au contraire. La théorie du salaire de Paul Leroy-Beaulieu a l’immense mérite, aux yeux du monde officiel, de réconcilier le développement économique et le monde des salariés. En s’efforçant de prouver que les salaires montent parallèlement à la productivité, elle conclut qu’il n’y a plus de contradiction ou d’intérêt contradictoire entre les salariés et les détenteurs de capitaux. C’est par l’éducation morale et professionnelle de l’ouvrier que la répartition devient la plus juste possible. C’est pourquoi son Essai sur la répartition des richesses et sur la tendance à une moins grande inégalité des conditions37 est particulièrement révélateur de sa pensée sociale et politique. Il annonce d’emblée un projet de remise en cause de la théorie anglaise, ricardienne, de la répartition. Ce problème de la répartition est presque entièrement à revoir et c’est l’objet du livre.

  • 38 Première édition, Paris, Guillaumin, 1884.
  • 39 Cité par R. Stourm, art. cit., p. 4.
  • 40 G. Aumercier, op. cit., p. 700.

36Dans la même logique, Le collectivisme, examen critique du nouveau socialisme38 s’efforce de lutter contre les nouveaux courants subversifs, le matérialisme allemand, le collectivisme français, et même « le socialisme d’État gouvernemental ou municipal, beaucoup plus dangereux sous ses formes fuyantes »39. La thèse est que le collectivisme est à la fois contraire à l’essor de la production, contraire à la justice, parce qu’il ne rémunère pas le travail passé des détenteurs de capitaux, contraire aux libertés, parce qu’il induit une répartition autoritaire des choses et enfin, contraire à l’utilité, puisqu’à partir du moment où on aura embrigadé les travailleurs, ces derniers cesseront de travailler comme ils le font dans une entreprise privée. Or, pour ces leçons au Collège, Paul Leroy-Beaulieu rencontre « un auditoire nombreux et sympathique »40. La chaire devient une tribune de la pensée économique officielle, qui commente pas à pas dans une sorte de magistère moral, l’actualité poitico-sociale du moment.

  • 41 Jules Guesde, « Le collectivisme au Collège de France », L’Égalité, n° 2, troisième série, 18 déce (...)

37On comprend alors que cette chaire suscite des réactions particulièrement vives. Jules Guesde, dans son journal L’égalité, s’efforce de répondre point par point à Paul Leroy-Beaulieu. Sur la notion de salaire, Guesde explique que le salariat n’est pas une libération par rapport aux risques patronaux ; au contraire, il aggrave la condition de l’ouvrier. Jules Guesde attaque nominalement l’enseignement de Paul Leroy-Beaulieu : « Le socialisme scientifique moderne dont L’égalité a été en France le premier organe a fait son entrée le 9 courant au Collège de France. Son introducteur est M. Paul Leroy-Beaulieu, professeur qui a pris (le collectivisme) pour sujet de ce cours... Inutile d’ajouter que nous ne nous faisons aucune illusion sur la façon dont seront exposées et étudiées nos conclusions. C’est un ennemi. C’est un des théoriciens de la classe ennemie qui a la parole, et qui, dans la chaire où il professe à nos frais, est garanti contre toute espèce de contradiction. Le collectivisme est donc défiguré pour ne pas dire caricaturé... »41

  • 42 L’Égalité, n° 4, 1er janvier 1882 ; n° 5, 8 janvier 1882 ; n° 6, 15 janvier 1882, sous le titre «  (...)

38Ceci dit, Jules Guesde estime que, cette fois-ci, la bourgeoisie incarnée par Paul Leroy-Beaulieu est obligée de rompre « la conspiration du silence ». Elle est obligée « d’avoir recours aux feux en conférence publique », ce qui « permet de constater l’étendue du terrain idéologique gagné par nous depuis trois ans. » Dans les numéros suivants de l’égalité42, Jules Guesde réfute la défense de la famille opérée par Paul Leroy-Beaulieu. Pour Jules Guesde, en réalité, la famille est détruite par l’évolution du capitalisme moderne, l’enfant ne sert que d’outil ou de servant d’outil, la femme est écrasée par le travail, la famille disloquée a perdu sa fonction de transmission des valeurs, reprise en main par l’école. Dans les faits, la famille est devenue une sorte de bagne domestique qui, en tant que tel, n’a pas à être défendue. Ce qui compte, c’est de faire l’apologie de « la grande famille humaine que constituera la société réconciliée dans la communauté de la propriété et du travail alors qu’actuellement la famille est devenue un bagne écrasant ». Insistant sur l’historicité de la famille, famille romaine, famille féodale et famille bourgeoise, c’est la société entière qui sera transformée en famille large. Guesde poursuit un certain nombre d’attaques précises contre le professeur du Collège de France qui n’a pas su analyser, dans les bonnes sources, ce que le socialisme appelle famille.

39Bien entendu, en janvier 1882, l’article présenté comme une « deuxième leçon à un professeur » s’intitule « le collectivisme et la justice ». Il dénonce l’injustice de la société actuelle qui sous-paye les véritables producteurs au profit des détenteurs de capitaux, les profiteurs. Guesde ironise. « La justice selon notre professeur, c’est d’abord la proscription du vol », or l’accaparement du sol et l’accaparement des capitaux sont en général liés à des malhonnêtetés. Ensuite, la justice, selon Paul Leroy-Beaulieu, serait fille du hasard : quand un immeuble double de prix parce qu’une voie se crée devant, la rémunération serait normale. Enfin, la justice serait, pour Leroy-Beaulieu, le monopole de l’accumulation d’argent alors que pour Guesde, la vraie justice serait de répartir les choses autrement. Il en profite pour dénoncer cette justice bourgeoise, cette « catin ». La troisième leçon de Guesde réfute l’idée que le collectivisme serait contraire au progrès de la production. Dans le collectivisme, le nombre des hommes productifs augmentant le capital réel s’accroîtrait, il n’y aurait plus de force gaspillée et les gens travaillant pour eux-mêmes seraient plus actifs. Nous n’avons pas à entrer plus avant dans le détail de cette polémique que nous avons seulement évoquée pour montrer à quel point la chaire du Collège de France apparaît comme une tribune des puissants, puisque même Jules Guesde juge utile de la contester.

40La chaire du Collège de France est bien devenue une tribune quasi officielle. Le Collège de France est, pour Paul Leroy-Beaulieu, l’étape importante d’une carrière académique, favorisée par le capital social représenté par l’entrée dans la famille de Michel Chevalier, mais complétée aussi par une fonction médiatique. On comprend alors que ce double aspect n’est pas étranger au sort de la chaire. Après avoir perdu son fils durant la guerre de 1914-1918, Paul Leroy-Beaulieu meurt en 1916. Dans le double climat de la guerre de 1914 et de l’Union sacrée, avec l’influence des socialistes dans le gouvernement, la chaire disparaît, payant son succès médiatique d’un échec scientifique. Le Collège de France, en tant que lieu de refuge ou d’expression des libéraux, voit donc une de ses tribunes se fermer.

3. Levasseur : une chaire consacrée à l’innovation en science sociale (1868-1911)

  • 43 Voir notre notice détaillée sur Émile Levasseur, C. Fontanon et A. Grelon (éds.), op. cit.

41Si, au Conservatoire des arts et métiers,43 Levasseur enseignait l’économie politique appuyée sur des exemples concrets, il se limitait à la science déjà faite. En revanche, au Collège de France, fidèle à l’esprit du lieu, il teste le contenu de ses différents livres et son cours change tous les ans.

42Comme l’évolution des intitulés de la chaire le confirme, il s’efforce, pour analyser la société dans ses principaux aspects, de fonder une discipline que nous avons du mal à qualifier maintenant, sorte de science sociale intermédiaire entre l’économie, l’histoire, la démographie et la géographie économique. Il cherche à montrer les origines, à expliquer et décrire le monde contemporain. Successivement, en 1868, il fait un cours sur le commerce des nations. En 1869-1873, il analyse ce qu’il appelle « l’étude des forces productives » dans les quatre grands continents, Europe, Asie, Afrique, Amérique. Ensuite, il revient à la France, dans un travail plus géographique qu’historique sur « la richesse de la France ». Enfin, il fait le point sur son « histoire de la population » et sur « l’histoire des classes populaires », depuis 1789, c’est-à-dire la suite de son livre.

43En même temps, il multiplie les exposés de méthode : tout exposé d’économie politique doit s’appuyer sur l’histoire des faits, et de préférence l’histoire des faits quantifiés. Il introduit dans l’histoire économique, la statistique descriptive. L’histoire économique quantifiée, la description géographique du présent, les concepts de l’économie politique permettent, associés, de comprendre comment le libéralisme se met en œuvre, comment les faits, quelquefois, dévient un peu par rapport à la théorie. Dans l’ensemble, Levasseur insiste sur le rôle essentiel du « facteur travail », qui est non seulement une source de dynamisme et de progrès, mais encore une source éventuelle d’inégalité : le développement des forces productives creuse les différences entre les peuples.

44Son travail de démographe lui donne une stature internationale, son travail en géographie humaine aussi. Son nom est maintenant lié à son travail de statisticien, ce en quoi, pour l’époque, il est particulièrement novateur. Pour le reste, son œuvre le fait hésiter entre trois disciplines, l’histoire, l’économie et la géographie, ce qui aboutit à une non reconnaissance posthume d’une partie de son œuvre. Mais pour l’époque, Levasseur, de par le champ très large de ses recherches, est plus innovateur qu’inventeur.

  • 44 Levasseur, L’ouvrier américain, Paris, Larose, 2 volumes, 1898.

45Il est innovateur dans la mesure où, introduisant des disciplines annexes dans des disciplines principales, il aboutit à recomposer, ou à découper, de nouvelles disciplines : l’histoire économique, la géographie humaine, la démographie. Par exemple, sa thèse sur l’affaire Law est la première thèse d’histoire économique universitaire. Il fait sortir la géographie de la simple nomenclature, pour introduire, à côté de l’énumération des lieux, la façon dont les hommes travaillent dans ce que l’on appelle, de nos jours, des espaces structurés. Enfin, il fonde l’histoire économique et sociale en faisant entrer, dans le champ de l’histoire scientifique, « les classes ouvrières »44. Levasseur fait, au Collège de France, une œuvre essentiellement positiviste. L’économie politique s’incarne dans une histoire qui s’efforce d’échapper aux subjectivités romantiques, grâce à son souci de rigueur factuelle et statistique.

46De ce fait, Levasseur connaît, de son temps, une extraordinaire reconnaissance sociale. Dès 1866, il est chevalier de la Légion d’honneur, et atteint en 1909, le grade de grand officier. Il devient d’ailleurs administrateur du Collège de France en 1903, avec un logement de fonction et il meurt à son poste, âgé de 82 ans. Peu d’années avant sa mort, en 1908, lors de ses 80 ans, cette reconnaissance sociale se manifeste par un jubilé qui fête à la fois son âge (80 ans) et ses 40 ans à l’Académie des sciences morales et politiques. Une fête réunit tous les corps académiques. On lui offre un médaillon avec son portrait. Les télégrammes et l’argent venu des souscripteurs révèlent bien que sa notoriété est internationale. Lors de son décès, deux ans plus tard, c’est un ministre en personne, M. Steeg, qui vient prononcer son éloge.

47Par conséquent, Levasseur a illustré la chaire du Collège de France, en historicisant la discipline économique. Il a introduit des innovations méthodologiques et ouvert le champ de la mise en œuvre de l’économie. Il a ainsi gagné le respect et l’estime des corps savants. Quand il meurt, en 1911, sa succession donne lieu à beaucoup de rivalités.

C. LE COLLÈGE ENTRE HISTOIRE LIBÉRALE ET RÉFORMISME

1. La succession de Levasseur : vers l’empirisme

  • 45 Assemblée des professeurs du 12 novembre 1911.

48Les modalités de la succession de Levasseur nous sont bien connues grâce à un dossier conservé aux archives du Collège de France45. Les professeurs réunis en 1912 pour lui choisir un successeur sont extrêmement surpris et partagés devant le nombre des candidats. En effet, sont candidats François Simiand (sa candidature est appuyée par Georges Renard), Germain-Martin, Marion, Martin Saint-Léon, Bertillon, Hauser, Cavaignac et Milaud. Au premier tour, les voix sont éparpillées, mais bien que le compte rendu soit extrêmement feutré, la discussion montre à quel point la candidature de François Simiand se heurte à un blocage idéologique.

49Ce normalien, premier à l’agrégation de philosophie et docteur en droit, s’est contenté jusqu’alors, sous l’influence de Lucien Herr, de postes modestes à la bibliothèque du ministère du Commerce, puis à la bibliothèque du ministère du Travail. Privilégiant la recherche, il a refusé une carrière de type universitaire.

  • 46 Archives du Collège de France, assemblée des professeurs, 1912, p. 21.

50Dans le débat de 1912, un certain M. Foucard reproche à Simiand ce qu’il appelle « un abus de préoccupation méthodologique »... Il reconnaît là « les travers et la phraséologie de l’école dite sociologique ». D’ailleurs, « M. Simiand a enseigné au moins une fois à l’École socialiste ». On reconnaît là l’hostilité à l’école durkheimienne, à cette sociologie connotée à l’époque de radicalisme, et au fait que Simiand, jusqu’à la guerre de 1914-1918, vit et milite dans la mouvance du socialisme réformiste. Georges Renard, qui défend sa candidature, proteste contre cette dernière observation qui tendrait, dit-il, « à faire intervenir des considérations politiques dans une question purement scientifique. Il regrette que M. Foucart fasse grief au candidat d’avoir enseigné à l’école socialiste et qu’il lui fasse le grief en présence d’un collègue qui lui-même a pris ouvertement la qualité de socialiste et qui s’en fait honneur »46. Bergson prend la parole pour dire que le travail de François Simiand révèle « un esprit philosophique élevé ». Le nombre des votants est de 37. Au premier tour, les voix sont donc très dispersées mais François Simiand a un score plus qu’honorable : 11 voix pour une majorité de 19. Germain-Martin en a 7, Marion 5, Martin Saint-Léon 4, Bertillon 3, Hauser 3, Cavaignac 2 et Milaud 1. Au deuxième tour, il y a un regroupement des voix : Simiand a 12 voix, Marion en a 15 et Germain-Martin en a 10. Les autres n’en ont plus. Au troisième tour, enfin, Simiand a 13 voix, Germain-Martin n’en a plus qu’une et c’est Marion qui, à partir de ses 5 voix du premier tour, en obtient cette fois-ci 23. Il y a donc eu une sorte de coalition en faveur de son nom pour barrer la candidature de François Simiand. Marion est donc présentée en première ligne.

51Au deuxième tour, Germain-Martin obtient 18 voix, pour être présenté en deuxième ligne. Présenté en troisième ligne, François Simiand obtient 17 voix. Finalement c’est donc Marion qui obtient la succession.

  • 47 Marcel Marion, Larousse du xxe siècle, 1929. « M. Marion » notice nécrologique de l’Académie des s (...)

52Or, Marcel Marion a fait une carrière d’historien libéral47. C’est un normalien (1877), agrégé d’histoire en 1880. Il a enseigné dans le secondaire, puis à la faculté des lettres de Bordeaux. Il étudie d’abord la vente des biens nationaux pendant la Révolution, puis il se spécialise en histoire financière. Il publie une Histoire financière de la France depuis 1715 (en 5 volumes, 1914-1925), dont les conclusions insistent sur la nécessité de l’orthodoxie financière. C’est cette œuvre de financialiste qui, bien qu’elle ne soit pas publiée au moment de son élection, lui vaut la chaire du Collège de France, à laquelle il est élu en 1912. À cette date, on a choisi contre François Simiand un financialiste orthodoxe qui explique la chute de l’Ancien Régime, exclusivement par sa mauvaise gestion financière, ses expédients, ses emprunts, ses dévaluations de la monnaie, etc. Marion illustre très bien à la fois la force et le déclin d’un courant de pensée. C’est un libéral pur, qui décrit consciencieusement les faits qu’il sélectionne, sans autre état d’âme que ceux que lui causent les déséquilibres budgétaires : la chaire ne brille guère par l’innovation.

53Lui succède, lors de sa retraite, en 1919, André Siegfried. Et là, quel que soit l’intérêt de l’œuvre, on n’est plus en face d’un travail de réflexion économique.

54Par conséquent, le cours de 1867, transformé en chaire et confié à Levasseur, qui caractérise en gros une longue période de plus de cinquante ans au Collège de France, montre à quel point l’économie politique historicisée a évolué vers l’historicisme, et a perdu finalement le titre de réflexion ou de recherches en matière d’économie proprement dite. Ceci dit, si la recherche a ouvert de nouveaux champs à l’histoire, le travail de Levasseur, parfaitement reconnu par les milieux académiques de son temps et par les plus hautes instances, a au moins permis le maintien de sa chaire, même si cette chaire a ensuite été uniquement confiée à des historiens qui parlent de façon partielle ou accessoire d’économie.

2. L’émergence des réformismes

  • 48 Marc Penin, Charles Gide, 1847-1932, l’esprit critique, L’Harmattan, 1997.

55Le dernier aspect de la diffusion de l’économie politique au Collège de France est son relais par d’autres chaires, dans la même institution. Entre 1921 et 1930, Charles Gide48 obtient, grâce à une donation de l’Association pour l’enseignement coopératif, une chaire où il enseigne la coopération. Mais comme la donation n’est pas renouvelée en 1930, cet enseignement du coopératisme s’interrompt. Le paradoxe, c’est qu’après avoir vu un enseignement de la coopération par un Charles Gide très connu et très respecté par ses élèves, on assiste à une suppression de sa chaire.

56C’est curieusement François Simiand qui va représenter l’économie au Collège de France, au début des années trente. En effet, la chaire d’histoire du travail de Georges Renard est libérée. Lors de l’assemblée du 13 novembre 1931, François Simiand est élu à sa place. C’est lui qui, de 1931 à 1935, incarne l’économie politique au Collège de France. C’est une curieuse revanche pour ce chercheur qui n’a jamais cherché à faire carrière pour lui-même et qui se voit élu contre des candidats non négligeables, comme un autre coopératiste, Bernard Lavergne ou l’historien du travail, Dolléans. Quand François Simiand meurt, c’est l’historien Émile Cornaert qui lui succède.

57En conclusion, le Collège de France cesse, à partir de 1935, d’avoir le moindre enseignement d’économie politique. La chaire de Jean-Baptiste Say n’est pas renouvelée à partir de 1916, et la chaire de Levasseur est transformée en chaire d’histoire. Le Collège de France ne retrouve de chaire d’économie politique que dans les années cinquante, en 1954 exactement, lorsque, par décret du 20 décembre 1954, en remplacement d’une chaire de littérature latine, est créée une chaire d’analyse des faits économiques et sociaux, attribuée en 1955 à François Perroux. Il y a donc un hiatus dans l’enseignement de l’économie au Collège de France, pendant 20 ans, entre 1935 et 1955. Le Collège de France a cessé d’être la tribune des libéraux. Si l’on en croit Walras, qui respectait l’œuvre de J.-B. Say, elle avait cessé depuis longtemps de remplir son rôle scientifique. C’est donc là la fin d’une grande tribune libérale et il n’est pas sans intérêt de voir que le relais a été pris par les réformistes, Charles Gide et François Simiand.

II. ESSOR ET CONSOLIDATION DE L’ÉCOLE LIBRE DES SCIENCES POLITIQUES

58En effet, contrairement au Collège de France dont le rôle de tribune libérale décline au service d’un enseignement très idéologisé, l’École libre des sciences politiques se construit un sort différent et devient un lieu consolidé d’expression du libéralisme. Plusieurs éléments vont contribuer à cette réussite. Tout d’abord, l’économie politique prend une place croissante dans les cursus proposés. En second lieu, l’École consolide ses fonctions de formation aux grands corps. Enfin, un choix très attentif des enseignants aboutit à lui faire accueillir des représentants de l’économie mathématique.

A. L’ÉCONOMIE OBTIENT UNE PLACE CROISSANTE DANS LES CURSUS. LA SPÉCIALISATION DES SECTIONS

  • 49 Voir chapitre VII. Nous serons plus rapide parce que les caractéristiques de l’institution ont déj (...)
  • 50 Selon les témoignages recueillis par G. Aumercier auprès de la famille, P. Leroy-Beaulieu ennuyait (...)

59Nous avons vu que, dès ses débuts, l’école avait réservé une place importante à l’économie politique, en associant l’histoire des doctrines à la description statistique49. Des praticiens entouraient deux ou trois enseignements jugés fondamentaux. Il s’agissait essentiellement d’enseigner les principes du libéralisme, à côté d’enseignements pratiques : les finances publiques, la description de l’évolution du commerce ou des techniques de banques, etc. À cet effet, les deux personnages au cœur du dispositif de la diffusion de l’économie politique, Paul Leroy-Beaulieu et Levasseur, dont nous venons d’étudier les orientations principales au Collège de France, ont eu ici, un rôle différent. Levasseur se chargeait d’introduire et d’enseigner le rôle des statistiques au service des différentes autres disciplines. Paul Leroy-Beaulieu, qui a testé là son enseignement d’étude des finances publiques, n’y est resté comme enseignant que jusqu’en 188050.

  • 51 R. Stourm, « Leroy-Beaulieu Paul ». Dans cette notice nécrologique de la Revue des deux mondes, 1e (...)
  • 52 R. Stourm, art. cit., p. 12. Ce cours va donner lieu à la publication de son Traité de la science (...)

60Dès janvier 1872, la deuxième leçon de l’école est faite par Paul Leroy-Beaulieu. René Stourm51 témoigne : « J’assistais à ce premier cours de Paul Leroy-Beaulieu qui, plus tard au banquet annuel de l’École devenue florissante, voulait bien rappeler complaisamment combien ma présence l’avait intimidé, autant d’ailleurs que celle de ses élèves, dans le petit local de la place Saint-Germain-des-Prés, où pour la première fois, il affrontait le public. Le sujet de son cours était l’Income-tax anglais et le professeur, avec simplicité, sans chercher à faire de l’éloquence, enseignait doctement les mystères des cinq cédules à un auditoire d’âge assez mélangé, qui applaudissait franchement »52. Après 1880, il garde une place importante puisqu’il est membre du conseil de perfectionnement, l’institution chargée de réfléchir à l’évolution des disciplines et au choix des nouveaux enseignants. Il reste donc influent à l’intérieur de l’École libre des sciences politiques.

61Ainsi, au début, Paul Leroy-Beaulieu et Levasseur incarnaient, à eux deux, le double aspect du libéralisme à cette époque, l’ouverture aux questions actuelles et la tendance à se renouveler par l’emploi de méthodes plus positives et moins dogmatiques. Mais l’École a eu besoin, nous l’avons vu, de se consolider, et de se professionnaliser. Si bien qu’aux deux sections d’origine, la section administrative et financière d’une part, et la section diplomatique d’autre part, s’est substitué un dédoublement de ces sections : la section administrative et financière est devenue, d’un côté, la section administrative, de l’autre, la section économique et financière. Quant à la section diplomatique, elle a gardé ce nom mais elle s’est vue juxtaposer une section générale. Donc, à partir de 1883, s’autonomise un secteur d’enseignement consacré à l’économie : la section économique et financière.

62Sur le conseil de Paul Leroy-Beaulieu, en 1887, Boutmy ouvre aussi une section coloniale qui veut accompagner le mouvement de la colonisation française et lui fournir des administrateurs. Mais avec beaucoup de souplesse, comme une école officielle est ouverte, Boutmy, qui garde une reconnaissance profonde à la Troisième République d’avoir renoncé à son école d’administration, supprime en 1892 sa section d’économie coloniale, pour laisser le champ libre à l’école publique officielle.

63En 1891, la section économique et financière instaure deux sous-sections, des options en somme : finances privées et finances publiques.

64En 1901, grâce à une fondation du comte de Chambrun, est créée une nouvelle section qui s’appelle section économique et sociale où, à côté du cours d’économie politique fait par l’ingénieur Cheysson, on instaure un cours de législation sociale incluant du droit social et un apprentissage de toutes les institutions d’assistance et d’hygiène publique. On reconnaît là la souplesse de l’institution, au moment où le gouvernement de défense républicaine commence à reposer les problèmes sociaux, où l’Office du travail se transforme en ministère du Travail et où le souci de la législation sociale préoccupe l’ensemble des milieux dirigeants.

65À partir de 1909-1910, les options finances publiques et finances privées s’autonomisent et, désormais, il y a deux sections. La section économique et financière est remplacée par une section finances publiques et une section finances privées.

66Si bien qu’en 1914, la structure de l’École est complète jusqu’en 1939 : elle présente une section générale, une section diplomatique, une section administrative, une section économique et sociale, une section finances privées, une section finances publiques. On peut dire que la moitié de l’enseignement de l’École libre des sciences politiques est consacrée au champ économique, et qu’à l’intérieur des sections générales, le cours d’économie politique reste un cours central. Comme ces cours sont complétés par des conférences d’application et des cours à options annexes, on constate que le souci positiviste du début est maintenu, que l’enseignement des statistiques, peu recherché au temps de Levasseur (au début de la période, il n’avait réussi à maintenir que deux inscriptions à son cours), prend de l’essor et attire un nombre croissant d’étudiants. Par conséquent, si cette école consacre la moitié de son enseignement au champ économique, il devient important de savoir quel est son poids réel dans la formation générale, et quels sont les enseignants qu’elle a pu choisir.

B. LA PROFESSIONNALISATION

  • 53 Archives de l’École libre des sciences politiques, 1 SP6 DR n° 1.

67Nous avons vu comment, dans la deuxième moitié des années 1870 et au début des années 1880, passé l’effet de mode patriotique du début, cette école privée avait failli disparaître ou en tout cas être totalement marginalisée. En décidant de la professionnaliser, sans abandonner le souci de culture générale, Boutmy a fait un pari : à partir de 1884, les effectifs se redressent, l’équilibre des comptes aussi, l’École est confirmée dans ses fonctions. En témoigne l’évolution des effectifs et de ses inscriptions. Au début de la période53, nous avons, pour l’année scolaire 1881-1882, un effectif total d’élèves et d’auditeurs à l’École qui atteint déjà 80 inscrits. Or ce chiffre s’accroît avec beaucoup de régularité. En 1882-1883, le nombre des inscriptions pour l’année est de 126, il atteint 204 en 1885-1886, 445 en 1896-1897, pour culminer, en 1898-1899, à 507. Ensuite, ce chiffre d’inscription reste dans un ordre de grandeur voisin mais, désormais, sans augmenter. Il atteint 465, en 1906.

68Le succès relatif des sections est extrêmement variable.

Effectifs de l’année scolaire 1902-1903

Effectifs de l’année scolaire 1902-1903

69On voit très bien que la section économique et financière connaît, avec son effectif total de 155, un grand succès, alors que la section économique et sociale qui en est à ses débuts n’attire encore, à ce moment-là, que 15 élèves. Les années suivantes voient une progression de la section économique et financière qui atteint, en 1904, 180 élèves et de la section économique et sociale dont les effectifs augmentent légèrement pour atteindre 17 inscrits. Bien entendu, le succès de la section diplomatique, avec 153 personnes, se confirme. L’année 1903-1904 est donc une année de relative croissance. Les archives de l’École libre des sciences politiques ne donnent pas de chiffres pour les années suivantes dans les dossiers que nous avons consultés. Mais elles permettent de vérifier que la réticence à l’égard des cours de statistiques continue. Il arrive que Levasseur se fasse suppléer, au début par Juglar, puis par d’autres statisticiens comme de Foville, dont le cours a nettement plus de succès que celui de Levasseur.

70Par conséquent, l’École est non seulement sauvée mais elle devient une institution de renommée internationale. Des étrangers viennent s’y former, et de retour chez eux, contribuent au rayonnement de l’École. On voit très bien, dans les archives, le soin avec lequel Boutmy les a reçus. Cette politique est poursuivie par ses successeurs à la direction de l’École, qu’il s’agisse du frère de Paul Leroy-Beaulieu, Anatole Leroy-Beaulieu, ou d’Eugène d’Eichtal, les directeurs successifs de l’École après Boutmy.

71Cependant, si l’École est un foyer d’innovation au temps de Boutmy, si elle garde cette réputation jusqu’à la guerre de 1914, il faut admettre qu’elle s’arc-boute sur ses résultats et que l’entre-deux-guerres voit son rayonnement diminuer. Sa place reste la même pour la formation libérale des jeunes gens qui veulent participer aux décisions nationales. Mais le contenu conservateur de son enseignement est très souvent dénoncé, et les accusations de Jean Zay sont dans toutes les mémoires : les hauts fonctionnaires issus de la formation de l’École libre des sciences politiques, ceux des grands corps en particulier, mais les autres aussi, sont mis en accusation pour avoir mené une politique de résistance systématique à toutes les décisions du Front populaire. L’École est par définition parisienne, privée et chère. Ce conservatisme politique a-t-il exclu les innovations dans le domaine de l’économie politique ? Le choix des nouveaux enseignants chargés de donner le ton, l’impression d’ensemble à la section est un élément de réponse.

C. LE CHOIX DES ENSEIGNANTS

72Il y a en général deux cours centraux, le cours d’économie politique et le cours de finances publiques ou privées. Dans la section économique et sociale, il y a le cours de législation sociale. Ce sont donc le nom et le choix des professeurs d’économie politique proprement dits qui nous intéressent.

73En 1883, Cheysson avait introduit les préoccupations de l’école de Le Play : le travail, les habitations à loyer modéré, les jardins ouvriers, les crèches, les sociétés contre l’alcoolisme, contre la prostitution, etc., dans le contexte de la longue dépression de la fin du xixe siècle et d’émergence des prémisses de la seconde révolution industrielle. Il s’agit, pour ces libéraux hostiles au rôle de l’État, de faire face aux problèmes sociaux qui se sont aggravés et en inventant des solutions, d’arracher le monde ouvrier à la tentation du socialisme. Cheysson avait emmené les étudiants visiter un certain nombre d’usines et d’habitats ouvriers, et cette évolution a été confirmée par la création, en 1900, de la section économique et sociale, subventionnée par l’argent du comte de Chambrun.

  • 54 Voir, sur Aupetit, les chapitres IX et XX.
  • 55 Sur Colson, voir chapitre XII.

74Or, Cheysson aidé par le statisticien de Foville est relayé par Aupetit54. Aupetit travaille en collaboration avec Colson55, dont nous analyserons l’œuvre dans les grandes écoles, l’endroit où il s’exprime le mieux. À partir de 1925-1926, Colson laisse son enseignement à Aupetit. Puis, à partir de 1933, une autre transition s’élabore. Entre 1933 et 1935, Aupetit et Rueff fonctionnent de façon complémentaire, puis de 1935 à 1940, Rueff devient le professeur d’économie politique. En 1940, obligé de quitter Paris pour des raisons de sécurité, il est remplacé par l’agrégé d’économie, Gaétan Pirou qui, en pleine guerre, fait un cours sur l’économie dirigée.

75À l’exception de G. Pirou, dont la nomination indique une inflexion dans la politique de l’École, tous ces professeurs ont deux points communs. Le premier est bien connu, ils sont tous libéraux et conservateurs. À cette époque, où devant la crise, une partie de la jeunesse des écoles remet en cause certains conformismes, y compris en économie, les libéraux refusent les interventions sociales, et le polytechnicien J. Rueff écrit son article trop célèbre dans la Revue d’économie politique, en 1933, où il dénonce les indemnités de chômage comme cause première du chômage. C’est lui aussi qui, devant ses condisciples de la société de pensée X-Crise, expose les raisons pour lesquelles il est libéral « quand même ».

  • 56 Robert F. Hebert, « Emile Cheysson et la naissance de l’économie politique », Économies et société (...)
  • 57 Nathalie Carré de Malberg, qui a rencontré et interrogé de nombreux inspecteurs des finances en re (...)

76Mais ces professeurs ont un autre point commun qui n’est jamais souligné : tous sont initiés à l’économie mathématique, et se tiennent informés sur l’économétrie naissante. Même Cheysson est considéré comme l’un de ses initiateurs.56 Il s’efforce, par exemple, de construire un modèle économétrique de gestion rationnelle des entreprises. Le bénéfice ainsi obtenu permettrait aux patrons de créer les institutions sociales à l’échelle de l’entreprise pour faciliter la vie ouvrière et stabiliser la main d’œuvre Au conservatisme doctrinaire, ils associent la possibilité d’une rénovation des méthodes, un souci de plus grande rigueur. Les étudiants de « Sciences-Po », très intéressés par Cheysson, semblent avoir mal reçu le tournant vers l’économie mathématique plus abstraite57. Il n’empêche qu’il y a eu une offre particulièrement moderniste, associée à une pensée sociale et politique, elle, plus traditionnelle, mais pas du tout fermée, comme on l’a écrit abusivement, à la conscience des problèmes sociaux.

77Il nous reste à conclure sur la place réelle tenue par l’École libre des sciences politiques dans l’ensemble du système d’enseignement de l’économie politique. Les facultés de droit ont réussi leur professionnalisation à Paris et dans quelques facultés de province. Elles attirent les étudiants par milliers. En face, l’École libre des sciences politiques garde une sphère d’indépendance de par son statut même. Mais, malgré une rivalité affichée, elle prend une place complémentaire par rapport aux facultés de droit. De nombreux témoignages, soit dans les archives de l’École, soit du côté des facultés de droit, le confirment. Les étudiants n’ont que faire des rivalités d’institutions s’ils ont la possibilité de pouvoir les utiliser. Dès le début du siècle, l’École libre des sciences politiques s’efforce de ne pas faire double emploi avec certains cours essentiels des facultés de droit. Elle obtient qu’un certain nombre de facultés de province publient son cours et son programme d’enseignement. En échange, elle affiche le leur. Si bien que tout en s’érigeant en institution plus moderniste que celle des facultés de droit, elle se positionne, en fait, en institution complémentaire. C’est bien l’usage qu’en ont fait les étudiants de l’époque, comme en témoignent toutes les recherches sur l’origine sociale des étudiants de l’École libre des sciences politiques. La majeure partie des étudiants a fait, ou est en train de faire, en parallèle, un enseignement d’économie dans les facultés de droit où ils font en même temps une licence en droit.

78Par ailleurs, du fait des enseignants choisis, soit parmi les disciples de Walras (Aupetit), soit parmi les polytechniciens (Colson et Rueff), il est frappant qu’à l’occasion de la crise de 1930, l’École ne soit pas attaquée par les grands ingénieurs, ni par l’équipe de X-Crise, alors que l’enseignement des facultés de droit fait l’objet d’un redoutable procès. Elle n’échappe cependant pas à la satellisation de fait.

79En effet, elle reste une école payante, privée, exclusivement parisienne. Les facultés de droit occupent maintenant le centre du système d’enseignement. Elles ont relativement réussi à satelliser les autres institutions comme nous venons de le voir, avec le déclin du Collège de France. La nomination de Gaétan Pirou, incarnation à lui seul de l’enseignant des facultés de droit, confirme cette évolution. En attendant la nationalisation de l’École, un enseignant issu du secteur public rival a obtenu le cours central.

Faire-part des obsèques de M. Boutmy, membre de l’Institut, officier de la Légion d’honneur

Faire-part des obsèques de M. Boutmy, membre de l’Institut, officier de la Légion d’honneur

80Source : Archives de l École libre des sciences politiques.

Notes

1 P. Rossi, Cours d’économie politique, tome II, p. 360 et suiv.

2 Arch. nat. F.17 2415.

3 M. Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836, 2 vol.

4 J.-B. Say, Œuvres diverses, p. 74.

5 P. Rossi, Cours d’économie politique, op. cit., tome II, p. 480.

6 A. Lefranc et al., Le Collège de France, livre jubilaire composé à l’occasion du quatrième centenaire, Paris, PUF, 1932, p. 252, Reynaud est cité par Marion.

7 Arch. nat. F17 13550.

8 Ibid.

9 Alglave, Garnier, Leroy-Beaulieu, Passy, Restaud, Walras et Worms.

10 Archives du Collège de France, G IV D.

11 Alglave, professeur de droit, vient d’avoir des problèmes politiques avec le gouvernement d’Ordre moral.

12 Ce sixième candidat, membre de la Société d’économie politique, professeur à l’école Turgot, rédacteur d’une revue géographique, a un capital social moindre que tous les autres.

13 C’est le même lycée que celui d’Émile Levasseur.

14 On voit à quel point, à cette époque, le modèle universitaire allemand et en particulier le séjour dans les facultés de sciences camérales préparant aux fonctions de grand administrateur font partie de la culture de haut niveau. Ce modèle allemand a remplacé le modèle anglais qui était celui de Jean-Baptiste Say.

15 Archives du Collège de France, G IV D.

16 Boutmy est très loin des positions de l’économie mathématique, puisqu’il soutient A. Dunoyer. Il prenait d’ailleurs lui-même contact avec les personnalités qui l’intéressaient.

17 Archives du Collège de France, G IV D, lettre du 26 août 1879.

18 Ibid.

19 Archives du Collège de France, G IV D.

20 Correspondance of Léon Walras and related papers, éd. Jaffé, Amsterdam, 1965, tome I, p. 627.

21 Arch. nat. F 17 13556, il obtient 22 voix contre 32.

22 G. Aumercier, op. cit. Maurice Basle, « Paul Leroy-Beaulieu un économiste français de la troisième république commençante » in l’économie politique en France au xixe siècle, sous la direction d’Yves Breton et Michel Lutfalla, Paris, Économica, 1991 p. 203-246.

23 Voir Baslé, art. cit., p. 209.

24 Maurice Croiset, administrateur du Collège de France, discours lors des funérailles.

25 Le premier thème sera analysé à l’occasion de l’étude du lieu de diffusion, l’École libre des sciences politiques, à la fin de ce chapitre.

26 René Stourm, « Paul Leroy-Beaulieu », Revue des deux mondes, 1er avril 1917, p. 3-24.

27 P. Leroy-Beaulieu, La colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin, 1877.

28 Cité par R. Stourm, art. cit., p. 7.

29 P. Leroy-Beaulieu, l’Algérie et la Tunisie, Guillaumin, Paris, 1887.

30 P. Leroy-Beaulieu, Le Sahara, le Soudan, et les chemins de fer transsahariens, Paris, 1904.

31 P. Leroy-Beaulieu, La question de la population, Paris, Alcan, 1913.

32 Académie des sciences morales et politiques, séance du 1er février 1913.

33 P. Leroy-Beaulieu, Traité théorique et pratique d’économie politique, première édition, 1896, livre III, p. 220.

34 Il a œuvré pour favoriser la nouvelle loi de 1889 favorisant les naturalisations.

35 P. Leroy-Beaulieu, Traité théorique et pratique, op. cit., p. 463.

36 Voir notre chapitre consacré au Collège de France dans la première partie du présent ouvrage.

37 Première édition, Paris, Guillaumin, 1881.

38 Première édition, Paris, Guillaumin, 1884.

39 Cité par R. Stourm, art. cit., p. 4.

40 G. Aumercier, op. cit., p. 700.

41 Jules Guesde, « Le collectivisme au Collège de France », L’Égalité, n° 2, troisième série, 18 décembre 1881.

42 L’Égalité, n° 4, 1er janvier 1882 ; n° 5, 8 janvier 1882 ; n° 6, 15 janvier 1882, sous le titre « Leçon à un professeur ».

43 Voir notre notice détaillée sur Émile Levasseur, C. Fontanon et A. Grelon (éds.), op. cit.

44 Levasseur, L’ouvrier américain, Paris, Larose, 2 volumes, 1898.

45 Assemblée des professeurs du 12 novembre 1911.

46 Archives du Collège de France, assemblée des professeurs, 1912, p. 21.

47 Marcel Marion, Larousse du xxe siècle, 1929. « M. Marion » notice nécrologique de l’Académie des sciences morales et politiques, séance annuelle du 14 décembre 1940. Cette notice nécrologique est rédigée par Germain-Martin. Marcel Marion, né en 1857, meurt en 1940.

48 Marc Penin, Charles Gide, 1847-1932, l’esprit critique, L’Harmattan, 1997.

49 Voir chapitre VII. Nous serons plus rapide parce que les caractéristiques de l’institution ont déjà été définies et que la pensée des enseignants le sera lorsque nous évoquerons d’autres institutions où leur pensée est plus largement diffusée (École d’ingénieurs, Hautes Études).

50 Selon les témoignages recueillis par G. Aumercier auprès de la famille, P. Leroy-Beaulieu ennuyait et s’ennuyait face au public de l’École.

51 R. Stourm, « Leroy-Beaulieu Paul ». Dans cette notice nécrologique de la Revue des deux mondes, 1er avril 1917, René Stourm fait un éloge acide de son collègue à l’Académie des sciences morales et politiques, ironisant sur tous les aspects interventionnistes de ses prescriptions.

52 R. Stourm, art. cit., p. 12. Ce cours va donner lieu à la publication de son Traité de la science des finances, première édition, Paris, Guillaumin, 1877, lui aussi de nombreuses fois réédité.

53 Archives de l’École libre des sciences politiques, 1 SP6 DR n° 1.

54 Voir, sur Aupetit, les chapitres IX et XX.

55 Sur Colson, voir chapitre XII.

56 Robert F. Hebert, « Emile Cheysson et la naissance de l’économie politique », Économies et sociétés, série PE, 1986 p. 203-223.

57 Nathalie Carré de Malberg, qui a rencontré et interrogé de nombreux inspecteurs des finances en retraite, a recueilli des témoignages unanimement hostiles à l’enseignement d’Aupetit à l’École libre des sciences politiques. Il semble qu’Aupetit communiquait mal. Il apparaissait à ceux qui recevaient son enseignement comme enfermé dans une logique mathématique, qu’il ne parvenait pas à faire partager.

Table des illustrations

Titre Effectifs de l’année scolaire 1902-1903
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Faire-part des obsèques de M. Boutmy, membre de l’Institut, officier de la Légion d’honneur
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable