Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Chapitre XI. Les dérives libérales

Texte intégral

1Suivre l’enseignement d’une discipline au travers de son installation et de son expression dans diverses institutions, implique une appréciation de l’importance relative des divers centres de diffusion. Or, au fur et à mesure que l’économie politique se conquiert une place dans une institution d’État à public stable, qu’elle s’inscrit dans un cursus et qu’elle se professionnalise, elle dévalorise, au moins relativement, certaines positions qui la représentaient dans la période antérieure, ou qui lui avaient servi de tribune dominante. Nous avons entrevu comment l’insertion en faculté de droit avait modifié le contenu et les orientations de la discipline, en un jeu subtil entre lieu et contenu d’enseignement. Il nous faut examiner maintenant dans quelle mesure les institutions libérales, longtemps seul lieu de création et d’expression de la discipline, perdent leur poids relatif.

2Nous montrerons, dans un premier temps, la fragilité des créations d’écoles de commerce, le rôle limité qu’y joue l’économie politique, et l’installation de la domination de fait des facultés sur les instituts d’études commerciales. Par ailleurs, les libéraux qui avaient détenu la plupart des médias économiques de leur temps, abandonnent partiellement la sphère théorique et transposent leur dynamisme dans un nouveau média, L’économiste français, où Paul Leroy-Beaulieu pose les problèmes d’une tout autre façon, en direction des praticiens. Nous chercherons à appréhender ce que signifie, pour l’économie politique, l’émergence de cette nouvelle revue, comme instance représentative de la diffusion d’un libéralisme modifié.

I. ÉCOLES DE COMMERCE ET ÉCONOMIE POLITIQUE : LA PRÉCARITÉ

  • 1 Il n’est pas question d’étudier en détail l’histoire des écoles de l’enseignement commercial en Fr (...)

3Dans l’enseignement supérieur français, les écoles de commerce ne parviennent que très tard à opérer une véritable percée et à atteindre, comme a réussi à le faire l’École des hautes études commerciales (HEC), le niveau des grandes écoles. Tout au long de notre période, jusqu’au milieu du xxe siècle, les écoles commerciales, quel que soit leur niveau réel, gardent, dans le système d’enseignement, le statut des écoles liées à l’apprentissage d’une technique. Dans cette logique, l’économie politique y joue un rôle extrêmement particulier. En effet, elle est totalement inexistante des écoles commerciales de niveau moyen et de niveau moyen inférieur. Notre sujet nous amène donc à les écarter complètement de l’étude. Elles n’occupent une place variable et spécifique qu’au niveau supérieur des écoles commerciales et, en particulier, à HEC. Mais, plus d’une dizaine d’autres, parfois éphémères, ont jugé bon d’associer à leur cursus de l’économie politique. Un survol rapide nous permettra donc de voir, dans quelle mesure, il y a une spécificité de l’enseignement de l’économie politique dans ces écoles, sans cependant entrer dans le détail de leurs études1.

A. LES OBSTACLES

4Durant toute la période, ceux qui s’intéressent à l’enseignement commercial français soulignent à quel point ce qu’ils appellent la culture commerciale, c’est-à-dire la préparation spéciale aux affaires, a énormément de peine à s’implanter. Il est vrai qu’elle se heurte à deux types d’obstacles : les préjugés, et la préférence pour la formation pratique.

  • 2 C. Lyon-Caen, Tableau des lois commerciales en vigueur dans les principaux États de l’Europe et de (...)

5C. Lyon-Caen, étudiant le tableau des lois commerciales en vigueur dans les principaux États de l’Europe et de l’Amérique, constate : « Chez les peuples de l’antiquité, le commerce était peu développé. Il était même l’objet d’un tel mépris que, comme à Rome, on en abandonnait l’exercice à des esclaves [...]. L’origine des lois commerciales modernes se trouve dans les coutumes des commerçants telles qu’elles se développent au Moyen Âge. Les gouvernements comprenant trop peu l’importance du commerce pour s’occuper de faire des lois spéciales pour lui, c’était par des coutumes, des usages établis entre eux que les commerçants étaient régis. Les grandes découvertes et les inventions des xie et xvie siècle donnèrent au commerce une impulsion énorme. Les gouvernements comprirent alors de quelle importance était son développement pour la prospérité des États. Ils s’occupèrent de faire des lois commerciales »2.

  • 3 Discours de M. Isaac, président de la chambre de commerce de Lyon, à la Société d’économie sociale (...)

6Mais la société n’a pas suivi. En matière d’enseignement, pour les fervents de la culture classique, le préjugé a survécu. En France, la noblesse ne pouvait exercer de négoce sans dérogeance, quels que soient les édits des gouvernements. Ce préjugé contre la culture économique a continué et, au fond l’enseignement commercial n’en est qu’un cas particulier, puisque nous l’avons vu à l’œuvre à propos de l’enseignement de l’économie politique dans sa totalité. Aussi, pour compenser cela, le président de la chambre de commerce de Lyon, M. Isaac, envisage : « Que l’on considère notre marché intérieur ou que l’on songe aussi au marché extérieur, il y a de belles espérances pour ceux qui voudraient se donner la peine de travailler. Si les enfants de la bourgeoisie en font fi, les enfants du peuple sauront les prendre et alors les situations sociales seront changées ; les uns, pour n’avoir pas voulu s’arracher aux séductions des carrières libérales, vivront médiocrement des débris de fortune, les autres se seront élevés par le travail à l’indépendance et à l’aisance ».3

  • 4 Ibid., p. 25.
  • 5 Ibid., p. 27.

7Le second obstacle au développement de l’enseignement économique vient de ce que les milieux d’affaire considèrent que la meilleure école de commerce, c’est la pratique. C’est ce qu’ils appellent le « bureau des grandes maisons » : « Autrefois, le jeune homme entrait comme commis dans la boutique du village où il était né. En servant la clientèle, en donnant satisfaction aux besoins du villageois, il acquérait l’instruction dans toutes les branches du commerce où il était engagé et au sortir de cette maison il était tout préparé à s’établir pour son propre compte ».4 On se souvient comment dans la famille des Say, soit pour lui-même, soit pour son fils Horace, la formation avait aussi été pratique. L’auteur souligne que, aujourd’hui, compte tenu des mutations du commerce (grands magasins et commerce extérieur), cet apprentissage par la pratique est devenu insuffisant. Or, les préjugés demeurent et les familles continuent de préférer l’enseignement des arts, des lettres, ou du droit à la formation commerciale. Dans le cas contraire, elles choisissent une formation purement pratique. L’auteur insiste sur le fait que l’enseignement commercial ne s’adresse plus aux laissés pour compte, aux fils cadets jugés médiocres des grandes familles, mais au contraire, à des jeunes gens qui, ayant déjà une bonne culture générale, désirent acquérir les connaissances spéciales, techniques, légales et comptables de plus en plus nécessaires à ceux qui se proposent de prendre plus tard la direction d’affaires importantes en France, dans les colonies ou à l’étranger : « Le but est donc ici de former des chefs »5.

B. LES ACTEURS

8Nous mentionnons pour mémoire le rôle de pionnier qu’avait joué le livre de Savary, Le parfait négociant, livre qui sert de modèle depuis 1675, premier manuel cohérent de formation à l’enseignement commercial.

9Les acteurs sont successivement les milieux libéraux, les chambres de commerce, les villes et, à partir de la Première Guerre mondiale, l’État. Mais il s’agit là de prédominance, plusieurs acteurs étant le plus souvent associés. Nous illustrerons cette affirmation en passant rapidement en revue les phases de création.

C. LA FRAGILITÉ DES CRÉATIONS

  • 6 Arch. nat. F12 612 et F12 2470.

10Le tout début du xixe siècle avait multiplié les projets, en particulier à l’initiative des chambres de commerce. Celles d’Avignon, de Toulouse, de Marseille, de Lyon, de Bruges, d’Anvers avaient proposé un plan sans effet, ces écoles risquant d’être trop chères et inefficaces : certains stages peuvent être préférables6. Selon les programmes envisagés, les hommes d’affaires devaient apprendre les coutumes des autres peuples, les langues vivantes, les marchandises qu’on pouvait trouver ou vendre au loin, et un programme de base lié à l’écriture, l’arithmétique, la comptabilité et les techniques de banque.

  • 7 Alfred Renouard, Histoire de l’école supérieure de commerce de Paris, Paris, 1920. Alfred Renouard (...)
  • 8 Voir la première partie.
  • 9 Sur Blanqui, nous renvoyons à Francis Demier, Adolphe Blanqui : un économiste libéral face à la ré (...)

11Là encore, un effort décisif en faveur de cet enseignement est opéré par le lobby libéral et, en particulier, par le réseau organisé autour de Jean-Baptiste Say. C’est dans ce réseau, à partir de 1820, qu’est créée la première école supérieure de commerce de Paris7. Nous avons parlé de cette école dans la première partie. Rappelons qu’elle réunissait Jean-Baptiste Say, des négociants comme Ternaux aîné, Raoul Vidal, des banquiers comme Louis Marchand, Casimir Périer, Mallet aîné et Jacques Laffitte, avec de hautes personnalités libérales, comme Charles Dupin ou le comte Chaptal. Ils composent la commission chargée de surveiller les intérêts d’école. Nous avons étudié le cursus et les étapes de cette école privée. Il n’y a pas de cours d’économie politique proprement dit, mais les élèves sont conduits au Conservatoire des arts et métiers pour écouter Jean-Baptiste Say. Mais, par la suite, cette école connaît toutes sortes de fluctuations. Elle est reprise en main par Adolphe Blanqui, qui la rachète et, naturellement, il y diffuse son enseignement8. Le cours de Blanqui représente un tournant dans le libéralisme français de cette première moitié du xixe siècle, puisque Blanqui se présente comme un militant du libéralisme historicisé, mais préoccupé par les problèmes sociaux9. À travers toute l’histoire de cette école privée qui connaît des va-et-vient, qui est au bord de la faillite et puis qui revient en faveur dans l’opinion publique, le premier xixe siècle montre très bien l’évolution de son attitude en face de l’enseignement commercial.

  • 10 Discours de Jacques Siegfried au groupe stéphanois, le 26 février 1905.

12L’enseignement y était réparti sur trois années et partagé matériellement en trois comptoirs. De 1820 à 1830, cette école est très prospère. Sous la monarchie de Juillet, l’École spéciale de commerce prend le nom d’École supérieure de commerce, quand Blanqui en devient propriétaire. L’école profite de sa célébrité quand il devient député de Bordeaux. À sa mort, en 1854, la situation financière de l’école reste bonne, mais son niveau d’enseignement est contesté. C’est cependant, au milieu du xixe siècle, la seule école supérieure de commerce existante. Il n’y a pas d’extension parce que les préjugés continuent. On refuse de croire aux écoles de commerce en France : « Vers 1860, dit Jacques Siegfried, on ne connaissait qu’une manière d’entrer dans les affaires : c’était de devenir volontaire non payé dans une maison de commerce où l’on apprenait uniquement par l’empirisme et la routine, d’abord à tenir les livres, ensuite la manière de faire de la maison. On ne connaissait que son genre d’affaires, on ne prenait aucune idée générale du commerce en général et quand on voulait s’occuper d’une autre branche, il fallait faire par soi-même comme on le pouvait, des études difficiles et prendre ses renseignements avec beaucoup d’efforts »10.

13C’est à cet état de fait que veulent remédier tous les partisans d’une école de commerce.

  • 11 Voir chapitre V, « Le relais du catholicisme libéral ».
  • 12 A. Foubert, L’enseignement commercial..., op. cit., p. 152.

14Les premiers partisans libéraux des écoles de commerce sont relayés par la Société industrielle de Mulhouse.11 Elle lance une étude sur l’expérience de l’École supérieure de commerce de Paris, constate son déclin et, nous dit A. Foubert, « c’est une école dans laquelle on faisait bien quelques cours qui se rapportaient au commerce mais dont l’occupation principale était de recevoir des jeunes gens de l’Amérique du sud à qui on enseignait le français et qui apprenaient en outre beaucoup de choses, que l’on apprend particulièrement bien à Paris »12.

15Devant cette situation, la Société industrielle de Mulhouse dirige son enquête vers l’École supérieure d’Anvers, considérée comme une école fonctionnant dans de très bonnes conditions. C’est sur ce modèle que l’on crée, en 1866, la seconde école supérieure de commerce français, à Mulhouse. Par conséquent, au moment de la guerre de 1870, il y a deux créations d’écoles seulement : l’une à Paris qui est en décadence, même si elle a un bon équilibre financier, l’autre à Mulhouse, fondée par la Société industrielle.

  • 13 Nous renvoyons à la thèse de Philippe Maffre.

16Devant la défaite de 1870-1871, les partisans des écoles de commerce ont les mêmes réactions que ceux des autres secteurs d’enseignement. La première vague de création suit la guerre, avec le même esprit, et les mêmes idées de libéralisme et de patriotisme que celles qui ont présidé à la création de l’École libre des sciences politiques. Il faut arracher éventuellement à l’Allemagne ce qui a fait sa supériorité et, sur le modèle germanique, créer un certain nombre d’écoles de commerce. En 1873, l’école de Mulhouse, qui refuse de se soumettre à l’obligation de faire ses cours en allemand, est transférée à Lyon. Par ailleurs, dès 1869, l’École supérieure de commerce de Paris, en déclin, avait obtenu l’appui de la chambre de commerce parisienne. Après la guerre, elle opère son redressement en se réorganisant totalement.13

  • 14 Auguste Foubert, op. cit, p. 154.

17À côté de cet héritage, toute une série de créations se fait sous l’influence des frères Siegfried. En 1871, Alsaciens réfugiés, ils ont l’idée de créer au Havre une école de commerce en recherchant l’appui des autres commerçants de la ville. Il s’agit bien entendu d’une école privée, ouverte aux jeunes gens de 16 à 20 ans, et cette école « fournira de fortes études spéciales, à côté d’un bagage général. Le but est de former à la fois de bons employés, des chefs éclairés, des administrateurs d’élite »14. La chambre de commerce du Havre se laisse convaincre, et en 1872, l’école est créée. Il s’agit d’une école supérieure et non pas d’une école moyenne. À côté de l’apprentissage des langues étrangères, de la comptabilité, de la géographie commerciale, du droit commercial, des langues vivantes, et des monnaies des pays étrangers, l’économie politique est introduite. Dans le même esprit qu’à l’École libre des sciences politiques, on fait appel essentiellement à l’initiative privée. Il s’agit, là encore, d’une société anonyme au capital de 220 000 F, dont les actionnaires sont susceptibles de recevoir des dividendes... en honneur. Loin d’attendre des profits, « chacun de vous sait parfaitement, au contraire, qu’il ne sera payé que par la satisfaction d’avoir contribué à une œuvre patriotique », leur explique Jacques Siegfried.

18Toujours avec les mêmes méthodes, et avec le même groupe de pression, est créée, en 1871, l’École de commerce de Rouen. La chambre de commerce et la Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de Seine-inférieure y ont fortement contribué. On a lancé une souscription : 250 000 F sont apportés par 210 adhérents. Là encore, c’est une initiative privée qui copie l’école d’Anvers et l’école de Mulhouse, avec juste quelques cours spéciaux en plus. L’école est ouverte en 1871. Elle devient une École supérieure de commerce et d’industrie et elle ajoute une branche technique et un laboratoire de chimie. Par la suite, elle évoluera vers une école de tissage. Dès 1878, cette école décline. De ce fait, une convention intervient en 1883 entre les ministères de l’Instruction publique et du Commerce, et la ville de Rouen. L’école entre dans le giron de l’université à partir de cette date. Mais cela ne suffit pas à la sauver. L’école disparaît en 1883. Donc, jusqu’à présent, seule l’initiative libérale survit au Havre, celle de Rouen supporte mal la crise du début des années 1880 : elle n’est rouverte qu’en 1895 par la municipalité.

19À Marseille, une autre initiative libérale de même nature aboutit à la création d’une école, en 1872, avec un capital plus important, 450 000 F, divisé en 900 actions et détenu par 221 négociants. Dans le même esprit, une école est créée à Bordeaux, toujours avec le même type d’appui, la chambre de commerce et le conseil municipal auxquels s’ajoute la Société philomatique. Là encore, c’est un enseignement commercial, mais on lui adjoint un enseignement industriel. Cette école ouvre en 1874.

  • 15 Ibid., p. 158.
  • 16 Philippe Maffre, op. cit.
  • 17 L’École des hautes études commerciales a fait l’objet d’une thèse et d’une publication de Marc Meu (...)

20Paris participe au mouvement avec trois créations. D’une part, un Institut supérieur de commerce avec les mêmes parrains, et dont la mission est « de fournir aux diplômés des écoles de commerce, aux élèves consuls, ainsi qu’aux jeunes gens suffisamment instruits, le complément des connaissances nécessaires à la création et à la consolidation avec les négociants étrangers ».15 D’autre part, en 1881, dans le même esprit et à l’initiative de la chambre de commerce de Paris, est créée l’École des hautes études commerciales, connue maintenant sous le sigle de HEC. Le but de HEC est ainsi défini par la chambre de commerce : « l’école est destinée à donner un complément d’instruction aux fils de la bourgeoisie, qui se proposent à la sortie du collège de suivre la carrière commerciale. Le but de l’école est de donner à ces jeunes gens des notions pratiques, au moyen desquelles on apporte l’ordre et la clarté dans les échanges dont le mécanisme général leur aurait été préalablement expliqué, et d’imprimer une direction à cet enseignement qui comprendrait les sciences modernes se rattachant aux nécessités du commerce international »16. Le Crédit foncier avance les sommes nécessaires à la construction de l’école qui coûta, nous dit-on, deux millions de francs-or, et dont l’inauguration eut lieu en 188117. Enfin, après les délibérations de 1875, on aboutit à la création à côté, de HEC, de la troisième institution d’enseignement commercial, l’Institut commercial de Paris. C’est essentiellement une école préparatoire au commerce d’exportation. Dans ce cas, il s’agit de donner à la fois une instruction générale solide et une instruction pratique. Les élèves doivent pouvoir comprendre les différents marchés du monde, pas seulement la production et le marché français. On forme « des chefs, des associés, des collaborateurs », c’est-à-dire des gens qui pratiqueront l’export-import à tout niveau.

  • 18 Voir Tableau récapitulatif de la population scolaire (1875-1885).

21En 1885, il y a donc huit écoles supérieures de commerce susceptibles de nous intéresser pour l’enseignement de l’économie politique. Mais il est aisé de remarquer qu’elles sont, toutes sans exception, dans la mouvance du lobby libéral et qu’elles en diffusent le message en matière de libre-échange, au moment où ce dernier est remis en cause. Leur succès est inégal mais toujours restreint.18 Les effectifs atteignent 733 élèves et, en dix ans, avec deux créations à Paris, ils n’ont augmenté que de 224.

22Or, cette première vague de création va subir le choc de la loi sur le recrutement des armées du 15 juillet 1889, dite « loi de dispense ». Cette loi prévoit que, pour un certain nombre d’écoles supérieures reconnues par l’État, les meilleurs élèves de ces écoles seraient dispensés de deux années de service militaire. Pour cela, il faut que l’enseignement offre assez de garantie pour justifier cette faveur. Or, les huit écoles existantes obtiennent la reconnaissance par décret. Ce décret de reconnaissance détermine le mode de recrutement de l’école et en particulier, le niveau des examens. Il rend indispensable un concours d’entrée et une délivrance de diplômes. Si l’école n’a pas un niveau suffisant, elle se voit retirer le bénéfice de la reconnaissance, soit pour inexécution des conditions qui lui sont imposées, soit lorsque les conditions de recrutement de l’enseignement cesseraient d’offrir des garanties suffisantes. Le public afflue dans ces écoles qui sont ouvertes à des gens qui ne suivent pas l’enseignement général des facultés. Leur succès est en partie dû au fait qu’elles accordent la dispense de deux ans de service militaire.

  • 19 Tableau construit à partir des chiffres fournis par A. Foubert, op. cit., p. 163-180.

Tableau récapitulatif de la population scolaire (1875-1885)19

Tableau récapitulatif de la population scolaire (1875-1885)19

23Cette loi de 1889 favorise une deuxième vague de fondation : sept écoles nouvelles sont créées, celle de Lille en 1892, celle de Montpellier en 1897, celle de Nancy en 1897, celle de Nantes en 1898, celle d’Alger en 1900, celle de Dijon en 1900, et celle de Toulouse en 1902. Dans tous les cas, les chambres de commerce y sont particulièrement actives, même si les villes y occupent aussi une place. Ces écoles ont un assez fort recrutement, en liaison avec la loi sur les dispenses militaires. Si la première vague avait eu un but économico-patriotique, la seconde cherche, comme dans toutes les phases longues de récession, à améliorer la qualité et la productivité des agents économiques.

24En réalité, leur succès ou leur échec dépend du décret militaire. C’est pourquoi, de 1889 à 1905, du fait que les dispenses militaires sont en général refusées aux écoles qui ne recrutent que par examen, toutes les écoles commerciales adoptent le système du concours. Il faut être âgé de 16 ans au moins. Il y a des épreuves générales, et des épreuves pratiques de langues. Là encore, ces écoles restent privées et pour obtenir le diplôme, il faut acquitter auprès du trésor un droit de 100 F. L’enseignement dure deux ans. Les matières d’enseignement normal restent le commerce et la comptabilité, deux langues étrangères, les mathématiques commerciales, l’étude des marchandises, la géographie et l’histoire économique, des notions de droit public et de droit civil, la législation commerciale maritime et industrielle, quelques éléments de législation ouvrière, de législation budgétaire et douanière et même la calligraphie.

25Mais l’économie politique joue un peu le rôle de concours, c’est-à-dire qu’elle fait partie des matières dites scientifiques, celles qui aident à former le jugement des étudiants. Elle positionne en quelque sorte l’école dans les hautes écoles commerciales et non dans les écoles moyennes ou dans les écoles professionnelles inférieures. Ces écoles ont un succès auprès des élèves étrangers et plutôt moindre auprès des Français.

  • 20 Tableau construit à partir des chiffres de A. Foubert, op. cit.

Population scolaire des Écoles supérieures de commerce (1901-1902)20

Population scolaire des Écoles supérieures de commerce (1901-1902)20

26Les programmes ont tendance à s’uniformiser parce que l’État surveille de plus en plus ces écoles, qui constituent une des branches de l’enseignement technique. Entre 1889 et 1902, sept écoles nouvelles sont fondées, nous l’avons vu. Ces années correspondent à la fois à la loi militaire de 1889 et à la phase de dépression, où se manifeste la volonté de stimuler la qualification des professionnels du commerce et leur accueil à l’innovation. Un échantillon de la population des écoles supérieures pendant cette période a été étudié en 1901, et il montre, pour chacune des écoles, la différence entre le nombre des candidats et le nombre d’admis. Le concours de 1902 attire déjà moins, mais on constate au passage que l’État accorde quelques bourses. Dès qu’on apprend que la dispense risque de disparaître (et l’on en parle dès 1903), une crise se dessine dans ces écoles, révélant leur fragilité.

L’évolution de la sélection

L’évolution de la sélection

27Il est donc absolument évident que le nombre des candidats au concours chute dès que l’on commence à craindre la suppression de la dispense militaire. Effectivement, en 1905, une nouvelle loi sur le recrutement de l’armée supprime toutes les dispenses. Désormais, l’État crée de nouvelles conditions pour reconnaître le titre d’école supérieure de commerce. Les quinze écoles supérieures de commerce existantes obtiennent la reconnaissance par l’État, mais pour un certain nombre d’entre elles, désormais, l’existence est menacée.

28La troisième vague de créations d’écoles commence à partir de 1906. Les écoles supérieures de commerce pouvaient bénéficier de la reconnaissance par l’État, si elles se soumettaient à certaines règles, en accord avec le décret du 30 avril 1903. Le concours d’entrée est supprimé, mais le programme s’uniformise. Pour entrer, il fallait avoir soit un baccalauréat complet, soit la première partie du baccalauréat, soit le brevet élémentaire, soit le brevet supérieur, soit le certificat d’études primaires supérieures, soit le certificat d’études pratiques commerciales, soit le certificat d’études du premier cycle des études commerciales. Certains diplômes étrangers pouvaient obtenir une équivalence. Les interrogations concernaient l’arithmétique, la physique, la chimie, l’histoire, la géographie, et une langue étrangère. La durée des études restait en principe de deux ans, et le corps enseignant, toujours nommé par l’administration de chaque école, serait, à l’avenir, soumis à l’agrément du ministre qui se réserve un droit d’inspection. Le décret du 30 avril 1906 est assez souple en matière de programme.

29Mais la part donnée à l’économie politique se réduit. Jusqu’au début des années 1920, jusqu’à ce qu’il y ait un relais par l’enseignement supérieur, l’enseignement passe progressivement de deux à trois ans. Les deux premières années d’étude ont un enseignement commercial pratique, et c’est seulement en troisième année qu’est éventuellement introduite l’économie politique. En réalité, elle n’est digne de mention que dans quelques cas, en particulier à l’École des hautes études commerciales de Paris. Partout, il s’agit d’une matière annexe, et comme, dans ces écoles, il ne s’exerce pas sur le rang de sortie la même pression que dans certaines écoles d’ingénieur, une partie des étudiants n’y accorde pas beaucoup d’attention.

30Cela ne signifie pas que les écoles soient inutiles. La plupart se spécialisent en fonction des besoins locaux. Par exemple, Le Havre s’intéresse à l’armement maritime, Lille au commerce des textiles, Lyon à celui des soieries, Marseille, à côté de sa section commerciale a une section coloniale, Nantes a une section coloniale. L’École supérieure pratique de commerce de Paris offre deux cycles, avec une option « commerce international ». Rouen s’intéresse au textile, et Toulouse adjoint un cycle pour le commerce agricole. Mais ce qui est enseigné sous le titre d’économie politique, souvent de l’histoire des doctrines ou des traités de commerce, est aux limites de notre sujet.

Nombre de diplômés

Nombre de diplômés

31Le bilan est maigre. On voit à quel point le nombre de 403 diplômés est restreint. Rien de comparable avec les 17 000 étudiants des facultés de droit. Le dynamisme des libéraux du premier xixe siècle semble avoir fait place à une fragilité opportuniste et sans rayonnement, en tout cas au plan quantitatif.

D. LA DOMINATION DES UNIVERSITÉS

  • 21 Georges Blondel, l’éducation économique du peuple allemand, Paris, Larose, 1908.
  • 22 Ibid, p. 20.
  • 23 Les universités incluent la présentation des instituts et des programmes dans leur propre brochure (...)

32De fait, après la guerre de 1914-1918, le développement de l’enseignement commercial se fait essentiellement sous la forme d’instituts créés à côté des universités. Il fait suite à de longs débats autour du thème : doit-on créer des universités commerciales ? On retrouve, là encore, le poids du modèle allemand. La réflexion a été renouvelée par le livre de Blondel sur l’éducation économique du peuple allemand21, qui montre qu’en Allemagne, les grandes universités commerciales existent, ont du rayonnement, et attirent les étudiants de haut niveau.22 Dans le programme des facultés, la France n’admet pas cette dominante, mais propose la création, soit dans les facultés de droit d’un certificat de sciences commerciales, soit d’instituts séparés mais patronnés par les universités.23 La deuxième solution est acceptée et elle aboutit à la généralisation de ces instituts universitaires.

  • 24 Les universités de Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Rennes, Strasbourg, Toulouse ont des (...)

33La liste des créations est lisible sur la carte : Lille, Caen, Rennes, Toulouse Strasbourg, Nancy et Grenoble. Lyon a deux instituts spécialisés, ce qui témoigne de la place toujours attribuée au commerce par la ville. Mais à partir du moment où l’université les fait naître à côté d’elle,24 elle fournit les enseignants, spécialement pour le cours d’économie politique qui existe partout. Nous retrouvons la situation de domination des facultés de droit, puisque dans ces nouveaux instituts, l’enseignement de l’économie politique cesse d’y être spécifique, il n’est plus qu’une annexe de celui des facultés.

34Quant aux écoles supérieures de commerce, elles subissent, du fait de leur reconnaissance par l’État, une uniformisation de programme qui aboutit à un diplôme de licencié ès sciences commerciales ou d’ingénieur commercial. Chaque année aura trente heures d’enseignement, dont vingt et une d’enseignement général, et huit ou neuf heures d’enseignement commercial. On recommande aux élèves de passer leurs vacances à l’étranger. L’enseignement d’économie politique n’apparaît qu’en troisième année, sous la rubrique « doctrines économiques ». Il est limité à deux heures par semaine sur un enseignement global de 30 heures. C’est le plus souvent une initiation aux diverses attitudes possibles en matière de libre-échange.

  • 25 Francis Dernier, « Avant-gardes économiques et diffusion de l’économie politique en France de 1815 (...)
  • 26 Liste des professeurs cités par Francis Demier. À l’École supérieure de commerce de Paris : Amelin (...)

35À cause de cette faiblesse, les contenus attribués à l’enseignement de l’économie politique dans les écoles commerciales ont été peu spécifiques. Cet enseignement est caractérisé par son indifférenciation. Pour le premier xixe siècle, leur indifférenciation a été démontrée à la fois par P. Maffre et par F. Demier. Nous avons aussi montré, dans notre première partie, le rôle du réseau Say, de Blanqui et de J. Garnier. L’économie politique y apprenait le libre-échange, message qui, évidemment, est relativement bien reçu dans une école commerciale. Pour Francis Demier25, cet enseignement n’est qu’une activité annexe26. L’enseignement est associé à la statistique, ou à l’histoire du commerce, les théories sont mal séparées du réel et ce réel est source de démonstration des bienfaits de la science économique telle qu’on la conçoit. Les exemples sont multiples. Au-delà de l’école parisienne de Blanqui, le même phénomène existe au Havre et à Rouen, où l’économie politique est liée au droit commercial, à la législation économique. À Marseille, le droit, l’histoire et les notions d’économie politique sont associés dans un même cours. Au Havre, ce n’est qu’un petit supplément au cours de législation commerciale. Donc, cette pédagogie de l’économie politique n’est jamais différenciée. Il s’agit d’apprendre aux négociants les bienfaits du libre-échange et le rôle du capital et du travail dans le fonctionnement général de l’économie.

36Au vingtième siècle, nous l’avons vu, la domination de l’université, des facultés de droit en particulier, sur les nouveaux instituts, fait que l’enseignement de l’économie politique est devenu une simple annexe de la faculté voisine. Le même professeur vient faire un cours un peu simplifié pour un autre public.

  • 27 Émile Leautey, l’enseignement commercial et les écoles de commerce, Paris, Guillaumin, 1886.
  • 28 François Simiand, « L’enseignement commercial et la formation des professeurs », Revue politique e (...)

37Entre ces deux périodes, le seul moment où une tentative de différenciation a été tentée est la fin du xixe siècle. On se soucie officiellement du problème, dans le cadre du développement de l’enseignement technique. Dès le début des années 1880, Emile Leautey27 souligne les difficultés de recrutement de bons professeurs dans les écoles de commerce et, en 1886, le congrès international de l’enseignement commercial et industriel repose le problème et y consacre un long débat. La Revue internationale de l’enseignement y dédie plusieurs articles. Dans tous les cas, il y a une remise en cause de l’empirisme en guise de formation des professeurs. Le thème est repris en 1914 par François Simiand qui, lui aussi, refuse cet empirisme, et propose une formation où la statistique occupe une place prépondérante, liée à sa méthode d’approche du monde économique.28

38L’introduction de préoccupations sociales dans le libéralisme n’est pas une originalité, mais plusieurs enseignants cherchent à relier ces préoccupations à la libération du commerce. En cette période de ralentissement des affaires, le libéralisme optimiste des idéologues comme Courcelle-Seneuil ou Joseph Garnier, enseignant dans ces écoles, est abandonné.

39À Paris, Émile Chevalier ajoute cette dimension d’économie sociale à l’analyse économique. Spécialiste de l’étude des salaires, il ne sépare pas l’étude du libre-échange de celle des coopératives, des crises sociales et des grèves. Il ébauche une réflexion sur le coût des transports et sur l’importance restreinte qu’il faut accorder aux droits de douane. Même le juriste libéral Beauregard, le contradicteur de Cauwès en faculté de droit, qui fait un cours d’économie sociale au Conservatoire des arts et métiers, en réintroduit le contenu dans son cours à НЕС. Il y défend l’idée que seules les mutuelles et les associations coopératives, longuement décrites, peuvent aider les plus vulnérables à supporter les indispensables adaptations qu’exige le libre-échange. Leplaysien, il prend parti pour les négociations collectives, et il est à l’origine des conventions collectives.

  • 29 Octave Noël, Précis d’économie politique et sociale, Paris, 1913. Ce livre, dit-il en introduction (...)
  • 30 O. Noël, Précis d’économie politique et sociale, op. cit., p. 82.

40Octave Noël enfin, qui à partir de 1888 enseigne à НЕС, où il succède à Courcelle-Seneuil, s’efforce de produire un contenu d’enseignement spécifique. Sa pensée nous est connue par de nombreux ouvrages, en particulier son Précis d’économie politique et sociale29. Les écoles commerciales peuvent contribuer conformément à l’idéal républicain, à l’émergence des couches nouvelles. Le commerce est un indéniable moyen de promotion. L’auteur est à peu près le seul à tenter une réflexion spécifiquement adaptée à son public. L’économie politique n’est pas une addition de dogmes. Elle réfléchit sur les circonstances nouvelles, s’adapte aux circonstances et devient moins systématique. Développer les mécanismes du marché dans le cadre de la liberté et de la concurrence est une nécessité que les républicains doivent comprendre : seuls ces mécanismes permettent la suppression des secteurs abrités et le développement de la grande industrie, qui redémarre dès 1889. On est dans le contexte de l’approfondissement de la crise du dernier quart du xixe siècle et des rythmes inégaux de démarrage de la seconde révolution industrielle. Pour s’y adapter, il faut absolument lutter contre la mentalité des petits rentiers, y compris, dit Octave Noël, ceux qui vivent des revenus des fonds d’État sans grand travail. De toute façon, dit-il, « les conversions successives des fonds d’État vont rendre progressivement ces sinécures impossibles »30. Le travail d’Octave Noël consiste aussi à lutter contre d’autres influences comme celle du protectionniste Cauwès, et d’essayer de retirer au monde républicain la tentation de faire plaisir à sa clientèle paysanne, en sacrifiant le secteur commercial. Là non plus, la dimension d’économie sociale n’est pas éliminée. Octave Noël insiste sur le fait que les êtres humains ne sont pas de simples machines, que tout ce qui détruit les forces physiques des gens qui travaillent est nuisible à la nation. Pour dynamiser le monde du commerce, il faudrait développer la participation, pas la participation à la gestion, mais la participation au capital, par la distribution d’actions.

  • 31 René Gonnard (1874-1960), agrégation 1901. Exemple de carrière de personnalité locale, à Lyon.
  • 32 René Gonnard, l’assurance sociale contre la vieillesse et l’invalidité en France : étude de législ (...)

41Dans le même ordre d’idée, René Gonnard, agrégé d’économie politique31, professeur à la faculté de droit de Lyon, est représentatif de la reconquête des écoles de commerce par les universités. Lui aussi exprime la volonté de tenir compte des difficultés sociales qui accompagnent l’ouverture aux marchés mondiaux. Il est à la fois libéral convaincu, secrétaire de la Société d’économie politique de Lyon, et en même temps catholique social, hostile aux illusions optimistes du libéralisme sauvage, « la liberté du renard dans le poulailler ». Il est favorable à la loi de 1884 sur les syndicats. Il accorde une très grande importance à la formation sociale des futurs négociants pour leur ôter les illusions optimistes du libéralisme sauvage, implacable aux faibles. Dans cet ordre d’idée, il met l’accent sur l’étude de la législation ouvrière, en particulier en matière de vieillesse et d’invalidité32. En même temps, il témoigne de la reprise en main précoce, en province, de l’enseignement de l’économie politique dans les écoles de commerce, par les universités. En réalité, compte tenu des dates, c’est avant d’avoir l’agrégation, dans son enseignement à l’école de commerce, qu’il élabore sa pensée.

42Pour conclure, on peut dire que, dans ces fragiles écoles de commerce, à de très rares exceptions près, il s’agit d’un enseignement non spécifique. Après un survol où les doctrines sont mêlées aux faits, on associe la défense et l’illustration du libre-échange à tout ce qui peut rendre vivable l’ouverture des frontières. On prône tous les aspects d’économie sociale à condition qu’ils soient le fait d’initiatives locales des gens qui travaillent (mutuelles), ou des initiatives patronales, à condition en somme, que l’État soit le moins présent possible.

43En revanche, ce qui est curieux dans ce haut enseignement commercial, c’est le fait que l’économie politique, contestée pour son abstraction, sert par là même à rehausser le niveau des écoles. Plus elle est abstraite, plus elle acquiert des lettres de noblesse. Elle tire vers le haut les écoles, leur permet dans une première étape de bénéficier des dispenses militaires, et, dans une deuxième étape, leur confère le classement dans le niveau « enseignement supérieur », par opposition à l’enseignement moyen. Matière contestée et parfois dénigrée par ailleurs, elle est un peu le latin ou plutôt la philosophie de ces différentes écoles destinées à former des praticiens. L’abstraction, là encore, dans son ambivalence est une source de prestige à la mesure même des critiques.

44Il faut souligner, enfin, le contraste par rapport à l’essor créatif des trois premiers quarts du xixe siècle, de l’extrême précarité des créations du monde libéral à la fin du xixe siècle. Les écoles du haut enseignement commercial, dont nous avons vu les trois vagues successives et leur vulnérabilité à la loi concernant le service militaire ont mal survécu. Ce recul du libéralisme libérateur des blocages est confirmé par la fondation, l’évolution et le succès d’une nouvelle publication, qui se substitue comme média représentatif au Journal des économistes.

II. L’ÉCONOMISTE FRANÇAIS ENTRE DIVISION DU TRAVAIL ET RÉVISION IDÉOLOGIQUE

A. UN JOURNAL EN DIRECTION DES PRATICIENS ?

1. Le contexte de fondation (1873)

45Le contexte est nouveau en ce sens que les protectionnistes sont revenus au pouvoir, et trouvent dans le « gouvernement de Monsieur Thiers » un écho favorable. Le filateur de coton rouennais protectionniste, Pouyer-Quertier, y a été ministre des Finances, même s’il est redevenu simple député. On sent bien que les traités libre-échangistes de 1860, vivement discutés, sont sur le point d’être remis en cause. Par ailleurs, le problème du régime – république ou monarchie – n’est pas tranché. Le professeur d’économie politique Paul Leroy-Beaulieu, lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques, gendre et remplaçant de Michel Chevalier, professeur à l’École libre des sciences politiques, estime nécessaire de ne plus se limiter à la sphère de diffusion, selon lui trop théorique ou trop étroite, du Journal des économistes. Il est à la fois libre-échangiste et encore orléaniste. Il décide, en 1873, de fonder un hebdomadaire, alors que le Journal des économistes était un mensuel.

  • 33 Rappelons que Thiers, pour s’être prononcé en faveur de la République, a provoqué la colère des mo (...)

46Il ne faut pas oublier que la législation sur la presse était encore très sévère et qu’elle l’est restée jusqu’en 1881. De nombreux journaux étaient soumis au cautionnement et l’arsenal législatif permettait une très forte répression, soit sous forme d’amende, soit sous forme d’interdiction sur la voie publique. L’économiste français se présente comme un journal d’abonnés qui contourne les lois sur le cautionnement. Créé le 19 avril 1873,33 il parait jusqu’au 30 juillet 1938 et pendant ces soixante-cinq ans, il devient le porte-parole du libéralisme, en même temps qu’un journal d’information économique et d’information boursière. Pendant les quarante-quatre premières années, son fondateur, Paul Leroy-Beaulieu, en reste le rédacteur en chef et lui donne sa tonalité en rédigeant l’éditorial jugé le plus important.

2. Le financement

  • 34 Arch. nat. F18 343.
  • 35 Adrien Bonnet, député ; Alexandre Clapier, député ; Adolphe d’Eichtal, ancien député ; Adrien Loui (...)

47Le financement de L’économiste français ressemble à celui de toutes les créations libérales. On crée une société anonyme qui comprend seize membres fondateurs.34 Le capital social de fondation s’élève à 284 500 F, divisé en un peu moins de 600 actions de 500 F. Il se trouve que nous disposons de la liste des fondateurs de la société35. Elle associe des politiques, les députés libéraux, avec des négociants et des fabricants de produits de luxe.

48Il en est de même des membres du conseil d’administration, nommés par la première assemblée générale constitutive de mars 1873 et dont les noms sont publiés à la première page du journal jusqu’en 1875 : ils y sont présentés, non pas comme les représentants d’un type d’activité mais, comme des représentants des régions ou des villes industrielles. Ces six principales villes sont Paris, Saint-Étienne, Bordeaux, Lyon, Le Havre et Marseille. Les autres (Lille ou Rouen) ne sont pas représentées parce que ce sont des villes majoritairement hostiles au libre-échange. Les douze membres sont pris parmi les actionnaires pour représenter les intérêts des villes : quatre représentent les intérêts de Paris, deux ceux de Bordeaux, deux ceux de Lyon, deux ceux du Havre, deux ceux de Marseille. On retrouve là les grands ports et les deux grandes villes productrices de produits de luxe, la soierie lyonnaise et l’article de Paris.

49Les noms parisiens des détenteurs d’actions associent des députés, des grands négociants avec des fabricants d’articles de Paris. Pour la région bordelaise, c’est encore plus net. Sur 350 actions, 77 actionnaires sont à Bordeaux et parmi eux, les représentants du vignoble sont majoritaires, qu’il s’agisse des députés, des négociants du quartier des Chartrons et des noms d’origine étrangère anglais, prussiens, irlandais, suisses qui depuis le xviiie siècle se sont installés dans le négoce des vins de Bordeaux. À Lyon, la place tenue par les négociants en vin est remplacée par celle des fabricants et des marchands de soie. À Marseille, ce sont les membres du Crédit agricole de Marseille, de la Société pour le développement et la défense du commerce et de l’industrie de Marseille, ainsi que les fabricants de savon, de bougie, d’absinthe, de vermouth, les minotiers et les représentants de produits chimiques. Nous avons bien là une volonté de représenter au maximum les intérêts économiques. Les chambres de commerce, elles aussi, y sont surreprésentées, si bien que L’économiste français aboutit, si on analyse la plupart de ses membres les plus actifs, à dresser un schéma de la France économique libérale à cette date.

3. Les finalités

  • 36 L’économiste français, éditorial du 23 mai 1874.

50Les finalités du journal sont clairement exposées dans le programme du premier numéro du samedi 18 avril 1873 : la France, qui possède un grand nombre de revues scientifiques et de journaux spéciaux, manquait jusqu’ici « d’un journal économique, pratique, qui traitât avec compétence et impartialité les questions qui intéressent la prospérité du pays ». L’économiste français fait l’apologie du modèle anglais, tant politique qu’économique, même s’il s’interdit les débats purement politiques. Il donne en exemple la presse économique britannique et revendique comme modèle The Economist. Paul Leroy-Beaulieu insiste sur cette orientation dans deux éditoriaux, celui du 16 mai 1874 et celui du 23 mai 1874. Rappelant la liste et le succès des différentes publications de documents officiels en Angleterre et en France, il pense que la France va se moderniser en imitant le modèle de diffusion anglais : « Le principe de la publicité et du contrôle régit aujourd’hui tous les États civilisés sauf pour certaines questions diplomatiques et militaires. Il est admis que le public doit être tenu au courant de tous les actes du gouvernement et de l’administration et qu’il doit être à même de vérifier l’exactitude et la loyauté de la gestion des affaires générales »36.

51Il s’agit bien d’organiser une sorte de transparence de l’information qui permettrait un fonctionnement réel de la démocratie. Rappelons que dans la France de cette époque, la République n’est encore que provisoire. Les royalistes, encore très puissants, sont divisés entre royalistes légitimistes et royalistes à l’anglaise, c’est-à-dire royalistes orléanistes. Paul Leroy-Beaulieu appartient à ce dernier courant. Et le fonctionnement du modèle républicain est encore très contesté. La République en France ne s’instaure qu’à partir de 1875 au plan du vote des lois constitutionnelles, à partir des années 1877-1878 en ce qui concerne la conquête réelle par les élections des différents organes de pouvoir. Le fonctionnement du journal est lié à ce contexte politique incertain, sur fond de conflit très vif opposant une partie de la France qui devient de plus en plus républicaine à une autre partie qui envisagerait volontiers une monarchie à l’anglaise. Ceci est pour le modèle anglais.

52Paul Leroy-Beaulieu espère ainsi exercer une action considérable sur la préparation des lois et des mesures fiscales ou administratives. Il s’agit là d’un journal qui va garder un statut intermédiaire entre la revue et le journal, dans la mesure où son but explicite est d’influencer la politique de l’État, en organisant le lobbying des milieux d’affaires. Sa fonction est donc double : agir auprès des lecteurs pour fournir des informations économiques sur la vie concrète de l’économie, mais orienter ces informations et fournir une argumentation théorique de telle façon que les gens prennent position sur la politique économique. Le journal est explicitement orienté.

  • 37 L’économiste français, n° 1, p. 1-2.

53C’est que le contexte nouveau est jugé dangereux : « La nécessité d’un semblable organe s’est singulièrement fait sentir en France depuis deux ans. Notre nation s’est trouvée dans une situation critique d’où sa sagesse, son économie, son ardeur au travail tendent à la faire sortir. Elle a eu à improviser toute une série de lois, d’impôts ; elle s’est ainsi imposée des sacrifices gigantesques qu’elle a supportés avec patriotisme et résignation. Mais n’est-il pas permis de dire que bien des erreurs eussent été évitées si le gouvernement, si la Chambre, si l’opinion avaient été éclairées par un organe économique pratique, étudiant à fond et avec impartialité, toutes les questions, analysant tous les documents statistiques, administratifs, législatifs ? N’est-il pas permis de croire que le commerce et l’industrie de la France exposée aujourd’hui à toutes les incertitudes d’une politique douanière mal définie eussent tiré un précieux secours d’un organe sérieux qui eut été, pour eux, à la fois un centre d’information et d’action ? »37.

  • 38 Ibid., p. 2.

54Pour cela, le journal sera divisé en cinq parties. La première partie comprend toujours des articles de fond sur les questions économiques à l’ordre du jour, les impôts, les finances, les moyens de transport, les relations capital/travail, les moyens de développement de la France, « en somme tout ce qui concerne le progrès économique sujet » à discussion, tout ce qui pourrait être à l’origine « d’un projet de loi ou d’une mesure administrative »38. C’est un des aspects qui fait de L’économiste français un support intermédiaire entre le journal et la revue. Les quatre autres parties sont plus concrètes. La seconde partie s’efforce de publier tout document économique officiel français ou étranger, rapport législatif ou administratif sur le monde de l’économie, c’est-à-dire, en quelque sorte, centraliser l’information économique, qui reste trop réservée à des publics restreints. La troisième partie donne des renseignements concrets sur la France, grâce à un réseau d’informateurs venus du monde du commerce et de l’industrie. Elle coordonne en quelque sorte les informations utiles aux commerçants, aux industriels et aux chambres de commerce des principales régions françaises. La quatrième partie doit rassembler et classer les informations sur les relations économiques internationales, en particulier celles de la France avec le reste du monde. Une cinquième partie étudiera les faits financiers, les grands mouvements de capitaux, le cours des changes, « mais pas de façon apologétique » se défend le journal. Ainsi, les lecteurs seront mis au courant de la situation réelle des grandes entreprises et informés ou prévenus, dans la mesure du possible, des risques de crises financières. Tel est le programme de L’économiste français, exposé dans son premier numéro.

4. L’évolution du fonctionnement

55Force est de constater que, pendant plus de soixante ans, ce journal a à peu près rempli son rôle, et sans discussions jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il se présente comme un complément du Journal des économistes, et témoigne de la volonté de Paul Leroy-Beaulieu et des milieux qui l’appuient de diviser le travail social des libéraux. Estimant implicitement que le Journal des économistes s’est trop replié sur son rôle de revue théorique, L’économiste français cherche, lui, à associer les deux fonctions. D’une part, les articles de fond dont la ligne semble, au début, voisine de celle du Journal des économistes, s’appuient sur des cas concrets et, d’autre part, on présente une mise à jour de l’actualité économique en direction des décideurs. Le problème pour cette revue est maintenant de savoir comment elle a évolué, quel a été son public réel, l’évolution de son prix et son succès relatif.

  • 39 L’économiste français, éditorial du 21 janvier 1888.
  • 40 On constate une évolution parallèle de la partie financière dans le Journal des économistes, qui p (...)

56L’économiste français en fait, n’a pas touché tout le public qu’il visait. « Dans la sphère où nous avons accès », reconnaît en 1888 Paul Leroy-Beaulieu, « celles des grands et moyens capitalistes, nous avons le regret que nos enseignements n’aient pu entièrement pénétrer la couche des petits rentiers, et la préserver de la ruine où la Compagnie de Panama l’a entraînée »39. Par conséquent, en 1888, il constate qu’il réussit à se faire entendre auprès des grands milieux d’affaires, mais pas auprès des petits rentiers, ni des petits entrepreneurs, qui sont numériquement majoritaires dans la France de cette époque. Cette évolution du public réel explique que la partie financière ait pris une importance croissante, passant de 6 à 18 pages jusqu’en 1904, atteignant même le chiffre de 20 à la veille de 1914.40

  • 41 Pierre Albert, Histoire générale de la presse française (1871-1940), tome III, Paris, PUF, p. 172. (...)

57La partie commerciale française s’est gonflée d’une énorme part d’annonces mobilières. Le journal, moyennant finances, a reçu des petites annonces concernant les adjudications, les ventes à l’amiable sur les terrains, sur les constructions, dans toute la région parisienne et dans les départements de la Seine. On comprend bien qu’il s’agit là d’une source de revenus considérable, et cette mutation a été opérée parce que le journal a connu une crise vers 1880. Bien que le journal se soit toujours interdit de parler de politique stricto sensu, la victoire des républicains ne lui a pas été favorable. En 1880, il a souffert d’une forte baisse des ventes. Or, à cette date, 35 feuilles financières se partagent le public. L’économiste français tire à 2 600 exemplaires, le Journal des économistes stagne à 1 40041.

  • 42 Gisèle Aumercier, Paul Leroy-Beaulieu, observateur de la réalité française, Thèse d’État, sous la (...)

58Cette crise autour des années 1880 se traduit par une augmentation du prix du journal, qui passe de 75 centimes jusqu’en 1875, à 80 centimes de 1875 à 1882, puis à 90 centimes entre 1882 et 1919. Ceci dit, on constate qu’à l’occasion de cette crise – qui est en même temps celle du libre-échange – le lobby libéral serait prêt à fonder d’autres supports pour son action. En fait, l’économiste français s’en sort très bien et réussit à surmonter la crise. En 1884, le journal tire à 3 132 exemplaires. Il atteint un tirage entre 17 000 et 20 000 exemplaires en 1910. Puis, il baisse ensuite à l’occasion de la Première Guerre mondiale à 12 000 exemplaires42, ce qui reste considérable.

59Si nous voulons étudier l’esprit du journal, il nous faut voir l’évolution des rubriques. Jusqu’à sa mort, en 1916, la partie économique débute toujours par l’éditorial de Paul Leroy-Beaulieu. Et elle est la plus développée. Elle occupe, jusqu’à la fin du xixe siècle, entre quinze et dix-huit pages. Par la suite, elle augmentera à l’occasion de la guerre de 1914-1918, au moment où la partie financière se réduit. Elle présente des études et des tableaux, essentiellement orientés sur le commerce extérieur de la France, sur celui de la Grande-Bretagne, sur le mouvement économique aux États-Unis. Mais elle fait une place importante aux affaires municipales. Elle ouvre une rubrique consacrée à la correspondance des lecteurs et passe en revue toute l’actualité. Enfin, elle donne des nouvelles des livres qui paraissent, du mouvement économique dans le monde d’outre-mer et elle y ajoute d’éventuelles notices nécrologiques. L’éditorial donne le ton, l’orientation et analyse l’actualité au filtre de la pensée du fondateur.

  • 43 Ibid., p. 187.

60On voit bien que, en direction d’un public plus praticien, beaucoup plus nombreux que celui des abonnés du Journal des économistes, les deux journaux semblent avoir la même démarche. Il faut noter que l’aspect intermédiaire entre journal et revue a toujours été un objet de contestation parmi les fondateurs. Dès 1874, dans une lettre de Paul Leroy-Beaulieu à sa femme, il écrit : « J’ai été à mon bureau où j’ai trouvé les affaires en assez bon train. Il me semble que le journal ne marche pas mal. Quant à nos administrateurs, ils sont toujours impatients. Siegfried et Fould surtout trouvent que le journal est trop une revue. »43 Ce côté ambigu, entre journal et revue, perdurera en gros jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale et Paul Leroy-Beaulieu a maintenu l’équilibre entre les deux aspects : discussions des problèmes de fond et informations complètes en direction des praticiens.

61Les autres rubriques évoluent elles aussi. Sans les énumérer en détail, disons que jusqu’en 1904, la partie financière passe de six à dix-huit pages puis augmente encore jusqu’au moment de la guerre de 1914-1918 à cause, là aussi, du mouvement des annonces : de trois pages en 1874, elles sont passées à neuf au tournant du siècle, pour en atteindre dix-sept à la veille de 1914-1918. Elles ont constitué un apport financier particulièrement important au journal qui vit bien.

62Dans les autres rubriques, les intérêts sont plus éclectiques. L’art n’intervient qu’à travers ses prix. Par exemple, on cite L’Angélus de Millet, pour nous signaler qu’elle a été vendue 553 000 F à l’État. Mais le journal révèle un grand intérêt pour le monde anglo-saxon, pour le Commonwealth, pour le Canada en particulier, et pour les États-Unis. Il suit également de près ce qui se passe dans la gestion de la ville de Paris. La correspondance avec les lecteurs est une source étonnante pour comprendre les préoccupations du moment. En effet, un dernier champ s’étend, comme en témoignent les articles consacrés à l’Amérique latine à partir de 1890. C’est le moment où l’Europe lui vend des biens d’équipement. Quand il y a des troubles en Amérique latine, la bourse de Paris les répercute et le journal s’efforce d’informer ses lecteurs de façon à ce qu’ils modifient éventuellement leur prise de position financière. Le journal témoigne donc de la prise de conscience de l’élargissement des liens commerciaux de la France avec le reste du monde.

  • 44 Arch. nat. F 18 343.

63Il nous reste à établir une appréciation sur le caractère d’objectivité relative des informations contenues dans ce journal. Il fournit avec précision beaucoup d’affirmations contrôlables sur le mouvement des actions, des obligations, etc. Les lettres des lecteurs révèlent leurs préoccupations. Mais quel est le degré d’indépendance du journal ? Il faut noter qu’après une courte période de difficultés financières, le journal a visiblement très bien vécu de la publicité et des annonces. De ce fait, il a su se construire les moyens de son indépendance. Il se permet d’augmenter son nombre de pages annuel, qui passe d’environ 1 500 à 1 600 pages dans les débuts, à 1 800 pages en 1898, 1 900 pages en 1904, pour atteindre 2 000 pages à la veille de 1914-1918.44 C’est donc un journal qui a maintenu son succès dans la période où nous avons à l’étudier.

  • 45 P. Albert, op. cit., p. 270-272.

64Nous avons un autre indice de son degré d’indépendance à l’occasion du problème des fonds russes. On sait parfaitement, à notre époque, que Raffalovitch, conseiller du ministère des Finances russes et attaché financier de l’ambassade russe, était chargé de « subventionner » la presse économique française afin qu’elle incitât ses lecteurs à acheter des fonds russes. Raffalovitch, qui parle très bien français, s’est intégré dans la société française : membre correspondant de l’Académie des sciences politiques, membre de la Société d’économie politique où il intervient souvent, il collabore aussi aux journaux français du lobby libéral, et même au Dictionnaire d’économie politique. Nous avons maintenant accès aux archives qui confirment ce qui était dénoncé à l’époque par la presse d’opposition comme « l’abominable vénalité de la presse française ». Effectivement, la presse française de l’époque, y compris le journal Le Temps, a accepté de l’argent, distribué largement par Raffalovitch.45

  • 46 Madame Aumercier a rencontré les descendants de P. Leroy-Beaulieu et a eu communication d’archives (...)
  • 47 P. Albert, op. cit., p. 272.

65Or, nous avons deux preuves, à la fois dans les archives familiales de Paul Leroy-Beaulieu46 et dans le témoignage de Raffalovitch lui-même, que Paul Leroy-Beaulieu a obstinément refusé l’argent offert par l’ambassade de Russie pour faire la propagande en faveur de l’achat des fonds russes. Raffalovitch écrit en 1880 à son ministre, que L’économiste français a refusé ses fonds47. Ceci dit L’économiste français n’a pas pris une position hostile à l’achat de fonds russes. Mais, d’une part, il a laissé Raffalovitch signer ouvertement des articles favorables aux fonds russes. Ainsi le journal signalait à ses lecteurs la position de l’ambassade de Russie. D’autre part, à certains moments, le journal a librement, et par conviction acceptée, en tout cas à partir de 1906, de faire des articles favorables à l’achat de fonds russes, mais il a toujours refusé de toucher la moindre somme d’argent. On a donc affaire à un média intermédiaire entre revue et journal, bien informé, et relativement indépendant. Il prend place comme le journal représentatif du libéralisme.

B. LA RÉVISION DU SCHEMA LIBÉRAL

66Mais, en réalité, la différence avec le Journal des économistes est moins dans la démarche, ou dans le public recherché, que dans la révision de certains aspects importants de la pensée libérale. Paul Leroy-Beaulieu illustre une évolution, ou plutôt une modification profonde du libéralisme économique français.

  • 48 P. Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses et sur la tendance à une moindre inégali (...)
  • 49 P. Leroy-Beaulieu, De l’état moral et intellectuel des populations ouvrières et de son influence s (...)
  • 50 P. V Beauregard, Essai sur la théorie du salaire, la main d’œuvre et son prix, Paris, Larose, 1887

67D’abord, il estime que la théorie de la répartition, l’explication de l’établissement des taux de salaire est entièrement à réviser48. Le salaire ne s’établit pas sur le marché, comme le prix des autres marchandises. Le travail est une marchandise différente, et son prix varie proportionnellement à sa productivité. Les intérêts des travailleurs ne sont donc pas opposés à ceux des détenteurs de capitaux. Capitalistes et salariés ont, en fait, le même intérêt à développer la productivité. Il faut remarquer que cette thèse issue du saint-simonisme, est soutenue pour un mémoire académique en 186849, et qu’elle est reprise après la Commune avec beaucoup de succès chez les libéraux. Beauregard lui consacre un ouvrage entier,50 où il mobilise les statistiques les plus complètes de son temps pour illustrer cette thèse de la convergence des intérêts. Ce thème-là, dans la révision qu’il opère de la pensée des grands classiques, en particulier de Ricardo, est unanimement accepté et repris par les libéraux français. Ce n’est donc pas un thème de rupture avec le lobby.

  • 51 Les statistiques lui sont fournies par Levasseur, son collègue à l’École libre des sciences politi (...)
  • 52 Le thème est développé dans ses cours dès les années 1880. Il est exposé méthodiquement dans son T (...)

68La révision de l’analyse du mouvement de la population est plus difficile à faire admettre. Jusqu’alors, les libéraux français étaient restés fidèles au malthusianisme ; ils pensaient en particulier que le problème des salaires serait résolu si le monde ouvrier avait moins d’enfants et pratiquait la restriction des naissances. Le salaire étant une marchandise comme une autre, liée à la loi de l’offre et de la demande, il ne pourra augmenter que s’il y a moins de gens prêts à faire le travail. Or, Paul Leroy-Beaulieu, sur la base d’une analyse historique et statistique des faits démographiques51, a très bien perçu la baisse de la natalité française. Il est donc, contrairement aux libéraux des deux premiers tiers du xixe siècle, résolument populationniste52, et même favorable à une aide matérielle de l’État en direction des familles nombreuses.

  • 53 G. Aumercier, op. cit., p. 342.
  • 54 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes ; histoire et doctrine, 1re éd., 1 (...)

69L’autre innovation de Paul Leroy-Beaulieu par rapport aux thèmes libéraux du xixe siècle français, c’est qu’il est un partisan résolu de la colonisation, ce qui explique la place réservée, dans l’économiste français aux nouvelles d’outre-mer. Les libéraux purs du Journal des économistes, dans la grande tradition du premier xixe siècle, estimaient que le libre-échange doit s’exercer partout, que la colonisation est une résurgence du mercantilisme. Instaurant une variété de marché protégé, elle constituerait une forme rétrograde de protectionnisme et elle freinerait finalement le développement réel de la production et des échanges. Or, Paul Leroy-Beaulieu, toujours dans la tradition saint-simonienne, estime au contraire que la colonisation est un moyen de répandre dans le monde les progrès de la productivité. Il suit de près toutes les conquêtes coloniales et rend compte de la prospérité des grandes entreprises coloniales. Lui-même, gère de près un des éléments de la fortune qu’il est en train de construire, une grande exploitation en Tunisie.53 Il est évidemment partisan d’une agriculture intensive, et de l’installation des méthodes de production les plus modernes dans le monde colonial. En conquérant des colonies, les pays développés étendent dans le monde la révolution industrielle et la capacité productive.54 Ces deux aspects qui reflètent l’évolution du libéralisme français sont beaucoup mieux représentés dans L’économiste français que dans le Journal des économistes, qui reste plus fidèle à la tradition des libéraux du premier xixe siècle.

70Jusqu’en 1938, L’économiste français cohabite avec le Journal des économistes. Si L’économiste français témoigne bien de la division du travail social du lobby libéral, les inflexions à la doctrine qu’il diffuse patiemment, mais largement, pendant des décennies, en font un représentant spécifique d’une idéologie modifiée. Moins soucieux d’analyser logiquement les mécanismes, il donne de la pensée économique une représentation très idéologique. La statistique permet la description des évolutions réelles, mais les renseignements fournis doivent, soit aider directement les lecteurs à s’enrichir, soit leur fournir des arguments, des outils de légitimation symboliques dans le combat social. La finalité s’est transformée. De journal destiné à gagner des partisans au libéralisme, il est devenu un outil au service des intérêts immédiats des lecteurs. Le libéralisme, devenu plus conservateur, s’adresse aux détenteurs de capitaux les plus dynamiques. Il est désormais plus près de l’apologie de l’ordre social et des rapports de forces en place, que de l’approfondissement de l’analyse scientifique.

Notes

1 Il n’est pas question d’étudier en détail l’histoire des écoles de l’enseignement commercial en France, ni même de l’enseignement commercial supérieur. En effet, pour le xixe siècle, le sujet a été traité récemment par une thèse qui utilise l’essentiel des sources existantes et qui les analyse d’une façon rigoureuse. Voir Philippe Mafrre, Les origines de l’enseignement commercial supérieur français au xixe, thèse, Université Paris I, 1984.

2 C. Lyon-Caen, Tableau des lois commerciales en vigueur dans les principaux États de l’Europe et de l’Amérique, Paris, 1881.

3 Discours de M. Isaac, président de la chambre de commerce de Lyon, à la Société d’économie sociale, cité par Auguste Foubert, L’enseignement commercial supérieur en France et à l’étranger, Paris, Sageot, 1922, p. 25.

4 Ibid., p. 25.

5 Ibid., p. 27.

6 Arch. nat. F12 612 et F12 2470.

7 Alfred Renouard, Histoire de l’école supérieure de commerce de Paris, Paris, 1920. Alfred Renouard est un ancien élève diplômé de l’École supérieure de commerce de Paris. En même temps, il est membre du comité d’installation de l’exposition internationale de Bruxelles. Officier d’instruction publique, il écrit une histoire des origines de l’école. Il explique qu’il a pu consulter les quelques livrets de l’étudiant qui existent encore, mais qu’il n’en existait pas en nombre suffisant, aussi a-t-il été amené à rechercher chez les bouquinistes d’autres livrets. Il a donc bénéficié de sources qui, depuis, ont disparu, ce qui fait de son livre une source essentielle.

8 Voir la première partie.

9 Sur Blanqui, nous renvoyons à Francis Demier, Adolphe Blanqui : un économiste libéral face à la révolution industrielle 1897-1954, thèse de 3e cycle, Université Paris X, 1979.

10 Discours de Jacques Siegfried au groupe stéphanois, le 26 février 1905.

11 Voir chapitre V, « Le relais du catholicisme libéral ».

12 A. Foubert, L’enseignement commercial..., op. cit., p. 152.

13 Nous renvoyons à la thèse de Philippe Maffre.

14 Auguste Foubert, op. cit, p. 154.

15 Ibid., p. 158.

16 Philippe Maffre, op. cit.

17 L’École des hautes études commerciales a fait l’objet d’une thèse et d’une publication de Marc Meuleau, Histoire d’une grande école, publiée à l’occasion du centenaire de la création de HEC en 1981, mais qui lui a permis à la fois d’étudier la fondation de l’école, l’évolution de cette école de 1881 à nos jours et surtout la sociologie des élèves et des enseignants. Nous n’avons pas à refaire cette histoire.

18 Voir Tableau récapitulatif de la population scolaire (1875-1885).

19 Tableau construit à partir des chiffres fournis par A. Foubert, op. cit., p. 163-180.

20 Tableau construit à partir des chiffres de A. Foubert, op. cit.

21 Georges Blondel, l’éducation économique du peuple allemand, Paris, Larose, 1908.

22 Ibid, p. 20.

23 Les universités incluent la présentation des instituts et des programmes dans leur propre brochure de présentation des programmes des facultés.

24 Les universités de Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Rennes, Strasbourg, Toulouse ont des instituts d’études économiques à côté de l’université. Pour plus de détails, nous nous permettons de renvoyer à la version dactylographiée de la thèse d’État, soutenue en Sorbonne, 1995.

25 Francis Dernier, « Avant-gardes économiques et diffusion de l’économie politique en France de 1815 à 1914 », Les problèmes de l’institutionnalisation en France au xixe siècle, numéro spécial d’Économies et sociétés, série PE, n° 6, 1986, p. 102-142.

26 Liste des professeurs cités par Francis Demier. À l’École supérieure de commerce de Paris : Ameline de la Briselaine, avocat à la cour d’appel, Frédéric Passy et Albert Delacour. À l’Institut commercial de Paris : Émile Chevalier, docteur en droit (et conseiller municipal de Seine-et-Oise). À HEC, Joseph Garnier, à partir de 1883 Courcelle-Seneuil, et après 1888 Octave Noël. Dans les différentes autres écoles, on retrouve essentiellement des professeurs comme Gonnard qui s’illustre à Lyon, comme les juristes Lescarré à Bordeaux, le statisticien G. Faure.

27 Émile Leautey, l’enseignement commercial et les écoles de commerce, Paris, Guillaumin, 1886.

28 François Simiand, « L’enseignement commercial et la formation des professeurs », Revue politique et parlementaire, Paris, 1914, tome LXXXI, p. 46-64.

29 Octave Noël, Précis d’économie politique et sociale, Paris, 1913. Ce livre, dit-il en introduction, est le résumé de son cours.

30 O. Noël, Précis d’économie politique et sociale, op. cit., p. 82.

31 René Gonnard (1874-1960), agrégation 1901. Exemple de carrière de personnalité locale, à Lyon.

32 René Gonnard, l’assurance sociale contre la vieillesse et l’invalidité en France : étude de législation industrielle, Paris, A. Fontemoing, 1898, 16 p.

33 Rappelons que Thiers, pour s’être prononcé en faveur de la République, a provoqué la colère des monarchistes qui dominaient l’Assemblée. Le 13 mars 1873, il s’est vu restreindre ses possibilités d’expression à la Chambre. Il perd le pouvoir, après une nouvelle offensive monarchiste, le 23 mai 1873.

34 Arch. nat. F18 343.

35 Adrien Bonnet, député ; Alexandre Clapier, député ; Adolphe d’Eichtal, ancien député ; Adrien Louis, député ; Alexis Estrangin, directeur du Crédit agricole à Marseille ; Flotard, député ; H. G. Fould, ancien négociant ; Alexandre Léon, négociant à Bordeaux ; Paul Leroy-Beaulieu, propriétaire ; Sigismond Lilienthal, négociant en soie à Lyon ; Gustave Roy, négociant à Paris ; Auguste Sevene, négociant en soie à Lyon ; Jacques Siegfried, négociant au Havre ; Jules Siegfried, négociant au Havre ; Warnier, député (ce dernier représente les intérêts champenois).

36 L’économiste français, éditorial du 23 mai 1874.

37 L’économiste français, n° 1, p. 1-2.

38 Ibid., p. 2.

39 L’économiste français, éditorial du 21 janvier 1888.

40 On constate une évolution parallèle de la partie financière dans le Journal des économistes, qui passe de 39 pages en 1872 à 74 pages en 1879, et 150 pages en 1881.

41 Pierre Albert, Histoire générale de la presse française (1871-1940), tome III, Paris, PUF, p. 172. Les chiffres sont tirés du dossier d’archives Arch. nat. F 18 2365.

42 Gisèle Aumercier, Paul Leroy-Beaulieu, observateur de la réalité française, Thèse d’État, sous la direction du professeur F. Caron, Dijon, 1975, (thèse très bien informée).

43 Ibid., p. 187.

44 Arch. nat. F 18 343.

45 P. Albert, op. cit., p. 270-272.

46 Madame Aumercier a rencontré les descendants de P. Leroy-Beaulieu et a eu communication d’archives familiales sur ce problème.

47 P. Albert, op. cit., p. 272.

48 P. Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses et sur la tendance à une moindre inégalité des conditions, Paris, Guillaumin, 1re éd., 1881.

49 P. Leroy-Beaulieu, De l’état moral et intellectuel des populations ouvrières et de son influence sur le taux des salaires, Paris, Guillaumin, 1868.

50 P. V Beauregard, Essai sur la théorie du salaire, la main d’œuvre et son prix, Paris, Larose, 1887.

51 Les statistiques lui sont fournies par Levasseur, son collègue à l’École libre des sciences politiques et au Collège de France.

52 Le thème est développé dans ses cours dès les années 1880. Il est exposé méthodiquement dans son Traité théorique et pratique d’économie politique, paru en 1896, et repris en 1913, sous le titre La question de la population.

53 G. Aumercier, op. cit., p. 342.

54 P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes ; histoire et doctrine, 1re éd., 1874, 6e éd., 1908.

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif de la population scolaire (1875-1885)19
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Population scolaire des Écoles supérieures de commerce (1901-1902)20
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre L’évolution de la sélection
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Nombre de diplômés
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540