Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Deuxième partie. Un second système d'enseignement autour des facultés de droit

Introduction

Texte intégral

1Le monde libéral ne se satisfait pas de la seule création de l’École libre des sciences politiques. Depuis longtemps, et a fortiori devant le bilan décevant de la politique de ralliement à l’empire, il réclamait une véritable introduction de la discipline économique dans l’enseignement officiel : la discipline ne devait plus être conçue comme facultative mais être obligatoire, intégrée dans un cursus, et faire l’objet d’un contrôle des connaissances. Une simple option était trop à la merci de la conjoncture intellectuelle ou politique, de la mode même. Aussi le décret de mars 1877 apparaît d’abord comme l’aboutissement d’un effort tenace, comme la victoire après un long combat.

2Il est vrai que ce décret introduit l’économie politique dans l’enseignement supérieur là où les étudiants sont les plus nombreux, c’est-à-dire dans les facultés de droit. Il fait de celles-ci le centre, ou plutôt l’ossature d’un deuxième système d’enseignement : autour des facultés, et cela jusqu’en 1939, il n’existe que des institutions en situation subalterne (comme les écoles de commerce, le Conservatoire des arts et métiers), soit en situation d’annexe (comme l’École libre des sciences politiques ou le Collège de France), soit enfin en situation parallèle (comme les grandes écoles d’ingénieurs). La victoire institutionnelle est donc réelle et durable. C’est elle que nous étudierons dans cette seconde partie. Mais au plan idéologique, nous serons amené à nous demander dans quelle mesure l’effet d’institution ne retire pas aux libéraux une partie du contenu de leur victoire.

3Notre démarche consistera à analyser d’abord les difficultés de l’entrée de la discipline dans les facultés de droit. Nous montrerons ensuite les processus d’intégration de la discipline dans le milieu du droit et enfin les étapes et les moyens de sa professionnalisation dans cette institution dominante. À cette lente légitimation s’opposeront alors la faiblesse de la discipline dans les écoles de commerce et la spécificité de son évolution au Conservatoire, en particulier dans le domaine statistique. Et enfin, nous verrons comment l’École libre des sciences politiques se contente d’exploiter son avance initiale, sans retrouver le dynamisme des pionniers.

4Par opposition à cette relative inertie des institutions issues du monde libéral, les grandes écoles ébauchent une autre démarche intellectuelle, celle de l’économie politique mathématique, en direction de nouvelles élites. Cette seconde partie permettra donc à la fois la description de l’institutionnalisation qui a caractérisé l’économie politique en France durant les trois quarts du vingtième siècle, et tentera de montrer le poids de chacune des institutions sur la discipline enseignée.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540