Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre V. Les attentes et les premiers résultats : 1860-1868

Texte intégral

1La réflexion sur les fonctions de l’économie politique avait commencé avec l’autonomisation intellectuelle de la discipline et Jean-Baptiste Say y avait consacré de nombreuses pages. Mais nous avons vu que, suivant la conjoncture politique, telle ou telle fonction avait plutôt été mise en avant.

2À partir du moment où s’annonce la politique libre-échangiste de l’empire, les économistes focalisent leur réflexion sur le rôle de l’enseignement. Ils examinent tous les systèmes d’enseignement, à tous les niveaux, dans une perspective d’ensemble. Il nous faudra examiner d’abord leurs attentes pour mesurer la part des résultats obtenus.

I. LES ATTENTES DES ÉCONOMISTES

  • 1 Nous avions effectué des comptages à partir des articles explicitement consacrés à l’enseignement. (...)

3Les livraisons du Journal des économistes consacrent plus du quart de leur surface1 à l’étude de la nécessité et du rôle de l’enseignement économique. À la revendication saint-simonienne d’un enseignement technique, deux types d’analyse s’ajoutent alors, assez bien symbolisés par les prises de position respectives de Courcelle-Seneuil, l’Idéologue et de Baudrillart lié au christianisme social.

A. LES ATTENTES DES HÉRITIERS DE L’IDÉOLOGIE

  • 2 Courcelle-Seneuil, « De la nécessité d’enseigner l’économie politique dans les Facultés de Droit » (...)

4Dans un style très vif, Courcelle-Seneuil réaffirme la position des libéraux de la première génération, républicains comme Garnier, et Idéologues comme Jean-Baptiste Say. Courcelle-Seneuil revient tout juste d’exil et garde le ton et le vocabulaire de l’opposant. Mais il illustre les attentes des libéraux en échange de leur ralliement. Son article de juillet 18632 prône l’introduction de l’économie politique dans toutes les facultés de droit dans le cadre de la campagne d’opinion qui précède les décisions de Victor Duruy. À cette occasion, il fait un bilan d’ensemble des fonctions que les libéraux de sa tendance attendent de l’enseignement de l’économie.

  • 3 Ibid., p. 7.
  • 4 Ibid., p. 7.

5Dans un style plus polémiste et plus ironique que celui du reste du journal, l’auteur refuse la conception d’un enseignement économique conçu comme une discipline technique, comme le croit actuellement à tort, « une réunion quelconque de Français soi-disant éclairés »3. Il résume leur position : « Qu’on la relègue donc dans les écoles de commerce, d’agriculture ou de technologie, s’il y en a ; qu’on l’enseigne aux gens qui vivent de l’industrie et s’occupent de gagner de l’argent, et qu’on l’éloigne au contraire des nobles professions libérales dont le but est le désintéressement et la vertu »4. Au contraire, l’auteur précise les espoirs mis dans la diffusion de la nouvelle discipline. Ils dépassent de loin les finalités professionnelles qui, de toute façon, se réalisent mieux à travers des stages pratiques que dans des écoles.

  • 5 Ibid., p. 7.
  • 6 Ibid., p. 14.
  • 7 Ibid., p. 14.

6Le véritable rôle de l’économie politique est de « faire connaître quel est le mécanisme d’une société humaine, quels sont les ressorts qui la meuvent, quels sont les organes qui transmettent le mouvement et quelles sont, relativement à l’ensemble, les fonctions de chacun. De là découlent des notions positives, démontrées et motivées sur les droits et les devoirs, sur la portée des actes publics et particuliers, sur la tendance générale des lois dans leur rapport avec la richesse »5. Mais de façon plus conjoncturelle, s’ajoutent des arguments nouveaux, plus politiques. « Avant la grande querelle du socialisme, on pouvait hésiter ; aujourd’hui on ne le peut. L’enseignement de l’économie politique est une condition de sûreté et de paix publique ; les résultats à obtenir sont immenses et certains, tandis que les efforts à faire sont médiocres »6. En effet, il suffit selon l’auteur d’enseigner « à l’école primaire seulement les principes, dans les collèges on joindrait quelques raisonnements à l’appui ; dans les écoles de droit, on aborderait directement les problèmes d’application. L’économie politique pourrait, comme la physique et la chimie, se réduire ou s’étendre, de manière à se mettre à la portée de tous les âges et de toutes les intelligences »7. L’auteur attribue donc à l’économie politique la même importance sociale que plus tard les Durkheimiens à la sociologie. C’est une formation générale : au-delà du productivisme saint-simonien, il s’agit de faire comprendre l’ensemble des mécanismes sociaux, d’enseigner une sorte de physiologie sociale.

  • 8 Ibid., p. 17.
  • 9 Ibid., p. 17.
  • 10 G.-U. Guillaumin, « De la nécessité d’introduire l’économie politique dans l’instruction publique  (...)

7La cohérence sociale ainsi obtenue grâce à l’apprentissage de la discipline permet de faire l’économie d’un État fort et oppressif, alors que « chez le peuple privé d’instruction économique, les diverses classes de la société vivront dans l’antagonisme et la discorde, et la paix intérieure ne sera possible que sous une compression violente » 8. Au contraire, les peuples formés à l’économie politique, eux, « travailleront pacifiquement à réformer leurs institutions, à augmenter leur liberté et leur bien-être »9. Par conséquent, la discipline ne se contente pas de prendre position en faveur de la liberté et de la démocratie, elle contribue à les rendre possible, elle en construit les fondements. Dans le même esprit, pour renforcer l’argument d’une discipline source de conciliation sociale, le Journal des économistes réédite la note remise en 1845 à Salvandy, ministre de l’Instruction publique par la Société des économistes, où toutes les fonctions de l’économie étaient rappelées, avec un accent particulier sur les aspects de lutte contre les utopies10. On met ainsi l’accent sur la continuité d’une fonction. L’article de Courcelle-Seneuil n’est donc pas seulement un appui à la politique de V Duruy en cours d’élaboration. Il soude l’alliance entre libéraux politiques et libéraux économistes.

B. LE RELAIS DU CATHOLICISME LIBÉRAL

  • 11 H. Baudrillart, « De l’instruction au point de vue économique », Journal des économistes, 15 décem (...)

8Dès 1859, une autre voix, celle de Baudrillart, s’explique sur le même sujet dans la leçon inaugurale de son cours au Collège de France. Le Journal des économistes s’en fait l’écho en la publiant sous la forme d’un long article11. Il y résume l’essentiel du rôle de la discipline, vue cette fois par un professeur rallié au catholicisme libéral et proche de l’empire. Aux antipodes du déisme anticlérical du protestant Jean-Baptiste Say ou de l’Idéologue Courcelle-Seneuil, il prépare la mutation du libéralisme. « l’homme est une force productive : il est la plus productive de forces existantes, car c’est elle qui met toutes les autres en valeur ; mais cette force antérieurement à l’éducation est bien peu de chose [...]. La science est son arme offensive et défensive contre la nature. Parmi les instruments d’acquisition du bien-être, elle figure au premier rang ». La rupture est bien ici au niveau du naturalisme. Baudrillart est vigoureusement anti-rousseauiste.

  • 12 Ibid., p. 322.

9Or, poursuit le remplaçant de Chevalier au Collège de France, actuellement, « le problème économique consiste avant tout dans la production à augmenter. [...]. La raison nous commande donc de développer les forces productives, et d’abord celles du producteur. Or comment le producteur peut-il développer, acquérir des forces supérieures ? Par l’éducation, par l’instruction »12. Suit alors une longue analyse de l’éducation source de construction d’un habitus économique. Elle forme la volonté, la réflexion, la conduite, mais aussi les bonnes habitudes morales « nécessaires aux conditions de la vie économique ». Curieusement, le catholique Baudrillart rejoint les protestants en développant l’idée que l’austérité personnelle, le refus de la futilité et du luxe, la rationalité dans l’utilisation de ses forces sont autant d’atouts pour construire une épargne et pour renforcer l’efficacité économique.

  • 13 Ibid, p. 323.
  • 14 Ibid., p. 323.

10En même temps, pour lui aussi, l’éducation doit renforcer l’ordre social. « Il serait chimérique d’espérer un peu d’ordre dans la société, au milieu de tant de conflits, de tant de passions haineuses, si l’éducation ne faisait pénétrer dans les âmes un peu d’équité, de bienveillance, de charité réciproque. Il faut en outre que l’homme placé en bas de l’échelle apprenne à la fois deux choses, pour lui d’une égale importance : l’une est de se résigner aux maux inévitables, l’autre est de résister à ceux qu’il peut vaincre »13. Un conseil symétrique s’adresse à ceux qui bénéficient d’une situation acquise : « d’un autre côté, la résignation ne doit pas être poussée (c’est ce qu’oublie parfois le stoïcisme de ceux qui se résignent sans trop de peine à la misère d’autrui) jusqu’à cet abandon de soi qui produit la dégradation de nos facultés les meilleures ».14

  • 15 Ibid., p. 327.
  • 16 Ibid., p. 327.
  • 17 Ibid., p. 327.
  • 18 Ibid., p. 328.
  • 19 Ibid., p. 332.

11L’enseignement de l’économie politique doit donc être associé à l’instruction de base, si nécessaire à la civilisation des masses, et si défaillante, contrairement à ce que pensent tous les adversaires de l’éducation publique, de Jean-Jacques Rousseau aux conservateurs. À l’appui de ces affirmations, Baudrillart rappelle alors à quel point la France de son temps n’a pas à craindre un excès d’instruction. La statistique des mariages en 1853, révèle qu’un tiers des hommes et la moitié des femmes ne savent pas signer. « Sur le nombre restant, la plupart savaient tout juste signer leur nom ». Ainsi s’expliquent la routine et la superstition dans les campagnes, l’insuffisance des capacités professionnelles, l’incapacité à l’épargne et à la prévoyance. Dans cette nécessité de développer l’instruction, l’économie politique occupe une place décisive puisqu’elle est synonyme de développement de la civilisation. Il s’agit de « donner toute la lumière nécessaire à l’idée générale de civilisation, dont le développement forme en fin de compte le principal objet de la civilisation »15. « La moralité et la richesse ne sont pas les deux termes d’une antithèse, dès lors qu’il s’agit non de l’opulence mal acquise et mal dépensée de quelques-uns, mais des progrès du bien-être général »16. Suit alors un long développement sur la civilisation, cette « mise en culture de l’homme tout entier »17. Dans ce texte, le mot civilisation ou civilisé apparaît en moyenne plus d’une ligne sur deux. Un peuple complètement civilisé serait, selon l’auteur, « un peuple moral, instruit, religieux »18. Une culture commune est indispensable pour restaurer le tissu social, pour reconstruire la « sociabilité ». Il faut former le producteur « membre de la grande société laborieuse », en faisant une part nécessaire « à certaines notions d’économie sociale et politique ». Ainsi on évitera l’esprit partisan, comme par exemple la xénophobie, source de guerre et de pauvreté. Ainsi on empêchera qu’un peuple, ignorant des lois naturelles, n’en vienne à « mettre son salut dans des révolutions entreprises au nom des idées de rénovation les plus chimériques »19. Baudrillard s’oppose donc autant à l’apprentissage étroit qui interdit les reconversions qu’à l’encyclopédisme des programmes, qui donnent l’illusion d’une promotion chimérique.

  • 20 Ibid., p. 334.

12Il réaffirme aussi la supériorité de l’aspect de « science morale » de l’économie politique contre tout enseignement trop mathématique, source de déformation de l’esprit. « Nous savons ce que vaut la culture exclusivement mathématique et scientifique [...]. Ces esprits positifs qui, disait-on, apprenaient la justesse en étudiant la géométrie, se sont trouvés les plus chimériques et les plus téméraires utopistes de notre temps. En appliquant hors de propos leurs procédés de raisonnement, ces raides et inflexibles mathématiciens se changeaient en poètes pleins d’imagination ou en prophètes pleins de colère contre le présent, en nouveaux Amphions élevant, au son de la lyre, les murailles d’une cité nouvelle, en nouveaux Josués renversant les murs de Jericho au son de la trompette »20. Baudrillart fait ici allusion à la participation des élèves de l’École polytechnique à la plupart des « journées » ou des « émotions » du siècle.

13Au plan théorique, il s’oppose aux utopistes comme Fourrier, mais aussi aux raisonnements déductifs d’un Ricardo qui en arrive à affirmer qu’à long terme, les intérêts sociaux sont divergents. L’attitude de Baudrillart mérite d’être soulignée parce qu’elle confirme une tradition lourde de conséquences. Elle explique le rejet de Walras, la légèreté avec laquelle sera écartée l’œuvre de Cournot, et à plus long terme le cantonnement de l’économie mathématique. À court terme elle éclaire les débats entre l’ingénieur des Ponts J. Dupuit et les autres membres de la Société d’économie politique.

  • 21 21. « Fondée en 1825, cette société a pour but l’avancement et la propagation de l’industrie tant (...)
  • 22 H. Baudrillart art. cit., p. 353.

14L’article fait enfin le bilan de l’enseignement professionnel existant et fait l’apologie de l’action de la Société industrielle de Mulhouse21. Il approuve l’avance du monde anglo-saxon en matière d’enseignement économique et surtout la façon décentralisée dont il est organisé. Pour conclure, l’effort pour la promotion de l’enseignement est la tâche prioritaire de toute l’époque et, dans cet effort, l’enseignement économique a une place incontournable : « Tout ce qui moralise et éclaire sera donc ici encore réclamé par l’économie politique, comme la source de toute richesse à naître, et comme la garantie même de la richesse acquise »22.

15L’économie politique est donc au service de la morale, dans le respect de l’ordre social. C’est pourquoi l’enseignement de l’économie politique est une priorité. Toutes les forces, celles de l’État comme celles des initiatives privées, doivent converger dans ce but, arracher les hommes à la « rive barbare ». Il s’agit en fait d’utiliser l’enseignement de l’économie politique pour réconcilier croissance et harmonisation des rapports sociaux.

16Les héritiers souvent anticléricaux de l’Idéologie convergent avec les chrétiens sociaux pour attribuer à l’enseignement de l’économie politique un statut de science morale et une place dans l’enseignement général.

  • 23 Émile Jay, « Création d’une chaire d’économie politique et maintien de l’enseignement administrati (...)

17D’autres articles écrits par des professeurs de droit23 vont dans le même sens, mais sont plus spécialisés sur les fonctions des facultés de droit. Ils révèlent la crainte de voir les facultés de droit dépossédées de leur fonction traditionnelle de formation des administrateurs. Entre 1859 et 1864, l’essentiel du Journal des économistes est consacré à ce thème et fait le point sur le retard français en matière d’enseignement économique.

C. LE RETARD ET LES CARENCES DE LA FRANCE

  • 24 Séances de la Société d’économie politique, Journal des économistes, (Angleterre) février 1859, p. (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

18Le bilan en est dressé dès 1859, à plusieurs reprises,24 par la Société d’économie politique. Tous les pays voisins développés sont en avance sur la France. L’Allemagne a son réseau de facultés de sciences camérales depuis le xviiie siècle. Sur le même modèle, l’Italie, l’Autriche et la Hongrie, l’Europe centrale ont un enseignement assez élaboré25. Des petits pays comme le Luxembourg, la Belgique et la Suisse ont précédé la France. Quant à l’Angleterre26 évidemment, son avance est décisive, elle accompagne et explique son essor économique. Elle explique aussi la façon dont sont gérés des rapports sociaux : les antagonismes ont existé mais ils n’ont pas donné lieu en Angleterre aux mouvements révolutionnaires qui ont à chaque fois secoué la France.

  • 27 R. de Fontenay, « Compte rendu du traité théorique et pratique sur les banques de Courcelle Seneui (...)

19Face à cette avance étrangère, le retard de la France est décrit et dénoncé. Elle ne manque pourtant pas d’économistes, mais ils ne trouvent pas à s’employer. En 1861, Roger de Fontenay rappelle que l’économiste français Courcelle-Seneuil n’a réussi à trouver un poste d’enseignant qu’en s’exilant au Chili. « Depuis quelque temps, l’étranger (Belgique, Suisse, Chili, Russie) nous emprunte des professeurs d’économie politique. Mis en face d’une mission sérieuse, ils se développent et deviennent des maîtres. En France cet énergique stimulant d’un but pratique nous manque. Notre chère patrie produit à ce qu’il paraît des économistes, puisqu’elle en exporte ; mais elle en a peu usé jusqu’ici pour sa consommation particulière, elle tend à devenir sous ce rapport, ce que les agronomes appellent un pays d’élève. Elle a des comices et des concours, un jury d’encouragement qu’on appelle l’Institut chargé de distribuer des primes aux jeunes sujets qui promettent. Après cela, elle ne sait plus qu’en faire : c’est un produit de luxe dont elle est bien aise de trouver l’écoulement au dehors. Il y a bien quelques médaillés persévérants qui finissent par devenir à leur tour distributeurs de médailles... À quoi bon une section d’économie politique à l’Institut et des concours tant qu’il n’y aura pour ainsi dire ni professeur ni enseignement ni public économiste »27.

  • 28 Jules Pautet, membre de la Société d’économie politique depuis 1850, était un ami personnel de Bas (...)
  • 29 Le Conservatoire des arts et métiers et l’École des ponts et chaussées.
  • 30 Les Ponts où enseigne Joseph Garnier.
  • 31 Voir plus haut l’attitude de Wolowski au Conservatoire des arts et métiers.
  • 32 Jules Pautet, « Les chaires d’économie », Journal des économistes, juillet-septembre 1862, p. 413- (...)
  • 33 Ibid.

20De toute façon, ces économistes sont des sortes d’autodidactes. En 1862, Jules Pautet (du Rosier)28 évoque les difficultés de ceux qui, comme lui, ont dû se former seuls à l’économie. « À vrai dire il n’y a qu’une chaire d’économie politique à Paris, celle du Collège de France. Néanmoins il serait injuste de ne pas tenir compte des deux autres chaires...29 qui sans compléter l’enseignement de cette science à Paris lui donnent cependant deux puissants auxiliaires... Il nous reste à dire pour conclure que l’enseignement de l’économie politique réduit à trois chaires pour la France dont une seule est spéciale à l’économie politique et accessible au public, dont la seconde est ouverte dans l’enceinte d’une école fermée30, et dont la troisième n’arrive à devenir économique qu’en s’écartant de son programme31, il nous reste à dire que cet enseignement si remarquable et si complet du reste dans sa triple spécialité, est insuffisant dans une grande cité comme Paris, et l’est encore plus en considérant les besoins intellectuels de la France entière »32. Il rappelle alors la façon dont le néophyte devait se « bricoler » lui-même une sorte de cursus d’autodidacte. « Nous avions, en nous inspirant des traités des maîtres, résumé l’ensemble des notions économiques [...]. Nous nous étions placé sous l’étendard tenu d’une main ferme par les successeurs de Smith, Say, Bastiat, et nous arrivions à Paris sans nous douter de l’existence d’une école hostile, qui niait la science. Nous savions bien qu’il y avait des intérêts opposés aux conséquences des vrais principes, mais nous nous soucions peu de leurs attaques, de leurs mobiles. Nous avions voulu nous rendre compte du niveau des études et nous sommes allés nous asseoir pendant deux ans sur les bancs du Collège de France, à l’École d’application des Ponts et Chaussées et dans le vaste amphithéâtre du Conservatoire des Arts et Métiers. Là, tous les progrès de la science étaient à notre portée... »33 Mais si ce mode de formation est celui normal d’un fils de notable cultivé, il est insuffisant. Il est donc urgent d’agir en faveur d’une discipline aussi fondamentale dans l’enseignement général.

II. LES RÉSULTATS ET LEURS LIMITES

21Trois vagues de résultats se succèdent. De 1860 à 1864, d’abord, une série de conférences, enfin autorisées, élargit le public de la discipline. En 1864 ensuite, la véritable institutionnalisation s’ébauche, avec la chaire de la faculté de droit de Paris, mais elle tourne court. Enfin, de 1864 à 1868, une autre vague de conférences, plus méthodiques, fait prendre conscience du demi-échec de l’institutionnalisation. Les résultats apparaissent comme précaires parce que trop liés à la conjoncture économique et au ralliement politique. Après avoir d’abord mesuré la prudence et la souplesse du tournant libéral, nous étudierons la première la campagne de conférences libres de 1860 à 1864, l’apogée de 1864, et enfin les limites des cours libres dans un contexte de blocage.

A. LA SOUPLESSE NÉCESSAIRE POUR ACCOMPAGNER LE TOURNANT POLITIQUE

  • 34 Société d’économie politique, 5 mars 1860, Annales d’économie politique, tome IV, p. 49.
  • 35 Ibid., p. 51.
  • 36 Ibid., p. 53.
  • 37 Ibid., p. 4, Léonce de Lavergne.
  • 38 Ibid., p. 49.

22Les premières années du ralliement sont placées sous le signe de la prudence théorique et méthodologique. Très près de la conjoncture, nos libéraux savent à quel point le traité de commerce fait peur : « Une terreur vague s’est emparée des imaginations. Les manufacturiers se plaignent, suivant leur habitude, beaucoup plus qu’il ne convient. Les consommateurs s’attendant à une baisse ont suspendu leurs achats, les commerces intermédiaires ont fait de même [...]. Tout s’est arrêté. [...] Si la raison ne prend pas le dessus, il peut en résulter une véritable crise »34. Les libéraux souhaitent donc rassurer l’opinion publique en évitant tout dogmatisme, comme tout triomphalisme. Pour cela, il faut éviter les réactions de principe comme celles de l’ingénieur des Ponts Jules Dupuit, qui, à la Société d’économie politique, en 1860, affirme « qu’il ne faut pas se préoccuper des résultats qu’aura le libre-échange ou prétendre que les résultats seront d’autant meilleurs, dans un pays soumis antérieurement à un régime prohibitif, qu’ils y amèneront un plus grand bouleversement de ses industries »35. C’est mal servir la cause que l’on défend lui rétorquent les libéraux plus près de la vie politique. Comme le disait Dupont de Nemours, « une société n’est point une machine qu’il faille gouverner par les seules lois de la mécanique »36. Les ingénieurs manquent de souplesse et l’économie doit rester une science humaine, d’autant plus que les résultats escomptés en matière de baisse des prix, ne seront ni rapides ni très sensibles. « l’abolition des prohibitions est une grande satisfaction théorique, mais ce n’est qu’une satisfaction théorique »37. De ce fait, il faut éclairer patiemment une opinion publique encore flottante. « Le plus mauvais de toutes les persuasions c’est précisément de donner aux choses une importance qu’elles n’ont pas, et d’annoncer pompeusement des effets qui ne peuvent se réaliser »38. Le lobby libéral craint la rigidité doctrinale et se conduit plus en politique qu’en scientifique.

  • 39 Journal des économistes, janvier 1860, p. 72-84, Émile Jay, docteur en droit.

23En revanche, dès janvier 1860, le Journal des économistes réclame « la création d’une chaire d’économie politique dans les Facultés de Droit »39. Elle serait associée au droit administratif, dans un projet de formation des hauts fonctionnaires. La discipline cesse, nous venons de le voir, d’être considérée comme une discipline technique. On attend donc du gouvernement qu’il fournisse un effort en faveur de l’enseignement de l’économie politique.

  • 40 Société d’économie politique, séance du 5 octobre 1860, Journal des économistes, novembre 1860, p. (...)
  • 41 Ibid., novembre 1860, p. 327.

24Mais cet enseignement peut-il être bien assuré par l’État ? Dès 1860, et à nouveau chaque année en 1861, 1862, 1863, les économistes40 se demandent gravement s’il est bien raisonnable, quand on est libéral, de demander à l’État d’assurer un enseignement officiel de l’économie. Dans l’ensemble, après quelques heures de débats, la réponse est oui, à l’exception de quelques intégristes comme J. Dupuit et Villaumé. Garnier, après hésitations, se range à l’opinion du républicain Wolowski : les risques de conflit à propos d’un enseignement trop officiel existent certes, mais « les professeurs peuvent arriver à tout dire, un jour ou l’autre, avec quelques précautions de langage »41. Garnier et Wolwski ont acquis, en ce domaine, une compétence certaine.

  • 42 Journal des économistes, octobre 1860, p. 138.
  • 43 É. Levasseur, « l’enseignement de l’économie politique en France », séance de la Société d’économi (...)

25Et déjà, on se soucie d’étendre cet enseignement au monde ouvrier d’abord, « pour instruire, policer, et moraliser la classe ouvrière »42, aux femmes aussi, en particulier à celles qui sont obligées de travailler. En attendant cette action gouvernementale qu’on espère, l’enseignement commence sous la forme de conférences.43

B. LA PREMIÈRE CAMPAGNE DE CONFÉRENCES (1860-1864)

1. Un pionnier sous surveillance

  • 44 Frédéric Passy, Leçons d’économie politique faites à Montpellier, recueillies par Émile Bertin et (...)
  • 45 Témoignage de Levasseur, art. cit., p. 317.
  • 46 M. Chevalier, « Sur l’ouvrage de Frédéric Passy », Journal des économistes, janvier-mars 1862, p. (...)
  • 47 Au sens d’activité économique.
  • 48 M. Chevalier, art. cit., p. 369.
  • 49 Ibid., p. 370.
  • 50 F. Passy, Leçons..., op. cit., p. 10.
  • 51 Ibid.
  • 52 M. Chevalier, art. cit., p. 367.
  • 53 M. Chevalier, art. cit., p. 372.

26La première campagne débute avec la série de conférences prononcées dans les villes libre-échangistes par Frédéric Passy, l’« apôtre de l’économie politique »44, selon son rapporteur à l’Académie des sciences morales et politiques. Il commence de mars à mai 1860 à Paris, mais son action la plus marquante se situe dans les villes du Midi. À Montpellier, durant l’hiver 1860-1861, il inaugure un cycle de 29 leçons formant un cours complet. Pour y être autorisé, il a obtenu le soutien de Michel Chevalier, qui voit là le moyen de faire comprendre le bien fondé de sa propre action45. Président du conseil général de l’Hérault, Chevalier a fait inviter le conférencier. Naturellement le cycle de conférences fait l’apologie du libre-échange, mais pas uniquement : l’accent est mis sur le rôle des inventeurs, sur l’importance des machines, sur les facteurs de modernisation de l’économie, sans oublier bien sûr la fonction de conservation sociale qui sous-tend l’enseignement de l’économie, depuis les événements de 1848. L’économie politique démontre la légitimité du droit de propriété. F. Passy « assigne, pour origine, à la propriété cette force qui réside dans l’âme humaine, force génératrice et dominatrice par laquelle notre espèce exerce son empire sur la création »46. Dans cette optique, l’héritage aussi est légitime, mais le père de famille devrait pouvoir disposer de la totalité de ses biens à son gré, sans être tenu de les laisser à ses enfants. Devant ce radicalisme libéral, M. Chevalier réagit, fait des réserves, mais il loue Passy pour son amour de la liberté, pour sa réfutation du rôle des corporations, son hommage aux hommes de 1789 qui ont donné la liberté « à l’industrie47 à l’intérieur de l’État »48, et enfin pour sa légitimation du capital : il le définit comme le fruit de l’intelligence qui combine et prévoit, qui sait se priver pour épargner et mettre des moyens d’action en réserve. Cette accumulation de capital rend seule possible « une assistance toujours plus active et plus féconde des forces de la nature, ainsi qu’une élévation toujours plus rapide de la condition de toutes les classes de la société »49. Bref, M. Chevalier décerne un satisfecit à son protégé qui a su associer les aspects économiques, sociaux et humains de l’économie politique. « L’économie politique n’est pas une science isolée mais une branche des sciences de l’homme, qui ne peut se détacher de l’ensemble sans se dessécher et s’amoindrir »50, revendique en effet F. Passy. « C’est par l’action du corps sur la matière que se poursuivent et se réalisent la richesse et le bien-être. Mais les résultats et les procédés n’ont une valeur et une portée que parce qu’ils attestent et traduisent des règles supérieures à la matière ; et si l’action de l’homme modifie le monde et le plie à son usage, c’est parce qu’elle émane d’une âme, qui domine et dépasse le monde et le corps »51. Comme pour Baudrillart, l’enseignement de l’économie politique, version F. Passy, conforte les valeurs du christianisme. Chevalier estime, lui, que « ce penchant (spiritualiste) présente, au gré de quelques personnes, l’inconvénient de ne pas accuser suffisamment l’existence individuelle de la science économique »52, mais que cette attitude a le mérite de placer l’économie politique parmi les connaissances « qui font honneur à notre temps »53. Ce débat est caractéristique de la double dimension attribuée à l’économie par les libéraux purs, alors que les saint-simoniens officiels mettent l’accent sur les aspects matériels et sociaux de la discipline. Cette opposition est au cœur de la rupture qui finira par séparer les alliés à partir de 1868.

  • 54 F. Passy, Leçons..., op. cit., p. 24.

27À court terme, F. Passy est conscient de son rôle de fondateur : « En faisant surgir au milieu de vous cette première chaire, Messieurs, vous avez fondé en France l’enseignement de la science économique et vous avez, par une impulsion qui ne s’arrêtera plus, commencé à éveiller sérieusement le goût de ces deux choses par lesquelles les sociétés heureuses peuvent durer, par lesquelles les sociétés malades peuvent se relever : la justice et la lumière »54. Il regrette cependant d’avoir fait de simples leçons sur des sujets délimités, plutôt que le véritable traité qui aurait été nécessaire.

  • 55 M. Berthelot, « Notice sur les origines et sur l’histoire de la Société Philomatique », Journal de (...)
  • 56 É. Levasseur, Société d’économie politique, 6 novembre 1882, Journal des économistes, p. 317.
  • 57 A. Rondelet, « l’enseignement de l’économie politique en province », Journal des économistes, févr (...)

28Le succès de ces cours lui permet de continuer son tour des villes libre-échangistes : en 1862-1863, il répète son cours à Pau, puis à Bordeaux, appelé par la Société philomatique55. « Ce cours suivi par un grand nombre d’hommes considérables de Bordeaux devint une sorte de manifestation économique en faveur de la liberté du commerce »56. En 1863-1864 et en 1864-1865, le même cycle de conférence est organisé à Nice, avec semble-t-il un public plus mondain. « À Montpellier par exemple le mot économie politique était dans toutes les pensées l’équivalent du mot libre-échange. On n’a point oublié le fameux vote du Conseil général de l’Hérault qui, d’année en année, reproduisait, sous l’inspiration de la même influence, ses espérances et ses vœux en matière de liberté commerciale. À Nice... où une société élégante et choisie venait applaudir le professeur... L’auditoire auquel M. Passy s’adresse, c’est ce monde lettré et cultivé qui occupe les premiers rangs dans l’ordre social »57. De toute évidence, nous ne sommes pas ici dans l’enseignement populaire. Financé souvent, et recommandé toujours, par le monde du libre-échange, Frédéric Passy consolide le public de la discipline, sans véritablement l’étendre.

2. L’extension du public

  • 58 Sébastien Berteaut, Marseille et les intérêts nationaux qui se rattachent à leur porte, Marseille, (...)

29Il en est tout autrement à Marseille ou à Lyon, où le cycle des conférences s’insère dans la tradition d’un enseignement de la paix sociale issu de la réaction contre les mouvements de 1848. La défense du libre-échange vient au second rang après cette défense de la paix sociale. À Marseille, dès 1848, un cours d’économie sociale avait été instauré en un cycle de trois ans, réunissant à la fois un public populaire et un public libre-échangiste. Ce cours a été résumé et publié, à l’initiative du secrétaire de la chambre de commerce58. Le juriste libéral et professeur de droit à Aix Alfred Jourdan avait offert ses services. Mais il était trop lié aux libéraux politiques et la censure impériale lui avait refusé l’autorisation.

  • 59 A. Rondelet, art. cit., p. 278.
  • 60 Ibid., p. 279.

30À Lyon aussi, ville de libre-échange, une tradition d’enseignement économique existait depuis longtemps. L’enseignement avait été inauguré dès 1848, « par délibération et avec les fonds de la chambre de commerce »59. Là, c’est l’enseignement approfondi de la philosophie donné par M. Noirot qui avait préparé le public. « Il était d’usage, parmi les jeunes gens assez avisés pour se donner le luxe de l’esprit à côté du luxe de la fortune, de faire sous cette direction, deux ou même trois années de philosophie »60. En direction de ces élites, des notions de droit et d’économie sociale étaient traditionnellement exposées. Frédéric Ozanam lui-même avait, dès 1839, enseigné des notions de droit commercial. Il y a donc, à Lyon, une préparation spirituelle face à une demande sociale.

  • 61 Ibid., p. 279.
  • 62 Ibid., p. 279.
  • 63 Ibid., p. 281.
  • 64 Où autour d’Arlès-Dufour se retrouvent Henri Germain, M. Brosset, le président de la chambre de co (...)

31Deux types d’enseignement vont relayer cette tradition, l’un lié au milieu des libéraux qui, à l’initiative de la chambre de commerce en 1862, créent un cours de trois ans, et un autre, en direction d’un public plus populaire, organisé en 1864 par la Société d’enseignement professionnel du Rhône61. Le premier type d’enseignement est confié à H. Dameth, français enseignant l’économie à l’université de Genève, membre de la Société d’économie politique de Paris. Il semble que des raisons matérielles autant qu’idéologiques aient présidé à ce choix. Il est libéral, lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques en 1858, et il a déjà une expérience de l’enseignement mais de façon plus prosaïque « l’indemnité offerte pour l’enseignement d’hiver au professeur d’économie politique ne constituait pas une situation suffisante pour un publiciste qui aurait séjourné à Lyon afin d’y occuper une chaire, tandis qu’avec le voisinage de la Suisse créé par les nouveaux chemins de fer, l’orateur genevois pouvait soutenir la double tâche de ses leçons officielles et de ce cours accessoire »62. Comme prévu, l’enseignement dure trois ans. La première année est publiée par souscription et révèle une description du champ économique et une analyse des concepts proches de Jean-Baptiste Say. Les deux années suivantes ne sont pas publiées. L’auditoire a varié de 1 500 à 800 personnes, mais il est resté limité aux négociants et au public cultivé : « les ouvriers ne sont pas descendus »63 (de la Croix Rousse). L’abstraction du cours et les longs développements à propos des concepts n’en faisaient pas un cours populaire. Son succès est cependant confirmé, et on lui attribue en général comme résultat la fondation en 1865 de la Société d’économie politique de Lyon64.

32À Lyon, l’autre cours, fondé en 1864, est destiné à un public plus populaire. À cet effet, se fonde la Société d’enseignement professionnel du Rhône, à l’initiative des mêmes milieux. Son but est différent : enseigner l’économie politique à côté de la comptabilité et du droit commercial. Mis en œuvre en 1867 seulement, il est confié à M. Courtois, négociant, membre de la Société d’économie politique. Ce n’est plus un cycle de conférences mais un enseignement scolaire, avec un contrôle des connaissances. Les élèves remettent des résumés qui sont corrigés. Il a moins de succès et ne réunit que 12 à 15 élèves. Il s’insère dans l’enseignement technique.

33Conférences devant des négociants, publics mondains ou jeunes apprentis, la discipline gagne un public plus large, mais ne pénètre toujours pas la jeunesse des écoles. C’est à cela que l’intervention du ministre Victor Duruy va tenter de remédier.

C. L’APOGÉE DE 1864 : VERS UNE INSTITUTIONNALISATION MÉTHODIQUE ?

34Au temps des pionniers, succède alors la première véritable tentative d’institutionnalisation cohérente. Duruy était convaincu de la nécessité d’instaurer un enseignement économique à tous les niveaux. Mais sa marge d’action est limitée à la fois par des contraintes financières et par le souci de ménager les opposants. Le projet de Duruy présente quatre volets : les écoles spéciales, la restauration de la chaire du Conservatoire, la chaire test de la faculté de droit de Paris et le cours complémentaire du Collège de France.

1. L’entrée dans les écoles spéciales (1864)

35Là, Victor Duruy est maître de son action. Aussi, dès 1864, il fait une place à l’économie politique dans le programme des écoles spéciales, sous le nom « d’économie industrielle et rurale », à côté des leçons d’histoire contemporaine. C’est la première avancée en direction du secondaire. Émile Levasseur, républicain discret et historien agrégé, est chargé de rédiger les programmes.

2. La restauration de la chaire au Conservatoire des arts et métiers (1864)

  • 65 Programme du cours de M. Burat en 1862-1863.
  • 66 Cours de Burat, programme de l’année suivante en exécution du décret du 26 octobre 1864. Archives (...)

36L’intervention de l’empire autoritaire avait remplacé, en 1854, la chaire d’économie industrielle de Blanqui, après son décès, par une chaire d’administration et de statistique industrielle confiée à un journaliste protectionniste, Jules Burat. En novembre 1864, sous les applaudissements de la Société d’économie politique, la chaire change de dénomination et devient la chaire d’économie industrielle et statistique. « M. Burat précédemment chargé du cours d’administration et de statistique industrielle est chargé du cours d’économie industrielle », annonce le Moniteur du 6 octobre 1864. En moins d’un mois, il doit changer totalement le contenu de son cours65 et il se limite désormais à une sorte de description de géographie économique66.

  • 67 Archives du Conservatoire, 21 novembre 1862, Exposition universelle dans ses rapports avec la légi (...)
  • 68 « L’Ancien Régime du travail reposait sur la réglementation et la contrainte ; la Révolution a mis (...)
  • 69 Archives du Conservatoire.
  • 70 Archives du Conservatoire.

37L’autre cours, celui de législation industrielle67, est confié au républicain libéral Wolowski, et s’intitulera désormais cours d’économie politique et de législation industrielle. Il devient le cours essentiel en décrivant les mécanismes de la vie économique dans son ensemble d’un point de vue libre-échangiste. L’esprit du cours est un compromis entre le républicanisme modéré du professeur et son souci de proposer des institutions libérales pour résoudre les problèmes sociaux. L’économie est « une science populaire, dont les vérités doivent être répandues parmi les hommes de travail », explique-t-il au conseil de perfectionnement. Avec les lois dérégulatrices de la Révolution, l’œuvre du législateur est devenue plus complexe : il multiplie les moyens de protection, de garantie et de contrôle. « À ces règles se rattachent des mesures nombreuses, destinées à faciliter l’existence et à améliorer la position des ouvriers. Les sociétés de secours mutuels, les caisses d’épargne, les caisses de retraites pour la vieillesse, figurent ici en première ligne. On ne saurait plus passer sous silence la législation sur les logements insalubres, les bains et les lavoirs »68. Wolowski observe et met sur le même plan toutes les formes d’association présentées comme des formes de conciliation sociale, qu’il s’agisse des « sociétés commerciales en nom collectif, en commandite, ou en commandite par associations anonymes. Des relations temporaires et limitées donnent naissance à des associations en participation, et récemment on s’est livré à des essais d’associations ouvrières »69. Enfin, en exposant « le mécanisme de l’organisation des sociétés et des conditions du bien être individuel et social qui produit le calme et la moralité des populations », le professeur trouve l’occasion « de redresser les préjugés populaires, dissiper les haines de classes, combattre les utopies socialistes et autres, dissiper les illusions dangereuses au moyen d’un discours calme et scientifique »70.

  • 71 Archives du Conservatoire.

38L’auditoire du Conservatoire, qui est formé notamment de commerçants, de fabricants, d’industriels, de contremaîtres et d’ouvriers, est donc éminemment propre à utiliser « les saines notions, en matière de production de circulation et de distribution des produits ». Le conseil de perfectionnement a souhaité la nouvelle répartition des enseignements ente les deux chaires, « mais a refusé à M. Wolowski la création d’une troisième chaire exclusivement réservée à l’économie politique »71. Il s’agit donc bien d’une restauration, plus que d’un progrès de l’institutionnalisation.

3. La chaire test de la faculté de droit de Paris (1864)

  • 72 Voir chapitre VII, deuxième sous-partie.
  • 73 Les cours libres cités par Duruy sont les suivants : ceux faits en France, depuis vingt-cinq ans s (...)

39Mais la conquête essentielle est celle de la faculté de droit de Paris. Là, les résistances, nous l’étudierons plus loin72, étaient très grandes. Or, deux décrets du 17 septembre 1864 portent l’un, la création d’une chaire d’économie politique et de droit public à la faculté de droit de Paris, et l’autre la nomination comme professeur titulaire de cette chaire de M. Batbie, professeur suppléant à la faculté de droit de Paris et spécialiste de droit constitutionnel. Les décrets sont précédés d’un rapport de V Duruy à l’empereur qui énumère les arguments justifiant la décision. L’économie est à présent « une science complète ». Elle est enseignée partout à l’étranger où elle a permis d’éviter les crises sociales. Un mouvement spontané a permis d’organiser des cours à Paris (1861) à Montpellier, etc. Certes, il aurait été logique, reconnaît V Duruy, de placer cette chaire à la Sorbonne « entre la chaire de philosophie et celle d’histoire. En Allemagne, la discipline occupe en général une chaire de philosophie morale. Mais la Faculté de Droit de Paris compte plus de 2 500 élèves, dont 700 ou 800 vont chaque année, répandre dans les départements les doctrines de la première école de droit de l’empire en attendant qu’ils puissent les porter dans la magistrature, l’administration et les assemblées politiques où beaucoup d’entre eux seront appelés plus tard à faire l’application des lois économiques73 ». Cette localisation est donc apparue comme la meilleure pour favoriser la diffusion de la discipline. Il n’y a qu’une seule chaire pour des raisons budgétaires, mais Duruy souhaite la multiplication des initiatives à l’image de celle de Lyon. La première chaire instaurée à la faculté de droit de Paris est un test : son évolution peut aider ou non à généraliser l’expérience.

  • 74 Voir chapitre VII.

40Nous étudierons plus loin comment le caractère facultatif du nouvel enseignement l’a rendu vulnérable aux fluctuations politiques74. L’expérience encourage cependant les initiatives de la troisième période de l’empire libéral dans les facultés de droit de province.

4. Le Collège de France : un enseignement quasi officiel (le cours complémentaire de 1866, de Baudrillart à Levasseur)

  • 75 Le Collège de France et le Conservatoire, où le public très particulier impose des formes de cours
  • 76 Même si la théorie des prix de Rossi ou sa réflexion sur la valeur d’usage occupent une place limi (...)

41Du fait de cette restauration au Conservatoire et de la création à la faculté de droit de Paris, la chaire du Collège de France voit son importance un peu diminuée75. Elle est devenue, en fait, une chaire de vulgarisation de haut niveau, mais où la recherche n’a pas une place bien définie76. Elle est totalement indépendante à l’égard des cursus officiels. Mais, pratiquement, pour l’amateur d’économie politique obligé de se former seul par la lecture, elle représente un des trois lieux d’enseignement possibles, quand on vient à Paris, et qu’on aime l’économie politique. Elle garde donc encore une place dans la formation des autodidactes que sont encore tous les économistes à cette époque. Cela explique l’attention que lui ont portée les gouvernements successifs.

  • 77 Ministère Rouland.
  • 78 Il remplace celui de 1827.
  • 79 Arch. nat., F17 13 550 rapports au recteur.

42Pour les contemporains, la chaire du Collège de France apparaît comme totalement mise en tutelle par l’empire et ceci pour deux raisons : de 1852 à 1864, la chaire, occupée par Baudrillart, devient la seule chaire officielle. Et en 1857, l’empire77 impose au Collège de France un nouveau règlement qui reste en vigueur jusqu’en 1873 : « Le Collège de France est placé sous l’autorité directe et immédiate du ministère de l’Instruction publique [...]. L’administrateur, le vice-président et le secrétaire choisis parmi les professeurs, sont nommés par le ministre. La nomination du vice-président et du Secrétaire est annuelle »78. Par ce nouveau règlement, l’assemblée des professeurs perd une grande partie de ses pouvoirs. Par ailleurs, le système des suppléances est lui aussi placé strictement sous le contrôle du gouvernement. Enfin, le contenu des cours est mis sous la surveillance d’inspecteurs de police qui sont chargés d’en faire le compte rendu79.

  • 80 Arch. nat., F17 13 550.
  • 81 Ibid.
  • 82 La chaire d’économie politique du Collège de France est supprimée par arrêté du 27 avril 1848. Un (...)
  • 83 H. Baudrillart est son premier suppléant de 1852 à 1866 (pas de trace directe aux archives). Paul (...)
  • 84 Dans le dossier consacré à la chaire n° 26, Arch. nat. F17 13 550.
  • 85 Arch. nat. F17 13 550, liasse concernant le nombre de leçons effectivement données de 1856 à 1867. (...)
  • 86 Les recherches de J. Walch sur Michel Chevalier lui ont fait retrouver la trace du conflit avec so (...)
  • 87 Cours complémentaire d’histoire de l’économie politique, 14 décembre 1866, Journal des économistes (...)
  • 88 Moniteur du 11 décembre 1868 : « Par arrêté du ministre de l’Instruction publique, un cours sur l’ (...)
  • 89 « Le ministre de l’Instruction publique M. Duruy n’avait pas voulu que le Collège de France fut pr (...)
  • 90 Arch. nat. F17 13 550, « Rapport au Recteur sur les cours de M. Baudrillart ».
  • 91 Ibid. Conclusion générale sur l’ensemble des cours.
  • 92 Ajoutons que les professeurs sont dispensés du serment, « la plupart ayant prêté serment à d’autre (...)

43De fait, les titulaires de la chaire sont gouvernementaux. Michel Chevalier, élu le 23 novembre 1840 à trente-quatre ans par l’Assemblée des professeurs80, en accord cette fois avec l’Académie des sciences morales et politiques, en a fait sa tribune intermittente. Homme de la monarchie de Juillet, patronné par Thiers, il s’est rallié immédiatement et de façon spectaculaire à l’empire. Il reste titulaire de la chaire de 184081 au 28 novembre 1879 quand il meurt, à soixante-treize ans. Mais il est loin d’avoir occupé son poste pendant dix-neuf ans : la chaire a connu les vicissitudes de l’année 184882. Et Chevalier, à partir de 1852, appelé à d’autres fonctions, organise ses suppléances lui-même83. Il prend comme suppléant Baudrillart, jusqu’en 1866. Pratiquement, le gouvernement n’est pas intervenu pour la suppléance de Baudrillart. On n’en trouve aucune trace officielle84, sauf indirectement85, comme un état de fait. La suppléance s’est faite par convention personnelle entre M. Chevalier et Baudrillart. Elle se termine brutalement quand le titulaire de la chaire choisit de reprendre son enseignement. À ce sujet, Levasseur témoigne : « Ce ne fut pas sans un vif regret que M. Baudrillart se vit séparé d’une chaire où il avait fondé par de longs services, sa réputation d’économiste ». Ce conflit est confirmé par toutes les recherches86. Duruy crée alors un cours complémentaire pour Baudrillart, qui a rendu de nombreux services à l’empire87. Ce cours sera en 1868, au départ volontaire de Baudrillart, confié à Levasseur puis transformé en 1871, pour ce dernier, en chaire d’histoire des faits et des doctrines économiques88. Le gouvernement est intervenu en faveur du suppléant, qui tentait de réconcilier les catholiques avec la politique impériale89. Le rapport fait sur le cours de Baudrillart, le 21 janvier 1864, confirme l’accord entre la pensée de l’enseignant et l’esprit du régime90 : « M. Baudrillart parle avec facilité, avec mesure et connaissance. Ses idées sont raisonnables et son cours initie la jeunesse à une science trop peu connue ». D’ailleurs, « c’est vrai de l’ensemble de ses cours : nous ne dirons pas qu’ils remuent profondément les esprits, mais qu’ils exercent en général une bonne influence »91. Donc, à la main mise juridique officielle, s’ajoute une attitude protectrice92 de l’empire à l’égard des enseignants d’économie du Collège de France, d’autant plus attentive qu’ils lui sont ralliés.

  • 93 J. Garnier, « l’enseignement de l’économie politique à l’Université », Journal des économistes, (...)
  • 94 Ibid, p. 340.

44Les économistes du Journal des économistes dénoncent ces créations ad hominem. En décembre 1866, J. Garnier écrit : « Nous ne pouvons qu’applaudir à cette innovation tout en regrettant que Monsieur le ministre de l’Instruction publique n’ait pas doté de préférence la Sorbonne ou l’École normale de cet enseignement, pour lequel M. Baudrillart avait mieux que tout autre l’aptitude nécessaire »93. Deux ans plus tard, quand Baudrillart renonce à son enseignement et quand Levasseur le remplace : « On comprenait il y a deux ans, lorsque le titulaire est remonté à sa chaire que, son suppléant fut nommé (d’une manière transitoire) à une autre chaire, tout en regrettant que ce fut au Collège de France et non à la Sorbonne. Aujourd’hui... que la délicate question de personne a disparu, nous pouvons exprimer plus nettement notre manière de voir. À notre avis, M. Levasseur, membre de l’Université comme M. Baudrillart, conviendrait parfaitement pour inaugurer l’enseignement économique dans la Faculté de Paris et pour y faire un cours profitable, à la place de ce cours que nous croyons parfaitement inutile au Collège de France, quoiqu’en pensent les partisans de la soi-disant méthode historique »94. En fait, le gouvernement se soucie seulement que les enseignants ne lui soient pas hostiles.

  • 95 J. Pautet, « Les chaires d’économie politique », Journal des économistes, 1862, p. 413-428.
  • 96 Arch. nat. F17 13 550, « Rapport au Recteur sur les cours de M. Baudrillart ».

45La chaire du Collège a un public assidu. Selon J. Pautet, en 1856-1857, « l’amphithéâtre était étroit, les auditeurs étaient au nombre de 80 ou 100 [...]. En 1862, grâce à la popularité accrue du professeur [Baudrillart], le vaste amphithéâtre du Collège de France où 200 à 300 auditeurs se réunissent aisément, s’est ouvert à l’économie politique. Des dames au nombre d’une vingtaine y assistent... De nombreux jeunes gens qui appartiennent surtout aux grandes écoles, des étrangers, parmi lesquels dominent les Américains, les Allemands et les Russes, se font remarquer dans la salle »95. L’état d’esprit de ce public est décrit ainsi par l’inspecteur de police, Filou : « l’auditoire du Collège de France est ordinairement fort calme. Il varie selon la nature des cours et le caractère du professeur... En général, ce public est moins bruyant que certains auditoires de la Sorbonne. Il y a bien encore quelques étudiants qui applaudissent à tort et à travers et qui cherchent à saisir ou à créer une allusion politique ; mais la majorité est saine et fait quelquefois la police elle-même : un de ces jours derniers, on a imposé silence à une petite minorité qui frappait des pieds avant l’arrivée du professeur »96.

  • 97 Arch. nat. F17 13 550, liasse concernant la durée de l’année scolaire au Collège de France.
  • 98 M. Marion, « l’économie politique au Collège de France », Le Collège de France, 1530-1930, livre j (...)
  • 99 J. Pautet, « Les chaires d’économie politique », Journal des économistes, 1862, p. 413-428.
  • 100 Ibid.
  • 101 Arch. nat. F17 13 550, témoignage de l’inspecteur Filou.
  • 102 Ibid.

46La composition sociologique du public est à la fois estudiantine et mondaine : en 1859, quand le gouvernement demande des explications sur le fait qu’il n’y ait plus de cours effectifs à partir du 18 juin, alors que la date officielle est le 30 juillet, l’administrateur lui répond qu’« il n’y a plus de leçons parce qu’il n’y a plus de public et cela pour trois raisons : la chaleur excessive de l’été, la saison des eaux et les examens littéraires et scientifiques »97. Le premier cours est un événement mondain. Le Journal des économistes qui publie tous les ans la leçon inaugurale, signale les personnalités marquantes dans la salle. Avec ce public, Baudrillart98 établissait un bon contact : « M. Baudrillart est aimé par la vive jeunesse qui entoure sa chaire, on le sent, on le voit à l’accueil qu’il reçoit d’elle... »99 Son enseignement était partagé chaque semaine en deux types de leçons, « consacrées à deux sujets différents : l’un plus pratique, plus controversé, animé, actuel, accessible à tous,100 l’autre plus théorique et tout à fait scientifique à l’usage de ceux qui veulent étudier les principes de l’économie politique. Ce second cours s’adresse aux hommes d’études, aux jeunes gens laborieux ».101 En 1864, le mardi est consacré à l’histoire de l’économie politique, le samedi à « la loi générale du travail et de la production ». Selon J. Pautet, le second cours « compte environ la moitié moins d’auditeurs. Mais on y remarque que presque tous prennent des notes ». En 1864, l’inspecteur Filou précise : « il y a environ 150 auditeurs à la leçon du mardi et 50 à celle du samedi »102.

  • 103 Nous utiliserons surtout : Henri Baudrillart, Manuel d’économie politique, Paris, Hachette, 1re éd (...)
  • 104 Préface du Manuel de 1857.
  • 105 Discours d’ouverture du cours d’économie politique au Collège de France, « De l’enseignement de l’ (...)

47Pour le contenu de son enseignement,103 Baudrillart, conscient de faire partie des pionniers de la diffusion de l’économie politique, la ramène à ce qu’il appelle « l’étude des principes ». « Tout m’en faisait une obligation : mon propre esprit dominé dans ces matières par le besoin de marcher sur le terrain solide des éléments, la nature d’un enseignement s’adressant à la jeunesse des écoles qui, privée de tout autre cours d’économie, vient demander avant tout à celui du Collège de France des vues sûres et des directions bien arrêtées »104. Cette attitude est supposée contribuer à faire reculer le discrédit dans lequel les événements de 1848 avaient fait tomber la discipline. « Il semblait (en 1852) qu’on eût assez des questions qu’elle agite, et qu’on lui gardât rancune de ce que les dernières révolutions et les derniers troubles avaient eu pour mots de ralliement les termes de capital, de travail, de salaire et d’association... Cette défaveur des idées s’explique en partie, il faut bien le reconnaître, par leurs propres excès. L’esprit public s’est relevé. Le goût de la discussion est revenu. Ces chaires (d’économie politique) ont été de plus en plus entourées par un auditoire intelligent et attentif »105.

  • 106 Henri Baudrillart, Manuel..., op. cit. Vues générales, premier chapitre, p. 13.
  • 107 Ibid., p. 20.
  • 108 Ibid., p. 22-32, 8e et 9e leçons.
  • 109 Ibid., p. 34 et suivantes, 11e leçon « Rapports de la Morale et de l’économie », p. 45.
  • 110 Ibid., 17e leçon.
  • 111 Ibid., 12e leçon, 14e leçon, 15e leçon, 23e leçon.

48Quels sont donc ces grands principes susceptibles de donner à la jeunesse des écoles « des vues sûres et des directions bien arrêtées » ? « Toute science implique l’idée d’ordre ; il y a autant de sciences qu’il y a dans le monde de sphères distinctes dans lesquelles l’Ordre, cette visible manifestation de la Providence, se manifeste... »106 l’étude de l’économie permet de montrer l’ordre naturel qui règne dans ce champ particulier de la recherche, de dégager les lois « qui président au Travail et à l’échange »107. L’économie est une science de l’homme « libre et responsable », « sociable », « perfectible »108, producteur et consommateur. L’économie politique apparaît alors comme « le meilleur auxiliaire de la morale puisqu’elle recommande le Travail, l’épargne et la fraternité au nom de l’intérêt bien entendu »109. En effet, les « sentiments et devoirs que la famille fait naître font partie des forces productives »110. Elle fait comprendre que « l’origine véritable du droit de propriété est dans la liberté humaine, dans l’application de la personnalité humaine aux choses ». Elle se manifeste « tantôt par la simple occupation, tantôt par des efforts volontaires prolongés, en d’autres termes par le Travail, prise de possession définitive, sacrée aux yeux de la loi elle-même qui la maintient, l’affermit, mais qui ne la crée pas ». C’est une réfutation des thèses de Bentham. L’idée d’utilité publique, seule, est une idée dangereuse, mais « uniquement parce qu’on a séparé la théorie des devoirs de celle des droits »111.

  • 112 Ibid., p. 465 et suivantes.
  • 113 En 1865, il publie « La liberté du Travail, l’association et la démocratie ». En 1869, « Économie (...)

49Au plan de l’analyse économique, il reprend, pour l’essentiel la pensée de Jean-Baptiste Say. Mais l’influence de Dunoyer est présente par l’importance qu’il accorde à l’instruction et à l’éducation « comme moyen d’améliorer le producteur et d’ajouter à sa puissance »112. L’éducation est définie comme « l’école de la volonté », « la prise en main de l’homme par lui-même ». De là découle la priorité de la diffusion des grands principes par rapport à l’analyse proprement dite. Le cours de Baudrillart au Collège de France est donc volontairement consacré davantage à l’éducation économique qu’à l’instruction. Pour cela, il renvoie aux manuels. Ainsi, il affirme que l’échange développe la sociabilité et la paix et que la concurrence n’est jamais âpre ou injuste si tous les hommes ont bien reçu l’éducation morale nécessaire. La question ouvrière elle-même sera résolue par l’éducation113. Il participe à la deuxième campagne de conférences en direction des milieux ouvriers, en 1865-1869. Les problèmes sociaux seront réglés par l’association et la participation des ouvriers aux bénéfices des entreprises. Une meilleure organisation du travail est recommandée, mais elle ne se fera pas spontanément. Là, l’État est susceptible de jouer un rôle important.

  • 114 Témoignage de J. Simon, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Chevalier », Académie (...)
  • 115 Témoignage de G. Picot, président de l’Académie des sciences morales et politiques, en février 189 (...)

50Il est donc excessif d’opposer le « technocrate » M. Chevalier à son suppléant le « moraliste » Baudrillart, comme on le fait trop souvent. Certes, l’allure, le caractère, la personnalité individuelle des deux hommes s’opposent nettement. À la raideur célèbre, au caractère difficile de Chevalier114 s’opposent l’affabilité, la bienveillance de Baudrillart115. Leurs divergences de pensée sont réelles. Mais ils ont des points communs importants qui leur valent à tous deux la faveur de l’empire.

  • 116 L. Le Van Lemesle, « Économie politique et histoire au xixe siècle », in L’histoire en partage, H. (...)
  • 117 H. Baudrillart, « Rapports de l’économie politique avec les autres sciences », Manuel d’économie p (...)

51Dernier caractère dans l’air du temps, Baudrillart est favorable à la méthode historique,116 comme Wolowski, comme Levasseur. « L’économie politique emprunte à l’histoire une partie de son expérience. Comment nier que l’histoire ne trouve aussi dans l’intelligence de l’économie politique la solution de faits nombreux et considérables trop souvent obscurs ou mal compris, relatifs aux finances, aux échanges extérieurs, à l’organisation industrielle, à la population, aux émigrations, à tout ce qui touche en un mot aux intérêts matériels des nations »117. Par le relativisme qu’elle introduit dans la description du fonctionnement des mécanismes économiques, la méthode historique contribue à écarter des positions dogmatiques, souvent synonymes d’attitudes d’opposition.

52En somme, dans cette seconde période, le gouvernement a encouragé l’enseignement de l’économie politique dans les institutions et les chaires qu’il maîtrisait : enseignement spécial, Conservatoire, une seule chaire test à la faculté de droit de Paris et Collège de France. Mais même un ministre ouvert et convaincu de l’utilité de l’enseignement de l’économie politique comme Duruy, ne peut sans risque politique majeur, affronter impunément l’opinion protectionniste ou le corporatisme de certaines institutions d’enseignement. L’institutionnalisation de la discipline s’arrête là. L’évolution du rapport de force ne permet pas à Duruy d’aller plus loin.

D. LA DEUXIÈME VAGUE DE CONFÉRENCES (1865-1868)

53Cette fois, c’est essentiellement dans l’enseignement technique et en direction de ceux qui s’intéressent à l’enseignement professionnel que la discipline remporte ses principaux succès.

54Les chambres de commerce ne sont plus les seules à agir. Des séries de conférences sont proposées, autorisées par l’empire, prononcées à l’initiative de sociétés de pensées comme la Société philomatique, l’Association polytechnique ou l’Association philotechnique. Le ministère de l’Instruction publique lui-même ouvre en 1864 les Soirées de la Sorbonne où s’expriment Batbie, Levasseur et F. Passy. Le mouvement continue en 1865-1866, avec les conférences de l’École Turgot et se poursuit en 1867-1868 à l’initiative de l’Association polytechnique. Même l’impératrice, pour « occuper utilement les loisirs des convalescents » patronne en 1867 à l’Asile impérial de Vincennes un cycle de conférences où s’expriment Baudrillart, Wolowski, Levasseur, Garnier, Lavollee et Jules Duval.

  • 118 J. Pautet, « Conférence d’économie industrielle faite à l’École Turgot par les membres de la Socié (...)
  • 119 E. Thevenin réussit à les faire éditer par Hachette en 1866. Cours d’économie industrielle, Associ (...)
  • 120 Arch. nat. F17 11784-11911.
  • 121 « Économie industrielle » par Joseph Garnier, « Le capital » par Baudrillart, « Travail et salaire (...)
  • 122 J. Pautet, « Dernières conférences d’économie industrielle faites en 1867-1868 », Journal des écon (...)

55Les conférences d’économie industrielle faites à l’École Turgot sont l’objet de beaucoup de soin dans leur organisation avant d’être publiées par l’Association polytechnique118. Elles font l’objet de comptes rendus détaillés en 1866 et 1868, dans le Journal des économistes. Il est vrai qu’elles illustrent à la fois une vision du monde, et les limites imposées à sa diffusion. En 1863-1865, le polytechnicien Perdonnet membre de l’Association polytechnique, et l’un de ses disciples, Evariste Thevenin, mettent au point, en accord avec les membres de la Société d’économie politique, un cycle complet de conférences consacrées à l’économie industrielle119. L’initiative vient donc du monde des grands ingénieurs. Le titre d’économie industrielle montre bien, autant que les autorisations données de façon conditionnelle par l’empire120, que la méfiance des autorités n’a toujours pas désarmé. Cependant, les organisateurs ont eu le souci de coordonner les conférences afin que leur cycle puisse servir à diffuser de façon suivie les connaissances nécessaires. C’est M. Marguerin, directeur de l’École Turgot, qui fournit les locaux, choisit « de faire enseigner cette science par les plus hautes sommités du professorat »121 et enfin qui organise le cycle de façon cohérente122.

  • 123 Ibid., p. 88.
  • 124 Ibid., p. 89.

56Cet ordre aboutit à une image globale de la discipline : le champ en est délimité par Joseph Garnier, ce qui lui permet de ne pas en rester à l’économie industrielle. Baudrillart légitime le capital, distinct de la richesse, « âme du travail » dont il est « l’auxiliaire et le rédempteur ». Il inclut évidemment à côté de ce que nous appelons le capital technique, le capital humain. Son accumulation fournit du travail, de l’aisance, et fait baisser les prix. Horn montre que les machines sont les esclaves des temps modernes : elles mobilisent l’épargne, et augmentent le pouvoir productif. Quant à leurs inconvénients pour les ouvriers (difficulté d’acquisition, abandon face au patronat, ou excès de spécialisation), ils ne sont pas sans remède : les ouvriers doivent s’associer pour accéder au capital, et des banques populaires coopératives les y aideront ; ils lutteront contre la maladie, l’affaiblissement de la vieillesse grâce aux institutions mutualistes de prévoyance, et domineront l’excès de spécialisation grâce à l’instruction. Batbie, lui, s’applique à démontrer que le travail est la loi commune voulue par Dieu, mais qu’il est aussi source de progrès. Les cités ouvrières de Mulhouse démontrent que l’ouvrier peut concilier la vie de l’atelier et la vie de l’usine. Le salaire obéit à la loi de l’offre et de la demande. Or, la loi de 1864 sur le droit de coalition rétablit l’équilibre des ouvriers face aux patrons. Courcelle-Seneuil démontre que l’intérêt est légitime. C’est le prix de l’argent qui est une marchandise comme une autre. Le progrès, l’évolution de la société ont permis de faire reculer l’usure. Levasseur, lui, explique que si les corporations ont joué longtemps un rôle protecteur, elles sont désormais devenues inutiles. Les ouvriers ont gagné la liberté du travail. Mais celle-ci doit s’accompagner d’institutions libérales assurant le droit à l’instruction, mais surtout, de celles comme le tribunal de conciliation et le conseil de prud’hommes qui assurent la protection contre les abus de pouvoir, tout en préservant la liberté du travail. Jules Duval décrit alors la force et la vitalité du mouvement coopératif, à condition de ne pas y mêler de politique. Wolowski, lui, vient justifier le rôle de la monnaie métallique, « la machine la plus énergique que puisse employer l’humanité pour son progrès »123, mais explique qu’elle n’est pas une richesse par elle-même. Il refuse les excès de la monnaie fiduciaire et dénonce fermement le cours forcé « qui peut, au mieux, être un remède provisoire dans des circonstances suprêmes »124. Enfin, Paul Coq (professeur à l’École Turgot) vient nuancer les aspects excessifs de la conférence de Wolowski. Il justifie le rôle du crédit, des banques d’escompte et voit dans le crédit un concurrent nécessaire à la monnaie métallique, pour faire baisser l’intérêt. C’est donc une vision cohérente, un instantané de la perception des rouages économiques qui est proposée au public.

  • 125 Ibid., p. 60-80.

57Le deuxième cycle de 1867-1868, plus défensif, centré autour des thèmes de la paix sociale et de la défense du libre-échange est moins intéressant.125 Les économistes sont acculés à la défensive. Par ailleurs chaque conférence a dû solliciter son autorisation. En cas de refus, pour sauvegarder le contenu, on choisit un titre plus technique (comme « les machines » au lieu du « capital », par exemple). La réussite plus limitée de l’enseignement économique en direction des élites, à Paris comme en province, confirme cet aspect de demi-réussite.

58Des résultats non négligeables ont donc été obtenus en 1864, grâce à l’effet conjoint du ralliement des libéraux à la politique économique impériale, et à la volonté de V Duruy de moderniser le système d’enseignement. Mais pour les libéraux, ces résultats ne sont qu’une première étape que le Second Empire ne semble guère décidé à dépasser. L’institutionnalisation proprement dite semble bloquée.

59Pourtant une demande existe et les bonnes volontés se manifestent. Les enseignements institués en province témoignent bien de ce double aspect de bouillonnement de créations locales et de précarité. Des villes universitaires comme Grenoble, Toulouse, Nancy, Caen, Douai ont vu s’ouvrir des cours, en général à l’initiative de certains juristes. Quelquefois, comme à Poitiers, l’enseignement de la nouvelle discipline est introduit à l’intérieur du cours de droit administratif. Souvent, l’enseignement est dédoublé, en direction du public populaire, et en direction des étudiants. Il essaime vers des villes satellites, à partir des pôles universitaires. Mais jamais cet enseignement n’est soumis à une obligation d’assiduité. Les noms des professeurs de droit, Ducrocq à Poitiers, Couraud à Grenoble, Metz-Noblat à Nancy, Worms à Douai, Cabantous à Aix, Rozy à Toulouse, sont ceux des enseignants qui, en plus de leurs cours, organisent des cycles de conférences de deux à trois ans, pour des publics plus larges que les publics universitaires. Mais ces cours ne se transforment pas en chaires et les publics s’effritent. Ces efforts ont touché au moins temporairement un public plus large, mais l’institutionnalisation n’a pas suivi.

E. LE PROBLÈME DE LA FORMATION DES MAÎTRES

  • 126 L. Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie politique... », art. cit.

60Cependant, le besoin de former des maîtres pour cette discipline visiblement entrée dans les préoccupations de l’époque se fait sentir. Jusqu’alors, le rôle avait été rempli par l’Académie des sciences morales et politiques.126 Les méthodes d’action de l’Académie sont bien connues, mais elles prennent pour l’économie politique une importance particulière. Nous nous contenterons d’en rappeler les grands traits. Les concours font réfléchir à des thèmes de recherche et suscitent des livres nouveaux. Les récompenses distribuées permettent aux auteurs de vivre et de travailler en économie politique. L’Académie les fait connaître par ses premières distinctions ou, à plus long terme, les consacre par ses élections.

  • 127 La Farelle, De la nécessité de fonder en France l’enseignement de l’économie politique, Séances et (...)
  • 128 Ibid., tome XIII, tome XIV, tome XXIII.

61À partir de 1846, le débat sur l’enseignement de l’économie politique en France est relancé. Il donne lieu à des mémoires127 et à plusieurs discussions128. Désormais l’Académie ne cherche plus seulement à développer la recherche, elle se charge du recrutement des enseignants. Elle désigne aux pouvoirs publics ceux qui lui paraissent les plus compétents par son système de concours et de prix. Ces prix se doublent de récompenses financières non négligeables puisqu’elles sont de 500 à 1 500 francs-or. Ils confèrent en même temps une certaine notoriété. Ils désignent les lauréats, surtout ceux qui sont plusieurs fois récompensés, à l’attention des pouvoirs publics.

  • 129 Mémoires publiés sous les titres : Turgot, philosophe, économiste et administrateur. Le crédit pop (...)
  • 130 Histoire générale de la ligue hanséatique. Les sociétés par actions et les opérations de bourse, c (...)
  • 131 Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre, aux États-Unis. Du (...)
  • 132 Examen du Traité des devoirs de Cicéron. Pierre de Boisguilbert, précurseur des économistes, 1664- (...)
  • 133 De l’état moral et intellectuel des populations ouvrières et de son influence sur le taux des sala (...)
  • 134 C. Juglar, après des études de médecine qui l’ont convaincu du bien-fondé de la méthode expériment (...)

62Ainsi se fait la promotion de Levasseur, trois fois récompensé, en 1858 pour son Histoire des classes ouvrières en France depuis la conquête de Jules César jusqu’à la Révolution, en 1860 pour La question de l’or, en 1864 pour son Histoire des classes ouvrières en France de 1789 à nos jours. Batbie l’est quatre fois (en 1860, 1861, 1863 et 1866) : la chaire de la faculté de droit est créée en 1864.129 Worms l’est trois fois (1863, mars et mai 1866)130, C. Juglar obtient deux récompenses en 1863 et 1866131, de même que Félix Cadet en 1865 et 1866132. Mais c’est Leroy-Beaulieu qui bat tous les records avec cinq distinctions (1866, février 1870, mars 1870, avril 1870, juillet 1870)133. Or Levasseur obtiendra le cours en 1868, puis en 1871 la chaire du Collège de France et celle du Conservatoire des arts et métiers. Batbie se voit attribuer la chaire de la faculté de droit de Paris en 1864. Leroy-Beaulieu remplacera son beau-père au Collège de France. Worms enseignera en faculté de droit, F. Cadet assurera des cours à Reims en 1867 et C. Juglar se retrouvera, avec Levasseur, à l’École libre des sciences politiques134.

  • 135 Décret du 9 mai 1866. Il modifie la décision de l’empire autoritaire, prise par le décret du 14 av (...)
  • 136 Nous l’étudierons au chapitre suivant.

63Nous n’avons cité que les principaux lauréats. Il faudrait ajouter H. Baudrillart (prix en 1858), Rondelet (prix en 1858), enseignant à Clermont, et Dameth (prix en 1858), enseignant à Genève et à Lyon. Ainsi le monde des libéraux assurait lui-même, non plus seulement la cooptation des institutions privées mais en plus le recrutement des institutions publiques. Or ces pratiques sont loin de faire l’unanimité, même autour de V Duruy. Certes, le dégel s’est fait sentir à l’Académie comme ailleurs. En 1866, un décret en supprime la sixième section, intitulée « Politique, administration, finances » et la quatrième section prend le titre « Économie politique et finances ; Statistiques »135. Les termes « économie politique » sont à nouveau acceptés officiellement. Malgré cela, une institutionnalisation par l’État implique un autre type de recrutement. À ce problème, la fondation de l’École des hautes études espérait apporter une réponse.136

  • 137 J. Garnier, « Chronique économique », Journal des économistes, décembre 1866, p. 337-347.

64En 1868, aux yeux des économistes libéraux, le bilan du ralliement semble bien maigre. Il a seulement permis d’obtenir la restauration d’une chaire dans le haut enseignement technique (au Conservatoire des arts et métiers), la fondation d’une chaire test non intégrée à un cursus dans l’institution de formation des élites (la faculté de droit) et une culture générale vague en appoint du programme d’histoire (dans les écoles spéciales). « Pour ne pas déplaire au Conseil de l’instruction publique qui compte en son sein de nombreux adversaires de l’économie politique, et à la presque totalité du corps législatif et du Sénat, on n’enseigne qu’un mélange de notions scientifiques et technologiques mal classées qui ne peuvent qu’introduire la confusion dans les esprits »137.

65L’échec de la création à l’École des hautes études, d’une cinquième section consacrée à l’économie politique, confirmera en 1868 les limites de ces conquêtes. Quant aux créations de cours au Collège de France, elles obéissent à une logique plus politique que scientifique et sont même jugées « superfétatoires », selon la formule de Joseph Garnier.

66Cependant, à long terme, ce diagnostic des libéraux pêche par excès de pessimisme. Si les résultats immédiats sont limités, ils sont appelés à connaître de grands développements. La chaire du Conservatoire existe encore. L’enseignement s’est durablement implanté dans les facultés de droit. Les Hautes Études ont fini par obtenir une section consacrée à l’économie. Les éléments de création de la décennie 1860-1870 sont bien les ébauches du système d’enseignement qui caractérise la France du premier vingtième siècle. À plus court terme, la multiplication des cours libres et des conférences soumises à autorisation, si elle témoigne de la précarité et des limites de tout enseignement non institutionnalisé, n’en prépare pas moins de nombreux esprits à souhaiter l’instauration officielle de ce nouvel enseignement. En témoigne la vague de création des cours à partir des facultés, à côté de la mobilisation des chambres de commerce. Les efforts de l’Académie des sciences morales et politiques pour sélectionner des professeurs répondent à un besoin réel, et les candidats désignés par elle trouvent des lieux où exercer leur compétence. Enfin, un véritable modèle d’enseignement de l’économie politique est élaboré. Associé à une progression de l’enseignement à tous les niveaux, il a sa place à la fois dans le haut enseignement technique, dans l’enseignement professionnel et surtout dans l’enseignement destiné aux élites.

67Il a aussi sa fonction : accompagner et susciter la croissance et le développement. La participation de l’État à cet enseignement est souhaitée, mais uniquement si le contenu de l’enseignement n’en est pas affecté. Dès 1868, à court terme, l’échec du ralliement est évident. Les difficultés de Duruy à la fin de l’empire comme l’impossibilité d’institutionnaliser plus largement l’économie politique le confirment. Mais le rapport de force a été modifié. En cas de carence de l’État, le monde des libéraux a pris conscience de l’utilité d’associer l’enseignement de l’économie politique à la formation des décideurs. Il peut envisager de se substituer à l’État si celui-ci est défaillant. Un changement de contexte va lui donner l’occasion de prouver sa capacité à organiser concrètement cet enseignement de type nouveau.

Notes

1 Nous avions effectué des comptages à partir des articles explicitement consacrés à l’enseignement. Mais l’idée que l’enseignement de l’économie va transformer en bon libéral tout individu qui le reçoit est sous-jacente à tous les articles.

2 Courcelle-Seneuil, « De la nécessité d’enseigner l’économie politique dans les Facultés de Droit », Journal des économistes, 15 juillet 1862, p. 5-18.

3 Ibid., p. 7.

4 Ibid., p. 7.

5 Ibid., p. 7.

6 Ibid., p. 14.

7 Ibid., p. 14.

8 Ibid., p. 17.

9 Ibid., p. 17.

10 G.-U. Guillaumin, « De la nécessité d’introduire l’économie politique dans l’instruction publique », Journal des économistes, septembre 1863, p. 432-439.

11 H. Baudrillart, « De l’instruction au point de vue économique », Journal des économistes, 15 décembre 1959, p. 321-354.

12 Ibid., p. 322.

13 Ibid, p. 323.

14 Ibid., p. 323.

15 Ibid., p. 327.

16 Ibid., p. 327.

17 Ibid., p. 327.

18 Ibid., p. 328.

19 Ibid., p. 332.

20 Ibid., p. 334.

21 21. « Fondée en 1825, cette société a pour but l’avancement et la propagation de l’industrie tant manufacturière qu’agricole, par la réunion, sur un point central, d’un grand nombre d’éléments d’instruction, par la communication et la diffusion des découvertes et des faits remarquables dont la science et l’industrie locales se sont enrichies. Cette société s’occupe également de tout ce qui peut contribuer à répandre l’instruction dans la classe ouvrière, à améliorer son état physique et moral, à élargir, autant qu’il est en son pouvoir, le cercle de toutes les connaissances qui doivent contribuer au progrès des sciences, du commerce et de l’industrie ; enfin à encourager toute entreprise conçue dans un intérêt général, tant intellectuel que matériel. Elle se compose de presque tous les chefs d’établissements industriels du Haut-Rhin et d’un grand nombre de savants et de notabilités industrielles, commerciales ou scientifiques, dont le nombre est indéterminé.
« La Société industrielle de Mulhouse a fondé : 1° un musée industriel, se composant de produits méthodiquement classés, d’un grand nombre d’industries. 2° un musée d’histoire naturelle, composé de géologie, de zoologie, d’ornithologie et de botanique. Ces deux musées sont ouverts au public. 3° une bibliothèque formée d’ouvrages d’arts et de sciences, qui compte aujourd’hui 3 000 volumes. 4° une école gratuite de dessin linéaire et de machines. 5° une académie gratuite de peinture.
« N’y a-t-il pas lieu d’offrir en exemple, aux principaux centres industriels de la France, la Société industrielle de Mulhouse, son organisation et sa généreuse fondation annuelle ? En créant des sociétés analogues, en offrant chaque année une liste raisonnée de prix sur des questions relatives à leur industrie principale, les villes de Lyon, Marseille, Lille ne contribueraient pas seulement aux progrès généraux de la production manufacturière en France, elles serviraient également leurs propres intérêts par le perfectionnement qu’elles provoqueraient dans les diverses branches de l’industrie qui sont mises en pratique dans ces grands centres de fabrication. » Journal des économistes, décembre 1859, p. 338.

22 H. Baudrillart art. cit., p. 353.

23 Émile Jay, « Création d’une chaire d’économie politique et maintien de l’enseignement administratif dans les Facultés de Droit », Journal des économistes, janvier 1860, p. 72-84.

24 Séances de la Société d’économie politique, Journal des économistes, (Angleterre) février 1859, p. 145 ; (Belgique) mai 1859, p. 309 ; (États-Unis) juin 1859, p. 465. Wolowski avait fait, l’année précédente, un tableau de l’économie politique en Italie, Journal des économistes, décembre 1858, p. 321-351.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 R. de Fontenay, « Compte rendu du traité théorique et pratique sur les banques de Courcelle Seneuil », Journal des économistes, mars 1861. R. de Fontenay, membre de la Société d’économie politique depuis 1856, est un ancien préfet (Côte-d’Or). Retraité du ministère de l’Intérieur, il devient publiciste.

28 Jules Pautet, membre de la Société d’économie politique depuis 1850, était un ami personnel de Bastiat.

29 Le Conservatoire des arts et métiers et l’École des ponts et chaussées.

30 Les Ponts où enseigne Joseph Garnier.

31 Voir plus haut l’attitude de Wolowski au Conservatoire des arts et métiers.

32 Jules Pautet, « Les chaires d’économie », Journal des économistes, juillet-septembre 1862, p. 413-428.

33 Ibid.

34 Société d’économie politique, 5 mars 1860, Annales d’économie politique, tome IV, p. 49.

35 Ibid., p. 51.

36 Ibid., p. 53.

37 Ibid., p. 4, Léonce de Lavergne.

38 Ibid., p. 49.

39 Journal des économistes, janvier 1860, p. 72-84, Émile Jay, docteur en droit.

40 Société d’économie politique, séance du 5 octobre 1860, Journal des économistes, novembre 1860, p. 323-327. Séances du 6 juillet et du 5 août 1863, Journal des économistes, septembre 1863, p. 57.

41 Ibid., novembre 1860, p. 327.

42 Journal des économistes, octobre 1860, p. 138.

43 É. Levasseur, « l’enseignement de l’économie politique en France », séance de la Société d’économie politique du 6 novembre 1882. Compte rendu dans le Journal des économistes de décembre 1882, p. 315-319. Si, en novembre 1882, Levasseur rend hommage aux pionniers comme Frédéric Passy, il distingue des rythmes de conférences jusqu’en 1882 sans jamais mentionner l’arrêt de la période 1869-1875. Il ne suffit donc pas comme source. Républicain modéré, couvert d’honneurs en 1882, mais dès 1864 ami et auxiliaire de Victor Duruy, il a toujours joué un rôle de conciliateur, ce qui l’amène à gommer les conflits et les reculs. Le Journal des économistes, là encore, avec ses chroniques au jour le jour, aidé par les archives, donne une image plus réaliste des avances et des reflux de ce mouvement de conférences.

44 Frédéric Passy, Leçons d’économie politique faites à Montpellier, recueillies par Émile Bertin et Paul Glaize, Paris, Guillaumin, 1862.

45 Témoignage de Levasseur, art. cit., p. 317.

46 M. Chevalier, « Sur l’ouvrage de Frédéric Passy », Journal des économistes, janvier-mars 1862, p. 366-372.

47 Au sens d’activité économique.

48 M. Chevalier, art. cit., p. 369.

49 Ibid., p. 370.

50 F. Passy, Leçons..., op. cit., p. 10.

51 Ibid.

52 M. Chevalier, art. cit., p. 367.

53 M. Chevalier, art. cit., p. 372.

54 F. Passy, Leçons..., op. cit., p. 24.

55 M. Berthelot, « Notice sur les origines et sur l’histoire de la Société Philomatique », Journal des savants, août 1880, p. II-XVII.

56 É. Levasseur, Société d’économie politique, 6 novembre 1882, Journal des économistes, p. 317.

57 A. Rondelet, « l’enseignement de l’économie politique en province », Journal des économistes, février 1869, p. 267-287.

58 Sébastien Berteaut, Marseille et les intérêts nationaux qui se rattachent à leur porte, Marseille, imp. Barlotier-Feissat et Demarchy, 1845, 2 vol.

59 A. Rondelet, art. cit., p. 278.

60 Ibid., p. 279.

61 Ibid., p. 279.

62 Ibid., p. 279.

63 Ibid., p. 281.

64 Où autour d’Arlès-Dufour se retrouvent Henri Germain, M. Brosset, le président de la chambre de commerce, des ingénieurs et des soyeux.

65 Programme du cours de M. Burat en 1862-1863.

66 Cours de Burat, programme de l’année suivante en exécution du décret du 26 octobre 1864. Archives du Conservatoire.

67 Archives du Conservatoire, 21 novembre 1862, Exposition universelle dans ses rapports avec la législation industrielle : vue générale.

68 « L’Ancien Régime du travail reposait sur la réglementation et la contrainte ; la Révolution a mis fin aux corporations, maîtrises, ainsi qu’aux règlements de fabrique. Elle a inscrit le principe de la liberté du travail au frontispice du cadre industriel et substitué les mesures répressives aux mesures préventives. » Archives du Conservatoire.

69 Archives du Conservatoire.

70 Archives du Conservatoire.

71 Archives du Conservatoire.

72 Voir chapitre VII, deuxième sous-partie.

73 Les cours libres cités par Duruy sont les suivants : ceux faits en France, depuis vingt-cinq ans sont ceux de M. Joseph Garnier à l’Athénée de Paris (1841 et suiv.) ; de M. Cabantous, professeur de l’école de droit, à Aix ; de M. Rodière, professeur de la faculté de droit, à Toulouse ; de M. Dameth, professeur de l’École de commerce à Nice (1854). Dans ces dernières années, ceux de M. Frédéric Passy, à Pau (1861) ; du même, à Montpellier (1862), par les soins de la chambre de commerce de cette ville ; de M. Victor Modeste, agrégé de l’université, à Reims (1862) par les soins de la Société industrielle de cette ville ; de M. Frédéric Passy, à Bordeaux (1863) et à Nice (1864) ; de M. A. Walras père, à Pau (1864) ; de M. Du Puynode, à l’amphithéâtre de l’École de médecine à Paris (1864).
À l’école supérieure du commerce de Paris, fondée sous les auspices de Laffite, Chaptal, J.-B. Say, etc., l’économie politique est enseignée depuis quarante ans. Un cours d’économie politique a été créé l’an dernier au collège municipal Chaptal pour les élèves de 4e année.

74 Voir chapitre VII.

75 Le Collège de France et le Conservatoire, où le public très particulier impose des formes de cours.

76 Même si la théorie des prix de Rossi ou sa réflexion sur la valeur d’usage occupent une place limitée dans l’ensemble de son enseignement, en introduisant des débats théoriques devant son public à propos des points controversés, elle donnait de l’économie politique l’image d’une discipline scientifique. L’enseignement de Michel Chevalier apparaissait au contraire plus dogmatique.

77 Ministère Rouland.

78 Il remplace celui de 1827.

79 Arch. nat., F17 13 550 rapports au recteur.

80 Arch. nat., F17 13 550.

81 Ibid.

82 La chaire d’économie politique du Collège de France est supprimée par arrêté du 27 avril 1848. Un décret la rétablit le 14 septembre 1848 (Arch. nat., ibid.).

83 H. Baudrillart est son premier suppléant de 1852 à 1866 (pas de trace directe aux archives). Paul Leroy-Beaulieu est le second en 1878-1879 (Arch. nat. F17 13 556, liasse 24).

84 Dans le dossier consacré à la chaire n° 26, Arch. nat. F17 13 550.

85 Arch. nat. F17 13 550, liasse concernant le nombre de leçons effectivement données de 1856 à 1867. La chaire de M. Chevalier est désignée sous le nom de Chevalier-Baudrillart.

86 Les recherches de J. Walch sur Michel Chevalier lui ont fait retrouver la trace du conflit avec son suppléant en 1867, dans les papiers personnels de la famille Leroy-Beaulieu. Le témoignage de Walras est ainsi confirmé.

87 Cours complémentaire d’histoire de l’économie politique, 14 décembre 1866, Journal des économistes, tome IV, 3e série, p. 508.

88 Moniteur du 11 décembre 1868 : « Par arrêté du ministre de l’Instruction publique, un cours sur l’histoire des faits et doctrines sera prochainement ouvert au collège de France ; ce cours est confié à M. Levasseur, membre de l’Institut ».

89 « Le ministre de l’Instruction publique M. Duruy n’avait pas voulu que le Collège de France fut privé du concours de M. Baudrillart. Il avait crée pour lui... » Témoignage de Levasseur, Société d’économie politique, réunion du 6 novembre 1882.

90 Arch. nat. F17 13 550, « Rapport au Recteur sur les cours de M. Baudrillart ».

91 Ibid. Conclusion générale sur l’ensemble des cours.

92 Ajoutons que les professeurs sont dispensés du serment, « la plupart ayant prêté serment à d’autres titres », Arch. nat., F17 13 550 (liasse 1830-1851).

93 J. Garnier, « l’enseignement de l’économie politique à l’Université », Journal des économistes, décembre 1866, p. 337-347.

94 Ibid, p. 340.

95 J. Pautet, « Les chaires d’économie politique », Journal des économistes, 1862, p. 413-428.

96 Arch. nat. F17 13 550, « Rapport au Recteur sur les cours de M. Baudrillart ».

97 Arch. nat. F17 13 550, liasse concernant la durée de l’année scolaire au Collège de France.

98 M. Marion, « l’économie politique au Collège de France », Le Collège de France, 1530-1930, livre jubilaire composé à l’occasion de son quatrième centenaire, Paris, PUF, 1932.

99 J. Pautet, « Les chaires d’économie politique », Journal des économistes, 1862, p. 413-428.

100 Ibid.

101 Arch. nat. F17 13 550, témoignage de l’inspecteur Filou.

102 Ibid.

103 Nous utiliserons surtout : Henri Baudrillart, Manuel d’économie politique, Paris, Hachette, 1re édition en 1857, 4e édition en 1878 ; « Des rapports de la morale et de l’économie politique », cours professé au Collège de France, 1860, in-8°, nouvelle édition 1883, in-8°. Ce livre lui vaut de nombreuses récompenses officielles. Il obtient, en 1861, une médaille de l’Académie française, et la leçon inaugurale de chaque année est publiée par le Journal des économistes.

104 Préface du Manuel de 1857.

105 Discours d’ouverture du cours d’économie politique au Collège de France, « De l’enseignement de l’économie politique », Journal des économistes, février 1862. Nous retrouverons cette même allergie au vocabulaire politique, après la Commune, chez Courcelle-Seneuil par exemple.

106 Henri Baudrillart, Manuel..., op. cit. Vues générales, premier chapitre, p. 13.

107 Ibid., p. 20.

108 Ibid., p. 22-32, 8e et 9e leçons.

109 Ibid., p. 34 et suivantes, 11e leçon « Rapports de la Morale et de l’économie », p. 45.

110 Ibid., 17e leçon.

111 Ibid., 12e leçon, 14e leçon, 15e leçon, 23e leçon.

112 Ibid., p. 465 et suivantes.

113 En 1865, il publie « La liberté du Travail, l’association et la démocratie ». En 1869, « Économie politique populaire ».

114 Témoignage de J. Simon, « Notice historique sur la vie et les travaux de M. Chevalier », Académie des sciences morales et politiques, Séances et travaux, Paris, 1889, p. 73-143.

115 Témoignage de G. Picot, président de l’Académie des sciences morales et politiques, en février 1892, lors de la mort de Baudrillart : « Nous aimions M. Baudrillart [...] il était de la race de ces esprits fermes et conciliants, pénétrants et solides qui établissent la paix autour d’eux ». Ce témoignage est confirmé par celui de Louis Passy, président de la Société nationale d’agriculture, Journal des économistes, février 1892, et par celui de Jules Pautet, déjà cité.

116 L. Le Van Lemesle, « Économie politique et histoire au xixe siècle », in L’histoire en partage, H. Moniot et M. Serwansski, Nathan, 1994.

117 H. Baudrillart, « Rapports de l’économie politique avec les autres sciences », Manuel d’économie politique.

118 J. Pautet, « Conférence d’économie industrielle faite à l’École Turgot par les membres de la Société d’économie politique », Journal des économistes, septembre 1866, p. 80.

119 E. Thevenin réussit à les faire éditer par Hachette en 1866. Cours d’économie industrielle, Association polytechnique, 4 vol. in-18°, Paris, Hachette, 1866.

120 Arch. nat. F17 11784-11911.

121 « Économie industrielle » par Joseph Garnier, « Le capital » par Baudrillart, « Travail et salaire » par Batbie, « Intérêt et usure » par Courcelle-Seneuil, « Corporations et liberté du travail » par É. Levasseur, « Sociétés coopératives » par Jules Duval, « Échange et monnaie » par Wolowski, « Le crédit » par Paul Coq.

122 J. Pautet, « Dernières conférences d’économie industrielle faites en 1867-1868 », Journal des économistes, 1868, p. 83.

123 Ibid., p. 88.

124 Ibid., p. 89.

125 Ibid., p. 60-80.

126 L. Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie politique... », art. cit.

127 La Farelle, De la nécessité de fonder en France l’enseignement de l’économie politique, Séances et travaux, Paris, 1846, tome X, p. 75.

128 Ibid., tome XIII, tome XIV, tome XXIII.

129 Mémoires publiés sous les titres : Turgot, philosophe, économiste et administrateur. Le crédit populaire. De l’impôt avant et après 1789. Du prêt à intérêt.

130 Histoire générale de la ligue hanséatique. Les sociétés par actions et les opérations de bourse, considérées dans leurs rapports avec la pratique, la législation, l’économie politique : l’histoire et les réformes dont elles sont susceptibles. Théorie et pratique de la circulation monétaire et fiduciaire.

131 Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre, aux États-Unis. Du change et de la liberté d’émission des banques.

132 Examen du Traité des devoirs de Cicéron. Pierre de Boisguilbert, précurseur des économistes, 1664-1714.

133 De l’état moral et intellectuel des populations ouvrières et de son influence sur le taux des salaires. Le travail des femmes au xixe siècle. Traité de la science des finances. De la colonisation chez les peuples modernes.

134 C. Juglar, après des études de médecine qui l’ont convaincu du bien-fondé de la méthode expérimentale, se consacre uniquement à ce qui l’intéresse : doté d’une fortune personnelle, il n’a pas besoin de travailler pour vivre.

135 Décret du 9 mai 1866. Il modifie la décision de l’empire autoritaire, prise par le décret du 14 avril 1855. Voir Beauchamp, op. cit., p. 918.

136 Nous l’étudierons au chapitre suivant.

137 J. Garnier, « Chronique économique », Journal des économistes, décembre 1866, p. 337-347.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540