Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre IV. Le ralliement à la politique économique de l’Empire

Texte intégral

1« Il est du devoir de tout bon citoyen de propager les saines doctrines de l’économie politique ». Cette phrase prononcée par Napoléon III lors de l’ouverture de la session législative en 1857, est souvent notée comme marquant le moment du ralliement des économistes libéraux. En fait l’alliance n’est nette qu’après le traité de commerce de 1860. C’est que cette alliance n’était ni si évidente, ni si aisée à établir. Notre démarche consistera à examiner d’abord comment elle a pu être nouée. Nous étudierons ensuite le groupe de pression libéral et enfin les points de convergences des deux politiques : celle des libéraux « purs » et celle de l’empire libéral.

I. LES DIFFICULTÉS ET LES MODALITÉS DU RALLIEMENT LIBÉRAL

A. LES DIFFICULTÉS

2Entre les « économistes » et le régime de Napoléon III l’alliance, a priori, n’a rien d’évident.

  • 1 Arthur Dunham, The Anglo-french Treaty of Commerce of I860 and the Progress of Industrial Revoluti (...)
  • 2 Rouher devient membre de la Société d’économie politique en 1868.

3D’une part, le traité a été décidé de façon peu libérale : c’est parce qu’il estime ne pas dépendre de son opinion publique que Napoléon III a pu imposer le traité de commerce de 1860. Les premiers contacts avec les Anglais ont été pris en secret par l’économiste saint-simonien Michel Chevalier, appuyé par la fraction non protectionniste du Conseil d’État, réorganisé en 18521. Par la suite, la négociation a été menée avec un seul ministre, Rouher2. Or, pendant l’empire autoritaire, les libéraux politiques s’étaient rapprochés des libéraux économiques.

  • 3 Gustave de Molinari (1847-1910) économiste libéral d’origine belge ; Journal des économistes, févr (...)
  • 4 Notice « Courcelle-Seneuil » dans le Supplément au Nouveau dictionnaire d’économie politique de Ch (...)

4D’autre part, les économistes, hostiles par principe à l’intervention de l’État, doivent choisir d’approuver cette intervention. Appelés au secours d’une mesure que les libéraux politiques n’avaient jamais pu faire adopter, il leur faut aider un État qui jusqu’alors les surveillait et les censurait. C’est un véritable tournant : nombre de libéraux économiques étaient en même temps des libéraux politiques, orléanistes ou républicains. Certains avaient même choisi de quitter la France. Molinari était retourné en Belgique comme professeur d’économie politique au Musée royal de l’industrie belge puis à l’Institut supérieur du commerce d’Anvers. Il revient en France en 18613. Courcelle-Seneuil4, républicain Idéologue, lui, s’était exilé au Chili où il avait enseigné pendant sept ans à l’école de droit de Santiago. Seuls quelques républicains avaient adopté une attitude plus souple : Joseph Garnier, par exemple avait maintenu son enseignement et expurgé lui-même la nouvelle édition de son traité afin de maintenir le combat « pour la science économique », à tout moment. Il n’en fait pas moins figure d’opposant.

  • 5 Guy Palmade, « Le Journal des économistes et la pensée libérale sous le second Empire », Bulletin (...)

5La dernière difficulté est la surveillance soupçonneuse et tatillonne dont avait été victime la principale tribune des libéraux, le Journal des économistes5. Entre 1854 et 1857, la police impériale lui avait infligé plusieurs avertissements dont les archives gardent témoignage.

  • 6 Le dossier F18 369 des Archives nationales, jugé assez maigre par Guy Palmade qui souhaitait faire (...)
  • 7 Arch. nat. F18 369, dossier 63.
  • 8 Arch. nat. F18 369, dossier 63.
  • 9 Arch. nat. F18 369, dossier 64.

6Le premier conflit avait eu lieu à propos de la taxation des prix. En mars 1854, un article sur « la taxe du Pain et la Caisse de Service de la Boulangerie » attirait les foudres de la police. L’auteur, Pommier, rédacteur en chef de l’Écho agricole, critiquait les taxations : « Sous le rapport politique, nous croyons le système inutile, dangereux à juger par l’expérience. Sous le rapport économique c’est la violation des principes »6. L’informateur de la police dénonce l’auteur de l’article, « ce récidiviste [qui] continue dans le Journal des économistes et sous le drapeau libre-échangiste, la polémique qu’il avait engagée contre l’administration municipale »7. Mais le Journal des économistes en entier est mis en accusation par la police : « il est l’organe de certains intérêts lésés par l’intervention du gouvernement au moment de la crise des céréales ». Il a l’habitude de « combattre toutes les mesures qui, venant au secours des classes nécessiteuses, gênaient les agioteurs à la hausse continue »8. À la lecture de ce rapport, le préfet de la Seine fait une proposition d’avertissement, en incriminant d’ailleurs un autre passage de l’article, celui qui affirmait que le décret impérial du 27 avril 1854 était en désaccord complet avec la justice et la liberté. L’avertissement est accepté par le préfet de police, qui sanctionne ici nettement l’attitude d’opposition politique9.

  • 10 Arch. nat. F18 369, dossier 49.

7En 1855, le gouvernement vérifie l’attitude du journal dans son interprétation de la « cherté des denrées ». Il constate avec soulagement que le remplaçant de Michel Chevalier, l’économiste Henri Baudrillart, n’impute pas cette cherté à la politique gouvernementale, mais à « l’immense quantité d’or que la Californie et l’Australie ont versé en Europe depuis quelques années »10.

  • 11 Arch. nat. F18 369, dossier 49.

8Or, en 1857, pour la dernière fois, le journal est mis en accusation pour un article de T. Lefebvre qui contient une appréciation très hostile à la loi du 25 mars 1852 relative au remplacement militaire : « Il y a dans cet article, note le rapporteur, des expressions qui si elles avaient été relevées dans un journal quotidien auraient immédiatement entraîné l’application d’une mesure sévère [...]. Est-il convenable de les laisser passer dans une revue qui n’a pas une grande publicité, il est vrai, mais qui n’est jamais très sympathique au gouvernement ? »11. Or cette fois le journal n’est pas poursuivi. Le rapport qui émane de la direction générale de la sûreté publique du ministère de l’Intérieur porte en surcharge, d’une autre écriture, « rien » et « classement ». L’année 1857 semble donc bien être celle du premier changement de l’attitude gouvernementale. Cette impression est confirmée par les autres dossiers de police : aucun avertissement, aucune pièce n’apparaissent plus jusqu’en 1864, date où le ralliement est évident. Or les proclamations « économistes » de Napoléon III datent, elles aussi, de 1857. La « persécution » s’est limitée à deux avertissements en 1854 et 1857.

B. LES FACTEURS FAVORABLES

9L’alliance se fait parce que les deux parties en ont besoin mais aussi parce que les saint-simoniens ont gardé des liens solides avec les libéraux. En effet, l’annonce en janvier 1860 de la signature de ce traité a été très mal reçue par la majorité du monde industriel à l’exception des quelques régions traditionnellement libre-échangistes. Pour les patrons protectionnistes, l’empire rompait un pacte, remettait en cause un des aspects du programme du parti de l’Ordre pour lequel ils s’étaient engagés derrière lui. Cela, ajouté à la politique italienne, qui avait mécontenté les catholiques, obligeait l’empire à changer d’appuis, à conclure une nouvelle alliance. Il a besoin des « économistes » pour défendre le libre-échange contre les protectionnistes comme il a besoin de l’appui de la bourgeoisie libérale, face à ceux qui viennent de lui retirer leur soutien.

  • 12 Jules Simon, « Notice historique sur la vie et les travaux de Michel Chevalier », Académie des sci (...)
  • 13 Jules Simon, Notices et portraits, éd. Levy, Paris, 1882, n° 8, p. 163-283.

10En fait, cette alliance a été favorisée par les bons rapports entretenus par les saint-simoniens ralliés à l’empire et les économistes. Michel Chevalier s’était rallié immédiatement à l’empire. Jules Simon en donne le témoignage suivant12 : « Son adhésion fut complète et éclatante. Elle était aussi très prompte, ce qui avait aux yeux du chef de l’État, une grâce particulière. Il se rendit à Lunel le 1er octobre 1852 à la tête du Conseil général de l’Hérault dont il était président pour saluer Louis Napoléon au passage, et prononcer un discours qui causa un grand scandale parmi les ennemis du coup d’État... Les Économistes qui arrivaient peu à peu à regarder Michel Chevalier comme leur maître et qui pour la plupart appartenaient à l’opposition, se sentirent consternés. Il n’hésita pas à la suite de cette aventure, à reparaître à la Société d’Économie Politique »13.

  • 14 Alphonse Courtois fils, « Notice sur Michel Chevalier », Paris, Guillaumin, 1889, 24 p., extrait d (...)

11Si dans un premier temps les libéraux sont choqués, ils comprennent assez vite combien ce ralliement les protège. En 1889, le secrétaire perpétuel de la Société d’économie politique, Alphonse Courtois fils, confirme à quel point l’autorité de Michel Chevalier a contribué à sauver la liberté de discussion à l’intérieur de la Société d’économie politique au temps de l’empire autoritaire.14 La présence de Rouher dans la négociation du traité de commerce confirme ce maintien des relations entre les saint-simoniens et les économistes, tant le combat pour le libre-échange est alors la grande priorité. Rouher, l’un des plus hauts personnages de l’empire, est souvent invité, à partir de 1860, aux réunions de la Société d’économie politique avant d’en devenir membre en 1868.

C. L’ENSEIGNEMENT AU SERVICE DU LIBRE-ÉCHANGE

  • 15 Henri Baudrillart, « Le manifeste impérial et la réforme douanière », Journal des économistes, 188 (...)
  • 16 Ibid., p. 162.

12Pour les partisans du libre-échange, le moment est arrivé. La politique commerciale qu’ils ont toujours prônée est devenue la politique officielle. Même si la manière dont elle a été imposée n’est pas précisément libérale, même s’il s’agit d’une réforme octroyée, « les Économistes seraient absurdes de cacher leur satisfaction face à une politique à la fois bienvenue et source de paix en Europe »15. Aussi Baudrillart confirme-t-il le ralliement. En juillet 1860, il commente la parole impériale de 1857 : « Ces paroles descendues de si haut ont une immense portée ; elles donnent pour ainsi dire une décisive sanction à la science que des esprits prévenus ou guidés par leur intérêt personnel affectaient de nier encore, pour n’avoir pas à compter avec elle. Quant à nous, nous enregistrons ces mots devenus célèbres qui donnent enfin, dans le monde intellectuel, droit de bourgeoisie à la science qui s’occupe de l’intérêt vital des peuples sans se séparer jamais, quoiqu’on en ait dit, des préceptes de la mode et des plus hautes aspirations philosophiques »16.

  • 17 Arch. nat. F 18 369, dossier 76.
  • 18 Arch. nat. F 18 369, 73-74 et 77-78.
  • 19 Arch. nat. F 18 369, 76.
  • 20 Arch. nat. F18 369, 80 et 81.
  • 21 Arch. nat. F 18 369, 81.

13Les archives de police confirment qu’en 1865 ce ralliement est patent. À cette date, un rapport signale : « le Journal ne fait plus de politique ; il n’est plus hostile ».17 Après la mort, le 15 décembre 1864, du propriétaire-éditeur Guillaumin, ses héritiers avaient vendu le journal au journaliste Brissot-Thivars. Compte tenu du statut de la presse sous l’empire, Brissot-Thivars fait aussitôt l’objet d’une demande confidentielle de renseignements18. Le 3 juin 1865, le chef de cabinet du service de presse du ministère de l’Intérieur écrit à d’Aylie-Langlé, directeur général : « J’ai vu Brissot-Thivars et mademoiselle Guillaumin la propriétaire. Tous deux se sont engagés par les déclarations les plus explicites, non seulement à ne point se montrer hostiles au gouvernement mais encore à s’abstenir absolument de politique. C’est là, du reste, a-t-il ajouté, le programme dont la Revue des Économistes (sic) ne s’est jamais écartée ». Le fonctionnaire poursuit : « la vérité de cette déclaration n’est pas contestable. J’ai pourtant demandé à M. Brissot Thivars de bien vouloir confirmer ces engagements par écrit... »19. Même si le présent efface le passé, les habitudes policières sont plus lentes à se modifier que les orientations gouvernementales. La demande de renseignements est favorable au nouveau propriétaire, qui écrit une lettre manuscrite de soumission20. « Cette revue mensuelle créée pour servir d’organe à la science et traiter des questions générales relatives à l’agriculture, à l’industrie, au commerce international n’a jamais dévié de son programme et a toujours systématiquement exclu de son cadre les discussions politiques... En m’occupant de cette publication, je n’ai personnellement aucune visée politique... Notre intention formelle, à la collaboration et à moi, est que la revue continue à marcher dans la même voie scientifique en restant comme par le passé totalement étrangère à la politique21. »

  • 22 Arch. nat. F18 369, 81.

14Les six paragraphes de la lettre répètent le même thème. Brissot-Thivars avait joint à sa lettre un prospectus publicitaire du Journal des économistes édité en 1865, qui confirmait le ralliement des journalistes. En même temps, il exprimait la place de l’enseignement de l’économie, dans le nouveau dispositif. « En France déjà commence le mouvement qui fait des pouvoirs publics eux-mêmes les promoteurs de la science. De la nouvelle politique commerciale inaugurée en 1860, date une ère économique dont l’enseignement des lycées fera désormais comprendre lui-même les bienfaits à la jeunesse du pays (voir le programme des leçons d’histoire du cours de philosophie arrêté par le ministre de l’Instruction publique le 24 décembre 1863). La création d’une chaire d’Économie politique à la Faculté de Droit de Paris, et l’encouragement donné à divers cours particuliers sont un signal qui ne peut manquer de frapper l’attention publique ».22 La liaison entre la nouvelle tolérance impériale, les traités de commerce et le rôle que les libéraux attendent d’un nouvel enseignement de l’économie politique ne peut être plus clairement exprimée.

D. LES MODALITÉS DU RALLIEMENT : 1860-1864

15Si les choses sont évidentes en 1864, elles l’étaient moins en 1860. À cette date, les économistes doivent faire la preuve qu’ils ne sont pas toujours des dissidents et qu’un enseignement cohérent de l’économie politique peut être autre chose qu’une occasion d’expression pour l’opposition. Nous avons vu le rôle joué à cet égard par les récits de vie de Jean-Baptiste Say. Aussi, sans s’attarder sur les modalités de décision du traité de commerce, les libéraux se lancent dans une campagne de soutien, s’efforçant à la fois de réfuter les arguments protectionnistes et d’élargir l’opinion publique libérale. C’est dans ce but, pour diffuser « les saines doctrines », qu’ils s’efforcent de conjuguer information et éducation économique, et qu’ils mettent la revendication d’un enseignement méthodique de l’économie politique au centre de leurs revendications.

16Ils occupent désormais une tout autre position stratégique, même si le gouvernement auquel ils viennent de se rallier n’est pas aussi puissant qu’il pose à l’être, même s’il est en réalité conspué par la majorité des manufacturiers et même si, enfin, les milieux dynamiques qui l’appuient sont très minoritaires. La diffusion de la pensée libérale étroitement liée à l’enseignement de l’économie politique, quitte le ghetto des petites sociétés d’initiés où l’on délibère entre soi, pour venir débattre sur la place publique d’une politique économique officielle qui se propose, à terme, de faire baisser les prix. L’État se met au service des consommateurs et non plus des seuls producteurs. L’économie politique devient officiellement l’outil de justification de ce traitement économique des problèmes sociaux. On comprend mieux alors l’importance attachée à sa diffusion.

17Les finalités de l’enseignement sont doubles. D’une part, il s’agit de réfuter les arguments des protectionnistes, et d’autre part, il faut élargir l’opinion publique libérale de façon à pouvoir, à long terme, étendre cette politique qu’ils jugent encore incomplète. Le moyen consiste à utiliser le support principal de l’économie politique, le Journal des économistes, pour y conjuguer une information économique susceptible d’éduquer l’opinion publique avec une formation économique en direction de milieux nouveaux. Ainsi on pourra élargir ou créer une opinion éclairée par ce qu’on appelle « les vrais principes de la science ». Cette campagne pour les traités permet aux libéraux de faire leur jonction avec les saint-simoniens depuis longtemps ralliés à l’empire.

18Elle a en même temps des incidences directes sur les modes de diffusion de l’économie politique. Pratiquement, l’information éducative occupe la quasi-totalité des articles du Journal des économistes. Mais le choix des thèmes se focalise autour du traité de commerce. Quant à la formation économique, elle consiste, au cours ou à la fin de chaque article, à tirer la leçon des faits : le libre-échange améliore la production et la vie des sociétés. Les libéraux comptent sur cette formation, en attendant que soit organisé un enseignement global à tous les niveaux. Le ralliement présente plusieurs aspects.

1. L’atténuation des critiques

  • 23 H. Baudrillart, « Le manifeste impérial et la réforme douanière », Journal des économistes, tome X (...)

19Elle est très nette dès 1860. Certes le traité a été « octroyé ». Mais c’est « conforme à la tradition française »23 affirme prudemment le suppléant de Michel Chevalier au Collège de France, Henri Baudrillart. Homme de conciliation, il réussit à faire la jonction avec les libéraux politiques sans mécontenter les censeurs de l’empire. En outre, il est entré en contact, grâce à son mariage, avec les catholiques libéraux et s’efforce de réconcilier l’économie politique avec le catholicisme. La défense de la discipline était restée jusqu’alors le fait de protestants, d’anticléricaux de toutes espèces, dans la lignée des opposants de la Restauration.

  • 24 Frédéric Passy, « Police naturelle de la liberté. Une coalition de producteurs mise à la raison pa (...)

20Dans le Journal des économistes, la formulation des réserves change de ton. En janvier 1860, Frédéric Passy, l’un des promoteurs les plus actifs de l’économie libérale regrette que la législation ne permette pas de créer facilement des associations de consommateurs capables de lutter contre la hausse des prix, mais il présente ses critiques de façon nuancée : « l’état de la législation sur les associations et la presse ne met-il pas, plus encore que l’état de l’opinion, un obstacle insurmontable à sa réalisation ? Nous n’oserions nous prononcer à cet égard et nous craignons bien qu’il ne soit en effet peu facile de former et de faire fonctionner en ce moment une société délibérante, fût-ce pour délibérer sur le savon, le beurre, ou les pâtes alimentaires... »24 Prudence, usages des réserves, de la double négation, le ralliement s’ébauche sans reniement. Il faut ajouter d’ailleurs que ce problème, apparemment prosaïque, touche à celui du prix des biens de consommation courants et n’est donc pas un problème annexe.

2. L’axe essentiel : l’apologie des traités

  • 25 Journal des économistes, tome XXV, février 1860, p. 322-323.
  • 26 Journal des économistes, tome XXVI, mai 1860, p. 176 et p. 271.
  • 27 Journal des économistes, tome XXVI, avril 1860, p. 26-41.
  • 28 Journal des économistes, tome XXVI, juin 1860, p. 354-365.

21Mais le ralliement se traduit moins par l’atténuation des critiques que par la diffusion et l’apologie du contenu du traité de commerce. Dès le 15 février 1860, le Journal des économistes publie le texte du traité : « Nous recevons au moment de mettre sous presse le texte anglais du traité de commerce avec la France. En voici la traduction »25. Dans la livraison suivante, en avril-juin 1860, la revue publie in extenso les « rapports à l’empereur » rédigés pour Rouher sur la réforme du tarif des matières premières26, sur la situation et les besoins des voies de communications. Ces rapports qui avaient préparé le travail des négociateurs servaient maintenant à justifier le traité. Enfin les comptes rendus des ouvrages de Michel Chevalier sur l’examen du système commercial connu sous le nom de système protecteur27, ceux de Wolowski, professeur d’économie politique au Conservatoire impérial des arts et métiers, sur Les droits de douane et des anciens traités de commerce entre la France et l’Angleterre28 montrent bien le souci de remettre le traité dans une perspective historique qui contribue à le légitimer. Si explicitement, les articles consacrés au traité ne couvrent de 15 % de la surface de la revue, en fait tous les autres articles contribuent à le justifier.

  • 29 Maurice Block, « L’enquête industrielle de 1860 », Journal des économistes, novembre 1861, p. 271- (...)
  • 30 Ibid., p. 272.

22L’année suivante, en novembre 1861, la revue consacre sa livraison à répondre aux critiques des protectionnistes. Pour cela, Maurice Block29 choisit de réfuter leurs arguments présentés lors de la grande enquête industrielle de 1860. L’enquête ordonnée par Rouher se faisait l’écho des inquiétudes et des plaintes des milieux d’affaires qui redoutaient de ne pas faire face à la concurrence anglaise. Maurice Block commence par ironiser sur cette étrange autodépréciation : « Habituellement l’homme est porté à exagérer son importance personnelle ou celle de sa profession ; mais en parcourant les volumes de l’enquête, on ne rencontre que des hommes qui se dénigrent et qui vantent leurs compétiteurs. Vraiment, on serait tenté d’admirer tant d’abnégation, tant d’humilité si l’on ne voyait pas quelquefois poindre le bout de l’oreille sous la forme d’une demande de protection énergique. On est alors obligé de s’avouer qu’on n’a assisté qu’à une victoire de l’égoïsme sur l’amour-propre. Or nous n’admettrons jamais que presque tous les fabricants français manquent d’intelligence ou de capacité, tous les ouvriers d’habileté, tous les centres industriels de capitaux. À entendre bon nombre de déposants, tel serait pourtant notre lot30. »

23Maurice Block part des mêmes faits, des mêmes données que les industriels protectionnistes, mais il en tire des conclusions opposées. Pour cela, il passe en revue tous les grands secteurs de l’économie française : métallurgie, fabrication de machines, laine, coton etc. Nous nous limiterons à résumer l’argumentation pour les premiers secteurs.

24Pour la métallurgie, il est vrai qu’en France les rendements sont inférieurs à ceux de l’Angleterre ; en effet le charbon est plus rare et plus dissocié des mines de fer. Les procédés de la fonte à la houille ne sont pas encore généralisés. Block ne nie pas ces deux handicaps. En revanche les salaires français sont plus bas. Le diagnostic tombe : le libéralisme stimulera l’application des nouvelles techniques et réduira l’écart avec l’Angleterre.

  • 31 Ibid., p. 277.

25Même démarche pour les machines : la France n’a pas de retard dans le secteur des machines délicates, là où la main d’œuvre spécialisée est nécessaire. De plus, l’avantage salarial accentue ce phénomène. Nous sommes donc compétitifs. Pour le reste, si dans l’ensemble, les coûts de fabrication sont encore pour l’instant plus élevés qu’en Angleterre et en Belgique, la concurrence contribuera à rationaliser la production. Les conclusions des industriels protectionnistes relèvent simplement de leur ignorance des véritables mécanismes de l’économie. Et au passage, il ne résiste pas à glisser l’habituelle leçon anti-mercantiliste. « Pendant des siècles, un pays était réputé d’autant plus riche que ses habitants possédaient plus d’or ou d’argent. Depuis une cinquantaine d’années, on mesure plus volontiers la prospérité d’une contrée par la quantité de fer qu’elle consomme. Il est probable que bientôt on se bornera à compter les machines et on proclamera le plus heureux celui qui en refermera le plus grand nombre »31. L’aspect didactique et l’aspect polémique se complètent : les protectionnistes sont accusés de raisonner comme les anciens mercantilistes et de manquer de formation économique élémentaire. La richesse d’une nation n’est pas liée à la quantité de métaux précieux qu’elle possède, mais à l’ampleur de son équipement en biens de production.

  • 32 L. Reybaud, « Des retours de fortune dans l’industrie », Journal des économistes, février 1860, p. (...)

26Pour la laine, Maurice Block pèse les atouts respectifs des deux pays : supériorité de la Grande-Bretagne pour les laines cardées due à une avance technologique mais supériorité de la France dans le domaine de la bonneterie, passementerie, tissus légers, mousseline, flanelle fine, articles de fantaisie. Pour les draps, il n’y a pas de supériorité, seulement des différences régionales. « En résumé, nous voulons bien admettre que tel fabricant ou même telle localité peut avoir à souffrir temporairement de la concurrence étrangère, mais somme toute, nous luttons toujours avec honneur et souvent victorieusement contre nos compétiteurs ». Pour le coton, où les plaintes des cotonniers sont si vives, l’ampleur des profits témoigne pourtant de la prospérité de la branche. Louis Reybaud le soulignait dès février 1860. « Aucune industrie ne se montre pourtant plus protectionniste. Il y a dix-huit mois, Rouen perdait un des hommes les plus importants de cette industrie, qui s’était montré l’un des plus ardents défenseurs du travail national : la filature, à l’entendre, ne pouvait supporter la moindre atteinte aux tarifs sans joncher le sol de ses ruines. À sa mort, la liquidation faite, le filateur laissait trente millions. Voilà ce qu’a rapporté une industrie si fragile : le chiffre est éloquent, il peut se passer de commentaires »32.

  • 33 Ibid., p. 169.

27La démonstration de Louis Reybaud emploie d’autres arguments pour aboutir aux mêmes résultats. Sur la base de deux critères de prospérité, l’ampleur des profits et la hausse du cours des actions, il démontre que ce secteur n’a pas à craindre le libre-échange. Les industriels, eux, se contentent de raisonner en terme de chiffre d’affaires, leur critère est à courte vue. « On parle aujourd’hui de pertes essuyées dans les dernières campagnes, pourquoi ne dit-on rien des profits réalisés dans les campagnes antérieures... Les bénéfices étant énormes, la preuve en existe dans les inventaires qui sont de notoriété publique ; elle résulte également des cours élevés qu’ont atteints les actions de certains établissements. Des usines, qu’on pourrait citer, ont depuis leur origine, couvert par leurs profits jusqu’à huit fois leur capital de fondation... S’il fallait récapituler les fortunes qui se sont faites dans l’industrie, la liste en serait longue et les chiffres pourraient, en excitant la surprise, amener d’autres réflexions : On se demanderait comment des hommes si défavorisés ont le courage de se plaindre et si, dans leur résistance opiniâtre, ils ont gardé, au degré qui convient, la conscience de leur situation »33.

  • 34 « L’enquête industrielle de 1860 », Journal des économistes, p. 285.

28Reybaud en profite alors pour rappeler le profil du bon entrepreneur tel que Say l’a défini. Block, lui, à propos du coton est plus pessimiste et concède qu’en ce domaine, la France ne vient qu’au second rang, en terme de prix de revient34. Mais dans les deux cas la solution n’est pas le retour au protectionnisme, elle consiste à améliorer la productivité.

3. La crise du début des années soixante ne doit rien aux traités

29Or, au début des années 1860, une crise s’abat sur les secteurs cotonniers jusqu’alors florissants. Liée à la guerre de Sécession, elle limite brutalement les approvisionnements en coton brut, jusqu’au moment où les cotons originaires des Indes ou d’Égypte commencent à relayer les cotons américains. Les protectionnistes dénoncent évidemment les traités de commerce qui ont rendu la France plus vulnérable.

  • 35 A. Legoyt, « La crise cotonnière en France », Journal des économistes, mars 1863, p. 430-465.
  • 36 Réorganisée de façon plus indépendante du ministère du Commerce en 1852.

30Les libéraux proposent une contre-analyse. Les réflexions sur ce thème sont nombreuses dans le Journal des économistes, mais l’article le plus méthodique nous a paru être celui d’Alfred Legoyt35, chef de division au bureau de la statistique générale de la France36. L’article fait une description précise et chiffrée de la crise : il utilise les séries fournies par les enquêtes de la Statistique générale de la France. Il reconnaît que la crise est grave. Elle se manifeste à la fois par le mouvement des entrepôts, des stocks, et par les variations de prix. Elle explique l’augmentation des importations de filés et de tissus anglais pour une valeur de 20 millions de francs. Elle se traduit surtout par des pertes d’emplois : la diminution de la main d’œuvre encore légère en 1861, atteint les 2/3 en 1863. Or elle emploie 350 000 ouvriers adultes et enfants... Quelle est la part du traité de libre-échange dans cette crise ? La diminution de main d’œuvre employée en 1861 n’est pas due à la crise mais aux progrès de la mécanisation, stimulée par le traité de commerce. Ce dernier a donc permis de mieux résister à la concurrence anglaise...

31Quant à la pénurie de coton, indéniable, elle est sectorielle : elle touche plus la région de Rouen qui produisait de gros numéros exigeant cinq fois plus de matière première, que la région de Mulhouse qui fabrique des numéros plus fins. De toute façon, l’Angleterre a plus souffert de la crise que la France à cause de sa plus grande avance comme exportateur : le mouvement de recul y a été sensible dès 1861, alors qu’en France, il se manifeste seulement en 1862. De plus jusqu’en 1860, le coton acheté dans les entrepôts d’une ville européenne était taxé d’un droit différentiel de trois francs. Or le coton indien s’achetait à Liverpool. La libéralisation des tarifs, depuis 1860, a au moins supprimé cette hausse-là. Par conséquent la crise n’est imputable qu’à la guerre : les lois économiques ont besoin de la paix pour fonctionner normalement.

  • 37 A. Legoyt, art. cit., p. 435.

32Le remède, là non plus, n’est donc pas dans un retour à la protection. La main d’œuvre doit savoir se reconvertir. Actuellement, d’autres secteurs, comme les travaux publics, offrent des emplois. A. Legoyt n’hésite pas à rendre des « actions de grâce »37 aux compagnies de chemin de fer, qui offrent de transporter gratuitement les chômeurs vers les chantiers nouveaux. Mais il ne se demande pas une seconde si la main d’œuvre du coton peut être la même que celle du bâtiment... Ralliement oblige.

33En filigrane, cet article élargit l’alliance des libéraux avec les saint-simoniens du gouvernement, jusqu’alors limitée aux problèmes du libre-échange. Cette alliance laisse espérer l’obtention de nouveaux lieux pour l’enseignement de l’économie politique. En effet si les saint-simoniens comme Michel Chevalier occupent des positions d’influence, les libéraux, eux, expriment leur ralliement pour la première fois. Il nous faut alors tenter de mesurer leur force réelle puisque ce sont eux qui fondent et dessinent le premier modèle d’enseignement de l’économie politique.

II. LE GROUPE DE PRESSION LIBÉRAL

A. POURQUOI LA SOCIÉTÉ D’ÉCONOMIE POLITIQUE ?

34Nous avons vu que, dans la construction du lobby, très normalement, certains acteurs apparaissent plus souvent que d’autres. Pour appréhender ce qu’on serait tenté d’appeler un groupuscule, il n’est pas satisfaisant de se limiter à l’étude quantitative. Pourtant une approche limitée peut être essayée. Les éléments les plus actifs du réseau Guillaumin ont éprouvé le besoin de se regrouper, et pas seulement pour publier des revues ou le Dictionnaire de l’économie politique. La revue qui exprime le mieux les préoccupations des libéraux en matière d’enseignement de l’économie politique reste, nous l’avons vu, le Journal des économistes. Écho de toutes les manifestations et discussions, il rend compte en même temps de la participation des libéraux à l’évolution économique et aux affaires de leur temps. Mais l’exemple de Guillaumin montre bien à quel point il serait injuste de dessiner les contours du lobby libéral à partir des seuls rédacteurs du journal.

35C’est donc au travers de la société de pensée, la Société d’économie politique que nous avons choisi de tenter d’évaluer les forces sociales du groupe de pression, tandis que le Journal des économistes concentre l’essentiel de l’évolution des thèmes de pensée. Nous verrons d’abord l’héritage des pionniers, leur ouverture au monde de l’État et enfin les modalités de leur alliance avec les saint-simoniens.

B. L’ÉVOCATION DU RÔLE DES PIONNIERS

  • 38 Séance du 6 novembre 1882. « Exposé historique » par A. Courtois, secrétaire perpétuel de la Socié (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

36En 1842, les cinq jeunes « publicistes » qui avaient pris l’habitude de déjeuner ensemble une fois par mois pour discuter de questions économiques étaient Eugène Daire, Urbain Guillaumin, Joseph Garnier, Adolphe Biaise (des Vosges) et Pierre Hos dit Darnis. Or, lors de la séance du 6 novembre 188238 consacrée à l’historique de la société, A. Courtois choisit délibérément de ne pas prononcer le nom de Pierre Bos : « Le cinquième ? Ah ! le cinquième ! Il est mort. [...] Il a combattu l’économie politique pour défendre la protection douanière [...]. Je tairai, insiste lourdement Courtois, un nom que le talent n’a pas su protéger de l’oubli »39. Pierre Bos, en effet, était devenu rédacteur au journal protectionniste le Moniteur industriel40. Toutes les revues libérales respecteront cette consigne du silence. Si la Société s’est fondée « spontanément », son évocation est nettement moins spontanée et sa mémoire est toujours reconstruite.

  • 41 Cité par Courtois, ibid.
  • 42 Ibid.

37L’aspect informel des réunions est évoqué pour expliquer les raisons de son succès. L’éphémère société Rossi-d’Esterno avait réuni une douzaine de personnes plus connues, à l’époque, que les jeunes publicistes déjà cités : l’agronome Louis Leclerc, l’historien de Colbert Pierre Clément, Hippolyte Dussard, Louis Reybaud, Louis Wolowski, Léon Faucher, Horace Say, Théodore Fix, Charles Dunoyer et Michel Chevalier. Bastiat les avait rejoints, mais « la forme trop académique que prit tout d’abord cette réunion, la réduisit à un tout petit nombre et, au bout de quelques séances, elle cessa complètement d’exister »41, témoigne plus tard Garnier. Le récit de 1882 gomme à quel point cette initiative était bien dans l’air du temps puisque, déjà en juillet 1833, Théodore Fix avait lancé une Revue mensuelle d’économie politique42, mais il avait dû suspendre sa publication en décembre 1836. On est, en 1882, en face d’une histoire du type « nous sur nous ». Le succès de la nouvelle société n’en est pas moins réel puisqu’en 1883, elle doit se résoudre à limiter à 250, le nombre de ses participants.

  • 43 Séance du 6 novembre 1882. Journal des économistes, décembre 1882, p. 268.
  • 44 Ibid., p. 267.

38La spontanéité sera souvent évoquée comme une illustration de l’efficacité du libre jeu des libres mécanismes et comme la meilleure manière d’appréhender le présent. En 1882 encore, Léon Say ouvrant la séance commémorative insiste sur ce caractère : « vous savez que nous n’avons pas de règlement, nous n’avons que des usages, des précédents, comme le Parlement d’Angleterre »43. Cet aspect se traduit par la liberté du choix des thèmes de discussion : normalement, rien n’est déterminé à l’avance. L’usage est de « choisir au moment même de discuter la question dont nous voulons nous occuper »44. Ainsi les questions évoquées chaque mois sont révélatrices des préoccupations du groupe face à l’actualité : le libre-échange lors de la campagne de 1846-1848, l’harmonie des intérêts et la défense contre le socialisme entre 1848 et 1851. Lors de l’empire autoritaire, des questions plus techniques sur la banque ou la monnaie servent de refuge. Le tournant de 1860 est très net avec l’émergence et la récurrence du thème de l’enseignement en général, et de l’enseignement de l’économie politique en particulier.

  • 45 Ibid., p. 268.

39Cette « spontanéité », enfin, se traduit, au quotidien, par une absence de statuts. Par exemple, jusqu’en 1845, de façon informelle, Rossi dirigeait les conversations qui suivaient « ces agapes fraternelles »45. Mais la spontanéité résiste mal au succès numérique. À partir de 1845, quand Rossi quitte la France, la Société qui vient d’atteindre une cinquantaine de membres, est alors obligée de se doter de « dispositions réglementaires », brèves mais précises. Ses membres sont indifféremment français ou étrangers. Ils paient une cotisation de 10 francs-or, destinée à couvrir les frais de la société. Les dispositions précisent que la société se réunit le 5 de chaque mois. Ces réunions ne sont pas seulement ouvertes aux membres de la société. Des invités leur sont associés.

40En réalité, les entrées au bureau de la Société accompagnent la stratégie du lobby. En 1858, lorsque le tournant de politique économique est prévisible, la Société s’associe deux autres vice-présidents, Michel Chevalier et Louis Wolowski, impressionnante spontanéité... En 1860, l’agronome libéral Léonce de Lavergne devient quatrième vice-président. La progression dans le bureau se faisait par glissement dès qu’un membre décédait. Mais les ajouts témoignent de l’attention à la conjoncture. On comprend bien l’association de Michel Chevalier avec le directeur républicain du Crédit foncier Louis Wolowski, pour accompagner le ralliement à l’empire libéral, révélatrice de l’alliance des libéraux « purs » avec les saint-simoniens officiels, ceux qui animent la modernisation des structures économiques du Second Empire. Dans ce même esprit, l’agrégation au bureau, en 1865, du juriste libéral Pellat, doyen de la faculté de droit, accompagne l’instauration du premier cours d’économie politique en 1864 à la faculté de droit de Paris. Derrière la spontanéité apparente, l’alourdissement du bureau et la rigoureuse cooptation de ses membres témoignent d’une stratégie qui n’a rien d’improvisée.

41Il en est de même pour le recrutement : « Les admissions sont faites par le bureau sur la présentation de deux membres ». Il n’est pas question de laisser s’exprimer librement des protectionnistes, l’expérience de Pierre Bos ne doit pas être renouvelée. Les invitations aux personnalités extérieures doivent être préalablement soumises au bureau, quand elles émanent d’un membre de la société qui n’en fait pas partie. Ce filtrage rend les invitations de Rouher, de Rouland, de Victor Duruy, d’autant plus significatives. À partir de 1860, la libérale Société d’économie politique s’efforce de séduire et de convaincre les hommes de l’appareil d’État de l’empire libéral.

42Ainsi la Société d’économie politique incarne bien dans ses modalités de création, de fonctionnement, dans son expansion, l’image d’un spontanéisme apparent, toujours souligné, mais associé en fait à une stratégie précise de cooptation et d’action. Loin d’être un groupuscule spontanéiste, elle tient lieu de parti politique et permet donc d’appréhender le noyau actif du groupe de pression libéral.

C. UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE

Effectifs de la Société d’économie politique

Effectifs de la Société d’économie politique

Le nombre des membres est fourni par la Société elle-même.

Taux d'accroissement des effectifs de la Société d'économie politique

Taux d'accroissement des effectifs de la Société d'économie politique

43Source : Annales de la Société d’économie politique.

  • 46 Société d’économie politique, séance de novembre 1882, Journal des économistes, décembre 1882, p. (...)

44Après les taux de démarrage, c’est bien entre 1859 et 1864 que le taux46 de croissance significatif est le plus important, et il correspond à la période de ralliement que nous venons d’étudier.

45Mais le nombre absolu des adhérents n’est pas synonyme de leur degré d’activité. En 1882, quand A. Courtois fait l’historique de la société, pour la période antérieure à 1860, il cite nommément 25 membres sur les 50, en une sorte de tableau d’honneur de ceux qui ont le plus contribué à l’avancement de la science et au combat pour le libre-échange. Sur ces 25 membres, tous sont des publicistes, 6 sont des hommes d’affaires importants (24 %) et 7 sont des hommes de pouvoir (28 %). Mais à ce moment, ces deux derniers aspects ne s’additionnent pas encore. En 1864, sur les 165 membres, la répartition reste analogue mais les qualités s’ajoutent : les anciens négociants ont accédé, certains à l’Académie des sciences morales et politiques, d’autres à des positions de pouvoir. C’est devant eux que Rouland, Rouher et Victor Duruy viennent défendre les points de vue officiels, tandis que Michel Chevalier participe aux débats sur les principaux problèmes des banques, sur le bimétallisme, sur la monnaie, sur le monopole d’émission de la Banque de France avec les membres de la société, avec Wolowski en particulier. On est très loin de la petite société pionnière et informelle du début.

46Les caractéristiques de certains membres confortent cette impression de micro-société, dont la forte influence est due à l’action individuelle et à l’insertion sociale de certains de ses membres. Cette étude reste approximative puisqu’elle s’appuie sur seulement 74 noms connus. Mais elle n’est pas sans signification dans la mesure où ce sont... Les plus connus. L’origine familiale révèle la prédominance habituelle : 36 % sont nés à Paris ou en région parisienne, 29 % viennent du Sud-Ouest maritime (dont 4 % sont nés à Bordeaux), 4 % sont nés à Marseille, 12 % sont d’origine étrangère. Le reste se répartit dans les autres régions à l’exception du Nord-Est qui n’envoie personne. Les origines sociales révèlent encore 14 % de nobles, 8 % de haute bourgeoisie, mais surtout 56 % de moyenne bourgeoisie, 13 % de petite bourgeoisie, le reste étant qualifié « d’origine modeste ».

  • 47 Valérie Sartorel, La Société d’économie politique (1842-1870), mémoire de maîtrise, Nanterre, 1989

47Plus importantes pour notre étude sont les fonctions sociales et la fortune. 39 % ont à un moment donné de leur vie enseigné l’économie, 54 % ont été « publicistes », 5 % ont été diplomates (ils sont tous nobles). Quant aux formations, elles se partagent massivement entre le négoce (12 %), des études secondaires indifférenciées (32 %) et les études supérieures, dont 39 % en droit. Il y a relativement peu d’ingénieurs (8 %) et beaucoup d’hommes de loi (31 %, dont 25 % d’avocats). Mais la vie politique les a massivement attirés puisque 47 % d’entre eux, à un moment de leur vie, ont été députés et 9 % sont même devenus ministres. Pour les fortunes, nous ne disposons que de données très limitées.47 Quatre d’entre eux ont des successions de plus d’un million : Auguste Chevalier, Fernand Raoul-Duval, le banquier Eugène Calon et le duc d’Harcourt. Les fortunes sont majoritairement en actions ou en obligations. Mais surtout, pour les dossiers consultés, l’enrichissement personnel a été très net. C’est vrai pour nos quatre millionnaires, mais aussi pour des publicistes beaucoup plus modestes comme Blanqui et Garnier. Même Guillaumin, à sa mort en 1864, possède sa maison d’édition.

48Bien sûr, une stratégie des mariages complète l’ensemble. Une fois constitué, le groupe pratique volontiers l’endogamie, ce qui renforce ses liens. Levasseur devient le neveu par alliance de Wolovski, Paul Leroy-Beaulieu épouse une des filles de Michel Chevalier, un Raoul-Duval avait épousé une des filles de Jean-Baptiste Say. Ces liens familiaux étroits, qui exaspéraient Léon Walras quand il s’est senti rejeté, ne doivent pas faire oublier que lui-même était le fils du publiciste Auguste Walras, ce qui lui a valu au départ l’appui de Joseph Garnier et même, un court moment, de Léon Say. En tout cas, le groupe a une puissance sociale réelle et des raisons très concrètes de croire aux bienfaits du libéralisme. Par ailleurs, leur place dans la société leur confère un rôle disproportionné par rapport à leur nombre.

49Il nous reste à voir, au-delà des finalités personnelles, sur quels thèmes essentiels – outre les traités – s’est fait le rapprochement des libéraux avec les saint-simoniens et quelles conséquences cela implique pour l’institutionnalisation de l’économie politique.

III. LE RAPPROCHEMENT DES POINTS DE VUE

50Il se construit sur le désir d’appuyer les aspects les plus modernistes de l’économie. On cite ordinairement comme point de clivage entre les libéraux purs et les saint-simoniens, la place différente qu’ils accordent au rôle de l’État dans l’économie. En réalité les points d’opposition sont beaucoup plus nombreux. Un lent travail d’ajustement idéologique entre les deux groupes s’est fait en une dizaine d’années, comme en témoignent les discussions à la Société d’économie politique, sur la base de l’acceptation progressive par les libéraux d’une évolution de leur doctrine, et cela sur quatre grands thèmes : l’idée de colonisation (même militaire), l’utilité des grands travaux, l’efficacité des grandes entreprises (et leur compatibilité avec la libre concurrence), et enfin le mode de direction des sociétés anonymes par action.

A. LE BIEN-FONDÉ DE LA COLONISATION

  • 48 M. Merle, l’anticolonialisme européen de Las Cases à K. Marx, (textes choisis), Paris, Colin, 1969 (...)
  • 49 J.-B. Say, Traité d’économie politique, op. cit., chap. XIX, p. 229.

51La colonisation était l’un des thèmes de discorde entre libéraux et saint-simoniens. Or les libéraux vont peu à peu rejoindre ces derniers. La colonisation se justifie-t-elle ? l’emploi de la force est-il acceptable ? Sur ce double point, la position des grands économistes libéraux a longtemps été très nette : la colonisation militaire ou politique est inutile, coûteuse et contraire au libéralisme48. Contrairement à l’analyse mercantiliste, les intérêts des différentes nations ne sont pas nécessairement contradictoires. Toutes les nations ont intérêt au libre-échange. Chaque nation est appelée à se spécialiser dans la production la plus efficiente, celle où ses coûts sont les plus bas. À terme, une division internationale du travail s’instaurera dans l’équilibre. Le protectionnisme, autant que la violence militaire sont inutiles. L’emploi de la force relève de l’âge guerrier, du passé. Anticolonialisme et pacifisme vont de pair. « Les vraies colonies d’un peuple commerçant sont les peuples indépendants de toutes les parties du monde. Tout peuple commerçant doit désirer qu’ils soient tous indépendants pour qu’ils deviennent tous plus industrieux et plus riches, car plus ils sont nombreux et productifs, plus ils présentent d’occasions et de facilités pour les échanges... Un temps viendra où l’on sera honteux de tant de sottises et où les colonies n’auront plus d’autres défenseurs que ceux à qui elles offrent des places lucratives à donner et à recevoir, le tout aux dépens des peuples ».49 La doctrine est fixée par ce texte classique de Say. Les libéraux ont continué la tradition.

52Pour les saint-simoniens, au contraire, le mot colonisation a un sens tout différent ; il est en général synonyme d’œuvre de peuplement et de mise en valeur du globe, de progrès économique par une organisation rationnelle de la production. Saint-Simon, lui, avait été très hostile à la colonisation mais, dès 1830, certains saint-simoniens avaient tenté en Afrique des expériences de type coopératif. Sous le Second Empire, les Talabot avaient contribué aux investissements en Algérie.

  • 50 « Organe des colonies, de la colonisation, et de la réforme par l’association et l’amélioration du (...)
  • 51 Sur Jules Duval, voir la notice biographique de Levasseur, dans l’édition de 1877 du livre de J. D (...)

53À la Société d’économie politique, si la majorité des membres continuent la grande tradition libérale, une personnalité particulière, Jules Duval, milite en sens inverse. En 1847, il avait quitté son emploi de magistrat à Rodez pour fonder une sorte de coopérative agricole en Algérie, puis il a pris la défense des colons européens dans L’Écho d’Oran, au nom du droit à « la fondation de sociétés et de cités nouvelles ». Rentré en France, il se spécialise dans les problèmes coloniaux au Journal des économistes et fonde en 1862 son propre journal, L’Économiste français50, qui se consacre à la défense de la colonisation51.

  • 52 Journal des économistes, novembre 1860, p. 498.
  • 53 Ibid.
  • 54 Séance de la Société d’économie politique, 5 décembre 1860, Journal des économistes, janvier 1861, (...)
  • 55 F. Passy, neveu d’Hippolyte, fonde en 1867 la Ligue internationale de la paix et en 1870, la Socié (...)
  • 56 Léonce de Lavergne (1809-1880), homme politique orléaniste reconverti à l’économie rurale à partir (...)
  • 57 H. Brunschwig, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français, Paris, A. Colin, 1960, 205 (...)
  • 58 G. Palmade, art. cit.
  • 59 A. Masson, « l’opinion française et les problèmes coloniaux à la fin du Second Empire », Revue fra (...)

54La discussion de la Société d’économie politique du 5 novembre 186052, consacrée à la légitimité ou non de la guerre de l’opium et à l’ouverture forcée de la Chine est révélatrice du conflit entre les membres présents et de l’évolution de leur pensée. L’idée qui s’en dégage est que la liberté de circulation est prioritaire. Le libre-échange s’applique à tous les peuples, et la liberté favorise la production et les échanges les plus favorables. De toute façon, la colonisation est plus coûteuse que de bonnes relations avec des peuples libres. « Ces peuples, alors, deviennent pour vous des amis utiles et qui ne vous obligent pas de leur accorder des monopoles onéreux, ni d’entretenir à grands frais des administrations, une marine et des établissements militaires aux bornes du monde53 ». Reste à savoir « si l’emploi de la force à un moment donné est de bonne politique, s’il produit des avantages correspondants aux sacrifices matériels et moraux qu’il nécessite ». En somme, peut-on obliger un pays à respecter la libre circulation des marchandises ? Peu à peu, se dégage l’idée que « la terre étant faite pour tout le monde, aucun peuple n’a le droit d’interdire une partie du globe aux autres peuples »54, thèse défendue par Joseph Garnier. À la fin de la séance, on en arrive à la justification de la guerre de l’opium : l’europe a simplement fait respecter un principe important, celui de la liberté de circulation des marchandises « aux Chinois qui n’en veulent pas ». Mais Jules Duval, lui, va plus loin : « Que l’économie politique ne s’égare pas en inclinant pour la barbarie contre la civilisation ». Les protestations du libéral intransigeant qu’est Villaumé restent isolées. Le courant libéral pur subsiste cependant, représenté par F. Passy55, pacifiste dans la tradition de Bastiat et de Say, et surtout par Léonce de Lavergne56. Le ton des débats est très vif. Mais nous souscrivons tout à fait à la conclusion de G. Palmade : J. Duval préfigure l’évolution des libéraux57, « le grand retournement... qui conduira à l’apologétique d’un Paul Leroy-Beaulieu ».58 Ajoutons que cette évolution favorise non seulement l’unité d’action des Libéraux avec les saint-simoniens, mais encore la victoire lente du programme de ces derniers, même s’il est présenté, par la suite, sous l’étiquette libérale59.

B. LES GRANDS TRAVAUX

  • 60 Louis Girard, La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Colin, 1952, 426 p.
  • 61 Relevons parmi les nombreux articles du Journal des économistes : Horace Say, « L’isthme de Suez » (...)
  • 62 Journal des économistes, février 1853, p. 122. Joseph Garnier, en 1853, avait gardé les accents an (...)

55Ce deuxième thème de convergence est trop connu pour qu’il soit nécessaire de le développer60. Nous ne ferons que le rappeler. La construction des chemins, le progrès des transports maritimes, le percement de l’isthme de Suez61 sont toujours évoqués avec enthousiasme, quand la réussite matérielle et la réussite financière vont de pair. Libéraux comme saint-simoniens font campagne en faveur de tout ce qui développe la circulation des biens et des personnes, rendant possible le progrès des richesses, seul moyen, en outre, de résoudre le problème social. Mais, chose plus surprenante, ni les difficultés de financement du canal, ni la nécessité d’émettre un emprunt en 1867 ne provoquent de protestations chez les libéraux, pourtant plus sensibles d’habitude à l’orthodoxie des financements. En défendant cette révolution des transports, on combat pour le progrès, contre les préjugés.62 Ce thème constitue la partie la plus solide du terrain d’entente.

C. LE DÉBAT SUR LES GRANDES ENTREPRISES

  • 63 Société d’économie politique, séance du 5 décembre 1861, Journal des économistes, janvier 1862, p. (...)
  • 64 Lamé-Fleury est l’un des premier à enseigner l’économie politique à l’École des mines, dans son co (...)
  • 65 Journal des économistes, janvier 1862 p. 136.
  • 66 Ibid., p. 137.

56Le débat est plus nuancé et plus sérieux sur le problème des grandes entreprises. Les grandes entreprises, comme les compagnies de chemin de fer, « sont-elles plus aptes que l’État à exercer une industrie surtout lorsque cette industrie est un monopole ? »63 La conclusion est prévisible : oui, bien sûr. Mais des libéraux habituellement intransigeants comme J. Dupuit, inspecteur divisionnaire des Ponts et Chaussées64, ou M. Lamé-Fleury, ingénieur des Mines, défendent un rôle possible de l’État. Ce dernier envisage sans crainte une étatisation des grandes compagnies de chemin de fer. Devant ce monopole de fait, où la libre concurrence ne peut pas jouer, et où la taille de l’entreprise induit des défauts de fonctionnement, l’État, lui au moins, ferait peut-être mieux qu’une grande compagnie. En effet, la grande compagnie privée gère en fonction de la recherche du plus grand profit pour ses actionnaires, elle vise à maintenir des tarifs élevés. Et les consommateurs, devant ce monopole, n’ont pas d’autres choix. L’État, lui, a intérêt à produire « le maximum de circulation en hommes et en choses »65. Il pourrait donc mieux exploiter « dans l’intérêt public ». La seule condition est d’éviter les recrutements sur la base du favoritisme. On comprend que c’est dans cette perspective que se placent les projets de formation du personnel du secteur public auxquels Lamé-Fleury attachera son nom. Il insiste en outre sur le fait que l’État « dont il croit pouvoir dire que la qualité dominante en France est la probité » n’aura pas besoin de lourdes procédures de contrôle. Or les grandes compagnies sont, en fait, à peu près incontrôlables. On ne peut pas compter sur la surveillance efficace de leurs assemblées d’actionnaires, pratiquement peu efficaces. « Quiconque a assisté à quelque assemblée générale d’une société anonyme quelconque, passée ou présente, sait que la composition trop souvent artificielle de cette assemblée, et l’impossibilité où se trouve l’actionnaire audacieux d’entreprendre instantanément l’examen d’un rapport généralement assez complexe, défendu par des administrateurs très au courant du fort et du faible (s’il existe) de l’affaire, rendent ce contrôle complètement illusoire. »66

  • 67 Ibid., p. 137.
  • 68 Ibid., p. 138.

57Le contrôle par la presse est lui aussi une illusion, puisque même dans l’hypothèse d’une liberté totale, « les feuilles indépendantes ne seraient pas nécessairement les plus répandues »67. « Chacun connaît les complaisances sans nombre de la très grande majorité des journaux, grands et petits pour les compagnies »68. Quant aux autres défauts, ils sont inévitables parce qu’inhérents à la dimension de l’entreprise. On sent que Lamé-Fleury n’est pas suivi, mais la discussion rebondit.

  • 69 Société d’économie politique, réunion du 5 décembre 1861, Journal des économistes, livraison de ja (...)
  • 70 Ibid., p. 148.
  • 71 Ibid., p. 138.

58En effet, une longue énumération des défauts des grandes entreprises révèle cependant la perplexité des libéraux devant leur fonctionnement : pas de vraie concurrence, un personnel peu motivé parce qu’il est rémunéré sans rapport avec l’efficacité de son travail, peu de véritable contrôle de la gestion. Malgré cela, le négociant A. Courtois rejoint J. Garnier et Henri Baudrillart pour défendre les compagnies. La concurrence, sauf très rares exceptions (le chemin de fer, le gaz de ville et l’eau), existe entre les grandes entreprises. On ne doit pas raisonner sur les exceptions. Les secteurs comme les institutions de crédit ou les grandes banques sont des monopoles artificiels, « créés par les lois »69. En revanche, les chemins de fer, « ces monopoles naturels », relèvent d’un traitement à part. On peut admettre que les monopoles naturels reviennent moins chers que l’organisation de la concurrence. Jules Duval explique qu’en abaissant les prix, « le monopole a paru en ce cas légitime et meilleur que la concurrence »70. L’idée de service public n’est envisageable à la rigueur que pour les monopoles naturels, elle ne remet pas en cause le principe de la libre concurrence, comme le rappelle sévèrement Garnier à J. Duval qui, une fois de plus, tentait de remettre en cause les grands principes. J. Garnier « ne nie pas les défauts des grandes compagnies, mais il persiste à croire que le contrôle des actionnaires, de la presse et de la justice est plus facile et plus efficace dans l’intérêt public avec l’exploitation par les compagnies, qu’avec l’exploitation par l’État. » Il admet qu’une éducation de la presse ou des actionnaires est encore à faire, mais « nous sommes au début de ces combinaisons » et par ailleurs « les gros actionnaires influents sont, à tout prendre, les représentants naturels de petits »71. Cette discussion, assez ouverte, est maintes fois reprise en particulier quand la loi modifie le statut des sociétés anonymes.

D. LES SOCIÉTÉS ANONYMES

  • 72 Selon l’exposé des motifs, « l’empereur dans sa haute sagesse et sa féconde initiative a noblement (...)
  • 73 Lyon-Caen et Renault, Manuel de droit commercial, 4e éd., 1894, p. 296.

59Le débat est beaucoup plus vif quand il s’agit de la législation sur les sociétés anonymes. Le code de commerce de 1808 reconnaissait deux sortes de sociétés par actions : la commandite où seuls les commandités sont responsables et qui peut se fonder librement, et la société anonyme qui est soumise à autorisation. Trois lois modifient le code de 1808 : la loi du 17 juillet 1836 qui avait réglementé la commandite et qui avait été très mal reçue ; la loi du 23 mai 1863 qui introduit la société à responsabilité limitée72 et la loi de 1867. La deuxième loi ne rencontra qu’un succès très restreint : 52 sociétés se fondèrent en quatre ans de 1863 à juillet 1867, pour un capital de 80 millions. La loi décisive fut celle du 24 juillet 1867, dont l’article essentiel expose qu’à l’avenir, les sociétés anonymes pourront se fonder sans avoir à solliciter l’autorisation du gouvernement.73

  • 74 Horn, « Des sociétés commerciales », Société d’économie politique, séance du 5 mars 1863, Journal (...)

60À chaque étape législative correspondent un ou plusieurs débats très houleux à la Société d’économie politique et plusieurs articles dans le Journal des économistes. Deux aspects se dégagent de cette polémique : les libéraux les plus idéologues comme Garnier, Courcelle-Seneuil ou Cernuschi s’opposent à d’autres libéraux plus proches des centres de décision et de la pratique concrète des affaires comme Wolowski. Dans l’ensemble, les libéraux « purs » ont la nostalgie de l’entreprise individuelle aux dimensions humaines, dont la réussite ou l’échec impliquent une responsabilité totale. Pourtant ils admettent que le traité de commerce rend nécessaire des formes d’entreprise plus grandes, pour faire face à la concurrence anglaise. Le fonctionnement des sociétés anonymes est susceptible de provoquer abus et injustice parmi les détenteurs de capitaux. Ces sociétés par actions risquent de réduire les petits actionnaires à l’impuissance : « la famille gogo n’a d’oreilles que pour qu’on les lui tire, et d’yeux que pour qu’on y jette de la poudre » s’exclame Horn74 à la Société d’économie politique en 1863.

  • 75 G. de Molinari, « De l’association dans la sphère de l’économie politique », Journal des économist (...)

61Dans l’ensemble, pourtant le principe en est accepté, pour deux raisons. La première est technique. « Pour satisfaire à cette demande extraordinaire de progrès provoquée par le progrès même, il a fallu recourir à des appareils d’une puissance inusitée dont l’établissement et la mise en œuvre exigeaient la concentration de capitaux énormes. L’exploitation d’un profond gisement de houille, l’établissement d’un chemin de fer dépassaient certainement les forces d’un individu ou les ressources d’une famille »75.

  • 76 Ibid., janvier 1887.

62La seconde raison est à la fois politique et sociale : « l’association décentralise la propriété en la rendant accessible à la multitude. Ainsi, en Grande-Bretagne, le capital de 3 000 sociétés est divisé en plus d’une trentaine de millions d’actions. Les antagonismes sociaux naissent du fait que dès l’abord, on n’a pas appelé les petits capitaux à l’œuvre productive, que les bénéfices de l’industrie ont été réservés à une classe privilégiée »76. Apparaît alors le thème de la démocratie économique réalisé par la diffusion d’un capitalisme de masse, source de paix sociale.

  • 77 Société d’économie politique, août 1868, « De la direction des grandes associations de capitaux et (...)
  • 78 Ibid., p. 287.
  • 79 Ibid., p. 287.
  • 80 Ibid., p. 288.
  • 81 Ibid., p. 291.
  • 82 Ibid., p. 290.
  • 83 Ibid., p. 290.
  • 84 Ibid., p. 292.
  • 85 Ibid., p. 294.

63Si le principe est accepté, les critiques restent très vives contre la mise en œuvre, comme en témoigne le débat d’août 1868, toujours à la Société d’économie politique77. Cette fois, la polémique est lancée par un polytechnicien, M. Robinot qui se plaint du choix des dirigeants des grandes associations de capitaux. « Ces conseils forment une aristocratie à part, dans ce pays si démocratique. La faveur du prince, la fortune acquise, le nom, tout en un mot, excepté les services à rendre, voilà la plupart du temps, les titres des hommes appelés à siéger dans les conseils78 ». À l’injustice du recrutement s’ajoute l’inutilité du nombre des recrutés. Sur les vingt présents, deux ou trois sont très actifs, mais ils peuvent avoir des intérêts particuliers divergents. De toute façon, ils ont tendance à « venir prélever une part tout à fait inéquitable dans les projets de l’association »79. Le polytechnicien oppose ces privilégiés aux « hommes de travail »,80 séparés de la direction par « une muraille de Chine »81. Face à cette première complainte de ceux que les années 1930 baptiseront les « cadres », Batbie professeur d’économie à la faculté de droit, et Rouland, sénateur et gouverneur de la Banque, s’efforcent de calmer le jeu. Ils réduisent le problème à une simple question pratique. Le vrai problème est celui de la responsabilité des directeurs et administrateurs. En ce domaine, la loi a judicieusement « modifié la situation des hommes et des choses ».82 Courcelle-Seneuil, lui, toujours prêt à partir en guerre contre les séquelles de l’Ancien Régime, attribue les difficultés de gestion à la survivance d’un préjugé : « On a longtemps vécu dans la conviction qu’une entreprise constituée par privilège du roi et dirigée par des gens habiles à faire fortune était nécessairement bonne. La société anonyme [...] a hérité de la faveur de sa devancière ».83 Ensuite, on a acheté des actions pour spéculer, « sans examiner si l’entreprise était bonne ou mauvaise ».84 A. Cernuschi trouve que « les entreprises individuelles sont bien plus économiques et mieux gérées ».85

  • 86 Journal des économistes, juillet 1868, p. 266.
  • 87 Ibid., août 1868, p. 292.

64Mais le ministre Rouland, de tout son poids social, rappelle la nécessité de comprendre et d’accepter le nouveau fonctionnement de l’économie, face au libre-échange. Lui-même s’efforce de faire œuvre pédagogique en venant informer les membres de la Société d’économie politique à propos des anomalies apparentes du nouveau fonctionnement de l’économie. Par exemple, en juillet 1868, il vient exposer « comment expliquer l’oisiveté du milliard de la banque de France : origine des capitaux, raisons de leur accumulation et de leur faible réinvestissement. »86 Le fonctionnement des aspects les plus modernes de l’économie ne relève plus de l’évidence. Il nécessite une initiation. Un avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, Albert Gigot, trouve la législation en matière de responsabilité un peu lourde. Selon lui, elle effraie les hommes qui pourraient être les plus utiles mais pas les « spéculateurs hardis et peu scrupuleux »87.

  • 88 Journal des économistes, juillet 1868, p. 266.

65Ces réserves, ces doutes devant une législation pourtant conforme aux grands buts que s’étaient fixés les libéraux, montrent leur difficulté à rejoindre les saint-simoniens dans leur acceptation des grandes unités de production.88 D’autres débats sur la bourse et sur le bien fondé du crédit témoignent des mêmes difficultés de prise de conscience et d’acceptation de l’évolution économique. Les saint-simoniens praticiens sont plus souples devant ces évolutions.

  • 89 Directeur du Crédit foncier, il est favorable au monopole d’émission de la Banque de France.
  • 90 Léon Say, « Observations sur le système financier de M. Le Préfet de la Seine », Journal des écono (...)
  • 91 Les articles contre l’attitude économique d’Haussmann sont très nombreux de 1859 à 1870, avec une (...)

66En tout cas, ces débats révèlent, dans ses incertitudes, la nature du groupe relativement informel à la source de la revendication d’un enseignement de l’économie politique. Divisé entre des partisans survivants de l’Idéologie comme Courcelle-Seneuil, des grands praticiens du négoce comme Courtois, des responsables d’organisation de crédit comme Wolowski89ou Rouland, le groupe libéral reste soudé grâce à la diplomatie de Joseph Garnier qui continue à se sentir responsable de sa cohérence. Mais il a de plus en plus de mal à assurer sa fonction de défenseur de l’orthodoxie : l’évolution économique qui substitue « spontanément » des grandes organisations aux petites entreprises rend le choix de la bonne doctrine parfois difficile. Heureusement, comme toujours dans les périodes de crise, l’unanimité des libéraux se ressoude autour d’un adversaire commun : Haussmann et la façon dictatoriale et si peu orthodoxe dont il finance ses grands travaux90. Paul Boiteau, comme Léon Say dénoncent la gestion « fantastique » du préfet qui a réussi « à adjuger deux milliards de travaux sans publicité, ni concurrence et qui laisse un déficit énorme, malgré les divers emprunts que ses plans ont absorbés ».91

  • 92 F. Perroux, Industrie et création collective, tome I, Paris, Gallimard, 1942, p. 129-130.
  • 93 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, Paris, Gallimard, 1947.

67Ainsi, libéraux et saint-simoniens, d’accord pour associer progrès social et accroissement de la production, se rapprochent en matière de politique économique, mais restent encore sur leurs positions en matière de fonctionnement du monde économique. Tandis que les premiers restent fidèles à leur confiance dans le libre jeu des libres mécanismes, les seconds se réfugient vers une conception de l’intervention humaine. Étudiant les saint-simoniens, F. Perroux92 cite à ce propos J.-P. Sartre : « Il est excellent de lire avec attention la page dense et précise de J.-P. Sartre que voici ». « l’action combinée des saint-simoniens, des positivistes et de K. Marx a fait naître aux environs de 1848 le rêve d’une anti-nature. L’expression même d’anti-nature est de Comte ; dans la correspondance de K. Marx et F. Engels, on trouve celle d’antiphysis. Les doctrines sont différentes mais l’idée est la même. Il s’agit de l’institution d’un ordre humain directement opposé aux erreurs, aux injustices, et aux mécanismes aveugles du monde naturel. Ce qui distingue cet ordre de la « Cité des Fins » que Kant concevait à la fin du xviie siècle et qu’il opposait, lui aussi, au déterminisme, c’est l’intervention d’une force nouvelle : le travail. Ce n’est plus par les seules lumières de la raison que l’homme impose son ordre à l’univers. C’est par le travail et singulièrement le travail industriel. À l’origine de cet antinaturalisme, bien plus qu’une doctrine périmée de la grâce, il y a la révolution industrielle du xixe siècle, et l’apparition du machinisme »93.

68Cette page éclaire la divergence profonde des conceptions des deux groupes, mais aussi leur alliance temporaire. Elle montre pourquoi les libéraux ont tant de mal à renoncer à la conception de la petite entreprise, qui assure spontanément à la fois une production toujours mieux adaptée à la demande et une rémunération de la meilleure gestion. La grande entreprise, elle, n’est pas perçue comme naturelle. Elle implique d’autres contraintes, des artifices qui la rapprochent du modèle étatique tant critiqué. Mais la convergence s’opère sur le respect du travail, au sens large du terme.

69Cette conception a des incidences sur le rôle de l’enseignement économique. Pour les saint-simoniens, c’est une branche parmi d’autres de l’enseignement technique et professionnel, un outil de productivité. Même dans son cours au Collège de France, Michel Chevalier n’hésitait pas à entrer dans des descriptions techniques très précises, n’excluant rien de ce qui pourrait contribuer à son amélioration. Pour les libéraux, au contraire, il s’agit surtout d’une vision du monde, d’un ensemble de grands principes où le respect des lois naturelles vient en première place. La nature a un rôle favorable, à condition qu’on ait appris à ne pas s’opposer à ses lois. L’apprentissage de ces lois fait de l’enseignement de l’économie politique une discipline fondamentale, liée à la morale, à la philosophie. Pour les plus absolus d’entre eux, comme Courcelle-Seneuil, l’économie politique doit même se substituer à la plupart des disciplines du temps.

  • 94 A. Bechaux, L’École économique française, Paris, Guillaumin, 1902.

70On comprend alors l’inéluctabilité de leur divorce, même si les premiers résultats de leur alliance sont appréciables. La rupture date de 1868. Mais entre 1864 et 1868, la phase d’action commune avec les saint-simoniens n’a été possible que grâce à l’adaptation de la tradition libérale face aux nouveautés de la vie économique. Pour l’essentiel, ce sont plutôt les libéraux qui se rapprochent des positions saint-simoniennes. Cette acceptation prépare l’évolution de la pensée libérale, l’abandon de certains thèmes orthodoxes, le passage de l’« École individualiste » à l’« École française »94 avec l’éclectisme qui la caractérise. Dans ce programme commun, ceux qui ont fait le plus de concessions n’ont pas forcément obtenu le plus de résultats.

Notes

1 Arthur Dunham, The Anglo-french Treaty of Commerce of I860 and the Progress of Industrial Revolution in France, thèse de l’université de Michigan, Ann Arbor, 1930. Jean Coussy, « La politique commerciale du Second Empire et la continuité de l’évolution structurelle française », Cahiers de l’ISEA, décembre 1961. Dunham insiste sur le rôle personnel de Michel Chevalier qui, dès 1852, dans son Examen du système commercial connu sous le nom de système protecteur, avait élaboré le plan du traité. Plusieurs fois refusé par l’opposition protectionniste représentée au Corps législatif, le projet finira, après remaniements, par être accepté. Dunham affirme la thèse du coup d’État, alors que J. Coussy développe celle de la continuité de la politique impériale. Vincent Wright, « La réorganisation du conseil d’État en 1852 », International Review of Social History, vol. XIV, 1969, p. 262-266. G. Cadier, « Les conséquences du traité de 1860 sur le commerce franco-britannique », Histoire, économie et société, 1988, p. 355-380.

2 Rouher devient membre de la Société d’économie politique en 1868.

3 Gustave de Molinari (1847-1910) économiste libéral d’origine belge ; Journal des économistes, février 1912, p. 177.

4 Notice « Courcelle-Seneuil » dans le Supplément au Nouveau dictionnaire d’économie politique de Chailley et L. Say, Paris, Guillaumin, 1900.

5 Guy Palmade, « Le Journal des économistes et la pensée libérale sous le second Empire », Bulletin de la Société d’Histoire moderne, 12e série, n° 22, séance du 2 mai 1969, p. 142.

6 Le dossier F18 369 des Archives nationales, jugé assez maigre par Guy Palmade qui souhaitait faire une analyse de pensée du journal, est au contraire pour le thème qui nous occupe très révélateur et souvent même savoureux.

7 Arch. nat. F18 369, dossier 63.

8 Arch. nat. F18 369, dossier 63.

9 Arch. nat. F18 369, dossier 64.

10 Arch. nat. F18 369, dossier 49.

11 Arch. nat. F18 369, dossier 49.

12 Jules Simon, « Notice historique sur la vie et les travaux de Michel Chevalier », Académie des sciences morales et politiques, séance publique annuelle du 7 décembre 1889, p. 73-143.

13 Jules Simon, Notices et portraits, éd. Levy, Paris, 1882, n° 8, p. 163-283.

14 Alphonse Courtois fils, « Notice sur Michel Chevalier », Paris, Guillaumin, 1889, 24 p., extrait du Journal des économistes, 15 mars 1889.

15 Henri Baudrillart, « Le manifeste impérial et la réforme douanière », Journal des économistes, 1886, p. 160-166.

16 Ibid., p. 162.

17 Arch. nat. F 18 369, dossier 76.

18 Arch. nat. F 18 369, 73-74 et 77-78.

19 Arch. nat. F 18 369, 76.

20 Arch. nat. F18 369, 80 et 81.

21 Arch. nat. F 18 369, 81.

22 Arch. nat. F18 369, 81.

23 H. Baudrillart, « Le manifeste impérial et la réforme douanière », Journal des économistes, tome XXV, 15 février 1860, p. 161-167.

24 Frédéric Passy, « Police naturelle de la liberté. Une coalition de producteurs mise à la raison par une coalition de consommateurs », Journal des économistes, tome XXV, 15 janvier 1860, p. 12-19.

25 Journal des économistes, tome XXV, février 1860, p. 322-323.

26 Journal des économistes, tome XXVI, mai 1860, p. 176 et p. 271.

27 Journal des économistes, tome XXVI, avril 1860, p. 26-41.

28 Journal des économistes, tome XXVI, juin 1860, p. 354-365.

29 Maurice Block, « L’enquête industrielle de 1860 », Journal des économistes, novembre 1861, p. 271-295.

30 Ibid., p. 272.

31 Ibid., p. 277.

32 L. Reybaud, « Des retours de fortune dans l’industrie », Journal des économistes, février 1860, p. 167-180.

33 Ibid., p. 169.

34 « L’enquête industrielle de 1860 », Journal des économistes, p. 285.

35 A. Legoyt, « La crise cotonnière en France », Journal des économistes, mars 1863, p. 430-465.

36 Réorganisée de façon plus indépendante du ministère du Commerce en 1852.

37 A. Legoyt, art. cit., p. 435.

38 Séance du 6 novembre 1882. « Exposé historique » par A. Courtois, secrétaire perpétuel de la Société d’économie politique. Journal des économistes, décembre 1882, p. 267.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Cité par Courtois, ibid.

42 Ibid.

43 Séance du 6 novembre 1882. Journal des économistes, décembre 1882, p. 268.

44 Ibid., p. 267.

45 Ibid., p. 268.

46 Société d’économie politique, séance de novembre 1882, Journal des économistes, décembre 1882, p. 269.

47 Valérie Sartorel, La Société d’économie politique (1842-1870), mémoire de maîtrise, Nanterre, 1989.

48 M. Merle, l’anticolonialisme européen de Las Cases à K. Marx, (textes choisis), Paris, Colin, 1969, 399 p.

49 J.-B. Say, Traité d’économie politique, op. cit., chap. XIX, p. 229.

50 « Organe des colonies, de la colonisation, et de la réforme par l’association et l’amélioration du sort des classes pauvres ». Après la mort de J. Duval, le journal disparaît et Paul Leroy-Beaulieu peut en reprendre le titre avec un tout autre contenu.

51 Sur Jules Duval, voir la notice biographique de Levasseur, dans l’édition de 1877 du livre de J. Duval, l’Algérie et les colonies, Paris, Guillaumin, 1877.

52 Journal des économistes, novembre 1860, p. 498.

53 Ibid.

54 Séance de la Société d’économie politique, 5 décembre 1860, Journal des économistes, janvier 1861, p. 212.

55 F. Passy, neveu d’Hippolyte, fonde en 1867 la Ligue internationale de la paix et en 1870, la Société pour l’arbitrage entre les nations. Député de 1881 à 1889, il demande que la France propose le désarmement. Il obtient, en 1901, le prix Nobel de la paix avec H. Dunant.

56 Léonce de Lavergne (1809-1880), homme politique orléaniste reconverti à l’économie rurale à partir de 1848, enseigne l’économie rurale à l’Institut agronomique de Versailles, pendant deux ans, puis à l’Institut agronomique en 1876.

57 H. Brunschwig, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français, Paris, A. Colin, 1960, 205 p.

58 G. Palmade, art. cit.

59 A. Masson, « l’opinion française et les problèmes coloniaux à la fin du Second Empire », Revue française d’histoire d’outre-mer, 1962, n° 69 ; J. Vallette, « Note sur l’idée coloniale en 1871 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1967.

60 Louis Girard, La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Colin, 1952, 426 p.

61 Relevons parmi les nombreux articles du Journal des économistes : Horace Say, « L’isthme de Suez », décembre 1855, p. 367-381. Léon Chemin-Dupontes, « Relations commerciales de la France avec les pays situés au-delà de Suez », septembre 1856, p. 425-432. Jules Pautet, « l’isthme de Suez », décembre 1863, p. 480-487.

62 Journal des économistes, février 1853, p. 122. Joseph Garnier, en 1853, avait gardé les accents anticléricaux du début du siècle en prenant pour cible le cardinal évêque de Besançon. À l’occasion du Carême, ce dernier avait affirmé que « les cabaretiers et hôteliers ruinés par la construction du chemin de fer avaient été punis par Dieu du fléau des chemins de fer pour n’avoir pas observé le jeûne du carême [...]. C’est-à-dire que si les hôteliers et cabaretiers eussent fait maigre, le chemin de fer n’aurait pas été inventé ! Comme il est heureux que ces pêcheurs aient été endurcis ».

63 Société d’économie politique, séance du 5 décembre 1861, Journal des économistes, janvier 1862, p. 132.

64 Lamé-Fleury est l’un des premier à enseigner l’économie politique à l’École des mines, dans son cours de législation économique.

65 Journal des économistes, janvier 1862 p. 136.

66 Ibid., p. 137.

67 Ibid., p. 137.

68 Ibid., p. 138.

69 Société d’économie politique, réunion du 5 décembre 1861, Journal des économistes, livraison de janvier 1862, p. 147.

70 Ibid., p. 148.

71 Ibid., p. 138.

72 Selon l’exposé des motifs, « l’empereur dans sa haute sagesse et sa féconde initiative a noblement proclamé le principe de la liberté économique et commerciale, il a provoqué la spontanéité des citoyens à s’affranchir progressivement de la tutelle de l’État ».

73 Lyon-Caen et Renault, Manuel de droit commercial, 4e éd., 1894, p. 296.

74 Horn, « Des sociétés commerciales », Société d’économie politique, séance du 5 mars 1863, Journal des économistes, p. 280.

75 G. de Molinari, « De l’association dans la sphère de l’économie politique », Journal des économistes, janvier 1867, juillet-août 1867.

76 Ibid., janvier 1887.

77 Société d’économie politique, août 1868, « De la direction des grandes associations de capitaux et des causes de leur insuccès », Journal des économistes, p. 286-295.

78 Ibid., p. 287.

79 Ibid., p. 287.

80 Ibid., p. 288.

81 Ibid., p. 291.

82 Ibid., p. 290.

83 Ibid., p. 290.

84 Ibid., p. 292.

85 Ibid., p. 294.

86 Journal des économistes, juillet 1868, p. 266.

87 Ibid., août 1868, p. 292.

88 Journal des économistes, juillet 1868, p. 266.

89 Directeur du Crédit foncier, il est favorable au monopole d’émission de la Banque de France.

90 Léon Say, « Observations sur le système financier de M. Le Préfet de la Seine », Journal des économistes, février 1869, p. 317-324. Paul Boiteau, « Liquidation des grands travaux de Paris », Journal des économistes, mai 1869 ; « Liquidation de la ville de Paris », Journal des économistes, mai 1869, p. 173-222.

91 Les articles contre l’attitude économique d’Haussmann sont très nombreux de 1859 à 1870, avec une recrudescence en 1869.

92 F. Perroux, Industrie et création collective, tome I, Paris, Gallimard, 1942, p. 129-130.

93 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, Paris, Gallimard, 1947.

94 A. Bechaux, L’École économique française, Paris, Guillaumin, 1902.

Table des illustrations

Titre Effectifs de la Société d’économie politique
Légende Le nombre des membres est fourni par la Société elle-même.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Taux d'accroissement des effectifs de la Société d'économie politique
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540