Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre III. Les trois premières chaires et la construction du lobby libéral

Texte intégral

1Les Libéraux de 1830 héritent donc d’un ensemble d’expériences, fruit du militantisme d’un groupe informel. Mais pour surmonter les périodes de bouleversements politiques, ils vont peu à peu s’organiser en groupe de pression. Or, pour l’essentiel, cette structuration en lobby date de la monarchie de Juillet.

2En effet, 1830 n’est pas pour les Libéraux la victoire qu’ils avaient imaginée. Dans le domaine de l’économie politique, on assiste très vite à un éclatement du champ de la discipline. Nous verrons d’abord comment l’ambiguïté d’une demi-victoire politique a divisé les pionniers jusqu’alors très unis. Ces divisions se manifestent dans le fonctionnement des deux chaires existantes. Sur les moyens de résoudre la « question sociale », par exemple, les économistes sont amenés à prendre des positions divergentes. Les deux chaires, celle du Conservatoire des arts et métiers occupée par Adolphe Blanqui, et celle du Collège de France détenue par Pellegrino Rossi puis par Michel Chevalier, révèlent bien ces oppositions tant par leur fonctionnement que par le contenu diffusé. Sur ces deux chaires, l’influence des gouvernements en place est très différente. Aussi la troisième chaire instaurée en 1846, est-elle confiée à un esprit éclectique, conciliateur sur le plan doctrinal, Joseph Garnier.

3Mais, pendant la monarchie de Juillet, la fondation de chaires n’est plus le principal moyen de diffuser le libéralisme. Le champ de diffusion de l’économie politique se reconstruit autour d’un libraire éditeur, Guillaumin. Ce dernier crée en direction des adultes, un réseau de diffusion plus large, appuyé sur une maison d’édition. Grâce à l’activité multiforme de ce réseau utilisant suivant les périodes tantôt une société de pensée, tantôt un dictionnaire ou des revues ou des collections d’auteurs, le groupe libéral accède à tous les médias de son temps. Ce réseau anime et permet d’évaluer la force et les aspirations des partisans d’un enseignement (au sens large du terme) de l’économie politique face aux conjonctures hostiles. Il se transforme en groupe de pression.

4Nous verrons donc successivement l’éclatement du petit cercle d’origine à travers le fonctionnement divergent des chaires, la construction d’un véritable groupe de pression, et enfin sa manière de faire face aux remises en cause politiques.

I. LE FONCTIONNEMENT DIVERGENT DES CHAIRES

5La première expérience réussie d’institutionnalisation de l’économie politique avait été caractérisée par son unanimisme : l’exposé méthodique d’une pensée, la diffusion à partir d’un cercle familial, la situation d’opposition, tout y avait contribué. La Restauration avait été vécue par les libéraux comme une période menaçante, où l’autoritarisme royal et le cléricalisme s’associaient pour renforcer le rôle de l’État. Nostalgique à l’égard de l’Ancien Régime, appuyé sur des grandes propriétés terriennes stables, le nouveau régime avait maintenu un protectionnisme rigoureux face à une lente transformation industrielle. Or nous avons vu que la volonté de diffuser l’économie politique était indissociable du souci de fonder et de développer une société fluide où commerce et industrie apporteraient la mobilité, le développement, la richesse pour tous. Le libéralisme est perçu par ses apôtres comme la pensée indispensable à la réalisation de la révolution industrielle. Dans ce contexte la révolution de Juillet 1830 est vécue comme une grande victoire pour la diffusion de l’économie politique ainsi conçue.

A. UNE RECONNAISSANCE ACADÉMIQUE LIMITÉE : LE COLLÈGE DE FRANCE ET L’ACADÉMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES

  • 1 Arch. nat. F17 13556. Dossier chaire n° 24.
  • 2 J.-B. Say, « Discours d’ouverture du cours d’économie politique (1831-1832) », in Œuvres diverses, (...)

6De fait, la discipline économique reçoit rapidement sa légitimation scientifique, en 1831 au Collège de France et en 1832 à l’Académie des sciences morales et politiques. Dès le 12 mars 1831, une nouvelle chaire d’économie politique est créée pour Jean-Baptiste Say1 au Collège de France, à l’instigation du parti du Mouvement. Dès la première leçon l’économiste affiche son ralliement. « Nous nous formerons, j’espère, si le temps le permet une idée exacte des emprunts et des autres ressources financières ; nous nous formerons de justes idées du crédit public, des traitants, de l’agiotage et des amortissements. C’est alors, Messieurs, que vous apprécierez l’avantage de vivre sous un régime constitutionnel, le seul sous lequel on peut librement aborder toutes ces questions, et les apprécier sans réticences. Il y a aussi des cours d’économie politique en Allemagne et en Russie. Mais qu’est-ce que des cours où il n’est permis de traiter aucune des questions vitales de la société, et (ce qui est encore pire) où l’on est obligé de les accommoder à la politique dominante du cabinet ? »2

7Fondé par François Ier, le Collège de France avait pour fonction de dispenser les enseignements nouveaux encore inacceptés ailleurs, libres de toute contrainte de diplôme, et ouverts à la recherche désintéressée. Dans « ce sanctuaire des hautes et libres études », comme le désignera plus tard, en 1882, l’économiste Émile Levasseur, l’entrée de la discipline économique, après une tentative infructueuse en 1819, est effectivement une victoire pour ses partisans. Mais parce que sa santé est affaiblie, Jean-Baptiste Say ne peut enseigner plus d’une année. Le plus souvent, son fils Horace prononce le cours rédigé par son père. Il ne réussit à faire lui-même que la leçon inaugurale de l’année 1832-1833 et décède peu après, en 1832. Or le contexte politique a changé. La reprise en main du pouvoir par le parti de la Résistance se traduit par une forte pression gouvernementale à l’occasion de la nomination de son successeur en 1832. La légitimation scientifique de la discipline en 1831 ne l’abrite pas des pressions politiques de l’année 1832.

  • 3 J. Garnier, « De l’Institut, et principalement de la section d’Économie politique », Annuaire de l (...)
  • 4 Sophie-Anne Leterrier, l’institution des sciences morales, l’Académie des sciences morales et poli (...)
  • 5 François Guizot, « Lettre au Roi », cité in « l’Institut. L’Académie des sciences morales et polit (...)

8L’autre aspect de la consécration scientifique est constitué par l’entrée massive des économistes dans la section spécialisée de l’Académie des sciences morales et politiques rétablie par Guizot, par l’ordonnance du 24 octobre 1832. Cet ancien refuge des Idéologues avait été supprimé par Bonaparte en 1803. L’Académie est partagée en cinq sections (philosophie, morale, législation droit public et jurisprudence, économie politique et statistique, histoire générale et philosophie3) et sa fonction est d’éclairer le gouvernement « sur l’avancement des disciplines, et sur les décisions à prendre en matière d’enseignement ».4 Selon Guizot5, « les motifs de cette proposition sont puisés dans les principes même du Gouvernement de votre Majesté, de ce Gouvernement qui s’appuie sur la raison publique [...]. Les sciences morales et politiques ont exercé de tout temps un grand attrait sur les esprits et une grande influence sur les peuples. Mais à aucune époque, chez aucune nation, elles ne sont parvenues au degré d’importance, de publicité, d’autorité, que de nos jours, elles ont atteint dans notre pays. Elles influent directement parmi nous, sur le sort de la société, elles modifient rapidement et les lois et les mœurs [...]. C’est qu’elles ont acquis pour la première fois ce qui leur avait toujours manqué, un caractère vraiment scientifique ».

  • 6 Sans majuscule à Lumières, alors que Jean-Baptiste Say en mettait toujours une.
  • 7 François Guizot, « Lettre au Roi », Moniteur universel, 17 octobre 1832.

9Guizot évoque l’origine de l’institution en 1796 et sa suppression : « le Consulat l’abolit et la Restauration ne la rétablit point. L’institution leur était suspecte par ses mérites mêmes ». Il veut faire de ce rétablissement un acte symbolique, la démonstration que le nouveau régime lui, peut défendre « la raison humaine ». Ses fondements politiques sont assez larges pour n’avoir pas à craindre le libre jeu de l’intelligence critique. D’ailleurs, la France a tiré des leçons de l’histoire. « Des idées saines se sont répandues, les lumières6 deviennent de jour en jour l’une des meilleures garanties de l’ordre ; la raison s’honore de consolider les fondements des plus nobles croyances de l’humanité ; et les sciences morales et politiques serviront désormais (on peut l’espérer) à raffermir ce qu’elles ont jadis ébranlé »7.

10Ce texte est souvent cité pour illustrer les modes de légitimation du pouvoir de la monarchie de Juillet, en particulier sa filiation ambiguë avec l’encyclopédie et la philosophie de la Révolution. Mais il concerne aussi l’enseignement de l’économie politique parce que la discipline est officiellement reconnue comme une section des sciences morales. Elle n’est plus une matière technique obligée de se dissimuler sous le titre d’économie industrielle. Elle fait désormais partie du champ intellectuel. Elle participe donc à l’élaboration des projets de société du nouveau gouvernement.

  • 8 Qui, âgé de 85 ans en 1833, ne quittait plus sa chambre. Il meurt en 1836.
  • 9 Qui meurt en 1838.

11Les membres composant cette nouvelle section illustrent ce compromis politique avec l’héritage de la Révolution. Sont membres de droit de la nouvelle académie les survivants de l’ancienne : en 1832, dans la section d’économie politique, il s’agit de Sieyès8 et de Talleyrand9 qui n’y ont plus aucune activité. Sont élus La Borde, Charles Dupin, Villermé et Charles Comte, tous libéraux et, sauf un, libre-échangistes. Seul Dupin, libéral aussi, est protectionniste, ses voyages en Angleterre l’ayant bien trop convaincu de l’avance technique et économique de ce pays sur la France. Il prône une protection temporaire du marché national, un protectionnisme de soutien. Nous étudierons plus loin quel rôle a joué la section d’économie politique dans le développement et la diffusion de la discipline. Mais là encore, comme pour la chaire du Collège de France, la légitimation officielle apportée à l’ancienne discipline contestée l’expose aux pressions officielles et favorise l’éclatement du cercle construit autour de Jean-Baptiste Say, dans la mesure où l’intervention du gouvernement favorise l’expression de discours économiques plus proches des buts du parti de la Résistance au pouvoir.

B. LES CHAIRES DEVIENNENT DES TRIBUNES PERSONNELLES

  • 10 Sur ces problèmes, voir les travaux de Francis Demier et Yves Leclercq, Le réseau impossible : la (...)

12À l’intérieur même du cercle de Jean-Baptiste Say, les divergences éclatent, reflétant la rupture entre le parti du Mouvement et celui de la Résistance, entre les protectionnistes « temporaires » et les libre-échangistes, entre ceux qui acceptent l’aggravation de la situation sociale dans les zones qui s’industrialisent et ceux qui sont plus sensibles à la question sociale10.

  • 11 Charles Dunoyer (1786-1862), voir Marc Penin, « Charles Dunoyer, l’échec d’un libéralisme », in l’(...)
  • 12 Charles Comte (1782-1837), voir Dictionnaire de l’économie politique, Guillaumin, 1864.
  • 13 Adolphe Blanqui (1784-1854), voir la thèse de doctorat de 3e cycle de Francis Demier, A. Blanqui, (...)

13Nous devons d’abord dessiner l’ampleur des divergences idéologiques à l’intérieur du monde des Libéraux, dans la mesure où elles éclairent les avancées ou les reculs de l’enseignement de l’économie politique. Nous les trouvons parmi les membres du cercle des Say, famille et amis très proches. Trois destins, trois attitudes bien symbolisés par l’évolution de Charles Dunoyer11 et Charles Comte12 et par celle d’Adolphe Blanqui13. L’émergence d’un quatrième, Joseph Garnier, traduit une volonté de refaire l’union, de consolider de façon plus éclectique le groupe libéral.

14Dunoyer, Comte et Blanqui ont beaucoup de points communs : tous trois sont des militants libéraux de longue date. Les deux premiers sont liés d’amitié depuis l’empire, ils ont affronté la justice, la prison et l’exil pour défendre leurs idées dans le Censeur puis le Censeur Européen. Le troisième, Adolphe Blanqui, de dix ans plus jeune, a mené une opposition ferme mais plus discrète à la Restauration. Il a connu la pénurie matérielle. Soutien de famille, il a dû prendre un poste de répétiteur. Aussi il vécut comme une promotion considérable le fait d’accéder, en 1825, au poste d’enseignant d’économie politique à l’École supérieure de commerce. Tous les trois ont donc, dans des proportions inégales, un passé de militant d’opposition : ils ont été amenés à prendre des risques personnels.

  • 14 Voir Francis Demier, A. Blanqui..., op. cit.

15Leur deuxième point commun est d’avoir été, tous les trois, initiés à l’économie politique par Jean-Baptiste Say en personne. Ils sont entrés dans son cercle amical et familial. Charles Comte est même devenu son gendre, Adolphe Blanqui lui fait le compte rendu économico-politique de ses voyages, Charles Dunoyer met sa connaissance des procédures juridiques à son service. Tous ont une distance à l’égard de l’église catholique. Charles Comte, protestant, est né à Genève. Blanqui semble s’être converti au protestantisme14. Dunoyer est déiste et plutôt anticlérical. Sociabilité et systèmes de représentation sont intimement liés.

  • 15 Dunoyer a enseigné en 1823, Comte en 1825 et Blanqui en 1827.
  • 16 Arch. nat. F7 6917. Lettres de 1822 et de 1824.

16C’est sur la recommandation de Jean-Baptiste Say qu’ils ont pu accéder aux lieux privés d’enseignement de l’économie politique, à l’Athénée15 pour Dunoyer et Comte, à l’École supérieure de commerce pour A. Blanqui. Leurs cours ont fait l’objet de surveillance policière et de dénonciation pour subversion16.

17Tous les trois enfin se sont ralliés à la monarchie de Juillet, et désormais y construisent de véritables carrières. Dunoyer devient préfet puis conseiller d’État et Adolphe Blanqui directeur de l’École supérieure de commerce. Seules les fatigues de l’exil et un décès prématuré en 1837 à 55 ans, empêchent Charles Comte d’atteindre ce type de position. Cependant tous les trois obtiennent les honneurs académiques. Élu membre dès 1832, Charles Comte en devient secrétaire perpétuel. Dunoyer, en 1832, et Blanqui, en 1837 (au décès de Charles Comte), sont élus à la section d’économie politique. Peu de notables intellectuels, de « capables » semblent présenter autant de points communs. Pourtant, entre Dunoyer et Blanqui éclatent des divergences profondes.

1. Charles Dunoyer et l’économie sociale : la régulation par la formation

  • 17 Ch. Dejob, l’instruction publique en France et en Italie au xixe siècle, Paris, A. Colin, 1894.
  • 18 Dictionnaire de l’économie politique, Guillaumin, 1864.

18L’évolution de Dunoyer doit être rappelée, plus pour des raisons de filiation idéologique, que pour son action enseignante personnelle. Celle-ci se réduit en effet à quatre années de cours à l’Athénée, de 1824 à 1826, sous le titre « Morale et économie politique »17. L’action de sa pensée sur l’enseignement est plutôt indirecte, à très long terme : lors de la création de l’École libre des sciences politiques en 1870-1871, le premier cours d’économie politique est confié à son fils Anatole Dunoyer, dont le moins que l’on puisse dire est que son œuvre créatrice en économie politique est restreinte. Il a certes enseigné à Berne et à Genève18 mais sa production théorique personnelle est inexistante. C’est bien au titre d’héritier d’une pensée et d’un projet enseignant précis qu’il est nommé.

19En effet, la pensée de Charles Dunoyer n’est pas seulement représentative du ralliement des Libéraux d’opposition à la monarchie de Juillet et plus précisément ici au parti de la Résistance. Elle manifeste une évolution par rapport au paradigme élaboré et fixé par Jean-Baptiste Say. Trois aspects illustrent cette différence : l’extension du champ de l’économie politique, une théorie du rôle des services dans l’évolution de la société et enfin devant les problèmes sociaux un refus théorisé de toute intervention philanthropique.

  • 19 J.-B. Say, Traité d’économie politique, op. cit., p. 7.
  • 20 Charles Dunoyer, De la liberté du travail ou simple exposé des conditions dans lesquelles les forc (...)
  • 21 Marc Penin, « Charles Dunoyer... », art. cit.

20L’économie politique pour Dunoyer voit son champ d’intervention s’étendre. Elle n’est plus une discipline chargée d’enseigner « comment se forment, se distribuent et se consomment les richesses qui satisfont aux besoins des sociétés »19. Elle devient la science qui réfléchit sur tout ce qui contribue à « perfectionner (la) nature physique, affective, intellectuelle, morale de l’homme »20. Dunoyer tient à intégrer tous les services dans l’exposé de l’économie politique puisqu’ils y jouent un rôle déterminant. L’enseignement économique est un service productif d’hommes « éclairés ». L’ensemble de l’activité sociale en dépend : cela explique pourquoi Dunoyer aime la dénomination d’économie sociale. En 1852, à l’Académie, Victor Cousin lui reproche cet impérialisme disciplinaire, estimant que toute science doit délimiter son champ pour progresser. Dunoyer rappelle alors que l’économie traite des « lois générales qui gouvernent le travail ». Elle concerne tout le fonctionnement de la société, dans son devenir et dans son progrès. Dans son devenir, parce que les étapes historiques de la société, au nombre de cinq sont caractérisées socialement par la façon dont les hommes acquièrent leur subsistance. L’histoire voit se succéder les peuples sauvages, les peuples nomades, les peuples à esclaves, les peuples à privilèges, les peuples qui exagèrent l’autorité centrale et la recherche des places, et enfin les peuples industrieux. Ces derniers marquent le triomphe de la civilisation, la fin de l’histoire. Même si chaque étape est un progrès, chez les peuples « industrieux », le travail, la morale et la liberté rendent possible le progrès de l’humanité entière. La société industrielle est l’apogée, la réalisation de la civilisation. Le champ de l’économique est donc étendu a tout ce qui contribue à ce progrès indéfini de toute société. On comprend alors le goût chez Dunoyer pour les termes « économie sociale », synonyme d’étude des moyens de faire avancer la société dans tous ses aspects21.

  • 22 Les économistes comme Marc Penin dénoncent sans peine la polysémie de ces termes, dont la définiti (...)

21Dans ce projet social large, le travail joue le premier rôle ; la moralité et la liberté lui permettent de s’épanouir. Le travail ne s’oppose pas seulement à l’oisiveté dans nos sociétés ou à la cueillette dans les sociétés anciennes. Il est synonyme de toute activité productive, en fait de toute activité humaine22. Le travail est à la fois un moyen et une valeur, il est le signe de la dignité et de l’efficacité humaine.

  • 23 Marc Penin, art. cit., p. 47.

22La morale en est une condition nécessaire. Elle est à la fois le souci du bien et de l’utile : « l’intérêt personnel suffisamment éclairé et contenu, peut servir de fondement à la morale »23. Elle aboutit à la moralité, ensemble de règles de vie, de self control, et de tempérances qui favorisent la survie de l’individu et son efficacité dans une société industrielle. Là encore, on peut au nom de l’analyse économique actuelle dénoncer la polysémie du terme. En fait, sensible aux problèmes d’adaptation d’une main d’œuvre d’origine rurale ou artisanale face à l’industrialisation de ce premier xixe siècle, Dunoyer ne fait que signaler l’importance de l’acquisition des comportements nécessaires au développement, thème qui préoccupe encore actuellement ceux qui étudient les moyens de rendre opératoires les transferts de technologie dans le tiers-monde ou plus simplement le moyen de transmettre l’enseignement classique dans certaines banlieues. Mais on sent bien ici à quel point, en défendant inlassablement, dans toutes les sociétés de pensée, sa théorie des services productifs et du rôle de la formation dans le progrès social, Dunoyer préfigure déjà la mutation du libéralisme des Idéologues, celui de Say vers celui de Le Play dans le dernier quart du xixe siècle. Cette rencontre, cette filiation idéologique est à l’origine de la nomination de son fils, en 1871, à l’École libre des sciences politiques.

23Enfin le thème de la liberté qui rythme son œuvre de façon quasi obsessionnelle, coordonne toute sa pensée. La liberté n’est pas seulement la suppression de toutes les contraintes politiques ou économiques issues de l’Ancien Régime. Elle est créatrice des forces productives et devient la condition des progrès de la productivité. Liberté et civilisation deviennent alors synonymes dans une histoire finalisée.

24Cette extension du champ économique, cette conception du travail, de la morale et de la liberté aboutissent, comme chez Say, à privilégier le rôle de la formation, comme solution aux problèmes sociaux. La moralisation du travailleur, son self control dans le nombre des enfants qu’il choisit de faire naître, fournissent la seule solution véritable aux problèmes sociaux. Le malthusianisme de Dunoyer est plus inséré dans sa pensée que celui de Jean-Baptiste Say. Chez ce dernier, l’utopie résidait dans la croyance en l’émancipation par le progrès économique d’un tiers état encore uni. Dunoyer a sous les yeux une société où la croissance des années 1830-1840 a approfondi les écarts sociaux. Il ne peut, comme préfet, ignorer les conséquences de cette première industrialisation. Mais jamais ni la charité, ni l’assistance ne lui apparaissent comme des solutions. Il les dénonce au contraire comme source de perpétuation des problèmes qu’elles prétendent résoudre.

  • 24 Institut, Académie des sciences morales et politiques, Sciences et Travaux, 1842, p. 136.
  • 25 Dictionnaire de l’économie politique, op. cit., article « Production ».

25Cependant, Dunoyer n’est pas uniquement le monstre froid du libéralisme implacable, l’auteur de la trop célèbre formule : « Il est bon qu’il y ait dans la société des lieux inférieurs où soient exposées à tomber les familles qui se conduisent mal, et d’où elles ne peuvent se relever qu’à force de se bien conduire. La misère est ce redoutable enfer »24. Il est aussi un des premiers théoriciens de la notion de capital humain. « Un capital de connaissance ou de bonnes habitudes ne vaut pas moins qu’un capital d’argent ou de toute espèce de valeurs. » Il ne suffit pas de posséder du capital au sens technique du terme, « il faut des forces, de la santé, de la science, du goût, de l’imagination, de bonnes habitudes privées et sociales »25.

  • 26 Marc Penin, art. cit.
  • 27 Auguste Mignet, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Dunoyer », Institut de France, Acadé (...)
  • 28 Auguste Mignet, « De la liberté de l’enseignement », Journal des économistes, décembre 1844, p. 10 (...)

26La solution des problèmes sociaux réside donc dans la formation et l’éducation, non dans les illusions d’une philanthropie dangereuse. Contrairement à ce que pensent les économistes qui se cantonnent au plan de l’analyse, il n’y a pas d’échec du libéralisme de Dunoyer en son temps, et il n’exerce pas seulement « une magistrature morale »26. Il réussit, au cours du xixe siècle, à faire triompher sa théorie dans les milieux libéraux : l’École libre des sciences politiques en sera le symbole. Après sa mort, l’Académie, comme le Journal des économistes, sous la plume de Mignet27, lui en reconnaîtront la paternité. Et son article de 184428 dans le Journal des économistes est cité tout au long du siècle.

2. Blanqui au Conservatoire ou « la vie des ateliers »

  • 29 Nous serons plus rapide sur A. Blanqui dont la pensée et l’action ont été étudiées par Francis Dem (...)
  • 30 Élu de la région de Bordeaux en 1846-1848.
  • 31 A. Blanqui, Voyage d’un jeune français en Angleterre et en Écosse pendant l’automne 1823, Paris, D (...)
  • 32 A. Blanqui, « Rapport sur la situation des classes ouvrières », Journal des économistes, mars 1848 (...)

27À cette attitude s’oppose celle d’Adolphe Blanqui29, directeur d’une grande école privée, l’École spéciale de commerce. Cet ami de Jean-Baptiste Say30 lui succède dans la chaire du Conservatoire des arts et métiers. Mais il manifeste, lui, une tout autre sensibilité aux problèmes sociaux issus de la première industrialisation, tout en étant convaincu que le libéralisme est le seul moyen de les régler. Il est d’abord l’homme des voyages économiques. Comme Jean-Baptiste Say, comme Charles Dupin, mais de façon plus littéraire, il a commencé par le voyage anglais31 en 1823. En 1826, son voyage en Espagne est écourté par la police. Mais à partir de 1838, c’est l’Académie des sciences morales et politiques qui le charge successivement d’enquêter en Corse, en Afrique du Nord en 1840, en Bulgarie en 1841, en Turquie en 1842. Elle lui commande surtout la fameuse enquête sur les causes de 1848, publiée sous le titre Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848 et dont la lecture à l’Académie y fait scandale. Voyages et enquêtes restent dans la lignée du voyage de 1823 dont les manuscrits de Jean-Baptiste Say donnaient déjà l’orientation. A. Blanqui voyage pour évaluer dans quelle mesure la révolution industrielle, synonyme de progrès de la civilisation, a pénétré le pays qu’il visite. Certes, il continue d’affirmer que le travail est source de toute prospérité, et que sa dénonciation de la misère est un moyen d’arracher le monde ouvrier aux méfaits et à l’esprit de secte des socialismes. En 1848, il désigne les ateliers nationaux comme une source de « perversion » des classes ouvrières, « en leur faisant croire qu’elles pouvaient s’assurer par la menace et par l’oisiveté une existence qui ne peut être honorablement obtenue que par le travail ».32

  • 33 Ibid., p. 51.

28Mais son attention à la misère sociale le différencie des autres voyageurs. A. Blanqui n’est pas seulement le frère du révolutionnaire Auguste Blanqui, il est aussi le fils du conventionnel girondin Jean Dominique Blanqui. Resté plus proche de ses origines, il a dû prendre en charge sa famille, durant les années 1820, sur son salaire de répétiteur à la pension Massin. L’académicien de la monarchie de Juillet dont la femme tient salon et organise des soirées musicales est resté sensible à la misère sociale au point de se demander si le développement de la grande industrie n’a été trop rapide ou trop « déréglé »33, « si elle n’a pas induit une concurrence meurtrière », si soumettant les ouvriers « aux ordres des machines », elle n’est pas responsable de l’accroissement du chômage et de la pauvreté.

29Cette attention aux problèmes sociaux, la façon concrète et sensible dont il en rend compte modifient fondamentalement le rôle et la fonction sociale de son enseignement au Conservatoire des arts et métiers. Bien que Blanqui ait obtenu la chaire sur recommandation de Jean-Baptiste Say, sa pédagogie et l’esprit de son cours s’opposent au style que le fondateur avait donné à sa chaire.

  • 34 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 1864, p. 949 (...)
  • 35 Ibid.

30La pédagogie d’abord : Jean-Baptiste Say rédigeait et lisait son cours. « Aux charmes de l’inspiration, Say préférait un texte définitif qui se privait de rencontres éloquentes, mais recueilli en volumes, formait un corps de doctrine »34. A. Blanqui, en revanche, se laisse aller à son éloquence naturelle, à ses capacités d’improvisation et il se laisse porter par son auditoire. « Dès l’ouverture du cours le public put voir que désormais les émotions ne lui seraient pas épargnées. Blanqui s’asseyait dans sa chaire, sans cahiers, sans documents ; point d’autre préparation qu’une feuille volante où quelques notes étaient tracées au crayon. À peine y jetait-il les yeux tant il était sûr de sa parole. Il avait eu, outre l’accent, le débit, le geste, tout ce qui fait l’orateur »35. Cette pédagogie ne change pas seulement son rapport avec le public, elle en attire un autre, modifiant du même coup l’esprit et le rôle de la chaire.

  • 36 Francis Demier, op. cit., p. 424.

31En effet, le succès du cours est considérable. Annoncé chaque année par la presse libérale, il attire un public plus large et plus varié. Aux étrangers sensibles à l’œuvre de Jean-Baptiste Say, aux petits entrepreneurs de l’artisanat et du commerce, aux ouvriers soucieux de se qualifier, public classique du Conservatoire, s’ajoutent des éléments du peuple – au sens donné par Michelet – « des légions d’ouvriers qui les yeux dardés sur le professeur le couvraient d’applaudissements quand un écho de leurs impressions sortaient de ses lèvres ». Aussi, selon la formule de Francis Demier, Blanqui « devient un écho de la vie des ateliers »36, et en 1864 Louis Reybaud, avec plus de réserves sur le contenu, admet que « ces tableaux, ces problèmes avaient de l’attrait pour cette foule, un attrait d’autant plus vif qu’ils lui étaient familiers. Qu’on fût ou qu’on ne fut pas de l’avis du professeur, on aimait à le suivre [...]. Beaucoup d’ouvriers et de contremaîtres se souviennent des cours de Blanqui comme d’un délassement de leur jeunesse. Il est de tous nos professeurs celui qui est entré le plus avant dans l’esprit du peuple : c’est un titre qui n’est point à dédaigner ».

  • 37 L. Reybaud, art. cit., p. 958.

32De fait le public s’accroît et bientôt réagit. Dès 1835, la salle occupée par Blanqui est trop étroite pour son assistance. On lui donne alors un amphithéâtre, qui très vite est « plein jusqu’aux combles » et tout cela pendant 22 ans, souligne Reybaud. Le cours prend des allures de meeting « l’entrée de A. Blanqui a été saluée par de longs et anonymes applaudissements ».37

  • 38 Francis Dernier, op. cit., p. 418.
  • 39 « Le travail fait vivre l’homme ; lorsque le travail lui est ravi par les machines, il est assaill (...)

33Blanqui a le souci de « désacraliser la théorie »38. Ainsi il glisse aisément vers l’analyse de la souffrance ouvrière39 liée aux progrès du machinisme. Il refuse évidemment l’abstraction de Ricardo, incompatible avec la fonction sociale qu’il accorde à l’enseignement de l’économie.

  • 40 A. Blanqui, Histoire de l’économie politique en Europe depuis les anciens jusqu’à nos jours, suivi (...)
  • 41 Richard Arena, « A. Blanqui » in l’Économie politique en France, op. cit., p. 176.
  • 42 L. Le Van Lemesle, « Économie politique et histoire au xixe siècle », in l’histoire en partage, H. (...)

34En même temps, il est le premier à historiciser l’économie politique40. Dès 1837, il publie son Histoire de l’économie politique en Europe, quatre fois rééditée jusqu’en 1860. Ce faisant, il mêle l’histoire de la pensée avec celle des faits d’une façon qui gêne les rigoureux économistes actuels41. Même s’il y voit dans l’histoire des faits une marche vers le progrès, cette marche n’est pas linéaire. Il y a moins de pauvres quand il y a plus de liberté. Mais des retours en arrière, des régressions historiques sont possibles.42

35C’est pourquoi, bien que les Libéraux lui maintiennent un appui sans faille pendant la campagne en faveur du libre-échange (1843-1848), le contenu de son cours est utilisé par les représentants du monde ouvrier pour dénoncer leurs conditions de vie. Aussi, dès 1849, l’Académie prend-elle ses distances avec lui. L’empire autoritaire le fait surveiller. À sa mort, en 1854, le libellé de la chaire est modifié et la chaire confiée au journaliste protectionniste J. Burat. On comprend mieux alors les réserves faites en 1864, lors du panorama des chaires fait par Louis Reybaud pour la Revue des deux mondes. Pour ce dernier, Blanqui a gagné en succès massif ce qu’il a perdu en profondeur. Son cours, trop sentimental, est resté très superficiel et, fait plus grave, il a opposé une soi-disant école économique anglaise caractérisée par ses aspects sociaux implacables, à une école française qui serait plus ouverte au social. « Il ne fit pas de schisme, le mot serait trop dur pour un homme qui effleurait beaucoup de choses et en tirait rarement une conclusion, mais dans un temps où les chimères couraient les rues il eut aussi la sienne et voici en quoi elle consistait. Une science découvre des lois, affirme des principes ; sont-ils vrais ou faux ? C’est une responsabilité qu’elle ne peut décliner et la seule qui strictement lui appartienne [...]. La chimère de Blanqui fut précisément d’attaquer des principes vrais et constants au nom de faits variables. »

36Cette sévérité de Reybaud en 1864, est évidemment destinée à rassurer le personnel politique de l’empire libéral, au moment où Y Duruy concède un élargissement de l’enseignement de l’économie politique. La dénonciation de la transformation de la chaire du Conservatoire en meeting d’opposition est écrite au moment où le ministre Duruy restaure le droit d’enseigner le libéralisme dans ce même lieu : grâce à une modification de l’intitulé du cours, le juriste libéral Wolowski est de nouveau autorisé à enseigner le libéralisme, au lieu d’être cantonné à la législation industrielle.

3. La chaire du Collège de France entre libéralisme conservateur et industrialisme : la sensibilité aux pressions officielles

37Le Collège de France, lui non plus, n’est pas resté à l’abri des combats politiques. Pour la période 1833-1860, la chaire est occupée par Rossi (1833-1840), puis par Michel Chevalier (1840-1871). Ce dernier a pour suppléant pendant le Second Empire, jusqu’en 1868, Henri Baudrillart. Tous sont proches des gouvernements et leur nomination reflète la volonté de mainmise du gouvernement sur la chaire et le souci d’en contrôler le contenu.

  • 43 Arch. nat. F17 13550. Dossier règlements.
  • 44 Louis Reybaud, art. cit., p. 960.
  • 45 Louis Reybaud, art. cit., p. 960.
  • 46 Arch. nat. F17 13552, dossier numéro.

38Cette volonté a été évidente lorsqu’il a fallu remplacer Jean-Baptiste Say. Le règlement de 182943, très libéral, donnait à l’assemblée des professeurs du Collège l’essentiel des pouvoirs. Cette assemblée présentait un candidat, l’Académie des sciences morales et politiques44 nouvellement reconstituée un autre. Là, le Collège présente Rossi, patronné par Guizot tandis que l’Académie désigne son secrétaire perpétuel Charles Comte, parent et héritier spirituel de Jean-Baptiste Say. Ce conflit donne au ministre de l’Instruction publique, Guizot, le pouvoir d’arbitrer et d’imposer légalement son candidat. Rossi est nommé titulaire de la chaire le 15 août 1833. Louis Reybaud minimise ainsi le conflit : « les chances se partageaient entre un héritier connu par de bons travaux de législation, et l’autre Rossi que son traité du droit pénal avait rangé parmi nos meilleurs criminalistes. Aucun d’eux n’avait de titres directs ; mais on savait ce qu’on pouvait attendre d’esprits aussi cultivés. Pour Charles Comte, l’économie politique était une tradition de famille ; pour Rossi, c’était une étude commencée en Italie où il était né, achevée en Suisse dans le recueillement de l’exil »45. En réalité, il s’agit d’un conflit entre le parti du Mouvement et celui de la Résistance et l’Académie proteste vivement contre la nomination de Rossi. Charles Comte introduit même une « demande en nullité de l’élection faite le 31 juillet 1833 par le Collège de France, d’un étranger comme candidat à la chaire d’économie politique », mais sa demande n’aboutit pas. Cette jeune Académie reconstituée en 1832, soucieuse de renouer avec la tradition des Idéologues avait présenté en Charles Comte46 le militant, le polémiste de l’Athénée, le journaliste du Courrier emprisonné et exilé. L’arbitrage de Guizot en faveur de Rossi était significatif des préoccupations de la monarchie de Juillet, du parti de la Résistance surtout, d’associer le libéralisme à un comportement plus conservateur, plus soucieux de stabilité politique.

  • 47 Louis Reybaud, art. cit., p. 961.
  • 48 Émile Levasseur, Société d’économie politique, réunion du 6 novembre 1882.
  • 49 Louis Reybaud, art. cit., p. 962.
  • 50 50. Louis Reybaud, art. cit., p. 963.
  • 51 M. Marion, l’économie politique au Collège de France, op. cit., p. 245-257.
  • 52 L. Le Van Lemesle, « La promotion... », art. cit., p. 281.

39Le résultat de ce conflit est que le second détenteur de la chaire du Collège de France47 passe auprès de la jeunesse des écoles pour « une créature du gouvernement », pour « un favori du pouvoir »48. Et P. Rossi apprend à ses dépens ce qu’il en coûte : à son premier cours, « des meneurs se mirent de la partie, et l’effervescence eut bientôt gagné tout le pays latin. On allait répétant de café en café que c’était le cas de monter une cabale contre cet intrus, dont la nomination était le produit d’une intrigue. De leur côté, les journaux ne l’épargnaient pas et attisaient de leur mieux le feu qui couvait. Ce travail de dénigrement eut tout l’effet qu’on pouvait attendre. Quand pour la première fois, Rossi parut dans sa chaire, un tumulte affreux éclata sur les bancs. Des précautions avaient été prises, elles furent vaines. Tout ce qu’il y avait de plus turbulent dans les écoles s’était donné rendez-vous dans l’enceinte, avec la résolution de conduire vivement cette campagne contre l’étranger. Pas un ne manqua à sa consigne. Rossi prononçait-il une phrase, on la répétait en contrefaisant son accent italien ; essayait-il de poursuivre, les apostrophes pleuvaient de tous côtés. Tant qu’il le put, il tint tête à l’orage ; mais, le désordre empirant, il fallut avoir recours à la force armée. Quelques arrestations eurent lieu, la salle fut évacuée. Le cours dut être suspendu pendant quelque temps49. » Le parti de la Résistance, à l’évidence, ne représente ni tous les Libéraux, ni la jeunesse des écoles. Rossi est obligé d’employer les moyens classiques. Il réussit à s’imposer « avec la volonté de faire sa police lui même... L’heure matinale choisie pour l’ouverture de son cours n’appelait autour de lui qu’un public véritablement studieux50. » Plus tard, un successeur dans la même chaire, M. Marion, justifiera ainsi cette nomination : « Guizot nomma Rossi d’autant plus volontiers que le besoin se faisait sentir de donner à cet enseignement plus de profondeur et surtout plus de pondération que le faisait A. Blanqui, qui dans la chaire des Arts et Métiers où il avait succédé à Jean-Baptiste Say, transformait son cours en une sorte de réunion publique, où il se faisait applaudir d’un public ouvrier en flattant ses préjugés et ses passions et en présentant de ses misères un tableau déclamatoire et trop poussé au noir »51. Il est certain qu’avec la nomination de Rossi, ce risque de dérive populiste est écarté.52

  • 53 J. Garnier, Traité d’économie politique sociale ou industrielle, 7e éd., Guillaumin, 1873, p. 645, (...)

40Rossi cependant réussit à s’imposer, et plus tard, dans les années 1860-1880, son cours fait encore figure de classique. Louis Reybaud témoigne : « Il est encore dans toutes les mains et a pris place comme celui de Jean-Baptiste Say, parmi les rares monuments de l’économie politique. » Encore en 1873, Joseph Garnier continue de le conseiller parmi les textes indispensables. Il le situe comme le sixième ouvrage à lire, immédiatement après les cinq premiers... écrits par lui-même53.

  • 54 L. Reybaud, art. cit., p. 966.

41Il est vrai que sur le fond, Rossi cherche à associer la diffusion du libéralisme avec une réflexion sur les concepts. Il défend l’école anglaise, en particulier la notion de valeur-travail définie par Ricardo et reprend la théorie de la population de Malthus. Attribuant une importance fondamentale au rôle des coûts dans la formation des prix, il est amené à réduire le rôle de la concurrence et de la loi de l’offre et de la demande dans l’établissement des prix de marché. Garnier lui reproche cette sous-estimation du rôle du marché. Au début des années 1860, au moment où les libéraux ralliés mettent l’accent sur le rôle du marché dans l’établissement des prix, L. Reybaud confirme ces réserves : « Rossi en proposant une règle fixe pour les prix [...] méconnaissait le principe fondamental de l’échange qui est la liberté de transaction »54. Cependant, Rossi avait cherché à faire réfléchir sur les fondements du progrès économique, dans un esprit favorable à l’Orléanisme. Dès sa première leçon, le 4 février 1834, il présente sa discipline, l’économie politique, comme « le moyen de comprendre la Civilisation humaine ». Pendant les deux premières années, il pose les problèmes fondamentaux à travers l’exposé des thèses de l’école anglaise. Puis il revient sur des questions particulières prêtant à discussion : la valeur, la terre, la rente, la population, la liberté et l’industrie, le capital, le salaire. Ce faisant, il fait réfléchir son auditoire sur le sens des concepts fondamentaux, et s’efforce d’apporter une contribution personnelle. Exposé des problèmes généraux, réflexion critique sur les concepts de base, tout concourt à donner de l’économie politique une idée de science déjà très élaborée, mais non dogmatique dans ses conclusions.

  • 55 L. Le Van Lemesle, « La promotion... », art. cit., p. 282.

42Rossi ne s’impose pas seulement à son auditoire ou aux lecteurs de manuels. En 1836, à l’Académie des sciences morales où la vieille génération des Idéologues s’éteint, il est élu à l’unanimité, avec la voix, entre autres, de Charles Comte. Personnage de plus en plus officiel, il abandonne l’enseignement au Collège de France quand il devient membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique en 184055. Par son effort d’analyse, Rossi a beaucoup contribué à la légitimation académique de la discipline. Plus tard, Walras lui témoignera, comme à Say d’ailleurs, un véritable respect. Mais son image d’ami de Guizot en a fait de son temps le représentant du libéralisme conservateur.

43Son remplacement en 1840 par Michel Chevalier (1806-1879) marque un tournant. Un projet industrialiste prend le relais. Ce polytechnicien, ingénieur des Mines a alors trente-quatre ans. Il a bénéficié pour sa nomination de l’appui de Thiers. Déjà en 1833 ce dernier alors ministre de l’Intérieur et des Travaux publics lui avait donné sa chance en lui attribuant une mission d’étude aux États-Unis afin d’observer le fonctionnement des chemins de fers et des travaux publics ainsi que l’attitude de l’administration américaine. Ce voyage avait donné lieu à une publication en 1836, les Lettres sur l’Amérique du Nord qui non seulement marquent le début de sa carrière officielle mais aussi précisent l’évolution de sa pensée. En effet le jeune ingénieur doit faire oublier qu’il vient de passer quelques mois en prison à Sainte-Pélagie pour avoir participé à l’expérience saint-simonienne de la communauté de Montmartre, sous la forme mystique et sectaire que lui avait donnée le Père Enfantin. Mais très soucieux de tourner la page, il s’abstient désormais de faire la moindre référence explicite au saint-simonisme. Et tout le reste de sa vie, il en dénoncera les aspects les plus subversifs : suppression de l’héritage, libération sexuelle et émancipation des femmes, fonds de production collectif chargé de redistribuer les surplus aux producteurs les plus efficaces. En fait son passage dans la secte a été assez bref (1830-1832) et il a moins participé à l’élaboration de la doctrine qu’à son soutien pratique et à sa diffusion journalistique. Il n’en reste pas moins très marqué par une partie des analyses saint-simoniennes, en particulier dans trois domaines : les étapes de l’histoire et du progrès de la société, la nécessaire efficacité des gouvernements et les secteurs économiques à développer pour réaliser ce progrès de l’humanité.

44Toute société voit alterner dans son histoire des périodes organiques et des périodes critiques. Dans les périodes organiques, la société se vit comme unifiée autour d’un but commun qui grosso modo fait figure de consensus et chacun estime travailler dans l’intérêt de tous. Quand cet accord se défait, la critique se développe en tous domaines, elle désagrège l’ancien état organique, et à terme contribue à faire naître un nouvel état organique. L’Europe a vécu un état critique de la réforme à la Révolution française, mais elle est à l’aube d’un nouvel état organique, celui des sociétés industrielles et positives.

45Dans les périodes organiques, la loi s’incarne dans un homme dont l’autorité est normale, justifiée et forte, sans appel s’il le faut, parce que conforme à l’harmonie de l’état organique. Dans l’état industriel cette autorité incite au développement de l’économie ; le suffrage universel est secondaire ou même superflu du moment que l’autorité contribue au progrès. Pour atteindre à l’harmonie ou à l’association universelle, tout ce qui rapproche les hommes et les peuples est bienvenu. Dans ce cadre, les chemins de fer occupent un rôle de premier plan à côté des canaux, tunnels, viaducs et ouvrages d’art de toutes sortes. Les canaux interocéaniques complètent ce programme. Pour réaliser ces grands travaux, une collecte massive de l’épargne implique une organisation d’un véritable secteur bancaire.

46À terme, M. Chevalier annonce une prospérité fondée sur une puissance accrue non seulement du travail mais surtout de la productivité qui, comme l’exemple américain le prouve, permet seule une hausse des salaires. Dans cette logique, les progrès économiques constituent le seul remède réaliste aux problèmes sociaux. Comme le protectionnisme favorise la routine et retarde l’innovation, Chevalier se rallie au libre-échange et rejoint là le combat des libéraux classiques. L’autre facteur indispensable au progrès de la productivité est le développement de l’enseignement professionnel et technique. Là encore, l’exemple américain confirme l’utilité de ces préoccupations qui tendent toutes à soulager la peine quotidienne en inventant de petites machines alors qu’en France, tout jeune ingénieur se plaît à afficher qu’il vient de créer... une pièce de théâtre.

47Dans son cours au Collège de France, l’apologie du libre-échange accompagne chacune de ses leçons inaugurales. Mais Chevalier introduit une rupture avec le premier libéralisme. Il attend beaucoup de l’action de l’État : l’organisation du crédit, des grands travaux, l’éducation professionnelle. Avec lui, l’économie politique devient un des éléments de la politique productiviste du gouvernement en place. Cet aspect conformiste caractérisera l’économie politique dans la suite du siècle au point que l’historien de la monarchie de Juillet, Philippe Vigier, y voit un « conservatisme social d’autant plus poussé qu’il est systématique. Jamais le divorce entre libéralisme et la démocratie n’est apparu aussi nettement ». Il symbolise bien la consolidation du parti de la Résistance sur la base du « enrichissez-vous ».

  • 56 Mot imprécis à cette époque, sauf chez les saint-simoniens.
  • 57 Le Cours d’économie politique fait au Collège de France a d’abord été édité par tranches : Paris, (...)
  • 58 C’est un des thèmes qui l’oppose aux libéraux purs.
  • 59 Première leçon du 28 avril 1841.
  • 60 Reproduits dans le Journal des économistes, livraison de février ou de mars, suivant la date à laq (...)

48Rappelons simplement que pour M. Chevalier, la création des richesses est le fait de « l’industrie »56, c’est-à-dire du travail, de l’activité économique sous toutes ses formes : « l’industrie est agricole, manufacturière, commerciale »57. Les problèmes de répartition se résoudront alors d’eux-mêmes – non que M. Chevalier accepte les abus de « l’implacable concurrence »58 – mais parce que la croissance n’est pas possible sans une organisation du travail perfectionnée. Le mot organisation, mot clé pour ces anciens saint-simoniens qui animeront la prospérité au temps du Second Empire, a deux sens : un sens technique, lié à une élévation de la qualification des producteurs, de la puissance productive de chacun d’eux (ce qui rend possible une élévation de leur salaire) et un sens social, le principe d’association entre le capital et les producteurs de tous rangs. À l’exploitation de certains hommes par d’autres se substituera alors l’exploitation en commun des choses par les producteurs associés. C’est « indispensable pour que la civilisation puisse tenir sa promesse solennelle de faire participer tous les membres de la famille humaine au bien être, à la dignité, à la liberté »59. La hiérarchie sociale est juste quand elle reflète l’efficacité productive de chacun. Seul l’enrichissement global permettra à long terme d’améliorer le sort des moins efficaces, des moins productifs. Il faut insister sur le fait que ces thèmes sont toujours exposés dans les discours d’ouverture du cours, chaque année60.

  • 61 Il décrit de façon très détaillée les techniques de la métallurgie et de la filature, ce qui est c (...)
  • 62 Société d’économie politique, séance du 6 novembre 1882.
  • 63 L. Reybaud, art. cit., confirme, non sans mépris d’ailleurs : « Rien de ce qui est de circonstance (...)

49L’essentiel des cours est formé de longs développements concernant les applications : rôle de telles machines, de tel procédé technique à faire connaître, de tel type de voies de communication ; là le polytechnicien, l’ingénieur des Mines est particulièrement à l’aise. Certains passages de ses cours évoquent plus l’esprit du Conservatoire des arts et métiers que celui du Collège de France61. L’économie politique retrouve sa rassurante et réductrice connotation technique. En revanche les discussions théoriques sur la valeur, les coûts comparés, la théorie des prix, celle de la rente, sont en général écartées, pour ne pas dire ignorées. L’historien libéral Émile Levasseur62 commente ainsi, en 1882, ces caractères nouveaux donnés à la chaire du Collège de France : « Les purs disciples de Jean-Baptiste Say s’étonnèrent d’abord quelque peu d’un enseignement dans lequel ils croyaient entendre un écho lointain du saint-simonisme et qui déplaçait le pivot de la science, en prenant pour fonds principal de l’étude, non les lois naturelles de la richesse, mais les institutions organiques de la société. En effet, Michel Chevalier est du nombre des professeurs qui ne se sont pas astreints à un enseignement dogmatique. Il était surtout homme d’action ; lorsqu’il parlait ou qu’il écrivait, il avait d’ordinaire en vue une réforme à accomplir, une institution nouvelle ou un grand projet à faire comprendre et accepter du public [...]. Ses principes économiques se sont affermi à mesure qu’il se fortifiait lui-même par l’étude, et il est devenu le chef de l’école de la liberté douanière qu’il a beaucoup contribué à faire triompher dans la politique commerciale du Second Empire »63. Il lui sera donc beaucoup pardonné...

  • 64 Toujours dans les discours d’ouverture de son cours au Collège de France.
  • 65 Cours d’économie politique, première leçon du 18 avril 1841.
  • 66 Leçon d’ouverture du 28 février 1850, « l’économie politique et le socialisme ».
  • 67 En 1851, leçon d’ouverture, Journal des économistes, février 1851.

50La chaire du Collège de France est devenue la tribune du « saint-simonisme d’affaire », du productivisme appuyé par un État favorable aux affaires, aux grands travaux et à la Banque. D’année en année, cette évolution s’accentue. Nous pouvons la suivre en comparant ses définitions64 de l’économie politique avant et après 1848 et les thèmes mêmes de ses discours d’ouverture. L’économie politique y est d’abord définie de manière très classique comme la science de la production et du développement des richesses sans rappel ni de la répartition ni de la consommation.65 En 1850, il insiste sur le rôle de la propriété66 : « l’économie politique est l’application des principes fondamentaux du droit public, existant et reconnu, à l’explication et à l’appréciation des phénomènes qui embrassent la formation, la répartition et la consommation des richesses ». Les leçons d’ouverture des années suivantes s’intitulent « Accord de l’économie politique et de la morale », « La Science mise à la portée de toutes les intelligences. Le désir de bien-être est légitime ; il peut obtenir satisfaction, mais dans quelles conditions ? »67 (à condition de respecter l’ordre établi et d’accepter une organisation de la production).

51On comprend pourquoi cette chaire théoriquement réservée à la libre recherche en faveur d’une discipline nouvelle apparaît aux contemporains comme la voix du gouvernement. Mais il est facile à l’historien de mesurer combien ce saint-simonisme édulcoré et réduit à l’industrialisme prépare ses auditeurs à l’acceptation à long terme du saint-simonisme officiel qui sous-tend l’action du gouvernement et des hommes d’affaires du Second Empire. C’est dans ce contexte d’approfondissement des divergences entre le fonctionnement de la chaire du Conservatoire des arts et métiers et celle du Collège que se produit la création d’une troisième chaire, en 1846, la chaire des Ponts et Chaussées, confiée au très éclectique Joseph Garnier.

4. La chaire des Ponts et Chaussées : un libéral dans une école colbertiste

  • 68 G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, éd. 1858, article « Duchâtel ».
  • 69 Clément-Joseph Garnier (1813-1881) est élève à l’École de commerce dirigée par Blanqui qui le rema (...)

52Entre 1842 et 1846, une grande campagne libre-échangiste est organisée en France parallèlement à celle de la Grande-Bretagne qui aboutira à l’abolition des corn laws. La région de la Charente-Maritime productrice de Cognac et exportatrice est traditionnellement libre-échangiste. Elle élit Duchatel68 à la Chambre des députés en 1832. Cet ancien rédacteur du Globe en 1830 devient, en 1834 ministre des Travaux publics, de l’Agriculture et du Commerce, en 1836 ministre des Finances, et du 1er octobre 1840 au 22 février 1848, il occupe le ministère de l’Intérieur. Il profite, en 1846, de la poussée libérale et de la campagne libre-échangiste pour obtenir de son ami Dumon, ministre des Travaux publics, la création d’une chaire d’économie politique à l’École des ponts et chaussées. Et surtout, il impose comme titulaire le jeune républicain libéral Joseph Garnier.69

  • 70 François Etner, « l’enseignement économique dans les grandes Écoles », Œconomia, n° 6, 1986, p. 15 (...)
  • 71 Ibid., p. 162.
  • 72 Ibid., p. 162.
  • 73 Voir chapitre précédent.

53Or l’École des ponts et chaussées avait une double tradition : elle associait le calcul économique et l’esprit colbertiste. Était-il plus coûteux que rentable de construire un pont, une route, d’établir un péage ou pas ? l’ampleur des investissements expliquait le caractère quantifié de ces réflexions. « Les ingénieurs des Ponts et chaussées ne pouvaient pas se contenter d’un savoir-faire technologique. Il leur fallait aussi prévoir des dépenses, gérer des budgets, et administrer avec des règles formelles qui les mettraient à l’abri des contingences politiques », explique F. Etner70. Aussi une sensibilisation au rapport coût/utilité, la fabrication d’un devis, la comptabilisation de l’amortissement étaient enseignées dès le début du xixe siècle, souvent dans les cours de construction. Les ingénieurs dont la formation mathématique était élevée apprenaient le reste « sur le tas »71. Mais cette école créée sous l’Ancien Régime gardait un grand souci de servir l’État, et de réfléchir à « la conformité d’un investissement à l’intérêt général »72. Cette attitude en avait fait la cible des Libéraux « le corps des Ponts et Chaussées coûte cher et produit peu » avait dénoncé Jean-Baptiste Say dans son Cours complet73. Il faudrait lui susciter des concurrents. Duchatel et Dumon préfèrent introduire une nouvelle chaire en y nommant un libéral notoire, Joseph Garnier.

  • 74 Procès verbal de la séance du conseil de l’École 30 novembre 1846.

54On comprend alors pourquoi, comme le révèlent les archives de l’École, Joseph Garnier est reçu avec suspicion par l’administration de l’établissement. Le conseil d’administration lui demande de tenir compte de la spécificité de son public. « M. Garnier a été invité à rédiger un programme qui sera définitivement arrêté par l’administration, après avoir été fourni à l’examen du conseil de l’École »74. Or si Garnier a fait ses preuves de polémiste au Journal des économistes, de bon diffuseur du libéralisme à l’École supérieure de commerce, s’il a même su y enseigner l’arithmétique et la statistique, il n’est en rien initié au calcul économique.

  • 75 Archives des Ponts et Chaussées, procès verbal de la séance du conseil de l’École, 20 décembre 184 (...)
  • 76 Procès verbal du conseil d’École, décembre 1847.
  • 77 Procès verbal du conseil d’École, 9 mars 1847.

55Aussi fournit-il un plan de cours prudent et vague, des titres sans contenu. L’administration de l’École n’est pas dupe. Plusieurs membres le font remarquer, et acceptent d’attendre les résultats pour se prononcer.75 Dans l’immédiat, le directeur de l’École assiste en personne à ces cours. Au bout de quelques séances, il constate, navré, que le professeur enseigne essentiellement le bien-fondé du libre-échange. « Malgré les efforts faits par le professeur pour se conformer aux recommandations qui lui ont été adressées de se montrer circonspect en traitant les questions sujettes à controverses, ses opinions sympathiques au principe du “laisser-faire, laisser-passer” et aux doctrines libre-échangistes se manifestent et percent comme en dépit de lui-même dans toutes les parties de son enseignement »76. Or Garnier est soucieux de garder sa tribune et s’efforce à la plus grande souplesse. Toutefois, il est obligé d’admettre qu’il lui faut du temps, pour s’adapter à ce que l’École lui demande. « En ce qui regarde la seconde partie du cours, celle qui a pour objet les applications aux travaux publics, M. Garnier est venu lui exposer que non seulement il n’était pas en mesure de donner cette année cette partie de l’enseignement mais que l’état présent de ses études ne lui permettait pas d’en arrêter le programme et qu’il priait de le guider à cet égard »77. Il s’agit bien d’une nomination idéologique. Les libéraux ont profité d’une modification du rapport de force politique pour tenter d’ouvrir au libéralisme une école traditionnellement colbertiste.

56Quant à la réception du cours par les élèves elle ne peut qu’être appréhendée indirectement. Chaque promotion avait alors une trentaine d’élèves. Le cours d’économie n’a que peu de rapport avec le reste des disciplines, il est marginal, son coefficient est faible. Mais comme toutes les matières marginales dans le cursus des grandes écoles, elle peut contribuer à faire gagner des places dans le rang de sortie. Une note d’assiduité renforce ce phénomène. Le résultat est indirectement fourni par le nombre d’ingénieurs des Ponts intéressés par le libéralisme. Quand, dans les années 1870, la très libérale Société d’économie politique édite un annuaire de ses membres, les ingénieurs des Ponts y sont nettement sur représentés par rapport à ceux des autres grandes écoles qui n’ont aucun enseignement d’économie politique. Quelle qu’ait été la tradition de l’École, les cours n’ont pas été sans échos.

57Cependant, l’action idéologique de Garnier dépasse le cadre de l’École. Ses manuels nombreux et souvent réédités nous décrivent le paradigme du moment. Alors que Blanqui a politisé son cours, que Michel Chevalier a transformé le Collège de France en lieu d’apologie de ce qu’on peut appeler une technocratie, Garnier aux Ponts et Chaussées va s’efforcer par son éclectisme de calmer le jeu, de concilier les familles libérales pour recentrer la discipline sur le problème essentiel du moment, un problème de politique économique : la défense du libre-échange.

  • 78 Richard Arena, « Joseph Garnier 1813-1881 libéral orthodoxe et théoricien éclectique », in l’Écono (...)
  • 79 Ibid., p. 115.

58Cet éclectisme de Garnier se traduit d’abord sur le plan de la méthode78. Définissant la discipline comme « une science à la fois naturelle et morale », il en fait à la fois une science d’observation et une science du raisonnement. Ce faisant, il se contente d’être le porte-parole de « l’orthodoxie scientifique »79, d’exposer « les doctrines les plus généralement admises », sans jamais chercher à faire état d’un point de vue personnel. Il refuse, lui, d’opposer une école anglaise qui serait implacable à une école française plus sociale : la solution des problèmes sociaux est exclusivement économique. C’est une reprise de la pensée de Jean-Baptiste Say, mais dans un contexte beaucoup moins innocent : la crise de 1846-48 est là. L’enseignement de l’économie politique associe le développement et la défense de l’ordre. Par rapport à Dunoyer, le champ de la discipline est restreint : l’économie ne se confond ni avec la morale, ni avec une science globale de la société. Déjà le libéralisme apparaît comme défensif.

  • 80 4 sur 5 des articles proposés par Walras seront ainsi publiés en décembre 1876 sur le bimétallisme (...)

59En même temps, Garnier est l’un des rares libéraux qui manifestera une grande patience à l’égard de Léon Walras, tant que ce dernier défend le libéralisme théorique. C’est lui qui favorise son entrée à la Société d’économie politique et qui aide la publication de ses articles dans l’orthodoxe Journal des économistes80. On retrouve ce même éclectisme doublé d’un souci d’incarner la « science normale », dans sa théorie de la valeur et des prix, et surtout dans sa réflexion sur le rapport des salaires et des profits. Nous le verrons plus loin, à propos de 1848.

60Pour conclure, cette chaire discrète dans une école fermée – mais où l’amateur d’économie politique peut obtenir une dérogation pour devenir auditeur libre – est fondée dans le but de reconstruire l’unité d’un paradigme que les conséquences sociales de la révolution industrielle faisaient éclater.

61Mais une chaire n’est qu’un lieu de diffusion parmi d’autres. Les praticiens libre-échangistes s’impatientent devant la divergence des détenteurs de chaires. La propagation du libre-échange peut être mieux réalisée par l’utilisation de tous les autres médias du temps. C’est ce que tente depuis le début des années 1830 un jeune libraire éditeur, Guillaumin.

II. LE RÉSEAU GUILLAUMIN À L’ORIGINE DU LOBBY LIBÉRAL : LA RÉUNIFICATION DE LA DISCIPLINE

  • 81 L. Le Van Lemesle, « Guillaumin éditeur d’économie politique », Revue d’économie politique, n° 2, (...)

62Guillaumin fait partie de ces inconnus qui font l’histoire. Pendant plus d’un siècle, il n’a bénéficié d’aucune d’étude particulière, seulement quelques notices bibliographiques qui se recopient l’une l’autre dans les dictionnaires de sa maison d’édition. Pourtant, il a joué un rôle très important dans la reconstruction du champ de l’économie politique. Par son activité d’éditeur81, par la sociabilité qu’il a créée autour de ses productions, il a puissamment contribué à la diffusion de l’économie politique au moment où elle devenait une matière « éclatée ». C’est lui qui a construit le groupe de pression à la source de l’enseignement de l’économie politique en France.

A. UN HOMME SORTI DU RANG, FORMÉ PAR LA POLITIQUE

  • 82 « Cet oncle n’était guère tendre à ce qui paraît... Il [en] rappelait la sévérité avec un sentimen (...)

63Son histoire personnelle est caractéristique de la réalité et des limites de la promotion sociale en France dans le premier xixe siècle. Malgré une rigidité sociale apparente, les bouleversements politiques du xixe siècle ont permis à certains individus d’origine très modeste d’accomplir une trajectoire étonnante. Gilbert-Urbain Guillaumin en fait partie. Né dans un village de l’Allier le 14 août 1801, à Couleuvre près de Moulins, il est orphelin de père et de mère à cinq ans. Avec son frère, il est recueilli par un oncle marchand de bois qui les fait travailler très tôt et durement82. Pour échapper à « une condition si peu attrayante », il vient à Paris à 18 ans et trouve une place de commis chez un quincaillier, puis, hasard décisif, dans une maison de commission. Il y entre en contact avec des méthodes commerciales très élaborées et il découvre l’importance du grand commerce. Là aussi, il fait la rencontre décisive de sa vie : il se lie d’amitié avec le gendre du patron, Louis Brissot-Thivars, le neveu du révolutionnaire girondin Brissot-Warville.

  • 83 Arch. nat. Flb 115646, dossier de préfets.
  • 84 P. Béranger (1780-1857), chantre de l’épopée napoléonienne, de l’anticléricalisme, il devient très (...)

64Se qualifiant de « républicain de naissance »83, Brissot-Thivars âgé de 28 ans en 1820 a déjà un passé d’opposant politique. Pour avoir organisé la Garde nationale à Rouen en 1815, il a dû s’exiler deux ans à Bruxelles, non sans avoir provoqué, par contrecoup, la démission de son père, payeur-général à Rouen depuis 25 ans. En exil, il continue à éditer des petits journaux politiques éphémères. De retour en France son activité de journaliste politique d’opposition lui vaut une détention de plusieurs mois. À partir de 1820, la Restauration prend un caractère de réaction de plus en plus marqué. Louis Brissot-Thivars devient libraire, métier classique refuge des opposants. Il entraîne Guillaumin dans son action politique, et lui fait rencontrer d’autres opposants comme Dupont de l’Eure. Ils se font « initier » dans les sociétés secrètes de la charbonnerie. Ils se lient d’amitié avec le poète et le chansonnier Béranger, chantre de la légende napoléonienne84.

  • 85 « À force de volonté, il sut acquérir dans le cours de sa carrière l’instruction qui lui manquait (...)
  • 86 Arch. nat. F18 118.

65L’opposition républicaine sert d’université à l’orphelin autodidacte Guillaumin85. Avec Brissot-Thivars, ils consacrent leur temps libre aux discussions et aux réunions politiques. La librairie de Brissot-Thivars servait de lieu de rassemblement aux opposants, malgré la surveillance de la police. Guillaumin y acquiert une expérience et une conception militante de l’activité de libraire et d’éditeur. En juin 1830, il demande et obtient son brevet de libraire86. L’activité de libraire était soumise à autorisation et les brevets faisaient l’objet d’un examen au ministère de l’Intérieur, puis d’un enregistrement officiel. En fait, les autorisations étaient assez facilement accordées.

66On conçoit avec quel bonheur le petit groupe de conspirateurs accueille la révolution de juillet 1830, perçue comme la liberté retrouvée. Brissot-Thivars y gagne une décoration de « héros de juillet » et quitte l’édition : il obtient en 1831 un poste de directeur de la salubrité et de l’éclairage de la ville de Paris. Guillaumin, lui, reste libraire.

B. DU LIBÉRALISME POLITIQUE AU LIBÉRALISME ÉCONOMIQUE

  • 87 Arch. nat. F18 359.
  • 88 Archives de la Seine (AS), V bis 9123 n°483.
  • 89 BNF, 8° Q 10, catalogue 1832.

67Dans l’enthousiasme qui préside aux deux premières années de la monarchie de Juillet, dans ce temps de latence où toutes les aspirations contradictoires qui ont donné naissance au nouveau régime semblent pouvoir se réaliser, Guillaumin fait preuve d’un activisme politique fébrile. Il devient propriétaire d’un éphémère journal, L’Homme rouge87. Accompagné d’un ami libraire au passage Choiseul, il fait obtenir à un autre libraire journaliste libéral, le rituel certificat de bonne vie et mœurs nécessaire à l’exercice de la profession88. Il a trouvé sa place. Et surtout dans sa propre librairie, il fait vendre les livres de ses amis ou de ses maîtres à penser. Le catalogue de sa librairie, en 1832, nous renseigne sur ses centres d’intérêt et sur son activité de diffuseur89. Il contient quelques classiques comme Montaigne, la Rochefoucauld, les fables de La Fontaine, tous les grands auteurs critiques du xviiie siècle : Rousseau, Voltaire, Beaumarchais, Montesquieu, d’Alembert, Diderot. L’histoire est représentée par deux livres sur la Révolution française (dont l’un est de Thiers), et un livre sur la révolution anglaise. Mais dans ce catalogue de quinze pages, la centaine de livres proposés aux lecteurs occupe dix pages ; les cinq premières pages sont réservées à la publicité, à la mise en valeur des livres jugés les plus importants. Sur ces dix ouvrages, quatre concernent l’ami, le poète populaire Béranger, dont l’apologie de Bonaparte, symbole de la Révolution, contribue à alimenter l’opposition populaire à la Restauration ; l’une des éditions de chansons est suivie des procès intentés à l’auteur. Les chansons de Jacinthe Leclère confirment ce parti pris de diffuser, par la chanson populaire, les thèmes libéraux. Sur les cinq derniers livres mis en vedette, trois sont des œuvres anticléricales comme Le bon sens du Curé Meslier, soit 3/5e pour l’anticléricalisme. Un cinquième concerne le récit de la révolution anglaise, préfacé par Guizot. Le dernier un cinquième, enfin, Les Contes des Mille et Une Nuits (éd. Galland), peut être interprété comme une manière de fronder l’esprit d’ordre moral qui s’était appesanti, officiellement du moins, sur les mœurs depuis 1820. Esprit critique, anticléricalisme, apologie de la révolution dans sa phase libérale, ce catalogue révèle bien les préoccupations majeures du jeune libraire. Elles sont essentiellement politiques, mais insistent sur un libéralisme populaire. Elles ne sont pas encore économiques.

68Mais les résultats pratiques sont décevants. « Ce genre de librairie ne lui produisit que des déboires et ne satisfaisait pas son esprit et sa raison », nous dit J. Garnier, son ami républicain, reconverti, plus tard, comme lui, en apôtre de l’économie politique. La librairie ne couvrait pas ses frais. Par ailleurs les mouvements populaires, par leur forme violente, inquiétaient ces milieux libéraux, épris de l’œuvre de la révolution girondine jusqu’en 1792, mais pas après. Cette réaction spontanée se traduit politiquement nous l’avons vu par l’arrivée au pouvoir du parti de la Résistance incarné par Guizot. Gêné financièrement, gêné politiquement, Guillaumin cherche sa voie.

  • 90 Réunions de la Société d’économie politique, 5 janvier 1865, Journal des économistes, p. 144.
  • 91 Tous les renseignements sur A. Blanqui sont tirés de F. Demier, op. cit.
  • 92 Ibid.

69C’est dans ce contexte qu’il découvre l’économie politique. « Guillaumin s’est consacré à l’économie politique non à la suite d’études approfondies mais par l’effet d’une passion soudaine du genre de celles qui enflamment subitement »90. Il avait une grande soif de savoir. « Son éducation première avait été, je crois, assez négligée », dira plus tard, avec l’euphémisme d’usage dans les discours nécrologiques, Michel Chevalier. Pour acquérir une vision d’ensemble de l’économie politique, Guillaumin décide d’aller suivre, au milieu d’autres adultes, les cours de Blanqui au Conservatoire des arts et métiers. À l’exception des inspecteurs de police en civil (source précieuse), Blanqui séduisait toujours son public.91 C’est la fin du libraire militant politique. C’est le début de l’éditeur militant de l’économie politique. Désormais, il y consacre « une opiniâtreté invincible, une ardeur toujours jeune. Son mobile n’était pas le désir d’en tirer profit quoique rien ne soit plus légitime dans une entreprise commerciale ; c’était la pensée de contribuer au bien public en propageant une science dont il sentait la grande portée et qui répondait plus directement que beaucoup d’autres connaissances humaines à des sentiments très vifs chez lui : l’amour de la liberté, l’amour de l’égalité, la volonté de coopérer de toutes ses facultés au progrès social. Guillaumin était ainsi avant tout un homme de dévouements »92.

  • 93 N. Felkay, « Les libraires de l’époque romantique », Revue Française d’Histoire du Livre, tome V, (...)
  • 94 Témoignage de M. Chevalier, à la Société d’économie politique, 5 janvier 1865.

70Dévouement, enthousiasme, oui... Mais où trouver les capitaux ? Guillaumin en manque, tous les témoignages convergent. Il n’en faut d’ailleurs pas énormément pour fonder une petite maison d’édition à cette époque. Nombre de libraires-éditeurs ont le même profil sociologique que Guillaumin93 mais la survie de leur entreprise n’a rien d’évident. Sur le conseil de Blanqui, Guillaumin chercha de l’aide dans l’entourage de Jean-Baptiste Say. « Il trouva un concours empressé dans les capitaux de diverses personnes qui avaient du goût pour la science économique, et particulièrement d’Horace Say, fils d’un des maîtres les plus réputés de la Science »94.

  • 95 AS DQ7 10.052.
  • 96 Dictionnaire d’économie politique, tirage 1864, éd. Guillaumin, article « Horace Say ».

71L’acte de fondation de la société d’édition Guillaumin-Levasseur et Cie est enregistré le 27 janvier 183595. C’est un acte sous-seing privé, passé devant un agréé. Il ne contient pas le montant des capitaux apportés. Mais la médiation du fils aîné de Jean-Baptiste Say, Horace Say, nous montre quel type de milieu aide à la fondation d’une maison d’édition consacrée à l’économie politique. Horace Say a reçu, comme son père, la formation caractéristique des négociants protestants. Né en 1794 en France, il fait ses études à Genève, puis est envoyé en stage chez un parent négociant, Delaroche-Delessert, qui a deux maisons de négoce à Nantes et au Havre. Il fait ensuite un voyage aux États-Unis, puis au Brésil où il reste de 1815 à 1825. Il fonde sa propre maison de commerce et fait fortune. Dans son cas, l’économie politique n’est pas dénuée d’efficacité pratique. En 1835, il est nommé juge au tribunal de commerce de la Seine, il est aussi membre de la chambre de commerce96 : c’est un notable. Pour la première fois, mais pas la dernière, il réunit des fonds pour une initiative de Guillaumin. Le capital vient donc des milieux du haut négoce libre-échangiste.

72Ce double aspect fait de l’expérience Guillaumin une destinée « exemplaire », au sens de caractéristique de certains aspects de la vie sociale du premier tiers du xixe siècle. La destruction de l’Ancien Régime lui a permis de donner sa mesure. La maison d’édition qu’il consacre à l’économie politique naît à la fois d’un transfert de forces et d’amitiés politiques et de l’appui du grand négoce libéral. Le programme commun à ces deux groupes sociologiquement très différents s’établit sur le thème de la libération de la circulation. Lutter contre les blocages, les séquelles de l’Ancien Régime économique (octrois, taxes, réglementation des boulangeries, protectionnisme) permet à la fois de libérer l’activité économique des négociants, et de réaliser le progrès social. Les deux buts restent associés.

C. DU GROUPE DE SOCIABILITÉ AU GROUPE DE PRESSION LIBRE-ÉCHANGISTE : 1835-1848

1. Le groupe de sociabilité

  • 97 F. Dernier, op. cit., p. 399-401, voir note 10.
  • 98 Journal des économistes, 1865, p. 113.

73Tout part du groupe de sociabilité. Il y a un cercle Guillaumin, comme il y a un cercle des Say ou un cercle des Blanqui97, compte tenu que chacun fréquente les deux autres. Horace Say fait figure de mécène des libéraux. Adolphe Blanqui, professeur à l’École supérieure de commerce, est devenu en 1830 le propriétaire de l’École. Il est élu en 1838 à l’Académie des sciences morales et politiques. Le cercle de Guillaumin, beaucoup plus modeste matériellement, est centré sur sa librairie voisine de son domicile, rue de Richelieu. Sa femme meurt en 1835. Il élève lui-même ses deux filles, Félicité et Pauline, qui sont mêlées quotidiennement à son œuvre et la poursuivront après sa mort. Au départ, c’est un cercle familial mêlé au travail d’une petite entreprise98. Ce cercle est élargi aux amis politiques et en particulier à Brissot-Thivars. Nous avons vu sa promotion grâce à la monarchie de Juillet. Il reste l’ami de toujours. Mais Béranger et Dupont de l’Eure fréquentent la maison Guillaumin. La famille et les vieux amis politiques forment le premier noyau.

2. Du cercle d’ami au groupe de pression

74Le cercle s’élargit à l’occasion des actions maîtresses en faveur de la politique libre-échangiste, organisées autour de la maison d’édition. Ce sont dans l’ordre chronologique la rédaction et l’édition du Dictionnaire du Commerce et des marchandises (1837), la création du Journal des économistes (1841), la fondation de la Société d’économie politique (1842). Quant à l’action d’édition proprement dite, elle accompagne ces actions et leur fournit un soutien théorique. Nous insisterons sur le premier ouvrage, le Dictionnaire, où la part personnelle de Guillaumin est très caractéristique et pour lequel il a consacré tant de forces, que ses biographes contemporains attribuent au travail consacré à ce dictionnaire la mort prématurée de l’éditeur, en 1864.

a. Le Dictionnaire du Commerce et des marchandises : 1837

75Dès 1834, Guillaumin avait envisagé de publier en français le Dictionnaire anglais du Commerce et des marchandises de Mac Culloch. Mais constatant les lacunes de l’ouvrage, il décide de le refondre et de le compléter. C’est un projet d’Encyclopédie du commerçant qui, sous forme alphabétique, expose toutes les connaissances nécessaires à celui qui s’occupe d’affaires. Immédiatement, Horace Say s’y intéresse. Il facilite à Guillaumin la collaboration des plus grands négociants français, des membres des chambres de commerce qui acceptent de rédiger des articles sur les grands ports, sur des produits : Kaufmann de Lyon rédige les articles sur la soie, sur Lyon, sur Saint-Étienne ; Halphen sur les diamants, les émeraudes, etc. Legentil, parent de Say, rédige les articles « draperies » « cotonnades », etc. Say lui-même rédige les articles sur les villes d’Amérique latine, mais aussi sur les chambres de commerce, etc. Le directeur des fonderies d’Imphy rédige l’article « Cuivre ». La nomenclature des collaborateurs bénévoles du Dictionnaire dessine la carte des milieux libre-échangistes.

76De son côté, Guillaumin est resté en contact avec Adolphe Blanqui. Celui-ci lui a présenté ses meilleurs disciples, Joseph Garnier, républicain, son futur gendre et Adolphe Biaise, son élève au Conservatoire, qui tous deux publieront bientôt le cours de Blanqui... chez Guillaumin. Cela pour l’approche impressionniste.

  • 99 Conservé à la Bibliothèque nationale.

77Le prospectus de publicité du Dictionnaire99 qui paraît en 1837 et en 1839, qui sera remanié profondément pour l’édition de 1859 sous le titre Dictionnaire du Commerce et de la Navigation, a été conservé. Il nous permet une étude quantitative plus précise des collaborateurs. Publicistes, intellectuels s’intéressant à l’économie politique ne représentent que 30 % des auteurs, les grands négociants et les directeurs de fabrique 32 %, les intermédiaires favorisant le commerce (courtiers agréés, consuls, etc.) 12,8 %, les techniciens au sens large (ingénieurs, chimistes, enseignants de comptabilité, de change ou d’arithmétique commerciale, employés de l’administration économique) 25 %, dont 10 % pour ces derniers.

Sociologie des collaborateurs du Dictionnaire du Commerce et de la Navigation

Sociologie des collaborateurs du Dictionnaire du Commerce et de la Navigation
  • 100 Sur les 2200 pages du dictionnaire, nous avons évalué la surface des articles sur un échantillon d (...)

78La répartition des articles qui privilégient les faits concrets – la géographie commerciale, les marchandises, les mécanismes – laisse une place très résiduelle aux articles théoriques et renforce cette répartition au profit des praticiens100.

  • 101 Prospectus de 1841.

79On voit comment s’est construit et démultiplié le réseau Guillaumin. La collecte des articles n’aurait pas été possible sans l’accord de pensée des collaborateurs, puisque Guillaumin ne pouvait guère les payer : « C’est à ces considérations – l’utilité générale de notre œuvre et à sa marche consciencieuse – à ces considérations seules, il faut bien le remarquer, que nous devons la coopération des hommes éminents qui nous ont prêté leur concours... Nous sommes fiers d’une collaboration qui ne s’obtient pas à prix d’argent »101.

  • 102 Journal des économistes. 1865, p. 118. Témoignage de Garnier.

80À cette occasion les qualités spécifiques de Guillaumin se révèlent. Ce n’est pas un travail courant d’éditeur qui choisit parmi les manuscrits qu’on lui propose et qui s’efforce ensuite de les vendre. Il s’agit ici de susciter une œuvre et la grande difficulté est de gérer les collaborateurs. « Il faut savoir demander et obtenir certaines modifications des auteurs, besogne délicate et difficile quand on a affaire à des hommes dont l’âge, la position, le caractère ou les prétentions plus ou moins fondées exigent des précautions ou des ménagements... Guillaumin avait une connaissance exacte des qualités des écrivains dont il savait se faire des amis et un tact tout particulier pour connaître l’avis des uns et des autres, faire accepter les conseils, obtenir des modifications. C’est ainsi qu’il a provoqué plus d’une œuvre qui dans son insistance et son concours, n’auraient pas vue le jour »102.

  • 103 Préface du Dictionnaire du Commerce et de Navigation.
  • 104 Étudiés par J.-Cl. Perrot, « Le premier dictionnaire d’économie politique en langue française », R (...)

81Le dictionnaire s’adresse aux grands négociants comme aux marchands de détail, aux intermédiaires (banquiers, courtiers, armateurs) comme aux manufacturiers. Il veut aussi toucher « dans et hors du commerce les esprits distingués qui tiennent à posséder une instruction générale, à savoir le pourquoi et le comment des choses »103. Dès 1837, dans son prospectus, il revendique comme spécificité l’ampleur des connaissances proposées en géographie et en jurisprudence commerciale. Son but est très différent de celui des dictionnaires du xviiie siècle104. Il s’agit ici d’échapper à la routine frileuse qui engendre le protectionnisme et de puiser dans ce réservoir de connaissances scientifiques les moyens de maîtriser l’innovation définie de façon très schumpéterienne dans quatre de ses principaux aspects : inventions, perfectionnements, applications nouvelles, modifications des marchés.

  • 105 Le prospectus précise que l’ouvrage anglais coûte 75 francs, et « le nôtre beaucoup plus étendu, n (...)

82Les résultats commerciaux semblent avoir été bons puisque le Dictionnaire est réédité en 1839, puis après de profondes modifications en 1859. Il coûtait pourtant 42 F. Mais on pouvait souscrire pour 80 livraisons au prix de 30 centimes chacune pour Paris, 40 centimes pour les départements ou s’abonner pour 80 livraisons (24 F à Paris, 52 F dans les départements)105. On voit comment le cercle politico-familial s’est élargi au monde du grand négoce et aux intellectuels libéraux, à l’occasion d’une œuvre précise destinée à la promotion et à la libération du grand commerce.

b. Le Journal des économistes, 1841

83Ce monde du grand négoce est particulièrement mécontent de l’éclatement de la discipline tel que le révèle le fonctionnement des chaires. Il favorise l’activité de Guillaumin qui propose un modèle de diffusion plus fiable de l’économie.

  • 106 M. Lutfalla, « Aux origines du libéralisme économique en France : le Jounal des économistes », Rev (...)
  • 107 Journal des économistes, 1865, p. 115.
  • 108 Ibid. Th. Fix avait dû abandonner la publication de la Revue mensuelle d’économie politique, 5 vol (...)

84Nous serons plus rapide pour la création du Journal des économistes, déjà étudiée par ailleurs106. Le rôle de Guillaumin y est très important. D’abord, il pourvoit au financement du nouveau mensuel « grâce au concours de quelques amis de la science et de quelques amis particuliers »107. Nous retrouvons Horace Say et ses parents, les négociants Chevreux, Legentil, les héritiers des Idéologues déjà au berceau du libéralisme au début du siècle, comme Victor de Tracy, et les amis de toujours, comme Brissot-Thivars. Ensuite, Guillaumin choisit Blanqui comme rédacteur en chef et charge Louis Reybaud, déjà collaborateur du Dictionnaire de faire l’exposé d’intention du nouveau mensuel. Les deux orientations s’équilibrent. Enfin, il fait appel à toute sa conviction de militant pour résister à ceux qui lui rappellent l’échec d’une expérience récente108. De fait, grâce à son réseau déjà constitué, il obtient quatre cents abonnements dès la première année, ce qui pour une publication de ce genre est un succès de librairie. Le Journal des économistes élargit le réseau Guillaumin aux économistes étrangers comme l’éditeur en prendra conscience avec plaisir, lors du Congrès international des économistes en 1847. Ce Journal est en fait une revue mensuelle qui associe des articles de fond sur l’économie politique et d’autres consacrés aux problèmes concrets du présent. Il expose les raisons théoriques et pratiques qui militent en faveur du libre-échange. Très vite, il recense aussi les publications économiques nouvelles et signale comme des victoires toute action théorique ou pratique en faveur du libéralisme.

c. La Société d’économie politique, 1842

85Le Journal des économistes, par son succès, démontre qu’une demande sociale existe. Pour y répondre une société de pensée est fondée. On ne dispose malheureusement sur elle d’aucune source autre que ce qu’elle ou ses sympathisants en disent. Un minimum de faits peut cependant être établi grâce aux comptes rendus de ses séances, publiés par le Journal des économistes d’abord, puis par elle-même plus tard en 1882 sous la forme des Annales de l’économie politique. Nous soulignons ici le rôle joué par Guillaumin, préférant revenir sur le fonctionnement de la Société au début des années 1860.

  • 109 Journal des économistes, p. 116, et article « Société d’économie politique », dans Dictionnaire de (...)
  • 110 L. Say, J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1891, article « (...)

86Guillaumin a contribué à sa fondation et à son maintien, « plus que qui que ce soit, par son zèle pour la science, son entente des réunions, et les qualités de son esprit »109. En effet, certains notables de l’enseignement de l’économie, certaines personnalités venaient d’échouer dans une tentative analogue. Le très officiel professeur au Collège de France, Rossi, et le comte d’Esterno, spécialiste d’agriculture, avaient voulu fonder une société savante. Mais après quelques séances de plus en plus désertées, ils venaient d’y renoncer. L’idée est pourtant dans l’air. Guillaumin réunit J. Garnier et A. Biaise, les disciples de Blanqui, pour étudier le problème. Leur diagnostic ? Rossi et d’Esterno ont donné une forme trop académique à leur société, doublant ainsi inutilement l’Académie des sciences morales et politiques. Nos trois amis décident alors de dîner ensemble une fois par mois. On s’entretiendra d’économie politique à la fin du repas. Ils sont cinq en novembre 1842, 80 en 1849, 117 en 1859. Il faudra plus tard fixer un nombre maximum. Le but assigné en 1842 était de « grouper les amis de la Science (économique) et de veiller à ses intérêts et à ses progrès ». En fait, à côté de la trilogie que nous connaissons bien, des militants amis de Guillaumin, des praticiens et des publicistes, elle permet « à des hommes de positions très différentes, de sentiments politiques très divers, et ayant pour la plupart une grande influence par leur action et leurs écrits de se rencontrer sur le terrain neutre de la science, de s’y éclairer mutuellement et d’y puiser comme une impulsion indirecte ou au moins un enseignement profitable »110.

  • 111 Gabriel Galvez-Behar, l’économie libérale en société, mémoire de maîtrise sous la direction de Chr (...)

87Il s’agit donc là, en l’absence d’institutions d’enseignement officielles, d’une forme particulière de diffusion en direction des Notables et des hommes de pouvoir. Guillaumin ne prend dans le bureau que le poste modeste de questeur. Il fournit surtout à la société de pensée le modèle de fonctionnement informel de son cercle d’amis-collaborateurs. Cette société est appelée à un grand succès au temps du Second Empire et ses débats restent un bon reflet des préoccupations économiques jusqu’à la fin du xixe siècle111.

d. L’édition des grands classiques et des économistes contemporains

88La politique d’édition est évidemment au service de la discipline, mais les choix accompagnent l’action en faveur de la politique économique. On est au début de la campagne de Cobden pour l’abolition des corn laws.

  • 112 Signalons que 1/15e de la surface réservée à la réflexion sur les réformateurs sociaux et sur les (...)

89Le catalogue de 1841 consacre 1/15e de sa surface au Journal des économistes, autant qu’à La Richesse des nations d’Adam Smith, qu’à l’Histoire de l’économie politique en Europe depuis les anciens jusqu’à nos jours de Blanqui ou qu’aux Études sur les Réformateurs contemporains de Louis Reybaud, accompagnées d’une Histoire des prisons de la Seine, par B. Maurice112. Mais Jean-Baptiste Say garde la part du lion avec 3/15e du catalogue à lui seul ; l’accent est mis sur son cours, plus simple, plus vivant que sur le traité. C’est de l’édition militante.

  • 113 Les Économistes financiers français du xviiie siècle, tome sur Boisguillebert, p. 158.
  • 114 Préface d’E. Daire, 1843, p. V.

90Mais, au-delà des besoins conjoncturels, les Libéraux ont aussi besoin de racines, d’un passé, d’un Panthéon. Comme la bourgeoisie de leur temps, libérale ou pas, les économistes en face d’une histoire officielle qui légitimait l’Ancien Régime, éprouvent le besoin de situer leur combat dans un maillon « de cette chaîne savante qui s’est formée successivement jusqu’à nos jours »113. Dès 1841, Guillaumin lance la Collection des principaux Économistes destinée à reproduire « le mouvement graduel de la science ». L’école physiocrate y est naturellement représentée par tous ses grands noms mais sont aussi réédités Vauban, Boisguillebert, Law, Melon et Dutot, eux qui « ont marché les premiers à la conquête des vérités économiques, qui sont les véritables précurseurs de l’école physiocratique dont Quesnay fut le chef et de l’école industrielle qui eut A. Smith pour fondateur ». Ils ont « réhabilité le travail », « flétri la guerre, cet horrible fléau » et ont eu « l’honneur de n’avoir pas cherché le bien en dehors des limites du possible »114. Chaque texte des auteurs est accompagné de notes explicatives et d’une préface permettant de situer leur apport. Cette collection est complétée par la publication des Économistes contemporains parmi lesquels Malthus (1845), pour lequel le gendre de Jean-Baptiste Say, Charles Comte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, avait écrit un texte pouvant servir de préface, Ricardo (1847), Sismondi, Rossi.

  • 115 Guillaumin s’associe à J. Garnier, puis à M. Block pour réunir cette documentation.

91Quant aux progrès réalisés dans la conquête du champ du savoir, l’Annuaire de l’Économie politique, à partir de 1844, les décrira tant sous l’angle de la diffusion des thèmes à promouvoir, que de la documentation chiffrée « dispersée et perdue dans des in-folio administratifs ou dans les recueils étrangers »115. Cet annuaire deviendra un des outils statistiques du xixe siècle.

92On voit la place de la maison d’édition Guillaumin dans ce qui est devenu le lobby libéral, en 1846 : une maison d’édition, un mensuel, une société savante, des publications qui s’efforcent de répondre au coup par coup aux problèmes suscités par la conjoncture autant qu’aux besoins de la réflexion scientifique. Dans ce réseau, le rôle de Guillaumin s’y retrouve à la fois, modeste et fondamental : il réunit les fonds – toujours avec la médiation d’Horace Say. Il réalise les nouveaux projets. Il crée une bibliothèque pour l’adulte amateur d’économie politique, celui qui n’a guère de chance de se former grâce au système d’enseignement. Son réseau d’amitiés est devenu un véritable groupe de pression. Désormais, les Libéraux français peuvent se réunir, s’exprimer et agir au travers de cette organisation informelle.

  • 116 Le libre échange, Journal de l’association pour la liberté des échanges, novembre 1846. Il prend e (...)

93Le groupe de pression prend une dimension internationale lors de la campagne libre-échangiste de 1846. Des contacts étroits se nouent avec Cobden. Les libéraux français et tout particulièrement Bastiat font une campagne parallèle contre le protectionnisme. Dans ce but, un journal de combat Le libre échange116 est fondé à Bordeaux. Comme toujours le Journal des économistes appuie l’action entreprise :

  • 117 Journal des économistes, tome LXVI, 6e année, décembre 1846, p. 95.

94« La réforme douanière a maintenant un hebdomadaire spécial, Le Libre Echange auquel il sera permis de sortir du calme scientifique et de se mettre, si besoin, est à la poursuite des sophistes dont le privilège se fera des armes avant de succomber. Il sera au Journal des économistes ce que l’Association de la Liberté des Echanges et l’Académie des sciences morales sont à la société toute scientifique des économistes. Aux uns la tâche de faire pénétrer une vérité déjà bien vieille dans la pratique, aux autres d’en élaborer de nouvelles pour de futures propagandes. Le travail se féconde en se divisant »117.

  • 118 Journal des économistes, 1865, p. 117.

95Conçue comme indissociable du libre-échange, l’économie politique reçoit des témoignages de reconnaissance, tout comme ses médiateurs. Les villes libérales élisent des économistes comme députés, Blanqui par exemple en 1846 à Bordeaux. Il avait d’ailleurs étudié les activités de la ville dans son cours du Conservatoire des arts et métiers. Les congrès internationaux confirment cette reconnaissance des libéraux français. Au congrès de Bruxelles de 1847, Blanqui pose les problèmes de la diffusion internationale de l’économie politique associée au libre-échange. Par voie de conséquence, le domicile et la librairie-édition Guillaumin de la rue de Richelieu deviennent un passage obligé pour tout économiste étranger qui vient à Paris. « Célèbres ou inconnus, Guillaumin les accueillait avec une égale affabilité et l’éditeur se doublait pour eux d’un conseiller plein de tact et d’un ami au cœur chaud » témoigne l’économiste libéral belge Molinari118.

96Maison d’édition, société de pensée, revues sont donc bien au cœur de ce nouveau groupe de pression. En 1848, le réseau Guillaumin semble bien à l’apogée de sa courbe. Mais un apogée est aussi un point de retournement : 1848 et l’empire autoritaire vont mettre à l’épreuve cette organisation.

III. LA MISE À L’ÉPREUVE DU RÉSEAU

97Ces renversements sont de deux sortes. En 1848, lors de la révolution de février, tous les horizons paraissent ouverts. Entre la poussée socialiste et la possibilité d’une république libérale, rien n’est joué. Mais les libéraux perdent la partie devant la force profonde des protectionnistes. Ensuite l’empire autoritaire renforce la surveillance policière de l’opinion et contraint le lobby à une stratégie défensive prudente et nuancée. Mais 1848 marque une véritable rupture entre les libéraux et la pensée sociale de Blanqui par exemple.

A. 1848 ET L’ESPOIR DÉÇU D’UNE RÉPUBLIQUE LIBÉRALE

  • 119 Comme le souligne F. Demier dans sa thèse.
  • 120 L. Say, J. Chailley, Nouveau dictionnaire..., op. cit., article « Dussard ». Il avait été directeu (...)
  • 121 Arch. nat. F1b/156 dossier 46.
  • 122 Arch. nat. F1b/156 dossier 17 bis.
  • 123 Arch. nat. F1b 15646 discours à la garde nationale.
  • 124 Ibid.

98Pourtant, 1848 représente d’abord l’espoir d’une république libérale. Cet espoir explique le ralliement de plusieurs personnalités au nouveau régime. C’est le cas de Garnier « républicain de toujours » comme il se définit lui-même, ami d’Armand Carrel119. Hippolyte Dussard120 qui a succédé en 1843 à Blanqui comme rédacteur en chef du Journal des économistes, devient préfet de la Seine-Inférieure121. Brissot Thivars se rallie lui aussi et devient préfet du Finistère122. Explicitement, il croit revivre en 1848 l’unanimisme de la fête de la Fédération, qu’il évoque en octobre 1848, devant ses nouveaux administrés. « Que la république sage modérée, indulgente à tous, secourable à tous, soit notre Arche sainte. C’est le Dieu fait homme qui a fondé la première grande République. La République est la réalisation des préceptes chrétiens »123. Quant à la fête de la Fédération, « un immense cri d’allégresse et d’espérance s’éleva vers le ciel. Tous les cœurs étaient unis dans un même élan d’amour pour la patrie. C’était un beau spectacle que celui d’une nation qui édifie l’avenir sur la base de la liberté, de l’égalité, de la fraternité ». Sa proclamation aux habitants du Finistère confirme cette volonté de conciliation : « Homme de bienveillance et de conciliation je ne vous apporte ni théories nouvelles ni téméraires expérimentations. Je veux seulement mettre à profit les leçons du passé [...]. De longues années de travaux administratifs m’ont donné quelque expérience des affaires... Vous me prêterez assistance. Nous travaillerons ensemble à adoucir le sort de ceux qui souffrent et il y en a parmi vous... nous préparerons graduellement la paix et le bonheur de l’avenir en faisant entrer tous nos frères sans exception dans les voies du progrès évangélique et de la normalisation »124.

  • 125 Journal des économistes, 1848, p. 47.

99Mais à Paris, la situation est perçue différemment : la poussée « socialiste » inquiète les libéraux. « Il fallut faire simultanément tête au socialisme, à la Réglementation et au Réglementarisme sous toutes ses formes »125.

B. LA DÉFENSIVE

  • 126 W. Wright, « L’École nationale d’Administration de 1848-1849 », Revue historique, n° 517, janvier- (...)
  • 127 Alfred Jourdan, « De l’enseignement de l’économie politique », Revue d’économie politique, 1887, n (...)
  • 128 Arch. nat. F17 13556 (chaire n° 24).
  • 129 J. Walch, Michel Chevalier, op. cit., p. 444-480.
  • 130 Confié à Garnier-Pagès.

100Le combat défensif des libéraux est à la fois institutionnel et idéologique. Il est institutionnel parce que le 7 avril la chaire d’économie politique du Collège de France détenue par Michel Chevalier est supprimée par Hippolyte Carnot, ministre de l’Instruction publique. Le Collège est le lieu d’implantation d’une nouvelle École d’administration126. Hippolyte Carnot127 a attaché son nom à ce projet mais Le Play en a été aussi un fervent partisan. Dans cette école républicaine destinée à former les futurs administrateurs, l’économie politique occupe une place normale, mais un contenu différent de celui que lui attribuaient les libéraux. L’enseignement de l’économie est divisé en cinq chaires : économie générale et statistique de la population, économie générale et statistique de l’agriculture, économie générale et statistique des mines et manufactures, économie générale et statistique des travaux publics, économie générale et statistique des finances et du commerce128. La discipline devient une description positiviste, une sorte de géographie économique qui laisse au gouvernement toute liberté de décision sur la politique économique qu’il aura à choisir. Le saint-simonisme et le libéralisme pur ne convergeaient pas seulement sur le libre-échange. Ils refusaient autant la philanthropie que l’idée de lois sociales et croyaient à une solution économique des problèmes sociaux129. La Commission des hautes études scientifiques et littéraires, présidée par Jean Reynaud, expose ainsi ses motifs : « l’économie politique ne se composant jusqu’à ce jour que de systèmes disputés, sans aucun droit à la fixité, il pouvait y avoir du danger à attacher de jeunes esprits à l’un de ces systèmes plutôt qu’à un autre ; et que la véritable économie politique n’étant autre en définitive que la science de la politique et de l’administration, les cours proposés pour cette science et son perfectionnement devaient suffire. Néanmoins, comme il peut être avantageux, ne fut-ce que pour les dominer, de connaître d’une manière sommaire la succession de ces différents systèmes, elle a demandé dans ce but quinze leçons qui pourraient, à ce qu’il semble, se rattacher utilement comme introduction au cours d’économie générale des finances et du commerce »130.

  • 131 A. Jourdan, « De l’enseignement... », art. cit., p. 5.
  • 132 Elle comprenait Léon Faucher, De Tracy, Horace Say, Dussard, Garnier, Renouard, Molinari (le 23 av (...)
  • 133 À partir de ce moment, les militants libéraux, regroupés autour du Journal des économistes, passen (...)

101S’agit-il, comme le croyait Alfred Jourdan131, d’une méconnaissance totale « de ce qu’il faut appeler économie générale ? » Non, le différent est politique. Jean Reynaud s’en explique : « Il s’agissait de remplacer l’économie politique monarchique et constitutionnelle par une économie politique républicaine ». À la délégation132 de la Société d’économie politique venue tenter une démarche en faveur de la chaire d’économie politique du Collège, Lamartine répond plus précisément. « l’intention du ministre a été de multiplier sous d’autres formes l’enseignement de cette science qui n’est pas seulement une science spéculative mais qui doit devenir selon moi, une science administrative. Mais cette science, citoyens, ne doit plus être comme autrefois la science de la richesse. La République doit et veut lui donner un autre caractère. Elle veut en faire la science de la fraternité, la science par les procédés de laquelle, non seulement le travail et ses fruits seront accrus, mais par laquelle une distribution plus générale, plus équitable, plus universelle de la richesse s’accomplira entre le peuple tout entier. L’ancienne science ne s’occupait qu’à faire des individus riches ; la nouvelle s’appliquera à faire riche le peuple tout entier »133.

  • 134 Selon le dossier F17 13556, liasse n° 24, par décret du 14 septembre 1848.
  • 135 Ce qui explique l’erreur chronologique de Levasseur.

102Cette action du gouvernement provisoire de la Seconde République est éphémère. Le projet mal préparé n’était pas viable tel quel. La chaire du Collège est rétablie134 et Chevalier la réoccupe à partir de décembre de la même année135.

103Nous nous sommes attardé sur cette tentative éphémère, parce qu’elle présente un caractère important : c’est la première tentative systématique pour dissocier l’enseignement de l’économie politique du libéralisme, tout en l’intégrant dans la formation des administrateurs. Elle n’est plus considérée ni comme la philosophie du temps, ni comme une branche du technique supérieur ; elle devient une des matières fondamentales dans la formation des administrateurs. Elle relativise le libéralisme en le replaçant dans une étape de l’histoire des doctrines, et elle insiste sur les possibilités d’action de l’État en faveur d’une meilleure répartition des richesses.

  • 136 É. Levasseur, art. cit.
  • 137 Journal des économistes, juin 1850.

104L’autre contre-offensive, venue des milieux protectionnistes, paraît d’abord ne mériter qu’une brève mention par sa banalité : le Comité des manufactures rédige un vœu adressé au Conseil supérieur des arts et manufactures136 contre les professeurs d’économie politique (Chevalier, Blanqui, Wolowski, Garnier), accusés de confondre enseignement économique et propagande en faveur du libre-échange. La violence du ton n’est pas neuve : « Si vous émettez ce vœu, leur dit Michel Chevalier, nous le considérerons comme une lettre morte, attendu qu’il est formellement contraire à l’article 13 de la Constitution. » « On vous cassera aux gages », lui répond l’un des protectionnistes137. Ce qui est neuf, c’est la façon dont est posé clairement le problème du droit pour les professeurs d’économie à enseigner une politique économique différente ou contraire à celle du gouvernement du moment : « Que dans les chaires publiques et salariées par le Trésor le professeur s’abstienne rigoureusement de porter la moindre atteinte au respect dû aux lois en vigueur ; de faire naître par ses discours, la défiance, la division, la haine entre les citoyens ; d’attaquer les bases constituées de la société et surtout de rien dire qui puisse provoquer à la désobéissance aux lois de l’État et à la résistance à leur exécution ». La politique protectionniste est assimilée à une institution.

105En fait, le Conseil prend une attitude de compromis. Il est soucieux de ménager les économistes qui viennent de prendre une part active à la lutte contre les socialistes, il refuse donc d’adopter la partie du vœu citée plus haut, et n’en adopte que le début : « Que l’économie politique soit enseignée par les professeurs rétribués par le gouvernement, non pas au point de vue théorique du libre-échange, mais aussi et surtout au point de vue des faits et de la législation qui régit l’industrie française ». Ainsi, que le problème soit posé en termes généraux ou qu’il soit posé en termes particuliers, c’est toujours la transformation des chaires d’économie en tribunes du libre échange qui freine l’organisation d’un système d’institutions d’enseignement de l’économie politique.

106Curieusement la chaire de J. Garnier est épargnée. Elle ne sera menacée qu’en 1850, quand le protectionniste Conseil général de l’agriculture des manufactures et du commerce décide sa suppression. Grâce à Louis Wolowski, député, la chaire est rétablie. À chaque pas le Journal des économistes se fait l’écho de la lutte et ses livraisons des deux années 1848-1849 lui sont presque toutes consacrées.

107Mais le combat est surtout idéologique. Le groupe des libéraux coordonne son action avec celle de l’Académie des sciences morales et politiques. Dès février 1848, Garnier et Wolowski, républicains, prennent la parole dans les différentes assemblées et en particulier devant la commission du Luxembourg. Tous deux s’opposent au « prétendu droit au travail » ; et surtout ils se battent sur le thème de la convergence des intérêts des patrons et les ouvriers. Joseph Garnier, en particulier, écrit une défense et une justification du profit : toute hausse des salaires réduit les profits puisque les salaires sont un coût pour l’entrepreneur. Ce dernier est alors privé des moyens nécessaires pour maintenir ou créer des emplois. Les remèdes aux bas salaires ne peuvent pas être trouvés à partir de décision politique. Le salaire est déterminé par le marché. Il est gouverné par le rapport entre l’offre et la demande de travail. La baisse des profits diminue la demande patronale de travail. Les ouvriers ont donc, comme les patrons, intérêt a la hausse des profits. Pour obtenir une hausse des salaires, le véritable moyen est de réduire l’offre des travailleurs sur le marché. Les ouvriers doivent diminuer leur propre nombre, rendre leur offre plus rare en contrôlant les naissances. Le problème des salaires se règle de façon naturelle par le malthusianisme et non par des décisions artificielles.

  • 138 Académie des sciences morales et politiques, séance du 12 août 1848.
  • 139 Charles Lyon-Caen, « Historique de l’Académie des sciences morales et politiques », séance publiqu (...)
  • 140 Collection des Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, 4e.
  • 141 Dont F. Demier souligne l’isolement à partir de cette date.

108Ces interventions nous sont d’autant mieux connues qu’après les journées de juin 1848, l’Académie des sciences morales et politiques décide d’éditer ces prises de position. « l’œuvre de force a cessé, il faut poursuivre l’œuvre de discussion et de la plume »...138 « [L’Académie] persuadée qu’il ne suffisait pas de rétablir l’ordre matériel par la force si on ne rétablissait pas l’ordre moral, qu’il importait de pacifier les esprits en les éclairant [estime nécessaire] de rappeler de salutaires vérités et de contribuer pour sa part à faire avancer la société vers l’ordre dans la liberté et vers la prospérité par le travail »139. Jusqu’en 1851, l’Académie édite donc une douzaine de brochures de faible prix140 sur les thèmes de la nécessaire inégalité des richesses, les devoirs respectifs des hommes et de la société. V Cousin, Thiers, Miguet y contribuent. Mais pour notre sujet, les économistes sont très actifs et les titres à eux seuls sont souvent parlants : Le socialisme c’est la barbarie (A. Cherbulliez). L’organisation du travail de G. De Puynode expose à quel point c’est en fait une forme d’esclavage. Les comptes rendus des discours des économistes à l’Assemblée nationale sont édités par Guillaumin avec une introduction critique de Joseph Garnier. L’année 1848 est donc, pour le lobby libéral, l’occasion d’une rupture avec les préoccupations sociales de Blanqui141. Utilisé comme outil de lutte contre le socialisme, le libéralisme devient désormais prioritairement la doctrine de la conciliation des intérêts sociaux. On comprend alors pourquoi il devient un symbole de conservatisme.

C. RÉVOLUTIONNAIRES QUAND MÊME ?

109Cependant cette vision – exacte – est par trop unilatérale. En effet, les libéraux restent très attachés à la Révolution de 1789 et sont convaincus de lutter encore pour la mise en œuvre de ses véritables acquis. Le tournant vers le Libéralisme totalement conservateur nous semble, de ce fait, devoir être reporté à une trentaine d’années plus tard, durant la décennie 1880, quand l’école de Le Play se substitue aux hommes du réseau Guillaumin, pour mener le combat du libéralisme.

  • 142 Alcide de Fonteyraud, « La vérité sur l’économie politique », Journal des économistes, août 1848, (...)
  • 143 Ibid., p. 5.
  • 144 Ibid., p. 3.

110En effet, tout en se battant contre les discours socialisants, le Journal des économistes consacre ses livraisons de 1848 à des éditoriaux plus polémiques que d’habitude, mais destinés à actualiser l’attitude des économistes libéraux devant l’actualité politique. Le long éditorial, « La vérité sur l’économie politique »142, est théoriquement destiné à défendre la discipline devant les attaques de ceux qui ont supprimé la chaire de Michel Chevalier. En fait par son ton, son vocabulaire même, il réaffirme le rapport des Libéraux avec la Révolution et se défend de l’accusation de conservatisme. Selon le chroniqueur, l’exposé des thèmes libéraux démontrera qui est véritablement fidèle à l’œuvre de progrès de la Révolution. « Il faut arracher aux sectes de la réglementation, le masque de fausse démocratie sous lequel elles s’abritent, et leur dénier fièrement le monopole de philanthropie, de progrès, de fraternité qu’elles s’adjugent de la façon la plus gratuite ».143 Contrairement au procès qu’on vient de leur faire, « seuls les économistes se sont mis au service de la philanthropie sérieuse et digne, ils ont cru qu’en assurant à tout homme l’exercice de ses droits naturels, si chèrement achetés à la pointe de l’épée, et en lui enseignant ses devoirs, ils réalisaient, dans ce qu’il a de plus élevé, l’idéal républicain »144.

  • 145 Ibid., p. 5.
  • 146 Ibid., p. 6.

111Notons que le vocabulaire des libéraux, en 1848, est encore celui des révolutionnaires. L’auteur de l’article évoque « ce souverain qu’est le peuple », il dénonce la censure, « cette mise en régie de l’esprit public », qui rappelle « les bureaux de censure de l’Ancien Régime »145. L’intolérance des hommes de février 1848 réintroduit « l’absolutisme et le servage dans l’antique république des lettres ». À travers ces mots, notre auteur cherche à démontrer que les libéraux restent fidèles à eux-mêmes. Il serait absurde de croire que l’économie politique, « hostile sous les monarchies à tout ce qui est monopole, privilège, impôt onéreux, exagération du principe gouvernemental, deviendrait nécessairement sympathique à toutes ces choses sous la démocratie, et se prêterait docilement à tous les programmes d’organisation du travail »146. Le combat des libéraux reste bien un combat contre les séquelles de l’Ancien Régime.

  • 147 Amédée de Cesana, « La réorganisation de l’administration communale et départementale », Journal d (...)

112Mais il se distingue de celui des hommes de 1848 comme il se distinguera plus tard de celui des Communards par le refus des utopies. « l’économie politique ne nous montre pas la société sous l’aspect des décors d’opéra comique ; elle ne dessine pas aux yeux de ceux qui souffrent, des monuments vaporeux et des régions fantastiques comme les villages de Potemkine. Mais elle travaillait à briser les chaînes sociales pendant que la foudre révolutionnaire brisait les chaînes politiques civiles et religieuses »147.

  • 148 Ibid.
  • 149 A. de Fonteyraud, « La vérité sur l’économie... », art. cit., p. 15.

113Il s’en distingue surtout par le refus de la réglementation qui, comme avant la Révolution, réintroduit « le servage », « tout ce qui s’élève comme une barrière entre les moissons et le moissonneur, entre le travail et le travailleur. Notre France républicaine accepterait-elle cette honteuse déchéance ? »148. Les accusations contre l’économie politique sont donc particulièrement injustes. « Nous essayerons de prouver qu’elle a glorifié la liberté, qu’elle est essentiellement démocratique par sa doctrine initiale – le travail – par sa conclusion, qui est le libre accès des capitaux, des marchandises, de la terre, du pain, et qu’en la repoussant les classes ouvrières sont sous le coup du plus déplorable malentendu, sont coupables de la plus triste ingratitude »149.

  • 150 Amédée de Cesana, « La réorganisation... », art. cit.

114Quant aux seules idées défendables chez les socialistes, la liberté d’association, l’association des forces productives, la réforme de l’impôt, elles viennent toutes de l’économie politique. Les moyens de remédier à la misère ne peuvent se trouver que dans la liberté de travailler et dans la possibilité de faire circuler les produits de son travail. « Quel économiste ne s’est ému du paupérisme, grondant et torturé, pour que la bienfaisance conserve son cachet de fraternelle sollicitude et ne soit pas une prime d’encouragement à l’oisiveté et à l’impureté ? – Aucun »150.

115Pas un mot dans ces lignes qui puisse faire soupçonner que la Révolution ait pu aussi être protectionniste, dirigiste, soucieuse de tarifs et de maximum. La Révolution n’est pas perçue comme homogène mais elle est défendue comme un bloc. Source de libération, elle reste le berceau de la République.

  • 151 Ibid.
  • 152 Ibid.

116Mais l’expérience de 1848 amène à mettre l’accent sur des thèmes particuliers au libéralisme politique. La « Réorganisation de l’administration communale et départementale »151 prône une décentralisation des pouvoirs au profit surtout des communes ; le pouvoir local serait rééquilibré par des préfets élus par les conseils généraux. La nomination des préfets par le pouvoir central avait été faite « dans un but de despotisme », et avait fait d’eux des « instruments d’oppression »152. Décentralisation des pouvoirs de décision, liberté économique et politique, progrès de la République sont les leitmotive de la période. Il s’agit par conséquent d’une filiation très consciente avec la révolution libérale et plus précisément avec les Constituants et les Girondins. Dans ce contexte, l’hostilité au jacobinisme et à la Terreur montagnarde n’a d’égale que la haine de l’Ancien Régime, assimilé au dirigisme stérile et à la centralisation étouffante. Mais les décisions interventionnistes de la Révolution sont interprétées comme imposées par les circonstances exceptionnelles. Sur cette base, l’acceptation de la Révolution comme événement fondateur reste entière.

D. FACE À L’EMPIRE AUTORITAIRE : UNE SURVIE PRUDENTE

  • 153 Arch. nat. F18 369 dossiers 62-63-64.
  • 154 Arch. nat. F17 17550.
  • 155 Ministère de l’Éducation nationale, 150 ans de haut enseignement technique au Conservatoire des Ar (...)

117Sous l’empire autoritaire, le groupe de pression observe une grande réserve politique, et réussit à survivre sans dommage majeur. Toutes ses institutions sont sauvegardées en dépit de quelques avertissements. Le Journal des économistes paraît tous les mois : il reçoit seulement un avertissement, et deux menaces d’avertissement en 1854, 1855, 1857153. Les réunions de la Société d’économie politique se tiennent régulièrement. Les deux organes sont protégés par M. Chevalier, rallié à l’empire dès la première heure. Les cours de J. Garnier aux Ponts et Chaussées, de Wolowski au Conservatoire, de H. Baudrillart au Collège de France, sont surveillés par la police154 mais ils ont lieu. Certes, le gouvernement impérial ne donne pas de successeur à Ad. Blanqui au Conservatoire, quand il meurt en 1854. Et le journaliste protectionniste J. Burat bénéficie de la création d’une chaire d’administration et de statistique industrielle malgré les efforts de Wolowski auprès du conseil de perfectionnement. L’enseignement de l’économie politique libérale perd temporairement une de ses tribunes.155 Surveillé, disposant d’une marge d’action réduite, le groupe dans l’ensemble a bien survécu et a même restauré son unité. Les cures d’opposition ont parfois des effets favorables.

  • 156 Dictionnaire de l’économie politique, préface de Guillaumin, p. V Toutes les citations suivantes e (...)

118L’inquiétude des amis de Guillaumin n’en existe pas moins et on ne peut abuser d’une protection personnelle. Il n’y a plus de création de sociétés ni d’organismes nouveaux, mais une survie discrète. L’activité principale revient à l’édition. Elle se traduit par la réédition du Dictionnaire du Commerce et des marchandises, avec de nombreuses mises à jour, en 1859. Elle se traduit surtout par la grande œuvre à laquelle Guillaumin va désormais consacrer ses forces, le Dictionnaire de l’économie politique. Son but est clairement énoncé dans la préface : « tous nos efforts ont tendu à ce que malgré le nombre des auteurs et les diverses nuances de leurs opinions, ce fut toujours la même doctrine qui prévalût, afin que notre livre pût servir de guide au lecteur à travers des doctrines contradictoires qui se sont produites surtout de nos jours. Ainsi est-ce avec intention que nous lui avons donné le titre de Dictionnaire de l’Économie politique, au lieu de Dictionnaire d’Économie politique »156.

119Les sources de l’œuvre sont internationales, allemandes, anglaises, italiennes, espagnoles ; l’ouvrage contient, à côté des mots de la science, des biographies d’auteurs (toujours les modèles) et surtout une bibliographie des ouvrages consacrés. « Pour la première fois, l’économie politique aura une bibliographie complète, méthodiquement disposée... dans laquelle les hommes d’étude, les administrateurs et tous ceux qui ont des indications à chercher, pourront puiser les renseignements les plus nombreux et les plus précis ».

120Cette fois-ci, sur 38 collaborateurs mis en avant sur la page de garde, 32 seront définis par leur situation dans la haute administration. Parmi eux, 6 sont membres du Conseil d’État, 12 appartiennent à l’Académie des sciences morales et politiques. Il faut bien connaître leur biographie pour savoir que ces hommes de pouvoir intellectuel, administratif ou politique, ont souvent aussi une expérience de praticien. L’économie politique affiche désormais son respect de la hiérarchie sociale et revendique une légitimité théorique et sociale. L’analyse du nombre des articles par auteur le confirme. Beaucoup de noms célèbres n’ont que deux ou trois articles. Seuls les Say, Jean-Baptiste, Horace et Léon le petit-fils, en fournissent à eux trois plus de trente. En général, ce sont des publicistes comme A. Clément, Ch. Coquelin, J. Garnier qui dépassent chacun 20 articles avec le record pour Coquelin : 64 articles.

121C’est que la finalité avouée du Dictionnaire est bien cette fois idéologique ; il s’agit d’offrir « aux sociétés (les) lumières propres à les guider dans les voies d’une civilisation réelle et à leur faire éviter celles qui conduisent à leur décadence et à la ruine ». Une bonne diffusion de l’économie politique aurait évité que « l’essor libéral vraiment civilisateur de 1789 » ne se fût « fourvoyé » dans les « voies rétrogrades et ruineuses » de 1793, « les lois du maximum, l’émission désordonnée des assignats, le système continental ». Elle aurait surtout pu éviter « l’établissement de ce système gouvernemental et administratif... qui multipliant les attributions de l’autorité publique... semble vouloir anéantir l’initiative et la puissance individuelle ». L’économie politique lutte donc contre les abus de la Révolution. Elle recommande « d’orienter l’activité des hommes vers ce qui est utile, l’exploitation des choses et non l’administration des hommes ». Elle permet seule de lutter contre la grave tendance récente à « l’accaparement de tous les travaux par l’État et à l’avènement du communisme universel ». L’économie politique reste une arme anti-étatiste. Mais elle sait lutter aussi contre les privilèges, qu’ils soient revendiqués par les conservateurs « qui n’en voulaient que pour ceux qui se trouvaient déjà nantis », ou par les « sectes socialistes » réclamant « les secours et les largesses de l’État en faveur des classes ouvrières dans lesquelles elles cherchaient appui ». L’économie politique, « elle n’en aurait voulu pour personne ». Hostilité au protectionnisme, aux dictatures aux privilèges : le programme est vaste mais critique.

122Mais il se veut aussi positif en suscitant de nouveaux comportements : réhabiliter le travail producteur et lui rendre « l’estime publique », démontrer la solidarité qui unit les intérêts des différentes fractions du genre humain, dénoncer la guerre cause de misère et de désordre, réhabiliter l’épargne, source d’accumulation, en dénonçant la prodigalité, le faste, le luxe : « C’est qu’une valeur épargnée et consommée reproductivement dans une opération industrielle procure aux classes laborieuses infiniment plus de travail et de moyens d’existence qu’une valeur égale consommée improductivement dans un repas, un bal, une fête... attendu que dans le premier cas, la valeur consommée offre le même emploi aux travailleurs autant de fois qu’elle se reproduit, ce qui peut aller à l’infini ; tandis que consommée improductivement, elle disparaît pour toujours après avoir offert les mêmes moyens de travail une fois seulement ». Il est donc réservé à l’économie politique de démontrer que la « liberté est l’équivalent de la puissance effective » et le but du Dictionnaire est d’en convaincre tous ceux qui n’ont pas le temps de lire les grands traités, en particulier ceux qui sont « appelés à s’occuper d’intérêts publics et collectifs ». Mais nous avons vu dans un chapitre précédent, à l’occasion du travail historiographique opéré sur la biographie de Jean-Baptiste Say, que le dictionnaire est construit pour susciter, grâce aux bibliographies, une double lecture : une innocente lecture productiviste et raisonnable au premier degré, et une véritable introduction à l’économie politique libérale dans toute son ampleur et sa complexité au deuxième degré.

123En somme, la prudence du lobby a plutôt réussi. Si les premières chaires ont émis des messages économiques discordants, la création du groupe de pression libéral a réunifié la pensée libérale. Malgré problèmes et agressions, le libéralisme a sauvegardé son identité, sans se laisser encore pousser vers un conservatisme unilatéral. Protégés par Michel Chevalier au temps de l’empire autoritaire, les libéraux ont gardé leurs institutions et leur maison d’édition même s’ils ont perdu quelques tribunes, comme la chaire de Blanqui au Conservatoire, même s’ils ont dû payer quelques amendes. La souplesse des institutions privées a fait ses preuves. Ils ont même maintenu leur action idéologique et leur activité d’édition en choisissant le double jeu du Dictionnaire. En 1860, lorsque le traité de commerce préparé par Michel Chevalier rend possible leur ralliement, ils ont gardé leurs forces et sont prêts à élaborer une nouvelle stratégie de diffusion de l’économie politique.

Notes

1 Arch. nat. F17 13556. Dossier chaire n° 24.

2 J.-B. Say, « Discours d’ouverture du cours d’économie politique (1831-1832) », in Œuvres diverses, op. cit., p. 174.

3 J. Garnier, « De l’Institut, et principalement de la section d’Économie politique », Annuaire de l’Économie politique et de la statistique, 1844, p. 37-55.

4 Sophie-Anne Leterrier, l’institution des sciences morales, l’Académie des sciences morales et politiques, 1795-1850, Paris, l’Harmattan, 1995.

5 François Guizot, « Lettre au Roi », cité in « l’Institut. L’Académie des sciences morales et politiques », Journal des économistes, 15 janvier 1876, p. 113-123.

6 Sans majuscule à Lumières, alors que Jean-Baptiste Say en mettait toujours une.

7 François Guizot, « Lettre au Roi », Moniteur universel, 17 octobre 1832.

8 Qui, âgé de 85 ans en 1833, ne quittait plus sa chambre. Il meurt en 1836.

9 Qui meurt en 1838.

10 Sur ces problèmes, voir les travaux de Francis Demier et Yves Leclercq, Le réseau impossible : la résistance au système des grandes campagnes ferroviaires et la politique économique de la France, Paris, Droz, 1987.

11 Charles Dunoyer (1786-1862), voir Marc Penin, « Charles Dunoyer, l’échec d’un libéralisme », in l’Économie politique en France au xixe siècle, sous la direction de Yves Breton et Michel Lutfalla, Paris, Économica, 1991, p. 33-81.

12 Charles Comte (1782-1837), voir Dictionnaire de l’économie politique, Guillaumin, 1864.

13 Adolphe Blanqui (1784-1854), voir la thèse de doctorat de 3e cycle de Francis Demier, A. Blanqui, un économiste libéral face à la révolution industrielle, Nanterre, 1979.

14 Voir Francis Demier, A. Blanqui..., op. cit.

15 Dunoyer a enseigné en 1823, Comte en 1825 et Blanqui en 1827.

16 Arch. nat. F7 6917. Lettres de 1822 et de 1824.

17 Ch. Dejob, l’instruction publique en France et en Italie au xixe siècle, Paris, A. Colin, 1894.

18 Dictionnaire de l’économie politique, Guillaumin, 1864.

19 J.-B. Say, Traité d’économie politique, op. cit., p. 7.

20 Charles Dunoyer, De la liberté du travail ou simple exposé des conditions dans lesquelles les forces humaines s’exercent avec le plus de puissance, Paris, 1845, 3 vol., tome III, p. 2.

21 Marc Penin, « Charles Dunoyer... », art. cit.

22 Les économistes comme Marc Penin dénoncent sans peine la polysémie de ces termes, dont la définition est trop extensive. Mais l’objet de Charles Dunoyer n’est pas de faire de l’analyse économique au sens où on l’entend actuellement.

23 Marc Penin, art. cit., p. 47.

24 Institut, Académie des sciences morales et politiques, Sciences et Travaux, 1842, p. 136.

25 Dictionnaire de l’économie politique, op. cit., article « Production ».

26 Marc Penin, art. cit.

27 Auguste Mignet, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Dunoyer », Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, décembre 1873, p. 161-181.

28 Auguste Mignet, « De la liberté de l’enseignement », Journal des économistes, décembre 1844, p. 101-127.

29 Nous serons plus rapide sur A. Blanqui dont la pensée et l’action ont été étudiées par Francis Demier, Blanqui, un économiste libéral face à la Révolution industrielle 1794-1850, thèse de 3e cycle, Nanterre, 1979.

30 Élu de la région de Bordeaux en 1846-1848.

31 A. Blanqui, Voyage d’un jeune français en Angleterre et en Écosse pendant l’automne 1823, Paris, Dondé Dupré, 1824.

32 A. Blanqui, « Rapport sur la situation des classes ouvrières », Journal des économistes, mars 1848, p. 57.

33 Ibid., p. 51.

34 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 1864, p. 949-970.

35 Ibid.

36 Francis Demier, op. cit., p. 424.

37 L. Reybaud, art. cit., p. 958.

38 Francis Dernier, op. cit., p. 418.

39 « Le travail fait vivre l’homme ; lorsque le travail lui est ravi par les machines, il est assailli par la misère. On a beau dire que les machines produisent à meilleur compte que les bras de l’homme, il n’en demeure pas moins que quelque soit le bon marché des produits l’ouvrier ne peut plus se les procurer, du moment qu’ont l’empêche de les échanger contre son travail ou ce qui revient au même lorsqu’on ravit son travail », cité par F. Demier, op. cit., p. 423.

40 A. Blanqui, Histoire de l’économie politique en Europe depuis les anciens jusqu’à nos jours, suivie d’une bibliographie raisonnée des principaux ouvrages de l’économie politique, Paris, Guillaumin, 1re éd., 1837.

41 Richard Arena, « A. Blanqui » in l’Économie politique en France, op. cit., p. 176.

42 L. Le Van Lemesle, « Économie politique et histoire au xixe siècle », in l’histoire en partage, H. Moniot et M. Serwanski éds., Paris, Nathan, 1994.

43 Arch. nat. F17 13550. Dossier règlements.

44 Louis Reybaud, art. cit., p. 960.

45 Louis Reybaud, art. cit., p. 960.

46 Arch. nat. F17 13552, dossier numéro.

47 Louis Reybaud, art. cit., p. 961.

48 Émile Levasseur, Société d’économie politique, réunion du 6 novembre 1882.

49 Louis Reybaud, art. cit., p. 962.

50 50. Louis Reybaud, art. cit., p. 963.

51 M. Marion, l’économie politique au Collège de France, op. cit., p. 245-257.

52 L. Le Van Lemesle, « La promotion... », art. cit., p. 281.

53 J. Garnier, Traité d’économie politique sociale ou industrielle, 7e éd., Guillaumin, 1873, p. 645, sur la manière d’étudier l’économie politique : premières lectures, commencement d’une bibliothèque d’économie politique.

54 L. Reybaud, art. cit., p. 966.

55 L. Le Van Lemesle, « La promotion... », art. cit., p. 282.

56 Mot imprécis à cette époque, sauf chez les saint-simoniens.

57 Le Cours d’économie politique fait au Collège de France a d’abord été édité par tranches : Paris, Capelle, 1842, in-8°, 420 p. ; Paris, Capelle, 1843, in-8°, 547 p. ; Paris, Capelle, 1850, in-8°, 606 p., puis réédité en trois tomes (remaniés) en 1845 et 1850. C’est cette dernière édition que nous utilisons.

58 C’est un des thèmes qui l’oppose aux libéraux purs.

59 Première leçon du 28 avril 1841.

60 Reproduits dans le Journal des économistes, livraison de février ou de mars, suivant la date à laquelle M. Chevalier a commencé son cours.

61 Il décrit de façon très détaillée les techniques de la métallurgie et de la filature, ce qui est conforme au rôle qu’il attribue à son propre enseignement.

62 Société d’économie politique, séance du 6 novembre 1882.

63 L. Reybaud, art. cit., confirme, non sans mépris d’ailleurs : « Rien de ce qui est de circonstance ne lui est indifférent : ni l’emploi de l’armée dans les travaux publics, ni l’association sous ses diverses formes, ni l’insuffisance des institutions de crédit. Il a sur tout ce qui s’agite et ce qui se fait des vues particulières qu’il expose, et sur lesquelles, en ingénieur et en économiste, il entreprend l’éducation du public : les canaux à creuser, les chemins de fer à construire, l’intervention du gouvernement, soit comme surveillance, soit comme concours. Tel est l’enseignement de M. Michel Chevalier ».

64 Toujours dans les discours d’ouverture de son cours au Collège de France.

65 Cours d’économie politique, première leçon du 18 avril 1841.

66 Leçon d’ouverture du 28 février 1850, « l’économie politique et le socialisme ».

67 En 1851, leçon d’ouverture, Journal des économistes, février 1851.

68 G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, éd. 1858, article « Duchâtel ».

69 Clément-Joseph Garnier (1813-1881) est élève à l’École de commerce dirigée par Blanqui qui le remarque et l’associe comme répétiteur. Cf. L. Say et J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1891.

70 François Etner, « l’enseignement économique dans les grandes Écoles », Œconomia, n° 6, 1986, p. 159-175.

71 Ibid., p. 162.

72 Ibid., p. 162.

73 Voir chapitre précédent.

74 Procès verbal de la séance du conseil de l’École 30 novembre 1846.

75 Archives des Ponts et Chaussées, procès verbal de la séance du conseil de l’École, 20 décembre 1846, p. 275.
« Plusieurs membres font remarquer que le texte qui vient d’être lu, ne comprenant que les titres des divisions et subdivisions d’un cours d’économie politique, sans aucune indication de l’esprit dans lequel les diverses qui devront être traitées et se prêtant en conséquence à des développements conçus dans les systèmes les plus différents, il est impossible que le Conseil exprime en ce moment aucune opinion précise en connaissance de cause. Ils pensent que dans cette situation, il convient d’accepter le programme de confiance, en réservant au Conseil le droit et le devoir d’examiner à la fin de la session d’après le compte qui lui sera rendu des leçons qui auront été faites les modifications à introduire s’il y a lieu dans le programme d’économie politique à adopter ultérieurement.
Cette proposition obtient l’assentiment général ».
Sont présents, sous la présidence de M. Cavenne, inspecteur général et directeur de l’école, MM. Fève, Kermaingam, inspecteurs généraux, Frissard, inspecteur divisionnaire, professeur suppléant de constructions maritimes, Dufrenoy, inspecteur général des mines, Belanger, ingénieur en chef, professeur de mécanique appliquée, Cotelle, professeur de droit administratif, Bommart, ingénieur en chef, inspecteur de l’École faisant fonction de secrétaire.

76 Procès verbal du conseil d’École, décembre 1847.

77 Procès verbal du conseil d’École, 9 mars 1847.

78 Richard Arena, « Joseph Garnier 1813-1881 libéral orthodoxe et théoricien éclectique », in l’Économie politique en France au xixe siècle, op. cit., p. 111-139.

79 Ibid., p. 115.

80 4 sur 5 des articles proposés par Walras seront ainsi publiés en décembre 1876 sur le bimétallisme, en 1881, 1882, 1874 sur la théorie mathématique de l’échange. Voir Arena, art. cit., p. 119-120.

81 L. Le Van Lemesle, « Guillaumin éditeur d’économie politique », Revue d’économie politique, n° 2, 1985, p. 134-149.

82 « Cet oncle n’était guère tendre à ce qui paraît... Il [en] rappelait la sévérité avec un sentiment pénible mêlé toutefois de respect pour l’énergie laborieuse de son parent », Journal des économistes, 1865, p. 113.

83 Arch. nat. Flb 115646, dossier de préfets.

84 P. Béranger (1780-1857), chantre de l’épopée napoléonienne, de l’anticléricalisme, il devient très populaire par ses pamphlets contre la Restauration.

85 « À force de volonté, il sut acquérir dans le cours de sa carrière l’instruction qui lui manquait au début. Les plus anciens amis se rappellent encore le temps où ils le voyaient lire avec une sorte de passion les moindres papiers qui lui tombaient sous la main... Sans être écrivain, et sans avoir la moindre prétention, il formulait parfaitement sa pensée », J. Garnier, Journal des économistes, 1865, p. 119.

86 Arch. nat. F18 118.

87 Arch. nat. F18 359.

88 Archives de la Seine (AS), V bis 9123 n°483.

89 BNF, 8° Q 10, catalogue 1832.

90 Réunions de la Société d’économie politique, 5 janvier 1865, Journal des économistes, p. 144.

91 Tous les renseignements sur A. Blanqui sont tirés de F. Demier, op. cit.

92 Ibid.

93 N. Felkay, « Les libraires de l’époque romantique », Revue Française d’Histoire du Livre, tome V, 1975, p. 32-43.

94 Témoignage de M. Chevalier, à la Société d’économie politique, 5 janvier 1865.

95 AS DQ7 10.052.

96 Dictionnaire d’économie politique, tirage 1864, éd. Guillaumin, article « Horace Say ».

97 F. Dernier, op. cit., p. 399-401, voir note 10.

98 Journal des économistes, 1865, p. 113.

99 Conservé à la Bibliothèque nationale.

100 Sur les 2200 pages du dictionnaire, nous avons évalué la surface des articles sur un échantillon de 200 pages prises au hasard : moins de 1/20e pour les articles théoriques. Mais la pensée libérale sous-tend tous les articles concrets.

101 Prospectus de 1841.

102 Journal des économistes. 1865, p. 118. Témoignage de Garnier.

103 Préface du Dictionnaire du Commerce et de Navigation.

104 Étudiés par J.-Cl. Perrot, « Le premier dictionnaire d’économie politique en langue française », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 28, janvier-mars 1981.

105 Le prospectus précise que l’ouvrage anglais coûte 75 francs, et « le nôtre beaucoup plus étendu, ne coûte que 24 à 27 francs ».

106 M. Lutfalla, « Aux origines du libéralisme économique en France : le Jounal des économistes », Revue économique et sociale, 1972, p. 494-517 ; G. Palmade, « Le Journal des économistes », Bulletin de la Société d’histoire moderne, mai 1962.

107 Journal des économistes, 1865, p. 115.

108 Ibid. Th. Fix avait dû abandonner la publication de la Revue mensuelle d’économie politique, 5 vol., in-8°, 1833-1836.

109 Journal des économistes, p. 116, et article « Société d’économie politique », dans Dictionnaire de l’économie politique.

110 L. Say, J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1891, article « Société d’économie politique ».

111 Gabriel Galvez-Behar, l’économie libérale en société, mémoire de maîtrise sous la direction de Christophe Charle, Paris I, 1997.

112 Signalons que 1/15e de la surface réservée à la réflexion sur les réformateurs sociaux et sur les prisons, représente peu par rapport aux 14/15e réservés à l’économie politique.

113 Les Économistes financiers français du xviiie siècle, tome sur Boisguillebert, p. 158.

114 Préface d’E. Daire, 1843, p. V.

115 Guillaumin s’associe à J. Garnier, puis à M. Block pour réunir cette documentation.

116 Le libre échange, Journal de l’association pour la liberté des échanges, novembre 1846. Il prend ensuite le sous-titre de Journal du travail agricole industriel et commercial.

117 Journal des économistes, tome LXVI, 6e année, décembre 1846, p. 95.

118 Journal des économistes, 1865, p. 117.

119 Comme le souligne F. Demier dans sa thèse.

120 L. Say, J. Chailley, Nouveau dictionnaire..., op. cit., article « Dussard ». Il avait été directeur de l’exploitation commerciale du chemin de fer de Rouen à Paris.

121 Arch. nat. F1b/156 dossier 46.

122 Arch. nat. F1b/156 dossier 17 bis.

123 Arch. nat. F1b 15646 discours à la garde nationale.

124 Ibid.

125 Journal des économistes, 1848, p. 47.

126 W. Wright, « L’École nationale d’Administration de 1848-1849 », Revue historique, n° 517, janvier-mars 1976, p. 21-42.

127 Alfred Jourdan, « De l’enseignement de l’économie politique », Revue d’économie politique, 1887, n° 1, p. 3-31. O. A. Griffith, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, Paris, Rivière, 1965.

128 Arch. nat. F17 13556 (chaire n° 24).

129 J. Walch, Michel Chevalier, op. cit., p. 444-480.

130 Confié à Garnier-Pagès.

131 A. Jourdan, « De l’enseignement... », art. cit., p. 5.

132 Elle comprenait Léon Faucher, De Tracy, Horace Say, Dussard, Garnier, Renouard, Molinari (le 23 avril 1848).

133 À partir de ce moment, les militants libéraux, regroupés autour du Journal des économistes, passent à l’opposition active au nom de la liberté du travail.

134 Selon le dossier F17 13556, liasse n° 24, par décret du 14 septembre 1848.

135 Ce qui explique l’erreur chronologique de Levasseur.

136 É. Levasseur, art. cit.

137 Journal des économistes, juin 1850.

138 Académie des sciences morales et politiques, séance du 12 août 1848.

139 Charles Lyon-Caen, « Historique de l’Académie des sciences morales et politiques », séance publique du 3 décembre 1932.

140 Collection des Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, 4e.

141 Dont F. Demier souligne l’isolement à partir de cette date.

142 Alcide de Fonteyraud, « La vérité sur l’économie politique », Journal des économistes, août 1848, p. 4.

143 Ibid., p. 5.

144 Ibid., p. 3.

145 Ibid., p. 5.

146 Ibid., p. 6.

147 Amédée de Cesana, « La réorganisation de l’administration communale et départementale », Journal des économistes, octobre 1848, p. 249-274.

148 Ibid.

149 A. de Fonteyraud, « La vérité sur l’économie... », art. cit., p. 15.

150 Amédée de Cesana, « La réorganisation... », art. cit.

151 Ibid.

152 Ibid.

153 Arch. nat. F18 369 dossiers 62-63-64.

154 Arch. nat. F17 17550.

155 Ministère de l’Éducation nationale, 150 ans de haut enseignement technique au Conservatoire des Arts et Métiers.

156 Dictionnaire de l’économie politique, préface de Guillaumin, p. V Toutes les citations suivantes en sont tirées.

Table des illustrations

Titre Sociologie des collaborateurs du Dictionnaire du Commerce et de la Navigation
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable