Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre II. La mémoire des premières expériences d’institutionnalisation

Texte intégral

1En 1860, après quarante-cinq ans d’efforts, les tentatives pour obtenir des lieux officiels d’enseignement de l’économie politique ont abouti à un résultat décevant : trois chaires seulement dans l’enseignement public. Les autres résultats concernent le secteur privé et sont précaires. Si à cette date les Libéraux affichent leur unité, s’ils construisent leur accord sur les représentations d’un « père fondateur », en revanche ils sont partagés sur l’intérêt de certaines tentatives. Certaines semblent mériter l’oubli, la première chaire à l’École normale, occupée par Vandermonde par exemple, tandis que d’autres, comme les réalisations de Jean-Baptiste Say et de ses proches, font l’objet de célébrations. Ce passé refoulé ou glorifié contribue à dessiner un modèle d’enseignement souhaitable. Il contribue à constituer les Libéraux en un groupe de pensée et d’action, structuré autour d’un projet économique, social et politique.

I. LA CHAIRE DE 1795 ET SON REFOULEMENT

  • 1 Jacqueline Hecht, « Un exemple de multidisciplinarité : Alexandre Vandermonde 1735-1796 », Populat (...)

2Chez les Libéraux des années 1860, la première expérience d’enseignement de l’économie politique est toujours imputée à Jean-Baptiste Say. Or, factuellement, c’est inexact, puisque la première chaire d’économie politique avait été créée, dès 1795, à l’École normale et confiée au mathématicien Alexandre Vandermonde1.

  • 2 François de Neufchateau, Recueil de lettres circulaires destinées à l’instruction du citoyen, Pari (...)
  • 3 Ibid., p. 20.

3Sur le plan institutionnel, l’expérience d’enseignement de 1795 est brève : elle ne dure que quatre mois. Destinée à la formation des maîtres, l’École normale de Paris avait ouvert ses portes le 1er pluviôse an III (18 janvier 1795). Issue d’un projet présenté au nom du comité d’Instruction publique par Lakanal, elle prenait en charge la fonction attribuée à l’enseignement par la Révolution. Élèves, maîtres, méthodes, tout se voulait révolutionnaire. Les élèves étaient sélectionnés : « Seront appelés de toutes les parties de la République des citoyens déjà instruits dans les sciences utiles, pour apprendre, sous les professeurs les plus habiles dans tous les genres, l’art d’enseigner »2. Les enseignants devaient être des personnalités. Parmi les noms retenus, citons Lagrange, Laplace, Monge et Berthollet. Mais seuls les scientifiques étaient réellement des personnalités de premier plan. « Jusque-là [ils] n’avaient été que les « professeurs des nations et des siècles » et [ils] étaient devenus les maîtres d’école de tout un peuple ». Pour ces maîtres et élèves révolutionnaires, la pédagogie devait être moderniste. Officiellement, l’enseignement devait être parlé et non lu. Des « sténographes » prendraient des notes et devraient distribuer le cours « aux élèves et à toute la nation »3 ; les cours devaient être complétés par des conférences organisées directement entre les étudiants et les directeurs de conférences. Des invitations de personnalités extérieures, une fois par semaine, compléteraient ces enseignements. Ainsi « l’enseignement sera le résultat du travail de 1 200 à 1 500 hommes ». Cet enseignement se voulait aussi novateur dans son contenu, avec l’introduction des matières scientifiques, que dans sa forme, dans sa pédagogie : pas de monologues magistraux, au contraire un dialogue avec le public, des travaux dirigés, des polycopiés, des cours de 3/4 d’heure.

  • 4 J. A. Creuzé-Latouche, député du département de la Vienne, « Discours sur la nécessité d’ajouter à (...)

4Au début, l’économie politique ne fait pas partie des disciplines de l’École normale. Elle y entre tardivement, après l’ouverture des premiers cours. La Convention, le 30 janvier 1795, après avoir entendu le discours de J. A. Creuzé-Latouche,4 décide la création d’une chaire supplémentaire.

  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

5Trois raisons plaident en faveur de ce nouvel enseignement. La première consiste à former des décideurs. Les citoyens appelés à prendre des décisions éclairées sur les lois ou la politique du pays doivent le faire de façon informée. « Quand une République fondée sur la déclaration des droits appelle sans distinction les citoyens aux fonctions de la législation, il n’en est même pas un qui n’ait sa part d’influence plus ou moins grande dans la confection des lois auxquelles il doit être soumis »5. Cette prise de position anti-rousseauiste se situe dans la lignée des projets de Condorcet et de Lakanal. Les réactions naturelles ne suffisent pas, la connaissance est nécessaire à la liberté et à la République : « nous voyons s’élever par vos soins, dit J. A. Creuzé-Latouche6 aux conventionnels, cet édifice glorieux de l’instruction, comme une aurore bienfaisante qui doit féconder et embellir le sol de la République ». Cet enseignement, comme plus tard celui de Jean-Baptiste Say, se situe donc dans le contexte de la lutte des Lumières contre les Ténèbres, du conflit de la liberté – y compris économique – contre la Terreur qui commence à être assimilée à l’absolutisme monarchique.

  • 7 Ibid.
  • 8 Les petites écoles des physiocrates sont restées embryonnaires. Mirabeau avait organisé en son hôt (...)

6La deuxième raison de créer une chaire d’économie politique consiste à éduquer l’opinion. « D’un autre côté les lois les plus salutaires ont besoin aussi de l’accueil de l’opinion : car c’est de là surtout que dépendent et la marche active du Gouvernement, et l’harmonie de tout le corps social »7. À destination d’un public plus large que celui de la secte des physiocrates,8 apparaît l’argument d’un enseignement de l’économie politique, facteur de paix sociale. La diffusion de la discipline génère les Lumières et évite les excès, les émeutes, les violences sociales. L’École normale accompagne l’œuvre thermidorienne. Mais l’argument est appelé à un très long avenir. À court terme, cet enseignement aidera à faire accepter la législation libérale sur le commerce des céréales, trop souvent source d’émotions (d’émeutes) populaires.

7La troisième et dernière raison de créer la chaire réside dans la nécessité de détruire les fausses évidences, les préjugés, l’illusion selon lesquels en économie, chacun peut improviser son opinion. Or l’économie politique est une science difficile, qui nécessite apprentissage et réflexion. Ses finalités sont essentiellement d’apprendre à coordonner le développement des secteurs agricoles, commerciaux et industriels et non, comme l’ont tenté Colbert ou les physiocrates, un seul d’entre eux, au détriment des autres. « Colbert opéra des prodiges dans l’industrie française, mais il sacrifia l’agriculture aux manufactures qui n’ont pas moins souffert, à leur tour de cette préférence exclusive qu’il leur avait donnée. Colbert fatigua, de plus, l’industrie sous une multitude de règlements, qui ont restreint notre commerce extérieur, par les moyens mêmes avec lesquels on avait cru lui donner la plus grande extension ».

  • 9 J. A. Creuzé-Latouche, « Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’éco (...)

8La leçon est double : d’une part, coordonner le développement mais, aussi, éviter les réglementations sources de blocages. L’économie politique est déjà assimilée au libéralisme. D’autre part, le second préjugé que la Révolution « s’honore de combattre », grâce à l’enseignement de l’économie politique, est celui qui consiste à confondre la détention d’argent, de numéraire, avec la richesse. La nouvelle chaire aidera à combattre l’erreur « de prendre les espèces pour de la richesse dont elles ne sont que le produit ou l’indice ». Ainsi « il est peu de personnes qui ne regardassent une abondante mine d’or au sein de la France comme une source de richesse tandis que sous le point de vue de la richesse même, on pourrait démontrer que cette possession est nulle et très probablement désastreuse, et qu’une mine d’étain ou de cuivre fixerait plus sûrement pour nous une réelle opulence »9. On retrouve là, la lutte contre le mercantilisme assimilé à l’Ancien Régime. En filigrane est évoqué l’exemple de l’Espagne, appauvrie aux xvie et xviie siècles, par l’ampleur de ses acquisitions de numéraire et de métaux précieux. La richesse sociale réside et dans la transformation de ce que produit la terre, et dans la production industrielle. L’industrialisme est directement issu de la Révolution.

  • 10 Séance de janvier 1795 à la Convention.

9Cet essor de la production implique une extension de la consommation pour tous. C’est pourquoi la dénonciation du luxe n’est qu’un exercice oratoire démodé. Il faut cesser de proposer l’Antiquité comme exemple, en particulier l’ascétisme spartiate. D’ailleurs, la notion de luxe est très relative même chez les plus pauvres. Quant au modèle spartiate il est temps d’en révéler l’hypocrisie. « l’apparente simplicité des Lacédémoniens ne fut au fond que l’ambition criminelle des privilégiés d’une seule cité. Le peuple de Lacédémone était tout entier dans les aristocrates de Sparte qui, en couvrant du nom de désintéressement leur haine pour toute espèce de travail forcèrent, par la plus dure servitude, les autres habitants du territoire à les nourrir gratuitement... Ce peuple-là ne peut pas être notre modèle, qui pour se passer des richesses a besoin d’être toujours spoliateur, injuste et cruel »10.

  • 11 Décret de la Convention nationale, du 12 pluviôse an III.

10D’ailleurs, interdisant toute émancipation des esclaves, il faisait pire que « la barbarie de nos institutions féodales ». Au-delà de la signification de ce discours en son temps, en 1795, l’économie politique se voit donc imputer une fonction nouvelle, l’amélioration matérielle du sort de tous. Cette finalité imputée à l’enseignement naissant de l’économie politique, en fait déjà une discipline liée à la réalisation des buts sociaux de la Révolution. J. A. Creuzé-Latouche réussit à convaincre la Convention thermidorienne et la chaire est créée le 30 janvier 179511 alors que l’École normale a ouvert ses portes depuis 12 jours.

  • 12 Voir J. Hecht, articles cités.
  • 13 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir : La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. Su (...)
  • 14 Le 19 pluviôse an III ; cf. James Guillaume, Procès verbaux du comité d’instruction publique de la (...)
  • 15 Il est tuberculeux.

11Le professeur nommé est le mathématicien Alexandre Vandermonde (1735-1796). Membre de l’Académie des sciences en 1771, conservateur du Cabinet des mécaniques du Roi, il a été conseiller du duc d’Orléans. Rallié à la Révolution, il se situe dans la mouvance de Condorcet, et dans le réseau social de Monge, Berthollet, Pache, etc.12 Sa nomination a obéi au double critère des « Lumières » et du « civisme »13. « Nous avons pensé, dit Lakanal à la Convention, que le professeur d’économie politique chargé de chercher et d’indiquer les sources de la prospérité de la grande famille, devait unir les Lumières à l’amour de la République »14. Malheureusement, ce nouveau professeur est en mauvaise santé15. Nommé tardivement, il doit suspendre son enseignement avant les autres. Son enseignement ne dure donc que quatre mois. Quant à la chaire, elle disparaît corps et bien en même temps que l’École.

  • 16 Les seules conditions pour être admis en qualité d’élève à l’École normale sont d’être âgé de moin (...)
  • 17 Alexandre Vandermonde, Économie politique, cours publié dans les Séances des Écoles Normales, leço (...)

12Vandermonde, cependant, a du mal à s’imposer. Il reconnaît qu’il n’a pas eu le temps de préparer son cours. Son public, nommé, nous l’avons vu, sous le double critère des Lumières et du civisme, est remuant et exigeant16. Il se plaint du désordre des leçons. Vandermonde se défend habilement : « Si je vous communique mes observations sans ordre comme Montaigne, vous serez tenté d’y mettre de l’ordre vous-même ; alors vous n’exercerez plus votre mémoire, mais votre intelligence : mieux le professeur dit la chose, moins l’auditeur s’occupe à la dire autrement »17. Il promet d’ailleurs une récapitulation générale qu’il n’aura pas le temps de faire.

  • 18 Ibid., tome II, p. 304.
  • 19 Ibid., tome II, p. 294-295.
  • 20 Jean-Baptiste Say se situe dans la même lignée quand il fait une opposition entre, d’une part, « l (...)
  • 21 James Steuart ou Stewart, Inquiry into the principles of political economy, 1767. Ouvrage plutôt m (...)

13Il s’affronte aussi à son auditoire, visiblement imbu des « vertus » ou supposées telles des anciens, sur le problème du luxe. N’oublions pas qu’à la même époque, Jean-Baptiste Say avait choisi de se faire appeler Atticus. Certains élèves dénoncent les dangers du luxe qui « en corrompant l’esprit public et les mœurs les dirigera infailliblement vers des jouissances particulières plutôt que vers l’intérêt commun, objet de toute bonne institution »18. Ils vont jusqu’à proposer des lois somptuaires. Vandermonde s’y oppose et insiste au contraire sur la relativité de la « vertu » et des « besoins factices », sources selon lui de modernisation de la vie économique et sociale19. Ces « besoins factices » (définis comme tout ce qui dépasse le strict nécessaire à la survie) stimuleront la production et seront symbole de prospérité.20 Au plan théorique, Vandermonde conseille à ses élèves la lecture de La Richesse des nations d’Adam Smith et Les Essais sur les principes de l’économie politique de James Stewart21, qu’il avait fait traduire de l’anglais dès 1789. Il ajoute : « je ne connais point de traité complet sur l’économie politique ». On imagine bien l’écho de cette remarque chez Jean-Baptiste Say.

  • 22 Ibid., chapitre XXIII, p. 246-256.
  • 23 A. Vandermonde, Économie politique, op. cit., tome II, p. 455.
  • 24 Sur l’analyse de la pensée économique de Vandermonde voir Gilbert Faccarello, « l’évolution de l’é (...)

14En revanche, Vandermonde et Jean-Baptiste Say divergent sur la conception de la monnaie. Jean-Baptiste Say, comme son père, a perdu sa modeste fortune pour l’avoir placée en assignats. Il se rallie à une conception assez traditionnelle de la monnaie, simple « instrument qui sert à faciliter nos échanges et dont la quantité est déterminée par le nombre et l’importance des échanges »22. L’évolution de la valeur de la monnaie dépend de sa quantité. Au contraire, Vandermonde refuse la théorie quantitative de la monnaie. Sous les applaudissements de son auditoire, il fait une apologie des assignats, considérés comme une bonne monnaie, non seulement dans le présent mais pour l’avenir. « Je regarde l’assignat comme une grande découverte comparable à celle de la boussole et de l’imprimerie »23. Il le définit comme un papier librement convertible en terres, et appelé à devenir la monnaie de l’Europe et du monde24. Suit alors une démonstration assez subtile selon laquelle l’émission d’assignats n’est pas la cause de l’inflation mais seulement la conséquence.

  • 25 Ibid., p. 17.

15Selon lui, les causes de l’inflation sont objectives. La guerre occupe les hommes à des travaux non productifs, elle diminue donc l’offre (la production) tout en augmentant la demande. Il est normal que les prix montent. Tout naturellement, la dévalorisation de l’assignat suit cette inflation, elle ne la précède pas. Des facteurs psychologiques accentuent le phénomène. L’assignat se dévalorise d’autant plus que ses détenteurs s’attendent à sa dévalorisation. Le discrédit est lié à l’esprit contre-révolutionnaire, qui se traduit par un manque de confiance à l’égard de cette monnaie non métallique. Ses détenteurs s’en débarrassent et suscitent ainsi sa dévalorisation (ce que les économistes actuels appellent la prophétie autoréalisatrice). L’inflation indéniable n’est donc pas liée à la quantité du numéraire émis. Suit alors une deuxième explication plus subtile : la hausse d’émission des assignats fait baisser le taux d’intérêt. L’argent rapportant peu, on le place en achetant de la terre dont le prix s’accroît. Or les assignats sont gagés sur la terre, ce qui à terme devrait les revaloriser. Le mécanisme régulateur de la valeur des assignats existe donc. La théorie quantitative n’explique rien. Seuls les préjugés « entretenus par l’ignorance, la malveillance et la cupidité » ont bloqué le mécanisme régulateur naturel25. Ce n’est donc pas à la quantité d’assignats mais à leur discrédit qu’il faut imputer l’accentuation d’une inflation que la guerre aurait de toute façon déclenchée. Le cours d’Alexandre Vandermonde se situe donc dans un combat politique, à un moment bien précis.

  • 26 Gilbert Faccarello, art. cit., montre à quel point il a influencé ses successeurs immédiats, Germa (...)
  • 27 Alexandre Vandermonde, op. cit., tome II, p. 299.
  • 28 À l’exception, nous l’avons vu, de l’analyse et de la justification des assignats.
  • 29 . Voir en annexe, lettre de Jean-Baptiste Say au baron Thénard.

16Pour le reste, on trouve chez lui le scepticisme à l’égard de l’arithmétique politique, le rejet du sectarisme et de l’agrarianisme des physiocrates, comme on les retrouvera chez Jean-Baptiste Say. On trouve surtout, à la source de la pensée de ce dernier et de tout le xixe siècle26, cette large définition de l’économie politique : « le but de l’économie politique est d’opérer et d’assurer le bonheur de la génération présente et des générations futures en attachant l’intérêt de tous les hommes à y contribuer par leurs services »27. Le compte rendu, même sommaire, des principales idées de ce bref enseignement permet de montrer non la similitude des idées mais la similitude des fonctions attribuées à l’économie politique par Vandermonde et par Say. Sous cet angle, il confirme la thèse de l’insertion de Jean-Baptiste Say dans la pensée de la Révolution28, et cela d’autant plus qu’il est très évident que Jean-Baptiste Say a pris connaissance de ce cours. Journaliste à La Décade philosophique, il a suivi l’événement avec enthousiasme, et il tirera leçon de cette première expérience. Son texte de 1819 pour obtenir une chaire d’économie au Conservatoire royal des arts et métiers reprendra plusieurs des arguments de J. A. Creuzé-Latouche29.

  • 30 Henri Baudrillart, « Le premier cours d’économie politique en France (1795) Vandermonde », Journal (...)

17L’« oubli » quasi systématique de cette première chaire par les Libéraux du xixe siècle a donc des raisons qu’il faut préciser. On pourrait penser que son existence a été trop brève pour qu’elle puisse prétendre à être fondatrice d’une institution d’enseignement. Mais cette explication est remise en cause par l’évocation ultérieure de cette chaire. En effet, curieusement, les Libéraux retraceront cette expérience une seule fois en 1873, quand il s’agira alors de démontrer, après la Commune, que l’économie libérale et son enseignement peuvent être autre chose qu’une revendication conservatrice : le professeur libéral Baudrillart30 évoquera alors, avec indulgence, le souvenir de ce premier cours d’économie politique né au cœur de la Révolution, mais au service de ses aspects modérés, ni extrémistes, ni utopistes. L’intérêt pour les expériences anciennes d’institutionnalisation de l’économie politique est donc directement proportionnel au contenu qu’elles diffusent.

18En outre, le cours plus ou moins improvisé n’a pas contribué à ériger l’économie politique en discipline scientifique cohérente, disposant d’un corps de vérités constituées, à l’abri des improvisations du sens commun comme des polémiques stériles. Or tout le long du xixe siècle, les Libéraux doivent se défendre d’être plus qu’une « opinion », voire même un parti pris recouvrant en fait des intérêts particuliers. Alexandre Vandermonde, quel que soit l’intérêt de certaines de ses analyses, n’est pas un fondateur sur le plan théorique.

19Enfin le cours a défendu une expérience de monnaie « fondante » pour laquelle le xixe siècle, à l’abri d’un solide franc-or, n’a aucune indulgence. Quant à Jean-Baptiste Say, c’est en partie contre cette manière improvisée d’enseigner l’économie politique (plus que contre son contenu) qu’il a fondé l’essentiel de son œuvre.

20Pour un groupe qui trie dans ses souvenirs historiques ce qui peut servir d’informations et de formation à ses lecteurs, cette expérience n’est en rien un modèle. En même temps, les points communs avec la pensée de Jean-Baptiste Say empêchent qu’elle puisse servir de repoussoir, d’anti-modèle. En 1860, « l’oubli » reste alors la sage solution d’un groupe qui met en scène son passé pour modifier le présent.

II. LE RÉSEAU DE JEAN-BAPTISTE SAY ET SA CÉLÉBRATION

A. UN NOYAU FAMILIAL

  • 31 Horace et Léon Say, les Raoul Duval, voir Joseph Valynseele, Les Say et leurs alliances, Paris, éd (...)
  • 32 Mais rien ne prouve qu’il était religieux.
  • 33 Voir les lettres personnelles Carton G.

21Les expériences de Jean-Baptiste Say sont plus faciles à évoquer. Moins de trente ans séparent les Libéraux de 1860 de la mort de Jean-Baptiste Say (1832). Ses fils, ses gendres, ses petits-fils, ses neveux31 peuplent les sociétés de pensée libérales, quand ils n’en sont pas les principaux mécènes. La mémoire orale joue donc pour évoquer le cercle familial. Personne n’ignore le déisme de Jean-Baptiste Say, ce fils de protestant qui a fait un mariage heureux32 avec une femme issue du catholicisme. Jamais riche, plusieurs fois très appauvri, le ménage a très bien illustré cette « honnête aisance » que la Révolution souhaitait à la société tout entière. La vie quotidienne y est austère et studieuse, avec des rapports interpersonnels harmonieux33.

B. AU MILIEU D’AMIS POLITIQUES

  • 34 John Stuart Mill, Mes mémoires, histoire de ma vie et de mes idées, Paris, Alcan, 1855, 2e éd., 32 (...)

22Une fois par semaine, la famille reçoit. Dans ses mémoires, John Stuart Mill évoque avec sympathie ses rencontres avec la famille. « En passant par Paris, soit en allant, soit en revenant, je demeurai quelque temps chez Jean-Baptiste Say, l’éminent économiste, ami et correspondant de mon père avec qui il s’était lié pendant une visite qu’il fit en Angleterre, un an ou deux après la paix. Il appartenait à la dernière génération des hommes de la Révolution française ; c’était un beau type du vrai républicain français ; il n’avait pas fléchi devant Bonaparte, malgré les séductions dont il avait été l’objet ; il était intègre, noble, éclairé. Il menait une vie tranquille et studieuse, au bonheur de laquelle contribuaient de chaleureuses amitiés privées et l’estime publique. M. Say était lié à la plupart des chefs du parti libéral, et pendant le séjour que je fis chez lui, j’eus l’occasion de voir plusieurs personnages marquants, parmi lesquels je me rappelle avec plaisir Saint-Simon, qui n’était pas encore devenu le fondateur d’une philosophie, ni d’une religion, et qu’on regardait seulement comme un original... Dans la société que je vis alors je m’attachai par des liens solides et durables avec les libéraux du continent »34.

  • 35 Jean-Baptiste Say, Cours complet d’économie politique pratique, Paris, Guillaumin, 1840.
  • 36 Ms Say, A 70-20, BNF.

23Au réseau familial restreint mais très soudé, s’ajoute donc un cercle d’amis. Nous avons vu les témoignages de son fils Horace, de son gendre Charles Comte. Celui d’Adolphe Blanqui est révélateur à la fois du cercle de sympathie fondé sur l’estime intellectuelle et sur le partage des préoccupations politiques. Le 21 avril 1828, Blanqui apprécie ainsi le premier volume du Cours d’économie politique35 : « je n’ai rien lu encore en économie politique qui m’ait paru aussi concluant et aussi décisif [...]. Il n’y a plus rien à faire après vous je le crains, si ce n’est de glaner car la récolte est tout entière dans vos ouvrages. Recevez-en mon compliment d’élève et de critique, et croyez bien que l’amitié ne fait pas illusion à mon jugement » 36. Quant au partage des préoccupations politiques, il est aussi varié que concret. « J’ai dîné à Clermont, poursuit Blanqui, avec la plupart des membres du tribunal de Commerce qui lisent et entendent vos ouvrages et l’économie politique sur de bonnes bases... »

  • 37 Ibid.

24Le voyage de Blanqui consiste à observer la progression économique des régions traversées. Il mesure l’évolution de Lyon et surtout de Saint-Étienne. « Ce pays marche à pas de géant. Je trouve au milieu de la ville ce qu’il y a dix-huit mois, j’avais vu à ses portes. Les procédés anglais se multiplient et la vallée brûle de feux innombrables. Je suis descendu à Vienne pour voir les cinq ou six ponts aériens en fils de fer que les frères Seguin ont jeté sur le Rhône c’est une féerie... ». Blanqui rejoint alors Toulon « afin d’assister au départ de la deuxième ou troisième division en Morée et je vous en dirai des nouvelles à mon retour ». Mais le libéralisme politique n’est jamais dissocié du libéralisme économique. « Nous marchons, mon cher Maître nous marchons, soyez en sûr ; jeunes et vieux, tout est emporté par le courant... Ménagez-vous donc pour voir cette grande révolution à laquelle vos écrits ont si puissamment contribué et qu’ils consolideront. Ne travaillez pas trop pour travailler longtemps encore... »37

C. AU CENTRE D’UN RÉSEAU DE CÉLÉBRITÉS

  • 38 Son amitié avec George Cabanis est ancienne, comme en témoigne cette lettre du 9 novembre an II.
    «  (...)

25Autour de ce noyau, Jean-Baptiste Say s’efforce de construire un véritable réseau à l’occasion de chacune de ses publications. Le premier cercle datait de son action de jeune journaliste révolutionnaire. À la même époque, il a fait partie de la Société d’Auteuil, du salon de Madame Helvetius où il a rencontré les Idéologues38 comme Destutt de Tracy. Sa situation à La Décade a fait de lui un de ces observateurs sociaux caractéristiques du premier xixe siècle, avant même qu’il ait décidé de se consacrer à l’économie politique.

26La vie politique cahotant entre le désordre et le despotisme, il choisit l’économie politique comme moyen d’être « utile » au devenir de la société. Mais la seconde édition de son Traité, en 1814, n’est pas seulement l’occasion d’exposer avec clarté et méthode un nouveau découpage dans le champ du savoir. Elle est le moyen de consolider ou d’élargir son réseau, par l’envoi de son livre aux personnalités en vue du monde libéral. Ses manuscrits, soigneusement conservés – et rangés – par lui et sa famille, témoignent de ce souci. Il garde les réponses reçues à l’occasion de cet envoi.

27La liste des noms est prestigieuse et associe des hommes politiques aux grands noms de la vie intellectuelle. Les noms qui suivent sont ceux qui ont répondu à l’envoi du traité de Say et qu’il conserve soigneusement dans ses manuscrits à titre de palmarès posthume : Adler, Alexandre I, Andrieux, d’Argenson, Arnault, Austin, Benoiston de Chateauneuf, Jérémy Bentham, Christophe Bernouilli, Général Berton, Biddle, Blainville, Blanqui, Cabanis, Lazare Carnot, Chaptal, Charles XIV, Bernadotte, Christian VIII (de Danemark), Condorcet, Cuvier, Dacier, Daunou, Delavigne, Del Valle, Destutt de Tracy, Dumont (pasteur), Général Foy, Germain Garnier, Joseph Gerando, Goodwin, Grégoire, Guizot, Robert Hamilton, Hume, James, Jefferson, Lacépède, Lacretelle, La Fayette, Laine, Laplace, Laroche-Foucaud, Doudeauville (Duede), Laharpe, Lebrun, Mac Culloch, Madison, Malthus, Mill James, John Smart, Milon, Monge, Napier, Dr Parizet, Casimir Périer, Pozzo di Borgo, Rossi, Royer-Collard, Sismondi, Stewart, Storch, Talleyrand, Thénard, Ternaux, Tooke, Volney.

  • 39 Ms Say, A 61-71, BNF, lettre du 27 mai 1816.
  • 40 Ms Say, A 110-84.
  • 41 Ms Say, A 5463.

28Tous accusent réception du livre, marquent leur intérêt pour l’œuvre en des termes qui dépassent la courtoisie d’usage en cette occasion. Thénard par exemple, qui lui avait envoyé un petit manuel, remercie en ces termes. « Il n’y a pas parité : vous me donnez un ouvrage de premier ordre et dont le mérite extrême est reconnu de tous les pays civilisés, un ouvrage qui ne changera pas et qu’on relira encore dans des siècles tandis que je vous en ai offert un qui passera comme tous les ouvrages élémentaires »39. Les témoignages d’estime venant des grands libéraux s’accentuent au cours des années. Ainsi Rossi en 1820 le remercie pour l’envoi des Lettres à Malthus, et en 1822 pour la seconde édition du Catéchisme d’économie politique. « Je ne puis vous dire combien d’heures j’ai passé à lire et à relire ce petit vade-mecum»40. Et Royer Collard, en 1829 : « Vous avez déjà obtenu la plus précieuse de toutes les récompenses, l’estime et la reconnaissance publique »41.

29Jean-Baptiste Say construit donc un cercle de personnalités autour de son œuvre, où traités, petits catéchismes ou cours contribuent tous, suivant les moments et les publics visés, à diffuser les bases d’une économie politique libérale associée aux revendications du libéralisme politique.

  • 42 En 1814, il est chargé d’une mission d’observations économiques en Angleterre. Il y est reçu triom (...)

30Au-delà des cercles français, Say a construit aussi un autre réseau de relation avec les économistes anglais42 les plus marquants, Malthus, Ricardo, Bentham etc. Lors de son voyage en Angleterre en 1814, il est reçu avec les plus grands honneurs et fait même un cours en Ecosse, là où Adam Smith avait enseigné. En Europe enfin, il est considéré comme le représentant français de l’économie politique et les honneurs internationaux contrastent avec les difficultés qu’il rencontre en France.

III. LE SOUVENIR DE L’EFFICACITÉ DU SECTEUR PRIVÉ

A. UNE DISCIPLINE ENCORE SUBVERSIVE

  • 43 Les décrets impériaux avaient été pris en dépit de la lettre de Jean-Baptiste Say, envoyée le 24 a (...)

31Sous la Restauration, de 1815 à 1830, les liens de l’économie politique avec la pensée des Idéologues et avec leur déisme parfois teinté d’anticléricalisme, son opposition au protectionnisme, en font une discipline suspecte d’opposition pour une grande partie des milieux dirigeants de la Restauration. Seuls les « Doctrinaires » et certains milieux d’affaires s’intéressent à cette justification du libre-échange. Leur localisation est assez facile à délimiter : les grands ports (Bordeaux, Marseille), les industries qui achètent leurs matières premières à l’étranger, celles qui vendent des produits de luxe : les Charentes, le Bordelais, Lyon, Marseille, Reims, Montpellier, les fabricants d’articles de Paris. Nous en trouvons trace dans les débats des chambres de commerce, et dans l’appui individuel que donneront certains négociants à la diffusion de l’économie politique. Si dynamiques que soient ces milieux, ils sont minoritaires et les gouvernements de la Restauration préfèrent tenir compte de l’opinion massive des agriculteurs, des maîtres de forges, des fabricants d’étoffes ordinaires, de tous ceux qui craignent la concurrence de l’Angleterre. La politique protectionniste de l’Empire est reconduite par les décrets du 28 avril 1816.43

32Une discipline aussi minoritaire dans l’opinion, aussi suspecte aux yeux des pouvoirs publics, ne peut espérer entrer dans les institutions d’État. La promotion de l’économie politique va dépendre étroitement des flux et des reflux des forces politiques et économiques des libéraux. Elle progresse quand les libéraux progressent et reflue ou se replie prudemment quand ils perdent le pouvoir. Pour la promouvoir, des tactiques successives ont été tentées. Leurs observations, leurs souvenirs permettent aux Libéraux de 1860 d’envisager ou d’écarter certaines méthodes.

  • 44 Charles Comte (1782-1837), avocat protestant, opposant à l’Empire, continue le combat libéral sous (...)
  • 45 Charles Dunoyer (1786-1862), d’origine noble mais cadet de famille destiné à l’ordre de Malte, ral (...)
  • 46 Arch. nat. F7 6915 : « Comte a quitté la France au milieu de 1820 pour se soustraire à l’exécution (...)
  • 47 Lucette Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie politique en France », Revue d’histoire moder (...)

33Tant que la discipline économique est considérée comme subversive, la presse par exemple s’est avérée un support très insuffisant. Dans l’entourage de Jean-Baptiste Say, Charles Comte44 et Charles Dunoyer45 avaient tenté de diffuser certains thèmes fondamentaux du libéralisme dans le Censeur qui devient ensuite le Censeur européen. Outre la rigueur de la censure qui vaut à Dunoyer un an de prison ferme et à Charles Comte un exil difficile46, la presse ne répond pas au besoin d’un exposé complet et méthodique comme on le revendiquait dans l’entourage de Jean-Baptiste Say. Même si ce dernier a initié lui-même les deux journalistes à l’économie, il estime que la forme même du journal d’opposition47 ne permet pas la transmission d’une théorie construite et cohérente. Cette tactique est abandonnée.

B. L’ENSEIGNEMENT PRIVÉ AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION D’UN CHAMP INTELLECTUEL

34Quel que soit le succès du Traité d’économie politique, il ne remplace pas le contact vivant et personnel avec le public. Bien informé, nous l’avons vu, sur les institutions d’enseignement porteuses de la pensée des Lumières, Say choisit de s’exprimer à l’Athénée.

  • 48 Ch. Dejob, « De l’établissement connu sous le nom de Lycée et l’Athénée et de quelques établisseme (...)
  • 49 Ch. Dejob, l’instruction publique en France et en Italie au xixe siècle, Paris, Colin, 1894, p. 18 (...)
  • 50 Arch. nat. F17 1143.
  • 51 Ch. Dejob, op. cit., p. 200.

35L’Athénée est une institution privée d’enseignement supérieur issue d’un établissement d’Ancien Régime fondé en 1781 et qui a survécu sous le nom de Lycée républicain pendant la Révolution48. La Décade philosophique avait toujours salué avec sympathie les efforts de cette institution. Le but du fondateur Pilâtre du Rozier avait été de créer « une sorte d’école pratique des sciences » pour suppléer à l’insuffisance de l’enseignement officiel49. Dans l’esprit de la philosophie et de l’Encyclopédie, il voulait « encourager les découvertes applicables à la vie matérielle ». Pendant la Révolution, réfugié dans les locaux du Palais royal, non loin du lycée des Arts, il échange avec ce dernier les professeurs que les deux établissements ont du mal à payer. Thénard est l’un de ceux-là. Un enseignement de l’économie politique avait eu une existence éphémère au lycée des Arts50. Mais le Lycée républicain à l’origine de l’Athénée royal de 1814 semble avoir, selon Dejob, donné aussi la parole à Roederer. En 1814, l’Athénée devient « un centre de discussion de la politique libérale à laquelle il donne une adhésion éclatante »51. Benjamin Constant vient y faire une série de conférences : en 1817-1818, les « Lectures sur l’histoire et le sentiment religieux » et en 1818-1819, les « Maximes fondamentales de la constitution anglaise ». Daunou l’y rejoint et y côtoie Fourcroy, Thénard et Cuvier.

  • 52 « Ils tiennent à la disposition des amateurs une bibliothèque nombreuse et choisie et d’autres piè (...)
  • 53 Louis Thénard, Salvandy et son temps 1795-1856, Lille, 1968, d’après le journal de Salvandy.
  • 54 Arch. nat. F7 6917. « Les sociétés littéraires n’existent qu’en vertu de l’autorisation du gouvern (...)

36La cotisation en est assez élevée mais elle donne droit aussi à l’accès à une bibliothèque52. Des salons s’ajoutent aux salles de conférences, afin que ce lieu d’enseignement soit aussi un lieu de vie et de sociabilité pour la bourgeoisie libérale aisée et cultivée. En 1815, l’institution redevient à la mode et fait figure de club politique de réflexion et d’opposition. Le public en est à la fois cultivé et mondain. Madame Récamier y vient. C’est l’endroit que le jeune provincial encore inconnu Salvandy, juste arrivé à Paris, décide de visiter en premier, dans l’espoir d’y rencontrer les personnalités en vue de l’opposition53. La police y envoie des « observateurs » qui nous valent d’ailleurs de précieux témoignages sur le climat des cours54. Jusqu’en 1820, la tolérance est évidente. La tension et l’agacement se font sentir plus tard, quand les ultras au pouvoir donnent des consignes plus rigoureuses.

  • 55 Où Charles Dejob les a consultés.
  • 56 Datation adoptée par Ph. Steiner, « Jean-Baptiste Say et l’enseignement de l’économie », Œconomia, (...)
  • 57 Ms Say, B 2282, BNF.

37Dans ce contexte, le cours de Jean-Baptiste Say remporte un réel succès. Ses dates sont mal établies, les programmes longtemps déposés au musée Carnavalet55 désignent un cours en 1815 et un autre en 1819. Les manuscrits de Jean-Baptiste Say laisseraient plutôt supposer 1818-181956. Le public est évalué par Jean-Baptiste Say à 200 ou 300 personnes. « Il n’est personne qui ne se soit aperçu que c’est depuis un très petit nombre d’années qu’on daigne regarder l’économie politique comme une science positive. Je ne voudrai pas ne pas répondre que dans une assemblée de 200 à 300 auditeurs, il ne s’en trouva pas quelques-uns qui apportassent sur le point encore un peu d’incrédulité »57.

  • 58 Ms Say, B 2281, BNF.
  • 59 J.-B. Say, Cours d’économie politique et autres essais, édité par Philippe Steiner, Paris, Flammar (...)

38Pour vaincre cette incrédulité, Jean-Baptiste Say propose un exposé léger et clair, beaucoup moins dense que son Traité, mais dont chaque mot, chaque phrase sont rigoureusement pesés et réfléchis. On est loin de l’improvisation de Vandermonde. Le plan du cours est à peu près celui du Catéchisme d’économie politique, le contenu est moins théorique, plus illustré d’exemples. Le libre-échange n’apparaît qu’après plusieurs chapitres de définitions. La théorie des débouchés n’est encore qu’à peine esquissée. Mais, dès la seconde leçon, Jean-Baptiste Say se démarque d’Adam Smith par sa définition de la valeur qu’il propose à ce « public distingué ». « On peut distinguer deux sortes de richesses : les unes qu’on peut appeler naturelles parce que la nature en fait les frais et nous en fait gratuitement le don ; les autres que nous nommerons richesses sociales parce qu’elles ne peuvent exister que parmi les hommes en société... En effet il faut être en société pour que ces richesses soient contradictoirement évaluées »58. Aucune robinsonnade dans cette pensée issue des Lumières59.

  • 60 Ms Say, B 2284, BNF.
  • 61 Ms Say, BNF Carton 44B liasse 2487.

39Suit alors une définition de l’économie politique et de son champ d’étude. « Nous laisserons l’étude des richesses naturelles aux savants qui s’occupent des choses naturelles. On ne peut ni créer ni se distribuer la lumière du soleil ; on ne saurait l’épuiser. Mais c’est à l’économie politique de nous dire comment se multiplient les choses qui ont une valeur échangeable et ce qu’elles deviennent »60. Les concepts sont définis dans leur différence avec les significations du sens commun. Le terme d’« institution » par exemple, a été élargi à tout ce qui contribue au bien-être social en développant la prospérité. Le message anti-mercantiliste passe à travers l’apologie du rôle des communications, structurant un marché plus large : « la liberté et la facilité des communications [sont] plus importante [s] pour une nation que les ports de mer »61.

  • 62 Ms Say B 2286, BNF.
  • 63 Ms Say, B 2286, BNF.

40Le problème social enfin est envisagé sous un angle encore très optimiste. Cependant, Say met en garde son public contre une mauvaise interprétation de la bienfaisance, en citant Ricardo : « aucun plan pour secourir les pauvres ne mérite attention si ce n’est celui qui met les pauvres en état de se passer de secours »62, et il reprend les thèses de Malthus : « le seul remède à la misère, dit-il dans sa huitième séance à l’Athénée en 1819, c’est de ne pas encourager la croissance des enfants par-delà les moyens que chaque père de famille a de les élever, par ses propres fonds productifs »63. On est plus près de l’Idéologie que de la philanthropie. Pour Say, la bienfaisance lucide est le contraire de la charité ou de l’assistance. Le public de l’Athénée, public de clients, de volontaires qui ont payé pour écouter ce cours reçoit très bien le message. Il apprécie la reconnaissance de la productivité des services.

  • 64 Arch. nat. F7 6917.
  • 65 Ms Say, 50B248, BNF. Le cours de l’Athénée a été édité par Philippe Steiner, cf. J.-B. Say, Cours (...)

41Il applaudit, enfin, à la conclusion64 : la solution de la question sociale est économique. Elle réside dans les progrès de la production sous la direction de l’entrepreneur éclairé qui, d’un même mouvement, crée des produits et distribue les revenus. Le cours se clôture sur une vision de l’expansion de l’Europe dans le monde, assimilée à une marche du progrès. Poussés « par un besoin de perfectionnement, [les Européens] doivent toujours gagner du terrain sur les peuples stationnaires... Calculez si vous parvenez ce que deviendra cette race européenne se déployant dans des contrées grandes comme cinq à six fois l’Europe, neuves et fécondes en ressources, s’organisant sans ses vieilleries politiques et religieuses qui nous retiennent dans les langes dont nous ne nous débarrassons que par degré et supercheries... Les productions d’une portion du globe deviendront communes à toutes les autres, les denrées alimentaires de la zone torride nourriront le nord [...] et de même que notre sort est évidemment meilleur que celui de nos devanciers, le sort de nos enfants, on est en droit de l’espérer, sera plus heureux que le nôtre »65.

  • 66 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 15 décembre (...)
  • 67 Arch. nat. F7 6917, 1827.

42Le succès de ce premier enseignement se confirme : grâce à l’enseignement de Jean-Baptiste Say à l’Athénée, la discipline « passe du cabinet du savant à la chaire du professeur »66, commente, en 1864, Louis Reybaud. En fait l’expression est un peu excessive, compte tenu de la précarité de cette chaire dans une institution d’enseignement privé. Toutefois, comme successeurs, Say peut y recommander ses amis, Charles Comte, Charles Dunoyer, Adolphe Blanqui, dont nous verrons plus loin l’évolution. Bien sûr, la police soupçonneuse de la Restauration continue à faire des comptes rendus agressifs de leur enseignement67. Mais le public est conquis.

43Pour Jean-Baptiste Say, le cours de l’Athénée a obtenu les résultats souhaités. Il a élargi le public des lecteurs du Traité d’économie politique dont les rééditions en 1815 et en 1817, sont un succès de librairie. L’économie politique est entrée dans le champ des préoccupations de ceux qui lisent. Elle commence – dans son double rapport avec le social et avec le libéralisme politique – à faire partie du bagage de l’honnête homme. Cette expérience d’utilisation du secteur privé restera comme un recours dans la mémoire des libéraux.

C. À LA CONQUÊTE DES PRATICIENS

  • 68 Jean-Baptiste Say, De l’Angleterre et des Anglais, Paris, A. Bertrand, 1815.

44Mais ce succès, cette « avancée des Lumières » en direction du public cultivé, n’est pas suffisante aux yeux de Jean-Baptiste Say. Il est préoccupé, surtout après son voyage en Angleterre,68 par la différence de formation entre les entrepreneurs anglais, très avertis, et les entrepreneurs français, laissés à leur ignorance. Il faut transmettre à ces derniers les vérités utiles. Les entrepreneurs, véritables héros de la révolution industrielle sont, à ce moment de la pensée de Say, plus que les politiques, les acteurs du bien-être général.

  • 69 Ms Say, BNF, Carton B, liasse 2282.

45Dans ce but, il simplifie son traité en publiant en 1817 le Catéchisme d’économie politique, un « condensé » des vérités incontournables. Plus facile d’accès que le Traité, il s’adresse aux praticiens, à ceux qui lisent peu ou seulement des ouvrages susceptibles d’application immédiate. Mais comme dans son cours à l’Athénée, il reste fidèle à une volonté de transformer globalement les mentalités : « le développement des lumières et de l’industrie n’est que la civilisation sous un nom différent »69.

46Or le contexte politique de la Restauration et les avancées politiques précaires des libéraux ne lui permettent que l’alternative suivante : ou bien il se contente d’enseigner dans des institutions privées, ou bien il doit saisir l’occasion d’une avancée politique de ses amis libéraux pour pénétrer les institutions publiques. Le conflit politique entre les Libéraux et les ultras est tranché, on le sait, après l’assassinat du duc de Berry en 1820, en faveur des ultras. Leur vigilance contre les libéraux se renforce en 1824 après le décès de Louis XVIII. Dans cette conjoncture délicate, Jean-Baptiste Say réussira pourtant à créer l’enseignement qu’il souhaitait en direction des praticiens.

D. L’ÉCOLE SPÉCIALE DE COMMERCE (1819)

47Le monde du grand commerce partage les préoccupations de Jean-Baptiste Say. Une demande sociale en matière d’enseignement économique émane des praticiens. En 1819, des négociants, des industriels et des banquiers libéraux créent l’École spéciale de commerce. Les principaux fondateurs en sont le baron Ternaux, Lafitte, Chaptal et Casimir Perier. La forme juridique de la société est la commandite. Jean-Baptiste Say a beaucoup encouragé l’initiative.

  • 70 Alfred Renouard, Histoire de l’École Supérieure de Commerce de Paris, 1820-1892, 3e éd., 1920. Fau (...)

48Le but de l’école est de fonder des cadres du commerce au plus haut niveau. On y entre à partir de quinze ans. Le cursus dure trois ans. L’entrée est relativement facile, mais la sélection au cours des études est rigoureuse : treize diplômes sont décernés en fin d’études pour les cent dix-huit élèves70. Les cours de comptabilité, de langue, de géographie économique dominent et au début il n’y a pas de cours d’économie politique stricto sensu. Mais dès 1820, les élèves sont conduits – en rangs – au Conservatoire royal des arts et métiers pour assister au cours d’économie industrielle que Jean-Baptiste Say vient de réussir à obtenir.

49Ainsi le secteur privé s’est-il montré ouvert à la diffusion d’une discipline, suspecte aux milieux politiques officiels. Ce secteur a permis de promouvoir et d’abriter les deux aspects de la discipline : l’économie, science de la combinaison des facteurs de production, et l’économie science morale.

IV. LA PREMIÈRE CHAIRE DURABLE : LE CONSERVATOIRE DES ARTS ET MÉTIERS

50La création de la chaire d’économie industrielle au Conservatoire est l’un des actes qui a bénéficié de la dernière avancée politique des libéraux en 1818-1819, avant le reflux des années 1820-1830.

A. LA FONDATION

  • 71 F. Artz, The development of technical education in France, 1500-1850, MIT Press, 1966.
  • 72 Devient le Cabinet des machines du roi.
  • 73 Le Conservatoire des arts et métiers : Cent cinquante ans de haut enseignement technique, Paris, 1 (...)

51Cette avancée politique s’est traduite, entre autres, par la transformation du musée des Techniques, qu’était depuis 1794 le Conservatoire, en une École des sciences appliquées aux arts71. La collection de machines et d’automates de Vaucanson léguée au roi72 avait été transportée des locaux de l’hôtel de Mortagne à ceux du « ci devant » prieuré de Saint-Martin-des-Champs, libéré par la sécularisation des biens du clergé. Vandermonde y avait ajouté 500 modèles et machines dont certaines venaient d’Angleterre et de Hollande. Le but était à la fois d’améliorer les machines françaises mais aussi de mettre le gouvernement au courant des inventions. Ainsi les inventeurs français cesseraient de se tourner vers l’étranger comme cela s’était produit trop souvent. La démarche s’inspire de l’esprit de l’Encyclopédie. L’abbé Grégoire, en 1794, avait fait accepter la transformation de ce musée des Techniques en Conservatoire des arts et métiers. Les machines nouvelles devraient rejoindre les anciennes par le biais d’une sorte de dépôt légal. Après le déménagement en 1798, l’abbé Grégoire insiste sur la nécessité de laisser voir au public les machines déposées et surtout d’en rendre possible l’utilisation. Pour que les visiteurs puissent ainsi s’initier aux techniques, des démonstrateurs « seront tenus de donner tous les renseignements nécessaires et de faire les rapports sur les inventions et les perfectionnements concernant les Arts et Métiers »73. Plus tard, sous l’Empire, à l’initiative du ministre Chaptal, un cours de dessin et de géométrie appliquée, d’un niveau plutôt élémentaire, est créé. Parmi les hommes qui ont bénéficié de cette éducation technique, on cite, entre autres, le directeur de la métallurgie du Creusot, Schneider, mais aussi Jacquard, simple monteur réparateur, qui en restaurant le métier à tisser de Vaucanson eut l’idée du métier qui fera ensuite la fortune de Lyon. Jean-Baptiste Say, lui aussi, nous l’avons vu, était venu s’initier au maniement des machines textiles, dont il avait besoin pour son entreprise à Auchy.

  • 74 J.-B. Say, De l’Angleterre et des Anglais, op. cit.
  • 75 Le Conservatoire des arts et métiers, Recueil des lois, décrets, ordonnances, arrêtés, décisions, (...)

52La Restauration n’était pas inconsciente de son retard économique face à l’Angleterre. Les voyageurs informés multipliaient les témoignages. Le voyage anglais était à la mode. Jean-Baptiste Say y avait été envoyé en 181574. Au retour, il impute aux guerres et à la politique du gouvernement anglais, la cherté de la vie et les difficultés quotidiennes des ouvriers, voire même le dysfonctionnement de la monnaie ; mais il n’en souligne pas moins la très grande avance technologique du pays. À son tour, Charles Dupin consacre plusieurs années aux voyages en Angleterre entre 1816 et 1820 et en fait de rigoureux comptes rendus techniques. Il lui apparaît évident qu’il faut instaurer en France, sur le modèle de Glasgow, « une haute école d’application de la science au commerce et à l’industrie ». Le cadre du Conservatoire s’y prête particulièrement bien. « l’enseignement y serait public, gratuit, et tourné de préférence vers les praticiens qui ont besoin de connaître l’application des sciences aux arts industriels »75.

  • 76 Ms Say, BNF, A 61-71.

53Jean-Baptiste Say est mis au courant de ce projet par le baron Thénard, son ami de longue date76. En 1817, Thénard fait partie du conseil de perfectionnement du Conservatoire. Le duc de la Rochefoucault-Liancourt en est le président. Selon l’avis de Dupin, deux chaires, l’une de mécanique, l’autre de chimie appliquée aux arts sont projetées. Jean-Baptiste Say en propose une troisième qui serait consacrée à l’enseignement de l’économie politique. Thénard lui demande de rédiger une notice sur l’utilité de cet enseignement afin de convaincre le conseil de perfectionnement.

B. LE BUT DE LA CHAIRE

  • 77 Elle sera publiée en entier pour la première fois en 1848. Voir en annexe.

54La lettre de Jean-Baptiste Say adressée au baron Thénard et restée longtemps inédite77, illustre bien les finalités de cette première chaire durable consacrée à l’enseignement de l’économie politique. Le but premier est de rattraper le retard économique vis-à-vis de l’Angleterre, en apprenant à fabriquer des objets de première nécessité, à bas prix, au lieu de se cantonner dans la production de produits de luxe.

55Ce nouvel enseignement s’adresse non aux simples ouvriers, qui n’ont besoin que « de l’instruction des ateliers », mais « aux entrepreneurs de manufactures, aux chefs plutôt qu’aux simples ouvriers ». Pourtant, la nouvelle école ne pourrait remplir sa mission en se cantonnant dans l’apprentissage des simples procédés techniques. Il ne suffit pas non plus d’encourager la fondation d’entreprises. En effet, les cas sont nombreux de découvertes techniques sans résultats, ou pire en ayant de « funestes », « et nous voyons tous les jours des gens à imagination, savants même dans la mécanique et la chimie et qui échouent dans toutes les entreprises. »

  • 78 « Jean-Baptiste Say à M. le Baron Thénard membre de l’académie des sciences », J.-B. Say, Œuvres d (...)
  • 79 Ibid.

56Pour que cette école spéciale d’industrie atteigne ses finalités, il faut apprendre non les simples procédés mais « comment et en quoi les arts concourent à former les valeurs, qui sont le véritable élément de la richesse »78. L’entrepreneur, qui combine les facteurs de production doit apprendre à prévoir les besoins du marché. Il faut lui enseigner les moyens objectifs de ne pas faire faillite. Il s’agit donc d’enseigner l’économie comme une discipline non seulement technique mais globale : dans certains cas, l’entrepreneur devra renoncer à fabriquer lui-même certains produits qu’il est plus rentable d’acheter tout prêt (soude, alun, acide). L’économie politique enseigne donc la saine prévision. Dans le même esprit, il ne suffit pas d’investir des capitaux mais il faut savoir calculer leur rentabilité. C’est le cas de « l’emploi des moteurs dont l’utilité n’a jamais été bien calculée dans ses rapports avec leur dépense de premier établissement et d’entretien ». Les innovations elles-mêmes doivent être optimalisées : « un perfectionnement dans les procédés de fabrication économise certainement une partie des frais de production ; mais cette économie a des bornes, et il n’y a rien à gagner, quelque ingénieux que soit le procédé, à excéder les bornes de la consommation possible. Or l’économie politique seule indique les éléments, la totalité des éléments qu’il faut faire entrer dans les différents calculs »79. Ainsi définie l’économie politique inclut le calcul économique et se présente comme un apprentissage de la gestion.

57Cette présentation permet à Jean-Baptiste Say de réfuter les arguments de ceux qui voient dans l’économie politique une science inachevée – quelle science est achevée ? – ou un prétexte à polémiques infinies sur les politiques économiques. Jean-Baptiste Say revendique « l’économie politique de la nouvelle école, l’Économie politique expérimentale ».

58L’économie n’est plus une science embryonnaire, encombrée de polémiques. De nombreux points d’accord existent déjà : l’or et l’argent ne sont pas les seules valeurs ; la richesse se forme et se détruit dans la production et la consommation. Il ne faut pas lancer un projet de production sans calcul ni réflexion. L’enseignement de l’économie politique expérimentale évitera les gaspillages de travail, de talents et leurs conséquences ruineuses. Grâce à l’information, la concurrence jouera alors à plein son rôle de sélection des meilleurs procédés et de la meilleure adaptation au marché.

59Il ne sera alors plus nécessaire de protéger le travail national. Ces connaissances économiques, les Anglais les possèdent déjà. Leur diffusion en France est le seul moyen de faire face à la concurrence anglaise.

60Enfin, cette diffusion de l’économie politique facilitera les rapports des entrepreneurs avec l’administration. Les premiers, mieux informés, cesseront de réclamer assistance et protection, et chercheront à être plus performants. L’administration, elle, mieux éclairée, saura mieux choisir son attitude. Pour conclure, « stimuler l’esprit d’entreprise sans l’éclairer, c’est nuire à la prospérité publique ». Les arts d’un côté, les sciences d’un autre, sans coordination, seront impuissants. En bref, l’enseignement de l’économie politique répond à un besoin et à une demande sociale...

61La démarche réussit : la lettre a atteint son but. Un troisième cours est créé sous le titre d’économie industrielle et en 1819, Jean-Baptiste Say entre au conseil de perfectionnement.

  • 80 André Liesse, « Un professeur d’économie politique sous la Restauration », Journal des économistes (...)
  • 81 Madeleine Ventre-Denis, « Sciences sociales et Universités au xxe siècle », Revue historique, n° 5 (...)

62On a beaucoup glosé sur le titre qui écartait le terme d’économie politique. Il est vrai que la Restauration suspectait tous les enseignements libéraux. Il est vrai aussi qu’en 1820, les libéraux perdent le pouvoir au profit des ultras. Plus tard, le statisticien libéral André Liesse soulignera cet aspect politique du terme80. Et dans les années 1820, le cours d’économie politique, décidé très légalement à la faculté de droit de Paris, reste lui au stade du projet81. Le terme d’« économie politique » avait bien une connotation d’opposition que n’a pas celui d’« économie industrielle ». Mais Jean-Baptiste Say lui-même, en insistant sur le caractère expérimental de la discipline, ne s’est pas battu pour le mot. Dans son optique, les termes économie sociale », c’est-à-dire source de développement de la société tout entière, étaient ce qui lui convenait le mieux. À défaut, il accepte les termes « économie industrielle », puisque l’essentiel est de faire accepter la discipline dans l’enseignement officiel du Conservatoire et que l’industrie (au sens d’activité économique) est à la source de tout progrès.

63La tactique souple a été efficace et Jean-Baptiste Say la poursuivra pour sauver son enseignement de la vigilance de la police.

C. LA RÉSISTANCE À LA CENSURE

  • 82 Arch. nat. F7 6915, 19 janvier 1826.
  • 83 Arch. nat. F7 6916.
  • 84 A. Liesse, art. cit., p. 169-174.

64En effet, les ultras suspectent tout ce qui leur paraît héritage de la Révolution. La Rochefoucault-Liancourt perd en 1823 ses fonctions d’inspecteur général du Conservatoire. La police surveille avec attention l’Athénée, en particulier les cours de Charles Comte ou d’Adolphe Blanqui comme enseignants de la nouvelle discipline. Charles Comte fait l’objet d’une particulière attention82, il a un passé... Sa biographie détaillée envoyée par un inspecteur au ministre de l’Intérieur montre qu’il n’est pas seulement observé dans ses cours, mais qu’il fait l’objet d’une filature en règle. Une autre lettre83, du 8 mars 1826, signale que « ce littérateur fréquente assidûment la société de son beau-père, professeur au Conservatoire royal des arts et métiers ». On lui reproche aussi ses voyages et ses relations avec Benjamin Constant. Charles Dunoyer qui a eu à pâtir, comme Charles Comte, de sa participation au Censeur européen et qui fréquente le cénacle des Say, est lui aussi surveillé. Le cours de Jean-Baptiste Say lui-même au Conservatoire est mis en observation dès 182484. La date (décembre 1824) se situe deux mois et demi après la mise en place du pouvoir de Charles X. À la même époque, Guizot, Royer-Collard, Cousin et même des scientifiques comme Jussieu et Vauquelin font l’objet d’interdiction d’enseigner.

  • 85 Ms Say, BNF, correspondance Carton D.
  • 86 Cité par A. Liesse, art. cit., p. 170. Nous n’avons pas retrouvé le dossier aux archives.
  • 87 Ibid., p. 171.

65On s’explique mieux alors la prudence de Jean-Baptiste Say qui, dans le fond et dans la forme, se contrôle pour éviter les foudres de la censure. Sans renier sa pensée, il décide, pour durer, de ne pas alimenter les polémiques : les protectionnistes ont noué alliance avec les conservateurs et les ultras. Ses cours sont soigneusement rédigés à l’avance et sont ensuite lus ; il arrive que son fils Horace les lise à sa place, dès 1824. Ainsi, il s’interdit le jeu facile des allusions et la transformation de son cours en meeting contrairement à ce que Dunoyer et plus tard Blanqui feront avec beaucoup de succès. Les remarques, les objections, les questions d’étudiants lui sont transmises par écrit. Il leur répond une semaine après avec le plus grand calme, même si certaines questions ne sont pas dénuées d’agressivité85. Le préfet de police M. Delevau s’inquiète, lui, du fait que « les auditeurs y sont beaucoup moins appliqués que ceux qui fréquentent le cours de M. Dupin ; ils entrent fréquemment, circulant dans toutes les parties de chaque salle et forment des groupes qui peuvent fournir à la malveillance l’occasion d’y semer les germes d’un mauvais esprit »86. Le 28 décembre le même observateur signale parmi les négociants, la présence de quelques libéraux « qui se qualifient eux-mêmes du nom d’hommes de lettres ». Il s’agit pour le policier de protéger les élèves du Conservatoire des « séductions de leurs professeurs ». Les libéraux chercheraient à utiliser ces enseignements du soir pour organiser une opposition politique. « Favorisés dans ces réunions nocturnes par le peu de clarté qui règne dans les lieux voisins et dans les rues adjacentes, ils se livrent à des déclamations séditieuses, et on les a entendus attaquer non seulement le système actuel du gouvernement mais leurs propos n’ont pas été exempts d’insinuations perfides contre la famille royale »87.

  • 88 Ibid., p. 172 ; souligné par l’officier de police.

66Les accusations se transfèrent en 1825 sur le contenu des enseignements : « les provocateurs de troubles et de désordre [...] cherchent à tirer partie des doctrines pernicieuses que les professeurs de ces cours inculquent peu à peu dans l’esprit des gens du peuple qui les fréquentent »88.

  • 89 Cité par A. Liesse, art. cit., p. 170.

67Le public du cours nous est connu très indirectement par la correspondance de Jean-Baptiste Say avec ses élèves et par les notes de son fils Horace. Il se stabilise entre 40 et 50 auditeurs en fin d’année. Les étudiants venus du Quartier latin y sont peu nombreux ; les communications sont difficiles et l’horaire du cours, 19 heures, leur paraît un peu trop tôt. Des étrangers, des négociants, des petits patrons semblent en former la majorité. La qualité, la technicité des questions posées montrent qu’il s’agit de praticiens et/ou de gens déjà sensibilisés aux problèmes de la « nouvelle économie politique ». Ils sont en tout cas très motivés puisque si des étudiants réclament un déplacement du cours plus tard dans la soirée, en revanche, un groupe d’auditeurs venus tout exprès de Versailles, réclament un déplacement d’horaire plus tôt pour ne pas manquer la dernière voiture. « Le cours finit trop tard. Il ne nous reste donc plus qu’à faire usage de nos jambes ce qui n’est pas fort amusant dans la saison où nous nous trouvons »89 (avril 1824). Ce public hybride a probablement, autant que sa prudence formelle, protégé Jean-Baptiste Say de l’interdiction d’enseigner.

68En effet, Jean-Baptiste Say ne s’adapte que dans la forme et reste ferme sur les principes quand il s’agit du fond.

  • 90 Jean-Baptiste Say, Cours complet d’économie politique pratique, Bruxelles, Hauman, 1840, p. 419.
  • 91 Ibid., p. 422.

69Dans la forme le cours a un style plus simple, plus familier que le traité dont il reprend tous les thèmes. Il est nourri de nombreux exemples concrets pris dans la pratique du négoce ou de la manufacture. Sur les consommations, sur l’économie domestique, Jean-Baptiste Say prend le ton du père de famille qui doit se garder autant des stockages excessifs de denrées que de l’imprévoyance des approvisionnements trop restreints. Il introduit le calcul économique simple, à partir d’exemples de la vie courante. Faut-il préférer faire bâtir une maison familiale en pierre, qui « durera l’éternité » et coûtera 100 000 F ou une maison de 50 000 F qui durera 45 ans ? En plaçant les 50 000 F, on en tirera grâce aux intérêts 400 000 F en 45 ans... Le choix s’impose donc, mais après réflexion90. Des conseils de mise en garde contre l’avarice « qui ne sait pas surmonter une terreur » balancent la dénonciation de la prodigalité, « signe d’infantilisme »91. Le cours d’économie ne se refuse pas les conseils de morale ménagère comme les écoles primaires en connaîtront plus tard.

70Mais au-delà d’une forme plus familière et plus concrète, le cours reste fidèle à son contenu fondamental. L’économie bien comprise est la source de la prospérité jamais dissociée du progrès social. L’entrepreneur joue le premier rôle dans la révolution industrielle à mettre en œuvre. Les investissements, la productivité sont essentiels dans le cadre d’une bonne prévision du marché. Les produits s’échangent contre des produits. La libre circulation des biens et des choses assure, sous réserve d’une bonne information, la meilleure progression de la prospérité et de la liberté politique. Les services sont productifs et la valeur est liée à l’utilité, etc. Derrière ces thèmes bien connus, il ne faut pas oublier à quel point, en leur temps, ils sont apparus comme inquiétants pour tous les nostalgiques de l’Ancien Régime. La « loi des débouchés » est perçue comme un outil de lutte contre le mercantilisme et contre le pacte colonial. Elle nous vaut d’ailleurs une très moderne démonstration selon laquelle les colonies coûtent plus qu’elles ne rapportent, si l’on chiffre le coût réel de la domination politico-militaire.

71La valeur utilité et la productivité des services s’opposent à l’accumulation du numéraire ou des métaux précieux.

  • 92 J.-B. Say, Traité, op. cit., p. XXIX. L’argument est le même que chez Creuzé-Latouche.

72L’industrialisme de Jean-Baptiste Say ne s’oppose pas seulement à la physiocratie. Il accompagne le mouvement productiviste qui caractérise le premier tiers du xixe siècle. Enfin, le rôle de l’entrepreneur – dissocié du détenteur de capitaux – préfigure les thèses managériales. Dans l’ensemble, l’économie qui a trouvé de grands penseurs dans les siècles précédents, perd son aspect de discipline pour initiés, quitte les sphères élitistes des soirées aristocratiques, et devient une connaissance, une information nécessaire à tous. Il ne s’agit plus de la réserver à des sectes. Dans Olbie, le manuel d’économie servait de livre de morale à la société. En 1803, « Pour qu’une nation jouisse des avantages d’un bon système économique, il ne suffit pas que ses chefs soient en état d’adopter les meilleurs plans en tout genre ; il faut encore que la nation soit en état de les recevoir »92. En 1828-1830, le titre entier du Cours complet d’économie politique pratique, « destiné à mettre sous les yeux des hommes d’État, des propriétaires fonciers, des capitalistes, des savants, des agriculteurs, des manufacturiers, des négociants et en général de tous les citoyens, l’économie de la société » ne doit pas être interprété comme une simple publicité. Les Lumières s’adressent à tous. L’action sur les mentalités fait partie de l’œuvre de développement et la conditionne. Tout bon gouvernement le comprend et les mauvais gouvernements au contraire l’ignorent... Il s’agit donc d’imputer à l’enseignement de l’économie politique une fonction plus globale que celle de toutes les autres disciplines. Il a fonction de susciter de nouvelles pensées, de nouveaux comportements, d’inculquer de nouvelles potentialités. Il s’agit de modifier fondamentalement l’habitus, l’aptitude des agents à adopter spontanément une attitude économique rationnelle et des réactions bien adaptées pour modifier le retard français. L’apprentissage de l’économie politique renouvelle le capital humain et permet sans violence de mettre en œuvre ce que la Révolution, dévoyée par les guerres, détournée par les militarismes, n’a pas eu le temps de réaliser : le progrès social grâce à la révolution industrielle mise au service de tous, contrairement à ce qui s’est passé en Angleterre.

V. L’ENSEIGNEMENT ÉCONOMIQUE, ÉLÉMENT D’UN PROJET POLITIQUE GLOBAL

  • 93 J.-B. Say, Cours complet, op. cit., p. 466-470.

73Dans ce même cours prononcé au Conservatoire royal des arts et métiers93, durant les années 1820, Say dessine le modèle de l’enseignement de base qui doit précéder l’enseignement de l’économie politique. Les libéraux de 1860 y puiseront plus tard un ensemble d’arguments contre le système en place.

  • 94 Ibid., p. 468.
  • 95 Ibid., p. 468.
  • 96 Ibid., p. 469.
  • 97 Ibid., p. 469.

74La position de Jean-Baptiste Say sur le système d’enseignement de son temps est très critique. Les collèges ne sont que des « écoles de pédantisme, monuments encore debout de l’infériorité de nos ancêtres dans les connaissances utiles »94. Ils diffusent, comme le disait Montaigne, « une suffisance livresque »95. Donnant une importance excessive à la théologie et à la jurisprudence, ils sont à la source de « beaucoup plus de maux qu’on ne croit » et cela dans tous les domaines. Les écoles de droit diffusent « l’art de la chicane »96. Les diplômes de docteur en médecine protègent mal du charlatanisme et sont décernés par des professeurs qui « ne jugent que sur les doctrines qu’ils ont enseignées » et de ce fait sont peu ouverts à l’innovation. Même pour les quelques « écoles spéciales destinées à former des sujets pour certains services publics comme l’École polytechnique, celle des Mines, celle des Ponts et chaussées »97, l’État pourrait ne pas intervenir. Il s’établirait alors des écoles libres qui « auront tous les avantages qui naissent de la concurrence et de l’émulation ». En effet, partout l’enseignement d’État privilégie la mémoire plus que « la capacité dans les applications », en d’autres termes, plus la reproduction que la nécessaire capacité d’innovation. Ni les exemples de l’Antiquité, ni les langues mortes, ni « l’art de la chicane » ne permettent d’affronter les mutations nécessaires. L’« endorecrutement » des professeurs favorise la reproduction plus que l’innovation. En somme l’enseignement existant est totalement inadapté aux besoins de la révolution industrielle que la France doit acclimater sans copier les erreurs du modèle anglais.

  • 98 Ibid., p. 475.

75Seules les académies échappent partiellement à cette critique. Dans le domaine des sciences positives, elles servent à « éclairer » les gouvernements quand il s’agit de prendre des décisions difficiles. Elles distribuent des prix pour l’avancement des sciences y compris pour « celles qui ont pour objet le perfectionnement des institutions sociales ». Elles sont financées par des dons et des dispositions testamentaires et donc libres de toutes pesanteurs étatiques. Pour être bien sûr que ces académies ne tombent pas dans les travers de l’enseignement public ou sous l’influence d’une coterie quelconque, il faut et il suffit qu’il existe deux académies rivales dont « la noble émulation » aboutirait à ce qu’elles se disputent « les hommes d’un vrai mérite, afin d’ajouter à leur propre illustration »98.

76Pour faire face aux changements nécessaires, l’État a cependant un rôle à jouer à condition toutefois qu’il n’ait pas le monopole de l’enseignement. Certes, il est moins dangereux que « la direction des prêtres d’un certain culte, surtout s’ils recevaient l’impulsion d’un prêtre étranger... Un bigotisme avilissant s’emparerait de bonne heure de tous les esprits ; les hommes faits étant abrutis, abrutiraient leurs successeurs, semblables à ces Caraïbes qui aplatissent, entre deux ais, les têtes de leurs enfants, sans autre motif sinon que la leur a été aplatie de la même manière ». Écrit en 1828, ce texte reflète l’anticléricalisme caractéristique de la période, dû au trop grand rapprochement du clergé avec les ultras au pouvoir.

77Le deuxième danger est le militarisme : « On a vu des gouvernements qui, voulant donner à tout un peuple les mœurs d’une caserne, n’estimaient que l’instruction capable de servir aux arts de la guerre ». Ici le bonapartisme est visé, et à l’appui de sa démonstration, Jean-Baptiste Say cite l’exemple de François de Neufchâteau empêché par Bonaparte de fonder une grande école d’agriculture uniquement parce qu’il refuse pour elle le statut de « poste militaire ».

  • 99 Ibid., p. 466.

78Le troisième danger serait celui qu’un État monolithique ferait subir à la population. « Un peuple entier pourrait croître, imbu des opinions et des habitudes les plus contraires à sa dignité, à son bonheur... Une nation serait ainsi tenue dans un état d’infirmité intellectuelle qui la rendrait à peine supérieure à un troupeau »99. On a ici la critique des manifestations et des risques d’un retour de l’absolutisme.

  • 100 Ibid., p. 463.
  • 101 Ibid., p. 463.
  • 102 Ibid., p. 464.
  • 103 Ibid., p. 464.

79Ces trois dangers écartés, enseignement clérical, militarisme, absolutisme, pourquoi et comment l’État doit-il tout de même intervenir ? Parce que d’abord « les institutions font les hommes ce qu’ils sont »100. Jean-Baptiste Say s’amuse à démontrer comment l’enseignement turc transformerait un enfant français et chrétien en un bon turc musulman ; et réciproquement l’enseignement français assimilerait un enfant turc pour en faire un bon français chrétien. L’ampleur de cette imputation à l’enseignement paraît à Jean-Baptiste Say « une vérité généralement admise ». Ensuite un lien étroit existe entre le degré de développement, « les Lumières » d’un pays et celui de son enseignement. « Les nations qui demeurent incultes, barbares, ne créent que des institutions barbares comme elles »101. En outre chaque peuple a sa spécialité : « les anciens Grecs avaient porté les beaux-arts à un degré de perfection qui n’a pas été surpassé ; mais ils n’avaient que des idées imparfaites ou fausses sur l’économie des nations. Les Anglais modernes sont prodigieusement avancés dans ce qui a rapport aux arts utiles ; il est douteux qu’ils le soient autant que les Américains des États-Unis dans la politique pratique, puisqu’ils périssent sous le fardeau d’un clergé oppresseur et d’un parlement qui, au lieu de représenter les intérêts nationaux ne représentent en réalité que les intérêts du privilège »102. Enfin, Jean-Baptiste Say souligne la corrélation entre la qualité de l’enseignement et le recul de la criminalité. En Suisse, « Les cantons où se trouvent de bonnes écoles primaires fournissent peu d’occupations aux tribunaux criminels ; et parmi les gens repris de justice, la très grande majorité ne sait pas lire »103. Après avoir démontré l’importance du rôle de l’enseignement et ses variétés nationales, Say en vient à des propositions.

80Que doit faire enseigner l’État ? D’abord les vérités, les propriétés des choses et non les opinions. Par exemple, « l’eau peut être réduite par la chaleur en une vapeur élastique ». On étudie les conséquences économiques d’une telle propriété. On réussira à dégager ces vérités de base des opinions discutables, grâce à « l’observation, l’expérience, voilà la base de toutes les connaissances humaines ». Enfin, les connaissances utiles sont trop vastes pour être maîtrisées par un homme ou un groupe. La spécialisation des champs du savoir est déjà évidente.

  • 104 Ibid., p. 466.105.

81C’est pourquoi, « sans accaparer l’instruction », en respectant le droit des parents, contrepoids naturel aux excès de l’État, il appartient à l’État d’assurer l’enseignement de base et de favoriser les travaux de vulgarisation. « Le premier pas, peut-être le seul indispensable pour civiliser les classes inférieures, est de leur enseigner la lecture, l’écriture, et les premières notions de calcul. Il n’en faut pas davantage pour les mettre en communication avec le monde civilisé, et pour fournir aux talents qu’elles recèlent, les moyens de se développer ». Ajoutons que, pour Jean-Baptiste Say, les filles autant que les garçons doivent recevoir cette formation « la moitié de notre espèce, celle qui dirige les premiers efforts de l’intelligence humaine, ne doit pas être tenue dans un état d’infirmité morale qui rejaillit sur l’espèce entière »104. Et il faut donner cet enseignement très tôt « avant l’âge où l’enfant d’une famille indigente est appelé à l’aider du travail de ses mains ». La méthode est celle de l’enseignement mutuel sans « menaces ni punitions ».

  • 105 Ibid., p. 467.
  • 106 Ibid., p. 467.

82Dans l’immédiat on manque de « bons livres élémentaires [...] forts difficiles à composer». Ces livres qui exigent de leur auteur une connaissance vaste « de toutes les parties de la science » et un sens « de l’art de se mettre à la portée des commençants » sont très rares. En outre, ils rapportent peu de prestige à leurs auteurs, Jean-Baptiste Say ne l’ignore pas : « malheureusement il n’y a ni assez de gloire, ni assez de profit à composer un bon ouvrage élémentaire, pour engager les hommes d’un grand mérite et d’un grand talent à s’en occuper ». À ces difficultés s’ajoutent les nécessaires remises à jour. Là se situe spécifiquement le rôle de l’État. Il doit intervenir afin « de récompenser avec munificence les auteurs de bons livres élémentaires et d’en multiplier les exemplaires [...]. Ce serait donc faire un très utile emploi des honneurs et des richesses dont l’État dispose »105. Pour les mises à jour, pour la sélection des meilleurs manuscrits, l’État disposerait de récompenses : « Il vaut mieux, je crois, que l’État, après avoir récompensé le premier écrivain de son époque dans ce genre ingrat, ait toujours une autre couronne prête pour celui qui le surpassera. Le gouvernement, après avoir de cette manière acquis le manuscrit d’un livre élémentaire, le céderait à un libraire sous la condition de ne pas le vendre au-dessus d’un prix modique fixé à l’avance »106. L’État doit donc assurer l’enseignement primaire et subventionner les manuels.

  • 107 Ibid., p. 467.

83À partir de cet enseignement de base, « chacun se procurerait à peu de frais les notions fondamentales les plus utiles dans la profession qu’il aurait embrassée ; nul autre moyen ne contribuerait plus efficacement à la diffusion des Lumières »107. Ainsi s’articule la nécessité de l’enseignement de base avec celui de l’économie politique proprement dit, chacun d’eux contribuant de façon complémentaire à l’obsédante nécessité de la diffusion des Lumières.

84En conclusion, moins qu’un véritable modèle positif de système d’enseignement, la situation d’opposition qu’ont vécu les Libéraux de la Restauration a permis de dégager plusieurs axes.

  • 108 Ibid., p. 468.

85L’État se voit attribuer une fonction précise, mais étroite : assurer l’enseignement primaire et encourager les livres de vulgarisation. Le système d’enseignement tel qu’il est, bloque et gêne la révolution industrielle et la capacité pour la France de faire face à la concurrence anglaise. « Mieux vaut cent fois la liberté qui favoriserait l’établissement d’une foule d’institutions particulières, où l’on s’occuperait de toutes les connaissances applicables à la vie sociale et, dans quelques-unes plus spécialement des connaissances favorables à certaines professions de l’agriculture, aux arts, au commerce. Les familles et les individus auraient le choix de celles de ces institutions qui correspondraient le mieux à leur projet »108.

86L’enseignement de l’économie politique, quant à lui, peut avoir intérêt à privilégier les institutions privées. Largement défini comme une pièce maîtresse de diffusion des connaissances nécessaires à l’innovation, il s’adresse à tous. Mais pratiquement, quand on examine les résultats des expériences enseignantes de cette période d’opposition politique, on constate que seul l’enseignement privé payant, dans une sorte de club mi-mondain mi-politique, l’Athénée, a permis de faire entrer la discipline dans le champ du savoir de l’homme cultivé. Là seulement, elle a réussi à prendre sa place de science morale. Certes, Jean-Baptiste Say a su déterminer des niveaux de diffusion, pour atteindre le plus grand nombre de publics possibles et il a adopté des moyens d’actions divers. Mais à la fin de la Restauration, quand la discipline est tolérée dans le secteur public, elle est cantonnée au Conservatoire, dans une variante de l’enseignement technique. Pour atteindre les milieux cultivés, les créations privées sont plus convaincantes que le secteur public. Si les récits de vie reflétaient la tactique à court terme, l’analyse du bilan institutionnel du « fondateur » contribue, elle, à l’élaboration de la stratégie de diffusion à long terme.

87L’aspect fondateur de l’enseignement de l’économie par Jean-Baptiste Say n’est pas une simple légende. La chaire du Conservatoire existe encore. Le souci de diversifier les publics préoccupera les successeurs de Jean-Baptiste Say quelles que soient leurs divergences. Et surtout, la structuration du milieu favorable à cet enseignement autour d’un noyau familial dynamique, aussi ouvert à la pratique qu’à la théorie se perpétue. Dans l’immédiat, Jean-Baptiste Say en personne forme et contrôle ses « disciples ». Il y a une profonde unité de l’enseignement économique. À plus long terme, quand il faudra reconstituer cette unité, le groupe familial des descendants de Jean-Baptiste Say se retrouvera au cœur de la restructuration du réseau de diffusion. Fidèle aux origines, ce groupe fera un usage sans préjugé du secteur privé autant que du secteur public. Ce type d’association, pour élargir la diffusion de la doctrine, fait bien partie de l’héritage de Jean-Baptiste Say. Mais le contexte politique particulier de l’opposition a renforcé l’unité du message diffusé.

Notes

1 Jacqueline Hecht, « Un exemple de multidisciplinarité : Alexandre Vandermonde 1735-1796 », Population, n° 4, juillet-août 1877, p. 641-675.

2 François de Neufchateau, Recueil de lettres circulaires destinées à l’instruction du citoyen, Paris, An III.

3 Ibid., p. 20.

4 J. A. Creuzé-Latouche, député du département de la Vienne, « Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie politique ». Voir en annexe.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Les petites écoles des physiocrates sont restées embryonnaires. Mirabeau avait organisé en son hôtel les « dîners du mardi » où l’on discutait économie. Un « cours d’instruction » fut organisé en 1867 où l’on exposait et discutait le Tableau économique de Quesnay face à un public mondain et très limité (voir J. Hecht, « Une héritière des Lumières... », art. cit., p. 10).

9 J. A. Creuzé-Latouche, « Discours sur la nécessité d’ajouter à l’École normale un professeur d’économie politique ». Voir en annexe.

10 Séance de janvier 1795 à la Convention.

11 Décret de la Convention nationale, du 12 pluviôse an III.

12 Voir J. Hecht, articles cités.

13 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir : La Révolution, Paris, Belin, 1981, 394 p. Sur l’École : chapitre III.

14 Le 19 pluviôse an III ; cf. James Guillaume, Procès verbaux du comité d’instruction publique de la Convention, Imprimerie nationale, tome IV, 1901, tome V 1904 et tome VI, 1907.

15 Il est tuberculeux.

16 Les seules conditions pour être admis en qualité d’élève à l’École normale sont d’être âgé de moins de 21 ans et « de réunir aux Lumières un patriotisme éprouvé et des mœurs irréprochables ».

17 Alexandre Vandermonde, Économie politique, cours publié dans les Séances des Écoles Normales, leçons recueillies par des sténographes et revues par les professeurs, tome II, p. 239-240.

18 Ibid., tome II, p. 304.

19 Ibid., tome II, p. 294-295.

20 Jean-Baptiste Say se situe dans la même lignée quand il fait une opposition entre, d’une part, « l’honnête aisance » signe de prospérité générale, justifiée quand elle est acquise par le travail et, d’autre part, certains excès de luxe ou d’accumulation caractérisant les pays en retard, « les madones, les saints des pays superstitieux, les idoles richement ornées et pompeusement servies des peuples de l’Orient ne fécondent point d’entreprises agricoles et manufacturières » ajoute le descendant des Huguenots dans son chapitre consacré aux « capitaux improductifs ». J.-B. Say, Traité d’économie politique, op. cit., Paris, Calmann-Lévy, p. 120

21 James Steuart ou Stewart, Inquiry into the principles of political economy, 1767. Ouvrage plutôt mercantiliste.

22 Ibid., chapitre XXIII, p. 246-256.

23 A. Vandermonde, Économie politique, op. cit., tome II, p. 455.

24 Sur l’analyse de la pensée économique de Vandermonde voir Gilbert Faccarello, « l’évolution de l’économie politique pendant la Révolution. Alexandre Vandermonde ou la croisée des chemins » in Französiche Revolution und Politische Ökonomie, op. cit.

25 Ibid., p. 17.

26 Gilbert Faccarello, art. cit., montre à quel point il a influencé ses successeurs immédiats, Germain Garnier et Roederer.

27 Alexandre Vandermonde, op. cit., tome II, p. 299.

28 À l’exception, nous l’avons vu, de l’analyse et de la justification des assignats.

29 . Voir en annexe, lettre de Jean-Baptiste Say au baron Thénard.

30 Henri Baudrillart, « Le premier cours d’économie politique en France (1795) Vandermonde », Journal des économistes, décembre 1873, p. 378-386.

31 Horace et Léon Say, les Raoul Duval, voir Joseph Valynseele, Les Say et leurs alliances, Paris, éd. Valynseele, 1985.

32 Mais rien ne prouve qu’il était religieux.

33 Voir les lettres personnelles Carton G.

34 John Stuart Mill, Mes mémoires, histoire de ma vie et de mes idées, Paris, Alcan, 1855, 2e éd., 320 p.

35 Jean-Baptiste Say, Cours complet d’économie politique pratique, Paris, Guillaumin, 1840.

36 Ms Say, A 70-20, BNF.

37 Ibid.

38 Son amitié avec George Cabanis est ancienne, comme en témoigne cette lettre du 9 novembre an II.
« Le Sénateur George Cabanis membre de l’Institut au citoyen Say, tribun,
Mon cher et excellent concitoyen, je vous envoie les prospectus d’un Établissement qui mérite tout l’intérêt des vrais amis des Lumières. Je vous prie de bien vouloir le faire imprimer dans la Décade.
Je vous renouvelle l’assurance de mon ancien et bien sincère attachement et je vous salue de tout mon cœur.
George Cabanis ».

39 Ms Say, A 61-71, BNF, lettre du 27 mai 1816.

40 Ms Say, A 110-84.

41 Ms Say, A 5463.

42 En 1814, il est chargé d’une mission d’observations économiques en Angleterre. Il y est reçu triomphalement.

43 Les décrets impériaux avaient été pris en dépit de la lettre de Jean-Baptiste Say, envoyée le 24 avril 1809, au préfet du Pas-de-Calais (Arch. nat. F12 carton 1878) et recommandant une politique plus nuancée qui laisserait entrer les filés fins ; voir Ch. Schmidt, « Jean-Baptiste Say et le blocus continental », Revue d’histoire des doctrines économiques et sociales, Paris, 1911, p. 149-154.

44 Charles Comte (1782-1837), avocat protestant, opposant à l’Empire, continue le combat libéral sous la Restauration.

45 Charles Dunoyer (1786-1862), d’origine noble mais cadet de famille destiné à l’ordre de Malte, rallie la pensée des Idéologues. Il rencontre Charles Comte à la faculté de droit.

46 Arch. nat. F7 6915 : « Comte a quitté la France au milieu de 1820 pour se soustraire à l’exécution d’un jugement par défaut en date du 22 juillet 1820 qui le condamnait, pour délit de presse, à trois mois de prison ferme et 600 F d’amende. Il exerce à Lausanne la fonction de professeur de droit naturel et de droit public sans l’autorisation du Roi ». Le gouvernement de la Restauration lui fait perdre la qualité de Français (Comte est né à Genève) et obtient du gouvernement suisse son expulsion en 1823. Comte se rend à Londres, où, nous dit le rapport de police en date du 15 septembre 1825, « il entretient des rapports intimes avec les transfuges réfugiés dans cette capitale ».

47 Lucette Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie politique en France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juin 1980, p. 270-294.

48 Ch. Dejob, « De l’établissement connu sous le nom de Lycée et l’Athénée et de quelques établissements analogues », Revue internationale de l’enseignement, 15 juillet 1889.

49 Ch. Dejob, l’instruction publique en France et en Italie au xixe siècle, Paris, Colin, 1894, p. 180.

50 Arch. nat. F17 1143.

51 Ch. Dejob, op. cit., p. 200.

52 « Ils tiennent à la disposition des amateurs une bibliothèque nombreuse et choisie et d’autres pièces garnies de tableaux, gravures, dessins, modèles de machines, un salon particulier pour les dames qui désireraient se réunir, avec un piano forte. » La Décade, 10 nivôse an III.

53 Louis Thénard, Salvandy et son temps 1795-1856, Lille, 1968, d’après le journal de Salvandy.

54 Arch. nat. F7 6917. « Les sociétés littéraires n’existent qu’en vertu de l’autorisation du gouvernement et sous certaines conditions qui leur sont présentées par un règlement approuvé du ministre de l’intérieur. Au nombre de ces conditions il est expressément stipulé que la politique sera étrangère aux occupations de la société, art 291 du code pénal. »

55 Où Charles Dejob les a consultés.

56 Datation adoptée par Ph. Steiner, « Jean-Baptiste Say et l’enseignement de l’économie », Œconomia, série PE, n° 6, p. 79.

57 Ms Say, B 2282, BNF.

58 Ms Say, B 2281, BNF.

59 J.-B. Say, Cours d’économie politique et autres essais, édité par Philippe Steiner, Paris, Flammarion, 1996.

60 Ms Say, B 2284, BNF.

61 Ms Say, BNF Carton 44B liasse 2487.

62 Ms Say B 2286, BNF.

63 Ms Say, B 2286, BNF.

64 Arch. nat. F7 6917.

65 Ms Say, 50B248, BNF. Le cours de l’Athénée a été édité par Philippe Steiner, cf. J.-B. Say, Cours d’économie politique et autres essais, op. cit.

66 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 15 décembre 1864, p. 948-978.

67 Arch. nat. F7 6917, 1827.

68 Jean-Baptiste Say, De l’Angleterre et des Anglais, Paris, A. Bertrand, 1815.

69 Ms Say, BNF, Carton B, liasse 2282.

70 Alfred Renouard, Histoire de l’École Supérieure de Commerce de Paris, 1820-1892, 3e éd., 1920. Faute d’avoir trouvé des archives à l’École, même pour la période antérieure à 1869, l’auteur a utilisé comme sources les journaux de l’époque et surtout les brochures et les palmarès qu’il a su retrouver chez les bouquinistes. Il a aussi vérifié les ventes et achats d’immeubles dans les archives des notaires.

71 F. Artz, The development of technical education in France, 1500-1850, MIT Press, 1966.

72 Devient le Cabinet des machines du roi.

73 Le Conservatoire des arts et métiers : Cent cinquante ans de haut enseignement technique, Paris, 1970.

74 J.-B. Say, De l’Angleterre et des Anglais, op. cit.

75 Le Conservatoire des arts et métiers, Recueil des lois, décrets, ordonnances, arrêtés, décisions, et rapports relatifs à l’institution du Conservatoire des arts et métiers, Paris, 1989.

76 Ms Say, BNF, A 61-71.

77 Elle sera publiée en entier pour la première fois en 1848. Voir en annexe.

78 « Jean-Baptiste Say à M. le Baron Thénard membre de l’académie des sciences », J.-B. Say, Œuvres diverses, op. cit., p. 520.

79 Ibid.

80 André Liesse, « Un professeur d’économie politique sous la Restauration », Journal des économistes, avril-mai 1901, p. 4-22 et p. 161-174.

81 Madeleine Ventre-Denis, « Sciences sociales et Universités au xxe siècle », Revue historique, n° 520, octobre-décembre 1976.

82 Arch. nat. F7 6915, 19 janvier 1826.

83 Arch. nat. F7 6916.

84 A. Liesse, art. cit., p. 169-174.

85 Ms Say, BNF, correspondance Carton D.

86 Cité par A. Liesse, art. cit., p. 170. Nous n’avons pas retrouvé le dossier aux archives.

87 Ibid., p. 171.

88 Ibid., p. 172 ; souligné par l’officier de police.

89 Cité par A. Liesse, art. cit., p. 170.

90 Jean-Baptiste Say, Cours complet d’économie politique pratique, Bruxelles, Hauman, 1840, p. 419.

91 Ibid., p. 422.

92 J.-B. Say, Traité, op. cit., p. XXIX. L’argument est le même que chez Creuzé-Latouche.

93 J.-B. Say, Cours complet, op. cit., p. 466-470.

94 Ibid., p. 468.

95 Ibid., p. 468.

96 Ibid., p. 469.

97 Ibid., p. 469.

98 Ibid., p. 475.

99 Ibid., p. 466.

100 Ibid., p. 463.

101 Ibid., p. 463.

102 Ibid., p. 464.

103 Ibid., p. 464.

104 Ibid., p. 466.105.

105 Ibid., p. 467.

106 Ibid., p. 467.

107 Ibid., p. 467.

108 Ibid., p. 468.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540