Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre premier. L’héritage spirituel du père fondateur

Texte intégral

1En 1860, les Libéraux forment un groupe informel, difficile à saisir autrement qu’au travers de ses expressions doctrinales. En effet, alors que le libéralisme a été et est toujours l’objet de gloses innombrables, d’analyses économiques, politiques, ou théoriques qui insistent sur la variété de ses aspects et de ses modalités d’expression, « les Libéraux », eux, sont désignés comme un groupe allant de soi. Ils n’ont jamais fait l’objet d’une véritable étude de sociologie historique. Il est vrai qu’ils posent un problème difficile : groupe de pensée, ils se rassemblent autour d’une vision du monde. Ensuite, seulement, des actions s’élaborent, avec des finalités tantôt politiques, tantôt économiques. Organisé autour d’institutions privées, le groupe libéral se définit très empiriquement comme l’ensemble volatile de ceux qui acceptent d’impulser, suivant l’opportunité, une revue, une maison d’édition, ou une société de pensée. Le regroupement peut même se faire à propos de l’édition d’un dictionnaire. Il connaît des périodes d’essor lors de campagnes politiques précises, comme celle de 1846, pour appuyer l’œuvre de Cobden en faveur du libre-échange. La conquête du pouvoir politique par des libéraux politiques peut lui être favorable mais, nous venons de le voir, ne l’aide pas nécessairement à faire triompher ses idées au plan économique. Comme tout groupe à finalité militante, sa force et son action dépendent de la conjoncture : les périodes de reflux le diminuent. Quand la conjoncture est trop défavorable, il se met en sommeil, se défait ou se divise en d’âpres débats internes.

2Les conséquences méthodologiques sont évidentes : ni stable, ni unitaire, le groupe libéral échappe aux méthodes quantitatives traditionnelles, il rend impossible ou inopérant l’usage positiviste de ces méthodes. C’est pourquoi, nous n’utiliserons pas la démarche classique de l’histoire sociale, celle qui décompte les membres d’un groupe dans leur typologie, leur évolution. Notre démarche consistera d’abord à essayer d’appréhender ce qui fonde ce groupe inventeur d’une revendication et créateur d’un type d’enseignement de l’économie politique, ce qui l’aide à se perpétuer, ce qui le mobilise ; en somme, ce qui nous a amené à le privilégier comme objet d’étude dans un sujet apparemment si explicite : l’enseignement d’une discipline, l’économie politique.

3Or ce qui fonde ce groupe, ce qui justifie son existence et son action c’est d’abord la pensée sociale selon laquelle l’économie politique et sa diffusion contribuent à faire avancer la société. C’est pourquoi, nous partons de la pensée, parce qu’elle joue ici un rôle déterminant sur le recrutement du groupe. La vision du monde explique le rassemblement de quelques dizaines puis de quelques centaines de personnes aux types sociaux variés, et non l’inverse. Cette vision du monde est minoritaire mais porteuse d’espoir, d’enthousiasme parfois. Le groupe des libéraux est un groupe militant, et l’enseignement de la discipline économique prend place parmi ses moyens d’action.

4En effet, contrairement aux analyses qui, à la lumière des expériences du milieu du xxe siècle, désignent le libéralisme comme l’archétype du conservatisme, nous verrons qu’au xixe siècle en tout cas, au moins jusqu’aux années 1860, le libéralisme est vécu par les contemporains comme une pensée issue de la Révolution, comme un aspect des Lumières. Le libéralisme économique est d’abord une pensée du développement. Sa mise en œuvre favoriserait la croissance, grâce à la libération des douanes, des taxes, des péages, des blocages, des entraves et autres séquelles dirigistes, issues de l’Ancien Régime. Mais le libéralisme ne se vit pas seulement comme un économisme. Il veut, dans la même démarche, obtenir l’enrichissement du plus grand nombre. C’est pourquoi les termes « pensée du développement » lui conviennent mieux que « pensée de la croissance ». Le libéralisme se présente, en particulier sous la plume de Jean-Baptiste Say, comme la solution économique des problèmes sociaux, la réalisation de ce que la Révolution n’a eu ni le temps, ni les moyens d’accomplir. C’est la seule manière de réaliser le démarrage, d’accompagner la révolution industrielle tout en évitant les tares du modèle anglais. Le libéralisme est donc, dans ses débuts, vécu et perçu comme une idéologie de rupture, l’orchestration d’une mutation.

5Dans cette perspective, pour les Libéraux de cette époque, l’enseignement de l’économie politique n’est pas prioritairement l’apprentissage d’une discipline académique. Il fait figure d’outil de transformation de la société : on comprend alors pourquoi il occupe une place stratégique dans le développement de la société française.

6On ne peut saisir les caractéristiques de cette attitude encore largement partagée par les Libéraux de 1860 sans analyser d’abord l’héritage théorique et pratique qui est le leur. Au plan spirituel, l’héritage est double : les « récits de vie », les biographies de Jean-Baptiste Say d’une part, l’évocation de son activité en faveur de l’enseignement de l’économie politique, d’autre part. En effet le groupe s’organise autour de l’image ou plutôt des représentations successives du père fondateur, Jean-Baptiste Say. En 1860, au moment où les libéraux choisissent de donner un soutien important à la politique économique d’un gouvernement avec lequel ils étaient jusqu’alors en conflit, nous serons obligé de différencier l’héritage revendiqué – celui qu’il est opportun de rappeler en cette conjoncture de 1860 – de l’héritage réel qui n’est pas oublié mais mis en sourdine, pour le moment. Dans les deux cas, le dosage de ce qui est mis en avant par rapport à ce qui est pudiquement laissé dans l’ombre, est révélateur non seulement d’une conception globale, mais plus encore de ses stratégies de promotion.

I. RÉCIT DE VIE. MODE D’EMPLOI

A. UN PERSONNAGE RÉEL IMPORTANT : JEAN-BAPTISTE SAY (1767-1832)

  • 1 G. Bruno, Le tour de France de deux enfants, Paris, Belin, 1re éd., 1877 (22 réimpressions).
  • 2 Onze colonnes soit 5 pages dans l’édition de 1864.

7Minoritaires dans une société protectionniste, férus de modernisme dans un monde où les décideurs sont nourris de lettres classiques, les Libéraux ont été amenés à se constituer un panthéon scientifique bien à eux, où Turgot voisine avec Benjamin Franklin, où Stéphenson qui met au point une locomotive côtoie Washington. Décalque dans la sphère de l’économie de la Vie des hommes illustres, l’économie politique, comme plus tard l’école de Jules Ferry, a ses héros, ses martyrs, ses émancipateurs. Sur le même modèle que, plus tard, les savants et les hommes illustres dans Le Tour de la France de deux enfants1, les récits de vie de Jean-Baptiste Say jouent un rôle édifiant. Ils précèdent chaque réédition de ses œuvres et occupent une place importante2 dans les dictionnaires d’économie politique.

  • 3 Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, Discours préliminaire, Paris, Calmann-Lévy, 1972, (...)
  • 4 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, Paris, Guillaumin, 1848, p. 455.

8Il est vrai que la vie réelle de Jean-Baptiste Say se prêtait à ce culte : l’homme a choisi d’être le véritable médiateur de l’économie politique anglaise en France. « L’ouvrage de Smith n’est qu’un assemblage confus des principes les plus sains de l’économie politique, appuyés d’exemples lumineux et des notions les plus curieuses de la statistique, mêlées de réflexions instructives, mais ce n’est un traité complet ni de l’une ni de l’autre : son livre est un vaste chaos d’idées justes, pêle-mêle avec des connaissances positives »3, précise-t-il au début de son traité de 1803. Sur le fond, il ne conteste pas la valeur de la pensée du maître écossais. Il écrit à Malthus : « Je révère A. Smith, il est mon maître. Lorsque je fis les premiers pas dans l’économie politique et lorsque chancelant encore, poussé d’un côté par les docteurs de la balance du commerce et de l’autre par ceux du produit net, je bronchais à chaque pas, il me montra la bonne route. Appuyé sur sa Richesse des Nations, qui nous découvre en même temps la richesse de son génie, j’appris à marcher seul »4. Jean-Baptiste Say se présente donc lui-même comme celui qui donne, le premier en France, une présentation ordonnée et claire des lois de fonctionnement de la vie économique. Il revendique à la fois la place de théoricien et de diffuseur. Médiateur de l’économie politique anglaise, propagateur, associant dans sa vie personnelle la double compétence économique du praticien et du théoricien, il peut aisément être utilisé comme personnage emblématique.

B. L’HISTORIOGRAPHIE DES INFLÉCHISSEMENTS

9À partir de 1860, le but des publicistes du groupe libéral sera de convaincre le public le plus large possible, sans encourir les foudres de la censure impériale. Il s’agit donc de rendre compatible la vie réelle du père fondateur avec le ralliement à la politique impériale. C’est à cette occasion que se creuse le fossé entre l’héritage revendiqué et l’héritage réel.

  • 5 Bibliothèque nationale de France (BNF), département des manuscrits.
  • 6 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, publiés par Charles Comte, Paris, Chamelot, 1833.
  • 7 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit.

10Pour étudier cette divergence, nous disposons à la fois du texte officiel qui fixe la nouvelle orthodoxie et de ses sources. Le texte officiel est la réédition en 1864 du Dictionnaire de l’économie politique. Les sources sont, pour l’essentiel, outre les témoignages oraux, le témoignage direct de Jean-Baptiste Say tel que ses manuscrits5 nous le révèlent, celui de son gendre Charles Comte6, de son fils Horace Say7, ceux de ses amis proches comme Adolphe Blanqui ou Charles Dunoyer.

  • 8 Ambroise Clément (1805-1866), secrétaire de mairie à Saint-Étienne, est associé par Guillaumin à s (...)

11Dans tous les cas, les témoins ont connu personnellement Jean-Baptiste Say ; ils ont même été formés et « convertis » par lui à l’étude de l’économie politique. L’auteur de l’article du Dictionnaire de 1864, le publiciste Ambroise Clément8, ne l’ignore pas. Mais, évidemment en accord avec l’éditeur Guillaumin, le maître d’œuvre qui l’a embauché, il choisit d’expurger ses sources. L’insistance du publiciste Ambroise Clément sur certains aspects, et l’élimination apparente des autres sont significatives de l’héritage revendiqué lors du ralliement à l’Empire libéral.

C. L’ÉCONOMIE POLITIQUE UNE DISCIPLINE ACADÉMIQUE ?

  • 9 L’ordonnance du 12 mars 1831 institue une chaire d’économie politique au Collège de France, Arch. (...)

12D’entrée de jeu, Jean-Baptiste Say est qualifié de « professeur d’Économie politique au Collège de France ». En fait, si cette chaire a bien été créée pour lui en 1831,9 quand le parti du Mouvement était encore au pouvoir, Say ne l’a occupée que très brièvement. À 64 ans, Jean-Baptiste Say est, pour l’époque, un homme âgé ; en tout cas en mauvaise santé. Il ne peut donc assurer personnellement tous ses cours, se contentant souvent d’accompagner son fils Horace qui lit à sa place le cours qu’il a rédigé. Si cette chaire témoigne bien d’une consécration académique obtenue à la fin d’une vie mouvementée, elle ne caractérise en rien ni l’essentiel de l’action de Jean-Baptiste Say, ni même le statut postérieur de la discipline, comme nous le verrons plus loin. Lucide, Jean-Baptiste Say lui-même avait souligné, dans son premier cours, la signification politique exceptionnelle de cette création de chaire. « C’est alors, Messieurs, que vous apprécierez l’avantage de vivre sous un régime constitutionnel, le seul sous lequel on peut librement aborder toutes les questions et les apprécier sans réticence. » Les libéraux de 1860, eux, soulignent seulement la consécration et suggèrent pour la discipline un statut académique qu’elle n’avait en fait pas réellement acquis à cette date.

D. LA PLACE RESTREINTE ATTRIBUÉE À L’HÉRITAGE PROTESTANT

  • 10 Dictionnaire de l’économie politique, édition 1864, p. 591.S

13En 1864, les origines protestantes, l’exil forcé de sa famille, les liens gardés avec le Refuge sont évoqués très rapidement. Pourtant les autres sources insistaient sur l’expérience particulière d’une minorité religieuse obligée au cosmopolitisme. Pour le Dictionnaire, Jean-Baptiste Say est « d’une famille protestante originaire de Nîmes d’où elle s’était exilée vers la fin du xviie siècle, sous le coup de la révocation de l’édit de Nantes, pour s’établir à Genève. L’intolérance contre les protestants s’étant considérablement affaiblie vers le milieu du xviiie siècle, Jean-Étienne Say père de Jean-Baptiste put se rendre à Lyon pour s’y former à la carrière du commerce... »10

  • 11 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit., p. 11.
  • 12 Arch. nat. F17 dossier 6917.
  • 13 Horace Say, « Notice » précédant Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit., p. 11.
  • 14 Alors qu’il est revendiqué par Jean-Baptiste Say (ms F 379) et par Charles Comte, op. cit.

14Or Charles Comte son gendre, protestant lui-même, était beaucoup plus incisif : « Jean-Baptiste Say descendait d’une de ces familles que le fanatisme de Louis XIV contraignit à sortir de France et à porter à l’étranger leur fortune et leur industrie »11. Il est vrai que, né à Genève pour la même raison que Jean-Étienne Say, Charles Comte s’était vu contester sa nationalité française par la police de la Restauration, pour ses écrits dans le Censeur européen12. Mais même le très sage notable Horace Say, le fils de Jean-Baptiste, avait jugé utile d’insister sur cette expérience : « Un témoignage de cet événement est parvenu jusqu’à la génération actuelle ; c’est le panier dans lequel l’aïeule fugitive emporta les débris d’une fortune acquise par le travail »13. Écrit en 1848, ce témoignage révèle qu’à cette date, l’exil est encore constitutif de l’identité de ces familles protestantes. Le Dictionnaire lui, ne tient ni à creuser les différences religieuses dans le public auquel il s’adresse, ni à évoquer pour son héros un anticléricalisme qui serait mal perçu14, à un moment où, à cause de son appui à l’unité italienne, Napoléon III risque de perdre l’appui des catholiques.

E. LA CENSURE SUR LA FORMATION REÇUE PAR JEAN-BAPTISTE SAY

15La censure devient plus évidente lorsqu’il s’agit d’analyser la formation intellectuelle de Jean-Baptiste Say, caractérisée par sa dualité : le contact direct avec le monde du négoce d’une part, une éducation intellectuelle particulière, étroitement liée aux idées du xviiie siècle et de la Révolution, tant au plan méthodologique qu’idéologique d’autre part.

  • 15 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit.
  • 16 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit., p. 11.
  • 17 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, Paris, Guillaumin, 1848, Lettre au baron Thénard, p. 521.
  • 18 Ibid., Lettre à Tooke, p. 527.
  • 19 Dictionnaire, édition 1864.

16Sous l’angle méthodologique, Charles Comte et Horace Say insistent sur la rencontre du jeune Jean-Baptiste Say avec la méthode expérimentale. « Son père dans les moments de loisir que son commerce lui laissait, le menait à des leçons de physique expérimentale que donnait à l’Oratoire le P. Lefèvre, oratorien. Le jeune Say prit goût à cette science et c’est peut-être à l’habitude qu’il contracta dès son enfance d’appliquer son esprit à l’observation des phénomènes de la nature qu’il faut attribuer cette méthode rigoureuse qu’il n’a jamais abandonnée »15. Horace Say, son fils, confirme plus succinctement le témoignage de Ch. Comte : « Un oratorien, le père Lefèvre professait à Lyon un cours très suivi de physique expérimentale : l’enfant devint l’un de ses auditeurs assidus et puisa dans ses leçons, avec quelques notions élémentaires, un esprit de méthode et des habitudes de réflexion peu ordinaires à cet âge »16. Les deux auteurs reflètent le témoignage de Say lui-même. Tous deux attribuent à cette formation initiale les origines de l’attitude méthodologique de Say face à l’économie politique. Cette insistance correspond à la pensée de Say qui, dans ses lettres, revient souvent sur ce choix : « l’économie politique de la nouvelle école c’est l’économie politique expérimentale »17. Elle ne pourra convaincre les esprits que « si on la considère comme une science expérimentale de même que la physique (natural philosophy), cherchant à connaître la nature des choses, non d’après des arguments mais d’après leur manière d’agir »18. Nous verrons plus loin les conséquences de ce choix, sur la façon dont les libéraux français percevront (et refuseront) l’économie de Walras. Mais à l’aube de l’Empire libéral, le Dictionnaire de 1864 préfère insister sur le rôle du père dans l’éducation du fils « Jean-Baptiste Say reçut de bonne heure par les soins de son père qui était un homme sensé, des idées justes et positives et les leçons de professeurs et de savants distingués ».19 C’est tout. La revendication en faveur de la méthode d’observation est inutile parce qu’acquise.

  • 20 Giro, napolitain, devint l’un des cinq membres du gouvernement de la République napolitaine et fut (...)
  • 21 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit., p. IV.
  • 22 Horace Say, art. cit., p. 11.
  • 23 Ibid., p. 11.
  • 24 Alors que curieusement, en 1898, dans le Nouveau Dictionnaire de J. Chailley et L. Say, elle est r (...)

17Rien non plus sur le choix délibéré d’une école non-conformiste, imbue des idées révolutionnaires. En effet, Jean-Étienne Say met son fils âgé de neuf ans, dans un pensionnat tenu par deux Italiens, Giro et Gorati, à Ecully, dans la banlieue de Lyon. Les deux enseignants sont des fervents de l’esprit des Lumières20. « Le plan d’instruction de ces deux institutions rejetait quelques-unes des méthodes qui étaient alors usitées dans les collèges. Il eut, en conséquence, pour adversaire l’archevêque de Lyon, qui s’attribuait la surveillance de tous les établissements d’éducation et qui redoutait la tendance de l’esprit philosophique. L’opposition de l’archevêque était d’autant plus forte, que déjà les noms de Washington et de Franklin commençaient à résonner aux oreilles des enfants comme à celles du reste de la France »21 écrit Horace Say qui mentionne « une institution qui essayait des procédés nouveaux et se défendait surtout du joug des préjugés »22. La conclusion est très nette : « c’est là que le jeune Say fut élevé sous l’influence des idées et des noms qui honorèrent ce siècle, au bruit des conquêtes de l’intelligence, au souffle des passions qui pénétraient les générations nouvelles ». La formation révolutionnaire est donc évoquée sans hésitation : « Il grandit avec les idées du temps, leur voua une sorte de culte et les associa aux découvertes qui devaient illustrer son nom »23. Mais naturellement, absolument rien de cette formation idéologique n’est signalée dans le dictionnaire de 186424.

F. L’ACCENT MIS SUR LA FORMATION DE FILS DE NÉGOCIANT

18En revanche tout au long de la notice du Dictionnaire, on souligne le contact répété de Jean-Baptiste Say avec le monde du négoce, et avec le pays de la première révolution industrielle, l’Angleterre.

  • 25 Dictionnaire, édition 1864.
  • 26 « Le commerce de mon père consistait à envoyer les soieries de Lyon dans l’étranger. Il les expédi (...)
  • 27 Dans une forte maison de banque, précise Charles Comte, op. cit.
  • 28 Dictionnaire, 1864 et Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit.
  • 29 Ainsi nommé en souvenir du frère de Jean-Baptiste Say, décédé à Saint-Jean-d’Acre.

19L’origine de la famille est liée au négoce. Le père de Jean-Baptiste Say est revenu à Lyon « pour s’y former à la carrière du commerce chez M. Castenet, négociant honorable de cette ville auquel il succéda après avoir épousé l’une de ses filles »25. Endogamie du milieu, formation sur le tas, rien qui puisse surprendre ou éloigner les praticiens qui liraient le Dictionnaire. Mais du fait des fluctuations de la fortune de son père26 Jean-Baptiste Say « dut suivre sa famille à Paris et quitter le pensionnat pour le comptoir »27. Cette phrase est mot pour mot copiée sur la notice d’Horace Say. L’auteur de l’article du Dictionnaire reprend aussi la formule d’Horace Say pour désigner la deuxième expérience commerciale de Say, en Angleterre cette fois : « Après un second noviciat commercial à Londres »...28 En effet, entre temps, toujours dans la tradition du négoce, Jean-Étienne Say a envoyé ses deux fils Jean-Baptiste et Horace achever leurs études commerciales en Angleterre. Ils y apprennent l’anglais, ce qui permettra plus tard à Jean-Baptiste Say de lire Adam Smith dans le texte original. Son fils Horace29 confirme l’enthousiasme de son père pour la révolution industrielle britannique. « Jean-Baptiste Say vit ce régime à sa plus belle heure dans l’ivresse du premier succès quand l’industrie insulaire, servie par une révolution mécanique s’élançait à la conquête des marchés du globe. Appelé à la juger, il ne se défendit pas de l’enthousiasme du souvenir et les crises qui survinrent, sans échapper à son appréciation ne purent troubler son opinion, ni alarmer sa confiance ».

  • 30 Marc Regaldo, Un milieu intellectuel, la Décade philosophique 1794-1807, thèse d’État, Paris IV, 1 (...)
  • 31 Dictionnaire, 1864.

20En revanche, l’auteur de l’article édulcore systématiquement la participation de Say comme apprenti journaliste au Courrier de Provence que publiait Mirabeau. Il mentionne seulement que Say « s’y lia avec des hommes de mérite de son temps ». Il signale seulement la participation de Say comme volontaire à la campagne de 1792 : en 1860 la France est encore la Grande Nation. Mais l’expérience de journalisme politique à La Décade philosophique30 de 1794 à 1800, si importante pour la formation idéologique de Say, se limite à deux mentions : il s’agit de participer à « un recueil périodique destiné à relever, en France, le culte du bon goût et d’une saine philosophie » ; là Say aurait simplement appris à « obtenir la collaboration fréquente des hommes les plus éminents dans les diverses branches des sciences et de la littérature » 31.

21Selon Ambroise Clément, Jean-Baptiste Say aurait complété les numéros de La Décade par ses propres articles sur l’économie politique. En fait, sa participation à la revue a été beaucoup plus littéraire qu’économique et elle est faite de nombreuses critiques de théâtre ou de contes souvent anticléricaux, à la façon voltairienne.

  • 32 Le traitement historiographique de ce conflit est un modèle d’opportunisme historiographique. Nous (...)
  • 33 À cette occasion, il est invité chez les Necker et rencontre Mme de Stael.

22Ainsi se clôturerait la période de formation de Jean-Baptiste Say – en 1800, il a 33 ans – si son conflit avec le Premier consul ne l’obligeait à refaire une nouvelle expérience de praticien de l’économie32. En effet, épuré du Tribunat et refusant sa nomination comme directeur des droits réunis pour rester en accord avec ses principes, Jean-Baptiste Say, qui est chargé de famille, se retrouve sans ressources. Il retourne à Genève prendre conseil auprès de la famille de son père33 et revient après avoir pris la décision de fonder une filature de coton.

G. L’EXPÉRIENCE D’ENTREPRENEUR

  • 34 André Liesse, « Un professeur d’économie politique sous la Restauration », Journal des économistes (...)

23Obligé de refaire un apprentissage, Jean-Baptiste Say se rend au Conservatoire des arts et métiers, accompagné de son fils Horace alors âgé de 10 ans. Des machines anglaises y étaient stockées. Il en apprend le maniement pour maîtriser les techniques de sa filature. Son fils lui sert de rattacheur. L’anecdote est rapportée par tous ses biographes sans exception34.

24Commence alors l’expérience d’entrepreneur individuel. Après un échec pour créer une filature à Maubuisson en 1804, il réussit à s’installer en 1806 à Auchy-les-Hesdins dans le Pas-de-Calais. Les machines commandées sont installées, témoigne le Dictionnaire, « dans les bâtiments d’un ancien couvent de bénédictins [...]. La population du village n’était point industrieuse et il y avait là une éducation longue et difficile à faire, un monde à transformer. L’activité du chef suffit à tout : pendant les premières années de son séjour en Artois, il se fit tour à tour mécanicien, ingénieur, architecte et ne se laissa rebuter par aucun obstacle.

  • 35 Dictionnaire, 1864.
  • 36 Ernest Teilhac, L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927, 392 p., p. 20.

25« Sous une aussi bonne direction, l’établissement prospéra ; il fournissait du travail et des moyens d’existence à quatre ou cinq cents personnes ; partout dans les environs on vit l’aisance remplacer la misère, et lorsque après huit ans Monsieur et Madame Say voulurent revenir à Paris ce fut un deuil général dans le pays »35. Nous avons gardé cette longue citation parce qu’elle incarne bien les aspects essentiels de l’héritage revendiqué : le rôle décisif de ce personnage nouveau qu’est l’entrepreneur pour régler à la fois les problèmes économiques et sociaux. Mais un autre thème est discrètement suggéré : la révolution industrielle s’installe dans les anciens couvents vendus comme biens nationaux. Elle substitue le développement à l’arriération et à la misère. En 1927, une des meilleures biographies de Jean-Baptiste Say insiste sur cette participation active de Say à la révolution industrielle, en liaison avec la nouvelle législation révolutionnaire. « La Révolution supprima les corporations (loi du 17-3-1791) mit fin aux règlements qui entravaient la fabrication (décret du 16-10-1791) précisa le droit de l’inventeur (loi sur le brevet de 1791), édicta enfin un semblant de code industriel (loi du 22 germinal an XI). Ainsi toutes ces mesures, en faisant disparaître l’ancienne réglementation industrielle, en limitant les droits de l’inventeur, en organisant les ouvriers en armée disciplinée concouraient à favoriser ce personnage nouveau qui efface le marchand-fabricant : l’entrepreneur ; cet entrepreneur qui assurera de 1792 à 1815 l’organisation de notre grande industrie. Et c’est là maintenant le trait caractéristique de cette seconde période beaucoup plus que l’introduction de procédés techniques nouveaux »36.

  • 37 Ms Say, F 376-23 (BNF).

26Cette analyse qui relie Jean-Baptiste Say à la Révolution dans tous ses aspects est conforme à la perception qu’a eue Say de son rôle : « J’arrivai dans un vallon agreste arrosé d’une petite rivière qui faisait tourner un moulin accompagné d’un village. Une vaste abbaye, bien bâtie en pierre blanche... (ici la description d’un village des environs), beaucoup de mendiants et une population d’enfants déguenillés car, comme l’observe Maître Rabelais, l’ombre seulement du clocher d’une abbaye est féconde »37.

  • 38 Ms Say, F 376-28 (BNF, Mémoires de ma manufacture).

27Par opposition à ce témoignage personnel, les auteurs du Dictionnaire font l’apologie de la fonction de l’entrepreneur. Dans ses lettres personnelles manuscrites, Jean-Baptiste Say, lui, avoue combien la tâche lui a souvent paru lourde : « je m’aperçus qu’il est plus difficile de faire vivre trois cents hommes que de les faire tuer »38. Le ton voltairien de ces citations est très loin de la componction du Dictionnaire.

  • 39 Ernest Teilhac, op. cit., p. 21.

28Au temps du Premier Empire, le protectionnisme a donné, pendant un temps, à l’industrie française un large marché européen en instaurant « une sorte de libre-échange d’où le seul concurrent redoutable, l’Angleterre, aurait été exclu, une sorte de libre-échange protégé : le blocus continental »39. Mais à plus long terme, il va mettre en danger les industries protégées. En effet ce protectionnisme visait spécialement l’essentiel du commerce anglais, les denrées coloniales et le coton. Sur le continent européen, après avoir adopté le machinisme, l’industrie cotonnière s’était organisée en grande industrie. Mais le blocus contribuait à raréfier la matière première. Les filés anglais furent d’abord prohibés en février et avril 1806. S’y ajoute un droit de 60 francs par quintal sur le coton. Comme les manufacturiers se plaignent de cette mesure, Napoléon leur répond en recommandant l’usage d’une fibre de substitution. La situation est aggravée par le tarif du 5 août 1810 qui impose un droit de 800 F par quintal sur les cotons d’Amérique. Les difficultés d’approvisionnement dues aux aléas de la guerre sont accentuées et la crise s’abat sur l’industrie cotonnière.

  • 40 Ms Say, Carton A. Correspondance personnelle.

29Jean-Baptiste Say mesure les conséquences de ces tarifs. Il tente de faire comprendre à son associé qu’il faut ralentir l’activité, réduire les promesses de livraisons aux clients, ou se tourner vers les productions exigeant moins de matières premières (les fils pour la mousseline). En vain. Il décide alors de réaliser son capital et laisse l’affaire à son associé40.

  • 41 Dictionnaire, 1864.

30Ambroise Clément, l’auteur du Dictionnaire, ne s’attarde pas sur ces déboires. Il souligne seulement à quel point cette expérience a pu nourrir la pensée de Jean-Baptiste Say : « ce long séjour dans une retraite active n’était pas défavorable à l’étude. Placé en dehors du mouvement de la politique, l’économiste jugeait en spectateur impartial, mais non indifférent les fautes de l’Empire, le système continental, le commerce par licences et ces nombreuses mesures que dictaient souvent la colère et l’ignorance des vérités économiques »41. Flatterie habile à l’égard du Second Empire qui lui, ne se trompe pas de politique économique.

31La suite de la biographie, à partir de cette date, retrouve une plus grande fidélité à ses sources : le deuxième voyage en Angleterre de Jean-Baptiste Say, en 1814-1815, est une occasion de montrer, à travers l’accueil que lui réservent les grands noms de l’économie politique anglaise – Ricardo, Malthus, Bentham – l’ampleur du prestige de Jean-Baptiste Say à l’étranger. Puis sont évoqués, toujours de façon louangeuse, les aspects de son action d’enseignant et son œuvre écrite dans ses différentes étapes.

H. LES CONCLUSIONS À TIRER DE CETTE VIE EXEMPLAIRE

  • 42 C’est l’auteur qui souligne.

32Ambroise Clément les explicite en deux temps. Il rappelle d’abord pourquoi les libéraux de 1860 se sentent les héritiers de Jean-Baptiste Say « qui identifiait sa vie au développement et à la diffusion de la science à laquelle il s’était voué dès sa jeunesse ». De fait, l’économie politique « lui doit les plus importants progrès qu’elle a accomplis depuis Adam Smith ». D’abord, la mise en ordre des principes. En second lieu, « l’établissement de principes qui n’avaient pas encore été posés » : Ambroise Clément énumère alors la productivité du commerce, la théorie des débouchés qui démontre que les intérêts des nations ne sont pas nécessairement opposés et enfin la valeur des produits qui consiste « dans une utilité nouvelle ou dans une addition d’utilités [...] et qu’ainsi tous les travaux utiles sont productifs »42. Quant à ce que nous appellerons la croissance, Ambroise Clément impute à Jean-Baptiste Say le fait d’avoir été le premier à signaler que « les progrès industriels consistent essentiellement dans l’accroissement du concours dans l’œuvre productive des agents naturels », concours qui selon lui augmente « la fécondité de la production sans exiger plus de travail », en d’autres termes la productivité.

33Ainsi l’apport théorique de Jean-Baptiste Say est associé et même imputé aux rapports étroits de l’auteur avec la pratique du commerce, de la banque, de l’assurance et avec son expérience d’entrepreneur.

  • 43 Dictionnaire, 1864.

34Mais, à destination des officiels du Second Empire, Ambroise Clément juge utile d’ajouter deux choses. D’une part, après la révolution de 1830, Jean-Baptiste Say s’est fermement tenu à l’écart de l’explosion des utopies : « il fut aussi surpris qu’affligé de voir l’attention publique absorbée par l’apparition subite d’une foule de prétendus réformateurs qui ressuscitant de vieilles erreurs ou puisant dans leur imagination malade des systèmes extravagants n’aspiraient pas à moins qu’à refondre l’homme et les sociétés dans de nouveaux moules [...] sans tenir aucun compte de l’indestructible nature des choses et des vérités que son étude avait mises en lumière ». Jean-Baptiste Say refuse tout contact, tout dialogue. « S’il travaillait plus efficacement qu’un autre à l’amélioration du sort des classes pauvres, c’était sans rechercher leur faveur ni craindre leur disgrâce. Il disait des vérités austères aux peuples comme aux gouvernements »43. En somme, lui aussi veut l’extinction du paupérisme, sans démagogie.

35Enfin, après le récit de vie de son héros, Ambroise Clément conclut, non sans lourdeur : « on a remarqué qu’en général les hommes qui se sont livrés à une étude approfondie et consciencieuse de l’Économie politique ont été d’excellents citoyens, des amis éclairés et sincères de la liberté ». En cette année 1864 où se précisent les premières mesures de l’Empire libéral, l’auteur de cette biographie revisitée explicite ses intentions : la diffusion et l’enseignement de l’économie politique ne pourraient que servir l’Empereur dans sa nouvelle orientation.

II. L’HÉRITAGE LAISSÉ DANS L’OMBRE

36Nous en avons au passage déjà signalé certains aspects : l’éducation philosophique, le choix de la méthode expérimentale, l’expérience de minoritaire liée au protestantisme en ce début du xixe siècle. Mais il nous faut insister sur deux traits qui concernent les options politiques du père fondateur : son virulent antibonapartisme d’abord, l’importance du milieu des Idéologues pour la formation de sa pensée ensuite. Ces deux traits expliquent l’aspect encore subversif, et la connotation d’opposition qui entourent encore l’économie libérale en 1860.

A. L’ANTIBONAPARTISME ÉDULCORÉ

  • 44 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 15 décembre (...)
  • 45 Dictionnaire, 1864.

37L’antibonapartisme de Jean-Baptiste Say avait des origines concrètes, historiques. Comme les autres membres de l’équipe rédactionnelle de La Décade philosophique, Journal philosophique, littéraire et politique, il avait d’abord fait confiance à Bonaparte pour sauver les acquis essentiels de la Révolution. Après le succès de son Traité d’économie politique en 1803, il avait même été sollicité par le Premier consul pour transformer son livre en un ouvrage de circonstances, destiné à appuyer la politique financière du nouveau gouvernement. Le dîner à la Malmaison, la promenade dans le parc au cours desquels Bonaparte avait fait ses propositions, le refus de Jean-Baptiste Say sont longuement évoqués par tous ses biographes44. Ambroise Clément en fait état. Mais Napoléon Bonaparte n’est jamais nommé autrement que par ses titres, si bien qu’un lecteur de 1860 un peu ignorant ou naïf ne peut faire le rapport avec Napoléon III. « On (Jean-Baptiste Say) devait donc faire une nouvelle édition du Traité et en faire un livre de circonstance, « le maître » (Bonaparte) insista beaucoup sur ses intentions, mais « le disciple » (Jean-Baptiste Say) manquait de la souplesse d’esprit si générale pourtant à cette époque ; ses convictions étaient le résultat d’études sérieuses et il ne voulut pas les sacrifier ».45 Ce refus, cause de son élimination du Tribunat, est imputé à son sérieux intellectuel, non à une opinion politique.

  • 46 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », art. cit., p. 950.
  • 47 « Très actif et très laborieux ; pourrait se déplacer, mais avec peine car il est l’âme de cet éta (...)

38En outre, la rancune de Bonaparte est tenace. En 1804, l’éditeur de Say, convoqué par la direction de la Librairie, reçoit l’ordre de ne pas publier la deuxième édition du Traité, qui était prête. De ce fait, pendant tout l’Empire, Jean-Baptiste Say qui, parallèlement à son expérience d’entrepreneur, prépare une troisième version doit « cacher son manuscrit par crainte d’une descente de la police »46. Et lorsque le préfet du Pas-de-Calais propose Jean-Baptiste Say47 pour faire partie des manufacturiers qui formeraient un Conseil des fabriques et manufactures, le ministre de l’Intérieur refuse sa candidature.

  • 48 Ms Say, K 440 dossier 503-502.
  • 49 Las Casas, Mémorial de Sainte-Hélène, tome IV, p. 292, in ms Say, Carton K 440.
  • 50 Ms Say, Carton A. Correspondance personnelle.

39Mais plus que conjoncturel ou historique, l’antibonapartisme de Jean-Baptiste Say est idéologique. Il associe le libéralisme politique au libéralisme économique ; le despotisme politique de l’empereur accompagne une résurgence du Colbertisme dans ses aspects les plus rétrogrades. On trouve dans ses manuscrits, un plan et un ensemble de documents destinés à la rédaction d’un traité politique qui ferait le point sur les « causes qui nuisent à l’avancement des Nations »48. Parmi les matériaux relevés par Say, une citation de Bonaparte contre l’économie politique issue du Mémorial de Sainte-Hélène de Las Casas : « j’ai toujours pensé que s’il existait une monarchie de granite, il suffirait des idéalités des économistes pour la réduire en poudre »49. Cette citation fait partie du sottisier que commence à réunir Say. D’autres citations dans les lettres personnelles que Say adressait à ses partenaires économiques durant le Blocus continental, confirment cette dénonciation permanente du despotisme50.

40Or, l’article réduit la résistance de Jean-Baptiste Say à Bonaparte à ses aspects scientifiques et équilibre ce fait par une longue évocation de son frère, Horace Say, polytechnicien dont on souligne la participation intellectuelle et militaire à l’expédition d’Égypte, les décorations que lui a remises Bonaparte, son décès au service de Bonaparte lors du siège de Saint-Jean-d’Acre. Le libéralisme politique de Say est dissimulé et le conflit avec le bonapartisme est réduit aux seuls aspects de politique économique protectionniste. Il y a une véritable distorsion de sa pensée.

B. UNE FORMATION DE JEUNESSE ENTIÈREMENT VOUÉE À LA RÉVOLUTION

41Si l’on comprend bien cette atténuation de l’antibonapartisme de Jean-Baptiste Say, en revanche on est obligé de constater que le gommage de son attachement à la Révolution empêche de comprendre les raisons profondes de son action en faveur de l’enseignement de l’économie politique.

  • 51 Horace Say, art. cit., p. IV.

42Cet engagement est précoce et durable. Dès 1789, il publie une brochure sur la liberté de la presse. « Il avait alors 22 ans et s’il a jugé plus tard avec quelque sévérité cet écrit auquel il reprochait une enflure et un nouveau goût qu’on doit attribuer à sa jeunesse et à l’esprit du temps, on y trouve du moins un amour très sincère de la liberté et un désir du bien qui ne se sont jamais démentis »51.

  • 52 Horace Say, art. cit., p. 111.
  • 53 Ms Say, Carton K 442-570.
  • 54 Horace Say, art. cit.

43Puis il entre comme employé dans les bureaux du Courrier de Provence, le journal de Mirabeau. On constate alors que le témoignage de son fils Horace minimise sa participation : « il ne faisait guère encore que recevoir les abonnements »52. Ce n’est pas impossible. Mais les manuscrits de Jean-Baptiste Say montrent qu’il a acquis après coup la preuve de la trahison de Mirabeau53. Or le témoignage d’Horace Say paraît en 1848. Cependant, dans ces bureaux, « il se liait avec quelques-uns des hommes de mérite de l’époque et mûrissait son esprit au contact de leur intelligence »54. Traduisons : il se construit un réseau, sinon on peut se demander comment un simple préposé aux abonnements a pu ensuite être coopté pour devenir rédacteur en chef de La Décade philosophique.

  • 55 Y participaient Isabey, Alexandre Duval, Lejeune.
  • 56 Ms Say, F 314 dossier 119 à 121. Mort de Jean Adrien Bigonnet.
    « Nous voici réunis autour de la tom (...)

44La participation à la Révolution se traduit aussi par son engagement comme volontaire en 1792. Avec d’autres « artistes et littérateurs », Jean-Baptiste Say fait en 1792 la campagne de Champagne. Leur compagnie s’intitule la Compagnie des arts55. Les manuscrits contiennent un dossier sur cette compagnie sous la rubrique « Morceaux faits ou transcrits par des personnes qui m’étaient chères ». À la fin de sa vie, Jean-Baptiste Say accepte de prononcer un discours sur la tombe d’un de ses anciens compagnons d’arme, mort en 1832 du choléra. Plus engagé qu’un simple discours d’ancien combattant, il illustre bien la fidélité de Jean-Baptiste Say à sa formation initiale56.

  • 57 Marc Regaldo, Un milieu intellectuel : La Décade philosophique (1794-1807), thèse, Paris IV, 1976.
  • 58 On disait plutôt la rédaction générale.

45Quant à la formation intellectuelle au sens large du terme, elle se complète durant la participation de Jean-Baptiste Say à La Décade philosophique (Journal philosophique, littéraire et politique),57 fondée en floréal an II, trois mois avant la chute de Robespierre « par une société de Républicains ». En exergue, le titre est complété par la devise « les lumières et la morale sont aussi nécessaires au maintien de la République que le fut le courage pour la conquérir ». Jean-Baptiste Say fait partie des sept fondateurs avec Chamfort, Guinguéné, Andrieux, Lebreton, G. Toscan et Amaury Duval. Après son passage au Courrier de Provence, Jean-Baptiste Say, âgé de 26 ans, venait de se marier. Or, comme toute sa famille, par patriotisme, il avait investi ses réserves en assignats. Pour faire face à ses difficultés financières, il s’était retiré dans une campagne tranquille (à Noisy-le-Grand), et envisageait d’y fonder une maison d’éducation. Aussi, il accepte avec enthousiasme la proposition de participer au lancement de La Décade philosophique dont il devient rédacteur en chef58. Son activité principale n’est d’ailleurs pas d’y écrire des articles d’économie, mais de recruter des collaborateurs occasionnels et de couvrir le champ du savoir.

46Pour ce qui est de notre sujet, nous rappellerons brièvement les trois axes qui organisent alors la pensée de celui qui sera érigé en « père fondateur » de l’économie politique. D’abord, la liaison de La Décade avec l’esprit des encyclopédistes. Jean-Baptiste Say est ainsi amené à assimiler et à diffuser les grands thèmes de la philosophie du xviiie siècle « la philosophie c’est faire le bien et être tolérant ». La Décade devient le journal des Idéologues.

  • 59 La Décade, 20 nivôse an X.

47En second lieu, bien qu’elle ait approuvé le 10 août 1792 et ses conséquences (« on ne nettoie pas les écuries d’Augias avec un plumeau »), elle désapprouve les excès de la Terreur, tout en rappelant que « la philosophie n’est pas plus responsable de la Terreur que Jésus Christ de la Saint Barthélemy »59. Elle pactise donc avec la Révolution modérée, se sent plus proche de l’héritage girondin, sans naturellement se lier avec aucune faction précise.

48Enfin, puisque l’histoire consiste en la lutte de la lumière contre les « ténèbres de la superstition et de l’obscurantisme », La Décade attache une place décisive à la diffusion et à l’enseignement de tout ce qui sera utile « à l’organisation de la cité terrestre pour le plus grand bonheur du plus grand nombre. La philosophie n’est-elle pas synonyme de la Raison en marche vers la vérité... »

  • 60 La Décade, 30 fructidor an III.

49Nous avons vu plus haut que les articles de Jean-Baptiste Say touchent volontiers au théâtre ou à la critique de livres. Mais quand il le peut, il introduit, comme un élément de la philosophie des Lumières, l’économie politique. Il traduit la Science du Bonhomme Richard et un Abrégé de la vie de Franklin60.

  • 61 La Décade, prospectus an III.

50Dans cette optique, l’économie politique est un aspect parmi d’autres des idées qui contribuent à la transformation idéologique de la société. Certaines formules annoncent déjà le Traité. Ainsi le prospectus de La Décade expose : « l’économie politique se perfectionne en se simplifiant. Elle quitte les régions abstraites et purement spéculatives. Après avoir opéré comme Descartes, qui se fit un système et voulut ensuite plier à ce système l’Univers, elle opère comme Newton qui observe l’Univers et conclut de ses observations un système. La véritable économie doit être comme la vraie physique le résultat des expériences, et la Révolution française est en quelque sorte la première expérience faite par un grand corps de nation. Les lettres et les Beaux-Arts rappelés à leur dignité première se sentent destinés à élever les esprits [...] comprimés par le despotisme... Ce n’était que dans une République que leur génie républicain pouvait prendre tout son essor. Les Arts mécaniques exercés désormais par des citoyens, s’enorgueillissent de la liberté rendue à l’industrie, de la communion ouverte entre eux et les sciences, du perfectionnement qu’ils acquièrent par l’application de celles-ci à leur procédé ; enfin de la direction commune qu’ils ont avec elles vers le grand but où tendent aujourd’hui toutes les combinaisons, tous les efforts, l’utilité publique » 61.

51Méthode expérimentale, liberté économique, progrès, utilité : mis à part celui de l’entrepreneur, les grands thèmes de Jean-Baptiste Say sont déjà présents. Ainsi l’économie politique et sa diffusion s’insèrent dans un projet de transformation « progressiste » de la société.

C. LES REPRÉSENTATIONS DE L’ENSEIGNEMENT ISSUES DE LA RÉVOLUTION

  • 62 La Décade, « Mélanges », 10 nivôse III.

52Dans cette logique, La Décade prend position contre l’enseignement classique fondé sur la connaissance des langues et des civilisations anciennes : « Nous soupçonnâmes enfin qu’il pouvait être aussi utile d’avoir une idée claire des premières lois de la nature, et de savoir au besoin déterminer une distance, une quantité, un centre de gravité [...] que de savoir par cœur la mort de Didon ou les adieux d’Hector et d’Andromaque »62.

  • 63 La Décade, « Politique intérieure », 30 pluviôse VI.
  • 64 Qui obtiendra le premier cours d’économie politique confié au mathématicien Vandermonde.

53Pour cela, un enseignement de type nouveau est indispensable. Il est la condition même de la liberté : « sans mœurs point de liberté, sans instruction point de mœurs »63. Aussi les expériences nouvelles sont-elles l’objet d’une grande attention. Les journalistes annoncent toute ouverture de cours ou de lieu d’enseignement. Des articles sont consacrés au Conservatoire des arts et métiers, à l’École normale de l’an III64, au lycée des Arts et au lycée républicain. C’est à partir de l’expérience de ces deux lycées que s’organise l’Athénée, où Jean-Baptiste Say fera en 1815 et 1819 ses premiers cours d’économie politique. Durant cette période, entre 1794 et 1800, et à l’intérieur de ce microcosme, Jean-Baptiste Say prend contact avec toutes les expériences d’enseignement et choisit de se consacrer à la diffusion de l’économie politique. Il quitte le journal le 10 janvier 1800 lors de sa nomination comme tribun.

  • 65 Jean-Baptiste Say, Olbie ou Essai sur les moyens d’améliorer les mœurs d’une nation, Paris, Deterv (...)

54La première édition du Traité est de 1803. Auparavant, il avait tenté d’analyser un sujet proposé par l’Institut : « quels sont les moyens, quelles sont les institutions propres à fonder la morale chez un peuple ? » Son mémoire, publié en 1799 sous le titre Olbie ou essai sur les moyens d’améliorer les mœurs d’une nation65, suppose l’existence d’un peuple, les Olbiens. Pour se libérer du joug du despotisme, ce peuple comprend qu’il doit s’éduquer. Dans ce but il choisit comme un livre de base un traité d’économie politique. Le mémoire n’est pas primé. Mais l’auteur a déjà fixé le champ de ses recherches.

  • 66 Ms Say, Carton K 440 dossier 503, BNF. Il n’a pas eu le temps d’écrire ce traité.

55Plus tard, à la fin des années 1820, il envisage de rédiger un traité politique. Réfléchissant sur l’expérience de l’enseignement sous la Révolution, il se demande comment organiser l’enseignement pour éliminer « les causes qui nuisent à l’avancement des nations ».66

  • 67 Ms Say, Carton K 515 dossier 440, BNF.

56« On a souvent employé l’émulation entre les disciplines. On a rarement usé de la concurrence entre les enseignants. On a fait une Académie de chaque genre, il en aurait fallu deux : jamais un grand homme ne serait resté en dehors des portes. L’une de ces Académies se serait empressée d’accueillir un talent dont l’autre ne se serait pas emparée. On a une Université, j’en voudrais deux : on ferait alors grande attention à celle qui produirait les sujets les plus distingués. Deux séries d’écoles ou de collèges rivaliseraient ensemble soit dans le choix des maîtres soit dans le soin de l’instruction ; elles voudraient former des sujets qui leur fissent honneur. C’était parmi, beaucoup d’inconvénients, un des bons effets de la rivalité des Oratoriens et des Jésuites et je suis persuadé que nous devons plusieurs hommes illustres à cette rivalité »67.

57Entre temps, il applique les normes de l’efficacité économique au nécessaire travail d’éducation.

58Ainsi, la vie de Jean-Baptiste Say, isolée par les rédacteurs du Dictionnaire de l’économie politique de 1864 de son expérience de journaliste révolutionnaire, est-elle amputée de ce qui semble avoir été sa véritable raison de vivre : mettre en œuvre de façon réaliste et pragmatique les buts de la Révolution. Subvertir le vieux monde pour y faire régner ensemble la liberté (au singulier) et « l’honnête aisance » pour tous. Projet plus réformiste que révolutionnaire, certes, mais qui s’accommode mal de la candidature officielle et « des » libertés concédées unes à unes lors de la décennie 1860. Le prix à payer pour devenir une figure emblématique est lourd. Si, d’habitude, les vies exemplaires servent à façonner des comportements en proposant des modèles de conduites, on peut se demander à qui ce modèle est vraiment destiné.

D. UN JEU DE RÉFÉRENCES POUR UN AUTRE PUBLIC

  • 68 À la fin de l’article.
  • 69 Charles Coquelin et Guillaumin, Dictionnaire de l’économie politique, Paris, Guillaumin, 1864, pré (...)
  • 70 Ibid.

59Ambroise Clément n’ignore pas tout ce qu’il a censuré. Et par un jeu de références et de renvois68, les lecteurs qui ne se contentent pas de la lecture rapide de l’article, ceux qui souhaitent connaître les œuvres citées, peuvent retrouver toutes les informations que l’auteur du Dictionnaire a choisi d’écarter ou d’édulcorer. Il y a donc deux niveaux de lecture, deux types de lecteurs concernés. Le premier type est celui des lecteurs à qui le Dictionnaire est explicitement destiné, ceux qui ont besoin des « avantages de la forme alphabétique si propre aux recherches, si utile pour les personnes qui ne sont pas familiarisées avec les ouvrages techniques, ou pour celles qui n’ont pas le temps de se livrer à une étude spéciale »69. « Telle est la finalité de ce dictionnaire qui est ainsi le complément indispensable des traités fondamentaux que possède la France »70. Ces lecteurs sont les praticiens des affaires et le grand public des dictionnaires.

60Le deuxième type est formé par ceux des lecteurs qui découvrant ainsi l’économie politique, sont capables d’approfondir leurs connaissances et de ce fait d’accéder à l’héritage de pensée réel du grand fondateur. C’est pour eux qu’on donne une bibliographie précise et détaillée.

61Globalement, ce sont les aspects politiques de la pensée de Jean-Baptiste Say qui sont délibérément laissés dans l’ombre par la rédaction du Dictionnaire de 1864, ralliement oblige. Mais le groupe restreint des libéraux ne s’y trompe pas. Le nouveau public visé n’a pas besoin forcément besoin de tout connaître. Il doit seulement adhérer aux idées essentielles, à la liberté des échanges, à la loi des débouchés, à la productivité du commerce et des services en général, à la « valeur utilité », au rôle enfin de l’entrepreneur comme héros des temps modernes.

62Que chacun de ces grands thèmes ait correspondu à une profonde volonté de subvertir ce qui restait de l’Ancien Régime peut rester dans l’ombre. Pourtant, la loi des débouchés, en affirmant que les produits s’échangent contre des produits, impliquait une renonciation à la guerre et aux rivalités entre nations. La réfutation du mercantilisme impliquait que les intérêts des nations ne sont pas nécessairement divergents. Le thème de la productivité du commerce et des services réunissant les intérêts à l’intérieur d’un pays aboutit à justifier la paix sociale. La « valeur utilité » n’est qu’un cas particulier de l’utilité publique et ajoute donc une finalité sociale à la sphère économique. Le rôle de l’entrepreneur, associant la nature et les hommes dans l’effort de production, permettait d’escompter une croissance proportionnellement plus importante que l’accroissement de travail fourni. Dans cette perspective, la Révolution ne se restreint pas au droit d’accès pour tous au marché.

63En somme, le Dictionnaire décrit une image réductrice de la pensée de Jean-Baptiste Say, tout en laissant la possibilité de la dépasser. Proposée à l’aube des années 1860, cette représentation faisait explicitement du « fondateur » de l’économie politique en France, l’apôtre d’une pensée technicienne plus que l’idéologue des Lumières. Mais elle n’empêchait pas d’aller plus loin et de comprendre l’héritage réel de l’homme qui associait indissolublement la diffusion des Lumières à son action en faveur de l’enseignement de l’économie politique.

64Au fond, deux vérités pour deux publics : l’une, l’héritage réel pour ceux « qui savent », les libéraux du groupe de pression, le groupe des militants ; l’autre, l’héritage revendiqué de façon opportuniste pour rallier, pour étendre le public, pour calmer les soupçons d’une censure encore vigilante et aussi pour soutenir la première mise en œuvre de la libération des échanges internationaux. Par souci tactique, les Libéraux acceptent que soit diffusé un héritage réduit qui transforme l’économie politique en un simple outil productiviste. Mais la diffusion d’une telle doctrine ne favorise pas la reconnaissance et la légitimation académique de l’économie politique. On est là à la source des difficultés de l’institutionnalisation au temps de l’Empire libéral.

Notes

1 G. Bruno, Le tour de France de deux enfants, Paris, Belin, 1re éd., 1877 (22 réimpressions).

2 Onze colonnes soit 5 pages dans l’édition de 1864.

3 Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, Discours préliminaire, Paris, Calmann-Lévy, 1972, p. 10-11. Cette édition reprend le texte de Say dans la version définitive de la 6e édition.

4 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, Paris, Guillaumin, 1848, p. 455.

5 Bibliothèque nationale de France (BNF), département des manuscrits.

6 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, publiés par Charles Comte, Paris, Chamelot, 1833.

7 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit.

8 Ambroise Clément (1805-1866), secrétaire de mairie à Saint-Étienne, est associé par Guillaumin à son équipe de publicistes en 1850, après sa participation active à la campagne contre la pensée sociale de Louis Blanc. Voir Léon Say et Joseph Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin, 1891.

9 L’ordonnance du 12 mars 1831 institue une chaire d’économie politique au Collège de France, Arch. nat. F1713556, dossiers 24 et 26.

10 Dictionnaire de l’économie politique, édition 1864, p. 591.S

11 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit., p. 11.

12 Arch. nat. F17 dossier 6917.

13 Horace Say, « Notice » précédant Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit., p. 11.

14 Alors qu’il est revendiqué par Jean-Baptiste Say (ms F 379) et par Charles Comte, op. cit.

15 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit.

16 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit., p. 11.

17 Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, Paris, Guillaumin, 1848, Lettre au baron Thénard, p. 521.

18 Ibid., Lettre à Tooke, p. 527.

19 Dictionnaire, édition 1864.

20 Giro, napolitain, devint l’un des cinq membres du gouvernement de la République napolitaine et fut pendu lors de la restauration absolutiste de 1794, qui suivit la retraite des Français.

21 Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondances, op. cit., p. IV.

22 Horace Say, art. cit., p. 11.

23 Ibid., p. 11.

24 Alors que curieusement, en 1898, dans le Nouveau Dictionnaire de J. Chailley et L. Say, elle est rappelée.

25 Dictionnaire, édition 1864.

26 « Le commerce de mon père consistait à envoyer les soieries de Lyon dans l’étranger. Il les expédiait en Hollande en Allemagne en Italie et jusqu’en Turquie ; mais il restait garant, auprès des fabricants de la valeur des marchandises ; ses débiteurs se trouvaient parsemés en Europe et ses créanciers étaient à sa porte ; quelques années peu favorables à la vente l’exposèrent à des pertes considérables. Il fallut qu’il payât n’étant point payé et il se vit contraint de déposer son bilan... » in « Mémoires », publiés par son petit-fils Léon Say dans le Journal des Débats, 18 juillet 1890.

27 Dans une forte maison de banque, précise Charles Comte, op. cit.

28 Dictionnaire, 1864 et Jean-Baptiste Say, Œuvres diverses, op. cit.

29 Ainsi nommé en souvenir du frère de Jean-Baptiste Say, décédé à Saint-Jean-d’Acre.

30 Marc Regaldo, Un milieu intellectuel, la Décade philosophique 1794-1807, thèse d’État, Paris IV, 1976.

31 Dictionnaire, 1864.

32 Le traitement historiographique de ce conflit est un modèle d’opportunisme historiographique. Nous y reviendrons avec l’analyse de l’héritage refusé.

33 À cette occasion, il est invité chez les Necker et rencontre Mme de Stael.

34 André Liesse, « Un professeur d’économie politique sous la Restauration », Journal des économistes, avril 1901, p. 3-22 ; mai 1901, p. 161-174.

35 Dictionnaire, 1864.

36 Ernest Teilhac, L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927, 392 p., p. 20.

37 Ms Say, F 376-23 (BNF).

38 Ms Say, F 376-28 (BNF, Mémoires de ma manufacture).

39 Ernest Teilhac, op. cit., p. 21.

40 Ms Say, Carton A. Correspondance personnelle.

41 Dictionnaire, 1864.

42 C’est l’auteur qui souligne.

43 Dictionnaire, 1864.

44 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », Revue des deux mondes, 15 décembre 1864, p. 950.

45 Dictionnaire, 1864.

46 Louis Reybaud, « Les chaires d’économie politique en France », art. cit., p. 950.

47 « Très actif et très laborieux ; pourrait se déplacer, mais avec peine car il est l’âme de cet établissement ; il a reçu une éducation soignée il fut tribun et coopérateur d’un ouvrage périodique ; il énonce et écrit bien ; il jouit d’une forte bonne réputation ; cet établissement, qui subsiste depuis plus de cinq ans, va toujours croissant, surtout depuis quatre ans que l’on a adopté une machine hydraulique qui fait tourner la majeure partie des mécaniques. L’établissement sera doublé en deux ans, à en juger par les préparatifs que l’on y remarque ». Cité par Teilhac, op. cit., p. 26.

48 Ms Say, K 440 dossier 503-502.

49 Las Casas, Mémorial de Sainte-Hélène, tome IV, p. 292, in ms Say, Carton K 440.

50 Ms Say, Carton A. Correspondance personnelle.

51 Horace Say, art. cit., p. IV.

52 Horace Say, art. cit., p. 111.

53 Ms Say, Carton K 442-570.

54 Horace Say, art. cit.

55 Y participaient Isabey, Alexandre Duval, Lejeune.

56 Ms Say, F 314 dossier 119 à 121. Mort de Jean Adrien Bigonnet.
« Nous voici réunis autour de la tombe d’un de ces patriotes de 1789 dont il reste un si petit nombre et dans ce petit nombre, en est-il beaucoup qui puissent comme notre ami défunt rendre témoignage qu’ils n’ont pas dévié d’un pas des principes de cette fameuse époque ?
« Elevé pour le service maritime à l’époque de sa gloire, l’affranchissement des États-Unis, il vit de près, à Versailles, les abus dont se nourrissait la vieille monarchie et, quant vint le 14 juillet, il sentait mieux qu’un autre qu’une entière rénovation était indispensable à la France et il y contribua dans sa province. Maire de Macon, sa ville natale, il ne pouvait s’y montrer autrement que ferme et désintéressé.
« Membre du Conseil des cinq cent, il lutta contre la tyrannie renaissante de Bonaparte. Mais la liberté fut étouffée par les lauriers militaires. En 1830 il lui a été donné de concevoir de nouvelles espérances en voyant l’attitude du peuple français. Adieu vertueux ami, ami de Lafayette, de l’intègre Dupont de l’Eure ».

57 Marc Regaldo, Un milieu intellectuel : La Décade philosophique (1794-1807), thèse, Paris IV, 1976.

58 On disait plutôt la rédaction générale.

59 La Décade, 20 nivôse an X.

60 La Décade, 30 fructidor an III.

61 La Décade, prospectus an III.

62 La Décade, « Mélanges », 10 nivôse III.

63 La Décade, « Politique intérieure », 30 pluviôse VI.

64 Qui obtiendra le premier cours d’économie politique confié au mathématicien Vandermonde.

65 Jean-Baptiste Say, Olbie ou Essai sur les moyens d’améliorer les mœurs d’une nation, Paris, Deterville, an VIII, 132 p.

66 Ms Say, Carton K 440 dossier 503, BNF. Il n’a pas eu le temps d’écrire ce traité.

67 Ms Say, Carton K 515 dossier 440, BNF.

68 À la fin de l’article.

69 Charles Coquelin et Guillaumin, Dictionnaire de l’économie politique, Paris, Guillaumin, 1864, préface de l’éditeur, p. V.

70 Ibid.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540