Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Introduction

Texte intégral

1Dans l’effort pour fonder un enseignement de l’économie politique, les libéraux occupent une place essentielle. Cette première période, structurée par le « tournant » de 1860 est celle de la construction d’un premier système de diffusion et d’enseignement dont nous retracerons les étapes jusqu’en 1877.

I. LE RÔLE DOMINANT DES LIBÉRAUX DANS LA DIFFUSION DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE

  • 1 Jean Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1864 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p (...)

2En 1860, le substantif « économiste », sans autre qualificatif, désigne encore les économistes libéraux1, partisans du libre-échange, convaincus que le libre jeu des lois naturelles permet seul le plus grand développement possible de la production des richesses. Inégalement méfiants vis-à-vis de l’action de l’État dans l’économie, ils sont divisés sur des problèmes pratiques, mais ils ont un programme, une priorité qui les rassemblent : obtenir l’abaissement des droits de douanes. Dans ce but il faut encourager toute initiative en faveur du libre-échange. Ce programme s’appuie sur une vision d’ensemble du fonctionnement de la société fondée sur la mobilité, le libre jeu des libres mécanismes, seule source de richesse et de développement. Mais dans la vie sociale de la France du xixe siècle, ils restent très minoritaires.

  • 2 Robert Schnerb, Libre-échange et protectionnisme, Paris, PUF, 1970, 128 p., p. 50-91.

3En face d’eux, les protectionnistes, partisans d’une intervention de l’État en matière de douane ou de crédit, dominent l’opinion2. Mais précisément pour cette raison, ils se contentent d’exprimer les choix des milieux dirigeants ou de se manifester dans la presse technique à propos de questions concrètes. Le Moniteur industriel est l’un de leurs organes d’expression. Face aux campagnes libre-échangistes, comme celle de 1846 par exemple, ils se contentent d’obtenir l’appui de certaines chambres de commerce. Ils créent un Comité pour la défense du travail national, dirigé par le cotonnier Mimerel et le maître de forges Léon Talabot. Mais sûrs de leur force, agitant seulement la menace de crise, ils cherchent plus à convaincre les membres du gouvernement de la détermination protectionniste des milieux d’affaires – qui va de soi – qu’à donner une quelconque formation à la « jeunesse des Écoles ». Ils réagissent en praticiens, luttant pour un aspect déterminé de la politique économique, la protection du travail national, mais jamais ils n’ont l’intention de faire œuvre de théoriciens.

4Il est vrai que cela leur serait difficile : mis à part la question du protectionnisme, ils ne sont pas forcément en désaccord avec leurs adversaires libéraux. Sur les mécanismes de fonctionnement normal de l’économie, sur le rôle de l’entrepreneur, sur la liberté du marché intérieur, sur celui des facteurs de production, (la terre, le travail, le capital), ils partagent avec leurs adversaires idéologiques les conceptions qui ont été précisées et diffusées par Jean-Baptiste Say et par ses disciples. Sous la Restauration, à partir de 1820, à cause de la profondeur des clivages politiques et de la force de la censure, cette ambiguïté des protectionnistes n’est pas clairement perçue. En revanche, elle éclate au grand jour sous la monarchie de Juillet : les débats économiques du temps amènent à remettre en cause l’idée d’une monarchie de Juillet, victoire du libéralisme. Mesurer les limites de son libéralisme politique relèverait d’un autre sujet. Mesurer son libéralisme économique permet de restreindre à un temps très court la victoire politique des Libéraux économiques. En effet, seul le parti du Mouvement avait partie liée avec les libéraux purs, ceux qui associaient le libéralisme politique au libéralisme économique. Le banquier Jacques Laffitte était leur figure de proue. Or il est contraint à démissionner, dès le 12 mars 1831, après seulement cinq mois de pouvoir. Par la suite, le parti de la Résistance gouverne, et maintient le protectionnisme.

  • 3 Jacques Laffitte, Réflexions sur la réduction de la rente sur l’état du crédit, Paris, Bossange Pè (...)
  • 4 J. Laffitte, op. cit., p. 40.

5La position moderniste du banquier Laffitte sur le crédit avait accentué ce divorce. Exposée depuis 1824, elle était bien connue. Pour lui, la France se divisait en deux zones, caractérisées par leur accès différent au crédit : « On voit en effet quelques places de commerce et quelques provinces qui ont participé au mouvement industriel de notre époque et où les capitaux abondent et se donnent au prix le plus modique ; mais tout le reste du sol, livré à l’ignorance, à la routine, à l’indigence, est dévoré par l’usure et se trouve fort en arrière de la France qu’on peut appeler civilisée ».3 Selon lui, la modernisation du crédit n’était empêchée que par le taux trop élevé (5 %) des rentes de l’État. Devenant un niveau de référence, ce taux détournait les capitaux vers les rentes d’État, au détriment d’investissements plus productifs. Laffitte était donc favorable à la réduction du taux des rentes d’État pour obtenir un abaissement du taux de crédit. Les capitaux ainsi libérés pourraient s’investir dans les provinces, « pour y pratiquer des moyens de communication, y faire naître des établissements industriels, y réveiller le travail, pour procurer le moyen de produire à un prix infiniment moindre et par conséquent de nous présenter avec bien plus d’avantages sur les marchés des deux mondes »4.

6Malgré l’appui qu’il a donné, comme ses amis économistes, à l’industrialisme, Laffitte croit cependant possible d’obtenir l’appui des propriétaires fonciers dans la mesure où ce sont eux qui paient la majeure partie de l’impôt permettant de gérer la dette publique et de la rémunérer à un taux trop élevé. Laffitte estime qu’ils auraient donc intérêt à s’allier aux banquiers modernisateurs pour éviter de se faire prélever des capitaux qui, à terme, leur manquent pour moderniser leur exploitation.

  • 5 Armand Seguin, Du projet de remboursement ou de réduction des rentes, Paris, Guiraudet et Gallay, (...)

7Ce plaidoyer échoue. Les rentiers menacés de perdre 1/5e de leurs revenus immédiats refusent ce pari sur l’avenir. Ils s’organisent et gagnent5. Laffitte est écarté du pouvoir, pas pour ces seules raisons d’ailleurs. Mais les rentiers n’oublient pas ses prises de position. Le parti de la Résistance en tient compte, si bien que compromis par leur alliance, les libéraux purs sont désormais suspects.

  • 6 François Demier, « Les “économistes de la nation” contre l’“économie-monde” du XVIIIe siècle », Œc (...)

8Dorénavant, le parti de la Résistance s’oppose à toute expérience libre-échangiste et cosmopolite considérée par les manufacturiers français comme un choix catastrophique6. Ces manufacturiers connaissent bien la puissance économique de l’Angleterre, mais ils n’ignorent pas non plus le prix social de cette puissance : la paupérisation de larges masses. Leur double souci de protéger l’industrie française face à un concurrent en avance, et d’essayer d’enraciner une petite propriété rurale ou industrielle, aboutit selon Francis Demier, au choix de l’économie nation contre les risques de l’économie monde. Le nouveau gouvernement doit protéger l’économie nationale par des tarifs douaniers et maintenir ceux qui sont issus de la période précédente. Ainsi, l’ambiguïté idéologique des protectionnistes se confirme. On attend de ce même gouvernement qu’il favorise la liberté et l’unification du marché intérieur, en soutenant la construction des canaux ou de chemins de fer.

  • 7 Yves Leclercq, Le réseau impossible : la résistance au système des grandes compagnies ferroviaires (...)
  • 8 Pétition de 1845 des exploitants du Bassin houiller de la Loire, BNF, Up 27451, citée par Yves Lec (...)

9On attend aussi de lui qu’il contrôle le rôle des compagnies de chemins de fer. En effet, leur puissance hors du commun risque de réintroduire un « effet de monopole »7. Quand les compagnies choisissent de changer les tarifs, en quelque sens que ce soit, ne risquent-elles pas de perturber, en fonction d’intérêts particuliers, le fonctionnement du marché intérieur ? Qu’il s’agisse d’une augmentation ou d’une diminution de tarif, les prix de revient des marchandises transportées sont modifiés. « C’est pourquoi si l’on ne surveille pas les Compagnies, la voie de transport risque de devenir régulatrice des marchés, au moyen de cette sorte de douane intérieure dont on lui abandonne l’usage »8.

10L’ambiguïté des milieux d’affaires protectionnistes se révèle à l’occasion de ces polémiques. Les protectionnistes apparaissent comme des praticiens soucieux de défendre des intérêts variés en fonction de la conjoncture, et non comme des théoriciens. Même au niveau du marché intérieur, le libéralisme des protectionnistes est traversé de contradictions qui lui rendraient difficile la revendication d’un quelconque enseignement officiel.

  • 9 Antoine de Tarie, « Un centenaire : Hippolyte Passy et l’avènement du libéralisme au ministère du (...)

11Or leur force sociale est telle, sous la monarchie de Juillet, que non seulement ils imposent leur point de vue, mais encore ils réussissent à limiter l’action des libéraux économiques quand ces derniers parviennent à atteindre le pouvoir. Ainsi en 1836, Hippolyte Passy, académicien et économiste libéral, devient ministre du Commerce. Le 3 juin 1836, après des semaines de négociation, il réussit à faire voter aux deux Chambres une très légère diminution des droits de douane. La lecture des débats montre l’ampleur de son recul, durant les débats. Un siècle après, en 1936, quand le Journal des économistes évoque cette légère atténuation des tarifs douaniers, il la présente comme une performance inespérée, et célèbre, non sans enflure, le « centenaire de l’avènement du libéralisme économique au ministère du Commerce »9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Lucette Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie au xixe siècle », Revue d’histoire moderne et (...)

12Pour toutes ces raisons, l’enseignement d’une économie politique assimilée à « l’École avancée de la liberté illimitée du commerce »,10 se heurte à une opinion publique massivement hostile. Praticiens opportunistes attentifs aux aléas de la conjoncture, les protectionnistes sont hostiles à l’idée de diffuser une théorie cohérente du fonctionnement du monde économique. La revendication d’un enseignement systématique leur paraît même dangereuse. Soucieuse de ménager cette opinion, la monarchie de Juillet, après avoir créé la chaire du Collège de France en 1831, dans l’enthousiasme de la victoire et sous l’influence du parti du Mouvement, se contentera, en dix-huit ans, de fonder une seule autre chaire, celle de l’École des ponts et chaussées, en 1846. Et encore il s’agit d’une chaire dans une école fermée, dont l’accès est limité.11

13Face à cette domination protectionniste, les libéraux ont été amenés à se constituer en minorité agissante, en groupe de pression dont nous verrons, plus loin, la constitution et le fonctionnement. Ils revendiquent, puis fondent eux-mêmes les institutions chargées de diffuser leur théorie économique, leur apologie du libre jeu des mécanismes de marché. À long terme, ils espèrent faire entendre et faire triompher à la fois une nouvelle politique économique et une autre conception de l’activité économique. Agents dominants de la diffusion de l’économie politique au xixe siècle, ils sont aussi les créateurs du premier modèle de diffusion et d’enseignement de l’économie politique.

II. LES LIMITES CHRONOLOGIQUES

14Après cet héritage des pionniers dans la construction de ce premier système, 1860 représente un rendez-vous historique très particulier : l’État impérial, plutôt interventionniste en économie, sollicite une alliance avec les « économistes », adversaires de toute intervention étatique. En retour, il offre un allégement de la surveillance policière et une plus grande souplesse face à leurs moyens d’expression. Sans être dupes, les économistes acceptent de défendre les aspects libéraux (qu’ils jugent aussi les plus modernistes) de la politique économique impériale. Grâce à cette nouvelle alliance, ils espèrent obtenir enfin l’extension de l’enseignement de l’économie politique puisque cette discipline est désormais investie d’une fonction reconnue, la défense de la politique économique impériale. On assiste à l’expansion officielle du rôle des libéraux en matière d’enseignement de l’économie politique. Sur fond de traités de commerce entre 1860 et 1881, ils obtiennent le droit à la parole et mettent en œuvre un système assez particulier de diffusion de l’économie politique.

  • 12 Jacqueline Hecht, « Une héritière des Lumières, de la Physiocratie et de l’Idéologie : la première (...)
  • 13 Gilbert Faccarello, « Alexandre Vandermonde, ou la croisée des chemins », in Französische Revoluti (...)

15En 1860, des lieux d’enseignement de l’économie politique existaient déjà, parfois depuis longtemps. Nous ne mentionnerons ici, pour mémoire, que les petites écoles des physiocrates au xviiie siècle12 ou la première chaire d’économie politique placée à l’École normale, en janvier 179513 dont l’existence a été éphémère et les publics restreints. Mais d’autres chaires, – et pas uniquement dans le secteur privé (l’Athénée ou l’École supérieure de commerce) – avaient fonctionné normalement : celle du Conservatoire royal des arts et métiers, depuis 1820, celle du Collège de France depuis 1831, celle des Ponts depuis 1846. Mais 1860 marque un changement considérable dans le rapport de force des libéraux avec la société : pour la première fois historiquement, le groupe de pression qui réclame un enseignement de l’économie politique obtient une alliance avec un gouvernement en place, sur le thème du libre-échange. Or c’est ce thème qui jusqu’alors avait fait obstacle à toute diffusion massive de la nouvelle discipline. Étudier la diffusion et l’enseignement de l’économie politique entre 1860 et 1881 revient donc à montrer, sur fond de traités de commerce, comment à partir d’un héritage intellectuel, politique et institutionnel, les libéraux ont par tâtonnements d’abord, de façon systématique ensuite, construit un réseau cohérent et quasi monopoliste de diffusion de l’économie politique.

  • 14 Paul-Émile Cauwès, chartiste, est agrégé de droit en 1866. Il a successivement enseigné à Nancy le (...)

16La date finale, le début des années 1880, marque la fin de ce monopole. En mars 1877, la Troisième République décide, par décret, qu’une chaire d’économie politique serait fondée dans chaque faculté de droit. Le temps que les crédits correspondants soient débloqués, il faut attendre 1881 pour que l’ensemble des étudiants en droit soit confronté à la nouvelle discipline, désormais obligatoire et intégrée à un cursus officiel. L’enseignement à la faculté de droit de Paris du remplaçant de Batbie, le protectionniste Cauwès14, républicain, ami de Méline, symbolise bien la fin du monopole libéral. En outre, l’année 1882 correspond aux premiers abandons de la politique de libre-échange. Enfin, en 1883, à l’École libre des sciences politiques, le recrutement de l’ingénieur leplaysien Cheysson comme enseignant d’économie reflète l’émergence d’un tout autre libéralisme. Le début des années 1880 est donc bien, à tous égards, une rupture à la fois conjoncturelle, institutionnelle et idéologique.

III. LE PLAN

17Dans cette première partie, le premier chapitre montre d’abord le poids de l’héritage spirituel du père fondateur Jean-Baptiste Say et les représentations de sa vie. Le second expose le bilan et le souvenir des premières expériences d’enseignement de l’économie politique et leur rapport avec le libéralisme issu des Lumières et de la Révolution. À de rares exceptions près ces expériences enseignantes ont été vécues dans l’opposition politique et à l’abri du secteur privé. Le troisième chapitre montrera la construction, par le nouveau lobby libéral, d’un important réseau informel de diffusion et sa mise à l’épreuve en 1848 et sous l’Empire autoritaire. Les quatrième et cinquième chapitres mesureront à la fois les conséquences du ralliement à l’Empire libéral et les limites des premières conquêtes, obtenues entre 1860 et 1868, au prix de ce ralliement. Le sixième chapitre, après l’échec temporaire en matière d’enseignement économique de l’École pratique des hautes études, illustrera la réussite du lobby : la fondation d’un cursus cohérent à l’abri d’une institution privée, l’École libre des sciences politiques. Le dernier chapitre, enfin, mesurera le bilan, l’invention d’un véritable système de diffusion de l’économie, ainsi a les mutations profondes du système de représentations artificiellement abrité sous le terme de « libéralisme ».

Notes

1 Jean Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1864 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 290-291.

2 Robert Schnerb, Libre-échange et protectionnisme, Paris, PUF, 1970, 128 p., p. 50-91.

3 Jacques Laffitte, Réflexions sur la réduction de la rente sur l’état du crédit, Paris, Bossange Père éditeur, 1824, 182 p.

4 J. Laffitte, op. cit., p. 40.

5 Armand Seguin, Du projet de remboursement ou de réduction des rentes, Paris, Guiraudet et Gallay, 1824, 1re éd.

6 François Demier, « Les “économistes de la nation” contre l’“économie-monde” du XVIIIe siècle », Œconomia, Cahiers de l’ISMEA, série PE, n° 13, 1990, p. 281-305, p. 297.

7 Yves Leclercq, Le réseau impossible : la résistance au système des grandes compagnies ferroviaires et la politique économique en France, Paris, Droz, 1987.

8 Pétition de 1845 des exploitants du Bassin houiller de la Loire, BNF, Up 27451, citée par Yves Leclercq, op. cit.

9 Antoine de Tarie, « Un centenaire : Hippolyte Passy et l’avènement du libéralisme au ministère du Commerce en 1836 », Journal des économistes, 1936, p. 524-541.

10 Ibid.

11 Lucette Le Van Lemesle, « La promotion de l’économie au xixe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juin 1980, p. 270-294. Des éléments extérieurs à l’École pouvaient solliciter du directeur une carte d’auditeur libre.

12 Jacqueline Hecht, « Une héritière des Lumières, de la Physiocratie et de l’Idéologie : la première chaire française d’économie politique », Œconomia, série PE, n° 6 d’Économies et Sociétés, cahiers de l’ISMEA, 1986, Paris, p. 5-43.

13 Gilbert Faccarello, « Alexandre Vandermonde, ou la croisée des chemins », in Französische Revolution und Politische Ökonomie, Trèves, 1989.

14 Paul-Émile Cauwès, chartiste, est agrégé de droit en 1866. Il a successivement enseigné à Nancy le droit criminel, le droit romain, le droit civil. Nommé en 1873 à la faculté de droit de Paris, il remplace Batbie, premier titulaire de la chaire créée en faculté de droit en 1864. Sur Cauwès, voir Planta de Wildenberg, Paul-Émile Cauwès et l’économie nationale (1843-1917), thèse de doctorat, Université de Dijon, 1938.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540