Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Préface

Antoine Prost

Texte intégral

1L’institutionnalisation de l’économie politique dans l’Université française, voilà le sujet du livre qu’on est heureux de présenter au lecteur.

2Il ne suffit pas, en effet, qu’une discipline existe scientifiquement pour qu’elle s’impose dans l’enseignement supérieur. Du livre qui fait date, du colloque ou du congrès qui attire des savants du monde entier, à l’existence d’un cursus structuré, avec un corps enseignant spécialisé, des étudiants et des débouchés professionnels, il y a souvent loin. La génétique, par exemple, a attendu les lendemains de la Seconde Guerre mondiale pour être enseignée dans les facultés de sciences en France alors que les découvertes de Mendel datent du début du siècle et qu’elles étaient enseignées dans les universités américaines entre les deux-guerres.

  • 1 Voir notamment Keylor William R., Academy and Community. The Foundation of the French Historical P (...)

3L’institutionnalisation de l’économie politique est globalement contemporaine du grand mouvement de création d’un véritable enseignement supérieur en France sous la IIIe République. Elle présente un cas intermédiaire entre la réussite spectaculaire de l’histoire et l’échec de la sociologie.1

4Au début de la IIIe République, l’économie bénéficiait d’une audience certaine. Dans son ouvrage, Lucette Le Van-Lemesle montre comment s’était constitué un véritable lobby de l’économie, avec ses sociétés, ses périodiques et ses relais provinciaux ; l’influence de ce réseau était sensible dans les milieux d’affaires ouverts sur les échanges internationaux. Cet enracinement constituait évidemment un facteur favorable au développement du nouvel enseignement.

5L’exemple de la sociologie le démontre a contrario : à l’époque où Durkheim en définit la méthode (1895, Les règles de la méthode sociologique), fonde l’Année sociologique et accède à une chaire en Sorbonne, elle n’intéresse professionnellement personne dans la société française ; personne ne pense que la sociologie puisse lui être utile ; elle reste du domaine de la pure connaissance désintéressée. Ce manque d’audience est un obstacle à son développement ; au lendemain de la Première Guerre mondiale, P. Lapie tentera bien de l’introduire dans les écoles normales et de lui fournir ainsi un débouché, mais c’était à la fois trop tard et trop peu. Faute d’enracinement social, la sociologie n’a pu surmonter l’hostilité prévisible des disciplines déjà instituées, notamment de l’histoire, et son institutionnalisation sera reportée d’un demi-siècle.

6De ce point de vue, l’économie est plus proche de l’histoire et de la géographie, mais elle ne bénéficie pas de la même légitimité. Pour deux raisons.

7D’abord, l’histoire et la géographie s’enseignent dans les classes des lycées et collèges ; elles constituent un élément essentiel de la culture générale, celle de tout « honnête homme ». L’économie relève d’une culture spéciale, celle des négociants et des industriels qui, dans la bourgeoisie de l’époque, ne viennent pas en tête de l’échelle des prestiges, celle, aussi, des hauts fonctionnaires et des hommes d’État qui bénéficient en revanche d’une incontestable et éminente légitimité. Cela aurait pu conduire à la création d’un cursus spécifique. En fait, les juristes ont victorieusement maintenu jusqu’à la République la thèse que le droit suffisait à la formation des élites administratives ou politiques et ils ont empêché non seulement la création de facultés camérales à l’allemande mais même celle de la section de l’École pratique des hautes études que Duruy destinait aux sciences économiques et politiques. L’École libre des sciences politiques a donc occupé l’espace ainsi laissé vacant : institutionnalisation partielle et limitée, qui aurait pu faire obstacle à une institutionnalisation plus large.

8La seconde raison est idéologique. L’histoire que les républicains institutionnalisent est la servante du patriotisme et du civisme. Lavisse comme Seignobos assument pleinement cette fonction civique et nationale, et ils acceptent que l’histoire contribue à la constitution et à la diffusion de l’esprit républicain. En la développant, le régime contribue donc à sa propre pérennité. L’économie, de son côté, a également partie liée avec la politique, mais de façon plus ambiguë. Le nouveau régime en approuve le libéralisme politique, mais il penche vers un protectionnisme qu’elle tient en suspicion. Pour se voir reconnaître pleine légitimité idéologique, l’économie devra adopter des doctrines plus conformes à l’esprit du temps : c’est chose faite, avec Paul Leroy-Beaulieu notamment, et avec la justification de l’expansion coloniale.

9Au moment où l’économie politique devient enseignement obligatoire en deuxième année et s’implante ainsi dans les facultés de droit (1877), le succès n’est donc pas assuré. Le nouvel enseignement souffre d’un double handicap. D’une part, il a des concurrents un peu périphériques, certes, mais anciens et prestigieux. L’économie politique est enseignée au Collège de France, où Leroy-Beaulieu remplace Chevalier en 1880, au Conservatoire des arts et métiers, avec Levasseur, à l’École libre des sciences politiques, où la section économique et financière se subdivise en deux filières, privée et publique, en 1891, et dans certaines Grandes Écoles comme les Ponts et les Mines où enseigne Cheysson (1885-1906). D’autre part, à l’intérieur des facultés de droit, elle est considérée comme une intruse, et l’on conteste sa légitimité tant scientifique qu’idéologique. C’étaient bien des obstacles à surmonter.

10Pour y parvenir, l’économie politique a payé un prix assez lourd, prix que, dans un autre contexte, la sociologie a refusé d’acquitter. Elle a d’abord accepté d’être une discipline parmi d’autres ; elle s’est faite petite, en quelque sorte : présente au début dans une année seulement du cursus, et avec un horaire modeste. Elle a surtout consenti à jouer le jeu des facultés de droit, où les cours sont attribués par le doyen aux professeurs en fonction de leur ancienneté, et non de leur spécialisation. L’économie s’implante, mais elle est enseignée par des juristes. Cauwès, qui donne le cours d’économie à Paris de 1873 à 1882, poursuit sa carrière comme professeur de droit romain. Pour se faire tolérer, l’économie se fond ainsi dans la masse : elle renonce provisoirement à revendiquer une claire identité.

11Il lui faudra vingt ans pour s’affirmer comme une discipline distincte. Peu à peu, une communauté scientifique se constitue. C’est, en 1887, la fondation de la Revue d’économie politique. Les nouveaux professeurs, chargés d’enseigner l’économie politique, y trouvent un lieu d’échange et d’information. La discipline conquiert sa légitimité. Finalement, c’est la réforme décisive de 1895-1896, avec le dédoublement du doctorat en droit qui fait apparaître un doctorat en sciences politiques et économiques (1895), puis, l’année suivante, la création de quatre sections à l’agrégation des facultés de droit. L’une d’elles est spéciale à l’économie politique.

***

12La réforme consacre l’institutionnalisation de l’économie comme discipline à part entière dans les facultés de droit. Il semblerait que la cause soit entendue. Justement pas, et c’est là tout l’intérêt du livre. Il faudra encore quarante bonnes années à l’économie pour s’affirmer.

13D’abord, pour confirmer son autonomie de discipline : en effet, au départ, l’économie est dans la main des juristes. Par définition, avant la création de l’agrégation d’économie, les jurys ne comportaient aucun économiste stricto sensu, et les premiers jurys d’agrégation qui recrutent des économistes sont composés de professeurs de droit dont certains enseignent ou ont enseigné l’économie. Il faut attendre 1910 pour voir siéger les premiers agrégés d’économie, 1920 pour que les jurys soient vraiment spécialisés et 1924 pour que tous les enseignements d’économie soient assurés par des agrégés de la discipline. Pour devenir effective, la professionnalisation demande trente ans après la création du concours : l’espace d’une génération.

14Ensuite, pour attirer des étudiants. Le cursus de droit reste très général, très polyvalent. L’enseignement de l’économie se clive donc en deux ensembles inégaux. Le premier, le plus visible car les effectifs justifient que les cours soient transformés en ouvrages, concerne les étudiants de première et de deuxième années. Il doit donc, par force, s’en tenir à des généralités. Le second concerne un public plus spécialisé de candidats aux DES et aux doctorats. Pour ces étudiants, les professeurs d’économie développent des séminaires plus pointus et plus originaux, mais qui sont rarement publiés.

15Ce clivage est responsable d’un faux procès, que Lucette Le Van-Lemesle s’emploie à réviser de façon convaincante. Jugeant sur les cours de première et deuxième années, des critiques comme A. Sauvy ont développé la thèse d’une insuffisance criante de la formation économique en France avant 1940. La politique économique du Front populaire, par exemple, aurait échoué parce que des ministres comme Spinasse ne savaient pas interpréter les indices. De cette carence, les professeurs d’économie auraient été responsables. Le grief est repris et amplifié par les praticiens de l’économie mathématique, qui affirment leur légitimité en accusant leurs prédécesseurs d’avoir méconnu des pionniers comme Walras et d’avoir tourné le dos aux mathématiques.

16Lucette Le Van-Lemesle argumente contre cette thèse en deux temps, me semble-t-il. Dans un premier temps, elle oppose les séminaires de doctorat aux cours de première et deuxième années, et elle montre, preuves à l’appui, l’existence à ce niveau d’un enseignement exigeant, spécialisé, ouvert sur les théories proposées à l’étranger. Après son étude, il ne paraît plus possible de soutenir qu’il n’y avait pas de véritable enseignement de l’économie en France avant 1940.

17La question de l’économie mathématique est différente, et Lucette Le Van-Lemesle l’aborde dans un second temps. Elle prouve que le recours à la quantification et à la statistique était courant. Elle a retrouvé des cours calligraphiés d’Aftalion qui ne laissent aucun doute sur ce point. À côté de lui, et de l’Institut de statistique de l’Université de Paris qu’il fonde en 1928, elle remet en évidence le rôle et la personnalité d’hommes comme Antonelli, Aupetit, Lescure ou Nogaro. À partir de 1920, nous dit-elle, il est impossible d’ignorer la statistique en économie. La méthode canonique consiste à analyser les faits à la lumière de l’histoire et de la statistique, pour repenser la théorie et proposer des solutions aux problèmes du présent.

18En revanche, la modélisation mathématique est absente, sauf quelques rares exceptions. Le marginalisme est connu et utilisé, mais l’économie politique française s’inscrit dans la ligne de Simiand, pas de Walras. Même Colson, un X-Mines qui enseigne à l’X, à HEC, aux Ponts et à Sciences Po, et qui passe pour l’un des fondateurs d’une économie mathématique en France, s’il a une très bonne perception du marginalisme et de Walras, n’en reste pas moins critique envers le risque de réduction qu’implique le recours excessif aux mathématiques. C’est dans ce milieu, pourtant, que naît avec Divisia, (X-Ponts), la société d’économétrie. Sur ce point, les critiques contemporains n’ont pas tort, même s’ils surestiment sans doute le rôle accordé aux mathématiques par les polytechniciens économistes d’avant 1940.

***

19Lucette Le Van-Lemesle aborde ce débat en historienne, soucieuse moins de juger que de faire comprendre le climat intellectuel de l’époque. Or le procès intenté par les économistes d’après 1950 à ceux d’avant repose sur une méconnaissance fondamentale des particularités du milieu qu’ils constituaient. Il consiste à juger les hommes de 1930 avec les critères de ceux de 1960.

20Le grand intérêt du travail de Lucette Le Van-Lemesle est de nous introduire précisément dans ce milieu des économistes du premier xxe siècle. Elle les connaît tous, comme si elle avait conversé de longues heures avec chacun d’eux. Elle les a lus, elle a dépouillé leurs dossiers, parfois leurs notes personnelles. Montrez-lui une photographie jaunie de respectables professeurs barbus et décorés : elle reconnaîtra les siens et vous montrera Batbie ou Truchy, Cauwès ou Beauregard. Elle sait ceux qui ont choisi une carrière de notable local, heureux dans leur province. Elle connaît leurs alliances matrimoniales et le devenir de leurs rejetons.

21Cette familiarité lui permet de recomposer un paysage beaucoup plus complexe, où le regard discerne plusieurs plans étagés : la science économique et son avancée mathématique ne constituent qu’un plan, qui occupe une part majeure du tableau, certes, mais qui compose avec d’autres. Notamment avec les préoccupations sociales et politiques, car pour ces économistes, la théorie ne se dissocie pas de la pratique : ils veulent connaître pour agir.

22Là réside sans doute la plus grande différence entre l’économie politique de ce temps et celle du nôtre. L’idéologie libérale intransigeante, qui considère comme mauvaise toute intervention de l’État, n’avait guère cours dans les facultés de droit d’avant 1940. On ne trouve pas, chez les économistes de Lucette Le Van-Lemesle, les condamnations de principe qui fleurissent chez certains de leurs successeurs actuels. La tradition des légistes est ici bien vivante : l’État, pour eux, a un rôle actif à jouer. C’est sur l’ampleur et la nature de cette intervention qu’ils divergent.

23Les clivages sont en effet plus idéologiques que scientifiques. La novation d’un Charles Gide, par exemple, n’est pas de l’ordre des méthodes, mais des idées ; с’est une rupture des libéraux sociaux, préoccupés de l’avenir du salariat, qui considèrent intéressant d’étudier le mode socialiste de répartition, d’avec les libéraux orthodoxes qui condamnent l’intervention de l’État dans ce domaine précis. Mais qu’on ne se méprenne pas : les libéraux orthodoxes de ce temps reconnaissent à l’État un rôle économique, et pas seulement financier. On verra même, pendant la crise économique des années trente, qu’ils ont perçue très tôt, un Nogaro pencher vers l’économie dirigée. L’économie se revendique alors comme politique : elle doit déboucher sur des politiques.

24Cette proximité d’avec le politique, moins prononcée en province qu’à Paris, constitue l’un des traits les plus frappants du tableau que Lucette Le Van-Lemesle s’attache à reconstituer. Sur 88 enseignants officiels de l’économie dénombrés entre 1900 et 1939, elle compte 11 députés, dont 7 ont été ministres. L’implication dans la vie politique est encore plus forte si l’on tient compte des nombreux experts appelés au chevet du franc malade ou à la table des réparations. Des hommes comme Rist, Gide ou Pose, par exemple, qui n’ont pas fait de politique active, ont influencé plus d’une décision monétaire ou financière.

25Deux figures me paraissent résumer ce mixte de science et de politique, deux professeurs de la même génération (1872-1874), nommés à Paris le premier en 1913, le second en 1917 : Rist et Germain-Martin. Rist fonde en 1916 un service d’études économiques, et il est sans doute, parmi les économistes de l’entre-deux-guerres, celui qui bénéficie de la plus grande notoriété internationale ; с’est à lui, en tout cas, que la fondation Rockefeller accorde des subventions pour fonder le premier « laboratoire » de recherche en économie, l’Institut de recherches économiques et sociales. Mais ce scientifique a très souvent accepté de servir d’expert aux gouvernements de la République. Germain-Martin est sur le plan intérieur un des économistes les mieux reconnus : il est co-directeur du Journal des économistes et vice-président de la Société d’économie politique. Mais, député de Lodève en 1928, ce républicain très modéré sera ministre des Finances à plusieurs reprises, et notamment dans le gouvernement Doumergue de 1934.

26On le voit, si l’heure est toujours à l’économie politique, et non à l’économie mathématique, le procès intenté aux économistes d’avant 1940 n’en repose pas moins sur une incompréhension majeure de ce qu’était leur corporation à l’époque. Lucette Le Van-Lemesle nous le restitue au contraire, dans sa diversité et sa richesse. J’ai déjà dit l’ampleur de ses lectures et la solidité de son information. On lui saura gré, plus encore, d’avoir évité le pédantisme et le jargon. Elle écrit de façon claire et limpide, de façon vivante surtout. En même temps qu’elle explique les débats théoriques, elle en dégage les enjeux pratiques et elle fait vivre les hommes qui les portent ; on sent affleurer chez elle cette sympathie sans laquelle il est impossible de redonner chair aux mots du passé.

27Aux confins de l’histoire des universités, de l’histoire de la science économique, et de l’histoire politique, il s’agit donc ici d’une histoire globale. C’est à une plongée dans une autre économie, enseignée dans une autre université, au service d’une autre société, que Lucette Le Van-Lemesle nous invite. Où il apparaît, une fois de plus, que le véritable historien est celui qui retrouve dans son objet d’étude, quel qu’il soit, la configuration d’une société et l’esprit d’une époque.

Notes

1 Voir notamment Keylor William R., Academy and Community. The Foundation of the French Historical Profession, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1975 ; Clark Terry N., Prophets and Patrons : The French University and the Emergence of the Social Sciences, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1973 ; Charle Christophe, La République des universitaires 1870-1940. Paris, Éd. du Seuil, 1994.

Auteur

Professeur émérite, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable