Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de ce travail qui nous a conduits à travers les nombreux aspects de la vie économique, sociale ou politique de la France en reconstruction, il convient de dresser un premier bilan des réponses obtenues autour des trois questions initiales : la forme, les causes et le traitement de la crise inflationniste.

2Considérons d’abord les principaux constats qui se dégagent de ces huit années d’inflation.

I. ÉVOLUTION DES PRIX, ÉVOLUTION DES ESPRITS

  • 1 La hausse des prix sur le siècle (1913-1997) dépasse légèrement + 10 %/an en France.

3Le rythme de la hausse est rapide : + 25 % par an de 1938 à 19521 à comparer avec les + 3,9 % de la Suisse, les + 4,6 % des États-Unis, les + 5,75 % de la Grande-Bretagne ; l’Italie dépasse la France avec + 33,2 % de rythme annuel. La mesure la plus fiable de la hausse des prix est l’indice des prix à la consommation des ménages, qui intègre d’une certaine manière les fluctuations de l’indice des prix de gros ; très élaboré dans les États anglo-saxons, il offre plus de fragilité en France, où sa composition alimentaire (89 %), sur un faible nombre de postes (34), pour les seuls ménages modestes de la région parisienne peut prêter à discussion. D’un autre côté, il corrige la mise à l’écart des prix parallèles par une telle surpondération agricole qu’il reflète de manière certainement correcte la dérive des prix... Les années 1945-1948 (+ 55 % par an) marquent une accélération très forte par rapport aux années précédentes (+ 19 % par an de 1938 à 1944) et suivantes (+ 10,5 % de 1949 à 1952). Le paradoxe de l’évolution tient au décalage entre l’étiage des quantités disponibles (été 1944) et le sommet de la crise des prix (été 1946).

4La progression des prix s’effectue par propagation saisonnière, avec poussée au printemps et à l’automne quand arrivent sur les marchés primeurs et récoltes de campagne. Cette saisonnalité s’atténue considérablement avec le retour des disponibilités alimentaires d’avant-guerre, en été 1948, et disparaît après 1956-1957. Les écarts d’évolution entre secteurs sont extrêmement élevés entre 1944 et 1948, du simple au triple, par exemple entre les céréales peu inflationnistes et les viandes ou les textiles beaucoup plus « haussiers ». Dans ce cas, s’ajoutent les effets tenant à la politique des prix et des circuits et ceux qui se rapportent à la ventilation sociopsychologique de la demande finale : le pain est à bas prix parce qu’il s’agit d’un secteur convenablement contrôlé (blé-pain), longuement subventionné, pour des produits à forte accoutumance sociale. La viande présente la situation inverse : circuit matériellement volatil (et professionnellement puissant), absence de subventions, attrait considérable pour un produit alors associé à la promotion sociale. Nous le voyons : la hausse des prix entraîne dans son sillage des phénomènes assez profonds de turbulences et de reclassements, sans que l’on puisse lui en imputer l’unique génération.

5En ce qui concerne les rapports de l’opinion et des prix, nous avons pu relever ceci. La crise des prix et les perturbations qu’elle entraîne dans l’opinion favorisent également la connaissance des prix comme celle de l’opinion. La nouveauté pour l’historien est l’apparition des sondages. Le rapport au prix est d’abord utilitaire et fonctionnel. Trois catégories se distinguent comme dans l’analyse des causes : les ménages d’exploitants agricoles pour qui le prix est d’abord un prix de vente, donc un vecteur de revenu qui bénéficie d’une progression inespérée de 1944 à 1948, puis d’une stagnation démoralisante au-delà de 1949 ; les salariés urbains modestes, employés et ouvriers pour qui le prix est essentiellement une dépense, plus rarement un revenu (marché noir ?) ; les employeurs industriels et tertiaires qui intègrent plutôt le prix comme un prix de vente et un revenu, mais que leur fonction d’intermédiaires conduit aussi à évaluer comme un coût, c’est-à-dire une dépense. La plupart des entreprises des années quarante ne disposent pas d’une stratégie de prix réelle, se contentant de majorer leurs prix de revient comptables d’une marge bénéficiaire coutumière. En cas de crise inflationniste, elles répercutent automatiquement la hausse des coûts sur leurs prix de vente.

6Pour l’opinion conçue comme un ensemble de ménages, la notion de prix est correctement intégrée même si l’inflation n’est pas comprise explicitement. Les ménages connaissent d’expérience leurs dépenses mensuelles, les prix courants et la hausse future. L’inflation est sous-estimée en phase d’accélération, surestimée en décélération, les effets d’inertie étant supérieurs dans les esprits à la réalité. Le terme d’inflation en 1944 est mal employé comme désignant une crise monétaro-budgétaire de type 1787-1799 ou 1914-1924 et le concept moderne met vingt ou trente ans pour se diffuser au moins parmi les professions qualifiées. La population semble s’en remettre à l’État pour résoudre, ou au moins expliquer, ce problème qui la dépasse et perturbe sensiblement la vie quotidienne. La crise des prix favorise en revanche un toilettage salutaire de la théorie française des prix entre 1946 et 1950 par des hauts fonctionnaires des Finances ou des économistes en rapport avec l’État, faisant apparaître le caractère central du désajustement de la demande sur l’offre et de la hausse des coûts dans la genèse du processus inflationniste ; sur ces bases méthodologiques, en automne 1947, le Gouvernement se laisse persuader d’accompagner énergiquement le rétablissement proche des grands équilibres macro-économiques.

II. DES CAUSES CENTRÉES SUR LA PÉNURIE DE GUERRE

7Cette forte progression des prix semble d’abord liée aux rapports entre l’offre et la demande. Le cœur inflationniste de notre étude (1940-1948) peut se décomposer ainsi : insuffisance de l’offre, pression de la demande en faveur des hausses de revenus, facteurs d’accompagnement.

A. L’INSUFFISANCE DE L’OFFRE

8Entre 1940 et 1948, l’offre est insuffisante et l’inélasticité de la demande ne conduit pas à une réduction de la consommation, mais à une propension à l’augmentation des revenus nominaux. L’inflation des années quarante est d’abord le fait de la pénurie. La crise de l’offre est surtout une crise agroalimentaire : la commercialisation des produits agricoles diminue plus lentement que celle des produits industriels (indices respectifs 70 et 38 en 1944 sur base 100 en 1938), mais se reconstitue également avec retard (indices respectifs 74 et 99 en 1947). Au 1e r semestre 1947, l’offre de produits industriels d’équipement devient acceptable, tandis que celle de produits agricoles attend encore le 2e semestre 1948 pour équilibrer la demande. Aux produits agricoles s’ajoutent comme puissant facteur de crise la pénurie de textiles et vêtements, de cuirs et chaussures. L’ensemble reste dans la sphère des ménages sous la forme des biens et services de première nécessité.

9En causes secondes, il faut mentionner la faible productivité de l’agriculture et de la confection française, et, de manière plus générale, l’insuffisante productivité de l’économie nationale. S’il est vrai que le tissu apparent des entreprises françaises ne se modifie que modérément entre 1945 et 1955, que ce soit en nombre, en localisation ou en dirigeants, la croissance annuelle de la productivité globale des facteurs (environ + 4 % par an) n’est certainement pas étrangère à la stabilité relative des prix de cette période (+ 4,8 % par an). L’insuffisance de l’offre officielle s’aggrave de l’immersion d’une partie des quantités dans les circuits parallèles : les prix noirs, qui frappent peut-être 20 % des quantités moyennes à prix double des tarifs légaux, ne sont pas le niveau des prix réels comprimés indûment par la politique du même nom, mais un niveau majoré par effet d’enchère et prime de risque. Leur présence incite les prix officiels à la hausse mécanique et psychologique. L’offre matérielle n’est donc pas seule en cause : tenons aussi compte des modifications marginales de la demande globale avec le cas célèbre de l’électricité dont l’offre satisfait seulement la demande en 1950, mais à 1,6 fois le niveau de 1938 ! Voyons la demande.

B. PRESSION DE LA DEMANDE EN FAVEUR DE LA HAUSSE DES REVENUS

10La crise des prix est aggravée par la hausse des revenus salariaux en particulier et citadins en général. Sans porter de jugement sur sa légitimité sociale ou son urgence politique, force est donnée de constater la puissance de son impact économique, au moins pour les années 1940-1948. La politique des salaires, comme en Italie, s’avère trop empreinte de libéralité, et abandonne aux salariés des sommes nominales inévitablement inflationnistes. Un des facteurs principaux est la situation de plein-emploi, relayée par la force du mouvement syndical entre 1944 et 1947 et les faveurs d’une partie du Gouvernement qui est loin de lui prêter des incidences inflationnistes. Le salaire social représenté par la généralisation des assurances pèse moins sur les prix que le salaire mensuel, directement dépensé par les ménages urbains ; il exerce en effet une pression sur les coûts des entreprises, souvent industrielles ou tertiaires, mais peu sur les dépenses des ménages ; en dehors des allocations familiales en volume global plus modestes, il est distribué sous forme de prestations médicales et pensions de retraite qui n’appellent pas de modification sensible et immédiate des consommations.

11En rendant la demande solvable, les hausses salariales lubrifient le marché à la hausse par un véritable processus de mise aux enchères pour les produits agricoles. Les prix agricoles semblent se fixer d’abord à partir du rapport ascendant demande/offre. Pour les producteurs ruraux, les effets de coûts sont mineurs, même si les intéressés se plaignent de la progression des prix de produits industriels qu’ils achètent et si les hausses de salaires agricoles se déclenchent après juillet 1945 ; la plupart des 2,3 millions d’exploitations n’emploient aucun salarié... Nous retrouvons la dualité entre prix agricoles et prix industriels. Les prix industriels et de services sont beaucoup plus liés à des mécanismes de coûts, les hausses consenties des salaires, qui incluent des cotisations sociales désormais substantielles, nécessitant des ajustements des prix de vente. Le mouvement amorcé entre l’été 1944 et l’été 1945 aboutit à un enchevêtrement d’implusions simultanées et réciproques, baptisées alors « cycle (infernal) des prix et des salaires ». Le centre causal de l’inflation d’après-guerre est contenu dans cet écart entre offre et demande de produits alimentaires.

C. FACTEURS COMPLÉMENTAIRES : DÉFICIT BUDGÉTAIRE, SURINVESTISSEMENT ET DÉFICIT EXTÉRIEUR

  • 2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376.

12La chute brutale du rythme inflationniste entre 1948 (+ 58 %), dernière année de disette, et 1949 (+ 3 %) où apparaissent les premières baisses de cours agricoles laisserait penser que nous tenons là non seulement l’essentiel mais encore la totalité des causes d’inflation. Il reste néanmoins à rendre compte des années 1936-1940 (+ 15,6 % par an) et 1949-1952 (+ 10,5 % par an) où il n’y a pas de pénurie alimentaire, et même excédents relatifs. Un bouclage des causes peut-il s’effectuer par la décomposition des facteurs socioprofessionnels et politiques ? Des circuits économiques bien organisés comme celui de la viande, ou totalement dispersés comme la confection, mais jouissant comme les denrées alimentaires d’une rente de situation tenant à la vigueur de la demande d’usage, pèsent certainement dans le sens de la hausse des prix ; cela est impossible au groupe des céréaliers entravé par la multiplicité des petits livreurs, le système de l’ONIC, l’importance capitale et symbolique de pain à prix modéré pour l’opinion. Sur base 100 en 1938, les demi-produits bouchers atteignent certes l’indice 1 571 en 1947 contre 1 028 aux textiles, mais en 1948, les deux indices se valent (2 156 contre 2 137) et en 1950 ils s’inversent au profit des textiles (3 970 contre 1 745 aux produits bouchers)2.

13En ce qui concerne les causes politiques éventuelles de la crise, il est certain que la fragilité institutionnelle de la IVe République naissante sur fond de guerre froide n’a pas joué un rôle stabilisateur ; mais l’année 1947 n’est pas plus inflationniste que celle de 1946, l’appui du plan Marshall a renforcé le camp des « stabilisateurs », et le système de 1946 a même parrainé les années parmi les plus étales du siècle en matière de prix, 1952-1956. Il faut donc revenir aux facteurs économiques comme renfort négatif d’une situation déjà déséquilibrée.

14De tous les facteurs incrimininés, on peut examiner la crise des dépenses budgétaires, la politique d’investissements, les échanges avec l’extérieur et la monnaie. Le budget, qui suscite tant de passion dans les milieux politiques, dépasse les seules querelles de trésorerie. Les contemporains de 1944, imprégnés de culture monétariste (« planche à billets »), imputent aux excès de l’État la crise des prix. Il s’agit d’une solution commode pour la société qui laisse au ministère des Finances le triple soin de supporter l’impopulaire responsabilité des désordres du moment, de trouver les solutions fiscales les moins douloureuses possibles, et de fournir un système d’explications et de justification cohérent pour l’opinion intérieure ou extérieure et l’histoire à venir. Dans l’ensemble, l’évolution des dépenses apparaît dictée par des circonstances impérieuses (menace nazie en 1938-1940, occupation nazie en 1940-1944, reconstruction matérielle en 1944-1952). Une seconde sphère de dépenses, plus dépendantes des choix politiques peut prêter à discussion : les dépenses militaires dans les conflits de l’Union française, les dépenses sociales d’éducation ou de santé qui progressent lentement, les dépenses d’investissement pour modernisation financées sur fonds publics.

15À partir de ce que l’on sait des aspirations de l’opinion en matière de santé, d’éducation ou de modernité en général, en l’absence réelle de contre-projet efficace (caractère minoritaire des choix diplomatiques neutralistes ou communistes), en considérant qu’en moyenne décennale l’association simultanée entre la reconstruction et la modernisation à marches forcées était moins coûteuse que leur succession distincte dans le temps, on peut difficilement considérer comme moins pressants ces choix plus « volontaires » de la IVe République.

16En tout état de cause, la décélération des dépenses publiques par rapport au PIB s’amorce dès 1943-1944 et se normalise complètement en 1947 ; le déficit de trésorerie, plus opératoire que le célèbre déficit budgétaire, revient de 44 % du PIB en 1944 à 14,5 % en 1946 et se stabilise en 1947 à 6 % du PIB (il est encore de 4 % en 1956) avec une grande indifférence aux prix. La thématique du budget inflationniste appartient plus au registre politique antifiscal (trop d’impôts), dans ses versions anti-jacobine (État dépensier) ou antiparlementaire, qu’à celui de la macroéconomie longue. Cela n’exclut pas un impact inflationniste latéral, soit par renforcement de la demande globale soit par légitimation emblématique du déficit auprès des autres agents économiques.

  • 3 Delorme et André, L’État et l’économie en France de 1870 à 1980, op. cit., p 727-728.

17Les investissements sont parfois apparus comme facteur de crise. Que faut-il en penser ? Il est un fait que de 1938 (13,2 % du PNB) à 1952 (18 %) en passant par 1949 (19,6 %), la formation brute de capital a très sensiblement augmenté à partir de 1946. Nous avons vu que cela répondait à une demande sociale, une nécessité économique et un impératif international. L’insuffisance relative de capitaux privés ou la difficulté à les mobiliser – la nationalisation des banques de dépôts et de la Banque de France en décembre 1945 n’ayant pas modifié le problème – ou encore l’accès aux sommets de l’État d’une génération de hauts fonctionnaires plus enclins à une action publique manifeste (François Bloch-Lainé par exemple), impliquent dès 1946 un financement actif et massif de ces investissements par le Trésor : 18,5 % des dépenses publiques en 1947, 36,6 % en 1950, et 26 % en 19563 après le tournant modérateur d’Antoine Pinay.

18Inflation ? Deux remarques s’imposent : la part des dépenses publiques consacrées à l’investissement demeure d’un quart du total après 1952 et sans inflation ; avec la décroissance signalée du déficit budgétaire, le financement de ces investissements s’effectue de plus en plus par l’impôt, généralement considéré dans la configuration de l’époque comme peu ou moins inflationniste. La consommation privée en a-t-elle souffert ? Nous avons vu qu’elle montrait au contraire une grande rigidité pendant toutes les années de pénurie ; de toutes manières, les 2/3 des impôts étant prélevés indirectement sur les dépenses, la résistance à la baisse (1940-1948), puis la progression (1949-1952 et au-delà) des dépenses privées ne pouvait qu’alimenter la masse fiscale, elle même orientée favorablement en faveur de ces investissements tant désirés...

19Le système ne canalisait-il pas plutôt le flux des dépenses en direction du long terme, habituant l’opinion à penser en termes trentenaires, loin des horizons contractés de crise qui régnaient en France depuis 1914 ? En tous cas les investissements n’ont pas généré un impact inflationniste immédiat (1946-1952) très élevé, et ont plutôt fonctionné comme pondérateur déflationniste au-delà de 1952.

20Les comptes extérieurs jouent aussi un rôle dans la crise. Le franc se déprécie alors de huit fois par rapport au dollar, ce qui correspond à peu près au différentiel d’inflation entre les deux États entre 1938 et 1950. Sans véritables états d’âme ni houle particulière d’opinion, les pouvoirs publics procèdent aux dévaluations nécessaires, tantôt le plus tard possible (décembre 1945), tantôt dans le cadre d’un plan de stabilisation (janvier 1948), tantôt contraints par les circonstances monétaires internationales (septembre 1949) ; tel gouvernement refuse en revanche une dévaluation qui s’annonce en 1952 et la question est reportée à plus tard par la succession de quatre années de prix stables (1952-1956).

21Le solde de la balance commerciale (1938-1944) ou, plus largement, de la balance des paiements (1945-1952) ne semble pas très défavorable avant 1944, à l’exception des années 1938-1940, où le déficit extérieur représente 3 à 5 % du PIB, et sa dégradation date essentiellement des années 1945 et 1946 (8 à 9 % du PIB) ; dès 1946, il revient au-dessous de 4 % du PIB, avec une moyenne de 2,6 % pour les années 1945-1952. Là encore, nous touchons, comme pour le déficit budgétaire, un facteur mineur d’aggravation de la hausse des prix ; l’accumulation de facteurs secondaires peut néanmoins conduire à renforcer les tendances à la hausse.

22La masse monétaire évolue d’abord à la suite de la demande collective de moyens de paiements. À la suite du réarmement, puis de l’indemnité d’armistice, le Trésor apparaît comme le premier « tireur » de monnaie, qui détermine une forte croissance de M1 entre 1938 et 1944 ; de 1938 à 1945-1946, M1 évolue donc de manière très proche des dépenses de trésorerie. L’inflation des années 1945-1948 étanche largement cet excédent monétaire dès 1946, et désormais, le poids de M1 par rapport au PIB en francs courants est inférieur à celui des années trente ; à partir de 1947-1948, la sous-monétarisation est patente. La croissance des investissements financés par appel au crédit à partir de 1946, puis de 1949, appelle une progression de M1 à peine supérieure à celle du PIB après 1950, mais en 1956 (36 %), on n’a pas encore retrouvé le rapport M1/PIB de 1938 (45 %) ! De 1948 à 1956, l’évolution de M1 se calque fondamentalement sur celle du PIB et non sur celle des prix : de 1952 à 1956, M1 progresse de + 12,5 % par an, alors que les prix sont stables. Il semble donc que la crise inflationniste de 1938-1952 ne soit pas le fait de la monnaie, au sens de moyen de paiement, même si l’expression de la crise des prix prend une allure monétaire. Le maintien de bas taux d’intérêts pendant toute la période, partiellement imposés par le Trésor à la Banque de France, confirme le caractère modéré des craintes des autorités monétaires en la matière.

23L’inflation française des années quarante apparaît comme la rencontre circulaire d’une offre alimentaire insuffisante et d’une demande urbaine rendue solvable, dans le cadre tendu de la seconde guerre mondiale qui active une série de déficits budgétaires et extérieurs et se prolonge des charges d’investissement.

III. L’ÉTAT FACE À L’INFLATION : DE L’INDIFFÉRENCE À L’EFFICACITÉ

A. LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE GÉNÉRALE

24L’action publique en matière d’inflation nous est apparue d’abord sous l’aspect explicite de la politique des prix. L’État et l’opinion décèlent une crise des prix de vente à la hausse, rappelant le souvenir de la première guerre mondiale (et des assignats révolutionnaires...). La situation commande une intervention singulière, taxer, bloquer ou rationner. Chemin faisant, nous avons constaté dans les hautes sphères de l’État comme dans les écrits économiques de l’époque, que la politique de stabilisation s’élargissait en fait à un ensemble de moyens publics macroéconomiques qui inséraient la politique des prix dans un filet plus large. Il s’est avéré nécessaire non pas de détailler pour elle-même l’analyse de la politique économique générale, mais d’en décrire les aspects principaux au regard de l’équilibre des prix.

25Dans la pratique politique issue de la Libération, une rupture est perceptible. Le régime de Vichy, à la fois soucieux d’un cap financier orthodoxe et soumis aux exigences qu’il avait acceptées du vainqueur, ne négligeait pas la stabilité des prix et lui accordait, autant que sa situation le permettait, une place honorable à côté de ses projets de centralisation économique. Cela ne signifie pas que multiplication des emprunts publics comme verrouillage des salaires soient des méthodes durables et équitables de gestion collective, mais il faut concéder à « l’État français » cette préoccupation de prix les plus stables possibles. Du côté des résistants, il n’y a pas de véritable clivage quant à l’objectif de stabilité ; Mendès France se montre même trop intransigeant sur la question (progression de + 30 à + 50 % des prix sur les 12 mois suivant la Libération), la tendance libérale Courtin-Mönick considérant que la guerre pouvait difficilement se terminer sans poussée inflationniste significative (+ 50 à 80 % sur 12 mois environ).

26La Libération bouleverse tous ces plans, à la fois par les décisions sur le terrain de relèvement des salaires (20-25 août 1944, + 40 à 50 %) validées par le GPRF (17 septembre 1944) dont le chef considère plus l’importance politique qu’économique, et par les projets de politique économique des Finances, dont le portefeuille échappe au député de l’Eure. Au modèle centralo-jacobin proposé par Mendès France et la gauche de la SFIO, avec un ministère de l’Économie nationale omnicompétent et d’abondantes nationalisations aux objectifs guidés par un plan vigoureux, s’oppose progressivement sous la direction d’Aimé Lepercq (12 septembre-6 novembre 1944) puis de René Pleven (14 novembre 1944-1920 janvier 1946) une action plus déliée, où coopèrent Finances, MEN et Plan, l’emprunt volontaire étant préféré à l’échange monétaire fiscalisé pour la consolidation de M1, le plan étant assoupli et modéré, les nationalisations importantes mais cantonnées.

27L’option prise par le général de Gaulle, non sans hésitations, en faveur d’un néo-libéralisme colbertien à l’interventionnisme tempéré, et non social-démocrate, correspond aux faveurs majoritaires de son conseil des ministres, de la haute administration, et, en un mot, de l’opinion. Par tempérament comme par conviction, le ministère Pleven contribue en 1945 à des augmentations salariales (quasi doublement en 12 mois) fatales au niveau général des prix, leur stabilité passant rapidement au troisième rang, derrière la reprise de la production et la modernisation du capital, derrière aussi les objectifs sociaux de promotion des salariés. Moins qu’une opposition culminante et quasi théologique entre « libéralisme » et « dirigisme », nous avons assisté à un ensemble de tractations complexes destinées à définir une configuration keynésienne renforcée des rapports entre l’État, les entreprises, les salariés face à la conjoncture.

28De compromis en demi-mesures, les Finances, qui ne peuvent à elles seules arrêter toute hausse des prix, mais qui disposent des moyens d’en limiter contractuellement l’ampleur, donnent entre octobre 1944 et octobre 1945 le signal de la détente complaisante sur le front des prix, laissant aux entreprises, aux salariés, et aux circuits parallèles une certaine latitude à la hausse. Les prix s’envolent à la suite des salaires, interférant durablement dans les choix économiques jusqu’en 1947. Les gouvernements de l’année 1946 (Gouin et Bidault) ne manifestent pas une attitude globale très stabilisatrice, tandis que l’année 1947, inaugurée par les baisses dites Blum, annonce la montée en force des courants anti-inflationnistes au sein de l’État.

29La grave crise budgétaire impulsée par la guerre et dont l’opinion ne peut ou ne veut comprendre l’inévitable résorption sur au moins deux ou trois ans, comme en 1919-1926, atténue par son caractère exemplaire les scrupules collectifs anti-inflationnistes.

  • 4 Des « dirigistes » comme Mendès France sont très attachés à la stabilité des prix, des « non-dirig (...)

30Le prolongement quadriennal de la crise, entre 1945 et 1948 avive les clivages politiques, redonnant vigueur aux options libérales que les années trente semblaient avoir effacées. L’étatisation longue de la société depuis le xixe siècle s’est aggravée de la centralisation administrative du fait de la guerre et de la pénurie. Cet amalgame simplificateur aboutit en 1947 à dessiner une majorité parlementaire « anti-dirigiste », PCF inclus, qui cerne le foyer plus interventionniste SFIO-gauche du MRP. Vêtement discret de la Troisième Force, cet anti-dirigisme recouvre sans l’épuiser une majorité anti-inflationniste4, que nous appellerons libérale-sociale, de la SFIO aux modérés. L’impulsion de l’expérience Blum est plus politique qu’économique, et, entre juillet et novembre 1947, son échec apparent à calmer les prix détermine en faveur de la stabilité des prix une prise de conscience générale, que renforce la perspective d’une aide américaine conditionnée par une conjoncture intérieure pacifiée.

31La crise des prix s’atténue de 1948 à 1952 (+ 10,5 % par an) et disparaît, 1952-1956 (< 1 % par an), au fil de la décélération mondiale des prix des années 1949-1967, malgré le sursaut « coréen ». Les dispositions prises par les gouvernements successifs, quoique portées par un courant international anglo-saxon stabilisateur, qui les cautionne et les encourage, contribuent à éliminer l’inflation du paysage conjoncturel, favorisant l’insertion française dans un cadre international de concurrence et de modernisation. Rappelons la présence constante à la rue de Rivoli de personnalités différentes, mais soucieuses de la stabilité des prix : René Mayer lors de son premier passage aux Finances (novembre 1947-juillet 1948), Maurice Petsche (septembre 1948/janvier 1949 - août 1951) et Antoine Pinay (mars-décembre 1952). L’atlantisme apparent de ces choix provient de la simultanéité volontaire de l’aide Marshall et du traité de Washington, mais n’en réduit pas le mérite anti-inflationniste. Cinquante ans après, les États-Unis marquent le pas face à la progression rapide de l’Asie du Sud-Est, les voies socialistes de développement montrent leurs limites, si bien que « l’américanisation » de la politique économique française d’après-guerre semble plus correspondre, avec le recul du temps, à une stratégie de rattrapage calée sur le modèle le plus efficient et le plus proche qu’à un alignement atlantique docile. Stabiliser le budget, investir massivement par anticipation, cadrer le crédit, réguler les salaires, piloter les prix font partie de la vulgate OECE, tandis qu’un système centralisé d’assurances sociales, la présence semi-durable d’entreprises publiques, l’emploi circonstancié d’une planification incitative, le partenariat contractuel entre administrations et entreprises se rattacheraient plutôt à la liste des spécificités hexagonales. La coexistence de deux pôles dans la culture économique française, l’une plus libérale, produit de l’univers des professions indépendantes et d’encadrement, l’autre plus interventionniste, proche des options salariées et fonctionnaires, aboutit tantôt à des affrontements, tantôt à des compositions. En 1944-1947, les modérés-libéraux cèdent la place aux progressistes-interventionnistes avant de revenir en force à partir de 1947-1948 ; un compromis libéral-social, assez keynésien, s’en dégage. Il forme le substrat doctrinal de la volonté politique d’en finir avec l’inflation, en accompagnant positivement une conjoncture qui n’est plus à la hausse.

B. LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE

32Le lecteur s’étonnera de ne pas trouver la politique des prix après cette conclusion sur la politique économique générale. C’est que l’action sur les finances publiques, dont les effets macroéconomiques demeurent encore controversés, garde une efficacité politique avérée : elle est la plus crédible aux yeux de l’opinion, du sommet de l’État à la base des ménages en passant par les spécialistes et les chefs d’entreprise.

33De 1938 à 1948, les charges de l’État, dépenses publiques de trésorerie centrale hors dépenses d’assurances sociales et de collectivités locales, lestées pour moitié par la guerre, exercent une pression extrêmement forte sur le PIB, passant de 20-22 % du PIB en année moyenne (1938, 1947-1948) à 60-70 % en 1944-1945. L’absence de tout contrôle législatif, qu’il soit simplement non détaillé (1939-1940 et 1943-1946) ou totalement absent (1940-1944 à Vichy) et la culture économique de l’époque, assimilant déficit de trésorerie, crise budgétaire, faillite de l’État et abîme national incitent à la prolifération de comptes spéciaux du Trésor, qui rompent l’unité budgétaire des années 1940 à 1949, définissant un profond écart (de 25 à 50 %) entre les dépenses budgétaires officielles et charges de trésorerie réelles.

  • 5 La question est insoluble. Victorieuse en 1940, la France eût économisé une guerre à l’Europe et.. (...)

34Les dépenses gonflent brutalement en 1940-1944 sous la pression des prélèvements allemands (58 % des sorties de Caisse entre 1940 et 1944). Invaincue, la France aurait déboursé au moins autant5. Après l’année 1945, qui achève la guerre par la participation française volontaire aux combats et à l’occupation en Allemagne, de nets efforts de compression de ces dépenses en francs constants sont réalisés dès 1946, revenant en 1947 au niveau de 1938, qui est déjà celui d’une année de réarmement. L’inflation voile cette tendance. Pendant la guerre l’État dépense au nom de la collectivité les sommes nécessaires, mais après la guerre, sans parler de modernisation, il faut au moins reconstruire ; l’opinion feint de croire que l’on va équilibrer le budget dès 1946-1947, alors qu’il a fallu 8 ans après 1918 pour y parvenir.

35L’analyse par postes de dépenses montre la part sensible des dépenses militaires, entre le quart et le tiers du total, mais l’opinion gouvernementale et parlementaire souhaite maintenir une présence honorable dans les relations internationales. La voie décolonisatrice et neutraliste, sans parler d’un rapprochement étroit avec l’URSS de Staline, qui eût abouti à un isolationnisme invraisemblable, y compris sur le plan économique, ne rallie alors aucune majorité. Les dépenses d’investissement passent rapidement au quart des dépenses totales en 1946, puis au tiers en 1948-1949, avant de revenir au quart en 1953-1956, sont volontairement publiques pour impulser la formation brute de capital, accélérer la reconstruction et lancer la modernisation, allant ainsi au devant des demandes modernisatrices de l’opinion. L’intention profonde n’est pas de socialiser le revenu national en investissements parés du label d’État, mais d’anticiper sur les investissements privés, très discrets depuis 1930. Les subventions, focalisées volontairement sur le pain, le charbon et le transport ferroviaire, sont abondantes en 1944-1945 pour tendre à la stabilité des prix mais réduites dès 1946, quand leur impact déflationniste est annulé, voire inversé par la libération partielle de la demande qu’elles entretiennent sur des produits ou des services à tarif modéré.

  • 6 On voit mal Vichy émarger au prêt-bail.

36Du côté des recettes, en 1940-1944, le Trésor a recours aux ressources d’emprunt pour éviter d’élever une pression fiscale dont le seul maintien devient intolérable en phase de dépression économique. Le choix en faveur des avances de la Banque de France et des diverses catégories de bons du Trésor correspond à un souci de discrétion et de court terme, au détriment des emprunts amortissables, plus difficiles à placer à cause de l’Occupation (à la différence de la première guerre mondiale) et des emprunts à l’étranger rendus impossibles par la conjoncture diplomatique6. La reconstruction, au contraire, se marque par la remontée sensible des ressources fiscales, au niveau de 72 % des dépenses réelles en 1947, et par la réorientation lente des flux d’emprunt en direction du long terme (1944, 1949, 1952) et de l’étranger. Au total, la pression fiscale des années cinquante est supérieure à celle des années vingt ou trente. Les besoins collectifs aussi.

37La période 1948-1952 recherche constamment l’équilibre entre dépenses et recettes, seulement atteint au début de la Ve République. Le déficit se stabilise autour d’un sixième des dépenses entre 1948 et 1956, moins par compression des dépenses (+ 8 % en francs constants), réorientées de la reconstruction vers l’enseignement, la santé ou l’action sociale, que par renforcement de la pression fiscale (+ 11 % par an en valeur constante). Le recours à l’emprunt, destiné à solder ce déficit moyen est rendu aisé par l’annulation progressive que l’inflation impose à la Dette : de 400 milliards de F courants environ en 1938, celle-ci passe à 4 000 milliards en 1952, mais ce montant de 1952 vaut 200 milliards de F 1938..., et un retour de 45 % à 27 % du PIB. Sur le plan de l’inflation, l’emprunt semble plus proche de la neutralité que de la hausse.

38Les dépenses elles-mêmes s’ordonnent selon une allure stable dans les années cinquante : par destination, elles se distribuent en trois tiers, les dépenses économiques, sociales, et administratives ou militaires. Par fonction, quatre quarts apparaissent, le personnel, le matériel, l’investissement, les transferts. La progression réelle du PIB autour de + 5 à 6 % par an permet ce type d’évolution sans crise inflationniste, le long d’une conjoncture stable de 1952 à 1967. L’apurement progressif des comptes budgétaires contribue à la stabilisation générale, ausssi bien par régulation mécanique des flux que par recherche de l’équilibre des finances publiques.

C. LA POLITIQUE DES SALAIRES

39Faute de pouvoir déterminer exactement le montant des revenus d’employeurs ou d’indépendants, nous avons considéré seulement la politique des salaires au titre de la politique des revenus. Il est évident qu’elle en déborde sensiblement le cadre, ne serait-ce que par le jeu de la fiscalité ou de l’emprunt que nous venons d’étudier ou de la politique des taux d’intérêt (revenu du capital) que nous évoquerons plus bas dans la question monétaire.

40Pour sa part, la politique des salaires effectue une tardive entrée en scène. Le Gouvernement la prend en charge pour le temps de guerre par les décrets-lois de septembre 1939. La question des salaires, qui concerne les deux tiers de la population active est extrêmement sensible à la fois par son caractère social très marqué et par l’absence d’instruments de mesure satisfaisants. De 1938 à 1952, l’indice des prix de détail progresse environ de 25 fois. La référence officielle de l’époque est longtemps le salaire horaire ouvrier masculin, calculé sur la base incertaine des renseignements de prud’hommes : de 1938 à 1952, cette série progresse de 17 fois : il y aurait donc recul du pouvoir d’achat à moyen terme pendant les années quarante et les salaires seraient dégagés de tout impact inflationniste majeur.

41Grâce à la comptabilité nationale, on peut définir à partir des années cinquante le concept de masse salariale, qui englobe les 13 millions de salariés et non les 4,5 à 5 millions d’ouvriers masculins, et la totalité des dépenses de salaire, assurances sociales, pensions de retraites et allocations familiales incluses, et non le seul salaire direct à l’heure. La progression de la masse salariale est considérable, de 33,5 fois entre 1938 et 1952. Sous cet angle, les salariés sont bénéficiaires de la crise des années quarante et la masse salariale exerce de réelles pressions inflationnistes.

42Entre les deux figurent les séries de salaires mensuels ; nous avons choisi le salaire mensuel ouvrier d’un célibataire en moyenne départementale (France entière sauf région parisienne) ; il exclut les allocations familiales et les prestations sociales et s’élève de 21 fois entre 1938 et 1952, définissant un léger retard sur les prix et contribuant à expliquer certaines insatisfactions des catégories modestes. Le transfert de 20 à 22 % de la masse salariale (assurances sociales, pensions de retraites et allocations familiales) et la progression de la durée du travail (44-45 h / semaine, les heures au-delà de 40 h étant acquittées en heures supplémentaires) apparaissent comme de puissants amortisseurs à la progression ralentie des salaires mensuels nominaux. Rareté de la main-d’œuvre, puissance retrouvée des organisations syndicales et faveurs des administrations (Travail), où les syndicalistes sont nombreux, expliquent aussi le poids des revendications. Les rapports entre productivité et revenus salariaux, totalement perturbés entre 1938 et 1948 par la sous-production et l’irruption du salaire social, se normalisent lentement entre 1948 et 1952. Ce rappel permet de situer la complexité méthodologique de la politique des salaires.

  • 7 Nous nous rappelons que l’opinion de l’époque, au moins jusqu’en 1947, est convaincue que l’inflat (...)

43Comme pour la politique économique générale, nous pouvons distinguer deux périodes. De janvier 1944 à décembre 1947, la masse salariale augmente de six à sept fois, à la moyenne nominale de + 60 % par an et réelle de + 9,5 % par an (prix × 4,6). Le salaire horaire moyen constaté par les séries prud’homales accuse un retard annuel moyen de 21 % sur l’indice officiel des prix en 1944 et de 62 % en 1947. La politique de la Libération, relayée par René Pleven (1945) et confirmée par Georges Bidault (conférence dite du Palais-Royal, juillet 1946) aboutit à des relèvements d’autant plus substantiels que le régime de Vichy avait freiné la plupart des hausses, que la progression des prix alimente de nouvelles revendications et que les non-employeurs estiment (ou feignent d’estimer) les relèvements salariaux comme peu inflationnistes7. La rupture de cette configuration entre l’automne 1946 et le printemps 1947 est à mettre au compte du reclassement politique et social qui s’opère en faveur de prix stables. Après deux ans de libéralités insouciantes (août 1944-août 1946) les salaires, qui forment 50 % des coûts d’entreprise, sont perçus par les Finances et le Plan comme un facteur de plus en plus dangereux pour le rythme de la reconstruction. CGT et PCF s’isolent autour d’un discours de salaires en hausse et d’un projet politique philo-communiste qui effraie la majorité de l’opinion. La stabilisation des prix et des salaires fait ainsi alliance avec l’anti-stalinisme.

44L’ensemble des mesures qui suivent est le fait de coalitions passant du centre-gauche au centre-droit, la SFIO quittant le pouvoir en février 1950. René Mayer et Robert Schuman hésitent d’abord à bloquer les salaires fin 1947 au milieu de grèves para-insurrectionnelles ; à la demande de la CGT-Jouhaux (Force ouvrière depuis le 20 novembre 1947) et de la SFIO qui refuse de laisser au PCF et à la CGT unitaire le monopole de la représentation syndicale, les salaires sont augmentés sensiblement fin décembre 1947 (officiellement de + 30 %, en fait de + 40 à 45 %) et en septembre-octobre 1948 (+ 15 à 25 %), avec une nuance politique de taille : le relèvement est dissocié des grèves revendicatives, il est opéré après (déc. 1947) ou avant (sept. 1948), mais pas simultanément avec le mouvement social.

45De 1949 à 1956, la masse salariale nette augmente de + 64 %. En revanche, le salaire mensuel direct, sans prestations sociales, ne rattrape le niveau des prix sur base commune 100 en 1938 qu’en 1955 et le salaire minimum reste très en deçà de l’évolution des prix de détail. La politique des salaires libérale-sociale vise d’abord à stabiliser leur progression en même temps que celle des prix (1948-1949) jusqu’en 1950.

46Après l’année 1951 qui enregistre la fin de la Troisième Force et des relèvements substantiels concédés par les gouvernements de 1951, Pleven et Queuille, on revient à une modération soutenue autour d’Antoine Pinay. La stabilité des prix pendant quatre ans (1952-1956) ne fait pas disparaître le problème mais ôte ce type d’argument aux revendications. La forte croissance du PIB des années considérées (+ 6 % par an) induit des augmentations qui désamorcent la question sociale pour quelques années.

47Par ailleurs, le pouvoir remet aux partenaires sociaux le soin de négocier leur niveau par la mise en liberté des salaires (février 1950). Le SMIG, officialisé en août 1950 n’est indexé qu’en juillet 1952. Un seuil de déclenchement, placé au niveau de 5 %, sert de modérateur. Au total, c’est bien la normalisation de la production qui permet celle de la tension sociale, mais les éléments politiques sont loin d’être absents et la définition d’une majorité moins portée aux libéralités financières pendant l’année 1947 accompagne favorablement le processus de stabilisation globale.

D. LA POLITIQUE DES PRIX

48Dès 1939, le Parlement comme le Gouvernement, s’estimant instruits par l’expérience de la guerre de 1914-1918 décident de mettre en place une politique de blocage des prix. C’est la partie la plus spectaculaire de l’action publique, mais parfois la moins convaincante. Conçue comme temporaire, cette action était légitimée par le souci de garantir au plus grand nombre un approvisionnement honorable en quantité et à bon prix, remettant à plus tard la question chronique des hausses de salaires. Le rationnement qui sera lié indéfectiblement dans les mémoires avec cette politique des prix, apparaît avant la défaite et l’installation du régime de Vichy, mais l’opinion d’après-guerre et ses dirigeants s’emploieront à rejetter ensemble tous les contrôles et le régime déchu. La phase d’omnicompétence administrative qui s’ouvre pour quatre ans n’est plus simple parenthèse pour libéraux ébranlés par le corporatisme, mais vivifie les courants planificateurs. En matière de prix s’applique, une législation détaillée, à peine retouchée en 1945 et maintenue partiellement en droit jusqu’en 1986, sous la houlette d’un puissant service de Contrôle (7 000 agents en 1943-1945), à l’esprit douanier et fiscal.

49Le blocage qui prévaut officiellement jusqu’en août 1947 perd de son efficacité économique en trois paliers, 1941-1942, 1944-1945 et 1947. Il lui reste cependant une certaine légitimité politique, puisque son existence affirme aux yeux de l’opinion l’intérêt des pouvoirs publics pour la question, et une réelle légitimité juridique, puisqu’elle renforce et consolide la réglementation commerciale (facturation, publicité, etc.) au-delà même de la période.

50La hausse des prix obéissant à des poussées saisonnières où se rencontrent dans un processus d’enchérissement collectif les augmentations de salaires urbains et l’offre insuffisante des exploitants agricoles, l’accélération inflationniste est aussi le fait de circuits propagateurs comme celui de la viande. La convergence d’une corporation puissante, d’une demande fébrile et d’un circuit de commercalisation à fortes capacités d’évaporation déterminent une hausse supérieure à la moyenne, servant d’exemple aux autres circuits. Si une partie peut suivre le mouvement, un temps comme les betteraviers, plus longtemps comme les fabricants textiles, des môles peu inflationnistes subsistent comme le circuit du blé, de la farine et du pain.

51Le Gouvernement, qui ne peut être décemment tenu pour responsable de la pénurie ou des insuffisances de la productivité globale des facteurs, a fait, au nom de la société politique, le choix de centraliser la décision économique. Cela supposait une autorité politique indiscutée ou implacable, ou bien une délégation habile des responsabilités aux organismes professionnels. Les deux solutions survivaient difficilement à la collaboration d’État de 1940-1944 et aux compromissions avec la doctrine et la pratique de Vichy, glissant, la première dans l’impopularité des contrôles en général, la seconde dans la décompression temporaire des syndicats professionnels.

52L’impopularité de la politique publique, en première ligne aux yeux de l’opinion, servit alors d’argument aux organismes professionnels ou aux courants rivaux du Tripartisme dans le démantèlement du contrôle des prix. L’insoluble pénurie alimentaire et la souplesse tactique des ménages rendent la surveillance vaine. Le retour progressif aux libertés publiques entre 1944 et 1946 appelle le retour des courants d’opinion hostiles à l’intervention publique en général, la présence encombrante de services maladroits permettant d’en user comme leviers argumentaires contre le pouvoir en place.

53Ce dernier, scellé par l’anticommunisme fin 1947, finit par s’en défaire comme d’un instrument à la fois trop voyant et inadapté. Entre 1948 et 1952, la politique générale des prix s’engage dans une voie de déréglementation majoritaire À la fin des années cinquante, si la plupart des prix sont libres, plusieurs produits et services jugés « sensibles » restent soumis à un encadrement administratif réel, et encore peu contractuel. Les ordonnances du 30 juin 1945, qui ont prolongé en fait le Code des prix du 21 octobre 1940 conservent au gouvernement et à sa direction des prix, qui change plusieurs fois de nom jusqu’en 1985-1986 (actuellement : direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) de puissants moyens de taxation, pour un produit ou une branche, ou de blocage (1949, 1952, 1954, 1956 et au-delà) pour l’ensemble de l’économie. Ces blocages, généralement accompagnés de plan de stabilisation ou de relance, exercent d’abord une fonction politique ostentatoire (et incantatoire ?) témoignant auprès de l’opinion, des professionnels et des milieux politiques de la détermination anti-inflationniste du Gouvernement.

54La politique des prix présentait comme originalité de distinguer entre prix agricoles et prix industriels (en fait : prix des industries et des services). Les prix industriels et de services sont rapidement soumis à l’incitation de gains de productivité, d’abord implicitement entre 1945 et 1948, ensuite explicitement à partir de 1949. Une véritable « propagande productiviste » s’empare de l’opinion professionnelle entre 1949 et 1952 et porte ses fruits dans le courant des années cinquante. Pour les secteurs concentrés qu’elle peut encore piloter, la direction des prix, négligeant les plaintes des syndicats, cale les augmentations de tarifs sur les gains de productivité. La culture protectionniste par groupe professionnel reste forte au sein de l’économie, tendant à neutraliser les efforts publics sur la concurrence et la décartellisation à partir des textes de 1952-1953. Il s’esquisse également une politique européenne des prix avec la constitution de la Communauté charbon acier entre 1950 et 1952.

55Avec le plan Pflimlin, le ministère de l’Agriculture, appuyé par la FNSEA, se fixe pour objectif de livrer des quantités croissantes sur le marché à des prix stabilisés, en faveur des exploitations familiales modestes. Calculé sur la rentabilité marginale des entreprises les moins productives, le dispositif ne prévoyait aucune limitation explicite des quantités, avantageant discrètement les grandes exploitations. Allant du prix garanti à la régulation commerciale, il propose aux campagnes modernisation technique et garantie des revenus, en échange d’un approvisionnement régulier, en quantités comme en prix, des agglomérations urbaines. Ce projet, inséré dans le plan de stabilisation de René Mayer anticipe, à une dizaine de mois près, sur l’inversion de la conjoncture agricole. Les prix fortement haussiers entre 1940 et 1948 tendent à la baisse au-delà. Élargi ensuite au niveau européen à la fin des années cinquante, ce pacte agraire constitue pour une génération les fondements de la politique des prix agricoles (Politique agricole commune), victime plus tard de son propre succès.

56De manière plus générale, la politique des prix évolue au tournant des années quarante et cinquante ; quittant les mœurs du contrôle et de la répression pour une direction plus souple, bientôt plus contractuelle, elle s’intègre progressivement à la panoplie des moyens de la politique économique générale destinés à la stabilisation des prix.

E. LA POLITIQUE MONÉTAIRE

57L’expression de « politique monétaire » recouvre une série de dispositions prises par le Trésor (masse monétaire, changes) et la Banque de France. De même que l’impact de la masse monétaire sur les prix semble modéré, de même l’effet de la politique monétaire sur l’inflation se cantonne à des incidences modestes. Nous avons étudié trois aspects propres à la période : la circulation des moyens de paiement, les changes et le crédit.

58L’évolution de M1 dépend d’abord de la demande des tireurs de monnaie, ensuite du rythme de progression inflationniste. Jusqu’en 1945-1946, elle s’aligne sur les dépenses de l’État, après 1948, sa courbe se cale plutôt sur celle de l’économie, soit celle du PIB en francs courants (entre 1948 et 1956, + 15,2 % en moyenne annuelle en francs courants et + 9,1 % en francs constants). L’action sur la masse monétaire, focalisée de manière surannée mais émotionnelle sur les billets, est conçue à l’origine comme un moyen d’épuration monétaire mendésiste lié à une solution anti-inflationniste. Désamorcée par les Finances entre octobre 1944 et juin 1945, elle n’arrête évidemment pas la crise inflationniste, tout en contribuant à la modernisation des moyens de paiement par accélération de leur retour à une forme plus scripturale. Le thème demeure vivace auprès des « interventionnistes », qui imposent un échange-surprise des billets de 5 000 F, sur lesquels pèse le soupçon de marché noir, sans exercer en janvier-février 1948 de meilleur effet déflationniste. Son efficacité plus fiscale que politique conduit à y renoncer désormais.

59La politique des changes, à l’abri alors assez étanche du contrôle du même nom, offre une allure moins passionnelle que dans l’entre-deux-guerres. Conséquence de la crise des prix intérieurs, la dévaluation provoque en retour le renchérissement des importations et des produits qui les incorporent, mais elle est régulièrement repoussée à plus tard autant en raison de son impopularité que de la difficulté à choisir un taux convenable quand les prix montent. Celle de la Libération est retardée jusqu’aux premières élections générales et les derniers trains de hausses salariales (octobre 1945), puis la première réunion du Fonds monétaire international (décembre 1945), mais elle est calculée au plus juste. Après la crise inflationniste de 1946, que l’opinion espère en vain terminale, une autre correction apparaît nécessaire dès 1947 ; elle est repoussée à la fin de l’année par les crises successives des cabinets Ramadier et n’intervient qu’en janvier 1948, assortie du mécanisme hétérodoxe de changes multiples (un cours pour les transactions commerciales, un autre pour les transactions financières).

60La hausse des prix se poursuivant (+ 65 %) en 1948, la stabilité de 1949 ne suffit pas à éviter un ajustement en septembre 1949 en raison de la dévaluation de la livre sterling. La dépréciation extérieure du franc en 1950-1951 pourrait contraindre à une dévaluation nouvelle, mais le cabinet d’Antoine Pinay refuse d’en entendre parler et ses successeurs héritent de prix très stables jusqu’en 1956. Changes multiples (1948-1949) ou refus de dévaluer (1952-1956) reportent à décembre 1958 l’apurement des comptes extérieurs de parité, maintenant une légère surévaluation du franc.

61Au total, la détente politique et la dédramatisation pyschologique qui entourent les fréquents ajustements monétaires de la fin des années quarante, aboutissent à une situation en clair-obscur, le Gouvernement sachant bien qu’il prend des risques atténués à dévaluer, mais, dans le cadre constitutionnel fragile de la IVe République, souhaite éviter de pourvoir ses rivaux en arguments de censure.

62L’action sur le crédit est orientée par le souci de favoriser la reconstruction publique ou privée et de fournir des liquidités à bas prix au Trésor. Les taux sont maintenus très bas, entre 1,675 et 4 % pour les extrêmes, à peine relevés en 1947, la sélection économique des concours est modérément esquissée, le moyen terme mobilisable est ouvert pour encourager la modernisation des équipements. Ces attitudes excellentes pour la production et les débiteurs déterminent un recours rapidement croissant aux avances bancaires. La politique du crédit, favorable à l’augmentation des quantités agit-elle dans le sens d’une stabilisation des prix ? Il est difficile de trancher : de 1945 à 1948, la masse des crédits autorisés représente environ 15 % du PIB, alors que règne une forte inflation ; de 1949 à 1956, leur pression apparente sur le PIB passe de 20 à 40 %, alors que les prix tendent vers l’inertie... Malgré les légers relèvements des taux, entre 2 et 4 % pour le taux d’escompte moyen de la Banque de France, et plafonnement relatif du réescompte commercial, les encours progressent de + 20 % par an en francs constants, ce qui signifie que ces mesures régularisent plus qu’elles ne freinent des flux favorables à l’offre globale. Le développement du long terme contribue à consolider les masses engagées. Si la Banque de France manifeste une inquiétude plus prononcée que le Trésor vis-à-vis des tensions inflationnistes, l’État confirme ici son choix pour la croissance, sans que, pour ce volet, on puisse y affecter un coefficient inflationniste significatif.

63La question des effets de l’inflation n’a pas fait l’objet d’une analyse spécifique dans l’ouvrage, car le caractère « intégré » du mécanisme inflationniste (impulsions, causalités, déploiement) les rend méthodologiquement difficiles à isoler. Rappelons brièvement quelques points marquants. La crise des prix accélère, sans les créer, des phénomènes qui lui sont souvent extérieurs, mais dont la traduction monétaire implique une interférence du facteur prix. Citons par exemple la généralisation progressive des méthodes modernes de comptabilité et de transaction ou le pilotage national des prix, d’abord par l’État, ensuite par les associations professionnelles. Couplée à la pénurie, l’inflation favorise du côté des entreprises la conservation fugitive de formes économiques régressives, petites exploitations autarciques de polyculture, petit commerce traditionnel d’épicerie ou d’alimentation, négoce textile polymorphe, ensemble dont le regain va s’effacer avec la décrue des prix et se traduire partiellement par le poujadisme. Sur l’autre versant de la population active, elle incite les salariés à la revendication sociale, contribuant à la fois à fortifier le mécontentement des courants populistes, et à rassembler, par son outrance même, une majorité anti-inflationniste... Elle masque sur le moment des modifications en profondeur favorables aux salariés comme la socialisation partielle de la masse de leurs revenus. Du côté du Trésor, elle confirme discrètement dans le tumulte des chiffres nominaux, la progression de la pression fiscale et du rôle de l’État dans l’économie.

64L’inflation est habituellement citée comme facteur de transfert financier des acheteurs vers les vendeurs ou des créanciers vers les débiteurs. Cela n’apparaît pas en évidence dans ces années, eu égard à la rapidité de la phase paroxystique de la crise (1945-1948) et à la localisation des bénéfices dans des secteurs économiques à faible productivité, auxquels la croissance fera rendre des comptes. Par ailleurs, l’économie de 1944-1952 n’est pas une économie de débiteurs, ni pour les ménages, ni pour les entreprises ; seule la dette de l’État s’évanouit, puisqu’elle se présente comme un débit centralisé du Trésor auprès des ménages (et au nom des ménages !) et que ces derniers acceptent le fait accompli sans protestation collective.

65Dans la pratique, les ménages ne sont pas perdants, car les sommes ainsi dégagées du service de la Dette sont affectées aux infrastructures de la modernisation. La socialisation partielle des revenus salariaux, qui desserre la contrainte de capitalisation personnelle pour santé et retraite, concomitante de la crise des prix et de la fonte nominale de la valeur réelle des bons d’État, accélère la mutation organique de l’épargne des ménages et les prépare à l’équipement domestique, mobiler ou immobilier. Les avoirs de portefeuille cèdent l’avantage aux avoirs d’habitation. L’opinion, avertie des effets pervers de la crise des prix, témoigne à la fois qu’elle la redoute, qu’elle s’en remet à l’État pour la résoudre et qu’elle se ménage des attitudes mentales d’accommodement pour les cas de rechute. Au total, les effets d’impulsion équilibrent les méfaits apparents si bien que, sans absoudre la flambée des prix, on ne peut même pas lui imputer un rôle de ralentissement pour la reconstruction, dans la mesure où l’après-guerre avait davantage besoin de quantités en hausse que de prix stables.

66L’inflation française des années quarante apparaît à la fois banale dans le cadre de la guerre et assez exceptionnelle par son ampleur, comme en Italie. Accélération du rythme de la hausse, elle se présente comme un des archétypes de crise inflationniste avec toutes les distorsions possibles et observables. Le système de causes s’ordonne autour de la rencontre à la hausse d’une offre alimentaire insuffisante et d’une demande urbaine rendue solvable par hausses de salaire ; l’interaction réciproque des désajustements de quantités et de coûts enchaîne un mécanisme de quatre ans fondé sur les pénuries. Les déficits budgétaires et la volonté d’investir massivement confortent les tensions à la hausse, alors que la croissance rapide du PIB les éponge pour les années cinquante et soixante.

67L’opinion estime très correctement la progression des prix, adopte à leur égard des attitudes favorables ou défavorables à la hausse, selon qu’elle se forme d’exploitants agricoles, de salariés urbains, ou d’employeurs de l’industrie et des services, mais elle se montre incapable de la comprendre autrement qu’à travers des schémas, de déficit budgétaire générateurs d’affluence monétaire. Elle s’en remet à l’État pour résoudre la crise des prix, tout en présentant des demandes explicites peu stabilisatrices : hausses rapides de salaires, équipement moderne de l’économie, retour très rapide aux quantités d’avant-guerre, modération fiscale, sans oublier des écoles, des hôpitaux, du travail pour tous, et bientôt l’équipement des colonies africaines...

68Face à cet afflux inouï de sollicitations, dont la pression se tend aux jours de la Libération, le gouvernement provisoire cherche la voie la moins périlleuse possible. L’urgence de l’été 1944, notamment avec l’épuration sauvage et la stratégie de terrain du PCF, détermine le général de Gaulle et la plupart de ses ministres à choisir des voies économiques propres à rassembler la majorité de l’opinion : aux relèvements immédiats de salaires pour ouvriers et employés répond le choix de l’emprunt de Libération pour les indépendants et paysans dépositaires de liquidités monétaires. La poursuite de la guerre impose le maintien de profonds déficits budgétaires. Alors que le régime de Vichy avait recherché une certaine compression des prix, le GPRF semble non seulement montrer une voie plus détendue, mais encore donner l’exemple de l’indifférence à leur niveau général. L’année 1945 aggrave ces tendances à un certain laisser-faire, qui, sans créer la pénurie, abandonnent aux arbitrages parallèles le soin de fixer le niveau des transactions. Le contrôle des Prix, constitué en 1940 pour faire respecter la législation de taxation, n’est plus soutenu de manière indéfectible par le Gouvernement et ne peut à lui seul faire barrage au flux inflationniste. Le Tripartisme poursuit de manière étourdie cette politique fondée sur le soutien des salaires et la tolérance budgétaire.

69C’est en 1947 que la coalition hétéroclite de la Libération se fracture et que les différents cabinets Ramadier posent laborieusement les jalons de la stabilisation : modération salariale et budgétaire. Il revient à la Troisième Force le soin d’avoir construit le plan de régulation conjoncturelle (Schuman-Mayer) qui se poursuit avec les gouvernements suivants de notre période, à l’exception de la période allant de l’automne 1950 à l’automne 1951 (guerre de Corée). L’ensemble de la politique macro-économique, jusqu’alors guidé par l’idée de reconstruire à tout prix est désormais orienté vers la croissance à prix stabilisés.

Notes

1 La hausse des prix sur le siècle (1913-1997) dépasse légèrement + 10 %/an en France.

2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376.

3 Delorme et André, L’État et l’économie en France de 1870 à 1980, op. cit., p 727-728.

4 Des « dirigistes » comme Mendès France sont très attachés à la stabilité des prix, des « non-dirigistes » comme les communistes sont d’abord préoccupés par la progression des salaires.

5 La question est insoluble. Victorieuse en 1940, la France eût économisé une guerre à l’Europe et... au Trésor. À titre de comparaison, en monnaie constante, pour l’année 1943, les dépenses publiques de l’Italie, alliée du Reich, dépassent de 1,5 fois celles de 1938, celles des adversaires d’Hitler, Grande-Bretagne et des États-Unis, respectivement de 4 et de 9,5 fois, et celles de la Suisse neutre de 2,75 fois.

6 On voit mal Vichy émarger au prêt-bail.

7 Nous nous rappelons que l’opinion de l’époque, au moins jusqu’en 1947, est convaincue que l’inflation est le fait du déficit budgétaire et de la planche à billets. Les employeurs, en revanche ont rapidement traduit la progression de leurs coûts dans le relèvement de leurs prix de vente. L’interdiction syndicale prononcée par Vichy, l’adhésion, au moins apparente, du patronat au système techno-corporatif des Comités d’organisation, et la question ambiguë des ventes de produits au Reich (ambiguë parce qu’elles apportaient aussi du travail à la main-d’œuvre salariée) aboutissent à la Libération à tenir le patronat à l’écart des décisions économiques ; celui-ci se trouve en position de faiblesse pour refuser les augmentations de salaires, surtout si elles sont initiées par le Gouvernement.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540