Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre III. Stabilisation et ouverture 1948-1952

Chapitre VII. La politique des prix de 1948 à 1952 : de l’encadrement à la libéralisation

Texte intégral

1De 1948 à 1952, la politique des prix change d’allure, sans jamais retrouver la situation d’avant-guerre. Le plan Mayer permet, en ajustant prix agricoles et prix industriels, de calmer la crise des prix ; la hausse, qui atteignait + 55 % par an de 1944 à 1948, s’établit désormais à un palier de + 10,5 % par an de 1948 à 1952 avant de disparaître momentanément de 1952 à 1956 (+ 1,5 % en quatre ans). Il est toujours laborieux de faire le partage entre ce qui incombe à la politique des prix et ce qui est le fait de la conjoncture. Il est toutefois clair que la faible hausse des prix des années cinquante s’oppose à la crise inflationniste des années quarante. Aux États-Unis, la hausse moyenne de 1950 à 1960 est de + 2 % par an, contre + 7,5 % entre 1940 et 1950. En France elle est de + 6 % par an (1950-1960) contre + 30,5 % (1940-1950). Le plan Mayer permet de rompre avec l’inflation de guerre et, en facilitant l’apport des crédits Marshall, engage la conjoncture française dans une voie stabilisée pour la période de croissance qui s’annonce.

2L’action sur les prix prend alors la couleur qu’elle aura pendant deux ou trois décennies : libéralisation progressive et majoritaire des tarifs, soutien des prix agricoles, incitation aux gains de productivité. Un certain nombre de prix sont libérés, mais une légère majorité d’entre eux reste sous contrôle discret de l’administration des Finances ; une situation de semi-liberté s’instaure avec le maintien juridique d’importantes possibilités de contrainte pour les pouvoirs publics (blocage par exemple). Si le trend général est celui d’une autonomie croissante des syndicats professionnels pour la fixation de leurs tarifs, il vaudrait presque mieux parler de « déréglementation » que de « libéralisation ». En second lieu, se confirme une politique de soutien des prix agricoles, certes inaugurée par le Front populaire (ONIB), mais jusqu’alors noyée dans le flot inflationniste global. Jugés spécifiques, les prix des produits agricoles bénéficient de garanties de cours assez régulières. Enfin, les Finances encouragent par divers biais, la politique dite « des prix de revient » et de la « concurrence » qui favorise les gains de productivité et l’abaissement des coûts de revient par unité produite. Une culture de la productivité se met lentement en place.

3Nous essayerons de voir comment s’organise cette politique des prix nouvelle manière, c’est-à-dire quels sont ses instigateurs, ses contenus et ses ajustements.

I. UNE MAJORITÉ DE PRIX EN LIBERTÉ DANS LES ANNÉES CINQUANTE

A. LE TOURNANT DU PLAN MAYER

4Même si la hausse des prix ne cesse pas en 1948 (+ 38 % de janvier à décembre 1948 et + 58 % en moyenne annuelle de 1947 à 1948), le grand réaménagement prévu par les Finances contribue à créer les éléments de la stabilisation.

  • 1 AN, Mayer 363 A P 7, notamment L’œuvre économique et financière du gouvernement Mayer, mai 1948, p. (...)
  • 2 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 52.
  • 3 Idem, p. 48.
  • 4 Idem, p. 54.

5Dans l’ensemble des projets Mayer aux Finances1, trois objectifs apparaissent se dégager : 1. Faire disparaître les écarts entre prix, notamment entre prix agricoles et industriels. 2. Modifier le régime général des prix en rétablissant la liberté dans tous les secteurs où cela était possible. 3. Stabiliser le niveau général des prix et des salaires. Le plan Mayer lui-même débute par une série de dispositions sur les prix, lesquelles ne nécessitent pas de loi. Les premiers contacts avec la direction des Prix ne sont pas excellents. René Mayer confie la question à son sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale, Félix Gaillard. « Il faut bien le dire : prix et salaires assommaient René Mayer. Demeuré banquier, il jugeait de sa réussite par le cours du napoléon, bien plus que par le « coût de la vie2. » F. Gaillard, âgé de 28 ans à l’époque, est « précédé d’une réputation de libéral accompli », mais « comprit rapidement qu’une anarchique libération des prix provoquerait l’hostilité des socialistes qui participaient au gouvernement et de sévères critiques de P. Mendès France. Je le convainquis facilement que les tarifs des secteurs nationalisés devaient demeurer sous surveillance, tout autant que ceux des industries de base3. » En cas de difficulté au sein du cabinet, demeure le recours du président du Conseil, R. Schuman : « On se méfiait à l’Hôtel Matignon, de l’indifférence ou de la désinvolture du ministère des Finances à l’égard des prix. On y était plus social4. » La remise en ordre des prix incombe encore au Gouvernement, fût-il plus libéral, puisque la plupart d’entre eux sont encore en régime de taxation.

  • 5 Il s’agit d’un record de publication administrative pour le BOSP en un seul jour. Le Gouvernement e (...)

6Les hausses publiées au 1er janvier 1948 s’étendent sur 120 pages du Bulletin officiel du service des prix, sous la forme de 92 arrêtés5. L’essentiel du travail est pensé par l’équipe de Louis Franck qui en réfère à Félix Gaillard, les arbitrages inévitables étant confiés à l’Hôtel Matignon où tranche Robert Schuman. Une grande discrétion entoure cette préparation. Les professionnels sont à peu près écartés de cette élaboration et n’en sont informés qu’au moment de l’examen des textes devant le Comité national des prix. Le principal problème concerne l’ajustement des prix de gros industriels (indice 1 001 en décembre 1947) et des prix agricoles (indice 1 434 à la même date), dont l’écart de 43 % créait un effet d’appel inflationniste. Les prix industriels eux-mêmes ne présentent pas un front homogène, le charbon par exemple atteignant 13 fois son niveau de 1939 et l’électricité 4 fois. Chaque prix important fait l’objet d’une étude scrupuleuse de la part des Prix. Les salaires, qui représentent environ 50 % des coûts, sont intégrés avec les 25 à 30 % de hausse qui viennent d’être négociés. Les marges commerciales sont maintenues à leur proportion antérieure, sauf pour les secteurs « compressibles » comme les engrais ou les ciments ; dans ce second cas, l’Administration réduit les marges de 14 % à 12 % du prix de vente. Les hausses de taxes indirectes sont également incorporées. Seul l’acier bénéficie d’un poste « amortissement » de 14,5 % du prix total afin de provisionner pour le renouvellement du matériel.

7Au total, la hausse est de + 50 %, soit + 20 % environ pour les textiles, + 33 % pour le charbon et + 110 % pour l’électricité. Les secteurs qui ont enregistré de faibles augmentations depuis 1938 comme la chimie (+ 75 %) sont favorisés, ceux que l’inflation ou le marché noir a portés haut (textiles) sont priés de consentir des sacrifices. À l’intérieur des branches, des nuances apparaissent puisque la chimie agricole et la chimie-pharmacie n’augmentent que de + 50 % pour ménager deux clientèles « sensibles ».

  • 6 La production de 1947 (47 millions de tonnes) équivaut à celle de 1938, même si les importations (1 (...)

8Le charbon, qui fournit alors 75 à 80 % de l’énergie consommée, progresse de + 33 % car une première hausse avait été décidée fin 1947 par J. Moch : 1 350 F la tonne en septembre 1947, 2 160 F en novembre 1947, 2 880 F en janvier 1948. La hausse totale est ainsi un doublement ( 2,13) en quatre mois, le charbon atteignant 17 fois son niveau de 19396contre 15 fois pour la moyenne. Le poids des salaires (60 % des coûts) est ici non négligeable. Les tarifs du gaz et de l’électricité, que J. Moch avait proposé d’augmenter sans y parvenir, sont respectivement relevés de + 50 et 110 % mais leur hausse totale depuis 1939 est de 8 fois seulement. Les coûts de main-d’œuvre sont ici bien inférieurs (de 25 à 30 % du total) et les gains de productivité plus considérables. L’acier, qui ne bénéficie pas d’un préjugé favorable (« les maîtres de forges ») de 1944 à 1947 malgré des besoins réels pour la reconstruction, passe de 7 880 F la tonne en octobre 1947, à 11 820 F en novembre 1947 (J. Moch : + 50 %) et 17 818 F en janvier 1948 (R. Mayer : + 50 %), soit une progression totale de + 125 % en trois mois qui le hisse au niveau de la moyenne des hausses depuis 1939 ( 15). Une marge d’amortissement de 2 550 F permet le renouvellement du matériel. En revanche les tarifs SNCF n’augmentent que de + 10 % (+ 25-28 % en novembre 1947) pour contribuer à fluidifier les transports de marchandises.

  • 7 IFOP, Sondages, 1er-15 mars 1948. « Êtes-vous au courant des mesures du plan Mayer ? ». Réponses : (...)
  • 8 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 61 et Les prix, Que-sais-je ? 1964, p. 18.

9Si L’Humanité se lamente sur les « cascades de hausses » (31 décembre 1947) ou des « mesures de ruine... du Gouvernement » (15 janvier 1948), la plupart des journaux notent sobrement comme Le Monde un « nouveau palier de hausses » le 2 janvier et n’en parlent plus dès le 4, car s’annoncent des projets fiscaux plus inquiétants. Un sondage de la première quinzaine de mars 1948 n’évoque même pas le réaménagement des prix dans les mesures du plan Mayer proposées aux personnes interrogées7. Louis Franck conclut : « Notre grand aménagement fut brutal et rapide ; il ne suscita pas de réaction sérieuse dans le pays » et « La remise en ordre des prix et des salaires... amorça de nouveaux et rapides ajustements », ce qui détermina « une profonde secousse de l’économie dont l’amortissement dura plus d’une année8. »

10Les mises en liberté ne datent pas de 1948, mais elles prennent une extension sensible à cette occasion. Les Finances développent d’ailleurs un statut de compromis typique de cette époque, la liberté contrôlée. Nous pouvons schématiser la ventilation sectorielle ainsi :

  • le secteur taxé représente 50 % de la production industrielle ou commerciale (énergie et matières premières, ciment, acier, chimie lourde, textiles, cuirs, ameublement, automobile) et 10 % de la production agricole (blé, betterave, lait, poisson, produits de l’Union française). Il s’agit de secteurs repérables aux yeux de l’opinion des professionnels et des ménages ;

  • le secteur libre concerne 25 % de la production industrielle ou commerciale (matériaux de construction, quincaillerie, coiffure, blanchisserie, spectacles) et 80 à 90 % de la production agricole. La plupart des biens et services se rapportent à la vie quotidienne des ménages ;

  • le secteur en liberté contrôlée, qui s’applique à 25 % des produits industriels et commerciaux, touche essentiellement les industries de transformation (une partie de la mécanique, de la construction, de la chimie et du textile) dont il faut désamorcer le mécontentement patronal. La production de ces branches semble suffisante pour équilibrer les besoins et ce statut transitoire est destiné à jauger les capacités non inflationnistes de ces entreprises.

  • 9 Le papier est libre (vieux papiers), contrôlé (pâte à papier, cartons, papiers scolaires) et taxé ( (...)

11Nous constatons brièvement que l’industrie et le commerce sont moins libérés que l’agriculture ; le contrôle des prix s’appliquant aux secteurs les plus concentrés et les plus identifiables pénalise vraisemblablement les entreprises à forts gains de productivité (chimie) à l’avantage des secteurs où les rigidités créent des effets haussiers (textiles). La différence de productivité interne d’une branche peut aboutir à sa segmentation réglementaire9 : le bâtiment juxtapose le ciment taxé, le béton, les tuiles-briques contrôlés et les sables-graviers libres ; le premier secteur est concentré et peut supporter des « sacrifices », le second l’est moins et la grogne des PME, associée au marché noir nécessite une semi-liberté, le troisième dispose de quantités-matières très abondantes et sa concentration est satisfaisante.

  • 10 Contrairement à ce que nous connaissons aujourd’hui, la majorité des médicaments est fabriquée sous (...)

12Pour les mises en liberté proprement dites, la Direction des prix restait embarrassée pour vérifier le niveau réel des productions, dans la pharmacie par exemple10. C’est donc en mêlant calculs statistiques et empirisme que 11 arrêtés de mise en liberté sont pris au 1er janvier 1948. Un certain nombre de matériaux de construction (sables, graviers, ardoises, plâtre), quelques produits agricoles (légumes secs métropolitains, choux et raves, citrons, plants de pommes de terre, fourrages) et des biens et services à usage privé (gaz butane, quincaillerie, bas de rayonne, pellicules et films, coiffure, blanchisserie et spectacles) bénéficient de ce statut. Sur l’ensemble de l’année 1948, le processus continue selon un rythme administratif propre et concerne un total d’une centaine d’arrêtés. Ceux-ci touchent des secteurs où l’opinion des professionnels est devenue allergique à toute réglementation et où une légère insuffisance conjoncturelle de la production est préférable à la rétention ou au marché parallèle : tissus d’ameublement et nylons (17 janvier), métaux précieux (8 février), lessives et détersifs (18 juin), machines agricoles (3 juillet), etc. La liberté retrouvée suppose la modération des professionnels, et le plâtre, les briques, les tuiles et les ardoises, trop fortement augmentés par leurs syndicats (+ 40 à 60 %) retombent en statut de liberté surveillée le 25 février 1948.

  • 11 Source : AEF, Cusin 5 A 29, III. Chimie organique et minérale et chimie pharmacie : + 90 à + 300 %. (...)

13Les prix mis en liberté se distinguent de la moyenne (décembre 1947-décembre 1948 = + 62 %) : les produits chimiques rattrapent leur retard en doublant leurs tarifs11, de même que les matériaux de construction (+ 100 à 150 %), le verre et la céramique (+ 60 à 100 %) suivent. Les prix « libres » atteignent ainsi 18 à 25 fois leur niveau de 1939, un peu au-delà de celui des prix taxés (18 à 19 fois), autant par évaluation positive des hausses de coûts que par précaution comptable de la part des entreprises. Le niveau des prix noirs est cependant oublié (30 fois 1939).

  • 12 Interview de Louis Franck par la revue Gérer et comprendre (École polytechnique), juin 1987, p. 38- (...)
  • 13 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 48-49. Également, entrevue avec l’auteur, Neuilly-sur-Se (...)
  • 14 146 arrêtés de mai 1941 à 1947 pour certains produits de confection, la maroquinerie, les chaussure (...)

14La liberté contrôlée est une idée de Philippe de Montrémy12, inspecteur des Finances et sous-directeur des Prix depuis janvier 1947, qui propose l’appellation de liberté conditionnelle. Louis Franck avait expliqué à René Mayer13la nécessité d’un statut intermédiaire « pour des produits dont la production est jugée suffisante pour équilibrer les besoins » (R. Mayer, Comité économique interministériel, 10 février 1948). Il existait déjà un statut dit de « cadres de prix » depuis mai 194114 où l’Administration autorisait des hausses séparées pour les composants des prix de revient (salaires, matières, frais financiers), ce qui aboutissait à une fixation des prix différenciée d’une entreprise à l’autre. En janvier 1948, les 16 arrêtés publiés pour ce statut, pudiquement intitulés « Mises hors taxation et régimes particuliers de fixation des prix », se rapportent à des demi-produits industriels ou des biens d’équipement, la mécanique (machine-outil, mécanique agricole), la construction (béton, peintures en bâtiment) et une partie du papier. Le principe est le suivant : les producteurs déterminent leurs tarifs de vente sans autorisation administrative préalable (l’arrêté dit : « librement ») mais adressent quinze jours avant leur entrée en vigueur les nouveaux barèmes à la Direction des prix, accompagnant leur dossier des références des produits et des prix antérieurement pratiqués. Ensuite « les commissaires aux prix (rapporteurs techniques de la Direction des prix)... examinent les tarifs et peuvent, si des exagérations ont été commises, remettre les produits en taxation à un niveau normal » (R. Mayer, Comité économique interministériel, 10 février 1948).

  • 15 AN, Mayer 363 A P 7, Note du cabinet, avril 1948, p. 3 et 4.
  • 16 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, op. cit., p. 37.

15La hausse moyenne du secteur en liberté contrôlée atteint + 100 % en quelques semaines comme les Prix s’y attendaient. Les papiers sont restés raisonnables, la mécanique a suivi la moyenne (qu’elle déterminait par son poids économique) mais les matériaux de construction se sont éparpillés (+ 50 à 200 %)15. Ces derniers sont rappelés à l’ordre par le Gouvernement le 20 février. Au-delà de cette date, les arrêtés de mise en liberté contrôlée continuent à être publiés : articles en aluminium (20 février) puis aluminium lui-même (18 juin), véhicules agricoles (20 février), confection textile (13 mars), produits en cuir (3 mai). Ce dernier secteur poursuivant des pratiques illicites, comme l’écoulement des stocks anciens aux nouveaux tarifs malgré l’engagement contraire souscrit par la profession avec les Prix, le Contrôle en vint à saisir des stocks importants16.

16Certains secteurs présentent un paysage interne assez varié. Parmi les produits chimiques en liberté contrôlée, le carton B 49 881 des Archives économiques et financières regroupe 43 dossiers d’entreprises ou de groupes. Le cas moyen est celui de l’entreprise Alsthom dont le dossier ne contient que deux lettres, en date des 23 janvier 1948 et 29 janvier 1949, la société annonçant à la direction un relèvement annuel de tarif ; les hausses sont raisonnables, justifiées et homogènes, la Direction des prix ne répond pas, ce qui signifie accord pour les nouveaux tarifs quinze jours après envoi du dossier. En trois ans (1948-1950) ce carton d’archives ne présente qu’une dizaine de courriers demandant des précisions ou imposant une suspension d’application de la hausse. En revanche, le syndicat professionnel de l’acide chlorhydrique et une société marseillaise d’oxyde de plomb sont régulièrement épinglés pour leurs tarifs.

  • 17 AEF, B 49 881.

17Plus concrètement encore, voici le syndicat des fabricants d’alumine17qui envoie le 2 novembre 1948 à la Direction des prix les nouveaux barèmes du sulfate d’alumine pur 15/16 ; la tonne, hors-taxe et wagon-départ, passe de 9 640 F à 12 460 F (+ 29 %) à la suite des hausses du prix du charbon et des augmentations de salaires décidées par le gouvernement Queuille. Saisi du dossier le 3 novembre, un commissaire aux Prix conclut le 10 à la nécessité d’opposition en vertu des dispositions Mayer (30 décembre 1947) et Queuille (29 octobre 1948), et demande la décomposition de ce prix de vente au secrétaire général du syndicat. Ce dernier répond le 16 ou le 17 par un décompte qui n’a pas été conservé et reçoit finalement le 24 une réponse favorable pour 12 260 F la tonne, soit une hausse de + 27 et non de + 29 %.

  • 18 Louis Franck, entrevue avec l’auteur, Neuilly-sur-Seine, septembre 1983.
  • 19 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, op. cit., p. 70-74.
  • 20 Interview de Louis Franck par la revue Gérer et comprendre (École polytechnique), juin 1987, p. 38- (...)

18Si Louis Franck estime que « cela ne marchait pas mal18 », le Contrôle n’apprécie pas19ce dispositif de liberté contrôlée car ce type de vérification sur dossier lui échappe, et plusieurs ministres, à commencer par René Mayer lui-même à demi convaincu par l’argumentation des Prix, n’en sont pas satisfaits. « Par la suite, malgré les intentions hostiles d’Edgar Faure et de Félix Gaillard, le système perdure20. » Typique de la Troisième Force, la politique de la liberté contrôlée est un compromis entre les demandes des professionnels et celles des acheteurs, entre interventionnisme et libéralisme et prépare le mécanisme de liberté contractuelle des années 1965-1966.

19Brièvement dit, la taxation concerne les produits repérables et à forte image sociale (énergie, acier, ciment, chimie, pain, sucre), la liberté contrôlée se rapporte à une partie des industries de transformation semi-lourdes (mécanique, construction, papier) qui ne vendent pas directement aux ménages et la liberté complète se résume à l’incontrôlable agriculture de pénurie, quelques objets et plusieurs services à usage des particuliers.

20Cette politique de libération rencontre des oppositions internes à la majorité gouvernementale. Si la hausse des prix reste modérée (+ 4,5 % en janvier et + 7,5 % en février 1948), la SFIO brandit la menace (28 janvier) d’un éclatement de la coalition conduite par R. Schuman sur la question du marché libre de l’or ; un compromis est obtenu par l’échange des billets de 5 000 F. Dès le 11 février cependant, une autre question risque de diviser le gouvernement lorsque la CGT-Frachon désormais dirigée par le PCF, demande + 20 % d’augmentation des salaires, alors que près de + 30 % viennent d’être accordés en décembre 1947. C’est alors que réapparaît le thème de la baisse des prix, commun à la SFIO et au MRP. La CFTC, associée à la CGA, demande une baisse des prix de 10 %, contre-feu à la proposition communiste. Le cabinet Schuman-Mayer parvient à un ensemble de compromis qui n’incommode personne : blocage du 25 février, baisses du 30 mars, vague de mises en liberté du 30 avril...

21La loi du 25 février donne au Gouvernement les moyens de bloquer les prix déjà libérés. L’article 3 lui confère toute latitude pour fixer ces dispositions par décret. La vente à des prix supérieurs à ceux du 15 janvier 1948 tombe sous le coup de l’ordonnance du 30 juin 1945, sauf si la majoration est justifiée par une progression des coûts, par exemple l’augmentation des salaires autorisée le 30 décembre 1947. À tout moment, les entreprises visées doivent pouvoir faire état de leurs stocks auprès du Contrôle économique, ceci afin de surveiller le stockage spéculatif. En fait, le texte fut peu redoutable, frappant les vins, les fruits et légumes de consommation courante, les couteaux, les livres de classe et le bois sur pied. Le Populaire, qui fait campagne pour la baisse évoque à peine cette loi : « Il faut briser net la hausse et la spéculation » (25 février 1948).

22À côté du blocage proprement dit, prend place la procédure des cours plafonds qui permet de préciser les prix maximum d’une branche, comme pour six légumes de grande consommation (11 mars 1948) pour lesquels la Direction des prix et le syndicat professionnel aboutissent à un accord publié au BOSP. On utilise même la procédure des « cours normaux pour les achats prioritaires » inspirée du temps de guerre, avec la loi du 4 octobre 1946 qui permet de fixer les cours officiels auxquels l’État se réserve par réquisition, le droit d’acquérir ses commandes. La fiction légale consiste à ce que l’État n’achète peu ou pas ces produits, mais utilise le biais juridique pour bloquer les prix de manière contraignante ; au début de la campagne de pêche, le poisson est soumis le 12 mars à ce dispositif qui maintient les prix augmentés le 1er janvier 1948. Il en va de même pour les vins, l’Administration étant autorisée le 26 avril à procéder à des achats prioritaires sur ce marché au cours de 30 F le litre, alors que les prix pratiqués sont de 40 F. Le bilan de cette action est difficile à établir : le vin en gros passe de 25,80 F le litre en novembre 1947, à 43,50 F en juin 1948 puis revient à 27 F en novembre 1948 ; la baisse de l’automne 1948 est d’abord due à l’abondance de la récolte. Le prix des poissons double ou triple entre novembre 1947 et novembre 1948 (merlan : de 58 F le kg à 139 F, colin de 117 F à 330 F) car les coûts de main-d’œuvre et de matières ont fortement progressé ; les légumes lourds, comme carottes (43 F le kg en janvier 1948 et 13,80 F en novembre) et pommes de terre (18,30 F et 11,70 F pour les mêmes dates) baissent fortement avec la normalisation progressive des quantités disponibles. Les professionnels savent simplement que les pouvoirs publics les observent et que les dépassements nécessitent justification ; d’éventuelles épreuves de force avec les Finances pourraient faire l’objet de mesures de rétorsion, vérifications fiscales, refus de subventions, etc.

  • 21 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 54-55.
  • 22 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 54-55.
  • 23 AN Mayer 363 A P 7.
  • 24 V. Auriol, Journal du Septennat, Année 1948, Conseil des ministres en date du 21 avril, p. 189-90.

23Un mois plus tard, le 30 mars, le Gouvernement s’engage à une campagne de baisse que demandent la SFIO et la gauche du MRP. Bernard Clappier, directeur de cabinet de Robert Schuman traite cette affaire avec Louis Franck21. Plutôt que d’imposer une baisse généralisée et brutale, Matignon envisage d’organiser une concertation de baisses exemplaires et entraînantes. Pour amorcer le mouvement, le Gouvernement annonce une baisse de – 7 % sur les tarifs de l’électricité et de – 10 % sur le charbon domestique. Le CNPF emboîte le pas : « Nécessité de la baisse des prix... Il faut comprimer les prix de revient » (Bulletin du CNPF, avril 1948). Le directeur des Prix raconte plaisamment : « Affluent à mon bureau tous les syndicats, dont chaque membre frise la ruine... J’arrache ce que je peux à M. François Peugeot pour l’outillage agricole, à M. Aubrun pour l’acier..., à M. Blum-Picard pour la potasse..., je présente mon tableau de chasse à M. Schuman (qui dit) : nous prenons ce qu’on nous donne22. » Ainsi paraît le 30 mars au BOSP une liste hétéroclite de biens et de services, que le ministère a convaincu de baisses allant de – 3 à – 10 % : bois de chauffage, laine, chaussures, vaisselle, blanchisserie pour les ménages, outillage, machines, potasse et soufre pour les exploitations agricoles. Le Populaire s’enthousiasme : « Premier pas vers une vie moins chère... En route pour un vaste programme d’utilité sociale » (31 mars 1948). Le cabinet de René Mayer note sobrement en avril : « Il paraît difficile d’obtenir par voie d’autorité, un résultat plus substantiel sans porter atteinte aux principes généraux de la politique actuelle23 » et s’oppose au Conseil des ministres du 21 avril à toute extension des dispositions de baisse. « Finalement, personne n’y croirait plus », résume Vincent Auriol24. Malgré les exhortations du Conseil économique et social, du Populaire ou de Léon Jouhaux au nom de la CGT-FO, les baisses se raréfient et ne concernent plus que les pâtes alimentaires (– 5 %, BOSP du 4 juin 1948, p. 348), les tarifs hôteliers (– 5 à – 15 %), l’acier et certains matériaux de construction (– 4 à – 7 %, BOSP du 6 juillet 1948).

24Les mises en liberté occupent désormais les Prix. Celles-ci n’avaient jamais cessé depuis le 1er janvier, échelonnées par quelques arrêtés toutes les trois semaines, mais le BOSP du 30 avril 1948 en publie une liste importante. Si le verre plat et la verrerie sont en liberté contrôlée, le verre « sécuritechnic » (sécurit) est en liberté complète (Saint-Gobain). La liberté contrôlée concerne surtout les semi-produits comme les pneumatiques, l’acide chlorhydrique, la bauxite frittée, le papier aluminium et les pellicules photographiques. La liberté complète intéresse les industriels : grosse et moyenne mécanique (compresseurs et radiateurs par ex.), machines-outils, matériels de forage et de travaux publics, la quasi-totalité des produits industriels importés, quelques produits chimiques, mais aussi les ménages : meubles, thé et fruits secs importés, articles funéraires. Mai et juin enregistrent moins d’arrêtés de ce type.

25Au total, le plan Mayer permet d’amorcer une déréglementation progressive des prix. Les Finances doivent tenir compte de la gauche de la coalition, restée sensible à la question du blocage, qu’il soit direct par une loi expressément libellée comme telle, ou indirect par le biais d’une baisse négociée des prix. Ce ministère permet également d’inaugurer pour de longues années une pratique des prix concertée avec les professionnels à la réussite de laquelle la personnalité habile du directeur des Prix, Louis Franck n’est pas étrangère. Peu à peu prend forme le régime de semi-liberté qui s’impose à partir des années 1950.

B. LA CHRONIQUE DES PRIX DE 1948 À 1952

  • 25 Cf. Chapitre III. La disparition du Contrôle économique, 1947-1952.

26À partir de l’été 1948, le décor de la politique des prix change puisque la tension exercée par les prix agricoles sur le niveau général des cours disparaît (pour plusieurs décennies). L’action des Prix se définit dès lors à deux niveaux, l’un conjoncturel où alternent phases banales et périodes de blocage (1949, 1952) et l’autre plus structurel où les Finances cherchent à élargir le champ des prix libres. Le paragraphe qui suit sera plutôt consacré au statut des prix, l’évolution du Contrôle économique, coiffé depuis 1949 par la direction des prix ayant été étudiée par ailleurs25.

27Le gouvernement Queuille, qui lance un plan de fort relèvement d’impôts, aménage les taux de change et accepte des hausses modérées de salaires, commence en matière de prix par un train de hausses assez substantiel. Annoncées fin septembre, ces décisions sont arrêtées au Conseil des ministres du 1er octobre, mais font l’objet d’une opposition de la part du Comité national des prix le 6. Le CNPF, qui est à l’origine de ce retard s’en explique dans son bulletin daté du 1er novembre ; la centrale patronale estime que la hausse sur le charbon devrait se limiter à + 11 ou 12 %, contraignant les Houillères à une gestion plus productive, et non + 22 % comme le demande le Gouvernement. Après négociation, le BOSP du 1er novembre 1948 présente la liste qui suit : le charbon est augmenté de + 22 %, soit + 33 % pour le charbon domestique et + 18,9 % pour le charbon industriel, l’électricité de + 19,5 %, le gaz de + 25 %, le plâtre de + 19 % et l’acier, pour qui la baisse de – 4 % du 5-6 juillet n’avait pas été appliquée, de + 16,3 %, soit 20 730 F la tonne, 17,5 fois le niveau de 1939. Les tarifs SNCF progressent de + 31 %.

28Le même jour, plusieurs prix à la consommation sont tantôt augmentés (corps gras : + 100 %, sucre : + 48 %, pâtes : + 37,5 %) tantôt abaissés pour compenser les hausses (vin : – 5 à 10 %, beurre : – 32 %, viande : – 10 %, textiles : – 2 à – 10 %). Le réaménagement Queuille-Coudé du Foresto, ce dernier étant le secrétaire d’État chargé du Ravitaillement, ne provoque que + 5 à 10 % de hausse dans les indices de détail et de gros, mais nous sommes à la veille d’un retournement conjoncturel, les prix baissant dès janvier 1949.

  • 26 Voir : Braudel et Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, IV, 2, p. 675-78, M. Lesc (...)
  • 27 J. Rueff, Combats pour l’ordre financier, (œuvres complètes) Plon, 1972, p. 390-391. Rapport de la (...)

29Un mot doit être dit du prix des loyers26. Bloqués pendant la guerre de 1914, ils restent dans ce statut depuis, malgré une tentative législative de 1926 qui prévoyait une libéralisation en 1931. Comme les trois quarts de la population sont alors locataires, le poids politique des propriétaires est minoritaire. La question, à nouveau posée en 1948, n’aboutit pas à une libération demandée par les syndicats de propriétaires et la loi du 1er septembre 1948 proroge le « moratoire » d’août 1914. Les Prix sont, certes, très favorables au blocage, mais du MRP au PCF, la plupart des partis adoptent le point de vue des locataires. Cette taxation des loyers (« loyers de 1948 ») comprime fortement les tarifs, maintenant les charges locatives à des sommes dérisoires, entre 2 et 8 % des budgets des ménages. Ce dispositif encourage à l’immobilisme et au non-investissement, sauf pour l’accession à la propriété et seule l’impulsion de la Caisse des dépôts avec le mouvement « Habitations à loyers modérés » permettra après 1953 le décollage de l’offre de logements sociaux. En 1960, la Commission Armand-Rueff27 dénonce la loi de septembre 1948 pour les rigidités qu’elle induit sur le marché du logement et propose une libéralisation progressive des loyers.

  • 28 IFOP, Sondages, 15 octobre 1948. Les 47 % deviennent 56 % pour industriels, commerçants et cultivat (...)

30Malgré la faveur de l’opinion – 47 % des personnes interrogées se déclarent pour « la liberté totale des prix et des salaires28 » – le Gouvernement ne se hâte pas dans un sens libéral. Les remarques composites du Figaro sur l’action d’Henri Queuille sont relayées par celles du CNPF. Le premier passe rapidement sur les prix – « Le nouveau palier des prix et des salaires » (1er novembre 1948) – mais approuve les projets budgétaires qui suivent « la voie de la raison » (24 décembre). Le second, chez qui Pierre Ricard (Sidérurgie) présente les analyses de prix, hésite entre l’appui et la distance. Le 19 juin, il se félicite du bon fonctionnement de la liberté contrôlée, soulignant même les possibilités de baisse restantes (Bulletin du CNPF, juillet 1948). En octobre, le bulletin titre « La crise des salaires et des prix » et en novembre « Le nouveau palier », expliquant sur 5 pages les raisons de son opposition à une hausse sensible du prix du charbon. Lors de l’Assemblée générale du CNPF le 18 décembre ne figure aucun rapport sur les prix, P. Ricard se contentant de souligner la liberté des matériaux de construction, tandis que le bulletin mensuel publie une analyse sur « L’évolution des bénéfices des sociétés en France de 1945 à 1947 » à partir de 49 entreprises ayant répondu au questionnaire. Le CNPF conclut à l’insuffisance de l’amortissement et à la modestie des bénéfices (1 à 3 % du chiffre d’affaires).

31L’année 1949 présente une certaine similitude avec l’année 1948. Un blocage est décidé en janvier. Le décret du 12 janvier 1949, qui prévoit comme cours légal le niveau atteint au 31 décembre 1948, annonce des arrêtés qui paraissent aux BOSP des 15 et 29 janvier 1949. Maurice Petsche est en train de devenir ministre des Finances de plein exercice et Antoine Pinay, secrétaire d’État aux Affaires économiques. Ces textes répondent à la fois à la nécessité d’amortir la hausse récente de la taxe à la production (+ 25 %) et à celle de satisfaire aux pressions de la SFIO, notamment celles du responsable syndicaliste CGT-FO, Albert Gazier. Limité le 15 janvier aux produits de l’électro-métallurgie, de la mécanique et de l’industrie électrique, ce blocage s’étend le 29 à tous les produits en liberté contrôlée. Les produits agricoles à la production ne sont pas concernés et les entreprises qui peuvent justifier d’une hausse de leurs coûts sont autorisées à le faire après avis de la direction des prix. Par compensation, les conserves de légumes (– 5 %), les jus de fruits, les biscuits, confitures, compotes, savons, etc. doivent baisser, tandis que pour faire bonne mesure, la glace carbonique et quelques outils sont placés en liberté contrôlée. Les arrêtés de janvier 1949 connaissent un certain succès au niveau de l’indice des prix, dans la mesure où ils sont accompagnés par une conjoncture déflationniste. Le blocage dure une bonne partie de l’année 1949, mais la baisse des indices de prix jusqu’en été émousse son efficacité.

  • 29 Voir la presse du 4 octobre, Le Monde par exemple.
  • 30 V. Auriol, Journal du Septennat, Année 1949, Conseil des ministres du 19 septembre, p. 329. J. Moch (...)
  • 31 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 86.
  • 32 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 419-420.

32La reprise des hausses après fin juillet 1949 incite Maurice Petsche à reprendre une action de baisse. Il propose un plan au Conseil des ministres du 1er octobre. Après une conférence de presse le 3 octobre 194929 dans laquelle il affirme que « maintenir la stabilité des prix... est une question de vie ou de mort pour l’économie française », il inaugure un train de baisse sur le charbon (– 3 %), l’acier (– 5 %), le ciment, le beurre (– 10 %) et les légumes. Les produits sont subventionnés par un acompte de 10 milliards de F sur les bénéfices industriels et commerciaux ; une partie de ces sommes est affectée à des importations « de choc » pour légumes et beurre, ce qui provoque l’ire des représentants de régions agricoles30. « Les importations dites « de choc » n’allaient pas sans difficultés ; les milieux parlementaires les suivaient à la trace et obligeaient notre ministre à s’en excuser...31. » Il est cependant exact que les baisses sont largement compensées par des hausses comme pour le lait (+ 21,2 %). Les tarifs publics32 entrent pour leur part dans une période de plus grand espacement entre les relèvements : la SNCF augmente ses tarifs le 4 octobre 1948 (4,20 F le km en seconde classe), le 23 janvier 1950, le 28 janvier 1952, le 15 mai 1953 et le 3 juin 1956 (6,25 F). Les PTT, après deux hausses rapprochées le 21 septembre 1948 (10 F la lettre < 20 g.) et le 6 janvier 1949 (15 F) ne modifient plus ces tarifs jusqu’au 1er juillet 1957 (20 F). Le kWh de l’EDF est augmenté par petites touches, deux fois par an, mais du 1er janvier 1949 (18,90 F pour le kWh 1re tranche) au 1er juillet 1955 (25,80 F), la hausse cumulée est de + 36,5 %.

  • 33 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 75-76.

33On peut dire que l’année 1949 est la dernière d’une période marquée par la chronicité de blocages en janvier. Désormais, ceux-ci vont s’espacer tous les trois ou quatre ans. La politique des prix prend une allure plus banale et moins polémique. Les 800 pages annuelles moyennes du BOSP entre 1942 et 1947 deviennent 660 en 1948 et 350 en 1950. La liberté contrôlée, utilisée 58 fois entre janvier 1948 et septembre 1949 disparaît au-delà de cette date. Ce sont désormais les arrêtés de mise en liberté qui sont attendus. Le 1er juillet, à l’Assemblée générale du CNPF, Georges Villiers demande « la suppression des contraintes », soit la liberté des prix et des quantités. Plusieurs produits textiles sont libérés au printemps, après une altercation33 entre A. Pinay et le syndicat du coton, suivis par les conserves de poisson (8 juillet 1949), les pneumatiques de bicyclettes (12 août), etc.

  • 34 JO, p. 11 543-544.

34Le rationnement des ménages disparaît pendant l’année 1949, pour le pain en janvier 1949, le charbon domestique, le beurre, le lait et les automobiles en avril, le sucre, l’huile, le riz et l’essence en novembre, l’acier en décembre. L’année suivante, deux produits symboliques ne sont plus contingentés, clôturant une décennie de réglementation. Le charbon n’est plus rationné à aucun stade au 1er semestre 1950, la viande est totalement libérée en juin 1950. La liberté du commerce des quantités n’implique d’ailleurs pas liberté complète des tarifs. Pain, sucre, charbon ou acier sont en vente libre dans les années cinquante, mais restent en régime de taxation des prix. Symboliquement aussi, disparaît le 30 novembre 194934le Haut Commissariat au ravitaillement chargé pendant dix ans de gérer la pénurie. L’Assemblée, saisie le 23 mai par un projet Queuille, tardant à voter le licenciement des 3 400 agents (20 000 en 1942), le gouvernement Bidault procède par décret, en vertu de la loi Reynaud sur les pouvoirs exceptionnels (17 août 1948).

35Les années 1950-1951 n’apportent pas de nouveautés particulières au mouvement lent de déréglementation. La hausse consécutive à la guerre de Corée enregistre quelques remises en taxation à l’automne 1950. En septembre 1951, le prix de la viande, jugé en progression injustifiée par rapport aux coûts, fait l’objet d’une baisse autoritaire de – 10 %. Maurice Petsche garde les Finances dans les gouvernements Pleven (juillet 1950-mars 1951) et Queuille (mars-août 1951), mais son échec à la présidence du Conseil en août 1951, puis son décès le mois suivant contraignent à son remplacement. René Mayer effectue un second passage rue de Rivoli (cabinet Pleven, août 1951-janvier 1952), suivi par Edgar Faure (président du Conseil, janvier-mars 1952), mais aucun des deux n’infléchit désormais la politique des prix de manière spécifique.

  • 35 Pour le récit détaillé et vivant de cette période, voir : Louis Franck, 697 ministres, édition 1986 (...)

36Depuis 1951, la tension sur les cours internationaux s’affaiblit et les prix de gros baissent dès 1952. De 1952 à 1956, en partie à cause des produits agricoles, comme nous l’avons observé en 1949, les prix de détail baissent de février à juillet-août et remontent d’août à février de l’année suivante, avec une variation extrêmement faible de + ou – 2 % de part et d’autre de la moyenne. L’action d’Antoine Pinay se glisse ainsi dans une phase quadriennale de prix stables (1952 à 1956). Investi en mars 1952, le nouveau président du Conseil, chef d’entreprise lui-même, animateur d’un parti qui s’intitule des « Indépendants » ne semble pas devoir infléchir le cours de la politique des prix dans un sens contraignant. Prenant les Finances, il annonce sa résolution de les faire baisser35 et charge un pittoresque député de l’Ain, Tony-Révillon, du secrétariat d’État aux Affaires économiques. Personne ne sait que la stabilité va durer quatre ans et A. Pinay décidera de bloquer les prix le 12 septembre 1952.

37Le cabinet, structuré autour d’Henri Yrissou, se met en quête des secteurs qui peuvent consentir des sacrifices. Industrie lourde et services publics doivent donner l’exemple. Les prix des tarifs publics sont bloqués, en commençant par ceux de l’EDF à qui une hausse avait été promise en mars 1952. Le prix du charbon subit une baisse imposée en mai 1952 et répercutable auprès des industries utilisatrices. La chambre syndicale de la sidérurgie (M. Aubrun), convoquée à Matignon finit par accepter une réduction symbolique sur l’acier le même mois. Les magasins succursalistes, notamment le groupe du Printemps (M. Laguionie) acceptent des baisses (avril), tandis que les négociants en confection et tissus (R. Boisdé) acceptent officiellement de tenter l’expérience. Plusieurs prix agricoles à la production sont bloqués au niveau de la campagne 1951-1952, celui du blé en juillet et celui de la betterave en automne 1952, ce qui contrevient à la fois au plan Pflimlin de 1948 – que nous verrons plus loin – et à l’état d’esprit moyen des exploitants.

  • 36 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 123.
  • 37 Pour le menu des tractations, voir Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 145-146 et 189-197 (...)

38D’un côté, cet ensemble de mesures pointillistes finit par inquiéter les entrepreneurs sans convaincre les consommateurs, de l’autre le gouvernement se heurte au « cliquet » invisible à la baisse qui limite au maximum le recul des prix de vente, qui menace les bénéfices des entreprises. Considérant qu’il faut aller plus loin, Antoine Pinay et Henri Yrissou se convainquent que le blocage général est la seule voie encore possible. Il est décidé le 12 septembre. « M. Pinay proposa lui-même ce blocage. Il fut, théoriquement, le plus complet, le plus absolu que j’aie connu, et j’en connus plusieurs. Décidé sur la base des prix atteints le 31 août, il frappa même, circonstance inouïe, les prix agricoles à la production ; des baisses autoritaires suivirent, sur les engrais, les aliments du bétail, les produits pharmaceutiques, les outillages, etc.36 » Nous avons cependant constaté l’inertie des prix à la hausse comme à la baisse dans ces quatre années, puisqu’imperturbablement l’indice de détail progressa de 2 % entre juillet 1952 et février 1953 avant de redescendre d’autant jusqu’à l’été 1953. Mais l’acte politique était posé et Antoine Pinay devint le champion de la monnaie, des prix stables ou en baisse et de l’épargne. Au-delà de 1952, le blocage devient une arme chronique de stabilisation, que le gouvernement soit plutôt à droite ou plutôt à gauche. Pour s’en tenir aux seules années de la IVe République finissante, Edgar Faure, le 17 février 1954, accompagna d’un blocage des prix son programme « d’expansion dans la stabilité », alors qu’il n’y avait pas plus péril inflationniste qu’en 1952, tandis que Paul Ramadier, décidant le blocage du 19 juillet 1956, cherchait à éviter le déclenchement de l’indexation des salaires sur la hausse des prix37.

  • 38 Cf. Louis Franck, Les prix, Que-sais-je ? PUF, 1957, p. 40 et suivantes. (Les éditions ultérieures, (...)

39Plutôt qu’un éphéméride des prix entre 1949 et 1952, dressons un tableau38 du statut des prix vers 1956 :

  • Les prix taxés représentent peut-être 10 à 15 % du PIB ; la plupart sont taxés en valeur absolue sous la forme d’un prix fixé par décret, blé, riz, maïs, pain, betterave, sucre, huile de table, etc. Il en va de même pour le charbon et l’acier (CECA), l’aluminium, le nickel, l’acide sulfurique, les engrais, la pâte à papier et le papier journal, les cuirs tannés, les produits pharmaceutiques pour l’industrie, les services de distribution d’eau, gaz et électricité, le ressemelage des chaussures, les analyses médicales, les tarifs de taxis ou de meublés. Le point commun entre ces produits est leur importance utilitaire ou psychologique auprès des ménages et de l’opinion d’alors, même quand il s’agit de produits de base, car ils induisent des produits finis. Dans certains cas, la taxation prend la forme du « cadre de prix » ou « formule de prix ». Une grille est établie par élément de prix de revient (matières, salaires, frais financiers), et chaque entreprise calcule son prix de vente d’après ses propres composants de prix de revient. La différence entre coûts par entreprise permet une gamme plus importante dans les nuances de prix et une répercussion graduée des hausses de coûts, les salaires pouvant augmenter par exemple, mais pas les frais financiers. Spécialement adapté à la viande (1953) et aux demi-produits non-ferreux, le système concerne les pâtes alimentaires, le café torréfié, les graines et les huiles (sauf les huiles de table), le chocolat, le savon et les acides gras, l’alcool à brûler et les spécialités pharmaceutiques, soit des secteurs très dispersés et corporatistes (viande) ou d’importation (café, cacao).

40La hausse en pourcentage par rapport à 1939 est devenue rare (frais médicaux des établissements hospitaliers privés, navigation intérieure) tandis que le prix sur devis est fréquent dans les grands travaux, ou les grands contrats d’équipement mécanique ou électrique où un client (EDF, SNCF, Défense nationale) demande un produit spécifique (barrages, programme d’aviation) à une ou plusieurs entreprises.

  • La liberté contrôlée, sous le régime de laquelle les produits sont libres moyennant l’envoi préalable d’un décompte des coûts au service des Prix et son accord sous quinzaine, doit représenter aussi 10 à 15 % du PIB. Peu utilisée dans l’agro-alimentaire (bières « bock », farines composées, biscottes, conserves particulières) elle s’est plutôt implantée dans les services (hôtels de tourisme, blanchisserie-teinturerie, soins thermaux, garages publics, entrepôts, manutention portuaire), et surtout dans l’industrie : certains ferro-alliages et aciers spéciaux, moteurs à combustion, matériels frigorifiques, mobiliers métalliques, visserie, articles de ménage, verre, emballages métalliques, tracteurs et machines agricoles, fuel-oils, lubrifiants, gaz butane et propane, carreaux de sol, briques et tuiles, sacs à ciment et plâtre, peintures et vernis et quelques produits importés comme le cuivre ou le soufre brut. Voisine de la liberté contrôlée, la liberté surveillée suppose l’envoi des nouveaux barèmes à l’Administration, mais celle-ci ne peut s’opposer directement aux hausses, devant négocier avec la chambre professionnelle parfois au niveau gouvernemental. Elle reste rare et ne s’applique en 1956 qu’aux automobiles, instruments de pesage, articles de poterie et à l’essence d’aviation.

  • La liberté totale concerne vraisemblablement entre la moitié et les 2/3 du PIB. Elle s’entend de tous les produits agricoles à la production sauf le blé et la betterave taxés (et soutenus...), de quelques services comme la coiffure, les pompes funèbres, la réparation automobile, la publicité et le cinéma, et de produits industriels destinés aux ménages : textile (gros et détail), motocycles, horlogerie, caoutchouc et pneumatiques, verre-bouteille, cuirs bruts et chaussures, papier (autre que papier-journal), jeux et jouets, ciments et plâtres, articles de faïencerie-porcelaine, brosserie.

41Tous les prix, libres ou taxés, sont cependant assujettis aux ordonnances du 30 juin 1945, qui maintiennent le principe d’une norme réglementaire, la liberté étant tolérée comme un usufruit. Jusqu’en décembre 1986, date de leur abolition, la taxation peut être rétablie par les Finances à tout moment, par exemple en cas de hausse jugée « abusive », c’est-à-dire sans rapport avec celle des coûts du secteur concerné.

42Ainsi, entre 1949 et 1952, se met en place un système mixte dans le statut des prix avec 30 à 40 % de prix taxés ou en liberté surveillée et 60 à 70 % de prix en liberté complète. La prépondérance de la taxation, entre 1939 et 1947, s’efface en 1948-1949 au profit d’une majorité de prix librement débattus. Le Gouvernement et les Finances conservent néanmoins la capacité de replacer un secteur en situation de taxation et de procéder à un blocage, généralement de quelques mois, pour montrer à l’opinion, aux professionnels et à l’opposition qu’il reste vigilant sur la question des prix. Annuel et décidé généralement en janvier, de 1946 à 1949, le blocage devient bi-annuel (1952, 1954, 1954) au début des années cinquante puis irrégulier sous la Ve République. Il entre dans la panoplie de la politique économique conjoncturelle comme un outil de seconde frappe destiné à figer un instant les étiquettes pour faciliter la stabilisation recherchée.

II. LES PRIX AGRICOLES : DE LA COMPRESSION INEFFICACE AU SOUTIEN DES COURS

43Les prix agricoles à la production depuis les années trente et les divers « statuts » du vin, du sucre et du blé, sont progressivement soustraits aux règles de commercialisation usuelles. L’absence d’élasticité des prix à la baisse tenant à la rencontre d’une offre rigide à faible productivité et d’une demande captive, à la fois tendue et solvable, détermine une configuration originale des prix agricoles à la fin des années quarante. Le choix aurait pu être celui d’une agriculture anglo-saxonne de grandes exploitations extensives ou d’une agriculture néerlando-danoise de petites exploitations intensives adossées à un puissant réseau coopératif. Dans les deux cas, l’exode rural aurait été plus soutenu. La Troisième Force fit un choix différent, celui d’exploitations familiales moyennes, encouragées à investir et à concourir sur un marché élargi (Communauté économique européenne, CEE) mais protégé par deux biais, celui du crédit (agricole) et celui des prix (garantis). Le problème n’a éclaté que dans les années quatre-vingt : la moyenne des exploitations, dont le nombre est cependant passé de 2,3 millions en 1950 à 850 000 au milieu des années 90, offre une surface économique et une valeur ajoutée à l’hectare insuffisantes pour présenter une rentabilité offensive sur le marché international. Comme le système de prix agricoles français s’est constitué dans le cadre de cette conception socio-politique de l’agriculture et a été ensuite étendu à la CEE après 1960, il est intéressant d’en retracer la genèse à l’orée des années cinquante.

A. LE PLAN PFLIMLIN (JANVIER 1948)

  • 39 Né en 1907 dans une famille alsacienne dont le père dirige une filature de coton, d’abord à Roubaix (...)
  • 40 English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989, (...)
  • 41 Né en 1897, ingénieur électricien (Thomson-Houston, 1920-1942), il dirige depuis 1942 une usine d’a (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Lors de la première entrevue, le syndicaliste Paul Brousse lance : « M. le ministre, on vient voir (...)
  • 44 Lors de l’échange, les ménages d’agriculteurs représenteront 35 % des déposants.
  • 45 P. Pflimlin invité par P. Lamour à un meeting de la CGA-FNSEA dans sa ville de Strasbourg ne peut s (...)

44Ministre de l’Agriculture du gouvernement Schuman, Pierre Pflimlin39 (MRP) met à profit la dynamique du plan Mayer pour agir à la fois à court terme dans une perspective stabilisatrice et à moyen terme pour établir des règles durables de fixation des prix. Son profil de spécialiste de l’économie s’affirme dès la première Constituante où il préside la Commission des affaires économiques ; sous-secrétaire d’État à la Santé sous F. Gouin au premier semestre 1946, il garde la même attribution à l’Économie nationale au second semestre, alors que F. de Menthon est son ministre. La disparition des sous-secrétariats en 1947 explique son absence du gouvernement Ramadier, mais la formation du cabinet Schuman lui vaut la proposition du portefeuille de l’Économie nationale. Il refuse au profit de l’Agriculture, au grand étonnement du président du Conseil. « Dès lors que la mission du gouvernement était de lutter contre l’inflation, il fallait s’attaquer à la source de l’inflation ... la pénurie de denrées alimentaires40. » Il coiffe également le Ravitaillement avec un sous-secrétaire d’État, Yvon Coudé du Foresto41 plus particulièrement chargé des questions d’élevage. Suivent d’intéressantes confidences sur les méthodes de travail : « Ce fut pour moi la période de ma vie où j’ai le plus travaillé... (Alors que) le ministre des Finances peut prendre appui sur une administration de tout premier ordre... (à) l’Agriculture, j’avais l’impression que tout le poids reposait sur moi et sur la petite équipe qui m’entourait42. » Il se met rapidement au courant des dossiers, se rendant chaque dimanche dans les départements pour estimer sur le terrain ce que valent les informations centrales et rencontrer les responsables. Les premiers contacts sont rudes, le nouveau ministre commençant par expulser de son bureau les représentants de la betterave qui s’étaient montrés impertinents43, et ignorant délibérément la Confédération générale de l’agriculture pendant plusieurs semaines. La tension avec la Confédération dure deux mois en grande partie alimentée par le plan Mayer qui met les campagnes au diapason de la rigueur. Dès le 28 décembre 1947, Libération paysanne donne le ton : « Nous attendions un grand plan économique. C’est un projet fiscal qui est sorti et qui tue la production agricole », qualifiant le plan le 4 janvier 1948 de « néfastes projets Mayer ». Le prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation (PELCI) du 7 janvier 1948 frappe les revenus non salariés, dont les paysans, et l’échange des billets de 5 000 F de la fin du mois fait déborder la coupe44. La FNSEA, en « opposition constructive » depuis la mi-janvier organise le 2 février 1948 une grande journée de manifestation45.

  • 46 Long à convaincre, le commissaire au Plan triple les crédits d’investissement à l’Agriculture lorsq (...)
  • 47 AEF, Cusin 5 A 13, Comité économique interministériel, 31 janvier 1948, 30 p. et annexes.

45Schématiquement, l’action de Pierre Pflimlin à l’Agriculture entre 1948 et 1951 peut tenir en trois mots : prix, investissements et exportations. Laissons le dernier pour l’instant puisqu’il n’en est pas encore question en janvier 1948. « Il y avait deux leviers : l’un était la politique des prix et l’autre, l’investissement. » Pour l’investissement, il convainc Jean Monnet d’accorder un statut avantageux à l’agriculture46. Pour les prix, le tournant est le Comité économique interministériel du 31 janvier 194847.

46L’analyse des causes, négligeant le sous-équipement agricole, privilégie l’explication par « l’excès de la demande » et les « changements d’habitude de consommation ». Le régime de prix (sous-entendu : insuffisant) aggrave la situation, car « il favorise l’autoconsommation rurale (par exemple : la viande) ; le rationnement « suscite des besoins jusqu’alors insoupçonnés » et la dépréciation monétaire « décourage l’épargne », au profit de la consommation. Ces modifications entraînent la « surproduction dans certains secteurs... au prix d’un déficit permanent dans d’autres ». C’est ainsi que « dans cette crise d’inflation, la situation de l’agriculture a une influence déterminante ». C’est la première fois qu’un membre du Gouvernement exprime officiellement ce point de vue et envisage d’y rallier ses collègues.

  • 48 Gervais, Jollivet, Tavernier, Histoire de la France rurale, (Dir. G. Duby et H. Wallon), Le Seuil, (...)
  • 49 1930-1939 : production de blé : 8 millions de tonnes annuelles, soit un équivalent de 200 kg/ habit (...)

47Un changement de cap est nécessaire. Le protectionnisme agrarien de l’en-tre-deux-guerres48 (« stériles références à l’avant-guerre ») doit céder la place au productivisme moderne. Il s’agit d’abord « d’assurer les besoins alimentaires essentiels sans recourir à l’importation ». La crainte de la surproduction étant dans tous les esprits, des pistes sont esquissées : « Il n’y a jamais eu de surproduction agricole, mais... une certaine paresse dans la recherche des débouchés49 ». Le monde paysan ne produit pas assez d’oléagineux, d’aliments du bétail, de fruits, de matières premières textiles, qui sont autant d’invites à reconvertir des orientations centrées sur le blé ou le vin, sans parler de la viande, encore produit de demi-luxe. En cas de difficulté momentanée de vente, le stockage, l’exportation, la transformation agro-alimentaire sont autant de solutions mises en avant. On voit que l’équipe de P. Pflimlin n’est pas à bout d’arguments.

  • 50 En même temps que la décision d’un prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, impôt sur (...)

48L’inventaire des moyens proposés n’est pas complet dans ce texte, charte de l’agriculture des années cinquante. Le défaut de hauts-fonctionnaires compétents (et la vocation industrialiste du Commissariat au plan) mais surtout l’ambiance libérale qui prévaut désormais au sommet de l’État et de la FNSEA font qu’il n’apparaît pas une série de programmes par produits ou filières, avec financement, prix, fiscalité, etc. En revanche, les orientations données, et surtout maintenues pendant plus de trois ans par le même ministre (1948-1951) feront office de ligne de conduite. P. Pflimlin demande d’abord pour l’agriculture une certaine priorité d’affectation des ressources, alors rationnées. Comparons des données élaborées ultérieurement avec celles dont disposait l’agriculture alors. Alors que les actifs agricoles représentent 28 à 30 % de la population active totale, que la valeur ajoutée produite par le secteur forme 18 % du PIB en année normale, elle ne reçoit que 10 % des allocations nationales d’acier (450 000 tonnes sur 5 millions en 1947), 7 % des investissements du plan Monnet (30 milliards de F sur 410), 5 % des importations de matières (sept. 1944-sept. 1947) et 2 % des crédits budgétaires (12,3 milliards de F sur 739 pour 1947). « Depuis la Libération, la part de l’agriculture dans l’affectation des ressources nationales n’a pas été à la mesure de son importance dans l’économie du pays. » P. Pflimlin demande pour lever l’hypothèque alimentaire, la priorité dans la répartition des matières (976 000 t de métaux ferreux, 452 000 t de ciment), dans les importations (engrais, aliments du bétail) et l’équipement collectif. Pour ce dernier cas, il sollicite un lien étroit entre le prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, PELCI et l’agriculture, le prélèvement ayant été aussi effectué sur les exploitants : ce choix aurait « un effet psychologique certain... (permettant) de renverser la tendance actuelle de ces milieux, en leur faisant sentir que ces mesures sont une occasion de réaliser enfin cet équipement qu’ils désirent... (le tout avant) les travaux de printemps ». Sur ce point, le Comité interministériel approuve le ministre dans le principe, René Mayer soulignant « sa communication remarquable », mais demande que les campagnes apportent « plus d’argent frais », par exemple avec le blocage des billets de 5 000 F, et préfère un financement de l’équipement agricole par le crédit à moyen terme plutôt que par le Fonds national d’équipement50.

49La question des prix est traitée le 31 janvier de manière plus succincte puisque leur fixation de campagne n’est pas encore à l’ordre du jour. Reprenant les analyses de l’INSEE, le ministre ajoute que « les distorsions de prix » ont fait que des produits essentiels à l’alimentation humaine... ont été sacrifiés à des cultures financièrement plus rentables... (par exemple) la viande a été préférée au lait par substitution de valeur ajoutée. P. Pflimlin demande qu’un système de prix préétabli, fondé sur les coûts de revient soit confirmé pour betterave (1946) et blé (1947), et étendu au lait (1948). Cette indexation des coûts repose sur le pari de gains de productivité, sinon elle entre en contradiction avec la politique de stabilisation des prix menée parallèlement.

  • 51 AEF, Cusin 5 A 14. CEI du 25 février 1948. Le contingent d’essence prévu pour l’agriculture est de (...)

50À la suite du Comité interministériel, P. Pflimlin annonce à la presse les mesures d’allocations prioritaires pour l’agriculture afin d’aider « efficacement les agriculteurs dans leur effort » et souligne « la compréhension des ministres présents ». L’appui des relais MRP et JAC dans les milieux ruraux ne seront pas de trop pour convaincre les organisations professionnelles, mais aucune trace explicite n’en demeure dans les archives financières. Un long travail administratif de harcèlement suit le Comité économique du 31 janvier. Ainsi, le 25 février, P. Pflimlin demande des attributions supplémentaires de carburant51. Par ailleurs, une revalorisation des salaires agricoles, écartée des hausses de décembre 1947, intervient au Comité économique interministériel du 27 février. Une circulaire interministérielle en date du 17 janvier enjoint aux préfets de recueillir l’avis des commissions paritaires du travail agricole ; une harmonisation est nécessaire entre l’Ain (+ 26 %) et le Nord (+ 80 %) avec la fixation d’une moyenne nationale d’un salaire horaire minimum (40,20 F/h), des plafonds de hausse et des abattements par zone (52 F en région parisienne). La hausse moyenne est de + 35 % par rapport à avril 1947.

51Le plan Pflimlin correspond ainsi au plan Mayer pour la stabilisation de la conjoncture et au couple plan Monnet / plan Marshall pour l’investissement. Malgré des lacunes évidentes, notamment sur les circuits de commercialisation ou les assurances sociales agricoles, il crée une impulsion et donne des orientations qui se déroulent par étape à moyen terme : atteindre un niveau de production qui, satisfasse la demande solvable interne, préparer ensuite une production à coût décroissant pour exporter. La CGA ne désarme pas immédiatement, donnant le 19 février 1948 consigne de « suspendre toute participation à la politique du gouvernement », le 8 mars de défendre les agriculteurs dans l’incapacité d’honorer tous leurs engagements, puis le ton baisse en avril-juin 1948 avec l’approche de la première récolte « normale » depuis l’été 1940 et l’arrivée de la contre-valeur Marshall (Libération paysanne, passim).

B. LA POLITIQUE DES PRIX AGRICOLES DE 1948 À 1952

52Le plan Pflimlin intervient six mois avant la stabilisation de l’offre agroalimentaire et permet d’aborder avec un cap défini les défis de la stagnation des cours des années cinquante.

Tableau 142
Synthèse de la situation agricole française (1949-1960)

Tableau 142Synthèse de la situation agricole française (1949-1960)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 379-80.

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 247.

Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103, 105, 107 et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 327, 335, 338.

Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103, 105, 107 et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 323, 327, 335, 338. Marchand et Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186.

53L’ensemble des tableaux ci-dessus résume bien les paradoxes auxquels se heurte la profession agricole. D’un côté des efforts de productivité très apparents, de l’autre des prix qui progressent plus lentement que la moyenne. Le nouvel indice de gros calculé par l’INSEE en base 100 pour 1949 montre bien (premier tableau) que l’avance relative des prix agro-alimentaires en janvier 1948 – où le plan Mayer avait permis un rattrapage spectaculaire par les prix industriels – disparaît pendant l’année 1950 : en janvier 1950, les prix alimentaires sont au niveau des prix de gros moyens (1,01), en janvier 1951, ils sont distancés de 14 % (0,86). Cet écart se réduit très légèrement pendant la décennie 1950-1959, puisqu’en 1960 les prix de gros alimentaires ne se trouvent qu’à 6 % de la moyenne des prix de gros. En progression annuelle, de janvier 1948 à janvier 1960, la hausse des prix alimentaires est de + 5,5 % et celle de l’ensemble des prix grossistes de + 7 %.

  • 52 La récolte de 1960 est exceptionnelle pour les betteraves : 7,7 millions de tonnes en 1959, 13,2 en (...)
  • 53 1936 : 41,8 millions d’habitants, 1946 : 40,1, 1954 : 42,8, 1960 : 45,4. INSEE, Annuaire rétrospect (...)
  • 54 En francs constants 1970. 1949 : 6 568 F, 1960 : 9 966 F. INSEE, Annuaire rétrospectif de la France (...)
  • 55 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 127 et 263-264. Pour 1965, l’enquête « consomma (...)

54La valeur ajoutée agricole en prix constants 1970 qui élimine l’effet-prix et le changement de franc en 1960 (deuxième tableau) maintient sa part dans le PIB hors TVA autour de 10 à 11 %, soit environ 15 % pour les circuits agroalimentaires. La progression moyenne annuelle de la branche agriculture-sylviculture-pêche (+ 4,6 %/ an) est très proche de celle du PIB (+ 4,7 %/ an). Le 3e tableau nous donne quelques exemples de productions brutes, permettant de suivre l’évolution de l’offre. Les quantités de la période 1934-1938 sont retrouvées en 1948, sauf pour le lait en déficit léger. Les chiffres de 1950-1952 marquent une nouvelle progression (le tonnage de viande abattue est supérieur de 18 % à celui de 1934-1938), tandis que ceux de 1957-1960 témoignent d’une évolution sensible : les livraisons marchandes de blé ont augmenté de + 36 % par rapport à 1934-1948, celles de viande de + 6 5 %, celles de betterave su-crière52ont doublé comme celles de lait. Dans l’intervalle, la population s’est accrue d’environ 10 %53. Le PIB par habitant54a bien augmenté de 51 % entre 1949 et 1960, mais la structure des dépenses ménagères n’évolue pas dans un sens favorable à l’agro-alimentaire : environ la moitié des dépenses des ménages en 1938-1952, un bon tiers en 196555. C’est ainsi que les dépenses alimentaires des ménages ont pu progresser de 15 à 20 % seulement entre 1949 et 1960, nettement moins que l’augmentation de l’offre agro-alimentaire. L’exportation est venue relayer la demande interne.

  • 56 On compte environ 5,7 millions d’actifs agricoles en 1949. O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles d (...)

55Du côté de la production, la productivité du travail entre dans une phase ascensionnelle. Deux chiffres symboliques connus, le nombre de tracteurs disponibles dans les exploitations au 31 décembre de l’année et le rendement à l’hectare de la production frumentaire, permettent une perception immédiate de ce phénomène ; le nombre des uns est multiplié par six ou sept entre 1948 et 1960 et le chiffre des autres progresse de 39 %. Plus discrètement évolue à la hausse la productivité agricole par actif ; mesurée en francs constants de 1970, elle passe de 4 750 F en 194956à 11 450 F en 1960, soit une progression totale de 2,4 fois et une progression annuelle de + 8,3 % !

56Ainsi, de 1949 à 1960, la valeur ajoutée agricole et les prix de vente ont augmenté de + 62 à 64 %, la productivité du travail a été multipliée par 2,4, (et les consommations intermédiaires et les coûts ont doublé ou triplé) tandis que la demande intérieure de produits alimentaires n’a progresssé que de + 20 %. C’est dans ce cadre général où les coûts tendent à surpasser les prix de vente que se placent les premières années équilibrées d’après-guerre.

  • 57 « La production n’étant pas stabilisée, les premières tentatives sont décevantes », raconte P. Pfli (...)

57Si nous repartons de l’été 1948, il est clair que le monde agricole ne perçoit pas encore l’arrivée de ces nouvelles conditions. Après un fort relèvement (P. Reynaud) du prix du blé, Libération paysanne ne tarit pas d’éloge sur cette « grande politique agricole, entièrement conforme à nos propositions de base » (19 août 1948). Les hausses des fournitures agricoles – « la comédie des prix industriels » (25 novembre 1948) – crée un premier palier d’inquiétude, la baisse des cours après janvier 1949 sème un vent de panique : « C’est l’effondrement pur et simple qu’il faut craindre » (Libération paysanne, 3 mars 1949). Le 3e congrès de la FNSEA au début du printemps 1949 résume bien la hiérarchie des objectifs paysans : 1. Toutes les solutions possibles au problème des excédents (exportations incluses). 2. Des progrès dans les prix de revient. 3. La sécurité d’une rémunération équitable. Le 4e congrès, les 7 et 8 mars 1950, précise : 1. Exporter57avec sécurité de prix, détaxe et régulation par stockage (non par libération simple des échanges). 2. Une politique sociale généreuse (soutien de l’État), libre (distincte de la Sécurité sociale) et gérée par la profession. 3. Une politique technique d’équipements collectifs et de vulgarisation des savoirs. La synergie FNSEA-ministère de l’Agriculture va reposer sur ces bases.

  • 58 Décret du 30 septembre 1953. Cf. Revue de la Concurrence et de la Consommation, n° 24, 4e trimestre (...)

58Sans le dire, se profile à l’horizon l’organisation des marchés. Si les exemples du vin (1931), du blé (1936) ou de la betterave peuvent être attractifs, les années qui viennent de s’écouler ont affaibli l’idée d’une structure professionnelle, que ce soit avec les corporations de Vichy en phase de pénurie croissante ou les projets d’offices professionnels obligatoires (viande notamment) de la CGA et de Tanguy-Prigent en période de, reconstruction. Or, seule une structure interprofessionnelle cautionnée par l’État, comme l’ONIC par exemple, est capable sans trop de heurts sociopolitiques de garantir les prix et de réguler les quantités. Les années 1949-1953 enregistrent donc une agitation professionnelle endémique, notamment pour les produits animaux, jusqu’à la création de la Société interprofessionnelle du bétail et de la viande, SIBEV, en septembre 1953. Le lait bénéficie de mesures identiques, tandis que le circuit des fruits et légumes doit être amélioré par la création des marchés d’intérêt national58. Nous détaillerons plus loin ces décisions importantes pour la politique des prix. Elles annoncent la politique agricole commune des années soixante.

59Nous allons prendre quelques exemples de politique des prix par produit. Le caractère plus détaillé de la politique des prix agricoles dans toute cette étude n’est pas simplement dû à leur fonction objectivement inflationniste de 1941 à 1948. Leur importance sociale à l’époque est telle qu’elle remplit les méditations gouvernementales, induisant une plus grande profusion de sources pour les chercheurs. Elle offre par ailleurs une image suffisamment pédagogique de la politique des prix avec action des lobbies et négociations théâtrales pour figurer comme illustration exemplaire des prix sous la IVe. Pour les produits qui suivent, les points communs ne manquent pas : pression du lobby professionnel, crainte de surproduction et demande de soutiens ou de garanties de la part de l’État, négociations serrées avec l’Administration, etc. Les dirigeants agricoles se connaissent d’une fédération à l’autre ou comparent leurs résultats ; si la viande et le vin forment des mondes spécifiques, le blé et la betterave sont associés, notamment dans le centre du Bassin parisien où les mêmes exploitations alternent les deux cultures, cotisant aux deux fédérations. Le poids du lobbying est important : à part la betterave qui est concentrée entre 150 000 planteurs, les viticulteurs, les producteurs de blé, de lait ou de viande sont environ 1,5 million chacun, ce qui suppose des recoupements puisque l’on ne compte en 1954 que 2,3 millions d’exploitations. Examinons donc quelques produits.

1. La politique du blé.

Tableau 143
Prix du blé (1946-1955)

Tableau 143Prix du blé (1946-1955)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 105, complétée par ONIC, documentation interne

  • 59 INSEE, Études et Conjoncture, janvier 1949, p. 68-69.

60Ce tableau montre bien les difficultés de la programmation de prix. Nous distinguons une première phase de hausse rapide, entre 1946 et 1951 où les prix triplent en 5 ans, puis une stagnation-régression des cours pendant quatre autres années de 1952 à 1955. Entre 1946 et 1955, les prix courants ont été multipliés par 3,8, les prix du blé par 3,0. Ainsi, les 3 400 F de 1955 ne représentent que 895 F de 1946, plus bas que les 1 125 F payés aux producteurs cette année là. Le blé n’est plus rémunérateur, l’INSEE ayant calculé qu’il représentait 16 % du revenu agricole moyen en 1938 et 4,5 % en 194859. Si la récolte intérieure a augmenté de + 52 % entre 1946 et 1955, l’évolution des prix n’est pas favorable aux livreurs de blé. On constate dans les deux dernières colonnes du tableau que le revenu procuré par la commercialisation de la récolte entre 1946 et 1955 a peut-être augmenté de 4,65 fois en valeur courante, mais seulement de + 25 % en valeur constante. Il est clair qu’un produit dont le tonnage progresse de 50 % et la valeur de 25 % ne peut à terme qu’être réservé aux grandes exploitations ou aux moyennes qui s’engagent à une forte productivité.

  • 60 La hausse de 1951 (décret du 31 août 1951) se décompose en 3 445 F de prix officiel et de 155 F de (...)

61On comprend mieux la tension syndicale qui règne parmi les producteurs de blé, emportés d’ailleurs par un phénomène de structure qui dépasse agriculteurs, pouvoirs publics ou consommateurs. Quand la pénurie impose des précautions avec les campagnes, quand la hausse générale des prix est rapide, quand la récolte fléchit, l’Association générale des producteurs de blé est en position de force, obtenant en 1946-1948, en 1951 encore, des relèvements qu’elle juge légitimes. Quand les quantités, les prix ou les gouvernements se stabilisent, ses chances de succès sont infimes, à preuve la baisse de 1954, qui est en fait la suppression d’une subvention de 155 F par quintal60.

62La base des négociations est une grille de prix de revient dont le principe a été établi par le décret du 22 mars 1947 (Tanguy-Prigent). Celle-ci a été aménagée à la demande de l’AGPB et publiée le 21 avril 1948 sous la forme suivante :

Tableau 144
Décomposition officielle du prix de revient du blé (1948-1949)

Tableau 144Décomposition officielle du prix de revient du blé (1948-1949)

Source : D'après le Bulletin officiel du service des Prix, 7 mai 1948, p. 325.

63L’Association est extrêmement satisfaite, elle parle « d’une grande victoire », remercie P. Pflimlin pour son « aide » et la Direction des prix pour sa « compréhension », sollicitant la prorogation de la mesure jusqu’en 1953 ! (AGPB, Bulletin de documentation du marché du blé, 5 mai 1948.) En 1949, les rapports seront moins amènes, puisqu’à partir du même cadre, l’ONIC, qui reprend en fait les demandes des professionnels, aboutit à 47 734 F de frais par ha et les Prix à 43 672 F, la différence provenant des coûts estimés de main-d’œuvre et d’attelages.

  • 61 Voir V. Auriol, Journal 1948, notamment 28 juillet 1948, p. 340-341. Voir aussi AGPB, Bulletin de d (...)
  • 62 INSEE, Études et Conjoncture, mars-mai 1948. Bilan et perspectives.
  • 63 L’AGPB est prête à accepter 2 300 F par quintal et 145 F de prime, car le prix du pain est calculé (...)
  • 64 De 1940 à 1953, l’ONIC fonctionne comme une direction du ministère de l’Agriculture et non comme un (...)

64Prenons deux exemples opposés, avec les négociations sur les prix du blé de 1948 et celles de 1949. Au printemps 1948, deux positions s’affrontent, celle du maintien à 1 850 F le quintal qui a la faveur des Finances (R. Mayer), de la SFIO (Moch, Auriol)61soucieuse du prix du pain, des syndicats de salariés, CGT, FO, CFTC, de l’INSEE même62, et celle d’un relèvement notable autour de 2 450 F (+ 32 %) pour l’AGPB63, l’ONIC64 et de 2 300 F (+ 24 %) pour l’Agriculture (Pflimlin). Les 2 300 F proposés par l’Agriculture sont acceptés au Conseil des ministres (28 juillet 1948, décret du 9 août 1948) après quelques minutes de débat ; Paul Reynaud, nouveau ministre des Finances, s’est montré sensible au souci d’encourager les campagnes, plutôt qu’à la normalisation de la production, équivalente à celle de 1939 ; il est vrai qu’entre 1947 et 1948, l’indice des prix de gros, qui inclut les fournitures à l’agriculture, a augmenté de + 72 % ! L’AGPB, qui croyait tenir une victoire complète exprime sa « déception » et qualifie la décision de « mauvais départ » (BDMB, 14 août 1948).

  • 65 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 78-80.
  • 66 V. Auriol, Journal 1949, 1er et 2 août 1949, p. 315-317 et suivantes.

65La négociation de 1949 est moins heureuse, le Gouvernement s’appuyant sur la baisse générale des cours. La garantie de prix est prorogée jusqu’en 1952 par le décret du 1e r octobre 1948, sur la base croissante de 16 quintaux/ ha en 1949 à 18 quintaux/ ha en 1952. « Une grande victoire de l’AGPB » titrait le bulletin du 9 octobre 1948. Le ton change rapidement : « les prix agricoles ont fortement baissé » (29 décembre 1948), « le prix du blé doit monter » (13 juin 1949) sous peine de provoquer « l’échec de la collecte » (6 juillet 1949). Louis Franck résume : « Le mois d’août nous ramena donc le prix du blé. C’était un des grands « shows » annuels65. » Il faut deux conseils de cabinet et deux Conseils des ministres pour venir incomplètement à bout de la question les 1er et 2 août 194966. L’AGPB et l’ONIC plaident pour 2 800 F (+ 21,7 %, contre + 11,6 % de hausse moyenne 1948 /1949 pour les prix de gros). P. Pflimlin défend ce point de vue au nom de son plan d’expansion agricole et menace de quitter le Gouvernement. L’Économie nationale (A. Pinay qui goûte peu les syndicats agricoles) et les Finances (Petsche) accepteraient 2 450 F (+ 6,5 %) soit le prix demandé par l’AGPB en été 1948. Le mouvement conjoncturel et politique joue ici en faveur de la stabilité du prix. Devant les réticences de ses collègues, le ministre de l’Agriculture rétrograde d’abord à 2 700, puis à 2 500 F. Le prix final (décret du 18 août 1949) s’établit à 2 500 F soit une progression symbolique de + 8,5 % sur 1948, provoquant la déception de l’AGPB. Après une décennie de prix en progression rapide, les exploitants vont devoir s’accoutumer à la stagnation des cours. « Avalanche de livraisons » (bulletin du 31 octobre 1949), « surproduction » (25 mars 1950) et « scepticisme » (30 avril 1950) sont les thèmes qui expriment l’opinion professionnelle.

  • 67 Louis Franck note 35 ans après avec une certaine exagération : « René Mayer ne craignit pas de couv (...)

66Au-delà de 1949, le jeu se répète. En été 1950, par exemple, l’AGPB propose 3 012 F et le Gouvernement décide 2 600 F (+ 4 %). L’année 1951 s’affirme comme la dernière hausse substantielle avant de nombreuses campagnes, puisque la hausse des salaires et la rupture de la Troisième Force avec les élections de juin 1951 permettent d’arracher 3 600 F (décret 31 août 1951) au gouvernement Pleven formé le 10 août avec Antier (paysans) à l’Agriculture et surtout R. Mayer (Rad.) aux Finances. La progression, partiellement liée à la hausse des prix et des salaires qui a repris depuis le deuxième semestre 1950, est de + 38,5 % sur 1950, ce qui irrite fort la Direction des prix67. Entre 1952 et 1955, les prix du blé sont bloqués dans les faits et même réduits en 1954 avec la suppression de la prime de 155 F par quintal.

2. La politique de la viande.

Tableau 145
Viande, prix et quantités (1947-1955)

Tableau 145Viande, prix et quantités (1947-1955)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et 415.

67La question de la viande, sans provoquer la chute des gouvernements était le facteur majeur d’instabilité des prix agricoles. Le tableau précédent montre comment le circuit éleveurs-grossistes-bouchers rentre progressivement dans le rang sous la pression des prix ! La normalisation des quantités intervient en 1948 (1,67 million de tonnes) quand l’offre interne atteint le niveau de 1938 (1,69 million de tonnes), alors que l’augmentation de la demande laissait présager encore un ou deux ans d’instabilité. Nous sommes frappé pour la période 1947-1955 par la relative régularité de la progression des quantités (+ 7 % par an) et l’instabilité des prix de gros. Ceux-ci sont libres depuis 1947 et les prix bouchers de détail sont libérés en juin 1950. Les prix grossistes, après un dernier pic en 1948 (indice 134) fléchissent en 1949-1950, s’envolent à nouveau en 1951-1952 (indice 172 en 1952) pour se tasser encore en 1953-1955 (indice 156 en 1955). À une certaine inertie des quantités à la hausse correspond une instabilité cyclique des cours. De la même manière, les prix de gros et les prix de détail n’évoluent pas exactement en parallèle : en 1949-1950, le recul des prix grossistes est contredit par la poursuite de la hausse au niveau détaillant ; en 1952-1955, le tassement des cours est également moins accusé chez les bouchers que chez les grossistes. Cela explique les tensions internes de l’univers boucher, qui ne peut plus invoquer le « dirigisme » pour expliquer ses embarras.

  • 68 AEF, Cusin 5 A 13 et 14, Comités économiques interministériels des 20 janvier, 10 et 27 février 194 (...)

68L’année 1948 est totalement contrastée entre le premier semestre où le gouvernement multiplie les plans sur la viande et le second où la situation est nettement détendue. En janvier-février 1948, Yvon Coudé du Foresto, secrétaire d’État au Ravitaillement propose68à ses collègues un ensemble de mesures à base de contrats d’engraissement du porc, d’importations d’aliments du bétail, d’achats prioritaires à cours officiels par les préfets, de programmes de congélation, le tout assorti d’un projet de décret de réquisition du marché en cas de résistance bouchère. Les achats prioritaires de l’Administration via les préfets, limités à 9 centres urbains sont judicieusement effectués et semblent avoir stabilisé le marché de gros entre février et mars 1948.

69Après juin 1948, trois mesures créent un nouveau cadre pour le marché de la viande : le barème mobile d’octobre 1948, la liberté des prix de détail de juin 1950 et l’organisation professionnelle du marché en septembre 1953.

  • 69 Voir Bulletin de la CNBF.
  • 70 Bulletin officiel des services des prix, BOSP, 24 septembre 1948, p. 489 et 20 octobre 1948, p. 522 (...)

70Le barème mobile est demandé par la Confédération nationale de la boucherie française, la CNBF (45 à 50 000 adhérents sur 60 000 établissements) le 15 juin 1948 pour le 1er août69. Le ton monte dans la presse et dans l’opinion, car le prix du beefsteack reprend le chemin de la hausse : 379 F le kg extra au début d’octobre 1947, 383 F fin juin 1948, mais 522 F début septembre. Sachant qu’il dispose de marge pour manœuvrer car les prix sont largement surcôtés, le Gouvernement adopte un dispositif (20 septembre et 14 octobre 1948)70mis au point par H. Queuille, P. Pflimlin, Y. Coudé du Foresto et Louis Franck : d’un côté, le prix de la viande est (re)taxé au stade grossiste (mais pas éleveur) avec des cours normaux pour les achats prioritaires, de l’autre le barème mobile est instauré pour les agglomérations.

Tableau 146
Barème mobile pour la viande (octobre 1948)

Tableau 146Barème mobile pour la viande (octobre 1948)

Source : AEF Cusin 5 A 29, Note commune n° 644, Prix du bétail... et des viandes de boucherie, p. 6 et L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? 1957, p. 42-43.

71Les deux mesures ont pour effet assez immédiat de reconduire les cours à des niveaux acceptables par rapport aux autres prix et aux revenus du moment. Le kg de beefsteack 1re catégorie est ainsi plafonné à 426 F dans les grands centres urbains et 392 F dans les communes de moins de 5 000 habitants. Mécontente, la CNBF incrimine « la peur du gendarme » et le « plein désordre » d’un marché où « les cours se tassent » (Bulletin CNBF, 1er décembre 1948). Au début de 1949, la baisse des cours grossistes, indépendamment de la taxation gouvernementale, est comparée à « un effondrement » (Bulletin CNBF, 1er février 1949). Il faut exporter ! C’est alors que réapparaît le thème de la liberté.

  • 71 La CNBF tient deux assemblées générales par an, l’une en septembre pour les motions, l’autre en fév (...)
  • 72 Louis Franck, directeur des Prix, dans ses mémoires, 697 ministres, édition 1986, p. 86-89, comme G (...)

72La liberté des prix est une revendication ancienne qui remonte à 1946-1947, lors des pénuries fructueuses pour la corporation. L’Assemblée générale du 19 septembre 1949 en fait son objectif principal, « Liberté totale des prix de la viande », celle71du 13-14 février 1950 renchérit, « La liberté, c’est le droit de se discipliner soi-même afin d’éviter de l’être par les autres. » La libération s’effectue en trois temps, après négociations avec les Prix72 :

  • 21 mai 1949 : liberté du prix du mouton (10 % du chiffre d’affaires de la boucherie) ; « première brèche » commente le Bulletin CNBF (1er juin 1949).

  • 1er janvier 1950 : liberté de prix pour le veau et le porc (50 % de l’activité bouchère) ; « deuxième brèche » rapporte le Bulletin CNBF (1er janvier 1950).

  • 1er juin 1950 : toute la viande de bœuf est en vente libre ; « enfin ! » s’exclame le Bulletin CNBF (1er juin 1950).

  • 73 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? édition 1964, p. 87-97. Voir aussi : INSEE, Études et Conjonctur (...)

73Il faut pavoiser pour la corporation, mais cette liberté dans la baisse, qui se traduit aussi par l’érosion des effectifs adhérents (41 000 bouchers-charcutiers détaillants en 1948, 36 000 en 1949), n’est pas de bon augure. La reprise inflationniste au 2e semestre 1950 et pendant l’année 1951 est satisfaisante puisque les prix moyens du beefsteack à Paris (cf. tableau supra) progressent de + 64 % entre 1949 (436 F) et 1951 (723 F). À partir de février 1952 la stagnation est à l’ordre du jour, le prix moyen de 1955 (730 F) ne dépassant que de 2 % celui de 1951 (715 F). Seule la progression des quantités abattues permet de compenser en quantité ce que la hausse des prix ne fournit plus : 1,91 million de tonnes en 1951, 2,54 en 1955. Les difficultés de chiffre d’affaires ne sont plus rares dans la profession au moment du poujadisme et L. Franck73parle alors d’une « atmosphère difficile » pour le circuit.

  • 74 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? édition 1964, p. 87-97.

74Une organisation minimale du marché s’impose. Dans les années 1952-1953, les Prix préparent des textes sur la concurrence (loi du 9 août 1953) et réfléchissent à la question des produits d’élevage. En septembre-novembre 1953, le gouvernement Laniel prend un ensemble de dispositions régulatrices74 :

  • création d’une commission consultative du marché de la viande, où sont représentés les professionnels de tout le circuit, l’Administration et les consommateurs ;

  • ouverture d’un fonds d’assainissement du marché, financé par une taxe de 5 % sur la taxe d’abattage et destiné à peser sur les cours ;

  • constitution d’une société interprofessionnelle du bétail et de la viande, chargée comme l’ONIC d’ajuster prix et quantités : en cas de baisse des cours, elle intervient sur le marché pour stocker, congeler ou exporter ; en cas de hausse, elle est autorisée à importer. À la différence de l’ONIC, la SIBEV n’est pas exactement un organisme d’État chargé de tout le circuit, mais un établissement professionnel doté d’attributions prioritaires pour intervenir ponctuellement en cas de déséquilibre conjoncturel. Les bouchers, détaillants ou grossistes, y sont plus puissants que les éleveurs.

75À partir de 1953-1954, la question des prix de la viande n’est plus un problème politique.

3. La politique de la betterave.

  • 75 Loiret, Marne, Seine-et-Marne, Oise, Somme, Pas-de-Calais.
  • 76 Confédération générale de la betterave, Annuaire de la Betterave 1944-1945, passim et INSEE, Les ét (...)

76Avec ce troisième et dernier exemple, nous entrons dans un circuit encore différent et puissamment organisé. Les 150 000 planteurs, concentrés entre Orléans, Champagne et Artois75, livrent à une centaine de sucreries qui commercialisent leur production par le biais d’une quarantaine d’établissements76. Comme le montre le tableau ci-dessous, planteurs et raffineurs se partagent chacun les 2/5 du prix final, et ce, de manière stable pendant plusieurs décennies.

Tableau 147
Décomposition du prix d’un kilogramme de sucre raffiné (1956-1957), et besoins estimés de consommation pour les ménages métropolitains (1946)

Tableau 147Décomposition du prix d’un kilogramme de sucre raffiné (1956-1957), et besoins estimés de consommation pour les ménages métropolitains (1946)

Source : L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? édition 1957, p. 78 et édition 1979, p. 74.

Source : IFOP, Sondages, 16 février 1946.

77La demande intérieure, sous forme de sucre raffiné ou de produits agroalimentaires à base de sucre, progresse régulièrement de 1,3 kg par habitant et par mois dans les années trente à 3 kg vers 1980. Cette progression de la demande interne n’est pas pour défavoriser la profession qui s’insère difficilement sur un marché mondial saturé. La Confédération générale des planteurs de betteraves, dont les adhérents sont proches de Paris, forme un groupe compact, bien introduit dans l’AGPB et la FNSEA.

78Les prix de la betterave sont libres dans les années trente, avec un accord interprofessionnel entre les planteurs métropolitains et les importateurs de sucre de canne d’outre-mer. Avec la guerre et le rationnement, le sucre en gros est taxé en octobre 1939 et la betterave le 22 octobre 1940. Le prix annoncé en début de campagne s’entend de densité 8° 5 soit 8,5 % de sucre contenu par quintal de betterave brute. Ainsi, le prix de 1938-1939 est il annoncé à 245,92 F, mais la densité de 8° 1 rétrograde le prix moyen effectivement payé à 234 F.

Tableau 148
Betterave sucrière, 1948-1955, prix et quantités

Tableau 148Betterave sucrière, 1948-1955, prix et quantités

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 107. Confédération générale de la betterave, Annuaire de la betterave, 1944-1945, et Évolution du prix de la betterave, 1948-1968, Note interne, janvier 1968.

79Cette différence entre le prix de base et le prix effectivement payé n’est pas sans fausser certaines négociations. De juillet 1944 à juillet 1948, les betteraviers, qui ne représentent que 1,5 % de la production agricole en valeur, bénéficient de tarifs sensiblement supérieurs à la moyenne des prix : sur base 100 en 1938, indice 273 en 1944 (col. 5) contre 259 à l’indice général de gros (non mentionné sur le tableau), indice 1 835 en 1948 contre 1 655 à l’indice général (avance de 7 %). Ils ont en effet obtenu par le décret du 30 avril 1946, l’indexation du prix de vente sur le prix de revient ; la betterave incorpore non seulement des fournitures industrielles (tracteurs, essence, engrais) mais encore des charges salariales non négligeables. Ce mécanisme d’indexation et de garantie de prix fut ensuite étendu au blé (mars 1947) et au lait (1948).

80Pour la campagne 1948-1949, la récolte de l’automne 1948 dépasse celle de l’avant-guerre de 11 à 12 % (9,4 millions de tonnes) ce qui crée des conditions déflationnistes idéales pour le Gouvernement. Toutefois, le plan Pflimlin de revalorisation agricole empêche de trop comprimer le prix de campagne. En 1947-1948, le prix moyen payé était de 2 793 F le quintal ; la Confédération générale de la betterave demande, en s’appuyant sur les prix de revient, 4 125 F pour 1948-1949, soit une progression de + 47,6 %. Le niveau retenu est de 3 900 F, ce qui donnera en fait 4 295 F eu égard à la teneur en sucre (9°). P. Pflimlin écrit une lettre à la Confédération pour lui demander des sacrifices, tandis que son directeur Henri Cayre regrette dans le Bulletin de la CGB de décembre 1948 : « Jamais, jusqu’ici le prix n’a été autant comprimé au nom d’une bonne récolte. »

  • 77 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 85 : « … le visage mobile de M. Bidault quand on discuta (...)
  • 78 V. Auriol, Journal 1949, fin novembre-début décembre 1949, p. 428-438.
  • 79 Toutes ses déclarations vont dans ce sens, cf. les ouvrages cités supra. Par exemple, in lettre de (...)
  • 80 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 85.
  • 81 Bulletin de la CGB, novembre-décembre 1949, Bulletin de l’AGPB, 15 décembre 1949.

81Il en va autrement pour la campagne 1949-1950, célèbre par la démission de P. Pflimlin. Les planteurs ne sont pas inquiets pour les quantités, comparables à celles de 1948-1949, mais pour la teneur : elle s’annonce faible (7° 25) et le maintien du prix de 3 900 F donnerait 3 326 F le quintal payé. La CGB demande 5 900 F, soit 5 015 F payés. La hausse nominale apparaît inacceptable : de 3 900 F le quintal à 5 900 F, cela représente + 51 % d’augmentation alors que la hausse moyenne grossiste est de + 11 % entre 1948 et 1949. La hausse réelle après calcul de la densité serait plus modérée, de 4 295 F à 5 015 F soit + 16,7 %. Ce problème va être fatal aux betteraviers. G. Bidault ne parvient pas à s’intéresser au sujet77et l’affaire vient maladroitement en Conseil des ministres78. Le ministre de l’Agriculture propose 5 150 F (4 380 F payés), mais sur la suite, les avis divergent. Selon le Journal d’Auriol, Robert Buron à l’Économie nationale (suivant vraisemblablement les recommandations des Prix), avance 4 334 F et G. Bidault arbitre à 4 500 F. Suivant P. Pflimlin79, qui reconnaît ne pas se souvenir des chiffres, le président du Conseil aurait arbitré en dessous du prix proposé par l’Économie nationale, soit 4 600 F ou 4 700 F pour l’Économie et 4 500 F pour le président du Conseil comme prix final effectivement publié en décret. En l’absence de document d’archive précis, nous aurons plutôt tendance à suivre l’argumentation du principal intéressé, que personne au MRP n’a pu faire revenir sur son choix, plutôt que les souvenirs de V. Auriol, modérément impliqué dans cette question technique. Quoi qu’il en soit, le Conseil des ministres ne s’oppose pas au prix de 4 500 F le quintal (2 834 F payés) qui paraît en décret. La hausse, de + 15,3 % en prix d’annonce devient une baisse de – 35 % en valeur payée. La CGB est effondrée : « N’est-ce pas dix hauts fonctionnaires qui ont anéanti le travail de 155 000 planteurs ? » (Bulletin de la CGB, novembre-décembre 1949). Pour le ministre de l’Agriculture, le plan de janvier 1948 sur la valorisation de la production agricole et le décret du 30 avril 1946 concernant l’indexation des prix de vente sur les prix de revient ne sont plus respectés. « Au début de décembre 1949, M. Pflimlin... démissionne avec fracas80. » Les organisations agricoles81intéressées lui adressent une lettre ouverte pour saluer son geste.

82Si le prix de campagne est encore abaissé en 1950-1951 (4 150 F), la teneur en sucre (8° 4) proche de la moyenne, permet une remontée du prix effectivement acquitté aux planteurs (4 030 F). L’automne 1951, où fléchit la politique anti-inflationniste porte le prix moyen à 4 900 F, dernière véritable hausse avant 1957-1958 ! Le gouvernement Pinay maintient le prix de 4 900 F, mais devant la chute des quantités (de 13,5 millions de tonnes en 1950 à 9,5 en 1952), accorde une prime exceptionnelle de 375 F qui permet un prix payé de 5 275 F. Pour notre période, la betterave a atteint son plafond de prix, à l’indice 2 254 sur base 100 en 1938, mais comme beaucoup de produits agricoles, elle est en dessous de l’indice moyen de gros (2 676). Ce « retard » de 20 à 22 % est identique en 1955. De 1952 à 1956, la stabilité des prix enlève tout fondement apparent à la hausse des cours agricoles et le prix betteravier est abaissé à 4 700 F en 1954-1956.

83La politique de la betterave se décompose nettement en deux temps : de 1938-1940 à 1948, les gouvernements successifs confrontés à la pénurie cèdent à l’insistance des planteurs bien organisés et le circuit bénéficie de prix d’encouragement supérieurs à la moyenne ; de 1949 à 1956 et au-delà, la politique des prix tend à limiter au minimum les hausses de prix d’une année sur l’autre, incitant malgré eux les planteurs à gagner sur les quantités ou sur les coûts.

84De 1948 à 1952-1956, l’évolution des prix agricoles est largement ralentie par rapport à la période de pénurie précédente. Les trois produits analysés nous ont montré cependant la variété interne des prix agricoles.

Tableau 149
Comparaison du blé, de la betterave et de la viande, rapports croisés des prix et des quantités

Tableau 149Comparaison du blé, de la betterave et de la viande, rapports croisés des prix et des quantités

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103 et suivantes, et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et suivantes.

85Le blé taxé reste comprimé (indice du prix à la production : 1 817 en 1956 contre 2 388 à la moyenne des prix alimentaires) non seulement pour modérer la hausse du prix du pain, mais également pour décourager les petits livreurs peu productifs. La betterave taxée, longtemps favorisée jusqu’en 1949-1950 par la puissance de son lobby, est « pénalisée » ensuite du fait de ses gains de productivité, puisque son indice moyen de prix à la production en 1952-1956 s’établit à 2 017. La viande en gros, de statut libre, bénéficie de la demande sociale et le prix du kg de bœuf vif sur pied à l’abattoir s’élève à l’indice 2 893 en 1956. Le jeu des quantités est ici insuffisant pour expliquer toute l’évolution, puisque si la viande (1,16) est le produit qui a le moins progressé en quantité – quoique plus rapidement que la moyenne de la production agricole – les tonnages livrés en betterave sont plus abondants (1,35 fois le niveau de 1938) que ceux du blé (1,21) et leurs prix néanmoins supérieurs. Les variations de productivité, difficiles à introduire, jouent également leur rôle. Si l’on s’en tient aux gains de rendement des produits (tonnage / ha pour blé et betterave, viande abattue / cheptel pour les bovins), celui-ci a augmenté entre 1938 et 1956 (de 1934-1938 à 1954-1958) de 1,13 fois pour la betterave, 1,33 pour la viande de bœuf, 1,45 pour le blé.

86Les troisième, quatrième et cinquième colonnes du tableau permettent une comparaison de chacun des trois produits avec la moyenne de la situation agricole. Si la betterave se trouve dans un cas moyen (1,0 dans la col. 5) le blé est en dessous (0,90) et la viande au-dessus (1,11). Cette situation par rapport à la moyenne est le fruit de combinaisons diverses : supériorité des quantités et infériorité des prix pour blé et betterave, supériorité des prix et des quantités pour la viande de bœuf. Il est difficile de déterminer la part exacte prise par la politique des prix dans la modération des tarifs, puisque les différences internes de productivité et de demande finale induisent des écarts réels entre produits. On peut simplement dire qu’elle contribue à maintenir bas les prix qu’elle contrôle, laissant le rapport brut entre offre et demande régler la question des prix du secteur non taxé.

III. PRIX INDUSTRIELS ET PRIX DES SERVICES : UNE FORTE DIFFÉRENCIATION DE FAIT

A. ÉCARTS DE PRIX ET POLITIQUE DES PRIX

87Le statut à part des prix agricoles, libres ou subventionnés, conduit à concentrer l’action publique sur les objets économiques les plus repérables, l’industrie, notamment les produits d’amont, et les services aux ménages, commerce de détail, logement, prestations sanitaires, etc. Peut-on distinguer l’évolution propre des mécanismes de prix (coûts) et l’action de la politique des prix ?

Tableau 150
Prix par secteur : agriculture, industrie, services (1948-1956)

Tableau 150Prix par secteur : agriculture, industrie, services (1948-1956)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 221 et 229.

88La décomposition sectorielle des séries de prix permet quelques observations intéressantes. Les indices présentés au lecteur n’offrent pas la fiabilité satisfaisante des séries postérieures aux années soixante, mais leur contenu a été amélioré par rapport à celui des années quarante. La série de gros des 319 marchandises élargit le cercle d’observation, autrefois limité à 135 rubriques, et donne désormais la majorité aux produits manufacturés et aux matières énergétiques (60 % au total) sur les produits agro-alimentaires (40 %). L’indice de détail calculé de 1949 à 1956 porte sur 213 articles et non plus sur 34, même s’il reste divisé en deux séries, l’une pour la région parisienne, l’autre pour les capitales régionales. La part des produits industriels (20 % de la pondération) demeure modeste en comparaison de celle des produits alimentaires (58 %) et les services font une franche apparition (15 %).

  • 82 La demande finale des ménages passe de 5 582 milliards (d’anciens francs) courants en 1949 à 12 253 (...)

89Les deux tableaux montrent de curieuses distorsions. En 1956, la moyenne des prix de gros (141,6) et celle des prix de détail (147,7) sur base commune 100 en 1949, ne sont pas très éloignées l’une de l’autre (de 4 à 5 %). On peut en dire autant pour les produits agricoles et alimentaires, dans les deux cas situés en dessous de la moyenne (entre 6 et 8,5 %). Mais les prix industriels semblent enregistrer une évolution divergente, supérieure à la moyenne (de 7 % environ) au stade grossiste, et inférieure (de 13 %) au stade détaillant ; au total, pour la période 1948-1956, un écart de 18 % sépare la hausse des prix indutriels de gros et la hausse des prix industriels de détail. Comme il semble difficile d’imaginer dans les années cinquante, de forts gains de productivité au stade détaillant, et que la demande progresse de manière continue82, les responsabilités sont plutôt à rechercher du côté de la politique des prix.

  • 83 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 228.
  • 84 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 234.

90Si les prix des services semblent décoller par rapport à la moyenne avec un écart positif de 39 % en 1956, cela tient moins à leurs gains de productivité plus faibles qu’à leur retard de niveau. L’indice des services à Paris, calculé par la SGF puis par l’INSEE de 1938 à 194983, montre une progression de 10,37 fois pour les 46 articles sélectionnés, alors que la moyenne des prix de détail de la série des 34 articles présente une multiplication par 16,76 pour la même période. L’écart est alors de 61 % au détriment des prix des services. L’effet de rattrapage est indiscutablement majeur : les loyers qui avaient peu augmenté en 1938-1949 ( 4,2) sont sensiblement relevés en 1949-1956 ( 3,2), les soins médicaux qui avaient suivi la moyenne de 1938-1949 ( 11) continuent de la suivre en 1949-1956 ( 2,08), les tarifs postaux fortement relevés en 1938-1949 ( 25,5) restent stables en 1949-1956 ( 1,1). L’ensemble des prix des services, décuplé ( 10,37) entre 1938 et 1949 puis encore doublé ( 2,05) entre 1949 et 1956 atteindrait théoriquement en 1956, 21 fois son niveau de 1938, contre 24,75 pour l’ensemble des prix de détail. En 1956, le niveau des prix des services est toujours proportionnellement inférieur à celui des prix moyens de détail. Les loyers à Paris, sur lesquels nous disposons d’une série homogène et continue84, confirment ce retard de manière accusée, puisque leur niveau en 1956 atteint 14,25 sur la base 100 en 1938.

  • 85 En FF de 1949, la masse salariale passe de 3 586 milliards en 1949 à 5 918 en 1956. Cf. INSEE, Annu (...)

91Ces quelques remarques permettent de situer la question des prix industriels et des services au sein d’une politique des prix qui s’efforce d’amortir la pression des coûts sur les prix de vente. Pour ne prendre que le cas des coûts salariaux, qui représentent 50 % des coûts globaux de production, soulignons que les prix (de gros et de détail) progressent de 44 % entre 1949 et 1956 et la masse salariale en francs constants de 65 %85.

Tableau 151
Exemples de prix représentatifs, 1938-1956, synthèse

Tableau 151Exemples de prix représentatifs, 1938-1956, synthèse

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376, 403 et suivantes; et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286 et 302.

  • 86 Les céréales avec le blé et les produits animaux avec la viande semblent assez représentatifs des é (...)

92L’évolution interne des prix offre une image à la fois conforme et diverse. Les rubriques 1 à 7 sont destinées à confronter le rythme moyen des prix ou celui des produits agricoles86 avec les exemples choisis pour l’industrie (rubriques 8 à 13) et les services (rubriques 14 à 17). Parmi les dix rubriques retenues, émergent en 1956 deux branches plus haussières que les autres, l’acier (indice 3 643, soit 43 % au-dessus de la moyenne col. 1) et le coton (3 529, soit 38 % d’écart). L’acier est taxé et le coton est libre. Le premier est un secteur qui nécessite un fort coefficient d’investissement (privé) et pour lequel les tolérances à la hausse – régulièrement jugées insuffisantes par la profession – sont nécessaires en période d’ouverture européenne. Il s’agit d’un des rares produits industriels qui progresse entre 1952 et 1956 (+ 11 %, contre 9 % au charbon). Le second, tributaire du prix des importations dans la zone dollar, évolue très vite à la hausse en période de dévaluation (indice 4 801 en 1952) puis normalise ses cours en phase de stabilité des prix (recul de 27 % entre 1952 et 1956).

  • 87 Pour ceux-ci, la question diffère du tout au tout pour les immeubles d’avant-guerre peu endommagés, (...)

93Un second groupe est formé des produits qui encadrent la moyenne, comme l’acide sulfurique (indice 2 800 en 1956) le charbon (indice 2 619) ou le ciment (indice 2 154). Il s’agit de branches où les dépenses en investissement (acide, ciment) ou en personnel (charbon) sont significatives et où la Direction des prix a pu difficilement contrarier la répercussion des coûts dans les prix de vente. Acide et charbon sont d’ailleurs toujours en régime de taxation en 1956, tandis que le ciment figure dans la catégorie des prix libres depuis 1948-1949. Les cinq autres cas évoluent plus lentement que la moyenne, lestant d’ailleurs les tendances haussières de leurs voisins. Il s’agit plutôt de services que de produits industriels. Seule l’électricité, activité d’investissement à haute productivité, suit le rythme des loyers, tarifs SNCF, postiers et hôteliers. La plupart de ces services, offerts en monopole (SNCF, EDF, PTT) ou en nébuleuse de PME (loyers, hôtellerie) sont en statut de contrôle, permettant aux Finances de modérer largement leur relèvement au nom des intérêts usagers. Il faut considérer, non sans stupéfaction, le niveau des loyers en 1944 (indice 118) ou celui des chambres d’hôtel (indice 125) qui autorise pendant une bonne décennie des hausses annuelles convenables (les loyers parisiens augmentent de + 23 % par an entre 1944 et 1956, dont + 11 % par an en 1952-1956) avec un niveau indiciaire global inférieur à la moyenne des prix. Les effets de masse salariale sont surtout sensibles pour la SNCF et les PTT, nettement moins pour les hôtels (le plus souvent « familiaux »), l’EDF (forte immobilisation du capital technique) ou les loyers87.

Tableau 152
Comparaison de quelques produits industriels et de services, rapports croisés des prix et des quantités

Tableau 152Comparaison de quelques produits industriels et de services, rapports croisés des prix et des quantités

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 123 et suivantes (quantités) et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et suivantes (prix).

94Pour confronter de manière plus précise les prix indutriels et la production, il a paru intéressant de dresser une série de rapports entre ces deux grandeurs pour 7 produits en 1956. La colonne 1 fournit l’indice des prix du produit, la colonne 2 celui des quantités produites, dans les deux cas sur base 100 en 1938. Les colonnes 3 et 4 comparent les prix et les quantités de chaque secteur aux prix et aux quantités de la moyenne des secteurs afin de dégager une typologie. La colonne 5 synthétise les informations des colonnes 3 et 4 par la racine de leur produit. Les sept produits sont classés à partir de la colonne 5 selon leur position par rapport à la moyenne. Aux deux extrêmes, nous trouvons le km-voyageur SNCF (0,61) et le ciment Portland (1,42). Un rapport interne (prix)  (quantités) différent de la moyenne procède tantôt des prix, tantôt des quantités, tantôt des deux. Aucun des sept exemples n’est dans la moyenne pour les deux facteurs ; seuls électricité (prix bas, quantités abondantes) et tissés de coton (prix hauts et quantités inférieures à la moyenne) présentent un coefficient proche de 1,0 car les deux éléments se compensent. Ailleurs, des quantités inférieures à la progression moyenne des quantités (SNCF, charbon, acide sulfurique) ne sont pas vraiment compensées par des prix supérieurs à la moyenne des prix, ce qui donne un coefficient final inférieur à 1,0. Au-delà de 1,0, acier et ciment se détachent par des quantités toujours supérieures à la moyenne, tandis que les prix (bas pour le ciment, plus élevés pour l’acier) dépendent des gains de productivité.

95Au total, quatre situations coexistent :

  • une production et des prix supérieurs à la moyenne : acier (taxé),

  • une production supérieure à la moyenne, des prix inférieurs : ciment (libre) et kWh (taxé),

  • une production inférieure à la moyenne, des prix supérieurs ou égaux : charbon, acide sulfurique (taxés), fils de coton (libres),

  • une production et des prix inférieurs à la moyenne : tarifs SNCF (taxés).

96À travers ce classement, la politique des prix n’apparaît pas uniquement compressive, puisque l’acier taxé dépasse la moyenne aussi bien pour les prix que pour les quantités et que les secteurs nettement productifs du ciment et de l’électricité maintiennent des prix bas alors que leur statut est opposé. Inversement, les secteurs de moindre progression productive (charbon, acide, coton, SNCF) offrent deux cas de figure profondément différents, les secteurs où les répercussions de hausses de coûts dans les prix de vente sont tolérées (charbon, acide, coton) et ceux où elles sont refusées (SNCF) ; l’optique sociale et politique peut jouer dans les deux sens, à l’avantage des salariés de la production (Charbonnages de France) organisés de manière compacte ou à ceux des usagers (SNCF). En fait, l’orientation prise par les Finances est de canaliser l’évolution des prix au plus près de celle des gains de productivité. La situation idéale est celle du ciment et de l’électricité ; le cas de l’acier est intermédiaire, la hausse des prix étant accompagnée d’une hausse des quantités ; la politique de la SNCF est un pis-aller, puisqu’on impose des prix bas à une entreprise aux prestations inférieures à la moyenne des autres activités. Coton, charbon et acide sulfurique constituent les configurations les plus désagréables avec insuffisance de productivité qui contraint à des relèvements mécaniques de prix.

  • 88 J. Fayolle, J. Zachmann, Politique et formation des prix industriels, des années cinquante aux anné (...)

97Toutes ces conclusions doivent être formulées avec prudence. Une étude fouillée88de 1987 confirme à la fois l’efficacité de la politique des prix à moyen terme dans les années cinquante, la difficulté à estimer ses effets spécifiques sur tel ou tel secteur de prix, ainsi que les rapports entre politique des prix et productivité.

98Sur le premier point, les auteurs notent : « Contribuant à briser le processus inflationniste en 1952, (la politique des prix) a su, jusqu’en 1955, participer à la formation des conditions de reprise d’une expansion stable et réellement non-inflationniste » (p. 54). Au-delà, les années 1956-1957 forment une phase critique pour la stabilité des prix, que la politique du même nom ne parvient pas à freiner sur la pente dangereuse de l’indexation généralisée, tandis que les années 1958-1959 avec le plan Pinay-Rueff dégagent à nouveau des « effets structurels durables » (ibidem).

99Pour la question de la politique par secteur, « la fragilité du matériau statistique est sur ce plan un obstacle de taille : les séries comptables trimestrielles de prix sont élaborées à partir des indices de prix de gros, peu adéquats à un suivi des prix effectivement pratiqués, puisqu’ils résultent d’une observation des prix de barème » (p. 44). La seule branche satisfaisante à examiner est la chimie, où des produits standardisés, surveillés d’assez près par les Prix et orientés vers l’exportation, fournissent des éléments homogènes à l’observation. Dans ce secteur, le taux de marge effectif (prix de la valeur ajoutée / coût salarial unitaire, voir p. 18) des entreprises chimiques est supérieur entre 1952 et 1955 au taux de marge désiré par les entreprises (marge désirée : prix de vente souhaité par les entreprises, p. 30-31), ce qui signifie que l’État ne pèse pas négativement sur les prix de vente. Les deux taux ne coïncident qu’après 1956 car les Prix cherchent à bloquer les tarifs qui prennent le chemin de la hausse (ibidem, p. 45).

  • 89 A. Vincent, Productivité et prix relatifs dans quinze branches de l’économie française, 1949-1963, (...)

100Quant aux relations entre prix de vente et productivité, le travail de Fayolle et Zachmann montre que l’étude d’A. Vincent89, ne permet pas des conclusions très nettes. « A. Vincent rapproche l’évolution du prix des produits de chaque branche de celle de la productivité globale de ses facteurs de production et de ses coûts nominaux (prix des consommations intermédiaires, salaires...). Si une branche se manifeste par une évolution de ses prix de vente qui dépasse ses coûts globaux... le « coefficient d’influence des éléments financiers sur les prix des produits »... prend alors une valeur supérieure à 1,0 » (ibidem, p. 51-54).

101Le tableau du coefficient d’influence des éléments financiers sur les prix des produits (p. 53) montre les écarts relativement faibles entre secteurs. Examinons la seule période 1949-1956. Agriculture, sidérurgie, bois, transports et télécommunications se trouvent en équilibre. Industries agro-alimentaires, charbon, bâtiment et matériaux de construction, verre, produits mécaniques et électriques, chimiques, textiles et cuirs offrent des prix de vente tendus (prix de vente < coûts globaux), tandis que pétrole et non-ferreux se trouvent en situation de rente (prix de vente > coûts). Essayons maintenant d’approfondir ce point.

B. LA BATAILLE DE LA PRODUCTIVITÉ : LA POLITIQUE DES PRIX DE REVIENT

  • 90 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, La croissance française, Un essai d’analyse économique causal (...)
  • 91 Productivité du travail s’entend ici PIB / homme-heure (nb. d’actifs  durée du travail).
  • 92 Le taux de + 4,5 % figure à la page 110 de l’ouvrage et se rapporte à l’ensemble du PIB alors que c (...)

102Cette évolution de la politique des prix en direction de la productivité est la marque des années cinquante. Le souci de la modernisation qui hante le Commissariat au plan, le Trésor, puis bientôt le CNPF, correspond à la nécessité d’une insertion accrue dans les circuits commerciaux internationaux. Les années 1948-1952 amorcent, avec la création de l’Organisation européenne de coopération économique, OECE, une campagne intensive sur la concurrence, aussi bien interne qu’externe, tendant à abaisser ou modérer les coûts hexagonaux. Le thème de la productivité est engagé et la Direction des prix n’en est qu’un des propagandistes. D’après les calculs de Carré, Dubois et Malinvaud90, la productivité du travail91s’est accrue de + 2,8 % par an entre 1929 et 1963, ce qui peut se décomposer en : + 0,3 % / an de 1938 à 1949 et 4,5 % / an de 1949 à 196392. Les contemporains spécialistes, sans disposer de ces chiffres, perçoivent la stagnation de la productivité jusqu’en 1948, puisqu’il s’agit de retrouver le niveau de production de 1938, et l’envol des gains de productivité au-delà. Entre 1948 et 1950, on peut raisonnablement estimer à + 5 ou 6 % les progrès annuels de productivité, même si les chiffres sur ces trois années sont difficiles à reconstituer. Après 1950, le tableau suivant donne un résumé des progrès annuels jusqu’en 1956.

Tableau 153
Progrès annuels de productivité (1950-1956)

Tableau 153Progrès annuels de productivité (1950-1956)

Source : À partir de : Carré, Dubois, Malinvaud, La croissance française, Le Seuil, 1972, p. 243.

  • 93 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, 1984, p. 124 et suivantes.

103On remarque les gains supérieurs de productivité auprès du facteur travail et le léger creux conjoncturel de 1952-1954. Les discours incantatoires sur la productivité prennent appui sur de solides progrès réels dans la matière. À l’époque, on parle « d’abaisser les prix de revient ». Jean Fourastié93rappelle d’ailleurs que « chaque produit a... plusieurs prix de revient possibles, scientifiquement légitimes » et distingue trois couples de prix de revient :

  • « ex ante », prévisionnel et « ex post », consolidé ;

  • « direct », coût immédiat, et « indirect », intégrant frais généraux et amortissement ;

    • 94 Voir par exemple Who’s who in France, 1989-1990, p. 688-689.
    • 95 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 32-33. L’exemple des coiffeurs est devenu classique pour (...)
    • 96 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, p. 43-44.

    « moyen », coût total par unité produite, et « marginal », coût moyen, majoré des unités supplémentaires à produire. Il s’agit « d’éclairages différents d’une même réalité ». L’auteur (1907-1990), ingénieur centralien et juriste a commencé sa carrière aux Finances (1934-1946) où il exerçait les fonctions de commissaire contrôleur aux Assurances, avant d’enseigner au conservatoire national des Arts et Métiers (1940-1978)94. C’est là qu’il a créé un laboratoire de recherche sur les prix et, entre 1946 et 1978, celui-ci a établi l’histoire des prix de 3 000 produits environ. À partir de 1949, il siège au Comité national des prix, jusqu’en 1967, régalant ses collègues95des gains comparés de productivité sectorielle. Son analyse est intéressante aussi bien comme apport théorique que comme témoignage pour la période que nous étudions. Lisons : « Dans beaucoup de petites entreprises, les prix de revient sont encore calculés approximativement, de manière artisanale... (sous la forme d’une) série d’additions et de divisions relativement simples ; les prix de vente sont fixés de façon intuitive, à la lumière des expériences passées et de la connaissance que le chef d’entreprise possède de son marché96. » Plus élaboré dans les grandes entreprises, le calcul du prix de revient suppose le travail d’une équipe spécialisée.

  • 97 A. Lesage, Politique et administration des prix, 1962, IAE. M. Lesage est expert économique d’État (...)

104Deux exemples peuvent être fournis à l’aide de la SNCF et de l’EDF. Déficitaire à hauteur de 10 % de son chiffre d’affaires dans les années trente, la SNCF cherche après 1946 à limiter les effets de l’inflation et de la concurrence montante de la route pour les marchandises. En 194797, les ingénieurs du service d’études mettent au point une politique de coordination tarifaire rapprochant le prix final du coût total. Les marchandises sont classées selon leur charge (densité, fragilité, aptitude au gerbage) et chaque catégorie est affectée d’un prix-plafond qui correspond au prix de revient moyen d’un transport par camion, et d’un prix-plancher, coût marginal au dessous duquel la SNCF perd de l’argent. Le tout est pondéré par un barème tenant compte d’éléments complémentaires : valeur de la marchandise, concurrence locale de la route, solvabilité de la clientèle. En 1951, apparaît un éventail géographique tarifaire, de 0 à 15 % d’écart interne, en fonction des zones de desserte autour des gares de triage. Même si le système de prix alors adopté pour les marchandises ne suffit pas à équilibrer une situation financière fragile, où domine une logique de l’usager, on peut relever l’effort réalisé en faveur d’un assouplissement des liens entre coûts (internes) et tarifs (externes).

  • 98 J.-M. Jeanneney et Colliard, Économie et droit de l’électricité, 1950, p. 87-110. Également, Beltra (...)
  • 99 Le coût moyen est le quotient : coût total / unité produite, le coût marginal est le quotient coût (...)

105L’EDF pousse plus loin les investigations en matière tarifaire98. Quasiment dépourvues de concurrent, univers d’ingénieurs, porteuses d’une aventure nouvelle et exaltante, la production et la distribution de l’électricité souffrent en 1945 d’un certain désordre des tarifs privés hérités des anciennes sociétés et de réelles difficultés à couvrir avant 1950, la demande croissante de l’économie. Plus que les augmentations de salaires, ce sont les charges financières d’investissement qui conduisent la direction à réfléchir à une conception plus élaborée et prospective des coûts de revient. Pierre Grezel, le directeur général, met en place fin 1947 trois petits groupes de travail, aux Études et Recherches, à l’Équipement et à l’Exploitation, afin d’étudier de front les tarifs, l’optimum d’équipement et les probabilités de débits. Au début des années cinquante apparaît ainsi un document que l’EDF baptise Note bleue, seulement officialisé en 1959. Appuyée sur la base du coût marginal99et non sur celle du coût moyen, la méthode distingue les heures, le jour, la saison, le lieu et le client. Cette grille entre en fonctionnement en 1953.

106Des courbes, réalisées en 1950 par J.-M. Jeanneney et Colliard, alors professeurs d’économie à Grenoble (Économie et droit de l’électricité, planche XXXI), montrent le parallélisme de la demande et du coût unitaire (par kWh), à la hausse pour les quantités (Q1, Q2, Q3) et à la baisse pour les prix (P2, P3). À partir de Ql (12 millards de kWh), production initiale de base, le coût global en milliards de F (en ordonnée, à gauche) progresse régulièrement à la hausse, alors que le coût marginal évolue plus rapidement (phase d’investissements croissants) et irrégulièrement (au rythme des mises en chantier et en livraison). Le graphique calcule le coût marginal global, mais pas le coût marginal moyen. L’expérience de l’EDF fera des émules, mais nous manquons encore d’informations nombreuses et aisément accessibles sur le sujet, malgré quelques thèses sur l’histoire des entreprises, pour dresser un tableau plus exact du calcul comptable des coûts marginaux.

  • 100 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, 1984, p. 43-44.

107Dans tous les cas, pour terminer cet aspect de l’analyse, « le prix de revient est l’inverse de la productivité du travail » et « sauf exception... les prix de vente sont déterminés par les prix de revient... par le travail total nécessaire pour fabriquer le produit ou rendre le service100 ».

  • 101 AEF, Cusin 5 A 15.
  • 102 AEF, Cusin 5 A 15.

108La question de la productivité n’a pas fait l’objet d’enquêtes officielles approfondies. On peut seulement citer l’étude de Louis-André Vincent dans le cadre de la Statistique générale de la France, Le progrès technique en France depuis cent ans (1896-1944), parue en 1945. Dans les archives des Finances, on recense en 1945 les premières apparitions du thème de la productivité pilotée par l’État. Une réunion des secrétaires généraux de l’Économie nationale le 30 juin 1945, aborde le sujet sans le développer101. Les travaux du Conseil de l’économie nationale, conférence légère qui préfigure le Conseil économique et social, rendent compte de l’ambiguïté de la voie choisie : il s’agit moins de dégager des gains de productivité que de favoriser les concentrations d’entreprises, le patronat (P. Ricard) s’y opposant au nom du libéralisme et les syndicats (P. Lebrun) au nom des menaces sur l’emploi102. La liaison inquiétante entre politique des coûts et politique de concentration leste négativement tous les projets de 1945-1946.

  • 103 AEF, B 16 020.

109La question n’est plus à l’ordre du jour en 1947, à l’exception d’une conférence isolée le 17 juin à l’Économie nationale. Le directeur des programmes, Pierre Grimanelli, insiste auprès du ministre des Finances, R. Schuman (13 novembre 1947) puis de R. Mayer (12 décembre) pour dresser un bilan des actions autour de la « rationalisation ». Sa note du 20 janvier 1948103résume pour la postérité la ténuité du dossier. Elle constate l’échec des commissions administratives permanentes de coordination, notamment le Centre national d’organisation scientifique du travail (1936-1940) et la coexistence d’une dizaine d’instances s’occupant de rationalisation : Association française des conseils en organisation scientifique, Commission générale d’organisation scientifique, AFNOR... Elle propose, en vain, une plate-forme de liaison permanente entre ces associations sous la forme d’un comité français de rationalisation. Le cabinet Mayer juge vraisemblablement trop dirigiste cette initiative administrative. En fait, les Finances vont agir implicitement sur la question des prix de revient, par la stabilisation des salaires (50 % des coûts) comme par le statut de liberté contrôlée imposant aux professionnels de justifier leurs hausses par des calculs comptables. Le mouvement de rationalisation financière est lancé.

  • 104 Introduction correcte à la question par un ouvrage d’époque : R. Prost, La comptabilité entre le ca (...)

110Le nouveau plan comptable exerce le même genre de pression sur le tissu économique. Connaître ses prix de revient semble la meilleure base pour les maîtriser. L’homogénéisation des comptabilités commerciales est un facteur d’amélioration productive. Plusieurs branches économiques comme l’agriculture en sont d’ailleurs complètement dépourvues. Le premier plan comptable date104 de la guerre sous l’égide d’une commission interministérielle que crée le décret du 22 avril 1941. Proche du plan allemand Goering, aux objectifs implicitement militaires, assez complexe d’après les témoins, malgré la parution des habituels mémentos en 1943, celui de Delmas (Bordeaux) ou de la CEGOS (Comité général de l’organisation française) il n’est pratiquement pas appliqué. Après la guerre, une commission de normalisation des comptabilités est créée par le décret du 4 avril 1946 et publie son travail un an et demi après sous le titre « Le plan comptable général », le 19 septembre 1947. Le rapport introductif en précise les enjeux : « l’absence de statistiques d’ensemble de... la comptabilité des entreprises... rend vaine, dans une trop grande mesure, la politique économique et fiscale de l’État et... favorise les malentendus sociaux » quant à la formation ou à la répartition des richesses. Le plan est obligatoire pour le secteur nationalisé et modulé pour le secteur privé, eu égard à « l’insuffisance actuelle du personnel comptable » et à l’allure « quasi inexistante... de la formation des comptables industriels » en la matière. Le 16 janvier 1948 est installé un Conseil supérieur de comptabilité. Les manuels pratiques apparaissent au rythme de 5 à 10 par an d’après le fichier de la Bibliothèque nationale.

Tableau 154
Bilan type proposé par le plan comptable de 1947

Tableau 154Bilan type proposé par le plan comptable de 1947

Source : A. Laubie, Le bilan, 1947, II, p. 137.

  • 105 H. Culmann, La comptabilité analytique, PUF, Que sais-je ? 1981. H. Culmann, né en 1907, inspecteur (...)

111La méthode choisie en France de la comptabilité en « sections homogènes » semble favoriser la production et négliger la vente. « La France, pays d’ingénieurs, porte d’abord son attention sur la production... la méthode des sections est le reflet de cette mentalité... ; elle calcule d’abord des coûts de production complets moyens, puis par l’addition des frais de distribution, des coûts de revient », écrit Henri Culmann105. En cas de non-vente ou de stockage, la méthode inclut des frais généraux et des impôts de produits encore non réalisés. « La méthode des sections stocke des frais généraux... et conduit à augmenter le bénéfice d’un montant dont la réalisation n’est pas certaine. » Elle incite à produire plus qu’à vendre, ce qui est l’apanage du « direct-costing » qui privilégie les coûts variables, coûts effectivement réalisés (prix de vente – prix de revient  quantités).

  • 106 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949, passim.
  • 107 J. Monnet, Mémoires, 1976, p. 327-328.
  • 108 1949 est l’année de publication du livre de J. Fourastié, Le grand espoir du xxe siècle, ouvrage co (...)
  • 109 En 1952, Jean Monnet est nommé à la CECA et Étienne Hirsch, un de ses collaborateurs, lui succède a (...)
  • 110 Pour tout ce passage, voir aussi : H. Bonin, Histoire économique de la IV République, Economica, 19 (...)

112L’année 1949 est celle de la productivité, que ce soit dans les cercles du pouvoir ou ceux du patronat. Citons, entre autres documents, le rapport confidentiel de la Banque des règlements internationaux au ministère des Finances106qui évoque le vieillissement de l’outillage et l’importance de la stabilité des prix pour le succès de la rationalisation. Autre intervenant de taille : le Commissariat au plan. Jean Monnet rapporte107que Jean Fourastié, conseiller technique au plan depuis 1946, vint le trouver en 1949108pour lui expliquer que la productivité de l’année en cours équivalait à celle de 1938 et lui proposer « des actions d’information et de formation, qui de proche en proche, changeront les mentalités ». Par exemple, les machines-outils françaises présentent un coût de 30 % supérieur à celui des machines américaines. J. Monnet crée alors des commissions de productivité à la rue de Martignac, siège du Plan, et en confie la responsabilité à Fourastié dans le cadre d’une Commission interministérielle de la productivité. À la fin de 1949, un premier travail est rendu, Recueil de documents relatifs à la productivité. Le second Plan (1953-1957), dit plan Hirsch109, met l’accent sur la productivité110. En 1950 est créé un Comité national de la productivité.

  • 111 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, p. 155-56.
  • 112 Le responsable est M. Norguet, ingénieur du génie maritime, également président de la commission de (...)
  • 113 L’Union textile par exemple, Le mois textile, janvier 1952, supplément n° 1 (cité dans H. W. Ehrman (...)

113Que dit le patronat de la productivité ? Le Bulletin du CNPF évoque entre 1946 et 1948 sa préférence chronique pour les baisses de prix plutôt que les augmentations de salaires et emboîte le pas à la stabilisation négociée par la Troisième Force. Son action porte plus sur la liberté des prix de vente que sur la compression des prix de revient, thème nettement moins populaire auprès des chefs d’entreprise. Jean Fourastié résume sous une lumière crue les perspectives de 1944-1948 : « Quand la pénurie était encore la règle générale... il suffisait de produire et l’on était quasiment assuré de vendre... souvent beaucoup plus cher que le prix de revient111. » À partir de 1949, la situation s’inverse et les coûts, notamment salariaux, menacent de dépasser les prix de vente qui stagnent. Dès le mois de mars, le Bulletin du CNPF publie un article complet sur la « Productivité, sa définition, son rôle, sa portée ». Le 9 mars, la centrale patronale inaugure sa propre commission de la productivité112. Un article de 2 pages énumère les conditions de gains de productivité, par l’outillage modernisé, par l’organisation du travail et par la spécialisation/standardisation des produits. Le thème est repris souvent dans le bulletin, les 15 avril, 15 octobre et décembre 1949. Le modèle américain s’impose à la majorité113, rangée derrière président (Villiers) et vice-président (Ricard), mais une minorité, plutôt autour de la commission sociale du CNPF l’estime inadaptable au cas français (Bulletin du CNPF, n° 68, 20 juin – 5 juillet 1951).

  • 114 Une moitié des participants est formée de patrons, un quart d’ouvriers et de techniciens, un sixièm (...)
  • 115 De 1949 à 1963, la productivité du travail augmente de + 4,4 % en France, de + 4,9 % en Italie, de (...)

114Les missions de productivité aux États-Unis sont l’un des outils décisifs du changement de mentalité. Décidées par une loi de juillet 1948, financées successivement par l’État, les États-Unis et le CNPF (Association française pour l’accroissement de la productivité, 1950-1968), elles permettent à 2 600 participants114entre 1949 et 1952 de séjourner environ deux mois en Amérique. En France même, cours du soir et formation permanente de l’Association française pour l’accroissement de la productivité familiarisent les stagiaires avec les techniques et les savoirs productifs. Dans la pratique, les missions suscitent un état d’esprit, mais les apports de l’expérience sont sélectionnés par les entrepreneurs. Si les gains sont réels au niveau global115, sans que l’on puisse identifier précisément l’impact de ces voyages, les entreprises prennent le soin de programmer leur modernisation de manière individuelle plutôt que par branche, et par initiative patronale plutôt que par cogestion paritaire.

  • 116 Rappelé par Louis Franck, (Mémoires) 697 ministres, édition 1986, p. 84. R. Buron fut secrétaire d’ (...)
  • 117 AEF, B 18 680, Dispersion des rapports entre prix de gros français et prix de gros étrangers. Le qu (...)

115Par effet de retour, l’INSEE et la Direction des prix s’intéressent à cette modernisation globale notamment dans le cadre des exportations renaissantes. Robert Buron116fut l’un des ministres ou secrétaires d’État les plus concernés par la question de la productivité. Une note confidentielle de l’INSEE en décembre 1951117apprécie la dispersion des rapports entre prix de gros, français et étrangers. Si le quotient équivaut à 100, le prix français est au niveau du prix étranger, s’il le dépasse, le prix français n’est pas compétitif (« trop cher »). Par exemple, le blé français est exportable en Espagne (coeff. 63), en Italie (90) et Suisse (92), indifférent en Allemagne (100), coûteux en Belgique (109), États-Unis (113) et Grande-Bretagne (127). Les autres prix se placent en moyenne selon la même hiérarchie par pays, facilitant les exportations vers les pays agricoles, les freinant vers les pays industriels.

116En 1953, Louis Franck, le directeur général des Prix, prononce une conférence au Club des échos sur le thème « Pourquoi nous sommes trop chers ? ». Si les patrons incriminent les charges d’impôts, de crédit ou de salaires sociaux, lui-même privilégie la sclérose de l’outillage, le protectionnisme intérieur (cartels) et extérieur (tarifs douaniers), le prix des matières importées et les charges sociales. La Chambre de commerce et d’industrie de Paris adopte le 24 juin 1953 les conclusions d’un de ses rapporteurs sur l’adaptation de l’industrie et du commerce français à la concurrence européenne : productivité, organisation professionnelle avec ententes « constructives », libéralisme commercial gradué, réduction d’impôts. La commission Nathan formée en 1954 pour étudier les disparités entre prix français et étrangers ajoute aux causes physiques et historiques des surcoûts français, l’existence de facteurs plus politiques comme l’encouragement aux formes peu économiques de production et de vente (protection du petit commerce, médiocrité de l’amortissement) et la multiplication de mécanismes de transfert (subventions, emprunts publics, assurances sociales). Elle propose la libération des échanges, la lutte contre l’inflation par l’équilibre budgétaire et l’encouragement à la concurrence, l’effort d’expansion et de productivité.

  • 118 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 91 et 97.

117On ne peut pas évoquer cette nouvelle politique des prix des années cinquante sans mentionner les prémices de son élargissement à la politique européenne des prix, qu’elle a partiellement contribué à inspirer. Nous n’en dirons qu’un mot. À partir du printemps 1952, les prix du charbon et de l’acier glissent lentement de leur fixation nationale à une détermination progressive par les services CECA de Luxembourg. Les administrations nationales des Prix, craignant d’être délestées de prérogatives essentielles, continuèrent un temps à participer au travail communautaire, notamment par le calcul des prix de revient118. À partir de 1960-1962, la mise en place de la politique agricole commune opère le même type d’européanisation des prix pour ce secteur, transformant peu à peu les organismes nationaux, comme par exemple l’ONIC, en instances-relais des décisions de Bruxelles.

C. CONCURRENCE ET CARTELS : DES AVANCÉES TIMIDES MAIS RÉELLES

  • 119 Analyses de référence : L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? 1957, p. 101-112 et L. Franck, La l (...)

118La politique des prix de revient prend enfin un dernier visage avec l’action sur la concurrence et la limitation des cartels119. La loi Le Chapelier (14-21 juin 1791) prohibe toute coalition des producteurs tendant à ne vendre qu’à un certain prix, ce qui était une des bases du système corporatif. Les articles 412 et 419-421 du Code pénal considère cette coalition comme un délit passible des tribunaux, tandis que la jurisprudence se contente de cantonner les cas les plus manifestes. La loi du 26 décembre 1926 réprime toute action individuelle ou collective tendant à provoquer une hausse ou une baisse « artificielle » des prix pour obtenir un gain qui ne résulterait pas du « jeu naturel de l’offre et de la demande ». Comme aucune précision n’était donnée pour définir le « gain normal », Louis Franck note que la loi fut dépourvue « d’efficacité réelle ». Le décret du 12 novembre 1938 donne pouvoir au Gouvernement d’interdire toute majoration de prix dans les industries dont les conditions de vente sont faussées par l’existence des cartels et ententes. Selon H. W. Ehrmann, cette législation a sanctionné en 140 ans « quelques douzaines » de cas, un boulanger, un aubergiste, un mandataire des halles, le Comité des forges (en 1900).

  • 120 Le vin (1934-1935), le blé (1936), le textile, la métallurgie et la pêche (1935-1936), la chaussure (...)
  • 121 Journées d’études de l’organisation professionnelle économique, 7-9 juin 1943, p. 204-218, citées d (...)

119La frontière reste floue entre les « comptoirs de vente », syndicats de commerce pour les produits sidérurgiques, unifiant frais de personnel, de transport ou d’informations, et les cartels, qui constituent des ententes sur les prix et les quantités. L’entente peut elle-même avoir un sens positif d’économie d’échelle ou de compétition exportatrice, mais les Finances savent bien en 1950-1953, que la plupart de ces ententes, héritées de l’insuffisance de l’offre entre 1930 et 1948, ont d’abord une vocation conservatoire des avantages acquis. Les années trente enregistrent la naissance de nombreux cartels, plus ou moins officiels120. Deux parlementaires, Flandin et Marchandeau proposent en janvier 1935 une cartellisation généralisée : si 2/5 des producteurs représentant les 3/4 du chiffre d’affaires d’une branche signent un accord de cartels, le gouvernement est à même de rendre les clauses obligatoires pour toute la branche. La proposition de loi fut votée par la Chambre, mais rejetée par le Sénat. Une étude de 1943 signale la présence de 1 000 à 3 000 accords en 1939 contrôlant 80 à 85 % des entreprises de la branche signataire121. Le régime de Vichy renforce la tendance à la cristallisation du marché en circuits administrés et la loi du 16 août 1940 sur les comités d’organisation officialise les syndicats en cartels. Malgré leur disparition en 1946, après le remplacement des comités en offices professionnels, leur existence multiforme depuis environ 1935 a créé des liens et des habitudes.

  • 122 Conseil économique et social, Études et Travaux, Contrôle des ententes professionnelles, 1950, p. 3 (...)
  • 123 H. Davezac, L’Organisation professionnelle, p. 24-26, in Documents Jeune Patron, 1947.
  • 124 La cartellisation des cycles est confirmée par la Direction des programmes, Note du 16 février 1948 (...)
  • 125 J. J. Lederer, La sidérurgie européenne et les cartels avant le plan Schuman, Politique étrangère, (...)

120En 1950, le Conseil économique et social122 constate que les Finances (Bureau de statistiques et études financières) estime le degré de cartellisation de la production industrielle à 30 % et le CNPF à 5 %... Devant la commission du Conseil économique et social, Louis Franck témoigne que les secteurs libérés du contrôle des prix sont immédiatement pris en charge par une discipline professionnelle. Henri Davezac, responsable du syndicat de l’appareillage électrique, estime en 1947123que « seul le syndicat peut être efficacement l’initiateur et le promoteur de l’entente pour acier, chimie, ciment, pétrole, appareillage électrique, verre papier, cycle124 », semblant énumérer ainsi les secteurs alors cartellisés ou prêts à l’être. L’entente de l’appareillage électrique contrôle 80 % de la production et 90 % des entreprises du secteur. Le Comptoir des produits sidérurgiques met au point jusqu’en 1952, date d’entrée en fonctionnement de la CECA, le programme détaillé des 130 usines du secteur, centralise les commandes, répartit les matières, fixe les prix minima et facilite les paiements125. Dans l’étude du Conseil économique et social, la SNCF précise qu’elle rencontre dans ses marchés, cinq fois sur six des accords de cartels où la profession a désigné l’adjudicataire ; en cas de commande à l’étranger, la branche française lésée fait pression sur l’entreprise ferroviaire en passant par le lobby parlementaire et la grève salariée.

  • 126 Le Bulletin ACADI (Association des cadres dirigeants de l’industrie), février 1951, n° 45, p. 41-53 (...)

121Si les cartels n’ont pas que des aspects nuisibles, permettant un équilibre, ils laissent subsister des unités de production à productivité médiocre, offrant des rentes de situation aux mieux organisées, et ne contribuent pas à accélérer la modernisation comme on peut le voir pour l’acier. Ce sont des cabinets politiquement plus conservateurs, mais économiquement libéraux, ceux d’Antoine Pinay et de Joseph Laniel (1952-1954) qui s’occupent avec la Direction des prix de fluidifier la concurrence, à la fois pour favoriser la production intérieure à prix stables et pour s’ajuster sur les tarifs internationaux de la CECA et de l’OECE. Le travail des Prix, soutenu au Parlement par le Centre national des indépendants, les radicaux et les MRP, aboutit d’abord à la loi du 18 juillet 1952, texte court, voté à l’unanimité, malgré les oppositions patronales126. Le texte interdit un tarif minimum mis en place par une profession. En phase de stagnation des prix, il ne faut pas que des accords de cartels viennent entraver la politique de baisse entamée par le président du Conseil.

  • 127 Deux conférences de Louis Franck développent ce point de vue : Planisme français et démocratie. Rev (...)
  • 128 Yves Le Portz, né en 1920, diplômé d’HEC, de Sciences politiques et de droit, inspecteur des Financ (...)
  • 129 La loi du 11 juillet 1953 attribue au gouvernement Laniel des pouvoirs spéciaux, qui évitent de fai (...)
  • 130 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 142-143.

122Si la Direction des prix estime sur le moment que le texte est suffisant127, elle constate assez vite qu’il ne distingue pas suffisamment les « bonnes » et les « mauvaises » ententes. En témoigne ce projet de loi MRP - SFIO présenté par Germaine Poinso-Chapuis (MRP), revenant d’une mission aux États-Unis, et destiné à créer un tribunal spécial anti-cartel, avec appel auprès de la Cour de cassation. Le texte n’est pas adopté, mais son apparition témoigne d’une nécessité de précision législative. Les services de L. Franck, notamment son adjoint depuis 1950, Yves Le Portz128, affinent le premier texte et préparent le décret-loi129du 9 août 1953. « Nous fignolâmes un texte que l’on alla présenter à un Laniel étonné, méfiant et se demandant sur quelle galère on l’embarquait. Ainsi naquit sans gloire, un peu à la sauvette cet embryon de réglementation anti-trust »130. Trois aspects sont distingués :

    • 131 12 membres : un président, issu du Conseil d’État, cinq magistrats des Cours, quatre professionnels (...)

    Le contrôle des ententes étend le domaine de l’ordonnance sur les prix du 30 juin 1945 (article 59) à toutes les ententes de droit ou de fait : restriction de production, partage géographique, gel d’inventions. L’action d’une entreprise en situation de monopole n’est pas du ressort de la loi, jusqu’au texte ultérieur de juillet 1963. Les ententes (« positives ») dont les auteurs sont à même de prouver les effets favorables de l’accord sur l’offre ou la demande de leur circuit sont également exclues des pénalités prévues. Un organisme spécial de 12 membres131, la Commission technique des ententes, fait office de conseil consultatif pour le ministère ; l’idée d’un tribunal spécifique a été écartée. Elle prend en 1963 le titre de Commission des ententes et positions dominantes pour s’occuper aussi des monopoles. Saisie par le garde des Sceaux, le ministre des Finances, ou se saisissant elle-même, elle donne son avis (classement, encouragement, dissolution) au ministère concerné qui décide ou non le déféré aux tribunaux correctionnels.

    • 132 AEF, B 9 860. L’enquête porte sur 688 entreprises. Les 76 % de moyenne deviennent 100 % pour fonder (...)

    Le refus de vente ou pratique de prix discriminatoires, est assimilé aux « prix illicites » de l’ordonnance de 1945. Pour éviter de sanctionner le refus de vente légitime à un acheteur non-solvable ou revendeur en chambre, trois cas sont prévus : les contrats d’exclusivité, les ventes avec rabais, les majorations discriminatoires. Une enquête des Prix au 2e semestre 1953 établit à 76 % le nombre d’entreprises132 qui pratiquent les prix différenciés par client, administrativement appelés « barèmes d’écart ». Le cas le plus fréquent est celui d’un abattement par quantité achetée. Comme il n’y a pas de stricte proportionnalité entre le taux des remises et celui des commandes, une stricte application du décret-loi placerait plusieurs entreprises en infraction. Les Prix concluent l’enquête en recommandant « la plus grande tolérance nécessaire ».

123Si, en principe, tout producteur peut vendre à tout grossiste, tout grossiste à tout détaillant et tout détaillant à tout client, les prix différenciés peuvent se justifier dans le cas de circuits spécialisés (appareils de radio), de coûts particuliers d’acheminement ou de prestations différentes auprès du client. Ils ne deviennent illicites qu’en cas de partage délibéré de clientèle finale, excluant certains acheteurs, liant fournisseurs et clients de manière obligatoire, etc.

  1. Le prix imposé ou prix minimum est également interdit. Cette disposition est commode à appliquer en période de hausse des prix, mais plus délicate en phase de stagnation, voire de baisse. Elle vise surtout à favoriser la répercussion des gains de productivité auprès des consommateurs. Quelques dérogations furent cependant prévues pour des produits alors rares : lave-linges, appareils photographiques, réfrigérateurs, tissus et parfums de marque.

  • 133 Entrevue de P. de Montrémy avec l’auteur, 21 septembre 1988, Paris VIIIe.
  • 134 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 143.
  • 135 F. Jenny, A. P. Weber, Concentration et politique des structures industrielles, Documentation franç (...)
  • 136 Comité pour réduire les principaux obstacles à l’expansion économique (comité dit Armand-Rueff), Ra (...)
  • 137 Voir par exemple : L’Expansion, 19 avril-2 mai 1990, p. 106-110.
  • 138 Voir par exemple : L’Expansion, 3-16 septembre 1992, p. 48-57.

124Ce texte de loi est difficile à juger. Pour les Prix, il s’agit d’un travail sérieux. Philippe de Montrémy, qui y fut inspecteur des Finances et sous-directeur, l’estime « excellent et fondamental133 ». H. W. Ehrmann, qui le compare évidemment à la législation anti-trust des États-Unis, le qualifie de « confus ». En fait, la législation est convéniente, mais l’application est frappée d’inertie. « Il faut bien admettre que cette réglementation ne suscita jamais la passion des foules et... n’éveille pas en France le même intérêt qu’aux États-Unis, voire en Allemagne Fédérale. Quand, trois ou quatre ans plus tard, nous portâmes en grande pompe à Paul Ramadier, le premier rapport sur les activités de notre Commission technique des ententes, nous fûmes accueillis avec une indifférence polie, mais totale : les efforts de la commission ne pouvaient guère avoir d’influence sur notre indice des prix »134. La Commission technique des ententes, puis Commission des ententes et positions dominantes (1963) rendit 133 avis de 1954 à 1977, soit 5 ou 6 par an, dont seuls 23 furent déférés aux tribunaux et 8 sanctionnés... « Discrète » pour H. W. Ehrmann, cantonnée au « combat d’arrière-garde135 », elle mène une « action... insuffisante136 ». Le comité Armand-Rueff proposa même de créer une « juridiction économique de large compétence », soulignant le travail d’investigation à opérer dans la meunerie, la boulangerie, le notariat, les taxis... Devenue Commission de la concurrence (juillet 1977), l’ancienne Commission des ententes et positions dominantes commence un travail de vigilance plus important, mais c’est la création en décembre 1986 du Conseil de la concurrence qui développe considérablement le volume des affaires traitées et la rigueur des sanctions, surtout financières137. Depuis décembre 1989, la Direction générale de la concurrence (D G 4) de l’Union européenne bénéficie de prérogatives considérables en matière de concentration138.

125Nous constatons à la fois, si nous jugeons les résultats, la modestie de l’action menée sous la IVe République en matière de concurrence et l’assurance tranquille des hauts fonctionnaires ou hommes politiques qui se sont intéressés à la question, posant les fondations discrètes d’une jurisprudence que le contexte sociopolitique de positions acquises se gardait de faire entrer en application. Les bases posées dans les années cinquante finirent par se révéler utiles une génération plus tard.

Conclusion.

126La politique des prix industriels et des services atteint un apogée en 1952-1955, quand la stabilisation internationale des cours s’accompagne d’un effort interne de compression des coûts. À partir de 1949, le Plan, les Prix et le CNPF multiplient les initiatives en direction d’une stabilisation des prix de revient afin de favoriser l’insertion graduelle la plus bénéfique possible des entreprises françaises sur le marché de l’OECE, et bientôt celui de CEE. L’action en faveur de la concurrence et de la décartellisation ne fait alors que commencer, autant pour des raisons conjoncturelles (F. Caron), le tissu économique sortant de vingt années protectionnistes, que structurelles (H. W. Ehrmann), avec l’insuffisante intégration des branches productives et des circuits de services. Nous assistons de fait à une synchronisation satisfaisante des politiques publique, économique et diplomatique, et de l’action des syndicats professionnels et salariés, majoritairement gagnés à l’expansion dans la stabilité.

CONCLUSION DU CHAPITRE VII
UNE LIBÉRALISATION PROGRESSIVE ET DIFFÉRENCIÉE DES PRIX

127Entre 1948 et 1952, la politique générale des prix aborde une phase de déréglementation. À la fin des années cinquante, la majorité des prix sont libres, même si plusieurs produits et services jugés « sensibles » restent assujettis à un encadrement administratif plus ou moins négocié dans les faits. Le Gouvernement et la Direction des prix conservent des moyens puissants de retour au régime de taxation, soit pour un produit ou une branche, soit pour l’ensemble de l’économie. Ces blocages (1949, 1952, 1954, 1956), accompagnés de plan de stabilisation ou de relance, sont d’abord destinés à frapper l’opinion, celle des producteurs autant que celle des acheteurs, manifestant avec ostentation la volonté anti-inflationniste du Gouvernement.

128Les prix agricoles, violemment haussiers entre 1940 et 1948, tendent à la baisse au-delà de manière structurelle. Avec le plan Pflimlin, le ministère de l’Agriculture, appuyé par la FNSEA, propose aux campagnes une modernisation technique productiviste alliée à un ensemble de contrats stabilisateurs de revenus, allant du prix garanti à la régulation commerciale. Bon an mal an, cette action passera ensuite au niveau européen, constituant pour trente ans le socle de la politique agricole commune. La politique agricole de 1948-1950 avait pour objectif de livrer des quantités croissantes sur le marché à des prix stabilisés (aspect libéral), contribuant aussi à maintenir en fonctionnement des exploitations à la rentabilité inégale (aspect social). C’est la dégradation du second terme qui a nécessité les réajustements de la politique agricole commune dans les années quatre-vingt - quatre-vingt-dix, alors que l’objectif quantitatif était atteint et dépassé.

129Les prix industriels et de services font généralement l’objet, sous une forme plus directe d’une incitation aux gains de productivité à coûts décroissants. La question des coûts devient affaire nationale entre 1949 et 1952 et porte ses fruits dans un premier temps en 1952-1956 avant que la reprise inflationniste de 1956-1957 ne nécessite un nouveau cadrage fin 1958. La Direction des prix se veut fortement incitative à l’égard des branches, dont la plupart prétendent « friser la ruine », et les augmentations de tarifs se calquent, à quelques variantes près, sur les gains de productivité. Les efforts de fluidification du marché en matière de concurrence et de décartellisation aboutissent à la publication de textes en 1952-1953, mais ceux-ci sont peu appliqués. Dans ces secteurs se fait également percevoir l’esquisse d’une politique européenne des prix avec la constitution de la Communauté charbon acier.

130Au total, l’inflexion keynésienne-libérale apportée à l’action sur les prix entre 1948 et 1952 a concouru à intégrer de manière plus étroite et plus efficace la politique des prix à la politique économique générale. Les temps de croissance des années cinquante favorisent des interventions plus habiles et moins crispées que les temps de pénurie des années quarante.

Notes

1 AN, Mayer 363 A P 7, notamment L’œuvre économique et financière du gouvernement Mayer, mai 1948, p. 14-16 et 26. Et AEF, Cusin 5 A 14, Comité économique interministériel du 10 février 1948.

2 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 52.

3 Idem, p. 48.

4 Idem, p. 54.

5 Il s’agit d’un record de publication administrative pour le BOSP en un seul jour. Le Gouvernement et les Finances souhaitent frapper l’opinion spécialisée et les professionnels. Si la plupart des arrêtés tiennent en une demi-page ou une page entière, la réglementation complexe du poisson par exemple en occupe 16 à elle seule !

6 La production de 1947 (47 millions de tonnes) équivaut à celle de 1938, même si les importations (17 millions de tonnes contre 22) sont un peu inférieures. La faible productivité du charbon français implique des subventions soutenues pour la production intérieure et les importations : 36,5 milliards de F en 1947, soit 570 F par tonne (490 F par tonne nationale, 800 F par tonne importée). Pour une moyenne de 1 800 F la tonne en 1947 (1 350 jusqu’en octobre, 2 150 en novembre-décembre, calcul de l’INSEE), chaque tonne de charbon est subventionnée à hauteur de 31,5 %. Le plan de janvier 1948 prévoit la disparition à terme de ces subventions, mais la crise des changes nécessitera leur maintien pour le charbon importe : 13 milliards de F en 1948 et 7,7 en 1950 (soit 620 F par tonne importée en 1948 et 520 F en 1950 ; le prix moyen du charbon commercialisé en France est de 3 282 F en 1948 et environ de 4 000 F en 1950). INSEE, Annuaires statistiques rétrospectifs, 1961, p. 123 et 1966, p. 411-413.

7 IFOP, Sondages, 1er-15 mars 1948. « Êtes-vous au courant des mesures du plan Mayer ? ». Réponses : 41 % citent la dévaluation, 36 % l’échange des billets de 5 000 F, 11 % la libéralisation du marché de l’or, 9 % le prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, PELCI.

8 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 61 et Les prix, Que-sais-je ? 1964, p. 18.

9 Le papier est libre (vieux papiers), contrôlé (pâte à papier, cartons, papiers scolaires) et taxé (papier d’imprimerie et de presse).

10 Contrairement à ce que nous connaissons aujourd’hui, la majorité des médicaments est fabriquée sous forme de « préparations » par les pharmacies eux-mêmes. Le total produit est mal connu.

11 Source : AEF, Cusin 5 A 29, III. Chimie organique et minérale et chimie pharmacie : + 90 à + 300 %. Chimie des plastiques : + 100 %. Films : + 80 à 200 %. Moyenne = 17 fois le niveau de 1939 (moyenne des prix : 15 fois).

12 Interview de Louis Franck par la revue Gérer et comprendre (École polytechnique), juin 1987, p. 38-39. Également, entrevue avec l’auteur, Paris, 21 septembre 1988. Né en 1913, P. de Montrémy entre à l’Inspection en 1939.

13 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 48-49. Également, entrevue avec l’auteur, Neuilly-sur-Seine, septembre 1983.

14 146 arrêtés de mai 1941 à 1947 pour certains produits de confection, la maroquinerie, les chaussures, les jouets, les chapeaux et les meubles, soit des secteurs demi-artisanaux. Le système se dégrade après 1945 avec l’inflation. Nous constatons sa réapparition aménagée lors de la fin de la crise des prix. Cf. J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, op. cit., p. 70-74.

15 AN, Mayer 363 A P 7, Note du cabinet, avril 1948, p. 3 et 4.

16 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, op. cit., p. 37.

17 AEF, B 49 881.

18 Louis Franck, entrevue avec l’auteur, Neuilly-sur-Seine, septembre 1983.

19 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, op. cit., p. 70-74.

20 Interview de Louis Franck par la revue Gérer et comprendre (École polytechnique), juin 1987, p. 38-39.

21 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 54-55.

22 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 54-55.

23 AN Mayer 363 A P 7.

24 V. Auriol, Journal du Septennat, Année 1948, Conseil des ministres en date du 21 avril, p. 189-90.

25 Cf. Chapitre III. La disparition du Contrôle économique, 1947-1952.

26 Voir : Braudel et Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, IV, 2, p. 675-78, M. Lescure, Immobilier et bâtiment en France, 1820-1980, Hatier, Profil, 1983, et J. P. Rioux, Histoire de la IV République, Seuil, Collection Points, II, p. 250-255.

27 J. Rueff, Combats pour l’ordre financier, (œuvres complètes) Plon, 1972, p. 390-391. Rapport de la Commission pour réduire les principaux obstacles à l’expansion économique.

28 IFOP, Sondages, 15 octobre 1948. Les 47 % deviennent 56 % pour industriels, commerçants et cultivateurs.

29 Voir la presse du 4 octobre, Le Monde par exemple.

30 V. Auriol, Journal du Septennat, Année 1949, Conseil des ministres du 19 septembre, p. 329. J. Moch, D. Mayer (SFIO), comme Delbos (Indép.) ou Coste-Floret (MRP) se plaignent vivement au Conseil, ce qu’Auriol résume d’un : « Alors, c’est le chômage ! ».

31 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 86.

32 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 419-420.

33 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 75-76.

34 JO, p. 11 543-544.

35 Pour le récit détaillé et vivant de cette période, voir : Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 117-124.

36 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 123.

37 Pour le menu des tractations, voir Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 145-146 et 189-197. Quand deux indices mensuels consécutifs des prix enregistrent une hausse à 5 %, le SMIG est relevé d’autant dans les deux mois (loi du 8 juillet 1952). Un intervalle minimum de quatre mois doit séparer deux relèvements du SMIG. Sous la Ve République, le blocage ne disparaît pas et se trouve associé aux plans de stabilisation : mars-avril et septembre-octobre 1963 et août-septembre 1969 (V. Giscard d’Estaing), sept. 1976 (R. Barre) et juin 1982 (J. Delors) pour ne citer que les principaux.

38 Cf. Louis Franck, Les prix, Que-sais-je ? PUF, 1957, p. 40 et suivantes. (Les éditions ultérieures, par exemple en 1964, ne donnent pas ce tableau). Voir aussi : ministère des Finances, (Revue) Statistiques économiques et financières (SEEF), La réglementation actuelle des prix, février 1955.

39 Né en 1907 dans une famille alsacienne dont le père dirige une filature de coton, d’abord à Roubaix, ensuite à Mulhouse (1912), il fait ses études au lycée de Mulhouse (jusqu’en 1923), à Paris (faculté catholique et Sorbonne) enfin à Strasbourg (droit). Son doctorat l’oriente vers l’économie sous la direction du professeur Henry Laufenburger, avec lequel il publie en 1932 L’industrie de Mulhouse. Avocat au barreau de Strasbourg (1933-1939), mobilisé (1940) puis évadé, magistrat à Thonon (1941-1945), il développe ses centres d’intérêt économiques en relation avec H. Laufenburger et la fondation Rockefeller, voyageant notamment en Allemagne (La structure économique du IIIe Reich, 1938) et en Autriche, et ses choix chrétiens-sociaux auprès du foyer des étudiants catholiques de Strasbourg (conférences de R. Schuman, P. H. Teitgen, commentaire de la revue Sept). Adhérent du MRP à la Libération, il est élu député d’Alsace en octobre 1945. Sources : 1) Who’s who in France. 2) English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989. 3) Entrevue de P. Pflimlin avec l’auteur à Strasbourg, 3 avril 1989. 4) Lettre de P. Pflimlin à l’auteur en date du 13 septembre 1991. 5) P. Pflimlin, Mémoires d’un européen, Fayard, 1991, 396 p.

40 English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989, p. 97-107. La question est également évoquée dans P. Pflimlin, Mémoires d’un européen, Fayard, 1991, p. 30-46.

41 Né en 1897, ingénieur électricien (Thomson-Houston, 1920-1942), il dirige depuis 1942 une usine d’alimentation du bétail dans les Deux-Sèvres. Il n’est sous-secrétaire d’État qu’en 1948, puis sénateur des Deux-Sèvres de 1948 jusqu’aux années quatre-vingt. La crise de la viande est telle en 1948 qu’il « a acquis en très peu de temps une notoriété dont il se serait bien passé » (Source : supra).

42 Ibid.

43 Lors de la première entrevue, le syndicaliste Paul Brousse lance : « M. le ministre, on vient voir si vous avez à nous dire quelque chose. Évidemment on sait bien ce que vaut la parole d’un ministre ». Et le ministre en question de leur montrer la porte. (Sources : cf. supra). La mise à l’écart de la CGA, d’ailleurs travaillée par la quasi-scission entre SFIO et conservateurs-MRP, est confirmée par P. Lamour, alors secrétaire général de la Confédération, Le cadran solaire, Laffont, 1980, p. 309.

44 Lors de l’échange, les ménages d’agriculteurs représenteront 35 % des déposants.

45 P. Pflimlin invité par P. Lamour à un meeting de la CGA-FNSEA dans sa ville de Strasbourg ne peut se soustraire à ce qui apparaît comme un piège et s’en dégage élégamment par un discours... en alsacien. Les deux hommes (leurs Mémoires concordent sur ce point) nouent alors de bonnes relations.

46 Long à convaincre, le commissaire au Plan triple les crédits d’investissement à l’Agriculture lorsqu’il voit sur une carte de l’adduction d’eau que le pourcentage d’habitations rurales pourvues est de 5 % en Charente, son département familier ! dans English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989, p. 97-107.

47 AEF, Cusin 5 A 13, Comité économique interministériel, 31 janvier 1948, 30 p. et annexes.

48 Gervais, Jollivet, Tavernier, Histoire de la France rurale, (Dir. G. Duby et H. Wallon), Le Seuil, 1976, IV, p. 33-37. P. Muller, Le technocrate et le paysan, Editions Ouvrières, 1984, p. 9-13.

49 1930-1939 : production de blé : 8 millions de tonnes annuelles, soit un équivalent de 200 kg/ habitant. 1980-1989 : production de blé : 28 millions de tonnes annuelles, soit un équivalent de 510 kg/ habitant.

50 En même temps que la décision d’un prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, impôt sur les revenus non-salariés dont les indépendants peuvent se libérer par un emprunt libératoire du PELCI, le gouvernement crée un fonds national d’équipement destiné à favoriser l’investissement d’infrastructures, financé pour un tiers par le produit du PELCI et pour les deux tiers restants par le plan Marshall.

51 AEF, Cusin 5 A 14. CEI du 25 février 1948. Le contingent d’essence prévu pour l’agriculture est de 18 000 m3, celle-ci demande 49 000 m3, l’industrie qui répartit les carburants, n’accepte que 22 000 m3.

52 La récolte de 1960 est exceptionnelle pour les betteraves : 7,7 millions de tonnes en 1959, 13,2 en 1961 ; il faut attendre 1971 (19,9 Mt) pour la voir dépassée.

53 1936 : 41,8 millions d’habitants, 1946 : 40,1, 1954 : 42,8, 1960 : 45,4. INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 22-24.

54 En francs constants 1970. 1949 : 6 568 F, 1960 : 9 966 F. INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 257.

55 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 127 et 263-264. Pour 1965, l’enquête « consommation des ménages » donnait 39,3 % de dépenses alimentaires et le calcul « consommation des ménages en comptabilité nationale » donnait 31,7 % pour le même poste.

56 On compte environ 5,7 millions d’actifs agricoles en 1949. O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, 1991, INSEE, p. 174. (Valeur ajoutée agricole : 27 milliards de F 1970.)

57 « La production n’étant pas stabilisée, les premières tentatives sont décevantes », raconte P. Pflimlin, English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989, p. 108 et suivantes. Demandant en 1949 dans le cadre du GATT, que la France soit classée parmi les exportateurs de blé, le ministre est désavoué par la récolte de 1950 qui oblige à importer ! En revanche, le premier accord commercial France-Allemagne occidentale (juillet 1949) permet d’exporter dès 1950 certains produits agricoles outre-Rhin. Une politique agricole commune, PAC avant la lettre est même envisagée en 1950 avec, en parallèle à la CECA, une organisation europénne des marchés agricoles, baptisée par la presse le « Pool vert ». Son dépôt devant le Conseil de l’Europe, faute d’autre instance, et l’insuffisance des soutiens étrangers en expliquent l’échec. Cf. Gilbert Noël, Du Pool vert à la politique agricole commune, Economica, 1988, 453 p.

58 Décret du 30 septembre 1953. Cf. Revue de la Concurrence et de la Consommation, n° 24, 4e trimestre 1983, bilan des marches d’intérêt national, les MIN.

59 INSEE, Études et Conjoncture, janvier 1949, p. 68-69.

60 La hausse de 1951 (décret du 31 août 1951) se décompose en 3 445 F de prix officiel et de 155 F de prime. Le même système avait été employé en 1946 (décret du 3 août 1946) qui fixait un prix officiel de 1 650 F et une prime de 200 F. Le prix de base de 3 445 F est maintenu de 1951 à 1955 (décrets des 30 juillet 1952, 31 juillet 1953, 17 juillet 1954, 15 août 1955), tandis que la prime de 155 F disparaît en juillet 1954 entraînant une baisse apparente du prix officiel.

61 Voir V. Auriol, Journal 1948, notamment 28 juillet 1948, p. 340-341. Voir aussi AGPB, Bulletin de documentation du marché du blé, 28 juillet 1948. Le bulletin est consultable au siège de l’AGPB, 8, avenue du Président Wilson, 75016 Paris.

62 INSEE, Études et Conjoncture, mars-mai 1948. Bilan et perspectives.

63 L’AGPB est prête à accepter 2 300 F par quintal et 145 F de prime, car le prix du pain est calculé hors prime.

64 De 1940 à 1953, l’ONIC fonctionne comme une direction du ministère de l’Agriculture et non comme un organisme interprofessionnel indépendant, mais une réforme intervenue entre 1947 et 1948 a porté la représentation des agriculteurs à la majorité, ce qui explique l’alignement fréquent de ses positions sur celles de l’AGPB.

65 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 78-80.

66 V. Auriol, Journal 1949, 1er et 2 août 1949, p. 315-317 et suivantes.

67 Louis Franck note 35 ans après avec une certaine exagération : « René Mayer ne craignit pas de couvrir de son autorité une des décisions, à mon avis les plus néfastes de notre vie économique des années cinquante, quand il accepta, contre tous nos avis, que le prix du blé fût au total majoré de 40 % », dans 697 ministres, édition 1986, p. 103-104.

68 AEF, Cusin 5 A 13 et 14, Comités économiques interministériels des 20 janvier, 10 et 27 février 1948.

69 Voir Bulletin de la CNBF.

70 Bulletin officiel des services des prix, BOSP, 24 septembre 1948, p. 489 et 20 octobre 1948, p. 522 et suivantes.

71 La CNBF tient deux assemblées générales par an, l’une en septembre pour les motions, l’autre en février pour la lecture du rapport annuel et l’élection des représentants.

72 Louis Franck, directeur des Prix, dans ses mémoires, 697 ministres, édition 1986, p. 86-89, comme Georges Juris, secrétaire général de la CNBF de 1942 à 1977, dans un entretien avec l’auteur (Paris, 17e, 23 juin 1989) ont confirmé la fréquence des relations entre Prix et Interprofession de la viande.

73 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? édition 1964, p. 87-97. Voir aussi : INSEE, Études et Conjoncture, août 1953, p. 870. Rappelons que l’éleveur reçoit 60 à 65 % du prix final, le boucher détaillant 18 à 20 %, les intermédiaires 8 à 10 % et le Trésor 8 à 10 %.

74 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? édition 1964, p. 87-97.

75 Loiret, Marne, Seine-et-Marne, Oise, Somme, Pas-de-Calais.

76 Confédération générale de la betterave, Annuaire de la Betterave 1944-1945, passim et INSEE, Les établissements industriels et commerciaux en 1954, Imprimerie nationale, 1956, p. 52 et 70.

77 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 85 : « … le visage mobile de M. Bidault quand on discutait autour de lui du prix de la betterave... reflétait à la fois un profond ennui, le dédain et l’exaspération ». Voir aussi : English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La Nuée bleue-Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 1989, p. 116 et suivantes. Également, lettre de P. Pflimlin à l’auteur en date du 13 septembre 1991 : « À aucun moment, je n’ai pu obtenir de lui qu’il porte son attention sur cette histoire de chiffres qui ne l’intéressait pas ». Voir enfin : P. Pflimlin, Mémoires d’un européen, Fayard, 1991, p. 30-46.

78 V. Auriol, Journal 1949, fin novembre-début décembre 1949, p. 428-438.

79 Toutes ses déclarations vont dans ce sens, cf. les ouvrages cités supra. Par exemple, in lettre de P. Pflimlin à l’auteur en date du 13 septembre 1991 : « Je maintiens que Georges Bidault a arbitré en dessous du chiffre avancé par le porte parole de l’Économie nationale... Il n’y a eu ni véritable débat ni vote. Si Vincent Auriol dans son Journal, parle d’unanimité, il s’agit d’une interprétation du silence qui a suivi sans commentaire par G. Bidault... l’énoncé du chiffre par Bidault m’a fait l’effet d’un coup de massue. J’avais prévu qu’il arbitrerait comme d’habitude dans la fourchette... mais il me paraissait inconcevable qu’il fixe un chiffre inférieur à cette deuxième proposition. J’ai décidé aussitôt en mon for intérieur, de démissionner... Je n’aurai certainement pas démissionné si Bidault était resté dans la fourchette... ce fut pour moi une décision douloureuse... ».

80 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 85.

81 Bulletin de la CGB, novembre-décembre 1949, Bulletin de l’AGPB, 15 décembre 1949.

82 La demande finale des ménages passe de 5 582 milliards (d’anciens francs) courants en 1949 à 12 253 en 1956, soit une part constante (64,5 %) du PIB. En francs constants 1970, les chiffres de 1949 deviennent 172,5 milliards et ceux de 1956, 244,4, ce qui définit une progression moyenne annuelle de + 5 %. La demande des ménages n’est donc pas ici en cause. Base statistique : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 239 et 242.

83 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 228.

84 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 234.

85 En FF de 1949, la masse salariale passe de 3 586 milliards en 1949 à 5 918 en 1956. Cf. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 251. Dans le détail, on oppose la période 1949-1952 (prix : + 45 %, salaires : + 18 %) et la période 1952-1956 (prix : – 0,1 %, salaires ; + 39 %).

86 Les céréales avec le blé et les produits animaux avec la viande semblent assez représentatifs des écarts internes pour les prix agricoles ; dans l’exemple cité, en 1956, le prix de la viande excède de 60 % celui du quintal de blé.

87 Pour ceux-ci, la question diffère du tout au tout pour les immeubles d’avant-guerre peu endommagés, où la hausse des loyers commence à bénéficier à leurs propriétaires (en moyenne : un propriétaire par immeuble), et les nouvelles constructions d’après 1945-1950 dont le coût a plus rapidement progressé (indice 2 775 en 1956 sur base 100 en 1938) que le revenu (loyers : indice 1 424). Pour ces deux indices, voir : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 234.

88 J. Fayolle, J. Zachmann, Politique et formation des prix industriels, des années cinquante aux années quatre-vingt, INSEE - CNRS, Groupement de travail, Institutions, Emploi et Politique économique, janvier 1987, 113 p. Édité in Revue Française d’Économie, n° 4, 1987.

89 A. Vincent, Productivité et prix relatifs dans quinze branches de l’économie française, 1949-1963, 1966.

90 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, La croissance française, Un essai d’analyse économique causale d’après-guerre, Seuil, 1972, notamment p. 110, 136 et 243.

91 Productivité du travail s’entend ici PIB / homme-heure (nb. d’actifs  durée du travail).

92 Le taux de + 4,5 % figure à la page 110 de l’ouvrage et se rapporte à l’ensemble du PIB alors que celui de + 5,2 % (p. 136) concerne l’ensemble des « branches », série où les services sont incomplètement représentés.

93 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, 1984, p. 124 et suivantes.

94 Voir par exemple Who’s who in France, 1989-1990, p. 688-689.

95 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 32-33. L’exemple des coiffeurs est devenu classique pour expliquer les faibles gains de productivité de certains services.

96 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, p. 43-44.

97 A. Lesage, Politique et administration des prix, 1962, IAE. M. Lesage est expert économique d’État auprès de l’Économie nationale.

98 J.-M. Jeanneney et Colliard, Économie et droit de l’électricité, 1950, p. 87-110. Également, Beltran, Bungener et Picard, Histoires d’EDF, Dunod, 1985, p. 147-164.

99 Le coût moyen est le quotient : coût total / unité produite, le coût marginal est le quotient coût total majoré des unités supplémentaires projetées / unité produite.

100 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, 1984, p. 43-44.

101 AEF, Cusin 5 A 15.

102 AEF, Cusin 5 A 15.

103 AEF, B 16 020.

104 Introduction correcte à la question par un ouvrage d’époque : R. Prost, La comptabilité entre le capital et le travail, 1949, p. 62-64.

105 H. Culmann, La comptabilité analytique, PUF, Que sais-je ? 1981. H. Culmann, né en 1907, inspecteur des Finances, diplômé d’HEC, a été responsable au ministère de l’Industrie pendant la guerre, notamment comme secrétaire général du ministère en 1943-1945, avant de poursuivre une carrière dans la coopération internationale.

106 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949, passim.

107 J. Monnet, Mémoires, 1976, p. 327-328.

108 1949 est l’année de publication du livre de J. Fourastié, Le grand espoir du xxe siècle, ouvrage conçu en 1947 et professé sous forme de cours en 1948. Le thème central en est la productivité, ses sources, ses formes et ses effets.

109 En 1952, Jean Monnet est nommé à la CECA et Étienne Hirsch, un de ses collaborateurs, lui succède au poste de commissaire général au plan.

110 Pour tout ce passage, voir aussi : H. Bonin, Histoire économique de la IV République, Economica, 1987, p. 172 et suivantes ; H. Ehrmann, La politique du patronat français, 1936-55, 1959, p. 277 et suivantes ; R. Kuisel, L’État et le capitalisme, Gallimard, 1984, p. 432-35.

111 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent, p. 155-56.

112 Le responsable est M. Norguet, ingénieur du génie maritime, également président de la commission de modernisation de la fonderie au Plan.

113 L’Union textile par exemple, Le mois textile, janvier 1952, supplément n° 1 (cité dans H. W. Ehrmann).

114 Une moitié des participants est formée de patrons, un quart d’ouvriers et de techniciens, un sixième de fonctionnaires. CFTC et FO s’associent aux 267 missions de la période.

115 De 1949 à 1963, la productivité du travail augmente de + 4,4 % en France, de + 4,9 % en Italie, de + 5,3 % en Allemagne, mais de + 2,5 % aux États-Unis, et + 2,0 % en Grande-Bretagne. Cf. Carré, Dubois, Malinvaud, La croissance française, op. cit., p. 115.

116 Rappelé par Louis Franck, (Mémoires) 697 ministres, édition 1986, p. 84. R. Buron fut secrétaire d’État aux Affaires économiques entre oct. 1949 et août 1951, puis ministre de l’Economie nationale au 1er semestre 1953. En 1958, il devient président du Comité national de productivité.

117 AEF, B 18 680, Dispersion des rapports entre prix de gros français et prix de gros étrangers. Le quotient est : (prix français en FF / prix étranger en $) / (cours officiel de la devise en FF)  100.

118 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 91 et 97.

119 Analyses de référence : L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? 1957, p. 101-112 et L. Franck, La libre concurrence, PUF, Que sais-je ? 1963, p. 90-110. Voir aussi H. W. Ehrmann, La politique du patronat français 1936-55, op. cit., p. 310-320.

120 Le vin (1934-1935), le blé (1936), le textile, la métallurgie et la pêche (1935-1936), la chaussure (1936) offrent de tels exemples de cartellisation du circuit par contrat entre producteurs et distributeurs. Voir par ex. F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, IV, 2, p. 790-793 (par F. Caron). ou Nathan et Delouvrier, Politique économique de la France, 1949, cours de l’Institut d’études politiques, p. 30-37.

121 Journées d’études de l’organisation professionnelle économique, 7-9 juin 1943, p. 204-218, citées dans l’ouvrage d’H. W. Ehrmann.

122 Conseil économique et social, Études et Travaux, Contrôle des ententes professionnelles, 1950, p. 30-45.

123 H. Davezac, L’Organisation professionnelle, p. 24-26, in Documents Jeune Patron, 1947.

124 La cartellisation des cycles est confirmée par la Direction des programmes, Note du 16 février 1948. AEF, B 16 020.

125 J. J. Lederer, La sidérurgie européenne et les cartels avant le plan Schuman, Politique étrangère, XVI, 1951, p. 397-412, in H. W. Ehrmann, op. cit.

126 Le Bulletin ACADI (Association des cadres dirigeants de l’industrie), février 1951, n° 45, p. 41-53, prend vivement partie contre les projets d’accentuation de la concurrence.

127 Deux conférences de Louis Franck développent ce point de vue : Planisme français et démocratie. Revue économique, IV, 1953, p. 214, et Pourquoi nos prix sont-ils trop chers ? Club échos, 1953.

128 Yves Le Portz, né en 1920, diplômé d’HEC, de Sciences politiques et de droit, inspecteur des Finances (1943), déporté (1943-1945), nomme dans la zone d’occupation en Allemagne (1945-1948), entré au cabinet des Finances sous Queuille (1948). Source : Annuaire des Finances, 1954.

129 La loi du 11 juillet 1953 attribue au gouvernement Laniel des pouvoirs spéciaux, qui évitent de faire voter certains textes et leur donnent force de loi.

130 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 142-143.

131 12 membres : un président, issu du Conseil d’État, cinq magistrats des Cours, quatre professionnels, deux membres de la Commission nationale de la production.

132 AEF, B 9 860. L’enquête porte sur 688 entreprises. Les 76 % de moyenne deviennent 100 % pour fonderie ou matériel agricole, 88 % pour les conserves, 80 % pour les papiers et cartons, 63 % pour la confection, 53 % pour la chaussure.

133 Entrevue de P. de Montrémy avec l’auteur, 21 septembre 1988, Paris VIIIe.

134 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 143.

135 F. Jenny, A. P. Weber, Concentration et politique des structures industrielles, Documentation française, 1974.

136 Comité pour réduire les principaux obstacles à l’expansion économique (comité dit Armand-Rueff), Rapport général, 21 juillet 1960. Cité dans J. Rueff, Combats pour l’ordre financier, Plon, 1972, p. 363-371.

137 Voir par exemple : L’Expansion, 19 avril-2 mai 1990, p. 106-110.

138 Voir par exemple : L’Expansion, 3-16 septembre 1992, p. 48-57.

Table des illustrations

Titre Tableau 142Synthèse de la situation agricole française (1949-1960)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 379-80.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 247.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103, 105, 107 et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 327, 335, 338.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103, 105, 107 et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 323, 327, 335, 338. Marchand et Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 143Prix du blé (1946-1955)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 105, complétée par ONIC, documentation interne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 144Décomposition officielle du prix de revient du blé (1948-1949)
Légende Source : D'après le Bulletin officiel du service des Prix, 7 mai 1948, p. 325.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 145Viande, prix et quantités (1947-1955)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et 415.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 146Barème mobile pour la viande (octobre 1948)
Légende Source : AEF Cusin 5 A 29, Note commune n° 644, Prix du bétail... et des viandes de boucherie, p. 6 et L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? 1957, p. 42-43.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 147Décomposition du prix d’un kilogramme de sucre raffiné (1956-1957), et besoins estimés de consommation pour les ménages métropolitains (1946)
Légende Source : L. Franck, Les prix, PUF, Que sais-je ? édition 1957, p. 78 et édition 1979, p. 74.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Source : IFOP, Sondages, 16 février 1946.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 148Betterave sucrière, 1948-1955, prix et quantités
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 107. Confédération générale de la betterave, Annuaire de la betterave, 1944-1945, et Évolution du prix de la betterave, 1948-1968, Note interne, janvier 1968.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 149Comparaison du blé, de la betterave et de la viande, rapports croisés des prix et des quantités
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 103 et suivantes, et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et suivantes.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 150Prix par secteur : agriculture, industrie, services (1948-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 221 et 229.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 151Exemples de prix représentatifs, 1938-1956, synthèse
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376, 403 et suivantes; et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286 et 302.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 152Comparaison de quelques produits industriels et de services, rapports croisés des prix et des quantités
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 123 et suivantes (quantités) et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410 et suivantes (prix).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 153Progrès annuels de productivité (1950-1956)
Légende Source : À partir de : Carré, Dubois, Malinvaud, La croissance française, Le Seuil, 1972, p. 243.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 154Bilan type proposé par le plan comptable de 1947
Légende Source : A. Laubie, Le bilan, 1947, II, p. 137.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2573/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540