Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre III. Stabilisation et ouverture 1948-1952

Chapitre VI. La politique économique : le choix libéral-keynésien de la stabilisation

Texte intégral

1Les années que nous abordons ne remettent pas en cause les nationalisations, les assurances sociales, le plan Monnet, la part importante des dépenses publiques dans le PIB, mais la pratique contraignante de la politique économique des années 1939-1945 a cédé la place à une action publique d’impulsion. Le niveau de 1938 est atteint, bientôt dépassé, la politique économique revient entre les mains des Finances, opinion publique et gouvernement s’appareillent de manière plus satisfaisante. Un keynésianisme renforcé domine ces cinq années.

I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE : UNE PÉRIODE DE RECLASSEMENTS

A. UNE CONJONCTURE EN VOIE DE NORMALISATION

  • 1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355 et suivantes et INSEE, Annuaire rétrospectif (...)
  • 2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif 1961, p. 360 et 365. Cf. Chapitre I.

2En été 1948, les disponibilités agricoles retrouvent leur niveau d’avant-guerre et la conjoncture se détend en quelques semaines. Les prix augmentent jusqu’en novembre-décembre 1948, puis amorcent un premier semestre de décélération dès janvier 1949. La production se développe répidement. En francs constants elle progresse entre 1949 et 1952 de + 4,85 % par an selon la comptabilité nationale de 1949-1959 et de + 5,85 % par an entre 1949 et 1952 selon les comptes consolidés des années quatre-vingt1. En 1952, la production dépasse de 35 % celle de 1938 selon les comptes des années cinquante ou des années quatre-vingt. Selon la série Sauvy 19542, le revenu national de 1952 est supérieur de 29 % à celui de 1929 (indice 128 sur base 100 en 1938) mais diffère selon les secteurs, puisqu’il est de 103 seulement pour la production agricole, de 143 pour l’industrie et de 161 pour les exportations ou de 166 pour le trafic de marchandises. Cette situation, qui conclut la période difficile de 1930 à 1950, elle-même consécutive aux années instables 1914-1929, annonce une progression importante du niveau de vie puisque la population entre 1946 et 1954 n’évolue qu’au rythme de + 0,8 % par an.

  • 3 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 109 et ONU, Statistical Yearbook, 1954, p. 402 e (...)

3La stabilisation des prix devient perceptible, mais le rythme conserve des éléments d’instabilité puisque la France demeure parmi les pays les plus inflationnistes. Entre 1948 et 1952, les prix de gros ont progressé de + 62 %, soit de + 13 % par an. Les prix de gros dépassent à nouveau les prix de détail, les prix agricoles l’emportent sur les prix industriels. Les États-Unis (+ 6,5 % en quatre ans), la Belgique ou l’Allemagne (+ 14 %), le Canada ou l’Egypte (+ 16 %) présentent des scores bien inférieurs à ceux de la France ; l’Italie (– 4 %) ou l’Iran (– 7 %) enregistrent même des baisses de prix. La Suisse (+ 2 %) et la Turquie (+ 4 %) voient à peine leurs prix bouger. La France (+ 62 %) se retrouve en compagnie des Pays-Bas (+ 39 %), de la Grande- Bretagne (+ 45 %), de la Suède ou du Danemark (+ 47 %), de la Norvège (+ 53 %), du Mexique (+ 54 %) ou du Brésil (+ 64 %)3. Ce que l’on appelle l’inflation coréenne a touché des pays assez variés, agricoles ou industriels, aidés ou non par le plan Marshall, ouverts ou non au commerce international. La lutte contre l’inflation y est moins prioritaire et la crise des prix sévit autant par le jeu des importations que par celui de la hausse des salaires.

4Les différentes composantes de l’équilibre macro-économique tendent vers la stabilité, sans l’atteindre vraiment. Si le budget ordinaire, dont ont été dissociées les dépenses de reconstruction-investissement, peut être présenté en équilibre à la Chambre, les dépenses de Trésorerie (+ 23 % par an) demeurent en déficit ; celui-ci atteint en 1952, 23 % des dépenses publiques totales. Les volumes drainés par le Trésor sont cependant stabilisés à hauteur de 25 % du PIB à cette même date. La masse salariale évolue de + 16 % par an en valeur courante et de + 4 % par an en valeur constante. Cette progression, masquée par un « retard » du salaire horaire d’environ 30 % par rapport aux prix de détail, constitue un gain net pour les 12 millions et demi de salariés, tout en permettant par son rythme inférieur à celui du PIB (+ 5 à 6 % par an) une décompression du rapport masse salariale/PIB, 45 % en 1948 et 42 % en 1952. Même si la progression de l’offre par rapport à la demande solvable diminue les risques, la hausse nominale de la masse salariale reste inquiétante : + 7 % en 1949, + 12 % en 1950, + 24 % en 1951 et + 20 % en 1952.

5L’action sur les changes perd de son urgence. La dévaluation de janvier 1948 (– 45 % par rapport au dollar) sanctionne partiellement la dépréciation de la période précédente (1946-1947), celle de septembre 1949, précipitée par la dévaluation offensive de la livre (– 30 %), est d’un ordre comparable (– 39 %) mais permet une stabilité relative des taux de change jusqu’en 1956-1957, autorisant aussi la normalisation des paiements extérieurs français (Union Européenne des Paiements, UEP, et Fonds Monétaire International). La masse monétaire en prix courants (+ 18 % par an) évolue au rythme du PIB. Elle reste très liquide avec 50 % de billets, mais les dépôts se développent, plus rapidement dans les caisses d’épargne (+ 20 % par an) que dans les banques (+ 15 %) ou par souscription de bons du Trésor (+ 13 %). Dans ses contreparties, elle offre désormais une part prépondérante de concours à l’économie (53 % du total en 1952), ce qui confirme l’ampleur de l’expansion. Les crédits à l’économie posent aussi problème pour l’équilibre général puisqu’ils sont en progression vive : + 22 % par an en francs constants. En 1952, ils représentent 26 % du PIB.

6Cette conjoncture améliorée accorde au gouvernement, aux entreprises et aux ménages de disposer d’une marge de manœuvre plus importante que dans l’immédiat après-guerre, mais elle aurait pu être dégradée par une politique économique inconséquente. Or celle-ci fit preuve de beaucoup de contuinité et de vigueur.

  • 4 La coalition gaullistes-modérés ne fonctionne vraiment qu’à partir de mai 1958.

7L’opinion, qui évolue dans un sens plus conservateur entre 1947 et 1952 favorise des actions orthodoxes ou réputées telles. Considérons d’abord les attitudes politiques à travers les consultations parlementaires comparées de novembre 1946 et de juin 1951. Le glissement du centre-gauche au centre-droit est sensible entre les deux législatures. La gauche (PCF, SFIO) rétrograde de 46 % des suffrages en 1946 à 41,5 % (et de 8,6 millions de voix à 7,7 millions), les centres (RGR et MRP) reculent encore plus fortement de 37 % à 22,6 % (et de 7,1 millions de voix à 4,3) tandis que la droite (Modérés et indépendants, RPF) progresse de 13 % à 35,7 % (et de 2,5 millions de voix à 6,7). À l’Assemblée, la Troisième Force (SFIO, MRP, RGR, Indépendants) permet des coalitions assez larges entre 1947 et 1951 (342 députés sur 618, soit 55 %, 413 députés avec les modérés), plus instables après 1951 : 298 députés sur 627 (47,5 %) sans les modérés, 396 avec eux. La frontière entre RPF et modérés n’est pas étanche4, chacun des deux groupes pouvant enregistrer des défections et les équipes au pouvoir ne disposent plus du soutien assuré de la SFIO à gauche et celui des indépendants-modérés à droite.

  • 5 Un tiers des postes ministériels, en ne comptant pas les secrétaires d’État.

8La formation des gouvernements épouse cette évolution du corps électoral. De 1948 à 1952, le MRP et le parti radical détiennent en moyenne 6 portefeuilles ministériels, soit un tiers du cabinet5chacun. Les socialistes qui ne participent pas à toutes les équipes gouvernementales, détiennent en moyenne 5 portefeuilles, et les modérés 3. En tendance, si l’on oppose sommairement une gauche (SFIO, MRP) et une droite (RGR, Modérés) dans le cabinet, on note la présence en novembre 1947 de 10 ministres d’un côté et de 5 de l’autre, en juillet 1950 de 11 ministres dans les deux parties, en mars 1952 de 4 ministres d’une part et de 13 de l’autre. L’axe de la majorité qui était la SFIO d’octobre 1945 à octobre 1947, devient le MRP de novembre 1947 à juin 1950 et le Rassemblement des Gauches Républicaines (Radicaux et UDSR) quasiment jusqu’en 1956-1958.

  • 6 Colloque organisé par le Comité d’histoire économique et financière de la France, CHEFF, Le plan Ma (...)

9Cette période est politiquement et diplomatiquement marquée par un ensemble de mouvements de fond que nous rappelons sous leur angle économique. La guerre froide favorise le rapprochement atlantique et apporte les bénéfices dynamisants du plan Marshall6. La crise des empires coloniaux met en mouvement la question de l’indépendance africaine et asiatique, et l’indécision des gouvernements métropolitains, bloqués par les clivages d’opinion, y compris à l’intérieur des partis, aggrave les coûts (budget militaire, budget d’investissement) et pèsera plus tard sur l’avenir du régime. La construction européenne consolide la majorité sous son aspect économique (Communauté européenne du charbon et de l’acier, CECA, avril 1951) mais la divise sous son volet militaire (Communauté européenne de défense, CED, 1950-1954). Ce recadrage atlantique et européen s’effectue au détriment de l’Outre-Mer africain et indo-chinois et exerce de réels effets sur la croissance économique par l’insertion accrue de l’espace français dans un ensemble économique dynamique.

B. LA TUTELLE DES MODÉRÉS SUR LES FINANCES

Tableau 126
Ventilation politique des ministères économiques et sociaux (1948-1952)
(principaux gouvernements)

Tableau 126Ventilation politique des ministères économiques et sociaux (1948-1952)(principaux gouvernements)

Source : P. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin, 1971, Annexe, p. 815-818.

  • 7 Six et non pas sept, puisque l’Économie nationale n’est plus qu’un service dépendant des Finances, (...)

10Dans la période qui nous intéresse, les ministères plus nettement économiques et sociaux sont-ils également sensibles à cette évolution ? Les six7départements sélectionnés ici sont partagés entre novembre 1947 et février 1950 entre la SFIO (3) et les autres partis (3 pour MRP, RGR, modérés). Avec la démission des SFIO en février 1950 sur la question des salaires, et la formation du gouvernement Pleven en juillet de la même année, le groupe stable de ces ministères devient celui des indépendants qui en disposent de la moitié (3) jusqu’en 1952, d’abord en partage équivalent avec le MRP (3 jusqu’en août 1951) puis avec les RGR (gouvernement Pinay : 2 RGR et 1 MRP). La prépondérance SFIO de 1947-1949 a cédé la place à la primauté des Indépendants en 1951-1952.

11La SFIO, qui disposait de l’Industrie, des Travaux publics et Transports, du Travail et de la Sécurité sociale, où importent les relations avec les syndicats, les cède en 1950 aux MRP (Industrie, Travail, Sécurité sociale) et aux Indépendants (Travaux publics et Transports). Les RGR avec Claudius-Petit investissent le MRU, ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, et l’Agriculture évolue en rythme décalé par rapport à la FNSEA, MRP entre 1948 et 1951, Indépendant-Paysan après 1951.

  • 8 La différenciation à partir de 1950 tend non pas à opposer Économie et Finances, mais, ce qui est l (...)
  • 9 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 87.

12Les Finances sous la IVe République enregistrent la prédominance des RGR, entrecoupée de passages des Indépendants (1949-1951, 1952), des MRP (1946-1947, 1955, 1er semestre 1958) et des SFIO (1956-1957). La période qui nous occupe associe le radical modéré René Mayer (1948 et 1951-1952) et les Indépendants Petsche (1949-1951) et Pinay (1952). Le ministère bénéficie en fait d’une très grande continuité politique depuis 1947 et au-delà même de 1952. Il tire également avantage de la réunion des services de l’Économie nationale sous son autorité. La modification des fonctions ministérielles n’en est pas moins poursuivie puisque depuis 1966, le département a pris le nom d’Économie et des Finances8. Le rôle d’agent économique majeur, acheteur, employeur et prêteur de l’État n’est pas remis en cause malgré les accents « libéraux » des déclarations ministérielles. La dualité administrative, esquissée en 1936 et confirmée en 1944 prend fin en novembre 1947 avec le gouvernement Schuman. Dépourvu de services extérieurs, à l’exception du Contrôle Économique très menacé, l’Économie nationale régresse de 14 600 fonctionnaires en 1946 à 6 000 en 1956, tandis que les Finances évoluent de 109 000 à 130 000 dans le même intervalle9. La dénomination des services est également modifiée puisque l’Économie nationale devient les Affaires économiques, terme à la fois moins solennel (« nationale » disparaît), plus libéral (« les Affaires ») et secondaire (le substantif « économie » devient l’adjectif, « économique »). Ce changement n’est pas simple question lexicale, il est supposé démontrer l’intention gouvernementale de rompre avec « le dirigisme ». Comme le ministère de l’Économie nationale, le MEN, reposait principalement sur le contrôle des prix, et que celui-ci est la principale victime des projets Schuman-Mayer, son ossature est brisée. Les autres directions, Programmes, Statistique (INSEE), Relations extérieures et Coordination économique (gestion des entreprises publiques) sont progressivement démantelées, subordonnées ou transformées. Le Contrôle lui-même est coiffé en mars 1949 par la Direction des prix et le nouveau service prend le nom de Direction générale des prix et du contrôle économique, DGPCE. Désormais, les Affaires économiques ne sont plus qu’un secrétariat d’État confié à F. Gaillard en 1948, A. Pinay en 1949 et R. Buron de manière non continue en 1950-1953, dont six mois comme MEN au 1er semestre 1953. Le service se banalise rapidement dans les années cinquante. La montée en puissance des Finances s’étend avec la croissance et aucun ministère « technique » ne peut lui faire désormais de l’ombre, comme par exemple le ministère de la Production Industrielle en 1940-1944.

  • 10 V. Auriol, Journal du septennat, 1947, p. 534-35 et 580-80. C’est Mendès France qui avait soufflé l (...)
  • 11 Témoignages : F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101. En le comparant à Edgar Faure (...)

13Les titulaires du ministère contribuent à lui donner une réputation de compétence. En novembre 1947, Robert Schuman, devenu président du conseil, confie les Finances à René Mayer après les consultations infructueuses10 auprès de Mendès France, Reynaud, Pflimlin, Coty, voire Baumgartner. René Mayer (1895-1972), petit-fils d’un grand rabbin de France, membre du Conseil d’État (1925), puis responsable des Chemins de fer du Nord et à ce titre chargé de préparer la création de la SNCF (1932-1937), appartient au courant modéré du parti radical et a commencé sa carrière ministérielle à Alger dans le CFLN - GPRF (Commissariat aux communications et à la marine marchande, mars 1943-septembre 1944) ; il la poursuit à Paris aux Transports et Travaux publics (septembre 1944-novembre 1945), puis n’occupe plus de fonction ministérielle pendant deux ans ; il est maire de Giverny (Eure) en 1945-1953 et député de Constantine de 1946 à 1956. À la fois proche du groupe de Jean Monnet (mars 1943) et des gaullistes (octobre 1943), il choisit en novembre 1947 le premier au détriment du second. L’homme fait forte impression aux Finances en 1947-1948, tandis que son second passage (août 1951-janvier 1952) dans un fragile gouvernement Pleven, apparaît plus terne. Devenu lui-même président du Conseil au 1er semestre 1953, il ne prend pas les Finances, qu’il confie à Bourgès-Maunoury. En 1948, son intelligence juridique, son esprit de décision, son sérieux nuancé d’humour caustique donnent l’impression d’une grande aisance à dominer les problèmes11.

  • 12 Pour ces trois biographies, cf. Ministère des Finances, Annuaire des Finances, 1954. Également Who’ (...)

14Son équipe de 1947-1948 forme « un cabinet étoffé et ambitieux... très libéral » (J. Monnet). Paul Delouvrier, le directeur de cabinet, est né en 1914 dans les Vosges ; fils de banquier, inspecteur des Finances (1941), il a rejoint le CFLN (1943), et travaille au Plan depuis l’automne 1945, (Division financière). Félix Gaillard, chef de cabinet et sous-secrétaire d’État aux Affaires économiques, né en 1919, est polytechnicien (1940) et inspecteur des Finances (1943) ; membre du Conseil national de la Résistance et responsable de son Comité financier, il se rapproche de J. Monnet en 1945 d’abord comme directeur de son cabinet ensuite comme député de la Charente. À ces deux hommes venus de l’entourage Monnet et de sensibilité radicale, s’ajoute Maurice Bourgès-Maunoury12, secrétaire d’État au Budget ; né aussi en 1919, issu d’une famille d’officiers généraux, polytechnicien (1935), tenté sans succès par l’inspection des Finances (1944) il mène d’abord une carrière d’officier (1935-1945), dont d’importantes activités de résistance – il est délégué militaire national (1943-1944) du CFLN en France occupée – avant de devenir député de la Haute-Garonne en 1946. P. Delouvrier fut un haut-fonctionnaire important de la IVe et de la première Ve République, Gaillard et Bourgès participent ensuite à la plupart des cabinets ministériels des années cinquante et sont les avant-derniers présidents du Conseil du régime emporté en 1958.

  • 13 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 102. Confimé par L. Franck, 697 ministres, p. 56 (...)

15Entre fin juillet et fin août 1948, l’éphémère gouvernement André Marie prend comme ministre des Finances Paul Reynaud (1878-1966). Silencieux depuis trois ans à la Commission des finances de l’Assemblée, il écoute et note beaucoup sans trancher, vivant de sa réputation des années trente, entretenue par « une verve intacte ». En fait « il n’avait pas de plan et ne... paraissait plus en état d’en concevoir un ». Le cabinet est assez maigre et Raymond Villadier, né en 1903, est son « chef de cabinet technique », non son directeur de cabinet ; rédacteur aux Finances en 1925, il a gravi les échelons successifs du ministère jusqu’au poste de directeur adjoint en 1946. La direction du Trésor fait office de direction de cabinet. Ce ministère dura le mois d’août, « le temps de gâcher nos vacances et de tuer une de nos espérances13 ».

  • 14 V. Auriol, Journal du septennat, 1947, p. 388-433, notamment p. 395, 398, 433.
  • 15 P. Lamour, Le cadran solaire, Laffont, 1980, p. 309.
  • 16 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 71.
  • 17 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101-102. La crise ministérielle de juillet-août (...)

16Avec le radical Henri Queuille (1884-1970) le ministère des Finances ne quitte pas (septembre-décembre 1948) les voies devenues siennes depuis 1946. Initialement médecin de campagne en Corrèze, département dont il est régulièrement l’élu parlementaire, il fut vingt fois ministre sous la IIIe République, notamment à l’Agriculture ; de caractère « tenace et réfléchi14 », il devient « par son tranquille immobilisme l’homme de la situation15 ». Habilement, il obtient du Parlement en même temps son investiture (8-10 septembre 1948), celle de son gouvernement et l’accord sur ses premiers projets fiscaux ! En fait, après l’échec des approches auprès de Pflimlin, Mayer et Mendès France, Queuille décide de prendre officiellement les Finances avec Maurice Petsche (1895-1951) comme secrétaire d’État aux fonctions de ministre-délégué. Antoine Pinay est secrétaire d’État aux Affaires économiques « chargé de l’Économie nationale », Alain Poher secrétaire d’État au Budget et, pour quelques mois encore, Yvon Coudé Du Foresto secrétaire d’État aux Affaires économiques « chargé du Ravitaillement ». Petsche obtient rang de ministre de plein exercice en janvier 1949 et le reste jusqu’en août 1951. Issu d’une famille protestante très riche – son père Albert Petsche avait contribué à créer le réseau électrique français16 – il est membre de la Cour des Comptes dès 1920, homme d’affaires dans le groupe Lazard dans les années trente, et député de Briançon entre 1925 et 1940 et après juin 1946 sous l’étiquette « Indépendant et paysan ». Sous-secrétaire d’État entre 1929 et 1932 (Guerre, Finances, Beaux-Arts, Présidence du Conseil) il se montre un parlementaire très discret entre 1946 et 1948. Nanti au départ d’un « préjugé (qui) n’était pas favorable », car « très bon vivant », il séduit progressivement les bureaux par ses « propos sentimentaux », son caractère « bienveillant et populaire » et surtout un travail acharné, « épuisant vite une santé mauvaise17 ».

  • 18 Une thèse sur sa biographie : S. Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique, FNSP, 1984, (...)
  • 19 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 119.
  • 20 Confirmé par plusieurs sources, notamment Gaston Cusin, entretien avec l’auteur, Paris, 22 mars 198 (...)
  • 21 Source : Ministère de l’Économie et des Finances, Annuaire des Finances, 1968, et Who’s who in Fran (...)

17Maurice Petsche sera le titulaire le plus stable du ministère sous la IVe République puisqu’il approche les trois ans de portefeuille. Il traverse plusieurs gouvernements de centre et de centre-droit et son affectation rue de Rivoli ne semblait pas menacée en été 1951. René Mayer retrouve les Finances en août 1951, cède la place à Edgar Faure en janvier 1952, tandis qu’Antoine Pinay les cumule avec la présidence du Conseil en mars 1952. Antoine Pinay18, né en 1891, patron d’une entreprise moyenne de tannerie dans la Loire (1917), a lentement gravi les échelons de la vie politique, maire de Saint-Chamond sa commune (1929), conseiller général (1934), député (1936) puis sénateur (1938) de la Loire – également membre du Conseil national sous Vichy (1940), étiquette encore embarrassante en 1952 – et de nouveau député de la Loire, en 1946. Il entre au gouvernement en septembre 1948 comme secrétaire d’État aux Affaires économiques « chargé de l’Économie nationale » dans le cabinet Queuille, puis prend en charge pour trois ans (1950-1952) les Travaux publics et les Transports. F. Bloch-Laîné, qui ne l’apprécie pas outre mesure, résume laconiquement : « Cet homme d’apparence modeste avait été très effacé jusqu’à ce qu’il devînt président du Conseil19. » Nous ne nous attarderons pas sur la popularité d’A. Pinay dès 1952. Si son cabinet marque un déplacement sensible de l’axe majoritaire du centre-droit vers la droite classique, cela n’a pas d’effet majeur pour la continuité orthodoxe de la politique économique. Aux radicaux modérés succède un modéré non radical. Signalons cependant des liens plus étroits, sinon avec le CNPF dont l’entrepreneur Pinay n’appréciait pas toutes les personnalités et les nuances, du moins avec Marcel Boussac ou Léon Gingembre (CGPME). Il écoute volontiers les conseils de Jacques Rueff, qui vient d’être nommé juge à la Communauté européenne charbon acier, CECA, à Bruxelles, mais l’architecte de son travail20est indiscutablement l’inspecteur des Finances André Yrissou21. Né en 1909, fonctionnaire à la direction générale des Contributions Directes après une licence de droit (1928), il devient inspecteur des Finances (1937), et, après un passage au cabinet de l’Économie nationale (1939-1941) devient secrétaire général de l’Économie nationale à Limoges (1942-1946) où il assure aussi des activités résistantes. Il retourne au cabinet des Finances-Affaires économiques en juillet 1948 à l’occasion du gouvernement Marie-Reynaud puis s’attache à la carrière d’Antoine Pinay à partir de la fin 1948 (Affaires économiques, Travaux publics, Présidence du Conseil en 1952, Affaires étrangères 1955 et Finances en 1958). Son apport technique à la stratégie d’A. Pinay est important, sans que la paternité des initiatives puisse être clairement attribuée à l’un ou à l’autre.

  • 22 Voir Chapitre IV.

18De 1948 à 1952 la galerie de portraits des ministres des Finances est assez homogène. Au-delà des variations de caractère et des nuances de sensibilité politique – voire d’attitude en 1940-1945 – au-delà même des compétences techniques initiales ou acquises des titulaires, on perçoit à la fois la continuité des intentions et des moyens : la volonté de croissance par l’investissement, le souci des grands équilibres conjoncturels et l’amélioration dans la répartition des flux du revenu national sont nettement mieux coordonnés. Le rôle décisif de F. Bloch-Laîné à la direction du Trésor22 de 1947 à 1953 semble avoit été une des clefs de voûte de cette réussite.

C. UNE OPINION PUBLIQUE PLUS COOPÉRATIVE

  • 23 Se reporter au Chapitre II. IFOP, Sondages, années 1944-1963 pour notre sujet, notamment les n° 3 d (...)

19Il est vrai que l’opinion publique, celle des ménages, des associations politiques ou professionnelles, celle des entreprises, prête un meilleur concours au gouvernement. La pénurie se dissipe progressivement après 1948 et cette disparition réduit le nombre de mécontents sans assurer une majorité sûre d’opinions favorables. Au niveau des opinions individuelles23 telles que permettent de les analyser les sondages de l’IFOP, on rappellera que la « question pécuniaire » c’est-à-dire le sentiment diffus d’un revenu insuffisant par rapport à ses propres demandes, demeure la préoccupation dominante des ménages, très loin devant les autres réponses qui ne dépassent pas 10-13 % : 42 % des réponses en janvier 1948, 57 % en septembre 1951. Sur le plan national, la question du niveau de vie alterne en première place avec les crises internationales : en août 1953, le niveau de vie est le problème le plus important (28 %) en lien avec les grèves (16 %), tandis que les crises de l’Union française (12 %) et « la paix » (6 %) figurent en second rang ; en août 1954, les problèmes internationaux (44 %) et d’Outre-mer (24 %) dépassent légèrement les « questions sociales » (37 %) et les « problèmes économiques et financiers » (24 %).

20La méfiance inflationniste demeure un réflexe acquis. En janvier 1948, 89 % des personnes interrogées estiment que les prix vont monter dans les prochains mois ; s’ils ne sont plus que 52 % en janvier 1949 et encore 64 % en février 1950, la poussée de 1950-1951 donne 90 % de réponses « haussières » en mars 1951. En février 1954, le pourcentage est de 43 %, en août de 33 %. Le questionnaire ne permet pas de discerner le degré d’inquiétude des personnes interrogées et présuppose en fait un horizon de très court terme, de trois mois ou à un an environ (« en ce moment », « ces derniers temps », « tantôt », etc.). Le moindre réveil des prix à la hausse, après l’accalmie de 1949 fait resurgir l’image de 1944-1948. C’est ainsi que la hausse des prix, sous-estimée entre 1945 et 1948 est surestimée entre 1948 et 1954. De 1945 à 1948, l’indice INSEE de détail progresse de 4,23 fois et l’indice des estimations du coût de la vie par les ménages de 3,4 fois, soit une proportion de 78 % ; en 1954, les deux indices sont presque au même niveau (respectivement 6,9 et 6,7) sur base 100 en juin 1945, mais diffèrent nettement sur base 100 en 1948 puisque l’indice des prix augmente de 60 % entre 1948 et 1954 et l’indice estimé double. Cette surestimation est désavantageuse pour le patronat et les pouvoirs publics qui essuient des revendications de hausses salariales, moins violentes qu’en 1944-1948 ; elle présente également un visage avantageux puisqu’elle permet de prêter une oreille complaisante aux appels gouvernementaux sur la nécessité de stabiliser le rapport entre ressources et emplois.

  • 24 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 239 et 251.

21Les différents groupes de pression professionnels qui gravitent en fait autour des syndicats salariés, patronaux et agricoles sont-ils pour autant plus coopératifs ? Le syndicalisme salarié, qui nous intéresse au premier chef, eu égard au rapport de masse entre dépenses salariales et évolution des prix, connaît des moments d’intense activité publique en septembre-octobre 1948, puis après des actes sporadiques en 1949 et 1950, ne donne plus de signe d’impatience organisée avant 1953. Deux facteurs jouent contre la pression collective : la croissance économique à coûts décroissants, ce qui fragilise la thématique de la « vie chère » et les divisions politiques internes à un ensemble moins dynamique (15 % des salariés) : les 5 millions d’adhérents de la CGT en 1947 deviennent en 1958, 2 millions pour la CGT proche du PCF et 500 000 pour la CGT-FO ; avec les 600 000 à 800 000 adhérents de la CFTC, le mouvement syndical quitte la IVe République avec la moitié des effectifs avec lesquels il y était entré. Les revendications pour la masse salariale s’émoussent ou deviennent franchement catégorielles. Cela contribue à ralentir le flux annuel de la masse salariale, mais pas à le geler voire à l’amputer comme le répètent les syndicats salariés : + 20 % par an de 1949 à 1952, + 10 % de 1952 à 1960, selon les chiffres réajustés de la comptabilité nationale24. La pénurie relative de main-d’œuvre en situation de plein emploi est le plus sûr garant de la hausse des salaires. En fonction du ralentissement de la hausse des prix, la part du revenu primaire brut des salariés passe de 42,2 % du PIB en 1949-1952 à 44,1 % en 1960.

22Le syndicalisme agricole, qui avait tant pesé sur les prix entre 1944 et 1948 est également affaibli par la nouvelle conjoncture. La production paysanne se retrouve dès l’automne 1948 dans une situation dite de « surproduction » comme dans les années trente. La faible productivité globale du secteur livre des produits en léger excédent par rapport au marché de l’Union française, mais trop coûteux sur les marchés internationaux. Le monde paysan dans son ensemble est désormais demandeur par rapport au monde non-paysan. Par ailleurs, il n’offre pas un visage unitaire dans son rôle de pression. La Confédération générale de l’agriculture, CGA (SFIO), qui éclate en novembre 1947 et disparaît officiellement en 1952, est dépassée par sa composante FNSEA, Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (indépendants et modérés) qui revendique 700 000 exploitants sur 2,2 millions vers 1955-1956, soit une exploitation sur trois ; même avec le renfort vigoureux du Centre national des jeunes agriculteurs, le CNJA, le syndicalisme agricole n’est pas en mesure d’imposer des options trop particularistes. Pour donner le ton, regardons la manière dont Libération paysanne, organe de la faiblissante CGA relate le 4e congrès de la FNSEA les 7 et 8 mars 1950. Le « Congrès de l’inquiétude paysanne » demande : 1° une politique d’exportations (subventionnées...), 2° une politique sociale généreuse (assurances sociales financièrement soutenues), 3° une politique technique (d’aide à l’équipement et à la modernisation). Ainsi, le monde exploitant, par la valeur d’usage de ses productions comme par la recherche de la productivité, entre sans le savoir dans une configuration longue de prix stables.

  • 25 Parmi une bibliographie qui s’étoffe (travaux de M. Levy-Leboyer, G. Lefranc, W. Ehrman, P. Fridens (...)

23Le CNPF apparaît finalement ragaillardi par rapport à ces deux groupes qui dominaient les relations socio-professionnelles et socio-politiques des années 1944-1948. Encore discret25, il est cependant associé au plan Monnet, recueille les prémices du plan Marshall (sidérurgie, etc.) et s’initie à la productivité qui devient un thème croissant de la culture patronale des grandes entreprises dans les années 1949-1952 (cf. Bulletin du CNPF). Les liens entre M. Boussac et V. Auriol ou A. Pinay, les services plus ou moins occultes demandés à E. Boutemy dans les années 1950-1953 n’intéressent pas vraiment le niveau général des prix. En revanche, il faut signaler des éléments de rigidité et d’hétérogénéité, qui pèsent sur la stabilité complète.

24Tout d’abord, si le CNPF représente toutes les branches, la totalité des entreprises, notamment les petites et moyennes entreprises est loin de se reconnaître en lui, contraignant l’équipe de Georges Villiers à des motions de congrès très générales. Cet écart de stratégie, en matière de salaires, d’investissement, d’exportations ne recouvre pas exactement la distinction entre grandes entreprises et petites, car de grands groupes textiles stagnent à côté de PME radio-électriques dynamiques. La synchronie entre les différentes tailles de sociétés n’est pourtant pas satisfaisante, que ce soit par le jeu de la sous-traitance ou celui des chaînes de clientèle. La fondation de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, CGPME par Léon Gingembre après la Libération et son statut autonome au sein du CNPF après 1947 illustrent ce clivage entre grandes et petites entreprises, mais l’écart porte plus sur le ton, plus populiste à la CGPME, ou sur la politique sociale (salaires et revenus, représentation syndicale, Code du travail) dans l’entreprise, que sur les orientations générales modernisatrices. Ces deux aspects intéressent la stabilité des prix, soit par le jeu des coûts salariaux, soit par celui des investissements.

25Un second problème vient d’une réelle cartellisation du marché, phénomène encore mal mesuré mais régulièrement souligné par la direction des Prix, cette cristallisation des positions acquises offrant indubitablement moins d’avantages (croissance commune, préparation à l’entrée dans la Communanuté économique européenne, la CEE) que d’inconvénients (tendances protectionnistes, surprix intérieurs avec demandes de subventions pour exportation, situation d’avantage auprès des distributeurs...). Cet aspect ne semble pas disparaître avec les années cinquante, même s’il apparaît lié aux périodes de crise ou de transition économique. Il n’est pas favorable à la baisse des prix, car tous les cartels repérés par les Affaires économiques portent autant sur les quantités que sur les prix.

26Une troisième difficulté provient évidemment de l’insuffisante productivité de l’économie, abondamment stigmatisée par le Commissariat général au plan, signalée dans le Premier livre de cet ouvrage, et devenue très vite un leitmotiv des responsables patronaux des années cinquante. L’insuffisante productivité globale se décompose d’ailleurs entre de fortes disparités sectorielles, de l’aéronautique au textile en passant par les transports, ce qui entrave les entreprises performantes (chimie, constructions électriques) qui doivent compter avec un charbon coûteux, des transports assez lents ou des circuits commerciaux en voie de concentration. La politique sociale de la IVe République, en ne graduant pas suffisamment la socialisation des revenus salariés crée aussi des problèmes de coûts de main-d’œuvre parfois délicats à résoudre pour la plupart des entreprises de l’hexagone.

27À partir de 1948, l’équilibre approximatif entre l’offre et la demande solvable, la légalisation complète des transactions avec la disparition du marché noir, et l’insertion forte d’objectifs nettement anti-inflationnistes (budget, salaires) dans la politique économique affaiblissent les tensions à la hausse (+ 10,5 % par an) avant de prendre une allure dérisoire (+ 3,5 % / an de 1952 à 1967). Il est donc clair que les pressions inflationnistes par les coûts et la demande ne jouent plus un rôle comparable avant et après 1948. Si bien que les éléments favorables à la hausse que nous avons signalés dans le domaine de la gestion des entreprises françaises importent moins que par le passé.

  • 26 Comparer avec les + 7,8 % par an de la période 1967-1989. Pour un tableau synthétique de la hausse (...)

28Au bilan, les années 1948-1952, malgré le maintien d’un rythme inflationniste non négligeable26 autour de + 10 % par an, enregistrent la formation des tendances conjoncturelles des années 1952-1967, avec un mouvement salarié moins pugnace, un syndicalisme agricole demandeur et une confédération patronale gagnée à la bataille de la productivité.

II. LE PLAN MAYER : UN CHOC STABILISATEUR DÉCISIF

A. LA PRÉPARATION DU PLAN : RAPIDITÉ, QUALITÉ ET MINUTIE

  • 27 Voir principalement : A N, Mayer 363 A P 7 – 9. Également F. Caron, Le plan Mayer, un retour aux ré (...)

29Le « plan Mayer27 », dans la postérité de l’histoire économique est comparable au plan Pinay-Rueff de 1958 et non au plan Monnet et à ses successeurs. Le but est de créer à la fois les conditions de la stabilisation pour le ou les semestres consécutifs et d’engager une configuration améliorée de toute la politique conjoncturelle : équilibre du budget, progression salariale, politique des prix, régulation du crédit et des changes. Cette action « conjoncturelle » exerce aussi des réels effets « semi-structurels » dans la mesure où elle crée le cadre stable de plus long terme comme les équipements collectifs ou les assurances sociales.

  • 28 Pour cette période, les papiers Pleven, AEF, 5 A 7 - 12, sont également bien classés, ceux de Gasto (...)

30La préparation du plan de stabilisation est assez rapide, en moins d’un mois, entre le 24 novembre, date de nomination du ministre, et le 19 décembre, lors du premier discours à l’Assemblée. Nous sommes pourtant en pleine fronde salariale et politique (12 novembre - 9 décembre 1947). Le travail du cabinet semble avoir été intensif. Les papiers d’archives sont parmi les mieux classés, les plus propres et les plus complets qu’il nous ait été donné de voir28. En dehors du travail de synthèse de P. Delouvrier, accessoirement de F. Gaillard et M. Bourgès-Maunoury, nous trouvons les principaux documents du ministre lui-même qui rédige par exemple son discours du 19 décembre 1947 sur des sous-chemises de couleur, permettant de glisser des fiches complémentaires pour chaque paragraphe. L’observateur est frappé par la brusque profusion statistique qui entoure le cabinet des Finances. Deux chemises contenant respectivement 15 feuillets statistiques dactylographiés et 10 graphiques en couleur présentent un ensemble documentaire qui permet de raisonner désormais en termes macro-économiques. Les prix de détail, les salaires horaires, la masse monétaire, dans leur version d’alors (indice des 34 articles, billets + dépôts et salaires horaires moyens) sont présentés en courbes comparées.

  • 29 « René Mayer était si proche de Jean Monnet que l’ajustement de leurs points de vue s’est fait sans (...)
  • 30 « De toutes les conditions nécessaires à la réalisation du Plan, il n’en est pas de plus fondamenta (...)
  • 31 A N Mayer 363 A P 7, Mémorandum du Comité d’assainissement économique et financier, 52 pages, septe (...)

31L’impulsion théorique vient visiblement du Commissariat général au plan, ce qui n’est pas étonnant puisque les quatre hommes que nous venons de citer avaient tous fréquentés Jean Monnet plus ou moins longtemps depuis 194329. Assez inquiet de la crise des prix qui perturbe considérablement la préparation du Plan30, et extrêmement soucieux de préparer le terrain financier d’arrivée pour l’aide américaine, Jean Monnet multiplie les initiatives. Une première commission, baptisée Comité d’assainissement économique et financier, limitée en fait au président du Conseil, au ministre des Finances, à celui de l’Économie nationale, au gouverneur de la Banque de France et au commissaire au Plan lui-même, prépare le cadre en deux séances31 : 1° évaluation des ressources et des besoins de l’Économie nationale, 2° équilibre budgétaire à échéance rapprochée, 3° substitution d’un programme de production-importation, pour farine et viande, au programme défaillant de contrôle économique.

  • 32 Voir J. Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 310, et aussi : V. Auriol, Journal du Septennat 1947, p. (...)
  • 33 Voir Chapitre 2.
  • 34 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 108.
  • 35 AEF, Pleven, 5 A 12, Banque des Règlements Internatioanux, BRI, Bâle, Rapport confidentiel, mars 19 (...)

32Pour remplir la première partie du projet est donc créée32 une Commission du bilan national le 1er octobre 1947 chargée de dresser l’équilibre ressources - emploi pour 1947 et 1948. Le président de la Commission était Jean Monnet, le rapporteur, l’économiste (du Plan) Pierre Uri, tandis que l’Administration (le Trésor avec Bloch-Laîné, la Banque de France) était en minorité numérique par rapport au CNPF (Ricard), aux syndicats salariés (Lebrun de la CGT) et à la CGA. L’élaboration technique était assurée par une soixantaine de collaborateurs. La méthode est celle de Keynes33dans How to pay for the war, affinée depuis par la comptabilité nationale, et repose sur « un faux concept pour une juste cause34 », celui de l’écart inflationniste. Pour 1948, la différence entre ressources et emplois atteignait 365 milliards de F. Jean Monnet le juge « impressionnant » comme la plupart des contemporains35, ce qui est essentiel pour la suite des décisions. Avec le recul, nous sommes étonnés de cette surprise puisque, avec un PIB de 2 300/2 600 milliards de F en 1947 et de 7 400 milliards de F en 1948, cet « écart » représente 6 à 7 % de la moyenne de 1947-1948, à comparer avec les 20 % d’écart estimées par Keynes pour le Royaume-Uni de 1941.

  • 36 A N Mayer 363 A P 7.

33Dès le 21 novembre, avant la publication des chiffres définitifs vers le 10-15 décembre, J. Monnet écrit à l’intention du futur ministre des Finances dont le nom est encore inconnu : « Il apparaît clairement... que l’ensemble du pays cherche à dépenser plus de ressources qu’il n’a36. » Il propose : 1°) l’équilibre budgétaire, notamment par une contribution exceptionnelle des imposables pour 150 à 200 milliards de F, 2°) la programmation non coercitive de ressources augmentées en pain et viande, 3°) la solution rapide des revendications salariales du moment. Un nouveau courrier du Plan à René Mayer, en date du 6 décembre, apporte les conclusions officielles de la Commission du bilan, et précise la nature de la contribution nécessaire, 125 milliards de F d’impôts supplémentaires et 160 milliards de F d’emprunt forcé. Ces deux sommes seraient destinées à financer reconstruction et équipement. De tous les circuits de conseil auxquels le ministre des Finances a eu recours, il est certain que celui du Plan fut le plus important.

  • 37 A N Mayer 363 A P 7.
  • 38 AEF, Cusin 5 A 13. L’inspecteur général de l’Économie nationale, Zyromski, après une assez longue a (...)

34Il faut cependant souligner que les idées que l’on y brasse sont partagées par d’autres cercles, notamment au Trésor, mais que le réseau relationnel du Plan lui donne l’avantage sur les autres sources de réflexion. Preuve de cet état d’esprit rénovateur, la note Cusin datée du 25 novembre en 7 pages. Gaston Cusin, secrétaire général du Comité économique interministériel, offre à la fois des analyses assez décalées par rapport aux exigences du moment : « Il s’agit... comme en 1934... de choisir entre la délation et la dévaluation...37 », mais, selon les voies d’un « dirigisme intelligent », propose 1°) une hausse des salaires de 18 %38, 2°) une dévaluation au printemps avec double marché des devises, 3°) un emprunt forcé de 320 milliards de F par prélèvement des billets de 5 000 F, destiné à une Caisse d’amortissement pour équipement national, 4°) un plan d’importation pour viande, légumes et blé. Si la tenue de la réflexion et l’ampleur du programme ne sont pas comparables, on ne put pour autant écarter certaines propositions et nous verrons bientôt resurgir l’affaire des billets de 5 000 F.

  • 39 Voir par exemple : FMI, Finances et développement, juin 1990, Pourquoi la stabilisation italienne a (...)

35L’ambiance internationale n’est pas à négliger, car les relations avec les États-Unis, coordonnées dans la conférence dite « des Seize » incitent à la stabilisation. Le plan français se situe entre le plan italien de mars-décembre 1947 et la réforme monétaire allemande de juin 1948. L’Italie39, avec l’équivalent 60 % du PIB français, se relève plus lentement (indice de revenu national à 80 en 1947 sur base 100 en 1938, contre 90 pour la France) que sa voisine malgré une guerre moins coûteuse : 450 000 morts et 30 % de la fortune nationale. L’inflation est plus forte aussi : indice 5 150 en 1947 ! Alors que la gauche est plutôt favorable à l’échange monétaire et la démocratie chrétienne y est opposée, les plaques lithographiques fiduciaires sont volées en 1946 et l’équipe Gasperi-Einaudi décide en mars 1947 de réduire les dépenses budgétaires, de relever le taux de l’escompte (5,5 %), de contraindre les établissements bancaires à des réserves obligatoires (25 % des dépôts) ; l’accord du plan Marshall s’accompagne du retrait de leurs portefeuilles aux ministres communistes en juin 1947. Les prix sont stabilisés en 1948, même si la production officielle (indice 82) n’atteint pas le niveau de 1938.

  • 40 FMI, Finances et développement, mars 1990, Une réforme monétaire radicale : le cas de l’Allemagne e (...)

36L’Allemagne40enregistre une production manufacturière en janvier 1948 de 60 % de 1936. La Dette publique en 1945 équivaut à 400 % du PIB de 1939. La disparition de la monnaie, une seconde fois en 25 ans freine la reprise des échanges et rend très difficile l’évaluation relative des prix. Le blocage rigoureux de la période 1936-1945 (+ 60 % de hausse en 9 ans !) vole en éclats en 1945. Le seul indicateur acceptable est l’ensemble des dépôts à vue et à terme du secteur non bancaire, qui a été multiplié par 6 de 1936 à 1948 alors que la production a baissé de 40 %, ce qui impose un échange monétaire d’un nouveau Deustchemark pour 1 ancien Reichsmark. Les architectes américains du plan, Colm, Dodge et Goldsmith, proposaient également l’annulation de la dette publique et la diminution de 90 % des dettes des entreprises auprès des banques. L’échange monétaire réalisé en juin 1948 s’accompagna d’une raréfaction brutale des moyens de paiements, avec des déblocages progressifs et subtils, destinés notamment à contraindre les entreprises à déstoker pour se procurer des liquidités, et d’un effort strict en faveur de l’équilibre budgétaire. Le dollar vaut alors 3,33 DM. Des allégements fiscaux et la libération des prix en faveur des entreprises sont compensés par des impôts à venir sur les bénéfices exceptionnels. Après une pousée d’inflation au second semestre 1948, la situation se stabilise et les disponibilités, aidées par la crise coréenne, atteignent leur niveau d’avant-guerre en 1950.

37On voit à la fois une certaine parenté et des nuances entre ces différents plans de stabilisation. Que dit le plan Mayer ? Une première version est fournie par son discours du 22 décembre.

  1. Remise en ordre des finances publiques. Les dépenses ordinaires doivent être équilibrées autour de 900 milliards de F, par augmentation des impôts, suivie d’une réforme fiscale, et réduction des dépenses de subvention. Les dépenses « extraordinaires » de reconstruction / modernisation sont disjointes du budget ordinaire et alimentées par des produits exceptionnels comme l’emprunt (forcé) de modernisation et la contre-valeur des crédits « Marshall ». Ce sera le FDES.

  2. Ajustement des salaires et des prix. Les salaires modestes seront augmentés, les autres devant être des contreparties de gains de productivité. Certains prix de produits incontrôlables ou en situation d’offre équilibrée vont bénéficier d’une déréglementation administrative.

  3. Action sur le ravitaillement. Visant les 14 millions d’habitants des 27 centres urbains les plus importants (> 50 000 h), il propose un plan de la viande conçu avec la profession fondé sur des contrats d’engraissement, des importations et des stocks congelés.

38Après les débats législatifs et l’évolution des différents aspects de problèmes, nous obtiendrons la progression suivante :

  1. Début janvier 1948 (du 1 au 7) : les prix sont ajustés (subventions supprimées et fort relèvement des prix industriels) en même temps que les salaires (+ 20 à 30 %). Certains secteurs de prix sont libérés progressivement. L’emprunt forcé est mis en mouvement sous le nom de prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, le PELCI.

  2. Fin janvier 1948 (25) : les dispositions monétaires externes reçoivent alors l’attention du cabinet avec dévaluation sensible du franc (– 44 %) et semi-liberté du marché des changes.

  3. Début février (2) : la liberté du commerce de l’or, l’amnistie pour les capitaux nationaux à l’étranger, qui sont une initiative propre aux Finances mécontentent le parti SFIO, qui propose en compensation l’échange des billets de 5 000 F, avec déblocage progressif de leur contre-valeur.

39Il faut tenir compte de l’Assemblée, de l’opinion publique et des autres composantes de la majorité. Le travail interne au gouvernement n’est pas des moindres : le Comité économique interministériel se réunit tous les mois de juin à décembre 1947, ce qui signifie qu’il n’a pas été spécifiquement utilisé pour la préparation du plan ; en revanche, de janvier à avril 1948, il fonctionne en moyenne tous les quinze jours, voire tous les cinq jours du 20 janvier au 10 février ; cela veut dire au contraire que l’application du plan et ses révisions nécessitent beaucoup de travail interministériel.

B. UNE ENTRÉE EN VIGUEUR DIFFICILE

  • 41 Le décès accidentel du général Leclerc le 28 novembre 1947 en Afrique du Nord ajoute au désarroi de (...)
  • 42 « Je dois dire que le mérite d’avoir préparé ces mesures ne saurait se comparer à celui de les avoi (...)
  • 43 L. Franck, 697 ministres, 1986, p. 41-42.
  • 44 V. Auriol, Journal du Septennat 1947, p. 627 et suivantes.

40Suivons maintenant le cheminement extérieur du projet. La première mouture, après une conférence de presse le 15 décembre, est présentée au gouvernement le 19 décembre, puis au Parlement le 22. La Commission des finances est plutôt indécise : 21 voix pour, 21 contre, 1 abstention, 1 absent... Pinay, Petsche, futurs ministres des Finances, Laniel, Daladier ou Duclos (!) sont favorables, Pleven et Mendès France sont d’accord pour s’opposer, non moins que de Menthon, Ramadier, E. Faure ou Paul Reynaud. L’ambiance est assez tendue depuis la phase violente de grèves41échelonnées du 12 novembre au 9 décembre 1947 et le filibuster parlementaire des députés PCF qui s’achève le 4 décembre – 250 pages de Journal officiel ! – est encore dans toutes les mémoires42. Les témoins proches de René Mayer insistent tous sur la maîtrise et le sang-froid du ministre, « commandant en chef » doté d’une « faculté de décision immédiate43 ». Le discours du 22 décembre dénonce l’addition de causes inflationnistes : l’insuffisance du ravitaillement, le déséquilibre des finances publiques, la course des salaires et des prix, « l’incrédulité monétaire ». Ainsi, « la France vit au-dessus de ses moyens ». La crise des prix doit cesser. Une belle période oratoire en explique les raisons : « Nous en arrivons au point où l’inflation, en décourageant les efforts productifs, en provoquant des grèves, en aggravant à un point critique le déficit de notre balance extérieure, en incitant chacun au stockage, nuit tout à la fois à la production, à l’ordre social, aux possibilités de financement de l’équipement et de la reconstruction, au fonctionnement d’ensemble de l’économie et même à l’indépendance nationale ». Malgré quelques injures échangées dans la salle avec communistes et gaullistes, et en dehors de la remarque de Mendès France, autre radical, sur la ténuité des contrôles44, les projets sont acceptés. Ils sont suffisamment généraux pour ne pas dresser l’Assemblée contre elle-même.

41Janvier 1948 est plus rude avec cinq votes de confiance, puis encore quatre autres avant le 20 mars, date des vacances parlementaires. L’échange des billets de 5 000 F est littéralement imposé par la SFIO fin janvier en échange de la libération du commerce de l’or et de l’amnistie pour les sorties de capitaux, sous peine de quitter la coalition gouvernementale. C’est que le plan Mayer, après avoir été assez bien accueilli en décembre, surtout par la presse boursière, financière et patronale (Bulletin du CNPF), entre dans une phase de faible popularité pour son aspect fiscal, auprès des milieux indépendants et paysans, qui récriminent de leur côté contre l’emprunt forcé, infligé aux revenus non salariaux, simultané aux hausses de revenus salariaux.

  • 45 INSEE, Etudes et Conjoncture, juin-août 1948, p. 3-7.
  • 46 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel, op. cit., mars 1949, page C B 210.
  • 47 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? 1957, p. 17-18. L’édition de 1979 (4e) ne reprend pas la formule (...)
  • 48 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101.
  • 49 P. Delouvrier, La politique économique de la France, cours de Sciences politiques, 1957-1958, 1re p (...)

42Le jugement des contemporains sur ce bon plan de stabilisation fut assez nuancé. L’INSEE, plutôt interventionniste, n’est pas satisfait : « On peut seulement penser que les résultats obtenus, bien que non-négligeables dans certains domaines, ne correspondent pas aux objectifs prévus45 ». L’Economist est plus élogieux, soulignant que l’effort productif a été « accompagné de la première tentative sérieuse destinée à combler l’écart inflationniste et stopper la spirale prix-salaires » (19 juin 1948). Pour la Banque des règlements internationaux46, « le Gouvernement cherche à bloquer la situation quelques mois, jusqu’à ce que l’approvisionnement, plus abondant, rétablisse naturellement l’équilibre ». À l’intérieur de l’Administration qui y a participé, l’impression est élogieuse. Louis Franck, directeur des Prix, évoque « la plus ample opération de réaménagement des prix et des salaires qui ait suivi la Libération », entraînant « une profonde secousse de l’économie dont l’amortissement dura plus d’une année47 ». F. Bloch-Laîné, directeur du Trésor, l’estime48« intéressante... première tentative sérieuse de redressement depuis la guerre ». « Les mesures prises ont été bonnes, aussi efficaces que le permettait l’instabilité politique ». Plus discrètement, le directeur de Cabinet Paul Delouvrier considère49 que la situation est devenue « maniable », que les « ciseaux (l’écart entre prix agricoles et prix industriels)... sont refermés » et que « le décor de l’économie de guerre a disparu pour l’essentiel ».

43Les contemporains remarquent en effet que les prix continuent de monter en 1948 : les prix de détail progressent en moyenne annuelle (1948 / 1947) de + 58 %. En fait, le plan n’arrête pas la hausse de manière spectaculaire, augmentant volontairement certains prix de 30 à 50 % (!), mais il crée les possibilités d’une stabilisation à moyen terme, ce que sera le palier 1949-1952.

C. APRÈS LE PLAN MAYER, UNE CONTINUITÉ ANTI-INFLATIONNISTE CERTAINE

  • 50 La SFIO pardonne difficilement son opposition au Front populaire, notamment la suspension des 40 he (...)
  • 51 Parmi des dizaines d’exemples, voir V. Auriol, Journal 1948, 27 août, p. 388.
  • 52 Joseph Laniel, secrétaire d’État aux Affaires économiques, répète à L. Franck : « Vous êtes bien d’ (...)

44Le gouvernement Marie-Reynaud va fonctionner un mois durant. Le 19 juillet, le cabinet Schuman-Mayer est mis en minorité sur les crédits militaires, débat qui cache les dissensions de la Troisième Force (MRP / SFIO) sur la question scolaire et salariale. André Marie (radical) confie les Finances à Paul Reynaud (modéré) malgré de fortes réticences à gauche50. Le « plan Monnet », le « plan Marshall », le « plan Mayer » créent désormais pour les titulaires de la rue de Rivoli une obligation morale de présenter à tout le moins un projet de travail ministériel pour les mois annoncés51. Malgré ses efforts52, le cabinet s’enlise dans des constructions décevantes, que les directeurs du ministère sont impuissants à corriger. Citons pour simple mémoire, puisque l’expérience n’a duré qu’un mois, les « axes » ébauchés par le cabinet.

  • 53 P. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, p. 460-63.
  • 54 En conseil des ministres, P. Reynaud ne recule pas devant les formules provocantes, surtout à l’att (...)
  • 55 AEF, B 18 675 et Petsche 1 A 405.

45Il commence par demander des pouvoirs spéciaux, permettant de légiférer par décrets-lois. Depuis les années trente, le procédé n’a pas bonne presse, le vote est acquis de justesse53(17 août), tandis que sa première utilisation (« plan » dit du 27 août) provoque la chute du cabinet... Deux étapes successives sont à distinguer : le « plan » du 5 août en 7 points et celui du 27 août. Il est question de réduire le déficit budgétaire par des actes à la fois trop symboliques pour être acceptés tels quels par MRP et SFIO et trop vagues pour recueillir une autre majorité : plafonnement des dépenses militaires, cession d’actifs dans les entreprises nationalisées, réduction de la prise en charge de la sécurité sociale, diminution discrète du nombre de fonctionnaires ; symétriquement sont ajoutées des nouvelles dispositions fiscales pour augmenter les recettes. Ensuite, les salaires restent bloqués54, jusqu’au retour à la liberté de négociation en 1950, tandis que le PCF et la CGT agitent le salariat urbain en vue d’un relèvement depuis le 1er juin. Le cabinet accepte, sur le conseil de P. Pflimlin à l’Agriculture, une augmentation de + 25 % pour le blé. La mesure n’est pas injustifiée sur le fond, mais sa coïncidence avec le blocage des salaires constitue une erreur non négligeable. Enfin, les archives ont conservé un curieux et confus projet de « réforme monétaire »55, qui devait couronner les choix de l’équipe Reynaud. Le rétablissement du marché libre de l’or en janvier 1948 avait suscité une étude monétaire sur les effets latéraux de cette mesure. Le nouveau ministre envisage de créer une monnaie de compte-or pour le libellé des créances privées et publiques. Les trois ou quatre études sur le sujet aboutissent à une impasse : « instituer une monnaie de compte c’est reconnaître que la monnaie dont on dispose ne peut pas servir à compter » (Semaine économique du 10 septembre 1948) ; ainsi, une deuxième monnaie chasserait la première. La nostalgie de l’or est si forte, notamment chez certaines parties des classes moyennes et paysannes que le thème surgira de nouveau en 1952 avec l’emprunt Pinay indexé sur l’or. Le cabinet Reynaud se résume donc comme dans les années trente à demander les pleins pouvoirs pour équilibrer le budget, bloquer les salaires avant de les libérer et tenter de créer un lien entre monnaie fiduciaire et or, le tout avec beaucoup d’imprécision et de faconde, sous la menace permanente de démission du cabinet !

46L’arrivée d’Henri Queuille, accompagné discrètement de Maurice Petsche, s’effectue avec plus de discrétion à la rue de Rivoli sur la défensive. On se souvient de l’investiture début septembre 1948, qui portait sur son nom, son cabinet et un premier train d’impôts nouveaux ! Il n’y a donc pas exactement de « plan Queuille » ou de « plan Petsche », mais une ligne d’action patiente et tenace qui prolonge implicitement le plan Mayer durant trois ans. L’objectif de l’équipe précédente n’était plus, pour la première fois depuis 1944, de produire à n’importe quel prix, mais de produire à prix remis en ordre. Maintenant que la production agricole a enfin rejoint son niveau de 1934-1938, le cabinet annonce qu’il se consacre essentiellement à la lutte contre l’inflation ; nuançons : il s’agit désormais de produire à prix stables. La hiérarchie adoptée dans les mesures est celle que nous avons identifiée comme étant la plus maniable et la plus efficace de la part de l’État : 1°) équilibrer le budget, 2°) réguler les salaires, 3°) cadrer le crédit, 4°) peser sur les prix. Plus discret et plus opiniâtre, Maurice Petsche consolide ainsi de 1948 à 1951 l’action brillamment entreprise avant lui.

  • 56 Sept. 1948 : 80 milliards de F, déc. 1948 : 140, mars 1949 : 50, décembre 1949 : 130.
  • 57 Les 108 milliards de F 1949 équivalent à 6,5 milliards de F 1938 et 18,4 millards de F 1944, à comp (...)

47Les dépenses budgétaires d’investissement sont plafonnées après 1949, tandis que quatre trains d’impôts nouveaux56sont votés en 1948-1949. Le budget ordinaire est présenté en équilibre et la loi de finances unifie désormais les dépenses de toute la Trésorerie ; l’existence séparée d’un budget extraordinaire de reconstruction semble inciter les parlementaires à conclure que le déficit général procède des investissements publics. Les dépenses militaires ne sont pas réduites, surtout après juillet 1950. Les dépenses sociales d’éducation et de santé progressent sensiblement dès le début des années cinquante. Les finances publiques présentent un aspect suffisamment honorable pour lancer un emprunt en janvier 1949, le premier depuis l’automne 1944, qui rapporte 108 milliards de F courants57.

48Les salaires sont augmentés en une seule fois de 15 % le 23 septembre avant les grèves, augmentation annoncée comme unique. En 1949, les salaires horaires sont quasiment bloqués, tandis que leur libération en février 1950 entraîne des augmentations plus nettes en 1950-1951. Le crédit connaît les premières dispositions d’encadrement fin septembre 1948 avec l’apparition des plafonds et des réserves obligatoires. L’action sur les prix, après un relèvement industriel en octobre 1948, se détend puisque les prix agricoles, facteur permanent d’instabilité depuis 1944 se mettent à stagner dès janvier 1949. La dévaluation n’est pas encore à l’ordre du jour. Un simple ajustement des changes multiples intervient le 18 octobre 1948, mais la dévaluation de stabilisation est reportée à de meilleurs jours, jusqu’à ce que celle de la livre en septembre 1949 précipite celle du franc.

49La crise de Corée correspond en France à un changement de gouvernement (Pleven remplace Bidault) et à la préparation de l’élection législative de juin 1951 qu’aucune coalition ne remporte vraiment. Maurice Petsche, qui s’affaiblit physiquement, et l’Administration des finances maîtrisent moins bien la conjoncture. Le réarmement, malgré l’aide américaine, et plusieurs augmentations de salaires – celui du SMIG puisque les salaires sont en négociation libre depuis février 1950 – engagent une crise conjoncturelle de trois semestres. En francs courants, tous les indicateurs sont inquiétants : les dépenses budgétaires progressent de + 23 % en 1951 et de + 25 % en 1952, la masse salariale de + 27 % en 1951 et de + 20 % en 1952, les crédits à l’économie de + 40 % en 1951 et de + 19 % en 1952. La moyenne des prix de gros et de détail évolue à la hausse de + 9,4 % en 1950, + 21,8 % en 1951, de + 8 % en 1952.

III. UNE STABILISATION CÉLÈBRE ET PARADOXALE : L’ACTION D’ANTOINE PINAY EN 1952

A. UN PLAN PINAY ?

  • 58 AEF, B 17 664, B 23 506-508, B 48 512, Z 14 268. La Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine publi (...)
  • 59 Par exemple : Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 116.
  • 60 Disponible dans la presse quotidienne ou AEF, B 17 663.

50Avec Antoine Pinay, la politique de la Troisième Force continue sa route sans la coalition qui l’a fait naître. On ne peut pas dire qu’il y ait eu un « plan Pinay » comme il y eut un plan Mayer, ou comme il y aura un plan « Pinay- Rueff58 » en 1958. La surprise de l’investiture en mars 1952 est partagée entre la Chambre et le principal intéressé, qui, jusqu’alors ministre des Travaux publics, n’a pas pour fonction de préparer un plan de stabilisation. Pourtant, en quelques semaines se met en place un ensemble de mesures que la chronique, vraisemblablement par analogie avec celui de 1958, baptise tantôt « politique Pinay », tantôt « plan Pinay ». D’un côté, le cabinet autour d’Henri Yrissou, néglige de contacter les directeurs de la maison, ce qui aggrave les préventions initiales auprès des anciens résistants (Bloch-Lainé), de l’autre il réussit à mettre sur pied un ensemble de mesures qui rencontrent une réelle popularité. Le rôle de Marcel Boussac, via le journal L’Aurore, dans la préparation des projets est souvent cité59. Investi le 6 mars 1952, Antoine Pinay comme Henri Queuille en septembre 1948, centre tous ses discours autour du franc et de la stabilité monétaire. Ce phénomène lui appartient en propre car nous le retrouverons en 1958-1960. Par exemple, le 25 mars 195260, il prononce un discours radiodiffusé (à 20 h) qui débute ainsi : « Je tiens à vous parler simplement de ces problèmes familiers qui hantent tous les foyers ». La crise des prix est le principal souci : « L’opinion publique s’était accoutumée... à la hausse continue des prix et à la dégradation systématique du franc... L’État lui-même s’était résigné à l’inflation... en recourant à chaque crise à une nouvelle fiscalité... L’esprit de facilité et de fraude généralisée pendant les années sombres de l’Occupation et stimulé par les excès même de l’impôt s’était installé en maître partout. » Cette thématique évite de parler de la crise de l’offre en 1940-1948, semble rejeter la responsabilité majeure de la crise des prix sur le budget de l’État (dépensier) ou la fiscalité et néglige l’action stabilisatrice de René Mayer, Henri Queuille et Maurice Petsche. Comme le souvenir de la crise des prix 1940-1948 est très vivace et que l’opinion tend à surestimer la hausse tout au long des années cinquante, le nouveau président du Conseil fait surtout référence à la crise des prix de 1951 : + 21,8 % en moyenne annuelle prix de gros / prix de détail. Les prix de détail progressent de + 3 9 % entre juin 1950 et février 1952, soit une moyenne de + 1,6 % par mois. « Sauver le franc, c’est défendre la France », poursuit-il à la manière de Poincaré en 1926, car la stabilité des prix favorise la production, l’exportation et les gains salariaux.

  • 61 L’analyse confond plusieurs catégories fiscales, puisque l’impôt direct pèse directement sur les ca (...)

51Comment va-t-on procéder ? La formule : « Je n’ai pas voulu m’ensevelir sous les textes » justifie l’absence de « plan » et prolonge le registre de l’homme public resté simple, informé des problèmes, défiant à l’égard de la « paperasse ». Le premier volet du travail ministériel porte sur les prix pour témoigner d’une volonté d’action visible et manifeste : « L’action sur les prix commence... Le consommateur doit cesser d’être l’éternel perdant. » Plus profondément, le cabinet se propose d’agir sur le budget qui est conçu selon « une volonté intransigeante d’économies ». C’est la réaffirmation du primat de l’équilibre budgétaire : « Un État ne peut dépenser plus qu’il ne doit légitimement prélever sur la nation... J’ai stoppé la fiscalité pour imposer des économies. » Les choix de Queuille et Petsche sont ici sensiblement écornés, mais A. Pinay freine logiquement le mouvement de fiscalisation croissante des ressources amorcé en 1948 et dont la pression sur les trésoreries commençait à sembler pesante. Sur quel poste le gouvernement va-t-il proposer à l’Assemblée des coupes budgétaires ? Les dépenses militaires, engagées dans un circuit international qui dépasse le cadre de la France (OTAN) ne peuvent pas être diminuées, mais les investissements publics peuvent subir quelques retouches à la baisse. Pour ne pas créer un effet complet de ralentissement conjoncturel – il a été ministre des Travaux publics pendant deux ans – il dit envisager un financement séparé des dépenses de long terme : « Dans le domaine des investissements, il faut procéder à un financement sain – celui de l’emprunt... Entre la fiscalité et la confiance, j’ai choisi la confiance dans l’épargne française. » Le thème de l’épargne, si vivace dans les campagnes et la middle class urbaine, est ici magnifié comme l’effort macro-économique et patriotique par excellence. Effort moral : « À la différence de l’impôt, l’épargne représente en effet le véritable esprit d’austérité : elle est volontaire. » Effort fonctionnel : « Alors que l’impôt se répercute sur les prix, l’épargne, elle, retranche sur la consommation61. » Le thème ne manque pas de séduction pour les ménages : le Gouvernement s’attache à la stabilité monétaire et à la diminution de la pression fiscale pour favoriser l’épargne. En fait, l’inertie des besoins budgétaires nécessite un financement différencié des dépenses.

B. DES OPÉRATIONS SPECTACULAIRES, CLASSIQUES ET POPULAIRES

52Cette trame aisément intelligible par l’électeur commence à se mettre en route avec l’action sur les prix de détail, la plus spectaculaire pour les ménages. En fait, depuis 1951, la tension sur les cours internationaux s’affaiblissait et les prix de gros, sur lesquels le Gouvernement a moins de prise suivent une pente à la baisse dès 1952 comme le montre le document suivant.

Tableau 127
Évolution des prix de détail français de 1950 à 1956

Tableau 127Évolution des prix de détail français de 1950 à 1956

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

  • 62 Cf. par exemple : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 287.

53Les prix de détail en moyenne annuelle refluent à la baisse mais de manière décalée et avec une inertie plus grande, en 1953-1954. La moyenne des hausses en 1950-1955 est de 5 % par an environ. Si nous considérons, en revanche, l’évolution mensuelle62des prix de détail, on constate un mouvement de baisse, amorcé avant l’action du cabinet Pinay, de février à juillet (– 4 %) contrarié par un très faible retour de hausse de juillet 1952 à février 1953 (+ 2 %). Ce mécanisme se répète régulièrement en 1953, 1954, 1955 et 1956. Nous l’avons déjà rencontré dans les années quarante et il correspond à la « respiration conjoncturelle » des prix agricoles. Il disparaît en 1957. Sans aller jusqu’à prétendre que l’action publique est ici totalement impuissante, force est donnée de constater une légère indifférence des prix de détail par rapport à la politique des prix. La variation à la hausse comme à la baisse est modérée, puisqu’elle ne s’écarte pas de plus de 4 % d’un cours central. En fait, la politique d’Antoine Pinay s’insère dans un bloc conjoncturel quadriennal de prix stables (1952 à 1956).

54Cependant, comme nous l’avons vu plusieurs fois, les campagnes de baisse depuis 1946-1947 conservent un certain attrait auprès du monde politique et de l’opinion publique, car l’échec relatif de l’expérience Blum a été effacé par des tentatives réussies en 1948-1949 (également en phase de détente conjoncturelle). Parti avec des objectifs très libéraux, Antoine Pinay aboutit à une action fort coercitive, quoique ponctuelle, avec le blocage de l’automne. Les prix des tarifs publics sont bloqués, en commençant par ceux de l’EDF à qui une hausse avait été promise précédemment (mars 1952). Les magasins succursalistes, notamment le groupe du Printemps, sont mis à contribution et acceptent des baisses (avril). Le prix du charbon (Charbonnages de France) subit une baisse administrative imposée par le cabinet et les sidérurgistes, après « concertation » chez le président du Conseil, se laissent convaincre de répercuter la diminution sur le prix de l’acier en mai. La loi du 20 juin 1952 tend à supprimer la pratique des prix imposés par les producteurs aux commerçants ; l’industrie, plus concentrée que le commerce, usait du rapport de forces en sa faveur. Plusieurs prix agricoles à la production sont bloqués au niveau de la campagne 1951-1952, celui du blé en juillet et celui de la betterave en automne 1952. Le 12 septembre, le cabinet décide le blocage général des prix, correspondant à la hausse semestrielle entre juillet 1952 et février 1953. Par ailleurs, la hausse totale de juillet à février fut de + 2 % en 1952 avec blocage, de + 2 % en 1953 sans blocage, de + 2 % en 1954 avec blocage... Toutefois, le chef du Gouvernement avait affirmé que les prix constituaient son principal objectif, ne cessait de le répéter, continue à le dire en 1958-1960 et l’opinion conserve donc l’image du ministre stabilisateur par excellence, rejetant par contrecoup dans l’ombre l’action de Maurice Petsche ou celle d’Edgar Faure.

55Second axe de travail, la question des finances publiques est plus délicate à manier. Le budget de l’exercice 1952 est modifié dans un sens plus orthodoxe : 110 milliards de F de dépenses civiles sont annulés, 95 milliards d’investissements sont gelés en attendant les rentrées d’emprunt, 100 milliards de F d’impôts supplémentaires sont attendus de l’amnistie fiscale. Chacune de ces dispositions représente environ 3 % de la masse budgétaire.

Tableau 128
Budgets français (1949-1956)

Tableau 128Budgets français (1949-1956)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 298

56Si nous considérons ces rubriques budgétaires, nous constatons d’abord que les finances publiques ne sont pas encore en équilibre dans les années 1950-1955, mais que la crise des années quarante est largement terminée. En 1950, les recettes budgétaires en francs courants couvrent 88 % des dépenses, à peu près autant en 1951 (86 %), mais la crise réapparaît en 1952 avec 73 % de taux de couverture. Le cabinet Pinay amorce un net recadrage pour 1953 avec un taux de 81 %, l’effort se poursuit au-delà (E. Faure) et le taux atteint 87 % en 1955. Si l’on raisonne toujours en francs courants, le passage d’Antoine Pinay aux Finances se marque par un net coup d’arrêt pour les dépenses en 1953 : + 24 % par an en 1951-1952, mais + 2,5 % par an en 1953-1955. Et l’opinion parlementaire ou publique ne raisonne qu’en francs courants. Mais en francs constants ? La moyenne annuelle de hausse des dépenses tombe de + 11,2 % à + 5,1 % et un seul exercice devient anormal, celui de 1952 justement (+ 16 %), tandis que le coup d’arrêt de 1953 (+ 6 %) apparaît moins net. Remarquons d’ailleurs que l’exercice le plus satisfaisant par rapport à une logique de compression des dépenses n’est ni celui de 1953, loi de Finances votée sous Pinay, ni celui de 1955, (Mendès France), mais celui de 1954, voté sous Laniel.

57Le cabinet a-t-il tout le moins freiné la progression fiscale ? Il ne le semble pas franchement. Que l’on considère les francs constants ou les francs courants, la hausse moyenne des recettes d’impôts est supérieure à celle des dépenses. Si l’année 1952 reste modeste (+ 6,7 % en francs courants, mais – 0,7 % en francs constants), l’année 1953 est très « fiscale » (+ 15,6 %), la stabilité des prix faisant même ressortir une hausse encore plus importante en francs constants (+ 17,8 %). Dans toute la série, l’année 1955 est la plus clémente pour les contribuables. Ainsi, le passage d’A. Pinay aux Finances témoigne d’une amorce de stabilisation convenable mais non spectaculaire des finances publiques, sans allégement fiscal de moyen terme, mais cette action est largement confirmée dans les trois années qui suivent.

  • 63 AEF, B 23 503-505. Et B 18 719.
  • 64 AEF, B 23 506-508, B 42 277. Et B 18 719.
  • 65 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 119-122. « La rente Pinay a été souscrite da (...)

58Troisième idée du nouveau président du conseil, un grand emprunt est lancé le 17 mai 1952. Amortissable en 60 ans63, fixé au taux de 3,5 %, son indexation sur « l’or » (le cours du napoléon), ses exonérations fiscales (droits de successions), son couplage discret à l’amnistie fiscale pour capitaux expatriés lui ont acquis une bonne réputation entre 1952 et 1958, mais sa réactivation en 1958 quasiment aux mêmes conditions64, prolongea en l’amplifiant la popularité des années cinquante jusqu’en 1973, date de sa conversion définitive. La somme récoltée au 17 juillet, 428 milliards de F, dont 45 % en numéraire, la campagne de lancement avec des affiches où Marianne tricote un bas de laine dorée (...) fortifient l’opinion dans l’idée d’un chef de Gouvernement proche de l’épargne. Il est vrai que le Trésor s’était opposé65à certains aspects coûteux de l’opération, comme l’indexation risquée sur le cours du napoléon. Le chiffrage total de l’emprunt est difficile à évaluer : l’échéancier conservé au Trésor (AEF, B 18 719) prévoyait 60 annuités de 17 milliards de F chacune, soit 0,4 % des dépenses annuelles, mais un total final de 1 020 milliards de F, soit 592 milliards d’intérêts.

Tableau 129
Emprunts publics nationaux (1944-1993) Rendements comparés

Tableau 129Emprunts publics nationaux (1944-1993) Rendements comparés

Source : AEF, Pleven 5 A 7 ; 1 A 178 et B 23503-508 ; Le Monde, 11 juillet 1993.

59On remarque pour le demi-siècle écoulé le caractère majeur de l’emprunt de 1944 en francs constants et par rapport au PIB (diminué de moitié, il est vrai) ; il représente à l’époque 41,5 % des dépenses de Trésorerie. Les deux emprunts Pinay sont assez remarquables, non par rapport à un PIB ayant repris de la vigueur, mais par rapport aux dépenses de l’État, 11,5 % en 1952, 6 % en 1958, mais Ramadier avait collecté sans tapage presque l’équivalent de 7 % des sorties budgétaires. Au fur et à mesure qu’avance le siècle, la part des grands emprunts dans le PIB s’efface doucement, malgré le ressaut de l’emprunt 6 % Balladur. Ce dernier a d’ailleurs récolté des sommes plus importantes que ceux de 1952 et 1958 en francs constants, même s’il représente 7,8 % des dépenses budgétaires, et il approche des résultats de l’emprunt de Libération 1944.

C. UN TRAVAIL STABILISATEUR INCOMPLET

60Le cabinet Pinay a-t-il géré ainsi toutes les variables de la politique conjoncturelle ?

61Que penser des accusations de ralentissement conjoncturel qui ont pesé sur le plan Pinay de 1952 ? Le tableau du PIB permet de répondre. En francs courants, la hausse de la ressource nationale en 1950-1952 (+ 20 % par an) semble stoppée en 1953 (+ 4,1 %) pour reprendre en 1954-1955 (+ 6 % et + 7 %). En francs constants, avec l’anomalie de 1951 (+ 1,0 %) imputable à un calcul fondé sur la moyenne des prix de gros et de détail (+ 4,8 % de progression du PIB en francs constants calculés sur les seuls prix de détail) les choses sont tout à fait différentes : la moyenne de 1950-1955 s’établit à + 6 % par an de manière plus régulière à part le ressaut de 1951-1952 et le « creux » de 1953 (+ 6,5 %) disparaît. L’effet psychologique de la stabilisation des prix a donné ainsi aux contemporains une impression injustifiée de crise.

Tableau 130
Croissance économique (1950-1956), pour mémoire

Tableau 130Croissance économique (1950-1956), pour mémoire

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.

62Nous constatons par ailleurs l’existence d’un palier en 1952-1953 pour la masse salariale et les crédits à l’économie. Ce palier pour les salaires versés est très visible pour les salaires en valeur courante : + 20 % en moyenne de 1949 à 1952, + 7 % en 1953-1955, avec un net + 4 % en 1953. Il s’inverse en valeur constante : + 6 % en 1949-1952, + 7,8 % en 1953-1955 ! La masse salariale réelle a plus progressé après le cabinet Pinay qu’avant, car la stabilité des prix, voire leur recul masque les gains effectifs de pouvoir d’achat. Le vote de la loi sur l’échelle mobile le 18 juillet 1952 est-il en cause ? A. Pinay doit régler un dossier en suspens depuis la libération des salaires en février 1950 et la définition légale d’un Salaire minimum interprofessionnel garanti, le SMIG en août de la même année. Le principe adopté en 1952 est celui du relèvement automatique du SMIG lorsque la hausse des prix de détail de deux mois consécutifs dépasse 5 %, deux relèvements devant cependant être séparés par un intervalle de 4 mois au minimum. Pour la période qui nous occupe, la large stabilité des prix évite le fonctionnement de la clause. D’un autre côté, A. Pinay ne semble pas vouloir s’occuper directement des négociations salariales, librement débattues depuis 1950 entre représentants des employeurs et des employés.

63Les crédits à l’économie évoluent assez régulièrement autour de + 18 % par an en valeur courante, de + 12 % en valeur constante. Le « creux » de 1953 se remarque en valeur courante, mais disparaît en valeur constante au profit d’un rythme très stable. La masse monétaire qui traduit les besoins de l’économie en liquidités et en épargne, enregistre une évolution globale parallèle à celle des crédits : + 16,7 % par an en valeur courante et + 10,3 % en valeur constante. Très régulière en valeur courante (maximum : + 19,4 %, minimum : + 14,3 %), elle présente un visage complètement divergent avant 1952 (+ 3,3 % par an) et après (+ 17,7 %) en valeur constante.

64La stabilité des prix français cache cependant leur caractère supérieur aux prix internationaux, mais A. Pinay refuse d’entendre parler de dévaluation ; celle-ci permettrait d’encourager les exportations, mais « l’épargne et confiance » ne comprendraient pas ce choix, encore vécu comme une défaite monétaire.

  • 66 Voir P. Delouvrier, La politique économique de la France, cours de l’Institut d’études politiques, (...)

65Au bilan, l’action entreprise par Antoine Pinay est indiscutablement stabilisatrice, malgré quelques postulats discutables sur le caractère inflationniste de la fiscalité ou non inflationniste de l’emprunt66. L’action des prix à la baisse, conclue par un blocage, la réduction annoncée des dépenses budgétaires, assorties d’un grand emprunt national sont des mesures simples à comprendre, aux effets « tangibles » et au caractère éprouvé. Salariés (prix), petits entrepreneurs (budget) et épargnants (emprunt) y trouvent leur compte ; les agriculteurs sont peut-être moins satisfaits et souscrivent plus modérément à l’emprunt. Il s’endettent par ailleurs pour s’équiper. La personnalité attachante du président du Conseil, son allure et ses propos très middle class contribuent à séduire la majorité de l’opinion. La Vie française du 12 décembre 1952 se réjouit des « fruits de la politique Pinay » : 1. Prix stabilisés. 2. Pas d’impôts nouveaux. 3. Investissements accrus. 4. Un effort de construction. Le magazine américain Time consacre la couverture de son numéro du 22 décembre 1952 à « France’s Pinay : Sécurité, Stabilité, Tranquillité », avec un dessin représentant le visage du Premier ministre auréolé sur sa droite par un napoléon.

66Nous avons cependant constaté que les prix étaient lestés en 1952-1956 d’une grande stabilité conjoncturelle, à peine animée par une alternance saisonnière de hausses et de baisses à faible amplitude ; que l’action budgétaire consista en un colmatage de la crise de 1951-1952, l’équilibre datant seulement de 1954-1955 et que les recettes fiscales n’ont pas fléchi, tandis que les ressources d’emprunt, sans être d’un coût excessif, n’ont pas été avantageuses pour le Trésor ; que masse salariale (+ 7 % par an en francs constants) et crédits à l’économie (+ 16,6 %) ont augmenté en 1950-1955 plus rapidement que la croissance du PIB (+ 5 à 6 % par an). L’ensemble de ces dispositions, accusé de freiner la croissance au nom de la stabilité – comme si ces deux objectifs étaient antinomiques... – correspond à un tassement modéré de la progression globale des ressources en 1953 sans que l’on puisse démêler les responsablités respectives de la fin des crédits Marshall, du réarmement coréen ou des dispositions prises par le gouvernement Pinay.

67En dehors des considérations de (réelle) popularité politique, il convient de conclure positivement sur une action publique anti-inflationniste. Malgré le caractère lacunaire (salaires, refus de dévaluer, crédits à l’économie) ou un peu sommaire du « plan » (prix, budget, emprunt), il utilise au mieux des conditions favorables pour rattraper le faux pas inflationniste de 1951 et recadre la politique économique dans l’axe Mayer-Petsche, avant qu’Edgar Faure n’approfondisse la voie entre 1953 et 1955.

IV. LA POLITIQUE DES SALAIRES : UNE RÉGULATION DÉLICATE EN VOIE DE RÉUSSITE

68Entre 1948 et 1952, la politique budgétaire, celle des salaires et de la monnaie sont mieux associées à la politique économique générale. Le risque de dérapage inflationniste est d’ailleurs considérablement réduit, ce qui donne au Gouvernement une marge de manœuvre plus large. Comme dans la chapitre 4, nous complétons l’examen de la politique économique générale par des indications sur les politiques spécifiques, en insistant d’abord sur le pilotage des salaires.

69Le salaire, contrat de droit social entre employeur et employé, perd au xxe siècle avec l’urbanisation et l’industrialisation contemporaines, son caractère individuel et libéral. Les représentants des employeurs et des employés négocient de manière de plus en plus groupée sous la forme de conventions collectives autorisées dès 1919 : l’État intervient comme arbitre national (1936) et les partenaires sociaux aboutissent à des grilles de salaires (1945-1946).

70La période que nous étudions s’insère ainsi dans la trame chronologique :

  • De 1939 à 1944, l’État, c’est-à-dire le Travail et les Finances, monopolise la fixation des salaires, en partie sous la pression du Reich occupant, même si des salaires non déclarés sont acquittés par les employeurs.

  • De 1944 à 1947, la politique des salaires est officiellement déterminée par l’Administration, mais la pression conjuguée des syndicats salariés dans les entreprises, dans la rue ou au sein de l’État (ministres, directeurs eux-mêmes syndicalistes) et de l’inflation générale incite à des relèvements qui ôtent une bonne part de crédibilité à cette « politique ».

  • De 1948 à 1958 se définit une pratique libérale-sociale de la décision salariale, où l’État s’efface légalement devant les partenaires sociaux à partir de février 1950 (liberté des salaires) tout en conservant un regard sur le salaire minimum (août 1950) indexé sur l’indice des prix (juillet 1952).

71En étudiant cette dernière pédiode, nous nous demanderons quel a pu être l’impact de la masse salariale sur la hausse des prix et quelle part les objectifs anti-inflationnistes ont prise dans les décisions salariales à l’initiative des syndicats, du patronat ou de l’État.

A. LA PROGRESSION SOUTENUE DE LA MASSE SALARIALE

72Il faut d’abord rappeler que les salaires dans l’économie représentent à peu près les 2/5 du produit intérieur et 50 % des coûts de production d’une entreprise moyenne.

Tableau 131
Masse salariale (1949-1956), pour mémoire

Tableau 131Masse salariale (1949-1956), pour mémoire

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.

73Fidèle au protocole choisi dans le premier chapitre, nous conservons pour ce travail les chiffres de 1961 qui offrent l’avantage de l’homogénéité interne en comptabilité nationale. De 1949 à 1956, la progression brute est de + 11,3 % par an. Convertie en francs constants, la masse salariale accuse une progression nette de + 64 % entre 1949 et 1956, soit + 7,3 % par an, dont + 5,8 % entre 1949 et 1952 et 8,5 % entre 1952 et 1956. Cette progression est-elle due au nombre de salariés ou à celle du produit national ?

  • 67 Masse salariale / PIB : 1956 = 45 % (13,3 millions de salariés, soit 68 % des actifs), 1970 = 48,1  (...)

74Le rapport de la masse salariale au PIB présente une légère tendance à l’augmentation, de 41,2 % en 1949 à 44,8 % en 1956. À part le tassement de 1949 à 1950 à mettre au compte de la politique de modération, ce rapport progresse très régulièrement chaque année. Cette expansion se poursuit d’ailleurs jusqu’aux années quatre-vingt67, avec un nombre croissant de salariés il est vrai. La part imperceptiblement montante de la masse salariale dans le produit national rappelle que les salaires progressent (+ 7,3 % par an) plus rapidement que le PIB (+ 5,7 % par an, 1949-1956), mais ne dit pas encore si cela tient au nombre ou au revenu des salariés.

  • 68 Total à partir d’O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, Études, 1991, (...)
  • 69 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, Etudes, 1991, p. 190. Il s’agit (...)
  • 70 Le total des heures salariées payées est passe à 29,7 milliards en 1962 et 35,1 en 1989. Cela indui (...)

75Indépendamment de la stucture syndicale, d’ailleurs affaiblie par la guerre froide (CGT d’un côté, CGT-FO, CFTC, CGC de l’autre) les revenus salariaux bénéficient de la stabilité quantitative du facteur travail au début des années cinquante : les salariés passent de 11,8 millions 1936 à 12,9 millions en 1954 et 14,5 millions en 1962 (et 21,3 en 1989)68, ce qui représente une progression de + 0,8 % par an entre 1936 et 1962, dont + 0,5 % par an entre 1936 et 1954 et + 1,4 % de 1954 à 1962. On peut supposer que la population active salariée passe approximativement de 12,3 millions en 1949 à 12,7 millions en 1952, 12,9 millions en 1954, 13,3 millions en 1956, soit un million d’actifs supplémentaires entre 1948 et 1956, ou 125 000 personnes par an. La durée du travail, au-delà de la phase de sous-activité de 1938 à 1948, demeure également stable : 2 022 heures / année en 1938, 2 096 en 1949, 2 086 en 1954, 2 053 en 196169. Le total des heures ouvrées évolue lentement à la hausse, de 23,85 milliards d’heures en 1938, à 25,75 en 1949 et 26,9 en 1954, soit une progression moyenne annuelle de + 0,7 % par an entre 1936 et 1954, légèrement accélérée de 1949 à 1954 (+ 0,85 %)70. Cette lenteur de progression va expliquer en partie l’augmentation des salaires par rigidité des demandes d’emploi.

76Nous avons déjà vu qu’il fallait compléter les analyses de comptabilité nationale par celle des comportements socio-politiques. Le tableau ci-après, qui reprend pour la période 1948-1956 un document précédent, rappelle les différentes acceptions de salaire.

Tableau 132
Masse salariale et salaires (1949-1956), pour mémoire

Tableau 132Masse salariale et salaires (1949-1956), pour mémoire

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254, 260, 356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.

77La masse salariale (colonne 1) évaluée confidentiellement à partir de 1947-1948 ne sert pas aux négociations sociales de notre période. Le salaire horaire de la colonne 2 est ouvrier (50 % des salariés) masculin (3/4 des salariés) et de fiabilité incertaine par sa collecte prud’homale ; prolongée jusqu’en 1952 par l’INSEE, la série est abandonnée au-delà, mais elle sert de base aux discussions salariales en 1944-1952. Les séries, toujours ouvrières, des colonnes 3 et 4 présentent une solidité documentaire supérieure du fait de leur caractère mensuel, qui intègre la durée réelle du travail et de la distinction des prestations familiales en colonne 4 qui fait apparaître une part du salaire indirect.

78La grande inflation de guerre a porté la masse salariale à l’indice 1 944 en 1949 sur base 100 en 1938, tandis que l’indice des prix de détail atteint 1 676 à la même date, soit une avance de 16 %. Après 1949, elle atteint l’indice 4 610 en 1956, contre 2 475 pour les prix, soit une avance de 86 % sur base commune 100 en 1938. La stabilité des prix après 1952 et la progression mécanique des salaires (+ 13 % par an de 1949 à 1956 en valeur nominale) expliquent cette divergence positive pour les salaires en masse. De 1938 à 1956 la masse salariale a progressé de 1,81 fois en valeur réelle, à peine supérieure à celle du PIB, de 1,75 fois.

79Dans la pratique du partenariat social, les chiffres qui servent de base à la négociation sont plutôt ceux des colonnes 2 à 4. En 1948, les salaires mensuels ouvriers départementaux dépassent le salaire horaire de 29 % (célibataires, colonne 3) à 77 % (mariés avec deux enfants, colonne 4), de part et d’autre de l’indice des prix de détail. Le salaire des célibataires est régulièrement en retard sur l’indice des prix de détail sur base 100 en 1938, de 20 % en 1948, de 14 % en 1952, de 3 % en 1954, avant de le dépasser en 1955-1956 (écart de 13 % en 1956). Les ouvriers mariés avec deux enfants maintiennent un écart de 25 à 30 % avec les célibataires (1948 : 37 %, 1952 : 33 %, 1956 : 24 %), disposant d’un revenu mensuel apparent systématiquement supérieur à l’indice des prix entre 1948 et 1956 : de 9 % en 1948, 14,5 % en 1952, 40 % en 1956. Tout cela est approximatif, dans la mesure où les charges de famille ou d’impôts ne sont pas très comparables entre les deux catégories.

  • 71 La durée annuelle du travail passe de 2 086 h en 1954, soit 41,75 h par semaine pour 50 semaines, à (...)

80En pourcentage, de 1948 à 1956, la masse salariale progresse de + 12,3 % par an, (+ 6,3 % par an en valeur constante) mais de manière deux fois moins rapide en 1952-1956 (+ 8,4 %) qu’en 1948-1952 (+ 16,2 %). Les années de poussée sont 1948 avec le reclassement Mayer (+ 33 %) et Queuille (+ 15 %), 1950-1952 après la libération des salaires en février 1950 et la création du SMIG en août 1950, et 1956 qui voit apparaître la troisième semaine de congés payés71. De 1948 à 1952, l’évolution de la masse salariale est très proche de celle des prix, qu’elle conditionne aussi pour moitié des coûts : en 1948, + 67 % pour les salaires, + 58,4 % pour les prix, en 1949, + 7 % pour la masse salariale et + 2,6 % pour les prix, etc. Mais les deux séries divergent à partir de 1952 : salaires + 20 %, prix + 11,7 %, etc. Nous constatons ainsi que les années 1953-1955 sont profitables au salariat puisque les prix y sont stables et la hausse des salaires versés oscille entre + 4 et 8 %, conséquence principale des gains de productivité.

81Les séries de salaires mensuels, colonnes 3 et 4, suivent une évolution conjoncturelle similaire, un peu moins rapide (+ 8 à 10 % par an) que la masse salariale globale, et montrent un phénomène déjà perçu plus haut, la réduction de l’écart favorable aux salariés pères de familles. La série du célibataire enregistre une progression moyenne annuelle de + 10,1 % entre 1948 et 1956, et celle de l’ouvrier avec deux enfants, de + 8,7 % ; le décrochement est plus sensible à partir de 1952.

Tableau 133
Évolution comparée des salaires mensuels, toutes catégories (1949-1956)

Tableau 133Évolution comparée des salaires mensuels, toutes catégories (1949-1956)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260-267.

82Le tableau donne comme horizon moyen à la dernière ligne, l’évolution de la masse salariale qui progresse nominalement de 2,37 fois entre 1949 et 1956. On constate l’ouverture de la grille des revenus salariés : en 1956, les cadres (238) sont mieux pourvus que les techniciens (216) ou les employés (201), les ouvriers professionnels (230) que les manœuvres départementaux (221), les fonctionnaires indice 800 (207) que ceux qui sont à l’indice 100 (184). Relevons ensuite que la hiérarchisation est segmentée entre secteurs économiques, les ouvriers entre eux, les tertiaires et les salariés agricoles de leur côté, ce qui aboutit à une meilleure progression apparente (mais le retard était tel...) pour le salaire de la servante de ferme (248) que pour le cadre (238). Nous retrouvons enfin la dégradation des prestations familiales, par exemple entre deux manœuvres départementaux, le célibataire (221) et le père de deux enfants (197).

Tableau 134
Salaires ouvriers mensuels (1949-1956), pour mémoire

Tableau 134Salaires ouvriers mensuels (1949-1956), pour mémoire

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260.

83Le tableau présente l’évolution interne des salaires ouvriers de 1938 à 1956 (via 1949). Nous l’avons déjà signalé, l’inversion est nette : de 1938 à 1949, les régions sont favorisées au détriment de la région capitale (1949 : ensemble célibataires régions = 1 280, ensemble célibataires Paris = 1 012), les familles au détriment des célibataires (1949 : ensemble célibataires Paris = 1 012, ensemble mariés Paris = 1 372), et les manœuvres face aux ouvriers qualifiés (célibataires Paris, manœuvres : 1 027, professionnels : 1 008), ce qui donne comme extrêmes de l’ensemble, 1 008 pour le célibataire professionnel Paris et 1 831 pour le manœuvre marié habitant en région. De 1948 à 1956 : Paris prend le pas sur les départements, les professionnels sur les manœuvres, les célibataires sur les salariés mariés. Après les orientations plutôt sociales de la phase 1944-1947 (gauche du MRP, SFIO, PCF) qui corrigent les rapports entre salaires et productivité de coefficients géographiques, familiaux, et professionnels, le rapport entre salaires et productivité devient plus étroit de 1948 à 1952 sous la Troisième Force (modérés, radicaux, MRP droite) en atténuant sans les faire disparaître les pondérations sociales de la Libération.

  • 72 Les fonctionnaires célibataires (indice en 1956 : 2 292 / 2 291) approchent les ouvriers célibatair (...)

84La grille des fonctionnaires montre que de 1938 à 1956, les traitements des célibataires progressent de manière parallèle quels que soient les niveaux indiciaires (2 292 et 2 291 pour les indices 100 et 300), mais les suppléments familiaux de traitements avantagent plus nettement les fonctionnaires modestes (marié 4 enfants, 3 714 indice 100 et 3 071 indice 300). La grille n’est pas décalée par rapport à celle des ouvriers72.

85Nous pourrions résumer ainsi les constats des analyses qui précèdent. De 1949 à 1956, la masse salariale augmente de + 64 %, contre + 81 % pour l’ensemble de la période 1938-1956 (+ 3,3 % par an). Les partenaires sociaux de l’époque ignorent ces chiffres et constatent seulement que le salaire mensuel direct, délesté des prestations sociales, ne rattrape le niveau des prix qu’en 1955.

86Il ressort de l’ensemble que les salaires restent un élément essentiel pour le PIB et déterminant pour la formation des prix, à la fois par les coûts (pression sur l’offre) et par les dépenses des ménages (pression sur la demande). Entre 1938 et 1948, la production globale n’évoluant pas à la hausse, les salaires adoptent un comportement d’indexation ou d’anticipation sur les prix ; entre 1948 et 1951 l’indexation sur les prix demeure la polarité dominante ; à partir de 1952, la stabilité des prix conduit à un ajustement sur le PIB.

87Les rapports entre productivité et revenus salariaux sont plus ou moins étroits : entre 1936-1938 et 1948-1950, la localisation, la situation familiale et la qualification sont coefficientées en faveur des salariés les moins favorisés (résidence hors des grandes agglomérations, familles nombreuses, personnels non qualifiés), selon une impulsion démocrate-sociale, tandis qu’après 1950-1952, l’impact de ces critères d’inflexion s’affaiblit, en phase avec une perspective libérale-sociale.

B. REMISE EN ORDRE ET COUP D’ARRÊT EN 1948-1949

88De, 1948 à 1956, et au-delà, se définit une pratique de la décision salariale où l’État s’efface lentement devant les partenaires sociaux. En feuilletant les annales de la politique des salaires, nous chercherons à en dégager les préoccupations anti-inflationnistes.

  • 73 Voir par exemple : G. Lefranc, Le syndicalisme en France, PUF, Que-sais-je ? 1975.
  • 74 Effet global de désyndicalisation lente : 1947 = 6,2 millions de syndiqués pour 13 millions de sala (...)

89Schématiquement, la négociation salariale entre 1948 et 1952 est à la fois centralisée (centrales syndicales, patronales et Administration), chargée politiquement (gauche / droite) et saisonnière (printemps / automne). Les syndicats de salariés atteignent alors un point haut de leur recrutement et de leur organisation. Fin 1945, la CGT comptait déjà 5,5 millions d’adhérents ayant acquitté leur cotisation et la CFTC 700 00073. Après la fracture de novembre 1947, la CGT-Frachon doit conserver environ 4 millions d’adhérents et la CGT-Jouhaux entre 500 000 et 1 million. Entre 1948 et 1957 cependant la CGT unitaire (PCF) voit ses effectifs divisés par deux, sans que la CGT-FO en tire statistiquement bénéfice74.

  • 75 8 840 F bruts, soit 8 000 F nets, équivalant à 42,50 F de l’heure.

90Le relèvement Mayer de décembre 1947-janvier 1948 est la première étape à étudier. En cette fin d’année 1947, à l’atmosphère sociale et politique si tendue, le cabinet Schuman-Mayer rencontre de réelles difficultés à imposer une stabilisation des salaires quand celle des prix atteint en année moyenne 57 % (1945-1948). La SFIO et la fraction sociale du MRP militent en faveur d’un maintien du pouvoir d’achat, au besoin par la baisse des prix, les libéraux affirmés du Gouvernement penchant plutôt en faveur d’une pause des coûts pour les entreprises. Le minimum vital, préfiguration semi-officielle du SMIG, atteint 8 000 F par mois75depuis le 21 août 1947, puis semi-officiellement à 8 950 F le 1er novembre 1947. La CGT, après avoir demandé 10 000 F en octobre, revendique 10 800 F au cœur des manifestations (12 novembre-9 décembre 1947). Refusant de céder sous la pression du ressac français du Kominform, le Gouvernement annonce l’ouverture de pourparlers sociaux dès la fin des grèves.

  • 76 Des archives du Travail nous ne disposons que de notes conservées en double par les Finances (AEF), (...)
  • 77 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 52.
  • 78 AEF, Cusin 5 A 29 ou AN, Mayer 363 A P 7, Inspection générale de l’économie nationale, Équilibre de (...)
  • 79 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 42, rapporte une conversation entre R. Mayer et D. Mayer (...)
  • 80 AN, Mayer 363 A P 7, Syndicat du personnel d’inspection et de direction de la SNCF, Harmonisation d (...)

91Daniel Mayer, ministre SFIO du Travail négocie avec des syndicats profondément renouvelés par la scission de la CGT ; la CGT-FO de Jouhaux (20 à 25 % des effectifs de l’ancienne centrale), la CFTC et la CGC appuieraient plutôt les options du Gouvernement, la CGT de Frachon les récuse officiellement. Du côté de l’exécutif, une précision s’impose : deux ministères dominent les négociations, le Travail pour les aspects techniques et les Finances réunifiées depuis quelques jours pour les aspects budgétaires et économiques. Leur information est inégalement complémentaire et les titulaires respectifs de portefeuilles n’ont pas les mêmes orientations socio-politiques : René Mayer aux Finances est un radical modéré, issu de la haute fonction publique et de la banque, Daniel Mayer son homonyme au Travail est un militant de la SFIO, où il a commencé dès 1933 comme journaliste responsable de la rubrique sociale du quotidien Le Populaire. Si le ministère du Travail76dispose alors des fameuses grilles Parodi-Croizat et de plusieurs études générales sur la stratification des salaires, il semble moins préoccupé par l’incidence des salaires sur les prix ; de son côté, le ministre des Finances, René Mayer prête une attention modérée aux salaires77et ses archives n’ont conservé qu’une note spécifique de l’Économie nationale sur le sujet78. L’Économie nationale, devenue Affaires économiques propose 20 % de hausse (51 F / h.) dans la note que nous venons de citer, tout en calculant les incidences d’une hausse de + 30 %, la CGT demande + 37,5 % (58,50 F par heure au lieu de 42,50 F) et le Travail avec Daniel Mayer serait favorable à + 30 %79(55,25 F). La difficulté des négociations s’aggrave des effets de grille et de corporation ; les archives du cabinet Mayer ont conservé à titre d’exemple celle de la SNCF80, où la question des bas salaires est représentative puisque 81 % du personnel est compris entre les échelles 1 et 5 et où celle de l’encadrement l’est aussi puisque la note syndicale compare les échelons de trois entreprises publiques pour montrer le retard salarial des cheminots sur leurs confrères.

  • 81 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 42.
  • 82 Arrêtés du 31 décembre 1947.

92In fine, les hausses du secteur public seront inverses des gains de productivité : EDF-GDF : + 14,5 %, SNCF : + 24 %, Charbonnages : + 37 % ! Au bout du compte, après l’aval débonnaire81de R. Mayer sur une hausse de + 30 % pour les plus bas salaires (55,25 F par heure), et l’avis du Comité des prix en faveur d’un « sacrifice » supplémentaire de 3 % imposé aux producteurs, le relèvement moyen est fixé à + 25 %82. Les fonctionnaires seront augmentés de + 19 %. Le ministre des Finances est surtout pressé que la hausse des salaires (31 décembre) soit officialisée avant celle des prix (1er janvier 1948), à la fois comme élément de revenu pour les salariés destiné à apaiser la tension sociale et comme élément de coût pour les entreprises afin de permettre l’intégration comptable des nouveaux barèmes et statuts.

  • 83 AEF, Cusin 5 A 29, Comité économique interministériel du 10 février 1948, Communication de René May (...)
  • 84 P. Delouvrier, Politique économique de la France, Les cours de droit (Institut d’études politiques) (...)
  • 85 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254.

93Dans la pratique, le salaire minimum, encore non défini juridiquement, progresse de + 26,5 %, passant de 8 950 F au 1er novembre 1947 à 11 320 F au 15 février 1948. Fin janvier-début février 1948, une enquête des Prix83 fait ressortir une hausse moyenne pour les salaires de + 18 à 25 % à Paris et de + 40 % dans les départements – le bâtiment, dont une partie des tarifs vient d’être libéré, se distingue avec + 40 à 50 % de hausse nationale –, Paul Delouvrier, membre du cabinet, retient dans son cours le chiffre de + 35 %84, l’indice officiel du ministère du Travail85progresse de + 40,5 % entre octobre 1947 (indice 636) et avril 1948 (indice 893). La masse salariale globale a augmenté de + 67 % en 1948 et l’indice officiel du Travail de + 59 % entre octobre 1947 et octobre 1948, ce qui en fait des chiffres voisins à 5 % près. Si l’on suit l’indice officiel, la hausse prévue par René Mayer relève les salaires de + 40,5 % et celle de Maurice Queuille en septembre-octobre de + 13 %, la première contribuant approximativement pour 3/4 à la hausse d’octobre 1947 à octobre 1948, la seconde pour 1/4. En reprenant ces proportions, on peut conclure que le grand réaménagement de l’équipe Mayer a provoqué une progression de + 45 % de la masse salariale.

  • 86 AEF, Cusin 5 A 29. La dépense de main-d’œuvre par tonne marchande est de 1 051 F par jour en moyenn (...)
  • 87 AEF, Cusin 5 A 29.

94Comme conséquence du relèvement Schuman-Mayer, il faut souligner le souci croissant d’une meilleure information gouvernementale sur ce sujet sensible et décisif. Le 16 janvier 1948, le cabinet des Finances reçoit de la Direction des mines au ministère de l’Industrie, un tableau comparatif des rendements et des salaires charbonniers par bassin86, pour le 3e trimestre 1947. Le 10 février 1948, l’Inspection générale de l’économie nationale rédige une note de 11 pages sur l’incidence des salaires sur les prix87et montre l’impact différencié par secteur d’un relèvement de + 10 %.

Graphique 135
Incidence d’une hausse de + 10 % des salaires sur les coûts globaux des secteurs économiques (en %)
Moyenne : + de 5 %

Graphique 135Incidence d’une hausse de + 10 % des salaires sur les coûts globaux des secteurs économiques (en %)Moyenne : + de 5 %

95Le coût du charbon, par exemple, se décompose en 65 % de salaires (47 % de salaire direct, 18 % de salaire social), 16 % de fournitures, 10 % de travaux neufs, 5 % de frais généraux et 2 % de marge pour risque. Une hausse de + 10 % des salaires représente + 9,5 % de hausse des coûts et non + 6,5 % car les fournitures achetées par exemple, incorporent elles aussi de leur côté des frais de main-d’œuvre en proportion variable. La moyenne des répercussions dans les coûts est de + 5 % pour une hausse des salaires de + 10 %.

96Un an plus tard, le 23 septembre 1949, la Direction des programmes et l’Inspection générale de l’économie nationale remettent au ministre un document d’une trentaine de pages qui offre une description statistique détaillée de la masse salariale, qui est à notre connaissance, la première du genre en France. Rétrospectivement, il faut prendre conscience que la politique des salaires ne disposait pas avant cette date d’outil global d’investigation sur le sujet.

Tableau 136
Premières estimations contemporaines de la masse salariale (1938-1949)

Tableau 136Premières estimations contemporaines de la masse salariale (1938-1949)

Tableau 136 (suite et fin)

Tableau 136 (suite et fin)

Source : AEF, Petsche 1 A 405, Niveau des salaires, des prix et de la production, Note de la Direction des programmes du ministère des Finances, 25 p., 23 septembre 1949.

  • 88 La non-coïncidence exacte entre les deux totaux (les coûts salariaux sont de 3 à 8 % supérieurs aux (...)

97Les trois tableaux ci-dessus88résument l’essentiel des acquis statistiques de ce travail. Relevons une sous-estimation approchant 20 % pour la masse salariale par rapport aux chiffres retenus par l’INSEE dans les séries ultérieures : 3 038 milliards de F ici en 1949 contre 3 578 pour la série 1961. Le salaire social s’en trouve sur-évalué ici : 32,3 % pour le travail de 1949 contre 23 % pour la série 1961. Cette note de 1949 a cependant le mérite de poser les problèmes méthodologiques et de mettre en lumière la socialisation d’une partie des salaires, la distinction entre revenus salariaux des employés et coûts salariaux des employeurs, et la décomposition par branche, qui montre un poids des services (> 50 % avec les transports) bien supérieur à celui que l’on concevait à l’époque. Même si la recherche avait pour but déclaré de « fournir des éléments de calcul pour l’estimation du revenu national » et non de « porter un jugement sur le niveau de vie des travailleurs », elle peut désormais contribuer à la décision économique.

  • 89 AEF, Petsche 1 A 405.
  • 90 V. Auriol, Journal du septennat, 27 août 1948, p. 371-386.

98L’année 1948 ne se termine pas sans deux autres poussées de revendications salariales, l’une en juin-juillet, l’autre en septembre. Dans le premier cas, le gouvernement Marie-Reynaud chute le 27 août justement sur la question des salaires ; Paul Reynaud présente ce jour-là un ensemble de mesures89centré sur l’équilibre budgétaire et assorti d’un relèvement des prix publics. Les salaires ne seraient pas augmentés, mais les salariés bénéficieraient d’une indemnité forfaitaire de 750 à 1 000 F, complétée par une augmentation de + 12 % des allocations familiales ; selon les Affaires économiques et la Santé-Population, le coût global, évalué à 200 milliards de F représenterait + 10 % de hausse pour les revenus salariaux. Les négociations salariales seraient libres dès janvier 1949. Le CNPF renchérit et son président Georges Villiers propose au gouvernement, directement pendant les interruptions de séance90 de cette journée critique du 27 août, une hausse de salaires de 10 à 15 % moyennant le maintien des prix publics (charbon, acier, SNCF) et un approvisionnement garanti en charbon et coton. Le CNPF considère qu’un refus gouvernemental rejetterait sur le pouvoir la responsabilité d’un blocage des salaires. En fait, le gouvernement démissionne après une journée de débats interministériels et sans avoir pris aucune décision (à part une forte augmentation du prix du blé). Le 5 septembre, par provision, le Conseil des ministres décide l’attribution d’une indemnité de 2 500 F à chaque salarié, mais la question reste ouverte.

  • 91 JO, 30 septembre 1948. Quelques compléments sont ajoutés : indemnité forfaitaire de 7 F / h ; à Par (...)
  • 92 1947 : 23,3 millions de journées de travail perdues, 1948 : 12,9 millions de journées de travail pe (...)

99S’il n’existe pas de plan Queuille comme il ya eu un plan Mayer, il faut reconnaître que le nouveau président du Conseil et ministre des Finances a su bien s’informer, car il décide le 23 septembre 1948, moins de quinze jours après son investiture, une hausse de + 15 % sur tous les salaires91. Comptons 15 à 18 % de progression pour la masse salariale, environ un quart de la progression annuelle comme nous l’avons vu plus haut. La direction du Trésor, les Affaires économiques, le CNPF, le ministère du Travail ont convenu de sa nécessité, les politiques de baisse des prix n’étant pas concluantes et la CGT préparant une campagne de grèves pour le mois suivant. L’idée du découplage entre augmentation de salaire et mouvements sociaux n’est pas nouvelle, puisqu’elle a été appliquée par le gouvernement Schuman-Mayer, mais cette fois-ci, le relèvement intervient avant les grèves et ne fait pas l’objet d’une révision ultérieure. La grève92 des mineurs, qui dure ensuite du 4 octobre au 2 novembre 1948 n’entame pas la détermination du gouvernement. De son côté, le salaire minimum officieux passe de 11 320 F au 15 février à 13 425 F au 15 novembre 1948, soit une progression de + 19 % pour l’année 1948 et de + 50 % entre novembre 1947 et novembre 1948. Peu à peu, avec la disparition du marché noir des produits, s’efface la pratique des rémunérations salariales parallèles, mais nous ne disposons pas d’informations solides sur ce point.

  • 93 C’est ainsi que la moyenne géométrique de hausse pour les deux années 1948 (+ 65 %) et 1949 (+ 7 %) (...)

100L’année 1948, qui enregistre une hausse des prix de + 58 % et de la masse salariale de 67 % n’est pas exactement une année stable et semble prolonger le rythme soutenu de la période 1945-1947. En fait, elle associe des phénomènes contradictoires dont les tensions se résolvent encore à la hausse puisque l’offre n’équilibre pas partout et pour tout la demande. Les objectifs et les décisions qui jalonnent ces douze mois en matière de salaires montrent les difficultés d’une stabilisation de la masse salariale. La tendance politique générale est à l’équilibre entre prix, coûts et revenus, cela est indiscutable. Mais l’effet systémique de remise en ordre (relèvement de + 40 % des prix industriels en janvier 1948 par exemple), la nécessaire prise en compte de la crise socio-politique (CGT / PCF, salariat modeste et organisé des mines, des chemins de fer, de la métallurgie) et la présence au sein du pouvoir d’attitudes empreintes de libéralité salariale, par conviction comme pour Daniel Mayer ou intérêt réduit comme pour René Mayer expliquent l’impossibilité d’une progression des prix ou des salaires de + 10 ou 20 % pour l’année. C’est 1949 qui apporte cette décélération attendue avec des prix presque inertes (+ 7 %)93.

101Les salaires sont très sévèrement contenus en 1949 au nom de la politique de stabilisation. Le salaire horaire du manœuvre progresse de + 3,1 % contre 2,6 % pour les prix de détail et la masse salariale évolue de + 7 % à la hausse. Aucun relèvement d’ensemble n’est accordé.

  • 94 V. Auriol, Journal du septennat, 25 juillet 1949, p. 325-329.

102Les prix de détail baissent en effet pour la première fois au 1er semestre 1949, les pénuries ont disparu (mais pas la crainte des pénuries...), la question de l’Alliance atlantique occupe le devant de la scène politique. Toute tentative de revendication salariale en est annulée. La reprise de la hausse des prix de détail dès le mois de juillet (+ 10 % au second semestre 1949), l’approche des « congés payés » du 1er au 15 août incitent le ministre du Travail, Daniel Mayer à accorder le 25 juillet une prime de vacances de 6 500 F aux salariés qui dépendent directement de son administration, les agents de la Sécurité sociale, et provoque une petite crise gouvernementale, Henri Queuille menaçant de démissionner94.

  • 95 La CGT-FO et la CFTC sont très favorables à cette liberté de négociation car le CNPF semble à l’épo (...)
  • 96 V. Auriol, Journal du septennat, 1949, p. 325-329, 338-40, 345-49.

103D’un côté le MRP et la SFIO s’entendraient sur une baisse autoritaire de quelques prix usuels (charbon, pain, beurre), une indemnité salariale spéciale pour les revenus les plus modestes, la liberté de négociation de salaires à terme95. De l’autre, les radicaux (Bourgès-Maunoury, Mendès France consultés par V. Auriol96), les PRL de Laniel, les Indépendants et le RPF, groupes politiques sans relais syndical, ne voient aucune urgence à un relèvement des salaires. Mis en minorité dans son propre gouvernement, et malgré la gestion technique correcte de la dévaluation le 20 septembre, Henri Queuille démissionne le 5 octobre 1949. Les salaires ont fait office de levier pour la crise gouvernementale comme souvent sous la IVe République.

C. LIBERTÉ DES SALAIRES ET SALAIRE MINIMUM INDEXÉ, 1950-1952

  • 97 V. Auriol, Journal du septennat, 1949, p. 325-329, 338-40, 345-49.
  • 98 G. Bidault est à la fois à la gauche du MRP pour la politique sociale et à sa droite pour les quest (...)
  • 99 Les décrets-lois de septembre 1939 prévoyaient à la fois que le Gouvernement fixe seul les relèveme (...)
  • 100 La décision sur les salaires induit évidemment des choix socio-politiques (logique des salariés, lo (...)

104Avec la formation du gouvernement Bidault en octobre 1949, l’exécutif se convainc de l’urgence de libérer des salaires. Daniel Mayer avait même proposé d’associer cette déréglementation à la dévaluation du 20 septembre. Au gouvernement97, Maurice Petsche, la majorité des radicaux, R. Schuman et P. Pflimlin (avant sa démission du 1er décembre 1949) craignent qu’une mise en liberté sans transition n’entraîne la reprise de la hausse. G. Bidault98, qui avait déjà cautionné la conférence nationale économique du Palais-Royal, souhaite au contraire affiner l’image de libéralité sociale qu’il projette pour le MRP et penche plutôt en faveur de l’orientation de D. Mayer. Dans la pratique, le maintien d’une politique centralisée des salaires rencontre trois difficultés, la cristallisation d’impopularité sur le gouvernement, la présence chronique de 1941 à 1948 de salaires parallèles qui tournent les décrets99, et l’interférence constante des débats de politique générale100dans le champ social.

  • 101 Le nouveau gouvernement Bidault du 7 février 1950 compte 8 MRP, 5 radicaux et 3 modérés.

105Dans le monde salarié, les syndicats se livrent une bataille sans merci pour élargir leur recrutement et la CGT, malgré l’affaiblissement consécutif à la scission de novembre 1947, lance en janvier 1950 avec le PCF une campagne de revendication autour d’une prime de 3 000 F par salarié en arguant des prochaines hausses de tarifs publics. Force Ouvrière presse Daniel Mayer de l’aider à concurrencer la CGT sur ce terrain en libérant les salaires et en indexant le salaire minimum sur l’indice des prix de détail. La CFTC qui correspond au MRP en le débordant sur sa gauche, n’hésite pas à surenchérir sur la CGT. Le gouvernement entre à nouveau en crise sur le sujet. Si les plus prudents (Petsche, Schuman) sont prêts à accepter la libération, ils refusent encore l’indexation. La SFIO quitte donc le cabinet au début du mois de février 1950101 et le portefeuille de Daniel Mayer au Travail échoit à Paul Bacon.

  • 102 Pour la loi, cf. JO. Commentaires par exemple in : Lyon-Caen et Ribettes-Tilhet, Manuel de droit so (...)

106Dans ce gouvernement si homogène, à l’égard duquel la SFIO adopte une attitude de neutralité, le projet de loi avance rapidement et la loi du 11 février 1950 rend la liberté à la négociation salariale. Le contrat entre employés et employeurs concerne aussi bien les engagements personnels que les conventions collectives pour toute une profession, une région, ou une branche. Deux domaines échappent à la loi, les salaires des entreprises publiques (décret du 1er juin 1950) et un salaire minimum interprofessionnel garanti réservé à la décision du gouvernement après avis (consultatif) d’une commission supérieure102. Le salaire minimum n’est pas écarté par la loi, mais la question de son indexation sur les prix est disjointe. (Elle ne sera réalisée qu’en juillet 1952 par Antoine Pinay).

  • 103 Paul Bacon : né en 1907, fils d’un sellier-carrossier parisien, devient en 1924 dessinateur d’ameub (...)
  • 104 Jacques Duclos s’en gausse à la Commission des finances de l’Assemblée nationale : « On parle d’une (...)
  • 105 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 86-90.
  • 106 « Il avait au cours des travaux inventé une formule passe-partout qui « avait suscité l’étonnement (...)
  • 107 Entretien téléphonique de l’auteur avec Paul Bacon, Gimont (32)-Levallois (92), le 27.05.1994.

107Paul Bacon103 est chargé de mettre en œuvre la nouvelle législation. Celle-ci prévoit de réunir une Commission supérieure des conventions collectives, composée par décret (art. 31 X du Code du travail) et ses travaux débutent le 8 mai 1950. Les débats sont difficiles104, les représentants de la CGT-Frachon suscitant d’habiles obstructions. On finit par se mettre d’accord sur 2 400 calories de consommation journalière105pour un célibataire manœuvre parisien, alors que la norme d’hygiène reconnue à l’époque oscillait entre 2 750 et 2 850 calories / jour. Le terme des travaux était prévu pour le 14 juillet, mais le décret ne fut promulgué que le 23 août. Le changement de gouvernement en juillet n’y fut pas étranger, même si Finances et Travail conservent le même titulaire. Paul Bacon ne semble pas présider lui-même avec une autorité soutenue106, préférant le rapprochement progressif des points de vue. Issu de l’univers du compagnonnage, il conserve des liens assez étroits avec les syndicalistes, CFTC et CGT pour permettre des compromis successifs107. Louis Franck, directeur des Prix facilite les conclusions : « Je suggérais... la suppression de quelques droits de douane sur des produits alimentaires, des réductions plus ou moins importantes sur des articles de grande consommation ». Par surcroît, si le Gouvernement est chargé de convoquer la Commision supérieure pour entendre son avis, il n’est pas lié à sa proposition.

108Le décret du 23 août 1950, pris par le gouvernement Pleven, prévoit la légalisation du SMIG, salaire minimum interprofessionnel garanti, plus ou moins institué en 1936-1937 et réactivé de manière semi-officielle en 1944-1945. Il est horaire, s’applique à tous les salariés célibataires et manœuvres âgés de plus de 18 ans, masculins et féminins, apprentis exclus. Il concerne « une heure de travail effectif, compte tenu des avantages en nature et des majorations diverses », sauf les primes de transport et les heures supplémentaires. Il repose sur l’établissement d’un budget type tel « qu’il assure en tout état de cause et au minimum, les besoins individuels et sociaux de la personne humaine considérés comme incompressibles ». Les professions agricoles souhaitant un traitement séparé comme pour les assurances sociales, un SMAG salaire minimum agricole garanti, est prévu au 1er octobre 1950. Les différences géographiques de salaires étant encore accusées en 1950, le SMIG est fixé pour la région parisienne et des abattements régionaux (5 zones) l’accompagnent jusqu’en 1968. Par exemple en 1950, les 78 F horaires de Paris deviennent 64 F dans la zone d’abattement maximum, soit 18 % de moins.

Tableau 137
Salaire minimum 1938-1956 pour la région parisienne

Tableau 137Salaire minimum 1938-1956 pour la région parisienne

Source : AEF Cusin 5 A 28-29 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 265.

109S’il ne concerne directement 8 à 10 % des salariés, il sert de base à la grille horaire des salaires dont il est l’indice 100. D’un côté, il correspond à un élémentaire souci de justice sociale, de l’autre, il représente un levier opératoire de relèvement général des revenus salariés. Nous remarquons qu’il a baissé en francs constants de 1938 à 1944, puis encore de 1944 à 1950 et que sa remontée est lente entre 1950 et 1956. Entre 1950 et 1956, il a progressé de + 61 % en francs courants contre  2,1 fois pour la masse salariale globale et + 95 % pour le salaire mensuel, et de + 21,7 % en francs constants, contre + 60 % pour la masse salariale et + 49 % pour le salaire mensuel. Il paraît difficile à cette époque de lui attribuer un effet inflationniste décisif ! Les syndicalistes de la tendance SFIO souhaitent pour éviter définitivement ce type d’écart défavorable au salarié une liaison automatique entre le SMIG et l’indice des prix de détail. La question est repoussée à plus tard.

  • 108 AEF, Cusin 5 A 14, Circulaire du 17 janvier 1948.
  • 109 AEF, Cusin 5 A 14, Comité économique interministériel du 27 février 1948.
  • 110 AEF, Petsche 1 A 405, ministère des Finances et des Affaires économiques, Direction des programmes, (...)
  • 111 Idem.
  • 112 AEF, Petsche 1 A 405. Idem.

110Les salaires agricoles, de leur côté, sont également concernés par la création d’un salaire minimum. Depuis 1944, la monétarisation accélérée de l’économie paysanne et la pression des préoccupations sociales dans le champ politique font que les salaires agricoles sont pris en considération particulière par les pouvoirs publics, notamment le ministère de l’Agriculture. Il nous faut revenir un instant à 1948, qui marque là aussi un moment de remise en ordre. Après une nouvelle consultation des préfets et de leurs commissions paritaires départementales du travail agricole108, de la Commission nationale des salaires agricoles, et échanges avec le Travail, le ministre Pflimlin et son cabinet aboutissent à un salaire agricole minimum de 40,20 F de l’heure au 1er mars 1948109. Les nuances régionales sont maintenues par le jeu des arrêtés préfectoraux, le plafond étant de 52 F, pour Seine-et-Oise et Seine-et-Marne notamment. Le salaire minimum de 40,20 F est inférieur à celui de l’ouvrier du commerce et de l’industrie (indice 110) à la même époque car celui de la campagne intègre des prestations alimentaires et locatives à faible prix marchand. Les archives estiment à + 35 % le relèvement des salaires agricoles du 1e r mars 1948, fort comparable à celui de l’industrie et des services en janvier de la même année. Le même phénomène de négociation séparée pour les salaires agricoles se répète au-delà du printemps 1948. L’arrêté du 28 septembre 1948 adaptait aux salariés agricoles l’incidence de la prime estivale de 2 500 F accordée à certains salariés urbains et du relèvement de + 15 % décidé par le gouvernement Queuille110. La circulaire interministérielle du 27 décembre 1949 étendait aux salariés agricoles le bénéfice de la prime de 3 000 F pour l’année 1949111. La comptabilisation de la masse salariale globale par la Direction des programmes et l’Inspection générale de l’économie nationale aboutit le 15 avril 1950 à une note d’une centaine de pages sur les salaires agricoles112.

Tableau 138
Masse salariale dans l’agriculture (1938-1949)
A. REVENUS SALARIAUX DES EMPLOYÉS AGRICOLES

Tableau 138Masse salariale dans l’agriculture (1938-1949) A. REVENUS SALARIAUX DES EMPLOYÉS AGRICOLES

Tableau 138 (suite et fin)
B. DÉPENSES DES EMPLOYEURS AGRICOLES

Tableau 138 (suite et fin)B. DÉPENSES DES EMPLOYEURS AGRICOLES

Source : AEF, Petsche 1 A 405, Revenus salariaux et dépenses sociales en agriculture, Note de la Direction des programmes du ministère des Finances, 101 p., 15 avril 1950.

  • 113 La hausse des prix alimentaires en 1940-1948 ne doit pas donner l’impression d’une survalorisation (...)

111Si ces chiffres sont légèrement sous-estimés par rapport à la réalité comme nous l’avons vu pour les salaires industriels et tertiaires, on peut les comparer entre eux : en 1938, les salaires agricoles représentent 8,8 % de la masse salariale globale, en 1949, 9,5 %, ce qui dénote une certaine revalorisation puisque le nombre de personnes actives recensées passe de 1 559 000 en 1936 à 1 161 000 en 1954. Un tiers du revenu salarial est en fait constitué par des aliments ou un logement estimés en valeur monétaire113. La part interne du salaire social est de 5 % en 1938 et 20,7 % en 1949. Les écarts de total entre le premier et le second tableau s’expliquent par l’arbitrage de l’État (fiscalité sur les salaires, transferts des assurances sociales).

  • 114 Le SMIG est majoritairement urbain, mais il s’applique aux salariés non agricoles des communes infé (...)
  • 115 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 265.

112De la même manière, le SMIG « urbain114 » est doublé d’un SMAG pour les actifs agricoles. Il atteint au 1er octobre 1950, 65 F de l’heure dans la zone sans abattement et 46,15 F dans la zone d’abattement maximum, et respectivement 105,15 F et 91,70 F au 1er avril 1956. Cela représente 83 % du SMIG sans abattement de 1950 à 1956, et 72 % en 1950 puis 79 % en 1956 du SMIG dans la zone d’abattement maximum. Pour le SMIG comme pour le SMAG, l’écart régional tend à se réduire entre les zones : 18 % d’écart interne pour le SMIG en 1950 et 8 % en 1956, pour le SMAG, 29 % en 1950 et 12,8 % en 1956115.

  • 116 Cf. supra.
  • 117 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 93.
  • 118 La loi des apparentements qui combine de manière spécieuse scrutin majoritaire et proportionnel, la (...)

113La politique des salaires connaît une phase critique entre le deuxième semestre 1950 et les premiers mois de 1952. Les équipes au pouvoir doivent faire face au ressaut inflationniste dit « coréen » : la moyenne des prix de gros et de détail augmente de + 10 % en 1950, + 22 % en 1951 et + 8 % en 1952, la masse salariale de + 12 % en 1950, + 23,5 % en 1951 et + 2 0 % en 1952116. Le mouvement semestriel respecte la courbe d’ensemble, mais en décalage puisque les deux séries sont calculées d’octobre à avril avec des indices plus rudimentaires. D’avril à octobre 1950, une légère dérive des prix (+ 6 %) aboutit à une première série de relèvements salariaux sous le gouvernement Pleven. Quand il était ministre des Finances en 1944-1945, ce dernier s’était déjà manifesté par une libéralité excessive sur la question des salaires et les demandes syndicales reçoivent auprès de son cabinet un accueil favorable que ne partage pas Maurice Petsche. C’est surtout l’année 1951 qui est marquée par de fortes hausses de salaires, en avril (R. Pleven) et septembre (H. Queuille) : le SMIG lui-même est relevé d’abord de + 11 % puis de + 15 %, soit un total de 28 % de septembre à septembre, un peu moins rapidement que le salaire moyen (+ 42 %) qui redouble une hausse semestrielle de + 19 %. René Pleven se laisse convaincre d’anticiper sur la hausse des prix et d’intégrer à celle des salaires la progression estimée de l’inflation. Faut-il y voir le rappel de la technique de René Mayer en janvier 1948 ou celle d’Henri Queuille en septembre 1948 ? L’agitation syndicale est inégale, mais présente : 1950 : 11,7 millions de journées de travail perdues, 1951 : 3,3 millions, 1952 : 1,7 million, à comparer avec 1947 : 23,3 millions et 1948 : 11 millions117. Les aléas de la Troisième Force finissante de part et d’autre des élections du 17 juin 1951118, la maladie puis la mort de Maurice Petsche, le garant de l’orthodoxie, à la rue de Rivoli en septembre 1951 contribuent à cette politique flottante et conjoncturelle. Avec Antoine Pinay, les salaires reprennent le chemin d’une certaine régularité, le SMIG ne bougeant plus entre septembre 1951 et février 1954 (+ 15 % sur 2 ans 1/2), le salaire horaire moyen n’évoluant que de + 4,2 % d’octobre 1951 à octobre 1952.

  • 119 Mise au point rapide et commode dans Le Monde daté du 5/6 juillet 1992, p. 2, Il y a quarante ans, (...)
  • 120 267 voix contre 216. La crise du RPF, dont une partie a rejoint les rangs du gouvernement Pinay et (...)

114Ce gel des salaires par le gouvernement Pinay et dont nous avons vu le cadre dans l’analyse sur la politique économique générale de 1948 à 1952, est cependant contrebalancé par la satisfaction habile d’une revendication syndicale précédente, celle de l’indexation du SMIG sur l’indice des prix de détail119baptisée « échelle mobile », c’est-à-dire échelle des salaires, mobile à la hausse selon les prix. La pression des syndicats, CGT, FO et CFTC est forte sur ce thème depuis l’automne 1951, mais le Parlement redoute une spirale inflationniste en cas d’indexation rigide ; c’est la mise au point d’une formule d’indexation souple qui parvient à emporter l’adhésion de la majorité parlementaire. Edgar Faure avait creusé la voie en janvier 1952, proposant comme garde-fou que l’indexation soit soumise à un double seuil : la hausse mensuelle des prix doit dépasser 5 % d’un mois sur l’autre et la répercussion intervient dans un délai d’un mois pour le SMIG ; ce projet échoue de justesse. Un second projet élaboré par le cabinet Pinay en juin 1952 affine le mécanisme : seuil de déclenchement à 6 %, délai de répercussion de deux mois sauf en cas de hausse mensuelle supérieure à 10 %, indexation du SMIG aussi à la baisse... La gauche vote contre et le Conseil de la République le rejette. La troisième mouture, augmentée de la question de confiance120, passe en force et devient la loi du 8 juillet 1952 : le seuil de déclenchement est à 5 %, la répercussion est immédiate, l’indexation ne s’effectue qu’à la hausse. La succession d’années peu inflationnistes entre 1952 et 1957 vient rassurer les droites inquiètes d’une impulsion mécanique de la crise des coûts, tandis que le seuil de déclenchement est ramené à 2 % en 1957. Le salaire minimum reste en deçà de la hausse des prix comme nous l’avons vu et « l’échelle mobile » ne contribue pas du tout à la hausse car les gains de productivité permettent d’éponger en grande partie la progression soutenue du salaire réel.

Conclusion.

115De 1949 à 1956, la masse salariale nette augmente de 64 % et pour l’ensemble de la période 1938-1956, la hausse totale est de + 81 % (+ 3,3 % par an). En revanche, le salaire mensuel direct, sans prestations sociales, ne rattrape le niveau des prix sur base commune 100 en 1938 qu’en 1955 et le salaire minimum reste très en deçà de l’évolution des prix de détail. Les rapports entre productivité et revenus salariaux, totalement perturbés entre 1938 et 1948 par la sous-production et l’irruption du salaire social, se normalisant lentement entre 1948 et 1952. On peut sans crainte affirmer que la situation des salariés, instable avant 1949, s’améliore très substantiellement au-delà, mais de manière moins visible que par le seul salaire horaire (assurances sociales, durée du travail, heures supplémentaires, plein emploi, etc.).

116La politique des salaires libérale-sociale vise d’abord à stabiliser leur progression en même temps que celle des prix (1948-1949) puis à remettre aux partenaires sociaux le soin de la négociation par la mise en liberté des salaires (février 1950), ce que facilite la forte croissance des années considérées (+ 6 % par an). Le SMIG, officialisé en août 1950, n’est indexé avec le filtre d’un seuil de déclenchement, qu’en juillet 1952. L’ensemble de ces mesures est pris par des coalitions gouvernementales qui passent du centre-gauche au centre-droit, la SFIO quittant le pouvoir en février 1950.

  • 121 Méthode définie dans Jean Marczewski, Inflation et chômage en France, Economica, 1977, p. 3. L’écar (...)

117Face à la progression des prix, les salaires sont victimes de leur effet de masse. Si nous reprenons la méthode Marczewski121, nous constatons que les salaires équivalent à 55 % de l’écart inflationniste total en 1946, 45 % en 1948, 40 % en 1950. On constate bien l’effort imposé à la masse salariale par le Gouvernement et une réelle disposition anti-inflationniste de la politique salariale entre 1948 et 1950. Les intentions réelles de compression anti-inflationniste de l’équipe Pinay ne peuvent être directement lues en statistiques. Malgré les mécanismes de remise en ordre (janvier 1948, printemps 1952), la pression syndicale doublée d’un clivage radical entre deux familles politiques, la présence de ministres (Daniel Mayer) ou de présidents du Conseil (G. Bidault, R. Pleven) faiblement attachés à la modération salariale, la tendance de la politique générale des revenus entre 1948 et 1952 est un compromis entre progression des salaires, niveau des prix et productivité globale.

V. UNE POLITIQUE BUDGÉTAIRE DE STABILISATION, UNE POLITIQUE MONÉTAIRE LIBÉRALE

A. LA NORMALISATION DES FINANCES PUBLIQUES

118La période 1948-1952 représente une phase majeure de stabilisation budgétaire et porte tous ses fruits dans les quatre années suivantes ; l’effort se dirige de manière légèrement plus appuyée sur les recettes que sur les dépenses, le circuit de l’État représentant en moyenne un quart du PIB, et l’orientation des dépenses dans un sens plus économique et social n’est pas véritablement remise en cause. Une seule inflexion est marquée par rapport à l’immédiat après-guerre : les dépenses totales en formation de capital culminent vers 1950 (36,6 %) pour reculer ensuite (1953 : 24,4 %, 1956 : 25,9 %) à un niveau qui convient aux aspirations opposées des libéraux et des socialistes. Même si l’équilibre budgétaire n’est atteint qu’au début de la Ve République, il se dessine sensiblement à partir de 1948-1950, et, malgré plusieurs rechutes, s’établit autour de 17 % des dépenses entre 1948 et 1956. Ce comblement progressif est moins imputable à une compression des dépenses, qui augmentent annuellement de + 8 % en francs constants, qu’à un relèvement de la pression fiscale (+ 11 % par an en valeur constante).

119En ce qui concerne les dépenses, les tâches de la Reconstruction sont jugées prioritaires et maintenues par les pouvoirs publics, à charge pour le Trésor d’augmenter le rendement des recettes. Il s’agit autant des dépenses économiques et sociales que des dépenses militaires, comptant chacune pour un tiers. Le personnel, le matériel, l’investissement, les transferts forment les principales fonctions, chacune pour un quart des dépenses budgétaires totales. La progression réelle du PIB autour de + 5 à 6 % par an permet ce type d’évolution sans crise inflationniste, la tendance conjoncturelle des prix étant à la baisse de 1952 à 1967.

120Le recours à l’emprunt est à la fois chronique, pour combler les 17 % de déficit moyen, et facilité par le solde de la Dette par l’inflation de 1936-1952 qui a divisé par deux en valeur constante un montant multiplié par dix en valeur courante ! Les emprunts de 1948 (emprunt libératoire) et 1949 renouent avec la tradition des grands emprunts patriotiques inaugurés en 1914-1920. Celui de 1952 n’égale pas l’emprunt de 1944, trois fois plus volumineux, mais apporte commodément et volontairement des sommes supplémentaires au Gouvernement. Sur le plan de l’inflation, l’effet-emprunt semble proche de la neutralité, tandis que l’apurement budgétaire progressif contribue à la stabilisation générale, par régularisation des flux et par l’exemple symbolique d’un État qui met ses comptes au clair.

B. UNE POLITIQUE MONETAIRE INTERIEURE LIBÉRALE

Tableau 139
Masse monétaire, 1948-1956, pour mémoire

Tableau 139Masse monétaire, 1948-1956, pour mémoire

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515.

  • 122 Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38, donne des moyenne (...)
  • 123 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986, p. 265, (...)
  • 124 La série M1 correspond aux usages des années cinquante et la série M3 corrigée (Michèle Saint-Marc, (...)

121Nous avons repris ici les statistiques brutes du Conseil national du crédit, qui offrent l’avantage de l’homogénéité interne. Il faut simplement se rappeler que ces chiffres sont ceux du dernier bilan monétaire de l’année et non des moyennes annuelles122, ne sont pas corrigés des variations saisonnières123 et correspondent à l’actuel M1, billets et comptes à vue, excluant les comptes à terme dans les banques ou les caisses d’Épargne124. Ce tableau montre la progression rapide de M1 entre 1948 et 1956, + 15,2 % en moyenne annuelle pour la valeur en francs courants et + 9,1 % en francs constants. Ce dernier chiffre (+ 9,1 %) est à rapprocher des autres variables : le PIB progresse autour de + 6 % par an, les prix de + 5,5 %, les salaires de + 6,3 % et les dépenses budgétaires de + 8,2 %. La masse monétaire se développe plus vite que les autres éléments de l’économie en 1948-1956, mais semble-t-il par effet de rattrapage, puisque les indices respectifs des variables en 1956, sur base 100 en 1938, et en valeur constante, donnent l’indice 133 pour la masse monétaire, 175 pour le PIB, 181 pour la masse salariale et 222 pour les dépenses budgétaires.

122La phase 1948-1952 se caractérise par :

  • une progression rapide de M1 non ralentie par un échange initial de billets ;

  • la surévaluation du franc français ;

  • une politique du crédit favorable à l’expansion.

123Nous dirons un mot du premier aspect, avant de présenter une brève synthèse des deux autres. La fin des années quarante est le témoin d’une dernière tentative d’échange monétaire avec intention déflationniste. Si nous l’analysons de près, nous constatons l’ambivalence de ses objectifs.

L’échange des billets de 5 000 F en janvier 1948.

  • 125 Cf. Chapitre 3.
  • 126 Sources sur l’échange des 5 000 F : AEF, B 19 396 et 37. Banque de France, Procès-verbaux du Consei (...)
  • 127 P. Cathala, Face aux réalités, 1947, p. 143. Même les autorités financières d’Occupation y songeaie (...)

124L’idée d’échanger les billets pour agir sur la masse monétaire par épuration des stocks fiduciaires de marché noir, blocage partiel par emprunt forcé ou prélèvement fiscal proportionnel a déjà longuement été évoquée125. L’échange édulcoré de juin 1945 n’a pas convaincu une partie de la classe politique de son efficacité mitigée. La persistance d’un fort courant analysant l’inflation en termes fiduciaires, pour qui le poste « billets en circulation » du bilan de la Banque est meilleur indice d’inflation que les 34 articles, n’est pas étrangère à cette tendance. Le billet de 5 000 F126focalise alors les passions échangistes. Celui-ci, belle coupure de grande taille et souvent enliassée, enflamme les imaginations. La majorité de la population n’en voit jamais – le salarié médian reçoit en 1947-1948, 13 000 F par mois – et assimile la coupure, à tort au ou à raison, au marché noir. Déjà en 1944, l’idée était dans l’air et plusieurs documents en font état127. L’année 1947 fait revenir la question à la surface et H. Koch, dans son Histoire de la Banque de France sous la IVe évoque l’existence d’une note du gouverneur E. Mönick au ministre R. Schuman en août 1947 évoquant les possibilités techniques de l’opération. Si elle n’eut pas de conséquences immédiates, elle permet de dater exactement la réapparition du thème, que l’on rencontre çà et là dans d’autres sources, comme le Journal de Vincent Auriol. François Bloch-Laîné confirme dans ses Mémoires que la suggestion venait bien de la Banque. À cette période, le billet de 5 000 F représente 36 % de la circulation fiduciaire totale.

  • 128 J. Moch, Une si longue vie, (Mémoires), p. 290-299, évoque à peine cet épisode.

125C’est en janvier 1948 que rebondit le sujet. Le lundi 26, la dévaluation est annoncée, en même temps que le rétablissement du marché libre de l’or et l’amnistie pour les capitaux expatriés sans déclaration. La pression de l’opposition communiste est extrêmement forte, à l’Assemblée comme dans la presse (L’Humanité). Elle rejaillit sur la SFIO, qui lui dispute un électorat commun. Malgré son appartenance au gouvernement, elle refuse le 27 le marché libre de l’or, à la forte charge symbolique. Le Populaire réclame le départ de René Mayer et son remplacement par Mendès France, Jules Moch à l’Intérieur menace de démissionner. Le mercredi 28 janvier est rempli de tractations, conseil de Cabinet, séance à l’Assemblée, comité directeur SFIO, à nouveau conseil de Cabinet qui débouche dans la nuit sur un compromis128 : le marché libre de l’or est rétabli, mais les billets de 5 000 F seront échangés. L’ensemble des ministres, le président de la République et la Banque de France ne sont avertis que quelques heures plus tard. Politiquement, les deux mesures sont liées puisque les spéculateurs sont empêchés de transformer leurs billets frauduleux en or ! Techniquement, ce lien paraît plus fictif et les considérants du projet de loi présentent trois objectifs plus nuancés : compléter le filet de sanctions contre les avoirs frauduleux, faciliter la libération du marché de l’or et cesser les recours de Trésorerie auprès de la Banque de France.

  • 129 Le gouverneur insiste sur les réserves rie billets (340 milliards de F en coupures de nouveaux 5 00 (...)
  • 130 La suppression du cours légal s’effectue par décret si c’est l’Institut qui le demande, par loi si (...)

126Comme en 1944-1945, le PCF se déchaîne contre la décision. Le jeudi 29 janvier, à l’Assemblée, Jacques Duclos joint sa voix à celle de Paul Reynaud pour rejeter le projet d’échange qui vient d’être proposé. À la Banque de France, la séance hebdomadaire du conseil général, le jeudi 29, n’aborde le problème qu’après les affaires courantes, car le gouverneur et le directeur du Trésor sont déjà dans la confidence et hésitent sur la meilleure présentation de l’opération129. Comme le Parlement est saisi, la Banque ne peut que vérifier en substance si les règles juridiques ont été respectées130. Les hauts fonctionnaires restent silencieux, mais quatre conseillers sur vingt manifestent néanmoins leur mécontentement en évoquant la non-consultation préalable, le mauvais choix de la date ou la perte de confiance en la monnaie. Par la suite, le montant des billets non présentés à l’échange fait l’objet le 25 février d’une convention entre Banque et Trésor : celui-ci est acquis à l’État, mais affecté au remboursement « partiel » des avances de la Banque au Trésor.

  • 131 Par exemple, le Bulletin de Documentation du marché du Blé, entre le 24 janvier 1948, « Culbute fin (...)

127Dans la presse, Le Populaire et L’Aube expliquent à leurs lecteurs, avec une nuance d’embarras, la teneur du projet : « le Gouvernement veut porter un coup décisif aux thésauriseurs du marche noir » (L’Aube, 29 janvier). Le Monde, sous un titre neutre, « L’Assemblée se prononce sur le retrait des billets de 5 000 F », multiplie les réserves trempées dans la plume de René Courtin : « remède de cheval » qui « érode la confiance au franc », « après les billets de 5 000 F, pourquoi pas ceux de 1 000 F (30 janvier 1948). Le Figaro est opposé : « coup de théâtre... la France n’a que trop souffert du dirigisme libéral et du libéralisme dirigé » (30 janvier). La presse professionnelle est déchaînée contre le plan Mayer131. L’Humanité sur un autre ton, défend le même mode avec d’indiscutables trouvailles : « la paye dans les entreprises gravement compromise... les classes moyennes rançonnées... les campagnes surtout sont visées... (sans oublier) les vieux qui viennent de toucher un beau billet de 5 000 F pour leur trimestre... » (30 janvier).

128En fait, après le vote des six articles de la loi du 29 janvier, le dispositif mis en place par le Trésor s’avère techniquement impeccable. Les caisses publiques sont fermées le jeudi 29 et le vendredi 30 janvier, alors que banques et postes déposent leurs billets de 5 000 F auprès des 600 et quelques agences de la Banque de France. Théoriquement démonétisé dès le matin du 29 janvier, le billet de 5 000 F s’échange clandestinement à cours déprécié autour de la Bourse ou est accepté par des débits de boissons. Les particuliers doivent déposer leurs billets le lundi 2 et mardi 3 février. Les rapports des préfets ne signalent pas d’inquiétude de la part des commerçants dont certains espèrent bien que les rentrées supposées de l’opération permettront l’annulation du Prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation. Les salariés, rarement payés en 5 000 F ne sont pas inquiets, mais en Corrèze le préfet signale qu’ils sont mécontents contre le Gouvernement. Les industriels restent discrets et peu embarrassés, car ils utilisent les billets inférieurs à 1 000 F pour leurs salariés et la monnaie scripturale pour leurs fournisseurs et clients. Ce sont les paysans qui présentent le mécontentement le plus affirmé, dans les Bouches-du-Rhône, en Meurthe-et-Moselle, en Ille-et-Vilaine. Le 2 février, plusieurs centaines de milliers d’entre eux défilent dans les capitales régionales, Lyon, Blois, Tours, Tulle. Ils forment 1/4 des déposants (2 millions de personnes) pour 35 % des dépôts (100 milliards de F) ce qui représente beaucoup de petits porteurs pour de petites sommes : 20 000 F soit 4 billets par ménage ! Les préfets signalent d’ailleurs l’inquiétude monétaire des campagnes depuis le mois de janvier, avec une certaine frénésie d’achats (Val de Loire, Limousin), mais... en billets de 1 000 F comme l’exigent prudemment les marchands de bétail et les commerçants. La circulation de billets a légèrement reculé (– 4 %) entre le 31 décembre 1947 (921 milliards de F) et le 29 janvier 1948 (882 milliards de F) et ce n’est pas un phénomène saisonnier.

  • 132 La police aurait récupéré 4 millions de F illicites autour de la gare de l’Est et un cultivateur ni (...)
  • 133 Les frais sont évalués à 150 F par déposant, ce qui représente environ 500 millions pour les banque (...)
  • 134 Des dizaines de banques sont interrogées par le Trésor qui voit des encaisses suspectes de 5 000 F (...)
  • 135 20 000 cas sont recensés, soit 300 par département, portant sur une moyenne de 5 billets : marins e (...)

129L’échange lui-même nécessite 60 millions de vignettes, mobilise une dizaine de grandes banques et leurs succursales en renfort des guichets publics, et l’acheminement des liasses entre le dimanche après-midi et l’ouverture des portes le lundi matin à 9 h 00. En deux journées, tout est réalisé pratiquement sans incident132. Les banques sont indemnisées de leurs frais133et on peut raisonnablement évaluer à 1 milliard de F le coût de l’opération soit 1/1000 des dépenses de Trésorerie ou encore 0,3 % des 320 milliards à échanger. Fraudes134et retards135usuels ont accompagné l’opération de manière marginale. Rappelons qu’en juin 1945, alors que l’échange était annoncé depuis le 29 mars, 36 milliards de F ne s’étaient pas présentés à l’échange (8 % de la masse fiduciaire), que les litiges portaient sur 4 milliards de F (300 millions finalement indemnisés !) et soit respectivement 126 et 14 milliards de F aux prix de janvier 1948. Lors de l’échange Mayer, les 320 milliards attendus sur la base de la circulation de décembre 1947, ont donné 291 milliards de dépôts particuliers et 29 milliards dans les caisses publiques et organismes financiers, ce qui réduit à peu de choses les cas de non-présentation. Avec moins de 1 % de litiges, fraudes et retard, cela conduit à s’interroger sur la véritable fonction des billets de 5 000 F au marché noir.

130Les déposants sont remboursés à partir du 6 février, en commençant par les petits porteurs. Le calendrier initialement prévu est légèrement modifié par les dérogations de toutes sortes (le Pari mutuel urbain par exemple...) et une pluie de demandes venues des parlementaires (pour entreprises, hôpitaux, etc.), mais les remboursements sont conditionnés à l’acquittement du premier tiers des impôts directs ou du Prélèvement exceptionnel PELCI, ce qui facilite les recouvrements fiscaux pour le Trésor. Les échéances s’échelonnent de février à juin.

Tableau 140
Calendrier de remboursement des billets de 5 000 F en 1948

Tableau 140Calendrier de remboursement des billets de 5 000 F en 1948

Source : AEF B 19936-37.

131Si les archives n’ont pas conservé de bilan fiscal dans les cartons concernant spécifiquement l’échange, un tableau synthétique des dépôts par catégorie socioprofessionnelle constitue un des documents les plus intéressants du dossier.

Tableau 141
Dépôts de billets de 5 000 F par catégorie socioprofessionnelle (1948)

Tableau 141Dépôts de billets de 5 000 F par catégorie socioprofessionnelle (1948)

Source : AEF B 19936-37.

132On compte 8,8 millions de déposants, à comparer avec les 13,5 millions de ménages et les 4,5 millions d’entreprises – dont 4 à 5 millions de ménages-entreprises : 2 unités d’habitation ou de travail sur trois détenaient des billets de 5 000 F. Le dépôt moyen (total des dépôts / nombre de déposants) est de 33 000 F, soit 5 à 6 billets, le dépôt médian de 15 000 F. D’un côté, 5 % des dépôts dépassent 20 billets et représentent 35 % des sommes en valeur, et de l’autre 55 % des dépôts de trois billets ou moins ne totalisent que 16 % en valeur. Il faut tenir compte du fait que les sommes déposées ne représentent pas exactement la photographie des encaisses liquides : l’échange effectué en fin de mois montre des sommes certainement atténuées chez les employeurs qui viennent de solder les salaires et augmentées chez les employés, sans parler des retraités pensionnés par trimestre ; telle profession, inquiète des rumeurs monétaires, a pu se défausser de ses billets de 5 000 F en temps opportun par ses rapports quotidiens avec les banques (agents de change). Qui dépose le plus par rapport à son poids dans la démographie sociale ? Nous constatons qu’il n’y a pas de rapport entre la proportion sociale de déposants et le montant des dépôts : les chefs d’entreprise et les fonctionnaires sont nombreux à déposer (plus de 60 % de la catégorie socio-professionnelle) mais des sommes très différentes, 19 300 F pour les fonctionnaires et 86 000 F pour les industriels. La présence de billets de 5 000 F auprès des déposants grandit avec le maniement professionnel de ces billets, ce qui explique l’importance décroissante des sommes depuis les personnes morales (109 000 F) jusqu’aux artisans (28 000 F). Les fonctionnaires tranchent sur le reste des salariés (6,5 millions d’ouvriers, 2,2 millions d’employés et 1,3 million de cadres), non par la moyenne des dépôts qui est équivalente (19 000 F) mais par une répartition plus homogène des sommes (en raison du mode de traitement ou du mode d’épargne ?) que chez les salariés, où elle se limite aux cadres et aux employés supérieurs. Les « agriculteurs » qui mêlent ici les 4,2 millions d’exploitants actifs (soit deux actifs en moyenne par exploitation) et les 1,3 million de salariés agricoles sont 35 % à déposer des billets ; toutefois, les salariés sont rarement titulaires de tels billets et le chiffre des actifs indépendants, hommes, femmes et enfants, doit être corrigé par celui des exploitations (2,3 millions), ce qui fait monter la proportion à 84 % d’exploitations déposantes... La moyenne des sommes (51 000 F), nettement supérieure à celle des professions libérales ou des artisans, se compare à celle des commerçants (63 000 F). Il est difficile de faire ici la part de la poussée des prix, du marché noir et de la thésaurisation, mais ces chiffres expliquent mieux le mécontentement des agriculteurs, pour qui ces sommes sont épargnées en vue d’achats futurs, à la différence des indépendants urbains pour qui elles constituent plutôt des fonds de trésorerie.

  • 136 Rédigée par Maurice Lauré, inspecteur des Finances, qui réfléchit alors sur la TVA. La note précise (...)

133C’est la fiscalité qui tire le meilleur bénéfice de l’échange des billets. Une note du 9 juin 1948136 précise que 13 500 déposants, soit une personne sur 9 pour les sommes supérieures à 200 000 F, ont fait l’objet d’un redressement fiscal pour 3 milliards de F à la date de rédaction et un membre du cabinet ou du Trésor a ajouté au crayon : « Je suis frappé par l’importance des redressements fiscaux opérés à la suite du retrait des billets de 5 000 F ». La masse monétaire n’enregistre qu’une déflation momentanée de la circulation fiduciaire, puisqu’en décembre 1948, le montant (987 milliards de F) dépasse celui de décembre 1947 (921 milliards de F), soit une progression brute de 7 % en francs courants, au lieu d’atteindre 1 114 milliards de F, selon la moyenne 1938-1956 (+ 21 % par an). Le résultat est d’autant plus maigre que la part des billets dans M1, brutalement comprimée de 54 % en 1947 à 45 % en 1948, remonte à 50 % en 1950, chiffre qui aurait été atteint de toutes manières (53 % en 1948 et 51 % en 1949), puis décline régulièrement au-delà.

  • 137 H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, p. 177.
  • 138 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949, p. CB 210.
  • 139 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 101.

134Après coup, la Banque de France n’a pas vraiment apprécié cet échange, qui avait peut-être été suggéré de l’extérieur ou imposé par le gouverneur, et Henri Koch écrit trente-cinq ans après que les vœux du gouverneur et les intentions de R. Mayer ont été vidés de leur substance par les amendements du PCF et de la droite (?), que la plupart des personnes ont échappé au recensement des fortunes grâce à des prête-noms, tandis que l’échange a prolongé la suspicion du public pour les grosses coupures137 ! La Banque des règlements internationaux juge sur le moment qu’il s’agit d’une « bonne opération138 ». F. Bloch- Lainé139qui juge favorablement le plan Mayer trouve que l’échange affaiblit le dispositif : « Malgré l’échange des billets de 5 000 F étrangement suggéré par la Banque de France, qui venait beaucoup trop tard pour n’avoir pas plus d’inconvénients que d’avantages... ».

135Contrepartie socialiste de la libéralisation du marché de l’or, l’échange des 5 000 F a été intégré de manière imprévue à un plan préexistant, permettant de sauver les apparences politiques d’une coalition soudée par l’anticommunisme ; des objectifs proclamés, la fiscalité fut le plus efficace, tandis que l’action sur le marché noir ou sur les prix par la masse monétaire a prouvé son inanité. Depuis février 1948, les gouvernements successifs n’ont plus réutilisé cet outil de politique économique.

136Au-delà de la « politique de la masse monétaire », la gestion de la valeur extérieure du franc apparaît moins négligente, toujours abritée par le contrôle des changes et bientôt insérée dans l’Union européenne des paiements (juillet 1950). Les crises des prix intérieurs de la période 1945-1948 et de juillet 1950 – décembre 1951 déterminent une dépréciation effective de la valeur extérieure du franc. Le caractère restreint des marchés des changes d’après-guerre, le contrôle des mouvements sur devises, l’appui américain en crédits permettent de surseoir plusieurs fois à une dévaluation sérieuse. En 1948, la pratique voulue temporaire de changes multiples, en 1952, le refus de dévaluer du gouvernement Pinay limitent à septembre 1949 – juillet 1950 la seule période où coïncident taux de change officiel et taux de change réel. La forte charge affective de la dévaluation conçue comme défaite nationale, et la crainte gouvernementale de fragiliser la politique économique par une opération pressentie comme négative repoussent à de meilleurs jours l’apurement des taux. Le franc français est surévalué de manière chronique, ce qui freine les exportations et maintient à taux constants les prix des produits d’importation. Cette action exerce de légers effets déflationnistes chargés de compenser la tension haussière engagée par la présence politiquement plus discrète d’un déficit des paiements. Elle n’est cependant pas étrangère à une insertion laborieuse des entreprises françaises sur le marché international.

137De son côté, la politique du crédit reste très favorable aux emprunteurs, aussi bien par le niveau des taux pratiqués que par le contingentement modéré imposé au système bancaire. La progression rapide de la masse des crédits, + 20 % par an en valeur réelle, exerce une pression croissante des encours prêtés aussi bien sur le PIB (ils représentent 40 % du PIB en 1956), la masse monétaire (110 %) ou l’épargne nationale brute (200 %). Sans y voir nécessairement un facteur inflationniste, puisque les sommes allouées, par un détour de production de quelques années finissent par augmenter l’offre globale (logement, machines) à un coût décroissant. La décrue de la Dette publique fluidifie le marché des capitaux internes. Toutes ces raisons expliquent peut-être la coexistence longue d’un endettement croissant de l’économie avec de faibles taux d’inflation. Soulignons néanmoins la préoccupation constante de la Banque de France vis-à-vis des facteurs inflationnistes, malgré leur apparente dissipation entre 1952 et 1956.

CONCLUSION DU CHAPITRE VI
LA CONVERGENCE STABILISATRICE

138Si la période 1948-1952 ne constitue pas un autre tournant de l’après-guerre, car une bonne part des innovations de 1944-1946, comme la politique d’investissement, les assurances sociales ou les comités d’entreprises, demeurent en place pour de longues années – parfois jusqu’à nos jours –, elle n’en représente pas moins une phase de reclassements positifs tout à fait intéressante. Pour ce qui nous concerne plus particulièrement, la crise des prix se dénoue en deux paliers, de 1948 à 1952, années encore fébriles (+ 10 % par an) et en 1952-1956 (< 1 % par an) ; ces ceux stades correspondent sans aucun doute à la décélération inflationniste mondiale des années 1949-1967 et la France ne peut s’enorgueillir d’avoir terrassé seule l’inflation des années quarante. En revanche, les dispositions prises par les gouvernements successifs, au-delà de l’instabilité politique apparente, sont heureuses en ceci qu’elles ont visé à faire entrer la France dans un cadre international de concurrence et de modernisation.

139L’omnicompétence des États-Unis de 1950, qui assuraient environ 40 % de la production mondiale contre 22 % aujourd’hui, laissait alors l’impression d’une américanisation accélérée de la politique économique française, point que ne manquait pas de souligner la fraction anti-atlantique de l’opinion publique. L’évolution ultérieure de l’économie planétaire, avec le contraste entre les difficultés accrues des États-Unis et la progression rapide de l’Asie du Sud-Est ont montré que les voies de la croissance, sans être uniformes, suivaient une orientation comparable. Stabiliser le budget, investir massivement et cadrer le crédit, réguler les salaires, savoir parfois jouer des prix n’est pas l’apanage des Américains et les choix de la Troisième Force ne peuvent plus être catalogués aujourd’hui comme méthodologiquement atlantistes. Le maintien d’un système centralisé d’assurances sociales, l’utilisation nuancée d’entreprises publiques et d’un organisme de planification incitative, le partenariat fréquent entre administrations et entreprises, parfois concrétisé sous la forme d’une société d’économie mixte, constituent autant d’originalité pour un État plus souple qu’il ne veut bien l’avouer.

140La persistance d’une double culture économique française, l’une plus libérale vraisemblablement issue de l’univers des professions indépendantes, l’autre plus interventionniste en relation avec le monde salarié et fonctionnaire, contraint chaque famille d’esprit à composer avec l’autre ; l’existence de coalitions allant de la SFIO aux modérés devant la double opposition des gaullistes et des communistes, explique largement cette option de compromis. Après les élections de juin 1951 qui portent au Palais Bourbon une chambre marquée au centre-droit, la marge de manœuvre des Finances n’est pas élargie et les choix d’Antoine Pinay puisent dans une panoplie classique et repérable sans revenir à la politique économique d’avant-guerre ; l’échelle mobile des salaires est plus discrète que l’emprunt-or, mais ni l’un ni l’autre n’auraient existé en 1919-1939. C’est ainsi que les modérés-libéraux se sont faits plus audacieux et les progressistes-interventionnistes plus discrets.

141La stabilisation des prix procède d’abord de la conjoncture, et indissociablement ensuite de la volonté politique de l’État et des acteurs sociaux d’en finir avec l’inflation. L’action sur les salaires se différencie nettement de la phase précédente, marquée par la succession de compression douloureuses (1940-1944) et de largesses, immesurées (1944-1947) et l’expansion auto-entretenue du salaire social. À partir de 1948, le Gouvernement interrompt le processus de hausse – sauf en 1950-1951 – rend la liberté de négociation en 1950 et officialise un revenu minimum en 1950-1952. La forte croissance (+ 6 % par an) du PIB et de la productivité, accompagnée en 1952-1956 de la stabilité des prix, permet désormais d’augmenter régulièrement le salaire nominal sans peser sur les prix.

142La gestion budgétaire approche lentement d’un certain équilibre, où la progression des recettes joue le rôle principal. L’ajustement des dépenses (militaires, économiques et sociales, investissement) contribue également à lisser les flux de sorties publiques et à apaiser les inquiétudes des orthodoxes. La politique monétaire, après une dernière tentative, rompt avec la déflation fiduciaire, hésite devant les dévaluations qui s’imposent, maintenant une situation de légère surévaluation du franc, et instaure symboliquement un encadrement très libéral des crédits qui se développent à fort régime (+ 20 % par an) pour moderniser et équiper les capacités d’offre nationales.

143L’ensemble de ces trois outils de la politique économique fonctionne désormais en meilleure combinaison, le renforcement de la discipline budgétaire et salariale permettant une action monétaire interne plus libérale. Leur impact sur la hausse des prix reste difficile à évaluer, puisque les tendances de la conjoncture internationale s’inversent à la baisse dès 1948-1949, malgré le sursaut coréen ; il est certainement non négligeable puisque le dérapage des salaires en automne 1950-automne 1951 s’est immédiatement traduit dans les prix. Cela montre à la fois l’importance de la politique économique conjoncturelle qui canalise une évolution, et ses limites, puisqu’elle ne la construit pas seule.

Notes

1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355 et suivantes et INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, édition 1990, p. 239 et suivantes.

2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif 1961, p. 360 et 365. Cf. Chapitre I.

3 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 109 et ONU, Statistical Yearbook, 1954, p. 402 et suivantes.

4 La coalition gaullistes-modérés ne fonctionne vraiment qu’à partir de mai 1958.

5 Un tiers des postes ministériels, en ne comptant pas les secrétaires d’État.

6 Colloque organisé par le Comité d’histoire économique et financière de la France, CHEFF, Le plan Marshall et la relève de l’Europe, mars 1991, Imprimerie nationale 1992. G. Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954, 2 vol, Imprimerie nationale. G. Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine, 1945-1952, Complexe, 1992.

7 Six et non pas sept, puisque l’Économie nationale n’est plus qu’un service dépendant des Finances, secrétariat d’État ou secrétariat général.

8 La différenciation à partir de 1950 tend non pas à opposer Économie et Finances, mais, ce qui est légèrement différent, Économie-Finances d’une part et Budget de l’autre.

9 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 87.

10 V. Auriol, Journal du septennat, 1947, p. 534-35 et 580-80. C’est Mendès France qui avait soufflé le nom de Schuman pour les Finances à G. Bidault en juin 1946. Mendès France lui-même ne fait pas l’unanimité des partis en novembre 1947, à commencer par le sien (Herriot). P. Pflimlin, MRP, estime que la crise des prix est d’abord agricole et demande la rue de Varenne au président du Conseil. Reynaud est jugé trop à droite, Coty un peu effacé, Baumgartner est déjà brillant inspecteur des Finances, mais le cabinet préfère un « politique » à ce poste.

11 Témoignages : F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101. En le comparant à Edgar Faure : « Une autre forme d’intelligence, également exceptionnelle... plus de sérieux, plus de rigueur, plus de cœur aussi... ». J. Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 249. « Forte expérience administrative et remarquable capacité à maîtriser les dossiers techniques ». L. Franck, 697 ministres, édition 1986, pages 41-42, en brosse un portrait nuancé et amusant.

12 Pour ces trois biographies, cf. Ministère des Finances, Annuaire des Finances, 1954. Également Who’s who in France, édition disponible dès 1953-1954.

13 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 102. Confimé par L. Franck, 697 ministres, p. 56-63 et P. Lamour, Le cadran solaire, Laffont, 1980, p. 308.

14 V. Auriol, Journal du septennat, 1947, p. 388-433, notamment p. 395, 398, 433.

15 P. Lamour, Le cadran solaire, Laffont, 1980, p. 309.

16 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 71.

17 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101-102. La crise ministérielle de juillet-août 1951 lui paraît être une occasion favorable ; après la tentative infructueuse de R. Mayer le 24 juillet, Petsche tente sa chance le 2 août (avant Pleven le 10) et n’obtient que 281 voix, loin en dessous des 314 requises pour l’investiture. Très affecté, il meurt le mois suivant d’une insuffisance cardio-vasculaire.

18 Une thèse sur sa biographie : S. Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique, FNSP, 1984, 231 p.

19 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 119.

20 Confirmé par plusieurs sources, notamment Gaston Cusin, entretien avec l’auteur, Paris, 22 mars 1989.

21 Source : Ministère de l’Économie et des Finances, Annuaire des Finances, 1968, et Who’s who in France, édition 1984 par exemple.

22 Voir Chapitre IV.

23 Se reporter au Chapitre II. IFOP, Sondages, années 1944-1963 pour notre sujet, notamment les n° 3 de 1951, n° 1 et 4 de 1954, n° 3 de 1956 et n° 3 de 1963.

24 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 239 et 251.

25 Parmi une bibliographie qui s’étoffe (travaux de M. Levy-Leboyer, G. Lefranc, W. Ehrman, P. Fridenson etc.) citons F. Bloch-Laîne et J. Bouvier, La France restaurée, 1944-1954, Fayard, 1986, p. 213-241.

26 Comparer avec les + 7,8 % par an de la période 1967-1989. Pour un tableau synthétique de la hausse des prix entre 1914 et 1989, voir INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

27 Voir principalement : A N, Mayer 363 A P 7 – 9. Également F. Caron, Le plan Mayer, un retour aux réalités, FNSP-IHTP, Colloque (non publié ?) décembre 1981, La France en voie de modernisation, 1944-1952.

28 Pour cette période, les papiers Pleven, AEF, 5 A 7 - 12, sont également bien classés, ceux de Gaston Cusin, AEF, Cusin 5 A 13-78 aussi, mais ceux du cabinet de 1948 sont remarquables.

29 « René Mayer était si proche de Jean Monnet que l’ajustement de leurs points de vue s’est fait sans éclat verbal, Paul Delouvrier aidant, qui fut le collaborateur de tous deux. » F. Bloch-Laîné et J. Bouvier, La France restaurée, 1944-1954, Fayard, 1986, p. 170.

30 « De toutes les conditions nécessaires à la réalisation du Plan, il n’en est pas de plus fondamentale que la stabilisation des prix et de la monnaie. » J. Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 307.

31 A N Mayer 363 A P 7, Mémorandum du Comité d’assainissement économique et financier, 52 pages, septembre 1947.

32 Voir J. Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 310, et aussi : V. Auriol, Journal du Septennat 1947, p. 437-438.

33 Voir Chapitre 2.

34 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 108.

35 AEF, Pleven, 5 A 12, Banque des Règlements Internatioanux, BRI, Bâle, Rapport confidentiel, mars 1949, p. 155.

36 A N Mayer 363 A P 7.

37 A N Mayer 363 A P 7.

38 AEF, Cusin 5 A 13. L’inspecteur général de l’Économie nationale, Zyromski, après une assez longue analyse de la situation salariale, concluait pour Gaston Cusin à la nécessité d’une hausse uniforme de 20 % pour tous les salaires, partiellement écrêtée par un emprunt forcé sur les salaires moyens et supérieurs et les revenus non salariaux.

39 Voir par exemple : FMI, Finances et développement, juin 1990, Pourquoi la stabilisation italienne a réussi ?

40 FMI, Finances et développement, mars 1990, Une réforme monétaire radicale : le cas de l’Allemagne en 1948.

41 Le décès accidentel du général Leclerc le 28 novembre 1947 en Afrique du Nord ajoute au désarroi des partisans du régime. Ses funérailles nationales à Paris groupent le 8 décembre un cortège long de 5 km.

42 « Je dois dire que le mérite d’avoir préparé ces mesures ne saurait se comparer à celui de les avoir fait voter, ce qui fut une dure épreuve pour René Mayer. » J. Monnet, Mémoires, p. 310-311.

43 L. Franck, 697 ministres, 1986, p. 41-42.

44 V. Auriol, Journal du Septennat 1947, p. 627 et suivantes.

45 INSEE, Etudes et Conjoncture, juin-août 1948, p. 3-7.

46 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel, op. cit., mars 1949, page C B 210.

47 L. Franck, Les prix, Que-sais-je ? 1957, p. 17-18. L’édition de 1979 (4e) ne reprend pas la formule (cf. p. 24-25).

48 F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, 1976, p. 101.

49 P. Delouvrier, La politique économique de la France, cours de Sciences politiques, 1957-1958, 1re partie, III, lre section, § 5.

50 La SFIO pardonne difficilement son opposition au Front populaire, notamment la suspension des 40 heures le 12 novembre 1938 ; le PCF entonne une campagne contre « l’homme de la défaite ».

51 Parmi des dizaines d’exemples, voir V. Auriol, Journal 1948, 27 août, p. 388.

52 Joseph Laniel, secrétaire d’État aux Affaires économiques, répète à L. Franck : « Vous êtes bien d’accord, M. le Directeur, nous ne pouvons pas préparer pour Paul un projet médiocre, quelque chose de petit ! Il nous faut de l’envergure... ». L. Franck, 697 ministres, 1986, p. 58-61.

53 P. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, p. 460-63.

54 En conseil des ministres, P. Reynaud ne recule pas devant les formules provocantes, surtout à l’attention des ministres SFIO : Pour développer les exportations, il faut au besoin « abaisser le train de vie des Français ». V. Auriol, Journal 1948, 27 août, p. 371-86.

55 AEF, B 18 675 et Petsche 1 A 405.

56 Sept. 1948 : 80 milliards de F, déc. 1948 : 140, mars 1949 : 50, décembre 1949 : 130.

57 Les 108 milliards de F 1949 équivalent à 6,5 milliards de F 1938 et 18,4 millards de F 1944, à comparer avec les 165 milliards de F 1944 de l’emprunt de Libération.

58 AEF, B 17 664, B 23 506-508, B 48 512, Z 14 268. La Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine publiera un article sur le plan Pinay-Rueff en 1999. M. P. Chélini « Le plan de stabilisation Pinay-Rueff (1958) ».

59 Par exemple : Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 116.

60 Disponible dans la presse quotidienne ou AEF, B 17 663.

61 L’analyse confond plusieurs catégories fiscales, puisque l’impôt direct pèse directement sur les capacités de consommation et l’impôt indirect n’augmente les prix que s’il est additionnel. L’impôt indirect ordinaire à taux constant n’élève pas les prix. La réforme des impôts directs à partir de 1948 et celle des impôts indirects qui est en chantier, contribuent à accroître le rendement de la grille fiscale dans le même temps que se font sentir les pesanteurs de la micro-entreprise familiale traditionnelle (agriculture, artisanat, boutique), un temps sauvée par la crise des années trente-cinquante. Les chiffres d’affaires déclinants de ces secteurs professionnels rendent de plus en plus insupportable une pression fiscale rationalisée. L’agriculture, longtemps épargnée par l’impôt direct, entre dans le champ fiscal.

62 Cf. par exemple : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 287.

63 AEF, B 23 503-505. Et B 18 719.

64 AEF, B 23 506-508, B 42 277. Et B 18 719.

65 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 119-122. « La rente Pinay a été souscrite dans une très forte proportion par la Caisse des dépôts... d’où elle n’est sortie que plusieurs années plus tard, à la faveur d’un replacement... ce que l’on a vendu alors, par petits paquets, ce sont des exonérations d’impôts. »

66 Voir P. Delouvrier, La politique économique de la France, cours de l’Institut d’études politiques, 1957-1958, II, 2, B.

67 Masse salariale / PIB : 1956 = 45 % (13,3 millions de salariés, soit 68 % des actifs), 1970 = 48,1 %, 1983 = 56,5 %, 1989 = 51,8 % (21,3 millions de salariés, soit 87 % des actifs). INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 239-241 (PIB) et 251-52 (salaires).

68 Total à partir d’O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, Études, 1991, p. 184-189.

69 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, Etudes, 1991, p. 190. Il s’agit de la moyenne de tous les secteurs ; par exemple, en 1949, l’agriculture présente une moyenne de 2 417 h, l’industrie de 1 978 h, les services de 1 916 h, ce qui donne la moyenne globale de 2 096 h.

70 Le total des heures salariées payées est passe à 29,7 milliards en 1962 et 35,1 en 1989. Cela induit une progression moyenne annuelle de 0,75 %, exactement celle de notre période 1938-1954.

71 La durée annuelle du travail passe de 2 086 h en 1954, soit 41,75 h par semaine pour 50 semaines, à 2 053 h en 1961, soit 41,9 h pour 49 semaines. (O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, 1991, p. 190).

72 Les fonctionnaires célibataires (indice en 1956 : 2 292 / 2 291) approchent les ouvriers célibataires Paris 2 307), les fonctionnaires mariés avec deux enfants (3 092 / 2 666) les ouvriers mariés avec deux enfants Paris 2 799) et les fonctionnaires mariés avec quatre enfants (3 714 / 3 071) les ouvriers mariés avec deux enfants départements (3 481).

73 Voir par exemple : G. Lefranc, Le syndicalisme en France, PUF, Que-sais-je ? 1975.

74 Effet global de désyndicalisation lente : 1947 = 6,2 millions de syndiqués pour 13 millions de salariés (50 %), 1980 = 2 millions de syndiqués pour 20 millions de salariés (10 %).

75 8 840 F bruts, soit 8 000 F nets, équivalant à 42,50 F de l’heure.

76 Des archives du Travail nous ne disposons que de notes conservées en double par les Finances (AEF), et L’État général des Fonds, AN, (1988) rassemble 665 articles sous la cote F22, concernant la seule période 1920-1944. Les dossiers concernant 1944-1952 ne sont pas encore versés ou classés. Le Journal de V. Auriol, s’appauvrit sur ces questions en 1950-1952 (3 ou 4 occurrences en 1952). Certains ministres comme Paul Bacon, ont conservé une documentation d’accessibilité inégale (voir infra). Pour ce dernier par ex., la documentation extérieure du cabinet procédait à la fois du Commissariat général au plan ou de la Cour des comptes et du mouvement associatif, CFTC et Mouvement populaire des familles. L’économiste François Perroux était également un de ses amis. Entretien téléphonique de l’auteur avec Paul Bacon, Gimont (32)-Levallois (92), le 27.05.1994.

77 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 52.

78 AEF, Cusin 5 A 29 ou AN, Mayer 363 A P 7, Inspection générale de l’économie nationale, Équilibre des prix et des salaires, 12 p. Un bureau du sous-secrétariat d’État aux Affaires économiques s’occupe des aspects sociaux de la politique des prix et se tient en contact avec le Travail.

79 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 42, rapporte une conversation entre R. Mayer et D. Mayer vers le 30 décembre 1947, où le premier parle au second de « tes 30 % ».

80 AN, Mayer 363 A P 7, Syndicat du personnel d’inspection et de direction de la SNCF, Harmonisation des salaires dans les secteurs nationalisés, 14 p., graphiques, novembre 1947. Rappelons que René Mayer dans les années trente s’est occupé des chemins de fer à la fois par le Conseil d’État (il a organisé la nationalisation de 1937) et par le groupe Rotschild (Chemins de fer du Nord).

81 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 42.

82 Arrêtés du 31 décembre 1947.

83 AEF, Cusin 5 A 29, Comité économique interministériel du 10 février 1948, Communication de René Mayer.

84 P. Delouvrier, Politique économique de la France, Les cours de droit (Institut d’études politiques) par exemple année universitaire 1956-1957.

85 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254.

86 AEF, Cusin 5 A 29. La dépense de main-d’œuvre par tonne marchande est de 1 051 F par jour en moyenne (elle représente entre 50 et 70 % des coûts globaux), mais de 1 260 F dans les Cévennes, 656 F en Lorraine, 1 132 F dans le Nord-Pas-de-Calais.

87 AEF, Cusin 5 A 29.

88 La non-coïncidence exacte entre les deux totaux (les coûts salariaux sont de 3 à 8 % supérieurs aux revenus salariaux) procède de dépenses supplémentaires de la part patronale non imputables aux salariés comme revenus : charges fiscales propres, frais de gestion des centres sociaux, cadeaux au personnel etc.

89 AEF, Petsche 1 A 405.

90 V. Auriol, Journal du septennat, 27 août 1948, p. 371-386.

91 JO, 30 septembre 1948. Quelques compléments sont ajoutés : indemnité forfaitaire de 7 F / h ; à Paris, prime de transport (500 F à Paris, abattements hors de Paris), augmentation des allocations familiales.

92 1947 : 23,3 millions de journées de travail perdues, 1948 : 12,9 millions de journées de travail perdues. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 93.

93 C’est ainsi que la moyenne géométrique de hausse pour les deux années 1948 (+ 65 %) et 1949 (+ 7 %) s’établit à 33 %, alors que la moyenne de 1945 (+ 40 %) et 1946 (+ 68 %) donne un résultat de 53 %.

94 V. Auriol, Journal du septennat, 25 juillet 1949, p. 325-329.

95 La CGT-FO et la CFTC sont très favorables à cette liberté de négociation car le CNPF semble à l’époque plus généreux sur les salaires que le Gouvernement, avec des préoccupations politiques et macroéconomiques moins accusées.

96 V. Auriol, Journal du septennat, 1949, p. 325-329, 338-40, 345-49.

97 V. Auriol, Journal du septennat, 1949, p. 325-329, 338-40, 345-49.

98 G. Bidault est à la fois à la gauche du MRP pour la politique sociale et à sa droite pour les questions coloniales.

99 Les décrets-lois de septembre 1939 prévoyaient à la fois que le Gouvernement fixe seul les relèvements de salaires et dispose de sanctions contre les dépassements, mais après la Libération, aucune « infraction » sur salaires ne fut poursuivie (alors que l’étaient les infractions sur les prix et les quantités).

100 La décision sur les salaires induit évidemment des choix socio-politiques (logique des salariés, logique des employeurs), mais, opérée par conventions collectives et non par décret gouvernemental, elle n’inclut pas dans chaque négociation une motion de confiance ou de défiance pour le pouvoir.

101 Le nouveau gouvernement Bidault du 7 février 1950 compte 8 MRP, 5 radicaux et 3 modérés.

102 Pour la loi, cf. JO. Commentaires par exemple in : Lyon-Caen et Ribettes-Tilhet, Manuel de droit social, LGDJ, 1974, p. 49-52, et 198-202.

103 Paul Bacon : né en 1907, fils d’un sellier-carrossier parisien, devient en 1924 dessinateur d’ameublement. Cofondateur et secrétaire général de la JOC (1927), il anime la presse démocrate populaire de l’entre-deux-guerres à destination des ouvriers (Jeunesse ouvrière et Monde ouvrier). Syndicaliste, député de la Seine sous la IVe République, secrétaire d’État à la présidence du Conseil (Bidault) en octobre 1949, il est ministre du Travail de 1950 à 1962, à l’exception des cabinets Pinay, Mendès France, Guy Mollet et Bourgès-Maunoury. (Who’s Who in France, 1989-1990). Il disposait d’archives privées assez abondantes, qui ont été détruites par incendie vers 1988-1989, et dont un double incomplet figure auprès des Équipes ouvrières du MRP. « Petit homme chétif, d’aspect mélancolique et d’une évidente bonne volonté (il)... avait de la finesse ». L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 90.

104 Jacques Duclos s’en gausse à la Commission des finances de l’Assemblée nationale : « On parle d’une paire de chaussures qui doit durer un an, d’un complet de 3 000 F qui va durer quatre ans... Je voudrais bien voir ceux qui vont se promener quatre ans avec le même complet ! » AEF, Petsche, 1 A 405. Audition de Maurice Petsche, 21 juin 1950, p. 25.

105 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 86-90.

106 « Il avait au cours des travaux inventé une formule passe-partout qui « avait suscité l’étonnement puis l’amusement des dirigeants ouvriers. C’était : “ Je ne vote pas ”. “ Êtes-vous pour ou contre ? ”. “ Vous vous abstenez ? ”. “ Non, non, je ne vote pas ! ” » L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 86-90.

107 Entretien téléphonique de l’auteur avec Paul Bacon, Gimont (32)-Levallois (92), le 27.05.1994.

108 AEF, Cusin 5 A 14, Circulaire du 17 janvier 1948.

109 AEF, Cusin 5 A 14, Comité économique interministériel du 27 février 1948.

110 AEF, Petsche 1 A 405, ministère des Finances et des Affaires économiques, Direction des programmes, Note du 5 avril 1950 sur les salaires agricoles, 101 p., tableaux.

111 Idem.

112 AEF, Petsche 1 A 405. Idem.

113 La hausse des prix alimentaires en 1940-1948 ne doit pas donner l’impression d’une survalorisation factice : la nourriture est estimée aux prix de gros, elle ne dépasse pas un certain ratio du salaire et elle est de toutes façons compensée par le prix modique des logements.

114 Le SMIG est majoritairement urbain, mais il s’applique aux salariés non agricoles des communes inférieures à 2 000 h : employés de commerce, de mairies, chauffeurs, mécaniciens, commis etc.

115 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 265.

116 Cf. supra.

117 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 93.

118 La loi des apparentements qui combine de manière spécieuse scrutin majoritaire et proportionnel, la querelle scolaire autour des subventions à l’enseignement libre, la crise coloniale dénouent peu à peu l’association entre MRP et SFIO. La Chambre de 1951-1955 donne environ un sixième d’élus pour PCF, SFIO, RGR, MRP, Modérés et RPF, produisant aussi bien des majorités de centre-droit (1951-1954) que de centre-gauche (1954-1955) de part et d’autre de la crise indochinoise de 1954.

119 Mise au point rapide et commode dans Le Monde daté du 5/6 juillet 1992, p. 2, Il y a quarante ans, La création de l’échelle mobile des salaires, J. M. Normand. L’article s’appuie sur les exemplaires du Monde pour l’année 1952.

120 267 voix contre 216. La crise du RPF, dont une partie a rejoint les rangs du gouvernement Pinay et la perspective des vacances parlementaires ont, semble-t-il, accéléré la décision.

121 Méthode définie dans Jean Marczewski, Inflation et chômage en France, Economica, 1977, p. 3. L’écart est estimé par la différence entre la valeur nominale d’une donnée pour l’année courante et sa valeur constante aux prix de l’année précédente.

122 Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38, donne des moyennes annuelles. Exemples : 1948 = 2 027 milliards de F, 1952 = 4 188, 1956 = 6 585 (écarts de 2 à 8 % avec la série au 31 décembre de l’année).

123 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986, p. 265, propose la série brute et la série corrigée des variations saisonnières. L’écart est faible.

124 La série M1 correspond aux usages des années cinquante et la série M3 corrigée (Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 39) donne en 1949 = 3 199 milliards de F, en 1952 = 5 027 et en 1956 = 8 329, soit 18 à 25 % de volume monétaire supplémentaire par rapport à M1 en moyenne annuelle.

125 Cf. Chapitre 3.

126 Sources sur l’échange des 5 000 F : AEF, B 19 396 et 37. Banque de France, Procès-verbaux du Conseil général, passim année 1948. H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, p. 176. F. Bloch-Laîné, Profession fonctionnaire, p. 83 et 101. V. Auriol, Journal du septennat, 1948, passim.

127 P. Cathala, Face aux réalités, 1947, p. 143. Même les autorités financières d’Occupation y songeaient. La note Courtin-Moënick du 5 août 1944 envisageait l’échange des 5 000 F comme un moindre mal par rapport à un échange généralisé de M1 (AEF, B 18 675). Les PPF (Doriot), dans leur retraite vers l’Allemagne, se spécialisaient dans le hold-up de ces caisses à forte valeur fiduciaire.

128 J. Moch, Une si longue vie, (Mémoires), p. 290-299, évoque à peine cet épisode.

129 Le gouverneur insiste sur les réserves rie billets (340 milliards de F en coupures de nouveaux 5 000 F et de 1 000 F) et sur les capacités de production (30 à 40 milliards par mois pour les 1 000 F), à comparer avec les 320 milliards de 5 000 F en circulation. La Banque est dispensée de publier son bilan pendant 4 semaines et le contrôle des changes limite à 4 000 F par personne le montant maximum autorisé pour un séjour extérieur.

130 La suppression du cours légal s’effectue par décret si c’est l’Institut qui le demande, par loi si c’est le Gouvernement. (Statut de la Banque, article 101.)

131 Par exemple, le Bulletin de Documentation du marché du Blé, entre le 24 janvier 1948, « Culbute finale ou redressement ? » et le 14 février « Dernières cartes ».

132 La police aurait récupéré 4 millions de F illicites autour de la gare de l’Est et un cultivateur nivernais aurait incendié 100 billets de 5 000 F (Figaro du 4 février 1948). En écho, l’essentiel de l’échange est terminé le lundi à midi à Lyon, Tours, Saint-Étienne et Grenoble (rapports des TPG).

133 Les frais sont évalués à 150 F par déposant, ce qui représente environ 500 millions pour les banques (3 millions de bordereaux), 250 millions pour la Banque de France, qui supporte les frais de destruction/ impression des 5 000 F et peut-être 150 millions de F pour les agents des guichets publics.

134 Des dizaines de banques sont interrogées par le Trésor qui voit des encaisses suspectes de 5 000 F se constituer dans leurs bilans entre le mardi 27 et le mercredi 28 janvier, signifiant peut-être que les billets de 5 000 F ont été acceptés le jeudi matin 29 et les bilans rétrospectivement « corrigés ». Une banque commerciale de Lille bataille ainsi un an avant d’être absoute par le Trésor pour ces dépôts ultimes de « bons clients ». Une banque de Nantes est en revanche sanctionnée pour 500 000 F de dépôts illicites.

135 20 000 cas sont recensés, soit 300 par département, portant sur une moyenne de 5 billets : marins en mer, héritiers de coffres-forts scellés, personnes grabataires ou hospitalisées, voyageurs, etc. Les oublis sont écartés par l’Administration, les personnes visiblement de bonne foi sont indemnisées, des commissions départementales sont mises en place pour les cas litigieux. La majorité des 500 millions de F de retard rentrent dans leurs fonds.

136 Rédigée par Maurice Lauré, inspecteur des Finances, qui réfléchit alors sur la TVA. La note précise que les personnes physiques ou morale ayant opté pour une fiscalisation « forfaitaire » fraudent dans l’impôt sur le chiffre d’affaires, celles qui souscrivent une déclaration « réelle » plutôt dans l’impôt direct sur les sociétés.

137 H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, p. 177.

138 AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949, p. CB 210.

139 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 101.

Table des illustrations

Titre Tableau 126Ventilation politique des ministères économiques et sociaux (1948-1952)(principaux gouvernements)
Légende Source : P. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin, 1971, Annexe, p. 815-818.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 127Évolution des prix de détail français de 1950 à 1956
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 128Budgets français (1949-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 298
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 129Emprunts publics nationaux (1944-1993) Rendements comparés
Légende Source : AEF, Pleven 5 A 7 ; 1 A 178 et B 23503-508 ; Le Monde, 11 juillet 1993.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 130Croissance économique (1950-1956), pour mémoire
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 131Masse salariale (1949-1956), pour mémoire
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 132Masse salariale et salaires (1949-1956), pour mémoire
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254, 260, 356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 133Évolution comparée des salaires mensuels, toutes catégories (1949-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260-267.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 134Salaires ouvriers mensuels (1949-1956), pour mémoire
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 135Incidence d’une hausse de + 10 % des salaires sur les coûts globaux des secteurs économiques (en %)Moyenne : + de 5 %
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Tableau 136Premières estimations contemporaines de la masse salariale (1938-1949)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Tableau 136 (suite et fin)
Légende Source : AEF, Petsche 1 A 405, Niveau des salaires, des prix et de la production, Note de la Direction des programmes du ministère des Finances, 25 p., 23 septembre 1949.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 137Salaire minimum 1938-1956 pour la région parisienne
Légende Source : AEF Cusin 5 A 28-29 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 265.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 138Masse salariale dans l’agriculture (1938-1949) A. REVENUS SALARIAUX DES EMPLOYÉS AGRICOLES
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 138 (suite et fin)B. DÉPENSES DES EMPLOYEURS AGRICOLES
Légende Source : AEF, Petsche 1 A 405, Revenus salariaux et dépenses sociales en agriculture, Note de la Direction des programmes du ministère des Finances, 101 p., 15 avril 1950.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 139Masse monétaire, 1948-1956, pour mémoire
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 140Calendrier de remboursement des billets de 5 000 F en 1948
Légende Source : AEF B 19936-37.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 141Dépôts de billets de 5 000 F par catégorie socioprofessionnelle (1948)
Légende Source : AEF B 19936-37.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2572/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable