Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre III. Stabilisation et ouverture 1948-1952

Introduction du Livre III

Texte intégral

1Les années 1948 à 1952 marquent un second tournant dans l'histoire de l'après-guerre. Si les orientations essentielles de la Libération n'ont pas été remises en cause, notamment le rôle colbertien de l'État, le primat d'une croissance quantitative, le souci du plein emploi à revenus socialisés et en hausse, elles ont néanmoins subi une inflexion néo-libérale qui les situe désormais au sein de l'OECE à mi-chemin entre les options américaines, allemandes ou italiennes et les choix britanniques ou Scandinaves. Le glissement du centre de gravité politique depuis le centre-gauche vers le centre-droit n'est pas étranger à ce phénomène, mais les liens sont également assez étroits avec les développements de la guerre froide, que ce soit la mise en place du plan Marshall ou la pression de l'opposition communiste. Nous allons tenter d'examiner les facteurs d'évolution de la politique économique générale au regard de l'inflation puisque le rythme annuel de progression des prix descend de + 55 % en 1945-1948 à + 10,5 % en 1948-1952. Une analyse des actions publiques spécifiques suivra ce premier volet, afin de mesurer les aspects stabilisateurs de la politique budgétaire, de la régulation salariale, des flux monétaires. Il sera alors temps de dresser un tableau récapitulatif des éléments de la crise inflationniste d'après-guerre et de leur imputation éventuelle auprès des groupes d'agents économiques.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540