Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre II. La crise inflationniste de 1944-1947. Accommodement ou connivence

Chapitre IV. La politique économique : une production prioritaire, une stabilité des prix secondaire

Texte intégral

I. LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE GÉNÉRALE EN 1944 : UNE COMMUNAUTÉ D’INTENTIONS ANTI-INFLATIONNISTES ?

1La période 1944-1947 se marque par une hausse des prix très rapide, surprenant l’opinion et les pouvoirs publics. Même si la crise des prix se prolonge jusqu’en automne 1948, la politique économique suit une orientation identique, de l’été 1944 à l’automne 1947. La question des prix n’est alors pas prioritaire, elle passe au second rang derrière les objectifs de reconstitution économique.

2Dirigeants et opinion sont partagés sur l’orientation majeure de la politique économique, dont les options « interventionnistes » s’émoussent progressivement au profit de pratiques néo-libérales. Les clivages entre libéraux et dirigistes ne séparent pas la droite de la gauche, mais opposent une nébuleuse amarrée au centre-gauche (SFIO - MRP) aux communistes et à la droite libérale et conservatrice. C’est l’esquisse de la Troisième Force. Ces trois ou quatre années sont aussi celles où s’élabore la guerre froide, dont les développements rendent de plus en plus difficile le fonctionnement du tripartisme et incitent aux choix d’une diplomatie atlantique.

3Les tensions sociales identifiées dans les chapitres précédents préparent une compétition serrée quant à la répartition du revenu national. La masse monétaire progresse plus rapidement que les prix jusqu’en 1943-1944, avant d’être rejointe en 1946. La crise des prix se double d’une crise budgétaire des agents, dont les dépenses surpassent les recettes. Les ménages salariés ripostent par des demandes d’augmentation, les ménages-entreprises relèvent leurs prix de vente ou pratiquent soultes ou marché noir, l’ensemble des agents nationaux achète à l’extérieur plus qu’il ne vend, creusant le déficit commercial et celui des paiements courants ; l’État lui-même présente des comptes déséquilibrés depuis au moins 1938, entraînant un recours à l’emprunt qui monopolise les actifs bancaires et enchérit les dépenses publiques, offrant aux ménages comme aux entreprises l’image et le modèle d’une situation non maîtrisée.

4Ces facteurs concourent à une crise généralisée des prix. L’opinion tend à considérer le phénomène avec fatalisme, comme le prix implicite à payer pour la guerre ou les retards de l’entre-deux-guerres, et la société demande le retour des quantités à la normale, quel qu’en soit le prix ! Les tableaux suivants rappellent ici brièvement le cadre de l’évolution conjoncturelle.

Tableau 78
La conjoncture française de 1944 à 1947

Tableau 78La conjoncture française de 1944 à 1947

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.

5D’août 1944 à décembre 1947, les prix sont multipliés par 4,5 soit une progression moyenne de + 56 % par an. Les prix agricoles conduisent le mouvement surtout après 1945. Le revenu national revient laborieusement de 1944 à 1947 au niveau de 1938, avec une avance de l’industrie sur l’agriculture. Certains secteurs industriels comme les constructions mécaniques se reconstituent très vite, tandis que charbon, acier et ciment atteignent seulement en 1947 leur niveau de 1938, les productions agricoles enregistrant une rechute importante de 1946 à 1947.

  • 1 Voir bibliographie : Politique économique, Budget et Finances publiques, Monnaie et Politique monét (...)

6L’examen de la politique anti-inflationniste, lorsqu’elle a effectivement existé, ne peut se limiter à l’analyse de la politique des prix. D’une part, elle se lit dans la politique économique générale dont les objectifs, les moyens et les résultats agissent sur le niveau des prix, d’autre part, la crise des prix étant également produite par l’évolution de l’offre globale (commerce extérieur inclus), des salaires, des flux budgétaires et monétaires, il paraît difficile de les négliger. Comme il était impossible d’analyser l’ensemble de ces données dans le détail, nous renvoyons le lecteur aux études spécialisées1pour chaque aspect de la question et nous centrons notre travail sur la politique économique et la politique des salaires.

A. LE LEGS DE VICHY

7Le dernier ministre des Finances, Pierre Cathala (1888-1947), avocat, condisciple de Pierre Laval en faculté de droit et présent à divers titres dans les cabinets de 1930-1932 et 1935-1936, conserve la stratégie économique de son prédécesseur Yves Bouthillier (1901-1977). L’idée est d’honorer le paiement de l’indemnité d’Armistice malgré sa lourdeur – près de 60 % des masses budgétaires sur la période 1940-1944 –, malgré la dépréciation du franc, qu’elle soit interne du fait de la hausse des prix (triplement entre 1938 et 1944) ou externe du fait d’un taux de change aggravé en faveur du Reich (1 Reichsmark pour 20 F français contre 1 RM pour 12 FF en 1939 et 16-17 FF au taux de change réel), et malgré la crise des recettes fiscales due à la situation de belligérance et de pénurie. Contraint de délivrer d’énormes moyens de paiement, environ 860 milliards de F courants entre 1940 et 1944, le Trésor est obligé de mettre en place un système de collecte assez coercitif de l’épargne, auprès des banques commerciales comme de la Banque Centrale qui avancera plus de 400 milliards de F. Les Finances appellent cela « le circuit ».

  • 2 Les consommations de services ne sont pas rationnés : enseignement, soins de santé, hôtellerie, bla (...)
  • 3 Voir aussi : R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Gallimard, 1984, V, p. 256-270.

8La politique économique de l’État français prolonge sur le plan conjoncturel les choix de la IIIe République finissante : depuis septembre 1939, instruits par l’expérience de 1914-1918, les pouvoirs publics ont décidé le blocage des prix et des salaires ; au printemps 1940, le rationnement est institué pour les produits alimentaires puis industriels2. À côté de cela, le régime tend à « organiser » la production et la société, envisageant des dispositions qui s’apparentent à la planification centralisée pour la production et à l’institutionnalisation de groupes socioprofessionnels sur un mode très hiérarchisé (comités d’organisation, corporation nationale paysanne) pour la structure sociale3. Les gouvernements d’armistice sont d’abord préoccupés par la valeur du franc et par la stabilité des prix, même si les méthodes choisies ne lèvent pas toutes les interrogations sur leur efficacité réelle.

  • 4 Les prélèvements atteignent environ 1/5 à 1/4 du PIB courant sur la période 1940-1944, mais leur po (...)
  • 5 Une simple remarque : la reconstitution des disponibilités « d’avant-guerre » en 1918 avait demandé (...)

9Assez vite, une partie croissante de l’opinion constate qu’une fraction intéressante4et croissante du revenu national est destinée au Reich et que l’autarcie disciplinaire imposée au tissu économique et social bénéficie sensiblement aux occupants. Contrôle des salaires et des prix, choix budgétaires et monétaires semblent d’abord être utiles à un ennemi impitoyable et contribuent à dégrader leur propre crédibilité. Si techniquement « le circuit » est anti-inflationniste, politiquement il aggrave en les retardant les tensions à la hausse, puisqu’il réduit la confiance que les agents lui portent. On retire l’impression que le ministère des Finances en 1943-1944 imagine mal une inflation d’après-guerre forte et durable, et prévoit la poursuite des contrôles jusqu’à la stabilisation des quantités offertes au niveau de l’offre5, envisageant plutôt l’emprunt classique pour stabiliser les avoirs monétaires en bons du Trésor.

B. LA RÉSISTANCE INTÉRIEURE : LE PRAGMATISME LIBÉRAL DU COMITÉ GÉNÉRAL D’ÉTUDES

  • 6 Diane de Bellescize, le Comité général d’études de la résistance, thèse de droit, 1974. Publiée sou (...)
  • 7 Claire Andrieu, Le programme commun de la Résistance, Éditions de l’érudit, 1984, p. 174.
  • 8 J. Fauvet, La IVe République, Le livre de poche, 1971, p. 36.

10L’essentiel du travail de prospective économique intéressant notre sujet a été réalisé par le « Conseil d’État » des experts du Conseil national de la résistance, le Comité général d’études6. Le CNR lui-même ne semble pas avoir produit de document sur la question. Son programme du 15 mars 1944, assez proche des thèses du PCF et de la SFIO, néglige ouvertement la question des prix au profit de celle des salaires. Le paragraphe sur le sujet7évoque la « garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie », soit le pouvoir d’achat d’abord, la stabilité de la monnaie ensuite. Crûment, Jacques Fauvet note « que les résistants oublient qu’une économie n’est solide que si elle repose sur une monnaie et sur un État »8.

11René Courtin, professeur d’économie à l’Université de Montpellier, principal auteur du Rapport sur la politique économique d’après-guerre, présente une esquisse de politique à moyen terme pour le temps de la reconstruction-modernisation, guidée par l’État à travers un Comité économique interministériel, un ministère de l’Économie nationale moins puissant que dans le projet Mendès France, et de progressives nationalisations. Les contrôles subsisteraient logiquement jusqu’à la fin des pénuries. L’agriculture serait assez vite rendue à elle-même sans action publique particulière, le commerce incité à la concentration et l’industrie pressée de s’équiper. Les investissements industriels sont prévus par l’emprunt direct des entreprises sur le marché financier – « épargne privée » – et non par apport de fonds publics, eux-mêmes issus d’impôts ou d’emprunts. La question des prix et des salaires n’est pas évacuée. La Libération supposerait trois mesures simultanées, un relèvement immédiat de 20 % des salaires, une augmentation non chiffrée des prix et « une grande opération monétaire ». Ce dernier thème n’est pas précisé, autant en raison de l’éloignement de la délivrance métropolitaine que de la décision de réserver le sujet à un rapport séparé et ultérieur. Ce rapport ne fut pas adopté par le Comité français de libération nationale, lui-même divisé autour des choix de Mendès France, qui fait sentir son hostilité.

  • 9 Le secrétaire général, en l’absence de ministre exercerait ses fonctions. Dans la réalité, les deux (...)
  • 10 AEF, B 18 675, Note sur la politique monétaire, 89 p., anonyme, (vraisemblablement R. Courtin et E. (...)
  • 11 « Il n’est pas toujours exact que les phénomènes monétaires tiennent la première place et notamment (...)

12À la Libération, le CNR désigne René Courtin comme secrétaire général9à l’Économie nationale et E. Mönick comme secrétaire général aux Finances. Tous les deux vont rédiger un projet de politique monétaire10 assez pondéré, daté du 5 août 1944, qui a été écarté par Mendès France et Lepercq. Ce travail distingue trois thèmes, les prix, les salaires et le ravitaillement et celui des prix est considéré comme prioritaire, même s’il est lié aux deux autres. La question des réformes de structures semble devoir être repoussée à plus tard. Partant d’une analyse du niveau général des prix11qui dépasse la thèse quantitative, ils estiment que la crise des années 1943-1944 tient d’abord à « la masse des richesses disponibles » et à « l’attitude des producteurs ». Plusieurs moments de l’action sur les prix peuvent être distingués :

    • 12 On retrouve ce thème plusieurs fois dans les archives de l’époque : l’arrivée des libérateurs perme (...)

    dans l’immédiat, pour « peser sur les prix des vivres » (p. 80), on peut approvisionner largement les marchés avec des apports américains supposés convenus. La fin des exigences allemandes, conjuguée à une bonne récolte en fruits et légumes, peut exercer des pressions contagieuses à la baisse12et « dégonfler les prix du marché noir ». Cette action ne peut se prolonger longtemps.

  • à court terme, le gouvernement aurait avantage à laisser monter les prix officiels. D’une part, « la politique de taxation a lamentablement échoué » (p. 81), d’autre part, la hausse des prix encourage le producteur, tout en allégeant la dette. Alors que les indices officiels confidentiels évaluent la hausse à 2,75 fois le niveau de 1938, la note estime que le relèvement pourrait tolérer une stabilisation à 3 ou 4 fois ce niveau. Le réajustement concernerait les seuls prix agricoles, en distinguant comme en Belgique, des livraisons obligatoires à bas prix et une commercialisation de surplus à prix libre. Les subventions budgétaires seraient ainsi amenées à une disparition progressive.

    • 13 En avril 1944, ils atteignent selon les statistiques du Travail, c’est-à-dire hors salaires « noirs (...)

    à moyen terme, le contrôle des prix demeure en place tant que les prix et les quantités n’auront pas trouvé « un équilibre satisfaisant ». Le Contrôle doit être moins répressif que vigilant ; « c’est une question d’autorité » (p. 71). Les salaires, pour les « masses ouvrières exaspérées par la misère » (p. 60) ne seront augmentés qu’en rapport avec la durée du travail et « les résultats obtenus dans le domaine des prix », jusqu’à 2,5 fois le niveau de 193913.

  • 14 Cf. Michel-Pierre Chélini, « L’emprunt de Libération nationale en France (automne 1944). Solution b (...)
  • 15 Discours du général de Gaulle à l’Assemblée consultative d’Alger, 25 juillet 1944. Dans De Gaulle, (...)

13En complément à la politique de stabilisation des prix et des salaires, doit prendre place une action de politique économique et de finances publiques : un plan d’outillage national sur quatre ou cinq ans et le contrôle du commerce extérieur pour classer les priorités de flux accompagneront une discipline budgétaire exemplaire, par modération des dépenses ordinaires et dissociation des dépenses extraordinaires de reconstruction (ce qui sera fait en 1947-1948) d’un côté, par diminution des impôts directs au profit des impôts indirects sur les transactions et les profits illicites de l’autre côté. L’insuffisance de l’impôt conduit à prévoir un emprunt (p. 85) dit de Reconstruction14portant 3 % d’intérêt et assorti d’engagements de stabilité budgétaire. Avec cette proposition, les deux experts prennent le contre-pied des projets Mendès France du 24 février 1944 et refusent l’échange des billets15.

  • 16 Les billets de 5 000 F représentent 100 milliards de F soit 1/6 de la circulation fiduciaire et ont (...)

14La politique monétaire à suivre doit reposer, à leurs yeux, sur l’idée classique de « confiance ». Un échange doublé d’un blocage est injuste, car les billets sont anonymes, inefficace, car il réduit les encaisses des entreprises et des ménages et non celles de l’État, impossible sur le plan technique et déstabilisant sur le plan politique. Les auteurs penchent plutôt en faveur d’une utilisation de cette masse monétaire considérable au profit de l’État ou des entreprises par l’emprunt ; on retrouve la théorie du circuit. Par concession à l’esprit du temps et pour sanctionner symboliquement le marché noir, ils acceptent avec réserves un échange des billets de 5 000 F16sans impôt, sur comptes bloqués mobilisables par l’État en vue de rembourser les avances de guerre de la Banque de France. Pour éviter « l’atteinte au crédit du billet », ils préconisent un emprunt forcé pour ces coupures, séparé de l’emprunt de Libération. Parmi les propositions, certaines ont été retenues séparément comme l’emprunt budgétaire à la place de l’échange monétaire ou la séparation comptable du budget extraordinaire de Reconstruction.

C. MENDÈS FRANCE : PLANIFIER, NATIONALISER, BLOQUER, UN PROGRAMME INDIVISIBLE ET SPARTIATE

  • 17 Elle n’est pas conservée aux AEF dans les cartons concernant la Libération, B 33 002 notamment où f (...)
  • 18 Collection disponible à l’INSEE ou à la Bibliothèque nationale. A. Sauvy et Mendès France confirmen (...)

15Au travail dès novembre 1943, l’équipe Mendès France aboutit le 24 février 1944 à la Note sur les questions monétaires et financières (période immédiatement postérieure à la Libération)17qui résume en une vingtaine de pages les projets du Commissariat à l’intention du président du CFLN et de ses membres. La documentation statistique est très convenable et le cabinet utilise le Point Économique18, trimestriel et confidentiel, issu de l’Institut de conjoncture (A. Sauvy) du Service national de statistiques. L’introduction oppose une hypothèse keynésienne d’écart inflationniste et des conclusions monétarisantes : « La disproportion entre la masse des moyens de règlement et le volume des marchandises disponibles constituera une situation exceptionnelle, de nature à provoquer des troubles monétaires profonds. » L’offre restera longtemps insuffisante face à une demande armée de liquidités excédentaires. Il faut ajouter les phénomènes de psychologie collective : de nombreux prix officiels « ne sont pas pris au sérieux par une fraction de la population », la majorité de l’opinion estime que « la Libération va entraîner la suppression des contraintes », une hausse de salaires risque d’être « réclamée en même temps ». Comme il s’agit « d’empêcher la course sans fin entre les prix et les salaires », la politique des prix est affectée d’une « extrême importance ».

16Deux grands domaines d’action sont distingués : le ravitaillement et la monnaie. Alors que le ravitaillement lui échappe (Note du Commissariat à la production et au ravitaillement en date du 9 février 1944), le cabinet Mendès France va développer à l’excès les objectifs monétaires au point d’en faire un plan monétaro-centrique. « La résorption des excédents monétaires constituera un objectif tellement important qu’il y aura lieu de le poursuivre par priorité sur tout autre but – sauf dans le cas où la reprise de la production ou le ravitaillement pourraient s’en trouver compromis. »

  • 19 Pléos : plein. Plèthos : abondance. Pléthorè : surabondance (étymologie grecque).
  • 20 Personne ne nie l’intention des ménages de retrouver leur niveau de dépenses actualisé de 1938, voi (...)

17La situation apparaît celle d’une « pléthore19 monétaire », expression appelée à faire fortune, mais introduisant des éléments d’inquiétude dans le débat politique et partiellement inexacte. En décembre 1943, les billets en circulation s’élèvent à 500 milliards de F et le volume des comptes à 260 milliards de F selon la Note soit un total de 760 milliards et une progression de trois fois par rapport à décembre 1939 (260 milliards de F). Les chiffres ne sont pas contestables, tout au plus le volume en compte est légèrement surestimé fin 1943 (239 milliards de F). En fait la Note commet deux erreurs de perspective. D’une part, elle néglige l’ensemble des liquidités, notamment les dépôts en caisse d’épargne et les bons du Trésor (576 milliards de F, fin 1943), bientôt les comptes en banque, pour se focaliser très vite sur la seule monnaie fiduciaire en billets, la plus connue de l’opinion. D’autre part, les chiffres de la masse monétaire réduits à ceux des seuls billets ne sont jamais comparés ni aux prix, ni au revenu national dont les premières tentatives de calcul ou les estimations générales figurent néanmoins dans les pages du Point Économique. La simple confrontation avec l’indice des prix devait permettre de relativiser un gonflement de la masse monétaire, certes accéléré mais imputable à la situation de défaite militaire vis-à-vis du Reich. De fin décembre 1938 à fin décembre 1943, le niveau général des prix officiels a progressé de 2,3 fois, celui de la masse monétaire globale de 3,7 fois, et celui de la circulation des billets de presque 5 fois. L’équipe d’Alger choisit avec un peu d’audace le dernier chiffre pour son caractère spectaculaire. Ces sommes sont largement thésaurisées, leur vitesse de circulation est très faible et, surtout, elles sont très inégalement réparties ce qui rend discutable le processus d’une demande des ménages à la fois massive et potentiellement solvable20par rapport à une offre pénurique.

18À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : l’équipe d’Alger propose blocage des comptes, échange des billets et impôts extraordinaires. Si l’extension juridique et la date du blocage ne sont pas encore arrêtées, l’intention est nettement affirmée d’immobiliser les moyens de paiement, notamment en compte. Ménages et entreprises feront ainsi l’objet d’un « rationnement » monétaire, auquel l’État n’est pas soumis. Une partie étant remboursée en bons du Trésor, nous avons là une technique complémentaire d’emprunt forcé. Les sommes seraient débloquées mensuellement en fonction des besoins. Blocage et échange s’accompagneraient de mesures fiscales extraordinaires à l’encontre des « profits illicites ».

19Le gouvernement doit commencer par tenir un discours ferme ; les émetteurs de la France Libre doivent cesser de confondre toutes les libérations et préciser qu’une « réglementation stricte restera en vigueur ». Dès la Libération, le gouvernement effectuera une déclaration de principe annonçant le maintien des « barèmes... de Vichy », et procèdera aux ventes de produits importés à prix officiels.

20Dans un second temps, quelques semaines après la Libération, l’amélioration du ravitaillement grâce à l’aide alliée permettrait un relèvement des salaires les plus modestes de + 20 à 30 %. Une fois le nouveau niveau des salaires enregistré par l’économie, certains prix de produits courants ou de petite industrie pourraient être relevés pour encourager les producteurs ; des subventions sont prévues pour amortir leur répercussion au stade détaillant car le public doit n’apercevoir que la stabilité ; les entreprises elles-mêmes devraient faire l’objet d’une surveillance discrète du niveau et de la destination de leur encaisse notamment par l’encouragement à souscrire des bons du Trésor.

21Quelques semaines après la Libération prendraient effet échange des billets et blocage des comptes pour apurer la situation fiduciaire. Au bout d’un an, peut-être de 18 mois, à la suite d’ajustements trimestriels des salaires modestes, prix et salaires se retrouveraient à un niveau d’équilibre comparable à celui de 1939 ; les prix officiels auraient été augmentés de + 34 % en un an et les salaires de + 47 %, soit aux indices 300 sur base 100 en 1939. C’est alors seulement que des négociations seraient entreprises avec les Anglo-Saxons pour fixer le nouveau taux de change du franc.

22Le plan Mendès France est intéressant et se place d’emblée en perspective anti-inflationniste. Il n’aura pas son pareil avant le plan Mayer de décembre 1947. Il suppose cependant une autorité politique sans faille et une cohésion entre les partis autour des nationalisations ou du plan, qui placeraient le ministre de l’Économie nationale en position de vice-président du Conseil. Il suppose également résolu le problème du ravitaillement, alors que les besoins alimentaires ne sont effectivement couverts qu’à 60 ou 70 % par l’agriculture hexagonale. Il suppose enfin que l’opinion publique accepte le rationnement monétaire inouï des ménages et des entreprises, avec des paliers de décompression pour sortir lentement du contrôle généralisé. C’est peut-être le principal défaut de ce projet : il renforce les contrôles, ce qui lui donne un caractère parfaitement rationnel et parfaitement utopique. De manière diffuse, les commissaires du CFLN se demandent si le niveau général des prix ardemment défendu par cette jeune équipe dont l’âge moyen est de trente-cinq ans, mérite une telle attention...

  • 21 P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 33. Lettre du 30 mars 1944 à Georges Boris.
  • 22 De Gaulle, Discours et Messsages, I, p. 458.
  • 23 De Gaulle, Mémoires de guerre, II, p. 215-216.

23Ce projet suscite assez vite une forte opposition, Mendès France écrivant même à Georges Boris qu’il le « soutient à peu près contre tout le monde »21. Fin juin, le CFLN devenu GPRF, arrête les dernières dispositions pour la Libération. Après de savants arbitrages, la coordination de la politique économique est confiée à Paul Giacobbi, nouveau commissaire au Ravitaillement ; il fait appliquer les relèvements salariaux décidés (autour de + 30 %) et maintient bloqués les prix industriels et agricoles ainsi que leurs rationnements respectifs. Revenu des États-Unis, le général de Gaulle prononce pourtant le 25 juillet22 un discours aux accents mendésistes : « Par le rationnement, le maintien des prix, la restriction des signes monétaires, la direction des importations et des exportations, le contrôle du crédit, la fixation des salaires, le gouvernement entend attendre, sans laisser se déchaîner l’inflation ni la disparition des denrées, le moment où la production et les possibilités du commerce extérieur auront atteint le niveau qui permettra à l’offre de se rapprocher de la demande. » Plus tard, le général de Gaulle écrira qu’entre « laisser faire » et tout « bloquer à la fois », le « Comité de libération adopte une solution moyenne... échanger les billets, taxer les enrichissements, confisquer les profits illicites, réglementer les comptes en banques » mais aussi « un grand emprunt... une augmentation substantielle des salaires... (30 %)… une première aide américaine »23.

24Deux conclusions peuvent se dégager. D’un côté, il est clair que la question des prix est une préoccupation majeure ; de l’autre les choix anti-inflationnistes de la majorité des experts ou des intervenants répugnent à une opération monétaire liée à une centralisation complète de la décision économique. Que ce soit en métropole ou à Alger, dans les bureaux ou dans les coulisses, une voie moyenne se dégage en faveur du maintien des contrôles jusqu’à stabilisation de l’offre au niveau de la demande, de l’emprunt plutôt que de l’échange, des nationalisations opératoires sans planification. Quelques inquiétudes peuvent cependant être formulées quant à la politique des salaires, pour lesquelles des relèvements minimaux de 30 % sont prévus. Il ne s’agit pas de contester le retard des salaires sur les prix, mais de souligner la contradiction entre l’augmentation brutale des uns et le blocage des autres et le risque élevé de dérive à la hausse par effet de surenchère entre secteurs ou qualifications, sans omettre le surcoût implicite mais jamais chiffré de la protection sociale. Parallèlement, les choix budgétaires restent flous, puisque le général de Gaulle accorde la priorité à la poursuite de la guerre dans une perspective de maintien français dans le concert des nations, sans que le coût de l’opération soit estimé. Crise des salaires et crise budgétaire suffiront à transformer la hausse des primeurs à partir de mars 1945 en mouvement exponentiel des prix.

II. LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE EN 1944-1945 : LA CONTROVERSE MENDÈS FRANCE-PLEVEN ET LES CHOIX INCERTAINS DU GOUVERNEMENT PROVISOIRE

A. LIBÉRALISME OU DIRIGISME ? DEUX COURANTS D’OPINION, DEUX MINISTÈRES CONCURRENTS

  • 24 Les représentants d’un parti occupent 13 ministères, les non-inscrits 9 ; les résistants métropolit (...)

25Après la libération de Paris, le général de Gaulle, confirmé dans ses fonctions par les représentants des anciens partis, procède au remaniement du gouvernement provisoire le 10 septembre 1944. Majoritairement composé de personnalités politiques nouvelles, avec un fort avantage aux résistants de l’intérieur24, ce nouveau GPRF de 22 ministères sans secrétariat d’État renforce le groupe SFIO (4), radicaux (4), MRP (3), PCF (2) par 9 titulaires non inscrits et un modéré. Les ministères « économiques et sociaux », dont sont absents les MRP, échoient majoritairement aux radicaux – Mendès France à l’Économie, Giacobbi au Ravitaillement, René Mayer aux Transports - Travaux Publics – et aux socialistes : Tanguy Prigent à l’Agriculture, Lacoste à la Production industrielle, A. Parodi au Travail. Deux exceptions : François Billoux, PCF, est nommé à la Santé-Population et, surtout un non-inscrit, cadre d’entreprise et résistant, Aimé Lepercq prend les Finances.

  • 25 IFOP, Sondages, 1er février 1945.

26La production intérieure atteint 50 % du niveau de 1938. Plus de 500 000 morts, bientôt 600 000, sont à déplorer, près de 2 millions d’immeubles sont endommagés ou détruits, l’opinion est partagée entre une grande lassitude immédiate et une grande espérance à moyen terme ; voilà les principaux éléments que le GPRF doit intégrer à ses projets. Sans oublier cette lancinante question du rôle que doit désormais jouer l’État dans le fonctionnement économique pour cette reconstruction-modernisation : libéralisme ou dirigisme ? En termes tranchés, et alternatives radicales, les deux courants laissent une faible place aux projets nuancés et pragmatiques. En décembre 194425, le public émettait une légère majorité de réponses « libérales » (41 %) contre 39 % en faveur de « l’économie dirigée » et 20 % de « sans opinion ».

  • 26 Dans le ministère des Finances, l’épuration fut très légère, ne touchant que deux directeurs ou che (...)
  • 27 En fontion des destructions (1 500 milliards de F 1944) et des retards d’investissement. Le total d (...)

27Le général de Gaulle décide d’institutionnaliser cette division apparente en distinguant deux ministères, l’Économie nationale pour Mendès France et les Finances pour A. Lepercq. L’existence d’un puissant secrétariat général à l’Économie depuis 1940 facilite cette transition. Il convient cependant de noter en préalable que le retour en France libérée n’a pas convaincu le chef du GPRF de l’importance des questions économiques. Soucieux d’affermir d’abord l’autorité gouvernementale à travers consolidation administrative et épuration26, de promouvoir une diplomatie aux horizons internationaux et de rassembler sur sa personne le plus grand nombre de suffrages lors d’élections constituantes différées, le général de Gaulle envisage de se décharger sur les experts des problèmes financiers ou monétaires. La seule unanimité qui se fait alors jour est celle de moderniser la France très rapidement, peut-être en quatre ou cinq ans, mais personne n’a encore chiffré cette modernisation-là et le coût semble assez élevé27, supérieur aux capacités économiques intérieures, peut-être inflationniste... C’est ainsi que le général de Gaulle, après le refus de René Pleven, confie le ministère des Finances à Aimé Lepercq, plutôt qu’à Pierre Mendès France.

28Aimé Lepercq, dans le courant du mois d’octobre oriente plus nettement sa politique dans un sens néo-libéral, assez proche des projets Courtin-Mönick. Un accident malheureux lui ôte la vie le 9 novembre 1944 alors qu’il commençait la campagne de lancement de l’emprunt par une tournée dans le Nord. René Pleven lui succède avec une certaine continuité dans les options mais une programmation et une fermeté politiques moins rigoureuses.

29Progressivement, c’est le point de vue des Finances qui l’emporte sur celui de l’Économie nationale. Les Finances disposent, il est vrai, d’un support logistique nettement supérieur, non seulement avec 110 000 agents, dont l’inspection des Finances, contre 15 000 à l’Économie nationale, mais encore par la présence en leur sein d’une puissante triade administrative, les directions du Trésor, du Budget et des Impôts, qui conservent la maîtrise des flux financiers de l’État. Par rapport à cela, au nouveau ministère de l’Économie, les services des Relations économiques extérieures, du Contrôle ou des Prix font pâle figure et ceux qui étaient prévus pour planifier – la direction des Programmes – ou piloter le secteur vaste public prévu – direction de l’Organisation économique – restent à l’état modeste.

B. L’EMPRUNT AVANT L’ÉCHANGE

30Curieusement, les circonstances exceptionnelles, l’absence de Parlement élu et la situation d’apprentissage d’A. Lepercq ont fait qu’aucun discours de politique générale n’a été prononcé pour clarifier la politique économique du gouvernement. Les premières déclarations substantielles d’A. Lepercq tournent autour de l’emprunt début novembre 1944, avant son décès. La désignation de R. Pleven à la mi-novembre pendant l’emprunt suppose également un délai nécessaire au nouveau ministre pour prendre connaissance des dossiers. Nous voici à la mi-janvier... quand Mendès France déclenche un élargissement public de la controverse en remettant sa démission au général de Gaulle. Il faut donc attendre le 29 mars 1945 pour obtenir le premier discours de politique économique générale du ministre des Finances du GPRF, soit 7 mois après la Libération ! Ce type de pratique publique n’est pas de nature à rassurer l’opinion. Et l’inflation reprend brutalement vers le 15 mars 1945.

  • 28 Pour la question de l’emprunt, cf. M.-P. Chélini, L’emprunt de Libération Nationale en France. Solu (...)

31Dès l’origine le débat interministériel est faussé par la hausse des salaires de la deuxième quinzaine d’août 1944 et avalisé par le GPRF au début du mois de septembre. Prévue à + 20 % (Mendès France) ou + 30 % (Courtin-Mönick), elle atteint officiellement + 40 % dans les décrets, + 43 % dans les statistiques des prud’hommes et 50 % dans la réalité avec différents rattrapages, compléments sociaux et autres officialisations de salaires « noirs ». Cette disposition eût pu rester isolée, si le gouvernement avait montré plus de détermination et d’homogénéité dans les décisions ultérieures. Pendant deux mois, les ministres débattent plus ou moins explicitement de la question qui avait été prévue en premier rang : échange ou emprunt ?28

  • 29 L’approbation parlementaire n’est nécessaire que dans le cas de clauses additionnelles d’exemption (...)

32D’emblée, il est clair que la décision échappe à Mendès France. Administrativement tout le dispositif est entre les mains des Finances, ce qui est déjà un choix : l’échange suppose une convention avec la Banque de France et une ordonnance gouvernementale en l’absence d’Assemblée. Les conventions entre l’État et la Banque passent systématiquement par le Trésor... qui est resté aux Finances. L’emprunt est plus simple à mettre en œuvre puisqu’il ne nécessite pas d’acte législatif29 (ou d’ordonnance en l’absence de Parlement) et qu’il dépend aussi de la direction du Trésor. Même en cas d’échange, la décision appartient à la rue de Rivoli !

  • 30 La question de l’échange des billets recèle une documentation archivistique assez riche. Le dossier (...)
  • 31 Pour la Banque de France, compléter avec H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe Répub (...)
  • 32 Régulièrement, la Banque de France prive de cours légal tel ou tel type de billet et les retire de (...)

33C’est entre le 15 septembre et le 20 octobre environ que la préférence pour l’emprunt s’est imposée à lui. Le « débat libéralisme-dirigisme » n’a pas eu lieu dans les termes que l’on imagine, droite contre gauche, partis contre partis. Il s’est restreint à deux pôles – pour ne pas dire deux hommes –, les Finances et l’Économie, qui n’étaient alors pas en guerre ouverte, et, même, au cercle étroit du cabinet des Finances, sous la forme égrenée de « conciliabules essentiels ». Des motifs techniques interviennent. Échanger plus de 600 milliards de F de billets, même si l’on n’en restitue immédiatement que 300, suppose un approvisionnement préalable en nouvelles coupures30. Prévue par Mendès France depuis janvier 1944, l’opération ne peut pas réussir avec la seule Banque de France31 dont les capacités techniques pourraient délivrer les quantités demandées seulement six à douze mois après la Libération, délais de conception, fabrication et livraison inclus. Cela signifie un échange entre février et août 1945, trop tard pour Mendès France. L’idée d’une commande aux Anglo-Saxons s’impose donc et elle est réalisée en avril 1944, notamment auprès des maisons britanniques car les États-Unis, qui fabriquent par ailleurs des billets de moins bonne qualité, sont réticents pour laisser imprimer des vignettes monétaires au nom d’un CFLN qu’ils ne reconnaissent pas... La fabrication commence en août 1944 et les dernières caisses, retardées par la saturation du trafic maritime lors du deuxième semestre 1944, parviennent en janvier 1945. Au moment où le choix de l’emprunt prévaut sur celui de l’échange, les billets ne sont donc pas disponibles, aucune caisse n’étant arrivée en novembre 1944. Par surcroît, l’emprunt fait appel à une technique bien rodée depuis plus d’un siècle, n’oblige pas à des formulaires supplémentaires difficiles à acheminer par un réseau de transports segmenté et ne toucherait que deux à quatre millions de souscripteurs. À l’opposé, l’échange est inconnu de l’Administration32, suppose un lourd travail de manutentions et d’écritures et concernerait 13 millions de ménages et, avec des recoupements, 4 ou 5 millions d’entreprises et d’administrations.

34Une troisième raison militait aux yeux de Lepercq en faveur de l’emprunt : son caractère volontaire et « libéral ». L’échange supposait la contrainte et n’avait pas bonne presse ; il aurait lieu dans toutes les régions, où l’autorité de l’État restait parfois incertaine, dans les campagnes qui n’en voulaient pas, dans les villes où le monde ouvrier, les salariés modestes et les petites entreprises risquaient de créer des difficultés ; le puissant PCF avait fait savoir qu’il y était opposé. L’emprunt ne s’adressait finalement qu’à des catégories sociales paisibles, détentrices d’encaisses que l’on feignait de croire licites, électeurs gaullistes potentiels, de la droite aux radicaux en passant par le MRP. L’échange corse, commencé en octobre 1943, ne connaît pas un franc succès : les prix restaient indépendants de la masse monétaire et variaient en fonction de l’offre de denrées importées par bateau ; le cadastre attendu des fortunes liquides avait été faussé par la ventilation des plus gros avoirs entre plusieurs petits comparses ; surtout, l’opinion corse était mécontente.

  • 33 F. Bloch-Lainé ajoute : « Camille Gutt à Bruxelles, revenant avec un gouvernement considéré comme l (...)

35L’échange belge offrait des points de comparaison plus satisfaisants ; commencé le 6 octobre, terminé le 13, il avait diminué la circulation fiduciaire de 45 milliards, soit de plus d’un quart. L’opinion belge ne semblait pas mécontente, mais elle n’était qu’au début de l’expérience33.

  • 34 De Gaulle, Discours et Messages, op. cit., I, p. 508. et Mémoires de guerre, III, p. 47 et 143.

36De sérieuses raisons politiques s’ajoutent donc aux autres pour emporter la décision. Les sourdes divisions qu’engendrent ce débat pourtant feutré et la difficulté relative de mise en œuvre de l’échange font plutôt pencher en faveur de l’emprunt. Pour le général de Gaulle, l’occasion se présente aussi de mesurer sa popularité ; il parlera plus tard d’un « triomphe de la confiance »34, entendant par là qu’il envisageait l’emprunt comme une sorte de référendum financier.

37En quoi la solution de l’emprunt restait insuffisante ? Malgré d’indiscutables avantages que nous venons d’énumérer, il est clair qu’un emprunt classique était inadapté pour la circonstance. Dès le 18 octobre 1944, une ordonnance de « confiscation des profits illicites », qui rapportera de maigres rentrées, signifie que la décision d’Aimé Lepercq était prise en faveur d’une dissociation entre l’aspect financier-monétaire d’une part et l’aspect épurateur-fiscal d’autre part. Si l’emprunt finit par rapporter 165 milliards de F en six semaines – soit 40 % des dépenses totales ou 10 % de la dette publique – il ne fait que contenir la circulation fiduciaire sur un an (630 milliards de F en septembre-octobre 1944, 572 fin décembre 1944, 570 fin décembre 1945) et n’empêche ni le déficit de trésorerie (– 277 milliards de F fin 1944, – 308 fin 1945) ni l’inflation.

38L’évaluation des enrichissements frauduleux du temps de guerre a échappé à l’opération, puisque seuls 36 milliards de F (5 % des billets circulants) n’ont pas été présentés à l’échange et les souscripteurs de bons du Trésor anonymes ont pu tranquillement légitimer leur avoir liquide par une créance sur l’État, porteuse d’intérêt. Les départements qui ont le plus souscrit sont à la fois les plus urbains (Seine, Nord, Rhône), c’est-à-dire pourvus en industries et commerces, et les plus spécialisés dans l’activité agricole (Eure-et-Loir, Seine-et-Marne, Côte-d’Or, Vaucluse). Il est exact que les bénéfices de guerre sont ambigus dans la mesure où pénurie et hausse des prix avantagent les producteurs et où les avoirs frauduleux ne sont pas systématiquement immobilisés en liquidités. On peut noter également que les souscripteurs d’emprunt seront de fait partiellement dépouillés par l’inflation, mais cette érosion ne distingue pas les porteurs de bons malhonnêtes des autres.

  • 35 De Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., III, p. 49.
  • 36 L’Écho de la Finance, 28 septembre 1945 dit en substance que l’emprunt a évité l’impôt et que la ha (...)
  • 37 P. Mendès France, Lettre de démission au général de Gaulle en date du 18 janvier 1945, in AEF Pleve (...)
  • 38 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 79.
  • 39 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 73.

39Si le général de Gaulle estime rétrospectivement que « depuis la Grande Guerre, jamais une opération de crédit n’avait rapporté autant » et qu’il s’agit donc « d’un triomphe de la confiance que les Français ont dans la France »35, René Pleven se montre plus circonspect dans son bref bilan le 22 décembre 1944, et la presse financière, un an après l’émission, montre derrière les proclamations optimistes qu’elle n’est pas dupe36. Mendès France est fort mécontent. Politiquement, « l’emprunt n’aura été qu’un succès de prestige dont un gouvernement, présidé par (le général de Gaulle) n’avait pas besoin », financièrement, la somme aurait été vraisemblablement collectée en bons du Trésor « par l’effet d’un processus naturel de déthésaurisation... en cours depuis la Libération »37. Comme le note François Bloch-Lainé, la suite de la politique économique et budgétaire, précipitée aux portes de l’incohérence par la crise des prix après mars 1945, annonce, après son introduction sur le marché boursier, un avenir difficile au nouveau titre « dont on allait avoir ensuite bien de la peine à défendre le cours et que la Caisse des dépôts a dû, en grande partie, racheter »38. À ses yeux, « cet emprunt de la Libération » s’est avéré « inutile et malhonnête »39.

  • 40 Il est difficile de prétendre que les 2,3 millions de souscripteurs ne sont que des indépendants ou (...)

40Le débat n’est pas seulement technique, le choix de l’emprunt est critiquable en amont et en aval. En amont, les intentions de l’emprunt accordent quasiment une amnistie monétaire aux détenteurs d’avoirs frauduleux, dès lors que les bons sont anonymes et que des commissions de profits illicites vont siéger avec une efficacité discutable. Si l’épuration peut être clémente avec la vie des hommes, pourquoi serait-elle plus indulgente avec les biens qu’ils possèdent ? En aval la crédibilité gouvernementale en matière de politique économique s’en trouve écornée ; puisque les pouvoirs publics ont été, malgré leurs intentions annoncées, débonnaires avec les hausses de revenus salariaux (août 1944) puis avec les revenus non salariaux40 (octobre 1944) peut-être que les autres contrôles ne seront pas aussi rigoureux que prévus...

  • 41 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 81-82.

41L’opinion n’aurait certainement pas goûté avec agrément un échange monétaire, mais en aucun endroit du globe où ils se sont pratiqués – les Américains en ont réalisé plusieurs en Asie du Sud-Est, la France elle-même en Indochine41, et la Belgique ne fut pas le seul pays européen à y recourir – ils n’ont provoqué d’émeutes. La Corse n’a pas dépassé le stade du simple mécontentement. On pouvait envisager d’attendre janvier 1945 et l’arrivée de toutes les caisses de billets, ou commencer en décembre 1944 avec peu de billets, en incitant latéralement aux souscriptions de bons du Trésor et à l’ouverture de comptes en banques. Il ne semble pas qu’il ait été très judicieux de commencer par un emprunt aussi lénitif.

42Une ingénieuse solution fut trouvée en 1948 lors du « plan Mayer », un impôt extraordinaire sur les revenus et les bénéfices non salariés, impôt officiellement anti-inflationniste dont les assujettis pouvaient se dégager par la souscription à un « emprunt libératoire », manière élégante d’emprunt forcé. Levant l’anonymat des souscripteurs, permettant des rentrées financières et le fameux cadastre des avoirs liquides, stabilisant la masse monétaire sous une forme plus « scripturale », il aurait donné l’impression que le cap de la politique économique était intelligemment identifié et fermement tenu, cantonnant les fortes hausses salariales de l’été 1944 à un faux-pas initial ou à l’intronisation de la nouvelle France.

  • 42 A N, F60 423. Publiée in P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 55-72.

43Mendès France n’est pas satisfait de ce choix, mais, intégrant cette donnée nouvelle, il met au point un nouveau document communiqué au Conseil des ministres le 17 novembre 194442. Il distingue deux périodes en matière de politique des prix. De l’automne 1944 au printemps 1945, le blocage reste quasi absolu pour les entreprises malgré les fortes hausses de salaires de la Libération. Après le printemps 1945 des ajustements peuvent intervenir en rapport avec la reprise de la production et de la productivité, plusieurs produits agricoles de base (lait, pomme de terre) et les loyers. Ce programme offre un cadre tendu ; quand le rapport de forces deviendra favorable aux entreprises, elles relèveront leurs prix brutalement, en compétition mutuelle.

44En renfort, Mendès France demande des pouvoirs exceptionnels pour l’État : un puissant ministère de l’Économie nationale, un plan assez rigoureux, des nationalisations. Le plan, qui demanderait 12 à 18 mois de préparation, aurait pour tâche de hiérarchiser les priorités d’investissement ; les nationalisations s’entendraient de l’énergie, du crédit, des transports, de l’industrie lourde et des industries mécaniques. Investir dans les secteurs de base ou d’équipement n’est pas inflationniste en soi, si l’on dispose des capitaux nécessaires et si le détour de production ainsi engagé n’aggrave pas trop le déséquilibre entre offre et demande. En revanche on peut s’interroger sur le caractère effectivement stabilisateur d’une allocation centralisée et non négociée des facteurs de production, dans le cadre d’une politique conjoncturelle défavorable aux producteurs...

  • 43 Cf. infra.
  • 44 Les dossiers de demandes de hausses étaient traités en deux ou trois mois par la direction des prix (...)

45Mendès France ajoute le souhait de créer en France une filière de production d’utility goods43, calquée sur le modèle britannique, l’augmentation de la durée du travail au-delà des 40 heures légales, et la préparation d’un système de sécurité sociale. Si le gouvernement refuse de défendre cette ligne, le ministère de l’Économie nationale ne peut plus dès lors ajourner les demandes de hausses dont le pressent entreprises et groupements professionnels44.

46L’impression d’indiscutable clarté qui se dégage de ces documents et le souffle politique volontaire qui l’anime n’ont pas dû laisser ses collègues insensibles. Sur le plan macro-économique, nous venons de signaler quelques difficultés d’application. Le projet suppose des entreprises concentrées, des groupements professionnels diligents, des filières de production et de commercialisation fluides. Il semble donner la priorité à l’investissement industriel, alors qu’il faut d’abord et modestement reconstruire, reconduire la production agricole et textile au niveau d’une demande privée fébrile et qui vient d’être rendue nominalement solvable par les hausses de salaire. Répétons-le : le credo productiviste se propage de manière fulgurante à la Libération et l’opinion française surestime les capacités économiques nationales.

  • 45 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., II, p. 784.
  • 46 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, op. cit., p. 323.
  • 47 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, op. cit., p. 66.

47Mais les difficultés majeures sont politiques. Ce programme « austéro-dirigiste »45(M. Margairaz), cette « marche forcée »46(R. Kuisel) gardent une allure Spartiate qui ne rompt pas avec l’ambiance de guerre et celle de Vichy. Contrôles et tensions rendent peu attrayante cette cité future. Laissons la parole à Jean Bouvier47 : « Les propositions de Mendès France étaient certainement cohérentes ; probablement difficilement applicables au plan matériel ; mais à coup sûr, politiquement inacceptables. »

  • 48 Dactylographie originale en 40 pages ou broché du ministère de l’Information, 14 pages. Discours di (...)
  • 49 Discours de Mendès France à l’ACP le 21 mars 1945, in JOAN, ACP, séance du 21 mars 1945 ou P. Mendè (...)

48René Pleven, de son côté, prend la charge des Finances le 14 novembre 1944, mais en l’absence d’Assemblée élue, et placé devant la nécessité d’approfondir des dossiers nouveaux ou soucieux d’attendre la fin de la controverse pour se prononcer, il attend le 29 mars 1945 pour effectuer une première déclaration devant l’Assemblée consultative provisoire48. Le texte du ministre des Finances n’évoque pas les prix et les salaires, domaine de compétence de l’Économie nationale, traité quelques jours auparavant par son titulaire devant la même Assemblée49. Attachons-nous au problème de l’échange. Si la lutte contre l’inflation lui apparaît comme un objectif évident, les moyens ne sont pas à rechercher du côté de la masse monétaire. Celle-ci a évolué dans des proportions comparables à celle des pays anglo-saxons et elle circule lentement. L’impression de gonflement vient des billets en circulation dont le rythme d’augmentation procède aussi, selon R. Pleven, du faible nombre de comptes bancaires en France. Toutefois, le marché noir est passé sous silence et il semble peu évident que « dans la mesure où ces masses monétaires ne circulent pas, on peut dire qu’elles ne pèsent pas sur les prix ».

  • 50 Le même jour, à l’ACP, Jacques Duclos affirme que « le PCF est contre le blocage des billets qui fr (...)

49Reprenant la ligne d’Aimé Lepercq, qui privilégiait l’emprunt libéral suivi éventuellement d’un échange « technique », René Pleven écarte l’aspect fiscal ou pénalisant de l’échange en proposant un impôt dit de « Solidarité nationale », neutralisant ainsi les projets monétaires de Mendès France. « Je n’ajouterai pas (à toutes les restrictions) un nouveau rationnement, celui de la monnaie. » Tenus en présence du général de Gaulle, ces propos recueillent l’approbation des bancs modérés et communistes, mais les réticences les plus vives viennent de la SFIO. Le Monde, Le Figaro, France-Soir, la presse financière, les journaux conservateurs et libéraux sont soulagés ou satisfaits. Le ton du Populaire marque le mécontentement, celui de l’Aube (MRP) est plutôt froid. La presse communiste approuve la banalisation de l’échange, mais maintient un discours anti-capitaliste50. Dans l’ensemble, les oppositions tranchées sont rares.

50Le libellé du texte ne prête pas à des remarques très soutenues. Que les choix libéraux de R. Pleven soient mieux accueillis que les projets draconiens de Mendès France montre d’abord qu’ils pouvaient s’appuyer sur un courant d’opinion majoritaire et qu’ils n’auraient pas à se déployer sous la contrainte et à contre-courant. La suite est d’autant plus décevante ; avec autant d’avals, cette politique officiellement soucieuse de rétablir la stabilité va manquer de continuité et de fermeté. Son allure complaisante l’apparente assez rapidement à l’indécision, son libéralisme au laisser-aller, son souci d’équilibre à l’équilibre instable.

C. LE CHOIX LIBÉRAL DU GÉNÉRAL DE GAULLE : LE CHOIX DE L’OPINION

  • 51 Dossier assez complet dans AEF, Pleven 5 A 7.

51La décision du GPRF est de son chef a été mûrement réfléchie en fonction des impératifs et des moyens de l’époque ; elle reflète les choix plus ou moins explicites de la majorité de l’opinion. Il n’y a jamais eu cependant de débat officiel, faute d’Assemblée, ni public car la presse n’a pas été saisie par l’information d’un sujet à la fois compliqué et politique, avant que le gouvernement ne se soit accordé. Nous n’allons pas reprendre par le menu les détails de la controverse51.

  • Les ministres du GPRF sont presque tous hostiles aux projets Mendès France. Seul Augustin Laurent (SFIO), ministre des PTT pour encore quelque temps, leur apporte un soutien sans faille ; Lacoste (Industrie-Commerce), Tanguy-Prigent (Agriculture), Ramadier (Ravitaillement) et Tixier (Intérieur) s’opposent aux choix mendésistes, généralement parce qu’ils reflètent des circuits d’opinion précis et hostiles à de telles mesures, les entrepreneurs, les agriculteurs, les ménages, les préfets. Les MRP, Bidault et de Menthon, les radicaux, Jules Jeanenney, P. Giacobbi et R. Mayer, le communiste F. Billoux marquent leur opposition ou leur réticence.

  • 52 E. Faure, Mémoires, Avoir toujours raison, c’est un grand tort, Plon, 1982, I, (691 p.) p. 149-150. (...)

52Le jeu des services ministériels n’est pas non plus à négliger. « En fait, le général de Gaulle suivait une pente naturelle qui porte les Français à considérer... le ministre des Finances... comme d’essence supérieure aux titulaires des ministères de conception récente... Si c’était Pleven qui avait occupé notre château des brouillards... et Mendès le palais du Louvre où veillait la garde du roi (= l’inspection des Finances), je pense que notre plan l’aurait emporté, fût-ce au prix de quelques retouches », estime Edgar Faure52quarante ans plus tard.

    • 53 S. P. Kramer, « La crise économique de la Libération », Revue d’Histoire de la seconde guerre mondi (...)

    Les commissaires de la République, préfets de régions, sont également défavorables. Consultés chaque mois par de Gaulle, ils votent à main levée vers le 12-15 mars 1945, à 17 voix contre 1, en opposition au programme de Mendès53.

    • 54 J. Rueff (1896-1976), Combats pour l’ordre financier, mémoires et documents pour servir à l’histoir (...)

    Les inspecteurs des Finances – deux cents personnes environ – sont un peu moins unanimes dans la défaveur, mais les options mendésistes restent le fait d’une minorité. Gabriel Ardant, Roger Goetze, Guillaume Guindey, une dizaine d’autres peut-être pensent comme F. Bloch-Lainé que les choix du ministère de l’Économie nationale sont satisfaisants mais que leur application mérite des nuances. Le point de vue de l’Inspection serait plutôt représenté par Jacques Rueff, qui vient d’être nommé en Allemagne occupée : « Après mûre réflexion, il me parut que, dans l’état de désorganisation du pays assoiffé de liberté et plongé encore dans l’ivresse de la Libération, avec des administrations désorganisées et très peu efficaces, il n’y avait aucune chance pour que de pareilles dispositions puissent être l’objet d’une application cohérente et rigoureuse54. »

    • 55 La Banque de France ne communique pas encore officiellement ses archives pour cette période, mais n (...)
    • 56 Lettres, notes ou rapports en date des 24 janvier, 27 février et 7 mars 1945, adressés par le gouve (...)
    • 57 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 83.

    La Banque de France, dirigée par Emmanuel Mönick depuis la Libération, développe des opinions libérales. L’aura du gouverneur, inspecteur des Finances, est réelle dans la haute fonction publique et son « tuteur » au ministère des Finances, le directeur du Trésor (1940-1946) Jacques Brunet partage ses vues. Les archives55ne donnent pas l’impression d’une action de retardement de la part d’E. Mönick : le gouverneur avertit le Trésor de l’arrivée des billets de fabrication anglo-saxonne le 24 janvier 1945, attire son attention sur la mauvaise qualité du papier bancaire de cette commande, avec des risques importants de falsifications à la clef56, réitère ces remarques devant le Conseil général de la Banque le 29 mai 1945. Pour F. Bloch-Lainé : « C’est bien à la Banque de France, autour du gouverneur, que s’est alors cristallisée... l’opposition à la politique de rigueur57. »

    • 58 Revue d’Économie Politique, 1945, n° 1 et 2, p. 13-49, article de Gaëtan Pirou.
    • 59 H. Laufenburger, Crédit public et finances de guerre, 1914-1944, Médicis, 1944.
    • 60 F. Perroux, Pour une politique des prix, Groupes de travail, 16 p., 6 juin 1945.

    Les professeurs d’économie, issus pour la plupart des universités parisiennes, et les journalistes spécialisés se rangent plutôt à l’avis de Pleven. René Courtin, qui tient les rubriques économiques du Monde depuis décembre 1944, et domine le conseil de rédaction de la Revue d’Économie Politique58 s’en fait l’écho. Par exemple, Henri Laufenburger, professeur à Nancy, estimant que le déficit budgétaire est la cause principale de l’inflation, préfère l’emprunt à l’échange59. René Sédillot, rédacteur en chef de La Vie Française (1945-1977), maintient dans son hebdomadaire un ton très favorable à R. Pleven, et reflète largement l’opinion des milieux boursiers. André Philip, ancien professeur à Lyon (1926-1936), membre de l’Assemblée consultative provisoire (SFIO) défend les choix de Mendès France, mais avec un impact bien moindre que celui de son collègue Courtin. François Perroux, professeur d’économie à Paris (1935-1955) rédige en juin 1945 un petit opuscule60assez proche des thèses de Mendès France, d’où émergent la volonté d’une discipline de la circulation fiduciaire, d’un plan national et de hausses de salaires proportionnées à la productivité.

53Le premier bilan de l’opinion responsable est cependant très favorable à R. Pleven.

  • La position des partis et des courants s’est peu modifiée depuis la note du 24 février 1944 ; le clivage n’est pas droite-gauche, ni anciens-modernes, mais interventionnistes décidés au centre-gauche (SFIO et MRP) contre interventionnistes plus modérés ou libéraux affirmés (PCF, radicaux, « gaullistes », modérés). Cette distribution politique est étrangère à celle de la question sociale ou des problèmes religieux et scolaires (droite-gauche) ; elle évoque plutôt la répartition des courants d’opinion pendant la Troisième Force, et plus largement pendant la IVe République (majorité SFIO-radicaux-MRP-modérés contre opposition des gaullistes et des communistes) ; plus curieusement encore, la répartition qui lui est la plus proche est celle des débats internationaux, spécialement ceux qui concernent la construction européenne (l’Alliance atlantique a éveillé plus d’unanimité) comme par exemple celui de la CED. Les partis eux-mêmes sont divisés sur le sujet (SFIO et MRP), parfois le courant politique garde des contours indéfinis en l’absence de parti représentatif (Parti républicain de la liberté), tandis que certains partis ne sont pas suivis par leur électorat (MRP).

    • 61 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 76.
    • 62 IFOP, Sondages, 16 mai et 1er juin 1945. Un premier sondage est réalisé du 1er au 12 avril 1945.

    Que pense l’opinion publique de tout cela ? « La politique économique et financière a été... débattue en champ clos, dans un cercle étroit. Les thèses opposées des deux ministres... ne sont devenues qu’après coup la matière d’un débat ouvert et public. À l’époque du choix, un petit nombre d’experts a discuté sans grand bruit, sans provoquer dans l’opinion, par reflux d’idées lancées, beaucoup d’échos instructifs61 ». Il n’existe donc pas de sondage IFOP avant le discours de R. Pleven le 29 mars62. Quelques semaines après le discours, 36 % seulement des personnes interrogées connaissaient le désaccord. Immédiatement à la suite du discours, 66 % des réponses se montrent favorables aux décisions de R. Pleven, soit un échange « indolore » franc pour franc, sans blocage ni impôt. Cette solution lénifiante apparaît comme un moindre mal à ceux qui apprennent en même temps l’existence, les projets et les conséquences de la controverse. La crainte de décisions encore plus radicales joue aussi. Sociologiquement, on peut obtenir quelques précisions. Parmi les partisans des projets Pleven se distinguent nettement les ouvriers (76 %) au-dessus de la moyenne des réponses (66 %) et les paysans (49 %) en dessous, tandis que les professions libérales (63 %) ne s’en éloignent que peu.

  • 63 Pour les ruraux, les contrôles sont toujours urbains donc extérieurs. Les projets Mendès France ne (...)

54En d’autres termes, les choix de Pleven conviennent bien aux classes moyennes urbaines, paraissent encore trop audacieux aux campagnes63et insuffisamment rigoureux au peuple urbain. L’idée d’un « impôt de solidarité nationale », destinée à désamorcer les critiques envers un échange dépourvu d’incidences fiscales, rencontre un écho encore plus favorable (74 % d’opinions positives), mais si les réponses ouvrières (85 %) devancent la moyenne d’autant plus aisément que leurs ménages en sont quasi exempts, ce sont les industriels et commerçants (55 %) qui se montrent ici plus réticents parce que financièrement concernés et non les paysans, peu inquiets à ce sujet. Les questions annexes au sondage permettent de préciser le profil des « mendésistes », partisans plus prononcés de l’échange, de l’impôt sur le capital (impôt de solidarité nationale) et de la nationalisation des banques. Ils se disent volontiers partisans d’une coalition gouvernementale SFIO-PCF, ce qui est fort intéressant : il y a décalage entre l’opinion des responsables politiques, dont le centre de gravité « mendésiste » se situe entre SFIO et MRP, et l’opinion commune des citoyens, dont le foyer « interventionniste » se place entre la SFIO et le PCF. Cela n’exerce qu’une influence mineure sur l’avenir politique immédiat des trois partis, mais nous le retrouverons en 1946-1948 au moment des choix définitifs de politique économique.

  • 64 J. Lacouture, P. Mendès France, op. cit., 1981, p. 168.

55L’opposition des entrepreneurs aux projets Mendès France a certainement pesé lourd dans la balance. Les réticences paysannes sont mal connues, sauf peut-être par les rapports des préfets. La Corporation nationale paysanne dissoute ne s’exprime plus et la Confédération générale de l’agriculture ne se forme qu’en mars 1945. Libération Paysanne, plus ou moins dépendante de points de vue interventionnistes, notamment de l’entourage de Tanguy-Prigent (SFIO, mais opposé à Mendès) et de celui de Philippe Lamour – futur secrétaire général de la CGA – n’évoque pas la controverse mais s’intéresse aux prix agricoles, qu’il faudrait augmenter (et R. Pleven semble plus accommodant) et aux réformes structurelles autour de l’exploitation et de la commercialisation des produits. R. Pleven confiera plus tard : « Je savais d’autre part en tant que député breton à quel point nos paysans étaient contre l’intervention trop lourde de l’Administration. Nous risquions de voir s’instaurer une rétention de la production et des livraisons, affamant Paris64. » Les milieux patronaux et financiers ne cachent pas leur inquiétude : « En attendant, l’incertitude sur la nature, l’ampleur et les répercussions des moyens financiers qui seront employés (= nouveaux impôts) pèsent lourdement sur l’activité économique... De très nombreux correspondants... nous signalent chaque jour les inconvénients de la menace qui vise depuis tant de mois, la monnaie de papier ». (Les Échos, 20 février 1945). Leur soulagement postérieur est sensible : « Enfin nous voici... débarrassés de cette irritante incertitude relative aux projets financiers du GPRF... Dans le domaine positif, la Bourse retiendra l’affirmation qu’il ne sera pas procédé à une ponction brutale et arbitraire de la circulation fiduciaire, à peine suffisante aux besoins de l’expansion économique prochaine ». (La France Intérieure, 15 avril 1945.)

  • 65 Disponible également dans AEF, Pleven 5 A 9.

56Concluons avec le Financial Times du 19 mars 194565. Après avoir présenté R. Pleven comme un « homme d’affaires formé à Londres », préjugé élogieux, l’article semble regretter une suite de « méthodes financières plus ou moins orthodoxes », mais « non dépourvues d’audace ». S’il vaut mieux « éliminer » tout ce qui pourrait rappeler « l’expérience belge », il paraît inopportun de « laisser passer l’occasion de récupérer facilement une immense somme d’argent qui s’offrirait d’elle-même, en amortissant l’échange... d’une sorte « d’emprunt forcé » dont le taux d’intérêt se situerait sur une échelle graduée ». On voit ainsi que même les partisans éclairés des solutions envisagées par R. Pleven recommandent un minimum de rigueur financière. Ils ne seront pas entendus et, après avoir dissocié l’emprunt de l’échange en octobre 1944, les Finances sépareront l’échange de l’impôt en juin 1945.

  • 66 C. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., Plon poche, 1970, III, p. 146-148.
  • 67 En 1958, dès sa première entrevue avec R. Goetze, directeur du Budget mais directeur de cabinet de (...)
  • 68 Le manuel J. Chapsal et A. Lancelot, La vie politique en France depuis 1940, PUF, Thémis, édition 1 (...)

57Ainsi se dégage le choix du chef de gouvernement, au-delà des problèmes de personnes, entre l’affabilité conciliante de Pleven et les exigences abruptes de Mendès France. « C’est à moi, en dernier ressort qu’il appartient de trancher. Aussi suis-je saisi de la querelle par toutes les voies des rapports administratifs, des avis des groupes d’intérêt, des exposés de la presse... Après en avoir longuement débattu avec eux et avec moi-même, j’opte pour la voie progressive et je repousse le blocage... Le pays est malade et blessé... Pourquoi le jeter dans de périlleuses convulsions, dès lors que de toutes manières il va recouvrer la santé ?... Que la nation libérée produise le plus possible ! Que l’État l’y aide et l’y pousse ! Qu’en échange, elle lui fournisse sous forme d’impositions normales et de placements de l’épargne, de quoi couvrir les dépenses qu’il assume pour le salut public !66Le général de Gaulle conclut ainsi la querelle dans ses Mémoires, et n’a plus varié officiellement de ce choix67. Dans la pratique en 1958, le plan dit Pinay-Rueff68a bien lié un ensemble de mesures solidaires, emprunt, impôts, désarmement douanier et dévaluation, soulignant l’intérêt qu’il y avait de disposer de prix stabilisés pour une action gouvernementale homogène.

  • 69 M. Debré, Trois Républiques pour une France, I, p. 413-414.
  • 70 C’était par exemple l’opinion de P. Pflimlin, alors magistrat, bientôt député MRP et ministre des F (...)
  • 71 Le dernier membre de phrase est souligné par nous. Ce que refuse de reconnaître le général de Gaull (...)

58Michel Debré, qui était alors commissaire de la République à Angers en 1944-1945, nous livre également un intéressant témoignage69. Il oppose d’abord la « rigoureuse politique » de Mendès France à celle de Pleven « qui attendait le retour à l’équilibre de l’amélioration spontanée de la production... évitait les critiques sur le rationnement et les contraintes, mais ouvrait la porte à l’inflation... Mendès ne fit rien pour adoucir des propositions justifiées dans leur principe, mais dont la formulation aurait gagné à être moins abrupte et... moins personnalisée... Ce sentiment fut partagé par beaucoup70 ». Ce fut alors « une grave décision », le général préférant l’orientation financière de « son compagnon des premiers jours ». La dernière phrase est empreinte d’une claivoyante et sobre honnêteté : « A la fin de l’année, le rétablissement de la carte de pain et la dévaluation contribuèrent à une forte perte de prestige : il y avait eu erreur d’appréciation71 ».

  • 72 P. Mendès France, Œuvres complètes, op. cit., II, p. 148-152.

59Après une première esquisse de lettre le 29 mars, au soir du discours de R. Pleven, Mendès France envoie au général de Gaulle une missive très brève72 le 2 avril 1945 pour lui annoncer sa démission le 5. Administrativement, l’Économie nationale retourne dans la dépendance des Finances à partir du 6 avril 1945 et jusqu’en janvier 1946. R. Pleven coiffe désormais les deux ministères. L’ancien ministère de l’Économie nationale ne devient pas secrétariat général mais « Délégation générale » avec Gaston Cusin, issu de la CGT – tendance Jouhaux, résistant, et commissaire de la République à Bordeaux depuis septembre 1944.

  • 73 G. Cusin, Discours conservés à l’Institut C. de Gaulle, 5, rue de Solférino, 75007 Paris, Archives (...)
  • 74 G. Cusin, Entretien complémentaire avec l’auteur, Paris, 12 avril 1989.

60Les choix de Gaston Cusin se calquent vite sur ceux des Finances. Ses discours n’ont pas le relief de ceux d’un homme politique. Frappé par l’image de Bordeaux en septembre 1944, il affiche un souci permanent de ne pas faire de plan à moyen terme. Le 28 août 1945, de retour à Bordeaux même, il écarte l’idée d’un plan prochain et le 17 octobre 1945, inaugurant le Centre national d’information économique, il affirme : « Il est urgent de liquider cette caricature d’économie dirigée, caractérisée par une prolifération d’organismes parasitaires »73. Quarante-cinq ans après les événements, G. Cusin rapporte que « dans un ensemble plus large, la politique des prix était jugée comme secondaire. À elle seule, elle ne pouvait être un moyen de (toute) la politique économique... (plutôt) un élément, un barrage à l’abri duquel on faisait une politique »74.

Conclusion.

61Que conclure sur cette période 1944-1945 ? Trois éléments apparaissent marquants.

  • 75 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 76.

62Le clivage entre Mendès France et Pleven n’est ni exactement politique, ni exactement personnel, il tient du courant d’opinion, avec une forte gravité au centre-gauche. Si « dirigisme » et « libéralisme » recueillent autant de suffrages apparents, les projets de Mendès France repoussent les cercles dirigeants et producteurs autant par leur forme non-négociable et obligatoire que par leur contenu. Le débat ne pénètre pas vraiment dans l’opinion. Il semblerait même que la crainte de l’impopularité soit plus développée parmi les dirigeants que dans l’opinion commune... « Il n’est pas évident du tout qu’une politique de droite l’a emporté sur une politique de gauche75 ». La décision finale prise par le général de Gaulle semble aller dans le sens de l’opinion, mais elle est plus administrative que démocratique, malgré les débats des 21-30 mars 1945 devant l’Assemblée consultative, et ne cherche pas à lui associer les principaux acteurs en matière de prix que sont les entreprises (groupements professionnels) ou les salariés.

  • 76 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, p. 76.

63Le libéralisme l’a-t-il emporté ? Il ne semble pas non plus que l’on ait assisté ici à une opposition entre deux systèmes socio-économiques, parés des noms grandioses et vénérables de « libéralisme » et de « dirigisme ». « Le Figaro, sous la plume de Louis-Gabriel Robinet (lequel m’avait interrogé, mais peu écouté) expliqua que le parti « libéral » avait battu le parti « dirigiste »... On ne pouvait, à mon avis analyser plus mal la tournure des choses : ce langage approximatif était trompeur76 ».

64En fait, le groupe autour de Mendès France avait un projet, certes austère, mais vraisemblablement capable d’être amendé ; ce projet souhaitait lutter d’abord contre l’inflation par la demande, au risque de ralentir la reprise... ce qui aurait développé l’inflation par les coûts ; malgré ses défauts, ce plan avait le mérite d’exister et le cabinet du ministre de l’Economie nationale aurait dû l’adapter en partie, plutôt que de présenter le bloc comme à prendre où à laisser. Cohérent, mais coercitif, compact, mais irréaliste, le projet Mendès France était cependant excessif.

  • 77 « Une politique de facilité a été préférée à une politique de rigueur ». F. Bloch-Lainé et J. Bouvi (...)

65R. Pleven n’avait pas vraiment de plan, faisant confiance à la « confiance », acceptant les compromis et les demi-mesures les unes après les autres. Les entreprises, les salariés, les circuits parallèles comprennent après mars-avril 1945 que les Finances feront preuve de complaisance et les prix s’envolent à la suite des salaires. La politique du gouvernement ne peut pas à elle seule arrêter toute hausse des prix, mais elle a les moyens d’en limiter, même contractuellement – ce qui ne fut pas fait ! – l’ampleur et le rythme. L’action de René Pleven dans ce domaine favorisa l’inflation et, à ce titre, se montra insuffisante77.

III. LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE EN 1946-1947 : FRACTURES POLITIQUES, POUSSÉE LIBÉRALE, PREMIÈRES PROGRAMMATIONS

66La période politique qui s’ouvre en janvier 1946 avec la démission du général de Gaulle et se clôt en novembre-décembre 1947 avec les grèves de la CGT est très paradoxale. La production approche son niveau de 1938 (1947 : 92 % du PIB de 1938), mais les statistiques de l’époque insistent sur l’écart entre l’industrie (1947 : 99 % de 1938) et l’agriculture (74 % de 1938) ; la crise alimentaire dure jusqu’en été 1948. La Constitution a été proclamée, mais la structure des institutions est fragile, supposant une majorité parlementaire stable, que la guerre froide rend aléatoire. L’opinion, qui devrait se réjouir d’une amélioration matérielle progressive s’impatiente de cette pénurie ; après la récolte très convenable de l’été 1946, celle de 1947 marque un retour en arrière décevant. Les clivages politiques de la guerre froide contribuent à structurer le mécontentement. Ce contexte est peu favorable à une politique économique cohérente, le maintien de deux ministères en charge de l’économie rendant la tâche encore plus délicate.

  • 78 Si l’on met à part la crise coréenne (1950-1951) qui voit réapparaître une poussée des prix, sensib (...)

67Pourtant, sous la tourmente de l’année 1947, les Finances préparent avec discrétion les conditions de la stabilisation et définissent les outils qui feront le succès du plan Mayer. La phase d’inflation croissante dure à peu près un an et demi, d’avril 1945 à septembre 1946, sans véritable action anti-inflationniste. Viennent ensuite douze mois de flottement, de septembre 1946 à septembre 1947, pendant lesquels les pouvoirs publics restent hésitants, mais tendent vers un ensemble d’interventions plus stabilisatrices ; il faut une autre année, d’octobre 1947 à novembre 1948 pour que les prix se stabilisent durablement78.

68Nous pouvons distinguer trois phénomènes majeurs pour ces deux années 1946 et 1947 : la fragilisation politique de l’État, l’anti-dirigisme montant de l’opinion, la division de la politique économique.

A. LA FRAGILISATION POLITIQUE DE L’ÉTAT, FACTEUR PROPICE À LA HAUSSE DES PRIX

  • 79 Les élections des 21 octobre 1945, 2 juin et 10 novembre 1946 permettent la désignation des assembl (...)

69L’année 1946 est riche en consultations électorales. Six scrutins nationaux s’échelonnent d’octobre 1945 à novembre 1946 – dont trois élections parlementaires et trois référendums79. Voici la synthèse des trois scrutins majeurs, ceux des élections parlementaires, décisives dans un régime d’assemblée, mono-camériste de fait.

Tableau 79
Les consultations électorales majeures (1945-1946)

Tableau 79Les consultations électorales majeures (1945-1946)

Source : J.-J. Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Colin, 1988, p. 16-36.

70Les trois principaux partis remportent à peu près les trois-quarts des sièges, mais doivent gouverner ensemble, à trois, sauf lors de la première Constituante (octobre 1945) où PCF et SFIO (305 sièges ensemble) pourraient former une majorité de Front populaire. Ce gouvernement en commun, pendant un peu plus d’un an (janvier 1946-mai 1947) place donc la SFIO en position d’arbitre fragile.

  • 80 Voir Louis Franck in 697 ministres, op. cit., p. 10-12, édition de 1986.

71La SFIO est en perte de vitesse électorale, passant de 146 députés en octobre 1945 à 102 en novembre 1946 et se retrouve avec presque deux fois moins de sièges que ses associés. Son électorat populaire, attaché à un discours et à des pratiques interventionnistes la font hésiter entre les options populistes du PCF et les projets plus orthodoxes du MRP. Ainsi, les questions de salaires divisent les socialistes à un degré très élevé pendant toute la IVe République. Par ailleurs, le parti est travaillé par deux courants dont l’opposition s’accroît en 1946-1947 : les dirigistes comme Philip, Mollet, Moch et les pragmatiques comme Ramadier. Léon Blum pourrait tenir la balance égale, mais il est fatigué des épreuves de la guerre et Guy Mollet lui ravit la direction du parti à l’été 1946. Ramadier, minoritaire dans le parti, est chef du gouvernement en 1947 mais Guy Mollet est responsable du parti et pousse le Comité directeur à contrôler plus étroitement l’action de la présidence du Conseil ! Le sommet des tensions entre Parti et Cabinet est atteint en août 1947, lors du 39e Congrès de la SFIO à Lyon qui critique l’action de Paul Ramadier et demande une politique dirigiste !80 La SFIO présente enfin des projets économiques très lacunaires, centrés sur un discours politique planificateur, modérément préoccupé de prix stables.

  • 81 Ce classement vaut au moins pour la fin des années 1940, avant que la question coloniale ne vienne (...)
  • 82 Militants ouvriers de la Jeunesse ouvrière chrétienne et de la Confédération française des travaill (...)

72Le parti Mouvement républicain populaire, héritier du Parti démocrate populaire de l’entre-deux-guerres, est l’associé le plus durable de la SFIO au moins jusqu’en 1950, la stratégie stalinienne du PCF neutralisant les orientations de Front populaire. Sa stabilité politique interne est un peu meilleure, sans atteindre la cohésion obtenue à l’intérieur du PCF. Fort de 150 à 175 députés et de 5 millions de voix, le MRP présente des états de service notables dans la résistance et bénéficie d’un réel dynamisme militant, par exemple avec les cadres de la Jeunesse agricole chrétienne. Georges Bidault en est pour l’instant le responsable incontesté. Par rapport à la question des prix, le parti est dans l’embarras. Il ne dispose pas de spécialiste en économie – F. de Menthon ne fera pas l’affaire. G. Bidault méconnaît la question des prix et il inaugure son gouvernement de juin 1946 par une nette hausse de salaires (juillet 1946). Robert Schuman, qui est juriste, bien secondé par F. Bloch-Lainé et B. Clappier, fait de son mieux aux Finances entre juin 1946 et novembre 1947. P. Pflimlin, également juriste, s’affirme lentement comme spécialiste (il sera ministre des Finances en 1955), mais en 1946-1947, son rang dans le parti et ses préoccupations centrées sur l’agriculture ne lui font pas encore jouer ce rôle. Le MRP n’est pas avare de déclarations sur « une production au service de l’homme » (L’Aube, période préparatoire aux scrutins du 21 octobre 1945, du 2 au 19 octobre) mais tarde à présenter des programmations applicables. Issus de milieux socio-politiques différents, les MRP sont partagés entre une droite plus libérale (P. Pflimlin) qui épouse le point de vue des entrepreneurs et une gauche plus sociale (de Menthon, Bacon) plus attachée aux intérêts salariés. La voie moyenne est représentée par Georges Bidault et Robert Schuman81. Mais le MRP est aussi prisonnier d’un électorat composite82, où dominent les vues modérées en matière d’opinion ; le poids des professions indépendantes est majoritaire, par exemple dans l’agriculture, milieu social à qui il est difficile de tenir très longtemps le discours de la nécessité des contrôles.

73Au congrès MRP des 16-18 mars 1947 (in L’Aube des 17-21 mars), P. Pflimlin dans le rapport de politique économique, souligne d’abord la nécessité de la protection de l’initiative privée (« économie orientée »), de l’équilibre budgétaire, et d’une action publique sur prix et salaires, le contrôle se limitant aux produits en quantité insuffisante sur le marché. Le MRP se déclare de plus en plus nettement en faveur d’une politique économique néo-libérale ; il va entraîner la SFIO dans cette direction, qui sera celle de toute la IVe République.

74L’action du PCF est plus à la fois plus compacte et plus dispersée. Elle s’appuie sur une structure de parti bien plus intégrée, forte de 5,4 millions de voix et de 182 députés (novembre 1946), donnant l’impression d’une ascension irrésistible depuis la résistance intérieure et la victoire de l’URSS. L’électorat est plus homogène dans la sociologie, largement urbaine, et la géographie, par quartiers populaires. Une pratique centralisée et disciplinaire du pouvoir interne anime une solide organisation, démultipliée par l’existence de structures militantes, sympathisantes ou dévouées : gouvernement, parlement, conseils généraux et municipaux, presse (L’Humanité), syndicat CGT où le PC est majoritaire depuis 1945, associations et unions d’anciens combattants, de femmes, de jeunes, de consommateurs, etc.

75Les buts du PC sont d’abord politiques et il se montre soucieux de la plus large base électorale (« unité »). Le 11e Congrès, des 25-30 juin 1947 à Strasbourg (cf. : L’Humanité des 26 juin-2 juillet 1947) « trace la voie du redressement » et développe par la voix de Maurice Thorez, quatre thèmes, tous politiques : 1. Combat pour la renaissance de la France. 2. Organisation de la paix. 3. Unité. 4. Le Parti. De la même manière, une sorte de partage du travail s’est instauré en 1946-1947, les syndicats demandant des augmentations de salaires, les associations de petits entrepreneurs la liberté commerciale, L’Humanité l’amélioration du ravitaillement. Les thèmes économiques sont systématiquement traités en liaison avec un thème politique. « La bureaucratie et la paperasserie » sont « vichyssoisses » (L’Humanité, 15 octobre 1945). L’inflation est un « sabotage des trusts » (J. Duclos, Assemblée nationale, 15 février 1946). Il faut refuser les crédits budgétaires pour l’Indochine, ce qui permettra d’équilibrer le budget (L’Humanité, par exemple 3 mai ou 24 juin 1947). Le gouvernement au pouvoir est le parti de l’étranger : « Le parti américain (= la Troisième Force) se plie aux volontés de Washington » (L’Humanité, 5 novembre 1947). Ainsi, « Aux Français de nouvelles hausses, aux Allemands, nos patates ! » (L’Humanité, 4 septembre 1947).

76Plus compacte sous ce regard, l’action communiste est plus dispersée sous un autre, car la stratégie du parti n’inclut pas de politique économique. À la fois par manque d’experts et par souci tactique, il se limite à quelques thèmes dont le lien interne est l’intérêt que leur porte l’opinion. Le but premier est de produire (discours de Waziers, 21 juillet 1945). Le thème des salaires vient ensuite, rarement isolé, soit en relation avec le travail fourni (« produisez ») soit avec l’inflation (« la vie chère ») et le mauvais ravitaillement. Par exemple, les thèmes socio-économiques de l’année 1947 se partagent pour L’Humanité en trois rubriques : de janvier à avril, le ravitaillement, d’avril à juillet, les salaires, d’août à novembre, la « vie chère ». Le dirigisme est stigmatisé très tôt. Nous en trouvons trace dès octobre 1945 avec la réunion de la Confédération générale du commerce et de l’artisanat (Vélodrome d’hiver, 15 octobre 1945, L’Humanité du 18 octobre), où Jacques Duclos demande « la disparition de la concentration imposée par les nazis... le retour rapide à la liberté commerciale... la disparition de toute la bureaucratie et la paperasserie vichyssoise ». La meilleure politique consiste cependant à privilégier une solution communiste : « Place à un gouvernement conforme aux volontés du peuple » (L’Humanité, 9 septembre 1947). Le PCF se montre rapidement hostile au maintien des contrôles. Si le petit peuple urbain s’inquiète de ce démantèlement, la fin des contrôles réjouissant les producteurs, le PCF parvient à maintenir cette stratégie en détournant le mécontentement populaire vers les trusts, les collaborateurs, les grossistes, bientôt la Troisième Force et en poussant aux hausses de salaires, supposées permettre l’accès au marché noir.

77Ainsi les trois partis au pouvoir se préoccupent modérément d’inflation. Dépourvus de véritables spécialistes en économie, ils s’en remettent à l’opinion et se dispensent d’une programmation économique. Les thèses « libérales » y sont dominantes – avec le PCF, la plupart des MRP, une minorité des socialistes (soit peut-être 300 à 340 députés). La combinaison de ces trois partis donne un système instable, que la guerre froide vient complètement déséquilibrer, donnant naissance aux coalitions de « Troisième Force ». Le document ci-dessous permet de visualiser rapidement les six cabinets qui se partagent les années 1946 et 1947 et la tendance majoritaire du conseil des ministres par rapport à l’économie réglementée.

Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)
par parti et par orientation de politique économique

Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)par parti et par orientation de politique économique

Source principale : Ph. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, annexes. Les options économiques sont déduites des recherches à partir des AEF et du Journal de V. Auriol.

  • 1 Nombre de ministres par parti ou tendance. Le grisé représente la proportion approximative de minis (...)
  • 2 Cabinet SFIO homogène.

Note *1
Note **2

Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)
par parti et par orientation de politique économique (suite et fin)

Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)par parti et par orientation de politique économique (suite et fin)

Source principale : Ph. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, annexes. Les options économiques sont déduites des recherches à partir des AEF et du Journal de V. Auriol.

  • 3 Nombre de ministres par parti ou tendance. Le grisé représente la proportion approximative de minis (...)

Note *3

78Les deux semestres de 1946 correspondent aux deux assemblées constituantes. Après un intermède institutionnel assuré par un gouvernement SFIO homogène que préside Léon Blum, l’année 1947 est gérée tant bien que mal par Paul Ramadier au nom de la SFIO ; la guerre froide qui aboutit au départ des communistes (mai) et la déréglementation à celui des ministres « dirigistes » de la SFIO (octobre) occasionnent la formation d’un gouvernement et deux remaniements.

79Le cas le plus équilibré est celui du premier semestre 1946, quand l’arbitre SFIO dispose de 7 ministères et ses deux associés de 6. Cette construction est remise en question aux élections de juin et le MRP domine, difficilement car il n’est pas situé au centre de gravité parlementaire, le 2e semestre 1946 : il s’attribue 8 portefeuilles, 7 à la SFIO et 6 au PCF, tandis que radicaux et modérés apportent une ouverture au centre-droit et sur la droite libérale, ouverture qui semble équilibrer les tendances de Front populaire des deux partis de gauche. Les cabinets Ramadier marquent un double mouvement de glissement gouvernemental à droite et de concentration ministérielle puisqu’il commence l’année avec 26 portefeuilles et la termine avec 12... Le premier cabinet est le fruit d’un savant dosage avec double compensation, où les deux principaux partis, le PCF et le MRP, avec 170 à 180 députés, ne reçoivent que 5 portefeuilles, alors que l’arbitre SFIO (102 députés) en compte 9 et le contrepoids RGR (Rassemblement des gauches républicaines) – Modérés (137 députés) peut en afficher 7. Après le départ des communistes en mai, la SFIO cherche à conserver un rôle d’arbitre qui commence à lui échapper et Ramadier obtient 11 portefeuilles ministériels pour son parti, contre 6 au MRP et 7 aux radicaux et modérés ; la même proportion demeure après le remaniement ministériel du 22 octobre, mais le nombre de portefeuilles est divisé par deux.

  • 83 V. Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Colin, 1970-1980, Sept volumes, celui de 1950 n’étant p (...)
  • 84 IFOP, Sondages, 1er février 1945 et 1er août 1947, cf. infra.

80Ce glissement progressif d’un arbitrage de centre-gauche vers une gravité de centre - centre-droit s’accompagne d’une progression nette des opinions « libérales » dans le gouvernement. En fonction de ce que nous savons de la carrière des ministres, de leurs déclarations, articles, écrits ou mémoires, en tenant compte du Journal83 de Vincent Auriol, nous avons esquissé en grisé la part approximative qui nous semblait revenir dans le gouvernement aux partisans des contrôles et du « dirigisme ». Malgré son caractère approximatif, ce schéma dégage un courant dirigiste légèrement majoritaire en janvier 1946, légèrement minoritaire en juin 1946, brutalement marginalisé en janvier 1947, réduit à peu en automne. Cette évolution est rapide : l’opinion moyenne favorable aux contrôles et aux réglementations soutenues recule de 39 % des réponses en décembre 1944 à 20 % en juin-juillet 194784, recul que le mouvement ministériel exprime de manière légèrement aggravée.

81Le tableau suivant précise la ventilation politique des ministères entre les partis et les tendances plutôt dirigistes ou libérales des titulaires.

Attribution politique
des principaux ministères économiques et sociaux 1946 - 1947

Attribution politiquedes principaux ministères économiques et sociaux 1946 - 1947

Source principale : Ph. Williams, op. cit., et AEF, passim.

82Nous avons retenu sept ministères économiques et sociaux sur une dizaine ; le département Santé-Population par exemple, ne figure pas ici. Sans parler de domaines réservés, des constantes commencent à apparaître. Les Finances échappent définitivement à la SFIO en juin 1946 et ne quittent plus le courant MRP – radicaux ou modérés. L’Économie nationale ne perdure que par la volonté de la SFIO et disparaît en novembre 1947. Industrie, Agriculture, Travaux publics et Transports, Reconstruction et Urbanisme (MRU), Travail et Sécurité sociale, tous ministères techniques qui gravitent autour de la rue de Rivoli, semblent en compensation lotis à gauche, en partage SFIO-PCF jusqu’en mai 1947, en monopole SFIO au-delà. En ce qui concerne l’Agriculture et le MRU, ils échappent à la SFIO dès le gouvernement Schuman-Mayer en novembre 1947.

83Pour ce tableau également, la qualification des titulaires en fonction de leur degré « d’interventionnisme » permet de voir que les « noyaux » dirigistes résident principalement à l’Économie nationale (André Philip), à l’Agriculture (Tanguy-Prigent) et aux Travaux publics et Transports (Moch). Il nous a paru nécessaire d’attribuer un statut à part aux Finances où l’équipe Schuman/Bloch-Lainé n’impose pas d’entrée de jeu une action publique « libérale » ; le fond doctrinal démocrate-chrétien incite au maintien d’une intervention de l’État pour cadrer et arbitrer. Notons que ce second tableau présente une évolution plus lente vers la dérèglementation dans le groupe des ministères économiques et sociaux (soit un tiers à deux cinquièmes des départements) qu’au sein du cabinet pris dans son ensemble.

  • 85 V. Auriol, Journal, Année 1947, op. cit., p. 203-210.

84Il convient enfin de signaler une différence entre les changements ministériels de 1946 et ceux de 1947. Les premiers correspondent à des reclassements consécutifs à consultations électorales. Les seconds procèdent non seulement des fractures de la guerre froide – départ des communistes le 5 mai 1947 – mais aussi de très fortes dissensions sur la question des salaires, par exemple la rupture officielle avec les communistes en mai 194785 ou la chute du gouvernement Ramadier en novembre.

85Ainsi les lacunes constitutionnelles n’expliquent pas tout. La priorité aux questions politiques (1946) et diplomatiques (1947), l’instabilité externe et interne du tripartisme, l’absence d’experts économiques et de projets précis et réalisables dans les partis, la tension des salaires à la hausse en situation de retour de pénurie alimentaire (été 1947), les turbulentes évolutions des esprits en faveur de la déréglementation conspirent à rendre difficile la continuité de trame de l’action économique publique en 1946-1947.

B. PÉNURIES, ANTI-DIRIGISME DE L’OPINION ET DIVISIONS DE LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE

86Cette crise politique se déroule dans un contexte économique de pénurie qui perturbe projets et transactions entre agents économiques. La récolte de l’été 1946 apparaît abondante à l’opinion car elle intervient après des années de disette, elle offre des quantités convenables de froment (87 % de 1938) et semble annoncer la fin des pénuries pour l’été suivant. Si les statistiques globales de l’époque notent que la production de 1946 équivaut seulement à 76 % de celle de 1938, il faut rappeler que les importations portent les disponibilités nationales à 80 % de 1938, et que les récoltes 1934-1939 excédaient alors la demande intérieure.

87L’inquiétude commence à se faire jour entre janvier et mai 1947. Un hiver difficile, pour une agriculture inégalement productive, annonce des mois inquiétants ; les primeurs sont rares, chers et de mauvaise qualité, les stocks de 1946 s’épuisent au milieu du printemps. L’opinion, assez proche des questions agro-alimentaires, perçoit rapidement que la récolte de 1947 sera mauvaise. La déconvenue s’aggrave en été quand la ténuité des devises disponibles rend peu probables des importations de complément. La récolte printemps-automne 1947 atteint 74 % de celle de 1938, dont 41,5 % pour le blé, mais les disponibilités ne dépassent pas 77 à 78 % de 1938. L’insatisfaction gronde, augmentée des tensions liées à la guerre froide. Des clivages réapparaissent en fonction de l’offre agricole, des circuits d’acheminement disponibles et de la solvabilité des acheteurs.

88La pénurie frappe en fait les habitants des agglomérations peuplées et aux revenus modestes (Paris, Lyon, Lille) et ceux des villes mal desservies par une campagne à la production inégalement diversifiée (Montpellier, Marseille, Toulouse). L’Ouest armoricain (Rennes), le Massif central (Clermont-Ferrand, Limoges) ou certains espaces du Bassin parisien (Orléans, Amiens) ne semblent pas avoir été particulièrement mal lotis. Les jardins potagers des cités minières (Nord - Pas-de-Calais), les disponibilités financières des milieux urbains aisés (Paris-Ouest), la proximité d’exploitations péri-urbaines intensives (Lyon) peuvent atténuer le problème. Bordeaux, Nantes ou Strasbourg sont en situation plus délicate. Marseille cumule le triple handicap de la masse urbaine, de la modestie des revenus et de la faiblesse environnante de la production agricole. On se nourrit mieux à Avignon, Manosque, Gap ou Aix-en-Provence que dans le port méditerranéen en reconstruction.

89Ainsi, la pénurie ne concerne pas une quarantaine de millions de personnes ou treize millions de ménages sans distinction, qui s’alimenteraient chacune à 75 % de leur niveau de 1938... Il faut plutôt considérer qu’une trentaine de millions (ou 10 millions de ménages) s’alimentent correctement – au-delà des seules familles rurales (18 à 19 millions de personnes ou 6,5 millions de ménages) – et qu’une dizaine d’autres millions (ou 3 millions de ménages) s’en tiennent à 75 % de leur ration de 1938... Deux tableaux ci-dessous permettent de mieux préciser la part élevée (60 à 80 %) de l’alimentation dans les budgets des ménages modestes et celle du marché parallèle (40 %) dans l’approvisionnement familial de l’année 1947.

Tableau 80
Part de l’alimentation dans les budgets des ménages modestes

Tableau 80Part de l’alimentation dans les budgets des ménages modestes

Source : INSEE, Les statistiques de prix en France, Imprimerie nationale, 1953; INSEE, Études et Conjoncture, avril 1947; AEF, Cusin 5 A 29.

Source : Institut national d'hygiène, avril 1947 sur la population des ménages parisiens, reproduite dans : INSEE, Études et Conjoncture, mars-avril 1947.

90L’opinion s’impatiente de la crise du ravitaillement et cherche sinon des explications, du moins un objet pour cristalliser son mécontentement. Le gouvernement est certes en première ligne, mais il vient d’être investi, les citoyens ont voté plusieurs fois en quelques mois, il ne peut être totalement coupable. Les accapareurs ? Qui y croit encore vraiment ? Les grossistes, ces mystérieux « intermédiaires » font une bonne cible, à la fois omniprésente, indispensable et opaque, tous excellents ingrédients pour rumeurs négatives. « L’État », les « bureaux » et leurs bureaucrates, l’Administration et ses « fonctionnaires » ont également des allures de coupables fort présentables, dans le rôle des mauvais conseillers, écrans entre le peuple et le prince. Ce qui désigne « le dirigisme » à la vindicte collective.

Tableau 81
Évolution des opinions favorables au « libéralisme » ou au « dirigisme » entre 1944 et 1947

Tableau 81Évolution des opinions favorables au « libéralisme » ou au « dirigisme » entre 1944 et 1947

Source : IFOP, Sondages, 1e r février 1945 et 1e r août 1947.

91Ce double tableau permet de voir l’évolution défavorable de l’opinion envers ce que l’on qualifie à l’époque de « dirigisme ». De 39 % de réponses positives en 1944, on passe à 20 % en 1947, avec une quasi-majorité (49 %) d’opinions hostiles. Le nombre de « sans opinion » reste le même (20 %), mais nous relevons l’apparition de points de vue mêlés avec 10 % d’opinions partagées. Les plus hostiles sont les industriels et commerçants (69 % d’opinions défavorables), mais pas les paysans, ouvriers ou employés qui sont dans la moyenne (autour de 50 %) ou les professions libérales dont les réponses atténuées (42 % d’opinions adversaires au dirigisme) tiennent compte des nécessités d’encadrement minimum du marché.

92Mais qu’est-ce que ce fameux « dirigisme » ? L’IFOP obtient une moitié (46 %) de réponses correctes : 19 % citent l’intervention de l’État (« l’État achète et vend », « intervient », « exerce une main-mise ») et 27 % un des aspects de cette intervention (prix, rationnement, organisation de la production). L’autre moitié (54 %) donne une réponse insatisfaisante : 30 % ne savent pas, 15 % restent dans le vague (« une sorte de dictature ») et 9 % (seulement...) apportent une réponse polémique (« stocker et laisser pourrir »). Ainsi, l’opinion se partage en quatre quartiers approximatifs : 1) ceux qui comprennent ou utilisent correctement terme et concept, 2) ceux qui en ont une connaissance partielle, 3) ceux qui s’éloignent sensiblement du sens moyen du terme ou l’emploient avec une signification fléchée et 4) ceux qui ignorent terme et concept.

93L’IFOP interroge sur le domaine éventuel de contrôle à maintenir : « Y a-t-il des produits pour lesquels vous croyez le dirigisme actuellement nécessaire ? ». Nous devrions retrouver à peu près 50 % de non et 20 à 30 % de oui. Il n’en est rien. Si l’on constate bien 51 % de non-réponses, par ignorance ou par opposition, ce qui est moins que les 70 % cumulés des « sans opinion » et des opposants de la première question, 49 % désignent des domaines précis ! Les produits alimentaires sont logiquement cités en premier, pour la moitié des réponses, avec par ordre, le pain, la viande, les produits laitiers.

94L’opinion est donc hostile au dirigisme, défini approximativement comme une intervention embarrassante et excessive de l’État, mais souhaiterait une action canalisée sur la fourniture de produits alimentaires. On comprend la perplexité des milieux politiques...

95Il faut ajouter le rôle désormais montant des organisations professionnelles. La Confédération générale de l’Agriculture, la CGA, évolue profondément depuis le début de l’année 1946, et sa branche « exploitants », la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, la FNSEA, tenue par des conservateurs et des libéraux-modérés s’oppose de plus en plus violemment au groupe socialiste et radical qui contrôle la Confédération. Malgré le demi-compromis consistant à confier la direction nominale de la CGA à un MRP, le ton monte pendant toute l’année 1947 au point que le congrès de novembre 1947, dont les échanges extrêmement violents sont largement édulcorés par Libération paysanne, aboutit à une scission de fait, la FNSEA devenant autonome aux mains des conservateurs (Maurice Blondelle). Là aussi les courants hostiles « au dirigisme » deviennent majoritaires entre 1946 et 1947. Forte de 1,8 million d’adhérents sur 2,35 millions d’exploitations, la CGA tient un discours double pour conserver jusqu’en novembre 1947 une façade unitaire, et réclame parallèlement l’ajustement (1946), puis la hausse, enfin la liberté (1947) des prix agricoles, et la « sécurité du travail » (assurances sociales) et de la « production » (plan d’outillage national agricole). L’accord se fait cependant entre ses deux composantes sur la nécessité de mettre fin (1947) à la « bureaucratie » au profit d’une organisation professionnelle, autonome et puissante du monde paysan. Le corpo-syndicalisme concerne tout l’éventail politique, des libéraux aux SFIO. Dans tous les cas, le monde paysan – 30 % des actifs – et les ruraux – 48 % de la population – pèsent globalement dans le sens de la hausse des prix.

  • 86 Voir, au milieu d’une bibliographie convenablement fournie, la revue Bulletin du CNPF, à partir de (...)
  • 87 Cf. Who’s who in France et G. Lefranc, Les organisations patronales en France, op. cit., p. 406. Vi (...)

96La Confédération nationale du patronat français, CNPF, officieuse depuis la Libération, provisoire à partir de décembre 1945, s’organise au grand jour le 12 juin 1946, lors de son assemblée générale constitutive à la suite de la dissolution des offices professionnels par la loi du 26 avril 1946 qui laisse un vide juridique86. Le premier contact avec Félix Gouin, le 21 février 1946, donne l’occasion à la délégation patronale, conduite par Georges Villiers (président du CNPF, 1946-1966), de protester « contre les ravages croissants de l’étatisation sous toutes ses formes ». Le 12 juin 1946, la première allocution de G. Villiers s’élève « contre les excès d’un dirigisme qui nous a mis en état de léthargie » et réclame « l’abolition de toutes les tracasseries et contraintes administratives ». La Confédération crée en son sein une « commission du dirigisme », chargée de surveiller les programmes de production que doit théoriquement imposer le ministère de l’Économie nationale (loi du 11 mai 1946) et une « commission des prix » pour examiner la règlementation en place et les principes de la formation des prix en « régime libéral ». L’assemblée générale du CNPF le 7 décembre 1946, « constatant la faillite du dirigisme », demande la liberté des prix et des quantités pour les produits industriels ou agricoles en quantité suffisante par rapport à la demande intérieure, le retour à la concurrence commerciale par la suppression des coopératives d’achat (elles ne seront pas supprimées) et l’encouragement à la production, destiné à faire « baisser les prix » plutôt qu’à augmenter les salaires. Le ton est le même, en plus soutenu pendant l’année 1947. Il faut noter que G. Villiers, ingénieur des Mines, chef d’entreprise dans la métallurgie lyonnaise, s’impose rapidement et pour 20 ans à la tête du patronat et qu’il fait partie des patrons qualifiés de « sociaux »87.

97Les entreprises industrielles et commerciales sont donc largement le premier foyer d’opposition au contrôle des prix, les paysans se montrant plus prudents, gardant en mémoire la crise des années trente. Liberté des prix et des transactions, équilibre du budget, stabilisation des salaires, voilà le programme du CNPF. Constater que les Finances, puis à leur suite la Troisième Force, vont emprunter à peu près la même voie ne signifie pas que le gouvernement a choisi un camp, celui des employeurs, contre l’autre, celui des employés. Une situation de convergence entre deux agents majeurs, l’État et les entreprises annonce un effet de meilleure synergie, auquel les salariés sont implicitement mais postérieurement associés. La conception d’alors de l’intérêt général commande le retour aux grands équilibres, chaque groupe social pouvant ensuite bénéficier d’avantages collectifs supérieurs à ceux d’une compétition autour d’un revenu national amoindri. En revanche, l’Économie nationale prend quasiment le chemin opposé, ce qui n’est pas sans créer des effets de turbulence.

98La politique économique de 1946-1947 sous le regard de la lutte contre l’inflation, prend des chemins faiblement ou insuffisamment stabilisateurs.

99Les objectifs à moyen terme placent au premier rang la reprise de la production, associée à la modernisation du capital (objectif économique) et à la progression du niveau de vie salarié (objectif social). Le court terme n’est pas réellement jugé prioritaire, malgré son urgence, tant est forte l’aspiration au mieux-être collectif immédiat. Ainsi, le ravitaillement et la stabilité des prix n’arrivent qu’en 4e et 5e positions, ce qui n’est pas particulièrement favorable à une reprise équilibrée. Certes, la France a pu se reconstruire malgré l’inflation et on ne peut prétendre raisonnablement annihiler la production au nom de la monnaie et des prix, mais la Reconstruction aurait pu s’effectuer avec le moins d’inflation possible, ce qui aurait permis par exemple une reconstitution rapide de l’épargne, elle-même favorable à l’investissement.

100Les moyens d’action se divisent en trois ensembles et éloignent pour l’instant le projet d’un ministère coordonnateur, sous la forme d’un ministère de l’Économie nationale. Les Finances gèrent budget (directions du Trésor, du Budget et des Impôts) et monnaie (tutelle sur la Banque), le ministère de l’Économie nationale est réduit aux prix, qu’il maîtrise mal, et aux salaires qu’il partage notamment avec le Travail et les Finances ; le Plan (d’orientation) est confié à un commissariat général. Schématiquement, les personnages responsables sont respectivement Schuman, Philip et Monnet. Les revendications ou les pratiques à la hausse vont se glisser dans les intervalles entre ces trois structures, de manière maximale en 1946, de plus en plus difficilement en 1947, assez peu en 1948.

101La chronologie des mesures est moins nette et moins importante ici qu’en 1944-1945, période de toutes les fondations. Deux phénomènes lents et progressifs servent de trame, le démantèlement des contrôles (plus spectaculaire) d’un côté, la recherche de l’équilibre budgétaire (plus discrète) de l’autre. Un enchaînement négatif crée un effet de turbulence conjoncturelle, celui de hausses salariales estivales qui concourent avec des hausses de prix agricoles d’automne, le tout suivi (ou précédé) de hausses industrielles printanières. Ponctuellement, le relèvement symbolique (2-2,5 %) du taux de réescompte de la Banque de France en 1947, souligne que l’expansion du crédit n’est pas illimitée.

102L’analyse par secteur n’appelle pas de nombreuses remarques complémentaires. Le lent retour à l’équilibre budgétaire ordinaire peut contribuer à rassurer parlementaires, contribuables, entreprises, mais il couvre un déficit de Trésorerie réel qui dépasse le tiers des dépenses effectives des caisses publiques centrales. La hausse des salaires, qui inclut le dispositif socialement bienvenu mais financièrement coûteux des assurances sociales, reste aussi élevé qu’en 1944-1945, attirant l’attention publique sur le rôle important de la masse salariale dans le processus inflationniste, mais les gouvernements Ramadier annoncent le retour à la sagesse : pas de hausses salariales sans contrepartie de productivité. La masse monétaire, dépréciée par l’inflation revient à un niveau correct par rapport au PIB, tandis que les crédits progressent plus vite face à une épargne fondante. Si la liquidité de l’économie n’est pas menacée, sa solvabilité financière entre dans une zone de risques. Alors que le différentiel d’inflation (interne) entre la France et les pays anglo-saxons double entre 1945 (2,15) et 1947 (4,55), le cabinet Ramadier repousse une nouvelle dévaluation. Enfin, faute de devises disponibles ou de crédits internationaux, la balance des paiements réduit considérablement son déséquilibre en 1947.

C. IRRÉALISME DU MINISTÈRE DE L’ÉONOMIE NATIONALE, PROGRAMMATION LONGUE DES FINANCES

  • 88 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 12-13.

103Le ministère de l’Économie nationale est confié pendant la période 1946-1947 à André Philip (SFIO) sauf pendant le second semestre de 1946 (F. de Menthon, MRP) et la période postérieure au 22 octobre 1947 (J. Moch, SFIO). En 1947, « le cabinet du ministre était lui-même divisé : d’un côté, des techniciens sérieux, mais dogmatiques et tracassiers, groupés autour de son directeur, Henri Faure. De l’autre, les militants du parti et du syndicalisme, préoccupés de fidélité à la ligne générale (= de la SFIO)... Paul Reber et Alexandre Verret »88. À l’intérieur du MEN, il faut mentionner la présence de Gaston Cusin qui demeure responsable du corps des IGEN et secrétaire général du Comité économique interministériel.

  • 89 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 93.
  • 90 Dans R. Rochefort, Robert Schuman, Ed. du Cerf, 1968, 382 p., p. 158.

104Les relations avec les autres services sont variables. Avec l’Agriculture de Tanguy-Prigent, SFIO et interventionniste aussi, elles mêlent front commun contre le démantèlement du « dirigisme » et rivalité quant à la question des prix agricoles, à la création d’un circuit autoritaire de la viande ou aux salaires agricoles. L’Industrie, confiée au PCF Marcel Paul en 1946 ou au SFIO Robert Lacoste en 1947-1949, est toujours extrêmement réticente à toute interférence du ministère de l’Economie nationale sur ce qu’elle considère comme son autonomie : prix industriels, salaires des entreprises nationalisées, contingentements de répartition etc. Le Ravitaillement, ce ministère si impopulaire depuis 1944, relève dès 1947 du président du Conseil, qui en confie l’aspect technique à un haut fonctionnaire. Les rapports avec les Finances semblent heureusement ceux d’une aimable émulation. « Sous Ramadier, les deux maisons, de la rue de Rivoli et du rond-point des Champs Élysées ont vécu assez fraternellement89 ». Confirmation par Robert Schuman90 : « La situation, impossible en soi, devenait possible grâce à la confiance qui existait entre nous et il n’y eut pas de heurts ».

  • 91 L. Franck, 697 ministres, p. 8-9.

105En 1946 (ministère de l’Économie nationale et des Finances), André Philip engage la réduction du déficit budgétaire, poursuit la politique d’emprunt aux États-Unis, achève les dernières nationalisations (Assurances, EDF), patronne la création de l’INSEE. Il est favorable à un plan industriel, mais le ministère de l’Économie nationale n’est plus à même d’en fournir un, tandis que le Commissariat général en prépare un autre. Les relèvements de prix industriels au printemps 1946 sont dans la continuité de ceux de 1945. En 1947 (ministère de l’Économie nationale) son cabinet s’occupe essentiellement de blocage des prix en colmatant les dérogations croissantes aux « baisses Blum » et du statut de la viande, circuit pour lequel toutes les solutions étudiées tournent autour d’un Office public et professionnel. Cependant, André Philip ne semble pas se passionner pour les problèmes de prix. « Ils ne l’intéressaient peut-être pas beaucoup... (Sa conception du) dirigisme... n’était en fait que la résistance à l’inflation. Pour le ministre, cette résistance passait par le blocage des prix et des salaires, ce qui, vu l’extrême pénurie et le désordre... supposait la reprise en main des grands marchés agricoles et spécialement celui de la viande », rapporte91le directeur des Prix. Le blocage des salaires a pour contrepartie thématique celui de la baisse des prix. Au lieu d’accorder des augmentations nominales de salaires, le ministère de l’Économie nationale plaide en faveur de la baisse de prix sur les produits de grande consommation et lance en février 1946 une campagne d’utility goods.

  • 92 L. Franck, ibidem, p. 39.
  • 93 A N, 350 A P 57, Archives du MRP. Aimablement indiqué par L. Ducerf. À part la notice biographique (...)

106Le ministère de l’Économie nationale n’est pas véritablement mieux dirigé par F. de Menthon ou Jules Moch que par André Philip. Le point commun entre Philip et Menthon est leur indiscutable bonne volonté. J. Moch, de son côté aurait fait un assez bon ministre de l’Économie nationale92, mais arrive trop tard. Au deuxième semestre 1946, le MRP confie le ministère de l’Économie nationale, distinct des Finances, à F. de Menthon, qui semble aborder le ministère de l’Économie nationale comme un professeur d’abord soucieux de théoriser la pratique. Surtout il s’intéresse de plus en plus vivement à la législation sociale, en rapport avec l’encyclique Quadragesimo anno de Pie XI (1931) et la législation sociale du Front populaire, à laquelle il apporte son approbation et qui suscite la fondation de la revue Droit social en 1938. Cette option sociale rend plus clairement compte que son caractère personnel, de son attitude favorable à la conférence du Palais-Royal. Au conseil national du MRP en mai 194693, il défend la primauté de la production sur celle de l’équilibre budgétaire, et la nécessité de garantir le revenu des salariés ouvriers (hausses de salaires) et celui des petits paysans (hausse des prix agricoles). Le blocage des prix devait servir d’outil pour d’abord reclasser l’ensemble du système – mais en hausse – pour ensuite amorcer des baisses au détail en 1947 (baisses Blum). L’ensemble suppose la coopération des acteurs économiques... Ces vues induisent pour la deuxième année consécutive une (très) forte hausse des prix ; nous verrons même les participants de la conférence du Palais-Royal se quitter stupéfaits de résultats aussi avantageux pour eux.

  • 94 Who’s who in France. Jules Moch a aussi laissé un recueil de mémoires, Une si longue vie, R. Laffon (...)
  • 95 L. Franck, 697 ministres, p. 37-39.
  • 96 P. Lamour, Le cadran solaire, op. cit., p. 296.
  • 97 L. Franck, ibidem. Le conseil des ministres en question est celui du 5 novembre. La reprise de l’ex (...)

107Jules Moch94 (1893-1985) n’est ministre de l’Économie nationale que du 22 octobre au 19 novembre 1947 avec les Travaux publics et Transports et le MRU, Reconstruction et Urbanisme. Polytechnicien, « quintessence de l’esprit polytechnicien »95, combattant des deux guerres et résistant émérite, « homme décidé, d’un courage intellectuel et physique allant jusqu’à la témérité »96, « Jules Moch eût fait un bon ministre de l’Économie nationale, non seulement par son autorité et sa culture, mais aussi parce qu’il saisit immédiatement les interactions réciproques des prix et des salaires, et l’utilité de substituer à ces décisions ponctuelles... une remise en ordre globale, la recherche d’un palier salaires-prix qui pût tenir un temps raisonnable. Devant le conseil des ministres, il exposa les grandes lignes dont nous avions tracé le plan et qui ne manquait pas de souffle97 ». Effectivement, J. Moch présente le premier plan applicable depuis 1944 en matière de prix et de salaires : 1. Relèvement des prix industriels. 2. Politique nuancée des prix agricoles. 3. Faibles hausses de salaires sous conditions de productivité. Ce projet préfigure le plan Mayer de décembre 1947 et inaugure la phase 1948-1952.

  • 98 R. Poidevin, R. Schuman, Imprimerie nationale, 1985.
  • 99 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 87-92
  • 100 Cité in R. Rochefort, R. Schuman, p. 148, sans références.
  • 101 Dans R. Poidevin, R. Schuman, p. 31-33 et 167-170. Conférence prononcée à Bruxelles le 8 novembre 1 (...)

108En face, le ministère des Finances, de nouveau séparé de l’Économie nationale depuis juin 1946, retrouve sous la responsabilité de Robert Schuman (1886-1963)98un ascendant croissant sur la politique économique générale. Trois directions majeures, Trésor, Budget, Impôts donnent de l’aisance à son cabinet. Président de la commission des Finances en novembre 1945, R. Schuman accepte la rue de Rivoli en juin 1946 et confie la gestion de ses destinées ministérielles à François Bloch-Lainé, dont le témoignage ultérieur est constamment déférent. « Esprit concret et précis, doué pour les mathématiques, il se trouve à l’aise parmi les chiffres et sait étudier un dossier... Assez vite, l’assurance lui vînt99 ». R. Schuman n’est ni « libéral » ni « dirigiste » : « Ce dont je suis sûr, c’est que tant que dure l’inflation, les contraintes sont vaines et les libertés dangereuses », dit-il en septembre 1947100. Il est rapidement gagné au souci d’équilibre budgétaire, à la modération salariale – pour éviter le blocage socialement déstabilisateur – et reconnaît que la taxation est « un expédient » à la fois « temporaire » mais « nécessaire » et dont la réussite suppose l’insertion dans « une politique économique d’ensemble »101. R. Schuman est un libéral-social, libéral pour les entreprises et leur capital, social pour les salariés et leur organisation.

  • 102 F. Bloch-Lainé, ibidem, p. 90 et 95.

109La charte du ministère des Finances est l’Inventaire de la situation financière, dit inventaire Schuman, épais de 671 pages, à la manière de l’inventaire Clémentel de 1925 ou des Rapports des experts de 1926 et de 1932. « Je réunissais dans mon bureau les directeurs de la maison et leurs principaux collaborateurs, pour mettre au point des études concernant à la fois des constatations et des propositions » (p. 90). Rassemblant des séries statistiques de 1913 à 1946, il expose moins un programme qu’une situation, mais les objectifs stabilisateurs y sont implicites. « Rue de Rivoli, nous souhaitions à tout le moins, préparer les mesures de rigueur que prendrait, espérions-nous, le régime quand il serait définitivement établi ». Il est prêt en décembre 1946. « Nous nous y référions sans cesse pour préparer des mesures de redressement...102 ». Partant du constat d’une triple crise, budgétaire, monétaire et commerciale, le texte démontre la nécessité d’utiliser comme levier principal de stabilisation la recherche de l’équilibre budgétaire, qui incombe en priorité à l’État et commande d’autres équilibres. Ainsi, les investissements publics doivent être le moins possible financés par l’emprunt, les subventions très limitées et la réglementation des prix, des salaires et des quantités produites maintenue un certain temps » (p. 211-216). L’Inventaire n’est pas devenu un plan Schuman, faute de moyens et de certitudes politiques en 1946, mais il sert de base au redressement lent de 1947 et donc au plan définitivement stabilisateur de R. Mayer, avec R. Schuman comme président du Conseil.

  • 103 Cité dans Jean Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 307, « Le danger immédiat était celui de l’inflat (...)

110Un appui soutenu vient progressivement conforter les choix des Finances. Le Commissariat général au plan avertit dans son rapport de novembre 1946 : « De toutes les conditions nécessaires à la réalisation du Plan, il n’en est pas de plus fondamentale que la stabilisation des prix et de la monnaie »103. L’influence de Jean Monnet est alors très réelle dans les cabinets ministériels. Le Plan de 1947 doit programmer la modernisation tant attendue et servir bientôt de caution aux demandes d’aide américaine. La conviction de Monnet pousse à la création le 9 septembre 1947, d’un Comité d’assainissement économique et financier, composé du président du conseil, des ministres des Finances et de l’Économie, du gouverneur de la Banque de France et du commissaire au Plan et qui doit rendre ses conclusions le 1er octobre, et d’une commission (technique) du bilan national, pour le mois de décembre. Nous allons évoquer maintenant le rapport du CAEF et nous verrons celui du bilan avec le plan Mayer.

  • 104 AN, Mayer 363 A P 7.

111Le premier mémorandum du Comité d’assainissement économique et financier, document104 épais de 52 pages, présente à la fois une analyse de l’inflation et des propositions pour la neutraliser. Les causes sont centrées autour de l’excès de la demande : la guerre a beaucoup chargé les dépenses collectives et le retour de la paix n’a pas conduit les différents groupes sociaux à la modération. Les pénuries ne sont pas évacuées, mais face à cette offre tendue, consommation, investissement et demandes de revenus à la hausse (État, entreprises, ménages) rendent compte de l’essentiel de la crise, à laquelle « le manque de confiance » qu’elle engendre prête son concours. Ainsi, nous voyons concrètement comment en trois ans, de l’automne 1944 à l’automne 1947, s’impose la théorie de l’excès de la demande au sommet de l’État, après les formulations un peu trop abruptes et monétaires de Mendès France, le laisser-aller productiviste de R. Pleven, et les premiers jalons de l’inventaire Schuman.

112Trois types de propositions apparaissent : 1. Un bilan comptable des ressources et des consommations nationales (= équilibre ressources-emplois), confié à une commission du bilan ; celui-ci doit permettre de fixer un horizon à la demande des ménages et de l’État. 2. La recherche de l’équilibre budgétaire, l’État devant montrer l’exemple de la rigueur ; les dépenses ordinaires seront réduites et financées par l’impôt. 3. La préférence pour une action sur le ravitaillement urbain (pain et viande) plutôt que sur le blocage (fléchissant) des prix et des salaires. Sur ce dernier point, le Comité d’assainissement économique et financier invoque autant des raisons de principe – le contrôle participe d’une vision autoritaire de l’État – que de pratique : chaque hausse des prix augmente aussi le ridicule de la politique publique du moment.

  • 105 Par exemple, Jacques Rueff adresse une Note sur le problème économique et financier à Ramadier le 2 (...)

113Ce texte, relayé par un puissant réseau de relations personnelles et un jeu constant de subtile insistance ne détermine pas à lui seul la réorientation gouvernementale, mais la personnalité de ses auteurs (Ramadier, Schuman, Philip, Mönick, Monnet) autorise à le considérer comme un résumé des options désormais dominantes105 dans les allées du pouvoir.

Conclusion.

114Les années 1946 et 1947 sont à la fois plus instables et plus prometteuses que les deux précédentes. Elles sont plus instables, dans la mesure où les divisions politiques sont plus aiguës. Le Tripartisme est une coalition politique élue sur un programme de gouvernement où les projets économiques sont non seulement flous, mais encore objets de division. Le principal clivage qui sépare l’opinion entre « dirigisme et libéralisme », coupe les gouvernements en deux selon des critères inattendus (de part et d’autre du centre-gauche), ce qui aggrave la situation.

115L’opinion prend nettement fait et cause contre « le dirigisme », un peu sommairement assimilé au contrôle économique, et le gouvernement ne peut l’ignorer car les troubles sociaux augmentent, le PCF contribuant au besoin à les alimenter. La politique économique, séparée entre trois services, Finances, MEN et Plan, offre ainsi des contradictions dont, producteurs et salariés bénéficient par des hausses de prix ou de salaires. L’Économie nationale perd lentement contact avec la réalité des esprits et s’acharne à mettre sur pied des structures de forme coercitive avec des animateurs qui s’y opposent (marché de la viande).

1161946 et 1947 sont cependant plus prometteuses car le débat tranché qui opposait un projet centralisé et un programme flottant en 1944-1945 a laissé la place à une réflexion sûre aux Finances, qui débouche fin 1947 sur le plan Schuman-Mayer. Malgré les préoccupations sociales qui animent les principaux responsables de la rue de Rivoli, il apparaît plus sage, quoique moins exaltant de rétablir les grands équilibres avant de songer à redistribuer les cartes. La méthode inverse, plus progressiste et plus enthousiasmante,... est d’abord inflationniste, car elle conduit à une compétition sociale tendue autour d’une valeur ajoutée insuffisante. La stabilisation, si l’opinion publique l’accepte, permettra de mieux réfléchir ensuite à une attribution plus équitable du revenu national. La justice a plus besoin de stabilité que de passion.

IV. LA POLITIQUE DES SALAIRES : L’EXPANSION NON CONTRÔLÉE DE LA MASSE SALARIALE

117Préalable méthodologique sur les politiques économiques spécifiques.

118Des quatre objectifs devenus classiques de la politique économique – la croissance du PIB, le plein emploi, la stabilité des prix et l’équilibre extérieur des paiements – la période 1944-1947 ne pouvait que privilégier le premier au détriment des deux derniers, tandis que l’inélasticité à la hausse de la population active garantissait le plein emploi. Si la stabilité des prix ne pouvait être un objectif premier à moyen terme, elle devait cependant rester un objectif latéral permanent, par son urgence et par ses enjeux, notamment sa contribution à la paix sociale. Si les deux moyens principaux de stabilisation des prix restent la politique macro-économique générale que nous venons de voir et la politique des prix que nous examinerons dans le chapitre V, nous devons dire un mot des politiques économiques spécifiques.

119Nous avons déjà vu que la cause principale de la crise des prix était l’écart entre l’offre et la demande, ce qui appelait, outre un rationnement inévitable, une politique de la production pour l’offre et une politique des salaires pour la demande. La politique budgétaire et la politique monétaire devaient accompagner les deux précédentes. Fallait-il les décrire toutes par le menu ?

120Deux considérations ont guidé notre démarche. La première est épistémologique. Il fallait d’abord évaluer le degré d’emprise de la politique économique sur l’offre et la demande, à la fois par les disponibilités en moyens administratifs et la réactivité du domaine d’action, économique et politique. Ainsi, la politique budgétaire offre une maniabilité médiocre mais son impact psychologique est très important, ménages et entreprises calquant partiellement leur comportement sur celui des pouvoirs publics. À l’opposé, la politique monétaire est très souple mais son utilité est réduite en 1944-1947. La politique des salaires serait la plus utile, mais elle est lourde à mettre en place et les salariés sont alors politiquement en position de force par rapport à l’Administration. D’un autre côté, sur le plan historiographique, nous devons tenir compte des ouvrages disponibles pour contenir la longueur de notre démonstration. La politique budgétaire (M. Margairaz) et la politique monétaire (O. Feiertag) bénéficiant déjà de développements substantiels, nous renvoyons pour l’essentiel à leurs travaux. Quelques pages résumeront ici les principaux aspects qui concernent la politique anti-inflationniste. En revanche nous détaillerons la politique des salaires à la fois parce qu’elle est moins débrouillée et que, bien conduite, elle aurait dû présenter le plus fort impact anti-inflationniste.

A. UN PROBLÈME COMPLEXE

121Si l’action sur le budget apparaît comme la mission centrale de l’État, la politique des revenus se situe aussi entre 1936 et 1952 parmi ses attributions importantes. La marge de manœuvre y est également faible, mais pour des raisons différentes, l’interlocuteur syndical ou l’opinion des ménages n’étant pas nécessairement plus accommodants que le Parlement. Une précision préalable est nécessaire ; le chapitre qui s’ouvre, traite principalement des revenus salariaux. Les revenus de l’État reviennent à la politique budgétaire, que nous venons d’analyser. Les revenus des entreprises sont à la fois mal connus (nous disposons de statistiques pour 1938, puis au-delà de 1949 seulement) et ne font pas l’objet d’une politique directe et spécifique ; ils résultent de la conjoncture économique, de la politique budgétaire (fiscalité, subventions) et de la politique des salaires. De ces trois composantes, les deux premières ont déjà fait l’objet d’analyse, la troisième va être examinée maintenant. Nous ne détaillerons donc pas la politique des revenus des entreprises, mais nous la lirons d’une certaine manière en creux dans celle des salaires. Les revenus salariaux sont à la fois les mieux connus et ceux qui suscitent le plus de tensions au sein de l’opinion. Ils feront donc l’objet de commentaires approfondis, même s’ils ne constituent que la majorité des revenus des ménages.

122La question des salaires a fait l’objet d’une présentation thématique dans le premier chapitre, à laquelle nous renvoyons pour le cadre d’analyse et les problèmes statistiques.

Tableau 82
Masse salariale en France (1938-1948)

Tableau 82Masse salariale en France (1938-1948)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI pour les années 1938 et 1949. La période 1939-1948 a été reconstituée selon la méthode exposée pour le calcul du PIB (document n° 16), avec l'aide supplémentaire de : AEF, Petsche 1 A 405, Note de la direction des Programmes, 23.09.1949, 25 p., et L. Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, 1957, p. 30.

  • 106 Comme nous l’avons souligné dans le premier chapitre, personne n’est en mesure de dire exactement l (...)

123La masse salariale est sensiblement comprimée entre 1939 et 1943, atteignant pour cette année-là l’indice 163 contre 224 pour l’indice des prix de détail. Sa valeur en francs constants (colonne 5) est inférieure de 27 % (colonne 6 : indice 73) à celle de 1938. La pression sur le PIB ne diminue pas car la décélération de la production intérieure est plus rapide que celle de la masse salariale ; en 1938, les salaires représentent 42 % du PIB, en 1943, 53 %. Les relèvements importants de l’été 1944, du printemps et de l’automne 1945 permettent en deux ans à la masse des salaires de dépasser l’indice de détail (1945, masse salariale : indice 467, prix de détail : indice 393) et de se hisser théoriquement à 86 % du PIB. Le haut niveau de ce rapport106, limité aux deux années 1944 et 1945 n’est pas pour rien dans le déclenchement inflationniste du printemps 1945. La rapidité de la crise des prix en 1946-1947 (les prix de détail sont multipliés par 2,62 entre 1945 et 1947) réduit l’avance de la masse salariale et les deux indices sont assez proches à 10 % près : 645 (prix)/ 717 (salaires) en 1946 et 1 632/ 1 820 en 1948. Ainsi, de 1943 à 1948, la masse des salaires progresse de 11 fois en francs courants, soit + 62 % par an et de 53 % en francs constants, soit + 8,8 % par an, les prix étant eux-mêmes multipliés par 7,3 (+ 49 % par an).

124Cette tension à la compression jusqu’en été 1944, puis à la hausse entre 1944 et 1947 mérite explication. Parmi les éléments de détermination de la politique des salaires, trois peuvent être distingués : l’offre et la productivité du travail, l’interférence des prix et des revenus, le statut juridique de la convention salariale.

  • 107 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.

125L’offre de travail et sa productivité varient assez peu entre 1938 et 1948. En 1936, 11,8 millions de salariés fournissent 26,3 milliards d’heures de travail, en 1954, 13 millions de salariés fournissent 27,1 milliards d’heures de travail, la durée annuelle du travail ayant diminué de 2 227 h à 2 086 h entre ces deux dates107. Dans l’intervalle, le PIB exprimé en francs constants 1938, est passé de 438 milliards de F à 652 milliards, soit une progression de 49 % et la part dévolue aux salaires dans le PIB (42 % en 1936 et 43,3 % en 1954) a augmenté très légèrement, définissant une progression de 57 % en valeur absolue. Le nombre de salariés dans la population active a augmenté de 10 % dans le même intervalle. Trois facteurs installent l’offre de travail dans la rigidité, l’inertie du nombre de salariés, celle des heures effectivement ouvrées et la situation de plein emploi. La part de la crise inflationniste imputable aux coûts semble plus faible en phase de ralentissement (mai-juin 1940-été 1944), puisque la demande de travail par les employeurs est déclinante sur les quatre ans, et plus forte en phase de reprise (1945-1948) puisqu’il s’agit de mobiliser une offre de travail peu élastique à la hausse.

126Si la masse salariale ne suit qu’approximativement l’évolution de la productivité, et s’en écarte notablement dans les années inflationnistes, il faut faire intervenir un second facteur, celui de l’interférence entre revenus et prix.

127La négociation salariale doit prendre appui sur la productivité du travail mais aussi sur les besoins sociaux de la population salariée. La hausse des prix nominaux et l’évolution de la forme de dévolution des revenus doivent ainsi être prises en considération. Nous avons signalé dans le premier livre la difficulté de la négociation salariale, où les uns raisonnent en salaires horaires et les autres en coûts salariaux. Non seulement en 1938-1952, la productivité globale est mal connue, même si entreprises et syndicats de branches comptent à peu près sur 50 % de frais salariaux dans leurs débours, mais encore la hausse verticale des prix tend à occulter toutes autres considérations. La socialisation partielle des revenus, vécue comme un progrès collectif irréversible, s’ajoute en 1945-1946 sans transition véritable à cette crise des coûts qu’elle aggrave par un financement majoritairement en charge de l’employeur. S’il est clair que les assurances sociales sont un facteur positif d’évolution pour la population active au même titre que sa formation scolaire et professionnelle élargie – puisqu’elles contribuent à améliorer la productivité de chaque actif, en meilleur état sanitaire et doté d’une qualification accrue – il est tout aussi clair que la France (ou la Grande-Bretagne) de l’après-guerre éludent le triple problème de leur financement, de leur progressivité d’imputation sur le PIB et de leur gestion administrative.

  • 108 AEF, Cusin, Note interne au MEN, non datée (1945-48 ?) et non signée, 19 pages, Les divers modes de (...)
  • 109 Il existe alors une quinzaine de modes de calculs de la productivité, le système le plus répandu ét (...)

128Le mode de versement108 des salaires est tributaire de l’image sociale qui les accompagne. L’observateur ultérieur est frappé par la diversité des formules de versement. Le salaire au temps est le plus répandu notamment le salaire au jour, jugé « parfaitement satisfaisant pour le salarié », offrant « sécurité d’emploi » (sic !) et semé « d’inconvénients » pour l’employeur (AEF, Cusin 5 A 29). Les paiements sont hebdomadaires ou quinzeniers comme au xixe siècle, et effectués en espèces. Les autres fomes de salaires sont minoritaires. Une partie des employés de commerce associe à un « fixe », un pourcentage appelé « guelte », les salariés agricoles sont payés tantôt à l’année (permanents) tantôt à la journée (saisonniers), toujours partiellement en nature, certains groupes d’actifs sont payés par équipes (maçons, pêcheurs, vendangeurs, mineurs, verriers). Les salaires à la productivité sont les moins répandus, mais leur proportion progresse de 5-8 % de salariés en 1938 à 17-18 % en 1948, soit plus de 2 millions d’actifs à cette dernière date ; leur forme la plus courante est le « salaire à primes » qui augmente le salaire horaire de base de primes selon la productivité, avec des coefficients selon les produits, les matières à économiser, la période de l’année, le type de clients etc109.

129La culture salariée de l’époque donne la préférence à un salaire très concret en liquidités, et acquitté à intervalles brefs ; la délivrance du pouvoir d’achat par la hausse de salaire est donc immédiate et sans transition, l’augmentation de 40 % (en fait 50 %) au 1er septembre 1944 par exemple étant réalisée le 15 septembre 1944 ; la pression de la demande alimentaire jusqu’en 1948 est telle que les sommes versées passent très vite dans le circuit commercial, si bien que la hausse rapide (1944-1946) des salaires exerce un effet doublement inflationniste dans cet ensemble où les salariés urbains modestes dominent, à la fois par les coûts en amont auprès des employeurs d’industrie (métallurgie, mécanique) ou de services (SNCF, fonction publique) et par la demande, en aval, auprès des circuits agro-commerciaux.

Tableau 83
Échelle psychologique des salaires (avril 1945)

Tableau 83Échelle psychologique des salaires (avril 1945)

Source : IFOP, Sondages, 16 mai 1945.

130Il faut également tenir compte des phénomènes de « grilles psychologiques » des salaires. Comme pour les prix, l’opinion intériorise une échelle théorique des salaires, en fonction de sa propre expérience, de ses aspirations et d’une extrapolation vraisemblable pour les salaires qu’elle ne connaît pas. Soulignons au préalable que l’échelle « des salaires » mêle sans distinction des revenus effectivement salariaux et des revenus libéraux (médecins, épiciers). Ceci étant dit, une première remarque s’impose : les salaires imaginés sont bien plus écrasés que les salaires réels ; l’écart (7,1) est par exemple de 9,0 en janvier 1945 pour la seule fonction publique, ce qui laisse supposer des intervalles encore plus grands dans le secteur privé marchand. Seconde remarque : les activités d’entreprise sont mal perçues : l’épicier détaillant (2,4) est par exemple à l’indice 2,0 chez les ouvriers et le directeur d’usine (5,4) à l’indice 4,0 chez les paysans. Ce ne sont pas les seules anomalies (curé de paroisse : 2,3), puisque le contre-maître (2,6) approche l’instituteur (3,1) et dépasse épicier et curé ; mieux, le médecin (5,4) l’emporte sur l’ingénieur (4,0) et égale le directeur d’usine ! II faudrait détailler l’image sociale que véhicule chaque catégorie (médecin = médecin de famille ? directeur d’usine : patron de PME ou de grande société ?). Troisième remarque : la réduction des salaires à un intervalle de 1 à 7 n’est pas le seul fait des milieux modestes, ouvriers, paysans, employés (65 % des actifs), les catégories aisées élargissent à peine l’écart : le directeur d’usine est gratifié de 6,5 par les industriels et commerçants, soit 20 % de plus que la moyenne des réponses et 62 % de plus que celles des paysans.

Tableau 84
Évolution comparée : prix, salaires et masse salariale (1938-1952)

Tableau 84Évolution comparée : prix, salaires et masse salariale (1938-1952)

Source : Calculs à partir de : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254, 260, 356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.

  • 110 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252-253.

131La série présentée ici compare l’évolution du salaire horaire et de la masse salariale par rapport aux prix de détail et une confrontation sommaire entre les deux grandeurs salariales. Gardons à l’esprit que de 1940 à 1948, les sommes effectivement dépensées par les ménages sont supérieures aux prix officiels des indices en raison du marché noir. En ce qui concerne le salaire horaire parisien moyen110, nous constatons le retard sur les prix dès 1939 avec un point bas en 1943, où sa progression est d’un tiers inférieure à celle des prix, le sursaut de 1944-1945 qui semble réduire l’écart au point de le faire disparaître (4 %), un nouveau fossé rapidement creusé en 1946-1947 (indices 0,61-0,62 entre 1947 et 1950), puis une stabilisation finale en 1951-1952 aux trois quarts du niveau des prix. Cette évolution semble correspondre certes à la succession de blocages (1940-1944 et 1948-1950, 1952) et de déblocages (1944-1947 et 1950-1951) intervenus alors sur les salaires directs, mais en étroit rapport avec l’évolution des prix.

132S’il faut prendre en considération le salaire horaire en 1938-1952 parce qu’il conditionne les attitudes socio-politiques des négociations salariales, il ne peut suffire à rendre compte de manière historique et macro-économique de l’évolution des revenus salariés à moyen terme. La seconde colonne du tableau illustre bien que le rapport entre la masse salariale et les prix n’évolue pas de la même manière que le salaire horaire. L’effondrement de la guerre est assez voisin, même si les lois sociales de 1928-1932 et familiales de 1940-1941 permettent un amortissement imperceptible de cette érosion : indice 0,74 et 1943 contre 0,64 au salaire horaire. Les hausses de la Libération apparaissent bien, mais le décrochage des deux séries est vraiment net en 1945. À partir de cette année, le rapport entre masse salariale et prix dépasse l’unité et atteint 1,11 en 1948.

133La troisième colonne ne manque pas d’intérêt avec une comparaison d’indices. Notre problème est de faire la part entre l’évolution du salaire horaire qui sert de base « socio-politique » aux négociations et celle de la masse salariale qui fixe l’évolution conjoncturelle réelle. Confronter les deux nous donne une sorte d’indice implicite des salaires effectifs, mi-chemin entre les salaires « vécus » et les salaires payés, entre l’indice pyschologique et l’indice constaté des salaires. Il paraît impossible que les ménages n’aient pas perçu, même inconsciemment, le supplément de revenu ou de non-dépense que représentaient les assurances sociales. La lecture peut être la suivante, toujours par rapport aux prix et à une base implicite 100 en 1938 : lorsque le rapport est proche de l’unité 1,00, cela signifie compensation apparente entre le « retard » du salaire horaire et « l’avance » de la masse salariale ; au-dessous de l’unité, < 1,00, la compensation est insuffisante, au-dessus, > 1,00, les salariés captent un supplément global de revenu. Nous retrouvons l’effritement du temps de guerre, le sursaut de 1944-1945, une rechute moins prononcée en 1946-1950 et une stabilisation au niveau de 1938 en 1951-1952. La compensation de 1951-1952 est saisissante (0,97-0,99) ; elle peut s’interpréter comme un pacte tacite de non-aggression entre les différents partenaires sociaux, d’un côté l’assentiment des salariés à un « retard » de salaire horaire tangible par rapport aux prix, de l’autre la concession des entrepreneurs, de l’État et des syndicats à une « avance » de la masse salariale par rapport à ces mêmes prix. Il nous faudra rendre compte plus loin de ce phénomène que nous rencontrons ici pour la première fois.

134Cela nous conduit à prendre en considération approfondie le statut juridique de la convention salariale.

135Les salaires présentent une image assez variée, aussi bien dans leur mode de versement que dans leur niveau. En 1938 (cf. chapitre 1), les salaires de Paris dépassent de 75 % ceux des départements, ceux des hommes atteignent le double de ceux des femmes, les salaires qualifiés de 10 à 40 % les salaires non qualifiés. L’urbanisation, le développement du salariat et la demande sociale poussent à une codification accrue des contrats de salaire. L’apparition modeste de contrats collectifs, d’abord au niveau d’une entreprise ou d’un groupe, puis d’une branche, puis du pays constitue après 1919 et la réactivation de 1936 une première impulsion réglementaire ; la négociation arbitrale des accords Matignon en juin 1936 représente une seconde étape de globalisation, qui aurait pu s’en tenir là, mais la situation de guerre conduit en septembre 1939 à décider en même temps le blocage des salaires et leur réglementation par le gouvernement. La politique des salaires est née, mais elle apparaît dans l’histoire sous un visage centralisé et administratif... La période que nous étudions est donc chargée de solder les effets « conjoncturels » de la crise et de l’Occupation et d’aménager ceux de la globalisation contractuelle montante.

  • 111 Notamment : AEF, Pleven 5 A 9, Cusin 5 A 15 et 29, Petsche 1 A 405.

136Qui intervient dans la politique des salaires ? Trois acteurs se partagent les tâches, les syndicats d’employeurs comme le CNPF à partir de l’été 1946, les syndicats de salariés comme la CGT, la CFTC et la Confédération générale des cadres, et l’Administration. La documentation la plus exhaustive consisterait évidemment à dépouiller successivement les trois catégories de sources, patronales, syndicales et administratives. Faute de temps et parfois d’accessibilité archivistique, nous n’avons pas approfondi les sources syndicales (Le Populaire et L’Humanité donnent tout de même de bonnes indications) ou patronales (Le Bulletin du CNPF permet aussi d’y voir assez clair), pour centrer nos investigations sur les archives administratives ; celles du MEN111, qui disposait de services spécialisés sur la politique des salaires, constituent l’essentiel de nos sources, incluant les documents les plus importants transmis par le ministère du Travail, dont les archives postérieures à 1944 n’étaient pas communicables au moment de la rédaction.

  • 112 Ce ne sont pas les mêmes exploitations qui sont affectées. Les salariés permanents se concentrant s (...)

137Comment se fixe la politique des salaires ? L’État est représenté par plusieurs services concurrents, voire opposés si l’on en juge par le ton de certains comptes rendus : Travail certes, mais surtout Finances et Economie nationale jusqu’en 1947, Agriculture pour les salaires agricoles, Transports pour les salaires de la SNCF, Industrie pour les salaires des entreprises nationalisées. Le Travail, partagé en 1944-1950 entre la SFIO (Parodi, 1944-1945, Daniel Mayer 1947-1950) et le PCF (Croizat, 1946-mai 1947), attribué à des personnalités proches ou issues du syndicalisme, ne freine pas la hausse et se comporte un peu comme l’Agriculture vis-à-vis des exploitants agricoles, comme un ministère de tutelle favorable. Le MEN, inspiré par un courant socialiste ou interventionniste plus « gestionnaire », Mendès France, Cusin, Philip, est plus réticent à la hausse soutenue des salaires, qui doit passer après la stabilisation des prix. Les ministères techniques adoptent des attitudes intermédiaires ; l’Agriculture sous Tanguy-Prigent (SFIO, 1944-1947) favorise explicitement les salariés agricoles pour les rémunérations, mais milite parallèlement en faveur des exploitants par la hausse des prix à la production112. P. Pflimlin (MRP, 1948-1951) parvenu aux affaires en phase de normalisation alimentaire insiste plutôt sur l’équipement de l’agriculture et donc la stabilisation de ses coûts salariaux. Les Finances, enfin, dépendent beaucoup de leur titulaire. René Pleven (1944-1945) est très haussier, Robert Schuman (MRP, 1946-1947) souhaite sans y parvenir, freiner la hausse des salaires (et des prix), R. Mayer (Radical, 1er semestre 1948) se montre très tactique en accordant une seule augmentation substantielle et non réitérable. Quand les parties en présence s’affrontent, le recours au chef du gouvernement s’impose : le général de Gaulle, à l’époque peu préoccupé par le sujet, Félix Gouin (SFIO) et Georges Bidault (1946) arbitrent plutôt à la hausse, Paul Ramadier (SFIO, 1947) et Robert Schuman (MRP, nov. 1947-juil-let 1948) plutôt à la baisse. Nous remarquons, à l’énoncé volontaire des appartenances politiques que le clivage n’est pas droite-gauche, mais dépend visiblemement de deux facteurs supplémentaires : l’attitude personnelle du titulaire et de son cabinet (Bidault s’oppose à Schuman, D. Mayer à Mendès France) et l’insertion chronologique du débat salarial. L’évolution du gouvernement Ramadier en est un excellent exemple. Jusqu’en mai-juin 1947, domine une certaine euphorie salariale d’immédiat après-guerre, les hausses s’effectuent sans heurts ; à partir du départ des communistes, de la prise en compte de la gravité inflationniste (Plan, Finances) et de la reconstitution active du CNPF, la politique des salaires s’inverse en un progressif (1947-1948) verrouillage salarial. Ramadier lui-même se convainct lentement de ce changement de cap. Ce tour de table gouvernemental nous permet déjà de comprendre la difficulté pour « l’État » de se mettre d’accord avec lui-même, ce qui induit souvent des arbitrages à la hausse au moins jusqu’en 1947.

  • 113 Plusieurs ouvrages traitent de la question patronale après la guerre et sont signalés dans la bibli (...)

138Cet « État » à la fois tout puissant et incertain n’a pendant deux ans comme interlocuteur valable qu’un seul partenaire, le syndicalisme salarié. Le CNPF est officiellement constitué en juin 1946, mais ne trouve une certaine vitesse de croisière qu’en 1947113. La présence de personnalités brillantes comme P. Ricard ou G. Villiers dès 1945 dans les allées du pouvoir n’aboutit cependant pas à les associer à la définition de la politique des coûts. Le mouvement syndical salarié a donc plutôt champ libre entre 1944 et 1946 pour présenter des demandes justifiées par la comparaison entre les salaires horaires et les prix. Des trois syndicats, la CGT, la CFTC et la nouvelle CGC, il est clair que la CGT avec ses 5,5 millions d’adhérents en 1946, soit 45 % des salariés français, donne le ton, entraînée par les métallurgistes, les mineurs et les cheminots, trois catégories essentielles à la reconstruction de l’époque. Les dirigeants de la CGT n’incitent pas à la hausse de manière continue, mais se font l’écho des revendications de leurs militants à propos de la vie chère et du marché noir. S’ils doivent arbitrer entre la solidarité gouvernementale et la solidarité syndicale, la seconde l’emporte sur la première. La concurrence entre communistes (victorieux en 1943-1945) et socialistes pour le contrôle de la Confédération n’incite pas à la modération. C’est ainsi que les plus beaux succès salariaux de la CGT datent des années de trève politique PCF-SFIO-MRP (1944-1947) alors que les années de rupture (au-delà de 1947-1948) aboutissent à la rigueur salariale. La scission CGT / CGT-FO et l’adhésion homogène du PCF à la stratégie du Kominform affaiblissent sensiblement la pression haussière sur les salaires, ce qui contredit la thématique alors courante de l’efficacité supérieure de la lutte à celle du consensus.

139Ainsi, la question des salaires apparaît-elle d’une grande complexité. Économiquement, elle doit prendre appui sur la productivité du travail, socialement, elle doit intégrer un niveau de vie jugé acceptable par l’opinion sociale, politiquement, elle subit les interférences de la montée séculaire du salariat et des effets de la démobilisation politique d’un pays sorti de guerre. Voyons plus précisément comment s’articulent les grandes phases de négociations entre 1944 et 1947.

B. HAUSSES ET RECLASSEMENTS CONSIDÉRABLES EN 1944-1946

140Entre août 1944 et juillet 1946, date de la Conférence du Palais Royal, prennent place des mouvements salariaux rapides, cumulés et structurels : 1. Les hausses saisonnières de l’été 1944, du printemps et de l’automne 1945. 2. La codification et le reclassement de nombreuses catégories particulières, des fonctionnaires aux salariés agricoles. 3. La socialisation nettement accrue d’une partie du revenu salarié.

141Les hausses de 1944-1945 interviennent à l’été 1944, au printemps et à l’automne 1945, ce qui permet de les qualifier presque de saisonnières. La tradition salariale correspond à un rythme bi-annuel de comptage puisque les statistiques du Travail sont établies en avril et en octobre de chaque année. Le tableau ci-dessous retrace l’évolution des indices de l’époque, indice du salaire horaire tel que nous l’avons défini plus haut, indice des 34 articles de détail.

Tableau 85
Indice des prix de détail et indice des salaires horaires (1938-1944)

Tableau 85Indice des prix de détail et indice des salaires horaires (1938-1944)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254 et SNS (Service national de statistiques, 1941-1946), Point économique, avril 1946, p. X.

  • 114 Le 15 mars 1944, une déclaration commune de Cathala (Finances), et de Bichelonne (Production indust (...)
  • 115 Cf. AEF, B 33 003, Deux notes (4 à 6 pages) du cabinet Mendès France sur L’évolution des salaires e (...)
  • 116 Arrêté du 23 juin 1943 : relèvement général de 0,50 F à 1,15 F/h selon six catégories de régions, a (...)

142Si nous nous plaçons dans la perspective des Français de la Libération, en avril 1944 les prix officiels distancent de 60 à 70 % les salaires horaires officiels. Au sortir de la guerre, l’Administration114 comme l’opinion estime unanimement qu’il y a « retard », que ce retard est causé par le Reich et Vichy115 et qu’il faut le combler de la manière la plus intégrale possible. En fait, le blocage des salaires commence en 1938-1939, le salaire horaire n’ayant progressé que de 4 % entre octobre 1938 et octobre 1940. Les hausses de la période 1940-1944 sont rares et chiches, la compression des coûts pouvant se lire aussi bien dans l’intérêt du Reich que celui de l’économie française dans son ensemble. Trois relèvements interviennent principalement, en juin 1941, juin 1943 et avril 1944116.

  • 117 AEF, B 33 003. 2 300 F = 208 h  10 F = 2 080 F, avec 284 F de prélèvements et 525 F d’allocations.
  • 118 AEF, B 33 003, La question des salaires à la Libération, pour Alger (Ardant et Ricquebourg) plus mo (...)

143Cette insuffisance du niveau des salaires par rapport aux prix est chiffrée non sans précision. La note du cabinet Mendès à Alger estime qu’au printemps 1944 une famille de 2 enfants avec un seul parent salarié, manœuvre en « Région Parisienne » (Ile de France) gagne 2 300 F par mois117 alors qu’il faut pour « vivre décemment » 3 000 à 3 500 F, soit un écart de 40 %. Dans sa célèbre note au CFLN du 24 février 1944, le commissaire à l’Économie nationale penche pour une première hausse de 20 % (soit 1,2 fois le niveau d’avril 1944) à la Libération, une seconde de 10 à 15 % (soit 1,34) trois ou six mois après, un troisième ajustement de 10 % encore (soit 1,47 fois le niveau d’avril 1944) environ 1 an après le premier relèvement. Ces 45 à 50 % de hausse sur 12 mois ne compensent pas les 64 % d’écarts salaire horaire-prix de détail, mais l’équipe Mendès intègre déjà les assurances sociales et les avantages sociaux d’entreprise (cantines) et s’en tient plutôt aux chiffres du manœuvre- « balai » de la région parisienne (40 % d’écart). Ils supposent aussi des prix stables pendant un an, ce qui fut le cas pendant 9 mois, de juillet 1944 à mars 1945. Le détail des archives118 permet de discerner que le cabinet, séparé entre Alger et Londres, hésite entre les « rigoureux » (Ardant, Ricquebourg) qui penchent pour le seul relèvement des bas salaires de 20 % et les « sociaux » (G. Boris) qui poussent à la hausse significative non chiffrée, comme une « nécessité vitale ».

  • 119 AEF, B 18 675.
  • 120 Pour tout ceci, voir AEF, B 33 003 et Mendès France, Œuvres complètes, II, notes et correspondances (...)

144Les projets de Courtin et Mönick, du moins leur dernière mouture119 du 5-10 août 1944, sont bien plus généreux et parlent de 50 %, en fonction des prix pour un premier temps, puis au-delà selon les résultats obtenus. La CGT demande « de larges aménagements salariaux », de l’ordre de 40 à 60 %, compromis à la hausse de la concurrence interne entre socialistes et communistes, et Adrien Tixier (SFIO) commissaire du CFLN au Travail se range à cet avis. L’entrée des communistes au CFLN en avril 1944 divise la SFIO sur les salaires, une partie soutenant la hausse de 40-60 %, une autre (A. Philip) se rangeant plutôt dans le camp de Mendès France120. La controverse sur l’échange ou l’emprunt se prolonge dans les questions de salaires avec les mêmes protagonistes. Incertain, le Comité, devenu le 3 juin GPRF, décide le 16 juillet pour « une augmentation de salaires après la Libération militaire »...

  • 121 De Gaulle, Mémoires, Plon Poche, III, p. 47-48. M. Debré, Trois Républiques pour une France, I, p. (...)
  • 122 Dejonghe et Laurent, Libération du Nord-Pas-de-Calais, 1974, p. 221.
  • 123 G. Cusin, Entretien de G. Cusin avec des historiens, Comité d’Histoire de la seconde guerre mondial (...)
  • 124 AEF, B 33 003. Notes de J. F. Ricquebourg, inspecteur des Finances (1915-1944) au service des Finan (...)

145Le 28 août 1944, la Résistance intérieure représentée par la réunion des secrétaires généraux (ministres provisoires) des ministères que préside André Le Troquer (SFIO) ministre délégué par Alger dans les territoires occupés, propose 40 %. Après la formation du nouveau GPRF le 9 septembre, le général de Gaulle préside le 13 un premier conseil qui officialise ce chiffre. Il trouve rétrospectivement cette hausse « modeste », Michel Debré parle d’une « augmentation raisonnable »121. De fortes nuances régionales apparaissent. Dans le Nord-Pas-de-Calais122 minier et industriel, les syndicats ne consentaient à la reprise que si « les 40 % » (et d’autres revendications liées) étaient satisfaits. À Angers, nous venons d’entendre le commissaire de la République, M. Debré. Celui de Bordeaux, Gaston Cusin123 (CGT -Jouhaux) « fixe des taux de salaires inférieurs à ceux de Paris » (30 % ?), en accord avec celui de Limoges, son ami Boursicaut. En Normandie, région moins industrielle, en pleine période de récoltes, à l’opinion encore abasourdie par les opérations militaires, l’envoyé de l’Économie nationale, J. F. Ricquebourg, diffère124 toute hausse de salaires !

  • 125 JOAN, p. 631 et suiv., Discours de P. Mendès France à l’Assemblée consultative, 21 mars 1945.

146La hausse de 40 % est en fait assez supérieure dans les faits. La refonte du régime des allocations familiales par l’ordonnance du 17 octobre 1944 et leur financement par une taxe de 12 % sur les salaires à la charge de l’employeur aboutit à une progression effective d’au moins 50 %, sans parler de toutes les officialisations de salaires noirs et autres prestations non comptabilisées. Mendès France et son cabinet125chiffrent la progression de la « masse salariale », le mot est employé, à 40 % pour la période juillet 1944-juin 1945, soit 300 milliards de F + 120 milliards de F = 420 milliards de F. Pour autant que l’on puisse savoir, la masse salariale de 1943 est déjà de 300 milliards de F et celle de 1944 atteint 500 milliards de F environ. La hausse globale moyenne de 1944 sur 1943 est donc de 67 % et non de 40 %... Les Français de 1944, Finances inclus, ne connaissaient pas la comptabilité nationale ; en 1944, si le PIB est de 624 milliards de F la pression de la masse salariale / PIB atteint 50 % en janvier 1944 et 80 % en décembre ! Le choix d’une hausse de 20 %, que le cabinet Mendès chiffrait en réalité à + 35 % avec l’incidence connue des assurances sociales était donc plus sage, car il paraissait difficile de faire moins, mais les 40 % (lisez : 65 %) de l’été libérateur commandent une évolution ultérieure difficile. La majorité des responsables, à l’exception des mendésistes, n’a pas mauvaise conscience puisque l’indice des salaires horaires (234) est revenu à 20 % de celui des prix (291). En prêtant une oreille complaisante au point de vue des syndicats, associés à la bonne marche de la Reconstruction, le GPRF se privait aussi d’une marge politique suffisante pour la phase suivante de revendications.

  • 126 Dans Louis Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, 1957, p. 30. Également, AEF, Pleven 5 A 12, BRI, R (...)
  • 127 AEF, Cusin 5 A 15, Réunion des secrétaires généraux du MEN le 26 mai 1945 à Paris, présentation de (...)
  • 128 AEF, Cusin 5 A 29, Note au ministre (ici G. Cusin, Délégué général au MEN), de M. Tournier, directe (...)

147Deux relèvements suivent cette première phase, à partir de prétextes divers. Au 1er février 1945, les traitements des fonctionnaires, gelés depuis le 1er juillet 1943 et très comprimés depuis 1938, sont relevés de 3 fois environ pour cette période de 20 mois, ce qui représente une augmentation de 70 % pour 1944, et de 70 % pour 1945... L’État donnant le ton, le printemps 1945 est occupé par des relèvements substantiels dans le secteur privé, de l’ordre de 33 % selon l’indice officiel (avril 1945 / octobre 1944), plutôt de 40 % selon la direction des Prix ou la Banque des règlements internationaux, la BRI126. Les revendications syndicales accumulent les demandes127 : relèvement de 20 à 23 F pour le « salaire horaire de base du manœuvre métallurgiste de la région parisienne », réduction (de 33 % à 20 %) de l’écart maximal entre régions (= augmentation des salaires des régions en retard) et suppression de l’écart entre hommes et femmes (= augmentation des salaires féminins). En fait, le caractère désorienté de l’opinion en phase de fin de guerre, la timidité du patronat qui rappelle aux salariés l’ambiance du Front populaire, l’impression diffuse de « profits accumulés » par les « trusts » et les « Beurre-Œufs-Fromages, les BOF » crémiers enrichis des années quarante, l’ignorance réelle des mécanismes de la masse salariale, du revenu national, de la crise inflationniste, la concurrence implicite des salaires élevés payés par l’armée ou les entreprises américaines, les libéralités de l’État restauré, la compétition entre les communistes et les socialistes autour de la CGT, tout contribue à ne pas freiner les tensions haussières sur les salaires. Le ministère du Travail, confié au SFIO Parodi est extrêmement tolérant pour ce mouvement, le MEN se plaint128 non seulement d’être écarté en général des négociations, mais encore de trouver, à celles auxquelles il finit par être convié, un front commun des syndicats et du Travail contre lui ! La hausse des prix de mars-avril 1945 trouve dans cette progression assez forte des salaires un aliment incomparable.

  • 129 Cf. la presse quotidienne, notamment L’Humanité et Le Populaire. Voir aussi : AEF, Cusin, 5 A 13, C (...)

148Cette hausse (+ 41 % pour les prix de détail d’avril à octobre 1945) est justement à l’origine d’un troisième épisode de relèvement entre septembre et décembre 1945. Au lendemain des élections du 21 octobre, la CGT, qui a lancé le thème de la vie chère dès le 14 septembre, présente le 25 des revendications en 7 points au général de Gaulle129 ; en émergent une prime brute de 1 000 F pour les fonctionnaires et une revalorisation de 1 000 F (par mois) pour la « retraite des vieux travailleurs ». Des augmentations de 5 à 10 % sont conclues avant la fin de décembre pour les bas salaires. L’indice des salaires horaires progresse de 21 % entre avril et octobre 1945, mais reste stable (+ 4 %) d’octobre 1945 à avril 1946.

149Un second mouvement prend place en 1945, celui des reclassements de catégories spécifiques de salariés. Après les reclassements généraux, nous considérerons brièvement les fonctionnaires et les salariés agricoles.

  • 130 AEF, Cusin 5 A 29, Conférence de Mlle Piguet, chef de bureau au ministère du Travail, La politique (...)

150L’évolution des qualifications, la réduction progressive des écarts et la crise des prix depuis 1937 poussent à un reclassement général130qui débouche sur les « grilles Parodi-Croizat » de 1945-1946. Le premier, SFIO, est ministre du Travail de septembre 1944 à octobre 1945, le second, PCF, de novembre 1945 à décembre 1946. Une Commission nationale des salaires les assiste, mais sa composition n’est fixée par aucun texte : 8 délégués des principales branches patronales, 8 délégués ouvriers (6 CGT et 2 CFTC) et plusieurs (8 ?) représentants des ministères, dont le MEN, les Finances etc. Les bases sont parfois incertaines. En décembre 1944, une rapide enquête du Travail donne, pour 15 F / h. de salaire minimum théorique, 12,63 F pour les femmes, 14,50 F pour les employés de l’alimentation, 17,50 F pour les métallurgistes et des pointes à 23,50 F. Les fonctionnaires gagnent 19 F en moyenne. Du 10 avril 1945 au 2 avril 1946, sont parus au JO 280 arrêtés et 130 déclarations de classification du ministère du Travail, non sans mal, mais « sans incidents » (Mme Moureau).

  • 131 Tel arrêté en date du 1er janvier 1946, à la publication indéfiniment retardée, prévoyait un reclas (...)
  • 132 Les cinq catégories donnent par exemple pour les métaux : manœuvre ordinaire (100), manœuvre de for (...)
  • 133 Circulaire du ministère du Travail, 22 février 1946.

151La définition des branches, notamment pour les employés, techniciens et agents de maîtrise, la grille des coefficients (qualifications, zones) et la date d’application131furent les principaux problèmes. Les ouvriers sont ventilés en 5 catégories, eux-mêmes distribuées en 5 à 10 échelons, de l’indice 100 à l’indice 190132, les employés de 100 à 170, les techniciens et agents de maîtrise de 200 à 340, les ingénieurs et les cadres de 185 à 800 / 1 200. La base de la grille est constituée par le salaire minimum du manœuvre-balai (célibataire) de la métallurgie parisienne. On utilise même depuis novembre 1939 un concept aujourd’hui disparu, le salaire moyen maximum, de 7,5 % au salaire minimum en 1939-1944 et de 15 % en 1945. Des arrêtés spéciaux concernent les catégories particulières des clercs de notaires, des assistantes sociales, des domestiques, etc. tandis que des « arrêtés-balais ratissent » (Mm e Moureau) les professions oubliées, pour lesquelles les employeurs et salariés s’entendent puis communiquent leurs accords au ministère. En cas de désaccord professionnel, l’affaire peut être portée devant les juridictions prud’homales, en cas de difficultés propres à un salarié qui s’estime mal classé, devant une commission mixte employeurs-employés présidée par un inspecteur du Travail133.

152Si nous négligeons les questions de primes et d’indemnité, il convient d’évoquer celles des « abattements » de zones salariales, ainsi appelés parce que le salaire officiel était celui de Paris à partir duquel les départements devaient déflater leur propre coefficient. Jusqu’à la création des régions, le système fut empirique, puis la loi du 23 mai 1941 fixa 5 zones, puis un arrêté ultérieur en définit une sixième. L’écart maximal était de 40 % : pour un salaire parisien minimum de 10 F, la zone la plus basse accorde 7,10 F. Cet écart fut réduit une première fois à 33 % le 15 mars 1945, une seconde à 25 % le 1er juin 1945. Le tableau complet des abattements (25 %) paraît avec l’arrêté du 9 juillet 1946 qui définit trois catégories de zones hors Paris, en fonction du degré d’urbanité industrielle : agglomérations industrielles (Nord-Pas-de-Calais, Lyon-Saint-Étienne, Marseille-Berre), – 5 à 15 %, communes urbaines non-industrielles, – 20 %, communes rurales, – 25 %. Et la main-d’œuvre féminine ? Vichy admettait un écart de 20 %, l’ordonnance du 24 août 1944 le réduisit à 10 %. Il atteignait en réalité 37 % dans les départements en 1943, 15 % en 1946.

153Au total, ce reclassement, indispensable sur le plan social et politique, contribue conjoncturellement à la hausse sous trois angles, par la revalorisation induite dans le reclassement opéré, par l’effet de rigidité qu’introduit la grille et par le relèvement soutenu des bas salaires (corrections des inégalités). Aucune de ces mesures n’est socialement ou civilement discutable, mais il est insatisfaisant de s’en cacher le coût.

  • 134 AEF, Pleven 5 A 9, notament coupure de presse de la revue Le Creuset, organe des ingénieurs et cadr (...)

154Les fonctionnaires constituent une catégorie importante dans ces opérations de reclassement. Leur nombre est d’un million environ (8 % des salariés, 5 % des actifs) pour les fonctionnaires de l’État central, mais 500 000 personnes sont salariées par les collectivités territoriales, et l’extension des nationalisations en 1944-1946 porte à 1,5 million le nombre de salariés pour le secteur public. En termes budgétaires, l’État gère aussi 600 000 à 700 000 retraités... Les mesures prises pour le million de titulaires de la fonction publique nationale exercent une attraction pour les 2 autres millions de salariés du « secteur public ». Le statut des agents de la SNCF, des Charbonnages, de l’EDF-GDF sont assez peu éloignés de ceux des fonctionnaires civils. De près ou de loin, ce sont donc un quart des salariés et un sixième des actifs que concernent les décisions que nous allons étudier. Pour le reste de l’opinion, employeurs, employés, indépendants, les traitements de la fonction publique ne sont pas non plus sans influence car cette grille hiérarchisée, qui assure depuis longtemps un revenu stable et viager à ses titulaires, fait impression et ne laisse pas indifférent. Officiellement, l’État effectue un effort de tassement de sa grille par l’ordonnance déjà évoquée du 6 janvier 1945134 : l’écart moyen maximum entre les traitements les plus élevés (secrétaires généraux de ministères) et les plus modestes (femme-concierge) est réduit de 1 à 13 en juillet 1943 à 1 à 9 en février 1945. Ces chiffres ne sont pas corrigés des indemnités familiales ou de résidence, et surtout des primes diverses dont le montant s’accroît vers le haut de l’échelle. En fait, le relèvement des bas revenus (femme-concierge :  3,4) est supérieur à celui des traitements supérieurs (secrétaires généraux de ministères :  2,6), ce qui réduit les intervalles relatifs.

  • 135 IFOP, Sondages, 1er mars 1945, p. 56, Proportion des réponses qui approuvent la refonte à la hausse (...)
  • 136 Dans AEF, Pleven 5 A 9.
  • 137 AEF, Pleven 5 A 9. Également Mendès France, Œuvres complètes, II, Conférences radio-diffusées hebdo (...)

155La nouvelle grille, préparée en commun par l’Économie nationale, les Finances et le Travail, est largement approuvée par l’opinion135et surprend même par sa largesse les organisations syndicales. La Tribune des Fonctionnaires (CGT) du 15 janvier 1945 notait que le gouvernement « n’avait pas lésiné » et Le Trait d’Union (CFTC) reconnaissait aussi l’ampleur du relèvement136. Mendès France est très embarrassé par cette question car il en pressent à la fois l’impact économique (inflationniste) et politique (électorat de gauche). Il insiste donc sur la récupération d’une partie des sommes distribuées par le jeu du « pécule » des traitements, épargne forcée pour les revenus supérieurs à 100 000 F137. On ignore l’effet exact de cette disposition, qui peut néanmoins atteindre 5 à 10 milliards de F pour 120 à 140 milliards de dépenses salariales fonctionnaires.

  • 138 AEF, Pleven 5 A 9, Discours de René Pleven à l’Assemblée nationale, 18 décembre 1945, préparatifs d (...)
  • 139 Comptons 100 milliards de salaire direct et 30 milliards de salaire social, retraités inclus. Les 1 (...)

156Au total, peut-on juger ces mesures ? Nous avons dit plus haut qu’elles correspondaient à un triplement de revenu entre juillet 1943 et février 1945. On supposera que le calcul du reclassement est valable pour toute l’année 1945 et que les agents de l’État n’auront aucune autre augmentation avant janvier 1946. La décomposition du triplement donnerait donc approximativement : + 30 % en 1943, + 50 % en 1944 (en septembre 1944, les fonctionnaires n’ont pas été gratifiés de la hausse de 40-50 %) et + 50 % en 1945. En intégrant les charges sociales, les dépenses de Trésorerie pour les salaires, qui représentent en moyenne 25 % des dépenses totales de l’État, progressent vraisemblablement de 90-100 milliards de F en 1944 à 130-140 milliards de F en 1945, soit + 40-45 %. En décembre 1945, René Pleven annonce à l’Assemblée nationale138un surcoût global de 43 milliards de F, qui correspond à peu près à l’écart que nous venons de signaler. Cette masse de 130 à 140 milliards représente à la fois 15 % de la masse salariale totale et un traitement moyen mensuel139 de 7 500 F par mois.

  • 140 Sources : AEF, Petsche 1 A 405, direction des Programmes (MEN), Masse des revenus salariaux distrib (...)

157L’autre sujet spécifique concerne les salaires agricoles140. La question avait été disjointe en août 1944 par la particularité technique et socio-professionnelle de ces revenus. Les salariés agricoles sont environ 1,5 million, malgré une marge de fluctuation de 100 000 personnes en plus (1,6 million) ou en moins (1,4 million) car les lois sociales de la Libération appellent quelques transferts de membres de la famille vers le salariat. La moitié de l’effectif est constituée de salariés permanents attachés à l’exploitation de manière annuelle, l’autre moitié est permanente, mais sur plusieurs exploitations, ou saisonnière. Les prisonniers allemands (210 000 en 1946) disparaissent après 1947.

158Une seconde particularité vient de leur caractère socio-professionnellement minoritaire : à la différence des ouvriers qui forment 80 à 85 % des actifs secondaires, les salariés représentent un quart des actifs agricoles réels et se localisent principalement dans un losange compris entre Orléans, Rouen, Arras et Reims. Groupés par cohortes de petites maisons individuelles ou jointives dans les grandes exploitations ou associés à une sorte de famille élargie dans les entreprises moyennes, ils forment un univers social sous-qualifié, peu politisé et assez pauvre que dominent, volontairement ou involontairement, les relations de patronage. Souvent les négociations salariales sont animées par les syndicats d’exploitants.

159Une troisième particularité provient du mode de versement du revenu. Sur la base de 2 400 heures / année, et à partir des enquêtes départementales ou régionales de l’Agriculture, de l’Économie nationale ou du Travail, le revenu monétaire forme la moitié des revenus agricoles ouvriers et les prestations en nature une autre moitié : nourriture (avantageuse en 1940-1948 !), logement (le plus souvent), jardin, bois de chauffage (Est), laine (Haute-Marne, pour les bergers), sucre (pays betteraviers) etc. Le salaire social (1932, 1936, 1945) pénètre avec retard dans les campagnes car la monétarisation des revenus y est toujours plus « complexe ». En 1938, la part du salaire social est estimée à 5 % du revenu total, prestations en nature incluses, en 1945 à 10-11 %. Les exploitants, par défiance commune des « villes » et des « gauches », nourissent le thème de l’unité paysanne pour conserver l’autonomie des caisses sociales et de la mutualité agricoles. D’après la Direction des programmes, les salariés agricoles forment 12 % des salariés et captent 9 % de la masse salariale en 1938, 10 % en 1946.

Tableau 86
Salaires horaires nets dans l’agriculture et l’industrie, 1938-1947.

Tableau 86Salaires horaires nets dans l’agriculture et l’industrie, 1938-1947.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252 et suivantes ; plusieurs rapports administratifs, notamment : AEF Petsche 1 A 405, Masse des revenus salariaux distribués et dépenses de main-d'oeuvre à la charge des entreprises, 101 p, 1949-1950; AEF Cusin 5 A 14 ; AEF Cusin 5 A 15 ; AEF Cusin 5 A 29, Rapport sur l'évolution des salaires agricoles en France, 1914-44, 21 p., fin 1945.

160D’une manière globale, on remarque que les salaires agricoles enregistrent à la fois un certain retard par rapport aux salaires industriels et une progression plus rapide. L’écart ouvrier agricole moyen / ouvrier qualifié départements est en effet de 1 à 2 en 1938, mais de 50 % en 1947. L’écart tient en partie aux revenus ruraux non monétaires, en partie au fait que la valeur ajoutée augmente avec l’urbanité (comparer les salaires Paris / départements). Le rattrapage est redevable à la volonté d’augmenter plus rapidement les bas revenus, comme on peut le remarquer avec le salaire ouvrier urbain (départemental) féminin.

  • 141 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 262-263, dernière ligne du tableau, (1934-1955). (...)

161En 1944, les salaires agricoles horaires semblent avoir progressé de 42 % selon d’autres sources ultérieures141. En 1945, ils doublent ! En 1946, ils augmentent de 23 %, en 1947 de 31 %. Nous ignorons le texte exact qui préside à l’augmentation de 1944, supposant sans certitude que les salariés agricoles ont été associés aux hausses libératrices, alors que les hausses suivantes sont assez repérables. L’ordonnance du 7 juillet 1945, cosignée par R. Pleven et Tanguy-Prigent, précise la hausse de 1945, qui est en fait répercutée par les préfets en décembre 1945-janvier 1946. Dans le cadre du reclassement, les salaires agricoles sont étudiés à part et après. Les accords dits du « Palais- Royal » semblent au contraire inaugurer un traitement conjoint des questions agricoles, notamment sous la pression de la CGA et de son secrétaire général, Ph. Lamour, puisque la hausse « urbaine » de 25 % est étendue aux salariés agricoles. En 1947, cependant, les questions rurales sont à nouveau traitées séparément et en différé, harmonisation des salaires minima après la directive du 2 avril 1947, sur laquelle nous reviendrons, prime de 5 F / heure après l’accord professionnel du 25 juillet 1947, relèvement tardif après la crise politique de fin 1947 en janvier-février 1948.

  • 142 Par exemple dans Journal de la France agricole du 1er août 1947. Copie dans AEF, Cusin 5 A 14 ou da (...)

162La grille des salaires agricoles est publiée142 au début de l’été 1947, avec un an de décalage par rapport aux derniers arrêtés « urbains ». Elle a nécessité de nombreux échanges épistolaires entre les préfets, le MEN et les autres ministères. Elle s’échelonne de l’indice 100 (manœuvre, servante ou journalière) à l’indice 200 (maître-chien, « chef de groupe de cynodrome »...) en passant par le conducteur de tracteur qualifié (130), le berger qualifié (140) ou le chef d’équipe d’entreprise de battage (170). La question de la grille induit deux problèmes plus ou moins liés, celui du salaire agricole minimum, celui de l’harmonisation régionale des salaires. Une enquête de l’Inspection générale du MEN en 1946 donne un écart moyen maximum de trois fois entre les départements aux plus bas salaires (Morbihan : 12,80 F / h.) et les départements les plus généreux (Eure-et-Loir : 31,25 F / h.). Ces écarts correspondent à des différences indiscutables de qualification, d’abondance relative de la main-d’œuvre de productivité des exploitations et de proximité des centres urbains. L’ordonnance déjà citée du 7 juillet 1945 fixe à la fois la hausse des salaires agricoles pour l’année et enjoint aux préfets d’arrêter un salaire minimum départemental. Ceux-ci s’exécutent entre octobre 1945 et janvier 1946. La grille professionnelle n’est pas encore en place. Le projet d’un salaire minimum national est momentanément ajourné, car la référence urbaine (manœuvre du bâtiment ou de la métallurgie ?) n’est pas encore choisie. Le manœuvre du bâtiment revient le plus souvent dans les projets car il s’agit de la catégorie socio-professionnelle qui absorbe le plus d’ouvriers agricoles et favorise l’exode rural. La circulaire interministérielle du 2 avril 1947 tranche la question subrepticement puisqu’elle indique un salaire minimum (indice 110) pour les ouvriers agricoles de la Région parisienne (33 F / h.) par alignement logique sur l’ouvrier spécialisé du bâtiment 1er échelon (indice 127,5) et demande aux préfets d’ajuster dégressivement les salaires départementaux sur ce chiffre avec un abattement maximum de 25 % (24,50 F / h.). Les enquêtes ultérieures donnèrent 26,50 F de moyenne.

163L’exemple de ces deux catégories montre à la fois la nécessité et la difficulté d’une harmonisation ; l’addition de toutes les demandes pèse sur la stabilité des prix.

164Le dernier phénomène qui exerce des tensions déstabilisatrices est la socialisation accrue des revenus salariaux.

  • 143 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 357, tableau VIII, lignes 1, 2 et 6.
  • 144 AEF, Petsche 1 A 405, Direction des Programmes (MEN), Masse des revenus salariaux distribués et dép (...)
  • 145 Voir : AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949. Chap (...)

165Les lois sociales de 1928-1932, 1939-1941 et 1945-1946 créent un flux supplémentaire de revenus (ou de non-dépenses) familiaux, sanitaires, viagers. La comptabilité nationale première version143 estime qu’en 1938, ils représentent 10 % des revenus salariés (19 milliards de F sur 194) et en 1949 23 % (851 milliards de F pour 3 687). Les notes du MEN de l’époque144surévaluaient la part de ce salaire social, principalement par sous-estimation de la masse salariale, et donnaient 22 % en 1938, 33 % en 1949. Les prestations de 1948-1949 concernent d’abord la maladie (40-45 %), ensuite la famille (30-35 %), enfin les retraites (25 %). Elles sont en porte-à-faux avec les cotisations : 50 % proviennent des employeurs, 33 % du Trésor et des collectivités territoriales, 15 % des salariés. L’essentiel des sommes est bien un transfert au bénéfice des salariés. Ce mécanisme entraîne un écart croissant entre salaires directement reçus et coûts salariaux. Le taux de cotisation employeur passe ainsi de 7 % du salaire brut versé (loi du 30 avril 1930) à 34 % en 1948145, contre 4 % (1930) à 8 % (1948) pour le taux de cotisation salarié.

166De la même manière, l’instauration progressive d’un salaire minimum fonctionne comme une garantie sociale avec risque de rigidité économique. L’idée chemine dans les esprits de l’entre-deux-guerres et commence à se fixer autour du Front populaire. Entre 1936 et 1950, le concept se précise sans recevoir la consécration officielle du Salaire minimum interprofessionnel garanti, le SMIG d’août 1950 (78 F / h.). La catégorie de référence est celle qui fait office d’indice 100 dans les grilles Parodi-Croizat, le manœuvre-balai célibataire de la métallurgie parisienne. Au 1er mai 1938, son salaire horaire est fixé à 6,78 F. En avril 1944, il est encore à 11 F ; les hausses de la Libération le portent à 15 F (14 septembre 1944), puis le reclassement du printemps suivant à 20 F (11 avril 1945). Ce salaire minimum est bloqué jusqu’en été 1946 puis passe à 25 F (29 juillet 1946). En novembre 1947, il atteint 42,50 F. Nous le retrouverons en 1948-1952 quand la stabilisation politique permettra d’aplanir les négociations sur la définition d’un SMIG et son officialisation.

167Ainsi, de 1943 (300 milliards de F) à 1945 (860 milliards de F), la masse salariale triple presque ( 2,8) en valeur courante, non par suite de gains de productivité, mais sous la double pression de la hausse des prix et de la socialisation des salaires. L’ambiance socio-politique, la méconnaissance avantageuse du revenu national et l’anticipation exagérée sur la croissance retrouvée expliquent ce phénomène. La rareté relative de la main-d’œuvre contraint les employeurs à accepter le tout, mais ils s’en prémunissent avec logique par la hausse des prix de vente. Si la politique sociale part d’un bon principe, à la fois social et économique puisque des actifs mieux soignés et soutenus pour les projets longs (revenus familiaux, revenus de retraites) sont plus efficients, elle intègre des fragilités d’origine qui ne sont pas satisfaisantes : financement déséquilibré en charge des employeurs, instauration systématique trop rapide en période atypique avec de forts risques inflationnistes, défaut d’information pour les salariés sur ces revenus indirects ou différés. La question des responsabilités respectives, confédération d’employeurs, syndicats de salariés, services administratifs mériterait d’être approfondie.

C. LES DERNIÈRES LIBÉRALITÉS ET LES AFFRONTEMENTS POLITIQUES SUR LA QUESTION DES SALAIRES

168En 1946 et 1947, la progression moyenne de la masse salariale reste presque comparable (x 2,5 en deux ans) mais avec une légère décélération : + 72 % en 1945, + 53 % en 1946, + 51 % en 1947. La question qui nous est posée est de chercher à discerner la part des effets mécaniques et celles de l’action publique sur cette évolution. Le gouvernement effectue-t-il des efforts particuliers pour freiner la progression d’un volume dont de plus en plus d’acteurs sociaux pressentent le caractère de déstabilisateur conjoncturel. La Conférence nationale économique, dite du Palais Royal, en 1946 ne semble pas rompre avec la sollicitude salariale non mesurée du GPRF, tandis que l’année 1947 marque une véritable rupture politique que les indicateurs statistiques semblent ignorer.

  • 146 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.
  • 147 Pour tout ceci, cf. L’Humanité de mai, juin et juillet : « Prix de revient faussés, bénéfices exces (...)

169F. Bloch-Lainé qualifie assez justement la conférence du Palais Royal de « ratage mémorable »146. Passons en revue les intervenants. L’année 1946 est la plus riche de l’après-guerre en consultations électorales. Au Congrès d’avril 1946, la CGT est passée aux mains des communistes mais vote encore une motion de blocage des salaires. Toutefois, le référendum du 5 mai, puis les élections du 2 juin éloignent la perspective d’un gouvernement binaire SFIO-PCF et imposent laborieusement le 23 juin, le maintien du Tripartisme sous la présidence de son aile droite avec le MRP G. Bidault. Alors que la SFIO et le MRP se sont ralliés sans enthousiasme le 6 février 1946 (Gouvernement Gouin, SFIO) au blocage des prix et des salaires, la CGT, appuyée par le PC choisit de canaliser le mécontentement salarié et demande des augmentations. En avril 1946, le salaire horaire, série ministère du Travail (indice 392) accuse un retard sur les 334 articles de détail (491) d’environ 25 %. Pendant la campagne électorale de mai, la CGT demande logiquement 25 % d’augmentation. Le 16 juin, au comité central, Maurice Thorez147 réfute la théorie du cycle infernal, popularisée depuis 1944 par Mendès France (les hausses de salaires induisent des hausses de prix, qui appellent de nouvelles hausses de salaires etc.) et développe celle de la plus value chez Marx : le partage entre salaires et profits est encore trop élevé en faveur des profits... Depuis le 13 juin, le ministre du Travail, Ambroise Croizat (PCF) a saisi la Commission nationale des salaires sur le sujet.

  • 148 Bulletin du CNPF, n° 1, Notes sur le Congrès constitutif du 12 juin 1946 et Note du 2 juillet, Le C (...)

170Le 12 juin vient de naître le CNPF, qui y siège. Lors de son congrès constitutif, le CNPF par la voix de sa commission des prix que préside Henri Fayol du syndicat des industries cotonnières, qualifie la « demande de la CGT » de « politique » et invite aussi bien ses adhérents à « comprimer énergiquement nos prix de revient » que le gouvernement à « renoncer progressivement au contrôle »148. Reconnaissant le caractère anormalement bas de certains salaires (textile ?), la commission accepterait des ajustements par le bas, car « tout vaut mieux qu’une grève générale ». Avec le CNPF, un interlocuteur essentiel refait officiellement son apparition, car la présence personnelle de tel ou tel dirigeant patronal dans les instances sociales des années 1944-1945 ne pesait pas d’une manière comparable. De son côté, le comité directeur de la SFIO, lors du Congrès national début juin 1946 qui voit la victoire de Guy Mollet au secrétariat général, demande la réunion d’une conférence « salaires, prix, production, monnaie » comme à l’hôtel Matignon dix ans auparavant. Henri Fayol estime : « l’idée me paraît sage ». Le 2 juillet la commission CNPF des prix rédige une note déjà citée, sur prix et salaires. Refusant une hausse de 25 % au nom de l’équilibre des trésoreries et de la stabilisation monétaire, une hausse des salaires en situation de blocage des prix, il propose plutôt une baisse de certains prix industriels de grande consommation, moyennant quelques aménagements dans les cotisations sociales.

  • 149 Toutefois, les hausses industrielles de printemps (charbon, fournitures aux exploitations) peuvent (...)

171Que disent les producteurs agricoles ? La CGA, dominée par radicaux-socialistes et socialistes ne fait pas l’unanimité parmi les exploitants, qui s’emploient à autonomiser lentement (1947, en fait) la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, la FNSEA. Afin de maintenir son contrôle sur les composantes du monde rural, la CGA emmenée par son bouillant secrétaire général Philippe Lamour, enfourche le thème de la « défense des prix », (Libération paysanne, 14 avril 1946) c’est à dire de la hausse, et le conduit jusqu’à la date attendue de fixation des prix de campagne, au milieu de l’été. « La CGA se prépare activement » (Libération paysanne, 7 juillet 1946). Pour les agriculteurs, les prix agricoles sont en retard sur les prix industriels (Libération paysanne, 28 juillet 1946), alors qu’à l’échelle 1944-1948, nous savons que prévaut le contraire149.

  • 150 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.
  • 151 P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 187, article dans France-Soir du 29 juin 1946. Rappelons (...)

172Le gouvernement formé le 23 juin n’est pas le mieux armé pour agir, mais les acteurs sociaux, CGT, CNPF et peut-être CGA, se montrent favorables à une réunion au sommet. Il faut décider. « Une discussion paritaire » est une idée séduisante, « si neuve, si hardie même »150. Georges Bidault ne s’intéresse pas véritablement aux prix et n’en comprend pas les enjeux, François de Menthon ne parvient pas à s’affirmer politiquement comme président des travaux et quitte à plusieurs reprises la Conférence, et Robert Schuman aux Finances, pense peut-être comme Mendès France – « Élever les salaires tant que subsiste le déficit budgétaire... ce n’est pas guérir le mal, c’est l’aggraver »151 – mais il est aux Finances et tenu à l’écart des négociations. L’autre coprésident de la Conférence, Ambroise Croizat est acquis aux thèses de la CGT. Fin juin, une première bévue est commise puisqu’avant les négociations, le gouvernement annonce 15 % de hausse par étape, alors que personne ne s’est encore réuni.

  • 152 Voir aussi : AN F60 671. Prix et salaires.
  • 153 AEF, Cusin 5 A 15, Lettre de Gaston Cusin à F. de Menthon, 9 septembre 1946.
  • 154 Idem.
  • 155 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, p. 292.
  • 156 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.

173La date finalement retenue est le 4 juillet, après accord du CNPF le 2, pour une Conférence nationale économique152, qui prendra ensuite pour la postérité le nom du lieu de réunion. Le Palais Royal offre l’avantage de ne pas être éloigné de la rue de Rivoli et accueille déjà les réflexions du Conseil de l’économie nationale, embryon du Conseil économique et social de 1947. La Conférence doit effectuer des propositions et le gouvernement décider ensuite par décrets. Le 22 juillet, les conclusions sont rendues. Le travail s’effectue en commissions (agriculture-prix et salaires, salaires ouvriers, prix industriels) et en séances plénières. Le rapporteur général est Philippe Lamour, secrétaire général de la CGA. « Ce furent les membres du Conseil de l’économie nationale qui jouèrent le rôle principal »153 : Léon Jouhaux (CGT), P. Ricard (Métallurgie), H. Fayol (Coton), G. Villiers (président) tous les trois du CNPF, P. Lamour (CGA). Toutefois, les débats manquent de sérénité. « La publicité dont s’entouraient les débats » conduisit à des « positions pratiquement déterminées à l’avance et à des solutions visant à préserver le prestige des délégations »154. On peut parler de lobbying, où le PCF n’est pas en reste : annonces anticipées et indiscrétions exclusives dans L’Humanité, manifestations « grandioses » à Paris les 11, 12, 15 et 18 juillet (15 000 postiers, 30 000 ouvriers du bâtiment selon le journal) : « Nos 25 % ! Épuration ! Stabilisation des prix ! Constitution démocratique ! ». L’Assemblée constituante de son côté, à l’occasion d’un vote partiel du budget, accorde 1 000 F à tous les fonctionnaires, soit une semaine de salaire minimum. Les représentants de l’Administration font l’unanimité contre eux, provoquant la coalition à la hausse des syndicats et du patronat. P. Lamour se targue dans ses mémoires d’avoir obtenu « la réprobation (non moins) unanime des inspecteurs des Finances, indignés que les prix agricoles et les salaires fussent réajustés en fonction de l’altération de la monnaie »155. Bloch-Lainé156lui répond à distance : « Prendre au voisin, si on le peut, ce qui gratifie, lui imputer, si on le peut, ce qui fait tort, ne porte guère à arrêter ensemble la course infernale des salaires et des prix... Du point de vue technique, le procédé ne vaut rien... (Quand le pouvoir) est faible et hésitant, il assiste tout bêtement à l’accord qui se fait presque sans lui entre des adversaires dont les concessions mutuelles accablent la monnaie, ce tiers impuissant mal défendu ».

  • 157 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, p. 292.
  • 158 Cf. G. Cusin, Entretien avec des historiens, CHDGM, décembre 1977, p. 31-32 et 38. « Je suis syndic (...)

174Vers les 16-17 juillet, un accord semble en vue pour salaires et prix agricoles, mais il faut attendre le 22 pour que P. Lamour puisse présenter d’abord aux congressistes puis au gouvernement, un rapport final qui accorde toutes les parties. Les salaires les plus bas seraient relevés de 25 %, le salaire minimum passant de 20 à 25 F / h. Les salaires intermédiaires et supérieurs seraient augmentés de 15 à 25 %. Dans le même temps, les prix industriels de base seraient relevés (ciment, acier et verre) de 15 à 35 %, les prix industriels de consommation resteraient le plus stable possible, notamment avec l’appui de subventions temporaires. Le salaire agricole de base serait aligné sur celui du manœuvre du bâtiment parisien, les prix agricoles seraient fortement relevés : blé + 80 %, lait + 66 %, etc. La majorité de l’opinion est conquise, à l’exception des Finances ! Si L’Humanité parle « d’un accord unanime » (23 juillet), Le Figaro pense que la Conférence est « arrivée à un accord » (22 juillet) et Libération paysanne que « grâce à la CGA, la Conférence nationale économique a réussi » (28 juillet). Le rapporteur général confie à la postérité : « J’avais eu la double satisfaction d’obtenir à la fois l’accord du patronat industriel, des agriculteurs et des syndicats de salariés et la réprobation non moins unanime des inspecteurs des Finances »157. Plusieurs syndicalistes s’ouvrent à Gaston Cusin, alors secrétaire général du Comité économique interministériel, de leurs craintes de voir les entreprises ne pas pouvoir honorer de tels engagements158.

175Informé, le gouvernement doit décider. Le Conseil des ministres du 23 juillet se déroule difficilement, Robert Schuman aux Finances demandant que l’on ne dépasse pas 15 % de hausse. Le clivage semble opposer le PCF, la tendance syndicaliste et pragmatique de la SFIO, les MRP « sociaux » comme de Menthon ou Bidault, et les SFIO ou les MRP plus « gestionnaires » comme R. Schuman. Le second groupe est minoritaire. Le différend, qui divise surtout le MRP – où l’électorat paysan et petit patron est nombreux... – dure toute la semaine jusqu’au dimanche 28 juillet et se termine en compromis gouvernemental. L’arrêté date du 29 juillet. Les plus bas salaires sont effectivement relevés de 25 %, passant de 20 à 25 F par heure. Les autres salaires progressent de 17 %, avec des nuances ; les allocations familiales sont relevées, les salaires féminins sont légalement alignés sur ceux des hommes. On retrouve ici la touche MRP, qui cherche à atténuer la hausse pour les entreprises en socialisant les revenus en direction de la politique familiale ; les contemporains de la IVe République se laissent convaincre que l’inflation vient du déficit budgétaire, et que le salaire social n’est pas un salaire. Le salaire agricole n’est pas encore indexé sur celui du manœuvre métallurgiste, la grille des salaires ruraux n’étant pas encore prête, le blé est augmenté de 70 % et non de 80 %. Les produits industriels de grande consommation font l’objet de subventions. Le gouvernement a suivi à peu près la ligne de la Conférence, avec une certaine modération pour les salaires moyens et supérieurs.

  • 159 Bulletin du CNPF, Décembre 1946, Compte rendu de l’Assemblée générale du 7 déc. Attitude nationale (...)

176On ne peut imputer à la seule conférence la responsabilité des hausses. Le gouvernement porte la sienne ; la CGT a remarquablement bien manœuvré par un jeu dosé et convergent de pressions tantôt constantes, tantôt croissantes. Le pic inflationniste séculaire d’août-octobre 1946 (+ 45 à 50 % de hausse en trois mois) prend place immédiatement après. Le CNPF fait assez vite de fâcheuses découvertes159 : les imperfections et omissions de l’arrêté du 29 juillet font l’objet de contestations des cadres et ingénieurs devant la Commission nationale des salaires (22 septembre), l’égalisation des salaires féminins et masculins crée des occasions de hausses supplémentaires, les syndicats reprennent le chemin des demandes (primes de rendement, de 13 mois etc.) à partir de novembre 1946, comme si la Conférence les avait persuadés que le CNPF pouvait être sollicité encore.

177Au-delà du Palais Royal, le gouvernement cherche à rendre l’initiative aux conventions collectives pour la fixation des salaires par la loi du 23 décembre 1946. Dans les faits, la pratique de salaires administrés jusqu’à la loi du 11 février 1950 et la guerre froide entre CFTC, CGT socialiste et CGT communiste, paralysent les premières réunions des commissions paritaires prévues et limitent les signatures à la fonction publique.

178Si l’on s’en tient aux instruments de mesure de l’époque, en octobre 1946, les salaires horaires moyens (indice 522, base 100 en 1938), malgré une hausse apparente de 33 % depuis avril (et non de 17 ou 25 % …) accusent un retard de 65 % sur les prix de détail (858). On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un succès. En revanche, l’effet de compensation sociale implicite, que nous avions signalé plus haut, fonctionne bien puisque la masse salariale atteint l’indice 717 contre 645 pour les prix en année moyenne. Le retard du salaire horaire est équilibré par l’avance de la masse des salaires ! Par rapport au PIB, qui a repris vigueur depuis 1945, la pression de la masse salariale est encore de 55 % (1945 : 86 %).

  • 160 AEF, Cusin 5 A 29, Conseil des ministres du 20 février, accord du 28 février, loi du 31 mars 1947 e (...)

179L’année 1947 s’engage différemment car désormais ce type de conférence est suspect d’inefficacité. On n’en reverra pas avant Grenelle en mai 1968. Les baisses Blum permettent quatre mois de répit sur le front des prix jusqu’en avril et l’intervalle, important à l’époque, entre salaires horaires (indice 541) et prix (indice 837) se réduit à 54 % en avril 1947. Cependant, une offensive mineure de la CGT, reflet des embarras de la « base » en ces temps de pénurie interminables, obtient en février le relèvement du salaire minimum (de la métallurgie) qui passe de 25 à 35 F par heure, pour une semaine de 46 h160 ; en échange, la CGT ne formule plus de revendications jusqu’au 1er juillet. Cependant, un événement majeur est intervenu le 5 mai ; le gouvernement Ramadier s’est séparé des communistes et le Tripartisme à deux va devenir la Troisième Force.

  • 161 OURS, Compte rendu sténographique des comités directeurs (Procès-verbaux) de la SFIO, Cité in M. Ma (...)
  • 162 IFOP, Sondages, 16 juillet et 1er août 1947.

180La grève de Renault, qui éclate entre le 25 avril et le 2 mai 1947 entraîne dans son sillage des dizaines d’autres entreprises, notamment en juin. Plusieurs conflits sont désamorcés par des primes et des aides : + 1,7 milliard de F le 11 juin pour EDF-GDF, + 12 % pour les banques etc. Mais la CGT attend le 1er juillet pour amorcer une opération qui semble de bonne envergure. Le gouvernement Ramadier est plus embarrassé que jamais, car le comité directeur de la SFIO161 (Guy Mollet) le presse sous peine d’impopularité accrue, d’accéder aux demandes des salariés-électeurs. L’opinion, interrogée fin juin et fin juillet162, estime plutôt qu’il ne faut pas attendre le 1er décembre – nouvelle date envisagée par le gouvernement – pour réexaminer la question des salaires, mais les 53 % de réponses favorables à un déblocage des salaires sont extrêmement contrastés entre celles des salariés, 75 % pour ouvriers ou 72 % pour employés et fonctionnaires, et celles des employeurs ou des indépendants, 42 % pour industriels, commerçants, cadres, professions libérales. La perception de l’impact des salaires est très insatisfaisante : 49 % des réponses estiment que l’on peut accorder des primes de rendement sans provoquer la hausse des prix, tandis que 32 % seulement estiment le contraire. Le clivage autour de la moyenne encore très net entre les salariés, puisque ouvriers (65 %) et employés (59 %) dépassent sensiblement les 49 % de oui et les employeurs, industriels et commerçants notamment répondent non à 48 %, bien au-dessus des 32 % de l’ensemble des réponses négatives. Il est clair que la perception de l’inflation est plus aiguë par ceux qui traitent les salaires comme des coûts que par ceux qui en bénéficient comme revenus. D’ailleurs les hausses, primes et avantages accordés dans le courant du mois de juillet, sont approuvés par 67 % des réponses, 78 % chez les employés, 57 % chez les industriels et commerçants ; ce qui est acquis est acquis.

  • 163 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 263 (10 juin) et suivantes.

181Dans le gouvernement Ramadier, les positions des « gestionnaires » se renforcent, comme nous l’avons vu dans d’autres analyses sur la politique économique générale. Autour de R. Schuman, commence à prévaloir l’idée que les salaires doivent être désormais le moins augmentés possible afin de stabiliser les coûts. Le Conseil des ministres163 du 20 juin arrête le principe de primes à la production, mais celui du 27 juin, malgré de nombreuses propositions autour de 10-12 % de hausses, ne tranche pas, ce qui maintient le blocage de fait des salaires et renvoie au 1er décembre le réexamen de la question.

  • 164 Voir : P. Lefranc, Histoire des organisations patronales en France, Payot, 1976, p. 404. et Louis F (...)

182Les partenaires sociaux, cherchant à rééditer une Conférence nationale sans le gouvernement ni la CGA ou la CFTC, décident alors une négociation directe. La CGT est certaine d’obtenir des relèvements et d’évincer le syndicalisme confessionnel qui la gêne, le CNPF estime qu’il s’agit de la meilleure voie pour la reprise générale du travail et que les exploitants agricoles risquent de compliquer les débats. La commission paritaire associe donc huit délégués, quatre pour le CNPF, quatre pour la CGT entre le 11-15 juillet et le 1er août, date de la signature. La CGT est conduite par Pierre Lebrun, ingénieur des Ponts et Chaussées, résistant émérite, jacobin non communiste, « débatter redoutable », le CNPF par son vice-président Pierre Ricard, ingénieur polytechnicien, directeur général de Mar-Mich-Pont et vice-président de la Chambre syndicale de la Fonderie164.

  • 165 Reproduit in L’Humanité du 2 août 1947, et Bulletin du CNPF, octobre 1947.
  • 166 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 28.
  • 167 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 384 et suivantes.

183L’accord signé le 1er août165 comprend une brève motion générale, une annexe sur les salaires, une autre sur les prix. Pour les salaires, la hausse conclue est de + 11 % mais elle porte sur les salaires effectivement payés, incluant donc primes et indemnités du 1er semestre 1947, et s’élève à + 27,8 % pour le salaire minimum, qui passe de 35 F à 42,50 F de l’heure. Si « de tels accords font impression » dans la presse et l’opinion, « ils ne se préoccupent généralement pas de l’inflation » et « la miraculeuse entente se fait au détriment de la monnaie »166. La liberté des salaires n’étant juridiquement pas accordée (11 février 1950) et l’accord n’étant pas une convention collective au sens de la loi du 23 décembre 1946, il faut cependant un décret ou un arrêté pour valider ce document. Le gouvernement s’y refuse pendant près d’un mois, rejette le texte au conseil du 6 août, l’entérine partiellement le 28 août167 pour se donner de la marge politique lors de la définition d’un nouveau cours, celui qui prépare le plan Mayer-Schuman. Le salaire horaire des séries du Travail progresse de 17,5 % entre avril et octobre 1947, mais l’écart apparent atteint 91 % (indice 1218 pour les prix et 636 pour le salaire horaire). Il n’y aura plus de négociation jusqu’en décembre. La question de salaires n’est plus en 1947 une question de politique des salaires, mais une question de politique tout court.

  • 168 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 203 et suivantes.
  • 169 J. J. Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Colin, Cursus, 1988, p. 41. Pour le Xe C (...)

184Le PCF passe lentement dans l’opposition, ce qui donne un autre ton à la politique des salaires. Si les causes de cassure sont plus générales entre les communistes et le bloc SFIO - MRP et ressortent de la guerre froide internationale, les occasions concrètes sont la question des crédits militaires pour l’Indochine, que les députés PC s’abstiennent de voter le 22 mars 1947 et la question des salaires fin avril-début mai. Au conseil du 1er mai, V. Auriol168 décrit un Thorez extrêmement embarrassé qui développe l’argumentation suivante : les prix doivent être bloqués, le ravitaillement organisé et les salaires augmentés, ce qui correspond approximativement à l’opinion des ouvriers et employés urbains, et donc des adhérents CGT. « Je ne crois pas, dit-il, qu’une hausse de salaire entraîne une hausse des prix, car ce qu’il faut c’est prélever la différence du profit et du capital ». Après trois jours d’incertitude où il envisage de démissionner, Ramadier pose la question de confiance à l’Assemblée sur le maintien de la « politique de baisse » (entendez : blocage des prix et des salaires inauguré par Blum en janvier 1947) ; 360 SFIO, radicaux et MRP l’approuvent, 186 PCF votent contre, 62 s’abstiennent. Le 5 mai, le président du conseil retire leurs portefeuilles aux ministres communistes. « Événement capital » de la vie politique intérieure, ce départ fut sur le moment « considéré comme une péripétie »169 et au Xe Congrès fin juin, le PC se présente encore comme un parti de gouvernement.

  • 170 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 515 et suivantes.

185Ce départ devient facteur de tension en automne après la création du Kominform. Le salaire minimum, de plus en plus exprimé en salaire mensuel pour 46 heures, atteint depuis le 28 août 1947, 42,50 F de l’heure ou 7 770 F à 8 000 F (avec primes) par mois. La CGT le place très vite hors d’atteinte, à 10 358 F le 29 octobre, 10 800 F le 12 novembre (L’Humanité). Cette dernière proposition correspond à une hausse de 39 % ; si l’on prend le rapport : salaire horaire / prix de détail sur base 100 en 1938, le retard serait encore de 38 %, mais le salaire social est implicitement pris en compte depuis 1946 par la centrale syndicale. Les services du MEN pencheraient pour 8 772 F (+ 12,8 %), Jules Moch, le nouveau MEN irait plus loin avec 9 500 F (+ 22 %) au conseil du 5 novembre 1947170. Le 19, après calculs du MEN, il ajoute une indemnité uniforme de 1 500 F dite « de vie chère » pour tous les autres salariés. Devant le refus renouvelé de Robert Schuman et l’esquisse d’une majorité ministérielle contre cette hausse, J. Moch ouvre la crise en subordonnant la lecture de son projet au conseil à la solution du problème gouvernemental. G. Bidault aggrave la brèche, estimant que le MRP peut reprendre la tête du cabinet, à équidistance des communistes et des gaullistes. Une deuxième fois, la question des salaires provoque une rupture au sommet de l’exécutif.

186En résumé, la politique des salaires atteint un point de non-retour en juillet 1946, lors de la Conférence du Palais Royal. Le principe de la discussion étant accepté, il apparaît qu’une négociation globale, d’abord bien perçue, est loin de régler tous les problèmes. Une fois les questions institutionnelles réglées, et nonobstant les difficultés de vie des milieux urbains les plus modestes, les gouvernements de 1947 s’orientent vers un blocage-freinage des revenus salariaux, avec des compensations symboliques pour les bas salaires, les primes etc. La progression de la masse salariale se ralentit du fait de cette volonté, mais les effets mécaniques des revenus sociaux, des grilles et autres reclassements déterminent encore un mouvement annuel rapide, de l’ordre de + 50 %. Le pouvoir semble ainsi gagner en détermination dans ce face à face qui tourne à l’affrontement au printemps, puis à l’automne. Le passage des socialistes de gouvernement dans le camp gestionnaire, la rentrée des radicaux, la volonté d’arbitrage affichée du MRP permettent la définition d’une nouvelle majorité, anti-inflationniste, que rallie une partie croissante de l’électorat libéral et conservateur.

Conclusion.

187De janvier 1944 à décembre 1947, la masse salariale augmente de six à sept fois, à la moyenne soutenue de 60 % par an. La hausse des prix étant de 4,6 fois dans l’intervalle, la masse salariale en F courants n’a progressé que de 43 % en quatre ans ou encore de 9,5 % par an. La socialisation partielle, mais croissante des revenus, de l’ordre de 20 à 22 % de la masse salariale, la progression de la durée du travail (44-45 h / semaine, les heures au-delà de 40 h étant acquittées en heures supplémentaires) et d’autres facteurs encore témoignent de cette amélioration de fond, que les tracas quotidiens du ravitaillement font passer inaperçue. Le salaire horaire moyen constaté par les séries prud’homales accuse un retard annuel moyen de 21 % sur l’indice officiel des prix en 1944 et de 62 % en 1947.

188Cette évolution favorable résulte non pas de gains de productivité, mais de la conjonction de facteurs économiques et socio-politiques particuliers : la rareté de la main-d’œuvre d’une part, la puissance des organisations syndicales et la complaisance, volontaire ou appuyée, des Administrations (Travail), des décideurs (Patronat) et de l’opinion (les hausses de salaires ne sont pas inflationnistes) d’autre part. La rupture de cette conjonction entre l’automne 1946 et le printemps 1947 est à mettre au compte du reclassement politique et social qui s’opère : des conservateurs aux socialistes se fait jour la priorité des prix stables ; les salaires, qui forment 50 % des coûts d’entreprise, doivent être freinés, voire bloqués un temps, sauf à ralentir, reconstruction et modernisation. Seuls, bientôt isolés, CGT et PCF maintiennent un discours de salaires en hausse. La stabilisation des prix et des salaires s’allie donc à l’anti-stalinisme. Le matériau inflationniste accumulé est assez considérable pour nécessiter encore un an afin d’être neutralisé totalement (décembre 1948). Après deux ans de libéralités insouciantes (août 1944-août 1946) la IVe République commence à faire ses comptes.

V. POLITIQUE BUDGÉTAIRE ET POLITIQUE MONÉTAIRE : UNE DIFFICILE COMPENSATION DES EFFETS DE GUERRE

A. LA POLITIQUE BUDGÉTAIRE (RÉSUMÉ) : SOLDER LA GUERRE, INVESTIR, ÉQUILIBRER

189De 1938 à 1948, les charges de l’État sont obérées par la guerre. La pression des dépenses publiques centrales de trésorerie passe de 20-22 % du PIB en année stabilisée (1938, 1947-1948) à 60-70 % en 1944-1945. Les dépenses d’assurances sociales et des collectivités locales (« prélèvements obligatoires ») ne sont pas prises en compte dans ce calcul. L’Administration de l’époque, mettant à profit l’état de guerre favorable à la centralisation administrative, s’abandonne aux comptes spéciaux et les années 1940 à 1949 sont aussi celles d’un écart assez profond entre les dépenses budgétaires officialisées et les charges de trésorerie, soigneusement confidentielles. La culture économique de l’opinion à l’époque pousse aussi à ce genre de pratique, la phobie du déficit de trésorerie, assimilé à une crise budgétaire, elle-même identifiée à une crise « du pays » ou de « la France » encourageant les actes de dissimulation.

190Les dépenses gonflent brutalement en 1940-1944 et la vérification annuelle des budgets confirme bien le plaidoyer des archives : les prélèvements allemands sur le Trésor (58 % des sorties de Caisse entre 1940 et 1944) sont bien la cause essentielle de la crise financière. En francs constants, la IVe République naissante, après l’année de transition en 1945, marque de nets efforts de compression de ces dépenses, qui équivalent à celles de 1938 dès l’exercice 1947. L’inflation masque cet effort. Celui-ci a-t-il été complet ? L’analyse par dépenses ministérielles ne révèle rien que nous ne sachions déjà : les dépenses militaires sont celles de la politique choisie ; les réduire dès septembre 1944 aurait signifié la disparition complète de la France des relations internationales, l’indépendance immédiate des colonies – avec le problème communiste du Viêt-Nam – et le neutralisme dès 1947. Aucun parti de l’époque, sauf peut-être le PCF au moins dans ses discours, n’était prêt à un isolationnisme aussi brutal et un tel point de vue paraît difficile à soutenir, même avec un demi-siècle de recul. Les subventions, gonflées en 1944-1945 pour tendre à la stabilité des prix sont révisées à la baisse dès 1946, quand leur impact sur l’inflation semble proche de zéro, voire favorable à la hausse en libérant une part de la demande par le maintien de produits de base à prix subventionné. Elles se concentrent sur trois secteurs alors jugés sensibles pour l’opinion, le pain, le charbon et le transport ferroviaire. En revanche, les dépenses d’investissement, considérées à juste titre comme favorables à une impulsion initiale pour la formation brute de capital, passent (trop ?) rapidement au quart des dépenses totales en 1946, puis au tiers en 1948. Là encore, le choix est volontaire de la part du Trésor et de l’État, mais correspond à tous les projets administratifs et politiques depuis 1942-1943 et à la demande tacite de l’opinion. Nous avons été frappé, comme R. Delorme et C. André, par l’effet d’inertie dont est victime la masse budgétaire. La guerre impose d’abord des dépenses peu compressibles de 1938-1939 à 1944-1945, et l’État dépense au nom de la collectivité les sommes nécessaires à cette phase historique ; par inconscience, ambition politique ou amnésie complice, l’opinion feint de croire que l’on va équilibrer le budget dès 1946, alors qu’il a fallu 8 ans en 1918-1926 pour y parvenir (ce qui correspondrait arithmétiquement à 1952 pour l’après-seconde guerre mondiale). De la même manière, pour éviter les lenteurs de la Reconstruction de 1918-1924 et pour retrouver le niveau de vie que l’opinion juge compatible avec l’image qu’elle se fait de la France, les Finances œuvrent pour un investissement massif d’accélération et des courants (libéraux) bientôt majoritaires s’émeuvent d’une étatisation des flux. Que n’ont donc investi jadis les détenteurs de capitaux et les entreprises !

191Si les dépenses relèvent de situations et de choix politiques difficiles à dissocier de l’ensemble historique d’après-guerre, sauf à imaginer un hexagone à la fois isolationniste, libéral et frugal, les recettes posent un défi redoutable et chronique à la rue de Rivoli. Maintenant la fiscalité traditionnelle à un niveau constant, qui se traduit par une aggravation proportionnelle de la pression fiscale en période de ralentissement conjoncturel, le Trésor a recours aux ressources d’emprunt, à la fois les plus courtes et les moins visibles. Dans le principe, la hiérarchie serait plutôt les emprunts amortissables que les bons du Trésor, plutôt les bons du Trésor que les emprunts à l’étranger, plutôt les emprunts à l’étranger que les avances de la Banque de France ; dans la pratique, les années de guerre imposent les solutions 2 et 4, les années de reconstruction, les solutions 1 et 3. Emprunter aussi massivement ne peut se faire que sur l’argent d’hier, l’épargne préalable, mais il est réduit ou en attente, ou sur l’argent de demain, par emprunt net, et la tension peut provoquer la crise des prix. Si l’on peut s’exprimer ainsi, il faut distinguer dans l’impact inflationniste des dépenses publiques entre 1938 et 1948, une part acceptée sous la contrainte de guerre, une part choisie collectivement pour investir.

B. LA POLITIQUE MONÉTAIRE : POLARISATION FIDUCIAIRE, NÉGLIGENCE DES CHANGES ET LIBÉRALITÉ DU CRÉDIT

192Nous n’allons pas traiter l’ensemble de la politique monétaire. Elle pourrait en effet se décomposer en trois analyses :

  • la politique de la masse monétaire ;

  • la politique des changes ;

  • la politique du crédit.

193Pour les deux derniers aspects, partiellement abordés dans le premier chapitre, nous renvoyons aux ouvrages d’H. Koch ou d’O. Feiertag, ainsi qu’au colloque « Du franc Poincaré à l’ECU ». En revanche, la question majeure qui préoccupe les contemporains en 1944-1945 est l’importance de la masse monétaire. La querelle Mendès France-Pleven, abordée au début de ce chapitre, repose en grande partie sur ce problème. Nous souhaiterions simplement retracer les mécanismes politiques et psychologiques qui ont conduit le pouvoir et les autorités monétaires à centrer leur politique sur une certaine vision de la masse monétaire, négligeant ainsi la politique des changes et laissant se développer une politique du crédit très libérale qui tranchait avec la nationalisation partielle du capital bancaire et tous les autres rationnements.

194En 1944, les contemporains ont une vision spécifique des moyens de paiements, regroupée autour de quelques axiomes simples : 1. La monnaie est d’abord fiduciaire. 2. La parité la plus importante est la parité-or. 3. L’inflation est d’origine monétaire et budgétaire. La logique de ces propositions fait anticiper sur une crise jugée inévitable comme après 1918-1919 et envisager sérieusement un échange fiduciaire avec blocage pour réduire la tension sur les prix. Comment ce dispositif était-il prévu, pourquoi a-t-il été désamorcé en 1945 ?

195L’expression « politique monétaire » ne convient qu’à moitié à une série de dispositions où tantôt le Trésor (masse monétaire, changes) tantôt la Banque de France semblent détenir l’initiative. Les années quarante sont cependant celles où se constitue un ensemble qui dure jusqu’aux années quatre-vingt. La politique de la masse monétaire, focalisée sur les billets apparaît la plus proche du passé. Elle s’appuie sur les mauvais souvenirs du temps du Cartel. Conçue à l’origine comme un moyen d’épuration monétaire, elle devient rapidement aux yeux des mendésistes la solution anti-inflationniste préalable ; désamorcée par les Finances en étant présentée sous un jour fiscal qui n’aura pas de lendemain, elle n’arrête pas la crise inflationniste et accélère le retour à une monnaie plus scripturale.

196La politique des changes est plus décalée par rapport à l’entre-deux-guerres ; la « confiance » y est moins nécessaire dans la mesure où le contrôle des changes tend vers l’étanchéité monétaire extérieure. Que ce soit par souci de rendre sa politique homogène (Mendès France) ou de ne pas contrarier l’opinion conservatrice ou communiste (Pleven) la dévaluation qui sanctionne la médiocrité des performances nationales en termes de prix, est retardée et calculée au plus juste (décembre 1945), rendant nécessaire une autre correction dès 1947, elle-même repoussée début 1948. Conséquence de la crise des prix intérieurs, la dévaluation provoque en retour le renchérissement des importations et des produits qui les incorporent.

197L’action sur le crédit est d’abord orientée par le souci de favoriser la Reconstruction publique ou privée. Les taux sont maintenus très bas, à peine relevés en 1947, la sélection économique des concours est modérément esquissée, le moyen terme mobilisable est ouvert pour encourager la modernisation des équipements. Ces attitudes excellentes quant à la production déterminent un recours (rapidement) croissant aux avances bancaires. La politique du crédit, s’il en est une, pousse à l’augmentation des quantités mais n’agit pas dans le sens d’une stabilisation des prix.

C. LA CRISTALLISATION DES PRÉOCCUPATIONS SUR LA CIRCULATION FIDUCIAIRE

  • 171 Voir : Chapitre 4, I.

198Selon des modalités déjà évoquées171, le GPRF, saisi du projet Mendès France depuis février 1944, décide en octobre de la même année de pratiquer un emprunt plutôt qu’un échange de billets, et en mars 1945 de ne donner à l’échange monétaire qu’un aspect « technique ». Si nous avons alors détaillé l’emprunt lui-même dans ces paragraphes initiaux, nous avions remis au chapitre spécifiquement consacré à la politique monétaire l’examen de l’échange de juin 1945.

  • 172 Cf. Rapports annuels du Conseil national du Crédit et Comptes rendus annuels des opérations de la B (...)
  • 173 La Banque de France est autorisée à suspendre la publication de son Bilan à partir de juillet 1944  (...)

199Rappelons au préalable que les questions monétaires restent dans les cercles de spécialistes et ne franchiront pas le seuil de l’opinion publique, le choix entre emprunt et échange se limitant aux allées du pouvoir. Distinguons le diagnostic et les remèdes. En 1944, la masse monétaire n’est pas connue. Nous la chiffrerions rétrospectivement172 à 849 milliards de F en 1944 contre 201 en 1938, soit une progression de 4,4 fois en valeur courante et de + 48 % en valeur constante. Les alarmes de Mendès France apparaissent bien excessives avec le recul du temps. Son équipe est à la fois keynésienne, social-démocrate et « monétariste ». Elle fixe son attention sur la circulation fiduciaire, qui progresse de 112 milliards de F en décembre 1938 à peut-être173 625 milliards de F en septembre 1944, pour revenir à 575 milliards de F fin 1944 après l’emprunt. Cette progression de 6 fois en valeur courante, de deux fois en valeur constante, ne nous apparaît encore pas comme exceptionnelle. René Courtin, au nom du Comité général d’études du CNR, Aimé Lepercq au nom du GPRF estiment à la fois que la masse fiduciaire n’est pas si considérable et que l’emprunt peut à lui seul la cantonner à de justes proportions. Le PCF n’évoque pas la question et la SFIO n’en verra que l’aspect fiscal. La « pléthore monétaire » se ramène donc à un dialogue entre l’équipe Mendès France et le noyau Courtin-Mönick-Lepercq.

  • 174 Voir par exemple, M. Perrot, La monnaie et l’opinion publique en France et en Grande-Bretagne en 19 (...)
  • 175 Sur base 100 en 1913, les prix atteignent l’indice de 230 en 1918, 400 en 1924, 620 en 1929 et 700 (...)
  • 176 Nationalisme et non patriotisme, puisque les évasions de capitaux sont importantes en période de cr (...)

200L’absence de statistiques monétaires fiables a pu jouer. La circulation fiduciaire est la seule donnée vraiment connue d’un public (un peu) averti, puisqu’elle figure sur les bilans hebdomadaires de la Banque de France. Cette information jouit d’une popularité indiscutable dans l’entre-deux-guerres, faisant office de baromètre monétaire et politique pour certaines couches de la population174. Les professions libérales, les cadres supérieurs (et moyens), les commerçants et industriels, les propriétaires fonciers et exploitants cossus forment le gros des (4 à 6 ?) millions de personnes qui assimilent ce chiffre à un indice non seulement majeur pour la conjoncture, mais encore unique pour définir « l’inflation ». Craignant une perte d’avoir par la crise des changes (dévaluation = dépréciation), du budget (augmentation des impôts) et donc de la monnaie (« planche à billets »), les contemporains ne perçoivent pas que la crise est d’abord une crise des prix175, car les indices n’en sont pas connus. Cette préoccupation fiduciaire s’aggrave d’un réel nationalisme176 monétaire, puisque les dévaluations sont appréhendées comme des échecs diplomatiques hexagonaux. Ce type de psychologie, activé par des sous-entendus politiques évidents, a contribué à la chute du Cartel et, dans une moindre mesure, à celle du Front populaire (le « Mur d’argent »).

  • 177 Le nombre apparent de billets par habitant est de 142 F en 1913 (5,7 milliards de F/40 millions d’h (...)

201Cet héritage est pleinement assumé par Mendès France, jeune turc du parti radical à l’époque et admirateur de la stabilisation Poincaré. La circulation fiduciaire de 1913 avait quintuplé en 1918 ( 5,3) et plus que décuplé ( 12) en 1929 en valeur courante ; en valeur constante, la circulation de billets à doublé entre 1913 et 1918-1929 ( 2,3 en 1918, 1,75 en 1924, 1,92 en 1929). Soulignons également le fait que la monétisation fiduciaire de la société177 a progressé depuis 1940, gagnant notamment le monde paysan. Le diagnostic de crise monétaire rencontrerait, une fois diffusé, un large écho dans les classes moyennes et les milieux ruraux.

202Au niveau des actions décidées pour porter remède à cet état de fait, nous savons que l’orientation choisie entre octobre 1944 et mars 1945 inclinait plutôt aux voies budgétaires que monétaires. Comme un échange monétaire est cependant intervenu, il convient de lui accorder quelque attention et d’en évaluer les effets.

  • 178 Pour plus de détail, se reporter au manuscrit initial de thèse : Politique des prix en France de 19 (...)
  • 179 Cf. AEF, Pleven, 5 A 9, par exemple l’interview à Carrefour, 24 mars 1945.
  • 180 Banque des Règlements Internationaux, Rapports Annuels, notamment 1945, 1946 et 1947. Voir aussi p. (...)
  • 181 AEF, Pleven, 5 A 9, interview à Carrefour, 24 mars 1945. Nous n’en avons pas trouvé mention dans le (...)
  • 182 AEF, B 33 000. Circulation : 1 à 1,5 milliard de F, sommes non présentées à l’échange et donc évinc (...)
  • 183 AEF, B 33 849. Compléments in B 33 003 (Premier bilan, Rapport en automne 1943 de G. Ardant, inspec (...)
  • 184 AEF, B 33 002. Camille Gutt, qui représente un gouvernement en exil depuis mai 1940, a signé en nov (...)

203La pratique des échanges monétaires est assez courante à la fin de la guerre178. Elle se justifie par le souci « d’épurer » le stock monétaire des sommes emportées ou fabriquées par l’ennemi au-delà des lignes, et les avoirs du marché noir en liquidités fiduciaires179. Les Américains en Asie du Sud-Est, les Belges (octobre 1944), les Néerlandais, les Norvégiens, les Tchèques, les Danois, les Soviétiques (décembre 1947) procèdent à un échange plus ou moins rigoureux180. Toutefois, la mesure ne fut pas systématique pour tous les États belligérants et occupés : la Finlande et l’Italie n’ont pas pratiqué l’échange. Mendès France, commissaire aux Finances depuis novembre 1943, n’a donc pas inventé le mécanisme et la France libre l’utilise depuis 1942. L’échange corse par exemple a été commandité par le commissaire précédent, Maurice Couve de Murville. Le cabinet Mendès insiste seulement sur l’importance de l’opération qui doit s’accompagner d’un rationnement monétaire anti-inflationniste et d’un inventaire fiscal des avoirs fiduciaires, baptisé pompeusement « cadastre des fortunes ». Il s’agit donc de lier des objectifs politiques et économiques, comme souvent en matière de monnaie. La réussite relative des échanges en Afrique occidentale française, l’AOF181, en Tunisie182 et Corse183, le caractère avancé des préparatifs belges184 renforcent sa conviction.

204Pour la France comment se présentent les disponibilités en billets ? Rappelons que si les livrets de caisse d’épargne (23,5 millions en 1944, 25,5 millions en 1952) sont très répandus, les comptes en banque sont peu nombreux (2 à 3 millions vraisemblablement), et les comptes chèques postaux un peu insuffisants, quoiqu’en progression rapide (1,5 million en 1944, 3 millions en 1952). Des catégories entières, notamment les paysans, les ouvriers et les employés en sont dépourvus. Le cabinet Mendès France arrête donc son choix sur une masse monétaire très fiduciaire, considérant que les besoins de l’économie seraient couverts avec 300 milliards de F de billets au lieu des 600 milliards de F de circulation attendus pour l’automne 1944.

Tableau 87
Circulation et besoins de circulation en monnaie fiduciaire (1944-1946)

Tableau 87Circulation et besoins de circulation en monnaie fiduciaire (1944-1946)

Sources : AEF, B 33002, Rapport de la Direction du Trésor, 4 décembre 1944 ; AEF B 18688 ; Banque de France, Compte rendu des opérations, années 1944-1946; M. Mudzinsky, Les billets de la Banque de France, 1963, passim.

  • 185 Les 7 autres milliards sont constitués des 7 milliards en billets de 300 F, imprimés au moment de M (...)

205Le tableau ci-dessus résume pour les années 1944 et 1945 les besoins réels en billets. Le chiffre de clôture pour l’exercice 1944 (572 milliards de F) est légèrement inférieur aux 600 milliards de F prévus en raison de l’emprunt de Libération. La stabilité du total entre décembre 1944 et décembre 1945 est le fruit de l’échange de juin 1945. Pour le cabinet Mendès France, en janvier-février 1944, comment assurer la production matérielle de 300 milliards de F en quelques mois ? Les stocks de vignettes disponibles en Afrique sont négligeables (2 milliards de F en billets de 5 000 F, libellés énigmatiquement « Trésor central » – en fait la Caisse centrale de la France libre, la CCFL – et imprimés en Grande-Bretagne) et ceux de métropole semblent assez réduits. Le CFLN ne sait pas exactement le niveau des réserves de la Banque de France. En janvier 1944, elles se montent à 83 milliards de F, mais la mise en circulation des 1 000 F « Cheffer » (40 milliards de F) le 17 mai 1944, et des 100 F le 25 juin (20 milliards de F) réduisent l’ensemble à 23 milliards de F, dont18516 milliards en 5 000 F Union française qui forment un stock de sécurité. Il faut donc imprimer.

  • 186 Banque de France, Registre intérieur des Conseils généraux de la Banque, séance du 29 mai 1945. Les (...)
  • 187 Voir par exemple la conférence de presse du président Roosevelt, le 13 juin 1944 : « Personne, pas (...)

206En Afrique française du Nord, les capacités sont infimes : 1 milliard de F en trois mois pour l’Algérie qui ne dispose que de maquettes des 20 et 50 F et de papier de mauvaise qualité. En métropole, où l’Occupation aggrave les problèmes d’approvisionnement-matières et surtout ceux de manutention ou de stockage, les spécialistes estiment qu’il faudrait un an à compter de la commande pour fournir 300 milliards de F en nouveaux billets186. La conclusion est vite trouvée : il faut acheter des billets aux Anglo-Saxons. Ces commandes vont se heurter à un aspect inattendu des relations internationales et militaires, les préparatifs américains du débarquement. Le gouvernement Roosevelt187a prévu une Administration militaire pour la France, l’Allied Military Government of Occupied Territories, l’AMGOT, et des billets pour son fonctionnement... Ceux-ci sont signalés par Jean Monnet, alors à Washington, dès le mois de novembre 1943. Ils ressemblent à des dollars bleu-vert, libellés en français, et apparaissent de mauvaise facture. La tension monte d’abord entre le CFLN et la Maison-Blanche, et se dénoue vraisemblablement en janvier 1944 grâce à Jean Monnet : le billet-drapeau sera réservé aux soldats américains en campagne, et le CFLN commandera de son côté des billets civils pour son échange ; les Américains sont favorables à l’échange, comme nous l’avons vu pour les Belges. Le feuilleton des billets militaires alliés dure jusqu’en juin 1945 : la Bank of England, qui en gère l’émission, modère les sorties (émissions : 85 milliards de F, délivrances aux paymasters aux Armées : 27,2 milliards de F), la Banque de France accepte les billets à ses guichets, mais les bloque dans ses coffres, l’échange général de juin 1945 permet de retirer l’essentiel de la circulation.

  • 188 L’ensemble des commandes représente 55 000 caisses, ou 2 000 tonnes (1 025 tonneaux de jauge brute, (...)

207Pour éviter d’autres déboires américains, le CFLN passe ses commandes fiduciaires en Grande-Bretagne (77 % des sommes) notamment pour les grosses coupures de 5 000 et 1 000 F. Les premières estimations par les maisons anglo-saxonnes, publiques ou privées, commencent le 28 avril 1944, le premier dessin est prêt le 25 mai, l’impression débute en août, les arrivées188commencent en novembre et sont très avancées en janvier 1945. Le coût total est de 160 millions de F, 0,35 % des dépenses de trésorerie, 0,2 % de la masse monétaire globale. L’échange aurait donc pu avoir lieu au début du mois de février 1945. En juin 1945, les billets nouveaux mis en circulation sont à 85 % des vignettes de forme française, mais fabriqués en Grande-Bretagne. Cette nuance n’est d’ailleurs pas du goût de la Banque de France.

  • 189 600 milliards de F représentent 1,5 milliard de coupures, soit 1 500 à 3 000 tonnes de papier banca (...)
  • 190 AEF, B 18 688. Également, Registre intérieur des Conseils généraux de la Banque, séance du 13 septe (...)

208Soucieuse de la qualité des vignettes dont elle parraine la circulation, elle estime que les papiers britanniques offrent des garanties insuffisantes contre les falsifications. Après la remise en ordre minimale des bureaux, des installations et des stratégies, Emmanuel Mönick lance en février 1945 un plan d’impression ambitieux189qui porte le volume total des billets Banque de France, made in France, à 50 milliards de F en juin 1945 au moment de l’échange, 250 milliards en septembre 1945 et enfin 600 milliards de F en juillet 1946, date à laquelle les vignettes anglo-saxonnes de juin 1945 sont toutes retirées190.

  • 191 AEF, B 18 688. Les documents comptables de ce dossier, qui appartient à la direction du Trésor, son (...)
  • 192 AEF, B 19 940. La prééminence de la loi pour la définition de l’unité monétaire est affirmée par la (...)
  • 193 JO, 3 juin 1945, p. 3193.

209La France procède toutefois à un échange monétaire en juin 1945 sous l’égide de René Pleven. L’opération s’apparente d’assez près à un échange technique de vignettes, l’essentiel des documents d’archives qui nous sont parvenus provenant de la Direction de la compabilité publique191. Juridiquement, deux accords sont requis, celui du pouvoir législatif192, celui de l’Institut d’émission. L’Assemblée consultative provisoire n’est pas qualifiée pour cette tâche et le gouvernement choisit la voie de l’ordonnance, le 30 mai 1945193. La Banque de France, qui n’est pas encore nationalisée (2 décembre 1945) donne son accord après deux jours de débats. Si Emmanuel Mönick, le gouverneur, et Jacques Brunet, le directeur du Trésor, sont évidemment dans la confidence, il n’en est pas de même pour tous les autres membres du conseil général, mis devant le fait accompli les 29 et 30 mai, et dont certains bataillent de pied ferme contre une opération qui leur semble ouvrir la porte aux contrefaçons. La convention entre la Banque et le Trésor est signée le 2 juin.

  • 194 En Corse, en octobre 1943, plus de la moitié des dépôts atteignait exactement 5 000 F, somme plafon (...)

210La première circulaire aux trésoriers-payeurs-généraux date du 21 avril 1945, après la démission de Mendès France. Les consignes générales aux banques sont diffusées le 16-17 mai, date des premières indiscrétions de presse. Un net reflux des billets est observable entre le 17 mai (circulation : 588 milliards de F) et le 2 juin (473 milliards). L’opération elle-même, lancée par une conférence de presse de René Pleven le 2 juin, se déroule du 4 au 15 juin, mettant en mouvement 30 000 guichets et 140 000 employés. Les déposants sont toutes les personnes résidant en métropole, citoyens français ou étrangers, et les citoyens français résidant à l’étranger. L’outre-mer n’est pas concerné. Le déposant type reçoit un maximum de 6 000 F par ménage, majoré de 3 000 F par personne à charge. Environ 200 milliards de F sont restitués immédiatement. Les bons du Trésor (anonymes) ne sont estampillés que si leur valeur nominale dépasse 10 000 F. Il faut reconnaître que cette énorme machine administrative a bien fonctionné, sans véritable accroc (deux modiques erreurs de caisse). Quelques litiges ont inévitablement surgi, portant sur 800 millions de F (0,2 % des dépôts), dont 200 millions seront finalement débloqués ; les fraudes portent tantôt sur la ventilation des sommes entre comparses194, mais elles sont difficiles à prouver puisque les billets sont des titres de paiement anonymes et au porteur, tantôt sur le dépôt de faux billets dont 138 millions de F ont été repérés (0,03 % des dépôts). En moins d’un mois, le bilan est dressé, puisqu’au 13 juillet la Comptabilité publique estime les dépôts à 430-440 milliards de F. Au 2 août 1945, la Banque de France reprend la publication de son bilan, avec 444 milliards de F de billets en circulation au passif.

  • 195 IFOP, Sondages, 16 juillet 1945.
  • 196 C. de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon poche, 1970, III, p. 294-295.
  • 197 BRI, XVe Rapport annuel, 1945, p. 71-81.

211Le bilan de l’opération est très mitigé. L’opinion semble percevoir cet aspect de manière diffuse. À la question « pensez-vous que l’échange permettra un recensement suffisamment exact des fortunes ? »195, 41 % des personnes interrogées répondent « oui » et 44 % « non ». René Pleven se félicite le 26 juin à l’Assemblée puis à la radio, de « cette opération réellement unique dans notre histoire ». Dans ses Mémoires, le général de Gaulle estime que dans le cadre « des mesures d’assainissement... tout se passa très bien..., rien d’analogue à la rude secousse... en Belgique »196. Seul Le Figaro est enthousiaste : « le succès de l’opération est donc absolu » (28 juin 1945). Le Monde, sous la plume de René Courtin, note d’un côté que l’« on ne pouvait espérer succès plus complet de la politique du circuit fermé » et de l’autre que « l’avenir des prix sera uniquement fonction de la politique des salaires, de la rigueur des contrôles et de l’état des finances publiques » (28 juin 1945). Même avis balancé dans beaucoup d’organes financiers, surtout lorsque les mois passent. La Banque des Règlements internationaux, la BRI197 qualifie l’échange de « moyen particulier de la politique du crédit ». La Vie française du 28 décembre 1945 apprécie cette « résorption spontanée » de la masse fiduciaire, mais rappelle l’évolution corrélative des dépôts et la reprise de la circulation des billets : « la première étape de l’assainissement projeté a été franchement négative » (Henri Laufenburger, professeur d’économie politique). L’Aube, MRP, se borne à citer les résultats apparents de l’échange et la conférence de R. Pleven (27 juin 1945), tandis que L’Humanité ne fait pratiquement pas mention de l’opération. La SFIO donne son opinion un mois après, à la tribune de l’Assemblée consultative, par le duo Philip – Moch qui argumente contre le choix des Finances, en faveur d’une solution mendésiste.

212Le bilan effectif n’est pas satisfaisant.

213Sur le plan trésorier, les billets frauduleux « acquis à l’État » – c’est-à-dire totalisés au crédit du compte du Trésor à la Banque – s’élèvent officiellement à 36 milliards de F soit 8 % des sommes présentées, comme en Belgique. Ce montant représente 7 % des dépenses de trésorerie. Habilement, le Trésor fait disparaître de son débit publié sur le bilan de la Banque les avances provisoires à l’État (32 milliards de F en mai 1945)... jusqu’en janvier 1946. La Dette publique poursuit sa progression : 1 680 milliards de F fin 1944, 1 832 fin 1945.

214Sur le plan fiscal, le « cadastre des fortunes » si souvent annoncé n’a pas eu lieu. Sauf erreur, aucun carton d’archives se rapportant de près ou de loin à l’échange ne présente cette cartographie des avoirs liquides tant attendue ; il semble qu’aucune carte de la répartition départementale des dépôts n’ait d’ailleurs été établie. Il est vrai que les fraudeurs, premiers visés, n’ont pas été démasqués, et que les bénéficiaires usuels et banals du marché noir, commerçants, paysans, ne devaient pas être inquiétés. L’aspect fiscal est tombé dans l’oubli.

215Sur le plan monétaire. Est-ce que la circulation fiduciaire a été durablement affectée par l’opération ?

216Nous constatons que la forte progression de la guerre, qui multiplie par cinq le volume de billets entre décembre 1938 et décembre 1943, est légèrement enrayée par l’emprunt de Libération nationale. Le maintien du rythme annuel des années précédentes aurait donné 680 milliards de F en décembre 1944 et les estimations internes à la Banque proposaient déjà 633 milliards de F au 10 octobre 1944. L’emprunt permet un retard de hausse d’environ 15 à 20 %, puisque la circulation s’établit à 572 milliards de F en décembre 1944, soit plus de 100 milliards de moins que prévus. L’échange offre des perspectives comparables. En supposant maintenu le rythme des années 1938-1943, le chiffre de décembre 1945 aurait dû être de 778 milliards de F. Or, le bilan de décembre 1945 donne un total comparable à celui de décembre 1944, 570 milliards de F, soit un retard de hausse d’environ 30 %. La contraction fiduciaire de la deuxième quinzaine de mai 1945, portant sur le reflux non contraint de 115 milliards de F (20 % de la circulation fiduciaire au 17 mai 1945) vers les guichets est également intéressante. Selon les critères de l’époque et à très court terme, l’échange est un succès.

  • 198 On pouvait encore se consoler à l’époque en pensant que le maintien du rythme des années 1938-1943 (...)

217La circulation fiduciaire reprend à la hausse dès 1946 pour dépasser 2 000 milliards de F en 1952, soit quatre fois le niveau de la Libération, 20 fois celui de 1938198. Seule une minorité s’en inquiète vraiment au début des années cinquante, signe d’une évolution positive des opinions.

Tableau 88
Répartition des liquidités et des disponibilités monétaires (1938-1952)

Tableau 88Répartition des liquidités et des disponibilités monétaires (1938-1952)

Source : Conseil national du crédit, Rapport annuel, Annexes, 1946-1953.

Source : Conseil national du crédit, Rapport annuel, Annexes, 1946-1953.

218Les deux tableaux ci-dessus suggèrent une lecture un peu différente. Le premier montre que la guerre a accru le volume relatif de billets et réduit les dépôts en banque au profit des comptes d’épargne et des bons du Trésor. L’emprunt de 1944 a provoqué une légère transformation des billets en bons du Trésor. L’échange de 1945 a aggravé ce phénomène et surtout, accéléré la reprise des dépôts bancaires. Si en 1947, ou même en 1952, le volume relatif des billets a retrouvé son niveau de 1938 ou de 1944, les dépôts bancaires se fortifient d’année en année, se substituant lentement au couple trop classique « dépôts en caisses d’Épargne-souscription en bons du Trésor ». L’échange fonctionne en fait comme une impulsion en faveur de la scripturalisation monétaire. Cette impulsion n’est pas définitive, les agents économiques, notamment les ménages, attachant beaucoup d’importance à une liquidité fiduciaire soutenue.

219Le second tableau montre que les moyennes annuelles 1938-1952 sont très proches : + 24,5 % pour la masse monétaire, + 23,5 % pour la circulation des billets, + 26 % pour le montant des dépôts. Le détail des années est un peu différent. Alors que la guerre marquait une préférence affichée pour la monnaie fiduciaire, anonyme, mobilisable et dissimulable, l’année 1944 avec l’emprunt stabilise une première fois la progression des deux composantes de la masse monétaire : + 14 %. L’échange freine à peine la croissance monétaire (+ 21 %), mais avantage nettement les dépôts (+ 64 %) au détriment des billets (– 0,4 %). Après 1946, les deux composantes se stabilisent et la progression des dépôts (+ 23 % de 1948 à 1952) se montre un peu plus rapide que celle des billets (+ 18 %).

Tableau 89
Confrontation internationale de la hausse des prix et de la politique fiduciaire (bilan en 1949)
(Niveau atteint par l’indice des prix de gros en 1949, sur base 100 en 1938. 13 États)

Tableau 89Confrontation internationale de la hausse des prix et de la politique fiduciaire (bilan en 1949)(Niveau atteint par l’indice des prix de gros en 1949, sur base 100 en 1938. 13 États)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 517.

220Un bref regard sur les pays étrangers suffit à nous convaincre, si ce n’était déjà fait, que les liens entre échange monétaire et stabilité des prix sont assez souples. Prenons l’année 1949, première année de prix stabilisés après la guerre. Des pays échangistes (Norvège ou Danemark) comme non échangistes (États-Unis, Suisse) obtiennent de bons résultats en matière de prix. Il en va de même pour les pays inflationnistes, puisque la France a pratiqué un échange, la Finlande et l’Italie l’ont écarté. Les écarts internes d’inflation, entre pays échangistes eux-mêmes par exemple, sont supérieurs aux écarts entre les deux catégories. La hausse des prix ne se ramène évidemment pas à la circulation des billets.

221Ainsi, la politique monétaire se focalise en 1944-1945 sur la question des billets en circulation. Le débat rebondira en janvier 1948 avec la proposition d’échange des billets de 5 000 F. Même en adoptant les critères de l’époque, cet échange, qui semble avoir réussi à très court terme, échoue à moyen terme à freiner durablement la masse monétaire, et a fortiori l’inflation des années 1945-1948. Le total des dépôts n’étant alors connu que de quelques spécialistes aux Finances, personne n’a vraiment constaté que l’échange incitait en fait à ouvrir un compte ou à approvisionner le sien ! Rappelons que le total des seuls comptes de Chèques postaux passe de 1,5 million en 1944 à 3 millions en 1952. Une chose frappe aussi l’observateur. Les thèmes d’échange s’apparentent plutôt aux thèses « interventionnistes » (gauche du MRP, des radicaux, de la SFIO), les opposants se recrutant parmi les « libéraux », de conviction (droite libérale et modérée, droite du MRP et des radicaux) ou d’occasion (PCF). La situation s’est partiellement inversée par rapport aux années vingt. La droite s’attache fixement à la question de la circulation fiduciaire, la gauche s’y intéresse moins. Ce « passage à gauche » d’un thème « de droite » pourrait faire l’objet d’une réflexion approfondie. Nous suggérons simplement quelques pistes. La gauche interventionniste a médité les leçons des années vingt-trente et s’empare du thème, ce qui suscite l’opposition de la droite libérale. Les avoirs des classes moyennes se sont diversifiés et la question des billets apparaît moins importante que la modernisation globale dans le sens investissement-productivité. Les conceptions économiques évoluent insensiblement et l’explication monétariste n’emporte plus la conviction, surtout auprès de l’inspection des Finances. Cette question d’échange est à la fois un combat d’arrière-garde, où on solde les querelles politico-économiques de l’entre-deux-guerres, un débat d’actualité puisque se pose la question de l’épuration, y compris de l’épuration monétaire, une anticipation de l’avenir, puisqu’elle amorce la reprise du mouvement de scripturalisation monétaire interrompu par les turbulences des années 1914-1945. En 1944-1945, l’actualité politique impose sa marque, puisque l’épuration monétaire se calque sur l’épuration politique et sa clémence.

CONCLUSION DU CHAPITRE IV :
UNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE EMPREINTE DE CONTRADICTIONS FAVORABLES À LA HAUSSE

222La période 1944-1947 est marquée par une crise économique à double aspect, une crise des quantités puisque l’offre n’équilibre pas la demande avant fin 1947, et une crise des revenus puisque chaque agent estime les siens insuffisants et tend à les augmenter.

223Nous avons constaté que la stabilité des prix passe rapidement au troisième rang, derrière la reprise de la production et la modernisation du capital, derrière aussi les objectifs sociaux de promotion des salariés. Les moyens choisis font l’objet de divergences profondes ; au modèle ultra-centralisé Mendès France - SFIO d’un ministère de l’Économie nationale tout puissant, s’oppose progressivement un système à trois branches, Finances, MEN et Plan, le Conseil des ministres faisant office de Cour suprême pour la politique économique. La chronologie des mesures dépend de l’inertie relative des variables ; les circonstances font que les salaires déclenchent le mouvement en août-septembre 1944, alors que leur ajustement était prévu en fin de parcours et introduisent une perturbation durable dans les choix. Cette crise s’enchaîne et s’auto-entretient pendant quatre ans et détermine un clivage croissant dans l’opinion quant aux méthodes à suivre. Résumée à l’affrontement « libéralisme-dirigisme », elle se complique de l’étatisation lente de la société depuis le xixe siècle, de la centralisation du fait de guerre, de la bureaucratisation en charge de pénurie, et oppose un noyau « dirigiste » SFIO-gauche du MRP aux autres tendances, PCF inclus. L’électorat communiste est plus interventionniste que ses cadres. Au-delà des partis, ce clivage dessine une voie moyenne, libérale-sociale où MRP, radicaux et SFIO pragmatiques s’associent pour former la Troisième Force. Cet ensemble ne prend majoritairement conscience de son rôle et de l’importance qu’il y a à stabiliser les prix qu’en juillet-août 1947, après l’échec de l’expérience Blum. Dès lors, la stabilité du marché, des coûts et des paiements l’emporte sur l’urgence d’une socialisation des revenus ou celle d’un budget omnicompétent.

224Entre 1944 et 1947, la politique économique générale tarde ainsi à se stabiliser. La Libération voit la formation d’un gouvernement provisoire divisé quant aux choix économiques entre deux options, dont l’opposition se radicalise avec le temps. Il en ressort des décisions interventionnistes comme les nationalisations et libérales comme l’emprunt de la Libération. L’action conjoncturelle de l’État associe des principes de contrôle (prix, rationnement) et une pratique relâchée ou complaisante de la politique budgétaire et salariale.

225À lui seul, le contrôle des prix ne peut stopper l’inflation dont le rythme passe brutalement de + 20 % par an (1938-1944) à + 55 % par an (1945-1948) au printemps 1945 par la conjonction entre les augmentations de salaires et l’insuffisance des productions alimentaires nationales. Le principe du blocage plusieurs fois réaffirmé entre 1944 et 1947 est lentement battu en brèche. À partir de 1945, l’impopularité des prix plafonds auprès des professionnels incite les pouvoir publics à rendre la liberté à certains secteurs. À la fin de 1946, un quart du PIB n’est plus en prix taxés. Coexistent en fait des circuits à peu près contrôlables comme celui du pain ou du sucre et des circuits très volatiles comme la viande et le textile de détail dont l’évaporation vers le marché noir affaiblit la tâche du contrôle. En automne 1947, le gouvernement atténue fortement l’action de ce service.

226L’année 1946 enregistre le maximum d’inflation, tandis que 1947 se marque par un clivage politique majeur ; du Tripartisme on s’achemine vers la Troisième Force. Les pouvoirs publics semblent dépassés par la crise du budget, des salaires et des prix, cherchant, d’un trimestre à l’autre, à gagner du temps sur les échéances suivantes. La conférence du Palais-Royal en juillet 1946, les baisses Blum de janvier 1947 et la crise de ravitaillement associée à la fronde professionnelle du printemps 1947 déterminent des prises de conscience. Le gouvernement commence à remédier aux deux faiblesses de 1944-1946 : les Finances cherchent lentement à freiner le déficit par augmentation des recettes et compression des dépenses, les revendications salariales sont désormais amendées. Les questions monétaires deviennent secondaires, la dépréciation extérieure étant soldée tardivement à intervalles irréguliers, le recours au crédit devenant très ouvert et à faible coût. Le départ des communistes en mai 1947 et la densification de la guerre froide dessinent une concentration gouvernementale au centre, allant de la SFIO aux modérés, adossée à la proximité d’une aide américaine et du retour « à la normale » et partiellement centrée sur une politique économique de stabilisation. Depuis l’été 1944, il aura fallu trois ans pour parvenir à dégager une majorité anti-inflationniste.

Notes

1 Voir bibliographie : Politique économique, Budget et Finances publiques, Monnaie et Politique monétaire, Salaires. L’ouvrage le plus détaillé sur la politique économique de la période est celui de M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, histoire d’une conversion, CHEFF, Imprimerie nationale, 2 vol. 1991, publié dans la même collection. Nous avons travaillé en complémentarité avec son auteur.

2 Les consommations de services ne sont pas rationnés : enseignement, soins de santé, hôtellerie, blanchisserie, spectacles etc. Leurs prix seront généralement bloqués et les clients restreindront d’eux-mêmes ce type de consommations, à l’exception des entrées de cinéma. Les établissements de restauration sont soumis au blocage des tarifs et au rationnement des produits alimentaires.

3 Voir aussi : R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, Gallimard, 1984, V, p. 256-270.

4 Les prélèvements atteignent environ 1/5 à 1/4 du PIB courant sur la période 1940-1944, mais leur poids s’alourdit avec la poursuite de la guerre puisque les exigences nazies s’accroissent sur un PIB décroissant. Voir notamment A. Milward, The new order and the french economy, Oxford University Press, 1970. L’opinion surestime le phénomène : « Les Allemands prennent tout », et feint de croire que leur départ fera disparaître la pénurie.

5 Une simple remarque : la reconstitution des disponibilités « d’avant-guerre » en 1918 avait demandé 6 ans, de 1919 à 1924. Les contemporains de la seconde guerre mondiale imaginaient une reconstitution tantôt plus rapide (plan de 2 ans de la Délégation générale à l’équipement national) tantôt plus lente, notamment sur le plan immobilier (Paul Reynaud évoquait la date de 1960 comme terme de la reconstruction, in AEF, Petsche 1 A 405).

6 Diane de Bellescize, le Comité général d’études de la résistance, thèse de droit, 1974. Publiée sous le titre : Les neuf sages de la Résistance, Plon, 1979. Voir aussi : R, Kuisel, op. cit., p. 286-295.

7 Claire Andrieu, Le programme commun de la Résistance, Éditions de l’érudit, 1984, p. 174.

8 J. Fauvet, La IVe République, Le livre de poche, 1971, p. 36.

9 Le secrétaire général, en l’absence de ministre exercerait ses fonctions. Dans la réalité, les deux hommes n’auront pas le loisir de remplir ce rôle, sauf du 20-25 août au 3 septembre, et le général de Gaulle les « remerciera » le 4-5 septembre.

10 AEF, B 18 675, Note sur la politique monétaire, 89 p., anonyme, (vraisemblablement R. Courtin et E. Mönick).

11 « Il n’est pas toujours exact que les phénomènes monétaires tiennent la première place et notamment que la théorie quantitative rende compte de tous les mouvements de prix » (p. 59).

12 On retrouve ce thème plusieurs fois dans les archives de l’époque : l’arrivée des libérateurs permettra une détente de la demande sur l’offre et une baisse des prix ; cf. AEF, B 33 000-33 003.

13 En avril 1944, ils atteignent selon les statistiques du Travail, c’est-à-dire hors salaires « noirs », 1,70 fois le niveau de 1939.

14 Cf. Michel-Pierre Chélini, « L’emprunt de Libération nationale en France (automne 1944). Solution budgétaire ou amnistie monétaire ? » Revue Historique, juillet-septembre 1992, n° 583. La solution de l’emprunt sera effectivement retenue en novembre 1944 selon des modalités assez proches.

15 Discours du général de Gaulle à l’Assemblée consultative d’Alger, 25 juillet 1944. Dans De Gaulle, Discours et messages, pendant la guerre, tome I, 1940-1946, Plon (Poche) 1970, p. 451-462.

16 Les billets de 5 000 F représentent 100 milliards de F soit 1/6 de la circulation fiduciaire et ont pris la réputation de moyen de paiment privilégié du marché noir (« épuration monétaire »).

17 Elle n’est pas conservée aux AEF dans les cartons concernant la Libération, B 33 002 notamment où figure une note préparatoire signée Ardant. Elle fut reproduite d’abord dactylographiée par le CHDGM en décembre 1978 avec les annexes, ensuite imprimée dans les Œuvres complètes de Mendès France, II, p. 561 -572, mais sans les annexes, qui nous intéressent de près.

18 Collection disponible à l’INSEE ou à la Bibliothèque nationale. A. Sauvy et Mendès France confirment son utilisation, notamment dans La vie économique des Français de 1939 à 1945, op. cit. p. 88. Le n° 15 du Point économique daté de fin décembre 1943 donne 502 milliards de F de circulation fiduciaire à partir du dernier bilan de la Banque de France et l’indice 237 pour le « 34 articles » de détail sur base 100 en 1939 ; la Note Mendès France parle d’une circulation fiduciaire de 500 milliards de F et d’un indice des prix de détail de 230.

19 Pléos : plein. Plèthos : abondance. Pléthorè : surabondance (étymologie grecque).

20 Personne ne nie l’intention des ménages de retrouver leur niveau de dépenses actualisé de 1938, voire de 1929, mais il convenait de tenir plus franchement compte de leur capacité budgétaire réelle à satisfaire ces intentions.

21 P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 33. Lettre du 30 mars 1944 à Georges Boris.

22 De Gaulle, Discours et Messsages, I, p. 458.

23 De Gaulle, Mémoires de guerre, II, p. 215-216.

24 Les représentants d’un parti occupent 13 ministères, les non-inscrits 9 ; les résistants métropolitains détiennent deux portefeuilles sur trois ; les parlementaires d’avant-guerre comme Jules Jeanneney, Paul Giacobbi ou Pierre Mendès France sont rares.

25 IFOP, Sondages, 1er février 1945.

26 Dans le ministère des Finances, l’épuration fut très légère, ne touchant que deux directeurs ou chefs de service sur 18. Nulle aux Transports, elle semble avoir été plus marquée à la Production industrielle. Cf. M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., II, p. 773-780. Voir aussi F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 67-72.

27 En fontion des destructions (1 500 milliards de F 1944) et des retards d’investissement. Le total des investissements cumulés en 1945-1952 s’élève environ à 1 500 milliards de F 1945 pour une prodution brute globalisée de 9 030 milliards de F constants 1945.

28 Pour la question de l’emprunt, cf. M.-P. Chélini, L’emprunt de Libération Nationale en France. Solution budgétaire ou amnistie monétaire ?, Revue Historique, juillet-septembre 1992, n° 583.

29 L’approbation parlementaire n’est nécessaire que dans le cas de clauses additionnelles d’exemption fiscale, puisque ces dispositions modifient, même légèrement, la loi de finances.

30 La question de l’échange des billets recèle une documentation archivistique assez riche. Le dossier complet est : AEF, B 18 688. Les controverses préparatoires figurent in : AEF, B 33 002. La controverse Mendès-Pleven est principalement conservée dans les archives Pleven, AEF, Pleven 5 A 7. L’échange monétaire corse est surtout traité dans AEF, B 33 849, mais les conclusions n’y figurent que par bribes.

31 Pour la Banque de France, compléter avec H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, premier chapitre ; quelques indications aussi dans les Comptes Rendus Annuels de 1944 et 1945, et les procès-verbaux des séances du Conseil général de la Banque. Cet intéressant dossier a fait l’objet d’une étude fouillée de notre part qui ne peut être reproduite ici.

32 Régulièrement, la Banque de France prive de cours légal tel ou tel type de billet et les retire de la circulation, mais l’opération est technique, discrète, limitée à un seul type de vignette et échelonnée.

33 F. Bloch-Lainé ajoute : « Camille Gutt à Bruxelles, revenant avec un gouvernement considéré comme légitime par les alliés, disposait de nouvelles coupures en quantité suffisante pour procéder à un échange rapide et limiter les blocages. Au surplus, sur son petit territoire, relativement épargné par les combats, les liaisons étaient plus faciles qu’en France ». Bloch-Lainé et Bouvier, op. cit., p. 78. Ajoutons : la faiblesse des communistes belges, la plus grande urbanisation de la population, 1 appui sans réserve des Anglo-Saxons, qui autorisèrent aux Belges en exil, avant la Libération, l’impression de billets qu’ils refusaient aux Français.

34 De Gaulle, Discours et Messages, op. cit., I, p. 508. et Mémoires de guerre, III, p. 47 et 143.

35 De Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., III, p. 49.

36 L’Écho de la Finance, 28 septembre 1945 dit en substance que l’emprunt a évité l’impôt et que la hausse des prix érode sa valeur nominale : « Dans les faits, surtout pour du perpétuel (* 99 ans), il faut dire adieu à son argent ».

37 P. Mendès France, Lettre de démission au général de Gaulle en date du 18 janvier 1945, in AEF Pleven 5 A 7 ou Œuvres complètes, II, p. 117.

38 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 79.

39 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 73.

40 Il est difficile de prétendre que les 2,3 millions de souscripteurs ne sont que des indépendants ou des professions libérales, surtout en l’absence de dépouillement systématique des catégories socio-professionnelles par le Trésor, mais les bénéfices illicites ont essentiellement affecté des revenus agricoles, industriels et commerciaux.

41 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 81-82.

42 A N, F60 423. Publiée in P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 55-72.

43 Cf. infra.

44 Les dossiers de demandes de hausses étaient traités en deux ou trois mois par la direction des prix pendant la guerre ; les délais s’allongent à sept mois en 1944-1945.

45 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., II, p. 784.

46 R. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France, op. cit., p. 323.

47 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, op. cit., p. 66.

48 Dactylographie originale en 40 pages ou broché du ministère de l’Information, 14 pages. Discours disponible in JOAN, ACP (Assemblée consultative provisoire) 29 mars 1945. Également conservé dans AEF, Pleven 5 A 8 avec un dossier de presse, et AEF, B 19 951. Diffusé à près de 10 000 exemplaires auprès des administrations, des syndicats et chambres agricoles etc.

49 Discours de Mendès France à l’ACP le 21 mars 1945, in JOAN, ACP, séance du 21 mars 1945 ou P. Mendès France, Œuvres complètes, op. cit., II, p. 139-146.

50 Le même jour, à l’ACP, Jacques Duclos affirme que « le PCF est contre le blocage des billets qui frapperait seulement la masse des petits et moyens épargnants », mais qu’il ne s’agit pas pour autant d’un ralliement libéral : « S’agit-il de la confiance des banques ou de la confiance du peuple ? On ne peut pas inspirer confiance à ceux qui se sont battus et à ceux qui ont trahi »... Cf. JOAN, ACP, séance du 29 mars 1945.

51 Dossier assez complet dans AEF, Pleven 5 A 7.

52 E. Faure, Mémoires, Avoir toujours raison, c’est un grand tort, Plon, 1982, I, (691 p.) p. 149-150. Edgar Faure dirigeait à Alger le service législatif du CFLN-GPRF ; en septembre 1944, il entre dans le cabinet de son condisciple et ami Mendès France. Il est membre du parti radical.

53 S. P. Kramer, « La crise économique de la Libération », Revue d’Histoire de la seconde guerre mondiale, n° 111, juillet 1978, p. 25-44. Gaston Cusin, Entretien de G. Cusin avec des historiens, conduit par Jean Bouvier, CHDGM, déc. 1977, p. 12.

54 J. Rueff (1896-1976), Combats pour l’ordre financier, mémoires et documents pour servir à l’histoire du dernier demi-siècle, Plon, 1972, 480 p, p. 136.

55 La Banque de France ne communique pas encore officiellement ses archives pour cette période, mais nous avons pu obtenir lecture d’un dossier non coté sur l’échange des billets et des procès-verbaux du Conseil général de la Banque pour certaines dates précises. L’ouvrage d’Henri Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, 1944-1958, Dunod, 1983, évoque le sujet p. 20 à 27. L’auteur a effectué toute sa carrière à la Banque.

56 Lettres, notes ou rapports en date des 24 janvier, 27 février et 7 mars 1945, adressés par le gouverneur de la Banque de France au ministre des Finances. Principaux défauts évoqués : papier à base de chiffon, absence de filigrane pour les vignettes à forte valeur nominale, taille identique des coupures quelle que soit leur valeur, polychromie simple, numérotage défectueux et caractère irrégulier des marges...

57 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 83.

58 Revue d’Économie Politique, 1945, n° 1 et 2, p. 13-49, article de Gaëtan Pirou.

59 H. Laufenburger, Crédit public et finances de guerre, 1914-1944, Médicis, 1944.

60 F. Perroux, Pour une politique des prix, Groupes de travail, 16 p., 6 juin 1945.

61 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 76.

62 IFOP, Sondages, 16 mai et 1er juin 1945. Un premier sondage est réalisé du 1er au 12 avril 1945.

63 Pour les ruraux, les contrôles sont toujours urbains donc extérieurs. Les projets Mendès France ne menacent pas seulement les liasses de billets, ils dérangent la sociabilité locale.

64 J. Lacouture, P. Mendès France, op. cit., 1981, p. 168.

65 Disponible également dans AEF, Pleven 5 A 9.

66 C. de Gaulle, Mémoires de guerre, op. cit., Plon poche, 1970, III, p. 146-148.

67 En 1958, dès sa première entrevue avec R. Goetze, directeur du Budget mais directeur de cabinet de Mendès France en 1944-1945, de Gaulle lui assène : « Mendès avait tort. La France était trop affaiblie et ne pouvait supporter une telle médication ». (Entretien de R. Goetze avec l’auteur, Paris, 18 novembre 1985.) Voir aussi J. Lacouture, P. Mendès France, op. cit., 1981, p. 170.

68 Le manuel J. Chapsal et A. Lancelot, La vie politique en France depuis 1940, PUF, Thémis, édition 1979, p. 91 note que « flottait comme un regret, sinon comme un remords... que le choix géré en 1945 était mauvais et que l’on avait eu tort en 1945 de repousser une politique de rigueur janséniste ».

69 M. Debré, Trois Républiques pour une France, I, p. 413-414.

70 C’était par exemple l’opinion de P. Pflimlin, alors magistrat, bientôt député MRP et ministre des Finances en 1955 et nov. 1957-mai 1958 : « Je crois qu’il avait techniquement raison... mais si on l’avait suivi, la situation de tension... se serait aggravée » dans English et Riot, Entretiens avec P. Pflimlin, La nuée bleue, Dernières Nouvelles d’Alsace, novembre 1989, p. 148-149.

71 Le dernier membre de phrase est souligné par nous. Ce que refuse de reconnaître le général de Gaulle peut être dit sans trop de détours par Michel Debré...

72 P. Mendès France, Œuvres complètes, op. cit., II, p. 148-152.

73 G. Cusin, Discours conservés à l’Institut C. de Gaulle, 5, rue de Solférino, 75007 Paris, Archives Économie, Boîte K.

74 G. Cusin, Entretien complémentaire avec l’auteur, Paris, 12 avril 1989.

75 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 76.

76 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, p. 76.

77 « Une politique de facilité a été préférée à une politique de rigueur ». F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée, op. cit., p. 76.

78 Si l’on met à part la crise coréenne (1950-1951) qui voit réapparaître une poussée des prix, sensible mais nettement inférieure à celle des années 1945-1948, on peut considérer que la fin de l’année 1948 marque le début de vingt ans de prix stables (1949-1967).

79 Les élections des 21 octobre 1945, 2 juin et 10 novembre 1946 permettent la désignation des assemblées, constituantes dans les deux premiers cas, législative dans le dernier. Les référendums des 21 octobre 1945, 5 mai et 13 octobre 1946 portent sur la nature du régime et le texte de la constitution. Il y a 6 scrutins et 5 consultations car deux scrutins sont associés le même jour, 21 octobre 1945.

80 Voir Louis Franck in 697 ministres, op. cit., p. 10-12, édition de 1986.

81 Ce classement vaut au moins pour la fin des années 1940, avant que la question coloniale ne vienne déplacer le centre de gravité du parti.

82 Militants ouvriers de la Jeunesse ouvrière chrétienne et de la Confédération française des travailleurs chrétiens, jeunes notables de l’Action catholique ou du scoutisme, militants enthousiastes de la Jeunesse agricole chrétienne, etc.

83 V. Auriol, Journal du Septennat, 1947-1954, Colin, 1970-1980, Sept volumes, celui de 1950 n’étant pas paru à ce jour.

84 IFOP, Sondages, 1er février 1945 et 1er août 1947, cf. infra.

85 V. Auriol, Journal, Année 1947, op. cit., p. 203-210.

86 Voir, au milieu d’une bibliographie convenablement fournie, la revue Bulletin du CNPF, à partir de juin 1946, premier numéro daté de décembre 1946. La Bibliothèque nationale ne dispose dans son annexe de Versailles que d’une série incomplète débutant en 1950. Le CNPF, 31, avenue Pierre Ier de Serbie, 75016 Paris, conserve toute la collection, qui fait suite au Bulletin de la CGPF (1923-1940). Voir également G. Lefranc, Les organisations patronales en France, Payot, 1976, p. 120 et suiv.

87 Cf. Who’s who in France et G. Lefranc, Les organisations patronales en France, op. cit., p. 406. Vice président de la chambre de commerce et d’industrie de Lyon (1936-1945), il accepte de Vichy le poste de maire de Lyon en 1941-1943, avant que ses activités résistantes ne le conduisent à Dachau (1943-1945).

88 L. Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 12-13.

89 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, p. 93.

90 Dans R. Rochefort, Robert Schuman, Ed. du Cerf, 1968, 382 p., p. 158.

91 L. Franck, 697 ministres, p. 8-9.

92 L. Franck, ibidem, p. 39.

93 A N, 350 A P 57, Archives du MRP. Aimablement indiqué par L. Ducerf. À part la notice biographique du Who’s who in France, il faut mentionner le travail d’un chercheur de Lyon, M. Laurent Ducerf, qui rédige une thèse sur F. de Menthon sous la direction de M. Jean-Dominique Durand.

94 Who’s who in France. Jules Moch a aussi laissé un recueil de mémoires, Une si longue vie, R. Laffont, 652 p., 1976.

95 L. Franck, 697 ministres, p. 37-39.

96 P. Lamour, Le cadran solaire, op. cit., p. 296.

97 L. Franck, ibidem. Le conseil des ministres en question est celui du 5 novembre. La reprise de l’exposé au conseil du 19 fut interrompue par l’éclat de G. Bidault.

98 R. Poidevin, R. Schuman, Imprimerie nationale, 1985.

99 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 87-92

100 Cité in R. Rochefort, R. Schuman, p. 148, sans références.

101 Dans R. Poidevin, R. Schuman, p. 31-33 et 167-170. Conférence prononcée à Bruxelles le 8 novembre 1947, L’État contemporain dans la vie économique et sociale.

102 F. Bloch-Lainé, ibidem, p. 90 et 95.

103 Cité dans Jean Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 307, « Le danger immédiat était celui de l’inflation ».

104 AN, Mayer 363 A P 7.

105 Par exemple, Jacques Rueff adresse une Note sur le problème économique et financier à Ramadier le 28 avril, à Auriol le 29 mai et à Schuman à la fin du mois d’août. Dans J. Rueff, Combats pour l’ordre financier, Plon, 1972, op. cit., p. 140-143. Plaidoyer libéral, elle estime que « la structure de la production française est actuellement grandement influencée sinon entièrement déterminée par le régime des prix ». Un plan d’ensemble s’impose : relèvement des prix officiels, libération des autres, fin des subventions, augmentation des impôts, fin des cartels, dévaluation ; augmentation postérieure des salaires. Nous relevons de nettes similitudes avec le plan Mayer.

106 Comme nous l’avons souligné dans le premier chapitre, personne n’est en mesure de dire exactement le volume de la masse salariale en 1944-1945, mais il faut bien que la série, calée sur 184 milliards de F courants en 1938 parvienne par palier à 3 578 milliards en 1949.

107 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.

108 AEF, Cusin, Note interne au MEN, non datée (1945-48 ?) et non signée, 19 pages, Les divers modes de salaires, inspirée directement des travaux de l’Institut des sciences économiques Appliquées et de ses Cahiers. Voir aussi, AEFB 16 020, Note de la Direction des Programmes, 29 novembre 1948, Politique sociale et durée du travail.

109 Il existe alors une quinzaine de modes de calculs de la productivité, le système le plus répandu étant le système Halsey, qui combine plusieurs coefficients.

110 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252-253.

111 Notamment : AEF, Pleven 5 A 9, Cusin 5 A 15 et 29, Petsche 1 A 405.

112 Ce ne sont pas les mêmes exploitations qui sont affectées. Les salariés permanents se concentrant surtout dans les grandes exploitations, celles-ci sont pénalisées par la hausse des coûts, mais trouvent aussi une issue favorable dans celle des prix de vente, puisqu’elles commercialisent de grandes quantités.

113 Plusieurs ouvrages traitent de la question patronale après la guerre et sont signalés dans la bibliographie générale. Mentionnons ici le seul Bulletin du CNPF, qui traduit bien l’attitude des entrepreneurs les plus importants, un peu moins celle des patrons de PME.

114 Le 15 mars 1944, une déclaration commune de Cathala (Finances), et de Bichelonne (Production industrielle), admet « qu’une réforme complète des salaires devrait être effectuée afin de les aligner sur le niveau actuel du coût de la vie » (AEF, B 33 003). Ce n’est qu’une déclaration, mais il est clair que les bureaux estiment correctement le retard. Y. Bouthillier (Finances 1940-1942) parle dans ses Mémoires des « salaires si sévèrement tenus par nous », in Le Drame de Vichy, II, p. 475.

115 Cf. AEF, B 33 003, Deux notes (4 à 6 pages) du cabinet Mendès France sur L’évolution des salaires en France depuis 1940 et La question des salaires à la Libération. Également discours de Mendès France à l’Assemblée consultative, 21 mars 1945 (JOAN, p. 631 et suiv.). René Pleven développe aussi souvent ce thème, AEF, Pleven, 5 A 9.

116 Arrêté du 23 juin 1943 : relèvement général de 0,50 F à 1,15 F/h selon six catégories de régions, avec autorisation pour les préfets (de région) pour augmenter un peu plus les salaires « anormalement bas » (AEF, B 33 003). Arrêté du 19 juin 1943, proposé dès le 30 novembre 1941 mais différé jusque-là par l’Hôtel Majestic, supprime les conventions collectives, et fixe l’écart maximum des salaires entre 10 et 11,5 F de l’heure. En avril 1944, Cathala (Finances) et Bichelonne (Production industrielle) augmentent les salaires de 14 %.

117 AEF, B 33 003. 2 300 F = 208 h  10 F = 2 080 F, avec 284 F de prélèvements et 525 F d’allocations.

118 AEF, B 33 003, La question des salaires à la Libération, pour Alger (Ardant et Ricquebourg) plus modérés et AEF, B 33 002, Note du 27 avril 1944 de Pierre Denis (pseudonyme de Rauzan), attaché financier du CFLN, à Mendès France, pour Londres (G. Boris).

119 AEF, B 18 675.

120 Pour tout ceci, voir AEF, B 33 003 et Mendès France, Œuvres complètes, II, notes et correspondances, passim.

121 De Gaulle, Mémoires, Plon Poche, III, p. 47-48. M. Debré, Trois Républiques pour une France, I, p. 323-24.

122 Dejonghe et Laurent, Libération du Nord-Pas-de-Calais, 1974, p. 221.

123 G. Cusin, Entretien de G. Cusin avec des historiens, Comité d’Histoire de la seconde guerre mondiale, CHDGM (Institut d’histoire du temps présent, IHTP), décembre 1977, dactylographié, p. 31.

124 AEF, B 33 003. Notes de J. F. Ricquebourg, inspecteur des Finances (1915-1944) au service des Finances du GPRF.

125 JOAN, p. 631 et suiv., Discours de P. Mendès France à l’Assemblée consultative, 21 mars 1945.

126 Dans Louis Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, 1957, p. 30. Également, AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949.

127 AEF, Cusin 5 A 15, Réunion des secrétaires généraux du MEN le 26 mai 1945 à Paris, présentation de René Pleven. Dans la Tribune des fonctionnaires, 25 juin 1945, M. Lavergne, secrétaire général de la Fédération CGT des Fonctionnaires, trahit dans ses propos l’incertitude du mouvement syndical : « Pensant résoudre le problème des salaires, certains parlent d’échelle mobile, d’autres proposent des augmentations massives ; aux uns nous dirons que ces augmentations ne résoudront rien sans la stabilisation des prix ; aux autres, nous répondrons que défendre l’échelle mobile, c’est accepter l’augmentation continue du coût de la vie ».

128 AEF, Cusin 5 A 29, Note au ministre (ici G. Cusin, Délégué général au MEN), de M. Tournier, directeur de la Coordination économique (au sein du même MEN), en date du 7 juillet 1945, 5 p.

129 Cf. la presse quotidienne, notamment L’Humanité et Le Populaire. Voir aussi : AEF, Cusin, 5 A 13, Comité économique interministériel du 25 octobre 1945, Intervention d’Alexandre Parodi, ministre du Travail, AEF, Cusin 5 A 15, Réunion des secrétaires généraux du MEN les 26-27 octobre 1945, AEF, Pleven 5 A 9 et JOAN, 18 décembre 1945, p. 235 et suivantes.

130 AEF, Cusin 5 A 29, Conférence de Mlle Piguet, chef de bureau au ministère du Travail, La politique générale des salaires, 8 mai 1946, 12 p. (Formation de la direction générale du Travail et de la Main-d’œuvre) ; conférence de Mm e Moureau, issue du même service, La mise en ordre des salaires, 20 p., mai-juin 1946. Voir aussi, AEF, Cusin 5 A 15 et Pestche 1 A 405 (Note du 23 septembre 1949).

131 Tel arrêté en date du 1er janvier 1946, à la publication indéfiniment retardée, prévoyait un reclassement salarial (et donc des augmentations) avec effet d’application au 15 mars 1945..., ce qui entraînait l’opposition patronale, fondée sur la non-rétroactivité des textes et nécessitait des arbitrages nouveaux.

132 Les cinq catégories donnent par exemple pour les métaux : manœuvre ordinaire (100), manœuvre de force (108), ouvrier spécialisé (OS1 : 121, OS2 : 127), ouvrier qualifié (« professionnel » P1 : 140, P2 : 155), ouvrier très qualifié (P3 : 170).

133 Circulaire du ministère du Travail, 22 février 1946.

134 AEF, Pleven 5 A 9, notament coupure de presse de la revue Le Creuset, organe des ingénieurs et cadres administratifs et commerciaux, 15 février 1945.

135 IFOP, Sondages, 1er mars 1945, p. 56, Proportion des réponses qui approuvent la refonte à la hausse des traitements fonctionnaires : 83 %, dont paysans (70 %) et fonctionnaires (93 %).

136 Dans AEF, Pleven 5 A 9.

137 AEF, Pleven 5 A 9. Également Mendès France, Œuvres complètes, II, Conférences radio-diffusées hebdomadaires 1944-1945, conférence du 6 janvier 1945. Le traitement de 100 000 F annuel est celui d’un directeur d’école primaire ou d’un chef de bureau de préfecture ; le pécule est de 20 % pour la tranche de revenu comprise entre 100 000 et 150 000 F, soit 5 000 F de pécule par exemple pour 125 000 F de traitement. Les tranches augmentent avec le revenu et atteignent 50 % au-delà de 400 000 F. Des abattements sont prévus par charge de famille. Les sommes bloquées rapportent 1 % et sont indisponibles pendant plusieurs années sauf évènement familial ou immobilier.

138 AEF, Pleven 5 A 9, Discours de René Pleven à l’Assemblée nationale, 18 décembre 1945, préparatifs du discours et discours lui-même, ou JOAN, p. 235 et suivantes.

139 Comptons 100 milliards de salaire direct et 30 milliards de salaire social, retraités inclus. Les 100 milliards se partagent entre 1 et 11 million de fonctionnaires soit 90 000 F par an pour chaque fonctionnaire (le salaire médian, indice 15b de la fonction publique est de 120 000 F) ; 90 000 F par an donnent 7 500 F par mois.

140 Sources : AEF, Petsche 1 A 405, direction des Programmes (MEN), Masse des revenus salariaux distribués et dépenses de main-d’œuvre à la charge des entreprises, 101 p. AEF, Cusin 5 A 14, Comité économique interministériel du 27 février 1948, Intervention de P. Pflimlin, ministre de l’Agriculture, notes récapitulatives, cartes et nomenclature. AEF, Cusin 5 A 15, Réunion des secrétaires généraux des Affaires économiques, 30 juin et 28 juillet 1945. AEF, Cusin, 5 A 29, MEN, Rapport sur l’évolution des salaires agricoles en France, (1914-1944), 21 p., graphiques, fin 1945.

141 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 262-263, dernière ligne du tableau, (1934-1955). Il s’agit d’une série reconstituée par Agriculture, Travail et Finances pour définir le salaire annuel moyen constaté de l’ouvrier agricole et de la servante de ferme, afin de calculer les droits à la retraite (« application du contrat de salaire différé ») de ces catégories professionnelles.

142 Par exemple dans Journal de la France agricole du 1er août 1947. Copie dans AEF, Cusin 5 A 14 ou dans Revue hebdomadaire de la Presse économique, 5 août 1947.

143 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 357, tableau VIII, lignes 1, 2 et 6.

144 AEF, Petsche 1 A 405, Direction des Programmes (MEN), Masse des revenus salariaux distribués et dépenses de main-d’œuvre à la charge des entreprises, 101 p. 1949-1950.

145 Voir : AEF, Pleven 5 A 12, BRI, Rapport confidentiel sur la situation de la France, mars 1949. Chapitre D 1. Taux de cotisation patronale sur le salaire brut : 1933 : 11 %, 1936 : 15 %, 1940 : 19 %, 1943 : 20 %, 1945 : 25 %, 1948 : 34 %.

146 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.

147 Pour tout ceci, cf. L’Humanité de mai, juin et juillet : « Prix de revient faussés, bénéfices excessifs » (3 juillet 1946), « Sus aux profiteurs » (8 juillet), « Contrôle démocratique des prix » (9 juillet), « De la Bastille à la République... Grandiose défilé d’un peuple innombrable... Nos 25 % ! Stabilisation des prix ! Sécurité sociale ! »

148 Bulletin du CNPF, n° 1, Notes sur le Congrès constitutif du 12 juin 1946 et Note du 2 juillet, Le CNPF devant le problème des salaires et des prix.

149 Toutefois, les hausses industrielles de printemps (charbon, fournitures aux exploitations) peuvent donner l’impression d’un retard momentané, alors que les prix agricoles ont été augmentés en été-automne 1945.

150 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.

151 P. Mendès France, Œuvres complètes, II, p. 187, article dans France-Soir du 29 juin 1946. Rappelons que Bidault a proposé les Finances à Mendès et que, devant l’impossibilité d’un accord, Mendès a soufflé à Bidault le nom de Schuman, qui lui paraissait le plus décidé à lutter contre la hausse des prix.

152 Voir aussi : AN F60 671. Prix et salaires.

153 AEF, Cusin 5 A 15, Lettre de Gaston Cusin à F. de Menthon, 9 septembre 1946.

154 Idem.

155 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, p. 292.

156 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 89.

157 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, p. 292.

158 Cf. G. Cusin, Entretien avec des historiens, CHDGM, décembre 1977, p. 31-32 et 38. « Je suis syndicaliste avec l’expérience des négociations salariales. Nous considérions tous qu’à la CNE, les Services et le patronat s’étaient laissés déborder ». Confirmé dans un entretien avec l’auteur, Paris, 22 mars 1989.

159 Bulletin du CNPF, Décembre 1946, Compte rendu de l’Assemblée générale du 7 déc. Attitude nationale de la Centrale confirmée par des études régionales comme celle de Monique Luirard, La région de Saint-Étienne dans la guerre et dans la paix, 1936-1951, Doctorat d’État, p. 835-836.

160 AEF, Cusin 5 A 29, Conseil des ministres du 20 février, accord du 28 février, loi du 31 mars 1947 et arrêtés des 31 mars et 31 mai 1947. Les 35 F de l’heure donnent 7 000 F par mois. Notons qu’il s’agit de la première définition mensuelle du salaire minimum.

161 OURS, Compte rendu sténographique des comités directeurs (Procès-verbaux) de la SFIO, Cité in M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie 1932-1952, Imprimerie nationale, 1991, II, p. 869 et suiv.

162 IFOP, Sondages, 16 juillet et 1er août 1947.

163 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 263 (10 juin) et suivantes.

164 Voir : P. Lefranc, Histoire des organisations patronales en France, Payot, 1976, p. 404. et Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 26-27. Egalement W. Ehrman, La politique du patronat français, 1935-1955, op. cit., p. 124-125. P. Ricard (1899-1956) est une personnalité brillante et capable, d’abord fonctionnaire au ministère du Commerce (1923-1938) puis administrateur de sociétés (1938-1956, métallurgie, caoutchouc, bâtiment). Membre influent de l’Office central de répartition des produits industriels, l’OCRPI (1941-1946) sous Vichy, il doit rester de ce fait au second plan derrière Georges Villiers, qui peut faire état d’activités résistantes après 1943, et préside le CNPF de 1946 à 1966.

165 Reproduit in L’Humanité du 2 août 1947, et Bulletin du CNPF, octobre 1947.

166 Louis Franck, 697 ministres, édition 1986, p. 28.

167 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 384 et suivantes.

168 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 203 et suivantes.

169 J. J. Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Colin, Cursus, 1988, p. 41. Pour le Xe Congrès du PCF, voir L’Humanité de la fin du mois de juin, qui reproduit l’essentiel des interventions (Duclos, Frachon, Thorez).

170 V. Auriol, Journal (du Septennat), Année 1947, p. 515 et suivantes.

171 Voir : Chapitre 4, I.

172 Cf. Rapports annuels du Conseil national du Crédit et Comptes rendus annuels des opérations de la Banque de France. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 515-527. Patat et Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986.

173 La Banque de France est autorisée à suspendre la publication de son Bilan à partir de juillet 1944 ; elle ne reprend qu’en décembre de la même année. Sa direction centrale cherche à savoir néanmoins par recoupements où en est effectivement la circulation hebdomadaire, qui est estimée à 620-630 milliards de F en septembre 1944 dans plusieurs sources : AEF, B 18 688 notamment, mais aussi AEF, Pleven 5 A 7 et 9, etc.

174 Voir par exemple, M. Perrot, La monnaie et l’opinion publique en France et en Grande-Bretagne en 1924-1936, Paris, Colin, Cahiers FNSP, n° 65, 1955, qui est un des rares ouvrages sur ce sujet.

175 Sur base 100 en 1913, les prix atteignent l’indice de 230 en 1918, 400 en 1924, 620 en 1929 et 700 en 1938.

176 Nationalisme et non patriotisme, puisque les évasions de capitaux sont importantes en période de crise des changes...

177 Le nombre apparent de billets par habitant est de 142 F en 1913 (5,7 milliards de F/40 millions d’habitants), 2 800 F en 1938, 15 400 F en septembre 1944.

178 Pour plus de détail, se reporter au manuscrit initial de thèse : Politique des prix en France de 1944 à 1950, 4 vol., Paris IV Sorbonne, janvier 1991, p. 71-80, 228-242, 580-619.

179 Cf. AEF, Pleven, 5 A 9, par exemple l’interview à Carrefour, 24 mars 1945.

180 Banque des Règlements Internationaux, Rapports Annuels, notamment 1945, 1946 et 1947. Voir aussi p. Léon (Dir.), Histoire économique et sociale du monde contemporain, Colin, V, p. 517-518. CRHQ Caen, Les reconstructions en Europe, Complexe, 1997. Communication de A. Zavadskaja.

181 AEF, Pleven, 5 A 9, interview à Carrefour, 24 mars 1945. Nous n’en avons pas trouvé mention dans les archives de Finances. Peut-être le dossier se trouve-t-il avec les papiers de la Caisse centrale de la France libre (puis Caisse centrale de la France d’outre mer et Caisse centrale de coopération économique) AEF, B 19 711- 19 933. L’Afrique équatoriale française, l’AEF, ralliée en août 1940, n’était pas concernée par l’échange.

182 AEF, B 33 000. Circulation : 1 à 1,5 milliard de F, sommes non présentées à l’échange et donc évincées : 300 000 à 400 000 F. Échange effectué progressivement entre janvier et mai 1943 derrière la ligne de front.

183 AEF, B 33 849. Compléments in B 33 003 (Premier bilan, Rapport en automne 1943 de G. Ardant, inspecteur des Finances, membres du cabinet Mendès) et B 18 688 (Second bilan, Rapport de Delettrez, inspecteur des Finances, en été 1945). Circulation supposée : 2 à 2,5 milliards de F, sommes présentées : 1,2 milliard de F avec ventilation clanique des avoirs entre comparses et familiers. De l’aveu même d’Ardant, les prix apparaissent cependant plus liés aux fluctuations des arrivées maritimes de produits qu’aux stratégies de rationnement monétaire.

184 AEF, B 33 002. Camille Gutt, qui représente un gouvernement en exil depuis mai 1940, a signé en novembre 1943 un accord de fabrication avec les Britanniques – les billets seront prêts dans l’été 1944 et disponibles le 6 octobre 1944, un mois seulement après la Libération de la Belgique – et imposé à ses collègues (et aux alliés) les décrets d’échange le 27 avril 1944.

185 Les 7 autres milliards sont constitués des 7 milliards en billets de 300 F, imprimés au moment de Munich en septembre-octobre 1938, et que la « Banque avait toujours hésité à émettre (de crainte qu’elles n’eussent dérouté le public ». (Banque de France, Registre intérieur des Conseils généraux de la Banque, séance du 29 mai 1945). Les 300 F furent d’ailleurs livrés aux Allemands le 13 juillet 1944 pour acquitter les dernières échéances de « l’indemnité d’Armistice », puis récupérés en Lorraine au début de l’automne.

186 Banque de France, Registre intérieur des Conseils généraux de la Banque, séance du 29 mai 1945. Les 12 mois se décomptent ainsi : 2 à 4 mois de maquette, et 8 mois de fabrication au rythme de 45 milliards de F par mois.

187 Voir par exemple la conférence de presse du président Roosevelt, le 13 juin 1944 : « Personne, pas même le CFLN ne peut savoir ce que pense réellement le peuple français... quand il y aura un gouvernement français libre, naturellement il émettra de la monnaie ». Reproduit in AEF, B 33 002.

188 L’ensemble des commandes représente 55 000 caisses, ou 2 000 tonnes (1 025 tonneaux de jauge brute, soit 5 petits cargos). Les petites coupures sont les plus volumineuses. Au lieu d’être groupée, la cargaison, visiblement non prioritaire, est échelonnée sur une quarantaine de navires, de novembre 1944 à avril 1945. Les caisses sont étiquetées « mushrooms », champignons...

189 600 milliards de F représentent 1,5 milliard de coupures, soit 1 500 à 3 000 tonnes de papier bancaire (7 500 tonnes de chiffons-papiers-cartons), de la ramie (ortie chinoise qui permet le filigrane des 5 000 F), 27 000 tonnes de charbon, l’appui de 10 papeteries et 5 imprimeries privées, le travail en continu (54 h/semaine en 3 équipes) des 2 500 salariés de Chamalières.

190 AEF, B 18 688. Également, Registre intérieur des Conseils généraux de la Banque, séance du 13 septembre 1945.

191 AEF, B 18 688. Les documents comptables de ce dossier, qui appartient à la direction du Trésor, sont des doubles de la direction de la Comptabilité publique.

192 AEF, B 19 940. La prééminence de la loi pour la définition de l’unité monétaire est affirmée par la loi du 7 germinal an XI, 1803.

193 JO, 3 juin 1945, p. 3193.

194 En Corse, en octobre 1943, plus de la moitié des dépôts atteignait exactement 5 000 F, somme plafond immédiatement restituée. À Marseille, les plus gros dépôts (2 millions de F) provenaient des garçons de café, chauffeurs de taxis, garçons-coiffeurs...

195 IFOP, Sondages, 16 juillet 1945.

196 C. de Gaulle, Mémoires de guerre, Plon poche, 1970, III, p. 294-295.

197 BRI, XVe Rapport annuel, 1945, p. 71-81.

198 On pouvait encore se consoler à l’époque en pensant que le maintien du rythme des années 1938-1943 aurait donné 9 360 milliards de F en 1952 ! Le niveau de 1952 (2 124 milliards de F) aurait été atteint dès décembre 1948 (2 012 milliards). Il est étonnant de constater que la remarque n’est pas apparue à l’époque, même dans les documents d’archives.

Notes de fin

1 Nombre de ministres par parti ou tendance. Le grisé représente la proportion approximative de ministres favorables à une intervention appuyée de l'État, le blanc celle des ministres soucieux de déréglementation.

2 Cabinet SFIO homogène.

3 Nombre de ministres par parti ou tendance. Le grisé représente la proportion approximative de ministres favorables à une intervention appuyée de l'Etat, le blanc celle des ministres soucieux de déréglementation.

Table des illustrations

Titre Tableau 78La conjoncture française de 1944 à 1947
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 79Les consultations électorales majeures (1945-1946)
Légende Source : J.-J. Becker, Histoire politique de la France depuis 1945, Colin, 1988, p. 16-36.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)par parti et par orientation de politique économique
Légende Source principale : Ph. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, annexes. Les options économiques sont déduites des recherches à partir des AEF et du Journal de V. Auriol.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Ventilation ministérielle des gouvernements (1946-1947)par parti et par orientation de politique économique (suite et fin)
Légende Source principale : Ph. Williams, La vie politique sous la IVe République, Colin 1971, annexes. Les options économiques sont déduites des recherches à partir des AEF et du Journal de V. Auriol.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Attribution politiquedes principaux ministères économiques et sociaux 1946 - 1947
Légende Source principale : Ph. Williams, op. cit., et AEF, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau 80Part de l’alimentation dans les budgets des ménages modestes
Légende Source : INSEE, Les statistiques de prix en France, Imprimerie nationale, 1953; INSEE, Études et Conjoncture, avril 1947; AEF, Cusin 5 A 29.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Source : Institut national d'hygiène, avril 1947 sur la population des ménages parisiens, reproduite dans : INSEE, Études et Conjoncture, mars-avril 1947.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 81Évolution des opinions favorables au « libéralisme » ou au « dirigisme » entre 1944 et 1947
Légende Source : IFOP, Sondages, 1e r février 1945 et 1e r août 1947.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 82Masse salariale en France (1938-1948)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI pour les années 1938 et 1949. La période 1939-1948 a été reconstituée selon la méthode exposée pour le calcul du PIB (document n° 16), avec l'aide supplémentaire de : AEF, Petsche 1 A 405, Note de la direction des Programmes, 23.09.1949, 25 p., et L. Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, 1957, p. 30.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 83Échelle psychologique des salaires (avril 1945)
Légende Source : IFOP, Sondages, 16 mai 1945.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 84Évolution comparée : prix, salaires et masse salariale (1938-1952)
Légende Source : Calculs à partir de : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254, 260, 356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 85Indice des prix de détail et indice des salaires horaires (1938-1944)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254 et SNS (Service national de statistiques, 1941-1946), Point économique, avril 1946, p. X.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 86Salaires horaires nets dans l’agriculture et l’industrie, 1938-1947.
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252 et suivantes ; plusieurs rapports administratifs, notamment : AEF Petsche 1 A 405, Masse des revenus salariaux distribués et dépenses de main-d'oeuvre à la charge des entreprises, 101 p, 1949-1950; AEF Cusin 5 A 14 ; AEF Cusin 5 A 15 ; AEF Cusin 5 A 29, Rapport sur l'évolution des salaires agricoles en France, 1914-44, 21 p., fin 1945.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 87Circulation et besoins de circulation en monnaie fiduciaire (1944-1946)
Légende Sources : AEF, B 33002, Rapport de la Direction du Trésor, 4 décembre 1944 ; AEF B 18688 ; Banque de France, Compte rendu des opérations, années 1944-1946; M. Mudzinsky, Les billets de la Banque de France, 1963, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 88Répartition des liquidités et des disponibilités monétaires (1938-1952)
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapport annuel, Annexes, 1946-1953.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapport annuel, Annexes, 1946-1953.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 89Confrontation internationale de la hausse des prix et de la politique fiduciaire (bilan en 1949)(Niveau atteint par l’indice des prix de gros en 1949, sur base 100 en 1938. 13 États)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 517.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2568/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540