Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre premier. Inflation, opinion et pouvoirs publics de 1944 à 1952. Un problème complexe

Conclusion du livre I

Texte intégral

UNE INFLATION BRUTALE, TARDIVEMENT COMPRISE ET MAL CONTENUE

1L'inflation rapide (+ 25 % par an) de la période 1938-1952 semble en première analyse tributaire des prix agricoles et du marché noir entre 1940 et 1948. Le franc se déprécie alors de huit fois par rapport au dollar. Le déficit d'offre pour une demande constante entre les étés 1940 et 1948 sert de trame à l'inflation générale. L'abondance des liquidités entre 1938 et 1946 est due aux concours monétaires à l'État, qui fléchissent au-delà. La masse des salaires, assez strictement comprimée sous Vichy enregistre de fortes hausses directes ou indirectes (assurances sociales) entre 1944 et 1947, qui rendent nominalement solvable la demande citadine, face à laquelle les produits agricoles sont proposés aux enchères. Au-delà de 1948, la progression des prix (1949-1952 : + 10 % par an) tient à la fois d'effets-retards post-inflationnistes, de la crise coréenne et des investissements de productivité. Les prix sont stables de 1952 à 1956. L'aspect social de l'inflation n'est certainement pas étranger à l'ampleur spécifique de la crise française des prix, dont le rythme n'est dépassé que par l'Italie en Europe occidentale. En 1940-1948, trois ensembles majeurs, les salariés urbains modestes, les employeurs ou indépendants et les ménages d'exploitants agricoles entrent en compétition complexe autour des quantités comme des revenus. Cette rivalité sociale, à nuancer selon les régions et leur degré d'approvisionnement ou d'urbanisation, s'augmente ou se complique de la guerre froide dès 1945-1947, puis s'efface devant les clivages politiques avec la fin des pénuries et l'aide atlantique.

2Comment la société comprend la crise ? La notion de prix est familière. Les ménages connaissent assez bien d'expérience leurs besoins mensuels, les prix courants et la hausse future, même si l'inflation est sous-estimée au départ et surestimée quand elle fléchit. De leur côté les entreprises se contentent le plus souvent d'augmenter leurs coûts d'une marge bénéficiaire pour fixer leurs prix de vente. Les uns et les autres ne connaissent pas en revanche le terme d'inflation en 1944 et son sens moderne met vingt ou trente ans pour se diffuser dans le public. La thèse la plus fréquente d'une inflation monétaire et budgétaire ne rend pas compte de la complexité de la crise, mais le renouvellement profond des concepts inflationnistes en 1945-1952 par des spécialistes en rapport avec l'État ne comble pas immédiatement le fossé culturel entre le pouvoir et l'opinion courante. La confusion des esprits quant aux causes de l'inflation conduit pourtant à s'en remettre au gouvernement pour qu'il agisse au mieux !

3Dès 1939, un arbitrage renforcé de l'État semble nécessaire. Occasion d'une restucturation générale pour les uns, simple péripétie de belligérance pour les autres, cette intervention accumule les déboires, de l'insoluble pénurie alimentaire aux inévitables questions politiques du moment, et conduit l'Administration à centraliser les décisions et les allocations de ressources, et à multiplier corrélativement les contrôles. Afin de cristalliser le niveau général des prix, une législation restrictive s'accompagne d'un puissant service de Contrôle (7 000 agents en 1943-1945), constitué d'abord de douaniers et opérant de manière « fiscale ». Le retour progressif aux libertés publiques entre 1944 et 1946 détermine un courant d'opinion de plus en plus défavorable à l'intervention publique en général et aux contrôles en particulier. En 1947-1948, son sort est scellé et il disparaît en tant que service répressif, tandis que la législation minimale des prix demeure longtemps en place.

4La période 1944-1952 est le théâtre successif de deux phases distinctes d'inflation, l'une en rapport avec la pénurie, l'autre avec la modernisation. L'opinion, qui observe la hausse des prix, comprend difficilement des causes auxquelles elle apporte sa contribution et délègue implicitement aux pouvoirs publics la charge de la stabilisation. L'État des années quarante, traversé de fortes discontinuités politiques et soumis à des rythmes différents de prix, apporte des réponses successives liées à la nature de ses projets, autoritaires sous Vichy, composites en 1944-1947, stabilisateurs après 1948. La première période échappe à notre sujet, la seconde puis la troisième vont faire l'objet des deux livres qui suivent.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540