Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre premier. Inflation, opinion et pouvoirs publics de 1944 à 1952. Un problème complexe

Chapitre II. Société, opinion et inflation (1944-1952)

Texte intégral

1Un des aspects essentiels de l’inflation est son caractère social. La hausse des prix induit aussi des phénomènes d’opinion. Il conviendra d’abord de définir ce que l’on peut entendre par opinion, en déclinant les méthodes disponibles pour son investigation, ensuite d’envisager l’intérêt que suscite alors le problème des prix et l’estimation de leur niveau général, enfin de dégager l’image sociale de l’inflation à la fois dans le vocabulaire et les réactions collectives. Nous terminerons par un inventaire plausible et hiérarchisé des causes réelles de l’inflation d’après-guerre.

I. SOCIÉTÉ ET OPINION, QUESTIONS DE MÉTHODE

2Si la société forme un ensemble organisé de personnes, l’opinion peut se définir comme un ensemble de modes de pensée majoritaires dans une société. Analyser les caractères généraux de la société française après guerre ne se concevrait qu’en vue d’éclairer les aspects propices ou néfastes à la propagation inflationniste, mais il faut bien reconnaître qu’un trait social, comme par exemple les densités de population, n’offre pas a priori conductibilité ou résistance à la crise des prix. Il faut plutôt considérer qu’en dehors de facteurs très significatifs comme les rapports de l’offre et de la demande globale, les divers aspects de la société peuvent se prêter avec des nuances à la hausse ou à la baisse : la faible concentration des exploitations agricoles favorise plutôt la vigueur de la crise des prix entre 1945 et 1948, et, si elle n’empêche pas la stagnation des cours au-delà de 1949, elle joue certainement comme cliquet à la baisse. Nous envisagerons ainsi les caractères de la société française sous l’angle de leurs rapports virtuels avec la crise des prix.

A. LES CLIVAGES SOCIAUX : GÉOGRAPHIQUES, PROFESSIONNELS, CULTURELS

  • 1 Nous ne nous attacherons évidemment pas à une étude détaillée du sujet. Nous renvoyons le lecteur à (...)

3La société française1, comparée à celles des autres États industriels, Allemagne, Grande-Bretagne ou États-Unis, présente d’abord l’allure d’une société entre deux âges, paysanne et rurale d’un côté, urbaine et industrielle, bientôt tertiaire de l’autre, créant un premier clivage entre villes et campagnes. La population2 est encore à moitié rurale (47 % en 1946) et la masse des urbains (53 %) ne forme qu’un ensemble de 21,5 millions de personnes (24 millions en 1954, soit 56 %). Pensons que le Reich allemand de 1914 comptait déjà près de 40 millions d’habitants dans les communes de plus de 2 000 résidents, urbanisation qui représentait à la fois un marché agro-alimentaire plus important et un gage de meilleur niveau de vie pour des campagnes mieux insérées dans l’économie commerciale. Cela s’explique par la conjugaison d’une démographie stagnante (37,4 millions d’habitants en 1881, 41,2 en 1936, 42,8 en 1954) et d’une expansion industrielle modérée. La densité moyenne de 75 habitants au km2 détermine une occupation extensive de l’espace, qui accentue les coûts de desserte et peut favoriser la multiplication des points de fabrication et de vente. Trois Français sur quatre résidant dans des communes de moins de 20 000 habitants, la ville française moyenne est un gros bourg de 10 000 personnes. À l’opposé, l’agglomération de Paris (5 millions d’habitants), celles de Lyon, Lille ou Bordeaux, les conurbations minières ou industrielles du Nord, du Centre ou de l’Est rassemblent 8 millions de personnes dont les comportements socio-culturels seront sensiblement différents. Souvent soulignées, ces distorsions de la hiérarchie urbaine française avec une capitale démesurée, des villes moyennes très modestes et le poids non négligeable des petites villes pèsent sur les échanges de personnes, d’idées et de marchandises.

  • 2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 11 et suivantes.

4Les densités elles-mêmes se distribuent de manière plus inégale qu’il n’y paraît, ce qui joue un rôle dans les circuits du marché noir. À l’écharpe triangulaire des basses densités, inférieures à 50 habitants au km2 (Ardennes-Lan-des-Alpes du Sud), s’opposent les couloirs plus fortement peuplés, avec des densités supérieures à 100 habitants au km2 (axe Lille-Marseille, vallées fluviales de la Seine, du Rhin, de la Garonne, de la Loire, littoraux armoricain et méditerranéen) que tempère un golfe de densités intermédiaires, comprises entre 75 et 100 hab./ km2, formant un arc de Rouen à Bordeaux par Nevers. Ainsi, nonobstant les capacités agricoles de chaque région, Bretagne, Normandie et Basse-Loire atteignent presque exactement la moyenne des densités nationales, sous forme d’habitat dispersé qui n’est pas défavorable à l’autosuffisance alimentaire, tandis que dans leurs limites et leurs dénominations actuelles, l’île-de-France (6 millions d’habitants en 1946), Rhône-Alpes (3,5 millions), Nord – Pas de Calais (3,1 millions) et Provence – Côte d’Azur (2,3 millions) totalisent 37 % de la population métropolitaine sur 17 % de la superficie.

  • 3 IFOP, Sondages, 16 juin 1946.
  • 4 Une seule réponse diffère sensiblement : les communes supérieures à 20 000 habitants accordent une (...)
  • 5 Les 6 % proviennent de l’agglomération parisienne, les 17 % des communes de moins de 40 000 habitan (...)

5Ces disparités entre villes et campagnes, entre France de l’Ouest et France de l’Est ne sont pas simplement des disparités d’équipement ou de facultés d’autoravitaillement, elles se traduisent aussi dans les attitudes mentales dont nous voudrions prendre un exemple avec le sondage suivant3. À la question savoureuse posée à toute l’opinion, « qu’est-ce que les gens de la ville reprochent le plus aux gens de la campagne ? », deux réponses dominent les autres : « l’indifférence » ou « l’hostilité » que les ruraux entretiendraient à l’égard des urbains (35 à 38 % du total des réponses selon les communes) et l’attitude des campagnes à l’égard de l’argent, accusées de « s’enrichir aux dépens des villes » (20 à 25 % des réponses) ou de cultiver « l’avarice » (10 à 20 %). Ce regard national sur la société rurale est doublement intéressant par ses formulations et ses priorités mais il révèle une distance moins grande qu’on ne pourrait le penser entre les villes et les campagnes puisque, Te sondage mêlant toutes les catégories de communes, l’écart des réponses est très faible entre les communes rurales et les communes urbaines4, comme si les premières avaient intériorisé ce que pensaient d’elles les secondes... La question inverse, « qu’est-ce que les gens des campagnes reprochent le plus aux gens des villes ? », apporte des réponses centrées sur la facilité supérieure de la vie urbaine (environ 40 % du total), qui favorise la légèreté éthique, « ils s’amusent, sont immoraux » (26 à 32 % des réponses), et l’indolence, « leur travail est moins pénible, ils sont paresseux » (6 à 17 % des réponses5) ; une seconde série de réponses se rapporte à la condescendance citadine, « ils méprisent les gens des campagnes, se croient supérieurs » (13 à 19 %). S’il est clair que les différences entre communes rurales et communes urbaines ne s’apparentent pas à celles qui séparent deux pays étrangers l’un à l’autre, elles sont présentes aussi bien dans les esprits que dans la réalité, et méritent une prise en compte dans le débat sur le ravitaillement.

  • 6 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, 1991, p. 186 et suivantes.

6La société d’après-guerre offre ensuite un paysage sociologique ternaire assez marqué lorsque l’on en vient aux catégories socioprofessionnelles ; cette tripartition joue un rôle majeur dans la compétition qui se livre autour des approvisionnements, des revenus ou des avantages sociaux. Au clivage ville-campagne ou Est-Ouest s’ajoute un clivage entre salariés urbains modestes et professions indépendantes ou d’encadrement. Les 10 catégories retenues dans l’ouvrage de Marchand et Thélot6peuvent se regrouper fonctionnellement en trois ensembles sociologiques, le monde paysan, 6 millions d’actifs en 1936 et 5,1 en 1954, les actifs urbains ouvriers et employés, 8,5 millions en 1936 et 9,5 en 1954, et les professions libérales, d’encadrement ou de direction, 4,4 millions en 1936 et 4,8 en 1954.

Tableau 49
Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)

Tableau 49Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)

Source : C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-187.

7La distribution entre salariés (61 % des actifs en 1936 et 67 % en 1954) n’est pas pertinente pour toutes les situations. Le monde paysan associe au sortir de la guerre 4 millions d’agriculteurs exploitants, souvent mari et femme, puisqu’il y a environ 2,35 millions d’exploitations, et 1,5 million de salariés agricoles regroupés en fait dans le Bassin parisien ; l’entreprise agricole moyenne, plutôt pensée en termes de « ferme familiale » que d’exploitation, reste modeste avec une douzaine d’hectares de superficie, une main-d’œuvre limitée, un équipement proto-industriel et une commercialisation minoritaire des productions. Malgré la stratification interne forte de cet univers social, où voisinent notables et prestataires de services non cultivateurs, gros fermiers et régisseurs, exploitants familiaux, paysans pauvres et ouvriers agricoles (du conducteur d’engin au saisonnier), le monde rural fait bloc pendant la pénurie et les forces centripètes restent élevées jusqu’aux années soixante. Travaillé par les courants « agrariens », il défend par exemple les prix agricoles, le statut de la propriété et des baux, l’approvisionnement de la campagne en équipements et services à prix stabilisés, la régulation des marchés, mais ne se montre pas empressé pour les assurances sociales, puisque dominent les petits entrepreneurs. Politiquement d’ailleurs, il est courtisé des droites (FNSEA) à la gauche (CGA) en passant par les centres (JAC).

  • 7 Pensons aux cités métallurgistes et minières du Nord, de Lorraine, de la Loire, à l’agglomération p (...)
  • 8 La variété est de règle, entre le textile, plutôt féminin, la chimie, les constructions électriques (...)
  • 9 Voir par exemple : G. Lefranc, Le syndicalisme en France, PUF, Que-sais-je ?, 1975.

8Les milieux citadins salariés modestes représentent l’ensemble le plus nombreux, puisqu’il approche de la moitié (48,7 %) de la population active en 1954. Les ouvriers dominent largement le groupe dont ils forment plus des deux tiers, pouvant entraîner dans leur sillage les 2 millions d’employés. Ces catégories ont en commun leur résidence urbaine, même en faubourgs et banlieues qui leur donne une capacité d’emprise directe, collective et massive7sur les employeurs, les associations d’employeurs, voire le gouvernement. Les ouvriers8d’après-guerre se caractérisent tout à la fois par une qualification insuffisante où les non-qualifiés sont majoritaires, un emploi plutôt localisé dans une entreprise moyenne d’une centaine de salariés et une participation syndicale complexe, qui pèse sur les salaires. Celle-ci repose sur trois secteurs, la métallurgie, les chemins de fer et les mines de charbon, suffisamment peuplés, qualifiés et stratégiques pour déterminer un mouvement de mobilisation important9 ; celui-ci est renforcé par la reconstitution très rapide des effectifs après la guerre, avec près de 5 millions d’adhérents en 1947 et par la stratégie de guerre froide de la CGT après 1947, où les dirigeants issus du PCF dirigent la centrale dès 1945. La représentation politique de ces 9 millions de personnes se partage entre le PCF, la SFIO, les radicaux et le MRP, même si les droites drainent une partie minoritaire de cet électorat. Pendant la période étudiée, les salariés aux revenus modestes sont d’abord préoccupés de leur ravitaillement (1940-1948), souvent difficile malgré cantines et économats. Partisans d’une politique économique plutôt interventionniste, ils se montrent les plus ardents propagandistes du système d’assurances sociales, tandis que la guerre froide après 1947 divise leur force de pression salariale en opposant la CGT Unitaire (PCF) d’un côté, la CGT - Force Ouvrière (SFIO) et la CFTC (MRP) de l’autre.

  • 10 Il ne s’agit ici que des fonctionnaires des cadres A et B de la fonction publique, civile et milita (...)

9Les milieux d’encadrement et de direction ou les professions libérales regroupent 23 à 24 % des actifs. Les professions exercées dans un cadre indépendant, celui de la boutique, de l’entreprise ou du cabinet, l’emportent encore au sein de ce sous-ensemble en 1936 (62 % des 4,4 millions d’actifs), mais le salariat progresse sensiblement pendant notre période au point de constituer des cohortes numériques comparables en 1954 (50 %). Les commerçants (environ 1 million en 1950) sont trop nombreux depuis la fin du xixe siècle pour espérer une promotion sociale rapide, mais correspondent à une densité démographique insuffisante pour encourager la concentration ; l’inflation de 1945-1948 a fait momentanément progresser leur nombre, de 850 000 en 1939 à 1 100 000 en 1948-1953. Les artisans-patrons (environ 750 000) sont dans une situation comparable, plus dégradée même. Ces ensembles sociaux sont sur la défensive et freinent les gains de productivité globale de l’offre. Les partis conservateurs expriment leurs sentiments politiques, de la droite populiste et pré-poujadiste, au MRP. Le sous-groupe dont la croissance est la plus rapide est celui des cadres moyens et supérieurs, aussi bien dans les entreprises que dans la fonction publique10, dont les effectifs atteignent un million et demi de personnes en fin de période. L’éventail politique est ici légèrement décalé vers le centre avec une orientation plus à gauche des fonctionnaires et plus à droite des cadres d’entreprises. Globalement, les « cadres » ne réagissent pas comme des indépendants, préoccupés de leurs prix de vente et de leurs bénéfices, mais plutôt comme des salariés échangeant travail contre rémunérations fixes.

10Les contemporains se perçoivent-ils ainsi ? Il n’en est pas certain, car l’IFOP prend bien soin de stratifier son échantillon selon les catégories socioprofessionnelles mais n’a pas interrogé l’opinion sur la perception qu’elle avait de ces catégories. Nous ne disposons que d’un sondage de la première quinzaine de décembre 1946, qui demande : « Estimez-vous que vous appartenez à la classe riche, à la classe moyenne plutôt riche, à la classe moyenne plutôt pauvre, à la classe pauvre ? »

11L’intérêt pour nous est moins d’approcher avec précision les structures sociales que d’approfondir l’état d’esprit des groupes sociaux. Les trois quarts de la population, en répondant « plutôt pauvres » signifient par là qu’ils estiment disposer de revenus inférieurs à la moyenne supposée décente. Employés et fonctionnaires (84 %) et ouvriers (89 %) se perçoivent dans ce cas, même si le dosage interne entre « plutôt pauvre » et « pauvre » diffère de l’un à l’autre. Les rentiers et retraités (85 %) présentent des chiffres comparables mais leur nombre absolu et leur poids socio-politique sont bien inférieurs. Nous constatons que le groupe cultivateur, qui inclut les salariés agricoles, affiche des réponses à la fois très voisines et très distinctes de celles des employés et fonctionnaires : pour la catégorie des « classes plutôt pauvres », les réponses sont équivalentes (72 %), trois quarts des exploitants se jugeant en situation d’insuffisance de revenu par rapport à la moyenne et un quart autour des classes « plutôt riches », à l’équidistance des employés-ouvriers (13 % et 8 %) et des industriels, commerçants et professions libérales (49-53 %). Cela signifie l’ambivalence future de la catégorie « paysanne », regroupant des actifs indépendants par le statut, mais modestes par les revenus, réagissant tantôt comme les employeurs tantôt comme les salariés.

12Les catégories qui se jugent plutôt aisées ne sont certes pas dépourvues de revendications, mais celles-ci auront tendance à se déplacer de la question des revenus nominaux en direction de la liberté d’initiative du chef d’entreprise contre les empiètements jugés abusifs de la puissance publique ; demander la liberté des prix pour des producteurs revient à demander la liberté de les augmenter, et donc la liberté d’accroître ainsi la part du bénéfice réservée à ses dirigeants.

13Remarquons l’étonnant classement politique de cette perception des strates de revenus ; la part des « plutôt pauvres » diminue de l’extrême-gauche à la droite libérale : 92 % pour le PCF, 86 % pour la SFIO, 67 % pour les radicaux, 64 % pour le MRP, 42 % pour le Parti républicain libéral.

14Au total, les clivages de strates socioprofessionnelles se résument bien à une divergence entre les salariés urbains modestes et les indépendants, employeurs et cadres supérieurs également urbains ; les tensions politiques internes aggraveront la confrontation sociale, tout en déterminant des alliances sociologiques nouvelles après 1948 ; mais la donnée originale est la position ambivalente du monde paysan, à la fois modeste et producteur, qui risque d’arbitrer en faveur des hausses de revenus, c’est-à-dire pour l’heure et pour notre sujet, des hausses de prix.

15Une dernière question mérite d’être abordée, celle des clivages culturels à l’intérieur de la société. Une société peuplée d’actifs qualifiés et responsables n’est certes pas à l’abri de comportements irrationnels ou absurdes, mais on peut considérer qu’un niveau plus élevé de connaissances politiques ou économiques, matérialisé par des activités moins pénibles et mieux rémunérées, facilitent l’appel aux concepts abstraits (« inflation »), les solutions négociées ou les projets à long terme et contribuent à freiner les réactions au premier degré ou les phénomènes de contagion.

  • 11 IFOP, Sondages, 16 mars 1946.

16Une première remarque portera sur le niveau de qualification scolaire de la population à la Libération. Un sondage11de l’IFOP, effectué en 1946, montre que la moitié (50 %) des Français, âgés de plus de 20 ans, a quitté le système scolaire à 14 ans ; un habitant sur deux dispose, comme seule formation préprofessionnelle, du niveau des classes de fin d’études de l’enseignement primaire. Si l’on ne remarque pas d’écart significatif entre hommes (48 %) et femmes (52 %), la proportion d’anciens élèves de la seule école communale parmi les actifs s’élève à 65 % chez les ouvriers et à 83 % chez les cultivateurs. À l’opposé, un actif sur dix (10 %) a suivi des études universitaires, surtout parmi les professions libérales (taux : 63 %), les industriels et commerçants (21 %) et les fonctionnaires (16 %). Deux Français sur cinq (40 %) s’échelonnent entre le certificat d’études et le baccalauréat : 17 % ont cessé leurs études dans le primaire supérieur, 13 % dans l’enseignement technique et 9 % dans l’enseignement secondaire, classique ou moderne. Les catégories les plus représentées dans chaque strate d’enseignement sont fort logiquement, les employés et fonctionnaires dans le primaire supérieur (26 % contre 17 % en moyenne nationale des actifs), les ouvriers dans le technique (21 % contre 13 %) et les professions libérales dans les lycées (18 % contre 9 %).

  • 12 Dans l’immédiat après-guerre, les seules dépenses du ministère de l’Éducation nationale, qui sont à (...)

17Les clivages de part et d’autre du certificat d’études, voire du baccalauréat, sont compliqués par une soif de promotion sociale très homogène : la France qui « a quitté l’école » à 14 ans, autour du certificat d’études souhaite que ses enfants « aille jusqu’à » 17 ans et demi, autour du baccalauréat. Cette noble ambition socioprofessionnelle suppose une forte demande en éducation, allongeant la scolarité moyenne de 8 ans (6-14 ans) à 11 ans et demi (6-17 ans et demi) soit de 43 % et gonflant sensiblement les dépenses encore modérées du système éducatif12. Les études engendrent les études puisque la demande scolaire s’accroît avec la catégorie socio-culturelle : les cultivateurs souhaiteraient une sortie vers 16 ans pour leurs enfants, les ouvriers vers 17 ans, les autres catégories autour de 18 ans et demi et les professions libérales à 20 ans.

  • 13 Elle ne brille pas non plus dans les facultés de droit, où l’on enseigne l’économie politique ; nou (...)

18La culture économique moyenne13 est donc faible ou mal préparée aux problèmes du temps. La population sait indiscutablement compter et anticiper, mais dans un cadre à peu près stable : innovation technique limitée, marchés cloisonnés, monnaie stable, entreprises familiales, etc. L’apparition de la première inflation autour de la guerre de 1914-1918 avait montré l’incertitude d’un tel système de références, mais les prix avaient connu des turbulences à la hausse ou à la baisse qui semblaient ôter au phénomène tout caractère durable, et le lier à des causes palpables et concrètes, les unes avérées, les dépenses budgétaires, les autres plus discutables, les refus de paiement de l’Allemagne, la politique irréaliste du Cartel, l’émission excessive de billets. La crise de 1929-1939 et la seconde guerre mondiale avaient figé la production et une partie des structures économiques, donnant la fausse illusion de lendemains stables et fournis. L’inflation des années 1936-1952 et sa phase paroxystique en 1945-1948 surgissent donc dans un ensemble culturel où elle n’a pas vraiment sa place. Phénomène concret certes, mais nécessitant conceptualisation, elle intrigue et exaspère une opinion qui voit la « vie chère » là où se déploie une hausse brutale et erratique du niveau général des prix. Plutôt que des causes, la population cherche des fautes et demande des coupables, personnalisant la crise pour mieux la comprendre. Provoquée autant par la pénurie que par la manière dont entreprises, ménages et État la gèrent, elle interroge sur ses véritables causes et là où l’opinion ne veut voir que « train de vie de l’État » ou « planche à billets » ; nous savons après coup qu’il faudrait évoquer « excès de la demande » et « productivité défaillante de l’offre ». Les réactions des contemporains sont ainsi de crispations socioprofessionnelles ou régionales, sur les salaires pour les uns, les livraisons agricoles pour les autres, le relèvement des prix industriels pour les troisièmes ou l’allègre déficit budgétaire pour les derniers, alors que l’inflation est soit aggravée par les efforts dispersés et contradictoires, soit corrigée par des actions homogènes et synchrones.

19La compréhension des questions économiques et les réactions qu’elles suscitent chez les agents de la production comme de la consommation font plutôt appel aux capacités culturelles en termes de savoirs. Évoquons maintenant d’un mot les attitudes culturelles en termes de valeurs, soit les repères et les méthodes qui orientent les comportements. L’après-guerre crée un effet de brassage impressionnant, pour lequel nous prendrons quelques exemples. L’intention n’est certes pas de démontrer que l’inflation serait la simple résultante économique d’un affaissement de la grille des valeurs sociales, mais d’examiner dans quelle mesure la crise des prix pourrait être aussi la résultante de son évolution.

20Remarquons tout d’abord le rajeunissement et le vieillissement concomitants de la société française. La population des moins de 20 ans, qui diminue de 1911 à 1936, reprend en 1968 sa proportion de la Belle Époque (33,8 %). Les personnes d’âge supérieur à 65 ans, augmentant leur nombre de manière régulière (8,6 % en 1911, 12,6 % en 1968), la population des 20-64 ans recule globalement de 58 % en 1911 à 53,5 % en 1968. D’un côté, le « baby boom » apporte 800 000 à 950 000 naissances annuelles contre 600 000 à 700 000 avant 1943 ; de l’autre l’espérance de vie progresse lentement, de 62 ans pour les hommes et de 67 ans pour les femmes en 1946-1949 à plus de 74 et 80 ans au début des années 1990 ; en troisième lieu, le Commissariat au plan demande dès 1947 le recours à la main-d’œuvre étrangère (300 000 actifs au moins) pour remplir les objectifs prévus, inaugurant une politique d’appel aux actifs non résidents pour 25 ou 30 ans. L’ensemble de ces mouvements porte la population de 40,5 millions de personnes en 1946 à 50 millions en 1968. En laissant de côté la question culturelle et politique de courants migratoires et professionnels méditerranéens, il faut constater les décalages entre les générations jeunes et les générations aînées, aggravés par la démographie, l’urbanisation et l’irruption d’une nouvelle phase de modernité.

  • 14 IFOP, Sondages, 16 avril 1946.

21De nouveaux liants entrent pourtant en jeu. Depuis les années 1930, le nombre de postes TSF en activité se développe : environ 500 000 en 1930, 5 millions enl939, 6,5 millions en 1945. Un ménage sur deux en est pourvu, mais un sondage de 194614montre que deux personnes sur trois âgées de plus de 20 ans l’écoutent « tous les jours » ou « souvent », au besoin chez les voisins ou au café. Un quart l’écoutent « quelquefois » et un septième ne l’écoutent « jamais ». Le degré d’intérêt est élevé ; plusieurs autres sondages montrent que les discours politiques importants sont reçus directement par radio ou lus dans les journaux par une bonne moitié de la population. La diffusion de la presse, dont les tirages plafonnent depuis 1914 malgré un sursaut en 1944-1948, trouve un concurrent complémentaire dans l’audience croissante des émetteurs radiophoniques. D’un côté la population tend vers une plus grande homogénéité dans le contenu des informations et leur hiérarchisation dans le temps ; de l’autre, l’information s’insère avec une force d’impact supérieure dans l’opinion, mais la perception différenciée selon les catégories peut contribuer à aiguiser les conflits d’intérêts (écarts de revenus par exemple) ou les mouvements de masse.

22Prenons quelques exemples de ces problèmes éthiques. La frontière entre le légal et le légitime subit de nombreux accrocs avec le marché noir. Se répand par exemple ce type de raisonnement « de bon sens » : le marché noir est illégal, mais non point illégitime puisqu’il est certes nécessaire à la survie, mais aussi parce qu’il s’oppose aux prélèvements injustes du Reich en 1940-1944 et du Ravitaillement en 1944-1948. Si la première proposition peut s’admettre, en constatant les insuffisances d’un système où les acteurs s’opposent (Administration, entreprises, ménages), la seconde est spécieuse face à l’intérêt général et témoigne bien de cette « privatisation » ou parcellisation des relations économiques et sociales : chaque entité se contracte un peu sur elle-même, reprenant autarcie et autonomie. Le « travail » que les générations d’avant-guerre concevaient avec certaine déférence chez les ouvriers qualifiés, dans les milieux indépendants ou de classes moyennes, faisait office de valeur assez centrale dont l’application assidue permettait un revenu, un statut social, une progression culturelle ou politique etc. Les troubles des années quarante lui portent quelques secousses ; la société réagit en découplant le problème, rejettant le « gros marché noir », qui rapporte fourrures, bijoux et immeubles, avalisant le « petit marché noir », qui permet la vie quotidienne parfois en s’appuyant sur les circuits commerciaux du « gros ». Il en va ainsi de l’inflation : elle dérange et irrite, mais l’opinion finit par l’intégrer dans ses anticipations, les mieux placés du côté de la hausse des prix n’hésitant pas à user de leur avantage.

  • 15 IFOP, Sondages, 16 avril 1946.
  • 16 IFOP, Sondages, 16 janvier 1947.
  • 17 Nous ne prenons évidemment pas partie. Il s’agit de montrer la coexistence de deux aspirations issu (...)

23Tous les problèmes se présentent en même temps pour la société française et nous terminerons en évoquant deux d’entre eux qui sont révélateurs : quel statut pour l’Union française, quel statut pour les femmes ? Les populations coloniales15doivent « bénéficier des mêmes droits » que les populations métropolitaines, pensent 63 % des personnes interrogées, ce qui n’empêchera pas les crises de 1946 à 1962. De leur côté, les femmes doivent gagner le même salaire que les hommes pour un travail identique aux yeux de 84 % des personnes interrogées16. À supposer qu’elles puissent l’exercer, puisque juge (oui : 63 %) ou notaire (61 %) leur conviennent, mais non directeur d’usine (oui : 41 %), ou préfet (31 %) et que de toutes manières, il vaut mieux qu’elles se consacrent à leur foyer (oui : 71 %)17.

24Ces clivages culturels, favorables à une traduction économique des conflits d’intérêt sont difficiles à hiérarchiser. Ils s’articulent autour des différences de formation scolaire et universitaire, avec la France du certificat d’études et celle de l’enseignement post-élémentaire, autour des catégories d’âges, autour des références éthiques, et s’adaptent à la plasticité des temps traversés.

25Si nous reprenons l’ensemble de ces remarques, il faut reconnaître un certain nombre de facteurs socio-culturels favorables à la hausse en cas de tensions entre l’offre et la demande. L’antinomie entre la ville et les campagnes se dilate à un jeu tripartite entre les salariés urbains modestes, ouvriers et employés, les employeurs ou les indépendants urbains et les ménages d’exploitants agricoles, qui se trouvent en position d’arbitre. La première catégorie citée, représentant un urbain sur deux, se trouve insatisfaite de ses revenus et délègue sa représentation parlementaire à des courants politiques d’autant plus revendicatifs qu’elle se compose de milieux modestes ou populisants. L’ensemble de ces éléments donne une impression de cacophonie d’autant plus grande que la culture économique nationale est faible et que le système de valeurs, en pleine recomposition, n’accorde aux questions d’équité générale qu’une place restreinte. Ces analyses ne sont pas pertinentes si on les isole des autres éléments ; comme nous l’avons dit en introduction, elles expliquent le caractère « inflammable » du tissu socio-culturel, apparemment propice aux sollicitations inflationnistes.

B. LES MÉTHODES D’INVESTIGATION DE L’OPINION

  • 18 M. Perrot, L’opinion publique et la monnaie en France et en Grande Bretagne, (1924-1936), Paris, Co (...)

26Après 1944, la connaissance de l’opinion enregistre une progression sensible, ce qui facilite notre tâche. Dans l’entre-deux-guerres, seules la presse et les publications imprimées permettaient avec les précautions d’usage, d’esquisser un tableau des attitudes collectives face aux phénomènes économiques. Mais l’ouvrage pionnier de Marguerite Perrot18 n’a pas été suivi d’études comparables. Avec la Libération, le champ documentaire classique des journaux et imprimés s’augmente des sondages d’opinion et des premiers ouvrages analytiques de psychologie économique. Étudions donc successivement ces trois sources que sont les sondages, les organes de presse et les monographies.

  • 19 Auto-étude détaillée de l’IFOP, in Sondages, 1er janvier 1947.
  • 20 G. Gallup. Né en 1901.
  • 21 A. Max, La République des sondages, Gallimard, Idées, 1981. Alfred Max préside l’IFOP après 1979.

27L’Institut français d’opinion publique19 est l’œuvre de Jean Stœtzel, professeur de sciences sociales à l’université de Bordeaux dans les années trente. Séduit par les méthodes de l’Institut que Gallup20 avait fondé en 1935 à Princeton – Gallup avait été rendu célèbre par les élections présidentielles américaines de 1936 – il lance trois enquêtes au second semestre 1938. Aidé d’Henri Paoletti, magistrat à la Cour des comptes, et du journaliste Alfred Max21, il fonde l’Institut en décembre 1938 sous la forme d’une société privée. Les sondages bimestriels ainsi organisés sont diffusés par la presse et la radio, puis par une revue, Sondages, après juin 1939. La censure de guerre suspend le quatrième numéro en septembre de la même année et la période qui s’ouvre permet d’affiner la technique du questionnaire, avec l’aide de Noël Pouderoux, directeur général de la CEGOS, Commission générale d’organisation scientifique. Quelques sondages clandestins au moment de la Libération de Paris donnent matière à une reparution de Sondages dès octobre 1944. Organisation reconstituée sous une forme privée et indépendante, l’IFOP vit du revenu de ses enquêtes, commandées alors majoritairement par la presse. Le siège, au 16, rue de Monceau, associe un conseil scientifique, présidé par Stœtzel et regroupant journalistes, professeurs et ingénieurs, et un personnel salarié d’une vingtaine de personnes chargé du travail mécanographique de traitement des données et des études techniques, cartes, statistiques et dessins. Début 1947, l’Institut s’est attaché 400 correspondants locaux puisque les enquêtes sortent de Paris dès janvier 1945. L’Institut recommande assez vite de varier la population interrogée de façon à éviter la constitution de spécialistes des réponses ou le risque de cristallisation de l’opinion sur un certain nombre de questions chroniques. Matériellement, il faut trois jours pour établir les questions, huit pour réaliser l’enquête elle-même et l’acheminer par la poste, encore huit pour le traitement mécanographique et une dizaine pour la rédaction et l’impression finales. Une enquête courante demande donc un mois, mais en 1947 les délais peuvent être abaissés à quatre jours, moyennant d’importantes facilités matérielles, par exemple en cas de campagne électorale. La revue Sondages est bimensuelle jusqu’en avril 1949, mensuelle d’avril à décembre 1949, en crise ou en recomposition en 1950 avec un seul numéro paru, et trimestrielle après 1951.

28Les sondages ne prétendent ni à l’exhaustivité ni à la vérité technique, mais constituent une source précieuse d’histoire politique et culturelle. C’est le choix de l’échantillon et des questions qui fait leur qualité. En interrogeant 2 000 à 7 000 personnes, l’IFOP faisait preuve de prudence car une population bien échantillonnée et stratifiée ne nécessite que 2 400 individus questionnés, avec une marge d’erreur inférieure à 2 %. La stratification, c’est-à-dire la décomposition de la population en catégorie socioprofessionnelles, âges, sexes et communes de résidence, est un peu décalée par rapport à la réalité car elle repose jusqu’à la fin de notre période sur les résultats du recensement de 1936, dont nous avons ci-dessous les constituants.

Tableau 50
Structure de l’échantillon des sondages IFOP (1944-1952)

Tableau 50Structure de l’échantillon des sondages IFOP (1944-1952)

Source : IFOP, Sondages, 1er janvier 1947.

29Le choix des questions se fait souvent après exécution d’un pré-sondage en vue de vérifier leur pertinence. Classiquement, on distingue trois types de questions : les questions alternatives, qui simplifient la réponse à deux solutions, « oui » et « non » ; les questions multiples, qui ouvrent le choix à plusieurs réponses (« que faut-il importer maintenant de préférence : café ? cacao ? oranges ? etc. », octobre 1944) ; les questions ouvertes, laissant aux personnes interrogées la formulation de la réponse, que l’on rassemblera après, autour des libellés les plus significatifs comme « Quel est actuellement le problème le plus important pour vous et votre famille ? »

30Le questionnaire offre toujours des limites. « Écoutez-vous la radio ? » (16 avril 1946) qui est une question précise, simple et de constat, donne des résultats plus exacts que : « Avez-vous l’intention d’acheter un appareil de radio après la guerre ? » (janvier 1945) ou : « Quel est à votre avis, le nombre idéal d’enfants pour une famille ? » (1er août 1945). Les questions sur des projets ou sur des catégorisations un peu abstraites rencontrent plus d’incertitude. Cependant, dans leur formulation même, elles intéressent l’historien autant par ce qu’elles disent que par ce qu’elles taisent. La périodicité des sondages, leurs intentions et leurs lacunes permettent aussi des remarques enrichissantes.

31La presse fournit une seconde source privilégiée d’investigation en matière d’opinion. Après plusieurs années de censure et malgré une importante pénurie de matières, qui limite longtemps pagination et tirage, elle connaît un regain d’attrait qui dure le temps de la Reconstruction. Il nous fallait cependant opérer un tri dans les titres et les périodes étudiés dans la mesure où la documentation y apparaît de manière moins synthétique que dans les sondages. Cette période se marque à la fois par la prolifération de nouveaux titres, dont beaucoup ne verront pas les années cinquante, et un passage à gauche du centre de gravité politique en rupture avec l’entre-deux-guerres. Pour les titres, nous avons retenu six quotidiens nationaux jugés représentatifs des courants d’opinion politique de l’après-guerre.

  • 22 J.-N. Jeanneney et J. Julliard, « Le Monde » ou le métier d’Alceste, 1978.

32France-Soir, plus populaire et Le Figaro, plus proche des classes moyennes reflètent les opinions de la droite conservatrice. Ces deux organes de presse sont proches du Parti républicain de la Liberté, de la mouvance Rassemblement du peuple français ou du Centre national des indépendants. L’Aube, Le Populaire ou L’Humanité représentent au contraire un parti précis dès l’origine : le MRP, la SFIO et le PCF. Le Monde22, fondé en décembre 1944 par René Courtin et Hubert Beuve-Méry en lieu et place du Temps, avec l’appui du gouvernement, associe l’indépendance politique intérieure d’une tendance orientée au centre-gauche et le souci permanent d’analyses politiques internationales qui lui conservent son caractère de « journal des chancelleries ». Économiquement, il est proche par René Courtin des thèses libérales et non interventionnistes ; Beuve-Méry, ancien journaliste au Temps, dont il avait démissionné avec fracas après Munich, se réserve la politique internationale et René Courtin, professeur d’économie politique à l’université de Paris gère les questions économiques dans un sens anti-dirigiste ; il quitte le journal en 1949 au moment de l’Alliance atlantique et de la querelle neutraliste.

  • 23 Libération paysanne, lancé en 1945 avec la CGA cesse de paraître en 1952.

33En janvier 1945, L’Humanité dépasse 300 000 exemplaires, France-Soir, Le Populaire et Le Figaro avoisinent 250 000, Le Monde et L’Aube 150 000, soit un total de 1,3 million d’exemplaires, environ 12 % du tirage total en France. Cette palette offre comme principal inconvénient d’écarter la presse régionale. Il est exact que Ouest-France relaie le point de vue MRP et La Marseillaise celui du PCF et que les six quotidiens choisis ne sont pas parisiens mais nationaux. Cependant, l’impact de certains quotidiens comme Ouest-France, de la Normandie aux Charentes est bien supérieur à celui d’une simple copie rennaise de L’Aube. Par ailleurs, la presse radicale, qui conserve de belles entités comme La Dépêche du Midi, n’est pas représentée par un quotidien national et fait défaut à notre tableau, alors que le courant radical rassemble 10 à 15 % de l’électorat de la IVe République. Un autre aspect de l’après-guerre nécessitait un traitement spécifique, celui des paysans, ensemble social qui forme entre le quart et le tiers des actifs et se trouve au cœur de l’inflation 1944-1948, sans être particulièrement étudié par la presse citadine. Nous avons dépouillé en guise de correctif Libération Paysanne23, organe de la Confédération générale de l’Agriculture et Jeunes Forces Rurales, périodique de la Jeunesse agricole chrétienne. La CGA est travaillée par les forces centrifuges du MRP et des conservateurs mais son hebdomadaire reste jusqu’au bout rédigé par la première équipe, proche de la SFIO et des radicaux-socialistes. La JAC est connue pour ses liens avec le MRP dont elle est la subdivision rurale pour les jeunes, généralement enfants de chefs d’exploitations moyennes des régions catholiques ; elle est plus militante que le parti et extrêmement dynamique.

34Nous avons complété le tout par des dépouillements systématiques dans les revues professionnelles, Le Bulletin du CNPF, devenu Patronat du CNPF, le Bulletin de l’Association générale des producteurs de blé, celui de la Confédération générale des planteurs de betteraves, de la Confédération nationale de la boucherie française, l’Agence Économique et financière (milieux boursiers et financiers) pour s’en tenir à quelques exemples significatifs. Furent ajoutées çà et là des notations extraites de L’Époque, journal conservateur, ou de Franc-Tireur, proche du PCF. Méthodiquement, nous avons associé les inventaires systématiques, numéro par numéro (Patronat, Le Monde) et des sondages par périodes sensibles (été 1944, juin 1945, été 1946, etc.).

  • 24 P.-L. Reynaud, La psychologie économique, Rivière, 1954.
  • 25 D. Adam, Les réactions du consommateur devant les prix. Contribution aux études de comportement, SE (...)

35La troisième série de documents sur l’opinion par rapport aux prix procède des ouvrages d’analyse sur la psychologie économique. Ils sont malheureusement peu nombreux pour notre période et deux livres se détachent des autres. Celui de P.-L. Reynaud La psychologie économique, publié en 195424, rassemble des articles théoriques sur le sujet, bilan des travaux effectués et propositions de projets. Celui de Daniel Adam en 1958, Les réactions du consommateur devant les prix25, intéresse plus directement notre propos. Ingénieur centralien, plus tard diplômé de l’École pratique des hautes études, il entre en 1950 à l’agence de publicité Synergie dont il dirige le service de recherches. Cet ouvrage est en fait sa thèse d’économie réalisée à partir des commandes qu’il avait honorées dans la publicité pour le compte de syndicats professionnels. Son ouvrage prend appui sur sept enquêtes, dont deux communiquées par J. Stœtzel et l’IFOP, réalisées entre 1952 et 1956, portant sur des articles de lingerie, de bijouterie ou d’électro-ménager. Par la suite, D. Adam préside la SOFRES (1963-1966) et d’autres agences de publicité.

  • 26 A. Marshall, Principes d’Économie politique, 1906, p. 230, cité dans D. Adam, op. cit..

36L’étude de l’opinion est largement redevable à la vie politique, à la vie de la presse et au marketing, à l’époque où la demande finale des ménages prend une expansion fulgurante au sein de l’OECE. L’économie politique du xixe siècle, confrontée à la phase d’équipement de la révolution industrielle où la demande majeure est celle des entreprises et des collectivités, insiste surtout sur l’offre, restant unanime sur la formation des prix par l’action des producteurs qui investissent, innovent, ouvrent des débouchés, se partageant entre classiques et marginalistes sur la théorie des coûts de production, coût moyen ou coût marginal. La demande est conçue en dépendance de l’offre comme une conséquence des quantités disponibles à un certain prix, ce qu’Alfred Marshall résume par : « la demande augmente lorsque le prix diminue et diminue lorsque le prix s’élève26 ». La diversification de l’offre et la solvabilité croissante de la demande au xxe siècle incitent à la multiplication d’études de marché en vue d’une fluidité accrue dans la commercialisation de masse. La demande est moins conçue comme une résultante mécanique du niveau des prix. Entre 1900 et 1950, Walras et Pareto incluent l’influence relative du prix des autres biens, Slutsky, Hicks et Allen celle des strates et des variations de revenu, Moore et Schultz celle du facteur temps qui multiplie les interférences entre les composants. Ces analyses sur les prix et la demande aboutissent aussi à la différenciation des types de marché, selon les modes de concurrence ou d’agents intervenants.

  • 27 Par exemple : Hall et Hitch, Price theory and business behaviour, Oxford Economie Papers, 1939.
  • 28 J. Marchai, Le mécanisme des prix, 1948, p. 448.
  • 29 A. Piatier, Bulletin de l’Académie des Sciences morales et politiques, 7 oct. 1957.
  • 30 Exemple : Centre d’Études des Revenus et des Coûts, Revue du CERC, nos 33-34 et 43-44, 1977 et 1978 (...)
  • 31 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Gallimard, 1984, p. 189 et suivantes.

37Parallèlement, l’influence de la sociologie avec V. Pareto, M. Halbwachs, P.-L. Reynaud poussait à décomposer la notion de consommation, distincte de la notion de demande ; les recherches commencent avec Charles Gide au début du siècle. Les enquêtes sur les stratégies des firmes dès les années 193027trouvent leur pendant avec les études sur la consommation des ménages, prolongeant les travaux de L. Walras et J.-R. Hicks. Jean Marchai, professeur à Paris, propose dès 194828 une investigation de la demande marché par marché. Après guerre, les facteurs liés sont mieux pris en compte comme le montre le livre de Congard sur La demande et le monopole en 1953, combinant élasticité-prix et élasticité-revenu. André Piatier, professeur à Paris et associé aux travaux de l’INSEE préface avec clarté la thèse de D. Adam qu’il a dirigée, et résume ses propres recherches dans un article29de 1957. Les années 1960 à 1990 ne font pas défaut dans l’inventaire de la psychologie économique ; nous en verrons quelques exemples30dans les analyses suivantes mais nous ne pouvons plus les considérer comme des témoins de la science économique de l’époque étudiée. Jean Fourastié31 rappelait en 1984 que pour la IVe République, les quelques titres énumérés plus haut n’avaient guère été dépassés.

38Nous disposons donc de trois séries de sources pour le problème des rapports entre la société, l’opinion et les questions de prix : les sondages, la presse et quelques ouvrages imprimés. Compensant mutuellement leurs lacunes, elles vont nous permettre de cerner plus précisément quel intérêt porte l’opinion aux prix, comment elle estime et qualifie leur niveau et comment elle y réagit.

II. L’APPRÉCIATION SOCIALE DU NIVEAU DES PRIX : INTÉRÊT POUR LES PRIX ET ESTIMATION DE LEUR NIVEAU

39La question de la psychologie collective des prix peut se découpler en deux parties. La première, que nous allons traiter ici se rapporte au constat : quel est le niveau des prix, quelle importance a-t-il pour les ménages ? La seconde, qui figurera en partie suivante aura trait au choix : ce phénomène est-il passager ou durable et comment-allons nous le qualifier ? quelle réaction allons-nous adopter à son égard ?

A. L’INTÉRÊT DE L’OPINION POUR LES PRIX

40Dans le domaine du constat, il nous faut d’abord examiner si la question des prix a ou non de l’importance pour l’opinion ; les sondages apparaissent ici la source privilégiée et nous en utiliserons trois séries, dont les intitulés varient parfois :

  • les enquêtes sur les problèmes les plus importants pour les ménages ;

  • les sondages sur les tâches prioritaires des gouvernements ou des parlementaires ;

  • les questionnaires sur les estimations quant à l’évolution future des prix.

  • 32 IFOP, Sondages, n° 3, 1951.
  • 33 IFOP, Sondages, 16 avril 1945.
  • 34 IFOP, Sondages, n° 1, 1954.

41L’IFOP pose huit fois de janvier 1946 à septembre 1951 la question32 : « Quel est actuellement le problème le plus important pour vous et votre famille ? » En mars 1945, l’Institut avait demandé33 : « quel est actuellement le problème de politique intérieure auquel vous attachez personnellement le plus d’importance ? », mais la formulation rendait le problème trop extérieur aux ménages et les réponses manquaient d’homogénéité ; nous l’intégrerons au graphique en pointillé. Il en va de même pour la fin de notre période : sauf erreur, l’IFOP ne pose plus la question en 1952-1953 avec la stabilité des prix qui dure de 1952 à 1956 et n’apparaît qu’un sondage en août 195334sur « le problème le plus important pour la France ». Avant d’entrer dans les détails, il convient de constater la primauté quasi permanente de la préoccupation budgétaire domestique pour les ménages. Sauf en mars 1945 et janvier 1946, où le ravitaillement se fait plus pressant (35 %, puis 53 % des réponses), le « problème pécuniaire » comme l’intitule l’opinion et l’IFOP à sa suite, prime sur les autres réponses dès octobre 1946 (44 %) et semble aller croissant jusqu’en septembre 1951 (57 %) ; après 1952, son impact décroît (28 % en août 1953) même s’il faut tenir compte de la modification dans le libellé de la question.

Graphique 51
La préoccupation dominante des ménages, 1946-1951, d’après les sondages IFOP

Graphique 51La préoccupation dominante des ménages, 1946-1951, d’après les sondages IFOP

Source : IFOP, Sondages, 1945-1951, passim.

Tableau 51
La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)
d’après les sondages IFOP

Tableau 51La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)d’après les sondages IFOP

Source : IFOP, Sondages, 1946-1951, passim.

42Soulignons dès l’abord la non-coïncidence entre la « courbe de préoccupation » de l’opinion et celle des prix. L’inflation est forte en 1945 et 1948, puis se ralentit entre 1949 et 1952, malgré la sensible reprise de 1950-1951. La concentration des réponses sur le problème pécuniaire se déploie certes dès 1946, prend de l’ampleur en 1949 alors que les prix sont stables mais les salaires bloqués. L’inflation consécutive à la guerre de Corée est enregistrée à la hausse par les réponses des ménages, mais de manière nettement plus importante que la progression réelle des prix, comme si l’opinion se réservait une marge de précaution inflationniste. La retombée en 1953 peut correspondre au regain de confiance qui accompagne la personne et les méthodes d’Antoine Pinay.

43Ce « problème pécuniaire » traduit l’inadéquation des revenus de la demande aux prix de l’offre ; l’insuffisance des quantités, notamment alimentaires, n’est pas absente et demeure préoccupation majoritaire jusqu’à la récolte convenable de l’été 1946, puis elle passe au second rang, talonnant la question pécuniaire pendant la mauvaise campagne été 1947 - printemps 1948, avant de disparaître au cours de l’été 1948. Pendant notre période, de 1944 à 1952, la préoccupation des prix (et donc des revenus) l’emporte sur celle des quantités.

  • 35 IFOP, Sondages, n° 3, 1951.

44Que recouvre cette expression de « problème pécuniaire » ? Comme le questionnaire est ouvert sans énumération préalable de réponses à hiérarchiser, l’IFOP rassemble sous la formule de 1946 à 195135toute une série d’expressions qui mêlent la spontanéité des parlers simples et l’amertume des constats difficiles. Les unes se rapportent à l’équilibre des dépenses et des recettes du ménage : « boucler le budget », « joindre les deux bouts », « pouvoir vivre un peu plus largement avec moins de difficultés matérielles », « faire vivre convenablement ma famille ». Un autre groupe insiste sur les revenus : « vivre de notre travail sans dettes », « traitement insuffisant », « relèvement du standard de vie des vieux travailleurs ». Un troisième est orienté par une affectation précise de dépenses : « nourrir les enfants et la famille en général », « faire des achats aux abords de l’hiver », « des conditions matérielles qui me permettent de vivre et de fonder un foyer ». Un dernier groupe désigne nominalement le niveau général des prix : « la cherté de la vie », « le pain a augmenté bien trop », mais les expressions qui s’y rapportent sont assez minoritaires pour autant que l’on puisse en juger. Après 1952, l’IFOP utilise le concept moins imprécis de « niveau de vie », par exemple dans le sondage que nous avons cité en août 1953.

45Ainsi le problème des prix est un problème majeur pour les ménages mais il n’est pas distingué de la question des revenus car l’opinion part du point de vue micro-économique de son budget domestique et non de l’angle macro-économique du niveau général des prix.

Tableau 52
La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)
Décomposition des réponses « difficultés pécunaires »

Tableau 52La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)Décomposition des réponses « difficultés pécunaires »

Source : IFOP, Sondages, 1946-1951.

46Est-ce que se font jour des différences significatives entre les catégories sociales ? L’écart le plus repérable que matérialise le graphique concerne les groupes socioprofessionnels. Les plus inquiets pour les questions de niveau de vie sont d’abord les ouvriers, ensuite les employés et fonctionnaires, enfin les professions indépendantes ou d’encadrement : nous avons là un classement urbain caractéristique par catégorie de revenu croissant ; les plus aisés sont moins inquiets que les plus modestes, car les prix des produits et services de première nécessité n’excèdent pas encore leurs capacités financières. La catégorisation en classes aisée, moyenne, modeste et pauvre confirme approximativement ce point de vue. Remarquons néanmoins que l’opinion est inquiète ; après octobre 1946, même les professions libérales, patronales et de cadres descendent rarement en dessous de 40 % des réponses, ce qui représente une certaine unanimité ; le second groupe de réponses, en exceptant le ravitaillement entre 1945 et 1948, vient très loin derrière avec un score de 10 à 15 % selon les années, et concerne les « problèmes personnels et de santé ».

47Pour leur part, les cultivateurs restent encore assez confiants jusqu’en 1948 (30 % des réponses en janvier 1948) quand les prix agricoles entraînent les autres à la hausse. Après 1949, la crainte gagne quand les cours stagnent et elle dépasse en fin de parcours celle des professions libérales et indépendantes. En bonne logique, l’inquiétude se déploie en 1946-1948 depuis les communes plus rurales, moins préoccupées par les prix alimentaires, jusqu’aux agglomérations plus urbaines, apparemment soumises à un embarras croissant. Nous remarquons cependant qu’en 1951, la hiérarchie semble en voie d’inversion et que les communes rurales sont aussi inquiètes que les communes urbaines ; les prix agricoles baissent ou piétinent, les crédits d’équipement sont coûteux, les agriculteurs se préoccupent de leur niveau de vie. Par ailleurs, les grandes villes, de taille supérieure à 100 000 habitants sont plus sereines que les villes moyennes pendant toute la période. Il faut vraisemblablement y voir l’effet-qualité des circuits commerciaux, plus efficaces et moins coûteux pour les agglomérations majeures.

1. Le problème le plus important pour le pays et ses dirigeants.

48La question des prix par rapport aux budgets des ménages reçoit-elle la même réponse si l’on s’élève au niveau de l’État ? Est-ce-que les Français considèrent l’inflation comme un phénomène majeur qui doit recevoir un traitement politique prioritaire ?

  • 36 IFOP, Sondages, 16 avril 1945.
  • 37 IFOP, Sondages, 1er décembre 1945.
  • 38 IFOP, Sondages, 1er mai 1946.

49La réponse doit être nuancée car les résultats des sondages dépendent non seulement de leur date de réalisation, à la veille d’un scrutin électoral ou à la suite d’une crise des prix, mais encore de la formulation des questions. Prenons quelques exemples. En mars 194536, l’IFOP demande : « Quel est, à l’heure actuelle, le problème de politique intérieure auquel vous attachez personnellement le plus d’importance ? ». En novembre 194537, l’Institut interroge ainsi : « Quels sont, à votre avis, les problèmes les plus importants que l’Assemblée constituante aura à résoudre ? ». En avril 194638, la question est formulée d’une autre manière : « Il va y avoir un an que la guerre avec l’Allemagne est terminée. Quel est, à votre avis, l’évènement le plus important depuis cette date ? ». Nous remarquons bien que l’utilisation de chaque réponse ne sera pas identique. Dans le premier cas, la personne interrogée est invitée à s’inclure directement dans la réponse, puisqu’elle est sollicitée sur son intérêt personnel. Dans le deuxième, il lui faut se placer un peu plus à l’extérieur de ses propres préoccupations pour entrer dans celles de l’Assemblée. Dans le troisième, elle doit quitter son propre temps pour juger de manière quasi historique ce qu’est l’importance des évènements traversés. Si nous considérons les divers sondages entre 1945 et 1954, il nous faut être attentifs à la formulation des questions et au décalage des différentes réponses par rapport aux différentes questions. Notre étude portera principalement sur les deux extrémités de cette décennie afin de saisir d’éventuelles évolutions à moyen terme.

50Disons tout de suite que la question des prix, rarement dissociée de celle des revenus ou des finances publiques, est aux deux ou trois premiers rangs des préoccupations collectives mais cette variation d’un sondage à l’autre fait justement l’intérêt de leur confrontation. Les réponses de mars 1945 placent en tête les problèmes de ravitaillement, et les prix n’apparaissent qu’au quatrième rang (10 % des réponses) ; notons toutefois que les résultats de l’IFOP mêlent en troisième rubrique (11 %) l’épuration et le marché noir, et que le ravitaillement lui-même est aussi un problème de prix.

Tableau 53
Le problème politique le plus important pour les ménages en mars 1945

Tableau 53Le problème politique le plus important pour les ménages en mars 1945

Source : IFOP, Sondages, 16 avril 1945.

51Il faut rappeler qu’en mars 1945, les prix sont encore stables, comme pour la plupart des hivers depuis la guerre ; l’inflation ne devient violente qu’après avril 1945. Soulignons également cette particularité, observable dans la deuxième partie du tableau, que le ravitaillement préoccupe plutôt les femmes et les personnes âgées, en charge des achats des ménages, et le coût de la vie inquiète un peu plus les industriels et commerçants que les autres catégories socioprofessionnelles.

52L’évolution est nette avec le second sondage : l’Assemblée constituante, élue sauf erreur, pour rédiger une constitution (25 % des réponses), doit en priorité s’occuper de la « stabilisation des prix » (33 % des réponses) !

Tableau 54
Les problèmes à résoudre par l’Assemblée constituante élue en octobre 1945

Tableau 54Les problèmes à résoudre par l’Assemblée constituante élue en octobre 1945

Source : IFOP, Sondages, ler décembre 1945.

53La hausse des prix de détail pour les douze mois de 1945 atteint 38 %, essentiellement concentrée sur la période d’avril à octobre. L’opinion s’en inquiète d’autant plus que la récolte de l’été 1945 est une des plus mauvaises du siècle. Nous retrouvons les écarts à la moyenne déjà signalés plus haut avec les industriels et commerçants un peu plus inquiets en matière de prix et les femmes, rejointes par les catégories ouvrières et paysannes, en matière de ravitaillement. Mais la différence la plus sensible vient des professions libérales qui placent en bonne logique les problèmes institutionnels en première ligne (43 %), la reprise économique en deuxième (34 %) et la stabilisation des prix en troisième (21 %), alors que les industriels et commerçants, tout aussi logiques avec leurs intérêts, attendent d’abord la reprise économique (39 %) dans la stabilité des prix (37 %) et des institutions (25 %). Le troisième sondage semble réduire à néant les constatations précédentes qui montraient une préoccupation collective pour les prix en croissance parallèle à celle de leur niveau. Les affaires économiques et financières sont reléguées au quatrième rang avec un total infime de réponses : 4 %.

Tableau 55
L’événement le plus important pour l’opinion depuis un an (avril 1946)

Tableau 55L’événement le plus important pour l’opinion depuis un an (avril 1946)

Source : IFOP, Sondages, 1e r mai 1946.

  • 39 G. Bernanos écrit en 1940 dans son journal : « Une époque d’inflation ne tient pas de place dans l’ (...)

54Comment interpréter ces choix ? On peut y déceler l’opinion que la hausse des prix est accidentelle ou inévitable, comme en 1918-1926. D’ailleurs, les prix ne sont-ils pas stables depuis novembre 1945 ? De manière plus approfondie, il convient de voir dans cette attitude psychologique l’idée que la hausse des prix est saisonnière, annuelle, voire pluri-annuelle mais n’est pas durable ; elle est appelée à disparaître, ne serait-ce que par son caractère embarrassant, et ne constitue pas un évènement notable de l’Histoire39. Cette dernière étant essentiellement conçue par les contemporains comme politique, il est logique d’y compter une majorité de faits politiques et diplomatiques (total des deux rubriques : 58 %).

55L’examen de la presse confirme cet état d’esprit. De septembre 1944 à avril 1946, les journaux étudiés ne présentent pas la question des prix en première page ; elle est souvent évoquée à l’intérieur du quotidien, mêlée aux autres problèmes économiques dans le cadre d’une enquête : par exemple, Le Figaro examine les raisons de la pénurie alimentaire les 17 et 18 octobre 1945, Le Monde du même jour le prix du vin. Les évènements en relief suscitent un commentaire accru de première page, mais l’intérêt est localisé à ce point d’information : Défense de la France, qui deviendra France-Soir, titre le 5 octobre 1944 : « le pain augmente, mais il blanchit et nous en aurons davantage ». Seule, L’Humanité consacre presque tous les jours une colonne de première page au ravitaillement pour constater que sa situation est mauvaise ou en voie d’aggravation.

56L’ensemble de ce qui vient d’être dit signifie pour les contemporains :

  1. que la hausse n’est pas un fait méritant une mémorisation historique et qu’elle est isolée dans le temps comme un phénomène non durable ; il ne s’agit donc pas de ce que nous appellerions une inflation ;

  2. que cette hausse est néanmoins suffisamment préoccupante et auto-entretenue pour nécessiter une intervention ; elle n’est pas primordiale, mais urgente, comme une affection bénigne qui immobiliserait un patient ;

  3. que son traitement relève des pouvoirs publics, comme tâche dont l’urgence prime même sur la rédaction constitutionnelle, car les entreprises et les ménages ont assez à faire avec leur ravitaillement ou leur approvisionnement.

  • 40 IFOP, Sondages, n° 1, 1954.

57En 1953-1954, les priorités se sont-elles modifiées ? Il ne le semble pas. Un sondage d’août 195340sur « Le problème le plus important pour la France », à cette date, place en premier rang le « niveau de vie » (28 %), et les rubriques suivantes, « les finances » les « problèmes sociaux » ou la « politique sociale », forment un cortège logique avec cette première réponse. Les ouvriers manifestent une préoccupation (39 %) supérieure à la moyenne pour le niveau de vie.

Tableau 56
Le problème le plus important pour la France en août 1953

Tableau 56Le problème le plus important pour la France en août 1953

Source : IFOP, Sondages, n° 1, 1954.

  • 41 IFOP, Sondages, n° 4, 1954.
  • 42 IFOP, Sondages, n° 3, 1956.
  • 43 L’Express, 16-22 septembre 1974, p. 61. Sondage Interopinion-L’Express, 4-11 septembre 1974. La que (...)

58Les crises extérieures, concernant l’Europe ou l’Union française, font rétrograder le sujet prix-revenus au second rang : 37 % des réponses au sondage d’août 195441se dirigent vers les questions sociales, elles-mêmes dominées par les salaires (24 %), alors que les problèmes extérieurs recueillent 68 % des réponses. Le même sondage donne comme problème le plus important 60 % de réponses pour les problèmes de l’Afrique du Nord en juillet 195642, ce qui se conçoit eu égard aux tensions de l’heure, mais toute reprise de la hausse est enregistrée avec attention par une opinion désormais expérimentée ; en septembre 197443, par exemple, la hausse des prix figurait comme première préoccupation « pour les mois à venir ».

  • 44 IFOP, Sondages, n° 3, 1952. Enquête de février-mars 1952.

59À titre de complément, figurent dans un sondage de 195244les questions qui préoccupent le plus l’opinion selon l’option électorale. Il ne s’agit pas de l’explication des intentions de vote, mais bien de « ce qui est l’élément le plus important du programme » pour le parti choisi par l’électeur. Les réponses sont assez étonnantes. La « vie chère » arrive en première réponse auprès de l’électorat socialiste (43 %) puis communiste (32 %) ; dans les autres mouvements, le thème est placé au second rang même à un niveau élevé de réponses : modérés-PRL (31 %), RPF (25 %), MRP (22 %) et RGR (13 %). La question de la hausse des prix concerne en 1952 à la fois l’électorat de gauche, plutôt salarié et celui de droite, plutôt composé d’actifs indépendants, tandis qu’il mobilise moins bien l’électorat du centre.

2. Croyez-vous que les prix vont monter ?

60L’IFOP pose dès l’automne 1945 une autre question qui nous intéresse au premier chef. La formulation duale de septembre-octobre 1945, « Croyez-vous que les prix vont rester stationnaires ou continuer à monter ? », cède en juin 1946 la place à un libellé plus large, « Croyez-vous que les prix vont continuer à monter, baisser ou rester stationnaires ? » En dehors du léger fatalisme inflationniste qui plane sur l’ordre des questions comme sur leur simple existence, il convient d’exploiter au mieux cette nouvelle source.

Tableau 57
« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou rester stationnaires ? »

Tableau 57« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou rester stationnaires ? »

Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.

Le mouvement des prix de 1946 à 1954 ; proportion des personnes croyant que les prix vont monter

Le mouvement des prix de 1946 à 1954 ; proportion des personnes croyant que les prix vont monter

Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.

61La comparaison entre la proportion des réponses qui estiment que les prix vont monter et la hausse effective des prix est méthodologiquement discutable, puisque la première représente une distribution relative des opinions par rapport à un total de 100 % et la seconde une progression conjoncturelle du prix de 34 articles à partir d’une base 100 l’année précédente. Observons d’abord que la courbe des opinions estimant la hausse probable fluctue jusqu’en 1949 avec la saisonnalité, puis se cale ensuite sur une tendance à plus long terme en 1950-1954. Ainsi en 1946, après les niveaux relativement hauts de l’été (60 % environ des réponses) la proportion chute avec l’hiver, qu’accompagnent les baisses Blum de janvier 1947. Le même scénario se reproduit en 1947, où la crise de l’automne fait culminer les opinions à 90 % tandis que le plan Mayer stabilise un temps les prix et les esprits jusqu’aux primeurs... Mars 1949 donne des chiffres aussi bas que ceux de janvier 1947 mais la reprise des prix au second semestre, relayée par la guerre de Corée porte à nouveau la part d’opinions estimant la hausse vraisemblable à 90 % en décembre 1950. La fin de la reconstruction, la stabilisation Pinay puis celle de Mendès France, la croissance stable des années 1952-1955 décompressent lentement le niveau d’opinions « haussières » qui ne représentent plus qu’un tiers du total en août 1954. L’IFOP n’a pas posé la question entre 1951 et 1954, ce qui fausse un peu les perspectives, mais correspond bien à la stabilité des prix de février 1952 à l’automne 1956.

62Remarquons ensuite que la hausse des réponses estimant que les prix vont monter entretient des rapports élastiques avec la hausse réelle. Cela tient en partie au fait que les questions de l’IFOP n’offrent pas une périodicité aussi régulière que la moyenne indiciaire des prix. Globalement, la hausse des opinions suit immédiatement, au mois près celle des produits alimentaires : juin 1947 ou juillet 1948 par exemple. En revanche, si l’on considère qu’un nombre important d’opinions à la hausse traduit la vigueur de l’inflation, il faut être plus circonspect ; la hausse effective des prix culmine en 1946 (sommet des prix), alors que les opinions estimant la hausse très probable forment trois sommets majeurs, au deuxième semestre 1947, à l’été 1948 et à l’hiver 1950 (sommet de l’inquiétude par rapport aux prix). Comment interpréter ce phénomène ? Un premier facteur procède du décalage entre le début de la hausse et le moment de sa perception comme crise après une durée suffisante ; un second élément procède d’analyses politiques, soit face à une crise grave comme en automne 1947, soit comme préoccupation spécifique vis-à-vis d’un Premier ministre réputé « inflationniste », Marie en août 1948, Bidault et Pleven en 1950 ; interviennent enfin des phénomènes d’anticipation : la hausse des prix, consécutive à la guerre de Corée ne dépasse pas 15 % en moyenne annuelle, mais l’expérience de l’inflation 1944-1948 est suffisamment vivace pour que l’opinion unanime estime à juste titre que « les prix vont monter ». Nous touchons là les limites de cette comparaison, puisque le sondage nous dit combien de personnes estiment vraisemblable la hausse des prix, et non pas quel niveau elle va atteindre.

63Il faut ajouter que ces opinions varient sensiblement d’une catégorie sociale à l’autre. En 1945-1946, les écarts les plus nets concernent dans l’ordre, les groupes socioprofessionnels, les opinions politiques et les communes de résidence.

Tableau 58
Décomposition des réponses estimant que « les prix vont monter » en 1945-1946

Tableau 58Décomposition des réponses estimant que « les prix vont monter » en 1945-1946

Source : IFOP, Sondages, 1er novembre 1945 et 16 juillet 1946.

  • 45 Se reporter au rapport du Conseil national du crédit pour l’année 1946 et aux analyses effectuées d (...)

64Schématiquement, les personnes les plus inquiètes en juin 1946 quant à la stabilité du niveau général des prix sont les non-salariés urbains, professions libérales, commerçants et industriels, proches des thèses du Parti républicain libéral ou des radicaux (RGR, Rassemblement des gauches républicaines). L’intégration des hausses de salaires de 1944-1945 dans leurs prix de vente, l’annonce de prochaines hausses avec une conférence nationale sur le sujet (dite du Palais-Royal) et les intentions d’investissement-endettement45 qui annoncent une véritable reprise expliquent vraisemblablement cet état d’esprit.

  • 46 IFOP, Sondages, 16 mai et 15 septembre 1948.
  • 47 IFOP, Sondages. n° 4, 1954, p. 34.

65À partir de 1947-1948, les choses changent. En mars 1948 par exemple, les plus inquiets sont les ouvriers et en juillet 1948, les électeurs du PCF46. L’IFOP relève une corrélation entre l’estimation du niveau des prix, l’appréciation du niveau de vie et l’opinion politique. Cette surreprésentation des ouvriers et des électeurs du PCF au sein de la partie inquiète de l’opinion se maintient encore en 195447, aux bornes de notre sujet.

66L’ensemble de ces remarques ne peut conduire à une évaluation des anticipations inflationnistes. Les questions portaient sur l’éventualité d’une hausse et non sur la manière dont chaque agent économique allait s’en prémunir. Constatons simplement que l’opinion intègre de mieux en mieux l’idée de la hausse des prix. Après avoir estimé, ou espéré, qu’elle se limiterait à une saison de ravitaillement, elle est perçue comme une composante semi-durable du paysage économique conjoncturel à l’égard de laquelle il convient de faire preuve de vigilance.

67Avant de poursuivre, nous rappelons donc que la question des prix, considérée dans ses rapports avec les revenus est un des problèmes majeurs de l’opinion en 1944-1952 et que celle-ci, sans en comprendre les mécanismes se place, après une période d’accommodation, en état d’alerte inflationniste.

B. L’ESTIMATION DU NIVEAU DES PRIX

68Comment l’opinion apprécie-t-elle le niveau des prix, à la fois en valeur absolue et en tendance ? Nous essayerons de répondre à la question en deux temps, d’abord en considérant l’estimation elle-même par produit ou par groupe de produits, ensuite en examinant l’indice dit « psychologique » du coût de la vie qui représente l’évolution approchée du niveau général des prix.

1. L’estimation par produit.

69Pour l’estimation par produit ou par groupe de produits, nous manquons de sources et les investigations ne peuvent emprunter ces voies directes. Il n’existe pas de sondage sur le sujet et les enquêtes en France datent généralement des années soixante-dix. Procédons par analogie chronologique, en consultant justement ces études des années 1970-1980 afin de voir ce que nous pourrions en dégager pour l’après-guerre.

  • 48 CERC, Documents du CERC, Connaissances et opinions des Français sur les prix, 2 fascicules : 1. n° (...)

70Le travail le plus sérieux vient du Centre d’études des revenus et des coûts48sur trois ou quatre enquêtes échelonnées de 1970 à 1976. Première remarque : les estimations, en valeur absolue comme en tendance, sont beaucoup plus exactes à moyen terme (dix ans) que sur un an, les surestimations des uns étant compensées par les sous-estimations des autres. Par catégorie de produits, l’opinion est plutôt en conformité avec la réalité sur une évolution des trois derniers mois pour les prix alimentaires, des deux à cinq dernières années pour les produits industriels et en situation de semi-ignorance pour les prix des services, qui sont aussi ceux qui augmentent alors le plus rapidement. Le CERC note aussi une perception différenciée des individus face aux prix : tels produits sont « sensibles », comme la viande, le lait, l’automobile ou l’essence car ils sont conçus comme importants par la population de 1970-1976 et l’opinion tend à surestimer leur hausse ; tels autres produits sont en situation équilibrée comme les transports publics et le chauffage, un troisième groupe est plus neutre et moins visible dans le paysage mental, avec des hausses sous-estimées, comme les loyers, les tarifs postaux ou les produits de poissonnerie. Le même type de dérive intervient quand interfère un jugement de valeur : la hausse du prix du produit (« il augmente ») est confondue avec son niveau élevé (« c’est cher »). La comparaison avec le passé (autrefois tel produit était moins coûteux) néglige les modifications de qualité ou de quantité. De manière globale, la qualité des connaissances en matière de prix augmente avec leur degré de généralité et la perception est plus exacte sur un grand nombre de produits plutôt que sur un effectif réduit.

  • 49 A. Fady. « La connaissance des prix des articles de consommation courante par les clients des magas (...)

71Une étude de 1976 réalisée à Rennes49par un professeur d’économie et de gestion nous apporte quelques précisions. La comparaison avec l’après-guerre est difficile, car le caractère massif des produits et de leur commercialisation dans les années soixante-dix se situe très loin de celle des années quarante. Relevons cependant quelques traits intéressants. On demandait à un échantillon de 749 clients de grandes surfaces commerciales le prix de onze articles de consommation courante, à la sortie des caisses. 61,1 % des personnes interrogées ne citent aucun prix exact ; à l’opposé, 2,8 % parviennent à mentionner correctement entre trois et onze prix. Approximation ? En fait, deux réponses sur trois ne s’écartent pas plus de 10 % du chiffre exact ; l’erreur est minime. En revanche, une réponse sur quatre est franchement éloignée de la réalité avec une marge d’erreur de l’ordre de 30 %. La ligne d’estimation générale est plus souvent au-dessous du niveau moyen des prix, les sous-évaluations (54,5 % du total des réponses) l’emportant sur les surévaluations (37,7 %). C’est la fréquentation du lieu commercial qui donne l’expérience des prix et non le niveau social ou culturel, et les femmes (83 % de l’échantillon) présentent une meilleure connaissance que les hommes (17 % de l’échantillon) : aucun homme ne figure dans la catégorie qui a mémorisé trois prix ou plus. L’auteur note également que les consommateurs s’imaginent « que les prix varient tellement qu’il est inutile de faire des efforts pour les mémoriser ».

72Malgré la différence de structures commerciales, de variété des produits ou de solvabilité des acheteurs avec 1944-1952, nous relevons un certain nombre de points non négligeables. Tout d’abord, le niveau des prix est connu par la majorité des acquéreurs, qui semblent mémoriser plutôt par approximation que par exactitude rigoureuse ; il faut supposer pour l’après-guerre une connaissance plus précise car les ménages se trouvent en situation de solvabilité budgétaire inélastique, qui conduit à des comptes domestiques serrés a priori et a posteriori et que le volume des produits commercialisés est nettement plus réduit. En second lieu la connaissance des prix est expérimentale et se développe avec la pratique des marchés, qui s’apparente alors à un quasi-monopole féminin ; cette expérience peut être professionnelle dans le cas de producteurs ou d’intermédiaires, très différenciée dans celui de ménagères particulièrement averties, mais semble constituer un domaine culturel particulier, celui du savoir utilitaire privé séparé du savoir économique, même sous une forme rudimentaire, ou de la conscience politique, encore majoritairement classée pour les ménages, dans la sphère de responsabilité masculine. Enfin, la hausse des prix tend à fausser les perceptions de leur niveau avec une phase d’accoutumance que nous retrouvons en 1974-1976 comme en 1944-1952 : le démarrage inflationniste conduit à légèrement sous-estimer la hausse. L’auteur de l’étude ajoute que les personnes interrogées dont la mémoire est insuffisante pour citer des prix exacts, changent de registre mental et s’appuient sur ce qu’il appelle des « indicateurs de prix », c’est-à-dire des observations immédiates : les aménagements coûteux comme la moquette neuve ou l’éclairage soutenu impliqueraient ainsi des prix hauts, la vente en vrac ou les prix en gros caractères s’entendraient des prix bas. Même approximatives ces notations sur l’image sociale d’un établissement commercial intègrent des paramètres économiques sur son chiffre d’affaires réel ou espéré. Ainsi, à un premier niveau d’analyse, la connaissance des prix apparaît comme un savoir approché, empirique et utilitaire.

73Creusons maintenant la question de cette estimation des prix par approximation. La presse, registre écrit de la rumeur orale, peut nous aider dans cette investigation. Il est vrai qu’elle est plutôt rédigée par des hommes pour des hommes alors que les achats des ménages sont plutôt effectués par des femmes. Cet écart n’est pas à négliger. Le Monde du 17 octobre 1945 (p. 4) étudie sous la plume de R. Courtin la hausse récente et la structure du prix du vin et titre « l’augmentation scandaleuse du prix du vin ». « Scandaleux » qualifie un intervalle jugé trop important par rapport au prix précédent, aux autres prix, par rapport à la valeur d’usage du produit et à la solvabilité de ses acheteurs, également par rapport à son image sociale. L’Humanité, quotidien le plus attaché aux questions de prix, les associe habilement aux difficultés de la production agricole, au mauvais fonctionnement du Ravitaillement, qui n’a pas été épuré avec diligence, et aux malversations de certains circuits commerciaux sous l’emprise du marché noir ; il faut ménager les intérêts non convergents des ménages, des agriculteurs, des fonctionnaires et des petits commerçants. Les 14 et 15 octobre 1945 (p. 2), l’article « salaires bloqués, hausse constante des prix » permet de donner cinq exemples de prix, pain, lait, viande, beurre et vin avec leur coefficient d’augmentation entre mars et septembre 1945 ; le pain passe ainsi de 4,90 F à 7,40 F. Le texte omet cependant de préciser les quantités concernées, kilogrammes ou litres, et l’évolution précédant la période de mars 1945, par exemple la stabilité d’octobre 1944 à mars 1945. Le 20 octobre, veille des premières élections législatives depuis 1936, Jacques Duclos souligne que les prix ont augmenté de six fois depuis 1939, ce qui suppose la prise en compte très favorable des prix du marché noir, et les salaires ont seulement progressé de trois fois, ce qui a négligé la poussée du salaire social. Assez souvent, la presse s’empare de la question des prix un peu comme le fait l’opinion publique, pour s’en indigner d’abord, pour savoir éventuellement ensuite ; le degré et l’orientation de l’indignation sont en fonction croissante des intentions politiques du quotidien.

74En complétant par les notations dans les mémoires, on peut distinguer plusieurs catégories de prix et de produits. Les objets ou services d’usage courant ou quotidien, comme le pain, le journal ou le ticket de transport, souvent acquis au même endroit, bénéficient d’une mémorisation certainement très précise. Moins rigoureuse est la connaissance de produits de transaction régulière mais échelonnée, services de blanchisserie, factures de gaz ou d’électricité, produits primeurs. Les produits professionnels, de la ficelle-lieuse aux éléments de machine-outil rencontrent une mémorisation très variée, excellente depuis le comptable de la firme, voisine de zéro auprès du profane distrait.

  • 50 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, Plon, p. 197.
  • 51 E. Grenadou et P. Prévost. Grenadou, paysan beauceron, 1966, Seuil, collection Points, p. 203, 225 (...)
  • 52 P. Mendès France, La Dépêche d’Evreux, 23 octobre 1948. Reproduit dans Œuvres complètes, II, p. 250 (...)
  • 53 La Citroën 11 CV dite « Traction » est produite de 1934 à 1955. Elle incarne la modernité technique (...)

75Vient enfin la longue liste des produits et services occasionnels, victimes d’une mémorisation fort aléatoire tenant à leur fréquence, pluriannuelle ou unique, à leur valeur, en chiffres ronds ou avec des nombres variés, aux capacités mnémotechniques ou mnémosélectives de leur utilisateur, à la charge émotionnelle associée au souvenir lui-même. Les meubles, les vêtements de cérémonie, les produits « de luxe », les automobiles ou les machines professionnelles présentent ce cas de figure. Trois exemples à ce sujet. Philippe Lamour, secrétaire général de la CGA en 1944-1952, achète à Gannat dans l’Allier en été 1940 une paire de bœufs, « solides et paisibles » pour 15 000 F50 (il écrit en 1980). Grenadou, « paysan beauceron », a acheté en 1940 un « bidet » (= cheval) de réforme de l’armée pour 10 000 F, une traction 11CV Citroën modèle d’occasion en 1940-1941 pour 70 000 F et un tracteur allemand Lanz modèle 1936 pour 550 000 F au marché noir en 194651. Il est interviewé en 1966. Pendant la Reconstruction52, Mendès France, maire d’Évreux, compare le pouvoir d’achat d’une somme de 60 000 F, de 22 000 F et de 10 000 F en 1939 et en 1948 : le titulaire de 60 000 F, qui pouvait acquérir « une maison » en 1939 se contente avec la même somme « d’une pièce de vin moyen » en 1948 ; les 22 000 F de 1939 équivalent au prix d’une « Citroën », mais ceux de 1948 à celui d’une « machine à écrire » ; quant aux 10 000 F, ils régressent de la « salle à manger » au « poste de radio »... Il ne s’agit plus dans ce dernier exemple de souvenirs puisque, l’article est écrit pendant la période étudiée et par un ancien ministre de l’Économie nationale. Nous relevons cependant cette imprécision classique du langage parlé ou de proximité familière et politique, langage qui suppose des informations implicites communes, car qu’est-ce qu’une « Citroën », une « salle à manger » ou « une maison », sinon ce qu’imaginent les Français des années quarante ?53

  • 54 D. Adam, op. cit., 1958, p. 4 et 14-21.

76L’inflation crée une perturbation dans ce travail de mémorisation. En 1945-1948, lorsque l’inflation est la plus vive, les prix et tarifs usuels sont modifiés une ou deux fois par an, ce qui double ou triple la quantité d’informations à stocker et déplace l’attention vers les produits volatils au détriment des prix plus stables. Ce problème de l’inflation rejoint plus largement celui de la structure de mémorisation des prix. Rappelons que, face aux prix, les personnes interrogées se placent plutôt en position d’acheteur que de vendeur et le considèrent comme une dépense : tel prix est jugé exorbitant parce qu’il dépasse la solvabilité de son demandeur potentiel, qu’elle soit absolue (« nous ne pouvons pas acquérir tel produit à un tel prix ») ou relative (« nous pouvons acquérir ce produit mais cette dépense est injustifiée par rapport à sa valeur d’usage »). Il y a donc une grille intériorisée des prix, qui sert de référence implicite au sujet économique. En constatant que tel produit vaut tel prix, l’observateur le compare à sa valeur d’usage, à sa valeur d’image, à son coût supposé, au prix des autres produits, à ses disponibilités financières, à sa « mémoire des prix ». Une « étiquette invisible » est mentalement associée à l’étiquette affichée, même si « ce n’est pas le prix passé qui compte, mais la projection sur le présent de ce prix passé54 ».

  • 55 L’effet de « prix ronds » joue aussi du côté de l’offre auprès des professionnels ou des ordonnateu (...)
  • 56 Cf. D. Adam, op. cit., passim, 1958.

77Cette grille semble se composer d’une échelle double, à la fois nominale ou quantitative pour les coûts (« tel produit coûte tel prix ») et qualitative ou morale pour les valeurs (« ce produit est trop cher »). Les deux aspects de la grille apparaissent liés et indissociables dans les faits. Le prix observé fait ainsi l’objet d’une estimation et d’un jugement, qui le classent dans une hiérarchie intérieure ; celle-ci prépare le terrain à une éventuelle dépense. La hiérarchie intègre des critères nombreux et complexes, qui dépassent le cadre de notre travail : perception du marché par le sujet économique, niveau de revenu global et stratégie budgétaire, catégorie socioprofessionnelle et socio-culturelle, etc. En revanche, elle se plie à deux règles simples ; l’une peut être qualifiée de règle de polarité : les sujets économiques regroupent leurs connaissances et leurs jugements autour des prix ronds55 (500 F, 1 000 F, 2 000 F) plus faciles à mémoriser et en correspondance directe avec des moyens de paiement (billets de 100, 500 ou 1 000 F) ou des prix majeurs (pain, vêtement, automobile) ; l’autre règle pourrait recevoir le nom d’effet de seuil, car les personnes interrogées se fixent systématiquement à elles-mêmes un niveau maximum et un niveau minimum56de prix. Le seuil maximum est la limite financière et morale entre le prix « raisonnable » et le prix « excessif » ; les enquêtes effectuées par D. Adam montrent bien que ce seuil apparaît avec tous les produits. Le seuil minimum est une frontière qualitative, en deçà de laquelle le produit à trop bas prix entre dans une zone de suspicion. Vers le haut, le produit est « trop cher », vers le bas il est « de mauvaise qualité ». Le prix d’un produit est donc conçu comme un intervalle échelonné entre deux valeurs extrêmes. L’ensemble des produits forme donc un ensemble d’intervalles. La grille psychologique des prix est donc un système empirique, hiérarchisé et polarisé d’intervalles de prix, nuancé par agents et groupes d’agents économiques.

78Comment passer maintenant d’un ensemble implicite de prix au « niveau général des prix », dont l’indice des prix constitue une mesure approchée ? Ces nuances entre agents économiques sont-elles mesurables ? L’indice des prix jusqu’en 1949, qui ne comporte que 34 articles, puis 213 jusqu’en 1956, reste quasiment inconnu de l’opinion et la pondération de l’indice ne coïncide pas nécessairement avec la grille psychologique explicite des agents. La transition entre la grille subjective de chaque agent et un « indice psychologique des prix » objectivé est donc délicate. Voyons comment l’IFOP a cherché une liaison entre les deux.

2. L’indice psychologique du coût de la vie.

79Dès le printemps 1945, l’IFOP engage une enquête sur la manière dont l’opinion perçoit l’évolution relative des prix et des revenus. La question posée jusqu’aux années 1960 est formulée de manière mi-personnelle mi-collective : « Quelle somme faut-il par mois, à votre avis, pour faire vivre une famille de quatre personnes dans votre localité ? ». La personne interrogée doit se placer du point de vue d’un ménage de deux parents et deux enfants en confrontant les revenus et les dépenses de celui-ci. La question ne porte pas directement sur l’indice des prix, car l’Institut de sondages ne demande pas à quel niveau se trouve l’indice officiel des prix sur base 100 en année N, ni de combien il a augmenté depuis le dernier sondage. Cela aurait été doublement impossible à la fois par le caractère effectivement confidentiel de la diffusion de l’indice et par la complexité, voire la faible utilité d’une telle mémorisation. Moins qu’une estimation du niveau général des prix, l’indice construit par l’IFOP à partir des sondages constitue une appréciation des dépenses des ménages. Celle-ci intègre le niveau des prix, même s’il est confondu avec les quantités acquises et les divers niveaux de revenu, puisque la pondération de l’indice officiel des prix est assise sur la pondération des consommations, elle-même résultante des revenus des ménages. Par prudence méthodologique, l’IFOP l’a cependant qualifié « d’indice psychologique du coût de la vie ».

  • 57 Synthèse des analyses par Claude Goguel, « l’indice psychologique du coût de la vie », IFOP, Sondag (...)

80La question est posée 45 fois de 1945 à 1963, soit deux à trois fois par an, ce qui permet une bonne vue d’ensemble57. Si nous considérons seulement notre période, la première impression est celle d’une progression moins rapide de l’indice perçu par rapport à l’indice officiel.

Évolution des indices du coût de la vie de 1945 à 1954
(Indice des prix INSEE et indice psychologique IFOP)

Évolution des indices du coût de la vie de 1945 à 1954(Indice des prix INSEE et indice psychologique IFOP)

Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.

Tableau 59
Confrontation de l’indice des prix INSEE
et de l’indice psychologique du coût de la vie, IFOP (1945-1954)

Tableau 59Confrontation de l’indice des prix INSEEet de l’indice psychologique du coût de la vie, IFOP (1945-1954)

Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.

81La confrontation entre les deux indices est rendue malaisée par le décalage dans le temps. Les sondages sont effectués à dates irrégulières dans l’année, ce qui ne permet pas la construction d’un indice comparable à celui de la SGF-INSEE, donné ici en moyenne annuelle. En 1945, la base 100 de l’indice IFOP ne repose que sur un seul mois, ce qui peut fausser toute la série ; en 1946, le sondage intervient en janvier, juillet et novembre, la répartition des mois est comparable en 1947, 1948, 1950 et 1953 ; mais en 1949, aucune enquête n’a lieu après juillet, en 1951 et 1954, elle se limite au mois de septembre et en 1952, il n’y en a pas du tout. Nous constatons cependant un mouvement en deux temps : de juin 1945 à juillet 1948, l’indice IFOP, comparé au milieu des années considérées avec la moyenne de l’indice des prix, marque un retard croissant sur l’indice INSEE (de 27 % en juillet 1948), tandis que de septembre 1948 à septembre 1954, l’intervalle entre les deux se réduit (3 % en septembre 1954). Cela signifie en fait, en prenant pour chaque année comme base 100 l’année précédente, que l’indice INSEE progresse plus vite entre 1945 et 1948 et que l’indice IFOP rattrape son retard en 1949-1954. Cette périodisation correspond exactement à la phase d’inflation intense (1945-1948) et à celle de détente des prix (1949-1956).

82Ces observations donnent à penser que l’opinion tend à sous-estimer le rythme inflationniste en phase rapide et à le surestimer en phase ralentie. Ce phénomène est confirmé au début des années 1960, où l’indice IFOP dépasse continûment l’indice INSEE de 1955 à 1963. L’année de référence prise n’est pas sans incidence, avec une base 100 en mars 1957, où les deux indices suivent une évolution entremêlée.

  • 58 Voir par exemple : IFOP, Sondages, 1952, n° 1.
  • 59 1947 : 2 400 milliards de F (15 400 F par mois) sur 4 370 milliards de F de PIB, 1950 : 4 914 milli (...)
  • 60 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356.

83En valeur absolue, les chiffres cités par les personnes interrogées ne manquent pas d’intérêt. En juin 1945, la moyenne représente 7 000 F par ménage et par mois, soit environ 1 100 milliards de F pour l’ensemble des 13 millions de ménages et pour l’année58. Le PIB pour l’année 1945 est estimé à 1 000 milliards de F et le chiffre ainsi estimé des dépenses nécessaires représente 110 % du PIB. En 1947, la reprise du PIB réduit ce rapport à 55 %, puis 50 % en 1950 et 46,5 % en 195459. La comparaison avec les statistiques de la comptabilité nationale est rendue délicate par la distinction entre ménages salariés et non salariés ; nous laisserons de côté la question des revenus de placement et de tranferts. En 1949, les revenus salariés seuls représentent 41,3 % du PIB, en 1952, 42,3 %60. Le total des revenus salariés et des revenus d’entreprises individuelles est de 68 % du PIB en 1949 et de 66,6 % en 1952. Est-ce à dire que l’opinion sous-estime les revenus des ménages ? En fait, il semblerait plutôt que les personnes interrogées aient exactement raisonné en se plaçant du point de vue des dépenses d’une famille de salariés avec deux enfants comme le lui demandait l’IFOP, en évacuant implicitement la question des revenus de tranfert ou d’épargne. À ce titre, l’estimation est assez correcte. Le tableau ci-dessous fournit quelques estimations en valeur absolue pour les années 1945 à 1950.

Tableau 60
Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOP
Nuances par commune de résidence et par catégorie socioprofessionnelle (1945-1950)

Tableau 60Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOPNuances par commune de résidence et par catégorie socioprofessionnelle (1945-1950)

Source : IFOP, Sondages, n° 2, 1952.

84Ce tableau nous introduit au problème des nuances dans les réponses entre catégories socioprofessionnelles, sexe et âges et lieu de résidence. L’IFOP ne relève que ces seuls écarts significatifs, les nuances politiques par exemple ne semblant pas jouer au niveau des porte-monnaie, ce qui est également intéressant. Dans les tableaux qui suivent, le lecteur pourra apprécier les intervalles entre groupes sociaux, mais l’ordre des critères est un peu surprenant. En calculant pour chaque groupe de catégorie, lieu de résidence, âge et sexe, etc., l’écart moyen entre les catégories extrêmes, par exemple entre les communes les plus peuplées et les moins peuplées, nous aboutissons au résultat suivant.

Tableau 61
Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOP.
Rapport entre les réponses extrêmes par catégorie (1945-1953)

Tableau 61Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOP.Rapport entre les réponses extrêmes par catégorie (1945-1953)

Source : IFOP, Sondages, passim et supra, 1945-1954.

85Cette décomposition montre à l’évidence que les différences perçues de coût de la vie tiennent d’abord au lieu de résidence, ensuite à la catégorie socioprofessionnelle, enfin à l’âge, tandis que nous avons négligé comme l’IFOP les nuances entre réponses masculines et féminines. L’évolution des écarts n’est pas toujours concluante, car, que signifie la réduction de celui qui sépare les plus jeunes des aînés entre 1945 (1,38) et 1947 (1,06) ? On peut tout au plus noter que le mouvement par âge se différencie des deux autres variables ; après une mise à niveau en 1947, l’intervalle s’accroît mécaniquement entre 20-29 ans et plus de 65 ans, signe d’évolution culturelle intergénérations par rapport au standard de vie. L’urbanisation des jeunes n’est pas étrangère à ce phénomène, puisque nous venons de noter l’importance des écarts par commune d’habitation. Les écarts résidentiels et socioprofessionnels semblent en phase, d’abord sous forme de baisse régulière en 1945-1951 pendant la Reconstruction, puis de reprise en 1952-1953 avec la croissance ; les chiffres de juin 1963 sont quasi identiques : 1,88 pour les communes de résidence et 1,58 pour les catégories socioprofessionnelles.

86Les écarts par catégorie de commune de résidence sont les plus remarquables. Les sommes estimées nécessaires à la vie quotidienne d’un ménage moyen varient du simple au double entre les communes rurales et celles qui dépassent 100 000 habitants où les frais de service, transport ou logement semblent nettement majorés. Globalement et sauf exceptions pour la période étudiée, l’intervalle décroît quand la taille de la commune s’accroît ; en d’autres termes, l’écart entre les communes de moins de 2 000 habitants et celles de 2 001 à 20 000 habitants est plus élevé que celui qui sépare les 20 001 - 100 000 habitants et les plus de 100 001 habitants.

87Les nuances par catégorie socioprofessionnelle apparaissent moins tranchées. Les agriculteurs, qui composent la majorité des communes rurales se regroupent dans la catégorie socioprofessionnelle aux estimations les plus basses, reflet de revenus moins monétarisés et d’habitudes sobres dans les dépenses domestiques. Les ouvriers constituent le second groupe, très voisin de celui des non-actifs. En moyenne, leurs estimations sont supérieures de 35 % à celles des agriculteurs. Ils forment les catégories urbaines les plus modestes, tandis que les non-actifs forment un ensemble hétérogène de jeunes, de femmes, de retraités, de rentiers dont les réponses s’équilibrent autour d’une moyenne basse. La surprise vient du coude à coude entre les cadres/professions indépendantes et les employés qui fournissent à peu de choses près, la même estimation ! Leurs réponses distancent de 10 à 20 % celles des ouvriers. Cette communauté de réponse provient peut-être d’une communauté de statut ou de culture urbaine, tertiaire et écrite par exemple, ou encore du compromis entre l’ambition des uns qui les porte à aligner leurs besoins sur ceux qu’ils prêtent à leurs supérieurs hiérarchiques et la prudence des autres qui les incite à répondre effectivement à une question objective sur la famille moyenne.

88Alors que les différences entre hommes et femmes sont minimes, même si les activités d’achat sont essentiellement féminines, les écarts entre classes d’âges ne peuvent être négligés. Les jeunes (20-29 ans) donnent des estimations pour les dépenses nécessaires à un ménage, supérieures de 5 à 15 % à celles des personnes aînées (> 65 ans), si l’on excepte le chiffre étonnant de 1945. Les réponses de chaque classe sont évidemment déformées par la propre situation des individus même si le lieu de résidence ou l’appartenance socioprofessionnelle compriment ces déformations. La part des investissements privés liés à l’installation d’un jeune ménage diminue avec l’âge. Nous notons avec intérêt l’absence d’effet « société de consommation » auquel les jeunes seraient plus sensibles, dans les réponses, puisque les intervalles extrêmes entre classes d’âges restent stables entre 1951 (1,13) et 1963 (1,12). Entre chaque catégorie prise isolément et malgré quelques variations, l’écart est faible entre les 20-29 ans et les 30-44 ans, soit toutes les personnes nées après 1900 ; l’intervalle reste sensible entre les autres classes d’âges, s’accroissant entre les 30-44 ans et les 45-65 ans, diminuant entre les 45-64 ans et les plus de 65 ans.

89En résumé, la connaissance des prix se déploie selon deux grilles, celle des prix singuliers et celle des dépenses ménagères. D’un côté, les individus connaissent assez bien les prix courants, le degré de précision augmentant avec celui de leur familiarité, à l’exception des prix rares et élevés qui peuvent frapper les imaginations. La précision des connaissances en matière de prix augmente avec le caractère usuel de ces prix, mais devient plus aléatoire en cas de globalisation ou d’abstraction. La mémorisation semble inséparable d’une double estimation à la fois par hiérarchisation quantitative des prix nominaux et par qualification morale de leur légitimité de dépense. De l’autre, l’appréciation du niveau général des prix passe par celui du budget d’un ménage considéré comme moyen, avec des différences d’estimations entre les sous-catégories d’opinion inférieures à 2,0, ce qui est loin des écarts entre revenus réels. Enfin, la hausse des prix est sous-évaluée en cas d’accélération et surévaluée en phase de ralentissement.

C. UN PROBLÈME SPÉCIFIQUE : LES ENTREPRISES ET LES PRIX

90Parmi les intervenants en matière de prix, nous comptons les ménages qui viennent d’être étudiés, l’Administration que nous examinerons dans le chapitre suivant, les non-résidents évoqués avec le commerce extérieur et les entreprises. Il s’agit ici de préciser les éléments d’attitude des entreprises par rapport aux prix, éléments qui peuvent exercer des pressions inflationnistes ou anti-inflationnistes.

  • 61 J. Meynaud, Les groupes de pression en France, 1958.
  • 62 Voir notamment : H.-W. Ehrmann, La politique du patronat français, 1936-1955, Colin, 416 p., 1959. (...)
  • 63 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984.
  • 64 Par exemple : J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix (1935-1949), Thèse de droit, Paris, (...)

91Les sources sur le sujet sont peu rassemblées. L’ouvrage de J. Meynaud61donne surtout des indications tenant à l’organisation des groupes de pression, moins sur le fonctionnement propre du lobbying. Pour le patronat de l’industrie et des services, les études commencent à faire nombre62 mais ne s’intéressent à la question des prix que de manière marginale. L’ouvrage de H. W. Ehrmann lui consacre quelques pages (p. 252 et suivantes). Presque logiquement, c’est un livre de J. Fourastié sur les prix63, bref résumé d’une longue expérience, qui présente les développements les plus précis. Il faut ajouter la revue du patronat, Le Bulletin du CNPF, mensuel qui reparaît à partir de décembre 1946, et quelques apports supplémentaires64 venus de l’analyse de la politique des prix que nous détaillerons dans le livre II.

  • 65 Ainsi, (Dir.) G. Duby et H. Wallon, Histoire de la France rurale, tome IV, Seuil, 1976.

92Le monde agricole constitue une entité séparée et importante dans la période ; nous consacrerons des développements détaillés au problème singulier de ses prix. Les ouvrages généraux65 s’attachent peu à cette question. L’organe de presse de la Confédération générale de l’agriculture, Libération paysanne, paru de 1944 à 1952, fournit ici une bonne matière documentaire, sans compter les indications issues des analyses propres à la politique générale des prix.

93La stratégie de prix des entreprises varie d’abord avec les types d’entreprises. Celles-ci se distinguent par leur taille, leur marché et leur productivité. Les entreprises françaises de l’après-guerre forment un ensemble hétéroclite qui dépasse les quatre millions d’unités (vraisemblablement 4,5 millions). Le secteur le plus fourni est l’agriculture, qui recense environ 2,3 millions d’exploitations, soit une entreprise sur deux ; il est suivi par le commerce et son million d’établissements, l’artisanat qui regroupe 700 000 à 800 000 indépendants, l’industrie dont les effectifs avoisinent 300 000 à 400 000 sociétés et les professions libérales qui dépassent 100 000 unités. L’ensemble donne une productivité modeste, de l’ordre de 45 à 50 % de la productivité américaine : en stricte moyenne, chaque entreprise emploie 4,5 actifs et dégage par exemple en 1952, 2,9 millions de F courants de valeur ajoutée, ou 660 000 F par actif.

94La diversité est la règle. L’entreprise agricole moyenne occupe deux actifs et dégage une valeur ajoutée apparente d’un million de F par an. L’entreprise industrielle ou artisanale emploie 6 actifs et apporte 5,2 milliards de F de valeur ajoutée et la société de services à peu près 8 actifs pour 4,3 milliards de valeur ajoutée annuelle. Ce décompte grossier masque des différences internes considérables, puisque l’établissement industriel moyen ne recense pas 6 actifs mais bien 50 à 100 personnes, la moyenne du secteur secondaire étant tirée vers le bas par les entreprises artisanales. La question des prix qui nous occupe ne se pose pas en termes identiques selon l’échelle de l’établissement.

95Un second élément de diversité provient du type d’activité et de marché. Les filières sont différentes, depuis l’exploitation en polyculture, l’atelier artisanal ou l’épicerie de village, qui fournissent un nombre limité de produits pour un nombre limité de clients jusqu’aux grandes sociétés modernes de l’électricité, de la chimie ou de l’aéronautique, dont les produits sont plus nombreux ou plus différenciés et la clientèle plus large et plus solvable. Le rôle de la demande et de la concurrence varie du tout au tout entre un cycle de production court (cultures dérobées des exploitations agricoles) et long (ouvrages d’art des travaux publics), entre une clientèle de ménages, ruraux ou urbains, une clientèle d’entreprises, celle de l’État (matériel militaire) ou de l’étranger (exportation) et, surtout, entre des marchés protégés (agriculture, petit commerce, artisanat local, Union française) voire bilatéraux (commandes publiques) et ceux qui ne le sont pas (exportation dans la zone dollar). En cas de tension sur les prix, un cadre général protectionniste est plus favorable à la propagation inflationniste que l’existence d’un semis de petites et moyennes entreprises ; l’effet de taille joue certainement moins que l’effet de marché.

  • 66 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? p. 204.

96Un dernier facteur doit être signalé : la logique d’une entreprise est d’abord une logique financière. « Le véritable indicateur de bonne santé d’une affaire, ... n’est pas le rapport prix de vente-prix de revient de chaque produit, c’est le bilan général de l’entreprise et plus particulièrement le compte pertes et profits66. » On peut considérer que l’objectif prioritaire de chaque entreprise est d’éviter le déficit comptable et de dégager des marges ; celui-ci est plus ou moins clair pour l’ensemble des 4,5 millions d’entreprises, notamment aux yeux de ces centaines de milliers d’établissements familiaux à faible niveau de commercialisation dont la fonction de cellule sociale l’emporte encore sur la fonction de création économique. Les objectifs seconds ou plus lointains des responsables d’entreprise ne sont pas nécessairement financiers et se situent souvent en rapport avec un statut social, pour sa conservation ou son amélioration. La taille est ici moins importante que la productivité ou la structure des coûts ; telle petite entreprise de radio-électricité peut dégager par rapport à son chiffre d’affaires, des bénéfices supérieurs à ceux de telle grande entreprise sidérurgique.

97Taille, marché et productivité différentes n’en supposent pas moins des éléments commun dans la stratégie de prix. Nous examinerons celle-ci d’abord au niveau des prix de revient, ensuite à celui des prix de vente, enfin par rapport à la conjoncture particulière de la période 1944-1952.

98Les éléments du prix de revient des produits de chaque entreprise considérée isolement peuvent se réduire à trois ensembles dont nous exclurons momentanément les marges bénéficiaires. Les coûts moyens de l’industrie dans les années 1940-1950 se ventilent entre 50 % de frais salariaux, 32 % de frais matières et 18 % de frais financiers comme les impôts, les amortissements ou les brevets (Bulletin du CNPF, passim 1947) ; nous sommes en revanche moins informés des grandeurs équivalentes dans les services et l’agriculture. Même dans l’industrie, on peut enregister de fortes variations, par exemple entre l’extraction charbonnière où les coûts de main-d’œuvre représentent 65 % des dépenses et l’industrie chimique où ils en forment le tiers. Cette structure des coûts explique la forte sensibilité des entrepreneurs aux questions salariales, dans lesquelles ils comptent les charges sociales, et aux augmentations de matières premières. Les demandes de hausse formulées par les salariés et leurs syndicats ne sont pas calées sur le chiffre d’affaires de l’entreprise ou de la branche, mais sur la hausse générale des prix. Face à une offre de main-d’œuvre à la fois inélastique et insuffisamment qualifiée, les entrepreneurs perçoivent l’exiguïté de leur marge de manœuvre sur ce front. Il en va de même pour la question des cotisations sociales dont le principe est voté par les parlementaires et le volume croissant reste invisible aux yeux des salariés qui ne prennent en considération que le revenu direct.

99Le prix des matières premières n’est pas très favorable à un espace d’initiative. Le charbon, essentiel de l’énergie consommée, est coûteux soit parce qu’il est extrait en France (pour les 2/3) avec une productivité insuffisante, soit parce qu’il est importé (pour 1/3) et acquitté en devises alors rares. 50 à 70 % des matières premières sont d’ailleurs importées, et plutôt de la zone dollar ou livre sterling que de l’Union française, et leur coût subit la succession des dévaluations, le franc perdant huit fois sa valeur sur le marché des changes entre 1940 et 1952.

100Il reste donc les frais financiers, soit un sixième du total. Les impôts directs sur les bénéfices connaissent leur popularité habituelle, mais la période étudiée se distingue par le souci régulier de réforme fiscale opéré à partir de 1947-1948 où le poids montant des prélèvements respecte un équilibre acceptable entre les diverses catégories de contribuables. Si le patronat des grandes entreprises maugrée contre les impôts, cela semble tenir à l’addition des charges fiscales et des charges sociales. Les petits entrepreneurs voient traditionnellement dans le fisc et ses agents un adversaire des producteurs indépendants, tandis que les cultivateurs d’après-guerre découvrent qu’ils doivent tenir une comptabilité assujettie aux impôts sur les bénéfices. Les autres frais financiers posent moins de problèmes psychologiques : brevets ou recherche ne sont le fait que d’entreprises déjà avancées dans la sphère technique ; l’appel au crédit reste encore minoritaire avant 1950-1952, puisque pour le seul secteur industriel 80 % des investissements proviennent de l’autofinancement.

  • 67 In F. Fourquet, Les comptes de la puissance, Encres, 1980, p. 246-247, intervention d’Henri Aujac, (...)
  • 68 Si le cas peut s’entendre des Peugeot ou des Michelin, nous avons plutôt à l’esprit la majorité des (...)
  • 69 Rappelons qu’il y a en 1944-1952 à peu près 4,5 millions d’entreprises et 13 à 13,5 millions de mén (...)

101Ce panorama des coûts est décisif pour saisir les motivations des entreprises d’après-guerre en matière de prix. L’horizon de l’entrepreneur n’est pas d’abord politique, diplomatique ou intellectuel, il est comptable. « Il est beaucoup plus facile pour un haut fonctionnaire de penser le long terme... C’est plus difficile pour un chef d’entreprise... L’un va raisonner en termes très généraux, politiques, quantitatifs ; l’autre va mettre partout un coût et un prix. »67. Comme nous l’avons vu précédemment, ne négligeons pas les motivations « sociales », dans le cas de patrons animés d’intentions humanistes, mais surtout dans les entreprises « de famille » au double sens de patrimoine à gérer et de cellule sociale élémentaire68. Cela pose à notre sujet le défi redoutable de l’écrasante majorité des entreprises qui se confondent avec des ménages69, vraisemblablement 4 millions, ce qui représente tout de même 30 % des ménages ! Ce phénomène complique toutes les analyses puisqu’il signifie que 9 entreprises sur 10 distinguent difficilement leurs intérêts professionnels et leurs intérêts familiaux et un ménage sur trois raisonne aussi comme une entreprise... Pour ne prendre que le seul cas des exploitants agricoles en 1940-1948, le jeu de l’autoconsommation comme ménage, choix qui raréfie les quantités commercialisées et qui incite à la hausse des prix de vente, exerce une double série de pressions inflationnistes sur le niveau général des prix. Ce type de conjonction favorable où l’on tire avantage des deux statuts diminue en intensité auprès des autres catégories socioprofessionnelles ; si on le rencontre aussi avec les commerçants, notamment les épiciers, voire les marchands textiles, il suppose un type d’activité en rapport avec les besoins pressants du moment, alimentation ou vêtement, ou en situation avantageuse sur les circuits de commercialisation, ou encore à fort bénéfice. Il est plus difficile dans la petite mécanique par exemple. Il explique la floraison de petits commerces entre 1946, date de libéralisation des patentes, et 1948, fin de l’inflation aiguë, trois années au cours desquelles l’effectif des établissements bondit de 800 000 à 1 000 000, soit une augmentation de 25 %. Jusqu’en 1948 donc, une majorité de ces 4 millions d’entreprises-ménages se prémunit contre les malheurs du temps et la crise générale des revenus en fonctionnant plus comme entreprise que comme ménage, les avantages professionnels bonifiant le quotidien familial. Ce comportement est plutôt inflationniste puisqu’il tire avantage de la hausse des prix.

102Après 1948, le ralentissement de la hausse et la fin des pénuries ne permettent plus des chiffres d’affaires ascensionnels et les règles de la productivité, un temps omises dans un marché de vendeurs où tous les produits trouvent acquéreur, reprennent leurs droits. Dans le cas d’une petite unité de production à faible productivité sur un marché qui s’élargit et se libéralise, les charges l’emportent assez rapidement sur les bénéfices et vient le temps où il est plus avantageux d’être ménage, surtout ménage salarié, qu’entreprise indépendante.

  • 70 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984, notamment p. 120-123, 152-156 et 203-205

103Nous avons énuméré les éléments du prix de revient, comment les entreprises fixent-elles leurs prix de vente ? Jean Fourastié, qui travaillait sur les prix depuis 1946-1948 notamment au Conservatoire national des arts et métiers, où ses propres recherches et celles de ses étudiants et collaborateurs ont abouti à établir l’histoire et la structure de 3 000 prix différents, a publié en 1984 un petit ouvrage, cité plus haut70, dans lequel il esquisse une typologie des prix de vente dans la France des années 1930-1980, mêlant observation et réflexion. Ses analyses portant surtout sur l’industrie et les services, il faudra les nuancer pour l’agriculture. Trois catégories de prix de vente apparaissent : le prix comptable, le prix-stratégie, le prix empirique.

  1. Dans la majorité des cas, l’entreprise applique l’équation simple :

104Prix de Vente = Prix de Revient + Bénéfice.

105C’est le prix comptable. Il correspond d’ailleurs à la manière dont l’opinion courante, confortée dans ce sens par les exercices arithmétiques de l’école élémentaire, estime que les prix de vente sont calculés. Évoquant les années 1930-1950, Fourastié ajoute : « Lorsque tout était centré sur la production et que celle-ci était quasiment pré-vendue, il était logique que le producteur parte de son prix de revient pour déterminer son prix de vente, en appliquant au premier le coefficient de marge bénéficiaire qu’il jugeait souhaitable, dans les limites toutefois compatibles avec le pouvoir d’achat des demandeurs les plus aisés. » L’interview systématique de milliers de chef d’entreprises sur un tiers de siècle confirme le caractère majoritaire de cette pratique. « Dans beaucoup de petites entreprises, les prix de revient sont encore calculés approximativement de manière artisanale, grâce à une série d’additions et de divisions relativement simples ; les prix de vente sont fixés de façon intuitive, à la lumière des expériences passées et la connaissance que le chef d’entreprise possède de son marché. »

  • 71 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix (1935-1949), Paris, 1950, p. 55-59.
  • 72 AEF. B 18 675. Questions économiques. Problèmes monétaires, n° 10, octobre 1952, p. 3.

106Jacques Dez, fonctionnaire du Contrôle économique dans les années quarante, confirme dans sa thèse de droit71que souvent le prix de revient équivaut au prix de fabrication majoré du bénéfice, avec une certaine diversité dans l’intitulé des postes. Une note du Trésor sur la politique du crédit72en automne 1952 va dans le même sens : « Dans de nombreux cas, et notamment pour la plupart des entreprises commerciales, les prix de vente sont déterminés par l’application d’un pourcentage fixe à certains éléments du coût de revient (matières premières, salaires). La marge bénéficiaire brute qui en résulte est supposée couvrir les charges d’exploitation et dégager un bénéfice net. » Tacitement, les problèmes de prix sont résolus par analogie. L’entreprise compare ses prix avec ceux qu’elle pratiquait avant ou avec ceux de ses concurrents.

  1. Un nombre réduit d’entreprises utilise le prix de stratégie, principalement dans les grandes unités de production. Dans les grandes entreprises publiques, l’Administration fixe les tarifs en relation avec la politique des prix. Pour l’entreprise privée qui travaille à long terme, le prix est un choix, voire « une succession de choix », dit Fourastié. Ainsi « chaque prix est une décision de gestion », dont les combinaisons déterminent « plusieurs politiques de prix dont le chef d’entreprise peut jouer successivement dans le temps pour un même produit, ou simultanément pour plusieurs. » De ce fait, « le prix de vente est un instrument de politique qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale ».

107Dans ces conditions, le prix de vente tend à se dissocier du prix de revient au sens où ne correspond à chaque produit ou élément de produit un coût spécifique. Avec la diversification des gammes et la progression des volumes, l’entreprise peut maintenir un équilibre comptable global ou par unités de fabrication, voire par gamme de produits, mais plus difficilement par produit ; les pertes d’une série peuvent être compensées par les profits réalisés sur une autre. Prix de vente et prix de revient « n’appartiennent pas au même système logique. Le prix de vente est un instrument de politique... le prix de revient un indicateur de gestion. » Ce dernier permet de vérifier ex post le bien-fondé de l’action engagée à partir de critères comptables et de savoir si l’opération est ou non avantageuse pour la firme. À long terme le prix de revient guide néanmoins le prix de vente puisqu’il témoigne de la productivité. La stratégie des prix de grand envergure sur des productions qui nécessitent cinq ou dix ans de cycle (centrales électriques, appareil aéronautique, construction automobile) est une véritable opération politique qui nécessite la discrétion et embarrasse considérablement ce type de firme en cas de contrôle des prix qui les contraint à des confidences. « La politique des prix d’une entreprise constitue traditionnellement l’un des domaines les plus secrets du monde des affaires. Non sans raison, car la connaissance des quelques principes présidant à la formation des prix donne effectivement la clé de bien des grands chapitres de la vie des entreprises : on peut aisément en déduire la politique commerciale, la politique à l’égard de la concurrence, la politique d’investissement... », ajoute J. Fourastié qui nous livre l’exemple suivant, datant du début des années cinquante.

108« Dans le milieu des industriels français de l’automobile, on raconte que chacun des trois grands constructeurs privés a eu pendant longtemps sa propre façon de fixer le prix de ses véhicules. » L’auteur ne nomme pas Peugeot, Simca ou Citroën mais chacune est identifiable, la première à ses objectifs bénéficiaires, la seconde à son action commerciale, et la troisième à ses prouesses techniques. Chez Peugeot, la direction cultive une maîtrise prudente des prix de revient ; le service des prix calcule le coût du modèle et lui ajoute frais généraux et marge bénéficiaire. Il s’assure ensuite, et alors seulement si le prix n’est pas « ridicule par rapport au prix du marché ». Ce fabricant a ainsi été conduit à « pratiquer des prix élevés » car « l’idée de base restait de réaliser un objectif déterminé de marge bénéficiaire » (J. Fourastié, op. cit.). Chez Simca, « dont l’image de marque n’était pas aussi assurée que celle du premier, la priorité absolue était la compétitivité sur les marchés ». Les services financiers établissent la grille des prix des modèles concurrents, fixent en baisse le tarif de vente du nouveau modèle à lancer et calculent alors le prix de revient pour vérifier qu’il reste « bien une marge bénéficiaire ». En cas de calcul négatif, ils acceptent de considérer le seul prix de revient marginal additionné d’un bénéfice, puis comblent « cette insuffisance de couverture » par « un réajustement des prix de vente »... « Doté d’une brillante équipe d’ingénieurs (le troisième constructeur) mettait au point toutes sortes d’innovations techniques... sous forme d’options » qui, faute de calcul satisfaisant des charges « rapportaient moins qu’elles n’avaient coûté ». L’auteur ajoute à ce bref récit qu’après la fusion des trois constructeurs dans les années 1970, la société anonyme qui les a intégrées a repris la première et la seconde méthode, mais pas la troisième...

    • 73 J. Dez, op. cit., p. 57-59.
    • 74 À l’occasion d’une interview en juin 1989 à Paris, H. Mennesson, un des principaux dirigeants de l’ (...)
    • 75 J. Dez, op. cit., p. 57-59.

    Le prix empirique, troisième catégorie de prix de vente, n’est pas rare non plus. « Certaines branches de la production... ignorent complètement le prix de revient de leur fabrication73. » Céramique, porcelaine et poterie en sont un bon exemple industriel, mais combien d’exploitations agricoles74et de petits commerces se trouvent dans le même cas ? Le responsable de l’entreprise se fie alors à sa trésorerie, ou au bénéfice immédiat sur telle opération. « Ce qui intéresse le producteur, c’est de céder son produit au prix le plus avantageux possible, compte tenu de ce qu’il lui semble avoir coûté. S’il a l’impression qu’il ne pouvait pas le vendre plus cher, il sera content, dans le cas contraire, il affirmera... qu’il ne peut pas couvrir ses frais... L’essentiel est ce qui reste à la fin de l’année, tout ayant été soldé... Le cultivateur est plus impressionné de voir son prix de vente baisser dans une année de bonne récolte que de le voir monter en période de pénurie, bien que son prix de revient augmente également75. »

  • 76 Centre d’études des revenus et des coûts, op. cit., Connaissances et opinions des Français sur les (...)

109À ce tableau d’ensemble de la stratégie de prix, il faut ajouter trois variables supplémentaires pour la période 1939-1948 : l’existence de l’inflation qui déforme tous les calculs à la hausse, celle d’une politique publique des prix qui tend au blocage et la présence du marché noir. Ce triple phénomène stimule l’effet d’anticipations et encourage la fuite en avant, elle-même inflationniste. Ces phénomènes circonscrivent assez fortement la marge de manœuvre des entrepreneurs dans la fixation de leurs prix. Constatons que cette impression de contrainte externe forte n’est pas propre aux années quarante. Dans les années soixante-dix, trois entrepreneurs sur quatre76 estiment que la fixation de leurs prix dépend plus, de l’extérieur que de leur propre choix. Les agents exogènes sont par ordre l’État, les syndicats professionnels et les circuits de distribution. Du plus dépendant (80 % des réponses) au plus indépendant (50 % des réponses), nous comptons les agriculteurs, qui considèrent que leurs prix sont fixés par l’État, les professions libérales, petits commerçants et artisans soumis à leur organisation professionnelle et les industriels et gros commerçants liés à un fournisseur ou un client jugé plus puissant.

  • 77 Cf. Bulletin du CNPF, passim, 1946-1952.
  • 78 Cf. Libération paysanne, passim, 1944-1952.

110Après guerre, le CNPF considère d’abord77que les entreprises n’ont pas de responsabilité dans la crise des prix, imputable à la guerre, à la pénurie et aux facteurs politiques, l’instabilité ministérielle et les frais d’entretien de l’Administration et du secteur public. Il demande instamment la suppression des contrôles. Après 1949, le régime des prix devenant plus libéral, le ton change et la Confédération martèle le thème de la productivité et de prix français trop élevés sur les marchés internationaux, manière implicite de reconnaître a posteriori les facteurs inflationnistes d’une offre aux coûts excessifs. De leur côté, les producteurs agricoles demandent78d’abord la hausse de leurs prix à équivalence de leurs coûts et à parité des prix industriels, pour la période 1944-1948. Après la fin des pénuries, la stagnation ou le fléchissement des cours dans les années cinquante déplacent les revendications vers le soutien public des cours, sous la forme d’une garantie de prix, d’une aide à l’équipement, d’une organisation professionnelle des marchés et d’une aide à l’exportation.

111Ainsi, dans les années 1940-1950, le rapport des entreprises avec les prix est particulièrement contrasté. Tout d’abord, les différences de taille, de marché et de productivité permettent d’opposer une majorité d’entreprises faiblement différenciées, peu productives et encore mal dégagées de la structure socio-économique d’une entreprise-ménage, et une minorité de firmes prêtes à répondre aux défis de la demande en termes de quantités et de prix. La firme française moyenne a besoin d’un certain délai d’adaptation pour satisfaire une demande croissante, diversifiée et en voie d’internationalisation. En second lieu, cette inadéquation de productivité aux exigences d’un marché dont les protections vont fléchir se traduit par une médiocre stabilisation des rapports entre prix-coûts (prix de revient) et prix-revenu (prix de vente). La plupart des entreprises ne disposent pas, même à titre rudimentaire d’une stratégie de prix, se contentent d’ajouter une marge bénéficiaire standard à leur prix de revient, renonçant à comprimer progressivement le second au profit de la première et répercutant mécaniquement hausses de salaires ou de matières. En cas de tensions sur le niveau général des prix, elles ne jouent donc pas le rôle d’amortisseur, contribuant plutôt à la propagation des turbulences. Enfin, la crise inflationniste des années 1940-1948, liée à une politique officielle des prix non exempte d’inerties et de maladresses qui la rendent parfois contradictoire et vexatoire pour les entreprises, encourage la formation de lobbies professionnels dont l’action de plus en plus concertée contribue aux rigidités du système, par exemple avec l’augmentation uniforme des prix pour toutes les entreprises, quelle que soit leur productivité. Ainsi par la faible élasticité de leur productivité, de leur stratégie de prix et de leur organisation professionnelle, on peut dire que la majorité des entreprises françaises de la période a moins contribué à la stabilité des prix qu’à leur volatilité.

III. L’ATTITUDE FACE À L’INFLATION : UNE IDENTIFICATION LABORIEUSE

112Nous avons jusqu’à présent considéré comment l’opinion s’intéressait aux questions de prix, leur accordait une réelle importance en liaison avec son niveau de vie, les mémorisait par approximation et implicitement posait un jugement moral sur elles. Il s’agit là de la première phase de la perception que nous pourrions qualifier de « perception-constat ». Il conviendrait maintenant de s’attacher au second aspect du problème, la « perception-réaction » : comment la hausse est-elle identifiée, c’est-à-dire nommée et auto-expliquée, et comment l’opinion réagit-elle, depuis l’insatisfaction tacite et individuelle à la contestation politique organisée ?

A. LE TERME D’INFLATION EN 1944 : UN SENS D’ABORD MONÉTAIRE

113Dans les années quarante-cinquante et jusqu’aux années soixante-dix, le terme d’inflation est soit rarement utilisé par l’opinion dans le cadre familier, scolaire ou professionnel, soit employé dans le sens « d’inflation monétaire », c’est-à-dire d’augmentation jugée excessive des moyens de paiement entraînant la hausse des prix. Ce sont les milieux spécialisés dans les questions financières et économiques, cercles dirigeants ou intellectuels, qui contribueront à populariser lentement la notion. Pourquoi ?

  • 79 Dictionnaire : Trésor de la Langue française, 1983, vol. X, p. 195.
  • 80 Grand Dictionnaire Robert, édition 1985, tome V, p. 576. Citations dans Gide, Les faux-monnayeurs, (...)
  • 81 Virel, Dictionnaire de psychologie, Paris, 1977.

114À l’origine79, le sens est médical. Étymologiquement, *in-flatio (inflare : enfler) se dit d’une partie du corps déformée par insufflation (*in-flatus). La Chirurgie de l’abbé Poutrel au xiiie siècle la définit ainsi comme la « distension d’un tissu ou organe par un gaz ou un liquide ». Le terme est peu utilisé. À la Renaissance, par glissement du sens vers une acception psychologique, il est parfois question « d’inflation de science » et cette utilisation métaphorique poursuit discrètement sa carrière jusqu’au xxe siècle. L’édition 1985 du dictionnaire Robert80cite quatre exemples d’emplois du terme d’inflation par des écrivains contemporains de notre période : A. Gide refuse « l’inflation poétique » en 1925, P. Valéry dénonce « l’inflation intellectuelle » en 1936, F. Mauriac « l’inflation lyrique » en 1937 et S. de Beauvoir, après la guerre, « l’inflation verbale ». L’usage du terme est frappé d’une charge négative. Les écrivains cités appartiennent aux générations qui ont connu l’inflation des années 1914-1929 ou en ont entendu parler. La psychologie81continue d’utiliser accessoirement ce sens allégorique : « Tout accroissement de conscience porte en lui le danger d’inflation psychologique », celle-ci pouvant s’entendre comme « une extension de la personnalité qui dépasse ses limites individuelles ».

115L’apparition d’un sens économique ne date que du xxe siècle. Le dictionnaire britannique Palgrave, Dictionnary of political economy, 3 volumes, (1re édition 1894-1908) n’en donne que des exemples sans préciser la définition. En France, le xixe siècle ignore le concept. Le Dictionnaire de l’économie politique de Coquelin et Guillaumin (1853) et le Dictionnaire des finances de Léon Say (1894) ne le mentionnent pas. La grande popularité du mot inflation date bien du xxe siècle quand le phénomène devient manifeste.

  • 82 Cf. aussi le point de vue de Jean Bouvier, interviewé dans l’hebdomadaire Le Point, 9 décembre 1974 (...)

116Cela ne signifie pas que la hausse des prix n’existe pas antérieurement aux années 1900, mais que la nature, la diffusion et la conscience du phénomène appartiennent à un autre univers économique. Le quadruplement des prix espagnols au xvie siècle ou le doublement des prix français au xviiie siècle interviennent dans un système de production majoritairement agro-artisanal, un niveau d’échanges encore réduit où la circulation monétaire est faible par rapport à la production globale, et une société géographiquement rurale. À l’exception de la guerre (1792-1815 ou 1861-1865) ou du cas particulier de l’Amérique latine aux structures socio-politiques déséquilibrées, le xixe siècle ne rencontre pas de crise inflationniste pendant la première phase d’industrialisation euro-atlantique. Si bien que notre sujet ne prend pas place dans un mouvement d’inflation en soi mais dans le phénomène de crise des prix de sociétés industrielles, urbaines et tertiaires en situation de compétition interne ou externe, civile ou militaire82.

  • 83 H. Truchy, Cours d’économie politique, 1919, tome I, p. 352-353.

117En France, le terme d’inflation fait son apparition dans les ouvrages imprimés et les dictionnaires après la guerre de 1914-1918, lorsque État et société font leurs comptes. Écoutons Henry Truchy, professeur d’économie politique à la faculté de droit de Paris, dans son cours83de l’année universitaire 1918-1919 : « L’inflation est tout accroissement des moyens de paiement mis à la disposition du public, qui n’a pas été provoqué par l’accroissement des besoins du public... Il y a des inflations de monnaie métallique... des inflations de crédit... des inflations de billets à cours forcé. Celles-ci sont... généralement d’un ordre de grandeur supérieur à celui des autres espèces (et provoquent) dépréciation de l’unité monétaire », elle-même facteur de « hausse... ou d’instabilité des prix ». L’inflation des années 1914-1926 combine l’insuffisance de l’offre, une crise budgétaire et financière généralisée et les perturbations internationales. Nous constatons cependant l’immédiate popularité de l’hypothèse quantitative et politique des prix, puisque la hausse des prix est déduite de celle de la masse monétaire, elle-même fonction des dépenses « inconsidérées » de l’État.

  • 84 Cité in P. Léon, Histoire économique et sociale du monde contemporain, 1914-1947, tome V, Colin, 19 (...)
  • 85 Cité par P. Mendès France dans sa thèse de droit, in Œuvres complètes, Gallimard, I, p. 69.

118C’est ainsi que le concept fait fortune dans les années vingt sous le terme correct d’« inflation » et sous le sens restreint de « monétaire ». Elemer Hantos, économiste hongrois, écrit en 1924 dans un rapport à la Société des Nations sur la situation monétaire et financière en Europe centrale84 : « Le cours de la monnaie est en fin de compte un problème politique... Le principal moteur de l’inflation est la volonté de l’État de la provoquer... Tout comme la guerre, la paix fut « financée » au moyen de l’inflation ». Tel parlementaire développe le même thème. César Chabrun écrit en 1926 dans un ouvrage intitulé La technique financière85 : « Il y a inflation, c’est-à-dire mutiplication des signes monétaires diminuant la puissance d’achat de la monnaie, non seulement quand c’est en faveur de l’État que les billets sont frappés, mais aussi comme le prouve l’exemple de l’Allemagne, quand la multiplication des billets a pour prétexte des besoins commerciaux. » Ce second exemple nous montre une certaine diversité de la thèse quantitativiste ; si le mode de transmission inflationniste obligé semble toujours la monnaie, le facteur d’impulsion peut osciller entre l’État et les circuits économiques.

  • 86 Bainville, Histoire de France, 1924, XVI, p. 338. L’auteur est membre du directoire de l’Action fra (...)

119La vogue de la Révolution française, maintenue en phase avec la victoire récente, se conjugue bien avec la crise monétaire des années vingt pour l’identifier à celle des assignats. Bainville développe ainsi une thématique contre-révolutionnaire en établissant une certaine parenté entre inflation fiduciaire et régimes honnis : « Le moyen était trop tentant et l’Assemblée n’en avait pas d’autre pour tenir ses promesses. Dès lors, la maladie de l’inflation suivit son cours fatal : dépréciation constante, incoercible, appelant des émissions de plus en plus fortes, ce que nous avons vu de nos jours en Russie et en Allemagne86. »

  • 87 G. Bernanos, Le lendemain c’est vous, Plon, 1969, p. 26.

120Les années trente enregistrent la baisse des prix, et la reprise de la hausse passe plus inaperçue à cause de la crise diplomatique et politique qui domine après 1934. Le mot reste employé, même dans un sens littéraire, mais l’impression domine d’un phénomène extérieur à la société ou à l’économie, lié à la guerre, à la monnaie et au système politique. En 1940, G. Bernanos écrit87 ce que pense l’homme de la rue : « Une époque d’inflation ne tient pas de place dans l’Histoire, elle se dégonfle le moment venu, voilà tout. » À la Bibliothèque nationale (bâtiment Labrouste, rue de Richelieu à Paris) où est inauguré en 1936 un sous-sol pour les catalogues, le nouveau fichier des imprimés par thème classe à « Monnaie » et non à « Prix » les ouvrages traitant de « l’Inflation »...

B. LA LENTE DIFFUSION D’UN NOUVEAU CONCEPT APRÈS 1944

  • 88 R. Courtin in préface de G. Fain, La lutte contre l’inflation, 1947.

121Pourquoi la forte crise des prix de 1945-1948 et plus largement, la hausse de la période 1936-1952 ne suscitent pas l’utilisation aussi nette du terme d’inflation pour désigner la crise ? Plusieurs raisons peuvent être avancées. Le phénomène inflationniste lui-même ne présente pas la même allure, il est plus rapide. L’explication par la monnaie (fiduciaire) et par l’État (dépensier) apparaît moins convaincante avec les échanges de billets qui n’arrêtent pas la hausse des prix, la crise des prix agricoles qui a peu de rapport avec les dépenses de l’État et le marché noir qui associe directement les ménages et les entreprises à un processus de mise aux enchères d’une offre rare. En second lieu, ce terme d’inflation appartient implicitement au vocabulaire des années vingt, à l’époque où les victoires militaires se prolongeaient de victoires monétaires. Enfin, ce terme douloureux est également un terme compliqué à comprendre. Encore simple en 1918, il est proposé à l’opinion sous un sens différent et enrichi en 1944 par une poignée d’hommes politiques inconnus, tandis qu’une autre partie plus importante continue d’employer le sens « ancien » et qu’une troisième n’en parle pas du tout. Que faut-il en penser ? Dire « inflation » après la Libération suppose visiblement que l’on comprenne en même temps hausse des prix, causes et conséquences de la crise et adaptation des comportements face à la hausse. L’exercice est redoutable ! Longtemps, le terme est soigneusement évité pour son caractère insaisissable, mystérieux et négatif. René Courtin, professeur d’Économie à Paris, rappelle88que les universités de l’entre-deux-guerres distillaient l’image de l’inflation comme celle d’une « maladie honteuse », réservée aux assignats révolutionnaires et aux dictatures sud-américaines.

  • 89 In Grenadou, Paysan beauceron, op. cit., p. 251.

122Comment le terme d’inflation s’insère-t-il dans le débat public en 1944-1945 ? Rappelons-nous les réponses spontanées de l’opinion au moment du sondage sur « le problème le plus important pour vous et votre famille ? » : « boucler le budget » ou « traitement insuffisant » apparaissent plus souvent que « cherté de la vie » ou « le pain a augmenté bien trop ». Mlle Guilloux, porteuse de pain rue Croix-des-Petits-Champs en face de la Banque de France, commente ainsi les hausses de prix de fin mars 1945 : « Le pain plus cher, ça fait toujours protester les ménagères » (France-Soir, 31 mars 1945). Ephraïm Grenadou, paysan beauceron parle de « l’argent » : « Le difficile avec l’argent, c’est de le conserver. J’ai pas l’esprit banquier. Avant cette guerre, j’ai prêté de l’argent à un gros proprétaire de Vitray pour qu’il s’achète des hectares. Quand je le lui ai prêté, un cheval valait 4 000 F. Quand il me l’a rendu en 1943, une oie valait 2 000 F. Total, chaque fois que je lui avais prêté un cheval, il me rendait deux oies89. » Avec l’accélération de la hausse en 1945-1946, c’est le terme de « vie chère » qui connaît la meilleure fortune.

  • 90 Il fait de même dans sa Note rédigée conjointement avec Emmanuel Mönick Sur la politique monétaire (...)

123Lecteurs et rédacteurs de presse sont peu familiarisés avec le terme d’inflation, et celle-ci l’évite soigneusement avant 1946. Le 12 octobre 1945, L’Aube présente le programme du MRP et recense les termes les plus utilisés pour désigner l’accélération de la hausse depuis un semestre, mais le mot inflation n’apparaît pas : « problème des prix », « hausse désordonnée des prix des produits », « hausse vertigineuse des prix ». Les 21-22 octobre suivants, Le Figaro insiste sur l’excès de dépenses militaires qui favorise le déficit budgétaire et son financement par « l’inflation », mais il s’agit de « l’émission de billets ». Il en va de même dans Le Monde où René Courtin90l’emploie rarement et dans ce sens budgétaro-monétaire.

124Dans le monde politique et les cercles administratifs, le terme d’inflation fait une apparition contrastée en 1944-1945. On peut considérer avec une faible marge d’erreur que Mendès France, alors jeune ministre de 37 ans, le lance fougueusement dans le débat politique avec des résultats ambivalents. Ses projets anti-inflationnistes prennent source dans la culture politique de l’entre-deux-guerres aussi bien que dans les contacts avec les keynésiens anglo-saxons. L’action et la réflexion de Mendès France, avant les crises de décolonisation, seront tout à la fois favorisées et limitées par cette « inflation » dont il harcèle ses collègues comme une menace permanente.

  • 91 De Gaulle, Discours et messages, Plon, 1970, I. p. 456.
  • 92 De Gaulle, Mémoires, II, p. 215, Plon.
  • 93 De Gaulle, Discours et messages, I, p. 681, Plon, 1970.

125Le général de Gaulle semble ainsi momentanément rallié à ce thème dans le discours-programme91du 25 juillet 1944 à Alger : « Par le rationnement, le maintien des prix, la restriction des signes monétaires... le Gouvernement entend attendre sans laisser se déchaîner l’inflation ni la disparition des denrées, le moment où la production et les possibilités du commerce extérieur auront atteint le niveau qui permettra à l’offre de se rapprocher de la demande. » Dans ses Mémoires92, il écrit pendant les années cinquante à propos de septembre 1944 : « Trois périls mortels nous attendent : l’inflation, le niveau intolérablement bas des salaires... la pénurie du ravitaillement. » L’inflation est placée au premier plan dans le discours alors que les prix vont être stables d’août 1944 à mars 1945. Cependant, l’allocution radio diffusée du 17 octobre 1945 pour les élections du 21 ne fait aucune allusion aux problèmes de prix, alors que la progression du rythme inflationniste s’est dangereusement aggravée depuis mars93. Faut-il y voir le souci d’éviter un thème impopulaire à la veille d’échéances politiques majeures ou l’absence de Mendès France dans un Gouvernement dont il a démissionné en avril ?

126Il s’y ajoute peut-être un élément supplémentaire. Depuis le printemps 1945, le terme d’inflation, qui avait déjà une forte connotation politique et presque gouvernementale, est devenu franchement polémique. Lors de la controverse non-publique entre P. Mendès France et R. Pleven, le terme se charge d’animosité et le ministre des Finances (Pleven), finit par qualifier la politique de son rival à l’Économie du terme de « déflation », prédicat chargé de discrédit par référence à la crise de 1929 et aux décrets Laval de 1935. Après sa démission, Mendès France qui reste minoritaire dans un parti lui-même en difficulté, perd avec ce portefeuille ministériel une tribune publique que le Parlement ne lui offre pas encore. Le projet mendésiste prévoyait un contrôle sévère des hausses de salaire, courant le risque d’une interprétation anti-sociale. En termes d’opinion, l’inflation apparaît ainsi comme une notion sombre, à tenir à distance.

  • 94 JO AN, Débats parlementaires, séance du 14 février 1946.
  • 95 JO AN, Débats parlementaires, 15 février 1946.

127Ne se risquent en fait à l’employer au sommet de l’État que les hommes décidés à la dénoncer ou à lutter contre elle. André Philip ou Jules Moch, tous deux membres de la SFIO et choisis plus tard comme ministres successifs de l’Économie en 1946-1947, restent bien isolés. Ainsi, A. Philip, professeur d’Économie devenu ministre de l’Économie et des Finances en 1946, écarte certains choix budgétaires dans son discours-programme94, sinon « nous serions engagés dans la voie de l’inflation ». Fort habilement, le PCF dissocie deux termes, la « vie chère » pour l’opinion, les lecteurs de L’Humanité et les ménages, et « l’inflation » pour ses adversaires politiques. Écoutons Jacques Duclos qui se charge des questions financières pour le parti. Le 10 octobre 1945, dans L’Humanité, il accuse la politique des Finances : « R. Pleven prépare l’inflation au bénéfice des trusts. » Les 13 et 14-15 octobre, il précise à Bondy, puis dans un article, qu’il s’agit bien « d’une inflation fiduciaire » : « de bonnes âmes ont beau répéter que l’inflation monétaire n’entraîne pas l’inflation des prix, il n’est que regarder autour de soi pour conclure le contraire », citant les hausses du pain, de la viande et des pommes de terre. Après deux mois de pause sur le sujet, puisque François Billoux occupe au nom du PCF le poste de ministre de l’Économie, J. Duclos intervient dans le débat de politique économique amorcé le 14 février 1946 par A. Philip et affirme95le 15 : « Ceux qui sont hostiles aux sacrifices indispensables prennent parti pour l’inflation contre l’assainissement financier... Il suffit d’évoquer l’expérience de l’Allemagne (Weimar)... la presse à billets fonctionnant sans cesse, la roue de la dépréciation monétaire tourna à un rythme de plus en plus rapide, si bien que la monnaie perdit en trois mois les deux tiers de sa valeur. »

128En deux ans, entre l’été 1944 et le printemps 1946, le terme d’inflation fait donc une apparition nouvelle dans le paysage sémantique français, mais par un biais politique et controversé et sous une acception confuse qui témoigne de sa transformation conceptuelle. Est-ce que le sens « moderne » que nous donnons à inflation réussit à s’imposer entre 1946 et 1952 ?

129La période qui s’échelonne de l’été 1946, sommet inflationniste, au printemps 1949 qui inaugure la première baisse des prix connue depuis l’été 1935, forme une nouvelle étape. Même si le terme de « vie chère » continue à dominer dans la presse, et a fortiori dans l’opinion, des nouveautés se font jour. Un mécanisme, vaguement évoqué en 1945, gagne en notoriété lors des débats sur les salaires au printemps ou à l’automne 1946 ou 1947. Il s’agit du « cycle infernal », de la « spirale » ou de la « course » (inégale) entre prix et salaires. Les partisans de la hausse des salaires s’en réclament pour montrer le retard des revenus salariés sur les prix, tandis que les tenants d’une stabilité minimum des prix s’y opposent au nom des effets inflationnistes de la hausse salariale dans les prix de revient.

  • 96 L’ensemble du mouvement est animé par le directeur de cabinet de R. Schuman (juillet 1946-novembre (...)

130La question des salaires fournit justement le prétexte à la rupture (mai 1947) entre ce qui va devenir la Troisième Force et le PCF. Les Finances96se persuadent lentement depuis la célèbre conférence du Palais-Royal en juillet 1946 qu’il convient d’adopter un profil homogène dans la politique économique et que la croissance de reconstruction ne peut aller bon train sans une réduction sensible des tensions inflationnistes. Presque en même temps, entre l’automne 1946 et le printemps 1947, le Commissariat au plan se montre sensible à la gêne que représente la crise des prix pour mener à bien la politique choisie d’investissement et à l’image désastreuse qu’offre la conjoncture française par rapport à une éventuelle aide américaine. Pour rassembler les notions éparses de crise des prix et des coûts, dérive des trésoreries, tensions sociales consécutives, il n’existe qu’un concept opératoire, celui d’inflation. On peut dater de décembre 1947 l’adoption officielle par la coalition gouvernementale du concept d’inflation, quand la Commission du bilan remet son rapport. Tous les ministres des Finances auront désormais à tâche ou à cœur d’évoquer, de stigmatiser et généralement de combattre le phénomène inflationniste : R. Mayer et Henri Queuille en 1948, Maurice Petsche en 1949-1951, Edgar Faure et Antoine Pinay en 1952. Certains comme Petsche et Pinay en font une priorité affichée. La notoriété supérieure du second, sa qualité de Premier ministre, la succession de quatre années de prix stables lui confèrent dans la mémoire collective un rôle prépondérant contre l’inflation, mais le recul du temps incite à apprécier le travail du premier au moins à même niveau.

  • 97 J. Romeuf, Dictionnaire d’économie, 1956. Rubrique « inflation » rédigée par Gaël Fain, professeur (...)

131La presse répercute progressivement le terme pendant l’année 1948, marque une hésitation en 1949 avec un premier semestre de baisse, l’utilise massivement avec la crise coréenne et le mandat d’A. Pinay. Le sens n’est pas toujours explicite, mais il semblerait que se diffuse lentement ce nouveau mot avec un nouveau sens, celui de hausse générale des prix. Il convient cependant d’être prudent. L’IFOP lui-même continue d’évoquer la « hausse des prix » et le « problème pécuniaire », évitant les références à l’inflation comme étant insuffisamment claires pour les sondages. Que retiennent les dictionnaires ? Le Larousse classique illustré qui répercute correctement le vocabulaire d’usage, définit l’inflation dans son édition de 1947 comme « une émission exagérée de papier-monnaie ». La livraison 1962 du Larousse encyclopédique a modernisé la notion : « Déséquilibre économique caractérisé par une hausse générale des prix » ; l’énoncé des causes suit les strates successives de la pensée économique : 1. Accroissement de la circulation monétaire, 2. Déficit budgétaire, 3. Mauvais ajustement de l’offre et de la demande. Le Petit Larousse de 1966 intègre une acception satisfaisante : « Déséquilibre économique caractérisé par une hausse générale des prix et qui provient de l’excès de pouvoir d’achat de la masse des consommateurs (particuliers, entreprises, État) par rapport à la quantité de biens et de services mis à leur disposition. » Tous les dictionnaires ne présentent pas un degré d’assimilation aussi convenable et l’on voit le Dictionnaire encyclopédique Robert de 1959 évoquer l’inflation comme « un accroissement excessif des instruments de paiement qui entraîne une hausse générale des prix ». L’édition de 1985 reproduit sans modification celle de 1959 ! À l’opposé, les dictionnaires d’économie se mettent rapidement à jour et celui de Jean Romeuf (1956) précise que l’inflation désigne un « excès de la demande solvable sur l’offre évaluée en termes de coûts » et traduite dans la conjoncture par « une hausse générale des prix97 ».

132On peut ainsi dire qu’en 1952, la diffusion du terme d’inflation sous son sens actuel est à peine amorcée. Elle procède des milieux politiques et administratifs libéraux-sociaux ou interventionnistes-modérés favorables à la stabilité des prix, dont le discours et l’action se propagent lentement et par répétition au travers de la presse. Ce canal de diffusion pour ce type de concept offre l’avantage de la rapidité et d’une certaine accoutumance courante, mais manque de l’enracinement mental que présentent les éléments familiaux, scolaires ou socioprofessionnels. Nous savons sur le plan scolaire qu’il s’agit d’un concept difficile à enseigner avant les classes actuelles de premières et terminales des lycées et que l’insistance sur son existence ne date vraiment que des années soixante-dix ; au niveau universitaire, ce sont les études d’économie et de gestion, puis d’histoire et de géographie qui ont le mieux préparé les esprits à sa compréhension, mais elles représentent moins de 20 % de la population étudiante. La crise inflationniste des années 1974-1986 semble en revanche avoir eu un effet pédagogique décisif sur la majorité de l’opinion.

C. LE MÉCANISME DE L’INFLATION SELON L’OPINION DE 1944-1952

133À quelles causes les contemporains attribuent-ils la responsabilité de la hausse, quels effets en imaginent-ils et quelle attitude adoptent-ils face à elle ?

  • 98 IFOP, Sondages, octobre 1949.

134Nous disposons de peu d’enquêtes sur la question de l’étiologie de l’inflation aux yeux de l’opinion. Le seul sondage qui y fasse effectivement référence est en octobre 1949 un de ceux qui interrogent l’opinion sur l’estimation de l’évolution future des prix98et qui creuse un peu ce thème.

Tableau 62
Les causes de l’inflation selon l’opinion, aperçu en 1949
Ventilation des réponses positives à la question
« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou rester
stationnaires ? »

Tableau 62Les causes de l’inflation selon l’opinion, aperçu en 1949Ventilation des réponses positives à la question« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou resterstationnaires ? »

Source : IFOP, Sondages, octobre 1949.

135La dévaluation qui vient d’avoir lieu le 20 septembre est encore présente à tous les esprits et peut avoir influencé les réponses. Celles-ci se signalent par leur grande dispersion. Trois groupes de réponses apparaissent équivalents : l’explication par la dévaluation, l’inexorabilité historique de la crise des prix, les autres causes. Salaires et responsabilité gouvernementale viennent en second lieu. Le sympathisant PCF développe un système de causes centré sur la dévaluation, la nécessité des temps et la politique du gouvernement. À l’opposé, le sympathisant PRL estime que la crise vient des salaires (coûts), puis de la dévaluation. Les électeurs des autres partis associent différemment la dévaluation (SFIO, RGR, RPF), la force des évènements (MRP) et les salaires (RGR, RPF). Cette hiérarchie des causes, comparée aux hypothèses ultérieure de déficit de l’offre et de crise des coûts, nous semble bien fragile.

  • 99 CERC, Documents. Connaissances et opinions de Français sur les prix ; « ce qu’ils savent et pensent (...)

136Vingt ou vingt-cinq ans plus tard, les sondages du CERC99reproduisent des conclusions similaires. Au printemps 1970, les principales causes de hausse étaient l’augmentation (récente) de impôts et taxes, puis celle des salaires et charges sociales, enfin celle des matières premières. En septembre 1976, c’est l’augmentation du prix des matières premières (le célèbre « choc » pétrolier) qui devance celle des salaires toujours au second rang, et celle des impôts et taxes. On ne peut s’empêcher de remarquer comme en 1949 le mélange de causes assez profondes d’inflation par les coûts, même si la hiérarchisation dans le système explicatif est hasardeuse, et de facteurs plus accidentels, une dévaluation, un plan fiscal, une crise des matières. Le travail du CERC met en lumière une intériorisation correcte mais inégale du mécanisme inflationniste général :

  1. Les hausses de salaires procèdent de hausses des prix ;

  2. Elles provoquent à leur tour une influence sur les prix ;

    • 100 Le PIB en France a progressé de 4,8 fois entre 1950 et 1990 et le PIB par habitant de 3,5 fois.

    Les prix s’accroissent plus vite que les salaires100 ;

  3. Les hausses de prix dépendent pour moitié des hausses de coûts – disent les non-salariés – pour moitié des anticipations patronales sur les hausses de salaires – pensent les salariés.

137Doit-on se satisfaire d’un seul sondage pour 1938-1952 et de son écho affiné en 1970-1976 ? Considérons la presse et les débats politiques. Les analyses sont plus fouillées quand on se rapproche des milieux responsables de l’utilisation modernisée du terme d’inflation. D’après la moyenne des discours politiques, la théorie de l’inflation par la monnaie (théorie dite quantitative) garde une certaine considération, même si sa variante « planche à billets » induit une explication du déséquilibre des dépenses de l’État. Mendès France puis le courant keynésien de la Troisième Force, qui ne nient pas la dimension monétaire de la question, rendent familière à partir de 1944 et surtout de 1947, l’explication par la demande : la période de pénurie ne permet pas de satisfaire une « demande en excès ». Avec la fin des rations, le maintien de tensions inflationnistes au 2e semestre 1949 puis en 1950-1951 permet l’apparition d’une explication par les coûts, dont la matrice est la campagne du Commissariat au plan et du CNPF sur les gains de productivité.

  • 101 AEF, 5 A 28, Direction générale du Contrôle économique, Rapport Annuel, 1944 (p. 4) et 1945 (p. 1-3 (...)
  • 102 J. Duclos, L’Humanité, 14-15 octobre 1945.
  • 103 JO AN, Débats parlementaires, 15 février 1946. Intervention de J. Duclos.

138Peut-être caractéristiques de la période ou de la France, se présentent enfin les explications d’ordre socio-politique. Le Contrôle économique lui-même101développe ce thème : « La pénurie et l’indiscipline entretiennent le marché noir et favorisent la hausse des prix. » L’indiscipline en question va de « l’impatience accrue » aux « côtés faibles de notre tempérament national » en passant par « le rôle néfaste de la presse ». Le PCF insiste beaucoup sur les facteurs sociaux : ce sont les « trusts » comme sous Weimar qui poussent à l’inflation avec l’aide des États-Unis et de R. Pleven102. Opposant ceux « qui ont des biens au soleil » et ceux « qui ont quelques sous de côté », J. Duclos voit dans les propriétaires « de lingots d’or ou de devises cachées » voire « de châteaux, diamants ou tableaux de maître » les « vrais » responsables de la crise103. Il faut donc distinguer les réponses aux sondages qui tiennent de la rumeur publique et les discours politiques et administratifs qui cernent mieux les causes de la crise des prix. Nous notons là un intéressant phénomène de confiance politique, puisque l’opinion ne semble pas comprendre les causes de la hausse tout en s’en remettant au pouvoir pour la résoudre ; cette personnalisation d’un problème complexe s’explique assez bien, mais son interprétation est délicate. Soit les ministres et la presse n’ont pas fourni d’explication suffisante ou suffisamment intelligible, soit la question des causes est jugée secondaire par l’opinion, du moment qu’elle est débarrassée des effets.

  • 104 J. Duclos, L’Humanité, 14-15 octobre 1945.

139À ce sujet, quels effets produit l’inflation aux yeux des contemporains ? Si nous reprenons l’interprétation du PCF, ces trusts vont se soustraire ainsi à l’impôt sur le capital (en fait : impôt sur les profits illicites) alors que l’érosion monétaire représente un « formidable impôt sur les salaires104 ». Quel que soit l’angle d’attaque retenu, les discours sont tous polarisés sur le triple thème de la crise monétaire, sociale et politique. Le meilleur exemple pédagogique est celui de la République de Weimar en 1922-1923. La perception dominante de la question est cependant politique. Chaque courant défend en fait ses électeurs et leurs catégories socioprofessionnelles. Comme l’inflation provoque une crise de tous les revenus, soit par désajustement soit par compétition, il est logique de trouver chaque groupe social, que ses contours soient professionnels, politiques ou culturels, en situation d’autodéfense proclamée face aux autres jugés menaçants. Le Figaro insiste sur la crise de l’accumulation du capital mobilier et demande de « sauver la monnaie et l’épargne » (28-29 octobre 1945). L’Aube (MRP) déplore « la ruine de la monnaie » au nom du « bien commun » et des effets négatifs de la hausse des prix pour les revenus modestes au seul bénéfice « des détenteurs de gros revenus » (12 octobre 1945). A. Philip évoque la « ruine des titulaires de revenus fixes » et la « misère des travailleurs » (Assemblée nationale, 15 février 1946) et J. Duclos renchérit le même jour par une revue de sociologie électorale et financière : « Finie alors la retraite des vieux, finie la retraite des fonctionnaires, finie la sécurité pour les salariés et les paysans qui ont quelques sous de côté. » Notons le large empennage politique du PCF qui survole les espaces socioprofessionnels et les subtilités d’adjectif entre les « revenus modestes » du MRP qui permettent d’associer salariés et non salariés, et « les revenus fixes » de la SFIO qui se concentrent sur la population salariée.

  • 105 JO AN, Débats parlementaires, 14 février 1946. J. Duclos estimait que la politique des trusts « déc (...)

140Par ailleurs, les conservateurs et le PCF sont moins attentifs à souligner les risques de crise politique. C’est au centre-gauche et à gauche, dont les partis sont au pouvoir, que s’exerce la plus nette sensibilité à ce type de problème et l’on voit André Philip évoquer la menace de « la destruction du régime et des libertés démocratiques105 ».

  • 106 CERC, op. cit., p. 14-16, 53-56 et 73-81.

141En 1970, les deux principaux facteurs et bénéficiaires de la hausse sont devenus l’État, qui prélève des impôts, et les intermédiaires qui perçoivent un bénéfice106. En 1976, les deux catégories demeurent, mais avec prépondérance des circuits grossistes pour les causes et à parité avec l’État pour les bénéfices. Le point commun de ces deux entités est bien leur caractère jugé extérieur, hors d’atteinte et vaguement rentier. Il s’agit là d’explications par le bouc-émissaire (recherche des culpabilités et non des causes) et par le mythe (causalité lointaine et allégorique et non pas conceptuelle). Les autres réponses catégorielles sont beaucoup moins nettes. Toutes ces observations échelonnées sur une trentaine d’années donnent dans l’opinion l’image d’une inflation sensiblement intentionnelle et prédatrice.

Comment lutter contre la hausse des prix ?

142Il s’agit là d’examiner si l’opinion se sent ou non un rôle dans la hausse des prix et nous sommes bien dépourvus en sources directes. Aucun sondage ne porte expressément sur ce thème et les journaux sont plus volontiers descriptifs que prospectifs.

143Première constatation : la crise des prix ne provoque pas d’action concertée ou violente. La teneur moyenne de l’opinion est faite de sourd mécontentement contre cette pathologie partiellement invalidante, qui n’empêche pas de vivre mais rend l’existence moins agréable ou plus pénible. On maugrée dans les files d’attentes, à la maison ou au travail, on modifie son projet de vote selon la capacité que l’on prête au Gouvernement, on s’adonne avec moins de remords au marché noir, on élève la voix dans les cafés ou à l’occasion des discussions publiques, mais l’état de droit est à peu près respecté. Les causes du phénomène sont intuitivement perçues comme dépassant la responsabilité d’un groupe social ou gouvernemental ; par ailleurs la crise des prix est grave mais l’est moins que celle des quantités avant 1948 ; enfin, plusieurs sondages montrent que pour l’opinion, la voie du salut n’est pas l’activisme mais la production ! Le fait inflationniste est donc modérément mobilisateur.

144Les partis développent le thème avec prudence ou associé à d’autres analyses. Le PCF, qui évoque souvent « la vie chère » entre 1946 et 1948, un peu moins au-delà, semble la mettre en parallèle avec la mauvaise politique gouvernementale, les relations internationales ou les agissements de tel ou tel groupe social. De la SFIO au PRL, la coalition dite de Troisième Force en 1947-1951 refuse de traiter la question de la hausse autrement que dans la perspective de sa disparition. Le RPF fait une place modeste à cet aspect dans son discours politique.

  • 107 AEF, 5 A 28, DGCE, Rapports Annuels, 1944-1947.

145D’un autre côté, l’action directe est rare. Les archives du Contrôle107 ne signalent pas de voie de faits de personnes isolées pour des motifs de prix « excessifs » ; elles sont d’ailleurs difficiles à démêler des autres facteurs de querelles. Par définition, les conflits de marché noir doivent rester discrets. En revanche, le Contrôle recense chaque année des phénomènes d’obstruction, d’intimidation, de manifestation ou de violences à l’égard de son personnel administratif et de ses dossiers. Celles-ci sont notables autour de la Libération, en août-octobre 1944, à l’automne 1945, conjonction d’une mauvaise récolte et de la campagne électorale, au printemps et à l’automne 1947, où s’additionnent tensions sur les marchés alimentaires et guerre froide. Souvent fruits d’une ambiance collective favorable à l’échauffement des esprits, leur spontanéité est généralement canalisée par les groupes les plus radicaux, animés par des sympathisants, des militants ou des responsables communistes dans le cas des mouvements de consommateurs ou pré-poujadistes dans celui de petits commerçants. Un contrôle fiscal fournit une excellente occasion de déclenchement. Chaque fois sont signalées entre une dizaine et une trentaine d’actions, mais les morts d’hommes ont toujours pu être évitées.

  • 108 CERC, op. cit., p. 16-20 et 85-92.

146Au fond le phénomène inflationniste est perçu comme trop extérieur aux ménages et aux entreprises pour qu’ils ou elles agissent sans médiation. Seul l’État peut intervenir pour régler le problème. Nous avions vu dans le point 2 sur l’appréciation sociale du niveau des prix que l’inflation était reconnue comme un phénomène plus urgent que primordial qui incombait à d’autres qu’à l’opinion, ce qui désignait implicitement l’arbitrage de l’État. En 1970-1976108la réponse est éclatante : environ 70 % des personnes interrogées considèrent que seul l’État a les moyens d’actions nécessaires, très loin devant les circuits professionnels, et près de 80 % estiment ne rien pouvoir faire pour que les prix augmentent moins ! Cette déresponsabilisation des ménages et, en moindre mesure des entreprises est extraordinaire. Cela traduit la faiblesse du tissu associatif des consommateurs et les difficultés initiales des organisations professionnelles à accéder à la représentativité. L’opinion n’offre ainsi aucune prise culturelle à l’inflation par la demande ou par les coûts ; c’est une des raisons de la popularité des causalités « concrètes ». En retour, l’opinion sur-dimensionne ses attentes à l’égard de l’État, soit qu’elle se débarrasse de la question sur ses élus, soit qu’elle prête à l’Administration centrale des pouvoirs et des facultés finalement hors du commun.

147Les personnes interrogées en 1970-1976 ajoutaient que les meilleurs moyens anti-inflationnistes étaient le blocage des prix, la diminution des intermédiaires et la réduction des impôts, toutes choses dont nous verrons la relativité dans les livres suivants ; dans les prix de vente, les salaires, les prix des matières premières et les investissements devaient rester intacts, tandis que les prélèvements de toutes sortes, impôts, marges d’intermédiaires et cotisations sociales semblaient négociables à la baisse...

148Au total, la hausse des prix après la guerre s’explique difficilement pour l’opinion moyenne. Les avances monétaires à l’État, certains aspects de la politique économique ou les rivalités sociales fournissant les facteurs les plus vraisemblables à côté du caractère inévitable de la hausse. Les effets sont assez dramatisés et s’étendent depuis la sphère du budget des ménages jusqu’à la crise politique ; la lecture politique domine. L’action à entreprendre est du domaine de l’État, les particuliers n’ont aucune prise sur l’inflation.

149En 1944, le terme d’inflation est un peu moins employé que dans les années 1920. Issu du vocabulaire médical au Moyen Âge, il a pris une connotation psychologique avec la Renaissance et économique autour de la guerre de 1914-1918. Le parallélisme de la hausse des prix et de celle du volume fiduciaire provoquent l’engouement pour la théorie quantitative de la monnaie : l’inflation est provoquée par l’excès des avances de la Banque de France à l’État. La grave crise inflationniste des années 1944-1948 favorise une mutation. Si les ménages continuent à désigner la hausse des prix par l’expression « vie chère », les milieux politiques et administratifs qui gravitent autour du ministère des Finances et de l’Économie déploient, une première fois en 1944-1945 avec Mendès France, une seconde avec l’équipe Schuman-Mayer-(Monnet) dès la fin de 1947, une nouvelle acception de l’inflation centrée sur l’excès de la demande. Après 1949-1950 et l’internationalisation du commerce, l’insuffisance de productivité nationale attire l’attention sur l’inflation par les coûts. Ce n’est pourtant que dans les années soixante et surtout soixante-dix que le terme devient assez familier grâce à l’enseignement général, à l’évolution de la culture d’entreprise et, surtout à la décennie inflationniste 1974-1986. En 1944-1952, l’opinion discerne mal les causes de la crise inflationniste, imputées aux malheurs du temps et à la crise budgétaire plutôt qu’aux défauts de productivité. Sous l’emprise du modèle « weimarien », opinion et milieux politiques tendent à dramatiser les effets financiers et politiques corrosifs de la crise des prix, souvent en décalage par rapport aux phases les plus aiguës. Seul l’État est jugé capable de juguler la hausse, ménages et entreprises ne concevant pas ou refusant de concevoir les aspects inflationnistes de leurs structures ou de leurs comportements.

IV. LES CAUSES RÉELLES DE L’INFLATION EN 1944-1952 : APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE

  • 109 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesu (...)
  • 110 J. Marczewski, Inflation et chômage en France, Explication quantitative, Economica, 1977, 208 p., r (...)
  • 111 Exemple de l’association de Maurice Lévy-Leboyer et François Bourguignon, dans L’économie française (...)
  • 112 Exemples dans J.-P. Thomas, Les politiques économiques au xxe siècle, Colin, Cursus, 1990, p. 126-1 (...)
  • 113 J.-J. Carré, P. Dubois et E. Malinvaud, La croissance française, Un essai d’analyse économique caus (...)
  • 114 J.-J. Carré, P. Dubois et E. Malinvaud, La croissance française, p. 14-15.

150Comme nous l’avons dit en introduction, il n’est pas envisageable pour l’instant de proposer au lecteur un modèle économétrique des causalités inflationnistes d’après-guerre en France. Non seulement sa maîtrise technique suppose l’appui d’un groupe de recherche109ou d’une équipe110, à tout le moins le concours d’un spécialiste111, mais encore les quelques professionnels consultés estiment le travail trop aléatoire par rapport à l’hétérogénité des séries disponibles. On peut rappeler les limites des modèles112 et les insuffisances des analyses causales113, dont les auteurs déplorent les lacunes en matière d’explications politiques et sociologiques114.

151Nous nous proposons de partir des explications proposées à l’époque, d’évaluer ensuite les possibilités de corrélations linéaires avant de déboucher sur quelques conclusions pragmatiques, la crise des prix étant d’abord due à l’insuffisance de l’offre entre 1940 et 1948.

A. LES TERMES DU PROBLÈME : UNE QUESTION COMPLEXE, DES COMPOSANTES HÉTÉROGÈNES

  • 115 Petit tableau synthétique des hypothèses inflationnistes en 1950-1990, P. Bezbakh, Inflation et dés (...)
  • 116 M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 386-387 et suivantes.

152Le cœur de la théorie inflationniste contemporaine est que la hausse procède de l’excès de la demande sur l’offre. Les analyses d’inflation « par les coûts » présentent un angle d’attaque différent mais aboutissent à des résultats similaires puisque ces coûts supplémentaires en travail ou en capital finissent par générer des revenus supplémentaires auprès de la demande finale. On pourrait en dire autant de l’inflation « par les structures », structures difficiles à identifier, pour lesquelles on suppose qu’elles se traduisent dans le désajustement entre demande et offre. Seule l’hypothèse monétaire115 nécessiterait une analyse particulière en raison du courant monétariste, même si les relations longues entre M1 et prix ne permettent pas de conclure favorablement pour la France dans le sens d’une explication quantitativiste116.

153Tout au long de l’étude, nous avons constaté que l’on ne peut pas considérer que tel ou tel agrégat est « en soi » inflationniste, mais que son volume propre, son évolution déséquilibrée par rapport aux autres variables, son insertion dans une configuration déjà favorable à la hausse des prix déterminent des niveaux différents d’impact inflationniste. Prenons l’exemple souvent cité du déficit budgétaire que l’opinion supposait alors former avec la monnaie le couple inflationniste par excellence. Pendant la guerre, un fort déficit budgétaire coïncide avec une hausse contenue des prix, autour de + 20 % par an. L’immédiat après-guerre enregistre une diminution progressive du déficit, qui reste à un haut niveau, et une normalisation plus rapide de la part du budget dans le PIB, mais l’inflation se déchaîne. On ne peut évidemment écarter l’idée d’un effet-retard. De 1949 à 1956, alors que le rapport dépenses budgétaires / PIB demeure stable autour de 25 %, persiste un déficit budgétaire modéré, de 10 à 20 % du total des dépenses, qui s’accompagne (1949-1952) ou ne s’accompagne pas (1953-1956) d’inflation. À la seule lecture de ces chiffres, il paraît tout aussi difficile de conclure au caractère fortement ou faiblement, directement ou indirectement inflationniste du déficit budgétaire. En revanche, cela semble confirmer l’aspect relatif et fonctionnel de l’impact inflationniste des variables.

154Nous partirons des prix officiels pour la plupart des calculs, même si les prix parallèles ont effectivement existé et pesé sur la stabilité de ces prix officiels. A priori, le niveau général des prix réels a pu dépasser de 20 à 40 % celui des prix officiels entre 1942 et 1948, mais il est difficile de raisonner sur des hypothèses d’indices. En revanche, la masse monétaire est correctement identifiée pendant toute la période, le budget réellement dépensé a pu être rétabli à partir des comptes rétrospectifs du Trésor, seules les séries de PIB ou de masse salariale (reconstituées) pour les années 1939 à 1948 incluses, peuvent vraiment prêter à discussion.

  • 117 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.
  • 118 L’étude de J. Bournay et G. Laroque, Comptes trimestriels, 1949-1959, Collections de l’INSEE, Série (...)

155En ce qui concerne les agents, les revenus globaux des ménages par groupes socioprofessionnels ou types de communes, urbaines et rurales, ne nous sont pas connus de manière satisfaisante. Les comptes nationaux de l’année 1938 et des années 1949-1959 ne distinguent vraiment que les salariés d’un côté et les entreprises individuelles ou en société de l’autre117 ; les années 1939 à 1948 ne figurent pas dans ces séries, si bien que l’on peut dresser le tableau de la répartition du revenu national en 1938 et en 1949 (il y a d’ailleurs peu de variation entre les deux), mais que toute la crise inflationniste nous échappe118.

  • 119 L’ouvrage de R. Delorme et C. André, L’État et l’économie, Un essai d’explication de l’évolution de (...)
  • 120 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.
  • 121 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 245 et 247.

156L’État est appréhendé ici sous la forme la plus simple des recettes et des dépenses du Trésor central qui procèdent des lois de Finances, mais la pratique profuse des comptes spéciaux des années quarante rend la relation assez libre pendant cette décennie ; les entreprises nationales, les assurances sociales, les collectivités territoriales sont exclues des calculs – même si des études récentes en offrent une totalisation commode119. Pour les entreprises, les comptes nationaux 1949-1959 distinguent les « revenus nets des entreprises individuelles » et les « revenus nets non distribués des sociétés »120 ; les comptes rétrospectifs ultérieurs121 apportent le tableau de la valeur ajoutée par branches à partir de 1949. Les relations avec l’extérieur sont comptabilisées à partir des balances de paiements pour les années disponibles, 1938 et 1945-1952, et de la balance commerciale pour la période 1939-1944 pour laquelle le total des paiements n’est pas connu.

B. LE RÔLE PIONNIER DES ÉTUDES D’ÉPOQUE

  • 122 Voir chapitre III.
  • 123 INSEE, La France et l’inflation, 1914-1950, Études et Conjoncture, mai-juin 1951, 144 pages.
  • 124 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesu (...)

157Les années quarante marquent en France la décennie de la théorie inflationniste122 : à l’explication alors classique « par la monnaie » s’ajoutent l’explication par « l’excès de la demande » sur l’offre, « par les coûts » et « par les structures ». Les premiers schémas élaborés de causalité inflationniste datent du début des années cinquante et deux travaux majeurs se dégagent, celui de l’INSEE123en 1951 et celui de Jacques Le Bourva124en 1952. Nous citerons plus loin une troisième analyse, plus tardive.

  • Le travail de l’INSEE en 1951 propose une explication fondée sur l’association des quatre hypothèses alors mises à jour. Selon lui, l’inflation se déclenche par généralisation des prévisions de hausse des prix : l’offre présente des effets de rétention des stocks et de modification des prix de vente à la hausse, avec contagion entre branches et entreprises ; la demande, surtout focalisée sur des besoins de premier niveau, est inélastique par rapport aux quantités et finit par devenir inélastique par rapport aux prix (quand elle ne s’indexe pas sur eux) ; en présentant des revendications d’ajustements nominaux de ses revenus, une partie de la demande peut dériver vers des dépenses de spéculation ; la masse monétaire est soumise à des comportements haussiers comme la dépense immédiate des revenus, qui réduit l’épargne, le recours croissant aux crédits et, plus généralement, l’alimentation des circuits inflationnistes ; ces circuits se mettent en place, pour les produits alimentaires et les biens de consommation, l’État (impôts-emprunt-dépenses), la spéculation financière, l’investissement et les relations avec l’étranger.

158Le texte propose des tableaux-schémas du mécanisme inflationniste en 1945-1949. Nous prendrons pour exemple celui de l’année 1946, année de la hausse la plus significative.

Le mécanisme inflationniste en 1946 selon l’INSEE (1951)

Le mécanisme inflationniste en 1946 selon l’INSEE (1951)

Source : INSEE, Études et conjoncture, union Française, mai-juin 1951, L'inflation en France depuis J9I4, p. 80.

Nota : La partie grisée correspond aux zones sensibles. En 1946, l'inflation se propage par dévaluation, stockage, revendications salariales (analyse de l'INSEE).

159En ordonnées sont représentés les agents, en abscisse figurent les avoirs possibles en revenu et en capital. Ces deux catégories d’actifs sont examinées à leur tour sous quatre angles, l’offre et la demande (« solde » pour les revenus) qui les concernent, l’effet sur les taux, puis les comportements, enfin les tensions qui en résultent. Ces tensions, inflationnistes par désajustement de la demande sur l’offre, sont volontairement placées à l’opposé du tableau. La zone sensible de propagation apparaît en hachuré, centrée sur le coût de la vie, qui développe ses effets jusqu’aux coûts de production par le canal des salaires et jusqu’à l’évasion de capitaux par le renchérissement des importations et la dégradation du taux de change.

160L’ensemble fonctionne avec un système de flèches. La crise prend naissance d’un côté dans un groupe polarisé autour de la demande des ménages (à gauche du tableau : « Besoins de consommation supérieurs aux disponibilités ») et de l’autre dans le défaut de capital (mobilisable) que nécessite la reconstruction des équipements collectifs (à droite : « Reconstruction, investissements différés »). Vers le circuit État, la crise se propage en 1946 par « l’extension des charges de l’État » (importantes dépenses d’investissement public dès 1946, de l’ordre d’un quart du budget), dont le financement enclenche à la fois le renforcement de la pression fiscale, le déficit budgétaire et l’augmentation des emprunts publics.

161Vers l’agrégat des ménages et des entreprises, les auteurs ont représenté un circuit entre les « besoins de consommation supérieurs aux disponibilités », la progression des prix de détail (« coût de la vie ») qui incite aux augmentations de salaires, et l’élévation des coûts de production, tout en favorisant le stockage ; cette hausse des coûts et cette rétention redoublent les tensions du coût de la vie à la hausse à la fois par progression des prix et insuffisance des quantités. Un des moyens de pallier le déficit de l’offre est d’augmenter les importations dont le coût s’aggrave de la crise des changes et le volume creuse le déficit extérieur.

162Les ménages, soucieux de s’assurer un plancher de consommation et de lancer leurs projets d’équipements privés, reportés par la crise et la guerre (« Renouvellement des stocks familiaux, consommations différées ») tirent sur leur épargne. La vigueur des demandes d’emprunt d’État se heurte à la déthésaurisation (« désépargne ») des ménages, ce qui entraîne hausse du taux de l’intérêt et endettement extérieur.

163Le travail proposé par l’INSEE est éclairant. Sa représentation figurée permet une meilleure compréhension de la propagation des flux inflationnistes, quel que soit le niveau de la hausse ; il insiste sur le mécanisme de la crise des prix et recherche un ancrage historique au déploiement inflationniste. La crise des prix débute en 1945 dans le secteur des ménages en raison de la pénurie, avec un renfort immédiat de la hausse des prix de base et des salaires. 1946 amplifie le processus par dévaluation, stockage et montée des revendications sociales et 1947-1948 confirment le phénomène malgré une pause au 1e r semestre 1947, par le jeu latéral de l’investissement public ; la fin de la pénurie en 1949 limite les tensions aux coûts de production. Sur l’ensemble de la décennie, les tensions accumulées pendant la guerre se sont développées en 1945 par le jeu des rigidités économiques : la lenteur du redémarrage industriel, la persistance des pénuries alimentaires, la déficience de l’épargne et l’insertion de l’État dans le financement des équipements collectifs.

    • 125 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesu (...)

    L’ouvrage de Jacques Le Bourva125 approfondit les causalités sous la forme d’une thèse de doctorat en sciences économiques. Soulignant le caractère conflictuel de l’inflation sous la forme d’une compétition entre agents autour du revenu national, « alors que la masse des biens disponibles est insuffisante pour des demandes simultanées » (p. 22), conscient des insuffisances statistiques de l’époque, il travaille par régressions linéaires. Parmi les éléments du problème, l’auteur constate « l’existence d’une relation proportionnelle assez stable entre le revenu disponible et les dépenses de consommation » ; ainsi jusqu’en 1948, « l’élasticité par rapport à la dépense globale des dépenses de consommation pour chaque catégorie était donc très voisine de l’unité » (p. 83). Les ménages luttant plutôt pour améliorer leur revenu que pour modifier leurs consommations, tout le revenu disponible est dépensé, avec une grande rigidité des structures de consommation au moins jusqu’en 1948 (primauté des dépenses alimentaires).

164Le chapitre vi (p. 313) présente un essai de modèle explicatif sous la forme d’un tableau statistique général à deux entrées (p. 352-353), rassemblant les différentes catégories de production en volume, la demande des ménages salariés sous la forme de leur revenu, les prix et les coûts, y compris par secteurs, la productivité, l’emploi, les propensions à consommer. Plusieurs conventions (p. 343-344) balisent les calculs. Les échanges extérieurs par exemple, ne sont pas étudiés. L’auteur retient par ailleurs trois agrégats de populations socioprofessionnelles, les agriculteurs, les salariés, les entrepreneurs non agricoles. Une série de constantes sont supposées fixer le cadre des relations : les investissements, la productivité du travail industriel (après une baisse initiale), la part du PIB distribuée sous forme de revenu et donc celle de la pression fiscale, celle du bénéfice sur les coûts et les prix de vente, la production agricole trimestrielle, le rapport de l’indice des salaires avec le coût de la vie (avec décalage dans le temps d’un ou deux mois). Se dégagent comme principaux facteurs du rythme de l’inflation : le volume de la production agricole commercialisée, la propension à consommer des produits alimentaires, la productivité du travail industriel, le volume de l’emploi (rigide) et le niveau des marges bénéficiaires de certains secteurs industriels (p. 347).

165Le modèle proposé par J. Le Bourva repose sur quatre groupes de relations essentielles stables (p. 348-349) :

  1. entre indices de prix industriels et indice des salaires par unité produite,

  2. entre masse des salaires et revenu de la population urbaine,

  3. entre masse des salaires et valeur de la production agricole commercialisée,

  4. entre indice du coût de la vie et indice des salaires.

166Sont considérées de fait comme variables inflationnistes exogènes : l’offre de produits agricoles, l’indice d’activité, l’indice de la productivité, le volume réel de l’investissement qui procède alors de choix politiques, le prélèvement net de l’État sur les revenus, les prix des produits étrangers, les taux de change. Deux facteurs essentiels de transmission sont retenus : 1) les prix industriels dépendent des coûts unitaires en travail, 2) les prix agricoles procèdent des revenus disponibles plus que des récoltes (p. 351).

167L’effet-coût pour les prix industriels se poursuit d’ailleurs en 1948-1949, par le jeu des biens de consommation pour lesquels demeure une demande sociale forte, alors que les prix agricoles stagnent. Pour les prix agricoles élevés en 1944-1948, l’auteur évoque ce que l’on savait alors des revenus sectoriels : les revenus agricoles semblent supérieurs à la moyenne des revenus jusqu’en 1948, ceux du petit commerce (souvent alimentaire) montent en flèche dès 1944, avant de régresser autour de 1947.

168Et l’investissement ? « Il paraît très excessif d’imputer à titre principal l’inflation française d’après-guerre à la Reconstruction et à l’Équipement » (p. 357). L’inflation « a pris sa source directement dans le secteur de la consommation... et a trouvé son principal aliment (sic) dans la pénurie persistante de denrées alimentaires » (p. 357-358). « Les dépenses d’investissement ont surtout constitué un facteur d’entretien du processus inflationniste », notamment en contribuant au plein-emploi qui donne force aux revendications syndicales. Quant à la question monétaire, c’est le montant des revenus qui apparaît comme facteur essentiel bien plus que le montant des liquidités (p. 363).

169L’auteur ajoute comme autres constats (p. 365) que l’inflation a masqué la lente amélioration du salaire réel (1946-1949) et que sa « prolongation » est sociologiquement le fait de ceux qui bénéficiaient de la conjoncture, le petit commerce, les entreprises peu productives, les ententes protectrices par rapport aux prix, mais aussi les salariés et leurs représentants jouant du plein-emploi.

170L’ouvrage de J. Le Bourva est intéressant. Nous retiendrons la relation étroite entre les prix industriels structurés par les salaires et celle des prix agricoles dépendant des revenus : la mise aux enchères de produits agricoles raréfiés incite aux relèvements de salaires qui entraînent les prix industriels en hausse. L’examen de la chronologie montre que la pénurie est première (été 1940), déterminant un rythme d’inflation encore tolérable en 1940-1944 (+ 21,5 % par an), mais souligne aussi que les logiques, et trop rapides, ajustements salariaux d’août 1944 à l’automne 1945 (masse salariale : + 70 % par an en 1944-1945) lancent un mouvement de surenchère à partir du printemps 1945 jusqu’à l’extinction de la pénurie agricole. De leur côté, les investissements semblent ici aggraver sans les impulser, les tensions entre ressources et dépenses collectives, tandis que la crise budgétaire et l’évolution monétaire sont écartées des facteurs inflationnistes.

    • 126 J. Marczewski, Inflation et chômage en France, Explication quantitative, Economica, 1977, 208 p.

    Un troisième et dernier livre, sensiblement postérieur à la période par sa rédaction comme par son objet d’étude, mérite pourtant d’être signalé ici. Il s’agit de l’étude de Jean Marczewski, Inflation et chômage en France126, qui porte exactement sur les années 1966-1976.

171L’économie formant un ensemble d’agents qui échangent entre eux des biens et des services contre de la monnaie, biens et services vont du vendeur à l’acheteur, la monnaie va de l’acheteur du vendeur, si bien que flux monétaires et flux réels (= de biens) parcourent en sens inverse un même circuit. « Il y a inflation lorsque le débit des flux monétaires augmente par rapport à celui des flux réels » (p. 1). Le changement de rapport entre les deux flux peut procéder de modifications de leur intensité, de leur volume ou de leur orientation.

172L’examen rapide des comptes nationaux français de 1966 à 1976 permet de remarquer une forte augmentation de l’intensité des flux monétaires (entendez : des prix) par rapport aux flux réels, de la masse monétaire par rapport aux disponibilités et une « avance considérable des dépenses à effets productifs différés par rapport aux ressources nationales » (p. 3). La mesure du premier constat est fournie par le rapport entre l’indice annuel du PNB aux prix courants et le même indice du PNB aux prix (constants) de l’année précédente ; ce rapport isole la progression réelle des quantités du PNB et définit en fait la hausse des prix ; il ne présente que d’infimes différences avec l’indice des prix à la consommation. On peut l’appeler « écart inflationniste ».

173Au PNB, qui comprend les traitements des fonctionnaires aux activités non marchandes et les exportations qui sont soustraites de l’offre intérieure, tout en excluant les importations qui viennent la renforcer, l’auteur préfère l’agrégat des « disponibilités intérieures en biens et services » définies comme le PIB corrigé du solde commercial et déflaté du solde des utilisations de services. La masse monétaire n’appelle pas de commentaire particulier, sa progression en 1966-1976 traduisant son adaptation « à la demande rapidement croissante de monnaie » (p. 8). Les Dépenses à effet productif différé, les DEPD représentent le total des dépenses publiques, des investissements et des exportations. Le rapport entre les Dépenses à effet productif différé et les disponibilités totales « varie en corrélation parfaite » avec le rapport PNB valeur courante / PNB valeur constante, sans exclure le rôle de la consommation privée (environ 50 % des ressources totales) elle-même fonction du revenu disponible et de la propension à consommer.

174Selon l’auteur, six séries de variables forment les causes premières de l’inflation française de 1966-1976 :

  • la productivité des différents facteurs,

  • les taux de rémunération des facteurs y compris les importations,

  • les prélèvements obligatoires et les transferts,

  • la propension à consommer,

  • les Dépenses à effet productif différé,

  • la production,

  • l’emploi (p. 13).

175La monnaie est écartée : « les mouvements de la masse monétaire et du crédit résultent des mouvements d’affaires existants ou anticipés plutôt qu’ils ne les déterminent ». Les actions de la politique monétaire peuvent « favoriser ou freiner l’extension d’une inflation cumulative... (mais) il est difficile d’imaginer qu’ils puissent créer de toutes pièces une tension inflationniste en l’absence de causes réelles, telle qu’une augmentation excessive des Dépenses à effet productif différé ou des salaires » (p. 13).

176À partir du concept d’écart inflationniste, l’analyse peut suivre deux directions complémentaires, l’une par les coûts, l’autre par les dépenses. L’augmentation des coûts par unité produite, nuancés du « poids inflationniste » de chaque secteur, puis les causes premières de cette progression des coûts, que ce soit par transmission aux prix de vente de renchérissements externes, comme les hausses de salaires proportionnées à la hausse des prix, ou par augmentation volontaire des gains nets de l’agent productif, procèdent de facteurs divers. Par exemple, entre 1966 et 1976, ont progressé plus rapidement que la moyenne des coûts : les charges d’intérêts, les consommations intermédiaires des entreprises agricoles, les salaires et charges des administrations publiques, des institutions financières et des entreprises non agricoles, l’épargne brute des sociétés et les importations (p. 41).

177L’impact inflationniste de chaque facteur dépendant aussi de sa contribution à la production, l’auteur définit un écart inflationniste annuel égal à la valeur de la production globale de l’année précédente (X) multipliée par le coefficient d’accroissement en volume (c’est-à-dire en francs constants) de la production de l’année en cours (1 + r) et par l’accroissement du coût du facteur par unité produite (1 + c). La formule X (1 + r) c appliquée à l’année 1966 donne 490,8 milliards de F de PNB (aux prix de l’année précédente) et un écart inflationniste de 15,34 milliards de F pour un coefficient de croissance de + 5,6 % et un taux de croissance du coût par unité produite de + 0,029 (p. 46-47). C’est la ventilation de cet écart inflationniste selon les coûts qui détermine l’incidence de chaque facteur sur le niveau général des prix. Pour la période 1966-1976, la moyenne donne 48,6 % d’incidence aux salaires et charges sociales, 33,7 % aux revenus de la propriété et de l’entreprise et 17,7 % aux autres facteurs, dont les impôts nets de subventions et les importations (p. 67 et p. 188).

178Cependant, « pour que l’augmentation des coûts puisse avoir lieu, il faut que la demande solvable augmente elle aussi d’un montant suffisant pour absorber l’écart inflationniste engendré par les coûts. Dans le cas contraire, l’augmentation des coûts ne se réalise pas ou, si elle se réalise, provoque une diminution des ventes et un ralentissement de l’activité économique » (p. 63-64). L’analyse consiste à définir la seconde approche envisagée, l’écart inflationniste des dépenses.

179Celui-ci apparaît « lorsque l’accroissement nominal d’une dépense excède l’augmentation en volume des ressources correspondantes en biens et services » (p. 190). Où se dirigent les revenus supplémentaires dégagés par cette hausse des coûts ? S’il s’agit de salaires, une petite fraction est épargnée, servant à nourrir les Dépenses à effet productif différé, tandis que l’essentiel est dépensé, surtout parmi les revenus modestes ; ces dépenses de consommation ou d’équipement des ménages finissent par revenir aux entreprises, définissant un premier circuit « salaires-consommation », qui peut nourrir un processus inflationniste circulaire ; si ces revenus supplémentaires concernent la propriété et l’entreprise, ils vont se diriger plus vraisemblablement vers les Dépenses à effet productif différé, dessinant un second circuit « revenus non salariaux, impôts-DEPD » (p. 64-67).

180Ces deux circuits sont examinés de manière complète dans les chapitres vi et vii, eu égard à la complexité de leur structuration, surtout celle du premier. Auparavant, le chapitre viii (p. 78, résumé p. 191) répartit l’incidence inflationniste par les revenus entre la consommation des ménages (1966-1976, moyenne : 54,8 %), les Dépenses à effet productif différé (1966-1976, moyenne : 37,4 %) et les importations (7,8 %). Il s’agit toujours du même écart, mais examiné sous un autre angle.

181À ces deux circuits s’adjoignent de manière plus discrète, toujours au sein de l’approche par les dépenses, le circuit agricole et le circuit financier que l’auteur traite dans les chapitres iv et v. Comme dans le travail de J. Le Bourva, « il apparaît que le circuit inflationniste s’organise autour de deux circuits principaux, mais la ligne de partage ne sépare pas ici produits agricoles et produits industriels et distingue plutôt ménages et entreprises :

  • un circuit revenus du travail / consommation,

  • un circuit revenus de la propriété et de l’entreprise / Dépenses à effet productif différé ».

182Pour les années 1966-1976, « le premier draine un peu moins de la moitié de l’écart inflationniste total. Le second un peu plus du tiers, et avec la charge fiscale indirecte, environ 41 % ». À ces deux circuits internes qui fonctionnent de façon permanente dans le sens inflationniste, s’ajoute un circuit externe dont l’action est tantôt inflationniste, tantôt déflationniste, notamment le circuit importations-exportations. Un tableau final met en correspondance et visualise les deux approches que nous venons de voir, approche par les coûts et approche par les dépenses.

Circuits inflationnistes des coûts et des dépenses
(années 1966-1976 selon J. Marczewski)

Circuits inflationnistes des coûts et des dépenses(années 1966-1976 selon J. Marczewski)

Source : Jean MARCZEWSKI, Inflation et chômage en France, Economica, 1977, p. 192.

183Quoique postérieur à notre période, ce travail, nourri de séries et de traitements statistiques qualitativement supérieurs, dégage un double circuit, celui qui associe les salaires et la consommation des ménages, celui qui joint les entreprises et les investissements, montrant sur le long teme à la fois la constance des liaisons (ménages et salaires) et leur renouvellement (entreprises et formation de capital).

C. DES CONCLUSIONS PRAGMATIQUES

184Peut-on aller plus loin ? Cela semble difficile et hasardeux dans le cadre de ce travail. La méthode des régressions linéaires, prenant les séries deux à deux présente d’indiscutables limites ; elle témoigne d’une covariation plus que d’une causalité fonctionnelle. Si l’on s’en tient aux principales données, les prix de détail courants, le PIB estimé, les dépenses budgétaires, la masse monétaire, la masse salariale, auxquelles on peut adjoindre une série de salaires horaires et de salaires mensuels, le coefficient de corrélation reste incertain.

Tableau 63
Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante

Tableau 63Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante

Source : 1. Prix de détail : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1990, p. 286. 2. Produit intérieur brut : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1961, p. 355. 3. Dépenses de trésorerie : Ministère des Finances, Statistiques Et Études Financières, SEEF, suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955. 4. Masse monétaire : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie Nationale, 1966, p. 515. 5. Masse salariale globale, salaire mensuel moyen, salaire horaire moyen : Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie Nationale, 1961, respectivement p. 356, 260 et 254.

Graphique 63
Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante
(Base 100 en 1938)

Graphique 63Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante(Base 100 en 1938)

Source : 1. Prix de détail : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286. 2. Produit intérieur brut : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1961, p. 355. 3. Dépenses de trésorerie : ministère des Finances, Statistiques et Études financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955. 4. Masse monétaire : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 515. 5. Masse salariale globale, salaire mensuel moyen, salaire horaire moyen : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1961, respectivement p. 356, 260 et 254.

Tableau 64
Séries pour calculs de corrélation. Confrontation des prix de détail en valeur courante et des six autres indices en valeur constante 1938

Tableau 64Séries pour calculs de corrélation. Confrontation des prix de détail en valeur courante et des six autres indices en valeur constante 1938

Source : cf. supra.

Tableau 65
Synthèse des corrélations les plus significatives

Tableau 65Synthèse des corrélations les plus significatives

185Ces trois tableaux présentent un résumé des calculs les plus abordables. Le premier graphique donne les variables en valeur courante, mais les calculs offrent peu d’intérêt, car le coefficient pour la période 1938-1952 est presque toujours supérieur à 0,90 ! La hausse des prix est telle qu’elle entraîne dans sa dérive toutes les autres variables qui l’intègrent ; nous sommes dans une situation d’auto-corrélation.

186Le second tableau présente une colonne en valeur courante, celle des prix, et six colonnes en valeur constante, c’est-à-dire déflatées de la hausse des prix de détail. Rappelons cependant que la série de prix offre une homogénéité moyenne puisqu’elle ne prend pas en compte les transactions parallèles et que la pondération a été considérablement réaménagée en 1949. Le calcul en francs constants 1938 présente l’avantage d’annuler l’effet-prix dans l’évolution des variables, mais il offre deux inconvénients : d’un côté, l’opinion et les partenaires sociaux ne raisonnent pas en prix constants et la hausse des salaires ou des dépenses budgétaires est toujours nominale, en francs courants par rapport à l’évolution des prix courants, ce qui perturbe la recherche de corrélation par rapport aux pratiques effectives de la société politique ; de l’autre, les prix sont la variable la plus volatile du tableau, à la hausse comme à la baisse, et les régressions d’une variable volatile exprimée en valeur courante sur des variables plus inertes, exprimées en valeur constante, peuvent contribuer à fragiliser les calculs.

187À supposer que la méthode soit bonne, les résultats restent aléatoires et apparaissent dans le troisième tableau. Sur l’ensemble des quinze années de 1938 à 1952, aucune variable n’atteint les coefficients de 0,85 à 0,90 à partir desquels on considère que la corrélation est bonne. La masse salariale (0,83) et le PIB (0,75) sont les moins éloignés de l’horizon 0,85. Les quatre autres variables offrent des coefficients négatifs, parfois intéressants (masse monétaire : – 0,76), qui s’expliquent par leur baisse en valeur réelle à moyen terme. Cette baisse « réelle » se devinait dans le deuxième tableau puisque, sur base 100 en 1938, le salaire horaire moyen atteignait l’indice 70 en 1952. Le coefficient de corrélation entre prix courants et PIB en valeur constante est supérieur à – 0,90 pour la période 1938-1944 ce qui signifie que la baisse des quantités entraîne symétriquement la hausse des prix.

188Si nous considérons maintenant le groupe d’années le plus intéressant pour chaque régression, le PIB vient au premier rang avec un coefficient de 0,96 pour la période 1941-1952, tandis que les dépenses de Trésorerie et la masse salariale évoluent en bonne corrélation avec les prix seulement entre 1947 et 1952, soit sur une phase bien typée, mais où l’inflation se tasse rapidement. De leur côté, les salaires horaires et mensuels reculent en symétrie inverse de la hausse des prix pendant la crise inflationniste aiguë de 1945-1948, tandis que la masse monétaire est rongée par l’inflation (– 0,91 pour la période 1941-1950). Nous retrouvons à peu près les analyses de l’INSEE ou de J. Le Bourva en 1951-1952 : l’inflation serait provoquée par l’écart entre offre et demande et par la crise des salaires et des coûts.

189On pourrait améliorer le schéma en élargissant la comparaison avec d’autres pays. Les statistiques américaines, britanniques ou suisses permettraient la confrontation avec des États bien moins inflationnistes, les statistiques italiennes avec un pays voisin aux prix encore plus instables.

190Il nous faut donc conclure de manière pragmatique et simple. L’inflation correspond aux années 1936-1952 qui gravitent autour de la Seconde Guerre Mondiale, depuis le réarmement jusqu’à la fin de la Reconstruction. C’est l’insuffisance d’offre globale pour la demande qui en est la cause majeure. Quand le déficit se creuse (1944-1948), l’inflation s’amplifie, quand il se réduit (1948), elle s’atténue, avant de disparaître (1952-1956) pour un temps. Prix agricoles et salaires urbains sont les circuits majeurs de propagation, par un j eu de hausses mutuelles et dissymétriques. Des facteurs aggravant peuvent interférer, mais seulement en période de crise ouverte. La rigidité de circuits commerciaux segmentés, le déficit budgétaire, l’aisance monétaire jusqu’en 1946 amplifient la hausse. Le jeu des lobbies et des groupes corporatifs, qui se cristallisent dans les années trente contribue à faire monter les enchères quand il y a crise. En phase de stabilisation, ces facteurs « aggravants » disparaissent. Les années cinquante témoigneront ainsi de prix plus stables alors que les corporatismes ont peu fléchi. L’inflation est produite par la pénurie historique des années quarante.

CONCLUSION DU CHAPITRE II
OPINION ET INFLATION : ESTIMATION CORRECTE, COMPRÉHENSION CONFUSE

191L’inflation présente un indiscutable caractère social. Si celui-ci est plus difficile à mesurer que son aspect économique et financier, il n’en joue pas moins un rôle prépondérant qui pourrait expliquer non pas l’existence de l’inflation en France après guerre puisque tous les pays l’ont connue, mais son ampleur.

192La structure sociale de la France en 1944-1952 est traversée d’un certain nombre de clivages qui peuvent devenir des facteurs de rivalité et de propagation des tensions. S’affrontent en un sourd conflit, trois grands groupes, les salariés urbains modestes, ouvriers et employés, les employeurs et indépendants, et les ménages d’exploitants agricoles, autour des quantités disponibles (surtout en 1940-1948) et des revenus. La crise des prix qui fausse tous les repères et la crise politico-diplomatique qui aggrave les tensions entre la Troisième Force et les communistes augmentent la confusion.

193La connaissance des prix courants par les ménages est assez bonne, mais elle se déploie à l’aide d’une échelle mnémotechnique et morale qui jauge et juge en même temps. Cette connaissance est empirique et permet d’extrapoler pour estimer l’évolution générale des prix, qui est assez correctement perçue avec un effet connu de décalage, sous-estimation de la hausse qui se développe, surestimation du ralentissement inflationniste. Les entreprises, dont un tiers se confondent socialement avec des ménages, adoptent une stratégie simple de prix ; la faible élasticité de leurs gains de productivité et le caractère relativement protégé du marché encouragent à ajouter une marge bénéficiaire aux coûts, sans prévoir leur évolution à moyen terme.

194Le terme d’inflation fait une nouvelle apparition en France dès 1944, mais le sens modernisé, progressivement imposé par les Finances se diffuse difficilement dans l’opinion qui ne veut voir dans la hausse que la « vie chère ». Si les causes apparaissent vraiment obscures à la moyenne des Français, la nécessité de se défausser du problème s’affirme de plus en plus nettement à partir de 1947, mais c’est l’État qui est investi de la tâche de lutte anti-inflationniste.

195Pour autant que l’on puisse dissocier les causalités, il apparaît que la crise des prix des armées quarante provient d’abord d’un déficit suraigu des quantités disponibles avant d’être une crise des coûts. Des éléments complémentaires d’instabilité comme les dépenses budgétaires peuvent renforcer les propensions à la hausse sans pouvoir la créer de manière individuelle. La hausse des prix génère des revendications logiques d’ajustement salariaux nominaux ; à défaut d’en saisir le mécanisme, le consommateur urbain cherche à défendre son approvisionnement, à prix croissant.

Notes

1 Nous ne nous attacherons évidemment pas à une étude détaillée du sujet. Nous renvoyons le lecteur à F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, 1980, tome IV, 2, PUF ; à Y. Lequin, Histoire des Français, xixe-xxe siècle, 3 vol., Colin, 1984, ou P. Guillaume, Histoire sociale de la France au xxe siècle, Masson, 1993.

2 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 11 et suivantes.

3 IFOP, Sondages, 16 juin 1946.

4 Une seule réponse diffère sensiblement : les communes supérieures à 20 000 habitants accordent une importance à « l’avarice » (20 %) nettement supérieure à celle que lui donnent les communes de moins de 2 000 hab. (10 %) ; les paysans se jugent « économes », orientant leurs faveurs vers les dépenses d’investissement à venir.

5 Les 6 % proviennent de l’agglomération parisienne, les 17 % des communes de moins de 40 000 habitants.

6 O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, 1991, p. 186 et suivantes.

7 Pensons aux cités métallurgistes et minières du Nord, de Lorraine, de la Loire, à l’agglomération parisienne, lyonnaise, même marseillaise, etc.

8 La variété est de règle, entre le textile, plutôt féminin, la chimie, les constructions électriques, l’artisanat, les chauffeurs et mécaniciens, etc.

9 Voir par exemple : G. Lefranc, Le syndicalisme en France, PUF, Que-sais-je ?, 1975.

10 Il ne s’agit ici que des fonctionnaires des cadres A et B de la fonction publique, civile et militaire.

11 IFOP, Sondages, 16 mars 1946.

12 Dans l’immédiat après-guerre, les seules dépenses du ministère de l’Éducation nationale, qui sont à distinguer de l’ensemble des dépenses pour l’éducation, représentent 8 à 9 % du budget.

13 Elle ne brille pas non plus dans les facultés de droit, où l’on enseigne l’économie politique ; nous y reviendrons avec la question des théories inflationnistes.

14 IFOP, Sondages, 16 avril 1946.

15 IFOP, Sondages, 16 avril 1946.

16 IFOP, Sondages, 16 janvier 1947.

17 Nous ne prenons évidemment pas partie. Il s’agit de montrer la coexistence de deux aspirations issues d’époques et de typologies socioprofessionnelles différentes : aspiration à l’égalité de salaire (opinion plus récente) et à la maternité domestique (opinion plus ancienne).

18 M. Perrot, L’opinion publique et la monnaie en France et en Grande Bretagne, (1924-1936), Paris, Colin, FNSP, 1954.

19 Auto-étude détaillée de l’IFOP, in Sondages, 1er janvier 1947.

20 G. Gallup. Né en 1901.

21 A. Max, La République des sondages, Gallimard, Idées, 1981. Alfred Max préside l’IFOP après 1979.

22 J.-N. Jeanneney et J. Julliard, « Le Monde » ou le métier d’Alceste, 1978.

23 Libération paysanne, lancé en 1945 avec la CGA cesse de paraître en 1952.

24 P.-L. Reynaud, La psychologie économique, Rivière, 1954.

25 D. Adam, Les réactions du consommateur devant les prix. Contribution aux études de comportement, SEDES, 1958.

26 A. Marshall, Principes d’Économie politique, 1906, p. 230, cité dans D. Adam, op. cit..

27 Par exemple : Hall et Hitch, Price theory and business behaviour, Oxford Economie Papers, 1939.

28 J. Marchai, Le mécanisme des prix, 1948, p. 448.

29 A. Piatier, Bulletin de l’Académie des Sciences morales et politiques, 7 oct. 1957.

30 Exemple : Centre d’Études des Revenus et des Coûts, Revue du CERC, nos 33-34 et 43-44, 1977 et 1978 ou André Fady, Merchandising, Vuibert, 1981.

31 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Gallimard, 1984, p. 189 et suivantes.

32 IFOP, Sondages, n° 3, 1951.

33 IFOP, Sondages, 16 avril 1945.

34 IFOP, Sondages, n° 1, 1954.

35 IFOP, Sondages, n° 3, 1951.

36 IFOP, Sondages, 16 avril 1945.

37 IFOP, Sondages, 1er décembre 1945.

38 IFOP, Sondages, 1er mai 1946.

39 G. Bernanos écrit en 1940 dans son journal : « Une époque d’inflation ne tient pas de place dans l’histoire ; elle se dégonfle le moment venu, voilà tout. » dans Le lendemain, c’est vous, Plon, 1969, p. 26.

40 IFOP, Sondages, n° 1, 1954.

41 IFOP, Sondages, n° 4, 1954.

42 IFOP, Sondages, n° 3, 1956.

43 L’Express, 16-22 septembre 1974, p. 61. Sondage Interopinion-L’Express, 4-11 septembre 1974. La question était : « D’après la liste suivante, quelles sont les trois choses qui vous inquiètent le plus pour les mois à venir ? » « Les prix » obtenaient 83 % des réponses, « le chômage » 44 % et « les grèves et les manifestations » 37 %.

44 IFOP, Sondages, n° 3, 1952. Enquête de février-mars 1952.

45 Se reporter au rapport du Conseil national du crédit pour l’année 1946 et aux analyses effectuées dans le chapitre précédent sur l’évolution des crédits en 1944-1952.

46 IFOP, Sondages, 16 mai et 15 septembre 1948.

47 IFOP, Sondages. n° 4, 1954, p. 34.

48 CERC, Documents du CERC, Connaissances et opinions des Français sur les prix, 2 fascicules : 1. n° 33-34, 1er trimestre 1977, Ce qu’ils savent et pensent des mécanismes de prix (p. 9-22) ; 2. n° 43-44, 2e trimestre 1978, Ce qu’ils perçoivent des évolutions de prix (p. 7-20).

49 A. Fady. « La connaissance des prix des articles de consommation courante par les clients des magasins en libre service », dans Coopération, Distribution, Consommation, décembre 1976, repris dans A. Fady, Merchandising, Vuibert gestion, 1981, p. 39-49.

50 P. Lamour, Le cadran solaire, 1980, Plon, p. 197.

51 E. Grenadou et P. Prévost. Grenadou, paysan beauceron, 1966, Seuil, collection Points, p. 203, 225 et 253.

52 P. Mendès France, La Dépêche d’Evreux, 23 octobre 1948. Reproduit dans Œuvres complètes, II, p. 250, Gallimard, 1985.

53 La Citroën 11 CV dite « Traction » est produite de 1934 à 1955. Elle incarne la modernité technique des automobiles pour toute une génération.

54 D. Adam, op. cit., 1958, p. 4 et 14-21.

55 L’effet de « prix ronds » joue aussi du côté de l’offre auprès des professionnels ou des ordonnateurs de dépenses publiques. Il n’est pas propre à la mémoire des consommateurs.

56 Cf. D. Adam, op. cit., passim, 1958.

57 Synthèse des analyses par Claude Goguel, « l’indice psychologique du coût de la vie », IFOP, Sondages, 1963, n° 3, p. 5-25.

58 Voir par exemple : IFOP, Sondages, 1952, n° 1.

59 1947 : 2 400 milliards de F (15 400 F par mois) sur 4 370 milliards de F de PIB, 1950 : 4 914 milliards de F (31 700 F par mois pour un ménage) sur 10 064 milliards de F de PIB, 1954 : 7 460 milliards de F (46 900 F par mois) sur 16 013 milliards de F de PIB.

60 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356.

61 J. Meynaud, Les groupes de pression en France, 1958.

62 Voir notamment : H.-W. Ehrmann, La politique du patronat français, 1936-1955, Colin, 416 p., 1959. M. Lévy-Leboyer, Le patronat de la seconde industrialisation, dans Cahiers du Mouvement social n° 4, Paris, Les Éditions ouvrières, 1979. G. Lefranc, Les organisations patronales en France, Payot, 1976. H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Le Seuil, 1986. F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France en Reconstruction, 1944-52, Fayard, 1988, chapitre vii.

63 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984.

64 Par exemple : J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix (1935-1949), Thèse de droit, Paris, 1950.

65 Ainsi, (Dir.) G. Duby et H. Wallon, Histoire de la France rurale, tome IV, Seuil, 1976.

66 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? p. 204.

67 In F. Fourquet, Les comptes de la puissance, Encres, 1980, p. 246-247, intervention d’Henri Aujac, qui a débuté sa carrière d’économiste à la fin des années quarante et que nous retrouverons dans l’analyse des théories inflationnistes.

68 Si le cas peut s’entendre des Peugeot ou des Michelin, nous avons plutôt à l’esprit la majorité des exploitations agricoles et une bonne part des ateliers ou des boutiques, pour lesquels « l’entreprise » est d’abord une manière de vivre puis un générateur de valeur ajoutée.

69 Rappelons qu’il y a en 1944-1952 à peu près 4,5 millions d’entreprises et 13 à 13,5 millions de ménages.

70 J. Fourastié, Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984, notamment p. 120-123, 152-156 et 203-205.

71 J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix (1935-1949), Paris, 1950, p. 55-59.

72 AEF. B 18 675. Questions économiques. Problèmes monétaires, n° 10, octobre 1952, p. 3.

73 J. Dez, op. cit., p. 57-59.

74 À l’occasion d’une interview en juin 1989 à Paris, H. Mennesson, un des principaux dirigeants de l’association générale des producteurs de blé, nous confirmait le nombre extrêmement faible d’exploitations disposant d’une comptabilité avant 1950.

75 J. Dez, op. cit., p. 57-59.

76 Centre d’études des revenus et des coûts, op. cit., Connaissances et opinions des Français sur les prix, nos 33-34, p. 41-47.

77 Cf. Bulletin du CNPF, passim, 1946-1952.

78 Cf. Libération paysanne, passim, 1944-1952.

79 Dictionnaire : Trésor de la Langue française, 1983, vol. X, p. 195.

80 Grand Dictionnaire Robert, édition 1985, tome V, p. 576. Citations dans Gide, Les faux-monnayeurs, Pléiade, III, 6, p. 1179. Valéry, Variétés III, p. 283. Mauriac, Journal 2, 1937, p. 149. Beauvoir, Tout compte fait, p. 173.

81 Virel, Dictionnaire de psychologie, Paris, 1977.

82 Cf. aussi le point de vue de Jean Bouvier, interviewé dans l’hebdomadaire Le Point, 9 décembre 1974, p. 156-171.

83 H. Truchy, Cours d’économie politique, 1919, tome I, p. 352-353.

84 Cité in P. Léon, Histoire économique et sociale du monde contemporain, 1914-1947, tome V, Colin, 1977, p. 15.

85 Cité par P. Mendès France dans sa thèse de droit, in Œuvres complètes, Gallimard, I, p. 69.

86 Bainville, Histoire de France, 1924, XVI, p. 338. L’auteur est membre du directoire de l’Action française.

87 G. Bernanos, Le lendemain c’est vous, Plon, 1969, p. 26.

88 R. Courtin in préface de G. Fain, La lutte contre l’inflation, 1947.

89 In Grenadou, Paysan beauceron, op. cit., p. 251.

90 Il fait de même dans sa Note rédigée conjointement avec Emmanuel Mönick Sur la politique monétaire du Gouvernement, 5-10 août 1944, 90 p. in AEF. B 18 675. Exemple, p. 48.

91 De Gaulle, Discours et messages, Plon, 1970, I. p. 456.

92 De Gaulle, Mémoires, II, p. 215, Plon.

93 De Gaulle, Discours et messages, I, p. 681, Plon, 1970.

94 JO AN, Débats parlementaires, séance du 14 février 1946.

95 JO AN, Débats parlementaires, 15 février 1946.

96 L’ensemble du mouvement est animé par le directeur de cabinet de R. Schuman (juillet 1946-novembre 1947), François Bloch-Lainé.

97 J. Romeuf, Dictionnaire d’économie, 1956. Rubrique « inflation » rédigée par Gaël Fain, professeur d’économie à Paris.

98 IFOP, Sondages, octobre 1949.

99 CERC, Documents. Connaissances et opinions de Français sur les prix ; « ce qu’ils savent et pensent des mécanismes de prix », 1er trimestre 1977, n° 33-34, p. 12-14 et 51-68.

100 Le PIB en France a progressé de 4,8 fois entre 1950 et 1990 et le PIB par habitant de 3,5 fois.

101 AEF, 5 A 28, Direction générale du Contrôle économique, Rapport Annuel, 1944 (p. 4) et 1945 (p. 1-3).

102 J. Duclos, L’Humanité, 14-15 octobre 1945.

103 JO AN, Débats parlementaires, 15 février 1946. Intervention de J. Duclos.

104 J. Duclos, L’Humanité, 14-15 octobre 1945.

105 JO AN, Débats parlementaires, 14 février 1946. J. Duclos estimait que la politique des trusts « déconsidérait le franc et le régime démocratique » (L’Humanité, 13 octobre 1945), mais avec moins d’insistance qu’A. Philip ou P. Mendès France.

106 CERC, op. cit., p. 14-16, 53-56 et 73-81.

107 AEF, 5 A 28, DGCE, Rapports Annuels, 1944-1947.

108 CERC, op. cit., p. 16-20 et 85-92.

109 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesure du processus inflationniste, Thèse de doctorat en sciences économiques, 381 pages, Imprimerie nationale, 1952, note, p. 313.

110 J. Marczewski, Inflation et chômage en France, Explication quantitative, Economica, 1977, 208 p., rappelle : « Le dépouillement de dix années de comptes nationaux... n’aurait jamais pu être mené à bien sans le concours irremplaçable... du Laboratoire de Comptabilité nationale et de Planification » (Paris 1/ CNRS), dans Préface, p. VII.

111 Exemple de l’association de Maurice Lévy-Leboyer et François Bourguignon, dans L’économie française au xixe siècle, Economica, 1985.

112 Exemples dans J.-P. Thomas, Les politiques économiques au xxe siècle, Colin, Cursus, 1990, p. 126-127 ou M. Cabannes, La politique macro-économique, Colin, Cursus, 1994, p. 96-99.

113 J.-J. Carré, P. Dubois et E. Malinvaud, La croissance française, Un essai d’analyse économique causale de l’après-guerre, Seuil, 1972. Le tableau des facteurs de la croissance française 1913-1963 (p. 275) explique 1,0 % sur 2,1 % de croissance annuelle du PIB et laisse 1,1 % de résidu... Une étude postérieure de l’INSEE (P. Dubois, M. Fleurbey et P. Joly) citée dans L’Expansion daté du 18 octobre 1990 qualifie le résidu « d’efficacité de la combinaison des facteurs ».

114 J.-J. Carré, P. Dubois et E. Malinvaud, La croissance française, p. 14-15.

115 Petit tableau synthétique des hypothèses inflationnistes en 1950-1990, P. Bezbakh, Inflation et désinflation, La Découverte, 1986, p. 31.

116 M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 386-387 et suivantes.

117 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.

118 L’étude de J. Bournay et G. Laroque, Comptes trimestriels, 1949-1959, Collections de l’INSEE, Série C, n° 70, 201 p., mars 1979, apporte des précisions sur les années 1946-1949, mais l’absence de référence à une base 1938 comme la non-coïncidence avec les séries de 1961 (cf. supra) rendent leur utilisation malaisée ici.

119 L’ouvrage de R. Delorme et C. André, L’État et l’économie, Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France, 1870-1980, Seuil, 1983, 758 p. a élargi ses calculs à l’ensemble des dépenses publiques, État central, collectivités territoriales, assurances sociales.

120 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI.

121 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 245 et 247.

122 Voir chapitre III.

123 INSEE, La France et l’inflation, 1914-1950, Études et Conjoncture, mai-juin 1951, 144 pages.

124 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesure du processus inflationniste, thèse de doctorat en sciences économiques, 381 pages, Imprimerie nationale, 1952.

125 Jacques Le Bourva, L’inflation française d’après-guerre, 1945-1949, Essai sur la théorie et la mesure du processus inflationniste, thèse de doctorat en sciences économiques, 381 pages, Imprimerie nationale, 1952. Laboratoire de recherches économiques et statistiques de la faculté de droit de Rennes. Professeur de sciences économiques à Rennes à partir de 1956.

126 J. Marczewski, Inflation et chômage en France, Explication quantitative, Economica, 1977, 208 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 49Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)
Légende Source : C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-187.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 50Structure de l’échantillon des sondages IFOP (1944-1952)
Légende Source : IFOP, Sondages, 1er janvier 1947.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 51La préoccupation dominante des ménages, 1946-1951, d’après les sondages IFOP
Légende Source : IFOP, Sondages, 1945-1951, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 51La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)d’après les sondages IFOP
Légende Source : IFOP, Sondages, 1946-1951, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 52La préoccupation dominante des ménages (1946-1951)Décomposition des réponses « difficultés pécunaires »
Légende Source : IFOP, Sondages, 1946-1951.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 53Le problème politique le plus important pour les ménages en mars 1945
Légende Source : IFOP, Sondages, 16 avril 1945.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 54Les problèmes à résoudre par l’Assemblée constituante élue en octobre 1945
Légende Source : IFOP, Sondages, ler décembre 1945.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 55L’événement le plus important pour l’opinion depuis un an (avril 1946)
Légende Source : IFOP, Sondages, 1e r mai 1946.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 56Le problème le plus important pour la France en août 1953
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 1, 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 57« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou rester stationnaires ? »
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Le mouvement des prix de 1946 à 1954 ; proportion des personnes croyant que les prix vont monter
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Tableau 58Décomposition des réponses estimant que « les prix vont monter » en 1945-1946
Légende Source : IFOP, Sondages, 1er novembre 1945 et 16 juillet 1946.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Évolution des indices du coût de la vie de 1945 à 1954(Indice des prix INSEE et indice psychologique IFOP)
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Tableau 59Confrontation de l’indice des prix INSEEet de l’indice psychologique du coût de la vie, IFOP (1945-1954)
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 4, 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 60Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOPNuances par commune de résidence et par catégorie socioprofessionnelle (1945-1950)
Légende Source : IFOP, Sondages, n° 2, 1952.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 61Estimations psychologiques du coût de la vie par l’IFOP.Rapport entre les réponses extrêmes par catégorie (1945-1953)
Légende Source : IFOP, Sondages, passim et supra, 1945-1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 62Les causes de l’inflation selon l’opinion, aperçu en 1949Ventilation des réponses positives à la question« Croyez-vous que les prix vont monter, baisser ou resterstationnaires ? »
Légende Source : IFOP, Sondages, octobre 1949.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Le mécanisme inflationniste en 1946 selon l’INSEE (1951)
Légende Source : INSEE, Études et conjoncture, union Française, mai-juin 1951, L'inflation en France depuis J9I4, p. 80.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Circuits inflationnistes des coûts et des dépenses(années 1966-1976 selon J. Marczewski)
Légende Source : Jean MARCZEWSKI, Inflation et chômage en France, Economica, 1977, p. 192.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 63Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante
Légende Source : 1. Prix de détail : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1990, p. 286. 2. Produit intérieur brut : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1961, p. 355. 3. Dépenses de trésorerie : Ministère des Finances, Statistiques Et Études Financières, SEEF, suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955. 4. Masse monétaire : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie Nationale, 1966, p. 515. 5. Masse salariale globale, salaire mensuel moyen, salaire horaire moyen : Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie Nationale, 1961, respectivement p. 356, 260 et 254.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Graphique 63Séries pour calculs de corrélation. Sept indices en valeur courante(Base 100 en 1938)
Légende Source : 1. Prix de détail : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286. 2. Produit intérieur brut : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1961, p. 355. 3. Dépenses de trésorerie : ministère des Finances, Statistiques et Études financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955. 4. Masse monétaire : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 515. 5. Masse salariale globale, salaire mensuel moyen, salaire horaire moyen : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1961, respectivement p. 356, 260 et 254.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 64Séries pour calculs de corrélation. Confrontation des prix de détail en valeur courante et des six autres indices en valeur constante 1938
Légende Source : cf. supra.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 65Synthèse des corrélations les plus significatives
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2564/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable