Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Livre premier. Inflation, opinion et pouvoirs publics de 1944 à 1952. Un problème complexe

Chapitre I. Une inflation exceptionnelle

Texte intégral

I. HUIT ANS D’INFLATION RAPIDE

1Par rapport au xixe siècle, le xxe apparaît fortement inflationniste. Le phénomène n’est cependant pas homogène, ni dans le temps ni dans l’espace ; d’une part, plusieurs phases d’accélération des prix autour des deux guerres mondiales, sans compter la crise de 1968-1986, alternent avec des périodes de répit, d’autre part la France présente une hausse générale relativement forte par rapport aux autres pays industriels. Alors que les États-Unis affichent une hausse de 13,5 fois pour leurs prix de détail entre 1914 et 1993, le chiffre de la France exprimé en « anciens francs » s’établit à 1 650 fois environ.

A. LA VIGUEUR DE LA HAUSSE ET LES DISTORSIONS QU’ELLE ENTRAÎNE

  • 1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.
  • 2 Les indices seront étudiés dans un autre paragraphe. Il suffira de dire ici que l'investigation des (...)

2La définition statistique de l’inflation est usuellement confiée à l’indice des prix de détail ou indice des prix à la consommation. Il intègre tous les autres stades de prix, les taxes fiscales et les subventions et s’adresse aux ménages. Il arrive parfois que l’écart avec les prix de gros soit suffisant pour lui préférer un indice moyen [(prix de gros  prix de détail)] dont nous reparlerons plus bas. Pour ce qui concerne le seul indice des prix de détail, l’Institut national de la statistique et des études économiques, l’INSEE, a recomposé en 19901une série longue qui raccorde 5 séries précédentes d’inégale valeur scientifique2mais qui permet une intéressante vue d’ensemble.

3Entre 1914 et 1989, l’indice des prix de détail exprimé en « anciens francs » est parvenu au niveau 150 962, soit une multiplication de la base initiale par 1 509 en 75 années. Après la définition du « nouveau franc » en 1960 au taux d’1 « nouveau » pour 100 « anciens », cette augmentation est ramenée à 15,09 fois. La progression moyenne annuelle séculaire en anciens francs est de + 10,2 %, soit un doublement tous les 7 ans, selon la décomposition chronologique ternaire que donne le graphique : multiplication par 7 entre 1914 et 1938, par 24,3 entre 1938 et 1952, par 8,7 entre 1952 et 1989.

4Il apparaît ainsi que les périodes de prix stables sont minoritaires pour la France du xxe siècle, une vingtaine d’années sur 75, et font face à des périodes de crise soutenue au rythme interne irrégulier. La guerre de 1914-1918 et les années 1920 marquent l’entrée dans l’ère des prix instables, tandis que la crise de 1929 détermine une période d’effondrement momentané (1930-1935) plutôt que de stabilisation. Les années 1938-1952, amorcées dès 1935-1936, présentent une phase d’inflation aiguë à la cadence deux fois supérieure à celle de la première guerre. Dans la croissance économique forte du troisième quart de siècle, la stabilité des prix ne concerne que les quinze années centrales (1952-1967), les périodes extrêmes étant ennoyées dans les phases d’inflation qui l’encadrent, 1938-1952 et 1968-1986. Schématiquement, la période 1938-1952 représente environ 30 % de la hausse française des prix sur 75 ans, soit un petit tiers du flux pour un sixième du temps considéré.

Graphique 1.
Évolution des prix en France de 1914 à 1989
(Valeurs de l’indice des prix courants sur base 100 en 1914)

Graphique 1.Évolution des prix en France de 1914 à 1989(Valeurs de l’indice des prix courants sur base 100 en 1914)

Sources : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

5Séries raccordées des indices de détail à la consommation.

6L’examen détaillé de la phase 1938-1952 vérifie à moyen et court terme l’irrégularité de la hausse des prix constatée en longue période.

  • 3 60 % de hausse annuelle donnent une progression de 2,5 fois en deux ans, un quadruplement en trois (...)

7Si la hausse moyenne annuelle est de 25 % environ, trois étapes se distinguent : de 1938 à 1944, la progression est de 18 % par an (+ 14,5 % en 1936-1939 et + 21 % en 1940-1944), de 1945 à 1948 elle s’élève à 55 % par an et de 1949 à 1952, retombe à 11,75 %. Le sommet de la crise n’est donc pas la guerre, mais l’après-guerre entre 1946 et 1948 où se dessine un « pic inflationniste » d’un rythme annuel proche de 60 %3, inégalé depuis. Nous pressentons avec l’inflation un phénomène qui s’apparente à la mécanique des fluides avec crue progressive, accumulation maximale et lent reflux.

Tableau 2
Évolution annuelle des prix de détail en France, de 1936 à 1952

Tableau 2Évolution annuelle des prix de détail en France, de 1936 à 1952

Sources : INSEE, Annuaire de la France, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1990, p.286.

Graphique 2a
Évolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952
(Indice raccordé des prix)

Graphique 2aÉvolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952(Indice raccordé des prix)

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

Graphique 2b
Évolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952
(Hausse annuelle en pourcentage)

Graphique 2bÉvolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952(Hausse annuelle en pourcentage)

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286

Graphique 3
Comparaison internationale. Hausse des prix de détail dans 16 États, 1938-1952
(Sur base 100 en 1938, niveau atteint par chaque État en 1952)

Graphique 3Comparaison internationale. Hausse des prix de détail dans 16 États, 1938-1952(Sur base 100 en 1938, niveau atteint par chaque État en 1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, Imprimerie nationale, p. 109

  • 4 Les indices des prix de ces États sont d’inégale valeur. Schématiquement, les pays industriels avan (...)

8La France participe en fait d’un mouvement d’inflation mondial, mais elle figure parmi les États à l’évolution intérieure des prix la plus rapide. Alors que la moyenne des indices de seize États à peu près représentatifs4donne une hausse de 5,1 fois, celle de la France ( 24,37) n’est dépassée que par celle de l’Italie ( 49) et s’établit à près de cinq fois au-dessus de cette moyenne. On distingue nettement sur le schéma les États d’inflation modérée dont les prix doublent ou triplent entre 1938 et 1952, dans une zone atlantique nord très anglo-saxonne et victorieuse, les États d’inflation moyenne ici représentés par les espaces ibériques restés neutres pendant l’essentiel du conflit et ne disposant pas d’un potentiel industriel élastique, et les États à l’inflation soutenue, pays du champ de bataille dans lesquels URSS et Japon auraient figuré s’ils avaient disposé de statistiques accessibles et fiables.

9L’indice des prix étant mensuel, une analyse saisonnière de l’évolution française mérite d’être prise en compte.

10La hausse dite annuelle se concentre une fois sur deux sur quelques mois précis. Les mois inflationnistes sont alors les mois de livraison agricole, des primeurs d’avril aux betteraves d’automne, avec deux poussées identifiables, de Pâques à la Pentecôte d’une part, de l’Assomption à la Saint-Martin d’autre part. Pour la seule période 1944-1952, la hausse annuelle peut se limiter à cinq mois (1945-1946), voire trois (1950). La pénurie n’est pas seule en cause puisque des années de disette (1944) présentent une hausse étale et des années abondantes (1949) voient réapparaître le balancement saisonnier. Ce mouvement interne est à mettre en rapport avec l’importance démesurée que prennent les prix et les produits agricoles dans les années quarante et leurs pondérations indiciaires, déterminant des écarts de 30 à 70 % d’un semestre à l’autre.

Tableau 4
Évolution saisonnière des prix. Exemple de l’année 1946

Tableau 4Évolution saisonnière des prix. Exemple de l’année 1946

Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif de la France, Imprimerie nationale, p. 231 de l’édition de 1951 et p. 376 de l’édition de 1961.

Graphique 4
Évolution saisonnière des prix
Exemple de l’année 1946
(Hausse mensuelle en pourcentage)

Graphique 4Évolution saisonnière des prixExemple de l’année 1946(Hausse mensuelle en pourcentage)

Source : INSEE, Annuaire statiqtique rétrospectif, Imprimerie nationale, p. 231 de l’édition 1951 et p. 376 de l’édition 1961.

11L’exemple de l’année 1946, celle de la plus forte poussée du siècle, montre à l’envi la double accélération du printemps et de la période août-octobre, atténuée par la décélération de juillet et encadrée par la stabilité de la saison froide. Le répit de juin-juillet correspond à l’essoufflement des prix maraîchers et fruitiers du printemps et à l’attente des récoltes céréalières. La très forte hausse d’août est aussi à mettre en rapport avec le relèvement non négligeable des salaires (+ 25 à 30 %) à la conférence dite du Palais-Royal.

12Au-delà de 1951, ces mouvements s’inversent (1952-1956) quand les prix agricoles tendant à la récession, avec baisse des prix de détail entre février et août puis remontée entre septembre et janvier suivant, et s’effacent presque complètement de 1957 à 1965 sous les effets conjugués de la politique de garantie de prix et de l’évolution industrielle-tertiaire des pondérations.

13À ce sujet, il faut mentionner le léger écart entre une progression en moyenne annuelle (année 1945/année 1944, soit douze mois par rapport à douze autres) et une progression de décembre à décembre (décembre 1945/ décembre 1944, soit le niveau atteint par un mois par rapport à un autre niveau mensuel).

14La variation sur douze mois est plus rapide que la variation des moyennes annuelles en période d’expansion inflationniste (1944-1946 et 1950-1951) puisque les moyennes annuelles atténuent des valeurs extrêmes croissantes vers les derniers mois, mais elle est moins rapide que la moyenne en phase de décrue inflationniste (1947-1950 et 1952) dans la mesure où les moyennes annuelles intègrent encore des valeurs mensuelles soutenues, que l’évolution décroissante sur douze mois tend à minorer. De 1944 à 1945, c’est-à-dire en 1945 sur base 100 en 1944, la progression moyenne est de + 38 % alors que la hausse de décembre 1944 à décembre 1945 est de + 62 %. Inversement la progression moyenne de 1948 (+ 58 %) est supérieure à celle des douze mois de 1948, + 42 %.

Tableau 5
Évolution comparée des prix de gros et de détail. 1938-1956.

Tableau 5Évolution comparée des prix de gros et de détail. 1938-1956.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 405 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

Graphique 5
Évolution comparée des prix de gros et de détail, 1938-1956

Graphique 5Évolution comparée des prix de gros et de détail, 1938-1956

Nota. — Il s’agit de séries raccordés rétrospectivement dans les années 1960-1980 ; elles diffèrent légèrement des séries brutes d’époque, qu’ont pu connaître les contemporains.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 405, et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

15Les prix de détail n’étant que les plus connus des indices, il convient dès lors d’opérer la distinction entre prix de gros et prix de détail.

16L’établissement des données offre à lui seul un premier obstacle puisque les séries de la Statistique générale de la France en base 1938 sont abandonnées par l’INSEE en 1949-1950 et que le raccordement s’effectue à une valeur inférieure pour la dernière année calculée en raison des réaménagements de pondération. C’est ainsi que l’indice de détail atteint le niveau 1 945 en 1950 pour la série SGF et 1 864 pour le nouvel indice INSEE (colonne 2), soit un écart en baisse de 4 ou 5 %. Pour les prix de gros, l’écart de raccordement atteint 8 %. Les deux indices ne recouvrent pas la même collecte d’informations, les indices de détail de l’époque concernant essentiellement des prix alimentaires (90 % de la pondération jusqu’en 1949) en moyenne mensuelle de relevés hebdomadaires pour la capitale, les indices de gros se répartissant entre prix agricoles (50 %) et industriels (50 %, mais sans produits finis) nationaux en fin de mois. La moyenne géométrique des deux indices peut faire également office d’indicateur inflationniste en cas d’écart trop important entre prix de gros et prix de détail.

17De 1914 à 1929, les prix de gros français avaient semblé progresser plus vite que les prix de détail : indices respectifs 695 et 554 en 1929 sur base 100 en 1914. De 1929 à 1938, la crise des prix a plus touché les grossistes et les prix de détail reprennent l’avantage. La guerre et l’après-guerre définissent une configuration extrêmement curieuse des rapports entre les deux stades : de 1940 à fin 1943 les prix de gros prennent l’initiative, cèdent le pas aux prix de détail de novembre 1943 à janvier 1948, puis retrouvent l’avantage au-delà. La période 1944-1947 est favorable aux petits détaillants en produits alimentaires et textiles, tandis que le Contrôle surveille de près les prix grossistes les plus importants. Janvier 1948, avec le réaménagement des prix par le gouvernement Schuman-Mayer, redonne l’initiative aux prix de gros alors que les prix agricoles approchent de la stabilité avec la fin des pénuries. L’écart entre les deux séries reste le plus souvent compris entre 5 et 10 %, mais il peut s’abaisser à 1,5 % (1948) ou s’élever à 17 % (1951).

18La mise en lumière de la pression agricole peut se faire avec la décomposition de l’indice de gros en produits agricoles et produits industriels.

Tableau 6
Décomposition de l’indice des prix de gros en prix agricoles et prix industriels (1940-1950)

Tableau 6Décomposition de l’indice des prix de gros en prix agricoles et prix industriels (1940-1950)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376.

19La période de guerre et de commandes allemandes détermine entre 1940 et 1943 une hausse plus soutenue des prix industriels et explique l’avance de l’indice de gros (mi-industriel) sur celui de détail (agro-alimentaire). La Libération avec le double lobbying des exploitants en faveur de leurs prix et des salariés en direction de leurs revenus détermine une hausse rapide des prix alimentaires entre 1944/45 et 1947, année où l’écart atteint 41 % en faveur des prix agricoles. C’est la période où les prix de gros (mi-industriels) sont dépassés par les prix de détail (agro-alimentaires). En 1948, le relèvement rapide des prix industriels décidé par le gouvernement de l’époque se conjugue avec le retour à des prix agricoles stabilisés (progression de 0,5 % entre 1948 et 1949). Désormais, les prix industriels et les prix de gros l’emportent sur les prix agricoles et les prix de détail.

  • 5 C’est la thèse constante de Jean Fourastié. Son ouvrage le plus récent sur le sujet est : J. Fouras (...)
  • 6 Voir INSEE, Tableaux de l ‘économie française, 1989, p. 97.

20L’écart entre prix agricoles et prix industriels nous introduit dans la dispersion des prix. Celle-ci n’est pas le seul fait de l’inflation ; à long terme, les différences de productivité5déterminent des écarts considérables dans les coûts de revient et les prix de vente : entre 1925 et 1987, par exemple, le prix du quintal de blé, exprimé en « nouveaux francs », a progressé de 20 %, celui du kilogramme de jambon de 2,4 fois, le salaire annuel total du manœuvre de 15,4 et la coupe de cheveux homme de 27,26. Entre 1938 et 1948, les effets dus aux gains de productivité semblent minoritaires par rapport aux effets systémiques d’offre et de demande : les produits dont les prix augmentent le plus en période d’insuffisance moyenne de l’offre sont ceux dont la demande apparaît aux agents comme la moins incompressible, soit les produits alimentaires, textiles, houillers ou métallurgiques. Dans les secteurs où la productivité est faible, l’ajustement de la demande s’effectue par adaptation des prix à la hausse. La progression spécifique de chaque secteur de prix résulte schématiquement du rapport entre l’intensité de la demande et l’inélasticité de l’offre. La politique des prix crée aussi des interférences.

Tableau 7
Dispersion des prix 1944-1950
Exemple de quatre branches représentatives (prix de gros)

Tableau 7Dispersion des prix 1944-1950Exemple de quatre branches représentatives (prix de gros)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376

21De 1944 à 1950, la série s’interrompant au-delà, l’écart se creuse entre les branches. En 1944, les prix les plus volatils, ceux des textiles, ne dépassent que de 12 % la moyenne générale, mais en 1947, les viandes distancent de 59 % la moyenne et en 1950, les textiles sont à nouveau en avance de 83 %. L’intervalle entre les branches les plus instables et celles qui manifestent une plus grande inertie inflationniste s’approfondit également : 35 % en 1944 (textiles/ métallurgie), 2,2 en 1947 (viandes/céréales) et 2,95 en 1950 (textiles/ céréales). En 1944-1950, la dispersion des prix se décompose en deux temps, celui des pénuries alimentaires (1944-1947) qui voit la progression rapide du prix des viandes (indice 1 571 en 1947), celui des enchères vestimentaires (1948-1950) qui associe la vigueur d’une demande reconstituant sa garde-robe et la libération des prix d’une branche à productivité médiocre ; les produits textiles atteignent en 1950 l’indice 3 970 ; les prix alimentaires se sont alors tassés au-dessous de la moyenne tandis que les fabrications métallurgiques si caractéristiques de la reconstruction-modernisation commencent une progression spécifique. Cette dispersion sectorielle croissante entre 1944 et 1950 se confirme-t-elle au-delà ?

Tableau 8
Dispersion des prix de gros par secteurs et par branches
(1948-1958)

Tableau 8Dispersion des prix de gros par secteurs et par branches(1948-1958)

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 302.

22Sur cette deuxième série, de base 100 en 1949, l’intervalle maximum entre branches diminue de 1948 (50 %) à 1952 (20 %) puis se creuse à nouveau de 1952 à 1958 (38 %). Le changement de base, l’expansion du PIB, les gains de productivité expliquent en partie cette évolution. Alors que le textile cesse d’être un facteur de hausse (rapport de 0,81 à la moyenne de 1958) et que les céréales continuent de jouer leur rôle pondéré en matière de prix (rapport de 0,95 à la moyenne de 1958) comme la plupart des prix agricoles (rapport de 0,97 à la même date), deux branches peuvent s’identifier à la modernisation active des années cinquante, le métal (rapport de 1,12 à la moyenne de 1958) et la viande (rapport de 1,09 à la moyenne de 1958) dont la consommation s’élargit plus rapidement que l’offre. De leur côté, les prix des matières premières industrielles dépendent conjointement des cours mondiaux corrigés de la valeur externe du franc et de l’intensité de la demande manufacturière, les 3/4 des matières consommées en France étant importés. La crise coréenne est tout-à-fait lisible dans les indices, le rapport prix des matières industrielles / indice général des prix de gros passant brusquement de 0,99 en 1949 à 1,20 en 1952 avant de revenir lentement à 1,08 en 1958.

23Les indices par branches étant déjà des moyennes, il faut concevoir des fossés plus grands entre les produits qui les composent, comme par exemple entre le fuel-oil léger (indice 950, sur base 100 en 1938) qui domine de 6,2 fois le kwh haute tension (indice 154) en 1944.

Tableau 9
Dispersion des prix de gros par produit (1944-1952)

Tableau 9Dispersion des prix de gros par produit (1944-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410-414.

24Ce tableau illustre la stabilité plus grande du blé pendant toute la période et la ténacité de la viande bovine à la hausse, l’effet « demande sociale » relayant en 1948 « l’effet-pénurie » qui s’estompe. Du côté des prix industriels, nous remarquons le changement d’évolution du charbon, comprimé en 1944, élevé à la moyenne en 1948, largement au-dessus d’elle en 1952 (insuffisance de productivité) et le caractère systématiquement inflationniste du fil de coton, produit importé victime des dévaluations du franc et bénéficiaire du déploiement accéléré d’une demande jusqu’alors différée.

  • 7 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376, tableau VII.
  • 8 L’acheteur est souvent aussi l’électeur : rappelons qu’il y a en France à l’époque 13 millions de m (...)
  • 9 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 413-414.

25Des décalages peuvent enfin s’introduire à l’intérieur d’une même branche entre les différents stades des circuits. Les effets de la politique des prix n’en sont pas absents. En moyenne, pour l’année 1950 sur base 100 en 1938, les matières premières (indice 2 564)7et les produits demi-finis (indice 2 418) ne sont pas trop éloignés (6 %), même si l’on perçoit une légère compression vers l’aval, c’est-à-dire l’acheteur final8. La métallurgie offre l’exemple d’un circuit aux prix homogènes sur toute sa longueur : matières premières à l’indice 2 147, demi-produits à l’indice 2 169, acier « laminé marchand Thomas » à l’indice 2 2089, soit une progression légère des prix (2 à 3 %) vers l’aval peut-être explicable par la vigueur d’une demande finale non composée de ménages. La filière bois offre un bon exemple de compression aval des prix avec des matières (indice 1 897 en 1950) et des demi-produits (indice 1 857) aux cours comparables, mais des produits finis à plus faible niveau comme le bois de papeterie (indice 1 330) pour la presse, l’Administration, la population scolaire, ou le bois de mine (indice 953) pour l’extraction du charbon. La chimie présente le cas d’indices déstabilisés : 2 808 pour les matières premières (partiellement importées), 1 207 pour les demi-produits (prix contrôlés), 2 105 pour l’acide sulfurique (prix en liberté professionnelle).

26Entre 1938 et 1952, les différences géographiques usuelles de prix tenant aux écarts de coûts ou de demande sociale sont aggravées par la pénurie et la crise des prix. En 1944, beaucoup de prix présentent un caractère franchement régional, mais les services statistiques successifs ne disposent que de relevés médiocres effectués dans les préfectures et les villes de plus de 10 000 habitants par les services administratifs des départements et des communes. Les directions régionales de l’INSEE, mises en place en 1949, contribuèrent patiemment à la confection d’un indice national établi dès 1962. Pour notre période, nous disposons donc d’un indice des 34 articles des villes de plus de 10 000 habitants.

Tableau 10
Comparaison des prix à Paris et dans les villes de plus de 10 000 h.
(1938-1952)

Tableau 10Comparaison des prix à Paris et dans les villes de plus de 10 000 h.(1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 227

  • 10 AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des enquêtes économiques, Rapports annuels d’a (...)

27Les prix de la capitale progressent apparemment un peu moins rapidement que ceux des régions jusqu’en 1946, avant que l’écart des prix ne se stabilise entre 1948 et 1952. Il faut y lire deux effets concomitants : d’une part, les salaires régionaux progressent plus rapidement que ceux de Paris entre 1944 et 1947 puis rentrent dans le rang à partir de 1948 ; d’autre part, la dispersion des prix est aussi le fait de la volatilité diffuse des prix agricoles, phénomène qui disparaît après 1948. Les régions elles-mêmes n’offrent pas un visage homogène, mais nous manquons de sources sur cet aspect du problème. Le Contrôle signale par exemple dans son rapport de 194610que les prix de pension à la journée dans un hôtel modeste varient du simple au double, de 100 à 200 F entre les littoraux bretons et azuréens.

B. LES PRIX NOIRS : HORIZON OU DÉFORMATION DU NIVEAU GÉNÉRAL DES PRIX OFFICIELS ?

28Nous avons raisonné jusqu’à présent en termes de prix officiels, mais il existe des transactions clandestines qui faussent les calculs et les choix. Rappelons les enjeux du débat. En 1944-1947, un courant d’opinion libéral se montre favorable à une déréglementation des prix assez rapide ; ceux-ci s’élèveraient dans un premier temps pour retrouver un stade d’équilibre plus haut mais durable ; les prix du marché noir seraient le fruit amer de la réglementation et sembleraient apparaître ainsi comme le niveau vraisemblable de cette future stabilisation. Au-delà de 1947, subsiste partiellement, y compris chez les analystes extérieurs à la période, cette opinion qui tend à considérer les prix noirs comme horizon de stabilisation du niveau général des prix légaux. Qu’en est-il exactement ?

  • 11 AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des enquêtes économiques, Rapports annuels d’a (...)
  • 12 A. Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1946, Flammarion, 1978, p. 127 et suivantes.
  • 13 P. Mendès France, Note au Gouvernement sur le marché noir et l’inflation, 26 mars 1945, citée in P. (...)

29La première étape consistera à établir le niveau supposé des prix noirs. Nos sources sont maigres. Les services du Contrôle économique ont cherché dès 1941 à effectuer des estimations soit à partir d’enquêtes spécifiques soit sur la base des infractions constatées11. Alfred Sauvy, fonctionnaire jusqu’en 1945 au Service national de statistiques qui a précédé l’INSEE, propose des ordres de grandeur pour la guerre12. Parfois un ministre communique une synthèse chiffrée à ses collègues13. La documentation est ténue dans les archives des Finances, et la presse ne cite que des cas extrêmes.

  • 14 INSEE, Études et Conjonture, mai-juin 1947.

30Méthodologiquement, le problème se décompose en deux volets : combien de produits et à quel prix ? Deux poussées de transactions parallèles se succèdent dans les années quarante, entre 1941 et le printemps 1944 et entre la mauvaise récolte de l’été 1945 et le printemps stabilisateur de 1948. A. Sauvy estime qu’en 1942, 20 % du tonnage de viande abattue (250 000 t sur 1 150 000 t) prend les chemins de traverse. En 1946, le Contrôle considère que le pain reste essentiellement dans le circuit légal, alors que les produits laitiers pour 2/3 d’entre eux, notamment le beurre aisément dissimulable, et certains produits textiles comme les sous-vêtements ou les draps de laine se dirigent vers les transactions à prix parallèles. En avril 1947, l’Institut national d’hygiène14estime que 43 % de l’alimentation des ménages habitant les grandes villes proviennent du marché noir. Il faut aussi considérer que le marché noir ne s’étend pas de manière homogène dans le temps, dans l’espace et dans les circuits (viande-blé). Les quantités concernées doivent bien représenter 10 à 20 % du tonnage des branches marchandes. Si les prix sont du double du prix légal, on peut imaginer alors 15 à 30 % du PNB concernés.

  • 15 Et non un indice noir des 37 articles...

31À quel prix s’effectuent les transactions ? Le Contrôle suit de manière plus ou moins régulière une série de prix représentatifs à partir des statistiques d’infraction. Aux 34 articles officiels, il a adjoint trois produits typiques des années quarante, une traction avant 11 CV Citroën, un complet veston homme de bonne coupe et le cours de la pièce or française de 20 F Napoléon, ce qui forme un indice des 37 articles noirs15. La question des pondérations étant rendue insoluble par la méconnaissance pratique des quantités échangées, la direction du Contrôle donne deux dates repères entre 1944 et 1948 qui peuvent nous intéresser.

Tableau 11
Évaluation des prix noirs par l’Administration économique (1945-1946)

Tableau 11Évaluation des prix noirs par l’Administration économique (1945-1946)

Sources : AEF, Cusin 5 A 28. Deux documents : SGF, Point Economique, mai 1945 et DGCE, Note au ministre, 16 décembre 1946.

32En 1945, les prix noirs dépassent de 70 % les prix officiels, en 1946 de 2,5 fois en pleine crise inflationniste, en 1948, ils ont disparu. Quelques exemples peuvent étayer la compréhension du phénomène. En août 1946, le kg de bœuf 1re catégorie au détail est vendu deux fois plus cher au marché parallèle (265 F contre 127-147 F), le kg de café (550 F), plus rare, quatre fois le prix officiel (144 F) et la traction avant 11 CV Citroën trois fois (300 000 F contre 103 000 F). Pendant l’hiver 1947-1948, la mise en liberté de plusieurs produits, la réorganisation du Contrôle et l’adoucissement des poursuites réduisent les informations du Service et en avril 1948, seuls 9 produits sont encore suivis, ce qui réduit l’intérêt des comparaisons : le lait coûte 32 % de plus qu’au marché officiel, le pain le double, le café 4,5 fois. La 11 CV désormais en vente libre dépasse les prix noirs de 1946 : 440 000 à 480 000 F. Nous pourrions résumer cette variété de constats sous une moyenne unique en posant que les prix parallèles s’établissent en 1945-1947 à deux fois le niveau du prix légal.

33Il ne semble alors pas irréaliste d’attribuer une moyenne de 10 à 15 % du PNB au marché parallèle dans les années de départ (1941 et 1945), de répit (1944) ou d’extinction (1948) et de 15 à 25 % dans les années de crise ouverte (1942-1943 et 1945-1947), soit une moyenne générale de 15 à 20 % pour la période 1941-1948. La conjoncture des transactions parallèles peut être également déduite de l’évolution des procès-verbaux du Contrôle, au moins avant 1946, des anomalies de la Statistique agricole pour les années 1946-1947 ou de la hausse des prix elle-même.

34Imaginons l’année 1946 en hypothèse extrême avec 75 % des quantités échangées à 64 % de hausse moyenne officielle et 25 % de transactions latérales avec des tarifs multipliés par 2,5 : la progression mécanique des prix serait alors de 85 %, soit une augmentation de 13 % plus rapide que la valeur officielle constatée. Sur le plan comptable, la pression apparente du marché noir sur les prix diminue avec l’inflation car elle se dilue dans la hausse générale et, de toute façon, se situe entre 10 et 20 % de hausse supplémentaire, ce qui n’est apparemment pas considérable.

35Ce type de calcul est cependant très délicat dans la mesure où l’impact « social » du prix des produits clandestins sur celui des autres produits reste opaque. Il est clair que l’effet systémique sur le niveau général des prix diffère du tout au tout selon que le marché clandestin absorbe la moitié du charbon ou celle du beurre. Or, il semble bien que le charbon, l’acier, les produits chimiques, la mécanique lourde, les services non marchands, les céréales, le sucre et d’autres secteurs encore ne participent pas à l’offre de produits ou services à prix et volumes non officiels. Le marché noir se concentre sur les produits d’élevage, l’épicerie, le textile, la petite mécanique, sous la forme de transactions de proximité entre ménages et petites entreprises indépendantes. Faut-il alors conclure à un impact mineur ?

36Un certain nombre d’éléments plaideraient en faveur d’un rôle actif tenu par le marché noir dans la détermination des prix officiels. L’exemple de l’année 1946 semble montrer l’étroitesse des liens entre inflation et prix noirs puisque coïncident sommet de l’inflation et sommet des prix parallèles, ce qui leur suppose une fonction de sape discrète mais réelle. Il ne faut pas non plus négliger les effets de mimétisme psychosocial sur les vendeurs et sur les salariés entre eux, provoquant des incitations au réalignement collectif à la hausse. D’ailleurs, l’indice de détail par sa composition plus alimentaire n’est-il pas soumis à une pression plus forte de la part du marché noir qui s’exerce en priorité sur ces produits ?

37Sans être négligeables, ces arguments ne pèsent pas en faveur d’une évaluation trop élevée de l’impact du marché noir. Première constatation : le niveau des prix parallèle constaté par le Contrôle est lui même victime de la hausse et entretient avec elle des relations complexes ; par exemple, l’indice « noir » 550 établi pour avril 1945 est dépassé dès juin 1946 : quel crédit accorder à un niveau parallèle enfoncé par la première phase d’une crise qui va durer quatre ans ? Vraisemblablement par réaction, les prix noirs eux-mêmes prennent alors le large par rapport aux prix officiels et les distancent en été 1946 de 2,3 fois et non plus de 1,7 fois seulement : d’avril 1945 à août 1946, les prix officiels ont progressé de 2,24 fois, mais les prix noirs ont triplé. Comment accepter comme référence des rapports « réels » entre offre et demande un indice qui creuse l’écart avec l’indice officiel au lieu de s’en rapprocher, puisque les quantités s’acheminent vers la normale ? L’indice noir 1 650 d’août 1946 est seulement atteint par les prix officiels en août 1948, soit deux ans plus tard. En tout état de cause, on peut supposer par construction que les prix noirs disparaissent en été 1948 parce qu’ils sont rejoints par les prix officiels – indices 1 528 en juillet 1948 et 1 670 en août 1948. Les prix officiels se stabilisent en fait à l’indice moyen 1 632 en 1948, restent stables en 1949 (1 676) après la fin du marché noir, puis reprennent un temps le chemin de la hausse en 1950-1951 en dehors de toute transaction parallèle (niveau 2 437 en 1952).

38Il faut concéder que la coïncidence entre l’indice noir de 1946 et l’indice officiel de 1948 est troublante : les prix noirs se fixeraient-ils dès 1946 sur le « vrai niveau » des rapports entre offre et demande, attendant patiemment que les prix officiels se rallient à leur cause deux ans plus tard ? Cela paraît difficile à soutenir. Examinons deux voies différentes. Dans l’hypothèse d’un mouvement continu des prix parallèles, non indiqué par le Contrôle après 1947, on peut supposer un indice noir de niveau 2 000 en été 1947 (moyenne de l’indice officiel, 1 030, coefficientée du double) et 2 250 au printemps 1948, supérieur de 50 % à l’indice officiel, situé autour de 1 500. Sans cette avance sur les prix légaux, quel intérêt de réaliser du marché noir ? Dans cette hypothèse, en été 1948, quand s’effilochent les transactions parallèles, les prix officiels évoluent une dernière fois à la hausse, de 1 529 en juin 1948 à 1 928 en décembre 1948, mais en deçà du niveau supposé des prix noirs et sans préjuger de la baisse qui s’amorce en février 1949. Dans ce cas de figure, les prix noirs ne sont pas l’horizon des prix légaux. L’autre hypothèse serait celle de la stabilité des prix noirs d’août 1946 (indice parallèle 1 650) à août 1948 (indice officiel 1 670), ce qui représenterait une incohérence pour les tarifs parallèles, puisqu’on voit mal les praticiens du marché noir renoncer progressivement à leur prime sous la pression des acheteurs ! Les prix noirs ne sont pas plus ici l’horizon des prix légaux.

  • 16 Les prix de détail clandestins sont dans : AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des (...)
  • 17 Comprime entre 1938 et 1947 (le prix du café progresse de 7,45 fois contre 10,3 pour la moyenne des (...)
  • 18 L’achat d’une automobile combine des rapports complexes entre la valeur d’usage, la valeur d’échang (...)

39Trois exemples supplémentaires, pris à Paris par le Contrôle16, vont permettre de mieux saisir la subtilité du phénomène. Le vin rouge ordinaire, vendu 32 F le litre officiel en 1947 et 56 F au marché noir (surprix : + 75 %), « libéré » en septembre 1947 atteint 62 F de moyenne en 1948 jusqu’à ce que la récolte de septembre 1948, suffisante pour la demande intérieure, entraîne une stagnation des cours au-delà, avec 71 F le litre en 1950. C’est un premier cas : les prix noirs de 1947 sont dépassés par les prix officiels en 1948 parce que l’offre n’équilibre pas encore la demande en 1947 ; le prix noir anticipe alors de manière chronique sur le prix officiel sans lui servir d’horizon, mais se déplace avec lui à la hausse en situation d’avant-garde ; le vin 9°-11° n’étant pas un produit d’extrême rareté ni d’excellente finesse, le surprix espéré par le vendeur est inférieur au double du prix légal. Le café « parallèle » est vendu 775 F le kg en 1947, contre 171 F au prix officiel (surprix :  4,5) ; après la fin des pénuries en 1948, il n’atteint pas 775 F, mais 219 F en 1948, 415 F en 1949, 669 F en 1950 et 889 F en 1951. Second cas de figure ici : le produit, importé, médiocrement remplacé par la chicorée ou l’orge grillée, est littéralement mis aux enchères par les vendeurs, voire les revendeurs, tant que les quantités offertes ne rejoignent pas la demande17 ; le prix noir, très élevé pour des raisons tenant plus aux circonstances qu’au rapport stable entre l’offre et la demande n’est atteint qu’en 1951. La traction avant 11 CV Citroën, vendue trois fois le prix officiel en août 1946 (300 000 F contre 103 000 F) est en vente libre en 1948 à 440 000/ 480 000 F, soit à 4,5 fois le prix officiel de 1946 et 50 % de plus que le prix noir 1946, alors que la moyenne des prix a progressé de 2,5 fois entre 1946 et 1948. C’est un troisième cas : le produit vendu bénéficie d’une certaine demande sociale, au taux de substitution incertain (la demande est-elle orientée vers une automobile ou cette automobile ?) qui lui procure au marché noir une marge d’avance initiale confortable, mais l’effet de seuil18 maintient le prix en deçà de 500 000 F (deux ans et demi de salaire ouvrier annuel en octobre 1948...) tandis que le prix noir est rattrapé puis dépassé par le prix officiel.

40Essayons de nous résumer. Les prix noirs se déterminent selon les produits en fonction : a) de l’écart constaté entre l’offre et la demande solvable, b) de la valeur d’usage du produit, de sa qualité intrinsèque et de son taux de substitution, c) de sa discrétion et de sa divisibilité volumétriques. C’est ainsi que le vin rouge ou le pain se retrouvent dans les chiffres encore modérés, les produits laitiers ou maraîchers au niveau au-dessus, les automobiles ou les produits mécaniques sensiblement en avant du niveau général des prix et les produits tropicaux alimentaires non substituables presque hors d’atteinte. Quand les quantités offertes équilibrent la demande, les prix noirs sont sensiblement dépassés (11 CV Citroën), un peu majorés (vin), révisés à la baisse (café) parce que la stabilisation des quantités permet un ajustement plus judicieux des prix.

  • 19 Voir : J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, 1936-1949, thèse de droit, Poitiers, févri (...)

41L’analyse de ces exemples montre en fait que l’évolution de la moyenne des prix noirs couvre une multiplicité de situations intermédiaires, où l’effet offre-demande se complique clairement d’effets majeurs de spéculation. Le prix noir n’apparaît pas comme un « vrai prix » et le prix officiel comme un « faux ». Concernant 10 à 25 % du PNB, le marché noir fixe ses prix par rapport aux prix officiels, et non l’inverse, se contentant de coefficienter le tarif légal de surprix, liés à la profondeur d’écart entre offre et demande globale ou locale, à l’identité économique et sociale du produit dans le regard de l’acheteur solvable, et au risque encouru19, lui-même gradué le long de l’échelle des sanctions administratives, financières ou pénales. Plus qu’un horizon des prix légaux, les prix noirs apparaissent comme l’avant-garde d’anticipation ou une excroissance élastique et conjoncturelle du niveau général, où prévaut une situation de mise aux enchères des produits ; cependant l’existence d’un marché parallèle, même circonscrit, crée un effet d’appel-prix à la hausse et contribue sensiblement à la crise inflationniste en épousant de manière dérivée les distorsions du rythme des prix et en insérant dans la culture courante des agents la promesse insidieuse de transactions marginales bénéficiaires.

C. LA MESURE DE L’INFLATION : DES INDICES DE PRIX ENCORE RUDIMENTAIRES

1. Historique des indices.

  • 20 Voir : INSEE, Les Statitiques de prix en France et dans divers pays étrangers, Imprimerie nationale (...)

42Les indices des prix20font partie de l’ensemble plus vaste des statistiques économiques qui se mettent définitivement en place au xxe siècle. L’indice est chargé d’indiquer, comme le rappelle son étymologie (lat. *indicare : évaluer, apprécier, réveler), à charge pour son utilisateur de l’employer pour expliquer ou anticiper. L’objectif initial de l’indice n’est pas conceptuel, en vue de faciliter l’investigation quantitative de la conjoncture, mais juridique, pour le règlement des contrats. L’indice des prix de détail, conçu à la Belle Époque et développé après la guerre pour les contrats de salaire en cas de hausse des prix, peut servir aussi pour les contrats privés, commerciaux ou bancaires. L’indice des prix de gros doit permettre à l’État d’estimer la moyenne des coûts d’achat en période de guerre ; le « 45 articles » sur base 100 en 1911 est calculé dès 1915-1916 pour l’acquisition des matériels et des matières, les prévisions budgétaires, le volume des dommages de guerre ; entre 1919 et 1926, la crise financière et monétaire incite également à l’utiliser parfois pour comparer prix intérieurs, cours de l’or et cours des devises.

  • 21 Archives Départementales de la Somme – 12 W 89 et 12 W 98.
  • 22 Voir par exemple : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 228. Calculé de 1930 à 1952.

43Dans la sphère du droit du travail, l’indice de détail doit servir de base au calcul des conventions salariales. Dès 1919, le ministère du Travail invite les préfets à créer des commissions paritaires départementales du coût de la vie, supervisées par une Commission centrale d’études relative au coût de la vie, la CCERCV (décret du 20 février 1920). Les sondages que nous avons effectués dans les archives départementales de la Somme21donnent l’impression d’un fonctionnemment irrégulier et peu dynamique. La Statistique Générale de la France, la SGF, créée en 1833 et ancêtre de l’INSEE, calcule pour elles un indice du coût de la vie22, composite et incertain. Il met dix ans à paraître (1930) et n’oblige pas à une indexation des salaires. Il disparaît en 1952. Parallèlement, l’inflation des années vingt infléchissant la valeur réelle des contrats commerciaux au détriment des créanciers, la jurisprudence se met lentement à insérer des clauses d’indexation interne pour les baux ruraux (1929) les loyers (1945) et les contrats de prêts financiers (1950).

44En 1938, les indices sont peu connus, même des milieux professionnels. La fragilité scientifique de leur confection, la confidentialité de leur diffusion et la rareté des clauses d’indexation expliquent cette faible attention. La guerre aggrave apparemment les choses puisque l’indice des prix de détail est victime de la censure pour la période septembre 1939 - décembre 1945 et demeure un attribut administratif. La violence de l’inflation couplée avec l’amplitude des débats libérateurs sur la France future, avec ou sans inflation, vont lui conférer une notoriété initiale négative dans le champ de l’opinion publique.

  • 23 L’amplitude conjoncturelle des prix est de 20 à 30 % de part et d’autre de la moyenne.

45À l’origine des statistiques économiques contemporaines confluent deux éléments, les nécessités comptables d’une époque prévisionniste et l’existence de services convenablement pourvus en matériels et en méthodes. Liées à l’État, aussi bien par l’étymologie (lat. *status : ce qui est stable, au sens d’état de situation durable ou d’État politique) que par la finalité administrative, les statistiques publiques s’occupent d’abord du budget dès l’époque moderne, de la population (1801) ou des douanes (1827). À part d’exceptionnelles notations comme l’édit de Dioclétien (301 après J.-C.) ou les séries mercuriales, il n’y a pas de vraie place avant 1914 pour des statistiques de prix. Outre l’absence d’intérêt public pour le gouvernement centré sur la question des recettes budgétaires, même entre 1789 et 1815, la stabilité des prix au xixe siècle23 et l’inexistence des indices avant la deuxième moitié du siècle interdisent tout développement de cette branche. Si les mathématiciens allemands ont publié leurs formules prototypes, Laspeyres en 1864 et Paasche en 1874, la notoriété indiciaire date de leur confrère américain Irving Fisher avec son ouvrage, The making of index numbers, en 1922.

46À défaut d’indices, il existe cependant des relevés de prix depuis le xixe siècle. Après les tentatives rapidement dissipées de François Ier (édit de Villers-Cotterêts, 1539) qui généralise les mercuriales en même temps que les registres paroissiaux, de Colbert, qui crée un bureau central chargé du relevé annuel du prix des grains, ou du Consulat (instructions de Bonaparte aux préfets en 1801), le xixe siècle naissant englobe les prix dans son souci d’information et d’archivage. Dès 1819, Le Moniteur et le Bulletin des Lois publient les mercuriales mensuelles des marchés départementaux. A. Thiers crée en 1833 au ministère de l’Intérieur le bureau de la Statistique Générale de la France, la SGF, qui amorce un remarquable travail pour l’époque avec des séries de prix rétrospectives, des enquêtes et recensements (agriculture à partir de 1840, industrie après 1860), une collection des prix et des salaires après 1856, un annuaire dès 1878.

47Ces collations n’ont pas de but fiscal ou théorique et ne mobilisent que quelques fonctionnaires consciencieux, jusqu’à ce que la « question sociale » à la fin du xixe siècle n’induise d’autres enjeux. En 1899, la fusion de l’Office du travail créé en 1891 et de la SGF permet l’apparition d’une petite équipe spécialisée dans l’observation des prix. La transformation de l’Office en ministère en 1906, la légère hausse des prix depuis le début du siècle, les grandes grèves de 1906-1909 qui posent le problème des conventions collectives favorisent le passage de la SGF à des enquêtes de prix plus systématiques à partir de 1911. Irrégulièrement, elle relève à Paris le prix de 15 denrées et du logement pour un ouvrier célibataire et confie la même tâche aux municipalités de plus de 10 000 habitants. En 1915, la collecte devient trimestrielle dans les départements et mensuelle (1918) puis hebdomadaire (1920) à Paris sur 34 postes. L’indice n’est véritablement au point qu’en 1920-1921 sous la dénomination de 34 articles.

  • 24 La plupart de ces indices sont dans : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 218-235.

48Les prix de gros sont d’abord relevés pour 25 articles (1911), puis 125 dans l’entre-deux-guerres (1926), enfin 135 marchandises à la veille du second conflit mondial (1938). La SGF complète ces relevés par d’autres travaux qui traduisent tantôt les préoccupations de l’époque comme « l’indice-or des prix mondiaux », tantôt l’apparition d’une législation nouvelle, « l’indice du coût de la construction d’un immeuble moyen de rapport dans la région parisienne » (1917), tantôt les efforts d’investigation en direction des nouveaux secteurs, « l’indice de gros des spécialités pharmaceutiques » (1930), « l’indice des prix de détail d’objets manufacturés d’après les prix de vente d’une importante entreprise » (1930) qui n’est autre que le catalogue de Manufrance à Saint-Etienne, et « l’indice des prix des services à Paris » (1938)24.

  • 25 Arrêté par la Gestapo, il meurt en camp de déportation en 1944. Le bâtiment actuel de la direction (...)

49Après la guerre de 1914-1918, l’intérêt pour les prix grandit avec l’apparition de la première crise inflationniste depuis un bon siècle. Le travail pionnier de François Simiand, Essai sur le prix du charbon en France au xixe siècle, (1907), ouvre la voie à E. Labrousse et Henri Hauser qui remontent le temps avec, respectivement, Esquisse du mouvement des prix et des revenus au xviiie siècle (1933) et Recherches et Documents sur l’histoire des prix en France, 1500-1800 (1936). De leur côté, les commissions du coût de la vie végètent et la création d’un ministère de l’Économie nationale en 1936 par le gouvernement Léon Blum ne suffit pas à les tirer de leur torpeur. Au sein du MEN se développe un Institut de conjoncture dirigé par Alfred Sauvy ; destiné à étudier l’évolution de l’économie, il enquête par correspondance sur le prix de 400 objets manufacturés auprès de fabricants ou de syndicats professionnels volontaires, et deviendra en 1946 la direction de la Conjoncture de l’INSEE. Après la défaite, le règne de l’Administration s’étend à l’appareil statistique qui englobe SGF et Institut de conjoncture pour devenir Service national de statistiques, SNS, en 1941. Doté en puissants moyens de personnel (7 000 agents en 1943-1944) et de mécanographie, ce service est chargé de recenser la totalité du potentiel humain, économique (et militaire) de la France occupée et fait l’objet de sourds enjeux entre les collaborateurs soucieux d’évaluer le poids diplomatique futur de la France en Europe nazie et les résistants, dont le directeur Carmille25, qui souhaitent préparer l’armée de l’ombre. En matière de prix, ce travail provoque des retombées considérables puisqu’il éduque entreprises, organismes professionnels et administrations à établir des séries. Le SNS étoffe ses cadres, dont seuls les personnels supérieurs étaient issus d’écoles d’ingénieurs (Sauvy, L.A. Vincent), en créant une école d’application statistique dès 1942 (École Nationale de Statistique et d’Administration Économique depuis 1962). En avril 1946, le SNS devient l’INSEE avec Francois-Louis Closon comme premier directeur général, mais les 7 000 agents, notamment les mécanographes avec statut de contractuels, rétrogradent à 2 700 jusqu’en 1949 par suite d’économies budgétaires. Le premier indice « moderne » des prix de détail, le « 213 articles » sortira en 1949.

2. La collecte des prix.

  • 26 INSEE, Enquêtes diverses sur les prix et les consommations de 1942 à 1944, Imprimerie nationale, 19 (...)

50Les séries de prix sont constituées à partir d’une documentation écrite, Journal Officiel, Bulletin Officiel du Service des Prix, catalogues professionnels, ou rapportée par enquête sur place auprès des lieux de commerce. Les types de produits suivis sont moins des catégories générales, comme « produits chimiques » que des consommations particulières connues des ménages, comme « eau de Javel ». Pour connaître le poids des quantités demandées pour chaque produit, l’absence de comptabilité nationale par branches conduit à enquêter26sur la proportion moyenne de chaque type de consommation auprès des ménages. Les postes du « 34 articles » annoncent ainsi : « pommes de terre », « pâtes, semoule de blé dur », « charbon demi-gras gailletin ». Deux cas peuvent se présenter à l’enquêteur chargé de relever les prix : soit le produit est aisément repérable parce qu’il est défini précisément (« papier journal 1/1 50 grammes ») ou de consistance homogène (sel de cuisine), soit il faut distinguer une variété représentative de l’ensemble, notamment pour le stade grossiste, comme le « vin rouge de consommation courante du Languedoc à 9° l’hectolitre », les « laminés marchands Thomas » pour les produits sidérurgiques, ou le « sucre blanc n° 3 ». En cas d’incertitude, c’est la consommation qui tranche, contribuant à éliminer aussi bien les produits haut de gamme que de mauvaise qualité. Avant 1949, la Statistique n’a pas encore trouvé de solution satisfaisante à l’instabilité saisonnière du cours des fruits et légumes et préfère les exclure du champ de l’indice, alors que l’opinion ménagère témoigne d’une sensibilité particulière à leur égard. Le fait de relever les prix de « produits d’un choix soutenu » ou « de bonne qualité courante » permet de limiter les variantes de subjectivité et ainsi, bon ou médiocre, frais ou desséché, le pain blanc légal de 1re qualité dans la région parisienne est noté en moyenne à 3,96 F le kg en 1944.

  • 27 La France dispose de 5 millions de postes de radiodiffusion TSF en 1939, contre 500 000 en 1929. Le (...)

51La continuité de la série peut être également perturbée par la cessation de vente du produit dans le magasin choisi ou le changement de gamme du fabricant. Entre 1938 et 1949, les agents se bornent à enregistrer les prix sans grandes modifications de nomenclatuire car les nouveaux produits ou les glissements de qualité à la hausse sont rares et les moyens d’enquête modestes. À la fin des années quarante, le spectre de collecte s’élargit à 213 articles et les innovations marchandes se développent. Les définitions s’annoncent larges : « complet homme deux pièces, pure laine peignée, article d’usage ». Seules des enquêtes régulières de consommation peuvent alors contribuer à corriger les pondérations. Les postes de radiodiffusion et les automobiles27apparaissent dans les ménages avant 1939, mais n’entrent dans l’indice qu’en 1952 pour les premiers et 1962 pour les secondes, lorsque leur diffusion sociale devient significative, l’INSEE ayant suivi ou reconstitué une série séparée de prix sur quelques années antérieures pour insérer au mieux ce produit nouveau dans la grille des pondérations.

  • 28 Le chiffre de 20 000 ne correspond pas à 20 000 produits, mais à 20 000 relevés pour un certain nom (...)
  • 29 Taxes incluses : pommes de terre, beurre, sucre, œufs, charbon, acier, cuivre et coton. Taxes exclu (...)

52Quel type de prix faut-il retenir pour l’indice ? La Statistique n’a jamais sérieusement envisagé d’intégrer les prix noirs, hétérogènes, discontinus et illégaux dans l’indice officiel et préférait s’en tenir entre 1940 et 1948 aux transactions licites. Pendant la période que nous étudions, elle procède à 20 000 relevés28périodiques de prix, à comparer avec les 180 000 occurrences actuelles. Cela n’interdit pas de petites discontinuités entre le gros et le détail, l’électricité haute tension étant absente de l’indice de gros avant 1949, tandis que l’électricité basse tension figurait dans l’indice de détail. Les prix de détail sont par définition, relevés à un seul stade, alors que les prix de gros bénéficient généralement d’une double cotation, à la production et chez le grossiste principal. Les taxes doivent-elles ou non apparaître dans les prix relevés ? Les prix de gros se partagent29entre 3/4 de produits incluant les taxes et 1/4 les excluant, tandis que les prix de détail, relevés chez les commerçants s’entendent toujours taxes comprises.

53Matériellement, la collecte se résume pendant la guerre à une compilation de bureau, parce que le personnel fait défaut et que la plupart des prix étant taxés, les informations sur les prix, centralisées par la direction du même nom aux Finances, transitent par le Bulletin Officiel du Service des Prix après mai 1941. Leurs organismes professionnels respectifs communiquent mensuellement au SNS par courrier ou par téléphone les prix des pneumatiques, du vin en gros à Paris-Bercy, de la farine grossiste ou du lait concentré ; le SNS dispose également du catalogue Manufrance. Pour les fruits, légumes, viandes et poissons, la Statistique préfère en revanche les cours des Halles centrales de Paris à ceux que publient le ministère de l’Agriculture, qui collationne les relevés inégaux de ses directions départementales, ou le service de la Marine marchande, dont l’Inscription maritime contrôle les criées. L’administration des Eaux-et-Forêts publie par département les cours d’adjudication du bois qu’elle enregistre annuellement à l’automne, la laine et la soie se négocient respectivement dans les bourses de commerce lilloise et lyonnaise, enfin, le pétrole importé FOB (free on bord) étant un prix confidentiel, la Statistique lui ajoute le coût de l’assurance, des pertes et du transport pour suivre la série.

  • 30 INSEE, Les statistiques de prix en France et dans divers pays étrangers, 1953, op. cit., p. 134, 15 (...)
  • 31 Les achats ménagers ne sont pas toujours le fait des femmes, puisqu’on y retrouve des hommes retrai (...)

54Après 1944-1946, la collecte se dégage d’une documentation essentiellement imprimée pour enquêter dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise, actuelle Ile-de-France sans la Seine-et-Marne. Les relevés régionaux manquent d’harmonie jusqu’à la création des 17 directions territoriales de l’INSEE en 1949 et le passage de 34 articles à 213 pour Paris et 183 hors de Paris. Le premier indice de détail national date de 1962 avec 259 articles. À Paris et dans sa proche banlieue, voici l’exemple d’emploi du temps à la fin de 194730pour deux employées féminines31. En trois jours, du mardi au jeudi, elles visitent 90 points de vente avec 20 relevés chaque fois, pour 16 arrondissements. Elles sont tenues d’effectuer environ 5 cotations par magasin afin que chaque article retenu soit représenté dans une vingtaine de commerces. Vendredi et samedi sont réservés à la compulsion des résultats, le lundi suivant permet de préparer le travail à venir du mardi au jeudi. Cette enquête fournit ainsi pour 20 produits de magasin 1 500 à 2 000 relevés mensuels, tandis qu’une autre enquête permet de constater les prix de 70 à 80 articles sur 90 marchés et une quinzaine de rues commerçantes. Ce fastidieux travail hebdomadaire ne vaut que pour des produits périssables, alors que les notations sont mensuelles ou trimestrielles pour les prix plus stables (pain, médicaments), voire annuelles (prix agricoles à la production). Par exemple, après 1949, quatre enquêteurs relèvent 200 produits de pharmacie et de quincaillerie auprès de 64 magasins, tandis que les bureaux suivent 200 produits mécaniques ou électriques, 1 200 articles d’usage courant vendus par correspondance et 120 produits pharmaceutiques.

3. Construction et limites des indices.

55Les deux indices directement utilisables pour la période 1938-1949, le 34 articles et le 135 marchandises, font l’objet de la composition suivante. Sont exclus du champ pour des raisons méthodologiques les produits ne donnant pas lieu à transaction (autoconsommation rurale), les produits à caractère saisonnier très marqué (primeurs) ou rares à l’époque (transports aériens), les produits illégaux (contrebande, marché noir), les produits d’occasion, les biens durables comme un logement acquis par les ménages mais qui relèvent de l’investissement et non des consommations, les services publics (santé, éducation, administration, police). Les prix agricoles à la production ne sont pas pris en compte par suite des difficultés liées à leur inventaire, alors que les prix des produits finis industriels et des services ne figurent pas encore dans les indices – sauf pour 10,5 % de la pondération des prix de détail – parce que la Statitisque ne les maîtrise pas encore suffisamment. Cela fait de l’indice de détail des 34 articles un indicateur agricole-alimentaire à 89,5 %, ce qui reste encore intéressant pour une période où la hausse des prix procède d’abord de ce secteur.

  • 32 INSEE, Les Statitiques de prix en France et dans divers pays étrangers, Imprimerie nationale, 1953.

56Chaque prix « pèse » d’un certain poids sur le niveau général et cette pression est considérée comme proportionnelle aux quantités vendues dans chaque rubrique (pain, lait, viande). L’indice des prix apparaît comme une synthèse de coefficients, ce qui pose le problème de sa pondération. L’année de base choisie ici est 1938. Même si elle présente l’inconvénient de l’instabilité avec + 15,5 % de hausse des prix, les années qui l’entourent sont dans une situation identique (1937 : + 27,3 %, 1939 : + 8,0 %) et 1938 représente bien, comme 1913, « la dernière année normale avant-guerre ». Nous rappelons, qu’à défaut d’informations suffisantes sur les transactions réelles effectuées par produits, la Statistique évalue par sondage d’opinion les consommations relatives de la demande finale, ce qui évacue le problème des consommations collectives (armée, hôpitaux, écoles, restaurants d’entreprises). L’indice de détail n’était pas conçu à l’origine pour définir la consommation moyenne des ménages, mais celle des salariés « les plus modestes » (indice des 13 articles de 1911-1921) puis « ouvriers » (34 articles) ; le terme pouvant prêter à confusion aujourd’hui, la Statistique précise qu’il s’agit en fait d’actifs présentant une qualification professionnelle inférieure à celle de contremaître dans l’industrie et de comptable dans ce que nous appelons depuis 1940-1945 les services, les salariés du secteur primaire étant implicitement alignés sur cette norme : manœuvres, mineurs, métallurgistes, ouvriers agricoles, pêcheurs, employés de bureau ou de commerce, fonctionnaires civils ou militaires du premier cadre (cadre D de la fonction publique). Cette population représente peut-être 9 millions de professionnels en 1936, environ 45 % du total des actifs, ou, selon l’ouvrage de l’INSEE32, un ménage sur deux des agglomérations de plus de 150 000 habitants.

  • 33 Cela peut créer d’importants écarts. Jacqueline Fourastié a calculé que, sur base 1 en 1840, l’indi (...)

57L’enquête ou le budget type étant construits pour l’année de référence initiale, faut-il modifier la pondération tous les ans au gré des consommations ? L’indice Laspeyres (1864) est calculé en progression avec la pondération de l’année de départ, celui de Paasche (1874) en régression depuis l’année d’arrivée33. Avec I. Fisher (1922), la moyenne géométrique [(Laspeyres  Paasche)] permet de limiter ces inconvénients, notamment pour les changements d’année de base (1949, 1956, 1962, 1970, 1980) ou les comparaisons internationales.

Tableau 12
Comparaison des niveaux de prix et des pondérations à l’intérieur d’un même indice

Tableau 12Comparaison des niveaux de prix et des pondérations à l’intérieur d’un même indice

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376.

58L’indice de gros dans ce tableau a déjà subi une correction de pondérations en 1941, celles-ci figurant en première colonne, et atteint le niveau 264 en 1944, mentionné en seconde colonne. Nous remarquons bien que les matières premières du bâtiment (pondération : 8,1 %) progressent moins vite que la moyenne et que le caoutchouc non transformé (pondération : 0,2 %) a augmenté plus vite. Il ne semble pas en revanche que les produits plus stables (céréales, pondération : 20 %) ou les produits plus volatils (viandes, œufs, laitages, pondération : 13 %) bénéficient d’un traitement de sur- ou de sous-pondération manifeste par rapport aux consommations effectives, surtout pour un indice de gros. Cet indice fait d’ailleurs une part égale à l’agriculture et à l’industrie (50-50 %) en 1938-1949, alors que la part de la première atteint la moitié de la seconde dans le PIB. Dans la pratique, la Statistique se charge de corriger tous les trois ou quatre ans les proportions de consommation à l’intérieur même d’une grille donnée de pondérations.

  • 34 Le Royaume-Uni dispose d’un « 238 articles » depuis juin 1947. L’alimentation y représente 40 % de (...)

59Conscient que ces indices de pénurie traduisent aussi la pénurie des indices, l’INSEE établit à partir de 1949, année stable s’il en fût depuis 15 ans (prix de détail : + 2,7 %), un 213 articles de détail34et un 319 marchandises de gros, destinés à assurer la transition vers les outils aux normes internationales des années soixante.

Tableau 13
Pondération de l’indice des prix de détail entre 1938 et 1990

Tableau 13Pondération de l’indice des prix de détail entre 1938 et 1990

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 285.

  • 35 Voir par exemple : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 300-302.

60En 1949, les produits alimentaires sont brutalement réévalués à la baisse et placés au niveau des dépenses réelles des ménages urbains modestes de cette année-là, un peu moins de 60 %. Au-delà se poursuit une tendance de substitution des dépenses en produits industriels, puis en services aux consommations majoritairement alimentaires des générations précédentes. De son côté, la pondération prix agricoles - prix industriels des prix de gros35évolue d’une ventilation 50/50 % en 1938 à une ventilation 40/60 % en 1949. Dans le groupe des prix industriels, la sous-répartition entre matières-premières et demi-produits passe de 25/25 % du total général en 1938 à 13/32 % en 1949.

61Les indices de l’époque présentent ainsi de graves lacunes par rapport aux méthodes plus contemporaines de travail. Lestés par l’hypertrophie des rubriques alimentaires et handicapés par une année de référence instable, ils négligent à juste titre les transactions clandestines de 1941-1948, prennent difficilement en compte les cotations situées hors de la région parisienne et demeurent confidentiels jusqu’en janvier 1946. En revanche, utilisés autant comme indicateurs conjoncturels que comme documents d’histoire économique et sociale, ils ne sont plus dénués de cohérence interne et forment un élément stable d’observation, comme témoins modestes de la pénurie, comme témoins plus étoffés de la modernisation.

Conclusion.

62La période 1938-1952 se marque donc par une inflation remarquable à tous points de vue. Le rythme accéléré de la hausse, autour de 25 % par an, s’accompagne de nombreux phénomènes de distorsions, que ce soit dans le temps avec la phase d’accélération 1945-1948 ou la saisonnalité marquée de la plupart des années, dans l’espace avec les nuances régionales de prix, ou par secteurs, avec les écarts entre prix officiels et prix noirs, prix agricoles et prix industriels, prix de gros et prix de détail. Ce complexe de tensions détermine plusieurs phases de trois à cinq ans chacune, 1936-1940, années de réarmement, 1940-1944, l’Occupation, 1945-1948, l’inflation conduite par les prix agricoles, 1949-1952, le ralentissement sensible de la hausse en fin de reconstruction, et même 1952-1956 qui affiche la première période de prix stables depuis longtemps.

63Les prix noirs de la période 1941-1948 ne peuvent être considérés comme le niveau auquel les prix légaux sont appelés à se stabiliser, car leur existence comme leur fixation dépendent étroitement des prix et des quantités officielles dont ils formeraient plutôt une fonction dérivée. L’effet de mise aux enchères des produits dans un marché de multiples micro-monopoles l’emporte sur l’écart spécifique entre offre et demande ou l’image sociale du produit, mais se double d’une prime de risque liée à une opération illicite. La contribution du marché noir à la hausse, 20 % des quantités à prix double du prix légal, est certainement mécanique, mais se marque également dans la perturbation qu’il introduit dans la grille sociale des prix en prétendant que le niveau réel des prix est toujours au-delà du niveau légal.

64L’inflation de la période est médiocrement appréhendée par les indices de détail des 34 articles et de gros des 135 marchandises, qui offrent des lacunes sensibles par rapport aux indices des périodes suivantes. Alimentaire, centré sur la région parisienne – il existe un indice des villes de plus de 10 000 habitants hors de Paris – confidentiel par suite de la censure entre septembre 1939 et janvier 1946, l’indice des prix de détail nous servira d’indicateur sommaire pour l’inflation de la période ; ses limites garantissent d’ailleurs une certaine homogénéité interne, l’absence de prix noirs par exemple étant compensé par une pondération très alimentaire, principal secteur de crise des prix en 1944-1948. Munis de ces précisions et de ces précautions, nous pouvons maintenant détailler l’examen des quantités effectivement disponibles entre 1938 et 1952.

II. LES QUANTITÉS DISPONIBLES : TENSIONS INÉGALES ENTRE L’OFFRE ET LA DEMANDE

A. LA PRODUCTION INTÉRIEURE BRUTE : DEUX PÉRIODES SUCCESSIVES CONSTRASTÉES

65De 1940 à 1952, deux périodes se distinguent, celle des grandes pénuries de l’été 1940 à l’été 1948 et celle de 1949 à 1952 qui marque la fin de la Reconstruction. Le terme de Reconstruction pour les quatre dernières années est certes discutable dans la mesure où la reconstruction économique est terminée en 1948 avec le retour au niveau de 1938 et où la reconstruction immobilère perdure de manière diffuse dans les années cinquante ; le niveau de production de 1929 lui-même est dépassé dans le courant de 1950 ; mais 1952 marque en même temps la fin du plan Monnet, celle du plan Marshall et la dissipation de l’inflation des années quarante.

66De quels chiffres disposons-nous pour la période ?

Tableau 14
PIB et PNB de 1938 à 1956
(Séries de la comptabilité nationale)

Tableau 14PIB et PNB de 1938 à 1956(Séries de la comptabilité nationale)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 239.

67Nous rappelons que le Produit Intérieur Brut est, sur le territoire national, la somme des valeurs ajoutées brutes des branches, majorée de la TVA et des droits de douane et le Produit National Brut la somme des valeurs ajoutées des facteurs de production possédés par les seuls résidents. La confrontation des colonnes 1 et 2 contribue à confirmer le faible écart (< 0,5 %) entre les deux valeurs pour la France du milieu du siècle, au point que nous les utiliserons indifféremment. Par rapport à l’économie familiale ou parallèle qui se déploie entre 1941 et 1948, le PIB offre certainement la mesure la moins éloignée de la production réelle.

  • 36 Le livre de Pierre Villa, Un siècle de données macro-économiques, INSEE, 1994 (Économie Générale, n (...)
  • 37 Voir : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-360.
  • 38 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 239.

68Le tableau ci-dessus ne comporte pas de chiffres pour la décennie 1939-1948 parce que l’INSEE n’a pas procédé à leur laborieux calcul rétrospectif ou à sa publication36. La première colonne est issue des travaux conjoints de l’INSEE et du bureau de Statistiques Et Études financières, le SEEF, du ministère des Finances, qui ont publié en 1961 la première série solide de comptabilité nationale37. La colonne 3, à peine différente des deux premières, a été légèrement retouchée dans une livraison plus récente d’annuaire rétrospectif qui a pris en compte les acquis du système élargi de comptabilité nationale38. L’année 1938 est calculée à la fois à partir des estimations de l’Institut de conjoncture des années quarante et de manière rétropolée par rapport à 1949. La période 1939-1948 est tenue de côté. Les colonnes 4 à 6 représentent des calculs fondés sur deux de ces trois séries, le PIB version 1961 et version 1990. Le PIB de la série 1961 est converti en francs constants d’abord par déflation de la moyenne géométrique des prix de gros et de détail ([prix de  prix de détail]), colonne 4, ensuite par déflation du seul indice de détail, colonne 5. Cette comparaison permet de préférer la conversion par l’indice de détail qui fait évoluer la série de manière plus homogène dans le temps : regardez par exemple l’évolution de la colonne 4 entre 1950 (indice 119) et 1951 (indice 120) ; il paraît difficile de croire que le PIB ne s’est accru que de 0,8 % entre ces deux dates, alors que la progression est de 4,8 % en conversion prix de détail seuls (colonne 5) et de 7,3 % dans la série de PIB 1990 ! Pourquoi alors ne pas utiliser la série plus récente et plus stable de 1990 ? Malgré un degré supérieur de fiabilité, elle se prête moins bien à notre objectif d’investigation : d’une part, elle ne considère pas l’année 1938 et débute en 1949, ce qui nous obligerait à un raccordement de séries différentes, d’autre part, la plupart des statistiques de la période étudiée dans notre travail ont été construites par référence explicite ou non à la série de 1961, constituant un système peut-être imparfait de compte-rendu quantitatif, mais doté de cohérence interne. Nous utiliserons donc pour ce travail la série 1961 de comptabilité nationale.

69Comment résoudre alors la question des années 1939 à 1948, où l’absence de PIB chiffré fragiliserait sensiblement les démonstrations ?

Tableau 15
Confrontation des séries de PIB et de revenu national en francs constants (1938-1956)
(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)

Tableau 15Confrontation des séries de PIB et de revenu national en francs constants (1938-1956)(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365.

Graphique 15
Confrontation des séries de PIB et de revenu national
en francs constants (1938-1956)
(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)

Graphique 15Confrontation des séries de PIB et de revenu nationalen francs constants (1938-1956)(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)

Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365.

  • 39 Journal Officiel, Avis et rapports du Conseil Économique et Social, 7 avril 1954.
  • 40 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 360.

70Une seule série continue est disponible, celle qu’a calculée en son temps Alfred Sauvy pour le Revenu National, somme des revenus primaires reçus par les ménages, soit le PIB diminué de la consommation de capital fixe, des impôts liés à production et importations et du solde des opérations avec le reste du monde. À la suite de Keynes dans How to pay for the war (décembre 1940) et des calculs alliés des besoins de l’économie de guerre pour la période de belligérance la France effectue au SNS une première tentative d’estimation du Revenu National puis du PNB en 1943-1945 (Sauvy, Vincent, Vergeot), tentative qui sert de socle aux travaux cités plus haut et publiés en 1961. Alfred Sauvy, directeur de l’Institut National d’Études Démographiques en 1945 et membre du Conseil économique et social en 1947, présente devant cette dernière institution sa propre série de revenu national le 23 mars 195439. Cette série prolongée par extrapolation par l’INSEE a été publiée dans l’annuaire rétrospectif de 196140 et figure dans la colonne 3 du tableau précédent. Si nous examinons les colonnes 1 et 2, nous remarquons que le revenu national a évolué à peu près parallèlement au PIB entre 1949 et 1956, l’avance du PIB sur le RN passant de 6 % en 1949, s’élevant à 9,5 % en 1952, puis revenant à 6 % en 1956. Nous en obtenons confirmation par les chiffres en valeur absolue, le RN représentant 76,8 % du PIB en 1949, 74,8 % en 1952, 76,7 % en 1956. Notons cependant qu’en 1938, le rapport RN/PIB est de 81,7 %, ce qui suppose une légère décrue du RN dans le PIB – tendancielle ou brutale ? – entre 1938 et 1949. Si nous comparons maintenant la colonne 2 du revenu national 1961 avec la colonne 3 de la série Sauvy, nous constatons une certaine proximité, avec avance de la série Sauvy jusqu’en 1954, sauf pour 1949, puis léger retard en 1955-1956. Retenons néanmoins leur relatif parallélisme en 1949-1956 et l’imperceptible allégement du revenu national dans le PIB entre 1938 et 1949. Nous pouvons alors passer à un troisième tableau.

Tableau 16
PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948

Tableau 16PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, p. 286.

71La colonne 1 reproduit la série Sauvy dont nous venons de parler. Comme nous n’avons pas de série de PIB comparable, la colonne 2 se propose de reconstituer ce qu’aurait été cette série de PIB en corrigeant légèrement à la hausse la série Sauvy du revenu national, selon le double effet de dérive que nous venons de préciser. La présence d’une fourchette statistique entre 1940 et 1948 est rendue nécessaire par l’incertitude qui pèse sur cette période par suite de pénurie et de marché noir. La colonne 3 rappelle la série des prix de détail afin d’effectuer les calculs des colonnes suivantes. La colonne 4 propose une reconstitution de la série PIB 1938-1956 incluant des estimations pour 1939-1948 en francs constants (PIB 1938  indice de la colonne 2). La colonne 5 réalise le même processus, mais en francs courants (PIB 1938  indices colonne 2  prix de détail colonne 3). Malgré la marge inévitable d’erreur liée à ce type d’exercice, nous pensons ainsi proposer au lecteur une série du PIB sans interruption chronologique destinée à être confrontée plus loin aux autres grandeurs macro-économiques de la démonstration (budget, masse salariale, masse monétaire notamment).

Graphique 16
PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948
(en milliards de francs)

Graphique 16PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948(en milliards de francs)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, p. 286.

  • 41 Le premier bilan complet de la guerre est le Rapport de la Commission Consultative des Dommages et (...)

72Cette évolution du PIB montre bien l’opposition entre la décrue des années 1939-1944, pendant lesquelles la production s’affaiblit d’environ 10 % par an pour atteindre à la Libération la moitié du PIB de 1938 et la reprise des années 1945-194841. Nous avons d’ailleurs gardé l’indice unique et rond de 50 en 1944, leitmotiv dans la plupart des publications de la période, car il balise sérieusement le chemin statistique de 1938 à 1949. À partir de 1945, s’amorce une remontée irrégulière de la production, lente en 1945, exceptionnelle en 1946, soutenue en 1947-1948, mais globalement plus rapide (4 ans) que la décrue (5 ans). En 1948, le niveau de 1938 est sûrement atteint, très vraisemblablement dépassé. De 1949 à 1956 la croissance atteint + 6,5 % par an.

73Sur le plan sectoriel, l’agriculture offre une inertie conjoncturelle plus grande que l’industrie et le PIB : la production s’effondre moins sensiblement (indice 70 en 1944) que l’industrie touchée par les bombardements, mais elle se redresse plus lentement avec deux rechutes en 1945 (indice 61) et 1947 (indice 74) qui retardent la stabilisation des prix. Les indices de 1948-1949, inférieurs à 100, ne sont pas inquiétants dans la mesure où le niveau de 1938 pouvait s’apparenter à celui d’un excédent d’offre (« surproduction ») depuis 1934. La stagnation des prix rend difficile l’expansion de la production agricole, qui, selon cette série, n’atteint que l’indice 102 en 1952.

74L’industrie réagit de manière plus nerveuse à la conjoncture avec un étiage à l’indice 38 en 1944, un niveau de 1938 atteint dès 1947 (indice 99) et une forte expansion au-delà (indice 145 en 1952, soit + 8 % de croissance entre 1948 et 1952). On peut considérer que les services marchands évoluent en phase avec la moyenne du PIB et que les services publics non marchands comme l’éducation, la santé, l’Administration diminuent peu entre 1940 et 1948 (indice 80/85 en 1945 ?).

Graphique 17a
Principaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952
(Base 100 = 1938)

Graphique 17aPrincipaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952(Base 100 = 1938)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.

Graphique 17b
Principaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952
(Base 100 = 1938)

Graphique 17bPrincipaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952(Base 100 = 1938)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.

Tableau 17
Principaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952

Tableau 17Principaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.

75Face à une concurrence routière affaiblie jusqu’en 1950-1952, les transports de marchandises se maintiennent pendant la guerre légèrement au-dessus de l’indice de 1938, à l’exception logique des années de bombardements, 1940, 1943-1944. La reconstitution du réseau s’effectue assez vite en 1945 (indice 67) et dès 1946, la SNCF véhicule 22 % de marchandises en plus qu’avant guerre. Au-delà de cette date, l’expansion est rapide mais irrégulière et demeure en avant du niveau du PIB (1952 = PIB : 135, transports ferroviaires de marchandises : 166). En 1958, l’indice ferroviaire est à 200, celui du PIB à 187. Le transport de voyageurs présente une situation un peu différente. De 1939 à 1941, l’utilisation des trains diminue par rapport à 1938 avec la mobilisation militaire, puis elle reprend une pente ascendante en 1942-1943 (1943 : indice 128) car les autres moyens de transport font défaut ; les chiffres sont supérieurs à ceux des marchandises de 1942 à 1947, seule l’année 1944 marquant un creux notable (indice 68). En 1946 est atteint le sommet de la courbe avec l’indice 143 et l’intensité d’utilisation par les voyageurs diminue lentement avec la reconstitution du parc automobile ou la fin des pénuries d’essence ; en 1950, l’indice est revenu à 119, soit à peu près celui du PIB (118), et il progresse ensuite un peu moins rapidement que celui du produit intérieur : indice 129 en 1952 contre 135 pour le PIB, 146 en 1958 contre 187 pour le PIB.

76Les échanges avec l’extérieur déclinent méthodiquement entre 1938 et 1944, avec un rythme d’affaissement plus important pour les importations (zones dollar, sterling et franc) que pour les exportations, partiellement maintenues par un flux vers le Reich ; en 1944, les importations ont disparu (indice 6 !) et les exportations sont bien faibles (indice 27), à des niveaux bien plus bas que ceux du PIB. Avec l’après-guerre, ce sont les importations qui se reconstituent en premier pour compléter le ravitaillement et hâter la reconstruction et elles dépassent l’indice 100 dès 1946. La pénurie de devises et l’ordonnance sérieuse du plan Marshall stabilisent ces chiffres autour du niveau de 1938 entre 1947 et 1950, tandis que le début de l’expansion amorce une montée modérée en 1951-1952, plus soutenue au-delà (indice 116 en 1952, puis 174 en 1958). Les exportations, sur une base 1938 assez basse il est vrai, suivent un itinéraire ascendant beaucoup plus régulier à partir de l’étiage de 1945 (10), dépassent l’indice 100 en 1949, s’enflamment en 1951 (186), reculent momentanément l’année suivante (161) pour poursuivre sur un rythme ultérieur rapide (indice 233 en 1958).

77L’ensemble de ces notations doit nous convaincre de la pluralité interne des évolutions au sein du PIB.

Tableau 18
Valeur ajoutée par branches en France (1949-1956)

Tableau 18Valeur ajoutée par branches en France (1949-1956)

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 245.

78Dans cette série plus récente, l’agriculture apparaît en modeste place par rapport à l’imaginaire social de cette époque et à la crise des prix qu’elle déclenche entre 1945 et 1948. La surprise vient moins de l’industrie qui dépasse le tiers du PIB que des services en position première, entre les 2/5 et la moitié du PIB. Dans la décomposition par branches se détachent en 1952 l’agriculture (17,4 %) et le commerce (15,2 %), tandis que l’industrie associe en fait trois branches centrales (biens intermédiaires, d’équipement et de consommation) qui totalisent 23-25 % du PIB et trois branches périphériques (énergie, industrie agricole, bâtiment) qui en rassemblent un peu moins, 13-15 %. Au sein des services eux-mêmes, deux pôles montants se dégagent de l’hégémonie du commerce, les services marchands (réparation, entretien, services à la personne) et les services non marchands (éducation, santé, Administration) qui regroupent chacun un dixième du PIB.

1. Les facteurs de variation d’offre.

79La période 1944-1948 étant marquée par une inflation où l’insuffisance de l’offre semble avoir joué un rôle majeur, il convient de s’interroger sur le système de causes de cette crise.

80Le facteur travail et les disponibilités en main-d’œuvre ont pour le moins apporté leur contribution à la désorganisation de l’offre en maintenant une productivité médiocre jusqu’en 1947-1948.

Graphique 19a
Population et activité en France, 1936-1954

Graphique 19aPopulation et activité en France, 1936-1954

Source : 1. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 86-95 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 26-30. 2. C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.

Graphique 19b
Population et activité en France, 1936-1954

Graphique 19bPopulation et activité en France, 1936-1954

Source : 1. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 86-95 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 26-30. 2. Marchand et Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.

  • 42 La guerre coûte à la France 600 000 décès, un déficit des naissances de 530 000 individus et le dép (...)
  • 43 Les prisonniers allemands et italiens placés, dont le total culmine à 680 000 en 1946, ne sont pas (...)

81La population active (graphique 19a) stagne pratiquement à moyen terme, n’augmentant que de 3 % en 18 ans, soit moins de 0,2 % par an, avec une immobilité apparente complète entre 1936 et 1946 et une petite expansion au-delà de 1946. Cela tient d’abord à la faible progression de la population totale résidente (+ 4,6 % de 1936 à 1954), qui accuse le poids de la guerre42 pour des générations à faible natalité et dont la reprise démographique après 1946 ne peut délivrer immédiatement des actifs pour la population professionnelle. La population étrangère43 (graph. 19a), dont la majorité des personnes sont actives, diminue de 1936 à 1946 et ne retrouve qu’en 1954 son niveau de 1936 par les entrées demandées et échelonnées par le plan Monnet. Le nombre de chômeurs (graph. 19a), entendu des « demandes d’emploi non satisfaites », s’effondre dès 1941-1942 et demeure inférieur à 200 000 pour notre période, soit 1 % des actifs. Cette situation de plein emploi, favorable aux salariés pour leur vie quotidienne, leur revenu et leur organisation associative, installe le marché du travail dans la rigidité que ne corrige pas véritablement la durée annuelle du travail (graph. 19b). L’année 1936, qui compte sept mois à 48 h par semaine, présente encore un chiffre haut (2 227 h en moyenne par salarié) qui diminue en 1937-1938 avec la semaine de 40 h (1938 : 2 022 h). La remontée de 1946 (2 044 h, estimation) à 1954 (2 086 h) n’est pas considérable. La légère discordance entre la série de durée annuelle et celle de durée hebdomadaire (graph. 19b) provient de la différence de sources, la première étant un calcul macroéconomique rétrospectif de l’INSEE, la seconde une moyenne arithmétique des statistiques collectées par le ministère du Travail de l’époque. La dernière colonne multiplie le nombre d’actifs par la durée annuelle de travail et permet de constater que le volume physique horaire fourni par le facteur travail progresse légèrement de 1946 à 1954, mais reste inférieur à celui de 1936.

  • 44 IFOP, Sondages, 16 mars 1946. « Quitter l’école » à 14 ans ne signifie pas l’obtention du célèbre c (...)
  • 45 Entre 1913 et 1993, la progression annuelle moyenne de la productivité du travail est de 2,5 %. Voi (...)

82La productivité du travail compense-t-elle cette rigidité du volume horaire ? Rappelons qu’en 1938-1952, la productivité française équivaut à la moitié (45 %) de celle des actifs américains, parce que le professionnel américain bénéficie à la fois d’un capital de production plus efficient et d’une qualification moyenne supérieure à celle des actifs français, qui ont quitté le système scolaire à peu près vers 14 ans44. Ceci étant dit, il semble que la productivité baisse pendant la guerre, comme le signale l’indice de 1946 (85) qui figure en colonne 5. Mais dès 1948, le niveau de 1938 est dépassé et atteint l’indice 117 en 1949. Sa vitesse de progression45 (+ 7,1 % par an en 1946-1956, + 5,4 % par an en 1949-1956) est comparable à celle du PIB puisqu’elle atteint l’indice 169 en 1956, contre 174 au PIB. La productivité du travail, défaillante entre 1940 et 1947, permet de compenser seulement après 1948 la faible élasticité de l’offre de travail par les actifs.

83Un dernier coup d’œil sur la structure économique de la population active achève le tableau du facteur travail : l’agriculture offre une productivité très inférieure à la moyenne, tandis que l’industrie et les services présentent des chiffres qui la dépassent légèrement. On n’imagine pas alors les gains de productivité des années qui vont suivre.

84L’insuffisance de productivité frappe aussi le facteur capital. Les entreprises françaises sont majoritairement de petite taille, celle de la famille qui les fait fonctionner. 19,5 millions d’actifs se partagent entre 4 à 5 millions d’entreprises (2,3 millions d’exploitations agricoles, 2 millions d’artisans, commerçants et industriels), ce qui représente 4,5 actifs par entreprise...

85Pour le seul secteur industriel, l’établissement médian passe de 80 salariés en 1936 à 100 salariés en 1954 ; la grande usine est loin de dominer. Par ailleurs, le petit nombre n’est pas ici garant d’intensité productive et l’équipement commence à dater. Selon Paul Delouvrier, qui tire ses chiffres du Commissariat au Plan, la moyenne d’âge des machines-outils françaises est de 28 à 30 ans en France contre 6 à 7 ans aux États-Unis et 9-10 ans en Grande-Bretagne. Dans l’agriculture l’évolution du parc de tracteurs est étonnante mais seulement après 1948. Le parc décuple en vingt ans.

Tableau 20
Évolution du parc de tracteurs en France (1948-1960)

Tableau 20Évolution du parc de tracteurs en France (1948-1960)

Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 323.

  • 46 INSEE, Les établissements industriels et commerciaux, Imprimerie nationale, 1956, p. 52 et suivante (...)

86Dans les services, l’exemple des commerces est assez révélateur. Avant 1945, la SGF ne recense que les établissements avec salariés, 369 000 en 1906 et 429 000 en 1931, ce qui suppose une multiplication des chiffres par deux pour approcher de la totalité des établissements, soit 850 à 900 000 en 1931-1936. Grâce à son fichier mécanographique, l’INSEE, qui recense les établissements et non les entreprises, compte 1 180 000 établissements en 195446. Si l’on considère qu’il y a 1 075 000 cas d’établissements qui se confondent avec l’entreprise, et 18 000 entreprises dotées de plusieurs établissements, cela donne un total approximatif de 1 100 000 entreprises commerciales en 1954. La progression de 850 000 en 1939 à 1 100 000 en 1954 (+ 29 %) n’est pas régulière, mais le fait de deux années, 1946 et 1947. Le décret-loi du 9 septembre 1939 limite très sévèrement les créations ou extensions de fonds de commerce et d’établissements industriels, autant pour sauvegarder les droits des mobilisés que pour parachever le mouvement de cartellisation économique amorcé avec la crise de 1929. En janvier 1946, les effets du décret sont abolis, laissant bondir les chiffres en deux ans de 850 000 à 1 100 000 ; cet allongement des circuits commerciaux, alors que les quantités ne sont pas devenues normales, coïncide clairement avec la crise des prix qu’il contribue à alimenter.

  • 47 130 000 épiceries, 65 000 boucheries, 60 000 boulangeries...

87Ces commerces sont typiquement des entreprises familiales de proximité pour les besoins de premier niveau, à productivité réduite. En 1954, les ¾ des établissements n’ont aucun salarié (1,5 million d’actifs familiaux déclarés), 90 % sont en établissement unique où la boutique se confond avec la société. Les établissements (285 000) qui emploient des salariés (1 700 000) en occupent 6 en moyenne, une centaine d’établissements dépassent plus de 500 salariés. Sept secteurs dominent : l’alimentation47arrive en tête avec 29 % des établissements (343 000) suivie par les débits de boisson avec 17 % (189 000), tandis que quatre autres secteurs regroupent chacun 100 000 établissements environ (9 % du total) : commerces textiles, hôtellerie-restauration, services de santé ou d’hygiène (cliniques, teintureries), spectacles non sédentaires (cirques, balladins...). Les transports routiers ferment la marche avec 4,5 % des établissements. Ces sept secteurs emploient en moyenne un salarié dans un établissement sur deux. On est loin de la concentration des services financiers du secteur « banque et bourse » : 3 000 établissements, dont 300 entreprises à établissements multiples avec 140 000 salariés, soit 46 par établissement. Notons par ailleurs que 14 % des établissements se rapportent au commerce de gros. La dispersion économique se double enfin d’une dispersion géographique (35 000 communes rurales), la France affichant 1 établissement commercial pour 40 habitants contre 1 pour 100 en France, où la densité urbaine est sensiblement plus forte.

  • 48 Chiffres dans INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, IV.
  • 49 AEF, Pleven 5 A 12, Rapport de la Commission Consultative des Dommages et Réparations, juin 1945. L (...)
  • 50 Ces destructions sont comptabilisées indifféremment, quels qu’en soient les auteurs, allemands, all (...)
  • 51 Pour 13,2 % du PIB de Formation Brute de Capital en 1938, on peut supposer 5 à 10 % en 1940-1943, m (...)
  • 52 Aide américaine sous forme de dons : 2 445 millions de dollars (1 $ = 350 F en septembre 1949), soi (...)

88Le rattrapage du « retard français » suppose des investissements. La formation brute de capital, fortement ralentie dès les années trente (1938 : 13,2 % du PNB), reprend un mouvement ascendant à partir de 1946, mais le premier chiffre contemporain dont nous disposons est celui de 1949 (19,6 % du PNB) ; le niveau d’investissement se maintient haut pendant les années cinquante : 19,1 % en 1950, 18 % en 1952, 19,9 % en 1956, 20,6 % en 195848. Sommairement dit, le total des investissements réalisés entre 1938 et 1956 représente peut-être 1 350 milliards de F constants 1938 (75 milliards par an), soit 15 % environ des 8 700 milliards de PNB cumulés. Selon toute vraisemblance, la moitié de ces 1 350 milliards correspond à du renouvellement de matériel et l’autre moitié à des équipements neufs. Ces chiffres sont l’équivalent presque exact du coût de la guerre selon la Commission des réparations : 647 milliards de F constants 1938 de spoliations, imputées au Reich pendant la période 1940-194449(versements de « l’indemnité d’Armistice », confiscations, clearing commercial avec surcote du Reichsmark à 20 F), 506 milliards de destructions50pour faits de guerre, 198 milliards pour les autres dommages comme le travail forcé. Il est clair que ces 1 350 milliards de F ne constituent pas tous des prélèvements en capital sur une « fortune nationale » de 1938 estimée à 2 000 milliards de F ; une majorité de ces sommes représente des flux matériels détournés du PIB courant, comme l’indemnité d’Armistice (326 milliards de F 1938) largement utilisée par le Reich pour des commandes en France. En revanche, l’ensemble de l’économie de guerre freine le renouvellement de matériel et les nouveaux investissements de manière indiscutable51. On peut aussi comparer ces sommes investies avec les 900 milliards de F de l’aide Marshall52.

2. L’appel aux disponibilités extérieures : une balance des paiements constamment déficitaire.

  • 53 Première tentative de calcul en 1945. Exemples in AEF, Pleven 5 A 12 ou B 18 680. Une des premières (...)
  • 54 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.
  • 55 En effet, les statistiques douanières sont continues depuis 1827. INSEE, Annuaire statistique rétro (...)

89La balance des paiements mesure les flux d’actifs entre résidents et non-résidents ; ces actifs peuvent être réels (marchandises), financiers ou monétaires. Entre 1938 et 1952, la France fut en permanence débitrice de l’étranger, à l’exception notable des années 1942-1944 quand l’exportation contrainte vers le Reich en l’absence d’autres courants commerciaux, contribua à dégager des excédents. Les statistiques des paiements extérieurs ne datent que de 194553quand le FMI commença à demander leur tenue régulière. Les flux de l’aide américaine permirent aussi des gains en précision chiffrée. L’organisme qui en est chargé est l’Office des Changes, établissement public localisé à la Banque de France et supervisé par les Finances. Si l’INSEE et la Revue d’Économie Politique54ont entrepris un calcul rétrospectif de la balance des paiements remontant jusqu’en 1910, ils ont abandonné la période 1939-1944 qui leur posait trop de difficultés de méthode. Nous ne disposons donc que de la seule balance commerciale55pour la guerre. Le caractère très réduit des autres transactions internationales permet de considérer ces chiffres comme fortement représentatifs des paiements extérieurs globaux.

Tableau 21
Balance commerciale française (1938-1944)

Tableau 21Balance commerciale française (1938-1944)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.

  • 56 En 1940, les importations représentent 64 % de leur niveau de 1938, en 1942 : 23 % et en 1944 : 6 %

90En 1938, l’équilibre apparent procède de la compensation opérée par les services (+ 6 milliards de F) qui supportent à eux seuls le solde négatif de la Balance commerciale (– 5 milliards de F) et de l’Outre-Mer (– 1,1 milliard de F). Le mouvement des capitaux, en équilibre aussi, enregistre – 3 milliards de F de sorties d’or au moment de la crise diplomatique et + 3 milliards de F d’entrées mal identifiées. C’est à partir de 1942 que la balance commerciale devient positive, pour trois ans seulement. Malgré la sous-évaluation du F, les commandes allemandes plus ou moins impératives, présentent un total en valeur supérieur aux importations françaises raréfiées56. En 1944, le bilan de 7 années de commerce extérieur depuis 1938 en prix courants est négatif (– 24 milliards de F), mais il faut compter que l’excédent français sur le Reich de 1940 à 1944 est à la charge de la France et de son Trésor (système de clearing négatif pour l’exportateur) pour la somme non négligeable de 160 milliards de F ! Si la balance commerciale est positive, c’est au détriment du solde budgétaire…

Tableau 22
Paiements extérieurs français (1945-1952)

Tableau 22Paiements extérieurs français (1945-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.

91Avec les statistiques plus complètes d’après-guerre, nous mesurons le poids du déficit extérieur des paiements dont le total cumulé atteint plus de 5 milliards de $ ou 1 555 milliards de F. Il ne faut pas surévaluer le phénomène, qui représente une moyenne de 2,6 % du PNB annuel en 1945-1952. Sur la période de 8 ans, ce pourcentage décroît irrégulièrement de 8 % du PNB en 1945 à 1,25 % en 1952. L’essentiel du déficit provient des pays anglo-saxons, de la zone dollar pour les deux-tiers (3,7 milliards de $), de la zone livre pour un septième (850 millions de $).

  • 57 En 1945, le déficit commercial représente 58 % du déficit brut des paiements (hors compensation par (...)

92Le déficit de l’ensemble des paiements est majoritairement un déficit commercial, et la balance des échanges de marchandises n’est jamais positive entre 1945 et 1952. Balance des services et balance de la FOM – comptabilisée dans la zone franc à partir de l’année 1952 – sont aussi régulièrement déficitaires pendant la période, mais sur de plus faibles valeurs57.

93La balance des capitaux reste positive jusqu’en 1948, couvrant environ 40 % du déficit courant des paiements, puis devient plus incertaine, avec deux déficits en 1949 et 1951 et deux légers excédents en 1950 et 1952. Le déficit des paiements, globalisé à 5,8 milliards de dollars, est d’abord soldé en 1945-1947 par des sorties d’or et de devises, puis après la signature des accords d’aide mutuelle et du plan Marshall (1948-1952) par 50 % d’aide américaine, 40 % d’or et de devises, et 10 % de tirages sur le Fonds monétaire international ou l’union europénne des paiements. En l’absence d’aide atlantique, il aurait fallu trouver près de 3 milliards de dollars pour combler le déficit extérieur. Le plan Marshall a exercé un certain effet stabilisateur sur le niveau général des prix.

94Le volume des transactions extérieures par rapport au PNB, assez élevé en 1945 à cause de la faiblesse du PNB (54 % du PNB de 1938), se maintient autour de 10 % entre 1948 et 1952, ce qui caractérise une économie encore auto-centrée et faiblement ouverte sur l’extérieur.

95Au total, la crise des paiements extérieurs n’est pas à négliger puisque le déficit moyen de la balance des paiements représente 2,6 % du PNB moyen, mais il faut reconnaître une certaine modération à l’économie nationale de cette période, qui maintient dans des limites convenables, avec l’aide américaine, l’appel aux apports extérieurs. L’impact inflationniste reste certainement modeste dans cette rubrique des comptes nationaux, quitte à comprendre que la compression de cette demande a généré indirectement d’autres tensions inflationnistes.

3. Les utilisations du produit intérieur brut.

  • 58 INSEE Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-358.
  • 59 SEEF : bureau de Statistiques Et Études financières du ministère des Finances, ancêtre de la Direct (...)

96Grâce aux travaux de l’INSEE58et du SEEF59nous disposons d’une ventilation assez détaillée du PNB en 1938 et au-delà de 1949. Le tableau qui suit montre la prédominance de deux destinations du revenu national : les salariés (40-42 %) et les entreprises individuelles (24-27 %) qui drainent ensemble les 2/3 du total.

Tableau 23
Rémunération des facteurs de production, France (1938-1952)

Tableau 23Rémunération des facteurs de production, France (1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, V.

97La relative stabilité des proportions à moyen terme ne doit pas faire illusion, la période critique de 1940-1948 étant certainement traversée par de fortes turbulences. La seule évolution significative se produit dans les revenus des placements des ménages, – comptes d’épargne, actions, obligations, loyers et fermages – l’épargne ayant perdu par érosion inflationniste et par déthésaurisation. Les bénéfices nets des entreprises non individuelles se maintiennent à 5 % du PNB. Nous remarquons aussi que la part du revenu national dans le PNB a légèrement diminué de 80 % à 75 % ; les amortissements, stables autour de 10 %, ne sont pas en cause, tandis que les impôts indirects progressent de 9 à 15 %. Quels sont les emplois de ce revenu global par l’économie hexagonale ?

Tableau 24
Emplois du PNB (1938-1952)

Tableau 24Emplois du PNB (1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, IV.

98Nous remarquons surtout la régression relative, ou la moindre progression en valeur absolue de la consommation des ménages (73 % en 1938, 65 % en 1952) ; celle-ci est cantonnée par la reprise de l’investissement (13 % en 1938 et 18 % en 1952) et l’augmentation des consommations publiques et institutionnelles (13,5 % en 1938 et 17 % en 1952). Il s’agit de la lente socialisation des revenus sur l’ensemble du siècle que nous retrouvons ici en phase moyenne.

Tableau 25
Formation brute de capital (1938-1952)

Tableau 25Formation brute de capital (1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 358, X-XI.

99Ces deux tableaux mettent en évidence les fragilités de l’investissement avant la guerre et leur vigueur nuancée après 1944-1948. En 1938, l’investissement consiste à renouveler le matériel existant ou à acquitter les emprunts nécessaires à son obtention : les amortissements représentent presque 80 % du total de la formation brute de capital. Il est vrai qu’avec un niveau de 13,2 % du PNB, la formation de capital ne peut prétendre à beaucoup plus, les amortissements seuls étant dans l’impossibilité de descendre sans danger pour un pays industriel en dessous de 10 à 12 % du PNB. En 1949, l’investissement « neuf », 36 % de la FBCF, semble revenu à des niveaux moins inquiétants ; les stocks étant approximativement stables, les amortissements reculent à la moitié de la FBCF, elle-même à hauteur de 20 % du PNB. La ruée des investissements se tasse en 1950-1952 (18 % du PNB), les amortissements reprennent un peu d’ascendant (55,6 %), mais comme les stocks diminuent (8,5 %), l’investissement « neuf » reste identique (36 %). Dans le détail en revanche, on observe que les ménages reprennent la voie de l’investissement après 1950, tandis que les chiffres des administrations restent en progression lente et régulière. Fort logiquement, la source majeure des investissements, dans le second tableau, vient d’abord des entreprises pour 53 % environ, puis les rangs s’inversent entre les ménages et l’État : les administrations (9 % en 1952) interviennent plus que les ménages (7 %), alors que ces derniers contribuent nettement plus (25 à 27 %) aux financements que les administrations (17 puis 9 % !). On note également l’entrée de l’aide américaine dans le circuit de la formation de capital : les ressources extérieures nettes bondissent de 4 à 11 % entre 1949 et 1952.

100Ainsi, les tensions entre la demande et l’offre entre 1940 et 1948 naissent d’abord de la situation de belligérance qui affaiblit les capacités de main-d’œuvre, diminue encore les investissements déjà fragilisés dans les années trente et détourne au profit du vainqueur une part croissante du PIB. Après le départ des occupants, il faut quatre autres années pour retrouver le niveau de 1938, parce que le poids des destructions obère la capacité d’investissement, que la productivité de la main-d’œuvre, entravée par les difficultés de ravitaillement, tarde à se stabiliser à bon niveau et que l’appareil de production dans son ensemble n’offre pas une forte élasticité à la hausse. Ce sont ces rigidités, celle des disponibilités en facteur travail ou en capital, celle de circuits commerciaux ou d’infrastructures aux capacités d’expansion limitées, que tend insensiblement à dépasser le rythme rapide de croissance du PIB après 1949, aussi bien par l’incitation encourageante des crédits Marshall que par une mobilisation sans précédent des capacités d’investissement hexagonales.

B. MÉNAGES ET REVENUS DES MÉNAGES : SALAIRES, MASSE SALARIALE ET REVENUS NON SALARIAUX

101Absous de toute pression inflationniste avant le concept d’inflation par la demande apparu en 1947-1948, les ménages de notre période sont environ 13 millions, soit 13,15 millions en 1936, 12,9 en 1946 et 13,4 en 1954, ou encore 3 personnes en moyenne par ménage, entendu au sens « d’unité d’habitation ».

102Si la population active ne coïncide pas avec la population des ménages, qui inclut aussi des personnes à la retraite par exemple, elle nous fournit des indications de tendance. Nous remarquons la ventilation 2/3-1/3 entre les salariés et les indépendants et employeurs. Les pays anglo-saxons, plus urbanisés, plus « tertiaires » aussi et plus aisés, présentent des proportions plus élevées de salariés, mouvement que suit la France avec un peu de retard. La plupart des « indépendants », petits agriculteurs, artisans ou commerçants, ne sont pas des « employeurs », leur entreprise se confond avec la main-d’œuvre familiale ; le cas est patent dans l’agriculture d’après guerre, où un million de salariés agricoles font face à quatre millions d’actifs indépendants. Cette structure de la population active a un impact à la fois sur la répartition des revenus et sur leur utilisation.

Tableau 26
Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)

Tableau 26Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)

Source : C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-187.

103En période de pénurie alimentaire par exemple, la présence de presque 30 % d’actifs agricoles (31 % en 1936 et 26 % en 1954) pèse sur les circuits agroalimentaires, parce que la taille moyenne des exploitations (10 ha), couplée avec la persistance de tendances à la polyculture, ne favorise pas une adaptation rapide à la demande non agricole et incite au contraire à la rétention des produits ainsi qu’à la hausse des prix de vente, c’est-à-dire des revenus d’exploitation.

104La présence d’un tiers d’ouvriers suscite une demande à la fois concentrée par quartiers urbains, modérément solvable et très sensible aux rapports entre les salaires et les prix ; quelques régions concentrent les agglomérations ouvrières, Nord, Lorraine, Île-de-France, Basse-Seine, Centre-Est, et certaines professions offrent des caractères de cohésion sociale élevée chez les mineurs, les cheminots ou les métallurgistes, cohésion renforcée par syndicats et partis. Les salariés des services ne sont pas en reste pour faire bloc en cas de retard excessif des salaires sur les prix ; au moins deux millions d’employés peuvent être mobilisés.

105Pour nous centrer sur la question des revenus des ménages, il nous faut d’abord considérer leur répartition fonctionnelle.

Tableau 27
Revenu disponible des ménages, France (1938-1952)

Tableau 27Revenu disponible des ménages, France (1938-1952)

* Revenus disponible des ménages (RDM).

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 357, VIII.

  • 60 Le chiffre n’est pas donné mais il représente, en francs constants, 80 % des 240 milliards de PNB 1 (...)
  • 61 L’assimilation est abusive puisque quelques dizaines de milliers de patrons de l’industrie, du comm (...)

106La part du revenu net des ménages diminue sensiblement dans le PNB, passant de 84 % en 1938 à 73 % en 1952, au profit d’un accroissement de l’investissement et des prélèvements de l’État. En francs constants, cette diminution est réelle pendant la guerre, puisqu’ils passent de 376 milliards en 1938 à 190 milliards en 194560, et à 368 milliards en 1949, avant de retrouver leur mouvement de progression avec 420 milliards en 1952 (+ 11 % entre 1938-1950 et 1952). À l’intérieur des ménages eux-mêmes, la répartition globale est favorable aux ménages-entrepreneurs qui reçoivent 35 à 39 % du revenu total, pour 38 puis 33 % des actifs, par rapport aux ménages-salariés rétribués à hauteur de 43 à 45 % du revenu disponible des ménages pour 62 à 66 % des actifs. On remarque même la poussée des revenus nets des entreprises individuelles, agricoles, artisanales et commerciales, entre 1938 et 1949, de 36 à près de 40 % du RDM total ; cela ne signifie pas que les ménages-entreprises n’aient connu aucune difficulté du temps de guerre : leur revenu nominal en F constants s’établit à 135 milliards en 1938, 96 milliards en 1945, mais 147 milliards en 1949 et 152 milliards en 1952. En d’autres termes, ils résistent mieux à la crise des prix et leur revenu dépasse de 8 % celui de 1938 dès 1949 et de 13 % en 1952. Leur nombre, si l’on considère sommairement qu’il se confond avec la catégorie « indépendants et employeurs »61diminue dans l’intervalle de 7,35 millions à 6,5 millions, ce qui améliore leur situation. Inversement, les revenus de ménages-salariés passent de 164 milliards en 1938 à 104 milliards en 1945, 160 milliards en 1949 (98 % de 1938) et 189 milliards en 1952 (115 % de 1938) ; le nombre des actifs salariés a progressé de 10 % entre les deux recensements, 11,8 millions en 1936, 13 millions en 1954. Il semblerait, à première vue, que la condition salariée n’ait suivi l’amélioration précédente qu’avec quelques années de retard. Faut-il s’en arrêter là ?

  • 62 Le total des revenus additionnés hors impôts et cotisations atteint 104 à 106 % du PNB.

107Nous devons prendre en considération ce phénomène nouveau de la socialisation des revenus ; jusqu’à présent, nous n’avions raisonné que sur 80 à 82 % du RDM62. La part restante subit une évolution croisée extrêmement intéressante. Les revenus des placements et les revenus privés en provenance de l’extérieur diminuent de moitié, rétrogradant de 16 % en 1938 à 7,5 % en 1952, d’abord sous l’effet apparent de l’inflation. Curieusement, ils ne se reconstituent pas après la fin de la reconstruction tandis que les prestations d’assurance, retraite et assistance doublent dans le même intervalle, de 9,5 % en 1938 à 18 % en 1952. Ainsi, la part totale dévolue à la « prévoyance » sociale reste très stable, de 25,2 % du RBM en 1938 à 25,3 % en 1952 ; cette inversion des rapports entre la prévoyance individuelle de capitalisation et la prévoyance sociale de répartition s’effectue majoritairement en faveur des salariés, car les indépendants ont créé leurs systèmes sociaux autonomes avec un degré plus différencié de cotisation de la part de leurs adhérents. Il est difficile de dire dans quelle mesure les ménages-salariés ont bénéficié de ces revenus de transfert mais l’impression générale est bien celle d’une compensation du retard de revenu observé plus haut par ces circuits de redistribution. On n’en veut pour preuve que l’écart croissant entre les prestations elles-mêmes et les cotisations sur les seuls ménages : en 1938, 0,5 % (du RBM) de cotisation pour 9,5 % de prestations, en 1952, 2,8 % de cotisations pour 17,7 % de prestations. Les prestations de 1952, par exemple, sont financées à 16 % par les ménages, salariés ou individuels, et donc à 84 % par les entreprises non individuelles et l’État (cotisations des fonctionnaires notamment, couverture des déficits sociaux).

108Deux aspects demeurent. D’une part, si les revenus de transfert apparaissent bien dans les séries de la comptabilité nationale rétrospective, ils sont étrangers à l’opinion du moment qui ne considère que les bulletins de salaire (« feuilles de paye ») et constate leur insuffisance par rapport au niveau général des prix et à la demande sociale moyenne du moment, le niveau de vie. D’autre part, ces revenus de transfert ne sont pas des prélèvements directs des ménages-salariés sur les ménages-entreprises eux-mêmes, ce qui relativise la « compétition » entre les deux catégories : les entrepreneurs individuels résistent à la crise des quantités et des revenus en augmentant leurs prix, les salariés résistent à la même crise en poussant à la hausse des salaires directs, puis par défaut, à celle des salaires sociaux.

109Nous relevons enfin la stabilité, voire le léger recul des impôts directs sur les ménages, qui passent de 4,5 % du RBM en 1938 à 3,9 % en 1952. Comme nous avions constaté, dans un paragraphe précédent, l’augmentation de la pression fiscale, il faut rappeler que celle-ci pèse sur les consommations (impôts indirects) et sur les bénéfices industriels et commerciaux.

110Les structures de dépenses se marquent surtout par l’inélasticité complète des dépenses de consommation, dont la part (9/10) augmente légèrement. L’épargne recule d’abord puis se stabilise en 1949-1952 à moins du vingtième du total, tandis que les dépenses diverses témoignent par leur progression régulière d’une grande inertie face aux circonstances des années 1940.

111Les salaires sont les mieux connus des revenus des ménages et nous allons en détailler l’analyse, mais il convient au préalable de s’entendre sur la notion de salaire.

Tableau 28
Masse salariale, France (1938-1956)

Tableau 28Masse salariale, France (1938-1956)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI, pour les années 1938 et 1949-1956. La période 1939-1948 a été reconstituée selon la méthode exposée pour le calcul du PIB (tableau 16), avec l’aide supplémentaire de : AEF, Petsche 1 A 405, Note de la Direction des Programmes, 23 septembre 1949, 25 p., et L. Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, p. 30.

Graphique 28
Masse salariale, France 1938-1956
(en indices)

Graphique 28Masse salariale, France 1938-1956(en indices)

Nota. — MS/PIB : Masse salariale/Produit intérieur brut.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI pour les années 1938 et 1949-1956. La période 1949-1948 a été reconstituée selon la méthode exposée pour le calcul du PIB (tableau 16), avec l’aide supplémentaire de : AEF, Petsche 1 A 405, Note de la direction des programmes, 23/09/1949, 25 p., et L. Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ? 1957, p. 30.

112La masse salariale (colonne 1) n’est pas disponible dans les séries 1961 de la comptabilité nationale entre 1939 et 1948. Nous n’avons que les chiffres de 1938 (184 milliards) et ceux qui sont postérieurs à 1949 (3 578 milliards). Les estimations de l’Économie nationale (AEF sur le tableau) sont assez insuffisantes, vraisemblablement par sous-évaluation des revenus de transfert : 170 milliards en 1938, 1 050 milliards en 1946 et 3 038 milliards en 1949, soit un écart de 500 milliards pour cette dernière année avec la série INSEE. Elles nous ont néanmoins guidé pour la période 1946-1949.

113Nous avons donc procédé comme dans le paragraphe précédent pour la définition du PIB. À partir de la série INSEE de 1961, nous avons coefficienté la base 1938 et le terme 1949 des hausses de salaires relevées par les prud’hommes, corrigées par celles que donne Louis Frank, directeur général des Prix en 1948-1962, dans son ouvrage Les prix, en donnant une allure vraisemblable à la courbe. La colonne 1 donne la synthèse de ces calculs en milliards de F courants, la colonne 2 en indice, la colonne 4 permet la comparaison avec l’indice des prix de détail, les colonnes 5 et 6 présentent le montant de la masse salariale en francs constants 1938 et la colonne 7 confronte masse salariale et PIB.

  • 63 Total à partir d’O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE Études, 1991, p (...)

114Les résultats apparents réservent quelques surprises. En francs courants, la masse salariale progresse de 46 fois en 18 ans, soit 23,7 % en moyenne annuelle. En francs constants 1938, la progression est plus modérée, 1,86 fois en 18 ans et 3,5 % en moyenne annuelle. De 1939 à 1944 inclus, elle diminue en francs constants par rapport à sa base de 1938 (184 milliards de F), mais la diminution du PIB fait progressivement monter sa part de 42 % en 1938 à 80 % en 1944... On pourrait toujours suspecter la série reconstituée de fausser la réalité, mais il faut bien suivre le rythme des hausses de salaires décidées à l’époque et partir de 184 milliards de F en 1938 pour arriver à 3 578 en 1949. De 1945 à 1948, la stratégie des organisations de salariés combinée à la politique gouvernementale permet de maintenir la masse salariale en francs constants autour de 200 milliards de F 1938, soit une dizaine de % au-dessus du dernier niveau d’avant-guerre. C’est seulement après 1949 que la masse salariale commence une expansion réelle en francs constants, puisque la progression de 1948 à 1956 est de 1,67 fois. Dans l’intervalle, la pression sur le PIB culmine à 86 % en 1945 (! ?) puis reflue jusqu’à un seuil de 40,2 % en 1950, avant de repartir tendanciellement à la hausse (1956 : 44,8 %) jusqu’aux années quatre-vingt. Les revenus salariaux bénéficient d’ailleurs de la stabilité quantitative du facteur travail au début des années 1950 : les salariés passent de 11,8 millions 1936 à 12,9 millions en 1954 et 14,5 millions en 1962 (et 21,3 en 1989)63, ce qui représente une progression de 0,8 % par an entre 1936 et 1962, décomposée en + 0,5 % annuel entre 1936 et 1954 et + 1,4 % annuel pour 1954 et 1962. Mais les salariés perçoivent-ils le revenu de leur travail par le concept de masse salariale ?

Graphique 29
Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié
(Indice sur base 100 = 1938)

Graphique 29Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié(Indice sur base 100 = 1938)

Nota : Masse salariale : cf. tableau précédent. Salaires horaires ouvriers masculins, France entière : indice du mois d’octobre de l’année citée ; série dite « des prud’hommes », modérément fiable et abandonnée par l’INSEE en 1952. Salaire mensuel ouvriers célibataires ou mariés deux enfants, départements : concernent la France entière à l’exception de l’actuelle Île-de-France. Indice annuel d’octobre jusqu’en 1948, indice annuel moyen après 1949.

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 254, 260, 356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 286.

Tableau 29
Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié

Tableau 29Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié

115Ce tableau résume les diverses acceptions de salaire. Depuis la création d’un Office (1891) puis d’un ministère (1906) du Travail, les statistiques de salaires sont puisées auprès de chambres prud’homales et offrent une fiabilité médiocre, à la fois par leur aspect contentieux, leur définition uniquement horaire du salaire et leur transmission inégale au ministère. Depuis 1946, l’INSEE a pris en charge la question, prolongeant temporairement certaines séries prud’homales, comme celle du salaire horaire jusqu’en 1952, élaborant de nouvelles séries basées sur janvier 1946, puis sur l’année 1949. Les séries des années quarante en matière de salaires comme en beaucoup d’autres sont sujettes à caution.

  • 64 Cf. supra.

116Les colonnes 1 et 5 sont les plus pertinentes pour nous car elles montrent la progression de la masse salariale (col. 1) et de l’indice moyen des prix (prix de gros  prix de détail, col. 5), mais elles ne sont pas disponibles à l’époque et n’apparaissent dans aucune négociation. La masse salariale64 inclut le salaire indirect ou social, prestations de santé, allocations familiales, pensions de retraites, aides sociales diverses, et déborde largement le salaire horaire, mais son élaboration statistique ne date que des années 1946-1949 et sa nouveauté conceptuelle rebute les syndicats de salariés, qui se défient de son origine « administrative », séduit le grand patronat qui y retrouve les coûts salariaux, sans convaincre le ministère du Travail.

  • 65 D’après les statistiques du travail de l’époque, la durée moyenne cumulée de décembre l938 à décemb (...)

117La grande inflation de guerre a porté la masse des salaires à l’indice 1 944 en 1949 sur base 100 en 1938, tandis que l’indice des prix atteint 1 759 à la même date, soit une avance de 10 %. Elle distance légèrement les prix depuis 1944, après avoir subi jusqu’à un retard de 40 % en 1943. Après 1949, l’évolution est encore plus nette en faveur de la masse des salaires, puisqu’elle atteint l’indice 4 610 en 1956, contre 2 544 pour les prix, soit une avance de 80 % des salaires sur les prix en base commune 1938 (= 100). La stabilité des prix après 1952 et la progression mécanique des salaires (+ 13 % par an de 1949 à 1956 en valeur nominale) expliquent cette divergence positive pour les salaires en masse. La colonne 2 est la plus insatisfaisante, puisqu’elle ne concerne que des salaires horaires ouvriers et masculins, ne tenant pas compte de la durée du travail et du salaire social, des salaires féminins, des salaires des employés et cadres. Sa collecte est approximative et abandonnée par l’INSEE après 1952. Couplée à l’indice des prix de détail, lui-même extrêmement alimentaire jusqu’en 1949 (34 articles), elle se fondait, sur des objectifs sociaux de protection des manœuvres. Conçue à la Belle Époque, utilisée de manière inégale entre 1919 et 1938, elle atteint son maximum d’efficacité socio-politique entre 1944 et 1948 au moment ou s’affirme sa faible qualité macro-économique... Les salaires mensuels ouvriers départementaux, qu’ils soient célibataires (col. 3) ou mariés avec deux enfants (col. 4) offrent une plus grande précision. Ils excluent les prestations de santé ou les pensions de retraite, les salaires tertiaires (1954 : 6,5 millions d’ouvriers, et 6,5 autres millions de salariés non ouvriers) ou féminins (1954 : 4 millions de femmes sur 13 millions de salariés) mais leur caractère mensuel permet d’intégrer un facteur temps plus long que celui de la simple tranche horaire. La similarité frappante entre les colonnes 2 (prud’hommes/SGF) et 3 (INSEE) de 1938 à 1944 peut s’expliquer de deux manières, soit par la reprise à l’identique de la série prud’hommes/SGF pour la période méthodologiquement incertaine de la guerre, soit par une durée du travail assez proche des 40 heures entre 1938 et 194465. Peu à peu, les deux séries divergent entre 1945 (écart : 10,5 %) et 1952 (écart : 23 %) pour les mêmes raisons, l’amélioration statistique et l’augmentation de la durée du travail.

118Cette série des salaires mensuels célibataires (colonne 3) est régulièrement « en retard » sur l’indice des prix de détail (col. 6) puisqu’elle ne les dépasse – à l’exception de 1945 – qu’en 1955-1956 (écart : 10 % en 1956) et peut alimenter les revendications salariées en toute bonne conscience. Nous voyons bien le fossé (1956 : écart de 64 %) entre l’évolution de la masse salariale (1956 : indice 4 610) et cette série (1956 : indice 2 803) qui procède autant de la socialisation partielle des salaires (assurances sociales) que de l’exclusion statistique des salariés non ouvriers. L’impact du salaire social est bien perceptible en confrontant les colonnes 3 (célibataires) et 4 (mariés, deux enfants). Le saut initial date de 1941 avec les relèvements allocatifs de Vichy ; l’écart entre les deux séries est alors de 44 % ; après quelques aléas entre 1942 et 1945, il se stabilise aux alentours de 25 à 30 % (1948 : 37 %, 1952 : 33 %, 1956 : 24 %). À la différence du célibataire, le père de deux enfants bénéficie d’un revenu mensuel apparent systématiquement supérieur à l’indice des prix entre 1944 et 1956 : de 9 % en 1948, 14,5 % en 1952, 40 % en 1956).

119Nous voyons bien que la notion de salaire est assez floue et que les années de 1948 à 1956 contribuent faiblement à sa clarification. Entre ces deux dates, le salaire mensuel du célibataire rattrape tardivement le niveau des prix, le salaire ouvrier augmenté des allocations familiales le dépasse sensiblement et la totalité des salaires versés l’excède largement.

Tableau 30
Salaires ouvriers mensuels (1938-1956).
Décomposition géographique, familiale et professionnelle

Tableau 30Salaires ouvriers mensuels (1938-1956).Décomposition géographique, familiale et professionnelle

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260.

120Le tableau présente l’évolution interne des salaires ouvriers, à la fois de 1938 à 1956 (trois premières colonnes) et de 1949 à 1956 (dernière colonne). L’inversion est nette : de 1938 à 1949, les régions sont favorisées au détriment de la région capitale (1949 : ensemble célibataires régions = 1 280, ensemble célibataires Paris = 1 012), les familles au détriment des célibataires (1949 : ensemble célibataires Paris = 1 012, ensemble mariés Paris = 1 372), et les manœuvres au léger détriment des ouvriers qualifiés (célibataires Paris, manœuvres : 1 027, professionnels : 1 008), ce qui donne comme extrêmes de l’ensemble, 1 008 pour le célibataire professionnel Paris et 1 831 pour le manœuvre marié habitant en région. De 1948 à 1956, même de manière atténuée, ces écarts sont inversés : Paris prend le pas sur les départements, les professionnels sur les manœuvres, les célibataires sur les personnels mariés. Nous avons ici la confirmation que deux logiques se sont succédé : de 1938-1944 à 1948, prédominent les incitations à dominante sociale (gauche du MRP, SFIO, PCF) qui infléchissent volontairement les rapports entre productivité et revenus salariaux en faveur des zones géographiques non centrales, des chargés de famille, des non-qualifiés. De 1948 à 1956, ces préoccupations sociales sont non pas écartées, mais contrebalancées et légèrement dépassées par une logique à dominante libérale (modérés, radicaux, droite du MRP) où le rapport entre salaires et productivité devient plus étroit.

Tableau 31
Catégories de salaires ouvriers (1938-1952)

Tableau 31Catégories de salaires ouvriers (1938-1952)

Tableau 31
Catégories de salaires ouvriers [1938-1952] (suite)

Tableau 31Catégories de salaires ouvriers [1938-1952] (suite)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252-267.

121Le tableau ci-dessus, qui donne des exemples plus précis de salaires ouvriers appelle à peu près les mêmes remarques. En 1938, un ouvrier qualifié à Paris gagne trois fois (3,1) plus qu’une ouvrière manœuvre dans les départements. À l’intérieur même de la qualification, nous constatons l’écart entre les imprimeurs-compositeurs et la moyenne des ouvriers qualifiés à Paris. Au-delà de 1938 s’effectue un net resserrement de la hiérarchie des salaires, voulu comme un « rattrapage » par les pouvoirs publics, au quadruple profit des femmes, des non-qualifiés, des ouvriers non parisiens et des chargés de famille. Cette fermeture hiérarchique se poursuit jusqu’en 1948 puis s’atténue légèrement ensuite. Par exemple, l’écart entre ouvrier qualifié Paris et femme manœuvre régions rétrograde de 3,1 en 1938 à 1,46 en 1948 avant de se stabiliser à 1,61 en 1952. Le phénomène est similaire si l’on prend les salaires mensuels qui prennent mieux en compte la durée effective du travail et les transferts sociaux. On peut le constater dans la proximité statistique de l’indice de progression du revenu manœuvre régional (indice 3 037 en 1952 sur base 100 en 1938) et de la masse salariale globale (indice 3 339 en 1952). Le manœuvre départemental marié avec deux enfants accuse un écart négatif de 44 % sur son collègue qualifié et célibataire de Paris. Cet intervalle disparaît au point de s’inverser en 1948 (supériorité de 2,5 % pour le manœuvre) pour se stabiliser autour de 5 % en faveur du célibataire qualifié en 1952.

122Passons maintenant à une série de traitements du secteur tertiaire, celui des fonctionnaires de l’État.

  • 66 Les fonctionnaires célibataires (indice en 1956 : 2 292/2 291) approchent le niveau des ouvriers cé (...)

123La grille des fonctionnaires pour Paris apporte une nuance supplémentaire. Entre 1938 et 1956, les traitements des célibataires progressent de manière parallèle entre les niveaux indiciaires (2 292 et 2 291 pour les niveaux indiciaires de traitement 100 et 300), mais les suppléments familiaux de traitement avantagent plus nettement les fonctionnaires modestes (marié 4 enfants, 3 714 pour le niveau indiciaire 100 et 3 071 pour le niveau indiciaire 300). La grille n’est pas décalée par rapport à celle des ouvriers66.

124Pour prendre un exemple de l’impact des salaires sur le système des prix, on peut considérer la part différente des coûts salariaux selon les branches. Si dans l’extraction de la houille française de l’époque, les frais de main-d’œuvre représentent les deux tiers du prix de revient, cette proportion tombe à moins d’un tiers pour l’électricité. Un calcul de la Direction des prix permet de constater qu’une augmentation des salaires de 10 % provoque alors une hausse moyenne des prix de 5 %, ce qui correspond approximativement à des charges salariales équivalant à 50 % des dépenses des entreprises. Si l’industrie se trouve dans la moyenne (constructions mécaniques : 5,5 % ; textiles et cuirs : 4,5 %), de même que les transports et le commerce, le bâtiment (6,5 %) se détache logiquement vers le haut, alors que chimie (4 %), agro-alimentaire (2,5 %), autres services (3 %), agriculture et pêche (1,5 %) sont moins affectés ; dans ces derniers cas, il s’agit autant de secteurs d’investissement à bonne productivité (carbochimie, sucreries) que de branches à faible coefficient de salariés (agriculture, pêche).

125Nous pourrions résumer ainsi les constats des analyses qui précèdent.

  1. De 1938 à 1949, la masse salariale progresse en francs constants de 10 %, c’est-à-dire qu’elle maintient son niveau par rapport aux prix. De 1949 à 1956, elle augmente plus nettement encore, de 64 %. Pour l’ensemble de la période 1938-1956, la hausse totale est de 81 % (+ 3,3 % par an) et, corrigée du nombre de salariés, de 60 % (+ 2,6 %). Les partenaires sociaux de l’époque ignorent ces chiffres et constatent seulement que le salaire mensuel direct, délesté des prestations sociales, ne rattrape le niveau des prix sur base commune 100 en 1938, qu’en 1955.

  2. Il ressort de l’ensemble de ces analyses que les salaires restent un élément essentiel pour le PIB (> 40 % du PNB) et déterminant pour la formation des prix, à la fois par les coûts (pression sur l’offre) et par les dépenses des ménages (pression sur la demande). Conjoncturellement, trois phases apparaissent : entre 1938 et 1948, la production globale n’évoluant pas à la hausse, les salaires adoptent un comportement d’indexation (exemple : 1944) ou d’anticipation (exemple : 1945-1946) sur les prix ; entre 1952 et 1956, en période de prix stables, les salaires s’ajustent au contraire sur les quantités produites, le PIB ; dans l’intervalle, entre 1948 et 1952, une phase de transition se met en place, où l’indexation sur les prix (plutôt en 1948-1951) cède le pas à l’ajustement sur les quantités (1952).

  3. Les rapports entre productivité et revenus salariaux sont plus ou moins étroits : entre 1936-1938 et 1948-1950, la localisation, la situation familiale et la qualification sont coefficientées en faveur des salariés les moins favorisés (résidence hors des grandes agglomérations, familles nombreuses, personnels non qualifiés), selon une impulsion démocrate-sociale, tandis qu’après 1950-1952, l’impact de ces critères d’inflexion s’affaiblit en phase avec une perspective libérale-sociale.

C. L’ÉTAT : UNE CRISE BUDGÉTAIRE DIFFICILE À SURMONTER

  • 67 Les meilleurs outils sont : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 295-311. Ministère d (...)

126Les masses budgétaires engagées pendant la période 1938-1952 ont été fréquemment accusées d’être le premier facteur d’inflation. Le problème des finances publiques est autant statistique67que politique : d’un côté il y a les différents états du budget, de l’autre, il y a la trésorerie ; généralement, l’opinion publique ne repère que le vote de la loi de Finances qui est un budget prévisionnel, plus rarement des états rétrospectifs consolidés, quand les déficits cumulés sont trop importants par exemple. Le budget prévisionnel est une loi votée devant les Chambres, il est public et met en péril la situation même du gouvernement en cas de censure sous la IVe République. Les comptes définitifs sont arrêtés une première fois à la fin de l’exercice, une seconde fois plusieurs années après, mais, ayant perdu leur caractère d’urgence législative, n’ont occasionné la chute d’aucun gouvernement... Quelques sensibles divergences de chiffres apparaissent entre les chiffres prévisionnels et ceux de la clôture d’exercice, tandis que l’écart se réduit entre ceux des fins d’année budgétaires et des séries consolidées, le problème étant plutôt l’imputation sur telle ou telle année de dépenses échelonnées.

127La trésorerie dépend essentiellement de l’exécutif, sauf si la crise est telle qu’elle en devienne politique et parlementaire. Le ministre dispose d’un état hebdomadaire et mensuel de la situation (l’état quotidien étant une estimation plus qu’un compte) qui sont enregistrés ensuite sur les grands livres du Trésor, mais les commissions parlementaires n’exercent qu’une faible emprise sur ces chiffres. Les publications rétrospectives apparaissent dans la Revue du Trésor ou Statistiques et Études financières qui ne sont pas par définition des périodiques de grande diffusion. Pourtant, dans notre étude, c’est la trésorerie qui l’emporte en intérêt de 1940 à 1949 puisqu’elle représente l’ensemble des fonds transitant par les caisses de l’État, ensemble dont nous excluons les mouvements concernant les collectivités territoriales ou les établissements publics.

128Le budget lui-même présente deux séries statistiques, qui diffèrent surtout en 1945-1949, où fleurissent les comptes spéciaux : l’Inventaire de la Situation Financière de 1946 (Schuman) et 1951 (Petsche) et la série INSEE de 1961 (Annuaire Rétrospectif). La série INSEE, reprise des comptes de la SEEF, s’appuyant sur les budgets officiels sans les comptes spéciaux recalculés par l’Inventaire, apparaît plus homogène et nous l’utiliserons donc.

Tableau 32
Budget courant, France (1938-1956)

Tableau 32Budget courant, France (1938-1956)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 298.

129L’augmentation des dépenses budgétaires est patente, puisque recettes et dépenses, même en francs constants augmentent de 80 % de 1938 (82 milliards) à 1952 (146 milliards). Les chiffres en francs courants donnent une impression de progression vertigineuse, de l’ordre de 50 fois ! Un premier dérapage budgétaire accompagne la guerre et la défaite : en 1940, l’indice des dépenses (247) est loin devant l’indice des prix de détail (129). La période de Vichy correspond à une phase de compression des dépenses en terme de francs constants : en 1943, les sorties budgétaires sont à l’indice 195, les prix à l’indice 224. L’après-guerre marque un second envol des dépenses (1945 : dépenses, indice 567 ; prix, indice 393) mais la débudgétisation de nombre d’entre elles réduit nettement l’ampleur de phénomène, puisqu’en 1949, l’indice des dépenses (1 468) est sensiblement inférieur à celui des prix (1 676). Après 1950, l’unité budgétaire étant rétablie, les dépenses publiques liées à l’investissement ou au réarmement poussent les sorties budgétaires (1952 : indice 4 458) nettement au-delà de l’évolution des prix (1952 : indice 2 437).

130Certaines sorties comme les dépenses d’Occupation sont incompressibles : de 1940 à 1944, 860 milliards sont ainsi déboursés, soit 80 % du budget total officiel et 58 % des dépenses effectives de trésorerie. Dans les trois cas cités (1939-1940, 1944-1945 et 1950-1952) c’est bien la surcharge militaire qui déséquilibre l’ensemble par son caractère soudain, massif et économiquement différent des commandes civiles. En contrepoint, les investissements économiques et sociaux, qui incluent les dommages de guerre, passent de 1,6 % des dépenses en 1938 à 18 % en 1946 et 29,5 % en 1950, selon l’Inventaire de la situation financière.

131Les recettes progressent très nettement : sur base 100 en 1938 elles dépassent le niveau des dépenses en 1952, ce qui porte le taux de couverture budgétaire de 65 à 79 % pendant la même période. Vichy avait tenté une première stabilisation en 1941 (dépenses : indice 146 ; recettes : indice 148) au niveau du taux de couverture de 1938 (66 %) mais au prix d’un déficit énorme de trésorerie (taux de couverture : 28 %), mais l’impulsion décisive vient du tripartisme après 1946 (taux de couverture du budget 1946 : 83 %, 1949 : 119 %), avant une nouvelle phase de dégradation en 1950-1952 (taux de 1952 : 79 %). La série budgétaire n’est pourtant pas homogène avant 1949-1950, date d’insertion de toutes les dépenses de trésorerie que l’on isolait depuis 1939-1940. L’année 1950 marque moins une aggravation réelle des dépenses qu’une meilleure comptabilité : en 1949 les dépenses budgétaires s’élèvent à 1 204 milliards de F et les dépenses de trésorerie à 2 081 milliards, soit 72 % d’écart ; en 1950, les premières progressent brutalement à 2 356 milliards et les secondes plus calmement à 2 466 milliards ; l’unité de trésorerie est quasiment rétablie.

132Les recettes financières ne sont pas nécessairement satisfaisantes dans leur structure, puisque de 1938 à 1950 progressent les différents impôts sur les consommations (2/3 du total en 1950) au détriment de la fiscalité sur le capital, tandis que l’impôt sur le revenu des particuliers ou sur les bénéfices des entreprises reprend au milieu du siècle la place qu’il occupait à la fin des années 1930. Le débat est assez ouvert à l’époque sur le caractère inflationniste des diverses formes d’impôts ; la fiscalité sur le revenu comprime ou réoriente les utilisations du revenu, demande de consommation, épargne et investissements, soit un effet plutôt anti-inflationniste après-guerre, alors que la fiscalité sur la consommation, moins « douloureuse », augmente généralement le prix des produits de détail par répercussion commerciale.

133Ainsi, l’excès de dépenses sur les recettes se monte environ à 2 000 milliards de F cumulés en 1938-1952, soit 80 milliards de F 1938, ce qui explique largement le montant de la Dette publique en 1952 : 4 880 milliards de F. Le total cumulé des passifs de trésorerie s’élève pour sa part à plus de 5 100 milliards de F en 1952, soit 2,5 fois le déficit budgétaire ! Il nous faut donc rendre compte maintenant de cet écart.

134La trésorerie diffère sensiblement du budget entre 1940 et 1949, atteignant jusqu’à deux ou trois fois le niveau de celles-ci en 1941-1943. Dommages de guerre, reconstruction, comptes spéciaux de tous ordres (ravitaillement par exemple) passent discrètement au guichet du Trésor par simple débudgétisation ; si elles sont soustraites ainsi aux regards curieux, elles n’en circulent pas moins dans l’économie. En quinze exercices, les dépenses budgétaires cumulées sont de 13 760 milliards de F, celles de trésorerie de 16 820 milliards de F, une différence de 22 %.

Tableau 33
Trésorerie de l’État, France (1938-1952)

Tableau 33Trésorerie de l’État, France (1938-1952)

Source : Ministère des Finances, Statistiques et Études Financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955.

135Une première remarque s’impose : le tableau de la Trésorerie diffère très nettement de celui des dépenses budgétaires pendant la période 1940-1949, même si le mouvement d’ensemble est le même pour la périodisation : l’écart apparaît bien entre les colonnes 1 et 2 du tableau, surtout pour deux phases distinctes. La première se rapporte aux comptes spéciaux de la guerre : en 1941, les dépenses de trésorerie, 280 milliards de F, poursuivent le mouvement lancé en 1940 (302 milliards de F), mais le budget officiel revient à des chiffres plus présentables (1941 : 120 milliards de F) et plus proches des niveaux d’avant guerre ; l’écart entre les deux séries est désormais de 160 milliards de F, mais surtout les charges réelles excèdent de 2,3 fois les charges rendues publiques. L’intervalle se maintient jusqu’en 1943 (dépenses de trésorerie = 2,6 fois les dépenses budgétaires), puis se réduit avec la Libération. 1944 et 1945 sont des années de remise en ordre, puisqu’en décembre 1945, l’écart entre les deux séries n’est plus que de 14 %. Cette harmonisation se révèle politiquement coûteuse puisqu’il faut augmenter d’autant la pression fiscale. Une seconde phase de décalage intervient alors, qui réduit la crédibilité de l’équilibre budgétaire des années 1946 à 1949, du Tripartisme à la Troisième Force. La reprise de la pratique des comptes spéciaux se lit de nouveau dans le fossé entre les deux séries, atténué cependant par rapport à la période de guerre : les dépenses de Trésorerie dépassent les dépenses votées par l’Assemblée de 50 % en 1946, 38 % en 1947, 60 % en 1948 et 73 % en 1949. C’est en 1950 seulement que les deux séries coïncident à nouveau avec même une légère avance des dépenses budgétaires, les parlementaires donnant ainsi plus d’aisance à l’État.

136En second lieu, la charge de trésorerie augmente globalement plus vite que l’indice des prix et que les disponibilités globales sur l’ensemble de la période ; en 1952, l’indice des dépenses de Trésorerie est de 3 759, l’indice des prix de gros de 2 676, sur base commune 100 en 1938, soit un écart terminal de 36 % ; la pression de la dépense publique sur le PIB atteint 21,9 % en 1938 et 24,9 % en 1952. En dernière remarque, deux périodes se distinguent nettement, l’une de 1939 à 1947 pendant laquelle les charges de trésorerie distancent nettement l’indice des prix (respectivement : indices 446 et 230 en 1943) et écrasent un revenu national déprimé (1943 : 72 % du PIB), l’autre de 1949 à 1952 lors de laquelle la pression de la Trésorerie reprend insensiblement sur le PIB (21,5 % en 1949 et 24,9 % en 1952), progressant désormais plus vite que l’indice des prix.

137Sur l’autre versant des choses, comment le Trésor se procure-t-il des ressources ?

Tableau 34
Ressources de trésorerie, ventilation (1938-1952)

Tableau 34Ressources de trésorerie, ventilation (1938-1952)

Source : Calculs à partir de : Ministère des Finances, Statistiques et Études financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955.

138Sur l’ensemble de la période, les recettes budgétaires et assimilées couvrent environ les deux tiers des dépenses. Nous remarquons certes leur forte fluctuation et leur effondrement en phase de guerre, puisqu’en 1944 elles n’atteignent que 30 % des ressources globales à la fois par envol des dépenses ( 4 fois) et par régression des rentrées en prix relatifs (31 milliards de F en 1938, 37 milliards de F en 1944, alors que le niveau des prix a triplé). Nous notons cependant le bel effort fiscal d’après guerre qui porte les recettes budgétaires en 1952 (2 080 milliards de F soit 78 milliards de F de 1938) à 3/4 des rentrées contre moins des 3/5 en 1938 (31 milliards de F). Le passage d’une administration en régies à un système plus direct à partir de 1948 n’y est pas non plus étranger, entraînant des modifications dans la nomenclature comptable que nous pouvons apercevoir avec la disparition de la rubrique « autres ressources » (18,9 % en 1938) regroupant des sommes obtenues jusqu’alors par des procédures non budgétaires.

139Le tiers restant des ressources de trésorerie provient de l’emprunt. Au sortir de la guerre, l’appel au crédit public s’est même élevé jusqu’aux 2/3 du total des ressources, la situation se normalisant progressivement entre 1944 et 1949. L’emprunt est dominé par le court terme (13,5 %), dette « flottante » en bons d’État, qui atteint le double de la dette à moyen et long terme (6,5 %), l’apport extérieur colmatant le reste (8 %) sous forme de prêts puis de dons. Les célèbres avances de la Banque de France qui rappellent le Bloc national et le Cartel, sont volumineuses en 1944 avec 10 % des ressources totales, mais gagnent en discrétion dans la moyenne sur quatorze ans (3 %). Le raccourcissement des échéances de la Dette n’est pas propre à la seconde guerre mondiale puisque le court terme l’emporte déjà en 1938 (13,5 % contre 10,4 % au moyen-long terme). En 1949, grâce à l’aide américaine (13,9 % des ressources) le volume du court terme (8,2 %) est presque égalé par celui du moyen-long (7,5 %) avant que la guerre de Corée n’en dispose autrement. Si nous nous résumons, nous observons donc une répartition 2/3 - 1/3 entre les rentrées fiscales et les emprunts avec un avantage tendanciel croissant en faveur de l’impôt, les ressources d’emprunt se constituant plutôt d’argent « court » qui renouvelle sa confiance à vue et à petites doses.

  • 68 La Dette ne comprend pas les avances de la Banque de France, qui sont bien des avances et non des c (...)
  • 69 182 milliards par déflation des prix de gros et 200 milliards par déflation des prix de détail.

140La Dette publique68est multipliée en francs courants par onze à douze fois pendant la période 1938-1952, ce qui équivaut à une progression annuelle moyenne de 19 %, contre 25 % pour les prix. Exprimée en francs constants de 1938, elle s’établit à 200 milliards69 soit un peu moins de la moitié de sa valeur de 1938, 420 milliards. Elle s’est allégée des deux tiers, passant de 96,5 % du PIB à 33,6 %. La situation s’est complètement inversée en 1946 ; jusqu’à cette date, la progression de la Dette est sensiblement supérieure à celle de l’indice des prix, avec un sommet en 1944, l’indice de la Dette (397) surpassant de 39 % celui des prix de détail (285) après l’emprunt de Libération nationale ; la pression apparente sur le PIB est impressionnante, passant de presque 100 % en 1938 à presque 300 % (269 %) en 1944. C’est l’accélération des prix en 1946 qui diminue la Dette : elle revient brutalement de 183 % du PIB (1945) à 89,5 %. Après 1946, non seulement l’indice de la Dette est constamment dépassé par celui des prix (de 24 % en 1946, du double en 1948 comme en 1952) mais encore la pression sur le PIB fléchit du triple en 1944 au tiers en 1952. On ne parvient pas à discerner une quelconque reprise d’endettement global réel en 1949-1952.

Tableau 35
Dette publique, France (1938-1952)

Tableau 35Dette publique, France (1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 300 et suivantes.

  • 70 J. Percebois, Économie des finances publiques, Colin, 1991, p. 64. Part de la dette à court terme e (...)

141Un phénomène intéressant est constitué par le raccourcissement du terme global. En associant les titres d’emprunt à moyen et court terme nous voyons évoluer cet agrégat à la hausse entre 1938 (22 %) et 1945 (40 %) puis assez régulièrement à la baisse jusqu’en 1952 (26 %), malgré un ressaut en 1950-1951 qui nous livre l’explication vraisemblable de l’indifférence de la courbe d’endettement global notée plus haut : le Trésor n’emprunte pas sensiblement plus de moyens financiers en 1950-1951, mais il sollicite plus de souscriptions en bons à courte et moyenne échéance. La Dette à court-moyen terme n’est pas une dette à vue car la plupart des titres sont compris entre deux et quatre ans d’échéance. La période que nous étudions se trouve incluse dans la phase 1940-1980 où domine la dette à court terme et à vue70.

142Ainsi, pendant la période étudiée, les dépenses budgétaires et les flux de trésorerie doublent approximativement (+ 80 %) en francs constants tandis que le volume de la Dette est divisé par deux. L’augmentation du PIB de 30 à 35 % dans l’intervalle ne suffit pas à étancher la progression des besoins en finances publiques dont le poids s’accroît de 40 % environ, passant pour le budget de 18 à 25 % du PIB en quatorze ans. La phase la plus critique se situe entre 1942 et 1945 : en 1943, les charges de Trésorerie atteignent 72 % du PIB, en 1944 la Dette publique équivaut à 269 % du PIB et en 1945, les dépenses budgétaires représentent 46,5 % du PIB. Si l’on s’en tient à la Trésorerie qui offre la série la plus fiable, la crise est autant imputable à l’accroissement des dépenses de l’État qu’à la diminution du PIB lui-même.

143Si l’on dépasse la question des imputations de facteurs, il apparaît que le déficit budgétaire pèse lourdement sur le niveau général des prix ; mais avant de le désigner comme le responsable inflationniste premier, il convient de remarquer sans aller plus loin, que la pression maximale des déficits publics (1943-1945) ne coïncide pas avec celle de la phase inflationniste aiguë (1945-1948). À moins de supposer un effet-retard qui expliquerait ce décalage, nous nous interrogerons dans les livres II et III sur la validité des arguments d’après guerre tendant à charger les dépenses publiques de larges responsabilités inflationnistes.

Conclusion.

144La période 1938-1952 est fortement marquée par la pénurie d’offre de 1940 à 1948 qui va à la rencontre d’une demande rigide à la baisse. Curieusement, la hausse des prix s’aggrave entre 1945 et 1948 alors que le PIB progresse, et non de 1940 à 1944 quand des livraisons au Reich accompagnent le PIB vers sa diminution de moitié. S’il n’est pas question de nier la relation entre inflation et excès de la demande sur l’offre, il apparaît que la liaison est moins directe qu’on ne pouvait initialement l’imaginer. Instruite par l’expérience des années quarante, la France de la Reconstruction s’attaque sérieusement aux rigidités d’offre. L’augmentation du facteur travail restant contenue dans des marges très étroites, favorisant l’expansion de ses coûts, les choix de la IVe République la portent vers un investissement de modernisation massif financé par crédits à taux bas.

145De 1938 à 1952, cette orientation en faveur de la formation de capital réduit légèrement la part du revenu des ménages dans le revenu national. À défaut de connaître celui des ménages indépendants, la documentation focalise notre attention sur ceux des ménages salariés. Comprimés entre 1939 et 1944, ces revenus, mesurés en valeur horaire ne rejoignent les prix qu’en 1954-1955, mais définis en agrégat de masse salariale ils se maintiennent de 1944 à 1949 puis progressent de 64 % de 1949 à 1956, soit + 3,3 % par an entre 1938 et 1956. Élément essentiel des coûts de revient et des prix de vente aux ménages, le salaire figure en bonne place dans une analyse des causalités inflationnistes, s’ajustant aux prix en période d’inflation aiguë (1944-1948), et au-delà sur la productivité, coefficientée de correctifs sociaux spécifiques.

146De son côté, l’État, statistiquement confondu ici avec le Trésor, double ses dépenses (+ 80 %) en francs constants, tandis que la Dette, gonflée par la guerre, est divisée par deux. La phase la plus critique se situe entre 1942 et 1945, alors que l’inflation culmine entre 1945 et 1948. Si le déficit budgétaire pèse sur le niveau général des prix, la relation ne nous apparaît pas aussi directe que le pensaient les contemporains, prêts à se défausser sur l’État des responsabilités inflationnistes.

III. MONNAIE ET MASSE MONÉTAIRE : UNE PROGRESSION INFÉRIEURE AUX PRIX

147À la Libération la théorie quantitative et monétaire de l’inflation est la plus répandue dans l’opinion publique et nous devons par méthode interroger la masse monétaire.

A. VOLUME ET FORME DE LA MASSE MONÉTAIRE

  • 71 Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38, donne des moyenne (...)
  • 72 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986, p. 265, (...)
  • 73 La série M1 correspond aux canons de l’époque et peut avoir une valeur historiographique certaine. (...)

148La définition statistique de la masse monétaire s’étant constituée en France entre 1945 et 1947 et ayant considérablement évolué depuis, nous avons simplement repris les statistiques brutes du Conseil national du crédit. Montants du dernier bilan monétaire de l’année et non moyennes annuelles71, ces chiffres ne sont pas corrigés des variations saisonnières72et correspondent à l’actuel M1, billets et comptes à vue, excluant les comptes à terme des banques ou des caisses d’épargne73.

Graphique 36
Masse monétaire, France 1938-1956

Graphique 36Masse monétaire, France 1938-1956

Source : Conseil national du Crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1996, p. 515.

Tableau 36
Masse monétaire, France (1938-1956)

Tableau 36Masse monétaire, France (1938-1956)

Source : Conseil National du Crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515.

149De 1938 à 1956, la masse monétaire en francs courants progresse de 34 fois, soit + 21,5 % par an. Il convient de signaler que l’évolution annuelle ne présente pas la même amplitude que les prix, permettant de distinguer seulement deux périodes : + 26,8 % par an entre 1938 et 1949 et + 13,8 % de 1949 à 1956. La continuité entre les années de guerre et les années d’après guerre suscite interrogation. En francs constants, l’évolution montre que la masse monétaire progresse bien pendant les hostilités (indice 167 au 31 décembre 1942, 148 au 31 décembre 1944), puis diminue en valeur réelle de 1945 à 1948 (indice 66,5 au 31 décembre 1948), laminée par la grande inflation de ces quatre années. La stabilisation des prix au-delà de 1949 permet une reprise en hausse jusqu’en 1956 (indice 137 au 31 décembre 1956), mais il faut attendre 1954 pour que la masse monétaire dépasse son niveau constant de 1938. Par rapport au PIB, le quotient de 1938 (45,8 %) s’élève rapidement pendant la guerre du double fait de la décrue du PIB et de la progression réelle de M1, atteignant l’indice 136 au 31 décembre 1944. La crise des prix et la reconstruction déterminent une seconde période, de 1945 à 1948 (29,6 % au 31 décembre 1948) où le rapport diminue fortement, avant que la croissance à prix stabilisés et les liquidités en expansion soutenue ne le ramènent lentement en 1956 à des niveaux plus équilibrés (36 % au 31 décembre 1956). De 1949 à 1956, nous en déduisons que la progression de M1 est supérieure à celle du PIB.

Tableau 37
Masse monétaire et liquidités monétaires, décomposition (1938-1952)
Série brute non corrigée, montants de fin d’année

Tableau 37Masse monétaire et liquidités monétaires, décomposition (1938-1952)Série brute non corrigée, montants de fin d’année

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515-527. Complétés par Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1938-52, ministère des Finances, Inventaire de la Situation financière, 1951, p. 504, J. P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au XXe siècle, Economica, 1986, p.105, 135, 148. Séries plus détaillées in M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38 et suivantes.

  • 74 Cf. Henri Koch. Histoire de la Banque de France sous la IVe République, 1983, p. 6 et suivantes.

150L’investigation de cette série plus détaillée nécessite une précision d’historiographie monétaire. Avant 1941-1945, la seule institution établissant des séries d’ordre monétaire était la Banque de France, dont le compte rendu annuel des opérations permettait de suivre l’évolution de la seule circulation des billets. Elle recensait aussi, à des fins d’abord documentaires, ensuite plus règlementaires après la loi bancaire de 1941, les actifs des quatre grandes banques de dépôts. Il n’était pas question de masse monétaire74. La loi de 1941, la guerre et son cortège statistique, le contact prolongé avec les spécialistes anglo-saxons, la naissance du FMI et la nationalisation du crédit poussent à une évolution. Un Conseil national du crédit est créé en décembre 1945 et doit publier un rapport annuel dès l’année 1946 ; la Banque de France offre la logistique administrative pour l’établissement des séries chiffrées. Ainsi, dans ses propres rapports annuels, elle conserve l’analyse de son bilan et de la circulation fiduciaire, excluant celle de la masse monétaire dont elle n’avait pas contribué à forger le concept, tandis que dans ceux du CNC, sa nouvelle direction générale du Crédit met en forme les tableaux des « disponibilités monétaires » (1946) ou de la « masse monétaire » (1947).

151Ces disponibilités regroupent les monnaies divisionnaires, ici exclues du tableau en raison de leur modestie, les billets en circulation et les dépôts bancaires. Pour l’essentiel, ces disponibilités correspondraient à notre M1 actuel, puisque les dépôts à terme (M3 – M1) représentent une faible part de ces dépôts (6 % en 1938, 5 % en 1952). Nous les avons distinguées des liquidités, ou quasi-monnaie qui associent à l’époque les dépôts en caisses d’épargne (aujourd’hui : M2 – M1) et les bons du Trésor en circulation (aujourd’hui : M4 – M3) ; ces derniers avoirs ne sont pas des instruments de paiement, mais, sous condition de perte en revenu ou en capital, peuvent être monétisés. Mobilisables en théorie, ces avoirs se comportent à l’époque comme une épargne quasi intangible (épargne de prévoyance) et non comme une réserve d’encaisse prête à fondre sur l’offre (épargne de trésorerie financière). Au total, la qualité de ces statistiques suit la courbe de la production et gagne en fiabilité après 1945.

152La monnaie divisionnaire est gérée par le Trésor ; elle fait l’objet d’une loi annuelle d’émission et la Banque « achète » les jetons de l’État en les inscrivant à l’actif de son bilan. Comme souvent pour les statistiques monétaires, il n’y a pas eu de recensement exhaustif depuis la fin du xixe siècle et l’on se contente de soustraire ou d’ajouter au chiffre estimé de l’année précédente le montant connu de variation de l’année écoulée.

153Les billets sont comptabilisés avec grand soin par la Banque de France qui exerce le monopole de la circulation depuis 1848-1870. Jusqu’à l’échange de 1945, la Banque évalue la circulation en soldant les entrées et sorties de coupures à ses guichets. La marge d’erreur totale est très faible et l’échange de 1945 en renouvelant complètement la circulation des coupures moyennes et importantes a encore renforcé la fiabilité statistique de la série. La Banque ignore en revanche, quelle est la part des billets thésaurisés pendant la période étudiée. Le montant des billets concerne la circulation estimée au soir du dernier jeudi de chaque mois ou au dernier jeudi de l’année, le 29 décembre par exemple en 1938 (110,9 milliards de F courants).

154La monnaie scripturale est principalement faite des dépôts à vue (95 % du total) dans les banques commerciales, privées ou publiques, les banques populaires, la Caisse nationale de crédit agricole, les centres de chèques postaux et la Banque de France (rubrique : « comptes courants créditeurs », CCC). Avant 1938, la Banque de France tenait à jour le montant totalisé des dépôts auprès des quatre grandes banques commerciales et comme leurs avoirs étaient estimés à la moitié des avoirs bancaires supposés, elle multipliait le premier total par deux. Nous avons vu qu’après 1945 le recensement devient de plus en plus direct auprès des organismes bancaires eux-mêmes par la Direction générale du Crédit de la Banque.

155Les dépôts en caisses d’épargne, nationale ou privées, ne sont pas des instruments de paiement à pouvoir libératoire instantané, monétisables par chèques ou virement. En revanche ce sont des avoirs de réserve que l’on peut compter dans les liquidités de l’époque ; les ménages ralentissent la progression de leur épargne liquide, l’indice de volume étant en 1952 (1 271) deux fois inférieur à celui de l’indice des prix (2 437), mais ne procèdent pas à des mouvements de déthésaurisation massive.

156Les bons du Trésor ont un statut encore différent : créés en 1914, ce ne sont pas des dépôts de l’État que les banques pourraient réemployer pour consentir des crédits, mais bien des avoirs privés ou bancaires capitalisés sous la forme de prêts au Trésor ; arrivés à échéance de 1 à 5 ans, ces titres peuvent ne pas faire l’objet d’un renouvellement de la part de leur titulaire. Si l’État peut exercer des pressions sur les banques, au moins sur la Banque de France, pour les dissuader de s’en défaire, il peut difficilement convaincre les ménages d’en faire autant, sauf à procéder à des conversions coûteuses en augmentant par exemple le taux d’intérêt. La désaffection pour les bons d’État ne signifie pas nécessairement monétisation immédiate par les ménages du capital réalisé ; l’acheteur de bons est déjà parvenu à un stade d’épargne qui n’oblige pas à un retour des sommes dans les dépenses privées courantes ; il peut cependant avoir en tête un investissement différé jusqu’alors pour faits de guerre ou de pénurie.

157L’évolution des disponibilités monétaires diffère de celle des prix même si le mouvement est similaire. De 1938 à 1947, la masse monétaire augmente plus vite que le rythme des prix tandis que de 1947 à 1952 le mouvement s’inverse au profit des prix. Trois périodes se dégagent en réalité. De 1938 à 1943, la progression de la masse monétaire est nettement plus rapide : en 1942, la monnaie est à l’indice 294, les prix à l’indice 175, l’écart est de 1,68 ; en 1943 l’écart se maintient à 1,65. De 1943 à 1948, les prix augmentent plus vite (monnaie :  3 ; prix :  6,5) et dépassent de 50 % (1,50) l’évolution indiciaire de la monnaie : indice 1 095 pour la monnaie en 1948 contre indice 1 632 pour les prix. Après 1948-1949, la progression de la masse monétaire (+ 18 % par an) est un peu plus rapide que celle des prix (+ 10,5 % par an) et les deux variables tendent à se rapprocher : en 1952, l’écart indice des prix/indice de la masse monétaire est de 1,13. Cette périodisation nous rappelle singulièrement celle de l’évolution propre des prix de détail et sans trancher la question de savoir qui de la monnaie ou des prix exerce le plus d’impact sur l’autre, force est donnée de constater que les prix sont l’élément le plus instable du couple et qu’ils imposent leur chronologie à la masse monétaire. L’analyse du rythme moyen annuel confirme la plus grande volatilité des prix et l’élasticité moins élevée de la masse monétaire. Si la hausse moyenne des prix entre 1938 et 1952 (+ 25,5 % par an) est très semblable à celle des disponibilités monétaires (+ 24,4 %), les écarts à la moyenne sont assez rares pour la monnaie et quasi permanents pour les prix.

  • 75 AEF, Pleven 5 A 9.

158Il est clair en effet que les composantes de la monnaie évoluent différemment. De 1938 à 1944, les disponibilités tendent à devenir liquides et la part des billets dans la masse globale, partie de 43 % en 1929, grandie à 55 % en 1938, culmine à 67,7 % en 1943-1944, comme si les périodes de ralentissement économique et de transactions parallèles provoquaient une préférence marquée pour la liquidité. Toujours de 1938 à 1944, l’épargne nouvelle néglige les livrets dont le montant nominal suit à peine la hausse des prix tandis que fleurissent les bons du Trésor (indice 1 128 en 1944). Cette rematérialisation de la monnaie sous forme fiduciaire signifie disponibilité, anonymat et court terme. C’est bien ainsi que vit la population en 1940-1945. Les particuliers, les paysans, les industriels et les commerçants préfèrent les liquidités mais l’occupant lui-même affiche cette tendance ; sur les 850 milliards de F courants reçus, 400 à 450 milliards ont été distribués aux troupes, 60 ont été destinés à la propagande, tandis que l’affectation des 300 autres milliards n’a pu être identifiée75.

159Même si la monnaie fiduciaire ne semble pas en soi plus inflationniste que la monnaie scripturale, cette préférence pour des avoirs liquides traduit un ensemble d’attitudes prêtes à l’opportunité de dépense, même illicite, ce qui favorise les tensions inflationnistes en rendant possibles et moins contrôlables des transactions parallèles à la hausse ; la liquidité rend le marché noir solvable.

160Après 1945, les billets perdent en importance relative, retrouvant progressivement leur proportion des années 1930, soit 50 % des disponibilités monétaires. Les deux échanges de 1945 et 1948 agissent comme des coups de semonce à l’égard des avoirs bancaires et contribuent à une « scripturalisation » de la monnaie, laquelle reprend après guerre son cours interrompu par la crise de 1929. Dès 1945, les dépôts progressent plus vite. Du côté des liquidités globales, les dépôts en caisses d’épargne reprennent, malgré un niveau deux fois inférieur à celui de l’indice des prix en 1952, tandis que les bons du Trésor refluent avec la diminution des besoins débiteurs de l’État et suivent la courbe des prix après 1947.

  • 76 En envisageant l’hypothèse d’un quart du PNB pour le marché noir, cela ne représente que 125 à 150 (...)

161L’inflation maximale ne coïncide pas avec l’émission la plus considérable de billets comme le croyaient les contemporains encore imprégnés du mécanisme des assignats. Jusqu’en 1946, la masse monétaire, majoritairement fiduciaire, présente un niveau supérieur aux prix ; après 1947, devenue plus scripturale, elle progresse à un rythme moins rapide que celui des prix. Il y a deux raisons à cela : une part des billets de la période 1940-1944 est thésaurisée76, tandis que l’indice des prix ne prend en compte que les prix officiels ; d’un autre côté, en 1945-1948 deux échanges de billets font refluer une fraction des avoirs liquides sur les comptes.

  • 77 Formule de Fisher en 1922 : PT = MV (P = Production ; T = Temps ; M = Monnaie ; V = Vitesse). Formu (...)

162Cet aspect rejoint de manière plus générale, le problème de la vitesse de circulation monétaire. Pour éviter de recenser le nombre de comptes traversés par un signe monétaire en un temps donné, la formulation la plus commode est PNB (ou PIB) / masse monétaire, qui inverse la formule d’Irving Fisher77 sur la théorie quantitative de la monnaie.

Tableau 38
Vitesse de circulation monétaire et liquidité de l’économie (1938-1952)

Tableau 38Vitesse de circulation monétaire et liquidité de l’économie (1938-1952)

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515-527, M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38 et suivantes

  • 78 2,21 (indice 1938)/0,71 (indice 1944) = 3,11.

163Le tableau ci-dessus montre l’effondrement de la vitesse de circulation monétaire en colonne 1 pendant la période de guerre. En 1943, par exemple, la masse des moyens de paiement (741 milliards de F) dépasse le volume du PNB (600 milliards de F) ce qui réduit très sensiblement l’utilisation de tous les moyens de paiement, favorise la thésaurisation sous forme d’encaisses liquides et ralentit de trois fois78l’indice de vitesse de 1938. Dès 1945, le rythme des prix dépassant celui de la masse monétaire, un nombre croissant de moyens de paiements est remis en circulation et l’utilisation de l’ensemble s’anime d’un mouvement plus rapide. En 1947, l’indice de vitesse atteint le niveau de 1938 (2,36) et le dépasse de 40 à 45 % en 1948 (3,19). De 1948 à 1952 un nouveau palier indiciaire se constate autour de 3,15-3,30 car la masse monétaire augmente certes plus rapidement que les prix mais une fraction grandissante est thésaurisée en compte.

164Les colonnes 2 et 3 du tableau concernent les rapport entre le volume monétaire, disponibilités (2) ou liquidités (3) et le PNB. Numérateur et dénominateur de la fraction étant inversés, leur évolution est logiquement en contrepoint de celle de la circulation monétaire : le rapport se dilate au profit de la masse monétaire en 1938-1945 et se contracte à son détriment en 1945-1952.

  • 79 Depuis, le rapport s’est largement rétablit en faveur de M4 qui représente 75 % du PNB au début des (...)

165Les excédents de liquidités parviennent à des niveaux inouïs en 1944 (261 %), les seules disponibilités représentant néanmoins 140 % du PNB la même année. Une tendance à moyen terme se dessine sur les quinze ans étudiés, un tassement de la masse monétaire par rapport au PNB de 45 % en 1938 à 30 % en 195279.

Tableau 39
Monnaie, prix et PNB, comparaison internationale (1938-1952)

Tableau 39Monnaie, prix et PNB, comparaison internationale (1938-1952)

Source : AEF, B 18675, Banque de France, direction générale du Crédit, Note au Trésor, 20 juillet 1954.

166Cette comparaison internationale tentée à l’époque par la Banque de France avec les moyens statistiques du bord, permet de tirer quelques enseignements. Tout d’abord, la France ne dispose pas d’une masse monétaire exceptionnellement considérable par rapport à son PNB. Des six pays cités dans le tableau, elle présente la proportion la plus modeste. Ensuite,la diminution relative de la masse monétaire par rapport au PNB, conséquence de la progression plus rapide du PNB après 1949, est attestée dans quatre pays sur six, dont les États-Unis et la Suisse. Par ailleurs, les Anglo-Saxons disposent d’une monnaie beaucoup plus scripturale que le continent européen, moins « tertiaire » et entravé par des années de pénurie et de marché noir. Le cas de l’Italie apparaît comme une anomalie, mais son PNB reste encore modeste à l’époque et sa monnaie a été consolidée par une vigoureuse opération de déflation monétaire en 1947-1948. France et Belgique sont les pays les plus « fiduciaires ». Quant à l’inflation, nous constatons sur ce document sa faible corrélation avec la masse monétaire de 1938-1952. Les États-Unis ou la Grande-Bretagne, à la monnaie très scripturale, enregistrent une faible hausse des prix, mais celle de la Suisse est encore plus faible avec un volume supérieur de billets en circulation. France et Belgique avec des structures monétaires apparemment comparables présentent des rythmes inflationnistes différents du simple au quadruple...

B. LES FONCTIONS MONÉTAIRES : BESOINS CROISSANTS DE L’ECONOMIE, RECUL DES CRÉANCES SUR L’ÉTAT

167L’origine de la croissance monétaire est difficile à cerner, même si l’on peut considérer qu’à vitesse égale, la masse monétaire se développe en fonction de la demande respective des transactions (prix  quantités) du crédit bancaire, de la thésaurisation, et des non-résidents. Le tableau des contreparties de la masse monétaire peut contribuer à clarifier la question. Plutôt qu’une explication, ce tableau fournit une description des principaux canaux de la création monétaire ; il ne dit rien sur les intentions des « tireurs » de monnaie et les causes secondes de leur comportement.

Tableau 40
Contreparties de la masse monétaire, France (1938-1952)

Tableau 40Contreparties de la masse monétaire, France (1938-1952)

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p.515.

168Le tableau des contreparties de la masse monétaire apparaît pour la première fois en 1946-1947 dans l’Inventaire Schuman et les rapports du Conseil national du crédit. Il associe dans sa composition des postes de l’actif, mais aussi du passif (par exemple les dépôts des banques étrangères en devises à la Banque de France à la rubrique « or et devises ») des banques et assimilées, de la Banque de France et de certains circuits du Trésor (créances des particuliers et entreprises sur le Trésor, par exemple en dépôts aux CCP).

169Schématiquement on distingue à partir de l’actif des banques, les créances sur l’étranger (or et devises), les créances sur le Trésor et les créances sur l’économie. Les créances sur l’étranger sont les plus connues à l’époque ; l’or et les devises disponibles à la Banque de France, parfois sous la forme de dépôts des banques étrangères ou de concours de la banque au Fonds de stabilisation des changes sont répertoriés alors avec une grande précision. Ainsi en 1938, la banque dispose de 2 400 tonnes d’or qui rétrogradent à 1 700 dès 1940 et jusqu’à la Libération. Avec les devises, le total du poste n’évolue pas en valeur courante : 87 milliards de F en 1938, 85 milliards en 1944, mais la hausse des prix le divise par trois en valeur constante. Le second ensemble concerne les concours à l’État, soit de la part de la banque soit de celle des banques commerciales. Il s’agit des concours directs de la banque (plafonds, avances, etc.) diminués d’un éventuel solde créditeur du Trésor (compte courant du Trésor au passif), des avoirs en bons du Trésor et des avoirs bancaires aux CCP (collectés par le Trésor). Cet ensemble modéré fin 1938 (60 milliards de F courants) est multiplié par 13,5 pendant les hostilités (715 milliards de F à la Libération), devenant le principal poste de l’actif des banques. Les créances sur l’économie stagnent pendant toute la guerre de la même manière que le poste « or et devises » : 53 milliards de F en 1938,49 en 1944, ce qui correspond à une division par trois de la valeur constante.

170Dès 1945 et surtout 1946, les proportions sont bouleversées, la part des concours à l’économie reprenant progressivement sa place. En 1950-1951, les crédits à l’économie l’emportent (définitivement) sur les concours à l’État, devenus depuis très modestes. Ainsi, de 1938 à 1945, le demandeur premier et majeur de monnaie est le Trésor, de 1946 à 1956, ce sont les entreprises et leurs clients ultimes, les ménages.

  • 80 En dehors de la bibliographie générale, on peut utiliser ici les Comptes rendus d’activité de la Ba (...)

171Quel que soit le tireur de monnaie, entreprises, ménages, Trésor, non-résidents, l’intermédiaire est une banque, que la loi du 13 juin 1941 vient de définir. Le système bancaire français80peut schématiquement se regrouper autour de trois pôles, la Banque de France associée aux finances (autorités monétaires), les banques commerciales, nationalisées ou non, les organismes à statut spécifique.

  • 81 Crédit lyonnais, Société générale, Banque nationale du Commerce et de l’Industrie, Comptoir nationa (...)
  • 82 G. Petit-Dutaillis, La banque française, 1974.

172Cet ensemble se caractérise après guerre par quelques traits dominants : lente concentration d’un système dualiste, diversité des statuts et des fonctions conçue dans un ensemble coordonné, apport financier croissant à l’économie. Le phénomène de concentration est relativement sensible : 276 établissements bancaires publiant un bilan en 1929, 444 en 1946 et 326 en 1972. Malgré l’imprécision statistique des périodes antérieures à 1941 – date de la définition légale de la profession bancaire comme celle d’une activité d’intermédiation financière rémunérée et permanente – et les premiers tâtonnements de l’après-guerre au sein du Conseil national du crédit, le mouvement séculaire est net : lente déconcentration-diversification entre la guerre de 1914 et les années 1950 où la stagnation de l’économie lamine les profits bancaires et bénéficie à la démultiplication des entreprises, puis reconcentration avec la croissance. Rappelons que les bilans bancaires ont été multipliés de dix à vingt fois en F constants de 1952 à 1992, ce qui signifie que la concentration s’opère malgré un volume fortement accru d’activités. Après-guerre, le phénomène de concentration est avéré : le bilan de la Banque de France représente 72 % de la masse monétaire en 1944 et celui de la Caisse des dépôts et consignations, 17 %. En 1945, d’après les premières statistiques du CNC, les quatre plus grandes banques de dépôts81 collectent plus de la moitié de ces dépôts (58 %) et les six premières 65 % ! Au-delà de ce noyau, on trouve 220 à 230 banques locales et régionales (20 % des dépôts), auxquelles on peut associer 90 banques parisiennes de petite taille (3 % des dépôts). Au début des années 1950, une dizaine de groupes contrôlent près des trois-quarts des bilans bancaires82. La concentration va donc de pair avec un certain dualisme bancaire qui permet à des établissements familiaux, spécialisés ou à clientèle réduite et stable de cœxister avec les très grandes banques et de les compléter. La structure du réseau est suffisamment assise pour avoir contribué à maintenir la profession en équilibre malgré les occasions de crise qui s’échelonnent depuis 1914.

  • 83 La CCB est chargée de recevoir les bilans. Elle dresse les premiers résultats statistiques au 30 ju (...)

173Polarité et souplesse ne sont pas les seuls caractères propres du milieu bancaire, qui tend à devenir un système diversifié. Les lois bancaires des 13 juin 1941 et 2 décembre 1945 apportent les éléments d’organicité supplémentaires. La profession est définie juridiquement et apparaissent des organismes statutaires, comme la Commission de contrôle des banques83héritière du Comité permanent de l’organisation bancaire de Vichy et l’Association française des banques pour les banques commerciales.

174Ces établissements doivent se ranger dans un classement de spécialisation :

  • banques de dépôts travaillant à court terme (moins de 2 ans) pour les ressources comme pour les crédits. C’est le groupe le plus nombreux avec 320 établissements environ en 1945, soit trois sur quatre ;

  • banques d’affaires chargées du long terme, notamment sous la forme de prise de participation, et recevant peu de dépôts. Il y en a 40 en 1945 (5 % des dépôts). La plupart de la trentaine de banques étrangères (4 % des dépôts) correspond à cette catégorie. La douzaine d’établissements d’Outre-Mer (1 % des dépôts) est certainement plus composite ;

  • banques de crédit à moyen et long terme, approvisionnées en dépôts de même échéance. Il n’y en a que 8 en 1945 avec des dépôts encore faibles (0,6 % des dépôts) ;

  • établissements financiers, écartés de la collecte directe des dépôts et contraints pour prêter, de se refinancer auprès des banques.

  • 84 Conseil national du crédit, Rapports annuels, annexes, tableaux des bilans d’ensemble des banques f (...)

175Cette nomenclature, qui ne concerne que les banques commerciales, correspond très bien à une division du travail et des risques pour la modernisation et fonctionne jusqu’à la loi bancaire de déspécialisation de janvier 1984. Autour des années cinquante, les dépôts représentent environ les trois-quarts des ressources bancaires au passif, 73 % en 1945 et 71 % en 1952. Prudemment, selon une pratique qui remonte à la période 1880-1910, l’emploi principal de ces ressources se porte sur le « papier commercial » : 66 % de l’actif en 1944 et 61 % en 1952 représentent l’escompte d’effets de commerce et 11 % pour toute la période concernent les engagements en compte courants84. Les concours bancaires à l’économie augmentent donc, mais majoritairement à court terme. Les banques commerciales, même nationalisées « font du court avec du court », c’est-à-dire qu’elles prêtent à court terme à partir de dépôts eux-mêmes à vue.

  • 85 En 1960, W. Baumgartner, qui avait d’ailleurs fait carrière au Trésor (1930-1936) devint même minis (...)

176L’effet de système est renforcé par la nationalisation des quatre plus grandes banques de dépôts en 1945 ainsi que de la Banque de France. Au centre du système se présente une dyarchie avec la Banque de France et les Finances. La Banque centrale, notamment après sa nationalisation, est placée sous la tutelle effective de la Direction du trésor ; le gouverneur est nommé par le ministre, Emmanuel Mönick de septembre 1944 à janvier 1949, Wilfrid Baumgartner de janvier 1949 à janvier 196085. La Banque se dégage lentement de sa fonction exclusive de banque de l’État après 1945-1946 au profit d’une activité rapidement prépondérante de banque de l’économie (en fait : banque des banques qui prêtent à l’Économie), tandis que s’estompe un peu dans son bilan le poids des réserves nationales, avec la dépréciation externe du franc français. Son bilan reste gigantesque (73 % de la masse monétaire en 1944, 54 % en 1952) par rapport à l’ensemble des banques commerciales (48,5 % de la masse monétaire en 1944, 47 % en 1952).

Tableau 41
Bilan de la Banque de France,
ventilation des postes de l’actif (1938-1952)

Tableau 41Bilan de la Banque de France,ventilation des postes de l’actif (1938-1952)

Source : Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1938-1952. Voir aussi : H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, p. 414-415.

177La Commission de contrôle des banques et le Conseil national du crédit sont en grande partie du ressort de la Banque et accroissent sa tutelle sur le secteur commercial.

  • 86 Le Crédit foncier (1852) prête aux propriétaires-acquéreurs, le Crédit national (1919) est chargé d (...)

178Le secteur mutualiste reste encore peu important, dispersé entre une cinquantaine de banques locales et régionales ; coopératif, exonéré de certaines sujétions fiscales, il draine 3 à 4 % des dépôts en 1945 et prête surtout aux petites et moyennes entreprises. Les organismes à statut légal spécial sont assez nombreux et relativement puissants. Le Trésor, qui prête aux entreprises ou aux collectivités publiques, qui subventionne des secteurs en difficulté ou aux prix bloqués, n’est pas une banque mais fonctionne comme un intermédiaire financier et délivre à lui seul la moitié des sommes supportées par ce sous-ensemble. Il puise dans les fonds des CCP, de la Caisse nationale d’épargne, sollicite la Caisse des dépôts et consignations. Alors que les quatre principaux organismes spécifiques figurant dans le bas du tableau ont une vocation très particulière86, la CDC, apparue en 1816 pour le dépôt des créances litigieuses (« consignées ») et des fonds notariaux, puis devenue autonome en 1896 avec la collecte des dépôts des caisses d’épargne et des caisses d’assurance ou de prévoyance sociale, présente un bilan à la fois massif (équivalent à 16-17 % de la masse monétaire en 1944-1952) et stable (ressources « longues » et prêts allant jusqu’à 42 ans d’échéances). Avec la Banque de France et le Trésor, elle sert de régulateur au système. Elle intervient auprès des collectivités locales, des entreprises publiques puis privées, du logement social surtout après 1949, de l’équipement, mais aussi au niveau du marché financier (elle soutient par exemple les emprunts d’État...). Très affaiblie depuis 1932-1933, elle reprend de la vigueur en 1950-1952.

179Le financement de l’économie nous conduit à poser le problème du crédit de manière plus générale. À la suite de la Belle Époque, et malgré la reprise inégale des années 1920, les établissements financiers voient leur activité stagner pendant une génération de 1914 à 1946. La reconstruction marque pour eux un regain exceptionnel, même si les taux d’intérêt sont bas (autour de 3 à 6 %) et l’inflation encore soutenue (+ 25 % de moyenne annuelle). L’expansion des crédits n’en est que plus manifeste.

Tableau 42
Crédits à l’économie et aux collectivités locales, France (1938-1956)
Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Tableau 42Crédits à l’économie et aux collectivités locales, France (1938-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.

180Il faut rappeler ici que le recensement statistique des crédits se met en place en 1946-1947 avec le Conseil national du crédit, à partir des informations du Service central des risques. La documentation bancaire s’améliore d’année en année et les statistiques prennent une allure de plus en plus fiable après 1950. Du comptage des seuls crédits courts et à moyen terme mobilisable, on passe à l’ensemble des crédits, incluant le moyen terme non mobilisable et le long terme ; des crédits consentis par les seules banques commerciales, on s’étend aux autorisations délivrées par l’ensemble des établissements financiers, organismes spécialisés (Crédit national, Caisse des dépôts, etc.) inclus. En 1958, la livraison annuelle du rapport du Conseil national du crédit récapitule pour la première fois, ces données élargies qui sont apparues dans les annexes entre 1952 et 1956. Rappelons aussi que les crédits concernés ici sont les crédits à l’économie, soit les entreprises plutôt que les ménages à l’époque, et excluent les sommes prêtées à l’État, ce qui place cette série en retrait par rapport à l’agrégat « Endettement Intérieur Total » créé par la Banque de France dans les années 1980. Soulignons enfin qu’il s’agit toujours des autorisations de crédit plus que des utilisations, qui en représentent effectivement 50 à 80 %. Cet ensemble de remarques explique la pluralité des séries de crédit, y compris à l’intérieur de la documentation du Conseil national du crédit, comme les contreparties de la masse monétaire qui ne concernent que les crédits courts et moyens engagés par le seul système bancaire.

181Si nous reprenons le commentaire du tableau, nous constatons d’abord l’absence de statistiques pour la phase 1939-1944 et nous avons supposé environ 60 milliards de F courants de crédits en 1938 sur la base des 53 milliards de F des concours à l’économie inscrits aux contreparties de la masse monétaire de cette année-là. De 1938 à 1956, l’ensemble des crédits accordés par l’ensemble des établissements de crédits à l’économie et aux collectivités locales a augmenté de 125 fois en F courants, soit + 30,7 % par an et de 5 fois en F constants, soit + 9,4 % par an. Dans la progression annuelle détaillée, la période 1945-1949 dépasse nettement la moyenne (+ 78 % en F courants, + 24,2 % en F constants), celle de 1950-1952 marque une décélération (+ 29,5 % en F courants, + 14,1 % en F constants), tandis que la phase 1953-1956 définit une configuration de croissance haute et régulière (+ 18,4 % en F courants, + 18,0 % en F constants). Cette augmentation plus rapide que le PIB et la masse monétaire élève sensiblement le rapport entre le volume global des crédits et celui des deux grandeurs considérées, de 17 % du PIB et de M1 en 1945 à 40 % du PIB et 110 % de M1 en 1956.

Tableau 43
Répartition des crédits par durée d’amortissement (1945-1956)
Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Tableau 43Répartition des crédits par durée d’amortissement (1945-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.

182D’après les sommes effectivement recensées par durée d’amortissement, la Reconstruction appelle d’abord des crédits de court terme, environ les 2/3 du total en 1945-1948. La double poussée du moyen terme mobilisable, dont les effets sont refinancés par la Banque centrale à la demande des banques commerciales ce qui peut les assimiler à des crédits à court terme, et du moyen-long terme à partir de 1948, se manifeste par une progression plus rapide que celle des crédits à court terme et les fait reculer environ de 65 % à 40 % du total de 1948 à 1956. Dans la première moitié des années cinquante, les besoins d’investissement portent la masse des crédits moyens-longs à 44 % du total en 1956, tandis que le moyen terme mobilisable en représente une part significative (16 %).

Tableau 44
Répartition des crédits par établissements émetteurs (1945-1956)
Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Tableau 44Répartition des crédits par établissements émetteurs (1945-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.

183Les prestataires de crédits, regroupés ici en trois catégories, enregistrent aussi une évolution sensible, notamment par l’inversion de poids respectif entre banques commerciales, qui passent de 60,5 % en 1945 à 29,1 % en 1956, et organismes spécialisés, de 29,7 % en 1945 à 46,5 % en 1956. Les banques de dépôts ne s’engagent pas à long terme, préférant travailler à moins de deux ans sur du papier commercial ; le crédit à moyen terme mobilisable ne représente que 12,5 % de leurs concours en 1948 et 3,5 % en 1956, tout le reste étant amorti à court terme ; la progression de leur participation au total des crédits est ainsi moins rapide que la moyenne de 1948 à 1956 : + 16,5 % par an. Les organismes spécialisés, semi-publics ou publics, comme le Crédit national, la Caisse des dépôts et consignations, la Caisse nationale de crédit agricole, le Crédit foncier de France, le Trésor, témoignent au contraire d’un engagement massif dans le crédit aux entreprises et collectivités sur moyen et long terme, le moyen terme mobilisable ne représentant que 5,9 % des concours en 1948 et 3,4 % en 1956 ; la progression du total des financements pour ces organismes s’établit à + 35,6 % par an, logiquement très proche de l’expansion rapide des crédits longs. Dans le groupe de ces organismes, il faut souligner la place prééminente du Trésor à cette époque, puisqu’il délivre à peu près 50 % des crédits mentionnés sous la rubrique « organismes spécialisés ». Enfin, la Banque de France supporte entre 1/6 (17,8 % en 1948) et 1/4 des crédits (24,4 % en 1956) de la période. Elle ne prête pas directement aux entreprises, mais refinance les banques en papier à court terme d’abord (93,7 % de ses concours en 1948) puis majoritairement en effets à moyen terme mobilisables ensuite (56 % de ses concours en 1956) ; la progression annuelle des supports Banque de France est donc rapide : + 31,5 % par an. Schématiquement, le système bancaire se partage les tâches entre le court terme aux établissements commerciaux, le moyen terme mobilisable à la Banque de France et le moyen-long terme non mobilisable aux organismes spécialisés.

Tableau 45
Répartition des crédits par secteurs d’utilisation (1949-1956)
Principaux secteurs

Tableau 45Répartition des crédits par secteurs d’utilisation (1949-1956)Principaux secteurs

Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1949-1957. Annexes, p. 129 pour 1949 et p. 94 pour 1956.

184Le tableau des secteurs demandeurs de crédits, non disponible de manière sûre avant 1947-1948, manque un peu d’homogénéité interne, puisque les années 1949 et 1952 n’incluent pas comme l’année 1956, les crédits à moyen-long terme non mobilisables. Sur l’ensemble de la période 1948-1956, quelques domaines majeurs s’affirment comme consommateurs privilégiés de sommes prêtées. Alors que la métallurgie (24,5 %), la filière agricole et alimentaire (19,5 %) et l’énergie (15,6 %, charbon) absorbaient à eux trois 60 % des crédits en 1948 en vue de satisfaire une forte demande en biens primaires (acier, alimentation et charbon), la modernisation et l’équipement des années 1950 reclassent plutôt les besoins en faveur de l’énergie (23,1 %, pétrole, électricité) et du logement (20,7 %), devant la métallurgie (15 %) et la filière agricole et alimentaire (12,3 %), soit 71 % des crédits sur quatre branches. L’ouverture de crédits est ici fonction de la masse des investissements à engager pour un ensemble de secteurs où la demande globale s’accroît de manière exceptionnelle : barrages et centrales électriques, logements sociaux, sidérurgie et automobile, industries et circuits agro-alimentaires (chaînes du froid, empaquetage, calibrage, etc.)

185Un autre indice d’activité réside dans le volume des effets présentés à l’escompte à la Chambre de compensation à Paris ou auprès de la Banque de France ; s’il ne recouvre pas tous les crédits à court terme accordés sur l’ensemble du territoire, il donne un ordre de grandeur de la tendance dans l’activité du crédit commercial.

Tableau 46
Crédits à court terme, effets présentés à l’escompte (1938-1952)

Tableau 46Crédits à court terme, effets présentés à l’escompte (1938-1952)

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 519-521.

186La guerre inaugure une période de langueur puisque les indices courants de la Chambre de compensation (118) et de la Banque de France (85) atteignent des minima séculaires et que les indices constants sont plus bas encore, respectivement 41 et 30. L’année 1946 enregistre en revanche un envol exceptionnel des quantités escomptées avec une multiplication par cinq de 1946 à 1952 en valeur constante (par 31 en valeur courante) pour la Chambre de compensation et par 7,80 (par 48 en valeur courante) pour la Banque de France. Sur l’ensemble de la période, les effets présentés à l’escompte ont plus que doublé ( 2,3) pour la Chambre de compensation et triplé ( 3,25) pour la Banque, soit une progression légèrement inférieure à celle de l’ensemble des crédits ( 2,4) pour la première et légèrement supérieure pour la seconde.

187S’il y a recoupement entre les effets présentés à l’escompte sur la place de Paris et ceux qui sont admis au réescompte par la Banque, celui-ci est incomplet dans la mesure où, par exemple, la Banque enregistre ses activités dans les succursales départementales. Comparer le volume escompté par les deux institutions est donc partiellement insatisfaisant (cf. col. 5). En 1938, les effets réescomptés aux guichets de la Banque équivalent à 26 % de ceux qui sont traités sur la place capitale. En 1952, cette proportion est passée à 37 %, ce qui traduit une indéniable croissance du rôle de la Banque centrale dans le système bancaire au seuil des années cinquante.

188Ce recours massif au crédit s’explique certes par les besoins de la reconstruction, qui excèdent les capacités de financement des agents, entreprises ou État, mais également au bas prix de l’argent en cette période (cf. col. 6). Les quinze années étudiées présentent des taux d’escompte maximum ou minimum de la Banque compris entre 1,625 % et 4 %, avec de faibles écarts entre le niveau plafond et le niveau plancher (intervalle maximum de 1,5 % en 1948 et 1951 entre les deux niveaux de taux) qui montrent encore l’abondance des disponibilités. Comme en 1868-1869, 1892-1897 ou 1931-1933, il s’agit des taux les plus bas de l’histoire de la Banque, le 1,625 % – écrit à l’époque 1 5/8 – de 1945-1946 faisant figure de record absolu. De tels taux, rendus possibles par l’existence de telles masses de liquidités, elles mêmes suscitées par les avances de la Banque à l’État pour acquitter l’indemnité d’Armistice, favorisent par effet de circuit le financement interne du déficit de Trésorerie en 1941-1946 puis tolèrent sans le freiner vraiment le développement du crédit aux entreprises.

C. LE TAUX DE CHANGE DU FRANC : UNE DÉPRÉCIATION DE 8 FOIS EN DOUZE ANS (1940-1952)

  • 87 Pour une analyse plus détaillée, voir : Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la Franc (...)

189L’ensemble des évolutions précitées, de la crise des prix à celle de la monnaie en passant par les aléas de la production, exerce des pressions négatives sur la valeur extérieure du franc. Pour comparer avec la monnaie la plus stable et la plus importante de l’époque, on peut rappeler que le cours du dollar progresse de 43,80 F en 1940 à 350 F en 1949-1952, soit une perte au change pour le franc de huit fois en une dizaine d’années. Malgré une augmentation de 45 % de la production française pendant la même période, il semble clair aux observateurs extérieurs que la France a abandonné par effet d’isolationnisme monétaire, la défense de ses parités au profit de préoccupations d’abord intérieures, augmentation des salaires ou des investissements. Le tableau ci-dessous résume la chronologie et l’ampleur de la dépréciation à l’occasion des dévaluations87.

Tableau 47
Taux de change du franc français vis-à-vis du dollar,
de la livre et de l’or (1914-1958)
A. PRINCIPALE ÉTAPES

Tableau 47Taux de change du franc français vis-à-vis du dollar,de la livre et de l’or (1914-1958)A. PRINCIPALE ÉTAPES

Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 346-347, M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 107, Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1914-58, J-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986.

B. COEFFICIENTS DE DÉPRÉCIATION

B. COEFFICIENTS DE DÉPRÉCIATION

Source : Calculs à partir du tableau supérieur.

190En prenant comme période plus large le demi-siècle 1914-1958, on observe que la dépréciation apparente du franc français par rapport au dollar est presque de 100 fois : 1 $ pour 5,15 F en 1914 et 1 $ pour 493,7 F en 1958, avant l’introduction des nouveaux francs qui donnera l’impression d’une remise à niveau avec 1 $ pour 4,93 FF. Cette dérive des parités est essentiellement liée à la question des prix intérieurs puisque les PNB des deux pays restent approximativement en relation comparable, celui des États-unis dépassant de six fois celui de la France.

  • 88 En 1958, alors que le PNB a quasiment doublé depuis 1950 et que les signes d’accumulation du capita (...)
  • 89 Cette perte au change vis-a-vis de la livre n’a pas empêché la France de dépasser le PNB britanniqu (...)
  • 90 Comme la dernière dévaluation de notre période a lieu en septembre 1949, nous considérons indiffére (...)
  • 91 Le dollar s’apprécie de 100 fois par rapport au franc entre 1914 et 1958 et de 8 fois entre 1940 et (...)

191Les contemporains s’intéressaient moins à l’évolution du dollar, sauf les spécialistes après 1945, qu’à celle de l’or et l’opinion de soupirer après chaque dévaluation quant à « l’évanouissement » du franc germinal. Pour la seule phase 1940-1952, l’expression du franc en or fin régresse de dix fois, de 21 milligrammes en 1940 à 2,5 mg en 1949-1952 ! L’enrichissement est implicitement évalué en or et non en termes de PNB88. Remarquons d’ailleurs que sur l’ensemble du demi-siècle, la dépréciation est plus marquée par rapport à l’or (en 1958, le franc vaut 0,6 % de sa valeur-or de 1914) qu’au dollar (1,0 %) et que la livre sterling89(1,8 %). Le rythme de dépréciation est accéléré entre 1940 et 194990 : l’appréciation du dollar évolue à la hausse de 8 fois en neuf ans entre 1940 et 1949, ce qui dépasse sa progression de 1914-1928 ( 5,1) et représente environ les 2/5 de sa valorisation par rapport au franc entre 1914 et 195891. En d’autres termes, la perte au change de la période 1940-1952 constitue les deux-cinquièmes de la dépréciation séculaire du franc par rapport au dollar.

  • 92 Cf. supra.

192Cette crise des changes procède de trois séries de facteurs principaux, essentiellement intérieurs : la crise inflationniste, la crise des revenus des agents, notamment les salaires et le budget, et la crise de l’offre nationale avec les paiements extérieurs. Chacun de ces points ayant fait l’objet d’une analyse particulière92, nous n’y reviendrons pas ici ; afin d’illustrer la cause principale de la crise des parités, voici un tableau résumé du différentiel de prix intérieurs entre la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Tableau 48
Niveau de prix et taux de change, dollar, livre et franc français
(1940-1952)

Tableau 48Niveau de prix et taux de change, dollar, livre et franc français(1940-1952)

Source : Tableaux précédents pour les changes, et ONU, Annuaire Statistique, 1954, p. 402 et suivantes, pour les prix.

193Sans omettre les autres facteurs, il apparaît une assez forte corrélation entre le différentiel d’inflation franco-américain et le différentiel de change. En 1945, sur base 100 en 1940, l’écart de prix entre les États-Unis ou la Grande-Bretagne et la France est de 2,15 environ, les prix français atteignant l’indice 280 et les prix anglo-saxons l’indice 130. Cette confrontation concerne en fait des moyennes annuelles de prix, alors que la dévaluation intervient en décembre après une progression rapide des indices de mars à décembre 1945. La dévaluation est de 2,70 par rapport à 1940 (1 $ = 119,10 F contre 43,80 F, soit 119,10/43,80 = 2,72) au niveau atteint par les indices de prix en décembre 1945, sans aucune marge de sécurité.

194La grave crise des prix français entre mars 1945 et novembre 1948 creuse l’écart de manière considérable avec les Anglo-Saxons, les indices français dépassant 1 300 et ceux de la Grande-Bretagne ou des États-Unis tournant autour de 180. Toujours sur base 100 en 1940, le différentiel d’inflation est désormais de 7,28 avec les États-Unis (indices 1 318/181 = 7,28) et de 7,87 avec la Grande-Bretagne. La double dévaluation de septembre 1949, celle de la livre et du franc, établit de nouvelles parités à un niveau 8 fois supérieur pour le dollar par rapport à celle de 1940 et 5,5 fois pour la livre. Nous remarquons que l’écart livre-dollar n’est pas lié aux prix (de gros) intérieurs anglais, mais à la situation économique et financière de la Grande-Bretagne et à sa politique commerciale. Entre 1949 et 1952, les taux de change ne varient pas mais les prix français progressent plus vite (+ 45 %) que les prix anglo-saxons (+ 30 %), si bien que le différentiel d’inflation 1940-1952 s’élève à 9,5 avec les États-Unis et 8 avec la Grande-Bretagne, tandis que le différentiel de change dépasse maintenant l’unité : 1,18 avec les États-Unis et 1,42 avec la Grande-Bretagne. Ce phénomène n’est pas à négliger, il signifie tout simplement soit que les prix français sont trop élevés en 1952 par rapport aux prix atlantiques soit que la devise française est légèrement surévaluée.

195L’ensemble de cette évolution induit un certain nombre de conséquences dont nous ne voudrions voir ici que les plus importantes. Le premier effet de la dépréciation est une succession de dévaluations. Celles-ci auraient pu être bien embarrassantes pour les gouvernements mais les accords de 1940 avec les Anglo-Saxons s’effectuent d’État à État sans contrôle parlementaire, la dévaluation de 1945 est validée en liaison étroite avec l’adhésion au FMI par un parlement nouvellement élu, les décisions de janvier 1948 passent en force à la Chambre avec le train du plan Mayer, et celle de septembre 1949 fonctionne selon le nouveau modèle prévu par Bretton Woods, comme une déclaration gouvernementale de changement de parité auprès du FMI. En 1952, la reprise d’écart du différentiel d’inflation suscite un bruissement de rumeurs sur une nouvelle dévaluation, choix que rejette le gouvernement Pinay.

196Le second effet est paradoxalement de faire ressentir aux spécialistes français ce passage d’une tutelle intérieure et législative – à l’époque où le gouvernement pouvait « tomber » sur sa politique des changes – à une internationalisation accrue de la régulation externe autant par le FMI que par le marché des changes. À la différence d’autres États comme la Grande-Bretagne par exemple, la France a cherché à tirer profit du désordre du commerce, des paiements et des changes internationaux pour dévaluer sans fracas, mais cette orientation, à la fois subie et acceptée, qualifie la devise française de manière négative aux yeux des spécialistes lorsque les relations économiques internationales retrouvent leur normalité après 1950. C’est entre 1947 et 1949 que se fait jour parmi les techniciens des finances l’idée d’une politique monétaire minimale qui permette de reprendre progressivement le chemin de parités stables. De la même manière, les références monétaires, c’est-à-dire la fonction d’étalon, sont diluées entre dollar, livre et or, au bénéfice du premier et au détriment des seconds. L’opinion française continue psychologiquement à étalonner sa monnaie par rapport à l’or, par décalage dans la culture économique.

  • 93 Cf. IFOP, Sondages, Premières quinzaines de décembre 1945, janvier 1946, févier 1946, mai-juin 1947 (...)

197Cet aspect des choses déploie un troisième effet, celui de la généralisation d’une opinion publique en matière de changes, sur une échelle encore plus large que celle de l’entre-deux-guerres. Cette opinion se structure autour d’axiomes remarquables, notamment deux : d’une part, la dévaluation est une mauvaise chose car elle signifie une perte d’avoir, d’autre part, les changements fréquents de parité semblent générer un phénomène de défiance vis-à-vis du franc comme devise, peut-être par dépit93. Le Gouvernement et les Finances doivent tenir compte de cette opinion, d’une manière désormais différente de celle du temps du Cartel ou du Front populaire. Le contrôle des changes qui court sur toute la période donne au pouvoir d’importantes et trop faciles possibilités.

Conclusion.

198Au total, la masse monétaire joue un rôle non négligeable dans la conjoncture qui court de 1938 à 1952. La progression globale de M1 dépasse celle du niveau général des prix jusqu’en 1945-1946, puis se laisse distancer par lui jusqu’en 1950-1952, avant de reprendre son expansion de manière régulière entre 1952 et 1956 quand les prix sont devenus stables. Le poids de la circulation des billets (50 % de M1) rappelle le sous-équipement bancaire de la population, la ruralité de l’habitat (48 % en 1946) ou la modestie des revenus, phénomènes que renforce la situation de crise en 1940-1948. Le rapport entre la masse monétaire et le PNB n’est pas anormal si on le compare à celui d’autres pays similaires.

199Les « premiers tireurs » de monnaie sont d’abord le Trésor jusqu’en 1945-1946, puis les entreprises et les ménages au-delà, les avoirs sur l’étranger diminuant en proportion sur l’ensemble de la période. Cet emploi accru de monnaie, qui accélère sa vitesse de rotation, augmente les crédits consentis par le système bancaire, crédits d’abord à court terme, ensuite à moyen-long terme, le moyen terme mobilisable présentant un cas de mixité technique correspodant bien à cette période de transition.

200La dépréciation considérable du franc entre 1940 et 1952 procède directement de la crise des prix et le dollar passe de 43,80 F en 1940 à 350 F en 1949-1957. Une cascade de dévaluations ou d’ajustements divers jalonne ces quelques années, comme sanction extérieure de déséquilibres intérieurs moins bien maîtrisés que chez les États anglo-saxons, qui font office de référents monétaires internationaux.

201S’il n’y a pas d’équilibre en soi entre prix, monnaie et crédit, le passage d’un niveau d’équilibre à un autre suppose des ajustements dont l’élément le plus volatile risque de prendre l’initiative. Des trois variables considérées, il ne semble pas que l’agrégat M1 se soit montré le plus instable.

CONCLUSION DU CHAPITRE PREMIER
UNE INFLATION DE DISETTE SOLVABLE ?

202Les années 1938-1952 présentent une inflation accélérée (+ 25 % par an), médiocrement appréhendée par l’indice de détail des 34 articles et assortie de distorsions chronologiques, sectorielles ou géographiques. Émerge comme phénomène majeur la double pression des prix agricoles et du marché noir entre 1940 et 1948. Les tarifs parallèles, indexés de manière dérivée sur les prix affichés, augmentent la perturbation conjoncturelle en contestant tacitement la grille officielle des taxes. La crise des prix détermine également une dépréciation externe de huit fois par rapport au dollar (43,80 F en 1940 à 350 F en 1949-1957), enregistrée par une série d’ajustements douloureux du taux de change.

203La crise des prix semble d’abord due au déficit de l’offre face à une demande sensiblement identique, précisément de l’été 1940 à l’été 1948. L’absence de coïncidence chronologique apparente entre étiage du PIB (été 1944) et sommet des prix (été 1946) nécessite une investigation plus fine. La prise en compte des seuls produits alimentaires permet de progresser, puisque le creux des disponibilités semble alors s’établir entre le printemps 1945 et l’été 1948. Mais le défaut de quantités ne peut pousser à la hausse des prix qu’en présence d’une demande solvable. Qu’en est-il du facteur monétaire ? La progression de M1 précède bien les prix jusqu’en 1945-1946, mais se laisse distancer justement en été 1946 ! Le caractère fiduciaire de M1 a cependant pu jouer un rôle de lubrifiant pour le marché noir. La monnaie étant aussi d’abord un instrument entre les mains de ses utilisateurs, il faut aller jusqu’à eux.

204De 1938 à 1945-1946, le Trésor est le premier à demander de forts concours monétaires, mais l’été 1946 marque son repli devant le démarrage des demandes de crédit par les entreprises. Si la forte inflation déprécie la Dette de 1945 à 1948 au point de la rendre modeste, faut-il pour autant incriminer le principal créancier ? Ménages et entreprises, surtout celles des petits indépendants, ne sont pas complètement innocents de la crise. Les enquêtes du Contrôle concluent à un marché noir d’abord alimentaire et de proximité, du détaillant épicier ou boucher vers les familles ou les autres indépendants du quartier. Les non-salariés réajustent leurs revenus à la hausse par relèvement de leurs prix de vente, en s’opposant notamment à la taxation, mais les salariés ? Si les revenus horaires semblent ne suivre que péniblement les prix, la masse des salaires bénéficie dès août 1944 d’un ensemble de revalorisations (augmentations nominales, prestations sociales, grilles professionnelles) politiquement justes mais mécaniquement indexées sur les prix de vente, eux-mêmes en ascension rapide.

205Par les coûts comme par la demande, cette crise des prix agro-alimentaires semble définir ainsi une belle inflation de disette solvable amplifiée par les moyens modernes de contagion publique. Il s’agit là d’un faisceau d’hypothèses plausibles. L’analyse détaillée de chaque facteur en perspective historique nous invite à le vérifier.

Notes

1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.

2 Les indices seront étudiés dans un autre paragraphe. Il suffira de dire ici que l'investigation des prix se déroule en trois étapes, de 1914 à 1949 avec le « 34 articles » essentiellement alimentaire et parisien, de 1949 à 1970 avec plusieurs indices régulièrement améliorés, et de 1970 à nos jours avec le « 295 postes », devenu « 266 postes » en 1993 qui correspond étroitement aux critères contemporains.

3 60 % de hausse annuelle donnent une progression de 2,5 fois en deux ans, un quadruplement en trois ans, une multiplication par 6,5 en quatre ans.

4 Les indices des prix de ces États sont d’inégale valeur. Schématiquement, les pays industriels avancés comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la Suède disposent d’indices déjà modernes où la collecte fait une bonne part aux prix industriels, alors que les pays moins modernisés comme France ou Italie centrent encore leurs indices sur les prix des denrées alimentaires consommées par les salariés urbains modestes.

5 C’est la thèse constante de Jean Fourastié. Son ouvrage le plus récent sur le sujet est : J. Fourastié et B. Bazil, Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984.

6 Voir INSEE, Tableaux de l ‘économie française, 1989, p. 97.

7 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376, tableau VII.

8 L’acheteur est souvent aussi l’électeur : rappelons qu’il y a en France à l’époque 13 millions de ménages et plus de 4 millions d’entreprises, souvent familiales.

9 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 413-414.

10 AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des enquêtes économiques, Rapports annuels d’activité, 1943-1947.

11 AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des enquêtes économiques, Rapports annuels d’activité, 1943-1947, par exemple Rapport 1945, p. 4 à 6. Deux Notes au ministre sont également à signaler : 26 juin et 16 décembre 1948.

12 A. Sauvy, La vie économique des Français de 1939 à 1946, Flammarion, 1978, p. 127 et suivantes.

13 P. Mendès France, Note au Gouvernement sur le marché noir et l’inflation, 26 mars 1945, citée in P. Mendès France, Œuvres complètes, Gallimard, II, p. 139 et suivantes.

14 INSEE, Études et Conjonture, mai-juin 1947.

15 Et non un indice noir des 37 articles...

16 Les prix de détail clandestins sont dans : AEF, Cusin 5 A 28, Direction générale du contrôle et des enquêtes économiques, Rapports annuels d’activité, 1943-1947, et les prix légaux dans : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 415 et suivantes.

17 Comprime entre 1938 et 1947 (le prix du café progresse de 7,45 fois contre 10,3 pour la moyenne des prix), le prix de ce produit ne se stabilise pas avant 1952-1953 (933 F le kg) à un niveau 40 fois supérieur à celui de l’avant-guerre (moyenne des prix :  24,3) par suite des dévaluations pour les achats hors zone franc et de la pression sociale de la demande, ce qui détermine une hausse moyenne de 40 % de son prix entre 1947 et 1952 contre 19 % pour l’indice général de détail.

18 L’achat d’une automobile combine des rapports complexes entre la valeur d’usage, la valeur d’échange et la valeur d’image. Au-delà d’une certaine limite, la valeur d’échange devient critère dominant pour cadrer la valeur d’usage et la valeur symbolique.

19 Voir : J. Dez, Économie de pénurie et contrôle des prix, 1936-1949, thèse de droit, Poitiers, février 1950, p. 183-187.

20 Voir : INSEE, Les Statitiques de prix en France et dans divers pays étrangers, Imprimerie nationale, 1953, 417 p., passim et Pour une histoire de la Statistique, Imprimerie nationale, 1977.

21 Archives Départementales de la Somme – 12 W 89 et 12 W 98.

22 Voir par exemple : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 228. Calculé de 1930 à 1952.

23 L’amplitude conjoncturelle des prix est de 20 à 30 % de part et d’autre de la moyenne.

24 La plupart de ces indices sont dans : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 218-235.

25 Arrêté par la Gestapo, il meurt en camp de déportation en 1944. Le bâtiment actuel de la direction centrale, 14 boulevard Adolphe-Pinard, 75014, Paris, abritait un petit monument aux morts où figure son nom.

26 INSEE, Enquêtes diverses sur les prix et les consommations de 1942 à 1944, Imprimerie nationale, 1947. Les enquêtes avaint été conduites par le SNS.

27 La France dispose de 5 millions de postes de radiodiffusion TSF en 1939, contre 500 000 en 1929. Les voitures particulières s’élèvent à 1,9 million en 1939 (500 000 véhicules utilitaires), chiffre qui ne sera retrouvé qu’en 1952-1953. Cf. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 190.

28 Le chiffre de 20 000 ne correspond pas à 20 000 produits, mais à 20 000 relevés pour un certain nombre de produits, sous plusieurs variétés dans plusieurs points de vente. Par exemple, le charbon en gros est représenté par 6 variétés (tout-venant Flénus, boulets, fines brutes gras, criblés Flénus, gailletin maigre, coke métallurgique) et en détail par la variété « demi-gras gailletin ». Le terme belge de *flenu, substantivé en Flénus, désigne des houilles bitumineuses, grasses ou sèches, celui de *gailletin (wallon *gaille : grosse noix), un charbon calibré en morceaux de grosseur moyenne.

29 Taxes incluses : pommes de terre, beurre, sucre, œufs, charbon, acier, cuivre et coton. Taxes exclues : lait, bétail sur pied, haricots secs (prix agricoles à la production), caoutchouc, peaux, chanvre et lin.

30 INSEE, Les statistiques de prix en France et dans divers pays étrangers, 1953, op. cit., p. 134, 150 et 171.

31 Les achats ménagers ne sont pas toujours le fait des femmes, puisqu’on y retrouve des hommes retraités ou de jeunes garçons, mais l’homme d’âge intermédiaire serait vraisemblablement perçu comme inspecteur des impôts ou du contrôle.

32 INSEE, Les Statitiques de prix en France et dans divers pays étrangers, Imprimerie nationale, 1953.

33 Cela peut créer d’importants écarts. Jacqueline Fourastié a calculé que, sur base 1 en 1840, l’indice des prix de 1952 atteint 245 en Laspeyres et 163 en Paasche... In : Les formules d’indices des prix, Colin, 1966.

34 Le Royaume-Uni dispose d’un « 238 articles » depuis juin 1947. L’alimentation y représente 40 % de la pondération. La collecte rassemble 100 000 occurrences de prix d’auprès 1 000 détaillants qui envoient directement leurs relevés à l’Administration.

35 Voir par exemple : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 300-302.

36 Le livre de Pierre Villa, Un siècle de données macro-économiques, INSEE, 1994 (Économie Générale, n° 86-87), interrompt ses séries de comptabilité nationale en 1939.

37 Voir : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-360.

38 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 239.

39 Journal Officiel, Avis et rapports du Conseil Économique et Social, 7 avril 1954.

40 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 360.

41 Le premier bilan complet de la guerre est le Rapport de la Commission Consultative des Dommages et Réparations, juin 1945, conservé par exemple in AEF, Pleven 5 A 12. Plusieurs ouvrages et manuels traitent de cette conjoncture de manière détaillée : Paul Delouvrier, Politique économique de la France, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 1957 ; J. P. Rioux, La France de la IVe République, Seuil, 1980, volume I ; H. Bonin, Histoire économique de la IV République, Economica, 1987, etc. Un article de Guy Laroque, « 1946-1949, la fin des restrictions », in Économie et Statistiques, janvier 1981, présente le cadre des problèmes qui se posent.

42 La guerre coûte à la France 600 000 décès, un déficit des naissances de 530 000 individus et le départ de 320 000 étrangers.

43 Les prisonniers allemands et italiens placés, dont le total culmine à 680 000 en 1946, ne sont pas une excellente main-d’œuvre et quittent la France en 1947-1948.

44 IFOP, Sondages, 16 mars 1946. « Quitter l’école » à 14 ans ne signifie pas l’obtention du célèbre certificat d’études. En revanche, pour une majorité d’actifs, l’absence de formation professionnelle continuée en dehors du seul approfondissement expérimental des tâches conduites, réduit souvent la qualification générale à cet acquis scolaire.

45 Entre 1913 et 1993, la progression annuelle moyenne de la productivité du travail est de 2,5 %. Voir Carré, Dubois, Malinvaud, La croissance française, Seuil, 1972, p. 109-142 et A. Maddison, L’économie mondiale, 1820-1992, OCDE, 1995, p. 40, 46, 80. Carré, Dubois et Malinvaud donnent + 0,8 % par an pour 1938-1949 et + 1,9 % pour 1913-1950.

46 INSEE, Les établissements industriels et commerciaux, Imprimerie nationale, 1956, p. 52 et suivantes.

47 130 000 épiceries, 65 000 boucheries, 60 000 boulangeries...

48 Chiffres dans INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, IV.

49 AEF, Pleven 5 A 12, Rapport de la Commission Consultative des Dommages et Réparations, juin 1945. Le total des prélèvements du Reich fait l’objet d’évaluations plus modérées de la part d’Alan Milward, The new order and the french economy, Oxford University Press, 1970, cité in J. P. Azema, De Munich à la Libération 1938-1944, Seuil, Points, 1979, p. 214-215. La Commission des réparations conclut à un prélèvement de 44 % du PNB, Milward à 29 %.

50 Ces destructions sont comptabilisées indifféremment, quels qu’en soient les auteurs, allemands, alliés, français. Les bâtiments (460 000 édifices sont détruits et 1,9 million endommagés) représentent 50 % des dommages matériels, les moyens de transports 18 % et les établissements industriels 8 %.

51 Pour 13,2 % du PIB de Formation Brute de Capital en 1938, on peut supposer 5 à 10 % en 1940-1943, moins de 5 % en 1944, 6 à 8 % en 1945, 12 à 15 % en 1946, 14 à 17 % en 1947, 16 à 19 % en 1948 pour retrouver 19,6 % en 1949.

52 Aide américaine sous forme de dons : 2 445 millions de dollars (1 $ = 350 F en septembre 1949), soit 855 milliards de F ; prêts américains associés : 225 millions de dollars, soit 78,7 milliards de F. Voir G. Bossuat, L’Europe Occidentale à l’heure américaine, 1945-52, Éditions Complexe, 1992, p. 139.

53 Première tentative de calcul en 1945. Exemples in AEF, Pleven 5 A 12 ou B 18 680. Une des premières publications raisonnées de la BEP date de 1951 avec L’Inventaire de la Situation Financière, ministère des Finances, (Schuman-Petsche), p. 541.

54 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.

55 En effet, les statistiques douanières sont continues depuis 1827. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 199 et suivantes.

56 En 1940, les importations représentent 64 % de leur niveau de 1938, en 1942 : 23 % et en 1944 : 6 %.

57 En 1945, le déficit commercial représente 58 % du déficit brut des paiements (hors compensation par les entrées de capitaux), celui des services : 17 % et celui de l’Outre-Mer : 25 %. En 1948, les chiffres sont respectivement de 82 %, 6 % et 12 %, en 1952, de 90 %, 0 % et 10 %.

58 INSEE Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-358.

59 SEEF : bureau de Statistiques Et Études financières du ministère des Finances, ancêtre de la Direction de la prévision des années 1960.

60 Le chiffre n’est pas donné mais il représente, en francs constants, 80 % des 240 milliards de PNB 1945.

61 L’assimilation est abusive puisque quelques dizaines de milliers de patrons de l’industrie, du commerce et de l’agriculture ne sont pas en entreprises individuelles, non moins que les membres du clergé par exemple.

62 Le total des revenus additionnés hors impôts et cotisations atteint 104 à 106 % du PNB.

63 Total à partir d’O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE Études, 1991, p. 184-189.

64 Cf. supra.

65 D’après les statistiques du travail de l’époque, la durée moyenne cumulée de décembre l938 à décembre 1944 est de 40,5 heures par semaine. (INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 88). Une étude de l’INSEE a retenu aussi 40,5 heures pour 1938 (2 022 h pour 50 semaines), et 42 h. en 1949, sans autre indication intercalaire. (O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, 1991, p. 190).

66 Les fonctionnaires célibataires (indice en 1956 : 2 292/2 291) approchent le niveau des ouvriers célibataires Paris (2 307), des fonctionnaires mariés avec deux enfants (3 092/2 666) des ouvriers mariés avec deux enfants Paris (2 799) et les fonctionnaires mariés avec quatre enfants (3 714/3 071) des ouvriers mariés avec deux enfants régions (3 481).

67 Les meilleurs outils sont : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 295-311. Ministère des Finances, Inventaire de la situation financière, 1946 et 1951. 2 vol. Imprimerie nationale. F. Bloch-Lainé et P. de Vogüé, Le Trésor public et le Mouvement Général des Fonds. PUF 1963. R. Delorme et C. André, L’État et l’économie. Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France, 1870-1980. Paris, Seuil, 1983, 764 p. M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, 1932-1952, 2 vol. CHEFF, (notamment vol. 1, p. 10-25).

68 La Dette ne comprend pas les avances de la Banque de France, qui sont bien des avances et non des crédits, sans intérêt, et à échéance volontairement imprécise (« la fin des hostilités »).

69 182 milliards par déflation des prix de gros et 200 milliards par déflation des prix de détail.

70 J. Percebois, Économie des finances publiques, Colin, 1991, p. 64. Part de la dette à court terme et à vue dans la dette totale : 1938 = 25,5 %, 1949 = 78,4 %, 1970 = 85,7 %, 1980 = 72,7 %, 1990 = 53 %.

71 Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38, donne des moyennes annuelles. Exemples : 1948 = 2 027 milliards de F courants, 1952 = 4 188 milliards, 1956 = 6 585 milliards (écarts de 2 à 8 % avec la série au 31 décembre).

72 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986, p. 265, propose en regard la série brute et la série CVS. L’écart est également faible entre les deux.

73 La série M1 correspond aux canons de l’époque et peut avoir une valeur historiographique certaine. Une série M3 corrigée (Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 39), est macro-économiquement plus correcte par rapport aux critères des années 1980-1990, mais il faut considérer que les comptes à terme de 1 après-guerre représentent un stock d’épargne stable et non une masse de manœuvre semi-spéculative pour placements opérationnels. La série M3 corrigée donne, en 1949 = 3 199 milliards de F courants, en 1952 = 5 027 et en 1956 = 8 329, soit 18 à 25 % de volume monétaire supplémentaire par rapport à M1 en moyenne annuelle.

74 Cf. Henri Koch. Histoire de la Banque de France sous la IVe République, 1983, p. 6 et suivantes.

75 AEF, Pleven 5 A 9.

76 En envisageant l’hypothèse d’un quart du PNB pour le marché noir, cela ne représente que 125 à 150 milliards de F par an ; comme circulent 200 milliards de billets fin 1940 et 500 milliards fin 1944, et en supposant une évidente rotation d’une partie des moyens de paiement, l’économie n’utilise qu’une partie de cette masse et l’autre dort sous forme de liasses.

77 Formule de Fisher en 1922 : PT = MV (P = Production ; T = Temps ; M = Monnaie ; V = Vitesse). Formule inversée (vitesse de circulation) : V = PT/M. La Banque de France effectue de tels calculs après guerre. Exemple : AEF B 18 675. (12 décembre 1950).

78 2,21 (indice 1938)/0,71 (indice 1944) = 3,11.

79 Depuis, le rapport s’est largement rétablit en faveur de M4 qui représente 75 % du PNB au début des années 1990.

80 En dehors de la bibliographie générale, on peut utiliser ici les Comptes rendus d’activité de la Banque de France (depuis 1801) ou les Rapports annuels du Conseil national du crédit (depuis 1946). Cf. également : H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983. Claire Andrieu, La banque sous l’Occupation, Paradoxes de l’histoire d’une profession 1936-1946, FNSP, 1990. Eric Bussières, Paribas, 1872-1992, L’Europe et le monde, Fonds Mercator, 1992. Un manuel accessible actuellement avec plusieurs développements historiques : Denise Flouzat, Économie contemporaine, II, Phénomènes monétaires. PUF, 1990, p. 107-177.

81 Crédit lyonnais, Société générale, Banque nationale du Commerce et de l’Industrie, Comptoir national d’Escompte de Paris. En 1967, la BNCI et le CNEP fusionnent pour constituer la Banque nationale de Paris.

82 G. Petit-Dutaillis, La banque française, 1974.

83 La CCB est chargée de recevoir les bilans. Elle dresse les premiers résultats statistiques au 30 juin 1942.

84 Conseil national du crédit, Rapports annuels, annexes, tableaux des bilans d’ensemble des banques françaises, années 1946 à 1956.

85 En 1960, W. Baumgartner, qui avait d’ailleurs fait carrière au Trésor (1930-1936) devint même ministre des Finances (1960-1962), tandis que l’ancien directeur du Trésor (1940-1946), Jacques Brunet, devenait gouverneur (1960-1969).

86 Le Crédit foncier (1852) prête aux propriétaires-acquéreurs, le Crédit national (1919) est chargé de financer la reconstruction, la Caisse nationale des marchés de l’État (1936) aide les entreprises soumissionnaires de marchés publics, la Caisse centrale de la France d’Outre-Mer (1941), d’abord Caisse de la France libre, doit permettre l’équipement de l’Union française.

87 Pour une analyse plus détaillée, voir : Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, Du franc Poincaré à l’Ecu, Colloque Bercy 3 et 4 décembre 1992, CHEFF, 1993, notamment M. Margairaz, Le franc et les politiques publiques de 1940 à 1952 : du dogme au paramètre, p. 279-301 ; et M. P. Chélini, Inflation, dévaluations et politique monétaire en France, 1944-1952, p. 303-330.

88 En 1958, alors que le PNB a quasiment doublé depuis 1950 et que les signes d’accumulation du capital sont évidents à tous, une bonne part de l’opinion se chagrine d’une perte de valeur – donc d’une perte de richesse, semble-t-il – du franc exprimé en or : 1,8 mg d’or fin contre 290,3 mg sous Bonaparte !

89 Cette perte au change vis-a-vis de la livre n’a pas empêché la France de dépasser le PNB britannique dans les années soixante alors que la Grande-Bretagne produisait deux fois plus que la France en 1914.

90 Comme la dernière dévaluation de notre période a lieu en septembre 1949, nous considérons indifféremment les années 1949 et 1952 en matière de parité.

91 Le dollar s’apprécie de 100 fois par rapport au franc entre 1914 et 1958 et de 8 fois entre 1940 et 1952. Cette appréciation de 100 fois pourrait se décomposer en 100 = 8  12,5, 8 fois pour 1940-1952 et 12,5 fois pour les autres années, 1914-1940 et 1952-1958. Dans le produit 8  12,5, la hausse de 1940-1952 représente environ 2/5.

92 Cf. supra.

93 Cf. IFOP, Sondages, Premières quinzaines de décembre 1945, janvier 1946, févier 1946, mai-juin 1947 et juillet 1949.

Table des illustrations

Titre Graphique 1.Évolution des prix en France de 1914 à 1989(Valeurs de l’indice des prix courants sur base 100 en 1914)
Légende Sources : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 2Évolution annuelle des prix de détail en France, de 1936 à 1952
Légende Sources : INSEE, Annuaire de la France, 1948-1988, Imprimerie Nationale, 1990, p.286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 2aÉvolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952(Indice raccordé des prix)
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 2bÉvolution annuelle des prix de détail en France de 1936 à 1952(Hausse annuelle en pourcentage)
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Graphique 3Comparaison internationale. Hausse des prix de détail dans 16 États, 1938-1952(Sur base 100 en 1938, niveau atteint par chaque État en 1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, Imprimerie nationale, p. 109
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 4Évolution saisonnière des prix. Exemple de l’année 1946
Légende Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif de la France, Imprimerie nationale, p. 231 de l’édition de 1951 et p. 376 de l’édition de 1961.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 4Évolution saisonnière des prixExemple de l’année 1946(Hausse mensuelle en pourcentage)
Légende Source : INSEE, Annuaire statiqtique rétrospectif, Imprimerie nationale, p. 231 de l’édition 1951 et p. 376 de l’édition 1961.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 5Évolution comparée des prix de gros et de détail. 1938-1956.
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 405 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 5Évolution comparée des prix de gros et de détail, 1938-1956
Légende Nota. — Il s’agit de séries raccordés rétrospectivement dans les années 1960-1980 ; elles diffèrent légèrement des séries brutes d’époque, qu’ont pu connaître les contemporains.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 6Décomposition de l’indice des prix de gros en prix agricoles et prix industriels (1940-1950)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 7Dispersion des prix 1944-1950Exemple de quatre branches représentatives (prix de gros)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, Imprimerie nationale, 1966, p. 376
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 8Dispersion des prix de gros par secteurs et par branches(1948-1958)
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 302.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 9Dispersion des prix de gros par produit (1944-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 410-414.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 10Comparaison des prix à Paris et dans les villes de plus de 10 000 h.(1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 227
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 11Évaluation des prix noirs par l’Administration économique (1945-1946)
Légende Sources : AEF, Cusin 5 A 28. Deux documents : SGF, Point Economique, mai 1945 et DGCE, Note au ministre, 16 décembre 1946.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 12Comparaison des niveaux de prix et des pondérations à l’intérieur d’un même indice
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 376.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 13Pondération de l’indice des prix de détail entre 1938 et 1990
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, Imprimerie nationale, 1990, p. 285.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 14PIB et PNB de 1938 à 1956(Séries de la comptabilité nationale)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-356 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 239.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 15Confrontation des séries de PIB et de revenu national en francs constants (1938-1956)(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 15Confrontation des séries de PIB et de revenu nationalen francs constants (1938-1956)(Les trois séries sont déflatées des prix de détail)
Légende Sources : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 16PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Graphique 16PIB France 1938-1956 avec reconstitution des années 1939-1948(en milliards de francs)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 355-365 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, p. 286.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Graphique 17aPrincipaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952(Base 100 = 1938)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 17bPrincipaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952(Base 100 = 1938)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 17Principaux indicateurs conjoncturels pour la France, 1938-1952
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 365.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 18Valeur ajoutée par branches en France (1949-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 245.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 19aPopulation et activité en France, 1936-1954
Légende Source : 1. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 86-95 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 26-30. 2. C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Graphique 19bPopulation et activité en France, 1936-1954
Légende Source : 1. INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 86-95 et Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 26-30. 2. Marchand et Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-190.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 20Évolution du parc de tracteurs en France (1948-1960)
Légende Source : INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1948-1988, 1990, p. 323.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 21Balance commerciale française (1938-1944)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 22Paiements extérieurs français (1945-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 211-216.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 23Rémunération des facteurs de production, France (1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, V.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 24Emplois du PNB (1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, IV.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 25Formation brute de capital (1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 358, X-XI.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 26Catégories socioprofessionnelles, France (1936-1954)
Légende Source : C. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, INSEE, 1991, p. 186-187.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 27Revenu disponible des ménages, France (1938-1952)
Légende * Revenus disponible des ménages (RDM).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 28Masse salariale, France (1938-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 356, VI, pour les années 1938 et 1949-1956. La période 1939-1948 a été reconstituée selon la méthode exposée pour le calcul du PIB (tableau 16), avec l’aide supplémentaire de : AEF, Petsche 1 A 405, Note de la Direction des Programmes, 23 septembre 1949, 25 p., et L. Franck, Les prix, PUF, Que-sais-je ?, p. 30.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Graphique 28Masse salariale, France 1938-1956(en indices)
Légende Nota. — MS/PIB : Masse salariale/Produit intérieur brut.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 29Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié(Indice sur base 100 = 1938)
Légende Nota : Masse salariale : cf. tableau précédent. Salaires horaires ouvriers masculins, France entière : indice du mois d’octobre de l’année citée ; série dite « des prud’hommes », modérément fiable et abandonnée par l’INSEE en 1952. Salaire mensuel ouvriers célibataires ou mariés deux enfants, départements : concernent la France entière à l’exception de l’actuelle Île-de-France. Indice annuel d’octobre jusqu’en 1948, indice annuel moyen après 1949.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 29Les salaires en France de 1938 à 1956, un concept statistique différencié
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 30Salaires ouvriers mensuels (1938-1956).Décomposition géographique, familiale et professionnelle
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 260.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 31Catégories de salaires ouvriers (1938-1952)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 31Catégories de salaires ouvriers [1938-1952] (suite)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252-267.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 32Budget courant, France (1938-1956)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 298.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 33Trésorerie de l’État, France (1938-1952)
Légende Source : Ministère des Finances, Statistiques et Études Financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 34Ressources de trésorerie, ventilation (1938-1952)
Légende Source : Calculs à partir de : Ministère des Finances, Statistiques et Études financières, SEEF, Suppléments n° 55, juillet 1953 et n° 77, mai 1955.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 35Dette publique, France (1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 300 et suivantes.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 36Masse monétaire, France 1938-1956
Légende Source : Conseil national du Crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1996, p. 515.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 36Masse monétaire, France (1938-1956)
Légende Source : Conseil National du Crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 37Masse monétaire et liquidités monétaires, décomposition (1938-1952)Série brute non corrigée, montants de fin d’année
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515-527. Complétés par Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1938-52, ministère des Finances, Inventaire de la Situation financière, 1951, p. 504, J. P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au XXe siècle, Economica, 1986, p.105, 135, 148. Séries plus détaillées in M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38 et suivantes.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Tableau 38Vitesse de circulation monétaire et liquidité de l’économie (1938-1952)
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 515-527, M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 38 et suivantes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 39Monnaie, prix et PNB, comparaison internationale (1938-1952)
Légende Source : AEF, B 18675, Banque de France, direction générale du Crédit, Note au Trésor, 20 juillet 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 40Contreparties de la masse monétaire, France (1938-1952)
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957 et INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p.515.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 41Bilan de la Banque de France,ventilation des postes de l’actif (1938-1952)
Légende Source : Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1938-1952. Voir aussi : H. Koch, Histoire de la Banque de France sous la IVe République, Dunod, 1983, p. 414-415.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 42Crédits à l’économie et aux collectivités locales, France (1938-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 43Répartition des crédits par durée d’amortissement (1945-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 44Répartition des crédits par établissements émetteurs (1945-1956)Tous types de crédits, tous types d’émetteurs
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1946-1957.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 45Répartition des crédits par secteurs d’utilisation (1949-1956)Principaux secteurs
Légende Source : Conseil national du crédit, Rapports annuels, 1949-1957. Annexes, p. 129 pour 1949 et p. 94 pour 1956.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 46Crédits à court terme, effets présentés à l’escompte (1938-1952)
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 519-521.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 47Taux de change du franc français vis-à-vis du dollar,de la livre et de l’or (1914-1958)A. PRINCIPALE ÉTAPES
Légende Source : INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 346-347, M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983, p. 107, Banque de France, Compte rendu des opérations, annuel, 1914-58, J-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au xxe siècle, Economica, 1986.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre B. COEFFICIENTS DE DÉPRÉCIATION
Légende Source : Calculs à partir du tableau supérieur.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 48Niveau de prix et taux de change, dollar, livre et franc français(1940-1952)
Légende Source : Tableaux précédents pour les changes, et ONU, Annuaire Statistique, 1954, p. 402 et suivantes, pour les prix.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2563/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540