Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Introduction générale

Texte intégral

I. LE CHOIX D’UN SUJET : LES PRIX, L’ÉTAT, LA RECONSTRUCTION

  • 1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 415.
  • 2 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 286. L'indice des prix de gros enregistre une (...)
  • 3 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 259. La question complexe des salaires fait l'o (...)
  • 4 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 286.

1De 1938 à 1952, le kilogramme de pain à Paris augmente de 2,84 F à 56 F et le kg de beefsteack de 32,20 F à 723 F, ce qui représente une progression de 19,7 fois pour l'un et de 22,40 fois pour l'autre1 . Cette étonnante hausse est commune aux prix de détail dont l'indice s'élève dans la même période de 24,37 fois2 . Ainsi, le détenteur d'un billet de 100 F en 1938 peut acquérir par exemple 3 kg de beefsteack et 1,2 kg de pain, tandis que celui de 1952 doit se contenter de 125 grammes de beefsteack et de 200 grammes de pain ! Dans la pratique, les salaires ont augmenté, mais ils suivent à peine la hausse des prix : le salaire mensuel net moyen d'un ouvrier de la région parisienne, marié avec deux enfants, progresse de 23 fois entre 1938 et 19523 . Cette crise des prix est la plus grave du xxe siècle pour la France, dans la mesure où la hausse séculaire moyenne qui est de + 10 % par an environ4, s'élève à + 25 % par an dans la période que nous avons choisi d'étudier.

  • 5 F. Braudel & E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, IV, 2 (1914-1950) e (...)
  • 6 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, L'économie française au xixe siècle, Economica, 1985 ; P. Villa (...)
  • 7 R. Delorme & C. André, L'État et l'économie, Un essai d'explication de l'évolution des dépenses pu (...)
  • 8 Comité pour l'Histoire Économique et Financière de la France, Le commerce extérieur français de Mé (...)
  • 9 M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983.
  • 10 Comité pour l'Histoire Économique et Financière de la France, Du franc Poincaré à l'écu, Colloque (...)
  • 11 Jean Fourastié (& B. Bazil), Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984.

2Reprenons chacun de ces points. Dans le champ de l'historiographie macroéconomique française contemporaine, en dehors des ouvrages généraux de référence5, quels sont les domaines privilégiés d'investigation ? L'analyse de la croissance du PIB a été réalisée de manière très complète6, l'activité des branches et des entreprises s'enrichit constamment, le rôle de l'État et celui de la politique économique sont scrutés méthodiquement7, les échanges avec l'extérieur bénéficient d'une attention croissante8 . En revanche, la monnaie9, malgré un premier colloque10, les ménages examinés sous l'angle de leurs revenus ou de leurs comportements économiques, et les prix11 qui président aux transactions marchandes comme à la plupart des prestations non-marchandes, ne bénéficient pas du même mouvement d'investigation. Le PIB, somme des valeurs ajoutées, combine des quantités et des prix ; si la connaissance des quantités a bien progressé, celle des prix mérite attention. Stable, déclinant ou en hausse, le prix exerce une poids sur la décision économique ; tantôt il accélère et encourage, tantôt il ralentit ou perturbe l'activité ; son impact sur les transactions, parfois très élevé, parfois atténué, varie sensiblement selon les marchés ou la conjoncture. Avec le prix nous entrons dans la valeur des choses, valeur d'échange, valeur d'usage, valeur symbolique, c'est-à-dire leur importance relative dans le système des référents d'une société. Aborder l'histoire par les prix, ce n'est pas simplement décompter les paniers moyens de la ménagère, mais passer en revue la hiérarchie implicite des dépenses d'une société donnée, c'est-à-dire ce qui a du prix à ses yeux.

  • 12 M.-P. Chélini, La politique des prix en France de 1944 à 1950, sous la direction du professeur Fra (...)

3La période choisie ne manque pas d'intérêt. Elle est à la charnière de deux mondes. 1938 représente encore l'entre-deux-guerres, qui termine certains traits du xixe siècle, et, dans le domaine statistique, c'est une année-repère qui conclut les années 1920-1930 et sert de base aux premières séries d'après-guerre. Notre étude ne s'attache pas directement à la période 1939-1944, car le régime de Vichy et l'Occupation présentent des spécificités historiques, comme la centralisation quasi-totalitaire des pouvoirs ou bien la décroissance régulière des quantités disponibles. La phase de 1944 à 1952 est celle de la Reconstruction sous la IVe République où s'expriment, parfois de manière conflictuelle et caricaturale, l'ensemble des groupes de pression. La fin de la Reconstruction n'est pas simple à fixer et dans l'exemplaire original de la thèse12 qui a servi de trame à cet ouvrage, nous avions interrompu la dissertation en 1950. La recontruction immobilière, parfois achevée au début des années soixante, est moins ici en cause que la reconstitution économique des capacités courantes du PIB. Certes, le niveau de production de 1938 est atteint en 1948, celui de 1929 en 1950, et le PIB de 1952 dépasse de 16 % celui de 1929, mais 1952 marque la fin des plans Marshall (décembre 1951) et Monnet, tandis qu'apparaît la première phase de conjoncture sans inflation (1952-1956) depuis les années trente. Le terme de 1952 s'imposait assez logiquement. La période 1944-1952, située au milieu du siècle, est riche des années qu'elle clôture et des années qu'elle annonce ; en matière de prix, elle offre une grande variété de paliers conjoncturels qui renseignent sur la morphologie inflationniste.

  • 13 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990.

4Les sources sont abondantes. Un des intérêts de cette période réside en effet dans la variété et la profusion documentaires. Les archives du ministère des Finances sont généralement consultables jusqu'à la fin des années cinquante et offrent un fonds panoramique sur l'économie et la politique économique des années quarante et cinquante. La publication des Mémoires de grands acteurs ou de témoins commencent à faire nombre et leur lecture peut être complétée par des interviews avec les responsables encore vivants de la IVe République. L'expansion des sciences économiques après 1944 dans un cadre conceptuel encore proche du nôtre a favorisé un grand nombre d'analyses contemporaines de l'après-guerre et l'établissement de séries statistiques de qualité croissante, dont une majorité peut être prolongée jusqu'à nos jours13. Cette documentation quantifiée s'étend d'ailleurs de la production brute à la population et de la population à la société. La connaissance de l'opinion, fondée pour les périodes antérieures à 1944 sur la presse, l'édition ou les rapports des préfets, bénéficie désormais de l'existence des sondages (Institut Français d'Opinion Publique dès octobre 1944) dont la lecture contradictoire permet un portrait plus intérieur des modes de pensée dominants sous la IVe République. Ainsi, la base documentaire classique de rapports, d'études ou de publications consolide sa crédibilité par une armature statistique sérieuse et élargit sa signification par la prise en compte des catégories communes de pensée. La crise des prix d'une période charnière où la documentation devenait abondante peut ainsi contribuer à une meilleure connaissance de la production, de la décision économique et de la société.

II. UN SUJET, TROIS PROBLÈMES

5L'inflation de l'après-guerre français, comme dans la plupart des pays de cette période, conduit à s'interroger sur sa forme, ses causes et son traitement.

6La hausse des prix en France nous interpelle d'abord sur sa définition. Qu'allons-nous appeler inflation ? L'usage veut que l'on attribue le terme d'inflation à une hausse significative et hétérogène du niveau général des prix. Depuis 1913 est calculé un indice des prix à cet effet, mais de manière assez rudimentaire au premier abord : l'indice des prix de détail (1938-1949) par exemple ne concerne que 34 articles, presque tous alimentaires et se divise en deux cotations, l'une pour la région parisienne, l'autre pour les communes de plus de 10 000 habitants. Quelle fiabilité pouvons nous accorder à un tel indicateur, et devons-nous lui préférer l'indice des prix de gros assis sur une base plus large (135 marchandises) où les produits industriels équilibrent les produits agricoles ? L'un et l'autre ne tiennent apparemment pas compte des prix du marché noir qui sont pourtant réalité courante de l'automne 1940 à l'automne 1948. Quel est pour l'économie et la société des années quarante le statut réel de ces prix noirs ? Sont-ils le niveau effectif de l'ensemble des prix, qu'une politique discutable de contrôle empêche de venir au grand jour ou bien une surtaxe fuyante des prix courants, traduisant les primes de risque d'activités frauduleuses ?

7En poursuivant le raisonnement, on peut s'interroger sur l'évolution même de ces prix entre 1938 et 1952. L'inflation des années 1936-1952 est commune à la plupart des pays insérés dans les échanges internationaux, aussi bien que la chute des prix de 1930-1935 et la stabilité de la période 1952-1965. La question porterait moins sur la présence de ce balancement en France que sur sa profondeur puisque le rythme d'inflation est de cinq fois supérieur à la moyenne des États atlantiques. Même en précisant que l'URSS, l'Allemagne et le Japon sont exclus de cette comparaison faute d'indices fiables en 1944-1950, peut-on expliquer d'une manière ou d'une autre cette particularité haussière ? Plusieurs graphiques montreront au lecteur dès le premier chapitre que la progression moyenne de + 25 % par an est une moyenne que l'on peut décomposer en trois phases, 1938-1944 (+ 19 % par an), 1945-1948 (+ 55 %), 1949-1952 (+ 10,5 %). Pourquoi cette partition assez saccadée du rythme en séquences de 4 à 6 ans ? Faut-il parler de cycles ? Les ruptures et les seuils sont-ils politiques (déclaration de guerre, Armistice, Libération, etc.) ou économiques (pénurie, retour à la normale) et, dans ce cas, pourquoi l'après-guerre apporte une inflation si violente alors que les quantités se reconstituent, même avec lenteur ? Plus précisément, comment se fait-il que le sommet de la hausse des prix de toute la période et, vraisemblablement de tout le siècle, se situe en été 1946 qui apporte de bons espoirs de retour à la normale pour les quantités disponibles et non en 1944 quand le PIB représente la moitié de celui de 1938 ? Les fins d'été prolongées par les débuts d'automne et les printemps sont d'ailleurs le théâtre curieux de hausses chroniques que l'on peut qualifier de saisonnières et qui durent toute la décennie quarante. Est-ce le niveau général des prix qui prend effectivement des allures de crise des blés d'Ancien Régime ou la surpondération alimentaire des indices qui traduit leur respiration saisonnière à une époque de marchés agricoles non organisés ?

8La distinction entre prix agricoles et prix non-agricoles n'est pas fortuite, puisque les deux séries divergent en moyenne de 20 à 40 % entre 1944 et 1948 en faveur des premiers, avec un maximum d'écart fin 1947. L'inflation, conduite par des distorsions, appelle à leur amplification. Les années 1944-1947 sont également celles où les prix de détail augmentent plus rapidement que les prix de gros, à la différence des périodes immédiatement en amont ou en aval. Existe-t-il ou non un lien quelconque avec l'écart entre prix agricoles et industriels et avec le rythme accéléré des prix, par exemple sous la forme d'une expansion particulière du petit commerce alimentaire ? Les prix alimentaires ou industriels eux-mêmes ne sont pas homogènes, puisqu'en 1950, la moyenne des prix textiles de gros est du triple de celle des céréales... Est-ce à dire que la pénurie de produits textiles est trois fois supérieure à celle des produits céréaliers ou qu'interfèrent des facteurs de consommation ou de circuits commerciaux ? Les prix des produits bouchers, qui sont les plus volatiles des produits alimentaires entre 1940 et 1948, bénéficient-ils d'une pénurie soigneusement entretenue par les éleveurs, d'une demande insatiable de la population urbaine ou d'un lobbying habile de la corporation professionnelle ? En revanche, les nuances géographiques de prix, soit entre les régions, soit entre les quartiers citadins sont pour nous un problème non résolu, car la documentation manque de continuité dans le temps, l'espace et le contenu.

9À plusieurs reprises, nous avons constaté que les questions sur les formes de l'inflation induisaient des questions sur ses causes. Il faut distinguer dès le départ les causalités inflationnistes vraisemblables telles qu'on peut les esquisser quarante ou cinquante ans après et les causalités considérées à l'époque. L'exercice est d'autant plus intéressant que les années quarante forment exactement en France une décennie décisive pour la théorie inflationniste : à l'explication alors classique par la monnaie s'ajoutent en six ou sept ans, l'explication par l'excès de la demande sur l'offre (ou l'insuffisance de l'offre par rapport à la demande), par les coûts et par les structures, la dernière thèse, d'inspiration plus sociologique étant d'ailleurs une création hexagonale (François Perroux). L'opinion publique présente alors un paysage extrêmement contrasté dans sa perception de l'inflation, de l'idée d'une « vie chère » orchestrée par les « accapareurs » à celle d'une inflation par la demande qui s'impose au sommet de l'État seulement vers l'automne 1947. Nous ne négligerons ni le compte rendu de la palette d'opinion, avec les effets politiques qu'elle induit, ni chacune des quatre hypothèses théoriques d'explication inflationniste.

10Nous nous heurtons cependant à des difficultés méthodologiques importantes. D'un côté, il est clair que la hausse des prix est imputable à un complexe de facteurs spécifiques, comme par exemple l'insuffisance de l'offre par rapport à la demande (1940 à 1948), mais de l'autre, la définition, la hiérarchisation et la combinaison des facteurs eux-mêmes reste très délicate. Qu'est-ce qui est inflationniste ? Est-ce un état de nature (les subventions sont-elles par elles-mêmes inflationnistes ?) ou de circonstance (« de lourdes subventions budgétaires financées par emprunt avec effet d'éviction monétaire sont inflationnistes ») ? Où est la frontière entre impact inflationniste et impact neutre, voire désinflationniste d'un phénomène ? Le déficit budgétaire diminue de 1945 à 1952 sans jamais s'effacer : on lui prête des vices inflationnistes en 1945-1947 ; disparaîtraient-ils pour autant en 1952-1954 avec la stabilité des prix ou bien les rapports entre déficit budgétaire et inflation sont-ils plus indirects qu'on pourrait le penser au premier abord ? Peut-on alors parler de configuration inflationniste de la situation économique, comme par exemple l'association d'une insuffisance de l'offre, d'un déficit budgétaire élevé et d'une forte poussée salariale ?

11Si nous essayons d'identifier les facteurs, la liste menace d'être longue et nous devons nous en tenir à distinguer d'un côté les agents économiques et de l'autre l'organisation de l'économie et les états de la conjoncture.

12Examinons les agents. Pour les ménages, devons-nous raisonner en terme de groupes socioprofessionnels (agriculteurs exploitants, ouvriers d'industrie, industriels et commerçants...), de localisation géographique (urbains et ruraux) ou de statut de travail (employeurs/indépendants et salariés) ? Les ménages commencent à être bien connus par les sondages qui renseignent sur leur degré d'intérêt pour les prix et l'estimation (assez correcte) de leur niveau. Cependant, un ménage sur trois est à la tête d'une entreprise, généralement familiale : réagit-il d'abord comme ménage (acheteur) ou comme entreprise (acheteur et vendeur), pour toutes ses transactions ou seulement une partie d'entre elles ? Faut-il distinguer ceux qui emploient un salarié et ceux qui vivent avec le seul travail familial ? Les sondages renseignent aussi sur le budget jugé nécessaire par les ménages pour faire vivre une famille de quatre personnes dans la France de l'époque. Comme les sommes désirées dépassent les salaires réels, au moins jusqu'en 1948, faut-il en conclure que les ménages nourrissent des anticipations, des intentions ou des espoirs inflationnistes, ou plus simplement que la consommation est incompressible ?

13Par ailleurs, comment définir l'État dont il est si souvent question à l'époque ? Doit-on entendre le Gouvernement, le Parlement, l'Administration, les entreprises nationales, les assurances sociales, les collectivités territoriales ? Le poids dans le PIB n'est évidemment pas le même selon le choix. Dans ce travail, nous chercherons à la fois à focaliser notre étude sur les pouvoirs publics centraux, Gouvernement, Parlement, Administration comme lieux de la décision de politique économique et budgétaire – vision restrictive qui peut se contester – et à lire ces décisions sous le rapport de l'équilibre des prix. Est-ce que par exemple, le déficit budgétaire, les subventions, les investissements publics budgétisés sont en eux-mêmes inflationnistes ou cela dépend-il du flux, du mode de financement, par l'impôt ou l'emprunt, ou du volume global du PIB qui les sous-tend ?

14L'opinion et l'État nous rapprochent de la sphère du politique et posent le problème de sa participation éventuelle à l'inflation. L'inflation est-elle aussi un problème politique quant à ses causes ? A priori, il semblerait que l'instabilité politique favorise la crise des prix, mais il faut bien convenir que la Libération d'août-septembre 1944 ne s'accompagne pas de hausse des prix avant mars 1945 ou que la rupture du Tripartisme en 1947 n'induit pas une inflation (+ 60 %) supérieure à celle de son exercice du pouvoir (1946 : + 63 %) . À l'opposé, la fin de la Troisième Force en 1951 est concomitante d'une poussée (+ 17 %) supérieure à celle de la crise coréenne (1950 : + 11 %) dont elle recueille partiellement les effets haussiers. L'investigation doit rester prudente.

15Si les entreprises peuvent être appréhendées à partir des syndicats professionnels, de la Confédération générale du patronat français ou des groupements agricoles, nous manquons d'indications sûres et détaillées sur les rapports exacts qu'elles entretiennent avec leurs coûts et leurs prix de vente. La stratégie de prix, les anticipations sur la hausse des coûts, la répercussion des charges sur les prix de vente restent encore mal connues. Il en va de même pour l'extérieur, comptabilisé essentiellement à partir des balances de paiements, en dehors de références aux sociétés de commerce international.

16Il faut également prendre en considération les structures du marché lui-même, à commencer par la taille des établissements. À côté de quelques grandes unités, la France offre le paysage moyen de petites exploitations, de petites entreprises industrielles et commerciales, généralement affectées d'une productivité à l'époque insuffisante, ce qui confère aux circuits de produits (blé-pain, charbon-fer-acier) une capacité d'adaptation médiocre aux variations conjoncturelles et une réelle inertie des coûts à la baisse. Cependant, entre la forte inflation de 1945-1948 et la grande stabilité de 1952-1956, le réseau des entreprises a peu varié, si bien qu'on pourrait aussi bien lui imputer des caractères inflationnistes dans un cas et désinflationnistes dans l'autre... Il faudra sérieusement s'interroger sur les rapports entre les circuits marchands (et non-marchands) et la hausse des prix. La structuration de la demande dépend aussi du degré d'urbanisation (52 % de résidents en communes urbaines en 1946) et du pouvoir d'achat de la clientèle citadine, lui-même en rapport avec la qualification et la productivité des actifs...

17La conjoncture, vue sous l'angle de la production et de la monnaie, exerce une emprise réelle sur le niveau des prix, mais de quel ordre ? La décélération du PIB dès 1940 pèse lourdement et la crise inflationniste y trouve un de ses meilleurs facteurs. La stabilisation n'intervient cependant pas au moment où la production industrielle retrouve courant 1947 le niveau de 1938, mais où la disette alimentaire prend fin en automne 1948 et il faudra aussi s'interroger sur ce décalage. Au-delà des frontières, le niveau des prix mondiaux, et en 1945-1952, celui des prix américains, ne sont pas sans influer sur celui de la France, qui épouse assez exactement les tendances et les retournements de la conjoncture mondiale (hiver 1948-1949, été 1950 par exemple), même si elle les amplifie fortement en hausse pour la décennie quarante. La correspondance principale entre les niveaux de prix intérieurs et extérieurs s'effectue certainement dans la balance commerciale et les ajustements de taux de change, mais l'insertion progressive dans l'espace atlantique génère aussi bien des effets matériels (dynamique de croissance), budgétaires (aide Marshall puis Alliance atlantique) que culturels (politiques de stabilisation des prix). Peut-on introduire dans l'analyse des éléments d'estimation tenant à ces interférences extérieures en rapport avec le niveau des prix ?

18L'hypothèse monétaire de l'inflation dominait encore dans l'opinion spécialiste en 1944, mais elle cède progressivement du terrain à celle de l'inflation par déséquilibre de la demande sur l'offre et se trouve en retrait dans la communauté scientifique des années cinquante. Son regain de popularité dans les années quatre-vingt, notamment aux États-Unis tout comme les exigences d'un balayage systématique des hypothèses plausibles conduit à s'interroger sur la validité totale, partielle ou incidente d'une origine monétaire à l'inflation française de 1944-1948. Est-ce que l'énorme masse monétaire de 1944 provoque à retardement la crise des prix de 1945-1948 ? Dans ce cas, pourquoi sa normalisation en 1946 au niveau de 1938 ne provoque-t-elle pas la fin de l'inflation, pourquoi la stabilisation des prix en 1949 s'accompagne d'un volume monétaire réel inférieur de 20 % à celui de 1938, pourquoi sa progression régulière de + 10 % par an en 1952-1956 ne génère aucune hausse des prix ?

19Une fois les facteurs d'inflation à peu près identifiés, se pose la question de leur hiérarchisation et de leur enchaînement chronologique. L'insuffisance de l'offre qui dure huit ans de 1940 à 1948, les relèvements de prix agricoles à la production fixés pour une année de juillet à juin suivant, ou les hausses ponctuelles de salaires (décembre 1947-janvier 1948 par exemple) ne présentent pas la même durée et leur rôle inflationniste est différent. La hiérarchisation des facteurs est un exercice plus redoutable et nécessite réflexion sur la meilleure méthode à son établissement. La voie économétrique serait séduisante mais l'hétérogénéité des comptes nationaux pour les années quarante rend le calcul très aléatoire. La solution la moins insatisfaisante consisterait alors à confronter chaque variable avec les indices de prix (PIB/prix, monnaie/prix, budget/prix etc.) par régression linéaire. La chronologie contribue parfois à la hiérarchisation des causes. Par exemple, la stabilité des prix de l'été 1944 au printemps 1945 semble rompue par un double relèvement des salaires en août 1944 et mars 1945, qui s'ajoute à un fort déficit budgétaire et à une pénurie d'offre inouïe. Lequel de ces trois facteurs entraîne les deux autres ? En supposant que l'insuffisance du PIB, dont le niveau atteint 50 à 60 % de celui de 1938, soit le facteur principal de crise, comment départager l'impact relatif du budget et des salaires dans la crise des prix ? La question n'est pas seulement historique, elle est également politique puisque de la hiérarchisation correcte des causes dépend aussi le choix d'une politique d'équilibre budgétaire ou de modération salariale.

20Ainsi, l'ensemble des constatations dégagées in fine sur les causes de l'inflation aboutiront moins à un modèle complet qu'à une esquisse des causalités les plus vraisemblables.

21La gestion de la crise des prix inclut l'analyse des conséquences. Les effets de l'inflation sont soit immédiats comme l'allégement des dettes, les demandes de relèvements salariaux ou l'ajustement des taux de change, soit à moyen terme comme la prise en compte sérieuse de la stabilité des prix en tant qu'objectif de la politique économique. Dans le premier cas, les conséquences peuvent être aussi des causes initiales (relèvements salariaux, déficits budgétaires) ou devenir des causes secondes d'entraînement, ce qui nous renvoie aux paragraphes précédents sur les causalités inflationnistes ; dans le second cas l'intériorisation politique de la stabilité des prix se confond insensiblement avec le traitement de l'inflation, que nous allons examiner maintenant.

22Si l'appréciation de la hausse par l'opinion a déjà été envisagée dans la première série de questions, les réactions vis-à-vis de l'inflation méritent une attention détaillée. Relativement démuni quant aux attitudes des entreprises souvent appréhendées par le biais de leurs organisations professionnelles, nous disposons de renseignements abondants sur l'opinion (sondages, consultations électorales, rapports administratifs) et sur l'État. Alors que les entreprises focalisent leur action sur l'ajustement constant de leurs prix de vente sur leurs coûts, demandant d'abord à l'Administration la fin des plafonnements de prix, il est étonnant de constater que les ménages s'en remettent grosso modo à l'État pour résoudre la crise inflationniste, ou, à défaut, à la pression syndicale en vue d'augmenter les salaires. Cela pose le problème de la légitimité d'une politique anti-inflationniste qui se surimpose aux clivages de l'époque entre « dirigisme » et « libéralisme » : une action des pouvoirs publics tendant à rétablir une configuration stable des prix et des quantités se justifie-t-elle pour des raisons macro-économiques ou pour des raisons politiques ?

23En supposant réglée la question de la légitimité ou de l'illégitimité ex post de cette politique, le fait qu'elle ait existé de 1939 à 1952 nécessite de s'interroger sur les services qui l'ont mise en œuvre et les outils qui ont été employés. La séparation (1944-1947) des Finances et de l'Économie nationale, laquelle avait en charge la politique spécifique des prix, correspond-t-elle à une volonté d'efficacité accrue en matière de lutte contre l'inflation ? En ce cas, comment expliquer que la période coïncide avec un maximum inflationniste, alors que la réunion (après novembre 1947) des deux ministères s'apparente chronologiquement à la phase stabilisatrice ? La personnalité des ministres (R. Pleven, P. Mendès France, R. Schuman, A. Philip, R. Mayer, M. Petsche, A. Pinay) est-elle plus ou moins en cause que leur appartenance politique ? Cette politique économique elle-même s'inscrivait-elle dans un projet plus large de type social-démocrate, démocrate-chrétien ou libéral-social, et quelles références étaient sous-entendues, celles de Proudhon, de Colbert ou de Keynes ? Eu égard à la profondeur de la crise, la stabilité des prix figurait-elle parmi les objectifs principaux ou secondaires de cette politique économique, pendant toute la période ou seulement partie d'entre elle, et pourquoi ?

24En dernier lieu, il convient de se pencher sur les moyens utilisés pour lutter contre la hausse des prix. Une législation complète des prix est mise en place en 1940, dans le même temps qu'un contrôle des prix est chargé de sanctionner les contrevenants à son application. Ces deux services voient leurs prérogatives diminuées en 1947 et sont fusionnés en 1949. À la seule lecture des indices, devons nous conclure que le contrôle fut efficace sous Vichy, puis qu'une modération croissante de son action a conduit à la crise inflationniste que l'on sait et à la suspension du service autour de 1948 ? Quelle place occupait cette politique des prix dans l'esprit des dirigeants de l'époque : était-elle la pièce centrale d'une politique macro-économique conjoncturelle stabilisatrice ou un levier administratif parmi d'autres, simplement plus spectaculaire et à vocation publicitaire (« le Gouvernement agit contre la hausse des prix ») ? Les différences de comportements sectoriels ou internes aux branches entre les prix agricoles et industriels sont-elles à mettre en rapport avec le pilotage centralisé des prix ? Peut-on aller jusqu'à dire avec les libéraux classiques que la présence même du blocage, des taxations et diverses autres formes de plafonnements favorisait l'inflation au lieu de la contenir ?

25De manière plus large, parmi les outils efficaces de l'époque pour contribuer à stabiliser les prix, devons-nous privilégier la politique monétaire, la politique budgétaire ou la politique des revenus ? Est-ce que ces moyens ont été utilisés de la même manière entre 1944 et 1952, séparément ou de façon convergente et selon quelle gradation ? La priorité affichée pour l'équilibre budgétaire n'était-elle pas politiquement risquée car elle ne fut pas atteinte avant les années soixante et partiellement désuette ? L'intervention publique sur les salaires prévue dès 1939 offre-t-elle en 1950-1952 un bilan suffisamment équilibré entre objectifs de stabilité économique et d'équité sociale ? L'action sur la monnaie ne s'est-elle pas polarisée sur le volume des moyens de paiements liquides, en négligeant par exemple la forte croissance des crédits et la valeur extérieure du franc ?

26Au total, nous nous demanderons en quoi la France de la période 1944-1952 a géré la crise des prix de manière insuffisamment compétente eu égard à l'ampleur de la hausse et aussi contrastée en deux phases, apparemment sans maîtrise jusqu'en 1947-1948, avec plus de succès jusqu'en 1952-1956.

III. LE CADRE DE L'OUVRAGE

27Afin d'éviter une réponse disproportionnée au questionnement qui précède, il a fallu s'imposer un certain nombre de limites. Le caractère panoramique du sujet risquait de conduire à une description infinie de la société française, de la politique économique, de l'évolution monétaire etc., alors que l'objectif central du travail portait sur la hausse des prix. Autant que possible, nous avons cherché en début de chapitre ou de subdivision à résumer les principales caractéristiques du problème abordé, par exemple la politique budgétaire, en renvoyant le lecteur désireux d'approfondissement à la bibliographie disponible. En cas de défaillance ou de dispersion de la documentation, comme pour la politique des salaires, nous avons consacré au paragraphe des développements plus importants. Tous les aspects abordés sont mis en relation avec la hausse des prix.

28Le plan de l'ouvrage aurait pu s'inspirer de celui des interrogations que nous venons d'examiner, formes, causes et gestion de la crise des prix, mais il aurait engendré redites et surtout déséquilibres pour un travail d'histoire. Par rapport aux sciences économiques qui tendent à la définition d'un système de relations centré sur la production, l'échange et la répartition des richesses, l'historien s'efforce de rendre compte des états successifs des sociétés politiques y compris quand ces états sont examinés plutôt sous l'angle économique. Le mouvement du temps et l'évolution constituent pour lui des données plus importantes que pour l'économiste et cela implique des choix d'exposé un peu différents.

29Camper le décor en 1944 était nécessaire, mais, dans une étude portant sur huit ans, cette nécessité se rencontrait également en 1945, 1946 ou 1947. Afin de ne pas répéter la chronique semestrielle de la conjoncture en cours, nous avons regroupé, sur le conseil de Michel Margairaz, les aspects qui intéressent toute la période 1944-1952 dans un premier livre. Composé de trois chapitres, il présente les principaux éléments du problème : l'évolution des prix, l'opinion et l'État. Le premier chapitre décrit l'inflation elle-même, son rythme, la question des prix officiels et des prix parallèles, la production disponible (PIB et importations) et la répartition fonctionnelle du revenu national, ainsi que l'évolution de la masse monétaire, incluant le volume du crédit et les taux de change. Toute la conjoncture utile pour l'analyse est rassemblée dans ces passages, de brefs résumés ou des renvois étant proposés en cours d'analyse à titre de rappel. Le second chapitre s'attache aux courants d'opinion sur les questions de prix ; après le balisage des éléments essentiels des structures sociales, la démonstration se porte sur l'estimation des prix par l'opinion et ses attitudes face à l'inflation. Le troisième chapitre concerne l'État et l'inflation, la question de légitimité de la politique anti-inflationniste, les théories alors disponibles pour comprendre le phénomène et chercher à le maîtriser et l'histoire du service de contrôle des prix, l'Administration supposée manifester la volonté publique d'agir contre les hausses. À la fin du premier livre, les principaux éléments du jeu sont en place, mais le lecteur ignore encore quel gouvernement a pris quelles décisions. Il faut faire vivre les acteurs pendant ces huit années foisonnantes.

30Le tournant majeur de notre cheminement, de la Libération d'août 1944 à la chute du gouvernement Pinay en décembre 1952, est l'année 1947, entre la fin du Tripartisme (mai) et la formation de la Troisième Force (novembre). La formation du gouvernement Schuman avec René Mayer aux Finances peut être évaluée comme l'étape décisive sur la politique publique en matière de prix. Même si la hausse persiste près d'un an encore, jusqu'en novembre-décembre 1948, l'analyse de l'inflation comme un désajustement de la demande par rapport à l'offre, le reclassement rapide de la politique des prix, la priorité affichée et bientôt tenue pour les grands équilibres modifient les données, quelques mois avant que la fin des pénuries ne vienne stabiliser les prix agricoles. La césure entre les livres II et III se place donc en novembre 1947.

  • 14 Voir M. Margairaz, l'État et l'économie, Histoire d'une conversion, 1932-1952, CHEFF, 2 vol., 1991

31Le livre II porte sur la crise des prix de 1944 à 1947, avec une décomposition thématique de la politique publique : un chapitre analyse les orientations générales de la politique économique par rapport à la stabilité des prix, montrant son rang alors secondaire parmi les objectifs et aborde rapidement le budget, les salaires, la monnaie ; un autre détaille la politique des prix, sous trois angles, la législation de blocage et de taxation, la politique conjoncturelle des prix et trois exemples de circuits de production et de commercialisation aux caractères inflationnistes opposés. Nous avons volontairement mis de côté la politique d'encouragement à la production, ce qui peut sembler paradoxal si l'on considère que la crise est d'abord le fruit de la pénurie d'offre. Il s'agit cependant de l'aspect de la politique économique parmi les plus étudiés14 et il semblait moins utile de le détailler ici.

32Le plan choisi dans le livre III est bâti de manière similaire à celui du livre II : le chapitre 6 analyse la politique économique générale et des politiques sectorielles dans leurs rapports avec la hausse des prix, le chapitre 7 la politique spécifique des prix. Le caractère foncièrement historiographique du présent ouvrage et la nécessité de montrer les ruptures significatives du temps étudié ont porté à choisir le plan qui suit, sans ôter au lecteur le loisir de parcourir à son gré les étapes de l'exposé et d'examiner par exemple la politique salariale de 1944 à 1952 en lisant successivement les paragraphes qui en traitent de 1944 à 1947, puis de 1948 à 1952.

33L'ouvrage s'efforce de démontrer les grandes lignes des rapports entre État, opinion et inflation de 1944 à 1952, mais il n'est pas exempt d'insuffisances documentaires que nous voudrions rappeler par précaution. Nous connaissons mieux l'évolution de l'État et de l'opinion que celle des entreprises, que ce soient leurs intentions ou leurs résultats et il reste impossible de répondre exactement à la question des rapports entre les entreprises et l'inflation. Cela est d'autant plus embarrassant que l'opinion courante a incriminé alors deux catégories d'entreprises, celles qu'elle côtoyait quotidiennement, les services de premier niveau, petits commerces alimentaires, textiles, prestations à la personne, et celle qu'elle imaginait plus qu'elle ne les voyait, les grandes entreprises, qualifiées de « trusts » dans le discours populiste. Nous chercherons à fournir des éléments de réponse pour ce thème, notamment par l'étude des syndicats professionnels, mais sans dégager de catégories repérables d'attitudes différentes face à l'inflation.

34Au sein même de l'État le poids accordé aux archives des Finances se comprend bien pour des raisons tenant à l'époque : la forte centralisation des informations, le rôle carrefour de la rue de Rivoli dans la décision économique, le poids de l'Administration dans l'impulsion reconstructrice favorisent la cohérence du travail de recherche ; les renseignements abondent sur la politique économique générale, la politique des prix, le budget, le crédit (par la tutelle de fait exercée sur la Banque de France), mais manquent d'ampleur sur la question des revenus et des salaires. Les archives du ministère du Travail, du moins sur le catalogue imprimé disponible (daté de 1988) pendant notre période de recherches, n'offraient pas de carton classé postérieur à 1944. Nous avons abordé les salaires d'abord à travers les mentions trouvées dans la politique économique générale (par exemple, le Journal de Vincent Auriol ou les comptes rendus des Comités économiques interministériels), d'où n'étaient pas exemptes certaines copies de rapports émanant du Travail lui-même, et ensuite par le biais des statistiques de l’INSEE, salaires horaires ou mensuels, masse salariale de la comptabilité nationale. Les archives des syndicats de salariés, des syndicats professionnels patronaux, de l'inspection du Travail, celles des assurances sociales pourraient permettre de préciser l'évolution des négociations salariales.

35Enfin, si la marge d'incertitude sur les causalités inflationnistes de l'après-guerre a été réduite, elle demeure partiellement. La fragilité statistique des années quarante, qui nous a contraint à proposer des séries sommaires de PIB, de transactions parallèles ou de masse salariale pour la période 1939-1948 obligent à des conclusions très nuancées pour cette question.

36Il faut souvent se contenter souvent d'une approche simplifiée de l'essentiel. Nous espérons simplement que, par sa présentation documentaire ou son argumentation thématique, ce livre contribuera à montrer l'intérêt d'approfondir les questions tenant à la valeur des transactions dans le fonctionnement de l'économie, à l'inventaire des causalités d'une situation critique ou à la culture économique d'une société politique. Que celle-ci soit l'ancêtre de celle dans laquelle nous vivons n'en réduit pas l'impératif de distance méthodique, mais lui ajoute l'attrait supplémentaire que la mémoire affective confère à l'histoire écrite.

Notes

1 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1966, p. 415.

2 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 286. L'indice des prix de gros enregistre une progression plus rapide, de 26,76 fois, ce qui représente une moyenne géométrique de 25,53 fois pour prix de gros et prix de détail.

3 INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 259. La question complexe des salaires fait l'objet de développements spécifiques dans le corps de l'ouvrage. Notons simplement ici, qu'entre 1938 et 1952, le salaire horaire masculin de l'ouvrier qualifié parisien augmente de 14,8 fois (INSEE, Annuaire statistique rétrospectif, 1961, p. 252) et la masse salariale globale (revenu du travail des 12 à 13 millions de salariés, incluant les prestations sociales) de 33,4 fois (INSEE, Annuaire statistique rétrospectif 1961, p. 356, VI).

4 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990, p. 286.

5 F. Braudel & E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, IV, 2 (1914-1950) et 3 (1950-1975), PUF, 1980.

6 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, L'économie française au xixe siècle, Economica, 1985 ; P. Villa, Un siècle de données macro-économiques, INSEE, Résultats, Économie générale n° 86-87, 266 p., 1993. J.-J. Carré, P. Dubois et E. Malinvaud, La croissance française. Un essai d'analyse économique causale de l'après-guerre, Seuil, 730 p., 1972.

7 R. Delorme & C. André, L'État et l'économie, Un essai d'explication de l'évolution des dépenses publiques en France, 1870-1980, Seuil, 1983. M. Margairaz, l'État et l'économie, Histoire d'une conversion, 1932-1952, Comité pour l'histoire économique et financière de la France (CHEFF), 2 vol., 1991. R. Kuisel, Le capitalisme et l'État en France, Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Gallimard, 1984, etc.

8 Comité pour l'Histoire Économique et Financière de la France, Le commerce extérieur français de Méline à nos jours, Colloque Bercy, juin 1992, CHEFF, 1993. G. Bossuat, La France, l'aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, CHEFF, 2 vol., 1992, réédition 1997.

9 M. Saint-Marc, Histoire monétaire de la France, 1800-1980, PUF, 1983.

10 Comité pour l'Histoire Économique et Financière de la France, Du franc Poincaré à l'écu, Colloque Bercy, décembre 1992, CHEFF, 1993.

11 Jean Fourastié (& B. Bazil), Pourquoi les prix baissent ? Hachette, 1984.

12 M.-P. Chélini, La politique des prix en France de 1944 à 1950, sous la direction du professeur François Caron, janvier 1991, Université de Paris IV, 1973 p.

13 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France, 1990.

14 Voir M. Margairaz, l'État et l'économie, Histoire d'une conversion, 1932-1952, CHEFF, 2 vol., 1991.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable