Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952

 | 
Michel-Pierre Chélini

Préface

François Caron

Texte intégral

1La thèse de Michel-Pierre Chélini a marqué une date importante dans la compréhension du processus d’inflation que la France a connue après la Libération. Il est dommage qu’elle n’ait pu jusqu’à présent être portée à la connaissance d’un vaste public, en dehors d’un milieu de spécialistes. C’est pourquoi sa publication est une bonne nouvelle. Michel-Pierre Chélini a écrit un livre d’histoire et non d’économie. Il a donné chair, en multipliant les évidences factuelles, à une histoire trop souvent analysée sur une base théorique, qui ne tient pas un compte suffisant du jeu des acteurs dans l’irréductible spécificité de chaque période historique. Il faut en effet admirer l’ampleur de l’information rassemblée, unique jusqu’à présent. L’auteur analyse avec précision les processus de prise de décision, dans leur complexité à la fois politique, économique et sociale. Il dégage la spécificité des évolutions de différents produits, qu’il s’agisse du blé, du lait ou de la viande. Le plan adopté est parfaitement justifié : le dérapage de 1944-1945, qui aurait pu être contenu, l’incohérence de 1946 et l’impuissance de 1947, le redressement enfin de 1948-1949, malheureusement provisoire.

2Les problématiques mises en œuvre sont à la fois cohérentes et adaptées à la perception que les acteurs eux-mêmes avaient du processus inflationniste. Elles se décomposent en trois ensembles : les effets de la « spirale inflationniste » des prix, les effets des politiques monétaires, les aspects proprement institutionnels. Michel-Pierre Chélini décrit avec précision et pertinence le jeu des spirales inflationnistes, que l’interventionnisme de l’État entretient de lui-même, de par le jeu des rattrapages successifs de prix arbitrairement fixés : spirale entre les différents prix, entre les différents salaires, entre les salaires et les prix. Cette analyse est également révélatrice du rôle qu’a pu jouer l’évolution des schémas de consommation dans la hausse des prix, comme le montre le cas de la viande.

3L’auteur, tout en valorisant les mécanismes de formation des prix, apporte des éléments neufs concernant l’histoire monétaire et tout particulièrement sur l’emprunt de Libération, sur la controverse Pleven-PMF et sur l’échange des billets. Il n’a pas négligé les problèmes institutionnels, en insistant sur la rivalité entre le ministère de l’Économie et le ministère des Finances, sur l’importance des réformes au sein du ministère des Finances. Il décrit les logiques, parfois contradictoires, des différents agents administratifs, qui n’ont d’égales que celles des politiques. Cette analyse permet de s’interroger sur la pertinence d’une politique dirigiste, de par nature incohérente. Elle n’aurait eu de chance de réussir qu’avec un minimum d’unanimité sociale et politique et la confluence de tous les moyens de lutte contre l’inflation à la disposition de l’État. Son analyse révèle aussi le caractère irrationnel des comportements de certaines composantes de l’appareil administratif. La méfiance à l’égard des intermédiaires, considérés comme des parasites, et des commerçants en général est, de ce point de vue, révélatrice, de même que l’impuissance face aux groupes de pression que l’État a lui-même fait naître.

4Dans ce cadre, Michel-Pierre Chélini a développé trois problématiques particulièrement innovantes.

5Il a retracé l’histoire d’une bureaucratie. Il a montré à quelles difficultés originelles, d’accessibilité et de visibilité, le contrôle des prix s’était heurté. Il a décrit les modalités de recrutement et le gonflement irrésistible des effectifs, puis leur baisse liée au remodelage de la direction du Contrôle. Il a démontré les mécanismes du contrôle et de la répression qu’il rend nécessaire (300 000 P.V. en 1944 et 1945). Il a montré la gravité des dysfonctionnements du système. Le contrôle est impuissant à saisir la complexité de l’évolution des produits, impuissant également à dominer le monde rural, artisanal et boutiquier. C’est une belle page d’histoire administrative.

6Utilisant les sondages, la presse et la littérature économique, Michel-Pierre Chélini écrit une histoire des prix perçus tout à fait inattendue. Préoccupation « importante » des Français durant la période, le niveau des salaires est estimé de manière diverse aussi bien du point de vue nominal que dans ses relations avec le coût de la vie. Les anticipations de hausse sont reconstituées, ce qui approfondit notre connaissance des mécanismes de l’inflation. Le discours politique, aussi bien de droite que de gauche, apparaît comme inadapté aux réalités sociales. Les prises de position et comportements des hommes politiques transcendent d’ailleurs largement cette opposition. Pour la plupart d’entre eux, il existe un juste prix antérieur à l’échange. C’est une vision productive de l’économie qui domine chez eux comme chez les économistes. Michel-Pierre Chélini montre d’ailleurs l’insuffisance de la connaissance de la théorie inflationniste en France. Elle est dominée par le concept de « gap inflationniste » qui se trouve développé dans tous les rapports et discours officiels.

7Les chapitres consacrés à l’histoire des prix agricoles et aux mécanismes de leur formation sont particulièrement bien venus. Michel-Pierre Chélini a étudié, avec précision, le fonctionnement des différents marchés, qu’il s’agisse de la viande ou du lait. En fait le monde rural échappait largement au contrôle. Dans sa première partie, Michel-Pierre Chélini a montré le caractère novateur du plan Pflimlin, qui inaugure une politique d’investissements et de modernisation. Il ouvre la voie à la politique agricole communautaire.

8La politique des prix est ainsi analysée dans une triple perspective : pour elle-même d’abord, sous le double aspect de la réglementation et du contrôle ; elle est ensuite replacée dans le cadre de la politique économique, monétaire, budgétaire, fiscale et planificatrice, replacée enfin dans le mouvement général de l’économie. La fin des pénuries aurait dû marquer la fin de l’inflation. Il n’en fut rien. Michel-Pierre Chélini nous aide à comprendre pourquoi. Il y eut bien une inflation à la française, associée à des pratiques spécifiques, soit trop soit insuffisamment dirigistes, selon les secteurs et selon les moments.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris IV - Sorbonne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540